«Peut-on encore avoir confiance dans les marchés financiers?» Gérard Rameix, président de l AMF Intervention devant l AFTE Mardi 9 octobre 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«Peut-on encore avoir confiance dans les marchés financiers?» Gérard Rameix, président de l AMF Intervention devant l AFTE Mardi 9 octobre 2012"

Transcription

1 «Peut-on encore avoir confiance dans les marchés financiers?» Gérard Rameix, président de l AMF Intervention devant l AFTE Mardi 9 octobre 2012 Mesdames, Messieurs, chers amis, Je tiens à remercier l AFTE de m avoir invité à intervenir sur un sujet qui m est cher. Il n y a rien d exceptionnel à affirmer que la notion de confiance est déterminante pour les marchés financiers. On lit ces jours-ci dans les journaux que l Etat espagnol «a perdu la confiance des marchés». Quand les cours de bourse remontent on parle d un «retour progressif de la confiance des marchés.» Pour une entreprise cotée, la communication stratégique et financière est essentielle car elle doit savoir inspirer la confiance des marchés. Je vais procéder aujourd hui en sens inverse, et vous parler de la confiance que l on peut avoir dans les marchés plutôt que parler de la confiance des marchés. J espère vous convaincre que cette question est essentielle. Elle se pose de plusieurs points de vue : - D abord en tant que citoyens nous pouvons nous interroger : peut-on faire confiance aux marchés pour servir le développement de l économie «réelle»? La théorie économique enseigne que les marchés permettent une allocation efficace des ressources cela est-il vérifié en pratique? - Nous pouvons poser la question également en tant qu épargnants. Peut-on faire confiance aux marchés pour placer son argent? - Vous vous posez probablement cette même question de la confiance en tant que dirigeants d entreprises : peut-on faire confiance aux marchés pour lever des capitaux ou de la dette? Est-ce un bon moyen pour financer le développement de mon entreprise? Malheureusement toutes ces questions sont d actualité alors que nous traversons depuis quatre ans une profonde crise économique et financière. Ces questions se posent très concrètement : un épargnant placera-t-il ses économies en bourse alors que l indice CAC 40 a perdu 45% depuis 2007? 1/12

2 Ces questions se posent avec acuité également au regard des évolutions rapides en matière de technologies, de pratiques et de réglementations. Enfin l évolution globale des marchés financiers à long terme est inquiétante puisqu on anticipe déjà pour 2020 au niveau mondial un déficit de financement en actions, appelé «equity gap». Je commencerai mon propos en regardant quelle relation de confiance il faudrait dire de méfiance entretiennent les Français à l égard des marchés financiers. Je rappellerai ensuite quelle est la fonction économique des marchés. Enfin je donnerai un aperçu des chantiers engagés du côté du régulateur pour restaurer la confiance. 1. Les Français ne font pas confiance à la finance et aux marchés Je vous propose de commencer par un constat simple : les Français ne font pas confiance à la finance et aux marchés Les investissements en actions ont été perdants sur la dernière décennie mais restent gagnants à plus long terme. Prenons le point de vue des épargnants : ils souhaitent faire fructifier l argent mis de côté, ils doivent se constituer un capital en prévision de la retraite. Les épargnants ont des raisons manifestes de douter des marchés financiers. Les crises de 2001 et de 2007 ont lourdement entamé leur épargne en actions. Par exemple un placement en actions du CAC 40 initié en 2000, avec réinvestissement des dividendes, a une rentabilité réelle négative. Sur un tel placement engagé il y a douze ans, le rendement a été en moyenne de -3% par an. En fait une analyse plus fine montre qu à plus long terme les placements en actions restent rentables. D après les études quantitatives, le tout est de savoir attendre suffisamment longtemps pour réaliser son portefeuille et de réinvestir les dividendes au fur et à mesure. Malgré la crise financière une stratégie dite de «buy and hold», basée sur la constitution d un portefeuille d actions sans le changer dans le temps, reste gagnante. Par exemple un placement en actions du CAC 40 démarré n importe quelle année entre 1988 et 1996 donne aujourd hui une rentabilité réelle de 5% environ. Si cela ne permet pas de prédire l avenir, cette analyse montre que les épargnants ont eu raison dans le passé de faire confiance aux marchés actions pour leur épargne de long terme. 2/12

3 1.2. Le divorce entre les Français et la finance Pourtant il y a divorce entre les français et la finance. C est probablement un lieu commun : de façon générale les français ont une connaissance trop imparfaite du monde économique. C est un problème culturel, qui commence avec l Ecole, comme le montrent les récentes déclarations du Ministre de l Education Nationale, Vincent Peillon, qui souhaite améliorer le contact entre le monde de l enseignement et le monde de l entreprise. Pour pallier la méconnaissance des outils financiers, l AMF a participé à la création de l Institut pour l Education Financière du Public. Ce n est pas un sujet gratuit, ni un gadget. Les Français doivent avoir accès aux savoirs de base nécessaires pour prendre en toute connaissance de cause des décisions lourdes de conséquences qui concernent leur épargne et le financement de leurs besoins financiers futurs. Il ne faut pas oublier que l épargnant est un consommateur : il doit prendre des décisions éclairées en matière de frais financiers, d information sur les risques, de compréhension des produits souscrits. Or la relation des Français avec la chose financière a un impact économique réel sur le placement de l épargne. Sur le long terme ce sujet est problématique sous deux aspects : - L épargne contribue au financement de l économie. - Même dans un régime de retraites par répartition les économies capitalisées pendant la vie active constituent un complément substantiel de revenus pour les retraités. Les prochaines générations savent que l argent mis de côté pour la retraite sera de plus en plus nécessaire Les Français épargnent beaucoup, mais ils investissent surtout dans l immobilier et trop peu dans l économie. Nous sommes en France au paradoxe suivant : - Les Français épargnent 17% de leurs revenus et sont parmi ceux en Europe qui épargnent le plus, - Pourtant le taux d épargne financière des Français c est-à-dire l épargne investie dans l économie est parmi les plus faibles d Europe puisqu il représente seulement 5% de leurs revenus. L explication est bien connue : le patrimoine des Français est principalement constitué d actifs immobiliers, qui représentent deux tiers du total. Les actifs financiers constituent le tiers restant, soit 3000 milliards d euros. De surcroît, le patrimoine financier est investi principalement dans des placements liquides, non risqués et défiscalisés c est, typiquement, le Livret A. 3/12

4 Cette tendance traditionnelle en France s est renforcée depuis Actuellement l épargne des ménages est ainsi tournée : - à 46% vers l assurance-vie, principalement dans des fonds en euros, - à 40% vers des dépôts bancaires. Quand on fait le compte, à peine 11% de l épargne française correspond, directement ou indirectement, à de l investissement en actions. Si l on revient au titre de mon intervention, on voit ainsi que les français n ont qu une confiance très limitée dans les marchés financiers. On pourrait interpréter ce comportement comme une aversion particulière des français pour le risque et il est vrai que la conjoncture économique accroît la frilosité des épargnants. Cette idée semble pourtant démentie par le succès récent remporté par certaines publicités pour l investissement dans des produits financiers très risqués. L AMF a par exemple constaté que la vente aux particuliers de produits structurés complexes augmente rapidement : elle a dépassé 10 milliards d euros en Certains préfèrent en quelque sorte acheter un ticket de loterie et spéculer sur le Forex plutôt que constituer un portefeuille d actions qu ils conserveront plusieurs années La relation avec les marchés financiers est peu rationnelle. La relation des Français avec la finance est ainsi caractérisée par une profonde méconnaissance du sujet qui s accompagne de comportements irrationnels. A l inverse de ce que préconise une bonne gestion de portefeuille les Français diversifient peu les titres qu ils détiennent. Huit détenteurs d actions sur dix ont moins de cinq titres différents dans leurs portefeuilles. Et les porteurs concentrent excessivement les risques sur le plan géographique : - 30% seulement des porteurs français d actions ont des titres étrangers, - moins de 5% ont des actions de sociétés non européennes. On constate également que les investisseurs individuels exécutent un trop grand nombre de transactions et investissent de façon excessivement pro-cyclique, en achetant les titres en phase haute du cycle et en cédant leur portefeuille en phase basse. Ils font en quelque sorte systématiquement le mauvais choix Par ailleurs l épargnant perd ses réflexes naturels de consommateur quand il choisit un investissement. Ainsi seul un Français sur trois détenant des placements financiers met en concurrence différents établissements au moment de souscrire à une assurance-vie ou à un produit d épargne-retraite. 4/12

5 C est pourtant un réflexe beaucoup plus naturel quand il s agit d acheter une voiture ou même de souscrire à un prêt bancaire. Les conséquences sont simples : les frais totaux annuels observés en France s élèvent à 1,6% de l encours, contre par exemple 1% environ aux Etats-Unis Le rôle du régulateur est de créer les conditions de la confiance. Etant donnée cette situation de profonde méconnaissance, étant données de telles conduites irrationnelles, on comprend que les Français ne fassent pas confiance aux marchés. Cet état des choses nécessite de la part du régulateur une vigilance accrue. L AMF intervient afin de protéger les épargnants dans leur rapport de force asymétrique avec les institutions financières. Depuis plusieurs années nous avons mis en place un contrôle renforcé de l AMF sur les conditions de commercialisation des produits financiers. Nous suivons ainsi toutes les publicités et tous les prospectus correspondant à des produits financiers destinés au grand public, afin qu ils proposent une présentation équilibrée entre les gains potentiels et les risques. Il est indispensable de créer cette confiance si l on souhaite attirer de nouveau les Français vers les marchés actions, afin de mobiliser l épargne au service du financement de l économie et du développement de nos entreprises. Pour dépasser les a priori et l image de la «Bourse casino», il faut revenir aux fondamentaux et se souvenir des fonctions essentielles du marché au service de l économie. C est ce que je vous propose d aborder en deuxième point. 2. Quelles sont les fonctions du marché? En effet, malgré leurs dysfonctionnements, les marchés financiers constituent un outil incontournable et utile. En assurant la rencontre entre l offre et la demande, les marchés permettent la formation du prix, ce qui contribue à une allocation efficace des ressources dans l économie. Ce mécanisme est utile pour la valorisation comptable des actifs au bilan des sociétés. Les marchés permettent également le partage et la couverture des risques pour les acteurs économiques. Je ne souhaite pas donner un cours d économie aussi je me concentrerai sur deux aspects primordiaux : - le financement des entreprises, - la fourniture de liquidité pour les investisseurs. 5/12

6 Ces deux aspects sont complémentaires et interagissent : les investisseurs financent les entreprises sur le marché primaire en acquérant des titres car ils savent qu ils pourront ensuite céder ces titres sur un marché secondaire suffisamment liquide Le marché sert à financer les entreprises. Le premier rôle du marché est d apporter des financements aux entreprises, qui peuvent investir les capitaux levés pour développer leur activité et créer des emplois. Pour l année 2011 on compte 23 introductions en bourse sur la Place de Paris (9 sur Euronext et 14 sur Alternext). Ces introductions représentent un très faible montant, puisque le capital levé ne dépasse pas 150 millions d euros. De même les sociétés déjà cotées ont levé de faibles montants de capitaux : moins de un milliard d euros en 2011 contre 2,6 milliards d euros en Si l on fait les comptes le marché a permis de lever autour de 1,1 milliard d euros. Il faut comparer aux 38 milliards d euros de dividendes versés par les entreprises du CAC 40 durant l année L année 2011 a également donné des montants élevés de rachats d actions : ils s élèvent à 12,5 milliards d euros. On constate ainsi, si l on regarde les flux nets, que dans la conjoncture actuelle la Bourse est loin d apporter de l argent frais aux entreprises. Or ce point est crucial à l heure où les crédits bancaires sont amenés à se tarir. Du fait de la mise en œuvre en Europe des normes «Bâle 3» les banques doivent faire face à des exigences supérieures en matière de fonds propres, et à de nouvelles contraintes en matière de liquidité et de transformation. Le crédit bancaire à moyen et long terme aux entreprises sera en conséquence plus difficile et plus coûteux. Les normes «Solvabilité 2» imposent un mouvement similaire aux assureurs, qui réduiront très certainement la part de leur actif investi en actions. Dans un tel contexte il est légitime d attendre des marchés qu ils développent une offre alternative aux financements bancaires. Or en France les entreprises, et notamment les PME et ETI, ne font pas appel aux marchés financiers. Cette situation contraste avec les Etats-Unis ou même l Allemagne ; le recours à l émission obligataire est courant dans ces pays, par exemple sous forme de fonds groupés où plusieurs entreprises émettent conjointement des titres ce qui permet de proposer un produit plus attractif pour les investisseurs. Trois grandes dates ont rythmé l histoire du marché français consacré aux PME et ETI depuis 30 ans : - Le «second marché» est créé en 1983 pour les entreprises familiales, 6/12

7 - Un «nouveau marché» est créé en 1996 pour financer les entreprises technologiques de la nouvelle économie, - Alternext est lancé en 2005 pour redynamiser le marché à destination des PME. Malgré ces initiatives, et malgré le volontarisme affiché par NYSE-Euronext, le nombre de sociétés cotées est inférieur à 700 aujourd hui alors qu il était de 850 en C est en fait le capital-investissement qui permet le mieux de financer en fonds propres les entreprises. Il représente annuellement environ 3,5 milliards d euros investis. L AMF instruit actuellement deux projets dont j espère qu ils changeront la donne. Il s agit de la création d une «Bourse de l Entreprise» par NYSE-Euronext ainsi que d une initiative du London Stock Exchange. Pour développer ce marché, il faut savoir répondre aux attentes aussi bien de l offre que de la demande. Dans cette relation entre offre et demande la confiance est un élément essentiel. Nous voyons trop souvent des émissions obligataires qui sont en réalité des solutions par défaut : une entreprise essuie des refus de crédit auprès de plusieurs banques, elle se tourne alors vers le marché pour lever de la dette. Mon expérience passée de médiateur du crédit m a montré que les banques ont parfois de bonnes raisons pour refuser de prêter de l argent, par exemple à des entreprises en difficultés qui ne procèdent pas aux restructurations nécessaires. On ne s étonne pas dans de telles conditions que certaines émissions obligataires tournent au fiasco. On a ainsi vu récemment le cas d une entreprise qui a déposé le bilan quelques mois à peine après avoir levé de la dette sur le marché dans des conditions trop favorables. L AMF est très vigilante sur la qualité de l information financière, elle veille à garantir que tous les éléments nécessaires pour éclairer le choix d investissement figurent dans le prospectus - mais nous ne pouvons pas nous opposer à la liberté de souscrire à des produits financiers. Je comprends l inquiétude des investisseurs particuliers : ne se voient-ils pas proposer uniquement les produits qui ont été refusés ailleurs? Ont-ils les moyens et la capacité d évaluer l investissement qui leur est proposé? Le risque de sélection adverse est bien réel. Nous ne disposons pas d un écosystème suffisant d analystes qui produiraient des recommandations d investissement dans les PME et les ETI. Un tel écosystème permettrait de développer la confiance sur le segment des petites et moyennes valeurs. La présence d une institution financière «sponsor» peut permettre de restaurer la confiance. La banque qui accompagne l émission doit alors garder une partie des titres et du risque. Ce devrait être le cas notamment pour le modèle «originate to distribute» malheureusement ce modèle a été dévoyé, et a donné lieu à des comportements abusifs qui ont été à l origine la crise des subprimes aux Etats-Unis. 7/12

8 Sur ce sujet de la titrisation il est essentiel de recréer les conditions de la confiance, par un encadrement réglementaire adapté et par le retour à des pratiques saines. La capacité des institutions financières à constituer des portefeuilles liquides en agrégeant des prêts est essentielle pour le financement de l économie. On voit que le régulateur joue ici un rôle délicat. Il doit trouver la juste mesure entre promouvoir le financement de l économie et protéger l investisseur. C est seulement en se portant garant de cet équilibre qu il peut amener la confiance et briser le cercle vicieux qui amène à une désertification des marchés Le marché vise à apporter de la liquidité aux investisseurs. L émission de titres sur le marché primaire est cruciale car elle amène de l argent frais dans les entreprises. En réalité la confiance des investisseurs dépend non seulement de l évaluation des fondamentaux du marché mais également de la liquidité sur le marché. Ce deuxième aspect dépend de la qualité du marché secondaire. En effet si j achète une action ou une obligation, serait-ce sur une entreprise très performante, je dois m assurer que je pourrai bien la céder au bon prix le moment venu. On comprend bien ce phénomène dans l immobilier : je peux avoir acquis une très belle villa, avec jardin et piscine, elle ne vaudra rien si aucun acheteur ne se présente par exemple si elle est située dans une zone où personne n achète. Au niveau européen les règles relatives au marché secondaire sont principalement déterminées par la réglementation sur les «marchés d instruments financiers», dite MIF. La mise en œuvre de cette réglementation européenne depuis 2007 a été un échec. On observe en pratique un délitement de la qualité des négociations et une perte de transparence sur les marchés. La directive MIF visait tout d abord à établir un marché concurrentiel au niveau européen pour casser les monopoles des bourses nationales. La concurrence est un principe sain et l accélération des échanges en Europe est une évidence. Toutefois la mise en concurrence n a pas permis de baisser les coûts de négociation, ni les tarifs pratiqués par les opérateurs, qui restent trop élevés. Les marchés se sont fragmentés entre plusieurs lieux de négociation, si bien que la liquidité est éparpillée entre différentes plateformes. La réglementation a introduit des exemptions au principe de transparence pré-négociations. La directive européenne a ainsi suscité la création de «dark pools» : ce sont des plateformes de négociations qui n affichent pas publiquement les intentions d achat et de vente. 8/12

9 Loin de bénéficier aux investisseurs, la multiplication des plateformes d échange permise par la directive MIF a généré à l inverse des inefficiences en amenant une opacité accrue. Les négociations de gré à gré sont également de plus en plus nombreuses. Il est tout à fait normal que des ordres pour un gros montant ne soient pas dévoilés avant leur exécution, car ils risquent de déstabiliser le marché. Cette exception est la seule toutefois qui me paraisse utile et légitime. Si l on regarde les données, la négociation hors du marché réglementé ne se justifie pas en général : - La taille moyenne des transactions de gré à gré a été divisée par deux depuis 2009, passant de à La taille médiane de ces transactions est de 4.900, soit une taille à peine supérieure à celle des transactions sur le marché réglementé. Pour certaines actions du CAC 40 le dark trading et le gré à gré représentent plus de 50% des échanges c est-à-dire que la valeur du cours ne reflète plus qu une minorité de transactions. Cette fragmentation et cette opacité accrue constituent des phénomènes nouveaux sur les marchés. Le risque est désormais réel que les meilleures offres se fassent dans l ombre, derrière le rideau, et qu elles soient captées au profit de certains acteurs seulement. Les anglo-saxons ont un terme pour cette pratique : cream skimming en référence à l opération de séparation de la crème et du lait. Si l investisseur n a pas accès au meilleur prix de vente ou d achat il est normal qu il n ait qu une confiance limitée dans les marchés. C est pourquoi nous négocions actuellement avec beaucoup d attention la révision de la directive MIF. Notre objectif principal est de forcer un maximum de transactions à participer au mécanisme de formation des prix, dans le cadre d un processus transparent. Nous souhaitons également mieux encadrer certaines activités, comme par exemple la tenue de marché afin de s assurer qu elle contribue réellement à amener de la liquidité au marché. La directive MIF est actuellement discutée au Parlement européen, elle devrait être adoptée en début d année prochaine après accord entre le Parlement européen, la Commission et le Conseil. 3. Deux chantiers pour restaurer la confiance. Le fonctionnement de base des marchés pose question, que ce soit pour le financement de l économie ou pour garantir la liquidité aux investisseurs. Les conditions de la confiance ne sont pas réunies. Je voudrais évoquer pour finir deux types de chantiers importants pour rétablir la confiance : - L adaptation de la régulation aux évolutions technologiques, 9/12

10 - Le renforcement de la coordination et de l harmonisation au niveau international Les évolutions technologiques De nouvelles technologies se développent rapidement et risquent de déstabiliser les marchés. Nous ne devons certes pas revenir à l âge de pierre : même l AMF mobilise des moyens informatiques très développés, pour détecter les anomalies ou les abus en analysant les données de marché. Nous devons toutefois veiller à ce que la sophistication ne se fasse pas au profit de quelques uns au détriment de tous les autres. Et nous devons mieux contrôler les risques nouveaux. A cet égard le développement du trading haute fréquence est préoccupant : il représente 56% des transactions aux Etats-Unis et 38% en Europe. Des incidents en ont déjà montré les risques : - Le flash crash du 6 mai 2010 à Wall Street, qui a entraîné une baisse de plus de 9% de l indice Dow Jones, - Le mini-krach généré le 1 er août dernier sur la Bourse de New-York par un bug informatique du trader haute fréquence Knight Capital, qui a entraîné en quelques secondes une perte de plus de 400 millions de dollars. Face à cette nouvelle pratique, il est indispensable de mettre en place des «coupe-circuits» communs aux différentes plateformes pour bloquer les marchés en cas d emballement. L AMF a également identifié des pratiques de trading algorithmique qui dissimulent des manipulations de cours. Loin d amener de la liquidité, certaines stratégies visent à brouiller le carnet d ordres en envoyant des ordres «fantômes» de telle sorte que des investisseurs normaux ne parviennent pas à exécuter leurs ordres au meilleur prix. Les conséquences seront lourdes si les investisseurs se retirent de telle sorte que la liquidité sur les plateformes s en trouvera diminuée. Nous n avons pour l instant pas observé l effet de la taxe sur les transactions financières. Elle est entrée en vigueur en août, une partie de cette taxe vise spécifiquement le trading haute fréquence. Nous réfléchissons avec nos partenaires européens à d autres solutions pour limiter les déviances. Par exemple nous examinons la possibilité de modifier la tarification pratiquée par les plateformes de négociation, afin que tous les ordres passés soient facturés et non plus simplement les ordres réalisés. Une augmentation des pas de cotation pourrait également avoir des effets bénéfiques, sous réserve que cela ne diminue pas la liquidité La coordination internationale Pour le régulateur ces évolutions technologiques sont de nouveaux défis. Ces défis, il ne peut plus les relever seul, au niveau national. Nous devons plus que jamais adopter une approche coordonnée internationale ou a minima européenne. C est le point que je souhaite souligner pour conclure. 10/12

11 Il est important que les Français retrouvent la confiance nécessaire pour constituer une épargne longue investie dans l économie. Mais nous vivons dans une économie ouverte et il est tout aussi important de savoir inspirer la confiance aux investisseurs étrangers. L apport de capitaux étrangers est en effet essentiel pour notre économie : - Plus de la moitié de la dette émise par l Etat français est détenue par des non-résidents. - 40% de la capitalisation boursière du CAC40 est détenue par des non-résidents. Nous ne pouvons par ailleurs pas édicter de réglementation qui soit trop décalée par rapport aux règles pratiquées chez nos voisins sans quoi les capitaux iront s investir ailleurs ou d une autre façon. C est pourquoi la coopération entre pays est essentielle. Elle a progressé fortement, et la crise financière de 2008 a amené à renforcer profondément la concertation et la coordination sur les nouvelles réglementations. Les organisations internationales ont été renforcées par exemple avec la création du Conseil de Stabilité Financière (Financial Stability Board, FSB). Un chemin énorme a été parcouru ces dernières années suite à la crise financière de Un édifice réglementaire nouveau s est développé au niveau européen, et on constate d importantes avancées sur le plan international dans la lignée des grandes décisions prises par le G20. Un nouveau régulateur européen a été créé : l Autorité européenne des marchés financiers (ESMA - European Securities and Markets Authority). L ESMA permet d améliorer concrètement la coordination et l harmonisation entre les régulateurs. Et l on assiste à des évolutions impensables il y a seulement quelques années : - La régulation des marchés de dérivés de gré à gré est en passe d être renforcée, avec de nouvelles exigences d enregistrement et de compensation des transactions. - Une directive encadrant les agences de notation est entrée en vigueur il y a un an. Elle force pour la première fois les agences comme Moody s, S&P et Fitch à s enregistrer auprès de l ESMA. 11/12

12 Dans un contexte de rapide évolution technologique, de fragmentation des marchés et alors que se développent de nouveaux espaces pour des activités opaques ou non régulées, le rôle du régulateur est essentiel pour maintenir la confiance. La coordination internationale et européenne est plus que jamais nécessaire, même si elle complique encore l activité de régulation. La confiance est un bien public. C est seulement en restaurant la confiance que l on saura pleinement remettre les marchés au service de l économie pour financer les entreprises et protéger les épargnants. J y vois une mission essentielle de l AMF. Si l on regarde les périodes pendant lesquelles les marchés financiers se sont développés, se sont des périodes pendant lesquelles la régulation a été forte parce que la présence rassurante du régulateur permettait la confiance. Je vous remercie de votre attention. 12/12

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES Copyright Duhamel Blimbaum. Introduction La création récente de la Banque Publique d Investissement reflète la nécessité d une refonte des processus mais aussi et surtout des moyens de financement des

Plus en détail

- Seul le prononcé fait foi -

- Seul le prononcé fait foi - Colloque du Conseil scientifique de l AMF «La résilience des infrastructures des marchés financiers» Discours de clôture de Gérard Rameix, président de l AMF 26 mai 2014 Maison du Barreau Paris Mesdames,

Plus en détail

- Seul le prononcé fait foi -

- Seul le prononcé fait foi - Keynote speech Discours prononcé par Jean-Pierre Jouyet, Président de l Autorité des marchés financiers Conférence Tradetech - 13 février 2012 Hôtel Pullman - Tour Eiffel, Paris «La réponse de l AMF à

Plus en détail

SESSION 2013 UE2 FINANCE

SESSION 2013 UE2 FINANCE DSCG SESSION 2013 UE2 FINANCE Éléments indicatifs de corrigé Réseau CRCF - Ministère de l'éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 1/6 1 DOSSIER 1 : ÉTUDE DE CAS LE CAS PRIC Sous-dossier 1 1. Après

Plus en détail

Total Privilège Durée d investissement conseillée Éligibilité

Total Privilège Durée d investissement conseillée  Éligibilité Total Privilège Instrument financier émis par Natixis SA (Moody s : A2, Fitch : A, Standard & Poor s : A au 20 novembre 2014) dont l investisseur supporte le risque de crédit. Total Privilège est une alternative

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire Chap 2 : Le marché financier et son rôle économique Les marchés de capitaux assurent le financement de l économie. Sur ces marchés se confrontent des agents à la recherche de financements et d autres à

Plus en détail

LE FOREX ou marché des changes

LE FOREX ou marché des changes LE FOREX ou marché des changes L essentiel sur $ Le risque est au bout du clic En partenariat avec Qu est-ce que c est? Le Forex est le marché des changes (FOReign EXchange en anglais, marché des devises).

Plus en détail

L activité financière des sociétes d assurances

L activité financière des sociétes d assurances L activité financière des sociétes d assurances Les marchés boursiers ont repris au cours de l année 2003. Par conséquent, les plus-values latentes sur actifs des sociétés d assurances augmentent. Les

Plus en détail

Fonds d investissement Tangerine

Fonds d investissement Tangerine Fonds d investissement Tangerine Prospectus simplifié Portefeuille Tangerine revenu équilibré Portefeuille Tangerine équilibré Portefeuille Tangerine croissance équilibrée Portefeuille Tangerine croissance

Plus en détail

MÉMO. Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur SOMMAIRE

MÉMO. Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur SOMMAIRE Édition : décembre 13 MÉMO Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur 1. Optimiser l utilisation des livrets défiscalisés 2. Épargner sans plafond 3. Placer une somme importante sur quelques mois

Plus en détail

alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance.

alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. alpha sélection alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. Instrument financier émis par Natixis (Moody

Plus en détail

Chapitre 20. Les options

Chapitre 20. Les options Chapitre 20 Les options Introduction Les options financières sont des contrats qui lient deux parties. Les options existent dans leur principe depuis plusieurs millénaires, mais elles connaissent depuis

Plus en détail

Marchés Financiers I. Nicolas Huck, Olivier Lamotte

Marchés Financiers I. Nicolas Huck, Olivier Lamotte Objectifs du cours Organisation du cours et évaluation Pédagogie découverte et U-Discover Bibliographie Nicolas Huck, Olivier Lamotte Objectifs du cours Organisation du cours et évaluation Pédagogie découverte

Plus en détail

L activité financière des sociétes d assurances

L activité financière des sociétes d assurances L activité financière des sociétes d assurances L année 2002 est de nouveau marquée par une forte baisse des marchés financiers. Celle-ci entraîne une diminution des plus-values latentes et des produits

Plus en détail

Epargner à long terme et maîtriser les risques financiers

Epargner à long terme et maîtriser les risques financiers Epargner à long terme et maîtriser les risques financiers Olivier GARNIER David THESMAR 2 juin 2009 Le champ du rapport Point de vue des ménages-épargnants, plutôt que celui du financement de l économie

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

Disponible du 26 mai au 16 septembre 2014 (dans la limite de l enveloppe disponible, soit 5 millions d euros)

Disponible du 26 mai au 16 septembre 2014 (dans la limite de l enveloppe disponible, soit 5 millions d euros) Aréalys Support présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance Un objectif de gain de 6 % (nets de frais de gestion annuels)* par année écoulée grâce à l indice CAC 40 À l échéance

Plus en détail

Apéro démocrate 13 janvier 2009. Le monde de la finance, ses mécanismes, son influence sur la vie de tous les jours

Apéro démocrate 13 janvier 2009. Le monde de la finance, ses mécanismes, son influence sur la vie de tous les jours Apéro démocrate 13 janvier 2009 Le monde de la finance, ses mécanismes, son influence sur la vie de tous les jours La bourse, les marchés financiers, à quoi ça sert? Financer le développement des entreprises,

Plus en détail

L he b d o Finan c e de la

L he b d o Finan c e de la - DU 24 Novembre AU 1 Décembre 2007 - Numéro 17 Dossier : Dossier : LES CO U R S Simulation d un prêt immobilier Titrisation p1-3 p-3-4 p-5-7 L he b d o Finan c e de la M A C S Ce bulletin d informations

Plus en détail

AXA Rendement Période de souscription : Durée d investissement conseillée éligibilité

AXA Rendement Période de souscription : Durée d investissement conseillée éligibilité AXA Rendement AXA Rendement est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. Instrument financier émis par Natixis (Moody

Plus en détail

Présentation du rapport d activité 2012 du Pôle commun ACP/AMF

Présentation du rapport d activité 2012 du Pôle commun ACP/AMF Présentation du rapport d activité 2012 du Pôle commun ACP/AMF Natalie Lemaire Directrice des Relations avec les Epargnants, AMF et Coordinatrice des travaux du pôle commun ACP/AMF Conférence de Presse

Plus en détail

CARREFOUR PREMIUM 2015

CARREFOUR PREMIUM 2015 CARREFOUR PREMIUM 2015 Brochure commerciale Titres de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance Période de commercialisation : Du 1 er octobre 2015 au 5 novembre

Plus en détail

Comment investir en sicav?

Comment investir en sicav? & Sicav Comment réaliser de bons placements quand on n a pas le temps ou les connaissances suffisantes pour s en occuper? Opter pour une ou plusieurs sicav peut être utile! Comment investir en sicav? Société

Plus en détail

Total Sélection Période de souscription : Durée d investissement conseillée Éligibilité

Total Sélection Période de souscription : Durée d investissement conseillée  Éligibilité Total Sélection Instrument financier émis par Natixis SA (Moody s : A2, Fitch : A, Standard & Poor s : A au 20 novembre 2014) dont l investisseur supporte le risque de crédit. Total Sélection est une alternative

Plus en détail

Placements sur longue période à fin 2011

Placements sur longue période à fin 2011 Les analyses MARS 2012 Placements sur longue période à fin 2011 Une année 2011 particulièrement favorable aux «valeurs refuges», mais la suprématie des actifs risqués reste entière sur longue période.

Plus en détail

N 2118 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2118 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2118 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 27 novembre 2009. PROPOSITION DE LOI visant à étendre aux épargnants

Plus en détail

Finance de marché Thèmes abordés Panorama des marches de capitaux Fonctionnement des marchés de capitaux Le marché des obligations Le marchés des

Finance de marché Thèmes abordés Panorama des marches de capitaux Fonctionnement des marchés de capitaux Le marché des obligations Le marchés des FINANCE DE MARCHE 1 Finance de marché Thèmes abordés Panorama des marches de capitaux Fonctionnement des marchés de capitaux Le marché des obligations Le marchés des actions Les marchés dérivés Les autres

Plus en détail

4. Quels sont les investissements réalisés par les fonds de private equity?

4. Quels sont les investissements réalisés par les fonds de private equity? 1. Qu est ce que le private equity? Le private equity ou capital investissement désigne une forme spécifique d investissement institutionnel dans des entreprises privées avec comme objectif de financer

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

G&R Europe Distribution 5

G&R Europe Distribution 5 G&R Europe Distribution 5 Instrument financier émis par Natixis, véhicule d émission de droit français, détenu et garanti par Natixis (Moody s : A2 ; Standard & Poor s : A au 6 mai 2014) dont l investisseur

Plus en détail

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE J O U R N É E S A J B E F N I A M E Y M A I 2 0 1 2 P R É S E N T É P A R M R D A O B A B A ( F G H M. S A / M A L I ) Préambule L objectif de la présente communication

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST Allocution d ouverture du Secrétaire Général du Conseil Régional de l Epargne Publique et des Marchés Financiers (CREPMF) Monsieur Edoh Kossi

Plus en détail

Forum Paris Europlace. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Pavillon d Armenonville. Mercredi 9 juillet 2014

Forum Paris Europlace. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Pavillon d Armenonville. Mercredi 9 juillet 2014 MICHEL SAPIN MINISTRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Forum Paris Europlace Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics Pavillon d Armenonville Mercredi 9 juillet 2014

Plus en détail

LE COLLATÉRAL : QUELS ENJEUX?

LE COLLATÉRAL : QUELS ENJEUX? LE COLLATÉRAL : QUELS ENJEUX? Par Céline Bauné, Consultante Depuis la faillite de Lehman Brothers en septembre 28, les acteurs financiers font de plus en plus appel au collatéral : d une part, ses utilisations

Plus en détail

CA Oblig Immo (Janv. 2014)

CA Oblig Immo (Janv. 2014) CA Oblig Immo (Janv. 2014) Titre obligataire émis par Amundi Finance Emissions, véhicule d émission ad hoc de droit français Souscription du 14 janvier au 17 février 2014 Bénéficier d un rendement fixe

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France Focus sur les politiques publiques de l épargne en France T. Mosquera Yon Banque de France 1 En France, les pouvoirs publics ont, dès 1818, souhaité mettre en place des dispositifs visant à encourager

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

Instruments financiers

Instruments financiers FR 20130311 Instruments financiers 1. Les obligations Il s agit de titres à revenu fixe, remboursables à l échéance finale, à un prix connu au moment de l émission (sauf pour les emprunts avec options

Plus en détail

Son Organisation, son Fonctionnement et ses Risques

Son Organisation, son Fonctionnement et ses Risques La Bourse Son Organisation, son Fonctionnement et ses Risques Le Marché Financier a un double rôle : apporter les capitaux nécessaires au financement des investissements des agents économiques et assurer

Plus en détail

Document à caractère publicitaire

Document à caractère publicitaire Ce titre de créance complexe émis par Natixis (Standard & Poor s : A / Moody s : A2 / Fitch : A), dont l investisseur supportera le risque de crédit, est une alternative à un placement risqué en actions

Plus en détail

CA Oblig Euro Stoxx 50 (Octobre 2015)

CA Oblig Euro Stoxx 50 (Octobre 2015) CA Oblig Euro Stoxx 50 (Octobre 2015) Titre obligataire émis par Crédit Agricole S.A. Souscription du 9 septembre au 8 octobre 2015 Une performance liée en partie à l évolution sur 10 ans des marchés actions

Plus en détail

LES MÉCANISMES DE BASE

LES MÉCANISMES DE BASE LES MÉCANISMES DE BASE Même si les nouvelles technologies nous offrent la possibilité d intervenir très facilement en Bourse et de disposer d outils de gestion modernes et intuitifs, les mécanismes de

Plus en détail

2.1.1. Le constat : un nombre élevé de programmes de rachat, mais plus limité en ce qui concerne les établissements de crédit

2.1.1. Le constat : un nombre élevé de programmes de rachat, mais plus limité en ce qui concerne les établissements de crédit 2. LES RACHATS PAR LES ENTREPRISES DE LEURS PROPRES ACTIONS : QUELLES LEÇONS PEUT-ON TIRER UN AN APRES LA REFORME? QUEL IMPACT POUR LES ETABLISSEMENTS DE CREDIT COTES? Patrick Branthomme et Dominique Marchal

Plus en détail

Emission par Solving International d obligations à option de conversion et/ou d échange en actions nouvelles ou existantes (OCEANE)

Emission par Solving International d obligations à option de conversion et/ou d échange en actions nouvelles ou existantes (OCEANE) Communiqué du 6 octobre 2006 NE PAS DIFFUSER AUX ETATS UNIS, AU CANADA, EN AUSTRALIE, EN GRANDE BRETAGNE OU AU JAPON Emission par Solving International d obligations à option de conversion et/ou d échange

Plus en détail

Une société de capital-risque, comment ça marche?

Une société de capital-risque, comment ça marche? Première partie Une société de capital-risque, comment ça marche? L objet de cette première partie est de présenter le fonctionnement global d une société de capital-risque. L objectif est de permettre

Plus en détail

Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Financials 08/2018 1

Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Financials 08/2018 1 Fortis AG - Vos assurances chez votre courtier Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Financials 08/2018 1 1 Cette fiche d information financière décrit les modalités du produit qui sont d application

Plus en détail

Fonds de placement en Suisse. Définitions Fonctionnement Poids économique OMPACT

Fonds de placement en Suisse. Définitions Fonctionnement Poids économique OMPACT Fonds de placement en Suisse Définitions Fonctionnement Poids économique OMPACT Table des matières Page Avant-propos 3 Définitions 4 Fonctionnement d un fonds de placement 6 Caractéristiques des fonds

Plus en détail

Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations. 12 Mai 2011

Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations. 12 Mai 2011 Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations 12 Mai 2011 Sommaire I Présentation du marché des ETF II Construction des ETF III Principales utilisations IV Les ETF dans le contexte

Plus en détail

Thème 7 LA GLOBALISATION

Thème 7 LA GLOBALISATION Thème 7 LA GLOBALISATION FINANCIERE Globalisation financière I. DEFINITION DE LA GLOBALISATION FINANCIERE A. La désintermédiation B. Le décloisonnement C. La déréglementation II. ESSOR ET ORGANISATION

Plus en détail

LES ACQUISITIONS DE TITRES. Analyse des opérations d'acquisition de titres (frais bancaires et TVA). TABLE DES MATIERES

LES ACQUISITIONS DE TITRES. Analyse des opérations d'acquisition de titres (frais bancaires et TVA). TABLE DES MATIERES LES ACQUISITIONS DE TITRES Objectif(s) : o Classification des titres. Pré-requis : o Analyse des opérations d'acquisition de titres (frais bancaires et TVA). Modalités : o Immobilisations financières :

Plus en détail

RESUME. Ce Résumé contient : Résumé des Facteurs de Risque. Résumé de la Description Economique. Résumé des Conditions Définitives de l Offre

RESUME. Ce Résumé contient : Résumé des Facteurs de Risque. Résumé de la Description Economique. Résumé des Conditions Définitives de l Offre RESUME Les informations figurant ci-dessous ne sont qu un résumé et doivent être lues en conjonction avec le reste des Conditions Définitives. Ce résumé est censé contenir les caractéristiques essentielles

Plus en détail

BNP Paribas. La perspective d un coupon élevé, en cas de hausse comme en cas de baisse de maximum 30% de l indice CAC40 avec un risque sur le capital

BNP Paribas. La perspective d un coupon élevé, en cas de hausse comme en cas de baisse de maximum 30% de l indice CAC40 avec un risque sur le capital STRATÉGIE P. 2 BNP Paribas - s adresse à l investisseur expérimenté qui souhaite un coupon brut annuel potentiel de 8% même en cas de baisse de maximum 30% de l indice CAC40 et qui accepte un risque en

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

ACTION TOTAL DÉCEMBRE 2014

ACTION TOTAL DÉCEMBRE 2014 ACTION TOTAL DÉCEMBRE 2014 Titres de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance (1) Durée d investissement conseillée : 10 ans (hors cas de remboursement automatique

Plus en détail

Les avantages d une gestion de portefeuille cœur-satellite

Les avantages d une gestion de portefeuille cœur-satellite Les avantages d une gestion de portefeuille cœur-satellite Table des matières 1 Cœur-satellite : une méthode de placement efficace 3 Avantages d une gestion indicielle pour le cœur du portefeuille 6 La

Plus en détail

Epargne longue : la nouvelle donne

Epargne longue : la nouvelle donne Epargne longue : la nouvelle donne Septembre 2008 Etude disponible le 1 er septembre 2008 Les objectifs Traiter les questions de fond -réglementation, fiscalité, taille et segmentation du marché, etc.-

Plus en détail

Inflation + 2020. Le capital investi est garanti à l échéance, sauf en cas de défaut de l émetteur

Inflation + 2020. Le capital investi est garanti à l échéance, sauf en cas de défaut de l émetteur Inflation + 2020 Le capital investi est garanti à l échéance, sauf en cas de défaut de l émetteur L investisseur supporte le risque de crédit de l émetteur, Crédit Agricole CIB Un horizon de placement

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

GUIDE DES WARRANTS. Donnez du levier à votre portefeuille!

GUIDE DES WARRANTS. Donnez du levier à votre portefeuille! GUIDE DES WARRANTS Donnez du levier à votre portefeuille! Instrument dérivé au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 Produits non garantis en capital à effet de levier EN SAVOIR PLUS? www.listedproducts.cib.bnpparibas.be

Plus en détail

l eri Communication à caractère promotionnel

l eri Communication à caractère promotionnel l eri Titres de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance. L investisseur supporte le risque de crédit de NATIXIS (Moody s : A2 / Fitch : A / Standard & Poor s :

Plus en détail

Colloque Le marché boursier canadien : évolution, concurrence et perspectives Présenté par l OCRCVM et la CVMO

Colloque Le marché boursier canadien : évolution, concurrence et perspectives Présenté par l OCRCVM et la CVMO Colloque Le marché boursier canadien : évolution, concurrence et perspectives Présenté par l OCRCVM et la CVMO Susan Wolburgh Jenah Présidente et chef de la direction Organisme canadien de réglementation

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

Compte rendu. Jeudi 16 avril 2015 Séance de 10 heures. Mission d information commune sur la banque publique d investissement, Bpifrance

Compte rendu. Jeudi 16 avril 2015 Séance de 10 heures. Mission d information commune sur la banque publique d investissement, Bpifrance Compte rendu Mission d information commune sur la banque publique d investissement, Bpifrance Jeudi 16 avril 2015 Séance de 10 heures Compte rendu n 21 Table ronde, ouverte à la presse, ayant pour thème

Plus en détail

EMPRUNT PALATINE TERMES ET CONDITIONS INDICATIFS

EMPRUNT PALATINE TERMES ET CONDITIONS INDICATIFS Emetteur Titre de créance intégralement remboursé à l échéance ( * ) Souche n 1 Devise Montant Nominal Total Prix d Emission Valeur Nominale Indiquée Montant minimum de souscription Banque Palatine (Fitch

Plus en détail

4,50 % Obligation Crédit Mutuel Arkéa Mars 2020. par an (1) pendant 8 ans. Un placement rémunérateur sur plusieurs années

4,50 % Obligation Crédit Mutuel Arkéa Mars 2020. par an (1) pendant 8 ans. Un placement rémunérateur sur plusieurs années Obligation Crédit Mutuel Arkéa Mars 2020 4,50 % par an (1) pendant 8 ans Souscrivez du 30 janvier au 24 février 2012 (2) La durée conseillée de l investissement est de 8 ans. Le capital est garanti à l

Plus en détail

Chapitre 5 Qu est-ce que la globalisation financière?

Chapitre 5 Qu est-ce que la globalisation financière? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 12 mars 2015 à 13:47 Chapitre 5 Qu est-ce que la globalisation financière? Introduction La globalisation financière est à la fois la condition d un système financier

Plus en détail

RÉSUMÉ (TRADUCTION) Credit Suisse International

RÉSUMÉ (TRADUCTION) Credit Suisse International RÉSUMÉ (TRADUCTION) Credit Suisse International Notes zéro coupon, liées à un indice, remboursables automatiquement, d un montant maximum total de EUR 100.000.000, échéance 2011, Série NCSI 2006 469 ISIN

Plus en détail

À quoi sert une banque?

À quoi sert une banque? À quoi sert une banque? Trois fonctions clés La banque remplit trois fonctions essentielles. Elle collecte, gère vos dépôts, et vous fournit des moyens de paiement (chéquier, carte bancaire, ordre de virement

Plus en détail

Les ménages et le crédit

Les ménages et le crédit Les ménages et le crédit Marseille 16 novembre 2011 1 Tous droits réservés 2011 Objectif et plan PLAN DE LA PRÉSENTATION Etat des lieux : Endettement et surendettement Bien souscrire son crédit immobilier

Plus en détail

S informer sur. Capital investissement:

S informer sur. Capital investissement: S informer sur Capital investissement: les fonds communs de placement à risques destinés au grand public Qu est-ce que le capital investissement? Quels sont les segments d intervention du capital investissement?

Plus en détail

Fonds IA Clarington mondial de croissance et de revenu (le «Fonds»)

Fonds IA Clarington mondial de croissance et de revenu (le «Fonds») Placements IA Clarington inc. Prospectus simplifié Le 23 septembre 2014 Offre de parts de série A, de série F, de série F5, de série I, de série L, de série L5 et de série T5 du Fonds IA Clarington mondial

Plus en détail

Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME

Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME Patrimoine Sélection PME Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME Dans un contexte économique et financier difficile, les investisseurs doivent plus que jamais s'entourer de professionnels aguerris,

Plus en détail

Gérard Huguenin Gagner de l argent en Bourse

Gérard Huguenin Gagner de l argent en Bourse Gérard Huguenin Gagner de l argent en Bourse Groupe Eyrolles, 2007 ISBN 978-2-212-53877-9 Table des matières Sommaire....................................................5 Introduction.................................................

Plus en détail

Note d étonnement. Session du mardi 13 avril 2010. PRIVATE EQUITY : capitaines d industrie ou destructeurs d entreprises?

Note d étonnement. Session du mardi 13 avril 2010. PRIVATE EQUITY : capitaines d industrie ou destructeurs d entreprises? Note d étonnement Session du mardi 13 avril 2010 PRIVATE EQUITY : capitaines d industrie ou destructeurs d entreprises? PROBLÉMATIQUE Au-delà de sa capacité à dynamiser la performance, faire travailler

Plus en détail

FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? AVANTAGES DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER CONTRAINTES DE LA GESTION «EN DIRECT» LES ATOUTS DES SCPI

FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? AVANTAGES DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER CONTRAINTES DE LA GESTION «EN DIRECT» LES ATOUTS DES SCPI FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? La Société Civile de Placement Immobilier est un organisme de placement collectif qui a pour objet l acquisition et la gestion d un patrimoine immobilier locatif

Plus en détail

Cette offre peut être close à tout moment.

Cette offre peut être close à tout moment. Certificat Oméga Protection 90 Juillet 2018 Placement d une durée de 4 ans et 9 jours offrant une protection du Capital Investi 1 à hauteur de 90% à la date de Remboursement. 1 Le Capital Investi correspond

Plus en détail

CE COMMUNIQUÉ NE DOIT PAS ÊTRE PUBLIÉ, DISTRIBUÉ OU DIFFUSÉ, DIRECTEMENT OU INDIRECTEMENT, AUX ÉTATS-UNIS, AU CANADA, EN AUSTRALIE, OU AU JAPON.

CE COMMUNIQUÉ NE DOIT PAS ÊTRE PUBLIÉ, DISTRIBUÉ OU DIFFUSÉ, DIRECTEMENT OU INDIRECTEMENT, AUX ÉTATS-UNIS, AU CANADA, EN AUSTRALIE, OU AU JAPON. COMMUNIQUE DE PRESSE Émission par Ingenico d Obligations à Option de Conversion et/ou d Échange en Actions Nouvelles ou Existantes (OCEANE) Obtention du visa de l Autorité des marchés financiers Neuilly-sur-Seine,

Plus en détail

FIP ODYSSEE PME CROISSANCE

FIP ODYSSEE PME CROISSANCE STRATEGIE DE GESTION DU FONDS STRATEGIE DE GESTION DU FONDS Privilégier les secteurs en fort développement tels que : CLOUD COMPUTING DEMANTELEMENT NUCLEAIRE E-LEARNINGAUDIOPROTHESE REALITE AUGMENTEE BIG

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Récapitulatif: Du 17 au 28 Août 2015. Mesures de développement de la place de Paris. Retard dans l implémentation du format SWIFT au Maroc.

Récapitulatif: Du 17 au 28 Août 2015. Mesures de développement de la place de Paris. Retard dans l implémentation du format SWIFT au Maroc. Du 17 au 28 Août 2015 Récapitulatif: Mesures de développement de la place de Paris. Retard dans l implémentation du format SWIFT au Maroc. Accord de partenariat entre la Bourse de Casablanca et London

Plus en détail

COMMENT INVESTIR EN 2015 AVEC LE TRADING SOCIAL. Une publication

COMMENT INVESTIR EN 2015 AVEC LE TRADING SOCIAL. Une publication COMMENT INVESTIR EN 2015 AVEC LE TRADING SOCIAL Une publication P. 2 Comment investir en 2015 : Le Trading Social En 2015 vous souhaitez investir et générer des profits mais vous ne savez pas vraiment

Plus en détail

Obligation structurée

Obligation structurée Obligation structurée Introduction Une obligation structurée, également connue sous la dénomination de Structured Note, a les caractéristiques principales d une obligation : un émetteur, une durée déterminée,

Plus en détail

ComStage ETFs: Les ETFs par Commerzbank

ComStage ETFs: Les ETFs par Commerzbank ComStage ETFs: Les ETFs par Commerzbank Des frais de gestion parmi les plus bas du marché (1) (1) Source: BGI ETF Landscape. Un tableau comparatif des frais de gestion (total des frais sur encours) pratiqués

Plus en détail

SCPI Amundi DEFI Foncier

SCPI Amundi DEFI Foncier SCPI Amundi DEFI Foncier SCPI de Déficit Foncier à capital fixe Souscription ouverte jusqu au 16 décembre 2015 - Pour bénéficier du dispositif fiscal de déficit foncier en 2014, souscription jusqu au 16

Plus en détail

Livret d epargne SaLariaLe

Livret d epargne SaLariaLe Livret d Epargne Salariale Chère collaboratrice, Cher collaborateur, En tant que salarié(e) de PAGE PERSONNEL, vous bénéficiez de l accord de participation en vigueur dans l entreprise. En complément de

Plus en détail

Protégez vous contre l inflation

Protégez vous contre l inflation Credit Suisse (A+/Aa) À QUOI VOUS ATTENDRE? P. Inflation Booster 0 Credit Suisse Inflation Booster 0 est un titre de dette structuré. Le produit est émis par Credit Suisse AG et vous donne droit à un coupon

Plus en détail

5 raisons d investir dans des fonds d actions américaines

5 raisons d investir dans des fonds d actions américaines 5 raisons d investir dans des fonds d actions américaines Avec toute la volatilité qui règne sur les marchés ces derniers temps, nombreux sont les investisseurs qui cherchent à diversifier leur portefeuille.

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Fiscalité de l épargne et financement des entreprises. Eléments de constat et propositions

Fiscalité de l épargne et financement des entreprises. Eléments de constat et propositions Le 11 février 2013 Fiscalité de l épargne et financement des entreprises Eléments de constat et propositions Les lois de finances adoptées au cours de ces deux dernières années ont appréhendé les revenus

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Paris, le 21 novembre 2007 Communiqué de presse Standard and Poor s vient de confirmer la notation AA de CNP Assurances et n attend pas d impact de la crise des subprimes mortgages sur la solidité financière

Plus en détail

CERTIFICATS TURBOS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004

CERTIFICATS TURBOS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 CERTIFICATS TURBOS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 Emétteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance B.V. Garant du remboursement : BNP Paribas S.A. POURQUOI INVESTIR

Plus en détail

10 Savoir investir en Bourse avec Internet

10 Savoir investir en Bourse avec Internet INTRODUCTION Avec près de 7 millions de Français actionnaires en 2007, l investissement boursier est devenu depuis quelques années un important moteur de l épargne nationale. Dans un pays relativement

Plus en détail

Propositions de la Commission relatives à la révision de la Directive MIF (Marchés des instruments financiers) Directive 2004/39/CE

Propositions de la Commission relatives à la révision de la Directive MIF (Marchés des instruments financiers) Directive 2004/39/CE Propositions de la Commission relatives à la révision de la Directive MIF (Marchés des instruments financiers) Directive 2004/39/CE Partie I- Généralités Définitions Contexte général Evolutions Définitions

Plus en détail

Charte euro PP (PlaCements Privés) BerCy, le 30 avril 2014

Charte euro PP (PlaCements Privés) BerCy, le 30 avril 2014 Charte Euro PP (placements privés) Bercy, le 30 avril 2014 Michel Sapin ministre des Finances et des Comptes publics Arnaud Montebourg ministre de l Economie, du Redressement productif et du Numérique

Plus en détail

Nature et risques des instruments financiers

Nature et risques des instruments financiers 1) Les risques Nature et risques des instruments financiers Définition 1. Risque d insolvabilité : le risque d insolvabilité du débiteur est la probabilité, dans le chef de l émetteur de la valeur mobilière,

Plus en détail

CERTIFICATS TURBOS INFINIS BEST Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004

CERTIFICATS TURBOS INFINIS BEST Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 CERTIFICATS TURBOS INFINIS BEST Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 Emetteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance B.V. Garant du remboursement : BNP Paribas S.A. POURQUOI

Plus en détail