sur les freins à l accueil et à l hébergement des sans-abri

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "sur les freins à l accueil et à l hébergement des sans-abri"

Transcription

1

2 Les freins à l accueil et à l hébergement des sans-abri 1 Les relais sociaux wallons s interrogent sur les freins à l accueil et à l hébergement des sans-abri cahier n

3 2 cahier n Ce travail est conçu de manière à être imprimé en mode «2 pages sur 1 page». Cela permet d économiser du papier, et de ressembler ainsi à un vrai livre

4 Les freins à l accueil et à l hébergement des sans-abri 3 Liminaires Des chercheurs dans les relais sociaux pour identifier les freins à l accueil et à l hébergement des sans-abri Des relais sociaux en Wallonie pour lutter contre la précarité Un public diversifié, des missions multiples Des chercheurs pour identifier les freins à l hébergement des sans-abri D un contexte à l autre Vers une méthode commune Circonscrire la question de l hébergement L objectif? Aboutir à des recommandations locales et régionales Les sans-abri, un public diversifié Une diversité de situations de vie Une tentative de typologie pour mieux comprendre Différents visages de la grande précarité Adéquation des services existants avec les profils des personnes? Des causes et conséquences de la grande précarité L hébergement, une problématique imbriquée dans le contexte du logement Une pénurie de logements en amont et en aval de l hébergement Freins à l accès ou au maintien dans un logement Les parcours autour de l hébergement Une multiplicité de profils, plusieurs dispositifs pour y répondre Les équipes mobiles, un premier lien pour rencontrer des personnes sans-abri sur leur lieu de vie L abri de nuit, tremplin, dernier filet? La maison d accueil, un hébergement à moyen terme Le passage d une structure à l autre Une frange de la population qui ne trouve pas sa place dans les structures existantes

5 4 cahier n Et après l hébergement? L accès au logement Une nécessité d accompagnement Quels moyens pour le post-hébergement? Développer des formes alternatives de logement Travail en réseau et hébergement Le travail en réseau autour de l hébergement Les relais sociaux, un outil pour le travail en réseau Problématiques particulières du travail en réseau autour de l hébergement Politiques d hébergement et cadre légal Maisons d accueil, un manque de moyens Les abris de nuit Document de synthèse Introduction Les sans-abri, un public diversifié L hébergement, une problématique imbriquée dans la question du logement. 54 Les parcours autour de l hébergement Et après l hébergement? Travail en réseau et hébergement Politiques d hébergement et cadre légal Pour en savoir plus Contacts Bibliographie La lecture de ce Cahier vous donne envie de réagir? Le laboratoire des innovations sociales et de santé, c est : Écrire pour décrire son projet dans l action sociale et la santé Éditer dans une collection de livres numériques Échanger pour s inspirer, décloisonner, innover Labiso, cela peut aussi être :

6 Les freins à l accueil et à l hébergement des sans-abri 5 Liminaires Ce Labiso dénote par rapport aux cahiers traditionnels. Et pour cause, il est le fruit d un travail participatif de longue haleine avec les relais sociaux. Ceci explique pourquoi, au final, ce double Labiso s apparente davantage à une recherche universitaire assortie de recommandations, qu à un Labiso issu d une écriture journalistique ancrée dans la pratique concrète du terrain, comme nous le proposons d ordinaire. Dans le courant du premier semestre 2008, Didier Donfut, alors ministre de l Action Sociale, de la Santé et de l Égalité des chances, avait initié six projets de recherche sur les freins à l accueil et à l hébergement des sans-abri en Région wallonne. La recherche a été prise en charge par les six relais sociaux wallons, notamment par l engagement d un chercheur sous statut APE dans chaque ville (Charleroi, La Louvière, Liège, Mons, Namur, Verviers). Les chercheurs ont pour la plupart réellement commencé leurs travaux aux environs de avril mai 2008, voire plus tardivement, avec comme objectif de rendre un rapport intermédiaire en octobre Les chercheurs ont ensuite obtenu une année supplémentaire pour approfondir leurs travaux et déboucher sur des propositions de solutions aux freins à l hébergement des sans-abri, dans un rapport final à rendre en octobre Rapidement après le lancement des recherches, le besoin d un cadre de coordination entre les différents chercheurs, non prévu initialement, s est fait ressentir. Il a alors été convenu fin mai 2008 entre le ministre de l Action Sociale, de la Santé et de l Égalité des chances et l Agence Alter, que cette dernière développe un accompagnement méthodologique des chercheurs attachés aux différents relais sociaux. Ainsi, une première phase de la mission conférée à l Agence Alter consistait en la mise en œuvre de l accompagnement lui-même et une seconde consistait en la rédaction d un cahier Labiso qui synthétise les six analyses, ainsi qu une mise en perspective des principaux enseignements dégagés dans chacune des recherches. Au cours de ces deux années d échanges et de réflexions, un chercheur de l Agence Alter a mis en œuvre deux outils pour assurer l accompagnement du travail des chercheurs engagés par les relais sociaux : La confection et la mise en route d un site Internet d échange et d archivage de tous les documents identifiés ou produits par les chercheurs afin de dynamiser et stabiliser entre eux le partage des ressources et productions. Outre la participation aux réunions d accompagnement de la recherche, l organisation, l animation (et le secrétariat), d une dizaine de réunions d intervision entre chercheurs des relais sociaux. Ces rencontres furent l occasion d échanges sur les aspects méthodologiques de la recherche, mais aussi sur les hypothèses et les résultats.

7 6 cahier n Dès lors que la mission des chercheurs a été prolongée d un an et que le travail de coordination entre chercheurs fourni par l Agence Alter a été unanimement reconnu comme utile, il a été convenu de prolonger l accord pris entre le ministre de l Action Sociale, de la Santé et de l Égalité des chances et l Agence Alter. Un scrutin régional et quelques mois plus tard, le fruit de ces travaux a été présenté à l Administration de la Région wallonne le 13 octobre Le temps de lancer le dialogue avec le secteur, notamment sur les pistes ici dégagées, et voici portée à la connaissance du public cette recherche des relais sociaux sur les freins à l hébergement des sans-abri et des personnes en grande précarité. déclaration de politique régionale À la lecture de la Déclaration de politique régionale wallonne publiée en juillet 2009, on peut déjà affirmer que la nouvelle ministre de l Action Sociale, de la Santé et de l Égalité des chances, Éliane Tillieux, sera attentive aux suites à donner à cette recherche. Ainsi, peut-on lire dans le chapitre «Permettre à chaque citoyen de vivre dignement Proposer des solutions en matière d accueil et d hébergement aux personnes en difficultés sociales» : «Le Gouvernement entend continuer les efforts d augmentation de la capacité d accueil en faveur de personnes en difficultés sociales en prenant les mesures suivantes : (...) prendre en compte les résultats de l étude en cours effectuée au sein des relais sociaux sur les freins à l hébergement pour envisager les pistes telles que l adaptation des projets d accueil, les structures elles-mêmes, la formation du personnel, l accès au logement, les animaux de compagnie et surtout l accompagnement dans les premiers mois de l insertion par le logement.»

8 Les freins à l accueil et à l hébergement des sans-abri 7 Des chercheurs dans les relais sociaux pour identifier les freins à l accueil et à l hébergement des sans-abri Des relais sociaux en Wallonie pour lutter contre la précarité C est au début des années 2000 que les relais sociaux ont vu le jour en Wallonie afin d aider les personnes en détresse sociale en coordonnant les services existants. Ce dispositif de lutte contre la précarité et l exclusion sociale se caractérise non seulement par sa prise en compte de l après-urgence il tente d être un maillon dans la chaîne urgence sociale-insertion mais aussi par le fait qu il s appuie sur le tissu institutionnel et associatif préexistant sur un territoire. En effet, avec les relais sociaux, il ne s agissait pas de créer un nouveau service, mais bien de coordonner et renforcer les services existants. Ils sont constitués à la fois d opérateurs publics (CPAS, villes et communes) et issus du tissu associatif (restos du cœur, structures d hébergement, centres d accueil de jour et de nuit ). Six relais sociaux wallons (Liège, Verviers, Namur, Charleroi, La Louvière et Mons-Borinage) se sont structurés autour de quatre pôles : un pôle accueil de jour, où peuvent notamment s organiser des actions d insertion sociale ; un pôle accueil de nuit, en lien avec un ou plusieurs lieux d accueil ; un pôle travail de rue, qui a pour but de nouer ou renouer le contact ; un pôle urgence sociale, afin de répondre aux demandes fondamentales urgentes. Un septième relais social a été mis sur pied cette année dans la zone de Tournai. Un public diversifié, des missions multiples Le public-cible des relais sociaux? Une population variée en précarité sociale aiguë : personnes sans-abri, toxicomanes, personnes ayant des troubles de santé mentale Parmi les missions des relais sociaux, citons celles-ci : permettre un espace de réflexion, d échanges d information et de communication entre les partenaires, organiser la mise en réseau, développer des propositions permettant de répondre aux difficultés vécues tant par le public cible que par les différents partenaires, permettre la réalisation de diverses initiatives et projets des différents partenaires notamment en les subsidiant, développer et coordonner des projets partenariaux, permettre la mise sur pied de formations et supervisions des travailleurs du réseau ou encore interpeller les décideurs politiques sur les problématiques rencontrées. Avec, en toile de fond, une attention parti-

9 8 cahier n culière à la participation des usagers dans l ensemble des initiatives menées. Les relais sociaux ont également un rôle d étude et de collecte de statistiques. Chacun d entre eux est chargé «d observer, de former, d évaluer et de susciter la participation des usagers. De par leur mission d observation, les relais sociaux sont chargés, outre leur rôle de coordination, d assurer un rôle d études et de tenue de statistiques». Dans la poursuite de ces multiples objectifs, chaque relais social a avancé à son propre rythme, avec ses propres contraintes, ses propres développements. D où des situations parfois inégales entre les six villes passées ici à la loupe en ce qui touche l avancement dans ce travail en réseau. Des chercheurs pour identifier les freins à l hébergement des sans-abri Chaque relais social a développé ses propres projets et solutions pour faire face aux besoins d hébergement des sans-abri. Mais il reste de nombreux freins à l accès à l hébergement et toute personne dans le besoin ne trouve pas une place dans un abri de nuit ou une maison d accueil. Les raisons peuvent être nombreuses et varient selon les arrondissements : manque de places dans les structures, présence d animaux de compagnie, familles avec enfants, illégaux, jeunes en rupture, problèmes de santé mentale, violence, refus du règlement d ordre intérieur C est pourquoi, dans le courant du premier semestre 2008, le ministre de l Action sociale, de la Santé et de l Égalité des chances en Région wallonne a initié un projet de recherche portant sur cette problématique. L objectif? Identifier les freins à l accueil d urgence et à l hébergement des personnes sans-abri en Région wallonne et réfléchir à des pistes d actions afin d y remédier. Des recommandations devront être adressées au Gouvernement wallon, recommandations qui pourraient aboutir à des changements législatifs si cela s avère nécessaire. Cette recherche a été prise en charge par six relais sociaux wallons, via l engagement de personnes

10 Les freins à l accueil et à l hébergement des sans-abri 9 chargées d étude sous statut APE. Elle a démarré au printemps Pour chaque relais social, un rapport intermédiaire a été rendu en octobre 2008, suivi en mai 2009 d un rapport final établissant un relevé des freins et des pistes de solutions au niveau local. Une année supplémentaire a été accordée aux chercheurs afin qu ils approfondissent l état des lieux de la problématique et leurs propositions de solutions communes, cela pour octobre Rapidement après le lancement de la recherche, un besoin de coordination entre les chercheurs s est fait sentir. L Agence Alter a alors été sollicitée pour mettre en place un accompagnement méthodologique des chercheurs et, ainsi, les aider à mettre en perspective les différents enseignements dégagés par chacun. D un contexte à l autre Vers une méthode commune Les chercheurs attachés aux relais sociaux ont tous partagé le même canevas de départ, défini dans le cadre du Comité d Accompagnement de la recherche : Canevas pour la rédaction du travail sur les freins à l accueil d urgence et l hébergement des grands précarisés : identifier et quantifier les ressources ; identifier et quantifier, si possible, les demandes d accueil d urgence et d hébergement en maison d accueil et abri de nuit ; identifier les raisons pour lesquelles les SDF et grands précarisés ne sont pas ou ne peuvent pas être accueillis en abri de nuit ou en maison d accueil : raisons tenant à l organisation de l établissement, raisons tenant à l organisation du réseau, raisons tenant aux demandeurs (raisons objectives et subjectives), autres raisons. Malgré ce canevas commun, il va sans dire que chacun a évolué dans un cadre distinct. D une part, les enjeux sont très différents d une ville à l autre. Dans les plus grosses villes, telles que Liège et Charleroi, on a tendance à voir s intensifier la demande dans l accès à l hébergement. Par ailleurs, le cadre de travail, le contexte institutionnel de chaque relais social, mais aussi de chaque réseau local d hébergement a impliqué des démarches différentes. Si les objectifs à atteindre étaient similaires, les chercheurs ont eu recours à des méthodes de recherche différentes, en cumulant différentes techniques : questionnaire, entretien individuel semidirectif, entretien individuel informel, focus-group et immersion avec observation participante dans des structures d hébergement (abris de nuit, maisons d accueil, service logement d un CPAS par exemple).

11 10 cahier n Deux outils ont été mis en œuvre par l Agence Alter afin d assurer l accompagnement du travail des chercheurs : la confection et la mise en route d un site internet d échange et d archivage des documents afin de dynamiser le partage des ressources ; l organisation d une série de réunions d intervision entre chercheurs, occasions d échanges sur les aspects méthodologiques et pratiques, sur les hypothèses et résultats de chacun. Circonscrire la question de l hébergement Le premier objectif des intervisions a été de définir des pistes d analyse quantitative et qualitative communes et, de la sorte, d harmoniser le contenu des recherches. Quelques remarques peuvent être faites à cet égard. Premièrement, concernant le contour de l objet de recherche : l offre d hébergement ne se limite pas aux abris de nuit, aux maisons d accueil et aux maisons d hébergement de type familial reconnus par le décret du 12 février Il faut prendre en compte d autres types d offres, qu elles soient reconnues par le décret (maisons communautaires) ou non (locations supervisées, initiatives privées). Il existe aussi des «formes détournées d hébergement», comme les hôpitaux psychiatriques, les urgences des hôpitaux, les prisons, les hôtels, mais aussi les squats, les campings Si les abris de nuits et les maisons d accueil constituent l objet principal de cette recherche, ces autres formes d hébergement ne doivent pas être oubliées. Deuxièmement, il s agissait de réfléchir à la problématique de l hébergement en la replaçant dans son contexte plus global. Cela signifie, d une part, prendre en compte la question de l accès à un logement accessible et digne : les conditions imposées par le marché immobilier dans un contexte de crise du logement, mais aussi l étendue du parc de logements à caractère social, insuffisant et souvent inaccessible aux sans-abri. D autre part, cela a impliqué de faire le lien entre la question de l hébergement et le contexte local du marché de l emploi : le taux de chômage, la flexibilisation et la précarisation de l emploi. Signalons entre autres l apparition du phénomène des travailleurs sans-abri. Plusieurs catégories de populations sont aujourd hui particulièrement touchées par ces évolutions : les jeunes, les sans-papiers, les femmes en ménage monoparental, les hommes âgés, les personnes handicapées Enfin, si l analyse porte essentiellement sur les freins à l hébergement, il est aussi apparu opportun de tenter de repérer les expériences positives, sur lesquelles pouvaient s appuyer des propositions concrètes de solutions.

12 Les freins à l accueil et à l hébergement des sans-abri 11 le décret du 12 février 2004 En Wallonie, le décret du 12 février 2004 relatif à l accueil, l hébergement et l accompagnement des personnes en difficultés sociales régit les services regroupés sous quatre catégories : les abris de nuit les maisons de vie communautaire les maisons d accueil les maisons d hébergement de type familial. Le décret marque la disparition des termes centres d accueil et maisons maternelles. Dans les maisons de vie communautaire et les maisons d accueil, on peut distinguer des maisons accueillant des publics spécifiques tels que : femmes accompagnées d enfants femmes éventuellement accompagnées d enfants hommes non accompagnés d enfant(s) tous publics (hommes seuls, femmes seules, couples, couples avec enfants ou encore familles monoparentales) Source : Association des maisons d accueil (AMA) - L objectif? Aboutir à des recommandations locales et régionales La recherche s est effectuée en trois temps. Un ensemble de constats a été identifié par les chercheurs des relais sociaux. Chacun s est alors penché sur l élaboration de pistes de solutions adaptées à son contexte local. En bref, il leur fallait répondre aux questions suivantes : quels freins? Quels acteurs sont concernés? Quelles mesures proposer et avec quels moyens? Troisième et dernière étape, se mettre ensemble afin d identifier parmi ces pistes de solutions celles qui pouvaient être d application pour l ensemble de la région. La rédaction de ce rapport par l ensemble des chercheurs, en collaboration avec l Agence Alter, constitue l aboutissement de ce travail. À travers lui, ils présentent le fruit de leur recherche ainsi que les propositions de recommandations communes qu ils adressent aux ministres concernés. Afin de faciliter la lecture et la compréhension de ce document, les recommandations élaborées par les chercheurs ont été regroupées selon différentes thématiques, qui constituent les chapitres qui suivent.

13 12 cahier n Les sans-abri, un public diversifié Une diversité de situations de vie D emblée, la difficulté de définir le public-cible de cette recherche s est imposée. Qu entend-on par grands précarisés? In fine, si un cadre commun s est esquissé entre les chercheurs, chacun a choisi d orienter son regard sur l une ou l autre problématique. Cela a permis d obtenir une vue d ensemble des six grandes villes wallonnes sur l accueil d urgence et l hébergement. Dans un souci d homogénéité, les chercheurs se sont basés sur une définition commune. Celle-ci a été avancée par André Réa et rejoint celle des Nations Unies : «Est sans abri, toute personne qui est incapable d accéder à, et de maintenir, un abri personnel adéquat par ses propres moyens, ou toute personne qui est incapable de se maintenir dans un logement personnel». Tirés de nos observations, lectures et rencontres, les constats qui suivent demandent une certaine souplesse au risque de tomber dans les caricatures et «les profils» réducteurs.

14 Les freins à l accueil et à l hébergement des sans-abri 13 Une tentative de typologie pour mieux comprendre Les personnes sans-abri peuvent, grosso modo, être regroupées en trois catégories. Cette classification s inspire de celle de M. Bresson qui distingue trois formes de vie «La galère», «la zone» et «la cloche» : Les personnes ayant eu un accident de parcours pour lesquelles une réinsertion peut être effective plus ou moins rapidement ; Les personnes marginalisées ou dites récurrentes inscrites dans le réseau de l urgence et qui ne font pas, plus, ou peu l expérience des centres d hébergement. Elles sont, de manière générale, très peu représentées dans les maisons d accueil, surtout celles destinées aux femmes avec enfants. Pour certaines d entre elles, la vie en rue est avancée comme un style de vie préférable aux lieux d hébergement ou au logement ; Les personnes «entre deux» ou «à la frontière» qui souffrent d une problématique particulière non prise en charge (troubles de santé mentale, assuétudes, violence, handicap) couplée avec l absence de logement. Elles ne fréquentent plus ou sporadiquement les services d aide. Elles sont victimes du «syndrome de la patate chaude» c est-à-dire qu elles sont «ballottées» d un service à l autre et n ont que peu de possibilités de tremplin rapide vers la réinsertion sociale. Différents visages de la grande précarité Diversification des profils L image du sans-abri comme un personnage étranger, masculin, vieux, alcoolique et boiteux nécessite quelques réajustements. Les personnes illégales sur le territoire n échappent pas à la problématique du sans-abrisme. D autres sont également touchés par la perte de leur logement : des femmes, des enfants, des jeunes ou des familles entières ou monoparentales. La perte du logement peut aussi concerner une personne ayant un travail. On parle alors de travailleurs pauvres. Elle touche aussi des personnes handicapées reconnues ou non par l AWIPH (Agence wallonne pour l intégration de la personne handicapée). Des personnes provenant d institutions périphériques au logement telles que la prison, les institutions du secteur de l aide à la jeunesse, les institutions du secteur de la santé mentale ou psychiatrique sont également largement rencontrées en rue, dans les restaurants sociaux, abris de nuit ou maisons d accueil. La diversité des profils demandeurs d un accueil d urgence et d un hébergement s explique notamment par la juxtaposition entre des événements conjoncturels et d autres, structurels : aux situations vécues par chaque personne (perte d un emploi, séparation, expulsion, etc.) s ajoute la crise éco-

15 14 cahier n nomique qui précipite plus vite encore les situations de vie dans la précarité voire dans la grande précarité. Rajeunissement des sans-abri Les mineurs et les enfants sont fort représentés au sein des maisons d accueil et parfois dès leur plus jeune âge. À Namur, par exemple, ils représentent en moyenne 50 à 60 % des hébergés dans deux maisons d accueil. Cette forte fréquentation s explique notamment par le rattachement des maisons maternelles au secteur des personnes en difficulté sociale depuis la modification décrétale de 2004, par un manque de prise en charge des jeunes (presque) majeurs suite à leur séjour dans des institutions de l aide à la jeunesse et éventuellement par l état d émancipation acquis par des mineures enceintes. Les jeunes de 18 à 25 ans sont aussi en augmentation en abris de nuit et maisons d accueil. Souvent plus facilement influençables en rue dans un environnement criminogène, ces derniers nécessitent plus d énergie de la part du personnel encadrant. Notons enfin, pour briser les stéréotypes sur les sans-abri, que la majorité d entre eux - toutes villes et centres d hébergement confondus - a moins de 50 ans. Les personnes sans-papiers : une présence très importante dans certaines grandes villes Une proportion plus ou moins importante selon les villes est représentée par des personnes «sanspapiers». Certains cherchent à être reconnus comme réfugiés et sont de passage en abris de nuit le temps de trouver une solution plus stable dans les limites du possible. D autres, ressortissant de l Union européenne, sont également des personnes «sans-droits» en Belgique, des Français par exemple, qui quittent leur foyer pour échapper à une situation familiale inextricable, pour trouver du travail, pour rencontrer des amis ou comme certains d entre eux le disent «pour voir du pays». Prégnance des troubles de santé mentale et des assuétudes La présence - surtout en rue et en abris de nuit - de personnes ayant des troubles de santé mentale et/ou souffrant d assuétudes est en augmentation. Cette tendance a pour effet de compliquer la tâche des services de première ligne dans leur travail de relais car peu de maisons d accueil sont enclines à accueillir des personnes avec troubles de santé mentale non stabilisés ou des personnes dépendantes non-demandeuses d un traitement ou non prêtes à l abstinence. Un phénomène prend de plus en plus d ampleur : la polytoxicomanie (mélange d alcool, cannabis, cocaïne, médicaments, héroïne, etc.), qui pose la difficulté du traitement et du suivi en résidentiel ou en ambulatoire (pro-

16 Les freins à l accueil et à l hébergement des sans-abri 15 gramme de traitement qui s adresse à des situations moins lourdes ou à des personnes encore bien insérées socialement et n ayant donc pas besoin d un traitement en régime résidentiel), surtout pour les personnes qui souffrent également d un trouble de santé mentale ou d accès de violence. Les abris de nuit, de par leur accueil inconditionnel, doivent accueillir ces profils mais ils n échappent pas à la difficulté de les orienter adéquatement. Pour ces personnes étant «trop» ou «pas assez» pour prétendre recevoir une aide globale et pertinente, l urgence tend à devenir un cercle sans fin au lieu d être une réponse à court terme servant de tremplin vers la réinsertion. namur, une multiplicité de visages Dans les maisons d accueil hébergeant des enfants, la majorité des personnes adultes proviennent d un logement autonome sans avoir fait l expérience de la rue ou d un abri de nuit. Ces personnes tendent à rester de plus en plus longtemps en maison d accueil faute de places en aval. Les personnes sans-abri provenant de la rue ou de l abri de nuit sont donc peu représentées dans ces maisons d accueil. La population hébergée dans une des quatre maisons d accueil namuroises est éloquente : plus de 90 % des gens qui arrivent ont un toit. «Ce n est donc pas tant l absence de logement qui les pousse à venir ici», explique le directeur. En moyenne et toutes maisons d accueil confondues, 20 à 50 % des personnes hébergées en maison d accueil proviennent d un logement autonome. Seules 4 à 5 % de personnes «ne provenant d aucun endroit fixe» sont présentes dans trois maisons d accueil namuroises sur quatre. Le passage de l abri de nuit en maison d accueil n est donc pas automatique et les freins à l accès leur sont nombreux. En 2006, 65 % du public rencontré par les Travailleurs sociaux de rue (TSR) [N.D.L.R. : appelés «Travailleurs sociaux de proximité» (TSP) depuis 2009] de la ville de Namur présentait un problème psychiatrique et/ou d assuétude contre 49 % en Soit sur dix ans une évolution croissante de 16 % de personnes précarisées ayant un problème psychiatrique et/ou d assuétude. Adéquation des services existants avec les profils des personnes? Une offre importante mais pas toujours adaptée L offre de services, bien qu étant importante dans la plupart des grandes villes, semble pourtant parfois incomplète ou inadaptée par rapport aux profils des demandeurs. À titre d exemple, les personnes de plus de 60 ans ont peu de possibilités dans le secteur de l hé-

17 16 cahier n bergement puisque, pour répondre aux conditions de subventionnement, les maisons d accueil ne peuvent accueillir plus de trois personnes de plus de 60 ans simultanément. En outre, ces dernières sont réfractaires à partager un lieu de vie communautaire avec des plus jeunes et n ont pas toujours le désir de rentrer en maison de repos car elles disent vouloir garder leur liberté. Par ailleurs, aucune structure d hébergement actuelle à Namur ni à Verviers n est adaptée à l accueil des personnes à mobilité réduite (PMR). Une nécessité de «décloisonner» Une offre parfois trop rigide et trop cloisonnée face à la diversité et la complexité des profils peut créer de l exclusion plutôt que de la combattre. Les exemples de critères d admission ou de procédures qui sont trop éloignés des réalités du public sont nombreux. Tel est le cas, par exemple, de la radiation de la candidature pour les logements sociaux en cas de refus du logement proposé, des règles strictes et quotas internes au sein des maisons d accueil ou encore du manque de souplesse dans les horaires et règles d accès Des causes et conséquences de la grande précarité L absence de toit ou un enchevêtrement de problématiques La problématique du sans-abrisme dépasse la question du logement : si l absence de logement en est une des causes visibles, elle n est que bien souvent la partie apparente de l iceberg. Une rupture familiale, un décès, la perte d un emploi sont autant de facteurs déstabilisants qui fragilisent les personnes par rapport à leur logement. Un séjour en hôpital, en institution d aide à la jeunesse ou en prison peut également précéder la situation de sans logement et l arrivée dans le circuit de l hébergement. Par ailleurs, une fois tombée dans la (grande) précarité, la personne peut traverser des difficultés supplémentaires. Si elles ne sont pas déjà présentes auparavant : surendettement, troubles de santé mentale, assuétudes, division de la famille, perte d un emploi, etc. De la perte de logement à la rue, des parcours non linéaires Il n existe donc pas une cause unique qui amène les personnes à se retrouver sans logement, mais bien une multitude de facteurs qui s entremêlent et complexifient les situations. De même, les personnes sans-abri ne font que rarement un parcours linéaire de la rue au logement en passant par l abri de nuit et la maison d accueil. La rechute est possible et les relais efficaces ne semblent pas toujours évidents (on peut dès lors parler de «syndrome de la patate chaude» dans certains cas).

Service AID. L année 2011 a été marquée par la suppression de 0,5 ETP et le changement de travailleur social au 1 er juillet.

Service AID. L année 2011 a été marquée par la suppression de 0,5 ETP et le changement de travailleur social au 1 er juillet. Service AID Le Droit Au Logement Opposable (DALO) est un moyen pour des personnes qui n arrivent pas à accéder au logement social de faire valoir leur droit au logement. La Loi DALO de 2007 prévoit pour

Plus en détail

Le secteur spécialisé «assuétudes» wallon et la Réforme des soins en santé mentale

Le secteur spécialisé «assuétudes» wallon et la Réforme des soins en santé mentale Le secteur spécialisé «assuétudes» wallon et la Réforme des soins en santé mentale 1 L offre de soins en santé mentale dans l accord gouvernemental L accord gouvernemental du 9 octobre 2014 prévoit en

Plus en détail

Dérouler les implications du droit au logement opposable.

Dérouler les implications du droit au logement opposable. Haut comité pour le logement des personnes défavorisées Note de synthèse du 13 e rapport (mars 2008) Dérouler les implications du droit au logement opposable. Adoptée dans l urgence en début d année 2007,

Plus en détail

Axe prioritaire I: Capacité d insertion professionnelle :

Axe prioritaire I: Capacité d insertion professionnelle : ANNEXE 1 au dossier de présentation pour la presse au sujet du lancement du 2 e tour du PIC EQUAL Présentation des axes prioritaires avec une esquisse des mesures cofinancées pour l exercice 2004-2006:

Plus en détail

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF Journée de formation FEBISP juin 2001 Intervention de Monsieur Michel COLSON Président de la Section CPAS de l Association de la Ville et des Communes de la Région de Bruxelles-Capitale

Plus en détail

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS Compte rendu de la réunion - 22 novembre 2012 - L atelier se déroule dans les locaux de la Maison des Associations à Riom ATELIER 1 : Social : insertion, jeunesse, seniors,

Plus en détail

L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations»

L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations» L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations» Avant projet de Plan d action EY 2012 Introduction La CES, ses deux organisations européennes

Plus en détail

Conférence régionale sur l hébergement des personnes sans abri en Ile-de-France

Conférence régionale sur l hébergement des personnes sans abri en Ile-de-France PREFECTURE DE LA REGION D ILE-DE-FRANCE MINISTERE DU LOGEMENT ET DE LA VILLE Conférence régionale sur l hébergement des personnes sans abri en Ile-de-France L accueil et d hébergement en Ile-de-France

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

FAQ N 70 : LE BAIL GLISSANT

FAQ N 70 : LE BAIL GLISSANT Direction de l Intégration* Emploi/Logement Service : Logement/Reloref N/REF : DIEL/LOG/FM/EA/09/1009 Rédacteur : Florence GAUDEAU Date : 20/12/09 * Avec le soutien du ministère de l'immigration, de l'intégration,

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES

SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES Mardi 2 juillet 2013, 16h - Préfecture Dossier de presse Dans

Plus en détail

Inter Médiation Locative

Inter Médiation Locative C.A.I.O. Centre d Accueil d Information et d Orientation Inter Médiation Locative I.M.L Bilan de l année 2013 C.A.I.O. 6, rue du Noviciat C.S 71343 33080 Bordeaux-Cedex 05.56.33.47.80-05.56.33.47.94 polelogement@caio-bordeaux.fr

Plus en détail

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse PLAN AUTISME 2013-2017 Synthèse Plan d actions régional Océan Indien En adoptant le 3ème Plan Autisme en mai 2013, la ministre des affaires sociales et de la santé répondait à une attente forte des personnes

Plus en détail

Votre maison, votre appartement, c est la fondation sur laquelle vous construisez votre vie.

Votre maison, votre appartement, c est la fondation sur laquelle vous construisez votre vie. Un toit pour tous C est un droit Rentrer à la maison, se relaxer ou recevoir des amis, aimer et élever ses enfants, prendre soin de soi et de ses proches, organiser son travail et ses loisirs, s instruire

Plus en détail

Focus. Premier tour d horizon de la santé en Brabant wallon

Focus. Premier tour d horizon de la santé en Brabant wallon Focus Un baromètre de la santé en Brabant wallon, une initiative de la Mutualité chrétienne Premier tour d horizon de la santé en Brabant wallon Nous ne pouvons commencer sans une présentation sommaire

Plus en détail

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE CAFE DD n 6 : Cohésion sociale entre les populations, les territoires et les générations L atelier se déroule à la brasserie au «Cœur de Saint-Brice» de 19 h à 21 h. COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

Plus en détail

COMMUNICATION. Les 70 000 logements d Adoma abritent les rêves des personnes les plus précaires. Portraits de résidents sur la toile

COMMUNICATION. Les 70 000 logements d Adoma abritent les rêves des personnes les plus précaires. Portraits de résidents sur la toile Les 70 000 logements d Adoma abritent les rêves des personnes les plus précaires Portraits de résidents sur la toile I Portraits-video de gens ordinaires : des témoignages pour faire taire les préjugés

Plus en détail

Programme Transit. Visant à soutenir les apprentissages à la vie autonome des personnes adultes présentant une déficience intellectuelle

Programme Transit. Visant à soutenir les apprentissages à la vie autonome des personnes adultes présentant une déficience intellectuelle Programme Transit Visant à soutenir les apprentissages à la vie autonome des personnes adultes présentant une déficience intellectuelle Développé par l Association des personnes handicapées de la rive-sud

Plus en détail

Mobilité des demandeurs d emploi en région du Centre. Projet : «Promotion de la mobilité en région du Centre»

Mobilité des demandeurs d emploi en région du Centre. Projet : «Promotion de la mobilité en région du Centre» Mobilité des demandeurs d emploi en région du Centre Projet : «Promotion de la mobilité en région du Centre» 1 Constats - diagnostic Etude du CSEF sur la mobilité des demandeurs d emploi (2011) et données

Plus en détail

L ANALYSE COUT-EFFICACITE

L ANALYSE COUT-EFFICACITE L ANALYSE COUT-EFFICACITE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L analyse coût-efficacité est un outil d aide à la décision. Il a pour but d identifier la voie la plus efficace, du point de vue

Plus en détail

Charte. d attribution des logements. Assurer un bon accueil des ménages, sans discrimination, et dans le respect de la réglementation

Charte. d attribution des logements. Assurer un bon accueil des ménages, sans discrimination, et dans le respect de la réglementation Charte d attribution des logements un processus de mise en location lisible Assurer un bon accueil des ménages, sans discrimination, et dans le respect de la réglementation Garantir la lisibilité du circuit

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT?

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Accueil de jour de la petite enfance ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Propositions en vue d un partenariat public privé pour la mise en place de crèches et garderies Lausanne Région Août 2002

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

Le circuit de soins internés Etat des lieux

Le circuit de soins internés Etat des lieux Le circuit de soins internés Etat des lieux 1. Quelques données chiffrées sur le monde de l internement 2. Historique de la création du circuit de soins pour internés libérés à l essai Rapport Cosyns (2005)

Plus en détail

Permettre l'accès de tous au logement pour tous Combattre les mécanismes d'exclusion du logement pour insuffisance de ressources

Permettre l'accès de tous au logement pour tous Combattre les mécanismes d'exclusion du logement pour insuffisance de ressources Permettre l'accès de tous au logement pour tous Combattre les mécanismes d'exclusion du logement pour insuffisance de ressources Préambule Pour les revenus les plus modestes, le poids du budget logement

Plus en détail

Dép. 75 «Le PHARE» PRESENTATION DE L ACTION

Dép. 75 «Le PHARE» PRESENTATION DE L ACTION Dép. 75 «Le PHARE» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation L association Jean Cotxet a créé le foyer éducatif Jenner dans le 13e arrondissement en 1969. Les locaux appartenaient

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

Au Conseil Général des Bouches du Rhône Direction Enfance Famille

Au Conseil Général des Bouches du Rhône Direction Enfance Famille 1 Synthèse Réunion de travail sur le prochain schéma départemental Enfance Famille des Bouches du Rhône Lundi 17 décembre 2013 Au Conseil Général des Bouches du Rhône Direction Enfance Famille Présents

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Les centres éducatifs renforcés (CER)

Les centres éducatifs renforcés (CER) Les centres éducatifs renforcés (CER) Une réponse éducative qui reste trop méconnue Document de présentation juin 2012 1 Les centres éducatifs renforcés, dénommés à l origine unités éducatives à encadrement

Plus en détail

Conseil supérieur du logement

Conseil supérieur du logement Conseil supérieur du logement Avis n 29 du Conseil supérieur du logement du 31 août 2011 sur l avantprojet d arrêté du Gouvernement wallon modifiant l arrêté du Gouvernement wallon du 6 septembre 2007

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

CHARTE SUR LES MUTATIONS INTERNES AU SEIN DU PARC SOCIAL

CHARTE SUR LES MUTATIONS INTERNES AU SEIN DU PARC SOCIAL CHARTE SUR LES MUTATIONS INTERNES AU SEIN DU PARC SOCIAL Introduction Avec 115 810 demandeurs d un logement HLM dont 91105 parisiens au 31 décembre 2008, l ampleur de la demande de logements sociaux exprimée

Plus en détail

DISPOSITIF D INTERMÉDIATION LOCATIVE EN RHONE-ALPES CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJETS REGIONAL 2009

DISPOSITIF D INTERMÉDIATION LOCATIVE EN RHONE-ALPES CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJETS REGIONAL 2009 Préfecture de la région Rhône-Alpes Mai 2009 DISPOSITIF D INTERMÉDIATION LOCATIVE EN RHONE-ALPES CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJETS REGIONAL 2009 Préambule Le parc locatif public ne peut répondre seul

Plus en détail

Le logement social que j occupe ne correspond plus à ma situation...

Le logement social que j occupe ne correspond plus à ma situation... Le logement social que j occupe ne correspond plus à ma situation... 27 28 Changer de logement? Combien de chambres pour votre logement? Un logement est dit «proportionné» lorsqu il correspond à votre

Plus en détail

Appel pour une politique stratégique et coordonnée de l'aide aux sans-abri 2014-2019

Appel pour une politique stratégique et coordonnée de l'aide aux sans-abri 2014-2019 Cet appel sollicite les responsables des gouvernements afin qu'ils s'engagent à relever ces enjeux dès l entrée en fonction de la nouvelle législature. Appel pour une politique stratégique et coordonnée

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être CONFERENCE DE HAUT-NIVEAU DE L UE ENSEMBLE POUR LA SANTÉ MENTALE ET LE BIEN-ÊTRE Bruxelles, 12-13 juin 2008 Slovensko predsedstvo EU 2008 Slovenian

Plus en détail

Vers un schéma médico-social unifié

Vers un schéma médico-social unifié Vers un schéma médico-social unifié Quelles synergies rechercher pour valoriser les ressources des personnes et du territoire? La réglementation en vigueur et principalement le code de l action sociale

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE 12/14 JUIN 2003 25 MESURES POUR REDUIRE LES INEGALITES DE SANTE Le système de santé est confronté à une crise d une gravité sans précédent, dont la

Plus en détail

Quels logements et accompagnements pour les personnes souffrant de troubles psychiques? Martine Barrès Mission Nationale d Appui en Santé Mentale

Quels logements et accompagnements pour les personnes souffrant de troubles psychiques? Martine Barrès Mission Nationale d Appui en Santé Mentale Quels logements et accompagnements pour les personnes souffrant de troubles psychiques? Martine Barrès Mission Nationale d Appui en Santé Mentale Montpellier - 2 décembre 2011 La problématique Les troubles

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

L accueil de la petite enfance, clef de l égalité entre les femmes et les hommes

L accueil de la petite enfance, clef de l égalité entre les femmes et les hommes RÉPUBLIQUE FRANÇAISE LIBERTÉ - EGALITÉ - FRATERNITÉ DELEGATION AUX DROITS DES FEMMES ET A L EGALITE DES CHANCES ENTRE LES HOMMES ET LES FEMMES Paris, le 24 janvier 2013 L accueil de la petite enfance,

Plus en détail

Service Hainchamps de mise en autonomie en logement communautaire

Service Hainchamps de mise en autonomie en logement communautaire Service Hainchamps de mise en autonomie en logement communautaire Pour adultes handicapés mentaux de la Meuse serésienne rue Hainchamps 77 siège social: a.s.b.l. Cesahm 4100 Seraing rue du Sewage 9 à 4100

Plus en détail

GarantIE LocatIVE Et aides À L InstaLLatIon Je m installe seul

GarantIE LocatIVE Et aides À L InstaLLatIon Je m installe seul droits sociaux GarantIE LocatIVE Et aides À L InstaLLatIon Je m installe seul Tu souhaites vivre seul dans un logement? Tu dois prendre ton autonomie? Tes parents ne peuvent pas t aider financièrement?

Plus en détail

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Quartier Jeunes 9h30-11h Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Le porteur LA SPAP : Société des Amis des Pauvres Fondée en 1847

Plus en détail

Tableau des prestations

Tableau des prestations Tableau des prestations Prestations= services Modalités= outils/mise en œuvre du service /comment fait on? Références qualités : quelle qualité attend t-on du service rendu? Avoir un toit /Avoir un logement

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

Hébergement d urgence Comment agir sur le long terme? A Lausanne. Service social Lausanne (SSL)

Hébergement d urgence Comment agir sur le long terme? A Lausanne. Service social Lausanne (SSL) Hébergement d urgence Comment agir sur le long terme? A Lausanne Service social Lausanne (SSL) Missions «logement» du service social 1. Prévenir les expulsions du logement 2. Héberger temporairement les

Plus en détail

APPEL À PROJETS QUARTIERS DURABLES CITOYENS MODALITÉS

APPEL À PROJETS QUARTIERS DURABLES CITOYENS MODALITÉS APPEL À PROJETS QUARTIERS DURABLES CITOYENS 2015 MODALITÉS PRÉSENTATION DE L APPEL À PROJETS L appel à projets Quartiers Durables Citoyens encourage et soutient les habitants qui s engagent dans leur quartier

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

Encadrement des loyers à travers une réforme de la fiscalité immobilière

Encadrement des loyers à travers une réforme de la fiscalité immobilière Encadrement des loyers à travers une réforme de la fiscalité immobilière L encadrement des loyers du marché privé est un des points chauds de la lutte des associations de défense des locataires qui en

Plus en détail

ÉCHELLE GRADUÉE DE FIDÉLITÉ AU MODÈLE SIM (SUIVI INTENSIF DANS LE MILIEU) PROGRAMME PRIORITÉ AU LOGEMENT Tsemberis et Stefancic, AVRIL 2010

ÉCHELLE GRADUÉE DE FIDÉLITÉ AU MODÈLE SIM (SUIVI INTENSIF DANS LE MILIEU) PROGRAMME PRIORITÉ AU LOGEMENT Tsemberis et Stefancic, AVRIL 2010 CHOIX ET STRUCTURE DU LOGEMENT 1. Choix du logement. Les participants au programme choisissent le lieu et les autres caractéristiques de leur logement. 2. Disponibilité du logement. Mesure dans laquelle

Plus en détail

Sous la coordination de : Chargée de recherche : Angèle César

Sous la coordination de : Chargée de recherche : Angèle César Évaluation de l instauration de l hébergement égalitaire dans le cadre d un divorce ou d une séparation Sous la coordination de : Marie-Thérèse Casman Chargée de recherche : Angèle César Introduction Contexte

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI Le 7 septembre 2012 Contact : ministère du Travail, de l emploi, de la formation professionnelle

Plus en détail

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES-

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- Union des Associations du CSP-Espoir Vingt ans d expérience auprès des familles gitanes, du voyage, semi-sédentaires ou

Plus en détail

Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ;

Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ; Paris, le 19 septembre 2012 DECISION DU DEFENSEUR DES DROITS N MDE-2012-128 Vu l article 71 1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 RESUMÉ ANONYMISÉ DE LA DÉCISION Décision relative à une Recommandation Domaines de compétence de l Institution : Défense des droits de l'enfant, Droits

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

DE LUTTE CONTRE L ITINÉRANCE (SPLI) 2014-2019

DE LUTTE CONTRE L ITINÉRANCE (SPLI) 2014-2019 STRATÉGIE DES PARTENARIATS DE LUTTE CONTRE L ITINÉRANCE (SPLI) 2014-2019 Catherine Giroux, Agence de la santé et des services sociaux de Montréal Objectifs de la séance d information Présenter les orientations

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

Le modèle économique du logement social

Le modèle économique du logement social a Le modèle économique du logement social Discussion L habitat dégradé et indigne en Ile-de-France OFCE, Journée d étude Étude : ville et publiée logement, en 4 février décembre 2011 2012 1 Le modèle économique

Plus en détail

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible Le 6 février 2007. Du concept de métier lourd à celui de métier pénible - Réflexion sur l évolution - Sandra Invernizzi Métier lourd et métier pénible La notion de métier lourd reconnaît qu un métier comporte

Plus en détail

Etude sur la mobilité locative

Etude sur la mobilité locative pour Etude sur la mobilité locative Septembre 2011 1 La méthodologie 2 2 Note méthodologique Etude réalisée pour : PERL Echantillons : Echantillon de 502 actifs, locataires et éligibles au logement social,

Plus en détail

DEMANDE D HEBERGEMENT et/ou LOGEMENT ADAPTE SIAO 51

DEMANDE D HEBERGEMENT et/ou LOGEMENT ADAPTE SIAO 51 DEMANDE D HEBERGEMENT et/ou LOGEMENT ADAPTE SIAO 51 N de dossier :. Date de la demande :.. /.. /.. PERSONNE(S) ET STRUCTURE AYANT EFFECTUE L ENTRETIEN Travailleur social qui oriente :.. Structure :.. Référent

Plus en détail

MIJEC 44. Création d une plate-forme insertion «mobile» rentrée 2009

MIJEC 44. Création d une plate-forme insertion «mobile» rentrée 2009 MIJEC 44 Création d une plate-forme insertion «mobile» rentrée 2009 Groupe de pilotage MIJEC 44 novembre 2008 Préambule : Depuis mars 2007, le groupe de pilotage MIJEC 44 a engagé une réflexion sur l opportunité

Plus en détail

Réglementation des séjours spécifiques sportifs

Réglementation des séjours spécifiques sportifs Réglementation des séjours spécifiques sportifs Modification du code de l action sociale et des familles concernant les accueils de mineurs en dehors du domicile parental Direction des Sports DSB2 Sommaire

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel

Plus en détail

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Pourquoi encourager la création de Centres Intercommunaux d Action Sociale est une réponse pertinente aux difficultés sociales auxquelles

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Sortir de la gestion saisonnière de l hébergement d urgence. Paris, le 21 novembre 2013

DOSSIER DE PRESSE. Sortir de la gestion saisonnière de l hébergement d urgence. Paris, le 21 novembre 2013 DOSSIER DE PRESSE Sortir de la gestion saisonnière de l hébergement d urgence Paris, le 21 novembre 2013 Contact presse Service de presse du ministère de l Égalité des territoires et du Logement 72, rue

Plus en détail

Règlement d attribution (après changements proposés au CA du 30/06/2014)

Règlement d attribution (après changements proposés au CA du 30/06/2014) Règlement d attribution (après changements proposés au CA du 30/06/2014) Attribution des logements - Principes généraux 1. Les logements gérés par la M.A.I.S. sont attribués suivant une procédure détaillée

Plus en détail

09 Migration - Politique d asile

09 Migration - Politique d asile 01 Fiscalité 02 Prévention - Sécurité 03 Lutte contre la pauvreté 04 Environnement - Energie - Climat 05 Mobilité 06 Emploi 07 Santé 08 Logement 09 Migration - Politique d asile 10 Beliris INITIATEUR SPP

Plus en détail

PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE

PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE LA FORMATION DES EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS A L I.F.R.A.S.S. La formation des Educateurs de Jeunes Enfants est réalisée conformément à l arrêté du

Plus en détail

FEMMES ITINÉRANCE LOGEMENT Des droits non respectés

FEMMES ITINÉRANCE LOGEMENT Des droits non respectés FEMMES ITINÉRANCE LOGEMENT Des droits non respectés Document soumis à M. Miloon Kothari Rapporteur spécial des Nations unis sur le droit au logement et l itinérance Une présentation du Réseau d aide aux

Plus en détail

Dossier de presse 2013

Dossier de presse 2013 Dossier de presse 2013 Immeuble Le Méliès, 261 rue de Paris 93100 Montreuil Tél. 0142853952 Fax 0149950601 www.vacancesetfamilles.fr fede@vacancesetfamilles.asso.frfr 1 SOMMAIRE Présentation Vacances et

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.371 Liège, le 06 avril 2006 Objet : - Avant-projet de décret portant transposition de la Directive 2003/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 novembre 2003 concernant

Plus en détail

Mobilités : connaître pour mieux agir. Présentation du projet Octobre 2014 Projet co-financé par l Ademe

Mobilités : connaître pour mieux agir. Présentation du projet Octobre 2014 Projet co-financé par l Ademe Mobilités : connaître pour mieux agir Présentation du projet Octobre 2014 Projet co-financé par l Ademe 1 A propos mobi-lise est un projet de recherche qui vise à : Accroître la compréhension des pratiques

Plus en détail

CHARTE DU BÉNÉVOLAT. «Les exclus» de René LENOIR

CHARTE DU BÉNÉVOLAT. «Les exclus» de René LENOIR CHARTE DU BÉNÉVOLAT «Que chacun, dans son lieu de vie et de travail, participe à cette lutte pour l intégration de tous dans une société de solidarité et de fraternité». «Les exclus» de René LENOIR Les

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

Formation pour les bénévoles dirigeants associatifs

Formation pour les bénévoles dirigeants associatifs Sommaire Edito 2 Formation pour les bénévoles dirigeants associatifs - Les nouvelles procédures budgétaires pour les établissements et les services médico-sociaux tarifés 3 - La loi 1901, le projet associatif,

Plus en détail

INTRODUCTION programme régional d accès à la prévention et aux soins publics démunis ou en situation de vulnérabilité sociale

INTRODUCTION programme régional d accès à la prévention et aux soins publics démunis ou en situation de vulnérabilité sociale SYNTHÈSE 2/12 INTRODUCTION Le programme régional d accès à la prévention et aux soins (PRAPS) est un programme destiné à tous les professionnels concernés par l accès à la prévention et aux soins ainsi

Plus en détail

Synthèse programme PS / Enseignement

Synthèse programme PS / Enseignement Synthèse programme PS / Enseignement L école reste un des principaux leviers pour assurer le bien-être des citoyens. Elle doit permettre de développer des compétences qui permettront à chacun de s épanouir

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

Mention Communication des organisations

Mention Communication des organisations MASTER Mention Communication des organisations Parcours «Communication et ressources humaines» en Formation continue Responsable : Isabelle AURIEL Secrétariat : Khedidja KHAMADJ tél : 01 49 40 32 72 mail

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

L obligation scolaire, c est quoi?

L obligation scolaire, c est quoi? Réf : Septembre 2013 L obligation scolaire, c est quoi? Pour qui? En Belgique, tous les mineurs d âge de 6 à 18 ans (belges ou étrangers, en séjour légal ou non) sont soumis à l obligation scolaire. Cette

Plus en détail

Introduction. Chapitre. Préambule

Introduction. Chapitre. Préambule Chapitre 1 Introduction Préambule Les solutions d'investissement à base de location meublée font partie de l'éventail des propositions disponibles pour ceux qui souhaitent aujourd'hui se constituer un

Plus en détail

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 POUR LE MAINTIEN DU CONSEIL DES AÎNÉS Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 1 er février 2011 Réseau FADOQ Responsables

Plus en détail

Jeunes GUIDE DU LOGEMENT LA CFTC À VOS CÔTÉS! & diversité. Fédération des Syndicats Commerce, Services et Force de Vente. Edition 2011.

Jeunes GUIDE DU LOGEMENT LA CFTC À VOS CÔTÉS! & diversité. Fédération des Syndicats Commerce, Services et Force de Vente. Edition 2011. Fédération des Syndicats Commerce, Services et Force de Vente Jeunes & diversité GUIDE DU LOGEMENT Edition 2011 benjamin py nicotheeye auremar philippe LA CFTC À VOS CÔTÉS! L ACCÉS DES JEUNES AU LOGEMENT

Plus en détail

L expérience des appartements communautaires. une solution de l Unité logement du Service social de Lausanne

L expérience des appartements communautaires. une solution de l Unité logement du Service social de Lausanne L expérience des appartements communautaires une solution de l Unité logement du Service social de Lausanne Assises du logement Apollo Montreux 21 novembre 2012 Unité Logement Prestations principales :

Plus en détail

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux Les associations et la question de la qualité de l emploi: une enquête en Alsace et en Lorraine Etude réalisée pour la DIIESES

Plus en détail

L influence de l Union européenne dans les politiques de logement

L influence de l Union européenne dans les politiques de logement L influence de l Union européenne dans les politiques de logement Bénédicte Heindrichs, chercheuse-associée Etopia, 2009 centre d animation et de recherche en écologie politique www.etopia.be Page 2 Conformément

Plus en détail

INFORMATIONS GENERALES

INFORMATIONS GENERALES Pour utiliser au mieux les informations récoltées au travers des questions des 4 thèmes proposés (1-habitat, 2-revenus et statut, 3-vie sociale et activités, 4-défense sociale), nous avons besoin de quelques

Plus en détail