Anticorps neutralisants des Interférons dans la Sclérose En Plaques en Bretagne

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Anticorps neutralisants des Interférons dans la Sclérose En Plaques en Bretagne"

Transcription

1 Anticorps neutralisants des Interférons dans la Sclérose En Plaques en Bretagne Pr Gilles EDAN, Dr Emmanuelle LEPAGE, Morgane PIHAN (Interne), Virginie OLIVE, (Attaché de recherche clinique), Neurologie, CHU Rennes Dr Catherine MASSART, Biochimie-Hormonologie, CHU Rennes Dr David VEILLARD, Épidémiologie, CHU Rennes

2 Guidelines on use of anti-ifn IFN- antibody measurements in multiple sclerosis: report of an EFNS Task Force on IFN- antibodies in multiple sclerosis P. S. Sørensena,, F. Deisenhammerb,, P. Dudac,, R. Hohlfeldd,, K.-M. Myhre,, J. Palacef,, C. Polmang, C. Pozzillih and C. Rossi for the EFNS Task Force on Anti-IFN IFN-b Antibodies in Multiple Sclerosis European Journal of Neurology 2005, 12:

3 Selon l IFN Bétaféron > Rebif > Avonex 23 à 42 % 13 à 24 % 3,3 à 22 % NAbs + BAbs = majorité des patients dont 50% développent des NAbs Dynamique des NAbs Immunogénicité Développement 6 à 18 mois après début IFN Réversibilité* : 18 % à 12 mois, 30 % à 24 mois, 50 % à 48 mois, parmi NAbs + sur 2 dosages consécutifs Plus tôt et plus fréquemment avec BETAFERON (25 % à 12 mois, % à 24 mois, 55 % à 48 mois) Patients Nabs + à taux élevé sur 2 dosages consécutifs la majorité reste NAbs + pendant plus de 2 ans (réversibilité de 15 % à 24 mois*) * Sorensen et al, Neurology 2005;65:33-39

4 Dosage des BAbs et des NAbs Techniques de détection NAbs lourdes dosage BAbs Méthodes simples (mais coûteuses) (ELISA de recapture, Radio Immunoprécipitation, Chromatographie d affinité, Western Blot) si BAbs +, dosage Nabs Effet cytopathique dun virus (mthode CPE = gold standard) Taux de protine MxA (mthode MxA)

5 Impact clinique et IRM des NAbs* Poussées TAP augmenté après 2 ans de ttt chez NAbs+ vs NAbs- +45 à 50% de poussées dans la période NAbs+ vs période NAbs- EDSS Non significatif (suivi de 2 à 4 ans) Une seule étude** : Progression EDSS NAbs + > NAbs- IRM charge lésionnelle élargissement des lésions Plus important chez NAbs+ * The IFNB MS study group, 1993; PRISMS study group, 1998 et 2001; Rudick et al., 1998; Sorensen et al., 2003; Polman et al., 2003a; SPECTRIMS study group, 2001;The INCOMIN study, Durelli et al, 2002; The EVIDENCE study Panitch et al., 2002; The university of British Columbia MS/MRI analysis group, 1996; **Kappos et al., 2005

6 Prévention et traitement des NAbs Corticoïdes*? Prévient ou retarde la formation des NAbs Pas de diminution de l incidence de NAbs à taux élevé Pas de diminution du titre NON Changer d IFN? NON car réactions croisées Immunosuppresseurs? Augmenter la dose? pas de preuve Plasmaphérèse / IgG? *Pozzilli et al,2002

7 Recommandations de l EFNS Recherche des Nabs à 12 et 24 mois de ttt (niveau A) Nabs sur les 2 dosages : -Arrêt des dosages -Sauf si activité clinique (niveau B) Nabs + : Dosage répété à 3-6 mois (niveau A) Titre élevé sur 2 dosages consécutifs : Arrêt de l IFN (niveau A) Un titre TRU/ml est associé à une baisse de l activité biologique de l IFN Un titre est considéré élevé si > 100 TRU/ml

8 Méthode de dosage des Anticorps anti-ifnb à Rennes

9 NAbs par méthode CPE Méthode de dosage Dr C. MASSART Lignées cellulaires Wish Virus de la Stomatite Vésiculaire (VSV) Screening Nabs si positif, détermination du taux par dosage quantitatif Screening BABs par ELISA de recapture non fait car : coût +++, faux négatifs possibles (selon le laboratoire). Méthode CPE de C. Massart : pas de faux positifs pour les NAbs Méthode validée Hautement corrélée à la méthode de référence par lignée cellulaire A549/virus EMC Massart C, Gibassier J, Oger J, Le Page E, Edan G. Neutralizing antibodies to interferon beta in multiple sclerosis: Analytical evaluation for validation of a cytopathic effect assay.clin Chim Acta Feb;377(1-2): Epub 2006 Sep 30.

10 Mise à disposition du dosage des Ac anti-ifnb au sein du réseau SEP Bretagne

11 Objectifs Evaluer l utilisation du dosage des Ac anti- IFNB au sein du réseau SEP Bretagne Selon les recommandations de l EFNS 2005 Rechercher les difficultés pouvant limiter ce dosage dans la pratique courante Chez les patients ayant eu ce dosage Déterminer un seuil de positivité pour lequel il existe un impact clinique et/ou IRM.

12 Dosages À 12 mois de traitement : selon les guidelines de l EFNS À partir de 12 mois de traitement : Nabs - contrôle à 1 an Nabs +, titre <100 Contrôle à 3 mois Nabs +, titre > 100 : Contrôle à 3 mois Nabs +, 2 ème titre <100 -Réévaluation traitement -Contrôle à 6 mois Nabs +, 2 ème titre >100 Pas dactivité clinique Contrôle 6 mois Activité clinique Contrôle à 3 mois Nabs - -Arrêt des dosages -Sauf signes d activité clinique Nabs +, > 100 arrêt IFN Nabs +, > 100 Arrêt IFN Nabs+, 2ème titre > 100 Arrêt IFN

13 Quels patients du réseau SEP Bretagne? Ceux traits depuis 1 an par IFNβ Quels que soient : forme de SEP type difn caractristiques cliniques ou IRM Depuis juin 2006

14 Modalités Service de prélèvement 24 h après la dernière injection 1 tube sec étiqueté au nom du patient Fiche de renseignement ci-contre Service de biologie Après centrifugation (10 min, à 2500g), sérum conservé à 20 C envoi des tubes et fiches de renseignement, du lundi au jeudi prélèvements Fiche de renseignements lors du prélèvement Nom Prénom Date de naissance Traitement IFN en cours Date et heure de la dernière injection Date et heure du prélèvement Médecin demandeur Commentaires

15 Résultats Recueillis auprès du Dr C. MASSART une fois par mois Transmis dès obtention si Nabs + transmis au médecin demandeur par Morgane PIHAN avec période prévisionnelle du prochain prélèvement

16 Dmarche qualit Exhaustivit du prlvement partir 1er mai 2007 Recueil de données valuation tous les 3 mois des difficults du prlvement Recueil des donnes cliniques et radiologiques la date du prlvement Au mieux, remplie par le neurologue demandeur Au besoin, remplie par Morgane PIHAN Reprage partir de la fiche initiale Consultation sur place des dossiers Fiche de prlvement Remplie par neurologue demandeur ou IDE Une photocopie dans le dossier mdical du patient

l interféron-bêta Quelle signification? Faut-il les doser?

l interféron-bêta Quelle signification? Faut-il les doser? 1 Les anticorps neutralisant l interféron-bêta Quelle signification? Faut-il les doser? n Si à l échelle d un groupe de patients les NAB ont un effet sur l efficacité du traitement, à l échelle de l individu

Plus en détail

Sclérose en plaques Actualités thérapeutiques. Yann HERVE Service Neurologie CH Carcassonne

Sclérose en plaques Actualités thérapeutiques. Yann HERVE Service Neurologie CH Carcassonne Sclérose en plaques Actualités thérapeutiques Yann HERVE Service Neurologie CH Carcassonne Quelle(s) affirmation(s) sont vraies? 1- Il n y a pas de traitement efficace de la SEP 2- On peut traiter les

Plus en détail

OBSERVATOIRE DES REACTIONS AUX PRODUITS DE CONTRASTE

OBSERVATOIRE DES REACTIONS AUX PRODUITS DE CONTRASTE SFR - CIRTACI OBSERVATOIRE DES REACTIONS AUX PRODUITS DE CONTRASTE Version téléchargeable sur le site web : www.sfrnet.org Rubrique : Groupe de travail CIRTACI Nous vous suggérons de disposer ce document

Plus en détail

DSS 4 DSS 6 DSS 7. 8.4 ans 20.1 ans 29.9 ans

DSS 4 DSS 6 DSS 7. 8.4 ans 20.1 ans 29.9 ans pour un malade, impossible de prédire lʼ évolution 25% de formes bénignes utilisation dʼ une canne: 15 ans dʼ évolution utilisation dʼ un fauteuil roulant: 30 ans dʼ évolution DSS 4 DSS 6 DSS 7 8.4 ans

Plus en détail

LES TRAITEMENTS IMMUNOMODULATEURS DANS LA SCLEROSE EN PLAQUES

LES TRAITEMENTS IMMUNOMODULATEURS DANS LA SCLEROSE EN PLAQUES LES TRAITEMENTS IMMUNOMODULATEURS DANS LA SCLEROSE EN PLAQUES (Document à destination des patients) 1 EFFICACITE ATTENDUE DES TRAITEMENTS IMD Après au moins une deuxième poussée Lorsque les Immunomodulateurs

Plus en détail

Borréliose de Lyme impact de l abaissement du seuil de positivité du dépistage sérologique.

Borréliose de Lyme impact de l abaissement du seuil de positivité du dépistage sérologique. Borréliose de Lyme impact de l abaissement du seuil de positivité du dépistage sérologique. Y. Hansmann, S. Sferrazza, N. Lefebvre, P. Zachary, S. De Martino, B. Jaulhac, D. Christmann Hôpitaux Universitaires

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 12 18 Décembre 2012

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 12 18 Décembre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 12 18 Décembre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation BETAFERON 250 µg/ml (DCI

Plus en détail

Actualités dans la SEP. Docteur Sophie Géhin. Cabinet de Neurologie Clinique du Tonkin - Villeurbanne

Actualités dans la SEP. Docteur Sophie Géhin. Cabinet de Neurologie Clinique du Tonkin - Villeurbanne Actualités dans la SEP Docteur Sophie Géhin Cabinet de Neurologie Clinique du Tonkin - Villeurbanne PLAN I. Epidémiologie et étiologie II. Présentation clinique et évolution III. Critères diagnostiques

Plus en détail

Méthodes diagnostiques : culture, PCR et sérologie. Que faire?

Méthodes diagnostiques : culture, PCR et sérologie. Que faire? Méthodes diagnostiques : culture, PCR et sérologie. Que faire? Sophie GIBAUD Pole de biologie - chu de Nantes - Laboratoire de Bactériologie et Hygiène Outils du diagnostic biologique Culture PCR temps

Plus en détail

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD?

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? Hélène MANGEARD François MALADRY Tuberculose : infection mycobactérienne Infection mycobactérienne chronique (M. Tuberculosis ++ ou bacille

Plus en détail

Diagnostic Virologique du VIH

Diagnostic Virologique du VIH Diagnostic Virologique du VIH Pr S. Fafi-Kremer Institut de Virologie, CHU de Strasbourg Séminaire de Formation Jeudi 14 Novembre 2013 1 Objectifs Comprendre la cinétique des marqueurs de l infection par

Plus en détail

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques?

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? Dr C. ZANDOTTI Laboratoire de Virologie du Pr D. Raoult CHU Timone, Marseille. Virus herpes simplex (HSV) Virus strictement humain,

Plus en détail

OBSERVATOIRE DES REACTIONS AUX PRODUITS DE CONTRASTE

OBSERVATOIRE DES REACTIONS AUX PRODUITS DE CONTRASTE SFR - CIRTACI OBSERVATOIRE DES REACTIONS AUX PRODUITS DE CONTRASTE Version téléchargeable sur le site web : www.sfrnet.org Rubrique : Groupe de travail, CIRTACI Nous vous suggérons de disposer ce document

Plus en détail

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 ACTUALITES THERAPEUTIQUES Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 Traitement de fond Objectifs: Réduire le nombre de poussées Arrêter ou freiner la progression du handicap Les traitements disponibles

Plus en détail

Actualités sur la Sclérose en Plaques

Actualités sur la Sclérose en Plaques Journée Rhône-Alpine de la Sclérose en Plaques Lyon, le 26 septembre 2015 Actualités sur la Sclérose en Plaques Pr. Sandra VUKUSIC Service de Neurologie A et Fondation Eugène Devic EDMUS sur la Sclérose

Plus en détail

Anticorps anti-hla en transplantation rénale

Anticorps anti-hla en transplantation rénale Anticorps anti-hla en transplantation rénale Caroline Suberbielle Laboratoire d'immuno-histocompatibilité Hôpital St Louis Paris Définitions Patient «naïf» Patient sans événement immunisant Homme ou enfant

Plus en détail

TRAITEMENTS MODIFICATEURS DE L ÉVOLUTION DE LA SP AU CANADA

TRAITEMENTS MODIFICATEURS DE L ÉVOLUTION DE LA SP AU CANADA 175, rue Bloor Est Bureau 700, tour nord Toronto (Ontario) M4W 3R8 Téléphone : 416 922-6065 Télécopieur : 416 922-7538 www.scleroseenplaques.ca Juin 2007 TRAITEMENTS MODIFICATEURS DE L ÉVOLUTION DE LA

Plus en détail

Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives. Paris, 13 décembre 2006

Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives. Paris, 13 décembre 2006 Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives Paris, 13 décembre 2006 Quatre questions Question 1 - Sur quels éléments cliniques et épidémiologiques faut-il évoquer le diagnostic

Plus en détail

EXPLORATION DES REACTIONS D ANAPHYLAXIE AUX PRODUITS DE CONTRASTE Réactions immédiates dans l heure qui suit l injection

EXPLORATION DES REACTIONS D ANAPHYLAXIE AUX PRODUITS DE CONTRASTE Réactions immédiates dans l heure qui suit l injection SFR - CIRTACI EXPLORATION DES REACTIONS D ANAPHYLAXIE AUX PRODUITS DE CONTRASTE Réactions immédiates dans l heure qui suit l injection Version téléchargeable sur le site web : www.sfrnet.org Rubrique :

Plus en détail

Livret imagé de la SEP

Livret imagé de la SEP Les Cahiers Pratisep Collection Livret imagé de la SEP P r Thibault Moreau service de neurologie, chu de dijon Livret imagé de la SEP P r Thibault Moreau service de neurologie, chu de dijon SOMMAIRE Qui

Plus en détail

QUESTIONS / RÉPONSES

QUESTIONS / RÉPONSES Les autotests de dépistage de l infection par le VIH QUESTIONS / RÉPONSES A SAVOIR L autotest ne remplace pas les autres modalités de dépistage du VIH, il les complète. Personne ne doit être contraint

Plus en détail

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Présentation faite en collaboration avec le Dr Gabriela BUFFET, Médecin-Conseil

Plus en détail

Physiopathologie et étiologie

Physiopathologie et étiologie SCLEROSE EN PLAQUES Maladie inflammatoire du système nerveux central: processus inflammatoire discontinu de démyélinisation aiguë dans la substance blanche de l encéphale et de la moelle, respectant les

Plus en détail

Traitement de la sclérose en plaques

Traitement de la sclérose en plaques Traitement de la sclérose en plaques 1 re partie: Mise à jour à propos des médicaments enregistrés à l heure actuelle dans cette indication Matthias Mehling, Urs Pohlman, Ludwig Kappos Neurologische Klinik

Plus en détail

Sérologie Maladie de Lyme

Sérologie Maladie de Lyme MÉMENTO DU Sérologie Maladie de Lyme DEFINITION BIOLOGISTE La maladie de Lyme est une anthropozoonose, transmise par piqûre de tiques femelles du genre Ixodes, due à un spirochète, Borrelia burgdorferi.

Plus en détail

dossier (p.95) Sclérose en plaques Coordonné par Christine Lebrun-Frénay et Mikael Cohen l exemple de la cohorte Bionat - David Brassat

dossier (p.95) Sclérose en plaques Coordonné par Christine Lebrun-Frénay et Mikael Cohen l exemple de la cohorte Bionat - David Brassat R e v u e p l u r i d i s c i p l i n a i r e e n n e u r o l o g i e Dialogue Douleur Entretien avec Michel Lantéri-Minet, Président de la SFETD (Société Française d Etude et de Traitement de la douleur)

Plus en détail

Réglementation européenne. enne des dispositifs médicaux m diagnostic in vitro. E. LAFORGERIE 19 juillet 2006

Réglementation européenne. enne des dispositifs médicaux m diagnostic in vitro. E. LAFORGERIE 19 juillet 2006 Réglementation européenne enne des dispositifs médicaux m de diagnostic in vitro E. LAFORGERIE 19 juillet 2006 Historique des réglementationsr Décret du 19 avril 1996 relatif à l enregistrement des réactifsr

Plus en détail

Suivi de la SEP 2. La base EDMUS «European Database for MUltiple Sclerosis»

Suivi de la SEP 2. La base EDMUS «European Database for MUltiple Sclerosis» Journées de l Ouest de statistique et d épidémiologie : Séminaire de travail et d échanges Mardi 7 septembre 2010 Emmanuelle LERAY, Service de santé publique, CHU Rennes Dr Isabelle TRON, Observatoire

Plus en détail

Le dépistage du VIH. technologies et approches. Présenté par : Marc André LeBlanc Date : jeudi 21 novembre 2013, 13 h à 14 h HNE

Le dépistage du VIH. technologies et approches. Présenté par : Marc André LeBlanc Date : jeudi 21 novembre 2013, 13 h à 14 h HNE Le dépistage du VIH au Canada : technologies et approches Présenté par : Marc André LeBlanc Date : jeudi 21 novembre 2013, 13 h à 14 h HNE Objectifs 1. Discuter des différentes technologies servant au

Plus en détail

Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct)

Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct) Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct) Mise en évidence par le réactif de Coombs polyspécifique d une fixation des anticorps (Igs) ou des fractions du complément (C3d) sur les hématies du

Plus en détail

Union pour la lutte contre la sclérose en plaques

Union pour la lutte contre la sclérose en plaques Union pour la lutte contre la sclérose en plaques UNISEP - 14 rue Jules Vanzuppe - 94 200 Ivry Sur Seine - Tel : 01 43 90 39 35 - Fax : 01 43 90 14 51 - www.unisep.org Pour fédérer recherche et aide aux

Plus en détail

ECTRIMS 2010 13 16 Octobre 2010 Göteborg, Suède

ECTRIMS 2010 13 16 Octobre 2010 Göteborg, Suède brochure destinée au patient atteint de sclérose en plaques ou à son entourage Tous les résumés ont été faits à partir des données publiées dans le livre des «Abstracts» édité par la revue «Multiple Sclerosis».

Plus en détail

Une gestion novatrice des médicaments sur ordonnance mise au point par la Great-West. Jean-François Langlais Directeur Régional

Une gestion novatrice des médicaments sur ordonnance mise au point par la Great-West. Jean-François Langlais Directeur Régional Une gestion novatrice des médicaments sur ordonnance mise au point par la Great-West Jean-François Langlais Directeur Régional Au programme Aperçu du contexte actuel de l assurance médicaments Mécanismes

Plus en détail

TOXOPLASMOSE HUMAINE INTERPRETATION DES RESULTATS DU DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE

TOXOPLASMOSE HUMAINE INTERPRETATION DES RESULTATS DU DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE TOXOPLASMOSE HUMAINE INTERPRETATION DES RESULTATS DU DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE Dr Fatma Saghrouni Laboratoire de Parasitologie CHU F. Hached Sousse INTRODUCTION Toxoplasmose: Contamination post-natale = toxoplasmose

Plus en détail

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Laboratoire associé au Centre National de Référence des Borrelia Laboratoire de Bactériologie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Diagnostic

Plus en détail

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection Anticorps et diagnostic de l infection OBJECTIFS Savoir ce qu est un anticorps, son origine et son utilisation en sérodiagnostic. Connaître la structure schématique d une immunoglobuline G (IgG). 1. Les

Plus en détail

Sclérose en Plaques: Quoi de neuf pour le neurologue?

Sclérose en Plaques: Quoi de neuf pour le neurologue? Sclérose en Plaques: Quoi de neuf pour le neurologue? Dr Antoine GUÉGUEN Service de Neurologie Fondation Ophtalmologique A. de Rothschild Introduction George A. SCHUMACHER: «Multiple sclerosis has become

Plus en détail

Etude START-HPV : Dépistage primaire par test HPV des lésions pré cancéreuses et cancéreuses du col utérin dans le département des Ardennes

Etude START-HPV : Dépistage primaire par test HPV des lésions pré cancéreuses et cancéreuses du col utérin dans le département des Ardennes Etude START-HPV : Dépistage primaire par test HPV des lésions pré cancéreuses et cancéreuses du col utérin dans le département des Ardennes STudy of primary screening in the ARdennes department by Testing

Plus en détail

Nouvelles stratégies de dépistage du VIH. Dr Laurent Malato Laboratoire de Virologie CHU Bordeaux Pellegrin 12 Décembre 2011

Nouvelles stratégies de dépistage du VIH. Dr Laurent Malato Laboratoire de Virologie CHU Bordeaux Pellegrin 12 Décembre 2011 Nouvelles stratégies de dépistage du VIH Dr Laurent Malato Laboratoire de Virologie CHU Bordeaux Pellegrin 12 Décembre 2011 Point épidémiologique sur le VIH Dépistage du VIH en France 5 millions de sérologies

Plus en détail

TRANSMISSION D ECHANTILLONS (sous-traitance et contrats de collaboration)

TRANSMISSION D ECHANTILLONS (sous-traitance et contrats de collaboration) Page 1 sur 5 I OBJET : Cette procédure décrit les principes de transmission d échantillons. Elle s applique aux examens transmis dans le cadre soit d une sous-traitance à des laboratoires spécialisés,

Plus en détail

LE TRAITEMENT DES POUSSEES

LE TRAITEMENT DES POUSSEES 5 novembre 2011 LE TRAITEMENT DES POUSSEES Les corticoïdes à fortes doses permettent d accélérer la récupération de la poussée. Ils sont prescrits en perfusion à la dose de 1g par jour pendant 3 jours.

Plus en détail

Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux. Autorisation préalable

Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux. Autorisation préalable Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux La présente feuille de renseignements vise à fournir de l information sur le processus

Plus en détail

BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2010

BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2010 BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2010 Durée : 3 h 30 Coefficient : 7 Avant de composer, le candidat s assurera

Plus en détail

Objet : Indiquer les consignes devant être observées après la survenue d un accident avec exposition au sang ou à des produits biologiques.

Objet : Indiquer les consignes devant être observées après la survenue d un accident avec exposition au sang ou à des produits biologiques. Référence : PT/CLI/001-C Page :Page 1 sur 7 Objet : Indiquer les consignes devant être observées après la survenue d un accident avec exposition au sang ou à des produits biologiques. Résumé des modifications

Plus en détail

Suspicion de cas groupés de syndrome de choc toxique en lien avec l utilisation de tampons périodiques, Pays de la Loire, mars 2013

Suspicion de cas groupés de syndrome de choc toxique en lien avec l utilisation de tampons périodiques, Pays de la Loire, mars 2013 Suspicion de cas groupés de syndrome de choc toxique en lien avec l utilisation de tampons périodiques, Pays de la Loire, mars 2013 Delphine BARATAUD 1, Christiane MICHALEVICZ 2, Jean-Michel Liet 3, Nicolas

Plus en détail

OBJECTIFS SPÉCIFIQUES DE LA SCLÉROSE EN PLAQUES ANNEXE IX

OBJECTIFS SPÉCIFIQUES DE LA SCLÉROSE EN PLAQUES ANNEXE IX OBJECTIFS SPÉCIFIQUES DE LA SCLÉROSE EN PLAQUES ANNEXE IX ANNEXE 9 Objectifs spécifiques du stage en Clinique spécialisée : Sclérose en plaques Programme de neurologie Université de Montréal Au terme de

Plus en détail

LE GILENYA TRAITEMENT ORAL DANS LA SCLEROSE EN PLAQUES

LE GILENYA TRAITEMENT ORAL DANS LA SCLEROSE EN PLAQUES LE GILENYA TRAITEMENT ORAL DANS LA SCLEROSE EN PLAQUES (Document à destination des patients) 1 Madame, Monsieur, Votre neurologue vous a prescrit un traitement oral pour votre sclérose en plaques : le

Plus en détail

Vaccination Anti-Encéphalite Japonaise

Vaccination Anti-Encéphalite Japonaise Vaccination Anti-Encéphalite Japonaise IFMT sémin encéphalites 2004. Groupe de travail étudiant 1 Vaccin (Vac.) 3 types: 1. Vac. Inactivé préparé en culture cellulaire Souche: P3 (culture sur cellules

Plus en détail

Prise en charge des formes sévères de sclérose en plaques

Prise en charge des formes sévères de sclérose en plaques brochure destinée au patient atteint de sclérose en plaques ou à son entourage Pr Bruno Brochet Service de Neurologie, CHU Pellegrin, Bordeaux Actualisation du texte du Pr Jean Pelletier Prise en charge

Plus en détail

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Dossier de presse du 27 novembre 2009 En plus des données concernant les découvertes de séropositivité

Plus en détail

HYPERSENSIBILITE AUX PRODUITS DE CONTRASTE (immédiate/retardée) Dr Dominique LAROCHE Laboratoire d Hormonologie CHU de CAEN laroche-do@chu-caen.

HYPERSENSIBILITE AUX PRODUITS DE CONTRASTE (immédiate/retardée) Dr Dominique LAROCHE Laboratoire d Hormonologie CHU de CAEN laroche-do@chu-caen. HYPERSENSIBILITE AUX PRODUITS DE CONTRASTE (immédiate/retardée) Dr Dominique LAROCHE Laboratoire d Hormonologie CHU de CAEN laroche-do@chu-caen.fr PHYSIOPATHOLOGIE DEFINITIONS Réaction immédiate : < 1

Plus en détail

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Contexte Hépatite B = risque professionnel pour les soignants Passé futur

Plus en détail

CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS

CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS Avec près de 42000 nouveaux cas et 17500 décès en 2013, le cancer colorectal est le 3 e cancer le plus fréquent en termes d incidence

Plus en détail

Tests de production d interféron Gamma. Nouméa le 9 mars 2012 1

Tests de production d interféron Gamma. Nouméa le 9 mars 2012 1 Tests de production d interféron Gamma Nouméa le 9 mars 2012 1 Présentation Test QTF Gold IT (Cellestis) Performance du test Recommandations de HAS, 2006 Meta analyse DIEL de décembre 2009 Indications

Plus en détail

Centre de référence pour la Maladie de Huntington

Centre de référence pour la Maladie de Huntington Centre de référence pour la Maladie de Huntington 1 La maladie de Huntington peut engendrer des difficultés de conduite quel que soit le véhicule et être source d accidents de la voie publique. Les recommandations

Plus en détail

SECTION II RELATIVE AU PRÉLEVEUR

SECTION II RELATIVE AU PRÉLEVEUR SECTION II RELATIVE AU PRÉLEVEUR II-0 INDEX SECTION II Pages Section relative au préleveur Heures d ouvertures des laboratoires pour clients externes Requête régionale II-2 II-2 II-3 Informations requises

Plus en détail

LES TRAITEMENTS DE LA SEP

LES TRAITEMENTS DE LA SEP LES TRAITEMENTS DE LA SEP Dr Florence ROBERT Service Neurologie CHU Saint-Etienne 1er Colloque de la sclérose en plaques, Saint-Etienne, le 25/05/2012 LES TRAITEMENTS DE FOND DEPENDENT: du type de SEP

Plus en détail

Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF)

Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) 2013 1 Table des matières Introduction... 3 1. Généralités... 3 2. Signes oculaires... 3 2

Plus en détail

Formation d Auxiliaire ambulancier

Formation d Auxiliaire ambulancier Formation d Dossier d inscription Site de Lyon L Ambulancier assure les transports sanitaires et la surveillance de patients stables à bord des Véhicules Sanitaires Légers. Il est le second membre de l

Plus en détail

SCLEROSE EN PLAQUES. IFSI Tenon nov dec 2008

SCLEROSE EN PLAQUES. IFSI Tenon nov dec 2008 SCLEROSE EN PLAQUES IFSI Tenon nov dec 2008 EPIDEMIOLOGIE Gradient nord - sud de prévalence < 5 - > 30 / 100 000 hbts Ecosse 184 / 100 000 France 60-80 /100 000 Malte 4 / 100 000 Incidence annuelle en

Plus en détail

La sclérose en plaques

La sclérose en plaques Hôpital de la Salpêtrière, La sclérose en plaques Catherine Lubetzki Sclérose en plaques 80 000 cas en France Seconde cause de handicap de l adulte jeune 50% des patients ont un handicap permanent à 15

Plus en détail

RÉSULTATS DES INDICATEURS NATIONAUX

RÉSULTATS DES INDICATEURS NATIONAUX Indicateurs de «Lutte contre les infections nosocomiales» 2013 2014 Prévention des infections nosocomiales Indicateur composite des activités de lutte contre les infections nosocomiales (ICALIN.2) Cet

Plus en détail

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Indicateur n 2-3 : Indicateurs sur le dépistage du cancer 1 er sous-indicateur : taux de participation au

Plus en détail

Grippe et Vaccination. Quelques idées reçues (IR) Mythes et réalités. IR 1. Maladie peu fréquente

Grippe et Vaccination. Quelques idées reçues (IR) Mythes et réalités. IR 1. Maladie peu fréquente La vaccination antigrippale des professionnels de santé Quelques chiffres Grippe et Vaccination Mythes et réalités E Seringe Arlin Idf Journée Ehpad 3/04/2014 Quelques idées reçues (IR) IR1. Maladie peu

Plus en détail

GILENYA MC Sclérose en plaques (SEP) de forme rémittente

GILENYA MC Sclérose en plaques (SEP) de forme rémittente GILENYA MC Sclérose en plaques (SEP) de forme rémittente FÉVRIER 2012 Marque de commerce : Gilenya Dénomination commune : Fingolimod Fabricant : Novartis Forme : Capsule Teneur : 0,5 mg Maintien d une

Plus en détail

La sclérose en plaques (SEP) La sclérose en plaques. La sclérose en plaques. physiopathologie(1) La sclérose en plaques : épidémiologie

La sclérose en plaques (SEP) La sclérose en plaques. La sclérose en plaques. physiopathologie(1) La sclérose en plaques : épidémiologie (SEP) Février 2011 La SEP est une affection inflammatoire du système nerveux central (cerveau,tronc cérébral, moelle épinière). Les lésions correspondent à des plaques de démyélinisation au sein de la

Plus en détail

La surveillance biologique des salariés Surveiller pour prévenir

La surveillance biologique des salariés Surveiller pour prévenir Evaluer et prévenir le risque radiologique professionnel dans les opérations de radiographie industrielle La surveillance biologique des salariés Surveiller pour prévenir Dr Irène Sari-Minodier Service

Plus en détail

Pr Ag Smiti Khanfir Monia Service de Médecine Interne Hôpital la Rabta - Tunis

Pr Ag Smiti Khanfir Monia Service de Médecine Interne Hôpital la Rabta - Tunis Pr Ag Smiti Khanfir Monia Service de Médecine Interne Hôpital la Rabta - Tunis Rationnel Lymphocyte B Rationnel Costimulation Lymphocyte B Lymphocyte T Cytokines Th2 Anticorps anti CD 20 Le Rituximab

Plus en détail

La maladie de Lyme. Prescrire 1993, 1994, fev. 2006 (tire tic)

La maladie de Lyme. Prescrire 1993, 1994, fev. 2006 (tire tic) La maladie de Lyme Prescrire 1993, 1994, fev. 2006 (tire tic) La CC de la SPILF du 13 déc. 06 (nombre des diapo de ce diaporama sont empruntées à la SPILF : merci) 1 Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques,

Plus en détail

La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann

La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann Borréliose de Lyme Borrelia burgdorferi stricto sensu, B. afzelii, B. garinii, B. spielmanii, B. valaisiana Eléments de physiopathologie inoculation

Plus en détail

LES EXAMENS BIOLOGIQUES EXPLIQUÉS

LES EXAMENS BIOLOGIQUES EXPLIQUÉS LES EXAMENS BIOLOGIQUES EXPLIQUÉS On vient de vous diagnostiquer une leucémie myéloïde chronique (LMC). Il se peut que vous ayez eu une analyse sanguine de routine demandée par votre médecin traitant ou

Plus en détail

Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis

Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis RESEAU RENACOQ: réseau hospitalier pédiatrique (43 hôpitaux) Données moyennes (10 ans) 260 cas/an environ 63 % chez enfants de de3 mois De 0à 2 mois : incidence

Plus en détail

Tests de détection de l interféron γ et dépistage des infections tuberculeuses chez les personnels de santé

Tests de détection de l interféron γ et dépistage des infections tuberculeuses chez les personnels de santé Tests de détection de l interféron γ et dépistage des infections tuberculeuses chez les personnels de santé Réunion GERES du 6 juillet 2007 : D Abiteboul,, E Bouvet, A Buonaccorsi,, G Carcelain,, M Domart-Rançon,

Plus en détail

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014 Marion GILBERT Simon CHAUVEAU DES pneumologie 11 avril 2014 Contexte Dépistage du cancer poumon : Santé publique Par scanner injecté (low dose) : Baisse de la mortalité (-20%) : NLSTrial (USA) 2011: «The

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 20 Juillet 2011. GILENYA 0,5 mg, gélule, plaquettes thermoformées unidoses perforées B/7 (CIP : 4177853)

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 20 Juillet 2011. GILENYA 0,5 mg, gélule, plaquettes thermoformées unidoses perforées B/7 (CIP : 4177853) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 20 Juillet 2011 GILENYA 0,5 mg, gélule, plaquettes thermoformées unidoses perforées B/7 (CIP : 4177853) GILENYA 0,5 mg, gélule, plaquettes thermoformées B/28 (CIP 4177876)

Plus en détail

Optimisation de la pratique française de la chirurgie mammaire en ambulatoire

Optimisation de la pratique française de la chirurgie mammaire en ambulatoire Optimisation de la pratique française de la chirurgie mammaire en ambulatoire Dr François Dravet Centre René Gauducheau Octobre 2014 aux regards : - des très nombreuses publications anglo-saxonnes et européennes

Plus en détail

TSSIBS - Immunoanalyse. Immunoanalyse

TSSIBS - Immunoanalyse. Immunoanalyse Jeudi 14 Novembre RANDHAWA Sunny L2 TSSIBS Docteur DESPLAT-JEGO Sophie 6 pages Immunoanalyse Plan: A. Définition de l'immunoanalyse I. Critères de choix II. Caractéristiques communes B. Exemples de techniques

Plus en détail

DASES Réseau tuberculose 10 janvier 2006

DASES Réseau tuberculose 10 janvier 2006 DASES Réseau tuberculose 10 janvier 2006 Place des Nouveaux Tests de Dosage de L INTERFERON GAMMA dans le diagnostic de la Tuberculose Fadi ANTOUN, Cellule Tuberculose DASES Le Quotidien du Médecin 2005

Plus en détail

Accueil Jeunes 11-17

Accueil Jeunes 11-17 République Française Ville de SaintCloud Pôle Petite enfance, Education, Jeunesse Présentation Accueil Jeunes 1117 Dossier administratif L accueil jeunes 1117 est une structure d accueil, située au 7 bis

Plus en détail

Transfusion sanguine. 1. Rappels : Antigènes Anticorps Groupe sanguin RAI Compatibilité Bonnes Pratiques 2. L acte transfusionnel

Transfusion sanguine. 1. Rappels : Antigènes Anticorps Groupe sanguin RAI Compatibilité Bonnes Pratiques 2. L acte transfusionnel Transfusion sanguine 1. Rappels : Antigènes Anticorps Groupe sanguin RAI Compatibilité Bonnes Pratiques 2. L acte transfusionnel UE 4.4 S4 : «Thérapeutiques et contribution au diagnostic médical» Transfusion

Plus en détail

Mes liens d intérêts

Mes liens d intérêts Mes liens d intérêts 1 Spécialiste en médecine générale en activité Membre des commissions de bonnes pratiques, et de parcours de soins et maladies chroniques de la HAS Je déclare n avoir aucun lien, direct

Plus en détail

L éruption d Aymeric (9 ans)

L éruption d Aymeric (9 ans) L éruption d Aymeric (9 ans) Une lésion érythémateuse annulaire non prurigineuse constatée la veille Une petite papule en son centre? Aucun signe général L éruption d Aymeric (9 ans) QU EST-CE QUE C EST?

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 15 avril 2015 PLEGRIDY 63 microgrammes + 94 microgrammes, solution injectable en seringue préremplie, coffret d initiation B/2 (CIP : 34009 279 490 3 6) PLEGRIDY 63 microgrammes

Plus en détail

Vaccination du personnel de santé contre l hépatite B

Vaccination du personnel de santé contre l hépatite B Vaccination du personnel de santé contre l hépatite B Questions fréquentes R. Kammerlander Forum Hygiène Lausanne 13 avril 2005 Risque de transmission du VHB de patient à soignant USA Diminution de > 95%

Plus en détail

Dissémination du SRAS Novembre 2002 Février 2003

Dissémination du SRAS Novembre 2002 Février 2003 SRAS: Aspects virologiques et prévention Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis Introduction ti SRAS = Syndrome Respiratoire Aigu Sévère = Pneumonie atypique sévère 1

Plus en détail

Actualités IRM dans la SEP Thomas Tourdias 1, 2

Actualités IRM dans la SEP Thomas Tourdias 1, 2 Actualités IRM dans la SEP Thomas Tourdias 1, 2 (1) Service de NeuroImagerie Diagnostique et Thérapeutique, CHU Bordeaux, Université de Bordeaux (2) Neurocentre Magendie, INSERM U 862, Université de Bordeaux

Plus en détail

Diagnostic biologique de la tuberculose latente : quelques données chez les immunodéprimés

Diagnostic biologique de la tuberculose latente : quelques données chez les immunodéprimés Diagnostic biologique de la tuberculose latente : quelques données chez les immunodéprimés Dr D. Monnier Service d Immunologie Thérapie Cellulaire et Hématopoïèse (ITeCH) CHU de RENNES Données épidémiologiques

Plus en détail

Qualité Sécurité Efficacité Evaluation des produits Biothérapeutiques Innovants. Séverine Pouillot, PhD

Qualité Sécurité Efficacité Evaluation des produits Biothérapeutiques Innovants. Séverine Pouillot, PhD Qualité Sécurité Efficacité Evaluation des produits Biothérapeutiques Innovants Séverine Pouillot, PhD Biogenouest 21 Novembre 2014 Société de services et de consulting Opérationnelle depuis 2004 Actionnaires

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale ARN du virus de l hépatite C : ARN-VHC ARN-VHC 03VHC1 Novembre 2003 Edité : mars 2006 Annales ARN-VHC 03VHC1 1 / 8 ARN-VHC 03VHC1

Plus en détail

VI) MARQUEURS BIOLOGIQUES DU CANCER THYROIDIEN

VI) MARQUEURS BIOLOGIQUES DU CANCER THYROIDIEN VI) MARQUEURS BIOLOGIQUES DU CANCER THYROIDIEN 1) Thyroglobuline a) Indications et fréquence Exclusivement sécrétée par la thyroïde Marqueur de choix pour le suivi du cancer différencié de la thyroïde

Plus en détail

Génération d anticorps monoclonaux par immunisation génique

Génération d anticorps monoclonaux par immunisation génique Génération d anticorps monoclonaux par immunisation génique Gen2Bio 2010 Saint-Malo, mardi 30 mars 2010 Un partenariat Demandeur PADAM In Cell Art Projet Anticorps monoclonaux Gen2Bio 2010 Saint-Malo,

Plus en détail

Patient : Contacts : Nom : Prénom : Nom de jeune fille : Sexe : F M. Date de naissance : Adresse : Téléphone : Téléphone portable :

Patient : Contacts : Nom : Prénom : Nom de jeune fille : Sexe : F M. Date de naissance : Adresse : Téléphone : Téléphone portable : Patient : Nom : Prénom : Nom de jeune fille : Sexe : F M Date de naissance : Adresse : Téléphone : Téléphone portable : Personnes à joindre : Contacts : Service hospitalier Etablissement de santé Acteurs

Plus en détail

sclérose en plaque Amandine MATHIAS Formation continue IAL 14.11.2013 Service d immunologie et allergie Service de neurologie

sclérose en plaque Amandine MATHIAS Formation continue IAL 14.11.2013 Service d immunologie et allergie Service de neurologie Evaluation du risque lié au natalizumab dans la sclérose en plaque Amandine MATHIAS Formation continue IAL 14.11.2013 Service d immunologie et allergie Service de neurologie La SEP: une maladie complexe

Plus en détail

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques?

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? L Fournier, D Balvay, CA Cuénod Service de radiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Laboratoire de Recherche en Imagerie, Equipe

Plus en détail

CONCOURS D ENTREE EN INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS Candidats titulaires d un D.E.I. obtenu hors U.E.

CONCOURS D ENTREE EN INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS Candidats titulaires d un D.E.I. obtenu hors U.E. AC-HT/2/11/2015 Communication/dossier inscription 2016 CONCOURS D ENTREE EN INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS Candidats titulaires d un D.E.I. obtenu hors U.E. Dossier d inscription pour : Les

Plus en détail

La sclérose en plaque (SEP)

La sclérose en plaque (SEP) La sclérose en plaque (SEP) La sclérose en plaques a une prévalence de 90 pour 100 000 habitants en France. Cette prévalence est plus élevée au Royaume-Uni et en Scandinavie, plus faible en Europe du Sud.

Plus en détail

TP DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE

TP DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE TP DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE 1 - DIAGNOSTIC DIRECT : le virus ou un de ses constituants Virus: Microscopie électronique Antigène viral : - immunofluorescence - immunochromatographie - ELISa en plaque ADN

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 5 mars 2014

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 5 mars 2014 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 5 mars 2014 L avis de la Commission de la transparence adopté le 8 janvier 2014 a fait l objet d une audition le 5 mars 2014 AUBAGIO 14 mg comprimé pelliculé Boîte de

Plus en détail

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé L article L 6323-1 du CSP impose aux centres de santé de se doter d un projet de santé incluant des dispositions tendant à favoriser

Plus en détail

Le programme national de dépistage systématique du cancer du sein a été établi par

Le programme national de dépistage systématique du cancer du sein a été établi par Dépistage organisé du cancer du sein : le cahier des charges et son bilan après deux ans du Plan cancer Breast cancer screening: the protocol and its evaluation two years after the national plan for cancer

Plus en détail