Optimiser les performances du mouvement de monte de l Axe Z.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Optimiser les performances du mouvement de monte de l Axe Z."

Transcription

1 Page/0 - BUT DE LA MANIPULATION : Optimiser les performances du mouvement de monte de l Axe Z. - LES PLANS D EXPERIENCE -LA METHODE DU DOCTEUR TAGUCHI. La mthodologie Taguchi de mise en oeuvre des plans d expriences est l un des outils de la qualit, au mme titre que l Analyse des Modes de Dfaillance et l Etude des Criticits (AMDEC) ou l Analyse de la Valeur. Comme tout outil, elle n a d intrt que si l on sait s en servir, ce qui suppose la fois de connatre la mthode et de pouvoir cerner les cas o elle apporte un plus par rapport aux techniques traditionnelles. -. INTRODUCTION La dmarche d Assurance Qualit fait appel la prvention et au progrs permanent dans les domaines de l organisation de la qualit, de l obtention des performances du produit et de la matrise des processus associs aux procds industriels. Le plan d expriences peut aider la conception et l industrialisation du produit, ainsi qu la rsolution de problmes complexes d optimisation (rglages) lors de la production du produit. Il s intgre donc parfaitement dans la dmarche qualit. Nous vous incitons vivement mettre en oeuvre le plan d expriences dans les diffrentes tapes industrielles de conception et de validation du produit. Les rsultats que vous attendez de ces tapes seront obtenus avec un maximum de rigueur et beaucoup plus rapidement qu avec les mthodes traditionnelles, donc avec une efficience conomique certaine. -. PRESENTATION DE LA METHODE A quoi sert un plan d expriences? Vous tes confronts un problme technique complexe : de multiples paramtres sont susceptibles d influer sur la performance du systme tudi. La performance que vous cherchez amliorer: est caractrise par une ou plusieurs rponses. Quels sont les paramtres responsables des variations observes? Telle est la question. Le plan d expriences sert mettre en vidence et quantifier l influence des paramtres pris en compte. Vous devez mettre en oeuvre une srie d essais physiques ou une srie de calculs numriques. C est souvent le cas si vous vous trouvez dans un des contextes suivants : - tudes techniques ; - optimisation de processus ; - tudes de moyens de fabrication ;

2 Page/0 - amlioration de capabilit machine ; - essais de mise au point ; - essais d endurance ; - essais de laboratoire ; - etc. Mais quelles expriences raliser pour obtenir les informations recherches? Un plan d expriences est une suite d essais organise l avance de manire dterminer en un minimum d essais et avec un maximum de prcision l influence de multiples paramtres sur une ou plusieurs rponses. Conditions d application Pour appliquer la mthode avec succs, il faut : - crer un groupe pluridisciplinaire constitu de personnes comptentes, concernes et motives : ne pas oublier les exprimentateurs ; - associer un animateur form la mthode un pilote, responsable technique du sujet trait ; - tre en mesure d exprimenter, de matriser les valeurs donner aux paramtres et de mesurer avec prcision la ou les rponses. La mthode devient lourde utiliser lorsque les paramtres pris en compte sont trop nombreux (nanmoins il est rare que plus de 5 paramtres influencent grandement les rponses du systme) ; - tablir une stratgie exprimentale (srie de plans) en fonction des objectifs fixs, des moyens disponibles et du dlai accord l tude ; - respecter scrupuleusement la dmarche dcrite ci-aprs. Dmarche Les tapes sont les suivantes :. Formaliser le problme, si possible au moyen d un modle graphique ;. Slectionner les paramtres, fixer leurs modalits (niveau de variations des paramtres) et slectionner leurs interactions ; 3. Construire le plan en fonction des tables de Taguchi ; 4. Raliser les essais ; 5. Analyser les rsultats ; 6. Conclure aprs choix du rglage des paramtres qui peuvent tre matriss et essai de confirmation. ETAPE : FORMALISER LE PROBLEME Identifier le problme : est-ce un dysfonctionnement produit et ou processus, un taux de rebut important, une performance insuffisante, une mise au point raliser? Quantifier l objectif atteindre en dfinissant une ou plusieurs rponses. Les rponses tant dfinies, comment les mesurer? - Qui mesure? - Que mesure-t-on? - O le fait on? - Quand le fait-on?

3 Page3/0 - Comment le fait-on? Les diffrentes mesures peuvent tre : - une grandeur quantitative (une longueur, un poids, une duret, une force...) ; - un pourcentage (un taux de rebut...); - un classement ; - une cotation (un dmrite...) ; - etc.. ETAPE : SELECTIONNER LES PARAMETRES, FIXER LEURS MODALITES ET SELECTIONNER LEURS INTERACTIONS. Le groupe doit identifier les paramtres, qualitatifs ou quantitatifs, priori responsables des variations des rponses. La manire de procder est la suivante : - recenser tous les paramtres possibles (Remue-mninges, diagramme causes-effet (Ishikawa), ADMEC, ".) ; - slectionner les paramtres priori les plus influents pour l tude, par limination successive ; - choisir le nombre de modalits et leurs valeurs pour chacun des paramtres retenus ; - slectionner les interactions priori les plus influentes ; - dterminer les conditions d essais : les paramtres lists mais non retenus seront maintenus constants au cours des essais. La faon de raliser les essais sera tablie et fige. C est l exprience acquise par chacun des membres du groupe qui est utilise lors de cette tape. A ce stade, il faut vrifier l opportunit d un plan d exprience : - l influence des paramtres est-elle vraiment mconnue, mal quantifi (problme de type bote noire )? - est-il possible de matriser les paramtres au cours des essais. Si non, les informations issues des tapes et permettent de s orienter vers d autres mthodes: mthode de rsolution de problmes, analyses de donnes... ETAPE 3 : CONSTRUIRE LE PLAN Un plan d expriences vite de combiner toutes les modalits de tous les paramtres. Les plans les plus courants sont rpertoris dans un ensemble de tables disponibles en standard (Cf tables de Taguchi donnes en annexe ). Le nombre de paramtres, de modalits par paramtres et le nombre d interactions permettent de trouver le plan e mieux adapt au problme rsoudre. Les paramtres sont affects aux colonnes en tenant compte des interactions et des paramtres difficiles faire varier. ETAPE 4 : REALISER LES ESSAIS Il s agit de reproduire sur le produit et/ou le processus chaque combinaison du plan d expriences et pour chacune d entre elles de consigner la ou les rponses dans un tableau. Un soin particulier doit tre apport la ralisation de ces essais (grande rigueur, respect de la gamme d essais, relev des conditions exprimentales.) IL faut raliser tous les essais prvus. Il est impossible de s arrter sous peine de perdre le bnfice de l tude. ETAPE 5 : ANALYSER LES RESULTAIS Il existe deux analyses complmentaires.

4 Page4/0 L analyse graphique : Elle donne une reprsentation simple de: rsultats. Elle permet de visualiser l influence des paramtres et de leurs interactions. L analyse statistique : L analyse de la variance vise distinguer, dans les variations globales de la rponse, la part due l influence relle des paramtres de la part due au hasard. Cette analyse : - complte l analyse graphique ; - donne un taux de confiance statistique aux rsultats ; - chiffre la contribution de chaque paramtre la variation globale de la rponse ; - quantifie la part du rsidu, c est--dire ce qui a vari l insu de l exprimentateur.. ETAPE 6 : CONCLURE L objectif de cette dernire tape est de faire la synthse des rsultats obtenus et de dcider des actions entreprendre (rglages des paramtres ou reconception). L essai de confirmation doit permettre la dcision entreprendre soit : ---> accepter le niveau de qualit obtenu aprs rglage, ---> mettre en oeuvre un nouveau plan pour amliorer le rsultat, ---> changer de stratgie d analyse o de conception du procd. CONCLUSION Le plan d expriences est un rflexe acqurir. Dans la dmarche habituelle, l exprimentateur progresse pas pas et s arrte sur la premire solution satisfaisante. A l oppos, un plan d expriences permet de mieux comprendre les phnomnes : - l influence des paramtres est quantifie ; - les paramtres sont hirarchiss ; - leur sens de variation est connu ; - les interactions sont mises en vidence ; - les rponses sont modlises. Ces connaissances permettent d optimiser le systme tudi et d enrichir la base de donnes. Ultrieurement, les informations recueillies pourront orienter d autres tudes. Toutes ces raisons contribuent au dveloppement des plans d expriences dans le monde industriel.

5 Page5/0 3- FORMALISATION DU PRO BLEME. L objectif atteindre est le suivant : Obtenir une courbe de rponse en vitesse qui se rapproche le plus possible de la loi de commande tout en effectuant son mouvement en un temps minimum. 4- SELECTION DES PARAMETRES DE REGLAGES : Citez les diffrents paramtres de rglages qui interviennent sur le mouvement de monte du chariot. Symbole Dsignation du paramtre de rglage 5- CONSTRUCTION DU PLAN 5 -. G R A N D E U R S O B S E R V E E S Les quatre grandeurs, ci-dessous vont permettre de juger de la qualit de l optimisation du mouvement de mont Dfinissez les grandeurs repres sur le schma prcdant : l axe Z.

6 Page6/0 Symbole Dsignation de la grandeur observe. Et Ed Ef t 5-. Choix des valeurs de rglage proposes : Proposez pour chaque paramtre de rglage deux valeurs. Une tant la valeur de rglage la plus faible (), l autre la valeur de rglage la plus grande (). Justifiez dans la mesure du possible vos diffrents choix. Symbole Paramtre de rglage n Paramtre de rglage n 5-3. Construction de la table pour le plan d exprience : Remplissez avec les diffrentes valeurs dtermines prcdemment le tableau suivant.

7 Page7/0 Rglage des paramtres Grandeurs Observes Essais ❶ ❷ ❸ ❹ ❺ ❻ ❼ ❽ Min : Max : Min : Max : Min : Max : Min : Max : Min : Max :

8 Page8/0 6- REALISATION DES ESSAIS Aprs avoir rgl pour chaque essai les paramtres en fonction de la table ci-dessus, relevez l aide de l oscilloscope numrique, sur une vois la loi de commande et la sur l autre voie la rponse en vitesse du sous-systme Axe Z en fonction du temps. Calculez pour chaque niveau des facteurs la moyenne des rponses et portez ces valeurs dans les tableaux ci-dessous, en dduire dans chaque cas l cart Grandeur mesure : Et Ecart Grandeur mesure : Ed Ecart Grandeur mesure : Ef Ecart

9 Page9/0 Grandeur mesure : t Ecart

10 Page0/0 7- CONCLUSION Interprtez les rsultats obtenus et proposez les valeurs de rglage des paramtres qui doivent conduire un rglage optimal du mouvement de monte. Effectuez un essai de confirmation en utilisant les valeurs de rglage prcdentes. Effectuez un relev et consignez les rsultats dans le tableau ci-dessous. Param. Essai Et Ed Ef t Confirm ation Conclure. Que proposez-vous si le rsultat obtenu n est pas satisfaisant?

11 ANNEXE N TABLE L4 Quelques exemples de matrices orthogonales TAGUCHI N essai Colo. 3 GRAPHE DES INTERACTIONS POUR L Ce graphe nous indique que la colonne 3 est le siège de l interaction entre les facteurs placés dans les colonnes et. TABLE L8 Col N GRAPHE DES INTERACTIONS POUR L

Hémomixer Etude des sollicitations du corps d épreuve

Hémomixer Etude des sollicitations du corps d épreuve Hmomixer Etude des sollicitations du corps d preuve TP 2 heures Noms : Prnoms : Classe : Date : Note : /20 Objectifs A l issue de la sance vous devez être en mesure : - de dire de quelle nature est la

Plus en détail

Parole et traduction automatique : le module de reconnaissance RAPHAEL. Synth~se ~ Traduction de la parole instantan6

Parole et traduction automatique : le module de reconnaissance RAPHAEL. Synth~se ~ Traduction de la parole instantan6 Parole et traduction automatique : le module de reconnaissance RAPHAEL Mohammad AKBAR GEOD, CLPS/MAG Universit6 Joseph Fourier, BP. 53 38041 Grenoble cedex 9, France Mohammad.Akbar@imag.fr Jean CAELEN

Plus en détail

INTRODUCTION PERPLEXITÉS ET INTUITIONS DE M. DUBOIS, DIRECTEUR INDUSTRIEL

INTRODUCTION PERPLEXITÉS ET INTUITIONS DE M. DUBOIS, DIRECTEUR INDUSTRIEL INTRODUCTION PERPLEXITÉS ET INTUITIONS DE M. DUBOIS, DIRECTEUR INDUSTRIEL M. Dubois est un industriel averti. Directeur de sa PMI, attach7 8 la maintenir toujours 8 un niveau 7lev7 de comp7titivit7, il

Plus en détail

Polyclinique Enquête de satisfaction

Polyclinique Enquête de satisfaction Madame, Mademoiselle, Monsieur, Polyclinique Enquête de satisfaction Afin de rpondre au mieux à vos attentes et dans le souci de nous amliorer, il serait très intressant que vous nous fassiez part de votre

Plus en détail

NOTE SUR LA GESTION AUTOMATIQUE DE LA Rt~SERVE POUR SINISTRES EN ASSURANCE AUTOMOBILE*) par. J~AN i~t:t. Paris

NOTE SUR LA GESTION AUTOMATIQUE DE LA Rt~SERVE POUR SINISTRES EN ASSURANCE AUTOMOBILE*) par. J~AN i~t:t. Paris NOTE SUR LA GESTION AUTOMATIQUE DE LA Rt~SERVE POUR SINISTRES EN ASSURANCE AUTOMOBILE*) par J~AN i~t:t Paris TENDANCES NOUVELLES EN AUTOMATISME... La tendance la plus significative qui se d~gage.. consiste

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

DICTIONNAIP,.E AUTOMATIQUE ET DICTIONNAIRE-MACHINE: UNE HYPOTI-~SE

DICTIONNAIP,.E AUTOMATIQUE ET DICTIONNAIRE-MACHINE: UNE HYPOTI-~SE GIACOMO FERRARI DICTIONNAIP,.E AUTOMATIQUE ET DICTIONNAIRE-MACHINE: UNE HYPOTI-~SE 1. Pendant quatre ans le groupe de recherche linguistique du CNUCE a produit un dictionnaire automatique de la langue

Plus en détail

RAPPORT INTRODUCTIF CONTROLE DES OP]~RATIONS D'ASSURANCE DANS LES BRANCHES NON-VIE

RAPPORT INTRODUCTIF CONTROLE DES OP]~RATIONS D'ASSURANCE DANS LES BRANCHES NON-VIE RAPPORT INTRODUCTIF CONTROLE DES OP]~RATIONS D'ASSURANCE DANS LES BRANCHES NON-VIE F. BICHSEL Berne Les 5 contributions suivantes ont ~td pr6sent6es sur le th~me no 3: par R. E. Beard: 2 contributions

Plus en détail

CQP Inter-branches Technicien de la Qualité

CQP Inter-branches Technicien de la Qualité CQP Inter-branches Technicien de la Qualité Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification OBSERVATOIRE DES INDUSTRIES CHIMIQUES Désignation du métier ou des composantes du métier

Plus en détail

ORGANISATION INDUSTRIELLE (auteur : Schoefs) GLOSSAIRE ILLUSTRE

ORGANISATION INDUSTRIELLE (auteur : Schoefs) GLOSSAIRE ILLUSTRE ORGANISATION INDUSTRIELLE (auteur : Schoefs) GLOSSAIRE ILLUSTRE A.M.D.E.C. Fiche 1 Analyse de déroulement Fiche Analyse de la Valeur Fiche 3 Chaînons (méthode des) Fiche Cinq S (méthode des) Fiche Gantt

Plus en détail

A PROPOS DE LA DISTRIBUTION DES CAS DE MALADIE ENTRE LES ASSURES ET PAR RAPPORT A LA DUREE

A PROPOS DE LA DISTRIBUTION DES CAS DE MALADIE ENTRE LES ASSURES ET PAR RAPPORT A LA DUREE A PROPOS DE LA DSTRBUTON DES CAS DE MALADE ENTRE LES ASSURES ET PAR RAPPORT A LA DUREE par MARO ALBERTO COPPN Rome (talie) 1. 1 est un fair bien connu que la technique des assurances, qu'eues soient privies

Plus en détail

Une Méthodologie et des Modèles Légers pour Initier une Démarche d Amélioration des Pratiques Logicielles APL

Une Méthodologie et des Modèles Légers pour Initier une Démarche d Amélioration des Pratiques Logicielles APL OWPL Une Méthodologie et des Modèles Légers pour Initier une Démarche d Amélioration des Pratiques Logicielles APL Naji Habra *,** Alain Renault ** * University of Namur Facultés Universitaires N.D. de

Plus en détail

Mademoiselle Brigitte Renouf. DESS "Direction de projets culturels" Option "M diathdques publiques".

Mademoiselle Brigitte Renouf. DESS Direction de projets culturels Option M diathdques publiques. Mademoiselle Brigitte Renouf DESS "Direction de projets culturels" Option "M diathdques publiques". R A P P O R T D E S T A G E i It Le stage qui s 1 insdre dans la scolarit6 pr6vue par le DESS "Direction

Plus en détail

Volume 2033, 1-35106

Volume 2033, 1-35106 [TRANSLATION - TRADUCTION] ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE ARGENTINE ET LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE DE LITUANIE POUR LA PROMOTION ET LA PROTECTION RECIPROQUE DES INVESTISSEMENTS Le Gouvemement

Plus en détail

PRINCIPE D UN ANALYSEUR DE SPECTRE OPTIQUE UTILISANT

PRINCIPE D UN ANALYSEUR DE SPECTRE OPTIQUE UTILISANT Electrocomponent Science and Technology 1979, Vol. 6, pp. 1-7 0305-3091/79/0601-0001 $04.50/0 (C) 1979 Gordon and Breach Science Published, Inc. Printed in Great Britain PRINCIPE D UN ANALYSEUR DE SPECTRE

Plus en détail

Algorithmes de descente par blocs pour l apprentissage creux

Algorithmes de descente par blocs pour l apprentissage creux Algorithmes de descente par blocs pour l apprentissage creux Mehdi Meghzifene 11//211 1 Table des matières 1 Introduction 3 1.1 Principe......................................... 3 2 Résolution 4 2.1 Minimisation

Plus en détail

FICHE D'IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE I - OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDÉE

FICHE D'IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE I - OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDÉE Commission paritaire nationale de l'emploi de la Métallurgie Qualification : MQ 92 11 89 0101 (1) FICHE D'IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE TITRE DE LA QUALIFICATION : Technicien de la qualité I - OBJECTIF

Plus en détail

LE PROJET TUTORÄ. Par consäquent, låälaboration dåun projet tutorä en LEA doit poursuivre les objectifs suivants :

LE PROJET TUTORÄ. Par consäquent, låälaboration dåun projet tutorä en LEA doit poursuivre les objectifs suivants : LE PROJET TUTOR I. LA DFINITION Le projet tutor en LEA est un rapport rdig par un tudiant ou un groupe dåtudiants destin Ç permettre Ç låtudiant de dfinir son orientation et son parcours universitaire

Plus en détail

Le budget de 1998. Bâtir le Canada pour le XXI e siècle. Allégements fiscaux pour les Canadiens

Le budget de 1998. Bâtir le Canada pour le XXI e siècle. Allégements fiscaux pour les Canadiens Le budget de 1998 Bâtir le Canada pour le XXI e siècle Allégements fiscaux pour les Canadiens février 1998 En ce qui concerne maintenant la fiscalit, je tiens rappeler tout d abord notre objectif. Notre

Plus en détail

Accompagner les projets de bâtiments publics Basse Consommation en Alsace

Accompagner les projets de bâtiments publics Basse Consommation en Alsace Accompagner les projets de bâtiments publics Basse Consommation en Alsace feuille de route Avril 2010 Sommaire Prambule/avant propos p.3 Les pralables à un projet de bâtiment basse consommation p.4 Un

Plus en détail

ASSURANCE AUTOMOBILE -- STATISTIQUE. ALEXANDRE CANNET Paris (France)

ASSURANCE AUTOMOBILE -- STATISTIQUE. ALEXANDRE CANNET Paris (France) ASSURANCE AUTOMOBLE -- STATSTQUE ET TARFS ALEXANDRE CANNET Paris (France) Commentaires sur les constatations expdrimentales d'une Compagnie Frangaise en mati~re d' A ssurance Responsabilitd C ivile Automobile

Plus en détail

QUESTIONNAIRE DE PRE-AUDIT. Rubrique n 1 : Présentation de l entreprise

QUESTIONNAIRE DE PRE-AUDIT. Rubrique n 1 : Présentation de l entreprise QUESTIONNAIRE DE PRE-AUDIT MISE A NIVEAU DE L ENTREPRISE PAR LE GENIE INDUSTRIEL Pré-audit réalisé le... Rédacteur(s). Rubrique n 1 : Présentation de l entreprise Renseignements généraux - Identité de

Plus en détail

Qualité en production

Qualité en production Daniel DURET et Maurice PILLET Qualité en production De l ISO 9000 à Six Sigma Troisième édition Éditions d Organisation, 1998, 2001, 2005 ISBN : 2-7081-3388-8 Sommaire INTRODUCTION... 17 Première partie

Plus en détail

Formatrice d adultes diplömöe ES Formateur d adultes diplömö ES

Formatrice d adultes diplömöe ES Formateur d adultes diplömö ES c ~ ~ ~ ~J V L F,~d~tIo, sullag pour Ii torrnst)or~ cornlnua C E L F~.do,*zfozi~ *vizxcr* ~r t~ furmizfon~ can1in~ia r.z Swta.Faders~JontDrAftLeirnIr~ Plan d 6tudes cadre pour les fiii~res de formation

Plus en détail

Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013. Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé.

Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013. Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé. TES Spé Maths Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013 Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé. Vous apporterez un grand soin à la présentation et à la

Plus en détail

Outil d aide au dimensionnement de Pompe à chaleur et des systèmes Hybrid Saunier Duval. «Outil PAC et Genia Hybrid v6»

Outil d aide au dimensionnement de Pompe à chaleur et des systèmes Hybrid Saunier Duval. «Outil PAC et Genia Hybrid v6» Outil d aide au dimensionnement de Pompe à chaleur et des systèmes Hybrid Saunier Duval «Outil PAC et Genia Hybrid v6» Notice d emploi version 6 Février 2012 SOMMAIRE 1 PRESENTATION GENERALE DE L OUTIL...

Plus en détail

La double nature du produit vectoriel

La double nature du produit vectoriel La double nature du produit vectoriel André Boileau Section didactique Département de mathématiques, UQAM RÉSUMÉ Le produit vectoriel est habituellement décrit de deux façons fort différentes : géométriquement

Plus en détail

Ecole Nationale Supérieure d Arts et Métiers Meknès

Ecole Nationale Supérieure d Arts et Métiers Meknès Ecole Nationale Supérieure d Arts et Métiers Meknès EFFECTUE AUPRES D IMACAB Du 01/07/02 Au 05/08/02 Préparé par : Encadré par : CHADMI ISSAM M.HABTI Année Universitaire: 2001/2002 Ensam-Méknes - 1 - imacab

Plus en détail

La double nature du produit vectoriel

La double nature du produit vectoriel La double nature du produit vectoriel André Boileau, Section didactique, Département de mathématiques, UQAM Résumé Le produit vectoriel est habituellement décrit de deux façons fort différentes : géométriquement

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE BUREAU X INTERNATIONAUX REUN!S POUR LA PROTECTION DE LA PROPR!ETE!NTELLECTUELLE.

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE BUREAU X INTERNATIONAUX REUN!S POUR LA PROTECTION DE LA PROPR!ETE!NTELLECTUELLE. OMlPI P I EC I VII I 18 ORIGINAL :fran9ais/anglais DATE: 29 septembre 1971 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE BUREAU X INTERNATIONAUX REUN!S POUR LA PROTECTION DE LA PROPR!ETE!NTELLECTUELLE

Plus en détail

Optimisation de la performance. d un processus d usinage à commande numérique

Optimisation de la performance. d un processus d usinage à commande numérique Jacques ALEXIS 20 Novembre 2001 Optimisation de la performance d un processus d usinage à commande numérique 1 Exposé du problème à résoudre L exemple utilisé pour cette présentation a été présenté par

Plus en détail

F7n COUP DE BOURSE, NOMBRE DÉRIVÉ

F7n COUP DE BOURSE, NOMBRE DÉRIVÉ Auteur : S.& S. Etienne F7n COUP DE BOURSE, NOMBRE DÉRIVÉ TI-Nspire CAS Mots-clés : représentation graphique, fonction dérivée, nombre dérivé, pente, tableau de valeurs, maximum, minimum. Fichiers associés

Plus en détail

CAP de Tailleur de pierre - marbrier du bâtiment et de la décoration REFERENTIEL DE CERTIFICATION

CAP de Tailleur de pierre - marbrier du bâtiment et de la décoration REFERENTIEL DE CERTIFICATION REFERENTIEL DE CERTIFICATION 1 PRÉSENTATION DES COMPÉTENCES CAPACITÉS GÉNÉRALES SAVOIR-FAIRE S INFORMER INFORMER C1 C1-1 Collecter et analyser les informations C1-2 Rendre compte, recueillir et changer

Plus en détail

APER~U DU CHAMP D'APPLICATION DE LA THI~ORIE DU RISQUE DANS L'ASSURANCE DE CHOSES EN AUTRICHE

APER~U DU CHAMP D'APPLICATION DE LA THI~ORIE DU RISQUE DANS L'ASSURANCE DE CHOSES EN AUTRICHE APER~U DU CHAMP D'APPLICATION DE LA THI~ORIE DU RISQUE DANS L'ASSURANCE DE CHOSES EN AUTRICHE L. NEUMANN Vienne I. INTRODUCTION Nous donnerons ci-apr~s un aper~u de quelques domaines d'application de la

Plus en détail

1 FAITES CONNAISSANCE AVEC LA MÉTHODE DES PLANS D EXPÉRIENCES

1 FAITES CONNAISSANCE AVEC LA MÉTHODE DES PLANS D EXPÉRIENCES 1 FAITES CONNAISSANCE AVEC LA MÉTHODE DES PLANS D EXPÉRIENCES Si vous lisez ce livre c est que, probablement, vous faites des expériences et que vous cherchez à mieux les organiser. Vous cherchez surtout

Plus en détail

Rappel : Notions de Risque

Rappel : Notions de Risque Rappel : Notions de Risque Danger Le Risque Exposition Danger Risque Exposition S. BERNIER IRPS 17/03/2006 Que dit la réglementation? Directive cadre n 89/391/CEE Loi n 91-1414 du 31 décembre 1991 (art.

Plus en détail

S V S F E A S E I S 2 1 JUIL. 2015 RGLEMENT. concernant. I examen professionnel de specialiste en assurances sociales avec brevet fedöra 1

S V S F E A S E I S 2 1 JUIL. 2015 RGLEMENT. concernant. I examen professionnel de specialiste en assurances sociales avec brevet fedöra 1 S V S F E A S E I S Schweizerischer Verband der Sozialvetsicherungs-Fachleute Fedäration suisse des es assurances sociales Federazione svizzera degli delle assicurazioni sociali RGLEMENT concernant I examen

Plus en détail

ANNEXE 2 ÉPREUVE EP1 ÉTUDE ET CONSTRUCTION D UN MODÈLE (COEFFICIENT 4)

ANNEXE 2 ÉPREUVE EP1 ÉTUDE ET CONSTRUCTION D UN MODÈLE (COEFFICIENT 4) ANNEXE 2 ÉPREUVE EP1 ÉTUDE ET CONSTRUCTION D UN MODÈLE (COEFFICIENT 4) FINALITÉS ET OBJECTIFS DE L ÉPREUVE : Cette épreuve doit permettre de vérifier les compétences du candidat concernant l analyse du

Plus en détail

Exemples d exercices de nature pédagogique pouvant être proposés lors de l épreuve d admissibilité de mathématiques au CAPLP externe Maths-Sciences.

Exemples d exercices de nature pédagogique pouvant être proposés lors de l épreuve d admissibilité de mathématiques au CAPLP externe Maths-Sciences. Exemples d exercices de nature pédagogique pouvant être proposés lors de l épreuve d admissibilité de mathématiques au CAPLP externe Maths-Sciences. Exemple 1 Voici une situation pouvant être utilisée

Plus en détail

2.1.3. La représentation graphique d évolutions

2.1.3. La représentation graphique d évolutions 2.1.3. La représentation graphique d évolutions 142 2 La mathématique financière 2.1.3. - LA REPRÉSENTATION GRAPHIQUE D ÉVOLUTIONS L analyse de la succession des données dans le temps va devoir être traitée

Plus en détail

Protection IP65 permettant une utilisation dans des environnements exposés à l huile de coupe, etc. Prix courant SOLDE 250.00 $ 225.

Protection IP65 permettant une utilisation dans des environnements exposés à l huile de coupe, etc. Prix courant SOLDE 250.00 $ 225. Printemps 2014 Distribu par en vigueur du 1 mai au 29 août 2014 ou jusqu à puisement des stocks.certains articles peuvent être diffrent de l illustration. Les produits d excellence d une marque de confiance.

Plus en détail

Soutien illimité 7j/7 en maths: Coach, profs, exercices & annales, cours. Sujet de Bac 2013 Maths S Obligatoire & Spécialité - Liban

Soutien illimité 7j/7 en maths: Coach, profs, exercices & annales, cours. Sujet de Bac 2013 Maths S Obligatoire & Spécialité - Liban Sujet de Bac 2013 Maths S Obligatoire & Spécialité - Liban EXERCICE 1 : 4 Points Cet exercice est un questionnaire à choix multiples. Aucune justification n est demandée. Pour chacune des questions, une

Plus en détail

UFR de Sciences Economiques Année 2008-2009 TESTS PARAMÉTRIQUES

UFR de Sciences Economiques Année 2008-2009 TESTS PARAMÉTRIQUES Université Paris 13 Cours de Statistiques et Econométrie I UFR de Sciences Economiques Année 2008-2009 Licence de Sciences Economiques L3 Premier semestre TESTS PARAMÉTRIQUES Remarque: les exercices 2,

Plus en détail

PRESENTOIR VERRES ET BOUTEILLE A WHISKY

PRESENTOIR VERRES ET BOUTEILLE A WHISKY Plan d'expériences TAGUCHI Nom Prénom Protocole d'expérimentation Date Indice PRESENTOIR VERRES ET BOUTEILLE A WHISKY GROUPE D'EXPERIMENTATION Nom Prénom Nom Prénom Nom Prénom Nom Prénom Fonction Fonction

Plus en détail

Mes applications Apogée, Harpège, Saisie des notes, Publication de la fiche diplôme *

Mes applications Apogée, Harpège, Saisie des notes, Publication de la fiche diplôme * www.univ-paris.fr 05 06 Mes applications Apoge, Harpège, Saisie des notes, Publication de la fiche diplôme * 8 Messagerie Mon dossier administratif Annuaire Espace de travail partag Espaces pdagogiques

Plus en détail

SUR L'EFFICACITE DES CRITERES DE TARIFICATION DE L'ASSURANCE CONTRE LES ACCIDENTS D'AUTOMOBILES

SUR L'EFFICACITE DES CRITERES DE TARIFICATION DE L'ASSURANCE CONTRE LES ACCIDENTS D'AUTOMOBILES SUR L'EFFICACITE DES CRITERES DE TARIFICATION DE L'ASSURANCE CONTRE LES ACCIDENTS D'AUTOMOBILES PIERRE DELAPORTE Paris (France) Les accidents d'automobiles surviennent lorsqu'il se produit un ensemble

Plus en détail

COMMENT MESURER L EFFICACITE DE LA MAINTENANCE?

COMMENT MESURER L EFFICACITE DE LA MAINTENANCE? I INDICATEURS ET TABLEAUX DE BORD : 11 Définitions : Indicateur : chiffre significatif d une situation économique pour une période donnée. Tableau de bord : ensemble d informations traitées et mises en

Plus en détail

Exercices sur les lois de probabilités continues

Exercices sur les lois de probabilités continues Terminale S Exercices sur les lois de probabilités continues Exercice n 1 : X est la variable aléatoire de la loi continue et uniforme sur [0 ; 1]. Donner la probabilité des événements suivants : a. b.

Plus en détail

Etude de la transformation de mouvement «Bielle-Manivelle» 1) FONCTIONS RÉALISÉES PAR LE LOGICIEL...2 2) CRÉATION DU MÉCANISME...2 3) ANALYSE...

Etude de la transformation de mouvement «Bielle-Manivelle» 1) FONCTIONS RÉALISÉES PAR LE LOGICIEL...2 2) CRÉATION DU MÉCANISME...2 3) ANALYSE... Découverte du logiciel Mecaplan pour SolidWorks Page 1/9 Mecaplan pour SolidWorks Bielle Manivelle Piston Bâti Etude de la transformation de mouvement «Bielle-Manivelle» 1) FONCTIONS RÉALISÉES PAR LE LOGICIEL....2

Plus en détail

TS 35 Numériser. Activité introductive - Exercice et démarche expérimentale en fin d activité Notions et contenus du programme de Terminale S

TS 35 Numériser. Activité introductive - Exercice et démarche expérimentale en fin d activité Notions et contenus du programme de Terminale S FICHE Fiche à destination des enseignants TS 35 Numériser Type d'activité Activité introductive - Exercice et démarche expérimentale en fin d activité Notions et contenus du programme de Terminale S Compétences

Plus en détail

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1 TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité I Loi uniforme sur ab ; ) Introduction Dans cette activité, on s intéresse à la modélisation du tirage au hasard d un nombre réel de l intervalle [0 ;], chacun

Plus en détail

Defense Technical Information Center Compilation Part Notice

Defense Technical Information Center Compilation Part Notice UNCLASSIFIED Defense Technical Information Center Compilation Part Notice ADP014147 TITLE: Prototypage virtuel pour les programmes navals [Virtual Prototyping in Naval Ships] DISTRIBUTION: Approved for

Plus en détail

SECONDE DST CORRECTION. Voici le diagramme en bâtons des moyennes du second trimestre d'une classe de seconde comportant 34 élèves.

SECONDE DST CORRECTION. Voici le diagramme en bâtons des moyennes du second trimestre d'une classe de seconde comportant 34 élèves. SECONDE DST CORRECTION Exercice 1 Voici le diagramme en bâtons des moyennes du second trimestre d'une classe de seconde comportant 34 élèves 6 2e trimestre 5 4 3 2 1 0 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14

Plus en détail

LES ÉVALUATIONS EHPAD LE SEQUOIA - 68110 ILLZACH

LES ÉVALUATIONS EHPAD LE SEQUOIA - 68110 ILLZACH LES ÉVALUATIONS EHPAD LE SEQUOIA - 68110 ILLZACH EVALUER, POURQUOI? Evaluer les pratiques professionnelles dans le cadre des différentes démarches développées par la structure Maintenir et renforcer le

Plus en détail

Calcul d erreur (ou Propagation des incertitudes)

Calcul d erreur (ou Propagation des incertitudes) Travaux Pratiques de Physique vers. septembre 014 Calcul d erreur (ou Propagation des incertitudes) 1) Introduction Le mot "erreur" se réfère à quelque chose de juste ou de vrai. On parle d erreur sur

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX Coefficient 8 Durée 4 heures Aucun document autorisé Calculatrice

Plus en détail

Education Par la Technologie.

Education Par la Technologie. Education Par la Technologie. Outils d accompagnement du nouveau programme. «Mode d emploi». Afin d apporter une aide concrète à l exploitation du nouveau programme, des outils pédagogiques, à destination

Plus en détail

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification: 1992 11 89 0101 Catégorie: C Dernière modification : 18/04/2012 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Technicien de la qualité

Plus en détail

Identification et réglage assisté par ordinateur d un processus thermique

Identification et réglage assisté par ordinateur d un processus thermique I- But de la manipulation : Identification et réglage assisté par ordinateur d un processus thermique Le but est de procéder à la modélisation et à l identification paramétrique d un procédé considéré

Plus en détail

28 nov. 1 déc. 2005 Formation INRA ACTA ICTA La Rochelle. David Makowski. UMR Agronomie INRA/INA-PG makowski@grignon.inra.fr

28 nov. 1 déc. 2005 Formation INRA ACTA ICTA La Rochelle. David Makowski. UMR Agronomie INRA/INA-PG makowski@grignon.inra.fr 28 nov. 1 déc. 2005 Formation INRA ACTA ICTA La Rochelle David Makowski UMR Agronomie INRA/INA-PG makowski@grignon.inra.fr Mon cours sur l estimation des paramètres comportent deux parties. La première

Plus en détail

TP 1 : sources électriques

TP 1 : sources électriques Objectif : étudier différents dipôles actifs linéaires ou non linéaires. Les mots générateur et source seront considérés comme des synonymes 1 Source dipolaire linéaire 1.1 Méthode de mesure de la demie-tension

Plus en détail

Sujet de Bac 2012 Maths ES Obligatoire & Spécialité - Métropole

Sujet de Bac 2012 Maths ES Obligatoire & Spécialité - Métropole Sujet de Bac 2012 Maths ES Obligatoire & Spécialité - Métropole Exercice 1 : 5 points Sur le site http: //www.agencebio.org, on a extrait des informations concernant l agriculture en France métropolitaine.

Plus en détail

LA MESURE DE LA PERFORMANCE

LA MESURE DE LA PERFORMANCE LA MESURE DE LA PERFORMANCE Pour tout projet commercial, le manageur doit prévoir, dès la conception, un suivi des actions commerciales mises en œuvre. Un des rôles du manageur est en effet de contrôler,

Plus en détail

TECHNIQUES STATISTIQUES

TECHNIQUES STATISTIQUES TECHNIQUES STATISTIQUES, enseignant à l'institut d'administration des Entreprises, Université Nancy 2 SOMMAIRE 1. Introduction 3 2. Contrôle statistique des lots 3 2.1 Champ d'application 3 2.2 Niveau

Plus en détail

Centre d expertise en analyse environnementale du Québec

Centre d expertise en analyse environnementale du Québec Centre d expertise en analyse environnementale du Québec Programme d accréditation des laboratoires d analyse PROTOCOLE POUR LA VALIDATION D UNE MÉTHODE D ANALYSE EN CHIMIE DR-12-VMC Édition : 6 mars 2015

Plus en détail

Physique 11-12 Labo La vitesse d une voiture jouet. Contexte :

Physique 11-12 Labo La vitesse d une voiture jouet. Contexte : Physique 11-12 Labo La vitesse d une voiture jouet Contexte : Un graphique position-temps peut montrer la vitesse d un objet. Si on représente graphiquement la position d un objet enregistrée à des intervalles

Plus en détail

EVALUATION DE PROVISIONS POUR SINISTRES A PAYER EN PERIODE DE STAGFLATION

EVALUATION DE PROVISIONS POUR SINISTRES A PAYER EN PERIODE DE STAGFLATION EVALUATION DE PROVISIONS POUR SINISTRES A PAYER EN PERIODE DE STAGFLATION BERNARD DUBOIS DE ~'IONTREYNAUD et DIDIER STRUBE France En mati~re d'assurance de la Responsabilit6 Civile Automobile, chacun connait

Plus en détail

ECE : le plein d énergie!

ECE : le plein d énergie! 1S Thème : Comprendre Lois et modèles ECE : le plein d énergie! DESCRIPTIF DE SUJET DESTINE AU PROFESSEUR Formes et principes de conservation de l énergie Compétences exigibles du B.O. Énergie d un point

Plus en détail

ETABLIR UN DEVIS Fiche professeur

ETABLIR UN DEVIS Fiche professeur Fiche professeur NIVEAU Classe de 6 ème MODALITES DE GESTION POSSIBLES Travail individuel ou en binôme 1 ère étape : distribution, lecture et compréhension du sujet 2 ème étape : temps de recherche des

Plus en détail

Equilibre technique d'un exercice de souscription

Equilibre technique d'un exercice de souscription ASSURANCE AUTOMOBILES ET REVENUS FINANCIERS*) par JEAN SOUSSELIER, Paris La question est controvers~e de savoir si l'on doit tenir compte du revenu des placements -- et 6ventuellement des b6n6fices sur

Plus en détail

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE Management par les processus Les facteurs clés de succès Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE 1 1. Objectifs et définitions 2. Le retour sur investissement des démarches 3. Les éléments structurants 4. Mise

Plus en détail

ECE : Parce que vous le valez bien!

ECE : Parce que vous le valez bien! TS Thème : Observer ECE : Parce que vous le valez bien! DESCRIPTIF DE SUJET DESTINE AU PROFESSEUR Propriétés des ondes Compétences exigibles du B.O. Tâches à réaliser par le candidat Compétences évaluées

Plus en détail

STRATEGIES DE MAINTENANCE

STRATEGIES DE MAINTENANCE A- NORMES AFNOR 1 Maintenance industrielle 1-a Concepts de maintenance 1-b Contrats de maintenance 1-c Documents d'exploitation 1-d Logistique de soutien 2 Fiabilité 3 Maintenabilité 4 Disponibilité 5

Plus en détail

Mode d'emploi du logiciel de surveillance professionnelle PSS

Mode d'emploi du logiciel de surveillance professionnelle PSS Mode d'emploi du logiciel de surveillance professionnelle PSS 1 Version 4.04. Sommaire 1 VUE D'ENSEMBLE ET ENVIRONNEMENT... 6 1.1 Vue d'ensemble... 6 1.2 Environnement... 6 2 INSTALLATION ET MISE A NIVEAU...

Plus en détail

Savoir Faire Excel Niveau 2. 5 novembre 2007 Naomi Yamaguchi naomi.yamaguchi@univ-paris3.fr

Savoir Faire Excel Niveau 2. 5 novembre 2007 Naomi Yamaguchi naomi.yamaguchi@univ-paris3.fr Savoir Faire Excel Niveau 2 5 novembre 2007 Naomi Yamaguchi naomi.yamaguchi@univ-paris3.fr Ce qu on sait faire Entrer et recopier des données numériques Les fonctions de base (somme, moyenne, nb, si) Faire

Plus en détail

Ihr Benutzerhandbuch SONY KDL-24EX320 http://de.yourpdfguides.com/dref/4060028

Ihr Benutzerhandbuch SONY KDL-24EX320 http://de.yourpdfguides.com/dref/4060028 Lesen Sie die Empfehlungen in der Anleitung, dem technischen Handbuch oder der Installationsanleitung für SONY KDL-24EX320. Hier finden Sie die Antworten auf alle Ihre Fragen über die in der Bedienungsanleitung

Plus en détail

6. Le poids et la masse

6. Le poids et la masse 111 6. 6.1. Mise en contexte Pourquoi les astronautes peuvent-ils porter plus facilement leur équipement sur la Lune que sur la Terre? Formule une hypothèse! Dans le langage courant tu dis : «Mon poids

Plus en détail

1. Utilisation du logiciel oscillo

1. Utilisation du logiciel oscillo LP CHATEAU BLANC 45 CHALETTE/LOING BAC PRO SEN TR THÈME : GENERATION ET MESURE DES SIGNAUX PERIODIQUES TP N 1 ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS OBJECTIFS : UTILISER LE LOGICIEL OSCILLO GENERER ET MESURER LA FREQUENCE

Plus en détail

Maîtriser les processus de l entreprise

Maîtriser les processus de l entreprise Michel CATTAN Nathalie IDRISSI Patrick KNOCKAERT Maîtriser les processus de l entreprise Préface de Vincent MAUREL Président d AREVA NP Sixième édition, 1998, 1999, 2001, 2003, 2006, 2008 ISBN : 978-2-212-54160-1

Plus en détail

CONTRÔLE DE LA QUALITE ANALYTIQUE AU LABO. Août 2009 Hilde De Boeck

CONTRÔLE DE LA QUALITE ANALYTIQUE AU LABO. Août 2009 Hilde De Boeck CONTRÔLE DE LA QUALITE ANALYTIQUE AU LABO Août 2009 Hilde De Boeck SOMMAIRE 1. Introduction 2. Mise en œuvre d un CQI 3. Préparation d un échantillon CQI 4. Calcule des valeurs cibles 5. Réalisation du

Plus en détail

ODA LDSCHWEiZ ORTRAFO RETS U SS E U

ODA LDSCHWEiZ ORTRAFO RETS U SS E U Organisationen der Arbeitswelt Wald Organisations du monde du travait dans te secteur forestier Organizzazioni det mondo del tavoro net settore forestate ODA LDSCHWEiZ ORTRAFO RETS U SS E U RGLEMENT concernant

Plus en détail

11. Tests d hypothèses (partie 1/2)

11. Tests d hypothèses (partie 1/2) 11. Tests d hypothèses (partie 1/2) MTH2302D S. Le Digabel, École Polytechnique de Montréal H2015 (v1) MTH2302D: tests d hypothèses 1/30 Plan 1. Introduction 2. Hypothèses et erreurs 3. Tests d hypothèses

Plus en détail

Licence de gestion. 3ème Année 2012-2013. Feuille d exercices. 2x + y + 5z = 0. 9x + 4y z = 2. x + 2y z + 2t = 3 2x + 4y z + t = 1

Licence de gestion. 3ème Année 2012-2013. Feuille d exercices. 2x + y + 5z = 0. 9x + 4y z = 2. x + 2y z + 2t = 3 2x + 4y z + t = 1 Licence de gestion. 3ème Année 2012-2013 Optimisation Appliquée C. Léonard et C. Roberto Feuille d exercices Exercice 1. Résoudre chacun des systèmes suivants à l aide de la méthode du pivot. (a) x + y

Plus en détail

Gespx (Logiciel de gestion commerciale) Version 4. Propriété & Usage

Gespx (Logiciel de gestion commerciale) Version 4. Propriété & Usage Gespx (Logiciel de gestion commerciale) Version 4 Propriété & Usage Tout usage, représentation ou reproduction intégral ou partiel, fait sans le consentement de Im@gin Micro est illicite (Loi du 11 Mars

Plus en détail

ACHAT D UN TERRAIN Fiche professeur

ACHAT D UN TERRAIN Fiche professeur Fiche professeur NIVEAU Classe de 5 ème MODALITES DE GESTION POSSIBLES Travail individuel ou en binôme 1 ère étape : distribution, lecture et compréhension du sujet 2 ème étape : temps de recherche des

Plus en détail

Formalisation de la mthode B en Coq et PVS

Formalisation de la mthode B en Coq et PVS Formalisation de la mthode B en Coq et PVS Jean-Paul Bodeveix et Mamoun Filali IRIT-Universit Paul Sabatier 118 route de Narbonne, F-31062 cdex, Toulouse, France mail :fbodeveix,filalig@irit.fr Csar A.

Plus en détail

Talloires Développement

Talloires Développement Page 1/35 Révision PLU 2010 : enquête publique Mémoire à l attention de Monsieur le Commissaire-Enquêteur Synthèse de notre dossier Au vu du contenu du projet de PLU pr!sent! & l/enqu0te publique% tr1s

Plus en détail

Culture d entreprise

Culture d entreprise SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE Culture d entreprise BP 5158 101 Antananarivo - MADAGASCAR (261) 32 11 225 25 culturedentreprise@univers.mg www.univers.mg www.univers.mg SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA

Plus en détail

TP oscilloscope et GBF

TP oscilloscope et GBF TP oscilloscope et GBF Ce TP est évalué à l'aide d'un questionnaire moodle. Objectif : ce travail a pour buts de manipuler l oscilloscope et le GBF. A l issu de celui-ci, toutes les fonctions essentielles

Plus en détail

Guide pour aider à l évaluation des actions de formation

Guide pour aider à l évaluation des actions de formation Guide pour aider à l évaluation des actions de formation Pourquoi évaluer? L évaluation constitue la dernière étape du service d ingénierie que le conseiller de l AGEFOS PME Bretagne peut apporter à l

Plus en détail

SEMINAIRE DES SECRETAIRES GENERAUX DES CONFEDERATIONS SPORTIVES AFRICAINES (UCSA)

SEMINAIRE DES SECRETAIRES GENERAUX DES CONFEDERATIONS SPORTIVES AFRICAINES (UCSA) SEMINAIRE DES SECRETAIRES GENERAUX DES CONFEDERATIONS SPORTIVES AFRICAINES (UCSA) 15-16 JUILLET 2015 A YAOUNDE (CAMEROUN) THEME : PLANIFICATION ET PROGRAMMATION DES ACTIVITES SPORTIVES : METHODES ET OUTILS.

Plus en détail

I. Notion d'ergonomie

I. Notion d'ergonomie I. Notion d'ergonomie Ressources L'ergonomie est l'utilisation de connaissances scientifiques relatives à l'homme (psychologie, physiologie, mdecine) dans le but d'amliorer son environnement de travail.

Plus en détail

Electricien - automaticien SIIC 1

Electricien - automaticien SIIC 1 Electricien - automaticien SIIC 1 Rôle de la situation: Apprentissage Intégration Rôle de l'évaluation: Formative Certificative Étudiant:...... Professeur:...... Constitution d'un dossier électrotechnique

Plus en détail

TABLEAU 5 Nombre moyen (et écarts types) de mots produits selon le niveau scolaire et les trois conditions de révision

TABLEAU 5 Nombre moyen (et écarts types) de mots produits selon le niveau scolaire et les trois conditions de révision Dans ce tableau, si le chercheur ne s intéresse pas aux notes item par item mais simplement à la note globale, alors il conservera seulement les première et dernière colonnes et calculera des statistiques

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS 1 PANTHEON SORBONNE LICENCE DE SCIENCES ECONOMIQUES. STATISTIQUE APPLIQUEE F. Gardes / P. Sevestre. Fiche N 7.

UNIVERSITE PARIS 1 PANTHEON SORBONNE LICENCE DE SCIENCES ECONOMIQUES. STATISTIQUE APPLIQUEE F. Gardes / P. Sevestre. Fiche N 7. UNIVERSITE PARIS 1 PANTHEON SORBONNE LICENCE DE SCIENCES ECONOMIQUES STATISTIQUE APPLIQUEE F. Gardes / P. Sevestre Fiche N 7 (avec corrigé) L objet de ce TD est de vous initier à la démarche et à quelques

Plus en détail

Alarme et sécurité. Sous Epreuve E12. Travaux pratiques scientifiques sur systèmes

Alarme et sécurité. Sous Epreuve E12. Travaux pratiques scientifiques sur systèmes Alarme et sécurité Sous Epreuve E12 Travaux pratiques scientifiques sur systèmes 1 ACADEMIE DE REIMS Baccalauréat Professionnel Systèmes Electroniques Numériques C.C.F. de Mathématiques et Sciences Physiques

Plus en détail

Dossier technique du CRTA. Dossier n 1 Les performances de vos machines

Dossier technique du CRTA. Dossier n 1 Les performances de vos machines Dossier technique du CRTA Dossier n 1 Les performances de vos machines CRTA Avignon 2003 Table des matières Mesurer le rendement des machines...3 1. Taux de rendement...3 2. Méthode de calcul...3 3. Taux

Plus en détail

Mesurage industriel : Régulation - Relais statique

Mesurage industriel : Régulation - Relais statique LYCEE PROFESSIONNEL JULES ALGOUD VALENCE NOM : DATE : CLASSE : Mesurage industriel : Régulation - Relais statique FORMATION TECHNOLOGIQUE & PROFESSIONNELLE Ce TP répond à deux exigences du BEP «Métiers

Plus en détail

Influence de l'effort physique sur le temps de r~action simple et de choix chez des basketteurs de haut niveau

Influence de l'effort physique sur le temps de r~action simple et de choix chez des basketteurs de haut niveau Science & Sports (1992) 7, 9-14 9 Elsevier, Paris Article original Influence de l'effort physique sur le temps de r~action simple et de choix chez des basketteurs de haut niveau P Legros i, D Delignibres

Plus en détail

PERFORATRICE REXEL DESCRIPTION DE L ETUDE. Question sociétale : Le Confort. Comment aider à gérer nos documents?

PERFORATRICE REXEL DESCRIPTION DE L ETUDE. Question sociétale : Le Confort. Comment aider à gérer nos documents? PERFORATRICE REXEL Question sociétale : Le Confort Comment aider à gérer nos documents? Cette étude va nous conduire à vérifier comment la perforatrice Rexel répond au cahier des charges qui lui est fixé.

Plus en détail