Modèle de phases FlexWork: Sondage des entreprises et administrations suisses sur la flexibilité géographique et temporelle du travail

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Modèle de phases FlexWork: Sondage des entreprises et administrations suisses sur la flexibilité géographique et temporelle du travail"

Transcription

1 Institut de recherche et de développement coopératifs ifk Modèle de phases FlexWork: Sondage des entreprises et administrations suisses sur la flexibilité géographique et temporelle du travail Auteurs/Auteure: Dr Johann Weichbrodt Contact: BSc Alexandra Tanner Prof. Dr Hartmut Schulze Tél: Management Summary Introduction: le modèle de phases FlexWork Dans le sondage relatif au modèle de phases FlexWork, il a été examiné, à l aide d un nouvel instrument de recensement, combien de flexibilité du travail les entreprises suisses proposent actuellement à leurs collaborateurs. Le modèle distingue 5 phases de flexibilisation du travail: phase 1: travail stationnaire phase 2: à titre exceptionnel phase 3: mutation et évolution lente phase 4: largement établi phase 5: entreprise en réseau La flexibilité géographique et temporelle du travail est recensée en cinq dimensions: architecture (intérieure) et infrastructure; règlements d entreprise; soutien technologique; culture de direction; valeurs et normes concernant le. Phase 1: travail stationnaire Phase 2: à titre exceptionnel Phase 3: mutation / évolution lente Phase 4: largement établi Phase 5: entreprise en réseau Infrastructure / architecture Technologie Règlements Direction Valeurs et normes Modèle de phases FlexWork: Management Summary 1

2 L estimation sur les cinq dimensions se rapporte uniquement à la part d employés dont l activité permet un. Le modèle est donc également applicable p. ex. aux entreprises industrielles (p. ex. pour les personnes travaillant dans les services Administration, Personnel, Marketing, etc. au sein d une entreprise industrielle). Pour chaque dimension et pour chaque phase (25 cellules dans le modèle) ont été établies des descriptions détaillées qui caractérisent la phase en question par dimension. Une organisation peut tout à fait se trouver dans des phases différentes dans les différentes dimensions (p. ex. davantage dans les valeurs et normes que dans l infrastructure). Mais il ne devrait pas y avoir trop d estimations ni d estimations trop différentes, car une certaine harmonie est souhaitable. Il n est pas judicieux, par exemple, que les collaborateurs soient équipés sur le plan technique pour le travail mobile si le Home Office n est pas autorisé dans les règlements d entreprise. Il est donc possible de constituer, pour chaque organisation qui ne présente pas trop de variance dans les dimensions (S < 1.5), une valeur moyenne qui, arrondie, représente l estimation globale de l organisation dans l une des cinq phases. Le modèle permet ainsi d obtenir une estimation de l état réel en ce qui concerne la flexibilité du travail dans une entreprise et indique simultanément aussi des possibilités de développement sur les différentes dimensions. Sondage et échantillonnage Ont été sondées, au total, 423 organisations de Suisse alémanique et romande, réparties environ pour moitié, dans chaque région, entre le groupe de branches de services à haute intensité de connaissances et l administration publique. Les personnes capables de fournir des renseignements (responsables HR ou Direction générale) ont été priées d estimer leur entreprise ou leur administration pour ce qui est du modèle de phases FlexWork: d une part, par rapport à la situation actuelle, d autre part par rapport à l état cible souhaité dans les 1-3 prochaines années. Ont été uniquement sondées les entreprises avec au moins un employé. Le sondage a été réalisé par l institut LINK (recrutement téléphonique des personnes aptes à renseigner avec sondage consécutif online). Les énoncés sont donc plutôt représentatifs pour ces deux branches, mais pas pour l ensemble du paysage d entreprises suisse. Services à haute intensité de connaissances Administration publique Exemples: Nombre dans l échantillonnage: Hypothèses: Nombre en Suisse (OFS, 2011): Employés en Suisse (OFS, 2011): IT, télécommunications, finances, assurances, fiducie, conseil aux entreprises, architecture, publicité Déjà bien flexible Beaucoup de potentiel env env Administrations communales, offices cantonaux et fédéraux, assurance sociale, militaire Plutôt peu flexible Beaucoup de potentiel env env Performance économique: 35% de la création de valeur nominale (KOF, 2005) n/a L échantillonnage a été constitué de cette manière parce que l on peut partir du principe qu il existe dans les deux branches un haut potentiel pour le. On a simultanément Modèle de phases FlexWork: Management Summary 2

3 formulé l hypothèse que les entreprises des services à haute intensité de connaissances sont plus avancées que l administration publique en ce qui concerne l offre de flexibilité du travail. Il y a donc un contraste entre les deux groupes. Ensemble, les deux groupes de branches concernent plus d un million d employés en Suisse, donc environ un quart. Le groupe de branches «Services à haute intensité de connaissances» ne représente certes, avec quelque employés, qu env. 16% de la population active, mais il est responsable de la création de valeur nominale de Suisse à hauteur de 35%. Résultats pour les entreprises Pour 90% des entreprises du groupe de branches «services à haute intensité de connaissances», la flexibilité du travail est un thème d actualité (phase 2-5). Au moins la moitié est déjà en phase de mutation ou à un stade avancé (phase 3-5). Pour 10% des entreprises, la flexibilité du travail n est pas un thème d'actualité (phase 1). Pour près d un quart d entre elles, la flexibilité du travail existe en tant que phénomène exceptionnel (phase 2). 35% sont en phase de mutation (phase 3) et, pour 16% des entreprises, le est largement établi (phase 4). 2% seulement sont parvenues à un stade plus avancé dans le sens d une entreprise en réseau (phase 5). Enfin, 12% des entreprises ne peuvent être attribuées clairement à une phase mais se situent entre les phases 2 et 4 (concerne essentiellement les microentreprises) Résultats pour les administrations Dans l administration publique, la flexibilité du travail est en majeure partie un phénomène exceptionnel (trois quarts se trouvent dans la phase 1 ou 2). Pour 14% des administrations, la flexibilité du travail n est pas un thème d actualité (phase 1). Pour la majorité des administrations, soit 63%, la flexibilité du travail est un phénomène exceptionnel (phase 2). 16% des administrations sont en phase de mutation (phase 3). La flexibilité du travail n est Phase 5 2% Phase 4 16% Phase 3 35% Phase 3 16% Serv. hte int. connaissances Pas d'attribution 12% Administration publique Phase 4 0% Phase 5 0% Pas d'attribution 7% Phase 1 10% Phase 2 25% Phase 1 14% Phase 2 63% largement établie (phase 4) que dans certaines grandes administrations. Aucune des administrations ne peut être classifiée d entreprise en réseau (phase 5) et 7% d entre elles ne peuvent être attribuées clairement à une phase. Modèle de phases FlexWork: Management Summary 3

4 Différences dans les dimensions Il existe de fortes différences entre les dimensions de la flexibilité du travail. Dans les domaines sociaux comme la direction (moyenne de 3.3), les valeurs/normes (2.9) et les règlements (3.1), les entreprises et les administrations sont en moyenne beaucoup plus avancées que dans la technologie (2.5) et l infrastructure (2.1) pour le. Cela pourrait s expliquer par le fait que des changements dans les «soft factors», comme la direction et les règlements, permettent plus facilement d atteindre une flexibilité accrue, alors que, dans l IT et l infrastructure, les phases plus élevées ne sont accessibles qu au prix d investissements relativement élevés. Une autre explication possible serait que la technologie et l infrastructure sont ouvertes à une évaluation de manière plus objective. Dans des thèmes comme la direction et la culture, les personnes aptes à fournir des renseignements ont une idée déformée, dans le sens positif, de leur entreprise: Phase 1: travail stationnaire Phase 2: à titre exceptionnel Phase 3: mutation / évolution lente Phase 4: largement établi Phase 5: entreprise en réseau Infrastructure / architecture 2.1 Technologie 2.5 Règlements 3.1 Direction 3.3 Valeurs et normes 2.9 Administration publique & services à haute intensité de connaissances M = 2.7 sd = 0.95 Différences entre les PME et les grandes entreprises Dans cette distinction, on notera, dans un premier temps, que les entreprises du groupe de branches des services à haute intensité de connaissances sont en majeure partie des PME. Le nombre de microentreprises comptant moins de 10 employés y est particulièrement élevé, celles-ci représentant plus de 80% des entreprises de ce groupe de branche. Dans la moyenne, les PME et les grandes entreprises ne se distinguent pas en ce qui concerne l ampleur de la flexibilité du travail. Mais il existe dans les PME une plus large répartition sur les cinq phases, c est-à-dire que l on trouve davantage de PME dans les phases 1 et 5 que de grandes entreprises. Les grandes entreprises (250 employés et plus) se situent principalement dans les phases 2 et 3 (à raison d env. 40% pour chacune) et pour une plus petite partie (16%) dans la phase 4. Peu d entre elles (env. 2%) sont dans la phase 1, et aucune dans la phase 5. Modèle de phases FlexWork: Management Summary 4

5 Gross = GE KMU = PME Les petites et moyennes entreprises (2 à 249 employés) sont réparties sur une base plus large: une grande partie d entre elles se trouve dans la phase 1 (12%) et environ un quart dans la phase 2. La part de PME qui se rangent dans la phase 3 est similaire, avec 40%, à celle des grandes entreprises. On notera que les PME occupent des parts plus importantes dans les phases 4 (19%) et 5 (3%). Les entreprises les plus développées sont donc parmi les PME. PME et grandes entreprises différences dans la dimension Technologie Les grandes entreprises ont tendance à être plus développées que les PME en matière de technologie et d infrastructure: 60% d entre elles sont dans la phase 2 et plus pour la technologie (ce qui signifie p. ex. que des appareils de travail mobile sont disponibles pour de nombreux collaborateurs). La technologie de la phase 1, caractérisée par un travail stationnaire (p. ex. pas d accès à distance au réseau de l entreprise via VPN), n est presque pas représentée. Chez les PME, en revanche, un cinquième se trouve encore dans la phase 1, et seulement 40% dans la phase 3 et plus. Mais l on trouve parmi elles davantage de pionniers technologiques (phase 5) que dans les grandes entreprises. Un tiers des PME aimeraient progresser au niveau de la technologie dans les 1-3 prochaines années (beaucoup aimeraient même avancer de 2 phases). Mais plus de la moitié des grandes entreprises souhaitent se développer (généralement 1 phase). Le pronostic que l on peut en déduire est que les grandes entreprises seront aussi plus avancées à l avenir, en moyenne, que les PME. Mais l on trouvera aussi un nombre plus important de PME dans la phase 5. PME et grandes entreprises différences dans la dimension Règlements Les PME offrent un peu plus de flexibilité que les grandes entreprises dans le domaine des règlements d entreprise pour le : plus de 40% d entre elles ont déjà trouvé une réglementation satisfaisante pour tous (phase 4) ou n ont plus besoin, en raison de la flexibilité du travail, de règlementation (phase 5). Env. un quart des grandes entreprises seulement se trouve dans la phase 4 ou 5. Mais il existe simultanément près d un cinquième des PME qui n autorisent pas le (phase 1), alors que ce pourcentage est de 8 seulement chez les grandes entreprises. Modèle de phases FlexWork: Management Summary 5

6 Pour ce qui est de la réglementation du, on constate un important besoin de changement en direction de la phase 4 ou 5 (réglementation claire ou plus besoin de réglementation). La majorité des entreprises (plus de 65%) souhaiterait se trouver dans la phase 4 ou 5 dans 1-3 ans. Pronostic: les grandes entreprises rattraperont les PME en ce qui concerne le besoin de réglementations claires. La phase d incohérence (phase 3) sera bientôt maîtrisée tant par les PME que par les grandes entreprises. Un besoin de développement Un tiers des entreprises et la moitié des administrations aimeraient avancer en moyenne de une ou deux phases dans les 1-3 prochaines années. Aimeraient rester Une phase plus loin Deux phases plus loin Serv. hte int. connaissances 68% 24% 7% Administration publique 49% 39% 11% Cela signifie que, certes, de nombreuses entreprises ne sont pas intéressées par un développement, mais que personne, pratiquement, ne veut régresser, dans aucune des dimensions (bien que la possibilité ait été explicitement mentionnée dans le questionnaire). Souhaitent particulièrement évoluer Les grandes entreprises (plus de 60% des grandes entreprises veulent avancer d au moins une phase, contre un tiers seulement des PME), Les entreprises et les administrations qui se trouvent actuellement encore dans la phase 1 ou 2, et, d une manière générale, plutôt dans les dimensions Technologie, Règlements, Infrastructure; moins dans la Direction ou les Valeurs et normes. On peut dire en conclusion que la Suisse est, dans le thème de la flexibilité du travail, en pleine mutation et qu'elle ne cesse d'évoluer. Modèle de phases FlexWork: Management Summary 6

WorkAnywhere Résultats

WorkAnywhere Résultats WorkAnywhere Résultats Prof. Dr. Hartmut Schulze et Dr. Johann Weichbrodt 4 juillet 2013, Berne Institut de la recherche et du développement en matière de coopération Haute école de psychologie appliquée

Plus en détail

Enquête internationale 2013 sur le Travail Flexible

Enquête internationale 2013 sur le Travail Flexible Enquête internationale 2013 sur le Travail Flexible En octobre 2013, BakkerElkhuizen a mené une enquête en ligne parmi les professionnels RH en Allemagne, en Angleterre, en Belgique et aux Pays-Bas portant

Plus en détail

Etude Swisscom Lifebalance. Management Summary, juin 2012

Etude Swisscom Lifebalance. Management Summary, juin 2012 Etude Swisscom Lifebalance Management Summary, juin 2012 Partenaires de l étude 2 Swisscom a réalisé en association avec 20 minutes une étude représentative sur la Lifebalance, soit l équilibre entre travail

Plus en détail

Management Summary Synthèse de l étude «Gestion des risques cliniques dans les hôpitaux suisses»

Management Summary Synthèse de l étude «Gestion des risques cliniques dans les hôpitaux suisses» Management Summary Synthèse de l étude «Gestion des risques cliniques dans les hôpitaux suisses» Ce Management Summary offre un aperçu des résultats de la première étude nationale sur la gestion des risques

Plus en détail

Sondage Swisscom Business Booster. Une enquête de l'institut LINK, réalisée à la demande de Swisscom (Suisse) SA, mars/avril 2015

Sondage Swisscom Business Booster. Une enquête de l'institut LINK, réalisée à la demande de Swisscom (Suisse) SA, mars/avril 2015 Sondage Swisscom Business Booster Une enquête de l'institut LINK, réalisée à la demande de Swisscom (Suisse) SA, mars/avril 2015 Inhalt 2 1. Situation initiale 3 2. Objectif 4 3. Présentation de l enquête

Plus en détail

Sondage bonus.ch sur le leasing auto : essayer le leasing, c est l adopter!

Sondage bonus.ch sur le leasing auto : essayer le leasing, c est l adopter! Sondage bonus.ch sur le leasing auto : essayer le leasing, c est l adopter! Le paiement au comptant reste le moyen de financement de prédilection lors de l achat d une voiture, mais le leasing auto se

Plus en détail

Modèles d activité dans les couples, partage des tâches et garde des enfants

Modèles d activité dans les couples, partage des tâches et garde des enfants Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Actualités OFS Embargo: 03.09.2009, 9:15 20 Situation économique et sociale de la population Neuchâtel, septembre 2009 Modèles

Plus en détail

Prof. Dr. Stephan M. Wagner Rolf Jaus

Prof. Dr. Stephan M. Wagner Rolf Jaus Développement des collaborateurs et évolution des salaires dans le secteur des achats Etude 2014 Prof. Dr. Stephan M. Wagner Chaire de gestion logistique Département Management, technologie et économie

Plus en détail

Baromètre RH suisse 2014

Baromètre RH suisse 2014 Baromètre RH suisse 2014 Vécu du travail et Job Crafting Synthèse Français Synthèse 2 Édition actuelle La huitième édition du baromètre suisse des relations humaines (baromètre RH) se penche comme les

Plus en détail

INFLUENCE DE L AUDIT SUR LA QUALITÉ DES COMPTES ANNUELS Etude ACA-HSG: écart positif par rapport aux attentes *

INFLUENCE DE L AUDIT SUR LA QUALITÉ DES COMPTES ANNUELS Etude ACA-HSG: écart positif par rapport aux attentes * PETER LEIBFRIED MARC SAGER INFLUENCE DE L AUDIT SUR LA QUALITÉ DES COMPTES ANNUELS Etude ACA-HSG: écart positif par rapport aux attentes * Le résultat du travail de l organe de révision est souvent réduit

Plus en détail

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil Sommaire Introduction... 3 1. Evolution du nombre de travailleurs à temps partiel volontaire au chômage selon le sexe... 5. Evolution

Plus en détail

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Le salaire est une composante essentielle du contrat de travail. Dans les banques, les salaires sont en général négociés individuellement. Le fait de

Plus en détail

information aux médias

information aux médias Marche des affaires au 3 e trimestre 213 Réserves de travail à un niveau record Les réserves de travail des bureaux d étude ont continué à augmenter et se montent désormais à plus d une année. C est l

Plus en détail

Initiative parlementaire Loi fédérale sur la continuation de l assurance des travailleuses dans la prévoyance professionnelle

Initiative parlementaire Loi fédérale sur la continuation de l assurance des travailleuses dans la prévoyance professionnelle 01.400 Initiative parlementaire Loi fédérale sur la continuation de l assurance des travailleuses dans la prévoyance professionnelle Rapport de la Commission de la sécurité sociale et de la santé du Conseil

Plus en détail

Figure 1 Figure 2 3 POPULATION DE 45 ANS ET PLUS À MONTRÉAL. Direction régionale d Emploi-Québec de l Île-de-Montréal

Figure 1 Figure 2 3 POPULATION DE 45 ANS ET PLUS À MONTRÉAL. Direction régionale d Emploi-Québec de l Île-de-Montréal Figure 1 Figure 2 3 PORTRAIT DE LA POPULATION DE 45 ANS ET PLUS À MONTRÉAL Direction régionale d Emploi-Québec de l Île-de-Montréal Direction de la planification et de l information sur le marché du travail

Plus en détail

PRATIQUES ET USAGES DU NUMÉRIQUE DANS LES PME ET TPE

PRATIQUES ET USAGES DU NUMÉRIQUE DANS LES PME ET TPE PRATIQUES ET USAGES DU NUMÉRIQUE DANS LES PME ET TPE ETUDE RHÔNE Septembre 2015 CCI LYON - DIRECTION DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL ET TERRITORIAL Page 1 I CCI DDIT Page 2 I CCI DDIT ommaire Avant-propos page

Plus en détail

Dépenses et personnel de recherche et développement des entreprises privées en Suisse 2012

Dépenses et personnel de recherche et développement des entreprises privées en Suisse 2012 Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Actualités OFS Embargo: 19.12.2013, 9:15 4 Economie nationale Neuchâtel, décembre 2013 Dépenses et personnel de recherche et

Plus en détail

Les activités d innovation des entreprises wallonnes

Les activités d innovation des entreprises wallonnes Les activités d innovation des entreprises wallonnes 1. Introduction L enquête «Community Innovation Survey» ( CIS ) a pour objectif de fournir des informations concernant les activités d innovation au

Plus en détail

Les prix et les coûts de l industrie touristique suisse: une comparaison internationale

Les prix et les coûts de l industrie touristique suisse: une comparaison internationale Les prix et les coûts de l industrie touristique suisse: une comparaison internationale Entre 2000 et 2007, la compétitivité-prix de l économie suisse du tourisme s est nettement améliorée. Le tourisme

Plus en détail

Enquête sur «Le Nouveau monde du travail» (NMT) Management Summary

Enquête sur «Le Nouveau monde du travail» (NMT) Management Summary Enquête sur «Le Nouveau monde du travail» (NMT) Management Summary Échantillon Au total, 343 personnes ont participé à l'enquête relative au «Nouveau monde du travail» (NMT). Pour la première fois, le

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail

Les placements financiers: un défi pour les PME

Les placements financiers: un défi pour les PME Les placements financiers: un défi pour les PME Au sein des entreprises, le placement approprié des liquidités et des fonds libres est une fonction fondamentale de la gestion financière. Pour qu il soit

Plus en détail

«Le Leadership en Suisse»

«Le Leadership en Suisse» «Le Leadership en Suisse» Table des matières «Le Leadership en Suisse» Une étude sur les valeurs, les devoirs et l efficacité de la direction 03 04 05 06 07 08 09 11 12 13 14 «Le Leadership en Suisse»

Plus en détail

Analyse financière des entreprises du transport routier en Languedoc-Roussillon

Analyse financière des entreprises du transport routier en Languedoc-Roussillon Analyse financière des entreprises du transport routier en Languedoc-Roussillon Janvier 2007 Editorial Cette analyse a été réalisée, après consultation des organisations professionnelles et syndicales,

Plus en détail

Formation professionnelle supérieure Enquête 2014 auprès des diplômés sortant de formation commerciale et d économie d entreprise

Formation professionnelle supérieure Enquête 2014 auprès des diplômés sortant de formation commerciale et d économie d entreprise Formation professionnelle supérieure Enquête 2014 auprès des diplômés sortant de formation commerciale et d économie d entreprise Connaissances, objectifs et exigences Lieu, Date Zurich, 19 Août 2014 Projet

Plus en détail

L industrie suisse de la construction: évolution cyclique et problèmes structurels

L industrie suisse de la construction: évolution cyclique et problèmes structurels L industrie suisse de la construction: évolution cyclique et problèmes structurels La construction est toujours l une des principales branches de l économie suisse, même si son importance est souvent sous-estimée,

Plus en détail

La situation des personnes âgées dans les ménages

La situation des personnes âgées dans les ménages N o 98-312-X2011003 au catalogue Recensement en bref La situation des personnes âgées d les ménages Familles, ménages et état matrimonial Type de construction résidentielle et logements collectifs, Recensement

Plus en détail

Synthèse des «Ecoute-Habitants» Ville de Lyon

Synthèse des «Ecoute-Habitants» Ville de Lyon Synthèse des «Ecoute-Habitants» Ville de Lyon Année 2011 Février 2012 2 SOMMAIRE INTRODUCTION ---------------------------------------------------------------- 3 1 > ANALYSE COMPARATIVE DES EVOLUTIONS DE

Plus en détail

La métallurgie suisse et la fabrication de machines en pleine forme

La métallurgie suisse et la fabrication de machines en pleine forme La métallurgie suisse et la fabrication de machines en pleine forme Environ 5% de la population active vit de la métallurgie et de la fabrication de machines, ce qui classe ces branches parmi les principaux

Plus en détail

Enquête sur le financement des PME en Suisse. réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO)

Enquête sur le financement des PME en Suisse. réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) Enquête sur le financement des PME en Suisse réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) Mai 200 Table des matières 2 Page 1. Descriptif de la recherche 3 2. Profil et mode de financement des

Plus en détail

RECRUITING TRENDS 2011 SUISSE

RECRUITING TRENDS 2011 SUISSE [Une étude empirique RECRUITING TRENDS 2011 SUISSE des 500 plus grandes entreprises suisses] Bamberg et Francfort sur le Main, avril 2012 PROF. DR. TIM WEITZEL, DR. ANDREAS ECKHARDT, ALEXANDER VON STETTEN,

Plus en détail

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES CORRIGE TYPE DE L EXAMEN

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES CORRIGE TYPE DE L EXAMEN ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES Niveau : 1 ème année Master TC Groupes : 1, 2, 3, 4, 5, 6 et 7 Date : 21/05/2012 Module : Recherche Marketing Durée : 2h CORRIGE TYPE DE L EXAMEN Correction 1 ère Partie

Plus en détail

Résiliation de contrats d apprentissage dans le secteur principal de la construction

Résiliation de contrats d apprentissage dans le secteur principal de la construction Résiliation de contrats d apprentissage dans le secteur principal de la construction Version abrégée Selon mandat confié par la Société Suisse des Entrepreneurs (SSE) et la Fédération Infra Avril 2014

Plus en détail

Les PME sont une composanteimportante du commerce extérieur suisse

Les PME sont une composanteimportante du commerce extérieur suisse Éclairage Les PME sont une composanteimportante du commerce extérieur suisse Au coursdes deux dernières décennies, l intégration de l économie suisse au reste de la planète s estquasiment accrue chaque

Plus en détail

Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés

Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés Sur les 1210 personnes interrogées, 1043 personnes sont en âge de voter, soit

Plus en détail

La prévoyance professionnelle du point de vue des PME

La prévoyance professionnelle du point de vue des PME Fehler! Textmarke nicht definiert. Fehler! Textmarke nicht definiert. Institut für Finanzdienstleistungen Zug IFZ Grafenauweg 10, CH-6304 Zoug T +41 41 724 65 55, F +41 41 724 65 50 www.hslu.ch/ifz Prof.

Plus en détail

Une nouvelle enquête montre un lien entre l utilisation du Cloud Computing et une agilité accrue de l entreprise ainsi qu un avantage concurentiel.

Une nouvelle enquête montre un lien entre l utilisation du Cloud Computing et une agilité accrue de l entreprise ainsi qu un avantage concurentiel. un rapport des services d analyse de harvard business review L agilité de l entreprise dans le Cloud Une nouvelle enquête montre un lien entre l utilisation du Cloud Computing et une agilité accrue de

Plus en détail

EconomicS and management (B Sc)

EconomicS and management (B Sc) L université chez soi! Bachelor of Science in EconomicS and management (B Sc) Branches d études : Economie politique et Gestion d entreprise Formation universitaire compatible avec un emploi, une famille,

Plus en détail

Nouveau sondage sur les perspectives des Canadiens à propos des changements climatiques et de la crise économique

Nouveau sondage sur les perspectives des Canadiens à propos des changements climatiques et de la crise économique Nouveau sondage sur les perspectives des Canadiens à propos des changements climatiques et de la crise économique 45% des Canadiens sont d accord pour dire que les actions sérieuses en matière de changements

Plus en détail

Enquête éco-construction. Bilan et résultats

Enquête éco-construction. Bilan et résultats Enquête éco-construction Bilan et résultats Introduction Lancée sur l ensemble de la région Rhône-Alpes en juin 29 par le réseau des Chambres de Métiers et de l Artisanat de Rhône-Alpes et en partenariat

Plus en détail

Réseau d exploitations forestières de la Suisse : Résultats pour la période 2008 2010

Réseau d exploitations forestières de la Suisse : Résultats pour la période 2008 2010 Réseau d exploitations forestières de la Suisse : Résultats pour la période 2008 2010 Avant-propos Table des matières L objectif de la politique forestière 2020 de la Confédération est de garantir une

Plus en détail

Rapport d enquête: Les stratégies de diversification des cabinets comptables

Rapport d enquête: Les stratégies de diversification des cabinets comptables UNIVERSITÉ DE GAND FACULTÉ D ÉCONOMIE ET D AFFAIRES ACADÉMIQUE 2010 2011 Rapport d enquête: Les stratégies de diversification des cabinets comptables Frederik Verplancke sous la supervision de Prof. dr.

Plus en détail

ECONOMICS AND MANAGEMENT

ECONOMICS AND MANAGEMENT L université chez soi! Bachelor of Science (B Sc) in ECONOMICS AND MANAGEMENT BRANCHES D ÉTUDES : ECONOMIE POLITIQUE ET GESTION D ENTREPRISE Formation universitaire compatible avec un emploi, une famille,

Plus en détail

UFR Etudes Interculturelles de Langues Appliquées. Evolution professionnelle des anciens du DESS/Master 2 ILTS

UFR Etudes Interculturelles de Langues Appliquées. Evolution professionnelle des anciens du DESS/Master 2 ILTS UFR Etudes Interculturelles de Langues Appliquées Enquête sur le marché de la traduction Evolution professionnelle des anciens du DESS/Master 2 ILTS Méthodologie Les données de ce document sont issues

Plus en détail

chimique et pharmaceutique

chimique et pharmaceutique L industrie chimique et pharmaceutique, un puissant moteur de croissance Avec son taux de croissance exceptionnel et sa forte implication dans l économie nationale, l industrie chimique et pharmaceutique

Plus en détail

Master mention Economie et Statistique

Master mention Economie et Statistique Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master mention Economie et Statistique Université Toulouse 1 Capitole - UT1 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

S T A T U T S DE L ASSOCIATION

S T A T U T S DE L ASSOCIATION S T A T U T S DE L ASSOCIATION Organisation faîtière nationale du monde du travail en santé Nationale Dach-Organisation der Arbeitswelt Gesundheit du 12 mai 2005 (Etat le 28 juin 2012) I. Dénomination,

Plus en détail

Relevé fédéral SOMED des établissements médico-sociaux Explications et références

Relevé fédéral SOMED des établissements médico-sociaux Explications et références Relevé fédéral SOMED des établissements médico-sociaux 1. CONTRÔLE DES DONNÉES ET REMARQUES DES ÉTABLISSEMENTS... 2 2. CHOIX DE L INSTRUMENT D ÉVALUATION DES SOINS REQUIS (VARIABLE A28)... 2 3. PLACES

Plus en détail

Déclassement d'actifs et stock brut de capital

Déclassement d'actifs et stock brut de capital Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Déclassement d'actifs et stock brut de capital Merci

Plus en détail

Les salariés de l économie sociale et solidaire

Les salariés de l économie sociale et solidaire L'Économie sociale et solidaire Les salariés de l économie sociale et solidaire L'EMPLOI SALARIÉ L ESS, un employeur déterminant de l économie régionale 20 Relative précarité de l emploi dans l ESS 22

Plus en détail

Utilisation des Réseaux Sociaux par les Organisations Touristiques en Suisse

Utilisation des Réseaux Sociaux par les Organisations Touristiques en Suisse Utilisation des Réseaux Sociaux par les Organisations Touristiques en Suisse Résultats d une enquête en ligne de mars 2015 Contenu 1. Résumé 2. Contexte 3. Méthode 4. Résultats 5. Questionnaire 2 1. Résumé

Plus en détail

Quels Usages et Pratiques des Directions Marketing B2B sur les Médias Sociaux?

Quels Usages et Pratiques des Directions Marketing B2B sur les Médias Sociaux? Quels Usages et Pratiques des Directions Marketing B2B sur les Médias Etude appliquée aux entreprises B2B, dans l Industrie IT. May 15 2013 ETUDE Leila Boutaleb-Brousse leilabfr@gmail.com btobconnected.com

Plus en détail

Résultats de l enquête auprès des semestres de motivation en Suisse

Résultats de l enquête auprès des semestres de motivation en Suisse Résultats de l enquête auprès des semestres de motivation en Suisse Période : 2012/13 Susanne Aeschbach Formatrice et directrice de projets Simone Villiger Collaboratrice scientifique Natalie Benelli Formatrice

Plus en détail

Les informations sur les taux et conditions de financement décrites dans ce document ne viennent pas remplacer la politique d investissement de la

Les informations sur les taux et conditions de financement décrites dans ce document ne viennent pas remplacer la politique d investissement de la Les informations sur les taux et conditions de financement décrites dans ce document ne viennent pas remplacer la politique d investissement de la Fiducie du Chantier de l économie sociale. Ce document

Plus en détail

LES BESOINS EN FORMATION DES ENTREPRISES ARDENNAISES

LES BESOINS EN FORMATION DES ENTREPRISES ARDENNAISES LES BESOINS EN FORMATION DES ENTREPRISES ARDENNAISES Enquêtes : AGEFOS-PME, CGPME, CCI des Ardennes Analyse : Observatoire économique - CCI des Ardennes Direction de la formation, des études économiques,

Plus en détail

Évaluations statistiques

Évaluations statistiques 1 / 20 Évaluations statistiques Statistiques annuelles 2010, analyses pour l'ensemble de la Suisse Informations et formulaires de demande: www.leprogrammebatiments.ch 2 / 20 18.03.2011 Centre national

Plus en détail

Résultats de l analyse de l enquête RH auprès des entreprises du territoire

Résultats de l analyse de l enquête RH auprès des entreprises du territoire Maison de l Emploi de Valenciennes Métropole Projet GPECT Filière - juin 2014 Résultats de l analyse de l enquête RH auprès des entreprises du territoire 1 Contexte Les PME (Petites et Moyennes Entreprises

Plus en détail

SUJET INÉDIT 1. Dossier 1. Charges et choix d une unité d œuvre 4 points 45 minutes CHAPITRES 1 et 4

SUJET INÉDIT 1. Dossier 1. Charges et choix d une unité d œuvre 4 points 45 minutes CHAPITRES 1 et 4 SUJET INÉDIT 1 La société Coupe & Shampoing Coupe & Shampoing est un salon de coiffure indépendant. Afin de faire face à la concurrence de salons de coiffure franchisés, son dirigeant, Kamel, aimerait

Plus en détail

SCI03 - Analyse de données expérimentales

SCI03 - Analyse de données expérimentales SCI03 - Analyse de données expérimentales Introduction à la statistique Thierry Denœux 1 1 Université de Technologie de Compiègne tél : 44 96 tdenoeux@hds.utc.fr Automne 2014 Qu est ce que la statistique?

Plus en détail

Les informations sur les taux et conditions de financement décrites dans ce document ne viennent pas remplacer la politique d investissement de la

Les informations sur les taux et conditions de financement décrites dans ce document ne viennent pas remplacer la politique d investissement de la Les informations sur les taux et conditions de financement décrites dans ce document ne viennent pas remplacer la politique d investissement de la Fiducie du Chantier de l économie sociale. Ce document

Plus en détail

05.085. Rapport sur les structures de conduite de l armée et les rapports de subordination

05.085. Rapport sur les structures de conduite de l armée et les rapports de subordination 05.085 Rapport sur les structures de conduite de l armée et les rapports de subordination (en exécution de l art. 13, al. 2, de l organisation de l armée) du 2 décembre 2005 Messieurs les Présidents, Mesdames

Plus en détail

Salaires versés à la main-d oeuvre agricole extrafamiliale. Printemps 2000

Salaires versés à la main-d oeuvre agricole extrafamiliale. Printemps 2000 Salaires versés à la main-d oeuvre agricole extrafamiliale Printemps 2000 Brugg, juillet 2000 La reproduction de la brochure ou de parties de celle-ci est interdite sans l autorisation de l éditeur. Union

Plus en détail

Executive Briefing Managing Data Center Performance 2013 et après

Executive Briefing Managing Data Center Performance 2013 et après Managing Data Center Performance 2013 et après Selon les entreprises de la zone économique EMEA, le plus grand défi dans l exploitation de leurs centres de calcul est d assurer la disponibilité des services

Plus en détail

E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL

E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL Bill Pattinson Division de la politique de l information, de l informatique et de la communication

Plus en détail

Comité national d évaluation du rsa Annexes

Comité national d évaluation du rsa Annexes Comité national d évaluation du rsa Annexes Annexe 11 La mise en place du Rsa dans les caisses d allocations familiales (*) Pauline Domingo, Stéphane Donné (Cnaf) Décembre 2011 Les documents d études sont

Plus en détail

Les clients changent d'assureur à cause des prix bas, mais un service de qualité les incite à rester fidèles

Les clients changent d'assureur à cause des prix bas, mais un service de qualité les incite à rester fidèles bonus.ch : enquête de satisfaction sur les assurances auto 2013 Les Suisses sont satisfaits de leur assureur auto : à l issue de l enquête de bonus.ch, la note moyenne tout assureur confondu est de 5.1

Plus en détail

Baccalauréat STG Mercatique Polynésie 10 juin 2011

Baccalauréat STG Mercatique Polynésie 10 juin 2011 Baccalauréat STG Mercatique Polynésie 0 juin 0 La calculatrice (conforme à la circulaire N 99-86 du 6--99) est autorisée. EXERCICE Cet exercice est un questionnaire à choix multiples (QCM). 4 points Pour

Plus en détail

Utilisation d Internet pour les approvisionnements dans les grandes entreprises suisses (situation 2000) Bilan des résultats

Utilisation d Internet pour les approvisionnements dans les grandes entreprises suisses (situation 2000) Bilan des résultats Université de Berne Institut d Informatique Economique Service de Gestion de l Information Prof. Dr. Joachim Griese Engehaldenstrasse 8, 3012 Berne Tél. +41 (0)31-631 47 85 Fax +41 (0)31-631 46 82 E-Mail:

Plus en détail

Alexandre Mallard, Petit dans le marché. Une sociologie de la Très Petite Entreprise, Paris, Presses des MINES, 2011, 264 p.

Alexandre Mallard, Petit dans le marché. Une sociologie de la Très Petite Entreprise, Paris, Presses des MINES, 2011, 264 p. Compte rendu Ouvrage recensé : Alexandre Mallard, Petit dans le marché. Une sociologie de la Très Petite Entreprise, Paris, Presses des MINES, 2011, 264 p. par Michel Trépanier Revue internationale P.M.E.

Plus en détail

Indice canadien de report de la retraite Sun Life

Indice canadien de report de la retraite Sun Life Indice canadien de report de la retraite Sun Life Rapport sur l Indice canadien de report de la retraite Sun Life 2014 La vie est plus radieuse sous le soleil Table des matières À propos de l Indice canadien

Plus en détail

BASS. Modernisation des enquêtes. dans le domaine de la formation. Le. analyse coût-utilité Résumé

BASS. Modernisation des enquêtes. dans le domaine de la formation. Le. analyse coût-utilité Résumé Modernisation des enquêtes dans le domaine de la formation: analyse coût-utilité Résumé Philipp Dubach, Tobias Fritschi, Kilian Künzi (Bureau d'études de politique du travail et de politique sociale )

Plus en détail

SONDAGE INTERNE MENÉ EN NOVEMBRE 2002 SUR LES BESOINS DES CONSEILS ET LES MOYENS D Y RÉPONDRE SYNTHÈSE DU SONDAGE ET RECOMMANDATIONS

SONDAGE INTERNE MENÉ EN NOVEMBRE 2002 SUR LES BESOINS DES CONSEILS ET LES MOYENS D Y RÉPONDRE SYNTHÈSE DU SONDAGE ET RECOMMANDATIONS SONDAGE INTERNE MENÉ EN NOVEMBRE 2002 SUR LES BESOINS DES CONSEILS ET LES MOYENS D Y RÉPONDRE SYNTHÈSE DU SONDAGE ET RECOMMANDATIONS Le 2 juin 2003 Landal inc. SONDAGE INTERNE MENÉ EN NOVEMBRE 2002 SUR

Plus en détail

Le parcours professionnel des chômeurs de longue durée en Suisse

Le parcours professionnel des chômeurs de longue durée en Suisse Le parcours professionnel des chômeurs de longue durée en Suisse Cet article présente les premiers résultats d un projet de recherche qui étudie le parcours professionnel de personnes confrontées au chômage

Plus en détail

Inventaire et évaluation de l offre œnotouristique dans les régions européennes viticoles

Inventaire et évaluation de l offre œnotouristique dans les régions européennes viticoles Inventaire et évaluation de l offre œnotouristique dans les régions européennes viticoles Donneur d ordre: Assemblée des Régions Européennes Viticoles (AREV) c/o Conseil Régional Champagne-Ardenne 5, rue

Plus en détail

Objectif du mandat des communes d Anières, Choulex, Collonge-Bellerive, Corsier, Hermance et Meinier confié à Isocèle

Objectif du mandat des communes d Anières, Choulex, Collonge-Bellerive, Corsier, Hermance et Meinier confié à Isocèle Modes de garde des enfants en âge préscolaire et besoins des familles en la matière dans les communes d Anières, Choulex, Collonge-Bellerive, Corsier, Hermance et Meinier. Synthèse du rapport Objectif

Plus en détail

EN R H ÔNE-ALPES. L emploi en 2007. Cécile BAZIN Jean-Baptiste PIOCH AUD Jacques MALET

EN R H ÔNE-ALPES. L emploi en 2007. Cécile BAZIN Jean-Baptiste PIOCH AUD Jacques MALET ECONOMIE SOCIALE EN R H ÔNE-ALPES L emploi en 2007 Cécile BAZIN Jean-Baptiste PIOCH AUD Jacques MALET CHH IFFRES CLEFS : Plus de 22.300 établissements employeurs en 2007 Plus de 226.000 salariés, dont

Plus en détail

Vue d ensemble des résultats et résumé du plan d action

Vue d ensemble des résultats et résumé du plan d action Ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance Comité provincial d examen des bulletins scolaires Vue d ensemble des résultats et résumé du plan d action Aout 2014 Vue d ensemble des

Plus en détail

Achats publics dans les services : les PME font jeu égal avec les grandes entreprises

Achats publics dans les services : les PME font jeu égal avec les grandes entreprises Achats publics dans les services : les PME font jeu égal avec les grandes entreprises Yohan Baillieul* Lorsqu elles achètent des prestations de services, les administrations s adressent autant à des petites

Plus en détail

LE SOULEVEMENT DES MACHINES : Étude européenne sur les préférences des utilisateurs professionnels de technologies mobiles

LE SOULEVEMENT DES MACHINES : Étude européenne sur les préférences des utilisateurs professionnels de technologies mobiles LE SOULEVEMENT DES MACHINES : Étude européenne sur les préférences des utilisateurs professionnels de technologies mobiles Les PC hybrides menacent la domination des PC portables professionnels en Europe

Plus en détail

La place bancaire de Zurich. Faits et chiffres

La place bancaire de Zurich. Faits et chiffres La place bancaire de Zurich Faits et chiffres Avant-propos Pour l agglomération du grand Zurich, la place bancaire revêt une importance économique et sociale tout à fait centrale. En particulier parce

Plus en détail

Portrait statistique des immigrants anglophones au Québec

Portrait statistique des immigrants anglophones au Québec Portrait statistique des immigrants anglophones au Québec Lorna Jantzen en collaboration avec Fernando Mata Février, 2012 Recherche et Évaluation Les points de vue et les opinions exprimés dans le présent

Plus en détail

Projet d aide à la formation continue dans le canton de Berne Révision totale de la loi sur l aide à la formation des adultes (LFA) Version abrégée

Projet d aide à la formation continue dans le canton de Berne Révision totale de la loi sur l aide à la formation des adultes (LFA) Version abrégée Projet d aide à la formation continue dans le canton de Berne Révision totale de la loi sur l aide à la formation des adultes (LFA) Version abrégée Octobre 2003 Direction de l'instruction publique du canton

Plus en détail

LA COMMUNICATION DIGITALE

LA COMMUNICATION DIGITALE 1 / SOMMAIRE Objectifs de l étude... 3 Méthodologie... 4 Rapport... 5 Synthèse... 6 Quelques commentaires des interviewés...15 2 / INTRODUCTION Objectifs de l étude Enquête réalisée par Viadeo. Cette enquête

Plus en détail

Moniteur des caisses de pension au 30.09.2015. Résultats pour le troisième trimestre 2015

Moniteur des caisses de pension au 30.09.2015. Résultats pour le troisième trimestre 2015 Moniteur des caisses de pension au 30.09.2015 Résultats pour le troisième trimestre 2015 Dégradation de la situation en matière de taux de couverture Pour le troisième trimestre 2015, le moniteur Swisscanto

Plus en détail

Les Américains, les Britanniques et les Canadiens ont une position sévère envers la criminalité

Les Américains, les Britanniques et les Canadiens ont une position sévère envers la criminalité Page 1 de 6 CRIME ET CHÂTIMENT Les Américains, les Britanniques et les Canadiens ont une position sévère envers la criminalité Les répondants du Québec sont plus enclins que tous les autres répondants

Plus en détail

Examen 2015. Distribution

Examen 2015. Distribution Berufsprüfung für Verkaufsfachleute mit eidg. Fachausweis Examen professionnel pour spécialistes de vente avec brevet fédéral Esame per specialisti in vendita con attestato professionale federale Examen

Plus en détail

La téléphonie mobile se définit à nouveau plus fortement par ses avantages

La téléphonie mobile se définit à nouveau plus fortement par ses avantages La téléphonie mobile se définit à nouveau plus fortement par ses avantages MANAGEMENT SUMMARY RELATIF À L ÉTUDE «MONITEUR DE LA TÉLÉPHONIE MO- BILE 2006» RÉALISÉE POUR LE COMPTE DE FORUM MOBIL EN COLLABORATION

Plus en détail

Résultats de l enquête auprès des semestres de motivation en Suisse

Résultats de l enquête auprès des semestres de motivation en Suisse Résultats de l enquête auprès des semestres de motivation en Suisse Période : 2014/15 Simone Villiger Collaboratrice scientifique Sarah Rabhi-Sidler Collaboratrice scientifique (traduction de l allemand)

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Contrôle de gestion de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des

Plus en détail

Financement de la formation professionnelle initiale pour adultes

Financement de la formation professionnelle initiale pour adultes Financement de la formation professionnelle initiale pour adultes Résumé du rapport final Volkswirtschaftliche Beratung en collaboration avec le prof. Markus Maurer de la Haute école pédagogique de Zurich

Plus en détail

Katherine Steinhoff et Geoff Bickerton

Katherine Steinhoff et Geoff Bickerton Katherine Steinhoff et Geoff Bickerton Préparée pour la 22 e conférence sur l économie de la poste et de la livraison, tenue du 4 au 7 juin 2014, à Frascati, en Italie 1 Débat sur la prestation de services

Plus en détail

Consultant! Centralien! Et Alors?

Consultant! Centralien! Et Alors? Consultant! Centralien! Et Alors? Qui sont les Consultants Centraliens? Comment voient-ils leur métier? Quelles sont leurs perspectives? Les résultats de l Observatoire du Conseil Enquête réalisée par

Plus en détail

information Les chercheurs en entreprise

information Les chercheurs en entreprise note d information Enseignement supérieur & Recherche 11.05 AVRIL En 2007, plus de 137 000 chercheurs (en personnes physiques) ont une activité de R&D en entreprise, ils étaient 81 000 en 1997, et deviennent

Plus en détail

Cette année, 546 questionnaires complétés nous ont été retournés. Ce succès a surpris.

Cette année, 546 questionnaires complétés nous ont été retournés. Ce succès a surpris. Présentation de Mme Rose-Marie Lüthi Kreibich, Dr phil., Déléguée au CSA, lors du Congrès d automne 2015 du Conseil Suisse des Aînés le 15 septembre 2015 au Palais des Congrès de Bienne. Cette année, 546

Plus en détail

La publication, au second

La publication, au second Les entreprises industrielles françaises de plus en plus impliquées dans les NTIC Malgré l adoption accélérée des différents outils des nouvelles technologies de l information et de la communication (NTIC)

Plus en détail

Questionnaire sur la conciliation famille TRAVAIL

Questionnaire sur la conciliation famille TRAVAIL Questionnaire sur la conciliation famille TRAVAIL BLOC 1 : LA FAMILLE ET LES CHARGES FAMILIALES 1. Avez vous des enfants à votre charge au quotidien?, avec moi en garde à temps plein, en garde partagée,

Plus en détail

Date de diffusion publique : lundi 15 décembre 2008, 6h00 heure normale de l Est

Date de diffusion publique : lundi 15 décembre 2008, 6h00 heure normale de l Est Suite à la récente crise constitutionnelle, un nouveau sondage démontre que les Canadiens manquent de connaissances élémentaires sur le système parlementaire canadien La moitié des Canadiens (51%) croient

Plus en détail

Education et science 1385-1500. Personnes en formation. Neuchâtel 2015

Education et science 1385-1500. Personnes en formation. Neuchâtel 2015 15 Education et science 1385-1500 Personnes en formation Edition 2015 Neuchâtel 2015 Introduction Cette publication donne une vue d ensemble des personnes en formation en Suisse. Les résultats statistiques

Plus en détail

Qu est-ce que le ehealthcheck?

Qu est-ce que le ehealthcheck? Plus la dépendance d une compagnie envers ses systèmes informatiques est grande, plus le risque qu une erreur dans les processus métiers puisse trouver ses origines dans l informatique est élevé, d où

Plus en détail

Les réponses proviennent de 155 communes différentes. Pour ne pas fausser les résultats, un seul formulaire a été retenu par commune.

Les réponses proviennent de 155 communes différentes. Pour ne pas fausser les résultats, un seul formulaire a été retenu par commune. L informatique communale en chiffres EDOUARD VERCRUYSSE CHEF DE SERVICE L UVCW a diffusé une large enquête dans les communes pour mieux connaître leur situation informatique. Voici les résultats et enseignements

Plus en détail