COMMERCE ÉQUITABLE & BANANE. Le commerce équitable vous donne la banane!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMMERCE ÉQUITABLE & BANANE. Le commerce équitable vous donne la banane!"

Transcription

1 COMMERCE ÉQUITABLE & BANANE Le commerce équitable vous donne la banane!

2

3 Pourquoi les bananes sont-elles courbées? 4 La filière banane 6 De la fleur au supermarché 6 Pays producteurs et importateurs de la banane 8 Les principaux acteurs de la filière 10 Défis de la filière? 13 La production et les enjeux environnementaux 13 La pression sur les prix 14 Les conditions sociales et le développement humain 16 Le commerce équitable de la banane 17 L action du commerce équitable 17 La banane équitable en chiffres 20 Et en Belgique, on en est où? 23 Et les producteurs qu en pensent-ils? 24 Switcher vers l équitable, une bonne affaire! 26 Nous avons opté pour les bananes équitables! 26 Quelques actions et campagnes 28 Et vous? Etes-vous consommateur ou consomm acteur? 30

4 4 Pourquoi les bananes sont-elles courbées et d autres histoires Les bananes font appel à l'imagination! Quel enfant, après avoir mangé quelques kilos de bananes dans sa tendre enfance, ne s est pas posé la question : «pourquoi les bananes sont-elles courbées?». Quel classique de la bande dessinée n a pas utilisé la fameuse peau de banane pour faire glisser un de ces personnages? Et toutes ces images d exotisme, de soleil, mais aussi de grandes plantations, de paquebots et de républiques bananières Mais qu en est-il exactement? La banane est certainement le fruit le plus populaire sur la planète. Et pas seulement pour sa forme sympathique. C'est une culture vitale. Dans les pays en voie de développement, les bananes représentent la quatrième culture en ordre d importance pour assurer la sécurité alimentaire, après le riz, le blé et le maïs. La banane est connue comme un des principaux produits d exportation, pourtant seulement 15% à 20% de la production totale est effectivement commercialisée sur le marché international, le reste étant destiné à la consommation locale dans le Sud. En 2011, la production mondiale représentait plus de 106 millions de tonnes de bananes! Même si la banane ne pousse pas chez nous, nous les Belges, on en est fous! Est-ce parce qu'elle a la couleur et un peu la forme de nos frites? En moyenne, le Belge mange 8 kg de bananes par an et le port d'anvers constitue la porte d entrée des bananes en Europe. 26% des bananes destinées au marché européen y transitent. Pourtant, la banane est une affaire de multinationales La production et le commerce sont en effet dominés par cinq entreprises représentant plus de 85% du marché: Chiquita, Dole, Del Monte, Noboa et Fyffes. Et le commerce équitable làdedans? En Belgique, 8,6% des bananes sur le marché portent le label Fairtrade [1]. Cela signifie que chaque seconde, quelqu'un achète une banane issue du commerce équitable en Belgique. C'est une très bonne chose [2], mais on peut faire beaucoup mieux! La plupart des producteurs et travailleurs des plantations de bananes gagnent encore trop peu pour subvenir aux besoins essentiels de leurs familles. Certains gagnent moins de deux dollars par jour. Beaucoup veulent dès lors rejoindre le système du commerce équitable Fairtrade, mais avant cela, il faut leur assurer qu il y a bien un marché pour ces produits et ça c est notre affaire! Notre but chez Max Havelaar est en effet de construire des ponts entre les producteurs de bananes et les consommateurs finaux. Et finalement, pourquoi les bananes sont-elles effectivement courbées? Vous le découvrirez dans un chouette petit film de Fairtrade Max Havelaar sur Youtube. Ecrivez «Mais d où vient la banane?» et rencontrez Peter Embrechts en compagnie de Leydi Jimena au Pérou. Plus d info également sur [1] GFK 2012 [2] Pour le café, on en est à 2.1 % et pour le chocolat, moins d 1%...

5 5 Dans les pays en voie de développement, la banane est la quatrième culture la plus importante pour assurer la sécurité alimentaire, après le riz, le blé et le maïs. La banane = le fruit le plus populaire au monde Le belge mange en moyenne 8 kg de bananes par an De 15% à 20% de la production totale est commercialisée sur les marchés internationaux, le reste étant consommé localement. Le port d Anvers est le plus important port pour l arrivée de bananes,... 26% des importations européennes y transitent. Plus de 106 millions de tonnes de bananes ont été produites par 150 pays en Plus de personnes font partie d une centaine de coopératives qui produisent des bananes équitables. Le marché européen représente près de 40% des importations mondiales 5 compagnies multinationales contrôlent 86% du marché mondial de bananes : Dole, Del Monte, Chiquita, Fyffes et Noboa En 2011, les producteurs de bananes équitables ont reçu 14 million d de prime Fairtrade.

6 6 De la fleur jusqu au supermarché 27 C Après 9 à 12 mois Après 5 à 6 mois de plantation Floraison HISTOIRE Le plant de banane semble trouver son origine dans les jungles de Malaisie, Indonésie, Philippines où un grand nombre de variétés ont été répertoriées. Il a ensuite été diffusé dans l Asie et l Afrique. Son nom actuel vient de l arabe pour désigner le doigt. Aujourd hui, on retrouve la banane dans plus de 150 pays. Après 5 à 6 mois de plantation apparaît la première fleur qui formera le régime de bananes, souvent appelé par les producteurs la main et les doigts. Récolte Après 9 à 12 mois, le régime de bananes est prêt à être récolté. Les producteurs utilisent généralement une machette pour couper le régime qui sera ensuite emballé et transporté sur le dos des producteurs ou via un système ingénieux de transport par câble jusqu à une station de lavage. On compte environ variétés de bananes en y incluant les bananes plantains. La variété «Cavendish», produite pour l export et connue comme la banane dessert, est la plus commune. Elle peut produire jusqu à 40 tonnes par hectare par an. LA PLANTE : LE BANANIER Le plant de banane requiert des sols humides bien drainés. On le trouve dans les zones tropicales avec des températures moyennes de 27 degrés et une pluviométrie de 2000 à 2500 mm par an. Le bananier n est pas un arbre, mais une herbe pérenne formée par une tige constituée de grandes feuilles superposées se terminant par une fleur. Il peut grandir jusqu à 15 mètres de haut. La culture de la banane produit durant 9 mois sur l année. VALEUR NUTRITIVE La banane présente des valeurs nutritionnelles importantes, notamment grâce à sa teneur en potassium, en vitamine A, B6 et C. Elle est par ailleurs riche en hydrate de carbone, en fibre et présente des faibles niveaux de protéine et de graisse (elle ne fait donc pas grossir!). La banane répond bien aux besoins des enfants et des sportifs. PROCESSUS DE PRODUCTION La culture de la banane requiert une main d'œuvre directe importante car chaque plante réclame un soin individuel intensif si l'on souhaite obtenir la qualité de fruit requise.

7 7 STATION DE LAVAGE Dans un premier temps, les régimes sont découpés en «main» (entre 10 et 20 bananes). Celles-ci sont ensuite lavées dans deux bassins différents. Après séchage, les bananes sont traitées avec un produit naturel pour favoriser la cicatrisation. SÉLECTION À la station de lavage, a lieu la sélection entre les bonnes bananes et celles à écarter. Ces dernières seront écoulées sur les marchés locaux ou via des entreprises de transformation (chips de bananes, pudding, gomme à mâcher, etc.) TRANSPORT Année Un régime de 1 bananes par tige La tige de banane ne produit qu une seule fois un régime de bananes. Pour les régimes suivants, il faudra couper la tige mère et laisser pousser au pied de celle-ci une nouvelle tige qui formera à son tour le régime de bananes suivant. 25 ans Ce cycle pourra se répéter durant 25 ans avant de devoir remplacer complètement le pied du bananier Une fois les bananes nettoyées et sélectionnées, elles seront emballées selon les désidératas des clients (plastifiées, en caisse, en vrac). Elles sont ensuite transportées dans des containers (généralement sur palette) et acheminées au port maritime local où elles seront chargées sur des paquebots (les fameux bananiers) disposant de dispositifs de réfrigération. La durée du voyage est de 6 à 17 jours selon les origines. MÛRISSAGE A leur arrivée à destination, les bananes passent encore une dizaine de jours dans des salles de murissage où leur processus de maturation sera achevé via une circulation d air chargé en gaz éthylène, inoffensif pour la santé, avant d être redistribuées vers les magasins et les réseaux de la grande distribution. La durée du murissage des bananes sera fonction de la demande du client qui peut souhaiter soit une banane encore légèrement verte ou tout à fait jaune. A ce stade, les bananes peuvent encore être transformées en chips, purée, bière, etc. Principales variétés de bananes banane dessert: variété Cavendish mini banane banane plantain, à cuire

8 8 Pays producteurs et importateurs de la banane Les principaux pays producteurs sont l Inde, la Chine et les Philippines, mais ceux-ci produisent essentiellement pour le marché interne. Près de 10% des bananes consommées en Europe sont produites par les pays du Sud de l Europe (Grèce, Portugal, Espagne, France) [1]. Au total, ce sont plus de 100 millions de tonnes de bananes produites chaque année. Ce volume a doublé lors des deux dernières décennies. Dans certains pays producteurs, la banane représente 12 à 27% des calories journalières requises. La consommation annuelle est de 243 kg par personne en Ouganda, entre 100 et 200 kg au Rwanda, Cameroun, Gabon, alors qu elle ne représente que 10 kg en Europe et aux Etats-Unis Inde Chine Philippines Brésil Indonésie Autres TOTAL Principaux pays producteurs de bananes ( , million de tonnes) Source: FAOSTAT EXPORT Entre 15 et 20 % seulement de la production est exportée. Elle représente un volume de 17,5 millions de tonnes en 2010, soit le double de ce qui était exporté en A l export, ce sont les pays d Amérique latine (Equateur, Costa Rica, Colombie) qui dominent le marché avec près de 65 % des exportations en 2010, suivis par l Asie (13%), l Afrique (4%) et les Caraïbes (2%). La réduction des barrières douanières vers l Europe va probablement augmenter davantage les exportations d Amérique latine au détriment des exportations des pays ACP. [2] [2] Afrique Caraîbes (Republique Dominicaine, Haiti, Belize, Surinam, Jamaique, Bahamas), Pacifique A noter qu environ 45% des bananes exportées sont des bananes desserts (variété Cavendish) et qu environ le même pourcentage concerne les bananes à cuire (banane plantain). IMPORT Au niveau de l importation, l Europe (40%) et les Etats- Unis (23%) sont les principaux marchés de la banane. Certains pays, comme la Belgique, bénéficient des infrastructures d importation (le port d Anvers) et réexportent une grande proportion du volume importé (plus de 90% dans le cas de la Belgique). La majorité des bananes importées en Europe proviennent d Amérique latine (79% en 2011), le reste provenant des pays ACP (21%) et du Sud de l Europe (10%). 26% de l importation de bananes européennes via le port d Anvers [1] UNCTAD Infocomm commodity profile banana

9 9 Guatemala 8% Colombie 10% e Principaux pays exportateurs apon 7.8% (2010) ne talie 6.3% Japon 7.8% Source: FAOSTAT Costa Rica 10% Guatemala 8% Colombie 10% Philippines 9% Autres 33% Costa Rica 10% Philippines 9% Autres 33% Equateur 30% Equateur 30% Italie 6.3% Principaux pays importateurs (2010) Source: FAOSTAT France 3% Canada 3% Italie 4% Iran 4% Chine 4% Autres 28% Royaume-Uni 5% France 3% Canada 3% Italie 4% Russie 5% Iran 4% Chine 4% Japon 6% Autres 28% Royaume-Uni 5% USA 23% Allemagne 7% Russie 5% Japon 6% Allemagne 7% Belgique 8% Belgique 8% USA 23%

10 10 Bon à savoir Dans le monde, 90% des exportations de bananes proviennent de plantations, les petits producteurs ne fournissant seulement que 10% des exportations, mais la majorité des bananes de consommation pour les marchés locaux. Coop. 10% Multinationales Culture Plantations 90% Emballage/Nettoyage Transport Importation/Vente en gros/ Mûrissement Emballage Distribution/Détail Consommateurs Le Fairtrade aide les producteurs à raccourcir la chaîne LES PRINCIPAUX ACTEURS DE LA FILIÈRE [1] Les bananes destinées à l'exportation peuvent être cultivées par de petits planteurs indépendants (présence forte dans les Caraïbes et en Équateur), par des compagnies nationales (principalement en Équateur et en Colombie) ou par des entreprises multinationales de taille importante (leur présence est plus forte en Amérique Centrale et va en grandissant en Afrique et en Asie). Les caractéristiques particulières de la banane et le fait qu'elle soit hautement périssable nécessitent un suivi très poussé durant les phases de croissance, d'emballage, de transport, de manutention, de maturation et de distribution. L'ensemble de ces éléments tend à faire de ce secteur, une filière fortement intégrée verticalement, où les multinationales contrôlent de plus en plus la filière. Les modèles de production La production bananière est caractérisée par une dualité propre, avec de petits planteurs produisant à côté des grandes plantations. Les petits producteurs Les petits producteurs sont des agriculteurs familiaux indépendants qui travaillent sur leur propre plantation de bananes avec l appui essentiellement des membres de la famille. Généralement, ils fournissent de l'emploi à quelques travailleurs externes (maximum 2/hectare) et font appel à d'autres travailleurs lors de la récolte. [1]

11 11 Travailleurs sur les plantations Une plantation représente en moyenne 250 ha, mais peut aller jusqu'à 5000 hectares. Elle appartient à un propriétaire privé et emploie environ un ouvrier par hectare. LES AUTRES ACTEURS CLÉS : Les multinationales: 86% du marché mondial est toujours dominé par 5 grandes sociétés: Chiquita (US, 25%), Dole (US, 25%), Del Monte (US, 16%), Noboa (EC, 12%), Fyffes (UK, 8%). Leur rôle a toutefois évolué ces derniers décennies. Jusqu'aux années 1970, les entreprises internationales étaient présentes à tous les niveaux de la filière. Mais depuis, celles-ci se sont désintéressées progressivement de la phase de production. C'est le producteur local qui doit dorénavant supporter ces coûts et doit s'adapter aux normes environnementales et sociales. Les multinationales n ont pas pour autant perdu le contrôle de la filière, notamment en gardant la maîtrise sur les contrats d'offre. Puisque la majeure partie de la valeur ajoutée des bananes provient du transport et de la distribution, elles ont continué à s'octroyer la plus grande part des marges. donc mieux faire pression sur l offre. Et souvent, ils ont même développé leur propre marque ce qui renforce davantage encore l intégration verticale. Dans le même temps, cela renforce leur responsabilité par rapport à leur engagement envers leurs consommateurs et par rapport à la durabilité de leurs offres. C est ce qui explique notamment qu en Belgique des grandes chaines comme Carrefour, Colruyt, Delhaize et Lidl offrent des bananes issues du commerce équitable. COOPÉRATIVES DE PETITS PRODUCTEURS <10 hectare PLANTATIONS TRAVAILLEURS OUVRIERS Les supermarchés: Depuis le milieu des années 90 et plus encore durant les années 2000, les chaînes de supermarchés prennent progressivement le dessus dans le marché de la banane. Cela s explique notamment par la concentration de ce secteur et une meilleure rationalisation des chaînes d approvisionnement, principalement en Europe et aux Etat-Unis. Là où par exemple les distributeurs avaient 5 fournisseurs, ils n en n ont plus que deux et peuvent >250hectares

12 12

13 13 La culture et le marché de la banane cristallisent de nombreux défis mondiaux, que ce soit au niveau de la production et des enjeux écologiques, de l économie et des relations de forces ou du social et du développement humain. 1. La production et les enjeux environnementaux La culture de la banane est une monoculture intensive et très fragile qui demande des soins particuliers pour éviter la propagation de différents types de maladies et attaques parasitaires et de champignons, tels la Black Sigatoka ou le fusarium. Vu la rapidité de propagation des maladies et la recherche permanente de hauts rendements, les grandes plantations appliquent des quantités de plus en plus importantes de pesticides et fertilisants (par voie aérienne), ce qui entraine des dégradations environnementales et des risques accrus sur la santé des travailleurs. Souvent, aucune précaution n est prise lors des pulvérisations de produits chimiques (jusqu à 40 fois par an sur la même plantation), qui sont souvent appliquées par voie aérienne et durant les heures de travail des équipes de terrain. Une grande partie des substances n atterrit même pas sur les plantes, mais finit sur le sol, dans l'eau et entre en contact direct avec les travailleurs et leurs familles. Les cultures potagères proches des habitations et l eau de consommation humaine sont également contaminées. L augmentation de la fréquence et de la gravité des maladies a un impact sur les coûts de production (les traitements chimiques représentent jusqu à 50% des coûts de productions) et amène l industrie à progressivement orienter sa production vers des zones moins susceptibles d être touchées. De nouvelles variétés de bananes plus résistantes sont également testées. Défis de la filière 2. La pression sur les prix Contrairement au café ou au cacao, il n y a pas pour la banane un prix de référence sur le marché international. Cela s explique notamment par la segmentation du marché qui résulte principalement des différents coûts de transport et des politiques d'importation en vigueur dans les pays consommateurs. Le prix est donc fixé par l offre et la demande et influencé par d autres facteurs : la fixation d un prix minimum dans certain pays (Equateur), le pouvoir de négociation des multinationales, les stratégies commerciales des grands distributeurs, Les prix de bananes ont généralement été bas et volatiles. Même si ceux-ci ont sensiblement augmenté, il faut prendre en compte l évolution de l index et comment les marges ont été distribuées entre les différents intervenants tout le long de la chaîne. La culture de la banane étant très demandeuse en main d œuvre, la pression sur les prix du marché va avoir un effet direct sur les conditions de salaire et de payement des producteurs et travailleurs. La commercialisation de la banane est configurée selon les 3 grandes origines possibles : la banane dollar d Amérique latine, la banane ACP (Afrique, Caraïbe, Pacifique) et la banane européenne (Canaries, Martinique, ). Cette division du monde n est pas sans conséquences sur les accords commerciaux et douaniers. Et schématiquement, elle débouche sur l opposition de deux idéologies : le libéralisme prôné par la banane sud-américaine affronte le protectionnisme de certains pays européens (la France et la Grande-Bretagne) en faveur de leurs anciennes colonies. Cette lutte a donné lieu à un conflit féroce durant près de 20 ans, communément appelé «la guerre de la banane».

14 14 US Dollars per Metric Ton 1.11k jul jul 2003 Evolution du prix Source: Mais, si l «accord banane» survenu en 2009 à l OMC met fin à la guerre de la banane, il signe en revanche à moyen terme le glas du régime préférentiel pour les pays ACP. Leurs tonnes de bananes exportées vers l Union européenne se trouvent brutalement en concurrence de plain-pied avec les 4 millions de tonnes des multinationales, qui bénéficient d économies d échelle quant aux coûts de transports et de transactions. Ni l industrie naissante, ni la sécurité alimentaire ne sont correctement protégés. Et dans nos magasins, qu en est-il? Le prix au détail de la banane en Europe varie entre 1,09 / kg en Allemagne en Angleterre (où une nouvelle «banana war» s est déclarée entre les chaînes de supermarchés) à 1,60 /kg en France et même davantage en Belgique (de l ordre de 1,69 /kg pour les bananes standards). 3. Les conditions sociales et le développement humain Comme cela a été dénoncé par différents acteurs, reportages [1] et plusieurs campagnes, les droits, la sécurité et la santé des travailleurs ont été régulièrement violés dans [1] Voir notamment : les grandes plantations de multinationales en Amérique latine. Ces dernières ont eu un tel poids économique qu elles ont pu, dans le passé, renverser les gouvernements, asseoir de nouveaux présidents, faire et défaire la politique de ces pays producteurs pour les convertir en «républiques bananières». Ces dernières années, un terrain d entente semble progressivement avoir été trouvé entre les confédérations syndicales et multinationales, grâce notamment à l avènement de l idée de production durable, mais un long chemin reste encore à parcourir Les défis restent multiples: Les conditions de travail : Dans les années 70, début des années 80, le travail dans une plantation de bananes était perçu comme une bonne opportunité pour les travailleurs. Les salaires étaient en moyenne plus élevés que dans le reste de l'agriculture et la plupart des travailleurs faisaient partie de syndicats forts. Mais aujourd'hui, la situation a radicalement changé et ce en raison de la pression sans fin qui a été exercée sur les prix et les coûts de production dans la chaîne d'approvisionnement. les salaires ne permettent souvent pas de couvrir les besoins de base des travailleurs et de leurs familles (santé, éducation, logements). Les conditions de travail sont pénibles (entre 10 et 12 heures de travail par jour, 6 jours par semaine, conditions de chaleur et d humidité extrêmes). Les travailleurs des plantations de République Dominicaine, Belize et Costa Rica sont souvent des migrants (haïtiens notamment) qui n ont droit à aucune couverture et qu on menace d expulsion dès qu ils réclament quelques droits ou veulent s organiser.

15 15 La sécurité et la santé : le manque d équipements adéquats et de mesures de sécurité protégeant les travailleurs du contact avec les pesticides et fertilisants chimiques entrainent de graves problèmes de santé (stérilité et cancers, problèmes respiratoires, dommages pour les yeux, maladies de la peau, dépression). La liberté de s organiser et de constituer des syndicats : beaucoup de plantations ont une culture antisyndicats et refusent de discuter ou de négocier avec des représentations de travailleurs. Les pressions et violences sont encore très régulières, comme au Guatemala où en 2011, 10 représentants syndicaux, dont 3 issus du secteur banane, ont été assassinés. Et pour les petits producteurs : qu en est-il? Face à des grandes plantations de plusieurs centaines d hectares, les petits producteurs seront toujours désavantagés en termes d'économie d échelle et de risques. Une grande plantation peut perdre une partie de sa production suite à un ouragan ou une maladie, mais peut tout de même faire face à ces dommages. Un petit producteur ne pourra souvent pas se relever après un tel désastre. Cette vulnérabilité des petits producteurs les rend nettement moins intéressants auprès des acheteurs qui souhaitent avoir une garantie sur l offre toute l année. En Colombie et en Equateur, les petits agriculteurs sont souvent considérés comme un «plan B» pour assurer l'offre lorsqu il y a pénurie sur le marché, mais dès qu il y a du surplus, ceux-ci sont à nouveau ignorés. Une réponse face à ces nombreux défis est souvent l'organisation des coopératives de producteurs, qui permettent à ceux-ci de se renforcer, mais qui n a pas pu empêcher que chaque fois que le prix des bananes descend en dessous des coûts de productions, il y a des agriculteurs qui quittent leurs terres et sont contraints à se déplacer vers les villes ou à l'étranger. Autres défis auxquels doivent faire face les petits producteurs: les maladies, la hausse des coûts logistiques (transport et emballage) et l'accès à l information sur les marchés, les conséquences des changements climatiques, chaque fois plus fréquents et plus graves.

16 16

17 17 Bon à savoir En 2012, 8,6% des bananes vendues en Belgique portaient le label Fairtrade. Le commerce équitable de la banane L ACTION DU COMMERCE ÉQUITABLE. QUE FAIT LE FAIRTRADE? Le commerce équitable ou Fairtrade - donne aux petits producteurs et travailleurs du Sud la possibilité de : renforcer leur pouvoir de négociation sur le marché ; combattre la pauvreté ; prendre en mains leur propre avenir. En d autres mots, le commerce équitable stimule le développement social, économique et écologique d organisations de producteurs à petite échelle. En contrepartie d un mode de production durable, les producteurs du système Fairtrade bénéficient d un prix équitable qui couvre les coûts de production. Le commerce équitable offre ainsi aux producteurs un réseau viable dans un marché instable. Il améliore également les conditions de vie des travailleurs de plantations. Le label Fairtrade est contrôlé et certifié par FLO-Cert L organisation de certification indépendante FLO-Cert est conforme à la norme ISO 65. Ce qui assure l intégrité du système et garantit que les normes, fixées par Fairtrade International, sont bien respectées. Configuration de la production de bananes Fairtrade : La plupart des produits labellisé Fairtrade proviennent de petits producteurs, notamment le café, le cacao, le coton. Pour quelques produits, notamment le thé et les fleurs, ce sont les travailleurs de plantations privées qui bénéficient du Fairtrade. Dans le cas des bananes, le commerce équitable Fairtade a développé des critères pour protéger et soutenir aussi bien les petits producteurs des coopératives que les travailleurs des plantations privées. 63 COOPÉRATIVES ET 49 PLANTATIONS SONT CERTIFIÉES FAIRTRADE, SOIT PETITS PRODUC- TEURS ET TRAVAILLEURS DE PLANTATIONS

18 18 QUELS SONT LES PRINCIPAUX CRITÈRES DU COMMERCE ÉQUITABLE POUR LES BANANES? Pour les petits producteurs Organisation en coopératives Pour entrer en ligne de compte, les producteurs doivent se réunir en coopératives. Ils en acquièrent plus de force sur le marché et bénéficient d économies d échelle. La garantie de techniques de production adaptées Grâce à la concentration sur l agriculture à petite échelle, nous pouvons garantir la mise en place de modes de production respectueux de la nature et propices à la biodiversité. L assurance d un prix minimum. Ce prix minimum est différent d un pays à l autre. Il couvre au moins les coûts de production. Pour le Pérou par exemple (bananes bio), il est de 8$ par caisse de 18,14kg. Si le prix du marché est supérieur au prix minimum garanti par le Fairtrade, le prix minimum appliqué suivra celui du marché, majoré de la prime. Le préfinancement possible jusqu à 60% du prix d achat Concrètement, cela signifie que la coopérative peut payer ses membres directement, à la livraison des bananes et ne doit pas attendre d être payée par l exportateur/importateur. Pour les producteurs, c est essentiel de pouvoir compter aussi rapidement sur l argent de la vente de leurs productions individuelles. La stimulation de relations commerciales équitables par des techniques de négociation équitables ; par de bons contrats ; en luttant contre la spéculation. Une prime pour la coopérative L organisation de producteurs reçoit 1$ dollar par caisse [1] de bananes, soit 4.2 centimes d euro par kilo. Ce montant est destiné à financer : des investissements au bénéfice de la communauté. Par exemple, dans des projets d enseignement ; des investissements dans des projets environnementaux. Par exemple, pour la conversion à l agriculture biologique ; l amélioration de la qualité de la production de bananes. [2] Voir Bon à savoir En 2011, les producteurs de bananes Fairtrade ont reçu 14 millions de prime équitable Fairtrade [1] Voir htpp://www.fairtrade.net/price-and- [2] Voir htpp://www.fairtrade.net/price-and-

19 19 & Pour les organisations de producteurs & travailleurs des plantations: Un système décisionnel démocratique accordant les mêmes droits à tous les membres. Ce système assure des droits égaux à tous les membres de la coopérative. Il n y a pas de discrimination possible, peu importe le thème (sexuel, religieux, ). Des pratiques agricoles responsables via de stricts critères environnementaux. Les critères équitables relatifs à l environnement mettent l accent sur : l usage limité et sécurisé des pesticides, la bonne gestion des déchets, la gestion responsable de la fertilité du sol et des sources d eau, l interdiction d utiliser des organismes génétiquement modifiés (OGM) L interdiction de l esclavage et du travail des enfants VU LE NIVEAU D EXIGENCE SUR LES CRITÈRES ENVIRONNEMENTAUX, 39% DE LA PRODUCTION DE BANANES CERTIFIÉES FAIRTRADE SONT ÉGALEMENT CERTIFIÉES BIOLOGIQUES. Pour les travailleurs des plantations : Un comité de travailleurs ( Joint Body ) comme organe de représentation. Les travailleurs de la plantation délèguent des représentants qui seront chargés de conformer le comité conjointement avec la direction de la plantation. Les travailleurs ont le droit de vote tandis que la direction n a que le droit de parole (sans vote). Le Comité décide de l'affectation de la prime et examine d'autres questions que les travailleurs souhaitent traiter. Des règles strictes pour l'emploi. Les normes du commerce équitable imposent des règles strictes concernant le bien-être des travailleurs. Exemples: interdiction de la violence physique et verbale, la liberté d'association auprès de syndicats ou d'autres organisations, un salaire décent au-dessus du salaire minimum officiel, les règles concernant les vacances, les congés de maternité et de maladie, les contrats d exécution signés par les deux parties, les règles sur la durée maximale de travail par semaine et les heures supplémentaires, des examens médicaux réguliers pour tous les travailleurs, l'accès à l'eau potable, des toilettes et des vêtements de protection. Une prime pour les travailleurs. Comme pour les organisations de petits producteurs, les travailleurs des plantations ont droit à une prime de 1$ par caisse de 18,14kg vendue. Cette somme est utilisée pour des dépenses décidées par les travailleurs : des garderies pour les enfants, des visites médicales pour les travailleurs et leurs familles, amélioration des logements, accès à l eau potable,

20 20 Bon à savoir Plus de personnes font parties de la centaine d organisations et plantations qui produisent des bananes équitables. LA BANANE ÉQUITABLE EN CHIFFRES ( ) producteurs et travailleurs 112 organisations (49 plantations, 63 coopératives) ha tonnes produites 39% bio tonnes vendues sous conditions Fairtrade (soit 65% de la production totale) dont 68% proviennent des petits producteurs euros de prime (en moyenne: 745 /an/petit producteur et 859 /an/travailleur) QUELQUES FAITS: 44% (49/112) des organisations certifiées Fairtrade sont des plantations. Les coopératives produisent essentiellement les bananes Fairtrade biologiques (85%) et près de la moitié des bananes Fairtrade normales (48%). En 2012, plus de travailleurs, leurs familles et leurs communautés, ont pu bénéficier des avantages du Fairtrade. Ils ont pu recevoir 5,5 million d de primes.

2. LE SYSTEME COMPETITIF ET LES STRATEGIES DES ACTEURS

2. LE SYSTEME COMPETITIF ET LES STRATEGIES DES ACTEURS 2. LE SYSTEME COMPETITIF ET LES STRATEGIES DES ACTEURS Au niveau mondial, le système compétitif de la banane dessert d exportation est un oligopole avec frange. Le commerce international de la banane est

Plus en détail

LA LABELLISATION DES PRODUITS SUIVANT DES CRITERES DE COMMERCE EQUITABLE : MODALITES, ENJEUX ET OPPORTUNITES

LA LABELLISATION DES PRODUITS SUIVANT DES CRITERES DE COMMERCE EQUITABLE : MODALITES, ENJEUX ET OPPORTUNITES LA LABELLISATION DES PRODUITS SUIVANT DES CRITERES DE COMMERCE EQUITABLE : MODALITES, ENJEUX ET OPPORTUNITES LES PRINCIPES DU COMMERCE EQUITABLE Le Commerce Equitable c est : Mettre l homme au cœur du

Plus en détail

Atelier du cacao/chocolat

Atelier du cacao/chocolat Instructions pour l'enseignant Objectif: Le groupe apprend l'histoire du cacao/chocolat de la plantation au chocolat fini. Tâche: Le groupe lit le texte et remplit ensuite le questionnaire. Le groupe qui

Plus en détail

Le label Fairtrade Max Havelaar en. questions

Le label Fairtrade Max Havelaar en. questions Le label Fairtrade Max Havelaar en questions 1 Qu est-ce que le commerce équitable? Aujourd hui, plus d un milliard de personnes souffrent de la faim dans le monde. Les trois-quarts d entre eux sont des

Plus en détail

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Amélioration de la productivité et de la qualité Publication juin 2013 Sommaire : Introduction...

Plus en détail

Quels critères pour un vêtement durable? Labels et outils de contrôle. CHAMPON Léa écoconso et CRABBE Carole achact 20 novembre / Bouge

Quels critères pour un vêtement durable? Labels et outils de contrôle. CHAMPON Léa écoconso et CRABBE Carole achact 20 novembre / Bouge Quels critères pour un vêtement durable? Labels et outils de contrôle CHAMPON Léa écoconso et CRABBE Carole achact 20 novembre / Bouge Acheter responsable, moins et mieux! Améliorer la «performance achats»

Plus en détail

ETUDES & ANALYSES. I. Contexte : une prise de valeur plus importante en Martinique qu en Métropole

ETUDES & ANALYSES. I. Contexte : une prise de valeur plus importante en Martinique qu en Métropole ETUDES & ANALYSES DAAF MARTINIQUE N 4 Avril 2014 Formation du prix de la banane variété Cavendish vendue localement La DAAF est impliquée dans les réflexions relatives aux négociations du dispositif Bouclier

Plus en détail

Comprendre et agir pour :

Comprendre et agir pour : Comprendre et agir pour : 1 Commerce Equitable : définition "Le commerce équitable est un partenariat commercial fondé sur le dialogue, la transparence et le respect, visant une plus grande équité dans

Plus en détail

Document explicatif Introduction à Fairtrade

Document explicatif Introduction à Fairtrade Document explicatif Introduction à Fairtrade Explication de quelques mots et expressions clés utilisés à Fairtrade. Coopérative de Café Cocla, Peru. Photo: Henrik Kastenskov Document: Document explicatif

Plus en détail

CHOCOLAT : 3 ENTREPRISES FAMILIALES ET INTERNATIONALES s unissent pour développer une filière cacao éthique et de qualité en Côte d Ivoire

CHOCOLAT : 3 ENTREPRISES FAMILIALES ET INTERNATIONALES s unissent pour développer une filière cacao éthique et de qualité en Côte d Ivoire DOSSIER DE PRESSE JOINT VENTURE CHOCOLAT : 3 ENTREPRISES FAMILIALES ET INTERNATIONALES s unissent pour développer une filière cacao éthique et de qualité en Côte d Ivoire Les chocolatiers CEMOI, BLOMMER

Plus en détail

Betty SANTONNAT Directrice du Développement

Betty SANTONNAT Directrice du Développement Betty SANTONNAT Directrice du Développement Chiffres clés du marché des cosmétiques naturels et Bio Résultats de l'étude de notoriété é du label BIO menée par IPSOS COSMEBIO: Qui sommes nous? Association

Plus en détail

bonheur pousse en haut des arbres Leur Eunice et Bernard sont heureux des récoltes de leurs 15 avocatiers.

bonheur pousse en haut des arbres Leur Eunice et Bernard sont heureux des récoltes de leurs 15 avocatiers. Leur bonheur pousse en haut des arbres La culture d avocats bio apporte un complément de revenu à beaucoup de fermiers kenyans Eunice et Bernard Mbuthia aiment leurs 15 avocatiers car ce sont grâce à eux

Plus en détail

Document d orientation sur le Standard pour le café Fairtrade. Amélioration de la productivité et/ou de la qualité Publication Janvier 2012

Document d orientation sur le Standard pour le café Fairtrade. Amélioration de la productivité et/ou de la qualité Publication Janvier 2012 Document d orientation sur le Standard pour le café Fairtrade Amélioration de la productivité et/ou de la qualité Publication Sommaire : Introduction... 1 Contexte... 2 Définition... 2 Les types d investissements...

Plus en détail

Conférence StopPauvreté / ChristNet 2009

Conférence StopPauvreté / ChristNet 2009 L amour du prochain : réfléchir, s engager. Conférence StopPauvreté / ChristNet 2009 Atelier 5 Injustice et justice dans notre consommation Exposé d Elisabeth Hardmeier, enseignante en musicologie de la

Plus en détail

Mais que signifient donc tous ces labels...?

Mais que signifient donc tous ces labels...? Mais que signifient donc tous ces labels...? En voici une brève description. Une partie de Année après année, nous essayons de faire davantage pour la génération de demain. Migros propose d ores et déjà

Plus en détail

AYITIKA EN BREF AYITIKA SA,

AYITIKA EN BREF AYITIKA SA, AYITIKA EN BREF AYITIKA SA, une entreprise sociale (privés, coopératives) spécialisée dans la professionnalisation des filières agricoles. AYITIKA est une entreprise de Services et de Production. Zone

Plus en détail

La fondation Max Havelaar

La fondation Max Havelaar Qu'est-ce qu une fondation? Une fondation est créée par un donateur pour accomplir un objectif bien défini et à long terme. A cet effet, il offre des biens à la fondation. Elle opère à but non-lucratif

Plus en détail

Le BourgEon dessus, dedans

Le BourgEon dessus, dedans Le BourgEon dessus, bio dedans Le Bourgeon Les deux tiers des consommatrices et consommateurs suisses mangent régulièrement bio. Et ils sont de plus en plus nombreux à apprécier le naturel, la saveur authentique

Plus en détail

SOMMAIRE 1 LA CONSOMMATION... 5 1.1 L EVOLUTION DE LA CONSOMMATION... 5 1.2 LES TENDANCES DE CONSOMMATION... 8 2 LA PRODUCTION...

SOMMAIRE 1 LA CONSOMMATION... 5 1.1 L EVOLUTION DE LA CONSOMMATION... 5 1.2 LES TENDANCES DE CONSOMMATION... 8 2 LA PRODUCTION... SOMMAIRE 1 LA CONSOMMATION... 5 1.1 L EVOLUTION DE LA CONSOMMATION... 5 1.2 LES TENDANCES DE CONSOMMATION... 8 2 LA PRODUCTION... 13 2.1 L EVOLUTION DE LA PRODUCTION... 13 2.2 LES PRODUCTEURS BIOLOGIQUES...

Plus en détail

Pour en savoir plus : www.commercequitable.org

Pour en savoir plus : www.commercequitable.org Des centaines de millions de personnes sur la planète travaillent dans des conditions extrêmement précaires et pour des salaires dérisoires pour cultiver ou fabriquer des matières premières et des biens,

Plus en détail

Fruit. Fleur. Racine. Bulbe. Une tomate est donc un légume fruit!

Fruit. Fleur. Racine. Bulbe. Une tomate est donc un légume fruit! Bulbe Fleur Racine Fruit Une tomate est donc un légume fruit! Les fruits charnus Les fruits complexes Et bien d autresd Depuis 2001 les pouvoirs publics mettent en avant qu il faut manger au moins 5 fruits

Plus en détail

CHARTE DES PRINCIPES DU COMMERCE ÉQUITABLE

CHARTE DES PRINCIPES DU COMMERCE ÉQUITABLE CHARTE DES PRINCIPES DU COMMERCE ÉQUITABLE Janvier 2009 Sommaire Introduction4 Vision commune5 Définir le Commerce Équitable6 Principes Essentiels6 Le commerce équitable, une dimension additionnelle aux

Plus en détail

ICC 115-8. Le café dans la Fédération de Russie. Conseil international du Café 115 e session 28 septembre 2 octobre 2015 Milan (Italie) Contexte

ICC 115-8. Le café dans la Fédération de Russie. Conseil international du Café 115 e session 28 septembre 2 octobre 2015 Milan (Italie) Contexte ICC 115-8 18 août 215 Original : anglais F Conseil international du Café 115 e session 28 septembre 2 octobre 215 Milan (Italie) Le café dans la Fédération de Russie Contexte Conformément à l'article 34

Plus en détail

Atelier du café. La classe apprend des choses intéressantes sur le café, sa production, le caféier etc. Objectif:

Atelier du café. La classe apprend des choses intéressantes sur le café, sa production, le caféier etc. Objectif: Instructions pour l'enseignant Objectif: La classe apprend des choses intéressantes sur le café, sa production, le caféier etc. Tâche: Les images doivent être attribuées aux textes correspondants. Matériel:

Plus en détail

POUR"UN"" COMMERCE"EQUITABLE"" AU"SERVICE"DES"" ORGANISATIONS"PAYSANNES"

POURUN COMMERCEEQUITABLE AUSERVICEDES ORGANISATIONSPAYSANNES AVSF "AVSF" POUR"UN"" COMMERCE"EQUITABLE"" AU"SERVICE"DES"" ORGANISATIONS"PAYSANNES" Texte"de"référence"" " Octobre"2011" "Quiconque travaille a droit à une rémunération équitable lui assurant, ainsi qu'à

Plus en détail

ACHETER EN ÉTANT SOLIDAIRE : LE COMMERCE ÉQUITABLE

ACHETER EN ÉTANT SOLIDAIRE : LE COMMERCE ÉQUITABLE ACHETER EN ÉTANT SOLIDAIRE : LE COMMERCE ÉQUITABLE Doc. 1 Qu est-ce que le «commerce équitable»? «Le commerce équitable, c est acheter aux producteurs des pays pauvres (Afrique, Amérique du Sud, Asie)

Plus en détail

L agriculture biologique : un secteur en forte croissance

L agriculture biologique : un secteur en forte croissance L agriculture biologique : un secteur en forte croissance L agriculture biologique est en plein développement au niveau mondial, avec un taux de croissance annuel de la production de 15 à 30%. L Europe

Plus en détail

30 ans de présence de Carrefour au Brésil: le cas des filières qualité. Groupe Carrefour

30 ans de présence de Carrefour au Brésil: le cas des filières qualité. Groupe Carrefour ! Université d Automne 2003! Enseignants de Sciences Economiques et Sociales - Entreprises 30 ans de présence de Carrefour au Brésil: le cas des filières qualité Groupe Carrefour 1 30 ans de présence au

Plus en détail

L agriculture, un secteur moderne

L agriculture, un secteur moderne L agriculture, un secteur moderne La modernisation de son agriculture a permis à la France de se propulser au rang de premier producteur européen et de premier exportateur mondial de produits agroalimentaires

Plus en détail

LES MARCHÉS BELGE ET EUROPÉEN DE L OR

LES MARCHÉS BELGE ET EUROPÉEN DE L OR LES MARCHÉS BELGE ET EUROPÉEN DE L OR Résumé Production, consommation et commerce : faits marquants Prévisions à long terme : le remplacement de l or par les bijoux en or Sur le long terme, l UE devrait

Plus en détail

Cahier 1. Acheter équitable ou socialement responsable

Cahier 1. Acheter équitable ou socialement responsable Cahier 1. Acheter équitable ou socialement responsable 1.1. Commerce équitable Oxfam Magasins du monde 1.2. Achats socialement responsables de vêtements de travail achact Action Consommateurs Travailleurs

Plus en détail

Le Quizz du Commerce équitable

Le Quizz du Commerce équitable Le Quizz du Commerce équitable Quels sont les trois piliers fondamentaux du développement durable? économique, social et environnemental commercial, social et énergétique démographique, environnemental

Plus en détail

La restauration des écosystèmes (Point 9 de l ordre du jour)

La restauration des écosystèmes (Point 9 de l ordre du jour) DÉCLARATION DE POSITION La restauration des écosystèmes (Point 9 de l ordre du jour) 11ème réunion de la Conférence des Parties à la Convention sur la diversité biologique, Hyderabad, Inde, 8-19 octobre

Plus en détail

ETUDE SUR LE COMMERCE EQUITABLE

ETUDE SUR LE COMMERCE EQUITABLE ETUDE SUR LE COMMERCE EQUITABLE Association ECO Planète BBA INSEEC ECE Lyon 21. Rue Alsace-Lorraine 69001 Lyon Une initiative des étudiants du BBA INSEEC Ecole de Commerce Européenne de Lyon. En partenariat

Plus en détail

Qu est-ce que le commerce équitable?

Qu est-ce que le commerce équitable? FAIR TRADE RULES! Position du mouvement international du commerce équitable en vue de la VI e Conférence Ministérielle de l OMC à Hong Kong Octobre 2005 «Nous, les membres du mouvement international du

Plus en détail

Sommaire. Comprendre la Colombie 15. Préface... 7. Repères essentiels... 17. Données et tendances de l économie... 28

Sommaire. Comprendre la Colombie 15. Préface... 7. Repères essentiels... 17. Données et tendances de l économie... 28 Préface.......................................................................... 7 Comprendre la Colombie 15 Repères essentiels........................................................ 17 Chiffres clés.................................................................

Plus en détail

Réforme de la Politique agricole commune. www.verts-ale.eu J A M A I S

Réforme de la Politique agricole commune. www.verts-ale.eu J A M A I S Réforme de la Politique agricole commune M A I N T E N A N T www.verts-ale.eu ou J A M A I S LES VERTS au Parlement européen appellent à: UNE PAC PLUS JUSTE 20% des exploitations agricoles accaparent 80%

Plus en détail

PARTIE 1 : DES ECHANGES A LA DIMENSION DU MONDE

PARTIE 1 : DES ECHANGES A LA DIMENSION DU MONDE Géographie Leçon du 22/09/11 CHAPITRE 13 p 214 PARTIE 1 : DES ECHANGES A LA DIMENSION DU MONDE Rappel du programme : Différence entre monde et planète : monde = on s intéresse aux Hommes (zones et espaces)

Plus en détail

Standard du Commerce Equitable Fairtrade. les organisations de petits producteurs

Standard du Commerce Equitable Fairtrade. les organisations de petits producteurs Standard du Commerce Equitable Fairtrade pour le cacao pour les organisations de petits producteurs Valable également pour la production contractuelle en Océanie Version actuelle: 01.05.2011_v1.2 Prochaine

Plus en détail

EUROPEAN LIVESTOCK AND MEAT TRADING UNION / EUROPÄISCHE VIEH- UND FLEISCHHANDELSUNION

EUROPEAN LIVESTOCK AND MEAT TRADING UNION / EUROPÄISCHE VIEH- UND FLEISCHHANDELSUNION EUROPEAN LIVESTOCK AND MEAT TRADING UNION / EUROPÄISCHE VIEH- UND FLEISCHHANDELSUNION Brussels, 11 December 2006 Bruxelles, le 11 décembre 2006 N/REF.: YEMCo-N-013-2006-FR OBJET: COMPTE RENDU DE LA CONFERENCE

Plus en détail

Commerce international de licences de technologie portant sur des savoir-faire et des secrets d affaires

Commerce international de licences de technologie portant sur des savoir-faire et des secrets d affaires Commerce international de licences de technologie portant sur des savoir-faire et des secrets d affaires par Hans Verhulst 1, consultant, Centre de promotion des importations provenant des pays en développement

Plus en détail

Nos savoir-faire & solutions business

Nos savoir-faire & solutions business Passionnés de gastronomie et de voyages, ses fondateurs se sont inspirés de leur expertise dans l univers agro-alimentaire pour créer DESTINATION en 1999, une entreprise à taille humaine et éco-responsable,

Plus en détail

Programme de compensation volontaire des gaz à effet de serre (GES)

Programme de compensation volontaire des gaz à effet de serre (GES) Programme de compensation volontaire des gaz à effet de serre (GES) Volet déplacements professionnels L Université et la lutte aux changements climatiques L Université Laval souhaite contribuer à la lutte

Plus en détail

Agriculture familiale et les défis du changement climatique en Afrique

Agriculture familiale et les défis du changement climatique en Afrique Agriculture familiale et les défis du changement climatique en Afrique 1 ière Édition Agriculture, changement climatique et responsabilité des organisations Dakar, du 25 au 27 Avril 2013 au CICES Communication

Plus en détail

Productivité. Gestion des fermes caféières. Troisième

Productivité. Gestion des fermes caféières. Troisième Histoire du Programme Nespresso AAA pour une Qualité Durable depuis 2003 Le Programme Nespresso AAA pour une Qualité Durable (Nespresso AAA Sustainable Quality ) se distingue par son approche unique visant

Plus en détail

Les snacks fromagers

Les snacks fromagers Les snacks fromagers Les snacks fromagers Août 2011 Etude réalisée avec le soutien de la Wallonie Agenda 1. Objectifs 2. Méthodologie 3. Perceptions des snacks fromagers 4. Critères de choix d un snack

Plus en détail

PRODUITS MORTELS LES PESTICIDES DANS LE COTON

PRODUITS MORTELS LES PESTICIDES DANS LE COTON Pe s t i c i d e A c t i o n N e t w o r k U K PRODUITS MORTELS LES PESTICIDES DANS LE COTON Résumé exécutif et Recommendations 5 St Peter s St London N1 8JD Royaume Uni t: +44 (0)20 7359 0440 f: +44 (0)20

Plus en détail

PARTENARIAT AVEC AGRISUD

PARTENARIAT AVEC AGRISUD PARTENARIAT AVEC AGRISUD Depuis 2008, un partenariat cadre Constatant que, dans certains cas, l organisation de l offre locale ne permettait pas de répondre à la demande de ses Villages en produits frais,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. CIWF France Salon International de l Agriculture Mars 2010

DOSSIER DE PRESSE. CIWF France Salon International de l Agriculture Mars 2010 DOSSIER DE PRESSE CIWF France Salon International de l Agriculture Mars 2010 «On peut juger de la grandeur d une nation par la façon dont elle traite ses animaux». Mahatma Gandhi Contacts presse : Agence

Plus en détail

SITUATION ET PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENT DE L AGRICULTURE BIOLOGIQUE AUX ETATS-UNIS -=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=

SITUATION ET PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENT DE L AGRICULTURE BIOLOGIQUE AUX ETATS-UNIS -=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-= SITUATION ET PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENT DE L AGRICULTURE BIOLOGIQUE AUX ETATS-UNIS -=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-= Présentation par Elizabeth B. Berry Ministre-Conseiller aux Affaires Agricoles Ambassade des

Plus en détail

PERSPECTIVES ECONOMQIUES ET ASPECTS COMMERCIAUX POUR LE SECTEUR DU POISSON D ELEVAGE

PERSPECTIVES ECONOMQIUES ET ASPECTS COMMERCIAUX POUR LE SECTEUR DU POISSON D ELEVAGE PERSPECTIVES ECONOMQIUES ET ASPECTS COMMERCIAUX POUR LE SECTEUR DU POISSON D ELEVAGE La place du poisson d élevage dans le marché européen des produits aquatiques La dualité entre l image du poisson d

Plus en détail

Document d orientation sur le Standard pour le café Fairtrade Stratégie de gestion des risques liés aux prix Publication January 2012

Document d orientation sur le Standard pour le café Fairtrade Stratégie de gestion des risques liés aux prix Publication January 2012 Document d orientation sur le Standard pour le café Fairtrade Stratégie de gestion des risques liés aux prix Publication January 2012 Sommaire : Introduction... 1 Contexte : qu est-ce que le risque lié

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Stratégie d entreprise : cas Jurassic toys.

Stratégie d entreprise : cas Jurassic toys. Stratégie d entreprise : cas Jurassic toys. Rappel : Diagnostique stratégique S (force) W (faiblesse) O (opportunité) T (menace) Il s agit d une analyse externe, de l environnement. Une filière industrielle

Plus en détail

Réponses aux Quiz...119

Réponses aux Quiz...119 Sommaire Quiz...11 1. Agriculture...13 2. Bâtiment...15 3. Bien manger...17 4. Biodiversité...19 5. Catastrophes écologiques...21 6. Commerce équitable...25 7. Déchets...28 8. Démarche française...30 9.

Plus en détail

Politique d approvisionnement responsable du développement économique communautaire

Politique d approvisionnement responsable du développement économique communautaire Politique d approvisionnement responsable du développement économique communautaire Préambule Les différentes CDEC (Corporations de développement économique communautaire) ont pour mission le développement

Plus en détail

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

Solutions locales pour un désordre global

Solutions locales pour un désordre global Documentaire Solutions locales pour un désordre global réalisé par Coline Serreau (2010) Titre du document Solutions locales pour un désordre global Supports -Bande annonce (1 46 ) -Notes de production

Plus en détail

par André Dumont, journaliste

par André Dumont, journaliste par André Dumont, journaliste Mystérieuse endive Philippe Schryve est le plus important producteur d endives au pays. Pas évident, quand on est pratiquement seul à cultiver un légume peu connu. PHOTOS

Plus en détail

LA FLORICULTURE I. La dimension internationale de la floriculture

LA FLORICULTURE I. La dimension internationale de la floriculture LA FLORICULTURE I. La dimension internationale de la floriculture Globalement, la floriculture est devenue une industrie d un haut niveau technologique, produisant des fleurs et des plantes ornementales

Plus en détail

Les marchés de production et de consommation et les prix des biocarburants dans l Union européenne et le monde

Les marchés de production et de consommation et les prix des biocarburants dans l Union européenne et le monde N 9 Décembre 2012 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Les marchés de production et de consommation

Plus en détail

Complémentarité du commerce équitable et de la microfinance

Complémentarité du commerce équitable et de la microfinance Complémentarité du commerce équitable et de la microfinance (Compte rendu de la table ronde du 21 septembre 2006) BIM n - 10 octobre 2006 Association des Centraliens & CERISE Le BIM d'aujourd'hui nous

Plus en détail

Commerce extérieur. Solde commercial positif dans les îles. Importations et exportations (milliard de $US)

Commerce extérieur. Solde commercial positif dans les îles. Importations et exportations (milliard de $US) COMMERCE EXTÉRIEUR Le commerce extérieur de l espace Caraïbe 1 représente en 2001 plus de 297 milliards de dollars 2 en importations et plus de 290 milliards en exportations ce qui équivaut à un solde

Plus en détail

2. Le projet a commencé en juillet 2004 et s'est terminé en décembre 2007. Les pays participants étaient l'ethiopie et le Rwanda.

2. Le projet a commencé en juillet 2004 et s'est terminé en décembre 2007. Les pays participants étaient l'ethiopie et le Rwanda. ICC 100-4 International Coffee Organization Organización Internacional del Café Organização Internacional do Café Organisation Internationale du Café 30 avril 2008 Original : anglais F Conseil international

Plus en détail

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La réforme de la politique agricole commune doit intervenir d ici 2013. Une consultation publique officielle sur la PAC de

Plus en détail

Demande de certification Fairtrade

Demande de certification Fairtrade 15 fr Demande de certification Fairtrade Procédure standard Valide à partir du : 16/01/2015 Diffusion : Publique Sommaire 1 Objectif... 4 2 Domaine d application... 4 2.1 Qui doit déposer une demande de

Plus en détail

Le droit à se nourrir

Le droit à se nourrir Le droit à se nourrir La faim : plus absurde qu il n y paraît 2 Paradoxe n 1 Aujourd hui, 852 millions de personnes au monde - soit près d un être humain sur sept - souffrent régulièrement de la faim alors

Plus en détail

Le commerce international des oléagineux et de l arachide- Place et enjeux pour la filière sénégalaise

Le commerce international des oléagineux et de l arachide- Place et enjeux pour la filière sénégalaise Le commerce international des oléagineux et de l arachide- Place et enjeux pour la filière sénégalaise Le contexte mondial des filières oléagineuses- Principales caractéristiques L analyse du secteur mondial

Plus en détail

LE CAFÉ QUESTIONS DE PRÉ-LECTURE

LE CAFÉ QUESTIONS DE PRÉ-LECTURE Le café 1 LE CAFÉ QUESTIONS DE PRÉ-LECTURE 1. Buvez-vous du café? Si oui, combien de tasses de café buvez-vous par jour? 2. D après vous, quelle est l origine du café? 3. Quand pensez-vous que les gens

Plus en détail

4 pour 1 000. rejoignez L initiative. Les sols pour la sécurité alimentaire et le climat

4 pour 1 000. rejoignez L initiative. Les sols pour la sécurité alimentaire et le climat rejoignez L initiative 4 pour 1 000 Les sols pour la sécurité alimentaire et le climat En s appuyant sur une documentation scientifique solide et des actions concrètes sur le terrain, l initiative «4 pour

Plus en détail

Desjardins et le développement durable

Desjardins et le développement durable Desjardins et le développement durable Congrès ACE Association of Cooperative Educators 31 juillet 2008 patrice.camus@desjardins.com Rôle de l Éco-conseiller Acteur de changement / Mobilisateur Planificateur

Plus en détail

Définition: La politique de distribution consiste à choisir le réseau, les partenaires qui seront chargés de distribuer le produit sur le marché.

Définition: La politique de distribution consiste à choisir le réseau, les partenaires qui seront chargés de distribuer le produit sur le marché. Définition: La politique de distribution consiste à choisir le réseau, les partenaires qui seront chargés de distribuer le produit sur le marché. Les étapes de la commercialisation Les opérations d acheminement

Plus en détail

Commerce équitable. Le contrôle et la certification des producteurs et des acteurs économiques

Commerce équitable. Le contrôle et la certification des producteurs et des acteurs économiques Commerce équitable Le contrôle et la certification des producteurs et des acteurs économiques Max Havelaar Belgique, mars 2008 1 SOMMAIRE FLO international, FLO cert, Max Havelaar : Qui fait quoi?....3

Plus en détail

Géographie. Chapitre n.. La question des ressources alimentaires

Géographie. Chapitre n.. La question des ressources alimentaires Géographie Chapitre n.. La question des ressources alimentaires I) La situation alimentaire aux Etats-Unis et au Soudan Problématique : Quelles sont les différences entre la situation alimentaire aux Etats-Unis

Plus en détail

ICC 110 15. 20 mars 2013 Original : anglais F. Conseil international du Café 110 e session 4 8 mars 2013 Londres, Royaume Uni

ICC 110 15. 20 mars 2013 Original : anglais F. Conseil international du Café 110 e session 4 8 mars 2013 Londres, Royaume Uni ICC 110 15 20 mars 2013 Original : anglais F Conseil international du Café 110 e session 4 8 mars 2013 Londres, Royaume Uni Rapport de synthèse du séminaire sur les tendances des nouveaux marchés de consommation

Plus en détail

Chap 12 : Le prix. I. La fixation du prix dans les unités commerciales. A. Les étapes. 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne

Chap 12 : Le prix. I. La fixation du prix dans les unités commerciales. A. Les étapes. 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne Chap 12 : Le prix I. La fixation du prix dans les unités commerciales A. Les étapes 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne En fonction de la cible à atteindre et du positionnement de l enseigne,

Plus en détail

Des conditions de travail décentes

Des conditions de travail décentes LISTE D IDEÉS POUR LE PLAN DE DEVELOPPEMENT FAIRTRADE POUR LES ORGANISATIONS DE PETITS PRODUCTEURS Toutes les organisations sont différentes et auront des priorités ainsi que des stratégies de développement

Plus en détail

manifeste, chartes, conventions.

manifeste, chartes, conventions. manifeste, chartes, conventions. MANIFESTE POUR L ACCÈS À UNE HAUTE QUALITÉ ALIMENTAIRE AU QUOTIDIEN Slow Food veut promouvoir une nouvelle manière d aborder l alimentation, indissociable de l identité

Plus en détail

Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr

Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr En 2008, la baisse du nombre d exportateurs engagée depuis 2003 s accentue (-3,1 %), quelle que soit

Plus en détail

Le café équitable. Aperçu général

Le café équitable. Aperçu général Aperçu général Le café équitable Dans cette leçon, les élèves étudient les difficultés auxquelles les producteurs de café doivent faire face dans leur région du monde en développement et l aide que peut

Plus en détail

Règlement du Parc pour le label Produit, catégorie A (produits alimentaires)

Règlement du Parc pour le label Produit, catégorie A (produits alimentaires) Règlement du Parc pour le label Produit, catégorie A (produits alimentaires) Titre I Dispositions générales Article premier : Objet du présent règlement Le présent règlement est un document d application

Plus en détail

Seule dans l immensité... Un mince filet de vie... La prédation du monde. Et avec les moyens de notre temps...

Seule dans l immensité... Un mince filet de vie... La prédation du monde. Et avec les moyens de notre temps... Seule dans l immensité... 2 e Soirée du Film sur l énergie Développement durable: «Nous n avons plus le choix» Montreux, 1 er mai 2015 René Longet Expert en développement durable Ambassadeur «Cités de

Plus en détail

Emplois verts Perspectives pour le développement durable. Moustapha Kamal Gueye gueye@ilo.org

Emplois verts Perspectives pour le développement durable. Moustapha Kamal Gueye gueye@ilo.org Emplois verts Perspectives pour le développement durable Moustapha Kamal Gueye gueye@ilo.org Vue d ensemble 1. Les risques des modèles de développement actuels pour le développement durable 2. Economie

Plus en détail

WP Promotion No. 8/06

WP Promotion No. 8/06 WP Promotion No. 8/06 International Coffee Organization Organización Internacional del Café Organização Internacional do Café Organisation Internationale du Café 22 septembre 2006 Original : portugais

Plus en détail

TOGO: MORINGA LA PLANTE EN DEMANDE

TOGO: MORINGA LA PLANTE EN DEMANDE UN IN ACTION Date de Sortie: Juin 2015 Programme No. 1480 Durée: 3 24 Langues: Arabe, Chinois, Anglais, Français, Russe, Espagnole TOGO: MORINGA LA PLANTE EN DEMANDE VIDEO AUDIO ELIZABETH AVEC DES FEMMES

Plus en détail

La charte partenariale

La charte partenariale La charte partenariale Pour une matière première ou un produit répondant aux critères des échanges Équitables, Solidaires et Responsables de Ecocert, Terre d Oc s engage à respecter les exigences du référentiel

Plus en détail

COMITÉ DES PRODUITS GROUPE INTERGOUVERNEMENTAL SUR LA BANANE ET SUR LES FRUITS TROPICAUX. Troisième session

COMITÉ DES PRODUITS GROUPE INTERGOUVERNEMENTAL SUR LA BANANE ET SUR LES FRUITS TROPICAUX. Troisième session Août 2003 F COMITÉ DES PRODUITS GROUPE INTERGOUVERNEMENTAL SUR LA BANANE ET SUR LES FRUITS TROPICAUX Troisième session Puerto de la Cruz (Espagne), 11-15 décembre 2003 BANANE BIOLOGIQUE ET BANANE DU COMMERCE

Plus en détail

Résultats et impacts

Résultats et impacts Résultats et impacts «Creusement d un puits pour une utilisation maraîchère à Fandène, Sénégal» Village de Diayane Localisation: Village de Diayane dans la commune de Fandene, département de Thiès, à 77

Plus en détail

Après quatre tests d évaluation passés dans des pays différents (USA et Amérique latine), la norme SA 8000 a été validée et diffusée.

Après quatre tests d évaluation passés dans des pays différents (USA et Amérique latine), la norme SA 8000 a été validée et diffusée. LA NORME SA 8000 Les origines de la norme SA 8000 La norme SA 8000 est le résultat, entre autre, du constat de la multiplication des normes et des standards existants sur le marché. C est en octobre 1997

Plus en détail

14. Les concepts de base d une économie ouverte

14. Les concepts de base d une économie ouverte 14. Les concepts de base d une économie ouverte Jusqu ici, hypothèse simplificatrice d une économie fermée. Economie fermée : économie sans rapport économique avec les autres pays pas d exportations, pas

Plus en détail

MODELES FAIRTRADE POUR LA PLANIFICATION ET LES RAPPORTS

MODELES FAIRTRADE POUR LA PLANIFICATION ET LES RAPPORTS MODELES FAIRTRADE POUR LA PLANIFICATION ET LES RAPPORTS Les modèles suivants peuvent aider l OPP à être en conformité avec les critères 4.1.1 4.1.10 de la partie Potentiel de Développement ainsi que les

Plus en détail

CONTACTS PRESSE Image 7 Isabelle Dunoyer de Segonzac Tél : 01 53 70 74 81 Fax: 01 53 70 74 60 isegonzac@image7.fr

CONTACTS PRESSE Image 7 Isabelle Dunoyer de Segonzac Tél : 01 53 70 74 81 Fax: 01 53 70 74 60 isegonzac@image7.fr Dossier Presse Univeg 8p V6_Mise en page 1 06/05/11 11:19 Page1 CONTACTS PRESSE Image 7 Isabelle Dunoyer de Segonzac Tél : 01 53 70 74 81 Fax: 01 53 70 74 60 isegonzac@image7.fr Roger AZOULAY Tél. 01 49

Plus en détail

LE COMMERCE EQUITABLE - Rapport d étude -

LE COMMERCE EQUITABLE - Rapport d étude - LE COMMERCE EQUITABLE - d étude - Mélanie Bouilhac, Peter Dogliani Master 2 Marketing et Vente PRESENTATION DE L ETUDE Contexte de l étude Pénétration du marché français en matière de Commerce Équitable*

Plus en détail

Exportations de grain canadien et de farine de blé

Exportations de grain canadien et de farine de blé Commission canadienne des grains Canadian Grain Commission MARS CAMPAGNE AGRICOLE 2011- Exportations de grain canadien et de farine de blé 2011- À Tonnes (millions) 10.0 7.0 9.0 6.5 6.0 8.0 5.5 7.0 5.0

Plus en détail

Observatoire des prix et des marges Produits agricoles Février 2015

Observatoire des prix et des marges Produits agricoles Février 2015 Service du soutien au réseau (SR) Sous-direction de la communication, programmation et veille économique () Bureau de la veille économique et des prix (B) Observatoire des prix et des marges Produits agricoles

Plus en détail

«Contribution des agricultrices au développement rural et à une agriculture durable»

«Contribution des agricultrices au développement rural et à une agriculture durable» «Contribution des agricultrices au développement rural et à une agriculture durable» Workshop Luxembourg, le 01 décembre 2006 A. TURLOT et B. DUQUESNE FAO Introduction Selon la FAO, les femmes rurales

Plus en détail

Forum sur la Gouvernance forestière en Afrique Centrale: Perspectives du marché régional. Par Mme Célestine NTSAME-OKWO

Forum sur la Gouvernance forestière en Afrique Centrale: Perspectives du marché régional. Par Mme Célestine NTSAME-OKWO Forum sur la Gouvernance forestière en Afrique Centrale: Perspectives du marché régional Par Mme Célestine NTSAME-OKWO Représentant Régional de l OIBT pour l Afrique Introduction Généralités sur les 5pays

Plus en détail

Article sur Minitab Statistical Software : Comprendre des données sur le progrès social à l aide de l analyse factorielle

Article sur Minitab Statistical Software : Comprendre des données sur le progrès social à l aide de l analyse factorielle Article sur Minitab Statistical Software : Comprendre des données sur le progrès social à l aide de l analyse factorielle L objectif est de montrer comment une analyse statistique multivariée, plus précisément

Plus en détail

Diriger nos business de façon durable

Diriger nos business de façon durable Code de bonne conduite Diriger nos business de façon durable Afin de guider et soutenir les parties prenantes du marché dans leur démarche d excellence et de création de valeur dans le long terme, les

Plus en détail

En utilisant vos propres mots, donnez une définition des termes qui figurent dans le schéma de l exercice précédent.

En utilisant vos propres mots, donnez une définition des termes qui figurent dans le schéma de l exercice précédent. 1.1.1 Circuit économique Nommez les flèches et les agents économiques du schéma ci-dessous, en tenant uniquement compte des flux financiers. 9 2 4 7 Entreprise 3 5 1 8 6 1. Revenus 2. Investissement 3.

Plus en détail