L Enseignement. Supérieur. en Europe

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L Enseignement. Supérieur. en Europe"

Transcription

1 UNESCO UNESCO-CEPES CENTRE EUROPÉEN POUR L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR L Enseignement Supérieur en Europe Dans ce numéro: Les études entrepreneuriales dans l enseignement supérieur Vol. XXIX, No. 2, 2004

2 L Enseignement Supérieur en Europe Volume XXIX Numéro TABLE DES MATIERES Editorial Les études entrepreneuriales dans l enseignement supérieur Les études entrepreneuriales une discipline académique en ascension au Vingt-etunième siècle Christine Volkmann L université entrepreneuriale: une stratégie de développement institutionnel Peter Schulte L entrepreneuriat institutionnel et académique: ses conséquences pour la gouvernance et la gestion universitaires Klaus Anderseck Les conséquences de l entrepreneuriat académique sur l administration universitaire Janusz Teczke et Remigiusz Gawlik Les dimensions sociales et intellectuelles de l entrepreneuriat Stefan Kwiatkowski «Apprendre à faire» comme pilier de l enseignement et ses rapports avec les études entrepreneuriales dans l enseignement supérieur. Le contexte européen et ses approches Mircea Miclea La KfW et la promotion de la formation à l entrepreneuriat en Allemagne Margarita Tchouvakhina Le Conservatoire National des Arts et Métiers Gérard Kuhn La Déclaration de Gelsenkirchen sur la gestion entrepreneuriale des établissements et les études entrepreneuriales dans l enseignement supérieur en Europe

3 Tribune Les universités privées: une modalité de développer l accès à l enseignement universitaire à Ontario Billroy Powell La contribution de l enseignement supérieur au développement de jugements objectifs et subjectifs dans le cadre du processus courant de prise de décision Joseph Klein La mondialisation et la liberté du savoir Sylvia van de Bunt-Kokhuis Comptes-rendus et études bibliographiques Notes sur les auteurs

4 Editorial Il y a cinq ans, cette revue a dédié un de ses numéros (Volume 24, Numéro 1, 1999) à «L université entrepreneuriale : comment survivre et prospérer à l époque de la compétition mondiale». Les dix articles qui composaient la thématique consistaient en deux analyses générales de la question de l entrepreneuriat et de l adaptabilité dans l enseignement supérieur, six études de cas institutionnels, et deux études thématiques, toutes très inspirées par le paradigme quadrilatéral d Ernest Boyer du savoir dans l enseignement supérieur : le «savoir de la découverte», le «savoir de l intégration», le «savoir de l application» et le «savoir de l instruction». La question fondamentale posée et poursuivie par la thématique était de savoir comment l enseignement supérieur pouvait le mieux entreprendre et accomplir les devoirs résultant du paradigme de Boyer, y inclus l ensemble des devoirs classiques des universités, pour satisfaire toutes les parties impliquées, tout en s assurant un rôle et une place permanents dans le cadre de la société, étant donné l accroissement des coûts subis par les universités classiques dans un milieu où les gouvernements, les financeurs principaux de l enseignement supérieur, réduisent leurs contributions. Afin de survivre, concluait-on, les universités doivent devenir de plus en plus entrepreneuriales et flexibles. Ce numéro de l Enseignement supérieur en Europe, qui traite aussi de «l université entrepreneuriale», vient après cinq ans, dans un contexte encore plus concurrentiel de l enseignement supérieur européen, qui doit désormais tenir compte du Processus de Bologne, menant à la création de l Espace européen de l enseignement supérieur et de l Espace européen de la recherche et de l innovation, en plus des permanentes baisses des allocations gouvernementales et de la nécessité croissante pour les diplômés de se montrer flexibles devant un marché du travail incertain. Il se concentre ensuite sur l enseignement de l entrepreneuriat dans des établissements d enseignement supérieur et présuppose que les universités enseignant l entrepreneuriat seront ellesmêmes entrepreneuriales, au moins à un certain degré. Les huit articles - plus la «Déclaration de Gelsenkirchen» - qui forment la thématique sont issus d interventions qui ont été présentées à la Réunion institutionnelle des experts sur la gestion entrepreneuriale des institutions et les études entrepreneuriales dans l enseignement supérieur, tenue à l Université de sciences appliquées de Gelsenkirchen (Fachhochschule Gelsenkirchen), en Allemagne, les 4-7 décembre La conférence, qui a été organisée en coopération par la Fachhochschule Gelsenkirchen et l UNESCO-CEPES, a bénéficié du soutien de l Association des universités et d autres établissements d enseignement supérieur d Allemagne (Hochschulrektorenkonferenz - HRK) et de la Commission de l Allemagne pour l UNESCO. Le but de cette conférence a été de stimuler l entrepreneuriat dans les universités comme un moyen de mieux satisfaire les objectifs du Processus de Bologne. Les deux premiers articles introduisent le sujet de l entrepreneuriat de différents points de vue. Le premier article du professeur Christine Volkmann de la Fachhochschule Gelsenkirchen retrace les origines des études entrepreneuriales dans les établissements d enseignement supérieur dès leurs origines aux Etats-Unis, et présente ensuite leur fleurissement dans les années 1990, d abord aux Etats-Unis et ensuite au Royaume-Uni, en Belgique, aux Pays-Bas et en Allemagne. Même si une partie du processus par lequel une université enseigne l entrepreneuriat devrait la déterminer à devenir un établissement entrepreneurial, l auteur se concentre sur les types et le fonctionnement de programmes d enseignement en entrepreneuriat. Ceux-ci, affirme-telle, peuvent être «concentrés» - si ils se limitent aux départements de commerce ou

5 d ingénierie des établissements d enseignement supérieur donnés ou «étendus», si ils touchent à des étudiants d autres disciplines. Dans ce cas, ils peuvent être des programmes «aimants» ou «radiants», les premiers attirant des étudiants de différentes disciplines à suivre des cours dans les départements de commerce et d ingénierie, et les autres représentant une situation où les cours d entrepreneuriat sont dispensés dans les autres facultés et départements de l établissement d enseignement supérieur en question. L article suivant, du professeur Peter Schulte, le recteur de la Fachhochschule Gelsenkirchen, est en effet une étude de cas sur l établissement d enseignement supérieur en question. Il souligne l importance pour tout établissement d enseignement supérieur qui veut prospérer de l adoption de structures entrepreneuriales et d une culture entrepreneuriale. Schulte cite l exemple de son propre établissement, qui a créé un incubateur d affaires, un centre entrepreneurial et un parc technologique, qui servent au perfectionnement de l éducation entrepreneuriale des étudiants et à obtenir des revenus pour l université à travers la création de petites compagnies. Même si la plupart des diplômés ne deviennent pas des entrepreneurs indépendants, ils sont tous censés avoir développé leurs attitudes entrepreneuriales, indifféremment des disciplines étudiées. Les deux articles suivants, le premier du professeur Klaus Anderseck de la FernUniversität de Hagen, Allemagne, et le deuxième du professeur Janusz Teczke, vicerecteur de l Université de sciences économiques de Cracovie, et de Remigiusz Gawlik, se concentrent sur des réformes administratives et relatives à la gouvernance qu une université doit entreprendre si elle veut être elle-même entrepreneuriale et offrir une formation en entrepreneuriat. L article du professeur Anderseck reflète la situation d une université allemande typique gérée par l Etat, autonome en termes de gouvernance, et qui pratique la liberté académique selon le paradigme de Humboldt. Etant donné que les structures et les mentalités traditionnelles peuvent constituer des obstacles à l entrepreneuriat, il examine les meilleures modalités d introduire des programmes d entrepreneuriat et une vraie mentalité entrepreneuriale dans un tel contexte. Dans la perspective d Anderseck, les aspects académiques des études entrepreneuriales n auront pas trop de mal à être introduites dans des disciplines académiques comme les sciences économiques, même si les publications dans le domaine ont été critiquées pour leur manque de qualité intellectuelle. L introduction du côté pratique du domaine les stages, les incubateurs d affaires, les compagnies en développement, et ainsi de suite a été acceptée moins rapidement, en effet, et presque rejetée en tant qu activité d un département d université classique. Cependant, les activités pratiques sont d une importance capitale dans l enseignement en entrepreneuriat. Anderseck met en évidence trois modèles où les structures et les activités pratiques d entrepreneuriat peuvent être liés à l instruction formelle dans le domaine : le «modèle intégratif basé sur le campus» ; le «modèle indépendant de campus» ; et le «modèle double basé sur le campus». Le premier, suivant l exemple de l Université de Wupperthal, intègre toutes les activités dans un cadre académique et peut rejeter tout criticisme académique du côté pratique de l opération en vertu des réputations académiques impeccables des deux enseignants principaux. Ainsi, le bon fonctionnement de ce modèle dépend des réputations d enseignants spécifiques. Les deux autres modèles mettent en évidence, de manière plus ou moins évidente, la distinction faite entre l activité académique, d un côté faisant partie pour la plupart du programme d enseignement universitaire classique et les activités pratiques de formation, de l autre côté dispensées, selon le deuxième modèle 8

6 par des organisations non-académiques reliées de différents types ou, selon le troisième modèle, par différents subsidiaires non-académiques de l université dispensant le programme académique. Ce dernier modèle est préféré aux Etats-Unis, comme il est le cas des programmes d entrepreneuriat de la Case Western Reserve University de l Ohio et de l Université de Texas d Austin. Pour Janusz Teczke et Remigiusz Gawlik de l Université de sciences économiques de Cracovie, la question de l introduction d études entrepreneuriales dans leur université est une simple question de répondre, d un côté, à la demande des étudiants que les diplômés soient doués avec des «instruments» nécessaires afin de réussir sur le marché du travail, et de l autre, à l évidence que l entrepreneuriat, en tant que discipline d enseignement et attitude générale affectant l établissement, sera profitable pour l université. La question concerne donc la désignation d équipements et l embauche de personnel. Dans le cas spécifique de l Université de sciences économiques de Cracovie, la création d un programme spécial d entrepreneuriat pour les étudiants handicapés, le Centre international de formation pour les étudiants avec des handicaps moteurs, lui offre la possibilité de desservir un segment négligé de la communauté étudiante, en préparant ses membres pour des carrières spécialisées dans le commerce. Les deux articles qui suivent quittent les considérations faites sur des programmes concrets d entrepreneuriat dans des établissements d enseignement supérieur pour effectuer une analyse de l esprit de l entrepreneuriat surtout dans le cas du premier article du professeur Stefan Kwiatkowski, président de la Chaire UNESCO- EOLSS d entrepreneuriat intellectuel dans le monde du travail et de l enseignement supérieur pour le développement durable de l Académie d entrepreneuriat et de gestion «Leon Koźmiński» de Varsovie. A partir d une analyse de plusieurs études de cas qu il présente dans son article et de certains écrits pertinents de Joseph Schumpeter et de Peter Drucker, Kwiatkowski affirme que l entrepreneuriat de succès est moins le nouvel usage de ressources inutilisées, et plutôt l usage innovateur de ressources déjà utilisées, censé répondre à une opportunité perçue et démontrable. Des ingrédients importants du succès sont l injection de capital social qui doit être accumulé sur une longue période, avant tout moment entrepreneurial, et la capacité de percevoir des opportunités, indifféremment de leur aspect insignifiant à la première vue. L idée la plus importante est que les qualités entrepreneuriales de l esprit et de la personnalité ne dépendent pas de la disponibilité de ressources matérielles, mais plutôt du développement d attitudes et de comportements appropriés des qualités qui peuvent être apprises dans plusieurs milieux. Selon le deuxième auteur, le professeur Mircea Miclea de l Université «Babeş- Bolyai» de Cluj-Napoca, Roumanie, et président de la Chaire UNESCO de gouvernance et gestion de l enseignement supérieur de cette université, l enseignement supérieur est et devrait être un endroit crucial pour l acquisition de qualités entrepreneuriales. Une bonne partie des articles de l ancien numéro de l Enseignement supérieur en Europe sur «L université entrepreneuriale» étaient liées au susmentionné paradigme quadrilatéral d Ernest Boyer du savoir dans l enseignement supérieur, et le professeur Miclea relie son discours aux quatre piliers de l apprentissage du Rapport de Jacques Delors, Learning: The Treasure Within (1996): (i) «apprendre à savoir»; (ii) «apprendre à faire»; (iii) «apprendre à être»; et (iv) «apprendre à vivre ensemble» - et en particulier au pilier «apprendre à faire», et à ses trois aspects : l acquisition de compétences professionnelles pertinentes ; l apprentissage de compétences sociales ; et l évolution en tant qu agent du changement. Ce pilier et ses aspects sont tous liés aux qualités de l esprit nécessaires à tout entrepreneur futur et devraient être enseignés et pratiqués en tant que tels dans les 9

7 établissements d enseignement supérieur. Le professeur Miclea explique ensuite les modalités par lesquelles l enseignement entrepreneurial peut être appliqué au niveau universitaire et comment celles-ci répondent aux différentes directives de l Union Européenne dans le domaine de l enseignement supérieur et aux critères du Processus de Bologne. D une importance particulière est ici la promotion de l entrepreneuriat intellectuel. Une des caractéristiques de l enseignement entrepreneurial, y inclus de la nécessité de développer les compétences entrepreneuriales des diplômés dans toutes les disciplines, est le besoin de soutien externe, à la fois matériel et de formation, et de rapports réciproques entre des programmes et des instituts donnés, y inclus leurs diplômés, et les fournisseurs de soutien. Les deux articles qui suivent offrent des exemples d un tel soutien : financier, dans le premier cas, et éducationnel, dans le deuxième. Dans le premier article, Margarita Tchouvakhina présente les modalités par lesquelles l importante banque allemande d investissements où elle travaille, Kreditanstalt für Wiederaufbau KfW a financé et soutenu, depuis 1998, la création d un nombre de chaires dans différents établissements allemands d enseignement supérieur. Cet effort a été couronné par le succès, de manière qu au moment de la rédaction de l article (avril 2004) quarante chaires d entrepreneuriat, qui ont bénéficié des allocations du KfW, fonctionnaient dans des universités allemandes, et dix autres étaient en train d être créées. Le financement par la banque est limité à cinq ou dix ans, les chaires ayant après à survivre par leurs propres pouvoirs, ce qu elles feront en étant partiellement soutenues par leurs propres établissements hôtes, mais en spécial par les activités de l incubateur et du réseau qui ont été initiées. Dans le deuxième article, le professeur Gérard Kuhn, directeur pour la recherche et les relations internationales du Conservatoire National des Arts et Métiers de Paris, France, présente les manières par lesquelles son organisation nationale aide des entreprises françaises à travers des programmes de formation permanente, la recherche technologique, et la dissémination de la culture scientifique et technique. Le Conservatoire régit en particulier un Centre national de l entrepreneuriat, qui offre des possibilités de formation et de reformation à des petits entrepreneurs, ainsi que des services de consultation pour les petites et très petites entreprises. La «thématique» finit par la «Déclaration de Gelsenkirchen sur la gestion entrepreneuriale des établissements et les études entrepreneuriales dans l enseignement supérieur en Europe», qui a été adoptée le 6 décembre 2003 par les participants à la conférence où les articles de la section thématique ont été originairement présentés. La Déclaration appelle à un accroissement de l entrepreneuriat dans la gestion des universités européennes et à un développement de l introduction des études entrepreneuriales, afin de les aider à accomplir les buts du Processus de Bologne et la création de l Espace européen de l enseignement supérieur en La déclaration appelle aussi au soutien de l UNESCO-CEPES pour la création de Chaires UNESCO d entrepreneuriat dans les universités de la Région Europe de l UNESCO. Les trois articles de la section «Tribune» qui suit traitent des sujets différents mais font référence, même obliquement, à l entrepreneuriat, aux manières dont il est enseigné dans les établissements d enseignement supérieur et pratiqué par les établissements d enseignement supérieur et leurs diplômés. Le premier article, de Billroy Powell du Canada, présente des arguments pour et contre la création et le fonctionnement d universités privées ayant le droit de délivrer des 10

8 diplômes dans la Province d Ontario. Son argument est que les autorités publiques sont incapables, du fait des ressources financières insuffisantes, de fournir un nombre suffisant de places dans les universités publiques de la province afin de satisfaire la demande d enseignement supérieur. Les universités privées, une fois autorisées, devront être innovatrices entrepreneuriales afin d attirer des étudiants, et devront fournir de la valeur pour l argent investi, en dispensant des programmes d études nouveaux et innovateurs. Joseph Klein de l Israël étudie la question de savoir combien l enseignement supérieur arrive à inculquer aux diplômés la capacité de faire de bons jugements objectifs et subjectifs dans le cadre du processus quotidien de prise de décisions. Cette capacité représente une partie importante de l entrepreneuriat. Finalement, Sylvia van de Bunt-Kokhuis, dans son étude sur les effets de la mondialisation sur la liberté des connaissances, attire néanmoins l attention sur les risques de la sur-commercialisation de la production de connaissances, y inclus celle entreprise dans les universités. Elle avertit que trop d entrepreneuriat peut déterminer l université à dévier de sa mission humaniste, culturelle et scientifique un danger qui a été également relevé par plusieurs des auteurs qui écrivent dans la section thématique. Nous concluons ce numéro par des études bibliographiques des professeurs Eric Gilder et Laura Savage de l Université «Lucian Blaga» de Sibiu, Roumanie. Le prochain numéro de l Enseignement supérieur en Europe aura comme thème «La fuite de cerveaux et le marché du travail académique et intellectuel en Europe du Sud-Est». 11

9 Les études entrepreneuriales - une discipline académique en ascension au Vingt-et-unième siècle CHRISTINE VOLKMANN L entrepreneuriat est une discipline relativement nouvelle d étude dans les universités. Son introduction dans l enseignement a commencé en Depuis, la discipline d est développée continuellement, et dans les années 1980 et 1990 il y a eu une véritable explosion de l offre de telles études dans les universités des Etats-Unis. La discipline est arrivée en Europe assez tard, mais ici aussi les programmes deviennent de plus en plus nombreux, surtout au Royaume-Uni mais aussi, désormais, en Belgique et en Allemagne. Les programmes universitaires en entrepreneuriat peuvent être «concentrés» ou «étendus». Les programmes étendus peuvent être des «programmes aimant» ou des «programmes radiant». L auteur présente et décrit ces différents types de programmes et offre des exemples de leur application dans différentes universités d Allemagne et de l étranger. Cet enseignement, soutient-elle, gagnera en importance au Vingt-et-unième siècle; cependant, les cours requerront des méthodes innovatrices de financement et surtout une bonne partie de financement privé. INTRODUCTION Par comparaison à d autres disciplines universitaires, les études entrepreneuriales représentent - surtout en Europe une discipline relativement jeune. Néanmoins, cette discipline s est rapidement développée au cours des dernières années. Déjà au début des années 1990, Alan Grant (1998), un des pionniers de la formation entrepreneuriale à Babson College, au Massachusetts, la définissait comme «la plus importante discipline universitaire pour l enseignement des affaires au Vingt-etunième siècle». Certainement, aucune autre discipline économique et des affaires n a connu une telle évolution dynamique dans les universités au cours de la dernière décennie qu il a été le cas de l entrepreneuriat. Cependant, une discipline dynamique comme l entrepreneuriat universitaire est censée rencontrer certains défis et problèmes. Partant du principe que l entrepreneuriat peut être enseigné et appris à un certain degré, il s impose conséquemment de déterminer quels sont les approches et les modèles d enseignement qui sont appropriés pour les universités. Il est également nécessaire de définir les critères d évaluation et de notation des programmes d entrepreneuriat. Dans ce contexte, un sujet fréquent de discussion est celui de savoir qui est effectivement capable d enseigner les sciences entrepreneuriales. S agit-il de professeurs ou d entrepreneurs ou d une équipe de professeurs et d entrepreneurs? Enfin, il y a la question de la légitimité et de la réputation de l entrepreneuriat en tant que domaine d enseignement et de recherche dans les universités. Tenant compte de ces questions, cet article traite des aspects essentiels du développement, du status quo, et des futures directions de l enseignement entrepreneurial dans les universités et comporte une analyse du cadre conceptuel, ainsi que différents exemples. Basé majoritairement sur l approche américaine, l article se concentre en particulier sur l enseignement entrepreneurial dans les universités européennes, avec une perspective particulière sur les universités

10 allemandes. L article fera aussi mention de certaines tendances et de certains défis agissant dans le domaine. LE DEVELOPPEMENT ET LE STATUS QUO DE L ENSEIGNEMENT ENTREPRENEURIAL DANS LES UNIVERSITES On reconnaît généralement le fait que les universités américaines ont été les pionniers dans le domaine de l enseignement de l entrepreneuriat dans les universités. Déjà en 1947 on avait posé les fondements de l enseignement entrepreneurial par l introduction des premiers cours MBA en «Gestion des nouvelles entreprises» (J. A. Katz, 2003) à l Ecole de Commerce de Harvard. En 1953, Peter Drucker a donné un cours de «Entrepreneuriat et innovation» à l Université de New York. Il a publié ensuite un ouvrage portant le même titre qui gagnera une importance mondiale dans les années à suivre. Le Collège Babson a introduit son premiers cours d entrepreneuriat en Une explosion entrepreneuriale a eu lieu aux Etats-Unis à compter des années 1970 et s est poursuivie dans les années 1980 et 1990, et jusqu à présent. En 1970, une enquête nationale effectuée sur les écoles de commerce a découvert qu il y avait seulement un nombre de seize cours d entrepreneuriat donnés dans le pays. Selon une étude de 1997 de Vesper et Gartner, plus de 400 écoles et universités de commerce dispensaient au moins un cours en entrepreneuriat, et plus de cinquante écoles dispensaient quatre cours ou plus. A la fin de l année 2002, plus de 700 programmes d entrepreneuriat étaient dispensés dans les écoles et les universités de commerce <http://www.entrepreneur.com>. Qu en est-il de l Europe? Ici on peut trouver un paysage très hétérogène de l évolution, une situation que pourrait être reliée en particulier aux conditions politiques, économiques, sociales et linguistiques-culturels des différents pays européens. Burton Clark (1998) a été un des premiers universitaires à commencer, très tôt, à analyser l état et les perspectives d évolution des universités européennes en train de devenir des universités entrepreneuriales. Dans son ouvrage Creating Entrepreneurial Universities - Organizational Pathways of Transformation (Créer des universités entrepreneuriales les chemins organisationnels de transformation), Clark présente les défis affrontés par les universités européennes sur le chemin vers un statut d «universités entreprenauriales». Son explication des processus de transformation entrepreneuriale basée sur cinq études de cas est impressionnante. Les universités inclues dans les études de cas sont l Université de Warwick (Royaume- Uni, l Université de Twente (Pays-Bas), l Université de Strathclyde (Royaume-Uni), l Université de Technologie de Chalmers (Suède), et l Université de Joensuu (Finlande). A partir des résultats obtenus par Clark, on peut tirer la conclusion que les «chemins organisationnels de transformation universitaire» ont été introduites entre 1980 et 1995 principalement en Europe du Nord, même si des cours isolés d entrepreneuriat ont également été dispensés en Europe Centrale et du Sud à cette même époque. Ces cinq universités doivent être distingués en tant que des pionniers exemplaires de l enseignement entrepreneurial en Europe. Cinq ans sont passés depuis la publication de l ouvrage de Clark en 1998 et le monde de l enseignement entrepreneurial dans les universités a changé de manière fondamentale en Europe continentale. 14

11 En Allemagne, par exemple, la première chaire d entrepreneuriat n a été créée qu en 1998, mais la discipline et le nombre de chaires ont évolué depuis de manière dynamique. Aujourd hui il y a cinquante et un chaires et postes d enseignant en entrepreneuriat en Allemagne, dont un nombre de quarante-trois fonctionnent activement. Ces chiffres montrent au moins au niveau du nombre de chaires que les efforts allemands de rattrapage en matière d enseignement universitaire en entrepreneuriat ont été jusqu ici réussis. Cela semble également vrai pour la Suisse, l Autriche et la France. Afin de mesurer la qualité de l enseignement entrepreneurial dans les universités allemandes on a établi en 2001 un classement. Un deuxième classement a eu lieu en 2003 et vient récemment d être publié. L étude From Student to Entrepreneur (De l étudiant à l entrepreneur) (Schmude et Uebelacker, 2003) analyse et conclut quelles universités offrent les meilleures opportunités dans l enseignement entrepreneurial. Le classement général a été basé sur huit composantes ayant chacune un degré différent d importance. Tableau 1. Les critères de classement Module de classement Cours d entrepreneuriat dispensés Marketing et communication Facteur de poids 30 pour cent (ou 120 points) 20 pour cent (ou 80 points) Stimulation et développement de programmes (par ex. compétition entre les projets d affaires) Activités de start-up et de spin-off et leurs milieux Activités de transfert (surtout de transfert de technologies) Motivation du groupe-cible Réseaux Coopération et communication internes Source: L auteur. 15 pour cent (ou 60 points) 10 pour cent (ou 40 points) 10 pour cent (ou 40 points) 5 pour cent (ou 20 points) 5 pour cent (ou 20 points) 5 pour cent (ou 20 points) Le classement ne comprend que les soixante-quinze universités «classiques» d Allemagne. Les Fachhochschulen allemandes, c est-à-dire les universités de sciences appliquées, ne sont pas incluses. En relation avec cette étude, le Tableau 2 présente le classement des plus importantes universités en Tableau 2. Le classement des universités allemandes en 2003 en termes d études entrepreneuriales. Position Universités Points Bergische Universität GH Wuppertal 1 Technische Universität Dresden RWTH Aachen RWTH Aachen Universität Stuttgart

12 6 Universität Kaiserslautern Universität Karlsruhe (TH) Universität GH Siegen 240 Source: L auteur. Même si de tels classements doivent être questionnés de façon critique, surtout pour ce qui est du choix de critères relevants ainsi que de leurs informations spécifiques, ils révèlent néanmoins les faits essentiels. Par exemple, le classement montre que les universités qui se trouvent près du sommet ont élaboré une idée compréhensive et logique d entrepreneuriat, avec une série d offres de cours bien conçue et que ces universités ont également appliqué avec succès leurs idées d entrepreneuriat. En outre, un marketing et une communication efficaces sont des facteurs essentiels et décisifs de la réussite dans l évaluation. Un grand nombre de centres d entrepreneuriat peuvent être trouvés dans les universités. Ceux-ci viennent compléter l offre de cours et les activités de recherche des chaires. Il y a à présent environ 200 centre d entrepreneuriat aux Etats-Unis, dont certains ont acquis une renommée internationale, comme le Centre d entrepreneuriat du MIT et le Centre d entrepreneuriat Arthur M. Blank du Collège Babson. Pour ce qui est de l Europe, un centre important est le Centre d entrepreneuriat Hunter de l Université de Strathclyde, en Ecosse. Il est impressionnant de savoir que l entrepreneur écossais Tom Hunter a donné cinq millions de livres à l Université de Strathclyde afin de créer son centre d entrepreneuriat. Et cela dans un contexte où au Vingt-et-unième siècle le financement semble constituer un défi majeur pour les universités qui souhaitent développer des programmes de formation entrepreneuriale de haute qualité. A part la création de centres individuels d entrepreneuriat, certaines universités oeuvrent très étroitement en collaboration avec des incubateurs d affaires et des centres d innovation dans leurs régions. Ainsi, la Fachhochschule de Gelsenkirchen coopère étroitement avec le Centre d incubation Emscher Lippe. UN CADRE CONCEPTUEL ET DIFFERENTS EXEMPLES D ENSEIGNEMENT EN ENTREPRENEURIAT A ce jour il y a un manque de recherches compréhensives sur les différentes acceptions et approches de l enseignement entrepreneurial dans les universités. Presque aucune publication récente ne systématise de tels exemples dans le contexte comparatif des différentes universités nationales ou même internationales. La question ne concerne pas seulement la création de classements d universités en fonction de critères bien choisis. La question est plutôt d établir une analyse comparative des concepts et des modèles qui distingue leurs atouts et leurs faiblesses spécifiques. Il est également important d identifier les bénéfices apportés par certains programmes à leurs groupes-cibles relevants. Et il faut enfin tenir compte des coûts généraux de ces programmes entrepreneuriaux. Dans ce contexte on peut citer une étude entreprise en 2002 à l Université Cornell (Etats-Unis) (Streeter et al., 2002). A partir du cadre conceptuel, trente-huit programmes d entrepreneuriat d universités des Etats-Unis ont été systématiquement comparés et classés. L étude fait la distinction entre deux catégories principales de programmes: 16

13 «concentrés» et «étendus». «Un programme est concentré si ses enseignants, ses étudiants et son personnel sont situés exclusivement dans la sphère académique du commerce ou dans les sphères combinées du commerce et de l ingénierie. Des exemples de programmes concentrés aux [Etats-Unis sont ceux de] Columbia, de Harvard, et de [l ] Université de Maryland. Parmi les programmes concentrés on peut également faire des distinctions par rapport au positionnement du centre d intérêt». Au niveau des programmes étendus, qui ciblent des étudiants au-delà de la sphère du commerce et de l ingénierie, il y a deux catégories: les «programmes aimants» et les «programmes radiants». Les «programmes aimants» attirent les étudiants vers des cours d entrepreneuriat dispensés par une école de commerce, et les «programmes radiants» comportent des cours d entrepreneuriat à l extérieur d une école de commerce, axés sur le contexte spécifique des étudiants qui ne suivent pas le commerce. Comme exemples de programmes étendus on peut citer ceux du Collège Babson, de l Université Cornell, du MIT et de l Université Stanford. Les chercheurs de l Université Cornell ont découvert qu aux Etats-Unis environ 74 pour cent des universités ont des programmes étendus, dont la plupart suivent le modèle de l aimant. En outre, certaines universités proposent des modèles mixtes. La question de savoir si on doit appliquer ou pas une approche concentrée ou étendue, avec les deux spécifications, le «modèle aimant» et le «modèle radiant», ne peut pas trouver une réponse généralisatrice. Dans la vie réelle on peut identifier plusieurs versions de ces deux modèles. Figure 1. Types de programmes de cours en entrepreneuriat Concentrés 10 (26%) MBA seulement 5 (50%) Concentrés ou étendus? 38 (100%) MBA & UGB 4 (40%) MBA & UGB & ENG 1 (10%) Unique 16 (86%) Etendus 28 (74%) Aimant 18 (65%) Multiple 2 (14%) MBA = Master of Business Administration UGB = undergraduate business programs Radiant 2 (7%) Mixte 8 (28%) Etendu, niv. univ. seulement 6 (75%) Etendu, niv. pré-univ. 2 (25%) Source: L auteur. A partir de l approche de l Université Cornell, l auteur a découvert que les universités allemandes offrent également des programmes «concentrés» et «étendus». Cependant, on ne dispose pas d informations détaillées concernant les différents 17

14 modèles offerts par toutes les universités allemandes. Par exemple, l Université de Wuppertal se concentre actuellement sur l enseignement entrepreneurial dans les domaines des sciences économiques et de la gestion des affaires. Le Tableau 3 présente l architecture spécifique du programme de qualifications entrepreneuriales de l Université de Wuppertal. Tableau 3. Les qualifications entrepreneuriales à l Université de Wuppertal. Architecture du programme Module 1 Module 2 Module 3 Contenu Aspects de gestion et (socio)économiques de l entrepreneuriat et de son milieu Aspects juridiques de Aspects économiques l entrepreneuriat et de de l entrepreneuriat et son développement de son développement Intérêt principal de l acquisition des compétences Groupe cible Intégration curriculaire Compétence Compétence Compétence Compétence des Compétence des pratiques pratiques Soft skills Compétence des pratiques Les économistes qui sont intéressés dans l entrepreneuriat et la création de nouvelles opportunités Dans le cadre de la discipline principale «Entrepreneuriat et développement économique», sous la forme d un cours structuré de licence et de mastaire Durée Trois semestres durant la période principale d étude (les différents modules peuvent être suivis en parallèle). Source: L auteur. Pour ce qui est de l enseignement entrepreneurial, la Fachhochschule de Gelsenkirchen a adopté une approche étendue. L enseignement entrepreneurial est dispensé dans différents domaines d étude en plus du domaine des sciences économiques. Ainsi, l enseignement entrepreneurial est dispensé dans la Faculté d informatique et dans plusieurs facultés de sciences de l ingénieur ainsi que dans d autres facultés. Ce qui rend le programme étendu est le fait que les étudiants qui proviennent de sections autres que le commerce peuvent également suivre des cours d entrepreneuriat. Il faut mentionner dans ce contexte un modèle de processus d enseignement entrepreneurial développé par l Université de Limerick d Irlande. Celui-ci est en accord avec l approche de la Fachhochschule de Gelsenkirchen. «Sur le campus de l Université de Limerick, les enseignants d entrepreneuriat ont fait des expériences durant plusieurs années afin d identifier la meilleure structure de cours ainsi qu une méthodologie d enseignement et d instruction censée encourager les étudiants à réfléchir et à agir de manière entreprenante. Le but est de produire des diplômés qui 18

15 sont capables d être innovateurs et qui peuvent reconnaître et créer des opportunités, prendre des risques, décider, analyser et résoudre des problèmes, et communiquer clairement et efficacement». Ce modèle illustre en particulier les objectifs, le contenu, les méthodes d instruction et les résultats du programme entrepreneurial. Tableau. Le modèle de l Université de Limerick Entrées Processus Résultats But du contenu But de l instruction Méthodes Intangibles didactiques Base de Définition de l entrepreneuriat Cours magistraux Objectifs connaissances antérieures Nécessités de la Milieu Livrets scolaires Accomplissements personnalité Intérêts Innovation Lectures Compétences/savoir Motivation Créativité Séminaires Confiance Habilités Développement de Prise de décisions d orientation de rôle nouveaux produits Création de compétences Expérience de travail Recherche du marché Etudes de cas Résolution de problèmes Effort Planification des Discussions en Communications affaires groupe Ressources Gestion Brainstorming Tangibles Finances Travail en équipe Devoirs Questions juridiques Projets Présentations Travail en équipe Méthodes de Rapports découverte Gestion de la Résolution de Schémas croissance problèmes Entrepreneuriat Travail en réseau Prototypes Source: L auteur. Consultance Planification de la carrière Produits Exposition Les exemples susmentionnés montrent qu il est recommandable pour toutes les universités axées sur l entrepreneuriat de développer un modèle spécifique, surtout en rapport avec les groupes cibles, les contenus d étude et les méthodes relevantes, ainsi qu avec les buts qui doivent être atteints. Il est essentiel que le modèle d entrepreneuriat soit en accord avec le concept stratégique de l université. Même si, selon les conclusions de l Université Cornell (Streeter et al., 2002), il y a une tendance croissante à appliquer un modèle étendu dans l enseignement entrepreneurial aux Etats-Unis, il se peut qu une approche concentrée représente un avantage dans des cas spécifiques, en particulier dans le cas des universités qui se concentrent sur des activités de recherche. En effet, le choix du modèle pertinent dépend et varie selon l université donnée et ses équipements. Toutefois, afin de desservir la réputation et la marque d une université entrepreneuriale, il est important que l université choisisse délibérément un concept qui n est pas seulement en accord avec toutes ses politiques et prévisions universitaires mais qui est également soutenue par tous ses acteurs pertinents. Dans le cas contraire, l enseignement entrepreneurial 19

16 ne sera pas mis en œuvre et pratiqué d une manière efficace et ciblée. Tenant compte des modèles d enseignement mentionnés ci-dessus, la question qui se pose est de savoir qui devrait enseigner l entrepreneuriat? La plupart des enseignants qui enseignent cette discipline en Allemagne proviennent d écoles de commerce ou d universités de sciences économiques et d administration des affaires. Leurs formations éducationnelles spécifiques leur permettent de dispenser les cours et les méthodes nécessaires de sciences économiques et de gestion des affaires. Cependant, une partie des plus importantes universités ont employé des entrepreneurs qui ont des ambitions académiques et didactiques. Par exemple, Steve Spinelli, professeur au Collège Babson, provenant du milieu entrepreneurial, a développé une étude de cas sur son ancienne compagnie de franchise, Jeffrey Lube. Cette étude de cas est utilisée avec succès en classe non seulement pour son contenu, mais aussi pour ses aspects méthodiques. Cette approche de l enseignement entrepreneurial est très originale. En outre par comparaison aux formes classiques d enseignement universitaire l enseignement en équipe en tant que modèle (par exemple, en combinant un enseignant et un entrepreneur ou un investisseur) doit être encouragé comme approche innovatrice. Cette méthode d enseignement a déjà été employée avec succès aux Etats-Unis au Collège Babson et au MIT. Dans ce contexte, la question de la forme pertinente d enseignement entrepreneurial est également importante. L approche classique de l enseignement présentiel, par laquelle les connaissances sont transmises aux étudiants, ne semble pas être pertinente dans le cas de l enseignement entrepreneurial. Ils sont préférables à cette approche des méthodes interactives, créatives, comme par exemple des études de cas et des jeux entrepreneuriaux de commerce. LES DIRECTIONS FUTURES ET LES DEFIS MAJEURS DE L ENSEIGNEMENT ENTREPRENEURIAL DANS LES UNIVERSITES Enfin mais pas en dernier lieu, pour ce qui est des exigences d évaluation et de classement, la clarté et la communicabilité active des concepts de l enseignement entrepreneurial avec des contenus et des méthodes d instruction spécifiques par groupe seront des facteurs décisifs de réussite pour les université entrepreneuriales du Vingt-et-unième siècle. Les processus par lesquels les universités se transformeront afin de devenir des universités entrepreneuriales dispensant des programmes d entrepreneuriat seront néanmoins influencés par différents facteurs externes qui sont difficilement contrôlables. Le spectre des «forces directrices» va des stratégies de croissance internationales ou même globales d universités individuelles à travers des changements technologiques aux modifications démographiques. En outre, de manière générale, la dérégulation, qui ne peut avoir lieu sans encourir des répercussions sur l enseignement entrepreneurial, jouera un rôle important sur la scène universitaire des Etats-Unis et possiblement aussi en Europe. Du fait de l internationalisation croissante, le MIT, par exemple, suit une stratégie de croissance centrée sur des marchés à l extérieur des Etats-Unis. En collaboration avec l Université de Cambridge du Royaume-Uni, le MIT a créé un programme d entrepreneuriat dans le domaine de la biotechnologie et a commencé à l appliquer à l Université de Cambridge, il y a trois ans. Le MIT envisage la création d autres sites internationaux pour ses Centres d entrepreneuriat. Jusqu ici, le MIT n a pas pu créer un centre en Allemagne à cause du manque d investisseurs. Les changements technologiques fondamentaux dus aux différentes possibilités offertes par l Internet et 20

17 par les technologies basées sur l ordinateur fourniront de nouvelles possibilités de mise en œuvre de l enseignement entrepreneurial. Pour ce qui est de la démographie, la question de la diversité, surtout en matière d âge, de sexe, de race et de nationalité doit être mise en évidence dans le cadre de l enseignement entrepreneurial. En rapport avec ces conditions de milieu, il se pose la question de savoir quels seront les possibles défis et tendances qui affecteront l enseignement entrepreneurial au Vingt-et-unième siècle. L enseignement entrepreneurial se trouve toujours en une période d évolution et de changements rapides. Tout en évoluant et en changeant, l offre de programmes d entrepreneuriat s étendra encore plus sur le marché international. Une évolution rapide atteindra les autres marchés. A cet égard, il est très important de développer les échanges interculturelles dans le domaine de l entrepreneuriat afin d accroître l efficacité et l efficience des programmes dispensés. Suivant les phases de croissance rapide de l enseignement entrepreneurial, il y aura probablement des processus de renforcement, avec les meilleurs programmes prévalant et restant sur le marché et d autres programmes disparaissant du marché, du fait du manque de demande. Ainsi, l importance croissante de l évaluation et de l évaluation comparative des diplômes pour le succès de programmes d entrepreneuriat régionaux, nationaux et internationaux deviendra évidente. Pour ce qui est du fondement théorique et du cadre conceptuel de l enseignement entrepreneurial, il y aura de nouvelles approches et de nouvelles écoles émergeront. Un exemple est celui de l approche entrepreneuriale intellectuelle de l Université de Texas d Austin, aux Etats-Unis. Agissant selon la maxime «d abord réfléchir, ensuite interagir et agir», le Programme d entrepreneuriat intellectuel de l Université de Texas d Austin suit une approche distinctement académique avec son programme de diplôme étendu. L expansion de l entrepreneuriat dans la communauté universitaire demeure un défi majeur. La justification de l entrepreneuriat devant le doyen d une faculté peut être un défi. Dans certaines universités, il est difficile d obtenir l accord des enseignants. Certains collègues peuvent ne pas voir les cours d entrepreneuriat comme «suffisamment académiques». Ainsi, la question clé est comment abattre ces murs. L objectif est de créer une acceptation étendue au niveau de l université des programmes d entrepreneuriat. Le but est d encourager les autres facultés à penser à l avantage d introduire une discipline sur l entrepreneuriat destinée à leurs propres étudiants. Du fait de l accroissement de l utilisation de l Internet et des technologies informatiques, l importance des formes virtuelles d enseignement continuera à augmenter. La formation à distance devient de plus en plus étendue dans le domaine de l entrepreneuriat. A l université Northeastern des Etats-Unis, des investissements nouveaux ont conduit à la création d une école virtuelle d études entrepreneuriales reliant le commerce, l ingénierie et les sciences informatiques. Une autre tendance fondamentale provient de la nécessité grandissante de fonds privés censés garantir l enseignement entrepreneurial étendu. Il est essentiel d identifier des modalités innovatrices de financement. En Allemagne, le soutien financier offert par les chaires d entrepreneuriat et aux Centres d entrepreneuriat est encore bien inférieur à celui disponible aux Etats-Unis et au Royaume-Uni. Il faut mentionner ici le cas de la SAP, une compagnie allemande de logiciels qui finance déjà trois chaires dans ce domaine. Il y a également des personnes privées nanties qui 21

18 soutiennent activement l enseignement entrepreneurial, surtout Falk Strascheg, qui finance non seulement deux chaires à la Fachhochschule de Munich, mais aussi un Centre d entrepreneuriat situé à Munich. Il s impose de souligner dans ce contexte le soutien aux activités entrepreneuriales offert par le groupe KfW (Kreditanstalt für Wiederaufbau). CONCLUSION Les Etats-Unis, suivis par le Royaume-Uni et les Pays-Bas en Europe, sont les pionniers de l introduction de l entrepreneuriat comme domaine académique d enseignement et de recherche. Néanmoins, d autres pays de l Europe de l Ouest, comme la Belgique et l Allemagne, rejoignent rapidement ce groupe. Ainsi, à l aube du Vingt-et-unième siècle, l entrepreneuriat est en train de devenir une importante discipline académique dans les universités non seulement aux Etats-Unis, mais aussi en Europe. La qualité croissante de la recherche et de l enseignement entrepreneuriaux arrivera sans doute à convaincre les critiques internes et externes de l importance de cette discipline académique dans les universités. L entrepreneuriat fait partie du monde international de l enseignement, en rapide évolution. L entrepreneuriat, enseigné et appris dans les universités sur la base d une approche interdisciplinaire, introduit de nouvelles formes de savoir et de méthodes d enseignement ainsi que de nouvelles compétences de résolution des problèmes pour les étudiants. De cette manière, l enseignement entrepreneurial est important pour la santé de toute université et de toute économie, ainsi que de toute région. Ce qui est clair est qu on ne devient pas entrepreneur par la naissance, mais par l éducation et par l expérience. Pour cette raison, les concepts innovateurs d un enseignement entrepreneurial académique sont d une importance vitale pour les universités. A cet égard, les méthodes d enseignement et d instruction doivent être développées encore plus à l avenir. Des formes virtuelles d enseignement et des formes innovatrices d instruction se manifesteront et seront adaptées et adoptées. Toute personne responsable de toute université s intéressant à l entrepreneuriat doit apporter sa contribution au développement d un modèle d enseignement individuel et adapté qui respecte le concept stratégique de l université. Le financement des activités de l enseignement entrepreneurial doit être assuré. Pour cette raison, la collecte de fonds gagnera certainement en importance. Le soutien financier accordé par le KfW aux chaires des universités allemandes centrées sur l entrepreneuriat peut être cité en tant qu exemple de pratique positive. REFERENCES CLARK, Burton R. Creating Entrepreneurial Universities: Organizational Pathways of Transformation. Londres et New York: International Association of Universities Press and Pergamon-Elsevier Science, DRUCKER, Peter F. Innovation and Entrepreneurship: Practice and Principles, New York: Harper and Row, GRANT, Allen (1998): Entrepreneurship Die grundlegende wissenschaftliche Disziplin für das Fach 22

19 Wirtschaft des 21. Jahrhunderts, in, Gunter FALTIN, Sven RIPSAS, et Jürgen ZIMMER. Entrepreneurship Wie aus Ideen Unternehmen Werden. Munich, 1998, pp [Traduction allemande]. KATZ, Jerome A. The Chronology and Intellectual Trajectory of American Entrepreneurship Education, , Journal of Business Venturing 18 2 (2003): SCHMUDE, Jürgen, et UEBELACKER, Stefan. Ranking 2003: Vom Studenten zum Unternehmer: Welche Universität bietet die besten Chancen?. Regensburg, STREETER, Deborah H., JAQUETTE, JOHN P. Jr., et HOVIS, Kathrin. University-Wide Entrepreneurship Education: Alternative Models and Current Trends. Working Paper Cornell University. Ithaca: Cornell University Press, VESPER, Karl H., et GARTNER, William B. Measuring Progress in Entrepreneruship Education, Journal of Business Venturing 12 5 (1997):

20 L université entrepreneuriale: une stratégie de développement institutionnel PETER SCHULTE Une université entrepreneuriale doit assumer deux tâches: former de futurs entrepreneurs, des personnes qui établiront leur propre entreprise, et développer l esprit d entreprise des étudiants dans toutes les disciplines. Deuxièmement, elle doit opérer elle-même dans un esprit entrepreneurial, organiser des incubateurs d entreprises, des parcs technologiques et autres, impliquant des étudiants dans ces organisations et assistant, à travers celles-ci, les étudiants et les diplômés d université dans la création d entreprises. L assistance financière pour démarrer une entreprise sera remboursée à l université en question sur les profits enregistrés par les sociétés arrivées à leur maturité et réinvestie ensuite dans de nouvelles entreprises. Ainsi, l université entrepreneuriale contribuera au développement de sa région et, à travers la coopération avec d autres entités, au développement économique en général. POURQUOI DES UNIVERSITIES ET DES ÉTUDES ENTREPRENEURIALES? Au début de leurs études universitaires, une large proportion des étudiants des universités allemandes espère démarrer ensuite leur propre entreprise, c'est-à-dire fonder une société à la fin de leurs études. La volonté de créer une entreprise et de devenir indépendant décroît à mesure que progressent les études. Quelques uns seulement des diplômés fonderont en réalité leur propre entreprise à la fin de leurs études et deviendront professionnellement indépendants. On estime qu en Allemagne seulement 5 pourcent des diplômés d université sont capable de devenir des entrepreneurs à succès sans d autres qualifications et soutien. Avec la promotion adéquate lors des études, ce nombre pourrait augmenter jusqu à 30 ou 40 pourcent. L esprit d entreprise en tant que discipline d enseignement et de recherche, ainsi que la promotion de l esprit d entreprise étaient pendant longtemps des «mot étrangers» dans les universités allemandes. C est seulement assez récemment que ce sujet devint une matière formelle pour l enseignement universitaire et la recherche et une discipline spéciale de technologie et de transfert de savoir. Cette situation peut ne pas être tellement différente de celle qui domine les universités des autres pays européens, même si les apparences et les chiffres peuvent sembler différents en quelque sorte. Tout manque d intérêt envers l esprit d entreprise causerait des problèmes. Les universités doivent contribuer au développement économique de l ensemble de la société ainsi que de leurs régions à travers l enseignement et la recherche. La fondation d entreprises par les jeunes diplômés est un instrument efficace de développement économique des régions. Si les résultats des recherches peuvent être transformés par les entreprises fondées par les universités en de nouveaux produits, procédures et services, le résultat peut souvent être la création d entreprises à grand potentiel de croissance. Un fait positif est que sur les cinq dernières années ont été créé dans les

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Affaires et commerce Comptabilité (première partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Affaires et commerce Comptabilité (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Affaires et commerce Comptabilité (première partie) Annexe D Règlement sur les qualifications requises pour enseigner Mai 2005 (Révisée

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques 1. OBJECTIFS DE LA FORMATION La valeur ajoutée de cette formation de haut niveau réside dans son caractère

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

ERASMUS+ 2014-2020. ACTION CLE 1: Mobilité des individus à des fins d éducation et de formation. 12 février 2015 UM5 Rabat

ERASMUS+ 2014-2020. ACTION CLE 1: Mobilité des individus à des fins d éducation et de formation. 12 février 2015 UM5 Rabat ERASMUS+ 2014-2020 ACTION CLE 1: Mobilité des individus à des fins d éducation et de formation 12 février 2015 UM5 Rabat INTRODUCTION Le programme Erasmus + soutient les EES afin de réaliser des projets

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

(Communiqué) Le soutien au financement par étudiant des collèges de l Ontario est le plus bas au pays

(Communiqué) Le soutien au financement par étudiant des collèges de l Ontario est le plus bas au pays (Communiqué) L insuffisance de financement chronique menace les collèges, les étudiants, les employeurs et l économie de l Ontario Le soutien au financement par étudiant des collèges de l Ontario est le

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

Projet thématique du réseau AEHESIS

Projet thématique du réseau AEHESIS Projet thématique du réseau AEHESIS Aligning a European Higher Education Structure In Sport Science Rapport de la troisième année - Résumé - (Translated by INSEP Paris) 2006 VUE D ENSEMBLE DU PROJET 1

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Plan stratégique 2004-2007

Plan stratégique 2004-2007 Plan stratégique 2004-2007 Mot du directeur général Au cours des dernières années, plusieurs travaux importants et consultations tant à l interne qu à l externe ont conduit le Collège à l adoption de nombreux

Plus en détail

SOMMAIRE DOCUMENT TUNING DESIGN

SOMMAIRE DOCUMENT TUNING DESIGN SOMMAIRE DOCUMENT TUNING DESIGN Design document Tuning 2.1 Introduction au sujet 2.2 Profils de diplômes 2.3 Acquis de l'apprentissage et compétences - descripteurs de niveau 2.4 Processus de consultation

Plus en détail

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de la Commission de l UEMOA Ouagadougou, 05 Mars 2015 1

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE MONCTON

UNIVERSITÉ DE MONCTON UNIVERSITÉ DE MONCTON POLITIQUE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION POUR LE PERSONNEL ADMINISTRATIF, PROFESSIONNEL, TECHNIQUE, D ENTRETIEN, DE MÉTIERS ET DE SOUTIEN ADMINISTRATIF Mai 2003 VRARH TABLE DES

Plus en détail

LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE

LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE Une présentation au Comité permanent des finances de Recherches en sciences et en génie Canada (CRSNG) Octobre

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1361-00-16 Nombre de pages : 8 POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Informatique de l Université Paris 13 Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3.1. CONCEPT La formation professionnelle doit être envisagée comme un moyen de fournir aux étudiants les connaissances théoriques et pratiques requises

Plus en détail

Proposition de la CRUS et de la KFH pour la discussion sur les articles 1, 2, 4 et 33-36 du projet de consultation pour la LAHE

Proposition de la CRUS et de la KFH pour la discussion sur les articles 1, 2, 4 et 33-36 du projet de consultation pour la LAHE Loi fédérale sur l aide aux hautes écoles et la coordination dans le domaine suisse des hautes écoles (LAHE) Proposition de la CRUS et de la KFH pour la discussion sur les articles 1,, 4 et 33-36 du projet

Plus en détail

Licence professionnelle Commercialisation des produits touristiques

Licence professionnelle Commercialisation des produits touristiques Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Commercialisation des produits touristiques Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Les niveaux de changement d ISF

Les niveaux de changement d ISF Les niveaux de changement d ISF Les défis du développement international sont multidimensionnels. Le pouvoir, l interconnectivité, la géographie, le comportement humain, l économie, et d autres éléments

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Appel de Candidature

Appel de Candidature Appel de Candidature Formation sur l assurance qualité interne dans l Afrique de l Ouest 2015-16 Le projet «Training on Internal Quality Assurance in West Africa (TrainIQAfrica)» est une formation pour

Plus en détail

Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie. - Bachelor -

Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie. - Bachelor - Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie - Bachelor - Lausanne, Février 2011 Au cours de l année 2010, l Institut de Psychologie de la Faculté des sciences sociales et politiques

Plus en détail

EVALUATION DU MASTER EN MANAGEMENT SYNTHESE DU DECANAT HEC

EVALUATION DU MASTER EN MANAGEMENT SYNTHESE DU DECANAT HEC EVALUATION DU MASTER EN MANAGEMENT SYNTHESE DU DECANAT HEC Septembre 2013 Cette synthèse fait suite à la procédure d évaluation du Master en Management HEC, réalisée au semestre d automne 2011,et incluant

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces

impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces résumé en 2014, nous avons mené une étude auprès de 0 investisseurs dans huit pays à travers le monde (australie, france, allemagne,

Plus en détail

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS Frédéric Crépin MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS, 2004. ISBN : 2-7081-3140-0 5 Chapitre 1 idées reçues sur les managers et le management au quotidien Idée reçue n 1 : managers et salariés doivent avoir les

Plus en détail

Master Droit et gestion

Master Droit et gestion Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Droit et gestion Université Toulouse 1 Capitole UT1 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

Simplifier vos projets d avenir

Simplifier vos projets d avenir Simplifier vos projets d avenir FINANCEMENT Ouvrir à nos clients l accès aux marchés de capitaux publics et privés par le biais de formules innovatrices d emprunt et de recapitalisation. S O L U T I O

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Paris, le 25 octobre 2012 Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Volet 1 : Mythes et réalités en comparaison internationale Volet 2 : Comment mieux accompagner la prise de risque

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droit international des affaires de l Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents

Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents Octobre 2015 Préparé par : William Gardner Heather Woltman

Plus en détail

DES MOMENTS GRATIFIANTS ET STIMULANTS TOUS LES JOURS L EXPÉRIENCE DES FRANCHISÉS KUMON

DES MOMENTS GRATIFIANTS ET STIMULANTS TOUS LES JOURS L EXPÉRIENCE DES FRANCHISÉS KUMON DES MOMENTS GRATIFIANTS ET STIMULANTS TOUS LES JOURS L EXPÉRIENCE DES FRANCHISÉS KUMON LE PROGRAMME KUMON Découvrez le sentiment d épanouissement personnel que peut vous procurer la réalisation du plein

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 LES INSTRUMENTS FINANCIERS DE LA POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 La Commission européenne a adopté des propositions législatives concernant la politique de cohésion 2014-2020

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE APIRG/14-WP/29 ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE GROUPE REGIONAL AFI DE PLANIFICATION ET DE MISE EN OEUVRE QUATORZIEME REUNION (APIRG/14) (Yaoundé, Cameroun, 23 27 juin 2003) Point 6 de

Plus en détail

Politique linguistique

Politique linguistique Politique linguistique Informations sur le soutien apporté par le Baccalauréat International en matière de langues, cours de langue et langues d enseignement Mise à jour en octobre 2014 Cette politique

Plus en détail

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE Description de programme PROMOUVOIR L AUTONOMIE ÉCONOMIQUE SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE 1125, promenade Colonel By, Ottawa (Ontario) K1S 5B6 Tél. : (613) 520-2600, poste1588 Téléc. : (613) 529-3561 Courriel

Plus en détail

Subventions de partenariat stratégique pour les projets. Concours de 2015. La demande, les critères d évaluation, et les rapports

Subventions de partenariat stratégique pour les projets. Concours de 2015. La demande, les critères d évaluation, et les rapports Subventions de partenariat stratégique pour les projets Concours de 2015 La demande, les critères d évaluation, et les rapports La demande, les critères d évaluation, et les rapports Partenariats de recherche

Plus en détail

Règlement Permanent concernant les Formations

Règlement Permanent concernant les Formations Règlement Permanent concernant les Formations Adopté par la décision du Conseil d Administration de l Université CEU Cardenal Herrera à la date du 8 Novembre 2012. I. Dispositions générales Article 1.

Plus en détail

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s) Conseil d administration 14

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Langues étrangères appliquées de l Université de Cergy-Pontoise Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan?

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Thème : Vers un ouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Auteur : Mr Mhamed MOUAACHA, Chef de Division au Haut Commissariat au Plan (HCP)

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL E NATIONS UNIES CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL Distr.: LIMITEE E/ECA/DISD/CODI.3/24 3 avril 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Troisième réunion du Comité de l'information

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Economie - Gestion de l Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des

Plus en détail

ARCHITECTE DE COMPÉTENCES E-LEARNING EXPO DU 24 AU 26 MARS 2015 À PARIS - PORTE DE VERSAILLES PAVILLON 4.1-4.2 STAND F40

ARCHITECTE DE COMPÉTENCES E-LEARNING EXPO DU 24 AU 26 MARS 2015 À PARIS - PORTE DE VERSAILLES PAVILLON 4.1-4.2 STAND F40 DOSSIER DE PRESSE Le Service Formation Continue de l Université de Strasbourg, ARCHITECTE DE COMPÉTENCES E-LEARNING EXPO DU 24 AU 26 MARS 2015 À PARIS - PORTE DE VERSAILLES PAVILLON 4.1-4.2 STAND F40 LE

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

NOUVEAU ET UNIQUE DANS LA FORMATION EN COMPTABILITÉ ET FIDUCIAIRE. Session 2013-2016. Une formation novatrice et. articulée autour d une base

NOUVEAU ET UNIQUE DANS LA FORMATION EN COMPTABILITÉ ET FIDUCIAIRE. Session 2013-2016. Une formation novatrice et. articulée autour d une base WWW.IREF.CH INFO@IREF.CH FAX 021/671 30 26 TEL 021/671 30 25 1020 RENENS AV. DES BAUMETTES 11 NOUVEAU ET UNIQUE DANS LA FORMATION EN COMPTABILITÉ ET FIDUCIAIRE Une formation novatrice et Session 2013-2016

Plus en détail

Politique de développement et de gestion des ressources humaines

Politique de développement et de gestion des ressources humaines RÈGLEMENT N 3 Politique de développement et de gestion des ressources humaines Adopté par le Conseil d administration Le 26 mars 1996 - Résolution n o 1931 Table des matières I. Préambule... 3 II. Objectifs

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises

Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises 27 mai 2011 CREPUQ ADÉQUATION ENTRE FORMATION ET EMPLOI : LE RÔLE DES UNIVERSITÉS QUÉBÉCOISES TABLE DES MATIÈRES Introduction...

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

Master Mécanique et ingénieries

Master Mécanique et ingénieries Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Mécanique et ingénieries Université de Bordeaux (déposant) Arts et Métiers Paris Tech Ecole Nationale Supérieure d Architecture et de Paysage de Bordeaux

Plus en détail

Master en Développement des Techniques Neurocognitives dans les Entreprises: Neuromanagement 1

Master en Développement des Techniques Neurocognitives dans les Entreprises: Neuromanagement 1 CADRE BOLOGNE Le premier master Européen en Neurosciences appliquées Master en Développement des Techniques Neurocognitives dans les Entreprises: Neuromanagement 1 (Programme certifié et approuvé en 2012

Plus en détail

L équipe d ISF Qu est-ce qui nous rend uniques?

L équipe d ISF Qu est-ce qui nous rend uniques? Gestionnaire de l implication et du recrutement de talent pour le portefeuille africain : Nous cherchons un leader stratégique, passionné par la découverte et le développement d individus talentueux et

Plus en détail

1. BUTS DU PROGRAMME ET INTENTIONS ÉDUCATIVES LOCALES

1. BUTS DU PROGRAMME ET INTENTIONS ÉDUCATIVES LOCALES ATTESTATION D'ÉTUDES COLLÉGIALES DÉVELOPPEMENT ET GESTION D ENTREPRISES COLLECTIVES (JWW.0M) Résumé du programme d études 1. BUTS DU PROGRAMME ET INTENTIONS ÉDUCATIVES LOCALES 1.1 INTRODUCTION Les entreprises

Plus en détail

STRATÉGIE DES LANGUES POUR LE DEGRÉ SECONDAIRE II

STRATÉGIE DES LANGUES POUR LE DEGRÉ SECONDAIRE II STRATÉGIE DES LANGUES POUR LE DEGRÉ SECONDAIRE II Stratégie de la CDIP du 24 octobre 2013 pour la coordination à l échelle nationale de l enseignement des langues étrangères dans le degré secondaire II

Plus en détail

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation Recommandations Thèses relatives à l accréditation Berne, le 17 décembre 2003 Seite 2 Recommandations aux hautes écoles spécialisées suisse 1. Accréditation et processus de Bologne Dans la Déclaration

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

PROMOUVOIR L ACCESSIBILITÉ DE L INFORMATION POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

PROMOUVOIR L ACCESSIBILITÉ DE L INFORMATION POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE PROMOUVOIR L ACCESSIBILITÉ DE L INFORMATION POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE L accès à l information est un droit fondamental de tout apprenant, présentant ou non un handicap et/ou un besoin

Plus en détail

Description de la formation :

Description de la formation : 1 Master mention «Langues Etrangères, Affaires et Commerce» Spécialité «Négociateur Trilingue en Commerce International des Services» Description de la formation : Le NTCIS se compose cette année d un

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 1. Le Conseil de l AAI a approuvé le Programme-cadre d études et les Lignes directrices sur l éducation lors de la réunion qui a eu lieu le 6 juin 1998,

Plus en détail

Présentation du cursus Animateur de Cluster et de réseaux territoriaux Etat du 14 avril 2013

Présentation du cursus Animateur de Cluster et de réseaux territoriaux Etat du 14 avril 2013 MASTER ANIMATEUR DE CLUSTER ET DE RESEAUX TERRITORIAUX PRESENTATION DU DIPLOME FRANCO-ALLEMAND 1. OBJECTIFS DE LA FORMATION ET COMPETENCES A ACQUERIR: Former des animateurs de cluster et de réseaux territoriaux

Plus en détail

L occasion d innover. L innovation

L occasion d innover. L innovation Le site nool.ca Un soutien à l égard des aptitudes à écrire et en mathématiques offert par l intermédiaire d Internet aux étudiantes et étudiants de première année de l Institut universitaire de technologie

Plus en détail

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats Section 9 Établissement de rapports et communication des résultats 135 Établissement de rapports et communication des résultats Distribuer rapidement les résultats aux parties prenantes. Choisir le moyen

Plus en détail

DEMOKRATIE DEMOCRATIE DEMOCRAZIA. «Un projet visant à renforcer l éducation à la citoyenneté et la participation

DEMOKRATIE DEMOCRATIE DEMOCRAZIA. «Un projet visant à renforcer l éducation à la citoyenneté et la participation DEMOKRATIE «Un projet visant à renforcer l éducation à la citoyenneté et la participation civique en Suisse» Un projet visant à renforcer la démocratie La Suisse est fière de sa longue tradition civique,

Plus en détail

Les métiers évoluent, la formation s adapte. Témoignages de Centrale Marseille. Franck JOURNEAU

Les métiers évoluent, la formation s adapte. Témoignages de Centrale Marseille. Franck JOURNEAU Les métiers évoluent, la formation s adapte. Témoignages de Centrale Marseille. Franck JOURNEAU Les Métiers évoluent, la formation s adapte - Présentation rapide de l Ecole Centrale Marseille et de quelques

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/5/7 REV. ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 21 JUILLET 2010 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Cinquième session Genève, 26 30 avril 2010 PROJET RELATIF À LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

Les nouvelles pédagogies de la formation

Les nouvelles pédagogies de la formation Chaire laborh en Management Humain et Transformations du Travail ILSM-Rapport de recherche RH-Entreprises Rapport de recherche, vol. 1 (3), 2011 Les nouvelles pédagogies de la formation Rapport théorique

Plus en détail

Académie mondiale de l OMPI

Académie mondiale de l OMPI PROGRAMME PRINCIPAL 14 WO/PBC/4/2 page 134 Académie mondiale de l OMPI 14.1 Enseignement à distance et sensibilisation du public 14.2 Formation professionnelle 14.3 Élaboration des politiques Résumé 215.

Plus en détail

ECVET GUIDE POUR LA MOBILITÉ

ECVET GUIDE POUR LA MOBILITÉ ECVET GUIDE POUR LA MOBILITÉ 2 GUIDE POUR LA MOBILITÉ ECVET «Le système européen de crédits d apprentissage pour l enseignement et la formation professionnels (ECVET) est un cadre technique pour le transfert,

Plus en détail

Faciliter l emploi des jeunes à travers la création d emplois et le développement de l entreprenariat en Tunisie. Automne 2015

Faciliter l emploi des jeunes à travers la création d emplois et le développement de l entreprenariat en Tunisie. Automne 2015 Faciliter l emploi des jeunes à travers la création d emplois et le développement de l entreprenariat en Tunisie Automne 2015 2 La nécessité de créer des emplois La révolution tunisienne a entre autres

Plus en détail

SGPNB au Nouveau-Brunswick. Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province

SGPNB au Nouveau-Brunswick. Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province SGPNB au Nouveau-Brunswick Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province Mise à jour juillet 2013 1 Préambule L information suivante décrit les différents

Plus en détail

Formations et diplômes. Master Informatique. Université Jean Monnet Saint-Etienne UJM (déposant) Ecole nationale supérieure des Mines de Saint-Etienne

Formations et diplômes. Master Informatique. Université Jean Monnet Saint-Etienne UJM (déposant) Ecole nationale supérieure des Mines de Saint-Etienne Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Informatique Université Jean Monnet Saint-Etienne UJM (déposant) Ecole nationale supérieure des Mines de Saint-Etienne Campagne d évaluation 2014-2015

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Valorisation du capital humain, Une façon d accroître son revenu

Valorisation du capital humain, Une façon d accroître son revenu Fiche technique 1.1 Étude de faisabilité page 1 Nous savons qu il y a une abondance de connaissances et de savoir-faire à la portée de chaque communauté agricole, agroalimentaire et rurale franco-ontarienne.

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

Séminaire sur la Gestion des Ressources Humaines en Afrique Défis pour le Troisième Millénaire. Aide Memoire

Séminaire sur la Gestion des Ressources Humaines en Afrique Défis pour le Troisième Millénaire. Aide Memoire African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Communication scientifique et technique de l ENS Cahan Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations et

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

RÉSUMÉS DES CONTRIBUTIONS ÉCRITES

RÉSUMÉS DES CONTRIBUTIONS ÉCRITES DGIV EDU HE (2007) 35 Orig. ang. Strasbourg, 24 septembre 2007 Séminaire de Bologne Forum de l enseignement supérieur du Conseil de l Europe : Les cadres de qualifications Siège du Conseil de l Europe,

Plus en détail