Rapport de la Médiatrice Bureau international du Travail Genève

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport de la Médiatrice 2006. Bureau international du Travail Genève"

Transcription

1 Rapport de la Médiatrice 2006 Bureau international du Travail Genève

2 Rapport de la médiatrice (1 er janvier 31 décembre 2006) L actuelle médiatrice a d abord été nommée à titre intérimaire (pour la période allant du 2 janvier au 30 avril 2006) avant de se voir offrir un contrat à durée déterminée jusqu au 31 décembre 2007 (son mandat est joint au présent document en tant qu annexe I). I. Rôle du médiateur Le rôle et les fonctions du médiateur peuvent être définis en gros comme suit: Rapprocher des points de vue divergents et régler des différends et des conflits: ce travail se fait essentiellement par la médiation, y compris par la résolution des conflits et la recherche de solutions mutuellement acceptables aux différends qui surviennent sur le lieu de travail. Collaborer avec les directeurs, les équipes et les départements afin de prévenir ou de désamorcer les conflits, ou de trouver des solutions aux problèmes potentiels à un stade aussi précoce que possible. Faire remonter l information, si nécessaire: il s agit d informer les directeurs sur les problèmes pertinents qui pourraient devoir être traités au sein de leurs unités/départements. On notera que seuls les problèmes, et non les cas individuels, sont portés à la connaissance du directeur, ce qui permet au médiateur de préserver la confidentialité. Les cas individuels ne sont discutés que si le fonctionnaire en fait expressément la demande au médiateur. Le rôle du médiateur est trop souvent interprété au sens le plus étroit du terme, à savoir comme une médiation entre deux ou plusieurs personnes et/ou groupes, ce qui est totalement faux. En plus de la médiation, le bureau du médiateur peut et doit offrir un large éventail de services, comme d explorer les solutions et/ou stratégies possibles qui peuvent être utilisées pour régler un problème, en travaillant avec les directeurs qui sont confrontés à une situation conflictuelle ou à des difficultés avec un fonctionnaire, de donner des conseils personnalisés, d orienter une personne vers les services d appui compétents (services médicaux, bien-être, HRD, etc.) et, ce qui est peut-être le plus important, d offrir une écoute active aux membres du personnel qui ont besoin de discuter dans un environnement confidentiel et neutre de ce qu ils perçoivent comme un problème. De plus, la médiatrice a servi de conciliatrice à un certain nombre d ateliers de formation d équipes: la formation d équipes, qui ne fait peut-être pas partie du mandat de la médiatrice au sens strict du terme, n en est pas moins une stratégie préventive, car avec une bonne équipe de travail et un bon esprit d équipe on peut éviter des conflits et améliorer la productivité. II. Principes de travail Le médiateur est indépendant et, en tant que partie neutre désignée, il protège le caractère confidentiel très strict des questions qui sont portées à sa connaissance. Le médiateur n a pas de pouvoir décisionnel, mais il fait des suggestions ou des recommandations, selon le cas, pour résoudre des conflits. 2

3 Lorsqu il intervient pour résoudre un conflit ou dans une médiation, le médiateur n agit pas comme défenseur de l une ou l autre partie. Contrairement à une idée fausse qui est malheureusement trop répandue, le médiateur n est pas le défenseur du plaignant. Le caractère informel du travail du médiateur est un principe extrêmement important, et même fondamental. Non seulement il doit agir de manière neutre, confidentielle et indépendante, mais il s efforce également de résoudre les conflits ou de trouver des solutions acceptables en faisant appel à des processus informels: c est une solution différente des mécanismes formels, aucun enregistrement n est conservé et le bureau du médiateur n utilise aucune protection formelle. Une fois l affaire réglée, le médiateur assure également le suivi pendant quelques mois encore pour s assurer que le conflit n a pas resurgi et, dans le cas contraire, pour encourager les parties à poursuivre la médiation. III. Profil du personnel qui a eu recours au bureau du médiateur En 2006, le bureau du médiateur a reçu 121 fonctionnaires du siège et a été consulté (par courrier électronique ou par téléphone) par 18 fonctionnaires des bureaux régionaux/sous-régionaux/de pays, soit 139 personnes en tout. Il y a eu, en moyenne, quatre contacts par affaire (si l on compte les collègues et/ou responsables hiérarchiques que le médiateur a consultés et/ou avec lesquels il a discuté de la situation à la demande des fonctionnaires). Grade Personnel SG: 68,3% Personnel SO: 31,7% On notera que la répartition par grade du personnel qui a consulté le bureau du médiateur a changé par rapport à ce qu elle était en 2005: le personnel SO s élevait à 66 pour cent et le personnel SG à 34 pour cent, ce qui constitue un renversement presque total par rapport à

4 Siège/bureaux extérieurs Siège: 87% Bureaux extérieurs: 13% Grade et répartition entre les sexes Femmes des services organiques: 22,3% Hommes des services organiques: 9,3% Femmes des services généraux: 57% Hommes des services généraux: 11,4% Comme le montre le graphique ci-dessus, il y a un très gros déséquilibre dans la composition par sexe du personnel qui a consulté la médiatrice, surtout pour ce qui est des services généraux. Cela peut s expliquer en partie par le fait que les femmes constituent la majorité des membres du personnel d appui (secrétaires/administratifs). Par rapport à 2005, il y a eu une augmentation du nombre de femmes, avec 79,3 pour cent en 2006, contre 57 pour cent l année précédente. IV. Questions traitées Beaucoup de fonctionnaires ont soumis des questions multiples, ce qui pourrait s expliquer par le fait qu ils n ont contacté la médiatrice qu à un stade avancé du conflit. On a souvent du mal à admettre qu une discussion au sujet d une situation négative ou conflictuelle peut être bénéfique, et pourtant plus on laisse traîner les choses et plus les problèmes s accumulent, aggravant ainsi l impact négatif sur les collègues et sur la productivité. 4

5 Il est difficile de classer par catégorie les questions qui ont été posées. Ainsi qu il a été dit plus haut, rares sont les fonctionnaires qui viennent voir le médiateur pour une seule et unique question. Cela commence parfois par un conflit culturel qui se transforme peu à peu en un conflit interpersonnel qui, s il n est pas réglé au tout début, risque de dégénérer et d impliquer d autres collègues. On peut cependant distinguer les catégories de cas suivantes: les problèmes interpersonnelles: cela comprend les conflits de personnalité, les incompréhensions d ordre culturel et/ou questions culturelles, le style de gestion et une absence de respect (de la part d un supérieur hiérarchique comme de la part d un pair); le manque de reconnaissance; le manque de communication/de consultation: une information insuffisante, pas d échange d informations, aucune réaction ou une réaction qui tarde à venir de la part d un supérieur hiérarchique ou d un pair; le code de conduite: harcèlement, représailles; le stress et/ou le besoin de se confier à une oreille attentive: les fonctionnaires qui veulent discuter ouvertement d une question/situation et qui savent qu ils peuvent le faire en toute confidentialité ou qui veulent qu une personne neutre les aide à y voir plus clair dans leurs pensées et leurs sentiments. Catégories de cas (en pourcentage) Discuter des questions gestionnelles: 9% Harcèlement sexuel: 2% Conduite:13% Problèmes de communication:17% Problèmes interpersonnels: 59% 5

6 Comme le montre le graphique ci-dessus, la majorité des cas qui sont portés à la connaissance du bureau du médiateur sont des problèmes interpersonnels. C est pourquoi les services fournis par la médiatrice consistaient essentiellement à écouter les personnes et à les aider à y voir plus clair, à explorer les meilleures options et/ou solutions possibles et à leur fournir l appui et l encouragement dont elles avaient besoin. Ce soutien et cet encouragement constituent une partie importante de la fonction de médiateur: il arrive souvent qu une personne veuille gérer elle-même une situation difficile, et ne demande rien d autre qu une stratégie qui lui permette de régler son problème. Lorsque c est le cas, après avoir écouté et discuté du problème, et après avoir exploré les différentes options ou stratégies avec le fonctionnaire, le médiateur fait faire un jeu de rôle en s appuyant sur le scénario choisi par cette personne. Les jeux de rôle sont à la fois un moyen de se tester en obtenant une réponse immédiate et un outil pour reprendre confiance en soi. Il arrive, cependant, que la médiatrice soit chargée de prendre contact avec une ou plusieurs tierces parties: cela débouche le plus souvent sur une médiation entre les individus ou au sein des groupes concernés. Après avoir pris contact avec toutes les parties intéressées et avoir analysé la situation, la médiatrice fait des suggestions pertinentes pour essayer de désamorcer le conflit et/ou d obtenir une meilleure communication et une meilleure entente. Il est encourageant de noter que l offre de médiation n a jamais été rejetée, bien qu il n y ait aucune obligation. On a pu constater parmi les directeurs/supérieurs hiérarchiques une tendance extrêmement positive à recourir au bureau du médiateur, qui prenait parfois la forme d une orientation directe, un directeur suggérant à un ou plusieurs fonctionnaires de consulter la médiatrice, ou venant s entretenir avec la médiatrice d une situation précise et discuter des stratégies/options à utiliser pour régler le problème. Il importe de préciser qu il est arrivé à un fonctionnaire d être dirigé vers d autres services, en raison de la nature du problème. Il est arrivé, par exemple, que des problèmes personnels/externes viennent affecter le travail ou les relations professionnelles et que l on suggère alors au fonctionnaire de consulter soit les services médicaux, soit le conseiller auprès du personnel, selon la nature du problème. Pour des questions liées à des situations contractuelles, comme la cessation de service ou la résiliation d un engagement, la sélection, les indemnités, on oriente le fonctionnaire vers HRD ou le Syndicat. Quand la demande lui en a été faite, la médiatrice a contacté la personne en question pour l en informer. V. Conciliation Le principe fondamental de l accord collectif de 2004 sur la prévention et le règlement des conflits est que les conflits doivent être résolus de manière informelle et au niveau le plus rapproché de celui où le conflit apparaît: «Il est veillé en particulier à ce que les questions soient traitées rapidement par la voie du dialogue et au niveau le plus rapproché de celui où le problème se pose.» En janvier 2006, six conciliateurs ont pu être formés au siège, mais il n y a eu aucune formation dans les bureaux régionaux. Il a été convenu que le bureau du médiateur donnerait la priorité à la formation de conciliateurs dans les bureaux régionaux, ce qui fut fait. Des matériels de formation convenant à la culture et l environnement gestionnel de l OIT ont été élaborés (ils sont aujourd hui disponibles en anglais, en espagnol et en français). L administration et le Syndicat, aussi bien au siège que dans les bureaux régionaux, ont été chargés de dresser une liste de personnels à former en tant que conciliateurs. Pour établir cette liste, on s est efforcé 6

7 d assurer la représentation la plus large qui soit en termes d origine ethnique et culturelle, de sexe, de grade et de langue. Ce groupe pourra répondre aux demandes des fonctionnaires en 17 langues! 32 fonctionnaires ont été formés à Genève, 11 dans la région africaine, 14 dans la région asienne et 11 dans les Amériques, ce qui fait en tout 68 personnes. Malheureusement, l atelier qui devait avoir lieu dans les Etats arabes a dû être reporté et, pour l instant, la région européenne devra faire appel, si nécessaire, aux services des conciliateurs de Genève. Le 19 janvier 2007, un communiqué, qui donne une définition du rôle des conciliateurs et leur mode de fonctionnement, leurs noms et les langues qu ils utilisent, a été envoyé à tous les membres du personnel. Ce communiqué insiste sur le fait que le bureau du médiateur et tous les conciliateurs, quel que soit leur lieu d affectation, forment un réseau mondial et que les fonctionnaires peuvent contacter n importe lequel d entre eux. Bien que ce mécanisme de conciliation n existe que depuis peu (octobre 2006), les réactions ont été très encourageantes. Certains fonctionnaires ont ainsi pris contact avec des conciliateurs pour discuter de situations conflictuelles: parmi ces situations, on trouve des cas de conflits interpersonnels, d attitudes et de problèmes de gestion et un cas de harcèlement sexuel. La plupart de ces cas ont été traités avec succès par le conciliateur, ce qui a permis d éviter une escalade et le recours aux mécanismes formels. Je suis fermement convaincue que ce succès est dû en grande partie au fait que les fonctionnaires peuvent choisir parmi les nombreux conciliateurs qui représentent plusieurs cultures et langues différentes, sans parler de la proximité des conciliateurs dans les bureaux extérieurs, qui est un grand avantage et qui permet de les contacter facilement. L OIT est la première et, pour l instant, la seule institution des Nations Unies à avoir ce système de conciliateurs: cela est extrêmement utile pour les fonctionnaires qui sont affectés en dehors de Genève et qui n ont pas directement accès au médiateur et/aux conciliateurs du siège. Le succès de ce mécanisme informel et extrêmement utile de prévention et de règlement des conflits dépendra de deux facteurs: il faut que les fonctionnaires à tous les niveaux fassent appel le plus possible à ce système et que les conciliateurs obtiennent l appui et la reconnaissance dont ils ont besoin de la part de la direction. Il est prévu de faire une évaluation du mécanisme de conciliation à la fin de 2007, soit une année après sa mise en place. VI. Le site Web du médiateur Le site Web actuel est en cours de mise à jour pour rendre compte, de manière plus fidèle, du rôle et des fonctions du médiateur et des conciliateurs, afin que les informations pertinentes sur les procédures informelles de prévention et de règlement des conflits soient facilement accessibles à tous les membres du personnel. VII. Remerciements Le bureau du médiateur ne peut pas fonctionner, et ne fonctionne pas, en vase clos. Son succès dépend de deux facteurs: la confiance que les fonctionnaires placeront en lui, dans son rôle et ses fonctions, et la collaboration active d un grand nombre de personnes à tous les niveaux. Pendant toute cette année où j ai exercé la fonction de médiatrice à l OIT, j ai pu constater de la part de tous une attitude de très grande courtoisie et de collaboration: les collègues ont été accessibles et ont donné de leur temps, ils étaient ouverts à la discussion et disposés à examiner des options ou des suggestions pour le règlement des problèmes. Mes réunions avec certains membres de CABINET, les coprésidents du Comité de négociation paritaire et le Syndicat ont été des occasions de dialoguer sur la meilleure manière de servir le personnel en matière de prévention 7

8 et de règlement des conflits. Mes interactions avec HRD et le Service médical sont fréquentes et l esprit de participation constructive qu ont manifesté ces partenaires essentiels m a été très utile. Pour finir, je remercie l assistant du bureau du médiateur, qui m a apporté son appui et une aide extrêmement précieuse. Asha Singh Williams Médiatrice 8

PREMIERS PAS : GUIDE DE LA RELATION DE MENTORAT EN ÉVALUATION PROJET PILOTE DE MENTORAT EN ÉVALUATION CANADA

PREMIERS PAS : GUIDE DE LA RELATION DE MENTORAT EN ÉVALUATION PROJET PILOTE DE MENTORAT EN ÉVALUATION CANADA PREMIERS PAS : GUIDE DE LA RELATION DE MENTORAT EN ÉVALUATION PROJET PILOTE DE MENTORAT EN ÉVALUATION CANADA Félicitations! Vous avez amorcé une relation de mentorat, sois en tant que mentor ou personne

Plus en détail

ATELIER: LES AVANTAGES DU TRAVAIL EN ÉQUIPE DÉROULEMENT

ATELIER: LES AVANTAGES DU TRAVAIL EN ÉQUIPE DÉROULEMENT ATELIER: LES AVANTAGES DU TRAVAIL EN ÉQUIPE 1.0 Mot de bienvenue (5 minutes); 2.0 Les objectifs de la session (5 minutes): Présentation PPT (Acétates 1, 2). 3.0 Ce qui fait équipe (10 minutes) : Activité

Plus en détail

I. Introduction... 1-8 2. A. Origine et objectifs... 1-3 2 B. Organisation et programme... 4-8 2. II. Aperçu de l atelier... 9 3

I. Introduction... 1-8 2. A. Origine et objectifs... 1-3 2 B. Organisation et programme... 4-8 2. II. Aperçu de l atelier... 9 3 Nations Unies Assemblée générale A/AC.105/709 Distr. GÉNÉRALE 4 décembre 1998 FRANÇAIS Original: ANGLAIS Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Rapport sur l atelier d évaluation

Plus en détail

RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES

RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES OBJET : Politique de gestion des ressources humaines COTE : DP 2005-01 APPROUVÉE PAR : Le Conseil d administration EN VIGUEUR LE : 22 juin 2005 RESPONSABLE DE L APPLICATION

Plus en détail

1.1. La présente politique prend effet le (date établie avec l autorisation du CHD).

1.1. La présente politique prend effet le (date établie avec l autorisation du CHD). 1. DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR 1.1. La présente politique prend effet le (date établie avec l autorisation du CHD). 1.2. La présente politique remplace la Politique du CNRC relative aux conflits d intérêts

Plus en détail

RÉF.: EASO/2016/CA/003

RÉF.: EASO/2016/CA/003 Avis de vacance pour le poste d assistant en ressources humaines (agent contractuel, GF III) au sein du Bureau européen d appui en matière d asile (EASO) RÉF.: EASO/2016/CA/003 Publication Intitulé de

Plus en détail

Guide de l ADR de la CCI

Guide de l ADR de la CCI Guide de l ADR de la CCI Chambre de commerce internationale 38 cours Albert 1 er 75008 Paris - France Parmi les différentes langues dans lesquelles le Règlement ADR de la CCI et le Guide de l'adr de la

Plus en détail

CODE DE DEONTOLOGIE DE LA PROFESSION D OSTEOPATHE

CODE DE DEONTOLOGIE DE LA PROFESSION D OSTEOPATHE CODE DE DEONTOLOGIE DE LA PROFESSION D OSTEOPATHE 1 / 19 Sommaire Préambule 3 Titre 1 4 Généralités Titre 2 5 Devoirs généraux des ostéopathes Titre 3 9 Devoirs des ostéopathes envers le patient Titre

Plus en détail

Réunion du GT CSFPE réforme territoriale

Réunion du GT CSFPE réforme territoriale MINISTÈRE DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Réunion du GT CSFPE réforme territoriale L accompagnement RH de la réforme 16 juin 2015 1 Ordre du jour 1. Point d actualité et retour sur les

Plus en détail

A/CN.9/WG.III/XXXII/CRP.3

A/CN.9/WG.III/XXXII/CRP.3 30 novembre 2015 Français Original: anglais Commission des Nations Unies pour le droit commercial international Groupe de travail III (Règlement des litiges en ligne) Trente-deuxième session Vienne, 30

Plus en détail

ANNEXE 1. I - Objectif de l enquête

ANNEXE 1. I - Objectif de l enquête ANNEXE 1 I - Objectif de l enquête Le but de cette enquête est de recenser, ministère par ministère, en fin d exercice N, les charges qui se rattachent à cet exercice, mais qui seront décaissées ultérieurement

Plus en détail

Résolution adoptée par le Conseil des droits de l homme* 17/4 Les droits de l homme et les sociétés transnationales et autres entreprises

Résolution adoptée par le Conseil des droits de l homme* 17/4 Les droits de l homme et les sociétés transnationales et autres entreprises Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 6 juillet 2011 Français Original: anglais A/HRC/RES/17/4 Conseil des droits de l homme Dix-septième session Point 3 de l ordre du jour Promotion et protection

Plus en détail

Madame, Monsieur, Stage de type 1 : stage de découverte et d initiation

Madame, Monsieur, Stage de type 1 : stage de découverte et d initiation 5648 14/03/2016 Mise à jour de certaines dispositions reprises dans la circulaire 5038 du 22/10/2014 concernant l organisation des visites et stages dans l enseignement secondaire ordinaire et spécialisé

Plus en détail

DÉCLARATION H:\RB_DOC\FPU\00033680.DOC

DÉCLARATION H:\RB_DOC\FPU\00033680.DOC Deuxième Conférence judiciaire de Malte sur les questions transfrontières de droit de la famille sous les auspices du Gouvernement de Malte en collaboration avec la Conférence de La Haye de droit international

Plus en détail

TITRE : POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE ET DE VIOLENCE EN MILIEU DE TRAVAIL

TITRE : POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE ET DE VIOLENCE EN MILIEU DE TRAVAIL CODE : SRH 05-06 14 ADOPTION : 2006-02-28 Résolution : C.C. 019-06 Page 1 sur 7 TITRE : POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE ET DE VIOLENCE EN MILIEU DE TRAVAIL SERVICE :

Plus en détail

Le défi des mouvements migratoires mixtes, l accès à la protection et le partage des responsabilités au sein de l UE Document non officiel de l UNHCR

Le défi des mouvements migratoires mixtes, l accès à la protection et le partage des responsabilités au sein de l UE Document non officiel de l UNHCR Le défi des mouvements migratoires mixtes, l accès à la protection et le partage des responsabilités au sein de l UE Document non officiel de l UNHCR Introduction : Arrivées irrégulières et «pressions

Plus en détail

GUIDE ADMINISTRATIF À L'INTENTION DES BÉNÉVOLES ET DES EMPLOYÉ.E.S DE L ASSOCIATION DES THÉÂTRES FRANCOPHONES DU CANADA

GUIDE ADMINISTRATIF À L'INTENTION DES BÉNÉVOLES ET DES EMPLOYÉ.E.S DE L ASSOCIATION DES THÉÂTRES FRANCOPHONES DU CANADA GUIDE ADMINISTRATIF À L'INTENTION DES BÉNÉVOLES ET DES EMPLOYÉ.E.S DE L ASSOCIATION DES THÉÂTRES FRANCOPHONES DU CANADA Mise en place en mai 2006 Révision en date du 31 mars 2012 telle qu adoptée par l

Plus en détail

Parcours Dyn@mique RH. Réunion thématique du 23 novembre 2010. Le recrutement

Parcours Dyn@mique RH. Réunion thématique du 23 novembre 2010. Le recrutement Parcours Dyn@mique RH Réunion thématique du 23 novembre 2010 Le recrutement Sommaire Les enjeux Les étapes Définition du projet Définition du besoin Présélection des candidats Entretien Intégration et

Plus en détail

Conseil d administration 313 e session, Genève, 15-30 mars 2012 GB.313/PFA/INF/2

Conseil d administration 313 e session, Genève, 15-30 mars 2012 GB.313/PFA/INF/2 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 313 e session, Genève, 15-30 mars 2012 GB.313/PFA/INF/2 Section du programme, du budget et de l administration PFA POUR INFORMATION Questions relatives

Plus en détail

Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles

Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles POLIITIIQUE SUR LA PRÉVENTIION ET LA GESTIION DES CONFLIITS,, DU HARCÈLEMENT ET DE LA VIIOLENCE EN MIILIIEU DE TRAVAIIL Adoptée par le conseil d administration le 22.06.2004

Plus en détail

WP Board No. 1006/06. 9 août 2006 Original : anglais. Comité exécutif/ Conseil international du Café 25 29 septembre 2006 Londres, Angleterre

WP Board No. 1006/06. 9 août 2006 Original : anglais. Comité exécutif/ Conseil international du Café 25 29 septembre 2006 Londres, Angleterre International Coffee Organization Organización Internacional del Café Organização Internacional do Café Organisation Internationale du Café WP Board No. 1006/06 9 août 2006 Original : anglais F Comité

Plus en détail

Audit du processus d appel du CRSNG

Audit du processus d appel du CRSNG Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada Le 17 décembre 2013 1 TABLE DES MATIÈRES CRSNG 1 SOMMAIRE...3 2 CONTEXTE...7 3 OBJECTIF ET PORTÉE DE L AUDIT...8 4 MÉTHODE DE L AUDIT...8

Plus en détail

Document de référence. La gestion des conflits

Document de référence. La gestion des conflits Document de référence La gestion des conflits Table des matières Introduction 2 Les types de conflit 2 Les phases d un conflit 2 Les raisons sous-jacentes aux conflits 3 Les 5 stratégies de gestion directe

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR LES PROGRAMMES DE LUTTE CONTRE L ILLETTRISME DANS LES BIBLIOTHEQUES : Quelques suggestions pratiques

RECOMMANDATIONS POUR LES PROGRAMMES DE LUTTE CONTRE L ILLETTRISME DANS LES BIBLIOTHEQUES : Quelques suggestions pratiques 1 RECOMMANDATIONS POUR LES PROGRAMMES DE LUTTE CONTRE L ILLETTRISME DANS LES BIBLIOTHEQUES : Quelques suggestions pratiques La section lecture de l IFLA a le plaisir de présenter quelques suggestions pratiques

Plus en détail

Protection intégrée de la vie privée Nouvelle norme de certification de protection de la vie privée

Protection intégrée de la vie privée Nouvelle norme de certification de protection de la vie privée Protection intégrée de la vie privée Nouvelle norme de certification de protection de la vie privée La protection intégrée de la vie privée est un cadre qui se fonde sur l intégration proactive de la protection

Plus en détail

CORPORATION SHOPPERS DRUG MART CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CORPORATION SHOPPERS DRUG MART CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Nature et portée du comité d audit CORPORATION SHOPPERS DRUG MART CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Le comité d audit (le «comité») est un comité permanent dont les membres sont nommés par le conseil d administration

Plus en détail

Les dispositions concernant les investissements dans l accord économique et commercial global entre l UE et le Canada (AECG)

Les dispositions concernant les investissements dans l accord économique et commercial global entre l UE et le Canada (AECG) Les dispositions concernant les investissements dans l accord économique et commercial global entre l UE et le Canada (AECG) - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Plus en détail

Circulaire électorale n 9 Le CHSCT

Circulaire électorale n 9 Le CHSCT UNSA-territoriaux 21, rue Jules Ferry 93 177 Bagnolet Cedex elections@unsa-territoriaux.org 06 17 43 57 96 Circulaire électorale n 9 Le CHSCT Nous avons moins de trois semaines pour faire en sorte que

Plus en détail

FG/MCP N 111711 Contacts IFOP : Fabienne Gomant / Marion Chasles-Parot Tél : 01 45 84 14 44 Fabienne.gomant@ifop.com. pour

FG/MCP N 111711 Contacts IFOP : Fabienne Gomant / Marion Chasles-Parot Tél : 01 45 84 14 44 Fabienne.gomant@ifop.com. pour FG/MCP N 111711 Contacts IFOP : Fabienne Gomant / Marion Chasles-Parot Tél : 01 45 84 14 44 Fabienne.gomant@ifop.com pour Baromètre sur la perception des discriminations au travail Synthèse du focus «Egalité

Plus en détail

CONSEIL DE COORDINATION DU PROGRAMME

CONSEIL DE COORDINATION DU PROGRAMME 2 novembre 2000 CONSEIL DE COORDINATION DU PROGRAMME Troisième réunion thématique ad hoc Rio de Janeiro, 14-15 décembre 2000 Point 4.1 de l ordre du jour provisoire Le point sur l évaluation sur cinq ans

Plus en détail

Politique générale en matière de plaintes. Alliance ACT. septembre 2011

Politique générale en matière de plaintes. Alliance ACT. septembre 2011 SECRETARÍA: 150 route de Ferney, Apartado postal 2100, 1211 Ginebra 2, Suiza TEL.: +41 22 791 6033 FAX: +41 22 791 6506 www.actalliance.org Politique générale en matière de plaintes Alliance ACT septembre

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPE DE LA FIP INFORMATIONS SUR LES MÉDICAMENTS DESTINÉES AUX PATIENTS

DÉCLARATION DE PRINCIPE DE LA FIP INFORMATIONS SUR LES MÉDICAMENTS DESTINÉES AUX PATIENTS International Pharmaceutical Federation Fédération Internationale Pharmaceutique Boîte postale 84200, NL-2508 AE La Haye, Pays-Bas DÉCLARATION DE PRINCIPE DE LA FIP INFORMATIONS SUR LES MÉDICAMENTS DESTINÉES

Plus en détail

146 e SESSION DU COMITÉ EXÉCUTIF

146 e SESSION DU COMITÉ EXÉCUTIF ORGANISATION PANAMÉRICAINE DE LA SANTÉ ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ 146 e SESSION DU COMITÉ EXÉCUTIF Washington, D.C., É-U, du 21 au 25 juin 2010 Point 3.4 de l ordre du jour provisoire CE146/7 (Fr.)

Plus en détail

GRIEFS. Si vous pensez qu il faut le faire, alors faites-le!

GRIEFS. Si vous pensez qu il faut le faire, alors faites-le! GRIEFS Le grief constitue l un des outils les plus efficaces à la disposition des travailleurs et travailleuses pour protéger leurs droits. Un grief est en fait une plainte écrite contre une mesure prise

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES ADMINISTRATEURS du Fonds de recherche du Québec Société et culture 1

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES ADMINISTRATEURS du Fonds de recherche du Québec Société et culture 1 CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES ADMINISTRATEURS du Fonds de recherche du Québec Société et culture 1 Adoption : 5 avril 2012 (résolution CA50-2012.04.05-R363) Loi sur le ministère du Conseil exécutif

Plus en détail

Processus de nomination et de renouvellement du mandat du Chef du Secrétariat de la Convention

Processus de nomination et de renouvellement du mandat du Chef du Secrétariat de la Convention Conférence des Parties à la Convention-cadre de l'oms pour la lutte antitabac Sixième session Séoul, Fédération de Russie, 13-18 octobre 2014 Point 6.5 de l'ordre du jour provisoire FCTC/COP/6/25 18 juin

Plus en détail

CODE DE CONDUITE DES AFFAIRES DU SECTEUR PRIVE REGION DU VAKINANKARATRA PREAMBULE

CODE DE CONDUITE DES AFFAIRES DU SECTEUR PRIVE REGION DU VAKINANKARATRA PREAMBULE CODE DE CONDUITE DES AFFAIRES DU SECTEUR PRIVE REGION DU VAKINANKARATRA PREAMBULE - Considérant la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la corruption, et plus particulièrement en ses articles

Plus en détail

People First : notre priorité!

People First : notre priorité! People First : notre priorité! Notre mission est d apporter du sourire dans toutes les familles par le plaisir et le meilleur du lait. Un sourire venant du cœur des collaborateurs Bel qui se réalisent

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DU SIPPT PARTIE VII bis : Renseignements relatifs a la prévention de la charge psychosociale occasionnée par le travail Explications

RAPPORT ANNUEL DU SIPPT PARTIE VII bis : Renseignements relatifs a la prévention de la charge psychosociale occasionnée par le travail Explications Objectif RAPPORT ANNUEL DU SIPPT PARTIE VII bis : Renseignements relatifs a la prévention de la charge psychosociale occasionnée par le travail Explications L objectif du rapport annuel est, d une part,

Plus en détail

CONFÉRENCE DES PARTIES À LA CONVENTION SUR LA CONSERVATION DES ESPÈCES MIGRATRICES APPARTENANT À LA FAUNE SAUVAGE

CONFÉRENCE DES PARTIES À LA CONVENTION SUR LA CONSERVATION DES ESPÈCES MIGRATRICES APPARTENANT À LA FAUNE SAUVAGE CONFÉRENCE DES PARTIES À LA CONVENTION SUR LA CONSERVATION DES ESPÈCES MIGRATRICES APPARTENANT À LA FAUNE SAUVAGE CONFÉRENCE DES PARTIES - CHANGEMENTS ORGANISATIONNELS Introduction 1. Suite à la dixième

Plus en détail

Activités du Bureau de la déontologie de l UNOPS en 2015

Activités du Bureau de la déontologie de l UNOPS en 2015 Nations Unies DP/OPS/2016/4 Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement, du Fonds des Nations Unies pour la population et du Bureau des Nations Unies pour les services

Plus en détail

Rapport du président du jury Concours d entrée au cycle de formation des élèves-attachés d administration hospitalière Année 2011 -=-=-=-=-=-

Rapport du président du jury Concours d entrée au cycle de formation des élèves-attachés d administration hospitalière Année 2011 -=-=-=-=-=- Rapport du président du jury Concours d entrée au cycle de formation des élèves-attachés d administration hospitalière Année 2011 -=-=-=-=-=- I- STATISTIQUES DU CONCOURS : 1-1 Nombre de postes, de candidats

Plus en détail

Module 8 Le département et le syndicat

Module 8 Le département et le syndicat Module 8 Le département et le syndicat La vie syndicale et l intégration des nouvelles et des nouveaux L importance de la vie syndicale commande qu on y sensibilise les nouvelles et les nouveaux Nous avons

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée contributive : La société face à la métamorphose numérique Junior ESSEC 04/02/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée contributive : La société face à la métamorphose numérique Junior ESSEC 04/02/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 4ème journée Compte-rendu de l atelier 4 : Le modèle social français face au numérique Thème de la journée contributive

Plus en détail

Définir les besoins en matière de santé mentale en milieu de travail; Offrir des outils et des ressources pour répondre à ces besoins

Définir les besoins en matière de santé mentale en milieu de travail; Offrir des outils et des ressources pour répondre à ces besoins Définir les besoins en matière de santé mentale en milieu de travail; Offrir des outils et des ressources pour répondre à ces besoins Depuis sa création en 2007, le Centre pour la santé mentale en milieu

Plus en détail

PLAN STRATEGIQUE DE LA CONFERENCE DE LA HAYE SYNTHESE. établie par le Bureau Permanent * * * STRATEGIC PLAN OF THE HAGUE CONFERENCE EXECUTIVE SUMMARY

PLAN STRATEGIQUE DE LA CONFERENCE DE LA HAYE SYNTHESE. établie par le Bureau Permanent * * * STRATEGIC PLAN OF THE HAGUE CONFERENCE EXECUTIVE SUMMARY CONFÉRENCE DE LA HAYE DE DROIT INTERNATIONAL PRIVÉ avril /April 2002 HAGUE CONFERENCE ON PRIVATE INTERNATIONAL LAW PLAN STRATEGIQUE DE LA CONFERENCE DE LA HAYE SYNTHESE établie par le Bureau Permanent

Plus en détail

Le titulaire fournit des services administratifs et de soutien au Comité consultatif sur les services en français.

Le titulaire fournit des services administratifs et de soutien au Comité consultatif sur les services en français. Poste: Gestionnaire, Services en français Concours no: 2015-EX-FR-51211682-01 Date d'affichage du concours: 2015.03.31, Date de clôture: 2015.04.15 BDM, Serv Prog munic & Services opérationnels, Direction

Plus en détail

Pratique de la Confédération en matière de gestion de la Poste, des CFF et de Swisscom

Pratique de la Confédération en matière de gestion de la Poste, des CFF et de Swisscom Pratique de la Confédération en matière de gestion de la Poste, des CFF et de Swisscom Rapport de la Commission de gestion du Conseil national du 8 mai 2012 2012-1243 7905 Index des abréviations AFF Administration

Plus en détail

GRILLE DE COMPÉTENCES DE L UNIVERSITÉ MCGILL POUR LE «GROUPE M»

GRILLE DE COMPÉTENCES DE L UNIVERSITÉ MCGILL POUR LE «GROUPE M» COMPÉTENCE COMPORTEMENTALE DEGRÉ DE MAÎTRISE A DEGRÉ DE MAÎTRISE B DEGRÉ DE MAÎTRISE C DEGRÉ DE MAÎTRISE D LA CAPACITÉ D ADAPTATION AU CHANGEMENT Être ouvert au et aux améliorations pour faire avancer

Plus en détail

Gouvernance et orientation du conseil d administration Séance sur le renforcement de la capacité communautaire

Gouvernance et orientation du conseil d administration Séance sur le renforcement de la capacité communautaire Gouvernance et orientation du conseil d administration Séance sur le renforcement de la capacité communautaire Comprendre la gouvernance organisationnelle (Source : Institut sur la gouvernance : www.iog.ca)

Plus en détail

Politique N 6128 COMITÉ DE PARTICIPATION DES PARENTS

Politique N 6128 COMITÉ DE PARTICIPATION DES PARENTS Politique N 6128 Domaine : Administration scolaire et procédures En vigueur : Le 24 septembre 2011 Révisée le : COMITÉ DE PARTICIPATION DES PARENTS 1. PRÉAMBULE Attendu que la vision et la mission du Conseil

Plus en détail

(Partage d Expériences) AIDE MEMOIRE. 28 juin 2005 Tanger, Maroc. Ministère de la Modernisation des Secteurs Publics Royaume du Maroc

(Partage d Expériences) AIDE MEMOIRE. 28 juin 2005 Tanger, Maroc. Ministère de la Modernisation des Secteurs Publics Royaume du Maroc Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Ministère de la Modernisation des Secteurs Publics Royaume du Maroc Séminaire Conjoint CAFRAD/Ministère de la Modernisation

Plus en détail

DIRECTIVES DÉTAILLÉES

DIRECTIVES DÉTAILLÉES FORMULAIRE DE DEMANDE DE DÉSIGNATION Code client réservé à l administration DIRECTIVES SOMMAIRES Veuillez consulter les directives détaillées avant de remplir le formulaire. Remplissez toutes les sections

Plus en détail

ASSOCIATION INTERNATIONALE DES HAUTES JURIDICTIONS ADMINISTRATIVES

ASSOCIATION INTERNATIONALE DES HAUTES JURIDICTIONS ADMINISTRATIVES ASSOCIATION INTERNATIONALE DES HAUTES JURIDICTIONS ADMINISTRATIVES XIIe Congrès Istanbul du 03 au 07 mai 2016 LES MODES ALTERNATIFS DE REGLEMENT DES DIFFERENDS EN MATIERE ADMINISTRATIVE Les procédures

Plus en détail

CHARGE DES RESSOURCES HUMAINES ET DES OPERATIONS

CHARGE DES RESSOURCES HUMAINES ET DES OPERATIONS Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development CHARGE DES RESSOURCES HUMAINES ET DES OPERATIONS

Plus en détail

Le Carrefour Communautaire- Institutionnel-Usagers (CCIU) : Créateur de rapprochements

Le Carrefour Communautaire- Institutionnel-Usagers (CCIU) : Créateur de rapprochements Le Carrefour Communautaire- Institutionnel-Usagers (CCIU) : Créateur de rapprochements Présenté par : Diane Laroche, CSSS Ahuntsic- Montréal-Nord; Jean-Nicolas Ouellet, CAMÉÉ et ARUCI-SMC; Valérie Coulombe,

Plus en détail

Enquête de satisfaction des usagers des missions locales en région Provence-Alpes-Côte d Azur Association régionale des missions locales

Enquête de satisfaction des usagers des missions locales en région Provence-Alpes-Côte d Azur Association régionale des missions locales Enquête de satisfaction des usagers des missions locales en région Provence-Alpes-Côte d Azur Association régionale des missions locales 1 / Historique de la démarche, contexte et motivations Le but Première

Plus en détail

CIRCONSTANCE SPECIFIQUE EIFFAGE ENERGIE EN FRANCE 11 juin 2014 Communiqué du Point de contact national français

CIRCONSTANCE SPECIFIQUE EIFFAGE ENERGIE EN FRANCE 11 juin 2014 Communiqué du Point de contact national français CIRCONSTANCE SPECIFIQUE EIFFAGE ENERGIE EN FRANCE 11 juin 2014 Communiqué du Point de contact national français Le Point de contact national (PCN) pour la mise en œuvre des Principes directeurs de l OCDE

Plus en détail

Code de conduite (Code of Conduct) Le 22 mai 2013

Code de conduite (Code of Conduct) Le 22 mai 2013 Code de conduite (Code of Conduct) Le 22 mai 2013 OBJET DU CODE DE CONDUITE Le code de conduite (Code of Conduct) fixe des lignes directrices pour les activités mondiales de tous les collaborateurs 1 d

Plus en détail

NOTE DE SERVICE / INSTRUCTION TECHNIQUE SG/MICAPCOR 2006-2 SG/SM/N2006-1409 DGFAR/MISITEPSA/N2006-5013 Date: 28 avril 2006

NOTE DE SERVICE / INSTRUCTION TECHNIQUE SG/MICAPCOR 2006-2 SG/SM/N2006-1409 DGFAR/MISITEPSA/N2006-5013 Date: 28 avril 2006 MINISTERE DE L EMPLOI, DE LA COHESION SOCIALE ET DU LOGEMENT Secrétariat Général Direction de l administration générale et de la modernisation des services Mission d appui et de coordination des services

Plus en détail

Plan social destiné au personnel sous CCT

Plan social destiné au personnel sous CCT Plan social destiné au personnel sous CCT Novembre 2015 Sommaire Chapitre 1: Généralités, champ d'application 4 1 Aperçu 4 2 Principes 4 3 Champ d'application et durée de validité 4 Chapitre 2: Modification

Plus en détail

Suivi des activités des procédures spéciales

Suivi des activités des procédures spéciales Suivi des activités des procédures spéciales mai 2008 Par suivi des activités des procédures spéciales, on entend l ensemble des «mesures prises pour encourager, faciliter et suivre la mise en œuvre des

Plus en détail

Un atout précieux pour la résolution de conflits LA MÉDIATION. cnesst.gouv.qc.ca

Un atout précieux pour la résolution de conflits LA MÉDIATION. cnesst.gouv.qc.ca LA MÉDIATION Un atout précieux pour la résolution de conflits Commission des normes, de l équité, de la santé et de la sécurité du travail cnesst.gouv.qc.ca La médiation Un atout précieux pour la résolution

Plus en détail

PROFIL DE COMPÉTENCES ET D EXPÉRIENCES recherché auprès des membres du Conseil d administration

PROFIL DE COMPÉTENCES ET D EXPÉRIENCES recherché auprès des membres du Conseil d administration PROFIL DE COMPÉTENCES ET D EXPÉRIENCES recherché auprès des membres du Conseil d administration Adopté lors de la séance du Conseil d administration tenue les 10 et 11 décembre 2015 PRÉAMBULE Le Conseil

Plus en détail

Vu la Convention Européenne de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe du 4 novembre 1950 ;

Vu la Convention Européenne de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe du 4 novembre 1950 ; DELIBERATION N 2012-45 DU 2 AVRIL 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION SUR LA DEMANDE PRESENTEE PAR LA SINGLE BUOY MOORING OFFSHORE A LA MISE EN ŒUVRE DU

Plus en détail

Désignation d organisations non gouvernementales aux fins de l article 77 du Règlement intérieur du Conseil

Désignation d organisations non gouvernementales aux fins de l article 77 du Règlement intérieur du Conseil Nations Unies Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. restreinte 16 avril 2013 Français Original: anglais TD/B/EX(57)/R.1 Conseil du commerce et du développement Cinquante-septième

Plus en détail

Régler la mésentente pour avancer!

Régler la mésentente pour avancer! Régler la mésentente pour avancer! Marie Champoux Luc Vallerand Jeudi 4 juin 2015 Conférenciers Résumé de carrière - Marie Champoux Diplômée en droit notarial UdeM (1987) Membre du Barreau depuis 2006

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 10.4.2008 C(2008)1329 RECOMMANDATION DE LA COMMISSION concernant la gestion de la propriété intellectuelle dans les activités de transfert de connaissances

Plus en détail

Développer un marché avec l aide d un agent manufacturier : avantages et inconvénients. Complément d information exclusif pour le site Internet de

Développer un marché avec l aide d un agent manufacturier : avantages et inconvénients. Complément d information exclusif pour le site Internet de Développer un marché avec l aide d un agent manufacturier : avantages et inconvénients Complément d information exclusif pour le site Internet de Expansion PME Montérégie Est 17 août 2015 Le meilleur moyen

Plus en détail

Politique institutionnelle de gestion des programmes d études

Politique institutionnelle de gestion des programmes d études Politique institutionnelle de gestion des programmes d études Adoptée par le conseil d administration lors de sa 304 e assemblée, le 17 juin 2014 (résolution n o 2718) Dans cette politique, le masculin

Plus en détail

LA SEPARATION DES ORDONNATEURS ET DES COMPTABLES

LA SEPARATION DES ORDONNATEURS ET DES COMPTABLES LA SEPARATION DES ORDONNATEURS ET DES COMPTABLES Grand principe du droit de la comptabilité publique, la séparation des ordonnateurs et des comptables remonte, comme les principes de droit budgétaire,

Plus en détail

PLAN PLURIANNUEL D ACCESSIBILITÉ DE L HÔPITAL SENSENBRENNER 2014-2018

PLAN PLURIANNUEL D ACCESSIBILITÉ DE L HÔPITAL SENSENBRENNER 2014-2018 PLAN PLURIANNUEL D ACCESSIBILITÉ DE L HÔPITAL SENSENBRENNER 2014-2018 Préparé par le Groupe de travail sur l accessibilité Le présent document est accessible sur le site Web de l Hôpital Sensenbrenner

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2006-01 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Définition du cadre, des orientations, et des modalités des

Plus en détail

Guide du Clinicien Enseignant en Cabinet Médical (CEC) 3 ème année Master

Guide du Clinicien Enseignant en Cabinet Médical (CEC) 3 ème année Master Guide du Clinicien Enseignant en Cabinet Médical (CEC) 3 ème année Master Unité des internistes généralistes et pédiatres (UIGP) Mars 2016 Table des matières Objectifs... 3 Déroulement du stage... 3 Organisation...

Plus en détail

Résiliations de contrats d apprentissage

Résiliations de contrats d apprentissage Décision du comité de la CSFP du 24 août 2011: La présente recommandation remplace celle du 30 novembre 2007. Recommandation n o 5 Résiliations de contrats d apprentissage Bases La loi fédérale sur la

Plus en détail

Convention de prestation de services ou d assistance

Convention de prestation de services ou d assistance Convention de prestation de services ou d assistance Entre : La communauté de communes «Saint-Germain Seine et Forêts», située en l Hôtel de Ville de Saint-Germain-en-Laye, 16 rue de Pontoise - 78100 Saint-Germain-en-Laye

Plus en détail

Évaluation périodique des programmes de baccalauréat en études hispaniques et de maîtrise et doctorat en littératures d expression espagnole

Évaluation périodique des programmes de baccalauréat en études hispaniques et de maîtrise et doctorat en littératures d expression espagnole Évaluation périodique des programmes de baccalauréat en études hispaniques et de maîtrise et doctorat en littératures d expression espagnole (Faculté des lettres) Sommaire de l évaluation Plan d action

Plus en détail

Contrat unique. Groupe BASF en Suisse. pour les sites de Bâle, Evionnaz, Kaisten, Monthey et Schweizerhalle

Contrat unique. Groupe BASF en Suisse. pour les sites de Bâle, Evionnaz, Kaisten, Monthey et Schweizerhalle Contrat unique du Groupe BASF en Suisse pour les sites de Bâle, Evionnaz, Kaisten, Monthey et Schweizerhalle 1er janvier 2012 au 31 décembre 2015 Le texte allemand fait foi. 1. Principes 1.1. Parties contractantes

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES ADMINISTRATEURS ET DES DIRIGEANTS DE LA SOCIÉTÉ DES TRAVERSIERS DU QUÉBEC

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES ADMINISTRATEURS ET DES DIRIGEANTS DE LA SOCIÉTÉ DES TRAVERSIERS DU QUÉBEC CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES ADMINISTRATEURS ET DES DIRIGEANTS DE LA SOCIÉTÉ DES TRAVERSIERS DU QUÉBEC SECTION 1 : Objet et champ d application 1.1 Le présent code a pour objet de préserver et

Plus en détail

Rôle du président du conseil d administration («président») Le président est le chef du conseil d administration.

Rôle du président du conseil d administration («président») Le président est le chef du conseil d administration. 700 Dorval Drive, Suite 500 Oakville, ON L6K 3V3 Tel: 905 337-7131 Fax: 905 337-8330 Toll Free: 1 866 371-5446 www.mississaugahaltonlhin.on.ca 700 Dorval Drive, bureau 500 Oakville, ON L6K 3V3 Téléphone

Plus en détail

COMITÉ DES DROITS DE L ENFANT. Quarante-huitième session

COMITÉ DES DROITS DE L ENFANT. Quarante-huitième session NATIONS UNIES CRC Convention relative aux droits de l enfant Distr. GÉNÉRALE CRC/C/OPSC/USA/CO/1 25 juin 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ DES DROITS DE L ENFANT Quarante-huitième session EXAMEN DES

Plus en détail

Bonheur d enseigner.plaisir d apprendre. Pourquoi ne pas essayer?

Bonheur d enseigner.plaisir d apprendre. Pourquoi ne pas essayer? Bonheur d enseigner.plaisir d apprendre Pourquoi ne pas essayer? Compte rendu de quelques tentatives menées modestement mais avec conviction! Introduction Il arrive souvent qu un enseignant soit déçu par

Plus en détail

CHARTE POUR LE RECRUTEMENT ET LE SUIVI DES PERSONNELS CONTRACTUELS (CDD) A L INSERM

CHARTE POUR LE RECRUTEMENT ET LE SUIVI DES PERSONNELS CONTRACTUELS (CDD) A L INSERM CHARTE POUR LE RECRUTEMENT ET LE SUIVI DES PERSONNELS CONTRACTUELS (CDD) A L INSERM Objectifs et champ d application de la charte L Inserm a souhaité se doter d une charte recensant les bonnes pratiques

Plus en détail

Knowledge CONSULT. La Localisation d Expertise Introduction. Knowledge CONSULT AVRIL 2003. Conseil en Système d Information

Knowledge CONSULT. La Localisation d Expertise Introduction. Knowledge CONSULT AVRIL 2003. Conseil en Système d Information Knowledge Conseil en Système d Information La Localisation d Expertise Introduction AVRIL 2003 1 La localisation d expertise Le défi à relever Imaginons qu un collaborateur souhaite comprendre le concept

Plus en détail

Conditions générales de vente

Conditions générales de vente Conditions générales de vente Les présentes Conditions Générales de Vente déterminent les règles de vente des produits de santé entre la Pharmacie «Pharmacie de la Grande Poste» et le patient internaute

Plus en détail

TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN GUIDE PRATIQUE DE LA CONCILIATION JUDICIAIRE

TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN GUIDE PRATIQUE DE LA CONCILIATION JUDICIAIRE TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN GUIDE PRATIQUE DE LA CONCILIATION JUDICIAIRE INTRODUCTION : La conciliation est un mode alternatif de règlement des conflits juridiques. Elle se définit comme la médiation

Plus en détail

Vers l établissement d un socle de protection sociale

Vers l établissement d un socle de protection sociale Vers l établissement d un socle de protection sociale Andreas Bodemer et Ellen Ehmke Dans le monde entier, 75 pour cent de la population n a aucun accès, ou bien un accès insuffisant, à une offre de sécurité

Plus en détail

POLITIQUE SUR LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE

POLITIQUE SUR LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE POLITIQUE SUR LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE ADOPTÉE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE 16 FÉVRIER 2015 Politique sur la protection de la vie privée (adoptée 2015-02) Page 1 de 14 TABLE DES MATIÈRES TABLE

Plus en détail

CHARTE DE DEONTOLOGIE DU CENTRE DE RECHERCHE POUR L ETUDE ET L OBSERVATION DES CONDITIONS DE VIE (CREDOC)

CHARTE DE DEONTOLOGIE DU CENTRE DE RECHERCHE POUR L ETUDE ET L OBSERVATION DES CONDITIONS DE VIE (CREDOC) CHARTE DE DEONTOLOGIE DU CENTRE DE RECHERCHE POUR L ETUDE ET L OBSERVATION DES CONDITIONS DE VIE (CREDOC) La présente Charte de déontologie a un double objectif : Définir les missions et le champ d actions

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Service de la santé publique (SSP) No du poste selon décision d'organisation : communautaire (ISC)

CAHIER DES CHARGES. Service de la santé publique (SSP) No du poste selon décision d'organisation : communautaire (ISC) DEPARTEMENT DE LA FORMATION, DE LA JEUNESSE ET DE LA CULTURE Service de l enseignement spécialisé et de l appui à la formation (SESAF) Unité de promotion de la santé et de prévention en milieu scolaire

Plus en détail

BAROMÈTRE DE SATISFACTION INTERNE I N T E R P O L S Y N T H È S E S U C C I N C T E

BAROMÈTRE DE SATISFACTION INTERNE I N T E R P O L S Y N T H È S E S U C C I N C T E BAROMÈTRE DE SATISFACTION INTERNE I N T E R P O L S Y N T H È S E S U C C I N C T E P E O P L E V O X D É C E M B R E 2 0 1 3 RAPPEL DES OBJECTIFS Dans le cadre d une démarche d écoute et d amélioration

Plus en détail

ACTIVITÉS DE L'UNIDIR. Les armes nucléaires tactiques. Les coûts du désarmement. Hazel Tamano

ACTIVITÉS DE L'UNIDIR. Les armes nucléaires tactiques. Les coûts du désarmement. Hazel Tamano ACTIVITÉS DE L'UNIDIR Les armes nucléaires tactiques L UNIDIR, en collaboration avec le Monterey Institute of International Studies et le Peace Research Institute Frankfurt, a engagé un projet de recherche

Plus en détail

Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire

Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire CA-Botanique - Food Safety Center Boulevard du Jardin Botanique 55 1000 Bruxelles Tél.: 02 211 82 11 www.afsca.be Éditeur responsable: Herman Diricks

Plus en détail

Convention relative aux droits de l enfant

Convention relative aux droits de l enfant Nations Unies CRC/C/PER/Q/4-5 Convention relative aux droits de l enfant Distr. générale 14 juillet 2015 Français Original : espagnol Anglais, espagnol et français seulement Comité des droits de l enfant

Plus en détail

LE MECANISME AFRICAIN D EVALUATION ENTRE PAIRS (MAEP)

LE MECANISME AFRICAIN D EVALUATION ENTRE PAIRS (MAEP) page 1 LE MECANISME AFRICAIN D EVALUATION ENTRE PAIRS (MAEP) 1. Le Mécanisme africain d évaluation entre pairs (MAEP) est un instrument auquel adhérent volontairement les Etats membres de l Union africaine

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU CRA MIDI-PYRENEES

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU CRA MIDI-PYRENEES REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU CRA MIDI-PYRENEES Centre Ressources Autisme Midi-Pyrénées p. 1/11 Centre Ressources Autisme Midi-Pyrénées p. 2/11 REFERENCES Loi n 2002-2 du 2 janvier 2002, rénovant l action

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE VOLONTARIAT

POLITIQUE SUR LE VOLONTARIAT CROISSANT ROUGE DE DJIBOUTI (CRD) POLITIQUE SUR LE VOLONTARIAT Etabli en: Janvier 2014 Table des matières SECTION 1...... 1 Article 1: Introduction...... 1 SECTION 2...... 1 Article 2: Énoncés de politique

Plus en détail

STATUTS AMICALE DU PERSONNEL DES HOPITAUX UNIVERSITAIRES DE STRASBOURG

STATUTS AMICALE DU PERSONNEL DES HOPITAUX UNIVERSITAIRES DE STRASBOURG STATUTS AMICALE DU PERSONNEL DES HOPITAUX UNIVERSITAIRES DE STRASBOURG Article 1 Dénomination Inscription Il existe une association qui se dénomme «AMICALE DU PERSONNEL DES HOPITAUX UNIVERSITAIRES DE STRASBOURG».

Plus en détail

SIMPLEMENT RESPONSABLE

SIMPLEMENT RESPONSABLE SIMPLEMENT RESPONSABLE POLITIQUE DE RESPONSABILITÉ SOCIÉTALE DE L ENTREPRISE S Sommaire Préambule 1 Estime portée aux collaborateurs 2 Gestion responsable de la chaîne d approvisionnement 3 Préservation

Plus en détail