Interprétation de la sérologie TPHA/VDRL JRI 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Interprétation de la sérologie TPHA/VDRL JRI 2012"

Transcription

1

2 Interprétation de la sérologie TPHA/VDRL JRI 2012 Barbara KULI CHU de la Réunion Service de Médecine Interne, Unité des Maladies Infectieuses Service d'immunologie Clinique, CDAG, CIDDIST

3 Cas Mr M 58 ans VIH 1998, perdu de vue TPHA: VDRL: 512 Questions:

4 Cas Mr M 58 ans VIH 1998, perdu de vue TPHA: VDRL: 512 Questions: ATCD syphilis? Traité ou non? Quand? Type? Dernier contact?

5 Cas Mr M 58 ans VIH 1998, perdu de vue TPHA: VDRL: 512 Bilan complémentaire:

6 Cas Mr M 58 ans VIH 1998, perdu de vue TPHA: VDRL: 512 Bilan complémentaire: Ophtalmologique Neurologique Cardiaque

7 Cas Mr M 58 ans Ophtalmologique: pas de rétinite, pas d'uvéite Neurologique: PL: 15 éléments, TPHA: 5180, VDRL: négative Cardiaque: pas d'anévrisme

8 Cas Mr M 58 ans Evolution Traitement par Pénicilline G UI iv 3 semaines M1 M3 M6 M12 M18 TPHA VDRL Persistance VDRL sérique en cours de diminution à 1,5 ans PL M18: 0 élément, TPHA : 1280, VDRL : négative

9 Source: INVS A-L.Basse-Guérineau et comité de relecture

10 1 injection EXTENCILLINE 2,4 MUI im + dépistage VIH et autre IST Source: INVS A-L.Basse-Guérineau et comité de relecture

11 3 injections EXTENCILLINE 2,4 MUI im + Recherche signe ophtalmologique,neurologique + dépistage VIH et autre IST Source: INVS A-L.Basse-Guérineau et comité de relecture

12 Pénicilline G 18 à 24 MUI/jour iv 2-3 semaines Source: INVS A-L.Basse-Guérineau et comité de relecture

13 Législation Tests «non tréponémiques»: non spécifiques, simple à réaliser et sensibles VDRL (Veneral Disease Research Laboratory) Rapid Plasma Reagin test (RPR): USA Test Bordet et Wassermann (BW): historique Tests «tréponémiques»: spécifiques TPHA (Treponema pallidum Hemagglutination Assay) Fluorescent Treponemal Antibody Absorption Test (FTA abs) Treponema pallidum particle Agglutination (TPPA) immunochromatographie sur bandellettes test immunoenzymatiques (EIA ou ELISA)

14 Législation Tests «non tréponémiques»: non spécifiques, simple à réaliser et sensibles VDRL Rapid Plasma Reagin test (RPR): USA Test Bordet et Wassermann (BW): historique Tests «tréponémiques»: spécifiques TPHA Fluorescent Treponemal Antibody Absorption Test (FTA abs) Treponema pallidum particle Agglutination (TPPA) immunochromatographie sur bandellettes test immunoenzymatiques (EIA ou ELISA) Confirmation le diagnostic de syphilis

15 Législation Tests «non tréponémiques»: non spécifiques, simple à réaliser et sensibles VDRL Rapid Plasma Reagin test (RPR): USA Test Bordet et Wassermann (BW): historique Tests «tréponémiques»: spécifiques 1) Poser le diagnostic de l'activité de la syphilis 2) Surveillance l'efficacité du traitement TPHA Fluorescent Treponemal Antibody Absorption Test (FTA abs) Treponema pallidum particle Agglutination (TPPA) immunochromatographie sur bandellettes test immunoenzymatiques (EIA ou ELISA)

16 VDRL ----> Agglutination passive des anticorps dirigés contre l'antigène cardiolipidiques fixé sur un support inerte constitué de cristaux de cholestérol <----TPHA Hémagglutination passive: lysat de tréponèmes pathogènes fixé sur des érythrocytes, ils s'agglutinent en contact avec un sérum pathologique

17 4 règles interprétation VDRL non spécifiques des tréponèmes, possibilité de faux positif Contrairement de TPHA, le titre VDRL quantitatif diminue significativement à M6-M12 après guérison TPHA et FTA spécifiques du genre Treponema, mais pas de l'espèce pallidum : ne permet pas de distinguer la syphilis des tréponématoses endémiques FTA est positif à J7 du chancre, TPHA à J10, VDRL à J15 : savoir répéter la sérologie syphilitique après 1 à 3 semaines

18 Farhi, Dupin: Diagnostic sérologique de la syphilis FMC Annales de dermatologie et de vénérologie ,

19 Farhi, Dupin: Diagnostic sérologique de la syphilis FMC Annales de dermatologie et de vénérologie ,

20 Cas N1 Homme, 32 ans Asymptomatique Dépistage : TPHA : 1280, VDRL : 4 Contact hétérosexuel <1 an Dernière relation non protégée <6 semaines CAT?

21 Cas N1 Homme, 32 ans Asymptomatique Dépistage : TPHA : 1280, VDRL : 4 Contact hétérosexuelle <1 an Dernière relation non protégée <6 semaines CAT? Syphilis latente précoce Traitement par EXTENCILLINE 2,4 MUI im 1 fois Traitement partenaire actuelle systématique Sérologie VIH PCR Gonocoque et Chlamydia trachomatis dans 1er jet d'urine

22 Cas N2 Homme 35 ans Traitement syphilis en aout 2010 pour syphilis latente précoce, 1inj EXTENCILLINE 2,4MUI, dépistage dans contexte grossesse de partenaire, traitée Evolution M26 (2ieme grossesse de partenaire) M0 M6 M18 M22 M26 TPHA VDRL Interprétation?

23 Cas N2 Homme 35 ans Traitement syphilis en aout 2010 pour syphilis latente précoce, 1inj EXTENCILLINE 2,4MUI, dépistage dans contexte grossesse de partenaire, traitée Evolution M26 (2ieme grossesse de partenaire) M0 M3 M18 M24 M26 TPHA VDRL Interprétation? VDRL faux négatif?

24 Homme 35 ans VDRL stable, patient asymptomatique VDRL toujours positive > 2 ans Cas N2 Récidive? Traitement insuffisant? Intérêt FTA abs ou Western blot IgM Traitement syphilis en aout 2010 pour syphilis latente précoce, 1inj EXTENCILLINE 2,4MUI, dépistage dans contexte grossesse de partenaire, traitée Evolution M26 (2ieme grossesse de partenaire) M0 M3 M18 M24 M26 TPHA VDRL Interprétation?

25 Cas 3 Homme 54 ans Apparition ADP inguinale Relation bisexuelle Sérologie VIH réalisé par MT ELISA positive, Western Blot incomplète (gp41) CD4 à 180/mm3 Bilan complémentaire :

26 Cas 3 Homme 54 ans Apparition ADP inguinale Relation bisexuelle Sérologie VIH réalisé par MT ELISA positive, Western Blot incomplète (gp41) CD4 à 180/mm3 Bilan complémentaire : TPHA : 5180 VDRL : 64 Ancienneté du contage inconnue Traitement 3 inj Extecilline si pas de localisation neurologique ou ophtalmologique

27 Giacomo Casanova Ulrich von Hutten François Ier Cas historique Paul Gauguin Randolph Churchill Guy de Maupassant Nicolas Poussin William Davenant Ernst Hoffmann Franz Schubert Gaetano Donizetti Robert Schumann (supposée) Alfred de Musset (supposée) Charles Baudelaire Gustave Flaubert Bedřich Smetana Jules de Goncourt Edouard Manet Alphonse Daudet Emmanuel Chabrier Gerhard Henrik Armauer Hansen Friedrich Wilhelm Nietzsche (supposée) Vincent Van Gogh Georges Feydeau Frederick Delius Henri de Toulouse-Lautrec Scott Joplin Lénine Harry Nelson Pillsbury Benito Mussolini Karen Blixen Adolf Hitler Al Capone Howard Hughes (et un certain nombre d'actrices) Robert Johnson Idi Amin Dada (supposée) Les patients de l'étude de Tuskegee sur la syphilis Source: Wikipédia

28

29 Bibliographie Farhi et al. Diagnostic sérologique de la syphilis. FMC Annales Derm Vénérologie 2008 ; 135 : A-L. Basse-Guérineau et le comité de relecture : INVS Farhi et al. Origins of syphilis ans management in the immunocompetent patient : facts and controversies. Clin Derm 2010 ; 28 : Peeling et al. The pathogenesis of syphilis : the Great Mimicker, revisited. J Pathol 2006 ; 208 :

DIAGNOSTIC SEROLOGIQUE DE LA SYPHILIS

DIAGNOSTIC SEROLOGIQUE DE LA SYPHILIS DIAGNOSTIC SEROLOGIQUE DE LA SYPHILIS A-L. Basse-Guérineau 1,2 et le comité de relecture 3 1 Institut de veille sanitaire ; 2 Laboratoire de virologie, Hôpital Saint-Vincent de Paul, Paris ; 3 N. Dupin

Plus en détail

Diagnostic sérologique de la syphilis

Diagnostic sérologique de la syphilis Annales de dermatologie et de vénéréologie (2008) 135, 418 425 Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com CLINIQUE Diagnostic sérologique de la syphilis Serological diagnosis of syphilis D. Farhi a,

Plus en détail

DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) Informations et ressources pour les professionnels de santé.

DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) Informations et ressources pour les professionnels de santé. ih DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) Informations et ressources pour les professionnels de santé ist 2 vih DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES

Plus en détail

Manifestations cliniques1. Diagnostic différentiel Herpès (ulcère douloureux) Lymphogranulomatose vénérienne

Manifestations cliniques1. Diagnostic différentiel Herpès (ulcère douloureux) Lymphogranulomatose vénérienne GUIDE DE RÉFÉRENCE POUR LES CLINICIENS L a sy p h i l i s La syphilis est une infection bactérienne causée par le Treponema pallidum. Non traitée, la syphilis peut évoluer en trois stades : primaire, secondaire

Plus en détail

SYNTHÈSES ET PERSPECTIVES. Recommandations en santé publique. Évaluation a priori du dépistage de la syphilis en France. Mai 2007

SYNTHÈSES ET PERSPECTIVES. Recommandations en santé publique. Évaluation a priori du dépistage de la syphilis en France. Mai 2007 Recommandations en santé publique Évaluation a priori du dépistage de la syphilis en France Mai 2007 SYNTHÈSES ET PERSPECTIVES Service évaluation médico-économique et santé publique L ÉQUIPE Ce travail

Plus en détail

Évaluation a priori du dépistage de la syphilis en France

Évaluation a priori du dépistage de la syphilis en France Recommandation en santé publique Mai 2007 Service évaluation médico-économique et santé publique L ÉQUIPE Ce travail a été coordonné dans le service d évaluation médico-économique et santé publique, par

Plus en détail

Item 95 : Maladies sexuellement transmissibles : Syphilis primaire et secondaire

Item 95 : Maladies sexuellement transmissibles : Syphilis primaire et secondaire Item 95 : Maladies sexuellement transmissibles : Syphilis primaire et secondaire Collège National des Enseignants de Dermatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières OBJECTIFS...

Plus en détail

Feuille de route. Proposition de traitement de la demande. Collège d orientation et d information : 19 mars 2015

Feuille de route. Proposition de traitement de la demande. Collège d orientation et d information : 19 mars 2015 Feuille de route Proposition de traitement de la demande La feuille de route vise à proposer au Collège une orientation méthodologique pour répondre à une demande d évaluation inscrite au programme de

Plus en détail

IST. Dr Christian CHARTIER CIDDIST Strasbourg SFLS, 14 novembre 2013, Strasbourg

IST. Dr Christian CHARTIER CIDDIST Strasbourg SFLS, 14 novembre 2013, Strasbourg IST Dr Christian CHARTIER CIDDIST Strasbourg SFLS, 14 novembre 2013, Strasbourg De Vénus. V.... aux IST Maladies vénériennesv Dermato-vénéréologie ologie Maladies sexuellement transmissibles ou MST Infections

Plus en détail

Le voyage de la Pinta, ou l histoire de la syphilis

Le voyage de la Pinta, ou l histoire de la syphilis Le voyage de la Pinta, ou l histoire de la syphilis Laurent Mereghetti Département de Microbiologie Faculté de Médecine de Tours Service de Bactériologie-Virologie CHRU de Tours La maladie au cours des

Plus en détail

Diagnostic biologique de la syphilis Congénitale

Diagnostic biologique de la syphilis Congénitale Diagnostic biologique de la syphilis Congénitale SYPHILIS ET GROSSESSE Transmission Elle est soit directe => par contact cutané ou muqueux avec des sécrétions infectées soit verticale => d une mère infectée

Plus en détail

Nouvelles stratégies de dépistage du VIH. Dr Laurent Malato Laboratoire de Virologie CHU Bordeaux Pellegrin 12 Décembre 2011

Nouvelles stratégies de dépistage du VIH. Dr Laurent Malato Laboratoire de Virologie CHU Bordeaux Pellegrin 12 Décembre 2011 Nouvelles stratégies de dépistage du VIH Dr Laurent Malato Laboratoire de Virologie CHU Bordeaux Pellegrin 12 Décembre 2011 Point épidémiologique sur le VIH Dépistage du VIH en France 5 millions de sérologies

Plus en détail

Tests rapides de dépistage

Tests rapides de dépistage Tests rapides de dépistage Maladies infectieuses Marqueurs cardiaques Marqueurs de tumeurs Grossesse Rhumatologie Allergies Drogues > Pour un diagnostic rapide et économique > Résultats exacts et fiables

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

L interprétation du résultat des tests de laboratoire

L interprétation du résultat des tests de laboratoire LES ÉPREUVES DE LABORATOIRE utilisées en microbiologie peuvent être classées dans l une des catégories suivantes : L isolement et l identification d un germe, avec un résultat d épreuve de sensibilité

Plus en détail

Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire

Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire Christiane Claessens Laboratoire de santé publique du Québec 24 octobre 2006 Surprise! Un test de laboratoire 100% précis

Plus en détail

Fiches de prescriptions biologiques (1)

Fiches de prescriptions biologiques (1) Fiches de prescriptions biologiques (1) Devant une urétrite chez l homme : 2) Urines : PCR Chlamydia trachomatis sur le 1er jet. 3) Faire pratiquer ce jour au laboratoire* : Prélèvement urétral : examen

Plus en détail

Les tests de laboratoire dans les uvéites antérieures aiguës

Les tests de laboratoire dans les uvéites antérieures aiguës Les tests de laboratoire dans les uvéites antérieures aiguës Christian Khoury O.D., Ph.D. Utilités des tests Indicateur de maladie systémique Paramètres objectifs Procédures d évaluation reconnues Utiles

Plus en détail

IST : Que doit-on savoir aujourd hui? Dr Henri ADAMSKI, Dermatologue, CHU Pontchaillou, RENNES

IST : Que doit-on savoir aujourd hui? Dr Henri ADAMSKI, Dermatologue, CHU Pontchaillou, RENNES IST : Que doit-on savoir aujourd hui? Dr Henri ADAMSKI, Dermatologue, CHU Pontchaillou, RENNES LES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (I.S.T.) - Maladies Vénériennes Sexuellement Transmises (M.S.T.)

Plus en détail

L éruption d Aymeric (9 ans)

L éruption d Aymeric (9 ans) L éruption d Aymeric (9 ans) Une lésion érythémateuse annulaire non prurigineuse constatée la veille Une petite papule en son centre? Aucun signe général L éruption d Aymeric (9 ans) QU EST-CE QUE C EST?

Plus en détail

Infections sexuellement transmissibles

Infections sexuellement transmissibles Infections sexuellement transmissibles InVS Anne GALLAY VIH Trithérapies 1980 1990 2000 2003 Gonococcies Syphilis LGV Chlamydioses 38 ans Sortie en boîte de nuit il ya 48 H Relations HSH Uretrite aigüe

Plus en détail

MANUEL DE PRELEVEMENT DU CNR SYPHILIS

MANUEL DE PRELEVEMENT DU CNR SYPHILIS Procédure qualité au 1/21 DU CNR SYPHILIS Procédure qualité au 2/21 OBJET Le Manuel de Prélèvement a pour but d améliorer les échanges entre les centres préleveurs réalisant et assurant l acheminement

Plus en détail

15 - Toxoplasmose congénitale

15 - Toxoplasmose congénitale 15 - Toxoplasmose congénitale 1 Généralités L'infection maternelle est généralement très discrète chez le sujet immunocompétent. Dans 90% des cas, elle est asymptomatique et passe inaperçue. 1.1 Actualités

Plus en détail

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Laboratoire associé au Centre National de Référence des Borrelia Laboratoire de Bactériologie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Diagnostic

Plus en détail

Les méthodes de diagnostic en virologie

Les méthodes de diagnostic en virologie Les méthodes de diagnostic en virologie Pourquoi faire du diagnostic en virologie? Dons de sang, d organes et de tissus (dépistage obligatoire) Suivi biologique des infections (VIH, VHB, VHC) Mesures prophylactiques

Plus en détail

TOXOPLASMOSE HUMAINE INTERPRETATION DES RESULTATS DU DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE

TOXOPLASMOSE HUMAINE INTERPRETATION DES RESULTATS DU DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE TOXOPLASMOSE HUMAINE INTERPRETATION DES RESULTATS DU DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE Dr Fatma Saghrouni Laboratoire de Parasitologie CHU F. Hached Sousse INTRODUCTION Toxoplasmose: Contamination post-natale = toxoplasmose

Plus en détail

Sérologie Maladie de Lyme

Sérologie Maladie de Lyme MÉMENTO DU Sérologie Maladie de Lyme DEFINITION BIOLOGISTE La maladie de Lyme est une anthropozoonose, transmise par piqûre de tiques femelles du genre Ixodes, due à un spirochète, Borrelia burgdorferi.

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

QUESTIONS / RÉPONSES

QUESTIONS / RÉPONSES Les autotests de dépistage de l infection par le VIH QUESTIONS / RÉPONSES A SAVOIR L autotest ne remplace pas les autres modalités de dépistage du VIH, il les complète. Personne ne doit être contraint

Plus en détail

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Concernant l orchi-épididymite : A - C est une affection souvent sexuellement transmissible chez

Plus en détail

Chlamydia Trachomatis : Qui,quand et comment dépister? Dr Isabelle Le Hen CDAG-CIDDIST de Bordeaux

Chlamydia Trachomatis : Qui,quand et comment dépister? Dr Isabelle Le Hen CDAG-CIDDIST de Bordeaux Chlamydia Trachomatis : Qui,quand et comment dépister? Dr Isabelle Le Hen CDAG-CIDDIST de Bordeaux Introduction Chlamydia trachomatis (Ct) : IST la + fréquente dans les pays développés Portage asymptomatique

Plus en détail

Prophylaxie de l infection VIH post exposition non professionnelle

Prophylaxie de l infection VIH post exposition non professionnelle Prophylaxie de l infection VIH post exposition non professionnelle et traitement des IST Dr Anne VINCENT Centre de Référence Cliniques Universitaires St Luc 20 octobre 2012 PEP (Post exposition prophylaxie)

Plus en détail

Autotests de dépistage de l infection par le VIH

Autotests de dépistage de l infection par le VIH Questions-Réponses Information à l intention des professionnels de santé et des associations Autotests de dépistage de l infection par le VIH Mars 2015 En raison de la commercialisation prochaine des autotests

Plus en détail

MIE 88. Prévention, diagnostic et suivi des infections génitales de la femme : le bon usage des examens biologiques.

MIE 88. Prévention, diagnostic et suivi des infections génitales de la femme : le bon usage des examens biologiques. MIE 88. Prévention, diagnostic et suivi des infections génitales de la femme : le bon usage des examens biologiques. I. OBJECTIFS Items ENC concernés : Item ENC 88. Infections génitales de la femme. Leucorrhées.

Plus en détail

Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C. H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg

Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C. H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg Objectifs 1. Connaître pour chaque virus des hépatites la cinétique des marqueurs virologiques

Plus en détail

Que faire devant un résultat positif, négatif ou indéterminé? Elisabeth Bouvet Atelier IGRA VIH JNI Tours 13 Juin 2012

Que faire devant un résultat positif, négatif ou indéterminé? Elisabeth Bouvet Atelier IGRA VIH JNI Tours 13 Juin 2012 Que faire devant un résultat positif, négatif ou indéterminé? Elisabeth Bouvet Atelier IGRA VIH JNI Tours 13 Juin 2012 Conclusions provisoires rapport du HCSP juillet 2011 Valeur prédictive positive des

Plus en détail

Maladie de Lyme. Fréquent ou pas fréquent? L érythème chronique migrant. Ce qu il faut faire et ne pas faire. On la pensait rare jusqu aux années 2000

Maladie de Lyme. Fréquent ou pas fréquent? L érythème chronique migrant. Ce qu il faut faire et ne pas faire. On la pensait rare jusqu aux années 2000 Conflits d intérêts de l orateur (en rapport avec le thème de la conférence) Maladie de Lyme Ce qu il faut faire et ne pas faire Pierre Abgueguen Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Janvier

Plus en détail

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Dossier de presse du 27 novembre 2009 En plus des données concernant les découvertes de séropositivité

Plus en détail

La maladie de Lyme. Prescrire 1993, 1994, fev. 2006 (tire tic)

La maladie de Lyme. Prescrire 1993, 1994, fev. 2006 (tire tic) La maladie de Lyme Prescrire 1993, 1994, fev. 2006 (tire tic) La CC de la SPILF du 13 déc. 06 (nombre des diapo de ce diaporama sont empruntées à la SPILF : merci) 1 Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques,

Plus en détail

Table Ronde «Prévention et Dépistage»

Table Ronde «Prévention et Dépistage» Table Ronde «Prévention et Dépistage» «L infection à VIH/SIDA en 2013» Conférence organisée par la Ville de Marseille Dr Pervenche Martinet Dr Chantal Vernay Vaïsse 29/11/2013 1 Le dépistage aujourd'hui

Plus en détail

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD?

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? Hélène MANGEARD François MALADRY Tuberculose : infection mycobactérienne Infection mycobactérienne chronique (M. Tuberculosis ++ ou bacille

Plus en détail

La consultation de déclaration de grossesse

La consultation de déclaration de grossesse La consultation de déclaration de grossesse Dr Muriel Doret Maître de conférence universitaire - Praticien hospitalier Gynécologie Obstétrique Hôpital Femme-Mère-Enfant Les Jeudi de l Europe 38ième Forum

Plus en détail

La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann

La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann Borréliose de Lyme Borrelia burgdorferi stricto sensu, B. afzelii, B. garinii, B. spielmanii, B. valaisiana Eléments de physiopathologie inoculation

Plus en détail

Diagnostic et prise en charge de la toxoplasmose pendant la grossesse

Diagnostic et prise en charge de la toxoplasmose pendant la grossesse Diagnostic et prise en charge de la toxoplasmose pendant la grossesse Pr Ag Rym Ben Abdallah Laboratoire Parasitologie-Mycologie Institut Pasteur Tunis Rappel théorique INTRODUCTION - Zoonose - Due à un

Plus en détail

Le dépistage des risques en cours de la grossesse

Le dépistage des risques en cours de la grossesse Le dépistage des risques en cours de la grossesse DR : BOUCHOUCHA-H Le plan du cours Introduction Les risques à dépistés et les moyens de dépistage L échographie : Conclusion -iso-immunisation : GR-RH

Plus en détail

Borréliose de Lyme impact de l abaissement du seuil de positivité du dépistage sérologique.

Borréliose de Lyme impact de l abaissement du seuil de positivité du dépistage sérologique. Borréliose de Lyme impact de l abaissement du seuil de positivité du dépistage sérologique. Y. Hansmann, S. Sferrazza, N. Lefebvre, P. Zachary, S. De Martino, B. Jaulhac, D. Christmann Hôpitaux Universitaires

Plus en détail

Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives. Paris, 13 décembre 2006

Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives. Paris, 13 décembre 2006 Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives Paris, 13 décembre 2006 Quatre questions Question 1 - Sur quels éléments cliniques et épidémiologiques faut-il évoquer le diagnostic

Plus en détail

CENTRES DE DEPISTAGES PARIS

CENTRES DE DEPISTAGES PARIS CENTRES DE DEPISTAGES PARIS PARIS 1ER DISPENSAIRE ANTIVENERIEN DE LA CROIX ROUGE - CDAG 43 rue de Valois 75001 PARIS Tel : 01.42.97.48.29 Transports : M 1 Palais Royal - M 3 Bourse Site Web: http://www.croix-rouge.fr

Plus en détail

ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL. Dr David Bruley Service de Maladies Infectieuses CHU Grenoble

ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL. Dr David Bruley Service de Maladies Infectieuses CHU Grenoble ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL Dr David Bruley Service de Maladies Infectieuses CHU Grenoble Définition d un AES Sang ou liquide biologique potentiellement contaminant Sécrétions vaginales / sperme

Plus en détail

Dépistage et diagnostic de l infection VIH: place des autotests. Véronique Lemée Virologie CHU Rouen

Dépistage et diagnostic de l infection VIH: place des autotests. Véronique Lemée Virologie CHU Rouen Dépistage et diagnostic de l infection VIH: place des autotests Véronique Lemée Virologie CHU Rouen Diversité génétique des VIH SIVsm SIVgor SIVcpz I Au moins 13 transmissions du singe à l Homme 2 types

Plus en détail

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic des Hépatites virales B et C P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic VHC Dépistage: pourquoi? Maladie fréquente (Ac anti VHC chez 0,84% de la population soit 367 055

Plus en détail

Anticorps anti-hla en transplantation rénale

Anticorps anti-hla en transplantation rénale Anticorps anti-hla en transplantation rénale Caroline Suberbielle Laboratoire d'immuno-histocompatibilité Hôpital St Louis Paris Définitions Patient «naïf» Patient sans événement immunisant Homme ou enfant

Plus en détail

Les infections sexuellement transmissibles. Dr. Agnès Libois Service des maladies infectieuses CHU Saint-Pierre 19-03-2011

Les infections sexuellement transmissibles. Dr. Agnès Libois Service des maladies infectieuses CHU Saint-Pierre 19-03-2011 Les infections sexuellement transmissibles Dr. Agnès Libois Service des maladies infectieuses CHU Saint-Pierre 19-03-2011 PLAN Epidémiologie Infection à N.gonorrhea et Chlamydia trachomatis. Clinique,

Plus en détail

Méthodes diagnostiques : culture, PCR et sérologie. Que faire?

Méthodes diagnostiques : culture, PCR et sérologie. Que faire? Méthodes diagnostiques : culture, PCR et sérologie. Que faire? Sophie GIBAUD Pole de biologie - chu de Nantes - Laboratoire de Bactériologie et Hygiène Outils du diagnostic biologique Culture PCR temps

Plus en détail

Mes liens d intérêts

Mes liens d intérêts Mes liens d intérêts 1 Spécialiste en médecine générale en activité Membre des commissions de bonnes pratiques, et de parcours de soins et maladies chroniques de la HAS Je déclare n avoir aucun lien, direct

Plus en détail

DIGNOSTICS KIT AND INSTRUMENTS RAPID TEST/FERTILITY RANGE DIGNOSTICS KIT ET INSTRUMENTS TEST RAPIDE/ FERTILITÉ GAMME

DIGNOSTICS KIT AND INSTRUMENTS RAPID TEST/FERTILITY RANGE DIGNOSTICS KIT ET INSTRUMENTS TEST RAPIDE/ FERTILITÉ GAMME DIGNOSTICS KIT AND INSTRUMENTS RAPID TEST/FERTILITY RANGE DIGNOSTICS KIT ET INSTRUMENTS TEST RAPIDE/ FERTILITÉ GAMME PREGNY-SCAN - CARTE / BANDE HCG TEST l s agit d un essai immunologique qualitatif rapide

Plus en détail

Infections à. Chlamydia. Épidémiologie... 1. Prévention et contrôle... 2. Manifestations... 2. Diagnostic... 3. Prise en charge... 5. Traitement...

Infections à. Chlamydia. Épidémiologie... 1. Prévention et contrôle... 2. Manifestations... 2. Diagnostic... 3. Prise en charge... 5. Traitement... Infections à Chlamydia Mise-à-jour : janvier 2010 Étiologie... 1 Épidémiologie... 1 Prévention et contrôle... 2 Manifestations... 2 Diagnostic... 3 Prise en charge... 5 Traitement... 5 Prise en considération

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE SEROCONVERSION TOXOPLASMIQUE PENDANT LA GROSSESSE

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE SEROCONVERSION TOXOPLASMIQUE PENDANT LA GROSSESSE Communauté Périnatale de l Agglomération Versaillaise Association Loi 1901 n 0784014641 29 rue de Versailles 78150 Le Chesnay Tel : 01 39 43 12 04 Email : cpav@wanadoo.fr/cpav@medical78.com Web: www.nat78.com

Plus en détail

Dépistage de l Infection Virale C à partir de Sang Capillaire ou de Liquide Craviculaire Performances des TRODs

Dépistage de l Infection Virale C à partir de Sang Capillaire ou de Liquide Craviculaire Performances des TRODs Dépistage de l Infection Virale C à partir de Sang Capillaire ou de Liquide Craviculaire Performances des TRODs S Chevaliez 1,2, L Poiteau 1,2, I Rosa 3, A Soulier 1,2, F Roudot- Thoraval 2,4, C Hézode

Plus en détail

Situation du VIH-sida en France

Situation du VIH-sida en France Situation du VIH-sida en France Données du 3 juin 27 Unité VIH/Sida-IST-VHC Département des Maladies Infectieuses Institut de Veille Sanitaire 1 Sommaire I - Découvertes de séropositivité VIH diapositive

Plus en détail

LA LUTTE ANTITUBERCULEUSE

LA LUTTE ANTITUBERCULEUSE LA LUTTE ANTITUBERCULEUSE INFORMATION aux PARTENAIRES SOCIAUX et MEDICO SOCIAUX CPMI PASS Miséricorde CAEN 12 Octobre 2011 ARS BN Dr Salaün Marie-Anne, médecin coordinateur Fanny Appia,interne en médecine

Plus en détail

Suspicion de cas groupés de syndrome de choc toxique en lien avec l utilisation de tampons périodiques, Pays de la Loire, mars 2013

Suspicion de cas groupés de syndrome de choc toxique en lien avec l utilisation de tampons périodiques, Pays de la Loire, mars 2013 Suspicion de cas groupés de syndrome de choc toxique en lien avec l utilisation de tampons périodiques, Pays de la Loire, mars 2013 Delphine BARATAUD 1, Christiane MICHALEVICZ 2, Jean-Michel Liet 3, Nicolas

Plus en détail

Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées

Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées Bon usage Mise au point Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées Actualisation Octobre 2008 MESSAGES CLÉS L évolution de la résistance du gonocoque aux quinolones

Plus en détail

conférence IST IU 03/03/11 Correction QCM-correction

conférence IST IU 03/03/11 Correction QCM-correction conférence IST IU 03/03/11 Correction QCM-correction 1) Quels sont les caractères constants chez le S.aureus? a- oxydase b- catalase ( streptocoques) c- ß-lactamase d- coagulase ( staphylocoque coagulase

Plus en détail

Les infections sexuellement transmissibles (IST) Cours IFSI M. Duong Service des Maladies Infectieuses

Les infections sexuellement transmissibles (IST) Cours IFSI M. Duong Service des Maladies Infectieuses Les infections sexuellement transmissibles (IST) Cours IFSI M. Duong Service des Maladies Infectieuses IST Pathologies très fréquentes Etiologies multiples (bactéries, virus, parasites, levures) Complications

Plus en détail

Maladie de Chagas en France métropolitaine

Maladie de Chagas en France métropolitaine Maladie de Chagas en France métropolitaine Bilan 2009-2014 L. Paris, F. Touafek, F.X. Lescure, G. Le Loup, F. Gay-Andrieu, S. Jauréguiberry, D. Mazier. 16 es JNI, Nancy, du 10 au 12 juin 2015 1 Trypanosomose

Plus en détail

Polyarthrite rhumatoïde et biologie

Polyarthrite rhumatoïde et biologie Polyarthrite rhumatoïde et biologie Le point de vue de l'immunologiste Sylvain Laboratoire d'immunologie, sdubucquoi@univ univ-lille2. -lille2.fr FR et PR Définition Auto-anticorps anti-fragment Fc des

Plus en détail

L essentiel. Complément québécois

L essentiel. Complément québécois L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel

Plus en détail

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques?

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? Dr C. ZANDOTTI Laboratoire de Virologie du Pr D. Raoult CHU Timone, Marseille. Virus herpes simplex (HSV) Virus strictement humain,

Plus en détail

Comment se manifeste cette maladie? Comment repérer la séropositivité au SIDA? -> Discussion préparatoire.

Comment se manifeste cette maladie? Comment repérer la séropositivité au SIDA? -> Discussion préparatoire. I.7 Immunologie 1/4. Le SIDA Le système immunitaire est l ensemble des cellules et tissus d un individu pouvant s opposer à la pénétration et à l infection par des micro-organismes. Les moyens «de défense»

Plus en détail

Le dépistage du VIH. technologies et approches. Présenté par : Marc André LeBlanc Date : jeudi 21 novembre 2013, 13 h à 14 h HNE

Le dépistage du VIH. technologies et approches. Présenté par : Marc André LeBlanc Date : jeudi 21 novembre 2013, 13 h à 14 h HNE Le dépistage du VIH au Canada : technologies et approches Présenté par : Marc André LeBlanc Date : jeudi 21 novembre 2013, 13 h à 14 h HNE Objectifs 1. Discuter des différentes technologies servant au

Plus en détail

analyses et surveillance

analyses et surveillance PORTRAIT DES INFECTIONS TRANSMISSIBLES SEXUELLEMENT ET PAR LE SANG (ITSS), DE L HÉPATITE C, DE L INFECTION PAR LE VIH ET DU SIDA AU QUÉBEC S A N T É P U B L I Q U E analyses et C O L L E C T I O N surveillance

Plus en détail

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Vaccins et grossesse Vaccins et immunité Dr Odile Launay Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Atelier Vaccins, GERES, 18 mai 2011 COCHIN SAINT-VINCENT DE PAUL

Plus en détail

Herpès simplex et zoster pour le praticien

Herpès simplex et zoster pour le praticien Patient de 26 ans Herpès simplex et zoster pour le praticien Premier épisode de «bouton de fièvre» Consulte en pharmacie Pas d amélioration des symptômes après 5 jours malgré l application d une crème

Plus en détail

ETUDE CLINICO-SEROLOGIQUE DE LA MALADIE DE LYME EN ALGERIE (1996 1999) RESUME

ETUDE CLINICO-SEROLOGIQUE DE LA MALADIE DE LYME EN ALGERIE (1996 1999) RESUME Archives de l Institut Pasteur d Algérie Tome 63-1999 ETUDE CLINICO-SEROLOGIQUE DE LA MALADIE DE LYME EN ALGERIE (1996 1999) A. ALEM* *, N. HADJI*. RESUME 133 sujets ont été dépistés pour la maladie de

Plus en détail

Diagnostic biologique de l infection par le VIH La place des Tests Rapides d Orientation Diagnostique (TROD)

Diagnostic biologique de l infection par le VIH La place des Tests Rapides d Orientation Diagnostique (TROD) Diagnostic biologique de l infection par le VIH La place des Tests Rapides d Orientation Diagnostique (TROD) Séminaire de Formation Jeudi 13 et Vendredi 14 décembre 2012 Dr A.Maillard, unité de Rétrovirologie,

Plus en détail

La toxoplasmose congénitale. Pr. F.Peyron Hôpital de la Croix Rousse Lyon

La toxoplasmose congénitale. Pr. F.Peyron Hôpital de la Croix Rousse Lyon La toxoplasmose congénitale Pr. F.Peyron Hôpital de la Croix Rousse Lyon La toxoplasmose Protozoose cosmopolite très fréquente (45% population en France) Gravité variable selon le terrain Contamination

Plus en détail

COQUELUCHE. Clara Flateau CHRU Lille Mai 2011

COQUELUCHE. Clara Flateau CHRU Lille Mai 2011 COQUELUCHE Clara Flateau CHRU Lille Mai 2011 Epidémiologie Bactériologie Clinique Vaccination et recommandations Tests diagnostiques disponibles Stratégies diagnostiques: recommandations Traitement Conduite

Plus en détail

La maladie de Lyme mars 2014

La maladie de Lyme mars 2014 La maladie de Lyme mars 2014 Il y a sur l internet beaucoup d information erronée et soi disant scientifique concernant la maladie de Lyme. Efforcons nous de mettre les choses au clair. Résumé La maladie

Plus en détail

Directives pour l évaluation des techniques de dépistage du VIH en Afrique CDC WHO APHL

Directives pour l évaluation des techniques de dépistage du VIH en Afrique CDC WHO APHL Directives pour l évaluation appropriée des techniques de dépistage du VIH Page 1 Directives pour l évaluation des techniques de dépistage du VIH en Afrique CDC WHO APHL Directives pour l évaluation appropriée

Plus en détail

TSSIBS - Immunoanalyse. Immunoanalyse

TSSIBS - Immunoanalyse. Immunoanalyse Jeudi 14 Novembre RANDHAWA Sunny L2 TSSIBS Docteur DESPLAT-JEGO Sophie 6 pages Immunoanalyse Plan: A. Définition de l'immunoanalyse I. Critères de choix II. Caractéristiques communes B. Exemples de techniques

Plus en détail

Stratégies de dépistage biologique des hépatites virales B et C

Stratégies de dépistage biologique des hépatites virales B et C RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE Stratégies de dépistage biologique des hépatites virales B et C Synthèse avis des groupes de travail et de lecture Et recommandation de la HAS mars 2011 sur La synthèse

Plus en détail

Cl: pneumopathie fébrile Arthralgies, Erythème noueux tabagisme: 30 pqts-années ATCD=0 Voyage USA il y a 1 mois

Cl: pneumopathie fébrile Arthralgies, Erythème noueux tabagisme: 30 pqts-années ATCD=0 Voyage USA il y a 1 mois Dossier CT Marrakech P Fajadet, J Giron F, 57 ans Cl: pneumopathie fébrile Arthralgies, Erythème noueux tabagisme: 30 pqts-années ATCD=0 Voyage USA il y a 1 mois Diagnostic? Un peu plus de clinique?

Plus en détail

Dépistage de l infection par le VIH en France

Dépistage de l infection par le VIH en France RECOMMANDATIONS EN SANTÉ PUBLIQUE Dépistage de l infection par le VIH en France Stratégies et dispositif de dépistage SYNTHESE ET RECOMMANDATIONS Octobre 2009 Document non soumis à relecture typographique

Plus en détail

Etes-vous sûr de savoir diagnostiquer une primo-infection à V.I.H.?

Etes-vous sûr de savoir diagnostiquer une primo-infection à V.I.H.? Etes-vous sûr de savoir diagnostiquer une primo-infection à V.I.H.? Retard au diagnostic de primo-infection par le VIH après consultation auprès de différentes structures de soins. Weintrob, J. Giner,

Plus en détail

Bouche et IST. Pas de lien d intérêt pour cette présentation AJANA /SUMIV

Bouche et IST. Pas de lien d intérêt pour cette présentation AJANA /SUMIV Bouche et IST Pas de lien d intérêt pour cette présentation Le sexe oral Ne serait pas du sexe pour certains! > 70% Hommes, et 97 % HSH > 60 % femmes Est-ce qu il expose aux IST? Quels symptômes? Y a t'

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Item 95 : Infections sexuellement transmissibles : gonococcie, chlamydiose, syphilis.

Item 95 : Infections sexuellement transmissibles : gonococcie, chlamydiose, syphilis. Item 95 : Infections sexuellement transmissibles : gonococcie, chlamydiose, syphilis. Date de création du document 01/09/2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer une gonococcie, une

Plus en détail

Connaître son statut sérologique pour VHS-1,2: Un droit fondamental pour Homo sapiens sexualis?

Connaître son statut sérologique pour VHS-1,2: Un droit fondamental pour Homo sapiens sexualis? Connaître son statut sérologique pour VH-1,2: Un droit fondamental pour Homo sapiens sexualis? Les Journées l Actuel, 3 Octobre 2014 Dr Marco Andres Bergevin, MD, FRCPC Microbiologiste médical et Infectiologue

Plus en détail

Pharmacothérapie. rapie anti-infectieuse. infectieuse

Pharmacothérapie. rapie anti-infectieuse. infectieuse Pharmacothérapie rapie anti-infectieuse infectieuse traitement des infections bactériennes et fongiques -FARM 21 - F. Van Bambeke Infections urinaires Définition: culture positive des urines - voies hautes

Plus en détail

Stratégies du Diagnostic sérologique des infections VIH

Stratégies du Diagnostic sérologique des infections VIH Stratégies du Diagnostic sérologique des infections VIH Fax 00 33 (0) 2 32 88 83 10 e-mail : francois.simon@chu-rouen.fr I. Les moyens du diagnostic sérologique VIH II. Les tests disponibles III. Les stratégies

Plus en détail

Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis

Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis RESEAU RENACOQ: réseau hospitalier pédiatrique (43 hôpitaux) Données moyennes (10 ans) 260 cas/an environ 63 % chez enfants de de3 mois De 0à 2 mois : incidence

Plus en détail

Les viroses respiratoires constituent une préoccupation majeure surtout dans les âges extrêmes (enfant et personnes âgés).

Les viroses respiratoires constituent une préoccupation majeure surtout dans les âges extrêmes (enfant et personnes âgés). Les Viroses respiratoires aigues Diagnostic Biologique Pr Abdelhalim Trabelsi Service de virologie CHU Sahloul,Sousse Faculté de pharmacie de Monastir Tunis le 7 Avril 2011 (13 janvier 2011) INTRODUCTION

Plus en détail

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Service maladies infectieuses au sein de la population générale ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Situation au 31 décembre 2011 ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN

Plus en détail

Rougeole au C.H.U. de Reims en 2008. statuts immunitaires des soignants. Épidémie hospitalo-communautaire de rougeole au CHU de Reims

Rougeole au C.H.U. de Reims en 2008. statuts immunitaires des soignants. Épidémie hospitalo-communautaire de rougeole au CHU de Reims Épidémie hospitalo-communautaire de rougeole au CHU de Reims janvier-mars 2008 Rougeole au C.H.U. de Reims en 2008 statuts immunitaires des soignants Documentation par le CHU : services de soins, unité

Plus en détail

Direction des risques biologiques, environnementaux et occupationnels Institut national de santé publique du Québec

Direction des risques biologiques, environnementaux et occupationnels Institut national de santé publique du Québec AVIS DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LA RUBÉOLE Comité sur l immunisation du Québec Direction des risques biologiques, environnementaux et occupationnels Institut national de santé publique du Québec Juin

Plus en détail

Dépistage VIH. Témoignages des usagers Auprès de Sida Info Service LE DEPISTAGE DU VIH EN FRANCE. Quelques données épidémiologiques

Dépistage VIH. Témoignages des usagers Auprès de Sida Info Service LE DEPISTAGE DU VIH EN FRANCE. Quelques données épidémiologiques Dépistage VIH Témoignages des usagers Auprès de Sida Info Service LE DEPISTAGE DU VIH EN FRANCE Quelques données épidémiologiques Selon l Institut de Veille Sanitaire (InVS) 1, en 2007 cinq millions de

Plus en détail

Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses

Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses M-H H BESSIERES,, S. CASSAING, A. BERRY, R. FABRE, J-F.. MAGNAVAL Service de Parasitologie-Mycologie Diagnostic biologique d une d parasitose

Plus en détail

PROGRAMME ESTIVAL DE REVISIONS ET DE LECTURE

PROGRAMME ESTIVAL DE REVISIONS ET DE LECTURE Classe de première S Emile ZOLA, L Assommoir MOLIERE, Dom Juan Classe de première ES Emile ZOLA, Germinal Pierre CORNEILLE, Le Cid Classe de première L Gustave FLAUBERT, Madame Bovary Jean RACINE, Britannicus

Plus en détail

SANTÉ SEXUELLE ET POPULATIONS : QUELS BESOINS? QUELLE OFFRE?

SANTÉ SEXUELLE ET POPULATIONS : QUELS BESOINS? QUELLE OFFRE? SANTÉ SEXUELLE ET POPULATIONS : QUELS BESOINS? QUELLE OFFRE? Séminaire de formation SFLS novembre 2014 Montpellier «Actualités sur les Infections VIH, Hépatites, IST» Du dépistage à la prévention. Dr Vincent

Plus en détail