Un environnement distribué pour la simulation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Un environnement distribué pour la simulation"

Transcription

1 MDHOUAN CHENIOUR Un environnement distribué pour la simulation des émetteurs radio et de la détection de leurs signaux Mémoire présenté à la Faculté des &tudes supérieures de l'université Laval pour l'obtention du grade de maître 4s sciences (M-Sc.) Departement d'informatique FACULTÉ DES SCIENCES ET DE GÉNIE UNIVERSIT* LAVAL Janvier Radhouan Chenjour! 2000.

2 National Library 1*1 of Canada Acquisitions and Bi bliographic Services Bibliothèque nationale du Canada Acquisitions et services bibliographiques 395 Wellington Sireet 395, rua Wdiingtm Ottawa ON K1A ON4 bciawaon K1AW Canada canada The author has granted a nonexclusive Licence aüowing the National Library of Canada to reproduce, loan, distribute or seii copies of this thesis in microfonn, paper or electronic formats. The author retains ownership of the copyright in this thesis. Neither the thesis nor substantial extracts fkom it may be printed or othenvise reproduced without the author's pexmission. L'auteur a accordé une Licence non exclusive permettant à la Bibliothèque nationale du Canada de reproduire, prêter, distribuer ou vendre des copies de cette thèse sous la fome de microfiche/nlm, de reproduction sur papier ou sur format électronique. L'auteur conserve la propriété du droit d'auteur qui protège cette thèse. Ni la thèse ni des extraits substantiels de celle-ci ne doivent être imprimés ou autrement reproduits sans son autorisation.

3 Avant-propos Je tiens à remercier mes parents en premier pour leur soutien moral et financier ainsi que pour Ia confiance qu'ils m'ont accordé durant toutes mes études. Je fais part de toute ma gratitude à Mr. Peter Kropf qui a accepté de diriger mon projet de maîtrise. Je suis profondément reconnaissant pour les encouragements et les conseils qu'il m'a prodigués. Qu'il en soit remercie, ainsi que pour ses qualités humaines. Je remercie Mr..Jean-Marie Beaulieu et Mr. Pierre MarchandJ qui m'ont fait l'honneur de lire et juger ce travail et d'avoir fourni leurs commentaires Je remercie également Sylvain Stotzer pour ses commentaires pertinents et sa participat ion constructive à ce projet.

4 Résumé Le parallélisme et les systèmes distribués sont de plus en plus utilisés dans de nombreux domaines pour accélérer le traitement d'applications existantes, particulièrement dans le domaine de La simulation numérique. En dehors des domaines d'applications scientifiques et technologiques traditionnelles de traitement à haute performance, la recherche s'oriente vers des applications industriels, des systèmes embarqués ainsi que la modélisation et la simulation guidées par événement et le traitement d'information. Ptant donné le développement actuel de la communication sans fil, certains émetteurs utilisent la méthode de transmission à sauts de fréquences (émetteurs appelés "Frequency Hoppern) afin d'assurer des communications non perturbées. Pour garantir la sécurité? notamment dans le domaine de la navigation maritime et aérienne, ainsi que l'utilisation correcte de la bande de fréquence, il est indispensable de pouvoir localiser de tels émetteurs, éventuellement illégaux. Dans le cadre de la radio-reconnaissance et de la surveillance d'émissions radio diffusées, le projet Hopper porte sur la définition d'un nouveau modèle généralisé de repérage et de spécification, d'implantation et de test d'un environnement informatique qui permettra de localiser les émetteur en temps réel. Afin de pouvoir étudier le modèle théorique, nous développons un système de simuiat ion et un environnement intégré fonctionnant sur un réseau d'ordinateurs (stations de travail UNIX) en utilisant la bibliothèque de communication PVM. Ainsi, les composantes spécialisées (radiogoniomètres ou détecteurs, émetteurs,...) sont simulées ii un niveau raisonnable. Cet environnement devra fournir des données utilisables pour le système de localisation. Ce projet de maîtrise consiste à créer un environnement de simulation d'émetteurs radio. en particulier ceux à sauts de fréquences, e t de détection de leurs signaux par des stations radiogoniométriques. Cet environnement fournit des données utilisables pour un système de localisation. n I r A

5 Table des matières Table des matiêres Liste des tables Liste des figures I iv v 1 Introduction lotivations Problématique Objectifs Organisation du mémoire 4 2 Les émetteurs radio et les techniques de transmission Introduction A nalyse du mode opérationnel Organisation du spectre et règlement international Limites de la bande de fréquences utilisée Techniques de transmissions radio Modulation de porteuse unique Modulation de sous-porteuses Les systèmes à spectre étendu Techniques de modulation Modulation de phase et de fréquence Modulation par décalage de phase Modulation par décalage de fréquence Données caractéristiques du signal... 1T Décalage de phase Décalage de fréquence Conclusion Comportement des détecteurs face aux émetteurs à sauts de fréquences Introduction Détection et émetteur FH Données relatives à l'émetteur FH

6 3.2.2 Données relatives au détecteur Condition de détection Probabilités de détection Données réelles relatives au fonctionnement d'un détecteur Limitation en fréquence, type d'émetteurs cibles Quantité et largeur des canaux de fréquences Fenêtre d'observation Vitessedebalayage Détermination de l'azimut Description des différents modes de balayage Le balayage standard (ou en dents-de-scie) Le balayage aléatoire Le balayage en dent-de-scie à pas variable Lesdétecteurslibres Conclusion 32 4 Mise en contexte Introduction Présentation des travaux envisagés Conclusion Simulation des émetteurs Introduction Paramètres communs Génération du message à transmettre Génération du préambule Calcul des porteuses Modulation du signal Calcul de la puissance du signal Émission par modulation de porteuse unique Émission par modulation de sous-porteuses Calcul des sous-porteuses Contrôle des changements de canal Émission par séquence directe sur spectre étendu Émission par sauts de fréquences sur spectre étendu Conclusion Simulation des détecteurs Introduction Calcul du nombre de trame à générer Simulation du bruit électromagnétique Interception des signaux Validation du temps Validation de la fréquence Calcul de l'angle d'incidence du signal... 51

7 Calcul des ~erturbations Généraiions des données de détection Conclusion 53 7 Environnement distribué et module de contrale 54 1 Introduction Introduction à P.V.M r. 2 3lodule de contrôle Création des processus... JS 7-22 Contrôle et synchronisation des processus Contrôle de la communication inter-processus Conclusion Simulation et analyse des données Introduction S. 2 Mise en contexte S. 2.1 Paramètres géographiques Paramètres propres aux émetteurs Paramètres propres aux intercepteurs Étapes de la simulation Analyse et interprétation des résultats Détection et segmentation Corrélat ion et localisation Interprétation... i a 8.4 Conclusion... '76 Bibliographie 80 -.

8 Liste des tableaux 2.1 Désignations des bandes de fréquences par le CCIR I 3.1 Largeur des fenêtres versus la largeur des canaux Paramètres réels d'un radiogoniomètre Exemple de conversion binaire Code binaires des modes de transmission S. 1 Sommaire des coordonnées des émetteurs et des détecteurs S.2 Résumé des paramètres propres aux émetteurs... 6s 8.3 Résumé des paramètres propres aux intercepteurs

9 Liste des figures 2.1 Propagation des ondes et reflexion par l'ionosphère... S 2.2 Principe opérationnel de la méthode de séquence directe sur un spectre étendu Génération d'une séquence binaire pseudo aléatoire Diagramme fonctionnel d'un émetteur à séquence directe hiode opérationnel des émetteurs sauteurs de fréquence Modes lent (a) et rapide (b) des émetteurs sauteurs de fréquence Diagramme fonctionnel d'un émetteur à sauts de fréquence Représentation générale d'un phaseur Exemple de modulations de phase et de fréquence Largeur du spectre pour une modulation par décalage de fréquence Illustration du mode de balayage standard Parcours aléatoire de la bande de fréquence Principe du balayage en dents-de-scie à pas variable Modes de balayage des détecteurs libres Diagramme fonctionnel des émetteurs Forme du préambule précédant un message Correspondance du message avec les canaux Calcul du message embrouillé Diagramme fonctionnel des détecteurs Représentation du contexte géographique Représentation mat ricielle des données de détection Architecture globale de la simulation Diagramme fonctionnel et interaction des composantes Diagramme fonctionnel du module de contrôle Positions géographiques des émetteurs et des détecteurs Configuration des paramètres de segmentation et localisation Visualisation des données d'interception de la station S.l \'isualisation des données d'interception de la stat-ion Visualisation des données d'interception de Ia station '2 S.6 Zones détectées suite à la collaboration des stations 1 et S.7 Zones détectées suite à la collaboration des stations 1 et

10 8.8 Zones détectées suite à la collaboration des stations 2 et vi

11 Chapitre 1 Introduction Depuis plusieurs années. les systèmes de communication sans fil ont utilisé les tech- niques de spectre étendu et ceci est dû à la qualité et l'efficacité inhérentes qu'elles offrent. Récemment. la demande des services de communication mobile a augmenté le besoin de telles techniques pour répondre à la qualité et la capacité requises par le marché. Les systèmes à spectre étendu offrent plusieurs avantages dans la communication à bande large et étroite. La méthode de transmission à sauts de fréquence. une forme de décalage de fréquence. représente la principaie alternative de la transmission à séquence directe du spectre étendu. Présentement, cet te technique est pratiquement absente dans les applications civiles; cependant, elle est très utilisée dans le domaine militaire pour sa bonne résistance au brouillage radio, à l'interception et à la localisation des sources émettrices qui l'utilisent. Au cours des dernières années, le domaine de la communication a été confronté aux communications à sauts de fréquence. Les équipements conventionnels d'interception et les détecteurs de fréquence ont eu des difficultés à intercepter ce genre d'émetteurs et iis se sont même trouvés dans I'impossibilité de les localiser physiquement. Les approches les plus simples dans l'interception des émetteurs à sauts de fréquence exigent une \+tesse considérable des méthodes d'interception par consultation pour détecter ce dernier type d'émetteurs. 1.1 Motivations La première mot kat ion de ce mémoire vient de notre con\-ict ion que l'amélioration et le perfectionnement du repérage radiogoniomét rique est directement lié à la corn-

12 préhension et à la définition du comportement et du mode opérationnel des émetteurs radio. principalement des émetteurs à sauts de fréquence. En effet, suite aux énormes développements réalisés dans le domaine des communications sans fil, qui exigent plus d'accommodation des stations radio, les responsabilités de la radio surveillance ont augmenté. Des prélèvements radio sont devenus indispensables à la distinction des in- terférences et à l'identification des émetteurs opérationnels illégaux. Les signaux, transmis par des émetteurs à sauts de fréquence et interceptés par les stations de surveillance, sont généralement perçus comme étant du bruit. Ceci est dû aux modes de transmissions utilisés par ces derniers qui sont basés sur des algorithmes pseudo-aléat oires. L'utilisation de cet te technique est. jusqu'à présent? restreinte aux domaines gouvernementaux et plus précisément militaires, ce qui explique la rareté de la littérature sur les transmissions par sauts de fréquence. La deuxième motivation à la réalisation du présent projet est la possibilité d'intégration des émetteurs à sauts de fréquence dans les domaines civils comme les services de communication mobile et les diffusions radio. Il est important de mentionner que les deus principales limites dans les performances des systèmes de communications sont le bruit et la largeur de bande. Cette dernière doit être suffisamment large pour laisser passer toutes les fréquences significatives d'information. Le spectre de fréquences radio utilisable est contrôlé par les conventions internationales de communications et est divisé en bandes de fréquence étroites. Les demandes étant élevées, la plupart de ces bandes sont déjà assignées à différents services comme les communications par satellite, la navigation maritime et aérienne, les services mé- téo: le téléphone mobile et plusieurs autres services [Tomasi, Par conséquent. les problèmes d'interférence des signaux sont devenus plus fréquents et la qualité ainsi que la performance des communications sans fil ont diminué malgré toutes les découvertes technologiques réalisées jusqu'à aujourd'hui. Sot re troisième motivation à la réalisation du présent projet nous vient des résultats obtenus dans le cadre du projet Hopper95 (un simulateur ayant été réalisé à lïnstitut d'informatique de Fribourg, en Suisse, dans le cadre d'un projet de fin d'études). hlalgré l'approche simplifiée et malgré toutes les hypothèses du départ. Hopper95 a prouvé le besoin d'améliorations dans le domaine de la détection radio et, surtout. la possibilité de réaliser la localisation dans le domaine des communications mobiles.

13 Introduction 3 Ce simulateur a révèlé que des études approfondies pourront être réalisées au niveau de l'analyse et de la simulation des émetteurs, au niveau des algorithmes de détection ainsi qu'au niveau de l'architecture et de L'environnement de simulation. 1.2 Problématique A lors qu'un émetteur standard (linéaire) n'occupe qu'une fréquence particulière, l'émetteur à sauts de fréquence utilise, lors de ses transmissions, tout ou une partie de la bande de fréquences disponible en passant d'une fréquence à une autre suivant un mode connu de lui seul et du (ou des) destinataire(s) concerné(s). Par ce mé- canisme. le récepteur. synchronisé avec I'émetteur. percevra son message clairement. alors que pour toute autre station à l'écoute, cette émission ne sera perçue que comme du bruit. Le problème se pose alors, pour une station autre que le destinataire, de détecter un tel émetteur et surtout d'identifier l'ensemble des signaux détect.és sur dif- férentes fréquences comme étant des signaux provenant d'une même source d'émission [Duverney, l99.j]. La technologie de communication moderne a. au niveau des activités d' interception radio. des exigences très élevées en ce qui a trait à la sélection des signaux et ce. sur une large bande de fréquences. Ces exigences sont dues au pouvoir que possèdent certains types spéciaux de transmissions, comme les transmissions à sauts de fréquence. de modifier rapidement la fréquence de transmission, de répartir leur énergie d'émission sur une large bande de fréquence et de recevoir pendant un laps de temps très court. 1.3 Objectifs Yotre étude consiste à créer un environnement de simulation d'un scénario de trans- missions radio et de leur détection par une station de surveillance radio tout en tenant compte des différentes perturbations des données initiales dues au bruit, aux inter- férences entre les transmissions, aux conditions atmosphériques et au relief géogra- phique. Différents types d'émetteurs sont visés par cette simulation et particulièrement les émetteurs à sauts de fréquence. Ainsi, nous nous fixons les objectifs suivants : Analyser soigneusement et déterminer les caractéristiques des émetteurs à sauts de fréquence ainsi que les émetteurs à séquence directe et d'autres t>-pes d'émet- teurs. dans le but de réaliser un simulateur nous offrant des résultats qui se rapprochent le plus des données réelles.

14 Introduction 4 Déterminer les différentes sources de perturbations et leur influence sur la variat ion des différents paramètres caractérisant une émission, pour ensuite ajuster les données fournies par les simulateurs d'émetteurs. Déterminer le comportement des détecteurs utilisés par les stations de surveillance radio. analyser les algorithmes utilisés par ces derniers ainsi que leurs méthodes de surveillance. ensuite implanter un simulateur nous offrant les données de détection obtenues lors d'une séance d'écoute. Analyser les données finales des simulations et essayer. à la lumière des résultats obtenus, de proposer des idées pouvant aider à l'amélioration des performances des détecteurs déjà utilisés par les stations de surveillances. Cependant. nous ajoutons que les simulations sont réalisées dans un environnement Unis et avec le langage de programmation C. Compte tenu de la taille considérable du flux de données traité dans notre application, nous utilisons les possibilités qu'offre la librairie PVhl (Parallel Virtual Machine) et, en conséquence, nous profitons des avantages qu'offre le parallélisme au niveau de la vitesse d'exécution et de la distribution des données. 1.4 Organisation du mémoire Le chapitre suivant passe en revue les differents concepts et théories qui sont à Ia base des outils des télécommunications, principalement les émetteurs radio. Entre autres choses, nous présentons les différents types de bandes de fréquences, les différents types de modulation et les différents modes de transmission radio. Cependant, nous abordons avec plus de détails les caractéristiques des émetteurs visés par le préçent projet, les émetteurs radio à sauts de fréquence. Le troisième chapitre est un survol des concepts théoriques qui traitent de l'aspect fonctionnel des intercepteurs de signaux, entre autres choses, leur performance et leur capacité de traiter les données et, ~rincipalement, leur capacité d'identifier les émetteurs à sauts de fréquence. Nous présentons, aussi, les différents algorithmes de balayage utilisés par ces derniers. Le quatrième chapitre est une conciusion des travaux théoriques et une introduction au différents tra\-aux pratiques que nous réaliserons dans le cadre du présent projet.

15 Le cinquième et le sixième chapitres présentent, respectivement, les spécifications que nous utilisons pour la conception informatique des simulateurs d'émetteurs et dïn- tercepteurs. Les deux chapitres définissent les différentes contraintes rencontrées dans la conception des simulateurs ainsi que les hypothèses de simplification et mettent en pratique les différents concepts abordés dans le deuxième et le troisième chapitres. Dans le septième chapitre nous décrivons les principes de la programmation paral- Ièlle et distribuée ainsi que les différentes architectures connues dans le domaine. En- suite. nous présentons la librairie PVM, machine parallèle virtuelle. Comme son nom l'indique. cette dernière est un ensemble de procédures qui nous permettent l'émula- t ion d'une architecture parallèle, tout en ut i1isant. de façon transparente pour l'usager. les différentes resources matérielles d'un réseau. Ce chapitre est consacré aussi à la description des traitements parallèles et distribués que nous élaborons dans Ie présent projet. En dernier, le huitième chapitre est une mise en oeuvre de l'ensemble des travaux effectués dans le cadre de ce projet. Nous définissons un scénario qui nous permet de tester les différentes composantes de notre simulateur et ensuite nous analysons les résultats que nous obtenons en comparant avec des données réelles interceptées par un radiogoniomètre.

16 Chapitre 2 Les émetteurs radio et les techniques de transmission 2.1 Introduction Dans le présent chapitre. nous exposons les differents concepts et théories qui sont à la base des outils des télécommunications. Entre autres choses, nous présentons les différents types de bandes de fréquence, les différents types de modulation et les difffents modes de transmission radio. Cependant. nous voulons avertir le lecteur que. concernant l'élaboration des concepts théoriques qui engendrent l'aspect électronique des outils de télécommunication, nous nous sommes limités à nos besoins dans le cadre du présent projet. 2.2 Analyse du mode opérationnel Organisation du spectre et r8glement international La division générale de la totalité du spectre de fréquences utilisables est décidée par les Conventions Internationales de télécommunications. Ainsi. le spectre de fréquence radio est divisé en bandes de fréquence étroites. Chacune de ces bandes possède un numéro et un nom descriptif désignés par le Comité Consultatif International des Communications Radio (CCIR) [Tomasi, Ces bandes sont classées suivant l'ordre cité dans Ie tableau Limites de la bande de fréquences utilisée Dans le domaine de la diffusion radio. les systèmes de communication utilisent souvent la propagation électromagnétique pour acheminer des informat ions d'un point

17 Les émetteurs radio et les techiques de transmission 7 Suméro de bande Ordre des fréquences Désignations HZ KHz 3-30 KHz KHz MHz 3-30 MHz MHz GHz 3-30 GHz GHz THz 3-30 THz THz PHz 3-30 PH PH2 lumière ultraviolet rayon-x libre EHz rayons-gamma EHz rayons cosmiques ELF (fréquences extrêmement basses) VF (fréquences de voix) VLF (très basses fréquences) LF ( basses fréquences) MF (moyennes fréquences) HF (hautes fréquences) VHF (très hautes fréquences) UHF (fréquences ultra hautes) SHF (fréquences super hautes) EHF (fréquences extrêmement hautes) lumière infra-rouge libre spectre lumineux visible Tableau 2.1: Désignations des bandes de fréquences par le CCIR à un autre. Étant donné que notre simulation vise un type d'émetteur fonctionnant sans relais en ligne directe et transmettant sur des longues distances, on se trouve confrontés aux problèmes causés par le relief terrestre. Ainsi. on fait appel au phénomène de la reflection d'ondes magnétiques sur l'ionosphère comme le montre la figure 2.1. En effet, cette dernière constitue un milieu dispersif pour des fréquences supérieures à la fréquence d'osciilation du plasma, notée u, et connue sous le nom de fréquence de coupure, et un milieu réactif pour les fréquences inférieures à v,. Ainsi. pour tout signal dont la fréquence est inférieure à v,, l'ionosphère se comportera comme un miroir réfléchissant les ondes vers la terre, permettant ainsi à deux stations de communiquer tout en franchissant la barrière constituée par le relief terrestre [Stremler, La fréquence d'oscillation du plasma est de l'ordre de 30!iIHz. constituant ainsi la limite maximale de la fréquence utilisable par des émetteurs utilisant la méthode de

18 Les émetteurs radio et les techictues de transmission S Figure 2.1 : Propagation des ondes et reflexion par l'ionosphère. transmission point-à-point. Pour cette raison. nos études sont axées particulièrement sur les émissions à moyennes et hautes fréquences qu'on appele aussi les émissions à ondes courtes. 2-3 Techniques de transmissions radio Les différentes caractéristiques de propagation des signaux ont poussé I'apparit ion de différents modes de transmission. Quatre modes de transmission sont utilisés dans les réseau de communications sans fil: fransmission par modulation de porfcus~ uniquc. par modulation de sous-porteuses, par siquence directe sur un spectre itmdu et par sauts dc friqutncc sur un spectre étendu Modulation de porteuse unique Xvec la présente approche, une unique fréquence porteuse du signal, calculée au centre de la bande allouée, est modulée avec les données à transmettre. Plusieurs mé- thodes de modulation sont d'usage : amplitude, fréquence et phase ou une combinaison de ces dernières. Compte tenu de l'importance de la largeur de bande utilisée dans les réseaux sans fil, la modulation utilisée est basée sur la variation de phase d'une por- t euse à amplitude constante. En conséquence, la méthode de décalage en quadradure de phase ou une de ces variantes est utilisée Modulation de sous-porteuses Le principe de cette approche consiste. en premier, à diviser Ia bande de fréquence allouée en sous-canaus de largeur égale: une sous-porteuse est calculée au centre de chacun de ces derniers, ensuite. on découpe le signal binaire en sous-chaînes dont le nombre est égal à celui des sous-porteuses. Chacune des sous-chaines binaires est utilisée

19 Les émetteurs radio et les techniques de transmission 9 pour la modulation d'une sous-porteuse, comme dans le cas de modulation de porteuse unique. Ainsi, à cause du taux de bits relativement bas transmis par canal, le niveau d'interférence est considérablement réduit. Les sous-porteuses utilisées sont des multiples entiers de la première sous porteuse. f 1.2 f 1.3 fi, -. En conséquence, la méthode est connue sous le nom de multiplexage par division orthogonale de fr~quence[russell Les systemes à spectre étendu Le terme spectre étendu est utilisé dans une grande variété de systèmes de commu- nicat ions militaires et commerciaux. Dans les systèmes à spectre étendu, chaque signal d'information exige, de façon significative, une pius large bande de fréquence qu'un signal conventionnel. La transmission sur spectre étendu est une technique par laquelle une forme d'onde déjà modulée est modulée une seconde fois dans le but de générer un signal à large bande dont la fréquence est étendue et capable d'éviter de façon remarquable les interférences avec d'autres signaus. L'expansion de la bande est réalisée par des moyens indépendants de I'informat ion contenue dans le message à transmettre [Feher, lw.j]. Parmi les applications et les avantages potentiels des systèmes à spectre étendu nous citons : L'amélioration du rejet d'interférence. Les communications sécuritaires. L'augmentation de la capacité et de l'efficacité du spectre dans quelques applica- tions des systèmes de communications mobiles. Les systèmes à spectre étendu sont classés selon leur architecture et leur type de modulation. les techniques de modulation les plus utilisées dans les systèmes à spectre étendu sont: Séquence directe sur spectre étendu. Sauts de fréquences rapides. Sauts de fréquences lents.

20 Les émetteurs radio et les techniques de transmission 10 0 Gazouillement ( Chirp sounder ). Les méthodes de séquence directe et de sauts de fréquence sont les plus utilisées dans les systèmes de communications radio et les réseaux locaux sans fil. Émission par séquence directe sur un spectre étendu Le principe de fonctionnement de cette méthode de transmission est illustré par le schéma de la figure 2.2. En premier lieu, l'opérateur logique OU-exclusif est appliqué entre chacun des bits des données source et une séquence binaire pseudo-aléatoire. Ainsi. lorsque le signal obtenu est modulé et transmis. il occupe une bande de fréquence proportionnellement plus large que la bande initiale, donc le signal apparait comme un bruit pour d'autres usagers de la même bande de fréquence [Stremler? Toutes les trames de données à transmettre sont précédées d'une en-tête et d'un délimiteur de début de trame et l'ensemble forme les données de modulation. L'en-tête contient les données de synchronisation qui fournissent au destinataire toutes les inforrnat ions concernant l'émission. Figure 2.2: Principe opérationnel de la méthode de séquence directe sur un spectre étendu. La géneration de la séquence pseudo-aléatoire est basée sur un circuit électronique composé d'un certain nombre de registres à décalage et de portes logiques OC-exclusif. Un registre à décalage à r2 bits produit une séquence de 'L" - 1 bits. un nombre représentant le facteur d'étendu. La figure 2.3 montre un exemple de générateur composé

21 Les émetteurs radio et les techniaues de transmission ~p - d'un registre à 3 bits et d'une porte logique OU-exclusif ainsi que la séquence pseudo- aléatoire obtenue. SBPA - Séquco~c B~ruirc kuq Aléamm O '- SBPA Figure 2.3: Génération d'une séquence binaire pseudo aléatoire. La figure 2.4 présente le diagramme simplifié d'un émetteur radio à séquence directe. Lorsqu'un OU-exclusif est appliqué entre chacun des bits de données et la séquence pseudo-aléatoire, le signal binaire résultant est transmis par la modulation d'une fréquence. Typiquement, les techniques de modulation utilisées dans la transmission à séquence directe sont: décalage binaire de phase ou décalage en quadrature de phase. Données wrcc m m Circuit du OU-exclusif Modulateur ct mixeur r Horloge Y Code F ucnce PO % Fe d'trcndu dftrentiellc ; L Figure 2.4: Diagramme fonctionnel d'un émetteur à séquence directe. Émission par sauts de fréquences sur un spectre étendu La technique de transmission par sauts de fréquences se caractérise par la capacité qu'elle offre aux émetteurs de changer aléatoirement de fréquence durant une émission. tel qiiïllustré par la figure 2.5(a). La bande de fréquence allouée est divisée en sousbandes à basse fréquence nommées des canaux, comme l'indique la figure 2.5(b). Tous les canaux sont d'une largeur de bande égale et sont déterminés par le taus de bits de

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS Matériel : Un GBF Un haut-parleur Un microphone avec adaptateur fiche banane Une DEL Une résistance

Plus en détail

Modulation et démodulation d amplitude.

Modulation et démodulation d amplitude. Modulation et démodulation d amplitude. P. Ribiere Collège Stannislas Année Scolaire 2014/2015 P. Ribiere (Collège Stannislas) Modulation et démodulation d amplitude. Année Scolaire 2014/2015 1 / 42 1

Plus en détail

LA GEOLOCALISATION. Mise en situation

LA GEOLOCALISATION. Mise en situation LA GEOLOCALISATION Mise en situation Connaître sa position a toujours été une préoccupation de l homme qui a développé les moyens nécessaires pour s orienter et se déplacer. LA GEOLOCALISATION Sommaire

Plus en détail

Ces recommandations (indiquées dans la colonne la plus à droite des tableaux ci-après) ne sont pas obligatoires pour utiliser ce produit Midmark

Ces recommandations (indiquées dans la colonne la plus à droite des tableaux ci-après) ne sont pas obligatoires pour utiliser ce produit Midmark Déclarations de conformité électromagnétique à la norme EN 60601-1-2 La conformité de ce produit Midmark avec les spécifications de la norme EN 60601-1-2 concernant la compatibilité électromagnétique (CEM)

Plus en détail

UE 503 L3 MIAGE. Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique. A. Belaïd

UE 503 L3 MIAGE. Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique. A. Belaïd UE 503 L3 MIAGE Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique A. Belaïd abelaid@loria.fr http://www.loria.fr/~abelaid/ Année Universitaire 2011/2012 2 Le Modèle OSI La couche physique ou le

Plus en détail

f m 280 Hz 0,30x1,0.10

f m 280 Hz 0,30x1,0.10 CORRECTION DU TP PHYSIQUE N 12 SPECIALITE TS 1/5 LA RECEPTION RADIO Correction du TP de physique N 12 La réception radio Activité préparatoire Les stations radios : nécessité d un dispositif récepteur

Plus en détail

Les techniques de multiplexage

Les techniques de multiplexage Les techniques de multiplexage 1 Le multiplexage et démultiplexage En effet, à partir du moment où plusieurs utilisateurs se partagent un seul support de transmission, il est nécessaire de définir le principe

Plus en détail

Chapitre 18 : Transmettre et stocker de l information

Chapitre 18 : Transmettre et stocker de l information Chapitre 18 : Transmettre et stocker de l information Connaissances et compétences : - Identifier les éléments d une chaîne de transmission d informations. - Recueillir et exploiter des informations concernant

Plus en détail

ANALYSE FONCTIONNELLE

ANALYSE FONCTIONNELLE Présentation du système ANALYSE FONCTIONNELLE La voiture haut de gamme d aujourd hui comporte plusieurs calculateurs reliés en réseaux par des bus multiplexés dont le bus CAN. La CITRÖEN C6 dispose de

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

ONZIÈME CONFÉRENCE DE NAVIGATION AÉRIENNE. Montréal, 22 septembre 3 octobre 2003

ONZIÈME CONFÉRENCE DE NAVIGATION AÉRIENNE. Montréal, 22 septembre 3 octobre 2003 AN-Conf/11-WP/57 25/6/03 ONZIÈME CONFÉRENCE DE NAVIGATION AÉRIENNE Montréal, 22 septembre 3 octobre 2003 Point 5 : Examen des résultats de la Conférence mondiale des radiocommunications de 2003 de l UIT

Plus en détail

LP CONDORCET. Q3. De quand date le premier lancement de satellite de communication? Q4. Quelle fut la première application de ce satellite?

LP CONDORCET. Q3. De quand date le premier lancement de satellite de communication? Q4. Quelle fut la première application de ce satellite? TD1 GENloc31e Étude du système de Gestion de flotte de véhicule par GSM et GPS Champ professionnel Électronique Industrielle Embarquée Activité F4 Organisation A4-2 S'informer et se documenter Compétence

Plus en détail

Synthèse théorique des méthodes de transmission binaires sur les canaux vocodés

Synthèse théorique des méthodes de transmission binaires sur les canaux vocodés Synthèse théorique des méthodes de transmission binaires sur les canaux vocodés I Introduction On cherche à moduler des données binaires dans le but de les transmettre sur des canaux vocodés. Afin de transmettre

Plus en détail

ELECTROTECHNIQUE. Chapitre 5 Bobines couplées magnétiquement Inductances mutuelles. Électromagnétisme. Michel PIOU. Édition: 01/06/2010

ELECTROTECHNIQUE. Chapitre 5 Bobines couplées magnétiquement Inductances mutuelles. Électromagnétisme. Michel PIOU. Édition: 01/06/2010 ELECTROTECHNIQUE Électromagnétisme Michel PIOU Chapitre 5 Bobines couplées magnétiquement Inductances mutuelles Édition: 0/06/00 Extrait de la ressource en ligne MagnElecPro sur le site Internet Table

Plus en détail

SYSTEME DE PALPAGE A TRANSMISSION RADIO ETUDE DU RECEPTEUR (MI16) DOSSIER DE PRESENTATION. Contenu du dossier :

SYSTEME DE PALPAGE A TRANSMISSION RADIO ETUDE DU RECEPTEUR (MI16) DOSSIER DE PRESENTATION. Contenu du dossier : SYSTEME DE PALPAGE A TRANSMISSION RADIO ETUDE DU RECEPTEUR (MI16) DOSSIER DE PRESENTATION Contenu du dossier : 1. PRESENTATION DU SYSTEME DE PALPAGE A TRANSMISSION RADIO....1 1.1. DESCRIPTION DU FABRICANT....1

Plus en détail

Evaluation du modulateur IQ BGX7101 Compte rendu

Evaluation du modulateur IQ BGX7101 Compte rendu Evaluation du modulateur IQ BGX7101 Compte rendu Quatrième année département Informatique, Microélectronique et Automatique Auteurs : Hugo Fondu Sylvain Fossaert Année : 2013/2014 Nom de la matière : Projet

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION ) Caractéristiques techniques des supports. L infrastructure d un réseau, la qualité de service offerte,

Plus en détail

Les bases théoriques du numérique

Les bases théoriques du numérique Les bases théoriques du numérique 1. Différences entre signaux analogiques et signaux numériques L analogique et le numérique sont deux procédés pour transporter et stocker des données. (de type audio,

Plus en détail

Inventeur: Marchand, Maurice. permettant dermettant d'effectuer une double transposition (23, 26), des. moyens noyens de blocage (30, 21).

Inventeur: Marchand, Maurice. permettant dermettant d'effectuer une double transposition (23, 26), des. moyens noyens de blocage (30, 21). Europâisches Patentamt European Patent Office Numéro de publication: O 049 651 Office européen des brevets Al DEMANDE DE BREVET EUROPEEN Numéro de dépôt: 81401460.1 Int. Ci.3: G 01 S 7/28 ^ @ (22) Date

Plus en détail

Communications Numériques et Théorie de l Information Contrôle de Connaissances avec documents Mardi 24 juin - 13h30 à 15h00

Communications Numériques et Théorie de l Information Contrôle de Connaissances avec documents Mardi 24 juin - 13h30 à 15h00 Communications Numériques et Théorie de l Information Contrôle de Connaissances avec documents Mardi 4 juin - 13h30 à 15h00 Système de télérelevage par satellite On se propose d étudier le fonctionnement

Plus en détail

Fonctions de la couche physique

Fonctions de la couche physique La Couche physique 01010110 01010110 Couche physique Signal Médium Alain AUBERT alain.aubert@telecom-st-etienne.r 0 Fonctions de la couche physique 1 1 Services assurés par la couche physique Transmettre

Plus en détail

Numérisation de l information

Numérisation de l information Numérisation de l Une est un élément de connaissance codé à l aide de règles communes à un ensemble d utilisateurs. Le langage, l écriture sont des exemples de ces règles. 1 Comment les s sont-elles transmises?

Plus en détail

CULTe Le samedi 9 février2008 à 15h. Conf 1 : WIFI, les bases

CULTe Le samedi 9 février2008 à 15h. Conf 1 : WIFI, les bases CULTe Le samedi 9 février2008 à 15h Conf 1 : WIFI, les bases 1) Principes de fonctionnement (antennes, fréquences, emetteurs/recepteurs, point d'accés) a) Les grandes classes de fréquences HF, 300 Khz

Plus en détail

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B Chapitre 4 Polarisation du transistor bipolaire à jonction 4.1 Le problème de la polarisation 4.1.1 Introduction Dans le chapitre 3, nous avons analysé un premier exemple de circuit d amplification de

Plus en détail

INTRODUCTION A L ELECTRONIQUE NUMERIQUE ECHANTILLONNAGE ET QUANTIFICATION I. ARCHITECTURE DE L ELECRONIQUE NUMERIQUE

INTRODUCTION A L ELECTRONIQUE NUMERIQUE ECHANTILLONNAGE ET QUANTIFICATION I. ARCHITECTURE DE L ELECRONIQUE NUMERIQUE INTRODUCTION A L ELECTRONIQUE NUMERIQUE ECHANTILLONNAGE ET QUANTIFICATION I. ARCHITECTURE DE L ELECRONIQUE NUMERIQUE Le schéma synoptique ci-dessous décrit les différentes étapes du traitement numérique

Plus en détail

Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires

Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires Systèmes cellulaires Réseaux cellulaires analogiques de 1ère génération : AMPS (USA), NMT(Scandinavie), TACS (RU)... Réseaux numériques de 2ème

Plus en détail

TS1 - DST de Physique-Chimie 04/11/2013-2 h

TS1 - DST de Physique-Chimie 04/11/2013-2 h NOM : PRÉNOM : CLASSE : TS1 - DST de Physique-Chimie 04/11/2013-2 h COMPETENCES EVALUEES (A = acquis ; E = en cours d acquisition ; N = non acquis) Ex1 Ex2 Ex3 Rédiger et présenter son devoir. Restituer

Plus en détail

Les codes Pseudo-Aléatoires et leurs applications

Les codes Pseudo-Aléatoires et leurs applications Les codes Pseudo-Aléatoires et leurs applications A) Les codes Pseudo-Aléaoires B) Les Applications : I. Etalement de spectre, II. Cryptage et chiffrement III. Brouillage numérique A) Les codes Pseudo-aléatoires

Plus en détail

Transmissions série et parallèle

Transmissions série et parallèle 1. Introduction : Un signal numérique transmet généralement plusieurs digits binaires. Exemple : 01000001 ( huit bits). Dans une transmission numérique on peut envisager deux modes : les envoyer tous en

Plus en détail

Systèmes de transmission

Systèmes de transmission Systèmes de transmission Conception d une transmission série FABRE Maxime 2012 Introduction La transmission de données désigne le transport de quelque sorte d'information que ce soit, d'un endroit à un

Plus en détail

DS de Spécialité n o 6 Téléphone portable et ondes radio

DS de Spécialité n o 6 Téléphone portable et ondes radio DS de Spécialité n o 6 Téléphone portable et ondes radio. Les ondes électromagnétiques pour communiquer Le téléphone portable fonctionne comme une radio. Lors d une communication, la voix est convertie

Plus en détail

TP N 1 MODULATION D AMPLITUDE DEMODULATION D AMPLITUDE

TP N 1 MODULATION D AMPLITUDE DEMODULATION D AMPLITUDE Polytech'Nice, Dép. Elec 4ème année T.P. d'electronique TP N 1 MODULATION D AMPLITUDE DEMODULATION D AMPLITUDE GENERALITES SUR LA MODULATION Les ondes électromagnétiques de fréquence élevée ont la propriété

Plus en détail

Objet : Prise en main sur une antenne terrestre NASE786X-04-03

Objet : Prise en main sur une antenne terrestre NASE786X-04-03 Objet : Prise en main sur une antenne terrestre NASE786X-04-03 Les mesureurs de champ SEFRAM 7861 7862 7861HD 7862HD permettent la configuration d un système de réception TV terrestre ou satellite. Ce

Plus en détail

TEPZZ 7 ZZ64A_T EP 2 720 064 A1 (19) (11) EP 2 720 064 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN

TEPZZ 7 ZZ64A_T EP 2 720 064 A1 (19) (11) EP 2 720 064 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (19) TEPZZ 7 ZZ64A_T (11) EP 2 720 064 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (43) Date de publication: 16.04.2014 Bulletin 2014/16 (21) Numéro de dépôt: 13188241.7 (1) Int Cl.: G01S 1/22 (2006.01) H04B 7/18

Plus en détail

Mesure de Température par Caméra Infrarouge

Mesure de Température par Caméra Infrarouge Mesure de Température par Caméra Infrarouge INTRODUCTION La caméra infrarouge capte au travers d un milieu transmetteur (ex : l atmosphère) les rayonnements émis par une scène thermique. Le système radiométrique

Plus en détail

L INFORMATION GEOGRAPHIQUE

L INFORMATION GEOGRAPHIQUE Champs sur Marne ENSG/CERSIG Le 19-nove.-02 L INFORMATION GEOGRAPHIQUE Archivage Le Système d information géographique rassemble de l information afin de permettre son utilisation dans des applications

Plus en détail

Notice d utilisation. EASY Sender 5.8. Avec relais de télécommande

Notice d utilisation. EASY Sender 5.8. Avec relais de télécommande EASY Sender 5.8 Avec relais de télécommande Notice d utilisation Référence document : NS_511058_1002 Pour une installation correcte et rapide, nous insistons sur l utilisation de cette notice. 2 Certificat

Plus en détail

RECOMMANDATION UIT-R SM.1598

RECOMMANDATION UIT-R SM.1598 Rec. UIT-R SM.1598 1 RECOMMANDATION UIT-R SM.1598 Méthodes de radiogoniométrie et de localisation de signaux à accès multiple par répartition dans le temps et à accès multiple par répartition en code (Question

Plus en détail

Routage Grande Vitesse des Cartes Electroniques

Routage Grande Vitesse des Cartes Electroniques Routage Grande Vitesse des Cartes Electroniques Roberto Reyna 1, aniela ragomirescu 2,3 1-Freescale Toulouse 2 - Université de Toulouse : INSA Toulouse, 135 Av. de Rangueil Toulouse cedex 4 3-LAAS-CNRS

Plus en détail

TP 2. Circuits réactifs

TP 2. Circuits réactifs TP 2. ircuits réactifs Par Dimitri galayko Unité d enseignement Élec-info pour master ASI à l UPM Octobre-décembre 2005 Lors de ce TP nous étudierons en pratique les phénomènes transitoires dans les circuits

Plus en détail

La Modulation d Amplitude (AM)

La Modulation d Amplitude (AM) La Modulation d Amplitude (AM) Le Signal AM (1) La porteuse sinusoïdale e 0 (t) = Ê.cos(2π t) est modulée en amplitude par une information BF s(t). Le signal AM qui en résulte peut s écrire u AM (t) =

Plus en détail

Etudier l influence de différents paramètres sur un phénomène physique Communiquer et argumenter en utilisant un vocabulaire scientifique adapté

Etudier l influence de différents paramètres sur un phénomène physique Communiquer et argumenter en utilisant un vocabulaire scientifique adapté Compétences travaillées : Mettre en œuvre un protocole expérimental Etudier l influence de différents paramètres sur un phénomène physique Communiquer et argumenter en utilisant un vocabulaire scientifique

Plus en détail

Chapitre 2 : communications numériques.

Chapitre 2 : communications numériques. Chapitre 2 : communications numériques. 1) généralités sur les communications numériques. A) production d'un signal numérique : transformation d'un signal analogique en une suite d'éléments binaires notés

Plus en détail

Les réseaux cellulaires

Les réseaux cellulaires Les réseaux cellulaires Introduction Master 2 Professionnel STIC-Informatique Module RMHD 1 Introduction Les réseaux cellulaires sont les réseaux dont l'évolution a probablement été la plus spectaculaire

Plus en détail

Prospections géophysiques adaptées au socle

Prospections géophysiques adaptées au socle Prospections géophysiques adaptées au socle Viviane BORNE Sommaire 1 - La prospection électromagnétique VLF 2 - La tomographie électrique 3 - Les nouvelles prospections à mettre en oeuvre 2 Prospection

Plus en détail

TELEPHONIE MOBILE HISTORIQUE

TELEPHONIE MOBILE HISTORIQUE La téléphonie mobile est une infrastructure de télécommunication qui permet de communiquer par téléphone sans être relié par câble à un central. HISTORIQUE Première génération Ericsson 450 Ericsson 900

Plus en détail

Université Montpellier II. Bibliographie sur le cours UMSIE115

Université Montpellier II. Bibliographie sur le cours UMSIE115 Bibliographie sur le cours UMSIE115 Auteurs Titre Editeur D. BATTU Télécommunications, Principes, Infrastructures et services Dunod Informatiques P. LECOY Technologie des Télécoms Hermes C. SERVIN Télécoms

Plus en détail

Cette activité propose aux élèves de déterminer la durée et la distance nécessaires à un véhicule de la gendarmerie

Cette activité propose aux élèves de déterminer la durée et la distance nécessaires à un véhicule de la gendarmerie Olivier PILORGET - Académie de Nice - TraAM 2013-2014 " EXCES DE VITESSE " 3 ème - 2 nd Testée avec une classe de 3 ème sur une séances de 55 min Image tirée d'un reportage vidéo de Marc Mehran sur Nice

Plus en détail

Autour de la téléphonie mobile et des antennes

Autour de la téléphonie mobile et des antennes Autour de la téléphonie mobile et des antennes La présente fiche d information contient des informations techniques sur la téléphonie mobile en général et plus spécifiquement sur les antennes. Elle explique

Plus en détail

Propriétés ondulatoires du son

Propriétés ondulatoires du son Propriétés ondulatoires du son But de la manipulation : Illustrer le caractère ondulatoire du son. Introduction : Pour se convaincre que le son est une onde, il suffit de montrer que son comportement est

Plus en détail

Machine de Turing. Informatique II Algorithmique 1

Machine de Turing. Informatique II Algorithmique 1 Machine de Turing Nous avons vu qu un programme peut être considéré comme la décomposition de la tâche à réaliser en une séquence d instructions élémentaires (manipulant des données élémentaires) compréhensibles

Plus en détail

6. Ondes électromagnétiques et rayons lumineux

6. Ondes électromagnétiques et rayons lumineux 6. Ondes électromagnétiques et rayons lumineux Ce chapitre contient des rappels d optique géométrique et vise à faire le lien entre les notions d ondes étudiées au début du cours et l optique géométrique.

Plus en détail

Le sondeur monofaisceau :

Le sondeur monofaisceau : Le sondeur monofaisceau : Un sondeur monofaisceau classique (de type sondeur de navigation par exemple), émet un signal acoustique vers le fond et analyse l écho retour. L instant de détection se traduit

Plus en détail

L'apport de la physique au diagnostic médical

L'apport de la physique au diagnostic médical L'apport de la physique au diagnostic médical L'application des découvertes de la physique à l'exploration du corps humain fournit aux médecins des informations essentielles pour leurs diagnostics. Ils

Plus en détail

Propagation des ondes en HF

Propagation des ondes en HF Propagation des ondes en HF Pour cette étude, il faut s intéresser à plusieurs paramètres. Le document ci-dessous a été fait par F5DBT et publié sur le site et dans la news letter. Il reprend tous les

Plus en détail

Département de physique

Département de physique Département de physique Etude de la densité spectrale de puissance du bruit thermique dans une résistance Travail expérimental et rédaction du document : Jean-Baptiste Desmoulins (P.R.A.G.) mail : desmouli@physique.ens-cachan.fr

Plus en détail

Observer TP Ondes CELERITE DES ONDES SONORES

Observer TP Ondes CELERITE DES ONDES SONORES OBJECTIFS CELERITE DES ONDES SONORES Mesurer la célérité des ondes sonores dans l'air, à température ambiante. Utilisation d un oscilloscope en mode numérique Exploitation de l acquisition par régressif.

Plus en détail

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction DNS Sujet Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3 Réfraction I. Préliminaires 1. Rappeler la valeur et l'unité de la perméabilité magnétique du vide µ 0. Donner

Plus en détail

La (les) mesure(s) GPS

La (les) mesure(s) GPS La (les) mesure(s) GPS I. Le principe de la mesure II. Equation de mesure GPS III. Combinaisons de mesures (ionosphère, horloges) IV. Doubles différences et corrélation des mesures V. Doubles différences

Plus en détail

Centre Ressource Génie Electrique

Centre Ressource Génie Electrique 1 2 LA LIAISON HYPERFREQUENCE PRESENTATION FONCTIONNELLE VOITURE 1 Vous avez tous vu, sur votre récepteur de télévision, un grand prix de Formule 1, les 24 Heures du Mans ou encore un grand prix de moto,

Plus en détail

3. Qu'est-ce qu'une image numérique? 3.1 Pixels et niveaux de gris

3. Qu'est-ce qu'une image numérique? 3.1 Pixels et niveaux de gris 3. Qu'est-ce qu'une image numérique? 3.1 Pixels et niveaux de gris PLAN 3.1.1 Image numérique et image analogique 3.1.2 Résolution 3.1.3 Niveaux de gris 3.1.4 L'image numérique : un tableau d'entiers 3.1.1

Plus en détail

Rapport. Mesures de champ de très basses fréquences à proximité d antennes de stations de base GSM et UMTS

Rapport. Mesures de champ de très basses fréquences à proximité d antennes de stations de base GSM et UMTS Rapport Mesures de champ de très basses fréquences à proximité d antennes de stations de base GSM et UMTS A.AZOULAY T.LETERTRE R. DE LACERDA Convention AFSSET / Supélec 2009-1 - 1. Introduction Dans le

Plus en détail

TELEVISION NUMERIQUE

TELEVISION NUMERIQUE REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie --------------------- UNIVERSITE DE YAOUNDE I ---------------------- ECOLE NATIONALE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE ---------------------- REPUBLIC OF CAMEROUN Peace

Plus en détail

MISE A JOUR DE L ANNEXE TECHNIQUE Norme NF EN ISO/CEI 17025 v2005

MISE A JOUR DE L ANNEXE TECHNIQUE Norme NF EN ISO/CEI 17025 v2005 Date de révision : MISE A JOUR DE L ANNEXE TECHNIQUE Norme NF EN ISOCEI 17025 v2005 L accréditation concerne les prestations réalisées par : LCIE Groupe 1 - Fontenay aux Roses 33, avenue du Général Leclerc

Plus en détail

CODATU XI. Congrès Mondial de Bucarest 22-24 Avril 2004

CODATU XI. Congrès Mondial de Bucarest 22-24 Avril 2004 CODATU XI Congrès Mondial de Bucarest 22-24 Avril 2004 MODELE DE SIMULATION DE FLUX DE VOYAGEURS POUR L ETUDE ET L EXPLOITATION DES STATIONS DE TRAMWAY ET DE BUS ET DE LEURS EQUIPEMENTS COMPORTEMENT DES

Plus en détail

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Quebec PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Direction de la formation générale

Plus en détail

Champ électromagnétique?

Champ électromagnétique? Qu est-ce qu un Champ électromagnétique? Alain Azoulay Consultant, www.radiocem.com 3 décembre 2013. 1 Définition trouvée à l article 2 de la Directive «champs électromagnétiques» : des champs électriques

Plus en détail

EP 1 931 091 A1 (19) (11) EP 1 931 091 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 11.06.2008 Bulletin 2008/24

EP 1 931 091 A1 (19) (11) EP 1 931 091 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 11.06.2008 Bulletin 2008/24 (19) (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (11) EP 1 931 091 A1 (43) Date de publication: 11.06.2008 Bulletin 2008/24 (51) Int Cl.: H04L 12/58 (2006.01) (21) Numéro de dépôt: 07291423.7 (22) Date de dépôt: 29.11.2007

Plus en détail

Radiocommande de Machines et Sécurité

Radiocommande de Machines et Sécurité Radiocommande de Machines et Sécurité 11/04/2013 Sommaire I. Présentation de Jay Electronique II. Principe de fonctionnement radio III. Sécurité IV. Radio/CEM V. Conclusion 2 I. Présentation de Jay Electronique

Plus en détail

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X INTRODUCTION La conception d'un mécanisme en vue de sa réalisation industrielle comporte plusieurs étapes. Avant d'aboutir à la maquette numérique du produit définitif, il est nécessaire d'effectuer une

Plus en détail

Principes généraux de codage entropique d'une source. Cours : Compression d'images Master II: IASIG Dr. Mvogo Ngono Joseph

Principes généraux de codage entropique d'une source. Cours : Compression d'images Master II: IASIG Dr. Mvogo Ngono Joseph Principes généraux de codage entropique d'une source Cours : Compression d'images Master II: IASIG Dr. Mvogo Ngono Joseph Table des matières Objectifs 5 Introduction 7 I - Entropie d'une source 9 II -

Plus en détail

G.P. DNS Décembre 2008

G.P. DNS Décembre 2008 DNS Sujet Électronique...1 A.Principe de la détection synchrone...1 1)Étude du filtre RC...1 2)Étude du multiplieur...2 3)Conclusion...2 B.Un filtre universel à amplificateurs opérationnels...2 A. Principe

Plus en détail

Module SIN21 Pre sentation, analyse, prise en main

Module SIN21 Pre sentation, analyse, prise en main Module SIN21 Pre sentation, analyse, prise en main Temps : 3h Objectifs : Prendre connaissance du système. Lire les diagrammes UML et comprendre le fonctionnement du système. Mettre en place une maquette

Plus en détail

Université de La Rochelle. Réseaux TD n 6

Université de La Rochelle. Réseaux TD n 6 Réseaux TD n 6 Rappels : Théorème de Nyquist (ligne non bruitée) : Dmax = 2H log 2 V Théorème de Shannon (ligne bruitée) : C = H log 2 (1+ S/B) Relation entre débit binaire et rapidité de modulation :

Plus en détail

Comme chaque ligne de cache a 1024 bits. Le nombre de lignes de cache contenu dans chaque ensemble est:

Comme chaque ligne de cache a 1024 bits. Le nombre de lignes de cache contenu dans chaque ensemble est: Travaux Pratiques 3. IFT 1002/IFT 1005. Structure Interne des Ordinateurs. Département d'informatique et de génie logiciel. Université Laval. Hiver 2012. Prof : Bui Minh Duc. Tous les exercices sont indépendants.

Plus en détail

Les régimes périodiques (Chap 2)

Les régimes périodiques (Chap 2) Les régimes périodiques (Chap 2)! Révisé et compris! Chapitre à retravaillé! Chapitre incompris 1. Propriétés des grandeurs physiques : La période T, est le plus petit intervalle de temps, au bout duquel

Plus en détail

2. Couche physique (Couche 1 OSI et TCP/IP)

2. Couche physique (Couche 1 OSI et TCP/IP) 2. Couche physique (Couche 1 OSI et TCP/IP) 2.1 Introduction 2.2 Signal 2.3 Support de transmission 2.4 Adaptation du signal aux supports de transmission 2.5 Accès WAN 2.1 Introduction Introduction Rôle

Plus en détail

Théorie de l information

Théorie de l information Théorie de l information Exercices Dpt. Génie Electrique Théorie de l information T. Grenier Exercices A Exercice n A. Dans un processus d'automatisation, une source génère de façon indépendante quatre

Plus en détail

Echantillonnage MP* 14/15

Echantillonnage MP* 14/15 Echantillonnage MP* 14/15 1. Principe de l oscilloscope numérique L oscilloscope numérique est principalement constitué d un amplificateur analogique (sur chaque voie), d un convertisseur analogique-numérique

Plus en détail

TP 10.3.5a Notions de base sur le découpage en sous-réseaux

TP 10.3.5a Notions de base sur le découpage en sous-réseaux TP 10.3.5a Notions de base sur le découpage en sous-réseaux Objectif Identifier les raisons pour lesquelles utiliser un masque de sous-réseau. Faire la distinction entre un masque de sous-réseau par défaut

Plus en détail

Exercices Réseaux : 1 partie

Exercices Réseaux : 1 partie Table des matières I. Exercices de base...3 1. Calcul de débit (D)...3 2. Calcul de temps de transmission (t)...3 3. Calcul de la taille des données (Q)...3 II. Protocole Ethernet Ethernet 802.3...4 1.

Plus en détail

1) PETIT RAPPEL SUR LA RADIOASTRONOMIE :

1) PETIT RAPPEL SUR LA RADIOASTRONOMIE : 1) PETIT RAPPEL SUR LA RADIOASTRONOMIE : La radioastronomie consiste en l étude d une partie du spectre électromagnétique*, les ondes radio, comprise entre 0,8mm et 15m de longueur d onde. 2) LA RADIOASTRONOMIE

Plus en détail

CLIP. (Calling Line Identification Presentation) Appareil autonome affichant le numéro appelant

CLIP. (Calling Line Identification Presentation) Appareil autonome affichant le numéro appelant 1. Besoin CLIP (Calling Line Identification Presentation) Appareil autonome affichant le numéro appelant ETUDE FONCTIONNELLE De très nombreux abonnés du réseau téléphonique commuté ont exprimé le besoin

Plus en détail

AUTORITE DE REGULATION DES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES ET DE LA POSTE (ARCEP)

AUTORITE DE REGULATION DES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES ET DE LA POSTE (ARCEP) Mr Jacob Chabi ALOH ajacob@atrpt.bj SOMMAIRE I. ESSAI DE COMPATIBILITE ELECTROMAGNETIQUE II. PROCEDURES DE CONTRÔLE ET DE TRAITEMENT DES PLAINTES EN BROUILLAGE ESSAI DE COMPATIBILITE ELECTROMAGNETIQUE

Plus en détail

Le Collège des Experts Liège, le 19.04.2002

Le Collège des Experts Liège, le 19.04.2002 Le Collège des Experts Liège, le 19.04.2002 Claude HERION c/ SA MOBISTAR Objet: «Antenne GSM» Maître Bernard CEULEMANS Maître Michel DELNOY Maître Bruno DELACROIX Monsieur Claude HERION MOBISTAR (M. VAN

Plus en détail

I) Introduction : le déplacement, la position, la vitesse des outils ou des produits.

I) Introduction : le déplacement, la position, la vitesse des outils ou des produits. PAGE : 1 I) Introduction : La croissance de la puissance des systèmes de traitement ainsi que les impératifs de productivité appellent dans tous les domaines de production industrielle un besoin d information

Plus en détail

COMMENT OBTENIR UN SPECTRE SATISFAISANT D UN SIGNAL ENREGISTRE PAR ORDINATEUR?

COMMENT OBTENIR UN SPECTRE SATISFAISANT D UN SIGNAL ENREGISTRE PAR ORDINATEUR? NOM: Coéquipier : COMMENT OBTENIR UN SPECTRE SATISFAISANT D UN SIGNAL ENREGISTRE PAR ORDINATEUR? Soit une fonction G(t) périodique, de fréquence f. D'après Fourier, cette fonction peut se décomposer en

Plus en détail

Chaîne de mesure et acquisition de données

Chaîne de mesure et acquisition de données 1 Chaîne de mesure et acquisition de données Sommaire 2 A La chaîne d acquisition de données p 3 I Description de la chaîne d acquisition de données p 4 II Emplacement de la chaîne d'acquisition p 11 III

Plus en détail

La norme Wi-Fi N, kézako?

La norme Wi-Fi N, kézako? La norme Wi-Fi N, kézako? par Pierre SALAVERA Service Technique ACTN «Nous allons aujourd hui parler d une norme très récente en matière de Wi-Fi : la norme N. Je vais aujourd hui vous détailler le fonctionnement

Plus en détail

Principe du vélocimètre sanguin à effet Doppler Réflexion des ultrasons et effet Doppler

Principe du vélocimètre sanguin à effet Doppler Réflexion des ultrasons et effet Doppler Nº 761 BULLETIN DE L UNION DES PHYSICIENS 325 Principe du vélocimètre sanguin à effet Doppler Réflexion des ultrasons et effet Doppler par R. MÉLIN Lycée Ernest Bichat - 54301 Luneville Les appareils médicaux

Plus en détail

Transmission d informations sur le réseau électrique

Transmission d informations sur le réseau électrique Transmission d informations sur le réseau électrique Introduction Remarques Toutes les questions en italique devront être préparées par écrit avant la séance du TP. Les préparations seront ramassées en

Plus en détail

TP N 3 CARACTERISATION DE DIODE LASER ET DETECTION SYNCHRONE

TP N 3 CARACTERISATION DE DIODE LASER ET DETECTION SYNCHRONE TP N 3 CARACTERISATION DE DIODE LASER ET DETECTION SYNCHRONE PRE-REQUIS SAVOIR : AOP en régime linéaire et non linéaire OBJECTIFS SAVOIR : Valider par le calcul et la mesure, les performances des fonctions

Plus en détail

Disques durs et disques optiques

Disques durs et disques optiques Disques durs et disques optiques GIF-1001 Ordinateurs: Structure et Applications, Hiver 2015 Jean-François Lalonde (sculpture faite de vieux disques durs, source: http://www.wired.com/2009/12/hard-drives-sculpture/all/1)

Plus en détail

Système. Introduction aux systèmes informatiques

Système. Introduction aux systèmes informatiques Introduction aux systèmes informatiques Système Un système est une collection organisée d'objets qui interagissent pour former un tout Objets = composants du système Des interconnexions (liens) entre les

Plus en détail

Matériel radio Règles de conversation

Matériel radio Règles de conversation BevSTitelSeite PROTECTION DE LA POPULATION Matériel radio Règles de conversation OFFICE FÉDÉRAL DE LA PROTECTION DE LA POPULATION Février 2004 mise à jour -f mai 2005 1503-00-1-05-f Table des matières:

Plus en détail

Identification de ve hicule Système TeleTag Lecteur RFID UHF STid NOTE D APPLICATION

Identification de ve hicule Système TeleTag Lecteur RFID UHF STid NOTE D APPLICATION Identification de ve hicule Système TeleTag Lecteur RFID UHF STid NOTE D APPLICATION Introduction Ce document à pour objet de décrire l approche qu il convient d avoir pour aborder un projet d identification

Plus en détail

III.1 Quelques rappels théoriques sur les interférences à 2 ondes.

III.1 Quelques rappels théoriques sur les interférences à 2 ondes. III TP 3 : Intérférences à deux ondes dans le domaine hyperfréquence. 22 Introduction Le but de ce TP est d étudier le phénomène d interférences dans le domaine des ondes hyperfréquences 2. Il s agit donc

Plus en détail

principales caractéristiques Codage physique des bits CAN Le réseau CAN Codage des informations Structure détaillée de la trame Trace d une trame CAN

principales caractéristiques Codage physique des bits CAN Le réseau CAN Codage des informations Structure détaillée de la trame Trace d une trame CAN Le bus CAN Le protocole CAN principales caractéristiques Codage physique des bits CAN Le réseau CAN Codage des informations Structure détaillée de la trame Trace d une trame CAN à l oscilloscope Réception

Plus en détail