Equilibre technique d'un exercice de souscription

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Equilibre technique d'un exercice de souscription"

Transcription

1 ASSURANCE AUTOMOBILES ET REVENUS FINANCIERS*) par JEAN SOUSSELIER, Paris La question est controvers~e de savoir si l'on doit tenir compte du revenu des placements -- et 6ventuellement des b6n6fices sur r6alisations de valeurs -- pour appr~cier le r6sultat technique de la branche Automobiles. Rappelons qu'en France, r6glementairement, dans les 6tats B 3 qui font apparaitre le r6sultat technique de la cat6gorie, on tient compte des frais g6n6raux, ce qui est normal, mais non des int6r~ts. En r~alit6, il semble bien qu'il soit difficile de faire abstraction d'un 616ment non n6gligeable de profits et pertes qui d~rive de l'exercice m~me de l'industrie de l'assurance, mais la question demeure de savoir dans quelle mesure il faut en tenir compte. Nous allons montrer que la question est intimement li~e ~ la conception m~me que l'on se fait du montant des r~serves techniques inscrire au passif du bilan. Equilibre technique d'un exercice de souscription On ne peut avoir une idle saine tant des r6sultats techniques que des revenus de placements que si la comptabilit6 est 6tablie par exercice de souscription. C'est l'hypoth~se que nous retiendrons dans ce qui va suivre 1). Un tel exercice donne lieu ~ encaissement d'un certain montant de primes, au paiement de commissions et de frais g6n6raux et enfin au paiement de sinistres s'~chelonnant dans le temps, au delh de la cl6ture calendrier de l'exercice, Pour plus de rigueur m~me -- et l'on peut se r6f6rer au mode de raisonnement appliqu6 en Assurance sur la Vie -- il faut consid6rer *) Pr6sent6 au Colloque de I'ASTIN 1962 ~ Juan-les-Pins. 1) Nous examinerons in fine dans quelle mesure il faut corriger cette conception en faisant intervenir le jeu des exercices successifs.

2 272 ASSURANCE AUTOMOBILES ET REVENUS FINANCIERS s6par6ment les diff~rentes 6ch6ances de primes, chacune se comportant comme une sorte d'exercice isol6: ensemble des assurances 6ch6ance du Ier janvier, ensemble des assurances ~ 6ch6ance du 2 janvier, etc.., jusqu'~ celles k 6ch6ance du 31 d6cembre. (I1 est indiff6rent de raisonner sur un ensemble ou,,en valeur probable" selon le principe actuariel classique). Consid6rons donc une 6ch6ance de primes d6termin6e. L'Assureur encaisse ces primes, pale les commissions et les frais g6n6raux correspondants et dispose ainsi d'une certaine masse de manoeuvre (fonds qu'il peut investir). Les sinistres surviendront en moyenne six mois apr&s l'6ch6ance et seront pay6s dans des d61ais variables selon une certaine cadence: un certain nombre d~s la premiere ann6e h partir de la souscription, un autre hombre la seconde ann6e, un troisi~me la troisi~me ann6e, etc... D6signons, si l'on veut, par s 1, s 2, s 3, s4... etc.., ces diff6rents montants, la somme s 1 + s 2 + s 8 + s tant 6gale au montant des sinistres S correspondant aux primes P. La r6serve constituer est ainsi: s l+s,+s 3+s et, logiquement pour y faire face, l'assureur devrait investir la somme s 1 pendant six mois, la somme s, pendant I an et demi, la somme s 3 pendant 2 ans et demi... la somme sk pendant (2k -- I) demi-ann6es... ou, plus exactement, il doit investir les valeurs actuelles de ces sommes soit: s:, s,, s:, s:,... qui, capitalis6es ~ un taux d'int6r~t i, reproduiront le montant des sinistres ~ payer. On a donc la formule g6ndrale pour les sinistres de k eme ann6e h partir de l'6ch6ance 0 Sk--1 s, = s, (I + i)- (-x-) En faisant le m~me raisonnement pour les diff6rentes 6ch6ances de primes et en faisant la sommation, on obtiendrait la r6serve totale h constituer et l'on pourrait 6valuer l'importance de la capitalisation financi~re r6alis6e. Par capitalisation financi~re il ne faut pas entendre uniquement les coupons annuels mais aussi la plus-value des titres. I1 s'agit en

3 ASSURANCE AUTOMOBILES ET REVENUS FINANCIERS 273 effet d'investir une certaine somme s~ qui doit produire apr~s k ann6es la somme s v On peut investir en obligations venant k cette 6ch6ance ou que l'on vendra avec une certaine plus-value -- ou moins-value. -- On peut investir en actions dont le dividende annuel sera faible mais qui pr6senteront apr~s k ann6es un b6n6fice en capital important. Tout ceci ~quivaut actuariellement k une capitalisation int6ret compos6 ~ un certain taux i r6sultant de la formule ci-dessus. Bien que cette th~orie soit des plus ~16mentaires eue peut sembler n~anmoins quelque peu r6volutionnaire. C'est ce qu'il convient d'examiner maintenant. Rdserve de risques en cours et rdserve de sinistres On remarquera que cette th6orie fait bon march6 de la distinction classique entre la r~serve pour risques en cours et la r6serve pour sinistres restant ~ payer. C'est qu'en effet, conform6ment aux principes actuariels, on admet, par hypoth~se, que les primes nettes de charges contrebalancent exactement le montant des sinistres -- compte tenu de la capitalisation de l'argent -- et, dans une telle conception, il n'y a plus que des reserves d'un caract~re math6matique. On peut encore dire, si l'on veut, que la r6serve pour risques en cours n'est que la mise en reserve d'une fraction des primes nettes de charges destin6e A faire face ~ des sinistres non encore survenus, mais en puissance, ce qui est mathsmatiquement 6quivalent. Trois conceptions sont en effet possibles au sujet de la rsserve pour risques en cours: i ) -- Formule prospective: la somme k mettre en r6serve est ceue qui permet de faire face (toujours compte tenu de la capitalisation) A des d6bours futurs. C'est la conception la plus saine et classique; elle correspond ~ la notion de bilan de liquidation. 2 ) --Formule r6trospective: on met en reserve ce qu'on a pu 6conomiser, conception qui peut paraitre absurde mais qui est lrigoureusement 6quivalente h la premiere si le tarif est bien 6tabli et si, par cons6quent, les sinistres correspondent aux primes nettes de charges. 30) --Equipartition: on met en r6serve la fraction de prime exc6dant la date du 31 d~cembre, calcume prorata temporis, con- x9

4 274 ASSURANCE AUTOMOBILES ET REVENUS FINANCIERS ception dans laquelle on ne prend pas cr6dit au titre de l'exercice de la fraction de prime qui n'y est pas affdrente. Ceci suppose que le risque se r6partit uniforln6ment dans le temps et reste de m~me valeur pour l'exercice en cours et pour le suivant. M~thode strictement 6quivalente aux deux pr~c6dentes dans la mesure oh le tarif est correct mais on voit imm6diatement que si le tarif est insuffisant par exemple, cette m6thode,,de fraction de prime non acquise" revient A faire supporter k l'exercice suivant une partie de la perte qui devrait ~tre assum~e par l'exercice responsable des souscriptions. En mati&re de r6serve de sinistres, la seule conception qu'il parait 16gitime de retenir est la conception prospective: il convient de mettre en r6serve la valeur des sinistres qui seront ~ payer ou plus exactement, pour tenir compte de la capitalisation de l'argent, leur valeur actuelle. La difficult6 est 6videmment qu'on ne connait pas le montant auquel seront effectivement r6gms les sinistres. Trois facteurs interviennent en effet: Premier Facteur L'estimation d'un sinistre est chose malais~e. Elle ne peut d'ailleurs ~tre strictement faite au d6part si l'on ne connalt pas le montant de la responsabilit~, le taux de consolidation des blessures, etc... Nous n'insistons pas sur ce point qui est cependant capital car il sort de l'objet de notre 6tude et nous admettrons que par une intuition remarquable des choses ou par des m6thodes statistiques, math6matiques ou actuarielles, les Services des sinistres ont dt6 m~me de d6terminer exactement le montant des sinistres ~ payer ou, tout au moins, que les erreurs commises par exc~s compensent exactement les erreurs commises par d6faut. I1 s'agit lh, bien entendu, d'une vue id6ale mais il est tout-~-fait n6cessaire de la retenir car sinon on introduit un facteur d'erreur qui fausse et l'appr6ciation du r6sultat technique et l'effet des int~r~ts. Si, en effet, on constitue des r~serves major6es, devant d6gager un boni, il n'est pas Mgitime de calculer les int6r~ts sur la totalit6 des sommes ainsi raises en r6serve car on capitalise de cette fa~on des fonds qui ne d6pendent pas de la technique de la branche.

5 ASSURANCE AUTOMOBILES ET REVENUS FINANCIERS 275 II s'agit, en fait, de r6serves fibres appartenant en propre h la Soci6t6. Inversement, si on constitue des r~serves insuffisantes, non seulement on verra apparaitre des malis qui devront ~tre pr61ev6s sur les ressources propres de la Compagnie, mais encore on se prive d'une s6rie de revenus financiers qui auraient dr ~tre affect6s ~ l'~quilibre de la branche. Deuxi~rne Facteur I1 ne suffit pas, d'ailleurs, d'avoir une correcte estimation du montant des r~glements, il faut, pour appr6cier le jeu des int6r~ts, connaitre exactement la cadence de r6glements future. En effet, la notion de valeur actuelle est 6troitement d6pendante de cette cadence de r&glements. Mais il y a une circonstance aggravante: le montant auquel le sinistre sera r~gl6 d~pend lui-m~me de l'~poque ~ laqueue le paiement intervient. En effet, bien que l'usage n'en soit pas fr6quent, un tribunal peut d6cider de majorer l'indemnit6 des int6r~ts courus depuis le jour de survenance du sinistre ou encore il peut tenir compte, dans la fixation de cette indemnit6, du montant des int6r~ts courus. I1 est clair que, dans un tel cas, la capitalisation des r6serves de sinistres ~ un taux au moins 6gal aux int6r~ts imposes par le jugement est une n6cessit~ proprement technique. Si, pour rendre ce sinistre comparable aux autres on exclut de son montant la fraction repr6sentant les int6r~ts, la somme mettre en r6serve initialement n'est plus la valeur actuelle au sens actuariel du mot, c'est-~-dire l'escompte, mais la valeur pleine qui, capitalis6e, reproduira le montant effectif du r~glement. Troisi~me Facteur Mais le facteur le plus grave, et chacun le sait, est que la cadence de r~glements influe directement sur le montant des sinistres, et ceci pour deux raisons: a) Les sinistres qui sont r6gl~s apr~s de longs d~lais ou une laborieuse proc6dure peuvent se r6v61er beaucoup plus on~reux que ceux r6gl6s dans un court d61ai, ~ la suite de transactions par exemple. Ceci constitue d'ailleurs un dl~ment moral pouvant inciter les Soci6t6s k faire face rapidement ~ leurs obligations.

6 276 ASSURANCE AUTOMOBILES ET REVENUS FINANCIERS b) I1 y a, d'autre part, le ph6nom~ne quasi-g6n6ral du rench6rissement du cofit des sinistres au cours du temps, dfi k la d6pr6ciation mondtaire, k l'augmentation du prix des choses et k l'appr6ciation de plus en plus large de la r6paration des dommages de responsabilit6 (voir k ce sujet les courbes dtablies par Monsieur Pierre Frangois au Colloque de Nice en I96O montrant la croissance du coflt moyen des sinistres mat6riels et corporels ainsi que du point d'invalidit~. La croissance des sinistres mat6riels suit grossi~rement les prix de gros mais celle des sinistres corporels est plus rapide que la croissance des salaires) 1). Est-il alors normal de faire intervenir ce facteur de rench6rissement dans l'6valuation des r6serves de sinistres? Nous faisons abstraction de la difficult6 de d6termination pratique de ce coflt futur, qui exigerait une rue proph6tique de l'avenir. Supposons qu'on puisse conjecturer l't~volution future des cofits moyens et connaltre simultan6ment les cadences de r~glements: serait-il normal de se baser sur ce coflt? Nous avons tendance ~ r6pondre non car il s'agit d'un ~l~ment ext~rieur au tarif, assimilable k d'autres facteurs qui peuvent vicier la vie d'une entreprise, comme ]a d6pr6- ciation de certains biens d'actif, la confiscation de certains avoirs, des mesures l~gislatives impr6vues, etc... Cependant, comme il faut bien que l'assureur puisse faire face k ces paiements futurs major6s, il faut que soit obtenue une surcapitalisation des montants mis en r6serve initialement. On peut 6tablir une sorte de th6or~me: Si s, est le montant du sinistre dans la k ~me annie correctement estim6 selon les normes de l'ann6e initiale, s o, sa valeur actuelle calcul6e ci-dessus (s~ capitalis6 au taux i donnant s,), pour obtenir s~, montant du sinistre s, compte tenu du rench6rissement du cofit des sinistres, il faut capitaliser au taux i' au lieu de i tel que: La surcapitalisation i' - i doit donc ~tre au moins 6gale au coeffi- 1) Nous n~gligeons la vieille querelle faite aux Magistrats de retenir la date de r~glement et non la date de survenance des sinistres pour la fixation des indemnit~s, parce que le reproche est partiellement faux -- le calcul des rentes est bas6 normalement sur le salaire des victimes au jour de l'accident, et nettement injuste -- le versement fair aux tiers 16s6s doit s'inspirer de la valeur de la monnaie au jour off il est effectu6.,

7 ASSURANCE AUTOMOBILES ET REVENUS FINANCIERS 277 cient de rench6rissement. Par exemple, si le coefficient d'accroissemerit annuel du coflt des sinistres est de 5 %, cela exige de capitaliser 5 % de plus que le taux i. Si le taux effectif de placement ne d6passe pas 5 ~o, ceci signifie donc que tout l'int6r~t financier sert faire face k l'accroissement futur des cofits. En rigueur, il faudrait avoir recours k des placements index6s 6voluant selon l'exacte revalorisation des sinistres. De toute fa~on, rassureur ne dispose plus d'aucun revenu financier pour l'6quilibre technique de son tarif. Limite de 65 ~o On ne peut 6videmment parler de revenus financiers que dans la mesure oh on est capable de repr6senter par des 616merits d'actif, productifs de revenus financiers, les r6serves de sinistres. En d'autres termes, on ne peut prendre en consid6ration que les int6r~ts qui d6rivent des fonds rendus disponibles par le jeu de l'assurance, c'est-k-dire les primes nettes des charges. Disons sch6matiquement: Primes IOO, charges 35; cette limite est donc de 65 %. Si donc, au d6part, les sinistres exc~dent la limite de 65 %, la repr6sentation des r6serves ne peut intervenir qu'en faisant appel k d'autres ressources de la Compagnie et ron ne peut prendre en consid6ration les revenus qui en d6rivent. Par contre, si les r6serves n'atteignent pas cette limite de 65 ~o, la Compagnie est ~ marne de capitaliser des fonds pour un montant sup6rieur ~ celui des r6serves techniques strictement n6cessaire et en retirer des revenus financiers suppl6mentaires. Mais il ne parait pas rlormal non plus de tenir compte de ce suppl6ment puisqu'aussi bien la Compagnie aurait pu distribuer ce montant ou raffecter k d'autres usages. On aboutit donc au sch6ma suivant: I ) -- So < 65 ~o, c'est-~-dire les sinistres en valeur actuelle sont inf6rieurs k la limite de 65 %. Dans ce cas, il suffit de capitaliser le montant S o qui produira le montant effectif des sinistres S~ et pour obtenir le montant r6el S~ compte tenu du rench6rissement, il faudra ou obtenir un surint6r~t ou capitaliser une somme sup6- rieure k So: appelons-la S~. 2 ) --So >~ 65 ~o, c'est-~-dire les sinistres en valeur actuelle d6passent la limite de 65 %. I1 n'est possible de capitaliser que la

8 278 ASSURANCE AUTOMOBILES ET REVENUS FINANCIERS somme de 65 qui ne parviendra h constituer qu'une fraction des sinistres Si et, afortiori, une fraction des sinistres S~ compte tenu du rench6rissement. On peut dire qu'on est h la fois en perte technique et en perte financi~re. Exemple schdmatique Donnons un exemple sch6matique chiffr6. Supposons un montant de sinistres de 62, chiffre initial, devant se r~gler finalement ~ 68, chifffre final, sans, dans cette majoration, faire la distinction entre ce qui provient du jeu des int6r~ts ou du jeu des autres facteurs de rench6rissement; on ales deux pr6sentations possibles: z~re prdsentation Compte technique B~n6fice technique 3 Revenu sur 62 et 3 ~ 9 (en admettant qu'on capitalise aussi le b6n6fice de 3, ce qui n'est pas normal comme il a 6t6 dit) Cette somme d'int6r~ts de 9 servira, ~ concurrence de 6, ~ compenser l'insuffisance future des r6serves. I1 restera un b6n6fice propre d'int6r~t de 3. Le b6n6fice total est ainsi de 6 dont: B6n6fice technique 3 B6n6fice financier 3 2~me prdsentation On inscrit les r6serves pour leur valeur finale 68. On a donc: Compte technique Perte technique 3 Revenu financier sur 65 = 9 Le b~n6fice total est 6 comme ci-dessus, mais se d~composant cette fois en Perte technique 3 B6n~fice financier 9 I -- Rdassurance Deux remarques On ne peut d6gager les v~ritables r~sultats techniques si l'on

9 ASSURANCE AUTOMOBILES ET REVENUS FINANCIERS 279 n'61infine pas l'incidence de gros sinistres 6ventuels, c'est-h-dire si l'on ne tient pas compte d'une r6assurance en exc6dent de sinistres. Dans cette conception -- qui suppose d'aiueurs que le r6assureur fait son affmre de la constitution des r6serves de sinistres k sa charge -- l'assureur direct ne d6compte les sinistres que pour la portion n'exc6dant pas la hmite de l'exc~s. La prime vers6e au r6assureur constitue une charge de l'exercice qui doit ~tre assimime k un sinistre: on substitue en effet k des paiements al6atoires variables une contribution constante. II- Jeu des exercices successifs M~me en 61iminant l'dl6ment perturbateur des sinistres importants, les r6sultats seront n6cessairement fluctuants d'un exercice l'autre. I1 n'est donc pas normal de traiter chaque exercice comme une entit6 s6par~e. Une certaine compensation doit intervenir. De la m~me mani&re une perfection dans l'estimation des r6serves ~tant impossible, il est normal que des bonis d6gag6s sur les r6serves de certains exercices compensent les insuffisances de rdserves se r6v61ant d'autre part. La th6orie unitaire d6velopp6e pr6c6demment doit donc ~tre corrig6e d'un mani~re ad6quate. Cependant, on ne peut faire jouer la compensation entre exercices que pour 6quilibrer des fluctuations d'ordre accidentel et non pour corriger une tendance nettement d6favorable. Ce serait masquer une perte technique r6elle, c'est-kdire une insuffisance de tarification, par le j eu fictif de bonis de liquidation ant6rieurs ou de b6n6fices de rdalisations de valeurs. Cependant, dans la r6alit6, un Assureur ne peut faire la scission effective de ses investissements en la multiplicit6 des exercices et des ann6es de r~glements. I1 est exclu, comme le voudrait la thdorie, que l'assureur r6alise une pattie de son actif pour faire face ~t des paiements actuels de sinistres et investisse dans le m~me temps des fonds pour faire face aux sinistres ~ payer dans l'avenir. Conclusion On peut s'6tonner qu'~ la question simple pos6e de savoir si et dans queue mesure on devrait tenir compte des benefices financiers, nous opposions une r6ponse complexe. On peut 6galement nous reprocher de proc6der k des d6veloppe-

10 280 ASSURANCE AUTOMOBILES ET REVENUS FINANCIERS ments purement th~oriques et de faire bon march6 des contingences comptables, fiscales et r6glementaires. Nous sommes conscients de ces d6fauts. Mais nous estimons pourtant qu'une id& claire de la relation qui existe entre le r6sultat technique et le revenu des placements ne peut d6river que de la notion classique de valeur actuelle, ce qui signifie qu'on applique k l'estimation des sinistres un escompte financier. Le revenu des valeurs devient ainsi partie int~grante des composants techniques, comme cela a lieu dans l'assurance sur la Vie. Ce n'est que si les int6r~ts exc~dent l'int6r~t du tarif qu'on peut parler de b6n6fice financier. Cependant, pour sacrifier aux usages et pour garder une marge de s&urit~ fiscalement d6ductible, on peut admettre d'inscrire les sinistres pour leur valeur vraie de liquidation pr6visible. On introduit ainsi une charge occulte dans le compte technique; en contrepartie, le revenu financier peut ~tre pris enti~rement en b6n6fice. Mais il est tout-k-fait abusif de majorer les r~serves au point d'afficher une perte technique en se vantant par ailleurs d'un important,,b6n6fice" financier. Dans le cas, enfin, oh l'~16vation future du cofit du r~glement des sinistres devrait absorber tous revenus et plus-values des placements, on ne saurait retenir aucun profit financier pour l'6quilibre technique de l'op6ration d'assurance. Avril I962 A nnexe CADENCE DE REGLEMENTS DES SINISTRES AUTOMOBILES ET INTERETS FINANCIERS En se pla~ant ~ la date de souscription d'un contrat, l'assureur direct per~oit la prime nette de charge (P - c) et d~bourse la valeur actuelle des sinistres y aff6rents, pay6s ~ raison de s 1 la i~re ann6e... sk la k ~me annie. L'~quilibre du tarif exige que -- capitalisation suppos6e au taux i et sinistres supposds en milieu d'ann6e -- 1 S 6 (I) (P--c) =s 1(I +i)-i+s,(i+i)-i+s 3(I+i)-i + 17; sk(i+i)- " +...

11 ASSURANCE AUTOMOBILES ET REVENUS FINANCIERS 281 I~re 2~ 3~ 4~ 5~ 6~ ann~e I I I I I I I t S S P-c En posant (2) S O = s, + s, s t... la valeur actuelle des sinistres, le montant rfel des sinistres pay6s est la capitalisation de cette valeur actuelle au taux i: 1 I (3) sl+s~+...+st..=s~(i+i);+s:(i+i);+... till-- 1 +s~(z+0, +... La diffdrence Z s~ -- Z sl reprdsente le total des int6rgts recueillis. En n6gligeant les termes de puissance 2 ou supdrieurs dans les d6veloppements, ce qui revient h capitaliser h int6rets simples seulement, on a: (4) total des int~r~ts = i sl + ~ sl k--I o ) --y-- s, +... Comme, d'autre part, dans Fhypoth~se du tarif dquilibr6: 0 0 O (2his) P -- c = s, + s, s, +... on arrive ~ la conclusion suivante: si la cadence de r~glement est invariable, c'est-h-dire si chaque terme s~ est proportionnel k P- c- ou encore si, en posant P = IOO, c -~ constant = 35 par exemple, less ' t sont des nombres fixes -- le montant des intdrgts est lui-mgme invariable et ddpend de la seule cadence de r~glement: plus cette cadence est lente plus les intdr~ts sont dlfvds puisque les derniers termes subissent un tacteur de multiplication plus ~levd. I1 convient maintenant de faire la sommation pour les diffdrentes 6ch6ances de primes. Ier ex. 2& ex. 3~ ex. 4 ~ ex. Une simplification,,pp,oxi,,,- I I I I tire consiste ~ supposer les I sl ss I ss I primes ~ ~ch~ance en nfilieu P--c d'ann~e. Le montant total d'int~r~ts a la m~me expression mais il faut bien comprendre que les int~rats sont encaiss~s au cours d'exercices successi/s d'une mani~re ddgressive.

12 282 ASSURANCE AUTOMOBILES ET REVENUS FINANCIERS Essayons de raisonner en fonction des r6serves de sinistres en suspens (en s'en tenant aux int6r~ts simples) Ces r&erves sont les suivantes en admettant une rdpartition rdguli&e dans l'annde du paiement des sinistres: C5) fin Ier exercices-!+ s~+s 3+s dont le cumul est: (6) sl + 3 s~ + 5? 2~ exercice s~ + s3 + s ~ exercice s-! + s qui, multipli~ par i, donne le total des int~r&s per~us. Cette formule serait identique ~ la formule (4) si on substituait less] aux si. En effet, en basant les reserves sur les montants de sinistres bruts, on capitalise des sommes trop ~lev&s: il faut mettre en reserve les valeurs actueues. Cadences comptables Les si repr6sentent les cadences rdelles de r~glement des sinistres. Ce ne sont pas les cadences comptables c'est-~t-dire le pourcentage de sinistres effectivement pay6s pendant le Ier exercice, le 2~me exercice, le 3~me exercice, etc. Seules ces cadences comptables sont directement observables. D6signons-les par ti. On a: t 1 -- Sl 2 (7) t2 --- $1 q- 52 ti 2 _ s~_ ~ + si 2 ~S+ l -- sn 2

13 - s ASSURANCE AUTOMOBILES ET REVENUS FINANCIERS 283 Connaissant les cadences comptables ti, on obtient les cadences r6elles s~ par les formules: ~8) $1 : 2 ~I sz : 2 t 2-1 Exemples thdoriques : On suppose la cadence (r6elle) de r~glement suivante: I~re ann6e: 50% 2~me ann6e: 25 % 3~me ann6e: 15 % ~me ann6e: 5 %,! u n, I, I ~ I u I, 5~me ann6e: 5 % IO 5 3 Total :IOO % La cadence,comptable, est ainsi: Ier exercice" 25 2~ exercice" 37 3~ exercice" 20 4& exercice" IO 5~ exercice" 5 6~ exercice" 3 Total: IOO Les r6serves pour sinistres k payer successives sont: Soit un total de 142 % ou (sur la base maximum de 65 % des primes) 92, 30 % des primes. En ajoutant ~ ce montant la r6serve de risques en cours 36 % on a un total de 128 % ce qui, ~ 5 %, repr6sente un revenu d'int~r~t de 6,40 %. Si l'on suppose l'~chelonnement tr~s lent: IO on obtient la cadence comptable, sur 8 exercices: 15--3o

14 284 ASSURANCE AUTOMOBILES ET REVENUS FINANCIERS ce qui conduit k un cumul de suspens de 217 ~o ou 141 ~o des primes, soit avec les rrserves de risques en cours 36 ~o, 177 ~o de rrserves techniques, soit, ~ 5 ~o, un intrr~t total de 8.8 /o. Cadences comptables observdes Les cadences observ~es sont en rralit6 tr~s variables selon les Compagnies et selon les annres. Voici quelques exemples: I- Ensemble de Compagnies Fran~aises (pour 6~ exercice et suivants) II- i Compagnie Fran~aise (6~ exercice et suivants) III- i Compagnie Fran~aise (6~ exercice et suivants) IV- I Compagnie Italienne, moyenne o I Si, h partir de ces taux, on cherche h remonter aux cadences rreues selon la formuie (8), on arrive ~ des anomalies: Par exemple pour (I): t : s: avec un taux nrgatif en 4~me annre! De m~me pour (IV), la cadence de I~re annre serait 54 2 = io8 %1 I1 faut sans doute en conclure que l'hypoth&se de paiement rrguli~rement ~chelonn6 des sinistres en cours d'annre n'est pas vrrifre dans la pratique. Rdgime des inldr~ts rdels Les formules pr~crdentes permettaient d'obtenir le total des intrr~ts k recevoir au titre d'un exercice de souscription mais ne donnaient pas la r~partition effective de la perception de ces intrr~ts. Pour cela il faut considrrer le cumul des exercices successifs. On a le schrma suivant, en d~signant par tij le montant des

15 ASSURANCE AUTOMOBILES ET REVENUS FINANCIERS 285 sinistres de l'exercice de souscription i pay~s dans la j~me annie, c'est-h-dire dans l'exercice comptable (i + j -- I): exercices: tll 2 I 3 I 4 I 5 t12 tz3 tz4 tz5 t~z t~ t~ t~4 taz ta2 ta3 tiz t,, t6~ Si l'on suppose que les tij sont ind6pendants de i tq ---- tj 6 tz6 t~5 ~34 tel I 7 I 8 I t26 tan t~ tu t~ t~ ts, te~ t63 t71 /72 ts1 ce qui implique non seulement la permanence des cadences de r~glement pour tousles exercices mais aussi l'6galit6 des encaissements -- plus rigoureusement du montant des sinistres -- on voit qu'en r6gime plein, on obtient un montant constant de sinistres pay6s ~gal ~ la somme: tl + t~ + t3 + t, + ts + t6 Pour faire face k ce montant constant de sinistres, l'assureur dispose de la prime nette de charges (P -. c) qui lui est pr~cis6ment 6gale puisque dans les hypotheses retenues. Ig s~ = Z ti. Quant ~L la r6serve pour sinistres ~L payer, elle est 6gale h -- par sommation du tableau encadr6 sur la figure: (9) 5 t, + 4ts + 3 t t, ce qui, d'apr~s la formule (7), conduit h: ss s5 + s4 + 3 s z -I- s S z -,J- s 1 (9 bis) 5 -~- + 4 ~ 2 2 S2 S3 S5 OU : sz Y 2

16 286 ASSURANCE AUTOMOBILES ET REVENUS FINANCIERS On retrouve la formule (6). Par cons6quent, les int6r~ts per~us au cours d'un exercice colnptable sont ~gaux au total des int~r~ts ~t percevoir au titre d'un exercice de souscription. Mais on voit quelles hypotheses restrictives il y a lieu de faire pour qu'il en soit ainsi. Si on ajoute que dans notre th6orie, il ne faut pas faire intervenir les seuls int~r~ts annuels (coupons ou dividendes) mais aussi les profits sur remboursements ou ventes, on voit qu'on ne saurait parler des revenus financiers par la seule consid6ration des recettes enregistr6es au cours d'un exercice comptable mais qu'on doit suivre le d6veloppement des investissements aff6rents ~t un exercice de souscription. Ceci s'apparente au jugement des taux de sinistres sous forme de taux d6velopp6s par exercice et non du seul taux de l'ann6e.

EVALUATION DE PROVISIONS POUR SINISTRES A PAYER EN PERIODE DE STAGFLATION

EVALUATION DE PROVISIONS POUR SINISTRES A PAYER EN PERIODE DE STAGFLATION EVALUATION DE PROVISIONS POUR SINISTRES A PAYER EN PERIODE DE STAGFLATION BERNARD DUBOIS DE ~'IONTREYNAUD et DIDIER STRUBE France En mati~re d'assurance de la Responsabilit6 Civile Automobile, chacun connait

Plus en détail

RAPPORT INTRODUCTIF CONTROLE DES OP]~RATIONS D'ASSURANCE DANS LES BRANCHES NON-VIE

RAPPORT INTRODUCTIF CONTROLE DES OP]~RATIONS D'ASSURANCE DANS LES BRANCHES NON-VIE RAPPORT INTRODUCTIF CONTROLE DES OP]~RATIONS D'ASSURANCE DANS LES BRANCHES NON-VIE F. BICHSEL Berne Les 5 contributions suivantes ont ~td pr6sent6es sur le th~me no 3: par R. E. Beard: 2 contributions

Plus en détail

REASSURANCE DU CUMUL D'ACCIDENTS *) JEAN SOUSSELIER

REASSURANCE DU CUMUL D'ACCIDENTS *) JEAN SOUSSELIER REASSURANCE DU CUMUL D'ACCDENTS *) par JEAN SOUSSELER Paris, France Une Compagnie d'assurances d61ivre par l'interm6diaire d'agences de Voyage des contrats d'assurances individuelles garantissant les personnes

Plus en détail

SUR L'EFFICACITE DES CRITERES DE TARIFICATION DE L'ASSURANCE CONTRE LES ACCIDENTS D'AUTOMOBILES

SUR L'EFFICACITE DES CRITERES DE TARIFICATION DE L'ASSURANCE CONTRE LES ACCIDENTS D'AUTOMOBILES SUR L'EFFICACITE DES CRITERES DE TARIFICATION DE L'ASSURANCE CONTRE LES ACCIDENTS D'AUTOMOBILES PIERRE DELAPORTE Paris (France) Les accidents d'automobiles surviennent lorsqu'il se produit un ensemble

Plus en détail

Principes généraux de l'imposition des contrats d'assurancevie établis au Canada

Principes généraux de l'imposition des contrats d'assurancevie établis au Canada Principes généraux de l'imposition des contrats d'assurancevie établis au Canada Renseignements L'assurance-vie joue un rôle de plus en plus important dans la planification financière en raison de la croissance

Plus en détail

RECHERCHES SUR LES GROS SINISTRES EN R. C. AUTOMOBILE FRANCE I948-I955 P. DEPOID/E. DUCHEZ

RECHERCHES SUR LES GROS SINISTRES EN R. C. AUTOMOBILE FRANCE I948-I955 P. DEPOID/E. DUCHEZ RECHERCHES SUR LES GROS SINISTRES EN R. C. AUTOMOBILE FRANCE I948-I955 P. DEPOID/E. DUCHEZ Paris, France LES SOURCES D'INFORMATION I1 a 6t6 cr66 en France, en I948, dans le cadre de l'association G6n6rale

Plus en détail

Conditions de l'indemnisation: dommage réparé par ailleurs

Conditions de l'indemnisation: dommage réparé par ailleurs Conditions de l'indemnisation: dommage réparé par ailleurs Article juridique publié le 30/06/2015, vu 973 fois, Auteur : Maître Joan DRAY La Cour de cassation réaffirme constamment que le préjudice, pour

Plus en détail

ASSOCIATION FRANCOPHONE DE PARENTS D ENFANTS DYSLEXIQUES ]~TATS FINANCIERS 31 AOOT 2010. Jl~ MARCIL LAVALL~E A PARTNER IN YOUR SUCCESS

ASSOCIATION FRANCOPHONE DE PARENTS D ENFANTS DYSLEXIQUES ]~TATS FINANCIERS 31 AOOT 2010. Jl~ MARCIL LAVALL~E A PARTNER IN YOUR SUCCESS ASSOCIATION FRANCOPHONE DE PARENTS D ENFANTS ]~TATS FINANCIERS 31 AOOT 2010 Jl~ MARCIL LAVALL~E ASSOCIATION FRANCOPHONE DE PARENTS D ENFANTS TABLE DES MATI~RES PAGE Rapport de mission d examen l~tats financiers

Plus en détail

ASSURANCE AUTOMOBILE -- STATISTIQUE. ALEXANDRE CANNET Paris (France)

ASSURANCE AUTOMOBILE -- STATISTIQUE. ALEXANDRE CANNET Paris (France) ASSURANCE AUTOMOBLE -- STATSTQUE ET TARFS ALEXANDRE CANNET Paris (France) Commentaires sur les constatations expdrimentales d'une Compagnie Frangaise en mati~re d' A ssurance Responsabilitd C ivile Automobile

Plus en détail

1.2. Comment tirer parti de votre société?

1.2. Comment tirer parti de votre société? Des taux réduits s appliquent cependant à certaines PME, et ce, selon le même dispositif par tranches qu en matière d impôt des personnes physiques. Les taux réduits se présentent comme suit : Tr a n c

Plus en détail

SONDAGE DANS LA MISSION D AUDIT UNITE MONETAIRE. Fethi NEJI & Mounir GRAJA

SONDAGE DANS LA MISSION D AUDIT UNITE MONETAIRE. Fethi NEJI & Mounir GRAJA SONDAGE DANS LA MISSION D AUDIT UNITE MONETAIRE Le sondage est une sélection d'éléments que l'auditeur décide d'examiner afin de tirer, en fonction des résultats obtenus, une conclusion sur les caractéristiques

Plus en détail

Tradition Securities and Futures

Tradition Securities and Futures COMPTES ANNUELS au 31 décembre 2007 de Tradition Securities and Futures Tradition Securities & Futures BILAN AU 31 DECEMBRE 2007 (En milliers d euros) Notes 31.12.2007 31.12.2006 ACTIF Opérations interbancaires

Plus en détail

VARIATION DE LA PRIME D'ASSURANCE DE L'ASSISTANCE PHARMACEUTIQUE EN FONCTION DE LA PARTICIPATION DE L'ASSURE AU COURT DE L'ASSISTANCE

VARIATION DE LA PRIME D'ASSURANCE DE L'ASSISTANCE PHARMACEUTIQUE EN FONCTION DE LA PARTICIPATION DE L'ASSURE AU COURT DE L'ASSISTANCE VARATON DE LA PRME D'ASSURANCE DE L'ASSSTANCE PHARMACEUTQUE EN FONCTON DE LA PARTCPATON DE L'ASSURE AU COURT DE L'ASSSTANCE SALVATORE CANNELLA Rome (talie) )- Un nouvel examen des norrnes qui r4gissent

Plus en détail

i. La Survena.nce des accidents

i. La Survena.nce des accidents SUJET B LES MATH~MATIQUES DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE Introduction de la discussion (rdsumd) P. J. DELAPORTE Plusieurs communications sont prdsentdes au Colloque sur les Mathdmatiques de l'assurance Automobile.

Plus en détail

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire SECTION II : LES AVANTAGES DU RECOURS AU MARCHÉ OBLIGATAIRE Transférer des fonds d une personne à une autre peut sembler relativement simple. Alors pour quelle raison avons-nous besoin d un marché obligataire?

Plus en détail

ANALYSE BILAN ET COMPTE DE RESULTAT

ANALYSE BILAN ET COMPTE DE RESULTAT ANALYSE BILAN ET COMPTE DE RESULTAT Le bilan fonctionnel : bilan simplifié Le bilan fonctionnel est un bilan dans lequel les ressources et les emplois sont classés par fonction (fonctions financement,

Plus en détail

Rapport financier de la Municipalité de Chelsea 2014-2018 Questions et réponses

Rapport financier de la Municipalité de Chelsea 2014-2018 Questions et réponses Rapport financier de la Municipalité de Chelsea 2014-2018 Questions et réponses Mise en contexte Q1 : Quel est l objectif de ce rapport? R : L objectif principal de ce rapport est de fournir à la municipalité

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE DEPRECIATION DES PLACEMENTS DANS LE CODE DES ASSURANCES CIMA

LA GESTION DU RISQUE DE DEPRECIATION DES PLACEMENTS DANS LE CODE DES ASSURANCES CIMA LA GESTION DU RISQUE DE DEPRECIATION DES PLACEMENTS DANS LE CODE DES ASSURANCES CIMA I. PROPLEMATIQUE -------------------------------- Lorsqu une entreprise souhaite commercialiser un nouveau produit ou

Plus en détail

Circulaire CBFA_2008_06 du 11 mars 2008

Circulaire CBFA_2008_06 du 11 mars 2008 Circulaire _2008_06 du 11 mars 2008 Application de l'article 15bis, 3, de la loi du 9 juillet 1975 relative au contrôle des entreprises d'assurances: acceptation par la de la prise en considération de

Plus en détail

Solution Epargne Handicap

Solution Epargne Handicap Contrat d assurance sur la vie Epargne Handicap Solution Epargne Handicap Notice d information Le contrat : SOLUTION EPARGNE HANDICAP est un contrat d assurance collective sur la vie à adhésion facultative

Plus en détail

Dénomination du fonds Le fonds est dénommé Smart Invest Bon Deep Value 90 Europe 1.

Dénomination du fonds Le fonds est dénommé Smart Invest Bon Deep Value 90 Europe 1. SMART INVEST BON Deep Value 90 Europe 1-REGLEMENT DE GESTION DU FONDS LIE AU PRODUIT SMART INVEST PORTFOLIO Exposition à 100% du montant net investi via un dépôt auprès de BNP Paribas Fortis Ce règlement

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 OBJECTIF DE LA NORME 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

ETAT DES PRODUITS ET CHARGES ET EXCEDENT CUMULE

ETAT DES PRODUITS ET CHARGES ET EXCEDENT CUMULE ASSOCIATION DES PRODUCTEURS RESPONSABLES ETAT DES PRODUITS ET CHARGES ET EXCEDENT CUMULE 31 DECEMBRE 2OT2 ASSOCIATION DES PRODUCTETTRS RESPONSABLES Etat des produits et charges et exc6dent cumul6 Pour

Plus en détail

Optimiser les performances du mouvement de monte de l Axe Z.

Optimiser les performances du mouvement de monte de l Axe Z. Page/0 - BUT DE LA MANIPULATION : Optimiser les performances du mouvement de monte de l Axe Z. - LES PLANS D EXPERIENCE -LA METHODE DU DOCTEUR TAGUCHI. La mthodologie Taguchi de mise en oeuvre des plans

Plus en détail

1.3. Les principes de base en assurance invalidité

1.3. Les principes de base en assurance invalidité Chapitre 1 Mise en contexte de l assurance invalidité 17 1.3. Les principes de base en assurance invalidité Afin d'être en mesure de bien comprendre les notions relatives à l'assurance invalidité, il convient

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables

Plus en détail

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON FICHE CONSEIL Page : 1/9 INTERPRETER SON Vous connaissez chaque année le résultat de votre activité lors de l élaboration de vos comptes annuels. Vous pouvez

Plus en détail

/CIMA/PCMA/CE/SG/CIMA/2015 MODIFIANT ET COMPLETANT LE CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA

/CIMA/PCMA/CE/SG/CIMA/2015 MODIFIANT ET COMPLETANT LE CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA CONFERENCE I N T E R A F R I C A I N E D E S M A R C H E S D A S S U R A N C E S C O N S E I L D E S M I N I S T R E S D E S A S S U R A N C E S REGLEMENT N /CIMA/PCMA/CE/SG/CIMA/2015 MODIFIANT ET COMPLETANT

Plus en détail

Introduction : Problématique de l évaluation

Introduction : Problématique de l évaluation Introduction : Problématique de l évaluation Nous évoquerons d abord les utilisateurs de l évaluation des sociétés, ensuite les méthodes classiques d évaluation que nous prolongerons par l approche générale

Plus en détail

Guide sur les valeurs mobilières

Guide sur les valeurs mobilières Guide sur les valeurs mobilières 1. Qu'est-ce qu'une valeur mobilière? 2. Qui peut émettre des valeurs mobilières? 3. Quelle est la forme des valeurs mobilières? 4. Existe-t-il différents types de valeurs

Plus en détail

Le produit que la SA X a l'intention d'offrir à des investisseurs potentiels est conforme aux dispositions de l'article 194ter du CIR 92.

Le produit que la SA X a l'intention d'offrir à des investisseurs potentiels est conforme aux dispositions de l'article 194ter du CIR 92. 700.337 Décision anticipée n 700.337 dd. 18.09.2007 Impôt des sociétés - Base imposable à l'isoc. - Bénéfice exonéré - Oeuvre audiovisuelle Résumé Le produit que la SA X a l'intention d'offrir à des investisseurs

Plus en détail

CAPI 23 1 ÉPARGNE-PENSION, ÉPARGNE À LONG TERME ET ÉPARGNE NON FISCALE

CAPI 23 1 ÉPARGNE-PENSION, ÉPARGNE À LONG TERME ET ÉPARGNE NON FISCALE CAPI 23 1 ÉPARGNE-PENSION, ÉPARGNE À LONG TERME ET ÉPARGNE NON FISCALE Type d'assurance vie Garanties Assurance vie avec taux d'intérêt garanti sur les primes versées dans le support de la branche 21 du

Plus en détail

L abandon de créances est donc consenti par les banques sous la double condition suivante :

L abandon de créances est donc consenti par les banques sous la double condition suivante : COMPTES INDIVIDUELS - COMPTES CONSOLIDES - IFRS - Protocole d'accord - Plan de sauvegarde - Abandon de créances avec clause de retour à meilleure fortune - Exercice de rattachement - EJ 2009-192 & EC 2010-09

Plus en détail

NOTE SUR LE CALCUL DES SIFIM EN CORÉE

NOTE SUR LE CALCUL DES SIFIM EN CORÉE A usage officiel STD/NA(2000)39 Organisation de Coopération et de Développement Economiques OLIS : 22-Sep-2000 Organisation for Economic Co-operation and Development Dist. : 25-Sep-2000 Or. Ang. DIRECTION

Plus en détail

Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée

Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée Lexique Chiffre d affaires Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée > Le chiffre d affaires est un concept très simple qui permet de mesurer l activité d une entreprise

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail

États financiers. Fondation communautaire du grand Québec. États financiers au 31 décembre 2007. Accompagnés du rapport des vérificateurs

États financiers. Fondation communautaire du grand Québec. États financiers au 31 décembre 2007. Accompagnés du rapport des vérificateurs États financiers Fondation communautaire du grand Québec États financiers au 31 décembre 2007 Accompagnés du rapport des vérificateurs RAPPORT DES VÉRIFICATEURS Aux membres de la Fondation communautaire

Plus en détail

Centre International de Recherche et de Développement

Centre International de Recherche et de Développement Centre International de Recherche et de Développement Publication UNGANA 701 CIDR Tous droits de reproduction réservés Réflexion sur les outils de consolidation financière - Union des mutuelles de santé

Plus en détail

Mathématiques Financières Exercices

Mathématiques Financières Exercices Mathématiques Financières Exercices Licence 2, 2015-16 - Université Paris 8 J.CORIS & C.FISCHLER & S.GOUTTE 1 TD 1 : Suites numériques et somme de suites Exercice 1. Pour chacune des suites ci-dessous,

Plus en détail

FICHE. L évaluation d une obligation 1 DÉFINITION D UNE OBLIGATION 2 LES CARACTÉRISTIQUES D UNE OBLIGATION

FICHE. L évaluation d une obligation 1 DÉFINITION D UNE OBLIGATION 2 LES CARACTÉRISTIQUES D UNE OBLIGATION L évaluation d une obligation FICHE 2 1 DÉFINITION D UNE OBLIGATION Une obligation est un titre de créances négociables représentatif d une fraction d un emprunt émis par l État ou par une entreprise.

Plus en détail

SOUS-SECTION 2 RÉGIME D'IMPOSITION DES TITRES À REVENU FIXE DÉTENUS PAR LES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES ENTREPRISES D'INVESTISSEMENT [DB

SOUS-SECTION 2 RÉGIME D'IMPOSITION DES TITRES À REVENU FIXE DÉTENUS PAR LES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES ENTREPRISES D'INVESTISSEMENT [DB SOUS-SECTION 2 RÉGIME D'IMPOSITION DES TITRES À REVENU FIXE DÉTENUS PAR LES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES ENTREPRISES D'INVESTISSEMENT [DB 4A2372] Références du document 4A2372 Date du document 09/03/01

Plus en détail

Exercice 3.1 - Chapitre 3 : Les principes comptables généralement reconnus

Exercice 3.1 - Chapitre 3 : Les principes comptables généralement reconnus Date : Octobre 2006 Exercice 3.1 - Chapitre 3 : Les principes comptables généralement reconnus Arc-en-ciel inc. 1 Vincent Pagé, président de l entreprise Arc-en-Ciel inc., qui se spécialise dans la fabrication

Plus en détail

Règlement de gestion 1 MANAGED FUNDS (Branche 23) RÈGLEMENT DE GESTION

Règlement de gestion 1 MANAGED FUNDS (Branche 23) RÈGLEMENT DE GESTION 1 / 12 Règlement de gestion 1 MANAGED FUNDS (Branche 23) RÈGLEMENT DE GESTION Édition du 01/01/2016 SOMMAIRE I. DESCRIPTION... 2 II. GESTIONNAIRE DES FONDS DE PLACEMENT INTERNES... 2 III. CARACTÉRISTIQUES

Plus en détail

Réduction d'impôt sur les rendements de participations à des sociétés de capitaux et sociétés coopératives

Réduction d'impôt sur les rendements de participations à des sociétés de capitaux et sociétés coopératives 5 Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des contributions AFC Division principale de l impôt fédéral direct, de l impôt anticipé, des droits de timbre Impôt fédéral direct Berne,

Plus en détail

EXAMENS DE CERTIFICATION CORRIGE. Unité de valeur 5. Synthèse - Diagnostic et conseil patrimonial global. Durée : 4 heures.

EXAMENS DE CERTIFICATION CORRIGE. Unité de valeur 5. Synthèse - Diagnostic et conseil patrimonial global. Durée : 4 heures. Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Affiliée au Certified Financial Planner Board of Standards et à l'international Certified Financial Planners Council Association

Plus en détail

Les obligations. S. Chermak infomaths.com

Les obligations. S. Chermak infomaths.com Les obligations S. Chermak Infomaths.com Saïd Chermak infomaths.com 1 Le marché des obligations est un marché moins médiatique mais tout aussi important que celui des actions, en terme de volumes. A cela

Plus en détail

Norme comptable relative aux Revenus

Norme comptable relative aux Revenus NC 03 Norme comptable relative aux Revenus Objectifs 01. Les produits d'une entreprise regroupent à la fois les revenus et les gains. Les revenus sont les produits provenant des activités qui s'inscrivent

Plus en détail

RÉSUMÉ La présente politique définit les caractéristiques de la politique de capitalisation du Fonds d assurance automobile du Québec (le Fonds).

RÉSUMÉ La présente politique définit les caractéristiques de la politique de capitalisation du Fonds d assurance automobile du Québec (le Fonds). Politique de capitalisation du Fonds d assurance automobile du Québec 08.01.0 Page 1 de 8 DATE DE MISE À JOUR 2015-07-15 RÉSUMÉ La présente politique définit les caractéristiques de la politique de capitalisation

Plus en détail

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs?

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? En ces temps de crise économique et de crise des dettes souveraines (ou publiques), tous les hommes politiques de gauche comme de droite

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE CONCILIATION À DES FINS FISCALES

ÉLÉMENTS DE CONCILIATION À DES FINS FISCALES 3 Manuel de la présentation de l information financière municipale ÉLÉMENTS DE CONCILIATION À DES FINS FISCALES Ministère des Affaires municipales et de l Occupation du territoire Gouvernement du Québec

Plus en détail

Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec

Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec États financiers Accompagnés du rapport des vérificateurs Mallette SENCRL Comptables agréés

Plus en détail

Politique de capitalisation du Fonds d assurance automobile du Québec DATE DE MISE À JOUR 2015-03-19

Politique de capitalisation du Fonds d assurance automobile du Québec DATE DE MISE À JOUR 2015-03-19 Page 1 de 12 Politique de capitalisation du Fonds d assurance automobile du Québec DATE DE MISE À JOUR 2015-03-19 RÉSUMÉ La présente politique définit les caractéristiques de la politique de capitalisation

Plus en détail

Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20

Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Suède Merci de citer ce chapitre comme suit :

Plus en détail

PRIVALTO OPPORTUNITÉ ALLEMAGNE Titre de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance

PRIVALTO OPPORTUNITÉ ALLEMAGNE Titre de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance PRIVALTO OPPORTUNITÉ ALLEMAGNE Titre de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance Produit de placement alternatif à un investissement dynamique risqué de type «actions»

Plus en détail

Le portage salarial a enfin un cadre légal 9 avril 2015

Le portage salarial a enfin un cadre légal 9 avril 2015 Le portage salarial a enfin un cadre légal 9 avril 2015 Une ordonnance vient de fixer les conditions de recours au portage salarial en précisant les principes applicables au salarié porté, à l'entreprise

Plus en détail

Fondation du Musée de la civilisation

Fondation du Musée de la civilisation États financiers Au 31 mars 2007 Accompagnés du rapport des vérificateurs Certification Fiscalité Services-conseils Actuariat Syndics et gestionnaires Mallette SENCRL Comptables agréés Bureau 200 3075,

Plus en détail

Texte des résolutions proposées

Texte des résolutions proposées 1 2 3 4 5 6 7 Résolutions de la compétence de l Assemblée Générale Ordinaire Première Résolution (Approbation des comptes sociaux de l exercice 2007) L Assemblée Générale, après avoir pris connaissance

Plus en détail

Chapitre II LES MONOPOLES NATURELS

Chapitre II LES MONOPOLES NATURELS Chapitre II LES MONOPOLES NATURELS 1) Rappels sur le monopole i) Hypothèses et notations Définition : Une entreprise est en position de monopole si elle est seule à fournir le marché d un bien pour lequel

Plus en détail

13 Les flux de trésorerie

13 Les flux de trésorerie 13 Les flux de trésorerie Les sujets abordés dans chacun des travaux suggérés Problèmes de Sujets abordés Exercices compréhension L utilité et le contenu de 1, 5 1, 5, 9 b) l état des flux de trésorerie

Plus en détail

Contrat d assurance individuelle sur la vie. Note d information

Contrat d assurance individuelle sur la vie. Note d information Contrat d assurance individuelle sur la vie Note d information Le contrat : Patrimea Premium est un contrat d assurance individuelle sur la vie. Les garanties : Patrimea Premium prévoit le versement d

Plus en détail

FONDATION COMMUNAUTAIRE D OTTAWA

FONDATION COMMUNAUTAIRE D OTTAWA États financiers de la FONDATION COMMUNAUTAIRE D OTTAWA 31 décembre 2005 États financiers 31 décembre 2005 État des résultats et de l évolution des soldes des fonds Bilan PAGE 1 2 3-10 Fondation communautaire

Plus en détail

Régime 'travail lourd' : texte de vision du régime des travailleurs indépendants 1. 14 avril 2016

Régime 'travail lourd' : texte de vision du régime des travailleurs indépendants 1. 14 avril 2016 Régime 'travail lourd' : texte de vision du régime des travailleurs indépendants 1 14 avril 2016 La présente note établit les priorités du régime des travailleurs indépendants pour déterminer les principes

Plus en détail

Séance du 23 septembre 2014 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 6/2014).

Séance du 23 septembre 2014 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 6/2014). DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES SERVICE JURIDIQUE DE LA FISCALITE Sous-direction du contentieux des impôts des professionnels Bureau JF 2 B 86, allée de Bercy - Teledoc 944 75572 PARIS cedex

Plus en détail

Signalétique de l'entreprise

Signalétique de l'entreprise Service Public Fédéral FINANCES Administration générale de la FISCALITE DECLARATION A L'IMPOT DES SOCIETES EXERCICE D'IMPOSITION 2011 (Exercices comptables clôturés le 31 décembre 2010 ou en 2011 avant

Plus en détail

États financiers de L'ÉQUIPE ENTREPRISE

États financiers de L'ÉQUIPE ENTREPRISE États financiers de L'ÉQUIPE ENTREPRISE Au 31 mars 2014 États financiers Au 31 mars 2014 PAGE Rapport de l'auditeur indépendant 1-2 Résultats 3 Évolution de l'actif net 4 Bilan 5 Flux de trésorerie 6 Notes

Plus en détail

Contrat de VRP exclusif

Contrat de VRP exclusif Contrat de VRP exclusif Entre les soussignés La Société, Adresse : N o URSSAF : URSSAF Code NAF : Représentée par Monsieur agissant en qualité de d'une part, et Monsieur Né le, à Nationalité : N o d'immatriculation

Plus en détail

Objet : Imposition des plus-values résultant de l aliénation de droits réels portant sur des immeubles (art. 108bis L.I.R.)

Objet : Imposition des plus-values résultant de l aliénation de droits réels portant sur des immeubles (art. 108bis L.I.R.) Circulaire du directeur des contributions 1 L.I.R. n 99ter/1bis du 7 mars 2016 L.I.R. n 99ter/1bis Objet : Imposition des plus-values résultant de l aliénation de droits réels portant sur des immeubles

Plus en détail

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département.

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département. COMPTES ANNUELS - Immeuble à destination spécifique loué à une société placée en procédure de sauvegarde - Modalités d'évaluation et de dépréciation de l'immeuble - EC 2011-05 Mots clés Comptes annuels,

Plus en détail

Groupe d'approvisionnement en commun de l'est du Québec États financiers au 31 mars 2014

Groupe d'approvisionnement en commun de l'est du Québec États financiers au 31 mars 2014 Groupe d'approvisionnement en commun de l'est du Québec États financiers Groupe d'approvisionnement en commun de l'est du Québec États financiers Rapport de l'auditeur indépendant 2-3 États financiers

Plus en détail

tout à coup Solut!ons pour planifier vos finances

tout à coup Solut!ons pour planifier vos finances Seul tout à coup 8 Solut!ons pour planifier vos finances P l a n i f i c a t i o n f i n a n c i è r e 1 0 1 Faire face aux épreuves de la vie et aborder la retraite Martin a 50 ans et sa femme, Claire,

Plus en détail

FONDATION QUÉBÉCOISE POUR LE PROGRÈS DE LA MÉDECINE INTERNE

FONDATION QUÉBÉCOISE POUR LE PROGRÈS DE LA MÉDECINE INTERNE FONDATION QUÉBÉCOISE POUR LE PROGRÈS DE LA MÉDECINE INTERNE ÉTATS FINANCIERS 2 RAPPORT DE L'AUDITEUR INDÉPENDANT À l'attention des membres de Fondation Québécoise pour le progrès de la médecine interne

Plus en détail

Examen de baccalauréat 2004,

Examen de baccalauréat 2004, Examen de baccalauréat 2004, Sciences économiques et droit (partie comptabilité et gestion) (durée 4h) Matériel autorisé : calculatrice de poche Structure de l examen durée prévisible points attribués

Plus en détail

CHAPITRE 10 RENTES INTRODUCTION. 10.1 CARACTÉRISTIQUES 10.1.0 Définition de la rente. Assurance vie : Née d un besoin de sécurité

CHAPITRE 10 RENTES INTRODUCTION. 10.1 CARACTÉRISTIQUES 10.1.0 Définition de la rente. Assurance vie : Née d un besoin de sécurité CHAPITRE 10 RENTES INTRODUCTION Assurance vie : Née d un besoin de sécurité Contrat de rente : Né d un besoin de pouvoir placer un capital à long terme et en jouir sans avoir à se soucier de sa gestion

Plus en détail

Fait par : Mlle. NORRA HADHOUD. Encadré par M. LAHYANI

Fait par : Mlle. NORRA HADHOUD. Encadré par M. LAHYANI Fait par : Mlle. NORRA HADHOUD Encadré par M. LAHYANI PLAN PLAN Introduction Différentes définitions du risque La perte d exploitation L assurance pertes d exploitation après incendie Définition Définition

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

INEDIT PEA COURT TERME

INEDIT PEA COURT TERME PROSPECTUS SIMPLIFIE INEDIT PEA COURT TERME PARTIE A STATUTAIRE Présentation succincte Code ISIN : FR0000990483 Dénomination : INEDIT PEA COURT TERME Forme juridique : Fonds Commun de Placement (FCP) de

Plus en détail

Règlement sur la constitution de provisions et de réserves de fluctuations

Règlement sur la constitution de provisions et de réserves de fluctuations STIFTUNG ABENDROT Die nachhaltige Pensionskasse Case postale 4002 Bâle Güterstrasse 133 Tél. 061 269 90 20 Fax 061 269 90 29 www.abendrot.ch stiftung@abendrot.ch Règlement sur la constitution de provisions

Plus en détail

Contributions et taxes

Contributions et taxes du PMU, pour son activité dans le réseau physique, à l imposition à laquelle seraient soumis les opérateurs en ligne ne serait sans doute pas considérée comme constituant une distorsion de concurrence

Plus en détail

Groupe PwC Audit. États financiers consolidés Exercice de 12 mois clos le 30 juin 2007

Groupe PwC Audit. États financiers consolidés Exercice de 12 mois clos le 30 juin 2007 États financiers consolidés Exercice de 12 mois clos le 30 juin 2007 Sommaire 01 Bilan consolidé 5 02 Compte de résultat consolidé 6 03 Tableau de variation des capitaux propres consolidés 7 04 Tableau

Plus en détail

CHAMBRE IMMOBILIÈRE DU GRAND MONTRÉAL

CHAMBRE IMMOBILIÈRE DU GRAND MONTRÉAL États financiers consolidés de CHAMBRE IMMOBILIÈRE DU GRAND MONTRÉAL pour l exercice clos le 31 décembre 2013 KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l. Téléphone (514) 840-2100 Tour KPMG Télécopieur (514) 840-2187 Bureau

Plus en détail

LEXIQUE RETRAITE SECTEUR PRIVE REGIME GENERAL

LEXIQUE RETRAITE SECTEUR PRIVE REGIME GENERAL FICHE 4 LEXIQUE RETRAITE SECTEUR PRIVE REGIME GENERAL Age légal : âge à partir duquel un assuré est en droit de demander sa mise à la retraite. L âge légal de départ en retraite est actuellement de 60

Plus en détail

CONVOCATIONS I.CERAM

CONVOCATIONS I.CERAM CONVOCATIONS ASSEMBLÉES D'ACTIONNAIRES ET DE PORTEURS DE PARTS I.CERAM Société Anonyme à conseil d administration Au capital social de 534 070,20 euros Siège social : 1, rue Columbia, Parc d Ester, 87280

Plus en détail

Copropriétaires: Pourquoi et comment analyser l annexe 1 : «Le bilan de la santé financière de votre copropriété»

Copropriétaires: Pourquoi et comment analyser l annexe 1 : «Le bilan de la santé financière de votre copropriété» DOSSIER DU MOIS D AVRIL 2015 POUR LE 31/3 Copropriétaires: Pourquoi et comment analyser l annexe 1 : «Le bilan de la santé financière de votre copropriété» Chaque année les syndics doivent adresser à TOUS

Plus en détail

MAXULA INVESTISSEMENT SICAV

MAXULA INVESTISSEMENT SICAV MAXULA INVESTISSEMENT SICAV SITUATION TRIMESTRIELLE ARRETEE AU 31 MARS 2016 RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES ETATS FINANCIERS TRIMESTRIELS ARRETES AU 31 MARS 2016 En exécution du mandat de commissariat

Plus en détail

Hémomixer Etude des sollicitations du corps d épreuve

Hémomixer Etude des sollicitations du corps d épreuve Hmomixer Etude des sollicitations du corps d preuve TP 2 heures Noms : Prnoms : Classe : Date : Note : /20 Objectifs A l issue de la sance vous devez être en mesure : - de dire de quelle nature est la

Plus en détail

FI~DI~RATION CANADIENNE POUR L ALPHABI~TISATION EN FRAN~AIS INC. I~TATS FINANCIERS 31 MARS 2011. ~ll. MARCIL LAVALLt~E

FI~DI~RATION CANADIENNE POUR L ALPHABI~TISATION EN FRAN~AIS INC. I~TATS FINANCIERS 31 MARS 2011. ~ll. MARCIL LAVALLt~E FI~DI~RATION CANADIENNE POUR L ALPHABI~TISATION EN FRAN~AIS INC. I~TATS FINANCIERS 31 MARS 2011 ~ll. MARCIL LAVALLt~E FI~DI~RATION CANADIENNE POUR L ALPHABI~TISATION EN FRAN~AIS INC. TABLE DES MATII~RES

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME N 7 LES IMMOBILISATIONS FINANCIERES

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME N 7 LES IMMOBILISATIONS FINANCIERES COLLEGE Réunion du lundi 14 janvier 2013 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME N 7 LES IMMOBILISATIONS FINANCIERES RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS

Plus en détail

Les opérations sur biens et services

Les opérations sur biens et services Les opérations sur biens et services Le compte de biens et services Lorsque l'on considère l'économie globalement, les principales opérations sont : la production qui correspond à la création de biens

Plus en détail

Rappels de macro-économie. La monnaie et le crédit

Rappels de macro-économie. La monnaie et le crédit Rappels de macro-économie La monnaie et le crédit Les différents types de monnaie La monnaie fiduciaire : pièces et billets : M1 La monnaie scripturale : avoirs bancaires M2 La masse monétaire : M = M1

Plus en détail

LA RÉGULARISATION DES CHARGES EN FIN D EXERCICE

LA RÉGULARISATION DES CHARGES EN FIN D EXERCICE LA RÉGULARISATION DES CHARGES EN FIN D EXERCICE À la fin de l'exercice financier, il faut examiner tous les comptes de la balance de vérification afin de déterminer lesquels nécessitent un ajustement.

Plus en détail

États Financiers Pour L'Exercice Terminé Le 31 DÉCEMBRE 2008

États Financiers Pour L'Exercice Terminé Le 31 DÉCEMBRE 2008 RÉGIME DE PENSION POUR LE PERSONNEL DE SOUTIEN, LES TECHNICIENS ET TECHNICIENNES ET LE PERSONNEL ADMINISTRATIF OU PROFESSIONNEL États Financiers Pour L'Exercice Terminé Le 31 DÉCEMBRE 2008 RAPPORT DU VÉRIFICATEUR

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS MM les Directeurs Date : MM les Agents Comptables et 18/11/83 MM les Médecins-Chefs, des Caisses Primaires

Plus en détail

Si vous avez réalisé des retraits sur votre PEA «classique», vous pourrez bénéficier d une nouvelle enveloppe fiscale pour de nouveaux versements

Si vous avez réalisé des retraits sur votre PEA «classique», vous pourrez bénéficier d une nouvelle enveloppe fiscale pour de nouveaux versements Le PEA PME-ETI Création d un nouveau PEA-PME permettant d investir dans des PME et des ETI EN BREF Dispositif adopté par le Parlement dans le cadre de la Loi de finances pour 2014, le PEA «PME- ETI» est

Plus en détail

Chapitre 14 Le plan de financement

Chapitre 14 Le plan de financement Chapitre 14 Le plan de financement Entraînement Exercice 14.7 *** Besoin en fonds de roulement prévisionnel plan de financement La société Printania prévoit un développement de ses activités en N+1. Elle

Plus en détail

!!!!!!! INTEMA SOLUTIONS INC. États financiers Intermédiaires pour le deuxième trimestre terminé le 30 juin 2014 (non audités)

!!!!!!! INTEMA SOLUTIONS INC. États financiers Intermédiaires pour le deuxième trimestre terminé le 30 juin 2014 (non audités) INTEMA SOLUTIONS INC. États financiers Intermédiaires pour le deuxième trimestre terminé le 30 juin 2014 (non audités) 1 INTEMA SOLUTIONS INTEMA SOLUTIONS INC. INC. RESPONSABILITÉ DE LA DIRECTION RELATIVEMENT

Plus en détail

RÈGLEMENT N 2011-05 DU 10 NOVEMBRE 2011

RÈGLEMENT N 2011-05 DU 10 NOVEMBRE 2011 AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RÈGLEMENT N 2011-05 DU 10 NOVEMBRE 2011 modifiant le règlement du CRC n 2003-02 relatif au plan comptable des organismes de placement collectif en valeurs mobilières Règlement

Plus en détail

MoneyTalk - Personal Finance Day du 27 septembre 2008

MoneyTalk - Personal Finance Day du 27 septembre 2008 21/09/2008 Existe-t-il un niveau de chiffre d'affaires à partir duquel il est intéressant de passer en société? Mise en garde : cette note a servi de support à la présentation d un exposé lors de la journée

Plus en détail

Exposé en droit des assurances sous le thème :

Exposé en droit des assurances sous le thème : Université Cadi Ayyad Master : Droit des Affaires Faculté des Sciences Juridiques Semestre : 3 Economiques et Sociales. UFR Marrakech Exposé en droit des assurances sous le thème : De la classification

Plus en détail

Règlement de gestion du fonds Post Optima OPTIMIX 11/2022 Exposition à 100% de la prime nette investie via un dépôt auprès de BNP Paribas Fortis

Règlement de gestion du fonds Post Optima OPTIMIX 11/2022 Exposition à 100% de la prime nette investie via un dépôt auprès de BNP Paribas Fortis Règlement de gestion du fonds Post Optima OPTIMIX 11/2022 Exposition à 100% de la prime nette investie via un dépôt auprès de BNP Paribas Fortis Ce règlement de gestion est applicable au fonds Post Optima

Plus en détail

Chapitre 5. Les taux d intérêt. J. Berk & P. DeMarzo G. Capelle-Blancard, N. Couderc & N. Nalpas 2008 Pearson Education France

Chapitre 5. Les taux d intérêt. J. Berk & P. DeMarzo G. Capelle-Blancard, N. Couderc & N. Nalpas 2008 Pearson Education France Chapitre 5 Les taux d intérêt 5.1. La cotation des taux d intérêt Taux annuel effectif (TAE) : indique le montant total des intérêts à percevoir dans un an 100 000 (1 + r) = 100 000 1,05 = 105000 100 000

Plus en détail