Etude du SIMULATEUR DE VOL «FLY-HO»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etude du SIMULATEUR DE VOL «FLY-HO»"

Transcription

1 ECOLE NATIONALE DE L AVIATION CIVILE Session 212 CONCOURS DE RECRUTEMENT D ELEVES INGENIEURS DU CONTROLE DE LA NAVIGATION AERIENNE Epreuve optionnelle obligatoire de SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGENIEUR Durée : 4 heures Coefficient : 3 Etude du SIMULATEUR DE VOL «FLY-HO» Contenu du dossier : Texte du sujet : 18 pages Documents techniques : 5 pages Cette épreuve comporte 23 pages 1. Le sujet comporte 3 parties indépendantes, qui peuvent ne pas être traitées dans l ordre. 2. Si le candidat constate ce qu il pense être une anomalie dans le texte, il lui appartient de poursuivre en signalant cette anomalie sur sa copie et en prenant les initiatives qu il juge opportunes. 3. Aucune documentation n est autorisée. CALCULATRICE INTERDITE 1 / 18

2 Partie A : Présentation et problématique A.1 Intérêt et principe de fonctionnement des simulateurs de vol L'apprentissage du pilotage ou la qualification des pilotes sur un nouveau type d'appareil requiert de nombreuses heures de formation "en situation". A cet effet, le simulateur de vol (Figure A1) se substitue avantageusement au vol réel, tant au niveau du coût de la formation que de l'étendue des situations qui peuvent être reproduites en toute sécurité. Dans un simulateur, le pilote est isolé du monde extérieur et perçoit uniquement les informations que le simulateur lui communique. Pour donner la sensation au pilote qu il est dans un avion réel, le simulateur agit sur 3 aspects : SIMULATEUR «FLY-HO» Figure A1 1. Donner une vue de l extérieur qui est le résultat de la simulation de vol. Ce résultat est visualisé sur des écrans LCD (Figure A2) sensés représenter ce que l on voit au travers des fenêtres du cockpit. Le cerveau du pilote perçoit au travers du système de vision les mouvements de l avion. Il y a cependant deux lacunes à cette perception : elle est lente et ne permet pas de sentir physiquement les effets de l accélération. Figure A2 2. Faire subir au pilote (Figure A3) les effets de l accélération. Cette accélération est perçue par le système vestibulaire humain (cavité de l oreille interne), un peu dans son intensité, mais surtout dans son orientation. Le simulateur devra donc s orienter pour donner au pilote la sensation qu il accélère. 2 / 18 Figure A3

3 3. La sonorisation reproduit exactement les bruits perçus dans le cockpit (bruit de moteur, bruit de l air ). La cinématique des simulateurs les plus complets est basée sur un hexapode (ou plate-forme de Stewart) doté de 6 axes. Ces simulateurs permettent de reproduire : - les mouvements angulaires de roulis, tangage et lacet ; - les déplacements longitudinaux, transversaux et verticaux. Une solution moins coûteuse consiste à n installer que 3 axes, de façon à ne reproduire que les mouvements principaux de l avion : roulis, tangage et déplacement vertical. C est le principe du simulateur FLY-HO de la société 6mouv, support de cette épreuve. A.2 Analyse fonctionnelle interne Les caractéristiques générales de ce simulateur, modulaire et facilement démontable, sont données dans les documents techniques DT1 à DT4. Le simulateur, constitué de 3 axes (*) M1, M2 et M3 d architecture identique, ne nécessite qu une alimentation électrique et requiert très peu de maintenance grâce à un choix de composants industriels qualifiés pour une durée de vie importante. * Nota : on appelle «axe» un ensemble de composants liés à une mobilité du cokpit. Question 1 : En vous aidant de la documentation technique (DT1 et DT2), reproduire et compléter le tableau ci-dessous regroupant les éléments du schéma fonctionnel DT5, concernant l axe M1. Fonction Eléments du diagramme FAST Acquérir : Commandes 1a, Capteurs Traiter Communiquer 1e, 3b, Alimenter 3d, Distribuer Convertir Transmettre 2a, A.3 Etude de la fonction FS2 : «Lier le cockpit au sol par une structure à 3 Degrés De Liberté» Le modèle FLY-HO, simulateur 3 axes, reproduit les sensations des principales phases de vol (accélération, décélération, décollage, atterrissage, virages, pertes d altitude, touché des roues, etc.), en s appuyant sur 3 des mouvements principaux de l avion (Figure A4). Roulis : rotation autour de l axe G, x a Tangage : rotation autour de l axe G, z a Déplacement vertical suivant y a. z a G y a Figure A4 x a 3 / 18

4 La figure A5 représente le schéma cinématique spatial du simulateur. Les bras arrière et avant du simulateur n ont pas été représentés sur la figure A5 ; Ils servent à assurer la liaison du cockpit avec le bâti ; ils ne sont pas motorisés et ne participent pas à la mise en mouvement du cockpit. Les moteurs associés à chacun des axes M1, M2 et M3 ne sont pas non plus représentés. Figure A5 ( x, y, z ) est la base liée au bâti fixe ; y est vertical ascendant ; ( O, x, y, z ) est un repère galiléen ; (x y, z ) est la base liée au cockpit. a, a a Hypothèse : Le point G, centre d inertie du pilote est supposé immobile pour les mouvements de roulis et de tangage. On notera : Y+ : le déplacement vertical d un point Ai suivant l axe des y positifs. Y- : le déplacement vertical d un point Ai suivant l axe des y négatifs. Question 2 : Reproduire et compléter le tableau des mouvements du cockpit ci-dessous en indiquant les déplacements des points Ai (centres des rotules) : DEPLACEMENT VERTICAL > A 1 Y+ A 2 A 3 ROULIS > TANGAGE > 4 / 18

5 Question 3 : Reproduire le schéma cinématique du simulateur sur votre copie puis le compléter avec les bras avant, arrière et les liaisons de ces bras (avec le cockpit d une part et le bâti d autre part). O 2 BRAS AVANT y a B 2 O 1 x a G BRAS ARRIERE COCKPIT z a B 1 Figure A6 Question 4 : Déterminer la liaison équivalente entre le cockpit et le bâti réalisée par le bras arrière au point B 1. Préciser ses caractéristiques géométriques à partir des points et des axes définis figure A6. Question 5 : Déterminer de même la liaison équivalente entre le cockpit et le bâti réalisée par le bras avant. Préciser ses caractéristiques géométriques. Question 6 : Cette question porte sur la liaison équivalente entre le cockpit et le bâti réalisée par l assemblage des deux liaisons équivalentes précédentes entre le cockpit et le bâti. On pose B1 B2Lxa. Exprimer le torseur d action mécanique transmissible par cette liaison au point B 1, puis son torseur cinématique et vérifier qu il est bien compatible avec les mobilités utiles du mécanisme (roulis, tangage et déplacement vertical). Question 7 : On prend en compte les 3 axes du simulateur, ainsi que la liaison équivalente étudiée à la question précédente. Recenser en les justifiant les mobilités internes du mécanisme de commande des déplacements du cockpit. Question 8 : En déduire le degré d hyperstatisme global du mécanisme. Justifier le choix de ce type de montage par le concepteur. 5 / 18

6 Partie B : Etude de la fonction FS3 «Reproduire les sensations d un avion en vol» L objectif de cette partie est de vérifier que le Cahier des Charges Fonctionnel permet au simulateur de reproduire correctement toutes les phases de vol de l avion. Extrait du CdCF du simulateur 3 axes «FLY-HO» : Fonction FS3 «Reproduire les sensations d un avion en vol» Critère Niveau Angles roulis et tangage du cockpit +/-,35 rad (soit +/-2 ) Débattement vertical du cockpit 42 cm Vitesses angulaires du cockpit,45 rad/s (soit 25 /s) Vitesse verticale du cockpit 47 cm/s Seuil de perception des accélérations,1 g B.1 Etude de la phase de roulage avant le décollage Cette étude sera réalisée à partir de l avion Robin-DR4 (Figure B1). Les performances de cet avion sont données dans le tableau ci-dessous : Distance pour le décollage 283 m (maxi 515m) Vitesse de décollage 12 km/h Vitesse de croisière 257 km/h Vitesse maximale 38 km/h Vitesse ascensionnelle 4,5 m/s Figure B1 Notations : t : variable temps a : accélération de l avion v(t) : vitesse de l avion en fonction du temps x(t) : déplacement longitudinal de l avion en fonction du temps Hypothèses : - accélération constante durant la phase de roulage ; - vitesse nulle à l origine de la phase de roulage ; - déplacement nul à l origine de la phase de roulage. Question 9 : A l aide des données sur les performances de l avion, calculer son accélération a pendant la phase de roulage avant le décollage. Exprimée en m/s 2, on arrondira à la valeur entière la plus proche. Etude de la simulation d une phase de roulage : sur le simulateur «FLY-HO», il n est pas possible de réaliser des mouvements de translation longitudinaux dans la direction x ; pour palier cet inconvénient, les ingénieurs ont choisi de faire sentir physiquement les effets de l accélération au pilote en inclinant la cabine. Pour maintenir la sensation de ce mouvement uniformément accéléré, c est le système de vision (grâce aux écrans LCD) qui ensuite trompe le pilote en poursuivant le mouvement. 6 / 18

7 Cas n 1 : Dans le véritable avion (Figure B2) en phase de roulage, le pilote assis sur son siège ressent les effets de la pesanteur ainsi que de l accélération de l avion qui le plaque contre son siège. Paramétrage : OG x( t) x hy et x, x ) ( y, y ) ( a a Cas n 2 : Dans le simulateur (Figure B3), on incline le cockpit d un angle (t) de tangage pour faire croire au pilote qu il accélère, sans que les images qui lui sont présentées ne permettent de détecter cette variation d angle. Le mouvement vertical suivant y est supposé nul dans cette phase de roulage. Paramétrage : OG l x h et x, x ) ( y, y ) ( ) a y a ( a a t Nous allons comparer ces deux situations afin de déterminer la condition à vérifier pour que la sensation d accélération soit la plus réaliste possible. Le torseur des actions de liaison entre le pilote et son siège sera noté : siege pilote Y X M L Z N G, xa, ya, za Question 1 : On considère le pilote installé dans l avion de la Figure B2. Le mouvement de l avion par rapport au référentiel Galiléen R ( O, x, y, z ) est une translation rectiligne d accélération a constante. La masse du pilote est notée m et le moment d inertie du pilote par rapport à l axe G z a est noté IG. Déterminer le torseur siege pilote des actions de liaison entre le pilote et son siège. Le pilote est supposé se comporter comme un solide indéformable. On précisera le moment en G et la résultante du torseur d effort : siège pilote. Question 11 : Dans le simulateur, l accélération est simulée en inclinant le cockpit vers l arrière (Figure B3). Le pilote, assis sur son siège est positionné de telle sorte que son centre d inertie G se trouve aux coordonnées (l,h,) dans le repère de la cabine (O, xa, ya, za ). Il est toujours rigidement lié à son siège et ressent les effets du mouvement par l intermédiaire de son siège. Déterminer dans ce cas, le torseur de la liaison entre le pilote et le siège siege pilote, exprimé au point G et dans la base ( xa, ya, za ). Question 12 : Déterminer les 3 conditions à vérifier si on souhaite que le pilote ait les mêmes sensations entre les deux cas étudiés. En déduire la valeur de l angle d inclinaison a en phase stabilisée de roulage ( acste ). Pour des angles inférieurs à,3 rad, on supposera tan a sin a a exprimé en rad. 7 / 18

8 Question 13 : Ces conditions ne peuvent être satisfaites exactement à tout instant. Quelle doit être la vitesse de rotation maximum à ne pas dépasser pour que les différences entre les valeurs non nulles de ces torseurs ne dépassent pas 5%? Cette valeur est-elle compatible avec le cahier des charges fonctionnel du simulateur? Données : l h 1m Question 14 : A la fin de la phase de roulage, le simulateur doit reproduire le mouvement angulaire de l avion qui s incline pour prendre sa trajectoire de montée avec la vitesse ascensionnelle souhaitée. Déterminer l angle de montée m. En déduire le débattement angulaire total nécessaire pour simuler correctement cette phase du vol : roulage / montée. Cette valeur est-elle compatible avec le CDCF du simulateur? B.2 Etude d une accélération verticale (turbulence) En translation verticale, le simulateur doit être capable de reproduire des accélérations verticales transitoires pendant une fraction de seconde. Au delà c est le système de vision avec les écrans LCD qui prend le relais et fait percevoir au pilote les mouvements de l avion. La réponse du simulateur est constituée : d un filtre passe-haut pour conserver la capacité de simuler des variations d accélérations verticales rapides (comme les chocs lors du roulage sur terrain irrégulier en herbe par exemple) d une loi de commande qui réalise la fonction «d oubli» et qui permet d assurer le retour du simulateur vers sa position moyenne. Cette fonction doit être réalisée sans que le pilote ne s en aperçoive, or les seuils de perception des récepteurs sensoriels humains (oreille interne principalement) sont évalués à,1g au maximum. Le schéma-bloc ci-dessous reproduit ce principe. Loi de commande H(p) Consigne d accélération verticale A réelle (p) Filtre passe-haut F ph (p) + - Intégration Intégration position Y simul (p) verticale du simulateur Question 15 : Le tracé du diagramme de Bode en gain du filtre passe-haut est représenté Figure B4. En déduire et justifier la forme de la fonction de transfert de F ph (p). Déterminer par lecture de la courbe, les valeurs du Gain statique et de la constante de temps. 8 / 18

9 5 GAIN en DB Figure B4 PULSATION Question 16 : La loi de commande du simulateur est de la forme H( p) 1 Tp. Redessiner le schéma-bloc dans le domaine de Laplace et calculer l expression de la fonction Ysimul ( p) de transfert globale. A ( p) réelle Le cas dimensionnant du simulateur correspond à la restitution des sensations lors d un échelon d accélération d amplitude 4 m/s 2. Question 17 : Déterminer l expression de Y simul (p) en réponse à cette sollicitation. En utilisant le théorème de la valeur finale, vérifier que la loi de commande choisie permet bien d assurer le retour du simulateur vers sa position moyenne. Afin de déterminer le déplacement vertical maximum du simulateur, la fonction de transfert Ysimul ( p) doit être simplifiée. Pour une première étude approchée, on prendra T=2s. A ( p) réelle Ysimul ( p) Question 18 : Déterminer les pôles de la fonction et simplifier l expression de cette Aréelle( p) fonction en conservant uniquement les pôles dominants. En déduire l expression de Y simul (p) en réponse à la sollicitation en échelon d accélération d amplitude 4 m/s 2. On rappelle figure B5 le tracé de la fonction f t te ( ) at et sa transformée de Laplace F( p) 1. De plus ( pa 1 e 37 ) 1, 2 e 9 / 18

10 f(t) 1/a Figure B5 t Question 19 : Déterminer la valeur du déplacement vertical maximum du simulateur sa vitesse maximale simulateur? y max y max. Ces deux valeurs sont-elles compatibles avec le CDCF du et Ce modèle simplifié ne permet pas de représenter correctement l accélération. La figure B6 représente les courbes de réponse du système complet : accélération a simul en m/s 2 (en gras) Consigne TEMPS d accélération TEMPS vitesse y simul en m/s position y simul en m TEMPS Figure B6 Question 2 : Commenter les courbes de la figure B6 vis à vis des critères du CDCF, en particulier vis à vis du seuil de perception des accélérations lors de la phase de retour en position moyenne. Question 21 : En conservant la forme de H( p) 1 Tp et en faisant l analogie avec la réponse d un système du second ordre, indiquer dans quel sens faire varier T pour respecter le seuil de perception de l accélération pendant la phase de retour en position moyenne. 1 / 18

11 B.3 Etude des irrégularités lors du roulage sur une piste en herbe Lors du roulage sur une piste en herbe, outre l effet de l accélération longitudinale (vu au B1) le simulateur doit aussi reproduire les accélérations verticales causées par les irrégularités du terrain. Le profil de la piste est supposé constitué de bosses de 2cm régulièrement espacées de 1cm que l on peut modéliser par le profil sinusoïdal suivant : y(x) en cm Figure B7 : Profil de piste y(x) 2,5 2, 1,5 1,,5, Position longitudinale x en cm Question 22 : Exprimer le déplacement vertical y(x) en fonction de la position longitudinale x de l avion sur la piste. En déduire l expression y(t) du déplacement vertical en fonction du temps lorsque l avion se déplace à la vitesse constante V. En déduire l accélération verticale générée y t) a sint et exprimer a et en fonction de V. a réelle ( Question 23 : Calculer la vitesse V min de l avion correspondant au seuil de perception de l accélération a (, 1, 31). Conclure. On supposera que la fonction de transfert du simulateur suivant l axe vertical est de la forme : Ysimul ( p) p 2 Aréelle( p) ( p 4 )( p 1) Question 24 : Après avoir exprimé la fonction de transfert en accélération du simulateur Asimulée ( p), tracer le diagramme asymptotique de Bode (gain et phase) de cette fonction de Aréelle( p) transfert. Préciser les valeurs du gain en db aux différents points de cassure du diagramme de gain ( 2log 4 12dB). On considérera que l accélération est correctement restituée par le simulateur si l atténuation entre l accélération simulée et l accélération réelle est inférieure à 3dB. Question 25 : Déterminer à partir de quelle vitesse V 3dB de l avion, les accélérations dues aux irrégularités de la piste sont restituées correctement et vérifier que à cette vitesse les accélérations sont effectivement ressenties par le pilote. Ysimul ( p) Question 26 : Après avoir tracé le diagramme asymptotique de Bode de, vérifier Yréelle( p) que le déplacement vertical du simulateur est réalisable dans toute la plage de vitesse de V min à V max (vitesse décollage 12km/h). 11 / 18

12 Partie C : Analyse de la Fonction FT22 «Compenser le poids du cockpit» Pour éviter de sur-dimensionner les moteurs du simulateur, on souhaite installer un système permettant de compenser les effets de la pesanteur et ainsi d équilibrer le poids du cockpit à l arrêt. C.1 Justification de l intérêt d un système de compensation de la pesanteur On se place dans le cas simplifié d un seul mouvement de translation verticale de vitesse y et d accélération y. Dans l hypothèse de problème plan, on souhaite d abord établir la relation liant y avec, vitesse de rotation identique des 3 moteurs. En effet, on supposera dans cette partie les 3 mécanismes strictement identiques. Paramétrage (Figure C1) : Le Cockpit (1) est supposé ici en liaison glissière avec le bâti tel que OG yy. Le Moto-Réducteur (M) entraîne en rotation la manivelle (3) autour de l axe ( C, z ) tel que ( x, x d 3 ) et on note. dt La bielle (2) est liée au cockpit (1) et à la manivelle (3) par des laisons pivot d axe ( B, z ) et ( A, z ) avec ( x, x2 ) ( y, y2 ). Enfin on pose CB dx3 et BA by2. y G (1) y 2 A y x x 2 (2) O C (3) B x 3 x x Figure C1 Question 27 : Ecrire la fermeture cinématique dans le plan de la chaîne, 1, 2, 3 au point B. En déduire les 2 équations liant y, et. Question 28 : Linéariser ces relations en considérant que la manivelle (3) reste pratiquement horizontale au cours du mouvement de translation du cockpit et que la bielle (2) reste pratiquement perpendiculaire au plan du cockpit ( et petits). En déduire la relation liant y et ; montrer que la vitesse de rotation de la bielle est négligeable devant celle de la manivelle. 12 / 18

13 Caractéristiques cinétiques : Masse du cockpit : Mc Masse des manivelles : Mm Masse des bielles : Mb Moment d inertie des manivelles autour de leur axe respectif ( C i, z ) : Jm Moment d inertie des bielles autour de leur axe respectif ( G Bi, z ) : Jb Les autres masses et inerties sont considérées comme négligeables. b Position des centres de gravité des bielles : AG 2 2 y d b et des manivelles : CG 3 2 x m La liaison équivalente entre le cockpit et le bâti, réalisée par les bras avant et arrière, est supposée parfaite ainsi que toutes les autres liaisons. Figure C2 y a Liaison équivalente cockpit / bâti C m3 A 3 G x a z A 1 a G b1 A 2 C m2 C m1 C 1 G m1 B 1 Question 29 : Calculer l énergie cinétique de l ensemble mobile en fonction de y,, et des caractéristiques géométriques et cinétiques. Donner l expression de la masse équivalente du simulateur en appliquant les simplifications, et petits. Question 3 : Déterminer l expression de la puissance des moteur P m (=P m1 =P m2 =P m3 )dans le cas du mouvement de translation vertical. Valeurs numériques : Mc = 45 kg Mm = 6 kg Mb = 2 kg Jm =,5 kg.m 2 d =,5 m y =,5 m/s y = 4 m/s 2 Question 31 : En supposant que le système de compensation de la pesanteur est parfait, calculer numériquement la puissance P m à développer par chaque moteur avec et sans système de compensation. Cette réduction de puissance de l ordre de 7% justifie l intérêt du système de compensation de la pesanteur. 13 / 18

14 C.2 Dimensionnement des ressorts d équilibrage Le système de compensation de pesanteur est réalisé grâce à des ressorts de traction. Deux ressorts sont installés sur chaque manivelle (voir la photographie Figure C3). L objectif est de choisir les ressorts d équilibrage qui conviennent. Ressorts Hypothèses : - Le cockpit de 45 kg environ, exerce la même action mécanique sur chaque bielle, de norme : A 15N On ne s intéresse qu à un seul système biellemanivelle dont le poids propre des pièces est négligé devant les autres actions mécaniques. Figure C3 Question 32 : En utilisant la figure C4, déterminer par une méthode graphique l action mécanique exercée par un seul ressort, en explicitant la démarche d isolement utilisée et le(s) théorème(s) utilisé(s). Les explications pourront être accompagnées de schémas reproduisant sur la copie les points A, B, C, ou D et les tracés correspondant. Figure C4 Caractéristique des ressorts : Question 33 : Vérifier que le ressort choisi permet bien de maintenir le cockpit à l équilibre. 14 / 18

15 C.3 Analyse de l influence du jeu des réducteurs sur les performances du simulateur Le système de compensation de pesanteur induit un effet non désiré dans certaine condition de couple moteur et de jeu de denture. L objectif de cette partie est d analyser ce phénomène et d en évaluer l effet sur la perception du pilote dans le simulateur. C3-1 Etude préliminaire : analyse de la structure d un réducteur En complément des documents du dossier technique, on donne figure C5 ci-dessous une représentation en perspective éclatée du moto-réducteur à trois étages. Figure C5 Question 34 : Dans l objectif de présenter l enchaînement des contacts entre dentures, ainsi que les liaisons avec le carter, tracer en deux vues, le schéma cinématique minimal de ce réducteur (ne pas rechercher la compacité dans cette représentation). C3-2 : analyse du jeu du réducteur Chaque étage du réducteur réalise une réduction de 1/5 ; On appelle «jeu angulaire» d un étage de réducteur, l angle dont peut pivoter l arbre de sortie sous l effet d un couple de sens alterné (positif puis négatif), alors que l arbre d entrée est bloqué. Le fabricant des engrenages indique qu il peut assurer que le jeu angulaire de chacun des trois étages ne dépasse pas 8 minutes d angle ; Question 35 : Calculer (en minutes d angle) le jeu angulaire maximum du réducteur complet. 15 / 18

16 C3-3 Relation entre couple moteur, jeu et sensations ressenties par le pilote L objectif est de comprendre l influence du jeu du réducteur sur les sensations ressenties par le pilote. Pour simplifier l étude, on considère que le réducteur ne possède qu un seul étage d engrenages réalisé par les roues R1 et R2, comme présenté sur la figure C6. Cette figure présente la manivelle (3) constituée des leviers solidaires AO 1 et O 1 B, en liaison pivot de centre O 1 par rapport au bâti () ; La roue dentée (R1) est liée à la manivelle (3), et dans la suite du problème, on appelle manivelle (3) l ensemble rigide (R1+ AO 1 + O 1 B). Figure C6 La roue dentée (R1) engrène au point C avec la roue dentée (R2) qui est en liaison pivot de centre O2 par rapport au bâti () ; Le ressort de rappel (AR) accroché au point A exerce sur (3) une action Fr Fr.x On note C R2 R1 CR2R 1.z, le couple calculé en O 1 de l action mécanique exercée par le pignon (R2) sur le pignon (R1). Pour éviter les calculs fastidieux, la démarche sera conduite sur le modèle simplifié de la figure C6, avec les hypothèses complémentaires suivantes : - les leviers AO 1 et O 1 B sont orthogonaux - le réducteur est considéré comme ne possédant qu un seul étage d engrenages ; son jeu angulaire est noté j ; - la masse «Mc» du cockpit du simulateur est répartie équitablement sur les trois motoréducteurs ce qui permet de considérer que la masse appliquée en B est : Mc/3 ; toutes les autres masses et inerties sont négligées. La pesanteur est orientée selon y. - les débattements de la manivelle (3) autour de la position = sont considérés comme étant de faible amplitude et on utilisera les simplifications : cos( ) 1 ; sin( ). - les pignons (R1) et (R2) ont même rayon primitif. - les frottements sont considérés comme nuls, sauf dans la liaison pivot 3/ de centre O1, lorsque le questionnaire invite à considérer ce frottement. 16 / 18

17 On considère que le pignon (R2) est commandé en fonction du temps par le moteur, selon le mouvement sinusoïdal de la figure C7 : =,5.sin(t). Quatre phases numérotées 1,2,3,4 permettent de décrire ce mouvement. Figure C7 (rad) Figure C8 4 3,5 -,5 2 -,5 1,5 Figure C9 phase Signe de C R2 R La figure C8 présente l évolution de en fonction de dans le cas où le jeu de fonctionnement de l engrenage est nul ( j =). Question 36 : On considère pour la suite, le jeu j non nul ; reproduire quatre fois les axes (, ) de la figure C8 sur votre copie, compléter le tracé par la courbe d évolution de en fonction de, dans les quatre cas présentés ci-dessous (sur ces figures : on rappellera le numéro du cas étudié ; on prendra une valeur de,1 radian pour j ; on rappellera le numéro de la phase 1,2,3,4 sur chaque portion de courbe et on notera le sens d évolution) ; on fera précéder chaque figure par le tableau complété de l analyse du signe de C (figure C9) : R2 R1 Cas 1 : le cockpit n est pas posé, donc aucune masse n est placée en B ; le ressort n est pas accroché, donc aucune force n agit en A ; seul le frottement de la liaison pivot 3/ est pris en compte. Cas 2 : le cockpit est posé et la force de pesanteur (Mc.g/3) agit en B ; le ressort n est pas accroché, donc aucune force n agit en A ; le frottement de la liaison pivot 3/ est négligé. Cas 3 : le cockpit n est pas posé, donc aucune masse n est placée en B ; le ressort est accroché et exerce la force Fr Fr.x en A ; le frottement de la liaison pivot 3/ est négligé. Cas 4 : le cockpit est posé et la force de pesanteur (Mc.g/3) agit en B ; le ressort est accroché et exerce la force Fr Fr.x en A ; cette force de tension du ressort est réglée de telle sorte que dans la position =, son moment calculé au point O 1 s oppose parfaitement à celui de la force de pesanteur (calculé au point O 1 ) ; le frottement de la liaison pivot 3/ est négligé. Question 37 : Expliquer en une phrase comment la présence de jeu dans le réducteur, se traduit vis-à-vis des sensations du pilote. Question 38 : Donner une (des) condition (s) sur la valeur de réducteur n ait pas d influence vis-à-vis des sensations du pilote. CR2 R1 pour que le jeu du 17 / 18

18 C3-4 conditions de réglage L objectif des questions suivantes est d exprimer le couple CR2 R1 CR2R 1.z en fonction des caractéristiques du ressort AR, puis de déterminer les conditions de réglage de tension du ressort qui permettent de supprimer l influence du jeu du réducteur. L étude est toujours conduite avec le modèle simplifié présenté figure C6, et les hypothèses simplificatrices énoncées au paragraphe C3-3. On prend en compte les effets dynamiques du cockpit en plus des actions inventoriées dans les cas 1 à 4 précédents. Les frottements sont négligés. On note par : a = AO 1 ; b = O 1 B, les longueurs des leviers de la manivelle (3). Les notations à utiliser pour le ressort sont fournies figure C1 : : Longueur à vide ; x : Allongement pour rejoindre l ancrage A en position = (position pour laquelle le moment de l action du ressort s oppose parfaitement à celui de la force de pesanteur). x : valeur algébrique de l allongement supplémentaire autour de la position = ( > x > ) K : raideur d un ressort (on rappelle que deux ressort agissent au point A) Figure C1 On note y l accélération verticale du cockpit (et du point B). Question 39 : Appliquer le principe fondamental de la dynamique à la manivelle (3) et déterminer l expression du couple CR2 R1 en fonction de y, Mc,, K, et des grandeurs dimensionnelles. Valeurs numériques : y = 3 m/s 2 ; Mc = 45 kg ; K = 1 4 N/m ; =,7 m ; x =,1 m ; a =,25 m ; d =,5 m Question 4 : Tracer la courbe d évolution du couple y = +3 m/s 2 et pour y = -3 m/s 2. C en fonction de l angle, pour R2 R1 Question 41 : Proposer une autre valeur de x qui permet de supprimer l influence néfaste du jeu du réducteur ; expliquer pourquoi le choix de cette autre solution est contraire aux principes qui ont guidé la conception du simulateur «FLY-HO». Fin du questionnaire. 18 / 18

19 3f-3g-3h-3i) Moto-réducteur M1 M2 3j) Bielle Manivelle M1 2b) Ressort de traction M1 M3 1e) Ecrans DT 1 Présentation générale Les numéros sont ceux du FAST 2c) bras arrière (vu de gauche) 3a) Accéléromètre (utilisé en inclinomètre seulement) 2a) Support cockpit 3d) Armoire de câblage Contenant 3e) Variateur de vitesse Unidrive 2c) Bras avant 2c) Bras arrière + 3a) Accéléromètre 3d) Armoire de câblage Contenant 3e) Variateur de vitesse Unidrive 3b) Ordinateur 3c) Module Ethernet (TCP/ IP) de l Unidrive 1c) Manette des gaz 1d) Boutons du panneau de bord DT 1 Les éléments du simulateur 1e) Ecrans Réseau triphasé primaire 23V / 38V Transformateur abaisseur Réseau triphasé secondaire 11V / 23V 1a) Manche à balai 1b) Palonnier

20 FS1: Permettre à un pilote de s entrainer DT 2 - FAST FT11: Reproduire les commandes de vol FT12: Reproduire l environnement visuel 1a) Manche à balai 1b) Palonnier 1c) Manette des gaz 1d) Boutons du panneau de bord 1e) Ecrans FS2: Lier la cabine au sol par une structure à 3 degrés de liberté FT21: Adapter le cockpit sur le simulateur FT22: Reprendre le poids du cockpit FT24: Equilibrer le système 2a) Support cockpit 2b) Ressorts de traction 2c) Bras arrière et avant FS3: Reproduire les sensations d un avion en vol FT31: Générer la référence de l horizontalité FT32: Commander le simulateur FT33: Etablir le dialogue entre PC et Unidrive FT34: Distribuer l énergie aux moteurs FT35: Convertir énergie élec. en énergie méca. FT36: Adapter la vitesse FT37: Renseigner sur la position du rotor FT38: Freiner FT39: Transformer mvt rotation en translation 3a) Accéléromètre 3b) Ordinateur PC 3c) Module Ethernet Unidrive 3d) Armoire de câblage 3e) Variateur de vitesse Unidrive 3f) Moteur 3g) Réducteur 3h) Codeur incrémental 3i) Frein à manque de courant 3j) Système Bielle manivelle

Concours EPITA 2009 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur La suspension anti-plongée de la motocyclette BMW K1200S

Concours EPITA 2009 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur La suspension anti-plongée de la motocyclette BMW K1200S Concours EPIT 2009 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur La suspension anti-plongée de la motocyclette MW K1200S Durée : 2h. Calculatrices autorisées. Présentation du problème Le problème

Plus en détail

SCIENCES INDUSTRIELLES (S.I.)

SCIENCES INDUSTRIELLES (S.I.) SESSION 2014 PSISI07 EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PSI " SCIENCES INDUSTRIELLES (S.I.) Durée : 4 heures " N.B. : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision

Plus en détail

Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant

Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant I Présentation I.1 La roue autonome Ez-Wheel SAS est une entreprise française de technologie innovante fondée en 2009.

Plus en détail

Le Système de Récupération de l Energie Cinétique (SREC)

Le Système de Récupération de l Energie Cinétique (SREC) Concours EPITA 011 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur Le Système de Récupération de l Energie Cinétique (SREC) Tous documents interdits Calculatrice autorisée Durée : h L augmentation de

Plus en détail

SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGÉNIEUR. Partie I - Analyse système

SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGÉNIEUR. Partie I - Analyse système SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGÉNIEUR COMPORTEMENT DYNAMIQUE D UN VEHICULE AUTO-BALANCÉ DE TYPE SEGWAY Partie I - Analyse système Poignée directionnelle Barre d appui Plate-forme Photographies 1 Le support

Plus en détail

CABLECAM de HYMATOM. Figure 1 : Schéma du système câblecam et détail du moufle vu de dessus.

CABLECAM de HYMATOM. Figure 1 : Schéma du système câblecam et détail du moufle vu de dessus. CABLECAM de HYMATOM La société Hymatom conçoit et fabrique des systèmes de vidéosurveillance. Le système câblecam (figure 1) est composé d un chariot mobile sur quatre roues posé sur deux câbles porteurs

Plus en détail

S2I. La robotique au service du handicap

S2I. La robotique au service du handicap I Introduction S2I PSI 4 heures Calculatrices autorisées La robotique au service du handicap 2010 Les avancées technologiques récentes des actionneurs électriques ont permis le développement du champ d

Plus en détail

LÈVE-PERSONNE ORIOR MISE EN SITUATION.

LÈVE-PERSONNE ORIOR MISE EN SITUATION. LÈVE-PERSONNE ORIOR MISE EN SITUATION. Le lève-personne ORIOR permet de transférer en toute sécurité dans le cadre d un usage domestique une personne à mobilité réduite d un support à un autre, d un lit

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert DISQUE DUR Le sujet est composé de 8 pages et d une feuille format A3 de dessins de détails, la réponse à toutes les questions sera rédigée sur les feuilles de réponses jointes au sujet. Toutes les questions

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE ÉPREUVE DE SCIENCES DE L INGÉNIEUR ÉPREUVE DU VENDREDI 20 JUIN 2014 Session 2014 Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient 4,5 pour les candidats ayant choisi un

Plus en détail

MOTO ELECTRIQUE. CPGE / Sciences Industrielles pour l Ingénieur TD06_08 Moto électrique DIAGRAMME DES INTER-ACTEURS UTILISATEUR ENVIRONNEMENT HUMAIN

MOTO ELECTRIQUE. CPGE / Sciences Industrielles pour l Ingénieur TD06_08 Moto électrique DIAGRAMME DES INTER-ACTEURS UTILISATEUR ENVIRONNEMENT HUMAIN MOTO ELECTRIQUE MISE EN SITUATION La moto électrique STRADA EVO 1 est fabriquée par une société SUISSE, située à LUGANO. Moyen de transport alternatif, peut-être la solution pour concilier contraintes

Plus en détail

Test : principe fondamental de la dynamique et aspect énergétique

Test : principe fondamental de la dynamique et aspect énergétique Durée : 45 minutes Objectifs Test : principe fondamental de la dynamique et aspect énergétique Projection de forces. Calcul de durée d'accélération / décélération ou d'accélération / décélération ou de

Plus en détail

Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes

Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes Problématique Le bras asservi Maxpid est issu d'un robot cueilleur de pommes. Il permet, après détection d'un fruit par un système optique,

Plus en détail

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Jouets...2 I.Voiture avec volant d'inertie réservoir d'énergie cinétique...2 A.Préliminaire...3 B.Phase 1...3 C.Phase 2...4 D.Phase

Plus en détail

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2 BTS Mécanique et Automatismes Industriels Équations différentielles d ordre, Année scolaire 005 006 . Définition Notation Dans tout ce paragraphe, y désigne une fonction de la variable réelle x. On suppose

Plus en détail

LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE

LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE 2. L EFFET GYROSCOPIQUE Les lois physiques qui régissent le mouvement des véhicules terrestres sont des lois universelles qui s appliquent

Plus en détail

1 Définition. 2 Systèmes matériels et solides. 3 Les actions mécaniques. Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble..

1 Définition. 2 Systèmes matériels et solides. 3 Les actions mécaniques. Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble.. 1 Définition GÉNÉRALITÉS Statique 1 2 Systèmes matériels et solides Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble..une pièce mais aussi un liquide ou un gaz Le solide : Il est supposé

Plus en détail

TP 7 : oscillateur de torsion

TP 7 : oscillateur de torsion TP 7 : oscillateur de torsion Objectif : étude des oscillations libres et forcées d un pendule de torsion 1 Principe général 1.1 Définition Un pendule de torsion est constitué par un fil large (métallique)

Plus en détail

uc : Cas d utilisation Top-Chair [Utilisation normale] Fauteuil Top-Chair Déplacer le fauteuil sur tous chemins «include» «include» «extend»

uc : Cas d utilisation Top-Chair [Utilisation normale] Fauteuil Top-Chair Déplacer le fauteuil sur tous chemins «include» «include» «extend» TopChair S c Première partie Présentation du système Plus d autonomie pour plus de liberté! TopChair S c offre aux personnes à mobilité réduite une nouvelle possibilité de se déplacer sans assistance à

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2008 POSITIONNEUR DE PANNEAU SOLAIRE POUR CAMPING-CAR

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2008 POSITIONNEUR DE PANNEAU SOLAIRE POUR CAMPING-CAR BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SÉRIE SCIENCES ET TECHNIQUES INDUSTRIELLES GÉNIE ÉLECTROTECHNIQUE SESSION 2008 ÉPREUVE: ÉTUDE DES CONSTRUCTIONS Durée: 4 heures Coefficient : 6 POSITIONNEUR DE PANNEAU SOLAIRE

Plus en détail

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées.

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. 1 Ce sujet aborde le phénomène d instabilité dans des systèmes dynamiques

Plus en détail

AUTOMATISME DE PORTE DE GARAGE

AUTOMATISME DE PORTE DE GARAGE BACCALAURÉAT SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES Spécialité génie électronique Session 2007 Étude des systèmes techniques industriels Durée : 6 heures coefficient : 8 AUTOMATISME DE PORTE DE GARAGE

Plus en détail

Épreuve E5 : Conception détaillée. Sous-épreuve E51 : Conception détaillée d une chaîne fonctionnelle

Épreuve E5 : Conception détaillée. Sous-épreuve E51 : Conception détaillée d une chaîne fonctionnelle BTS Conception et Réalisation de Systèmes Automatiques Épreuve E5 : Conception détaillée Sous-épreuve E51 : Conception détaillée d une chaîne fonctionnelle Session 2013 Durée : 4 h Coefficient : 3 Matériel

Plus en détail

S2I. Analyse sanguine automatisée

S2I. Analyse sanguine automatisée I S2I MP 3 heures Calculatrices autorisées Analyse sanguine automatisée Problématique de l analyse sanguine 2010 L évolution des connaissances associées à l analyse sanguine a conduit à l amélioration

Plus en détail

10 leçon 2. Leçon n 2 : Contact entre deux solides. Frottement de glissement. Exemples. (PC ou 1 er CU)

10 leçon 2. Leçon n 2 : Contact entre deux solides. Frottement de glissement. Exemples. (PC ou 1 er CU) 0 leçon 2 Leçon n 2 : Contact entre deu solides Frottement de glissement Eemples (PC ou er CU) Introduction Contact entre deu solides Liaisons de contact 2 Contact ponctuel 2 Frottement de glissement 2

Plus en détail

Le sujet comporte les documents suivants :

Le sujet comporte les documents suivants : Le sujet comporte les documents suivants : - le texte du sujet qui comprend 24 pages numérotées de 1/24 à 24/24, - quatre documents annexes numérotés annexe 1, 2, 3 et 4, - quatre documents réponses numérotés

Plus en détail

S2I 1. Récupération de l énergie de la houle marine : Système SEAREV (Système Électrique Autonome de Récupération de l Énergie des Vagues)

S2I 1. Récupération de l énergie de la houle marine : Système SEAREV (Système Électrique Autonome de Récupération de l Énergie des Vagues) TSI 4 heures Calculatrices autorisées 2011 S2I 1 Récupération de l énergie de la houle marine : Système SEAREV (Système Électrique Autonome de Récupération de l Énergie des Vagues) Les ressources en énergie

Plus en détail

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation.

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation. Comment régler la vitesse d un moteur électrique?. Comment régler la vitesse d un moteur à courant continu? Capacités Connaissances Exemples d activités Connaître le modèle équivalent simplifié de l induit

Plus en détail

Induction électromagnétique

Induction électromagnétique Induction électromagnétique Sommaire I) Théorie de l induction électromagnétique..2 A. Introduction 2 B. Notion de force électromotrice 3 C. Loi de Faraday..5 D. Quelques applications.7 Spire circulaire

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX Coefficient 8 Durée 4 heures Aucun document autorisé Calculatrice

Plus en détail

Les sources : Sujet concours Centrale- Supelec. Sujet TIPE. Sujet de Travaux pratiques du Lycée Chaptal Saint Brieuc.

Les sources : Sujet concours Centrale- Supelec. Sujet TIPE. Sujet de Travaux pratiques du Lycée Chaptal Saint Brieuc. Ce sujet s inspire volontairement de plusieurs sujets proposés ces dernières années pour d autres concours. Le but est de montrer avant tout, la philosophie de l interrogation de manipulation de sciences

Plus en détail

Information. BASES LITTERAIRES Etre capable de répondre à une question du type «la valeur trouvée respecte t-elle le cahier des charges?

Information. BASES LITTERAIRES Etre capable de répondre à une question du type «la valeur trouvée respecte t-elle le cahier des charges? Compétences générales Avoir des piles neuves, ou récentes dans sa machine à calculer. Etre capable de retrouver instantanément une info dans sa machine. Prendre une bouteille d eau. Prendre CNI + convocation.

Plus en détail

Mécanique. 1 Forces. 1.1 Rappel. 1.2 Mesurer des forces. 3BC - AL Mécanique 1

Mécanique. 1 Forces. 1.1 Rappel. 1.2 Mesurer des forces. 3BC - AL Mécanique 1 3BC - AL Mécanique 1 Mécanique 1 Forces 1.1 Rappel Pour décrire les effets d une force, nous devons préciser toutes ses propriétés : son point d application ; sa droite d action, c est-à-dire sa direction

Plus en détail

FICHES D AIDE POUR L UTILISATION DU LOGICIEL

FICHES D AIDE POUR L UTILISATION DU LOGICIEL FICHES D AIDE POUR L UTILISATION DU LOGICIEL MECA 3D Travailler avec Méca 3D Effectuer un calcul mécanique Simuler le mouvement d un mécanisme Afficher une courbe de résultats Ajouter un effort (force

Plus en détail

CONCOURS COMMUNS POLYTECHNIQUES

CONCOURS COMMUNS POLYTECHNIQUES CONCOURS COMMUNS POLYTECHNIQUES SYSTÈME DE LEVAGE À MULTIPLES COLONNES Les sociétés de transports publics des grandes agglomérations gèrent des réseaux comportant des bus et/ou des tramways. Ces sociétés

Plus en détail

SEO 200. Banc d étude du positionnement angulaire d une éolienne face au vent DESCRIPTIF APPLICATIONS PEDAGOGIQUES

SEO 200. Banc d étude du positionnement angulaire d une éolienne face au vent DESCRIPTIF APPLICATIONS PEDAGOGIQUES Banc d étude du positionnement angulaire d une éolienne face au vent DESCRIPTIF Le banc SEO 200 permet d étudier et de paramétrer les boucles d asservissement de vitesse et position d une nacelle d éolienne

Plus en détail

1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h)

1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h) Problèmes IPhO 2012 1 NOM : PRENOM : LYCEE : 1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h) Nous souhaitons dans ce problème aborder quelques aspects de la conception d un avion solaire autonome. Les

Plus en détail

Système à enseigner : Robot M.I.M.I. MultipodeIntelligent à Mobilité Interactive. Version 1.0

Système à enseigner : Robot M.I.M.I. MultipodeIntelligent à Mobilité Interactive. Version 1.0 Système à enseigner : Robot M.I.M.I. MultipodeIntelligent à Mobilité Interactive Sommaire - Le Robot M.I.M.I. (Multipode Intelligent à Mobilité Interactive) - Présentation du Système à Enseigner. - Composition

Plus en détail

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X INTRODUCTION La conception d'un mécanisme en vue de sa réalisation industrielle comporte plusieurs étapes. Avant d'aboutir à la maquette numérique du produit définitif, il est nécessaire d'effectuer une

Plus en détail

par Jacques DURANDEAU Ingénieur de l École Nationale Supérieure d Arts et Métiers Directeur de SETRADEX Conseil

par Jacques DURANDEAU Ingénieur de l École Nationale Supérieure d Arts et Métiers Directeur de SETRADEX Conseil Escaliers mécaniques Trottoirs roulants par Jacques DURANDEAU Ingénieur de l École Nationale Supérieure d Arts et Métiers Directeur de SETRADEX Conseil 1. Définitions... C 3 726-2 2. Constitution... 3

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE Épreuve de sciences de l ingénieur Session 2013 Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient 4,5 pour les candidats ayant choisi un enseignement de spécialité autre

Plus en détail

Equipement d un forage d eau potable

Equipement d un forage d eau potable Equipement d un d eau potable Mise en situation La Société des Sources de Soultzmatt est une Société d Economie Mixte (SEM) dont l activité est l extraction et l embouteillage d eau de source en vue de

Plus en détail

Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide

Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide I Rappels : Référentiel : Le mouvement d un corps est décris par rapport à un corps de référence et dépend du choix de ce corps. Ce corps de référence

Plus en détail

MOTORISATION DIRECTDRIVE POUR NOS TELESCOPES. Par C.CAVADORE ALCOR-SYSTEM WETAL 2013 10 Nov

MOTORISATION DIRECTDRIVE POUR NOS TELESCOPES. Par C.CAVADORE ALCOR-SYSTEM WETAL 2013 10 Nov 1 MOTORISATION DIRECTDRIVE POUR NOS TELESCOPES Par C.CAVADORE ALCOR-SYSTEM WETAL 2013 10 Nov Pourquoi motoriser un télescope? 2 Pour compenser le mouvement de la terre (15 /h) Observation visuelle Les

Plus en détail

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.hometownroofingcontractors.com/blog/9-reasons-diy-rednecks-should-never-fix-their-own-roof

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.hometownroofingcontractors.com/blog/9-reasons-diy-rednecks-should-never-fix-their-own-roof Une échelle est appuyée sur un mur. S il n y a que la friction statique avec le sol, quel est l angle minimum possible entre le sol et l échelle pour que l échelle ne glisse pas et tombe au sol? www.hometownroofingcontractors.com/blog/9-reasons-diy-rednecks-should-never-fix-their-own-roof

Plus en détail

Problèmes sur le chapitre 5

Problèmes sur le chapitre 5 Problèmes sur le chapitre 5 (Version du 13 janvier 2015 (10h38)) 501 Le calcul des réactions d appui dans les problèmes schématisés ci-dessous est-il possible par les équations de la statique Si oui, écrire

Plus en détail

Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés 1A ISMIN

Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés 1A ISMIN Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés Travaux dirigés, Automatique linéaire 1 J.M. Dutertre 2014 TD 1 Introduction, modélisation, outils. Exercice 1.1 : Calcul de la réponse d un 2 nd ordre à une rampe

Plus en détail

LA PUISSANCE DES MOTEURS. Avez-vous déjà feuilleté le catalogue d un grand constructeur automobile?

LA PUISSANCE DES MOTEURS. Avez-vous déjà feuilleté le catalogue d un grand constructeur automobile? LA PUISSANCE DES MOTEURS Avez-vous déjà feuilleté le catalogue d un grand constructeur automobile? Chaque modèle y est décliné en plusieurs versions, les différences portant essentiellement sur la puissance

Plus en détail

Mouvement et vitesse . A A B

Mouvement et vitesse . A A B Chapitre 1 Mouvement et vitesse I/ Caractère relatif d'un mouvement Le mouvement d'un objet est décrit par rapport à un autre objet qui sert de référence ( le référentiel) exemple : assis dans une voiture

Plus en détail

Exercice 1. Exercice n 1 : Déséquilibre mécanique

Exercice 1. Exercice n 1 : Déséquilibre mécanique Exercice 1 1. a) Un mobile peut-il avoir une accélération non nulle à un instant où sa vitesse est nulle? donner un exemple illustrant la réponse. b) Un mobile peut-il avoir une accélération de direction

Plus en détail

Le DEFI SOLAIRE. Véhicule Solaire

Le DEFI SOLAIRE. Véhicule Solaire Le DEFI SOLAIRE Véhicule Solaire Sommaire : Partie 1 Présentation du projet Introduction La voiture solaire, qu est ce que c est? Notre démarche Présentation du concours Cahier des charges Analyse fonctionnelle

Plus en détail

Q6 : Comment calcule t-on l intensité sonore à partir du niveau d intensité?

Q6 : Comment calcule t-on l intensité sonore à partir du niveau d intensité? EXERCICE 1 : QUESTION DE COURS Q1 : Qu est ce qu une onde progressive? Q2 : Qu est ce qu une onde mécanique? Q3 : Qu elle est la condition pour qu une onde soit diffractée? Q4 : Quelles sont les différentes

Plus en détail

TP2 ACTIVITE ITEC. Centre d intérêt : AUBE D UN MIRAGE 2000 COMPORTEMENT D UNE PIECE. Documents : Sujet Projet Dossier technique - Document réponse.

TP2 ACTIVITE ITEC. Centre d intérêt : AUBE D UN MIRAGE 2000 COMPORTEMENT D UNE PIECE. Documents : Sujet Projet Dossier technique - Document réponse. ACTIVITE ITEC TP2 Durée : 2H Centre d intérêt : COMPORTEMENT D UNE PIECE AUBE D UN MIRAGE 2000 BA133 COMPETENCES TERMINALES ATTENDUES NIVEAU D ACQUISITION 1 2 3 * * Rendre compte de son travail par écrit.

Plus en détail

ANALYSE FONCTIONNELLE INTERNE DEVOIR LIBRE

ANALYSE FONCTIONNELLE INTERNE DEVOIR LIBRE I INTRODUCTION : 1) Citer la fonction globale des systèmes suivants : Scooter : Marteau : Grille pain : Téléphone portable : Agrafeuse : 2) De quelle famille font partie les systèmes suivants? DM Etude

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

TP N 9 : VOITURE RADIOCOMMANDÉE (1) ETT 2.1.1

TP N 9 : VOITURE RADIOCOMMANDÉE (1) ETT 2.1.1 Centres d'intérêt abordés Niveau d analyse Énergie Comportemental Objectifs pédagogiques Connaissances Activités (4 H) 2.1.1 Organisation fonctionnelle d une chaîne d énergie Production d énergie électrique

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE ÉPREUVE DE SCIENCES DE L INGÉNIEUR Session 2014 Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient 4,5 pour les candidats ayant choisi un enseignement de spécialité autre

Plus en détail

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS David Ryckelynck Centre des Matériaux, Mines ParisTech David.Ryckelynck@mines-paristech.fr Bibliographie : Stabilité et mécanique non linéaire,

Plus en détail

GUIDE D UTILISATION «MECA PRO» Etude de l équilibre d un solide soumis à trois forces

GUIDE D UTILISATION «MECA PRO» Etude de l équilibre d un solide soumis à trois forces GUIDE D UTILISATION «MECA PRO» Etude de l équilibre d un solide soumis à trois forces Etude de l équilibre d un solide soumis à trois forces non parallèles Si un solide soumis à l'action de 3 forces A

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGÉNIEUR

SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGÉNIEUR SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGÉNIEUR Calculatrices autorisées. Système d ouverture de TGV Le sujet comprend : 11 pages dactylographiées ; 2 annexes ; 1 document réponse. Objet de l'étude Le transport

Plus en détail

TD : Oscillateur harmonique

TD : Oscillateur harmonique TD : Oscillateur harmonique Observation du chromosome X par microscopie à force atomique. À gauche : nanoparticules observées par microscopie à force atomique (AFM, SP1-P2). Image du Dr. K. Raghuraman

Plus en détail

Corrigé Exercice 1 : BRIDE HYDRAULIQUE AVEC HYPOTHÈSE PROBLÈME PLAN.

Corrigé Exercice 1 : BRIDE HYDRAULIQUE AVEC HYPOTHÈSE PROBLÈME PLAN. TD 6 corrigé - PFS Résolution analytique (Loi entrée-sortie statique) Page 1/1 Corrigé Exercice 1 : BRIDE HYDRAULIQUE AVEC HYPOTHÈSE PROBLÈME PLAN. Question : Réaliser le graphe de structure, puis compléter

Plus en détail

TS Physique Satellite à la recherche de sa planète Exercice résolu

TS Physique Satellite à la recherche de sa planète Exercice résolu P a g e 1 Phsique atellite à la recherche de sa planète Exercice résolu Enoncé Le centre spatial de Kourou a lancé le 1 décembre 005, avec une fusée Ariane 5, un satellite de météorologie de seconde génération

Plus en détail

M6 MOMENT CINÉTIQUE D UN POINT MATÉRIEL

M6 MOMENT CINÉTIQUE D UN POINT MATÉRIEL M6 MOMENT CINÉTIQUE D UN POINT MATÉRIEL OBJECTIFS Jusqu à présent, nous avons rencontré deux méthodes pour obtenir l équation du mouvement d un point matériel : - l utilisation du P.F.D. - et celle du

Plus en détail

Instrumentation électronique

Instrumentation électronique Instrumentation électronique Le cours d électrocinétique donne lieu à de nombreuses études expérimentales : tracé de caractéristiques statique et dynamique de dipôles, étude des régimes transitoire et

Plus en détail

Maison DÔME. BACCALAUREAT GENERAL SESSION 2010 Série S SI. ETUDE D UN SYSTEME PLURITECHNIQUE Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 4.

Maison DÔME. BACCALAUREAT GENERAL SESSION 2010 Série S SI. ETUDE D UN SYSTEME PLURITECHNIQUE Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 4. BACCALAUREAT GENERAL SESSION 2010 Série S SI ETUDE D UN SYSTEME PLURITECHNIQUE Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 4 Aucun document n est autorisé. Le matériel autorisé comprend toutes les calculettes

Plus en détail

1 Définition. 2 Modélisation des actions mécaniques. On appelle action mécanique toute cause susceptible de : - maintenir un corps au repos

1 Définition. 2 Modélisation des actions mécaniques. On appelle action mécanique toute cause susceptible de : - maintenir un corps au repos 1 Définition On appelle action mécanique toute cause susceptible de : - maintenir un corps au repos - créer ou modifier un mouvement - déformer un corps odélisation des actions mécaniques.1. Notion de

Plus en détail

Conseil au candidat :

Conseil au candidat : SESSION DE 2006 CA/PLP CONCOURS EXTERNE Section : GENIE MECANIQUE Option : MAINTENANCE DES SYSTEMES MECANIQUES AUTOMATISES EPREUVE D ADMISSIBILITE ETUDE D UN SYSTEME ET / OU D UN PROCESSUS TECHNIQUE Durée

Plus en détail

La détermination de l accélération d une sphère métallique à l aide de 21 mesures pendant un parcours dans le plan incliné enregistré par le MOTU 828

La détermination de l accélération d une sphère métallique à l aide de 21 mesures pendant un parcours dans le plan incliné enregistré par le MOTU 828 La détermination de l accélération d une sphère métallique à l aide de 21 mesures pendant un parcours dans le plan incliné enregistré par le MOTU 828 de Dr Franz Raemy septembre 2010 Introduction de l

Plus en détail

Réponds. Réponds. questions. questions. détermine la relation entre le poids et la masse d un objet

Réponds. Réponds. questions. questions. détermine la relation entre le poids et la masse d un objet ( P P B P C bjectifs distinguer le poids et la masse d un objet utiliser la relation de proportionnalité entre le poids et la masse énoncer et utiliser la condition d équilibre d un solide soumis à deux

Plus en détail

2105-2110 mm 1695 mm. 990 mm Porte-à-faux avant. Modèle de cabine / équipage Small, simple / 3. Codage 46804211 46804311 46804511

2105-2110 mm 1695 mm. 990 mm Porte-à-faux avant. Modèle de cabine / équipage Small, simple / 3. Codage 46804211 46804311 46804511 CANTER 3S13 2105-2110 mm 1695 mm 990 mm Porte-à-faux avant 3500 3995 4985 Longueur max. de carrosserie** 2500 2800 3400 Empattement 4635 4985 5785 Longueur hors tout Masses/dimensions Modèle 3S13 Modèle

Plus en détail

Le moteur asynchrone triphasé

Le moteur asynchrone triphasé Cours d Electricité 2 Électrotechnique Le moteur asynchrone triphasé I.U.T Mesures Physiques Université Montpellier 2 Année universitaire 2008-2009 Table des matières 1 Définition et description 2 2 Principe

Plus en détail

Concours de recrutement interne PLP 2009

Concours de recrutement interne PLP 2009 Concours de recrutement interne PLP 2009 Le sujet est constitué de quatre exercices indépendants. Le premier exercice, de nature pédagogique au niveau du baccalauréat professionnel, porte sur le flocon

Plus en détail

SUIVEUR SOLAIRE : Informations complémentaires

SUIVEUR SOLAIRE : Informations complémentaires SUIVEUR SOLAIRE : Informations complémentaires IMPORTANT : L objectif de la présente note technique n est pas de se substituer à l ouvrage «Alimentation électrique de sites isolés» mais de fournir des

Plus en détail

Chapitre 0 Introduction à la cinématique

Chapitre 0 Introduction à la cinématique Chapitre 0 Introduction à la cinématique Plan Vitesse, accélération Coordonnées polaires Exercices corrigés Vitesse, Accélération La cinématique est l étude du mouvement Elle suppose donc l existence à

Plus en détail

Chap 8 - TEMPS & RELATIVITE RESTREINTE

Chap 8 - TEMPS & RELATIVITE RESTREINTE Chap 8 - TEMPS & RELATIVITE RESTREINTE Exercice 0 page 9 On considère deux évènements E et E Référentiel propre, R : la Terre. Dans ce référentiel, les deux évènements ont lieu au même endroit. La durée

Plus en détail

Caractéristiques des ondes

Caractéristiques des ondes Caractéristiques des ondes Chapitre Activités 1 Ondes progressives à une dimension (p 38) A Analyse qualitative d une onde b Fin de la Début de la 1 L onde est progressive puisque la perturbation se déplace

Plus en détail

Conversion électronique statique

Conversion électronique statique Conversion électronique statique Sommaire I) Généralités.2 A. Intérêts de la conversion électronique de puissance 2 B. Sources idéales.3 C. Composants électroniques..5 II) III) Hacheurs..7 A. Hacheur série

Plus en détail

Objectifs : Notion de rendement. 1 ère GMB Technologie Les performances moteur 1 / 14

Objectifs : Notion de rendement. 1 ère GMB Technologie Les performances moteur 1 / 14 1 ère GMB Technologie Les performances moteur 1 / 14 Les performances moteur Objectifs : L élève devra être capable de : Définir et calculer un rendement global du moteur ; Citer les paramètres influents

Plus en détail

Nom : Groupe : Date : 1. Quels sont les deux types de dessins les plus utilisés en technologie?

Nom : Groupe : Date : 1. Quels sont les deux types de dessins les plus utilisés en technologie? Nom : Groupe : Date : Verdict Chapitre 11 1 La communication graphique Pages 336 et 337 1. Quels sont les deux types de dessins les plus utilisés en technologie? Les dessins de fabrication. Les schémas.

Plus en détail

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 Pour faciliter la correction et la surveillance, merci de répondre aux 3 questions sur des feuilles différentes et d'écrire immédiatement votre nom sur toutes

Plus en détail

SEANCE 4 : MECANIQUE THEOREMES FONDAMENTAUX

SEANCE 4 : MECANIQUE THEOREMES FONDAMENTAUX SEANCE 4 : MECANIQUE THEOREMES FONDAMENTAUX 1. EXPERIENCE 1 : APPLICATION DE LA LOI FONDAMENTALE DE LA DYNAMIQUE a) On incline d un angle α la table à digitaliser (deuxième ou troisième cran de la table).

Plus en détail

SOUS EPREUVE E51 MODELISATION ET COMPORTEMENT DES PRODUITS INDUSTRIELS

SOUS EPREUVE E51 MODELISATION ET COMPORTEMENT DES PRODUITS INDUSTRIELS BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR CONCEPTION DE PRODUITS INDUSTRIELS SESSION 214 ETUDE DE PRODUITS INDUSTRIELS SOUS EPREUVE E51 MODELISATION ET COMPORTEMENT DES PRODUITS INDUSTRIELS Durée : 4 heures Aucun

Plus en détail

Session de Juillet 2001. Durée 2 H Documents interdits.

Session de Juillet 2001. Durée 2 H Documents interdits. Session de Juillet 2001 Durée 2 H Documents interdits. Exercice 1 : Oscillations forcées de dipôles électriques Lors d une séance de travaux pratiques, les élèves sont conduits à étudier les dipôles en

Plus en détail

Les moments de force. Ci-contre, un schéma du submersible MIR où l on voit les bras articulés pour la récolte d échantillons [ 1 ]

Les moments de force. Ci-contre, un schéma du submersible MIR où l on voit les bras articulés pour la récolte d échantillons [ 1 ] Les moments de force Les submersibles Mir peuvent plonger à 6 000 mètres, rester en immersion une vingtaine d heures et abriter 3 personnes (le pilote et deux observateurs), dans une sphère pressurisée

Plus en détail

TP filtres électriques

TP filtres électriques P filtres électriques Objectif : Étudier les caractéristiques de gain et de phase de quelques filtres classiques 1 Introduction oute cette partie est informative : la non compréhension de certains paragraphes

Plus en détail

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES A 99 PHYS. II ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE,

Plus en détail

DM n o 8 TS1 2012 Physique 10 (satellites) + Chimie 12 (catalyse) Exercice 1 Lancement d un satellite météorologique

DM n o 8 TS1 2012 Physique 10 (satellites) + Chimie 12 (catalyse) Exercice 1 Lancement d un satellite météorologique DM n o 8 TS1 2012 Physique 10 (satellites) + Chimie 12 (catalyse) Exercice 1 Lancement d un satellite météorologique Le centre spatial de Kourou a lancé le 21 décembre 200, avec une fusée Ariane, un satellite

Plus en détail

EXEMPLE DE CALCUL D UNE MISSION AVION

EXEMPLE DE CALCUL D UNE MISSION AVION EXEMPLE DE CALCUL D UNE MISSION AVION On considère un Boeing 747 dont la masse maxi au décollage est de 383000 kg. Il est propulsé par quatre turboréacteurs et réalise quotidiennement des missions de type

Plus en détail

(Exemple ici de calcul pour une Ducati 748 biposto, et également pour un S2R1000, équipé d un disque acier en fond de cloche, et ressorts d origine)

(Exemple ici de calcul pour une Ducati 748 biposto, et également pour un S2R1000, équipé d un disque acier en fond de cloche, et ressorts d origine) Analyse de la charge transmise aux roulements de la roue dentée, notamment en rajoutant les efforts axiaux dus aux ressorts de l embrayage (via la cloche) (Exemple ici de calcul pour une Ducati 748 biposto,

Plus en détail

Monte charge de cuisine PRESENTATION DU MONTE CHARGE

Monte charge de cuisine PRESENTATION DU MONTE CHARGE Nom.. Prénom.. Monte charge de cuisine Réalisation /0 Mise en service /0 Dépannage /0 PRESENTATION DU MONTE CHARGE M ~ S0 (Atu) S (appel pour monter) S (descente) H (descendez les déchets S.V.P.!) Sh Salle

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ANALYSIS OF THE EFFICIENCY OF GEOGRIDS TO PREVENT A LOCAL COLLAPSE OF A ROAD Céline BOURDEAU et Daniel BILLAUX Itasca

Plus en détail

Chafa Azzedine - Faculté de Physique U.S.T.H.B 1

Chafa Azzedine - Faculté de Physique U.S.T.H.B 1 Chafa Azzedine - Faculté de Physique U.S.T.H.B 1 Définition: La cinématique est une branche de la mécanique qui étudie les mouements des corps dans l espace en fonction du temps indépendamment des causes

Plus en détail

TUTORIAL 1 ETUDE D UN MODELE SIMPLIFIE DE PORTIQUE PLAN ARTICULE

TUTORIAL 1 ETUDE D UN MODELE SIMPLIFIE DE PORTIQUE PLAN ARTICULE TUTORIAL 1 ETUDE D UN MODELE SIMPLIFIE DE PORTIQUE PLAN ARTICULE L'objectif de ce tutorial est de décrire les différentes étapes dans CASTOR Concept / FEM permettant d'effectuer l'analyse statique d'une

Plus en détail

Système de Vidéosurveillance

Système de Vidéosurveillance Système de Vidéosurveillance Systèmes Electroniques Numériques Lycée Professionnel Louis Lumière Contenu Mise en situation... 2 Cahier des charges... 2 Appropriation du matériel... 3 Caméra vidéo... 3

Plus en détail

MATIE RE DU COURS DE PHYSIQUE

MATIE RE DU COURS DE PHYSIQUE MATIE RE DU COURS DE PHYSIQUE Titulaire : A. Rauw 5h/semaine 1) MÉCANIQUE a) Cinématique ii) Référentiel Relativité des notions de repos et mouvement Relativité de la notion de trajectoire Référentiel

Plus en détail

Casisa Anthony DOSSIER PERSONNEL

Casisa Anthony DOSSIER PERSONNEL Casisa Anthony TSSI DOSSIER PERSONNEL Année scolaire 2012-2013 La voiture solaire I) Planification 1) Introduction Dans le cadre du Projet Pluridisciplinaire Encadré en classe de Terminale SSI, nous avons

Plus en détail

Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition. Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 10 11 m 3 kg 1 s 2

Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition. Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 10 11 m 3 kg 1 s 2 Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 1 11 m 3 kg 1 s 2 Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition Page xxv (dernier tiers de page) le terme de Coriolis est supérieur à 1% du poids) Chapitre 1 Page

Plus en détail