La simulation de vol à base mobile. 1 Introduction. 1.1 Des pionniers à aujourd'hui EPREUVE COMMUNE DE TIPE 2009

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La simulation de vol à base mobile. 1 Introduction. 1.1 Des pionniers à aujourd'hui EPREUVE COMMUNE DE TIPE 2009"

Transcription

1 EPREUVE COMMUNE DE TIPE 2009 La simulation de vol à base mobile 1 Introduction On peut dénir un simulateur de vol comme un système dans lequel un pilote réel est aux 5 commandes d'un avion virtuel dont le comportement est obtenu par simulation. Dans sa ver- sion professionnelle, il se présente généralement sous la forme d'une cabine de pilotage, mobile ou non, actionnée par logiciel. Il existe aussi des simulateurs de vol en jeu vidéo, pour lesquels du matériel informatique grand public sut, mais nous nous intéresserons davantage aux simulateurs dits à base mobile, c'est à dire animés de mouvements suivant plusieurs degrés de 10 liberté. Ces simulateurs de vol sont largement utilisés par les compagnies aériennes, l'industrie aéronautique militaire et civile pour la formation continue des pilotes (nouveau type d'avions ou d'équipements, situations extrêmes, opérations militaires) et développer de nouveaux avions. Il permet notamment aux pilotes des avions de ligne de s'entraîner et de se former aux situations d'urgence Des pionniers à aujourd'hui Compte-tenu de la diculté du pilotage, on a eu recours assez rapidement à des entraîneurs qui étaient des simulateurs très simpliés où l'apprenti pilote répétait sur des commandes ctives les man uvres de base. Dès les débuts de l'aviation on a tenté de restituer les eets aérodynamiques des commandes sur un avion simplié xé au sol et placé dans le lit du vent. Un 20 des premiers entraîneurs connu fut le tonneau Antoinette construit en France en plusieurs exemplaires par la société de Léon Levavasseur dès 1910 (gure 1) : il comportait un poste de pilotage monté sur rotule et actionné manuellement, il permettait aux apprentis pilotes de répéter les manoeuvres de base sur des commandes ctives tout en subissant des eets simulés tels que lacet, roulis et tangage. 25 Le premier vrai simulateur de vol fut vraisemblablement le système mis au point par Edwin Link en 1929, un fabriquant d'orgues aux Etats-Unis. Il comportait une cabine posée sur un mouvement électro-pneumatique dont les positions répondaient aux commandes du pilote. Un 1

2 Figure 1 Le tonneau Antoinette (visible au musée de l'air et de l'espace, Le Bourget) chariot équipé d'un stylet reproduisait sur table traçante le trajet virtuel de l'avion et l'instructeur pouvait donner des ordres à l'élève à l'aide d'un micro. Ce simulateur, très utilisé lors de la 30 Seconde Guerre mondiale essentiellement pour le vol aux instruments, connut diverses évolutions jusque dans les années La mise en uvre de modèles de vol sur calculateurs, analogiques d'abord dès les années 1950 puis numériques, a donné aux simulateurs la possibilité de représenter plus dèlement le comportement d'un aéronef en vol. 35 Le grand projet Whirlwind du Massachusetts Institute of Technology en 1946 fut de concevoir et mettre au point un calculateur numérique en temps réel nécessaire à un simulateur de vol militaire. Outre la puissance de calcul souvent insusante, la restitution visuelle des premiers simulateurs, limitée aux phases de décollage et d'atterrissage, n'était rendue que par le déplacement 40 d'une caméra vidéo survolant mécaniquement une maquette réelle de terrain de grande dimen- sion. Ce n'est que plus tard, au milieu des années 1970, que commencèrent à apparaître des images de synthèse encore très schématiques mais qui permettaient un rendu ponctuel très précis des feux de piste, de nuit. Au début des années 1980, la représentation en trois dimensions de surfaces avec ombrage avait une allure plus réaliste mais il a fallu attendre les années 1990 pour 45 voir dans les simulateurs des images de synthèse 3D texturées Concepts de simulateurs à base mobile En ce qui concerne le mouvement cabine, la conguration standard aujourd'hui utilisée est la plate-forme dite de Stewart, constituée d'un socle xe relié à une plate-forme dont la mobilité est assurée par six vérins hydrauliques deux à deux reliés alternativement sur le socle et la plateforme par des liaisons rotulées (gure 3). Cette conguration permet des déplacements selon les 2

3 Axe Déplacement Vitesse Accélération Vertical ±10m 5m/s 8m/s 2 Latéral ±6m 2, 6m/s 5, 3m/s 2 Longitudinal ±1, 3m 1, 3m/s 3, 3m/s 2 Roulis ±18 o 40 o /s 115 o /s 2 Tanguage ±18 o 40 o /s 115 o /s Lacet ±24 o 46 o /s 115 o /s Table 1 Performances en déplacement du simulateur VMS de Ames, USA trois axes de translation et les trois axes de rotation. Ajoutons que la conguration Stewart est légère, rigide, symétrique, et isotrope. Il est à noter cependant que ses déplacements sont limités (débatement des vérins), que cinématiquement, il existe des points singuliers contraignants, et qu'il existe une grande inuence limitative d'un axe sur les autres (20 d'assiette limite fortement, 55 voire complètement les capacités de mouvement selon les autres axes). Malgré ces quelques défauts, la plate-forme de Stewart reste la plus répandue. A titre d'exemple, on peut citer le simulateur russe PSPK-102, mis en service en 1982 pour le développement de la navette Bourane, orant des déplacements importants (±1,2m en vertical, ±1,5m en latéral et longitudinal, et ±30, 40 et 60 en roulis, tangage et lacet respectivement). Le simulateur du SIMONA (gure 2) 60 est, quant à lui, particulièrement performant en terme de bande passante puisqu'il peut reproduire des mouvements jusqu'à 15Hz de 0, 02g à 1, 5g en mouvement vertical. Plus exotique, le "Vertical Motion Simulator" (VMS) de la NASA propose des performances tout à fait impressionnantes comparées à une plate-forme de Stewart classique (tableau 1). 2 Composants d'un simulateur de vol 65 Les deux principaux composants d'un simulateur de vol sont le c ur logiciel d'une part, et un ensemble matériel nécessaire au pilote pour piloter le simulateur et percevoir les réactions de l'avion virtuel. 2.1 Partie logicielle Par ensemble logiciel, on entend le modèle de vol de l'avion simulé bien entendu, mais aussi les 70 modèles de comportement des équipements (les capteurs et acheurs ont leur propre dynamique), 3

4 Figure 2 Le simulateur SIMONA de l'université de Delft (Pas-Bas) les modèles de l'environnement (typiquement l'atmosphère et son évolution), les bases de données nécessaires aussi bien en vol à vue qu'en vol aux instruments, les modèles nécessaires aux scénarii comme le trac, les échanges radio, les incidents, etc. Les solutions logicielles sont maintenant nombreuses sur le marché : l'expansion des jeux 75 vidéo contribue largement au développement de simulateurs de plus en plus réalistes. Lorsque ces simulateurs sont ouverts pour permettre d'ajouter ses propres créations, beaucoup d'utilisateurs deviennent créateur d'avion en réalisant, à l'aide de logiciels de modélisation 3D, des modèles d'avions militaires ou d'avions de ligne. D'autres créent des versions personnelles et virtuelles basées sur de vrais avions de ligne, ou même des décorations virtuelles de compagnies ctives 80 comme Virtual Delta, Mexicana de Aviacion Virtual, Virtual Aeroot, Viasa Virtual, et d'autres, que l'on peut trouver sur Internet. A noter qu'en plus du pilotage virtuel, beaucoup d'utilisateurs découvrent le trac aérien en ligne : lorsque les pilotes et des contrôleurs du trac aérien virtuels jouent ensemble en temps réel pour simuler un véritable trac Partie matérielle L'ensemble matériel comporte les dispositifs d'entrée des commandes avec éventuellement des retours d'eort, les dispositifs de visualisation des instruments et de l'environnement extérieur, les dispositifs de restitution sonore, les dispositifs de restitution de mouvement (ou proprioceptifs). Que le simulateur soit professionnel ou non, on retrouvera toujours plus ou moins cette structure. 90 On dira que le simulateur est à base mobile si le dispositif de restitution des mouvements existe, 4

5 sinon on parlera de simulateur à base xe. Le système de visualisation est constitué d'un générateur d'images de synthèse, qui est un calculateur spécialisé, très rapide. Il possède en mémoire une base de données (le paysage) et il calcule l'image qui serait vue par le pilote compte tenu de la position géographique du mobile, 95 de son orientation, de son altitude, de l'heure, des conditions atmosphériques, etc. Ce calcul s'eectue plusieurs dizaines de fois par seconde (en général 60 fois). L'image produite par le calculateur doit être présentée selon un champ visuel conforme à celui existant dans la réalité. Dans un avion de ligne, par exemple, le champ visuel est limité par les fenêtres de la cabine de pilotage, soit environ 45 et 220 dans les directions respectivement verticales et horizontales. 100 Les systèmes de visualisation simulée peuvent tout à fait couvrir ce champ visuel. De plus, les images sont projetées à travers un système optique qui les renvoie à l'inni pour que les yeux de l'observateur puissent s'accommoder à l'inni, comme dans la réalité. Les bruits sont, eux aussi, synthétisés et des enceintes acoustiques sont placées aux endroits adéquats autour de la cabine pour être perçus là où ils le seraient en réalité. 105 Pour piloter, le pilote doit percevoir les mouvements de l'avion dans l'espace : cette perception se fait par l'observation visuelle à l'extérieur du cockpit (ligne d'horizon, pente, dimension des objets au sol), à l'intérieur par la lecture des instruments de vol mais aussi grâce aux sensations des capteurs humains comme ceux de l'oreille interne qui fonctionnent comme des accéléromètres. Le simulateur idéal doit donc restituer ces deux aspects ; la solution actuelle la plus utilisée est 110 l'hexapode ou plateforme de Stewart (gure 3). Figure 3 Plateforme de Stewart (6 degrés de liberté) Les ordres envoyés aux vérins ne cherchent pas à reproduire l'attitude du mobile simulé, mais à recréer les accélérations ressenties à bord. Ces accélérations sont dues aussi bien aux actions 5

6 de l'équipage sur les commandes de vol qu'à la turbulence atmosphérique, aux vibrations des moteurs et à celles résultantes de l'action des freins, etc Utilité de la simulation à base mobile? Même si la question n'a pas de réponse absolue, on peut faire un constat simple pour commencer : la perception du mouvement est plus rapide par les organes dédiés que par une dérivation mentale, certes inconsciente, des informations visuelles. L'avance procurée par les organes inertiels de perception du mouvement est estimée à quelques 150ms. De plus cette perception est 120 active quelle que soit la charge de travail du pilote, alors que sur base xe, le mouvement n'est pas perceptible lorsque l'attention de celui-ci est attirée par les instruments. Cette perception directe des accélérations réduit la constante de temps absolue du pilote, augmente la stabilité du système pilote/avion et permet au pilote d'adapter sa stratégie de pilotage (augmentation du gain pilote). 125 A titre d'exemple, on peut considérer la simulation du modèle de comportement de l'avion dit souple (typiquement A /600), notamment le phénomène de couplage pilote/structure par simulation pilotée. Ce phénomène génère des oscillations relativement hautes fréquences (3Hz) et d'amplitudes faibles mais susantes pour causer des accélérations latérales et verticales pénibles d'une part, et alimentant l'oscillation par action involontaire du pilote sur le manche, d'autre 130 part. Sans mouvement cabine, deux facteurs manquent à l'appel : le mouvement oscillatoire n'est pas perçu en utilisant uniquement le visuel, les accélérations étant de trop faibles amplitudes et surtout trop hautes fréquences. l'entretien du phénomène, s'il doit avoir lieu, est impossible car le bras du pilote n'est pas soumis aux accélérations. 135 Un autre argument est bien sur l'aspect économique : pour former un pilote de ligne sur un type d'avion, il fallait 40 h de vol dans les années soixante. Sur les avions modernes, pourtant bien plus complexes, l'entraînement se fait pratiquement intégralement sur simulateur. Les compagnies aériennes importantes ont toutes leurs simulateurs. On compte en moyenne un simulateur pour avions, sachant que chaque avion est utilisé par plusieurs équipages (de 5 à 10 équipages selon le type d'avion), et que chaque équipage doit eectuer un certain nombre d'heures d'entraînement par an (20h en moyenne). 6

7 Sensations n x n y n z p q r Vestibulaire (oreille interne) Kinesthétique : torse ± - Kinesthétique : autres parties du corps Tactile : pression Tactile : déplacement Table 2 Sensibilité aux mouvements (+ présence, - absence, ± négligeable) Dans le domaine plus spécique du développement des commandes de vol, de pilotage et de 145 guidage, la simulation à base mobile présente un intérêt certain lors des phases de validation où le réalisme accru devient primordial. On peut citer par exemple le développement et la validation des lois de pilotage près du sol (décollage et atterrissage), et également l'évaluation de la charge de travail du pilote lors de pannes du système de commandes de vol (point critique en phase de certication). 150 Cependant, l'expérience des constructeurs, AIRBUS notamment, a jusque là démontré qu'il était possible de se passer du mouvement cabine pour cette activité (développement/validation des commandes de vol), sachant que celui-ci induit des surcoûts importants d'installation, de mise en oeuvre et de maintenance, et que la pertinence des essais sur base mobile dépend fortement du "réglage" des algorithmes de pilotage du mouvement. Il est reconnu qu'un mauvais mouvement 155 cabine conduit à une délité plus mauvaise que son absence... 4 Perception du mouvement Quelques études récentes ont tenté d'établir des seuils de perception des accélérations en dessous desquels un opérateur humain ne sentirait pas le mouvement. Grâce à des études expérimentales sur simulateur et en vol, on a pu compiler des chires intéressants sur les seuils de 160 perception des accélérations selon divers axes. Le tableau 2 résume les fonctions de perception des diérents organes sensoriels vis-à-vis des accélérations linéaires suivant les 3 axes (n x en longitudinal, n y en transversal, n z en normal) et des vitesses angulaires (p en roulis, q en tangage, r en lacet). Au niveau des accélérations linéaires, presque tous les récepteurs entrent en jeux. Les seuils 7

8 165 absolus de perception sont pratiquement indépendants de la fréquence lorsque celle-ci dépasse environ 0, 5Hz. L'ordre de grandeur de ces seuils est de 0, 01g en vertical et de 0, 004g en latéral et longitudinal. On peut également s'intéresser à la sensibilité aux changements d'accélération (accélérations diérentielles). On montre alors que les pilotes sont beaucoup plus sensibles aux accélérations 170 diérentielles linéaires en latéral (c'est d'ailleurs un axe particulièrement désagréable et qui induit plus que les autres d'éventuelles actions involontaires sur le manche). D'une façon générale, la sensibilité est plus grande aux accélérations diérentielles qu'aux accélérations "continues", et plus de 50% de l'eet informatif du mouvement cabine réside dans la restitution des événements et des vibrations. 175 Les accélérations angulaires sont, quant à elles, principalement perçues par le système ves- tibulaire. C'est d'ailleurs en terme de vitesse angulaire qu'il convient de mesurer les seuils de perception puisque des études ont montré que le système vestibulaire agit comme un accéléromètre couplé à un intégrateur pour des fréquences comprises entre 0, 03Hz et 3Hz. Donc au niveau des seuils de sensibilité, les résultats sont les suivants et à peu près constants à partir de 180 0, 3Hz : p 0 est à 0, 4 /s pour le roulis q 0 est à 0, 5 /s en tangage r 0 varie de 0, 8 à 0, 9 /s en lacet Ces résultats ont été complétés par des essais en vol, montrant que les environnements vibratoire 185 (0, 02 à 0, 05g de 0 à 10Hz) et sonore jouent un rôle très important sur les seuils de perception des accélérations, et ce principalement pour les accélérations linéaires (le tableau 2 rappelle que les vitesses angulaires sont principalement perçues par le système vestibulaire). 5 Le pilotage du mouvement Le schéma-bloc représentant l'asservissement complet du simulateur est donné sur la gure On y trouve : le pilote, qui agit sur les commandes de vol (manche, palonnier, gaz, etc), la dynamique de l'avion, qui est simulé via des équations (plus ou moins simples) de la mécanique du vol, la génération de mouvement, qui transformera la simulation informatique de l'avion en 8

9 195 ordres à envoyer aux actionneurs du mécanisme, le mécanisme, qui permettra au pilote de ressentir les eets physiques du vol. La génération du mouvement est le point clé de la simulation à base mobile dans la mesure où elle établit le lien entre le monde simulé et le monde physique. Le détail de cette étape est donné sur la gure 5, et ses spécicités sont détaillés ci-après. Figure 4 Schéma-bloc pilote + avion simulé Figure 5 Structure du processus de génération de mouvements Les ltres Washout Malgré les moyens, parfois très importants, mis en oeuvre pour tenter de restituer le mouvement, les bases mobiles, quelles qu'elles soient, n'en restent pas moins limitées mécaniquement. Il est évident qu'il est impossible de restituer toutes les accélérations : 1g pendant 1s nécessite 4, 9m de déplacement. Si c'est une accélération concevable sur l'axe vertical du VMS d'ames, 205 c'est tout à fait inaccessible pour une conguration de type Stewart. Cette même accélération pendant 0, 1s demande un déplacement de 4, 9cm, tout à fait simulable cette fois sur un système standard. 9

10 An de donner l'illusion au pilote qu'ils se trouve dans un véritable avion, le pilotage des mouvements cabine fait appel à des algorithmes complexes et très particuliers dénommés ltres 210 "Washout" : il s'agit de contraindre la plate-forme mobile à suivre les ordres d'accélération fournis par la simulation sans atteindre les limites mécaniques de la conguration et à ramener la plate-forme dans une position "neutre" sans que le pilote s'en aperçoive. L'idée est donc de ltrer les accélérations basses fréquences qui par dénition sont plus longues dans le temps et susceptibles de mettre à mal l'espace utilisable de la plate-forme. Concrètement, 215 on utilisera des ltres de type passe haut, d'ordre 1 ou 2 et de fonctions de transfert : G(p) = K p ou G(p) = K p + ω 0 p 2 + 2ξω 0 + ω0 2 Les ltres washout sont en fait un système de restitution du mouvement qui permet de donner l'illusion d'un mouvement continu alors que le mouvement réel de la cabine est limité. Un bon exemple de ce phénomène est la mise en virage de la cabine : la simulation d'un virage de 90 ne va pas se traduire par une rotation de la cabine de 90 (mécaniquement impossible). Dans ce cas p là, le système de restitution simule la première partie de la manoeuvre, c'est à dire le tout début du virage. Ensuite, la cabine revient lentement à sa position initiale (alors que visuellement le pilote continue de virer) de telle façon que le pilote ne se rende pas compte qu'il est en fait ramené à la position neutre. L'information sur l'ancienne position a été eacée (washed out). Ensuite, lorsque le pilote commandera un nouveau virage, la cabine repartira d'une position neutre lui 225 laissant ainsi un maximum d'amplitude suivant les diérents axes de liberté. En résumé, les ltres washout imposent un retour de la cabine en position de référence en anticipation du prochain mouvement qui sera demandé, ceci sans que le pilote ne ressente cette manoeuvre de retour (et donc ne s'en aperçoive). Ce ltrage s'eectue sur tous les axes (3 axes de translations, 3 axes de rotation). Toujours dans un souci de restriction des amplitudes des 230 mouvements, un gain est appliqué avant le ltrage. Comme il a été précisé précédemment, le pilote est plus sensible aux changements dans l'amplitude de l'accélération qu'à l'amplitude elle même. Alors, même diminuée, la restitution des accélérations restera correcte. On retrouve ces ltres washout dans la structure complète du processus de génération de mouvements présentée sur la gure 5. 10

11 La coordination d'inclinaison Il n'en reste pas moins que l'avion n'est pas seulement soumis à des accélérations hautes fréquences de faible amplitude. C'est la raison pour laquelle des artices de simulation sont introduits pour simuler les accélérations linéaires latérales et longitudinales. Les restitutions présentées sur la gure 6 montrent qu'au début de l'accélération, le mouvement est, pendant un 240 cours instant, très bien rendu. Au bout d'un certain temps τ, la restitution est plus mauvaise, voire fausse. Pour une accélération linéaire continue, l'artice consiste alors à introduire une inclinaison de la cabine coordonnée avec ce temps τ. Cette fonction incline légèrement le poids (relativement bien sûr). C'est la technique dite de coordination d'inclinaison (Tilt Coordination ou Vertical Apparent) car si les pilotes sont sensibles aux variations d'amplitude des accélérations, 245 ils sont aussi sensibles à leurs directions. Les ltres de coordination d'inclinaison agissent sur les composantes basses fréquences des accélérations longitudinales et latérales pour les reporter sur le tangage et le roulis respectivement (gure 5). Figure 6 Simulation de restitution du mouvement sur une accélération sinusoïdale modulée linéairement en fréquence Malgré tout, cet artice est à utiliser avec précaution car l'inclinaison de la cabine doit rester limitée en angle et en vitesse angulaire pour ne pas générer un faux mouvement susceptible 11

12 250 de rentrer en conit avec les informations visuelles. Ainsi apparaît une nécessité pratique de travailler autour de la position d'équilibre, du "zéro mécanique". Finalement, la structure du pilotage du mouvement est assez simple (gure 4). Il n'en reste pas moins que le développement des éléments de cette structure est réservé aux spécialistes (typiquement 2 ans de développement et 10 ans de mise au point pour un avion complet). 255 Annexes système vestibulaire : c'est le système sensoriel principal de la perception du mouvement et de l'orientation par rapport à la verticale. Il est donc à la base du sens de l'équilibre. Les récepteurs sensoriels du système vestibulaire sont situés dans l'oreille interne. mouvements d'un avion : Figure 7 Les mouvements d'un avion 12

SCIENCES INDUSTRIELLES (S.I.)

SCIENCES INDUSTRIELLES (S.I.) SESSION 2014 PSISI07 EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PSI " SCIENCES INDUSTRIELLES (S.I.) Durée : 4 heures " N.B. : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision

Plus en détail

Immersion - Vision 3D dans la RV.

Immersion - Vision 3D dans la RV. Cours RVS Master II IVA Immersion - Vision 3D dans la RV. Cours de Réalité Virtuelle et Simulation Master II - IVA A. Mebarki - Maître de Conférences Département d'informatique Faculté des Mathématiques

Plus en détail

Etude du SIMULATEUR DE VOL «FLY-HO»

Etude du SIMULATEUR DE VOL «FLY-HO» ECOLE NATIONALE DE L AVIATION CIVILE Session 212 CONCOURS DE RECRUTEMENT D ELEVES INGENIEURS DU CONTROLE DE LA NAVIGATION AERIENNE Epreuve optionnelle obligatoire de SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGENIEUR

Plus en détail

Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes

Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes Problématique Le bras asservi Maxpid est issu d'un robot cueilleur de pommes. Il permet, après détection d'un fruit par un système optique,

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE ÉPREUVE DE SCIENCES DE L INGÉNIEUR ÉPREUVE DU VENDREDI 20 JUIN 2014 Session 2014 Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient 4,5 pour les candidats ayant choisi un

Plus en détail

Les mesures à l'inclinomètre

Les mesures à l'inclinomètre NOTES TECHNIQUES Les mesures à l'inclinomètre Gérard BIGOT Secrétaire de la commission de Normalisation sols : reconnaissance et essais (CNSRE) Laboratoire régional des Ponts et Chaussées de l'est parisien

Plus en détail

ACOUSTIQUE 3 : ACOUSTIQUE MUSICALE ET PHYSIQUE DES SONS

ACOUSTIQUE 3 : ACOUSTIQUE MUSICALE ET PHYSIQUE DES SONS Matériel : Logiciel winoscillo Logiciel synchronie Microphone Amplificateur Alimentation -15 +15 V (1) (2) (3) (4) (5) (6) ACOUSTIQUE 3 : ACOUSTIQUE MUSICALE ET PHYSIQUE DES SONS Connaissances et savoir-faire

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

Instrumentation électronique

Instrumentation électronique Instrumentation électronique Le cours d électrocinétique donne lieu à de nombreuses études expérimentales : tracé de caractéristiques statique et dynamique de dipôles, étude des régimes transitoire et

Plus en détail

INTRODUCTION AU PILOTAGE D UN VÉHICULE AUTONOME

INTRODUCTION AU PILOTAGE D UN VÉHICULE AUTONOME Deuxième partie : introduction. 137 INTRODUCTION AU PILOTAGE D UN VÉHICULE AUTONOME I. OBJET ET ENJEUX DE L ÉTUDE. La conception des véhicules automatisés, ou robots mobiles, à roues est un domaine de

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE SUR ÉVÉNEMENT AÉRONAUTIQUE

RAPPORT D'ENQUÊTE SUR ÉVÉNEMENT AÉRONAUTIQUE RAPPORT D'ENQUÊTE SUR ÉVÉNEMENT AÉRONAUTIQUE COLLISION AVEC UN VÉHICULE AIR FRANCE BOEING 747-200 F-BPVV AÉROPORT INTERNATIONAL DE MONTRÉAL / MIRABEL (QUÉBEC) 15 OCTOBRE 1995 RAPPORT NUMÉRO A95Q0206 Le

Plus en détail

Généralité sur le bruit

Généralité sur le bruit Généralité sur le bruit (Sources : http://www.bruitparif.fr, http://www.sante.gouv.fr et http://www.afsse.fr ) DRASS Rhône Alpes Groupe Régional Bruit 2009 1. Le son Le son est un phénomène physique qui

Plus en détail

Centre de tournage. et de fraisage CNC TNX65/42

Centre de tournage. et de fraisage CNC TNX65/42 Centre de tournage et de fraisage CNC TNX65/42 Le tour TRAUB TNX65/42 pose de nouveaux jalons dans l'usinage à haute performance. Le concept de machine futuriste avec l'incomparable nouvelle unité de fraisage

Plus en détail

STAGE PILOTAGE ET ASCENDANCE

STAGE PILOTAGE ET ASCENDANCE STAGE PILOTAGE ET ASCENDANCE L idée de créer de ce stage est venu d un constat : bon nombre de pilote ne sentent pas suffisamment en confiance sous leur voile pour partir en cross ou voler dans des conditions

Plus en détail

Test : principe fondamental de la dynamique et aspect énergétique

Test : principe fondamental de la dynamique et aspect énergétique Durée : 45 minutes Objectifs Test : principe fondamental de la dynamique et aspect énergétique Projection de forces. Calcul de durée d'accélération / décélération ou d'accélération / décélération ou de

Plus en détail

Le drone de cartographie professionnelle

Le drone de cartographie professionnelle Le drone de cartographie professionnelle 4 raisons de choisir l'ebee 01. Réalisez plus de cartes, d'une plus grande précision L'eBee peut couvrir jusqu'à 12 km² au cours d'un seul vol. Quand il survole

Plus en détail

SIMULATION EN ELECTRONIQUE

SIMULATION EN ELECTRONIQUE 1 sur 8 SIMULATION EN ELECTRONIQUE PLAN: OBJECTIF - PUBLIC - MATERIEL - LOGICIEL - METHODE - AVANTAGES - DIFFICULTES - AUTEUR DU DOCUMENT INTRODUCTION MANIPULATION 1 : Prise en main A) Montage inverseur

Plus en détail

HISTOIRE DE L'AEROSTATION ET

HISTOIRE DE L'AEROSTATION ET HISTOIRE DE L'AEROSTATION ET L'AVIATION (1783 1939) Jacques Peter Maître de Recherches et responsable d'activités à l'onera (Office National d Études et Recherches Aérospatial) Aérodynamique Simulation

Plus en détail

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler Compétences exigibles : - Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mesurer une vitesse en utilisant l effet Doppler. - Exploiter l expression du

Plus en détail

COURS D ACOUSTIQUE DU DU BATIMENT. Chapitre 4 : ACOUSTIQUE DES LOCAUX CORRECTION ACOUSTIQUE

COURS D ACOUSTIQUE DU DU BATIMENT. Chapitre 4 : ACOUSTIQUE DES LOCAUX CORRECTION ACOUSTIQUE COURS D ACOUSTIQUE DU DU BATIMENT Chapitre 1 : NOTIONS DE BASE Chapitre 2 : LES SOURCES DE BRUIT Chapitre 3 : ISOLATION ACOUSTIQUE DES PAROIS Chapitre 4 : ACOUSTIQUE DES LOCAUX CORRECTION ACOUSTIQUE Chapitre

Plus en détail

LES REGLES DE VOL VFR

LES REGLES DE VOL VFR LES REGLES DE VOL VFR 1. DEFINITION : Un pilote effectue un vol selon les règles de vol à vue ou VFR (Visual Flight Rules), lorsqu'il maintient son avion dans une configuration propre au vol (attitude,

Plus en détail

TP 7 : oscillateur de torsion

TP 7 : oscillateur de torsion TP 7 : oscillateur de torsion Objectif : étude des oscillations libres et forcées d un pendule de torsion 1 Principe général 1.1 Définition Un pendule de torsion est constitué par un fil large (métallique)

Plus en détail

LES SERVICES ET UTILISATION DU RADAR

LES SERVICES ET UTILISATION DU RADAR LES SERVICES ET UTILISATION DU RADAR A partir du grade : et programme examen du grade et supérieurs 1. FONCTIONNEMENT DES RADAR : Les radars de contrôles aériens sont des instruments de télédétection utilisés

Plus en détail

Introduction. I Étude rapide du réseau - Apprentissage. II Application à la reconnaissance des notes.

Introduction. I Étude rapide du réseau - Apprentissage. II Application à la reconnaissance des notes. Introduction L'objectif de mon TIPE est la reconnaissance de sons ou de notes de musique à l'aide d'un réseau de neurones. Ce réseau doit être capable d'apprendre à distinguer les exemples présentés puis

Plus en détail

Formation Pilote Privé Hélicoptère PPL(H) Private Pilote Licence Helicopter

Formation Pilote Privé Hélicoptère PPL(H) Private Pilote Licence Helicopter Formation Pilote Privé Hélicoptère PPL(H) Private Pilote Licence Helicopter Age minimum : pour effectuer le 1 er vol solo : 16 ans révolus, pour obtenir le brevet 17 ans révolus. Aptitude médicale : délivrée

Plus en détail

Transmettre la voix à distance

Transmettre la voix à distance Pour quoi faire? Par quels moyens? Ressentir et observer sa voix, c était un très vieux rêve, comme l était aussi celui de voler dans les airs Aujourd hui, les moyens de communication modernes permettent

Plus en détail

INFO SECURITE DGAC N 2011/2

INFO SECURITE DGAC N 2011/2 Opérateurs concernés : Sujet : Objectif : Prestataires de services de navigation aérienne Exploitants d aéronefs en transport public, en aviation générale et en aviation de loisir Vent arrière au sol et

Plus en détail

702 012 956 RCS Nanterre TVA FR 03 702 012 956 Certifiée ISO 9001 par l AFAQ

702 012 956 RCS Nanterre TVA FR 03 702 012 956 Certifiée ISO 9001 par l AFAQ MCC et incertitude 10 mars 2015 Par Christophe Béesau et Christian Leliepvre Avec Altran, Solar Impulse s attaque au défi du tour du monde à l énergie solaire. Depuis 2010, Solar Impulse vole à l énergie

Plus en détail

Chapitre 2 Les ondes progressives périodiques

Chapitre 2 Les ondes progressives périodiques DERNIÈRE IMPRESSION LE er août 203 à 7:04 Chapitre 2 Les ondes progressives périodiques Table des matières Onde périodique 2 2 Les ondes sinusoïdales 3 3 Les ondes acoustiques 4 3. Les sons audibles.............................

Plus en détail

L OSCILLOSCOPE ET LES CONTRÔLES ÉLECTRIQUES

L OSCILLOSCOPE ET LES CONTRÔLES ÉLECTRIQUES Lycée professionnel Gaston Barré Baccalauréat professionnel MAINTENANCE des VEHICULES AUTOMOBILES SESSION 2012-2013 L OSCILLOSCOPE ET LES CONTRÔLES ÉLECTRIQUES Nom : Prénoms : LYCEE GASTON BARRÉ 1 L OSCILLOSCOPE

Plus en détail

«Tous les sons sont-ils audibles»

«Tous les sons sont-ils audibles» Chapitre 6 - ACOUSTIQUE 1 «Tous les sons sont-ils audibles» I. Activités 1. Différents sons et leur visualisation sur un oscilloscope : Un son a besoin d'un milieu matériel pour se propager. Ce milieu

Plus en détail

L'apport de la physique au diagnostic médical

L'apport de la physique au diagnostic médical L'apport de la physique au diagnostic médical L'application des découvertes de la physique à l'exploration du corps humain fournit aux médecins des informations essentielles pour leurs diagnostics. Ils

Plus en détail

3 - Description et orbite d'un satellite d'observation

3 - Description et orbite d'un satellite d'observation Introduction à la télédétection 3 - Description et orbite d'un satellite d'observation OLIVIER DE JOINVILLE Table des matières I - Description d'un satellite d'observation 5 A. Schéma d'un satellite...5

Plus en détail

uc : Cas d utilisation Top-Chair [Utilisation normale] Fauteuil Top-Chair Déplacer le fauteuil sur tous chemins «include» «include» «extend»

uc : Cas d utilisation Top-Chair [Utilisation normale] Fauteuil Top-Chair Déplacer le fauteuil sur tous chemins «include» «include» «extend» TopChair S c Première partie Présentation du système Plus d autonomie pour plus de liberté! TopChair S c offre aux personnes à mobilité réduite une nouvelle possibilité de se déplacer sans assistance à

Plus en détail

TP N 1 MODULATION D AMPLITUDE DEMODULATION D AMPLITUDE

TP N 1 MODULATION D AMPLITUDE DEMODULATION D AMPLITUDE Polytech'Nice, Dép. Elec 4ème année T.P. d'electronique TP N 1 MODULATION D AMPLITUDE DEMODULATION D AMPLITUDE GENERALITES SUR LA MODULATION Les ondes électromagnétiques de fréquence élevée ont la propriété

Plus en détail

Licence Professionnelle Électronique Analogique et Micro Électronique PROJET TUTORE 2005-2006

Licence Professionnelle Électronique Analogique et Micro Électronique PROJET TUTORE 2005-2006 Licence Professionnelle Électronique Analogique et Micro Électronique PROJET TUTORE 2005-2006 Rudy ROBIN Dominique LEMAIRE année 2005/2006 Licence professionnelle Électronique Analogique et Micro Électronique

Plus en détail

La conversion de données : Convertisseur Analogique Numérique (CAN) Convertisseur Numérique Analogique (CNA)

La conversion de données : Convertisseur Analogique Numérique (CAN) Convertisseur Numérique Analogique (CNA) La conversion de données : Convertisseur Analogique Numérique (CAN) Convertisseur Numérique Analogique (CNA) I. L'intérêt de la conversion de données, problèmes et définitions associés. I.1. Définitions:

Plus en détail

FICHES D AIDE POUR L UTILISATION DU LOGICIEL

FICHES D AIDE POUR L UTILISATION DU LOGICIEL FICHES D AIDE POUR L UTILISATION DU LOGICIEL MECA 3D Travailler avec Méca 3D Effectuer un calcul mécanique Simuler le mouvement d un mécanisme Afficher une courbe de résultats Ajouter un effort (force

Plus en détail

Ar Drone Controller Version 1.6.0 et ultérieures

Ar Drone Controller Version 1.6.0 et ultérieures Ar Drone Controller Version 1.6.0 et ultérieures Guide de démarrage Menu 1. Introduction 2. Prérequis 3. Ecran principal 3.1 Menu 3.2 Barre d'outils 4. Options 5. Configuration du clavier 6. Configuration

Plus en détail

Ergonomie, Confort et Sécurité des passagers

Ergonomie, Confort et Sécurité des passagers Ergonomie, Confort et Sécurité des passagers Claude MARIN-LAMELLET Marie-Christine CHEVALIER PFI Innovations dans les transports guidés urbains et régionaux Séminaire du 17/10/2006 Ergonomie, Confort et

Plus en détail

De l automatisme à la domotique...

De l automatisme à la domotique... Domotique La Et si le futur était déja là D De l automatisme à la domotique... Simples ou complexes, les systèmes automatisés sont partout dans notre environnement quotidien. Les produits automatisés sont

Plus en détail

Logique binaire. Aujourd'hui, l'algèbre de Boole trouve de nombreuses applications en informatique et dans la conception des circuits électroniques.

Logique binaire. Aujourd'hui, l'algèbre de Boole trouve de nombreuses applications en informatique et dans la conception des circuits électroniques. Logique binaire I. L'algèbre de Boole L'algèbre de Boole est la partie des mathématiques, de la logique et de l'électronique qui s'intéresse aux opérations et aux fonctions sur les variables logiques.

Plus en détail

VISUALISATION EN TEMPS RÉEL PERSPECTIVES À POINT DE VUE MOBILE

VISUALISATION EN TEMPS RÉEL PERSPECTIVES À POINT DE VUE MOBILE 167 VISUALISATION EN TEMPS RÉEL DE J. SAPALY On sait que l'exploration visuelle consiste en une succession de fixations du regard, séparées par des mouvements oculaires saccadés, chaque fixation amenant

Plus en détail

Utilisation d informations visuelles dynamiques en asservissement visuel Armel Crétual IRISA, projet TEMIS puis VISTA L asservissement visuel géométrique Principe : Réalisation d une tâche robotique par

Plus en détail

CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques

CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques IX. 1 L'appareil de mesure qui permet de mesurer la différence de potentiel entre deux points d'un circuit est un voltmètre, celui qui mesure le courant

Plus en détail

Fiche technique expérimentale 5. Notions sur l acquisition numérique

Fiche technique expérimentale 5. Notions sur l acquisition numérique Fiche technique expérimentale 5 Notions sur l acquisition numérique D.Malka MPSI 2014-2015 Lycée Saint-Exupéry Ce bref guide traite de quelques éléments important sur l acquisition numérique des signaux

Plus en détail

Génie Industriel et Maintenance

Génie Industriel et Maintenance Visite du département Génie Industriel et Maintenance Pour qu aucun de ces systèmes ne tombe en panne. Plan de la visite 1 2 3 4 6 5 1 er Etage 7 8 Rez-de-chaussée 1 Laboratoire de recherche Rôles : L

Plus en détail

DOSSIER TECHNIQUE XP 12

DOSSIER TECHNIQUE XP 12 DOSSIER TECHNIQUE XP 12 I) Descriptif des éléments principaux Aile XP 12 a) Caractéristiques Surface 12,5 m2 Profil Double surface 90% Envergure 9,2 m Allongement 7,36 Longueur 3,1 m Poids 46 kg Dossier

Plus en détail

DETERMINER LA LARGEUR DE PAGE D'UN SITE et LES RESOLUTIONS d'ecran

DETERMINER LA LARGEUR DE PAGE D'UN SITE et LES RESOLUTIONS d'ecran DETERMINER LA LARGEUR DE PAGE D'UN SITE et LES RESOLUTIONS d'ecran dossier par Clochar SOMMAIRE 1. LES RESOLUTIONS d'ecran... 1 2. RESOLUTION de l écran et choix de la TAILLE DE LA PAGE... 2 3. AGRANDISSEMENT

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

LABORATOIRE 4 OSCILLOSCOPE ET CIRCUIT DE REDRESSEMENT INTRODUCTION À L OSCILLOSCOPE

LABORATOIRE 4 OSCILLOSCOPE ET CIRCUIT DE REDRESSEMENT INTRODUCTION À L OSCILLOSCOPE LABORATOIRE 4 OSCILLOSCOPE ET CIRCUIT DE REDRESSEMENT INTRODUCTION À L OSCILLOSCOPE QU EST-CE QU UN OSCILLOSCOPE... Un oscilloscope est un appareil permettant d analyser avec une grande précision le comportement

Plus en détail

Adaptation d'un véhicule au revêtement de la piste

Adaptation d'un véhicule au revêtement de la piste Adaptation d'un véhicule au revêtement de la piste Théo ZIMMERMANN, 2010-2011 Introduction J'ai travaillé en relation avec l'équipe de Marc Denante, ingénieur chez Eurocopter, qui participe au Marathon

Plus en détail

Animation pédagogique interactive en HTML5 et JavaScript, Etude prospective.

Animation pédagogique interactive en HTML5 et JavaScript, Etude prospective. Animation pédagogique interactive en HTML5 et JavaScript, Etude prospective. Projet n 20 Réalisé par : Olivier Fauvel-Jaeger Frédéric Guégan Giacomo Rombaut Professeurs encadrants : Peter Sander Jean-Paul

Plus en détail

Analyse des trajectoires acceptables en approche de virage assistance aux conducteurs

Analyse des trajectoires acceptables en approche de virage assistance aux conducteurs DIVAS Analyse des trajectoires acceptables en approche de virage assistance aux conducteurs N 3.C.1 Décembre 2008 Projet financé par l Agence Nationale de la Recherche Responsable : S. Espié Projet ANR

Plus en détail

MOTORISATION DIRECTDRIVE POUR NOS TELESCOPES. Par C.CAVADORE ALCOR-SYSTEM WETAL 2013 10 Nov

MOTORISATION DIRECTDRIVE POUR NOS TELESCOPES. Par C.CAVADORE ALCOR-SYSTEM WETAL 2013 10 Nov 1 MOTORISATION DIRECTDRIVE POUR NOS TELESCOPES Par C.CAVADORE ALCOR-SYSTEM WETAL 2013 10 Nov Pourquoi motoriser un télescope? 2 Pour compenser le mouvement de la terre (15 /h) Observation visuelle Les

Plus en détail

TP Détection d intrusion Sommaire

TP Détection d intrusion Sommaire TP Détection d intrusion Sommaire Détection d intrusion : fiche professeur... 2 Capteur à infra-rouge et chaîne de mesure... 4 Correction... 14 1 Détection d intrusion : fiche professeur L'activité proposée

Plus en détail

Caractéristiques des ondes

Caractéristiques des ondes Caractéristiques des ondes Chapitre Activités 1 Ondes progressives à une dimension (p 38) A Analyse qualitative d une onde b Fin de la Début de la 1 L onde est progressive puisque la perturbation se déplace

Plus en détail

Outils et Méthodes - Réseau social professionnel

Outils et Méthodes - Réseau social professionnel Outils et Méthodes - Réseau social professionnel Franck Sajous - CLLE-ERSS Ce document est disponible à l'adresse : http://w3.erss.univ-tlse2.fr/membre/fsajous/sdl/sl02358x/5/ 1 Diagramme de classes 1.1

Plus en détail

Notions d acoustique contexte réglementaire et solutions de prévention

Notions d acoustique contexte réglementaire et solutions de prévention Réduire le bruit au travail : des solutions de prévention 29 octobre 2008 Notions d acoustique contexte réglementaire et solutions de prévention Hubert FINCK Ingénieur Conseil Les enjeux Le bruit concerne

Plus en détail

Les bases théoriques du numérique

Les bases théoriques du numérique Les bases théoriques du numérique 1. Différences entre signaux analogiques et signaux numériques L analogique et le numérique sont deux procédés pour transporter et stocker des données. (de type audio,

Plus en détail

X-Rite RM200QC. Spectrocolorimètre d'imagerie portable

X-Rite RM200QC. Spectrocolorimètre d'imagerie portable Spectrocolorimètre d'imagerie portable X-Rite RM200QC Le spectrocolorimètre d'imagerie RM200QC d X-Rite permet d'établir un lien entre l'apparence de la couleur et la couleur des matériaux des lots entrants

Plus en détail

Arrêtons: Art. 2. Champ d'application

Arrêtons: Art. 2. Champ d'application Règlement grand-ducal du 2 août 2006 portant application de la directive 2002/49/CE du Parlement européen et du Conseil du 25 juin 2002 relative à l'évaluation et à la gestion du bruit dans l'environnement.

Plus en détail

Observer TP Ondes CELERITE DES ONDES SONORES

Observer TP Ondes CELERITE DES ONDES SONORES OBJECTIFS CELERITE DES ONDES SONORES Mesurer la célérité des ondes sonores dans l'air, à température ambiante. Utilisation d un oscilloscope en mode numérique Exploitation de l acquisition par régressif.

Plus en détail

Analyse des bruits de clavier d ordinateur

Analyse des bruits de clavier d ordinateur Analyse des bruits de clavier d ordinateur Introduction 1 Enregistrement des bruits de clavier 2 Analyse des bruits de clavier 3 Analyse du niveau de pression acoustique vs. temps 4 Sonie vs. temps 4 Acuité

Plus en détail

La norme ABD100 Qualitysource et Chroma présentent leur combinaison "Produit & logiciel de tests associé"

La norme ABD100 Qualitysource et Chroma présentent leur combinaison Produit & logiciel de tests associé La norme ABD100 Qualitysource et Chroma présentent leur combinaison "Produit & logiciel de tests associé" Les nouvelles normes : L industrie aéronautique et avionique soumet tous les équipements intégrés

Plus en détail

Note technique. Formats de compression vidéo utilisés par CamTrace V11 avantages et inconvénients.

Note technique. Formats de compression vidéo utilisés par CamTrace V11 avantages et inconvénients. Note technique Formats de compression vidéo utilisés par CamTrace V11 avantages et inconvénients. 1) Formats d'acquisition et de stockage utilisées par CamTrace. CamTrace n'effectue aucune compression

Plus en détail

T.P. n 11. polytech-instrumentation.fr 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe

T.P. n 11. polytech-instrumentation.fr 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe T.P. n 11 polytech-instrumentation.fr 0 825 563 563 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe Utilisation de l oscilloscope à mémoire numérique I. Introduction Avec un oscilloscope numérique, le signal étudié

Plus en détail

PROGRAMME DE TRAVAIL INTERNE

PROGRAMME DE TRAVAIL INTERNE Version 2.0 1/8 Semestre 1 Physique 120 périodes selon OrFo AAF4.1 Mécanique 20 AAF4.1.1 Cinématique Calculer des mouvements uniformes, rectilignes et circulaires Expliquer l'accélération gravitationnelle

Plus en détail

LO12. Chap 1 1. 1. Introduction UTC A2006. 1.1 Présentation de l'uv. Bases de l infographie et Images de synthèse. Objectifs

LO12. Chap 1 1. 1. Introduction UTC A2006. 1.1 Présentation de l'uv. Bases de l infographie et Images de synthèse. Objectifs UTC A2006 1. Introduction 1.1 Présentation de l'uv Objectifs Bases de l infographie et Images de synthèse savoir se repérer dans l espace, comprendre les principaux algorithmes d infographie (leur puissance

Plus en détail

Modélisation et optimisation participative des processus métier assistées par un jeu de rôles

Modélisation et optimisation participative des processus métier assistées par un jeu de rôles Modélisation et optimisation participative des processus métier assistées par un jeu de rôles Les organisations doivent aujourd hui s'adapter de plus en plus vite aux évolutions stratégiques, organisationnelles

Plus en détail

Exemples d application

Exemples d application Exemples d application Pour que vous puissiez tester les méthodes décrites ci-dessous, commencez par copier sur votre disque dur les exemples de bruits contenus dans le dossier Soundsamples qui se trouve

Plus en détail

Introduction à l informatique temps réel Pierre-Yves Duval (cppm)

Introduction à l informatique temps réel Pierre-Yves Duval (cppm) Introduction à l informatique temps réel Pierre-Yves Duval (cppm) Ecole d informatique temps réel - La Londes les Maures 7-11 Octobre 2002 -Définition et problématique - Illustration par des exemples -Automatisme:

Plus en détail

Mathématiques et petites voitures

Mathématiques et petites voitures Mathématiques et petites voitures Thomas Lefebvre 10 avril 2015 Résumé Ce document présente diérentes applications des mathématiques dans le domaine du slot-racing. Table des matières 1 Périmètre et circuit

Plus en détail

Observation des modalités et performances d'accès à Internet

Observation des modalités et performances d'accès à Internet Observation des modalités et performances d'accès à Internet Avant-propos La base de cette étude est constituée par les informations collectées par l'outil Cloud Observer d'iplabel (chargement des différents

Plus en détail

ORDONNANCEMENT CONJOINT DE TÂCHES ET DE MESSAGES DANS LES RÉSEAUX TEMPS RÉELS 4. QUELQUES EXEMPLES DU DYNAMISME ACTUEL DU TEMPS RÉEL

ORDONNANCEMENT CONJOINT DE TÂCHES ET DE MESSAGES DANS LES RÉSEAUX TEMPS RÉELS 4. QUELQUES EXEMPLES DU DYNAMISME ACTUEL DU TEMPS RÉEL i LE TEMPS RÉEL 1. PRÉSENTATION DU TEMPS RÉEL 1.1. APPLICATIONS TEMPS RÉEL 1.2. CONTRAINTES DE TEMPS RÉEL 2. STRUCTURES D'ACCUEIL POUR LE TEMPS RÉEL 2.1. EXÉCUTIFS TEMPS RÉEL 2.2. RÉSEAUX LOCAUX TEMPS

Plus en détail

Mode de surveillance / Aperçu en direct

Mode de surveillance / Aperçu en direct Cours de base SeeTec 5 Mode de surveillance / Aperçu en direct - 1 - Table des matières Général...3 Aperçu de caméra...4 Zone de visualisation / Vues...7 Plan de localisation...8 MPEG Audio...9 Boutons...10

Plus en détail

Génie Industriel et Maintenance

Génie Industriel et Maintenance Génie Industriel et Maintenance Pour qu aucun de ces systèmes ne tombe en panne. Plan de la visite 1 2 3 6 4 5 Guide visite du département Génie Industriel et Maintenance 1 Salles Informatiques Utilisation

Plus en détail

QUEL CONTROLEUR CONTACTER

QUEL CONTROLEUR CONTACTER QUEL CONTROLEUR CONTACTER A partir du grade : et programme examen du grade et supérieurs 1. INTRODUCTION : Cet article est créé au vue de la problématique des pilotes débutant sur IVAO à savoir quel contrôleur

Plus en détail

L'accessibilité des bâtiments d'habitations collectifs neufs

L'accessibilité des bâtiments d'habitations collectifs neufs L'accessibilité des bâtiments d'habitations collectifs neufs (Arrêté du 1 août 2006 modifié par l'arrêté du 30 novembre 2007) Direction Départementale de l'équipement des Hautes-Alpes - SAUL/HG - 05/11/09

Plus en détail

Notions d asservissements et de Régulations

Notions d asservissements et de Régulations I. Introduction I. Notions d asservissements et de Régulations Le professeur de Génie Electrique doit faire passer des notions de régulation à travers ses enseignements. Les notions principales qu'il a

Plus en détail

Equipement d un forage d eau potable

Equipement d un forage d eau potable Equipement d un d eau potable Mise en situation La Société des Sources de Soultzmatt est une Société d Economie Mixte (SEM) dont l activité est l extraction et l embouteillage d eau de source en vue de

Plus en détail

Escalade durant l'e.p.s. à l'école primaire

Escalade durant l'e.p.s. à l'école primaire Escalade durant l'e.p.s. à l'école primaire Fabrice Paget B.E.E.S Escalade Tél : +336 88 31 14 72 fabrice.paget@orange.fr 1 Glossaire Effectifs Durée des séances Atelier escalade sans être encordée Traversées

Plus en détail

Table des matières. 10 Gimp et le Web. Option de traitement d'images Mémento pour la séance N o 8. 10.1 Création d'animation

Table des matières. 10 Gimp et le Web. Option de traitement d'images Mémento pour la séance N o 8. 10.1 Création d'animation Université de NiceSophia Antipolis Semaine du 26 novembre 2007 Licence de Sciences de la vie, semestre 1 Option de traitement d'images Mémento pour la séance N o 8 Table des matières 10 Gimp et le Web

Plus en détail

Recherche sur les collisions à une dimension : la relation entre la masse et le son

Recherche sur les collisions à une dimension : la relation entre la masse et le son Recherche sur les collisions à une dimension : la relation entre la masse et le son Recherche Le but de cette expérience est de faire une recherche sur la relation entre la masse et le son produit dans

Plus en détail

LES DIFFÉRENTS FORMATS AUDIO NUMÉRIQUES

LES DIFFÉRENTS FORMATS AUDIO NUMÉRIQUES LES DIFFÉRENTS FORMATS AUDIO NUMÉRIQUES Compétences mises en jeu durant l'activité : Compétences générales : S'impliquer, être autonome. Compétence(s) spécifique(s) : Reconnaître des signaux de nature

Plus en détail

Banc d études des structures Etude de résistances de matériaux (RDM) et structures mécaniques

Banc d études des structures Etude de résistances de matériaux (RDM) et structures mécaniques Banc d études des structures Etude de résistances de matériaux (RDM) et structures mécaniques Descriptif du support pédagogique Le banc d essais des structures permet de réaliser des essais et des études

Plus en détail

Pilotage en parapente. Essais de formalisation

Pilotage en parapente. Essais de formalisation Pilotage en parapente Essais de formalisation L enseignement du parapente a une certaine tendance à mettre la charrue avant les bœufs : En effet la mode et l image de l activité ont pour effet de pousser

Plus en détail

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction DNS Sujet Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3 Réfraction I. Préliminaires 1. Rappeler la valeur et l'unité de la perméabilité magnétique du vide µ 0. Donner

Plus en détail

RapidMiner. Data Mining. 1 Introduction. 2 Prise en main. Master Maths Finances 2010/2011. 1.1 Présentation. 1.2 Ressources

RapidMiner. Data Mining. 1 Introduction. 2 Prise en main. Master Maths Finances 2010/2011. 1.1 Présentation. 1.2 Ressources Master Maths Finances 2010/2011 Data Mining janvier 2011 RapidMiner 1 Introduction 1.1 Présentation RapidMiner est un logiciel open source et gratuit dédié au data mining. Il contient de nombreux outils

Plus en détail

MODULE DE SURVEILLANCE DE VIBRATION ALVIB

MODULE DE SURVEILLANCE DE VIBRATION ALVIB MODULE DE SURVEILLANCE DE VIBRATION ALVIB Appareil de mesure de précision et système d'alarme en sécurité positive Module enfichable pour rail DIN TS35 Source d'alimentation pour accéléromètre à courant

Plus en détail

Les logiciels. Tutoriel. Créer un modèle de terrain. Mois Année. Centre d'études des Tunnels. www.cetu.developpement-durable.gouv.

Les logiciels. Tutoriel. Créer un modèle de terrain. Mois Année. Centre d'études des Tunnels. www.cetu.developpement-durable.gouv. Les logiciels Tutoriel Créer un modèle de terrain Mois Année Centre d'études des Tunnels www.cetu.developpement-durable.gouv.fr Les logiciels T-Tunnel Tutoriel n 1 Créer un modèle de terrain Septembre

Plus en détail

2. RAPPEL DES TECHNIQUES DE CALCUL DANS R

2. RAPPEL DES TECHNIQUES DE CALCUL DANS R 2. RAPPEL DES TECHNIQUES DE CALCUL DANS R Dans la mesure où les résultats de ce chapitre devraient normalement être bien connus, il n'est rappelé que les formules les plus intéressantes; les justications

Plus en détail

PORTE PLIANTE imotion 2301

PORTE PLIANTE imotion 2301 PORTE PLIANTE imotion 2301 Dimensions de la porte p. 2 Système de profilés p. 2 Caractéristiques du système d entraînement imotion 2301 pour porte pliante p. 3 Accessoires standard p. 4 Impulseurs p. 5

Plus en détail

Conversion électronique statique

Conversion électronique statique Conversion électronique statique Sommaire I) Généralités.2 A. Intérêts de la conversion électronique de puissance 2 B. Sources idéales.3 C. Composants électroniques..5 II) III) Hacheurs..7 A. Hacheur série

Plus en détail

LÈVE-PERSONNE ORIOR MISE EN SITUATION.

LÈVE-PERSONNE ORIOR MISE EN SITUATION. LÈVE-PERSONNE ORIOR MISE EN SITUATION. Le lève-personne ORIOR permet de transférer en toute sécurité dans le cadre d un usage domestique une personne à mobilité réduite d un support à un autre, d un lit

Plus en détail

2. Stimulations sensorielles

2. Stimulations sensorielles 2. Stimulations sensorielles 2.1. Introduction Position spatiale et orientation «Route» map «Survey» map Trajet défini Exécution motrice 2.1. Introduction Mémoire spatio-temporelle du trajet Position spatiale

Plus en détail

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser TP vélocimétrie Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité ATTENTION : le faisceau du Hélium-Néon utilisé dans cette salle est puissant (supérieur à 15 mw). Il est dangereux et peuvent provoquer des

Plus en détail

par Jacques DURANDEAU Ingénieur de l École Nationale Supérieure d Arts et Métiers Directeur de SETRADEX Conseil

par Jacques DURANDEAU Ingénieur de l École Nationale Supérieure d Arts et Métiers Directeur de SETRADEX Conseil Escaliers mécaniques Trottoirs roulants par Jacques DURANDEAU Ingénieur de l École Nationale Supérieure d Arts et Métiers Directeur de SETRADEX Conseil 1. Définitions... C 3 726-2 2. Constitution... 3

Plus en détail

9 5 2 5 Espaces probabilisés

9 5 2 5 Espaces probabilisés BCPST2 9 5 2 5 Espaces probabilisés I Mise en place du cadre A) Tribu Soit Ω un ensemble. On dit qu'un sous ensemble T de P(Ω) est une tribu si et seulement si : Ω T. T est stable par complémentaire, c'est-à-dire

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES SCIENTIFIQUES SUR SYSTÈME

TRAVAUX PRATIQUES SCIENTIFIQUES SUR SYSTÈME Baccalauréat Professionnel SYSTÈMES ÉLECTRONIQUES NUMÉRIQUES Champ professionnel : Alarme Sécurité Incendie SOUS - EPREUVE E12 TRAVAUX PRATIQUES SCIENTIFIQUES SUR SYSTÈME Durée 3 heures coefficient 2 Note

Plus en détail