COMMERCE ÉQUITABLE & BANANE. Le commerce équitable vous donne la banane!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMMERCE ÉQUITABLE & BANANE. Le commerce équitable vous donne la banane!"

Transcription

1 COMMERCE ÉQUITABLE & BANANE Le commerce équitable vous donne la banane!

2

3 Pourquoi les bananes sont-elles courbées? 4 La filière banane 6 De la fleur au supermarché 6 Pays producteurs et importateurs de la banane 8 Les principaux acteurs de la filière 10 Défis de la filière? 13 La production et les enjeux environnementaux 13 La pression sur les prix 14 Les conditions sociales et le développement humain 16 Le commerce équitable de la banane 17 L action du commerce équitable 17 La banane équitable en chiffres 20 Et en Belgique, on en est où? 23 Et les producteurs qu en pensent-ils? 24 Switcher vers l équitable, une bonne affaire! 26 Nous avons opté pour les bananes équitables! 26 Quelques actions et campagnes 28 Et vous? Etes-vous consommateur ou consomm acteur? 30

4 4 Pourquoi les bananes sont-elles courbées et d autres histoires Les bananes font appel à l'imagination! Quel enfant, après avoir mangé quelques kilos de bananes dans sa tendre enfance, ne s est pas posé la question : «pourquoi les bananes sont-elles courbées?». Quel classique de la bande dessinée n a pas utilisé la fameuse peau de banane pour faire glisser un de ces personnages? Et toutes ces images d exotisme, de soleil, mais aussi de grandes plantations, de paquebots et de républiques bananières Mais qu en est-il exactement? La banane est certainement le fruit le plus populaire sur la planète. Et pas seulement pour sa forme sympathique. C'est une culture vitale. Dans les pays en voie de développement, les bananes représentent la quatrième culture en ordre d importance pour assurer la sécurité alimentaire, après le riz, le blé et le maïs. La banane est connue comme un des principaux produits d exportation, pourtant seulement 15% à 20% de la production totale est effectivement commercialisée sur le marché international, le reste étant destiné à la consommation locale dans le Sud. En 2011, la production mondiale représentait plus de 106 millions de tonnes de bananes! Même si la banane ne pousse pas chez nous, nous les Belges, on en est fous! Est-ce parce qu'elle a la couleur et un peu la forme de nos frites? En moyenne, le Belge mange 8 kg de bananes par an et le port d'anvers constitue la porte d entrée des bananes en Europe. 26% des bananes destinées au marché européen y transitent. Pourtant, la banane est une affaire de multinationales La production et le commerce sont en effet dominés par cinq entreprises représentant plus de 85% du marché: Chiquita, Dole, Del Monte, Noboa et Fyffes. Et le commerce équitable làdedans? En Belgique, 8,6% des bananes sur le marché portent le label Fairtrade [1]. Cela signifie que chaque seconde, quelqu'un achète une banane issue du commerce équitable en Belgique. C'est une très bonne chose [2], mais on peut faire beaucoup mieux! La plupart des producteurs et travailleurs des plantations de bananes gagnent encore trop peu pour subvenir aux besoins essentiels de leurs familles. Certains gagnent moins de deux dollars par jour. Beaucoup veulent dès lors rejoindre le système du commerce équitable Fairtrade, mais avant cela, il faut leur assurer qu il y a bien un marché pour ces produits et ça c est notre affaire! Notre but chez Max Havelaar est en effet de construire des ponts entre les producteurs de bananes et les consommateurs finaux. Et finalement, pourquoi les bananes sont-elles effectivement courbées? Vous le découvrirez dans un chouette petit film de Fairtrade Max Havelaar sur Youtube. Ecrivez «Mais d où vient la banane?» et rencontrez Peter Embrechts en compagnie de Leydi Jimena au Pérou. Plus d info également sur [1] GFK 2012 [2] Pour le café, on en est à 2.1 % et pour le chocolat, moins d 1%...

5 5 Dans les pays en voie de développement, la banane est la quatrième culture la plus importante pour assurer la sécurité alimentaire, après le riz, le blé et le maïs. La banane = le fruit le plus populaire au monde Le belge mange en moyenne 8 kg de bananes par an De 15% à 20% de la production totale est commercialisée sur les marchés internationaux, le reste étant consommé localement. Le port d Anvers est le plus important port pour l arrivée de bananes,... 26% des importations européennes y transitent. Plus de 106 millions de tonnes de bananes ont été produites par 150 pays en Plus de personnes font partie d une centaine de coopératives qui produisent des bananes équitables. Le marché européen représente près de 40% des importations mondiales 5 compagnies multinationales contrôlent 86% du marché mondial de bananes : Dole, Del Monte, Chiquita, Fyffes et Noboa En 2011, les producteurs de bananes équitables ont reçu 14 million d de prime Fairtrade.

6 6 De la fleur jusqu au supermarché 27 C Après 9 à 12 mois Après 5 à 6 mois de plantation Floraison HISTOIRE Le plant de banane semble trouver son origine dans les jungles de Malaisie, Indonésie, Philippines où un grand nombre de variétés ont été répertoriées. Il a ensuite été diffusé dans l Asie et l Afrique. Son nom actuel vient de l arabe pour désigner le doigt. Aujourd hui, on retrouve la banane dans plus de 150 pays. Après 5 à 6 mois de plantation apparaît la première fleur qui formera le régime de bananes, souvent appelé par les producteurs la main et les doigts. Récolte Après 9 à 12 mois, le régime de bananes est prêt à être récolté. Les producteurs utilisent généralement une machette pour couper le régime qui sera ensuite emballé et transporté sur le dos des producteurs ou via un système ingénieux de transport par câble jusqu à une station de lavage. On compte environ variétés de bananes en y incluant les bananes plantains. La variété «Cavendish», produite pour l export et connue comme la banane dessert, est la plus commune. Elle peut produire jusqu à 40 tonnes par hectare par an. LA PLANTE : LE BANANIER Le plant de banane requiert des sols humides bien drainés. On le trouve dans les zones tropicales avec des températures moyennes de 27 degrés et une pluviométrie de 2000 à 2500 mm par an. Le bananier n est pas un arbre, mais une herbe pérenne formée par une tige constituée de grandes feuilles superposées se terminant par une fleur. Il peut grandir jusqu à 15 mètres de haut. La culture de la banane produit durant 9 mois sur l année. VALEUR NUTRITIVE La banane présente des valeurs nutritionnelles importantes, notamment grâce à sa teneur en potassium, en vitamine A, B6 et C. Elle est par ailleurs riche en hydrate de carbone, en fibre et présente des faibles niveaux de protéine et de graisse (elle ne fait donc pas grossir!). La banane répond bien aux besoins des enfants et des sportifs. PROCESSUS DE PRODUCTION La culture de la banane requiert une main d'œuvre directe importante car chaque plante réclame un soin individuel intensif si l'on souhaite obtenir la qualité de fruit requise.

7 7 STATION DE LAVAGE Dans un premier temps, les régimes sont découpés en «main» (entre 10 et 20 bananes). Celles-ci sont ensuite lavées dans deux bassins différents. Après séchage, les bananes sont traitées avec un produit naturel pour favoriser la cicatrisation. SÉLECTION À la station de lavage, a lieu la sélection entre les bonnes bananes et celles à écarter. Ces dernières seront écoulées sur les marchés locaux ou via des entreprises de transformation (chips de bananes, pudding, gomme à mâcher, etc.) TRANSPORT Année Un régime de 1 bananes par tige La tige de banane ne produit qu une seule fois un régime de bananes. Pour les régimes suivants, il faudra couper la tige mère et laisser pousser au pied de celle-ci une nouvelle tige qui formera à son tour le régime de bananes suivant. 25 ans Ce cycle pourra se répéter durant 25 ans avant de devoir remplacer complètement le pied du bananier Une fois les bananes nettoyées et sélectionnées, elles seront emballées selon les désidératas des clients (plastifiées, en caisse, en vrac). Elles sont ensuite transportées dans des containers (généralement sur palette) et acheminées au port maritime local où elles seront chargées sur des paquebots (les fameux bananiers) disposant de dispositifs de réfrigération. La durée du voyage est de 6 à 17 jours selon les origines. MÛRISSAGE A leur arrivée à destination, les bananes passent encore une dizaine de jours dans des salles de murissage où leur processus de maturation sera achevé via une circulation d air chargé en gaz éthylène, inoffensif pour la santé, avant d être redistribuées vers les magasins et les réseaux de la grande distribution. La durée du murissage des bananes sera fonction de la demande du client qui peut souhaiter soit une banane encore légèrement verte ou tout à fait jaune. A ce stade, les bananes peuvent encore être transformées en chips, purée, bière, etc. Principales variétés de bananes banane dessert: variété Cavendish mini banane banane plantain, à cuire

8 8 Pays producteurs et importateurs de la banane Les principaux pays producteurs sont l Inde, la Chine et les Philippines, mais ceux-ci produisent essentiellement pour le marché interne. Près de 10% des bananes consommées en Europe sont produites par les pays du Sud de l Europe (Grèce, Portugal, Espagne, France) [1]. Au total, ce sont plus de 100 millions de tonnes de bananes produites chaque année. Ce volume a doublé lors des deux dernières décennies. Dans certains pays producteurs, la banane représente 12 à 27% des calories journalières requises. La consommation annuelle est de 243 kg par personne en Ouganda, entre 100 et 200 kg au Rwanda, Cameroun, Gabon, alors qu elle ne représente que 10 kg en Europe et aux Etats-Unis Inde Chine Philippines Brésil Indonésie Autres TOTAL Principaux pays producteurs de bananes ( , million de tonnes) Source: FAOSTAT EXPORT Entre 15 et 20 % seulement de la production est exportée. Elle représente un volume de 17,5 millions de tonnes en 2010, soit le double de ce qui était exporté en A l export, ce sont les pays d Amérique latine (Equateur, Costa Rica, Colombie) qui dominent le marché avec près de 65 % des exportations en 2010, suivis par l Asie (13%), l Afrique (4%) et les Caraïbes (2%). La réduction des barrières douanières vers l Europe va probablement augmenter davantage les exportations d Amérique latine au détriment des exportations des pays ACP. [2] [2] Afrique Caraîbes (Republique Dominicaine, Haiti, Belize, Surinam, Jamaique, Bahamas), Pacifique A noter qu environ 45% des bananes exportées sont des bananes desserts (variété Cavendish) et qu environ le même pourcentage concerne les bananes à cuire (banane plantain). IMPORT Au niveau de l importation, l Europe (40%) et les Etats- Unis (23%) sont les principaux marchés de la banane. Certains pays, comme la Belgique, bénéficient des infrastructures d importation (le port d Anvers) et réexportent une grande proportion du volume importé (plus de 90% dans le cas de la Belgique). La majorité des bananes importées en Europe proviennent d Amérique latine (79% en 2011), le reste provenant des pays ACP (21%) et du Sud de l Europe (10%). 26% de l importation de bananes européennes via le port d Anvers [1] UNCTAD Infocomm commodity profile banana

9 9 Guatemala 8% Colombie 10% e Principaux pays exportateurs apon 7.8% (2010) ne talie 6.3% Japon 7.8% Source: FAOSTAT Costa Rica 10% Guatemala 8% Colombie 10% Philippines 9% Autres 33% Costa Rica 10% Philippines 9% Autres 33% Equateur 30% Equateur 30% Italie 6.3% Principaux pays importateurs (2010) Source: FAOSTAT France 3% Canada 3% Italie 4% Iran 4% Chine 4% Autres 28% Royaume-Uni 5% France 3% Canada 3% Italie 4% Russie 5% Iran 4% Chine 4% Japon 6% Autres 28% Royaume-Uni 5% USA 23% Allemagne 7% Russie 5% Japon 6% Allemagne 7% Belgique 8% Belgique 8% USA 23%

10 10 Bon à savoir Dans le monde, 90% des exportations de bananes proviennent de plantations, les petits producteurs ne fournissant seulement que 10% des exportations, mais la majorité des bananes de consommation pour les marchés locaux. Coop. 10% Multinationales Culture Plantations 90% Emballage/Nettoyage Transport Importation/Vente en gros/ Mûrissement Emballage Distribution/Détail Consommateurs Le Fairtrade aide les producteurs à raccourcir la chaîne LES PRINCIPAUX ACTEURS DE LA FILIÈRE [1] Les bananes destinées à l'exportation peuvent être cultivées par de petits planteurs indépendants (présence forte dans les Caraïbes et en Équateur), par des compagnies nationales (principalement en Équateur et en Colombie) ou par des entreprises multinationales de taille importante (leur présence est plus forte en Amérique Centrale et va en grandissant en Afrique et en Asie). Les caractéristiques particulières de la banane et le fait qu'elle soit hautement périssable nécessitent un suivi très poussé durant les phases de croissance, d'emballage, de transport, de manutention, de maturation et de distribution. L'ensemble de ces éléments tend à faire de ce secteur, une filière fortement intégrée verticalement, où les multinationales contrôlent de plus en plus la filière. Les modèles de production La production bananière est caractérisée par une dualité propre, avec de petits planteurs produisant à côté des grandes plantations. Les petits producteurs Les petits producteurs sont des agriculteurs familiaux indépendants qui travaillent sur leur propre plantation de bananes avec l appui essentiellement des membres de la famille. Généralement, ils fournissent de l'emploi à quelques travailleurs externes (maximum 2/hectare) et font appel à d'autres travailleurs lors de la récolte. [1]

11 11 Travailleurs sur les plantations Une plantation représente en moyenne 250 ha, mais peut aller jusqu'à 5000 hectares. Elle appartient à un propriétaire privé et emploie environ un ouvrier par hectare. LES AUTRES ACTEURS CLÉS : Les multinationales: 86% du marché mondial est toujours dominé par 5 grandes sociétés: Chiquita (US, 25%), Dole (US, 25%), Del Monte (US, 16%), Noboa (EC, 12%), Fyffes (UK, 8%). Leur rôle a toutefois évolué ces derniers décennies. Jusqu'aux années 1970, les entreprises internationales étaient présentes à tous les niveaux de la filière. Mais depuis, celles-ci se sont désintéressées progressivement de la phase de production. C'est le producteur local qui doit dorénavant supporter ces coûts et doit s'adapter aux normes environnementales et sociales. Les multinationales n ont pas pour autant perdu le contrôle de la filière, notamment en gardant la maîtrise sur les contrats d'offre. Puisque la majeure partie de la valeur ajoutée des bananes provient du transport et de la distribution, elles ont continué à s'octroyer la plus grande part des marges. donc mieux faire pression sur l offre. Et souvent, ils ont même développé leur propre marque ce qui renforce davantage encore l intégration verticale. Dans le même temps, cela renforce leur responsabilité par rapport à leur engagement envers leurs consommateurs et par rapport à la durabilité de leurs offres. C est ce qui explique notamment qu en Belgique des grandes chaines comme Carrefour, Colruyt, Delhaize et Lidl offrent des bananes issues du commerce équitable. COOPÉRATIVES DE PETITS PRODUCTEURS <10 hectare PLANTATIONS TRAVAILLEURS OUVRIERS Les supermarchés: Depuis le milieu des années 90 et plus encore durant les années 2000, les chaînes de supermarchés prennent progressivement le dessus dans le marché de la banane. Cela s explique notamment par la concentration de ce secteur et une meilleure rationalisation des chaînes d approvisionnement, principalement en Europe et aux Etat-Unis. Là où par exemple les distributeurs avaient 5 fournisseurs, ils n en n ont plus que deux et peuvent >250hectares

12 12

13 13 La culture et le marché de la banane cristallisent de nombreux défis mondiaux, que ce soit au niveau de la production et des enjeux écologiques, de l économie et des relations de forces ou du social et du développement humain. 1. La production et les enjeux environnementaux La culture de la banane est une monoculture intensive et très fragile qui demande des soins particuliers pour éviter la propagation de différents types de maladies et attaques parasitaires et de champignons, tels la Black Sigatoka ou le fusarium. Vu la rapidité de propagation des maladies et la recherche permanente de hauts rendements, les grandes plantations appliquent des quantités de plus en plus importantes de pesticides et fertilisants (par voie aérienne), ce qui entraine des dégradations environnementales et des risques accrus sur la santé des travailleurs. Souvent, aucune précaution n est prise lors des pulvérisations de produits chimiques (jusqu à 40 fois par an sur la même plantation), qui sont souvent appliquées par voie aérienne et durant les heures de travail des équipes de terrain. Une grande partie des substances n atterrit même pas sur les plantes, mais finit sur le sol, dans l'eau et entre en contact direct avec les travailleurs et leurs familles. Les cultures potagères proches des habitations et l eau de consommation humaine sont également contaminées. L augmentation de la fréquence et de la gravité des maladies a un impact sur les coûts de production (les traitements chimiques représentent jusqu à 50% des coûts de productions) et amène l industrie à progressivement orienter sa production vers des zones moins susceptibles d être touchées. De nouvelles variétés de bananes plus résistantes sont également testées. Défis de la filière 2. La pression sur les prix Contrairement au café ou au cacao, il n y a pas pour la banane un prix de référence sur le marché international. Cela s explique notamment par la segmentation du marché qui résulte principalement des différents coûts de transport et des politiques d'importation en vigueur dans les pays consommateurs. Le prix est donc fixé par l offre et la demande et influencé par d autres facteurs : la fixation d un prix minimum dans certain pays (Equateur), le pouvoir de négociation des multinationales, les stratégies commerciales des grands distributeurs, Les prix de bananes ont généralement été bas et volatiles. Même si ceux-ci ont sensiblement augmenté, il faut prendre en compte l évolution de l index et comment les marges ont été distribuées entre les différents intervenants tout le long de la chaîne. La culture de la banane étant très demandeuse en main d œuvre, la pression sur les prix du marché va avoir un effet direct sur les conditions de salaire et de payement des producteurs et travailleurs. La commercialisation de la banane est configurée selon les 3 grandes origines possibles : la banane dollar d Amérique latine, la banane ACP (Afrique, Caraïbe, Pacifique) et la banane européenne (Canaries, Martinique, ). Cette division du monde n est pas sans conséquences sur les accords commerciaux et douaniers. Et schématiquement, elle débouche sur l opposition de deux idéologies : le libéralisme prôné par la banane sud-américaine affronte le protectionnisme de certains pays européens (la France et la Grande-Bretagne) en faveur de leurs anciennes colonies. Cette lutte a donné lieu à un conflit féroce durant près de 20 ans, communément appelé «la guerre de la banane».

14 14 US Dollars per Metric Ton 1.11k jul jul 2003 Evolution du prix Source: Mais, si l «accord banane» survenu en 2009 à l OMC met fin à la guerre de la banane, il signe en revanche à moyen terme le glas du régime préférentiel pour les pays ACP. Leurs tonnes de bananes exportées vers l Union européenne se trouvent brutalement en concurrence de plain-pied avec les 4 millions de tonnes des multinationales, qui bénéficient d économies d échelle quant aux coûts de transports et de transactions. Ni l industrie naissante, ni la sécurité alimentaire ne sont correctement protégés. Et dans nos magasins, qu en est-il? Le prix au détail de la banane en Europe varie entre 1,09 / kg en Allemagne en Angleterre (où une nouvelle «banana war» s est déclarée entre les chaînes de supermarchés) à 1,60 /kg en France et même davantage en Belgique (de l ordre de 1,69 /kg pour les bananes standards). 3. Les conditions sociales et le développement humain Comme cela a été dénoncé par différents acteurs, reportages [1] et plusieurs campagnes, les droits, la sécurité et la santé des travailleurs ont été régulièrement violés dans [1] Voir notamment : les grandes plantations de multinationales en Amérique latine. Ces dernières ont eu un tel poids économique qu elles ont pu, dans le passé, renverser les gouvernements, asseoir de nouveaux présidents, faire et défaire la politique de ces pays producteurs pour les convertir en «républiques bananières». Ces dernières années, un terrain d entente semble progressivement avoir été trouvé entre les confédérations syndicales et multinationales, grâce notamment à l avènement de l idée de production durable, mais un long chemin reste encore à parcourir Les défis restent multiples: Les conditions de travail : Dans les années 70, début des années 80, le travail dans une plantation de bananes était perçu comme une bonne opportunité pour les travailleurs. Les salaires étaient en moyenne plus élevés que dans le reste de l'agriculture et la plupart des travailleurs faisaient partie de syndicats forts. Mais aujourd'hui, la situation a radicalement changé et ce en raison de la pression sans fin qui a été exercée sur les prix et les coûts de production dans la chaîne d'approvisionnement. les salaires ne permettent souvent pas de couvrir les besoins de base des travailleurs et de leurs familles (santé, éducation, logements). Les conditions de travail sont pénibles (entre 10 et 12 heures de travail par jour, 6 jours par semaine, conditions de chaleur et d humidité extrêmes). Les travailleurs des plantations de République Dominicaine, Belize et Costa Rica sont souvent des migrants (haïtiens notamment) qui n ont droit à aucune couverture et qu on menace d expulsion dès qu ils réclament quelques droits ou veulent s organiser.

15 15 La sécurité et la santé : le manque d équipements adéquats et de mesures de sécurité protégeant les travailleurs du contact avec les pesticides et fertilisants chimiques entrainent de graves problèmes de santé (stérilité et cancers, problèmes respiratoires, dommages pour les yeux, maladies de la peau, dépression). La liberté de s organiser et de constituer des syndicats : beaucoup de plantations ont une culture antisyndicats et refusent de discuter ou de négocier avec des représentations de travailleurs. Les pressions et violences sont encore très régulières, comme au Guatemala où en 2011, 10 représentants syndicaux, dont 3 issus du secteur banane, ont été assassinés. Et pour les petits producteurs : qu en est-il? Face à des grandes plantations de plusieurs centaines d hectares, les petits producteurs seront toujours désavantagés en termes d'économie d échelle et de risques. Une grande plantation peut perdre une partie de sa production suite à un ouragan ou une maladie, mais peut tout de même faire face à ces dommages. Un petit producteur ne pourra souvent pas se relever après un tel désastre. Cette vulnérabilité des petits producteurs les rend nettement moins intéressants auprès des acheteurs qui souhaitent avoir une garantie sur l offre toute l année. En Colombie et en Equateur, les petits agriculteurs sont souvent considérés comme un «plan B» pour assurer l'offre lorsqu il y a pénurie sur le marché, mais dès qu il y a du surplus, ceux-ci sont à nouveau ignorés. Une réponse face à ces nombreux défis est souvent l'organisation des coopératives de producteurs, qui permettent à ceux-ci de se renforcer, mais qui n a pas pu empêcher que chaque fois que le prix des bananes descend en dessous des coûts de productions, il y a des agriculteurs qui quittent leurs terres et sont contraints à se déplacer vers les villes ou à l'étranger. Autres défis auxquels doivent faire face les petits producteurs: les maladies, la hausse des coûts logistiques (transport et emballage) et l'accès à l information sur les marchés, les conséquences des changements climatiques, chaque fois plus fréquents et plus graves.

16 16

17 17 Bon à savoir En 2012, 8,6% des bananes vendues en Belgique portaient le label Fairtrade. Le commerce équitable de la banane L ACTION DU COMMERCE ÉQUITABLE. QUE FAIT LE FAIRTRADE? Le commerce équitable ou Fairtrade - donne aux petits producteurs et travailleurs du Sud la possibilité de : renforcer leur pouvoir de négociation sur le marché ; combattre la pauvreté ; prendre en mains leur propre avenir. En d autres mots, le commerce équitable stimule le développement social, économique et écologique d organisations de producteurs à petite échelle. En contrepartie d un mode de production durable, les producteurs du système Fairtrade bénéficient d un prix équitable qui couvre les coûts de production. Le commerce équitable offre ainsi aux producteurs un réseau viable dans un marché instable. Il améliore également les conditions de vie des travailleurs de plantations. Le label Fairtrade est contrôlé et certifié par FLO-Cert L organisation de certification indépendante FLO-Cert est conforme à la norme ISO 65. Ce qui assure l intégrité du système et garantit que les normes, fixées par Fairtrade International, sont bien respectées. Configuration de la production de bananes Fairtrade : La plupart des produits labellisé Fairtrade proviennent de petits producteurs, notamment le café, le cacao, le coton. Pour quelques produits, notamment le thé et les fleurs, ce sont les travailleurs de plantations privées qui bénéficient du Fairtrade. Dans le cas des bananes, le commerce équitable Fairtade a développé des critères pour protéger et soutenir aussi bien les petits producteurs des coopératives que les travailleurs des plantations privées. 63 COOPÉRATIVES ET 49 PLANTATIONS SONT CERTIFIÉES FAIRTRADE, SOIT PETITS PRODUC- TEURS ET TRAVAILLEURS DE PLANTATIONS

18 18 QUELS SONT LES PRINCIPAUX CRITÈRES DU COMMERCE ÉQUITABLE POUR LES BANANES? Pour les petits producteurs Organisation en coopératives Pour entrer en ligne de compte, les producteurs doivent se réunir en coopératives. Ils en acquièrent plus de force sur le marché et bénéficient d économies d échelle. La garantie de techniques de production adaptées Grâce à la concentration sur l agriculture à petite échelle, nous pouvons garantir la mise en place de modes de production respectueux de la nature et propices à la biodiversité. L assurance d un prix minimum. Ce prix minimum est différent d un pays à l autre. Il couvre au moins les coûts de production. Pour le Pérou par exemple (bananes bio), il est de 8$ par caisse de 18,14kg. Si le prix du marché est supérieur au prix minimum garanti par le Fairtrade, le prix minimum appliqué suivra celui du marché, majoré de la prime. Le préfinancement possible jusqu à 60% du prix d achat Concrètement, cela signifie que la coopérative peut payer ses membres directement, à la livraison des bananes et ne doit pas attendre d être payée par l exportateur/importateur. Pour les producteurs, c est essentiel de pouvoir compter aussi rapidement sur l argent de la vente de leurs productions individuelles. La stimulation de relations commerciales équitables par des techniques de négociation équitables ; par de bons contrats ; en luttant contre la spéculation. Une prime pour la coopérative L organisation de producteurs reçoit 1$ dollar par caisse [1] de bananes, soit 4.2 centimes d euro par kilo. Ce montant est destiné à financer : des investissements au bénéfice de la communauté. Par exemple, dans des projets d enseignement ; des investissements dans des projets environnementaux. Par exemple, pour la conversion à l agriculture biologique ; l amélioration de la qualité de la production de bananes. [2] Voir Bon à savoir En 2011, les producteurs de bananes Fairtrade ont reçu 14 millions de prime équitable Fairtrade [1] Voir htpp://www.fairtrade.net/price-and- [2] Voir htpp://www.fairtrade.net/price-and-

19 19 & Pour les organisations de producteurs & travailleurs des plantations: Un système décisionnel démocratique accordant les mêmes droits à tous les membres. Ce système assure des droits égaux à tous les membres de la coopérative. Il n y a pas de discrimination possible, peu importe le thème (sexuel, religieux, ). Des pratiques agricoles responsables via de stricts critères environnementaux. Les critères équitables relatifs à l environnement mettent l accent sur : l usage limité et sécurisé des pesticides, la bonne gestion des déchets, la gestion responsable de la fertilité du sol et des sources d eau, l interdiction d utiliser des organismes génétiquement modifiés (OGM) L interdiction de l esclavage et du travail des enfants VU LE NIVEAU D EXIGENCE SUR LES CRITÈRES ENVIRONNEMENTAUX, 39% DE LA PRODUCTION DE BANANES CERTIFIÉES FAIRTRADE SONT ÉGALEMENT CERTIFIÉES BIOLOGIQUES. Pour les travailleurs des plantations : Un comité de travailleurs ( Joint Body ) comme organe de représentation. Les travailleurs de la plantation délèguent des représentants qui seront chargés de conformer le comité conjointement avec la direction de la plantation. Les travailleurs ont le droit de vote tandis que la direction n a que le droit de parole (sans vote). Le Comité décide de l'affectation de la prime et examine d'autres questions que les travailleurs souhaitent traiter. Des règles strictes pour l'emploi. Les normes du commerce équitable imposent des règles strictes concernant le bien-être des travailleurs. Exemples: interdiction de la violence physique et verbale, la liberté d'association auprès de syndicats ou d'autres organisations, un salaire décent au-dessus du salaire minimum officiel, les règles concernant les vacances, les congés de maternité et de maladie, les contrats d exécution signés par les deux parties, les règles sur la durée maximale de travail par semaine et les heures supplémentaires, des examens médicaux réguliers pour tous les travailleurs, l'accès à l'eau potable, des toilettes et des vêtements de protection. Une prime pour les travailleurs. Comme pour les organisations de petits producteurs, les travailleurs des plantations ont droit à une prime de 1$ par caisse de 18,14kg vendue. Cette somme est utilisée pour des dépenses décidées par les travailleurs : des garderies pour les enfants, des visites médicales pour les travailleurs et leurs familles, amélioration des logements, accès à l eau potable,

20 20 Bon à savoir Plus de personnes font parties de la centaine d organisations et plantations qui produisent des bananes équitables. LA BANANE ÉQUITABLE EN CHIFFRES ( ) producteurs et travailleurs 112 organisations (49 plantations, 63 coopératives) ha tonnes produites 39% bio tonnes vendues sous conditions Fairtrade (soit 65% de la production totale) dont 68% proviennent des petits producteurs euros de prime (en moyenne: 745 /an/petit producteur et 859 /an/travailleur) QUELQUES FAITS: 44% (49/112) des organisations certifiées Fairtrade sont des plantations. Les coopératives produisent essentiellement les bananes Fairtrade biologiques (85%) et près de la moitié des bananes Fairtrade normales (48%). En 2012, plus de travailleurs, leurs familles et leurs communautés, ont pu bénéficier des avantages du Fairtrade. Ils ont pu recevoir 5,5 million d de primes.

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Amélioration de la productivité et de la qualité Publication juin 2013 Sommaire : Introduction...

Plus en détail

Document explicatif Introduction à Fairtrade

Document explicatif Introduction à Fairtrade Document explicatif Introduction à Fairtrade Explication de quelques mots et expressions clés utilisés à Fairtrade. Coopérative de Café Cocla, Peru. Photo: Henrik Kastenskov Document: Document explicatif

Plus en détail

Pour en savoir plus : www.commercequitable.org

Pour en savoir plus : www.commercequitable.org Des centaines de millions de personnes sur la planète travaillent dans des conditions extrêmement précaires et pour des salaires dérisoires pour cultiver ou fabriquer des matières premières et des biens,

Plus en détail

Atelier du café. La classe apprend des choses intéressantes sur le café, sa production, le caféier etc. Objectif:

Atelier du café. La classe apprend des choses intéressantes sur le café, sa production, le caféier etc. Objectif: Instructions pour l'enseignant Objectif: La classe apprend des choses intéressantes sur le café, sa production, le caféier etc. Tâche: Les images doivent être attribuées aux textes correspondants. Matériel:

Plus en détail

Le café équitable. Aperçu général

Le café équitable. Aperçu général Aperçu général Le café équitable Dans cette leçon, les élèves étudient les difficultés auxquelles les producteurs de café doivent faire face dans leur région du monde en développement et l aide que peut

Plus en détail

Cahier 1. Acheter équitable ou socialement responsable

Cahier 1. Acheter équitable ou socialement responsable Cahier 1. Acheter équitable ou socialement responsable 1.1. Commerce équitable Oxfam Magasins du monde 1.2. Achats socialement responsables de vêtements de travail achact Action Consommateurs Travailleurs

Plus en détail

Qu est-ce que le commerce équitable?

Qu est-ce que le commerce équitable? FAIR TRADE RULES! Position du mouvement international du commerce équitable en vue de la VI e Conférence Ministérielle de l OMC à Hong Kong Octobre 2005 «Nous, les membres du mouvement international du

Plus en détail

PRODUITS MORTELS LES PESTICIDES DANS LE COTON

PRODUITS MORTELS LES PESTICIDES DANS LE COTON Pe s t i c i d e A c t i o n N e t w o r k U K PRODUITS MORTELS LES PESTICIDES DANS LE COTON Résumé exécutif et Recommendations 5 St Peter s St London N1 8JD Royaume Uni t: +44 (0)20 7359 0440 f: +44 (0)20

Plus en détail

manifeste, chartes, conventions.

manifeste, chartes, conventions. manifeste, chartes, conventions. MANIFESTE POUR L ACCÈS À UNE HAUTE QUALITÉ ALIMENTAIRE AU QUOTIDIEN Slow Food veut promouvoir une nouvelle manière d aborder l alimentation, indissociable de l identité

Plus en détail

TOGO: MORINGA LA PLANTE EN DEMANDE

TOGO: MORINGA LA PLANTE EN DEMANDE UN IN ACTION Date de Sortie: Juin 2015 Programme No. 1480 Durée: 3 24 Langues: Arabe, Chinois, Anglais, Français, Russe, Espagnole TOGO: MORINGA LA PLANTE EN DEMANDE VIDEO AUDIO ELIZABETH AVEC DES FEMMES

Plus en détail

Nos savoir-faire & solutions business

Nos savoir-faire & solutions business Passionnés de gastronomie et de voyages, ses fondateurs se sont inspirés de leur expertise dans l univers agro-alimentaire pour créer DESTINATION en 1999, une entreprise à taille humaine et éco-responsable,

Plus en détail

Standard du Commerce Equitable Fairtrade. les organisations de petits producteurs

Standard du Commerce Equitable Fairtrade. les organisations de petits producteurs Standard du Commerce Equitable Fairtrade pour le cacao pour les organisations de petits producteurs Valable également pour la production contractuelle en Océanie Version actuelle: 01.05.2011_v1.2 Prochaine

Plus en détail

Demande de certification Fairtrade

Demande de certification Fairtrade 15 fr Demande de certification Fairtrade Procédure standard Valide à partir du : 16/01/2015 Diffusion : Publique Sommaire 1 Objectif... 4 2 Domaine d application... 4 2.1 Qui doit déposer une demande de

Plus en détail

MODELES FAIRTRADE POUR LA PLANIFICATION ET LES RAPPORTS

MODELES FAIRTRADE POUR LA PLANIFICATION ET LES RAPPORTS MODELES FAIRTRADE POUR LA PLANIFICATION ET LES RAPPORTS Les modèles suivants peuvent aider l OPP à être en conformité avec les critères 4.1.1 4.1.10 de la partie Potentiel de Développement ainsi que les

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

«Agir rend heureux» POUR DES ACHATS RESPECTUEUX DE L ENVIRONNEMENT, DES FEMMES ET DES HOMMES, GOODPLANET VOUS INFORME ET CASINO VOUS DONNE LE CHOIX!

«Agir rend heureux» POUR DES ACHATS RESPECTUEUX DE L ENVIRONNEMENT, DES FEMMES ET DES HOMMES, GOODPLANET VOUS INFORME ET CASINO VOUS DONNE LE CHOIX! «Agir rend heureux» Yann Arthus-Bertrand FONDATEUR DE LA FONDATION GOODPLANET POUR DES ACHATS RESPECTUEUX DE L ENVIRONNEMENT, DES FEMMES ET DES HOMMES, GOODPLANET VOUS INFORME ET CASINO VOUS DONNE LE CHOIX!

Plus en détail

L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les

L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les deuxièmes plus grands consommateurs d eau potable, juste

Plus en détail

Résultats et impacts

Résultats et impacts Résultats et impacts «Creusement d un puits pour une utilisation maraîchère à Fandène, Sénégal» Village de Diayane Localisation: Village de Diayane dans la commune de Fandene, département de Thiès, à 77

Plus en détail

Devenez point de chute d une ferme du réseau québécois d agriculture soutenue par la communauté (ASC)

Devenez point de chute d une ferme du réseau québécois d agriculture soutenue par la communauté (ASC) GUIDE À L INTENTION DES ORGANISATIONS Devenez point de chute d une ferme du réseau québécois d agriculture soutenue par la communauté (ASC) Pour des paniers de légumes locaux et sains, directement livrés

Plus en détail

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY «Cette action contribue au PNNS». «IL FAIT BIO À CHÂTEAU THIERRY A Chateau Thierry, la Municipalité souhaite développer les produits BIO et issus de filières de proximité dans les menus de la restauration

Plus en détail

ACTIONS ET POLITIQUES SUR L'INVESTISSEMENT DANS L'AGRICULTURE

ACTIONS ET POLITIQUES SUR L'INVESTISSEMENT DANS L'AGRICULTURE ACTIONS ET POLITIQUES SUR L'INVESTISSEMENT DANS L'AGRICULTURE 1. Les investissements doivent contribuer à et être compatibles avec la réalisation progressive du droit à une alimentation suffisante et nutritive

Plus en détail

Projet Fish & Catering Sector (Mise à jour du 13/10/08)

Projet Fish & Catering Sector (Mise à jour du 13/10/08) Projet Fish & Catering Sector (Mise à jour du 13/10/08) Une initiative conjointe de : En association avec : A. Introduction de la notion «d alimentation durable» en restauration collective. La notion «d

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Questions & Réponses : les fleurs certifiées Fairtrade en Belgique

Questions & Réponses : les fleurs certifiées Fairtrade en Belgique Questions & Réponses : les fleurs certifiées Fairtrade en Belgique Les questions 1. Pourquoi des fleurs certifiées Fairtrade?... 1 2. En quoi consiste la certification Fairtrade des fleurs?... 2 3. Que

Plus en détail

Rapport sur l intérêt des producteurs maraîchers de la région de Montréal quant aux modèles associatifs de mise en marché en circuits courts

Rapport sur l intérêt des producteurs maraîchers de la région de Montréal quant aux modèles associatifs de mise en marché en circuits courts Rapport sur l intérêt des producteurs maraîchers de la région de Montréal quant aux modèles associatifs de mise en marché en circuits courts par Équiterre 30 novembre 2011 Objet de l étude Cette étude

Plus en détail

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La réforme de la politique agricole commune doit intervenir d ici 2013. Une consultation publique officielle sur la PAC de

Plus en détail

Après quatre tests d évaluation passés dans des pays différents (USA et Amérique latine), la norme SA 8000 a été validée et diffusée.

Après quatre tests d évaluation passés dans des pays différents (USA et Amérique latine), la norme SA 8000 a été validée et diffusée. LA NORME SA 8000 Les origines de la norme SA 8000 La norme SA 8000 est le résultat, entre autre, du constat de la multiplication des normes et des standards existants sur le marché. C est en octobre 1997

Plus en détail

réglementation bio Partie générale bio, reconnaissable et contrôlé

réglementation bio Partie générale bio, reconnaissable et contrôlé réglementation bio Partie générale bio, reconnaissable et contrôlé Partie générale : bio, reconnaissable et contrôlé. L objectif de la partie générale de la brochure est de clarifier ce qu est exactement

Plus en détail

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis TITRE NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis Selon le règlement NOP de l USDA 205.406(a), un opérateur certifié doit transmettre chaque année à son

Plus en détail

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2 Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 20 juin 2013 Français Original: anglais A/HRC/WG.15/1/2 Conseil des droits de l homme Première session 15-19 juillet 2013 Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

Règlement du Parc pour le label Produit, catégorie A (produits alimentaires)

Règlement du Parc pour le label Produit, catégorie A (produits alimentaires) Règlement du Parc pour le label Produit, catégorie A (produits alimentaires) Titre I Dispositions générales Article premier : Objet du présent règlement Le présent règlement est un document d application

Plus en détail

résumé un développement riche en emplois

résumé un développement riche en emplois ne pas publier avant 00:01 Gmt le mardi 27 mai 2014 résumé un développement riche en emplois Rapport sur le Travail dans le Monde 2014 Un développement riche en emplois Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE

Plus en détail

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

G. II. 1 La mondialisation en fonctionnement (10h)

G. II. 1 La mondialisation en fonctionnement (10h) Thème GII : Les dynamiques de la mondialisation (20 h) G. II. 1 La mondialisation en fonctionnement (10h) Ce thème est divisé en 3 sous-parties : - un produit mondialisé (étude de cas). GII.1.1 - Processus,

Plus en détail

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS.

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS. Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS 28 mai 2012 Madame la Représentante permanente adjointe de Sri Lanka, Présidente

Plus en détail

Best of des STAGES (depuis 2009-2010) Master 2 Professionnel Commerce International Equitable et Développement

Best of des STAGES (depuis 2009-2010) Master 2 Professionnel Commerce International Equitable et Développement Best of des STAGES (depuis 2009-2010) Master 2 Professionnel Commerce International Equitable et Développement Mise à jour 22 septembre 2014 Université de Toulon Faculté de sciences économiques et de gestion

Plus en détail

La société de coopérative de fabrication de. chicouangue. A besoin de vous. présentation de la coopérative

La société de coopérative de fabrication de. chicouangue. A besoin de vous. présentation de la coopérative La société de coopérative de fabrication de chicouangue A besoin de vous présentation de la coopérative 1 2 La société de coopérative de fabrication de chicouangue A besoin de vous présentation de la coopérative

Plus en détail

WP Board No. 934/03. 7 mai 2003 Original : anglais. Comité exécutif 21 23 mai 2003 Londres, Angleterre

WP Board No. 934/03. 7 mai 2003 Original : anglais. Comité exécutif 21 23 mai 2003 Londres, Angleterre WP Board No. 934/03 International Coffee Organization Organización Internacional del Café Organização Internacional do Café Organisation Internationale du Café 7 mai 2003 Original : anglais Comité exécutif

Plus en détail

Trading our health away. Prêts à échanger votre santé?

Trading our health away. Prêts à échanger votre santé? Trading our health away Prêts à échanger votre santé? Plan I. Est-ce grave docteur? 1. Tensiomètre : définir les concepts 2. Documentaire : une pêche d'enfer 3. Quiz : les raisons du libre-échange 4. Photo-langage

Plus en détail

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales»

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les chaînes d activité mondiales (CAM) Les chaînes d activité recouvrent la gamme complète des fonctions et des tâches

Plus en détail

Épreuve composée. II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation.

Épreuve composée. II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation. Épreuve composée Cette épreuve comprend trois parties. 1. Pour la partie 1 (Mobilisation des connaissances), il est demandé au candidat de répondre aux questions en faisant appel à ses connaissances personnelles

Plus en détail

Diriger nos business de façon durable

Diriger nos business de façon durable Code de bonne conduite Diriger nos business de façon durable Afin de guider et soutenir les parties prenantes du marché dans leur démarche d excellence et de création de valeur dans le long terme, les

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

Présentation du Groupe

Présentation du Groupe Présentation du Groupe Nestlé: Good Food, Good Life La société leader mondial dans la nutrition, la santé et le bien-être 2 Nestlé en un coup d'oeil : chiffres-clés ventes de CHF 108 milliards en 2009

Plus en détail

Participez et gagnez!

Participez et gagnez! Participez et gagnez! Prenez un petit-déjeuner composé de produits issus du commerce équitable et participez ainsi à la plus grande action du monde en faveur du commerce équitable! Il y a de super prix

Plus en détail

Principaux résultats

Principaux résultats L environnement, une opportunité Etat, perspectives et enjeux du marché des engrais Principaux résultats Lundi 28 juin 2010 Pierre Cazeneuve, Directeur GCL DD p.cazeneuve@gcl.tm.fr CONTEXTE GENERAL DE

Plus en détail

L essor d un leader mondial. CEMEX 2 rue du Verseau - Silic 423-94583 Rungis Cedex Tél : 01 49 79 44 44 - Fax : 01 49 79 86 07 www.cemex.

L essor d un leader mondial. CEMEX 2 rue du Verseau - Silic 423-94583 Rungis Cedex Tél : 01 49 79 44 44 - Fax : 01 49 79 86 07 www.cemex. L essor d un leader mondial CEMEX 2 rue du Verseau - Silic 423-94583 Rungis Cedex Tél : 01 49 79 44 44 - Fax : 01 49 79 86 07 www.cemex.fr Dossier de presse CEMEX International Octobre 2014 Depuis l ouverture

Plus en détail

Les Français et leurs dépenses en voyage

Les Français et leurs dépenses en voyage Les Français et leurs dépenses en voyage Etude Visa Europe menée par TNS Sofres en Novembre 14 Sommaire 1 Rappel méthodologique 3 Résultats détaillés 5 3 Annexes 1 1 Rappel Méthodologique Rappel du dispositif

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Service de presse 15 20 novembre 2014

Service de presse 15 20 novembre 2014 Service de presse 15 20 novembre 2014 40 ans après la ratification de la Convention européenne des droits de l homme (CEDH) Les droits fondamentaux remis en question Isabelle Bindschedler Un soutien pour

Plus en détail

Qualités nutritives des salades. DOSSIER SPéCIAL BIO F R C magazine FéVRIER 2010 N O 25. Quand la météo s en mêle

Qualités nutritives des salades. DOSSIER SPéCIAL BIO F R C magazine FéVRIER 2010 N O 25. Quand la météo s en mêle DOSSIER SPéCIAL BIO F R C magazine FéVRIER 2010 N O 25 Laitues d hiver Moins de pe Les laitues pommées bio se révèlent exemptes de pesticides. Plus «Bonne nouvelle: toutes les salades sont conformes et

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

«So Fair, So good!» *

«So Fair, So good!» * Vitry-sur-Seine avril 2012 Artisans du Monde lance 3 nouvelles boissons rafraîchissantes Bios et Equitables! «So Fair, So good!» * *Si juste, si bon! PRESENTATION DES PRODUITS Nouvelle gamme de boissons

Plus en détail

La retraite. n est pas un privilège! Avant-propos. Qu est-ce que le RREGOP? En savoir plus sur le RREGOP pour mettre fin aux malentendus

La retraite. n est pas un privilège! Avant-propos. Qu est-ce que le RREGOP? En savoir plus sur le RREGOP pour mettre fin aux malentendus En savoir plus sur le RREGOP pour mettre fin aux malentendus La retraite n est pas un privilège! Fascicule 1 Avantpropos Depuis plusieurs mois déjà, de grands médias tirent à boulets rouges sur les régimes

Plus en détail

BTS BLANC MUC/NRC 1 ère année

BTS BLANC MUC/NRC 1 ère année BTS BLANC MUC/NRC 1 ère année (Aucun document autorisé) Février 2010 Epreuve d Economie générale [2 heures] Questions de cours : A partir de vos connaissances de cours, répondez aux questions suivantes

Plus en détail

J'Ai TELLEMENT FAiM QUE JE POURRAiS MANGER UN ARBRE!

J'Ai TELLEMENT FAiM QUE JE POURRAiS MANGER UN ARBRE! J'Ai TELLEMENT FAiM QUE JE POURRAiS MANGER UN ARBRE! Les liens hypertextes vers d'autres sites de l'internet ne signifient nullement que l'organisation approuve officiellement les opinions, idées, données

Plus en détail

Unilever France 2011. Il ne sert à rien de dire : Nous avons fait de notre mieux. Il faut réussir à faire ce qui est nécessaire.

Unilever France 2011. Il ne sert à rien de dire : Nous avons fait de notre mieux. Il faut réussir à faire ce qui est nécessaire. Uleaflet11-page/page_Mise en page 1 26/09/11 16:46 Page1 Unilever France 2011 Il ne sert à rien de dire : Nous avons fait de notre mieux. Il faut réussir à faire ce qui est nécessaire. Winston Churchill

Plus en détail

ICC 109 8. 14 septembre 2012 Original : anglais. tendances de la consommation du café dans certains pays importateurs.

ICC 109 8. 14 septembre 2012 Original : anglais. tendances de la consommation du café dans certains pays importateurs. ICC 109 8 14 septembre 2012 Original : anglais F Conseil international du Café 109 e session 24 28 septembre 2012 Londres, Royaume Uni Tendances de la consommation du café dans certains pays importateurs

Plus en détail

La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B

La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B Pour bien servir son marché, une entreprise doit mettre en œuvre une démarche en trois temps : segmentation,

Plus en détail

«Une agriculture durable qui contribue à la vitalité socio économique du territoire»

«Une agriculture durable qui contribue à la vitalité socio économique du territoire» «Une agriculture durable qui contribue à la vitalité socio économique du territoire» Forum agricole et agroalimentaire, 12 février 2015, Albanel PDAA 2013-2018 - MRC DE MARIA-CHAPDELAINE L ABATTOIR COMME

Plus en détail

POURQUOI ET COMMENT CONSOMMER MOINS DE PAPIER DANS LES ECOLES?

POURQUOI ET COMMENT CONSOMMER MOINS DE PAPIER DANS LES ECOLES? POURQUOI ET COMMENT CONSOMMER MOINS DE PAPIER DANS LES ECOLES? 1. CONSOMMATION DE PAPIER Les écoles primaires et secondaires bruxelloises consomment chaque année 250 millions de feuilles A4, soit environ

Plus en détail

Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité

Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité 23 Novembre 2012 Pour diffusion publique Résumé Exécutif Une opportunité Pour un opérateur privé, la plateforme d'informations

Plus en détail

MONITORING DE LA COMPÉTITIVITÉ DU TRANSPORT AÉRIEN SUISSE

MONITORING DE LA COMPÉTITIVITÉ DU TRANSPORT AÉRIEN SUISSE MONITORING DE LA COMPÉTITIVITÉ DU TRANSPORT AÉRIEN SUISSE 2015 Résumé Le niveau et la dynamique de développement du transport aérien suisse sont analysés et évalués dans le cadre d un vaste monitoring

Plus en détail

Parrainez une fille, investissez dans son avenir.

Parrainez une fille, investissez dans son avenir. photos - Roger Job - Plan Comme Marie Gillain, parrainez une fille avec PLAN! «Grâce à ma filleule, j ai été le témoin privilégié des actions de PLAN sur le terrain. À travers ses yeux, j ai réalisé que

Plus en détail

Mes droits aux vacances. ... en survol

Mes droits aux vacances. ... en survol Mes droits aux vacances... en survol AVERTISSEMENT Cette brochure de vulgarisation expose des réglementations parfois complexes. Dès lors, il se pourrait que certains cas spécifiques n y soient pas traités.

Plus en détail

Organisation actuellement en constitution

Organisation actuellement en constitution Organisation actuellement en constitution Options de participation Ce document provisoire complète les Informations Générales de la version indienne datée de juin 2010 à l attention des ONGs. BePangea

Plus en détail

Marchés publics & Développement durable

Marchés publics & Développement durable Avec liste de contrôle Ce qu il faut savoir Marchés publics & Développement durable www.igoeb.ch CIEM Cette brochure s adresse aux administrations publiques qui souhaitent s engager, par leurs politiques

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Financials 08/2018 1

Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Financials 08/2018 1 Fortis AG - Vos assurances chez votre courtier Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Financials 08/2018 1 1 Cette fiche d information financière décrit les modalités du produit qui sont d application

Plus en détail

LE CREDIT A LA CONSOMMATION, VECTEUR DE CROISSANCE QUEL EQUILIBRE ENTRE EFFICACITE ECONOMIQUE ET RESPONSABILITE?

LE CREDIT A LA CONSOMMATION, VECTEUR DE CROISSANCE QUEL EQUILIBRE ENTRE EFFICACITE ECONOMIQUE ET RESPONSABILITE? LE CREDIT A LA CONSOMMATION, VECTEUR DE CROISSANCE QUEL EQUILIBRE ENTRE EFFICACITE ECONOMIQUE ET RESPONSABILITE? Michel PHILIPPIN Directeur Général de Cofinoga Notre propos concerne la rentabilité économique

Plus en détail

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 DOCUMENT PRÉPARÉ PAR L ASSOCIATION CANADIENNE DES COMPAGNIES D ASSURANCE MUTUELLES À L INTENTION DU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES Août

Plus en détail

Fonds de secours des employés Demande de bourse

Fonds de secours des employés Demande de bourse Fonds de secours des employés Demande de bourse Le fonds de secours des employés de MeadWestvaco a été établi pour répondre aux besoins immédiats des employés éligibles pendant les premières semaines cruciales

Plus en détail

Thématiques Questions possibles berufsfeld/fach

Thématiques Questions possibles berufsfeld/fach LEARNING FOR THE PLANET Liste des sujets Vous cherchez une inspiration pour votre sujet Vous pouvez lire la liste ci-dessous et voir quel thème éveille votre intérêt. Examinez les questions correspondantes.

Plus en détail

Desjardins et le développement durable

Desjardins et le développement durable Desjardins et le développement durable Congrès ACE Association of Cooperative Educators 31 juillet 2008 patrice.camus@desjardins.com Rôle de l Éco-conseiller Acteur de changement / Mobilisateur Planificateur

Plus en détail

Les sept piliers de la sécurité sociale

Les sept piliers de la sécurité sociale Les sept piliers de la sécurité sociale 1) L Office National des Pensions (ONP) Très brièvement, il y a en Belgique un régime de pension légale, mais aussi des pensions complémentaires. On parle souvent

Plus en détail

Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années

Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années Eric Lee En novembre 2011, les militaires au pouvoir aux Fidji ont jeté en prison deux des plus importants dirigeants syndicaux du

Plus en détail

Annexe A : Tableau des exigences

Annexe A : Tableau des exigences E1 E1.1 E1.2 E1.3 E1.4 E1.5 E1.6 Exigences générales production Les végétaux destinés à la consommation humaine doivent être cultivés au Québec. Les végétaux destinés à la consommation humaine doivent

Plus en détail

Développement durable et restauration collective. Opportunités et risques, Cas du restaurant universitaire de la Cité Internationale de Paris

Développement durable et restauration collective. Opportunités et risques, Cas du restaurant universitaire de la Cité Internationale de Paris Master Economie du Développement Durable, de l Environnement et de l Energie Trophée Innovation & Développement Durable Développement durable et restauration collective Opportunités et risques, Cas du

Plus en détail

COMMERCE ÉQUITABLE ET POLITIQUES D ACHAT DES ENTREPRISES. Quels leviers pour l intégration du commerce équitable dans les achats des entreprises?

COMMERCE ÉQUITABLE ET POLITIQUES D ACHAT DES ENTREPRISES. Quels leviers pour l intégration du commerce équitable dans les achats des entreprises? COMMERCE ÉQUITABLE ET POLITIQUES D ACHAT DES ENTREPRISES Quels leviers pour l intégration du commerce équitable dans les achats des entreprises? CONTEXTE ET DÉROULEMENT DE L ÉTUDE Objectif : identifier

Plus en détail

WP Promotion No. 8/06

WP Promotion No. 8/06 WP Promotion No. 8/06 International Coffee Organization Organización Internacional del Café Organização Internacional do Café Organisation Internationale du Café 22 septembre 2006 Original : portugais

Plus en détail

BRIEFING NOTE PROJET REGROUPEMENT DES PRODUCTEURS (RÉGION DE MONTREAL)

BRIEFING NOTE PROJET REGROUPEMENT DES PRODUCTEURS (RÉGION DE MONTREAL) BRIEFING NOTE PROJET REGROUPEMENT DES PRODUCTEURS (RÉGION DE MONTREAL) Objectif du projet : La demande en produits maraîchers frais locaux en circuit court est très forte dans les régions urbaines du Québec.

Plus en détail

UN PRODUIT MONDIALISÉ : LE CAFÉ

UN PRODUIT MONDIALISÉ : LE CAFÉ RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT Géographie UN PRODUIT MONDIALISÉ : LE CAFÉ Le café est l un des biens les plus échangés dans le monde. Certains affirment qu il arrive juste après le pétrole, mais

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages Chiffre d affaires 18,0 milliards d euros millions d euros

pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages Chiffre d affaires 18,0 milliards d euros millions d euros Partenaires pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages BNP Paribas Assurance conçoit et commercialise dans quarante-deux pays ses produits et services dans les domaines de l épargne, de la prévoyance

Plus en détail

Une famille, deux pensions

Une famille, deux pensions famille, deux pensions Susan Poulin Au cours du dernier quart de siècle, la proportion de familles composées de deux conjoints mariés ayant tous deux un emploi a augmenté de façon phénoménale. En 1994,

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

placement sont un élément important de la précarité du travail et une menace pour le respect des droits des travailleuses et des travailleurs.

placement sont un élément important de la précarité du travail et une menace pour le respect des droits des travailleuses et des travailleurs. À LA DÉFENSE DES TRAVAILLEUSES ET TRAVAILLEURS D AGENCES DE PLACEMENT TEMPORAIRE IL EST PLUS QUE TEMPS QUE LE GOUVERNEMENT PASSE À L ACTION! AIDEZ NOUS À FAIRE DES GAINS DANS CE DOSSIER PRIMORDIAL MISE

Plus en détail

Bonus Bon Client 10 % Pack Modulis Agriculture Des garanties exclusives pour vous, vos activités et votre famille!

Bonus Bon Client 10 % Pack Modulis Agriculture Des garanties exclusives pour vous, vos activités et votre famille! Bonus Bon Client 10 % Pack Modulis Agriculture Des garanties exclusives pour vous, vos activités et votre famille! Modulis, pour une vision globale et une gestion simplifiée de vos assurances! L agriculture

Plus en détail

Consommer en 2010 : pas moins, mais mieux!

Consommer en 2010 : pas moins, mais mieux! Paris, 21 janvier 2010 Communiqué de presse 21 ème Observatoire Cetelem de la Consommation Consommer en 2010 : pas moins, mais mieux! Depuis plus de 20 ans, L'Observatoire Cetelem décrypte, analyse et

Plus en détail

notre vision CARTE DE VISITE

notre vision CARTE DE VISITE 360 notre vision CARTE DE VISITE 2012 Malgré un durcissement de la conjoncture économique à partir du second semestre 2011, le Groupe SEB a maintenu son cap et consolidé ses positions sur la plupart des

Plus en détail

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3)

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) Lors d'une précédente analyse, nous avions présenté deux outils d'appel public à l'épargne qui bénéficient d'un régime légal favorable

Plus en détail

Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER?

Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER? Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER? Version janvier 2015 Ce document est destiné aux personnes participantes du Régime et vise à les aider à déterminer si le rachat d une rente pour service

Plus en détail

BUSINESS PLAN POUR UN PROJET DE PROMOTION ET DE COMMERCIALISATION DE SPIRULINE : MICROCREDIT SOUS FORME DE PACKS DE SPIRULINE

BUSINESS PLAN POUR UN PROJET DE PROMOTION ET DE COMMERCIALISATION DE SPIRULINE : MICROCREDIT SOUS FORME DE PACKS DE SPIRULINE BUSINESS PLAN POUR UN PROJET DE PROMOTION ET DE COMMERCIALISATION DE SPIRULINE : MICROCREDIT SOUS FORME DE PACKS DE SPIRULINE I. PRESENTATION DU PROJET I.1 Concept L activité de promotion et de commercialisation

Plus en détail

Image 1 : Récolte de l arachide à maturité et dans de bonnes conditions

Image 1 : Récolte de l arachide à maturité et dans de bonnes conditions Q: Que voyez-vous sur l image? La plante d arachide se déracine facilement et la gousse est bien sèche à l intérieur. L arachide est mure. Q: Quels sont les critères de maturité de l arachide? L arachide

Plus en détail

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix»

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Résumé des résultats clés et réalisations Problématique Prévention des crises et consolidation de la paix : les défis Quelque 1,5 milliard

Plus en détail

Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER?

Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER? Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER? Version fin mai 2012 Ce document est destiné aux personnes participantes du Régime et vise à les aider à déterminer si le rachat d une rente pour service

Plus en détail

Les entreprises qui adoptent les communications unifiées et la collaboration constatent de réels bénéfices

Les entreprises qui adoptent les communications unifiées et la collaboration constatent de réels bénéfices Une étude personnalisée commandée par Cisco Systems Les entreprises qui adoptent les communications unifiées et la collaboration constatent de réels bénéfices Juillet 2013 Déploiement d'une large gamme

Plus en détail

Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires

Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires Livre blanc IDC réalisé pour Ricoh Septembre 2012 Synthèse Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires Angèle Boyd // Joseph Pucciarelli

Plus en détail