i. La Survena.nce des accidents

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "i. La Survena.nce des accidents"

Transcription

1 SUJET B LES MATH~MATIQUES DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE Introduction de la discussion (rdsumd) P. J. DELAPORTE Plusieurs communications sont prdsentdes au Colloque sur les Mathdmatiques de l'assurance Automobile. Afin de pouvoir mieux situer chacune d'elles dans ce vaste sujet, il peut ~tre bon de schdmatiser l'ensemble de la question. I1 comprend: x. la survenance des accidents 2. le tarif et la mesure de son efficacitd par rapport k l'estimation optimale. i. La Survena.nce des accidents Groupons dans une classe les propridtaires de vdhicules ayant un m~me ensemble de caractdristiques extdrieures de risques: m~me mod61e de voiture, m~me zone de garage habituel, mime usage ou profession du propridtaire, etc. Les risques s de survenance d'accident ne sont pas identiques pour tous Ics propridtaires de la classe, rnais sont distribuds selon une fonction de rdpartition F(s). Ddsignons par P(s' I s) la probabilitd de survenance de s' sinistres pour un assurd dont le risque individue[ est s (des dtudes antdrieures ont montrd que P(s' ] s) est reprdsentable par une loi de probabilitd de Poisson). La probabilitd qu'un assurd, pris au hasard dans la classe, air s' sinistres est: P(s') = J" P(s'ls).dF(s) (I) #o so dtartt le risque minimum de la classe. Ddsignons par g(x) la densit~ de probabilitd de la distribution des cofits X des sinistres. Oft peut admettre qu'~t l'intdrieur de la classe, au moins en premiere approximation, g(x) est inddpendant de s, d'oh la probabilitd de survenance d'un sinistre de coflt X est: P(s" = I; X) = g(x).p(s" = I) (2) I3

2 I86 MATHI~MA'I'IQUES DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE La probabilit6 de survenance d'un sinistre de coflt supdrieur 5. une franchise Xe est: P(s' = ; x > G) = P(s' =. [ j" dg(x)] (3) z d et la probabilit6 de survenance de s'e sinistres de coflts sup6rieurs 5. une franchise est" P(S~; 1X > X e... cox > Xe) = P(s~). [ f dg(x)]g (4) Dans sa communication:,,l'influence de la franchise sur le nombre de sinistres dans l'assurance Automobile", Monsieur Mogens Muff 6tudie les distributions empiriques de ces sinistres, et apr6s ajustement sur une distribution binomiale n4gative, il observe que l'un des param6tres d6pend de la clause de bonus et l'autre varie avec la franchise. Le rdassureur excess pourra utiliser ce m~me mod61e en prenant pour s non pas le risque probable d'un assur6, mais le risque probable d'une compagnie r6assur6e. I1 remplacera la franchise X e par un montant d'excess Xe(I.or_ d) t d4croissant avec le temps 6could depuis le d4but de l'ann6e de survenance jusqu'k l'6poque moyenne de r6glement t, pour tenir compte d'une d6pr6ciatiou mon6taire dont le taux annuel est de d pour les r6glements de sinistres. Dans sa communication:,,une approche d'analyse des sinistres observ6s dans la rdassurance excess de responsabilit6 civile", Monsieur H. G. Verbeek 6tudie le tableau 5~ double entr6e des sinistres par ann6e de survenance et par ann6e de d6claration au rdassureur au fur et g mesure que chacun d'eux d6passe le montant de l'excess. M. Verbeek admet que la distribution des nombres de sinistres d6clar6s par la eompagnie cddante au rdassureur est reprdsentable par des distributions de Poisson et qu'il y a entre le nombre et le cofit des sinistres. Une estimation des param6tres par la m6thode du Maximum de Vraisemblance lui permet d'extrapoler, pour les ann6es futures, la valeur probable des sinistres qui seront d4clar6s au r6assureur, ce qui peut servir de base ~ la cotation d'un trait6 de r6assurance excess.

3 MATHI~MATIQUES DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE Le tarif et la mesure de son efficacild par rapport & l'eslimalion optimale Le tarif d'assurance automobile comprend: I. une informalion a priori sur l'assur6 et l'usage qu'il fera du vdhicule, son lieu de garage habituel et, d'autre part, sur la voiture, son modhle, son 4tat d'entretien, etc. ; 2. une information ~ posteriori sur les sinistres ddclards et sur la manihre dont le conducteur se comporte (entretien du v6hicule, infractions au Code de la Route), relative g la pdriode dcoulfe depuis la souscription du contrat. L'information ~. priori permet un ddcoupage de l'ensemble des risques en classes de tarif dans lesquelles on groupe les assurds ayant ~t priori des risques identiques. Ddsignons par : ~s~, 2s~... les nombres de sinistres d4clar4s par l'assur4 i pendant les ann6es d'assurance I, 2, etc. Les probabilitds de survenance d'accidents ont 6t4 d6finies ci-dessus (formule I). 14, o-cl... la mani6re dont le conducteur s'est comport6 pendant les anndes I, 2, etc. (par exemple le hombre des infractions graves h la loi sur la circulation routi6re). H(/~[s) la Ionction de distribution des comportements des conducteurs de risques s pendant l'annde j. et admettons que les classes de tarif ont dt4 constitudes de mani6re suffisamment homog6nes pour que le cofit moyen des sinistres X soit, dans la classe, inddpendant du risque individuel d'accident. La prime pure de l'ann4e k + I connaissant les ant4c4dents des k premihres anndes d'assurance est: t,. fi(~ + ls~ I ~sl... ks~, lq... kq) = -~ 2 #0 +m / J I s.p(~h I s)...p(~s~ I s).h(~ 4 I s)...h(k4 I ~)-df(~) +~ t ; P(,szls)...P(k41S).H(14 I s)...h(k4ls ).df(s) #0 (5)

4 e 188 MATHEMATIQUES DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE P(s' [ s) ayant une loi de distribution de Poisson, ceci se simplifie en +~ S s'"' X ' +~ f s, 8,... ao,s', + X.e-*-S.H(~c~ls). ".H(kc~ls ).de(s) ~",. e- k'h(~c~ I s)... H(kc~ I s). af(sl A notre connaissance, la fonction H n'a pus encore dt6 dtudi6e, ellea donc 6t6 suppos6e constante duns tousles travaux ant6rieurs. Au contraire, l'6tude des observations a montrd que la fonction de distribution des risques individuels F(s) est voisine de l'eulerienne de seconde esp&ce : (6) de(s)- a 0, r(b) -a<s-8 ) (S-- So)~-l.ds (7) et que So, qui est le risque minimum, est voisin de zdro; a et b sont des param6tres k estimer par le Maximum de Vraisemblance pour que les voitures aient eu les nombres de sinistres observds. Le risque d'un assur6 i connaissant les sinistres qu'il a eus pendant les k ann6es antdrieures peut 4tre obtenu d'aprhs l'esp6rance mathdmatique de s li6e par les sinistres observds, c'est-k-dire: -,, - b + ~ s, +...+~.s, X. EFk. ~s, I ~s~... ~s~] = X (8) a+k Notre Prdsident, Monsieur P. Thyrion, prdsente une communication intitulde:,,quelques observations statistiques sur la variable,,nombre de sinistres" ell assurance automobile", dans laquelle il a dtudi6 le comportement de 1.41o polices pendant 4 anndes et de 1.o94 polices pendant 7 ann6es. Sur cet ensemble, i[ a d'abord examin~ la distribution empirique du nombre des sinistres d'une annde en fonction du nombre total des sinistres des anndes ant6rieures. I1 a montr6 que les observations v6rifient les conditions pour ~tre reprdsentables par une loi de Poisson composde et que la,,fonction de structure" U(X) (qui est la fonction F(s) dans les notations prdcddeates, formule[i]) reste stable au cours du temps. Les rdsultats montrent que cette fouction est plus concentrde que la loi exponentielle et aun seul mode situ6 pros de l'origine. Ensuite, il a calcul6, d'apr&s les observations, pour chacune des t t

5 MATHI~.MATIQUES DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE 18 9 ann6es, la valeur du risque li6e par les nombres de sinistres observ6s pendant les ann~es pr~c~dentes eta donn~, pour plus de prdcision, les valeurs mddianes du rapport du risque li6 divis6 par le risque moyen de l'ensemble des polices, dans le dernier tableau de sa communication. On peut noter que les rdsultats enti~rement empiriques de P. Thyrion, obtenus sur la Belgique, sont en excellent accord avec ceux que nous avions obtenus, sur la France, il y a plus de IO ans, par un module th~orique de loi de Poisson compos6e avec une eulerienne de seconde esp~ce (formules I, 7 et 8 ci-dessus) pour une mfime frdquence moyenne s = o,193 et pour la valeur du param&tre b = 1,6, alors que les rfisultats de P. Thyrion donnent b = 1,32 ~Z Valeur S'fl y a eu * sinistres pendant les ann6es ant6rieures, quotient de la fr~quence lide 5~ la fr~quence moyenne apr6s: I an 2 ans 3 ans 4 ans 5 ans 6 ans o sin. empirique 0,85 o,79 o,71 o,66 0,64 o,59 th~orique 0,89 0,80 0,73 0,67 o,6~o 0,58 1 sin. empmque 1,48 1,25 1,21 I,OI o,96 o,79 th~orique 1,45 1,31 1,19 i,o 9 i,oi o,94 P. Thyrion indique qu'avec une vraisemblance suffisante pour la pratique on peut conclure que l'hypoth~se de l'h6t6rog6n6it6 des classes de risques se montre apte ~ pr6voir l'influence du comportement pass6 d'une sous-classe de risques sur son comportement futur en ce qui concerne les nombres de sinistres, ce qui est une des bases pratiques d'une tarification de l'assurance automobile utilisant un syst~me de bonus-malus. Dans sa communication :,,Etude sur la survenance des sinistres en assurance automobile", M. Brichler propose de poser b = Iet a ~gal l'inverse de la Ir6quence moyenne du groupe. Cette solution correspond ~ un cas limite de la repr6sentation par l'eul~rienne de seconde esp~ce rdduite ae- ~8. Ceci semble valable lorsque la classe de risques est tr~s dissym6trique et l'esp6rance matmmatique du nombre de sinistres tr~s faible, mais conviendrait moins bien g des classes plus h6tfirog&nes pour lesquelles on trouve b variant de 1,5 ~. 2.

6 19o MATHt:.MATIQUES DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE D'autre part, M. Briclder a essay6, empiriquement, de trouver une repr6sentation des fr6quences des ann6es successives par des formules plus g6n6rales, notamment en dormant un poids plus fort aux sinistres des ann6es rdcentes et plus faible aux sinistres anciens. Nous ne parlerons pas du probl~me de jugement d'un tarif, car aucune communication n'est prdsent6e sur ce suiet. Je voudrais cependant rappeler que l'analyse de la variance permet de d~composer la variance totale des sinistres cn variance li6e par le tarif et variance non expliqnde par le tarif. La variance du risque probable divis6e par la variance like par le tarif donne la mesure de l'efficacltd de ce tarif. Cette mdthode a encore peu ~td utilis6e. En terminant, je voudrais faire remarquer que, pour dtablir les mod61es rep%sentant la survenance des accidents et l'estimation des fr6quences individuelles des assur6s, nous avons fait appel seulement k quatre distributions: F(s).P(s'l s) G(X) H(c' I s) fonction de des risques individuels probabilitd de survenance d'un sinistre fonction de des co6ts de sinistres fonction de du comportement des conducteurs qui nous permettent d'obtenir toute l'information d~sirde. Un effort tr~s grand devrait ~tre fait pour obtenir de mani6re tr&s p%cise ces distributions.

SUR L'EFFICACITE DES CRITERES DE TARIFICATION DE L'ASSURANCE CONTRE LES ACCIDENTS D'AUTOMOBILES

SUR L'EFFICACITE DES CRITERES DE TARIFICATION DE L'ASSURANCE CONTRE LES ACCIDENTS D'AUTOMOBILES SUR L'EFFICACITE DES CRITERES DE TARIFICATION DE L'ASSURANCE CONTRE LES ACCIDENTS D'AUTOMOBILES PIERRE DELAPORTE Paris (France) Les accidents d'automobiles surviennent lorsqu'il se produit un ensemble

Plus en détail

RAPPORT INTRODUCTIF CONTROLE DES OP]~RATIONS D'ASSURANCE DANS LES BRANCHES NON-VIE

RAPPORT INTRODUCTIF CONTROLE DES OP]~RATIONS D'ASSURANCE DANS LES BRANCHES NON-VIE RAPPORT INTRODUCTIF CONTROLE DES OP]~RATIONS D'ASSURANCE DANS LES BRANCHES NON-VIE F. BICHSEL Berne Les 5 contributions suivantes ont ~td pr6sent6es sur le th~me no 3: par R. E. Beard: 2 contributions

Plus en détail

REASSURANCE DU CUMUL D'ACCIDENTS *) JEAN SOUSSELIER

REASSURANCE DU CUMUL D'ACCIDENTS *) JEAN SOUSSELIER REASSURANCE DU CUMUL D'ACCDENTS *) par JEAN SOUSSELER Paris, France Une Compagnie d'assurances d61ivre par l'interm6diaire d'agences de Voyage des contrats d'assurances individuelles garantissant les personnes

Plus en détail

a- par la Surveillance du Portefeuille.

a- par la Surveillance du Portefeuille. TARIFICATION DU RISQUE INDIVIDUEL D'ACCIDENTS D'AUTOMOBILES PAR LA PRIME MODELEE SUR LE RISQUE PIERRE J. DELAPORTE Paris, France Le principe de l'assurance contre les accidents d'automobiles est la formation

Plus en détail

LA SOIF DU BONUS. JEAN LEMAIRE Bruxelles

LA SOIF DU BONUS. JEAN LEMAIRE Bruxelles LA SOIF DU BONUS JEAN LEMAIRE Bruxelles R~su~ L'introduction d'un syst~me bonus-malus ind@pendant du montant des sinistres en assurance automobile incite les assur@s ~ prendre eux-msmes en charge les frais

Plus en détail

EVALUATION DE PROVISIONS POUR SINISTRES A PAYER EN PERIODE DE STAGFLATION

EVALUATION DE PROVISIONS POUR SINISTRES A PAYER EN PERIODE DE STAGFLATION EVALUATION DE PROVISIONS POUR SINISTRES A PAYER EN PERIODE DE STAGFLATION BERNARD DUBOIS DE ~'IONTREYNAUD et DIDIER STRUBE France En mati~re d'assurance de la Responsabilit6 Civile Automobile, chacun connait

Plus en détail

QUELQUES OBSERVATIONS STATISTIQUES SUR LA VARIABLE,,NOMBRE DE SINISTRES" EN ASSURANCE AUTOMOBILE. P. THYRION J3ruxelles

QUELQUES OBSERVATIONS STATISTIQUES SUR LA VARIABLE,,NOMBRE DE SINISTRES EN ASSURANCE AUTOMOBILE. P. THYRION J3ruxelles QUELQUES OBSERVATONS STATSTQUES SUR LA VARABLE,,NOMBRE DE SNSTRES" EN ASSURANCE AUTOMOBLE P. THYRON Jruxelles R~su.~1~ Cette note ne risque pas de pr@ter le fllc ~ une critique souvent adresse ASTN, l'excs

Plus en détail

"-2 X~+t-- X~ + ~" = g(x~) u

-2 X~+t-- X~ + ~ = g(x~) u DISTRIBUTIONS DES SINISTRES INCENDIE SELON LEUR COOT GIOVANNA?IL2R RARA It:din Ii. INTRODUCTION On peut penser que la dimension des sinistres est la rdsultante d'un tr~s grand hombre de causes ind@endantes

Plus en détail

CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité

CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité 1 CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité Une situation fréquente en pratique est de disposer non pas d un résultat mais de plusieurs. Le cas se présente en assurance, par exemple :

Plus en détail

i~tude SUR LA SURVENANCE DES SINISTRES EN ASSURANCE AUTOMOBILE M. BRICHLER

i~tude SUR LA SURVENANCE DES SINISTRES EN ASSURANCE AUTOMOBILE M. BRICHLER i~tude SUR LA SURVENANCE DES SNSTRES EN ASSURANCE AUTOMOBLE M. BRCHLER. DSTRBUTON DES ASSUR~S SELON LE NOMBRE DES SiNSTRES DANS UNE P~ROD].~ DE TEMPS )~TERMN~E On sait que la loi de Poisson simple reprdsente

Plus en détail

RECHERCHES SUR LES GROS SINISTRES EN R. C. AUTOMOBILE FRANCE I948-I955 P. DEPOID/E. DUCHEZ

RECHERCHES SUR LES GROS SINISTRES EN R. C. AUTOMOBILE FRANCE I948-I955 P. DEPOID/E. DUCHEZ RECHERCHES SUR LES GROS SINISTRES EN R. C. AUTOMOBILE FRANCE I948-I955 P. DEPOID/E. DUCHEZ Paris, France LES SOURCES D'INFORMATION I1 a 6t6 cr66 en France, en I948, dans le cadre de l'association G6n6rale

Plus en détail

CONTRIBUTION A L'ETUDE DU BONUS POUR NON SINISTRE EN ASSURANCE AUTOMOBILE. Belgique

CONTRIBUTION A L'ETUDE DU BONUS POUR NON SINISTRE EN ASSURANCE AUTOMOBILE. Belgique CONTRIBUTION A L'ETUDE DU BONUS POUR NON SINISTRE EN ASSURANCE AUTOMOBILE P. THYRION Belgique I. INTRODUCTION I. La s61ection des risques est un des premiers principes fondamentaux que la th6orie de l'assurance

Plus en détail

ASSURANCE AUTOMOBILE -- STATISTIQUE. ALEXANDRE CANNET Paris (France)

ASSURANCE AUTOMOBILE -- STATISTIQUE. ALEXANDRE CANNET Paris (France) ASSURANCE AUTOMOBLE -- STATSTQUE ET TARFS ALEXANDRE CANNET Paris (France) Commentaires sur les constatations expdrimentales d'une Compagnie Frangaise en mati~re d' A ssurance Responsabilitd C ivile Automobile

Plus en détail

A PROPOS DE LA DISTRIBUTION DES CAS DE MALADIE ENTRE LES ASSURES ET PAR RAPPORT A LA DUREE

A PROPOS DE LA DISTRIBUTION DES CAS DE MALADIE ENTRE LES ASSURES ET PAR RAPPORT A LA DUREE A PROPOS DE LA DSTRBUTON DES CAS DE MALADE ENTRE LES ASSURES ET PAR RAPPORT A LA DUREE par MARO ALBERTO COPPN Rome (talie) 1. 1 est un fair bien connu que la technique des assurances, qu'eues soient privies

Plus en détail

Séminaire de Statistique

Séminaire de Statistique Master 1 - Economie & Management Séminaire de Statistique Support (2) Variables aléatoires & Lois de probabilité R. Abdesselam - 2013/2014 Faculté de Sciences Economiques et de Gestion Université Lumière

Plus en détail

BONUS OU MALUS? 1) MAX GURTLER Bale, Swisse I. INTRODUCTION

BONUS OU MALUS? 1) MAX GURTLER Bale, Swisse I. INTRODUCTION I. Gdndralitds BONUS OU MALUS? 1) MAX GURTLER Bale, Swisse I. INTRODUCTION I1 est peu de probl~mes, dans l'industrie de l'assurance, dont la solution occasionne autant de difficult6s que celui consistant

Plus en détail

TD 3 : suites réelles : application économique et nancière

TD 3 : suites réelles : application économique et nancière Mathématiques Appliquées Cours-TD : K. Abdi, M. Huaulmé, B. de Loynes et S. Pommier Université de Rennes 1 - L1 AES - 009-010 TD 3 : suites réelles : application économique et nancière Exercice 1 Calculer

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LE PRODUIT CAMIONNETTE

INFORMATIONS SUR LE PRODUIT CAMIONNETTE INFORMATIONS SUR LE PRODUIT CAMIONNETTE Table des matières page Responsabilité Civile 2 Responsabilité civile Aperçu du degré bonus-malus 2 Responsabilité civile Entrée dans le système Bonus-Malus 3 Responsabilité

Plus en détail

VARIATION DE LA PRIME D'ASSURANCE DE L'ASSISTANCE PHARMACEUTIQUE EN FONCTION DE LA PARTICIPATION DE L'ASSURE AU COURT DE L'ASSISTANCE

VARIATION DE LA PRIME D'ASSURANCE DE L'ASSISTANCE PHARMACEUTIQUE EN FONCTION DE LA PARTICIPATION DE L'ASSURE AU COURT DE L'ASSISTANCE VARATON DE LA PRME D'ASSURANCE DE L'ASSSTANCE PHARMACEUTQUE EN FONCTON DE LA PARTCPATON DE L'ASSURE AU COURT DE L'ASSSTANCE SALVATORE CANNELLA Rome (talie) )- Un nouvel examen des norrnes qui r4gissent

Plus en détail

Processus de comptage, Poisson mélange, fonction de perte exponentielle, système bonus-malus.

Processus de comptage, Poisson mélange, fonction de perte exponentielle, système bonus-malus. JF WALHIN* J PARIS* * Université Catholique de Louvain, Belgique Le Mans Assurances, Belgique RÉSUMÉ Nous proposons une méthodologie générale pour construire un système bonus-malus équilibré basé sur une

Plus en détail

Simulation d un système d assurance automobile

Simulation d un système d assurance automobile Simulation d un système d assurance automobile DESSOUT / PLESEL / DACHI Plan 1 Introduction... 2 Méthodes et outils utilisés... 2.1 Chaines de Markov... 2.2 Méthode de Monte Carlo... 2.3 Méthode de rejet...

Plus en détail

SOMMAIRES D OUVRAGES PARUS

SOMMAIRES D OUVRAGES PARUS SOMMAIRES D OUVRAGES PARUS TITRE : MÉTHODES ACTUARIELLES DE L'ASSURANCE VIE (cours et exercices corrigés) AUTEUR : Christian HESS ÉDITEUR : ÉCONOMICA, PARIS DATE DE PARUTION : NOVEMBRE 2000 357 pages prix

Plus en détail

le versement d'un capital décès d'un montant 30, 000 aux ayants-droits si l'assuré décès décède avant 60 ans,

le versement d'un capital décès d'un montant 30, 000 aux ayants-droits si l'assuré décès décède avant 60 ans, Contrat d'assurance 1 Un individu d'âge x = 45 a souscrit un contrat d'assurance avec les garanties suivantes, avant 60 ans, le versement à l'assuré, à partir de sa 60ème anné, d'une annuité vie entière,

Plus en détail

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 RÉSILIER SON CONTRAT D'ASSURANCE AUTO

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 RÉSILIER SON CONTRAT D'ASSURANCE AUTO RÉSILIER SON CONTRAT D'ASSURANCE AUTO La résiliation du contrat d'assurance Automobile Introduction La résiliation d'un contrat d'assurance automobile, comme toute résiliation de contrat de prestation

Plus en détail

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 RÉSILIER UN CONTRAT D'ASSURANCE MOTO, SCOOTER, DEUX-ROUES

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 RÉSILIER UN CONTRAT D'ASSURANCE MOTO, SCOOTER, DEUX-ROUES RÉSILIER UN CONTRAT D'ASSURANCE MOTO, SCOOTER, DEUX-ROUES La résiliation du contrat d'assurance deux-roues: Moto, scooter, quad Introduction La résiliation d'un contrat d'assurance d'un deux-roues, comme

Plus en détail

Version provisoire de la circulaire relative aux orientations sur le sous-module «risque de catastrophe en santé»

Version provisoire de la circulaire relative aux orientations sur le sous-module «risque de catastrophe en santé» boulevard de Berlaimont 14 BE-1000 Bruxelles tél. +32 2 221 38 12 fax + 32 2 221 31 04 numéro d entreprise: 0203.201.340 RPM Bruxelles www.bnb.be Circulaire Bruxelles, le jj mm 2015 Référence: NBB_2015_xx

Plus en détail

CONTRAT D'ASSURANCE ET MODALITES DE RESILIATION. Article juridique publié le 16/02/2015, vu 1139 fois, Auteur : Maître HADDAD Sabine

CONTRAT D'ASSURANCE ET MODALITES DE RESILIATION. Article juridique publié le 16/02/2015, vu 1139 fois, Auteur : Maître HADDAD Sabine CONTRAT D'ASSURANCE ET MODALITES DE RESILIATION Article juridique publié le 16/02/2015, vu 1139 fois, Auteur : Maître HADDAD Sabine I Le défaut d information ou l information tardive du délai de préavis

Plus en détail

1.3. Les principes de base en assurance invalidité

1.3. Les principes de base en assurance invalidité Chapitre 1 Mise en contexte de l assurance invalidité 17 1.3. Les principes de base en assurance invalidité Afin d'être en mesure de bien comprendre les notions relatives à l'assurance invalidité, il convient

Plus en détail

Après avoir abordé ces différents thèmes, une visite d'un des deux véhicules utilisés dans le cadre de votre activité de transport a été effectuée.

Après avoir abordé ces différents thèmes, une visite d'un des deux véhicules utilisés dans le cadre de votre activité de transport a été effectuée. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE NANTES Nantes, le 15/07/2010 N/Réf. : CODEP-NAN-2010-037884 ACTIUM 39 rue Alain Bouchart 35000 RENNES Objet Contrôle du transport de matières radioactives Inspection n

Plus en détail

Un collectif de la Société Toulousaine d Assurances Courtage Conseil Services Prévention Sarl au capital de 7.835,88 Siret 307 737 106 00038 APE

Un collectif de la Société Toulousaine d Assurances Courtage Conseil Services Prévention Sarl au capital de 7.835,88 Siret 307 737 106 00038 APE Un collectif de la Société Toulousaine d Assurances Courtage Conseil Services Prévention Sarl au capital de 7.835,88 Siret 307 737 106 00038 APE 6622Z N Orias : 07001675 Site Web Orias : www.orias.fr 18

Plus en détail

CAPI 23 1 ÉPARGNE-PENSION, ÉPARGNE À LONG TERME ET ÉPARGNE NON FISCALE

CAPI 23 1 ÉPARGNE-PENSION, ÉPARGNE À LONG TERME ET ÉPARGNE NON FISCALE CAPI 23 1 ÉPARGNE-PENSION, ÉPARGNE À LONG TERME ET ÉPARGNE NON FISCALE Type d'assurance vie Garanties Assurance vie avec taux d'intérêt garanti sur les primes versées dans le support de la branche 21 du

Plus en détail

«BONUS MALUS» (exercice exploitant les changements de registre) (D après Académie de Strasbourg)

«BONUS MALUS» (exercice exploitant les changements de registre) (D après Académie de Strasbourg) «BONUS MALUS» (exercice exploitant les changements de registre) (D après Académie de Strasbourg) Le propriétaire d un véhicule automobile est tenu d assurer sa voiture auprès d une compagnie d assurances.

Plus en détail

CHOISIR SON ASSURANCE AUTO

CHOISIR SON ASSURANCE AUTO CHOISIR SON ASSURANCE AUTO Le type d assurance dont vous avez besoin dépend de la voiture que vous avez et de l utilisation que vous en faites. COMMENT CHOISIR? Pour une voiture neuve, optez sans hésiter

Plus en détail

et les pratiques en assurance automobile

et les pratiques en assurance automobile Les règles r et les pratiques en assurance automobile 1- les attentes raisonnables de l assuré 2- les obligations des représentants 3- la proposition d assurance d 4- les règles r de souscription 1- les

Plus en détail

ACT3284 Modèles en assurance IARD Examen Final - 14 décembre 2011

ACT3284 Modèles en assurance IARD Examen Final - 14 décembre 2011 #1 À partir de l'information ci-dessous : Sinistres payés cumulatifs Réserves aux dossiers 12 mois 24 mois 36 mois 12 mois 24 mois 36 mois 2008 240,000 393,600 499,200 2008 160,000 120,000 79,200 2009

Plus en détail

UNE MI~THODE POUR CALCULER UNE RISTOURNE ADI~QUATE POUR ANN~ES SANS SINISTRES. DR. F. BICHSEL Suisse

UNE MI~THODE POUR CALCULER UNE RISTOURNE ADI~QUATE POUR ANN~ES SANS SINISTRES. DR. F. BICHSEL Suisse UNE MI~THODE POUR CALCULER UNE RISTOURNE ADI~QUATE POUR ANN~ES SANS SINISTRES DR. F. BICHSEL Suisse En Suisse, les soci6t6s d'assurances bonifient ~ leurs assur6s en responsabilit6 civile autos une ristourne

Plus en détail

COURS ORIENTÉ VERS LA PRATIQUE ASSURANCE-VIE INDIVIDUELLE ET RENTES

COURS ORIENTÉ VERS LA PRATIQUE ASSURANCE-VIE INDIVIDUELLE ET RENTES COURS ORIENTÉ VERS LA PRATIQUE ASSURANCE-VIE INDIVIDUELLE ET RENTES La présente note vise à aider les candidats à bien se préparer au Cours orienté vers la pratique (COP) en leur fournissant des détails

Plus en détail

NOTE SUR LA GESTION AUTOMATIQUE DE LA Rt~SERVE POUR SINISTRES EN ASSURANCE AUTOMOBILE*) par. J~AN i~t:t. Paris

NOTE SUR LA GESTION AUTOMATIQUE DE LA Rt~SERVE POUR SINISTRES EN ASSURANCE AUTOMOBILE*) par. J~AN i~t:t. Paris NOTE SUR LA GESTION AUTOMATIQUE DE LA Rt~SERVE POUR SINISTRES EN ASSURANCE AUTOMOBILE*) par J~AN i~t:t Paris TENDANCES NOUVELLES EN AUTOMATISME... La tendance la plus significative qui se d~gage.. consiste

Plus en détail

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 COMMENT ASSURER UNE ASSOCIATION?

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 COMMENT ASSURER UNE ASSOCIATION? COMMENT ASSURER UNE ASSOCIATION? L'assurance des associations Introduction Les ressources des associations sont souvent maigres, et nombreuses sont celles qui vivent grâce à leurs adhérents et bénévoles.

Plus en détail

2. Formalisation ... Or les variables sont indépendantes. Donc si

2. Formalisation ... Or les variables sont indépendantes. Donc si L'estimation 1. Concrètement... Dernièrement un quotidien affichait en première page : en 30 ans les françaises ont grandi de... je ne sais plus exactement, disons 7,1 cm. C'est peut-être un peu moins

Plus en détail

Les principaux atouts de Car Plan

Les principaux atouts de Car Plan Les principaux atouts de Car Plan 1 2 3 4 5 6 Le bonus-malus le plus bas pour les bons conducteurs de plus de 30 ans En cas d accident en tort, grâce à la Safety Card, pas d augmentation de votre prime

Plus en détail

Table des matières. Préface... 1. Introduction... 1. 2. Le marché de la réassurance... 5

Table des matières. Préface... 1. Introduction... 1. 2. Le marché de la réassurance... 5 Table des matières Préface................................................ IX 1. Introduction......................................... 1 2. Le marché de la réassurance............................ 5 3.

Plus en détail

Optimiser les performances du mouvement de monte de l Axe Z.

Optimiser les performances du mouvement de monte de l Axe Z. Page/0 - BUT DE LA MANIPULATION : Optimiser les performances du mouvement de monte de l Axe Z. - LES PLANS D EXPERIENCE -LA METHODE DU DOCTEUR TAGUCHI. La mthodologie Taguchi de mise en oeuvre des plans

Plus en détail

C120 : Les rudiments de l appréciation du risque

C120 : Les rudiments de l appréciation du risque Spécimen de questionnaire d examen C120 : Les rudiments de l appréciation du risque IMPORTANT : Vous disposez de 3 heures pour passer cet examen. Total : 200 points Lorsque vous quittez la salle d examen,

Plus en détail

BONUS MALUS. Voici, la façon de calculer la prime : Le montant de la prime à acquitter est égale à : P = PB. C où : P

BONUS MALUS. Voici, la façon de calculer la prime : Le montant de la prime à acquitter est égale à : P = PB. C où : P BONUS MALUS Le propriétaire d un véhicule automobile est tenu d assurer sa voiture auprès d une compagnie d assurances. Pour un véhicule donné, le propriétaire versera annuellement une «prime» à sa compagnie.

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LE PRODUIT VOITURE

INFORMATIONS SUR LE PRODUIT VOITURE INFORMATIONS SUR LE PRODUIT VOITURE Table des matières page 1. ÉCHELLE DE BONUS-MALUS 2 1.1. Responsabilité civile Aperçu du degré bonus-malus 2 1.2. Responsabilité civile Entrée dans le système bonus-malus

Plus en détail

Cette compensation peut par conséquent être inférieure à vos attentes.

Cette compensation peut par conséquent être inférieure à vos attentes. DHL CARGO INSURANCE DÉTENDEZ-VOUS. VOUS ÊTES ENTRE DE BONNES MAINS Bénéficiez-vous d'une couverture intégrale? Dans le cadre des conventions internationales, les expéditeurs et les transporteurs de fret

Plus en détail

Evolution de la fréquence des sinistres 2004-2013 en assurance RC automobile

Evolution de la fréquence des sinistres 2004-2013 en assurance RC automobile Evolution de la fréquence des sinistres 2004-2013 en assurance RC automobile Contenu 1. Nombre de sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence des sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence

Plus en détail

SUR LA Dt~TERMINATION DE LA RI~SERVE POUR SINISTRES EN SUSPENS DANS L'ASSURANCE AUTOMOBILE

SUR LA Dt~TERMINATION DE LA RI~SERVE POUR SINISTRES EN SUSPENS DANS L'ASSURANCE AUTOMOBILE SUR LA Dt~TERMINATION DE LA RI~SERVE POUR SINISTRES EN SUSPENS DANS L'ASSURANCE AUTOMOBILE LUIGI ~{OLINARO Rome I) Parmi les diffdrentes questions qui se posent dans l'~tude de l'assurance automobile,

Plus en détail

Satisfaction du patient

Satisfaction du patient Satisfaction du patient Johan Van der Heyden Institut Scientifique de Santé Publique Direction opérationnelle Santé publique et surveillance Rue J. Wytsman, 14 B - 1050 Bruxelles 02 / 642 57 26 E-mail

Plus en détail

Recueil d annales en Mathématiques. Terminale S Enseignement obligatoire. Intégrales

Recueil d annales en Mathématiques. Terminale S Enseignement obligatoire. Intégrales Recueil d annales en Mathématiques Terminale S Enseignement obligatoire Frédéric Demoulin Dernière révision : 3 juin 2 Document diffusé via le site www.bacamaths.net de Gilles Costantini 2. frederic.demoulin

Plus en détail

QUELQUES REFLEXIONS SUR LA REFORME DU TARIF FRAN~AIS D'ASSURANCE AUTOMOBILE ANDRE THEPAUT Paris (France)

QUELQUES REFLEXIONS SUR LA REFORME DU TARIF FRAN~AIS D'ASSURANCE AUTOMOBILE ANDRE THEPAUT Paris (France) QUELQUES REFLEXIONS SUR LA REFORME DU TARIF FRAN~AIS D'ASSURANCE AUTOMOBILE ANDRE THEPAUT Paris (France) Tr~s nombreux sont les assureurs fran~ais qui paraissent admettre aujourd'hui la n~cessit~ de r6former

Plus en détail

Hypo Protect Classic 2win

Hypo Protect Classic 2win Proposition d assurance Hypo Protect Classic 2win Coordonnées de l intermédiaire : N d agence : Modification du contrat n : N de dossier : Code : Date d impression : Coordonnées 1. Preneur d assurance

Plus en détail

Analyse des données 1: erreurs expérimentales et courbe normale

Analyse des données 1: erreurs expérimentales et courbe normale Analyse des données 1: erreurs expérimentales et courbe normale 1 Incertitude vs. erreur Une mesure expérimentale comporte toujours deux parties: la valeur vraie de la grandeur mesurée et l'erreur sur

Plus en détail

L ESTIMATION DES ÉCARTS SALARIAUX

L ESTIMATION DES ÉCARTS SALARIAUX Novembre 2005 L ESTIMATION DES ÉCARTS SALARIAUX (articles 60 à 68) La Loi sur l équité salariale vise à corriger les écarts salariaux dus à la discrimination systémique fondée sur le sexe à l égard des

Plus en détail

ÉLÉMENTS D OPTIMISATION. Complément au cours et au livre de MTH 1101 - CALCUL I

ÉLÉMENTS D OPTIMISATION. Complément au cours et au livre de MTH 1101 - CALCUL I ÉLÉMENTS D OPTIMISATION Complément au cours et au livre de MTH 1101 - CALCUL I CHARLES AUDET DÉPARTEMENT DE MATHÉMATIQUES ET DE GÉNIE INDUSTRIEL ÉCOLE POLYTECHNIQUE DE MONTRÉAL Hiver 2011 1 Introduction

Plus en détail

Equilibre technique d'un exercice de souscription

Equilibre technique d'un exercice de souscription ASSURANCE AUTOMOBILES ET REVENUS FINANCIERS*) par JEAN SOUSSELIER, Paris La question est controvers~e de savoir si l'on doit tenir compte du revenu des placements -- et 6ventuellement des b6n6fices sur

Plus en détail

REGLEMENT DE CONSULTATION (R.C)

REGLEMENT DE CONSULTATION (R.C) MARCHE PUBLIC DE SERVICES (Marché d'assurances) MAPA / ASSURANCES 2012 n 13-2012 REGLEMENT DE CONSULTATION (R.C) MARCHE D'ASSURANCES PASSE EN "PROCEDURE ADAPTEE" SELON L'ARTICLE 28 DU CODE DES MARCHES

Plus en détail

Journées d études IARD

Journées d études IARD Journées d études IARD Gestion des risques liés à la refonte tarifaire d un portefeuille automobile Niort, le 20 mars 2014 Marie Foucher mfoucher@galea-associes.eu Pierre Thérond ptherond@galea-associes.eu

Plus en détail

Evolution de la fréquence des sinistres 2003-2012 en assurance RC automobile

Evolution de la fréquence des sinistres 2003-2012 en assurance RC automobile Evolution de la fréquence des sinistres 2003-2012 en assurance RC automobile Contenu 1. Nombre de sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence des sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence

Plus en détail

Travail sur le fichier. des adhérents de l'abf. Qui êtes-vous? par Delphine ANTOINE

Travail sur le fichier. des adhérents de l'abf. Qui êtes-vous? par Delphine ANTOINE Qui êtes-vous? Chaque année l'a.b.f. enregistre un nombre important de nouvelles adhésions. Mais au lieu d'augmenter les effectifs, ces nouveaux membres ne viennent guère que compléter les vides laissés

Plus en détail

Variables aléatoires continues

Variables aléatoires continues IUT Aix-en-Provence Année 204-205 DUT Informatique TD Probabilités feuille n 6 Variables aléatoires continues Exercice (La station-service) Dans une station-service, la demande hebdomadaire en essence,

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ RECOMMANDATION DU 19 DÉCEMBRE 2008

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ RECOMMANDATION DU 19 DÉCEMBRE 2008 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ RECOMMANDATION DU 19 DÉCEMBRE 2008 Pour les "organismes d'assurance" 1 sur les modalités de reconnaissance des participations aux bénéfices différées actives dans les

Plus en détail

Critère du choix des variables auxiliaires à utiliser dans l'estimateur par calage

Critère du choix des variables auxiliaires à utiliser dans l'estimateur par calage des variables auxiliaires à utiliser dans l'estimateur par calage Mohammed El Haj Tirari Institut National de Statistique et d'economie Appliquée - roc Laboratoire de Statistique d'enquêtes, CREST - Ensai

Plus en détail

Chapitre 8: Inférence, échantillonnage et estimation

Chapitre 8: Inférence, échantillonnage et estimation Chapitre 8: Inférence, échantillonnage et estimation 1. Echantillonnage aléatoire simple 2. Inférence statistique 3. Estimation 4. Evaluation graphique de l adéquation d un modèle de distribution 1 L inférence

Plus en détail

Arrêté du ministre des finances et de la privatisation n 213-05 du 15 hija 1425 relatif aux assurances obligatoires (B.O. n 5292 du 17 fév rier 2005).

Arrêté du ministre des finances et de la privatisation n 213-05 du 15 hija 1425 relatif aux assurances obligatoires (B.O. n 5292 du 17 fév rier 2005). Arrêté du ministre des finances et de la privatisation n 213-05 du 15 hija 1425 relatif aux assurances obligatoires (B.O. n 5292 du 17 fév rier 2005). Vu la loi n 17-99 portant code des assurances prom

Plus en détail

Enquête menée par le Cnesco Redoublement : qu en pensent les collégiens et les lycéens?

Enquête menée par le Cnesco Redoublement : qu en pensent les collégiens et les lycéens? 26 janvier 2015 Enquête menée par le Cnesco Redoublement : qu en pensent les collégiens et les lycéens? La parole des élèves est peu analysée dans la recherche. C'est pourquoi le Cnesco a décidé de mener

Plus en détail

Chapitre 2. Valeur acquise par un capital

Chapitre 2. Valeur acquise par un capital MATHEMATIQUES FINANCIERES Le temps, c'est de l'argent Si un capital est placé pendant "un temps assez long", on utilise les intérêts composés. En règle générale, à moins d'être complètement étranger aux

Plus en détail

Rapport d intervention

Rapport d intervention d intervention Nom et adresse du destinataire MARIO BOUCHARD PAYSAGISTE INC 1081, CH. STE-MARGUERITE POINTE-CLAIRE, QC GOX IZO N ETA ou ENL N de chantier N région 15 Adresse du lieu de travail Année mois

Plus en détail

Utilisation d un véhicule personnel pour les besoins d une enquête Réf : Note 3/C252 du 17 décembre 2002

Utilisation d un véhicule personnel pour les besoins d une enquête Réf : Note 3/C252 du 17 décembre 2002 Etab=DG75, Timbre=F420, TimbreDansAdresse=Oui, Version=W2000-C-5.1/9.0, VersionTravail=W2000-C-5.1/9.0 Direction des Statistiques Démographiques et Sociales Unité des Méthodes Statistiques Division Coordination

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Date : MM les Directeurs 23/10/84 MM les Agents Comptables des Caisses Primaires d'assurance Maladie

Plus en détail

CONTRAT ASSURANCE ANNÉE 2015 Contrat valable du 01/01/2015 au 31/12/2015

CONTRAT ASSURANCE ANNÉE 2015 Contrat valable du 01/01/2015 au 31/12/2015 Assurance Prothèses Auditives Contrat groupe GMF La Sauvegarde N B041700.007V Aux parents et adhérents à l'assurance prothèses auditives Aux associations adhérentes à la Fédération ANPEDA Paris, le 30

Plus en détail

Jean-Maurice JACQUES Agent Général Allianz

Jean-Maurice JACQUES Agent Général Allianz Jean-Maurice JACQUES Agent Général Allianz 20 Place Jules Guesde 30906 Nîmes Cedex 2 TEL. : 04 66 27 95 27 FAX : 04 66 27 95 20E- Mail jacqujm@allianz.fr Site : www.jacques-assurances.com Bureaux ouverts

Plus en détail

différence groupe-conseil en statistique

différence groupe-conseil en statistique Vais-je atteindre mon objectif cette année? Par Martin Carignan, associé chez Différence www.difference-gcs.com Contexte Les gestionnaires sont souvent évalués sur des résultats mesurés par des indicateurs

Plus en détail

Jean-Maurice JACQUES Agent Général Allianz

Jean-Maurice JACQUES Agent Général Allianz Jean-Maurice JACQUES Agent Général Allianz 20 Place Jules Guesde 30906 Nîmes Cedex 2 TEL. : 04 66 27 95 27 FAX : 04 66 27 95 20 E-Mail : jacqujm@agf.fr http://www.agf.fr/jacqujm Bureaux ouverts tous les

Plus en détail

Règlement administratif

Règlement administratif Règlement administratif de la caisse supplétive selon les articles 72 et 73 de la Loi fédérale du 20 mars 1981 sur l assuranceaccidents Sur la base de l article 6 de l acte de fondation de la caisse supplétive

Plus en détail

1/4 2/4 3/4 4/4. 10. Estimation MTH2302D. S. Le Digabel, École Polytechnique de Montréal H2016. (v1) MTH2302D: estimation 1/50

1/4 2/4 3/4 4/4. 10. Estimation MTH2302D. S. Le Digabel, École Polytechnique de Montréal H2016. (v1) MTH2302D: estimation 1/50 10. Estimation MTH2302D S. Le Digabel, École Polytechnique de Montréal H2016 (v1) MTH2302D: estimation 1/50 Plan 1. Introduction 2. Estimation ponctuelle 3. Estimation par intervalles de confiance 4. Autres

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Levallois-Perret, le dimanche 3 mai 2015

COMMUNIQUE DE PRESSE Levallois-Perret, le dimanche 3 mai 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE Levallois-Perret, le dimanche 3 mai 2015 LES FRANCAIS IGNORENT TOUJOURS LEUR DROIT D AUTOMOBILISTE A CHOISIR LIBREMENT SON CARROSSIER Selon une étude menée par IPSOS pour Zerofranchise.com,

Plus en détail

HMS-GRM. www.hms.com.tn

HMS-GRM. www.hms.com.tn HMS-GRM www.hms.com.tn 1 Optez pour une solution ergonomique d utilisation intuitive La gestion du matériel est en grande partie un exercice d'équilibre. Elle exige aux entreprises de réaliser leurs objectifs

Plus en détail

DIU Infirmières de Santé au Travail - IDF. Service Central de Santé au Travail de l AP-HP PLAN DE COURS

DIU Infirmières de Santé au Travail - IDF. Service Central de Santé au Travail de l AP-HP PLAN DE COURS DIU Infirmières de Santé au Travail - IDF Faculté de Médecine Paris VII - Denis Diderot Mardi 7 juin 2016 STATISTIQUES EN SANTE AU TRAVAIL : NOTIONS ESSENTIELLES Service Central de Santé au Travail de

Plus en détail

Régime 'travail lourd' : texte de vision du régime des travailleurs indépendants 1. 14 avril 2016

Régime 'travail lourd' : texte de vision du régime des travailleurs indépendants 1. 14 avril 2016 Régime 'travail lourd' : texte de vision du régime des travailleurs indépendants 1 14 avril 2016 La présente note établit les priorités du régime des travailleurs indépendants pour déterminer les principes

Plus en détail

AVIS N 24/1999 du 23 juillet 1999

AVIS N 24/1999 du 23 juillet 1999 AVIS N 24/1999 du 23 juillet 1999 N. Réf. : 10 / A / 1999 / 030 OBJET : Protocole d'accord entre le collège des procureurs généraux et le Fonds commun de garantie automobile concernant la transmission

Plus en détail

Guide d utilisation de l information de crédit en assurance de dommages au Québec

Guide d utilisation de l information de crédit en assurance de dommages au Québec Guide d utilisation de l information de crédit en assurance de dommages au Québec Le 28 septembre 2010 Guide d utilisation de l information de crédit en assurance de dommages au Québec 1 Introduction Il

Plus en détail

Gestion du niveau de la franchise d un contrat avec bonus-malus. Pierre THEROND & Stéphane BONCHE

Gestion du niveau de la franchise d un contrat avec bonus-malus. Pierre THEROND & Stéphane BONCHE Gestion du niveau de la franchise d un contrat avec bonus-malus Pierre THEROND & Stéphane BONCHE SOMMAIRE 1. Réduction de franchise en l absence de système bonus-malus A - Bonnes propriétés du modèle collectif

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie

Caisse Nationale de l'assurance Maladie Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Date : 02/05/85 MM. les Directeurs des Caisses Primaires d'assurance Maladie Origine : DGR MM. les Directeurs

Plus en détail

Est considéré en déplacement, tout salarié qui se trouve éloigné de son lieu d'affectation, en exécution d'un ordre de déplacement.

Est considéré en déplacement, tout salarié qui se trouve éloigné de son lieu d'affectation, en exécution d'un ordre de déplacement. TITRE 8 : DÉPLACEMENTS CHAPITRE 1 : GÉNÉRALITÉS 1. Définitions Est considéré en déplacement, tout salarié qui se trouve éloigné de son lieu d'affectation, en exécution d'un ordre de déplacement. Le Personnel

Plus en détail

OPTIMAXMD. Assurance vie permanente avec participation. Faites fructifier votre argent

OPTIMAXMD. Assurance vie permanente avec participation. Faites fructifier votre argent OPTIMAXMD Assurance vie permanente avec participation Faites fructifier votre argent VOUS AVEZ BESOIN D ASSURANCE Tout le monde a besoin d assurance, mais le monde de l assurance peut paraître très complexe

Plus en détail

ACTUARIAT 1, ACT 2121, AUTOMNE 2013 #16

ACTUARIAT 1, ACT 2121, AUTOMNE 2013 #16 ACTUARIAT 1, ACT 2121, AUTOMNE 201 #16 ARTHUR CHARPENTIER 1 Dans une petite compagnie d assurance le nombre N de réclamations durant une année suit une loi de Poisson de moyenne λ = 100. On estime que

Plus en détail

CONVENTION D'ASSISTANCE RAPATRIEMENT DE CORPS LGA ASSISTANCE TOUTES CAUSES

CONVENTION D'ASSISTANCE RAPATRIEMENT DE CORPS LGA ASSISTANCE TOUTES CAUSES CONVENTION D'ASSISTANCE RAPATRIEMENT DE CORPS LGA ASSISTANCE TOUTES CAUSES Convention LGA ASSISTANCE / 0801302-1 - 1. OBJET DE LA CONVENTION Dans le cadre du contrat groupe souscrit par l intermédiaire

Plus en détail

MATHÉMATIQUES ET SCIENCES HUMAINES

MATHÉMATIQUES ET SCIENCES HUMAINES MATHÉMATIQUES ET SCIENCES HUMAINES M. C. WEISS Variations pédagogiques sur le thème des échantillons systématiques Mathématiques et sciences humaines, tome 102 (1988), p. 39-45.

Plus en détail

L agent commercial en Allemagne

L agent commercial en Allemagne 1 L agent commercial en Allemagne Introduction Le statut juridique de l agent commercial («Handelsvertreter») est défini dans le Code de commerce allemand («Handelsgesetzbuch»- HGB) aux Articles 84 à 92c.

Plus en détail

Rentabilité. Table du contenu. Rentabilité...1/8. Calcul du prix de location de votre gîte...2/8 Concrètement...2/8 Calcul du prix de location...

Rentabilité. Table du contenu. Rentabilité...1/8. Calcul du prix de location de votre gîte...2/8 Concrètement...2/8 Calcul du prix de location... Table du contenu Rentabilité...1/8 Calcul du prix de location de votre gîte...2/8 Concrètement...2/8...4/8 Calcul du prix de location...2/8 Calcul des charges de votre gîte...5/8 Concrètement...5/8 Quels

Plus en détail

Données sur l évolution des sinistres dans l industrie de l assurance des véhicules de tourisme de l Ontario et coûts estimatifs des sinistres

Données sur l évolution des sinistres dans l industrie de l assurance des véhicules de tourisme de l Ontario et coûts estimatifs des sinistres Introduction Le présent document fournit de l information sur l analyse des taux des tendances des sinistres en assurance des véhicules de tourisme de l Ontario, telle qu elle a été préparée par l actuaire

Plus en détail

Mémoire d Actuariat Tarification de la branche d assurance des accidents du travail Aymeric Souleau aymeric.souleau@axa.com 3 Septembre 2010 Plan 1 Introduction Les accidents du travail L assurance des

Plus en détail

PROGRAMME DE MATHEMATIQUE 6 ème SCIENTIFIQUE & TECHNIQUE INDUSTRIELLE

PROGRAMME DE MATHEMATIQUE 6 ème SCIENTIFIQUE & TECHNIQUE INDUSTRIELLE PROGRAMME DE MATHEMATIQUE 6 ème SCIENTIFIQUE & TECHNIQUE INDUSTRIELLE Chaque fois que c est nécessaire, il sera fait usage des moyens modernes de calcul. I. ALGEBRE-ANALYSE OBJECTIFS SPECIFIQUES CONTENUS/MATIERES

Plus en détail

- JURISPRUDENCE - Tribunal de première instance de Liège (4 ième chambre ) 26 octobre 2001

- JURISPRUDENCE - Tribunal de première instance de Liège (4 ième chambre ) 26 octobre 2001 1 LA REVUE EN LIGNE DU BARREAU de LIEGE - JURISPRUDENCE - Tribunal de première instance de Liège (4 ième chambre ) 26 octobre 2001 I. Droit des assurances Conditions d intervention de l assureur Couverture

Plus en détail

0(02. 3RXUTXRLOD&RPPLVVLRQDWHOOHSURSRVpGDFWXDOLVHUOHVGLUHFWLYHVVXU ODVVXUDQFHDXWRPRELOH"

0(02. 3RXUTXRLOD&RPPLVVLRQDWHOOHSURSRVpGDFWXDOLVHUOHVGLUHFWLYHVVXU ODVVXUDQFHDXWRPRELOH 0(02 Bruxelles, le 10 juin 2002 $VVXUDQFH DXWRPRELOH QRXYHOOH SURSRVLWLRQ GH OD &RPPLVVLRQ YLVDQW j PRGHUQLVHU OD OpJLVODWLRQ HXURSpHQQH FLQTXLqPH GLUHFWLYH VXU ODVVXUDQFH DXWRPRELOHIRLUHDX[TXHVWLRQV (voir

Plus en détail