Les grandes places financières internationales

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les grandes places financières internationales"

Transcription

1 Les grandes places financières internationales Introduction : Aux origines des bourses de valeurs I) Connaître les grandes places financières 1 Les grandes places financières 2 Les indices boursiers 3 Les différents produits boursiers II) L utilité des places financières 1 Les différents moyens de financement des entreprises 2 Valeur boursière et valeur réelle 3 Le cas particulier des marchés de matières 1 Conclusion : La bourse : un bon baromètre?

2 Introduction : Aux origines des bourses de valeurs Les bourses de valeurs sont nées à partir du XIV siècle d une double volonté : - celle des entreprises qui souhaitaient trouver des moyens de financement en dehors des circuits bancaires traditionnels. - celle des détenteurs de lettres de change (c est-à-dire de créances sur des entreprises) qui souhaitaient pouvoir les échanger en un lieu. Cet échange se ferait sous forme d achats ou de ventes de ces créances, ce qui en ferait modifier le prix initial. Historiquement, on doit à un négociant hollandais habitant Bruges, Van der Burze de prendre l habitude de réunir à partir de 1453 dans son hôtel particulier les marchands souhaitant négocier ces lettres de change. Telle est l origine du mot «bourse» qui remplissait donc dés son origine les fonctions que nous lui connaissons aujourd hui.

3 La 1 bourse spécialisée dans le change monétaire sera créée à Anvers en 1531, puis viendront les bourses de Lyon vers 1540 et de Londres en Il faudra attendre 1714 pour que l on assiste à la création de la 1 cote des actions à Londres. Paris sera beaucoup plus en retard : la bourse de Paris voit le jour en 1724, mais elle est dans un 1 temps interdite par la révolution en 1795 et ne reprendra vraiment ses activités qu avec l arrivée de Napoléon. Elle s installera au Palais Brongniart en 1826 (seulement 26 titres cotés). La bourse de New-York, le New-York Stock Exchange (NYSE) est créée en 1792 (mais ne portera ce nom qu à partir de 1863). A partir des années 1980, un changement significatif va intervenir : les places financières vont supplanter les banques dans le financement des entreprises. Il y aurait aujourd hui à peu près 300 millions d actionnaires dans le monde, dont 6 millions en France.

4 I) Connaître les grandes places financières 1 Les grandes places financières (doc 1 et doc 2) Si historiquement les premières grandes places financières furent européennes et la plus grande américaine, on assiste depuis quelques années à de nombreux changements, 4 principalement : - le développement des «petites» entreprises de technologie a conduit à la création en 1971 du NASDAQ (National Association of Sécurities Dealers Automated Quotation) dont la capitalisation boursière est pratiquement égale à celle d Euronext qui regroupe pourtant les bourses de Paris, Amsterdam, Bruxelles, Lisbonne et Porto - la fusion d un certain nombre de places financières : ainsi, Euronext (créée en 2000) a fusionné en 2007 avec le NYSE pour ne plus former qu une seule société (presque milliards $ de capitalisation boursière). Cette fusion a succédé aux mariages ratés d Euronext avec la bourse allemande et avec la bourse anglaise.

5 - la privatisation de la plupart des grandes places financières : longtemps propriétés des pouvoirs publics, la plupart des «bourses» sont aujourd hui des sociétés de droit privé qui se font la vie dure pour attirer de nouvelles entreprises qui veulent se faire coter. Ainsi la société Euronext a vu le jour le 22 Septembre 2000, elle détient à 100% Euronext Paris et elle est elle-même cotée : par exemple, la BNP Paribas en détient à peu près 4%. Le NASDAQ est une société de droit privé depuis 2001 et elle est cotée depuis Quand à la bourse de New-York, le NYSE, c était depuis 1971 une société à but non lucratif, mais elle est devenue une société privée en la montée des pays émergents : aujourd hui, les places financières chinoises dépassent largement la capitalisation d Euronext (presque 7800 milliards $), et si on ajoute toutes les places financières des pays émergents, on obtient milliards $, soit presque autant que la seule bourse de New-York.

6 Les places financières «exotiques» ne jouent donc plus du tout un rôle marginal dans la capitalisation boursière mondiale (presque le quart!), et il est devenu capital pour les grandes entreprises d être cotées sur ces places. Capitalisation boursière des principales places financières mondiales fin 2007 en milliards de $ (total : 56814,2) et en % du total Bourses indiennes; 3479,2; 6% Bourses chinoises (+ Taïwan); 7796,9; 14% Autres bourses occidentales; 3484,9; 6% Tokyo; 4330,9; 8% Autres pays émergents; 2197,9; 4% Euronext; 4222,7; 7% London SE; 3851,7; 7% Deutsche Börse; 2105,2; 4% Autres bourses européennes; 5385,9; 10% NASDAQ; 4013,7; 7% NYSE; 15650,8; 27%

7

8 2 Les indices boursiers Pour connaître les «performances» des places financières, on utilise les fameux indices boursiers, véritables baromètres de la bourse. Dans chaque indice, il y a un certain nombre d entreprises cotées, en général les plus grandes de la place financière : 40 pour le CAC (Cotation assistée en continu) 40 (crée le 31/12/1987), 30 pour le plus vieil indice : le Dow-Jones (crée en 1884 par deux journalistes : Charles Dow et Edward Jones), 100 pour l indice de Londres : le Footsie, 80 pour l Euro Stoxx Dans chaque indice (sauf le Dow-Jones où on ne tient compte que de la valeur de l action), on tient compte du poids différent des capitalisations des actions qui le composent : ainsi (doc 3), les variations du cours du groupe pétrolier Total pèsent pour 16% dans les variations du CAC. Le poids des sociétés varie en fonction de la valorisation de ses actions : si les actions de Total se valorisent alors que les autres se dévalorisent, son poids dans le CAC augmente : c est ce que l on appelle la pondération flottante.

9 Les indices sont souvent utilisés de façon abusive : ainsi le 14/01/09 le CAC 40 a perdu 4,56% et on a traduit en disant que la bourse de Paris avait reculé de 4,56%. En réalité ce n est que la moyenne pondérée des 40 plus grosses sociétés qui a reculé de 4,56% (certaines sociétés du CAC 40 ont au contraire vu leur cote progresser : exemple de Sanofi avec + 2,03%). Néanmoins, les indices boursiers suivent assez fidèlement les aléas financiers (doc 4 et 5) : on voit par exemple très nettement se constituer la «bulle internet» de 1996 à 2000 (l indice du CAC est x par 3 et atteint son maximum historique le 4 Septembre 2000 : 6922,33 points), cette bulle exploser au cours de l automne 2000 (- 65,3% jusqu au 12 mars 2003 : 2401,15), la «bulle financière» actuelle se constituer (le CAC atteint son record récent le 1 Juin 2007 : 6168,15), puis elle aussi éclater : le CAC se retrouve autour des 3000 points, et depuis le 1 Janvier 2008 il a perdu 43,5% de sa valeur. Pour New-York, la pire journée fut le 19 Octobre 1987 : - 22,6%!!

10 valeur du CAC 40 en points au 31/12 de chaque année Points

11 3 Les différents produits boursiers La bourse n est pas à priori un lieu de spéculation pure, mais un lieu où les entreprises viennent chercher du financement et où les personnes en capacité de financement viennent leur en proposer. Les produits spéculatifs (produits dérivés) et les spéculateurs (Hedge funds) ne sont donc pas comptabilisés dans la capitalisation boursière, et ils ne font pas partie des grandes places financières. Ceci pose d ailleurs un problème : comme ils ne font pas partie de ces places financières, ils ne sont pas soumis aux règles de fonctionnement de ces places, ce qui rend relativement inopérant les «avertissements» (quand il y en a) des «gendarmes boursiers», Securities and Exchange Commission (SEC) aux États-unis et Autorité des Marchés Financiers (AMF) en France. Sur les marchés boursiers traditionnels, on peut acheter ou vendre (doc6) : * Des actions, c est-à-dire des titres de propriété sur une entreprise ouvrant droit au partage du bénéfice (dividendes) et à la prise de décision.

12 Les opérations d achat ou de vente d actions représente l activité boursière la plus fréquente : à Paris, cela représente 43% du marché boursier. Quand on veut acheter ou vendre une action, on a le choix entre deux grandes possibilités : Passer un ordre «stop» : vous fixez alors un prix maximum (achat) ou minimum (vente) pour l opération Passer un ordre «au mieux» : on fixe une fourchette assez large de prix, et on laisse le courtier (celui qui va exécuter l opération) faire au mieux. Il faut surtout se rappeler que ce n est pas parce qu on passe un ordre qu il sera automatiquement exécuté : un ordre de vente par exemple n est exécuté que s il y a un acheteur à ce prix. Globalement, l acquisition d actions doit correspondre à quelques idées simples : - il vaut mieux les acheter quand tout va mal, parce qu elles sont moins chères (à condition de prévoir un placement de long terme)

13 - il ne faut pas hésiter à les vendre quand on estime que leur cours a suffisamment monté («les arbres ne grimpent pas jusqu au ciel») - l acquisition d actions, si on ne veut pas prendre de risques excessifs doit se concevoir comme un placement à long terme et non pas comme une spéculation. ** On peut également acquérir des obligations, y compris des obligations assimilables du Trésor (OAT) c est-à-dire des bons du Trésor (20% du marché boursier à Paris) Une obligation correspond à un prêt effectué à une entreprise, dont le taux d intérêt peut-être fixe ou variable. Une obligation n ouvre droit ni aux dividendes ni à la prise de décision. Une obligation est un placement sans risque (sauf si on désire acquérir les fameuses «Junk Bonds», les obligations pourries), mais dont la rémunération est en général assez proche de celle des comptes épargne, d où la «nécessité» de maintenir les taux des Livrets d épargne à un niveau «raisonnable» (2,5% à partir du 1 Février).

14 *** On peut enfin acquérir des parts de SICAV ou de FCP, ce que l on appelle les OPCVM. Les placements en OPCVM représentent 37% du total des placements. Jusqu à une date récente, les OPCVM présentaient un triple avantage : - elles étaient considérées comme sans risque véritable (surtout les OPCVM monétaires qui placent en obligations) - elles constituaient un placement facile qui dispensait les épargnants d un trop gros effort de réflexion - elles constituaient une initiation intéressante aux premiers pas boursiers Mais depuis l affaire Madoff elles sont devenus plus suspectes : un certain nombre d OPCVM sont devenues des «fonds de fonds» : c est-à-dire qu elles collectent (discrètement) des fonds pour les placer dans des fonds plus spéculatifs, sans que le client initial soit vraiment au courant.

15 On trouve là la contradiction essentielle des produits boursiers : que vaut-il mieux faire? - placer par soi même son épargne, ce qui suppose un minimum de prise de risques et de connaissances? - confier cette épargne à des fonds (OPCVM, banques ) qui pensent à notre place, qui prennent assez peu de risques, mais dont on peut toujours douter de la destination finale des fonds engagés? II) L utilité des places financières En ce moment, il faut le reconnaître, les places financières n ont pas bonne réputation. Il faut pourtant leur reconnaître un rôle essentiel dans le financement des entreprises. C est peut-être justement parce qu elles ont perdu un peu de vue ce rôle que l on a assisté aux dérives que nous connaissons.

16 Les principaux produits boursiers en 2007 sur la place de Paris, en milliards d' et en % du total (4012,8 milliards d' ) Autres OPCVM; 1025,2; 26% OPCVM monétaires; 425,6; 11% Obligations; 816; 20% Actions ; 1746; 43%

17 1 Les différents moyens de financement des entreprises Les entreprises ont toujours besoin de trouver des sources de financement En 2008, le total du besoin de financement des sociétés non financières représentait pratiquement 474 milliards d - pour investir - pour des raisons de trésorerie (décalage temporel entre le moment où elles sont payées et le moment où elles doivent payer les salaires et régler les fournisseurs) - pour des motifs variés : besoin d acheter plus rapidement des matières 1, opportunités à saisir Pour trouver ces fonds, les entreprises disposent en gros de trois possibilités : - soit elles s autofinancent, c est-à-dire qu elles financent par elles mêmes, ce qui suppose bien entendu qu elles en aient les moyens. La recherche de l autofinancement peut également nuire au niveau salarial.

18 En moyenne l autofinancement représente 60% du besoin de financement des sociétés, mais cette part est en baisse : 87% en l entreprise peut également faire appel à un financement externe par l intermédiaire des banques (d où le nom de financement intermédié), par des emprunts. L encours total des emprunts bancaires des sociétés représente pratiquement 783 milliards d en 2008 (doc 7).C est le système qui était le plus courant jusqu aux aux années 1980, mais il tend aujourd hui à décliner. Ceci s explique principalement pour deux raisons : Le coût du crédit et les intérêts qu il faut rembourser Le refus parfois des banques d avancer les fonds, les justificatifs à apporter, les garanties - les entreprises font donc de plus en plus souvent à un financement de marché direct (donc désintermédié) : il a représenté en ,7 milliards d (doc8).

19 Après avoir longtemps dominé ce financement de marché, le financement par actions est aujourd hui rattrapé par le financement par obligations, ce qui évite de faire rentrer trop d actionnaires nouveaux dans le capital : on appelle cela «verrouiller le capital». On constate (doc 9) que la part du financement de marché n a cessé de progresser depuis les années 1980 : il représentait 30% du financement en 1980 (8,8 milliards d ) et il représente aujourd hui 75% des sources de nouveau financement des sociétés (213,7 milliards d ). Ce mode de financement semble présenter de nombreux avantages : - il est plus souple et plus rapide : pas d intermédiaires bancaires donc pas de risques de refus. Il suffit de s adresser aux marchés. - dans le cas du financement par émission d actions, il n y a pas d endettement, mais augmentation du capital, ce qui allège les frais. - dans le cas du financement par obligations il y a des prêteurs, mais ils sont dispersés et anonymes, à la différence des banques.

20 Evolution des crédits bancaires aux sociétés non financières en milliards d' 516,7 541,5 579,6 630,5 712, ,9 Crédits d'investissem ents Autres objets Crédits de trésorerie Total

21 Evolution du financement de marché des sociétés non financières en France en milliards d' , , ,8 49, Emission d'actions Total financement de marché Emission nette d'obligations

22 Part des différentes formes de financement des sociétés en France en % et en milliards d' 100% 80% 60% 20,3 53,5 42,9 150,7 70,3 213,7 40% 49,4 20% 8,8 0% Financement de marché Financement par crédit

23 2 Valeur boursière et valeur réelle Si les sociétés se financent de plus en plus par les marchés financiers, il serait alors logique que la valeur de la capitalisation boursière (nombre d actions émises x cours de chaque action) reflète la valeur réelle de l entreprise en question. Mais ceci pose le gros problème de ce que vaut vraiment une entreprise; Il faut en effet tenir compte : - des actifs «réels» : bâtiments, terrains, machines, stocks, brevets - des actifs financiers : fonds propres, parts dans d autres sociétés, prêts accordés - des actifs «incorporels» : projets, présence sur les marchés porteurs, image de marque et réputations En bonne logique, les «marchés» sont censés tenir compte de tous ces paramètres, surtout du dernier.

24 Mais il se pose alors deux problèmes : - dans certains cas, sur la foi de rumeurs ou de croyances, ou par simple spéculation, la valorisation boursière de la société dépasse très largement ce qui est généralement considéré comme sa valeur réelle. Par exemple, au plus fort de la bulle des «valeurs Internet» (fin des années 1990), on a vu sur le NASDAQ des sociétés dont la capitalisation dépassait 400 fois (!!!) la valeur estimée. Le risque d éclatement n est alors pas très loin, quand les plus avisés des intervenants boursiers décident de réaliser leur capital (c est-à-dire de vendre leurs actions) - mais dans d autres cas c est l inverse : les rumeurs (maladie de Steve Jobs), quelques «mauvais» résultats, ou tout simplement une crise boursière dévalorise de façon excessive la valeur des entreprises. C est le cas actuellement : des entreprises sont littéralement massacrées par les marchés boursiers, alors que rien ne justifie vraiment un tel traitement.

25 On peut prendre par exemple le cas de Renault : depuis Janvier 2008, le cours de l action a perdu plus de 86%, et sa capitalisation boursière est aujourd hui inférieure à ses fonds propres, ce qui n a pas de sens. Il existe néanmoins un indicateur qui devrait servir de repère : le «Price Earning Ratio» (PER) : on le calcule de la façon suivante : cours de l action divisé par dividende versé. Plus le PER diminue, plus l acquisition d une action devient rentable. Ceci devrait en bonne logique aider à un retour automatique à un certain équilibre : - si le cours d une action chute, à dividende inchangé son PER diminue et l achat peut devenir une bonne affaire, ce qui peut contribuer à faire augmenter le cours. - si le cours de l action augmente, le PER (c est-à-dire au fond le prix réel à payer pour cette action) augmente aussi, ce qui peut dissuader d acheter, donc contribuer au retour à une certaine baisse des cours. Mais tout ceci ne tient pas compte de la psychologie des «boursicoteurs».

26 3 Le cas particulier des marchés de matières 1 Sur les marchés financiers, on peut aussi acheter et vendre des matières premières, et il existe des places financières spécialisées pour chaque type de matières 1 ou produits agricoles. Si par exemple on prend le cas du café (seconde marchandise échangée dans le monde après le pétrole), il existe deux grands marchés : - la bourse de New York fixe les prix du café Arabica - celle de Londres du café Robusta (30% de la production) Dans les deux cas les opérations d achats ou de ventes se font à terme : on prend une option aujourd hui sur une quantité et sur un prix et on paiera plus tard (ou on livrera plus tard). Ce type d opérations permet réellement à un marché d exister, puisqu il y a toujours un acheteur et un vendeur, mais il favorise également les mouvements spéculatifs (doc 10) à la hausse comme à la baisse, ce qui pèse très lourdement sur les pays producteurs et leur population.

27

28 Il en est de même bien entendu pour la marchandise la plus échangée et la plus stratégique du monde : le pétrole. Il existe là aussi deux marchés principaux (au même endroit que le café!) - le NYMEX (New York Mercantile Exchange) situé à New York - l ICE (Intercontinental Exchange) fondé d abord à Atlanta mais qui fonctionne aujourd hui à Londres. Le marché «spot» de Rotterdam lui est un marché de «gré à gré» qui porte sur des livraisons instantanées (donc en cours de livraison). Il y a trois types de produits pétroliers cotés : l Arabian light, le WTI (West Texas intermédiate) et le Brent (pétrole de la Mer du nord) Ces marchés sont eux aussi à terme, ce qui, au-delà des tendances de fond sur la production et la consommation de pétrole, favorise les mouvements spéculatifs. (doc 10) Ainsi, au 1 semestre 2008, la simple crainte d une pénurie éventuelle a poussé les compagnies à anticiper leurs achats.

29 Elles ont donc acheté à terme du pétrole au prix fixé le jour de l achat. Cet achat massif a fait augmenter les prix, poussant d autres compagnies à anticiper elles aussi les achats, ce qui a de nouveau fait augmenter les prix En sens inverse, quand les nouvelles d un ralentissement économique sont apparues, certaines compagnies se sont alors retrouvées avec des quantités de pétrole trop importantes. Elles ont alors vendu en masse ce qui a contribué à faire baisser les prix. Les spéculateurs ont alors eux aussi vendu à découvert, pensant à juste titre que les prix continueraient de baisser et qu ils pourraient racheter ensuite pour moins cher. Ces ventes ont alors contribué de nouveau à faire baisser les prix. Sur le marché des matières 1, il y a donc encore moins de rapport entre les situations réelles de la production et de la consommation et les prix pratiqués. Mais ceci affecte très durement les populations concernées.

30

31 Conclusion : la bourse est-elle un bon baromètre de la situation économique? Le Général de Gaulle disait que la politique ne se fait pas à la corbeille (c est-à-dire à la bourse). Mais il est vrai que celle-ci influence pourtant largement les décisions. Constitue-t-elle un bon indicateur de l activité économique? - d un coté oui : si la situation des entreprises est saine et les perspectives prometteuses, la bourse sanctionne cela par une progression, souvent antérieure à la réalisation des objectifs. Si par exemple les bourses remontent nettement à partir de la fin du printemps 2009, cela sera plutôt bon signe. - mais d un autre coté, il y a vraisemblablement trop de spéculations, de rumeurs, de prises de risques inconsidérées, d erreurs d analyses, de faits démentis pour que la bourse soit vraiment un indicateur fiable. Et on a davantage l impression qu elle subit les évènements qu elle ne les anticipe réellement.

LES INDICES BOURSIERS

LES INDICES BOURSIERS TRADAFRIQUE LES INDICES BOURSIERS [Type the document subtitle] Di [Pick the date] Qu est ce que les indices boursiers Les indices permettent de mesurer l évolution des marchés boursiers ce sont à la fois

Plus en détail

Dans les années 80 on est passé d une organisation artisanale à une organisation industrielle des marchés.

Dans les années 80 on est passé d une organisation artisanale à une organisation industrielle des marchés. Dans les années 80 on est passé d une organisation artisanale à une organisation industrielle des marchés. I] Les intermédiaires Les intermédiaires sont des personnes physiques ou morales qui interviennent

Plus en détail

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire Chap 2 : Le marché financier et son rôle économique Les marchés de capitaux assurent le financement de l économie. Sur ces marchés se confrontent des agents à la recherche de financements et d autres à

Plus en détail

Éléments généraux sur les marchés financiers

Éléments généraux sur les marchés financiers CHAPITRE I Éléments généraux sur les marchés financiers «Nous serions capables d éteindre le soleil et les étoiles parce qu ils ne rapportent aucun dividende.» John Meynard Keynes Le monde de la Bourse

Plus en détail

L he b d o Finan c e de la

L he b d o Finan c e de la - DU 24 Novembre AU 1 Décembre 2007 - Numéro 17 Dossier : Dossier : LES CO U R S Simulation d un prêt immobilier Titrisation p1-3 p-3-4 p-5-7 L he b d o Finan c e de la M A C S Ce bulletin d informations

Plus en détail

La capitalisation boursière 3. Le volume des transactions 5. Le flottant 7. Les indices boursiers 9

La capitalisation boursière 3. Le volume des transactions 5. Le flottant 7. Les indices boursiers 9 La capitalisation boursière 3 Le volume des transactions 5 Le flottant 7 Les indices boursiers 9 Le Price Earning Ratio & Taux de rendement des actions 11 (Dividend Yield) Lire le bilan d une entreprise

Plus en détail

Chapitre 1 : L économie financière

Chapitre 1 : L économie financière Chapitre 1 : L économie financière Quels sont les causes de l augmentation des mouvements de capitaux : Augmentation des besoins de financement (état, entreprise) Surpression des obstacles aux mouvements

Plus en détail

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux Module 6 : Comprendre comment l'activité économique est financée et analyser les conséquences de la globalisation financière 6.1 : Identifier les modes de financement de l'activité économique et analyser

Plus en détail

10 Savoir investir en Bourse avec Internet

10 Savoir investir en Bourse avec Internet INTRODUCTION Avec près de 7 millions de Français actionnaires en 2007, l investissement boursier est devenu depuis quelques années un important moteur de l épargne nationale. Dans un pays relativement

Plus en détail

Chapitre 4 : Décisions de financement

Chapitre 4 : Décisions de financement Chapitre 4 : Décisions de financement I. Financement par fonds propres II. Financement par endettement III. Coût du capital III. Coût du capital Le coût du capital Actif Economique Capitaux Propres Actionnaires

Plus en détail

Ponts Investment Challenge 2008

Ponts Investment Challenge 2008 SOMMAIRE I /Définition II/ Aperçu historique III/ Rôle et fonctionnement IV/ Les Produits financiers V/ Les marchés financiers VI/Les métiers de la finance VII/ Critiques de la bourse VIII/ Remerciements

Plus en détail

LES MÉCANISMES DE BASE

LES MÉCANISMES DE BASE LES MÉCANISMES DE BASE Même si les nouvelles technologies nous offrent la possibilité d intervenir très facilement en Bourse et de disposer d outils de gestion modernes et intuitifs, les mécanismes de

Plus en détail

LES ACQUISITIONS DE TITRES. Analyse des opérations d'acquisition de titres (frais bancaires et TVA). TABLE DES MATIERES

LES ACQUISITIONS DE TITRES. Analyse des opérations d'acquisition de titres (frais bancaires et TVA). TABLE DES MATIERES LES ACQUISITIONS DE TITRES Objectif(s) : o Classification des titres. Pré-requis : o Analyse des opérations d'acquisition de titres (frais bancaires et TVA). Modalités : o Immobilisations financières :

Plus en détail

Marchés Financiers I. Nicolas Huck, Olivier Lamotte

Marchés Financiers I. Nicolas Huck, Olivier Lamotte Objectifs du cours Organisation du cours et évaluation Pédagogie découverte et U-Discover Bibliographie Nicolas Huck, Olivier Lamotte Objectifs du cours Organisation du cours et évaluation Pédagogie découverte

Plus en détail

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH»

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» 193-202.qxp 09/11/2004 17:19 Page 193 L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» Département analyse et prévision de l OFCE La rentabilité des entreprises s'est nettement redressée en 2003 et 2004. Amorcée aux

Plus en détail

LES TURBOS. Investir avec du levier sur les indices et les actions!

LES TURBOS. Investir avec du levier sur les indices et les actions! LES TURBOS Investir avec du levier sur les indices et les actions! Produits présentant un risque de perte en capital, à destination d investisseurs avertis. Émetteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance B.V.

Plus en détail

Chapitre 5 Qu est-ce que la globalisation financière?

Chapitre 5 Qu est-ce que la globalisation financière? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 12 mars 2015 à 13:47 Chapitre 5 Qu est-ce que la globalisation financière? Introduction La globalisation financière est à la fois la condition d un système financier

Plus en détail

LES LBO. Une technique particulière de financement des entreprises

LES LBO. Une technique particulière de financement des entreprises LES LBO Une technique particulière de financement des entreprises Les LBO («leverage buy-out») font aujourd hui la une de l actualité financière et économique. Plus de 5000 entreprises françaises seraient

Plus en détail

Télévision Française 1

Télévision Française 1 Télévision Française 1 Société anonyme au capital de 42 682 098 RCS Nanterre 326 300 159 TF1 1, quai du Point du Jour 92656 Boulogne Cédex - FRANCE Tél. : (33) 1 41 41 12 34 www.tf1.fr LE GUIDE DE L ACTIONNAIRE

Plus en détail

Les sources de financement

Les sources de financement Les sources de financement Lorsque l on étudie le financement d une entreprise, on distingue : Les sources à court terme (moins d une année). Les sources à moyen terme (entre 2 et 5 ans). Les sources à

Plus en détail

Les fonds internationaux de placement

Les fonds internationaux de placement Les fonds internationaux de placement Introduction : Le poids de la finance quotidienne I) Les «investisseurs institutionnels» 1 La diversité de ces investisseurs 2 Des investisseurs à priori non spéculatifs

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

ENVIRONNEMENT FINANCIER DE L ENTREPRISE

ENVIRONNEMENT FINANCIER DE L ENTREPRISE ENVIRONNEMENT FINANCIER DE L ENTREPRISE Deux niveaux : niveau mondial : - désintermédiation - décloisonnement - déréglementation niveau européen = intégration européenne Union Européenne, Euro, Banque

Plus en détail

PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE

PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE L AMF appelle l attention des souscripteurs sur le niveau élevé des frais directs et indirects maximum auxquels est exposé ce Fonds. La rentabilité de l investissement

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée V2.3 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables)

Plus en détail

Informations aux porteurs d Equi-Actions Rendement

Informations aux porteurs d Equi-Actions Rendement Informations aux porteurs d Equi-Actions Rendement Paris, le 7 mars 2013 Monsieur, Vous êtes porteurs du FCP Equi-Actions Rendement (A-FR0010612234) (B-FR0010614628) et nous vous remercions de la confiance

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée V2.2 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables)

Plus en détail

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES SO00BM24 Introduction aux politiques économiques PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES CHAPITRE 2 : LA POLITIQUE MONETAIRE I. Préambules sur la Monnaie II. 1. La création monétaire A. Comment

Plus en détail

Ask : Back office : Bar-chart : Bear : Bid : Blue chip : Bond/Junk Bond : Bull : Call : Call warrant/put warrant :

Ask : Back office : Bar-chart : Bear : Bid : Blue chip : Bond/Junk Bond : Bull : Call : Call warrant/put warrant : Parlons Trading Ask : prix d offre ; c est le prix auquel un «market maker» vend un titre et le prix auquel l investisseur achète le titre. Le prix du marché correspond au prix le plus intéressant parmi

Plus en détail

Certificats TURBO. Bénéficiez d un effet de levier en investissant sur l indice CAC 40! Produits non garantis en capital.

Certificats TURBO. Bénéficiez d un effet de levier en investissant sur l indice CAC 40! Produits non garantis en capital. Certificats TURBO Bénéficiez d un effet de levier en investissant sur l indice CAC 40! Produits non garantis en capital. www.produitsdebourse.bnpparibas.com Les Certificats Turbo Le Certificat Turbo est

Plus en détail

A B C D E F G H I K L M N O P Q R S T U V WXYZ

A B C D E F G H I K L M N O P Q R S T U V WXYZ Lexique Financier Avril 2006 Atteindre A B C D E F G H I K L M N O P Q R S T U V WXYZ A Action Part négociable du capital d une entreprise. Elle donne droit à un versement d une partie des bénéfices éventuels

Plus en détail

Cap sur les trackers négociés sur NextTrack

Cap sur les trackers négociés sur NextTrack Cap sur les trackers négociés sur NextTrack Cap sur les trackers négociés sur NextTrack 1 Cap sur la performance indicielle! 4 2 Que sont les trackers? 5 3 Les trackers, de nouveaux produits financiers?

Plus en détail

L hebdo Finance de la MACS

L hebdo Finance de la MACS - DU 16 AU 23 NOVEMBRE 2006 - Numéro 5 DÉFINITION DE LA SEMAINE : Portefeuille NASDAQ NYSE DOSSIER DE LA SEMAINE : Rating d une entreprise par Moody s NOUVELLE DE LA SEMAINE : L opération secrète de la

Plus en détail

Finance de marché Thèmes abordés Panorama des marches de capitaux Fonctionnement des marchés de capitaux Le marché des obligations Le marchés des

Finance de marché Thèmes abordés Panorama des marches de capitaux Fonctionnement des marchés de capitaux Le marché des obligations Le marchés des FINANCE DE MARCHE 1 Finance de marché Thèmes abordés Panorama des marches de capitaux Fonctionnement des marchés de capitaux Le marché des obligations Le marchés des actions Les marchés dérivés Les autres

Plus en détail

CHAPITRE 4 - Monnaie, financement de l économie et politique monétaire MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE

CHAPITRE 4 - Monnaie, financement de l économie et politique monétaire MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE Chapitre 4 MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE SECTION 1 : Qu'est ce que la monnaie? I Definition Deux definitions sont communement admises : - La monnaie est définie comme l ensemble

Plus en détail

I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. Le système bancaire et financier

I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. Le système bancaire et financier Le système bancaire et financier français I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. January the 6th 2009 1 I. La loi bancaire

Plus en détail

LES TURBOS INFINIS. Investir avec un levier adapté à votre stratégie!

LES TURBOS INFINIS. Investir avec un levier adapté à votre stratégie! LES TURBOS INFINIS Investir avec un levier adapté à votre stratégie! Produits présentant un risque de perte en capital à destination d investisseurs avertis. Émetteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance B.V.

Plus en détail

Associations : La fiscalité de leurs revenus mobiliers MAI 2015

Associations : La fiscalité de leurs revenus mobiliers MAI 2015 Associations : La fiscalité de leurs revenus mobiliers MAI 2015 Associations : La fiscalité de leurs revenus mobiliers 2 SOMMAIRE INTRODUCTION 3 LES PLACEMENTS NON BOURSIERS 5 LES PLACEMENTS BOURSIERS

Plus en détail

FINANCE DE MARCHÉ Devoir n 1 novembre 2002

FINANCE DE MARCHÉ Devoir n 1 novembre 2002 FINANCE DE MARCHÉ Devoir n 1 novembre 2002 Exercice 1 Le 13 octobre (N), votre responsable financier vous donne l ordre de vendre au SRD 50 actions ZZZ au cours limite de 180. a- Expliquer en quoi consiste

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages

Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages Mai 2005 Rapport de OEE-Etudes pour la F.F.S.A. TABLE DES MATIÈRES I. COMPORTEMENTS D'EPARGNE ET D'INVESTISSEMENT DES MENAGES EUROPÉENS

Plus en détail

Les financements et placements des ménages et des entreprises en 2002

Les financements et placements des ménages et des entreprises en 2002 Les financements et placements des ménages et des entreprises en 22 Après une phase de croissance soutenue et de forte valorisation boursière, l année 22, plus encore que 21, a été marquée par le ralentissement

Plus en détail

STRICTEMENT CONFIDENTIEL

STRICTEMENT CONFIDENTIEL STRICTEMENT CONFIDENTIEL Tableau de bord de l Epargne en Europe Janvier 2008 Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droits,

Plus en détail

PRESENTATION DES MARCHES FINANCIERS

PRESENTATION DES MARCHES FINANCIERS PRESENTATION DES MARCHES FINANCIERS HISTORIQUE 1141 Création d'un lieu de change sur le Grand Pont Sous l impulsion de Louis VII, un lieu de change est installé sur le Grand Pont de Paris. Appelées alors

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION

NOTICE D INFORMATION FCP A FORMULE PULPAVIE NOTICE D INFORMATION Forme Juridique de l'opcvm : F.C.P. Etablissements désignés pour recevoir les souscriptions et les rachats : Agences des CAISSES REGIONALES de CREDIT AGRICOLE,

Plus en détail

Unité de valeur 2. Marchés financiers, gestion des valeurs mobilières et des produits financiers

Unité de valeur 2. Marchés financiers, gestion des valeurs mobilières et des produits financiers Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) EXAMEN

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

GESTION DES RISQUES FINANCIERS 4 ème année ESCE Exercices / Chapitre 3

GESTION DES RISQUES FINANCIERS 4 ème année ESCE Exercices / Chapitre 3 GESTION DES RISQUES FINANCIERS 4 ème année ESCE Exercices / Chapitre 3 1) Couvertures parfaites A) Le 14 octobre de l année N une entreprise sait qu elle devra acheter 1000 onces d or en avril de l année

Plus en détail

Le financement des activités économiques

Le financement des activités économiques Le financement des activités économiques 2 février 2015 Lycée Jean Racine de Montdidier Intervenant : Philippe DEMILLY Plan de la formation I Le financement par le crédit 1. Le crédit bancaire 2. L émission

Plus en détail

À quoi sert une banque?

À quoi sert une banque? À quoi sert une banque? Trois fonctions clés La banque remplit trois fonctions essentielles. Elle collecte, gère vos dépôts, et vous fournit des moyens de paiement (chéquier, carte bancaire, ordre de virement

Plus en détail

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie I. Le financement de l'économie Financement = fait d'apporter des fonds à un individu, une entreprise, ou à soi-même. A) Les différents types de financement

Plus en détail

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires SEPL Lyon, 6 octobre 2014 Banque de France Pierre du Peloux directeur régional 1 Peut on répondre à ces quelques questions?

Plus en détail

CHAPITRE 17. Opérations relatives aux titres. - Les bourses sont des marchés qui fonctionnent dans le cadre du jeu de l offre et de la demande.

CHAPITRE 17. Opérations relatives aux titres. - Les bourses sont des marchés qui fonctionnent dans le cadre du jeu de l offre et de la demande. CHAPITRE 17 Opérations relatives aux titres - Les bourses sont des marchés qui fonctionnent dans le cadre du jeu de l offre et de la demande. - Il y a par ex: o Bourses des valeurs pour le commerce des

Plus en détail

Comment aborder l Investment Challenge dans les meilleures conditions?

Comment aborder l Investment Challenge dans les meilleures conditions? en collaboration avec Comment aborder l Investment Challenge dans les meilleures conditions? Vous participez au concours organisé par l association Transaction l Investment Challenge, et vous avez bien

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION

NOTICE D INFORMATION FCP A FORMULE PULPEA ELIGIBLE AU PEA NOTICE D INFORMATION Forme Juridique de l'opcvm : F.C.P. Etablissements désignés pour recevoir les souscriptions et les rachats : Agences des CAISSES REGIONALES de

Plus en détail

DISSERTATION. Sujet = Dans quelle mesure une hausse de la rentabilité peut-elle stimuler l investissement?

DISSERTATION. Sujet = Dans quelle mesure une hausse de la rentabilité peut-elle stimuler l investissement? DISSERTATION Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée explicitement ou implicitement dans le sujet ; - de construire une argumentation à partir d une problématique qu il devra élaborer

Plus en détail

TURBOS Votre effet de levier sur mesure

TURBOS Votre effet de levier sur mesure TURBOS Votre effet de levier sur mesure Société Générale attire l attention du public sur le fait que ces produits, de par leur nature optionnelle, sont susceptibles de connaître de fortes fluctuations,

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

2 - Le financement de l'économie

2 - Le financement de l'économie 1 2 - Le financement de l'économie Cette fiche explique le fonctionnement de la monnaie, des institutions financières et des marchés financiers. Elle montre en quoi les innovations des années 80, soutenues

Plus en détail

BAYARD FINANCE Les cycles économiques au service de votre patrimoine. Argumentaire d investissement sur les minières Or

BAYARD FINANCE Les cycles économiques au service de votre patrimoine. Argumentaire d investissement sur les minières Or Argumentaire d investissement sur les minières Or I/ Situation du marché de l or Physique 1/ Evolution sur les trois dernières années. Après avoir profité d une situation de stress importante sur l économie

Plus en détail

euro exigence juin 2013

euro exigence juin 2013 euro exigence juin 2013 Titres de créance de droit français présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance (1) Produit de placement alternatif à un investissement dynamique risqué

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

CA Oblig Euro Stoxx 50 (Octobre 2015)

CA Oblig Euro Stoxx 50 (Octobre 2015) CA Oblig Euro Stoxx 50 (Octobre 2015) Titre obligataire émis par Crédit Agricole S.A. Souscription du 9 septembre au 8 octobre 2015 Une performance liée en partie à l évolution sur 10 ans des marchés actions

Plus en détail

Les entreprises du CAC 40 ont renforcé leur bilan malgré la crise

Les entreprises du CAC 40 ont renforcé leur bilan malgré la crise Communiqué de presse 28 juin 21 PRESENTATION DU 4 ème «PROFIL FINANCIER DU CAC 4» Les entreprises du CAC 4 ont renforcé leur bilan malgré la crise Paris, le 28 juin 21 Ricol Lasteyrie publie pour la quatrième

Plus en détail

Trackers et ETF actifs

Trackers et ETF actifs LES FONDS COTÉS EN BOURSE Trackers et ETF actifs Profitez de la tendance Suscitant un intérêt grandissant auprès des investisseurs, tant professionnels que particuliers, les fonds cotés en bourse et tout

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Études Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DÉCISIONS FINANCIÈRES Note de cours N 7

Plus en détail

FCPE AG2R LA MONDIALE ES SOLIDAIRE EURO - FCPE SOLIDAIRE - Fonds Commun de Placement d Entreprise (FCPE) - Code valeur : 990000076709

FCPE AG2R LA MONDIALE ES SOLIDAIRE EURO - FCPE SOLIDAIRE - Fonds Commun de Placement d Entreprise (FCPE) - Code valeur : 990000076709 FCPE AG2R LA MONDIALE ES SOLIDAIRE EURO - FCPE SOLIDAIRE - Fonds Commun de Placement d Entreprise (FCPE) - Code valeur : 990000076709 Compartiment oui non Nourricier oui non Notice d Information Un Fonds

Plus en détail

Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE.

Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE. Groupe : Politique monétaire 23/11/2007 Beaume Benoît, Aboubacar Dhoiffir, Cucciolla Francesca Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la

Plus en détail

INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE

INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE I) FINANCEMENT ET DETERMINANTS DE L INVESTISSEMENT C est un enjeu économique essentiel. Il prend plusieurs formes et détermine les capacités de production

Plus en détail

Calcul et gestion de taux

Calcul et gestion de taux Calcul et gestion de taux Chapitre 1 : la gestion du risque obligataire... 2 1. Caractéristique d une obligation (Bond/ Bund / Gilt)... 2 2. Typologie... 4 3. Cotation d une obligation à taux fixe... 4

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

RÉSUMÉ (TRADUCTION) Credit Suisse International

RÉSUMÉ (TRADUCTION) Credit Suisse International RÉSUMÉ (TRADUCTION) Credit Suisse International Notes zéro coupon, liées à un indice, remboursables automatiquement, d un montant maximum total de EUR 100.000.000, échéance 2011, Série NCSI 2006 469 ISIN

Plus en détail

Tarification du teneur de compte Cortal Consors

Tarification du teneur de compte Cortal Consors Tarification du teneur de compte Cortal Consors Applicable aux clients suivis par les Conseillers Financiers Indépendants à partir du 1 er avril 2010 GESTION COURANTE DES COMPTES 2-3 OPCVM Opérations &

Plus en détail

LETTRE D'INFORMATION DES PORTEURS FCP KBL RICHELIEU RARETE

LETTRE D'INFORMATION DES PORTEURS FCP KBL RICHELIEU RARETE Paris, le 4 avril 2014 LETTRE D'INFORMATION DES PORTEURS FCP KBL RICHELIEU RARETE Madame, Monsieur, Vous êtes porteur de parts du fonds commun de placement (FCP) KBL Richelieu Rareté et nous vous remercions

Plus en détail

PRODUITS DÉRIVÉS LES CONTRATS À TERME : MODE D EMPLOI

PRODUITS DÉRIVÉS LES CONTRATS À TERME : MODE D EMPLOI PRODUITS DÉRIVÉS LES CONTRATS À TERME : MODE D EMPLOI About NYSE Euronext NYSE Euronext (NYX) est l un des principaux opérateurs de marchés financiers et fournisseurs de technologies de négociation innovantes.

Plus en détail

Caractéristiques principales du Fonds absorbé et du Fonds absorbant

Caractéristiques principales du Fonds absorbé et du Fonds absorbant CE DOCUMENT EST IMPORTANT ET REQUIERT VOTRE ATTENTION IMMÉDIATE. Si vous avez le moindre doute quant aux suites à donner à ce document, veuillez consulter immédiatement votre courtier, banquier, conseiller

Plus en détail

Tableau 1 Flux et Encours des titres de créances négociables (en milliards d euros, 2002-2011, France)

Tableau 1 Flux et Encours des titres de créances négociables (en milliards d euros, 2002-2011, France) 1. Le marché monétaire Théories et mécanismes monétaires Jézabel Couppey-Soubeyran & Emmanuel Carré Université Paris 1 (Panthéon-Sorbonne) Dossier de TD n 2 Autour du thème Les marchés de capitaux, leurs

Plus en détail

YAMA OPPORTUNITES. OPCVM ACTIONS INTERNATIONALES FCP de droit français

YAMA OPPORTUNITES. OPCVM ACTIONS INTERNATIONALES FCP de droit français 01.07.07 YAMA OPPORTUNITES OPCVM ACTIONS INTERNATIONALES FCP de droit français Prospectus Simplifié Société de Gestion : ATLAS GESTION Date d agrément : 02/04/1999 Date d édition : 01/07/2007 FCP «YAMA

Plus en détail

Principes de Finance

Principes de Finance Principes de Finance 12. Théorie des options I Daniel Andrei Semestre de printemps 211 Principes de Finance 12. Théorie des options I Printemps 211 1 / 43 Plan I Introduction II Comprendre les options

Plus en détail

Le Marché des Actions Qu est-ce qu une action?

Le Marché des Actions Qu est-ce qu une action? Le Marché des Actions Qu est-ce qu une action? C est un titre de propriété : L actionnaire est propriétaire de l entreprise pour sa quote-part C est une part du capital social de l entreprise : les statuts

Plus en détail

Cours de calculs nanciers. Chapitre 7 : Evaluation des actions

Cours de calculs nanciers. Chapitre 7 : Evaluation des actions Cours de calculs nanciers Chapitre 7 : Evaluation des actions L2 Economie et Gestion Vincent Bouvatier vbouvatier@u-paris10.fr Université de Paris 10 - Nanterre Année universitaire 2008-2009 Modèle d actualisation

Plus en détail

DORVAL FLEXIBLE MONDE

DORVAL FLEXIBLE MONDE DORVAL FLEXIBLE MONDE Rapport de gestion 2014 Catégorie : Diversifié International/Gestion flexible Objectif de gestion : L objectif de gestion consiste à participer à la hausse des marchés de taux et

Plus en détail

Comment réguler la finance mondiale?

Comment réguler la finance mondiale? Comment réguler la finance mondiale? Introduction : une bonne nouvelle en provenance de Suisse? I) La nécessaire régulation de l épargne mondiale 1 Le problème de l excès d épargne 2 Les banques et la

Plus en détail

Qu est-ce que la Bourse?

Qu est-ce que la Bourse? Qu est-ce que la Bourse? Une bourse est un marché sur lequel se négocient des valeurs mobilières. Les émetteurs y offrent des titres que les investisseurs achètent ; ces derniers financent alors les agents

Plus en détail

Les marchés financiers Voyage au cœur de la finance mondiale

Les marchés financiers Voyage au cœur de la finance mondiale HERVÉ JUVIN Les marchés financiers Voyage au cœur de la finance mondiale, 2004 ISBN : 2-7081-3032-3 Sommaire INTRODUCTION... 13 CHAPITRE 1 - PETITE HISTOIRE DES MARCHÉS FINANCIERS... 21 Naissance des marchés

Plus en détail

Fondements de Finance

Fondements de Finance Programme Grande Ecole Fondements de Finance Chapitre 5 : L évaluation des actions Cours proposé par Fahmi Ben Abdelkader Version étudiants Mars 2012 Valorisation des actifs financiers 1 Les taux d intérêt

Plus en détail

LES TURBOS INFINIS. Investir avec un levier adapté à votre stratégie!

LES TURBOS INFINIS. Investir avec un levier adapté à votre stratégie! LES TURBOS INFINIS Investir avec un levier adapté à votre stratégie! Produits présentant un risque de perte en capital, à destination d investisseurs avertis. Émetteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance

Plus en détail

I. PRESENTATION DES FACTURES DE DOIT

I. PRESENTATION DES FACTURES DE DOIT CHAPITRE 05 : LES OPERATIONS D ACHATS ET DE VENTES I. PRESENTATION DES FACTURES DE DOIT A. Définition La facture est un écrit dressé par un commerçant et constatant les conditions auxquelles il a vendu

Plus en détail

BNP Paribas. La perspective d un coupon élevé, en cas de hausse comme en cas de baisse de maximum 30% de l indice CAC40 avec un risque sur le capital

BNP Paribas. La perspective d un coupon élevé, en cas de hausse comme en cas de baisse de maximum 30% de l indice CAC40 avec un risque sur le capital STRATÉGIE P. 2 BNP Paribas - s adresse à l investisseur expérimenté qui souhaite un coupon brut annuel potentiel de 8% même en cas de baisse de maximum 30% de l indice CAC40 et qui accepte un risque en

Plus en détail

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext Brochure destinée aux investisseurs particuliers Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext p. 2 Index 1. Options call et put 3 2. Acheteur et vendeur 4 3. Standardisation 5 Valeur sous-jacente

Plus en détail

Boléro. d information. Notice

Boléro. d information. Notice Notice Boléro d information Boléro est construit dans la perspective d un investissement sur la durée totale de la formule et donc d un rachat aux dates d échéances indiquées. Tout rachat de part à d autres

Plus en détail

LES MARCHÉS DÉRIVÉS DE CHANGE. Finance internationale 9éme ed. Y. Simon & D. Lautier

LES MARCHÉS DÉRIVÉS DE CHANGE. Finance internationale 9éme ed. Y. Simon & D. Lautier LES MARCHÉS DÉRIVÉS DE CHANGE 1 Section 1. Les instruments dérivés de change négociés sur le marché interbancaire Section 2. Les instruments dérivés de change négociés sur les marchés boursiers organisés

Plus en détail

GROUPE D OPC AGF. FONDS ÉQUILIBRÉS ET DE RÉPARTITION DE L ACTIF Fonds canadiens 1, 2, 3, 5, 7, 8. FONDS D ACTIONS Fonds canadiens *1, 3, 5, 7, 8

GROUPE D OPC AGF. FONDS ÉQUILIBRÉS ET DE RÉPARTITION DE L ACTIF Fonds canadiens 1, 2, 3, 5, 7, 8. FONDS D ACTIONS Fonds canadiens *1, 3, 5, 7, 8 GROUPE D OPC AGF offrant des titres de la série OPC, de série D, de série F, de série J, de série O, de série Q, de série T, de série V, de série W et de la série Classique (selon les indications) Notice

Plus en détail

Marchés à terme et marchés dérivés. Michel FERRET FranceAgriMer / MEP

Marchés à terme et marchés dérivés. Michel FERRET FranceAgriMer / MEP Marchés à terme et marchés dérivés Michel FERRET FranceAgriMer / MEP Partie I- Généralités Définitions Contexte général Evolutions Marchés dérivés : Définitions / Catégories (1) Ce sont tous les marchés

Plus en détail

LEÇON 4 22 février 2010

LEÇON 4 22 février 2010 LEÇON 4 22 février 2010 La grande dépression de 1929 Similitudes, différences et leçons www.solvay.edu/cours/alle SYNTHÈSE DES LEÇONS À RETENIR La Crise touche la Finance puis l économie réelle La Finance

Plus en détail

LE FONDS GENERAL DE SPIRICA Reporting au 30 juin2015

LE FONDS GENERAL DE SPIRICA Reporting au 30 juin2015 LE FONDS GENERAL DE SPIRICA Reporting au 30 juin2015 Objectif de gestion Style de gestion Modalités de gestion L objectif de gestion du fonds euros de Spirica est de dégager, sur la durée, une performance

Plus en détail

Comment l entreprise produit-elle?

Comment l entreprise produit-elle? Comment l entreprise produit-elle? Trouvez des questions permettant de répondre aux paragraphes proposés. Cet exercice doit vous permettre de mieux mémoriser le cours mais aussi de travailler les consignes.

Plus en détail

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

> Porphyre. Assurance Vie & Capitalisation. Janvier 2014

> Porphyre. Assurance Vie & Capitalisation. Janvier 2014 Assurance Vie & Capitalisation > Porphyre Janvier 2014 Titre de créance à capital non garanti, ni en cours de vie, ni à l'échéance Support en unités de compte d un contrat d assurance vie ou de capitalisation,

Plus en détail