La simulation de vol à base mobile. 1 Introduction. 1.1 Des pionniers à aujourd'hui EPREUVE COMMUNE DE TIPE 2009

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La simulation de vol à base mobile. 1 Introduction. 1.1 Des pionniers à aujourd'hui EPREUVE COMMUNE DE TIPE 2009"

Transcription

1 EPREUVE COMMUNE DE TIPE 2009 La simulation de vol à base mobile 1 Introduction On peut dénir un simulateur de vol comme un système dans lequel un pilote réel est aux 5 commandes d'un avion virtuel dont le comportement est obtenu par simulation. Dans sa ver- sion professionnelle, il se présente généralement sous la forme d'une cabine de pilotage, mobile ou non, actionnée par logiciel. Il existe aussi des simulateurs de vol en jeu vidéo, pour lesquels du matériel informatique grand public sut, mais nous nous intéresserons davantage aux simulateurs dits à base mobile, c'est à dire animés de mouvements suivant plusieurs degrés de 10 liberté. Ces simulateurs de vol sont largement utilisés par les compagnies aériennes, l'industrie aéronautique militaire et civile pour la formation continue des pilotes (nouveau type d'avions ou d'équipements, situations extrêmes, opérations militaires) et développer de nouveaux avions. Il permet notamment aux pilotes des avions de ligne de s'entraîner et de se former aux situations d'urgence Des pionniers à aujourd'hui Compte-tenu de la diculté du pilotage, on a eu recours assez rapidement à des entraîneurs qui étaient des simulateurs très simpliés où l'apprenti pilote répétait sur des commandes ctives les man uvres de base. Dès les débuts de l'aviation on a tenté de restituer les eets aérodynamiques des commandes sur un avion simplié xé au sol et placé dans le lit du vent. Un 20 des premiers entraîneurs connu fut le tonneau Antoinette construit en France en plusieurs exemplaires par la société de Léon Levavasseur dès 1910 (gure 1) : il comportait un poste de pilotage monté sur rotule et actionné manuellement, il permettait aux apprentis pilotes de répéter les manoeuvres de base sur des commandes ctives tout en subissant des eets simulés tels que lacet, roulis et tangage. 25 Le premier vrai simulateur de vol fut vraisemblablement le système mis au point par Edwin Link en 1929, un fabriquant d'orgues aux Etats-Unis. Il comportait une cabine posée sur un mouvement électro-pneumatique dont les positions répondaient aux commandes du pilote. Un 1

2 Figure 1 Le tonneau Antoinette (visible au musée de l'air et de l'espace, Le Bourget) chariot équipé d'un stylet reproduisait sur table traçante le trajet virtuel de l'avion et l'instructeur pouvait donner des ordres à l'élève à l'aide d'un micro. Ce simulateur, très utilisé lors de la 30 Seconde Guerre mondiale essentiellement pour le vol aux instruments, connut diverses évolutions jusque dans les années La mise en uvre de modèles de vol sur calculateurs, analogiques d'abord dès les années 1950 puis numériques, a donné aux simulateurs la possibilité de représenter plus dèlement le comportement d'un aéronef en vol. 35 Le grand projet Whirlwind du Massachusetts Institute of Technology en 1946 fut de concevoir et mettre au point un calculateur numérique en temps réel nécessaire à un simulateur de vol militaire. Outre la puissance de calcul souvent insusante, la restitution visuelle des premiers simulateurs, limitée aux phases de décollage et d'atterrissage, n'était rendue que par le déplacement 40 d'une caméra vidéo survolant mécaniquement une maquette réelle de terrain de grande dimen- sion. Ce n'est que plus tard, au milieu des années 1970, que commencèrent à apparaître des images de synthèse encore très schématiques mais qui permettaient un rendu ponctuel très précis des feux de piste, de nuit. Au début des années 1980, la représentation en trois dimensions de surfaces avec ombrage avait une allure plus réaliste mais il a fallu attendre les années 1990 pour 45 voir dans les simulateurs des images de synthèse 3D texturées Concepts de simulateurs à base mobile En ce qui concerne le mouvement cabine, la conguration standard aujourd'hui utilisée est la plate-forme dite de Stewart, constituée d'un socle xe relié à une plate-forme dont la mobilité est assurée par six vérins hydrauliques deux à deux reliés alternativement sur le socle et la plateforme par des liaisons rotulées (gure 3). Cette conguration permet des déplacements selon les 2

3 Axe Déplacement Vitesse Accélération Vertical ±10m 5m/s 8m/s 2 Latéral ±6m 2, 6m/s 5, 3m/s 2 Longitudinal ±1, 3m 1, 3m/s 3, 3m/s 2 Roulis ±18 o 40 o /s 115 o /s 2 Tanguage ±18 o 40 o /s 115 o /s Lacet ±24 o 46 o /s 115 o /s Table 1 Performances en déplacement du simulateur VMS de Ames, USA trois axes de translation et les trois axes de rotation. Ajoutons que la conguration Stewart est légère, rigide, symétrique, et isotrope. Il est à noter cependant que ses déplacements sont limités (débatement des vérins), que cinématiquement, il existe des points singuliers contraignants, et qu'il existe une grande inuence limitative d'un axe sur les autres (20 d'assiette limite fortement, 55 voire complètement les capacités de mouvement selon les autres axes). Malgré ces quelques défauts, la plate-forme de Stewart reste la plus répandue. A titre d'exemple, on peut citer le simulateur russe PSPK-102, mis en service en 1982 pour le développement de la navette Bourane, orant des déplacements importants (±1,2m en vertical, ±1,5m en latéral et longitudinal, et ±30, 40 et 60 en roulis, tangage et lacet respectivement). Le simulateur du SIMONA (gure 2) 60 est, quant à lui, particulièrement performant en terme de bande passante puisqu'il peut reproduire des mouvements jusqu'à 15Hz de 0, 02g à 1, 5g en mouvement vertical. Plus exotique, le "Vertical Motion Simulator" (VMS) de la NASA propose des performances tout à fait impressionnantes comparées à une plate-forme de Stewart classique (tableau 1). 2 Composants d'un simulateur de vol 65 Les deux principaux composants d'un simulateur de vol sont le c ur logiciel d'une part, et un ensemble matériel nécessaire au pilote pour piloter le simulateur et percevoir les réactions de l'avion virtuel. 2.1 Partie logicielle Par ensemble logiciel, on entend le modèle de vol de l'avion simulé bien entendu, mais aussi les 70 modèles de comportement des équipements (les capteurs et acheurs ont leur propre dynamique), 3

4 Figure 2 Le simulateur SIMONA de l'université de Delft (Pas-Bas) les modèles de l'environnement (typiquement l'atmosphère et son évolution), les bases de données nécessaires aussi bien en vol à vue qu'en vol aux instruments, les modèles nécessaires aux scénarii comme le trac, les échanges radio, les incidents, etc. Les solutions logicielles sont maintenant nombreuses sur le marché : l'expansion des jeux 75 vidéo contribue largement au développement de simulateurs de plus en plus réalistes. Lorsque ces simulateurs sont ouverts pour permettre d'ajouter ses propres créations, beaucoup d'utilisateurs deviennent créateur d'avion en réalisant, à l'aide de logiciels de modélisation 3D, des modèles d'avions militaires ou d'avions de ligne. D'autres créent des versions personnelles et virtuelles basées sur de vrais avions de ligne, ou même des décorations virtuelles de compagnies ctives 80 comme Virtual Delta, Mexicana de Aviacion Virtual, Virtual Aeroot, Viasa Virtual, et d'autres, que l'on peut trouver sur Internet. A noter qu'en plus du pilotage virtuel, beaucoup d'utilisateurs découvrent le trac aérien en ligne : lorsque les pilotes et des contrôleurs du trac aérien virtuels jouent ensemble en temps réel pour simuler un véritable trac Partie matérielle L'ensemble matériel comporte les dispositifs d'entrée des commandes avec éventuellement des retours d'eort, les dispositifs de visualisation des instruments et de l'environnement extérieur, les dispositifs de restitution sonore, les dispositifs de restitution de mouvement (ou proprioceptifs). Que le simulateur soit professionnel ou non, on retrouvera toujours plus ou moins cette structure. 90 On dira que le simulateur est à base mobile si le dispositif de restitution des mouvements existe, 4

5 sinon on parlera de simulateur à base xe. Le système de visualisation est constitué d'un générateur d'images de synthèse, qui est un calculateur spécialisé, très rapide. Il possède en mémoire une base de données (le paysage) et il calcule l'image qui serait vue par le pilote compte tenu de la position géographique du mobile, 95 de son orientation, de son altitude, de l'heure, des conditions atmosphériques, etc. Ce calcul s'eectue plusieurs dizaines de fois par seconde (en général 60 fois). L'image produite par le calculateur doit être présentée selon un champ visuel conforme à celui existant dans la réalité. Dans un avion de ligne, par exemple, le champ visuel est limité par les fenêtres de la cabine de pilotage, soit environ 45 et 220 dans les directions respectivement verticales et horizontales. 100 Les systèmes de visualisation simulée peuvent tout à fait couvrir ce champ visuel. De plus, les images sont projetées à travers un système optique qui les renvoie à l'inni pour que les yeux de l'observateur puissent s'accommoder à l'inni, comme dans la réalité. Les bruits sont, eux aussi, synthétisés et des enceintes acoustiques sont placées aux endroits adéquats autour de la cabine pour être perçus là où ils le seraient en réalité. 105 Pour piloter, le pilote doit percevoir les mouvements de l'avion dans l'espace : cette perception se fait par l'observation visuelle à l'extérieur du cockpit (ligne d'horizon, pente, dimension des objets au sol), à l'intérieur par la lecture des instruments de vol mais aussi grâce aux sensations des capteurs humains comme ceux de l'oreille interne qui fonctionnent comme des accéléromètres. Le simulateur idéal doit donc restituer ces deux aspects ; la solution actuelle la plus utilisée est 110 l'hexapode ou plateforme de Stewart (gure 3). Figure 3 Plateforme de Stewart (6 degrés de liberté) Les ordres envoyés aux vérins ne cherchent pas à reproduire l'attitude du mobile simulé, mais à recréer les accélérations ressenties à bord. Ces accélérations sont dues aussi bien aux actions 5

6 de l'équipage sur les commandes de vol qu'à la turbulence atmosphérique, aux vibrations des moteurs et à celles résultantes de l'action des freins, etc Utilité de la simulation à base mobile? Même si la question n'a pas de réponse absolue, on peut faire un constat simple pour commencer : la perception du mouvement est plus rapide par les organes dédiés que par une dérivation mentale, certes inconsciente, des informations visuelles. L'avance procurée par les organes inertiels de perception du mouvement est estimée à quelques 150ms. De plus cette perception est 120 active quelle que soit la charge de travail du pilote, alors que sur base xe, le mouvement n'est pas perceptible lorsque l'attention de celui-ci est attirée par les instruments. Cette perception directe des accélérations réduit la constante de temps absolue du pilote, augmente la stabilité du système pilote/avion et permet au pilote d'adapter sa stratégie de pilotage (augmentation du gain pilote). 125 A titre d'exemple, on peut considérer la simulation du modèle de comportement de l'avion dit souple (typiquement A /600), notamment le phénomène de couplage pilote/structure par simulation pilotée. Ce phénomène génère des oscillations relativement hautes fréquences (3Hz) et d'amplitudes faibles mais susantes pour causer des accélérations latérales et verticales pénibles d'une part, et alimentant l'oscillation par action involontaire du pilote sur le manche, d'autre 130 part. Sans mouvement cabine, deux facteurs manquent à l'appel : le mouvement oscillatoire n'est pas perçu en utilisant uniquement le visuel, les accélérations étant de trop faibles amplitudes et surtout trop hautes fréquences. l'entretien du phénomène, s'il doit avoir lieu, est impossible car le bras du pilote n'est pas soumis aux accélérations. 135 Un autre argument est bien sur l'aspect économique : pour former un pilote de ligne sur un type d'avion, il fallait 40 h de vol dans les années soixante. Sur les avions modernes, pourtant bien plus complexes, l'entraînement se fait pratiquement intégralement sur simulateur. Les compagnies aériennes importantes ont toutes leurs simulateurs. On compte en moyenne un simulateur pour avions, sachant que chaque avion est utilisé par plusieurs équipages (de 5 à 10 équipages selon le type d'avion), et que chaque équipage doit eectuer un certain nombre d'heures d'entraînement par an (20h en moyenne). 6

7 Sensations n x n y n z p q r Vestibulaire (oreille interne) Kinesthétique : torse ± - Kinesthétique : autres parties du corps Tactile : pression Tactile : déplacement Table 2 Sensibilité aux mouvements (+ présence, - absence, ± négligeable) Dans le domaine plus spécique du développement des commandes de vol, de pilotage et de 145 guidage, la simulation à base mobile présente un intérêt certain lors des phases de validation où le réalisme accru devient primordial. On peut citer par exemple le développement et la validation des lois de pilotage près du sol (décollage et atterrissage), et également l'évaluation de la charge de travail du pilote lors de pannes du système de commandes de vol (point critique en phase de certication). 150 Cependant, l'expérience des constructeurs, AIRBUS notamment, a jusque là démontré qu'il était possible de se passer du mouvement cabine pour cette activité (développement/validation des commandes de vol), sachant que celui-ci induit des surcoûts importants d'installation, de mise en oeuvre et de maintenance, et que la pertinence des essais sur base mobile dépend fortement du "réglage" des algorithmes de pilotage du mouvement. Il est reconnu qu'un mauvais mouvement 155 cabine conduit à une délité plus mauvaise que son absence... 4 Perception du mouvement Quelques études récentes ont tenté d'établir des seuils de perception des accélérations en dessous desquels un opérateur humain ne sentirait pas le mouvement. Grâce à des études expérimentales sur simulateur et en vol, on a pu compiler des chires intéressants sur les seuils de 160 perception des accélérations selon divers axes. Le tableau 2 résume les fonctions de perception des diérents organes sensoriels vis-à-vis des accélérations linéaires suivant les 3 axes (n x en longitudinal, n y en transversal, n z en normal) et des vitesses angulaires (p en roulis, q en tangage, r en lacet). Au niveau des accélérations linéaires, presque tous les récepteurs entrent en jeux. Les seuils 7

8 165 absolus de perception sont pratiquement indépendants de la fréquence lorsque celle-ci dépasse environ 0, 5Hz. L'ordre de grandeur de ces seuils est de 0, 01g en vertical et de 0, 004g en latéral et longitudinal. On peut également s'intéresser à la sensibilité aux changements d'accélération (accélérations diérentielles). On montre alors que les pilotes sont beaucoup plus sensibles aux accélérations 170 diérentielles linéaires en latéral (c'est d'ailleurs un axe particulièrement désagréable et qui induit plus que les autres d'éventuelles actions involontaires sur le manche). D'une façon générale, la sensibilité est plus grande aux accélérations diérentielles qu'aux accélérations "continues", et plus de 50% de l'eet informatif du mouvement cabine réside dans la restitution des événements et des vibrations. 175 Les accélérations angulaires sont, quant à elles, principalement perçues par le système ves- tibulaire. C'est d'ailleurs en terme de vitesse angulaire qu'il convient de mesurer les seuils de perception puisque des études ont montré que le système vestibulaire agit comme un accéléromètre couplé à un intégrateur pour des fréquences comprises entre 0, 03Hz et 3Hz. Donc au niveau des seuils de sensibilité, les résultats sont les suivants et à peu près constants à partir de 180 0, 3Hz : p 0 est à 0, 4 /s pour le roulis q 0 est à 0, 5 /s en tangage r 0 varie de 0, 8 à 0, 9 /s en lacet Ces résultats ont été complétés par des essais en vol, montrant que les environnements vibratoire 185 (0, 02 à 0, 05g de 0 à 10Hz) et sonore jouent un rôle très important sur les seuils de perception des accélérations, et ce principalement pour les accélérations linéaires (le tableau 2 rappelle que les vitesses angulaires sont principalement perçues par le système vestibulaire). 5 Le pilotage du mouvement Le schéma-bloc représentant l'asservissement complet du simulateur est donné sur la gure On y trouve : le pilote, qui agit sur les commandes de vol (manche, palonnier, gaz, etc), la dynamique de l'avion, qui est simulé via des équations (plus ou moins simples) de la mécanique du vol, la génération de mouvement, qui transformera la simulation informatique de l'avion en 8

9 195 ordres à envoyer aux actionneurs du mécanisme, le mécanisme, qui permettra au pilote de ressentir les eets physiques du vol. La génération du mouvement est le point clé de la simulation à base mobile dans la mesure où elle établit le lien entre le monde simulé et le monde physique. Le détail de cette étape est donné sur la gure 5, et ses spécicités sont détaillés ci-après. Figure 4 Schéma-bloc pilote + avion simulé Figure 5 Structure du processus de génération de mouvements Les ltres Washout Malgré les moyens, parfois très importants, mis en oeuvre pour tenter de restituer le mouvement, les bases mobiles, quelles qu'elles soient, n'en restent pas moins limitées mécaniquement. Il est évident qu'il est impossible de restituer toutes les accélérations : 1g pendant 1s nécessite 4, 9m de déplacement. Si c'est une accélération concevable sur l'axe vertical du VMS d'ames, 205 c'est tout à fait inaccessible pour une conguration de type Stewart. Cette même accélération pendant 0, 1s demande un déplacement de 4, 9cm, tout à fait simulable cette fois sur un système standard. 9

10 An de donner l'illusion au pilote qu'ils se trouve dans un véritable avion, le pilotage des mouvements cabine fait appel à des algorithmes complexes et très particuliers dénommés ltres 210 "Washout" : il s'agit de contraindre la plate-forme mobile à suivre les ordres d'accélération fournis par la simulation sans atteindre les limites mécaniques de la conguration et à ramener la plate-forme dans une position "neutre" sans que le pilote s'en aperçoive. L'idée est donc de ltrer les accélérations basses fréquences qui par dénition sont plus longues dans le temps et susceptibles de mettre à mal l'espace utilisable de la plate-forme. Concrètement, 215 on utilisera des ltres de type passe haut, d'ordre 1 ou 2 et de fonctions de transfert : G(p) = K p ou G(p) = K p + ω 0 p 2 + 2ξω 0 + ω0 2 Les ltres washout sont en fait un système de restitution du mouvement qui permet de donner l'illusion d'un mouvement continu alors que le mouvement réel de la cabine est limité. Un bon exemple de ce phénomène est la mise en virage de la cabine : la simulation d'un virage de 90 ne va pas se traduire par une rotation de la cabine de 90 (mécaniquement impossible). Dans ce cas p là, le système de restitution simule la première partie de la manoeuvre, c'est à dire le tout début du virage. Ensuite, la cabine revient lentement à sa position initiale (alors que visuellement le pilote continue de virer) de telle façon que le pilote ne se rende pas compte qu'il est en fait ramené à la position neutre. L'information sur l'ancienne position a été eacée (washed out). Ensuite, lorsque le pilote commandera un nouveau virage, la cabine repartira d'une position neutre lui 225 laissant ainsi un maximum d'amplitude suivant les diérents axes de liberté. En résumé, les ltres washout imposent un retour de la cabine en position de référence en anticipation du prochain mouvement qui sera demandé, ceci sans que le pilote ne ressente cette manoeuvre de retour (et donc ne s'en aperçoive). Ce ltrage s'eectue sur tous les axes (3 axes de translations, 3 axes de rotation). Toujours dans un souci de restriction des amplitudes des 230 mouvements, un gain est appliqué avant le ltrage. Comme il a été précisé précédemment, le pilote est plus sensible aux changements dans l'amplitude de l'accélération qu'à l'amplitude elle même. Alors, même diminuée, la restitution des accélérations restera correcte. On retrouve ces ltres washout dans la structure complète du processus de génération de mouvements présentée sur la gure 5. 10

11 La coordination d'inclinaison Il n'en reste pas moins que l'avion n'est pas seulement soumis à des accélérations hautes fréquences de faible amplitude. C'est la raison pour laquelle des artices de simulation sont introduits pour simuler les accélérations linéaires latérales et longitudinales. Les restitutions présentées sur la gure 6 montrent qu'au début de l'accélération, le mouvement est, pendant un 240 cours instant, très bien rendu. Au bout d'un certain temps τ, la restitution est plus mauvaise, voire fausse. Pour une accélération linéaire continue, l'artice consiste alors à introduire une inclinaison de la cabine coordonnée avec ce temps τ. Cette fonction incline légèrement le poids (relativement bien sûr). C'est la technique dite de coordination d'inclinaison (Tilt Coordination ou Vertical Apparent) car si les pilotes sont sensibles aux variations d'amplitude des accélérations, 245 ils sont aussi sensibles à leurs directions. Les ltres de coordination d'inclinaison agissent sur les composantes basses fréquences des accélérations longitudinales et latérales pour les reporter sur le tangage et le roulis respectivement (gure 5). Figure 6 Simulation de restitution du mouvement sur une accélération sinusoïdale modulée linéairement en fréquence Malgré tout, cet artice est à utiliser avec précaution car l'inclinaison de la cabine doit rester limitée en angle et en vitesse angulaire pour ne pas générer un faux mouvement susceptible 11

12 250 de rentrer en conit avec les informations visuelles. Ainsi apparaît une nécessité pratique de travailler autour de la position d'équilibre, du "zéro mécanique". Finalement, la structure du pilotage du mouvement est assez simple (gure 4). Il n'en reste pas moins que le développement des éléments de cette structure est réservé aux spécialistes (typiquement 2 ans de développement et 10 ans de mise au point pour un avion complet). 255 Annexes système vestibulaire : c'est le système sensoriel principal de la perception du mouvement et de l'orientation par rapport à la verticale. Il est donc à la base du sens de l'équilibre. Les récepteurs sensoriels du système vestibulaire sont situés dans l'oreille interne. mouvements d'un avion : Figure 7 Les mouvements d'un avion 12

Les simulateurs 1/13

Les simulateurs 1/13 Les simulateurs 1/13 1.Les fonctions d'un simulateur Simuler consiste à «faire apparaître comme réelle une chose qui ne l'est pas». La simulation a été utilisée dans les domaines les plus divers pour étudier

Plus en détail

50 questions relatives au pilotage

50 questions relatives au pilotage 50 questions relatives au pilotage Question 1 : Lors d'une montée à pente maximale: a- vous prenez le plus d'altitude possible sur une distance donnée b- vous avez une bonne visibilité vers l'avant et

Plus en détail

Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes

Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes Problématique Le bras asservi Maxpid est issu d'un robot cueilleur de pommes. Il permet, après détection d'un fruit par un système optique,

Plus en détail

Formation Pratique PPL (Pilote Privé) PHASE I

Formation Pratique PPL (Pilote Privé) PHASE I Formation Pratique PPL (Pilote Privé) PHASE I Le but de cette phase est l intégration de l élève dans le milieu aéronautique et lui permettre d'acquérir les connaissances nécessaires à son premier vol.

Plus en détail

Dimensionnement d'un vérin électrique

Dimensionnement d'un vérin électrique Dimensionnement d'un vérin électrique Problématique Pour restituer les mouvements (et les accélérations) d'un vol par exemple, une solution classique est l'architecture appelée plate-fome Stewart. Celle-ci

Plus en détail

Actionneurs et Capteurs par Julien Serre adaptation fr GDA

Actionneurs et Capteurs par Julien Serre adaptation fr GDA Actionneurs et Capteurs par Julien Serre adaptation fr GDA Titredes actionneurs/capteurs Liste Articulations : 25 DoL Academics et 21 DoL RoboCup Actionneurs & capteurs de positions Rigidité! Controle

Plus en détail

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X INTRODUCTION La conception d'un mécanisme en vue de sa réalisation industrielle comporte plusieurs étapes. Avant d'aboutir à la maquette numérique du produit définitif, il est nécessaire d'effectuer une

Plus en détail

D- Aérodynamique. Si vous augmentez la charge alaire de votre ULM, votre vitesse de décrochage: R : augmente

D- Aérodynamique. Si vous augmentez la charge alaire de votre ULM, votre vitesse de décrochage: R : augmente Brin de laine D- Aérodynamique Un vol dissymétrique se reconnaît par: la non coïncidence du brin de laine avec l'axe longitudinal de l'ulm Un brin de laine placé en vue du pilote dans une zone d'écoulement

Plus en détail

SPACE SHUTTLE SIMULATOR DEROULEMENT DU JEU

SPACE SHUTTLE SIMULATOR DEROULEMENT DU JEU SPACE SHUTTLE SIMULATOR Notice d utilisation Le compte à rebours va commencer, vous êtes aux commandes de la navette spatiale. Votre mission consiste à retrouver et à ramener sur Terre le satellite LCR

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

LabVIEW pilote une machine à compression rapide pour des essais de combustion en conditions extrêmes

LabVIEW pilote une machine à compression rapide pour des essais de combustion en conditions extrêmes LabVIEW pilote une machine à compression rapide pour des essais de combustion en conditions extrêmes "Une partie mécanique basée sur le principe de la catapulte et une partie mesure et contrôle/commande

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES «Génie Électronique» Session 2012 Épreuve : PHYSIQUE APPLIQUÉE Durée de l'épreuve : 4 heures Coefficient : 5 Dès que le sujet vous est

Plus en détail

3 - Description et orbite d'un satellite d'observation

3 - Description et orbite d'un satellite d'observation Introduction à la télédétection 3 - Description et orbite d'un satellite d'observation OLIVIER DE JOINVILLE Table des matières I - Description d'un satellite d'observation 5 A. Schéma d'un satellite...5

Plus en détail

TP force centrifuge. Ce TP est évalué à l'aide d'un questionnaire moodle.

TP force centrifuge. Ce TP est évalué à l'aide d'un questionnaire moodle. TP force centrifuge Ce TP est évalué à l'aide d'un questionnaire moodle. Objectif : Étudier la force centrifuge dans le cas d un objet ponctuel en rotation uniforme autour d un axe fixe. 1 Présentation

Plus en détail

Dossier de présentation

Dossier de présentation «L avion, comment ça marche?» Dossier de présentation Exposition réalisée par : Fasciné par le vol des oiseaux, l homme a toujours cherché, lui aussi, le moyen de s élever dans les airs. Depuis une centaine

Plus en détail

PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la voiture 4 roues motrices en phase d accélération?»

PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la voiture 4 roues motrices en phase d accélération?» D après les productions de l équipe du lycée Clément Ader de Dourdan Mme Fabre-Dollé, Mr Dollé et Mr Berthod THÈME SOCIÉTAL Mobilité PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la

Plus en détail

Note : Document mis à la disposition d HELIMAT ( www.helimat.com ) par la DGAC. Nous remercions la DGAC de son accord.

Note : Document mis à la disposition d HELIMAT ( www.helimat.com ) par la DGAC. Nous remercions la DGAC de son accord. Compte rendu de réunion du 14 Mars 2002 relative aux phénomènes de Vortex (enfoncement avec puissance) sur hélicoptère. Cette réunion qui s est tenue à la DGAC fait suite au séminaire de travail initié

Plus en détail

Le réglage mécanique virtuel

Le réglage mécanique virtuel Le réglage mécanique virtuel Didier LE PAPE [1] Un réglage mécanique est une modification de la configuration d un mécanisme, sans changement de la définition des pièces, réalisée afin de satisfaire une

Plus en détail

Pourquoi? Comment? "S'il te plaît, raconte-moi l'apesanteur!"

Pourquoi? Comment? S'il te plaît, raconte-moi l'apesanteur! "S'il te plaît, raconte-moi l'apesanteur!" Pourquoi? - obtenir les mêmes conditions d'apesanteur que celles subies par un astronaute en mission orbitale - plus court mais moins cher. Comment? - l'avion

Plus en détail

TP 7 : oscillateur de torsion

TP 7 : oscillateur de torsion TP 7 : oscillateur de torsion Objectif : étude des oscillations libres et forcées d un pendule de torsion 1 Principe général 1.1 Définition Un pendule de torsion est constitué par un fil large (métallique)

Plus en détail

STAGE PILOTAGE ET ASCENDANCE

STAGE PILOTAGE ET ASCENDANCE STAGE PILOTAGE ET ASCENDANCE L idée de créer de ce stage est venu d un constat : bon nombre de pilote ne sentent pas suffisamment en confiance sous leur voile pour partir en cross ou voler dans des conditions

Plus en détail

Immersion - Vision 3D dans la RV.

Immersion - Vision 3D dans la RV. Cours RVS Master II IVA Immersion - Vision 3D dans la RV. Cours de Réalité Virtuelle et Simulation Master II - IVA A. Mebarki - Maître de Conférences Département d'informatique Faculté des Mathématiques

Plus en détail

Bureau Enquêtes-Accidents

Bureau Enquêtes-Accidents Bureau Enquêtes-Accidents RAPPORT relatif à l'incident grave survenu le 6 avril 1999 au Havre (76) à l'avion Cessna T500 immatriculé F-GJDG exploité par Air Normandie F-DG990406 AVERTISSEMENT Ce rapport

Plus en détail

Mini-projet guidé 09 Octobre 17 Décembre 2015

Mini-projet guidé 09 Octobre 17 Décembre 2015 Projet d Investigation et d Intégration 215-216 1/5 4 OPTIMISTION DU FONCTIONNEMENT D UN SCENSEUR Mini-projet guidé 9 Octobre 17 Décembre 215 Introduction : Le projet «Optimisation du fonctionnement d

Plus en détail

La chaîne d'information

La chaîne d'information Chapitre 2 La chaîne d'information 2.1 Concept de traitement de l'information La conversion d'une grandeur à mesurer G m en une grandeur physique S d par un capteur ne sut pas car ce signal S d est généralement

Plus en détail

Les phares directionnels

Les phares directionnels ECOLE ROYALE MILITAIRE 146 ème Promotion SSMW, Lieutenant de Vaisseau Victor BILLET Année académique 2009 2010 1 ère Licence Les phares directionnels Par les Sous-lieutenants Elèves Alain LANGUILLIER Jérémy

Plus en détail

Rapport de Stage. Habillage procédural et rendu en temps réel de vastes terrains texturés par GPU-quadtrees. (15 janvier - 15juillet 2006

Rapport de Stage. Habillage procédural et rendu en temps réel de vastes terrains texturés par GPU-quadtrees. (15 janvier - 15juillet 2006 Rapport de Stage Habillage procédural et rendu en temps réel de vastes terrains texturés par GPU-quadtrees (15 janvier - 15juillet 2006 15 avril - 15 juillet 2007) Effectué au sein du laboratoire MAP-ARIA

Plus en détail

Nacelle de Prise de Vue Aérienne Etudes et projets autour d une nacelle asservie sur 2 axes et embarquée sur un drone Hexacopter

Nacelle de Prise de Vue Aérienne Etudes et projets autour d une nacelle asservie sur 2 axes et embarquée sur un drone Hexacopter Nacelle de Prise de Vue Aérienne Etudes et projets autour d une nacelle asservie sur 2 axes et embarquée sur un drone Hexacopter Descriptif du support technologique Le drone Hexacopter est un appareil

Plus en détail

Calcul mental à l'usage du pilote d avion en VFR

Calcul mental à l'usage du pilote d avion en VFR Calcul mental à l'usage du pilote d avion en VFR 1. Conversions d unités 2. Opérations élémentaires 3. Corrections instrumentales et des performances 4. Calculs relatifs à la trajectoire dans le plan vertical

Plus en détail

Manuel d'utilisation

Manuel d'utilisation VIBROMETRE VM120 Manuel d'utilisation 1 - Introduction Le VM 120 est un instrument portable qui fonctionne sur piles (2 x 9V). La mesure de vibration est réalisée par un capteur externe qui fournit un

Plus en détail

Optimisation de la performance. d un processus d usinage à commande numérique

Optimisation de la performance. d un processus d usinage à commande numérique Jacques ALEXIS 20 Novembre 2001 Optimisation de la performance d un processus d usinage à commande numérique 1 Exposé du problème à résoudre L exemple utilisé pour cette présentation a été présenté par

Plus en détail

LES FONDAMENTAUX DE LA PERFORMANCE EN COURSE D ORIENTATION

LES FONDAMENTAUX DE LA PERFORMANCE EN COURSE D ORIENTATION LES FONDAMENTAUX DE LA PERFORMANCE EN COURSE D ORIENTATION La course d orientation est un sport qui se caractérise par le fait que la performance du coureur dépend à la fois de son habileté à s orienter

Plus en détail

Acoustique : Propagation et célérité des ondes

Acoustique : Propagation et célérité des ondes Acoustique 1 Acoustique : Propagation et célérité des ondes Pour ce TP une feuille de réponse est fournie lors de la séance. Les questions en caractères gras sont à préparer à l'avance. Principe Le son

Plus en détail

flydrn767 Introduction / Mise en garde. La formation des pilotes privés virtuels pour qui et comment. Le contenu de la formation.

flydrn767 Introduction / Mise en garde. La formation des pilotes privés virtuels pour qui et comment. Le contenu de la formation. flydrn767 Introduction / Mise en garde. La formation des pilotes privés virtuels pour qui et comment. Le contenu de la formation. Les conditions de participation à la formation. Introduction Tout a commencé

Plus en détail

Équipement de sous-titrage :

Équipement de sous-titrage : Équipement de sous-titrage : La technologie de sous-titrage laser de Titra respecte l'environnement, étant sûre à 100% pour l'image ainsi que pour la bande son du film et ayant le meilleur des résultats

Plus en détail

SCIENCES INDUSTRIELLES (S.I.)

SCIENCES INDUSTRIELLES (S.I.) SESSION 2014 PSISI07 EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PSI " SCIENCES INDUSTRIELLES (S.I.) Durée : 4 heures " N.B. : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision

Plus en détail

Mesure des efforts d un compacteur en vibration. Intervenant : Pierre-Olivier Vandanjon Date : 20 février 2005

Mesure des efforts d un compacteur en vibration. Intervenant : Pierre-Olivier Vandanjon Date : 20 février 2005 Mesure des efforts d un compacteur en vibration Intervenant : Pierre-Olivier Vandanjon Date : 20 février 2005 Mesure des efforts d un compacteur en vibration Intervenant : Pierre-Olivier Vandanjon Date

Plus en détail

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert DISQUE DUR Le sujet est composé de 8 pages et d une feuille format A3 de dessins de détails, la réponse à toutes les questions sera rédigée sur les feuilles de réponses jointes au sujet. Toutes les questions

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DES MÉTIERS DE L AUDIOVISUEL OPTION MÉTIERS DU SON ÉPREUVE E3 : SCIENCES PHYSIQUES

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DES MÉTIERS DE L AUDIOVISUEL OPTION MÉTIERS DU SON ÉPREUVE E3 : SCIENCES PHYSIQUES Repère : SESSION 2008 Durée : 3 H Page : 0/7 Coefficient : 2 BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DES MÉTIERS DE L AUDIOVISUEL OPTION MÉTIERS DU SON ÉPREUVE E3 : SCIENCES PHYSIQUES Page : 1/7 Coefficient : 2

Plus en détail

Logique binaire. Aujourd'hui, l'algèbre de Boole trouve de nombreuses applications en informatique et dans la conception des circuits électroniques.

Logique binaire. Aujourd'hui, l'algèbre de Boole trouve de nombreuses applications en informatique et dans la conception des circuits électroniques. Logique binaire I. L'algèbre de Boole L'algèbre de Boole est la partie des mathématiques, de la logique et de l'électronique qui s'intéresse aux opérations et aux fonctions sur les variables logiques.

Plus en détail

COURS DE DIFFERENCE A LA VARIANTE TW

COURS DE DIFFERENCE A LA VARIANTE TW COURS DE DIFFERENCE A LA VARIANTE TW! AVIONS EQUIPES D UN TRAIN CLASSIQUE Etienne GUIGNARD 1 I Train classique et train tricycle Centre de gravité Centre de gravité Force centrifuge Force centrifuge embardée

Plus en détail

Programme individuel de formation. Formation Télé-pilote de drone

Programme individuel de formation. Formation Télé-pilote de drone Programme individuel de formation Formation Télé-pilote de drone Pilotage de Drone Civil De Type Multi-rotor Et au métier de la prise de vue aérienne. Programme de formation 2015 Durée : Formation théorique

Plus en détail

ACOUSTIQUE 3 : ACOUSTIQUE MUSICALE ET PHYSIQUE DES SONS

ACOUSTIQUE 3 : ACOUSTIQUE MUSICALE ET PHYSIQUE DES SONS Matériel : Logiciel winoscillo Logiciel synchronie Microphone Amplificateur Alimentation -15 +15 V (1) (2) (3) (4) (5) (6) ACOUSTIQUE 3 : ACOUSTIQUE MUSICALE ET PHYSIQUE DES SONS Connaissances et savoir-faire

Plus en détail

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE Ecole Nationale Supérieure de Technologie Département de Génie Electrique et Informatique

Plus en détail

Devoir Surveillé n 2

Devoir Surveillé n 2 Devoir Surveillé n 2 Les candidat(e)s veilleront à exposer leurs réponses avec clarté et rigueur, rédiger avec soin dans un français correct et reporter dans la marge les numéros des questions traitées.

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

Micro Projet : Pré Etude de Brevetabilité Machine de Retouche Robotisée pour Circuits Imprimés

Micro Projet : Pré Etude de Brevetabilité Machine de Retouche Robotisée pour Circuits Imprimés Tuteur : M. Pujo Equipe : The Clan 1 / 30 Sommaire 1. Analyse de la machine de retouche robotisée pour circuits imprimés 3 1.1. DEFINITION DU THEME DU PROJET. 3 1.1.1. Principes Physiques 3 1.1.2. Fonctions

Plus en détail

P5 Ondes acoustiques ; acoustique musicale

P5 Ondes acoustiques ; acoustique musicale Ondes acoustiques ; acoustique musicale On appelle onde mécanique le phénomène de propagation d une perturbation dans un milieu élastique, sans transport de matière mais avec transport d énergie. L exemple

Plus en détail

D.A.E. DIRECTION ASSISTEE ELECTRIQUE DE TWINGO

D.A.E. DIRECTION ASSISTEE ELECTRIQUE DE TWINGO Lycée Chevalier d Eon - Tonnerre D.A.E. DIRECTION ASSISTEE ELECTRIQUE DE TWINGO MODULE 1 Station de mesure Calculateur Régime Capteur de couple Capteur de Vitesse Prise diagnostique MODULE 4 Diagnostic

Plus en détail

Check-list Du. Rans Coyote II-S-6ES-Rotax 912 UL P F J V K S - 72 Q A

Check-list Du. Rans Coyote II-S-6ES-Rotax 912 UL P F J V K S - 72 Q A Check-list Du Rans Coyote II-S-6ES-Rotax 912 UL P F J V K S - 72 Q A Mise à jour du 06/10/2015 2 PRE-VOL Contrôle visuel général de l apparence devant l appareil. Contacts magnétos sur «OFF» ou vers le

Plus en détail

Recherche sur les collisions à une dimension : la relation entre la masse et le son

Recherche sur les collisions à une dimension : la relation entre la masse et le son Recherche sur les collisions à une dimension : la relation entre la masse et le son Recherche Le but de cette expérience est de faire une recherche sur la relation entre la masse et le son produit dans

Plus en détail

Régulation par PID Mickaël CAMUS Etienne DEGUINE Daniel ROSS

Régulation par PID Mickaël CAMUS Etienne DEGUINE Daniel ROSS Régulation par PID Mickaël CAMUS Etienne DEGUINE Daniel ROSS 26/02/10 Plan Définition 1. Proportionnel 2. Intégral 3. Dérivé Réglages des coefficients 1. Différentes approches 2. Ziegler-Nichols 3. Process

Plus en détail

ANNEXE 1 : L addition et la soustraction de vecteurs Renseignements pour l'élève

ANNEXE 1 : L addition et la soustraction de vecteurs Renseignements pour l'élève LA MÉCANIQUE Physique ANNEXE 1 : L addition et la soustraction de vecteurs Renseignements pour l'élève Nom : Date : Les grandeurs vectorielles sont des valeurs qui comprennent un nombre, une unité et une

Plus en détail

RadioSens. Systèmes de communication par radio sans bandes de sécurité. argumentaire de ventes

RadioSens. Systèmes de communication par radio sans bandes de sécurité. argumentaire de ventes Systèmes de communication par radio sans bandes de sécurité argumentaire de ventes introduction Le système RadioSens est né de l effort de notre équipe d ingénieurs experts en télécommunications pour développer

Plus en détail

Chapitre 2 : Acoustique physique : -I- Acoustique musicale A- La hauteur d'un son L'oreille perçoit des sons aigus et des sons graves.

Chapitre 2 : Acoustique physique : -I- Acoustique musicale A- La hauteur d'un son L'oreille perçoit des sons aigus et des sons graves. BTS BAT ème année Les ondes 1 Chapitre : Acoustique physique : -I- Acoustique musicale A- La hauteur d'un son L'oreille perçoit des sons aigus et des sons graves. Un son est d'autant plus aigu que sa fréquence

Plus en détail

1 Introduction. 2 Algorithmes sans élagage. 2.1 Minimax. Chapitre 3 : Jeux (Février 2007, Pierre Gançarski)

1 Introduction. 2 Algorithmes sans élagage. 2.1 Minimax. Chapitre 3 : Jeux (Février 2007, Pierre Gançarski) Chapitre 3 : Jeux (Février 2007, Pierre Gançarski) 1 Introduction Quatre caractérisques pour les jeux étudiés : jeux à deux : deux adversaires eectuent alternativement des coups, chaque défaillance de

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

Livre blanc Système d imagerie LLI (Long-Length Imaging) CARESTREAM DirectView DR avec assemblage automatique et manuel

Livre blanc Système d imagerie LLI (Long-Length Imaging) CARESTREAM DirectView DR avec assemblage automatique et manuel Un traitement de l image avancé avec un assemblage automatique et des fonctions d ajustement pour une image composite complète, sans ligne de jonction Analyse de la géométrie dans le cas d une imagerie

Plus en détail

Androids as an Experimental Apparatus: Why Is There an Uncanny Valley and Can we Exploit It?

Androids as an Experimental Apparatus: Why Is There an Uncanny Valley and Can we Exploit It? Androids as an Experimental Apparatus: Why Is There an Uncanny Valley and Can we Exploit It? Karl F. MacDorman 1 The Uncanny Valley : Le terme d Uncanny Valley a été défini par Masahiro Mori, chercheur

Plus en détail

13. Module 3D. 13.1 Introduction. Module 3D

13. Module 3D. 13.1 Introduction. Module 3D 13. Module 3D 13.1 Introduction Un petit dessin vaut toujours mieux qu un long discours. Le Module 3D offre à l utilisateur la possibilité d effectuer rapidement une analyse visuelle du résultat de la

Plus en détail

FICHES D AIDE POUR L UTILISATION DU LOGICIEL

FICHES D AIDE POUR L UTILISATION DU LOGICIEL FICHES D AIDE POUR L UTILISATION DU LOGICIEL MECA 3D Travailler avec Méca 3D Effectuer un calcul mécanique Simuler le mouvement d un mécanisme Afficher une courbe de résultats Ajouter un effort (force

Plus en détail

DA MOTA Anthony - Comparaison de technologies : PhoneGap VS Cordova

DA MOTA Anthony - Comparaison de technologies : PhoneGap VS Cordova DA MOTA Anthony - Comparaison de technologies : PhoneGap VS Cordova I. Introduction Dans une période où la plasticité peut aider à réduire les coûts de développement de projets comme des applications mobile,

Plus en détail

Test : principe fondamental de la dynamique et aspect énergétique

Test : principe fondamental de la dynamique et aspect énergétique Durée : 45 minutes Objectifs Test : principe fondamental de la dynamique et aspect énergétique Projection de forces. Calcul de durée d'accélération / décélération ou d'accélération / décélération ou de

Plus en détail

La norme ABD100 Qualitysource et Chroma présentent leur combinaison "Produit & logiciel de tests associé"

La norme ABD100 Qualitysource et Chroma présentent leur combinaison Produit & logiciel de tests associé La norme ABD100 Qualitysource et Chroma présentent leur combinaison "Produit & logiciel de tests associé" Les nouvelles normes : L industrie aéronautique et avionique soumet tous les équipements intégrés

Plus en détail

KRONOS V4. Logiciel de gestion de banc d essai moteur KRONOS4_P_08_04 1/9

KRONOS V4. Logiciel de gestion de banc d essai moteur KRONOS4_P_08_04 1/9 KRONOS V4 Logiciel de gestion de banc d essai moteur KRONOS4_P_08_04 1/9 KRONOS : une multitude d applications. Rotronics conçoit des bancs d essai liés au moteur à combustion interne depuis plus de 10

Plus en détail

Phase Locked Loop (boucle à verrouillage de phase) f ref Φ. f out

Phase Locked Loop (boucle à verrouillage de phase) f ref Φ. f out Phase Locked Loop (boucle à verrouillage de phase) f ref Φ f out N - Principe 2 - Principaux comparateurs de phase 3 - Différents types 3-: PLL du 2 nd ordre - type 3-2: PLL avec pompe de charge - 3 ème

Plus en détail

Fiche technique expérimentale 5. Notions sur l acquisition numérique

Fiche technique expérimentale 5. Notions sur l acquisition numérique Fiche technique expérimentale 5 Notions sur l acquisition numérique D.Malka MPSI 2014-2015 Lycée Saint-Exupéry Ce bref guide traite de quelques éléments important sur l acquisition numérique des signaux

Plus en détail

TECHNOLOGIE AUTOMOBILE TENUE DE ROUTE GÉOMÉTRIE DES TRAINS ROULANTS

TECHNOLOGIE AUTOMOBILE TENUE DE ROUTE GÉOMÉTRIE DES TRAINS ROULANTS LA A GÉOMÉTRIE DES TRAINS ROULANT ANTS FONCTION La géométrie particulière des trains roulants permet : une bonne STABILITÉ en ligne droite comme en virage. une bonne DIRIGEABILITÉ quelque soit le profil

Plus en détail

Cours 11 : Homogénéité de la variance et transformations non linéaires

Cours 11 : Homogénéité de la variance et transformations non linéaires Cours 11 : Homogénéité de la variance et transformations non linéaires Table des matières Section 1. Régularité de la nature et effets linéaires... 2 Section 2. Homogénéité des variances... 2 Section 3.

Plus en détail

IR CA 010 1 er Devoir v.1

IR CA 010 1 er Devoir v.1 Chapitre à étudier : Annexes OACI : chapitre 01 (Annexe 1 : licences du personnel) Circulation aérienne : partie 2 (Annexe 2 : Règles de l air) * * * QUESTION 1 Le passage d'un régime de vol aux instruments

Plus en détail

Centrale houlomotrice WaveNRG

Centrale houlomotrice WaveNRG Centrale houlomotrice WaveNRG Fonctionnement du système. FIGURE 1 : Prototype d'essai. La photo ci-dessus, montre un prototype à l'échelle 1:5, qui a été utilisé lors des tests effectués dans un canal

Plus en détail

HISTOIRE DE L'AEROSTATION ET

HISTOIRE DE L'AEROSTATION ET HISTOIRE DE L'AEROSTATION ET L'AVIATION (1783 1939) Jacques Peter Maître de Recherches et responsable d'activités à l'onera (Office National d Études et Recherches Aérospatial) Aérodynamique Simulation

Plus en détail

LA CINÉMATIQUE AVEC CATIA

LA CINÉMATIQUE AVEC CATIA LA CINÉMATIQUE AVEC CATIA L atelier de cinématique du logiciel CATIA (DMU KINEMATICS) permet de simuler le fonctionnement de mécanisme et d en vérifier le fonctionnement. Le principe est simple, il s agit

Plus en détail

Modélisation du système d'assistance d'une direction

Modélisation du système d'assistance d'une direction Problématique Modélisation du système d'assistance d'une direction Le système de Direction Assistée Électrique Variable (D.A.E.V.) a pour fonction d assister la commande de direction de la Renault Twingo.

Plus en détail

Analyse des bruits de clavier d ordinateur

Analyse des bruits de clavier d ordinateur Analyse des bruits de clavier d ordinateur Introduction 1 Enregistrement des bruits de clavier 2 Analyse des bruits de clavier 3 Analyse du niveau de pression acoustique vs. temps 4 Sonie vs. temps 4 Acuité

Plus en détail

TOPOGRAPHIE SCAN&GO LA NOUVELLE MANIÈRE DE FAIRE. www.scan-go.eu V.02.2014

TOPOGRAPHIE SCAN&GO LA NOUVELLE MANIÈRE DE FAIRE. www.scan-go.eu V.02.2014 SCAN&GO LA NOUVELLE MANIÈRE DE FAIRE TOPOGRAPHIE V.02.2014 www.scan-go.eu SCAN&GO SYSTEM LA NOUVELLE MANIÈRE DE FAIRE TOPOGRAPHIE Scan & Go est une nouvelle méthodologie pour le relief topographique du

Plus en détail

Internet en TGV (2010) : Comment maintenir le pointage d antenne vers le satellite?

Internet en TGV (2010) : Comment maintenir le pointage d antenne vers le satellite? Internet en TGV (2010) : Comment maintenir le pointage d antenne vers le satellite? 1 Matériels Recherches Internet GPS + Antenne 2 axes - élévation - orientation Mais : secret industriel! Objectif général

Plus en détail

1) Prise en main de l'oscilloscope numérique et de sa fonction FFT.

1) Prise en main de l'oscilloscope numérique et de sa fonction FFT. TP n 8 : obtention des spectres de signaux usuels. But du TP : ce huitième TP de BTS SE a pour but l'étude de la manière d'obtenir le spectre d'un signal sinusoïdal et carré avec un rapport cyclique variable.

Plus en détail

La (les) mesure(s) GPS

La (les) mesure(s) GPS La (les) mesure(s) GPS I. Le principe de la mesure II. Equation de mesure GPS III. Combinaisons de mesures (ionosphère, horloges) IV. Doubles différences et corrélation des mesures V. Doubles différences

Plus en détail

EUROV, conception collaborative d'un ROVer Européen

EUROV, conception collaborative d'un ROVer Européen ² Résumé du projet EUROV, conception collaborative d'un ROVer Européen Le projet avait pour but de faire travailler ensemble plusieurs équipes d élèves de différentes écoles techniques européennes (France,

Plus en détail

Etude du SIMULATEUR DE VOL «FLY-HO»

Etude du SIMULATEUR DE VOL «FLY-HO» ECOLE NATIONALE DE L AVIATION CIVILE Session 212 CONCOURS DE RECRUTEMENT D ELEVES INGENIEURS DU CONTROLE DE LA NAVIGATION AERIENNE Epreuve optionnelle obligatoire de SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGENIEUR

Plus en détail

Analyse des systèmes Structure d un système technique

Analyse des systèmes Structure d un système technique Analyse des systèmes Structure d un système technique http://perso.numericable.fr/starnaud/ 1. Définitions Système : Un système est une association structurée d éléments ayant des relations entre eux.

Plus en détail

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler Compétences exigibles : - Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mesurer une vitesse en utilisant l effet Doppler. - Exploiter l expression du

Plus en détail

Proprioception. Définition :

Proprioception. Définition : Proprioception Définition : La proprioception est la perception du corps et des membres, de leur position (1) et de leur mouvement(2) dans l'espace, sans que l'individu ait besoin de les vérifier avec

Plus en détail

TP - S2I Centre d intérêt N 4 : prévoir et vérifier les performances des systèmes linéaires continus invariants. TP «Ericc 4» ROBOT ERICC

TP - S2I Centre d intérêt N 4 : prévoir et vérifier les performances des systèmes linéaires continus invariants. TP «Ericc 4» ROBOT ERICC TP «Ericc 4» ROBOT ERICC 0. Objectifs du TP Documents à disposition - le dossier d étude (disponible ci-après) comprend les activités à mener pendant la durée de cette séance de travaux pratiques - le

Plus en détail

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g.

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g. PHYSQ 130: Hooke 1 LOI DE HOOKE: CAS DU RESSORT 1 Introduction La loi de Hooke est fondamentale dans l étude du mouvement oscillatoire. Elle est utilisée, entre autres, dans les théories décrivant les

Plus en détail

ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX. Travail demandé :

ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX. Travail demandé : VOITURE ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX Centre d intérêt : FORMES ET CARACTERISTIQUES DE L ENERGIE, AMELIORATION DE L EFFICACITE ENERGETIQUE Connaissances visées AGENCEMENT DES SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES

Plus en détail

A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques

A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques A1.1.- Définition du bruit : A1.1.1.- Production et caractéristiques d un son Tout corps qui se déplace ou qui vibre émet un son. Il transmet sa vibration

Plus en détail

ANNEXE 1 BTS AGENCEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL Programme de mathématiques

ANNEXE 1 BTS AGENCEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL Programme de mathématiques ANNEXE BTS AGENCEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL Programme de mathématiques L'enseignement des mathématiques dans les sections de techniciens supérieurs Agencement de l'environnement architectural

Plus en détail

Fenêtre de vent maximale

Fenêtre de vent maximale Début d analyse du roulage en char à cerf-volant A - Fonctionnement du Cerf-volant de traction. La traction développée par une voile est en étroite relation avec son profil, sa forme générale mais aussi

Plus en détail

Les illusions d optiques

Les illusions d optiques Les illusions d optiques Informations et illusions tirées du site : http://ophtasurf.free.fr/illusion.htm La plupart des illusions classiques dites «optico-géométriques» ont été découvertes dans les années

Plus en détail

L APPROCHE FINALE ET L ATTERRISSAGE Support de notes

L APPROCHE FINALE ET L ATTERRISSAGE Support de notes L APPROCHE FINALE ET L ATTERRISSAGE Support de notes 1- APPROCHE FINALE 1-1 Identification et contrôle 1-2 Approches particulières 2- ATTERRISSAGE 2-1 Définitions 2-2 Phases de l atterrissage 2-3 Paramètres

Plus en détail

COMMENT OBTENIR UN SPECTRE SATISFAISANT D UN SIGNAL ENREGISTRE PAR ORDINATEUR?

COMMENT OBTENIR UN SPECTRE SATISFAISANT D UN SIGNAL ENREGISTRE PAR ORDINATEUR? NOM: Coéquipier : COMMENT OBTENIR UN SPECTRE SATISFAISANT D UN SIGNAL ENREGISTRE PAR ORDINATEUR? Soit une fonction G(t) périodique, de fréquence f. D'après Fourier, cette fonction peut se décomposer en

Plus en détail

PROJET DE FIN D ÉTUDES Asservissement visuel d un robot parallèle à câbles pour la réalisation d une fresque verticale de grande taille

PROJET DE FIN D ÉTUDES Asservissement visuel d un robot parallèle à câbles pour la réalisation d une fresque verticale de grande taille Résumé de PFE PROJET DE FIN D ÉTUDES Asservissement visuel d un robot parallèle à câbles pour la réalisation d une fresque verticale de grande taille Introduction Dans le domaine de la robotique, la robotique

Plus en détail

Les logiciels. Tutoriel. Créer un modèle de terrain. Mois Année. Centre d'études des Tunnels. www.cetu.developpement-durable.gouv.

Les logiciels. Tutoriel. Créer un modèle de terrain. Mois Année. Centre d'études des Tunnels. www.cetu.developpement-durable.gouv. Les logiciels Tutoriel Créer un modèle de terrain Mois Année Centre d'études des Tunnels www.cetu.developpement-durable.gouv.fr Les logiciels T-Tunnel Tutoriel n 1 Créer un modèle de terrain Septembre

Plus en détail

Projet Interface de supervision avec RTW et LABVIEW

Projet Interface de supervision avec RTW et LABVIEW Projet Interface de supervision avec RTW et LABVIEW Encadré par M.Belkaem Ould-Bouamama Réalisé par Ilyas Mabrouk Shitao XING Polytech Lille Département Informatique Microélectronique Automatique Le 7

Plus en détail

Le Bruit de Dispersion (DITHER)

Le Bruit de Dispersion (DITHER) Le Bruit de Dispersion (DITHER) Pour un signal de fort niveau, l'erreur de quantification est effectivement du bruit. Lorsque le niveau baisse, l'erreur de quantification devient plus fortement corrélée

Plus en détail

Comparaison de capteurs à effet Hall à verrouillage bipolaire avec et sans stabilisation par hacheur

Comparaison de capteurs à effet Hall à verrouillage bipolaire avec et sans stabilisation par hacheur Comparaison de capteurs à effet Hall à verrouillage bipolaire avec et sans stabilisation par hacheur Des résultats d essai montrent qu il est possible d obtenir des performances notablement plus élevées

Plus en détail

Effets du Reiki sur des changements de température du corps humain : Prises de vue par camera infra-rouge thermique.

Effets du Reiki sur des changements de température du corps humain : Prises de vue par camera infra-rouge thermique. Effets du Reiki sur des changements de température du corps humain : Prises de vue par camera infra-rouge thermique. L expérience a été réalisée à l initiative de Nicole, enseignante de Reiki depuis près

Plus en détail

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE Page 1 / 6 LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE 1) Qu est-ce qu un sensor de pression? Tout type de sensor est composé de 2 éléments distincts : Un corps d épreuve soumit au Paramètre Physique φ à mesurer

Plus en détail