Equilibre technique d'un exercice de souscription

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Equilibre technique d'un exercice de souscription"

Transcription

1 ASSURANCE AUTOMOBILES ET REVENUS FINANCIERS*) par JEAN SOUSSELIER, Paris La question est controvers~e de savoir si l'on doit tenir compte du revenu des placements -- et 6ventuellement des b6n6fices sur r6alisations de valeurs -- pour appr~cier le r6sultat technique de la branche Automobiles. Rappelons qu'en France, r6glementairement, dans les 6tats B 3 qui font apparaitre le r6sultat technique de la cat6gorie, on tient compte des frais g6n6raux, ce qui est normal, mais non des int6r~ts. En r~alit6, il semble bien qu'il soit difficile de faire abstraction d'un 616ment non n6gligeable de profits et pertes qui d~rive de l'exercice m~me de l'industrie de l'assurance, mais la question demeure de savoir dans quelle mesure il faut en tenir compte. Nous allons montrer que la question est intimement li~e ~ la conception m~me que l'on se fait du montant des r~serves techniques inscrire au passif du bilan. Equilibre technique d'un exercice de souscription On ne peut avoir une idle saine tant des r6sultats techniques que des revenus de placements que si la comptabilit6 est 6tablie par exercice de souscription. C'est l'hypoth~se que nous retiendrons dans ce qui va suivre 1). Un tel exercice donne lieu ~ encaissement d'un certain montant de primes, au paiement de commissions et de frais g6n6raux et enfin au paiement de sinistres s'~chelonnant dans le temps, au delh de la cl6ture calendrier de l'exercice, Pour plus de rigueur m~me -- et l'on peut se r6f6rer au mode de raisonnement appliqu6 en Assurance sur la Vie -- il faut consid6rer *) Pr6sent6 au Colloque de I'ASTIN 1962 ~ Juan-les-Pins. 1) Nous examinerons in fine dans quelle mesure il faut corriger cette conception en faisant intervenir le jeu des exercices successifs.

2 272 ASSURANCE AUTOMOBILES ET REVENUS FINANCIERS s6par6ment les diff~rentes 6ch6ances de primes, chacune se comportant comme une sorte d'exercice isol6: ensemble des assurances 6ch6ance du Ier janvier, ensemble des assurances ~ 6ch6ance du 2 janvier, etc.., jusqu'~ celles k 6ch6ance du 31 d6cembre. (I1 est indiff6rent de raisonner sur un ensemble ou,,en valeur probable" selon le principe actuariel classique). Consid6rons donc une 6ch6ance de primes d6termin6e. L'Assureur encaisse ces primes, pale les commissions et les frais g6n6raux correspondants et dispose ainsi d'une certaine masse de manoeuvre (fonds qu'il peut investir). Les sinistres surviendront en moyenne six mois apr&s l'6ch6ance et seront pay6s dans des d61ais variables selon une certaine cadence: un certain nombre d~s la premiere ann6e h partir de la souscription, un autre hombre la seconde ann6e, un troisi~me la troisi~me ann6e, etc... D6signons, si l'on veut, par s 1, s 2, s 3, s4... etc.., ces diff6rents montants, la somme s 1 + s 2 + s 8 + s tant 6gale au montant des sinistres S correspondant aux primes P. La r6serve constituer est ainsi: s l+s,+s 3+s et, logiquement pour y faire face, l'assureur devrait investir la somme s 1 pendant six mois, la somme s, pendant I an et demi, la somme s 3 pendant 2 ans et demi... la somme sk pendant (2k -- I) demi-ann6es... ou, plus exactement, il doit investir les valeurs actuelles de ces sommes soit: s:, s,, s:, s:,... qui, capitalis6es ~ un taux d'int6r~t i, reproduiront le montant des sinistres ~ payer. On a donc la formule g6ndrale pour les sinistres de k eme ann6e h partir de l'6ch6ance 0 Sk--1 s, = s, (I + i)- (-x-) En faisant le m~me raisonnement pour les diff6rentes 6ch6ances de primes et en faisant la sommation, on obtiendrait la r6serve totale h constituer et l'on pourrait 6valuer l'importance de la capitalisation financi~re r6alis6e. Par capitalisation financi~re il ne faut pas entendre uniquement les coupons annuels mais aussi la plus-value des titres. I1 s'agit en

3 ASSURANCE AUTOMOBILES ET REVENUS FINANCIERS 273 effet d'investir une certaine somme s~ qui doit produire apr~s k ann6es la somme s v On peut investir en obligations venant k cette 6ch6ance ou que l'on vendra avec une certaine plus-value -- ou moins-value. -- On peut investir en actions dont le dividende annuel sera faible mais qui pr6senteront apr~s k ann6es un b6n6fice en capital important. Tout ceci ~quivaut actuariellement k une capitalisation int6ret compos6 ~ un certain taux i r6sultant de la formule ci-dessus. Bien que cette th~orie soit des plus ~16mentaires eue peut sembler n~anmoins quelque peu r6volutionnaire. C'est ce qu'il convient d'examiner maintenant. Rdserve de risques en cours et rdserve de sinistres On remarquera que cette th6orie fait bon march6 de la distinction classique entre la r~serve pour risques en cours et la r6serve pour sinistres restant ~ payer. C'est qu'en effet, conform6ment aux principes actuariels, on admet, par hypoth~se, que les primes nettes de charges contrebalancent exactement le montant des sinistres -- compte tenu de la capitalisation de l'argent -- et, dans une telle conception, il n'y a plus que des reserves d'un caract~re math6matique. On peut encore dire, si l'on veut, que la r6serve pour risques en cours n'est que la mise en reserve d'une fraction des primes nettes de charges destin6e A faire face ~ des sinistres non encore survenus, mais en puissance, ce qui est mathsmatiquement 6quivalent. Trois conceptions sont en effet possibles au sujet de la rsserve pour risques en cours: i ) -- Formule prospective: la somme k mettre en r6serve est ceue qui permet de faire face (toujours compte tenu de la capitalisation) A des d6bours futurs. C'est la conception la plus saine et classique; elle correspond ~ la notion de bilan de liquidation. 2 ) --Formule r6trospective: on met en reserve ce qu'on a pu 6conomiser, conception qui peut paraitre absurde mais qui est lrigoureusement 6quivalente h la premiere si le tarif est bien 6tabli et si, par cons6quent, les sinistres correspondent aux primes nettes de charges. 30) --Equipartition: on met en r6serve la fraction de prime exc6dant la date du 31 d~cembre, calcume prorata temporis, con- x9

4 274 ASSURANCE AUTOMOBILES ET REVENUS FINANCIERS ception dans laquelle on ne prend pas cr6dit au titre de l'exercice de la fraction de prime qui n'y est pas affdrente. Ceci suppose que le risque se r6partit uniforln6ment dans le temps et reste de m~me valeur pour l'exercice en cours et pour le suivant. M~thode strictement 6quivalente aux deux pr~c6dentes dans la mesure oh le tarif est correct mais on voit imm6diatement que si le tarif est insuffisant par exemple, cette m6thode,,de fraction de prime non acquise" revient A faire supporter k l'exercice suivant une partie de la perte qui devrait ~tre assum~e par l'exercice responsable des souscriptions. En mati&re de r6serve de sinistres, la seule conception qu'il parait 16gitime de retenir est la conception prospective: il convient de mettre en r6serve la valeur des sinistres qui seront ~ payer ou plus exactement, pour tenir compte de la capitalisation de l'argent, leur valeur actuelle. La difficult6 est 6videmment qu'on ne connait pas le montant auquel seront effectivement r6gms les sinistres. Trois facteurs interviennent en effet: Premier Facteur L'estimation d'un sinistre est chose malais~e. Elle ne peut d'ailleurs ~tre strictement faite au d6part si l'on ne connalt pas le montant de la responsabilit~, le taux de consolidation des blessures, etc... Nous n'insistons pas sur ce point qui est cependant capital car il sort de l'objet de notre 6tude et nous admettrons que par une intuition remarquable des choses ou par des m6thodes statistiques, math6matiques ou actuarielles, les Services des sinistres ont dt6 m~me de d6terminer exactement le montant des sinistres ~ payer ou, tout au moins, que les erreurs commises par exc~s compensent exactement les erreurs commises par d6faut. I1 s'agit lh, bien entendu, d'une vue id6ale mais il est tout-~-fait n6cessaire de la retenir car sinon on introduit un facteur d'erreur qui fausse et l'appr6ciation du r6sultat technique et l'effet des int~r~ts. Si, en effet, on constitue des r~serves major6es, devant d6gager un boni, il n'est pas Mgitime de calculer les int6r~ts sur la totalit6 des sommes ainsi raises en r6serve car on capitalise de cette fa~on des fonds qui ne d6pendent pas de la technique de la branche.

5 ASSURANCE AUTOMOBILES ET REVENUS FINANCIERS 275 II s'agit, en fait, de r6serves fibres appartenant en propre h la Soci6t6. Inversement, si on constitue des r~serves insuffisantes, non seulement on verra apparaitre des malis qui devront ~tre pr61ev6s sur les ressources propres de la Compagnie, mais encore on se prive d'une s6rie de revenus financiers qui auraient dr ~tre affect6s ~ l'~quilibre de la branche. Deuxi~rne Facteur I1 ne suffit pas, d'ailleurs, d'avoir une correcte estimation du montant des r~glements, il faut, pour appr6cier le jeu des int6r~ts, connaitre exactement la cadence de r6glements future. En effet, la notion de valeur actuelle est 6troitement d6pendante de cette cadence de r&glements. Mais il y a une circonstance aggravante: le montant auquel le sinistre sera r~gl6 d~pend lui-m~me de l'~poque ~ laqueue le paiement intervient. En effet, bien que l'usage n'en soit pas fr6quent, un tribunal peut d6cider de majorer l'indemnit6 des int6r~ts courus depuis le jour de survenance du sinistre ou encore il peut tenir compte, dans la fixation de cette indemnit6, du montant des int6r~ts courus. I1 est clair que, dans un tel cas, la capitalisation des r6serves de sinistres ~ un taux au moins 6gal aux int6r~ts imposes par le jugement est une n6cessit~ proprement technique. Si, pour rendre ce sinistre comparable aux autres on exclut de son montant la fraction repr6sentant les int6r~ts, la somme mettre en r6serve initialement n'est plus la valeur actuelle au sens actuariel du mot, c'est-~-dire l'escompte, mais la valeur pleine qui, capitalis6e, reproduira le montant effectif du r~glement. Troisi~me Facteur Mais le facteur le plus grave, et chacun le sait, est que la cadence de r~glements influe directement sur le montant des sinistres, et ceci pour deux raisons: a) Les sinistres qui sont r6gl~s apr~s de longs d~lais ou une laborieuse proc6dure peuvent se r6v61er beaucoup plus on~reux que ceux r6gl6s dans un court d61ai, ~ la suite de transactions par exemple. Ceci constitue d'ailleurs un dl~ment moral pouvant inciter les Soci6t6s k faire face rapidement ~ leurs obligations.

6 276 ASSURANCE AUTOMOBILES ET REVENUS FINANCIERS b) I1 y a, d'autre part, le ph6nom~ne quasi-g6n6ral du rench6rissement du cofit des sinistres au cours du temps, dfi k la d6pr6ciation mondtaire, k l'augmentation du prix des choses et k l'appr6ciation de plus en plus large de la r6paration des dommages de responsabilit6 (voir k ce sujet les courbes dtablies par Monsieur Pierre Frangois au Colloque de Nice en I96O montrant la croissance du coflt moyen des sinistres mat6riels et corporels ainsi que du point d'invalidit~. La croissance des sinistres mat6riels suit grossi~rement les prix de gros mais celle des sinistres corporels est plus rapide que la croissance des salaires) 1). Est-il alors normal de faire intervenir ce facteur de rench6rissement dans l'6valuation des r6serves de sinistres? Nous faisons abstraction de la difficult6 de d6termination pratique de ce coflt futur, qui exigerait une rue proph6tique de l'avenir. Supposons qu'on puisse conjecturer l't~volution future des cofits moyens et connaltre simultan6ment les cadences de r~glements: serait-il normal de se baser sur ce coflt? Nous avons tendance ~ r6pondre non car il s'agit d'un ~l~ment ext~rieur au tarif, assimilable k d'autres facteurs qui peuvent vicier la vie d'une entreprise, comme ]a d6pr6- ciation de certains biens d'actif, la confiscation de certains avoirs, des mesures l~gislatives impr6vues, etc... Cependant, comme il faut bien que l'assureur puisse faire face k ces paiements futurs major6s, il faut que soit obtenue une surcapitalisation des montants mis en r6serve initialement. On peut 6tablir une sorte de th6or~me: Si s, est le montant du sinistre dans la k ~me annie correctement estim6 selon les normes de l'ann6e initiale, s o, sa valeur actuelle calcul6e ci-dessus (s~ capitalis6 au taux i donnant s,), pour obtenir s~, montant du sinistre s, compte tenu du rench6rissement du cofit des sinistres, il faut capitaliser au taux i' au lieu de i tel que: La surcapitalisation i' - i doit donc ~tre au moins 6gale au coeffi- 1) Nous n~gligeons la vieille querelle faite aux Magistrats de retenir la date de r~glement et non la date de survenance des sinistres pour la fixation des indemnit~s, parce que le reproche est partiellement faux -- le calcul des rentes est bas6 normalement sur le salaire des victimes au jour de l'accident, et nettement injuste -- le versement fair aux tiers 16s6s doit s'inspirer de la valeur de la monnaie au jour off il est effectu6.,

7 ASSURANCE AUTOMOBILES ET REVENUS FINANCIERS 277 cient de rench6rissement. Par exemple, si le coefficient d'accroissemerit annuel du coflt des sinistres est de 5 %, cela exige de capitaliser 5 % de plus que le taux i. Si le taux effectif de placement ne d6passe pas 5 ~o, ceci signifie donc que tout l'int6r~t financier sert faire face k l'accroissement futur des cofits. En rigueur, il faudrait avoir recours k des placements index6s 6voluant selon l'exacte revalorisation des sinistres. De toute fa~on, rassureur ne dispose plus d'aucun revenu financier pour l'6quilibre technique de son tarif. Limite de 65 ~o On ne peut 6videmment parler de revenus financiers que dans la mesure oh on est capable de repr6senter par des 616merits d'actif, productifs de revenus financiers, les r6serves de sinistres. En d'autres termes, on ne peut prendre en consid6ration que les int6r~ts qui d6rivent des fonds rendus disponibles par le jeu de l'assurance, c'est-k-dire les primes nettes des charges. Disons sch6matiquement: Primes IOO, charges 35; cette limite est donc de 65 %. Si donc, au d6part, les sinistres exc~dent la limite de 65 %, la repr6sentation des r6serves ne peut intervenir qu'en faisant appel k d'autres ressources de la Compagnie et ron ne peut prendre en consid6ration les revenus qui en d6rivent. Par contre, si les r6serves n'atteignent pas cette limite de 65 ~o, la Compagnie est ~ marne de capitaliser des fonds pour un montant sup6rieur ~ celui des r6serves techniques strictement n6cessaire et en retirer des revenus financiers suppl6mentaires. Mais il ne parait pas rlormal non plus de tenir compte de ce suppl6ment puisqu'aussi bien la Compagnie aurait pu distribuer ce montant ou raffecter k d'autres usages. On aboutit donc au sch6ma suivant: I ) -- So < 65 ~o, c'est-~-dire les sinistres en valeur actuelle sont inf6rieurs k la limite de 65 %. Dans ce cas, il suffit de capitaliser le montant S o qui produira le montant effectif des sinistres S~ et pour obtenir le montant r6el S~ compte tenu du rench6rissement, il faudra ou obtenir un surint6r~t ou capitaliser une somme sup6- rieure k So: appelons-la S~. 2 ) --So >~ 65 ~o, c'est-~-dire les sinistres en valeur actuelle d6passent la limite de 65 %. I1 n'est possible de capitaliser que la

8 278 ASSURANCE AUTOMOBILES ET REVENUS FINANCIERS somme de 65 qui ne parviendra h constituer qu'une fraction des sinistres Si et, afortiori, une fraction des sinistres S~ compte tenu du rench6rissement. On peut dire qu'on est h la fois en perte technique et en perte financi~re. Exemple schdmatique Donnons un exemple sch6matique chiffr6. Supposons un montant de sinistres de 62, chiffre initial, devant se r~gler finalement ~ 68, chifffre final, sans, dans cette majoration, faire la distinction entre ce qui provient du jeu des int6r~ts ou du jeu des autres facteurs de rench6rissement; on ales deux pr6sentations possibles: z~re prdsentation Compte technique B~n6fice technique 3 Revenu sur 62 et 3 ~ 9 (en admettant qu'on capitalise aussi le b6n6fice de 3, ce qui n'est pas normal comme il a 6t6 dit) Cette somme d'int6r~ts de 9 servira, ~ concurrence de 6, ~ compenser l'insuffisance future des r6serves. I1 restera un b6n6fice propre d'int6r~t de 3. Le b6n6fice total est ainsi de 6 dont: B6n6fice technique 3 B6n6fice financier 3 2~me prdsentation On inscrit les r6serves pour leur valeur finale 68. On a donc: Compte technique Perte technique 3 Revenu financier sur 65 = 9 Le b~n6fice total est 6 comme ci-dessus, mais se d~composant cette fois en Perte technique 3 B6n~fice financier 9 I -- Rdassurance Deux remarques On ne peut d6gager les v~ritables r~sultats techniques si l'on

9 ASSURANCE AUTOMOBILES ET REVENUS FINANCIERS 279 n'61infine pas l'incidence de gros sinistres 6ventuels, c'est-h-dire si l'on ne tient pas compte d'une r6assurance en exc6dent de sinistres. Dans cette conception -- qui suppose d'aiueurs que le r6assureur fait son affmre de la constitution des r6serves de sinistres k sa charge -- l'assureur direct ne d6compte les sinistres que pour la portion n'exc6dant pas la hmite de l'exc~s. La prime vers6e au r6assureur constitue une charge de l'exercice qui doit ~tre assimime k un sinistre: on substitue en effet k des paiements al6atoires variables une contribution constante. II- Jeu des exercices successifs M~me en 61iminant l'dl6ment perturbateur des sinistres importants, les r6sultats seront n6cessairement fluctuants d'un exercice l'autre. I1 n'est donc pas normal de traiter chaque exercice comme une entit6 s6par~e. Une certaine compensation doit intervenir. De la m~me mani&re une perfection dans l'estimation des r6serves ~tant impossible, il est normal que des bonis d6gag6s sur les r6serves de certains exercices compensent les insuffisances de rdserves se r6v61ant d'autre part. La th6orie unitaire d6velopp6e pr6c6demment doit donc ~tre corrig6e d'un mani~re ad6quate. Cependant, on ne peut faire jouer la compensation entre exercices que pour 6quilibrer des fluctuations d'ordre accidentel et non pour corriger une tendance nettement d6favorable. Ce serait masquer une perte technique r6elle, c'est-kdire une insuffisance de tarification, par le j eu fictif de bonis de liquidation ant6rieurs ou de b6n6fices de rdalisations de valeurs. Cependant, dans la r6alit6, un Assureur ne peut faire la scission effective de ses investissements en la multiplicit6 des exercices et des ann6es de r~glements. I1 est exclu, comme le voudrait la thdorie, que l'assureur r6alise une pattie de son actif pour faire face ~t des paiements actuels de sinistres et investisse dans le m~me temps des fonds pour faire face aux sinistres ~ payer dans l'avenir. Conclusion On peut s'6tonner qu'~ la question simple pos6e de savoir si et dans queue mesure on devrait tenir compte des benefices financiers, nous opposions une r6ponse complexe. On peut 6galement nous reprocher de proc6der k des d6veloppe-

10 280 ASSURANCE AUTOMOBILES ET REVENUS FINANCIERS ments purement th~oriques et de faire bon march6 des contingences comptables, fiscales et r6glementaires. Nous sommes conscients de ces d6fauts. Mais nous estimons pourtant qu'une id& claire de la relation qui existe entre le r6sultat technique et le revenu des placements ne peut d6river que de la notion classique de valeur actuelle, ce qui signifie qu'on applique k l'estimation des sinistres un escompte financier. Le revenu des valeurs devient ainsi partie int~grante des composants techniques, comme cela a lieu dans l'assurance sur la Vie. Ce n'est que si les int6r~ts exc~dent l'int6r~t du tarif qu'on peut parler de b6n6fice financier. Cependant, pour sacrifier aux usages et pour garder une marge de s&urit~ fiscalement d6ductible, on peut admettre d'inscrire les sinistres pour leur valeur vraie de liquidation pr6visible. On introduit ainsi une charge occulte dans le compte technique; en contrepartie, le revenu financier peut ~tre pris enti~rement en b6n6fice. Mais il est tout-k-fait abusif de majorer les r~serves au point d'afficher une perte technique en se vantant par ailleurs d'un important,,b6n6fice" financier. Dans le cas, enfin, oh l'~16vation future du cofit du r~glement des sinistres devrait absorber tous revenus et plus-values des placements, on ne saurait retenir aucun profit financier pour l'6quilibre technique de l'op6ration d'assurance. Avril I962 A nnexe CADENCE DE REGLEMENTS DES SINISTRES AUTOMOBILES ET INTERETS FINANCIERS En se pla~ant ~ la date de souscription d'un contrat, l'assureur direct per~oit la prime nette de charge (P - c) et d~bourse la valeur actuelle des sinistres y aff6rents, pay6s ~ raison de s 1 la i~re ann6e... sk la k ~me annie. L'~quilibre du tarif exige que -- capitalisation suppos6e au taux i et sinistres supposds en milieu d'ann6e -- 1 S 6 (I) (P--c) =s 1(I +i)-i+s,(i+i)-i+s 3(I+i)-i + 17; sk(i+i)- " +...

11 ASSURANCE AUTOMOBILES ET REVENUS FINANCIERS 281 I~re 2~ 3~ 4~ 5~ 6~ ann~e I I I I I I I t S S P-c En posant (2) S O = s, + s, s t... la valeur actuelle des sinistres, le montant rfel des sinistres pay6s est la capitalisation de cette valeur actuelle au taux i: 1 I (3) sl+s~+...+st..=s~(i+i);+s:(i+i);+... till-- 1 +s~(z+0, +... La diffdrence Z s~ -- Z sl reprdsente le total des int6rgts recueillis. En n6gligeant les termes de puissance 2 ou supdrieurs dans les d6veloppements, ce qui revient h capitaliser h int6rets simples seulement, on a: (4) total des int~r~ts = i sl + ~ sl k--I o ) --y-- s, +... Comme, d'autre part, dans Fhypoth~se du tarif dquilibr6: 0 0 O (2his) P -- c = s, + s, s, +... on arrive ~ la conclusion suivante: si la cadence de r~glement est invariable, c'est-h-dire si chaque terme s~ est proportionnel k P- c- ou encore si, en posant P = IOO, c -~ constant = 35 par exemple, less ' t sont des nombres fixes -- le montant des intdrgts est lui-mgme invariable et ddpend de la seule cadence de r~glement: plus cette cadence est lente plus les intdr~ts sont dlfvds puisque les derniers termes subissent un tacteur de multiplication plus ~levd. I1 convient maintenant de faire la sommation pour les diffdrentes 6ch6ances de primes. Ier ex. 2& ex. 3~ ex. 4 ~ ex. Une simplification,,pp,oxi,,,- I I I I tire consiste ~ supposer les I sl ss I ss I primes ~ ~ch~ance en nfilieu P--c d'ann~e. Le montant total d'int~r~ts a la m~me expression mais il faut bien comprendre que les int~rats sont encaiss~s au cours d'exercices successi/s d'une mani~re ddgressive.

12 282 ASSURANCE AUTOMOBILES ET REVENUS FINANCIERS Essayons de raisonner en fonction des r6serves de sinistres en suspens (en s'en tenant aux int6r~ts simples) Ces r&erves sont les suivantes en admettant une rdpartition rdguli&e dans l'annde du paiement des sinistres: C5) fin Ier exercices-!+ s~+s 3+s dont le cumul est: (6) sl + 3 s~ + 5? 2~ exercice s~ + s3 + s ~ exercice s-! + s qui, multipli~ par i, donne le total des int~r&s per~us. Cette formule serait identique ~ la formule (4) si on substituait less] aux si. En effet, en basant les reserves sur les montants de sinistres bruts, on capitalise des sommes trop ~lev&s: il faut mettre en reserve les valeurs actueues. Cadences comptables Les si repr6sentent les cadences rdelles de r~glement des sinistres. Ce ne sont pas les cadences comptables c'est-~t-dire le pourcentage de sinistres effectivement pay6s pendant le Ier exercice, le 2~me exercice, le 3~me exercice, etc. Seules ces cadences comptables sont directement observables. D6signons-les par ti. On a: t 1 -- Sl 2 (7) t2 --- $1 q- 52 ti 2 _ s~_ ~ + si 2 ~S+ l -- sn 2

13 - s ASSURANCE AUTOMOBILES ET REVENUS FINANCIERS 283 Connaissant les cadences comptables ti, on obtient les cadences r6elles s~ par les formules: ~8) $1 : 2 ~I sz : 2 t 2-1 Exemples thdoriques : On suppose la cadence (r6elle) de r~glement suivante: I~re ann6e: 50% 2~me ann6e: 25 % 3~me ann6e: 15 % ~me ann6e: 5 %,! u n, I, I ~ I u I, 5~me ann6e: 5 % IO 5 3 Total :IOO % La cadence,comptable, est ainsi: Ier exercice" 25 2~ exercice" 37 3~ exercice" 20 4& exercice" IO 5~ exercice" 5 6~ exercice" 3 Total: IOO Les r6serves pour sinistres k payer successives sont: Soit un total de 142 % ou (sur la base maximum de 65 % des primes) 92, 30 % des primes. En ajoutant ~ ce montant la r6serve de risques en cours 36 % on a un total de 128 % ce qui, ~ 5 %, repr6sente un revenu d'int~r~t de 6,40 %. Si l'on suppose l'~chelonnement tr~s lent: IO on obtient la cadence comptable, sur 8 exercices: 15--3o

14 284 ASSURANCE AUTOMOBILES ET REVENUS FINANCIERS ce qui conduit k un cumul de suspens de 217 ~o ou 141 ~o des primes, soit avec les rrserves de risques en cours 36 ~o, 177 ~o de rrserves techniques, soit, ~ 5 ~o, un intrr~t total de 8.8 /o. Cadences comptables observdes Les cadences observ~es sont en rralit6 tr~s variables selon les Compagnies et selon les annres. Voici quelques exemples: I- Ensemble de Compagnies Fran~aises (pour 6~ exercice et suivants) II- i Compagnie Fran~aise (6~ exercice et suivants) III- i Compagnie Fran~aise (6~ exercice et suivants) IV- I Compagnie Italienne, moyenne o I Si, h partir de ces taux, on cherche h remonter aux cadences rreues selon la formuie (8), on arrive ~ des anomalies: Par exemple pour (I): t : s: avec un taux nrgatif en 4~me annre! De m~me pour (IV), la cadence de I~re annre serait 54 2 = io8 %1 I1 faut sans doute en conclure que l'hypoth&se de paiement rrguli~rement ~chelonn6 des sinistres en cours d'annre n'est pas vrrifre dans la pratique. Rdgime des inldr~ts rdels Les formules pr~crdentes permettaient d'obtenir le total des intrr~ts k recevoir au titre d'un exercice de souscription mais ne donnaient pas la r~partition effective de la perception de ces intrr~ts. Pour cela il faut considrrer le cumul des exercices successifs. On a le schrma suivant, en d~signant par tij le montant des

15 ASSURANCE AUTOMOBILES ET REVENUS FINANCIERS 285 sinistres de l'exercice de souscription i pay~s dans la j~me annie, c'est-h-dire dans l'exercice comptable (i + j -- I): exercices: tll 2 I 3 I 4 I 5 t12 tz3 tz4 tz5 t~z t~ t~ t~4 taz ta2 ta3 tiz t,, t6~ Si l'on suppose que les tij sont ind6pendants de i tq ---- tj 6 tz6 t~5 ~34 tel I 7 I 8 I t26 tan t~ tu t~ t~ ts, te~ t63 t71 /72 ts1 ce qui implique non seulement la permanence des cadences de r~glement pour tousles exercices mais aussi l'6galit6 des encaissements -- plus rigoureusement du montant des sinistres -- on voit qu'en r6gime plein, on obtient un montant constant de sinistres pay6s ~gal ~ la somme: tl + t~ + t3 + t, + ts + t6 Pour faire face k ce montant constant de sinistres, l'assureur dispose de la prime nette de charges (P -. c) qui lui est pr~cis6ment 6gale puisque dans les hypotheses retenues. Ig s~ = Z ti. Quant ~L la r6serve pour sinistres ~L payer, elle est 6gale h -- par sommation du tableau encadr6 sur la figure: (9) 5 t, + 4ts + 3 t t, ce qui, d'apr~s la formule (7), conduit h: ss s5 + s4 + 3 s z -I- s S z -,J- s 1 (9 bis) 5 -~- + 4 ~ 2 2 S2 S3 S5 OU : sz Y 2

16 286 ASSURANCE AUTOMOBILES ET REVENUS FINANCIERS On retrouve la formule (6). Par cons6quent, les int6r~ts per~us au cours d'un exercice colnptable sont ~gaux au total des int~r~ts ~t percevoir au titre d'un exercice de souscription. Mais on voit quelles hypotheses restrictives il y a lieu de faire pour qu'il en soit ainsi. Si on ajoute que dans notre th6orie, il ne faut pas faire intervenir les seuls int~r~ts annuels (coupons ou dividendes) mais aussi les profits sur remboursements ou ventes, on voit qu'on ne saurait parler des revenus financiers par la seule consid6ration des recettes enregistr6es au cours d'un exercice comptable mais qu'on doit suivre le d6veloppement des investissements aff6rents ~t un exercice de souscription. Ceci s'apparente au jugement des taux de sinistres sous forme de taux d6velopp6s par exercice et non du seul taux de l'ann6e.

EVALUATION DE PROVISIONS POUR SINISTRES A PAYER EN PERIODE DE STAGFLATION

EVALUATION DE PROVISIONS POUR SINISTRES A PAYER EN PERIODE DE STAGFLATION EVALUATION DE PROVISIONS POUR SINISTRES A PAYER EN PERIODE DE STAGFLATION BERNARD DUBOIS DE ~'IONTREYNAUD et DIDIER STRUBE France En mati~re d'assurance de la Responsabilit6 Civile Automobile, chacun connait

Plus en détail

RAPPORT INTRODUCTIF CONTROLE DES OP]~RATIONS D'ASSURANCE DANS LES BRANCHES NON-VIE

RAPPORT INTRODUCTIF CONTROLE DES OP]~RATIONS D'ASSURANCE DANS LES BRANCHES NON-VIE RAPPORT INTRODUCTIF CONTROLE DES OP]~RATIONS D'ASSURANCE DANS LES BRANCHES NON-VIE F. BICHSEL Berne Les 5 contributions suivantes ont ~td pr6sent6es sur le th~me no 3: par R. E. Beard: 2 contributions

Plus en détail

SUR L'EFFICACITE DES CRITERES DE TARIFICATION DE L'ASSURANCE CONTRE LES ACCIDENTS D'AUTOMOBILES

SUR L'EFFICACITE DES CRITERES DE TARIFICATION DE L'ASSURANCE CONTRE LES ACCIDENTS D'AUTOMOBILES SUR L'EFFICACITE DES CRITERES DE TARIFICATION DE L'ASSURANCE CONTRE LES ACCIDENTS D'AUTOMOBILES PIERRE DELAPORTE Paris (France) Les accidents d'automobiles surviennent lorsqu'il se produit un ensemble

Plus en détail

ASSURANCE AUTOMOBILE -- STATISTIQUE. ALEXANDRE CANNET Paris (France)

ASSURANCE AUTOMOBILE -- STATISTIQUE. ALEXANDRE CANNET Paris (France) ASSURANCE AUTOMOBLE -- STATSTQUE ET TARFS ALEXANDRE CANNET Paris (France) Commentaires sur les constatations expdrimentales d'une Compagnie Frangaise en mati~re d' A ssurance Responsabilitd C ivile Automobile

Plus en détail

RECHERCHES SUR LES GROS SINISTRES EN R. C. AUTOMOBILE FRANCE I948-I955 P. DEPOID/E. DUCHEZ

RECHERCHES SUR LES GROS SINISTRES EN R. C. AUTOMOBILE FRANCE I948-I955 P. DEPOID/E. DUCHEZ RECHERCHES SUR LES GROS SINISTRES EN R. C. AUTOMOBILE FRANCE I948-I955 P. DEPOID/E. DUCHEZ Paris, France LES SOURCES D'INFORMATION I1 a 6t6 cr66 en France, en I948, dans le cadre de l'association G6n6rale

Plus en détail

i. La Survena.nce des accidents

i. La Survena.nce des accidents SUJET B LES MATH~MATIQUES DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE Introduction de la discussion (rdsumd) P. J. DELAPORTE Plusieurs communications sont prdsentdes au Colloque sur les Mathdmatiques de l'assurance Automobile.

Plus en détail

Optimiser les performances du mouvement de monte de l Axe Z.

Optimiser les performances du mouvement de monte de l Axe Z. Page/0 - BUT DE LA MANIPULATION : Optimiser les performances du mouvement de monte de l Axe Z. - LES PLANS D EXPERIENCE -LA METHODE DU DOCTEUR TAGUCHI. La mthodologie Taguchi de mise en oeuvre des plans

Plus en détail

BONUS OU MALUS? 1) MAX GURTLER Bale, Swisse I. INTRODUCTION

BONUS OU MALUS? 1) MAX GURTLER Bale, Swisse I. INTRODUCTION I. Gdndralitds BONUS OU MALUS? 1) MAX GURTLER Bale, Swisse I. INTRODUCTION I1 est peu de probl~mes, dans l'industrie de l'assurance, dont la solution occasionne autant de difficult6s que celui consistant

Plus en détail

A PROPOS DE LA DISTRIBUTION DES CAS DE MALADIE ENTRE LES ASSURES ET PAR RAPPORT A LA DUREE

A PROPOS DE LA DISTRIBUTION DES CAS DE MALADIE ENTRE LES ASSURES ET PAR RAPPORT A LA DUREE A PROPOS DE LA DSTRBUTON DES CAS DE MALADE ENTRE LES ASSURES ET PAR RAPPORT A LA DUREE par MARO ALBERTO COPPN Rome (talie) 1. 1 est un fair bien connu que la technique des assurances, qu'eues soient privies

Plus en détail

gho trgh Dispensaire di6t6tique de Montr6al/Montreal Diet Dispensary Accompagn6s du rapport de l'auditeur ind6pendant

gho trgh Dispensaire di6t6tique de Montr6al/Montreal Diet Dispensary Accompagn6s du rapport de l'auditeur ind6pendant trgh gho SOC]]ITE DE COIIPTABLES PROFLSSIONNELS AGREES CHARTERED PROFESSION I- ICCOUNlANT CORPORATION Dispensaire di6t6tique de Montr6al/Montreal Diet Dispensary Etats financiers Au 3'1 mars 2013 Accompagn6s

Plus en détail

LA SOIF DU BONUS. JEAN LEMAIRE Bruxelles

LA SOIF DU BONUS. JEAN LEMAIRE Bruxelles LA SOIF DU BONUS JEAN LEMAIRE Bruxelles R~su~ L'introduction d'un syst~me bonus-malus ind@pendant du montant des sinistres en assurance automobile incite les assur@s ~ prendre eux-msmes en charge les frais

Plus en détail

NOTE SUR LA GESTION AUTOMATIQUE DE LA Rt~SERVE POUR SINISTRES EN ASSURANCE AUTOMOBILE*) par. J~AN i~t:t. Paris

NOTE SUR LA GESTION AUTOMATIQUE DE LA Rt~SERVE POUR SINISTRES EN ASSURANCE AUTOMOBILE*) par. J~AN i~t:t. Paris NOTE SUR LA GESTION AUTOMATIQUE DE LA Rt~SERVE POUR SINISTRES EN ASSURANCE AUTOMOBILE*) par J~AN i~t:t Paris TENDANCES NOUVELLES EN AUTOMATISME... La tendance la plus significative qui se d~gage.. consiste

Plus en détail

ETAT DES PRODUITS ET CHARGES ET EXCEDENT CUMULE

ETAT DES PRODUITS ET CHARGES ET EXCEDENT CUMULE ASSOCIATION DES PRODUCTEURS RESPONSABLES ETAT DES PRODUITS ET CHARGES ET EXCEDENT CUMULE 31 DECEMBRE 2OT2 ASSOCIATION DES PRODUCTETTRS RESPONSABLES Etat des produits et charges et exc6dent cumul6 Pour

Plus en détail

Norme comptable relative aux provisions techniques dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC 29

Norme comptable relative aux provisions techniques dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC 29 Norme comptable relative aux provisions techniques dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC 29 Objectif de la norme 01 L activité d assurance et/ou de réassurance se caractérise par : une

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Objectif de la norme 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

APER~U DU CHAMP D'APPLICATION DE LA THI~ORIE DU RISQUE DANS L'ASSURANCE DE CHOSES EN AUTRICHE

APER~U DU CHAMP D'APPLICATION DE LA THI~ORIE DU RISQUE DANS L'ASSURANCE DE CHOSES EN AUTRICHE APER~U DU CHAMP D'APPLICATION DE LA THI~ORIE DU RISQUE DANS L'ASSURANCE DE CHOSES EN AUTRICHE L. NEUMANN Vienne I. INTRODUCTION Nous donnerons ci-apr~s un aper~u de quelques domaines d'application de la

Plus en détail

NC 29 Les provisions techniques dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance

NC 29 Les provisions techniques dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance NC 29 Les provisions techniques dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance Objectif 01. L'activité d'assurance et/ou de réassurance se caractérise par : une inversion du cycle de la production:

Plus en détail

Exposé assurance : prime de risque

Exposé assurance : prime de risque Exposé assurance : prime de risque Introduction L'assurance est un mécanisme financier permettant de répondre aux exigences de protection des patrimoines contre les risques de perte de toute nature. Elle

Plus en détail

Volume 2033, 1-35106

Volume 2033, 1-35106 [TRANSLATION - TRADUCTION] ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE ARGENTINE ET LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE DE LITUANIE POUR LA PROMOTION ET LA PROTECTION RECIPROQUE DES INVESTISSEMENTS Le Gouvemement

Plus en détail

Le budget de 1998. Bâtir le Canada pour le XXI e siècle. Allégements fiscaux pour les Canadiens

Le budget de 1998. Bâtir le Canada pour le XXI e siècle. Allégements fiscaux pour les Canadiens Le budget de 1998 Bâtir le Canada pour le XXI e siècle Allégements fiscaux pour les Canadiens février 1998 En ce qui concerne maintenant la fiscalit, je tiens rappeler tout d abord notre objectif. Notre

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 OBJECTIF DE LA NORME 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

AVANTAGES DU PERSONNEL

AVANTAGES DU PERSONNEL I H E C Carthage CES DE REVISION COMPTABLE NORMES COMPTABLES AVANTAGES DU PERSONNEL (IAS 19) 1. Champ d application I. INTRODUCTION La norme IAS 19 traite de la comptabilisation des retraites et de tous

Plus en détail

ASSURANCE. Une promesse de prestation qui peut se réaliser comme elle peut ne pas se réaliser

ASSURANCE. Une promesse de prestation qui peut se réaliser comme elle peut ne pas se réaliser Les entreprises d'assurance et de réassurance se caractérisent par : Une inversion du cycle de production : Le prix de vente, la prime est encaissé immédiatement alors que la prestation et le règlement

Plus en détail

États Financiers Pour L'Exercice Terminé Le 31 DÉCEMBRE 2008

États Financiers Pour L'Exercice Terminé Le 31 DÉCEMBRE 2008 RÉGIME DE PENSION POUR LE PERSONNEL DE SOUTIEN, LES TECHNICIENS ET TECHNICIENNES ET LE PERSONNEL ADMINISTRATIF OU PROFESSIONNEL États Financiers Pour L'Exercice Terminé Le 31 DÉCEMBRE 2008 RAPPORT DU VÉRIFICATEUR

Plus en détail

Circulaire n DAPS/EA/06/05 du 9 juin 2006 relative aux comptes semestriels des entreprises d'assurances et de réassurance

Circulaire n DAPS/EA/06/05 du 9 juin 2006 relative aux comptes semestriels des entreprises d'assurances et de réassurance Royaume du Maroc Circulaire n DAPS/EA/06/05 du 9 juin 2006 relative aux comptes semestriels des entreprises d'assurances et de réassurance Dans le cadre de la mise en place d'un dispositif permettant le

Plus en détail

Informations financières concernant le patrimoine, la situation financière et les résultats

Informations financières concernant le patrimoine, la situation financière et les résultats Informations financières concernant le patrimoine, la situation financière et les résultats Informations financières historiques Compte de résultat consolidé Milliers d'euros Notes 31 mars 2014 31 mars

Plus en détail

ÉtatS 2FinanCieRS consolidés

ÉtatS 2FinanCieRS consolidés 2 États financiers consolidés États financiers consolidés Responsabilité de la direction à l égard des états financiers consolidés de la SADC Le 10 juin 2015 La direction répond des états financiers consolidés

Plus en détail

a- par la Surveillance du Portefeuille.

a- par la Surveillance du Portefeuille. TARIFICATION DU RISQUE INDIVIDUEL D'ACCIDENTS D'AUTOMOBILES PAR LA PRIME MODELEE SUR LE RISQUE PIERRE J. DELAPORTE Paris, France Le principe de l'assurance contre les accidents d'automobiles est la formation

Plus en détail

Liquidation du régime matrimonial : quand la répartition de la plus-value = PV HYP * 73.51% ; analyse de l arrêt du Tribunal fédéral 5A_621/2013

Liquidation du régime matrimonial : quand la répartition de la plus-value = PV HYP * 73.51% ; analyse de l arrêt du Tribunal fédéral 5A_621/2013 Tribunal fédéral 5A_621/2013 destiné à la publication II ème Cour de droit civil Arrêt du 20 novembre 2014 (f) Résumé et analyse Proposition de citation : Newsletter février 2015 Divorce ; entretien ;

Plus en détail

INSTRUCTIONS RELATIVES

INSTRUCTIONS RELATIVES INSTRUCTIONS RELATIVES AUX TABLEAUX SUR LES SINISTRES ET INDICES DE PERTE Les Tableaux sur les sinistres et indices de perte sont exigés afin de pouvoir constituer une base de données et une présentation

Plus en détail

NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance

NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance Objectif 01. L'activité d'assurance et/ou de réassurance se caractérise par l'inversion du cycle de la production et

Plus en détail

RÉSUMÉ La présente politique définit les caractéristiques de la politique de capitalisation du Fonds d assurance automobile du Québec (le Fonds).

RÉSUMÉ La présente politique définit les caractéristiques de la politique de capitalisation du Fonds d assurance automobile du Québec (le Fonds). Politique de capitalisation du Fonds d assurance automobile du Québec 08.01.0 Page 1 de 8 DATE DE MISE À JOUR 2015-07-15 RÉSUMÉ La présente politique définit les caractéristiques de la politique de capitalisation

Plus en détail

Instructions concernant l'estimation des titres non cotés en vue de l'impôt sur la fortune Edition 1995

Instructions concernant l'estimation des titres non cotés en vue de l'impôt sur la fortune Edition 1995 Instructions concernant l'estimation des titres non cotés en vue de l'impôt sur la fortune Edition 1995 A. Généralités 1 Les Instructions ont pour objectif l'estimation uniforme en Suisse, pour l'impôt

Plus en détail

Politique de capitalisation du Fonds d assurance automobile du Québec DATE DE MISE À JOUR 2015-03-19

Politique de capitalisation du Fonds d assurance automobile du Québec DATE DE MISE À JOUR 2015-03-19 Page 1 de 12 Politique de capitalisation du Fonds d assurance automobile du Québec DATE DE MISE À JOUR 2015-03-19 RÉSUMÉ La présente politique définit les caractéristiques de la politique de capitalisation

Plus en détail

LA RÉGULARISATION DES CHARGES EN FIN D EXERCICE

LA RÉGULARISATION DES CHARGES EN FIN D EXERCICE LA RÉGULARISATION DES CHARGES EN FIN D EXERCICE À la fin de l'exercice financier, il faut examiner tous les comptes de la balance de vérification afin de déterminer lesquels nécessitent un ajustement.

Plus en détail

Rapport relatif à la mise en consultation du projet de loi sur la Caisse de pensions de la République et Canton du Jura

Rapport relatif à la mise en consultation du projet de loi sur la Caisse de pensions de la République et Canton du Jura Rapport relatif à la mise en consultation du projet de loi sur la Caisse de pensions de la République et Canton du Jura Le présent rapport débute par des remarques générales. Il se poursuit par un commentaire

Plus en détail

NC 28 Les revenus dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance

NC 28 Les revenus dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance NC 28 Les revenus dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance Objectif 01. L'activité d'assurance et/ou de réassurance se caractérise par : une inversion du cycle de la production : La prime

Plus en détail

Röglement de la commune de Russy. sur la dtention et l imposition des chiens. L assembie communale

Röglement de la commune de Russy. sur la dtention et l imposition des chiens. L assembie communale Röglement de la commune de Russy sur la dtention et l imposition des chiens L assembie communale Vu la loi du 2 novembre 2006 sur la dtention des chiens (LDCh; RSF 725.3); Vu le rglement d excution du

Plus en détail

REGLEMENT DE L ECOLE DE MUSIQUE DE LA CONCORDIA DE FRIBOURG. Chapitre 1: Gnäralits. Article 1 - Buts

REGLEMENT DE L ECOLE DE MUSIQUE DE LA CONCORDIA DE FRIBOURG. Chapitre 1: Gnäralits. Article 1 - Buts REGLEMENT DE L ECOLE DE MUSIQUE DE LA CONCORDIA DE FRIBOURG La forme masculine utiiise dans Je präsent rgiement vaut galement pour la forme föminine. Chapitre : Gnäralits Article - Buts L Ecole de Musique

Plus en détail

Norme comptable relative aux revenus dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC28

Norme comptable relative aux revenus dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC28 Norme comptable relative aux revenus dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC28 Objectif de la norme 01 L activité d assurance et/ou de réassurance se caractérise par : une inversion du

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 2004-13 du 23 juin 2004. Chapitre I - Fonds communs de placement à risques (FCPR)

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 2004-13 du 23 juin 2004. Chapitre I - Fonds communs de placement à risques (FCPR) CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 2004-13 du 23 juin 2004 relatif au plan comptable des fonds communs de placement à risques Sommaire TITRE V OPCVM SPECIFIQUES Chapitre I - Fonds communs de placement

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Recommandation n 2001-01.R.01 du 26 juin 2001. Participation des bénéficiaires de contrats aux résultats

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Recommandation n 2001-01.R.01 du 26 juin 2001. Participation des bénéficiaires de contrats aux résultats CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Recommandation n 2001-01.R.01 du 26 juin 2001 Relative aux comptes intermédiaires des entreprises régies par le code des assurances, des organismes régis par le code

Plus en détail

Hémomixer Etude des sollicitations du corps d épreuve

Hémomixer Etude des sollicitations du corps d épreuve Hmomixer Etude des sollicitations du corps d preuve TP 2 heures Noms : Prnoms : Classe : Date : Note : /20 Objectifs A l issue de la sance vous devez être en mesure : - de dire de quelle nature est la

Plus en détail

L EVALUATION DE L ENTREPRISE

L EVALUATION DE L ENTREPRISE L EVALUATION DE L ENTREPRISE PRINCIPES GENERAUX DE L'EVALUATION L'évaluation constitue une étape obligée mais néanmoins complexe dans un processus de transmission d'entreprise, compte tenu de l'ensemble

Plus en détail

Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme.

Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme. Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme. Actif réalisable Espèces ou autres avoirs que la société prévoit d'utiliser dans le cadre

Plus en détail

QUELQUES REFLEXIONS SUR LA REFORME DU TARIF FRAN~AIS D'ASSURANCE AUTOMOBILE ANDRE THEPAUT Paris (France)

QUELQUES REFLEXIONS SUR LA REFORME DU TARIF FRAN~AIS D'ASSURANCE AUTOMOBILE ANDRE THEPAUT Paris (France) QUELQUES REFLEXIONS SUR LA REFORME DU TARIF FRAN~AIS D'ASSURANCE AUTOMOBILE ANDRE THEPAUT Paris (France) Tr~s nombreux sont les assureurs fran~ais qui paraissent admettre aujourd'hui la n~cessit~ de r6former

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES FORTUNEO

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES FORTUNEO PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COMPTES ANNUELS) FORTUNEO Société Anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 64 928 634. Siège social : 5 place de la

Plus en détail

B.O.I. N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 [BOI 7I-1-11]

B.O.I. N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 [BOI 7I-1-11] B.O.I. N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 [BOI 7I-1-11] Références du document 7I-1-11 Date du document 06/10/11 BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS 7 I-1-11 N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 INSTRUCTION DU 27 SEPTEMBRE 2011 COUR DE

Plus en détail

Revenu Garanti Brochure

Revenu Garanti Brochure Revenu Garanti Brochure AMMA ASSURANCES a.m. Association d assurance mutuelle à cotisations fixes conformément à l article 2, 2 de la Loi du 25.06.1992 (M.B. 20.08.1992) agréée sous le code 0126 pour les

Plus en détail

ASSURANCE. 1. Assurances de dommages

ASSURANCE. 1. Assurances de dommages ASSURANCE ASSURANCE...1 1. Assurances de dommages...1 2. Assurances de personnes...2 3. Coassurance...2 4. Courtier d'assurances...2 5. CRM...3 6. Expertise...3 7. Indemnisation...4 8. Multirisque...4

Plus en détail

FIDUCIAIRE MICHEL FAVRE SA FASCICULE COMPTABLE. , le

FIDUCIAIRE MICHEL FAVRE SA FASCICULE COMPTABLE. , le FIDUCIAIRE MICHEL FAVRE SA FASCICULE COMPTABLE Nom, prénom: ou raison sociale: Adresse commerciale: Lieu et date:, le Signature: Nous vous saurions gré de bien vouloir établir vos inventaires avec le plus

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

Fait par : Mlle. NORRA HADHOUD. Encadré par M. LAHYANI

Fait par : Mlle. NORRA HADHOUD. Encadré par M. LAHYANI Fait par : Mlle. NORRA HADHOUD Encadré par M. LAHYANI PLAN PLAN Introduction Différentes définitions du risque La perte d exploitation L assurance pertes d exploitation après incendie Définition Définition

Plus en détail

LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE

LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE Par Nabila EL HEDDA, Elyès JOUINI et Denis CHEMILLIER-GENDREAU "Le marché tunisien de l'assurance va connaître, dans les années

Plus en détail

SUR LA Dt~TERMINATION DE LA RI~SERVE POUR SINISTRES EN SUSPENS DANS L'ASSURANCE AUTOMOBILE

SUR LA Dt~TERMINATION DE LA RI~SERVE POUR SINISTRES EN SUSPENS DANS L'ASSURANCE AUTOMOBILE SUR LA Dt~TERMINATION DE LA RI~SERVE POUR SINISTRES EN SUSPENS DANS L'ASSURANCE AUTOMOBILE LUIGI ~{OLINARO Rome I) Parmi les diffdrentes questions qui se posent dans l'~tude de l'assurance automobile,

Plus en détail

avis d arrêt de travail

avis d arrêt de travail n 50069#0(.) notice à destination du praticien Pour prserver le secr mdical, vous remtez l à votre patient, après l'avoir complt, avec une enveloppe "M. le Mdecin Conseil" qui lui permtra d'r les vols

Plus en détail

Chapitre 4 : les stocks

Chapitre 4 : les stocks Chapitre 4 : les stocks Stocks et actifs Une entreprise achète généralement des biens pour les utiliser dans son processus de production, ce sont les matières premières et les fournitures, elle peut également

Plus en détail

capitalisation. fluctuations à la hausse ou à la baisse dépendant en particulier de l évolution des marchés financiers.

capitalisation. fluctuations à la hausse ou à la baisse dépendant en particulier de l évolution des marchés financiers. CAPITALISATION NOTE D INFORMATION valant Conditions Générales Dispositions essentielles du contrat 1. e-novline Capitalisation est un contrat de capitalisation. 2. La garantie du contrat est la suivante

Plus en détail

/CIMA/PCMA/CE/SG/CIMA/2015 MODIFIANT ET COMPLETANT LE CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA

/CIMA/PCMA/CE/SG/CIMA/2015 MODIFIANT ET COMPLETANT LE CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA CONFERENCE I N T E R A F R I C A I N E D E S M A R C H E S D A S S U R A N C E S C O N S E I L D E S M I N I S T R E S D E S A S S U R A N C E S REGLEMENT N /CIMA/PCMA/CE/SG/CIMA/2015 MODIFIANT ET COMPLETANT

Plus en détail

Le taux d'actualisation en assurance

Le taux d'actualisation en assurance The Geneva Papers on Risk and Insurance, 13 (No 48, July 88), 265-272 Le taux d'actualisation en assurance par Pierre Devolder* Introduction Le taux d'actualisation joue un role determinant dans Ia vie

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC. MINISTÈRE DE LA JUSTICE Direction de l Administration pénitentiaire et de la réinsertion

ROYAUME DU MAROC. MINISTÈRE DE LA JUSTICE Direction de l Administration pénitentiaire et de la réinsertion ROYAUME DU MAROC MINISTÈRE DE LA JUSTICE Direction de l Administration pénitentiaire et de la réinsertion Réalisation : Nadacom Design - Rabat Tél. : 037 68 25 50 Dépôt légal : 0905/2005 1956 : Rattachement

Plus en détail

Sur le traitement comptable du risque de crédit dans les entreprises relevant du Comité de la réglementation bancaire et financière

Sur le traitement comptable du risque de crédit dans les entreprises relevant du Comité de la réglementation bancaire et financière CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 2002-04 du 28 mars 2002 Sur le traitement comptable du risque de crédit dans les entreprises relevant du Comité de la réglementation bancaire et financière Sommaire

Plus en détail

Impact de la durée du travail et des concepts de salaire sur le bas de la distribution des salaires

Impact de la durée du travail et des concepts de salaire sur le bas de la distribution des salaires Distr. GENERALE CES/SEM.41/12 1er mars 2000 ORIGINAL: FRANCAIS COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS EUROPÉENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTÉS

Plus en détail

RÉGIME DE RETRAITE DE L'ASSOCIATION DES PROFESSEUR(E)S À TEMPS PARTIEL DE L'UNIVERSITÉ D'OTTAWA (1991)

RÉGIME DE RETRAITE DE L'ASSOCIATION DES PROFESSEUR(E)S À TEMPS PARTIEL DE L'UNIVERSITÉ D'OTTAWA (1991) États financiers de RÉGIME DE RETRAITE DE L'ASSOCIATION DES PROFESSEUR(E)S À TEMPS PARTIEL DE L'UNIVERSITÉ D'OTTAWA (1991) 31 décembre 2014 KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l. Téléphone (613) 212-KPMG Bureau 1800

Plus en détail

Les opérations sur biens et services

Les opérations sur biens et services Les opérations sur biens et services Le compte de biens et services Lorsque l'on considère l'économie globalement, les principales opérations sont : la production qui correspond à la création de biens

Plus en détail

U S A I D GUIDE DES PROCEDURES COMPTABLES ET DES RAPPORTS FINANCIERS DU CILSS POUR LE TRAITEMENT DES DOCUMENTS TRANSMIS PAR LES CONACILLS

U S A I D GUIDE DES PROCEDURES COMPTABLES ET DES RAPPORTS FINANCIERS DU CILSS POUR LE TRAITEMENT DES DOCUMENTS TRANSMIS PAR LES CONACILLS U S A I D GUIDE DES PROCEDURES COMPTABLES ET DES RAPPORTS FINANCIERS DU CILSS POUR LE TRAITEMENT DES DOCUMENTS TRANSMIS PAR LES CONACILLS JUIN 1984 SOMMA IRE 1. INTRODUCTION 2. PROCEDURES COMPTABLES ET

Plus en détail

PACA FORMATION THANATOLOGY

PACA FORMATION THANATOLOGY PACA FORMATION THANATOLOGY Quelle est la définition d assurance? 2 Définition d assurance L'assuranceest l'activité qui consiste à protéger moyennant une cotisation (prime) un individu, une association

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

Norme comptable relative aux charges techniques dans les entreprises d assurance et/ ou de réassurance NC 30

Norme comptable relative aux charges techniques dans les entreprises d assurance et/ ou de réassurance NC 30 Norme comptable relative aux charges techniques dans les entreprises d assurance et/ ou de réassurance NC 30 Objectif de la norme 01 L activité d assurance et/ou de réassurance se caractérise par l inversion

Plus en détail

BILAN FONCTIONNEL. Pour répondre au mieux à cette préoccupation, nous étudierons les points suivants :

BILAN FONCTIONNEL. Pour répondre au mieux à cette préoccupation, nous étudierons les points suivants : BILAN FONCTIONNEL Avoir une activité, générer des résultats, nécessite des moyens de production que l'on évalue en étudiant la structure de l'entreprise. L'étude de la structure financière va permettre

Plus en détail

Exposé en droit des assurances sous le thème :

Exposé en droit des assurances sous le thème : Université Cadi Ayyad Master : Droit des Affaires Faculté des Sciences Juridiques Semestre : 3 Economiques et Sociales. UFR Marrakech Exposé en droit des assurances sous le thème : De la classification

Plus en détail

Vu la Constitution et notamment ses articles 148, 151 et 154;

Vu la Constitution et notamment ses articles 148, 151 et 154; Loi n 88-31 du 19 juillet 1988 modifiant et complétant l'ordonnance n 74-15 du 30 janvier 1974 relative à l'obligation d'assurance des véhicules automobiles et au régime d'indemnisation des dommages, p.

Plus en détail

Privilège Gestion Active Capitalisation. Version 00210

Privilège Gestion Active Capitalisation. Version 00210 Privilège Gestion Active Capitalisation Version 00210 LE CONTRAT PRIVILEGE GESTION ACTIVE CAPITALISATION EST UN CONTRAT DE CAPITALISATION INDIVIDUEL. Privilège Gestion Active Capitalisation est un contrat

Plus en détail

Fondation Québec Philanthrope (antérieurement Fondation communautaire du grand Québec)

Fondation Québec Philanthrope (antérieurement Fondation communautaire du grand Québec) Fondation Québec Philanthrope (antérieurement Fondation communautaire du grand Québec) États financiers Au 31 décembre 2014 Accompagnés du rapport de l'auditeur indépendant Certification Fiscalité Services-conseils

Plus en détail

EXAMENS DE CERTIFICATION CORRIGE. Unité de valeur 5. Synthèse - Diagnostic et conseil patrimonial global. Durée : 4 heures.

EXAMENS DE CERTIFICATION CORRIGE. Unité de valeur 5. Synthèse - Diagnostic et conseil patrimonial global. Durée : 4 heures. Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Affiliée au Certified Financial Planner Board of Standards et à l'international Certified Financial Planners Council Association

Plus en détail

ÉPARGNE-PENSION COMMENT S Y PRENDRE?

ÉPARGNE-PENSION COMMENT S Y PRENDRE? COMMENT S Y PRENDRE? 1. L'ÉPARGNE-PENSION, C EST QUOI? L'épargne-pension vous permet de vous constituer une pension complémentaire à votre initiative individuelle. Au passage, vous pouvez déduire ce que

Plus en détail

1. Entité présentant l information financière. 2. Base de présentation

1. Entité présentant l information financière. 2. Base de présentation 1. Entité présentant l information financière La Commission des valeurs mobilières de l Ontario (la «CVMO») est une société établie au Canada. L adresse du bureau inscrit de la CVMO est le 20, rue Queen

Plus en détail

Règlement sur la constitution de provisions et de réserves de fluctuations

Règlement sur la constitution de provisions et de réserves de fluctuations STIFTUNG ABENDROT Die nachhaltige Pensionskasse Case postale 4002 Bâle Güterstrasse 133 Tél. 061 269 90 20 Fax 061 269 90 29 www.abendrot.ch stiftung@abendrot.ch Règlement sur la constitution de provisions

Plus en détail

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 N 2041 GH N 50149 #18 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l'administration. REVENUS

Plus en détail

Relatif aux documents de synthèse consolidés des entreprises relevant du Comité de la réglementation bancaire et financière

Relatif aux documents de synthèse consolidés des entreprises relevant du Comité de la réglementation bancaire et financière Règlement n 2000-04 du 4 juillet 2000 Relatif aux documents de synthèse consolidés des entreprises relevant du Comité de la réglementation bancaire et financière Le Comité de la réglementation comptable,

Plus en détail

LE PROJET TUTORÄ. Par consäquent, låälaboration dåun projet tutorä en LEA doit poursuivre les objectifs suivants :

LE PROJET TUTORÄ. Par consäquent, låälaboration dåun projet tutorä en LEA doit poursuivre les objectifs suivants : LE PROJET TUTOR I. LA DFINITION Le projet tutor en LEA est un rapport rdig par un tudiant ou un groupe dåtudiants destin Ç permettre Ç låtudiant de dfinir son orientation et son parcours universitaire

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME N 7 LES IMMOBILISATIONS FINANCIERES

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME N 7 LES IMMOBILISATIONS FINANCIERES COLLEGE Réunion du lundi 14 janvier 2013 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME N 7 LES IMMOBILISATIONS FINANCIERES RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS

Plus en détail

LES CRÉANCES ET LES DETTES

LES CRÉANCES ET LES DETTES LES CRÉANCES ET LES DETTES Règles générales d évaluation Définition d un actif et d un passif ACTIFS Tout élément de patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité est considéré comme un

Plus en détail

LA FORCE D UNE MUTUELLE

LA FORCE D UNE MUTUELLE LA FORCE D UNE MUTUELLE TOURNÉE VERS L AVENIR ÉTATS FINANCIERS 2011 LA FORCE D UNE MUTUELLE TOURNÉE VERS L AVENIR ÉTATS FINANCIERS 2011 La Survivance, compagnie mutuelle d assurance vie ÉTATS FINANCIERS

Plus en détail

Offre publique d'obligations Fluxys SA

Offre publique d'obligations Fluxys SA Offre publique d'obligations Fluxys SA Fluxys SA, le gestionnaire belge de l infrastructure de gaz naturel, émet de nouvelles obligations en euro. Nous en résumons les principales conditions ci-dessous:

Plus en détail

MICRO CREDIT NATIONAL S.A. Etats Financiers. 30 septembre 2006 et 2005

MICRO CREDIT NATIONAL S.A. Etats Financiers. 30 septembre 2006 et 2005 Etats Financiers 30 septembre 2006 et 2005 (Rapport des v6rificateurs ind6pendants ci-joint) lrl M6rov6-Pierre - Cabinet d'experts-comptables P.O. Box 1327A, Delmas Port-au-Prince Hai'ti 7, rue Lechaud

Plus en détail

La transaction amiable, Procédures et indemnisation. Brahim KOBBI FTUSA

La transaction amiable, Procédures et indemnisation. Brahim KOBBI FTUSA , Procédures et indemnisation Brahim KOBBI FTUSA Introduction Les préjudices indemnisables Les modes d indemnisation L indemnisation amiable Conclusion 2 Introduction L assurance automobile est désormais

Plus en détail

2. Formalisation ... Or les variables sont indépendantes. Donc si

2. Formalisation ... Or les variables sont indépendantes. Donc si L'estimation 1. Concrètement... Dernièrement un quotidien affichait en première page : en 30 ans les françaises ont grandi de... je ne sais plus exactement, disons 7,1 cm. C'est peut-être un peu moins

Plus en détail

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. Les conditions de mise en œuvre de la recherche biomédicale

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. Les conditions de mise en œuvre de la recherche biomédicale Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale Dispositions législatives relatives au chapitre : Les conditions de mise en œuvre de la recherche biomédicale Code de la santé publique Dispositions

Plus en détail

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON FICHE CONSEIL Page : 1/9 INTERPRETER SON Vous connaissez chaque année le résultat de votre activité lors de l élaboration de vos comptes annuels. Vous pouvez

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE4 DROIT FISCAL - session 2014 Proposition de CORRIGÉ 2014 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE - 5 points 1.

Plus en détail

QUELQUES OBSERVATIONS STATISTIQUES SUR LA VARIABLE,,NOMBRE DE SINISTRES" EN ASSURANCE AUTOMOBILE. P. THYRION J3ruxelles

QUELQUES OBSERVATIONS STATISTIQUES SUR LA VARIABLE,,NOMBRE DE SINISTRES EN ASSURANCE AUTOMOBILE. P. THYRION J3ruxelles QUELQUES OBSERVATONS STATSTQUES SUR LA VARABLE,,NOMBRE DE SNSTRES" EN ASSURANCE AUTOMOBLE P. THYRON Jruxelles R~su.~1~ Cette note ne risque pas de pr@ter le fllc ~ une critique souvent adresse ASTN, l'excs

Plus en détail

NC 04 Norme comptable relative aux Stocks

NC 04 Norme comptable relative aux Stocks NC 04 Norme comptable relative aux Stocks Objectif 01. Lorsque l'activité de l'entreprise implique la détention de stocks, ceux-ci constituent généralement une part importante de ses actifs. Il est nécessaire

Plus en détail

Assurances Odn~rales de France, Paris

Assurances Odn~rales de France, Paris L'I~CRETEMENT DES SINISTRES "AUTOMOBILE" PAR LIONEL MOREAU Assurances Odn~rales de France, Paris SUMMARY French insurance companies usually classify their agents according to their results by branch and

Plus en détail

90735COM/JN Bruxelles, le 26 mai 1997. COMMUNICATION D159. Objet : - Statistique de l'activité d'assurance directe vie en Belgique et à l'étranger;

90735COM/JN Bruxelles, le 26 mai 1997. COMMUNICATION D159. Objet : - Statistique de l'activité d'assurance directe vie en Belgique et à l'étranger; 90735COM/JN Bruxelles, le 26 mai 1997. COMMUNICATION D159. Objet : - Statistique de l'activité d'assurance directe vie en Belgique et à l'étranger; - Statistique des affaires acceptées en réassurance "vie";

Plus en détail

2,5 x SMIC horaire x [(12 x 151,67) + nombre d'heures complémentaires ou supplémentaires)] rémunération totale.

2,5 x SMIC horaire x [(12 x 151,67) + nombre d'heures complémentaires ou supplémentaires)] rémunération totale. QUESTION- DU 6 DECEMBRE 2013 2. Calcul du CICE Quelles sont les règles d arrondi? Le montant du CICE, du plafond d'éligibilité et de l'assiette est arrondi à l'euro le plus proche. La fraction d'euro égale

Plus en détail

Norme comptable relative aux Revenus

Norme comptable relative aux Revenus NC 03 Norme comptable relative aux Revenus Objectifs 01. Les produits d'une entreprise regroupent à la fois les revenus et les gains. Les revenus sont les produits provenant des activités qui s'inscrivent

Plus en détail

Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ) États financiers au 30 juin 2015

Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ) États financiers au 30 juin 2015 Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ) États financiers Rapport de l'auditeur indépendant 2-3 États financiers Résultats 4 Évolution de l'actif net 5 Flux de trésorerie 6 Situation financière 7 Notes

Plus en détail