EXPLORATION DES CONDITIONS DE MISE EN PLACE DES MÉCANISMES DE PAIEMENT POUR LES SERVICES ENVIRONNEMENTAUX DANS LE HAUT BASSIN DU NIGER DOCUMENT FINAL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EXPLORATION DES CONDITIONS DE MISE EN PLACE DES MÉCANISMES DE PAIEMENT POUR LES SERVICES ENVIRONNEMENTAUX DANS LE HAUT BASSIN DU NIGER DOCUMENT FINAL"

Transcription

1 1 EXPLORATION DES CONDITIONS DE MISE EN PLACE DES MÉCANISMES DE PAIEMENT POUR LES SERVICES ENVIRONNEMENTAUX DANS LE HAUT BASSIN DU NIGER DOCUMENT FINAL Rapport élaboré par : Pr DIALLO, Amirou, CÉRE, Université Gamal Abdel Nasser de Conakry Dr DIALLO, Alpha Issaga Pallé, CÉRE, Université Gamal Abdel Nasser de Conakry

2 TABLE DES MATIÈRES 2 INTRODUCTION... 9 CHAPITRE I POTENTIALITÉS ÉCOSYSTÉMIQUES DU HAUT BASSIN DU NIGER Bref aperçu du bassin du Niger Typologie, potentiel et importance des écosystèmes du haut bassin du Niger a. Situation géographique et limites du haut bassin du Niger b. Potentiel hydrographique c. Potentiel humain d. Potentiel phytogéographique, floristique et faunique e. Potentiel édaphique et agro-pastoral CHAPITRE II LES PSE : ENJEUX, OPPORTUNITÉS ET DÉFIS Définition et rappel historique du PSE Enjeux, opportunités et défis des PSE CHAPITRE III APPROCHE MÉTHODOLOGIQUE Encrage théorique et opérationnel de la démarche méthodologique Stratégies d acquisition des données CHAPITRE IV ANALYSE DES DETERMINANTS INDISPENSABLES À LA MISE EN PLACE DES MECANISMES DE PSE DANS LE HAUT BASSIN DU NIGER Le haut bassin du Niger, un complexe écosystémique sous fortes pressions anthropiques Des cadres politique, légal et institutionnel nationaux potentiellement favorables à la mise en place des mécanismes de PSE peu appliqués a. Cadre politique b. Instruments légaux c. Cadre institutionnel/organisationnel CHAPITRE V CONDITIONS NÉCESSAIRES À LA MISE EN PLACE DES MÉCANISMES DE PAIEMENT POUR LES SERVICES ENVIRONNEMENTAUX DANS LE HAUT BASSIN DU NIGER Potentiel de mise en place des mécanismes des PSE dans le haut bassin du Niger.. 36

3 Principaux services écosystémiques au haut bassin du Niger Options opérationnelles potentielles de PSE dans le haut bassin du Niger Préférence des activités d exploitation et de protection des ressources territoriales dans la mise en œuvre de PSE au haut bassin du Niger Actions nécessaires pour fournir les services écosystémiques objets de PSE Systèmes de paiement pour les services écosystemiques applicables au haut bassin du Niger Organisation de la rémunération de services écosystemiques Risques potentiels des PSE des vendeurs de SE dans le haut bassin du Niger Limite de la mise en œuvre et critères d évaluation des PSE au haut bassin du Niger Incertitudes et outils d évaluation lors d interventions dans les bassins versants Innovations institutionnelles, rémunérations et types de contrats Acheteurs éventuels et leurs potentielles motivations CHAPITRE VI CONDITIONS REQUISES POUR LA MISE EN ŒUVRE DES PSE DANS LE HAUT BASSIN DU NIGER ET IDÉES DE PROJETS PILOTES Quelques enseignements tirés de l expérience PSE du REPASE Conditions requises pour la mise en œuvre des PSE au haut Niger Adapter le PSE au contexte institutionnel et coutumier du foncier Combiner la pertinence écologique des PSE et les bénéfices que la population tire de la mise en œuvre des PSE Informer et rassurer les bénéficiaires et les gestionnaires des terres Garantir la pérennité des actions des PSE Intégrer éthique environnementale et la justice environnementale Minimiser les coûts de transaction et d administration Assurer autant que possible la conformité des PSE avec les us et coutumes des communautés locales Éviter le déplacement des pressions sur d autres écosystèmes Idées de projets pilotes... 61

4 Proposition d une stratégie et plan d actions pour l expérimentation du modèle de PSE Proposition d une structure des mécanismes de PSE pour la mise en œuvre des projets pilotes CONCLUSION ANNEXES ANNEXE TDR Contexte et justification de l étude Objectif de l étude Portée et durée du travail Méthodologie Résultats et livrables Qualifications et compétences requises Honoraires ANNEXE Lexique ANNEXE Fiche d enquête en vue d explorer des conditions de mise en place des mécanismes de paiement des services environnementaux (PSE) dans le haut bassin du Niger ANNEXE Plan d actions de projets pilotes ANNEXE Contribution du secteur primaire à l économie guinéenne et sa croissance BIBLIOGRAPHIE... 96

5 LISTE DES FIGURES 5 Tableau Page 0.1 Schéma présentant les 43 services que les écosystèmes rendent à l humain Carte de présentation du bassin du Niger Carte de localisation du haut bassin du Niger Poids des options opérationnelles pour développer les mécanismes de PSE dans le haut bassin du Niger Ordre de préférence de mise en œuvre de PSE par rapport aux activités d exploitation des ressources territoriales du haut bassin du Niger Ordre de préférence de mise en œuvre de PSE par rapport aux activités de protection des ressources territoriales du haut bassin du Niger Schéma du flux des compensations, des bénéficiaires aux exploitants Schéma des acteurs impliqués dans le paiement pour services écosystémiques dans le haut bassin du Niger

6 LISTE DES TABLEAUX 6 Tableau Page 1.1 Répartition de la population du haut bassin du Nigerpar Région et par Préfecture Organisation générale de la démarche méthodologique Analyse de quelques politiques nationales potentiellement en lien avec les PSE Analyse de quelques instruments légaux potentiellement en lien avec les PSE Les catégories et les principaux services écosystémques du haut bassin du Niger Les acheteurs potentiels des SE au haut bassin du Niger et leurs 56 motivations Sommaire des projets pilotes et leurs coûts a Cadre logique de la stratégie et du plan d actions en vue de la mise en place de PSE dans le haut bassin du Niger : projet pilote b Cadre logique de la stratégie et du plan d actions en vue de la mise en place de PSE dans le haut bassin du Niger : projet pilote c Cadre logique de la stratégie et du plan d actions en vue de la mise en 6.2-d place de PSE dans le haut bassin du Niger : projet pilote Cadre logique de la stratégie et du plan d actions en vue de la mise en place de PSE dans le haut bassin du Niger : projet pilote a Croissance du PIB de 2009 à b Poids des secteurs dans l économie de 2009 à c Croissance pondérée par secteur de 2009 à d Poids des sous secteurs du primaire de 2008 à e Taux d investissement sectoriel public des sous-secteurs primaires de 2008 à f Taux d investissement sectoriel public des sous-secteurs primaires de 2011 à g Contribution du secteur minier à l'économie guinéenne entre 2006 et

7 LISTE DES ABRÉVIATIONS, SIGLES ET ACRONYMES 7 ABN Autorité du Bassin du Niger AME Accords Multilatéraux sur l Environnement AN Assemblée Nationale Asdi Agence Suédoise pour le Développement International CC Changement climatique CCNUCC Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques CDB Convention des Nation Unies sur la Diversité Biologique CEDEAO Communauté économique des Etats de l'afrique de l'ouest (Economic Community Of West African States ECOWAS) CÉRE Centre d Étude et de Recherche en Environnement CERESCOR Centre de Recherche Scientifique de Conakry Rogbanè CITES Convention on International Trade of Endangered Species (Convention sur le commerce International des Espèces de Faune et de Flore Sauvages Menacées d Extinction) CLE Comité Local de l Eau CNSHB Centre National des Sciences Halieutiques de Boussoura CNSP Centre National de Surveillance et de Protection des Pêches CNT Conseil National de la Transition CNU/HBN Coordination Nationale des Usagers du Haut Bassin du Niger CTRN Conseil Transitoire de Redressement National CVRD Companhia Vale do Rio Doce DNA Direction Nationale de l Agriculture DNATUVI Direction Nationale de l Aménagement du Territoire, de l Urbanisme, des Voiries et Infrastructures DND Direction Nationale de la Décentralisation DNEF Direction Nationale des Eaux et Forêts DNH Direction Nationale de l Hydraulique DNT Direction Nationale du Tourisme DPV Durée de la période végétative DSRP-3 Troisième Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté EDG Electricité De Guinée EMD Évaluation du Millénaire pour le développement FAO Food and Agriculture Organization (Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture) FIESTA Fog Interception for the Enhancement of Stream flow in Tropical Areas GIE Groupement d'intérêt économique GIRE Gestion Intégrée des Ressources en Eau IBE Indice de bénéfice environnemental IP Indice pluviométrique MEA Millenium Ecosystems Assessment MP Ministère du Plan OCDE Organisation de coopération et de développement économique OGUIPAR Office Guinéen des Parcs et Réserves OMVS Convention portant création de l organisation pour la mise en valeur

8 ONG PDL PFNL PGIRN PMF/FEM-SGP/GEF PNG PNIASA PNUE PPSE PREMI PRG PSE REPASE RGPH RPTES SAG SBDT SGG SMD SNAT SNSA SWAT TDR TEEB TRARC UICN UICN-PACO WWF 8 du fleuve Sénégal Organisation Non Gouvernementale Plan de développement local Produits forestiers non Ligneux Partenariat axé sur la gestion intégrée des ressources naturelles du Massif du Fouta- jalon Programme de Micro-financement du Fonds pour l Environnement Mondial - Small Grants Programme/Global Environnment Facility Politique Nationale du Genre Plan National d Investissement Agricole et de Sécurité Alimentaire Programme des Nations unies pour l'environnement (United Nations Environment Programme, UNEP) Paiement pour Préservation des Services Écosystémiques Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement Présidence de la République Paiement pour les services écosystémiques Restauration et Paiement des Services Environnementaux Recensement Général de la Population et de l Habitation Programme Régional du Secteur des Énergies traditionnelles Société Anglogold Ashanti de Guinée (Société aurifère de Guinée) Société des Bauxites de Dabola-Tougué Secrétariat Général du Gouvernement Société Minière de Dinguiraye Schéma National d Aménagement du Territoire Service national des statistiques agricoles Soil and Water Assessment Tool Termes de Référence The Economics of Ecosystems and Biodiversity Tropical Rapid Appraisal of Riparian Conditions Union internationale pour la conservation de la nature Union internationale pour la conservation de la nature - Programme pour l Afrique Centrale et Occidentale World Wildlife Fund (Fonds Mondial pour la Nature ou Fonds Mondial pour la Vie Sauvage)

9 INTRODUCTION 9 Depuis le Sommet de Rio de 1992, gérer durablement la biodiversité est une priorité mondiale. Cette priorité est confortée par l'évaluation du Millénaire pour le développement EMD (Millenium Ecosystems Assessment MEA) réalisée en 2005, puis par l initiative de «The Economics of Ecosystems and Biodiversity (TEEB)» de 2007 et le Sommet de Nagoya de 2010 sur la biodiversité. Ces stratégies constituent une réponse aux demandes formulées par les Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) et aux Conventions sur la Diversité Biologique, la Lutte contre la Désertification, de Ramsar sur les zones humides et celle relative aux espèces migratoires (CITES), ainsi que l expression des besoins des autres intervenants comme le secteur privé, la société civile, les communautés locales, etc. Le Millenium Ecosystems Assessment a démontré que la nature procure à la société divers services essentiels à notre survie, tels que la préservation de la biodiversité, l approvisionnement en eau et sa purification, la stabilisation du climat, etc. Les écosystèmes procurent des flux d eau fiables et propres, un sol productif, un climat relativement prévisible et de nombreux autres services essentiels au bien-être de l homme. Les hommes, les entreprises et les sociétés comptent sur ces services pour la fourniture de matières premières, pour les processus de production et la stabilité climatique. À la fin des années 1990, plusieurs écologistes et économistes ont uni leurs efforts afin de déterminer la valeur des services rendus par la nature. Ils ont trouvé que les services environnementaux valaient environ 33 billions de dollars US par an. Comme ce chiffre représentait près de deux fois le produit intérieur brut mondial de l époque (18 billions de dollars en 1997), l usage du terme «services écosystémiques SE» s est répandu dans les débats qui s en sont suivis. Les paiements pour les services écosystémiques (PSE) sont une manière d encourager les usagers des ressources naturelle à bien gérer et à préserver leur environnement - assurant ainsi la continuité des services environnementaux. Selon Laurans, Leménager et Aoubid (2011), l acronyme PSE, paiement pour services environnementaux (Payment for Environmental Services, PES), est aujourd hui un concept omniprésent dans les travaux et projets de financement consacrés à l environnement, ainsi que dans les arènes où s élaborent les politiques environnementales et de développement. Un PSE consisterait à payer pour bénéficier des services que rendent les écosystèmes. Le Millenium Ecosystem Assessment a inventorié 43 services que les écosystèmes rendent à l humain (cf. figure 0.1 ci-dessous). D une manière générale, les principaux services écosystémiques sont les services d approvisionnement, les services de régulation, et les services socio-culturels (voir 0.1 ci-dessous).

10 10 Figure 0.1 : Schéma présentant les 43 services que les écosystèmes rendent à l humain Source: Millennium Ecosystem Assessment Synthesis Report, 2005 In Herbert et al. (2010). L élaboration du présent document intitulé s est déroulée selon une approche participative. L exploration de ces conditions de mise en place des PSE dans le haut bassin du Niger a impliqué des acteurs du développement et de l environnement des secteurs public, privé et de la société civile. Cette concertation élargie a permis de cerner les conditions qu impliquerait la mise en pace de PSE dans la zone. Pour des détails sur les objectifs et les orientations sur le l étude, voir les TDR en annexe 1. Le rapport comprend six chapitres : (i) Potentialités écosystémiques du haut bassin du Niger, (ii) Les PSE : enjeux, opportunités et défis, (iii) Approche méthodologique, (iv) Analyse des déterminants indispensables à la mise en place des mécanismes de PSE dans le haut bassin du Niger, (v) Conditions nécessaires à la mise en place des mécanismes de PSE dans le haut bassin du Niger, et (vi) Conditions requises pour la mise en œuvre des PSE dans le haut bassin du niger et idées de projets pilotes.

11 CHAPITRE I 11 POTENTIALITÉS ÉCOSYSTÉMIQUES DU HAUT BASSIN DU NIGER 1.1. Bref aperçu du bassin du Niger Selon l ABN 1 (2007), le fleuve Niger est le 4 ème bassin hydrographique d Afrique avec ses km de long et dont le bassin couvre environ 2,2 millions de km 2 de superficie totale pour 1,5 millions de km 2 de bassin actif. La gestion intégrée de ce potentiel hydrique et de ses écosystèmes associés est un enjeu majeur pour les États membres de l Autorité du Bassin du Niger (ABN) et ses partenaires comme l attestent les différentes thématiques abordées dans cet ouvrage. Nous sommes aujourd hui tous conscients des priorités de développement du bassin et j en suis convaincu que cet ouvrage contribuera à faire mieux connaître le bassin du Niger dans toute sa diversité aux plans tant national qu international, et servira d inspiration pour atteindre les objectifs de la Vision partagée. Le bassin du Niger est situé au cœur de l Afrique de l Ouest comme l indique la figue 1.1. Le fleuve Niger et ses affluents constituent des liens vitaux entre les neuf pays riverains : Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Côte d Ivoire, Guinée, Mali, Niger, Nigeria et Tchad. Le fleuve Niger est le 3 ème fleuve d Afrique de par sa longueur (4 200 km), après le Nil et le Congo mais est le plus important fleuve d Afrique de l Ouest. Il est le 14 ème plus long fleuve du monde. Son bassin couvre une superficie de près de 2,2 millions km 2 comprenant environ 1,5 million km 2 de bassin hydrologiquement actif. Enfin, il est le 9 ème système fluvial le plus important du monde. Bien que son bassin versant couvre neuf pays, plus de 80% de sa superficie se trouvent dans trois pays : Mali, Niger et Nigeria. Les caractéristiques principales du potentiel de développement du bassin du Niger sont : Une population estimée à 106 millions d habitants en 2005 avec un taux moyen de croissance de l ordre de 2,63% ; Un potentiel agricole d environ 2,5 millions d ha dont 20% actuellement exploités ; Un potentiel hydroélectrique important, avec un productible estimé à GWH, dont l exploitation actuelle est de l ordre de GWH/an, soit 20,6% du total ; Une navigabilité partielle et non permanente sur environ km du cours principal et de ses principaux affluents ; Un potentiel piscicole estimé à environ 7,5 tonnes par km de cours d eau et par an. Les plans d eau du bassin comptent 36 familles de poissons et près de 250 espèces d eau douce dont 20 sont endémiques ; Une faune et une flore très diversifiée avec plusieurs sites Ramsar, réserves et parcs importants au niveau desquels se développe l éco-tourisme ; Un potentiel hydrique important soumis aux aléas climatiques. Malgré les divers usages de l eau, le fleuve Niger et ses affluents déversent chaque année, de 1970 à nos jours, un volume moyen de 160 milliards de m 3 dans l Océan Atlantique. 1 ABN = Autorité du Bassin du Niger.

12 12 Figure 1.1 Carte de présentation du bassin du Niger Source : ABN (2007) Le bassin du Niger, vu sous l angle des ressources en eau, peut être divisé en quatre zones aux caractéristiques physico-géographiques plus ou moins homogènes. Il s agit du Niger Supérieur (Haut Niger), du Delta Intérieur du Niger, du Moyen Niger et du Niger Inférieur. Le Niger Supérieur (Haut Niger) s étend sur une superficie de km 2 dont km 2 située en Guinée. Cette dernière sert de Château d eau et est supposé offrir la possibilité de régulation partielle des écoulements sur toute la longueur du fleuve. Les zones du massif du Fouta-Djalon, en amont du fleuve connaissent actuellement un essor dans les activités minières et l exploitation forestière, ce qui crée des opportunités économiques mais, en même temps, entraîne des risques de pollution en amont et d accélération de l ensablement du lit du fleuve.

13 1.2. Typologie, potentiel et importance des écosystèmes du haut bassin du Niger 13 a. Situation géographique et limites du haut bassin du Niger Le Haut bassin du Niger 2 couvre la Haute Guinée et les Préfectures de Beyla et Kissidougou (cf. figure 1.2). Cette vaste région couvre km² pour habitants (Ministère du Plan, 2014). Elle est limitée à l ouest par la Moyenne Guinée, au Nord et à l est par le Mali, au sud par la Côte d Ivoire, la Guinée Forestière, le Liberia et une partie de la Sierra Leone. Figure 1.2 Carte de localisation du haut bassin du Niger. Source : Carte réalise par Diallo, A. I. Pallé et Bah, T. B. en février a. Potentiel climatique Le climat de la Haute Guinée est du type tropical sud soudanien (soudano-guinéen), caractérisé par l alternance de deux saisons : Une saison sèche (novembre à avril) avec prédominance de vents d Est (harmattan) ; Une pluvieuse (mai à octobre) avec une pluviométrie diminuant du sud au nord. 2 Le fleuve Niger qui prend sa source à Kobikoro dans la Préfecture de Faranah couvre un bassin hydrologique de km 2 et arrose neuf pays africains (Niasse, 2004 ; Diallo A. I. Pallé, 2012).

14 14 La pluviométrie moyenne annuelle calculée sur 30 ans ( ) varie de à mm/an du nord au sud. En fonction de l altitude, on y distingue quatre zones pluviométriques distinctes en fonction de la latitude : La zone de Kankan-Faranah : avec un indice pluviométrique de «4-3-5», c est à dire 4 mois très pluvieux, 3 mois humide ou intermédiaire, 5 mois écologiquement secs. La zone de Kouroussa avec un indice pluviométrique (IP) «5-1-6» La zone de Siguiri dont l IP est «4-2-6» La zone de Dabola-Dinguiraye, avec un IP «6-0-6». À celles-ci s ajoute la zone située sur l axe de la limite Kissidougou-Beyla au climat guinéen forestier avec un IP de «7-2-3». Ces indices pluviométriques ont permis de tracer les iso lignes définissant la durée de la période végétative (DPV) qui varie de 170 jours à l'extrême nord à 260 tout à fait au sud. La température oscille entre 17ºc et 43ºc avec une moyenne de 30ºc. L écart thermique annuel y est relativement marqué. Les maxima s observent en fin de saison sèche avec des températures dépassant 40 c et les minima au cœur de la saison sèche avoisinant 10 c. Les variations journalières maximales se situent de mars à mai et les températures minimales de décembre à février. Les plus basses températures sont obtenues à Faranah avec des valeurs voisines de 9 c tandis que les plus hautes allant jusqu à plus de 40 c s observent à Siguiri et Dinguiraye. b. Potentiel hydrographique Le Niger qui prend sa source dans la Préfecture de Faranah, Région de la Haute Guinée, est le principal fleuve de l ouest africain. Il reçoit de nombreux affluents, dont : Le Tinkisso, coulant des hauteurs du Fouta-Djalon, et qui se jette dans la rive gauche du Niger du côté Ouest ; Le Mafou, le Niandan, le Milo, la Fié et le Sankarani, coulant de la dorsale guinéenne, et qui rejoignent le Niger sur la rive droite du côté sud-est. Ces cours d eau ont généré sur leur parcours d importantes plaines alluviales, séparées du lit principal par un bourrelet de berge et inondées au moment des crues. Le long de la dorsale guinéenne, les rivières et marigots constituant les sous-affluents ont entraîné la formation de bas-fonds principalement dans les Préfectures de Faranah et de Kérouané ainsi que dans le sud et sud-est de Kankan. c. Potentiel humain Le haut bassin du Niger compte habitants (cf. tableau 1.1) dont la distribution spatiale cache de fortes disparités Avec une population très inégalement répartie, la densité varie de 45 à 70, voir 400 habitants au km² dans les villes et de 3 à 6 habitants au km² dans les villages disséminés à travers les espaces naturels.

15 Tableau 1.1 Répartition de la population du haut bassin du Nigerpar Région et par Préfecture Population par Région administrative Population par Préfecture Région Administrative Population Préfecture Population Faranah Kankan Dabola Dinguiraye Faranah Kissidougou Kankan Kérouané Kouroussa Mandiana Siguiri Total Nzérékoré Beyla Source : Ministère du Plan (2014) : Arrêté n 3015/MP/SG/CC/2014 portant Publication des résultats préliminaires du troisième Recensement Général de la Population et de l Habitation (RGPH) réalisé du 01 mars au 02 avril République de Guinée, 15 p. Le peuplement de la Haute Guinée est homogène, il appartient pour l essentiel à l ethnie Mandé ou Malinké. Sur les marges subsistent des zones de peuplement non-malinkés. À l ouest, les Diallonkés, qui, dans le Baliya et le Manden-Tamba se sont «malinkisés». C est seulement dans le Solima qu ils ont gardé leur authenticité culturelle et linguistique. À l ouest de Dabola et au Sud de Dinguiraye, se remarquent des peuplements Peulhs du Fouta- Djalon. Autour de Dinguiraye, il subsiste un noyau de peuplement Toucouleurs, héritage de l établissement d El Hadj Oumar au 18 ème siècle en provenance du Fouta Toro sénégalais. Dans la haute vallée du Sankarani, et au-delà de la frontière dans la partie voisine du mali, se trouvent les Ouassoulonkés, populations peuhls, sédentarisées et ayant adopté la langue malinké. Tout à fait à l ouest et au sud, des composantes de l ethnie malinké sont disséminés. On y rencontre des Lélés au sud de Faranah, les Kourankos au sud de Kankan et de Kérouané et les Koniankés le long de la frontière avec la Côte d Ivoire (peuplement qui se prolonge en Guinée forestière dans la Préfecture de Beyla). On rencontre également de membres de l ethnie Kissié à la frontière entre Faranah et Kissidougou et à l extrême ouest de Kérouané. d. Potentiel phytogéographique, floristique et faunique Liée au climat, la végétation du haut bassin du Niger présente un gradient nord-sud bien marqué. À la savane boisée claire au nord se différencie la savane arborée au sud. La forêt dense sèche couvre 8,3% de la région, soit ha; mais la situation forestière de cette région présente deux aspects contrastés. D une part, dans les zones d'anciennes fortes occupations agricoles et d autre part, dans les zones peu peuplées car soumises à l onchocercose ou peu accessibles, on peu rencontrer des massifs relativement intacts de forêts denses sèches, de 50 à 200 ha de superficie moyenne, dont la richesse dépend fortement de la profondeur du sol.

16 16 Le haut bassin du Niger se divise en trois grandes zones de végétation, à savoir : La savane soudanienne à l extrême nord faiblement arborée de glacis sur des collines et plateaux cuirassés. On y rencontre quelques rares cordons forestiers sur les rebords des cuirasses. Cette formation couvre les préfectures de Siguiri et le Nord de Mandiana. La savane de type humide occupant tout le centre avec quelques forêts dégradées d altitude dans les Préfectures de Dabola et Dinguiraye. Dans cette partie de la Haute Guinée, les inter-fleuves sont couverts de forêts denses sèches. Au sud, notamment dans les préfectures de Kérouané, à l est de Faranah, au sud de Kankan et à l ouest de Kouroussa, on retrouve une savane arborée et des forêts secondaires dans les zones de faible densité de population. La mosaïque forêt-savane, zone de transition forêt - savane qui se trouve au contact des forêts soudano-guinéennes. Au nord de cette zone pré-forestière, essentiellement entre le 10 ième et le 11 ième parallèle, on retrouve une savane boisée sur les collines et cuirasses fortement anthropisées. Cette grande unité recouvre cependant des mosaïques de savanes arborées péri-forestières, quelques galeries de forêt sèche et humide, notamment sur le massif du Tanko dans la préfecture de Faranah. Une végétation herbacée composée de hautes graminées est aussi une caractéristique de cette région. En raison de cette diversité écosystèmique, on y retrouve les grands félins (Lions : Panthera leo et Panthères : Panthera pardus), le Chimpanzé (Pan troglodytes), Hippopotame (Hippopotamus amphibius), l'éland de Derby (Taurotragus derbianus), le Cobe de Buffon (Kobus kob), le Cobe de fassa (Kobus ellipsiprymnus), etc., des oiseaux, des reptiles, etc. e. Potentiel édaphique et agro-pastoral La Haute Guinée est un bassin schisteux avec quelques sommets isolés. Des hauts plateaux accidentés du Fouta-Djalon, on descend brusquement sur un plateau inférieur relativement bas et monotone, s inclinant faiblement en glacis vers le Nord-Est. Quelques-unes de ces parties atteignent 500 m d altitude. L ensemble oscille entre 400 et 420 m. Aux abords du Fouta et en direction du Nord-Ouest et de l Est, la topographie se relève vers le sud pour atteindre 550 à 600 m dans la dorsale guinéenne et même 650 à 700 m dans le plateau de Beyla. Des lignes de hauteur orientées «nord-ouest/sud-est» limitent au sud-ouest le "bassin de Siguiri". C est le bassin du "Niandan - Banié" prolongé vers le sud-est. Au sud de Kankan, leur altitude varie entre 650 et 700 m, quelques points dépassant 800 m. Au nord, vers Bissikrima, le massif de Balia (au nord du Tinkisso) et celui de Banko (au sud du Tinkisso) présentent une banquette à 800 m environ. Les sols de la Haute Guinée sont en général complexes avec une alternance de lithosols, luvisols, nitosols et acrisols (Baldé et al., 1993) et présentant par endroit des zones de latérite à horizons compacts. Une classification simplifiée des sols donne les types suivants : Sols de plaines d inondation formés sur des alluvions quaternaires (Brunet-Moet, 1986) et composés de limon et d argile fine. Ils sont profonds, à ph acide, caractérisés par une carence en phosphore et en potassium. Sols de terrasses se situant entre les plaines inondables et les plateaux. Il s agit des sols ferrugineux tropicaux lessivés.

17 17 Sols de plateaux provenant de la dislocation d une cuirasse latéritique ancienne dont subsistent encore quelques vestiges sur les parties hautes (buttes cuirassées). L horizon de surface de ces sols est gravillonnaires. Sols des hauts bassins formé sur du grès, ce sont des sols ferrallitiques à texture sablo-argileuse, mais fortement lessivés. Sols des massifs et monts généralement cuirassés (bowés) rencontrés essentiellement dans les Préfectures de Dabola et de Dinguiraye. Sols hydromorphes caractéristiques des bas-fonds et qui se rencontrent dans les dépressions, notamment dans les vallées longeant la dorsale guinéenne. La caractérisation des zones de végétation sur une base agro-écologique, socio-économique et des systèmes de production dominants a aboutit à la définition de zones par rapports aux problématiques agropastorales. Ainsi, le haut bassin du Niger est maillé par 17 unités écologiques, à savoir : Kouroukan, Bouré, Lélé-Wéléwéléya, Plateau soudanien, Haute Vallée de Kolokalan, Bassin de la Fié, Plateau central, Plateau du Woulada, Piémont foutanien, Plateau Wassolonké, Inter fleuve Dion-Niandan, Bassando, Plateau du Sankaran, Hautes collines et plateau du Fria, Haut plateau du Solima, Zone pré - forestière et Réserves naturelles et Parcs. Du point de vue agricole, le haut bassin du Niger dispose de grandes potentialités en terres, en ressources animales et bénéficie de ressources humaines importantes. La population agricole est de individus répartis dans exploitations (SNSA, 1999). La superficie cultivable est estimée à km² représentant 71% des terres de cette région. Ce potentiel est composé de 30% de terres utilisables de façon permanentes avec courte jachère ; 39% de terres utilisables de façon marginale avec de très longues jachères et 2% de bas-fonds (Direction Nationale des Eaux et Forêts, 1992). L'occupation des terres par les principales cultures des systèmes de production est comptabilisée comme suit en superficie et en pourcentage du total national de la culture (SNSA, 1999) : Coton; ha (98% du total national) ; Riz: ha (31,3%) ; Maïs: ha (48%) ; Fonio: ha (32,46 %) ; Arachide: ha (23,13 %) ; Manioc: ha (34%). Dans le domaine des ressources animales, la Haute Guinée compte bovins (représentant 34% du total national), ovins (25,84 %) et caprins (17,51%). Le cheptel est utilisé dans le cadre de la culture attelée et le niveau d équipement de cette région est largement supérieur aux autres régions de la Guinée. En effet, exploitations pratiquent la culture attelée soit 53,38% des exploitations de la région et exploitations font recours à la culture motorisée, soit 3,35% du total national (SNSA, 1999). Sur le plan de la production, la Haute Guinée produit environ tonnes de coton, tonnes de riz (25% de la production nationale), tonnes de maïs (35,22%), tonnes de fonio (26,75%), tonnes d'arachide (20,30%) et tonnes de manioc (48,05%). À ceux-ci s'ajoute la production d'igname exclusive pour la Haute Guinée et le développement de nouvelles productions, comme (i) la culture du manguier surtout dans les zones périurbaines de Kankan, et (ii) la culture de l'anacardier surtout à Mandiana, Kankan, Siguiri et Kouroussa.

18 CHAPITRE II 18 LES PSE : ENJEUX, OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2.1. Définition et rappel historique du PSE Que ce soit à partir de leurs propres moyens ou avec l intervention de l Homme, les écosystèmes fournissent à la société une panoplie de biens et services indispensables à la vie. Selon la Mission Économie de la Biodiversité (2013), à l instar des recommandations issues des rapports The Economics of Ecosystems and Biodiversity (TEEB) et des décisions des 10 ème et 11 ème Conférences des Parties de la Convention sur la Diversité Biologique à Nagoya en 2010 et Hyderabad en 2012, l approche économique de l environnement est aujourd hui perçue comme étant l une des solutions novatrices pouvant mettre un terme à l érosion de la biodiversité. Cette idée s inscrit dans un double contexte. Le premier est le fait que les politiques traditionnelles de préservation de la nature, fondées sur le triptyque règle-contrôles-action, n ont pas pu réduire le rythme de détérioration de la biodiversité jusqu à présent. Le second contexte est que la rigueur budgétaire couplée à l exigence d une efficacité accrue de l utilisation des fonds publics, incite à la recherche de mécanismes de financement alternatifs plus incitatifs et susceptibles de mobiliser des fonds du secteur privé. Aujourd hui, les services rendus par la nature ne sont pas pris en compte par les agents économiques. Par conséquent, le coût social de leur dégradation, c est-à-dire l ensemble des coûts supportés par la société du fait de la détérioration de ces services, n est pas intégré dans l évaluation des coûts privés supportés par ces derniers. D où la nécessité de valoriser ces services pour les intégrer dans les processus de prise de décision et, au-delà, d assurer le financement de leur préservation. Sur le principe, les Paiements pour Services Écosystémiques ou Environnementaux (PSE) semblent répondre à ces attentes en faisant de la préservation de l environnement une activité rémunératrice incitant les agents économiques à modifier leur comportement. Ils semblent également avoir la capacité de lever des financements additionnels auparavant non mobilisés pour la conservation de la biodiversité (Laurans et al., 2011). Cependant, la question de leur potentiel doit être appréciée au regard de leur capacité opérationnelle à répondre aux objectifs fixés. Dans cette perspective, Boisset, Fernandez et Lévite (s.d.) rapportent que le Fonds Mondial pour la Nature (WWF) considère que les PSE sont un moyen d action pour atteindre les objectifs de protection de l environnement. Il promeut ainsi une nouvelle approche pour les PSE «équitables», visant à concilier réduction de la pauvreté et conservation de l environnement. Il fonde son action, comme la Banque Mondiale, sur le fait que la répartition de la pauvreté en milieu rural se superpose souvent à la biodiversité Il considère les peuples autochtones comme les «gardiens des écosystèmes naturels» et s appuie sur eux en tant que fournisseurs potentiels de services liés notamment à la biodiversité.

19 19 Mais Qu est-ce qu un PSE? Même si les termes services rendus par la nature ou par les écosystèmes, services environnementaux, services écologiques et services écosystémiques font tous référence au même ensemble de services, l expression services écosystémiques est celle qui est la plus largement acceptée. Si la définition d un PSE fait encore l objet d âpres discussions et controverses, la plus communément acceptée stipule qu un PSE correspond à une transaction volontaire où un service écosystémique bien défini (ou une utilisation des terres censée produire ce service) est «acheté» par au moins un individu consommateur à au moins un individu fournisseur de service, si et seulement si le fournisseur garantit la production continue du service (Wunder, 2005). Par exemple, dans le cas d un PSE sur un bassin versant, les propriétaires terriens en amont peuvent recevoir des paiements de la part des utilisateurs d eau situés en aval (entreprises, collectivités, consommateurs, etc.) pour rémunérer le service d épuration et de filtrage des eaux rendus par le couvert forestier ou les zones humides des terrains en question. Ici, seuls sont concernés les accords négociés entre plusieurs parties prenantes consistant à indemniser les fournisseurs de service pour la production d un service jusqu alors effectuée gratuitement. Cette définition insiste sur le caractère à la fois volontaire et conditionnel des arrangements. En pratique, les PSE volontaires contractualisés de manière bilatérale entre les agents ne couvrent qu une partie du spectre des PSE existants. D une manière générale, deux critères principaux peuvent être mis en avant pour leur classification : le caractère volontaire ou obligatoire des paiements, d une part, et l intervention ou non d un intermédiaire (un organisme public, privé ou une structure institutionnelle) dans la mise en relation entre bénéficiaires-payeurs et fournisseurs de services d autre part. L essentiel des PSE existant aujourd hui vise à rémunérer individuellement, voire conjointement dans certains cas, les services rendus par les bassins versants, la séquestration de carbone, la préservation d habitats pour le maintien de la biodiversité ou la beauté des paysages. Il est aujourd hui difficile d avoir une vue d ensemble des projets de PSE en cours dans le monde, compte tenu de l absence de définition commune et de la grande variabilité des caractéristiques locales des projets. Mais certaines données, bien que non-exhaustives, peuvent apporter des éléments de réflexion. Les services rendus par les bassins versants (rechargement des aquifères, protection contre l érosion des sols, purification de l eau via le filtrage de polluants, etc.) figurent notamment parmi les cas de PSE les plus documentés. Les chiffres clés des PSE rendus par les bassins versants en 2011 dans le monde sont : Nombre de programmes actifs : 205 ; Nombre de programmes en développement : 76 ; Valeur annuelle totale des transactions réalisées : 8,2 milliards US $ ; Nombre d hectares gérés pour la production de services rendus par les bassins versants : 117 millions. Selon Chassany et Salles (2011), la notion de services écosystémiques trouve des racines anciennes (Gomez-Bagghetum et al., 2010). Ces derniers remontent jusqu à Platon au IV ème siècle avant J. C. ou Pline le Jeune au I er siècle après J. C. qui décrivent respectivement les processus d érosion des sols ou de ruissellement en relation avec la déforestation. À partir du XVIII ème siècle les physiocrates énoncent le fait que la terre (les sols et les milieux marins) est source de toutes les richesses, que les services fournis par la nature sont gratuits. Cependant à aucun moment n est évoqué le fait qu il s agit aussi d un support vivant pour les activités humaines. C est à partir de 1864 que Marx dans son ouvrage «L Homme et la

20 20 Nature» aborde cette question des rapports de l Homme à la nature en s attachant au travail pour transformer ces ressources naturelles et donc comme source de richesse. À partir du XIX ème siècle, en schématisant grossièrement, la question de la nature est considérée comme somme de valeurs d échanges impliquant une substituabilité des ressources naturelles par du capital manufacturier : ces valeurs ne concernent que la sphère monétaire. La croyance aveugle dans les vertus du progrès technique apparait assez clairement. Au cours des années 1960/1970 l inquiétude grandissante sur le caractère limité des ressources naturelles, si le modèle dominant de croissance se poursuit (Rapport Meadow sur les limites de la croissance de 1972), conduit à envisager d internaliser l impact environnemental dans le processus de décision. Les rapports entre les systèmes biophysiques et le système économique sont de plus en plus clairement posés au travers de la controverse sur la théorie de la valeur et de la substituabilité du capital naturel par du capital manufacturier ou humain (de la durabilité faible à la durabilité forte), sur la prise en compte du bien être des générations y compris les générations futures (l équité intra et intergénérationnelle, rapport Brundtland, 1987). L économie écologique privilégiera une réelle prise en compte de la spécificité des processus vivants et naturels et de leur relation de complémentarité avec le capital manufacturier plutôt que de substituabilité. Ainsi est remis en cause la non prise en considération des ressources naturelles dans les modèles dominants de développement. L évolution de la pensée conduit également à résoudre la question de l évaluation des biens et services fournis par la nature sachant que la plupart ne relèvent pas directement d échanges marchands. Costanza et al. (1997) se lancent dans l évaluation du capital naturel total ainsi que des services écosystémiques Ainsi donc au cours des 40 dernières années le concept de services écologiques liés aux fonctions des écosystèmes va être élaboré (Odum and Odum, 1972). De ce fait la science écologique montre de plus en plus explicitement que les écosystèmes fournissent les conditions indispensables à la survie de l humanité au travers des fonctions écologiques qu ils remplissent. Ces fonctions sont mises à contribution dans le cadre de divers processus productifs, agricoles en particulier, et utilisées plus ou moins directement par les individus pour leur propre satisfaction. Quels sont les coûts de cette perte de biodiversité? Comment y remédier et par quels types de politiques publiques intervenir sur le changement climatique? Autant de questions qui ont progressivement fait passer dans les agendas politiques internationaux. Selon Herbert (2010), des écosystèmes en parfait état procurent des flux d eau fiables et propres, un sol productif, un climat relativement prévisible et de nombreux autres services essentiels au bien-être de l homme. Les hommes, les entreprises et les sociétés comptent sur ces services pour la fourniture de matières premières, pour les processus de production et la stabilité climatique. À la fin des années 1990, plusieurs écologistes et économistes ont uni leurs efforts afin de déterminer la valeur des services rendus par la nature. Ils ont calculé que les services environnementaux valaient environ 33 billions de dollars par an (Costanza et. al., 1997). Comme ce chiffre représentait près de deux fois le produit intérieur brut (PIB) mondial de l époque (18 billions de dollars en 1997), cette estimation souleva une polémique mondiale et fut très controversée. L usage du terme «services écosystémiques» s est répandu dans les débats qui s en sont suivis et, ratifiant le terme dans une publication de 1997, l Ecological Society of America expliqua que cette expression «recouvre un large éventail de conditions et de processus par lesquels les écosystèmes naturels et les espèces

L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI)

L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI) L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI) Un partenariat en appui aux politiques environnementales en Afrique de l Ouest PROGRAMME AFRIQUE CENTRALE ET OCCIDENTALE

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU

INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU Forum de l eau de Kyoto Contribution à la session du RIOB «Les progrès réalisés dans le monde dans la gestion intégrée des ressources en eau par bassin» GESTION INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU Par M. Jean-Michel

Plus en détail

ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES

ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES Programme A -TERMES DE REFERENCE- ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES I. CONTEXTE Le Togo possède une variété

Plus en détail

PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC

PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC 1. INTRODUCTION 2. ETAT DES LIEUX PLAN 3. PROBLEMATIQUE DE LA DEGRADATION DES TERRES ET DE LA

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET BURKINA FASO ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET DISCOURS DE MONSIEUR LE MINISTRE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Bien vivre, dans les limites de notre planète

Bien vivre, dans les limites de notre planète isstock Bien vivre, dans les limites de notre planète 7e PAE le programme d action général de l Union pour l environnement à l horizon 2020 Depuis le milieu des années 70, la politique environnementale

Plus en détail

Welcome to AGRHYMET. Dr Abdou ALI, Expert hydrologue, Centre Régional AGRHYMET, Niamey, Niger a.ali@grhymet.ne

Welcome to AGRHYMET. Dr Abdou ALI, Expert hydrologue, Centre Régional AGRHYMET, Niamey, Niger a.ali@grhymet.ne L information hydroclimatique en Afrique de l Ouest, base de la maîtrise de l eau pour la Sécurité alimentaire Welcome to AGRHYMET Dr Abdou ALI, Expert hydrologue, Centre Régional AGRHYMET, Niamey, Niger

Plus en détail

REGLEMENT ET CRITERES DU CONCOURS DE PROJETS 4.2 PROGRAMME DE PETITES INITIATIVES (PPI)

REGLEMENT ET CRITERES DU CONCOURS DE PROJETS 4.2 PROGRAMME DE PETITES INITIATIVES (PPI) REGLEMENT ET CRITERES DU CONCOURS DE PROJETS 4.2 PROGRAMME DE PETITES INITIATIVES (PPI) 1. PRESENTATION DU PROGRAMME Le Fonds Français pour l Environnement Mondial (FFEM) lance une quatrième phase du Programme

Plus en détail

REDD-plus. Champ d application et des options pour le rôle des forêts dans les stratégies d atténuation des changements climatiques.

REDD-plus. Champ d application et des options pour le rôle des forêts dans les stratégies d atténuation des changements climatiques. REDD-plus Champ d application et des options pour le rôle des forêts dans les stratégies d atténuation des changements climatiques novembre 2009 Programme de Conservation des Forêts Le mécanisme REDD-plus

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR 1 Acronymes AND MDP CBD CCNUCC CLD GES MDP PK SN MDP : Autorité Nationale

Plus en détail

L Assurance agricole au Sénégal

L Assurance agricole au Sénégal COLLOQUE FARM - Pluriagri : Assurer la production agricole Comment faire des systèmes assurantiels des outils de développement? 1 Paris, le 18 décembre 2012 Thème L Assurance agricole au Sénégal Un système

Plus en détail

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE 05 janvier 2012 BUTS DE L ATELIER C est aider à mieux faire comprendre la décision du Conseil Municipal

Plus en détail

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES CRITÈRES DE SÉLECTION DES PROGRAMMES PILOTES NATIONAUX ET RÉGIONAUX AU TITRE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENT FORESTIER I. CADRE GÉNÉRAL 1. On s accorde de plus en plus

Plus en détail

PROJET D ELECTRIFICATION PAR CENTRALE HYBRIDE SOLAIRE-DIESEL A DJENNE ------ TERMES DE REFERENCE

PROJET D ELECTRIFICATION PAR CENTRALE HYBRIDE SOLAIRE-DIESEL A DJENNE ------ TERMES DE REFERENCE MINISTERE DE L ENERGIE ET REPUBLIQUE DU MALI DE L HYDRAULIQUE Un Peuple Un But Une Foi ***** ***** DIRECTION NATIONALE DE L ENERGIE ***** PROJET D ELECTRIFICATION PAR CENTRALE HYBRIDE SOLAIRE-DIESEL A

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

Les mesures compensatoires des atteintes à la biodiversité en France

Les mesures compensatoires des atteintes à la biodiversité en France Les mesures compensatoires des atteintes à la biodiversité en France Paris, 22 septembre 2010 SIFEE Delphine MORANDEAU Chargée de mission biodiversité Ministère de l écologie, de l énergie, du développement

Plus en détail

du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI

du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI Ministère de l Environnement l et du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI Expert National Statisticien/Economiste

Plus en détail

République de Guinée. Ministère de l Economie et des Finances. Unité de Coordination et d Exécution des Projets

République de Guinée. Ministère de l Economie et des Finances. Unité de Coordination et d Exécution des Projets République de Guinée Ministère de l Economie et des Finances Unité de Coordination et d Exécution des Projets PROJET D APPUI AU RENFORCEMENT DES CAPACITES DE GESTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE (PARCGEF)

Plus en détail

Forum international sur les paiements pour services liés aux écosystèmes des forêts tropicales

Forum international sur les paiements pour services liés aux écosystèmes des forêts tropicales Forum international sur les paiements pour services liés aux écosystèmes des forêts tropicales San José (Costa Rica) - Du 7 au 10 avril 2014 Messages principaux, résumé et recommandations 1 1 Le présent

Plus en détail

En collaboration avec

En collaboration avec En collaboration avec Termes de Référence de l atelier National de partage et d élaboration du cadre stratégique de l Observatoire de la société civile sur la Gouvernance des Terres et des Ressources Naturelles.

Plus en détail

EVALUATION FINALE BKF/012

EVALUATION FINALE BKF/012 EVALUATION FINALE BKF/012 Projet d Appui à la Gestion participative des Ressources naturelles dans la Région des Hauts-Bassins FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre du projet Code LuxDev Burkina Faso Projet d Appui

Plus en détail

Rejoignez le plus vaste réseau mondial de protection de l environnement

Rejoignez le plus vaste réseau mondial de protection de l environnement Rejoignez le plus vaste réseau mondial de protection de l environnement Les avantages de l adhésion à l UICN UNION INTERNATIONALE POUR LA CONSERVATION DE LA NATURE Michael DeYoung/CORBIS Pourquoi rejoindre

Plus en détail

Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous

Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous Stratégie environnementale du Groupe de la Banque mondiale 2012 2022 THE WORLD BANK ii Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous Résumé analytique

Plus en détail

Comprendre les négociations internationales sur le climat. Contexte, historique et enjeux

Comprendre les négociations internationales sur le climat. Contexte, historique et enjeux Comprendre les négociations internationales sur le climat Contexte, historique et enjeux Chapitre 1 LE CONTEXTE: L URGENCE CLIMATIQUE La planète s est déjà réchauffée de +0,8 C Les impacts Les impacts

Plus en détail

Déclaration du Capital naturel

Déclaration du Capital naturel Déclaration du Capital naturel Une déclaration du secteur financier démontrant notre engagement au sommet de Rio +20 pour tendre vers l intégration des considérations liées au capital naturel dans les

Plus en détail

RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE POUR UN TERRITOIRE DANS LA REGION ADMINISTRATIVE DE L ABITIBI-TEMISCAMINGUE

RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE POUR UN TERRITOIRE DANS LA REGION ADMINISTRATIVE DE L ABITIBI-TEMISCAMINGUE MÉMOIRE DEPOSE AU BUREAU D AUDIENCES PUBLIQUES SUR L ENVIRONNEMENT (BAPE) DANS LE CADRE DES AUDIENCES PUBLIQUES POUR LES PROJETS DE RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE

Plus en détail

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE Hervé LETHIER, EMC2I INTRODUCTION OBJECTIFS L INSTRUMENT LES INDICATEURS UN PREMIER BILAN INTRODUCTION OBJECTIF De simples inventaires spécialisés et ciblés Combler

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

www.iavs-energie.org

www.iavs-energie.org Notes de recherche de l IAVS www.iavs-energie.org ---------------- administration@iavs-energie.org iavsmail@gmail.com ---------------- Cadre de référence indicatif pour la promotion de l efficacité énergétique

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

AVANT-PROPOS. Directeur de la Division de la statistique de la FAO

AVANT-PROPOS. Directeur de la Division de la statistique de la FAO AVANT-PROPOS L Annuaire statistique de la FAO fournit une sélection d indicateurs par pays sur l alimentation et l agriculture. Les données proviennent de FAOSTAT, la base de données statistique de l Organisation

Plus en détail

RENFORCER LE CAPITAL NATUREL:

RENFORCER LE CAPITAL NATUREL: RENFORCER LE CAPITAL NATUREL: Comment REDD+ peut soutenir une Economie Verte Ce texte est une traduction provisoire de la synthèse à l intention des décideurs politiques. La version finale de cette synthèse

Plus en détail

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières»

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières» Position commune France Brésil «volatilité des prix et sécurité alimentaire» Le Brésil et la France considèrent que pour diminuer la volatilité des prix et améliorer la sécurité alimentaire, les actions

Plus en détail

INITIATIVE ALLIANCE MONDIALE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE (AMCC/GCCA)

INITIATIVE ALLIANCE MONDIALE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE (AMCC/GCCA) INITIATIVE ALLIANCE MONDIALE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE (AMCC/GCCA) TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION DE TROIS (3) SITES PILOTES POUR LA QUANTIFICATION DU STOCK DE CARBONE ET DU SUIVI DE SA DYNAMIQUE

Plus en détail

LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE» DANS LE PROCESSUS D INTÉGRATION SOUS-RÉGIONALE OUEST-AFRICAINE :

LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE» DANS LE PROCESSUS D INTÉGRATION SOUS-RÉGIONALE OUEST-AFRICAINE : LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE» DANS LE PROCESSUS D INTÉGRATION SOUS-RÉGIONALE OUEST-AFRICAINE : Résultats du séminaire de Sikasso 4-7 mars 2002 www.afriquefrontieres.org WABI/DT/04/03 2 LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE»

Plus en détail

Annexe 2: Région des Savanes Caractéristiques et bas fonds identifiés

Annexe 2: Région des Savanes Caractéristiques et bas fonds identifiés Annexe 2: Région des Savanes Caractéristiques et bas fonds identifiés La mise en valeur des bas fonds en saison des pluies est intense et est l œuvre des femmes qui y pratiquent essentiellement la culture

Plus en détail

A/RES/58/172. sect. A. 5 Résolution 58/4, annexe. sect. A.

A/RES/58/172. sect. A. 5 Résolution 58/4, annexe. sect. A. Nations Unies A/RES/58/172 Assemblée générale Distr. générale 11 mars 2004 Cinquante-huitième session Point 117, b, de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la

Plus en détail

Présentation de la réforme de la PAC 2014-2020

Présentation de la réforme de la PAC 2014-2020 Brief: Les perspectives de la politique agricole N 5 / Décembre 2013 Présentation de la réforme de la PAC 2014-2020 SOMMAIRE 1. INTRODUCTION 2. DÉFIS ET OBJECTIFS 3. BUDGET DE LA PAC 4. ÉVOLUTION DE LA

Plus en détail

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS.

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS. Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS 28 mai 2012 Madame la Représentante permanente adjointe de Sri Lanka, Présidente

Plus en détail

Qu est-ce qu un SAGE?

Qu est-ce qu un SAGE? Mercredi 6 mai 2015 Mont-de-Marsan Conférence de presse Qu est-ce qu un SAGE? Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux La recherche d un équilibre durable entre la protection des milieux aquatiques

Plus en détail

Résumé du rapport final du Projet ECDD

Résumé du rapport final du Projet ECDD Résumé du rapport final du Projet ECDD Janvier 2010 avril 2013 A propos du projet ECDD Le projet ECDD a été mis en œuvre par la Bristol Conservation & Science Foundation (une unité opérationnelle de Bristol,

Plus en détail

C est dans ce contexte que le CIRDES organise une formation régionale sur le thème cité en titre.

C est dans ce contexte que le CIRDES organise une formation régionale sur le thème cité en titre. TERMES DE REFERENCES Cours régional de formation sur la gestion des risques dans les systèmes de production de polycultures-élevage en Afrique sub-saharienne du 12 au 22 mai 2014 1. CONTEXTE L une des

Plus en détail

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES 1 Marrakech -29, 30 et 31janvier 2014 Session 2 Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole L expérience de la Compagnie

Plus en détail

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Rio de Janeiro (Brésil), 21 octobre 2011 1. À l invitation de l Organisation mondiale de la Santé, nous, Chefs de Gouvernement, Ministres

Plus en détail

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3 Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire Groupe 3 Plan de l exposl exposé Introduction Méthodologie Résultats : Présentation de l Union paysanne Diagnostic sur les changements

Plus en détail

Résumé. 1 Les chiffres du recensement général de la population et de l habitat (RGPH2) de 2009 sont en cours exploitation. Les données seront rendues

Résumé. 1 Les chiffres du recensement général de la population et de l habitat (RGPH2) de 2009 sont en cours exploitation. Les données seront rendues Résumé Cette étude a été lancée par l Organisation Internationale pour les Migrations à la demande du Gouvernement du Tchad par le biais du Ministère des Affaires Etrangères et de l Intégration Africaine.

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi Thème : Société de la connaissance et développement socio-économique Orientation : S adapter aux changements structurels de l économie et répondre aux défis de la mondialisation Le taux de création et

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement Royaume du Maroc Ministère de l Intl Intérieur Direction Générale G des Collectivités s Locales L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

Plus en détail

On the spot. Ecocertification et images satellites. Exploitation forestière tropicale au Cameroun

On the spot. Ecocertification et images satellites. Exploitation forestière tropicale au Cameroun On the spot Ecocertification et images satellites Exploitation forestière tropicale au Cameroun Exploitation forestière tropicale au Cameroun Un nombre croissant d opérateurs forestiers s engagent dans

Plus en détail

Agence de l Eau Rhin Meuse Quelles actions et partenariats possibles en faveur de la biodiversité (aquatique) pour les entreprises?

Agence de l Eau Rhin Meuse Quelles actions et partenariats possibles en faveur de la biodiversité (aquatique) pour les entreprises? Pierre MANGEOT 3 juillet 2014 Agence de l Eau Rhin Meuse Quelles actions et partenariats possibles en faveur de la biodiversité (aquatique) pour les entreprises? Agence de l eau Rhin- Meuse, quelques repères

Plus en détail

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel INFORMATIONS GÉNÉRALES Sources d information Rapport final sur les Micro doses d engrais pour la prospérité

Plus en détail

MOUSSY LE VIEUX 2 PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE URBANISME. FARHI ALEXANDRINE Impasse de la Forge 77550 REAU

MOUSSY LE VIEUX 2 PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE URBANISME. FARHI ALEXANDRINE Impasse de la Forge 77550 REAU MOUSSY LE VIEUX 2 PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE. URBANISME FARHI ALEXANDRINE Impasse de la Forge 77550 REAU Tél. 01 60 60 87 98 Fax. 01 60 60 82 55 Présent document émis le 29 Décembre

Plus en détail

========================

======================== RESEAU DES FEMMES AFRICAINES POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE EN REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE (REFADD/RCA) BP : 242/BANGUI Tel :(00236)75 03 77 26 Email : bata_gbako@yahoo.fr ======================== Projet

Plus en détail

Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France)

Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France) Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France) La Commission européenne a formellement adopté le Programme de développement rural (PDR) de Mayotte le 13 février 2015 qui

Plus en détail

(BRICKS) Recueil des meilleures pratiques en matière de gestion durable des terres en vue de leur diffusion

(BRICKS) Recueil des meilleures pratiques en matière de gestion durable des terres en vue de leur diffusion PROJET DE RENFORCEMENT DE LA RESILIENCE PAR LE BIAIS DE SERVICES LIES A L INNOVATION, A LA COMMUNICATION ET AUX CONNAISSANCES (BRICKS) Recueil des meilleures pratiques en matière de gestion durable des

Plus en détail

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser, éduquer,

Plus en détail

CONVENTION SUR LES ESPÈCES MIGRATRICES

CONVENTION SUR LES ESPÈCES MIGRATRICES CONVENTION SUR LES ESPÈCES MIGRATRICES Distribution: Générale CMS PNUE/CMS/Résolution 11.27 Français Original: Anglais ÉNERGIE RENOUVELABLE ET ESPÈCES MIGRATRICES Adoptée par la Conférence des Parties

Plus en détail

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre Perspectives des marchés des matières premières de l alimentation animale Analyse prospective des écarts de prix de l aliment porcin dans l UE, aux Etats-Unis et au Les variations des prix des matières

Plus en détail

PAC. ce qui change. vraiment

PAC. ce qui change. vraiment PAC 2014 2020 ce qui change vraiment Dotée d un budget préservé de l ordre de 9,1 milliards par an, la nouvelle pac entrera pleinement en application en 2015 et sera le cadre commun de l agriculture européenne

Plus en détail

Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau

Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau SCHEMA D AMENAGEMENT ET DE GESTION DES EAUX DU BASSIN VERSANT DE L ARMANÇON Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau Année 2009 Adopté en séance plénière le 25 mai 2010 Siège de la Commission

Plus en détail

commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes

commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes 2009 Rapport du commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes PRINTEMPS Message du commissaire Chapitre 1 La protection de l habitat du poisson Chapitre 2 La Loi de

Plus en détail

Mémoire du CREAT. Présenté au :

Mémoire du CREAT. Présenté au : Mémoire du CREAT Présenté au : Bureau d audiences publiques en environnement dans le cadre des audiences publiques sur les projets de réserves de biodiversité projetées du lac Opasatica, du lac des Quinze,

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RENFORCEMENT DU DEPARTEMENT CHARGE DES AFFAIRES JURIDIQUES

TERMES DE REFERENCE POUR LE RENFORCEMENT DU DEPARTEMENT CHARGE DES AFFAIRES JURIDIQUES TERMES DE REFERENCE POUR LE RENFORCEMENT DU DEPARTEMENT CHARGE DES AFFAIRES JURIDIQUES Avril 2014 TDR pour le renforcement du Service Juridique de la BIDC Page - 1 - I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION La BIDC,

Plus en détail

Pourquoi la durabilité et l équité?

Pourquoi la durabilité et l équité? Comment peut-on : Pourquoi la durabilité et l équité? Poursuivre le progrès de manières équitables qui ne nuisent pas à l environnement? Répondre aux aspirations de développement des pauvres dans le monde

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LE COMMERCE D'ESPÈCES SAUVAGES SUR L'INTERNET

ENQUÊTE SUR LE COMMERCE D'ESPÈCES SAUVAGES SUR L'INTERNET 1 ENQUÊTE SUR LE COMMERCE D'ESPÈCES SAUVAGES SUR L'INTERNET Introduction L Internet a révolutionné notre façon d échanger des idées, des informations et des marchandises. Tout naturellement, cette technique

Plus en détail

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La réforme de la politique agricole commune doit intervenir d ici 2013. Une consultation publique officielle sur la PAC de

Plus en détail

Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable. S e p t e m b r e 2 0 0 8

Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable. S e p t e m b r e 2 0 0 8 Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable S e p t e m b r e 2 0 0 8 Le PADD : un Projet Politique Le PADD : un Projet Politique L e S C O T, u n o u t i l a

Plus en détail

Protocole d Accord de Coopération. Entre. Le Comité Permanent Inter-Etats de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel (CILSS)

Protocole d Accord de Coopération. Entre. Le Comité Permanent Inter-Etats de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel (CILSS) COMITE PERMANENT INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE DANS LE SAHEL AGENCE PANAFRICAINE DE LA GRANDE MURAILLE VERTE Protocole d Accord de Coopération Entre Le Comité Permanent Inter-Etats de Lutte

Plus en détail

PRINCIPES APPLICABLES À DES ORGANES COMMUNS AGISSANT EFFICACEMENT POUR LA COOPÉRATION RELATIVE AUX EAUX TRANSFRONTIÈRES

PRINCIPES APPLICABLES À DES ORGANES COMMUNS AGISSANT EFFICACEMENT POUR LA COOPÉRATION RELATIVE AUX EAUX TRANSFRONTIÈRES Convention sur la protection et l utilisation des cours d eau transfrontières et des lacs internationaux WG.1/2015/INF.2 Groupe de travail de la gestion intégrée des ressources en eau Dixième réunion Genève,

Plus en détail

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet www.unidroit.org PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT Le Guide UNIDROIT/FAO sur l agriculture sous contrat Note de projet SOMMAIRE Qu est-ce que l agriculture

Plus en détail

Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD

Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD PRÉSENTATION POWER POINT Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD Cheikh FOFANA, Assistant au Secrétaire Exécutif, Secrétariat

Plus en détail

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit PCI -TD _ Centres Resp et Profit_Correction CAS.doc 1 / 28 CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit INTRODUCTION SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 1 NOTIONS

Plus en détail

Traité de Copenhague nécessaire

Traité de Copenhague nécessaire Traité de Copenhague nécessaire version 1.0 Une proposition des ONG pour un protocole de Copenhague Résumé A4-TraiteResume.indd 1 6/07/09 17:58:38 Une proposition des ONG pour un protocole de Copenhague

Plus en détail

La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre!

La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre! La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre! Directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts dans le contexte de

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire PROJET D ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE OCTOBRE 2014 TABLE DES MATIÈRES POURQUOI UN ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE?...

Plus en détail

Processus d examen des travaux. Autres activités assujetties à la Loi sur la protection des eaux navigables (LPEN)

Processus d examen des travaux. Autres activités assujetties à la Loi sur la protection des eaux navigables (LPEN) PROTECTION DE LA NAVIGATION PROTECTION DE LA NAVIGATION APERÇU MODÈLE LOGIQUE MISSION : Assurer la protection et la sécurité de la navigation en eaux canadiennes. OBJECTIFS : Faciliter l utilisation sûre

Plus en détail

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Annexe 3 Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Cette annexe présente les enjeux environnementaux ayant été définis comme prioritaires en Poitou-Charentes. Une série de cartes

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC Avril 2014 TDR pour l élaboration d une stratégie de mobilisation de ressources

Plus en détail

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

9 ème REUNION DU COMITE CONSULTATIF REGIONAL DU PARTENARIAT POUR LES FORÊTS DU BASSIN DU CONGO (PFBC)

9 ème REUNION DU COMITE CONSULTATIF REGIONAL DU PARTENARIAT POUR LES FORÊTS DU BASSIN DU CONGO (PFBC) Banque de Développement des Etats de l Afrqiue Centrale 9 ème REUNION DU COMITE CONSULTATIF REGIONAL DU PARTENARIAT POUR LES FORÊTS DU BASSIN DU CONGO (PFBC) «Mise en place d un Fonds pour l Economie Verte

Plus en détail

AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN)

AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) Langue: Français Original: Français Diffusion: Restreinte AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) PROGRAMME INTÉGRÉ DE DÉVELOPPEMENT AGRICOLE ET D ADAPTATION AU CHANGEMENT CLIMATIQUE DANS LE BASSIN DU NIGER

Plus en détail

CTOC/COP/WG.1/2010/2. I. Introduction

CTOC/COP/WG.1/2010/2. I. Introduction Distr. générale 29 décembre 2009 Français Original: anglais Réunion intergouvernementale d experts à composition non limitée sur les mécanismes d examen à envisager pour l application de la Convention

Plus en détail

Montvalezan La Rosière

Montvalezan La Rosière Montvalezan La Rosière Elaboration du Plan Local d Urbanisme Réunion publique n 2 Synthèse du diagnostic Février 2015 1 Déroulement 1. Rappel de la démarche 2. Les enjeux identifiés par thématique 3. Synthèse

Plus en détail

Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique

Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique Conception, rédaction, réalisation : Parménion/RFF - Crédit photos : Biotope, CREN Poitou-Charentes, Ecosphère, RFF Impression

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU)

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU) MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU) STRATEGIE NATIONALE DE RENFORCEMENT DES RESSOURCES HUMAINES, DE L APPRENTISSAGE ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES POUR FAVORISER UN

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/772

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/772 Nations Unies A/AC.105/772 Assemblée générale Distr.: Générale 7 décembre 2001 Français Original: Anglais Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Rapport du deuxième Atelier

Plus en détail

4. Résultats et discussion

4. Résultats et discussion 17 4. Résultats et discussion La signification statistique des gains et des pertes bruts annualisés pondérés de superficie forestière et du changement net de superficie forestière a été testée pour les

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

LISTE VERTE : standards techniques

LISTE VERTE : standards techniques LISTE VERTE : standards techniques STANDARDS INTERNATIONAUX PARTIE 1 : VALEUR, OBJECTIFS FIXES ET ATTEINTS ENJEU 1-1 : Valeur et importance Définition : les valeurs du site ont clairement été identifiées

Plus en détail

Pourquoi la responsabilité sociétale est-elle importante?

Pourquoi la responsabilité sociétale est-elle importante? Découvrir ISO 26000 La présente brochure permet de comprendre les grandes lignes de la Norme internationale d application volontaire, ISO 26000:2010, Lignes directrices relatives à la responsabilité. Elle

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation.

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation. COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation Manuel Gestion du Cycle de Projet Programmation Evaluation Identification Mise en œuvre Instruction Financement Mars

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

FAITS SAILLANTS : 1. CONDITIONS CLIMATIQUES ET ENVIRONNEMENTALES EN AFRIQUE

FAITS SAILLANTS : 1. CONDITIONS CLIMATIQUES ET ENVIRONNEMENTALES EN AFRIQUE African Centre of Meteorological Application for Development Centre Africain pour les Applications de la Météorologie au Développement N 5, Mai 2015 FAITS SAILLANTS : Les zones favorables à une vigilance

Plus en détail

PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE

PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE 37 ème Assemblée Générale de la FANAF YAOUDE (CAMEROUN) 23-28 Février 1 ASSURANCE MALADIE 2 - Un des principaux

Plus en détail