Le mag scientifique. Rembrandt, artiste expérimentateur? usages... Une tablette pour de nouveaux. Recherche et développement technologique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le mag scientifique. Rembrandt, artiste expérimentateur? usages... Une tablette pour de nouveaux. Recherche et développement technologique"

Transcription

1 Recherche et développement technologique Avril Le mag scientifique Mensuel ne paraissant pas en juillet et août Bureau de dépôt Bruxelles X Rembrandt, artiste expérimentateur? Une tablette pour de nouveaux usages...

2 ATHENA 270 Avril 2011 > EDITO Édito Sortez vos mouchoirs! 2 Texte: Géraldine TRAN - Rédac chef Photo: P. NOVÁK/Wikipedia (titre) L e Soleil, les oiseaux qui chantent, les arbres qui fleurissent, que du bonheur ou pas! Pour moi, c est plutôt «tous aux abris», stock de mouchoirs et trousse de secours à portée de main. Et je suis apparemment loin d être la seule. Les maladies allergiques (asthme, rhinites, eczéma, conjonctivite, ) connaissent, depuis quelques années, une croissance presque fulgurante. Il y a 10 ans, 15 à 25% de la population des pays occidentalisés (et j insiste sur cet adjectif) était touchés; 30% aujourd hui; 50% dans 10 ans selon certains allergologues. Si bien que l OMS a classé cette maladie, parce que c en est une, 4 e au rang des problèmes de santé publique mondiale. Et encore, plus de 50% des allergiques ne sont pas diagnostiqués comme tels. Le pourquoi du comment? Le système immunitaire est censé reconnaître les substances extérieures (les antigènes) et développer une réponse aboutissant à leur rejet: soit par des processus spécifiques amenant une production d anticorps (= immunité spécifique adaptative); soit par des processus non spécifiques, sans intervention d anticorps (= immunité naturelle ou innée). Ces antigènes sont d origine infectieuse ou non infectieuse, comme c est le cas des pollens, médicaments ou aliments (= allergènes). Exposé répétitivement à ces allergènes, l organisme, devenu hypersensible, se défend de manière exagérée par la production d anticorps qui n ont pas de raison d être (1). Notre système immunitaire, qui devait jadis combattre davantage de microbes, virus et infections, a perdu la boule et s est donné comme cibles des éléments «inoffensifs». Les modifications de l environnement (pollution), de nos habitations (trop isolées, matériaux inadaptés, climatisation), de notre alimentation (quête d exotisme), notre mode de vie (mobilité, hygiène, animaux de compagnie, tabagisme, recours trop fréquent aux antibiotiques et vaccins), expliquent cette explosion des allergies. Selon plusieurs études, les enfants vivant en milieu rural (en contact avec des animaux et leurs microbes), issus de familles nombreuses ou mis en crèche, et les pays en voie de développement semblent être davantage préservés Bref, notre confort, notre bienêtre, notre «nouveau» mode de vie, notre longévité ont un prix: les allergies. À la conclusion de cet édito, je m en rends compte: nous ne pouvons décemment pas nous plaindre! (1) Source: «Les maladies allergiques : le prix à payer pour la longévité et le bien-être social?», du Pr Olivier Michel, Clinique d immuno-allergie - CHU Brugmann - ULB. ATHENA 270 Avril 2011 Tirée à exemplaires, Athena est une revue de vulgarisation scientifique du Service Public de Wallonie éditée par le Département du Développement technologique de la Direction générale opérationnelle Économie, Emploi et Recherche (DGO6). Place de la Wallonie 1, Bât. III JAMBES Elle est consultable en ligne sur Abonnement (gratuit) Vous souhaitez vous inscrire ou obtenir gratuitement plusieurs exemplaires, contactez-nous! par courrier Place de la Wallonie 1, Bât.III JAMBES par téléphone au 081/ par courriel à l adresse

3 SOMMAIRE 10 SOMMAIRE Actualités Actualités Le pouvoir d un nouvel atlas 10 Le Dossier Une nouvelle aube industrielle se lève sur le pays de Charleroi 12 L ADN de... Louise CHARLIER Designer industriel 16 Technologie Une tablette pour de nouveaux usages Internet Le Web pour les Nuls et les Professionnels Comment les Receveurs reçoivent Sciences humaines Rencontres enchantées et illusions antropomorphiques 26 3 Biologie 30 Médecine La conscience a horreur du non-sens Chimie Rembrandt, artiste expérimentateur? 38 Physique 42 Astronomie 44 Espace 46 Agenda 50 Éditeur responsable Michel CHARLIER, Inspecteur général Ligne directe: 081/ Rédactrice en chef Géraldine TRAN Ligne directe: 081/ Graphiste Nathalie BODART Ligne directe: 081/ Impression Les Éditions européennes Rue Thiefry, 82 à 1030 Bruxelles ISSN Collaborateurs Alain de Fooz Jean-Michel Debry Paul Devuyst Henri Dupuis Philippe Lambert Jean-Luc Léonard Yaël Nazé Théo Pirard Jean-Claude Quintart Christian Vanden Berghen Dessinateurs Olivier Saive Vince Comité de rédaction Laurent Antoine Michel Charlier Jean-Marie Cordewener Couverture Première Crédit: Phanie / REPORTERS

4 ATHENA 270 Avril 2011 > ACTUALITÉS Après coup... pour comprendre 4 Texte: Jean-Claude QUINTART Photos: Associated Press / REPORTERS (Titre), SLIM Q uelques minutes auront suffit à faire entrer Fukushima dans le volet triste de l Histoire! À faire chanceler l empire du Soleil Levant! Le 11 mars, à 5h46 UTC (temps universel coordonné), le Japon est frappé par l un des séismes les plus puissants jamais enregistrés sur la planète. Dix minutes après, la région secouée est balayée par un tsunami de près de dix mètres de haut qui traverse ensuite le Pacifique pour s échouer sur le littoral chilien, plus de vingt heures après le séisme. Les ravages sont inouïs. Près de morts sont déjà à dénombrer! La solution SLIM, pour Second-generation Louvain-la-Neuve Icean ocean Model, prend en compte une large gamme d échelles pour simuler l interaction du tsunami, avec une côte littorale, à une échelle de quelques kilomètres, de même que sa propagation à travers un océan dont l échelle est de plusieurs milliers de kilomètres. Si l association tremblement de terre/tsunami conduit toujours au pire, il n est malheureusement pas aisé de la prévoir. Les simulations sont rares et hormis la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), localisée aux États-Unis, l Université catholique de Louvain (UCL) est en Europe la seule université à pouvoir réaliser de genre de test. «La modélisation d un tel phénomène est une tâche ardue puisqu elle nécessite une représentation précise de la bathy- métrie et de la topographie du bassin océanique», expliquent Benjamin de Brye, Jonathan Lambrechts et Emmanuel Hanaert, chercheurs de l UCL qui viennent de simuler la propagation du tsunami de Fukushima, via le modèle océanique SLIM, concocté par l université wallonne il y a déjà plus de dix ans. «Avec cette simulation, nous montrons qu il y a moyen de prédire l amplitude de l onde et le temps nécessaire pour que celle-ci déferle sur des zones côtières exposées. Si elles pouvaient être réalisées en temps réels, ces prédictions permettraient la mise en place d un système d alerte des populations exposées en vue de les inviter à prendre les mesures de protection utiles. Si une telle modélisation avait été réalisée dans le cas du tsunami de Fukushima, au moment où l onde touchait le Japon, on aurait pu alerter les populations situées de l autre côté du bassin Pacifique», ajoutent sur un ton passionné les chercheurs de l UCL. Découvrez leur travail sur l adresse et

5 Jean-Claude QUINTART ACTUALITÉS Actus... d ici et d ailleurs Texte: Jean-Claude QUINTART Photos: FIBERGLASS (p.5), UMONS (pp.6 et 7), J. C. OTERHALS/Flick r (p.7), IBt Bebig (p.8) NOUVELLES TECHNOLOGIES Cherchez, imaginez, osez Mettant à profit ce commandement, 3B Fiberglass récolte aujourd hui le fruit de ses peines avec un Winner 2011 Innovation Award, gagné à l occasion du JEC Composites Show, pour son projet de façade ventilée en surface de couverture du nouveau Sheraton Hôtel de l aéroport de Milan Malpensa. Une esthétique d avant-garde résume le travail réalisé par l entreprise wallonne qui, pour la circonstance, a bardé d une peau les modules à l intérieur desquels se trouvent les chambres de l hôtel. La caractéristique essentielle de la conception réside dans la forme englobante obtenue par un bardage en composite renforcé en fibre de verre. Le matériau a été transformé par une entreprise italienne via un procédé de pultrusion dans lequel des profilés sont extrudés en tirant les fibres de renfort de 3B Fiberglass à travers une résine thermodurcissable. «Résistante à la corrosion, la fibre de verre est de plus en plus utilisée en remplacement du métal suite aux avantages décisifs qu elle propose», explique les responsables Osé et primé! de 3B Fiberglass. Ajoutant que «Grâce à ces matériaux, architectes et designers en recherche de solutions nouvelles peuvent désormais créer des surfaces à la fois durables et d une esthétique originale dans une grande diversité de formes, pendant que les installateurs apprécient la légèreté des éléments, pouvant être posés facilement et plus rapidement.» Installée à Battice, 3B Fiberglass développe et fournit des produits et technologies en fibres de verre destinés au renfort des thermoplastiques et thermodurcissables. Totalement orienté vers l innovation, dans le respect des contraintes environnementales, son centre de R&D a notamment développé deux technologies de verre uniques: Advantex, un verre éco- responsable et HiPer-tex, une fibre de verre haute performance. Ces deux produits sont utilisés dans une large panoplie d applications telles que l automobile, la défense, les infrastructures et les énergies renouvelables éolienne et maritime. Outre sa légèreté, le matériau renforcé en fibre de verre de 3D Fiberglass offre d excellentes propriétés mécaniques, tout en résistant à la corrosion et en agissant comme isolant électrique et thermique. 40 ans d avance D après l Agence internationale de l Energie (AIE), de 12 gigatonnes équivalent pétrole en 2007, la consommation mondiale en énergie primaire devrait atteindre, en 2030, les 17 gigatonnes, soit une croissance moyenne de 1,5% par an, et sur cette même période, les émissions de CO 2 augmenteront de près de 50%! D où l importance d en finir avec le «Ce n est pas moi qui pollue, mais l usine d à côté!» Contrairement aux idées reçues, avec 41 % de la demande totale d énergie en Europe, les ménages figurent parmi les plus gros «énergivores». Avec 23% de la consommation mondiale de pétrole, le marché du chauffage domestique est aussi volumineux que celui de l automobile! «Ce n est plus l eau qui monte, c est la chaleur. Nous allons être noyés de chaleur», explique Daniel Muck, concepteur du démonstrateur Cogesol et fondateur de la société Blei, de Liverchamps (Bastogne). À la grosse louche, sa solution s appuie sur trois éléments: un générateur thermoélectrique; un amplificateur thermique; et un pilote d automatisation. Résultats? Moins 13 t de CO 2 produites par an; une économie de 73% en chauffage et électricité; et une consom mation de 2,26 l de fuel au m² pour une moyenne de 25 l ailleurs. Ces chiffres relevés par l Université catholique de Louvain (UCL), au niveau de l immeuble témoin de Livarchamps, montrent que Cogesol pulvérise l objectif du G8 de diminution de 50% des émissions de CO 2 en

6 ATHENA 270 Avril 2011 > ACTUALITÉS R & D La boule et la foule! 6 L endroit est magique, propice aux expérimentations scientifiques d hier, si sa nef gothique ne nous rappelait que nous sommes sur une boule qui tourne! Et dont pourtant nous avons peine à croire qu elle tourne! Comment le montrer, le démontrer, le prouver de manière irréfutable? La question a taraudé des générations de physiciens Jusqu en 1851, année où Léon Foucault en apporte une preuve éclatante grâce à son désormais célèbre pendule. Une expérience sur laquelle nous avons tous planché et même sué, car à y regarder de plus près, ce n est pas si simple que ça, même avec le pendule en face de soi! Mais tout de même, observer le phénomène, ça aide! Et peut aussi susciter des vocations de physicien chez les jeunes. Quelle merveille, en effet, que de voir ce pendule modifier son plan d orientation et de constater, en plus, que le temps qu il met à faire un tour complet dans notre référentiel terrestre dépend de la latitude: 24 h aux pôles, 31 h à Mons, au rythme constant de 11 degrés par heure. Des talents, une voûte du 15 e siècle, il n en fallait pas davantage à l Université de Mons (UMONS) pour rééditer, du 1 er mars au 3 avril dernier, l expérience du Pendule de Foucault dans la collégiale Sainte-Waudru de Mons, cité du Doudou! «Une sphère métallique, suspendue à la voûte par un long câble d acier, fend l air froid, lentement, dans un majestueux mouvement quasi hypnotique de va-et-vient, dans le plus grand des silences Et, en quelques instants, telle une révélation, la rotation de notre monde, la Terre, devient réalité». Tout est dit dans cette présentation de l expérience par ses promoteurs, qui n en étaient pas à leur coup d essai puisque l expérience avait déjà été présentée au public, en 2005, à l occasion de l Année Internationale de la Physique. Aujourd hui, comme en 2005, l expérience présentée au public était organisée par le Carré des Sciences, créé en 1981 et devenu interface entre enseignants, jeunes, grand-public, médias et communauté scientifique. Au menu du Carré: expositions, conférences, cafés des sciences, ateliers, stages, etc. «Avec plus de visiteurs en deux semaines, les oscillations de 2005 avaient laissé un souvenir extraordinaire. Des personnes étaient même venues du Luxembourg voir la Terre tourner à Mons! Enthousiasmé, nous avions alors promis de remettre ça. Et avons tenu parole!», explique Francesco Lo Bue, physicien à l UMONS et vulgarisateur passionné et passionnant! «Voir osciller un pendule de Foucault est une expérience hors du commun, capable de donner le vertige», note Francesco Lo Bue (ci-contre). Pour montrer que notre vieille planète tourne, l UMONS n a pas hésité à mettre les petits plats dans les grands, allant jusqu à offrir des démonstrations parallèles, question de mieux cerner avec le visiteur les effets de la rotation sur notre perception du mouvement. Mais, «Assister à la naissance d un pendule de Foucault en est une autre, encore plus rare», ajoute Francesco Lo Bue. Une saga soutenue par le Département technologique de la DGO6 du Service public de Wallonie et empreinte de réflexion, de calcul et de rigueur. À commencer par la boule dont la réalisation avait de quoi la faire perdre aux Montois, sachant qu elle devait être suffisamment massive pour minimiser les frottements, amortisseurs de mouvement. Résultat? Une boule en acier, parfaitement lisse, de 22 cm de diamètre et de 42,5 kg! Autre difficulté, le fil de suspension: monobrin ou torsadé? Il sera finalement torsadé en acier galvanisé de 2 mm de diamètre pour résister à une tension de 225 kg! Enfin, l attache, pour laquelle les difficultés ne manquaient pas et l accrochage du pendule à la nef de Sainte- Waudru, qui culmine à pas moins de 25 m. Aventure humaine marquée de défis comme aime en relever l UMONS. Tout ça pour montrer qu à la latitude de Mons, nous «tournons», sans nous en rendre compte, à une vitesse de quelque 290 m/s!

7 Jean-Claude QUINTART ACTUALITÉS Les souches prennent racine! Et donnent même du cœur à l ouvrage aux chercheurs de l Université libre de Bruxelles (ULB) qui viennent d isoler les progéniteurs cardiovasculaires les plus précoces issus de la différenciation des cellules souches embryonnaires. De quoi avoir le tournis! Aussi avant d aller plus loin, il est bon de se souvenir que les battements notre cœur résultent des contractions des cellules cardiaques. De se rappeler encore que lors du développement, toutes les cellules cardiaques et certains vaisseaux sanguins dérivent de cellules primitives appelées «progéniteurs cardiovasculaires». «Les cellules souches pluripotentes et pluripotentes induites peuvent se différencier en tous les sous-types de cellules de l organisme, y compris en cellules cardiaques et vasculaires. Disposer de nouvelles méthodes pour isoler les cellules progénitrices cardiovasculaires est capital si on veut utiliser cette approche à plus grande échelle comme thérapie des maladies cardiaques ou tester de nouveaux médicaments», explique d un ton passionné, Cédric Blanpain, de la Faculté de Médecine de l ULB et chercheur au Fonds national de la recherche scientifique (FNRS). Avec son équipe, le chercheur s est donc penché sur les mécanismes moléculaires gouvernant l apparition des progéniteurs cardiovasculaires lors de la différenciation des cellules souches embryonnaires. «Grâce à des techniques génétiques, nous avons créé des cel lules souches embryonnaires devenant fluorescentes lorsqu elles deviennent des progéniteurs cardiovasculaires. Nous avons pu ainsi séparer les progéniteurs cardiovasculaires des autres cellules et différencier ceux-ci en cellules cardiaques in vitre et in vivo. Extraordinaire!», déclare Antoine Bondue, membre de l équipe de recherche. Ajoutant de suite: «Nous arrivons à purifier à l avance les cellules qui donneront des cellules cardiaques. Seules les cellules fluorescentes se mettent à se contracter un peu partout, comme si de nombreux petits cœurs se mettaient à battre dans la boîte de pétri, alors que les cellules non fluorescentes ne donnent lieu à aucune contraction». Qui cherche trouve et parfois plus. L équipe a ensuite découvert de nouveaux marqueurs exprimés par les progéniteurs cardiovasculaires et qui permettent de les isoler sans aucune manipulation génétique. «Cette découverte devrait permettre à toute la communauté scientifique et à l industrie pharmaceutique d isoler d une façon plus simple des cellules progénitrices cardiovasculaires dérivées de cellules souches pluripotentes. Ceci améliorera l obtention de cellules souches cardiovasculaires en plus grande quantité, permettra de mieux comprendre comment on peut les amplifier et les différencier dans des cellules de notre choix, ce qui accélérera les recherches fondamentales indispensables avant de traiter des patients cardiaques par transplantation de cellules cardiovasculaires d une manière plus fiable», conclut Cédric Blanpain. 7 Dans le Top 100 L Université de Mons (UMONS) multiplie les succès comme si elle avait mangé du doudou! Ainsi, plusieurs de ses chercheurs se sont-ils classés dans le Top 100 mondial des chercheurs de la décennie écoulée. Vice Recteur de la Recherche et spécialisé dans les sciences des matériaux, Philippe Dubois décroche la 18 e place; professeur et chef de service à la Faculté des Sciences et l un des fondateurs de la recherche dans le domaine des sciences des matériaux, le docteur Jean-Luc Brédas occupe la 84 e marche; David Beljonne, secrétaire de l Institut de Chimie de l UMONS, obtient, lui, la 88 e place; enfin, dans un second classement, Jérôme Cornil du service Chimie des Matériaux nouveaux occupe la 99 e place du Top 100 mondial des chimistes les plus influents de la décennie écoulée. Proposé par l agence de presse Thomson Reuters, ce classement des 100 chercheurs dans le monde recense, parmi chercheurs, ceux dont les publications scientifiques ont le plus influencé leur domaine. Il est dressé selon deux critères: le nombre de publications et le nombre de citations enregistrées pour ces publications entre le 1 er janvier 2000 et le 31 décembre

8 ATHENA 270 Avril 2011 > ACTUALITÉS La chimie passe à table! Après la bonne bouffe, celle de grandmère ou la malbouffe des entreprises globales, voici maintenant la «bouffe» moléculaire, tout droite issue des laboratoires de chimie! Pourquoi pas lorsqu on sait que la cuisine, c est de la chimie finalement! Cantonnée à la nutrition, pour des raisons que l on devine, la cuisine part aujourd hui en exploration scientifique de son art par la science des aliments. Forte de son passé, de ses savoirs et missions, Gembloux Agro-Bio Tech ne pouvait demeurer en réserve. Fer de lance des sciences agronomiques de l Université de Liège (ULg), la Faculté de Gembloux prend la balle au bond en accueillant le professeur Hervé This, de l INRA/AgroParisTech dans le cadre de la Chaire Franqui au Titre Belge, autour du thème de la gastronomie moléculaire. «Pour nous, la relation alimentation, nutrition et santé est une axe prioritaire. Par nos recherches, nous stimulons l essor de disciplines nouvelles et porteuses comme la génomique, la toxicologie, la biophysique, les comportements alimentaires, etc. Le travail de nos équipes devrait déboucher sur une valorisation grâce au lancement de la plate-forme technologique de support à l agro alimentaire: Food Is Life», explique le Rectorat. D où son intérêt pour les leçons du physicochimiste français qui, à l aide d expériences et exemples concrets, invite l auditoire à une visite, voire à une exploration de la gastronomie moléculaire. Au menu: recettes, définitions, précisions, dictons, tours de main, trucs, etc. «Rien que pour la cuisine française, plus de précisions ont été recueillies dans des livres publiés depuis le Viandier de Guillaume Tirel, dit Taillevent, datant du 15 e siècle. Analyser ce corpus nous éclaire non seulement sur la cuisine moderne, mais aussi sur celle de demain», note Hervé This. Infos : et fondation_science_culture_alimentaire 8 SANTÉ Multi-sources, multi-cibles! Mondialement connu pour le traitement du cancer par brachythérapie, le wallon IBt Bebig ajoute une arme nouvelle à son arsenal: la brachythérapie HDR. «Le cancer est traité ici par irradiation à courte distance», explique le docteur Edgar Löffler, administrateur délégué d IBt-Bebig. «Des cathéters sont placés dans ou à proximité de la tumeur et un projecteur de source piloté par ordinateur déplace une source radioactive miniaturisée, reliée à un câble, pas à pas le long de chaque cathéter. En spécifiant au préalable le temps d arrêt à chaque étape, l opérateur contrôle précisément la radiation. On peut ainsi, fournir une dose très élevée de radiation localisée aux cellules tumorales sans endommager les tissus sains environnants. Enfin, avec un haut débit de dose, les temps de traitement sont très courts et le nombre de séances de traitement réduit au profit d un meilleur confort pour les patients». Dernier né des produits d IBt-Bebig, le MultiSource HDR Afterloader peut exploiter une source d iridium-192 ou de Cobalt-60. L avantage de cette formule bicéphale est qu avec une demi-vie 26 fois plus longue que celle de l Iridium-19, une source de Cobalt-60 ne sera remplacée que tous les quatre à cinq ans. D où une réduction des coûts en produit, dédouanement, entretien et élimination, pour un avantage thérapeutique équivalent! À noter que le MultiSource HDR Afterloader permet de traiter de grands volumes de tumeurs et est parfaitement adapté aux cancers gynécologiques, cancers de la prostate, du sein, de l œsophage, du poumon et certains cancers de la tête et du cou. IBt-Bebig annonce quelque 170 systèmes en service et patients traités en 2010!

9 Jean-Claude QUINTART ACTUALITÉS BONUS INFO-BONUS INFO-BONUS INFO- Plus 50% Coup d crayon Illustration : VINCE Voilà la décision prise par Solvay en matière de production de Polyfluorure de vinylidène (PVDF) SOLEF tant la demande est forte pour ce polymère fluoré à haute valeur ajoutée. Ce produit est utilisé notamment dans le domaine de l extraction du pétrole de gaz; comme liant ou dans les séparateurs des batteries Lithium-ion; les panneaux photovoltaïques; la production de semiconducteurs; les membranes pour le traitement des eaux; etc. Rien d étonnant donc, si la demande de ce polymère augmente chaque année de 10%! BONUS INFO-BONUS INFO-BONUS INFO- Les grandes catastrophes ont souvent comme seul point positif de relancer des débats qui ont tendance à s assoupir avec le temps. Aujourd hui, le monde entier s interroge sur l avenir du nucléaire... En manque! Le chiffre 9 Il ressort, d une étude conduite, par Rodrigo Moreno-Reyes, maître de conférences à l Université libre de Bruxelles (ULB) et chef de clinique associé au Service de Médecine nucléaire de l Hôpital Erasme, que le coût des maladies thyroïdiennes liées à la carence en iode représente en Belgique quelque 38 millions d euros! Par exemple, en 2009 et pour la Région de Bruxelles-capitale, 73% des adultes présentaient une déficience iodée, sans différence entre ethnies, mais avec une carence davantage marquée en hiver. «Un programme de correction et de monitoring du statut en iode coûterait euros par an et diminuerait le risque de maladies thyroïdiennes de 38% après 4 à 5 ans, soit un bénéfice net annuel d environ 14 millions d euros!», estime Rodrigo Moreno-Reyes. Millions C est le nombre de tablettes numériques qui devraient être vendues en Et nous ne parlons que du grand public, soit pour un usage privé. Apple monopolise le marché: sur ces 50 millions, 75% sont des ipad. La seconde mouture aurait été écoulée à pas moins d un million d exemplaires rien qu au cours de son premier week-end de commercialisation. Les netbooks devraient en faire les frais et connaîtront certainement une baisse significative des ventes. Pour en savoir plus, rendez-vous à la rubrique «technologie», où Alain De Fooz a décortiqué le phénomène pour nous...

10 ATHENA 270 Avril 2011 > ACTUALITÉS Le pouvoir d un nouvel atlas 10 Le nouvel atlas de la Belgique est né. Publication de la Politique scientifique fédérale, il dévoile notre pays dans toute sa complexité, sa diversité et ses tendances territoriales et sociales fondamentales. Un outil essentiel d aide à la décision Texte : Paul DEVUYST Photos : Atlas-belgique.be héroïque des explorations de terres vierges de notre planète est révolue et pourtant la principale L ère raison d être de la géographie est toujours de dessiner des cartes. Une nécessité qui demeure entière mais c est la carte qui a changé car, tout comme l homme fabrique des objets, il produit aussi du territoire. La géographie quitte désormais les trois dimensions classiques de l espace pour acquérir d autres façons de voir et de faire voir les applications de l information géographique dans des domaines tels que l urbanisme, le cadastre, la gestion des réseaux (routier, ferroviaire, hydrographique, électrique, de communication) ainsi que dans la gestion des ressources naturelles, cultivées ou humaines. La Politique scientifique fédérale (Belspo) vient de présenter les trois premiers fascicules du nouvel Atlas de Belgique, les trois autres sortants dans le courant de l année Troisième opus du genre depuis 1830, cet ouvrage s articule autour de six fascicules thématiques qui visent à dévoiler la Belgique d aujourd hui: la géographie politique et électorale, l agriculture et le monde rural, les villes, l habitat, les activités économiques et enfin, la population. Il profite évidemment des expériences des deux premiers atlas de Belgique, des données de l enquête socio-économique générale de 2001 ainsi que d autres sources administratives. Ceci explique la coopération de Belspo, de la Commission nationale de l Atlas et de professionnels issus de différentes universités du pays dans le cadre du programme «Atlas», afin de mener ce projet à bien. Par rapport aux versions précédentes, le contenu cartographique de l Atlas 2011 s est voulu beaucoup plus lisible et moderne et son analyse, plus profonde. Découvrir la Belgique En feuilletant le premier fascicule relatif à la géographie politique de la Belgique, on remarque qu au-delà de la présentation de la géographie des cadres administratifs et politiques dans lesquels s est mis en place notre pays, c est-à-dire à partir des structures complexes de l Ancien Régime jusqu à la structure fédérale contemporaine, l atlas s attache à faire comprendre la mise en place, sur les temps longs, des éléments structurants de notre vie politique actuelle. Le second fascicule traite des paysages, du monde rural et de l agriculture. En premier lieu sont repris les facteurs physiques et géographiques les plus importants tels que le relief et l hydrographie, la géologie quaternaire et la composition du sol. Ensuite est esquissée l évolution historique du paysage, en particulier depuis le 18 e siècle, par un certain nombre de cartes sur l évolution urbaine, l infrastructure des transports et l évolution forestière. Enfin, les aspects politiques de préservation du paysage et de l environnement ont été synthétisés en une seule carte. Les multiples aspects de l agriculture sont soulignés au moyen de 55 cartes, une série de graphiques et de textes explicatifs. Les diverses facettes de l urbanisation belge font l objet d un troisième document largement illustré. La première partie montre comment l armature urbaine du pays s est construite au cours des périodes médiévale, moderne, industrielle et contem-

11 Paul DEVUYST ACTUALITÉS poraine de l histoire européenne. La seconde partie porte par contre sur les structures internes des villes belges. Le tome 4 est consacré à l habitat et plus précisément aux logements, à leur localisation, leur état et leurs occupants sur la base d une situation en Son but est de décrire et de comprendre les conditions de logements et les relations entre l habitation, l habitant et son environnement et si l échelle principale d analyse est la Belgique et ses 589 communes, plusieurs cartes sont proposées à l échelle des quartiers des grandes villes et de quelques communes. Ceci permet d évaluer les disparités spatiales en matière de logement dans notre pays et ainsi d aider à mieux cibler les aides financières à l accession au logement. Économie et population L espace économique belge apparaît dans toute sa diversité et sa complexité dans le cinquième fascicule. Il aborde en effet le sujet très vaste des structures et dynamiques de l activité économique, de l emploi, des politiques de mise en œuvre, des investissements étrangers, des transports, du tourisme ou encore du commerce extérieur. C est ainsi qu une carte souligne le réseau très dense en matière d infrastructures routières à grand gabarit qui sillonne la Belgique. Ces équipements performants concentrent une grande partie du trafic global et plus particulièrement une grande partie du trafic lourd. La part des camions représente, en effet, plus de 20% du trafic sur de nombreux tronçons autoroutiers, en particuliers sur les grands axes de transit européen du trafic de marchandises, notamment l axe Anvers-Gand ou les axes traversant l Ardenne du nord au sud. Une partie de ces flux de marchandises ne fait que transiter par la Belgique générant des coûts publics importants dans la mesure où ils accélèrent l usure de la voirie. Enfin, le sixième et dernier fascicule couvre de façon moderne les aspects classiques de la géographie de la population, c est-àdire la répartition spatiale et l évolution de la population, les composantes de cette évolution (nuptialité et fécondité, mortalité et morbidité, migrations internes et externes, structures de la population et des ménages) mais également une série de caractéristiques socio-économiques importantes des populations (revenus, marché de l emploi, niveaux de diplômes, retard scolaire, etc.). Si l échelle communale a généralement été privilégiée, certains indicateurs ont été cartographiés à l échelle d unités plus fines dans le cadre des grandes agglomérations urbaines. Dans une optique de mise en perspective des observations, des comparaisons sont aussi menées au niveau international et en particulier, européen. La conclusion que l on peut tirer, en parcourant ce nouvel atlas, c est que la géographie de la Belgique s est complètement renouvelée en une dizaine d années et qu elle est devenue une véritable science des hommes et des lieux grâce au travail de nos experts et de nos scientifiques. + Pour en savoir plus» Site du programme «Atlas» de la Politique scientifique fédérale: fedra/prog.asp?l=fr&cod=at» Responsable Belspo: Naji Aziz, avenue Louise, 231 à 1050 Bruxelles; (02/ ; Coordinateurs par fascicule: 1. Christian Vandermotten - 2. Marc Antrop - 3. Jean-Michel Decroly 4. Isabelle Thomas - 5. Bernadette Mérenne- Schoumaker - 6. Jean-Pierre Grimmeau - Experts: Mme M. Lambrechts, bureau fédéral du Plan - M. H. Van der Haegen - herman. L atlas sera distribué gratuitement dans les écoles, les bibliothèques et les cercles de géographie. Il sera également commercialisé au prix de 30 euros par fascicule. 11» En prolongement de la version papier, un atlas numérique est consultable sur le site dont une version plus élaborée est attendue pour octobre Capture d écran de l Atlas n 2: Paysage, monde rural et agriculture, disponible en ligne à l adresse

12 ATHENA 270 Avril 2011 > LE DOSSIER 1 12 Une nouvelle aube industrielle se lève sur le pays Charleroi de Texte: Jean-Luc LÉONARD Photos: J. LOUVAR (p.12), Igretec (p.15) 2

13 Jean-Luc LÉONARD LE DOSSIER L e nouveau cœur industriel de Charleroi bat aujourd hui sur le plateau de Gosselies. Il y a seulement quinze ans, près d un aéroport qui était à peine en phase de décollage, le vaste paysage était encore dominé par des cultures de maïs et de betteraves sucrières. Aujourd hui, la zone industrielle et scientifique de l Aéropole impressionne tous ses visiteurs. Et l on y vient de loin pour voir comment une région sinistrée organise son redressement. Plus de 160 entreprises et laboratoires, cumulant plus de emplois, sont désormais implantées sur les 100 hectares du parc scientifique et technologique de l Aéropole, qui héberge notamment l un des plus importants biopôles d Europe. L Aéropole va bientôt disposer d un autre joyau, peut-être unique au monde: le Campus Technologique. Un pour tous, tous pour un! «L idée en est née en 2007», raconte l un des principaux initiateurs, Thierry Castagne, directeur général d Agoria Wallonie, la branche wallonne de la fédération de l industrie technologique - anciennement connue sous le nom de Fabrimétal. «Le concept a jailli d une initiative de l enseignement. Les responsables de l Université du Travail et des Aumôniers du Travail - les deux grandes écoles techniques de Charleroi - cherchaient à développer un centre de technologie avancée (CTA). Une concertation eut lieu avec le secteur professionnel concerné (Agoria, l Institut de formation du métal Hainaut-Namur) qui a débouché sur cette idée de mettre en commun cette offre de formation scolaire avec celle du secteur professionnel (Technofutur Industrie). L idée d un campus technologique voyait ainsi le jour et a séduit tout autant les industriels, en quête de compétences professionnelles, que les syndicats et le Forem, anxieux de relancer l emploi». Il fut un temps, pas si lointain, où le pays de Charleroi était parmi les terroirs les plus riches de l industrie européenne et mondiale. C était le temps des mineurs de houille, des maîtres de forges et des souffleurs de verre. Après une douloureuse éclipse d un demi-siècle, une aube nouvelle se lève, lentement mais sûrement, sur cette région que l on appelait le pays noir. Et le pays noir reverdit! 1. Il n y a pas si longtemps, Charleroi était un site industriel de choix dans le paysage wallon. Après un temps de crise, un nouveau jour se lève sur le pays noir. Grâce à un faisceau de partenaires, tous soucieux de redorer le blason de la région, l Aéropôle de Gosselies est né et brasse déjà des milliers d emplois. Il est en passe de devenir une référence. 2. La maison de l Industrie, dont Agoria Wallonie et ses partenaires ont fait leur nouveau siège, a été conçue et mise en œuvre par Igretec. Elle a été inaugurée le 20 janvier dernier. Les bons contacts entre des responsables d origines diverses, tous soucieux de (re)valoriser Charleroi, permettront rapidement d esquisser les grandes lignes d un projet ambitieux et probablement inédit. Il s agit de mobiliser les entreprises, les syndicats, l enseignement secondaire et supérieur, les centres de recherche et de compétences (Technofutur) et le Forem pour créer un véritable réseau intégré de savoir technologique. Toujours en 2007, Agoria vendait son siège de Charleroi à un promoteur engagé dans les projets immobiliers du centre-ville. La décision fut vite prise de se réimplanter dans un nouveau bâtiment, sous l enseigne de la Maison de l Industrie, au cœur de l Aéropole, dont l objectif est d accueillir un réseau de partenaires actifs dans les services aux entreprises: Agoria, Awex, Attentia, Sirris, antenne du Cifop, CQHN, direction de Technofutur et de IFMHN,... «Il nous fallait aussi exploiter les opportunités de la région, poursuit Thierry Castagne, à savoir mettre en réseau une masse critique d entreprises, d enseignement-formation, de centres de recherche et d investissement, de façon à avoir en ressources tout ce qui compte en matière industrielle». Lors de l inauguration de la Maison de l Industrie en janvier dernier, le directeur général d Agoria Wallonie n a pas manqué d observer que emplois industriels existaient déjà dans un rayon de 5 km autour de l Aéropole. Il va sans dire que la plus grande entreprise du coin est la filiale gosselienne de Caterpillar, qui fut parmi les premières à adhérer au projet. Pépinière de talents en vue Ce projet de Campus technologique par son côté novateur et ambitieux a suscité l intérêt de toute part. Il a bénéficié de visites prestigieuses: l ambas sadeur des États-Unis à Bruxelles, Howard Gutman, le Président du Conseil européen Herman Van Rompuy, le Gouvernement wallon, une délégation d industriels flamands sous l égide du Voka (patronat flamand). Le Campus Technologique ne se contente pas de mettre en réseau tous les partenaires potentiels d une renaissance industrielle. Il permet en outre d entretenir une concertation permanente grâce à laquelle on peut éviter de faire imparfaitement les mêmes choses à plusieurs endroits différents au lieu de les mettre en commun. Et aussi d optimiser le temps d enseignement de formateurs très spécialisés ainsi que l utilisation d instruments technologiques fort onéreux. Et enfin de «croiser les profils de compétences» en permettant aux stagiaires et étudiants de choisir ce qui leur convient le mieux dans un éventail élargi de formations de pointe. 13

14 ATHENA 270 Avril 2011 > LE DOSSIER Un homme de consensus... Nom: CASTAGNE Prénom: Thierry Au dos de la nouvelle Maison de l Industrie, cet immeuble en chantier sur l Aéropole de Charleroi-Gosselies, sera le «village de la plasturgie et des matériaux composites», qui accueillera cette année encore les premiers stagiaires du Campus technologique. Ce centre de formation, animé notamment par Cenaero, Sirris et Technofutur, est donc la deuxième pièce maîtresse du Campus, la première étant donc cette Maison de l Industrie, conçue et mise en œuvre par Igretec pour Agoria Hainaut-Namur, et inaugurée le 20 janvier Profession: Il travaille depuis plus de 20 ans au sein d Agoria, la fédération belge de l industrie technologique, et a dirigé la régionale Hainaut-Namur avant d accéder à la direction générale d Agoria Wallonie. Il préside aussi la «task force» du futur Campus technologique, ainsi que les centres de compétence Technifutur (Liège) et Technofutur TIC (Charleroi). Adresse: AGORIA WALLONIE Rue Puissant, 15 à 6000 Charleroi Tél.: +32 (0)71/ Fax : +32 (0)71/ «La difficulté sera de faire cohabiter des cultures et des réseaux différents, le monde des adultes et des ados et, enfin, de gérer et de partager un même espace, note Thierry Castagne. Mais nous sommes suffisamment conscients des risques et des enjeux pour la région pour poursuivre, à présent.» Trends.be, mai 2010 À cet égard, le directeur général d Agoria Wallonie souligne le partenariat qui s est établi entre les deux hautes écoles Condorcet (réseau officiel provincial) et Helha (Haute école de Louvain-en-Hainaut. Partenariat auquel se sont jointes les trois universités présentes en Hainaut, à savoir l UMONS, l ULB et l UCL- Fucam-FUNDP. Il est ainsi d ores et déjà établi que le Master en biotechnologie de Condorcet travaillera avec l ULB. Et un capital humain à cultiver Les premiers stagiaires du Campus Technologique seront accueillis dès cette année au village de la plasturgie et des composites verra le début de la construction du complexe de Technofutur Industrie, le plus vaste du campus. En 2014, l éventail des formations professionnelles devrait être largement déployé. Il faudra probablement attendre pour voir se concrétiser les projets d enseignement. Les grands auditoires sont prévus dans le dernier grand bâtiment du campus: l Espace du Savoir. «Ce sera le lieu de rencontre de tous les publics utilisateurs du campus, entre travailleurs, ingénieurs, entrepreneurs, étudiants, demandeurs d emplois, stagiaires et formateurs», résume Thierry Castagne, pour qui «la principale richesse de Charleroi, c est un capital humain à cultiver». Et il le sera en profondeur, puisque les étudiants et stagiaires invités au campus afficheront une fourchette d âge comprise entre 16 et 65 ans. Le Campus Technologique de l Aéropole sera aussi la vitrine des métiers et des technologies industrielles d aujourd hui et de demain. Il va de soi que les lecteurs d Athena seront tenus informés de l évolution de cet ambitieux projet, très prometteur pour cette région rugueuse, conviviale et attachante que l on appelait jadis le pays noir... + Pour en savoir plus

15 Jean-Luc LÉONARD LE DOSSIER Agoria: treize à table Principale organisation pro fessionnelle de l industrie belge, Agoria, dont le siège national est à Bruxelles, est aussi connue sous le nom de Fédération de l industrie technologique. Elle est organisée en trois sections régionales (Flandre, Wallonie, Bruxelles), compétentes pour les matières régionalisées et communautarisées et regroupe en outre 13 secteurs: Aérospatiale, Automatisation industrielle, Automobile, Contracting & Maintenance, Electrotechnique, Mécatronique, Métaux et matériaux, Montage et grues, Plastiques et composites, Produits de construction, Sécurité et défense, TIC, et enfin, Transformation du métal. Le chiffre d affaires cumulé des entreprises membres de la fédération au plan national dépasse les 7 milliards d euros. Les entreprises qui en font partie alignent, ensemble, plus de emplois. Agoria en Wallonie, c est emplois (soit à peine moins que le niveau des années ). Mais on observe une reprise en 2011 évaluée à 8,5% du chiffre d affaires sectoriel. Et l emploi progressera certainement dans les prochaines années pour gagner à nouveau le cap des unités (soit son niveau d avant crise). En 2011, le chiffre d affaires devrait dépasser les 14 milliards d euros (contre 13,338 milliards en 2010, dont 75% à l exportation). Les secteurs les plus fournis en main d œuvre sont ceux des technologies de l information et de la communication (TIC), de la mécanique, de la transformation du métal et de l aéronautique. Ces secteurs représentent plus de la moitié des emplois d Agoria- Wallonie. Avis aux jeunes désireux de se faire une place au soleil... Agoria est aussi impliqué, selon des modalités diverses de partenariat, dans six centres de recherche et cinq centres de compétences. Les centres de recherche, dont les actions sont régulièrement évoquées dans ces colonnes, ont pour noms Sirris (basé à Seraing et Charleroi), Cetic (Charleroi), Multitel (Mons), Cenaero (Charleroi), CerTech (Seneffe) et Centre Terre & Pierre (Tournai). Les cinq centres de compétence sont Technifutur (Liège), Wan, Technofutur Industrie et Technofutur TIC (tous trois à Charleroi) et TechnocIT (Mons). Agoria et ses membres sont très impliqués dans les pôles de compétitivité wallons, principalement dans Mecatech et SkyWin, ainsi que dans cinq «clusters» (des réseaux de business development) qui sont l Infopole cluster TIC (technologies de l information), Mitech (microtechnologies), Tweed (technologies environnementales et énergies renouvelables) et Auto-Mobilité. Quelques chiffres Le Campus technologique de l Aéropole s étendra sur m 2, dont 48% seront occupés par le centre de compétences Technofutur Industrie. Il pourra accueillir chaque année quelque stagiaires (en cycles courts et longs) pour un total de 1,8 million d heures d enseignement et de formation. L investissement, tel qu il est aujourd hui financé, s élèvera à quelque 47 millions d euros, cofinancés à hauteur de 30% par le secteur privé, et à 70% par les fonds publics (principalement à travers la Région wallonne, le Fonds européen de développement régional (Feder), la Province de Hainaut et les pouvoirs organisateurs de l Enseignement secondaire et supérieur qui sont partenaires du projet. 15 L Aéropôle de Gosselies est en plein développement pour devenir, à terme, un site polyvalent et un réservoir de compétences et d emplois considérable.

16 ATHENA 270 Avril 2011 > PORTRAIT L ADN de... Propos recueillis par Géraldine TRAN Photos: BSIP/REPORTERS (fond), L. CHARLIER/BIKOK et 4U Côté pile 16 Nom: CHARLIER Prénom: Louise Âge: 27 ans État civil: en couple Enfants: pas encore Profession: Designer industriel au sein de l agence de design et de communication bruxelloise, Médiane Formation: Études secondaires à l école Saint Boniface Parnasse. Diplômée de l ENSAV La Cambre avec grande distinction. Formation «Création et croissance» en cours du soir chez Solvay Entrepreneurs. Adresse: Médiane sprl rue Gachard, 49 à 1050 Bruxelles Tél.: 02/ Designer industriel, c est une vocation que vous avez depuis toute petite? Comment l idée d exercer ce métier vous est elle venue? C est une vocation, oui et non. En fait, mon papa est lui-même designer industriel et avait son bureau à la maison, sans pour autant que je sois réellement impliquée dans son univers. Mais depuis toute petite, je sais ce qu est le métier. J ai donc sans doute été clairement influencée, cela a dû agir quelque part dans mon subconscient! Ce n est qu à 17 ans que je me suis décidée à suivre ses traces, c était devenu comme une évidence! Sinon, petite fille, je voulais être pâtissière! Comment devient on designer industriel? En ce qui me concerne, j ai fait des études générales classiques à Saint-Boniface. Je prenais des cours de dessin le mercredi en parallèle. En sortant de rhéto, j ai tenté le concours à la Cambre et j ai réussi! L examen d entrée dure une semaine durant laquelle les candidats sont soumis à toutes sortes d épreuves: exercices, dissertation, dessins, Les études durent 5 ans. Quels sont vos rapports avec la science? Quels sont vos premiers souvenirs «technico-scientifiques»? Pour être honnête, à l école, je n aimais pas du tout les sciences. Les calculs, les formules, tout me paraissait abstrait, sans lien avec les choses concrètes de la vie et du quotidien. Pourtant, elles me sont utiles aujourd hui dans l exercice de mon métier car dans la conception d un objet interviennent des notions de géométrie, la résistance des matériaux, leur composition, leurs propriétés techniques. Les sciences me parlent plus parce qu elles entrent dans des applications concrètes et font partie intégrante du métier passionnant que j ai choisi. Par exemple, le projet de mon travail de fin d études tournait essentiellement autour du cercle, dont il fallait que j apprivoise l aspect géométrique et mathématique. Aujourd hui, les sciences me servent à confirmer ce que j ai dessiné. Quelle est la plus grande difficulté rencontrée dans votre métier? Le plus difficile, c est de garder le cap, d être persévérant et avoir une patience à toute épreuve car la conception d un objet est un processus très long, qui démarre de l idée jusqu à sa réalisation en passant par le dessin, le choix des matériaux, des techniques et technologies à utiliser, de l étude des coûts, de l étude de marché Quand on fait du design, les idées fusent mais impliquent de nombreuses contraintes. Il faut pouvoir faire une synthèse de tous les aspects, esthétiques et techniques, de l objet qui doit rester simple, épuré et pas devenir alambiqué! L harmonie, l équilibre sont difficiles à trouver. Quelle est votre plus grande réussite jusqu à aujourd hui? Ma carrière en est encore à ses débuts mais je répondrais la table que j ai conçue pour le Salon Bois & Habitat de Namur car je suis arrivée au bout du processus, ce qui n est pas toujours le cas. Aujourd hui le produit est industrialisé par la firme De Zetel. Le but ultime pour un designer, c est que le produit soit sur le marché et soit utilisé par un grand nombre. Vous avez déjà gagné plusieurs prix, notamment le World Craft Council, le 1 er prix du concours design bois organisé par Bois & Habitat ou le Dynamo Young Designer Awards? Que vous apporte ces reconnaissances? Est ce important d y participer dans le cadre de votre métier? À court terme, ces récompenses ne m ont rapporté aucun client! Dans ces concours, le jury est souvent constitué de designers, cela offre donc une certaine

17 Géraldine TRAN PORTRAIT Louise CHARLIER assise professionnelle, une reconnaissance dans le métier mais pas forcément par les industriels. Ceci dit, cela participe à la construction d une certaine notoriété et d une crédibilité vis à vis des futurs clients potentiels sans pour autant que cela soit suffisant pour convaincre. Disons que ces prix sont un appui au niveau de la prospection mais aussi, il faut le dire, de petites fiertés personnelles. Quel conseil donneriez vous à un jeune qui aurait envie de suivre vos traces? Il est difficile de se préparer aux études et au métier de designer. La seule chose à mon avis essentielle est d être curieux car le design se nourrit de tout. Observer ce qui nous entoure, avoir envie de démonter un objet pour savoir comment il a été conçu sont en tous cas, des signes plutôt positifs! Bien sûr, il faut aussi un peu de talent au niveau du dessin, qui est une étape obligée. Le métier de designer demande beaucoup de compétences différentes et c est ce qui fait tout l intérêt de la profession Côté face Je vous offre une seconde vie, quel métier choisiriez vous? Je ne sais pas mais un métier de plein air sans aucun doute. Peut-être architecte paysagiste ou pépiniériste car un designer industriel passe de nombreuses heures devant son ordinateur alors qu il y a plein de choses à faire à l extérieur Je vous offre un super pouvoir, ce serait lequel et pour quoi faire? Celui d éveiller les consciences! Pouvoir mettre les gens face à leurs responsa bilités, les faire réagir, les secouer. Tout bouge lentement alors qu on a souvent tout ce qu il faut entre les mains C est frustrant. Je vous offre un auditoire, quel cours donneriez vous? Sans aucun doute un cours d histoire: histoire de l art, du cinéma ou de l architecture par exemple. Ce sont des cours que j ai suivi pendant mes études et qui m ont passionnée. Ils participent pour beaucoup à notre culture générale et à une ouverture d esprit. Le design se nourrit de tout ça! Je vous offre un laboratoire, vous plancheriez sur quoi? Sur les énergies renouvelables et les écomatériaux car les ressources en la matière sont innombrables. Le choix des matériaux et des technologies se pose toujours dans la conception d un objet. Et puis, dans «designer industriel», il y a «industriel», ce qui veut dire que cela a un impact sur la consommation. Coupler renouvelable et écologie et industrie serait une bonne chose pour l avenir Je vous transforme en un objet, ce serait lequel? Un vélo! Déformation professionnelle oblige, je pense d abord à l objet lui- même: c est un objet bien pensé, simple dans son principe et sa technologie, qui n a d ailleurs pas évolué dans sa forme mais qui sert tou- jours autant. Il offre d infinies possibilités, tant au niveau des loisirs, que de la mobilité. En plus, il est écologique. Pour moi, vélo rime avec liberté! Plus d infos: et 2. Le projet «Bikok»: relais pour randonneur, «tente en dur», à la fois proche de la nature et contemporaine. 3. Table «4U». 17

18 ATHENA 270 Avril 2011 > TECHNOLOGIE 18 Une tablette pour de nouveaux usages Texte : Alain de FOOZ Photos: APPLE (pp.18-20), TidBITS (p.20) Le net (p.21)

19 Alain de FOOZ TECHNOLOGIE Objets hybrides, entre netbooks et smartphones. À la maison ou au travail, elles commencent à nous envahir. On peut les utiliser en toutes circonstances, pour une présentation commerciale ou pour jouer, vautré dans un canapé, voire au lit! Les tablettes tactiles feront un tabac en 2011, préfigurant de nouveaux usages: communication, collaboration, sociabilisation, divertissement... a d abord touché les smartphones - en 2015, ces téléphones à multiples usages pourraient d ailleurs «balayer» définitivement les GSM. Ensuite, côté ordinateurs, l essor des netbooks, ces petits ordinateurs portables à fonctionnalités limitées, conçus pour être branchés en permanence sur Internet. P rès d un million d ipad 2 vendues aux États-Unis durant le week-end des 12 et 13 mars 2011! Alors que les experts pensaient n en vendre qu entre et , les deux premiers jours après son arrivée sur le marché, la tablette tactile d Apple était déjà en rupture de stock; le 15 mars, le constructeur à la pomme annonçait sur son site web un délai de réassort de trois à quatre semaines... En 2010, toutes marques confondues, il s est vendu 18 millions de tablettes dans le monde, estime le cabinet d analyse de marché IDC. Dont 10,1 millions au cours du seul quatrième trimestre. À lui seul, le géant Apple s est accaparé 83% du marché. Loin, loin derrière le coréen Samsung. Mais les jeux sont loin d être faits. Au cours de l édition 2011 du CES (Consumer Electronics Show), le grand rassemblement mondial des fournisseurs de produits électroniques qui se tient chaque année début janvier, on a dénombré pas moins de 80 tablettes - certaines disponibles, la plupart annoncées. C est dire si le marché explose! Au total, 55,7 millions d unités devraient trouver acquéreur en 2011 et 172,4 millions d unités en 2014, pronostiquent les consultants de la banque d affaires Goldman Sachs. Outre Samsung, Apple devra compter sur les coups de Fujitsu, HTC ou HP. Toute l industrie du high tech est bien décidée à prendre position. Tactile, la différence L explication de ce phénomène? La généralisation des écrans tactiles, qui Qui dit «tablette» dit «tactile». Le fait de toucher la zone avec laquelle on veut interagir est spontané. Cela revient à montrer du doigt ce que l on souhaite atteindre, à la manière d un enfant. Toucher un objet pour se l approprier, en somme. Utiliser ses doigts pour naviguer est par conséquent le geste le plus naturel qui soit. Aujourd hui, on se sert essentiellement d une tablette pour consulter des contenus écrits ou visuels, prendre des notes, dessiner, mais aussi visionner des vidéos, jouer en ligne, dialoguer par webcams interposées... Demain, d autres usages - encore à inventer - suivront. Par nature, une tablette tactile est avant tout un explorateur de contenus, un support multimédia qui tisse un lien entre le virtuel et le réel, transformant radicalement l expérience traditionnelle de consommation du média. Ainsi, la presse a trouvé dans les tablettes une probable source de revenus complémentaires en commercialisant de nouveaux types de contenus, et donc de nouveaux formats de diffusion publicitaire. Encore une fois, c est l interface qui fait la différence: tactile elle est plus intuitive; elle pourrait permettre à certaines cibles encore peu technophiles de surfer plus facilement sur Internet, envoyer des s, regarder des vidéos et ce, le plus simplement du monde Les métiers de la communication, en particulier, utiliseront surtout des fonctions de visionnage de contenus (photo, vidéo, son), la navigation Web, ainsi que des fonctions de conception graphique. Pour certaines fonctions logistiques (dispatch, accueil, picking,..), la mobilité et l autonomie des tablettes, ainsi que la possibilité de consulter et de modifier des informations leur donne un avantage certain par rapport aux supports plus «lourds» et moins ergonomiques - netbooks et PC portables. Un gérant de magasin pourra utiliser les fonctions graphiques pour consulter et mettre à jour son inventaire. Un chef de chantier pourra suivre, grâce à une application, le bilan carbone des travaux. Et ce ne sont là que quelques exemples... Un nouveau compagnon Rien n est gagné pour autant. L arrivée d Internet a bouleversé les habitudes des consommateurs; nombreux, aujourd hui, sont ceux qui considèrent l accès à l information comme «gratuit». À tout le moins, ils ne sont pas prêts à payer une édition numérique au prix d une édition papier. C est donc bien aux éditeurs de contenus de trouver la recette qui saura satisfaire le lecteur. On ne la connaît toujours pas, on avance à tâtons, par «essai-erreur». Aujourd hui seulement, on commence à analyser les premiers usages de l ipad. De tous, c est la lecture qui l emporte. 41% des utilisateurs préfèrent lire des livres ou des magazines sur ipad contre 36% sur papier (source: août 2010, Cooper Murphy Webb). 43% l utilisent plus de 10 h par semaine, c est désormais leur premier outil de loisirs. Enfin, 20% l utilisent... au lit! Et dans l entreprise? Parmi de multiples usages, la tablette est un excellent assistant. L outil consiste alors pour le commercial en déplacement à avoir sur lui la totalité de la littérature de son entreprise. Il n a plus à transporter des mallettes, des classeurs, voire des valises de documents. Tout est présent dans la mémoire interne de sa tablette. Il peut aussi montrer des vidéos, voire des démonstrations interactives, des présentations de type PowerPoint... En déplacement, l ordinateur représente souvent une barrière. En cause, sa relative lourdeur et plus encore, son écran 19

20 ATHENA 270 Avril 2011 > TECHNOLOGIE 20 + Astuce: 6 critères pour choisir une tablette tactile» Ergonomie: Clavier ou pas? Tout dépend des usages. Dans leur majorité, les utilisateurs n en ont pas besoin. La possibilité d utiliser une station d accueil peut néanmoins être un plus.» Confort: Assurez-vous d être en mesure d utiliser confortablement le clavier. Généralement, ils sont «rétrécis» de 15%. Essayez de dactylographier au moins un paragraphe entier...» Écran: Outre l affichage, dont on peut rapidement évaluer le confort, considérez l éclat du LCD: est-il assez lumineux dans vos conditions normales d utilisation?» Batterie: Si ce n est pas un facteur «critique» dans la mesure où l on peut exploiter une batterie supplémentaire, il s agit de ne pas perdre de vue qu une tablette, malgré sa taille, consomme plus qu un PC (de 28 à 40 watts par heure).» Mémoire: 256 MB suffiront pour un usage normal. Comptez 384 MB pour faire du traitement d images. Ne soyez pas bloqué dans vos usages par ce «détail» étroitement lié au prix. vertical, véritable «mur» qui sépare les interlocuteurs. Posée à plat, la tablette est plus amicale. Elle agit tel un trait d union; elle favorise le dialogue commercial, qui devient interactif, donc plus dynamique, voire ludique. Et mon clavier dans tout ça? Tout en prédisant un avenir radieux aux PC grand public équipés d interfaces tactiles, les analystes de l Institut Gartner sont plus sceptiques quant aux usages en milieu professionnel, estimant que seulement 10% des ordinateurs livrés aux entreprises devraient être équipés d interface tactile en Et de justifier cette «fracture» entre grand public et professionnels par les usages. Les habitudes de travail héritées de l utilisation du «couple» clavier-souris sont bien ancrées... Demain, tout peut changer, reconnaît néanmoins Gartner. Déjà, ce ne sont plus les entreprises qui imposent à leurs collaborateurs leurs outils de travail, mais les collaborateurs qui impulsent le changement en introduisant peu à peu leurs propres outils dans la sphère professionnelle, à l image de ce qui se passe avec les smartphones, mêlant désormais usages professionnels et personnels. Si Apple, maître à penser du marketing, parle de «segment intermédiaire» entre smartphone et netbook, c est pour permettre de faire plus facilement ce que les gens avaient l habitude de faire sur leur smartphone mais sans avoir besoin de prendre leur ordinateur portable, plus lourd, plus long à démarrer, moins ergonomique. Vrai. Mais jusqu ici les tablettes ne remplacent toujours pas smartphones et netbooks. Ce qui veut dire que les utilisateurs ont entre les mains un «appareil» de plus... certains cas, elles s avèrent plus efficaces, cannibalisant l usage des deux autres appareils, comme par exemple, la navigation sur Internet et les médias de divertissement qui procurent une plus belle expérience sur tablette. On peut dès lors envisager celle-ci comme un ordinateur portable à écran tactile, qui sera une alternative viable aux notebooks et ordinateurs portables classiques, mais qui ne remplacera pas de sitôt le téléphone mobile en tant que petit appareil à emporter en poche; qui ne remplacera pas davantage l ordinateur de bureau pour la création graphique, la rédaction de longs documents, la programmation informatique, etc. On peut donc craindre une période d incertitude. D autant que tous les géants de l industrie high tech, sans exception, sont en train de concevoir une version spécifique de l ordinateur de demain, qui sera largement incompatible avec ses autres concurrents... Ne nous leurrons pas: la suprématie d un Windows n est plus assurée, pas plus que celle d Apple ios. Aujourd hui, on voit d ailleurs qu Android de Google s impose plus rapidement que ses concurrents. Une belle bagarre en perspective dont les consommateurs seront les premières victimes! «Choisir c est renoncer», dit le proverbe. Ce ne sera plus le prix ou le niveau de performance qui guidera le choix du consommateur, mais la compatibilité de la plate-forme, le nombre d applications disponibles, les accords du fabricant avec les éditeurs de livres et autres fournisseurs de contenu... L «objet» en tant que tel passera en arrière-plan, priorité sera donnée aux usages. Un vrai changement de paradigme. Faudra-t-il choisir? Les tablettes peuvent réaliser la plupart des tâches que les ordinateurs portables proposent ainsi qu une partie des fonctions offertes par les smartphones, les incorporant dans un seul et même appareil. Dans

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé L Exploratoire raconte la «belle histoire» d un territoire engagé à maintenir et accroître le niveau de santé de toute sa population,

Plus en détail

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux - Que pensez vous du débat suscité par l article paru dans Sciences et Avenir sur l association entre benzodiazépines

Plus en détail

ATTACHES METIER : INGENIEUR INDUSTRIEL, OPTION ELECTRICITE, MECANIQUE, ELECTROMECANIQUE, ELECTRONIQUE ET TELECOMMUNICATIONS (M/F)

ATTACHES METIER : INGENIEUR INDUSTRIEL, OPTION ELECTRICITE, MECANIQUE, ELECTROMECANIQUE, ELECTRONIQUE ET TELECOMMUNICATIONS (M/F) ATTACHES METIER : INGENIEUR INDUSTRIEL, OPTION ELECTRICITE, MECANIQUE, ELECTROMECANIQUE, ELECTRONIQUE ET TELECOMMUNICATIONS (M/F) MINISTERES ET CERTAINS ORGANISMES D INTERET PUBLIC DE LA REGION WALLONNE

Plus en détail

Module 1 Module 2 Module 3 10 Module 4 Module 5 Module 6 Module 7 Module 8 Module 9 Module 10 Module 11 Module 12 Module 13 Module 14 Module 15

Module 1 Module 2 Module 3 10 Module 4 Module 5 Module 6 Module 7 Module 8 Module 9 Module 10 Module 11 Module 12 Module 13 Module 14 Module 15 Introduction Aujourd hui, les nouvelles technologies sont de plus en plus présentes et une masse considérable d informations passe par Internet. Alors qu on parle de monde interconnecté, de vieillissement

Plus en détail

Tout au long de l année

Tout au long de l année Objectifs Familiariser les élèves avec le relevé d informations sur un journal de bord. Apprendre aux élèves à utiliser des instruments d observation scientifiques. Réaliser des dessins d observations

Plus en détail

Expérimentation Pédagogique

Expérimentation Pédagogique Expérimentation Pédagogique L'UTILISATION DE TABLETTES EN RÉSOLUTION DE PROBLÈMES POUR DÉVELOPPER LE PLAISIR DE CHERCHER Circonscription de Lunéville Ecole primaire d'hériménil Expérimentation tablette

Plus en détail

PNR : TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES

PNR : TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES PNR : TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES Préambule Aujourd hui à travers l activité de «Recherche-Développement» l application technologique des acquis de la science est devenue non seulement l équivalent d une

Plus en détail

CinéSoupe. programme itinérant de films courts. en nord pas de calais et en belgique

CinéSoupe. programme itinérant de films courts. en nord pas de calais et en belgique CinéSoupe programme itinérant de films courts en nord pas de calais et en belgique bah voyons! asbl // Séverine Konder // +32 (0) 485 217 327 // severine.bahvoyons@gmail.com // www.cinesoupe.com Embarquez

Plus en détail

Proposition pour une sculpture monumentale : des pierres défiant les lois de la gravité

Proposition pour une sculpture monumentale : des pierres défiant les lois de la gravité Les égyptiens ont inventés de savantes méthodes pour élever un obélisque. Allongé, le bloc de pierre est soulevé à la verticale et maintenu dans ce nouvel état d équilibre. Le but des architectes égyptiens

Plus en détail

ingénieur Profession Les stages : des expériences inoubliables!

ingénieur Profession Les stages : des expériences inoubliables! Profession ingénieur Les stages : des expériences inoubliables! Le Service des stages et emplois a pour mandat d assurer le lien entre les entreprises et les étudiants. Il vise à favoriser l intégration

Plus en détail

Dossier de presse. Technofutur 06/02/2013. Dossier de presse réalisé avec le soutien d InnovaTech ASBL

Dossier de presse. Technofutur 06/02/2013. Dossier de presse réalisé avec le soutien d InnovaTech ASBL Dossier de presse Technofutur Industrie 06/02/2013 Dossier de presse réalisé avec le soutien d InnovaTech ASBL Des «machines multitâches» pour rendre notre industrie plus performante Technofutur Industrie

Plus en détail

Profil professionnel. Section : Bachelier en Automobile

Profil professionnel. Section : Bachelier en Automobile Section : Bachelier en Automobile Page 1/6 1. Introduction L enseignement de la Haute Ecole Louvain en Hainaut donne la place centrale à l étudiant. Celui-ci trouvera durant ses études de nombreuses occasions

Plus en détail

Un grand évènement citoyen pour le climat

Un grand évènement citoyen pour le climat Kit d accueil Bénévoles Le Village des Alternatives Un grand évènement citoyen pour le climat 26 et 27 sept. 2015, place de la République à Paris alternatiba.eu/paris La dynamique Alternatiba Le 6 octobre

Plus en détail

PROJET TOSA INFORMATIONS GÉNÉRALES

PROJET TOSA INFORMATIONS GÉNÉRALES PROJET TOSA INFORMATIONS GÉNÉRALES 1 LE BUS DU FUTUR EST SUISSE Grande première suisse et même mondiale, TOSA est un bus articulé à batterie rechargeable pour la desserte des villes. L'énergie de propulsion

Plus en détail

Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres Energivie dans la création de son niveau site Internet

Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres Energivie dans la création de son niveau site Internet Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres Energivie dans la création de son niveau site Internet 1. Contexte 1.1 Les Pôles de compétitivité Ce sont des structures, en général associatives, mises

Plus en détail

Le choix des séquences mathématiques et des sciences pour la 4ième et la 5ième secondaire

Le choix des séquences mathématiques et des sciences pour la 4ième et la 5ième secondaire Le choix des séquences mathématiques et des sciences pour la 4ième et la 5ième secondaire Guide de l élève de la 3e secondaire Nom de l élève: Groupe: Ce document a été réalisé par Éric Boisvert, conseiller

Plus en détail

DÉVELOPPEUR D ENSEIGNE alternance ADMISSION Bac +2/3

DÉVELOPPEUR D ENSEIGNE alternance ADMISSION Bac +2/3 2009 DÉVELOPPEUR D ENSEIGNE alternance ADMISSION Bac +2/3 NEGOCIA et PROCOS se sont engagés avec succès, depuis 9 ans, dans la formation de «Développeur d enseigne». Les chiffres parlent d eux-mêmes :

Plus en détail

Jambes, le 12 novembre 2003. Au Collège des Bourgmestre et Echevins Administration communale «Adresse» «CP» «Commune»

Jambes, le 12 novembre 2003. Au Collège des Bourgmestre et Echevins Administration communale «Adresse» «CP» «Commune» Jambes, le 12 novembre 2003 Au Collège des Bourgmestre et Echevins Administration communale «Adresse» «CP» «Commune» N/Réf. : E-THL/val/2003/13317/PAL (à rappeler dans toute correspondance) Annexes : 2

Plus en détail

Médiathèque des Capucins Du neuf sous la nef

Médiathèque des Capucins Du neuf sous la nef Vendredi 27 février 2015 Médiathèque des Capucins Du neuf sous la nef Légende : Etablissement de recherche, de culture et de loisirs, elle proposera des collections renouvelées et des services innovants

Plus en détail

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR Enquête sur la responsabilité sociale du scientifique Résultats détaillés Février 2007 Annexes La publication des données qui fondent

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

LES MUSEES & LES APPLICATIONS CULTURELLES SUR SMARTPHONES ETUDE DE MARCHE

LES MUSEES & LES APPLICATIONS CULTURELLES SUR SMARTPHONES ETUDE DE MARCHE LES MUSEES & LES APPLICATIONS CULTURELLES SUR SMARTPHONES ETUDE DE MARCHE SOMMAIRE 1) L étude en quelques mots....p 3 Qui? Quoi? Quand? Comment? Pourquoi? 2) Quid des applications mobiles & des musées..p

Plus en détail

Dossier de Presse La communauté de communes de Mimizan participe au Salon PROVEMPLOI, à Paris, le 15 octobre 2013.

Dossier de Presse La communauté de communes de Mimizan participe au Salon PROVEMPLOI, à Paris, le 15 octobre 2013. Dossier de Presse La communauté de communes de Mimizan participe au Salon PROVEMPLOI, à Paris, le 15 octobre 2013. Contact presse : Julie LECOEUR Responsable Communication 05 47 81 70 14 communication@cc-mimizan.fr

Plus en détail

PRÉ-PROGRAMME. Les rendez-vous d affaires et de coopération hospitalière du bassin méditerranéen. www.hopitalexpomed.com. héral UNE MANIFESTATION

PRÉ-PROGRAMME. Les rendez-vous d affaires et de coopération hospitalière du bassin méditerranéen. www.hopitalexpomed.com. héral UNE MANIFESTATION PRÉ-PROGRAMME Les rendez-vous d affaires et de coopération hospitalière du bassin méditerranéen UNE MANIFESTATION EN ASSOCIATION AVEC EN PARTENARIAT AVEC UNE ORGANISATION FÉDÉRATION HOSPITALIÈRE DE FRANCE

Plus en détail

Le plan régional de développement durable de la Région de Bruxelles-Capitale : mode d emploi

Le plan régional de développement durable de la Région de Bruxelles-Capitale : mode d emploi Agence de développement et d urbanisme de Lille Métropole 29 mars 2012 Le plan régional de développement durable de la Région de Bruxelles-Capitale : mode d emploi www.adt-ato.be Qui sommes-nous? Partager

Plus en détail

Le vélo, une alternative

Le vélo, une alternative Tous vélo-actifs . Le vélo, une alternative pour les déplacements du domicile au lieu de travail sur de courtes distances en complément des transports publics pour les déplacements de service Mode de transport

Plus en détail

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS LE DEVENIR DES DIPLOMÉS Master Aménagement urbanisme développement et prospective Finalité : Professionnelle Situation professionnelle deux ans après l obtention d un master 2 Les enquêtes sur le devenir

Plus en détail

Résidence Bioparc LYON 8 è. Résidence hôtelière

Résidence Bioparc LYON 8 è. Résidence hôtelière Résidence Bioparc LYON 8 è Résidence hôtelière Lyon Lyon, pôle de compétitivité européen Rejoindre Lyon, c est choisir l une des métropoles européennes les plus attractives. De multiples entreprises aux

Plus en détail

Atelier énergies. Usage direct des énergies renouvelables : les enjeux sociétaux et environnementaux, moteurs de l innovation technologique

Atelier énergies. Usage direct des énergies renouvelables : les enjeux sociétaux et environnementaux, moteurs de l innovation technologique CONGRÈS DES ECO-TECHNOLOGIES POUR LE FUTUR 2012 Atelier énergies Usage direct des énergies renouvelables : les enjeux sociétaux et environnementaux, moteurs de l innovation technologique 14 juin 2012 Lille

Plus en détail

Métiers d études, recherche & développement dans l industrie

Métiers d études, recherche & développement dans l industrie Les fiches Métiers de l Observatoire du Travail Temporaire Emploi, compétences et trajectoires d intérimaires cadres Métiers d études, recherche & développement dans l industrie R&D Production Ingénieur

Plus en détail

L innovation disruptive,

L innovation disruptive, Octobre 2013 une nécessité pour l industrie aéronautique Les constructeurs aéronautiques font face à une compétition technologique et commerciale toujours plus intense dans un environnement de complexité

Plus en détail

Le processus de déménagement et relocalisation des ménages

Le processus de déménagement et relocalisation des ménages Intervention n 7.1 Le processus de déménagement et relocalisation des ménages Jean-Pierre Nicolas - directeur adjoint du Laboratoire d Economie des Transports La présentation que je vais faire [diapositive

Plus en détail

«Source» - Elena PAROUCHEVA, installation monumentale, Amnéville-les-Thermes, Concours Européen Supélec Sciences et Technologies dans l'art Européen

«Source» - Elena PAROUCHEVA, installation monumentale, Amnéville-les-Thermes, Concours Européen Supélec Sciences et Technologies dans l'art Européen Concours Européen Supélec Sciences et Technologies dans l'art Européen «Source» - Elena PAROUCHEVA, installation monumentale, Amnéville-les-Thermes, présentée par Frédéric LESUR, Supélec 92 Illustrations

Plus en détail

PRÉ-PROGRAMME. www.hopitalexpomed.com FÉDÉRATION HOSPITALIÈRE DE FRANCE

PRÉ-PROGRAMME. www.hopitalexpomed.com FÉDÉRATION HOSPITALIÈRE DE FRANCE PRÉ-PROGRAMME UNE MANIFESTATION FÉDÉRATION HOSPITALIÈRE DE FRANCE EN ASSOCIATION AVEC EN PARTENARIAT AVEC AVEC LE SOUTIEN DE UN SALON D EXPOSITION Des visiteurs professionnels du secteur de la santé Directeurs

Plus en détail

Valisette architecture

Valisette architecture Valisette architecture Qu est-ce qu un bâtiment, quels sont ses formes et ses usages? jeu des façades & à la découverte d un bâtiment - Repérer et comparer différents éléments d architecture. - Acquérir

Plus en détail

Les mesures en faveur de

Les mesures en faveur de Les mesures en faveur de l attractivité Invest in France La France est une destination de premier ordre pour les investissements directs étrangers. Elle accueille sur son sol plus de 0 000 entreprises

Plus en détail

Les ateliers prospectifs s organisent autour de 2 cycles de réunions.

Les ateliers prospectifs s organisent autour de 2 cycles de réunions. En 2014, la formation professionnelle initiale accueille près de 82 000 apprenants sur l ensemble du territoire régional. Ce sont autant de parcours que la Région vise à soutenir en inscrivant les trajectoires

Plus en détail

HAGUENAU VIVANTE. Les Arpenteurs Un projet Chambre à Part & Ville de Haguenau

HAGUENAU VIVANTE. Les Arpenteurs Un projet Chambre à Part & Ville de Haguenau HAGUENAU LA F RÊT VIVANTE Les Arpenteurs Un projet Chambre à Part & Ville de Haguenau Chambre à part, le territoire en photo Le Collectif photographique Chambre à Part, créé en 1991 à Strasbourg, fait

Plus en détail

CARTOGRAPHIE DE L EMPLOI SUR LINKEDIN EN FRANCE

CARTOGRAPHIE DE L EMPLOI SUR LINKEDIN EN FRANCE ANALYSE LINKEDIN / ODOXA CARTOGRAPHIE DE L EMPLOI SUR LINKEDIN EN FRANCE Principaux enseignements L analyse proposée par Odoxa avec LinkedIn sur l emploi à partir de données chiffrées portant sur l ensemble

Plus en détail

L IDEX DE TOULOUSE EN BREF

L IDEX DE TOULOUSE EN BREF L IDEX DE TOULOUSE EN BREF Pourquoi des Initiatives D EXcellence (IDEX)? Depuis 18 mois, les universités, les grandes écoles et les organismes de recherche ont travaillé ensemble pour répondre à l appel

Plus en détail

Gérard COLLOMB et ses équipes sont à l écoute de vos sollicitations et de vos demandes, car la Ville de demain se construit évidemment avec vous.

Gérard COLLOMB et ses équipes sont à l écoute de vos sollicitations et de vos demandes, car la Ville de demain se construit évidemment avec vous. Madame, Monsieur, Dans un courrier électronique en date du 10 février 2014, vous nous avez interrogés en matière de transition énergétique et de lutte contre le changement climatique. Nous vous prions

Plus en détail

«sortez surfer» Participez aux réunions d information. la capa lance le wifi gratuit du pays ajaccien. Dossier de presse. territoire numérique.

«sortez surfer» Participez aux réunions d information. la capa lance le wifi gratuit du pays ajaccien. Dossier de presse. territoire numérique. SEPTEMBRE 2012 Dossier de presse Liberte Egalite Tous connectes Paesi N 8 AOÛT / d Aiacciu Le magazine de la Communauté d Agglomération du Pays Ajaccien Nouvelle station d épuration des Sanguinaires Participez

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

TNS. BFM LE GRAND JOURNAL Le 14/01/2010 20:17:51 Invité : Thierry VANDEVELDE, fondateur VEOLIA FORCE

TNS. BFM LE GRAND JOURNAL Le 14/01/2010 20:17:51 Invité : Thierry VANDEVELDE, fondateur VEOLIA FORCE 15/01/10-08:01 - Page 1/3 Ref. Doc. : 2500-4318690-8 A : Service de presse / VEOLIA ENVIRONNEMENT Mot-Clé : VEOLIA BFM LE GRAND JOURNAL Le 14/01/2010 20:17:51 Invité : Thierry VANDEVELDE, fondateur VEOLIA

Plus en détail

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie Décembre 2012 Biographie Sylvie Louis Sylvie Louis a toujours ADORÉ les livres, surtout ceux que ses parents lui racontaient, le soir, quand elle était toute petite. Ensuite, apprendre à lire a constitué

Plus en détail

Technopole de Bourges : Construction d un Centre d Affaires Vendredi 4 février 2011 15H00

Technopole de Bourges : Construction d un Centre d Affaires Vendredi 4 février 2011 15H00 Dossier de presse Technopole de Bourges : Construction d un Centre d Affaires Vendredi 4 février 2011 15H00 Contacts presse : Laurent DEULIN : 02 48 48 58 10 06 63 95 00 23 l.deulin@agglo-bourgesplus.fr

Plus en détail

LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1. Construire vert ne devrait pas être un casse-tête

LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1. Construire vert ne devrait pas être un casse-tête LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1 Construire vert ne devrait pas être un casse-tête LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 2 6/4/08 11:53 AM Page 2 LOG 8869 Residential

Plus en détail

Newsletter presse n 27

Newsletter presse n 27 Direction des Relations avec les Médias N 26/DRM/2014 Newsletter presse n 27 Nos projets Leviers de développement économique Edition électronique Mars 2014 Manel AIT-MEKIDECHE Newsletter n 27 Mars 2014

Plus en détail

Communiqué de presse. Le moteur à explosion traditionnel continue à récolter tous les suffrages

Communiqué de presse. Le moteur à explosion traditionnel continue à récolter tous les suffrages Communiqué de presse Le moteur à explosion traditionnel continue à récolter tous les suffrages La voiture électrique demande une stratégie à long terme et le soutien des pouvoirs publics Les fausses idées

Plus en détail

APRÈS LONDRES, GRENOBLE EXPÉRIMENTE LE PAIEMENT PAR CARTE BANCAIRE SANS CONTACT SUR UNE LIGNE DE BUS

APRÈS LONDRES, GRENOBLE EXPÉRIMENTE LE PAIEMENT PAR CARTE BANCAIRE SANS CONTACT SUR UNE LIGNE DE BUS APRÈS LONDRES, GRENOBLE EXPÉRIMENTE LE PAIEMENT PAR CARTE BANCAIRE SANS CONTACT SUR UNE LIGNE DE BUS Le paiement sans contact dans la Métropole grenobloise est lancé lundi 21 septembre sur la ligne Chrono

Plus en détail

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Laval PAYS-DE- LA-LOIRE VILLE DE LAVAL Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Renouer avec la mémoire pour envisager le futur L action culturelle dans la ville / Culture & Proximité 1 VILLE DE LAVAL

Plus en détail

Guide du master. Master en biologie des organismes et écologie. Organisation master

Guide du master. Master en biologie des organismes et écologie. Organisation master École de Biologie Université catholique de Louvain Département de biologie Facultés Universitaires Notre Dame de la Paix Master en biologie des organismes et écologie Guide du master Ce guide est destiné

Plus en détail

Comité de suivi de la licence et de la licence professionnelle Comité de suivi du cursus master

Comité de suivi de la licence et de la licence professionnelle Comité de suivi du cursus master Comité de suivi de la licence et de la licence professionnelle Comité de suivi du cursus master Tableau de compatibilité entre les mentions de master et les mentions de licence Comité de suivi de la licence

Plus en détail

Investir l excellence et la solidarité

Investir l excellence et la solidarité Investir l excellence et la solidarité www.fondation.dauphine.fr CULTURE. ÉGALITÉ DES CHANCES. CAMPUS. RECHERCHE. INTERNATIONAL. ENTREPRENEURIAT La Fondation Dauphine Notre vision La Fondation Dauphine

Plus en détail

L Avenue Digital Media. L aménagement du territoire à travers la maquette 3D. créateur de mondes virtuels

L Avenue Digital Media. L aménagement du territoire à travers la maquette 3D. créateur de mondes virtuels L Avenue Digital Media L aménagement du territoire à travers la maquette 3D créateur de mondes virtuels L Avenue Digital Media En quelques mots L Avenue Digital Media est spécialisée dans la création numérique

Plus en détail

LE DEVELOPPEMENT DES PNEUS VTT MICHELIN

LE DEVELOPPEMENT DES PNEUS VTT MICHELIN Dossier de presse Juin 2015 LE DEVELOPPEMENT DES PNEUS VTT MICHELIN Du laboratoire au pneu commercialisé, une chaîne d activités construite pour délivrer les meilleures performances Dossier de presse Contact

Plus en détail

AGRONOMIE. Type court. Type long. Spécialisation. Répertoire des formations organisées en Hautes Ecoles. Agronomie. Agronomie des régions chaudes

AGRONOMIE. Type court. Type long. Spécialisation. Répertoire des formations organisées en Hautes Ecoles. Agronomie. Agronomie des régions chaudes Notice d utilisation : les lettres et chiffres renvoient aux répertoires des Hautes écoles numérotées par province => B : Bruxelles et Brabant, H : Hainaut, L : Liège, N : Namur et Luxembourg AGRONOMIE

Plus en détail

Profil d études détaillé. Section : Informatique et systèmes Finalité : Technologie de l informatique

Profil d études détaillé. Section : Informatique et systèmes Finalité : Technologie de l informatique Section : Informatique et systèmes Finalité : Technologie de l informatique Page 1/6 1. Introduction L enseignement de la Haute Ecole Louvain en Hainaut donne la place centrale à l étudiant. Celui-ci trouvera

Plus en détail

LE BOIS, LA SOLUTION ÉCONOMIQUE POUR RÉINVENTER SA MAISON

LE BOIS, LA SOLUTION ÉCONOMIQUE POUR RÉINVENTER SA MAISON LE BOIS, LA SOLUTION ÉCONOMIQUE POUR RÉINVENTER SA MAISON Performant thermiquement, léger et travaillé en atelier avant d être rapidement monté sur chantier, le bois est le matériau idéal pour les Extensions/Surélévations.

Plus en détail

Avec Bourgogne haut débit, la Région réduit au maximum la fracture numérique!

Avec Bourgogne haut débit, la Région réduit au maximum la fracture numérique! 0 Avec Bourgogne haut débit, la Région réduit au maximum la fracture numérique! L objectif régional est simple et ambitieux : se rapprocher au plus vite de 100 % de Bourguignons connectés, quel que soit

Plus en détail

RENTREE 2011. Inscriptions. Dès maintenant sur rendez-vous. Contactez-nous. Lycée de l Abbaye 2 rue de l Abbaye 45190 BEAUGENCY

RENTREE 2011. Inscriptions. Dès maintenant sur rendez-vous. Contactez-nous. Lycée de l Abbaye 2 rue de l Abbaye 45190 BEAUGENCY Inscriptions Dès maintenant sur rendez-vous Contactez-nous Mme CHAREYRON - Chef d établissement Lycée de l Abbaye 2 rue de l Abbaye 45190 BEAUGENCY 02 38 44 51 25 02 38 44 14 62 RENTREE 2011 Ouverture

Plus en détail

Maison de l Enfant et des Découvertes 4 avenue Aristide Briand 27000 Evreux.

Maison de l Enfant et des Découvertes 4 avenue Aristide Briand 27000 Evreux. Maison de l Enfant et des Découvertes 4 avenue Aristide Briand 27000 Evreux. Heures d ouverture pour le public : Du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h Téléphone Fax 02 32 33 47 39 02 32 33 71

Plus en détail

CITÉ DU RISQUE SAINT-QUENTIN

CITÉ DU RISQUE SAINT-QUENTIN CITÉ DU RISQUE SAINT-QUENTIN Centre européen de sensibilisation et d éducation aux risques Le contexte français Toujours trop de victimes Chaque année en France, 11 millions d accidents de la vie courante

Plus en détail

INSTITUT DE LA MOBILITE DURABLE : UNE PLATEFORME COMMUNE QUI CO-CONSTRUIT LE FUTUR DE LA MOBILITÉ DEPUIS 5 ANS.

INSTITUT DE LA MOBILITE DURABLE : UNE PLATEFORME COMMUNE QUI CO-CONSTRUIT LE FUTUR DE LA MOBILITÉ DEPUIS 5 ANS. COMMUNIQUÉ DE PRESSE Le 1 er décembre 2014 INSTITUT DE LA MOBILITE DURABLE : UNE PLATEFORME COMMUNE QUI CO-CONSTRUIT LE FUTUR DE LA MOBILITÉ DEPUIS 5 ANS. Le 27 novembre 2014, Renault, la Fondation Renault

Plus en détail

Séminaire au centre Tadjabone LES ENERGIES RENOUVELABLES

Séminaire au centre Tadjabone LES ENERGIES RENOUVELABLES PRESENTATION Séminaire au centre Tadjabone LES ENERGIES RENOUVELABLES Organisé avec France Volontaires 24/05/2014 1 ORGANISATION DE LA JOURNEE 10H30 // 11H00 // 11H30 // Accueil et arrivée des participants

Plus en détail

«Le trading des tendances de court terme reste très difficile»

«Le trading des tendances de court terme reste très difficile» Les Echos NESSIM AIT-KACIMI / JOURNALISTE LE 22/10 À 15:59, MIS À JOUR À 16:24 «Le trading des tendances de court terme reste très difficile» Après avoir co-fondé AHL en 1987, David Harding créé son propre

Plus en détail

Des ipad dans les écoles angevines : un projet ambitieux

Des ipad dans les écoles angevines : un projet ambitieux DOSSIER DE PRESSE Contact presse : Corine Busson-Benhammou Responsable Relations Presse Tél : 02 41 05 40 33 - Mobile : 06 12 52 64 98 Courriel : corine.busson-benhammou@ville.angers.fr Angers est la

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» SESSION PLENIERE DES 19 ET 20 JUIN 2014

CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» SESSION PLENIERE DES 19 ET 20 JUIN 2014 CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» I.Contexte : Convaincue de l intérêt stratégique de l innovation pour le renforcement de la compétitivité des entreprises, la a lancé un appel

Plus en détail

Ce site intègre des technologies et fonctionnalités à la fois simples et très innovantes pour offrir une interface pratique et performante.

Ce site intègre des technologies et fonctionnalités à la fois simples et très innovantes pour offrir une interface pratique et performante. À la une Le nouveau site des Parisiens, pour les Parisiens, par les Parisiens Le nouveau Paris.fr, c est un site qui a été pensé et construit pour les Parisiens, pour ceux qui visitent Paris comme pour

Plus en détail

>> Une grande idée pour l électricité. La smart fortwo electric drive.

>> Une grande idée pour l électricité. La smart fortwo electric drive. >> Une grande idée pour l électricité. La fortwo electric drive. >> Faite pour rouler, pas juste pour être admirée. La fortwo electric drive a rencontré un franc succès avant même d être lancée. a déjà

Plus en détail

les évolutions récentes

les évolutions récentes DE L ADEUS les évolutions récentes dans le BAS-RHIN : des territoires plus spécialisés et plus interdépendants 92 DéCEMBRE 2012 TRANSVERSAL Illustration : ADEUS, 2012 Depuis le milieu des années 1970,

Plus en détail

www.infociments.fr www.mamaisondurable-beton.com

www.infociments.fr www.mamaisondurable-beton.com www.infociments.fr www.mamaisondurable-beton.com CARNET de la construction durable en béton Preuves à l appui 1 2 La maison en béton : un impact maîtrisé sur l environnement, page 5 La maison en béton

Plus en détail

Sommaire ... PRESENTATION ... AGENCEMENT ... CLOISONS - PORTES ... ECLAIRAGE - DÉCORATION ... REVÊTEMENT ... RÉSINE DE SYNTHÈSE ...

Sommaire ... PRESENTATION ... AGENCEMENT ... CLOISONS - PORTES ... ECLAIRAGE - DÉCORATION ... REVÊTEMENT ... RÉSINE DE SYNTHÈSE ... d e n t a i r e e t m é d i c a l d e n t a i r e e t m é d i c a l Sommaire 4 5 6 7 8 9... PRESENTATION... AGENCEMENT... CLOISONS - PORTES 10 11... ECLAIRAGE - DÉCORATION 12 13... REVÊTEMENT 14 15...

Plus en détail

UN MBA POUR QUI, POURQUOI?

UN MBA POUR QUI, POURQUOI? PARTIE 1 UN MBA POUR QUI, POURQUOI? L e MBA est une formation connue et reconnue dans le monde entier. Cependant, l appellation MBA n est pas un label déposé. Conséquence : l univers des MBA est un monde

Plus en détail

LES RESEAUX SOCIAUX SONT-ILS UNE MODE OU UNE REELLE INVENTION MODERNE?

LES RESEAUX SOCIAUX SONT-ILS UNE MODE OU UNE REELLE INVENTION MODERNE? LES RESEAUX SOCIAUX SONT-ILS UNE MODE OU UNE REELLE INVENTION MODERNE? Hugo Broudeur 2010/2011 2ieme année Télécom SudParis SOMMAIRE Introduction... 3 A) Des réseaux sociaux pour tout le monde... 4 1)

Plus en détail

Licences Pro OBSER VATOIRE. Lettres / Langues et Sciences Humaines. à l'université de Limoges

Licences Pro OBSER VATOIRE. Lettres / Langues et Sciences Humaines. à l'université de Limoges Université de Limoges Licences Pro Lettres / Langues et Sciences Humaines L'insertion professionnelle des diplômés DEs licences professionnelles à l'université de Limoges Résultats par (promotion 2007-2008)

Plus en détail

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Le Plan s inscrit dans le défi santé/bien-être de l Agenda stratégique pour la recherche, le transfert et l innovation (France Europe 2020).

Plus en détail

Relier expérimentalement la vitesse de propagation des ondes sismiques à la présence de roches réservoirs.

Relier expérimentalement la vitesse de propagation des ondes sismiques à la présence de roches réservoirs. Relier expérimentalement la vitesse de propagation des ondes sismiques à la présence de roches réservoirs. Niveaux : quatrième, troisième, seconde et première S. Matériel : 2 capteurs piézométriques, Logiciel

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

Welcome. to the creative dimension. 10 ans GARANTIE

Welcome. to the creative dimension. 10 ans GARANTIE Welcome to the creative dimension GARANTIE 10 ans à la rencontre de DEUX UNIVERS S appuyant sur le savoir-faire de la société SAUNIER-PLUMAZ, spécialiste des traitements décoratifs de surface depuis plus

Plus en détail

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Les résultats de l enquête sont analysés d après le nombre de variables explicatives pouvant influencer le comportement,

Plus en détail

Regard sur hybridation et infogérance de production

Regard sur hybridation et infogérance de production Regard sur hybridation et infogérance de production Février 2014 édito «comment transformer l hybridation des infrastructures en levier de performances?» Les solutions d infrastructure connaissent depuis

Plus en détail

Du benchmarking logistique au choix d une nouvelle stratégie d organisation

Du benchmarking logistique au choix d une nouvelle stratégie d organisation Du benchmarking logistique au choix d une nouvelle stratégie d organisation Thomas H. Abbot Vice President Operations Planning, LUCENT TECHNOLOGIES, États-Unis. Lucent Technologies, un des leaders des

Plus en détail

Définir un nouveau modèle économique Présentation de l axe 4

Définir un nouveau modèle économique Présentation de l axe 4 Définir un nouveau modèle économique Présentation de l axe 4 Le développement du numérique dans la sphère de l édition, les mutations induites par la dématérialisation des supports ont profondément influencé

Plus en détail

SPORTIFS DE HAUT NIVEAU

SPORTIFS DE HAUT NIVEAU CERTIFICATS POUR LES SPORTIFS DE HAUT NIVEAU :: CERTIFICATS 4 dispositifs pour accompagner les sportifs de haut niveau dans leurs projets de vie : sport, étude, emploi & développement des compétences En

Plus en détail

4 projets d aménagement et de construction primés et distingués, accompagnés par la SELA

4 projets d aménagement et de construction primés et distingués, accompagnés par la SELA 4 projets d aménagement et de construction primés et distingués, accompagnés par la SELA Dossier de Presse Nantes, le 6 janvier 2012 Sommaire Communiqué de presse p. 3 I - Présentation des 4 projets et

Plus en détail

Systèmes d apprentissage pour les énergies renouvelables. Acquérir les compétences en s orientant à la pratique et à des projets concrets

Systèmes d apprentissage pour les énergies renouvelables. Acquérir les compétences en s orientant à la pratique et à des projets concrets Systèmes d apprentissage pour les énergies renouvelables Acquérir les compétences en s orientant à la pratique et à des projets concrets Formation de qualité Inépuisable, durable, naturel L avenir est

Plus en détail

MTO / OCP : un projet de recherche stratégique Mise en œuvre de procédés innovants pour produire la matière première des plastiques

MTO / OCP : un projet de recherche stratégique Mise en œuvre de procédés innovants pour produire la matière première des plastiques Recherche & Développement MTO / OCP : un projet de recherche stratégique Mise en œuvre de procédés innovants pour produire la matière première des plastiques Préparer l avenir énergétique Dans un contexte

Plus en détail

Un salon BtoB fédérateur. Un carrefour pertinent pour la filière maritime européenne. 100% des exposants nous font confiance pour 2015

Un salon BtoB fédérateur. Un carrefour pertinent pour la filière maritime européenne. 100% des exposants nous font confiance pour 2015 C eux qui étaient là, si nombreux, s en souviennent. Alors que le rideau tombait sur la première édition d Euromaritime, nous parlions d émotion, de bonheur d être ensemble, de succès partagé. Car telle

Plus en détail

Le pneumatique dans un environnement «technologie véhicule évolutif» : impacts et perspectives

Le pneumatique dans un environnement «technologie véhicule évolutif» : impacts et perspectives Le pneumatique dans un environnement «technologie véhicule évolutif» : impacts et perspectives Grâce aux efforts de recherche et développement qui ont été menés, la résistance au roulement des pneus a

Plus en détail

Projets proposés par le Laboratoire de Physique de l'université de Bourgogne

Projets proposés par le Laboratoire de Physique de l'université de Bourgogne Projets proposés par le Laboratoire de Physique de l'université de Bourgogne Titre : «Comprendre la couleur» Public : Collégiens, Lycéens. Nombre de participants : 5 à 10 (10 Maxi ) Lieu : Campus Universitaire

Plus en détail

Devenir ingénieur. Faculté des Sciences, de la Technologie et de la Communication. Faculté des Sciences, de la Technologie et de la Communication

Devenir ingénieur. Faculté des Sciences, de la Technologie et de la Communication. Faculté des Sciences, de la Technologie et de la Communication Faculté des Sciences, de la Technologie et de la Communication Devenir ingénieur Faculté des Sciences, de la Technologie et de la Communication Notre offre de formations Devenir ingénieur Fascination pour

Plus en détail

Newsletter 01. www.formationtitresservices.be

Newsletter 01. www.formationtitresservices.be Newsletter 01 www.formationtitresservices.be Avant-propos Cher lecteur, Le secteur des titres-services est toujours en pleine croissance. Avez-vous déjà parcouru l étude IDEA commandée par les autorités

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO)

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) Former des urbanistes Le master Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) s appuie sur

Plus en détail

Synthèse Mon projet d emploi

Synthèse Mon projet d emploi Synthèse Mon projet d emploi Nom : Date : Complété par : TÉVA Estrie 2012 La synthèse permet de recueillir les informations notées dans les questionnaires et de constater les ressemblances et les différences

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture Plan d action de développement durable 2009-2015 Le développement durable, une question de culture Révisé en mars 2013 Note importante Le gouvernement du Québec a autorisé le 29 février 2013 par décret

Plus en détail

Les télécoms vont-ils prendre l eau?

Les télécoms vont-ils prendre l eau? LETTRE CONVERGENCE Les télécoms vont-ils prendre l eau? Deux mondes qui convergent vers les mêmes relais de croissance N 26 To get there. Together. A PROPOS DE BEARINGPOINT BearingPoint est un cabinet

Plus en détail

L énergie en Wallonie et à Bruxelles

L énergie en Wallonie et à Bruxelles L énergie en Wallonie et à Bruxelles Yves Marenne - ICEDD Forum étopia «Kyoto 2» du 16 février 2005 étopia_ 1 Introduction : L état des lieux de la situation énergétique en Wallonie et à Bruxelles donne

Plus en détail

Nouvelle Vague. Design et direction artistique : Emmanuel Gallina

Nouvelle Vague. Design et direction artistique : Emmanuel Gallina Nouvelle Vague Design et direction artistique : Emmanuel Gallina Nouvelle Vague réinterprète l espace de travail contemporain en répondant aux aspirations modernes de l utilisateur ainsi qu à l intégration

Plus en détail