GUIDE D ATTRIBUTION DES AIDES TECHNIQUES EN DÉFICIENCE MOTRICE À L INTENTION DES INTERVENANTS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GUIDE D ATTRIBUTION DES AIDES TECHNIQUES EN DÉFICIENCE MOTRICE À L INTENTION DES INTERVENANTS"

Transcription

1 GUIDE D ATTRIBUTION DES AIDES TECHNIQUES EN DÉFICIENCE MOTRICE À L INTENTION DES INTERVENANTS Mars 2005

2 Ce document peut être obtenu sur demande en vous adressant à : Association des établissements de réadaptation en déficience physique du Québec 505, boul. de Maisonneuve Ouest bureau 400 Montréal (Québec) H3A 3C2 Téléphone : Télécopieur : Courriel : Note : Afin de faciliter la lecture du texte, un seul genre a été retenu pour identifier le féminin et le masculin. Publié par : Association des établissements de réadaptation en déficience physique du Québec 2005 Révisé par : Judith Plante Agente de communication, AERDPQ Dépôt légal 1 er trimestre Bibliothèque nationale du Québec Bibliothèque nationale du Canada ISBN :

3 REMERCIEMENTS L Association des établissements de réadaptation en déficience physique du Québec tient à remercier sincèrement tous ceux et celles qui ont collaboré à la rédaction de ce document : Nicole Boiteau, ergothérapeute Institut de réadaptation en déficience physique de Québec André Boivin, représentant de la Table des directions cliniques Centre de réadaptation en déficience physique du Carrefour de santé de Jonquière Carole Boucher, représentante de la Table des services des aides techniques Institut de réadaptation de Montréal Sylvie Doiron, représentante de la Table des services des aides techniques Centre de réadaptation Estrie Denise Mauger, représentante de la Table des directions cliniques Institut de réadaptation de Montréal

4 Guide d'attribution des aides techniques en déficience motrice à l'intention des intervenants TABLE DES MATIÈRES Introduction...1 PARTIE I LES PRINCIPES...3 Sur quels principes s appuie-t-on pour attribuer les aides techniques en déficience motrice...3 PARTIE II DÉMARCHE CLINIQUE ASSOCIÉE AU PROCESSUS D ATTRIBUTION...5 Les paramètres cliniques d attribution des aides techniques en déficience motrice...5 Les facteurs personnels...5 Les facteurs environnementaux et les habitudes de vie...5 Les caractéristiques techniques et fonctionnelles des aides...5 Première histoire de cas...6 Deuxième histoire de cas...7 Troisième histoire de cas...8 Les étapes du processus d attribution...10 Évaluation des besoins de la personne...11 Identification des objectifs poursuivis...11 Identification des options de solution et choix de l'aide...11 Conception du devis...12 Démarches administratives...12 Fabrication, achat, modification de l aide ou réparation...12 Livraison, essai et ajustement de l'aide technique avec la personne...12 Suivi...12 Le partage des responsabilités...13 Les responsabilités de l usager...13 Les responsabilités des intervenants...13 Les responsabilités de l établissement...14 Page i

5 Guide d'attribution des aides techniques en déficience motrice à l'intention des intervenants Les outils d intervention permettant de soutenir l attribution des aides...15 Le plan de services individualisé...15 Le plan d intervention individualisé...15 Les évaluations cliniques et fonctionnelles...15 PARTIE III AIDE-MÉMOIRE...17 Aides à l essai...17 Aides techniques en déficience motrice...17 Apprentissage...17 Autonomie...17 Déficience...17 Déficience motrice...18 Équipe multidisciplinaire...18 Habitude de vie...18 Incapacité...18 Suivi...18 Usager...19 Conclusion...21 Page ii

6 INTRODUCTION Le Guide d attribution des aides techniques en déficience motrice à l intention des intervenants est le fruit d une initiative de la Table des directions cliniques de l Association des établissements de réadaptation en déficience physique du Québec (AERDPQ) et a été élaboré en collaboration avec la Table des responsables des programmes des aides techniques. Le Guide présente les paramètres cliniques devant supporter le processus d attribution des aides pour l ensemble de la clientèle présentant une déficience motrice. L un des principaux moyens permettant de compenser les incapacités et de maximiser les capacités résiduelles découlant d une déficience motrice est sans contredit la possibilité de recourir aux aides techniques et aux nouvelles technologies. Par exemple, l orthèse tibiale, la prothèse ou le fauteuil roulant augmentent la mobilité d une personne ayant une déficience motrice. Ce faisant, ces aides contribuent à diminuer les situations de handicap. L attribution et l entraînement à ces aides sont des activités faisant partie intégrante du processus de réadaptation. Dans le cadre de leur mission, les établissements de réadaptation qui ont un mandat d attribution des aides techniques regroupent un ensemble d activités cliniques et techniques. Ils peuvent tout autant agir sur le plan de l évaluation de produits, de la conception, de l adaptation ou de la distribution d aides techniques. De plus, ils contribuent activement au développement et à la recherche dans le domaine des nouvelles technologies. D ailleurs, la Régie de l assurance maladie du Québec (Règlement sur les appareils suppléant à une déficience physique et assurés en vertu de la Loi sur l assurance maladie) leur a confié la gestion de ses programmes d attribution des aides techniques, témoignant ainsi de l importance de leur rôle en ce domaine. La personne atteinte d une déficience motrice peut avoir accès aux aides techniques de différentes manières. Elle peut en payer le coût, faire appel aux régimes d assurances privés, aux organismes de bienfaisance ou aux programmes gouvernementaux prévus à cette fin. Ces derniers comportent toute une série de normes et de critères régissant l admissibilité de la personne, le type d aides disponibles selon des problématiques précises, leur entretien, leur remplacement et leur disposition lorsqu elles ne sont plus utilisées. page 1

7 Cependant, ces règles seules ne peuvent déterminer l intervention la plus appropriée dans la situation spécifique d une personne ayant une déficience motrice. L intervenant devra faire référence au cadre conceptuel retenu par le milieu de la réadaptation en déficience physique, aux principes cliniques sous-jacents à toute intervention de même qu à des considérations directement associées aux aides techniques. Ce Guide trace les balises cliniques déterminant l intervention entourant le recours à une aide technique, les programmes gouvernementaux étant un moyen de concrétiser l orientation retenue. Le Guide comporte trois parties. La première, d ordre conceptuel, définit les principes devant guider l attribution des aides. La seconde, d ordre opérationnel, présente la démarche clinique du processus d attribution. Elle répond aux questions suivantes : Quels sont les paramètres cliniques d attribution des aides techniques en déficience motrice? Quelles sont les étapes du processus d attribution? Quelles sont les responsabilités de l usager? Quelles sont les responsabilités des intervenants? Quelles sont les responsabilités de l établissement? Quels outils d intervention permettent de soutenir l attribution des aides? Enfin, la troisième partie, intitulée Aide-mémoire, s attarde au vocabulaire propre au contexte d attribution des aides. Les discussions et la consultation des écrits ont permis d identifier différents termes dont la définition méritait d être soulignée et précisée en vue d une compréhension commune. page 2

8 PARTIE I LES PRINCIPES SUR QUELS PRINCIPES S APPUIE-T-ON POUR L ATTRIBUTION DES AIDES TECHNIQUES EN DÉFICIENCE MOTRICE? Le cadre conceptuel du Processus de production du handicap (PPH) et l approche écosystémique permettent de dégager les principes directeurs concernant l attribution des aides techniques. Essentiellement, ces principes font ressortir la nécessité de choisir l aide en fonction des habitudes de vie de la personne et de ses relations interpersonnelles et sociales. Le cadre conceptuel du PPH favorise une compréhension de la personne intégrant les facteurs personnels et les facteurs environnementaux. La question première à se poser, nonobstant la source de financement, est la suivante : Compte tenu des caractéristiques de l usager et de son environnement, quelles aides peuvent contribuer à améliorer son autonomie dans ses habitudes de vie, à diminuer les situations de handicap et à favoriser sa qualité de vie? La réponse à cette question permet d identifier les besoins réels de la personne. Elle amène à considérer, d une part, les motivations de l usager, sa manière de vivre, ses champs d intérêt et sa capacité d apprentissage et, d autre part, les composantes de son environnement facilitant sa participation sociale ou l exercice de ses rôles sociaux, ou encore y faisant obstacle. Par ailleurs, l approche écosystémique invite à aborder la personne comme faisant partie d un système de relations (famille, école, travail, communauté) qui conditionne ses choix et ses habitudes de vie. Cette conception de la personne permet de considérer l autonomie de l usager en lien avec les relations que ce dernier entretient dans ses différents milieux, ces relations pouvant contribuer à maintenir, à améliorer, mais aussi à restreindre son autonomie et son intégration sociale. Une évaluation clinique menée en intégrant les principes du cadre conceptuel du PPH et ceux de l approche écosystémique implique un travail en interdisciplinarité. Chaque intervenant, que ce page 3

9 soit l ergothérapeute, le médecin, le mécanicien en orthèses-prothèses, l orthésiste, le physiothérapeute, le prothésiste ou le technicien en orthèses-prothèses, possède, selon son expertise, une connaissance d une dimension particulière de la personne. S ajoute bien entendu, celle de l usager et des personnes significatives de son milieu de vie. Il importe de rassembler ces connaissances de manière à obtenir un portrait global et authentique de l usager et de ses besoins. page 4

10 PARTIE II DÉMARCHE CLINIQUE ASSOCIÉE AU PROCESSUS D ATTRIBUTION LES PARAMÈTRES CLINIQUES D ATTRIBUTION DES AIDES TECHNIQUES EN DÉFICIENCE MOTRICE Les paramètres cliniques d'attribution découlent des principes énoncés précédemment. Il est important de bien saisir que ces paramètres cliniques sont en interaction et doivent être considérés dans leur ensemble pour bien guider l'équipe travaillant en interdisciplinarité dans le processus d'attribution des aides techniques en déficience motrice. Lors de l attribution d aides techniques, il importe de considérer : Les facteurs personnels : En respectant les besoins bio-psychosociaux réels exprimés par l'usager; En tenant compte des caractéristiques personnelles de l'usager; En considérant la motivation de l'usager et sa capacité d'apprentissage. Les facteurs environnementaux et les habitudes de vie : En tenant compte du contexte de vie de l'usager (environnement); En tenant compte du système de relations de l'usager : - famille, garderie, école, travail et communauté; En s'assurant que les aides servent à la réalisation d'activités significatives pour l usager; En s'assurant que les aides puissent répondre aux besoins actuels de l'usager ou aux besoins anticipés à la fin du processus de réadaptation. Les caractéristiques techniques et fonctionnelles des aides : En privilégiant des aides polyvalentes, de manière à en réduire le nombre, et cela, au moindre coût; page 5

11 En privilégiant une gradation dans les aides nécessaires de façon à ne pas sur-appareiller l'usager prématurément. Les exemples qui suivent faciliteront la compréhension et l utilisation de ces paramètres dans l analyse des autres situations vécues par les usagers. PREMIÈRE HISTOIRE DE CAS : DAME DE 48 ANS ATTEINTE DE SCLÉROSE EN PLAQUES 1 Madame Bernier est une dame de 48 ans qui est atteinte de sclérose en plaques depuis l'âge de 25 ans. Elle vit avec son mari dans leur maison qui est entièrement accessible. Madame fonctionne en fauteuil roulant manuel depuis environ 15 ans. Monsieur travaille, madame est donc seule toute la journée. Bien qu elle présente de plus en plus de faiblesse aux membres supérieurs, elle peut toujours se préparer des repas simples durant l'absence de son mari. Par contre, elle ne peut plus faire seule les transferts au lit; elle doit donc passer toute sa journée au fauteuil, car elle ne reçoit pas de services du CLSC. De plus, elle ne peut sortir seule à l'extérieur, étant maintenant incapable de se propulser sur des moyennes et longues distances ainsi que sur des plans inclinés. Madame Bernier revoit son neurologue qui recommande un fauteuil roulant motorisé adapté à sa condition. Madame est vue par la suite par un ergothérapeute d'un service d'aides techniques pour l'évaluation fonctionnelle et pour le choix du fauteuil roulant une fois que l admissibilité sera déterminée. L'ergothérapeute note une diminution de la force musculaire des membres supérieurs à environ 3/5 avec une diminution des amplitudes articulaires des deux épaules. Il est clair que la propulsion du fauteuil manuel est difficile et que Madame se sent confinée à son domicile. L usage quotidien du fauteuil roulant est donc requis pour le maintien de ses activités. Madame Bernier est admissible à un fauteuil roulant motorisé selon l'article 53.2 des règlements de la RAMQ. De plus, madame désire qu'une bascule motorisée soit installée sur son fauteuil 1 Adapté d exemples du Centre de réadaptation Lucie-Bruneau. page 6

12 roulant pour pouvoir soulager l'inconfort au siège et prendre des périodes de repos. L'ergothérapeute convainc plutôt madame Bernier qu'un coussin de siège spécial et un dossier inclinable manuellement la soulageront de sa douleur au siège tout en lui permettant de se reposer au fauteuil motorisé, et cela, à un coût bien inférieur à la bascule motorisée. Après des essais de fauteuils et de mécanismes d'inclinaison de dossier, madame Bernier fait son choix avec l'aide de l'ergothérapeute et du mécanicien en orthèses-prothèses. DEUXIÈME HISTOIRE DE CAS : ENFANT DE 10 ANS PRÉSENTANT UNE AMPUTATION TRANS-FÉMORALE CONGÉNITALE 2 L enfant porte une prothèse depuis plusieurs années et consulte pour son remplacement. La prothèse offre à l enfant la possibilité de s intégrer dans les activités autant à la maison que dans sa collectivité. Il fréquente l école régulière. Lorsque sa prothèse est en réparation, il ne veut pas aller à l école. Sa prothèse lui permet de marcher, de monter les escaliers, de courir, sauter et faire de la bicyclette avec ses amis. Compte tenu de son âge, il peut faire à peu près les mêmes activités que tous ses copains. L enfant demeure à la campagne et doit se déplacer sur toutes sortes de terrains différents. La prothèse doit donc être polyvalente pour permettre une marche confortable et sécuritaire. Les composantes de celle-ci doivent être aussi solides que possible et assez légères pour ne pas limiter l enfant dans ses activités quotidiennes autant que sportives. L hiver, il fait de la planche à neige avec son appareillage. Les parents sont très disponibles pour les rendez-vous d ajustement et de réparation. L enfant ne consulte que sporadiquement son équipe de réadaptation, et sa déficience est stable selon son médecin. 2 Adapté d exemples du Centre de réadaptation Estrie. page 7

13 Pour cet enfant, la prothèse doit être ultra solide mais aussi très légère. Ces deux qualités sont difficiles à concilier. D une part, les composantes pédiatriques sont légères, mais leur résistance est moindre. D autre part, les composantes pour adultes sont plus solides, mais présentent beaucoup de poids et sont beaucoup plus volumineuses. Nous devons donc faire des choix en tenant compte de ces facteurs. Il faut aussi considérer la croissance de l enfant et choisir des pièces qui grandiront avec celui-ci et qui permettront un ajustement plus facile. À la suite de l évaluation clinique et de l écoute des besoins, nous déterminons le type de prothèse qui répond le mieux aux besoins de la personne. La RAMQ rembourse le coût de certaines prothèses et de certaines composantes, mais nous pouvons aussi demander à d autres organismes, tels que les assureurs privés ou les Amputés de guerre du Canada, le paiement de différentes prothèses. Après discussion avec les parents et diverses démarches effectuées auprès d organismes payeurs, le choix optimal est fait et une nouvelle prothèse est attribuée. TROISIÈME HISTOIRE DE CAS : DAME DE 53 ANS PRÉSENTANT UNE COXARTHROSE SÉVÈRE BILATÉRALE ASSOCIÉE À UNE SUBLUXATION AINSI QUE DE L INSUFFISANCE CARDIAQUE SÉVÈRE 3 Madame Bouchard vit seule dans un appartement accessible au fauteuil motorisé, sauf pour la salle de bain. Elle est autonome pour une grande partie de ses activités de la vie quotidienne, avec un environnement adapté et un ensemble d aides techniques. Elle effectue actuellement ses déplacements avec un fauteuil manuel prêté par le CLSC; elle peut aussi faire quelques pas pour ses transferts avec une marchette qui lui est également fournie temporairement par le CLSC. Deux de ses filles demeurent tout près et lui offrent de l aide régulièrement pour ses activités de la vie quotidienne et domestique et pour toutes ses sorties 3 Adapté d exemples du Centre de réadaptation Lucie-Bruneau. page 8

14 extérieures. Ajoutons que son quartier comporte plusieurs ressources auxquelles elle aurait accès régulièrement si elle possédait un fauteuil à propulsion motorisée. Elle consulte pour une demande de fauteuil roulant à propulsion motorisée et de marchette; elle possède une prescription d un orthopédiste. Lors de l évaluation globale de sa mobilité, nous observons aux membres inférieurs une force musculaire entre 3+ et 4 sur 5 ainsi que des amplitudes limitées à toutes les articulations, en raison de sa condition aux hanches ainsi que de l obésité et de l œdème. Elle a beaucoup de difficulté à se lever de la position assise, vu l incapacité aux membres inférieurs et l obésité morbide à prédominance abdominale qu elle présente. La démarche est en rotation externe prononcée des deux membres inférieurs avec boiterie importante et elle traîne les pieds au sol; sa tolérance debout n est que de quelques minutes. Il n est possible pour madame de propulser un fauteuil roulant manuel que sur de très courtes distances en terrain plat, en raison de sa faible endurance générale reliée principalement à sa condition cardiaque. Elle nous mentionne aussi qu elle a déjà conduit une automobile dans le passé. Madame présente comme diagnostic une coxarthrose sévère bilatérale associée à une subluxation ainsi que de l insuffisance cardiaque sévère. Elle a également une condition d obésité importante associée. Sur le plan médical, nous avons obtenu les rapports radiologiques démontrant la déficience importante aux hanches. Nous avons aussi obtenu de son cardiologue une attestation à l effet qu elle présente une insuffisance cardiaque sévère (classe III selon le NYHA). Madame Bouchard présente un trouble fonctionnel qui empêche de façon permanente l utilisation de ses membres inférieurs et nécessite l utilisation quotidienne d un fauteuil roulant. Elle répond donc aux critères d obtention d un fauteuil manuel octroyé par la RAMQ, selon l article De plus, en vertu de l article 53.3, madame est admissible à l obtention d un fauteuil à propulsion motorisée (appareil reconditionné), puisqu elle présente une insuffisance cardiaque sévère (ou, dans un autre cas, pulmonaire) et qu elle répond aux critères pour l obtention du fauteuil manuel (règle 51). Nous notons aussi dans notre évaluation que madame a besoin d une marchette de façon permanente, avec utilisation quotidienne, pour lui permettre de faire l ensemble de ses transferts page 9

15 et lui donner accès à la salle de bain. Ce seront donc les articles 15.1 et 30 qui s appliqueront dans ce cas. LES ÉTAPES DU PROCESSUS D ATTRIBUTION Le Petit Robert définit «processus» comme étant un ensemble de phénomènes conçus comme actifs et organisés dans le temps. Parler de processus d attribution, c est répondre aux besoins de l usager dans une séquence organisée d actions. L aide technique en déficience motrice est un moyen utilisé pour agir sur la déficience, pour compenser une incapacité ou pour prévenir ou diminuer une situation de handicap. Dans les établissements de réadaptation, l attribution se réalise dans le cadre d un plan d intervention individualisé en adaptation-réadaptation. «Pour réaliser les étapes du processus, l approche interdisciplinaire est primordiale. En effet, la poursuite d objectifs fonctionnels en accord avec les besoins et le potentiel du bénéficiaire, les attentes et les possibilités de l environnement, rendent souvent le choix difficile et loin de toute évidence. Une telle démarche engendre un processus interactif où des compromis sont à faire entre l atteinte d une correction souhaitée, la prévention ou l aggravation d une déficience, l optimisation de la fonction, l esthétique et la satisfaction des bénéficiaires et des personnes de leur entourage 4.» L équipe multidisciplinaire du programme des aides techniques peut être composée, notamment, de l ergothérapeute, du médecin, du mécanicien en orthèses-prothèses, de l orthésiste, du physiothérapeute, du prothésiste, du technicien en orthèses-prothèses, de l usager et des personnes significatives de son milieu de vie. Elle considère dans son analyse les observations et les recommandations des intervenants des autres programmes offrant des services à la personne. 4 Conseil consultatif sur les aides technologiques (1992). Le positionnement et les aides techniques à la posture. Avis n o 19. page 10

16 Le processus d attribution comprend les étapes suivantes : Évaluation des besoins de la personne; Identification des objectifs poursuivis; Identification des options de solution et choix de l aide; Conception du devis; Démarches administratives; Fabrication, achat, modification de l aide ou réparation; Livraison, essai et ajustement de l aide technique avec la personne; Suivi. Ces étapes se caractérisent et se définissent comme suit : Évaluation des besoins de la personne : Basée à la fois sur les caractéristiques personnelles de l usager, les facteurs environnementaux (physique et social) et les habitudes de vie en interaction avec son milieu. Identification des objectifs poursuivis : En lien avec l usager, sa condition, son milieu de vie, ses attentes, les conditions d utilisation de l aide; En lien avec l appareil choisi : esthétique, efficacité, sécurité, solidité, durabilité, efficience. Identification des options de solution et choix de l aide : En tenant compte des considérations anthropométriques, de la capacité reliée au système sensitif, de la spécificité du système musculosquelettique et neuromoteur et des objectifs fonctionnels; Identification et bonne connaissance des aides existantes; Identification et connaissance des modes de financement; Identification et divulgation des possibilités et des limites des aides disponibles suggérées; page 11

17 Choix des aides en tenant compte des besoins et des objectifs poursuivis par l usager ainsi que des perspectives et des recommandations des différents professionnels intervenant auprès de l usager dans un contexte d adaptation-réadaptation; Expérimentation des aides avec apprentissage dans le milieu de vie, si possible; Vérification de la compatibilité de l aide choisie avec les aides qu utilise déjà l usager. Conception du devis : Détermination des composantes de l aide technique; Détermination de leur agencement ou montage; Détermination des étapes de fabrication. Démarches administratives : Procéder aux démarches administratives relatives au financement de l aide, si l usager ou les proches ne la paient pas eux-mêmes. Fabrication, achat, modification de l aide ou réparation : Fabrication, modification ou achat de composantes; Réparation de l aide technique. Livraison, essai et ajustement de l aide technique avec la personne : Vérification de l aide technique afin de s assurer qu elle répond aux objectifs visés; Ajustement de l aide pour la rendre conforme aux besoins; Information et conseils donnés aux usagers et à leurs aidants, démonstration et entraînement au besoin. Suivi : Contrôle après l utilisation pour s assurer de l adéquation entre les caractéristiques de l aide et les besoins de l usager; Ajustements dus à l utilisation, à la croissance, aux changements de conditions de la personne. page 12

18 LE PARTAGE DES RESPONSABILITÉS Tous les acteurs impliqués dans le processus d attribution des aides techniques en déficience motrice se doivent d assumer leurs responsabilités particulières, lesquelles sont garantes de la qualité des résultats obtenus et de la réponse aux besoins exprimés. Les responsabilités de l usager L usager est responsable de son plan d intervention; il doit participer activement à toutes les étapes du processus d attribution, notamment : Identifier les activités qu il désire accomplir en tenant compte de ses besoins, de ses capacités personnelles et de ses habitudes de vie; S informer du fonctionnement de l aide, de ses possibilités et de ses limites et s assurer que l aide lui permettra d éviter ou de minimiser les situations de handicap; Adhérer au choix effectué avec ses possibilités et ses limites, même lorsque celui-ci a dû faire l objet de compromis; Consacrer le temps et l énergie nécessaires pour effectuer des essais et faire l apprentissage pour une utilisation optimale; Informer le clinicien l ayant accompagné lors de son choix, de son adaptation à l utilisation de l aide reçue et de l évolution de ses besoins, le cas échéant; S engager à respecter les conditions d attribution, les normes d entretien et de récupération, le cas échéant; Prendre des mesures visant le remplacement de l aide en cas de bris causé par un sinistre, une perte ou un vol; Retourner au centre de réadaptation en déficience physique de sa région les aides qui lui ont été prêtées lorsqu il cesse de les utiliser. Les responsabilités des intervenants Informer l usager concernant le processus d attribution et bien définir le rôle que ce dernier sera appelé à y jouer; Conseiller, accompagner et soutenir l usager dans la mise en œuvre de son plan de services et de son plan d intervention individualisés, qui déterminent l attribution des aides techniques en déficience motrice devant répondre à ses priorités et besoins réels; Identifier avec l usager, parmi les modèles et les types d aides disponibles, celles répondant à ses besoins, les avantages et les inconvénients de chacune d elles; Identifier parmi ce choix celle offrant l efficacité souhaitée au moindre coût; page 13

19 Sensibiliser l usager à l impact de l utilisation des aides sur ses habitudes de vie et sur ses situations de handicap; Déterminer les capacités et les habiletés requises par l usager pour utiliser efficacement les aides; S assurer que l usager possède les capacités physiques et cognitives nécessaires à l apprentissage et à l utilisation de ces aides; Informer l usager des règlements des différents programmes (RAMQ, CSST ) relatifs à l attribution des aides techniques en déficience motrice ainsi que de leurs modalités d application; Soutenir l usager dans ses démarches auprès d organismes payeurs s il y a lieu; Donner à l usager la formation contextualisée et situationnelle, c est-à-dire dans le milieu le plus approprié répondant à ses besoins ou à la situation, pour une utilisation optimale des aides techniques en déficience motrice; Informer l usager quant à l utilisation, à l entretien et au retour des aides, le cas échéant. Entre autres, l informer de l existence de plans d assurances pour les aides plus dispendieuses; Déterminer la fréquence des évaluations périodiques suivant l attribution des aides; Informer l usager des modalités de récupération, le cas échéant; Identifier dans son établissement les aides nécessaires en vue de la création d une banque d aides pour essais; Maintenir ses connaissances à jour (perfectionnement); Participer à la recherche et au développement. Les responsabilités de l établissement Être à l écoute de sa clientèle; S assurer de la satisfaction de ses clients; Favoriser le maintien et le développement des connaissances des intervenants; S assurer de la diffusion et de l appropriation du Guide d attribution par l intermédiaire de ses intervenants et de leurs partenaires; S assurer d avoir une banque d aides pour essais; Faire des représentations auprès des organismes et des associations; Promouvoir la collaboration interétablissements; Encourager la participation à la recherche et au développement. page 14

20 LES OUTILS D INTERVENTION PERMETTANT DE SOUTENIR L ATTRIBUTION DES AIDES Le processus d attribution des aides doit s intégrer à la mission d adaptation, de réadaptation et de soutien à la participation sociale et à la collectivité des établissements de réadaptation en déficience physique. À cette fin, il doit s inscrire dans le plan d intervention individualisé, qui tient compte des résultats des évaluations cliniques et fonctionnelles. Le plan de services individualisé Lorsque plusieurs établissements du réseau de la santé et des services sociaux sont simultanément engagés dans une démarche auprès d une personne ayant une déficience physique, le plan d intervention de l établissement de réadaptation s inscrit dans le cadre d une démarche de plan de services individualisé (PSI). Le PSI correspond à l ensemble des plans d intervention impliquant divers organismes et établissements qui contribuent à l actualisation et au maintien de la participation sociale des personnes ayant des incapacités. Sa perspective d ensemble assure une cohérence aux interventions, évite les dédoublements, permet les références et suivis nécessaires et vise à donner des réponses le plus personnalisées possible aux besoins de chacun. Le plan d intervention individualisé Le plan d intervention individualisé est un processus structuré par lequel un organisme ou un établissement, en fonction de son mandat et avec la participation active de la personne ou de son représentant, détermine les objectifs à atteindre et gère les interventions nécessaires pour répondre à des besoins spécifiques identifiés par cette personne ou son représentant 5. L établissement peut aussi procéder à un plan de services individualisé lorsque les besoins de la personne requièrent les services de partenaires externes. Les évaluations cliniques et fonctionnelles Les évaluations cliniques et fonctionnelles peuvent être réalisées séparément par chaque professionnel ou de façon combinée. Cependant, une approche interdisciplinaire favorisera 5 Boisvert, Daniel et coll. (1990). Le plan de service individualisé : participation et animation. Éditions Agence d Arc. page 15

CONDITIONS POUR LE PRÊT D ÉQUIPEMENT AU SERVICE DES AIDES TECHNIQUES

CONDITIONS POUR LE PRÊT D ÉQUIPEMENT AU SERVICE DES AIDES TECHNIQUES CONDITIONS POUR LE PRÊT D ÉQUIPEMENT AU SERVICE DES AIDES TECHNIQUES Publication initiale mise en vigueur : 9 septembre 2014 Destinataires : Clientèle, intervenants du Service des aides techniques, intervenants

Plus en détail

SERVICES SOCIAUX. Programme d attribution de chaussures orthétiques et d appareillage de chaussures : Guide de gestion (Révisé en juin 2011)

SERVICES SOCIAUX. Programme d attribution de chaussures orthétiques et d appareillage de chaussures : Guide de gestion (Révisé en juin 2011) SERVICES SOCIAUX Programme d attribution de chaussures orthétiques et d appareillage de chaussures : Guide de gestion (Révisé en juin 2011) Édition : La Direction des communications du ministère de la

Plus en détail

CENTRE DE RÉÉDUCATION PROFESSIONNELLE. Programmes et services

CENTRE DE RÉÉDUCATION PROFESSIONNELLE. Programmes et services CENTRE DE RÉÉDUCATION PROFESSIONNELLE Programmes et services 1 2 Bienvenue Le Centre de rééducation professionnelle appartient à Travail sécuritaire NB, lequel en assure la gestion. Il offre des services

Plus en détail

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en DES SERVICES DES INTERVENTIONS DE RÉADAPTATION CIBLÉES ET SPÉCIFIQUES VISANT LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DE LA PERSONNE ET AYANT COMME OBJECTIFS de favoriser l intégration et la participation sociales de

Plus en détail

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous NOTRE Code d éthique S engager dans le respect de tous Notre Code d éthique S engager dans le respect de tous Le présent code d éthique a été adopté par le conseil d administration du Centre de santé et

Plus en détail

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles Centre de réadaptation en déficience intellectuelle de Québec (CRDI de Québec) 7843, rue des Santolines Québec (Québec) G1G 0G3 Téléphone : 418 683-2511 Télécopieur : 418 683-9735 www.crdiq.qc.ca Fiche

Plus en détail

FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS. Volet 2 - Les options résidentielles

FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS. Volet 2 - Les options résidentielles FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS Volet 2 - Les options résidentielles LES OPTIONS RÉSIDENTIELLE La Fiche d information à l intention des parents porte sur différents sujets susceptibles d

Plus en détail

MÉMOIRE PORTANT SUR LE PROJET DE LOI N O 50 :

MÉMOIRE PORTANT SUR LE PROJET DE LOI N O 50 : Loi modifiant le Code des professions et d autres dispositions législatives dans le domaine de la santé mentale et des relations humaines Mémoire présenté à la Commission des institutions Mars 2008 La

Plus en détail

PLAN D ACTION 2015 À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES

PLAN D ACTION 2015 À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES INTRODUCTION En vertu de l article 61.1 de la Loi assurant l exercice des droits des personnes, en vue de leur intégration scolaire, professionnelle et

Plus en détail

PROGRAMME-CLIENTÈLE MAINTIEN DE L AUTONOMIE Ergothérapeute, URFI

PROGRAMME-CLIENTÈLE MAINTIEN DE L AUTONOMIE Ergothérapeute, URFI PROFIL DE DIRECTION : POSTE : PROGRAMME-CLIENTÈLE MAINTIEN DE L AUTONOMIE Ergothérapeute, URFI CONNAISSANCES (SAVOIRS) LIÉES À L ORGANISATION LIÉES À LA DIRECTION LIÉES AU POSTE Population et territoire

Plus en détail

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE REMALDO Equipe de rééducation-hlsom Octobre 2011 ETUDE DE CAS: MONSIEUR F DESCRIPTION M F est âgé de 80 ans, il est entouré par sa famille, diagnostic posé

Plus en détail

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Commentaires du Conseil du patronat du Québec dans le cadre de la consultation sur l accessibilité

Plus en détail

Hébergement. Outil d aide à la décision pour déterminer si la mesure utilisée est une mesure de contrôle ou une mesure de positionnement

Hébergement. Outil d aide à la décision pour déterminer si la mesure utilisée est une mesure de contrôle ou une mesure de positionnement Hébergement Outil d aide à la décision pour déterminer si la mesure utilisée est une mesure de contrôle ou une mesure de positionnement Novembre 2013 1- Mise en contexte Ce document vise à fournir des

Plus en détail

Programme Transit. Visant à soutenir les apprentissages à la vie autonome des personnes adultes présentant une déficience intellectuelle

Programme Transit. Visant à soutenir les apprentissages à la vie autonome des personnes adultes présentant une déficience intellectuelle Programme Transit Visant à soutenir les apprentissages à la vie autonome des personnes adultes présentant une déficience intellectuelle Développé par l Association des personnes handicapées de la rive-sud

Plus en détail

Activités d information, de promotion de la santé et de prévention de la maladie et des accidents dans le contexte de la physiothérapie

Activités d information, de promotion de la santé et de prévention de la maladie et des accidents dans le contexte de la physiothérapie Activités d information, de promotion de la santé et de prévention de la maladie et des accidents dans le contexte de la physiothérapie TABLE S MATIÈRES L ARTICLE 39.4 DU CO S PROFESSIONS PRINCIPALES DÉFINITIONS

Plus en détail

AVIS dans le cadre de LA DÉMARCHE D ACTUALISATION DE LA POLITIQUE D ENSEMBLE À PART ÉGALE

AVIS dans le cadre de LA DÉMARCHE D ACTUALISATION DE LA POLITIQUE D ENSEMBLE À PART ÉGALE AVIS dans le cadre de LA DÉMARCHE D ACTUALISATION DE LA POLITIQUE D ENSEMBLE À PART ÉGALE Mai 2007 INTRODUCTION L Association des établissements de réadaptation en déficience physique du Québec (AERDPQ)

Plus en détail

GUIDE DE L ERGOTHÉRAPEUTE

GUIDE DE L ERGOTHÉRAPEUTE Février 2004 GUIDE DE L ERGOTHÉRAPEUTE Application de la Loi modifiant le Code des professions et d autres dispositions législatives dans le domaine de la santé (Projet de loi n o 90, sanctionné) Guide

Plus en détail

Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention

Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention À moins d indications contraires, toutes les définitions

Plus en détail

Assurance de soins de longue durée

Assurance de soins de longue durée Assurance de soins de longue durée Feuille de renseignements à l intention du conseiller ne pas remettre au demandeur Ce que vous devez faire avant de remettre un formulaire de demande de règlement au

Plus en détail

Nous remercions chacune des personnes suivantes pour leur précieuse contribution Hugues Boulanger, Régie de l assurance maladie du Québec Ginette

Nous remercions chacune des personnes suivantes pour leur précieuse contribution Hugues Boulanger, Régie de l assurance maladie du Québec Ginette Nous remercions chacune des personnes suivantes pour leur précieuse contribution Hugues Boulanger, Régie de l assurance maladie du Québec Ginette Diamond, Centre de réadaptation InterVal Lyne Dufresne,

Plus en détail

Document de références ENTOURANT L ACCESSIBILITÉ UNIVERSELLE

Document de références ENTOURANT L ACCESSIBILITÉ UNIVERSELLE Document de références ENTOURANT L ACCESSIBILITÉ UNIVERSELLE PRODUIT PAR : Association des Personnes Handicapées de la Rive-Sud Ouest (APHRSO) 100 rue Ste-Marie La Prairie (Québec) J5R 1E8 Téléphone :

Plus en détail

Prise en charge des fractures du fémur par enclouage intra-médullaire

Prise en charge des fractures du fémur par enclouage intra-médullaire Prise en charge des fractures du fémur par enclouage intra-médullaire GUIDE POUR LES PARENTS 514-412-4400, poste 23310 hopitalpourenfants.com/trauma Le fémur est l os le plus long du corps humain : il

Plus en détail

L ASSURANCE AUTOMOBILE DE TOUS LES QUÉBÉCOIS. Adapter son véhicule, c est possible

L ASSURANCE AUTOMOBILE DE TOUS LES QUÉBÉCOIS. Adapter son véhicule, c est possible L ASSURANCE AUTOMOBILE DE TOUS LES QUÉBÉCOIS Adapter son véhicule, c est possible Vous avez été victime d un accident de la route et vous êtes resté avec une incapacité physique qui vous empêche d accéde

Plus en détail

Lutter contre les chutes

Lutter contre les chutes Lutter contre les chutes Réduire le risque des chutes à domicile et à l'extérieur Enjeu Personne n'est à l'abri des chutes, mais le risque augmente avec l'âge. Voici quelques mesures simples que vous pouvez

Plus en détail

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Trousse d information L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Novembre 2004 L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé L approche populationnelle

Plus en détail

LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS

LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS Toute prise de décision implique un risque d erreur : elle exige donc le «courage de la responsabilité» nourri par la certitude que l engagement éthique est la marque

Plus en détail

Démarche d évaluation médicale et histoire professionnelle

Démarche d évaluation médicale et histoire professionnelle révention Comment évaluer les troubles musculosquelettiques (TMS) reliés au travail? L histoire professionnelle est le meilleur outil pour dépister les TMS et les prévenir Ce questionnaire de dépistage

Plus en détail

ÉLUS MUNICIPAUX RETRAITÉS Groupe 71H64

ÉLUS MUNICIPAUX RETRAITÉS Groupe 71H64 ÉLUS MUNICIPAUX RETRAITÉS Groupe 71H64 SSQ, Société d assurance-vie inc. 90 Dispositions générales Le présent document décrit les dispositions contractuelles en vigueur le 1 er janvier 2009. Catégorie

Plus en détail

Bilan des réalisations 2014 à l égard des personnes handicapées

Bilan des réalisations 2014 à l égard des personnes handicapées Bilan des réalisations 2014 à l égard des personnes handicapées Contexte Le bilan des réalisations à l égard des personnes handicapées présente les engagements de la Société de l assurance automobile du

Plus en détail

Adopté à l automne 2006

Adopté à l automne 2006 Adopté à l automne 2006 PRÉAMBULE Un code d éthique pour l AQEM Notre mission Mise en perspectives Nos principales valeurs Application du code d éthique Chapitre 1 : Deux valeurs fondatrices de l AQEM

Plus en détail

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires 1 Volet 4 : Ainé-e-s Table des matières À retenir... 1 Ce qu en disent les acteurs communautaires... 1 1. Un portrait des aîné e s du quartier... 2 1.1 Répartition des personnes âgées de 65 ans et plus...

Plus en détail

EN HARMONIE. L Ordre professionnel de la physiothérapie du Québec regroupe les physiothérapeutes et les thérapeutes en réadaptation physique

EN HARMONIE. L Ordre professionnel de la physiothérapie du Québec regroupe les physiothérapeutes et les thérapeutes en réadaptation physique EN HARMONIE L Ordre professionnel de la physiothérapie du Québec regroupe les physiothérapeutes et les thérapeutes en réadaptation physique Le développement moteur de l enfant Dans les deux premières années

Plus en détail

CODIFICATION ADMINISTRATIVE DE L ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE POUR LE QUÉBEC :

CODIFICATION ADMINISTRATIVE DE L ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE POUR LE QUÉBEC : Ce document n a pas valeur officielle CODIFICATION ADMINISTRATIVE DE L ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE POUR LE QUÉBEC : L ORDRE PROFESSIONNEL

Plus en détail

Positionnement associatif sur la place des coopératives de santé au sein du réseau local de services

Positionnement associatif sur la place des coopératives de santé au sein du réseau local de services Positionnement associatif sur la place des coopératives de santé au sein du réseau local de services Association québécoise d établissements de santé et de services sociaux, 2010 505, boul. De Maisonneuve

Plus en détail

Planification stratégique 2012-2015

Planification stratégique 2012-2015 DE CHAUDIÈRE-APPALACHES Planification stratégique 2012-2015 Reprendre du pouvoir sur sa vie. 23681_CRDCA_Planification 2012.indd 1 Description de la démarche La démarche de planification stratégique du

Plus en détail

AVANTAGES MÉDICAUX DÉPLACEMENTS À DES FINS MÉDICALES PROGRAMME POUR L AUTONOMIE DES ANCIENS COMBATTANTS

AVANTAGES MÉDICAUX DÉPLACEMENTS À DES FINS MÉDICALES PROGRAMME POUR L AUTONOMIE DES ANCIENS COMBATTANTS AVANTAGES MÉDICAUX DÉPLACEMENTS À DES FINS MÉDICALES PROGRAMME POUR L AUTONOMIE DES ANCIENS COMBATTANTS 2013 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 1 AVANTAGES MÉDICAUX.... 2 APERÇU... 2 PROGRAMMES... 2 CARTE

Plus en détail

L ERGOTHERAPIE EN GERIATRIE Dr S.FARDJAD, Praticien Hospitalier Service de MPR du Professeur J-M.GRACIES CHU Mondor-Chenevier DEFINITION Thérapie utilisant comme moyen l activité (du grec «ergon»): - l

Plus en détail

les télésoins à domicile

les télésoins à domicile Hiver 2013 Innovation en matière de prestation des soins de santé : les télésoins à domicile Innovation en matière de prestation des soins de santé : les télésoins à domicile Au Canada comme ailleurs dans

Plus en détail

La paralysie cérébrale. 4 - La motricité et les déplacements. livret informatif destiné aux familles du programme Enfants et adolescents

La paralysie cérébrale. 4 - La motricité et les déplacements. livret informatif destiné aux familles du programme Enfants et adolescents La paralysie cérébrale 4 - La motricité et les déplacements livret informatif destiné aux familles du programme Enfants et adolescents Centre de réadaptation Estrie, 2008 En général Les enfants bougent

Plus en détail

DEVENIR TUTEUR DANS LE MEILLEUR INTÉRÊT DE L ENFANT

DEVENIR TUTEUR DANS LE MEILLEUR INTÉRÊT DE L ENFANT DEVENIR TUTEUR DANS LE MEILLEUR INTÉRÊT DE L ENFANT Que devez-vous savoir sur la tutelle en vertu de la Loi sur la protection de la jeunesse? LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE CETTE BROCHURE A ÉTÉ RÉALISÉE

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture Plan d action de développement durable 2009-2015 Le développement durable, une question de culture Révisé en mars 2013 Note importante Le gouvernement du Québec a autorisé le 29 février 2013 par décret

Plus en détail

Modernisation des programmes d aides techniques du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS)

Modernisation des programmes d aides techniques du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) Ministère de la Santé et des Services sociaux Direction générale des services sociaux Modernisation des programmes d aides techniques du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) Convergez vers

Plus en détail

MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS OMNIPRATICIENS DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX

MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS OMNIPRATICIENS DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS OMNIPRATICIENS DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX CONCERNANT LE LIVRE BLANC SUR LA CRÉATION D UNE ASSURANCE AUTONOMIE NOVEMBRE

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

PLAN D ACTION A L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES

PLAN D ACTION A L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES EXPLOITATION PLAN D ACTION A L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES -2015-2016 Adopté le 13 décembre 2013 Résolution 13-CA (AMT)-314 TABLE DES MATIÈRES PRÉSENTATION DE L AGENCE MÉTROPOLITAINE DE TRANSPORT...

Plus en détail

ASSURANCE COLLECTIVE RÉSUMÉ DES GARANTIES. Régime d assurance collective multi-employeur RAPNQ-RBA

ASSURANCE COLLECTIVE RÉSUMÉ DES GARANTIES. Régime d assurance collective multi-employeur RAPNQ-RBA ASSURANCE COLLECTIVE RÉSUMÉ DES GARANTIES Régime d assurance collective multi-employeur RAPNQ-RBA Mars 2014 des garanties d assurance Assurance vie de base Adhérent Option 1 : 1 fois le salaire annuel

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

Directives canadiennes en matière de comportement sédentaire

Directives canadiennes en matière de comportement sédentaire de comportement sédentaire Contexte Au cours des dernières décennies, le niveau d activité physique et de condition physique des Canadiennes et Canadiens a diminué. Or, faire régulièrement de l activité

Plus en détail

À l écoute des personnes touchées par la SP. Sondage à l intention des personnes en attente d un diagnostic probable de SP

À l écoute des personnes touchées par la SP. Sondage à l intention des personnes en attente d un diagnostic probable de SP À l écoute des personnes touchées par la SP Sondage à l intention des personnes en attente d un diagnostic probable de SP Notre mission : «Être un chef de file dans la recherche sur le remède de la sclérose

Plus en détail

Vers l amélioration continue

Vers l amélioration continue Vers l amélioration continue Devis d évaluation et planification des travaux sur l assurance qualité Document recommandé par le comité de suivi du Plan stratégique, le comité de Régie interne et la Commission

Plus en détail

II.3 - AIDES TECHNIQUES (Fiche 3)

II.3 - AIDES TECHNIQUES (Fiche 3) II.3 - AIDES TECHNIQUES () SITES DE VIE AUTONOME (SIVA) Les sites de vie autonome sont des lieux uniques d accueil et de traitement des demandes de personnes handicapées portant sur les aides techniques

Plus en détail

APPUIS-COUDES MOBILES POUR RÉDUIRE LE TRAVAIL STATIQUE DE LA CEINTURE SCAPULAIRE DU PERSONNEL DENTAIRE

APPUIS-COUDES MOBILES POUR RÉDUIRE LE TRAVAIL STATIQUE DE LA CEINTURE SCAPULAIRE DU PERSONNEL DENTAIRE APPUIS-COUDES MOBILES POUR RÉDUIRE LE TRAVAIL STATIQUE DE LA CEINTURE SCAPULAIRE DU PERSONNEL DENTAIRE PROTEAU ROSE-ANGE Association pour la santé et la sécurité au travail, secteur affaires sociales (ASSTSAS),

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

5.11 Programme de subventions aux entreprises adaptées

5.11 Programme de subventions aux entreprises adaptées 5.11 Programme de subventions aux entreprises adaptées 5.11 PROGRAMME DE SUBVENTIONS AUX ENTREPRISES ADAPTÉES 2014-02-17 Table des matières Page 2 sur 16 Table des matières RÉFÉRENCE 1. INTRODUCTION...

Plus en détail

2011-2012 RAPPORT D ACTIVITÉS. 6020 rue Jean-Talon Est, bur. 400, Montréal (Québec) H1S 3B1 514 341-7272 1 877 341-7272 www.moelleepiniere.

2011-2012 RAPPORT D ACTIVITÉS. 6020 rue Jean-Talon Est, bur. 400, Montréal (Québec) H1S 3B1 514 341-7272 1 877 341-7272 www.moelleepiniere. 2011-2012 RAPPORT D ACTIVITÉS 6020 rue Jean-Talon Est, bur. 400, Montréal (Québec) H1S 3B1 514 341-7272 1 877 341-7272 www.moelleepiniere.com Ce rapport a été rendu possible grâce au travail des personnes

Plus en détail

Repérage de la perte d autonomie

Repérage de la perte d autonomie Repérage de la perte d autonomie France Morissette, MSc. Inf Directrice, Opérations soins 24 novembre 2014 LE GROUPE MAURICE PROFIL CORPORATIF, EN BREF Fondé en 1998 Un seul créneau : l habitation pour

Plus en détail

DESCRIPTION DE POSTE

DESCRIPTION DE POSTE DESCRIPTION DE POSTE 1. IDENTIFICATION DE L'EMPLOI 1.1 Titre d'emploi : Agente ou agent de planification, de programmation et de recherche 1.2 Direction : Direction de la santé publique 1.3 Supérieur immédiat

Plus en détail

Gestionnaires. Parcoursd apprentissage

Gestionnaires. Parcoursd apprentissage Gestionnaires Parcoursd apprentissage V2 VOTRE PARTENAIRE EN APPRENTISSAGE L École de la fonction publique du Canada offre des produits d apprentissage et de formation qui contribuent au renouvellement

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC

RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC Loi sur la Société de l assurance automobile du Québec (chapitre S-11.011) Le

Plus en détail

AMÉNAGER UN COMPTOIR DE SERVICE POUR PERMETTRE LA POSITION ASSISE

AMÉNAGER UN COMPTOIR DE SERVICE POUR PERMETTRE LA POSITION ASSISE FICHE TECHNIQUE #54 AMÉNAGER UN COMPTOIR DE SERVICE POUR PERMETTRE LA POSITION ASSISE Entre le bureau et le comptoir conventionnels, il est possible d aménager un comptoir de service permettant d alterner

Plus en détail

DES : Médecine physique et de réadaptation DIU : Médecine de rééducation Module : MPR et Appareillage Lieu : NANCY avril 2011 Auteur : Dr L.

DES : Médecine physique et de réadaptation DIU : Médecine de rééducation Module : MPR et Appareillage Lieu : NANCY avril 2011 Auteur : Dr L. DES : Médecine physique et de réadaptation DIU : Médecine de rééducation Module : MPR et Appareillage Lieu : NANCY avril 2011 Auteur : Dr L. Lechapelain DES : Médecine physique et de réadaptation DIU :

Plus en détail

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser, éduquer,

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE-14 PRÉSIDENT DE L ÉQUIPE D ÉVALUATION PAR LES PAIRS CONSEILS ET RESPONSABILITÉS

LIGNE DIRECTRICE-14 PRÉSIDENT DE L ÉQUIPE D ÉVALUATION PAR LES PAIRS CONSEILS ET RESPONSABILITÉS LIGNE DIRECTRICE-14 PRÉSIDENT DE L ÉQUIPE D ÉVALUATION PAR LES PAIRS CONSEILS ET RESPONSABILITÉS Préambule L équipe d évaluation par les pairs (EEP) exécute l évaluation sur place aux fins de l agrément

Plus en détail

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008 Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation Septembre 2008 Louis Plamondon Centre de recherche de l institut universitaire de gériatrie

Plus en détail

Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée?

Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée? Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée? Hélène Le Brun, conseillère septembre 2007 D-11815 Centrale des syndicats du Québec

Plus en détail

La reddition de comptes dans le cadre du soutien à la mission globale

La reddition de comptes dans le cadre du soutien à la mission globale La reddition de comptes dans le cadre du soutien à la mission globale Programme de soutien aux organismes communautaires SERVICES SOCIAUX Édition : La Direction des communications du ministère de la Santé

Plus en détail

GUIDE ADMINISTRATIF. Classification et rémunération du personnel d encadrement

GUIDE ADMINISTRATIF. Classification et rémunération du personnel d encadrement GUIDE ADMINISTRATIF Classification et rémunération du personnel d encadrement En vigueur du 1 er avril 2007 au 31 mars 2010 Contenu et rédaction Association québécoise des centres de la petite enfance

Plus en détail

Annexe 1 : Modèles de plans de transition

Annexe 1 : Modèles de plans de transition 35 Annexe 1 : Modèles de plans de transition Les quatre modèles de plans de transition ci-après sont fondés sur des cas fictifs, qui ont été conçus uniquement à titre d illustration. Les trois premiers

Plus en détail

Programmation 2 0 1 3-2 0 1 4

Programmation 2 0 1 3-2 0 1 4 Programmation Mieux comprendre pour mieux intervenir C est avec un grand plaisir que le Centre de réadaptation Lucie-Bruneau vous convie à la 17e saison des Rendez-vous de la réadaptation. En vous présentant

Plus en détail

Comparaison des différentes versions des cadres du PAAS ACTION

Comparaison des différentes versions des cadres du PAAS ACTION Comparaison des différentes versions des cadres du PAAS ACTION Au cours de l année 2014-2015, Emploi Québec a modifié deux fois le chapitre du Programme d aide et d accompagnement social (PAAS) ACTION

Plus en détail

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Élaboré par la Direction de la qualité, de la mission universitaire et de la pratique multidisciplinaire Approuvé par le Comité de

Plus en détail

L ASSOMPTION BAT AU RYTHME DE SA COMMUNAUTÉ

L ASSOMPTION BAT AU RYTHME DE SA COMMUNAUTÉ L ASSOMPTION BAT AU RYTHME DE SA COMMUNAUTÉ La ville de L Assomption est plus dynamique et plus belle que jamais, reconnue ici et ailleurs pour sa qualité de vie et son environnement exceptionnel. Dans

Plus en détail

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie Mots-clés de l aide à l autonomie Compensation Aide ou ensemble d aides de toute nature apportées à une personne subissant des altérations substantielles et durables de son état physique, intellectuel

Plus en détail

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES Septembre 2014 CARTOGRAPHIE DES MÉTIERS DES PRESTATAIRES BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES DANS LES DOMAINES MÉDICO-TECHNIQUES www.metiers-medico-techniques.fr CPNEFP de la branche Négoce et

Plus en détail

Soutien en informatique clinique Un projet pilote

Soutien en informatique clinique Un projet pilote Soutien en informatique clinique Un projet pilote Un appui aux intervenants et aux usagers Debbie Furlotte Chef du programme en déficience visuelle adulte et surdicécité Steeve Mathieu Chef des systèmes

Plus en détail

Guide sur les VALEURS. Angélike et Delphine

Guide sur les VALEURS. Angélike et Delphine Guide sur les VALEURS Angélike et Delphine Ce guide sur les valeurs s adresse autant à notre clientèle qu au personnel du Centre de réadaptation en déficience physique (CRDP) et constitue le code d éthique

Plus en détail

Méthodes pour monter et descendre un escalier

Méthodes pour monter et descendre un escalier PRINCIPES POUR LE DÉPLACEMENT SÉCURITAIRE DES BÉNÉFICIAIRES PDSB Méthodes pour monter et descendre un escalier ASSTSAS 2008 L Association paritaire pour la santé et la sécurité du travail du secteur affaires

Plus en détail

Allaitement maternel et alimentation du nourrisson

Allaitement maternel et alimentation du nourrisson Présent pour vous Allaitement maternel et alimentation du nourrisson Préambule L Ordre des pharmaciens du Québec assure la protection du public en encourageant les pratiques pharmaceutiques de qualité

Plus en détail

POLITIQUE INTERCULTURELLE

POLITIQUE INTERCULTURELLE POLITIQUE INTERCULTURELLE Adoptée à la 269 e réunion du conseil d administration du 21 septembre 2009 Politique interculturelle Préambule Le Collège de Maisonneuve évolue dans un contexte interculturel

Plus en détail

CENTRE RÉGIONAL DE RÉADAPTATION LA RESSOURSE

CENTRE RÉGIONAL DE RÉADAPTATION LA RESSOURSE CENTRE RÉGIONAL DE RÉADAPTATION LA RESSOURSE SEPTEMBRE 2014 DIRECTION DES SERVICES DE RÉADAPTATION Dans ce document, le générique masculin est utilisé dans le seul but d alléger le texte et désigne tant

Plus en détail

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Dans cet atelier, nous verrons plusieurs façons d intervenir en tant que pair aidant. Anne-Marie Benoit présentera son travail

Plus en détail

École secondaire Alphonse -Desjardins. Laval Avril 2014

École secondaire Alphonse -Desjardins. Laval Avril 2014 École secondaire Alphonse -Desjardins Laval Avril 2014 1 Table des matières MISE EN CONTEXTE... 3 SOMMAIRE DU RAPPORT DE VISITE... 4 1. ÉTAT DES LIEUX... 5 1.1. EMPLACEMENT ET ENVIRONNEMENT DE L ÉCOLE...

Plus en détail

Septième partie. Les cartes pour personnes handicapées

Septième partie. Les cartes pour personnes handicapées Septième partie Les cartes pour personnes handicapées 151 CHAPITRE 1 LA CARTE D INVALIDITÉ La carte d invalidité est délivrée à toute personne dont le taux d incapacité permanente est au moins de 80% ou

Plus en détail

L autonomie pour tous : Livre blanc sur la création d une assurance autonomie

L autonomie pour tous : Livre blanc sur la création d une assurance autonomie L autonomie pour tous : Livre blanc sur la création d une assurance autonomie Commentaires à l intention de la Commission de la santé et des services sociaux Novembre 2013 Livre blanc Assurance autonomie

Plus en détail

Présentation HTAP. CSSS, Coop de services, organismes communautaires, etc. CSSS (CLSC) o Offrir du soutien à domicile à la personne et aux proches

Présentation HTAP. CSSS, Coop de services, organismes communautaires, etc. CSSS (CLSC) o Offrir du soutien à domicile à la personne et aux proches Présentation HTAP Rôle du service social Centre hospitalier o Offrir du soutien à la personne et aux proches lors des hospitalisations ou de visites à la clinique externe. o Faire une évaluation systémique

Plus en détail

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL Description sommaire Sous l encadrement clinique de la chef d équipe SI et dans un contexte interdisciplinaire, la titulaire du poste assume

Plus en détail

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Ligne provinciale d intervention téléphonique en prévention du suicide 1 866 APPELLE Octobre 2014 Table des matières Contexte...

Plus en détail

RÉGIME d assurance collective CSQ. À la disposition des membres des syndicats affiliés à la Centrale des syndicats du Québec

RÉGIME d assurance collective CSQ. À la disposition des membres des syndicats affiliés à la Centrale des syndicats du Québec RÉGIME d assurance collective CSQ À la disposition des membres des syndicats affiliés à la Centrale des syndicats du Québec Contrat J9999 Janvier 2010 À tous les membres de la CSQ Cette «nouvelle» brochure

Plus en détail

PUY-DE-DÔME. Guide de prescription des véhicules pour handicapés physiques

PUY-DE-DÔME. Guide de prescription des véhicules pour handicapés physiques PUY-DE-DÔME Guide de prescription des véhicules pour handicapés physiques Caisse Primaire d Assurance Maladie du Puy-de-Dôme Service du contrôle médical juillet 2009 Introduction Pourquoi un guide d aide

Plus en détail

Assurances collectives

Assurances collectives Assurances collectives Regroupement des organismes nationaux de loisir et de sport du Québec Conditions de renouvellement au 1 er avril 2015 et modification du choix d option Regroupement des organismes

Plus en détail

MÉMOIRE SUR LE PROJET DE PLAN D ACTION FAMILLE DE MONTRÉAL

MÉMOIRE SUR LE PROJET DE PLAN D ACTION FAMILLE DE MONTRÉAL MÉMOIRE SUR LE PROJET DE PLAN D ACTION FAMILLE DE MONTRÉAL NOVEMBRE 2007 Montréal, le 23 novembre 2007 À l attention de Madame Jocelyne Beaudet, Présidente Commission de l Office de consultation publique

Plus en détail

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Actualisation 07/2009 PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Partie 1 : LE CADRE GENERAL I. OBJECTIFS DE L INSTITUTION DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE Participer à l effort

Plus en détail

Mémoire relatif au Règlement sur le dépannage et le remorquage des véhicules sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal

Mémoire relatif au Règlement sur le dépannage et le remorquage des véhicules sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal Mémoire relatif au Règlement sur le dépannage et le remorquage des véhicules sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal Présenté à La Commission du développement économique de la Communauté

Plus en détail

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE MÉMOIRE DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DES AFFAIRES SOCIALES AOÛT 2009

Plus en détail

Évaluation du programme Agents et courtiers en assurance de personnes (LCA.1P) conduisant à l'attestation d'études collégiales (AEC)

Évaluation du programme Agents et courtiers en assurance de personnes (LCA.1P) conduisant à l'attestation d'études collégiales (AEC) Évaluation du programme Agents et courtiers en assurance de personnes (LCA.1P) conduisant à l'attestation d'études collégiales (AEC) au Collège O Sullivan de Québec Décembre 2007 Introduction L évaluation

Plus en détail

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2009-2015

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2009-2015 PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2009-2015 VERSION REVISEE EN JUILLET 2013 Avenant au plan 2009-2012 Le gouvernement du Québec a autorisé, le 29 février 2012, par décret, le report de l exercice

Plus en détail

Analyse des mesures anthropométriques et de la composition corporelle des cégépiens et des cégépiennes

Analyse des mesures anthropométriques et de la composition corporelle des cégépiens et des cégépiennes Analyse des mesures anthropométriques et de la composition corporelle des cégépiens et des cégépiennes (PA2002-006) Rapport synthèse 2 Points saillants Luc Chiasson Enseignant-chercheur Cégep de Lévis-Lauzon

Plus en détail