GUIDE DE PRÉSENTATION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GUIDE DE PRÉSENTATION"

Transcription

1 GUIDE DE PRÉSENTATION PROGRAMME QUÉBÉCOIS D'ADOPTION DE DOSSIERS MÉDICAUX ÉLECTRONIQUES (PQADME) DE LA PARTICIPATION AU DOSSIER DE SANTÉ DU QUÉBEC (DSQ)

2 TABLE DES MATIÈRES ACRONYMES... 5 INTRODUCTION... 7 A. PARTICIPATION AU DSQ I. MÉDECINS VISÉS... 9 II. PROCÉDURE D ADHÉSION III. RESPONSABILITÉS DU MÉDECIN IV. MODALITÉS DE REBOURSEMENT POUR LA PARTICIPATION AU DSQ Modalités de remboursement pour les équipements et les frais accessoires Modalités de versement de forfaits de formation et de familiarisation B. PARTICIPATION AU PROGRAMME QUÉBÉCOIS D ADOPTION DE DOSSIERS MÉDICAUX ÉLECTRONIQUES (PQADME) I. MÉDECINS VISÉS PAR LE PQADME II. ÉLIGIBILITÉ AU PQADME Participation au DSQ Critères d inscription au PQADME mars 2013 Page 2

3 III. LE FONCTIONNEMENT DU PQADME Demande d adhésion au PQADME Planification Implantation du DME dans la pratique et gestion du changement Utilisation continue du DME Récurrence du Programme DME IV. RESPONSABILITÉS DU MÉDECIN DANS LE CADRE DU PROGRAMME V. MODALITÉS DE REMBOURSEMENT POUR LA PARTICIPATION DU PQADME Modalités de remboursement pour les médecins qui exercent dans une clinique médicale non GMF a) DME acquis après le 1er avril 2012 en clinique non GMF b) DME acquis après le 1er janvier 2011 et avant le 1er avril 2012 en clinique non GMF c) DME acquis avant le 1er janvier 2011 en clinique non GMF Modalités de remboursement pour les médecins qui exercent en clinique médicale GMF a) DME acquis après le 1 avril 2012 en clinique médicale GMF b) DME acquis après le 1er janvier 2011 et avant le 1er avril 2012 en clinique médicale GMF c) DME acquis avant le 1er janvier 2011 en clinique médicale GMF mars 2013 Page 3

4 3. Modalités de remboursement pour les médecins qui exercent en CLSC et en UMF dans un établissement VI. DESCRIPTION DES FRAIS REMBOURSABLES Équipements et les frais accessoires Implantation du DME Coûts d acquisition et d opération des licences Gestion du changement mars 2013 Page 4

5 ACRONYMES DSQ Il s agit du dossier de santé du Québec. Le DSQ est une infrastructure technologique qui permet de fournir aux intervenants habilités de l information pertinente, organisée, intégrée et à jour concernant une personne. Il a pour objet de faciliter la prise de connaissance rapide des renseignements de santé d une personne en permettant l accès à certains renseignements de santé, tels que les résultats des examens ou des analyses de laboratoire, les résultats des examens d'imagerie médicale et la médication prise par un patient. Il permet une continuité et une complémentarité avec les soins dispensés par d autres intervenants, quel que soit le lieu où le patient reçoit des services de santé au Québec. Le DSQ est un complément au dossier médical que celui-ci soit sur support papier ou électronique. DME Le dossier médical électronique homologué par le Ministère de la Santé et des Services Sociaux qui regroupe des applications informatisées fournissant un ensemble de données longitudinales sur les patients. Il doit comprendre des outils d aide aux ordonnances et à la prise de décision clinique. Il intègre également des fonctions de prise de rendez-vous, de facturation et autres tâches de gestion. DCI Le dossier clinique informatisé est un dossier tenu par un établissement et qui contient tous les renseignements consignés par les cliniciens de cet établissement au moment de la consultation, de la période de traitement ou de l'hospitalisation d un patient. Intervenant autorisé Il s agit d un médecin qui accepte volontairement de participer au DSQ ainsi que les membres de son personnel qu il autorise à participer au DSQ. PQADME Il s agit du Programme québécois d adoption des dossiers médicaux électroniques convenu entre le Ministre de la Santé et des Services Sociaux et la. Ce programme, basé sur un cycle de quatre (4) ans, est fondé sur le volontariat des médecins et leur engagement à utiliser le dossier médical électronique. 12 mars 2013 Page 5

6 GMF Un GMF est un regroupement de médecins de famille adhérents à l Entente particulière relative aux groupes de médecine de famille. Clinique médicale Une clinique médicale désigne une organisation qui offre des services professionnels de consultation en médecine générale avec ou sans rendez-vous. Il peut notamment s agir d un GMF ou d une clinique réseau. 12 mars 2013 Page 6

7 INTRODUCTION L Entente relative au Programme québécois d adoption des dossiers médicaux électroniques (PQADME) est entrée en vigueur le 1 er août 2012 avec un effet rétroactif au 1 er avril 2012 (l Entente particulière). Cette entente concerne tant la participation des médecins omnipraticiens au Dossier de santé du Québec (DSQ) que celle relative au Programme québécois d'adoption de dossiers médicaux électroniques (PQADME). Cette interrelation devrait créer une synergie positive favorisant une utilisation complémentaire du DME et du DSQ. Les médecins pourront d ailleurs participer au PQADME même si le DSQ n est pas encore déployé dans leur région à la condition qu ils s engagent à y adhérer le moment venu. Comme ailleurs au Canada, la participation au DSQ et au PQADME implique une contribution financière des médecins pour favoriser une réelle utilisation dans la pratique. Aussi, la majorité des remboursements sera de 70 % des coûts réels, selon les sommes maximales établies par les modalités de participation au DSQ et au PQADME, étant entendu que les médecins assumeront 30 % de ces coûts. Dans le présent guide, nous présenterons tour à tour les modalités de participation des médecins au DSQ et au PQADME. Avant de ce faire, il est pertinent de souligner les éléments communs à ces deux programmes : Ils reposent tous deux sur le principe d une adhésion libre et volontaire des médecins; Dans les deux cas, les médecins participants s engage à les utiliser et les alimenter de façon continue dans la pratique; Les modalités d application sont établies en fonction des milieux de pratique concernés; Le fonctionnement repose sur une mécanique de remboursement des frais encourus plutôt que de financement des coûts futurs; Dans les deux cas, les médecins participants doivent conserver leurs factures pour une durée de 5 ans et les produire sur demande seulement; L ensemble des formulaires de participation et de paiement sont soumis au Ministère de la santé et des services sociaux (SOGIQUE) qui, après analyse, donnera instructions de paiement à la Régie de l assurance maladie du Québec. 12 mars 2013 Page 7

8 Les deux programmes bénéficieront d un financement récurrent du Ministère de la santé et des services sociaux. Il est à noter que ce guide pourra être adapté au fur et à mesure pour répondre aux questions soulevées par le PQADME. Veuillez en conséquence vous assurer de consulter la version la plus récente. 12 mars 2013 Page 8

9 A. PARTICIPATION AU DSQ Le DSQ est une infrastructure technologique qui permet de fournir aux médecins, infirmières, pharmaciens et autres intervenants autorisés de l information pertinente, organisée, intégrée et à jour concernant toute personne assurée au sens de la Loi sur l assurance maladie et ce, quel que soit le lieu de dispensation des services au Québec. Il a pour objet de faciliter une prise de connaissance rapide de certains renseignements de santé et assure une continuité et une complémentarité des soins de santé lors d une prise en charge. Le DSQ est un complément au dossier médical que celui-ci soit sur support papier ou électronique. À l issue de son déploiement, le DSQ permettra de consulter des informations concernant les domaines suivants : Domaine médicament : Médicaments prescrits et obtenus dans les pharmacies communautaires ou d établissements. Domaine laboratoire : Résultats d examens d analyse de biologie médicale effectués dans les établissements ou une société qui exploite un laboratoire. Domaine imagerie médicale : Images et rapports produits dans les établissements ou société qui exploite un laboratoire d imagerie médicale. Domaine immunisation : Registre de vaccination. Domaine allergie et intolérance : Renseignements sur les allergies et les intolérances documentés par les professionnels de la santé. Domaine sommaire d hospitalisation : Feuilles sommaires d hospitalisation. I. MÉDECINS VISÉS Tout médecin omnipraticienqui le désire, sans égard à son lieu d exercice, peut adhérer au DSQ et devenir un intervenant habilité. Il peut dès lors bénéficier des modalités prévues à l'entente particulière. 12 mars 2013 Page 9

10 II. PROCÉDURE D ADHÉSION Pour être un intervenant autorisé à consulter le dossier du Québec, le médecin doit accepter une proposition d'adhésion au DSQ qui lui sera soumise par l Agence de santé et de services sociaux de son territoire (l Agence) lorsque le déploiement du DSQ s'effectuera dans sa région. Il devra ensuite respecter la procédure prescrite par le MSSS pour obtenir un dispositif d accès au DSQ. Tant que le déploiement du DSQ n est pas débuté dans sa région, le médecin n a rien à faire. Cette situation n empêche toutefois pas le médecin de se prévaloir du PQADME dès qu il le souhaite. Le médecin qui veut obtenir de l'information concernant le déploiement du DSQ dans sa région doit communiquer avec l équipe responsable du déploiement au sein de l Agence de son territoire. III. RESPONSABILITÉS DU MÉDECIN Le médecin qui adhère au DSQ s'engage à respecter les neuf (9) conditions suivantes: Le médecin doit devenir un intervenant habilité Après avoir complété le formulaire d'adhésion au DSQ prescrit par le MSSS, le médecin deviendra un intervenant habilité. Il obtiendra alors un dispositif d'accès au DSQ. Le médecin doit utiliser le DSQ dans l'exercice de ses activités cliniques Le médecin qui devient un intervenant autorisé à consulter le DSQ s engage à l utiliser dans sa pratique. À cette fin : il consulte le DSQ, au besoin, dans le cadre du suivi médical, il utilise un prescripteur interopérable avec le DSQ et; il alimente les domaines cliniques du DSQ lorsque requis en vertu de la Loi concernant le partage de certains renseignements de santé (la Loi). Au terme du déploiement du DSQ, il est prévu par la Loi que le médecin devra alimenter le domaine allergie et intolérance et le domaine immunisation. Les autres renseignements seront alimentés directement par d autres sources, dont notamment, les laboratoires de biologie et d imagerie médicale et les pharmacies. Dans le cadre de son utilisation du DSQ, le médecin doit par ailleurs éviter toute manœuvre susceptible de nuire au bon fonctionnement du DSQ. 12 mars 2013 Page 10

11 Le médecin doit participer au programme de formation Le médecin s'engage à participer à la formation qui sera offerte par l équipe du MSSS responsable du déploiement du DSQ. Cette formation permettra d acquérir les connaissances nécessaires à l utilisation du DSQ. Le médecin doit utiliser le DSQ dans le respect de la vie privée et de la confidentialité Comme dans le cas du dossier papier, le médecin qui utilise le DSQ a l obligation déontologique d assurer le respect de la vie privée et la protection des renseignements personnels sur des patients auxquels il a accès dans le cadre de son utilisation du DSQ. La Loi concernant le partage de certains renseignements de santé (la Loi) prévoit de plus un cadre juridique particulier pour garantir le respect de la vie privée et la confidentialité des renseignements de santé contenus dans le DSQ. Des règles très strictes doivent être respectées par les médecins, les infirmières, les pharmaciens et les autres intervenants autorisés pour avoir accès aux renseignements au DSQ. Ces renseignements ne peuvent être utilisés ou communiqués que conformément aux conditions établies dans cette loi. Par exemple, seuls les renseignements du DSQ jugés nécessaires à la prestation de services peuvent être insérés dans le dossier local du patient par le médecin et être considérés comme en faisant partie intégrante au même titre que tous les autres renseignements qu il contient. Par ailleurs, le médecin ne peut pas communiquer ou transmettre à un tiers des renseignements provenant du DSQ sans une autorisation spécifique de son patient à cet égard, sauf exceptions rares prévues à la Loi. Le médecin doit garder sous son contrôle son dispositif d'accès au DSQ Le médecin doit prendre des mesures de sécurité pour conserver et ne remettre à personne son dispositif d'accès au DSQ. De plus, il ne doit en aucune circonstance dévoiler son numéro d identification personnel. Le médecin doit utiliser le DSQ dans le respect des règles applicables Le médecin doit respecter les procédures, conditions ou normes que pourrait lui fournir le ministre de la santé en regard de l utilisation du DSQ. Il doit de plus respecter des modalités de la Loi sur le partage des renseignements de santé. 12 mars 2013 Page 11

12 Le médecin doit s'assurer du respect des obligations liées au DSQ par son personnel Le médecin doit prendre les mesures de sécurité qui s imposent pour s'assurer que l'ensemble de son personnel respecte la confidentialité des renseignements contenus dans le DSQ. Il doit premièrement interdire l accès au DSQ à tout membre de son personnel qui n est pas un intervenant autorisé conformément à la Loi concernant le partage de certains renseignements de santé. Il doit deuxièmement s assurer que les membres de son personnel devenus des intervenants autorisés utilisent le DSQ conformément à leur profil d accès et dans le respect des dispositions de la Loi concernant le partage de certains renseignements de santé. Le médecin doit dénoncer toute irrégularité dans le fonctionnement du DSQ Pour assurer l intégrité et la sécurité des renseignements contenus dans le DSQ, il est important que le médecin qui constate une information incomplète ou inexacte ou qui observe une irrégularité de fonctionnement du DSQ alerte immédiatement les personnes ou l organisme désigné par le ministre de la santé à cette fin. Le médecin doit conserver toutes les pièces justificatives Le médecin doit conserver pendant 5 ans toutes ses pièces justificatives liées au coût de l équipement informatique et aux frais accessoires nécessaires à l'utilisation du DSQ. Il doit les fournir uniquement sur demande au MSSS. IV. MODALITÉS DE REBOURSEMENT POUR LA PARTICIPATION AU DSQ 1. Modalités de remboursement pour les équipements et les frais accessoires Seul le médecin d une clinique médicale non GMF peut obtenir un remboursement pour l achat d équipements et de frais accessoires selon les modalités suivantes : le médecin se fait rembourser 70 % des coûts de l équipement et des frais accessoires nécessaires à l utilisation du DSQ, jusqu à concurrence d une somme n excédant pas $, taxes en sus, par période de 4 ans. Le médecin qui s est équipé dans les six mois précédant le déploiement du DSQ dans sa région est également admissible à ce remboursement ; le médecin se fait rembourser 70 % des frais non récurrents de câblage jusqu à concurrence d une somme n excédant pas 210 $ par médecin, taxes en sus ; 12 mars 2013 Page 12

13 la clinique non GMF se fait rembourser un commutateur d une valeur maximale de 146 $ par site, taxes en sus, par période de 4 ans ; la clinique non GMF se fait rembourser un lien Internet d une valeur maximale de $ par année, par site, taxes en sus ; Les équipements et frais accessoires éligibles à un remboursement sont les suivants : Ordinateur; Écran; Souris; Clavier; Imprimante; Antivirus; Installation; Assurance; Garantie; Matériel et logiciel d accès de sécurité; Coûts des services reçus des CSA. Pour obtenir les remboursements auxquels ils ont droit, le médecin et la clinique médicale non GMF utilisent les formulaires prévus à cette fin. Ces formulaires sont disponibles sur le site internet de la SOGIQUE (voir l hyperlien suivant : En CLSC et en UMF en établissement, il appartient à l'établissement de fournir l'équipement requis au médecin pour lui permettre de consulter le DSQ. En GMF, le médecin bénéficie déjà d'une subvention pour l'informatisation qui lui permet d'acquérir ces équipements. Cependant, pour assurer une complémentarité et une harmonisation adéquate avec le DSQ et le PQADME, il est possible que des modifications soient apportées à la subvention liée à l informatisation en GMF. 2. Modalités de versement de forfaits de formation et de familiarisation Tous les médecins ayant adhéré à l'entente particulière sur le DSQ, sans égard à leur lieu d exercice ou leur mode de rémunération, sont éligibles à des forfaits de formation et de familiarisation au DSQ. Ces forfaits ont pour objet de compenser le temps consacré à la formation obligatoire offerte par l équipe de déploiement du DSQ. Cette formation a pour objet de permettre au médecin d acquérir les connaissances requises pour permettre une utilisation optimale du DSQ. Ces forfaits ont également pour objet de compenser le temps que le médecin consacre à sa familiarisation au DSQ lorsqu il en débute l utilisation dans le cadre de sa pratique. 12 mars 2013 Page 13

14 Ces forfaits, d une valeur de $, sont versés au médecin à raison de 600 $ par mois pendant trois (3) mois. Pour obtenir le versement de ces forfaits, le médecin utilise le formulaire prévu à cette fin. Ce formulaire est disponible sur le site internet de la SOGIQUE (voir l hyperlien suivant : TABLEAU 1 SYNTHÈSE DES REMBOURSEMENTS POUR LE DSQ Description Bénéficiaire du remboursement Somme max. admissi ble % de la subventi on Max. du rembourse ment possible Cycle de remboursement Équipements informatiques et frais accessoires Commutateur Lien internet Frais de câblage Forfait de formation et de familiarisation Médecin de clinique médicale non GMF Clinique médicale non GMF Clinique médicale non GMF Médecin de clinique médicale non GMF Tout médecin adhérant à l Entente sans égard à son lieu de pratique 2 000$ 70% 1 400$ 1 fois par 4 ans 146$ par site 1 200$ par année 100% 146$ par site* 70% 1 200$ par année* 1 fois par 4 ans 1 fois par année 300$ 100% 300$* Non récurrent 600$ par mois X 3 mois** 100% 1 800$** Non récurrent *Les taxes sont en sus. **Ce forfait ne s'applique pas si le médecin a déjà adhéré au PQADME. 12 mars 2013 Page 14

15 B. PARTICIPATION AU PROGRAMME QUÉBÉCOIS D ADOPTION DE DOSSIERS MÉDICAUX ÉLECTRONIQUES (PQADME) Le Programme québécois d adoption de dossiers médicaux électroniques qui vise à favoriser l acquisition et l utilisation, par les médecins de première ligne, de dossiers médicaux électroniques homologués. Les dossiers médicaux électroniques homologués par le MSSS regroupent des applications informatisées fournissant un ensemble de données longitudinales sur les patients. Ils comprennent des outils d aide aux ordonnances et à la prise de décision clinique. Il intègre également des fonctions de prise de rendez-vous, de facturation et autres tâches de gestion. La liste de l ensemble des dossiers médicaux homologués par le MSSS est disponible sur le site de la SOGIQUE (http://www.sogique.qc.ca/pqadme). Le PQADME est basé sur un cycle de quatre (4) ans. Il repose sur le volontariat des médecins et leur engagement à utiliser le dossier médical électronique et le DSQ dans leur pratique. I. MÉDECINS VISÉS PAR LE PQADME Les médecins omnipraticiens qui pourront se prévaloir du PQADME sont ceux qui exercent en première ligne en clinique médicale, selon les modalités propres à leur milieu d exercice, et ce même si le DSQ n a pas été déployé dans leur localité. Pour les fins du PQADME, on associe à une clinique médicale, toute organisation qui offre des services professionnels de consultation en médecine générale avec ou sans rendez-vous dans le cadre du régime de l'assurance-maladie du Québec. Il peut donc s agir d un GMF, d une coopérative ou d'une clinique médicale non GMF. Les médecins qui exercent en UMF en établissement ou en CLSC ne peuvent se prévaloir du PQADME pour l instant car le MSSS doit d abord choisir un système électronique de tenue de dossiers des patients pour ces médecins. Le MSSS bénéficie d un délai de vingtquatre (24) mois, depuis août 2012 pour faire son choix. Lorsque ce choix sera effectué, il a été convenu entre le MSSS et la que les médecins pourront également bénéficier du PQADME, selon des modalités propres à leur milieu d exercice. 12 mars 2013 Page 15

16 II. ÉLIGIBILITÉ AU PQADME Le médecin qui désire participer au PQADME doit également participer au DSQ ou s engager à y participer et il doit satisfaire aux critères d inscription au PQADME. 1. Participation au DSQ Pour participer au DSQ, le médecin doit devenir un intervenant autorisé. Il doit à cette fin accepter une proposition d'adhésion au DSQ qui lui sera soumise par l Agence de santé et de services sociaux de son territoire (l Agence), tel qu expliqué dans le cadre de la section précédente portant sur la participation au DSQ. Cependant, qu il ait déjà adhéré au DSQ ou non, rien n empêche un médecin de participer au PQADME. Il lui suffit d'indiquer sur son formulaire de demande d'adhésion au PQADME qu'il est déjà un intervenant habilité au DSQ ou qu'il s'engage à le devenir dans les trois mois qui suivront le dépôt d'une proposition d'adhésion au DSQ. En conséquence, le retard de déploiement du DSQ dans une région donnée ne saurait empêcher un médecin de se prévaloir du PQADME dans l intervalle. Le médecin qui veut obtenir de l'information concernant le déploiement du DSQ dans sa localité peut communiquer avec l Agence de son territoire. 2. Critères d inscription au PQADME Pour satisfaire aux critères d inscription au PQADME, le médecin doit satisfaire aux sept (7) conditions d éligibilité suivantes: Le médecin doit être en règle avec le Collège des médecins du Québec Le médecin détient un permis d exercice délivré par le Collège des médecins du Québec. Le médecin doit offrir des services médicaux assurés dans le cadre du régime d assurance maladie du Québec Le médecin qui est non participant au régime d assurance maladie du Québec n est pas éligible au PQADME. 12 mars 2013 Page 16

17 Le médecin doit offrir des services de prise en charge et de suivi de patients en première ligne Le groupe au sein duquel le médecin exerce doit cumuler une moyenne d au moins trois-cents (300) patients inscrits par médecin. Un médecin ayant moins de 300 patients inscrits à son nom est néanmoins éligible au PQADME si le groupe au sein duquel il exerce cumule une moyenne de plus de 300 patients inscrits par médecin. Le calcul du nombre de patients inscrits est effectué sur une base collective plutôt qu individuelle dans le but de permettre à un plus grand nombre de médecins de profiter du PQADME. Celui qui débute sa pratique en clinique médicale ou celui qui réoriente sa pratique pour faire de la prise en charge et du suivi de patient est exclu du calcul de la moyenne d un groupe et est éligible au PQADME s il rencontre les autres critères d inscription. Le médecin qui exerce en solo est également éligible au PQADME s il a plus de 300 patients inscrits à son nom et qu il satisfait aux autres critères d inscription au PQADME. Toute autre situation devra être soumise au comité paritaire /MSSS. Pour soumettre une demande au comité paritaire, il suffit d'adresser une lettre détaillée à l'attention de l'une ou l'autre des deux personnes suivantes : Dr Serge Dulude Directeur de la planification et de la Régionalisation Fédération des médecins omnipraticiens du Québec 1440 rue Sainte-Catherine ouest Montréal, (Québec) H3G 1R8 courriel : Monsieur Simon Langlois Ministère de la santé et des services sociaux 1075, chemin Sainte-Foy, 16e étage Québec, (Québec) G1S 2M1 Courriel : 12 mars 2013 Page 17

18 Le médecin doit s inscrire au Programme dans un seul milieu d exercice En toute logique, le médecin va choisir le lieu où il exerce la majorité de ses activités en première ligne. Lorsqu il exerce dans plus d un lieu de pratique, le médecin peut s inscrire au PQADME au lieu de son choix. Cependant, le médecin membre d une clinique médicale GMF doit obligatoirement s inscrire au sein de son GMF. Toute situation particulière devra être soumise au comité paritaire /MSSS. Il est à noter que le médecin qui change de lieu d'exercice devra inscrire son nouveau lieu de pratique dans le premier formulaire d attestation de dépenses qui suit son changement de lieu d exercice pour bénéficier des remboursements récurrents auxquels il pourrait avoir droit. Le médecin doit s assurer de l adhésion au programme DME d un minimum de 50 % des médecins œuvrant dans la clinique médicale où il travaille L objectif de ce critère d éligibilité est d assurer une masse critique de médecins utilisateurs du DME au sein d une clinique médicale et une cohérence dans la démarche d implantation. La demande d adhésion devient alors une démarche collective. Le formulaire de demande d adhésion au programme sera donc signé par tous les médecins désireux de joindre le programme DME. Rien n empêchera toutefois un ou plusieurs médecins du même milieu de joindre le PQADME ultérieurement en complétant le formulaire de demande d adhésion. Un seul DME homologué au sein d une clinique médicale doit être implanté Sauf exception autorisée par le comité paritaire MSSS-, un seul DME par clinique médicale doit être implanté et utilisé. L objectif est de permettre aux médecins et aux autres professionnels de travailler ensemble avec le même DME. Recevoir un seul remboursement pour le même objet À titre d exemple, le médecin de clinique médicale GMF, ne peut demander le remboursement des frais qui ont été imputés au budget du GMF. Le médecin doit donc rigoureusement respecter les différentes modalités de remboursement et conserver ses factures. Celles-ci devront être fournies sur demande du MSSS. Des vérifications aléatoires pourraient être effectuées par le MSSS pour assurer la conformité des remboursements. 12 mars 2013 Page 18

19 III. LE FONCTIONNEMENT DU PQADME 1. Demande d adhésion au PQADME Le médecin qui désire participer au PQADME doit premièrement signer avec chacun des membres de son groupe intéressé une demande d'adhésion en complétant un formulaire prévu à cette fin pour son milieu de pratique, soit en clinique médicale GMF ou en clinique médicale non GMF. Sur réception d'une demande d'adhésion au PQADME, le MSSS vérifie si le médecin et son groupe sont éligibles suivant les critères établis à cette fin. Le MSSS confirme par écrit l'éligibilité de chaque médecin. Ce dernier est dès lors réputé adhérant au PQADME. Il peut alors accéder aux services fournis par le PQADME. Le médecin qui a acquis un DME avant l entrée en vigueur du PQADME, soit le 1 er août 2012, peut également adhérer au PQADME. Il utilise à cette fin le formulaire d adhésion qui permet d identifier à quel moment il a implanté un DME soit : 1) avant le 1 er janvier 2011 ou 2) entre le 1 er janvier 2011 et le 31 mars ) depuis le 1 er avril 2012 Les formulaires de demande d adhésion sont disponibles sur le site internet de la SOGIQUE (suivre l hyperlien suivant : 2. Planification Le médecin et ses collègues devraient planifier soigneusement l'implantation du DME dans leur clinique. Une bonne planification permettra de limiter les inconvénients potentiels et facilitera grandement une réelle adoption du DME par les médecins dans leur pratique. En collaboration avec le MSSS, la a développé différents outils pour soutenir les médecins dans leur processus de planification. Ces outils permettent d'évaluer le niveau de préparation à l'informatisation, d'identifier les priorités de la clinique, de déterminer un échéancier et une répartition des responsabilités au sein de la clinique. Avant de choisir un DME, la recommande fortement aux médecins de s informer auprès des fournisseurs de DME homologués et d évaluer leur offre de service en fonction d une liste de critères déterminants. La liste des fournisseurs de DME homologués est disponible sur le site de la SOGIQUE (suivre l hyperlien suivant : 12 mars 2013 Page 19

20 Une grille d'évaluation des logiciels et de l'offre de services des fournisseurs de DME est disponible sur le site Internet de la dans sa section dédiée au PQADME. Il s agit d un outil d aide à la décision. Avant de signer une entente avec un fournisseur, la recommande également au médecin de consulter le guide élaboré par l Association canadienne de protection médicale et l Association médicale canadienne intitulé Ententes sur le partage de données / Principes applicables aux dossiers médicaux électroniques/dossiers de santé électroniques (consulter en suivant le lien suivant : Ce guide constitue un aide-mémoire sur les éléments suivants importants dans une négociation: Gouvernance ou propriété des données ; Confidentialité et vie privée ; Sécurité et accès ; Exactitude et qualité des données ; Exigences en matière de tenue des dossiers ; Assurance de la qualité ; Étendue et fonctionnalité des services ; Résiliation pour des raisons de commodité ; Cessation et continuité des opérations du Fournisseurs de DME ; Indemnisation ; Limitation de responsabilité ; Assertions et garanties ; Règlement des litiges ; Financement. L hébergement des données est également l un des éléments importants dont il faudra convenir. Les médecins pourront choisir d héberger les données dans leur clinique ou hors de leur clinique. Chaque solution présente des avantages et des inconvénients. L hébergement des données dans la clinique permet aux médecins de conserver le contrôle exclusif des données. Cependant, il peut être difficile pour eux d assumer les responsabilités associées à la sécurité et à l accessibilité des données qui doivent être garantis 24 heures par jour, 7 jours par semaine. L hébergement des données hors de la clinique impose la signature d une entente contractuelle avec un fournisseur de services. Ce choix offre généralement une meilleure sécurité des données car l hébergement est garanti par des spécialistes qui assurent les backup, la redondance, le contrôle des accès, un lieu d hébergement adéquat, etc. Les tâches du personnel de la clinique en sont ainsi allégées. 12 mars 2013 Page 20

201 À l intention des médecins omnipraticiens 15 novembre 2012

201 À l intention des médecins omnipraticiens 15 novembre 2012 201 À l intention des médecins omnipraticiens 15 novembre 2012 Entente particulière relative à la participation des médecins omnipraticiens au Dossier de santé du Québec et au Programme québécois d adoption

Plus en détail

Procédure pour la prescription d une analyse de laboratoire pour les pharmaciens sur le territoire du CIUSSS de l Estrie CHUS

Procédure pour la prescription d une analyse de laboratoire pour les pharmaciens sur le territoire du CIUSSS de l Estrie CHUS Référence : 4504-20-04 Procédure pour la prescription d une analyse de laboratoire pour les pharmaciens sur le territoire du CIUSSS de l Estrie CHUS 1. OBJECTIF Uniformiser le processus de prescription

Plus en détail

Procédure. BCM (bilan comparatif des médicaments) des usagers à l admission, au transfert et au congé.

Procédure. BCM (bilan comparatif des médicaments) des usagers à l admission, au transfert et au congé. Cote DSPD-13-14 Réservé à la Direction général Procédure Titre : BCM (bilan comparatif des médicaments) des usagers à l admission, au transfert et au congé. Destinataires : Direction de l hébergement Direction

Plus en détail

Lettre d entente n o 275 Délais de mise en application du mode de rémunération mixte

Lettre d entente n o 275 Délais de mise en application du mode de rémunération mixte 174 À l intention des médecins omnipraticiens à tarif horaire en CLSC des médecins omnipraticiens à honoraires fixes en CLSC 28 octobre 2015 Lettre d entente n o 275 Délais de mise en application du mode

Plus en détail

ENTENTE DE PRINCIPE INTERVENUE ENTRE LA FMOQ ET LE MSSS AFIN D ACCROÎTRE ET D AMÉLIORER L ACCESSIBILITÉ AUX SERVICES MÉDICAUX DE PREMIÈRE LIGNE

ENTENTE DE PRINCIPE INTERVENUE ENTRE LA FMOQ ET LE MSSS AFIN D ACCROÎTRE ET D AMÉLIORER L ACCESSIBILITÉ AUX SERVICES MÉDICAUX DE PREMIÈRE LIGNE ENTENTE DE PRINCIPE INTERVENUE ENTRE LA FMOQ ET LE MSSS AFIN D ACCROÎTRE ET D AMÉLIORER L ACCESSIBILITÉ AUX SERVICES MÉDICAUX DE PREMIÈRE LIGNE CONSIDÉRANT les réels problèmes d accessibilité aux services

Plus en détail

Assurances collectives

Assurances collectives Assurances collectives Regroupement des organismes nationaux de loisir et de sport du Québec Conditions de renouvellement au 1 er avril 2015 et modification du choix d option Regroupement des organismes

Plus en détail

Le genre féminin utilisé dans ce document désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Le genre féminin utilisé dans ce document désigne aussi bien les femmes que les hommes. Programme d intéressement pour l implantation du rôle de l infirmière praticienne spécialisée Modalités d application 15-919-04W RÉDACTION Direction des soins infirmiers Direction générale des services

Plus en détail

FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE SÉJOUR

FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE SÉJOUR SLE - Spécialistes En vertu de l'accord-cadre du 1 er octobre 1995, les dispositions relatives au déplacement sont regroupées à l'annexe 23 de l'entente. La présente section du Manuel des médecins spécialistes

Plus en détail

Alerte audit et certification

Alerte audit et certification Alerte audit et certification AUDIT DES COMPTES D UN CANDIDAT À UNE ÉLECTION FÉDÉRALE AOÛT 2015 Modèle de lettre de mission d audit, modèle de lettre d acceptation et modèle de rapport de l auditeur indépendant

Plus en détail

Adresse : Téléphone : Télécopieur :

Adresse : Téléphone : Télécopieur : Aperçu Le fait de remplir le présent formulaire fait office d engagement à s inscrire au programme de Dossiers médicaux électroniques du Nouveau-Brunswick administré par Velante Inc. Cela signifie également

Plus en détail

POLITIQUE DE PRATIQUE

POLITIQUE DE PRATIQUE POLITIQUE DE PRATIQUE TITRE Usager en hébergement, admis en milieu hospitalier ou en attente d admission à l urgence 1 de 28 1. OBJECTIFS Prévenir les incidents/accidents liés à la médication au moment

Plus en détail

RÈGLE, MÉTHODE, PROTOCOLE DE SOINS INFIRMIERS ET ORDONNANCE COLLECTIVE : DES OUTILS PRÉCIEUX ET COMPLÉMENTAIRES

RÈGLE, MÉTHODE, PROTOCOLE DE SOINS INFIRMIERS ET ORDONNANCE COLLECTIVE : DES OUTILS PRÉCIEUX ET COMPLÉMENTAIRES RÈGLE, MÉTHODE, PROTOCOLE DE SOINS INFIRMIERS ET ORDONNANCE COLLECTIVE : DES OUTILS PRÉCIEUX ET COMPLÉMENTAIRES Geneviève Ménard, M. Sc. inf., M. Sc. (Adm. de la santé) Directrice-conseil Direction, Affaires

Plus en détail

Politique des stages. Direction des études

Politique des stages. Direction des études Direction des études Service des programmes et de la réussite scolaire Politique des stages Recommandée par la Commission des études du 6 décembre 2011 Adoptée par le conseil d administration du 15 mai

Plus en détail

KinLogix DME. Des soins de santé améliorés grâce aux dossiers médicaux électroniques.

KinLogix DME. Des soins de santé améliorés grâce aux dossiers médicaux électroniques. KinLogix DME Des soins de santé améliorés grâce aux dossiers médicaux électroniques. Meilleurs renseignements. Meilleures décisions. Meilleurs résultats. Votre pratique repose sur l ensemble de vos décisions.

Plus en détail

CONTRAT DE SERVICE POUR UNE CONSULTATION MÉDICALE

CONTRAT DE SERVICE POUR UNE CONSULTATION MÉDICALE Veuillez lire au complet ce contrat de service avant de l accepter et de confirmer votre réservation. Nous vous suggérons de l imprimer et d en conserver une copie. CONTRAT DE SERVICE POUR UNE CONSULTATION

Plus en détail

POLITIQUE DE FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE REPRÉSENTATION

POLITIQUE DE FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE REPRÉSENTATION Adoptée au Comité exécutif du 26 mai 2015 Résolution n o 61-CE-2014-2015 Service des ressources financières Entrera en vigueur à la signature des prochaines conventions collectives POLITIQUE DE FRAIS DE

Plus en détail

Présentation aux utilisateurs

Présentation aux utilisateurs Présentation aux utilisateurs DSM Le 13 février 2012 Contexte Besoin sans cesse grandissant de disposer en temps réel d une information à jour et à valeur ajoutée, afin de soutenir la prestation de services

Plus en détail

ZONE DE COMMERCE INTERNATIONAL DE MONTRÉAL À MIRABEL (ZCIMM)

ZONE DE COMMERCE INTERNATIONAL DE MONTRÉAL À MIRABEL (ZCIMM) ZONE DE COMMERCE INTERNATIONAL DE MONTRÉAL À MIRABEL (ZCIMM) Afin de favoriser une utilisation optimale des installations aéroportuaires de Mirabel et l implantation d entreprises stratégiques qui contribuent

Plus en détail

PROTOCOLE. Prise en charge Contraception - IVG (Confidentielle et gratuite) Réseau Sexualité Martinique

PROTOCOLE. Prise en charge Contraception - IVG (Confidentielle et gratuite) Réseau Sexualité Martinique PROTOCOLE Prise en charge Contraception - IVG (Confidentielle et gratuite) Réseau Sexualité Martinique 1. 2. Descriptif du dispositif Le contexte Les objectifs Les bénéficiaires Les étapes de la prise

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉPÔT D UN PROJET

GUIDE POUR LE DÉPÔT D UN PROJET GUIDE POUR LE DÉPÔT D UN PROJET dans le cadre du Programme de soutien à la mobilité enseignante en formation professionnelle Programme financé par le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport Éducation

Plus en détail

PRÉAMBULE INTRODUCTION

PRÉAMBULE INTRODUCTION PRÉAMBULE La Lettre d entente no 245 est en vigueur depuis le 1 er novembre 2011 et son application a suscité maintes questions qui ont amené les parties négociantes à revoir de nouveau certaines dispositions

Plus en détail

Guide sur le Programme de prestations supplémentaires de chômage

Guide sur le Programme de prestations supplémentaires de chômage ASSURANCE-EMPLOI Guide sur le Programme de prestations supplémentaires de chômage Guide à l intention des employeurs qui offrent à leurs employés des prestations supplémentaires de chômage Publication

Plus en détail

Une approche novatrice en évaluation des bénéfices. Séminaire du CETO HEC Montréal Par Caroline Ménard et Michel Drouin 31 mars 2009

Une approche novatrice en évaluation des bénéfices. Séminaire du CETO HEC Montréal Par Caroline Ménard et Michel Drouin 31 mars 2009 Une approche novatrice en évaluation des bénéfices Séminaire du CETO HEC Montréal Par Caroline Ménard et Michel Drouin 31 mars 2009 1 1 Objectifs de la présentation Présenter brièvement le DSQ Présenter

Plus en détail

Assurances collectives

Assurances collectives Assurances collectives Regroupement des organismes nationaux de loisir et de sport du Québec Bénéficiez d un régime efficace! Sommaire explicatif Regroupement des organismes nationaux de loisir et de sport

Plus en détail

TERMES ET CONDITIONS DE COMMANDES ET INSTRUCTIONS D EXPÉDITION

TERMES ET CONDITIONS DE COMMANDES ET INSTRUCTIONS D EXPÉDITION TERMES ET CONDITIONS DE COMMANDES ET INSTRUCTIONS D EXPÉDITION TERMES ET CONDITIONS DE COMMANDE LES PARTIES AUX PRÉSENTES CONVIENNENT DE CE QUI SUIT : 1. OBJET Sous réserve des termes et conditions prévus

Plus en détail

GUIDE DE L'UTILISATEUR

GUIDE DE L'UTILISATEUR GUIDE DE L'UTILISATEUR LE PLAN D AUTOGESTION DU DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL CONTINU EN CINQ ÉTAPES Pour pouvoir donner des soins de qualité aux patients tout au long de sa carrière professionnelle, le

Plus en détail

LANCEMENT D UN PROGRAMME DE FORMATION DE NOUVEAUX NÉGOCIATEURS APPEL DE CANDIDATURES

LANCEMENT D UN PROGRAMME DE FORMATION DE NOUVEAUX NÉGOCIATEURS APPEL DE CANDIDATURES Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE 108-15 Le 11 septembre 2015

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques)

CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques) CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques) INVESTISSEMENT QUÉBEC Direction des mesures fiscales TABLE DES MATIÈRES Nature de l aide fiscale... 3 Société biopharmaceutique admissible...

Plus en détail

Règlement du Programme de bourse de démarrage de cabinet de l AJBM. 1- Objectifs

Règlement du Programme de bourse de démarrage de cabinet de l AJBM. 1- Objectifs Règlement du Programme de bourse de démarrage de cabinet de l AJBM 1- Objectifs Le programme de bourse de démarrage de cabinet de l AJBM a pour but de promouvoir l entreprenariat chez les jeunes avocats

Plus en détail

REVUE DE L AIDE FISCALE ACCORDÉE AUX PERSONNES AYANT RECOURS À LA VOIE MÉDICALE POUR DEVENIR PARENTS

REVUE DE L AIDE FISCALE ACCORDÉE AUX PERSONNES AYANT RECOURS À LA VOIE MÉDICALE POUR DEVENIR PARENTS REVUE DE L AIDE FISCALE ACCORDÉE AUX PERSONNES AYANT RECOURS À LA VOIE MÉDICALE POUR DEVENIR PARENTS Le présent bulletin d information vise rendre publiques les différentes modifications qui seront apportées

Plus en détail

Guide pour le formulaire de déclaration du coût net de la collecte sélective de matières recyclables

Guide pour le formulaire de déclaration du coût net de la collecte sélective de matières recyclables Guide pour le formulaire de déclaration du coût net de la collecte sélective de matières recyclables Pour les organismes municipaux ayant compétence en la matière Avril 2014 INTRODUCTION Le Régime de compensation

Plus en détail

D une étape à l autre Parcours assurance santé MD prend le relais

D une étape à l autre Parcours assurance santé MD prend le relais D une étape à l autre Parcours assurance santé MD prend le relais LA VIE VOUS MÈNE AILLEURS, MAIS PARCOURS ASSURANCE SANTÉ VOUS SUIT PARTOUT AUCUNE PREUVE D ASSURABILITÉ N EST EXIGÉE! 2 Parcours assurance

Plus en détail

Utilisation du DSQ. 2. Principales fonctions associées au DSQ

Utilisation du DSQ. 2. Principales fonctions associées au DSQ Utilisation du DSQ 1. Général Dans la phase initiale de déploiement, seuls les centres médicaux faisant partie du projet pilote auront accès au module SQIM. Les professionnels se verront attribuer une

Plus en détail

Enquête de la Régie de l assurance maladie du Québec sur la Clinique chirurgicale de Laval. Faits saillants et analyse

Enquête de la Régie de l assurance maladie du Québec sur la Clinique chirurgicale de Laval. Faits saillants et analyse Enquête de la Régie de l assurance maladie du Québec sur la Clinique chirurgicale de Laval Faits saillants et analyse 22 mars 2012 1. Objet et déroulement de l enquête À la suite d un article publié le

Plus en détail

PROCESSUS D ACCRÉDITATION GÉNÉRAL D ACTIVITÉS DE FORMATION SUPPLÉMENTAIRE

PROCESSUS D ACCRÉDITATION GÉNÉRAL D ACTIVITÉS DE FORMATION SUPPLÉMENTAIRE PROCESSUS D ACCRÉDITATION GÉNÉRAL D ACTIVITÉS DE FORMATION SUPPLÉMENTAIRE INTRODUCTION Afin de continuer de remplir leurs devoirs et obligations, compte tenu de l évolution des pratiques professionnelles

Plus en détail

ANNEXE 10 CONTRAT TYPE D UN CHARGÉ DE PROJET

ANNEXE 10 CONTRAT TYPE D UN CHARGÉ DE PROJET ANNEXE 10 CONTRAT TYPE D UN CHARGÉ DE PROJET CONTRAT DE SERVICE CHARGÉ DE PROJET Entente entre le centre de la petite enfance [nom du CPE] [adresse] et [Nom de la personne assumant les responsabilités

Plus en détail

Guide sur le perfectionnement et le développement professionnel ACEP

Guide sur le perfectionnement et le développement professionnel ACEP Guide sur le perfectionnement et le développement professionnel ACEP Table des matières Chapitre I : Énoncé de principes : 1. Préambule. 3 2. Programme de perfectionnement et de développement carrière...

Plus en détail

Conseil des arts et des lettres du Québec Comptabilisation des dons et des subventions dans le cadre du programme Mécénat Placements Culture

Conseil des arts et des lettres du Québec Comptabilisation des dons et des subventions dans le cadre du programme Mécénat Placements Culture Conseil des arts et des lettres du Québec Comptabilisation des dons et des subventions dans le cadre du programme Mécénat Placements Culture Johanne Turbide, Ph.D., M.Sc., CPA, CA Juin 2014 Comptabilisation

Plus en détail

Amendements n os 124 et 128

Amendements n os 124 et 128 223 À l intention des médecins omnipraticiens 12 décembre 2012 Amendements n os 124 et 128 Annexe XXI Reconnaissance de l efficience Introduction La Régie vous présente les changements apportés à votre

Plus en détail

CONTRAT D'ABONNEMENT AU RÉSEAU ACDQ MC

CONTRAT D'ABONNEMENT AU RÉSEAU ACDQ MC CONTRAT D'ABONNEMENT AU RÉSEAU ACDQ MC GÉNÉRALITÉS Veuillez compléter un contrat par dentiste par clinique; Retourner la dernière page du contrat dûment complétée par télécopieur au 514 282-0255. Un dentiste

Plus en détail

Contrat d Assistance Sage

Contrat d Assistance Sage Contrat d Assistance Sage A titre de rappel, il est précisé que les conditions générales d utilisation auxquelles est soumis le client depuis l acquisition des licences restent applicables aux Progiciels

Plus en détail

Guide explicatif. Demande d adhésion à la police d assurance cautionnement collective de la CMMTQ

Guide explicatif. Demande d adhésion à la police d assurance cautionnement collective de la CMMTQ autionnement Guide explicatif Demande d adhésion à la police d assurance cautionnement collective de la CMMTQ Ce guide est conçu pour vous aider à remplir adéquatement le formulaire de demande d adhésion

Plus en détail

ENTENTES PARTICULIÈRES ENTENTE PARTICULIÈRE RELATIVE AUX DENTISTES OEUVRANT DANS DES ÉTABLISSEMENTS DU NORD

ENTENTES PARTICULIÈRES ENTENTE PARTICULIÈRE RELATIVE AUX DENTISTES OEUVRANT DANS DES ÉTABLISSEMENTS DU NORD ENTENTE PARTICULIÈRE RELATIVE AUX DENTISTES OEUVRANT DANS DES ÉTABLISSEMENTS DU NORD PRÉAMBULE La présente entente particulière est conclue entre les parties en vertu du paragraphe 4.04 de l'entente générale

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉPÔT D UN PROJET

GUIDE POUR LE DÉPÔT D UN PROJET PROGRAMME DE BOURSES POUR DE COURTS SÉJOURS À l EXTÉRIEUR DU QUÉBEC À L INTENTION DES ÉLÈVES DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE POUR LE DÉPÔT D UN PROJET Programme financé par le ministère de l Éducation,

Plus en détail

CONTRAT DE SERVICE & CONDITIONS GÉNÉRALES D ABONNEMENT

CONTRAT DE SERVICE & CONDITIONS GÉNÉRALES D ABONNEMENT CONTRAT DE SERVICE & CONDITIONS GÉNÉRALES D ABONNEMENT Veuillez lire attentivement ce contrat de service qui prévoit les modalités et les conditions générales suivant lesquelles CCAP vous fournira les

Plus en détail

Le PQADME une occasion à saisir!

Le PQADME une occasion à saisir! Le PQADME une occasion à saisir! DEPUIS TROP longtemps, au Québec, nous, les médecins de famille, devons travailler sans avoir accès aux outils permettant une pratique optimale, dynamique et stimulante.

Plus en détail

GUIDE ADMINISTRATIF DE L ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES EN FORMATION PROFESSIONNELLE

GUIDE ADMINISTRATIF DE L ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES EN FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE ADMINISTRATIF DE L ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES EN FORMATION PROFESSIONNELLE Direction de la formation professionnelle 15 avril 2015 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 1 1 CADRE OPÉRATIONNEL... 3 1.1

Plus en détail

Communiqué fiscal 1. DIVIDENDES DETERMINES OU DIVIDENDES ORDINAIRES (PERSONNES AGEES) Février 2008

Communiqué fiscal 1. DIVIDENDES DETERMINES OU DIVIDENDES ORDINAIRES (PERSONNES AGEES) Février 2008 Communiqué fiscal SECTION 1 IMPÔTS SUR LE REVENU Comme vous pourrez le constater, il n y a pas beaucoup de nouvelles fiscales en ce début d année. Cependant, nous nous sommes questionnés à savoir s il

Plus en détail

Syndicat du groupe professionnel de l Université du Québec en Outaouais. Politique de perfectionnement - groupe professionnel

Syndicat du groupe professionnel de l Université du Québec en Outaouais. Politique de perfectionnement - groupe professionnel Syndicat du groupe professionnel de l Université du Québec en Outaouais Politique de perfectionnement - groupe professionnel Politique révisée le 12 février 2007 1. DÉFINITIONS... 3 2. OBJECTIFS... 3 3.

Plus en détail

FORMULAIRE D INSCRIPTION

FORMULAIRE D INSCRIPTION détenteur d un permis du Québec FORMULAIRE D INSCRIPTION DESTINATION : COSTA RICA DEPART : 22 février 2014 RETOUR : 03 mars 2014 PRIX VOYAGE / pers. : 2.350 $ (taxes incluses) MR / MME / MLLE NOM : PRÉNOM

Plus en détail

ORDONNANCE. relative au portage salarial. NOR : ETST1503259R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

ORDONNANCE. relative au portage salarial. NOR : ETST1503259R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social TEXTE SOUMIS A LA DELIBERATION DU CONSEIL DES MINISTRES ORDONNANCE relative au portage salarial

Plus en détail

Description du système d information géronto-gériatrique : le dossier clinique informatisé (DCI) interdisciplinaire et inter-établissements

Description du système d information géronto-gériatrique : le dossier clinique informatisé (DCI) interdisciplinaire et inter-établissements Description du système d information géronto-gériatrique : le dossier clinique informatisé (DCI) interdisciplinaire et inter-établissements présenté par Suzie Leblanc Lucie Bonin André Tourigny RRSSS de

Plus en détail

Guide sur les mutuelles de formation. Règlement sur les mutuelles de formation

Guide sur les mutuelles de formation. Règlement sur les mutuelles de formation Guide sur les mutuelles de formation Règlement sur les mutuelles de formation ÉDITION AVRIL 2008 Dans le cadre d une entente de délégation prévue par la Loi sur le ministère de l Emploi et de la Solidarité

Plus en détail

Bureau du registraire

Bureau du registraire Bureau du registraire DIRECTIVES CONCERNANT LE PROGRAMME D INTÉGRATION PROFESSIONNELLE DANS UN MILIEU CLINIQUE À L INTENTION DES INFIRMIÈRES DIPLÔMÉES HORS QUÉBEC DIRECTIVES CONCERNANT LE PROGRAMME D INTÉGRATION

Plus en détail

GMF. Guide comptable et fiscal. Pour techniciens comptables des GMF. Équipe des GMF

GMF. Guide comptable et fiscal. Pour techniciens comptables des GMF. Équipe des GMF GMF Guide comptable et fiscal Pour techniciens comptables des GMF Équipe des GMF NOTE POUR LES LECTEURS Ceci n est un guide et ne remplace pas toute information qui pourrait émaner du ministère du Revenu

Plus en détail

L'Évolution des DME et de leur interopérabilité Michel Hébert, M.D., directeur médical, TELUS Santé 11 octobre, 2012

L'Évolution des DME et de leur interopérabilité Michel Hébert, M.D., directeur médical, TELUS Santé 11 octobre, 2012 L'Évolution des DME et de leur interopérabilité Michel Hébert, M.D., directeur médical, TELUS Santé 11 octobre, 2012 Ordre du jour Définitions et repères de base Évolution des fonctionnalités DME et de

Plus en détail

Charte de bonnes pratiques des prestataires TIC

Charte de bonnes pratiques des prestataires TIC Charte de bonnes pratiques des prestataires TIC Sommaire Editorial 3 Introduction 4 Propriété 4 Principe 4 Engagement 4 Déontologie : règles générales 5 Le respect des personnes 5 L attitude face aux clients

Plus en détail

Conditions Générales de Vente, France

Conditions Générales de Vente, France Conditions Générales de Vente, France Préambule Les prestations de lecture en ligne de presse numérique proposées par LeKiosque.fr sur le présent site ou celui de ses partenaires sont régies par les présentes

Plus en détail

PROGRAMME INCITATIF POUR LES FIRMES DE NÉGOCIATION POUR COMPTE PROPRE DU QUÉBEC. Termes et conditions et formulaires d inscription

PROGRAMME INCITATIF POUR LES FIRMES DE NÉGOCIATION POUR COMPTE PROPRE DU QUÉBEC. Termes et conditions et formulaires d inscription PROGRAMME INCITATIF POUR LES FIRMES DE NÉGOCIATION POUR COMPTE PROPRE DU QUÉBEC Termes et conditions et formulaires d inscription 1. APERÇU Le programme incitatif pour les firmes de négociation pour compte

Plus en détail

La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e

La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e Comment fonctionne la prise en charge à 100 %? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous

Plus en détail

Syndicat du personnel de soutien de l Université du Québec en Outaouais. Politique de perfectionnement pour le personnel de soutien

Syndicat du personnel de soutien de l Université du Québec en Outaouais. Politique de perfectionnement pour le personnel de soutien Syndicat du personnel de soutien de l Université du Québec en Outaouais Politique de perfectionnement pour le personnel de soutien Politique révisée le 28 avril 2006 1. DÉFINITIONS... 3 2. OBJECTIFS...

Plus en détail

ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL

ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL ENTRE : LE BARREAU DU QUÉBEC, ayant son siège social au 445, boul. Saint-Laurent, Montréal, Québec, H2Y 3T8 (Ici représenté

Plus en détail

Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux. Autorisation préalable

Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux. Autorisation préalable Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux La présente feuille de renseignements vise à fournir de l information sur le processus

Plus en détail

RÉGIME D ASSURANCE VIE COLLECTIVE DE BASE contrat n C-1414 HYDRO-QUÉBEC

RÉGIME D ASSURANCE VIE COLLECTIVE DE BASE contrat n C-1414 HYDRO-QUÉBEC RÉGIME D ASSURANCE VIE COLLECTIVE DE BASE contrat n C-1414 Pour le personnel syndiqué (sauf les ingénieurs membres du SPIHQ) et les retraités de HYDRO-QUÉBEC établi par Ce dépliant a été rédigé à titre

Plus en détail

Date limite : 23 octobre 2015, 17 h. Dépôt des projets en ligne seulement : 375mtl.com/quartier

Date limite : 23 octobre 2015, 17 h. Dépôt des projets en ligne seulement : 375mtl.com/quartier Date limite : 23 octobre 2015, 17 h Dépôt des projets en ligne seulement : 375mtl.com/quartier APPEL DE PROJETS DE QUARTIER Soyez de la fête pour le 375 e anniversaire de Montréal 1. OBJECTIFS OBJECTIFS

Plus en détail

Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux. Autorisation préalable

Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux. Autorisation préalable Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux La présente feuille de renseignements vise à fournir de l information sur le processus

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

VALENER INC. RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DES DIVIDENDES

VALENER INC. RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DES DIVIDENDES VALENER INC. RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DES DIVIDENDES TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE... I APERÇU... 1 DÉFINITIONS... 1 ADMISSIBILITÉ... 2 ADHÉSION... 2 RÉINVESTISSEMENT DES DIVIDENDES... 3 ACTIONS... 4 FRAIS...

Plus en détail

Plan régional d informatisation de l Estrie «PRIE»

Plan régional d informatisation de l Estrie «PRIE» Plan régional d informatisation de l Estrie «PRIE» Micheline Savoie Renald Lemieux Colloque de la SoQibs 20 mai 2010 Les orientations stratégiques Les grandes orientations d un point de vue fonctionnel

Plus en détail

Mémoire de la Fédération des médecins spécialistes du Québec

Mémoire de la Fédération des médecins spécialistes du Québec FÉDÉRATION DES MÉDECINS SPÉCIALISTES DU QUÉBEC Mémoire de la Fédération des médecins spécialistes du Québec Commission des affaires sociales Avant-projet de loi sur la carte santé du Québec Audiences publiques

Plus en détail

Orientation ministérielle Assurer aux Québécois qui le désirent l accès à un médecin de famille qui leur assure un suivi continu de qualité

Orientation ministérielle Assurer aux Québécois qui le désirent l accès à un médecin de famille qui leur assure un suivi continu de qualité Bilan et perspectives sur l organisation des services médicaux de première ligne D re Yolaine Galarneau Directrice de l accessibilité aux services médicaux Direction générale des services de santé et médecine

Plus en détail

Le DSQ : Où en sommes-nous

Le DSQ : Où en sommes-nous Le DSQ : Où en sommes-nous 1 1. Dossier de santé : Pourquoi? RUIS CHU Réseau Pharmacie RUIS Réseau Soins à domicile Santé publique Clinique affiliée Services sociaux Continuité Qualité et sécurité Réseau

Plus en détail

La prise en charge de votre affection de longue durée. Comment cela se passe-t-il? Quels sont les bénéfices pour vous? À quoi vous engagez-vous?

La prise en charge de votre affection de longue durée. Comment cela se passe-t-il? Quels sont les bénéfices pour vous? À quoi vous engagez-vous? La prise en charge de votre affection de longue durée Comment cela se passe-t-il? Quels sont les bénéfices pour vous? À quoi vous engagez-vous? Sommaire Edito Votre prise en charge à 100 % Comment cela

Plus en détail

La labellisation «Medicen Paris Region»

La labellisation «Medicen Paris Region» La labellisation «Medicen Paris Region» De l utilité de la labellisation «Medicen Paris Region» La labellisation «Medicen Paris Region» d un projet francilien, dans le domaine de la santé, est une référence

Plus en détail

ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS DU QUÉBEC

ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS DU QUÉBEC ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS DU QUÉBEC ET L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS DE LA FRANCE ARRANGEMENT EN VUE

Plus en détail

GUIDE DE PRÉSENTATION D UNE DEMANDE INITIALE DE PERMIS D ASSUREUR À CHARTE AUTRE QUE QUÉBÉCOISE

GUIDE DE PRÉSENTATION D UNE DEMANDE INITIALE DE PERMIS D ASSUREUR À CHARTE AUTRE QUE QUÉBÉCOISE GUIDE DE PRÉSENTATION D UNE DEMANDE INITIALE DE PERMIS D ASSUREUR À CHARTE AUTRE QUE QUÉBÉCOISE Mars 2008 Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité

Plus en détail

Avantages collectifs. Guide des soins d urgence à l étranger

Avantages collectifs. Guide des soins d urgence à l étranger Avantages collectifs Guide des soins d urgence à l étranger MD MD Conservez la présente brochure et une copie de votre carte d assistance en cas d urgence médicale en voyage avec votre passeport. Ainsi,

Plus en détail

L évolution de l acte pharmaceutique: réflexions à partir du modèle québécois

L évolution de l acte pharmaceutique: réflexions à partir du modèle québécois ACADÉMIE NATIONALE DE PHARMACIE L évolution de l acte pharmaceutique: réflexions à partir du modèle québécois Pour information, pharmacien B.Sc., M.Sc., FCSHP Conseiller en Gestion Pharmaceutique et de

Plus en détail

CAHIER DE GESTION. OBJET Préciser les droits relatifs aux affaires étudiantes exigibles des étudiantes et des étudiants et les services concernés.

CAHIER DE GESTION. OBJET Préciser les droits relatifs aux affaires étudiantes exigibles des étudiantes et des étudiants et les services concernés. CAHIER DE GESTION RÈGLEMENT SUR LES DROITS RELATIFS AUX AFFAIRES ÉTUDIANTES DE TOUTE AUTRE NATURE (99-06.14) COTE 43-10-04.02 OBJET Préciser les droits relatifs aux affaires étudiantes exigibles des étudiantes

Plus en détail

Groupe WSP Global Inc. Régime de réinvestissement des dividendes

Groupe WSP Global Inc. Régime de réinvestissement des dividendes Groupe WSP Global Inc. Régime de réinvestissement des dividendes APERÇU Le régime de réinvestissement des dividendes (le «régime») de Groupe WSP Global Inc. (la «Société») offre aux porteurs admissibles

Plus en détail

PROCÉDURE D'APPEL D'OFFRES ET D'OCTROI POUR LES ACHATS D'ÉLECTRICITÉ

PROCÉDURE D'APPEL D'OFFRES ET D'OCTROI POUR LES ACHATS D'ÉLECTRICITÉ PROCÉDURE D'APPEL D'OFFRES ET D'OCTROI POUR LES ACHATS D'ÉLECTRICITÉ INTRODUCTION Hydro-Québec, dans ses activités de distribution d'électricité («Distributeur»), doit conclure des contrats d'approvisionnement

Plus en détail

FORMULAIRE D INSCRIPTION

FORMULAIRE D INSCRIPTION FORMULAIRE D INSCRIPTION DESTINATION : Terre Sainte DEPART : Jeudi 13 Sep, 2012 RETOUR : Dim. 23 Sep, 2012 PRIX VOYAGE / pers. : 3 599 $ (3 499 $ réservez tôt) SUPPLEMENT CHAMBRE INDIVIDUELLE : 560 $ MR

Plus en détail

PATRIMOINE DU MEMBRE IDENTIFICATION ET DISPOSITION. Aide mémoire pour le membre de l AQDER et pour ses proches

PATRIMOINE DU MEMBRE IDENTIFICATION ET DISPOSITION. Aide mémoire pour le membre de l AQDER et pour ses proches PATRIMOINE DU MEMBRE IDENTIFICATION ET DISPOSITION Aide mémoire pour le membre de l AQDER et pour ses proches Les prestations auxquelles les héritiers ont droit Quoi faire lorsque le membre de l AQDER

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT POUR LA PRODUCTION DE TITRES MULTIMÉDIAS VOLET GÉNÉRAL INVESTISSEMENT QUÉBEC

CRÉDIT D IMPÔT POUR LA PRODUCTION DE TITRES MULTIMÉDIAS VOLET GÉNÉRAL INVESTISSEMENT QUÉBEC CRÉDIT D IMPÔT POUR LA PRODUCTION DE TITRES MULTIMÉDIAS VOLET GÉNÉRAL INVESTISSEMENT QUÉBEC Direction des mesures fiscales TABLE DES MATIÈRES Nature de l aide fiscale... 3 Société admissible... 3 Titre

Plus en détail

NOTE SUR LES SUBVENTIONS. - Récapitulatif des obligations des associations subventionnées

NOTE SUR LES SUBVENTIONS. - Récapitulatif des obligations des associations subventionnées NOTE SUR LES SUBVENTIONS - Récapitulatif des obligations des associations subventionnées - Les produits de la tarification ne sont pas des subventions A. Récapitulatif des obligations des associations

Plus en détail

GUIDE DES ACTIVITÉS DE FORMATION PROFESSIONNELLE ET DE PERFECTIONNEMENT

GUIDE DES ACTIVITÉS DE FORMATION PROFESSIONNELLE ET DE PERFECTIONNEMENT GUIDE DES ACTIVITÉS DE FORMATION PROFESSIONNELLE ET DE PERFECTIONNEMENT Document à l intention des chargées et chargés de cours, présenté par le Comité de formation professionnelle et de perfectionnement

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À L INTÉGRATION DES TI DANS LES PME DES SECTEURS MANUFACTURIER ET PRIMAIRE INVESTISSEMENT QUÉBEC

CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À L INTÉGRATION DES TI DANS LES PME DES SECTEURS MANUFACTURIER ET PRIMAIRE INVESTISSEMENT QUÉBEC CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À L INTÉGRATION DES TI DANS LES PME DES SECTEURS MANUFACTURIER ET PRIMAIRE INVESTISSEMENT QUÉBEC Direction des mesures fiscales Table des matières Société admissible... 3 Société

Plus en détail

Congrès de l Association d établissements de santé et de services sociaux

Congrès de l Association d établissements de santé et de services sociaux Congrès de l Association d établissements de santé et de services sociaux Yves Bolduc Ministre de la Santé et des Services sociaux 13 mai 2011 1 Messages Le système de santé et de services sociaux du Québec

Plus en détail

médicale canadienne, l Institut canadien d information sur la santé, Santé Canada et le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada.

médicale canadienne, l Institut canadien d information sur la santé, Santé Canada et le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada. DEPUIS PLUSIEURS ANNÉES, la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) interroge ses membres sur plusieurs aspects touchant leur pratique professionnelle à l aide de sondages, de groupes de

Plus en détail

POLITIQUE DU COMITÉ PARITAIRE DE FORMATION ET DE PERFECTIONNEMENT DU PERSONNEL DE SOUTIEN (SCFP 1365) DE LA COMMISSION SCOLAIRE DE LA BAIE-JAMES

POLITIQUE DU COMITÉ PARITAIRE DE FORMATION ET DE PERFECTIONNEMENT DU PERSONNEL DE SOUTIEN (SCFP 1365) DE LA COMMISSION SCOLAIRE DE LA BAIE-JAMES POLITIQUE DU COMITÉ PARITAIRE DE FORMATION ET DE PERFECTIONNEMENT DU PERSONNEL DE SOUTIEN (SCFP 1365) DE LA COMMISSION SCOLAIRE DE LA BAIE-JAMES Modifiée le 7 mai 2014 1 1. OBJECTIFS DE LA POLITIQUE -

Plus en détail

Tarification. Guide de tarification des Services bancaires aux entreprises

Tarification. Guide de tarification des Services bancaires aux entreprises Tarification Guide de tarification des Services bancaires aux entreprises En vigueur à compter du 1 er août 2014 02 Des solutions bancaires pour optimiser la gestion de vos affaires! À la Banque Nationale,

Plus en détail

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé Champ référentiel 1.2 Chapitre 1, domaine 2 : Juridique La loi Informatique et Liberté aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé La protection des données

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF PRÉSENTÉ PAR MADAME DOMINIQUE VIEN MINISTRE DÉLÉGUÉE AUX SERVICES SOCIAUX LE 12 MAI 2011

TABLEAU COMPARATIF PRÉSENTÉ PAR MADAME DOMINIQUE VIEN MINISTRE DÉLÉGUÉE AUX SERVICES SOCIAUX LE 12 MAI 2011 TABLEAU COMPARATIF PROJET DE LOI N O 16 Loi modifiant diverses dispositions législatives en matière de santé et de services sociaux afin notamment de resserrer le processus de certification des résidences

Plus en détail

SÉANCE D INFORMATION SUR LA RÉFORME DU PLAN DE GARANTIE

SÉANCE D INFORMATION SUR LA RÉFORME DU PLAN DE GARANTIE SÉANCE D INFORMATION SUR LA RÉFORME DU PLAN DE GARANTIE INTRODUCTION Ronald Ouimet, Directeur Service Réno Maître et garanties rénovation Stéphane Paquette, Avocat Boivin et Associés Services juridiques

Plus en détail

La prise en charge. de votre affection de longue durée

La prise en charge. de votre affection de longue durée La prise en charge de votre affection de longue durée Comment fonctionne la prise en charge à 100 %? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous remboursé? Votre médecin

Plus en détail

La 1 re ligne montréalaise en action Une responsabilité pour tous et chacun

La 1 re ligne montréalaise en action Une responsabilité pour tous et chacun La e en action Une responsabilité pour tous et chacun Jacques Ricard, M.D., M.Sc. Directeur général adjoint par intérim Directeur des services généraux et des maladies chroniques Plan de la présentation

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LES NORMES RELATIVES AUX ORDONNANCES FAITES PAR UN MÉDECIN

RÈGLEMENT SUR LES NORMES RELATIVES AUX ORDONNANCES FAITES PAR UN MÉDECIN RÈGLEMENT SUR LES NORMES RELATIVES AUX ORDONNANCES FAITES PAR UN MÉDECIN Loi médicale (chapitre M-9, a. 19, 1 er al., par. d) SECTION I DISPOSITIONS GÉNÉRALES 1. Le présent règlement a pour objet de fixer

Plus en détail

Politique de déplacement des bénéficiaires 2011-09-22. La présente politique inclut entre autres les deux documents suivants :

Politique de déplacement des bénéficiaires 2011-09-22. La présente politique inclut entre autres les deux documents suivants : POLITIQUE TITRE : NUMÉRO : AD 001-001 REMPLACE DOCUMENT(S) SUIVANT(S), S IL Y A LIEU : Politique de déplacement des bénéficiaires PERSONNEL VISÉ : gestionnaires personnel de soutien soins aux patients

Plus en détail

RÈGLEMENT RÉGISSANT LA GESTION DES DOSSIERS CLIENTS

RÈGLEMENT RÉGISSANT LA GESTION DES DOSSIERS CLIENTS RÈGLEMENT RÉGISSANT LA GESTION DES DOSSIERS CLIENTS 2015 www.iccrc-crcic.ca Version : 2015-002 Dernière modification : 13 juillet 2015 Page 2 de 9 Table des matières SECTION 1 OBJECTIF... 4 SECTION 2 DÉFINITIONS...

Plus en détail