Association des établissements de réadaptation en déficience physique du

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Association des établissements de réadaptation en déficience physique du"

Transcription

1 Cadre de référence sur la réadaptation au travail basé sur le cheminement en CRDP des personnes indemnisées par la Société de l assurance automobile du Québec Document préparé par le Groupe de travail conjoint AERDPQ-SAAQ sur la réadaptation au travail mandaté par le Comité AERDPQ-SAAQ d orientation et de suivi des ententes de services de réadaptation en traumatologie Mai 2007

2 Ce document peut être obtenu sur demande en vous adressant à : Association des établissements de réadaptation en déficience physique du Québec 1001, boulevard de Maisonneuve Ouest, bureau 430 Montréal (Québec) H3A 3C8 Téléphone : (514) Télécopieur : (514) Site Internet : Note : Afin de faciliter la lecture du texte, un seul genre a été retenu pour identifier le féminin et le masculin. Publié par : Association des établissements de réadaptation en déficience physique du Québec Édition Mai 2007 Dépôt légal 2ième trimestre 2007 Bibliothèque nationale du Québec Bibliothèque nationale du Canada ISBN :

3 Liste des membres du Groupe de travail conjoint (GTC) AERDPQ-SAAQ sur la réadaptation au travail François Alain, Jean-Luc Bérubé, Richard de Courcy, Gabriel Cabanne, Jacques Drolet, Ginette Giguère, Jocelyne Lacroix, chef de service, Direction de la réadaptation, Société de l assurance automobile du Québec (SAAQ), Ouest du Québec conseiller aux programmes, Direction de la réadaptation, SAAQ, Montréal conseiller aux programmes, Service de programmation en réadaptation, SAAQ, Québec président, directeur, Services aux adultes et aux aînés, Institut de réadaptation en déficience physique de Québec conseiller, Association des établissements de réadaptation en déficience physique du Québec (AERDPQ) chef de programme, Programme de réadaptation au travail, Centre de réadaptation Lucie-Bruneau conseillère aux programmes, Service de programmation en réadaptation, SAAQ, Québec Claudette Levasseur, conseillère d orientation, Programme d évaluation et orientation au travail, Centre de réadaptation Constance-Lethbridge Stéphane Mercier, Patricia Piché, François Pratte, Serge Roy, chef de programme, Programme de neurotraumatologie, Centre de réadaptation en déficience physique Le Bouclier (Lanaudière) coordonnatrice administrative, Programme PEDIP, Hôpital juif de réadaptation psychologue-neuropsychologue, Programme de neurotraumatologie, Centre de réadaptation La RessourSe directeur de la réadaptation, Direction de la réadaptation, SAAQ, Estrie et Mauricie i

4

5 Liste d'acronymes, d'abréviations et de sigles utilisés AERDPQ : Association des établissements de réadaptation en déficience physique du Québec AGI : Agent d indemnisation BGTA : Batterie Générale de Tests d Aptitudes CHSLD : Centre hospitalier de soins de longue durée CIT : Contrat d intégration à l emploi CLÉ : Centre local d emploi CNP : Classification nationale des professions CNR : Conseiller en réadaptation de la SAAQ CR : Centre de réadaptation CRDP : Centre de réadaptation en déficience physique CSST : Commission de la santé et de la sécurité au travail DOT : Dictionary of Occupational Titles Équipe Trauma : Équipe de traumatologie GTC : Groupe de travail conjoint AERDPQ-SAAQ IMT : Information sur le marché du travail (Emploi-Québec) IRR : Indemnité de remplacement de revenu MSSS : Ministère de la Santé et des Services sociaux PII : Plan d intervention individualisé PPH : Processus de production du handicap SAAQ : Société de l assurance automobile du Québec SSMO : Services spécialisés de main-d œuvre iii

6

7 Préambule Ce cadre de référence traduit le résultat des travaux produits par le groupe de travail AERDPQ- SAAQ sur la réadaptation au travail qui s est réuni de l automne 2003 au printemps 2006 (voir le mandat du groupe de travail, annexe 2). Cette concertation a permis d élaborer un modèle de référence et des outils permettant aux différents intervenants d agir auprès de notre clientèle. Cependant, pour des raisons conjoncturelles, certains aspects liés au cheminement clinicoadministratif propres aux ententes de services entre la SAAQ et les établissements de réadaptation en déficience physique n ont pu être terminés 1. Nous croyons, malgré tout, que les travaux réalisés ont une utilité pédagogique certaine et peuvent permettre aux équipes de réadaptation, aux conseillers de réadaptation de la SAAQ le cas échéant, de même qu à tout intervenant ne travaillant pas dans un contexte contractuel avec la SAAQ et voulant développer une vision globale de l intervention auprès d un usager, une meilleure appropriation des processus liés au retour à l emploi ainsi qu une meilleure concertation entre les partenaires visés. Le groupe de travail conjoint sur la réadaptation au travail tient à remercier les établissements de réadaptation en déficience physique ainsi que la Société de l assurance automobile du Québec (SAAQ) pour avoir conjointement décidé de mettre en priorité la révision des pratiques et des collaborations en matière de réadaptation au travail dans le but d actualiser les recommandations émises par un comité de travail en D autre part, nous tenons à remercier tous les intervenants qui ont collaboré à la création de ce document dans le cadre des différents groupes de travail mis en place pour réaliser le mandat de réviser les pratiques cliniques en matière de réadaptation au travail. 1 Pour les mêmes raisons, la validation finale du document a été faite par la Table des directions cliniques de l AERDPQ. 2 Voir le rapport du Comité «Piché-Dubé» sur la réadaptation au travail, SAAQ v

8

9 Table des matières LISTE D'ACRONYMES, D'ABRÉVIATIONS ET DE SIGLES UTILISÉS... III PRÉAMBULE... V INTRODUCTION...1 CHAPITRE 1 LE MODÈLE DE RÉADAPTATION AU TRAVAIL LE CADRE CONCEPTUEL DU PROCESSUS DE PRODUCTION DU HANDICAP (PPH) PRINCIPES ET CRITÈRES SOUS-JACENTS AU MODÈLE RETENU LES CRITÈRES SPÉCIFIQUES AUX ENTENTES DE SERVICES DE RÉADAPTATION EN TRAUMATOLOGIE L approche pronostique en réadaptation L approche concentrique...8 CHAPITRE 2 LE PROCESSUS DE RÉADAPTATION AU TRAVAIL DESCRIPTION DU MODÈLE DE RÉADAPTATION AU TRAVAIL PHASE I : PRÉPARATION AU TRAVAIL PHASE II : INTÉGRATION AU TRAVAIL PHASE III : MAINTIEN AU TRAVAIL...22 CHAPITRE 3 LES ÉTAPES DU PROCESSUS CLINICO-ADMINISTRATIF EN LIEN AVEC LA RÉADAPTATION AU TRAVAIL...25 CHAPITRE 4 MODALITÉS DIVERSES L ÉVALUATION SPÉCIALISÉE ET SURSPÉCIALISÉE DES CAPACITÉS DE TRAVAIL LE PROCESSUS CLINICO-ADMINISTRATIF RELIÉ À L ÉVALUATION DES CAPACITÉS DE TRAVAIL RÉALISÉE HORS-PROCESSUS DE RÉADAPTATION LES STAGES DE TRAVAIL Introduction Considérations générales Stage d évaluation des capacités à exercer un emploi Stage de développement des capacités de travail Stage de formation en entreprise Stage d intégration à un nouvel emploi...36 CONCLUSION...39 ANNEXE 1 EXTRAITS DE LA LOI SUR L'ASSURANCE AUTOMOBILE...41 ANNEXE 2 MANDAT DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LA RÉADAPTATION AU TRAVAIL...45 ANNEXE 3 PARCOURS, ACCIDENT ET PROFILS DES CLIENTÈLES...49 vii

10 Liste des tableaux et figures Figure 1 - Le processus de production du handicap...4 Figure 2 - Approche concentrique CSST...9 Figure 3 - Approche concentrique SAAQ...10 Figure 4 - Processus de réadaptation au travail...13 Figure 5 - Processus de réadaptation au travail - Phase I...14 Figure 6 - Processus de réadaptation au travail - Phase II...20 Figure 7 - Processus de réadaptation au travail - Phase III...23 Tableau 1 - L arrimage clinico-administratif...25 Tableau 2 - Caractéristiques de l évaluation des capacités de travail...30 Tableau 3 - Cheminement clinico-administratif...31 Tableau 4 - Plan d action du Groupe de travail conjoint sur la réadaptation au travail...46 Figure 8 - Profils des clientèles accidentées de la route...49 viii

11 Introduction Dans le but de favoriser le développement et l amélioration des programmations de services en réadaptation, un comité consultatif a reçu le mandat de faire un état de situation sur l offre de services en réadaptation au travail. Ce comité, mis en place dans le contexte des ententes de services de réadaptation , était composé de représentants de l Association des établissements de réadaptation en déficience physique du Québec et de la Société de l assurance automobile du Québec. Dans la foulée de cette consultation réalisée auprès des milieux cliniques et auprès des équipes de conseillers en réadaptation de la SAAQ, une série de recommandations 3 a été élaborée. Celles-ci ont porté notamment sur la révision du modèle d intervention en réadaptation au travail et sur l amélioration de l arrimage entre le cheminement clinique et les étapes administratives liées à la Loi sur l assurance automobile du Québec. Ce document porte essentiellement sur le processus de réadaptation au travail. Il inclut des réflexions et recommandations sur la continuité «études travail» pour la clientèle des adolescents. À noter que l approche globale de réadaptation visant l optimisation de toutes les habitudes de vie est préconisée. En effet, le modèle de réadaptation pour l habitude de vie «travail» proposé traduit non seulement cette approche globale de la personne mais y est intégré. Donc, il est important de rappeler que si le modèle proposé vise la réadaptation au travail, cela ne signifie pas que les interventions de réadaptation visant les autres habitudes de vie ne sont pas reconnues ou valorisées. Au contraire, il est présumé que l ensemble des interventions en réadaptation ont lieu simultanément à la réadaptation au travail. Les valeurs, principes, philosophies et approches préconisés en matière de services de réadaptation au travail seront brièvement décrits, de même que les éléments clés et les étapes du modèle mis de l avant. Un chapitre distinct présente les étapes clinico-administratives à considérer et rend compte des rôles et des responsabilités des conseillers en réadaptation de la SAAQ et des équipes cliniques à cet égard. Enfin, divers outils et modalités pouvant soutenir et favoriser l application du modèle seront présentés dans le dernier chapitre du document. Il s agit des définitions des diverses modalités de stage, la distinction entre les degrés de spécialisation en matière d évaluation des capacités de travail (évaluation spécialisée versus surspécialisée) et la mise en place d un site de documentation portant sur la réadaptation au travail. 3 SAAQ, Comité sur la réadaptation au travail du comité conseil de réadaptation en traumatologie, État de situation des services en réadaptation au travail au sein des établissements avec ententes SAAQ et des services régionaux de réadaptation de la SAAQ,

12

13 Chapitre 1 Le modèle de réadaptation au travail Le modèle proposé dans ce document s inscrit en continuité des travaux réalisés par l équipe Trauma 4 pilotée par madame Elisabeth Dutil et s inspire des principales approches reconnues en matière de réadaptation au travail. À cet égard, l intérêt principal du modèle présenté ici ne repose pas sur son caractère innovateur mais plutôt sur la continuité dans laquelle il s inscrit et sur les arrimages entre les partenaires touchés. Par contre, les concepts de précocité d intervention et l évitement de la chronicité représentent dorénavant les principes fondamentaux du modèle. Une recension des écrits a permis de dégager les principes importants à respecter pour une réadaptation au travail optimale. L approche du Supported Employment (Wehman, Sale et Parent, 1992) a particulièrement influencé le développement du modèle proposé par l équipe Trauma qui visait à l origine les personnes ayant subi des lésions sévères (personnes ayant subi une lésion de la moelle épinière, un traumatisme cranio-cérébral modéré à sévère ou un polytraumatisme). De plus, les travaux d intervenants de la SAAQ sur les profils de clientèle accidentée de la route ont influencé le développement du modèle proposé par le groupe sur la réadaptation au travail. Ces profils, sommairement décrits à l annexe 3, rendent compte des impacts de la blessure subie dans un accident de la route sur la réalisation du projet de vie de la personne accidentée ou sur sa participation sociale. L application de ce modèle selon la sévérité des atteintes, les situations de handicap rencontrées et les risques de chronicité peut nécessiter des étapes et des actions différentes. Ainsi, le temps requis pour finaliser le processus de réadaptation pourra varier en fonction de la gravité des incapacités et des situations de handicap qui en découlent. Le modèle proposé vise aussi à améliorer l offre de services en matière de réadaptation au travail. Ceci signifie que certains éléments du modèle décrit dans ce document sont déjà en place alors que d autres restent à implanter. Il faut reconnaître que certaines exigences ou contraintes organisationnelles font en sorte que des dossiers sont référés tardivement en réadaptation, ce qui ne permet pas d intervenir précocement. Cependant, un des objectifs visés est d identifier et d améliorer les procédures qui nuisent à une intervention précoce, continue et coordonnée en matière de réadaptation au travail. 1.1 Le cadre conceptuel du Processus de production du handicap (PPH) Dans sa Politique de réadaptation, la SAAQ 5 a adopté le cadre conceptuel du Processus de production du handicap (PPH) pour permettre une compréhension dynamique des conséquences des traumatismes sur la participation sociale des personnes accidentées. De même, les établissements de réadaptation en déficience physique ont adopté ce cadre de référence pour l élaboration de leurs plans d intervention individualisés 6. 4 Équipe du projet Trauma: M. Vanier, J. Lambert, E Dutil, F. Kemp, S. Sullivan, A. Forget, J. Provost, Y.-L. Boulanger, G. Drouin, SAAQ, Politique de réadaptation, AERDPQ, Rôles des établissements de réadaptation en déficience physique du Québec - Document d orientation, août

14 En effet, le PPH est reconnu utile puisqu il permet : une conceptualisation commune et partagée de la personne à desservir et de la situation problématique dans laquelle elle se trouve; un langage commun et partagé, surtout si le travail implique une approche interdisciplinaire et des relations étroites et d égal à égal avec des partenaires ou collaborateurs; une analyse commune permettant entre autre d estimer les besoins de la personne et les résultats obtenus; l intégration des différentes théories et modèles existants en matière de développement professionnel et de réadaptation au travail. En résumé, le PPH définit la situation de handicap comme le résultat d une interaction entre les facteurs personnels et environnementaux qui perturbent la réalisation des habitudes de vie de la personne concernée. Dans ce cadre conceptuel, la réalisation de l habitude de vie «travail» résulte de ce même processus interactif entre les caractéristiques de la personne (ses capacités et incapacités), les exigences de son emploi, les habitudes de vie relatives ou spécifiques à son emploi ainsi que les facilitateurs et les obstacles de son environnement de travail. Le cadre conceptuel du PPH soutient donc tout à fait le cadre de référence en réadaptation au travail qui sera développé dans le présent document. Le modèle du PPH (figure 1) permet de bien camper les champs d intervention des différents partenaires impliqués dans le processus de réadaptation au travail. En effet, celui-ci favorise une compréhension commune des besoins des personnes et facilite ainsi la détermination conjointe des interventions qui doivent être mises en place pour optimiser la réadaptation au travail. Facteurs de risque Cause Systèmes organiques Facteurs personnels Aptitudes Facteurs environnementaux Intégrité Déficience Capacité Incapacité Facilitateur Obstacle Interaction Habitudes de vie Participation sociale Situation de handicap RIPPH/SCCIDIH 1998 Figure 1 - Le processus de production du handicap 4

15 1.2 Principes et critères sous-jacents au modèle retenu Neuf principes et deux critères spécifiques jugés essentiels ont guidé le développement du modèle retenu. Les principes sont prônés dans la littérature spécialisée en réadaptation au travail, alors que les critères sont spécifiques aux ententes de traumatologie. Ils sont : 1. La précocité des interventions; 2. L approche centrée sur le client; 3. L approche écologique; 4. L accessibilité aux services; 5. La coordination des services et la concertation des intervenants au cours du processus de réadaptation au travail; 6. La continuité des services; 7. Le fonctionnement en équipe; 8. La formation continue des intervenants; 9. L efficience des interventions. 1. La précocité des interventions L'intervention précoce suite à un traumatisme est un des principes directeurs de la réadaptation et un élément clé du succès des interventions (Shrey & Lacerte, 1995). Ce principe est également important en ce qui a trait à l'évaluation du travail. Le fait d engager précocement ce processus, en documentant le portrait professionnel, les exigences de l emploi et les facteurs environnementaux déterminants, donne accès rapidement à des informations utiles à l'équipe d'intervenants pour établir des pronostics et initier les interventions de façon précoce (Deutsch & Fralish, 1989). De plus, l'implication précoce de la personne dans des activités reliées au travail suite au traumatisme permet de maintenir l identité de travailleur, ce qui facilite le processus de réadaptation professionnelle (Fraser, McMahon, & Vogenthaler, 1988). Idéalement, un tel processus devrait être initié dès la phase de réadaptation précoce de la personne. Celle-ci doit cependant être en mesure d y collaborer et d y donner son consentement pour initier les démarches. À cette étape, il est certain que la condition du client sera déterminante quant au choix des variables à documenter et du contexte d évaluation. Par ailleurs, l engagement de la famille, de l'employeur et des collègues de travail est primordiale pour le succès du processus. Il importe donc, dès le départ, de les informer sur les modalités d évaluation et de réadaptation professionnelle et de s assurer de leur participation rapidement (Calub, DeBoskey, Burton & Hooker 1990; Kreutzer, Wheman, Morton & Stonnington, 1988; Thomas, 1991). 2. L approche centrée sur le client Une approche «centrée sur le client» tient compte des besoins évolutifs et des intérêts spécifiques de chaque usager. La personne y a un pouvoir décisionnel sur ses objectifs de réadaptation. Elle est tenue informée durant le processus d évaluation et de réadaptation au travail. Elle est considérée comme un partenaire de l équipe et est encouragée à prendre ses responsabilités et à s engager dans la prise de décision dans la mesure de ses capacités. Enfin, elle peut exprimer sa satisfaction à l égard des services reçus (Batavia et Hammer, 1990; Blain et Townsend, 1994; Law, Baptiste et Mills, 1995; Matheson, Isernhagen et Dennis, 1997). Pour ces raisons, elle est incitée à participer très activement au processus de réadaptation au travail qui la concerne. Avec une telle approche, la durée du processus de réadaptation au travail peut varier d un individu à l autre en fonction de ses caractéristiques personnelles et de son environnement. Les 5

16 interventions et l intensité requises seront modulées en fonction des besoins spécifiques de chacun. 3. L approche écologique L approche écologique doit être privilégiée dans le cadre d un processus de réadaptation au travail puisqu il est tributaire de la dynamique de la personne avec son environnement (Chan, Dial, Schleser, McMahon, Shaw, Marmé & Lam, 1991, Parker, Szymansli & Hanley-Maxwell, 1989). En effet, le contexte privilégié pour l évaluation et l intervention en réadaptation au travail est le milieu réel de travail car il est le seul qui permet de valider la compatibilité entre la personne et l environnement naturel de travail. Ainsi, bien que l évaluation dans un contexte simulé puisse être une source utile d information, celle-ci demeure spéculative parce qu elle est effectuée en milieu artificiel. Elle ne permet pas de statuer sur le véritable potentiel de la personne. De plus, la validité prédictive des outils d évaluation des capacités fonctionnelles de travail utilisés en laboratoire n a pas été démontrée. 4. L accessibilité aux services Donabedian (1980) définit l accessibilité comme étant la facilité avec laquelle les services peuvent être initiés et maintenus. L accessibilité aux services est donc un enjeu important pour l ensemble des partenaires touchés. Par ailleurs, l accessibilité dépend aussi des capacités du client à surmonter les obstacles (physiques, financiers, sociaux et psychologiques) qui s interposent entre lui et les services euxmêmes. L accessibilité concerne les aspects : physique (accessibilité physique des milieux d intervention); économique (accessibilité aux interventions); organisationnel (flexibilité dans l horaire pour les services). 5. La coordination des services et la concertation des intervenants au cours du processus de réadaptation au travail Tout au long du processus de réadaptation au travail, des mécanismes de concertation entre les intervenants et les acteurs intersectoriels doivent être établis afin de développer une vision unique et un cheminement intégré entre le milieu de réadaptation, l assureur, le milieu de travail et les organismes sociaux concernés. L offre de services de réadaptation au travail dans le contexte d une indemnisation offerte par un assureur doit tenir compte du cadre réglementaire médico-légal. Il est donc attendu que les conseillers en réadaptation de la SAAQ et les cliniciens se concertent de façon régulière. De plus, une telle coordination doit aussi exister entre les intervenants de la SAAQ (le conseiller en réadaptation, l agent d indemnisation et le médecin) afin de prendre les décisions qui respectent le cadre médico-légal compte tenu du cheminement en réadaptation. Le transfert d information entre la SAAQ et les intervenants est jugé nécessaire au succès de la démarche. 6. La continuité des services au cours du processus de réadaptation au travail La continuité réfère à une prise en charge sans bris de services en fonction des besoins évolutifs dans le temps. La circulation de l information utile et pertinente est encouragée, notamment celle faisant état de changements au regard du potentiel professionnel de la personne ou de 6

17 changements dans les caractéristiques de son environnement (Thomas, 1991). À cet égard, l appropriation d un langage et d une vision commune assurent la cohérence des actions des intervenants engagés dans le processus de réadaptation au travail. Bien que la continuité de l intervention soit préconisée, il importe que le processus conserve une certaine souplesse. Par exemple, il pourrait être interrompu temporairement si nécessaire. La condition médicale du client, sa situation personnelle de même que celle au travail sont en effet susceptibles de changer en cours de route ce qui peut parfois entraver les démarches de réadaptation et exiger un temps d arrêt ou un changement de rythme. 7. Le fonctionnement en équipe Le fonctionnement en équipe réfère autant à la composition de celle-ci qu'au mode d'interaction privilégié par ses membres. Étant donné la complexité et la variété des situations de handicap vécues par les clientèles visées, l'équipe clinique regroupe des professionnels provenant de diverses disciplines pour répondre à l ensemble des besoins des personnes ayant subi un accident ou un événement limitant. De plus, il est important, dans le processus de réadaptation au travail, d'élargir la notion d'équipe pour y inclure le conseiller en réadaptation de la SAAQ, la personne, les proches, l'employeur et les autres personnes significatives. D autre part, la notion d interdisciplinarité fait référence à une vision commune des besoins des usagers, de ses objectifs et des actions partagées. À cet effet, l équipe doit se doter de mécanismes qui favorisent la communication et la participation de chacun dans la formulation des objectifs et des prises de décisions. 8. La formation continue des intervenants Plusieurs habiletés et connaissances sont requises lorsqu il s agit d offrir des interventions de réadaptation. En effet, les accidents de la route peuvent causer un ensemble d'incapacités (physiques, cognitives et comportementales) qui, à leur tour, peuvent entraîner une variété de situations de handicap au travail. La personne accidentée peut présenter des facteurs de risque de chronicité (ex. : absence prolongée du travail) dont l impact est réel sur le potentiel de retour au travail. La complexité des portraits cliniques rencontrés en traumatologie milite en faveur du développement des connaissances et de l expertise des cliniciens et des conseillers en réadaptation de la SAAQ impliqués auprès de cette clientèle. À cet égard, la formation continue constitue un moyen privilégié pour viser le développement constant de l expertise des intervenants. 9. L efficience des interventions Le critère d efficience vise à maximiser la valeur des services offerts à chaque client. Les coûts reliés aux décisions et aux interventions au cours du processus de réadaptation au travail sont considérés en fonction des résultats obtenus (Johnston, 1987). L efficience requiert que les intervenants (conseillers en réadaptation de la SAAQ et cliniciens) documentent, à l aide d une collecte de données fiables et valides, les coûts et les résultats du processus de réadaptation (Morrison, 1997). De plus, l examen de la relation entre les variables documentant le processus clinique et les résultats qui en découlent est nécessaire pour identifier les facteurs qui en déterminent l efficience (Bolton, 1987; Johnston, 1987). 7

18 1.3 Les critères spécifiques aux ententes de services de réadaptation en traumatologie Dans le cadre de la Loi de l assurance automobile du Québec, certains règlements en vigueur viennent moduler les modalités d application du cadre de référence sur la réadaptation au travail. Outre les principes retenus de la littérature, deux critères organisationnels spécifiques aux ententes de services de réadaptation en traumatologie s ajoutent. Ce sont : l approche pronostique en réadaptation; l approche concentrique L approche pronostique en réadaptation L approche pronostique s appuyant sur des connaissances générales connues en réadaptation repose sur la volonté de poser des actions cliniques axées sur le potentiel de participation sociale de la personne accidentée plutôt que sur la base stricte d information clinique découlant d une situation médicale consolidée. L utilisation du pronostic de participation sociale favorise une plus grande proactivité dans le déploiement des mesures à prendre et des actions à poser (prévoir plutôt que réagir). Le pronostic de participation sociale ouvre la voie à l identification de cibles cliniques vers les habitudes de vie que la personne réalisait au moment de l accident plutôt qu uniquement sur la progression de ses capacités. Cette prévision du potentiel est le résultat d une concertation entre les cliniciens d une équipe travaillant en interdisciplinarité quant au niveau probable de réalisation des habitudes de vie. Elle découle d un raisonnement appuyé sur des évaluations et le jugement clinique des intervenants possédant une expertise clinique reconnue. Le pronostic de participation sociale a deux fonctions. Tout d abord, il s agit d identifier les probabilités envisagées pour la personne accidentée à la fin de son processus de réadaptation (ce que le client devrait faire). Au début du processus, l équipe élabore l énoncé de pronostic afin de disposer d une vision globale du potentiel de la personne à la fin de la réadaptation en ce qui concerne la réalisation des habitudes de vie. D autre part, ce pronostic soutient d une manière cohérente le choix des objectifs qui seront poursuivis à court terme avec la personne accidentée (ce que le client fera). Ce pronostic de participation sociale peut donc être confirmé, précisé ou modifié aussi souvent que nécessaire selon les progrès significatifs ou les obstacles rencontrés, le contexte de vie et les choix de la personne (ex. : un employeur qui n est plus intéressé à soutenir le retour à l emploi de la victime) L approche concentrique L'approche concentrique en main-d œuvre L'approche concentrique (voir figures 2 et 3) vise le retour le plus près possible du niveau de réalisation de l habitude de vie «travail» telle qu elle était réalisée avant l accident. Cette approche, couramment utilisée à la CSST en fonction de la loi couvrant les accidents de travail, est d un intérêt évident pour les usagers victimes d un accident de la route. Elle vise l utilisation optimale du potentiel de la personne en lien avec ses compétences et ses connaissances acquises d une part, et d autre part, permet d utiliser un milieu de travail connu, celui de la personne avant son accident. De manière pratique, l approche utilisée pour les accidentés du travail permet, grâce au droit de retour au travail prévu à la loi de la CSST, de chercher l ensemble des solutions possibles chez le même employeur avant d envisager différentes options dans d autres milieux d emploi. Dans le cadre de la Loi de la SAAQ, compte tenu du contexte différent en termes de couverture d assurance, ce droit de retour au travail chez le même employeur n existe pas. Aussi, le concept théorique, bien que semblable, ne peut s appliquer de la même manière. 8

19 Le modèle préconisé par la CSST se résume ainsi (figure 2) : retour au même emploi chez le même employeur; retour à un emploi modifié chez le même employeur; retour à un emploi convenable chez le même employeur; retour à un emploi alternatif dans le même secteur industriel ou professionnel; retour à un emploi convenable dans d autres domaines avec les habiletés existantes; retour à un emploi convenable dans d autres domaines suite au développement de nouvelles habiletés. Emploi Autre emploi (même E) Même emploi (autre E) Autre emploi (autre E) E : employeur Figure 2 - Approche concentrique CSST 9

20 L approche concentrique à la SAAQ : En raison du cadre législatif qui diffère selon que la personne est accidentée du travail ou de la route, l élément au centre de l approche concentrique est la personne accidentée dans le cadre des responsabilités de la SAAQ alors que c est le lien d emploi avec l employeur qui est au centre de l approche concentrique en vigueur à la CSST. L'approche concentrique s'applique à toutes les personnes accidentées et à toutes leurs habitudes de vie. À titre d'exemple, il est préférable, dans un premier temps, de tenter un retour dans le même milieu de vie avant d'envisager l'intégration dans une famille d'accueil ou avant d explorer la possibilité d un hébergement en milieu institutionnel comme un CHSLD. En ce qui concerne le travail, l utilisation du potentiel de la personne (aptitudes et environnement), en lien avec les pronostics établis, demeure un axe prioritaire du PII. Cependant comme le droit de retour au travail ne peut s appliquer, les étapes successives peuvent être réalisées chez le même employeur ou chez un nouvel employeur. Autres En emploi E : employeur Autre domaine Autres d études habitudes de vie Mêmes Même habitudes domaine de vie d études Client Autre emploi Même emploi Emploi (même E) (même E) présumé ou Marché du travail Emploi convenable Même emploi (autre E) Étudiant Sans emploi Figure 3 - Approche concentrique SAAQ Aussi l intervenant de la CSST concentre ses efforts chez l'employeur concerné, ce qui conduit à mettre en priorité la recherche d'un autre poste de travail convenable chez ce même employeur au détriment du métier exercé par la personne accidentée. Ce choix peut s'avérer le meilleur également dans certains dossiers de la SAAQ, mais uniquement quand un lien d'emploi existe et qu'il y a avantage, pour la personne accidentée, à conserver des bénéfices accumulés, tels que l'ancienneté, les fonds de pension ou autres. Autrement la démarche de retour au travail suggère de rechercher un emploi semblable chez un autre employeur dans le même secteur d'activités avant d'envisager une réorientation professionnelle. 10

Association des établissements de réadaptation en déficience physique du

Association des établissements de réadaptation en déficience physique du CADRE DE RÉFÉRENCE SUR LA RÉADAPTATION AU TRAVAIL POUR LES PERSONNES AYANT DES INCAPACITÉS QUI DÉCOULENT D UNE DÉFICIENCE AUDITIVE, DU LANGAGE, MOTRICE OU VISUELLE Décembre 2009 Ce document peut être obtenu

Plus en détail

Ensemble pour une meilleure transition vers la vie adulte pour la clientèle de 12 à 25 ans Présentant un trouble primaire du langage

Ensemble pour une meilleure transition vers la vie adulte pour la clientèle de 12 à 25 ans Présentant un trouble primaire du langage Pratique de pointe Ensemble pour une meilleure transition vers la vie adulte pour la clientèle de 12 à 25 ans Présentant un trouble primaire du langage Présenté par les Programmes de Soutien à l intégration

Plus en détail

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en DES SERVICES DES INTERVENTIONS DE RÉADAPTATION CIBLÉES ET SPÉCIFIQUES VISANT LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DE LA PERSONNE ET AYANT COMME OBJECTIFS de favoriser l intégration et la participation sociales de

Plus en détail

PLAN D ACTION 2013-2015 DE L AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE MONTRÉAL À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES

PLAN D ACTION 2013-2015 DE L AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE MONTRÉAL À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES PLAN D ACTION 2013-2015 DE L AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE MONTRÉAL À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES Période du 1 er avril 2013 au 31 mars 2015 PLAN D ACTION 2013-2015 DE L AGENCE DE

Plus en détail

POLITIQUE NUMÉRO 16 POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU CÉGEP MARIE-VICTORIN

POLITIQUE NUMÉRO 16 POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU CÉGEP MARIE-VICTORIN COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN POLITIQUE NUMÉRO 16 POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU CÉGEP MARIE-VICTORIN Adoptée le 10 mars 1997 CA-97-39-336

Plus en détail

PROFIL DE COMPÉTENCES DU GROUPE DE SOUTIEN ADMINISTRATIF

PROFIL DE COMPÉTENCES DU GROUPE DE SOUTIEN ADMINISTRATIF PROFIL DE COMPÉTENCES DU GROUPE DE SOUTIEN ADMINISTRATIF 00 Introduction Qu est-ce qu un profil de compétences? Les compétences sont des manifestations comportementales spécifiques des connaissances, des

Plus en détail

Programme SIPA (Système de services intégrés pour personnes âgées en perte d autonomie) DESCRIPTION SOMMAIRE :

Programme SIPA (Système de services intégrés pour personnes âgées en perte d autonomie) DESCRIPTION SOMMAIRE : CLSC désigné Centre Affilié Universitaire DESCRIPTION DE FONCTIONS TITRE D EMPLOI : SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : SERVICE : Chef de programme Chef de l administration du programme SIPA Programme SIPA (Système de

Plus en détail

CADRE DE GESTION MÉCANISME D ACCÈS

CADRE DE GESTION MÉCANISME D ACCÈS SRSOR Les Services de Réadaptation du Sud-Ouest et du Renfort CADRE DE GESTION MÉCANISME D ACCÈS USAGER PRÉSENTANT UNE DÉFICIENCE INTELLECTUELLE OU UN TROUBLE ENVAHISSANT DU DÉVELOPPEMENT Février 2007

Plus en détail

Conduire une automobile pour une personne ayant une déficience visuelle, c est possible avec système télescopique bioptique (STB)

Conduire une automobile pour une personne ayant une déficience visuelle, c est possible avec système télescopique bioptique (STB) Conduire une automobile pour une personne ayant une déficience visuelle, c est possible avec système télescopique bioptique (STB) Louise Grégoire C., Institut Nazareth et Louis-Braille Annie Paquet, Institut

Plus en détail

Association des établissements de réadaptation en déficience physique du Québec. 505, boul. de Maisonneuve Ouest bureau 400. Montréal (Québec) H3A 3C2

Association des établissements de réadaptation en déficience physique du Québec. 505, boul. de Maisonneuve Ouest bureau 400. Montréal (Québec) H3A 3C2 Ce document peut être obtenu sur demande en vous adressant à : Association des établissements de réadaptation en déficience physique du Québec 505, boul. de Maisonneuve Ouest bureau 400 Montréal (Québec)

Plus en détail

Description du système d information géronto-gériatrique : le dossier clinique informatisé (DCI) interdisciplinaire et inter-établissements

Description du système d information géronto-gériatrique : le dossier clinique informatisé (DCI) interdisciplinaire et inter-établissements Description du système d information géronto-gériatrique : le dossier clinique informatisé (DCI) interdisciplinaire et inter-établissements présenté par Suzie Leblanc Lucie Bonin André Tourigny RRSSS de

Plus en détail

Conférence sur l employabilité 24 mars 2006

Conférence sur l employabilité 24 mars 2006 Projet INSPIRAtion Conférence sur l employabilité 24 mars 2006 L autisme est un trouble vastement incompris au Québec, entre autres à cause d un manque d expertise dans la province. Parallèlement, le nombre

Plus en détail

Préambule. Claude Sicard Vice-président au partenariat et à l expertise-conseil 2 LE CADRE D INTERVENTION EN PRÉVENTION-INSPECTION

Préambule. Claude Sicard Vice-président au partenariat et à l expertise-conseil 2 LE CADRE D INTERVENTION EN PRÉVENTION-INSPECTION Préambule Le présent guide d application du cadre d intervention s adresse aux inspecteurs, aux chefs d équipe et aux directeurs en santé et sécurité en prévention-inspection de la CSST de même qu aux

Plus en détail

Édition. Rédaction : Lucie Raymond Supervision : Michèle Pelletier Mise en page : Anne Le Menn

Édition. Rédaction : Lucie Raymond Supervision : Michèle Pelletier Mise en page : Anne Le Menn Édition Rédaction : Lucie Raymond Supervision : Michèle Pelletier Mise en page : Anne Le Menn Association québécoise d établissements de santé et de services sociaux Direction de l organisation des services,

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

POLITIQUE en matière de gestion intégrée de la santé, sécurité et bien-être au travail

POLITIQUE en matière de gestion intégrée de la santé, sécurité et bien-être au travail POLITIQUE en matière de gestion intégrée de la santé, sécurité et bien-être au travail Ce document s'adresse à tout le personnel La Direction des ressources humaines est responsable de son application

Plus en détail

Entrée en vigueur le : 7 mai 2015. TITRE : Procédure relative à la gestion des retours au travail et maintien au travail

Entrée en vigueur le : 7 mai 2015. TITRE : Procédure relative à la gestion des retours au travail et maintien au travail Code : PR-DRH-505-05 PROCÉDURE Instance responsable : Direction des ressources humaines Approuvée (ou adoptée) au comité de direction le : 7 mai 2015 Adoptée par le conseil d administration le : s. o.

Plus en détail

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s) Conseil d administration 14

Plus en détail

De la vision à l action. Démarche provinciale de transfert de connaissances du comité directeur de la recherche en traumatologie

De la vision à l action. Démarche provinciale de transfert de connaissances du comité directeur de la recherche en traumatologie De la vision à l action Démarche provinciale de transfert de connaissances du comité directeur de la recherche en traumatologie RÉDACTION Anabèle Brière, pht, Ph.D, chargée de projet en transfert des connaissances

Plus en détail

5.6 Concertation pour l emploi

5.6 Concertation pour l emploi 5.6 Concertation pour l emploi Soutien à la gestion des ressources humaines 5.6 CONCERTATION POUR L EMPLOI 2012-07-12 Table des matières Section 4 : p. 2 sur 13 Table des matières RÉFÉRENCE Table des matières...

Plus en détail

Agent de prospection et de marketing, Milieux de travail

Agent de prospection et de marketing, Milieux de travail Agent de prospection et de marketing, Milieux de travail Supérieur hiérarchique : Type d emploi Emplacement : Clôture de l affichage : Directrice, Initiatives de prévention et de promotion Permanent, temps

Plus en détail

(Telle que présentée dans un mémoire de consultation, adressé le 17 novembre 2005 au ministère de la Famille, des Aînés et de la Condition féminine)

(Telle que présentée dans un mémoire de consultation, adressé le 17 novembre 2005 au ministère de la Famille, des Aînés et de la Condition féminine) Position de la Fédération des cégeps sur la révision des règles administratives concernant la classification et la rémunération du personnel salarié des services de garde (Telle que présentée dans un mémoire

Plus en détail

Soyez déjà assurés de notre totale collaboration pour que l implantation de ce nouveau plan d action en santé mentale soit une réussite.

Soyez déjà assurés de notre totale collaboration pour que l implantation de ce nouveau plan d action en santé mentale soit une réussite. COMMENTAIRES DE L ORDRE DES CONSEILLERS ET CONSEILLÈRES D ORIENTATION ET DES PSYCHOÉDUCATEURS ET PSYCHOÉDUCATRICES DU QUÉBEC SUITE À LA CONSULTATION DU MSSS SUR LE PLAN D ACTION EN SANTÉ MENTALE 2005-2008

Plus en détail

Vous êtes médecin traitant?

Vous êtes médecin traitant? Programme Vous êtes médecin traitant? Que représente ce programme... - pour vous? - pour votre patient? Saviez-vous que...? Chaque année, plus de 30 000 personnes remplissent une demande d indemnité suite

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec

POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec 1. PRÉSENTATION DE LA POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE En avril 2005, le Regroupement

Plus en détail

RÈGLEMENT NO. 2010-02-289 AUX FINS DE DOTER LA MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE D UNE POLITIQUE DE GESTION DES RELATIONS AVEC SES CITOYENS

RÈGLEMENT NO. 2010-02-289 AUX FINS DE DOTER LA MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE D UNE POLITIQUE DE GESTION DES RELATIONS AVEC SES CITOYENS PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE COMTÉ DE RIVIERE-DU-LOUP RÈGLEMENT NO. 2010-02-289 AUX FINS DE DOTER LA MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE D UNE POLITIQUE DE GESTION DES RELATIONS

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE

PLANIFICATION STRATÉGIQUE PLANIFICATION STRATÉGIQUE Le CRDITED de Montréal est une organisation innovante qui vise l excellence. Il contribue significativement, avec ses partenaires, à la participation sociale des personnes ayant

Plus en détail

Bilan de l an 1 de SOMMAIRE RAPPORT DU COMITÉ AVISEUR DE SOLIDARITÉ JEUNESSE

Bilan de l an 1 de SOMMAIRE RAPPORT DU COMITÉ AVISEUR DE SOLIDARITÉ JEUNESSE Bilan de l an 1 de SOMMAIRE RAPPORT DU COMITÉ AVISEUR DE SOLIDARITÉ JEUNESSE Le Sommaire constitue un abrégé du document intitulé Bilan de l an I de Solidarité jeunesse : Rapport du Comité aviseur de Solidarité

Plus en détail

* Le terme «déficit fonctionnel» ici signifie toute situation de santé d ordre physique ou mental.

* Le terme «déficit fonctionnel» ici signifie toute situation de santé d ordre physique ou mental. Faculté de médecine et des sciences de la santé Programme des études médicales prédoctorales PROCÉDURE L admission au doctorat en médecine des candidates ou candidats avec un «déficit fonctionnel» La formation

Plus en détail

Mesures du PDC suisse pour la 5 ème révision de l AI

Mesures du PDC suisse pour la 5 ème révision de l AI Mesures du PDC suisse pour la 5 ème révision de l AI Résumé Pour le PDC, la solidarité dans un Etat moderne signifie que ce dernier assume une responsabilité envers tous les êtres humains, qu ils soient

Plus en détail

Politique et procédure de dotation de la Ville d Alma

Politique et procédure de dotation de la Ville d Alma Politique et procédure de dotation de la Ville d Alma Service des ressources humaines 15 février 2010 Résolution : 078-04-2010 TABLE DES MATIÈRES POLITIQUE... 1 BUT DE LA POLITIQUE... 1 OBJECTIFS... 1

Plus en détail

PROGRAMME-CLIENTÈLE MAINTIEN DE L AUTONOMIE Ergothérapeute, URFI

PROGRAMME-CLIENTÈLE MAINTIEN DE L AUTONOMIE Ergothérapeute, URFI PROFIL DE DIRECTION : POSTE : PROGRAMME-CLIENTÈLE MAINTIEN DE L AUTONOMIE Ergothérapeute, URFI CONNAISSANCES (SAVOIRS) LIÉES À L ORGANISATION LIÉES À LA DIRECTION LIÉES AU POSTE Population et territoire

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1361-00-16 Nombre de pages : 8 POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

Plus en détail

L'évaluation du programme de réinsertion professionnelle à la Société de l'assurance automobile du Québec

L'évaluation du programme de réinsertion professionnelle à la Société de l'assurance automobile du Québec L'évaluation du programme de réinsertion professionnelle à la Société de l'assurance automobile du Québec Société de l'assurance automobile du Québec, 1999 1. Plan de présentation 1- Le régime d'assurance

Plus en détail

Services d orientation pour adultes

Services d orientation pour adultes Services d orientation pour adultes Le c.o. pour adultes est le spécialiste de la relation entre l individu, le travail et la formation. Se réorienter Trouver un travail à sa mesure Faire le point sur

Plus en détail

Adopté à l automne 2006

Adopté à l automne 2006 Adopté à l automne 2006 PRÉAMBULE Un code d éthique pour l AQEM Notre mission Mise en perspectives Nos principales valeurs Application du code d éthique Chapitre 1 : Deux valeurs fondatrices de l AQEM

Plus en détail

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL Description sommaire Sous l encadrement clinique de la chef d équipe SI et dans un contexte interdisciplinaire, la titulaire du poste assume

Plus en détail

Pour les stages en sciences infirmières

Pour les stages en sciences infirmières Pour les stages en sciences infirmières Présenté à Madame Francine Blackburn Coordonnatrice du développement de la mission universitaire Madame Nicole Montminy, Conseillère clinicienne en soins infirmiers,

Plus en détail

MANUEL DE GESTION. OBJET : Politique de développement des ressources humaines NUMÉRO : 3400-451-05

MANUEL DE GESTION. OBJET : Politique de développement des ressources humaines NUMÉRO : 3400-451-05 1. OBJECTIF Promouvoir le développement professionnel et personnel pour que chacun contribue à l atteinte des objectifs organisationnels, à l amélioration continue de la qualité et de l efficacité des

Plus en détail

GUIDE PÉDAGOGIQUE L ÉLABORATION DU PROJET DE FORMATION EN ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES

GUIDE PÉDAGOGIQUE L ÉLABORATION DU PROJET DE FORMATION EN ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES L ÉLABORATION DU PROJET DE FORMATION EN ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES 10 Le projet de formation en alternance travail-études constitue l outil qui concrétise le partenariat éducatif entre l établissement scolaire

Plus en détail

Centre de réadaptation MAB Mackay Programmes et services pour la déficience auditive

Centre de réadaptation MAB Mackay Programmes et services pour la déficience auditive Âge : tous les âges MISSION Le Centre de réadaptation MAB-Mackay (CRMM) contribue à maximiser l autonomie et la participation sociale de ses usagers, et ce, dans le but d améliorer leur qualité de vie.

Plus en détail

POUR LA CLIENTÈLE SLA UN DÉFI ET UNE RÉALITÉ

POUR LA CLIENTÈLE SLA UN DÉFI ET UNE RÉALITÉ LA PLEINE RÉALISATION DES HABITUDES DE VIE POUR LA CLIENTÈLE SLA UN DÉFI ET UNE RÉALITÉ POUR LES ÉQUIPES CLINIQUES EN RÉADAPTATION Gilles Trudel, coordonnateur clinique Denis Hallé, éducateur spécialisé

Plus en détail

RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS. Faculté des lettres et sciences humaines

RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS. Faculté des lettres et sciences humaines RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS Faculté des lettres et sciences humaines PRÉAMBULE Ce règlement facultaire sur la reconnaissance des acquis s inscrit dans le cadre de la Politique

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES Table des matières 1. Finalité et objectifs de la Politique...4 2. Principes...5 3. L évaluation des programmes...6 3.1 Déroulement de l

Plus en détail

Guide sur le perfectionnement et le développement professionnel ACEP

Guide sur le perfectionnement et le développement professionnel ACEP Guide sur le perfectionnement et le développement professionnel ACEP Table des matières Chapitre I : Énoncé de principes : 1. Préambule. 3 2. Programme de perfectionnement et de développement carrière...

Plus en détail

Planification stratégique 2012-2015

Planification stratégique 2012-2015 DE CHAUDIÈRE-APPALACHES Planification stratégique 2012-2015 Reprendre du pouvoir sur sa vie. 23681_CRDCA_Planification 2012.indd 1 Description de la démarche La démarche de planification stratégique du

Plus en détail

DESCRIPTION DE FONCTIONS TRAVAILLEUR SOCIAL

DESCRIPTION DE FONCTIONS TRAVAILLEUR SOCIAL DESCRIPTION DE FONCTIONS TRAVAILLEUR SOCIAL Description sommaire «Intervenir auprès des personnes, des familles, des groupes et des collectivités dans le but de favoriser leur fonctionnement social». (Code

Plus en détail

GUIDE ADMINISTRATIF. Classification et rémunération du personnel d encadrement

GUIDE ADMINISTRATIF. Classification et rémunération du personnel d encadrement GUIDE ADMINISTRATIF Classification et rémunération du personnel d encadrement En vigueur du 1 er avril 2007 au 31 mars 2010 Contenu et rédaction Association québécoise des centres de la petite enfance

Plus en détail

Politique numéro 28 portant sur L ÉVALUATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN DU CÉGEP MARIE-VICTORIN

Politique numéro 28 portant sur L ÉVALUATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN DU CÉGEP MARIE-VICTORIN COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN Politique numéro 28 portant sur L ÉVALUATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN DU CÉGEP MARIE-VICTORIN Adoptée le 25 juin 2002 CA-2002-87-736 Révisée

Plus en détail

Politique institutionnelle d évaluation des programmes (PIEP) Cégep de Saint-Jérôme. Recommandée par la Commission des études le 18 mai 2011

Politique institutionnelle d évaluation des programmes (PIEP) Cégep de Saint-Jérôme. Recommandée par la Commission des études le 18 mai 2011 Politique institutionnelle d évaluation des programmes (PIEP) Cégep de Saint-Jérôme Recommandée par la Commission des études le 18 mai 2011 Adoptée à la réunion du Conseil d administration le 21 juin 2011

Plus en détail

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action Orientations gouvernementales en matière d agression sexuelle Plan d action Édition produite par : La Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux Pour obtenir d autres

Plus en détail

Démarche de reconnaissance des acquis et des compétences (RAC)

Démarche de reconnaissance des acquis et des compétences (RAC) Démarche de reconnaissance des acquis et des compétences (RAC) pour l obtention d un diplôme d études collégiales (DEC) en Techniques d éducation spécialisée 351.A0 QU'EST-CE QU'UNE DÉMARCHE DE RECONNAISSANCE

Plus en détail

Taux global de nomination préférentielle

Taux global de nomination préférentielle 6.2 MESURES DE REDRESSEMENT 1 Taux global de nomination préférentielle Les mesures de redressement d un programme d accès à l égalité ont pour but d augmenter la représentation de chaque groupe visé afin

Plus en détail

DEVIS D ÉVALUATION. Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan. Automne 2013

DEVIS D ÉVALUATION. Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan. Automne 2013 DEVIS D ÉVALUATION Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan Automne 2013 La mise en contexte de l évaluation Depuis sa création en 1993, la commission d évaluation de l enseignement

Plus en détail

PERSONNEL PROFESSIONNEL DES COMMISSIONS SCOLAIRES FRANCOPHONES. Comité patronal de négociation pour les commissions scolaires francophones

PERSONNEL PROFESSIONNEL DES COMMISSIONS SCOLAIRES FRANCOPHONES. Comité patronal de négociation pour les commissions scolaires francophones PERSONNEL PROFESSIONNEL DES COMMISSIONS SCOLAIRES FRANCOPHONES Comité patronal de négociation pour les commissions scolaires francophones Édition de février 2011 Réalisé par le Comité patronal de négociation

Plus en détail

La conduite automobile avec un système télescopique bioptique (STB) Programme provincial de développement d habiletés compensatoires

La conduite automobile avec un système télescopique bioptique (STB) Programme provincial de développement d habiletés compensatoires La conduite automobile avec un système télescopique bioptique (STB) Programme provincial de développement d habiletés compensatoires 8 mai 2014 Présentation Partenariats Historique Objectifs du programme

Plus en détail

Comparaison des différentes versions des cadres du PAAS ACTION

Comparaison des différentes versions des cadres du PAAS ACTION Comparaison des différentes versions des cadres du PAAS ACTION Au cours de l année 2014-2015, Emploi Québec a modifié deux fois le chapitre du Programme d aide et d accompagnement social (PAAS) ACTION

Plus en détail

www.csssdeportneuf.qc.ca

www.csssdeportneuf.qc.ca D2636-Code ethique2:d2636-code ethique 10/20/08 10:26 AM Page 1 CODE D ÉTHIQUE www.csssdeportneuf.qc.ca Table des matières 01. Préambule... 4 02. Introduction... 5 03. Nos valeurs organisationnelles...

Plus en détail

POUR UNE CHANCE ÉGALE EN EMPLOI

POUR UNE CHANCE ÉGALE EN EMPLOI AVIS DE L AERDPQ PORTANT SUR CONSULTATION SUR LA STRATÉGIE NATIONALE POUR L INTÉGRATION ET LE MAINTIEN EN EMPLOI DES PERSONNES HANDICAPÉES Février 2007 TABLE DES MATIÈRES Introduction... 1 Thème 1... 3

Plus en détail

LES ÉVALUATIONS RELIÉES À L IDENTIFICATION DES TROUBLES ACTIVITÉS 3.6.1 3.6.2 3.6.3

LES ÉVALUATIONS RELIÉES À L IDENTIFICATION DES TROUBLES ACTIVITÉS 3.6.1 3.6.2 3.6.3 Des compétences professionnelles partagées en santé mentale et en relations humaines: la personne au premier plan LES ÉVALUATIONS RELIÉES À L IDENTIFICATION DES TROUBLES ACTIVITÉS 3.6.1 3.6.2 3.6.3 LES

Plus en détail

L expertise ergothérapique photographie du quotidien

L expertise ergothérapique photographie du quotidien L expertise ergothérapique photographie du quotidien Florence Collard Ergothérapeute D.I.U. Victimologie - Lyon D.I.U. Expertise Judiciaire - Nancy D.I.U. Psychopathologie et affections neurologiques -

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D EDUCATEUR DE JEUNES ENFANTS 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

HÔPITAL RIVIÈRE-DES-PRAIRIES

HÔPITAL RIVIÈRE-DES-PRAIRIES HÔPITAL RIVIÈRE-DES-PRAIRIES L Hôpital Rivière-des-Prairies (HRDP), situé dans le nord-est de l île de Montréal, est un centre hospitalier de soins psychiatriques, d'enseignement et de recherche, affilié

Plus en détail

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE CENTRE D'HÉBERGEMENT ET DE SOINS DE LONGUE DURÉE (CHSLD) Région : Lanaudière Établissement : Centre de santé et de services sociaux du Sud

Plus en détail

DOSSIERS PÉDAGOGIQUES

DOSSIERS PÉDAGOGIQUES DOSSIERS PÉDAGOGIQUES Les dossiers pédagogiques comprennent des outils pour faciliter la tâche d enseignement d un professeur. 1. PLANIFICATION PÉDAGOGIQUE Yvon Brunet, inf., M. Éd. Ce dossier pédagogique

Plus en détail

Alliance pour la solidarité et l inclusion sociale 2012-2015

Alliance pour la solidarité et l inclusion sociale 2012-2015 Alliance pour la solidarité et l inclusion sociale 2012-2015 Version Finale 4 juin 2012 1 MISE EN CONTEXTE ALLIANCES Le Plan d action gouvernemental pour la solidarité et l inclusion sociale 2010-2015

Plus en détail

Les arpenteurs victimes de discrimination Résultats de l exercice de relativité salariale mené dans l industrie de la construction

Les arpenteurs victimes de discrimination Résultats de l exercice de relativité salariale mené dans l industrie de la construction Maquette0 /08/0 00:0 Page Les arpenteurs victimes de discrimination Résultats de l exercice de relativité salariale mené dans l industrie de la construction Samuel de Champlain, premier arpenteur au Québec

Plus en détail

Programme Transit. Visant à soutenir les apprentissages à la vie autonome des personnes adultes présentant une déficience intellectuelle

Programme Transit. Visant à soutenir les apprentissages à la vie autonome des personnes adultes présentant une déficience intellectuelle Programme Transit Visant à soutenir les apprentissages à la vie autonome des personnes adultes présentant une déficience intellectuelle Développé par l Association des personnes handicapées de la rive-sud

Plus en détail

Territoires du Nord-Ouest et Nunavut 04.11

Territoires du Nord-Ouest et Nunavut 04.11 ÉNONCÉ DE POLITIQUE La Commission de la sécurité au travail et de l indemnisation des travailleurs (CSTIT) encourage la collaboration entre les travailleurs, leurs employeurs, la CSTIT, les pourvoyeurs

Plus en détail

STAGES PROFESSIONNELS

STAGES PROFESSIONNELS Études de cycles supérieurs Département de psychologie Coordination des stages STAGES PROFESSIONNELS OBJECTIFS DES STAGES PROFESSIONNELS L'objectif général des stages professionnels est de promouvoir le

Plus en détail

AVIS dans le cadre de LA DÉMARCHE D ACTUALISATION DE LA POLITIQUE D ENSEMBLE À PART ÉGALE

AVIS dans le cadre de LA DÉMARCHE D ACTUALISATION DE LA POLITIQUE D ENSEMBLE À PART ÉGALE AVIS dans le cadre de LA DÉMARCHE D ACTUALISATION DE LA POLITIQUE D ENSEMBLE À PART ÉGALE Mai 2007 INTRODUCTION L Association des établissements de réadaptation en déficience physique du Québec (AERDPQ)

Plus en détail

Vers l amélioration continue

Vers l amélioration continue Vers l amélioration continue Devis d évaluation et planification des travaux sur l assurance qualité Document recommandé par le comité de suivi du Plan stratégique, le comité de Régie interne et la Commission

Plus en détail

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Janvier 2010, Révisée en octobre 2012 1 BUT POURSUIVI PAR LA POLITIQUE

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2009-2015 modifié le 19 juin 2013. Commission des services juridiques

Plan d action de développement durable 2009-2015 modifié le 19 juin 2013. Commission des services juridiques Plan d action de développement durable 2009-2015 modifié le 19 juin 2013 Commission des services juridiques Mot du Président Au nom du personnel et de la direction de la Commission des services juridiques,

Plus en détail

LA GESTION DE L ACCÈS AUX

LA GESTION DE L ACCÈS AUX Énoncé de position LA GESTION DE L ACCÈS AUX SERVICES EN RADIO-ONCOLOGIE: pour une approche systématique du Collège des médecins du Québec NOVEMBRE 2004 Table des matières Introduction 4 Grille de classification

Plus en détail

MESURES DE REDRESSEMENT

MESURES DE REDRESSEMENT 1 LES MESURES pour l intégration des personnes handicapées au programme d accès à l égalité Le présent document propose des exemples de mesures qui peuvent faire partie du rapport d élaboration pour l

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

Module 6 heures. Rappel 2 I. Les points de passage obligés 4 II. Les ressources et points d appui 9

Module 6 heures. Rappel 2 I. Les points de passage obligés 4 II. Les ressources et points d appui 9 Module 6 heures Rappel 2 I. Les points de passage obligés 4 II. Les ressources et points d appui 9 VADE-MECUM - Découverte professionnelle - Module 6 heures 1 Rappel Le module de découverte professionnelle

Plus en détail

Série «Connaissances et employabilité» Préparation au milieu de travail, 8 e et 9 e années

Série «Connaissances et employabilité» Préparation au milieu de travail, 8 e et 9 e années Série «Connaissances et employabilité» Préparation au milieu de travail, 8 e et 9 e années Les cours de la série «Connaissances et employabilité» du secondaire premier cycle sont axés sur l exploration.

Plus en détail

GUIDE DE PRATIQUE. «L intervention précoce. auprès des enfants de 2. à 5 ans présentant un. retard global de. développement»

GUIDE DE PRATIQUE. «L intervention précoce. auprès des enfants de 2. à 5 ans présentant un. retard global de. développement» GUIDE DE PRATIQUE «L intervention précoce auprès des enfants de 2 à 5 ans présentant un retard global de développement» Ce GUIDE DE PRATIQUE (GP) «L intervention précoce auprès des enfants de 2 à 5 ans

Plus en détail

BULLETIN D INFORMATION

BULLETIN D INFORMATION LEG9 NUMÉRO 9 JUIN 2012 BULLETIN D INFORMATION Ce 9 e bulletin G9 vous présente le projet de Modernisation du modèle de gestion du Centre de santé et de services sociaux Jardins-Roussillon. Il s agit de

Plus en détail

PERSONNEL PROFESSIONNEL DES COMMISSIONS SCOLAIRES FRANCOPHONES. Comité patronal de négociation pour les commissions scolaires francophones

PERSONNEL PROFESSIONNEL DES COMMISSIONS SCOLAIRES FRANCOPHONES. Comité patronal de négociation pour les commissions scolaires francophones PERSONNEL PROFESSIONNEL DES COMMISSIONS SCOLAIRES FRANCOPHONES Comité patronal de négociation pour les commissions scolaires francophones Édition de février 2011 Réalisé par le Comité patronal de négociation

Plus en détail

recommandations d autisme suisse romande en matière de qualité des services/prestations destinés aux personnes avec Troubles du Spectre Autistique

recommandations d autisme suisse romande en matière de qualité des services/prestations destinés aux personnes avec Troubles du Spectre Autistique recommandations d autisme suisse romande en matière de qualité des services/prestations destinés aux personnes avec Troubles du Spectre Autistique recommandations 1 préambule L autisme est un trouble neuro-développemental

Plus en détail

Programme Traumatologie. feuillet informatif. destiné aux usagers et à leurs proches

Programme Traumatologie. feuillet informatif. destiné aux usagers et à leurs proches Programme Traumatologie feuillet informatif destiné aux usagers et à leurs proches Centre de réadaptation Estrie, 2014 Présentation du programme Le programme Traumatologie est l un des cinq programmes

Plus en détail

2. PROGRAMME DES MUTUELLES DE FORMATION 2008-2009*

2. PROGRAMME DES MUTUELLES DE FORMATION 2008-2009* 2. PROGRAMME DES MUTUELLES DE FORMATION 2008-2009* UN VIRAGE VERS LA QUALITÉ... 1 1. OBJECTIF DU PROGRAMME... 1 2. DESCRIPTION... 1 3. ADMISSIBILITÉ... 1 3.1 Promoteurs admissibles... 1 3.2 Entreprises

Plus en détail

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles Centre de réadaptation en déficience intellectuelle de Québec (CRDI de Québec) 7843, rue des Santolines Québec (Québec) G1G 0G3 Téléphone : 418 683-2511 Télécopieur : 418 683-9735 www.crdiq.qc.ca Fiche

Plus en détail

PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015)

PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015) PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015) Normes (2015) Critères (2011-2015) Critères (2006-2011) 1. SYSTÈME DE GESTION DE LA QUALITÉ DES PROGRAMMES 6.

Plus en détail

SOMMAIRES. PROGRAMME DE FORMATION CHARLIE Sommaires des modules. Programme d accueil et d intégration intervenant

SOMMAIRES. PROGRAMME DE FORMATION CHARLIE Sommaires des modules. Programme d accueil et d intégration intervenant SOMMAIRES PROGRAMME DE FORMATION CHARLIE Sommaires des modules Programme d accueil et d intégration intervenant NOTE AUX LECTEURS Le présent document constitue une version préliminaire et partielle des

Plus en détail

PLAN D ACTION A L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES

PLAN D ACTION A L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES EXPLOITATION PLAN D ACTION A L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES -2015-2016 Adopté le 13 décembre 2013 Résolution 13-CA (AMT)-314 TABLE DES MATIÈRES PRÉSENTATION DE L AGENCE MÉTROPOLITAINE DE TRANSPORT...

Plus en détail

Politique d inclusion des enfants ayant des besoins particuliers

Politique d inclusion des enfants ayant des besoins particuliers Politique d inclusion des enfants ayant des besoins particuliers Mars 2011 Table des matières Présentation du milieu 3 But de la politique d inclusion 3 Définition de la clientèle 3 Objectifs spécifiques

Plus en détail

LES ÉLÈVES INSCRITS EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET LEURS BESOINS SPÉCIFIQUES DE SOUTIEN À LA PERSÉVÉRANCE ET À LA RÉUSSITE. QUI SONT-ILS VRAIMENT?

LES ÉLÈVES INSCRITS EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET LEURS BESOINS SPÉCIFIQUES DE SOUTIEN À LA PERSÉVÉRANCE ET À LA RÉUSSITE. QUI SONT-ILS VRAIMENT? LES ÉLÈVES INSCRITS EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET LEURS BESOINS SPÉCIFIQUES DE SOUTIEN À LA PERSÉVÉRANCE ET À LA RÉUSSITE. QUI SONT-ILS VRAIMENT? Élisabeth Mazalon et Sylvain Bourdon Université de Sherbrooke

Plus en détail

2011-2012 RAPPORT D ACTIVITÉS. 6020 rue Jean-Talon Est, bur. 400, Montréal (Québec) H1S 3B1 514 341-7272 1 877 341-7272 www.moelleepiniere.

2011-2012 RAPPORT D ACTIVITÉS. 6020 rue Jean-Talon Est, bur. 400, Montréal (Québec) H1S 3B1 514 341-7272 1 877 341-7272 www.moelleepiniere. 2011-2012 RAPPORT D ACTIVITÉS 6020 rue Jean-Talon Est, bur. 400, Montréal (Québec) H1S 3B1 514 341-7272 1 877 341-7272 www.moelleepiniere.com Ce rapport a été rendu possible grâce au travail des personnes

Plus en détail

AU-DELÀ DES INTERVENTIONS PRÉVENTIVES, QUELS SONT LES SERVICES SPÉCIALISÉS DE RÉADAPTATION?

AU-DELÀ DES INTERVENTIONS PRÉVENTIVES, QUELS SONT LES SERVICES SPÉCIALISÉS DE RÉADAPTATION? AU-DELÀ DES INTERVENTIONS PRÉVENTIVES, QUELS SONT LES SERVICES SPÉCIALISÉS DE RÉADAPTATION? Stéphane VALLÉE, M.A., M.Sc. Chef de programme DM traumatologie Laurentides Anie COUTURE, B.sc. Erg., M. Sc.

Plus en détail

La réadaptation après un implant cochléaire

La réadaptation après un implant cochléaire La réadaptation après un implant cochléaire Ginette Diamond, chef en réadaptation Sophie Roy, audiologiste Colloque CRDP InterVal 2009 But de la présentation Sensibiliser les participant(e)s à un outil

Plus en détail

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES VOTRE SANTÉ NOUS TIENT À COEUR La Commission scolaire de la Capitale tient à assurer, à l ensemble de son personnel, un environnement de travail qui respecte la santé,

Plus en détail

PLAN D ACTION 2015 À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES

PLAN D ACTION 2015 À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES INTRODUCTION En vertu de l article 61.1 de la Loi assurant l exercice des droits des personnes, en vue de leur intégration scolaire, professionnelle et

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Élaboré par la Direction de la qualité, de la mission universitaire et de la pratique multidisciplinaire Approuvé par le Comité de

Plus en détail

Modernisation des programmes d aides techniques du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS)

Modernisation des programmes d aides techniques du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) Ministère de la Santé et des Services sociaux Direction générale des services sociaux Modernisation des programmes d aides techniques du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) Convergez vers

Plus en détail