Guide pour la réduction des pertes en eau. centré sur la gestion de la pression

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Guide pour la réduction des pertes en eau. centré sur la gestion de la pression"

Transcription

1 Guide pour la réduction des pertes en eau centré sur la gestion de la pression

2

3

4 «La gestion de la pression s avère la plus adaptée pour des systèmes de distribution d eau souffrant de taux élevés de fuites, étant donné que les fuites peuvent être réduites de manière considérable en réduisant la pression dans des secteurs spécifiques en périodes de basse consommation. Néanmoins, bien que les projets de gestion de la pression portent leurs fruits à court terme grâce à l eau vendue générée, ils ne peuvent certainement pas remplacer des programmes de réhabilitation de réseaux à long terme.» Prof. Dr.-Ing. Raimund Herz, Emérite en Génie urbain, Université Technologique de Dresde «La gestion active de la pression est utile en principe, mais elle reste insuffisamment appliquée. En fonction de l analyse de la situation, on devrait combiner les mesures de réhabilitation et la gestion de la pression en vue d atteindre un concept idéal pour la réduction des pertes en eau.» Dr. Stefan Gramel, Conseiller technique, Competence Center Water Supply, Wastewater, Solid Waste, KfW Bankengruppe

5 Guide pour la réduction des pertes en eau centré sur la gestion de la pression

6 Photo: Shutterstock

7 Avis important Ce guide décrit une approche progressive de la gestion de la pression (GP). L approche utilisée pour mettre en œuvre la GP dépend du contexte national. Il faut comprendre que le niveau de développement économique, la conscience environnementale, les priorités politiques, la bonne gouvernance et les habitudes culturelles influencent les dynamiques et les calendriers pour la modernisation de la gestion de l eau dans un pays. La mise en œuvre de la GP doit être vue comme une partie de ce processus de changement et progressera différemment d un pays à un autre. Le guide devrait être mis en œuvre dans un esprit de coopération entre les secteurs public et privé. Cela ne pourra pas se faire du jour au lendemain ; ainsi, une mise en œuvre progressive est nécessaire, basée sur la politique, les circonstances sociales et légales, ainsi que sur des objectifs réalisables et réalistes. Une association d eau, une compagnie des eaux ou le secteur public peuvent constituer la force motrice pour l introduction de la GP en accord avec ce guide. Les agents qui promeuvent cette activité devraient le faire de façon transparente et dans un calendrier déterminé. 7

8 A propos du guide Un des principaux objectifs du guide est de réduire les pertes en eau à travers l amélioration de la gestion des réseaux d approvisionnement existants, en mettant l accent sur la méthode de la gestion de la pression. Le guide a été élaboré dans le cadre d un partenariat pour le développement (précédemment connu sous l appellation partenariat public privé (PPP) entre la coopération internationale allemande pour le développement (GIZ) GmbH et VAG-Armaturen GmbH. L «Institute for Ecopreneurship» (IEC) de l Université des Sciences Appliquées du Nord-Ouest de la Suisse (FHNW) a soutenu la gestion du projet. L «Institute for Water and River Basin Management» (IWG) de l Institut Technologique de Karlsruhe (KIT) a coordonné l élaboration du document. D autres experts externes des secteurs public et privé issus du domaine de la réduction des pertes en eau ont également apporté leur appui. Le Programme des Nations Unies sur le renforcement des capacités dans le domine de l eau (UNW-DPC) qui organise activement des ateliers de formations à l échelle mondiale sur la réduction des pertes en eau a gracieusement offert son appui pour la diffusion et la mise en œuvre du guide. Le manuel technique a été revu et commenté par des experts de l Association Internationale de l Eau (IWA), de l Université Technologique de Dresde en Allemagne et de la Banque allemande de développement (KfW). En plus, la structure et le contenu du guide pour la réduction des pertes en eau ont été présentés lors de dialogues organisés à Beyrouth au Liban (avec la participation de 44 participant(e)s venu(e)s du Liban, de la Jordanie, de la Syrie et des Territoires Palestiniens) ainsi qu à Lima au Pérou (plus de 200 participant(e)s du Pérou et de la Bolivie). Le projet et le guide ont également été présentés à des représentant(e)s d entreprises de consultant(e)s allemand(e)s ainsi qu à la conférence 2010 de l IWA sur les pertes en eau à Sao Paulo au Brésil. Les observations et suggestions des participant(e)s ont été collectées et incorporées dans les documents. L équipe de gestion de cette initiative tient à exprimer ses sincères remerciements aux expert(e)s de VAG, de la GIZ, de l IWG-KIT et de l IEC-FHNW et à tous/toutes les participant(e)s pour avoir partagé leurs temps, informations et connaissances sur le sujet. Pour de plus amples informations, veuillez visiter le site : 8

9 Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) GmbH D. Ziegler, F. Sorg, P. Fallis, K. Hübschen P.O. Box Eschborn Allemagne Tel. : Fax : VAG Armaturen GmbH (VAG) L. Happich, J. Baader, R. Trujillo Carl-Reuther-Str Mannheim Allemagne Tel. : Fax : Fachhochschule Nordwestschweiz (FHNW) Institute for Ecopreneurship (IEC) D. Mutz, E. Oertlé Gründenstr Muttenz Suisse Tel. : Fax : Karlsruhe Institute of Technology (KIT) Institute for Water and River Basin Management (IWG) P. Klingel, A. Knobloch Kaiserstr Karlsruhe Allemagne Tel. : Fax :

10 Préface Chères lectrices, chers lecteurs, Au cours de ces premières années du 21ème siècle, 900 millions de personnes - environ un septième de la population mondiale - n ont pas accès à l eau potable en quantité suffisante. La rareté et la qualité de l eau font parties des premières causes de pauvreté, de maladies et de dégradation de l environnement. Avec la rapide croissance démographique, l urbanisation sans cesse grandissante et les effets du changement climatique déjà apparents ; il est de plus en plus difficile de fournir et de maintenir des approvisionnements adéquats en eau. Dans les pays en voie de développement et émergents, entre 40 et 80% de l eau introduite dans les réseaux d approvisionnement en eau est perdue en raison des fuites. Cette perte de la plus précieuse ressource mondiale a des conséquences économiques considérables. Des sommes colossales sont en train d être dépensées pour accroître la production de l eau afin de compenser les pertes en eau alors qu elles pourraient être investies dans la maintenance ou les infrastructures existantes. L Allemagne est un des plus gros donateurs au monde dans le domaine de l eau et de l assainissement et le plus gros donateur pour l Afrique. Chaque année, le Gouvernement allemand dépense environ 350 millions d euro dans des interventions liées à l eau avec une population bénéficiaire des activités en cours dans le secteur de l eau estimée à environ 80 millions de personnes. Réduire les pertes en eau est un aspect important de nos projets de développement. De nombreux pays ont déjà mis en place une stratégie de gestion de l eau et la réduction des pertes en eau est généralement considérée comme une question importante. L Allemagne jouit d une excellente réputation partout dans le monde pour sa technologie sophistiquée et de haute qualité dans le domaine de l eau. Il est techniquement possible de réduire les pertes en eau dans le système d approvisionnement jusqu à environ 5%. Toutefois, la réduction des pertes en eau ne repose pas seulement sur des solutions techniques : des stratégies efficaces doivent être intégrées à un système de gouvernance de l eau bien régulé et inclusif. La mise en œuvre constitue habituellement un défi car de nouvelles manières de partager les responsabilités doivent être établies et des changements dans les habitudes traditionnelles des 10

11 consommateurs doivent être opérés. Les processus de réforme relatifs à la gouvernance de l eau sont souvent complexes et exigent beaucoup de temps mais ils sont absolument nécessaires. Voilà pourquoi je salue la publication du guide pour la réduction des pertes en eau et l accent particulier qui est mis sur les questions techniques et managériales. Elles sont le résultat d une coopération couronnée de succès entre la coopération internationale allemande au développement (GIZ) GmbH et VAG-Armaturen GmbH dans le cadre du programme de développement de partenariats (www.developpp.de). Ce partenariat promeut un très grand renforcement des capacités au profit des décideurs/décideuses et des parties prenantes aux niveaux national et régional. Le guide permet d accroître la prise de conscience par rapport aux causes des pertes en eau et d identifier des voies pour leur réduction. Présentées sous la forme d un document de référence ouvert à tous/toutes, elles constituent un outil efficace de transfert des compétences et d aide pour l utilisation durable de l eau à l échelle mondiale. Ce partenariat pour le développement est un excellent exemple de progrès qui peut être atteint quand la coopération au développement et le secteur privé travaillent main dans la main. En ma qualité de Ministre fédéral de la coopération économique et du Développement, je suis convaincu que cette publication va motiver les décideurs/décideuses, les directeurs/-trices exécutifs/-ives, les ingénieurs et techniciens/-ciennes des services des eaux des pays en voie de développement et émergents, d accroître leurs efforts de réduction des pertes en eau et ainsi contribuer à la gestion efficace et durable de l eau. Sincèrement, Dirk Niebel Ministre fédéral de la coopération économique et du développement 11

12 Note des éditeurs Ce guide est le résultat d un partenariat pour le développement avec le secteur privé établi en 2009 entre la coopération allemande internationale au développement (GIZ) GmbH et VAG-Armaturen GmbH (VAG). Le but du partenariat était d améliorer la capacité des services des eaux à gérer durablement les systèmes d approvisionnement en eau et de réduire les pertes en eau en mettant l accent particulièrement sur la gestion de la pression (GP). Les partenariats pour le développement (anciennement PPP, partenariat publique-privé) sont en train de gagner de l importance et d être acceptés dans la coopération allemande au développement à la suite de nombreuses expériences réussies. Les PPP présupposent un engagement de la part du secteur privé sur le long terme plutôt que de mettre l accent sur ses intérêts à court terme et les retours rapides sur investissement. Les mesures de développement et le savoir-faire du secteur privé peuvent se compléter et visent à obtenir des résultats efficaces et durables. VAG (www.vag-group.com) est une entreprise hautement expérimentée en vannes pour des applications pour l eau et les eaux usées, et jouit de la réputation d être le pionnier dans l offre de solutions modernes et globales. La GIZ (www.giz.de) est une entreprise fédérale de coopération pour le développement durable opérant à l échelle mondiale. Le projet englobe en outre les connaissances de deux universités : l Institut Technologique de Karlsruhe (KIT) (www.kit.edu) et l Institute for Ecopreneurship (IEC) (www.fhnw.ch/lifescience/institut-fuerecopreneurship) de l Université des Sciences Appliquées du Nord-Ouest de la Suisse (FHNW) (www.fhnw.ch/hls). Le KIT est une des universités techniques leaders en Allemagne et un centre national de recherche de grande envergure et a participé au projet à travers l Institute for Water and River Basin Management (IWG). Le département de l IWG responsable des réseaux d approvisionnement en eau (http://iwk.iwg.kit.edu) travaille principalement dans le domaine de la modélisation hydraulique, l analyse des réseaux de distribution d eau et la réduction des pertes en eau. Les principales zones de l IEC sont l enseignement et la recherche appliquée dans les domaines de la gestion durable des ressources, la biotechnologie et l éco-toxicologie. Mettre en commun l expertise nationale de deux entreprises actrices mondiales telles que la GIZ et VAG et la complétant avec l expertise académique se sont avérés un effort payant. Nous sommes convaincus qu utiliser et mettre en œuvre ce guide et les recommandations qui en découlent sur la manière de surmonter les problèmes existants conduira directement 12

13 et indirectement à une gestion plus durable des réseaux y compris la réduction des pertes en eau et garantira un approvisionnement constant, sain et équitable en eau pour un plus grand nombre de ménages. En Jordanie par exemple, les pertes en eau ont été effectivement réduites de 40% dans la zone du projet et l eau introduite nécessaire pour satisfaire les besoins des clients a baissé considérablement. En plus, le guide va contribuer à une plus grande exploitation et maintenance préventive, qui s avère moins coûteuses sur le long terme que de réagir seulement aux dommages courants. En effet, les ruptures de conduites seront réduites et la durée de vie du réseau augmentera. En outre, la planification des investissements à court, moyen et long termes pour la gestion durable des réseaux d approvisionnement en eau sera améliorée. Eventuellement, une meilleure gestion et maintenance du réseau de distribution d eau va réduire la pollution de l eau potable (questions de qualité) et réduire ainsi les infections liées à l eau grâce à un approvisionnement en eau plus propre et sûr. 13

14

15 Guide pour la réduction des pertes en eau

16 Table des matières 1 Introduction au guide Objectifs et contexte Structure de ce manuel technique Introduction à la réduction des pertes en eau Le besoin pour une réduction des pertes en eau Pertes en eau un problème global Réduction des pertes en eau pour un développement durable Cadre politique et financier pour une gestion efficiente et durable des ressources en eau Renforcement des capacités dans le domaine de la réduction des pertes en eau Les quatre méthodes centrales d intervention pour combattre les pertes réelles en eau Gestion de la pression Principes Technologie et mode opératoire Avantages de la gestion de la pression Comprendre les pertes en eau Objectifs Définitions et terminologie Facteurs clés d influence Pertes réelles Classification Hydraulique des fuites Causes des pertes réelles Impacts des pertes réelles Pertes apparentes Classification Causes des pertes apparentes Gaspillage de l eau Résumé et étapes à venir Elaborer une stratégie technique de réduction des pertes en eau Objectifs Le besoin pour une gestion des pertes en eau Contenu

17 4.3 Analyse de la situation actuelle Diagnostic préliminaire du système Détermination du bilan d eau Crédibilité des calculs du bilan d eau Evaluer et quantifier les pertes réelles Evaluation et quantification des pertes apparentes Calculer et analyser les indicateurs de performance pertinents Evaluer les économies potentielles Identifier les mesures appropriées Sélectionner les méthodes Définir le niveau économique des fuites Fixer des objectifs Concevoir et mettre en œuvre un programme de contrôle des pertes en eau Plan d action Sélectionner et mettre en œuvre des méthodes d intervention Evaluation des résultats Résumé et prochaines étapes Données de base préalables à une gestion durable des pertes en eau Objectifs Systèmes d information et gestion des pertes en eau L information : un préalable à une gestion efficiente des pertes en eau Description des systèmes d information pertinents Intégration dans un SIG global Définir les objectifs Bases des SIG Définition d un système d information géographique Niveau de mise en œuvre Prérequis pour les utilisateurs du SIG Types de données Structure des données SIG Collecte des données, conversion et intégration Base cartographique Données d entrée pour la base cartographique Contenus de la base cartographique Considérations relevant de la qualité des données Cadastre du réseau Objectifs Données d entrée pour le cadastre du réseau Structure des données Cadastre du réseau et fuites Relier le cadastre du réseau au modèle hydraulique Modèle hydraulique Contenu 17

18 5.6.1 Définition et objectifs Bases de la modélisation hydraulique Données d entrée Mise en place du modèle Base de données des dégâts Objectifs Collecter les données concernant les dégâts Analyse des dégâts Lien entre la fréquence des dégâts et la pression du réseau Systèmes d information des clients (SIC) Objectifs Composantes du SIC Résumé et étapes à venir Méthodes et instruments pour la réduction des pertes en eau réelles Objectifs Agir contre les pertes en eau réelles Planification des interventions Choix des méthodes d intervention appropriées Les secteurs de distribution mesurés (SDM) Définition et objectif des SDM Conception d un SDM La mise en œuvre de SDM Opération et gestion Gestion de la pression Définition et objectif de la gestion de la pression Concepts de modulation Types de vannes de régulation de la pression (VRP) Types de secteurs de gestion de pression Planification et conception Limitations de la gestion de la pression Contrôle actif des fuites (CAF) Définition et but du contrôle actif des fuites Méthodes de prise de conscience Méthodes de détection des fuites Méthodes de localisation des fuites Réparation des fuites Objectif Problèmes organisationnels et procédures d exploitation Exécution des travaux de réparation La gestion des infrastructures Aperçu général Facteurs contribuant à la détérioration des infrastructures des services des eaux Contenu

19 6.7.3 Collecte et information sur l organisation des actifs Analyse des données Intégration des données et prise de décision Résumé et étapes suivantes Études de cas Modules de formation à la gestion de la pression l exemple de Lima, Pérou Contexte Développement du processus l approche du centre de formation Résultats et impacts Leçons apprises Références Réduire les pertes en eau par la gestion de la pression le cas de Santo Amaro, Brésil Contexte Développement du processus Résultats et bonne pratique Leçons apprises Références Modélisation hydraulique le cas de Ouagadougou, Burkina Faso Contexte Développement du processus modélisation hydraulique Résultats et stratégie Bonne pratique Leçons apprises Développement futur Références Pertes en eau réduites à plus de 40% - le cas de Ain Al Basha, Jordanie Contexte Développement du processus Bonne pratique Leçons apprises Références Réduction des pertes apparentes d eau le cas de Huaraz, Peru Contexte Développement du processus Résultats et bonne pratique Leçons apprises Références Références Abréviations Imprint Contenu 19

20 Photo : A. Knobloch, 2009

21 Aperçu Introduction au guide 1 Introduction à la réduction des pertes en eau 2 Comprendre les pertes en eau 3 Elaborer une stratégie technique de réduction des pertes en eau 4 Données de base préalables à une gestion durable des pertes en eau 5 Méthodes et instruments pour la réduction des pertes en eau réelles 6 Études de cas 7 21

22 Photo : F. Boyer,

23 Introduction au guide 1 23

24 1.1 Objectifs et contexte Ce guide vise à fournir des connaissances aux décideurs, à l ensemble des acteurs, aux équipes dirigeantes, aux départements en charge de la planification, de la conception et aux équipes opérationnelles des pays en développement et ceux émergents en ce qui concerne la réduction des pertes en eau dans les compagnies des eaux. Ce guide est accompagné de matériel de renforcement de capacités et de mise en œuvre de projets pilotes dans le souci d un transfert de connaissances et d une mise en œuvre de la technologie de pointe en matière de gestion de la pression (GP). (a) Guide pour la réduction des pertes en eau La structure globale de guide pour la réduction des pertes en eau se compose des éléments suivants : un résumé pour les décideurs ce manuel technique du matériel supplémentaire. Ce matériel doit fournir aux autorités du secteur de l eau, aux compagnies des eaux et aux associations professionnelles toutes les informations nécessaires pour comprendre l origine, la nature et l impact des pertes en eau, élaborer et mettre en œuvre une stratégie personnalisée et choisir les méthodes et les instruments les plus efficients en ce qui concerne la réduction des pertes en eau. Il existe différents types de pertes en eau et il y a différents facteurs et causes influençant la quantité et le type d eau perdue dans un réseau d alimentation en eau. Sans une connaissance appropriée sur la nature des pertes en eau, il est impossible de trouver les solutions correctes et les plus efficientes aptes à les réduire. Pour cette raison, l objectif premier de ce guide pour la réduction des pertes en eau est de fournir une compréhension adéquate des pertes en eau de telle manière que des réponses aux questions fondamentales suivantes puissent être trouvées : où est-ce que le système perd-il de l eau? Comment l eau est-elle perdue? Pourquoi se perd-elle? Et quelle en est la quantité perdue? Réduire les pertes en eau est généralement une entreprise onéreuse et longue. Le second objectif de guide est de montrer 24 Comprendre les pertes en eau

25 pourquoi il est important et pourquoi il est habituellement très profitable pour une compagnie des eaux de prendre des mesures contre les pertes en eau. Enfin, ce guide doive présenter des méthodes et technologies de pointe pour l évaluation et la réduction des pertes en eau en mettant un accent particulier sur la gestion de la pression comme un puissant instrument apte à faire baisser les pertes réelles en eau. Le guide vise trois groupes : il s agit tout d abord des décideurs issus des ministères nationaux de l eau, des autorités, des compagnies des eaux et des associations professionnelles au sein du secteur de l eau. Le Résumé a pour but de les sensibiliser sur l importance de la reduction des pertes en eau et de fournir quelques brèves informations en ce qui concerne la gestion de la pression et son potentiel pour la réduction des pertes réelles en eau. Le manuel technique vise le second groupe, à savoir principalement les directeurs techniques, ingénieurs et techniciens travaillant pour les compagnies des eaux. Le matériel supplémentaire est conçu pour les techniciens et le personnel opérationnel. Tous les documents seront disponibles en version imprimée et peuvent également être téléchargés gratuitement depuis le site du projet : 1 (b) Matériel de renforcement des capacités Le guide pour la réduction des pertes en eau fournit l expertise en ce qui concerne les aspects techniques, sociaux et environnementaux de la gestion des pertes en eau de manière générale et de la gestion pour la pression en particulier. Un ensemble de modules de formation complétant le guide a été élaboré comme instrument pour le renforcement des capacités, et est conçu pour former le personnel des secteurs public et privé sur le sujet de la réduction des pertes en eau. Les modules de formation prennent en compte le cadre contextuel spécifique des pays en développement et ceux émergents. Ils devront permettre aux participants de comprendre les avantages et les potentiels de la réduction des pertes en eau comme contribution au développement durable. Les modules de formation sont téléchargeables sur le site du projet et visent à être employés comme notes de lecture pour les ateliers et séminaires. Cependant, le besoin en renforcement de capacités concernant la réduction des pertes en eau varie largement en fonction des pays et des entreprises. Il est donc nécessaire de recourir à des stratégies de renforcement de capacités sur-mesure à même de permettre aux acteurs nationaux de mettre en œuvre avec succès les mesures de réduction des pertes en eau. Ces sessions de formation devraient donc faire part d une stratégie globale de renforcement des capacités. (c.f. Chapter 2.1.4). Comprendre les pertes en eau 25

26 (c) Mise en œuvre de projets pilotes Une autre mesure accompagnant le guide de réduction des pertes en eau est la mise en œuvre de projets pilotes en collaboration avec des compagnies des eaux intéressées. L objectif de ces projets pilotes est de démontrer l applicabilité et l efficience de la gestion de la pression en tant que mesure à court, voire moyen terme en vue de combattre les pertes réelles en eau. Durant les cinq dernières années, VAG a installé avec succès plusieurs systèmes de gestion de la pression à Ain El Basha (Jordanie), Santo Amaro et Belo Horizonte (Brésil) de même qu à Lima (Pérou), entre autres. VAG possède donc non seulement la technologie mais aussi une équipe très expérimentée. Vous trouverez plus de détails concernant ces projets dans les études de cas au Chapitre 7. Au moment de la rédaction de ce manuel, la mise en œuvre de projets pilotes potentiels se préparait à Saida (Liban) et à Ouagadougou (Burkina Faso). 26 Comprendre les pertes en eau

27 1.2 Structure de ce manuel technique Le guide se compose de trois ensembles de documents (Figure 1.1) : le manuel technique dispose de deux chapitres introductifs, quatre chapitres techniques et un chapitre qui présente des études de cas. Les chapitres introductifs dont le but est d attirer l attention sur l importance de la réduction des pertes en eau font également l objet d un résumé destiné aux décideurs. Les quatre chapitres techniques sont accompagnés d un ensemble de matériaux supplémentaires offrant une introduction détaillée sur des sujets sélectionnés. 1 Figure 1.1 Aperçu des composantes du guide de réduction des pertes en eau Manuel technique Prise de conscience Base technique & solutions Exemples Introduction au guide Introduction à la réduction des pertes en eau Compréhension Stratégie Prérequis Méthodes Etudes de cas Brochure pour décideurs Matériel supplémentaire Le manuel technique se termine par une liste de références incluant l ensemble de la littérature ayant été utilisée dans le cadre de l élaboration de ce manuel. Les références sont indiquées dans le texte au moyen de [0]. Les contenus du manuel technique suivent les cinq étapes principales décrites dans la Figure 1.2. à la page suivante. Cet enchaînement se poursuit tout au long des chapitres 2 à 6. Cependant, chaque chapitre est autonome et peut être lu indépendamment des autres en fonction des besoins du lecteur. Tous les chapitres possèdent la même structure et commencent par la présentation des objectifs dudit chapitre. Tous les chapitres se terminent par un bref résumé dans le but d évaluer les leçons apprises et d ouvrir une perspective concernant le chapitre suivant. Comprendre les pertes en eau 27

28 Figure 1.2 Contenu du manuel technique Prise de conscience et avantages Chapitre 1 & 2 Impacts économiques Impacts techniques Impacts sociaux et écologiques Comprendre les pertes en eau Chapitre 3 Types des pertes en eau Causes et facteurs d influence Impacts des pertes en eau Développement d une stratégie Chapitre 4 Méthodes Analyse de la situation actuelle Evaluation des performances Plan d action Exigence de base Chapitre 5 Gestion des données Modèle hydraulique Méthodes pour la réduction des pertes Chapitre 6 Secteurs de distribution mesurée (SDM) Gestion de la pression Contrôle actif de fuites Réparation des fuites Gestion des infrastructures 28 Comprendre les pertes en eau

29 Comprendre les pertes en eau 29 1

30 Photo : A. Knobloch, 2009

31 Introduction à la réduction des pertes en eau 2 31

32 2.1 Le besoin pour une réduction des pertes en eau Pertes en eau un problème global L eau est une ressource vitale quelque soit l endroit au monde où l on vit. L eau douce n est pas seulement indispensable pour l alimentation humaine, elle représente également une matière première importante pour la production industrielle et agricole. C est pourquoi la disponibilité de l eau douce est directement liée au bien-être et à la prospérité de notre société. Cependant, l eau douce est une ressource limitée, parfois même rare et les changements rapides à l échelle globale tels que la croissance démographique, le développement économique, les migrations et l urbanisation posent des défis nouveaux aux ressources en eau et aux infrastructures alimentant en eau les citoyens, les centres commerciaux, les industries et les institutions. [91] Cependant, des barrières d ordre politique, financier et/ou technique peuvent empêcher une alimentation équitable en eau, même dans des régions où la présence physique de l eau est suffisante. Ce problème connu sous le nom de rareté économique de l eau affecte un grand nombre de pays, essentiellement en Afrique sub-saharienne, au Moyen-orient et en Asie du sud, mais aussi en Amérique du sud et en Amérique centrale, comme illustré dans la Figure 2.1. Figure 2.1 Répartition globale de la rareté de l eau [86] Peu ou pas de pénurie Début de pénurie d eau Pénurie d eau physique Pénurie d eau liée à des facteurs économiques Non estimé 32 Introduction à la réduction des pertes en eau

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

Créateur d opportunités

Créateur d opportunités Créateur d opportunités Climat, énergie & ressources naturelles Agriculture & développement rural Marchés de l emploi & développement du secteur privé Systèmes financiers Commerce & intégration régionale

Plus en détail

Pourquoi la durabilité et l équité?

Pourquoi la durabilité et l équité? Comment peut-on : Pourquoi la durabilité et l équité? Poursuivre le progrès de manières équitables qui ne nuisent pas à l environnement? Répondre aux aspirations de développement des pauvres dans le monde

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement Royaume du Maroc Ministère de l Intl Intérieur Direction Générale G des Collectivités s Locales L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

Plus en détail

Le Cadre de référence 2010-2020 pour l e-parlement

Le Cadre de référence 2010-2020 pour l e-parlement Rapport mondial 2010 sur l e-parlement Chapitre 10 Le Cadre de référence 2010-2020 pour l e-parlement La première édition du Rapport mondial sur l e-parlement a montré qu en 2008 seulement quelques assemblées

Plus en détail

Capture et stockage du CO2 (CCS)

Capture et stockage du CO2 (CCS) European Technology Platform for Zero Emission Fossil Fuel Power Plants (ZEP) Capture et stockage du CO2 (CCS) Une solution majeure pour combattre le changement climatique 50% de réduction des émissions

Plus en détail

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

Rejoignez le plus vaste réseau mondial de protection de l environnement

Rejoignez le plus vaste réseau mondial de protection de l environnement Rejoignez le plus vaste réseau mondial de protection de l environnement Les avantages de l adhésion à l UICN UNION INTERNATIONALE POUR LA CONSERVATION DE LA NATURE Michael DeYoung/CORBIS Pourquoi rejoindre

Plus en détail

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Depuis la création de Syngenta en 2000, nous avons accordé la plus haute importance à la santé, à la sécurité et à l environnement (SSE) ainsi qu

Plus en détail

Master en Gouvernance et management des marchés publics en appui au développement durable

Master en Gouvernance et management des marchés publics en appui au développement durable Master en Gouvernance et management des marchés publics en appui au développement durable Turin, Italie Contexte Le Centre international de formation de l Organisation internationale du Travail (CIF-OIT)

Plus en détail

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Principaux défis et facteurs de réussite Dans le cadre de leurs plans stratégiques à long terme, les banques cherchent à tirer profit

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 Comité préparatoire de la Conférence des Parties chargée d examiner le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires en 2010 NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 15 mai 2009 Français Original : anglais Troisième

Plus en détail

PRINCIPES APPLICABLES À DES ORGANES COMMUNS AGISSANT EFFICACEMENT POUR LA COOPÉRATION RELATIVE AUX EAUX TRANSFRONTIÈRES

PRINCIPES APPLICABLES À DES ORGANES COMMUNS AGISSANT EFFICACEMENT POUR LA COOPÉRATION RELATIVE AUX EAUX TRANSFRONTIÈRES Convention sur la protection et l utilisation des cours d eau transfrontières et des lacs internationaux WG.1/2015/INF.2 Groupe de travail de la gestion intégrée des ressources en eau Dixième réunion Genève,

Plus en détail

Assurance médicaments 2.0

Assurance médicaments 2.0 PRINCIPES ET PRIORITÉS Assurance médicaments 2.0 Avant-propos Objectif Pour renouveler les discussions nationales sur un cadre pancanadien d assurance médicaments, il faut présenter des preuves claires

Plus en détail

À PROPOS DU PRIX ZAYED DE L ÉNERGIE DU FUTUR

À PROPOS DU PRIX ZAYED DE L ÉNERGIE DU FUTUR À PROPOS DU PRIX ZAYED DE L ÉNERGIE DU FUTUR Photo by: Ryan Carter, Philip Cheung / Crown Prince Court - Abu Dhabi Le Prix Zayed de l énergie du futur, lancé en 2008 et géré par Masdar, représente la vision

Plus en détail

Sujets Afin d aborder des sujets d actualité, les organisateurs de la conférence lancent un appel à propositions sur les sujets suivants :

Sujets Afin d aborder des sujets d actualité, les organisateurs de la conférence lancent un appel à propositions sur les sujets suivants : 8 e Conférence internationale sur la micro-assurance, www.microinsuranceconference.org/2012 La 8 e Conférence internationale sur la micro-assurance aura lieu du 6 au 8 novembre 2012 à Dar es Salam, en

Plus en détail

Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision

Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision Rédaction : Yves Gagnon, FCGA, OMA Consultant en gestion municipale Décembre 2008

Plus en détail

Proposition en vue de la préparation du budget fédéral 2015

Proposition en vue de la préparation du budget fédéral 2015 Proposition en vue de la préparation du budget fédéral 2015 Recommandations pour appuyer la croissance et le développement de la production commerciale de biocarburants cellulosiques pour une économie

Plus en détail

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Principes européens et code de conduite Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Une proposition du réseau IRENE Préambule Le réseau IRENE réunit des praticiens, experts, chercheurs,

Plus en détail

Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau

Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau ROYAUME DU MAROC Secrétariat d État chargé de l Eau et de l Environnement Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau Mohamed HACHIMI Du 08 au 09/07/2009 à Tunis Gouvernance au niveau des Agences

Plus en détail

LE SECTEUR DE L EAU EN JORDANIE : ENJEUX ET ENSEIGNEMENTS. Présentation des enjeux du secteur

LE SECTEUR DE L EAU EN JORDANIE : ENJEUX ET ENSEIGNEMENTS. Présentation des enjeux du secteur LE SECTEUR DE L EAU EN JORDANIE : ENJEUX ET ENSEIGNEMENTS Présentation des enjeux du secteur Avec des taux d accès proches de 100 %, les enjeux de l eau et l assainissement en Jordanie ne sont pas l accès

Plus en détail

4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance

4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance 4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance OUTILS DÉCISIONNELS DU FIDA EN MATIÈRE DE FINANCE RURALE 4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance Action: Mener à bien le

Plus en détail

Présentation au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire prébudgétaire 2015 31 juillet 2014

Présentation au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire prébudgétaire 2015 31 juillet 2014 Présentation au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire prébudgétaire 2015 31 juillet 2014 Ingénieurs Canada 1100-180, rue Elgin Ottawa (Ontario) K2P 2K3 Au sujet d Ingénieurs

Plus en détail

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 13 avril 2015 Français Original: anglais E/ECE/1471/Rev.1 Commission économique pour l Europe Soixante-sixième session Genève, 14-16 avril 2015

Plus en détail

Date: 20 02 2007 Ref: 071/07/OL. Architecture et durabilité

Date: 20 02 2007 Ref: 071/07/OL. Architecture et durabilité Architecture et Société - TA 3 anglaise Architecture et durabilité Le secteur de la construction joue un rôle clé dans toute politique visant un développement durable pour le 21ème siècle. L environnement

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

résumé un développement riche en emplois

résumé un développement riche en emplois ne pas publier avant 00:01 Gmt le mardi 27 mai 2014 résumé un développement riche en emplois Rapport sur le Travail dans le Monde 2014 Un développement riche en emplois Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE

Plus en détail

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 ISO l Organisation internationale de normalisation L ISO comprend 163* membres qui sont les instituts nationaux de normalisation de pays

Plus en détail

www.iavs-energie.org

www.iavs-energie.org Notes de recherche de l IAVS www.iavs-energie.org ---------------- administration@iavs-energie.org iavsmail@gmail.com ---------------- Cadre de référence indicatif pour la promotion de l efficacité énergétique

Plus en détail

Stages de recherche dans les formations d'ingénieur. Víctor Gómez Frías. École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France

Stages de recherche dans les formations d'ingénieur. Víctor Gómez Frías. École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France Stages de recherche dans les formations d'ingénieur Víctor Gómez Frías École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France victor.gomez-frias@enpc.fr Résumé Les méthodes de l ingénierie ont été généralement

Plus en détail

REDD-plus. Champ d application et des options pour le rôle des forêts dans les stratégies d atténuation des changements climatiques.

REDD-plus. Champ d application et des options pour le rôle des forêts dans les stratégies d atténuation des changements climatiques. REDD-plus Champ d application et des options pour le rôle des forêts dans les stratégies d atténuation des changements climatiques novembre 2009 Programme de Conservation des Forêts Le mécanisme REDD-plus

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET BURKINA FASO ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET DISCOURS DE MONSIEUR LE MINISTRE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Un bureau d ingénieursconseils privé indépendant. Leader allemand du conseil en développement

Un bureau d ingénieursconseils privé indépendant. Leader allemand du conseil en développement 2 Un bureau d ingénieursconseils privé indépendant Leader allemand du conseil en développement GOPA est un bureau d ingénieursconseils privé indépendant. En tant que prestataire de services moderne, avec

Plus en détail

MEMBER OF GOPA CONSULTING GROUP

MEMBER OF GOPA CONSULTING GROUP MEMBER OF GOPA CONSULTING GROUP 2 Un bureau d ingénieursconseils privé indépendant Leader allemand du conseil en développement GOPA est un bureau d ingénieursconseils privé indépendant. En tant que prestataire

Plus en détail

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 18 juin 2008 Session ministérielle OCDE 2008 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 5 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE

Plus en détail

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures 1 Introduction I Cette étude considère l urbanisation comme

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/772

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/772 Nations Unies A/AC.105/772 Assemblée générale Distr.: Générale 7 décembre 2001 Français Original: Anglais Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Rapport du deuxième Atelier

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social E/ECE/1478/Rev.1 Distr. générale 13 avril 2015 Français Original: anglais, français, russe Commission économique pour l Europe Soixante-sixième session Genève,

Plus en détail

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Rio de Janeiro (Brésil), 21 octobre 2011 1. À l invitation de l Organisation mondiale de la Santé, nous, Chefs de Gouvernement, Ministres

Plus en détail

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE European University Association Association Européenne de l'université Copyright 2008 par l Association Européenne de l Université

Plus en détail

PASSEZ VOTRE ENTREPRISE AU SCANNER : KYOCERA MANAGED DOCUMENT SERVICES* * SERVICES DE GESTION DES DOCUMENTS PAR KYOCERA.

PASSEZ VOTRE ENTREPRISE AU SCANNER : KYOCERA MANAGED DOCUMENT SERVICES* * SERVICES DE GESTION DES DOCUMENTS PAR KYOCERA. PASSEZ VOTRE ENTREPRISE AU SCANNER : KYOCERA MANAGED DOCUMENT SERVICES* * SERVICES DE GESTION DES DOCUMENTS PAR KYOCERA. REGARDEZ AU-DELÀ DES APPARENCES. 30 % DE RÉDUCTION EN MOYENNE DES COÛTS DOCUMENTAIRES*

Plus en détail

Critères MPE de l UE pour la robinetterie sanitaire

Critères MPE de l UE pour la robinetterie sanitaire Critères MPE de l UE pour la robinetterie sanitaire Les marchés publics écologiques (MPE) constituent un instrument non contraignant. Le présent document récapitule les critères MPE de l UE mis au point

Plus en détail

Pourquoi la responsabilité sociétale est-elle importante?

Pourquoi la responsabilité sociétale est-elle importante? Découvrir ISO 26000 La présente brochure permet de comprendre les grandes lignes de la Norme internationale d application volontaire, ISO 26000:2010, Lignes directrices relatives à la responsabilité. Elle

Plus en détail

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données La force de l engagement MD POINT DE VUE Impartition réussie du soutien d entrepôts de données Adopter une approche globale pour la gestion des TI, accroître la valeur commerciale et réduire le coût des

Plus en détail

Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final

Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final Préparé par la Division de la vérification et de l évaluation Bibliothèque et Archives Canada Mars

Plus en détail

Directives de candidature

Directives de candidature ENDANGERED ARCHIVES PROGRAMME SUBVENTIONS DE RECHERCHE Directives de candidature Août 2011 Dans leur volonté de contribuer aux recherches fondamentales sur d importantes questions en matière de sciences

Plus en détail

Bien vivre, dans les limites de notre planète

Bien vivre, dans les limites de notre planète isstock Bien vivre, dans les limites de notre planète 7e PAE le programme d action général de l Union pour l environnement à l horizon 2020 Depuis le milieu des années 70, la politique environnementale

Plus en détail

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté. Forces, limites et options stratégiques

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté. Forces, limites et options stratégiques Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté Forces, limites et options stratégiques Lahcen ACHY Economiste Principal, Centre Carnegie du Moyen Orient Septembre 2010 Le Maroc a enregistré

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

3 Guide pour développer un plan national de gestion des déchets de soins médicaux

3 Guide pour développer un plan national de gestion des déchets de soins médicaux 3 Guide pour développer un plan national de gestion des déchets de soins médicaux (111) Cette section présente une liste d actions recommandées qui devraient être mises en place par le gouvernement central

Plus en détail

Cisco Unified Computing Migration and Transition Service (Migration et transition)

Cisco Unified Computing Migration and Transition Service (Migration et transition) Cisco Unified Computing Migration and Transition Service (Migration et transition) Le service Cisco Unified Computing Migration and Transition Service (Migration et transition) vous aide à migrer vos applications

Plus en détail

Réponse de la Fédération canadienne des municipalités au projet de cadre réglementaire d Environnement Canada pour la gestion des eaux usées

Réponse de la Fédération canadienne des municipalités au projet de cadre réglementaire d Environnement Canada pour la gestion des eaux usées Réponse de la Fédération canadienne des municipalités au projet de cadre réglementaire d Environnement Canada pour la gestion des eaux usées Le 31 janvier 2008 Depuis 1901 Since 1901 24, rue Clarence Ottawa

Plus en détail

L évolution vers la virtualisation

L évolution vers la virtualisation L évolution vers la virtualisation Dépassez vos attentes en matière de solutions TI. L évolution vers la virtualisation En 2009, la majorité des entreprises québécoises ne s interrogent plus sur la pertinence

Plus en détail

> livre blanc. Mettez-vous vos données et celles de vos clients en danger?

> livre blanc. Mettez-vous vos données et celles de vos clients en danger? > livre blanc Mettez-vous vos données et celles de vos clients en danger? QU EST-CE QUE CELA SIGNIFIE? VOTRE ENTREPRISE N EST PAS TROP GRANDE NI TROP PETITE POUR ÊTRE PIRATÉE Revenons dix ans en arrière,

Plus en détail

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES CRITÈRES DE SÉLECTION DES PROGRAMMES PILOTES NATIONAUX ET RÉGIONAUX AU TITRE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENT FORESTIER I. CADRE GÉNÉRAL 1. On s accorde de plus en plus

Plus en détail

> Garantir l approvisionnement en eau à l horizon 2025. Objectifs et mesures recommandées

> Garantir l approvisionnement en eau à l horizon 2025. Objectifs et mesures recommandées > Garantir l approvisionnement en eau à l horizon 2025 Objectifs et mesures recommandées 2 > Garantir l approvisionnement en eau à l horizon 2025 OFEV 2014 > Garantir l approvisionnement en eau n est pas

Plus en détail

SECTION 1 : INTRODUCTION SECTION 1 :

SECTION 1 : INTRODUCTION SECTION 1 : 1 SECTION 1 : 2 3 Le but de cette version 2.0 du Manuel technique du Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire est d apporter aux analystes de la sécurité alimentaire des normes techniques

Plus en détail

Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations gouvernementales Tél. : 613-688-2064 Téléc. : 613-852-9696 smith@electricity.

Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations gouvernementales Tél. : 613-688-2064 Téléc. : 613-852-9696 smith@electricity. Proposition prébudgétaire 2015 de l Association canadienne de l électricité (ACÉ) présentée au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations

Plus en détail

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008)

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Excellences, Chers collègues, Mesdames et Messieurs, Chers amis, Quelles méthodes, quels instruments pour

Plus en détail

Directive opérationnelle

Directive opérationnelle Page 1 Populations autochtones Introduction 1. Cette directive décrit les politiques et les procédures d instruction de la Banque 1 pour les projets qui touchent les populations autochtones. Elle présente

Plus en détail

O. PREAMBULE TECHNOLOGIES ET ECONOMIE VERTES

O. PREAMBULE TECHNOLOGIES ET ECONOMIE VERTES O. PREAMBULE TECHNOLOGIES ET ECONOMIE VERTES 1. Energies renouvelables et accès à l énergie : les modes de consommation et de production d aujourd hui et de demain. Innovations: éolien, hydroélectricité,

Plus en détail

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Bonnes Pratiques ont été approuvées

Plus en détail

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève ***

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève *** Atelier de présentation du Programme Améliorer les capacités institutionnelles pour la gouvernance des migrations de main-d oeuvre en Afrique du Nord et de l Ouest (Bamako, Mali, 3 au 5 mars 2009) Intervention

Plus en détail

Situation actuelle : Sommaire d une recommandation Page 1 de 5

Situation actuelle : Sommaire d une recommandation Page 1 de 5 Le but de l entreprise est d offrir la meilleure qualité de service dans la vente de pièces automobiles. Les clients de Pintendre on besoin de se procurer les pièces automobiles rapidement afin de changer

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

Transcription médicale: comment faire le bon choix

Transcription médicale: comment faire le bon choix Transcription médicale: comment faire le bon choix La réduction des coûts et l optimisation des investissements sont des préoccupations majeures pour tout entrepreneur qui se respecte. À travers ce document,

Plus en détail

Quelles pistes pour rendre vos réseaux plus intelligents?

Quelles pistes pour rendre vos réseaux plus intelligents? Quelles pistes pour rendre vos réseaux plus intelligents? Maeve de France (Direction Technique, chef de projet métier SIG) Simon Le Grand (Direction Technique régionale IDF, service SIG/gestion patrimoniale)

Plus en détail

Vente de la ferme et l exonération des gains en capital

Vente de la ferme et l exonération des gains en capital Vente de la ferme et l exonération des gains en capital RBC Banque Royale Vente de la ferme et l exonération des gains en capital 2 L article suivant a été écrit par Services de gestion de patrimoine RBC.

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies ECE/CECI/2015/4 Conseil économique et social Distr. générale 30 juin 2015 Français Original : anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration économiques

Plus en détail

Accord sur la sécurité incendie et la sécurité des bâtiments au Bangladesh

Accord sur la sécurité incendie et la sécurité des bâtiments au Bangladesh Accord sur la sécurité incendie et la sécurité des bâtiments au Bangladesh Les parties soussignées sont attachées à l objectif d une industrie du prêt-à-porter sûre et durable au Bangladesh où aucun travailleur

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation.

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation. COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation Manuel Gestion du Cycle de Projet Programmation Evaluation Identification Mise en œuvre Instruction Financement Mars

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

DÉCISIONS À PRENDRE AVANT DE COMMENCER

DÉCISIONS À PRENDRE AVANT DE COMMENCER CHAPITRE 2 DÉCISIONS À PRENDRE AVANT DE COMMENCER Ce chapitre s adresse aux directeurs de programme, à leurs partenaires nationaux, aux coordinateurs d enquête et au personnel technique. Il vous aidera

Plus en détail

Rapport sur le travail dans le monde 2012

Rapport sur le travail dans le monde 2012 Rapport sur le travail dans le monde 2012 De meilleurs emplois pour une économie meilleure Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL INSTITUT INTERNATIONAL D ÉTUDES SOCIALES Comment sortir du piège

Plus en détail

Cas pratique CADASTRE DES OBSTACLES SUR LE RESEAU DE MOBILITÉ DOUCE La population fait la chasse aux obstacles

Cas pratique CADASTRE DES OBSTACLES SUR LE RESEAU DE MOBILITÉ DOUCE La population fait la chasse aux obstacles Cas pratique CADASTRE DES OBSTACLES SUR LE RESEAU DE MOBILITÉ DOUCE La population fait la chasse aux obstacles 10.10.2005 Soutenu par: Mobilservice PRATIQUE c/o beco Economie bernoise Protection contre

Plus en détail

La nouvelle génération de protection adaptée aux systèmes d exploitation de données. Le Système HI-FOG pour les Data Center

La nouvelle génération de protection adaptée aux systèmes d exploitation de données. Le Système HI-FOG pour les Data Center La nouvelle génération de protection adaptée aux systèmes d exploitation de données Le Système HI-FOG pour les Data Center Une protection moderne pour un monde contre l incendie piloté par les Datas Le

Plus en détail

Conservation, efficacité et fourniture de l énergie

Conservation, efficacité et fourniture de l énergie Ministère de l Énergie Printemps 2015 Conservation, efficacité et fourniture de l énergie Fiche d information Déclaration de principes provinciale, 2014 La Déclaration de principes provinciale de 2014

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

Feuille d information sommaire 3 : Attribution des dépenses de financement au formulaire T3010B

Feuille d information sommaire 3 : Attribution des dépenses de financement au formulaire T3010B Feuille d information sommaire 3 : Attribution des dépenses de financement au formulaire T3010B L information suivante est organisée de façon à aider les organismes de bienfaisance à indiquer les dépenses

Plus en détail

LE CHEMINEMENT COMPLEXE D UN VACCIN

LE CHEMINEMENT COMPLEXE D UN VACCIN LE CHEMINEMENT COMPLEXE D UN VACCIN Chaîne de production, exigences réglementaires et accès aux vaccins International Federation of Pharmaceutical Manufacturers & Associations LE CHEMINEMENT COMPLEXE D

Plus en détail

PNUD. I. Information sur le poste

PNUD. I. Information sur le poste PNUD Ministère du Développement, de l Investissement et de la Coopération Internationale Direction Générale du Développement Régional Direction Générale des Ressources Humaines Termes de référence pour

Plus en détail

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI note nº 08 NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI 1. Résumé SOUTIEN AUX PME ET À LEURS EMPLOYÉS PENDANT LA CRISE La crise financière et économique mondiale érige un certain nombre d obstacles

Plus en détail

Initiative allemande BACKUP pour l éducation en Afrique

Initiative allemande BACKUP pour l éducation en Afrique Initiative allemande BACKUP pour l éducation en Afrique Un partenaire pour assurer une éducation de qualité pour tous en Afrique «Je n ai jamais encore rencontré de donateur comme celui-ci : il écoute

Plus en détail

pas de santé sans ressources humaines

pas de santé sans ressources humaines Résumé Une vérité universelle : pas de santé sans ressources humaines + alliance mondiale pour les personnels de santé Résumé Objectif Le présent rapport est destiné à éclairer les débats du troisième

Plus en détail

Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments

Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments Fonds structurels 2014-2020 Guide pratique Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments Vous définissez à l heure actuelle les Programmes opérationnels

Plus en détail

Investir dans la capacité humaine et l apprentissage pour un développement vert et résilient face aux changements climatiques

Investir dans la capacité humaine et l apprentissage pour un développement vert et résilient face aux changements climatiques Investir dans la capacité humaine et l apprentissage pour un développement vert et résilient face aux changements climatiques «Les changements climatiques se constatent jour après jour partout dans le

Plus en détail

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/CM.38/6 6 avril 2005 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Vingt-quatrième réunion du Comité d experts de la

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

Mesurer la consommation d air comprimé ; économiser sur les coûts d énergie

Mesurer la consommation d air comprimé ; économiser sur les coûts d énergie Mesurer la consommation d air comprimé ; économiser sur les coûts d énergie L'air comprimé est un porteur d'énergie indispensable. A titre d exemple, environ 60.000 installations sont présentes en Allemagne.

Plus en détail

GROUPE DE CONTACT DES DIRECTEURS

GROUPE DE CONTACT DES DIRECTEURS GROUPE DE CONTACT DES DIRECTEURS PREMIÈRE ÉDITION (4 Juin 2014) LISTE DE CONTROLE POUR ENGAGER UN BON CONSULTANT I. Travaux préparatoires en interne II. Critères personnels concernant le consultant III.

Plus en détail