Le contrat : un instrument légal ou un outil en mode gestion de projet?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le contrat : un instrument légal ou un outil en mode gestion de projet?"

Transcription

1 1 er Congrès International en Management et Gestion des projets, Gatineau, (Québec), Canada, 2011 Le contrat : un instrument légal ou un outil en mode gestion de projet? Introduction : Daniel Gagnon Université du Québec à Chicoutimi Le Project Management Institute (PMI) définit le projet comme étant «une entreprise temporaire décidée dans le but de créer un produit, un service ou un résultat unique» 1. Cet aspect de temporalité indique donc que le projet se déroule entre deux paramètres : un début et une fin. En conséquence, les délais ont une importance primordiale dans ce mode de gestion tout comme l adéquation du rendu se doit d être en lien direct avec les spécifications prédéfinies. Ces deux éléments (les respects des délais et la conformité) militent à eux seuls en faveur de l établissement de bases solides pour les relations transactionnelles ayant cours entre l équipe du projet et tout intervenant externe. Ainsi, l existence de la relation d affaires repose fortement sur l aspect légal de l entente contractuelle. De plus, dans un système de droit civil écrit tel qu il en est dans le province de Québec, cet élément prend un sens encore plus accru eu égard aux spécificités propres à la naissance et à l interprétation des contrats. Qu en est il alors de l utilité du contrat et l usage que doivent en faire les parties en mode gestion de projet? Est ce uniquement un support légal à l opération de gestion ou plutôt un outil facilitant celle ci? Il est indéniable que le contrat est parti intégrante des processus en gestion de projet. Les particularités qui le caractérisent en droit civil québécois sont elles conciliables avec l approche préconisée par les administrateurs en mode gestion de projet? Ces administrateurs doivent ils considérer le contrat utilisable uniquement en cas de litige ou plutôt en faire un outil pour la gestion efficiente de leur projet? En vue de répondre à cette interrogation, nous nous proposons d analyser cette problématique sous trois (3) angles différents : 1. À quel moment dans l ensemble des processus intervient le contrat en gestion de projet? 2. Les particularités du contrat en droit civil québécois en contexte de gestion d un projet. 3. Le rôle du processus contractuel dans la gestion d un projet. 1 Project Management Institute, Guide du Corpus des connaissances en management de projet (Guide PMBOK), 4 e édition, Newton Square, PMI Standards, 2008, p 21.

2 1) À quel moment le contrat intervient en gestion de projet : Tel que décrit au Guide PMBOK, la gestion de projet consiste en un ensemble intégré de processus et de sous processus exécutés dans un contexte dynamique, lesquels sont en lien direct les uns avec les autres. Un de ces processus est décrit au chapitre douze (12) sous la rubrique «gestion des approvisionnements» (procurement management) et traite de façon plus spécifique des relations d affaires qui interviennent entre l équipe du projet et les intervenants externes. Se situant au stade du questionnement suivant : faire à l interne ou demander à un fournisseur (le «make or buy décision»), ce processus présuppose que la décision de l équipe de projet a été de confier à un groupe externe certains éléments de réalisation du projet. Divers considérants peuvent justifier pareille décision. Toutefois, nonobstant les prémisses sur lesquels pareille décision repose, une constante caractérise la relation entre les parties impliquées : il s agit d une relation contractuelle. Conséquemment, comme tout autre élément du projet, la relation contractuelle ayant alors cours entre les parties se doit d être gér é. En quoi consiste donc la gestion des contrats en mode gestion de projet? De façon globale, on peut décrire grossièrement la gestion des approvisionnements en management de projet comme étant un processus de planification, de formation et d administration des ententes en vue d acheter ou vendre des biens et services à une source externe au projet. Tel que précédemment mentionné, le Guide PMBOK, à son chapitre douze (12), traite de ce processus. Toutefois, sans en faire une critique, il est important de préciser que le Guide PMBOK ne considère que le point de vue du donneur d ordres dans son analyse de la gestion des approvisionnements. La réalité nous enseigne par contre qu au moins deux parties sont minimalement impliquées dans l opération d approvisionnement : le donneur d ordres et le fournisseur. Il est donc primordial d élargir le spectre d analyse de la gestion des approvisionnements au delà de ce que préconise le Guide PMBOK pour mettre en parallèle les obligations administratives et légales inhérentes à chaque partie prenante. D ailleurs, tel que nous l expliciterons de façon plus détaillée ultérieurement, il est de la caractéristique propre du processus contractuel en droit civil québécois de considérer les deux parties au contrat, les règles du droit québécois en la matière s articulant autour du concept de la «commune intention» des parties. En mode gestion de projet, on peut qualifier le contrat selon différents paramètres, dépendamment du point de vue où il est abordé. C est ainsi qu un fournisseur le verra comme une opportunité d affaires, alors que le donneur d ordres, de son côté, y verra une source d approvisionnement en biens et services. Tant le fournisseur que le donneur d ordres en feront un projet, lequel devra être géré par les gens de chacune des organisations impliquées. Mais surtout, tant le donneur d ordres que le fournisseur devront considérer le contrat comme un instrument de gestion du risque. C est ce dernier élément qui fera l objet de la troisième partie de notre exposé et que nous développerons plus amplement. 2

3 1.1. Le contrat est un projet : Le contrat est orienté vers un but. De plus, on dit de lui qu il est composé d un ensemble d activités inter reliées et coordonnées. Il a une durée déterminée, soit un point de départ et un point d arrivée. Finalement, même si des éléments de répétition peuvent s y retrouver, chaque contrat est unique en soi. Ainsi, le contrat répond à tous les éléments caractériels d un projet et doit donc être géré à la manière d un projet. Ce faisant, il y a lieu pour le chef de projet et son équipe d être constamment interpellés par l aspect «performance» lors de l exécution du processus contractuel, et ce, pour deux raisons majeures. La première implique que les décisions et actions prises, tant avant qu après l octroi du contrat, auront des conséquences significatives sur le résultat du projet. La seconde repose sur le fait qu une bonne compréhension de la gestion des contrats produira de meilleurs résultats pour l exécution du projet et une plus grande satisfaction en bout de course pour le client Le contrat se veut en lien direct avec une bonne planification du besoin d approvisionnement : La gestion des approvisionnements commence par l analyse du «faire ou faire exécuter». Il s agit ici pour le gestionnaire de projet de se demander s il serait plus approprié d utiliser les ressources internes ou celles d un fournisseur externe. Cette analyse peut également inclure la considération de l option d acheter un bien ou plutôt le louer. Afin de vérifier la validité de certaines prémisses d analyse pour une semblable prise de décision, l expertise interne ou externe peut être requise (consultants, associations professionnelles, groupes industriels, etc.). Une fois la décision prise sur ce premier élément et prenant ici pour acquis que le gestionnaires de projet a décidé d aller à l externe, l exercice d analyse sera complété par la sélection du type de contrat à utiliser en vue de créer la relation d affaires avec l éventuel fournisseur. À titre d exemple, seront alors envisagées, entre autres mais de façon non limitative, les avenues suivantes : un contrat à prix forfaitaire, un contrat à coûts remboursables ou encore un contrat à prix unitaire? Le contrat à intervenir s intègrera de façon plus générale à l intérieur du plan de gestion des approvisionnements. Ce plan de gestion des approvisionnements se veut un sous ensemble du plan du projet qui, lui, englobe l ensemble des opérations couvertes par les processus. Le plan de gestion des approvisionnements indique comment ce processus sera géré, de l étape de la planification de l appel d offres jusqu à celle de la clôture du contrat. Pour ce qui est du contenu de ce plan, il portera plus particulièrement sur les méthodes contractuelles à employer, le type de contrat qui sera utilisé, la disponibilité ou non de sources d approvisionnement multiples, la présence d estimés indépendants s il y a lieu et, finalement, l intégration de l échéancier et du système des rapports de contrôle. Un énoncé des travaux résultera de ce travail préliminaire de planification. On y retrouvera alors une description des besoins à combler avec suffisamment de détails pour permettre à d éventuels fournisseurs de soumettre une proposition. L énoncé des travaux doit être assez clair et complet, tout en étant le plus concis possible. Il doit prévoir tout produit ou 3

4 service connexe que le besoin à combler peut requérir et inclure les spécifications du produit ou service faisant l objet de l opération d approvisionnement La transposition du besoin d approvisionnement dans les documents d appel d offres : Des documents d appel d offres seront utilisés afin d obtenir des propositions de fournisseurs intéressés. Ceux ci devraient inclure notamment un énoncé des travaux, le type de réponse attendu, les spécifications requises et tout ce qui pourra être couvert éventuellement par les clauses du contrat à intervenir avec le fournisseur sélectionné. L appel d offres doit être assez rigoureux en vue d obtenir des propositions consistantes et comparables tout en étant assez flexible afin de permettre la suggestion «d équivalents comparables» ou encore de solutions novatrices. Des propositions (ou soumissions) résulteront de la procédure d appel d offres. Celles ci émaneront d éventuels fournisseurs et indiqueront leur capacité et leur désir de combler les besoins du donneur d ordres. Peux t on alors s interroger quant à savoir si ces propositions constituent une offre de contracter au sens légal du terme? Si tel est en est le cas, comment le donneur d ordres doit il traiter les soumissionnaires lui ayant déposé une proposition? Quels sont les droit et obligations de chacun en ce contexte? 2) Les particularités du contrat en droit civil québécois et leur impact pour la gestion d un projet. Il est reconnu que le contrat dans un système de droit civil constitue un accord de volontés. Le droit civil québécois n est pas en reste quant à cette approche puisque le Code civil du Québec stipule à son article 1385 que : Le contrat se forme par le seul échange de consentement entre des personnes capables de contracter, à moins que la loi n'exige, en outre, le respect d'une forme particulière comme condition nécessaire à sa formation, ou que les parties n'assujettissent la formation du contrat à une forme solennelle. (Nos soulignés) Quant à la manière de donner ce consentement auquel réfère le droit, l article suivant ( 1386) d u Code précise que : L'échange de consentement se réalise par la manifestation, expresse ou tacite, de la volonté d'une personne d'accepter l'offre de contracter que lui fait une autre personne. (Nos soulignés) Il va de soi que, dans ce système de droit, le formalisme cède le pas au consensualisme pour ce qui est de la formation du contrat. Toutefois, les parties au contrat peuvent prévoir d avance qu il est de leur intention de suspendre la formation du lien contractuel jusqu à 4

5 l accomplissement de formalités préalablement déterminées. En pareil cas, les documents d appel d offres pour un gestionnaire de projet prennent une incidence de premier ordre puisque les formalités auxquelles la formation du contrat est assujettie vont obligatoirement s y retrouver. Il y va donc de l intérêt de toutes les parties impliquées (tant les éventuels fournisseurs que le donneur d ordres) de bien maîtriser chacun des éléments du processus d appel d offres en toutes circonstances, ce qui, malheureusement, n est pas toujours le cas dans la pratique quotidienne. De façon plus concrète, le Code civil du Québec opérationnalise l échange de consentement par le biais de la présence de deux éléments : l offre de contracter suivie de son acceptation en tout point conforme. C est l article 1388 qui décrit l offre de contracter de la façon s uivante : Est une offre de contracter, la proposition qui comporte tous les éléments essentiels du contrat envisagé et qui indique la volonté de son auteur d'être lié en cas d'acceptation. En ce qui a trait à l acceptation de cette offre de contracter, le Code civil du Québec prévoit ce qui suit à son article 1393 : L'acceptation qui n'est pas substantiellement conforme à l'offre, de même que celle qui est reçue par l'offrant alors que l'offre était devenue caduque, ne vaut pas acceptation. Elle peut, cependant, constituer elle-même une nouvelle offre. Finalement, c est l article 1387 du Code civil du Québec qui précise que : Le contrat est formé au moment où l'offrant reçoit l'acceptation et au lieu où cette acceptation est reçue, quel qu'ait été le moyen utilisé pour la communiquer et lors même que les parties ont convenu de réserver leur accord sur certains éléments secondaires. (Nos soulignés) Ainsi donc, à la lumière des dispositions du Code civil du Québec en matière de formation des contrats, qu en est il du statut légal des documents d appel d offres? Constituent ils un contrat en soi dès le dépôt d une proposition par un éventuel fournisseur ou simplement une offre d entrer en pourparlers en vue d éventuellement conclure un contrat? Qu advient il s il y a non respect des dispositions prévues aux documents d appel d offres de la part du donneur d ordres? L éventuel fournisseur floué par le non respect des exigences des documents d appel d offres pourra t il prétendre automatiquement au marché convoité si sa proposition était conforme aux exigences de l appel d offres? 2.1. Le statut légal du processus d appel d offres : Les tribunaux canadiens ont soutenu au cours des dernières années que les donneurs d ordres devaient traiter équitablement et impartialement les soumissionnaires. Ce principe prend ses assises dans une décision de la Cour suprême du Canada connue sous le 5

6 nom de l arrêt Ron Engineering 2. Dans cette affaire, il a été statué que le processus d appel d offres est en soi un contrat qui doit être différencié du marché à intervenir ultérieurement entre le donneur d ordres et le fournisseur retenu. Ainsi, il y lieu de parler du contrat «A» (le processus d appel d offres) suivi du contrat «B» (le marché). Le cadre juridique devant servir à l analyse des obligations du donneur d ordres (le contrat «A») est formé lorsque les soumissionnaires présentent leurs soumissions. Ce contrat «A» régit alors la conduite du donneur d ordres pour l octroi du marché convoité (le contrat «B»). Il va de soi que les fournisseurs prennent un engagement en participant à un appel d offres. Les règles du jeu doivent donc être équitables pour tous selon le tribunal. Ainsi, le donneur d ordres doit se soumettre aux modalités qu il a choisi d énoncer dans les documents d appel d offres. Si le donneur d ordres reçoit des propositions qui répondent aux exigences de l appel d offres, il ne peut adjuger par la suite le contrat (le contrat «B») qu à un soumissionnaire conforme. Ceci étant, l appel d offres peut donc avoir pour effet de créer pour son auteur des obligations contractuelles en faveur des soumissionnaires conformes. Dans une décision ultérieure connue sous le nom de l affaire M.J.B. Enterprises Ltd. 3, la Cour suprême du Canada a poussé plus loin son raisonnement en reconnaissant que l appel d offres comporte une obligation implicite de la part du donneur d ordres d adjuger le contrat uniquement à un soumissionnaire conforme, malgré la présence de ce qu il est convenu d appeler une «clause de réserve». Une semblable clause prévoit habituellement que l auteur de l appel d offres ne s engage à accepter ni la plus basse ni aucune des propositions reçues. En conséquence, un soumissionnaire conforme ne pourrait se voir écarté du marché pour le seul motif que le donneur d ordres ne désire pas traiter avec lui et annule alors le processus d appel d offres comme la clause de réserve le lui permettrait. En 2000, la Cour suprême du Canada a rendu un autre arrêt de principe en matière d appel d offres dans l affaire Martel Building Ltd 4. Réitérant les principes établis dans l arrêt M.J.B. Enterprises Ltd. au sujet de la formation d un contrat par le mécanisme d appel d offres, la Cour statue dans ce cas que l intention présumée des parties était de former un contrat «A» comportant une obligation implicite pour le propriétaire de traiter tous les soumissionnaires sur un pied d égalité et de façon équitable. La Cour a alors considéré que la clause de réserve selon laquelle ni la soumission la plus basse ni aucune soumission ne serait nécessairement retenue n exclut pas l obligation de traiter tous les soumissionnaires équitablement. En 2007, la logique d application des principes établis par la Cour suprême du Canada en la matière en prend quelque peu pour son rhume dans une autre décision du même tribunal, l affaire Double N 5. Le plus haut tribunal du pays a alors déclaré que le donneur d ordres n a pas l obligation de vérifier la validité des informations contenues dans les offres déposées. De plus, Ontario c. Ron Engineering & Construction (Eastern) Ltd., [1981] 1 R.C.S. 111 M.J.B. Enterprises Ltd. c. Construction de défense (1951) ltée, [1999] 1 R.C.S Martel Building Ltd. c. Canada, [2000] 2 R.C.S Double N Earthmovers Ltd. c. Ville d'edmonton, [2007] CSC 3. 6

7 toujours selon cette décision, le donneur d ordres peut négocier avec le fournisseur retenu après l adjudication du contrat et signer une entente de marché (le contrat «B») dans laquelle il renonce à certaines exigences contenues dans l appel d offres, dans la mesure où ce donneur d ordres s est réservé le droit, dans l appel d offres, de négocier avec le soumissionnaire le moins distant. Ainsi donc, selon le tribunal, l obligation du donneur d ordres de traiter équitablement les soumissionnaires ne survit pas à la formation du contrat «B» avec le soumissionnaire retenu. Tant et aussi longtemps que le donneur d ordres peut sincèrement déclarer qu il ne savait pas que l information était inexacte, il peut adjuger le contrat «B» à un soumissionnaire qui ne s était pas conformé de façon importante aux modalités de l appel d offres. Le donneur d ordres peut donc conclure le contrat «B» avec le soumissionnaire non conforme en renonçant à l exigence initiale de l appel d offres. En semblable cas, un soumissionnaire non retenu pourrait ne disposer d aucun recours puisque les obligations du donneur d ordres en vertu du contrat «A» s éteignent une fois que le marché a été adjugé. Il faut être conscients que la décision «Double N» origine des tribunaux d Alberta, province de tradition de Common Law. Il y lieu de se questionner quant à l impact qu aura cette décision en droit civil québécois puisque, tel que précédemment mentionné, les règles de formation des contrats reposent en grande parties sur le principe du consensualisme et, de surcroît, des principes de bonne foi sont clairement enchâssées dans le Code civil du Québec. Avant l affaire «M.J.B.», cette notion de bonne foi du donneur d ordres était omniprésente et capitale dans les décisions des tribunaux québécois portant sur la conformité des soumissions. En effet, à cette époque (soit avant que ne soit bien ancrée au Québec la théorie du précontrat (le contrat «A»)), on considérait que la décision du donneur d ordres ne pouvait être remise en question par les tribunaux que dans la mesure où il pouvait être démontré la fraude du donneur d ordres, son abus ou encore sa mauvaise foi. S il est vrai que, dans une certaine mesure, l affaire «Double N» constitue un cas d espèce (selon les dires de plusieurs juristes spécialisés en ce domaine), il n en demeure pas moins qu elle semble ouvrir la porte à un affaiblissement de l importance de l obligation de conformité, à l inverse de l orientation adoptée par la Cour suprême du Canada dans l affaire «M.J.B. Enterprises Ltd.». Selon certains juristes reconnus en la matière 6, on peut dénoter dans l état actuel du droit civil québécois une tendance de la Cour d appel du Québec à relâcher les exigences au niveau de la conformité des soumissions. Toutefois, force nous est de constater que ce constat ne semble pas absolu mais se veut plutôt une tendance jurisprudentielle qui restera à être confirmée dans un futur plus ou moins lointain! 6 Voir entre autres l intéressante étude de Me Jasmin Lefebvre intitulée : Les exigences des tribunaux quant à la conformité des soumissions sont-elles en processus d érosion? Le point suite à la décision dans Structures G.B. inc. c. Ville de Rimouski ; publiée à : 2009, 68 R du B, 253 ; lequel affirme ce qui suit : Au point où nous en sommes, compte tenu de la recherche que nous avons effectuée, malgré plusieurs indices qui tendent à soutenir notre hypothèse, il serait téméraire de conclure de façon catégorique à l existence d une évolution marquée de la jurisprudence allant dans le sens d une érosion des exigences de conformité des soumissions. (p.275) 7

8 3) Le rôle du processus contractuel dans la gestion d un projet? Nous avons précédemment élaboré que dès qu un gestionnaire de projet décide d impartir certains éléments de réalisation à une source externe, il y a présence d un contrat. En droit civil québécois, le contrat crée des droits et des obligations pour les deux parties et il est essentiel que tout gestionnaire de projet soit au fait de la portée de ceux ci en vue d une gestion efficace et efficiente du projet. Qu en est il dans ce contexte du processus contractuel vu sous l angle du gestionnaire? Doit il être intégré ab initio à la dynamique relationnelle impliquant le fournisseur et le donneur d ordres ou doit on plutôt n y voir qu un moyen de preuve utilisable en cas de conflit judiciarisé? La réponse à pareil questionnement ne laisse aucun équivoque : le contrat en mode gestion de projet est un outil de gestion du risque. En effet, en cours de réalisation d un projet, il existe trois (3) types de risques que le gestionnaire se doit de maîtriser au meilleur des connaissances des membres de son équipe : les risques techniques, les risques organisationnels et les risques financiers. Il est primordial pour le chef de projet de prendre conscience que les frontières existant entre ces trois catégories de risques ne sont pas étanches. Lorsqu ils se matérialisent, la majorité des risques, de quelque nature qu ils soient, influencent à court terme la durée et le coût d un projet. Il est donc essentiel de minimiser la survenance de ceux ci en cours d exécution et c est pourquoi une saine gestion du contrat se voudra le moyen facilitateur pour atteindre cet objectif. En ce sens, le contrat est sans contredits un instrument de première importance pour le gestionnaire de projet. Contrairement à ce que l on serait porté de croire, le risque en gestion de projet n a pas une dimension unilatérale. Il est tout autant présent pour le fournisseur qu il peut l être pour l équipe de projet. Au stade précédant la préparation de sa proposition, le fournisseur devra identifier clairement quel est le niveau de risque du marché convoité. Il lui faudra alors identifier, analyser, prioriser et mitiger les risques que représente l opportunité d affaires. En contrepartie, le fournisseur soupèsera les risque de gains potentiels provenant de l opportunité d affaires; il s agira pour lui d identifier et de prioriser ces bénéfices potentiels. Au terme de cette analyse, le processus de gestion du risque se mettra en action où, de façon rigoureuse, seront confrontés les opportunités et les risques en vue de dégager une position confortable pour le fournisseur qui choisira de déposer une proposition. Préalablement au dépôt des propositions, les principales sources d incertitudes, tant pour le donneur d ordres que l éventuel fournisseur, sont les suivantes : le manque de clarté ou l incompréhension des exigences, l incertitude des coûts, la méconnaissance technique ou encore l incertitude des échéanciers. Il est alors essentiel de prévoir un processus de gestion du risque, lequel permettre d identifier et de quantifier toutes les zones d incertitude. Dans cette ligne de pensée, ce seront les clauses et les termes du contrat («Terms (TC) and Conditions (CS)») qui aideront à construire un ensemble en vue de palier de la meilleure façon possible aux risques et sources d incertitudes précédemment identifiés par chaque partie. 8

9 3.1 La négociation du type de contrat et de son prix : Du point de vue du donneur d ordres, il est essentiel pour le succès du projet de négocier un type de contrat et un prix (ou à tout le moins estimer le coût et les honoraires des produits/ou services à rendre) où il en résultera un risque raisonnable pour le fournisseur et où le contrat deviendra, par le fait même, un incitatif pour une exécution efficiente et un rendement économique intéressant pour le fournisseur. En ce sens, le contrat devra être structuré et conduit de façon à distribuer et contrôler le risque de façon équitable pour toutes les parties. Parmi les principaux facteurs pris en considération pour sélectionner un type de contrat en vue de distribuer de façon équitable les risques du projet figurent : La capacité du système comptable du fournisseur; L incertitude dans l estimé des coûts; Le type et la complexité des exigences; L urgence du besoin à combler; Les conditions du marché et la compétition; La capacité technique du fournisseur; Les coûts d administration pour chaque partie; L envergure et le montant du contrat envisagé. Pour ce qui concerne la détermination du prix, la principale considération pour son établissement devrait être la raisonnabilité. Deux éléments entrent alors en ligne de compte à ce chapitre : le réalisme du prix établi et sa compétitivité. C est à ce stade qu intervient le processus de la négociation du contrat. Pour le donneur d ordres, l objectif poursuivi à ce moment peut se résumer dans les deux (2) éléments suivants : acquérir les fournitures ou services selon la qualité désirée, en temps voulu et au plus bas prix possible (dans la mesure où celui ci est raisonnable) ; Satisfaire les besoins de l utilisateur final (le client). Du point de vue du fournisseur, les objectifs poursuivis dans le cadre de la négociation du c ontrat sont les suivants : Le profit (le profit à court terme mais également le profit à long terme, lequel peut être alors amener le fournisseur à voir sous un angle différent le marché); La satisfaction des besoins de son client. 3.2 L administration du contrat : L objectif principal de l administration du contrat, tant pour le donneur d ordres que pour le fournisseur, est de s assurer de l accomplissement des obligations contractuelles assumées par chaque partie. D un côté comme de l autre, les politiques clés pour une saine gestion du contrat sont les suivantes : 9

10 Faire l adéquation du rendu par rapport aux clauses contractuelles; Communiquer et contrôler efficacement, tant à l interne qu à l externe; Contrôler efficacement les changements contractuels; Résoudre de façon efficace, les réclamations et les disputes. Dans cette dynamique, la communication entre les parties est essentielle au succès de l opération. Partant du fait que les contrats sont des relations bipartites (ou même plus), les relations entre les parties ne sont pas coulées dans le béton et changent constamment selon les circonstances. En ce sens, on peut dire des relations contractuelles qu elles sont dynamiques. La communication entre les parties est essentielle pour obtenir une réponse efficace aux changements qui surviennent inévitablement en cours de route. L échange d informations entre le donneur d ordre et le fournisseur est alors nécessaire, mais est il en soi suffisant? Il va de soi que non. Ainsi, chaque partie au contrat doit analyser les obligations qui en découlent, assigner des responsabilités aux membres de son organisation et fixer des objectifs de performance. Au quotidien, la gestion du contrat exige l observation, la documentation des décisions prises en fonction des événements et la production des comptes rendus d exécution. En regard de ce dernier élément (l exécution), il est inhérent au processus que des variances se manifestent en cour de réalisation. Il est donc important pour chaque partie d identifier et analyser les causes de ces variances en vue de prendre les actions correctives appropriées le plus rapidement possible et en faire le suivi. Préalablement à la réalisation de l ouvrage, chaque partie au contrat doit s assurer de bien comprendre l opération couverte par le contrat, soit en quelque sorte le but du projet. Ainsi, il est essentiel pour chaque partie de lire chacune des clauses du contrat et bien distinguer les exigences techniques par rapport aux exigences administratives. En agissant de la sorte, il sera plus facile pour le fournisseur de développer la structure de découpage du travail à effectuer et identifier ainsi qui sera responsable des différents é léments du projet. Il est souvent utile, préalablement au début du projet, de tenir des réunions de pré exécution entre le donneur d ordres et le fournisseur. Celles ci permettront aux parties de revoir les clauses contractuelles, d établir les procédures administratives tout comme les protocoles de communication. Il est important lors de ces réunions de voir à la tenue des procès verbaux et de leur distribution à tous les intervenants concernés par les sujets abordés lors de ces réunions. Les changements sont inévitables en cours de réalisation du projet. Les parties doivent toujours se remémorer que ceux ci requièrent un consentement mutuel des parties au contrat, à moins que celui ci permette des changements unilatéraux. Les changements modifient toujours les exigences du contrat et les clauses contractuelles. Ils ajoutent au contrat, enlèvent, ou font les deux opérations à la fois. Une chose est toutefois certaine, ils affectent simultanément trois (3) contraintes du projet : la performance, l échéancier et le coût. 10

11 Il serait utopique pour un gestionnaire de projet de croire que celui ci se réalisera en l absence d une quelconque forme de réclamation. Les ententes contractuelles ne sont pas parfaites tout comme les incompréhensions sont inévitables de part et d autre. Les réclamations et les conflits sont partis intégrante du processus contractuel. Les réclamations ne doivent toutefois pas interrompre l exécution du projet et, en ce sens, elles doivent être résolus rapidement et indépendamment de toute passion; il en va du succès du projet et de la compétence reconnue du chef de projet de mettre en place des mécanismes de solution où chaque partie y trouvera son compte! Conclusion : En gestion de projet, le contrat est trop souvent perçu comme un document ne devant servir qu au stade de la clôture du projet. Tel que nous le préconisons, il s agit plutôt d un instrument de gestion du risque qui doit être constamment consulté lors de la phase d exécution et servir de guide de référence, tant pour le donneur d ordres que le fournisseur. En ce sens, sa négociation dans une optique «gagnant gagnant» est primordiale puisque chaque partie et, ultimement, le client, y trouvera son compte. L importance que ce processus se déroule en continu, de la définition du besoin en passant par l appel d offres jusqu à la négociation finale ne doit d aucune façon être mise en doute. Penser autrement serait faire abstraction de la survenance des risques à toute étape du développement ou de la réalisation du projet. 11

Livre Blanc Oracle Juin 2009. Gérer avec succès les risques des contrats pour établir une relation «gagnant-gagnant»

Livre Blanc Oracle Juin 2009. Gérer avec succès les risques des contrats pour établir une relation «gagnant-gagnant» Livre Blanc Oracle Juin 2009 Gérer avec succès les risques des contrats pour établir une relation «gagnant-gagnant» Préambule Ce livre blanc met en avant certains risques impliqués dans les travaux liés

Plus en détail

La Loi sur les contrats des organismes publics en droit de la construction: l exercice de pré-qualification des entrepreneurs en matière d appel d

La Loi sur les contrats des organismes publics en droit de la construction: l exercice de pré-qualification des entrepreneurs en matière d appel d La Loi sur les contrats des organismes publics en droit de la construction: l exercice de pré-qualification des entrepreneurs en matière d appel d offres Me Éric Simard Janvier 2010 2 Le texte reflète

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR :

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR : MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : Direction des ressources humaines OBJET : Formation et développement des ressources humaines (excluant le personnel cadre) NUMÉRO : DRH-006 EN VIGUEUR :

Plus en détail

Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5))

Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5)) Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5)) Introduction Bien des propriétaires d entreprises se demandent,

Plus en détail

ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL

ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL ENTRE : LE BARREAU DU QUÉBEC, ayant son siège social au 445, boul. Saint-Laurent, Montréal, Québec, H2Y 3T8 (Ici représenté

Plus en détail

Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT

Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT CCTT CENTRES COLLÉGIAUX DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT Septembre Pour tout renseignement sur

Plus en détail

L appel d offres en RI : Comment gagner? 4 juin 2015

L appel d offres en RI : Comment gagner? 4 juin 2015 ARIHQ L appel d offres en RI : Comment gagner? 4 juin 2015 Congrès ARIQH Mont-Sainte-Anne 0 Le présentateur Bernard Côté, p.g.c.a., M.B.A., SSGB Directeur-conseil, associé, Planification financière et

Plus en détail

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Document d orientation aux organismes publics Annexe A Rôles et responsabilités détaillés des

Plus en détail

Bulletin de pratique professionnelle n o 3

Bulletin de pratique professionnelle n o 3 Bulletin de pratique professionnelle n o 3 INDICATIONS SUR LES DIVERS TYPES DE RAPPORT D ÉVALUATION 1. Les Normes d exercice 110 et 120 s appliquent à tout rapport d évaluation par lequel est transmise

Plus en détail

L utilisation et le contenu d un devis d événement

L utilisation et le contenu d un devis d événement Chapitre 4 Annexe B L utilisation et le contenu d un devis d événement Les formules de gestion pour la réalisation ont été discutées à l annexe 4A. Une de ces formules est le lancement, par le promoteur,

Plus en détail

POLITIQUE D APPROVISIONNEMENT, DE CONTRATS DE

POLITIQUE D APPROVISIONNEMENT, DE CONTRATS DE POLITIQUE D APPROVISIONNEMENT, DE CONTRATS DE SERVICE ET DE CONTRATS DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION DU COMITÉ DE GESTION DE LA TAXE SCOLAIRE DE L ÎLE DE MONTRÉAL (Adoptée le 15 avril 2010 par la résolution

Plus en détail

Comptabilisation du coût des travaux de reconstruction des ponts municipaux dont la gestion est assumée par le gouvernement du Québec

Comptabilisation du coût des travaux de reconstruction des ponts municipaux dont la gestion est assumée par le gouvernement du Québec Document d information Direction générale des finances municipales Février 2009 Comptabilisation du coût des travaux de reconstruction des ponts municipaux dont la gestion est assumée par le gouvernement

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES ACHATS

POLITIQUE SUR LES ACHATS POLITIQUE SUR LES ACHATS Adoption : Conseil d administration du RCDR, 24 février 2006 Dernière révision : Conseil d administration du RCDR, 19 mars 2014 1. OBJET Définir les responsabilités et les obligations

Plus en détail

Projet de lancement d un programme de mise en pension de titres du gouvernement canadien détenus par la Banque du Canada. Document de travail

Projet de lancement d un programme de mise en pension de titres du gouvernement canadien détenus par la Banque du Canada. Document de travail Projet de lancement d un programme de mise en pension de titres du gouvernement canadien détenus par la Banque du Canada Document de travail le 27 août 2001 2 Introduction Un certain nombre de mesures

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES Politique adoptée par la Résolution CA-2013-2014-7 du conseil d administration du Conservatoire à sa 26 e séance ordinaire tenue

Plus en détail

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises politique adoptée par le CECS le 6 novembre 2002 Suite à l adoption par le Comité des études de cycles supérieurs en psychologie du projet de modification

Plus en détail

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ L ORGANE DIRECTEUR, PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT Rappelant que la Stratégie de financement a pour objectifs

Plus en détail

Politique de gestion intégrée des risques

Politique de gestion intégrée des risques 5, Place Ville Marie, bureau 800, Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 Téléc. 514 843.8375 www.cpaquebec.ca Politique de gestion intégrée des risques Émise par la Direction, Gestion

Plus en détail

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS Champ d application de la politique La présente politique expose les politiques de la Bourse relatives aux emprunts contractés

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE, DES RESSOURCES HUMAINES, DES MISES EN CANDIDATURE ET NOMINATIONS ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE, DES RESSOURCES HUMAINES, DES MISES EN CANDIDATURE ET NOMINATIONS ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE DU COMITÉ DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE, DES RESSOURCES HUMAINES, DES MISES EN CANDIDATURE ET NOMINATIONS ET DE LA RÉMUNÉRATION de GEORGE WESTON LIMITÉE TABLE DES MATIÈRES 1. RESPONSABILITÉS DU

Plus en détail

Exemple : Consultant Contrat et stipulations

Exemple : Consultant Contrat et stipulations Exemple : Consultant Contrat et stipulations Note : Le présent document est fourni à des fins informatives seulement. Les associations professionnelles de la santé qui souhaitent utiliser cette ressource

Plus en détail

ANNEXE N 5. Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif. Description

ANNEXE N 5. Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif. Description ANNEXE N 5 Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif À l instar du dispositif de médiation de la FFSA, celui du GEMA, dans sa forme actuelle, découle

Plus en détail

Examen des marchés publics

Examen des marchés publics Tribunal canadien du commerce extérieur Canadian International Trade Tribunal TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR Examen des marchés publics Tribunal canadien du commerce extérieur Examen des marchés

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

FIT EUROPE CODE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE

FIT EUROPE CODE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE CODE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE Considérant le rôle majeur que jouent les traducteurs et les interprètes dans la facilitation et la promotion de la communication et de la compréhension internationales,

Plus en détail

Alerte audit et certification

Alerte audit et certification Alerte audit et certification NORMES CANADIENNES DE MISSIONS DE CERTIFICATION (NCMC) JUILLET 2015 NCMC 3000, Missions d attestation autres que les audits ou examens d informations financières historiques

Plus en détail

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS Dernière modification en vigueur le 1 er mars 2014 Ce document a valeur officielle chapitre V-1.1, r. 7.1 RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS A.M.

Plus en détail

CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL

CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL Coopératives de services financiers Publication initiale : Décembre 2007 Mise à jour : TABLE DES MATIÈRES 1. Introduction... 3 2. Principes généraux...

Plus en détail

Programme d innovation en matière de bioproduits agricoles (PIBA) Foire aux questions (v. 1)

Programme d innovation en matière de bioproduits agricoles (PIBA) Foire aux questions (v. 1) Programme d innovation en matière de bioproduits agricoles (PIBA) Foire aux questions (v. 1) Table des matières : Comment puis-je obtenir la documentation sur le programme?... 2 Quels types de fonds sont

Plus en détail

CAPELO - Compléments au dossier de carrière

CAPELO - Compléments au dossier de carrière CAPELO - Compléments au dossier de carrière Instructions administratives aux employeurs 01/01/2013 Tour du Midi / Zuidertoren Bruxelles1060 Brussel T +32 (0)2 791 50 00 F +32 (0)2 791 50 99 www.capelo.be

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE DE LA VILLE DE SAINT-PASCAL 1. OBJECTIFS DE LA POLITIQUE La présente politique de gestion contractuelle instaure des mesures conformes à celles exigées en vertu de l

Plus en détail

JInvestors. Groupe. Imagine. Consultation relative à l offre d assurance par internet au Québec. Objet: Madame, A. Commentaires généraux

JInvestors. Groupe. Imagine. Consultation relative à l offre d assurance par internet au Québec. Objet: Madame, A. Commentaires généraux Groupe JInvestors Le 23 mai 2012 Anne-Marie Beaudoin Secrétaire générale Autorité des marchés financiers 800, square Victoria, 22e étage C.P. 246, tour de la Bourse Montréal (Québec) H4Z 1G3 Télécopieur:

Plus en détail

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE PENSÉE ET VISION STRATÉGIQUE Avoir une perspective globale des enjeux actuels et futurs du client ainsi que de définir des orientations visant

Plus en détail

Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration

Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration Comment Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration dans les communes Six étapes pour réussir les projets de cyberadministration dans des petites et moyennes communes avec la méthode de

Plus en détail

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 1. Le Conseil de l AAI a approuvé le Programme-cadre d études et les Lignes directrices sur l éducation lors de la réunion qui a eu lieu le 6 juin 1998,

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA Le présent document a pour but de servir de guide pour ce qui est des rôles et des responsabilités du coordonnateur communautaire

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION

MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION Les règles du comité de vérification qui suivent ont été mises à jour en juin 2009 après un examen annuel de toutes les règles des comités du conseil. I. OBJET Le comité

Plus en détail

SCARM Direction de l approvisionnement Ville de Montréal Mars 2013

SCARM Direction de l approvisionnement Ville de Montréal Mars 2013 SCARM Direction de l approvisionnement Ville de Montréal Mars 2013 Table des matières Politique d approvisionnement... 5 Politique de gestion contractuelle... 6 Des biens et des services... 7 Fichier

Plus en détail

EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES

EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES Compte rendu des décisions de la réunion de la TNMP à Québec (les 20 et 21 novembre 2003) : Les Parties ont présenté un

Plus en détail

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4 FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES Mandats des comités du conseil d administration 2.4 2.4.2 Comité de vérification et de la gestion des risques 1. Mandat Le Comité de vérification et

Plus en détail

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES Approuvé par le Comité des Affaires Fiscales de l OCDE le 23 janvier 2006 MISE EN DIFFUSION GENERALE

Plus en détail

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION 1. CHAMP D'APPLICATION Cette directive traite du paiement d intérêts par la Société de l assurance automobile du Québec (la Société). 2. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE Cette directive découle de la Loi sur

Plus en détail

GUIDE DU STAGE D EXPÉRIENCE PRATIQUE 2012

GUIDE DU STAGE D EXPÉRIENCE PRATIQUE 2012 2012 PRÉAMBULE Cette version 2012 du Guide du stage d expérience pratique vise non seulement à fournir toutes les informations dont un candidat a besoin afin de remplir avec succès les exigences relatives

Plus en détail

LOI SUR L ACCESSIBILITÉ POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES DE L ONTARIO (LAPHO) - 2005. Ricoh Canada NORMES D ACCESSIBILITÉ INTÉGRÉES Plan pluriannuel

LOI SUR L ACCESSIBILITÉ POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES DE L ONTARIO (LAPHO) - 2005. Ricoh Canada NORMES D ACCESSIBILITÉ INTÉGRÉES Plan pluriannuel LOI SUR L ACCESSIBILITÉ POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES DE L ONTARIO (LAPHO) - 2005 Ricoh Canada NORMES D ACCESSIBILITÉ INTÉGRÉES Plan pluriannuel Partie I DISPOSITIONS GÉNÉRALES Section Initiative Description

Plus en détail

La planification des RH et la dotation en personnel : comment sont-elles reliées?

La planification des RH et la dotation en personnel : comment sont-elles reliées? La planification des RH et la dotation en personnel : comment sont-elles reliées? Contexte Nous entendons dire : «La planification des RH constitue le fondement de la dotation en personnel sous la nouvelle

Plus en détail

Planification de la relève Troisième partie : La vente de l entreprise à un tiers

Planification de la relève Troisième partie : La vente de l entreprise à un tiers Planification de la relève Troisième partie : La vente de l entreprise à un tiers par LORI MATHISON Voici le dernier d une série de trois articles rédigés par Lori Mathison et publiés sur le Reper portant

Plus en détail

ISO/IEC 20000-1 versus ITIL

ISO/IEC 20000-1 versus ITIL ISO/IEC 20000- versus ITIL Séminaire du 6 Novembre itsmf OUEST C. LAHURE Axios Systems Ordre du jour ISO / IEC 20000- La Norme et son contexte Le référentiel La démarche d implémentation Le contexte de

Plus en détail

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers GUIDE DE PRÉSENTATION PORTANT SUR LA CONFORMITÉ D UNE CESSION D ENTREPRISE PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC Mars 2008 Autorité des marchés financiers Ce document a été produit par la Surintendance

Plus en détail

FICHE. ConseilOrga THÉMATIQUE. Quelles différences entre ISO et PMI, concernant le management de projet? Mars. Asssitance & Direction de projets

FICHE. ConseilOrga THÉMATIQUE. Quelles différences entre ISO et PMI, concernant le management de projet? Mars. Asssitance & Direction de projets FICHE Mars ConseilOrga 2013 THÉMATIQUE Asssitance & Direction de projets Quelles différences entre ISO et PMI, concernant le management de projet? Ces quatre derniers mois ont été très riches pour le management

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Décision du juge unique de la Commission du Statut du Joueur

Décision du juge unique de la Commission du Statut du Joueur Décision du juge unique de la Commission du Statut du Joueur rendue le 11 mai 2012 à Zurich, Suisse par Geoff Thompson (Angleterre) Juge unique de la Commission du Statut du Joueur, au sujet d une plainte

Plus en détail

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ Rue Saint-Jean 32-38 à 1000 Bruxelles Table des matières 1. Introduction 3 2. Réglementation 3 3. Rappel

Plus en détail

ENTENTE DE RECONNAISSANCE MUTUELLE VISANT À FACILITER LA MOBILITÉ DES INGÉNIEURS ENTRE L IRLANDE ET LE CANADA

ENTENTE DE RECONNAISSANCE MUTUELLE VISANT À FACILITER LA MOBILITÉ DES INGÉNIEURS ENTRE L IRLANDE ET LE CANADA ENTENTE DE RECONNAISSANCE MUTUELLE VISANT À FACILITER LA MOBILITÉ DES INGÉNIEURS ENTRE L IRLANDE ET LE CANADA (Ébauche, novembre 2007) 1 PARTIES 1.1 L Institution of Engineers of Ireland (Engineers Ireland)

Plus en détail

POLITIQUE D APPROVISIONNEMENT DE BIENS ET SERVICES AVRIL 2007

POLITIQUE D APPROVISIONNEMENT DE BIENS ET SERVICES AVRIL 2007 POLITIQUE D APPROVISIONNEMENT DE BIENS ET SERVICES AVRIL 2007 Mise à jour le 2 mai 2007 TABLE DES MATIERES PAGES MODALITÉ D ENCOURAGEMENT LOCAL... 1 A. DEFINITION... 1 B. OBJECTIFS... 1 C. APPLICATIONS

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE OBJECTIFS La présente politique constitue une politique de gestion contractuelle instaurant des mesures conformes à celles exigées en vertu de l article 938.1.2 du Code

Plus en détail

Approvisionnement des services de bureau de gestion de projet. Approvisionnement d un logiciel et des services pour la modernisation de paye

Approvisionnement des services de bureau de gestion de projet. Approvisionnement d un logiciel et des services pour la modernisation de paye Travaux publics et Services Gouvernementaux Canada Bureau de l Agent principal de gestion des risques Projet de modernisation de paye Approvisionnement des services de bureau de gestion de projet Approvisionnement

Plus en détail

COLLOQUE EN APPROVISIONNEMENT 2014

COLLOQUE EN APPROVISIONNEMENT 2014 COLLOQUE EN APPROVISIONNEMENT 2014 Secrétariat du Conseil du trésor Sous-secrétariat aux marchés publics Direction de la formation sur les marchés publics Direction de la formation sur les marchés publics

Plus en détail

Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise

Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise L expérience à votre service Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise Assurance pollution et coûts de dépollution des locaux d entreprise Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise

Plus en détail

Le contrat de production/d artiste

Le contrat de production/d artiste Le contrat de production/d artiste Check-list pour la négociation d un contrat de production/d artiste AVERTISSEMENT : Nos check-lists ont pour but de vous aider à formuler certaines questions à se poser

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages

Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages Convention sur la diversité biologique : ABS Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages RESSOURCES GÉNÉTIQUES CONNAISSANCES TRADITIONNELLES FOURNISSEURS UTILISATIONS CONSENTEMENT PRÉALABLE

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE Section I : Dispositions générales 1. But La Ville de Kirkland établit par la présente politique des règles en matière de gestion contractuelle afin de favoriser la transparence,

Plus en détail

Norme canadienne 23-101 Règles de négociation

Norme canadienne 23-101 Règles de négociation Norme canadienne 23-101 Règles de négociation PARTIE 1 DÉFINITION ET INTERPRÉTATION 1.1 Définition 1.2 Interprétation PARTIE 2 LE CHAMP D APPLICATION DE LA RÈGLE 2.1 Le champ d application de la règle

Plus en détail

Politique de gestion contractuelle

Politique de gestion contractuelle Politique de gestion contractuelle Décembre 2010 (modifiée juin 2011) Table des matières SECTION 1 : Objectifs, définitions et champs d application...3 1.1 Objectifs...3 1.2 Éthique...3 1.3 Portée...4

Plus en détail

CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR

CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR ALIMENTER L AVENIR CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR 20 mars 2006 / Mise à jour Septembre 2012 TABLE DES MATIÈRES 11 12 13 14 15 16 17 18 19 10 Page Définitions 2 Interprétation 3 Objet 3 Règles de conduite

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION La présente Charte établit le rôle du Conseil d administration (le «Conseil») d Innergex énergie renouvelable inc. (la «Société») et est assujettie aux dispositions des

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GENERALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/63/57 13 mars 2011 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITE EXECUTIF DU FONDS MULTILATERAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

CADRE CANADIEN RELATIF AU DROIT D EXERCICE

CADRE CANADIEN RELATIF AU DROIT D EXERCICE NÉGOCIATION D ENTENTES INTERNATIONALES DE RECONNAISSANCE MUTUELLE Définition des principaux aspects à prendre en considération Cette section définit et interprète les principaux aspects à prendre en considération

Plus en détail

APPEL DE PRÉSÉLECTION (ADP)

APPEL DE PRÉSÉLECTION (ADP) Le 2 avril 2014 APPEL DE PRÉSÉLECTION (ADP) L objet de cet Appel de présélection est d établir une liste de courtiers d assurance qui sont en mesure de fournir des offres de service et des propositions

Plus en détail

Gestion commerciale LCA.8Z. Information : (514) 376-1620, poste 419

Gestion commerciale LCA.8Z. Information : (514) 376-1620, poste 419 Gestion LCA.8Z Information : (514) 376-1620, poste 419 Programme de formation Type de sanction Attestation d études collégiales permettant de cumuler 35 unités 1/3. Buts généraux du programme Ce programme

Plus en détail

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Quebec PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Direction de la formation générale

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LES CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION

RÈGLEMENT SUR LES CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION RÈGLEMENTS POLITIQUES PROCÉDURES RÈGLEMENT SUR LES CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION Adopté par le conseil d administration le 25 mars 2009 et modifié le 17 juin 2015

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES CONTRATS D HÉMA-QUÉBEC. Révision 4 Avril 2011

POLITIQUE SUR LES CONTRATS D HÉMA-QUÉBEC. Révision 4 Avril 2011 POLITIQUE SUR LES CONTRATS D HÉMA-QUÉBEC Révision 4 Avril 2011 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 : DISPOSITIONS GÉNÉRALES... 1 SECTION 1 - CHAMP D APPLICATION... 1 SECTION 2 - PRINCIPES... 1 SECTION 3 - DÉFINITIONS...

Plus en détail

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Améliorations 2014 des Normes comptables pour les entreprises à capital fermé Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Avant-propos En octobre 2014, le Conseil

Plus en détail

RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS

RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS Norme n o 610 RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS 1. Les experts en évaluation d entreprises peuvent se voir

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS... 3 A. Membres du Conseil, principes de gouvernance

Plus en détail

~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~

~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~ CHARTE DU COMITÉ DU RISQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Approuver le cadre de gestion des

Plus en détail

CHARTE DE BONNES PRATIQUES DE LA SOUS-TRAITANCE

CHARTE DE BONNES PRATIQUES DE LA SOUS-TRAITANCE CHARTE DE BONNES PRATIQUES DE LA SOUS-TRAITANCE Cette charte a vocation à s appliquer lors de travaux effectués par une ou plusieurs entreprises, dites sous-traitantes, à l intérieur de l enceinte et des

Plus en détail

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Introduction Rapport explicatif 1. La Conférence de haut niveau sur l avenir

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs Appendice 2 (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs NOTE Dans les propositions de Texte identique, XXX désigne un qualificatif de norme

Plus en détail

Le contrat de licence

Le contrat de licence Le contrat de licence Check-list pour la négociation d un contrat de licence AVERTISSEMENT : Nos check-lists ont pour but de vous aider à formuler certaines questions à se poser lorsque vous négociez des

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/3/L.8 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Distr. : limitée 17 janvier 2015 Français Original : anglais Plénière

Plus en détail

5.6 Concertation pour l emploi

5.6 Concertation pour l emploi 5.6 Concertation pour l emploi Généralités 5.6 CONCERTATION POUR L EMPLOI 2015-01-05 Table des matières Page 2 sur 2 Table des matières Table des matières...2 CONCERTATION POUR L EMPLOI - Généralités...3

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

Comité sur le professionnalisme de l AAI Reconnaissance mutuelle et autres questions transfrontalières

Comité sur le professionnalisme de l AAI Reconnaissance mutuelle et autres questions transfrontalières Comité sur le professionnalisme de l AAI Reconnaissance mutuelle et autres questions transfrontalières 1. À mesure que la profession actuarielle se mondialise et que les clients que nous servons élargissent

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA COMMANDE PUBLIQUE

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA COMMANDE PUBLIQUE RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA COMMANDE PUBLIQUE Article 1 Lorsque les marchés publics de fournitures, services et travaux sont d un montant inférieur au seuil de 230 000 euros HT, l autorité adjudicatrice

Plus en détail

La Corporation Cadillac Fairview Limitée

La Corporation Cadillac Fairview Limitée La Corporation Cadillac Fairview Limitée Plan d accessibilité pluriannuel 2012-2016 Conformément au Règl. de l Ont. 191/11 Y compris les normes d accessibilité pour l information et les communications

Plus en détail

Appel d offres pour l organisation des événements annuels de l Ordre des architectes du Québec (OAQ)

Appel d offres pour l organisation des événements annuels de l Ordre des architectes du Québec (OAQ) Appel d offres pour l organisation des événements annuels de l Ordre des architectes du Québec (OAQ) Date limite de présentation des propositions : Le mardi 4 septembre 2012, 17 h 1 Renseignements préliminaires

Plus en détail

José Zilla, avocat spécialiste FSA en droit du travail. Newsletter mars 2015

José Zilla, avocat spécialiste FSA en droit du travail. Newsletter mars 2015 Tribunal fédéral 2C_543/2014 II e Cour de droit public Arrêt du 26 novembre 2014 (d) Résumé et analyse Proposition de citation : José Zilla, Activité de location de services soumise à autorisation sous

Plus en détail

Principes et pratiques relatifs à la vente de produits. et services par les courtiers en assurance de dommages

Principes et pratiques relatifs à la vente de produits. et services par les courtiers en assurance de dommages Principes et pratiques relatifs à la vente de produits La déclaration intitulée Principes et pratiques relatifs à la vente de produits et services par les courtiers en assurance de dommages a été élaborée

Plus en détail

TIM HORTONS INC. POLITIQUE SUR LES CONTRÔLES ET PROCÉDURES DE COMMUNICATION DE L INFORMATION

TIM HORTONS INC. POLITIQUE SUR LES CONTRÔLES ET PROCÉDURES DE COMMUNICATION DE L INFORMATION A. Objet général TIM HORTONS INC. POLITIQUE SUR LES CONTRÔLES ET PROCÉDURES DE COMMUNICATION DE L INFORMATION Adoptée le 27 octobre 2009 (dernière mise à jour le 6 novembre 2013) L adoption de la présente

Plus en détail

Accord-cadre CES, UNICE et CEEP sur le travail à durée déterminée

Accord-cadre CES, UNICE et CEEP sur le travail à durée déterminée Accord-cadre CES, UNICE et CEEP sur le travail à durée déterminée Préambule Le présent accord illustre le rôle que les partenaires sociaux peuvent jouer dans la stratégie européenne pour l emploi, adoptée

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

PROCEDURE RECLAMATION CLIENT Page : 1/6

PROCEDURE RECLAMATION CLIENT Page : 1/6 GTG 2007 - GT1 V1 du 4 octobre 2006 PROCEDURE RECLAMATION CLIENT Page : 1/6 A- OBJET Cette procédure décrit les modalités de traitement, par le fournisseur et/ou le GRD, d une réclamation client adressée

Plus en détail