FAVORISER L ALLAITEMENT MATERNEL Processus - Évaluation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FAVORISER L ALLAITEMENT MATERNEL Processus - Évaluation"

Transcription

1 FAVORISER L ALLAITEMENT MATERNEL Processus - Évaluation Juin 2006

2 SOMMAIRE I. PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL...3 II. PROCESSUS DE SOUTIEN DE L ALLAITEMENT...4 II.1. Description...4 II.2. Phase 1 d information sur l allaitement durant la grossesse...5 II.3. Phase 2 de démarrage de l allaitement à la naissance...6 II.4. Phase 3 d installation de l allaitement exclusif...7 II.5. Phase 4 de poursuite de l allaitement jusqu au sevrage...8 III. CHEMIN CLINIQUE...9 III.1. Définition...9 III.2. Phase 1 d information sur l allaitement durant la grossesse...10 III.3. Phase 2 de démarrage de l allaitement à la naissance...12 III.4. Phase 3 d installation de l allaitement exclusif...14 III.5. Phase 4 de poursuite de l allaitement jusqu au sevrage...17 IV. RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES...20 IV.1. Références...20 IV.2. Phase 1 d information sur l allaitement durant la grossesse...20 IV.3. Phase 2 de démarrage de l allaitement à la naissance...22 IV.4. Phase 3 d installation de l allaitement exclusif...25 IV.5. Phase 4 de poursuite de l allaitement jusqu au sevrage...27 V. CRITERES D EVALUATION...31 V.1. Définition...31 V.2. Critères professionnels...32 V.3. Critères organisationnels...33 V.4. Critères individuels...35 V.5. Enquête auprès des (futurs) parents...39 VI. AMELIORATION DE LA QUALITE...43 VI.1. Ressources pour la promotion de l allaitement...43 VI.2. Démarche qualité...44 VI.3. Projet d amélioration de la qualité...46 ANNEXES...47 I. METHODE DE TRAVAIL...47 I.1. Promoteurs...47 I.2. Comité de pilotage...47 I.3. Groupe de travail...47 I.4. Recherche documentaire...48 I.5. Grade des recommandations...49 II. OBSERVATION D UNE TETEE...50 III. RESSOURCES POUR L ALLAITEMENT MATERNEL...51 REFERENCES /55

3 I. PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL L allaitement maternel favorise la croissance physique et affective de l enfant, privilégie le lien mère-enfant, renforce l immunité de l enfant et réduit les coûts en lait artificiel et en soins (1). L Organisation mondiale de la santé (OMS) et l UNICEF (United Nations Children s Fund) font la promotion de l allaitement maternel avec la diffusion des «10 conditions pour le succès de l allaitement maternel» (2), dans le cadre de l initiative «Hôpitaux amis des bébés» (IHAB) (3) ; le rôle crucial de l allaitement est au cœur de la stratégie mondiale pour l alimentation du nourrisson et du jeune enfant (4). De nombreux pays développent des stratégies globales de promotion de l allaitement maternel ; les interventions les plus efficaces associent campagnes d information, formation des professionnels, recours aux consultants en lactation, groupes de soutien de mères allaitantes, aménagement du monde du travail (5) (6) (7). Le soutien de l allaitement maternel fait partie du Programme national nutrition santé 1 (8) ; il est intégré au plan de lutte contre l augmentation de la prévalence de l obésité infantile (9). Pourtant les pratiques professionnelles en France sont très variables. L enquête nationale périnatale 2003 constate la multiplicité des professionnels impliqués dans la surveillance de la grossesse et le suivi post-natal ; l allaitement au sein en maternité a augmenté de 40 % à 55 % entre 1995 et 2003, mais avec une grande hétérogénéité selon les régions (10). Notre société a longtemps recommandé le lait artificiel. L évolution des mentalités et la progression de l allaitement maternel suivent lentement la progression des connaissances scientifiques sur ses bénéfices. Les professionnels sont peu formés à la physiologie de l allaitement maternel et à son soutien. Les maternités n en font pas toujours une priorité ; l accent est mis sur les soins techniques immédiats à la naissance ; les séances d information aux futurs parents sont parfois supprimées par manque de moyens. Le souhait d une reprise rapide du poids de naissance lié au manque de confiance dans l allaitement maternel conduisent à proposer des «compléments» de lait artificiel malgré un désir exprimé des parents d allaitement maternel. La démarche qualité autour du soutien de l allaitement maternel concerne tous les professionnels impliqués en périnatalité, en particulier les sages-femmes, les puéricultrices, les auxiliaires de puériculture, les médecins généralistes, les gynécologues-obstétriciens, les pédiatres et les infirmières. Ce guide d évaluation peut être utilisé pour différentes actions d amélioration de la pratique : formation sur les recommandations existantes pour chaque étape du processus de soutien de l allaitement ; dossier de coordination entre les intervenants pour harmoniser les pratiques, en particulier au sein de réseau de périnatalité ; évaluation des pratiques professionnelles (11) individuelles, audit clinique sur une étape du processus (12), analyse d événement indésirable (13) ; programme d amélioration de la qualité, protocolisé et évalué (14). La rédaction d un dossier type structuré (chemin clinique) pour la coordination des intervenants s appuie sur la description des différentes étapes du processus de soutien de l allaitement, de la surveillance de la grossesse jusqu au sevrage. Les recommandations professionnelles sont recherchées dans la littérature scientifique et déclinées en critères d évaluation, afin de faciliter la mise en œuvre et le suivi d actions d amélioration de la qualité des soins. La méthode de travail est détaillée en annexe I. 1 3/55

4 II. PROCESSUS DE SOUTIEN DE L ALLAITEMENT II.1. Description Chaque étape du processus de soutien de l allaitement maternel correspond à une activité professionnelle individualisée à un moment clé d intervention auprès des (futurs) parents et de leur enfant. La description proposée constitue une démarche générique, qui peut être modifiée en fonction de la pratique considérée ; elle sert de référence lors de la réflexion sur l amélioration de la pratique. Le processus est découpé en quatre phases : information sur l allaitement durant la grossesse, démarrage de l allaitement à la naissance, installation de l allaitement exclusif, poursuite de l allaitement jusqu au sevrage. La démarche est représentée sous forme graphique : un rectangle correspond à une étape de l activité professionnelle ; un losange représente un «nœud de décision», c est-à-dire un choix dans le déroulement des étapes. Son découpage en segments n est donné qu à titre d exemple ; il peut varier en fonction des équipes pour tenir compte des spécificités d organisation. Figure 1 : Démarche de soutien de l allaitement maternel Favoriser l allaitement maternel Femme enceinte 1 Information durant la grossesse 2 Démarrage à la naissance 3 Installation de l allaitement exclusif 4 Poursuite de l allaitement Femme ayant arrêté l allaitement Femme n allaitant pas Femme ayant une contreindication à l allaitement maternel Seul le soutien de l allaitement maternel a été considéré. Le suivi de la grossesse normale ou pathologique, la préparation à la naissance, la conduite de l accouchement, les soins à la naissance ou la surveillance de la croissance de l enfant ne sont abordés que pour ce qui est lié à l allaitement maternel. 4/55

5 II.2. Phase 1 d information sur l allaitement durant la grossesse L objectif est d informer tous les futurs parents sur l intérêt et la physiologie de l allaitement maternel, dans le respect de leur culture, afin d aider leur décision sans imposer de choix. Cette phase est intégrée à la préparation à la naissance et à la parentalité (15), au mieux au sein d un réseau de périnatalité. Figure 2 : Exemple de processus d information sur l allaitement durant la grossesse Femme enceinte dont la grossesse est confirmée Consultations durant la grossesse Actes spécifiques Recherche de contre-indication à l allaitement Non Femme sans pathologie Oui Allaitement possible Oui Séance de préparation à la naissance Non Femme ayant une contre-indication à l allaitement Document d information sur l allaitement maternel Femme informée sur l allaitement 5/55

6 II.3. Phase 2 de démarrage de l allaitement à la naissance L objectif est de réunir les conditions favorables à un démarrage physiologique de l allaitement. Ce processus est intégré aux soins dispensés pendant l accouchement et le post-partum immédiat (16). Figure 3 : Exemple de processus de démarrage de l allaitement à la naissance Femme venant d accoucher Soins urgents Observation du nouveau-né Accompagnement de la séparation Non Nouveau-né sans détresse vitale Transfert Non Oui Contact peau à peau Oui Préservation du réflexe de succion Respect du réflexe de fouissement Tétée précoce Premiers conseils sur la mise en route de la lactation Femme ayant débuté l allaitement 6/55

7 II.4. Phase 3 d installation de l allaitement exclusif L objectif est d aider la femme avec son nouveau-né à installer un allaitement maternel exclusif, par un rappel de la physiologie de l allaitement et des besoins du nouveau-né, l observation de tétées et l identification de recours possibles. Figure 4 : Exemple de processus d installation de l allaitement exclusif Femme ayant débuté l allaitement Information sur la physiologie de l allaitement et les besoins du nouveau-né Maintien de l allaitement en l absence de prise du sein Non Nouveau-né prenant le sein Oui Accompagnement des tétées Observation systématique d une tétée Examen de la maman pathologie des seins Examen du bébé difficultés de succion Non Tétée efficace Oui Identification des recours possibles pour le soutien de l allaitement maternel Femme avec nourrisson allaité exclusivement 7/55

8 II.5. Phase 4 de poursuite de l allaitement jusqu au sevrage Les objectifs sont de dépister et d aider à la résolution d éventuelles difficultés (de tétée, pathologie maternelle ou séparation temporaire de la mère et de son enfant), puis d accompagner la décision de sevrage. Figure 5 : Exemple de processus de poursuite de l allaitement jusqu au sevrage Femme avec nourrisson allaité Contact avec un professionnel de santé Pathologie maternelle aiguë Non Difficulté des tétées Oui Non Non Séparation temporaire mère-enfant Oui Allaitement et pathologie maternelle aiguë Recours à un référent pour l allaitement Observation d une tétée Résolution de difficultés Oui Maintien de la lactation et conservation du lait Vraie contreindication à l allaitement Non Information sur la physiologie de la poursuite de l allaitement maternel (exclusif ou partiel) Oui Décision de sevrage Accompagnement du sevrage Femme avec enfant sevré 8/55

9 III. CHEMIN CLINIQUE III.1. Définition Les objectifs du chemin clinique sont la simplification des interventions des professionnels, l amélioration de l efficacité des soins, la clarification et la simplification de l information donnée aux patients, l optimisation des ressources humaines et matérielles. Le chemin clinique peut être utilisé dans un établissement de santé, dans un réseau de soins ou dans le cadre de l exercice libéral coordonné (17). Le chemin clinique met en place le processus sous forme d une planification a priori de l ensemble des actes à réaliser pour le soutien de l allaitement maternel ; il favorise le consensus de l équipe sur la pratique professionnelle souhaitée. Il détermine un accompagnement optimal des familles à partir des recommandations professionnelles ; pour chaque étape sont décrits les objectifs cliniques, les objectifs patients et les résultats attendus en fin de séquence. Le chemin clinique permet de redéfinir le rôle des différents intervenants et favorise la continuité des soins. Il se présente sous forme d un document qui s intègre au dossier patient et permet à chaque professionnel de s assurer que les (futurs) parents et leur nouveau-né reçoivent les soins appropriés au moment où ils doivent les recevoir, sans oubli ni répétition inutile ; chaque acte est coché et signé par la personne qui l a réalisé. Le support d un dossier structuré permet d homogénéiser le recueil des informations et de guider le contenu des étapes du processus. Les écarts entre les résultats attendus et ceux observés seront analysés (causes et conséquences) et conduiront à un ajustement de la pratique professionnelle. Si de nombreux écarts sont enregistrés, il est nécessaire d évaluer la pertinence du chemin clinique et de discuter son amélioration. La première évaluation est faite après une utilisation de 3 mois, afin d identifier et résoudre rapidement les problèmes rencontrés. Une actualisation régulière est recommandée. Le chemin clinique décrit est générique ; il doit être adapté et validé par tous les membres de l équipe multidisciplinaire qui le mettra en œuvre ; des protocoles seront élaborés ou révisés pour détailler certaines étapes. Il est utile de lui joindre un document écrit expliquant son utilisation. Un test d utilisation pour quelques femmes permet de mesurer l applicabilité du chemin clinique élaboré. Par exemple, un chemin clinique a été développé autour de la dyade mère-enfant en cas d hospitalisation pour allaitement inefficace (18). 9/55

10 III.2. Phase 1 d information sur l allaitement durant la grossesse PHASE 1 Objectifs professionnels Consultations durant la grossesse Explorer les représentations maternelles et de ses connaissances sur l allaitement Informer les futurs parents sur la physiologie de l allaitement Date Signature Objectif des futurs parents Être informés sur la naissance et l allaitement Anamnèse Expériences antérieures d allaitement Représentations des futurs parents et de leur entourage sur l allaitement ATCD de chirurgie mammaire Examen clinique Examen des seins Information Résultat attendu Présence du père à une consultation Bénéfices de l allaitement pour le bébé Bénéfices de l allaitement pour la mère Intérêt d un allaitement exclusif durant 6 mois Physiologie de l allaitement et de la mise en route de la lactation Organisation de la préparation à la naissance Inutilité de la préparation des seins Information adaptée aux attentes PHASE 1 Recherche de contre-indication à l allaitement Objectifs professionnels Dépister une éventuelle contre-indication à l allaitement ; déterminer sa durée Date Signature Objectif des futurs parents Comprendre la balance bénéfices-risques Anamnèse Pathologie maternelle, prise de médicaments Addiction Examen complémentaire Sérologie HIV Information Conduite à tenir pour permettre un allaitement (éventuellement différé) en cas de contre-indication à l allaitement Résultat attendu Évaluation de la balance bénéfices-risques 10/55

11 PHASE 1 Objectifs professionnels Séance de préparation à la naissance Compléter l information reçue en consultation sur l intérêt de l allaitement et sa physiologie en fonction des attentes Éduquer sur la pratique de l allaitement Donner confiance à la future mère sur ses compétences Date Signature Objectif des futurs parents Acquérir un savoir-faire de base sur l allaitement Anamnèse Écoute du groupe : expériences et attentes Information Présence du père ou d un membre de l entourage de la maman Contexte culturel de l allaitement en France Rappel de l intérêt de l allaitement et de sa physiologie (orienté par les questions) Conditions favorables à la naissance (peau à peau) Comportement du nouveau-né les premiers jours Rôle du père Ressources pour le soutien de l allaitement Pratique Position au sein avec une poupée Résultats attendus Avoir confiance dans les savoirs acquis sur l accouchement et l allaitement, ainsi que dans les compétences du nouveau-né Rencontre avec des mères ayant allaité avec succès PHASE 1 Objectifs professionnels Document d information sur l allaitement maternel Rappeler l intérêt et la physiologie de l allaitement maternel ; proposer des sources d information et de recours Date Signature Objectif des futurs parents Connaître des sources d information pour le soutien de l allaitement Pratique Résultat attendu Distribution d un document d information à jour sur le soutien de l allaitement Contact avant la naissance de recours pour le soutien de l allaitement 11/55

12 III.3. Phase 2 de démarrage de l allaitement à la naissance PHASE 2 Objectif professionnels Objectifs des parents Observation du nouveau-né Vérifier les fonctions vitales du nouveau-né Accueillir leur bébé dans les meilleures conditions Garder le bébé près de la maman Date Signature Examen clinique APGAR Information État de santé du nouveau-né Résultat attendu Évaluation de l état de santé du nouveau-né PHASE 2 Objectifs professionnels Objectif de la mère Pratique Information Résultat attendu Contact peau à peau Maintenir la température du nouveau-né Favoriser le lien mère-enfant Faire connaissance du nouveau-né Sécher l enfant Bonnet Couvrir avec un linge chaud et sec, sur le ventre de la maman Contrôle de la température de la salle de naissance Intérêt du peau à peau Bain différé Sensation de bien-être Date Signature PHASE 2 Objectif professionnel Objectifs de la mère Pratique Tétée précoce Favoriser le démarrage physiologique de l allaitement Poursuivre la relation fusionnelle avec le bébé Nourrir son bébé Première tétée en salle de naissance Respect du réflexe de fouissement Laisser le nouveau-né prendre le sein seul Date Signature Information Intérêt du colostrum Résultat attendu Démarrage de l allaitement 12/55

13 PHASE 2 Objectif professionnel Objectif de la mère Pratique Information Résultat attendu Premiers conseils sur la mise en route de la lactation Favoriser la mise en route de la lactation Connaître les facteurs favorisant la mise en route de la lactation Cohabitation mère-enfant 24 heures/24 Équipement hôtelier adapté pour l allaitement Bonne position du nouveau-né et prise correcte du sein Pas de substitut de lait à disposition dans la chambre Intérêt de l allaitement exclusif, sans restriction des tétées, eau ou «complément» inutiles Physiologie de la mise en route de la lactation Ne pas donner de tétine artificielle Acquisition des connaissances de base sur la mise en route de la lactation Date Signature PHASE 2 Objectifs professionnels Objectifs des parents Pratique Information Résultats attendus Accompagnement d une séparation Favoriser le contact mère-enfant et préserver l allaitement Préserver le lien mère-enfant et poursuivre l allaitement Présentation du nouveau-né dès que possible Apprendre à la mère à exprimer son lait Permettre le contact avec l enfant État de santé de l enfant Importance de la poursuite de l allaitement Mise en place du lien mère-enfant et démarrage de la lactation Date Signature PHASE 2 Objectif professionnel Objectif des parents Pratique Information Résultat attendu Préservation du réflexe de succion Préserver le réflexe de succion Permettre un allaitement au sein ultérieur Alimentation sans tétine Entretenir le réflexe de succion Pas de sonde d aspiration en l absence de détresse vitale Fragilité du réflexe de succion Méthodes d alimentation sans tétine Persistance du réflexe de succion Date Signature 13/55

14 III.4. Phase 3 d installation de l allaitement exclusif PHASE 3 Objectifs professionnels Objectif des parents Pratique Information Résultat attendu Information sur la physiologie de l allaitement et les besoins du nouveau-né Informer sur la physiologie de l allaitement et les besoins du nouveau-né Connaître les conditions optimales pour l allaitement Ne pas distribuer de colis cadeau promotionnel de substitut de lait au biberon Importance d un allaitement exclusif sans autre apport Tétées sans restriction de leur fréquence et de leur durée Signes d éveil du nouveau-né et rythmes du bébé Nutrition saine, variée et équilibrée de la maman Interactions avec les prises de médicament, tabac, alcool, toxiques Acquisition de connaissances sur la physiologie de l allaitement et les besoins du nouveau-né Date Signature PHASE 3 Objectif professionnel Objectifs de la mère Pratique Information Résultat attendu Accompagnement des tétées Obtenir un transfert de lait mère-enfant efficace Tétées confortables et efficaces Croissance harmonieuse du bébé Recherche avec la mère d une bonne position pour les tétées Observation d une tétée Signes de transfert de lait efficace Attendre que le bébé ait cessé de téter de lui-même Nettoyage des mamelons inutile en dehors de la douche quotidienne Prévention des difficultés de tétées Date Signature 14/55

15 PHASE 3 Objectifs professionnels Objectif des parents Maintien de l allaitement en l absence de prise du sein Date Signature Maintenir la lactation et alimenter le bébé avec le lait de sa mère Permettre la reprise de l allaitement au sein Pratique Information Résultat attendu Expression précoce et fréquente du lait Méthode «mère kangourou» Bébé alimenté en priorité avec le lait de sa mère Soutien de la reprise de l allaitement au sein, la plus précoce possible Règles d utilisation et d entretien du tire-lait, stérilisation inutile (si usage individuel) Importance du contact peau à peau et du massage des seins Poursuite de l allaitement exclusif PHASE 3 Objectifs professionnels Objectifs des parents Anamnèse Pratique Information Examen de la maman et du bébé en cas de tétées inefficaces Rechercher les causes de difficulté de prise du sein et les résoudre Traiter une pathologie de la femme ou de son bébé Préserver l allaitement maternel Grossesse et naissance Pathologie de l enfant Confiance en elle de la mère sur sa capacité d allaiter Pathologie de la mère Examen des seins Traitement éventuel d une pathologie du sein Évaluation des capacités de succion du bébé En cas d engorgement, expression du lait suivie d une tétée Relance de la lactation Prévention de la survenue d un engorgement, signes et moyens d y faire face Date Signature Résultat attendu Poursuite de l allaitement dans des conditions physiologiques 15/55

16 PHASE 3 Objectif professionnel Objectif des parents Anamnèse Pratique Information Résultat attendu Identification des recours possibles Fournir un recours compétent pour le soutien de l allaitement maternel et Avoir des interlocuteurs pour un partage d expérience et des conseils adaptés Recours identifiés Rendez-vous dans la première semaine de vie avec un professionnel de santé formé au suivi de l allaitement Intérêt d un soutien de l allaitement par un professionnel formé ou des mères ayant allaité avec succès Annuaire actualisé de recours professionnels ou associatifs Possibilité de conseils appropriés et d encouragements pour l allaitement Date Signature 16/55

17 III.5. Phase 4 de poursuite de l allaitement jusqu au sevrage PHASE 4 Objectifs professionnels Objectif des parents Contact avec un professionnel de santé Anticiper, déceler ou résoudre des difficultés éventuelles de l allaitement Réduire le risque de sevrage précoce Être rassurés sur le bon déroulement de l allaitement Date Signature Anamnèse Déroulement de l allaitement Examen clinique Croissance de l enfant Information Moyens de faire face aux éventuelles difficultés Résultat attendu Confiance de la mère sur sa capacité à poursuivre l allaitement PHASE 4 Objectif professionnel Objectif des parents Information Résultat attendu Information sur le déroulement physiologique de l allaitement maternel Éviter des arrêts intempestifs de l allaitement Accroître l expérience de la pratique de l allaitement Les pleurs du bébé ne sont pas toujours liés à la faim Développement optimal du nourrisson avec un allaitement exclusif durant 6 mois Allaitement maternel durant 2 ans ou plus inclus dans l alimentation physiologique du nourrisson Fertilité en cours d allaitement Connaissance des différentes étapes physiologiques de l allaitement Date Signature PHASE 4 Objectif professionnel Objectifs des parents Recours à un référent pour l allaitement Résoudre les difficultés de l allaitement Poursuite d un allaitement physiologique Date Signature Anamnèse Douleurs lors des tétées, problèmes cutanés Pratique Observation d une tétée Information Résultat attendu Perception d une insuffisance de lait le plus souvent non fondée Soutien de l allaitement adapté aux attentes 17/55

18 PHASE 4 Objectifs professionnels Objectif des parents Examen clinique Pratique Information Résultat attendu Résolution de difficultés des tétées Résoudre les difficultés de tétées Bénéficier du traitement adéquat en cas de pathologie de la mère ou de son bébé Signes locaux et généraux d une lymphangite ou mastite Transfert de lait au cours de la tétée Optimiser le drainage du sein Discussion d un traitement antibiotique en cas de mastite Évaluation de la pratique de l allaitement Poursuivre l allaitement en cas de mastite prévient le risque d abcès du sein Tétées confortables et efficaces Date Signature PHASE 4 Objectifs professionnels Objectif des parents Allaitement et pathologie maternelle aiguë Éviter une contre-indication abusive de l allaitement Éviter une interaction médicamenteuse avec l allaitement Maintenir l allaitement en cas de pathologie maternelle Date Signature Anamnèse Prise de médicaments par la mère Pratique Avant de prescrire un traitement : la pathologie nécessite vraiment un traitement à efficacité équivalente, traitement avec le moins de risques pour l enfant Avant de suspendre l allaitement : risque potentiel pour l enfant supérieur à l avantage procuré par l allaitement Maintien de la lactation (expression du lait) en cas de contre-indication temporaire à l allaitement Information Résultat attendu Peu de maladies ou thérapeutiques justifient un arrêt brutal de l allaitement maternel Interactions médicamenteuses entre traitements de la mère et de l enfant au cours de l allaitement Poursuite de l allaitement en cas de pathologie maternelle 18/55

19 PHASE 4 Objectifs professionnels Objectif de la mère Maintien de la lactation et conservation du lait en cas de séparation temporaire mère-enfant Informer sur les différentes modalités de poursuite de l allaitement en cas de séparation temporaire mère-enfant Garantir de bonnes conditions d extraction et de conservation du lait Concilier allaitement et reprise d activité Date Signature Pratique En cas d hospitalisation de l enfant : prévenir le risque bactériologique éviter l administration du lait maternel à un autre enfant Information Résultat attendu Possibilités de tétée en crèche ou en hospitalisation Reprise de l allaitement à la demande pendant les jours de congé Expression et conservation du lait Mesures inscrites dans le Code du travail Poursuite de l allaitement en cas de séparation temporaire mère-enfant PHASE 4 Objectif professionnel Objectif des parents Décision de sevrage Accompagnement des parents dans leur désir de sevrage Aide à la décision Date Signature Anamnèse Motifs de la décision Pratique Résolution d éventuelles difficultés ressenties ou redoutées Information Résultat attendu Possibilités de poursuite de l allaitement malgré une suspension temporaire Décision fondée sur une réflexion éclairée PHASE 4 Objectifs professionnels Objectif de la mère Accompagnement du sevrage Prévenir l engorgement mammaire Poursuivre une alimentation équilibrée de l enfant Effectuer une transition facile de l alimentation de l enfant Date Signature Anamnèse Diversification, prise de biberons Information Résultat attendu Diminution progressive de la lactation Besoins nutritionnels de l enfant Sevrage bien vécu par la mère et l enfant 19/55

20 IV. RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES IV.1. Références Les recommandations utilisées pour le chemin clinique sont écrites à partir d une étude exhaustive de la littérature, avec une méthode d élaboration rigoureuse et explicite, comme les recommandations pour la pratique clinique, les conférences de consensus ou les méta-analyses. Leur validité est vérifiée et le grade des recommandations est précisé (19). En l absence d études, les recommandations sont fondées sur un accord professionnel. Deux textes ont servi de sources principales de recommandations : les recommandations pour la pratique clinique sur la mise en œuvre et la poursuite de l allaitement maternel, Anaes (20) ; les recommandations pour l installation d un allaitement maternel exclusif, ILCA 2005 (International lactation consultant association) 3 (21). D autres textes ont été utilisés ponctuellement, notamment des recommandations élaborées par l OMS 4 ; leur référence est alors précisée. L argumentaire des recommandations est à rechercher dans les textes de référence ; seule une brève synthèse est reprise avec le rappel du grade. La physiologie de l allaitement est à approfondir par ailleurs (22). Les recommandations sélectionnées sont adaptées au contexte de santé français. À chaque étape du processus sont présentés les objectifs de qualité issus des recommandations professionnelles ; en l absence de précision du grade de la recommandation, il s agit d un accord professionnel. Quelques recommandations concernent les professionnels de santé ; elles sont alors individualisées dans un encadré, car bien que liées au soutien de l allaitement, elles sont en marge du processus centré sur la (future) mère ou son enfant. IV.2. Phase 1 d information sur l allaitement durant la grossesse Consultations durant la grossesse Toute rencontre avec une femme enceinte doit être l occasion pour les professionnels de santé d aborder le mode d alimentation du nouveau-né et en particulier l allaitement maternel. Cette information prénatale s adresse également au futur père, celui-ci jouant un rôle de soutien de la mère. S informer des représentations maternelles et de ses connaissances sur l allaitement. Cette connaissance permet de cibler les interventions de soutien à l allaitement ou d organiser un programme spécifique. Demander au futur père de venir à la consultation. Les pères peuvent être capables de fournir un soutien physique et psychologique, mais ne sont pas nécessairement préparés à ce rôle /55

21 Recommander un allaitement exclusif durant 6 mois (grade B). L effet protecteur de l allaitement maternel dépend de sa durée et de son exclusivité. Le bénéfice d une préparation physique des seins, même en cas de mamelons rétractés ou peu extensibles, n est pas démontré. Évaluer les représentations et les connaissances des professionnels de l équipe périnatale sur l intérêt et la physiologie de l allaitement maternel. La formation de l équipe périnatale dans son ensemble permet d harmoniser les connaissances, les pratiques et les messages délivrés par l équipe. Les nouveaux professionnels doivent être formés à leur arrivée dans le service ou le réseau (23). Recherche de contre-indication à l allaitement Les raisons médicales qui contre-indiquent l allaitement maternel sont exceptionnelles : infection par le VIH (sauf pasteurisation du lait), toxicomanie (une mère sous méthadone bien suivie peut allaiter), chimiothérapie et démarrage d un traitement antituberculeux. Les maladies infectieuses courantes, le tabagisme maternel (le passage lacté de la nicotine étant prouvé, il faut encourager les mères à arrêter de fumer ; mais de toute façon, l allaitement reste le meilleur choix), la plupart des médicaments (consulter d autres sources d information que le dictionnaire Vidal) sont des contre-indications abusives à l allaitement. Rechercher une éventuelle contre-indication à l allaitement maternel. Informer les futurs parents sur les rares vraies contre-indications, souvent temporaires, et les contre-indications abusives à l allaitement maternel. Séance de préparation à la naissance Les séances de préparation à la naissance complètent le suivi médical (24). Des programmes structurés utilisant une approche de groupe ou individuelle, à l hôpital ou en dehors, et s appuyant sur l association de plusieurs techniques éducatives (groupe de discussion, cours de préparation à l accouchement, brochures, vidéo, manuel d auto-apprentissage) augmentent le taux d allaitement maternel à la naissance et, dans certains cas, sa poursuite (grade C). Proposer systématiquement aux futurs parents une séance de préparation à la naissance comprenant une information sur l allaitement. Proposer une éducation à l allaitement maternel à l entourage de la femme enceinte. Le soutien de la mère par son entourage augmente la durée de l allaitement (grade B). Organiser des rencontres avec des mères ayant allaité avec succès (25). Chez les femmes de faible niveau de ressources ou appartenant à des minorités ethniques, des contacts durant la période pré- et postnatale avec des mères expérimentées améliorent la mise en œuvre et la durée de l allaitement (grade C). Former un des membres de l équipe de maternité ou du réseau à être consultant en lactation IBCLC (International Board Certified Lactation Consultant) ou à suivre l enseignement du DIULHAM (Diplôme inter-universitaire «lactation humaine et allaitement maternel). 21/55

J ai choisi d allaiter...

J ai choisi d allaiter... Nous vous souhaitons un bon allaitement. J ai choisi d allaiter... Mes numéros : Pédiatre. Sage-femme. Médecin traitant... PMI Pharmacie... Brochure réalisée par les bénévoles de l AREAM. Juin 2009 L allaitement

Plus en détail

Contribuer à l évaluation des pratiques professionnelles en matière d allaitement Offrir des outils pour l amélioration des savoirs et savoir-faire

Contribuer à l évaluation des pratiques professionnelles en matière d allaitement Offrir des outils pour l amélioration des savoirs et savoir-faire Lactation : Périnatalité et premiers mois Formation de 2015 AOÛT 2014-1 Le CREFAM, Centre de Recherche, d Évaluation et de Formation à l Allaitement Maternel : est un organisme de formation continue enregistré

Plus en détail

Allaitement maternel et alimentation du nourrisson

Allaitement maternel et alimentation du nourrisson Présent pour vous Allaitement maternel et alimentation du nourrisson Préambule L Ordre des pharmaciens du Québec assure la protection du public en encourageant les pratiques pharmaceutiques de qualité

Plus en détail

PREPARATION A LA PARENTALITE RYTHMES ET BESOINS DU NOUVEAU-NE. «Un bébé a besoin de tendresse, de chaleur, de contact et de lait»

PREPARATION A LA PARENTALITE RYTHMES ET BESOINS DU NOUVEAU-NE. «Un bébé a besoin de tendresse, de chaleur, de contact et de lait» Version 1- Nov. 2012 OBSTETRIQUE Fiche d information N 3 Page 1/8 Validation PREPARATION A LA PARENTALITE RYTHMES ET BESOINS DU NOUVEAU-NE Document 3-3 Condition «Un bébé a besoin de tendresse, de chaleur,

Plus en détail

Soins du post-partum

Soins du post-partum Diplôme Inter Universitaire de Soins Obstétricaux et Néonatals d Urgence SONU Soins du post-partum Prise en charge des complications lors de la grossesse et de l accouchement Objectifs de la séance Définir

Plus en détail

Une sage-femme vous accompagne...

Une sage-femme vous accompagne... Département Mère/ Enfant Chef du département: Dr Thomas D. Centre hospitalier Etterbeek-Ixelles Rue Jean Paquot, 63 1050 Ixelles 02/641 41 11 Une sage-femme vous accompagne... Un film sur la maternité

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Sortie de maternité. préparez. votre retour à la maison

Sortie de maternité. préparez. votre retour à la maison Sortie de maternité préparez votre retour à la maison Sommaire 1 Préparez votre retour à la maison avant l accouchement 3 2 Qui solliciter pour assurer mon suivi et celui de mon bébé? 3 3 Combien de jours

Plus en détail

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES 327 Allaitement maternel inefficace (00104) 327 Allaitement maternel interrompu (00105) 328 Motivation à améliorer l allaitement maternel (00106) 329 Tension dans l exercice

Plus en détail

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer Septembre 2009 DÉFINITION ET OBJECTIF Dès lors qu ils expriment un projet de

Plus en détail

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN PRESENTATION PROJET 2010-2015 Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN Bilan d activité du RSN année 2009 Population cible : 18000 couple mère enfant Professionnels impliqués dans le réseau :

Plus en détail

Le CSSS du Lac-des-Deux-Montagnes adopte la présente politique d allaitement maternel qui permet de :

Le CSSS du Lac-des-Deux-Montagnes adopte la présente politique d allaitement maternel qui permet de : MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDÉS ADMINISTRATIFS Titre: Allaitement maternel Responsable: Direction de la famille et de la santé mentale Approbation(s): Conseil d administration Initiale: 2002-02-20 Révision:

Plus en détail

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE 2 0 1 3 INTRODUCTION La première stratégie manitobaine de promotion de l allaitement maternel a été conçue à l automne 2006 afin de mettre

Plus en détail

Votre bébé a besoin de soins spéciaux

Votre bébé a besoin de soins spéciaux Votre bébé a besoin de soins spéciaux Ce guide se veut un document de référence afin de favoriser une meilleure compréhension de tous les aspects entourant la venue d un enfant prématuré ou malade. Il

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC

LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC UNE PRIORITÉ DE LA POLITIQUE DE PÉRINATALITÉ (2008-2018) Mémoire présenté aux membres de la commission parlementaire de la santé et des services sociaux Préparé par

Plus en détail

LE DIABETE GESTATIONNEL

LE DIABETE GESTATIONNEL Document de synthèse sur le diabète gestationnel DOCUMENT DE SYNTHESE LE DIABETE GESTATIONNEL Preface Document de synthèse sur le diabète gestationnel Cher lecteur, chère lectrice Ce document est un guide

Plus en détail

Infection à Candida ou muguet du mamelon et du sein Document à l intention des patients

Infection à Candida ou muguet du mamelon et du sein Document à l intention des patients Centre de médecine familiale Herzl, Clinique d allaitement Goldfarb Infection à Candida ou muguet du mamelon et du sein Document à l intention des patients Définition Le Candida albicans est un type de

Plus en détail

L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices. Édition 2013

L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices. Édition 2013 1 L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices Édition 2013 L assurance maternité Sommaire Les prestations maternité 3 Cas particuliers 8 Le congé paternité 11

Plus en détail

Conférence de Presse 11/09/2013. «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg»

Conférence de Presse 11/09/2013. «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg» Conférence de Presse 11/09/2013 «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg» La Santé Périnatale au Luxembourg Etat des lieux Présentation de deux rapports : Surveillance de la Santé

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices. Édition 2015

L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices. Édition 2015 1 L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices Édition 2015 L ASSURANCE MATERNITÉ Sommaire Les prestations maternité 3 Cas particuliers 8 Le congé paternité 11

Plus en détail

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES Ont participé à la réalisation de ce document, l Association Nationale des Sages-femmes Cadres,

Plus en détail

phase de destruction et d'élimination de débris

phase de destruction et d'élimination de débris LE POST PARTUM I ) Définition : c'est une période de 6 semaines allant de l'accouchement jusqu'au retour de couches (= règles). Pendant ce temps il est nécessaire d'effectuer une surveillance médicale

Plus en détail

Indications de la césarienne programmée à terme

Indications de la césarienne programmée à terme Indications de la césarienne programmée à terme Janvier 2012 Quelles sont les indications de la césarienne programmée? Utérus cicatriciel Transmissions mère-enfant d infections maternelles Grossesse gémellaire

Plus en détail

PLAN D ACTION 2012 2016 POUR ACCELER LA REDUCTION DE LA MORTALITE MATERNELLE ET NEONATALE

PLAN D ACTION 2012 2016 POUR ACCELER LA REDUCTION DE LA MORTALITE MATERNELLE ET NEONATALE Royaume du Maroc Ministère de la Santé PLAN D ACTION 2012 2016 POUR ACCELER LA REDUCTION DE LA MORTALITE MATERNELLE ET NEONATALE Fin du Compte à rebours 2015 Avec l appui de Contexte En souscrivant aux

Plus en détail

DOSSIER D INFORMATION

DOSSIER D INFORMATION Paris, le 11 septembre 2009 DOSSIER D INFORMATION Conduite à tenir en cas d épidémie de grippe A H1N1 pour les femmes enceintes Ce que les futures mamans doivent savoir... Les femmes enceintes doivent

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ACTIVITÉ(S) RÉSERVÉE(S) Évaluer la condition physique et mentale d une personne symptomatique Administrer et ajuster des médicaments lorsqu ils font l objet d une ordonnance Contribuer au suivi de la grossesse,

Plus en détail

RECOMMANDATIONS D HYGIENE POUR LA PREPARATION ET LA CONSERVATION DES BIBERONS RAPPORT DE L AFSSA

RECOMMANDATIONS D HYGIENE POUR LA PREPARATION ET LA CONSERVATION DES BIBERONS RAPPORT DE L AFSSA RECOMMANDATIONS D HYGIENE POUR LA PREPARATION ET LA CONSERVATION DES BIBERONS RAPPORT DE L AFSSA Dominique Turck Clinique de Pédiatrie Hôpital Jeanne de Flandre et Faculté de Médecine, Lille CONTEXTE DE

Plus en détail

CHIRURGIE THORACIQUE. Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique. Pour vous, pour la vie

CHIRURGIE THORACIQUE. Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique. Pour vous, pour la vie 23 CHIRURGIE THORACIQUE Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique Pour vous, pour la vie Cette brochure contient des informations concernant la chirurgie que

Plus en détail

Un poste à votre mesure!

Un poste à votre mesure! Titre du poste : INFIRMIÈRE PRATICIENNE EN SOINS DE PREMIÈRE LIGNE (IPSPL) Direction : Direction des soins infirmiers Statut : Temps complet - 35 heures/semaine Quart : Jour LIBELLÉ DU TITRE D EMPLOI Personne

Plus en détail

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la élever CommenT UN enfant ayant une drépanocytose Q Le test de dépistage qui a été pratiqué à la maternité vient de révéler que votre bébé est atteint de drépanocytose. Aujourd hui, votre enfant va bien,

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

La planification familiale

La planification familiale La planification familiale après l avortement spontané ou provoqué Introduction Les grossesses non désirées sont l une des principales raisons pour lesquelles les femmes choisissent d avorter. Beaucoup

Plus en détail

Journée Allaitement. Formation et Clinique d allaitement. en pharmacie. en pharmacie

Journée Allaitement. Formation et Clinique d allaitement. en pharmacie. en pharmacie Journée Allaitement en pharmacie Formation et Clinique d allaitement en pharmacie Formation aux pharmaciens en allaitement accréditée par l Ordre des pharmaciens du Québec 1,5 UFC Durée : 1 h 30 Clinique

Plus en détail

Domaine Santé. Plan d études cadre Modules complémentaires santé. HES-SO, les 5 et 6 mai 2011. 1 PEC Modules complémentaires santé

Domaine Santé. Plan d études cadre Modules complémentaires santé. HES-SO, les 5 et 6 mai 2011. 1 PEC Modules complémentaires santé Domaine Santé Plan d études cadre Modules complémentaires santé HES-SO, les 5 et 6 mai 2011 1 PEC Modules complémentaires santé Plan d études cadre Modules complémentaires santé 1. Finalité des modules

Plus en détail

À compter de 2010 les codes du chapitre XVI ne doivent plus être employés au-delà de 2 ans. Créé le 1 er Mars 2011

À compter de 2010 les codes du chapitre XVI ne doivent plus être employés au-delà de 2 ans. Créé le 1 er Mars 2011 FASCICULE VI AFFECTIONS DU NOUVEAU-NÉ Emploi des codes du chapitre XVI Le chapitre XVI est celui de Certaines affections dont l origine se situe dans la période périnatale. La définition de la période

Plus en détail

Naître à l hôpital Daler

Naître à l hôpital Daler Naître à l hôpital Daler Sommaire Se préparer à la naissance 5 Quand se rendre à la maternité 6 Il faut prendre avec vous 8 L heure est arrivée, la naissance 10 Votre séjour en maternité 15 Votre retour

Plus en détail

EMMA EVALUATION DE LA MATERNITE EN MARTINIQUE EN 2006. Enquête de satisfaction auprès des patientes des soins en obstétrique de Martinique

EMMA EVALUATION DE LA MATERNITE EN MARTINIQUE EN 2006. Enquête de satisfaction auprès des patientes des soins en obstétrique de Martinique EMMA EVALUATION DE LA MATERNITE EN MARTINIQUE EN 2006 Enquête de satisfaction auprès des patientes des soins en obstétrique de Martinique Réalisée par le Réseau périnatal de la Martinique rapport rédigé

Plus en détail

LA CARIE DE LA PETITE ENFANCE JASP 2005 Dr Roger Bélanger Dre Suzanne Hébert DRSP Québec Déroulement de la présentation Définition Carie de la petite enfance sévère Connaissances actuelles Recommandations

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE Éducation thérapeutique de l enfant asthmatique et de sa famille en pédiatrie Juillet 2005 I. PROMOTEURS Association française de pédiatrie ambulatoire

Plus en détail

PériNatalité et petite enfance

PériNatalité et petite enfance Périnatalité et petite enfance Comment naître dans le 19 e arrondissement? L inscription à la maternité Il est important de s inscrire à la maternité le plus tôt possible pour assurer un suivi de grossesse

Plus en détail

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel LE GRAND LIVRE Du diabète Vivre avec le diabète à tout âge Traiter et surveiller la maladie Prévenir les complications, 2012 ISBN : 978-2-212-55509-7

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I ANNEXE I DIPLÔME D ÉTAT D INFIRMIER Référentiel d activités Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde

La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde Vivre avec une polyarthrite rhumatoïde Décembre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

La prise en charge de votre rectocolite hémorragique

La prise en charge de votre rectocolite hémorragique G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre rectocolite hémorragique Vivre avec une RCH Octobre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

Contraception après 40 ans

Contraception après 40 ans Contraception après 40 ans Stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme. Recommandations pour la pratique clinique Décembre 2004. ANAES/AFSSAPS Un vaste choix contraceptif Contraception

Plus en détail

Surveillance de la santé. Brochure d information dans la cadre du "bien-être au travail"

Surveillance de la santé. Brochure d information dans la cadre du bien-être au travail Surveillance de la santé Brochure d information dans la cadre du "bien-être au travail" Sommaire Sommaire 1 1. Introduction 2 2. Analyse des risques 3 2.1. Etablissement de la liste des risques 3 2.2.

Plus en détail

ANAMNÈSE - 1 - Création : Dre Josée Douaire, psychologue

ANAMNÈSE - 1 - Création : Dre Josée Douaire, psychologue ANAMNÈSE - 1 - (N.B. : le carnet de santé de votre enfant peut vous être utile pour remplir ce questionnaire) Nom de la personne qui complète ce questionnaire : Informations générales Nom de l enfant :

Plus en détail

Hôpital neuchâtelois. Hôpital neuchâtelois. La maternité. La maternité. Hôpital neuchâtelois. La maternité. Hôpital neuchâtelois / page /

Hôpital neuchâtelois. Hôpital neuchâtelois. La maternité. La maternité. Hôpital neuchâtelois. La maternité. Hôpital neuchâtelois / page / Hôpital neuchâtelois La maternité Hôpital neuchâtelois La maternité Hôpital neuchâtelois La maternité 00 01 Message de bienvenue Message de bienvenue Bienvenue à la maternité! Nous sommes là pour vous

Plus en détail

Document de réflexion : Précisions et orientations sur les formes inappropriées de promotion des aliments pour nourrissons et jeunes enfants

Document de réflexion : Précisions et orientations sur les formes inappropriées de promotion des aliments pour nourrissons et jeunes enfants Document de réflexion : Précisions et orientations sur les formes inappropriées de promotion des aliments pour nourrissons et jeunes enfants CONTEXTE 1. La bonne alimentation des nourrissons et des jeunes

Plus en détail

Livret de Messages Clés

Livret de Messages Clés Livret de Messages Clés Le Paquet de Counseling Communautaire pour l Alimentation du Nourrisson et du Jeune Enfant (ANJE) Livret de Messages Clés Le Paquet de Counseling Communautaire pour l Alimentation

Plus en détail

IST et SIDA : s'informer pour se protéger!

IST et SIDA : s'informer pour se protéger! IST et SIDA : s'informer pour se protéger! Tous concernés! De quoi s agit-il? Les Infections Sexuellement Transmissibles (IST) sont des infections dues à des virus, des bactéries, des parasites ou des

Plus en détail

EVALUATION DE LA MISE EN PLACE DE LA PERMANENCE TELEPHONIQUE PROFESSIONNELLE ALLAIT ECOUTE Soutien à l allaitement maternel

EVALUATION DE LA MISE EN PLACE DE LA PERMANENCE TELEPHONIQUE PROFESSIONNELLE ALLAIT ECOUTE Soutien à l allaitement maternel UNIVERSITE LILLE 2 Ecole de sages-femmes du CHRU de Lille EVALUATION DE LA MISE EN PLACE DE LA PERMANENCE TELEPHONIQUE PROFESSIONNELLE ALLAIT ECOUTE Soutien à l allaitement maternel Mémoire rédigé et soutenu

Plus en détail

Avec un nouveau bébé, la vie n est pas toujours rose

Avec un nouveau bébé, la vie n est pas toujours rose Avec un nouveau bébé, la vie n est pas toujours rose Le «blues du post-partum» est FRÉQUENT chez les nouvelles mères. Quatre mères sur cinq auront le blues du post-partum. LE «BLUES DU POST-PARTUM» La

Plus en détail

Le test de dépistage qui a été pratiqué

Le test de dépistage qui a été pratiqué élever CommenT UN enfant ayant une mucoviscidose Q Le test de dépistage qui a été pratiqué à la maternité a révélé que votre bébé pouvait être atteint de mucoviscidose. Le test de la sueur vient de confirmer

Plus en détail

Neurofibromatose de Von Recklinghausen chez un nouveau-né exposé avec hémorragie intracrânienne

Neurofibromatose de Von Recklinghausen chez un nouveau-né exposé avec hémorragie intracrânienne Neurofibromatose de Von Recklinghausen chez un nouveau-né exposé avec hémorragie intracrânienne Severe D. ; Vilcin L.D. ; Antoine J. ; Méridien E. ; BB C.N. de sexe masculin, pesant 2900 g à l admission,

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

COMPÉTENCES CANADIENNES POUR LES SAGES-FEMMES

COMPÉTENCES CANADIENNES POUR LES SAGES-FEMMES COMPÉTENCES CANADIENNES POUR LES SAGES-FEMMES Veillez prendre note qu afin d alléger le texte le féminin est utilisé pour désigner les deux sexes et que les termes sage-femme et sages-femmes désignent

Plus en détail

Les gencives et la santé générale. Qu est-ce qu une maladie des gencives? d autres types de problèmes de santé ou en causer de nouveaux.

Les gencives et la santé générale. Qu est-ce qu une maladie des gencives? d autres types de problèmes de santé ou en causer de nouveaux. Les gencives et la santé générale Nous savons tous que la prévention est l une des clés du maintien de la santé générale. Nous faisons de l exercice et nous surveillons notre alimentation pour nous aider

Plus en détail

«Plan d action : Allaitement maternel»

«Plan d action : Allaitement maternel» 1 Propositions d actions pour la promotion de l allaitement maternel «Plan d action : Allaitement maternel» Rapport du Professeur Dominique TURCK JUIN 2010 Ce rapport analyse les conditions d amélioration

Plus en détail

PRÉVENTION EN FAVEUR DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT

PRÉVENTION EN FAVEUR DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT Guide Pratique Protection de l enfance PRÉVENTION EN FAVEUR DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT grandir parents respecter prévenir devoirs écouter mieux-être protéger PRÉVENTION EN FAVEUR DE L ENFANT ET DE

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

Angiœdème héréditaire (AOH)

Angiœdème héréditaire (AOH) Ministère de la Santé de la Jeunesse et des Sports Direction Générale de la Santé Informations et conseils Angiœdème héréditaire (AOH) Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec

Plus en détail

Comment conserver le lait maternel à domicile? Conseils pratiques

Comment conserver le lait maternel à domicile? Conseils pratiques Comment conserver le lait maternel à domicile? Conseils pratiques Stocker votre lait Précautions quand vous tirez votre lait Lavez-vous les mains avant de tirer votre lait. Installez-vous au calme, confortablement,

Plus en détail

Informations aux parents pour choisir un lieu d accueil ou une garde à domicile de qualité pour leurs jeunes enfants

Informations aux parents pour choisir un lieu d accueil ou une garde à domicile de qualité pour leurs jeunes enfants Section ambulatoire Säule Praxis Informations aux parents pour choisir un lieu d accueil ou une garde à domicile de qualité pour leurs jeunes enfants Il est souvent difficile pour les parents de savoir

Plus en détail

STOP à la Transmission des microorganismes!

STOP à la Transmission des microorganismes! STOP à la Transmission des microorganismes! M.E Gengler Vendredi 25 Avril 2014 Vous avez ditstandard? Voici les «Précautions Standard» ou PS Les Précautions Standard : la Loi Respectez les «précautions

Plus en détail

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Définition Etat pathologique résultant d apports nutritionnels insuffisants en regard des dépenses énergétiques de l organisme: diminution des apports alimentaires

Plus en détail

INDICATIONS DE L AMYGDALECTOMIE CHEZ L ENFANT

INDICATIONS DE L AMYGDALECTOMIE CHEZ L ENFANT INDICATIONS DE L AMYGDALECTOMIE CHEZ L ENFANT I. PROMOTEUR Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé. II. SOURCE Recommandations de pratique clinique de 1997 sur les «Indications de l adénoïdectomie

Plus en détail

L infirmier exerce son métier dans le respect des articles R.4311-1 à R.4311-15 et R.4312-1 à 4312-49 du code de la santé publique.

L infirmier exerce son métier dans le respect des articles R.4311-1 à R.4311-15 et R.4312-1 à 4312-49 du code de la santé publique. Diplôme d Etat d infirmier Référentiel d activités Annexe I Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

Bienvenue à la Division de la santé mère-enfant de l Hôpital général juif

Bienvenue à la Division de la santé mère-enfant de l Hôpital général juif Bienvenue à la Division de la santé mère-enfant de l Hôpital général juif Chers parents, Bienvenue à la division de la santé mère-enfant de l Hôpital général juif, qui abrite le Centre des naissances,

Plus en détail

Le diabète gestationnel

Le diabète gestationnel Le diabète gestationnel Nature du diabète gestationnel Le diabète gestationnel apparait durant la grossesse et disparaît généralement après l accouchement. Dans la plupart des cas, il est trouvé par une

Plus en détail

Prise en charge des fractures du fémur par enclouage intra-médullaire

Prise en charge des fractures du fémur par enclouage intra-médullaire Prise en charge des fractures du fémur par enclouage intra-médullaire GUIDE POUR LES PARENTS 514-412-4400, poste 23310 hopitalpourenfants.com/trauma Le fémur est l os le plus long du corps humain : il

Plus en détail

Des soins après avortement : Amis des Jeunes. Cartes à conseils 1-6

Des soins après avortement : Amis des Jeunes. Cartes à conseils 1-6 Des soins après avortement : Amis des Jeunes Cartes à conseils 1-6 SAA: Avant l intervention Accueillir cordialement la cliente et la mettre à l aise Garantir la confidentialité et l intimité Prendre les

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI 1 MISES EN ARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI Mises en garde Ce médicament est TERATOENE. Une contraception efficace est obligatoire chez les femmes en âge de procréer. Ce médicament est soumis

Plus en détail

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours Grossesse et HTA J Potin Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours HTA et grossesse Pathologie fréquente : 2 à 5 % des grossesses (2 à 3 % des multipares, 4 à 8 % des primipares)

Plus en détail

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre insuffisance cardiaque Vivre avec une insuffisance cardiaque Décembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE Octobre 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

La prescription médicale La pharmacovigilance

La prescription médicale La pharmacovigilance La prescription médicale La Elisabeth Eccher M D Dziubich DU 2008 PLAN La prescription médicalem Réglementation de la prescription médicalem Réglementation infirmière re vis à vis de la prescription L

Plus en détail

Les premiers jours. Les premiers jours. La Ligue La Leche offre à votre famille une expertise complète et gratuite en allaitement

Les premiers jours. Les premiers jours. La Ligue La Leche offre à votre famille une expertise complète et gratuite en allaitement Les premiers jours VOUS ALLAITEZ VOTRE BÉBÉ: CONSEILS PRATIQUES POUR LES PREMIERS JOURS Quoi de plus naturel que d allaiter un bébé? Quoi de plus simple? L allaitement est, bien sûr, simple et naturel,

Plus en détail

La Bronchiolite du nourrisson : Quand faut-il s inquiéter?

La Bronchiolite du nourrisson : Quand faut-il s inquiéter? La Bronchiolite du nourrisson : Quand faut-il s inquiéter? Une maladie virale épidémique La bronchiolite aigüe représente le tableau le plus fréquent de l infection respiratoire basse chez le nourrisson.

Plus en détail

Guide de la future maman & de son bébé

Guide de la future maman & de son bébé Guide de la future maman & de son bébé Avec la collaboration de: P r Jacques Jani D r Leonardo Gucciardo Katia Paemelaere D r Eliane Damis D r Anne-Britt Johansson Comité de rédaction: Bérengère Guccione

Plus en détail

Maternité et activités sportives

Maternité et activités sportives Maternité et activités sportives L obstétricien est de plus en plus souvent interrogé sur les avantages et les risques de maintenir ou de débuter une APS ou de loisir pendant la grossesse. Transformations

Plus en détail

ACCESSIBILITÉ INNOVATION DÉVELOPPEMENT

ACCESSIBILITÉ INNOVATION DÉVELOPPEMENT ACCESSIBILITÉ INNOVATION DÉVELOPPEMENT L art de cultiver des savoirs, des expériences, des compétences et des talents www.chuq.qc.ca/fr/info_plus/formations_en_ligne DES ACTIVITÉS DE FORMATION EN LIGNE

Plus en détail

Un sommeil sûr pour mon bébé. www.mags.nrw.de

Un sommeil sûr pour mon bébé. www.mags.nrw.de Un sommeil sûr pour mon bébé Les petits enfants dorment beaucoup, jusqu à 20 heures par jour selon leur âge. La nuit, mais aussi dans la journée, à la maison comme à l extérieur. Nous avons développé ce

Plus en détail

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN PERSONNE AGEE AUX URGENCES Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN ET NON PAS URGENCES DE LA PERSONNE AGEE QUELQUES BANALITES TOUJOURS BONNES A PRECISER L âge n est pas une pathologie L âge de l

Plus en détail

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE Objet : Sevrage d une dépendance physique aux opiacés ou apparentés Ce protocole tient compte de la sécurité du patient qui doit être optimale à son domicile comme en

Plus en détail

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE p. 3 LE CESU Les outils Le centre de simulation Quelques chiffres Un exemple : la formation à l emploi des infirmiers des services d urgences En annexe p. 4 p. 5 p. 6 p. 6

Plus en détail

L alimentation du nourrisson durant la première année de vie

L alimentation du nourrisson durant la première année de vie P. 1 / 8 L alimentation du nourrisson durant la première année de vie Contenu Feuille d info L alimentation du nourrisson durant la première année de vie / Juin 2012 2 Introduction 2 Développement et besoins

Plus en détail

Contraception. Les recommandations HAS

Contraception. Les recommandations HAS Contraception Les recommandations HAS Recommandations HAS Recommandations pour la pratique clinique : stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme. ANAES, 7 décembre 2004 Laisser les personnes

Plus en détail

CONTRACEPTION DU POST-PARTUM ET VISITE POST-NATALE

CONTRACEPTION DU POST-PARTUM ET VISITE POST-NATALE CONTRACEPTION DU POST-PARTUM ET VISITE POST-NATALE Présenté par JAOUEN Léna DIU Suivi gynécologique LE SCANFF Ghislaine DIU Périnalité Addictions Contraception du post-partum Une constatation: 5 % des

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

Réflexe Prévention Santé. Réflexe Prévention Santé

Réflexe Prévention Santé. Réflexe Prévention Santé Réflexe Prévention Santé Bien utiliser votre contrat Réflexe Prévention Santé Prenez votre santé en main Des spécialistes vous accompagnent Vous bénéficiez d un programme diététique Ce service est un programme

Plus en détail

COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE

COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE Chemin de la Bretèque 76230 BOIS-GUILLAUME Mois de juin 2001 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE

Plus en détail

Pour des dents de lait saines

Pour des dents de lait saines Pour des dents de lait saines Les dents de lait sont importantes pour le développement de l enfant Des dents de lait saines sont importantes pour la mastication et la santé générale de l enfant. La prévention

Plus en détail

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées BON USAGE DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées Les systèmes de traitement des plaies par pression négative (TPN) sont des

Plus en détail