Pharmacogénétique MC Verdier

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pharmacogénétique MC Verdier 2009-2010"

Transcription

1 Pharmacogénétique MC Verdier / Introduction / définition 2/ Moyens d investigation 3/ Pharmacogénétique des enzymes du métabolisme 4/ Pharmacogénétique des cibles 5/ La pharmacogénétique en pratique

2 Introduction

3 Identification de sous-populations en fonction de la réponse et de la tolérance

4 Définitions / Objectifs Définitions: EMEA: influence des variations de la séquence d ADN sur la réponse au médicament. lien profil génétique / variabilité interindividuelle de la réponse anticiper la réponse et/ou la tolérance à un traitement Objectifs : Améliorer la maîtrise de la variabilité interindividuelle Individualiser le traitement médicamenteux : - molécule - posologie Médecine prédictive et individualisée

5 Définitions / Objectifs Facteurs génétiques: Polymorphismes génétiques - Métabolisme Facteurs acquis: - Comorbidités - Alimentation - Interactions médicamenteuses - Transport - Cible pharmacologique - Immunité HLA Conséquences: Pharmacocinétique Réponse INEFFICACITE / TOXICITE Pharmacodynamique EFFICACITE / TOLERANCE

6 Conséquences

7 Moyens d investigation (1) mutation gène GENOTYPAGE Mise en évidence mutation Perte de fonction protéine PHENOTYPAGE mise en évidence déficit d activité

8 Moyens d investigation (2) Phénotypage Test fonctionnel in vivo Administration d une substance à un patient; Dosage de la molécule mère et métabolite Rapport m.mère / métabolite indice de métabolisation Résultat valable pour tous les médicaments métabolisés par cette voie Test fonctionnel ex-vivo sur prélèvement sanguin ou biopsie mesure d activité enzymatique (enzymologie) (moins d applications) Inconvénients : Présente un (faible) risque Résultat influençable par une variabilité d origine non génétique

9 Moyens d investigation (3) Weinshilboum. NEJM 2003; 348:

10 Moyens d investigation (4) Génotypage Recherche de mutations (SNP), délétions, duplications à grande échelle («puces à ADN») Conditions simples: prélèvement sanguin. Utilisation d outils de biologie moléculaire, selon le nombre et la nature des mutations à identifier. Inconvénients : Ne reflète pas directement les conséquences fonctionnelles Corrélation pas toujours parfaite avec le phénotype

11 Polymorphisme génétique du métabolisme (1) Différences dans les capacités des individus à métaboliser les médicaments: vitesses de biotransformation absence de biotransformation Touche la majorité des voies de biotransformation Cytochromes (2D6, 2C19, 2C9, 3A5) Transférases (acétyl-, glutathion-, glucurono-conjugaison) autres (déaminases,aldéhyde et alcool déshydrogénases )

12

13 Polymorphisme génétique du métabolisme (2) Métabolisme d oxydation: Cytochromes P450 Voie débrisoquine voie du CYP 2D6: environ 40 mdct, pas de substrat endogène connu Détermination du phénotype administration d une molécule test, posologie standardisée Exemple : la débrisoquine recueil urinaire pendant une période définie dosage de la débrisoquine et 4-OH-débrisoquine calcul d un indice de métabolisation

14 Polymorphisme génétique du métabolisme (3) 3 groupes: - Ultrarapides (UR) - Intermédiaires (EM) - Lents (PM): environ 9% de la population «caucasienne» Conséquences: - accumulation de la molécule > effets indésirables - ou pas d effet thérapeutique des prodrogues Exemple: absence d effet analgésique de la codéine: 7-10 % pop codéine morphine CYP2D6

15 Polymorphisme génétique du métabolisme (4) CYP 3A5: Exemple du Tacrolimus en transplantation rénale

16 Polymorphisme génétique du métabolisme (5) CYP 3A5 *1/*1: homozygote sauvage: actif, 0,5 % de la population CYP 3A5 *3/*1: hétérozygote: activité intermédiaire, 10,5 % de la population CYP 3A5 *3/*3: homozygote muté: inactif, 89% de la population «caucasienne». (Rq: CYP 3A5 *6: 10 à 20% chez africains-américains) Intérêt du génotypage avant le début du traitement pour viser juste dès le départ.

17 Polymorphisme génétique du métabolisme (7) Métabolisme de méthylation: TPMT exemple de l azathioprine (cancérologie, transplantation, gastro-entérologie)

18 Polymorphisme Polymorphismegénétique génétiquedu dumétabolisme métabolisme(1) (8) Conséquences cliniques du polymorphisme de la TPMT déficit : 6-TGN myélotoxicité ++ posologie standard divisée par 15 hyperactivité : 6-TGN : échappement thérapeutique Phénotypage test fonctionnel sur globules rouges mesure de l'activité enzymatique in vitro de la TPMT ou dosage sanguin des 6-TGN Génotypage

19 Polymorphisme génétique du métabolisme (9)

20 Polymorphisme génétique du métabolisme (10) Métabolisme de phase II: glucuronidation UGT 1A1: UDP-Glycosyltransferase Polypeptidase A1 resp de glucuronoconjugaison. Irinotecan Carboxylestérase SN38 Actif UGT 1A1 SN38G Inactif

21 Polymorphisme génétique du métabolisme (10) Métabolisme de phase II: glucuronidation UGT 1A1: UDP-Glycosyltransferase Polypeptidase A1 resp de glucuronoconjugaison. Irinotecan Carboxylestérase X UGT 1A1 SN38 X SN38G Toxique (diarrhées, neutropénies) Si UGT 1a1 *28 (répétition de TA dinucléotides) SN38G, SN 38 et toxicité

22 Polymorphisme génétique des cibles (pharmacodynamie) (1)

23 Polymorphisme génétique des cibles (pharmacodynamie) (2) TRAITEMENT PAR CETUXIMAB, Voies de signalisation de l EGFR Cétuximab: anticorps dirigé contre le récepteur de l EGF. Blocage du récepteur et de la voie de signalisation Inhibition de : Prolifération cellulaire Résistance à l apoptose Angiogenèse Invasion et diffusion métastatique Résistance au cétuximab: mutation d un des effecteurs des voies de signalisation de l EGF en aval du récepteur. Mutation Ras: facteur de résistance au traitement. Aucun patient répondeur n est porteur de la mutation; 70% des non répondeurs présentent une mutation MODIFICATION d AMM: Prescription restreinte aux formes sans mutation tumorale K-Ras

24 Polymorphisme génétique des cibles (pharmacodynamie) (3)

25 Polymorphisme génétique des cibles (pharmacodynamie) (4) Récepteurs à la ryanodine (régulation du [Ca++] intracellulaire) et hyperthermie maligne après anesthésie générale Polymorphisme du récepteur β2 et réponse aux β-stimulants (asthme) Polymorphisme du transporteur de la sérotonine et réponse aux antidépresseurs inhibiteurs de la recapture de la sérotonine

26 Place de la pharmacogénétique (1) A priori Identification des facteurs de susceptibilité individuelle au traitement Détermination préalable du statut répondeur / non répondeur / à risque Individualisation des thérapeutiques en fonction du profil génétique du patient / de la maladie (tumeur) Dès les phases de développement: prise en compte des origines ethniques, détermination des enzymes du métabolisme et des polymorphismes Post-AMM: pharmacovigilance. Groupes à risque? A posteriori Survenue de toxicité / échappement thérapeutique

27 Place de la pharmacogénétique (2) Développement du Utilisation en routine médicament clinique Bon usage de la pharmacogénétique devrait permettre: Meilleure adéquation malade-traitement Moins d effets secondaires Traitement plus efficace et à moindre coût

28 Place de la pharmacogénétique (3) Polymorphisme du gène de la structure cible Récepteur B2 à la bradykinine Récepteur D3 à la dopamine Effets indésirables Récepteur D2 à la dopamine dyskinésies Ldopa Acétylcholinestérase neurotoxicité anticholinestérasiques Récepteur à la ryanodine hyperthermie maligne anesthésiques généraux Canal potassique Kv(r) prolongement du QT torsades de pointes Hypersensibilité, nombreux (antipsychotiques, cisapride...) abacavir HLA-B*5701 Médicaments toux sèche persistante inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine dyskinésies tardives antipsychotiques

29 Application (1) CYP 2C9 et VKORC 1 (vitamine K époxyde réductase): exemple de la warfarine et acénocoumarol. Application

30 Application (2)

31

Vers l individualisation des prescriptions en oncologie : rôle du génome constitutionnel

Vers l individualisation des prescriptions en oncologie : rôle du génome constitutionnel Vers l individualisation des prescriptions en oncologie : rôle du génome constitutionnel Jacques Robert I NSERM U916 I nstitut Bergonié Université de Bordeaux Le génome constitutionnel 3 milliards de paires

Plus en détail

Facteurs de variabilité de la réponse aux traitements médicamenteux (3) : Facteurs génétiques

Facteurs de variabilité de la réponse aux traitements médicamenteux (3) : Facteurs génétiques Mercredi 5 novembre 2014 DEVETAKOV Boris L2 (Relecteur : Hamza Berguigua) BMCTTM Pr. SIMON 16 pages Facteurs de variabilité de la réponse aux traitements médicamenteux (3) : Facteurs génétiques Plan A.

Plus en détail

Le point de vue du biologiste : L activité des plateformes de génétique moléculaire

Le point de vue du biologiste : L activité des plateformes de génétique moléculaire Le point de vue du biologiste : L activité des plateformes de génétique moléculaire Institut de Cancérologie de Lorraine Service de Biopathologie CNRS UMR7039 CRAN Université de Lorraine Jean-Louis Merlin

Plus en détail

Place des biomarqueurs en oncologie: Rencontres Nationales de Pharmacologie Clinique de Giens, 06 octobre 2008 Frédéric Eberlé

Place des biomarqueurs en oncologie: Rencontres Nationales de Pharmacologie Clinique de Giens, 06 octobre 2008 Frédéric Eberlé Place des biomarqueurs en oncologie: ciblage thérapeutique, facteurs prédictifs de réponse validation des tests diagnostiques, critères de substitution Point de vue de l industriel Rencontres Nationales

Plus en détail

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Dominique JAUBERT Oncologie-Hématologie Clinique Tivoli BORDEAUX Réseau de cancérologie d Aquitaine La recherche de nouvelles molécules anticancéreuses

Plus en détail

Thérapeutiques ciblées en cancérologie: du criblage à la prescription. Christine Rebischung, oncologie médicale

Thérapeutiques ciblées en cancérologie: du criblage à la prescription. Christine Rebischung, oncologie médicale Thérapeutiques ciblées en cancérologie: du criblage à la prescription Christine Rebischung, oncologie médicale Mécanisme d action de la chimiothérapie -Action sur les mécanismes de division de la cellule

Plus en détail

Les Biomarqueurs moléculaires en Oncologie

Les Biomarqueurs moléculaires en Oncologie Les Biomarqueurs moléculaires en Oncologie Institut de Cancérologie de Lorraine Service de Biopathologie CNRS UMR7039 CRAN Université de Lorraine Pr Jean-Louis Merlin Définition Un biomarqueur est une

Plus en détail

OPIACES & DOSES EQUIANALGESIQUES. Extrait de la liste des médicaments de la PIC. Édition juin 2015

OPIACES & DOSES EQUIANALGESIQUES. Extrait de la liste des médicaments de la PIC. Édition juin 2015 OPIACES & DOSES EQUIANALGESIQUES Extrait de la liste des médicaments de la PIC Édition juin 2015 3. Opiacés Particularités Dose orale equival. à 10 mg de morphine 1 buprénorphine codéine fentanyl Agoniste/antagoniste

Plus en détail

FACTEURS DE VARIABILITE DE LA REPONSE AUX TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX (4) -Pharmacogénétique-

FACTEURS DE VARIABILITE DE LA REPONSE AUX TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX (4) -Pharmacogénétique- 06/11/2013 BERNARD Mathilde L2 BMCTTM Pr. SIMON 12 pages FACTEURS DE VARIABILITE DE LA REPONSE AUX TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX (4) -- Plan A. Introduction : I. Historique : Pythagore et favisme II. Cas clinique

Plus en détail

Giens XXIV Table ronde N 4. Evaluation et validation des tests diagnostiques dans le cadre du ciblage thérapeutique

Giens XXIV Table ronde N 4. Evaluation et validation des tests diagnostiques dans le cadre du ciblage thérapeutique Giens XXIV Table ronde N 4 Evaluation et validation des tests diagnostiques dans le cadre du ciblage thérapeutique Participants : Olivier Arnaud ; Frédéric Bibeau ; Dominic Cellier ; Jérôme d Enfert ;

Plus en détail

Annexe III. Modifications apportees aux rubriques concernees de l information produit

Annexe III. Modifications apportees aux rubriques concernees de l information produit Annexe III Modifications apportees aux rubriques concernees de l information produit Remarque : Ces modifications des rubriques concernées du Résumé des caractéristiques du produit et de la notice sont

Plus en détail

Métabolisme interspécifique et applications

Métabolisme interspécifique et applications Métabolisme interspécifique et applications 2 Sommaire a. A l échelle du système b. A l échelle enzymatique c. Variations à l échelle de la race / de l individu II. Et en pratique 1 3 Introduction Définition

Plus en détail

Immunité anti-tumorale

Immunité anti-tumorale Immunité anti-tumorale Professeur M GUENOUNOU Laboratoire d Immunologie & Microbiologie UFR de Pharmacie 51100 REIMS 1- Cellules tumorales - Une tumeur est une prolifération clonale issue d une cellule

Plus en détail

Nouvelles mutations RAS

Nouvelles mutations RAS Nouvelles mutations RAS dans les cancers colo-rectaux Rappel RAS : interrupteur de plusieurs voies de signalisation ras MUTATION RAS /ras activé en permanence : signalisation continue de la prolifération

Plus en détail

Les métiers de la Pharmacocinétique

Les métiers de la Pharmacocinétique Conférence d UEP préparation à la filière industrie n 2 Les métiers de la Pharmacocinétique M. P. Genissel (Servier) M. X. Declèves (MC) Groupe 2 12/12/2007 1/12 Cursus professionnel de M. Genissel : M.

Plus en détail

Point d Information. Le PRAC a recommandé que le RCP soit modifié afin d inclure les informations suivantes:

Point d Information. Le PRAC a recommandé que le RCP soit modifié afin d inclure les informations suivantes: Point d Information Médicaments à base d ivabradine, de codéine, médicaments contenant du diméthyl fumarate, du mycophénolate mofétil/acide mycophénolique, de l octocog alpha, spécialité Eligard (contenant

Plus en détail

RAPPORT PUBLIC D EVALUATION (juin 2004) CERTICAN comprimé 0.25, 0.5, 0.75, 1.0 mg ; comprimé dispersible, 0.25 et 0.1 mg

RAPPORT PUBLIC D EVALUATION (juin 2004) CERTICAN comprimé 0.25, 0.5, 0.75, 1.0 mg ; comprimé dispersible, 0.25 et 0.1 mg RAPPORT PUBLIC D EVALUATION (juin 2004) CERTICAN comprimé 0.25, 0.5, 0.75, 1.0 mg ; comprimé dispersible, 0.25 et 0.1 mg INTRODUCTION Le 15 avril 2004 une Autorisation de Mise sur le Marché a été octroyée

Plus en détail

Thérapies ciblées et sujets âgés

Thérapies ciblées et sujets âgés Thérapies ciblées et sujets âgés Dr Marie-Paule Sablin Service inter-hospitalier Beaujon-Bichat de cancérologie Le plan Que sont les thérapies ciblées? Leurs indications En pratique chez les sujets agés

Plus en détail

Médicaments prescrits en Oncologie Cas cliniques et QCM

Médicaments prescrits en Oncologie Cas cliniques et QCM Médicaments prescrits en Oncologie Cas cliniques et QCM Dr Florence BANNIE, Pharmacien Dr Laure Kaluzinski, Oncologue Centre Hospitalier Public du Cotentin ARKM 17éme Rencontre Médicale 29 novembre 2014,

Plus en détail

Étude des mutations PIK3CA

Étude des mutations PIK3CA Étude des mutations PIK3CA Application dans les cancers du sein et les cancers colorectaux métastatiques Alexandre Harlé a.harle@nancy.unicancer.fr Centre Alexis Vautrin Unité de Biologie des tumeurs Département

Plus en détail

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Apixaban, Dabigatran, Rivaroxaban Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046 et CIC 9301 INSERM-CHRU, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

la lettre Individualisation thérapeutique et analgésiques vers une médecine personnalisée DOSSIER www.institut-upsa-douleur.org

la lettre Individualisation thérapeutique et analgésiques vers une médecine personnalisée DOSSIER www.institut-upsa-douleur.org SEPTEMBRE 2012 37 n la lettre de l Institut UPSA de la douleur DOSSIER Individualisation thérapeutique et analgésiques vers une médecine personnalisée Jules DESMEULES Service de Pharmacologie et Toxicologie

Plus en détail

Chapitre 5 Processus tumoral et cancer

Chapitre 5 Processus tumoral et cancer Chapitre 5 Processus tumoral et cancer V.1 Définition V.2 Cancérogenèse ou oncogenèse V.3 Facteurs cancérigènes V.4 Prévention. V.5 Dépistage et diagnostic. V.5.1 Signes cliniques V.5.2 Examens complémentaires

Plus en détail

La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013

La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013 La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013 Réunion GFPC Paris, décembre 2013 Pr D Damotte Pathologie Hôpitaux universitaires paris centre BRAF: voie MEK / ERK AMM mélanome en 2011 La recherche BRAF

Plus en détail

FLASH RAS. J-L. Merlin (A), A. Lièvre (B), P. Laurent-Puig (C), M. Ducreux (D), P. Artru (E), J. Fuchs (F), C. Gicquel (F), J-C.

FLASH RAS. J-L. Merlin (A), A. Lièvre (B), P. Laurent-Puig (C), M. Ducreux (D), P. Artru (E), J. Fuchs (F), C. Gicquel (F), J-C. FLASH RAS Etude observationnelle rétrospective faisant un état des lieux des tests KRAS et NRAS en 2014 chez les patients atteints d un cancer colorectal métastatique (CCRm) J-L. Merlin (A), A. Lièvre

Plus en détail

Biochimie Mme Botti et Mme tchillian Le 22/10/07 Defresne Diane TD N 3 DE BIOCHIMIE LES ANTICORPS 2

Biochimie Mme Botti et Mme tchillian Le 22/10/07 Defresne Diane TD N 3 DE BIOCHIMIE LES ANTICORPS 2 Biochimie Mme Botti et Mme tchillian Le 22/10/07 Defresne Diane TD N 3 DE BIOCHIMIE LES ANTICORPS 2 1 DOMAINE D UTILISATION DES ANTICORPS IN VITRO ET IN VIVO B)Utilisation des Anticorps in vitro - dosages

Plus en détail

Quelle pharmacopée antalgique en 2013 aux urgences pédiatriques. Yves Meymat, SAR 3 anesthésie pédiatrique, CHU de Bordeaux

Quelle pharmacopée antalgique en 2013 aux urgences pédiatriques. Yves Meymat, SAR 3 anesthésie pédiatrique, CHU de Bordeaux Quelle pharmacopée antalgique en 2013 aux urgences pédiatriques Yves Meymat, SAR 3 anesthésie pédiatrique, CHU de Bordeaux Pas de conflit d intérêt à déclarer Des principes : 1. Evaluation objective rapide

Plus en détail

Place des anticorps monoclonaux dans la prise

Place des anticorps monoclonaux dans la prise Place des anticorps monoclonaux dans la prise en charge des hémopathies malignes Bases fondamentales et mécanismes d action des anticorps monoclonaux Aliénor Xhaard Association des Internes en Hématologie

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

Angiogénèse et cancers gynécologique

Angiogénèse et cancers gynécologique Angiogénèse et cancers gynécologique Dr Thibault de La Motte Rouge Compréhension de la biologie tumorale : les années 2000 Perte de l apoptose Auto-suffisance en signal de croissance Insensibilité aux

Plus en détail

Les plateformes de génétique

Les plateformes de génétique Thérapies ciblées : de l anatomopathologie th l à la biothérapie i Les plateformes de génétique moléculaire PO Schischmanoff UF Génétique moléculaire et oncogénétique CHU Avicenne ACP FHF 29 mars 2012

Plus en détail

RAPPORT PUBLIC D EVALUATION (décembre 2006) FORTIGEL 2 % gel

RAPPORT PUBLIC D EVALUATION (décembre 2006) FORTIGEL 2 % gel REUNION COMMISSION N 409 DU 19 OCTOBRE 2006 RAPPORT PUBLIC D EVALUATION (décembre 2006) FORTIGEL 2 % gel INTRODUCTION Le 23 novembre 2006, une Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) a été octroyée au

Plus en détail

CHAPITRE 4 - LA COMPLEXITÉ DES RELATIONS ENRE GÈNES, PHÉNOTYPES ET ENVIRONNEMENT

CHAPITRE 4 - LA COMPLEXITÉ DES RELATIONS ENRE GÈNES, PHÉNOTYPES ET ENVIRONNEMENT CHAPITRE 4 - LA COMPLEXITÉ DES RELATIONS ENRE GÈNES, PHÉNOTYPES ET ENVIRONNEMENT Introduction Tous les individus de la même espèce possèdent le même patrimoine génétique, cependant chaque individu est

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux : quelles interactions médicamenteuses?

Les nouveaux anticoagulants oraux : quelles interactions médicamenteuses? Les nouveaux anticoagulants oraux : quelles interactions médicamenteuses? Dr Stéphanie Chhun, Pharmacologue (Hôpital Universitaire Necker Enfants-Malades) Pr Stéphane Mouly, Interniste (Hôpital Lariboisière)

Plus en détail

ECURIE UE 6-2 (13/02/2012)

ECURIE UE 6-2 (13/02/2012) ECURIE UE 6-2 (13/02/2012) QUESTION 1.ABE A) Vrai. L'affinité correspond à l'attractivité du médicament pour sa cible. Elle dépend donc de sa structure chimique qui conditionne sa capacité à se lier à

Plus en détail

CANCÉROLOGIE. Cours n 3 :

CANCÉROLOGIE. Cours n 3 : UE2 : Cancérologie Pr Lehmann-Che et Pouessel Mercredi 26 septembre 10h30-12h30 Ronéotypeuse : Aurore Valentin Ronéolectrice : Marion Whiston CANCÉROLOGIE Cours n 3 : De la biologie moléculaire des cancers

Plus en détail

Les microarrays: technologie pour interroger le génome

Les microarrays: technologie pour interroger le génome Les microarrays: technologie pour interroger le génome Patrick DESCOMBES patrick.descombes@frontiers-in-genetics.org Plate forme génomique NCCR Frontiers in Genetics Université de Genève http://genomics.frontiers-in-genetics.org

Plus en détail

AUTORISATION CONDITIONNELLE DE COMMERCIALISER XALKORI

AUTORISATION CONDITIONNELLE DE COMMERCIALISER XALKORI Santé Canada affiche des alertes d innocuité, des avis de santé publique, des communiqués et d autres avis provenant de l industrie pour informer les professionnels de la santé, les consommateurs et les

Plus en détail

Les Thérapies Ciblées les plus utilisées dans les Traitements Anti-Cancéreux. Dr William Jacot, Oncologue Médical

Les Thérapies Ciblées les plus utilisées dans les Traitements Anti-Cancéreux. Dr William Jacot, Oncologue Médical Les Thérapies Ciblées les plus utilisées dans les Traitements Anti-Cancéreux Dr William Jacot, Oncologue Médical Thérapies Ciblées Définition Anomalies moléculaires spécifiques des cellules tumorales Molécules

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction sur le médicament

Chapitre 1. Introduction sur le médicament Chapitre 1. Introduction sur le médicament 1. Parmi les propositions suivantes concernant l homéopathie, une est inexacte, laquelle? a. Les médicaments homéopathiques peuvent être préparés artisanalement

Plus en détail

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux Les Nouveaux Anticoagulants Oraux EPU AMEDYG 15 mai 2013 Dr Benjamin MANEGLIA 20 Bd Jean PAIN 38000 GRENOBLE bmaneglia@orange.fr Plan * Rappels sur les AVK * Hémostase Cascade de la coagulation * Le rivaroxaban

Plus en détail

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Lépirudine REFLUDAN o Désirudine

Plus en détail

PAOLA-1. Cancer de l ovaire 1 ère ligne-maintenance

PAOLA-1. Cancer de l ovaire 1 ère ligne-maintenance PAOLA- Cancer de l ovaire ère ligne-maintenance Etude randomisée de phase III, en double aveugle, comparant olaparib vs placebo chez des patientes atteintes de cancer séreux ou endométrioïde de haut grade

Plus en détail

Montréal, 24 mars 2015. David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting. DL Consulting Strategies in Healthcare

Montréal, 24 mars 2015. David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting. DL Consulting Strategies in Healthcare Montréal, 24 mars 2015 David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting 1 RSSPQ, 2013 2 MÉDECINE INDIVIDUALISÉE Médecine personnalisée Médecine de précision Biomarqueurs Génomique

Plus en détail

LISTE DES ANALYSES DU LABORATOIRE UPPC. DP-CHUV - Hôpital de Cery

LISTE DES ANALYSES DU LABORATOIRE UPPC. DP-CHUV - Hôpital de Cery Prof. associé. C. B. Eap labo.uppc@chuv.ch Tél. 021 314 22 64 Fax 021 314 24 44 LISTE DES S DU LABORATOIRE UPPC DP-CHUV - Hôpital de Cery Description du matériel nécessaire, des méthodes utilisées, des

Plus en détail

ESSAIS CLINIQUES, PHARMACOVIGILANCE, PHARMACOEPIDEMIOLOGIE J.L. MONTASTRUC et M. LAPEYRE-MESTRE Mai 2010

ESSAIS CLINIQUES, PHARMACOVIGILANCE, PHARMACOEPIDEMIOLOGIE J.L. MONTASTRUC et M. LAPEYRE-MESTRE Mai 2010 ESSAIS CLINIQUES, PHARMACOVIGILANCE, PHARMACOEPIDEMIOLOGIE J.L. MONTASTRUC et M. LAPEYRE-MESTRE Mai 2010 On entend par essai clinique «toute recherche biomédicale organisée et pratiquée chez l homme en

Plus en détail

Atelier : Détection de la mort cellulaire par apoptose en réponse à un agent anti-tumoral.

Atelier : Détection de la mort cellulaire par apoptose en réponse à un agent anti-tumoral. - La cytométrie en flux est une méthode d analyse de cellules en suspension, véhiculées à grande vitesse jusqu à une chambre d analyse traversée par des faisceaux lasers. L interaction des cellules avec

Plus en détail

Chapitre 4 Cycle cellulaire. Le cycle cellulaire comprend 2 périodes : L interphase, constituée de 3 phases :

Chapitre 4 Cycle cellulaire. Le cycle cellulaire comprend 2 périodes : L interphase, constituée de 3 phases : SYNTHESE Chapitre 4 Cycle cellulaire Le cycle cellulaire comprend 2 périodes : L interphase, constituée de 3 phases : G1 : phase de croissance cellulaire et d activités métaboliques normales. S : phase

Plus en détail

Histoire naturelle des cancers de l ovaire

Histoire naturelle des cancers de l ovaire Histoire naturelle des cancers de l ovaire A Rafii E Mery Journée Régionale de Cancérologie Gynécologique et Sénologique 08/06/07 Tissu normal Prédisposition génétique Facteurs environnementaux PREVENTION

Plus en détail

ANTICORPS MONOCLONAUX : MODE D ACTION ET TOXICITE. Vérités? les anticorps sont des molécules énormes : comment passeraientelles dans le sang?

ANTICORPS MONOCLONAUX : MODE D ACTION ET TOXICITE. Vérités? les anticorps sont des molécules énormes : comment passeraientelles dans le sang? MODE D ACTION ET TOXICITE Vérités? les anticorps sont des molécules énormes : comment passeraientelles dans le sang? MODE D ACTION ET TOXICITE Vérités? les anticorps sont des molécules énormes : comment

Plus en détail

Les incontournables 2014 en cancérologie Pneumologie Les thérapies ciblées dans le cadre de l AMM en octobre 2014

Les incontournables 2014 en cancérologie Pneumologie Les thérapies ciblées dans le cadre de l AMM en octobre 2014 Les incontournables 2014 en cancérologie Pneumologie Les thérapies ciblées dans le cadre de l AMM en octobre 2014 Anne-Claire TOFFART EGFR mutés Gefitinib 250 mg x 1/J Cp 250 mg Erlotinib 150 mg x 1/J

Plus en détail

Comprendre VELCADE (bortézomib) pour injection

Comprendre VELCADE (bortézomib) pour injection Comprendre VELCADE (bortézomib) pour injection International Myeloma Foundation 12650 Riverside Drive, Suite 206 North Hollywood, CA 91607 USA Téléphone : 1 800 452-CURE (2873) États-Unis et Canada 1 818

Plus en détail

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 ACTUALITES THERAPEUTIQUES Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 Traitement de fond Objectifs: Réduire le nombre de poussées Arrêter ou freiner la progression du handicap Les traitements disponibles

Plus en détail

Détection de mutations somatiques par NGS sur GAIIx

Détection de mutations somatiques par NGS sur GAIIx Détection de mutations somatiques par NGS sur GAIIx Aude Lamy Laboratoire de Génétique Somatique des Tumeurs CHU de Rouen Inserm U1079 Faculté de Médecine et Pharmacie de Rouen La médecine personalisée

Plus en détail

CYCLE CELLULAIRE et CANCER. L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Novembre 2011

CYCLE CELLULAIRE et CANCER. L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Novembre 2011 CYCLE CELLULAIRE et CANCER L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Introduction Le cycle cellulaire est l'ensemble des modifications qu'une cellule subit entre sa

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 2 23 Octobre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation HUMIRA (DCI : Adalimumab

Plus en détail

Unité d Enseignement II 9. Les phases du développement d un médicament dans l industrie pharmaceutique

Unité d Enseignement II 9. Les phases du développement d un médicament dans l industrie pharmaceutique Unité d Enseignement II 9 Les phases du développement d un médicament dans l industrie pharmaceutique Développement en Phases Méthodes et Outils Modélisation et Approches de Population 1 Le développement

Plus en détail

congrès TransplanT Tours CEntRE de CongRèS VinCi Sous la présidence du Professeur Matthias BÜCHLER DOSSIER DE PRESSE le 14 novembre 2014

congrès TransplanT Tours CEntRE de CongRèS VinCi Sous la présidence du Professeur Matthias BÜCHLER DOSSIER DE PRESSE le 14 novembre 2014 DOSSIER DE PRESSE le 14 novembre 2014 25 e congrès ouest TransplanT Tours CEntRE de CongRèS VinCi VEndREdi 28 novembre 2014 Sous la présidence du Professeur Matthias BÜCHLER www.ouest-transplant.org LE

Plus en détail

Gene Predictis parce que je suis unique

Gene Predictis parce que je suis unique Gene Predictis parce que je suis unique Route de Chantemerle 64 - CP 160 - CH-1763 Granges-Paccot Téléphone: +41 26 466 15 45 Fax: +41 26 466 15 46 info@genepredictis.com www.genepredictis.com Gene Predictis

Plus en détail

Nouveautés thérapeutiques en Cancérologie. Dr Sophie Sadot-Lebouvier ICO-Centre René Gauducheau

Nouveautés thérapeutiques en Cancérologie. Dr Sophie Sadot-Lebouvier ICO-Centre René Gauducheau Nouveautés thérapeutiques en Cancérologie Dr Sophie Sadot-Lebouvier ICO-Centre René Gauducheau Généralités Taux pour 100 000 habitants 150,000 Évolution de l incidence 112,500 75,000 37,500 Prostate Sein

Plus en détail

Épidémiologie des accidents hémorragiques dus aux anticoagulants oraux

Épidémiologie des accidents hémorragiques dus aux anticoagulants oraux Épidémiologie des accidents hémorragiques dus aux anticoagulants oraux Docteur Marie-Josèphe JEAN-PASTOR Centre Régional Pharmacovigilance Marseille-Provence-Corse Hôpital Sainte Marguerite AP-HM Tél :

Plus en détail

DOCUMENTS COMPLEMENTAIRES AUX REUNIONS PATIENTS

DOCUMENTS COMPLEMENTAIRES AUX REUNIONS PATIENTS DOCUMENTS COMPLEMENTAIRES AUX REUNIONS PATIENTS Octobre 2012 Décembre 2012 Avril 2013 Prostate Androgènes Anti-androgènes Professeur Pierre FOSSATI Mai 2013 Autres documentations sur le site de l Association

Plus en détail

Synthèse Bibliographique en Biologie et Biotechnologie

Synthèse Bibliographique en Biologie et Biotechnologie Synthèse Bibliographique en Biologie et Biotechnologie Janvier 2013 Polymorphisme génétique du cytochrome P450 2D6 Intérêt du génotypage pour les patients traités par le tamoxifène Auteur : Héloïse Bougères

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences?

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Emmanuel Andrès Service de Médecine Interne Diabète et Maladies métabolique Clinique Médicale B - CHRU de Strasbourg Remerciements au Professeur

Plus en détail

Biomarqueurs en Cancérologie

Biomarqueurs en Cancérologie Biomarqueurs en Cancérologie Définition, détermination, usage Biomarqueurs et Cancer: définition Anomalie(s) quantitative(s) ou qualitative(s) Indicative(s) ou caractéristique(s) d un cancer ou de certaines

Plus en détail

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours Grossesse et HTA J Potin Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours HTA et grossesse Pathologie fréquente : 2 à 5 % des grossesses (2 à 3 % des multipares, 4 à 8 % des primipares)

Plus en détail

Pourquoi et comment participer à la collecte d échantillons en cancérologie? Conférence-débat Dijon le 8 octobre 2010

Pourquoi et comment participer à la collecte d échantillons en cancérologie? Conférence-débat Dijon le 8 octobre 2010 Pourquoi et comment participer à la collecte d échantillons en cancérologie? Conférence-débat Dijon le 8 octobre 2010 Dr Laurent ARNOULD Département de Biologie et de Pathologie des Tumeurs Centre G-F

Plus en détail

MODÈLE DE COMPTE RENDU DE GÉNÉTIQUE MOLÉCULAIRE POUR LA RECHERCHE DE MUTATIONS SOMATIQUES DANS LES TUMEURS SOLIDES

MODÈLE DE COMPTE RENDU DE GÉNÉTIQUE MOLÉCULAIRE POUR LA RECHERCHE DE MUTATIONS SOMATIQUES DANS LES TUMEURS SOLIDES MODÈLE DE COMPTE RENDU DE GÉNÉTIQUE MOLÉCULAIRE POUR LA RECHERCHE DE MUTATIONS SOMATIQUES DANS LES TUMEURS SOLIDES Octobre 2012 Mesure 21 : Garantir un accès égal aux traitements et aux innovations Ce

Plus en détail

Importance du développement des biomarqueurs par un industriel

Importance du développement des biomarqueurs par un industriel Importance du développement des biomarqueurs par un industriel Dr Frédéric Eberlé, responsable médical Roche Diagnostics France Marseille, 27 mars 2015 Terminologie Biomarqueurs, Tests de diagnostic, Tests-compagnons

Plus en détail

Avis 2 avril 2014. Laboratoire SERVIER. Périndopril arginine / indapamide. C09BA04 (inhibiteur de l enzyme de conversion et diurétique)

Avis 2 avril 2014. Laboratoire SERVIER. Périndopril arginine / indapamide. C09BA04 (inhibiteur de l enzyme de conversion et diurétique) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 PRETERAX 2,5 mg / 0,625 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 (CIP : 34009 378 232 2 7) Boîte de 90 (CIP : 34009 378 234 5 6) BIPRETERAX 5 mg / 1,25 mg, comprimé

Plus en détail

voies de signalisation

voies de signalisation Olivier Lascols Faculté de Médecine ierre et Marie Curie Généralités s sur les voies de signalisation 1 I. Caractérisation risation d une d voie de transduction d un d signal Exemple du Signal Mitogénique

Plus en détail

La validation par anticipation de l administration de la chimiothérapie

La validation par anticipation de l administration de la chimiothérapie La validation par anticipation de l administration de la chimiothérapie SEBASTIEN BIGOT Infirmier Dispositif d Annonce CHBA Un mode de fonctionnement : le «OK chimio» la veille Consultation médicale Programmation

Plus en détail

INexium. Astra Zeneca. Anti-secrétoire gastrique et anti-ulcéreux. ésoméprazole. Anne Delahaye et Magalie Schmit

INexium. Astra Zeneca. Anti-secrétoire gastrique et anti-ulcéreux. ésoméprazole. Anne Delahaye et Magalie Schmit Iexium ésoméprazole Astra Zeneca Anti-secrétoire gastrique et anti-ulcéreux Anne Delahaye et Magalie Schmit PLA GEERAL Le besoin médical Découverte et optimisation du candidat médicament Méthodes d études

Plus en détail

Applications pratiques des analyses moléculaires à partir de tissus en oncologie : le point de vue du clinicien

Applications pratiques des analyses moléculaires à partir de tissus en oncologie : le point de vue du clinicien Applications pratiques des analyses moléculaires à partir de tissus en oncologie : le point de vue du clinicien BOUSQUET Guilhem Paris, 7 décembre 2011 Analyses moléculaires Diagnostic Facteurs pronostiques

Plus en détail

Relations entre génotoxicité, mutagénèse et cancérogénèse

Relations entre génotoxicité, mutagénèse et cancérogénèse Journées Nationales de Santé au Travail dans le BTP, Annales 28:9-13 Relations entre génotoxicité, mutagénèse et cancérogénèse Alain Botta Résumé La relation entre génotoxicité, mutagenèse et cancérogenèse

Plus en détail

Hépatite C une maladie silencieuse..

Hépatite C une maladie silencieuse.. Hépatite C une maladie silencieuse.. F. Bally Centre de Maladies Infectieuses et Epidémiologie Institut Central des Hôpitaux Valaisans Histoire Années 70 Hépatite non-a-non-b = hépatite post-transfusionelle

Plus en détail

Immunologie Travaux dirigés

Immunologie Travaux dirigés Université Mohammed V-Agdal - Rabat Faculté des Sciences Filière SVI Semestre 6 Module : Biochimie et Immunologie Élément : Immunologie Immunologie Travaux dirigés 1- De l Immunité innée à l immunité adaptative

Plus en détail

Aspects pharmacologiques des molécules anti-vhc

Aspects pharmacologiques des molécules anti-vhc Aspects pharmacologiques des molécules anti-vhc Caroline SOLAS Laboratoire de Pharmacocinétique et Toxicologie CHU Timone, Marseille CRO2, INSERM U911 Faculté de Pharmacie, Marseille Principales Caractéristiques

Plus en détail

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI 1 MISES EN ARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI Mises en garde Ce médicament est TERATOENE. Une contraception efficace est obligatoire chez les femmes en âge de procréer. Ce médicament est soumis

Plus en détail

9 LE CAS DES SITUATIONS PARTICULIERES

9 LE CAS DES SITUATIONS PARTICULIERES LES STRATEGIES THERAPEUTIQUES MEDICAMENTEUSES ET NON MEDICAMENTEUSES alimentation variée comprenant des végétaux et des fruits, exercice physique régulier, diminuer les excès de graisse et d'alcool. Il

Plus en détail

TESTS POUR DETECTER L INTOXICATION PAR LE MERCURE

TESTS POUR DETECTER L INTOXICATION PAR LE MERCURE TESTS POUR DETECTER L INTOXICATION PAR LE MERCURE L empoisonnement par la plupart des métaux lourds est facilement détectable par des analyses sanguines. Par exemple, si une personne a du plomb détectable

Plus en détail

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI Hémostase Laboratoire d Hématologie Angers Octobre 2012 Cours IFSI Introduction (2) Activation simultanée de différentes fonctions biologiques spécifiques ayant des cinétiques différentes, et se succédant

Plus en détail

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 17 èmes Journées des Statisticiens des Centres de Lutte contre le Cancer 4 ème Conférence Francophone d Epidémiologie Clinique Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 Q Picat, N

Plus en détail

Pharmacologie et thérapeutiques UE 2.11 IFSI 1 ère année. Pharmacologie : Introduction - Généralités autour du médicament

Pharmacologie et thérapeutiques UE 2.11 IFSI 1 ère année. Pharmacologie : Introduction - Généralités autour du médicament Pharmacologie et thérapeutiques UE 2.11 IFSI 1 ère année Pharmacologie : Introduction - Généralités autour du médicament F. Bengeloun sept. 2015 Qu est ce que la pharmacologie? = Science des effets et

Plus en détail

Le profil biologique stéroïdien

Le profil biologique stéroïdien 61 Le profil biologique stéroïdien Professeur Yves LE BOUC Président du Conseil scientifique de l'afld, Service d'explorations fonctionnelles endocriniennes Hôpital Armand Trousseau Centre de Recherche

Plus en détail

PHARMACOLOGIE. Un médicament = Principe(s) Actif(s) + Excipient(s)

PHARMACOLOGIE. Un médicament = Principe(s) Actif(s) + Excipient(s) PHARMACOLOGIE Article L 511.1 du Code de la Santé Publique = On entend par médicament toute substance ou composition présentée comme présentant des propriétés curatives (ex : antibiotiques) ou préventives

Plus en détail

Tel qu inscrit dans le Compendium des produits et spécialités pharmaceutiques (CPS)

Tel qu inscrit dans le Compendium des produits et spécialités pharmaceutiques (CPS) Tel qu inscrit dans le Compendium des produits et spécialités pharmaceutiques (CPS) Immunocal Isolat protéique Précurseur du glutathion Immunotec Pharmacologie IMMUNOCAL constitue une source naturelle

Plus en détail

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants Docteur Christine BOITEUX Théorie Endocardites et anticoagulation POUR Thromboses Emboles septiques CONTRE Favorise emboles septiques et diffusion

Plus en détail

MARQUEURS & TESTS COMPAGNONS. Biomarqueurs moléculaires prédictifs

MARQUEURS & TESTS COMPAGNONS. Biomarqueurs moléculaires prédictifs MARQUEURS & TESTS COMPAGNONS Biomarqueurs moléculaires prédictifs Jean Paul Brouillet, La Grande Motte 2 octobre 2015 Définitions (Guide Méthodologique : Test compagnon associé à une thérapie ciblée, HAS

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 juillet 2005 1 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 767-8 3 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 768-4 12 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 769-0 6 flacon(s) en verre

Plus en détail

Les grandes voies de transmission du signal en cancérologie : où en sommes-nous?

Les grandes voies de transmission du signal en cancérologie : où en sommes-nous? Les grandes voies de transmission du signal en cancérologie : où en sommes-nous? Dynamique des réseaux de signalisation et réponse aux thérapies ciblées Pascal GAUDUCHON Unité "Biologie et Thérapies Innovantes

Plus en détail

DSS 4 DSS 6 DSS 7. 8.4 ans 20.1 ans 29.9 ans

DSS 4 DSS 6 DSS 7. 8.4 ans 20.1 ans 29.9 ans pour un malade, impossible de prédire lʼ évolution 25% de formes bénignes utilisation dʼ une canne: 15 ans dʼ évolution utilisation dʼ un fauteuil roulant: 30 ans dʼ évolution DSS 4 DSS 6 DSS 7 8.4 ans

Plus en détail

Génétique et génomique Pierre Martin

Génétique et génomique Pierre Martin Génétique et génomique Pierre Martin Principe de la sélections Repérage des animaux intéressants X Accouplements Programmés Sélection des meilleurs mâles pour la diffusion Index diffusés Indexation simultanée

Plus en détail

Les différentes phases en recherche clinique

Les différentes phases en recherche clinique Véronique JOUIS, Coordination des ARCs - Responsable Logistique Laurence GUERY, ARC - Responsable Assurance Qualité Unité de Recherche Clinique du GH Lariboisière - Saint-Louis Coordonnateur Pr Eric VICAUT

Plus en détail

Hyperandrogénies et Hirsutisme

Hyperandrogénies et Hirsutisme Hyperandrogénies et Hirsutisme Hyperandrogénies Définition Généralités : forte prévalence de l hirsutisme 6-8% Rappel Physiopathologique Hyperandrogénies Tissus stéroïdogènes : testis, ovaire et surrénale

Plus en détail

ANNEXES AU REGLEMENT N 06/2010/CM/UEMOA

ANNEXES AU REGLEMENT N 06/2010/CM/UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- La Commission ANNEXES AU REGLEMENT N 06/2010/CM/UEMOA LES ANNEXES AU REGLEMENT RELATIF AUX PROCEDURES D HOMOLOGATION DES PRODUITS

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

Oncogènes et anti-oncogenes C. Hourioux

Oncogènes et anti-oncogenes C. Hourioux Oncogènes et anti-oncogenes C. Hourioux Définitions : Cancer Multiplication anarchique de cellules échappant aux mécanismes normaux de différenciation et de régulation de leur multiplication Capacité à

Plus en détail

Prise en charge multimodale du cancer du sein modèle du traitement ciblé

Prise en charge multimodale du cancer du sein modèle du traitement ciblé Prise en charge multimodale du cancer du sein modèle du traitement ciblé M. Berlière Clinique du Sein Centre du Cancer Cliniques Universitaires St Luc Quand la cible n est pas seulement la tumeur mais

Plus en détail

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse ALK et cancers broncho-pulmonaires Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Toulouse, le 19 Février 2013 Adénocarcinomes : Lung Cancer Mutation Consortium Identification

Plus en détail