dans les médicamentsm

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "dans les médicamentsm"

Transcription

1 Les impuretés s génotoxiquesg dans les médicamentsm D. Marzin Institut Pasteur de Lille Université lille2 Société Française de Toxicologie ctobre 2007

2 Le guideline L affaire Viracept (mésylate de nelfinavir)

3

4 EMS

5 Exposition des patients Concentration maximale 960ppm dans les comprimés de VIRACEPT Durée d exposition 6 mois Dose journalière maximale 2,92 g de mésylate de nelfenavir Poids moyen 50 kg/patient 2.8 mg/jour ou 0,06 mg/kg/jour

6 Texte EMEA/CHMP Applicable depuis le 1er janvier 2007

7 Mutagènes et cancer Les agents génotoxiques g (in vivo) peuvent induire des lésions de l ADN l quelque soit le niveau d expositiond de telles lésions l peuvent conduire/contribuer à augmenter les incidences des tumeurs

8 Mutagènes et cancer Mais on doit distinguer 2 types d agents d mutagènes - Mutagènes sans seuil : pas de dose sans risque - Mutagènes avec un mécanisme m à seuil: niveau de dose sans risque

9 Impuretés et mutagènes à seuil Développement de connaissances sur des seuils Mécanismes indirects d interaction d avec l ADNl Produits rapidement détoxifid toxifiés évaluation du risque sur la base de la NOEL NOAEL affectée e d un d facteur de sécurits curité

10 Impuretés mutagènes à seuil Produits mutagènes avec seuil démontré Interaction avec le fuseau mitotique aneuploïdies Inhibiteurs des topo isomérases Inhibition de la synthèse se de l ADN, l des protéines Perturbation des pools de nucléotides Débordement des mécanismes m de défensed Débordement métaboliquem Perturbations physiologiques (induction de l érythropoïèse, hyper- ou hypothermie) Impuretés à seuil on peut utiliser le «Permited Daily Exposure» (PDE)

11 «Permited Daily Exposure» (PDE) Formule de calcul de «Permited Daily Exposure» (PDE) ICH Q3C (solvants résiduels) r PDE = NOEL ou LOEL mg/kg x poids corporel (50kg) F1 x F2 x F3 x F4 x F5 F1 = 1 à 12 (extrapolation entre espèces) F2 = 1 à 10 (variations interindividuelles) F3 = 1 à 10 (extrapolation court terme long terme) F4 = 1 à 5 (seuil établi ou non) F5 = 1 à 10 (NOEL détermind terminé ou LOEL)

12 Exemple de calcul d un PDE pour une impureté «à seuil» Inhibiteur de fuseau: NOEL dans MN souris : 24 mg/kg F1 = 12 (extrapolation souris homme) F2 = 10 (variations interindividuelles) F3 = 10 (extrapolation court terme long terme) F4 = 1 (seuil établi) F5 = 1 (NOEL détermind terminée) e) 24 mg/kg x 50 kg PDE = 12 x 10 x 10 x 1 x 1 Dose en g/j Limite impureté ppm

13 Impuretés s et mutagènes sans seuil Produits réagissant r avec ADN, extrapolation linéaire fortes doses faibles doses d expositiond Mais mécanismes de protection à faibles doses? difficile de prouver un seuil pour un mutagène réagissant r avec l ADNl prudence pas de seuil

14 Evaluation du risque Mutagènes Ne réagissant pas directement avec l ADN Réagissant avec l ADN Avec seuil démontré Avec seuil démontré Sans seuil Évaluation du risque basée sur la NOEL PDE* Évaluation du risque basée sur le TTC PDE = permitted daily exposure

15 Impuretés s mutagènes sans seuil démontrd montré Limites en impuretés s des mutagènes sans seuil (ALARP) «as low as reasonably practicable» si impureté inévitable «threshold of toxicological concern» (TTC) sinon - réduire les impuretés purification - Changement de voie de synthèse se - Contrôle analytique suivant «l état de l artl»

16 Comment en est on arrivé à la TTC? Acceptabilité toxicologique d une d impureté mutagène sans seuil Impossible de fixer un niveau sans risque Basée e sur le «Threshold of Toxicological Concern» (TTC) Articles de Kroes et al. (1) basés s sur (1) bas Résidus dans les aliments Risque 10-6 (sans bénéfice) b 70 ans de consommation TTC = 0,15 µg/jour voire même plus faible («4 affreux») (1) Food and Chemical Toxicology, 42 (2004) 65-83

17 Comment en est on arrivé à la TTC?

18 Impuretés mutagènes sans seuil Résultats des études de cancérogenèse de 500 produits (3500 résultats) Base de données Gold et al TD 50 : dose (mg/kg/j) induisant 50% de tumeurs chez les animaux sur l ensemble de leur durée de vie sur l espèce la plus sensible Extrapolation de la distribution obtenue pour un risque de 10-6 de développer un cancer sur la période de vie (70 ans)

19 Impuretés mutagènes sans seuil TD(1/10 6 ) TD50 0,15µg/j

20 Impuretés mutagènes sans seuil Kroes et al.food and Chemichal Toxicology 2004, 42; Calculé à partir de données chez le rongeur: Relation linéaire sans seuil dans le cas des génotoxiques Basée e sur la relation entre une dose cumulée e D et une incidence de cancer Ic = 1 pour 10 5 (avec bénéfice) b Quelque soit la dose quotidienne (d) Quelque soit la durée e d exposition d (n) Ic D D = d * n ou d = j pour 70 ans d TTC = 1.5µg/patient/jour ou d = j pour 70 ans d exposition Pragmatique Risque de surestimer le risque Mais pas d alternatived

21 Impuretés mutagènes sans seuil Calcul de concentration Concentration en ppm = TTC (µg/j)( dose (g/j) Problème analytique des produits administrés à forte dose Comment doser 1,5 µg g dans mg (0,75ppm)?

22 Évaluation toxicologique des impuretés et impuretés mutagènes

23 Limites d impuretés Seuils pour les principes actifs (Q3A ) Prise quotidienne Dose maximale journalière Seuil de notification Seuil d identification Seuil de qualification 2g 0,05% 0,10% ou 1mg/j 0,15% ou 1mg/j > 2g 0,03% 0,05% 0,05% Test d Ames 5000 µg/boîte PA 7,5 µg/boîte impureté

24 Limites d impuretés Seuils pour les principes actifs (Q3A ) Doses testées dans 5000 µg/boîte Dose maximale journalière Seuil de notification Seuil d identification Seuil de qualification 2g 2,5 µg 5 µg 7,5 µg > 2g 1,5 µg 2,5 µg 2,5 µg Test d Ames

25 Limites de produits de dégradation Seuils pour les produits de dégradation dans les produits finis SEUIL DE QUALIFICATION Dose maximale/j < 10 mg > 10 mg mg > 100 mg - 2 g > 2 g Seuil 1 % ou 50 µg/j * 0,5 % ou 200 µg/j * 0,2 % ou 3 mg/j* 0,15 % Quantité impureté Jusqu à 100 µg/j 50 à 500 µg/j 200 à µg/j Jusqu à µg/j * Valeur la plus basse Toutes les valeurs > 1,5 µg/jour

26 Comment mettre en évidence les impuretés génotoxiques? Base de données sur 250 mutagènes sur bactéries ( 1 ) 85% mutagènes détectables 250 µg/boîte Exceptions: ex. EMS, MMS 1500 µg/boîte Sur la base de 250 µg/boîte dans 5000 µg/boîte ( d Ames (concentration max. test 5% Décalage entre Q3A/Q3B et le texte EMEA (1) Mueller et al.; Regul. Tox. Pharmacol. 2006, 44,

27 85% mutagènes détectables 250 µg/boîte 85 % EMS MMS D après Kenyon et al. Regulatory Toxicology and Pharmacology 48 (2007) 75-86

28 85% mutagènes détectables 250 µg/boîte D après Kenyon et al. Regulatory Toxicology and Pharmacology 48 (2007) 75-86

29 Comment détecter d les impuretés génotoxiques? 2 options: Étudier l impureté telle quelle Étudier le produit enrichi en impureté Dans tous les cas ( 1 ) Test Ames au moins 250 µg/boîte Test sur cultures cellulaires au moins 250 µg/ml (1) Mueller et al.; Regul. Tox. Pharmacol. 2006, 44,

30 Évaluation toxicologique des impuretés Étape 1: Prévoir les impuretés Rechercher : Toutes les réactions r secondaires possibles, Les impuretés s des matières premières, res, Résidus de matières premières res et intermédiaires de synthèse, se, Produits de réactions r secondaires Rechercher toutes les impuretés s probables et possibles dans le produit synthétis tisé Ex: éthanol et mésylate m EMS Purifier (si possible)

31 Évaluation toxicologique des impuretés Étape 2: Bien choisir l impuretl impureté Qualifier l impuretl impureté ou le produit impur? L impureté L extraire à partir du produit parfois difficile risque de produits de dégradation d en cours de purification La synthétiser tiser risque d impuretd impuretés s de l impuretl impureté attention aux impuretés s de l impuretl impureté Le produit impur Quel niveau de pureté? Au moins 5% Propriétés s bactériostatiques du principe actif Interférences rences métaboliquesm

32 Interférences rences métaboliquesm Métabolisme par CYP 3A4 BaP AFB1 Verapamil D après Kenyon et al. Regulatory Toxicology and Pharmacology 48 (2007) 75-86

33 Évaluation toxicologique des impuretés Étape 3: bien choisir la pureté Ni trop ni trop peu Ni trop Tester un produit trop impur risque de nouvelles impuretés Ni trop peu Tester un produit trop pur impureté non qualifiée Bien «choisir» les impuretés concentrer Représentatives du produit «final» Qualitativement et en proportions

34 Évaluation toxicologique des impuretés Étape 4: cas d impuretd impureté nouvelle A/ éliminer (si possible) B/ qualifier

35 Évaluation toxicologique des impuretés Étape 5: impureté en quantité supérieure A/ éliminer (si possible) B/ qualifier Les impuretés étaient-elles elles qualifiées?

36 Évaluation toxicologique des impuretés Étape 6: produit de dégradationd A/ éliminer (si possible) conservateur changement de procédé B/ qualifier Nouvelles études? Examiner les études disponibles Examiner le métabolismem

37 Questions/Réponses

38 Comment soupçonner onner une impureté mutagène? Réponse à fortes doses seulement Faible pente de relation dose effet Faible réponser Produit pur non mutagène devient faiblement mutagène avec les impuretés révertants/ boîte doses µg/boîte

39 Comment soupçonner une impureté mutagène? Structure à risque Utilisation de logiciels 3 modèles Topkat Multicase DEREK

40 Comment soupçonner onner une impureté mutagène? Produit connu comme mutagène Pubmed Toxline IPECS IARC. Est il mutagène in vivo? Est il cancérogène?

41 Comment rechercher le potentiel mutagène d une d impureté? ICH Q3A et Q3B 2 tests in vitro Un test bactérien Un test sur culture de cellules Et plus si nécessairen Penser à ICH S2B Tests adaptés à la structure à risque

42 Le texte s appliques applique-t-il il aux essais cliniques? Rien n est dit expressément lire entre les lignes Le texte s applique s donc bien aux essais cliniques

43 Le texte est il rétrospectif pour les PA sur le marché? Le texte n est n donc pas rétrospectifr MAIS!! Qu est ce que «specific cause for concern»? fait nouveau Nouvelle méthode de dosage Impureté identifiée dans un générique Exemple: Cas du mésylate + éthanol EMS + méthanol MMS

44 Limites > TTC de 1.5µ/j acceptables? 4 CAS ❶Exposition courte ❷Faible espérance de vie (< 5 ans) ❹ Métabolite significatif ❸Exposition à Mutagène connu en quantité élevée

45 Faible durée: La position de la task force (1) est elle acceptable? Durée de traitement 1 mois > 1-3 mois > 3-6 mois > 6-12mois > 12 mois Dose quotidienne acceptable (µg/jour) 120 ou 0.5% 40 ou 0.5% 20 ou 0.5% 10 ou 0.5% 1.5 NON Position française - niveau trop élevé - surtout pour des sujets sains (1) Mueller et al.; Regul. Tox. Pharmacol. 2006, 44,

46 Qu est ce qu un traitement court? Combien peut-on accepter au dessus de 1,5µg/j? Pas de consensus au CHMP SWP Position française - 14j - 10 µg/j (1) Mueller et al.; Regul. Tox. Pharmacol. 2006, 44,

47 Cas d une impureté < TTC Doit on étudier sa mutagenèse? NON Même s il existe une structure d alerte Sauf si structure voisine des «4 affreux» -N-nitroso, -Aflatoxine-like -Dérivés azoxy - (dioxines)

48 Impureté < TTC Doit on appliquer l ALARP? NON sauf si structure voisine des «4 affreux» sauf si le produit concurrent est plus pur

49 Cas de plusieurs impuretés mutagènes? 1,5 µg pour chaque impureté? NON Somme des impuretés 1,5 µg/j

50 L évaluation in silico de la mutagenèse est elle acceptable? 3 modèles Topkat Multicase DEREK OUI : en complément ment des tests NON : en remplacement de test(s) Modèles insuffisamment validés

51 Hayashi et al. Mutat Res Feb 28;603(2):196. In silico assessment of chemical mutagenesis in comparison with results of Salmonella microsome assay on 909 chemicals.

52 In silico assessment of chemical mutagenesis in comparison with results of Salmonella microsome assay on 909 chemicals. Hayashi et al. Mutat Res Feb 28;603(2):196.

53 Conclusions Toujours prendre en compte les impuretés Toujours y penser faux positifs S en préoccuper très s tôt S en préoccuper toujours Montrer que l on l s en s est préoccup occupé rapport d expertd

54 Merci de votre attention

ICH Q3D Guide relatif aux impuretés élémentaires

ICH Q3D Guide relatif aux impuretés élémentaires ICH Q3D Guide relatif aux impuretés élémentaires Andrea Lodi et Hendrik de Jong 3 décembre 2014 Structure de la présentation Durée : 30 min Introduction et raison d être AL Périmètre du guide HdJ Aspects

Plus en détail

Principes d évaluation du risque chimique en sécurité alimentaire

Principes d évaluation du risque chimique en sécurité alimentaire Principes d évaluation du risque chimique en sécurité alimentaire Pr D Parent-Massin Laboratoire de Toxicologie Alimentaire et Cellulaire EA 3880 Université de Bretagne Occidentale RISQUE Le risque est

Plus en détail

BL01 : Environnement agro-industriel et cancer

BL01 : Environnement agro-industriel et cancer Note : ce document n est qu une prise de note rédigée pendant le cours de BL01. Il ne peut donc se substituer au cours d autant plus qu il est souvent incomplet (la 2 ème heure était souvent celle de la

Plus en détail

Valeurs limites d exposition professionnelle. Critères et méthode de détermination en France Les cancérogènes

Valeurs limites d exposition professionnelle. Critères et méthode de détermination en France Les cancérogènes Valeurs limites d exposition professionnelle Critères et méthode de détermination en France Les cancérogènes 1 HISTORIQUE VLEP (France) Premières valeurs contraignantes > Benzène (décret du 9/11/73) >

Plus en détail

ANNEXE III. Modifications apportées aux rubriques pertinentes du résumé des caractéristiques du produit, de l étiquetage et de la notice

ANNEXE III. Modifications apportées aux rubriques pertinentes du résumé des caractéristiques du produit, de l étiquetage et de la notice ANNEXE III Modifications apportées aux rubriques pertinentes du résumé des caractéristiques du produit, de l étiquetage et de la notice 20 RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT Ce médicament fait l objet

Plus en détail

EXCIPIENTS ET IMPURETES : Structures d alerte et relation entre les parties pharmaceutiques et toxicologiques du dossier d AMM

EXCIPIENTS ET IMPURETES : Structures d alerte et relation entre les parties pharmaceutiques et toxicologiques du dossier d AMM EXCIPIENTS ET IMPURETES : Structures d alerte et relation entre les parties pharmaceutiques et toxicologiques du dossier d AMM Pr. Jean-Paul Fournier Faculté de Pharmacie de Paris Excipients et Impuretés

Plus en détail

La découverte de médicaments en biotechnologie. Recherche ou innovation?

La découverte de médicaments en biotechnologie. Recherche ou innovation? La découverte de médicaments en biotechnologie La découverte de médicaments en biotechnologie Initiation du projet Quel type de médicament? Processus complet Quelques exemples 2 1 février 2007 Initiation

Plus en détail

Actualités sur l amiante et les fibres minérales artificielles

Actualités sur l amiante et les fibres minérales artificielles Actualités sur l amiante et les fibres minérales artificielles P Brochard Laboratoire Santé Travail Environnement Université Victor Segalen Bordeaux 2 1 Amiante Reconnaissance du danger : classement par

Plus en détail

D039942/02 P A R L E G O U V E R N E M E N T, À L A S S E M B L É E N A T I O N A L E E T A U S É N A T.

D039942/02 P A R L E G O U V E R N E M E N T, À L A S S E M B L É E N A T I O N A L E E T A U S É N A T. D039942/02 ASSEMBLÉE NATIONALE QUATORZIEME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2014-2015 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 23 juillet 2015 Enregistré à la Présidence du Sénat le

Plus en détail

Anti-Inflammatoires Non stéroïdiens

Anti-Inflammatoires Non stéroïdiens Pharmacologie Clinique des Anti-Inflammatoires Non stéroïdiens propriétés pharmacocinétiques Aude FERRAN Pharmacocinétique des AINS 1. Administration/Absorption 2. Distribution Accumulation dans les zones

Plus en détail

Fibres courtes et fines

Fibres courtes et fines Fibres courtes et fines d amiante: quels risques? 30 EME JOURNÉES NATIONALES DE SANTE AU TRAVAIL DANS LE BÂTIMENT & LES TRAVAUX PUBLICS BLOIS, JEUDI 11 JUIN 2009 Pr Ch PARIS U954 Nutrition, génétique et

Plus en détail

PACES UE 14. Evaluation. de la sécurité du médicament. A. Courtois Collège Santé, UFR Pharmacie Laboratoire de Toxicologie

PACES UE 14. Evaluation. de la sécurité du médicament. A. Courtois Collège Santé, UFR Pharmacie Laboratoire de Toxicologie PACES UE 14 Evaluation de la sécurité du médicament A. Courtois Collège Santé, UFR Pharmacie Laboratoire de Toxicologie Les grandes étapes du développement Développement Pré Clinique 2-4 ans Développement

Plus en détail

REACH La nouvelle réglementation européenne pour les substances chimiques

REACH La nouvelle réglementation européenne pour les substances chimiques REACH La nouvelle réglementation européenne pour les substances chimiques Danielle LE ROY INRS PARIS Décembre 2007 REACH ETAT DES LIEUX décembre 2006 Adoption du règlement par le Parlement européen puis

Plus en détail

Production de phages thérapeutiques

Production de phages thérapeutiques Production de phages thérapeutiques En France, quel contexte, quelles conditions? Comment répondre aux exigences modernes de préparation thérapeutique? Pour bien comprendre Les étapes du développement

Plus en détail

Afssa Saisine n 2007-SA-0028

Afssa Saisine n 2007-SA-0028 2 août 2007 AVIS LA DIRECTRICE LE DIRECTEUR GENERALE GÉNÉRAL de l Agence française de sécurité sanitaire des aliments relatif à l'évaluation des risques pour l'homme des constituants des produits de nettoyage

Plus en détail

Propriétés chimico toxicologiques de l acrylonitrile et implications médicales d une exposition

Propriétés chimico toxicologiques de l acrylonitrile et implications médicales d une exposition Propriétés chimico toxicologiques de l acrylonitrile et implications médicales d une exposition Prof. Dr Benoit Nemery KU Leuven Prof. Dr Christophe Stove UGent Acrylonitrile : propriétés chimiques Formule

Plus en détail

Compléments ments alimentaires Les règles du jeu - SCL / Strasbourg-Illkirch 14 octobre 2011

Compléments ments alimentaires Les règles du jeu - SCL / Strasbourg-Illkirch 14 octobre 2011 Compléments ments alimentaires Les règles du jeu - SCL / Strasbourg-Illkirch 14 octobre 2011 Bureau 4A : Nutrition & Information sur les denrées alimentaires Novel Food, Adjonction V&M, SBNP Compléments

Plus en détail

Pourquoi des classifications?

Pourquoi des classifications? SYSTÈMES DE CLASSIFICATION DES CANCÉROGÈNES : LA FORCE DE LA PREUVE MICHEL GÉRIN Départ. de santé environnementale et santé au travail UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL Pourquoi des classifications? Identification

Plus en détail

Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis

Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis Introduction Les virus de la grippe sont des virus «instables». Les virus actuellement en circulation

Plus en détail

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 17 èmes Journées des Statisticiens des Centres de Lutte contre le Cancer 4 ème Conférence Francophone d Epidémiologie Clinique Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 Q Picat, N

Plus en détail

METABOLISME DES MEDICAMENTS

METABOLISME DES MEDICAMENTS Chapitre 5 : METABOLISME DES MEDICAMENTS Objectifs - Savoir décrire les différentes voies métaboliques. - Savoir expliquer les conséquences du métabolisme des médicaments. - Etre capable d expliquer l

Plus en détail

Modèles animaux de cancérogenèse

Modèles animaux de cancérogenèse INVESTIGATIONS TECHNIQUES EN PHYSIOPATHOLOGIE CELLULAIRE ET MOLECULAIRE isabelle.dhennin@u-picardie.fr Modèles animaux de cancérogenèse I- Généralités sur le cancer 1- Données épidémiologiques Hommes Femmes

Plus en détail

Utilisation de l HPTLC dans un Laboratoire de Chromatographie Préparative

Utilisation de l HPTLC dans un Laboratoire de Chromatographie Préparative Utilisation de l HPTLC dans un Laboratoire de Chromatographie Préparative Sommaire Présentation d ORIL Industrie Étapes de développement d une nouvelle molécule Utilisation de la chromatographie préparative

Plus en détail

Clonage de Vénus et transformation de E.Coli.

Clonage de Vénus et transformation de E.Coli. Clonage de Vénus et transformation de E.Coli. Samueal Joseph, Romain Laverrière, Elias Laudato, Noé Mage Assisstants : Gisele Dewhurst, Charlotte Gehin, Miwa Umebayashi Résumé [1] L expérience consiste

Plus en détail

ANREF vs ANR ou RDA américains

ANREF vs ANR ou RDA américains Vitamines Substances organiques essentielles Ne libèrent pas d énergie facilitent les rx libératrices d énergie Une carence produit des signes et symptômes Vitamines liposolubles Vitamines hydrosolubles

Plus en détail

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux Anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Ximélagatran EXANTA o Désirudine

Plus en détail

Difficultés rencontrées

Difficultés rencontrées Dossiers de demande d autorisation d essais cliniques de médicaments et de modifications substantielles Difficultés rencontrées Unité essais cliniques médicaments et hors produits de santé : - Mme Stéphanie

Plus en détail

Les études toxicologiques

Les études toxicologiques Les études toxicologiques LE PRODUIT À TESTER De nombreux facteurs peuvent influencer la pharmacocinétique et/ou la toxicité : forme galénique impuretés excipients taille des particules Les études toxicologiques

Plus en détail

commission du codex alimentarius

commission du codex alimentarius commission du codex alimentarius ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ALIMENTATION ET L AGRICULTURE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE BUREAU CONJOINT: Via delle Terme di Caracalla 00100 ROME Tel.: 57051

Plus en détail

La vie d un médicament

La vie d un médicament La vie d un médicament Essais cliniques limites à détecter les Effets Indésirables Cours Francophone Inter pays de Pharmacovigilance Centre Anti Poison et de Pharmacovigilance du Maroc Pr. R. Soulaymani

Plus en détail

Principes d évaluation du risque chimique en sécurité alimentaire

Principes d évaluation du risque chimique en sécurité alimentaire Principes d évaluation du risque chimique en sécurité alimentaire Pr D. Parent-Massin Membre correspondant Académie d Agriculture de France Université de Bretagne Occidentale AGRO ALIMENTAIRE EVALUATION

Plus en détail

Axe gonadotrope chez l adulte. Pr C Mathieu UE Hormonologie-Reproduction Octobre 2013

Axe gonadotrope chez l adulte. Pr C Mathieu UE Hormonologie-Reproduction Octobre 2013 Axe gonadotrope chez l adulte Pr C Mathieu UE Hormonologie-Reproduction Octobre 2013 Organisation générale de l appareil hypothalamo-hypophysaire JC CZYBA Hypothalamus gonadotrope: GnRH GnRH =Gonadotropin

Plus en détail

Fabrication des produits de thérapie génique : garantir la sécurité et la qualité des produits

Fabrication des produits de thérapie génique : garantir la sécurité et la qualité des produits Fabrication des produits de thérapie génique : garantir la sécurité et la qualité des produits DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la fabrication des produits de thérapie génique, en termes de sécurité

Plus en détail

Point d actualité sur certains édulcorants

Point d actualité sur certains édulcorants Point d actualité sur certains édulcorants Georges Kass, PhD Food Ingredients and Packaging Unit The content of this presentation does not necessarily represent the position of the European Food Safety

Plus en détail

QUALITE DES MEDICAMENTS GENERIQUES

QUALITE DES MEDICAMENTS GENERIQUES QUALITE DES MEDICAMENTS GENERIQUES Aspects réglementaires et pharmaceutiques DEMEB DQPh Unité génériques Anne DUNAND MEDEC 11 mars 2009 QUALITE - définition GARANTIR QUALITE EFFICACITE SECURITE 2 MISSIONS

Plus en détail

La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann

La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann Borréliose de Lyme Borrelia burgdorferi stricto sensu, B. afzelii, B. garinii, B. spielmanii, B. valaisiana Eléments de physiopathologie inoculation

Plus en détail

OPIACES & DOSES EQUIANALGESIQUES. Extrait de la liste des médicaments de la PIC. Édition juin 2015

OPIACES & DOSES EQUIANALGESIQUES. Extrait de la liste des médicaments de la PIC. Édition juin 2015 OPIACES & DOSES EQUIANALGESIQUES Extrait de la liste des médicaments de la PIC Édition juin 2015 3. Opiacés Particularités Dose orale equival. à 10 mg de morphine 1 buprénorphine codéine fentanyl Agoniste/antagoniste

Plus en détail

L importance du suivi du dioxyde de carbone (CO 2. ) dans la production de dindes

L importance du suivi du dioxyde de carbone (CO 2. ) dans la production de dindes FICHE D INFORMATION L importance du suivi du dioxyde de carbone (CO 2 ) dans la production de dindes info.hybrid@hendrix-genetics.com www.hybridturkeys.com Dans la production de dindes, la performance

Plus en détail

THÈME 3 : DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE. CHAPITRE 1 : la relation entre ADN et protéines

THÈME 3 : DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE. CHAPITRE 1 : la relation entre ADN et protéines THÈME 3 : DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE CHAPITRE 1 : la relation entre ADN et protéines Les caractères d un individu dépendent de plusieurs facteurs : certains dépendent des caractères présents dans la famille

Plus en détail

Validation des Nettoyages Industriels en industrie de fabrication de Principes Actifs. Présentation club CCM du 05/06/2013

Validation des Nettoyages Industriels en industrie de fabrication de Principes Actifs. Présentation club CCM du 05/06/2013 Validation des Nettoyages Industriels en industrie de fabrication de Principes Actifs. Présentation club CCM du 05/06/2013 Objectif des nettoyages industriels. Objectifs de la validation des nettoyages.

Plus en détail

Couple de substances étudiées

Couple de substances étudiées Couple de substances étudiées VEMP : 0.5 mg/m³ VEMP : 0.02 mg/m³ : Impossible de se prononcer Analyse Deux études ont été identifiées. Une étude toxicocinétique chez les rats exposés par la voie a observé

Plus en détail

Mode d administratio n République Tchèque. (inventé) Loratadine Vitabalans 10 mg tablety. Loratadine 10 mg tablette Voie orale.

Mode d administratio n République Tchèque. (inventé) Loratadine Vitabalans 10 mg tablety. Loratadine 10 mg tablette Voie orale. Annexe I Liste des noms, forme pharmaceutique, force du médicament, mode d administration, candidat, détenteur de l autorisation de mise sur le marché dans les états membres 1 État membre UE/EEE Détenteur

Plus en détail

Métaux dans les produits pharmaceutiques ICH-Q3D & EP &USP

Métaux dans les produits pharmaceutiques ICH-Q3D & EP &USP Métaux dans les produits pharmaceutiques ICH-Q3D & EP &USP Les impuretés métalliques dans les substances et produits à usage pharmaceutiques. Du test limite S 2- Mesures quantitatives Etat de l'art et

Plus en détail

La découverte de médicaments en biotechnologie. Développement clinique

La découverte de médicaments en biotechnologie. Développement clinique La découverte de médicaments en biotechnologie Développement clinique Développement clinique: But Evaluer efficacité et sécurité d un médicament pour risque/bénéfice soit acceptable par autorités enregistrement

Plus en détail

Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire

Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire Christiane Claessens Laboratoire de santé publique du Québec 24 octobre 2006 Surprise! Un test de laboratoire 100% précis

Plus en détail

Mise en place d'un test de génotoxicité sur le gardon Rutilus rutilus introduit dans des lagunes de traitement de lixiviats.

Mise en place d'un test de génotoxicité sur le gardon Rutilus rutilus introduit dans des lagunes de traitement de lixiviats. Mise en place d'un test de génotoxicité sur le gardon Rutilus rutilus introduit dans des lagunes de traitement de lixiviats Ivan Starikov Encadrant: Lotfi Aleya Co-encadrant: Nicolas Capelli UMR CNRS 6249

Plus en détail

LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE

LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE TOUT D ABORD UN PETIT HISTORIQUE 1910: Peyton ROUS découvre le virus qui porte son nom 1976: les oncogènes de certains virus ont une contrepartie cellulaire

Plus en détail

L FE. Votre meilleure. assurance vie. MorEPA PLATINUM

L FE. Votre meilleure. assurance vie. MorEPA PLATINUM Votre meilleure L FE assurance vie MorEPA PLATINUM Probablement la meilleure assurance que vous puissiez prendre pour le maintien d une circulation saine, d une humeur positive et d une meilleure endurance.

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA SANTÉ ET DES CONSOMMATEURS

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA SANTÉ ET DES CONSOMMATEURS COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA SANTÉ ET DES CONSOMMATEURS Décembre 2012 GUIDE A L INTENTION DES AUTORITES COMPETENTES POUR LE CONTROLE DE LA CONFORMITE AVEC LES ACTES LEGISLATIFS DE L UE

Plus en détail

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Diplôme Universitaire Corrélations anatomo-physio-pathologiques en imagerie thoracique 25 mai 2011 Imagerie TEP et pathologie tumorale bronchique Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Détection en coincidence

Plus en détail

Les études de Pharmaco-épidémiologie : Leur place dans un plan de gestion de risque Les types d étude et les critères de qualité

Les études de Pharmaco-épidémiologie : Leur place dans un plan de gestion de risque Les types d étude et les critères de qualité Les études de Pharmaco-épidémiologie : Leur place dans un plan de gestion de risque Les types d étude et les critères de qualité Daniel BOICHUT Directeur Etudes Epidémiologiques et Médico-Economiques Conférence

Plus en détail

A- Exploiter des animations pour repérer une mutation et étudier son mécanisme de réparation.

A- Exploiter des animations pour repérer une mutation et étudier son mécanisme de réparation. THEME 1A : Expression, stabilité et variation du patrimoine génétique Chapitre 2 : Variabilité Génétique et Mutation de l ADN TP-3-: Réparation de l ADN, mutations et polyallélisme Les mutations de l ADN

Plus en détail

Bases conceptuelles de tests de mutagénèse ou. de génotoxicité

Bases conceptuelles de tests de mutagénèse ou. de génotoxicité Bases conceptuelles de tests de mutagénèse ou 1- PROBLÉMATIQUE de génotoxicité 2- TESTS À COURT TERME : DÉTECTION DES LÉSIONS 2-1. Microlésions 2-2. Macro-lésions (mutations) 2-2-1. Aberrations chromosomiques

Plus en détail

Synthèse sur la résistance aux antipaludiques

Synthèse sur la résistance aux antipaludiques Synthèse sur la résistance aux antipaludiques Dr P. Ringwald Global Malaria Programme 1 Résistance aux médicaments antipaludiques Aptitude d une souche de parasite du paludisme à survivre ou à se reproduire

Plus en détail

ELYZOL (BENZOATE DE METRONIDAZOLE)

ELYZOL (BENZOATE DE METRONIDAZOLE) ELYZOL (BENZOATE DE METRONIDAZOLE) n antibiotique d action locale KAMSU J. COSTE S. PLAN :! Introduction! Partie I : Le marché! Partie II : Physico-chimie! Partie III : Cible et mécanisme d action! Partie

Plus en détail

Biotechnologies. 114-1 - - 1 -Les Biotechnologies

Biotechnologies. 114-1 - - 1 -Les Biotechnologies 114-1 - - 1 -Les Utilisation des processus biologiques pour produire des biens et des services. Les biotechologies tirent leur efficacité des techniques clés engendrées par les progrès conjoints de la

Plus en détail

Androgènes et fertilité dans le syndrome de Klinefelter

Androgènes et fertilité dans le syndrome de Klinefelter Androgènes et fertilité dans le syndrome de Klinefelter Pr Sophie Christin-Maitre Hôpital Saint-Antoine INSERM U 933 Université Pierre et Marie Curie, Paris Androgènothérapie et fertilité Rôle des androgènes

Plus en détail

CYCLE CELLULAIRE et CANCER. L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Novembre 2011

CYCLE CELLULAIRE et CANCER. L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Novembre 2011 CYCLE CELLULAIRE et CANCER L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Introduction Le cycle cellulaire est l'ensemble des modifications qu'une cellule subit entre sa

Plus en détail

Impact toxicologique des migrants : valeurs d exposition, limites d exposition et évaluation du risque

Impact toxicologique des migrants : valeurs d exposition, limites d exposition et évaluation du risque Impact toxicologique des migrants : valeurs d exposition, limites d exposition et évaluation du risque Les notions de danger et de risque Aujourd hui, on fait souvent la confusion entre danger et risque,

Plus en détail

Pourquoi la stéréotaxie fonctionne?

Pourquoi la stéréotaxie fonctionne? Pourquoi la stéréotaxie fonctionne? Pr Georges NOEL Département universitaire de radiothérapie Centre Paul Strauss Pr Georges noel 8ème printemps de l AFCOR 28-30 mars 2014 Métastases cérébrales Adénocarcinome

Plus en détail

Couple de substances étudiées

Couple de substances étudiées Couple de substances étudiées VEMP : 1880 mg/m³ (1000 ppm) VEMP : 18 mg/m³ (5 ppm) : Impossible de se prononcer Analyse Deux études touchant la reproduction ont été faites chez le. La première a démontré

Plus en détail

DERMALGIES de niveau T7 effets d une suppléméntation en ZINC

DERMALGIES de niveau T7 effets d une suppléméntation en ZINC DERMALGIES de niveau T7 effets d une suppléméntation en ZINC Brigitte HOUSSIN PARIS L idée de Bernard ROSA ZINC Dermalgie T7 latérale bilatérale 1 Superoxydismutase (SOD) et ZINC Rôle antioxydant SOD à

Plus en détail

Qualité Sécurité Efficacité Evaluation des produits Biothérapeutiques Innovants. Séverine Pouillot, PhD

Qualité Sécurité Efficacité Evaluation des produits Biothérapeutiques Innovants. Séverine Pouillot, PhD Qualité Sécurité Efficacité Evaluation des produits Biothérapeutiques Innovants Séverine Pouillot, PhD Biogenouest 21 Novembre 2014 Société de services et de consulting Opérationnelle depuis 2004 Actionnaires

Plus en détail

RNV3P Recherche de pathologies émergentes

RNV3P Recherche de pathologies émergentes EPSP Ecole Doctorale Ingénierie Santé Cognition Environnement RNV3P Recherche de pathologies émergentes V Bonneterre, L Faisandier, DJ Bicout, R De Gaudemaris pour les membres du RNV3P Laboratoire Environnement

Plus en détail

Travail posté de nuit et cancers

Travail posté de nuit et cancers Travail posté de nuit et cancers M. Druet-Cabanac, Y. Aubert, D. Dumont Consultation de Pathologies Professionnelles CHU de Limoges Evaluation de la cancérogénicité pour l homme du travail posté entraînant

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique?

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Références : Pr Samama Journée de Biologie Praticienne Décembre 2011 I. Gouin-Thibault Journée de Biologie Clinique 2012

Plus en détail

Djea SARAVANE, MSc, MD

Djea SARAVANE, MSc, MD Douleur et Schizophrénie: Comment évaluer? Réseau Douleur Basse Normandie, 15 Octobre 2013 Djea SARAVANE, MSc, MD Chef de Service-Directeur de l Enseignement Membre Associé CHUS Sherbrooke-Canada CENTRE

Plus en détail

Analyse de la variance à deux facteurs

Analyse de la variance à deux facteurs 1 1 IRMA, Université Louis Pasteur Strasbourg, France Master 1 Psychologie du développement 06-10-2008 Contexte Nous nous proposons d analyser l influence du temps et de trois espèces ligneuses d arbre

Plus en détail

Les risques toxicologiques des nouveaux carburants

Les risques toxicologiques des nouveaux carburants RAF/HSE Jean-Philippe Gennart 6 mai 2004 1 Les risques toxicologiques des nouveaux carburants J.-Ph Ph. Gennart 7 mai 2004 SSST Liège Les carburants actuels Diesel - R40: effet cancérigène suspecté, preuves

Plus en détail

Faut-il traiter l hyperthermie chez les malades infectés de réanimation? CONTRE

Faut-il traiter l hyperthermie chez les malades infectés de réanimation? CONTRE Faut-il traiter l hyperthermie chez les malades infectés de réanimation? CONTRE Conséquences de la fièvre Données in vitro Sur les microorganismes: Inhibition de la croissance bactérienne, inhibition de

Plus en détail

Partie 1. Présentation générale du SGH

Partie 1. Présentation générale du SGH Partie 1 Présentation générale du SGH Qu est-ce que le SGH? SGH Système Général Harmonisé de classification et d étiquetage des produits chimiques GHS Globally Harmonized System of classification and labelling

Plus en détail

Avantages et inconvénients

Avantages et inconvénients GESTION DU RISQUE M Y C O T O X I N E S Marqueurs biologiques liés aux mycotoxines Avantages et inconvénients Christina Schwab Chef de produit, Gestion du risque mycotoxines 2 Christina Schwab Chef de

Plus en détail

Cahier de texte de la classe 1 ère 3 - SVT

Cahier de texte de la classe 1 ère 3 - SVT Cahier de texte de la classe 1 ère 3 - SVT DATE SEQUENCE jeudi 8 : revoir la fiche méthodologique «utiliser le microscope optique» (disponible sur le site du lycée) Jeudi 8 1 er contact avec les élèves.

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet

Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet Octobre 2014 Médecine «génomique» personnalisée La médecine «génomique» personnalisée repose sur l identification de sous-groupes de

Plus en détail

Chapitre 2 - VARIABILITÉ GÉNÉTIQUE ET MUTATION DE L ADN

Chapitre 2 - VARIABILITÉ GÉNÉTIQUE ET MUTATION DE L ADN Chapitre 2 - VARIABILITÉ GÉNÉTIQUE ET MUTATION DE L ADN Les organismes ne peuvent survivre que si leur ADN est soigneusement répliqué et protégé des altérations chimiques et physiques qui pourraient changer

Plus en détail

Les cancers du sein de type BRCA1. Incidence, particularités, traitement

Les cancers du sein de type BRCA1. Incidence, particularités, traitement Les cancers du sein de type BRCA1 Incidence, particularités, traitement 1 LES LESIONS DE L ADN et L INSTABILITE GENETIQUE SONT DES CARACTERISTIQUES DU CANCER 2 Voies de reparation de l ADN et protéines

Plus en détail

Métabolisme interspécifique et applications

Métabolisme interspécifique et applications Métabolisme interspécifique et applications 2 Sommaire a. A l échelle du système b. A l échelle enzymatique c. Variations à l échelle de la race / de l individu II. Et en pratique 1 3 Introduction Définition

Plus en détail

Unité d Enseignement II 9. Les phases du développement d un médicament dans l industrie pharmaceutique

Unité d Enseignement II 9. Les phases du développement d un médicament dans l industrie pharmaceutique Unité d Enseignement II 9 Les phases du développement d un médicament dans l industrie pharmaceutique Développement en Phases Méthodes et Outils Modélisation et Approches de Population 1 Le développement

Plus en détail

Du modèle animal à l essai clinique I. Master 2011

Du modèle animal à l essai clinique I. Master 2011 Du modèle animal à l essai clinique I Master 2011 Plan Qu est ce qu une maladie? L invention d une maladie La prise en charge thérapeutique Comment et pourquoi modéliser? Le développement du médicament

Plus en détail

Mesure de l activité enzymatique

Mesure de l activité enzymatique Mesure de l activité enzymatique - dans cette section, nous traiterons des aspects plus pratiques de la mesure de l activité d une enzyme A. Principes de base - l activité enzymatique est influencée à

Plus en détail

Exposition aux dioxines via l alimentation et risque de cancer du sein dans la cohorte prospective E3N

Exposition aux dioxines via l alimentation et risque de cancer du sein dans la cohorte prospective E3N Exposition aux dioxines via l alimentation et risque de cancer du sein dans la cohorte prospective E3N Aurélie Danjou Doctorante en Epidémiologie Unité Cancer et Environnement, Centre Léon Bérard EDISS,

Plus en détail

TD de Biochimie 4 : Coloration.

TD de Biochimie 4 : Coloration. TD de Biochimie 4 : Coloration. Synthèse de l expérience 2 Les questions posées durant l expérience 2 Exposé sur les méthodes de coloration des molécules : Générique Spécifique Autres Questions Pourquoi

Plus en détail

Conception et développement de médicaments. AFMBD L Envol 3 Mai 2003

Conception et développement de médicaments. AFMBD L Envol 3 Mai 2003 Conception et développement de médicaments AFMBD L Envol 3 Mai 2003 Bonnes et mauvaises nouvelles 1- Nous sommes tous des gros tas de molécules! 2- Tout ce qui se passe en nous est le résultat d interactions

Plus en détail

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Lépirudine REFLUDAN o Désirudine

Plus en détail

L utilisation des gazomètres en Biotechnologie. C. Prier, Merck-Serono Aubonne

L utilisation des gazomètres en Biotechnologie. C. Prier, Merck-Serono Aubonne L utilisation des gazomètres en Biotechnologie C. Prier, Merck-Serono Aubonne 1 Agenda Présentation de la à Merck Serono Importance des gazomètres pour la 1 an dans le département 2 Agenda Présentation

Plus en détail

Les dispositifs non innovants. Évaluation biologique : relations avec la validation du nettoyage. iso 10993-1

Les dispositifs non innovants. Évaluation biologique : relations avec la validation du nettoyage. iso 10993-1 cahier spécial 45 Évaluation biologique : relations avec la validation du nettoyage Par Aurélien Bignon, BioM Advice Les dispositifs médicaux (DM) doivent suivre une procédure d évaluation biologique décrite

Plus en détail

PHARMACOLOGIE ET SUJETS AGES. Professeur Isabelle MACQUIN-MAVIER

PHARMACOLOGIE ET SUJETS AGES. Professeur Isabelle MACQUIN-MAVIER PHARMACOLOGIE ET SUJETS AGES Professeur Isabelle MACQUIN-MAVIER LA POPULATION AGEE en augmentation constante population hétérogène (fit and frail elderly) polypathologie 16 % de la population française

Plus en détail

De la physico-chimie à la radiobiologie: nouveaux acquis (I)

De la physico-chimie à la radiobiologie: nouveaux acquis (I) De la physico-chimie à la radiobiologie: nouveaux acquis (I) Collaboration: - Laboratoire de Radiotoxicologie et Oncologie (L. Sabatier) CEA, DSV - Laboratoire de Génotoxicité et Modulation de l Expression

Plus en détail

Les vitamines. Définition. Classification et fonction

Les vitamines. Définition. Classification et fonction Les vitamines Définition Les vitamines sont des nutriments organiques essentiels qui, contrairement à d autres nutriments (glucides, lipides, protéines), n apportent ni énergie ni éléments de croissance.

Plus en détail

La morphine. Alternatives / associations

La morphine. Alternatives / associations Douleur et cancer La morphine Alternatives / associations Tous les droits d auteurs sont réservés à l Institut UPSA de la douleur. Toute modification est interdite. Toute reproduction ou utilisation est

Plus en détail

Démarches d évaluation des risques relatifs aux contaminants alimentaires cancérogènes

Démarches d évaluation des risques relatifs aux contaminants alimentaires cancérogènes Démarches d évaluation des risques relatifs aux contaminants alimentaires cancérogènes Zoë Gillespie *, Olga Pulido et Elizabeth Vavasour Bureau d innocuité des produits chimiques, Direction des aliments,

Plus en détail

CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION

CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION INTRODUCTION Une extension d indication a été octroyée au laboratoire PFIZER le 02 février 2007 pour sa spécialité Celebrex 100 mg et 200

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 1 1. Adultes et enfants de plus d un an La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

Consensus Scientifique sur. les. Dioxines

Consensus Scientifique sur. les. Dioxines page 1/5 Consensus Scientifique sur Source : IPCS - OMS (1998) les Dioxines Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - Les dioxines sont principalement libérées par les activités humaines telles que l'incinération

Plus en détail

Comment les rongeurs choisissent leurs aliments. Jean-Michel Michaux

Comment les rongeurs choisissent leurs aliments. Jean-Michel Michaux Comment les rongeurs choisissent leurs aliments Jean-Michel Michaux Comment les rongeurs choisissent leurs aliments Nécessité de mieux comprendre le comportement alimentaire du rongeur, Nombreux échecs

Plus en détail

Méthodologie d évaluation des risques chimiques employée sur le site de Pont-de-Claix. Sandrine BOISSIN Ingénieur HSE Pascal ROUCHOUSE Animateur HSE

Méthodologie d évaluation des risques chimiques employée sur le site de Pont-de-Claix. Sandrine BOISSIN Ingénieur HSE Pascal ROUCHOUSE Animateur HSE Méthodologie d évaluation des risques chimiques employée sur le site de Pont-de-Claix Sandrine BOISSIN Ingénieur HSE Pascal ROUCHOUSE Animateur HSE SOMMAIRE I. Présentation succincte du site de Pont-de-Claix

Plus en détail

Réplication de l ADN

Réplication de l ADN Réplication de l ADN Réplication de l ADN: expériences historiques I] Expérience de Meselson et Stahl Replication de l ADN est semie-conservative Expérience de Meselson et Stahl :1958 -Cultive E.Coli sur

Plus en détail

Pharmacogénétique MC Verdier 2009-2010

Pharmacogénétique MC Verdier 2009-2010 Pharmacogénétique MC Verdier 2009-2010 1/ Introduction / définition 2/ Moyens d investigation 3/ Pharmacogénétique des enzymes du métabolisme 4/ Pharmacogénétique des cibles 5/ La pharmacogénétique en

Plus en détail

Formaldéhyde bientôt classé mutagène et cancérogène

Formaldéhyde bientôt classé mutagène et cancérogène Paul Becquart, Journaliste Santé Le petit Site Santé www.lepetitsitesante.fr A la source de l'information Santé L'actualité de la Santé et de la Recherche médicale Formaldéhyde bientôt classé mutagène

Plus en détail