L AMIANTE DANS LE PARC DE BÂTIMENTS FRANÇAIS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L AMIANTE DANS LE PARC DE BÂTIMENTS FRANÇAIS"

Transcription

1 L AMIANTE DANS LE PARC DE BÂTIMENTS FRANÇAIS Evaluation de l application du dispositif réglementaire relatif à la protection de la population contre l exposition à l amiante dans les immeubles bâtis Rapport Franck Chaventré Christian Cochet La reproduction de ce rapport d'étude n'est autorisée que sous sa forme intégrale, sauf clauses spécifiques explicitées dans la convention liant le CSTB et le donneur d'ordre. Toute reproduction, même partielle, devra mentionner le CSTB et ou les auteurs. Il comporte 73 pages dont annexes. Client : DGS/SD7c Responsable : CARMES Joëlle Convention 2004 avenant 2005 DDD/SB Décembre 2005

2 SOMMAIRE Partie A - Bilan national d évaluation de la réalisation des obligations réglementaires «amiante» par les établissements sanitaires et sociaux (ESS) Introduction Analyse de l échantillon de données Données globales Analyse détaillée des taux de réponse Analyse détaillée des taux de réalisation des diagnostics Présence d amiante dans les établissements Mise en oeuvre des obligations concernant les établissements contenant de l amiante Partie B Bilan des rapports d activités de l année 2003 des opérateurs de repérage Introduction Données prises en compte Synthèse des résultats Données du tableau 1 de l arrêté Traitement des données Concaténation des données Estimation de la présence d amiante dans l ensemble du parc Enquête complémentaire Données du tableau 2 de l arrêté Données concernant les opérateurs de repérage Partie C. Evaluation de la qualité des rapports d opérateurs de repérage Echantillonnage des rapports d opérateurs La participation des opérateurs à l enquête Evaluation des rapports de repérage Description de l échantillon Qualité globale des rapports Partie D Enquête nationale sur les établissements de l enseignement supérieur Partie D Enquête nationale sur les établissements de l enseignement supérieur Contexte Description de l outil Les résultats RENUMEROTER EN SUIVANT ET mettre à jour sommaire Le parc de bâtiments enquêtés : Description du parc Description de la variable «dta» Description au niveau du local ANNEXE A Circulaire DGS/SD7c/2001/ relative à la mise en œuvre des dispositions réglementaires relatives aux diagnostics des flocages, calorifugeages et faux-plafonds contenant de l amiante prévues par le décret n modifié du 7 février Typologie des établissements à interroger (nomenclature FINESS) Obligations réglementaires «amiante» des établissements sanitaires et sociaux : Tableau de caractérisation des obligations par catégorie d établissement Obligations réglementaires «amiante» des établissements sanitaires et sociaux : concaténation des données des tableaux de la circulaire DGS/460 du 24 septembre 2001 par département ANNEXE B Formulaire de saisie Internet des tableaux 1 et 2 de l annexe 2 de l arrêté Définitions des sources utilisées pour l estimation du parc d immeubles soumis à la recherche d amiante en France pour les établissements de type : Liste des départements ayant renvoyés les rapports d activités d opérateurs de repérage avec le nombre de logements individuels et collectifs en 2002 et les estimations du nombre de transactions effectués en Extrait du Guide relatif à la mise en œuvre de la réglementation amiante à l usage des services déconcentrés de l Etat annexe de la circulaire UHC/QC1/24 DGS/SD7C/613 du 10 décembre Tableaux 1 et 2 de l annexe II de l arrêté du 2 décembre

3 6- Estimation du nombre d opérateurs de repérage en France Formulaire d évaluation de la qualité des DTA ANNEXE C La démarche à suivre pour renseigner le questionnaire Structure des tables de la base de données SQL Définition des noms des champs de saisie ANNEXE D Questionnaire Internet Article Résultats de l enquête sur la présence d amiante friable et non friable dans les logements Décembre

4 Contexte de l étude Le dispositif réglementaire relatif à la protection de la population contre l exposition à l amiante dans les immeubles bâtis a été mis en place en deux étapes, entre 1996 et La première étape réglemente la gestion des matériaux friables dans un objectif d élimination de ces matériaux (décrets n et n ). La seconde fixe les modalités de repérage des matériaux non friables dans un objectif d information des différents intervenants (décrets n et n ). Ce dispositif est désormais intégré dans le code de la santé publique. Il n existe pas d inventaire des bâtiments comportant de l amiante en France, ni de suivi de l application de la réglementation dans l ensemble du parc immobilier français, la réglementation ne prévoyant pas de remontée systématique des données de repérage positif comme c est le cas pour les ERAP. Il est apparu nécessaire, la quasi-totalité des échéances étant arrivées à terme 1, de procéder à une évaluation de l application de ce dispositif. La commission d orientation mise en place dans le cadre du PNSE avait d ailleurs souligné cette nécessité. Les seules informations disponibles au sein de l administration dans le cadre fixé réglementairement (arrêté du 2 décembre 2002) sont la liste des attestations de compétence délivrées par les organismes assurant la formation des opérateurs de repérage (transmis à la DGUHC) et les rapports d activités des opérateurs (transmis annuellement à la DGS à partir de l exercice 2003). Le présent rapport conduit, à partir de ces données existantes, une évaluation de l application du dispositif réglementaire relatif à la protection de la population contre l exposition à l amiante dans les immeubles bâtis. L évaluation repose d une part sur l exploitation de données d enquêtes disponibles auprès des services de l Etat et, d autre part, sur un ensemble de données collectées spécifiquement dans le cadre de cette étude par le CSTB. L exploitation est présentée selon quatre parties distinctes en fonction les différents types de données et d information rassemblés. Une synthèse générale présente de manière agrégée les enseignements des différentes parties. Partie A : exploitation des données concernant les diagnostics «amiante» réalisés dans les établissements sanitaires et sociaux (ESS) et rassemblées par la Direction Générale de la Santé conformément à la circulaire DGS du 24 septembre Partie B : exploitation des données figurant dans les rapports annuels d activités de l année 2003 des opérateurs de repérage transmises aux services de l Etat conformément aux obligations réglementaires. 1 Le dispositif réglementaire actuel est entré en vigueur : le 1 er janvier 2002 pour le repérage avant démolition ; le 1 er janvier 2003 pour l attestation de compétence des diagnostiqueurs ; le 1 er juillet 2003 pour l obligation de diagnostic avant vente. Les échéances étaient fixées : au 31 décembre 1999 pour le diagnostic des flocages, calorifugeages et faux-plafonds ; au 31 décembre 2003 pour la réalisation du DTA pour les immeubles de grande hauteur et les établissements recevant du public (ERP) de la 1 ère à la 4 ème catégorie. Le dernier terme est fixé au 31 décembre 2005 pour la réalisation du DTA pour les immeubles de bureaux, les ERP de 5 ème catégorie, les immeubles destinés à l'exercice d'une activité industrielle ou agricole, les locaux de travail et les parties à usage commun des immeubles collectifs d'habitation Décembre

5 Partie C : examen de la conformité avec les exigences de la réglementation des rapports des opérateurs de repérage Partie D :. exploitation des données résultant d une enquête spécifique aux établissements de l enseignement supérieur. Les parties A, B et C sont exploitées en totalité. La partie D est exploitée sur la base des données saisies à la date de remise de ce rapport. Décembre

6 Partie A - Bilan national d évaluation de la réalisation des obligations réglementaires «amiante» par les établissements sanitaires et sociaux (ESS) 1. Introduction Le décret n modifié relatif à la protection de la population contre les risques sanitaires liés à l'exposition à l'amiante dans les immeubles bâtis, impose la recherche d'amiante dans les flocages et calorifugeages et faux plafonds. Cette recherche devait être réalisée avant le 31 décembre Le ministère chargé de la santé a souhaité disposer d'un bilan national de l'état de réalisation des diagnostics amiante dans les établissements sanitaires, médicosociaux et sociaux. Le bilan de l application des dispositions du décret susvisé par les établissements sanitaires et sociaux est réalisé à partir des données transmises à la DGS selon les modalités fixées par la circulaire DGS/460 du 24 septembre 2001 (Annexe 1) par les DDASS et DRASS (annexe III de la circulaire). 2. Analyse de l échantillon de données 2.1 Données globales L analyse des données est réalisée à partir des tableaux recueillis auprès de 72 DDASS, y compris ceux relatifs aux départements des régions Bretagne 2, Provence-Alpes-Côte-d Azur 3 et Rhône-Alpes 4 analysés antérieurement à cette étude par le CAREPS Le tableau 1 présente la synthèse des données disponibles, qui portent sur 75% des départements métropolitains, par catégorie d établissements interrogés, selon les modalités la circulaire DGS/460 du 24 septembre Ce tableau est organisé suivant 4 thèmes qui sont développés individuellement dans la suite du rapport : 1. La réponse à l enquête, avec le nombre d établissements interrogés et le nombre de ceux qui ont répondu dans la même catégorie 2. Le type de diagnostic (flocage et calorifugeage ou flocage, calorifugeage et faux plafond) devant être réalisé dans l établissement interrogé 3. Le nombre d établissements effectivement diagnostiqués concernés par la recherche d amiante dans les matériaux cités précédemment 4. Le résultat du diagnostic déterminant la présence d amiante. Si le résultat est positif et suivant le niveau de dégradation des matériaux repérés, différentes obligations incombent au gestionnaire de l immeuble : L obligation de travaux : le nombre d immeubles concerné est reporté, et le cas échéant, mention est faite si les travaux ont été effectués, s ils sont en cours ou prévus, à la date de réponse à l enquête. 2 CAREPS, 2003, Bilan des recherches d amiante dans les établissements sanitaires et sociaux de la région Bretagne, 60pp 3 CAREPS, 2002, Bilan des recherches d amiante dans les établissements sanitaires et sociaux de la région Provence Alpes Côte d Azur, 39pp 4 CAREPS, 2003, Bilan des recherches d amiante dans les établissements sanitaires et sociaux de la région Rhone- Alpes, 88pp Décembre

7 L obligation de surveillance : le nombre d immeubles dans la catégorie concernés par une surveillance des matériaux contenant de l amiante est indiqué, suivi du nombre d immeubles dans lesquels cette obligation a été réalisée. Afin de simplifier l interprétation les catégories d établissements sont regroupées selon les deux grandes familles d établissements suivantes : Les établissements sanitaires : établissements de la catégorie des «mille» (dont le numéro est sous la forme : 1xxx) Les établissements sociaux : autres établissements de la catégorie des «quatre et cinq mille» (dont le numéro est sous la forme : 4xxx ou 5xxx). Tableau 1 : Obligations réglementaires «amiante» des établissements sanitaires et sociaux : Présence d amiante et situations rencontrées (en nombre de bâtiments) selon les données transmises par les DDASS/ DRASS conformément à la circulaire DGS/460 du 24 septembre Décembre

8 2.1 Analyse détaillée des taux de réponse Quatre régions (Alsace, Franche-Comté, Languedoc-Roussillon, Lorraine) n ont pas répondu à cette étude. Les départements suivants (31, 44, 49, 75, 77, 85, 92, 93) n ont soit pas répondu soit pas envoyé les données brutes nécessaires (31, 75, 77, 92, 93). L utilisation des données pour les régions auxquelles appartiennent ces départements (Midi-Pyrénées, Pays de Loire, Ile de France) doit être considérée en gardant en mémoire ces manques de réponse. Le tableau 2 présente la liste des établissements sanitaires et sociaux concernés par cette étude. Le taux de réponse correspond au nombre d établissements qui ont répondu par rapport au nombre d établissements interrogés dans les régions qui ont répondu à cette étude. Tableau 2 : Obligations réglementaires «amiante» des établissements sanitaires et sociaux : Nombre et taux de réponse par catégorie d établissement dans la classification FINESS Au total établissements ont été interrogés (Etablissements sanitaires 21 % et établissements sociaux 79 %), ont répondu, soit un taux de réponse global de 60%. Le taux de réponse est de 58 % pour les établissements sociaux et 68% dans les établissements sanitaires. La figure 1 présente une comparaison de la répartition des catégories d établissements ouverts et enregistrés dans le répertoire FINESS à la date du 31/12/1997 à la répartition des catégories d établissements interrogés et des établissements qui ont répondu. Les départements pour lesquels aucune donnée n a été recueillie ont été exclus de la base FINESS afin que ces données soient comparables à celles de l étude. Décembre

9 Etablissements ouverts au (31/12/1997) Etablissements interrogés Etablissements ayant repondus Figure 1 : histogramme des quantités d établissements par catégorie d établissement recensés dans la base de donnée FINESS (bleu), en comparaison du nombre d établissements interrogés soumis à la circulaire DGS (orange) et ayant répondus (vert) L histogramme de la figure 1 montre que les distributions ne sont pas graphiquement différentes et que l étude est de nature à apporter des informations traduisant correctement la situation réelle du parc national des établissements sanitaires et sociaux. Pour certaines catégories d établissements (5101, 1109, 4303, 4103) nous observons que le nombre d établissements interrogés est supérieur au nombre d établissements ouverts au 31/12/1997. Il est probable qu au moment de l enquête, fin 2001, des établissements non soumis réglementairement à la recherche d amiante (construits après 1997) ont été sollicités pour participer à l enquête par les services déconcentrés. La répartition géographique des taux de réponse par région et le nombre d établissements interrogés correspondants (figure 2) fait apparaître que le taux de réponse est dans la majorité des régions supérieur à 50%, sauf en Poitou-Charentes où il est de 43% et en Corse où il est de 0%. Figure 2 : Obligations réglementaires «amiante» des établissements sanitaires et sociaux : Représentation géographique du nombre d établissements interrogés et du taux de réponse au questionnaire par région Décembre

10 2.3. Analyse détaillée des taux de réalisation des diagnostics Les établissements dont le permis de construire a été délivré : avant le 1 er janvier 1980 sont soumis aux recherches de l amiante dans les 3 types de matériaux (dans les flocages, les calorifugeages et les faux plafonds), entre le 1 er janvier 1980 et le 29 juillet 1996 sont soumis aux recherches de l amiante dans les calorifugeages et faux plafonds, avant le 1 er juillet 1997 sont soumis à une recherche d'amiante dans les faux plafonds seulement. Le nombre d établissements concernés par un diagnostic initial (recherche d amiante dans les flocages et les calorifugeages) est de 9 545, soit un peu plus de 78% des ESS interrogés d entre eux avaient pour obligation de réaliser un nouveau diagnostic pour contrôler la présence d amiante dans les faux-plafonds établissements étaient concernés par la recherche d amiante dans les trois matériaux (flocages, calorifugeages et faux-plafond). Tous les établissements ayant répondu à l enquête ont fait contrôler au moins une fois la présence d amiante dans les flocages et les calorifugeages. Le taux de réalisation des diagnostics initiaux est globalement supérieur à 100%. Il a été réalisé davantage de diagnostics que prévu correspondant à la recherche d amiante dans les trois matériaux pour les établissements dont le permis de construire date d avant le 1 er janvier Le taux de diagnostics réalisés dans le cadre du décret est de l ordre de 98 %. Cette différence peut s expliquer par des diagnostics réalisés en retard (après la date limite du 30 juin 1997 pour les ESS construits entre 1950 et 1980) et qui ont donc été réalisés dans le cadre du décret du 12 septembre 1997 sur les trois matériaux. La nécessité pour certains établissements, comme les établissements d hébergements des personnes âgées (4401) de réaliser un nouveau diagnostic sur les faux-plafonds (4570 établissements ont réalisé un nouveau diagnostic à cette fin) doit également être prise en compte. La mise en place par étapes successives des obligations réglementaires a ainsi conduit à un second passage des opérateurs de diagnostics, un établissement sur deux, concerné par le diagnostic initial, ayant réalisé un nouveau diagnostic afin de contrôler la présence d amiante dans les faux-plafonds. Le taux de réalisation des diagnostics dans le cadre du décret est inférieur à 100% pour les catégories d établissements suivantes et par ordre croissant : 5101, 4501, 1111, 1114, 4601, 4105, De nombreux diagnostics n étaient pas encore réalisés à la date de l enquête dans ces établissements, et notamment dans 15% des établissements de garde d'enfants d'âge pré-scolaire (5101) où la présence d amiante n avait toujours pas été contrôlée. De plus, cette catégorie correspond aux plus faibles taux de réponse de l enquête. Les taux de réalisation globaux des diagnostics sont équivalents dans les établissements sanitaires et dans les établissements sociaux. Décembre

11 Tableau 3 : Obligations réglementaires «amiante» des établissements sanitaires et sociaux : Réalisation des diagnostics par catégorie d établissement selon les différents niveaux d obligations réglementaires 2.4 Présence d amiante dans les établissements La présence de matériaux «friables» contenant d amiante concerne 1198 établissements, ce qui représente 8% des établissements ayant répondu et environ 5% des établissements interrogés. La variation entre catégories est cependant importante, les pourcentages d établissements concernés s échelonnant de 0% à 75 %. Un quart des centres hospitaliers (131/505) a déclaré la présence d amiante. Il a été repéré 2,5 fois plus de matériaux de type FCP dans les établissements sanitaires (15% soit 518 Ets.) que dans les établissements sociaux (6% soit 680 Ets.). Décembre

12 Tableau 4 : Obligations réglementaires «amiante» des établissements sanitaires et sociaux : Présence d amiante (flocages, calorifugeages, faux plafonds) dans les établissements Décembre

13 2.5 Mise en oeuvre des obligations concernant les établissements contenant de l amiante Suivant le niveau de dégradation du matériau contenant de l amiante, le propriétaire de l établissement a l obligation de faire réaliser des travaux d enlèvement ou de confinement de l amiante ou de réaliser une surveillance des matériaux repérés tout les deux ans (8 %) établissements sont concernés par ces obligations dont : (17%) sont soumis à une obligation de travaux, (44%) à une obligation de surveillance et -105(10%) des établissements ont pris l initiative de réaliser des travaux sans en avoir l obligation. Aucune information sur la mise en oeuvre des obligations n est disponible pour 366 établissements (29%) dans lesquels des matériaux contenant de l amiante «friable» ont été repérés. Le niveau d information est inférieur à 60% pour les trois catégories d établissements les plus représentés dans cette étude (4301, 5101, 4401) ; on ne connaît pas la nature des obligations concernant 171 de ces établissements. Le taux de surveillance obligatoire est plus important dans les établissements sanitaires (54%) que dans les établissements sociaux (37%). Par contre, les taux sont peu différents en ce qui concerne l obligation de travaux et les réalisations de surveillance ou de travaux entre ces deux familles d établissements. L obligation de travaux concerne 208 établissements. Seuls 3 établissements de soins de suite et de réadaptation (1107) n ont pas réalisé de travaux. Les autres établissements ont déclaré avoir réalisé des travaux d enlèvement ou de confinement de l amiante. 533 établissements sont soumis à une obligation de surveillance de l état d usure de leurs matériaux contenant de l amiante. 115 établissements (10% des établissements amiantés) ont anticipé et réalisés ou entrepris des travaux (achevés, en cours ou prévus) sur leurs matériaux contenant de l amiante. Ces établissements étaient soumis à une obligation de surveillance et l ont remplacée par des travaux. Le taux de réalisation de la surveillance périodique des matériaux repérés contenant de l amiante (flocages, calorifugeages et faux plafond) est de 46%. 78 établissements (51%) des établissements les plus représentés soumis à l obligation de surveillance (4301, 5101, 4401) ne l ont pas mise en œuvre. Décembre

14 Tableau 5 : Obligations réglementaires «amiante» des établissements sanitaires et sociaux Décembre

15 Partie B Bilan des rapports d activités de l année 2003 des opérateurs de repérage 1. Introduction La transmission d un rapport d activité des opérateurs de repérage a été instaurée par le décret du 21 septembre 2001 et les modalités précisées dans l arrêté du 2 décembre 2002 relatif à l'exercice de l'activité et à la formation des contrôleurs techniques et techniciens de la construction effectuant des missions de repérage et de diagnostic de l'état de conservation des matériaux et produits contenant de l'amiante en application du décret n du 7 février 1996 modifié. Il s agit de deux tableaux dont le format a été précisé dans l arrêté. L un précise la répartition des missions de repérage et de diagnostic de matériaux et produits contenant de l amiante par type de construction ; le second précise les bâtiments pour lesquels il a été procédé un repérage en vue du DTA par type de bâtiment (IGH, ERP ). Ce rapport doit être transmis au plus tard avant le 1er Mars de chaque année n+1 au préfet du département du siège du prestataire. Il doit comprendre la liste des opérateurs de repérage, les références de leurs attestations de compétence et les tableaux n 1 et n 2. Il devrait donc être possible par l analyse de ces rapports de disposer d éléments relatifs à l amiante dans le parc immobilier français. L étude porte sur les rapports de l année Données prises en compte Les rapports de l année 2003 des opérateurs de repérage, présentés sous forme de tableaux dont les modèles sont décrits à l'annexe de l'arrêté du 2 décembre 2002, ont été envoyés par les préfets des départements au format papier à la DGS depuis le début de l année Comme il s agissait de la première année de mise en application de la réglementation suite à la parution du décret , les données effectivement transmises à l administration centrale et exploitées dans cette étude concernent un peu moins de la moitié des départements français (42 départements). Les rapports sont parvenus à la DGS tout au long de l année 2004 et certains en Les rapports parvenus après le mois d avril 2005 n ont pas été exploités. Au total 963 rapports d activités d opérateur de repérage concernant l activité de l année 2003 ont été pris en compte. Après l étape de saisie, 913 rapports ont été exploités, déduction faite des rapports dépourvus des informations essentielles (n= 50). Les rapports reçus concernent seulement 42 départements métropolitains et 2 DOM, la liste est donnée en annexe B-3. Les instructions disponibles auprès des opérateurs pour le remplissage des tableaux ne sont pas totalement précises dans l arrêté du 2 décembre Il aurait fallu idéalement que les opérateurs se reportent également au guide 5 destiné à l usage des services déconcentrés de l Etat annexé à la circulaire du 10 décembre Celle-ci parue seulement au BO santé permet de mieux comprendre ce qui est attendu par l Administration, notamment sur la distinction entre «personne physique» et «personne morale» ainsi que sur la définition des différents sections des tableaux. Ce guide n étant pas facilement accessible aux opérateurs, il est vraisemblable que seulement quelques uns d entre eux ont pu l utiliser. Il en résulte des hétérogénéités non corrigeables a posteriori dans les tableaux transmis. 5 Guide relatif à la mise en œuvre de la réglementation amiante à l usage des services déconcentrés de l Etat annexe de la circulaire UHC/QC1/24 DGS/SD7C/613 du 10 décembre 2003 Décembre

16 Certains opérateurs ayant modifié le format de remplissage des tableaux, un travail d adaptation a été effectué au moment de la saisie : - en cas d agrégation dans un même tableau des informations concernant plusieurs opérateurs de repérage d une même entreprise les données ont été traitées comme étant en provenance d «opérateurs multiples», - les tableaux regroupant les données correspondant à l activité de repérage sur plusieurs départements ont été saisis de manière à pourvoir être traités à part dans l exploitation géographique. In fine, les données concernant plus de immeubles - tous usages confondus - ont été exploitées. 3. Synthèse des résultats A partir des données des rapports d activités de 2003 nous avons réalisé d une part la concaténation des données des tableaux 1 et 2 de l arrêté (annexe B-5) et d autre part une comparaison avec les informations relatives aux attestations de compétence des opérateurs de repérage en activités en Données du tableau 1 de l arrêté Traitement des données Avant traitement un redressement de données a été effectué afin de combler les manques ou imprécisions figurant dans certains tableaux. Ce redressement porte sur 8,2% du nombre total d immeubles ayant fait l objet d un diagnostic et concerne les deux situations suivantes : 1 Le nombre d immeubles diagnostiqués n est pas renseigné, mais le nombre de missions réalisées par catégorie d usage d immeuble est indiqué. Le nombre d immeubles a alors été calculé en faisant la somme des missions correspondantes à la catégorie d usage. 2 Le nombre de missions ou le nombre de diagnostics n a pas été indiqué dans la catégorie d usage de l immeuble, dans ce cas les données correspondantes à cette catégorie d usage pour ce tableau ont été supprimées. Nombre d immeubles renseignés dans la base Données brutes Nombres de missions non renseignés Nombre de dont diagnostics non renseignés Nombre d immeubles les données sont redressées Données traitées Nombre de données supprimées % 8,7% 6,5% 3,9% 12,6% 91,8% Tableau 6 : Tableau descriptif des données saisies Concaténation des données Nombre d immeubles dont les données sont validées pour le traitement Les données sont présentées dans un premier temps dans des tableaux par activité / usage d immeubles puis géographiquement sur une carte des régions de France. La concaténation des données du tableau 1 de l arrêté du 2 décembre 2002 est présentée en trois parties. La première présente le nombre d immeubles par activité / usage, la seconde Décembre

17 rassemble les données des missions de repérage par activité / usage. La dernière est la synthèse des résultats des diagnostics par activité / usage des immeubles concernés Les Immeubles diagnostiqués en 2003 Le tableau 7 fait apparaître la répartition du nombre de diagnostics pris en compte dans l étude par catégorie d immeuble. Activité / Usage Nombre total d'immeubles bâtis Répartition Agricole ,18% Artisanat ,44% Autres Bâtiments ,30% Bureaux ,28% Commerce ,02% Culture et Loisirs 908 0,33% Enseignement ,57% Etabliss Sanitaires 800 0,29% Etabliss. Sociaux ,38% Habitation - Maisons individuelles ,37% Habitation - Parties communes immeubles ,69% Habitation - Parties privatives ,86% Industrie ,12% 40% 5% 0% 1% 1%0% 3% 2% 4% 0% 1% 0% 0% 43% Agricole Artisanat Autres Bâtiments Bureaux Commerce Culture et Loisirs Enseignement Etabliss Sanitaires Etabliss. Sociaux Habitation - Maisons individuelles Habitation - Parties communes immeubles Habitation - Parties privatives Industrie Locaux Sportifs Locaux Sportifs 534 0,19% Tableau 7 : Répartition des immeubles bâtis diagnostiqués (toutes missions de repérage confondues) par activité/usage pris en compte dans l étude On note un écart très important entre le nombre de diagnostics pour les immeubles destinés à des logements et les autres (81% des diagnostics ont été réalisés dans le cas d une vente d une habitation individuelle ou collective). La représentation géographique du nombre d immeubles ayant fait l objet d un repérage amiante en 2003 est présentée en figure 3. Décembre

18 Figure 3 : Répartition géographique par département des missions de repérage des opérateurs de repérage réalisé soit dans le résidentiel soit dans le non résidentiel Nota : Deux départements d outre-mer ne figurent pas sur la carte : la Martinique et la Réunion pour lesquels on compte respectivement 91 et 578 immeubles résidentiels repérés, ainsi que 23 et 98 immeubles non résidentiels. Décembre

19 Comparaison avec les données du parc existant - le parc non résidentiel Les données des immeubles non résidentiels prises en compte figurent au tableau 8. Tableau 8 : «Comparaison» des données du parc d immeubles bâtis non résidentiels diagnostiqués en 2003 aux données du parc national existant 1 : Proportion calculée à partir du nombre d'immeubles non résidentiels recensé dans l'étude par catégorie d'usage / activité par rapport au nombre total d'immeubles non résidentiels recensé dans l'étude. 2 : Proportion calculée à partir du nombre d'immeubles non résidentiel par catégorie d'usage / activité au niveau national par rapport au nombre total d'immeubles non résidentiel au niveau national. 3 : Rapport du nombre d'immeuble ayant fait l'objet d'une mission de repérage amiante en 2003 recensé dans l'étude et multiplié par 2 ( en toute première approximation pour étendre les données sur 42 départements à l ensemble du parc) rapporté au nombre d'immeuble par activité / usage du parc national d'immeuble non résidentiel. 4 : Le parc national d'immeuble non résidentiel a été obtenu à partir des sources définies en annexe B-2. La comparaison est effectuée en s appuyant sur des données du parc existant dont les sources sont précisées en annexe B-2. Ces sources ne permettent cependant pas de disposer d un état complet du parc en nombre de bâtiments en fonction des années. En l absence de données disponibles, nous avons évalué le nombre d immeubles à usage : d enseignement (à partir de données de l INSEE et de l Enseignement Supérieur en ajoutant un immeuble par commune pour les écoles maternelles et primaires), agricole à partir du nombre d exploitations recensées en 1999 en approximant 1 bâtiment par exploitation. Aucune donnée n a pu être établie pour la catégorie «autres bâtiments», qui n a pas été prise en compte. Ces données présentées dans le tableau 8 résultent ainsi de plusieurs estimations conduites à partir d ensembles de données hétérogènes. En particulier, il n existe pas actuellement de statistiques nationales exprimées en nombre d immeubles par catégorie d usage. Les données disponibles sont exprimées en surfaces par catégorie d usage. Au global, si l on multiplie par un facteur 2 (en toute première approximation pour étendre les données sur 42 départements à l ensemble du parc) le nombre de immeubles non résidentiels ayant fait l objet d une mission de repérage amiante en 2003 et pour un parc estimé aux alentours de immeubles, nous estimons qu à l échelle nationale un peu plus de 2 % du parc d immeubles non résidentiels a été diagnostiqué en Décembre

20 - le parc résidentiel (logements individuels et collectifs hors parc social) Sur la base du nombre de transactions conclues en 2002, données fournies par l INSEE (tableau 10) à partir de la base de données notariale, nous avons déterminé un taux de transaction pour les maisons individuelles et les appartements situés en Province et en Ile-de- France. Tableau 9 : Répartition du nombre de transactions (données de l INSEE) de logements dont le permis de construire date de plus de 5 ans et du parc de résidence principale hors parc social (déterminé à partir de Filocom 2002) De cette façon, en appliquant les taux de transactions respectifs au nombre de logements de type maison individuelle et appartement dans les 42 départements, dont 4 en Ile-de-France, pour lesquels nous avons obtenus les rapports d activités, nous avons pu estimer (tableau 10) le nombre de transaction de logements concernés par un repérage de l amiante en France en Maisons individuelles (hors parc social) Logements collectifs (hors parc social) Nombre de logements dans les 42 départements (Données FILOCOM) Nombre moyen de transactions annuelles (données INSEE) Nombre de diagnostics pris en compte dans l étude Total Tableau 10 : «Comparaison» des données du parc d immeubles bâtis résidentiels diagnostiqués aux données du parc national existant (en milliers) La répartition du nombre de logements hors parc social par département est effectuée à partir de la base de donnée Filocom de 2002, La figure 4 est une représentation cartographique du nombre de transaction (échelle de couleur) et du nombre de missions de repérage réalisées (disque noir) dans le cadre d un constat vente par départements (le tableau détaillé est présenté en annexe B3). Seuls les données concernant les départements d origine de l envoi sont représentés sur la carte. Décembre

Recherche d amiante : de nouvelles obligations pour les propriétaires à compter du 1 er février 2012

Recherche d amiante : de nouvelles obligations pour les propriétaires à compter du 1 er février 2012 Novembre 2011 Recherche d amiante : de nouvelles obligations pour les propriétaires à compter du 1 er février 2012 La réglementation sur l amiante a fait l objet depuis de nombreuses années de plusieurs

Plus en détail

amiante LA PROTECTION DE LA POPULATION

amiante LA PROTECTION DE LA POPULATION amiante LA PROTECTION DE LA POPULATION Le code de la santé publique Gestion du risque et protection de la population générale Localisation de l amiante Evaluation de l état de conservation Recommandations

Plus en détail

CODE DE LA SANTE PUBLIQUE

CODE DE LA SANTE PUBLIQUE CODE DE LA SANTE PUBLIQUE Section 2 : Exposition à l'amiante dans les immeubles bâtis Sous-section 1 : Immeubles construits avant le 1er janvier 1980 Article R1334-14 : Les articles de la présente sous-section

Plus en détail

Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments. Présentation aux CHSCT Septembre 2014

Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments. Présentation aux CHSCT Septembre 2014 Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments Présentation aux CHSCT Septembre 2014 PLAN I - HISTORIQUE II - GESTION COURANTE DES BÂTIMENTS III - GESTION DES OPERATIONS DE TRAVAUX

Plus en détail

La protection de la population : rappels sur la réglementation liée au Code de la Santé Publique

La protection de la population : rappels sur la réglementation liée au Code de la Santé Publique ½ journée amiante Dreal Bourgogne Dijon, le 20 novembre 2014 La protection de la population : rappels sur la réglementation liée au Code de la Santé Publique Énora PARENT, Cerema Ministère de l'écologie,

Plus en détail

L amiante dans tous ses états:

L amiante dans tous ses états: L amiante dans tous ses états: Vie du bâtiment et obligations de repérage Journée d information du 26 septembre 2013 I. Estève Moussion DSPE _ARS Languedoc Roussillon Recherche, repérage de l amiante Listes

Plus en détail

Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments

Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments INTRODUCTION Nécessité d'une vigilance particulière dans la gestions des bâtiment depuis 1997, date de l'interdiction de l'amiante en

Plus en détail

La protection de la population : rappels sur la réglementation liée au code de la Santé Publique

La protection de la population : rappels sur la réglementation liée au code de la Santé Publique La protection de la population : rappels sur la réglementation liée au code de la Santé Publique Colloque Amiante mars 2015 Cadre réglementaire Décret du 3 juin 2011 relatif à la protection de la population

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT Arrêté du 21 novembre 2006 définissant les critères de certification des compétences des personnes

Plus en détail

CIRCULAIRE INTERMINISTERIELLE N DGS/2006/271

CIRCULAIRE INTERMINISTERIELLE N DGS/2006/271 Ministère de l intérieur et de l aménagement du territoire Ministère de l'emploi, de la cohésion sociale et du logement Ministère de l éducation nationale, de l enseignement supérieur et de la recherche

Plus en détail

Obligations du maître d ouvrage

Obligations du maître d ouvrage Obligations du maître d ouvrage Formation Amiante sous section 4 Amian nte sou us sectio on 4 mation Form OBLIGATIONS DU MAITRE D OUVRAGE Pour réaliser son projet le maître d ouvrage nomme : Un maître

Plus en détail

4. Les nouvelles dispositions applicables en cas de travaux de démolition d' immeubles où se trouvent des matériaux contenant de l'amiante

4. Les nouvelles dispositions applicables en cas de travaux de démolition d' immeubles où se trouvent des matériaux contenant de l'amiante AMIANTE SOMMAIRE: NOTE IMPORTANTE : l'ensemble de ce chapitre traite de la réglementation amiante à partir des décrets initiaux de février 1996, dont le décret 96-97 ; ce décret qui a été modifié au fil

Plus en détail

L amiante, un polluant fortement réglementé

L amiante, un polluant fortement réglementé L amiante, un polluant fortement réglementé Journée technique CoTITA «Prise en compte de la qualité sanitaire dans les 28/03/2014 bâtiments» 27 mars 2014 3 codes principaux Code de la santé publique Code

Plus en détail

Rappel des droits et obligations

Rappel des droits et obligations GAZ Norme XP P 45-500 A compter du 1er novembre 2007 le vendeur d'un logement équipé d'une installation intérieure au gaz naturel ou GPL datant de 15 ans ou plus devra produire un diagnostic gaz de l installation

Plus en détail

DOSSIER AMIANTE. Code de la Santé Publique

DOSSIER AMIANTE. Code de la Santé Publique SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL DOSSIER AMIANTE 01/07/15 Pôle Prévention et Santé au Travail Tél. : 02 96 58 23 84 prevention@cdg22.fr Code de la Santé Publique DONT LE PERMIS DE CONSTRUIRE A ETE DELIVRE

Plus en détail

NOTE DE SERVICE DGER/SDACE/N2003-2083 Date : 03 NOVEMBRE 2003

NOTE DE SERVICE DGER/SDACE/N2003-2083 Date : 03 NOVEMBRE 2003 - 1 - MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PECHE ET DES AFFAIRES RURALES Direction Générale de l'enseignement et de la Recherche Sous-direction de l'administration de la Communauté Educative

Plus en détail

CODE DE LA SANTE PUBLIQUE (Nouvelle partie Réglementaire) Sous-section 1 : Flocages, calorifugeages et faux plafonds.

CODE DE LA SANTE PUBLIQUE (Nouvelle partie Réglementaire) Sous-section 1 : Flocages, calorifugeages et faux plafonds. CODE DE LA SANTE PUBLIQUE (Nouvelle partie Réglementaire) Sous-section 1 : Flocages, calorifugeages et faux plafonds Article R1334-14 Les articles de la présente sous-section s'appliquent à tous les immeubles

Plus en détail

Direction générale de la Santé

Direction générale de la Santé Présentation du décret d n n 2011-629 du 3 juin 2011 relatif à la protection de la population contre les risques sanitaires liés à une exposition à l'amiante dans les immeubles bâtis Commission de l hygiène,

Plus en détail

Synthèse Dossier de Diagnostic Technique

Synthèse Dossier de Diagnostic Technique Synthèse Dossier de Diagnostic Technique Propriétaire : ORNE HABITAT Adresse du bien : 11/48 Bis Rue du Croissant, Ag 20 /GR 5135/IMM 1/LOC 5, 61200 ARGENTAN Nature du bien : Appartement 2 pièces Localisation

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires 22 octobre 2011 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 9 sur 170 Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT

Plus en détail

Rapports de diagnostic immobilier MESURAGE - ETAT PARASITAIRE - PLOMB - AMIANTE. Contenu et mentions recommandées

Rapports de diagnostic immobilier MESURAGE - ETAT PARASITAIRE - PLOMB - AMIANTE. Contenu et mentions recommandées Rapports de diagnostic immobilier MESURAGE - ETAT PARASITAIRE - PLOMB - AMIANTE Contenu et mentions recommandées Ce document est le fruit du travail de la commission technique de la FIDI auquel a été associé

Plus en détail

Quelle efficacité du diagnostic électrique obligatoire? Rapport d étude 2012 réalisé par TNS Sofres

Quelle efficacité du diagnostic électrique obligatoire? Rapport d étude 2012 réalisé par TNS Sofres Quelle efficacité du diagnostic électrique obligatoire? Rapport d étude 2012 réalisé par TNS Sofres Cliquez Sommaire pour modifier le style du titre 1. Contexte et objectifs 2. Principaux enseignements

Plus en détail

LES NOUVEAUTES EN MATIERE DE REGLEMENTATION «AMIANTE» A PROPOS DES ARRETES DU 12, 14 ET 21 DECEMBRE 2012

LES NOUVEAUTES EN MATIERE DE REGLEMENTATION «AMIANTE» A PROPOS DES ARRETES DU 12, 14 ET 21 DECEMBRE 2012 LES NOUVEAUTES EN MATIERE DE REGLEMENTATION «AMIANTE» A PROPOS DES ARRETES DU 12, 14 ET 21 DECEMBRE 2012 DROIT IMMOBILIER Le 1 er janvier 2013 sont entrées en vigueur de nouvelles dispositions relatives

Plus en détail

ACCORD DU 10 MARS 2010

ACCORD DU 10 MARS 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel DIAGNOSTIC TECHNIQUE DU BÂTI ACCORD DU 10 MARS 2010 RELATIF AU CHAMP D APPLICATION DE LA CONVENTION

Plus en détail

Février Mars 2012. Repérage avant travaux

Février Mars 2012. Repérage avant travaux Repérage avant travaux Repérage avant travaux (de rénovation, de réhabilitation et d entretien/maintenance) Il n y a pas encore de règlementation spécifique (code du travail ou code de la santé publique)

Plus en détail

AMIANTE Le Dossier Technique "Amiante" (DTA)

AMIANTE Le Dossier Technique Amiante (DTA) dossier dossier dossier dossier dossier JUIN 2006 AMIANTE Le Dossier Technique "Amiante" (DTA) dossier Rédigé par : Nicolas PICHARD CRCI Champagne-Ardenne Tél. 03 26 69 46 26 Fax 03 26 69 33 69 Mail pichard@champagne-ardenne.cci.fr

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE ET BAIL D HABITATION

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE ET BAIL D HABITATION UNION DES SYNDICATS DE L IMMOBILIER DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE ET BAIL D HABITATION DIAGNOSTIC OBLIGATOIRE - TRANSACTION Depuis le 1 er juillet 2007, un DPE doit être annexé au contrat de location

Plus en détail

PREMIERE PARTIE PROTECTION GENERALE DE LA SANTE LIVRE III PROTECTION DE LA SANTE ET ENVIRONNEMENT

PREMIERE PARTIE PROTECTION GENERALE DE LA SANTE LIVRE III PROTECTION DE LA SANTE ET ENVIRONNEMENT Code de la Santé Publique (Articles R1334-14 à R1334-29 et R1336-2 à R1336-5) Exposition à l amiante dans les immeubles bâtis (Décret n 2003-462 du 21 mai 2003 modifié par les décrets n 2004-802 du 29

Plus en détail

DIAGNOSTICS : LES PRINCIPAUX TEXTES APPLICABLES

DIAGNOSTICS : LES PRINCIPAUX TEXTES APPLICABLES Fiche pratique DIAGNOSTICS : LES PRINCIPAUX TEXTES APPLICABLES DOSSIER DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE - ordonnance n 2005-655 du 8 juin 2005 : mise en place du dossier de diagnostic technique - décret n 2006-1114

Plus en détail

NOTICE D ACCESSIBILITE

NOTICE D ACCESSIBILITE PREFECTURE DE L ILLE ET VILAINE Direction Départementale des Territoires et de la Mer Le Morgat 12, rue Maurice Fabre 35031 RENNES CEDEX ----------------- Accessibilité des personnes handicapées et à mobilité

Plus en détail

LES DIAGNOSTICS IMMOBILIERS - 2013

LES DIAGNOSTICS IMMOBILIERS - 2013 Mail : planning-immodiag@gmail.com LES S S - 2013 LES S S - 2013 VENTE Le DPE : Diagnostic de Performance Energétique Amiante Termites Electricité Gaz L ERNT : Etat des Risques Naturels et Technologiques

Plus en détail

INSTRUCTION N DGCS/2A/2015/60

INSTRUCTION N DGCS/2A/2015/60 Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social Ministère de la ville, de la jeunesse et des

Plus en détail

DIRECCTE LORRAINE. Intervention sur les opérations sur Matériaux Contenant de l Amiante ( MCA) : Réglementation amiante sous-section 4

DIRECCTE LORRAINE. Intervention sur les opérations sur Matériaux Contenant de l Amiante ( MCA) : Réglementation amiante sous-section 4 Intervention sur les opérations sur Matériaux Contenant de l Amiante ( MCA) : Réglementation amiante sous-section 4 Éléments de contexte : - Évolution de la réglementation avec décret du 4 mai 2012 et

Plus en détail

REPERAGES AMIANTE EVALUATION DES RISQUES. Laurent ROUBIN Contrôleur de Sécurité Expert Amiante Colloque Amiante GIPHISE du 17 décembre 2015

REPERAGES AMIANTE EVALUATION DES RISQUES. Laurent ROUBIN Contrôleur de Sécurité Expert Amiante Colloque Amiante GIPHISE du 17 décembre 2015 REPERAGES AMIANTE & EVALUATION DES RISQUES Laurent ROUBIN Contrôleur de Sécurité Expert Amiante Colloque Amiante GIPHISE du 17 décembre 2015 Amiante et Travail Ce qu il faut retenir. MPCA SUPPORT du MPCA

Plus en détail

Fiche méthodologique pour l étude des PLU. La prise en compte des canalisations de transport de matières dangereuses

Fiche méthodologique pour l étude des PLU. La prise en compte des canalisations de transport de matières dangereuses Fiche méthodologique pour l étude des PLU Dans le cadre de l évolution de l action de l État en Isère, une démarche a été entreprise en vue d élaborer des positions partagées en matière d urbanisme. Elle

Plus en détail

Newsletter n 10 Mars 2012

Newsletter n 10 Mars 2012 Newsletter n 10 Mars 2012 La SHOB et la SHON sont remplacées par la surface plancher depuis le 1er Mars 2012. À l occasion de l adoption de la loi Grenelle 2 en juillet 2010, le Parlement a autorisé le

Plus en détail

Les consommateurs de somnifères

Les consommateurs de somnifères ARgSES Arguments socio-économiques pour la santé Andrée MIZRAHI 1 et Arié MIZRAHI 1 Les consommateurs de somnifères Les somnifères ou hypnotiques, médicaments psychotropes destinés à lutter contre les

Plus en détail

Obligations de formations pour les activités relevant uniquement de l'article Article R4412-139 du Code du Travail

Obligations de formations pour les activités relevant uniquement de l'article Article R4412-139 du Code du Travail Obligations de formations pour les activités relevant uniquement de l'article Article R4412-139 du Code du Travail Destiné aux entreprises réalisant des travaux susceptibles d'être en présence d'amiante

Plus en détail

AVIS D APPEL PUBLIC À LA CONCURRENCE valant règlement de consultation. Maître de l ouvrage. Maître d oeuvre. Objet de la consultation

AVIS D APPEL PUBLIC À LA CONCURRENCE valant règlement de consultation. Maître de l ouvrage. Maître d oeuvre. Objet de la consultation AVIS D APPEL PUBLIC À LA CONCURRENCE valant règlement de consultation Maître de l ouvrage ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE Service du Patrimoine 45, rue d Ulm 75005 Paris Maître d oeuvre AGENCE ROMBAUT 11, rue

Plus en détail

SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE

SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE DOCTRINE D EMPLOI APPROUVEE PAR LE C.N.O.S. DU 13 NOVEMBRE 2014 Principes : Le fonds de soutien créé par la loi de finances initiale pour

Plus en détail

PREFECTURE DE L ILLE ET VILAINE ----------------- Accessibilité des personnes handicapées et à mobilité réduite aux

PREFECTURE DE L ILLE ET VILAINE ----------------- Accessibilité des personnes handicapées et à mobilité réduite aux PREFECTURE DE L ILLE ET VILAINE Direction Départementale des Territoires et de la Mer Le Morgat 12, rue Maurice Fabre 35031 RENNES CEDEX 1 OBJET DU DOCUMENT ----------------- Accessibilité des personnes

Plus en détail

ANNEXE A PLAN DE SONDAGE

ANNEXE A PLAN DE SONDAGE ANNEXE A PLAN DE SONDAGE ANNEXE A PLAN DE SONDAGE A.1 INTRODUCTION La Deuxième Enquête Démographique et de Santé au Cameroun (EDSC-II) a prévu un échantillon d environ 6 000 femmes âgées de 15 à 49 ans

Plus en détail

Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011. Rapport de vérification interne

Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011. Rapport de vérification interne Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011 Rapport de vérification interne Octobre 2011 TABLE DES MATIÈRES 1.0 INTRODUCTION... 3 1.1 CONTEXTE... 3 1.2 ÉVALUATION

Plus en détail

DOSSIER TECHNIQUE AMIANTE AVANT TRAVAUX

DOSSIER TECHNIQUE AMIANTE AVANT TRAVAUX Dates des visites : 16 et 17 Juin 2011 En présence : Néant Rapport effectué le : 13 Juillet 2011 Cité Gaston Crépin 2, Rue Gaston Crépin 93000 BOBIGNY DIAGNOSTIC AMIANTE AVANT TRAVAUX Rapport établi pour

Plus en détail

accessibilité > Les établissements recevant du public > Les installations ouvertes au public

accessibilité > Les établissements recevant du public > Les installations ouvertes au public accessibilité l essentiel > Les établissements recevant du public > Les installations ouvertes au public Loi n 2005-102 du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et

Plus en détail

MODIFICATION REGLEMENTATION MANIFESTATIONS SPORTIVES NE COMPORTANT PAS LA PARTICIPATION DE VEHICULES A MOTEUR

MODIFICATION REGLEMENTATION MANIFESTATIONS SPORTIVES NE COMPORTANT PAS LA PARTICIPATION DE VEHICULES A MOTEUR MODIFICATION REGLEMENTATION MANIFESTATIONS SPORTIVES NE COMPORTANT PAS LA PARTICIPATION DE VEHICULES A MOTEUR ET QUI SE DEROULENT EN TOTALITE OU PARTIELLEMENT SUR UNE VOIE PUBLIQUE OU OUVERTE A LA CIRCULATION

Plus en détail

Conditions d intervention sur l amiante pour les professionnels du bâtiment

Conditions d intervention sur l amiante pour les professionnels du bâtiment SERVICE ENVIRONNEMENT - NOTE DE VEILLE REGLEMENTAIRE N 3 2009 Conditions d intervention sur l amiante pour les professionnels du bâtiment Rédacteur : A.CHEVILLARD Date : 08/12/2009 PREAMBULE : Cette note

Plus en détail

REGLEMENT TECHNIQUE D EVALUATION DIAGNOSTIC IMMOBILIER EPREUVE AMIANTE

REGLEMENT TECHNIQUE D EVALUATION DIAGNOSTIC IMMOBILIER EPREUVE AMIANTE REGLEMENT TECHNIQUE D EVALUATION DIAGNOSTIC IMMOBILIER EPREUVE AMIANTE page 1/6 GENERALITES La personne physique candidate à la certification démontre qu elle possède les connaissances requises par des

Plus en détail

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département.

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département. COMPTES ANNUELS - Immeuble à destination spécifique loué à une société placée en procédure de sauvegarde - Modalités d'évaluation et de dépréciation de l'immeuble - EC 2011-05 Mots clés Comptes annuels,

Plus en détail

Les contrôles et vérifications obligatoires dans les ERP. APAVE - Diffusion interdite Pilote : P Date : 03/2012

Les contrôles et vérifications obligatoires dans les ERP. APAVE - Diffusion interdite Pilote : P Date : 03/2012 Les contrôles et vérifications obligatoires dans les ERP Pilote : P Date : 03/2012 Généralités sur les ERP Définition de l ERP et généralités en sécurité contre l incendie Qu est-ce qu un E.R.P.? Art.

Plus en détail

REPERTOIRE D ENTREPRISES NATIONAL A DES FINS STATISTIQUES

REPERTOIRE D ENTREPRISES NATIONAL A DES FINS STATISTIQUES REPERTOIRE D ENTREPRISES NATIONAL A DES FINS STATISTIQUES LES SOURCES DE CREATION ET DE MISE A JOUR EVALUATION DE LA QUALITE SEMINAIRE DU CEFIL SUR L AVANCEMENT DES TRAVAUX CONCERNANT LA MISE EN PLACE

Plus en détail

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet *

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet * culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

Août 2013. Service Information sur la Performance des établissements de santé (IP) Pôle Analyse des Données et Indicateurs de la performance (ADI)

Août 2013. Service Information sur la Performance des établissements de santé (IP) Pôle Analyse des Données et Indicateurs de la performance (ADI) Août 2013 Service Information sur la Performance des établissements de santé (IP) Pôle Analyse des Données et Indicateurs de la performance (ADI) Effectifs et masse salariale prévisionnels de l activité

Plus en détail

RAPPORT DE VÉRIFICATION FINALE D ATTESTATION DE QUALITÉ

RAPPORT DE VÉRIFICATION FINALE D ATTESTATION DE QUALITÉ AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET COMMERCE INTERNATIONAL BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL VÉRIFICATION DES SERVICES FINANCIERS DÉPENSES PAYÉES D AVANCE RAPPORT DE VÉRIFICATION FINALE D ATTESTATION DE QUALITÉ Octobre

Plus en détail

Pollution du bâti - Amiante

Pollution du bâti - Amiante FEVRIER 2013 FICHE PRATIQUE Pollution du bâti - Amiante 1. Définition 2. Obligations réglementaires Gestion des ERP 3. Obligations réglementaires Cas des opérations de travaux & démolitions 4. Obligations

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT Arrêté du 8 février 2012 modifiant l arrêté du 15 septembre 2006 relatif au

Plus en détail

DOSSIER VENTE. ou par un technicien de la construction qualifié ayant contracté une assurance professionnelle pour ce type de mission.

DOSSIER VENTE. ou par un technicien de la construction qualifié ayant contracté une assurance professionnelle pour ce type de mission. DOSSIER VENTE Dossier de diagnostic technique L obligation de fournir un dossier de diagnostic technique s inscrit dans l obligation générale pesant sur le vendeur d informer l acquéreur sur les caractéristiques

Plus en détail

Obligations des propriétaires et gestionnaires BÂTIMENTS À USAGE D'HABITATION

Obligations des propriétaires et gestionnaires BÂTIMENTS À USAGE D'HABITATION Obligations des propriétaires et gestionnaires BÂTIMENTS À USAGE D'HABITATION Édition février 2014 PROPRIÉTAIRES, GESTIONNAIRES DE PATRIMOINE IMMOBILIER, SOCOTEC VOUS AIDE À RÉPONDRE À VOS OBLIGATIONS

Plus en détail

MARCHE PUBLIC Procédure adaptée (art. 28 du CMP) Marché à Bon de Commande (art. 77 du CMP) CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP)

MARCHE PUBLIC Procédure adaptée (art. 28 du CMP) Marché à Bon de Commande (art. 77 du CMP) CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) MARCHE PUBLIC Procédure adaptée (art. 28 du CMP) Marché à Bon de Commande (art. 77 du CMP) CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) Pouvoir adjudicateur COMMUNAUTE DE COMMUNES DES ETANGS représentée

Plus en détail

Rapport N 0937402 Relation N 9500966

Rapport N 0937402 Relation N 9500966 OFFICE PUBLIC DE L'HABITAT DE LA HAUTE SAONE 26,RUE FLEURIER - BP 70309 70006 VESOUL CEDEX A l attention de Monsieur CHARBERET D I A G N O S T I C A S S I S T A N C E T E C H N I Q U E REPERAGE DES MATERIAUX

Plus en détail

Bilan de l emploi dans l économie sociale en régions. Cécile BAZIN Marie DUROS Mélanie BAZOGE Jacques MALET

Bilan de l emploi dans l économie sociale en régions. Cécile BAZIN Marie DUROS Mélanie BAZOGE Jacques MALET Bilan de l emploi dans l économie sociale en régions Cécile BAZIN Marie DUROS Mélanie BAZOGE Jacques MALET Octobre 2015 INTRODUCTION Pour la huitième année consécutive, l Association des Régions de France,

Plus en détail

ACCORD DU 7 AVRIL 2010

ACCORD DU 7 AVRIL 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel ENTREPRISES DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE IMMOBILIER ACCORD DU 7 AVRIL 2010 RELATIF AUX DISPOSITIONS

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉ 2013

RAPPORT D ACTIVITÉ 2013 RAPPORT D ACTIVITÉ 2013 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 I. PRESENTATION DU FAFCEA... 3 II. L ACTIVITE EN 2013... 5 FORMATION... 6 1) LE BUDGET DU FAFCEA... 6 Les dépenses de formation par secteur en 2013... 8 A.

Plus en détail

Les différents type de recherche de MPCA

Les différents type de recherche de MPCA Les différents type de recherche de MPCA MÉTHODOLOGIE DE REPÉRAGE Objectifs et contenu des missions Objectif MPCA à rechercher Méthodologie Vente d'achat d'immeuble bâti Etablissement du Dossier Technique

Plus en détail

DIAGNOSTICS IMMOBILIERS

DIAGNOSTICS IMMOBILIERS DIAGNOSTICS IMMOBILIERS Le dossier de diagnostic technique DDT permet à l acquéreur ou au locataire de mieux connaître les éléments essentiels du logement pouvant avoir des conséquences sur la sécurité

Plus en détail

Accessibilité des ERP/IOP * de 5 e catégorie aux personnes handicapées

Accessibilité des ERP/IOP * de 5 e catégorie aux personnes handicapées Accessibilité des ERP/IOP * de 5 e catégorie aux personnes handicapées Pourquoi et comment remplir son Agenda d Accessibilité Programmée (Ad AP) SYNOPSIS DE RAPPEL DES OBLIGATIONS RÉGLEMENTAIRES LES 6

Plus en détail

Présentation maquette DTA/GMAO

Présentation maquette DTA/GMAO Présentation maquette DTA/GMAO Sommaire Le Dossier Technique Amiante (DTA) Réglementation Communicabilité Dossier Technique Amiante Informatisé - Mise à jour Marché à bon de commande mission de repérage

Plus en détail

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé PROGRAMME NATIONAL NUTRITION SANTÉ 55 La coordination interministérielle du programme national nutrition santé Le Programme national nutrition santé (PNNS, 2001-2005), financé par l Etat et l assurance

Plus en détail

Demande de. Permis de démolir. Dpt Commune Année N o de dossier

Demande de. Permis de démolir. Dpt Commune Année N o de dossier Demande de Permis de démolir N 13405*01 1/2 * Informations nécessaires à l instruction du permis Informations nécessaires en application de l article R. 431-34 du code de l urbanisme Vous pouvez utiliser

Plus en détail

Activité 1 : échantillonnage

Activité 1 : échantillonnage Activité échantillonnage, intervalle de fluctuation, prise de décision (à partir d un même thème) Les trois activités qui suivent s inspirent du document «ressources pour la classe de première générale

Plus en détail

ANSES Direction Financière et Technique 27-31 Avenue du Général Leclerc 94701 MAISONS ALFORT Cedex. À l attention de Monsieur GUERREAU

ANSES Direction Financière et Technique 27-31 Avenue du Général Leclerc 94701 MAISONS ALFORT Cedex. À l attention de Monsieur GUERREAU ANSES Direction Financière et Technique 27-31 Avenue du Général Leclerc 94701 MAISONS ALFORT Cedex À l attention de Monsieur GUERREAU D I A G N O S T I C A S S I S T A N C E T E C H N I Q U E REPERAGE

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires 1 er juin 2011 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 8 sur 152 Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT

Plus en détail

Enquête sur les investissements dans l industrie

Enquête sur les investissements dans l industrie Note Méthodologique Dernière mise à jour : 30-08-2010 Enquête sur les investissements dans l industrie Avertissement : depuis mai 2010, les résultats de l enquête trimestrielle sur les investissements

Plus en détail

Etat de la construction bois

Etat de la construction bois Etat de la construction bois en Belgique 2011-2014 Société L Artboiserie - Patrice Hennaut 7 % 7 % 2 % 1 % 83 % poursuite de l enquête 2011-2012 menée par Hout Info Bois Ossature en bois Bois massif empilé

Plus en détail

Agent de maîtrise EXAMEN PROFESSIONNEL. par voie de promotion interne

Agent de maîtrise EXAMEN PROFESSIONNEL. par voie de promotion interne Brochure réservée aux agents du cadre d emplois des adjoints techniques territoriaux EXAMEN PROFESSIONNEL Agent de maîtrise par voie de promotion interne Juillet 2014 SOMMAIRE 2 I. L EMPLOI A. Le cadre

Plus en détail

relatif aux règles de comptabilisation des instruments financiers à terme par les entreprises régies par le code des assurances

relatif aux règles de comptabilisation des instruments financiers à terme par les entreprises régies par le code des assurances CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Note de présentation du règlement n 2002-09 du 12 décembre 2002 du CRC relatif aux règles de comptabilisation des instruments financiers à terme par les entreprises

Plus en détail

EXECUTER DES TRAVAUX SUR UN MONUMENT HISTORIQUE

EXECUTER DES TRAVAUX SUR UN MONUMENT HISTORIQUE EXECUTER DES TRAVAUX SUR UN MONUMENT HISTORIQUE Une précision liminaire : les édifices désignés comme monuments historiques dans la présente fiche sont ceux, inscrits ou classés, protégés par la loi du

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ET CONSOMMATION Arrêté du 31 décembre 2013 relatif aux factures des services de communications

Plus en détail

Vous êtes propriétaire d un immeuble bâti, autre qu un immeuble d habitation. Que devez-vous faire?

Vous êtes propriétaire d un immeuble bâti, autre qu un immeuble d habitation. Que devez-vous faire? Vous êtes propriétaire d un immeuble bâti, autre qu un immeuble d habitation. Que devez-vous faire? 1. D une manière générale Vous devez fournir un repérage des matériaux et produits de la liste A et de

Plus en détail

Les Salles Art et Essai

Les Salles Art et Essai Les Salles Art et Essai octobre 2006 Centre National de la Cinématographie Service des études, des statistiques et de la prospective 12, rue de Lübeck 75784 Paris cedex 16 Tél : 01.44.34.38.26 Fax : 01.44.34.34.55

Plus en détail

AMIANTE PAS FORME PAS TOUCHER

AMIANTE PAS FORME PAS TOUCHER AMIANTE PAS FORME PAS TOUCHER Où trouve-t-on de l amiante? Interdit en France depuis 1997, l'amiante est toujours présente dans les bâtiments construits avant cette date. Des dizaines de millions de mètres

Plus en détail

ENJEUX ET METHODOLOGIE

ENJEUX ET METHODOLOGIE REPERAGE AMIANTE AVANT TRAVAUX ENJEUX ET METHODOLOGIE Intervenant : Hugues HARTMANN Gérant de la société Diagnostics, repérage et conseils en gestion de polluants 19, rue de la Victoire 68490 CHALAMPE

Plus en détail

LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE. Bilan économique 2013

LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE. Bilan économique 2013 LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE Bilan économique 2013 I. PANEL ET METHODOLOGIE 1. Nouveau panel, nouvelle mobilisation Le dispositif d observation de l activité du tourisme

Plus en détail

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Le paragraphe 27 est modifié. Les paragraphes 27A et 27B sont ajoutés. Importance des instruments

Plus en détail

Les Établissements Recevant du Public (E.R.P.)

Les Établissements Recevant du Public (E.R.P.) Les Établissements Recevant du Public (E.R.P.) Qu est-ce que c est? L'article R123-2 du Code de la Construction et de l'habitation précise : "... constituent des établissements recevant du public tous

Plus en détail

TRAVAIL EMPLOI FORMATION

TRAVAIL EMPLOI FORMATION TRAVAIL EMPLOI FORMATION Financement Fonds social européen Programme communautaire Subvention MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Délégation générale

Plus en détail

Concilier Isolation Thermique, Confort Acoustique et Qualité de l Air Intérieur : les Nouveautés Techniques et Réglementaires

Concilier Isolation Thermique, Confort Acoustique et Qualité de l Air Intérieur : les Nouveautés Techniques et Réglementaires Concilier Isolation Thermique, Confort Acoustique et Qualité de l Air Intérieur : les Nouveautés Techniques et Réglementaires L attestation de Prise en Compte de la Réglementation Acoustique : Décryptage

Plus en détail

...... (dénomination statutaire)...( 1 ) a désigné au cours de l'assemblée générale de la société du...( 2 )

...... (dénomination statutaire)...( 1 ) a désigné au cours de l'assemblée générale de la société du...( 2 ) 5112/PC/MS ANNEXE 1 À LA COMMUNICATION F.2 DÉSIGNATION D'UN COMMISSAIRE AUPRÈS D'UNE SOCIÉTÉ DE CAUTIONNEMENT MUTUEL La société de cautionnement mutuel...... (dénomination statutaire)......... (adresse

Plus en détail

Les obligations du bailleur relatives aux diagnostics immobiliers lors de la mise en location d un logement

Les obligations du bailleur relatives aux diagnostics immobiliers lors de la mise en location d un logement 11/2007 ADIL des Hauts de Seine L ADIL Vous Informe Les obligations du bailleur relatives aux diagnostics immobiliers lors de la mise en location d un logement Jusqu alors réservée aux cas de vente d un

Plus en détail

ENQUETE SUR LES BESOINS INFORMATIQUES DES STRUCTURES DE L'ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

ENQUETE SUR LES BESOINS INFORMATIQUES DES STRUCTURES DE L'ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ENQUETE SUR LES BESOINS INFORMATIQUES DES STRUCTURES DE L'ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE URL d origine du document : http://talcod.net/?q=node/59 Juillet 2011 - version 1.0 Licence Creative Commons BY-SA

Plus en détail

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété.

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. La commission, Considérant : que l article L. 242-1 du Code des assurances dispose que : «Toute

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : JUSC1506186D Intitulé du texte : Décret relatif à l obligation d assurance de la responsabilité civile professionnelle des agents commerciaux immobiliers

Plus en détail

MODE D EMPLOI DE L EXTRANET ORGANISMES DE DPC (ODPC) DEMANDE D ENREGISTREMENT ET DOSSIER D EVALUATION

MODE D EMPLOI DE L EXTRANET ORGANISMES DE DPC (ODPC) DEMANDE D ENREGISTREMENT ET DOSSIER D EVALUATION MODE D EMPLOI DE L EXTRANET ORGANISMES DE DPC (ODPC) -- DEMANDE D ENREGISTREMENT ET DOSSIER D EVALUATION 1 Ce document est réalisé à partir des éléments présents dans l arrêté relatif à la composition

Plus en détail

DOSSIER DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE

DOSSIER DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE SYNTHESE DES DIAGNOSTICS Réf. : DIA-LEV05-1409-039 Page : 1 DOSSIER DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE PROPRIÉTAIRE : ORNE HABITAT ADRESSE DU BIEN : 2/27 Rue Félix Desaunay AG 30/GR 2005 /IMM 1/LOC 2 61600 LA FERTE

Plus en détail

CHARTE CONTRÔLE & QUALITÉ

CHARTE CONTRÔLE & QUALITÉ CHARTE CONTRÔLE & QUALITÉ X La présente charte est établie par l OPCAIM afin de définir les conditions de son intervention conformément à sa mission, tant vis-à-vis des entreprises adhérentes que des organismes

Plus en détail

SYNTHESE D INSPECTIONS

SYNTHESE D INSPECTIONS Direction de l Inspection et des Etablissements Département Inspection en Contrôle du Marché Unité Inspection des dispositifs médicaux SYNTHESE D INSPECTIONS THEME : Prothèses Dentaires Il importe de souligner

Plus en détail

Règlement de la Consultation

Règlement de la Consultation MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES MAIRIE DE BRUYERES-LE-CHATEL - Services des Marchés Publics 2 rue des Vignes 91680 BRUYERES-LE-CHATEL ASSURANCE «DOMMAGE OUVRAGE» ET GARANTIE DECENNALE

Plus en détail

LE BAIL D HABITATION NOTARIÉ

LE BAIL D HABITATION NOTARIÉ IMMOBILIER LOCATION LE BAIL D HABITATION NOTARIÉ www.notaires.paris-idf.fr Location LE BAIL D HABITATION NOTARIÉ Lorsqu un propriétaire souhaite louer son bien immobilier, une des premières démarches à

Plus en détail

Première partie. La définition des fonctions

Première partie. La définition des fonctions Première partie La définition des fonctions 4. La définition du périmètre des fonctions de la secrétaire médicale varie selon son statut, salarié ou agent de la fonction publique hospitalière, et, éventuellement,

Plus en détail

Direction Générale de la Cohésion Sociale

Direction Générale de la Cohésion Sociale Fiche technique : Présentation du décret n 2013-994 du 7 novembre 2013 organisant la transmission d informations entre départements en application de l article L. 221-3 du code de l action sociale et des

Plus en détail