Expositions aux niveaux sonores élevés de la musique : recommandations sur les niveaux acceptables. Collection Avis et Rapports

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Expositions aux niveaux sonores élevés de la musique : recommandations sur les niveaux acceptables. Collection Avis et Rapports"

Transcription

1 Expositions aux niveaux sonores élevés de la musique : recommandations sur les niveaux acceptables Collection Avis et Rapports Septembre 2013

2 Expositions aux niveaux sonores élevés de la musique : recommandations sur les niveaux acceptables Le HCSP propose des indicateurs de niveau de bruit en vue d actualiser la réglementation et de garantir la protection des personnes exposées à de la musique amplifiée dans les lieux de loisir (boîtes de nuit, discothèques, salles de spectacle, etc.). Les seuils de dangerosité pour l oreille dépendent du niveau sonore mesuré en dba (lequel pondère les fréquences selon la fragilité de l oreille) et de la durée d exposition. Ainsi, les risques auditifs sont limités si une exposition à 85 dba dure moins de 8 heures, ou 4 heures à 88 dba, ou 2 heures à 91 dba, ou 15 minutes à 100 dba, etc. Le HCSP recommande lors des spectacles pour enfants (moins de 18 ans) le respect strict de ces normes. Dans les lieux de loisir pour adultes le HCSP préconise: l affichage en continu des niveaux sonores mesurés en dba sur 15 minutes, associé à l affichage d une information sur les niveaux sonores et durées d écoute sans risque, afin que chacun puisse connaître son niveau d exposition et de risque potentiel ; des niveaux sonores moyens de 100 dba mesurés sur 15 minutes et des niveaux crêtes de 120 dbc à ne pas dépasser ; la fourniture gratuite de protection auditive et l offre d une zone de récupération auditive avec un niveau sonore inférieur à 85 dba ; un avertissement pour les femmes enceintes sur les risques de transmission des basses et moyennes fréquences à l enfant à naître, plus particulièrement fragile au cours des trois derniers mois de grossesse ; etc. La constitution d un comité multi-professionnel, pour définir avec précision les domaines d application couverts, pourrait permettre une meilleure mise en œuvre de ces propositions. Ce rapport a fait l objet d une consultation publique. Haut Conseil de la santé publique 14 avenue Duquesne Paris 07 SP

3 Expositions aux niveaux sonores élevés de la musique : Recommandations sur les niveaux acceptables Septembre 2013

4 Ce rapport a été adopté par la Commission spécialisée «Risques liés à l environnement» le 1 er février 2013 pour mise à consultation publique (voir modalités en annexe 1). Le rapport final suivant la consultation publique a été adopté le 6 septembre Haut Conseil de la santé publique 2

5 SOMMAIRE SAISINES 4 - Saisine du 30 août Saisine du 31 janvier GROUPE DE TRAVAIL 9 SYNTHESE ET RECOMMANDATIONS SUR LES SEUILS ACCEPTABLES DE LA MUSIQUE 10 EXPOSITIONS AUX NIVEAUX SONORES ELEVES DE LA MUSIQUE : RECOMMANDATIONS SUR LES SEUILS ACCEPTABLES 15 Objet de la saisine 15 Méthodes d étude 16 Rappel de quelques notions acoustiques élémentaires 16 Réglementation actuelle pour les établissements ou locaux recevant du public et diffusant à titre habituel de la musique amplifiée : incompatibilité avec les valeurs de la législation du travail 18 Emergence de niveaux sonores très élevés dans les basses fréquences et leur dangerosité 20 Vulnérabilité des enfants et effets à long terme 23 Conclusions et recommandations 25 ANNEXE : OBJECTIFS ET MODALITES DE LA CONSULTATION PUBLIQUE 29 REFERENCES 31 GLOSSAIRE 34 Expositions aux niveaux sonores élevés de la musique/septembre

6 SAISINES - Saisine du 30 août 2010 Haut Conseil de la santé publique 4

7 Expositions aux niveaux sonores élevés de la musique/septembre

8 Haut Conseil de la santé publique 6

9 - Saisine du 31 janvier 2012 Expositions aux niveaux sonores élevés de la musique/septembre

10 Haut Conseil de la santé publique 8

11 GROUPE DE TRAVAIL Suite à la saisine du secrétariat d Etat à la santé du ministère du travail, de l emploi et de la santé du 30 août 2010, puis de la saisine rectificative du 31 janvier 2012, un groupe de travail a été constitué par la Commission spécialisée Risques liés à l environnement (CSRE) du Haut Conseil de la santé publique (HCSP). Ce groupe s est réuni pour la première fois le 14 mars 2012, puis le 18 avril 2012, le 2 juillet 2012, le 21 septembre 2012 et le 24 octobre 2012 pour examiner les termes de la requête et procéder à des études bibliographiques appropriées et pour répondre aux questions posées. Un appel public à commentaires a été lancé par Internet du 20 mars au 9 mai Au 9 mai 2013, 91 réponses ont été reçues, que le groupe de travail a pris en considération pour la rédaction finale de son avis. Président du groupe de travail Yves CAZALS, CNRS UMR7260, Aix-Marseille Université Membres du groupe de travail Pierre CAMPO, Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS), Nancy Agnès JOB, Institut de recherche biomédicale des armées, Grenoble Laurent MADEC, Ecole des Hautes études en santé publique (EHESP), membre du HCSP (CSRE) Jean-Luc PUEL, Directeur de l Institut des neurosciences de Montpellier Coordination Kiran RAMGOLAM, coordonnatrice de la CSRE, secrétariat général du HCSP Présentation de la saisine par les commanditaires Charlotte BRINGER-GUERIN, ministère en charge de la santé, Direction générale de la santé - Sous-direction "Prévention des risques liés à l'environnement et à l'alimentation" - Bureau "Environnement intérieur, milieux de travail et accidents de la vie courante" (EA2) Audition Thomas VENET, acousticien, Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS) le 2 juillet Déclarations publiques d intérêt Les membres du groupe de travail ont rempli une déclaration publique d intérêt, et aucun conflit d intérêt n a été identifié. Expositions aux niveaux sonores élevés de la musique/septembre

12 SYNTHÈSE ET RECOMMANDATIONS SUR LES SEUILS ACCEPTABLES DE LA MUSIQUE En France, la réglementation des niveaux sonores acceptables relative aux lieux musicaux impose actuellement un niveau crête maximum de 120 db et un niveau équivalent en continu (pour une durée de 10 à 15 minutes) de 105 db A. Si le niveau équivalent en continu de 105 db A est respecté, des constats de dépassement du niveau crête de 120 db peuvent être constatés dans des lieux de diffusion de musique amplifiée. En effet, des mesures réalisées en discothèque 1 et lors de festivals en plein air 2 ont montré des niveaux sonores élevés, avec une forte contribution de l énergie sonore dans les basses fréquences, pour lesquelles des effets sanitaires sont suspectés, sans encadrement règlementaire actuel. Le problème des populations sensibles, comme les jeunes et les enfants, se pose également. En effet, une exposition importante des jeunes 3 est notée et des niveaux sonores élevés dans des parcs de loisirs et lors de divers spectacles ont été rapportés aux ARS et au ministère (en charge de la santé) par des parents d enfants même très jeunes 4. Dans ce contexte, le HCSP a été chargé de proposer des indicateurs de niveau de bruit en vue d actualiser la réglementation et de garantir la protection des personnes exposées à de la musique amplifiée dans les lieux de loisir (boîtes de nuit, discothèques, salles de spectacle, etc.), en particulier les personnes réputées plus sensibles. Compte-tenu des effets sanitaires de l exposition à des niveaux sonores élevés, la Direction générale de la santé (saisine du 30 août 2010 ; saisine rectificative du 31 janvier 2012) a demandé au HCSP de : - déterminer la nature des indicateurs les plus pertinents afin de protéger le public exposé à de la musique amplifiée, quelle que soit la répartition en fréquence du spectre de la musique, - proposer une ou des valeurs de gestion associées à ces indicateurs garantissant un niveau de risque acceptable pour le public exposé. - et proposer, si cela est nécessaire, des valeurs de gestion spécifiques à la population des enfants. Cette expertise a reposé sur une recherche bibliographique des documents scientifiques internationaux pertinents, une revue des règlementations internationales existantes sur les mesures et normes de niveaux sonores, et une analyse des données règlementaires plus particulièrement pertinentes aux objets de la saisine obtenues dans d autres pays européens. Ces analyses ont été complétées par une audition et une consultation publique électronique. 1 Etude «Niveaux sonores dans les discothèques d Ile-de-France» publiée en novembre 2010 : FRANCE/ARS/1_Votre_ARS/5_Etudes_Publications/Rapportdiscotheques2010finalV2_light.pdf 2 «Etude-action» réalisée lors du festival «Musilac» : ALPES/RA/Direc_sante_publique/Protection_Promotion_Sante/Environnement_Sante/BRUIT/ _DSP_E S_MUSILAC_2010.pdf 3 81,1 % des ans sont allés au cours des 12 derniers mois en dicothèque, voir un concert ou ont joué de la musique à un volume sonore élevé (INPES. Baromètre santé environnement, 2007) 4 recueil de plaintes de parents quant à l exposition à des niveaux sonores élevés d enfants même très jeunes dans des parcs de loisirs et lors de divers spectacles. Haut Conseil de la santé publique 10

13 Si la saisine concerne singulièrement la musique amplifiée, les connaissances montrent que le caractère de dangerosité de niveaux sonores excessifs est indépendant de la nature culturelle des sons. Les paramètres régissant la dangerosité sont le niveau sonore et la durée d exposition avec des pondérations en fonction des fréquences acoustiques. En accord avec le champ d application défini par la saisine : «quelle que soit la répartition en fréquence du spectre de la musique» et suivant les argumentations développées dans le présent rapport, les mesures préconisées par le HCSP s appliquent à tout type de son, qu il soit ou non musical. Les indicateurs acoustiques les plus pertinents à considérer sont le niveau sonore et la durée d exposition qui, ensemble, déterminent une quantité d énergie acoustique absorbée par l oreille, c est cette quantité d énergie qui permet de déterminer la dangerosité d une exposition sonore. C est sur ces bases scientifiquement établies que sont fondées les normes internationales et nationales. Ce rapport concerne uniquement les effets auditifs de niveaux sonores élevés. Les expositions aux niveaux sonores élevés peuvent également avoir des effets extra-auditifs physiologiques et psychologiques. Les données scientifiques sur les effets physiologiques extra-auditifs portent essentiellement sur des effets cardiaques, circulatoires et de stress. Les données scientifiques sont nombreuses mais restent contradictoires ; lorsque des effets délétères sont observés, ils sont assez faibles et il est impossible d assurer qu ils sont la conséquence des expositions et non d autres facteurs associés. Par contre, des effets psychologiques semblent clairement établis sur l attention et les performances cognitives. En accord avec les données scientifiques, les normes internationales ont défini un seuil de dangerosité de 85 db A pendant 8 heures qui, selon la règle d égale énergie, associe une augmentation du niveau acoustique acceptable à des diminutions du temps d exposition. Par exemple, si le temps d exposition est divisé par deux, le niveau acceptable peut être doublé, c'est-à-dire augmenté de 3 db, on obtient ainsi 88 db A pour 4 heures, 91 db A pour 2 heures, 94 db A pour 1 heure, 100 db A pour 15 minutes Selon ce même principe des sons très brefs (impulsionnels), de quelques fractions de secondes, mais de très forte intensité sonore comme les bruits d explosion, sont aussi dangereux. Dans la réalité, les niveaux sonores sont le plus souvent fluctuants et pour cette raison les mesures acoustiques sont couramment moyennées sur quelques minutes. Or, un son ayant un niveau moyen acceptable mesuré sur quelques minutes peut contenir des sons impulsionnels dangereux. C est pourquoi des mesures complémentaires de niveaux crête sont associées aux mesures de ce niveau moyen. Il est d usage depuis des décennies d utiliser une courbe de pondération en basses fréquences des niveaux acoustiques mesurés qui correspond bien à la sensibilité et à la fragilité de l oreille : c est la pondération A, qui s exprime en db A. Il est aussi important de conserver l usage de mesurer avec une pondération plate pour toutes les fréquences, comme la pondération C, exprimée en db C. Concernant la réglementation actuelle pour les établissements ou locaux ouverts au public et diffusant habituellement de la musique amplifiée, les valeurs en vigueur définies par l article R du code de l environnement ne sont pas associées à des durées d exposition et sont considérées comme dangereuses selon les normes internationales et nationales de protection contre le bruit. Il convient donc d amender cette réglementation (niveau de 105 db A pour une durée de 10 à 15 minutes, associé à un niveau crête de 120 db C). Le présent rapport montre que l exposition aux basses fréquences a augmenté au cours des dernières années ; à des niveaux trop élevés, celles-ci provoquent des pertes de sensibilité Expositions aux niveaux sonores élevés de la musique/septembre

14 auditive, en particulier à des fréquences plus élevées. Ce point est intégré dans les préconisations faites ci-dessous. Concernant les enfants, les données scientifiques disponibles n indiquent pas de vulnérabilité accrue des enfants vis-à-vis de niveaux sonores excessifs, à l exception des enfants nés prématurément qui sont plus vulnérables jusqu au développement complet de leur oreille, lequel se situe entre six et neuf mois après la conception. Cependant, plusieurs données scientifiques récentes indiquent que l exposition à des niveaux sonores élevés pendant la jeunesse peut conduire à une fragilité qui se manifestera à un âge plus avancé. Cela justifie une attention particulière portée au cas des établissements accueillant un jeune public, accompagné ou non d adultes. RECOMMANDATIONS Le HCSP recommande de conserver l usage conjoint des mesures de niveaux sonores en pondération A, appropriée à des mesures moyennes sur des temps assez longs, et en pondération C, permettant de mesurer des niveaux crête lors de bruits impulsionnels. Le HCSP propose de se référer à la norme internationale de 85 db pendant 8 heures mesurée en db A et d appliquer à partir de cette base la règle d égale énergie pour définir des niveaux acceptables (figure 1). Figure 1 : Illustration du principe d égale énergie : durée d exposition sans protection «acceptable» selon l intensité acoustique en db A (Source : ISO 1999:1990 (1990). Acoustics determination of occupational noise exposure and estimation of noise-induced hearing impairment, International Organization for Standardization (ISO), Geneva, Switzerland.) Haut Conseil de la santé publique 12

15 Sur la base des données analysées dans le présent rapport et des normes de bruit au travail, le HCSP propose un niveau moyen de 100 db A mesuré pendant 15 minutes, et un niveau crête de 120 db C. Lorsque l audience comprend des enfants (en dessous de l âge officiel adulte de 18 ans), le responsable du site de diffusion acoustique doit réaliser ces deux mesures (niveau sonore et durée d exposition en utilisant un sonomètre agréé) et s assurer qu elles restent dans les limites acceptables données dans ce graphique. Par exemple, si une exposition sonore dure 2 heures, le responsable doit s assurer que le niveau global ne dépassera pas 91 db A. Réciproquement si le niveau global est de 91 db A, la durée de l exposition sera limitée à 2 heures. De la même façon, pour une exposition de 1 heure, le niveau global maximal sera de 94 db A. Le niveau crête ne devra jamais excéder 120 db C. Le HCSP préconise, pour des audiences d adultes dans les sites dont la vocation est de diffuser de façon fréquente ou régulière des niveaux sonores élevés, en plus du respect des valeurs limites proposées (niveau moyen de 100 db A mesuré sur 15 minutes et niveau crête maximum de 120 db C) : - l installation d un affichage continu du niveau sonore en db A mesuré sur les dix dernières minutes. Cet affichage devrait être accompagné d une information fixe telle que : «limites de risque : 91dB/2 heures, 94dB/1 heure, 100 db/15 minutes, etc. faites des pauses sonores». Le public ainsi informé pourra adapter son temps d exposition aux niveaux sonores reçus, par exemple en faisant des pauses. Un affichage du graphique cidessus peut être un ajout bénéfique. - l obligation de fournir une zone de récupération auditive dans laquelle le niveau sonore n excède pas 85 db A, et dont la surface soit d au moins dix pour cent des surfaces du lieu de la manifestation. - qu un avertissement spécifique soit fourni concernant des dangers possibles pour les bébés des femmes enceintes lors des trois derniers mois de grossesse, celles-ci pouvant fréquenter des lieux de musique amplifiée jusqu à un stade avancé de la grossesse. Il pourrait s agir d un message comme le suivant : "les embryons et bébés à naître sont particulièrement sensibles au bruit ; les femmes enceintes doivent donc respecter strictement ces conseils". - la fourniture gratuite de protection pour les oreilles au public accédant à la manifestation. Le responsable de la manifestation, que le public soit composé d adultes ou d enfants, doit procéder à des mesures acoustiques émises conformément à la norme actuelle (NFS31-010) et en garder une trace pendant deux ans. En vue de la mise en place d un dispositif national de surveillance de l exposition du public, le HCSP préconise que les relevés de mesures acoustiques soient systématiquement envoyées à l ARS qui les conservera sous format électronique dans une base de donnée. Seule une gestion décentralisée a des chances d'avoir des applications concrètes : à cet effet, chaque ARS, ainsi que la collectivité locale et la CARSAT concernée, devront avoir accès à l'ensemble des données qui relèvent de leur territoire. Expositions aux niveaux sonores élevés de la musique/septembre

16 En pratique, la saisie des informations requises pourrait se faire dans une base de données nationale accessible sur Internet et commune à toutes les ARS (l'adresse du département du répondant permettra à chaque ARS d identifier les données dont elle est responsable). Il pourrait être confié à chaque ARS, via ses délégations territoriales (DT), la responsabilité d'évaluer les suites à donner (lettre de rappel au règlement, mise en demeure, PV, etc.) au "fréquent" dépassement des seuils limites dans certains établissements (avec une attention particulière vis-à-vis de ceux qui ne renseignent pas la base de données alors qu'ils relèveraient de cette obligation, dans l'hypothèse où celle-ci est adoptée par le gouvernement). Le HCSP préconise qu un comité multi-professionnel de mise en œuvre de ces propositions soit constitué pour considérer et définir avec précision les domaines d application couverts par les présentes propositions : quels sont précisément les lieux recevant du public concernés (par exemple, les studios d enregistrement, les lieux destinés à des activités associatives, etc.)? Ce comité pourra également définir plus précisément les modalités pour les dispositifs d affichage et les zones de récupération, si besoin en les modulant en fonction des domaines d activités et des situations. Les recommandations de ce rapport doivent bien sûr s appliquer aussi aux personnels exerçant leur profession dans des lieux diffusant des niveaux sonore élevés. Ce point particulier relève de la santé au travail et justifie l implication des CARSAT. Le HCSP préconise que, pour être comprises et acceptées, ces propositions soient associées à des campagnes d information, par exemple à l occasion de la journée de l audition ou de la semaine du son, ou mises en place par l Institut national de prévention et d éducation pour la santé (Inpes). Haut Conseil de la santé publique 14

17 EXPOSITIONS AUX NIVEAUX SONORES ÉLEVÉS DE LA MUSIQUE : RECOMMANDATIONS SUR LES SEUILS ACCEPTABLES Objet de la saisine Selon la saisine du 30 août 2010 du secrétariat d Etat à la santé, les objectifs sont de déterminer un ou des indicateurs de référence et des valeurs de gestion associées en vue d encadrer les expositions aux niveaux sonores élevés de la musique amplifiée dans les basses fréquences. Les objectifs précisés et étendus dans la saisine de 2012 sont de déterminer la nature du ou des indicateurs les plus pertinents afin de protéger le public exposé à de la musique amplifiée quelle que soit la répartition en fréquence du spectre de la musique, puis de proposer une ou des valeurs de gestion associées à ces indicateurs garantissant un niveau de risque acceptable pour le public exposé. Si nécessaire, il faudra proposer une ou des valeurs de gestion spécifiques à la population des enfants. Une annexe à cette saisine documente cinq points particuliers : - Premièrement, l existence de niveaux sonores élevés mesurés en discothèque 5 et lors de festivals en plein air 6 avec une forte contribution de l énergie sonore dans les basses fréquences (faiblement pondérée dans les mesures règlementaires actuelles utilisant la pondération en décibel A ou db A). - Deuxièmement, le recueil de plaintes de parents quant à l exposition à des niveaux sonores élevés d enfants même très jeunes dans des parcs de loisirs et lors de divers spectacles. - Troisièmement, une incohérence dans la réglementation des niveaux sonores acceptables relative aux lieux musicaux : un niveau crête de 120 db systématiquement dépassé alors que le niveau équivalent en continu de 105 db A est respecté. - Quatrièmement, des effets sanitaires suspectés avec le risque émergent dû à l évolution des techniques de diffusion musicale permettant des niveaux très élevés aux basses fréquences sans encadrement règlementaire. - Cinquièmement, l existence d un projet de décret étendant le champ d application actuel de diffusion en lieu clos à la diffusion en plein air et intégrant spécifiquement la population des enfants. Lors de la première réunion du groupe de travail, ces objectifs ont été confirmés par Charlotte Bringer-Guérin (Direction générale de la santé, Bureau "Environnement intérieur, milieux de travail et accidents de la vie courante") qui a présenté l objet des saisines et les documents associés. Elle a aussi redéfini les constats qui ont amené la Direction générale de la santé à saisir le HCSP : l exposition augmente chez les jeunes (18-25 ans) dont 81 % sont exposés au moins une fois par an à des niveaux sonores élevés et les jeunes enfants sont également exposés (Réf. : circulaire du 23 décembre Légifrance, Régl. lieux musicaux, art R à 30 du code de l environnement). 5 Etude «Niveaux sonores dans les discothèques d Ile-de-France» publiée en novembre 2010 : FRANCE/ARS/1_Votre_ARS/5_Etudes_Publications/Rapportdiscotheques2010finalV2_light.pdf 6 «Etude-action» réalisée lors du festival «Musilac» : ALPES/RA/Direc_sante_publique/Protection_Promotion_Sante/Environnement_Sante/BRUIT/ _DSP_E S_MUSILAC_2010.pdf Expositions aux niveaux sonores élevés de la musique/septembre

18 Méthodes d étude Les études du groupe de travail ont tout d abord consisté en une recherche de références bibliographiques de documents scientifiques pertinents aux questions posées par la saisine. Ces documents ont été sélectionnés à partir de bases bibliographiques scientifiques internationales classiques qui garantissent des publications expertisées pour acceptation par des spécialistes scientifiques internationaux. Après examen de ces références bibliographiques, des dizaines d articles pertinents ont été sélectionnés et analysés. Le groupe s est aussi référé à divers documents quant aux règlementations internationales déjà existantes concernant les mesures et normes de niveaux sonores. De plus, il a considéré des données règlementaires plus particulièrement pertinentes aux objets de la saisine dans d autres pays européens. Rappel de quelques notions acoustiques élémentaires Les mesures physiques de niveaux sonores sont réalisées par des microphones qui fournissent des variations de pression acoustique (unité internationale : le Pascal - Pa). Ces niveaux sonores sont exprimés en décibels de pression sonore internationalement appelés db SPL (SPL : Sound Pressure Level ou Niveau de Pression Sonore). Les décibels SPL expriment 20 fois le logarithme à base 10 du niveau mesuré par rapport à une référence qui est le seuil minimal moyen de l audition humaine (20 µpa). La sensibilité de l oreille humaine est variable selon les fréquences des sons (graves, moyens, aigus). Comme les niveaux maximums tolérés sont à peu près identiques pour toutes les fréquences, pour chaque fréquence la gamme physique du son minimum perceptible au son maximum toléré est variable et en conséquence les niveaux de force sonore auditive croissent avec des pentes différentes selon les fréquences. Les courbes de niveaux physiques donnant des niveaux sonores auditifs égaux pour les différentes fréquences constituent les courbes d iso-sonie qui sont le fondement des db A et des db C. Les courbes de pondération A (db A) indiquent les taux de pondération à chaque fréquence pour des sons isosoniques à un son de 40 db SPL à Hz ; et les courbes de pondération C (db C) pour des niveaux isosoniques à un son de 100 db SPL à Hz. On rappelle ensuite un principe général fondé sur de nombreuses observations scientifiques et qui sous-tend toutes les règlementations internationales. Ce principe indique que les deux paramètres acoustiques importants pour estimer les risques auditifs liés à des niveaux sonores élevés sont le niveau d intensité acoustique et le temps d exposition. La règle reconnue et employée internationalement est celle d égale énergie engendrant une égale dangerosité. Ainsi les règles internationales indiquent pour le bruit au travail de prendre en compte un seuil de dangerosité de 85 db A pendant huit heures par jour (ISO 1999 :1990) et imposent de suivre le principe d égale énergie : le niveau d intensité sonore multiplié par le temps d exposition reste constant. Si le niveau d intensité sonore est deux fois plus élevé, soit 88 db A (un doublement d intensité sonore correspond à une augmentation de + 3dB sur l échelle logarithmique des db), le temps d exposition seuil doit alors être divisé par deux, soit quatre heures par jour. Pour la très grande majorité des pays, le facteur de correction pour un doublement du temps d exposition est de 3 db, mais certains états vont jusqu à recommander une valeur de 5 db (Etats-Unis, Canada). Ce principe s applique aussi au contenu en fréquence de l exposition sonore, que l intensité soit concentrée sur une bande de fréquence étroite ou large, la valeur à prendre en compte est l intensité globale, c est pourquoi quel que soit le contenu en fréquence, une seule mesure globale utilisant la pondération en db A est utilisée comme Haut Conseil de la santé publique 16

19 norme internationale. Ceci implique que cette mesure est valide quels que soient les sons, bruits de travail ou sons de loisirs, le paramètre important étant la quantité totale d énergie acoustique. Ce principe indique aussi que des bruits même très brefs sont dangereux s ils sont de très forte intensité acoustique. C est le cas de bruits d armes ou d explosions. Dans l application sur le terrain, des mesures d intensité sonore, comme les niveaux acoustiques, sont le plus souvent assez fluctuants. Il est donc recommandé de réaliser des mesures sur plusieurs minutes pour avoir le niveau moyen, et de réaliser des mesures des maximums instantanés pour avoir le niveau crête. En effet, des niveaux moyens bas en dessous d un seuil normatif peuvent contenir des niveaux instantanés dangereux. Une question encore débattue concerne le niveau maximum acceptable pour des bruits impulsionnels (sons très brefs) dans une exposition dont on mesure le niveau moyen comme critère de dangerosité. La norme du standard international ISO 1999:1990 préconise un niveau tolérable de 140 db C (Price, 1981 ; Von Gierke et al, 1982) et prévoit une surpondération possible de 5 db. Cependant, la dangerosité dépend de façon complexe du nombre et des niveaux de ces pics transitoires d intensité sonore ce qui a amené certains pays à instituer diverses règles. Ainsi au Danemark, la norme impose une surpondération de 5 db lorsque les pics transitoires sont supérieurs à 115 db A ou C plus d une fois par minute. Cependant des travaux récents menés au Danemark (Aranda de Toro et al. 2011) suggèrent que le niveau moyen reste une bonne estimation. En France, en ce qui concerne le niveau sonore des pics transitoires, la valeur limite existante pour les lieux de loisirs est fixée à 120 db SPL, alors que sur les lieux de travail elle est de 135 db C, limite inférieure déclenchant la mise à disposition des protections. Au-delà de ces mesures acoustiques élémentaires, de nombreuses autres règles de mesures plus complexes ont été développées pour quantifier plus précisément les niveaux d exposition acoustique (voir par exemple le Rapport intermédiaire du GT Anses «Bruit et Santé» de juin 2011), cependant, en vue d une application de réglementation, ces mesures élémentaires restent le plus souvent le meilleur compromis. Un point supplémentaire est particulièrement pertinent à considérer. Il est bien établi depuis de nombreuses années que des pauses dans les expositions à des niveaux sonores excessifs en diminuent la dangerosité (Kryter 1966, Clark et al, 1987). La durée efficace de ces pauses dépend de façon assez complexe des caractéristiques en fréquences et des niveaux des sons excessifs auxquels on a été exposé. Ainsi par exemple, une exposition à des basses fréquences de 330 à 600 Hz à 115 db SPL pendant 10 minutes reste en deçà des critères de dangerosité si elle est suivie d une période de repos sonore de 45 minutes. Mais pour une exposition à des sons de hautes fréquences de à Hz c est un niveau de 95 db SPL seulement qui requiert un repos sonore de 45 minutes pour rester en deçà du critère de dangerosité (Kryter et al, 1966). Expositions aux niveaux sonores élevés de la musique/septembre

20 Réglementation actuelle pour les établissements ou locaux recevant du public et diffusant à titre habituel de la musique amplifiée : incompatibilité avec les valeurs de la législation du travail La règle actuelle est donnée par l article R (code de l environnement) : «En aucun endroit, accessible au public, de ces établissements ou locaux, le niveau de pression acoustique ne doit dépasser 105 db A en niveau moyen et 120 db en niveau de crête, dans les conditions de mesurage prévues par arrêté». On remarque que le niveau de 105 db A n est pas associé à un temps d exposition. Or s il est appliqué pendant dix minutes ou plus, il est nettement plus élevé que les niveaux règlementaires pour le bruit au travail indiqués par les normes internationales qui sont de 85 db A pendant huit heures par jour (ISO 1999 :1990). Les normes européennes récemment révisées (Directive 2003/10/EC) indiquent également un niveau de 80 db A pour les équipements acoustiques individuels portables (Cenelec Annual Report 2010). De même, le décret français n du 19 juillet 2006 directement révisé dans l alignement sur la directive européenne, ramène la limite inférieure déclenchant l action, c'est-à-dire la limite où des protections auditives doivent être proposées, de 85 à 80 db A. Comme indiqué précédemment, il est très clairement établi que la dangerosité est indépendante de la «nature» des sons qu ils soient musicaux ou non. La norme de 105 db A apparaît donc clairement en contradiction avec les règles fondamentales qui régissent la dangerosité du bruit. Il convient donc de réaligner cette norme sur les autres déjà existantes. Le rapport d information de l Assemblée nationale sur les nuisances sonores (n 3592, juin 2011) propose aussi de modifier ces normes. Suivant le principe d égale énergie induisant une égale dangerosité indiqué plus haut et en se référant au niveau de 85 db A pendant 8 heures, un niveau de 105 db A requiert pour rester dans une zone sans risque une durée d exposition maximale de 4 minutes environ (figure 1). Il est évident que cette durée est quasiment incompatible avec les durées usuelles d évènements de type spectacle proposés dans des établissements recevant du public et diffusant de la musique amplifiée. Comme pour les points suivants traités dans ce rapport, le groupe de travail propose des solutions tenant compte à la fois du niveau sonore diffusé et du temps d exposition, associées à un affichage sur site de ces informations et aussi à une information des usagers sur la signification de ces affichages. Des propositions semblables ont été faites dans un rapport récent de l Assemblée nationale sur les nuisances sonores (n 3592 juin 2011). En ce qui concerne le niveau crête, il existe également une incohérence entre la législation du travail et la réglementation des lieux de loisirs. Une limite de 135 db C, donc tenant compte des basses fréquences, a été instaurée par la législation du travail alors que pour les lieux de loisir une limite de 120 db SPL est recommandée (norme AFNOR NFS31-010). Haut Conseil de la santé publique 18

Aspects de santé publique et réglementaires

Aspects de santé publique et réglementaires Contexte général : les jeunes et l écoute de la musique amplifiée Aspects de santé publique et réglementaires Yves CAZALS, Directeur de Recherche à l INSERM, Université Aix-marseille Rapporteur du groupe

Plus en détail

ACOUSTIQUE 3 : ACOUSTIQUE MUSICALE ET PHYSIQUE DES SONS

ACOUSTIQUE 3 : ACOUSTIQUE MUSICALE ET PHYSIQUE DES SONS Matériel : Logiciel winoscillo Logiciel synchronie Microphone Amplificateur Alimentation -15 +15 V (1) (2) (3) (4) (5) (6) ACOUSTIQUE 3 : ACOUSTIQUE MUSICALE ET PHYSIQUE DES SONS Connaissances et savoir-faire

Plus en détail

Généralité sur le bruit

Généralité sur le bruit Généralité sur le bruit (Sources : http://www.bruitparif.fr, http://www.sante.gouv.fr et http://www.afsse.fr ) DRASS Rhône Alpes Groupe Régional Bruit 2009 1. Le son Le son est un phénomène physique qui

Plus en détail

Notions d acoustique contexte réglementaire et solutions de prévention

Notions d acoustique contexte réglementaire et solutions de prévention Réduire le bruit au travail : des solutions de prévention 29 octobre 2008 Notions d acoustique contexte réglementaire et solutions de prévention Hubert FINCK Ingénieur Conseil Les enjeux Le bruit concerne

Plus en détail

CODE DE SÉCURITÉ SAFETY CODE. Publié par: Le Directeur général Date de publication: 1993 Original: français PROTECTION CONTRE LE BRUIT

CODE DE SÉCURITÉ SAFETY CODE. Publié par: Le Directeur général Date de publication: 1993 Original: français PROTECTION CONTRE LE BRUIT Edms 335722 CERN CODE DE SÉCURITÉ SAFETY CODE A 8 Publié par: Le Directeur général Date de publication: 1993 Original: français PROTECTION CONTRE LE BRUIT Table des matières 1 Base juridique 2 Objet 3

Plus en détail

PREVENTION DES RISQUES AUDITIFS FORMATION DES PROFESSIONNELS DE LA DIFFUSION ET DE L ENSEIGNEMENT MUSICAL - REGLEMENTATION -

PREVENTION DES RISQUES AUDITIFS FORMATION DES PROFESSIONNELS DE LA DIFFUSION ET DE L ENSEIGNEMENT MUSICAL - REGLEMENTATION - PREVENTION DES RISQUES AUDITIFS FORMATION DES PROFESSIONNELS DE LA DIFFUSION ET DE L ENSEIGNEMENT MUSICAL - REGLEMENTATION - Contexte et caractéristiques du risque auditif Un organe auditif complexe, fragile

Plus en détail

mémo santé du bâtiment Chef d entreprise artisanales Le bruit est un son désagréable et gênant.

mémo santé du bâtiment Chef d entreprise artisanales Le bruit est un son désagréable et gênant. L'alliée de votre réussite mémo santé Chef d entreprise artisanale ATTENTION! LE BRUIT REND SOURD! Entreprises artisanales du bâtiment Le bruit est un son désagréable et gênant. Le son est le résultat

Plus en détail

Cours d Acoustique. Niveaux Sonores Puissance, Pression, Intensité

Cours d Acoustique. Niveaux Sonores Puissance, Pression, Intensité 1 Cours d Acoustique Techniciens Supérieurs Son Ière année Aurélie Boudier, Emmanuelle Guibert 2006-2007 Niveaux Sonores Puissance, Pression, Intensité 1 La puissance acoustique Définition La puissance

Plus en détail

Extraits du Code du Travail

Extraits du Code du Travail Extraits du Code du Travail Bruit au travail - Santé auditive QUATRIÈME PARTIE : SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL LIVRE IV : PRÉVENTION DE CERTAINS RISQUES D EXPOSITION TITRE III : PRÉVENTION DES RISQUES D

Plus en détail

Vous disiez? Dossier d enseignement sur le bruit et les lésions de ľouïe Exercices de consolidation 120 minutes, moyen 2009-0303

Vous disiez? Dossier d enseignement sur le bruit et les lésions de ľouïe Exercices de consolidation 120 minutes, moyen 2009-0303 =1 Vous disiez? Dossier d enseignement sur le bruit et les lésions de ľouïe Exercices de consolidation 120 minutes, moyen Objectif Permettre aux apprenants d approfondir des connaissances essentielles

Plus en détail

EVALUATION DE L EXPOSITION AU BRUIT EN PERIODE SCOLAIRE CHEZ UN MAITRE-NAGEUR EN PISCINE COUVERTE

EVALUATION DE L EXPOSITION AU BRUIT EN PERIODE SCOLAIRE CHEZ UN MAITRE-NAGEUR EN PISCINE COUVERTE EVALUATION DE L EXPOSITION AU BRUIT EN PERIODE SCOLAIRE CHEZ UN MAITRE-NAGEUR EN PISCINE COUVERTE I - INTRODUCTION Le bruit dans les piscines est crée par les activités ludiques et les cris des usagers.

Plus en détail

Le bruit. Le bruit Page 1 sur 10

Le bruit. Le bruit Page 1 sur 10 Le bruit Le bruit Page 1 sur 10 Introduction Les ambiances de travail (bruits, éclairage, ambiance thermique ) sont des éléments essentiels pour une bonne exécution d une tâche, tant leur impact sur l

Plus en détail

MESURES de BRUIT. Chantier A63 Rechargement

MESURES de BRUIT. Chantier A63 Rechargement 1/21 MESURES de BRUIT Installations d enrobage Plate-forme LABENNE (40) RAPPORT DE MESURAGE Bruit ambiant et émergences RAPPORT DE MESURAGE Mesures réalisées le 17/10/2013 2/21 SOMMAIRE Page Conclusions

Plus en détail

Évaluer et mesurer l exposition professionnelle au bruit

Évaluer et mesurer l exposition professionnelle au bruit Évaluer et mesurer l exposition professionnelle au bruit L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme scientifique

Plus en détail

En mars 2001, à l occasion d une journée

En mars 2001, à l occasion d une journée Solutions Cetiat MESURES ACOUSTIQUES TROIS NORMES POUR MESURER LE BRUIT DES MACHINES La chasse au bruit oblige les fournisseurs à tenir compte des caractéristiques acoustiques de leurs matériels de plus

Plus en détail

Décision d'approbation de modèles n 99.00.861.002.2 du 9 septembre 1999

Décision d'approbation de modèles n 99.00.861.002.2 du 9 septembre 1999 Ministère de l Economie, des Finances et de l Industrie Secrétariat d Etat à l Industrie Décision d'approbation de modèles n 99.00.861.002.2 du 9 septembre 1999 Direction de l'action régionale et de la

Plus en détail

ETUDE D IMPACT ACOUSTIQUE

ETUDE D IMPACT ACOUSTIQUE ETUDE D IMPACT ACOUSTIQUE PROJET D AMÉNAGEMENT D UN CENTRE DE STOCKAGE DE SEDIMENTS Commune de Bessines-sur-Gartempe Maître d Ouvrage AREVA Etablissement de Bessines 1, Avenue du Brugeaud 87250 Bessines

Plus en détail

Communication parlée L2F01 TD 7 Phonétique acoustique (1) Jiayin GAO 20 mars 2014

Communication parlée L2F01 TD 7 Phonétique acoustique (1) Jiayin GAO <jiayin.gao@univ-paris3.fr> 20 mars 2014 Communication parlée L2F01 TD 7 Phonétique acoustique (1) Jiayin GAO 20 mars 2014 La phonétique acoustique La phonétique acoustique étudie les propriétés physiques du signal

Plus en détail

Analyse des bruits de clavier d ordinateur

Analyse des bruits de clavier d ordinateur Analyse des bruits de clavier d ordinateur Introduction 1 Enregistrement des bruits de clavier 2 Analyse des bruits de clavier 3 Analyse du niveau de pression acoustique vs. temps 4 Sonie vs. temps 4 Acuité

Plus en détail

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure audiométriques

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure audiométriques Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure audiométriques (Ordonnance sur l audiométrie) 941.216 du 9 mars 2010 (Etat le 1 er janvier 2015) Le Département fédéral de justice et police (DFJP), vu

Plus en détail

Objet : Radiofréquences émises par les compteurs intelligents : position des directeurs régionaux de santé publique du Québec

Objet : Radiofréquences émises par les compteurs intelligents : position des directeurs régionaux de santé publique du Québec Le 5 décembre 2013 Objet : Radiofréquences émises par les compteurs intelligents : position des directeurs régionaux de santé publique du Québec Vous retrouverez ci-dessous la position des directeurs régionaux

Plus en détail

Le bruit COLLECTION DES AIDE-MÉMOIRE JURIDIQUES TJ 16 AIDE-MÉMOIRE JURIDIQUE

Le bruit COLLECTION DES AIDE-MÉMOIRE JURIDIQUES TJ 16 AIDE-MÉMOIRE JURIDIQUE COLLECTION DES AIDE-MÉMOIRE JURIDIQUES Ces aide-mémoire présentent de manière synthétique la réglementation sur un sujet précis. TJ 5 Aération et assainissement des lieux de travail TJ 10 Restauration

Plus en détail

Résumé non technique. Tableaux d estimation

Résumé non technique. Tableaux d estimation Résumé non technique Tableaux d estimation 4 Chapitre 1 Introduction 5 E n application de la directive européenne 2002/49/CE, et de ses retranscriptions en droit français (décret 2006-361 du 24 mars 2006

Plus en détail

INFORMATION PRESSE. "La lutte contre les bruits de voisinage se renforce"

INFORMATION PRESSE. La lutte contre les bruits de voisinage se renforce Ministère de la santé et des solidarités Direction générale de la santé INFORMATION PRESSE "La lutte contre les bruits de voisinage se renforce" Arrêté du 5 décembre 2006 relatif aux modalités de mesurage

Plus en détail

Traitement des plaintes sur le bruit et exigences aux entreprises qui le génèrent

Traitement des plaintes sur le bruit et exigences aux entreprises qui le génèrent Traitement des plaintes sur le bruit et exigences aux entreprises qui le génèrent Références légales : LRQ (c. Q-2), articles 20 et 22 JUIN 2006 Introduction 1. Objet de la note d instructions Cette note

Plus en détail

Chapitre 2 Les ondes progressives périodiques

Chapitre 2 Les ondes progressives périodiques DERNIÈRE IMPRESSION LE er août 203 à 7:04 Chapitre 2 Les ondes progressives périodiques Table des matières Onde périodique 2 2 Les ondes sinusoïdales 3 3 Les ondes acoustiques 4 3. Les sons audibles.............................

Plus en détail

Baccalauréat technique de la musique et de la danse Métropole septembre 2008

Baccalauréat technique de la musique et de la danse Métropole septembre 2008 Baccalauréat technique de la musique et de la danse Métropole septembre 008 EXERCICE 5 points Pour chacune des cinq questions à 5, trois affirmations sont proposées dont une seule est exacte. Pour chaque

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

LE BRUIT A BORD DES NAVIRES DE PECHE

LE BRUIT A BORD DES NAVIRES DE PECHE LE BRUIT A BORD DES NAVIRES DE PECHE SOMMAIRE ENJEUX EN MATIERE DE PREVENTION ETAT DES LIEUX : ENSEIGNEMENTS DE L ETUDE «ERGOSPACE» EVOLUTION REGLEMENTAIRE EXEMPLE DANOIS ACTIONS ENGAGEES ENJEUX - 1 Le

Plus en détail

MESURES DE BRUIT A l ÉTAT INITIAL

MESURES DE BRUIT A l ÉTAT INITIAL DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER UNE UNITE DE METHANISATION DE MATIERES ORGANIQUES Siège social : FRANCE BIOGAZ VALORISATION 12 rue Finkmatt 67000 STRASBOURG Tél. : 03 88 23 47 72 Fax : 03

Plus en détail

Version du 17 octobre 2011. Le bruit

Version du 17 octobre 2011. Le bruit Version du 17 octobre 2011 Le bruit Bruit et BTP Etat des lieux Surdité professionnelle : handicap irréversible SUMMER 2003 : 25% des salariés victimes du bruit Maladies professionnelles (tableau N 42)

Plus en détail

1. Avant de régler la qualité sonore

1. Avant de régler la qualité sonore 1. Avant de régler la qualité sonore Fonctions disponibles lorsque le /la matrice AV en option est connecté Le tableau ci-après indique les plus fins réglages audio qui peuvent être effectués lorsque le

Plus en détail

Calcul des indicateurs de sonie : revue des algorithmes et implémentation

Calcul des indicateurs de sonie : revue des algorithmes et implémentation Calcul des indicateurs de sonie : revue des algorithmes et implémentation Stéphane Molla 1, Isabelle Boullet 2, Sabine Meunier 2, Guy Rabau 2, Benoît Gauduin 1, Patrick Boussard 1 1 GENESIS S.A., Domaine

Plus en détail

ACOUPHEN ENVIRONNEMENT GROUPEMENT COORDONNE PAR LA COMMUNE DE MONTESSON ETUDE REALISEE POUR LE COMPTE DU : RAPPORT D ETUDE RA-080001-07-A

ACOUPHEN ENVIRONNEMENT GROUPEMENT COORDONNE PAR LA COMMUNE DE MONTESSON ETUDE REALISEE POUR LE COMPTE DU : RAPPORT D ETUDE RA-080001-07-A MANAGEMENT DE L SONORE WWW.ACOUPHEN-.COM CONTACT@ACOUPHEN-.COM SIEGE SOCIAL LYON CAMPUS DE LA DOUA 66, BD NIELS BOHR B.P. 52132 69603 VILLEURBANNE CEDEX TEL / 33 (0)4 72 69 01 22 FAX / 33 (0)4 72 44 04

Plus en détail

«Tous les sons sont-ils audibles»

«Tous les sons sont-ils audibles» Chapitre 6 - ACOUSTIQUE 1 «Tous les sons sont-ils audibles» I. Activités 1. Différents sons et leur visualisation sur un oscilloscope : Un son a besoin d'un milieu matériel pour se propager. Ce milieu

Plus en détail

«Comment préserver son audition?» - seconde professionnelle. Usages pédagogiques des tablettes tactiles dans et hors la classe.

«Comment préserver son audition?» - seconde professionnelle. Usages pédagogiques des tablettes tactiles dans et hors la classe. «Comment préserver son audition?» - seconde professionnelle. Usages pédagogiques des tablettes tactiles dans et hors la classe. Introduction La séquence proposée d une durée de 5 h est consacrée à la partie

Plus en détail

t Vous devez élever la voix pour parler avec un collègue situé à 1 m. t Vos oreilles bourdonnent pendant ou à la fin de votre journée de travail.

t Vous devez élever la voix pour parler avec un collègue situé à 1 m. t Vos oreilles bourdonnent pendant ou à la fin de votre journée de travail. 40 à 60 db(a) Il faut le savoir Pour une journée de travail de 8 h, votre audition est en danger à partir de 80 db(a). Au-delà de 130 db(a), toute exposition, même de très courte durée, est dangereuse.

Plus en détail

NS 289 NOTE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE

NS 289 NOTE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE Evaluation des risques pour l audition des opérateurs des centres d appels téléphoniques et solutions de prévention NS 289 NOTE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE Evaluation des risques pour l audition des opérateurs

Plus en détail

Le son est une vibration aérienne, une onde, qui se caractérise par sa hauteur (aigu ou grave) et son intensité (son fort, son faible).

Le son est une vibration aérienne, une onde, qui se caractérise par sa hauteur (aigu ou grave) et son intensité (son fort, son faible). «À force d écouter la musique trop fort, on finit par l entendre à moitié» Dossier de presse octobre 2008 1 Sommaire Les jeunes de plus en plus exposés aux risques auditifs... p.3 Le fonctionnement de

Plus en détail

Les effets nocifs du bruit sur l'homme

Les effets nocifs du bruit sur l'homme La santé n'est pas seulement l'absence de maladie mais un état de complet bien être physique, mental et social (OMS) Le bruit est un ensemble confus de sons non désirés (Littré) ou un ensemble de sons

Plus en détail

Guide d utilisation FRANÇAIS

Guide d utilisation FRANÇAIS Guide d utilisation FRANÇAIS Merci d avoir choisi cet appareil EMTEC. Veuillez lire attentivement ce guide d'utilisation afin de découvrir les fonctions de votre appareil. Sommaire Informations importantes

Plus en détail

CPCU Chaufferie de Vaugirard 25 rue Georges Pitard 75015 PARIS. À l attention de Madame JOYCE-ERMOLLI RAPPORT DE VÉRIFICATION

CPCU Chaufferie de Vaugirard 25 rue Georges Pitard 75015 PARIS. À l attention de Madame JOYCE-ERMOLLI RAPPORT DE VÉRIFICATION CPCU Chaufferie de Vaugirard 25 rue Georges Pitard 75015 PARIS À l attention de Madame JOYCE-ERMOLLI RAPPORT DE VÉRIFICATION NIVEAUX SONORES ÉMIS DANS L ENVIRONNEMENT EN RÉFÉRENCE À L ARRÊTÉ DU 23 JANVIER

Plus en détail

PRÉSERVEZ DES MAINTENANT VOTRE AUDITION!

PRÉSERVEZ DES MAINTENANT VOTRE AUDITION! Par leur durée et leur intensité, les sons de la nature ne constituent pas un danger pour notre audition. Mais l'homme a créé des sources sonores capables de détruire l'oreille. Ainsi, la musique écoutée

Plus en détail

Tableau 1 Routes nouvelles ou modifiées : les infrastructures concernées

Tableau 1 Routes nouvelles ou modifiées : les infrastructures concernées Codes l'environnement Décret 95-22 du 9 janvier relatif à la limitation du bruit des aménagements et transports terrestres mai relatif au bruit des 97-110 du 12 relative à la prise en compte du bruit dans

Plus en détail

Installations classées pour la protection de l'environnement Campagne de mesure de bruit SOMMAIRE I. OBJET DE L ETUDE... 3

Installations classées pour la protection de l'environnement Campagne de mesure de bruit SOMMAIRE I. OBJET DE L ETUDE... 3 SOMMAIRE I. OBJET DE L ETUDE... 3 II. MODE OPERATOIRE... 3 A. MATERIEL UTILISE... 3 1) Sonomètre... 3 2) Calibreur... 3 B. METHODE DE MESURE... 4 C. POSITIONNEMENT DU MATERIEL... 4 III. CAMPAGNE DE MESURE...

Plus en détail

TITRE III PRÉVENTION DES RISQUES D'EXPOSITION AU BRUIT. CHAPITRE Ier Dispositions générales

TITRE III PRÉVENTION DES RISQUES D'EXPOSITION AU BRUIT. CHAPITRE Ier Dispositions générales Code du travail nouveau : TITRE III - PREVENTION DES RISQUES D'EXPOSITION AU BRUIT TITRE III PRÉVENTION DES RISQUES D'EXPOSITION AU BRUIT CHAPITRE Ier Dispositions générales SECTION 1 Définitions Art.

Plus en détail

Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage»

Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage» Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage» Public cible Toute personne impliquée dans un projet de mise en œuvre, que ce soit en tant que conseiller professionnel et

Plus en détail

P.L.U. Plan Local d'urbanisme PRESCRIPTION D'ISOLEMENT ACOUSTIQUE AU VOISINAGE DES INFRASTRUCTURES TERRESTRES DOCUMENT OPPOSABLE

P.L.U. Plan Local d'urbanisme PRESCRIPTION D'ISOLEMENT ACOUSTIQUE AU VOISINAGE DES INFRASTRUCTURES TERRESTRES DOCUMENT OPPOSABLE Commune du Département de l'oise P.L.U Plan Local d'urbanisme PRESCRIPTION D'ISOLEMENT ACOUSTIQUE AU VOISINAGE DES INFRASTRUCTURES TERRESTRES DOCUMENT OPPOSABLE Document Établi le 20 septembre 2013 Le

Plus en détail

Logiciel d analyse et de gestion du bruit OUIE2000

Logiciel d analyse et de gestion du bruit OUIE2000 Logiciel d analyse et de gestion du bruit OUIE2000 Phase 2 : Intégration de mesures expérimentales et évaluation de puissance acoustique type André L Espérance ÉTUDES ET RECHERCHES R-351 RAPPORT TRAVAILLENT

Plus en détail

Le guide pinta de l acoustique

Le guide pinta de l acoustique Le guide pinta de l acoustique UNE INTRODUCTION DANS LE MONDE DE L ACOUSTIQUE [2/16] >> D où vient le bruit? QUELLES SONT LES BASES DE L ACOUSTIQUE DANS LA CONSTRUCTION ET L ARCHITECTURE? QUELLES NOR-

Plus en détail

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs Département Energie Santé Environnement Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs DESE/Santé N 0-086R Mai 0 GUIDE D APPLICATION POUR LA SURVEILLANCE DU CONFINEMENT DE L AIR DANS LES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

Détermination et évaluation des nuisances sonores liées à l'exploitation des établissements publics

Détermination et évaluation des nuisances sonores liées à l'exploitation des établissements publics Détermination et évaluation des nuisances sonores liées à l'exploitation des établissements publics Directive du 10 mars 1999 (modification du 30 mars 2007) 1. PREAMBULE La loi fédérale sur la protection

Plus en détail

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Depuis la création de Syngenta en 2000, nous avons accordé la plus haute importance à la santé, à la sécurité et à l environnement (SSE) ainsi qu

Plus en détail

Format de l avis d efficience

Format de l avis d efficience AVIS D EFFICIENCE Format de l avis d efficience Juillet 2013 Commission évaluation économique et de santé publique Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service documentation

Plus en détail

Premier forum européen

Premier forum européen Premier forum européen sur les solutions efficaces pour maîtriser les risques du bruit au travail 3-5 juillet 2007 - Lille Grand Palais www.noiseatwork.eu Malgré les progrès considérables accomplis dans

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES SCIENTIFIQUES SUR SYSTÈME

TRAVAUX PRATIQUES SCIENTIFIQUES SUR SYSTÈME Baccalauréat Professionnel SYSTÈMES ÉLECTRONIQUES NUMÉRIQUES Champ professionnel : Alarme Sécurité Incendie SOUS - EPREUVE E12 TRAVAUX PRATIQUES SCIENTIFIQUES SUR SYSTÈME Durée 3 heures coefficient 2 Note

Plus en détail

-1- SOUNDMAN. Fabrication et distribution. SOUNDMAN e.k. Bornimer Str. 4 10711 Berlin (Allemagne) Tél & Fax (+49) - 30-28 59 81 16

-1- SOUNDMAN. Fabrication et distribution. SOUNDMAN e.k. Bornimer Str. 4 10711 Berlin (Allemagne) Tél & Fax (+49) - 30-28 59 81 16 -1- Mode d'emploi SOUNDMAN R MICRO À OREILLETTES Fabrication et distribution R SOUNDMAN e.k. Bornimer Str. 4 10711 Berlin (Allemagne) Tél & Fax (+49) - 30-28 59 81 16 Internet : http://www.soundman.de

Plus en détail

Du travail en centre d appel : plaintes auditives et explorations audiométriques tonales et vocales.

Du travail en centre d appel : plaintes auditives et explorations audiométriques tonales et vocales. Du travail en centre d appel : plaintes auditives et explorations audiométriques tonales et vocales. Amélie MASSARDIER-PILONCHERY 1, Emmanuel FORT 2, Marc BIGIONI 3, Jean-Claude NORMAND 2,3, Jean-Claude

Plus en détail

2 g Net - 36 g emballé 2 tips silicone anallergique small + 2 medium + 2 filtres à membrane. 2 tailles d embouts

2 g Net - 36 g emballé 2 tips silicone anallergique small + 2 medium + 2 filtres à membrane. 2 tailles d embouts Pacato protecteurs auditifs Description Développé et conçu pour répondre aux exigences des musiciens, Pacato est muni d un filtre acoustique qui permet une réduction du niveau sonore, sans déformer la

Plus en détail

Pompes à Chaleur & environnement acoustique. Recommandations pour la mise en œuvre des pompes à chaleur. Fiche technique n 1

Pompes à Chaleur & environnement acoustique. Recommandations pour la mise en œuvre des pompes à chaleur. Fiche technique n 1 Fiche technique n 1 Pompes à Chaleur & environnement acoustique Recommandations pour la mise en œuvre des pompes à chaleur Association Française pour les Pompes A Chaleur 1 1 Puissance et pression acoustique

Plus en détail

Pourtant, la preuve est faite, de manière scientifique, que le tabagisme passif comporte des risques réels pour la santé.

Pourtant, la preuve est faite, de manière scientifique, que le tabagisme passif comporte des risques réels pour la santé. Si plus des trois quarts des personnes se disent gênées par la fumée des autres, les risques liés au tabagisme passif restent largement sous-estimés : les non-fumeurs sont seulement 15 % à craindre, pour

Plus en détail

P2: Perception auditive

P2: Perception auditive P2: Perception auditive Daniel Pressnitzer Laboratoire des Systèmes Perceptifs, CNRS & Département d études cognitives, Ecole normale supérieure 29 rue d Ulm, 75230 Paris cedex 05 daniel.pressnitzer@ens.fr

Plus en détail

PRINCIPES ET ENJEUX DU MANAGEMENT INTEGRE QSE

PRINCIPES ET ENJEUX DU MANAGEMENT INTEGRE QSE PRINCIPES ET ENJEUX DU MANAGEMENT INTEGRE QSE Convergences et spécificités des référentiels ISO 9001 / 14001 / OHSAS 18001 Vianney BOCK 14, rue Cassini 06300 NICE Phone : +33 4 93 56 46 92 Mobile : +33

Plus en détail

Introduction. 1. Objectifs. 2. Matériel et méthodes. 3. Résultats

Introduction. 1. Objectifs. 2. Matériel et méthodes. 3. Résultats RECONNAISSANCE ET REPARATION DE LA SURDITE PROFESSIONNELLE EN TUNISIE A PROPOS D UNE ETUDE EPIDEMIOLOGIQUE H. KAMMOUN MOATEMRI - H. HAJ SALAH - K. REJEB - N. MRIZAK - M. AKROUT - A. CHARRADA - A. GHACHEM

Plus en détail

Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales

Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales Editorial La spécificité du groupe Caisse des Dépôts, découlant du statut d établissement public particulier de sa maison-mère

Plus en détail

SYNTHESE SUR L ETUDE DES METIERS DU PRESSING - Janvier 2008 -

SYNTHESE SUR L ETUDE DES METIERS DU PRESSING - Janvier 2008 - SYNTHESE SUR L ETUDE DES METIERS DU PRESSING - Janvier 2008 - OBJECTIF DE L ETUDE L objectif de cette étude est de répertorier tous les risques professionnels dans un pressing (base de l évaluation des

Plus en détail

Chapitre 5 Émetteurs et récepteurs sonores

Chapitre 5 Émetteurs et récepteurs sonores Chapitre 5 Émetteurs et récepteurs sonores Manuel pages 79 à 96 Choix pédagogiques Ce chapitre est dans la continuité du chapitre précédent «Instruments de musique» du thème «Son et musique». En effet,

Plus en détail

Les débats sur l évolution des

Les débats sur l évolution des D o c u m e n t d e t r a v a i l d e l a B r a n c h e R e t r a i t e s d e l a C a i s s e d e s d é p ô t s e t c o n s i g n a t i o n s n 9 8-0 7 C o n t a c t : La u re nt V e r n i è r e 0 1 4

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

Docteur José LABARERE

Docteur José LABARERE UE7 - Santé Société Humanité Risques sanitaires Chapitre 3 : Epidémiologie étiologique Docteur José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Éléments d acoustique et nuisances sonores

Éléments d acoustique et nuisances sonores Éléments d acoustique et nuisances sonores 1 e partie : Évaluation de la gêne et du danger. A) Éléments d acoustique. L acoustique est la partie de la physique qui étudie les sons. Le son est défini en

Plus en détail

Enquête auprès des personnes accueillies par les organismes partenaires de la Banque alimentaire de Guadeloupe en 2013

Enquête auprès des personnes accueillies par les organismes partenaires de la Banque alimentaire de Guadeloupe en 2013 Observatoire Régional de la Santé de Guadeloupe Enquête auprès des personnes accueillies par les organismes partenaires de la Banque alimentaire de Guadeloupe en 2013 Eléments de contexte Face à l évolution

Plus en détail

bouchons? Choisir ou des descoquilles

bouchons? Choisir ou des descoquilles PROTECTION INDIVIDUELLE Association paritaire pour la santé et la sécurité du travail Secteur fabrication de produits en métal et de produits électriques L exploitant d un établissement doit se conformer

Plus en détail

1 INTERET ET ELEMENTS D INTERPRETATION DE L INDICATEUR

1 INTERET ET ELEMENTS D INTERPRETATION DE L INDICATEUR Fiche méthodologique INDICATEUR : L DEN LIÉ AU TRAFIC AÉRIEN THEME : BRUIT 1 INTERET ET ELEMENTS D INTERPRETATION DE L INDICATEUR Question posée par l indicateur : Quelle est la répartition spatiale des

Plus en détail

LES GAZ D ECHAPPEMENT DES MOTEURS DIESEL CANCEROGENES

LES GAZ D ECHAPPEMENT DES MOTEURS DIESEL CANCEROGENES COMMUNIQUE DE PRESSE N 213 12 Juin 2012 LES GAZ D ECHAPPEMENT DES MOTEURS DIESEL CANCEROGENES A l issue d une réunion d une semaine regroupant des spécialistes internationaux, le Centre international de

Plus en détail

Délibération n 09-2-5 POINT N 5 DE L'ORDRE DU JOUR -=-=-=-=-= AGENCE DE L'ENVIRONNEMENT ET DE LA MAITRISE DE L'ENERGIE CONSEIL D'ADMINISTRATION

Délibération n 09-2-5 POINT N 5 DE L'ORDRE DU JOUR -=-=-=-=-= AGENCE DE L'ENVIRONNEMENT ET DE LA MAITRISE DE L'ENERGIE CONSEIL D'ADMINISTRATION Délibération n 09-2-5 POINT N 5 DE L'ORDRE DU JOUR -=-=-=-=-= AGENCE DE L'ENVIRONNEMENT ET DE LA MAITRISE DE L'ENERGIE CONSEIL D'ADMINISTRATION SEANCE DU 11 FÉVRIER 2009 -=-=-=-=-= SYSTEME D AIDES POUR

Plus en détail

Evaluation Agi Son 2005. Agi son 2005. Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées

Evaluation Agi Son 2005. Agi son 2005. Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées Agi son Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées 1 Introduction p. 3 Méthode p.4 1. Le public p.5 A. Caractéristique des personnes interrogées

Plus en détail

Caractéristiques des ondes

Caractéristiques des ondes Caractéristiques des ondes Chapitre Activités 1 Ondes progressives à une dimension (p 38) A Analyse qualitative d une onde b Fin de la Début de la 1 L onde est progressive puisque la perturbation se déplace

Plus en détail

Mode d emploi ALTO MONITOR PROCESSEUR D ÉCOUTE. www.altoproaudio.com Version 1.0 Juillet 2003 Français

Mode d emploi ALTO MONITOR PROCESSEUR D ÉCOUTE. www.altoproaudio.com Version 1.0 Juillet 2003 Français Mode d emploi ALTO MONITOR PROCESSEUR D ÉCOUTE www.altoproaudio.com Version 1.0 Juillet 2003 Français SOMMAIRE 1. INTRODUCTION................................................................... 4 2. FONCTIONNALITÉS................................................................

Plus en détail

Instrumentation électronique

Instrumentation électronique Instrumentation électronique Le cours d électrocinétique donne lieu à de nombreuses études expérimentales : tracé de caractéristiques statique et dynamique de dipôles, étude des régimes transitoire et

Plus en détail

Ergonomie et Prévention des risques professionnels

Ergonomie et Prévention des risques professionnels Ergonomie et Prévention des risques professionnels Catalogue des formations AVISErgonomique Laurent AVISSE Laurent AVISSE Ergonome Consultant 29, Rue de Montbazon 37 300 JOUE-LES-TOURS Tél : 06 09 44 30

Plus en détail

Recours aux entreprises extérieures

Recours aux entreprises extérieures RECOMMANDATION R429 Recommandations adoptées par le Comité technique national de la chimie, du caoutchouc et de la plasturgie le 21 novembre 2006. Cette recommandation annule et remplace la recommandation

Plus en détail

Bandes Critiques et Masquage

Bandes Critiques et Masquage Bandes Critiques et Masquage A. Almeida Licence Pro Acoustique et Vibrations Octobre 2012 Au Menu Au programme 1 Observations du masquage 5 Application du masquage 2 Conséquences du Masquage 3 Interprétation

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Aide à l exécution de la norme SIA 181:2006 révisée Protection contre le bruit dans le bâtiment

Aide à l exécution de la norme SIA 181:2006 révisée Protection contre le bruit dans le bâtiment Aide à l exécution de la norme SIA 181:2006 révisée Protection contre le bruit dans le bâtiment Sommaire Introduction... 2 Variante 1...3 Variante 2...3 Variante 3...4 Comparaison des exigences pour les

Plus en détail

MINISTERE DE L ECOLOGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT

MINISTERE DE L ECOLOGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT MINISTERE DE L ECOLOGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT MINISTERE DE L INTERIEUR, DE L OUTRE-MER, DES COLLECTIVITES TERRITORIALES ET DE L IMMIGRATION MINISTERE DU TRAVAIL, DE L

Plus en détail

Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires

Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires Systèmes cellulaires Réseaux cellulaires analogiques de 1ère génération : AMPS (USA), NMT(Scandinavie), TACS (RU)... Réseaux numériques de 2ème

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EPREUVE DE TRAVAUX PRATIQUES DE SCIENCES PHYSIQUES SUJET A.1

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EPREUVE DE TRAVAUX PRATIQUES DE SCIENCES PHYSIQUES SUJET A.1 TP A.1 Page 1/5 BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EPREUVE DE TRAVAUX PRATIQUES DE SCIENCES PHYSIQUES SUJET A.1 Ce document comprend : - une fiche descriptive du sujet destinée à l examinateur : Page 2/5 - une

Plus en détail

Les méthodes d évaluation de la qualité acoustique des bâtiments tertiaires. René GAMBA GAMBA Acoustique GIAc-CICF

Les méthodes d évaluation de la qualité acoustique des bâtiments tertiaires. René GAMBA GAMBA Acoustique GIAc-CICF Les méthodes d évaluation de la qualité acoustique des bâtiments tertiaires René GAMBA GAMBA Acoustique GIAc-CICF En France La norme NFS 31080 (janvier 2006) Bureaux et espaces associés Niveaux et critères

Plus en détail

DEFICIENTS AUDITIFS : QUELLES AIDES FINANCIERES?

DEFICIENTS AUDITIFS : QUELLES AIDES FINANCIERES? DEFICIENTS AUDITIFS : QUELLES AIDES FINANCIERES? Sommaire 1 ère partie : Les aides techniques I. Appareils de correction auditive & implant d oreille moyenne (dont le BAHA) 1. Les prestations pour tous

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE PRESTATIONS FAMILIALES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE PRESTATIONS FAMILIALES MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE Direction de la sécurité sociale Sous-direction de l accès aux soins, des prestations familiales et des accidents du travail Bureau des prestations familiales

Plus en détail

L ACCESSIBILITÉ DU CADRE BÂTI

L ACCESSIBILITÉ DU CADRE BÂTI L ACCESSIBILITÉ DU CADRE BÂTI Les ERP «ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC» Le nouveau dispositif réglementaire Première partie CONTEXTE ET POLITIQUES PUBLIQUES Le contexte Le point de départ L accessibilité

Plus en détail

Téléphones mobiles. Santé et Sécurité MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ

Téléphones mobiles. Santé et Sécurité MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Téléphones mobiles Santé et Sécurité MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Utiliser un téléphone mobile est-il dangereux pour la santé? Avec plus de 66 millions d abonnements en France fin 2011,

Plus en détail

Fiche réalisée par l ANATEEP (Association nationale pour les transports éducatifs de l enseignement public).

Fiche réalisée par l ANATEEP (Association nationale pour les transports éducatifs de l enseignement public). Fiche réalisée par l ANATEEP (Association nationale pour les transports éducatifs de l enseignement public). Bref historique A partir de 1959 (ordonnance et décret du 6 janvier), développement réel des

Plus en détail

PROTOCOLE SUR LE PARAMÉTRAGE DES INSTRUMENTS DE MESURE DU BRUIT

PROTOCOLE SUR LE PARAMÉTRAGE DES INSTRUMENTS DE MESURE DU BRUIT PROTOCOLE SUR LE PARAMÉTRAGE DES INSTRUMENTS DE MESURE DU BRUIT Approuvé par la Table de coordination nationale de santé publique en décembre 2013 PROTOCOLE SUR LE PARAMÉTRAGE DES INSTRUMENTS DE MESURE

Plus en détail

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction OFDT Note n 2010-12 Saint-Denis, le 09/08/2010 Introduction Les premières structures

Plus en détail

Les bases théoriques du numérique

Les bases théoriques du numérique Les bases théoriques du numérique 1. Différences entre signaux analogiques et signaux numériques L analogique et le numérique sont deux procédés pour transporter et stocker des données. (de type audio,

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Comptabilité, contrôle, audit de l Université Lille 2 Droit et santé Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des

Plus en détail