Plan de la présentation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Plan de la présentation"

Transcription

1 Travaux en hauteur

2 Plan de la présentation 1. Aperçu de la législation 2. Le travail sur les échelles 3. Utilisation des échafaudages 4. Quid de l'entretien? 5. Les accidents de travail 6. L'organisation de l'inspection 7. Procédures de travail pour travaux en hauteur (> 5m) 8. Les sanctions prévus

3 1. Aperçu de la législation

4 La Législation applicable La loi du 4 août 1996 concernant le bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail Chapitre V. - Dispositions spécifiques concernant les chantiers temporaires ou mobiles (art. 14 à 32 inclus) AR du 25 janvier 2001 :Chantiers temporaires ou mobiles (AR CTM) AR du 31 août 2005 : relatif à l utilisation des équipements de travail pour des travaux temporaires en hauteur RGPT art 41 Ter à 43 (dispositions générales des lieux de travail) et art 434 et suivants (dispositions spécifiques pour les chantiers)

5 Champ d'application Art 2 de la loi : Employeurs Travailleurs : Avec contrat de travail; Sans contrat de travail mais sous l'autorité d'une autre personne; les personnes qui suivent une formation professionnelle; les personnes liées par un contrat d'apprentissage; Les stagiaires; Les élèves et les étudiants; Art 53 de l' AR CTM Les indépendants et les employeurs utilisent, entretiennent, contrôlent ou laissent contrôler les équipements de travail et les EPI

6 Obligation générale : promouvoir le bien-être des travailleurs Art 5 de la loi : les principes généraux de prévention 1. éviter les risques; 2. remplacer ce qui est dangereux par ce qui n'est pas dangereux ou par ce qui est moins dangereux; 3. prendre des mesures de protection collective par priorité à des mesures de protection individuelle; 4. limiter les risques compte tenu de l'état de l'évolution de la technique; 5. limiter les risques de lésion grave en prenant des mesures matérielles par priorité à toute autre mesure; 6. assurer une formation et information adéquates; 7. donner des instructions appropriées aux travailleurs; 8. prévoir ou s'assurer de l'existence d'une signalisation de sécurité et de santé au travail adaptée.

7 AR CTM (Annexe III B) : postes de travail sur les CTM 1. Chutes de hauteur Les chutes de hauteur doivent être prévenues matériellement au moyen notamment de garde-corps solides, suffisamment hauts et comportant au moins une plinthe de butée, une main courante et une lisse intermédiaire ou un moyen alternatif équivalent. Les travaux en hauteur ne peuvent être effectués en principe qu'à l'aide d'équipements appropriés ou au moyen de dispositifs de protection collective tels que garde-corps, plates formes ou filets de sécurité. Au cas où l'utilisation de ces équipements est exclue en raison de la nature des travaux, il faut prévoir des moyens d'accès appropriés et utiliser des harnais ou d'autres moyens de sécurité à ancrage.

8 6. Échafaudages et échelles a) Tout échafaudage doit être convenablement conçu, construit et entretenu de manière à éviter qu'il ne s'effondre ou ne se déplace accidentellement. b) Les plates-formes de travail, les passerelles et les escaliers d'échafaudage doivent être construits, dimensionnés, protégés et utilisés de manière à éviter que les personnes ne tombent ou ne soient exposées aux chutes d objets. c)les échafaudages doivent être inspectés par une personne compétente. d)les échelles doivent avoir une résistance suffisante et elles doivent être correctement entretenues. Elles doivent être correctement utilisées, dans des endroits appropriés et conformément à leur destination. e) Les échafaudages mobiles doivent être assurés contre les déplacements involontaires.

9 A.R. 31 août 2005 : Équipements de travail pour des travaux temporaires en hauteur Les principales dispositions Les dispositions prescriptives (RGPT) ont été abrogées et remplacées par la notion d'analyse de risques qui relève de la responsabilité des employeurs; Mesures matérielles et organisationnelles pour que les ET soient les plus appropriés au travail à réaliser ; L'utilisation des échelles pour exécuter des travaux en hauteur est strictement limitée ; La qualité des échafaudages doit être assuré Notice explicative du fabricant (comprenant un calcul de résistance et de stabilité, les instructions pour le montage et le démontage et l'utilisation) Désignation d une personne compétente (formation) Les techniques des alpinistes sont clairement réglementées

10 2. Les travaux sur échelles

11 Critères pour l'utilisation d'échelles Principe : Limiter leur utilisation comme poste de travail en hauteur aux circonstances où l utilisation d autres équipements de travail plus sûrs ne se justifie pas en raison : - faible niveau de risque ET - soit courte durée d utilisation - soit caractéristiques du site et des postes de travail sont non modifiables

12 Points d'attention pour l'utilisation des échelles - Respect des limites de conception et doivent être équipés et installés de manière à prévenir les chutes de hauteur. - Placées de manière que leur stabilité soit assurée en cours d accès et d utilisation et que leurs échelons ou marches soient horizontales. - Prise et appui sûr et port de charges légères - Glissement des pieds est empêché pendant leur utilisation, soit par la fixation de la partie supérieure ou inférieure des montants, soit par tout autre dispositif anti- patinage.

13 Dispositions spécifiques par type d échelles Tous Types échelle Échelles suspendues Échelles d accès Échelles composées de plusieurs éléments et échelles télescopiques Échelles mobiles Dispositions Stabilité soit assurée en cours d accès et d utilisation et que leurs échelons soient horizontales Attachées d une manière sûre Longueur telle qu elles dépassent suffisamment le niveau d accès, à moins que d autres mesures aient été prises pour garantir une prise sûre Immobilisation des différents éléments doit être assurée Immobilisées avant d y monter

14

15 3. Utilisation des échafaudages

16 Exigences organisationnelles sur le lieu de travail Les exigences organisationnelles sur le lieu de travail : Supervision par une personne compétente présente à la fois pendant le montage, démontage,transformation et utilisation (désignée et autorisée par l'employeur). Travailleurs de montage: - formation sur les risques lors du montage, démontage et la compréhension des plans.. Les documents concernant les échafaudages et qui doivent être disponible sur le lieu de travail (les plans de montage, de transformation et démontage et note de calculs de stabilité et charges admissibles,ainsi que la notice d'instruction sur l'utilisation et les risques). Travailleurs - utilisation: formation relative aux mesures contre le risque de chute (personnes ou objets) et les conditions de charges (classe des échafaudages).

17 Les points de contrôle échafaudage Les pièces doivent être immobile l'une par rapport à l'autre. l échafaudage doit résister aux charges et aux conditions atmosphériques,y compris le vent. Doit être protégé contre les glissades et les chutes. le support doit être suffisamment robuste pour empêcher toute distorsion ultérieure. Dimensions, forme et emplacement des planchers adaptés à la nature du travail et charges immobiles dans une utilisation normale (classes des échafaudages). Entre les bords du plancher et le bâtiment: pas de vide dangereux et mesures de protection des ouvertures (mesures de protection collective par priorité à des mesures de protection individuelle). Un accès adéquat et sécurisé entre les différents étages de l'échafaudage.

18 Utilisation des échaudages sur taquets d'échelle Règle générale: interdiction, mais possibilité de dérogation dans des conditions très strictes Informations sur les risques, les mesures les conditions documentation et informations complémentaires sur le site

19 Classification de sécurité des gardescorps Classe A uniquement destinée à supporter les charges statiques, support d'une personne s appuyant sur la protection Appui de la main lors de déplacement le long de cette protection. Classe B charges statiques et + forces dynamiques de faible intensité. Classe A+ capacité d'interrompre la chute d'une personne en cas de glissade sur une surface en pente Classe C forces dynamiques élevées : capacité d'interrompre la chute d'une personne en cas de glissade sur une surface en pente raide

20 EN Hauteur de chute 60 % Pente de toit 45 5 m C 30 2 m B 15 A

21 4. Quid de l'entretien? Choix de l'équipement de travail approprié

22 Équipements intégrés dès la conception

23 Équipement fixé à demeure

24 Sous-section II. - Évaluation des risques et mesures de prévention Exemple - comment effectuer le nettoyage de la face intérieur d'une verrière du toit? Moyens d'accès permanent avantages Amélioration technique de la sécurité, - La construction satisfait aux exigences pour le nettoyage, - Les conditions optimales de travail (il n'est pas nécessaire de s'interroger sur le mode d accès) inconvénients Pas d'inconvénient, si le produit est utilisé correctement.

25 Plate-forme élévatrice mobile pour les personnes

26 Sous-section II. - Évaluation des risques et la prévention Exemple - comment effectuer le nettoyage de la face intérieur d'une verrière du toit? Plate forme élévatrice mobile pour les personnes Avantages plate-forme de travail sûre pour le travailleur; Accès possible de la plate forme élévatrice sur presque tous les lieux de travail et tous les postes; Grand rayon à partir du même endroit; Possibilité pour les modèles à roues de passer les portes; Réglage précis du poste de travail; Possibilité de couvrir de grandes surfaces inconvénients l'utilisation de ces équipements doit être prise en compte dès la conception du bâtiment ; - qualité des planchers et les fondations (résistance); - Nécessité d'éviter tout mouvement brusque et incontrôlé de la plate-forme.

27 Les échafaudages

28 Les échafaudages mobiles

29 Sous-section II. - Évaluation des risques et la prévention Exemple - comment effectuer le nettoyage de la face intérieur d'une verrière du toit? échafaudage mobile avantages - Poste de travail protégé par des protections latérales qui garantissent un accès sécurisé, - surface de travail plate, possibilité d'extension du matériel de nettoyage. inconvénients Besoin d'un lieu de travail, au sol non glissant et sans obstacles, - Nécessité d'une adaptation à différentes hauteurs des bâtiments, - Obligation pour le travailleur à l'embarcadère de descendre à chaque fois qu'il est déplacé, - Nécessité de bloquer les pièces mobiles.

30 Les plate formes individuelles roulants

31 échelles escabeaux marchepieds

32 échelles Sous-section II. - Évaluation des risques et la prévention Exemple - comment effectuer le nettoyage de la face intérieur d'une verrière du toit? Avantages - Facile à utiliser, même dans les coins; - Facile à déplacer. inconvénients - Risque élevé d'accident avec des conséquences graves par la chute; - L'attitude du travail n'est pas ergonomique et charge dans une large mesure,les jambes; - Besoin d'un coup de main pour assurer la sécurité; - Nécessité qu'il n'y ait pas d'obstacles sur la partie du plancher sur laquelle s'appuie l'échelle ; - Déplacements fréquents exigent que le travailleur descend de l'échelle et grimpe à nouveau. De sorte qu'une surface de travail restreinte est réalisée. Cela provoque des troubles musculo-squelettiques causés par une mauvaise posture. - Quasi impossibilité d'utiliser des extensions pour matériel de nettoyage.

33 Techniques d'accès et de positionnement par cordes

34 Sous-section VI.- Dispositions spécifiques concernant l utilisation des techniques d accès et de positionnement au moyen de cordes Article 22 : respect les principes et conditions suivants : - les composants conformes à l arrêté royal du 13 juin 2005 relatif à l utilisation des EPI; - deux cordes ancrées séparément : corde de travail et corde de sécurité; - les travailleurs doivent être munis d un harnais anti chute; - la corde de travail est équipée d un mécanisme de descente et de remontée sûr; - points d ancrages sûrs conforment aux normes ou prescriptions équivalentes; - ce type de travail ne peut être confié à un travailleur isolé;

35 Sous-section VI.- Dispositions spécifiques concernant l utilisation des techniques d accès et de positionnement au moyen de cordes Article 22 : (suite) - si nécessaire siège équipé d un repose-pied - les outils et autres accessoires à utiliser par un travailleur sont reliés au siège du travailleur ou, à défaut de siège, au harnais ou attachés par tout autre moyen approprié; - les travailleurs concernés reçoivent une formation adéquate et spécifique aux opérations envisagées; - l installation du système et l exécution de ces travaux sont réalisées sous la surveillance d une personne compétente désignée par l employeur.

36 technique des cordes Sous-section II. - Évaluation des risques et la prévention Exemple - comment effectuer le nettoyage de la face intérieur d'une verrière du toit? Avantages ces postes de travail peuvent être utilisés lorsqu'il est impossible de réaliser des travaux à partir d'un poste fixe (échafaudages), les stations de travail mobiles (échafaudages mobiles) ou les platesformes élévatrices mobiles de personnes. inconvénients Nécessité de fournir des points d'ancrage appropriés dans la Structure de toit ou à d'autres points d'ancrage; - Le système doit être constitué de deux cordes indépendantes: une pour la montée, la descente et le soutien, l'autre de sécurité ; - La durée d'utilisation est limitée; - Remise en forme technique et physique du travailleur; - La compétence de travailleur doit être validée par une formation spécifique pour le travail en hauteur au moyen des cordes, en particulier les procédures d'aide et de sauvetage; - La productivité est réduite de moitié car pour ce travail en hauteur la présence de deux personnes par poste de travail est requise.

37 3 m

38 7 m 4 m

39

40

41 Sous-section II. Évaluation des risques et mesures de prévention Article 5 L employeur prend les mesures matérielles et organisationnelles nécessaires afin que les équipements de travail pour des travaux temporaires en hauteur mis à la disposition des travailleurs soient les plus appropriés au travail à réaliser MAIS avant tout : vérifier la possibilité d éviter de travailler en hauteur

42 !? vérifier la possibilité d éviter de travailler en hauteur?!

43 prévention primaire La mesure: éviter les risques

44 Sous-section II. Évaluation des risques et mesures de prévention Ne pas oublier également les principes généraux de prévention : Combattre ces risques à la source : si vous ne pouvez pas éviter le travail en hauteur; il est primordial de réduire la hauteur de chute (potentielle) par tous les moyens. Adapter le travail à l'homme

45 Sous-section II. Évaluation des risques et mesures de prévention Ne pas oublier également les principes généraux de prévention : Tenir compte de l'état d'évolution de la technique Remplacer ce qui est dangereux par ce qui l'est moins ou pas du tout Planifier une politique de prévention des risques cohérente

46 Équipements de travail pour travaux en hauteur

47 Article 6 : Sous-section II. Évaluation des risques et mesures de prévention Mesures matérielles Conditions ergonomiques adéquates, surface de travail appropriée. Les dimensions, les propriétés et les caractéristiques de l équipement de travail sont adaptées à la nature des travaux à effectuer et aux contraintes prévisibles. Priorité aux mesures de protection collective par rapport aux mesures de protection individuelle.

48 Article 6 : Sous-section II. Évaluation des risques et mesures de prévention Mesures matérielles Conditions ergonomiques adéquates, surface de travail appropriée.

49 Article 6 : Sous-section II. Évaluation des risques et mesures de prévention Mesures matérielles Les dimensions, les propriétés et les caractéristiques de l'équipement en fonction de la nature du travail à effectuer et des charges prévisibles.

50 Article 6 : Mesures matérielles Prise de mesures de protection collective par priorité aux mesures de protection individuelles Prévention secondaire Éviter les dommages Protection Collective Prévention tertiaire : Limiter les dommages Protection individuelle

51 Sous-section II. Évaluation des risques et mesures de prévention Article 6 : Mesures matérielles (suite) Choix du moyen d accès aux postes de travail : fréquence de circulation, de la hauteur à atteindre et de la durée d utilisation. permet l évacuation en cas de danger imminent. passage vers plates-formes, planchers ou passerelles ne peut pas créer des risques supplémentaires de chute.

52 Sous-section II. Évaluation des risques et mesures de prévention Article7: Mesures organisationnelles Priorité aux équipements construits conformément aux dispositions transposant les directives communautaires qui sont applicables à ces équipements ou, à défaut aux prescriptions techniques équivalentes; Conditions météorologiques ne compromettent pas la sécurité et la santé des travailleurs.

53 Fréquence hauteur Durée - o + - o + - o + Protection intégrée X X X équipements permanents X X X X X X plate-forme X X X X X Échafaudage mobiles X X X X X échelles X X X X -: Faible o: moyenne +: Haute cordes X X X

54 (1) (2)

55 5. les accidents de travail

56 Notification des accidents Déclaration dans les 8 jours ouvrables par courrier à l'assurance ou par voie électronique à travers la base de données du Fonds des Accidents (art. 62 de l'accident industriel de 04/10/71) Notification immédiate des accidents mortels et des accidents graves avec incapacité permanente aux fonctionnaires chargés de l'inspection (art. 94nonies de la loi du bien-être) Après tout accident de travail grave, un rapport circonstancié doit être fournit dans les 10 jours suivant l'accident aux fonctionnaires chargés de l'inspection (art. 94Ter de la loi du bien-être) Notification dans les 15 jours à l'inspection compétente d'accidents de travail par le maître d œuvre exécution sur le chantier temporaire ou mobile (art. 54 AR CTM)

57 Répondre positivement à un accident du travail Ajuster les situations de travail situation de travail Accident:déclencheur pour le système dynamique de gestion des risques Les décisions de politique l'employeur L'analyse des risques Établir les priorités évaluation multidisciplinaire Avis du Comité PPT Déterminer les points nécessitant intervention

58 rapport détaillé = Rapport du service de prévention compétent + Ajouts de l'employeur

59 6. organisation de l'inspection

60 Inspection (art. 80 de la loi sur le bien-être) SPF Emploi, Travail et du concertation social Direction Générale contrôle du bien-être au travail Division du contrôle des risques chimiques Direction du contrôle de la prévention des accidents majeurs Direction de la politique du contrôle des risques chimiques Direction du laboratoire de toxicologie industrielle Division du Contrôle régional de la Direction générale Contrôle du bien-être au travail comprend une direction centrale et huit directions régionales.

61 Loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail Chapitre XI : surveillance et dispositions pénales Les infractions aux dispositions de la loi et de ses arrêtés d exécution sont recherchées, constatées et sanctionnées conformément au Code pénal social. Les inspecteurs sociaux disposent des pouvoirs visés aux articles 23 à 39 du Code pénal social lorsqu ils agissent d initiative ou sur demande dans le cadre de leur mission d information, de conseil et de surveillance relative au respect des dispositions de la loi et de ses arrêtés d exécution.(loi sur le bien-être art 80) Les articles 81 et 94 de la loi sur le bien être ont été abrogés par la loi du 6 Juin 2010 instituant le Code Pénal Social de 1 Juillet 2011!

62 La loi du 6 juin 2010 introduisant le code pénal social CHAPITRE 2. Les pouvoirs des inspecteurs sociaux et la qualité d'officier de police judiciaire Section 1 re. Généralités Le principe de finalité - Principe de proportionnalité Le titre de légitimation- Le pouvoir d'appréciation des inspecteurs sociaux- La possibilité de requérir l'assistance de la police Section 2. Les pouvoirs des inspecteurs sociaux (art. 23 jusqu'à 39 inclus) L'accès aux lieux de travail - L'accès aux espaces habités - La collecte d'information - L'identification des personnes - L'audition de personnes - Les supports d'information contenant soit des données sociales, soit d'autres données prescrites par la loi - Les supports d'information contenant d'autres données - Les données sous une forme lisible et intelligible - Le droit d'accès - L'information sur l'exploitation du système informatique - L'intégrité des données - Les copies - La saisie et la mise sous scellés - La traduction - Le prélèvement d'échantillons - La saisie et la mise sous scellés d'autres biens - Les constatations par image

63 La loi du 6 juin 2010 introduisant le code pénal social CHAPITRE 8. Les infractions en matière de contrôle Art L'obstacle à la surveillance (sanction de niveau 4) Non-respect des mesures obligatoires imposées par les inspecteurs sociaux sanction de Niveau 3, art. 38) L'amende sera multipliée par le nombre de travailleurs impliqués Niveaux de sanction Emprisonnement Amende pénale Amende administrative Niveau 1 60 à 600 euros Niveau 2 soit 300 à euros soit 150 à euros Niveau 3 soit 600 à euros soit 300 à euros

64 7. Procédure d'inspection pour travaux en hauteur > 5 m

65

66 Constat Action Contrôle des lieux de travail à risque de chute de hauteur > 5 m mise en place de protection collective vérifié mise en place de protection collective correspondant plus ou moinsàdesexigencesde sécurité mise en place de protection collective ne répond pas aux exigences de sécurité aucune intervention Note verbale sur les lacunes. avertissement écrit en rapport avec l'infraction La protection collective est complètement absente

67 La protection collective est complètement absente et absence des EPI de protection contre les chutes. PV de l'interrogatoire des travailleurs concernés PV de l'interrogatoire l'employeur immédiatement si l'employeurs est présent sur le site Interrogatoire au bureau de CBE-DR dans les 10 jours si l'employeur n'est pas présent sur le site Dressement de PJ-fondé les premieres constatations et interrogatoires + Visite de suivi au bout de 2 à 3 jours

68 constatation Action Visite de suivi au bout de 2 à 3 jours lacune régularisé Aucune action supplémentaire Le travail se poursuit sans mesures supplémentaires Cessation d'activités fondée sur base de la deuxième constatation Dans la lettre accompagnant le PJ imposer l'art. 46 1pt7 de la loi AO

69 Merci de votre attention H. Rais SPF Emploi, Travail et Concertation sociale DG Humanisation du travail Tél : :

MASTER PREVENTION DES RISQUES ET NUISANCES TECHNOLOGIQUES

MASTER PREVENTION DES RISQUES ET NUISANCES TECHNOLOGIQUES MASTER PREVENTION DES RISQUES ET NUISANCES TECHNOLOGIQUES 1 I. Les textes applicables Décret du 8 janvier 1965 modifié qui concerne les mesures de protection applicables aux établissements dont le personnel

Plus en détail

1 la loi: la loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail;

1 la loi: la loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail; Arrêté royal du 30 août 2013 fixant des dispositions générales relatives au choix, à l'achat et à l'utilisation d'équipements de protection collective (M.B. 7.10.2013) Chapitre I er. - Dispositions relatives

Plus en détail

LE TRAVAIL EN HAUTEUR

LE TRAVAIL EN HAUTEUR F I C H E P R E V E N T I O N N 0 2 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LE TRAVAIL EN HAUTEUR STATISTIQUES Avec près d une centaine d agent victime de chutes de hauteur durant les 5 dernières années dans les

Plus en détail

1. REGLEMENTATION : 2. INTRODUCTION :

1. REGLEMENTATION : 2. INTRODUCTION : 1. REGLEMENTATION : Décret n 65-48 du 8 janvier 1965 modifié portant règlement d'administration publique pour l'exécution des dispositions de la partie IV du Code du travail en ce qui concerne les mesures

Plus en détail

Arrêté royal du 12 août 1993 concernant l'utilisation des équipements de travail (M.B. 28.9.1993)

Arrêté royal du 12 août 1993 concernant l'utilisation des équipements de travail (M.B. 28.9.1993) Arrêté royal du 12 août 1993 concernant l'utilisation des équipements de travail (M.B. 28.9.1993) Modifié par: (1) arrêté royal du 17 juin 1997 concernant la signalisation de sécurité et de santé au travail

Plus en détail

Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3.

Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3. Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3.1998) Modifié par: (1) arrêté royal du 3 mai 1999 relatif aux missions et

Plus en détail

Sont assimilées à un établissement, les installations exploitées par un employeur;

Sont assimilées à un établissement, les installations exploitées par un employeur; Arrêté royal du 4 décembre 2012 concernant les prescriptions minimales de sécurité des installations électriques sur les lieux de travail (M.B. 21.12.2012) Section I er. - Champ d'application et définitions

Plus en détail

DU COMITÉ TECHNIQUE NATIONAL DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS

DU COMITÉ TECHNIQUE NATIONAL DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS RECO DU COMITÉ TECHNIQUE NATIONAL DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS Pose, maintenance et dépose des panneaux solaires thermiques et photovoltaïques en sécurité Guillaume J.Plisson - pour l'inrs Des préconisations

Plus en détail

Monte escalier à siège ou pour chaise roulante. sur plan incliné, suspendu à un monorail fixé au plafond

Monte escalier à siège ou pour chaise roulante. sur plan incliné, suspendu à un monorail fixé au plafond GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Luxembourg, le 10 février 2006 ITM-CL 317.1 Monte escalier à siège ou pour chaise roulante sur plan incliné, suspendu à un monorail fixé au plafond Prescriptions de sécurité types

Plus en détail

Dispositions pénales Loi du Bien-être et Code Code pénal social 1/5

Dispositions pénales Loi du Bien-être et Code Code pénal social 1/5 Dispositions pénales Loi du Bien-être et Code Code pénal social 1/5 Code pénal social Application sur la Loi et le Code du Bien-être au travail Dispositions pénales de la Loi du Bien-être de 1996 Les articles

Plus en détail

Le déneigement des véhicules lourds. transport

Le déneigement des véhicules lourds. transport Le déneigement des véhicules lourds transport TABLE DES MATIÈRES L élimination du danger à la source : éviter le travail en hauteur!...p. 5 En hauteur, mais en toute sécurité! Utiliser des moyens collectifs

Plus en détail

A KEE SAFETY PRODUCT A C C È S E N H A U T E U R. Plateforme d'accès. ASSEMBLAGE SANS OUTILS ALTERNATIVE ÉCONOMIQUE à UN ÉCHAFAUDAGE

A KEE SAFETY PRODUCT A C C È S E N H A U T E U R. Plateforme d'accès. ASSEMBLAGE SANS OUTILS ALTERNATIVE ÉCONOMIQUE à UN ÉCHAFAUDAGE A KEE SAFETY PRODUCT A C C È S E N H A U T E U R Plateforme d'accès ASSEMBLAGE SANS OUTILS ALTERNATIVE ÉCONOMIQUE à UN ÉCHAFAUDAGE Montage SImple et Rapide Conforme Aux Normes EN 13374 Classe A et EN 12811

Plus en détail

Préambule.... 2 Chapitre 1 : Rappel des quelques obligations législatives et réglementaires... 2

Préambule.... 2 Chapitre 1 : Rappel des quelques obligations législatives et réglementaires... 2 Charte professionnelle visant à organiser et assurer l hygiène et la sécurité des salariés en situation de coactivité pendant les opérations de montage et de démontage des manifestations commerciales Préambule....

Plus en détail

Les 5 étapes du management des. risques routiers. pour les entreprises et les collectivités

Les 5 étapes du management des. risques routiers. pour les entreprises et les collectivités Les 5 étapes du management des risques routiers pour les entreprises et les collectivités Qu'est-ce que le C.P.A.T.S.? Le C.P.A.T.S., Centre de Psychologie Appliquée aux Transports et à leur Sécurité,

Plus en détail

Page 1. Le Plan de Prévention

Page 1. Le Plan de Prévention Page 1 Le Plan de Prévention 01 LA REGLEMENTATION Rappel : Le document Unique d Evaluation des Risques Dans toute entreprise, le chef d entreprise a pour obligation d assurer la sécurité et la santé de

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «sécurité sociale»

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «sécurité sociale» Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «sécurité sociale» CSSS/14/061 DÉLIBÉRATION N 14/027 DU 6 MAI 2014 RELATIVE À L'ACCÈS À LA BANQUE DE DONNÉES "DÉCLARATION DE TRAVAUX" AU PROFIT

Plus en détail

Mise en œuvre des filets de sécurité en grandes nappes

Mise en œuvre des filets de sécurité en grandes nappes RECOMMANDATION R 446 Recommandation adoptée par le comité technique national du bâtiment et des travaux publics lors de sa réunion du 14 mai 2009. Cette recommandation annule et remplace la recommandation

Plus en détail

1- LES CHUTES DE PERSONNES...

1- LES CHUTES DE PERSONNES... 7 1-1- LES CHUTES DE PERSONNES... sont la cause de plusieurs accidents de travail Les chutes n ont pas de cible. Qui n est pas tombé dans un stationnement, en sortant de sa voiture, en se rendant à sa

Plus en détail

COMBISAFE ESCALIER UNIVERSEL TM MODE D EMPLOI

COMBISAFE ESCALIER UNIVERSEL TM MODE D EMPLOI COMBISAFE ESCALIER UNIVERSEL TM MODE D EMPLOI SOMMAIRE ESCALIER UNIVERSEL TM SOMMAIRE GÉNÉRALITÉ... 3 Introduction... 4 PRINCIPAUX ELEMENTS... 5 Accroches... 5 ASSEMBLAGE... 7 Assemblage de base... 7 ACCROCHES

Plus en détail

L évaluation des risques professionnels

L évaluation des risques professionnels www.cdg59.fr Centre de gestion de la Fonction Publique Territoriale du Nord 4ème édition des Assises de la Prévention L évaluation des risques professionnels 1 www.cdg59.fr Centre de gestion de la Fonction

Plus en détail

Instructions de montage

Instructions de montage LA SÉCURITÉ AU PLUS HAUT NIVEAU Easi - Dec Plateforme d accès de 2 mètres Instructions de montage Kee Safety SAS 30 bld Pasteur 75015 Paris Tél : + 33 1 53 58 14 26 Fax : + 33 1 53 58 14 11 Dispositif

Plus en détail

Sécurité des ascenseurs

Sécurité des ascenseurs SERVICE PUBLIC FEDERAL ECONOMIE, P.M.E., CLASSES MOYENNES & ENERGIE QUALITE ET SECURITE Division Sécurité Service Sécurité des Produits Sécurité des ascenseurs Version 27/01/06 Références : Arrêté royal

Plus en détail

Série T modèle TES et TER

Série T modèle TES et TER 6-8 rue des Casernes Tél. : 03.84.29.55.55 F 90200 GIROMAGNY Fax : 03.84.29.09.91 E-mail : ultralu@ultralu.com http://www.ultralu.com NOTICE DE MONTAGE ET D UTILISATION ECHAFAUDAGE ROULANT ALUMINIUM Série

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE ÎLE-DE-MONTRÉAL-1 ACCIDENT MORTEL SURVENU À UN EMPLOYEUR AU 426, RUE GAGNÉ, LASALLE LE 7 JUILLET 2003

RAPPORT D'ENQUÊTE D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE ÎLE-DE-MONTRÉAL-1 ACCIDENT MORTEL SURVENU À UN EMPLOYEUR AU 426, RUE GAGNÉ, LASALLE LE 7 JUILLET 2003 EN003429 RAPPORT D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE ÎLE-DE-MONTRÉAL-1 ACCIDENT MORTEL SURVENU À UN EMPLOYEUR AU 426, RUE GAGNÉ, LASALLE LE 7 JUILLET 2003 PAUL LÉTOURNEAU, ING., INSPECTEUR TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

CODE DU TRAVAIL Art. R. 233-15 Art. R. 233-16 Art. R. 233-17 Art. R. 233-18

CODE DU TRAVAIL Art. R. 233-15 Art. R. 233-16 Art. R. 233-17 Art. R. 233-18 CODE DU TRAVAIL Art. R. 233-15.- Les éléments mobiles de transmission d'énergie ou de mouvements des équipements de travail présentant des risques de contact mécanique pouvant entraîner des accidents doivent

Plus en détail

DIRECTIVE POUR LE TRAVAIL EN HAUTEUR

DIRECTIVE POUR LE TRAVAIL EN HAUTEUR DIRECTIVE POUR LE TRAVAIL EN HAUTEUR Direction des ressources matérielles Adopté en comité de direction Novembre 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. Objectif... 1 2. Types de chute... 1 3. Les types de risque

Plus en détail

Fiche 8 (Analyse): Réglementation en matière de travail en hauteur

Fiche 8 (Analyse): Réglementation en matière de travail en hauteur Fiche 8 (Analyse): Réglementation en matière de travail en hauteur 1. Avant-propos Cette fiche rassemble et présente de manière synthétique et non exhaustive, sous forme de tableaux, les bases légales.

Plus en détail

Le rôle de l assureur Accident du Travail en Belgique

Le rôle de l assureur Accident du Travail en Belgique Le rôle de l assureur Accident du Travail en Belgique 9 octobre 2013 Marie-Pierre Dawance 1 Responsable Préventon Accident du Travail et Responsabilité Civile Aperçu de l exposé Le rôle de l assureur en

Plus en détail

Loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail (M.B. 18.9.1996)

Loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail (M.B. 18.9.1996) Loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail (M.B. 18.9.1996) Modifiée par: (1) loi du 13 février 1998 portant des dispositions en faveur de l'emploi (M.B.

Plus en détail

CHARGÉ(E) DE SÉCURITÉ (60 % - 80 %)

CHARGÉ(E) DE SÉCURITÉ (60 % - 80 %) La Municipalité de Montreux met au concours un poste de : Tâches principales : CHARGÉ(E) DE SÉCURITÉ (60 % - 80 %) Conseiller et aider la Municipalité, les services, les supérieurs hiérarchiques et les

Plus en détail

DOSSIER : TOURISME ET HANDICAP

DOSSIER : TOURISME ET HANDICAP DOSSIER : TOURISME ET HANDICAP Dossier à l intention des professionnels souhaitant s améliorer dans l accueil des personnes handicapées. Réaliser les aménagements fondamentaux pour l accueil des personnes

Plus en détail

CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT

CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT DÉCLARATION DE PRINCIPES CONCERNANT L'ERGONOMIE ET LA SÉCURITÉ DES SYSTÈMES D'INFORMATION EMBARQUÉS Introduction

Plus en détail

30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) - coordination officieuse au 1 er juillet 2011

30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) - coordination officieuse au 1 er juillet 2011 30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) (coordination officieuse au 1 er juillet 2011 ; modifié par l arrêté royal du 20 juillet 2000 introduction de l

Plus en détail

SIEGE D EVACUATION. Manuel d'utilisation

SIEGE D EVACUATION. Manuel d'utilisation SIEGE D EVACUATION Manuel d'utilisation REHA-TRANS Siège d évacuation Evacuation d'urgence Armoire de rangement Introduction Vous avez choisi d acheter un SIEGE D EVACUATION D'URGENCE. Veuillez lire attentivement

Plus en détail

DÉBARDAGE & SÉCURITÉ ROUTIÈRE MAI 2012

DÉBARDAGE & SÉCURITÉ ROUTIÈRE MAI 2012 Fiche N 8 DÉBARDAGE & SÉCURITÉ ROUTIÈRE MAI 2012 OBJET Cette fiche s'applique exclusivement au domaine public RÈGLEMENTATION DÉFINITION Un chantier de débardage (dépôt de bois, stationnement ou évolution

Plus en détail

Le maçon à son poste de travail

Le maçon à son poste de travail Fiche Prévention - E2 F 03 14 Le maçon à son poste de travail Partie 2 : la protection face au vide La réalisation de murs en maçonnerie est une opération courante sur les chantiers du bâtiment (maison

Plus en détail

Schalung & Gerüst. Echafaudage de façade

Schalung & Gerüst. Echafaudage de façade Schalung & Gerüst Echafaudage de façade Simple, pratique et économique Qu'il s'agisse d'une nouvelle construction ou d'une réfection, de petits ou de grands bâtiments, NOR48 est un système d'échafaudage

Plus en détail

INSTRUCTION GENERALE. relative à l Hygiène, à la Sécurité et à l Environnement. Version initiale-1 1/14

INSTRUCTION GENERALE. relative à l Hygiène, à la Sécurité et à l Environnement. Version initiale-1 1/14 INSTRUCTION GENERALE relative à l Hygiène, à la Sécurité et à l Environnement. Version initiale-1 1/14 SOMMAIRE 1 - La réglementation 3 2 - Principes généraux 2.1 Principes fondamentaux en matière d hygiène

Plus en détail

Surveillance de la santé. Brochure d information dans la cadre du "bien-être au travail"

Surveillance de la santé. Brochure d information dans la cadre du bien-être au travail Surveillance de la santé Brochure d information dans la cadre du "bien-être au travail" Sommaire Sommaire 1 1. Introduction 2 2. Analyse des risques 3 2.1. Etablissement de la liste des risques 3 2.2.

Plus en détail

GUIDE DE RÉFÉRENCE POUR PROTECTION ANTICHUTE

GUIDE DE RÉFÉRENCE POUR PROTECTION ANTICHUTE GUIDE DE RÉFÉRENCE POUR PROTECTION ANTICHUTE AVANT PROPOS Ce guide de référence est une reproduction d un manuel de formation préparé par la compagnie North. Sylprotec veut ainsi offrir à sa clientèle

Plus en détail

CNAC. L utilisation d échelles et d échafaudages. lors de la phase de finition. Fascicule N 119

CNAC. L utilisation d échelles et d échafaudages. lors de la phase de finition. Fascicule N 119 PUBLICATION TRIMESTRIELLE - JUILLET-AOÛT-SEPTEMBRE 2008 CNAC Fascicule N 119 L utilisation d échelles et d échafaudages lors de la phase de finition Table des matières Introduction... 3 Troisième trimestre

Plus en détail

INSTRUCTIONS DE POSE ET D UTILISATION: Caniveaux à fente

INSTRUCTIONS DE POSE ET D UTILISATION: Caniveaux à fente INSTRUCTIONS DE POSE ET D UTILISATION: Caniveaux à fente 1. RÉSUMÉ DES CONSIGNES DE SÉCURITÉ a. TRANSPORT/ARRIMAGE DE LA CARGAISON Tous les transports de nos produits doivent se faire conformément à la

Plus en détail

Prescriptions techniques et de construction pour les locaux à compteurs

Prescriptions techniques et de construction pour les locaux à compteurs Prescriptions techniques et de construction pour les locaux à compteurs Référence: SIB10 CCLB 110 Date : 22/10/2010 Page 1/9 Table des matières 1 PRELIMINAIRES... 3 2 ABREVIATIONS... 3 3 ACCESSIBILITE

Plus en détail

Rayonnages. Guide de bonnes pratiques en matière de sécurité au travail. Inspection & Entretien

Rayonnages. Guide de bonnes pratiques en matière de sécurité au travail. Inspection & Entretien Guide de bonnes pratiques en matière de sécurité au travail Rayonnages Inspection & Entretien De l'inspection par les experts au remplacement des pièces de rayonnages défectueuses selon la norme DIN EN

Plus en détail

Préambule. Claude Sicard Vice-président au partenariat et à l expertise-conseil 2 LE CADRE D INTERVENTION EN PRÉVENTION-INSPECTION

Préambule. Claude Sicard Vice-président au partenariat et à l expertise-conseil 2 LE CADRE D INTERVENTION EN PRÉVENTION-INSPECTION Préambule Le présent guide d application du cadre d intervention s adresse aux inspecteurs, aux chefs d équipe et aux directeurs en santé et sécurité en prévention-inspection de la CSST de même qu aux

Plus en détail

Obligation de fournir au CHSCT les informations qui lui sont nécessaires pour l'exercice de ses missions ( C. trav., art. L. 4614-9).

Obligation de fournir au CHSCT les informations qui lui sont nécessaires pour l'exercice de ses missions ( C. trav., art. L. 4614-9). Tableau des principaux cas d'information/consultation d'un CHSCT Le tableau ci-dessous recense les principaux cas légaux d'information/consultation d'un CHSCT. Il fait également apparaître les documents

Plus en détail

MODE D EMPLOI ST 4000. Route de la Neuville 08460 LALOBBE FABRICANT DE MATERIEL SCENIQUE MANUEL D UTILISATION ST 4000. Rapport N 2520/14/7656

MODE D EMPLOI ST 4000. Route de la Neuville 08460 LALOBBE FABRICANT DE MATERIEL SCENIQUE MANUEL D UTILISATION ST 4000. Rapport N 2520/14/7656 Route de la Neuville 08460 LALOBBE FABRICANT DE MATERIEL SCENIQUE MANUEL D UTILISATION ST 4000 Rapport N 2520/14/7656 APPAREILS DE LEVAGE - STRUCTURES ALUMINIUM ACCESSOIRES DIVERS www.alusd.com TEL : 03.24.59.41.91

Plus en détail

LE PLAN DE PREVENTION

LE PLAN DE PREVENTION 1 Association des Directeurs et Responsables de Services Généraux Facilities Manag ers Association LE PLAN DE PREVENTION Avertissement : ce document est un exemple établi pour un besoin particulier. Il

Plus en détail

POLITIQUE SUR LA SÉCURITÉ LASER

POLITIQUE SUR LA SÉCURITÉ LASER Date d entrée en vigueur: 30 aout 2011 Remplace/amende: VRS-51/s/o Origine: Vice-rectorat aux services Numéro de référence: VPS-51 Les utilisateurs de lasers devront suivre les directives, la politique

Plus en détail

Droits et obligations des travailleurs et des employeurs

Droits et obligations des travailleurs et des employeurs Droits et obligations des travailleurs et des employeurs La Loi sur la santé et la sécurité du travail (LSST) vise à assurer des conditions de santé et de sécurité minimales dans les entreprises québécoises.

Plus en détail

et rangés en deux classes ne pourront être érigés, transformés, déplacés ni exploités qu'en vertu d'un permis dit d'exploitation.

et rangés en deux classes ne pourront être érigés, transformés, déplacés ni exploités qu'en vertu d'un permis dit d'exploitation. ORDONNANCE 41-48 DU 12 FEVRIER 1953 SUR LES ETABLISSEMENTS DANGEREUX, INSALUBRES OU INCOMMODES. Article 1 er Les établissements repris dans la liste annexée à la présente ordonnance et rangés en deux classes

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL Mesurer et prévenir les risques professionnels Liés aux conditions générales de travail, les risques professionnels font peser sur les salariés la menace d une altération de

Plus en détail

PSE Prévention - Santé - Environnement BAC PRO 3 ans - Terminale

PSE Prévention - Santé - Environnement BAC PRO 3 ans - Terminale PSE Prévention - Santé - Environnement BAC PRO 3 ans - Terminale Module 9 Cadre réglementaire de la prévention dans l entreprise Fiche 9-1 Appréhender le cadre juridique de la prévention... 3 Fiche 9-2

Plus en détail

La réglementation Incendie en Belgique

La réglementation Incendie en Belgique La réglementation Incendie en Belgique Formation incendie F. HENRY 1 La réglementation Incendie en Belgique Formation incendie F. HENRY 2 Cpt ing. F. HENRY 1 Les differents niveaux de pouvoir - Fédéral

Plus en détail

MANUEL D INSTALLATION POUR EU-RAMPS

MANUEL D INSTALLATION POUR EU-RAMPS Avertissement : Dans ce manuel d installation, le mot rampe est utilisé pour les modules inclinés et le mot plateforme pour les modules horizontaux. Généralités Commencer l installation par le point culminant

Plus en détail

Sécurité des machines CE neuves è Grille de détection d anomalies

Sécurité des machines CE neuves è Grille de détection d anomalies Sécurité des machines CE neuves Grille de détection d anomalies ED 4450 Document uniquement téléchargeable sur www.inrs.fr Afin de ne pas exposer les opérateurs à des risques d accident ou de maladie professionnelle,

Plus en détail

FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL

FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL Prévention et Sécurité au Travail Fiche Santé et Travail n 111 Date : 01/09/2014 "Un homme averti en vaut deux" Ce proverbe souligne que l on est plus

Plus en détail

TITRE III PRÉVENTION DES RISQUES D'EXPOSITION AU BRUIT. CHAPITRE Ier Dispositions générales

TITRE III PRÉVENTION DES RISQUES D'EXPOSITION AU BRUIT. CHAPITRE Ier Dispositions générales Code du travail nouveau : TITRE III - PREVENTION DES RISQUES D'EXPOSITION AU BRUIT TITRE III PRÉVENTION DES RISQUES D'EXPOSITION AU BRUIT CHAPITRE Ier Dispositions générales SECTION 1 Définitions Art.

Plus en détail

CNAC. Travaux en hauteur en sécurité. Équipements de travail par métier de la construction. Fascicule N 126

CNAC. Travaux en hauteur en sécurité. Équipements de travail par métier de la construction. Fascicule N 126 PUBLICATION TRIMESTRIELLE - AVRIL-MAI-JUIN 2010 CNAC Fascicule N 126 Travaux en hauteur en sécurité Équipements de travail par métier de la construction Deuxième trimestre 2010 Fascicule N 126 Travaux

Plus en détail

de la commune organisatrice ou bénéficiaire, ci-après dénommée «société de transports en commun bénéficiaire». Par dérogation aux dispositions de

de la commune organisatrice ou bénéficiaire, ci-après dénommée «société de transports en commun bénéficiaire». Par dérogation aux dispositions de 15 MAI 2007. - Loi relative à la création de la fonction de gardien de la paix, à la création du service des gardiens de la paix et à la modification de l'article 119bis de la nouvelle loi communale (1)

Plus en détail

Instructions de montage et d utilisation

Instructions de montage et d utilisation Instructions de montage et d utilisation TOUR ESCALIERS - 2 - SOMMAIRE SOMMAIRE...- 3 - TOUR ESCALIERS : CONFIGURATION 6 M...- 4-1. CARACTERISTIQUES GENERALES :...- 4 - Caractéristiques dimensionnelles

Plus en détail

Plan National d Action Coordonné BTP

Plan National d Action Coordonné BTP Plan National d Action Coordonné BTP SOCLE COMMUN EXIGENCES FONDAMENTALES EN MATIERE DE MESURES DE PREVENTION A METTRE EN ŒUVRE POUR LA PASSATION DES MARCHES ET LA REALISATION DES CHANTIERS DE CONSTRUCTION

Plus en détail

Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER. Laure Delaporte ConstruirAcier. Jérémy Trouart Union des Métalliers

Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER. Laure Delaporte ConstruirAcier. Jérémy Trouart Union des Métalliers Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER Laure Delaporte ConstruirAcier Jérémy Trouart Union des Métalliers Jean-Marc SCHAFFNER des Ateliers SCHAFFNER chef de file du GT4 Jérémy TROUART de l Union des Métalliers

Plus en détail

OBLIGATION D INSTALLATION D UN GARDE-CORPS

OBLIGATION D INSTALLATION D UN GARDE-CORPS 2 CHAPITRE OBLIGATION D INSTALLATION D UN GARDE-CORPS 2.1. CAS GÉNÉRAL L installation d un garde-corps est obligatoire lorsque la hauteur de chute comptée à partir de la zone de stationnement normal (ZSN)

Plus en détail

POUR LE MONTAGE ET L'EXPLOITATION DE TENTES ET STRUCTURES PNEUMATIQUES PROVISOIRES

POUR LE MONTAGE ET L'EXPLOITATION DE TENTES ET STRUCTURES PNEUMATIQUES PROVISOIRES RESUME DES EXIGENCES EN MATIERE DE PREVENTION DES INCENDIES POUR LE MONTAGE ET L'EXPLOITATION DE TENTES ET STRUCTURES PNEUMATIQUES PROVISOIRES 1. Base Les prescriptions de protection incendie AEAI sont

Plus en détail

Les responsabilités des professionnels de santé

Les responsabilités des professionnels de santé Chapitre 5 : UE6 - Le Droit pharmaceutique Les responsabilités des professionnels de santé Martine DELETRAZ-DELPORTE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Les échelles portables peuvent aussi être très dangereuses. Conseils pour votre sécurité

Les échelles portables peuvent aussi être très dangereuses. Conseils pour votre sécurité Les échelles portables peuvent aussi être très dangereuses Conseils pour votre sécurité Sommaire 1 Introduction 3 2 A quoi reconnaît-on une échelle sûre? 4 2.1 Lors de l achat d une échelle 4 2.2 Lors

Plus en détail

Sur une aire de stationnement, accessible par tranche de 50 places.

Sur une aire de stationnement, accessible par tranche de 50 places. Handicap : Les normes d'accessibilité La loi du 11 février 2005 est l'une des principales lois sur les droits des personnes handicapées, depuis la loi de 1975. Elle réaffirme que les locaux d habitation,

Plus en détail

Convention Beobank Online et Beobank Mobile

Convention Beobank Online et Beobank Mobile Convention Beobank Online et Beobank Mobile Lisez attentivement cette Convention ("la Convention"). Lisez en tout cas la Section 1 - Conditions générales Beobank Online et Beobank Mobile. Ces conditions

Plus en détail

LES VOITURES DE TOURISME AVEC CHAUFFEUR

LES VOITURES DE TOURISME AVEC CHAUFFEUR PREFECTURE DE LA MANCHE DIRECTION DES LIBERTES PUBLIQUES ET DE LA REGLEMENTATION Bureau de la Circulation LES VOITURES DE TOURISME AVEC CHAUFFEUR Code des transports Articles L 3120-1 à L 3120-5 Articles

Plus en détail

Coach motive est un organisme de formation professionnel indépendant dont le siège social est au 1 allée des 4 sous 95160 Montmorency

Coach motive est un organisme de formation professionnel indépendant dont le siège social est au 1 allée des 4 sous 95160 Montmorency I PRÉAMBULE Coach motive est un organisme de formation professionnel indépendant dont le siège social est au 1 allée des 4 sous 95160 Montmorency Coach motive est déclaré sous le numéro de déclaration

Plus en détail

Risques majeurs : > chutes lors de l accès aux toitures, > chutes en périphérie des bâtiments, au sol ou sur une autre toiture en contrebas.

Risques majeurs : > chutes lors de l accès aux toitures, > chutes en périphérie des bâtiments, au sol ou sur une autre toiture en contrebas. Risques majeurs : > chutes lors de l accès aux toitures, > chutes en périphérie des bâtiments, au sol ou sur une autre toiture en contrebas. L intégration de la sécurité lors de la conception des bâtiments

Plus en détail

NOE Le Coffrage. Etat 03.2010

NOE Le Coffrage. Etat 03.2010 NOE Le Coffrage Guide de montage et d utilisation Etat 03.2010 2 Etat 03.2010 AuV NOElight Sous réserve de modifications techniques. Sommaire 1. Pose sécurisée d éléments de coffrage mural... 5 2. Aperçu

Plus en détail

DU COMITÉ TECHNIQUE NATIONAL DES INDUSTRIES DES TRANSPORTS, DE L EAU, DU GAZ, DE L ÉLECTRICITÉ, DU LIVRE ET DE LA COMMUNICATION

DU COMITÉ TECHNIQUE NATIONAL DES INDUSTRIES DES TRANSPORTS, DE L EAU, DU GAZ, DE L ÉLECTRICITÉ, DU LIVRE ET DE LA COMMUNICATION RECO DU COMITÉ TECHNIQUE NATIONAL DES INDUSTRIES DES TRANSPORTS, DE L EAU, DU GAZ, DE L ÉLECTRICITÉ, DU LIVRE ET DE LA COMMUNICATION Démenagement d objets lourds et encombrants : un outil = le monte-meubles

Plus en détail

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Circulaire d'informations n 2009/17 du 15 septembre 2009 LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Références : - Loi n 84-594 du 12 juillet 1984 modifiée relative à la formation des agents de

Plus en détail

Buts de football mobiles

Buts de football mobiles SERVICE PUBLIC FEDERAL ECONOMIE, P.M.E., CLASSES MOYENNES & ENERGIE QUALITE ET SECURITE Division Sécurité Service Sécurité des Produits Guide de sécurité n 1 Buts de football mobiles 2002 Ce guide de sécurité

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-009248 Hôpital d'instruction des Armées du Val de Grâce 74 boulevard de Port Royal 75005 PARIS

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-009248 Hôpital d'instruction des Armées du Val de Grâce 74 boulevard de Port Royal 75005 PARIS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 6 mars 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-009248 Hôpital d'instruction des Armées du Val de Grâce 74 boulevard de Port Royal 75005 PARIS Objet : Réf : Inspection

Plus en détail

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti .0 RISQUES GEOLOGIQUES DU SITE NOTES. LIQUÉFACTION : On ne doit pas trouver de sols granulaires liquéfiables, lâches, saturés, ou qui pourraient compromettre la performance sismique du bâtiment, dans des

Plus en détail

ED 6118. juin 2012 SÉCURITÉ. Prévention des risques de chutes de hauteur

ED 6118. juin 2012 SÉCURITÉ. Prévention des risques de chutes de hauteur ED 6118 juin 2012 SÉCURITÉ Prévention des risques de chutes de hauteur L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un

Plus en détail

Notions de responsabilité. Commission Technique Régionale Est

Notions de responsabilité. Commission Technique Régionale Est Notions de responsabilité 1 Notions de responsabilité Responsabilité: l auteur d une faute a l obligation d assumer les conséquences de ses actes Quand une personne cause un dommage à autrui : obligation

Plus en détail

Ergonomie et. service de pneus >>>

Ergonomie et. service de pneus >>> Ergonomie et AMÉLIORER L ENVIRONNEMENT DE TRAVAIL service de pneus >>> DEPUIS PLUSIEURS MOIS, UN CONSEILLER D AUTO PRÉVENTION, UN ERGONOME DE LA CSST ET DES TRAVAILLEURS ET EMPLOYEURS DE CONCESSIONNAIRES

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4063250 RAP0319223 RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal 3

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4063250 RAP0319223 RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal 3 EN003584 RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale de Montréal 3 Accident mortel survenu à une personne le 15 octobre 2005 sur le site du Stationnement Idéal inc. au 1225, rue Metcalfe à Montréal Nicole Dionne,

Plus en détail

Navette SecurLine SL50 Notice d utilisation & d entretien Référence du document : SL-SL50 2013 V1-0 Mise à jour le 25 Juillet 2013

Navette SecurLine SL50 Notice d utilisation & d entretien Référence du document : SL-SL50 2013 V1-0 Mise à jour le 25 Juillet 2013 I. Navette SecurLine SL50 Notice d utilisation & d entretien Référence du document : SL-SL50 2013 V1-0 Mise à jour le 25 Juillet 2013 I. Introduction... 1 II. Rappel... 1 III. Consigne d utilisation...

Plus en détail

sur la police du feu et la protection contre les éléments naturels Le Grand Conseil du canton de Fribourg

sur la police du feu et la protection contre les éléments naturels Le Grand Conseil du canton de Fribourg 7.0. Loi du novembre 964 sur la police du feu et la protection contre les éléments naturels Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu le message du Conseil d Etat du 7 janvier 964 ; Sur la proposition

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après la "LVP"), en particulier l'article 29 ;

données à caractère personnel (ci-après la LVP), en particulier l'article 29 ; 1/9 Avis n 22/2014 du 19 mars 2014 Objet : demande d'avis concernant un projet d'arrêté royal réglementant les traitements par les médicaments de substitution (CO-A-2014-006) La Commission de la protection

Plus en détail

PROGRAMME D HABILETÉS EN FAUTEUIL ROULANT (WSP-F)

PROGRAMME D HABILETÉS EN FAUTEUIL ROULANT (WSP-F) PROGRAMME D HABILETÉS EN FAUTEUIL ROULANT (WSP-F) LIGNES DIRECTRICES POUR LE PARCOURS À OBSTACLES VERSION 4.1 CANADIENNE-FRANÇAISE Les activités d entraînement et d évaluation du WSP-F 4.1 peuvent se dérouler

Plus en détail

LA METHODE DE L'ARBRE DES CAUSES

LA METHODE DE L'ARBRE DES CAUSES LA METHODE DE L'ARBRE DES CAUSES ANALYSER LES INCIDENTS/ACCIDENTS LA METHODE DE L'ARBRE DES CAUSES Par Jean-Pierre HECKMANN D'après un document de l'iuta de l'université de Bordeaux SOMMAIRE I. HISTORIQUE

Plus en détail

TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES (TMS)

TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES (TMS) Repères Les troubles musculo-squelettiques (TMS) rassemblent un ensemble large de pathologies qui affectent les muscles, les tendons et les nerfs des membres supérieurs et inférieurs au niveau du poignet,

Plus en détail

Manutention et postures de travail

Manutention et postures de travail Manutention et postures de travail Manutention et postures de travail Page 1 sur 7 Dangers principaux Généralités Les facteurs techniques, économiques, organisationnels et humains influencent le comportement

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION MODE D EMPLOI ALT 600 MODE D EMPLOI ALT 600 FABRICANT DE MATERIEL SCENIQUE

MANUEL D UTILISATION MODE D EMPLOI ALT 600 MODE D EMPLOI ALT 600 FABRICANT DE MATERIEL SCENIQUE 1. Présentation. FABRICANT DE MATERIEL SCENIQUE MANUEL D UTILISATION La société ASD est spécialisée dans la conception et le développement de systèmes de levage spécifique à l environnement du spectacle

Plus en détail

MiFID pour les assurances

MiFID pour les assurances MiFID pour les assurances Une première analyse Loi du 2 août 2002 relative à la surveillance du secteur financier et aux services financiers (= loi de 2002) Arrêté royal du 3 juin 2007 (= AR de 2007) Loi

Plus en détail

DOUBLE PARK ECO «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE

DOUBLE PARK ECO «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE DOUBLE PARK ECO «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE P2-F et P4-F 185 (Modèle standard) P2-F et P4-F 170 MODELE P2/4-F 170 P2/4-F 185 (Standard) P2/4-F 195 P2-F et P4-F 195 H 325 340 350 DH 156 171 181

Plus en détail

COMMENT PREPARER AU MIEUX SON CONTRÔLE TVA?

COMMENT PREPARER AU MIEUX SON CONTRÔLE TVA? COMMENT PREPARER AU MIEUX SON CONTRÔLE TVA? PIERRE-FREDERIC NYST Avocat fiscaliste au Barreau de Namur Avenue Cardinal Mercier, 46 5000 NAMUR Téléphone : +32 (0)81 23 13 93 Télécopie : +32 (0)81 23 13

Plus en détail

CONVENTION NATIONALE D'OBJECTIFS FIXANT UN PROGRAMME D'ACTIONS DE PREVENTION SPECIFIQUE AUX ACTIVITES DE LA MAINTENANCE INDUSTRIELLE

CONVENTION NATIONALE D'OBJECTIFS FIXANT UN PROGRAMME D'ACTIONS DE PREVENTION SPECIFIQUE AUX ACTIVITES DE LA MAINTENANCE INDUSTRIELLE CONVENTION NATIONALE D'OBJECTIFS FIXANT UN PROGRAMME D'ACTIONS DE PREVENTION SPECIFIQUE AUX ACTIVITES DE LA MAINTENANCE INDUSTRIELLE ENTRE LA CAISSE NATIONALE DE L'ASSURANCE MALADIE DES TRAVAILLEURS SALARIES

Plus en détail

2.000 Kg DESCRIPTION TECHNIQUE

2.000 Kg DESCRIPTION TECHNIQUE «La solution» 2.000 Kg DESCRIPTION TECHNIQUE SP2-F et SP4-F 295/310 SP2-F et SP4-F 295/310 MODELE H DH SP2/4-F 295 295 163 SP2/4-F 310* 310 163 *Standard Garage avec porte frontale devant parking mécanique

Plus en détail

TITRE : Règlement sur l'informatique et la téléinformatique

TITRE : Règlement sur l'informatique et la téléinformatique TITRE : Règlement sur l'informatique et la téléinformatique NO : 8 Adoption par le conseil d administration : Résolution : CARL-030825-06 Date : 25 août 2003 Révision : Résolution : Date : TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Échelles et autres aides à monter

Échelles et autres aides à monter Échelles et autres aides à monter Utiliser des aides à grimper et des échelles inadaptées est une des causes les plus fréquentes des chutes d une certaine hauteur. Par commodité, économie mal placée ou

Plus en détail

Normes techniques d'accessibilité

Normes techniques d'accessibilité Normes techniques d'accessibilité Informations tirées du site de la CRIPH (Cellule de Recrutement et d Insertion des Personnes Handicapées) La notion d accessibilité intègre plusieurs composantes : l accès

Plus en détail

Manuel - Campetto 4 distributeur électrique souterrain

Manuel - Campetto 4 distributeur électrique souterrain Manuel - Campetto 4 distributeur électrique souterrain Mentions légales: GIFAS-ELECTRIC GmbH CH-9424 Rheineck www.gifas.ch Sous réserve d'erreurs et de modifications techniques. Ce manuel est propriété

Plus en détail

Préambule. Obligations des employeurs. La Fiche d Entreprise (revisitée) Missions des SSTi*

Préambule. Obligations des employeurs. La Fiche d Entreprise (revisitée) Missions des SSTi* Dr CROUZET 12/10/2012 SMTMP / RESACT Préambule Le chainon manquant Missions des SSTi* La Fiche d Entreprise (revisitée) Obligations des employeurs? Page 6 de la circulaire du Document Unique, du 18 avril

Plus en détail