dans les médicamentsm

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "dans les médicamentsm"

Transcription

1 Les impuretés s génotoxiquesg dans les médicamentsm D. Marzin Institut Pasteur de Lille Université lille2 Société Française de Toxicologie ctobre 2007

2 Le guideline L affaire Viracept (mésylate de nelfinavir)

3

4 EMS

5 Exposition des patients Concentration maximale 960ppm dans les comprimés de VIRACEPT Durée d exposition 6 mois Dose journalière maximale 2,92 g de mésylate de nelfenavir Poids moyen 50 kg/patient 2.8 mg/jour ou 0,06 mg/kg/jour

6 Texte EMEA/CHMP Applicable depuis le 1er janvier 2007

7 Mutagènes et cancer Les agents génotoxiques g (in vivo) peuvent induire des lésions de l ADN l quelque soit le niveau d expositiond de telles lésions l peuvent conduire/contribuer à augmenter les incidences des tumeurs

8 Mutagènes et cancer Mais on doit distinguer 2 types d agents d mutagènes - Mutagènes sans seuil : pas de dose sans risque - Mutagènes avec un mécanisme m à seuil: niveau de dose sans risque

9 Impuretés et mutagènes à seuil Développement de connaissances sur des seuils Mécanismes indirects d interaction d avec l ADNl Produits rapidement détoxifid toxifiés évaluation du risque sur la base de la NOEL NOAEL affectée e d un d facteur de sécurits curité

10 Impuretés mutagènes à seuil Produits mutagènes avec seuil démontré Interaction avec le fuseau mitotique aneuploïdies Inhibiteurs des topo isomérases Inhibition de la synthèse se de l ADN, l des protéines Perturbation des pools de nucléotides Débordement des mécanismes m de défensed Débordement métaboliquem Perturbations physiologiques (induction de l érythropoïèse, hyper- ou hypothermie) Impuretés à seuil on peut utiliser le «Permited Daily Exposure» (PDE)

11 «Permited Daily Exposure» (PDE) Formule de calcul de «Permited Daily Exposure» (PDE) ICH Q3C (solvants résiduels) r PDE = NOEL ou LOEL mg/kg x poids corporel (50kg) F1 x F2 x F3 x F4 x F5 F1 = 1 à 12 (extrapolation entre espèces) F2 = 1 à 10 (variations interindividuelles) F3 = 1 à 10 (extrapolation court terme long terme) F4 = 1 à 5 (seuil établi ou non) F5 = 1 à 10 (NOEL détermind terminé ou LOEL)

12 Exemple de calcul d un PDE pour une impureté «à seuil» Inhibiteur de fuseau: NOEL dans MN souris : 24 mg/kg F1 = 12 (extrapolation souris homme) F2 = 10 (variations interindividuelles) F3 = 10 (extrapolation court terme long terme) F4 = 1 (seuil établi) F5 = 1 (NOEL détermind terminée) e) 24 mg/kg x 50 kg PDE = 12 x 10 x 10 x 1 x 1 Dose en g/j Limite impureté ppm

13 Impuretés s et mutagènes sans seuil Produits réagissant r avec ADN, extrapolation linéaire fortes doses faibles doses d expositiond Mais mécanismes de protection à faibles doses? difficile de prouver un seuil pour un mutagène réagissant r avec l ADNl prudence pas de seuil

14 Evaluation du risque Mutagènes Ne réagissant pas directement avec l ADN Réagissant avec l ADN Avec seuil démontré Avec seuil démontré Sans seuil Évaluation du risque basée sur la NOEL PDE* Évaluation du risque basée sur le TTC PDE = permitted daily exposure

15 Impuretés s mutagènes sans seuil démontrd montré Limites en impuretés s des mutagènes sans seuil (ALARP) «as low as reasonably practicable» si impureté inévitable «threshold of toxicological concern» (TTC) sinon - réduire les impuretés purification - Changement de voie de synthèse se - Contrôle analytique suivant «l état de l artl»

16 Comment en est on arrivé à la TTC? Acceptabilité toxicologique d une d impureté mutagène sans seuil Impossible de fixer un niveau sans risque Basée e sur le «Threshold of Toxicological Concern» (TTC) Articles de Kroes et al. (1) basés s sur (1) bas Résidus dans les aliments Risque 10-6 (sans bénéfice) b 70 ans de consommation TTC = 0,15 µg/jour voire même plus faible («4 affreux») (1) Food and Chemical Toxicology, 42 (2004) 65-83

17 Comment en est on arrivé à la TTC?

18 Impuretés mutagènes sans seuil Résultats des études de cancérogenèse de 500 produits (3500 résultats) Base de données Gold et al TD 50 : dose (mg/kg/j) induisant 50% de tumeurs chez les animaux sur l ensemble de leur durée de vie sur l espèce la plus sensible Extrapolation de la distribution obtenue pour un risque de 10-6 de développer un cancer sur la période de vie (70 ans)

19 Impuretés mutagènes sans seuil TD(1/10 6 ) TD50 0,15µg/j

20 Impuretés mutagènes sans seuil Kroes et al.food and Chemichal Toxicology 2004, 42; Calculé à partir de données chez le rongeur: Relation linéaire sans seuil dans le cas des génotoxiques Basée e sur la relation entre une dose cumulée e D et une incidence de cancer Ic = 1 pour 10 5 (avec bénéfice) b Quelque soit la dose quotidienne (d) Quelque soit la durée e d exposition d (n) Ic D D = d * n ou d = j pour 70 ans d TTC = 1.5µg/patient/jour ou d = j pour 70 ans d exposition Pragmatique Risque de surestimer le risque Mais pas d alternatived

21 Impuretés mutagènes sans seuil Calcul de concentration Concentration en ppm = TTC (µg/j)( dose (g/j) Problème analytique des produits administrés à forte dose Comment doser 1,5 µg g dans mg (0,75ppm)?

22 Évaluation toxicologique des impuretés et impuretés mutagènes

23 Limites d impuretés Seuils pour les principes actifs (Q3A ) Prise quotidienne Dose maximale journalière Seuil de notification Seuil d identification Seuil de qualification 2g 0,05% 0,10% ou 1mg/j 0,15% ou 1mg/j > 2g 0,03% 0,05% 0,05% Test d Ames 5000 µg/boîte PA 7,5 µg/boîte impureté

24 Limites d impuretés Seuils pour les principes actifs (Q3A ) Doses testées dans 5000 µg/boîte Dose maximale journalière Seuil de notification Seuil d identification Seuil de qualification 2g 2,5 µg 5 µg 7,5 µg > 2g 1,5 µg 2,5 µg 2,5 µg Test d Ames

25 Limites de produits de dégradation Seuils pour les produits de dégradation dans les produits finis SEUIL DE QUALIFICATION Dose maximale/j < 10 mg > 10 mg mg > 100 mg - 2 g > 2 g Seuil 1 % ou 50 µg/j * 0,5 % ou 200 µg/j * 0,2 % ou 3 mg/j* 0,15 % Quantité impureté Jusqu à 100 µg/j 50 à 500 µg/j 200 à µg/j Jusqu à µg/j * Valeur la plus basse Toutes les valeurs > 1,5 µg/jour

26 Comment mettre en évidence les impuretés génotoxiques? Base de données sur 250 mutagènes sur bactéries ( 1 ) 85% mutagènes détectables 250 µg/boîte Exceptions: ex. EMS, MMS 1500 µg/boîte Sur la base de 250 µg/boîte dans 5000 µg/boîte ( d Ames (concentration max. test 5% Décalage entre Q3A/Q3B et le texte EMEA (1) Mueller et al.; Regul. Tox. Pharmacol. 2006, 44,

27 85% mutagènes détectables 250 µg/boîte 85 % EMS MMS D après Kenyon et al. Regulatory Toxicology and Pharmacology 48 (2007) 75-86

28 85% mutagènes détectables 250 µg/boîte D après Kenyon et al. Regulatory Toxicology and Pharmacology 48 (2007) 75-86

29 Comment détecter d les impuretés génotoxiques? 2 options: Étudier l impureté telle quelle Étudier le produit enrichi en impureté Dans tous les cas ( 1 ) Test Ames au moins 250 µg/boîte Test sur cultures cellulaires au moins 250 µg/ml (1) Mueller et al.; Regul. Tox. Pharmacol. 2006, 44,

30 Évaluation toxicologique des impuretés Étape 1: Prévoir les impuretés Rechercher : Toutes les réactions r secondaires possibles, Les impuretés s des matières premières, res, Résidus de matières premières res et intermédiaires de synthèse, se, Produits de réactions r secondaires Rechercher toutes les impuretés s probables et possibles dans le produit synthétis tisé Ex: éthanol et mésylate m EMS Purifier (si possible)

31 Évaluation toxicologique des impuretés Étape 2: Bien choisir l impuretl impureté Qualifier l impuretl impureté ou le produit impur? L impureté L extraire à partir du produit parfois difficile risque de produits de dégradation d en cours de purification La synthétiser tiser risque d impuretd impuretés s de l impuretl impureté attention aux impuretés s de l impuretl impureté Le produit impur Quel niveau de pureté? Au moins 5% Propriétés s bactériostatiques du principe actif Interférences rences métaboliquesm

32 Interférences rences métaboliquesm Métabolisme par CYP 3A4 BaP AFB1 Verapamil D après Kenyon et al. Regulatory Toxicology and Pharmacology 48 (2007) 75-86

33 Évaluation toxicologique des impuretés Étape 3: bien choisir la pureté Ni trop ni trop peu Ni trop Tester un produit trop impur risque de nouvelles impuretés Ni trop peu Tester un produit trop pur impureté non qualifiée Bien «choisir» les impuretés concentrer Représentatives du produit «final» Qualitativement et en proportions

34 Évaluation toxicologique des impuretés Étape 4: cas d impuretd impureté nouvelle A/ éliminer (si possible) B/ qualifier

35 Évaluation toxicologique des impuretés Étape 5: impureté en quantité supérieure A/ éliminer (si possible) B/ qualifier Les impuretés étaient-elles elles qualifiées?

36 Évaluation toxicologique des impuretés Étape 6: produit de dégradationd A/ éliminer (si possible) conservateur changement de procédé B/ qualifier Nouvelles études? Examiner les études disponibles Examiner le métabolismem

37 Questions/Réponses

38 Comment soupçonner onner une impureté mutagène? Réponse à fortes doses seulement Faible pente de relation dose effet Faible réponser Produit pur non mutagène devient faiblement mutagène avec les impuretés révertants/ boîte doses µg/boîte

39 Comment soupçonner une impureté mutagène? Structure à risque Utilisation de logiciels 3 modèles Topkat Multicase DEREK

40 Comment soupçonner onner une impureté mutagène? Produit connu comme mutagène Pubmed Toxline IPECS IARC. Est il mutagène in vivo? Est il cancérogène?

41 Comment rechercher le potentiel mutagène d une d impureté? ICH Q3A et Q3B 2 tests in vitro Un test bactérien Un test sur culture de cellules Et plus si nécessairen Penser à ICH S2B Tests adaptés à la structure à risque

42 Le texte s appliques applique-t-il il aux essais cliniques? Rien n est dit expressément lire entre les lignes Le texte s applique s donc bien aux essais cliniques

43 Le texte est il rétrospectif pour les PA sur le marché? Le texte n est n donc pas rétrospectifr MAIS!! Qu est ce que «specific cause for concern»? fait nouveau Nouvelle méthode de dosage Impureté identifiée dans un générique Exemple: Cas du mésylate + éthanol EMS + méthanol MMS

44 Limites > TTC de 1.5µ/j acceptables? 4 CAS ❶Exposition courte ❷Faible espérance de vie (< 5 ans) ❹ Métabolite significatif ❸Exposition à Mutagène connu en quantité élevée

45 Faible durée: La position de la task force (1) est elle acceptable? Durée de traitement 1 mois > 1-3 mois > 3-6 mois > 6-12mois > 12 mois Dose quotidienne acceptable (µg/jour) 120 ou 0.5% 40 ou 0.5% 20 ou 0.5% 10 ou 0.5% 1.5 NON Position française - niveau trop élevé - surtout pour des sujets sains (1) Mueller et al.; Regul. Tox. Pharmacol. 2006, 44,

46 Qu est ce qu un traitement court? Combien peut-on accepter au dessus de 1,5µg/j? Pas de consensus au CHMP SWP Position française - 14j - 10 µg/j (1) Mueller et al.; Regul. Tox. Pharmacol. 2006, 44,

47 Cas d une impureté < TTC Doit on étudier sa mutagenèse? NON Même s il existe une structure d alerte Sauf si structure voisine des «4 affreux» -N-nitroso, -Aflatoxine-like -Dérivés azoxy - (dioxines)

48 Impureté < TTC Doit on appliquer l ALARP? NON sauf si structure voisine des «4 affreux» sauf si le produit concurrent est plus pur

49 Cas de plusieurs impuretés mutagènes? 1,5 µg pour chaque impureté? NON Somme des impuretés 1,5 µg/j

50 L évaluation in silico de la mutagenèse est elle acceptable? 3 modèles Topkat Multicase DEREK OUI : en complément ment des tests NON : en remplacement de test(s) Modèles insuffisamment validés

51 Hayashi et al. Mutat Res Feb 28;603(2):196. In silico assessment of chemical mutagenesis in comparison with results of Salmonella microsome assay on 909 chemicals.

52 In silico assessment of chemical mutagenesis in comparison with results of Salmonella microsome assay on 909 chemicals. Hayashi et al. Mutat Res Feb 28;603(2):196.

53 Conclusions Toujours prendre en compte les impuretés Toujours y penser faux positifs S en préoccuper très s tôt S en préoccuper toujours Montrer que l on l s en s est préoccup occupé rapport d expertd

54 Merci de votre attention

BL01 : Environnement agro-industriel et cancer

BL01 : Environnement agro-industriel et cancer Note : ce document n est qu une prise de note rédigée pendant le cours de BL01. Il ne peut donc se substituer au cours d autant plus qu il est souvent incomplet (la 2 ème heure était souvent celle de la

Plus en détail

Principes d évaluation du risque chimique en sécurité alimentaire

Principes d évaluation du risque chimique en sécurité alimentaire Principes d évaluation du risque chimique en sécurité alimentaire Pr D Parent-Massin Laboratoire de Toxicologie Alimentaire et Cellulaire EA 3880 Université de Bretagne Occidentale RISQUE Le risque est

Plus en détail

Valeurs limites d exposition professionnelle. Critères et méthode de détermination en France Les cancérogènes

Valeurs limites d exposition professionnelle. Critères et méthode de détermination en France Les cancérogènes Valeurs limites d exposition professionnelle Critères et méthode de détermination en France Les cancérogènes 1 HISTORIQUE VLEP (France) Premières valeurs contraignantes > Benzène (décret du 9/11/73) >

Plus en détail

REACH La nouvelle réglementation européenne pour les substances chimiques

REACH La nouvelle réglementation européenne pour les substances chimiques REACH La nouvelle réglementation européenne pour les substances chimiques Danielle LE ROY INRS PARIS Décembre 2007 REACH ETAT DES LIEUX décembre 2006 Adoption du règlement par le Parlement européen puis

Plus en détail

Difficultés rencontrées

Difficultés rencontrées Dossiers de demande d autorisation d essais cliniques de médicaments et de modifications substantielles Difficultés rencontrées Unité essais cliniques médicaments et hors produits de santé : - Mme Stéphanie

Plus en détail

ANNEXE III. Modifications apportées aux rubriques pertinentes du résumé des caractéristiques du produit, de l étiquetage et de la notice

ANNEXE III. Modifications apportées aux rubriques pertinentes du résumé des caractéristiques du produit, de l étiquetage et de la notice ANNEXE III Modifications apportées aux rubriques pertinentes du résumé des caractéristiques du produit, de l étiquetage et de la notice 20 RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT Ce médicament fait l objet

Plus en détail

Afssa Saisine n 2007-SA-0028

Afssa Saisine n 2007-SA-0028 2 août 2007 AVIS LA DIRECTRICE LE DIRECTEUR GENERALE GÉNÉRAL de l Agence française de sécurité sanitaire des aliments relatif à l'évaluation des risques pour l'homme des constituants des produits de nettoyage

Plus en détail

Bases conceptuelles de tests de mutagénèse ou. de génotoxicité

Bases conceptuelles de tests de mutagénèse ou. de génotoxicité Bases conceptuelles de tests de mutagénèse ou 1- PROBLÉMATIQUE de génotoxicité 2- TESTS À COURT TERME : DÉTECTION DES LÉSIONS 2-1. Microlésions 2-2. Macro-lésions (mutations) 2-2-1. Aberrations chromosomiques

Plus en détail

Anti-Inflammatoires Non stéroïdiens

Anti-Inflammatoires Non stéroïdiens Pharmacologie Clinique des Anti-Inflammatoires Non stéroïdiens propriétés pharmacocinétiques Aude FERRAN Pharmacocinétique des AINS 1. Administration/Absorption 2. Distribution Accumulation dans les zones

Plus en détail

Production de phages thérapeutiques

Production de phages thérapeutiques Production de phages thérapeutiques En France, quel contexte, quelles conditions? Comment répondre aux exigences modernes de préparation thérapeutique? Pour bien comprendre Les étapes du développement

Plus en détail

Actualités sur l amiante et les fibres minérales artificielles

Actualités sur l amiante et les fibres minérales artificielles Actualités sur l amiante et les fibres minérales artificielles P Brochard Laboratoire Santé Travail Environnement Université Victor Segalen Bordeaux 2 1 Amiante Reconnaissance du danger : classement par

Plus en détail

La place des incrétines dans le diabète de type 2. Dr Vanessa Preumont

La place des incrétines dans le diabète de type 2. Dr Vanessa Preumont La place des incrétines dans le diabète de type 2 Dr Vanessa Preumont M.A. Nauck et al. J Clin Endocrinol Metab. 1986; 63: 492-498. L effet incrétine Glycémie plasmatique veineuse (mmol/l) 11 5.5 0 Temps

Plus en détail

QUALITE DES MEDICAMENTS GENERIQUES

QUALITE DES MEDICAMENTS GENERIQUES QUALITE DES MEDICAMENTS GENERIQUES Aspects réglementaires et pharmaceutiques DEMEB DQPh Unité génériques Anne DUNAND MEDEC 11 mars 2009 QUALITE - définition GARANTIR QUALITE EFFICACITE SECURITE 2 MISSIONS

Plus en détail

ANREF vs ANR ou RDA américains

ANREF vs ANR ou RDA américains Vitamines Substances organiques essentielles Ne libèrent pas d énergie facilitent les rx libératrices d énergie Une carence produit des signes et symptômes Vitamines liposolubles Vitamines hydrosolubles

Plus en détail

La morphine. Alternatives / associations

La morphine. Alternatives / associations Douleur et cancer La morphine Alternatives / associations Tous les droits d auteurs sont réservés à l Institut UPSA de la douleur. Toute modification est interdite. Toute reproduction ou utilisation est

Plus en détail

L écotoxicologie dans une entreprise chimique

L écotoxicologie dans une entreprise chimique L écotoxicologie dans une entreprise chimique Dr Jean-Charles Boutonnet Chef du Département Toxicologie-Environnement ARKEMA France Domaine de l écotoxicologie Discipline ayant pour objet l étude des polluants

Plus en détail

Seuil de préoccupation toxicologique pour l analyse de risque sanitaire des substances chimiques dans les aliments

Seuil de préoccupation toxicologique pour l analyse de risque sanitaire des substances chimiques dans les aliments Seuil de préoccupation toxicologique pour l analyse de risque sanitaire des substances chimiques dans les aliments Mai 2005 Coordination éditoriale/rédactionnelle Michel JOYEUX, EPHE Fernando Aguilar,

Plus en détail

1 Substances cancérogènes : trois catégories

1 Substances cancérogènes : trois catégories PRODUITS CHIMIQUES CANCÉROGÈNES, MUTAGÈNES, TOXIQUES POUR LA REPRODUCTION CRITÈRES DE LA CLASSIFICATION EUROPÉENNE RÉGLEMENTAIRE, ÉLÉMENTS DE COMMUNICATION DES DANGERS Règlement (CE) n o 1272/2008 du Parlement

Plus en détail

CONTROLE ET SECURITE DES MEDICAMENTS DE MICRO-IMMUNOTHERAPIE LABO LIFE

CONTROLE ET SECURITE DES MEDICAMENTS DE MICRO-IMMUNOTHERAPIE LABO LIFE CONTROLE ET SECURITE DES MEDICAMENTS DE MICRO-IMMUNOTHERAPIE LABO LIFE Les médicaments de Micro-Immunothérapie Labo Life sont notifiés en tant que médicaments homéopathiques auprès de différentes instances

Plus en détail

Unité d Enseignement II 9. Les phases du développement d un médicament dans l industrie pharmaceutique

Unité d Enseignement II 9. Les phases du développement d un médicament dans l industrie pharmaceutique Unité d Enseignement II 9 Les phases du développement d un médicament dans l industrie pharmaceutique Développement en Phases Méthodes et Outils Modélisation et Approches de Population 1 Le développement

Plus en détail

non membre de la Communauté européenne ou non partie à l accord sur l Espace économique européen.

non membre de la Communauté européenne ou non partie à l accord sur l Espace économique européen. Recommandations aux fabricants 1 ou aux responsables de la mise sur le marché 2 relatives à l évaluation de la sécurité pour la santé humaine 3 d un ingrédient ou d une combinaison d ingrédients 4 à usage

Plus en détail

CONTRÔLE DE QUALITE DES MEDICAMENTS

CONTRÔLE DE QUALITE DES MEDICAMENTS CONTRÔLE DE QUALITE DES MEDICAMENTS Direction des laboratoires et des Contrôles Pr. Pierre-Antoine BONNET Directeur scientifique Site Montpellier-Vendargues LES CONTROLES DES GENERIQUES PAR LES LABORATOIRES

Plus en détail

Les risques toxicologiques des nouveaux carburants

Les risques toxicologiques des nouveaux carburants RAF/HSE Jean-Philippe Gennart 6 mai 2004 1 Les risques toxicologiques des nouveaux carburants J.-Ph Ph. Gennart 7 mai 2004 SSST Liège Les carburants actuels Diesel - R40: effet cancérigène suspecté, preuves

Plus en détail

Utilisation de l HPTLC dans un Laboratoire de Chromatographie Préparative

Utilisation de l HPTLC dans un Laboratoire de Chromatographie Préparative Utilisation de l HPTLC dans un Laboratoire de Chromatographie Préparative Sommaire Présentation d ORIL Industrie Étapes de développement d une nouvelle molécule Utilisation de la chromatographie préparative

Plus en détail

Fibres courtes et fines

Fibres courtes et fines Fibres courtes et fines d amiante: quels risques? 30 EME JOURNÉES NATIONALES DE SANTE AU TRAVAIL DANS LE BÂTIMENT & LES TRAVAUX PUBLICS BLOIS, JEUDI 11 JUIN 2009 Pr Ch PARIS U954 Nutrition, génétique et

Plus en détail

Compléments ments alimentaires Les règles du jeu - SCL / Strasbourg-Illkirch 14 octobre 2011

Compléments ments alimentaires Les règles du jeu - SCL / Strasbourg-Illkirch 14 octobre 2011 Compléments ments alimentaires Les règles du jeu - SCL / Strasbourg-Illkirch 14 octobre 2011 Bureau 4A : Nutrition & Information sur les denrées alimentaires Novel Food, Adjonction V&M, SBNP Compléments

Plus en détail

Notions de biocompatibilité

Notions de biocompatibilité Notions de biocompatibilité Société Francophone de Biomatériaux Dentaires J. CAMPS Date de création du document 2009-2010 Table des matières I Définitions... 4 I.1 Définition d un dispositif médical...

Plus en détail

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 17 èmes Journées des Statisticiens des Centres de Lutte contre le Cancer 4 ème Conférence Francophone d Epidémiologie Clinique Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 Q Picat, N

Plus en détail

DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la réglementation sur les thérapies cellulaires.

DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la réglementation sur les thérapies cellulaires. Produits de thérapie cellulaire DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la réglementation sur les thérapies cellulaires. DIAPOSITIVE 2 La fabrication des thérapies cellulaires est examinée par la Division

Plus en détail

Avantages et inconvénients

Avantages et inconvénients GESTION DU RISQUE M Y C O T O X I N E S Marqueurs biologiques liés aux mycotoxines Avantages et inconvénients Christina Schwab Chef de produit, Gestion du risque mycotoxines 2 Christina Schwab Chef de

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 juillet 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 juillet 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 04 juillet 2012 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 19/09/2007 (JO du 07/04/2009). VIRACEPT 50 mg/g, poudre orale Flacon

Plus en détail

Propriétés chimico toxicologiques de l acrylonitrile et implications médicales d une exposition

Propriétés chimico toxicologiques de l acrylonitrile et implications médicales d une exposition Propriétés chimico toxicologiques de l acrylonitrile et implications médicales d une exposition Prof. Dr Benoit Nemery KU Leuven Prof. Dr Christophe Stove UGent Acrylonitrile : propriétés chimiques Formule

Plus en détail

Essais cliniques exploratoires : quelles modalités de mise en oeuvre, recommandations de mise en oeuvre, champ d'application, cadre réglementaire?

Essais cliniques exploratoires : quelles modalités de mise en oeuvre, recommandations de mise en oeuvre, champ d'application, cadre réglementaire? Rencontres Nationales de Pharmacologie Clinique de Giens XXIV / Table Ronde no 2 Essais cliniques exploratoires : quelles modalités de mise en oeuvre, recommandations de mise en oeuvre, champ d'application,

Plus en détail

Chapitre 2 - VARIABILITÉ GÉNÉTIQUE ET MUTATION DE L ADN

Chapitre 2 - VARIABILITÉ GÉNÉTIQUE ET MUTATION DE L ADN Chapitre 2 - VARIABILITÉ GÉNÉTIQUE ET MUTATION DE L ADN Les organismes ne peuvent survivre que si leur ADN est soigneusement répliqué et protégé des altérations chimiques et physiques qui pourraient changer

Plus en détail

RAPPORT PUBLIC D EVALUATION (juin 2004) CERTICAN comprimé 0.25, 0.5, 0.75, 1.0 mg ; comprimé dispersible, 0.25 et 0.1 mg

RAPPORT PUBLIC D EVALUATION (juin 2004) CERTICAN comprimé 0.25, 0.5, 0.75, 1.0 mg ; comprimé dispersible, 0.25 et 0.1 mg RAPPORT PUBLIC D EVALUATION (juin 2004) CERTICAN comprimé 0.25, 0.5, 0.75, 1.0 mg ; comprimé dispersible, 0.25 et 0.1 mg INTRODUCTION Le 15 avril 2004 une Autorisation de Mise sur le Marché a été octroyée

Plus en détail

commission du codex alimentarius

commission du codex alimentarius commission du codex alimentarius ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ALIMENTATION ET L AGRICULTURE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE BUREAU CONJOINT: Via delle Terme di Caracalla 00100 ROME Tel.: 57051

Plus en détail

PARCOURS : Toxicologie humaine, Évaluation des Risques et Vigilance (THERV)

PARCOURS : Toxicologie humaine, Évaluation des Risques et Vigilance (THERV) PARCOURS : Toxicologie humaine, Évaluation des Risques et Vigilance (THERV) La spécialité THERV s organise en deux finalités, l une dite «Recherche», l autre dite «Professionnelle». 2 UE sont obligatoires

Plus en détail

Clonage de Vénus et transformation de E.Coli.

Clonage de Vénus et transformation de E.Coli. Clonage de Vénus et transformation de E.Coli. Samueal Joseph, Romain Laverrière, Elias Laudato, Noé Mage Assisstants : Gisele Dewhurst, Charlotte Gehin, Miwa Umebayashi Résumé [1] L expérience consiste

Plus en détail

Formaldéhyde bientôt classé mutagène et cancérogène

Formaldéhyde bientôt classé mutagène et cancérogène Paul Becquart, Journaliste Santé Le petit Site Santé www.lepetitsitesante.fr A la source de l'information Santé L'actualité de la Santé et de la Recherche médicale Formaldéhyde bientôt classé mutagène

Plus en détail

CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION

CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION INTRODUCTION Une extension d indication a été octroyée au laboratoire PFIZER le 02 février 2007 pour sa spécialité Celebrex 100 mg et 200

Plus en détail

J. Clairambault*, D. Claude**, E. Filipski***, T. Granda***, F. Lévi***

J. Clairambault*, D. Claude**, E. Filipski***, T. Granda***, F. Lévi*** Toxicité et efficacité antitumorale de l oxaliplatine sur l ostéosarcome de Glasgow induit chez la souris : un modèle mathématique pour la l chronothérapeutique J. Clairambault*, D. Claude**, E. Filipski***,

Plus en détail

Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis

Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis Introduction Les virus de la grippe sont des virus «instables». Les virus actuellement en circulation

Plus en détail

EPREUVE ECRITE D'ADMISSIBILITE

EPREUVE ECRITE D'ADMISSIBILITE CAPET BIOTECHNOLOGIES option biochimie - génie biologique concours interne Session 2002 EPREUVE ECRITE D'ADMISSIBILITE ETUDE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE Durée : 6 heures Calculatrice interdite Aucun

Plus en détail

Conférence-débat Nouaillé-Maupertuis le 4 février 2009

Conférence-débat Nouaillé-Maupertuis le 4 février 2009 Conférence-débat Nouaillé-Maupertuis le 4 février 2009 Santé et pesticides Dr Patrick Mura Toxicologue au CHU de Poitiers 4 février 2009 Nouaillé-Maupertuis Les pesticides : 5 groupes Insecticides, acaricides,

Plus en détail

AUTORISATION CONDITIONNELLE DE COMMERCIALISER XALKORI

AUTORISATION CONDITIONNELLE DE COMMERCIALISER XALKORI Santé Canada affiche des alertes d innocuité, des avis de santé publique, des communiqués et d autres avis provenant de l industrie pour informer les professionnels de la santé, les consommateurs et les

Plus en détail

Prescrire les incrétines. Module FMC à distance ANCRED N 3

Prescrire les incrétines. Module FMC à distance ANCRED N 3 Prescrire les incrétines Module FMC à distance ANCRED N 3 1 Qu est ce que l effet incrétine? Une sécrétion accrue d insuline après charge Glucose oral Glucose IV orale en glucose comparée à la charge Peptide

Plus en détail

Travail posté de nuit et cancers

Travail posté de nuit et cancers Travail posté de nuit et cancers M. Druet-Cabanac, Y. Aubert, D. Dumont Consultation de Pathologies Professionnelles CHU de Limoges Evaluation de la cancérogénicité pour l homme du travail posté entraînant

Plus en détail

CYCLE CELLULAIRE et CANCER. L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Novembre 2011

CYCLE CELLULAIRE et CANCER. L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Novembre 2011 CYCLE CELLULAIRE et CANCER L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Introduction Le cycle cellulaire est l'ensemble des modifications qu'une cellule subit entre sa

Plus en détail

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Diplôme Universitaire Corrélations anatomo-physio-pathologiques en imagerie thoracique 25 mai 2011 Imagerie TEP et pathologie tumorale bronchique Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Détection en coincidence

Plus en détail

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux Anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Ximélagatran EXANTA o Désirudine

Plus en détail

Couple de substances étudiées

Couple de substances étudiées Couple de substances étudiées VEMP : 1880 mg/m³ (1000 ppm) VEMP : 18 mg/m³ (5 ppm) : Impossible de se prononcer Analyse Deux études touchant la reproduction ont été faites chez le. La première a démontré

Plus en détail

Questions / Réponses Implants mammaires à base de gel de silicone de la société Poly Implant Prothèse

Questions / Réponses Implants mammaires à base de gel de silicone de la société Poly Implant Prothèse Mars 2010 Mise à jour : juillet 2010 Mise à jour : 28 septembre 2010 Questions / Réponses Implants mammaires à base de gel de silicone de la société Poly Implant Prothèse 1. Quelles prothèses mammaires

Plus en détail

Pourquoi des classifications?

Pourquoi des classifications? SYSTÈMES DE CLASSIFICATION DES CANCÉROGÈNES : LA FORCE DE LA PREUVE MICHEL GÉRIN Départ. de santé environnementale et santé au travail UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL Pourquoi des classifications? Identification

Plus en détail

Études non cliniques sur les produits dérivés du plasma et les produits analogues

Études non cliniques sur les produits dérivés du plasma et les produits analogues Études non cliniques sur les produits dérivés du plasma et les produits analogues DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la Division of Hematology (division d hématologie), ou DH, de l Office of Blood

Plus en détail

TD de Biochimie 4 : Coloration.

TD de Biochimie 4 : Coloration. TD de Biochimie 4 : Coloration. Synthèse de l expérience 2 Les questions posées durant l expérience 2 Exposé sur les méthodes de coloration des molécules : Générique Spécifique Autres Questions Pourquoi

Plus en détail

Liens d intérêt. Aucun

Liens d intérêt. Aucun U961 Traitement des TVP àla phase aiguëen 2012 Stéphane ZUILY MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine INSERM U961

Plus en détail

Modèles animaux de cancérogenèse

Modèles animaux de cancérogenèse INVESTIGATIONS TECHNIQUES EN PHYSIOPATHOLOGIE CELLULAIRE ET MOLECULAIRE isabelle.dhennin@u-picardie.fr Modèles animaux de cancérogenèse I- Généralités sur le cancer 1- Données épidémiologiques Hommes Femmes

Plus en détail

La vie d un médicament

La vie d un médicament La vie d un médicament Essais cliniques limites à détecter les Effets Indésirables Cours Francophone Inter pays de Pharmacovigilance Centre Anti Poison et de Pharmacovigilance du Maroc Pr. R. Soulaymani

Plus en détail

Rencontres Nucléaires et Santé 8 février 2013 André Aurengo

Rencontres Nucléaires et Santé 8 février 2013 André Aurengo Rencontres Nucléaires et Santé 8 février 2013 André Aurengo rappels susceptibilité individuelle que dit l épidémiologie? gestion des risques cancérogenèse : un processus darwinien complexe 1 - autonomie

Plus en détail

NOTICE Advantage pour chats

NOTICE Advantage pour chats NOTICE Advantage pour chats 1. NOM ET ADRESSE DU TITULAIRE DE L AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHÉ ET DU TITULAIRE DE L AUTORISATION DE FABRICATION RESPONSABLE DE LA LIBÉRATION DES LOTS, SI DIFFÉRENT Titulaire

Plus en détail

GYNO-PEVARYL 150 mg, ovule (Nitrate d'éconazole). Traitement local des mycoses vulvo-vaginales surinfectées ou non par des bactéries Gram +.

GYNO-PEVARYL 150 mg, ovule (Nitrate d'éconazole). Traitement local des mycoses vulvo-vaginales surinfectées ou non par des bactéries Gram +. GYNO-PEVARYL 150 mg, ovule (Nitrate d'éconazole). FORME ET PRÉSENTATION Ovule à 150 mg sous plaquette thermoformée (PVC/PE), Boîte de 3. COMPOSITION Nitrate d'éconazole : 150 mg pour un ovule de 2,7 g.

Plus en détail

Mise en place d'un test de génotoxicité sur le gardon Rutilus rutilus introduit dans des lagunes de traitement de lixiviats.

Mise en place d'un test de génotoxicité sur le gardon Rutilus rutilus introduit dans des lagunes de traitement de lixiviats. Mise en place d'un test de génotoxicité sur le gardon Rutilus rutilus introduit dans des lagunes de traitement de lixiviats Ivan Starikov Encadrant: Lotfi Aleya Co-encadrant: Nicolas Capelli UMR CNRS 6249

Plus en détail

Protocole de laboratoire pour la purification manuelle de l ADN d un échantillon de 0,5 ml

Protocole de laboratoire pour la purification manuelle de l ADN d un échantillon de 0,5 ml Protocole de laboratoire pour la purification manuelle de l ADN d un échantillon de 0,5 ml Pour la purification de l ADN génomique des kits de prélèvements Oragene et ORAcollect. Pour tout protocole et

Plus en détail

Tests de production d interféron Gamma. Nouméa le 9 mars 2012 1

Tests de production d interféron Gamma. Nouméa le 9 mars 2012 1 Tests de production d interféron Gamma Nouméa le 9 mars 2012 1 Présentation Test QTF Gold IT (Cellestis) Performance du test Recommandations de HAS, 2006 Meta analyse DIEL de décembre 2009 Indications

Plus en détail

ANNEXE 14 substantielles pour l ANSM

ANNEXE 14 substantielles pour l ANSM ANNEXE 14 Exemples de modifications substantielles et non substantielles pour l ANSM NB Cette fiche aborde les attentes de l ANSM et n a pas trait aux attentes des comités de protection des personnes ().

Plus en détail

Master 2 : Mention Toxicologie Parcours Toxicologie Humaine, évaluation des risques, vigilances. Programme d enseignement :

Master 2 : Mention Toxicologie Parcours Toxicologie Humaine, évaluation des risques, vigilances. Programme d enseignement : Master 2 : Mention Toxicologie Parcours Toxicologie Humaine, évaluation des risques, vigilances Semestre 3 Programme d enseignement : UE V1: Toxicologie d organes (Frédéric Baud, R. Maximilien; 3 ECTS)

Plus en détail

CHAPITRE 5 CONTAMINATIONS des SOLS en ETM CONSÉQUENCES et DANGERS

CHAPITRE 5 CONTAMINATIONS des SOLS en ETM CONSÉQUENCES et DANGERS CHAPITRE 5 CONTAMINATIONS des SOLS en ETM CONSÉQUENCES et DANGERS 1 RISQUES SANITAIRES et ENVIRONNEMENTAUX 3 éléments DANGER EXPOSITION CIBLE(S) propriétés intrinsèques intensité, une ou plusieurs d'une

Plus en détail

Qualité Sécurité Efficacité Evaluation des produits Biothérapeutiques Innovants. Séverine Pouillot, PhD

Qualité Sécurité Efficacité Evaluation des produits Biothérapeutiques Innovants. Séverine Pouillot, PhD Qualité Sécurité Efficacité Evaluation des produits Biothérapeutiques Innovants Séverine Pouillot, PhD Biogenouest 21 Novembre 2014 Société de services et de consulting Opérationnelle depuis 2004 Actionnaires

Plus en détail

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE CONCOURS EXTERNE Session 2005 TRAVAUX PRATIQUES DE BIOCHIMIE PHYSIOLOGIE ALCOOL ET FOIE L éthanol, psychotrope puissant, est absorbé passivement dans l intestin

Plus en détail

L FE. Votre meilleure. assurance vie. MorEPA PLATINUM

L FE. Votre meilleure. assurance vie. MorEPA PLATINUM Votre meilleure L FE assurance vie MorEPA PLATINUM Probablement la meilleure assurance que vous puissiez prendre pour le maintien d une circulation saine, d une humeur positive et d une meilleure endurance.

Plus en détail

Métabolisme interspécifique et applications

Métabolisme interspécifique et applications Métabolisme interspécifique et applications 2 Sommaire a. A l échelle du système b. A l échelle enzymatique c. Variations à l échelle de la race / de l individu II. Et en pratique 1 3 Introduction Définition

Plus en détail

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Apixaban, Dabigatran, Rivaroxaban Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046 et CIC 9301 INSERM-CHRU, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Chimioprévention du cancer du sein en cas de mutation BRCA1/2. Marc Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis

Chimioprévention du cancer du sein en cas de mutation BRCA1/2. Marc Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Chimioprévention du cancer du sein en cas de mutation BRCA1/2 Marc Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Chimioprévention Buts: réduire la mortalité par cancer Le problème doit être un

Plus en détail

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 ACTUALITES THERAPEUTIQUES Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 Traitement de fond Objectifs: Réduire le nombre de poussées Arrêter ou freiner la progression du handicap Les traitements disponibles

Plus en détail

Relations entre génotoxicité, mutagénèse et cancérogénèse

Relations entre génotoxicité, mutagénèse et cancérogénèse Journées Nationales de Santé au Travail dans le BTP, Annales 28:9-13 Relations entre génotoxicité, mutagénèse et cancérogénèse Alain Botta Résumé La relation entre génotoxicité, mutagenèse et cancérogenèse

Plus en détail

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours Biologie cellulaire Perfectionnement à la culture cellulaire durée : 4 jours ingénieurs, chercheurs et chefs de projet connaissances de base en culture cellulaire ou validation du module «initiation à

Plus en détail

Biotechnologies. 114-1 - - 1 -Les Biotechnologies

Biotechnologies. 114-1 - - 1 -Les Biotechnologies 114-1 - - 1 -Les Utilisation des processus biologiques pour produire des biens et des services. Les biotechologies tirent leur efficacité des techniques clés engendrées par les progrès conjoints de la

Plus en détail

Nouveautés en vaccination. Gaston De Serres, MD

Nouveautés en vaccination. Gaston De Serres, MD Nouveautés en vaccination Gaston De Serres, MD Objectifs pédagogiques Suite à cette présentation, le participant sera en mesure de: Décrire la morbidité due au zona chez les personnes âgées et les données

Plus en détail

ANDREW RENWICK L ÉVALUATION QUALITATIVE CONTRE L ÉVALUATION QUANTITATIVE DES RISQUES

ANDREW RENWICK L ÉVALUATION QUALITATIVE CONTRE L ÉVALUATION QUANTITATIVE DES RISQUES ANDREW RENWICK L ÉVALUATION QUALITATIVE CONTRE L ÉVALUATION QUANTITATIVE DES RISQUES l écotoxicologie ou les risques microbiens, car je ne suis pas expert en la matière. L analyse du risque se compose

Plus en détail

L Artémisinine dans le traitement du Cancer. Pr. Narendra P. Singh Département de Bio-ingénierie Université de Washington Seattle, WA États-Unis

L Artémisinine dans le traitement du Cancer. Pr. Narendra P. Singh Département de Bio-ingénierie Université de Washington Seattle, WA États-Unis L Artémisinine dans le traitement du Cancer Pr. Narendra P. Singh Département de Bio-ingénierie Université de Washington Seattle, WA États-Unis Mise-à-jour août 2013 Qu est-ce que l Artémisinine? L Artémisinine

Plus en détail

Propylène glycol. FICHE DEMETER (Documents pour l évaluation médicale des produits toxiques vis-à-vis de la reproduction) N DEM 050

Propylène glycol. FICHE DEMETER (Documents pour l évaluation médicale des produits toxiques vis-à-vis de la reproduction) N DEM 050 FICHE DEMETER (Documents pour l évaluation médicale des produits toxiques vis-à-vis de la reproduction) N DEM 050 Mars 2010 Formule C 3 H 8 O 2 Propylène glycol SYNTHÈSE DES NIVEAUX DE PREUVE DE DANGER

Plus en détail

Résumé d'avis. (Requête nº EFSA-Q-2003-016) (adopté le 19 février 2004)

Résumé d'avis. (Requête nº EFSA-Q-2003-016) (adopté le 19 février 2004) Résumé d'avis Avis du comité d experts «produits diététiques, nutrition et allergies» sur une saisine de la Commission relative à l évaluation des aliments allergéniques à des fins d étiquetage (Requête

Plus en détail

La toxicologie alimentaire

La toxicologie alimentaire 34 Figure 14 Grâce aux modélisations informatiques, on peut optimiser les traitements des parcelles par les produits phytosanitaires, le but étant d avoir la meilleure efficacité et la moindre contamination

Plus en détail

Présenté par: Christine DOLLE Martine GILLET. Laboratoire de Chimie de la CRAM

Présenté par: Christine DOLLE Martine GILLET. Laboratoire de Chimie de la CRAM Présenté par: Christine DOLLE Martine GILLET Laboratoire de Chimie de la CRAM Produits chimiques: l étiquetage évolue International: SGH Système Général Harmonisé de classification et d étiquetage des

Plus en détail

ESSAIS CLINIQUES, PHARMACOVIGILANCE, PHARMACOEPIDEMIOLOGIE J.L. MONTASTRUC et M. LAPEYRE-MESTRE Mai 2010

ESSAIS CLINIQUES, PHARMACOVIGILANCE, PHARMACOEPIDEMIOLOGIE J.L. MONTASTRUC et M. LAPEYRE-MESTRE Mai 2010 ESSAIS CLINIQUES, PHARMACOVIGILANCE, PHARMACOEPIDEMIOLOGIE J.L. MONTASTRUC et M. LAPEYRE-MESTRE Mai 2010 On entend par essai clinique «toute recherche biomédicale organisée et pratiquée chez l homme en

Plus en détail

EVALUATION ET GESTION DES RISQUES DES MATERIAUX AU CONTACT DES DENREES ALIMENTAIRES : SUBSTANCES NON INTENTIONNELLES

EVALUATION ET GESTION DES RISQUES DES MATERIAUX AU CONTACT DES DENREES ALIMENTAIRES : SUBSTANCES NON INTENTIONNELLES EVALUATION ET GESTION DES RISQUES DES MATERIAUX AU CONTACT DES DENREES ALIMENTAIRES : SUBSTANCES NON INTENTIONNELLES MARIE-CHRISTINE CHAGNON DERTTECH «Packtox.fr»EquipeNUToxINSERM U866-Dijon Journée «Risques

Plus en détail

Prise de position sur les biosimilaires. Résumé

Prise de position sur les biosimilaires. Résumé Prise de position sur les biosimilaires Résumé Les médicaments biotechnologiques, appelés également biomédicaments, occupent une place importante dans le traitement de maladies comme le cancer, la polyarthrite

Plus en détail

Chapitre 10 L isolement et la manipulation de gènes. Injection d ADN étranger dans une cellule animale

Chapitre 10 L isolement et la manipulation de gènes. Injection d ADN étranger dans une cellule animale Chapitre 10 L isolement et la manipulation de gènes Injection d ADN étranger dans une cellule animale Comment amplifier un gène d intérêt? Amplification in vivo à l aide du clonage d ADN L ensemble formé

Plus en détail

Nutrition & Cancer Tour d horizon sur les cancérigènes alimentaires

Nutrition & Cancer Tour d horizon sur les cancérigènes alimentaires Nutrition & Cancer Tour d horizon sur les cancérigènes alimentaires Océane MARTIN 5 et 8 octobre 2012 M2R Elaboration de la Qualité & de la Sécurité des Aliments ENSAT M2P Qualité des Produits & Sécurité

Plus en détail

Les incontournables 2014 en cancérologie Pneumologie Les thérapies ciblées dans le cadre de l AMM en octobre 2014

Les incontournables 2014 en cancérologie Pneumologie Les thérapies ciblées dans le cadre de l AMM en octobre 2014 Les incontournables 2014 en cancérologie Pneumologie Les thérapies ciblées dans le cadre de l AMM en octobre 2014 Anne-Claire TOFFART EGFR mutés Gefitinib 250 mg x 1/J Cp 250 mg Erlotinib 150 mg x 1/J

Plus en détail

TRAITEMENT AU LONG COURS DE L ASTHME DE L ENFANT

TRAITEMENT AU LONG COURS DE L ASTHME DE L ENFANT TRAITEMENT AU LONG COURS DE L ASTHME DE L ENFANT Pr. Amine EL HASSANI MG Maroc. Rabat 29.5.2011 PROBLEMATIQUES Littérature Française Anglaise Etudes non Comparables Définition: Preschool Recurrent Wheeze

Plus en détail

Produits chimiques: l étiquetage évolue

Produits chimiques: l étiquetage évolue Produits chimiques: l étiquetage évolue International: Système Général Harmonisé de classification et d étiquetage des produits chimiques: élaboré au niveau international Europe: Règlement (20-01-2009)

Plus en détail

LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE

LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE TOUT D ABORD UN PETIT HISTORIQUE 1910: Peyton ROUS découvre le virus qui porte son nom 1976: les oncogènes de certains virus ont une contrepartie cellulaire

Plus en détail

Mesure et détection de substances dangereuses : EX-OX-TOX (IS-013) Version CT-Q 2011-11-15

Mesure et détection de substances dangereuses : EX-OX-TOX (IS-013) Version CT-Q 2011-11-15 Mesure et détection de substances dangereuses : EX-OX-TOX (IS-03) Version CT-Q 0--5 Groupe cible Collaborateurs qui doivent effectuer des mesures EX-OX-TOX sur un terrain d exploitation, les interpréter

Plus en détail

EXPOSITION AU CHLORDECONE ET EFFETS SUR LA SANTE

EXPOSITION AU CHLORDECONE ET EFFETS SUR LA SANTE EXPOSITION AU CHLORDECONE ET EFFETS SUR LA SANTE Bilan et perspectives des travaux de recherches réalisés aux Antilles Luc MULTIGNER luc.multigner@inserm.fr TRAVAUX REALISES DANS LE CADRE D UNE LARGE COLLABORATION

Plus en détail

Choc septique et cortico-surr. -surrénale

Choc septique et cortico-surr. -surrénale Choc septique et cortico-surr -surrénale Du concept au traitement François Fourrier EA 2689 Université de Lille 2 Réanimation polyvalente CHRU Lille Le concept biochimique Les voies métaboliques des stéroïdes

Plus en détail

De la physico-chimie à la radiobiologie: nouveaux acquis (I)

De la physico-chimie à la radiobiologie: nouveaux acquis (I) De la physico-chimie à la radiobiologie: nouveaux acquis (I) Collaboration: - Laboratoire de Radiotoxicologie et Oncologie (L. Sabatier) CEA, DSV - Laboratoire de Génotoxicité et Modulation de l Expression

Plus en détail

Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement

Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement DIU HTA François Gueyffier Service de pharmacologie clinique UMR CNRS 5558 CIC 201, LYON francois.gueyffier@chu-lyon.fr

Plus en détail

Le programme Anticorps Thérapeutiques. Nicolas GROUX

Le programme Anticorps Thérapeutiques. Nicolas GROUX Le programme Anticorps Thérapeutiques Nicolas GROUX Emergence du projet Historique : Journées collaboratives 2009 Constat : les Anticorps monoclonaux (mabs) représentent une partie de plus en plus importante

Plus en détail

LES ENJEUX DE L EAU L BOISSON

LES ENJEUX DE L EAU L BOISSON LES ENJEUX DE L EAU L DE BOISSON Pr. Ph. HARTEMANN - UNIVERSITÉ DE LORRAINE - DÉPARTEMENT ENVIRONNEMENT ET SANTÉ PUBLIQUE FACULTÉ DE MÉDECINEM Agence de l Eau l Rhône Méditerranée Corse Journée «Eau et

Plus en détail