Strategic Sourcing et Industrie Spatiale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Strategic Sourcing et Industrie Spatiale"

Transcription

1 Strategic Sourcing et Industrie Spatiale E. Vansteenberghe 1 R. Durand 2 1 École d Économie de Paris 2 Airbus Defense and Space MBA ESG Supply Chain Management, 2014/04/11

2 Sommaire Présentation Participants L industrie spatiale, approche Nos concepts et outils de Strategic Sourcing L analyse financière et économique Strategic Sourcing dans le contexte satcom Les forces de Porter Leçon de judo Strategic Sourcing dans le contexte institutionnel Les forces directrices Le rôle du Strategic Sourcing Co-engineering et leadership Co-engineering Le leadership

3 Une conjoncture favorable à l emploi dans le secteur versus

4 Sommaire Présentation Participants L industrie spatiale, approche Nos concepts et outils de Strategic Sourcing L analyse financière et économique Strategic Sourcing dans le contexte satcom Les forces de Porter Leçon de judo Strategic Sourcing dans le contexte institutionnel Les forces directrices Le rôle du Strategic Sourcing Co-engineering et leadership Co-engineering Le leadership

5 Participants Eric Vansteenberghe Carrière Airbus D&S : Portsmouth & Brême OHB Systems : Brême Supply Chain Management Formation MSc Cranfield University & Supaéro : ingénierie aérospatiale Paris School of Economics : économie théorique

6 Participants Renaud Durand Carrière Paradigm Secure Communications Limited Head of Procurement Airbus D&S : Portsmouth Commodity Manager strategic sourcing Formation Doctorant Supaero/Vandebilt, Electronique Spatiale Master de Recherche INSA Diplôme d ingénieur des Mines

7 Sommaire Présentation Participants L industrie spatiale, approche Nos concepts et outils de Strategic Sourcing L analyse financière et économique Strategic Sourcing dans le contexte satcom Les forces de Porter Leçon de judo Strategic Sourcing dans le contexte institutionnel Les forces directrices Le rôle du Strategic Sourcing Co-engineering et leadership Co-engineering Le leadership

8 Aux limites de la technologie? Une illustration : la fonction satcom lors de la coupe du monde Risque d intermodulation[11] lorsque plusieurs émetteurs partagent une même antenne...

9 Aux limites de la technologie? Design du satellite figé, test au sol, une antenne jam un récepteur, que faites-vous?

10 Aux limites de la technologie? = Le Strategic Sourcing commence par la compréhension des enjeux du secteur d activité

11 Questionnaire marché satcom 1. Orbites satcom versus navigation ou observation de la Terre? 2. Nombre de commandes de satcom par an? 3. Prix d un satcom (ordre de grandeur)? 4. Durée de vie en orbite? 5. Durée du projet = lancement? 6. Prix d un lancement? Fiabilité? 7. Nombre de fournisseurs par sous-système? 8. Coûts de développement d un équipement? 9. Les intégrateurs de satellites en Europe? 10. Clients (opérateurs)?

12 Éléments de réponse sur le marché satcom 1. Orbite géostationnaire km d altitude de l équateur 2. Une vingtaine de satcom sont commandés chaque année, à ce jour plus de 400 en opération dans cette orbite [12] 3. Un satcom coûte env. 150 m ns e 4. Un satcom reste env. 15 ans en Geo = orbite de rebut 5. Un projet satcom dure env. 3 ans 6. Lancement 100 m ns e, fiabilité Entre 1 et 4 fournisseurs par sous-système 8. Coûts de développement d un équipement env. 3 m ns e 9. Airbus D&S, Thales, OHB, SSTL 10. Intelsat, SES Astra, Eutelsat, Telesat, ArabSat, Hispasat, etc.

13 SpaceX, le secteur privé [13] Poids moyen d un satellite 2 tonnes Frais d envoi d un kilo. supplémentaire en orbite geo 20 Ke Satellite à propulsion électrique 40% plus leger

14 Les opérateurs et intégrateurs de satcom - extraits

15 Les opérateurs de satcom - ordres de grandeur Les revenus des opérateurs de satellites [14] :

16 Les opérateurs de satcom - ordres de grandeur Revenus moyens engendrés par un transpondeur sur le marché [14] :

17 Un exemple de spécification Une spécification d Eutelsat [15]

18 Sommaire Présentation Participants L industrie spatiale, approche Nos concepts et outils de Strategic Sourcing L analyse financière et économique Strategic Sourcing dans le contexte satcom Les forces de Porter Leçon de judo Strategic Sourcing dans le contexte institutionnel Les forces directrices Le rôle du Strategic Sourcing Co-engineering et leadership Co-engineering Le leadership

19 Nos conceptions de la stratégie - une ambivalence tenace Définition (années 60), Le sous-traitant est donc un industriel ou un artisan qui exécute une commande spéciale pour le compte d un autre industriel, l objet de la commande consistant en une pièce, un élément d ensemble ou un sous-ensemble qui devra s intégrer dans un produit final. [2]...et craintes On peut se demander si les profits que tire la grande firme de l acte de sous-traitance sont toujours justifiés [...] ne reporte-t-elle pas les risques techniques, financiers et sociaux sur la petite entreprise, tout en assurant pour elle-même le bénéfice final de l opération? Ces problèmes [...] résultent de l inégalité des forces en présence : industriels-artisans face à des groupes puissants.

20 Nos conceptions de la stratégie - une ambivalence tenace Opportunités La motivation de la sous-traitance se ramène à ce principe : obtenir en collaboration avec d autres usines le rendement optimum de la production industrielle. [2]...et recommandations de Sallez et Schlegel Face aux menaces de durcissement de la concurrence, nées du Marché Commun, [...] la sous-traitance a sur la productivité nationale une influence telle qu elle mériterait d être améliorée et coordonnée.

21 Nos conceptions de la stratégie - l asymétrie d information La mauvaise sous-traitance selon Sallez et Schlegel La mauvaise sous-traitance ( d un point de vue sociale, est) essentiellement la sous-traitance occasionnelle ou concurrente, car elle implique un retard technique des petites entreprises la pratiquant et un gaspillage d investissement par défaut de normalisation et le manque de coordination. = Bourse de Sous-Traitance (Bordeaux 1959), organisme connaissant les équipements des industriels, et centralisant leurs offres et leurs demandes, [...] financé par les cotisations des adhérents. [2]...les chiffres en 1998 [...] la Sous-Traitance Industrielle Européenne a généré un chiffre d affaires de 351,2 M ds e(dont 99,6 M ds pour l Allemagne, 60,5 M ds pour la France et 51,3 M ds pour l Italie). Elle a concerné entreprises. [3]

22 L aspect stratégie - quelques chiffres L industrie spatiale investie six fois plus en R&D que le reste de l économie [4] Deux fois plus de diplômés dans ce secteur que les autres [4] L industrie française représente plus de 50 % du chiffre d affaires du spatial européen [5] Pour un projet satcom, le procurement c est 70% de la valeur

23 L aspect stratégie - la répartition des risques

24 L aspect stratégie - la répartition des risques

25 Partage des risques - une approche possible

26 L aspect stratégie - l organisation industrielle Consortia Un consortium permet de partager les risques avec la sous-traitance : les parties sont égales aux conseils d administration du projet concept de co-prime nécessité d un solide contrat qui règle la question essentielle : en cas de changement du design, qui porte les coûts? L allocation stratégique des tâches Garder la gestion des marges en interne par l arbitrage système : garder la définition et l analyse du système de contrôle thermique, designed by integrator, made in China on pourra sous-traiter le manufacturing, test et/ou intégration du système de contrôle thermique

27 Les objectifs de notre Strategic Sourcing 1. Réduire les immobilisations externalisation du manufacturing 2. Réduire le besoin en fonds de roulement limitation du stock interne (juste à temps et éviter re-lifing) cascade des paiements client fournisseurs 3. Gestion des coûts d achat 4. Gestion des risques aux projets 4.1 le cas de projets commerciaux 4.2 le cas de projets institutionnels

28 Les outils de Strategic Sourcing Prospection et veille technologique Analyse financière Statistiques fournisseurs (Key Performance Indicators) : 1. lead time et adhérence planning (milestone trend analysis) 2. non-conformances : quantités, coûts & durées de résolution Évaluation du coût total de possession, mais : à qui imputer un retard, comment le chiffrer? politique de marge (masse, puissance, etc.)? Autres statistiques 1. dépenses (factures) 2. historique d offres fournisseurs Interaction avec la politique industrielle de l ESA Développement de fournisseurs, co-engineering

29 L analyse financière Selon The Economist [6], 21 % des entreprises n ont aucune approche structurée au risque. Organismes de cotation financière Dun & Bradstreet, Inc. Les risques à contrôler le risque de défaillance (cessation d une activité) obsolescence ou manque d innovation

30 L analyse financière - le cas SAFT 2012 : chute de 50 % de son bénéfice net techno. Li-ion 70 % des investissements en R&D [7] Ce que nous apprend cours de l action 1 1. σ a t = 252 N 1 t i=t N (r i r t) 2 r t = 1 N t r i i=t N

31 L analyse financière - le cas SAFT Caractéristiques moyennes de différentes catégories d entreprises en 2006, en France [8] ETI GE Ensemble Effectif salarié CA (M ns e) 210, ,6 129,9 R&D (M ns e) 5,7 173,6 3,7 CA / salarié (Ke) R&D / CA 2,70 % 2,60 % 2,90 % Pour SAFT, ratio R&D CA =9 % Part du secteur spatial dans le CA de SAFT : 14 %

32 L analyse financière - le cas SAFT Étude du rapport annuel 2012 = ratios Chiffre d Affaire (CA) e e e Taux variation CA 4% 9% Excédent brut d exploitation e e e Résultat Net e e e Valeur Ajoutée e e e Taux variation VA -11% 6% Part frais de personnel dans la VA 62% 65% 63% Salariés (P) Rendement apparent de la main-d oeuvre e e e Taux variation rdt app. m.-o. -10% 3% Délai des encaissements clients Ratio d indépendance 71% 59% 53% Scoring Conan-Holdern 0,38 0,48 0,34 Lien vers fiche détaillée sur les ratios

33 L analyse financière - le cas SAFT Lecture de rapports annuels Le calcul et l interprétation de taux et ratios clefs 1. taux de variation du chiffre d affaire ( > i ) 2. taux de varition de la valeur ajoutée (> (1)) 3. rendement apparent de la main d oeuvre VA P (secteur!) 4. Délai moyen des encaissements clients Créances clients CA indépendance financière 6. scoring de Conan-Holder (> 0, 1) : 0, 24 EBE Endettement global capitaux permanents +0, 22 +0, 16 total bilan Capitaux propres Endettement financier et bancaire val. réalisables et dispo. 0, 87 total bilan (> 50%) frais financiers 0, 1 frais financiers CA VA

34 L analyse financière - le cas SAFT Comparaisons avec des données de secteur Poids des dettes bancaires = dettes bancaires total de l actif SAFT Poids des dettes bancaires 22% 31% 34% Endettement bancaire sur total de bilan en % [9] :

35 L analyse économique - le cas SAFT Le lithium, métal critique À la fois indispensables à l économie et dont l accès est parfois complexe à assurer. Car si la perspective d une pénurie est à écarter, des ruptures ponctuelles d approvisionnement pourraient survenir. [10]

36 L analyse économique - le cas SAFT Le plateau de Puna contient 80 % des réserves mondiales de saumure de lithium Le fournisseur majeur est la Comibol (Bolivie), nationalisée par décret en 1952.

37 Sommaire Présentation Participants L industrie spatiale, approche Nos concepts et outils de Strategic Sourcing L analyse financière et économique Strategic Sourcing dans le contexte satcom Les forces de Porter Leçon de judo Strategic Sourcing dans le contexte institutionnel Les forces directrices Le rôle du Strategic Sourcing Co-engineering et leadership Co-engineering Le leadership

38 Les forces de Porter

39 Les forces de Porter - Les opérateurs Résultats de deux opérateurs sur les neuf premiers mois 2013 SES Inmarsat EBITDA m ns e 497,8 m ns e EBITDA Revenue 73% 53% Profit 413,4 m ns e 150,9 m ns e NetDebt EBITDA 3,01 2,68 Il faudrait comparer ses résultats aux résultats d Airbus D&S satellites. 2. earnings before interest, taxes, depreciation, and amortization

40 La chaine de valeurs dans le spatial 3 3. Source : World Market Survey, Euroconsult 2009

41 Les forces de Porter - Les fournisseurs de rang 1 Le duopole des tubes The supply bottleneck for the Ka-band traveling wave tube is being exacerbated by the fact that there are only two companies deemed reliable providers, L3 Communications of New York and Thales of France. [...] Global telecommunications satellite demand fell abruptly in 2002, leaving companies with unused production facilities. Spacenews, 2011/09/16

42 Les forces de Porter - l aspect secteur stratégique International Traffic in Arms Regulations Un satellite comportant le moindre composant sous licence ITAR doit obtenir l accord du DoS avant tout déplacement The United States has threatened action that could disrupt a French-led satellite maker s supply chain, spurred by suspicion that it illegally used U.S. know-how or parts in spacecraft launched by Chinese rockets. Reuters, 2012/02/09

43 Sommaire Présentation Participants L industrie spatiale, approche Nos concepts et outils de Strategic Sourcing L analyse financière et économique Strategic Sourcing dans le contexte satcom Les forces de Porter Leçon de judo Strategic Sourcing dans le contexte institutionnel Les forces directrices Le rôle du Strategic Sourcing Co-engineering et leadership Co-engineering Le leadership

44 Strategic Sourcing de Receiver (Rx) Architecture simplifiée d une charge utile de satcom Fonctions Rx : pré amplifier le signal et en changer sa fréquence Paramètres techniques : Noise Figure, amplification, linéarité

45 Strategic Sourcing de Receiver (Rx) Les enjeux Vous êtes en compétition avec un intégrateur américain sur une proposition de satcom Contraintes Fournisseur de LNA en équipement stand alone : firme A Fournisseurs de Rx : firmes A, B, C et votre propre firme Pour réaliser la fonction LNA du Rx : achat d un hybride Votre firme n est pas encore mature sur les Rx au niveau industriel et technique (ligne de produits en train d être montée) Votre architecture se base sur une utilisation LNA & DoCon stand alone Que proposez-vous?

46 Strategic Sourcing de Receiver (Rx) Trois axes : 1. challenger le département engineering 2. négocier des accords de long terme avec les fournisseurs 3. strategic sourcing : introduire un nouveau challenger

47 Strategic Sourcing de Receiver (Rx) Changer de design Refus de l engineering de changer LNA + DoCon = Rx Se renseigner sur la configuration concurrente = Rx Boucle de discussion chef de proposition, engineering et management = changement d architecture 15% d économies Négocier le long terme Mise en place d un volume agreement : promesse de placer 50% de sa production sur 2 ans chez le fournisseur Négociation avec tous les fournisseurs 5% de réduction du prix fournisseur historique

48 Strategic Sourcing de Receiver (Rx) Challenger historique Lettre d intention de mettre le business chez la concurrence historique 8% de réduction du prix fournisseur historique Négociation en parallèle du challenger historique qui avait envie de se repositionner sur ce business 14% moins cher chez le challenger historique TEB (Tender Evaluation Board) : décision de placer le contrat chez le compétiteur malgré la différence technique (couverte par la marge, après avoir challengé les marges de l engineering). La stratégie ne s arrête pas là!

49 Strategic Sourcing de Receiver (Rx) Un fournisseur en quasi-monopole Opportunités : Relation, bon produit, fiabilité Risques : Charge industrielle, séisme, financier (Augmentation du Yen de 40% ) Introduction d un nouveau fournisseur 1. Benchmark de la supply chain des compétiteurs (intégrateurs) américains a permis d identifier un fournisseur 2. Deux tentatives infructueuses (sensibilité client, problèmes techniques) de placer le fournisseur auprès de clients (opérateurs) 3. Raisons de l échec : équipement trop lourd et pas assez d heure de vol Coût d envoi moyen d un kilogramme en orbite géo. 20 Ke

50 Strategic Sourcing de Receiver (Rx) La ténacité paye Renégociation du fournisseur historique en mentionnant ce nouveau player (pourtant au style start-up) Quick win : 12% de réduction supplémentaire Contrat Qualification du produit (1 an) financé hors projet : coût partagé par les deux parties, et couvert pour vous par la réduction obtenue chez le fournisseur historique coût 300 Ke : revue technique complète, audit industriel, plan de développement, négociation du contrat Résultat final : 40% de réduction de prix au premier contrat par rapport au prix récurrent du fournisseur historique, le Commodity Manager avait calculé leur prix attendu grâce à son benchmarking

51 Sommaire Présentation Participants L industrie spatiale, approche Nos concepts et outils de Strategic Sourcing L analyse financière et économique Strategic Sourcing dans le contexte satcom Les forces de Porter Leçon de judo Strategic Sourcing dans le contexte institutionnel Les forces directrices Le rôle du Strategic Sourcing Co-engineering et leadership Co-engineering Le leadership

52 Les limites du commercial L institutionnel, condition sine qua non Partout dans le monde la préoccupation de souveraineté a été à l origine des développements de lanceurs (via un) financement [...] d origine publique. [...] Dans le contexte d un marché des services de lancement très étroit, il suffit de deux lanceurs concurrents (en l occurrence Ariane et Proton) pour que les opérateurs de satellites imposent leurs prix aux sociétés de lancement, prix qui sont fréquemment inférieurs aux coûts. D une certaine façon, les États subventionnent ainsi des activités privées très lucratives qui bénéficient des équipements et infrastructures financées par le contribuable pour garantir un accès fiable à l espace. [5]

53 La politique industrielle de l ESA I La politique de juste retour et l accent sur le ro le moteur des PME

54 La politique spatiale européenne L innovation au service de visions stratégiques 1. Navigation 2025, marché mondial des équipements de satnav 400 m ds e EGNOS 2. Observation de la Terre observation du changement climatique et gestion de crise GMES 3. Satcom représente 40 % des revenues du secteur spatial européen ARTES

55 Le conseil ministériel 2012 Les mandats et budgets (extraits) [16] Lanceurs entre autres : Ariane 5 ME Observation de la Terre Jason-CS mesure du niveau des mers Sentinel-5 mesures atmosphériques Exploration et vol habité MPCV pour l ISS Mars Robotic Exploration Preparation Programme Satcom, ARTES satellite à propulsion 100 % électrique longue liste : cf EMITS

56 Une illustration : Advanced Research in Telecommunications Systems ARTES 11.3, un sous-projet Budget 14 m ns e Cinq pays membres directement impliqués 14 Work Packages parmi lesquels Simulateur Amélioration d équipements Industrialisation des partenaires

57 Autre illustration : les applications business de l observation de la Terre Dérivées possibles de GMES 4 4. Source : mission study - ISU- MSS

58 Sommaire Présentation Participants L industrie spatiale, approche Nos concepts et outils de Strategic Sourcing L analyse financière et économique Strategic Sourcing dans le contexte satcom Les forces de Porter Leçon de judo Strategic Sourcing dans le contexte institutionnel Les forces directrices Le rôle du Strategic Sourcing Co-engineering et leadership Co-engineering Le leadership

59 Strategic Sourcing - l exemple de l accès ISS Les technologies clés la ré-entrée atmosphérique le docking Des exigences sur-contraignantes

60 Strategic Sourcing - l exemple de l accès ISS Démarche stratégique 1. Classer les WPs pour prioriser : 2. Identifier les acteurs potentiels parmi les pays cible et leurs : Technology Readiness Level capacités industrielles robustesse financière et contexte politique

61 Strategic Sourcing - l exemple de l accès ISS Évaluation des partenaires potentiels 1. Tender Evaluation Board et metrics : 2. Gestion dynamique de la structure industrielle et de l allocation géographique

62 Sommaire Présentation Participants L industrie spatiale, approche Nos concepts et outils de Strategic Sourcing L analyse financière et économique Strategic Sourcing dans le contexte satcom Les forces de Porter Leçon de judo Strategic Sourcing dans le contexte institutionnel Les forces directrices Le rôle du Strategic Sourcing Co-engineering et leadership Co-engineering Le leadership

63 Le co-engineering Présentation de l ingénierie système (ECSS-E-ST-10C)

64 Le co-engineering Le concurrent engineering en phase amont du projet [17]

65 Le co-engineering La convergence des requirements

66 Sommaire Présentation Participants L industrie spatiale, approche Nos concepts et outils de Strategic Sourcing L analyse financière et économique Strategic Sourcing dans le contexte satcom Les forces de Porter Leçon de judo Strategic Sourcing dans le contexte institutionnel Les forces directrices Le rôle du Strategic Sourcing Co-engineering et leadership Co-engineering Le leadership

67 Le leadership Les bases d un strategic sourcing de leadership

68 Conclusion Il faut une gestion stratégique du portefeuille fournisseurs pour mener des actions sur le long terme qui repose sur une communication engagée tant avec l extérieur qu en interne. Il faut identifier et influencer les décisions de développements technologiques de l institutionnel afin d orienter les compétences fournisseurs et de se positionner auprès de ses clients. Pour aller plus loin Le rôle de l amélioration continue. Les efforts de standardisation.

69 Ouverture Aux Etats-Unis, le changement de dynamique du secteur est marqué 1. Planet Lab - agile aerospace, OTS electronics into advanced satellites 2. SpaceX Des raisons de penser qu une même dynamique de start-up s installe en France 1. Can Unemployment Insurance Spur Entrepreneurial Activity? Evidence From France, Hombert et al Capital investissement, des pigeons aux aigles prenant leurs envols? Eric Carreel et Jean-David Chamboredon 3. A l instar des Etats-Unis, velléités politiques (restriction budgétaires) 4. ESA Business Incubation Centres

70 NovaNano

71 Références I R. Durand & E. Vansteenberghe. Notes et ressources connexes des auteurs sur le sujet. [2] La sous-traitance dans l industrie, A. Sallez J. Schlegel, 1963 [3] Bourse de sous-traitance et de partenariat de l ouest [4] Case4Space, 2006 [5] Une ambition spatiale pour l Europe, 2011, CAS [6] Strategies for managing customer and supplier risks, The Economist, 213 [7] Rapport annuel 2012, SAFT [8] R&D : le potentiel des entreprises de taille intermédiaire, DEPP 2007

72 Références II [9] Les PME en Europe : les disparités entre pays et secteurs sont plus fortes en 2010 qu avant la crise. Observatoire des entreprises [10] Approvisionnements en métaux critiques, Barreau, Hossie & Lutfalla, 2013 [11] Rap. UIT-R SM.2021 [12] ITU Space Network List Online [13] SpaceX Bringing space exploration into the private sector, MarketLine, December 2013 [14] Satellite Operator Financial Analysis Nothern Sky Research. [15] Eutelsat 16A par Thales [16] Ressources de l Agence Spatiale Européenne

73 Références III [17] Concurrent Design Facility, ESA

Analyse nancière : quelques ratios

Analyse nancière : quelques ratios Analyse nancière : quelques ratios Eric Vansteenberghe 18 février 2014 Une application aux achats dans le secteur spatial Table des matières 1 Introduction 2 2 La solvabilité de l'entreprise 2 2.1 Ratio

Plus en détail

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic Le diagnostic financier Fiche 1 1 Introduction Le diagnostic financier permet d évaluer le potentiel de l entité. Il peut se faire en différentes occasions (achat d entreprise, placements, demande d emprunt,

Plus en détail

22 ème congrès Fapics

22 ème congrès Fapics 22 ème congrès Fapics Invités par et avec la contribution de : Grâce à nos partenaires : Instituts de formation 22 ème congrès Fapics Cabinets de conseil : Grâce à nos sponsors : 22 ème congrès Fapics

Plus en détail

Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son

Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son patrimoine y investir? Choisir les types de support adaptés à

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes?

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Yves MARTIN-CHAVE Conseil financier ymc@innovatech.fr 06 27 28 53 34 innovatech-conseil.com Innovatech Conseil Les documents

Plus en détail

Récapitulatif: Du 30 Mars au 10 Avril 2015. Rapports de l OICV sur les plans de continuité d activité.

Récapitulatif: Du 30 Mars au 10 Avril 2015. Rapports de l OICV sur les plans de continuité d activité. Du 30 Mars au 10 Avril 2015 Récapitulatif: Rapports de l OICV sur les plans de continuité d activité. Mise à jour de la liste des Contreparties Centrales autorisées en Europe. Lancement d un projet conjoint

Plus en détail

Recueil de formules. Franck Nicolas

Recueil de formules. Franck Nicolas Recueil de formules Nous avons répertorié dans cette section, les différentes formules expliquées tout au long de cet ouvrage, afin de vous permettre de trouver rapidement l opération que vous souhaitez

Plus en détail

International Financial Reporting Standards (IFRS) Mise en place et Impacts. 2 février 2005

International Financial Reporting Standards (IFRS) Mise en place et Impacts. 2 février 2005 International Financial Reporting Standards (IFRS) Mise en place et Impacts 2 février 2005 QUE SONT LES IFRS? Les IFRS ont été élaborées par l International Accounting Standards Board (IASB) en vue de

Plus en détail

Finance internationale : 04 Analyse d un cas concret : EADS Romain BAYLE Page n 2 / 10

Finance internationale : 04 Analyse d un cas concret : EADS Romain BAYLE Page n 2 / 10 FIN-INTER-05 ANALYSE D UN CAS CONCRET : EADS Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 8 heures. Objectifs : o Utiliser les acquis des cours précédents sur un cas concret. Pré requis

Plus en détail

lancent la Chaire SIRIUS :

lancent la Chaire SIRIUS : COMMUNIQUE DE PRESSE Toulouse, le 21 octobre 2013 Le CNES, Astrium, Thales Alenia Space, Toulouse Business School, & l Université Toulouse I Capitole, lancent la Chaire SIRIUS : La première Chaire internationale

Plus en détail

Résultats annuels 2013

Résultats annuels 2013 Activité iié et Résultats annuels 2013 Simon Azoulay Chairman and Chief Executive Officer Bruno Benoliel Deputy Chief Executive Officer Paris, le 26 février 2014 SOMMAIRE ALTEN, leader européen sur le

Plus en détail

Résultats annuels 2014

Résultats annuels 2014 Montpellier, le 22 avril 2015 Résultats annuels 2014 Taux de marge brute en progression à 57,4% Mise en œuvre des investissements conformément au plan de développement Solide situation financière : 17,5

Plus en détail

Guide pratique à l intention des décideurs avisés MIGRATION VERS WINDOWS 7 : UN RETOUR SUR INVESTISSEMENT RAPIDE ET TANGIBLE.

Guide pratique à l intention des décideurs avisés MIGRATION VERS WINDOWS 7 : UN RETOUR SUR INVESTISSEMENT RAPIDE ET TANGIBLE. Guide pratique à l intention des décideurs avisés MIGRATION VERS WINDOWS 7 : UN RETOUR SUR INVESTISSEMENT RAPIDE ET TANGIBLE. Windows 7 : mal nécessaire ou réel avantage? Au cours des 24 prochains mois,

Plus en détail

SKF DANS LE MONDE. 2007-11-20 SKF Slide 2 SKF [Communication] SKF (Communicat

SKF DANS LE MONDE. 2007-11-20 SKF Slide 2 SKF [Communication] SKF (Communicat SKF DANS LE MONDE 2007-11-20 SKF Slide 2 SKF [Communication] SKF (Communicat Implantation dans le monde Sites de fabrication Unités de ventes SKF est un groupe international avec des sociétés de vente

Plus en détail

LE PROCESSUS D OCTROI D UN CREDIT COMMERCIAL ET LES CRITERES DE DECISION

LE PROCESSUS D OCTROI D UN CREDIT COMMERCIAL ET LES CRITERES DE DECISION LE PROCESSUS D OCTROI D UN CREDIT COMMERCIAL ET LES CRITERES DE DECISION Marija Vukmanovic, Director, chef de secteur clientèle entreprises Office de Promotion Economique du Canton de Genève Petit-déjeuner

Plus en détail

Résultats du premier trimestre 2012 1

Résultats du premier trimestre 2012 1 Résultats du premier trimestre 1 Luxembourg, 9 mai Faits marquants Taux de fréquence 2 en matière de santé et sécurité de 1,0 au 1 er trimestre contre 0,3 au 4 ème trimestre Expéditions de 433 milliers

Plus en détail

Maîtriser les mutations

Maîtriser les mutations Maîtriser les mutations Avec UNE Supply chain AGILE La réflexion porte ses fruits www.cereza.fr TALAN Group Notre savoir-faire : maîtriser les mutations et en faire une force pour l entreprise Cereza,

Plus en détail

lancent la Chaire SIRIUS :

lancent la Chaire SIRIUS : COMMUNIQUE DE PRESSE Toulouse, le 23 octobre 2013 Le CNES, Astrium, Thales Alenia Space, Toulouse Business School & l Université Toulouse I Capitole, lancent la Chaire SIRIUS : La première Chaire internationale

Plus en détail

Société ontarienne d assurance-dépôts

Société ontarienne d assurance-dépôts Société ontarienne d assurance-dépôts Gestion des risques liés aux technologies de l information : Rôle des conseils d administration et des comités d audit DAVID FLORIO, CPA, CA IT, PCI QSA, CRMA PARTNER,

Plus en détail

Un programme unique d apprentissage par l action (action learning) en partenariat avec

Un programme unique d apprentissage par l action (action learning) en partenariat avec Un programme unique d apprentissage par l action (action learning) en partenariat avec Contacts: Angela Feigl (feigl@eml-executive.com) Sidonie Chemla (chemla@eml-executive.com) 1 De quoi s agit-il? Un

Plus en détail

Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien. 10 Septembre 2012

Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien. 10 Septembre 2012 Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien 10 Septembre 2012 Les défis de la chaine de la logistique du transport maritime Danielle T.Y WONG Director Logistics Performance

Plus en détail

ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE D ALGER

ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE D ALGER MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE D ALGER PROGRAMME DE LICENCE EN SCIENCES COMMERCIALES ET FINANCIERES OPTION : FINANCE ( applicable à partir

Plus en détail

Accompagner la transformation vers l excellence opérationnelle. Olivier Gatti olivier.gatti@adis-innovation.com

Accompagner la transformation vers l excellence opérationnelle. Olivier Gatti olivier.gatti@adis-innovation.com Accompagner la transformation vers l excellence opérationnelle. Olivier Gatti olivier.gatti@adis-innovation.com ADIS Innovation Partner 18 ans d activité opérationnelle dans le secteur du semi-conducteur

Plus en détail

INITIATION À LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE

INITIATION À LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE Comptabilité 155 INITIATION À LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE Etre capable d assurer le suivi quotidien des opérations courantes dans une entreprise afin de faciliter les échanges avec son expert comptable. Assistante

Plus en détail

DCG session 2010 UE4 Finance d entreprise Corrigé indicatif. Dossier 1 - Diagnostic financier

DCG session 2010 UE4 Finance d entreprise Corrigé indicatif. Dossier 1 - Diagnostic financier DCG session 2010 UE4 Finance d entreprise Corrigé indicatif Dossier 1 - Diagnostic financier 1. Intérêt des tableaux de flux de trésorerie - Analyse de l évolution de la trésorerie Les tableaux de flux

Plus en détail

HORIZON 2020. Nouveau programme-cadre de l Union européenne pour la recherche et l innovation 2014-2020

HORIZON 2020. Nouveau programme-cadre de l Union européenne pour la recherche et l innovation 2014-2020 HORIZON 2020 Nouveau programme-cadre de l Union européenne pour la recherche et l innovation 2014-2020 Nicolas Chéhanne ARII PACA - EEN France Méditerranée Panorama général des aides européennes Research,

Plus en détail

The space to start! Managed by

The space to start! Managed by The space to start! Managed by ESA Business Incubation Centers (ESA BICs) : un programme de soutien à la création d entreprises L Agence Spatiale Européenne (ESA) dispose d un programme de transfert de

Plus en détail

ALCATEL ICT SERVICES. Olivier Vallet. All rights reserved 2005, Alcatel

ALCATEL ICT SERVICES. Olivier Vallet. All rights reserved 2005, Alcatel ALCATEL ICT SERVICES Olivier Vallet Alcatel et le Sourcing IT Page 2 1. Alcatel en 2005 2. Un peu d Histoire: 2001 2006 3. La contribution de la Stratégie de Sourcing à la rationalisation IT 4. La Stratégie

Plus en détail

Ineum Consulting. Pourquoi le PLM. Soirée Innovation industrielle «Usage des TIC en mode collaboratif & Industrie» Frédéric Morizot.

Ineum Consulting. Pourquoi le PLM. Soirée Innovation industrielle «Usage des TIC en mode collaboratif & Industrie» Frédéric Morizot. Ineum Consulting Pourquoi le PLM Soirée Innovation industrielle «Usage des TIC en mode collaboratif & Industrie» 3 Mai 2010 et votre vision devient entreprise 1 Problématiques de l Innovation et du Développement

Plus en détail

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes Le Centre d Innovation des Technologies sans Contact-EuraRFID (CITC EuraRFID) est un acteur clé en matière de l Internet des Objets et de l Intelligence Ambiante. C est un centre de ressources, d expérimentations

Plus en détail

Modèle de centralisation des achats indirects au niveau mondial. Sandra Carlos & Bernd Gladden

Modèle de centralisation des achats indirects au niveau mondial. Sandra Carlos & Bernd Gladden Modèle de centralisation des achats indirects au niveau mondial Sandra Carlos & Bernd Gladden Agenda Bienvenue Autodesk histoire, produits & solutions L entreprise en chiffres Les Achats - structure, responsabilités

Plus en détail

Mission PSP Management

Mission PSP Management Mission Fondée en 2013, PSP Management Purchasing Sustainable Performance est une société de conseil qui développe une spécialisation forte et une logique d'excellence sur la fonction Achats: Audit et

Plus en détail

Service de la promotion économique. Comment optimiser sa trésorerie Février 2010

Service de la promotion économique. Comment optimiser sa trésorerie Février 2010 Service de la promotion économique Comment optimiser sa trésorerie Introduction Les potentiels, les raisons et la portée de l optimisation des fonds de roulement et de la trésorerie sont très souvent sous-estimés

Plus en détail

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group Communiqué de Presse Contacts Relations Investisseurs : Kathleen Clark Bracco +33 (0)1 40 67 29 61 kbraccoclark@sopragroup.com Relations Presse : Virginie Legoupil +33 (0)1 40 67 29 41 vlegoupil@sopragroup.com

Plus en détail

Retour à la croissance

Retour à la croissance Après une forte amélioration de ses résultats au T4 2010 et la finalisation de ses programmes d investissement et de réorganisation, Eurofins réaffirme ses objectifs à moyen terme 28 janvier 2011 A l occasion

Plus en détail

Sécurité. Le 27 mars 2013. Mathieu Poujol Consultant Principal, m.poujol@pac-online.com

Sécurité. Le 27 mars 2013. Mathieu Poujol Consultant Principal, m.poujol@pac-online.com Sécurité Le 27 mars 2013 Mathieu Poujol Consultant Principal, m.poujol@pac-online.com PAC 2013 Pierre Audoin Consultants (PAC) Pierre Audoin Consultants (PAC) est une société privée d étude et de conseil,

Plus en détail

MSO MASTER SCIENCES DES ORGANISATIONS GRADUATE SCHOOL OF PARIS- DAUPHINE. Département Master Sciences des Organisations de l'université Paris-Dauphine

MSO MASTER SCIENCES DES ORGANISATIONS GRADUATE SCHOOL OF PARIS- DAUPHINE. Département Master Sciences des Organisations de l'université Paris-Dauphine MSO MASTER SCIENCES DES ORGANISATIONS GRADUATE SCHOOL OF PARIS DAUPHINE Département Master Sciences des Organisations de l'université ParisDauphine Mot du directeur Le département «Master Sciences des

Plus en détail

Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise

Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise Business Continuity Convention Tunis 27 Novembre 2012 Sommaire Sections 1 Ernst & Young : Qui sommes-nous? 2 Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise

Plus en détail

Notre objectif est de vous connecter avec le monde entier COMUNICARE OVUNQUE

Notre objectif est de vous connecter avec le monde entier COMUNICARE OVUNQUE Notre objectif est de vous connecter avec le monde entier COMUNICARE OVUNQUE [ ] Toute technologie suffisamment avancée est indiscernable de la magie. Arthur Charles Clarke Digitaria dans le monde Spécialisée

Plus en détail

Finance pour non financiers

Finance pour non financiers Finance pour non financiers Managers non financiers Responsables opérationnels ayant à dialoguer avec les comptables et les financiers Savoir communiquer avec les financiers dans l entreprise : comptabilité,

Plus en détail

Bonne tenue de l activité au premier semestre 2009

Bonne tenue de l activité au premier semestre 2009 Paris, le 27 août 2009 Bonne tenue de l activité au premier semestre 2009 Croissance organique hors essence et effet calendaire de +1,3% Quasi-stabilité de la marge d EBITDA en organique Résistance des

Plus en détail

La méthode des scores, particulièrement de la Banque de France

La méthode des scores, particulièrement de la Banque de France La méthode des scores, particulièrement de la Banque de France Devant la multiplication des défaillances d entreprises au cours des années 80 et début des années 90, la Banque de France a produit des travaux

Plus en détail

Résultats Semestriels 2008. Paris, le 1er octobre 2008

Résultats Semestriels 2008. Paris, le 1er octobre 2008 Résultats Semestriels 2008 Paris, le 1er octobre 2008 ALTEN ALTEN reste fortement positionné sur l Ingénierie et le Conseil en Technologie (ICT), ALTEN réalise des projets de conception et d études pour

Plus en détail

La gestion des risques IT et l audit

La gestion des risques IT et l audit La gestion des risques IT et l audit 5èmé rencontre des experts auditeurs en sécurité de l information De l audit au management de la sécurité des systèmes d information 14 Février 2013 Qui sommes nous?

Plus en détail

Résultats annuels 2012

Résultats annuels 2012 www.gfi.fr Résultats annuels 2012 1 Disclaimer Disclaimer Cette présentation peut contenir des informations de nature prospective relatives à la situation financière, aux résultats, aux métiers, à la stratégie

Plus en détail

APX et VCE, Modèle d industrialisation de l intégration et du déploiement. Olivier BERNARD, VCE

APX et VCE, Modèle d industrialisation de l intégration et du déploiement. Olivier BERNARD, VCE APX et VCE, Modèle d industrialisation de l intégration et du déploiement Olivier BERNARD, VCE Généralisation des réseaux, suprématie d IP Consumérisation des terminaux informatiques Evolution vers une

Plus en détail

Etude Benchmarking 2010 sur les formations existantes apparentées au métier de Business Developer en Innovation

Etude Benchmarking 2010 sur les formations existantes apparentées au métier de Business Developer en Innovation Un programme animé par Systematic et copiloté par Systematic, Opticsvalley et le réseau des Chambres de Commerce et d Industrie Paris-Ile-de-France Etude Benchmarking 2010 sur les formations existantes

Plus en détail

Distinctions et classements

Distinctions et classements Distinctions et classements Satisfaire ses clients est la priorité de CGI. Grâce à une approche cohérente, disciplinée et responsable en matière de prestation de services, CGI réalise ses projets dans

Plus en détail

Site de repli et mitigation des risques opérationnels lors d'un déménagement

Site de repli et mitigation des risques opérationnels lors d'un déménagement Site de repli et mitigation des risques opérationnels lors d'un déménagement Anne Claire PAULET Responsable Risques Opérationnels GASELYS AGENDA PRÉSENTATION GASELYS LES RISQUES OPÉRATIONNELS CONTINUITÉ

Plus en détail

Un accueil de qualité :

Un accueil de qualité : Un accueil de qualité : Mercredi 08 Juin 2011, dans l après-midi, notre classe de 3 ème de Découverte Professionnelle s est rendue sur le site de THALES ALENIA SPACE à CANNES LA BOCCA. Nous étions accompagnés

Plus en détail

Club Supply Chain et distribution

Club Supply Chain et distribution Club Supply Chain et distribution Fabrice Lajugie de la Renaudie Association des diplômés de Reims Management School 91 rue de Miromesnil 75008 Paris http://www.rms-network.com Sommaire Constats 3 composantes

Plus en détail

CYCLE DIRIGEANT FEDESAP/HEC

CYCLE DIRIGEANT FEDESAP/HEC CYCLE DIRIGEANT FEDESAP/HEC «POUR UNE ENTREPRISE DES SERVICES A LA PERSONNE PROFESSIONNELLE ET PERENNE» FEDESAP : TOUR CIT, 3 rue de l Arrivée 75749 PARIS CEDEX 15 Tél : 01 45 38 44 11 contact@fedesap.org

Plus en détail

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 %

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 % RESULTATS ANNUELS 2014-2015 Chiffre d affaires 2014-2015 consolidé : 222,9 millions d euros Perte opérationnelle courante 2014-2015 : 125,9 millions d euros Poursuite du recentrage stratégique sur le cœur

Plus en détail

Industrial Phd Progam

Industrial Phd Progam Industrial Phd Progam Catalan Government: Legislation: DOGC ECO/2114/2012 Modification: DOGC ECO/2443/2012 Next: Summary and proposal examples. Main dates March 2013: Call for industrial Phd projects grants.

Plus en détail

Les moyens de financement mobilisables par les entreprises de la Plasturgie

Les moyens de financement mobilisables par les entreprises de la Plasturgie Les moyens de financement mobilisables par les entreprises de la Plasturgie Les entreprises industrielles s appuient régulièrement sur des moyens de financement autres que les fonds propres, afin de développer

Plus en détail

Composition du Comité consultatif indépendant d experts de la Surveillance

Composition du Comité consultatif indépendant d experts de la Surveillance CONSEIL EXÉCUTIF EB132/31 Cent trente-deuxième session 9 novembre 2012 Point 13.3 de l ordre du jour provisoire Composition du Comité consultatif indépendant d experts de la Surveillance Rapport du Secrétariat

Plus en détail

Théorie Financière 3. Tableau de financement et planning financier

Théorie Financière 3. Tableau de financement et planning financier Théorie Financière 3. Tableau de financement et planning financier Objectifs de la session 1. Montrer comment les informations comptables permettent de déterminer les cash flows 2. Comprendre le concept

Plus en détail

Présentation des résultats 2013 Groupe ABC arbitrage. Paris, le 17 mars 2014. Situation 2013. ABC arbitrage

Présentation des résultats 2013 Groupe ABC arbitrage. Paris, le 17 mars 2014. Situation 2013. ABC arbitrage Présentation des résultats 2013 Groupe Paris, le 17 mars 2014 Situation 2013 Volatilité 2013 Historique de volatilité depuis 2008 Volatilité/Forex Volumes 2008/2013 Volumes 2008/2013 Fusions/Acquisitions

Plus en détail

Diagnostic financier - Corrigé

Diagnostic financier - Corrigé Diagnostic financier - Corrigé Nous effectuerons ce diagnostic financier en présentant d abord une étude de rentabilité et de profitabilité du groupe Nestor, ensuite une étude de la structure financière

Plus en détail

L infrastructure: Un investissement dans la prospérité

L infrastructure: Un investissement dans la prospérité L infrastructure: Un investissement dans la prospérité John Gamble, CET, P.Eng. FMI/PSMW 2014 Charlottetown, Î.-P.-É Le 27 mai 2014 Synopsis L AFIC Qu est-ce que l infrastructure et pourquoi est-elle importante?

Plus en détail

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée.

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. Il y a trois approches possibles du produit intérieur brut : Optique de la production Optique

Plus en détail

FINANCE PME «Mieux maîtriser la gestion pour améliorer ses résultats»

FINANCE PME «Mieux maîtriser la gestion pour améliorer ses résultats» FINANCE PME «Mieux maîtriser la gestion pour améliorer ses résultats» PHASE I : FORMATION COLLECTIVE PHASE II : ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL PHASE I PROGRAMME DE FORMATION FINANCE PME «Mieux maîtriser la

Plus en détail

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Les faits saillants Highlights L état financier du MAMROT est très complexe et fournit de nombreuses informations. Cette

Plus en détail

Accès au crédit des PME : quelles leçons tirer du rapprochement des données d enquête et des données de bilan?

Accès au crédit des PME : quelles leçons tirer du rapprochement des données d enquête et des données de bilan? Direction générale des Statistiques Direction des Enquêtes et statistiques sectorielles Direction générale des Études et des Relations internationales Direction des Études microéconomiques et structurelles

Plus en détail

Réalisations 2004 et perspectives 2005 Passage aux nouvelles normes IFRS

Réalisations 2004 et perspectives 2005 Passage aux nouvelles normes IFRS COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 2 février 2005 Réalisations 2004 et perspectives 2005 Passage aux nouvelles normes IFRS Sans attendre la publication de ses comptes 2004 qui seront arrêtés par le Conseil

Plus en détail

Résultats du troisième trimestre 2012[1]

Résultats du troisième trimestre 2012[1] Résultats du troisième trimestre [1] Luxembourg, le octobre Aperam («Aperam», ou la «Société») (Amsterdam, Luxembourg, Paris: APAM et NYRS: APEMY), a annoncé aujourd'hui ses résultats pour le trimestre

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE HOTEL D ENTREPRISE

DOSSIER DE CANDIDATURE HOTEL D ENTREPRISE DOSSIER DE CANDIDATURE HOTEL D ENTREPRISE 1 Le dossier de candidature proposé par l Ecopôle Périgord Aquitaine ne constitue pas un cadre rigide et doit bien entendu être adapté au projet de votre entreprise.

Plus en détail

Livre Blanc Oracle Novembre 2010. Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie

Livre Blanc Oracle Novembre 2010. Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie Livre Blanc Oracle Novembre 2010 Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie Présentation générale Les entreprises industrielles sont confrontées à un environnement

Plus en détail

Cegedim : Un chiffre d affaires 2013 en léger recul en organique*

Cegedim : Un chiffre d affaires 2013 en léger recul en organique* SA au capital de 13 336 506,43 euros R. C. S. Nanterre B 350 422 622 www.cegedim.com COMMUNIQUE DE PRESSE Page 1 Information Financière Trimestrielle au 31 décembre 2013 IFRS - Information Réglementée

Plus en détail

ADHEFILM : tronçonnage. ADHEFILM : cutting off. ADHECAL : fabrication. ADHECAL : manufacturing.

ADHEFILM : tronçonnage. ADHEFILM : cutting off. ADHECAL : fabrication. ADHECAL : manufacturing. LA MAÎTRISE D UN MÉTIER Depuis plus de 20 ans, ADHETEC construit sa réputation sur la qualité de ses films adhésifs. Par la maîtrise de notre métier, nous apportons à vos applications la force d une offre

Plus en détail

Le capital-risque est-il une option viable pour financer les projets innovants en matière d énergie? Le point de vue d un entrepreneur

Le capital-risque est-il une option viable pour financer les projets innovants en matière d énergie? Le point de vue d un entrepreneur Clubs Mines-Energie et Mines-Finance - Le capital-risque est-il une option viable pour financer les projets innovants en matière d énergie? Le point de vue d un entrepreneur Franck Rabut - NovaWatt Président

Plus en détail

La renaissance de l industrie

La renaissance de l industrie La renaissance de l industrie Première contribution de l Académie des technologies Construire des écosystèmes compétitifs, fondés sur la confiance et favorisant l innovation Académie des technologies,

Plus en détail

METHODES D EVALUATION

METHODES D EVALUATION METHODES D EVALUATION C.R.A. PANSARD & ASSOCIES Présentation du 27 septembre 2004 G. Lévy 1 METHODES D EVALUATION SOMMAIRE 1 Définition et approche de la «valeur» 2 - Les principales méthodes d évaluation

Plus en détail

Liens entre communication. environnementale et performance. d entreprise : l implication des doctorants HEC

Liens entre communication. environnementale et performance. d entreprise : l implication des doctorants HEC Liens entre communication environnementale et performance d entreprise : l implication des doctorants HEC Plusieurs doctorants travaillent sur les thématiques reliées à la Chaire. Rodolophe Durand supervise

Plus en détail

Saft Groupe SA Résultats annuels 2014

Saft Groupe SA Résultats annuels 2014 Saft Groupe SA Résultats annuels 2014 Paris, 18 février 2015 Avertissement Le présent document contient des informations prévisionnelles concernant l activité, la situation financière et les résultats

Plus en détail

Accès aux données Sentinelles

Accès aux données Sentinelles Accès aux données Sentinelles Hervé Jeanjean - CNES Ministère de l'écologie, du Développement durable, et de l Énergie www.developpement-durable.gouv.fr Contexte Un changement de paradigme majeur Big data

Plus en détail

Pourquoi externaliser? Petits déjeuners des PME & Start-up

Pourquoi externaliser? Petits déjeuners des PME & Start-up www.pwc.com Petits déjeuners des PME & Start-up Robert Hinterberger Senior Manager Agenda 1. Suisse 2. et les PME 3. Les principales fonctions externalisées 4. Les avantages de l externalisation 5. Les

Plus en détail

Réunion d information

Réunion d information Réunion d information 24 JUILLET 2014 Tendances Résultats semestriels Stratégie CONTEXTE ÉCONOMIQUE TENDANCES ÉCONOMIE L investissement des entreprises françaises PIB +0,7 % Les prévisions de croissance

Plus en détail

N 1470 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 1470 ASSEMBLÉE NATIONALE N 1470 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 17 février 2009. RAPPORT FAIT AU NOM DE LA COMMISSION DES AFFAIRES

Plus en détail

Implications and Opportunities Presented by the Securitization of Catastrophe (Re)insurance

Implications and Opportunities Presented by the Securitization of Catastrophe (Re)insurance Implications and Opportunities Presented by the Securitization of Catastrophe (Re)insurance M. Morton N. Lane, Ph. D. Président, Lane Financial LLC Directeur, M. Sc. en ingénierie financière Université

Plus en détail

Contenu: -Fonds de roulement. -Besoin en fonds de roulement. -Etude des rapports entre les masses bilantielles

Contenu: -Fonds de roulement. -Besoin en fonds de roulement. -Etude des rapports entre les masses bilantielles Contenu: -Fonds de roulement -Besoin en fonds de roulement -Trésorerie -Etude des rapports entre les masses bilantielles Représentation (rappel) ACTIF Immobilisations Fond propres PASSIF Dettes financières

Plus en détail

Résultats Semestriels 2007. Réunion d information du 3 octobre 2007

Résultats Semestriels 2007. Réunion d information du 3 octobre 2007 Résultats Semestriels 2007 Réunion d information du 3 octobre 2007 1 S o m m a i r e efront, expert en solutions logicielles pour la finance Stratégie de développement Activité du 1 er semestre 2007 Perspectives

Plus en détail

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORMES IAS 32/39 : INSTRUMENTS FINANCIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Le financement des retraites: une problématique clé de la finance d entreprise

Le financement des retraites: une problématique clé de la finance d entreprise GESTION DES RETRAITES Le financement des retraites: une problématique clé de la finance d entreprise Ces dernières années, la gestion du risque liée au poids des retraites a pris une place de plus en plus

Plus en détail

Jean- Louis CABROLIER

Jean- Louis CABROLIER Directeur de Programme / Directeur de Projets Jl@cabrolier.com www.cabrolier.com Tel: +33 1 77 19 84 68 Mobile: +33 6 07 45 92 51 Direction de programmes et projets Management de transition et Organisation

Plus en détail

Cloud Computing: de la technologie à l usage final. Patrick CRASSON Oracle Thomas RULMONT WDC/CloudSphere Thibault van der Auwermeulen Expopolis

Cloud Computing: de la technologie à l usage final. Patrick CRASSON Oracle Thomas RULMONT WDC/CloudSphere Thibault van der Auwermeulen Expopolis Cloud Computing: de la technologie à l usage final Patrick CRASSON Oracle Thomas RULMONT WDC/CloudSphere Thibault van der Auwermeulen Expopolis ADOPTION DU CLOUD COMPUTING Craintes, moteurs, attentes et

Plus en détail

LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT

LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT DEFINITION DE LA LOGISTIQUE La logistique est une fonction «dont la finalité est la satisfaction des besoins exprimés ou latents, aux meilleures conditions économiques pour l'entreprise

Plus en détail

Copyright 2013, Oracle and/or its affiliates. All rights reserved.

Copyright 2013, Oracle and/or its affiliates. All rights reserved. 1 Les achats 2.0 Procurement Service Julien LAFORET Consultant Achats Gilles PATRIS DE BREUIL Consultant Achats François GENIN Directeur Solutions ERP EMEA 2 Safe Harbor Statement The following is intended

Plus en détail

L impact de la crise financière sur les PPPs

L impact de la crise financière sur les PPPs + Infrastructureeconomics Frédéric Blanc-Brude, PhD Research fellow, King s College London L impact de la crise financière sur les PPPs IAE, Chaire d Economie des PPPs 26 Mai 2010 + Plan Les PPPs et le

Plus en détail

Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010

Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010 Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010 Présenté par Daniel Denis Associé, SECOR 4 décembre 2009 Une croissance mondiale forte Au cours de la dernière décennie Évolution du PIB mondial Croissance

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

à l aune de Prof. Eric Cornuel WWW.EFMD.ORG E U R O P E A N F O U N D A T I O N F O R M A N A G E M E N T D E V E L O P M E N T Liège, le 29 Jan 2007

à l aune de Prof. Eric Cornuel WWW.EFMD.ORG E U R O P E A N F O U N D A T I O N F O R M A N A G E M E N T D E V E L O P M E N T Liège, le 29 Jan 2007 La Pédagogie P à l aune de l Accréditation Prof. Eric Cornuel Directeur Général, G EFMD L éducation au Management en Europe: Panorama général Modèle continental versus anglo-saxon Convergence vers un format

Plus en détail

THÈSE. présentée à TÉLÉCOM PARISTECH. pour obtenir le grade de. DOCTEUR de TÉLÉCOM PARISTECH. Mention Informatique et Réseaux. par.

THÈSE. présentée à TÉLÉCOM PARISTECH. pour obtenir le grade de. DOCTEUR de TÉLÉCOM PARISTECH. Mention Informatique et Réseaux. par. École Doctorale d Informatique, Télécommunications et Électronique de Paris THÈSE présentée à TÉLÉCOM PARISTECH pour obtenir le grade de DOCTEUR de TÉLÉCOM PARISTECH Mention Informatique et Réseaux par

Plus en détail

Pole Formation Catalogue 2013-2014

Pole Formation Catalogue 2013-2014 Pole Formation Catalogue 2013-2014 Mise à jour Octobre 2013 Page 1 de 13 Nos valeurs Respect : de nos partenaires clients et fournisseurs, de nos engagements Performance : par l exigence que s imposent

Plus en détail

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL Il donne une vision plus économique, il présente la manière dont les emplois sont financés par les ressources. Il permet de mieux comprendre le fonctionnement de

Plus en détail

Rapport d enquête 24 octobre 2008

Rapport d enquête 24 octobre 2008 Impact du management de la qualité sur la performance financière des entreprises lauréates des Grands Prix québécois de la qualité Rapport d enquête 24 octobre 2008 Table des matières 1. Introduction 3

Plus en détail

Supply Chain: un regard vers le passé et un pas vers le futur

Supply Chain: un regard vers le passé et un pas vers le futur Supply Chain: un regard vers le passé et un pas vers le futur Valentina Carbone Professeur en Management de la Supply Chain et des Opérations ESCP Europe mailto: vcarbone@escpeurope.eu Agenda 1. Rôles

Plus en détail