DOSSIER DE PRESSE. «TUP : Trouver Un Préservatif» 1 ère application smartphone de géolocalisation de préservatifs. Un partenariat HF Prévention / MSD

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DOSSIER DE PRESSE. «TUP : Trouver Un Préservatif» 1 ère application smartphone de géolocalisation de préservatifs. Un partenariat HF Prévention / MSD"

Transcription

1 DOSSIER DE PRESSE «TUP : Trouver Un Préservatif» 1 ère application smartphone de géolocalisation de préservatifs Marraine de l opération : Marina Carrère d Encausse Un partenariat HF Prévention / MSD Et avec le soutien de la Mairie du 4 ème Contacts Presse : HF Prévention Jérôme ANDRE, Président Tél : HL CONSEIL Hélène LEVY Tel :

2 SOMMAIRE Introduction Marina Carrère d Encausse p.3 Communiqué de presse p. 4, 5, 6, 7 Le VIH et son évolution p.8 - Le nombre de contaminations ne baisse pas - Le préservatif est le meilleur moyen pour se protéger du VIH Etudes sur la vie affective et sexuelle p.9 Contamination potentielle du VIH - Etude HF Prévention - Etude SMEREP De l importance du dépistage p à 7000 découvertes de séropositivité par an - La pratique du dépistage en France reste insuffisante. Faciliter l accès aux traitements p.11 - Seuls 46% de personnes infectées par le VIH sont traités. Les traitements Post-Exposition p. 12 Le rôle d HF Prévention p 13, 14 - Actions de promotion santé - «1 minute pour savoir» - Les missions Message de soutien p.15 - Jean-Luc Roméro-Michel / Président d honneur HF Prévention Remerciements p.16 2

3 INTRODUCTION DE LA MARRAINE de l OPERATION Marina Carrère d Encausse Docteur en médecine Journaliste, présentatrice d émissions de santé France 5. MON ENGAGEMENT pour le TUP Je me souviens comme si c était hier du moment où l on a commencé à parler d une infection qui touchait la population gay aux Etats-Unis. Je me souviens de ce steward québécois qui a endossé le rôle de «patient zéro». Je me souviens de l engagement des premiers médecins qui ont décidé de livrer la guerre à cette maladie. Je me souviens de mon émotion quand le virus a été identifié. Je me souviens des écrits, des cris d Hervé Guibert, Cyril Collard ou Guy Hocquenghem. Je me souviens des mots que j ai utilisés pour expliquer la maladie, la prévention, la vie avec cette épidémie à mes enfants. Je me souviens de ce jeune homme à côté de qui j étais hospitalisée en réanimation ; nos graves blessures ont nécessité, pour lui comme pour moi, des transfusions ; il a ce jour-là contracté le VIH, et est, depuis, mort du sida, j ai échappé au virus, c était en Mars 86. Mes études de médecine, ma double carrière de médecin et de journaliste, ma vie de femme et de mère de famille ont été marquées, profondément, par l histoire de l épidémie du sida. Je n ai eu de cesse, durant ces années, de m engager auprès de ceux qui souffraient et de militer pour leurs droits. J ai suivi, pas à pas, les découvertes, les progrès dans la connaissance et la compréhension, la mise au point des nouveaux traitements. Alors que, dans tant de pays, la lutte contre le sida se heurte à des freins financiers, organisationnels, moraux, religieux, nous disposons en France des outils pour soigner et protéger. Mais aujourd hui, le combat marque le pas ; de nombreux séropositifs ne se soignent pas, ne protègent plus ni eux-mêmes ni les autres ; des séronégatifs, et notamment les jeunes, ne craignent plus la maladie, trop souvent décrite comme chronique, et oublient que protection et dépistage sont des armes qui ont été acquises de haute lutte. Et dont certains, aujourd hui disparus, auraient tant aimé disposer. Comment alors pourrais-je ne pas soutenir cette application qui a pour simple but d aider tout un chacun, quel que soit son âge, sa situation, ses préférences sexuelles, à se protéger (contre le VIH mais aussi les VHB et VHC) et à rester en bonne santé. Utiliser un préservatif et connaître son statut vis-à-vis du VIH, c est se respecter et respecter les autres. C est ce que propose TUP, et c est ce que je soutiens, en tant que marraine de cette application smartphone. 3

4 COMMUNIQUE DE PRESSE TUP : La 1 ère application smartphone Pour Trouver Un Préservatif «30 % des étudiants ne se protègent pas lors de rapports sexuels, un pourcentage qui atteint 39 % chez les jeunes femmes étudiantes». C est ce que révèle l enquête santé menée par la SMEREP auprès de étudiants français. Afin d améliorer la prévention et réduire les risques de transmission, l association HF Prévention, en collaboration avec MSD, lance la première application smartphone d aide à la géolocalisation de préservatifs et de dépistage VIH. Quelle que soit la population ciblée, le préservatif reste le meilleur outil de prévention contre les IST et le VIH. TUP, une application originale et ultra-pratique TUP offre un service utile, pratique, simple d utilisation et gratuit, qui aide à la prévention et à la réduction des risques de transmission de la maladie. 1. Cette application, développée par MSD et l Association HF Prévention, permet de géolocaliser le point de vente de préservatifs le plus proche, qu il s agisse d une pharmacie, d un tabac/presse, d une grande/moyenne surface ou d un distributeur mis à disposition gratuitement, ou encore dans les plannings familiaux. 2. Elle délivre également des conseils sur l utilisation du préservatif (mode d emploi, conduite à tenir en cas de rupture du préservatif, adresses des centres référents pour le traitement en urgence ). 4

5 3. Elle informe sur les lieux de dépistages les plus proches IST/Sida (CDAG / CIDDIST / Unité Mobile de dépistage rapide). 4. TUP est une application participative. Chaque utilisateur a en effet la possibilité d ajouter de nouveaux points de vente (notamment les distributeurs) ou d en retirer. Après vérification, ces nouvelles données et ces mises à jour sont partagées avec toute la communauté utilisatrice de l application. TUP, une application simple d utilisation L appli propose 4 fonctionnalités principales : 1- Je cherche un préservatif J ouvre la carte, j autorise l application à me géolocaliser et je trouve ainsi les points de vente de préservatifs les plus proches. 2- J utilise un préservatif En cas de besoin, l application me propose le mode d emploi illustré du préservatif masculin. 5

6 3- Je dispose de conseils pratiques En un clic, j ai accès à la liste des conseils en prévention et en santé : Comment agir si le préservatif se rompt, Comment bien choisir un préservatif, Quand faut-il en changer 4- Je trouve un centre de dépistage En cas de besoin, j autorise l application à me géolocaliser et je trouve ainsi les centres de dépistage du VIH ou des IST (infections sexuellement transmissibles), qu ils soient fixes ou mobiles. 6

7 La Promotion TUP Le TUP Truck permet de promouvoir l ensemble de l opération. Il est équipé de tablettes pour tester l application. Dans le cadre de l opération «1 minute pour savoir», le TUP Truck se rendra dans les universités, les centres commerciaux et les cœurs de cités. Les Mascottes d'hf Prévention "Monsieur et Madame Capote" qui promotionnent le préservatif, sont aussi un outil de promotion pour le lancement de cette première application smartphone. A propos de HF Prévention HF Prévention est l Association nationale de prévention contre les Infections Sexuellement Transmissibles et le virus du SIDA. Agréée "Association représentant les usagers dans les instances de santé", membre de l UNAS (Union Nationale des Associations de lutte contre le SIDA), et membre de CoreVIH en France. Pour plus d'informations, rendez-vous sur et À propos de MSD Filiale de Merck & Co. Inc., MSD France est un acteur majeur de la santé. Avec ses médicaments, vaccins, thérapies biologiques et produits de santé animale, le Groupe MSD propose des solutions innovantes dans plus de 140 pays à travers le monde. Notre engagement en faveur de l'accès aux soins se fait également à travers de larges programmes de donation et de mise à disposition de médicaments pour ceux qui en ont le plus besoin. Pour plus d'informations, rendez-vous sur et msd-france.com 7

8 EPIDEMIOLOGIE LE VIH ET SON EVOLUTION Environ découvertes de séropositivité ont été relevées en France en Le nombre de découvertes reste stable depuis 2008, alors qu il avait diminué significativement entre 2004 et LE NOMBRE DE CONTAMINATIONS NE BAISSE PAS VIH : pas d amélioration malgré les efforts de prévention Le VIH/SIDA est apparu au début des années 80 et, d après l Organisation Mondiale de la Santé (OMS), près de 2,3 millions de personnes vivent aujourd hui avec le VIH en Europe, avec plus de nouvelles infections estimées sur la seule année Dans le monde, on estime que 34 millions de personnes sont actuellement contaminées par le VIH 2. Entre 2004 et 2011, le taux de nouvelles infections par le VIH en Europe a augmenté d environ 16 % 2. De plus, on estime que la moitié des personnes séropositives au VIH en Europe ne savent pas qu elles sont porteuses de la maladie. Dans l Hexagone, la situation épidémiologique demeure préoccupante. En 2011, on estime que personnes environ vivent avec ce virus, et personnes ignorent leur infection par le VIH ou ne sont pas suivies 2. La France se situe au 2ème rang des pays européens pour le nombre de nouveaux cas par an 3. Les groupes les plus touchés sont les hommes ayant des rapports sexuels avec d autres hommes (40% des diagnostics, en augmentation surtout chez les moins de 25 ans) et les personnes des deux sexes ayant des rapports hétérosexuels (57% des diagnostics, en particulier chez les plus de 50 ans). Pour lutter contre ce qu il faut bien appeler une épidémie cachée, il est nécessaire de poursuivre les actions vers toutes les populations concernées et notamment les jeunes, l une des cibles prioritaires d HF Prévention. Il est donc urgent de rappeler à tous qu il n y a qu un moyen, et un seul de se protéger efficacement contre le virus VIH-Sida et les infections sexuellement transmissibles (IST), ce sont les préservatifs! Sans oublier que c est aussi un mode de contraception très efficace. 1 Sources : Centre Européen de Prévention et de Contrôle des Maladies/ Organisation Mondiale de la Santé HIV/AIDS Surveillance in Europe 2009; BEH n ; Prise en charge médicale des personnes infectées par le VIH La Documentation Française 2010 ; Retour d informations Clinicoépidémiologiques FHDH-ANRS CO4 juin 2011 ; Impact of late diagnosis and treatment on life expectancy in people with HIV-1: UK Collaborative HIV Cohort (UK CHIC) Study. British Medical Journal 2011;343:d A la suite du rapport du groupe d experts mené par le Pr Patrick Yeni, UNAIDS World Day Report

9 ETUDE HF Prévention LE VIH en Milieu ouvert ciblé Depuis plus d'un an, HF Prévention propose du dépistage VIH dans les milieux ouverts ciblés (Universités, Centre Commerciaux, Cœurs de Cité). Au travers des dispositifs "1 minute pour savoir", dépistages ont été réalisés en 2013 ; 1.25% des personnes ont été dépistées séropositives au VIH. Sur une population ciblée, HF Prévention a constaté que 61.38% sont primo-accédants au dépistage % ont eu une prise de risque avec un partenaire dans le cadre d'un rapport hétérosexuel et 16.07% ont eu une prise de risque avec un partenaire dans le cadre d'un rapport HSH (Homme ayant des relations Sexuels avec d'autres Hommes) ou FSF non protégé % ont eu un rapport sexuel non protégé et 44.89% des personnes déclarent avoir des rapports multipartenaires % déclarent être usagers de substances psychostimulantes pendant les rapports sexuels et 33.64% déclarent avoir des rapports sexuels avec abus d'alcool. Il est donc plus que jamais nécessaire de promotionner les outils de préventions : Le préservatif et le dépistage. ETUDE SMEREP LE VIH ET LES JEUNES Début 2014, une enquête santé faite par la SMEREP (Société Mutualiste Etudiante Régionale EP) auprès de étudiants français indique que près de 30% (1/3) d'entre eux ne se protègent pas lors des rapports sexuels, contre 41% qui l'utilisent systématiquement. 60% d'entre eux justifient cette absence de protection par un test de dépistage effectué récemment. Un usage non systématique du préservatif dans la moitié des cas est lié au fait que les personnes confondent contraception et protection contre les IST. 20% des étudiants interrogés précisent que le fait d'utiliser un préservatif enlève "le charme du rapport sexuel". Le non port du préservatif est plus fréquent chez les jeunes filles qui constituent ainsi le groupe le plus à risque. Comme pour le préservatif, 1 étudiant sur 3 n'effectue jamais de dépistage et ce, même en cas de changement de partenaire. Cependant, en Île-de-France, le dépistage est plus courant : 40% des étudiants franciliens se sont déjà fait dépister contre 33% dans le reste de la France. 9

10 L IMPORTANCE DU DEPISTAGE On sait aujourd hui que grâce à un diagnostic précoce et à des options thérapeutiques moins toxiques, une personne de 35 ans infectée par le VIH peut avoir une espérance de vie de 30 années supplémentaires. A l inverse, plus tardif est le traitement - lorsque le taux de CD4 (moyen d évaluer l état du système immunitaire) des patients chute en dessous de 350 cellules par mm3 - plus l efficacité thérapeutique se voit diminuée lorsque la maladie a progressé à un stade avancé. Chaque année encore environ personnes décèdent suite à un évènement lié au sida, chiffre qui reste élevé. Cette situation est regrettable car, aujourd hui, une personne séropositive dépistée tôt et traitée dès que possible a davantage de chances de vivre sans développer les complications du Sida. D où l importance du dépistage précoce toutes populations confondues. Traiter les personnes infectées plus tôt, c est leur permettre de gagner en espérance de vie et retrouver une vie quasi normale. C est aussi diminuer la charge virale, et ainsi éviter la contamination. D autant que l accès aux soins est largement simplifié aujourd hui, ce qui permet de gagner en facilité de traitement pour les responsables des associations de lutte contre le Sida comme HF Prévention et en qualité de vie pour ceux qui sont soignés. La pratique du dépistage en France reste très insuffisante, avec de fortes disparités régionales, malgré sa gratuité et 5 millions de tests réalisés chaque année. Le dépistage du VIH est une première étape déterminante pour que les patients infectés puissent entrer dans des programmes de soins afin de prévenir la progression de la maladie et la transmission du virus. Sachant que les personnes qui ignorent leur séropositivité contribuent à plus de 40% des nouvelles contaminations. Des études montrent qu un dépistage du VIH positif réduit de 60-80% les comportements à risque 5. 4 BEH L infection à VIH en France en , 29 novembre 2011/n : Adler, A. et al. Late Diagnosis of HIV in Europe: Definitional and Public Health Challenges. AIDS Care 2009 (March); 21(3):

11 FACILITER L ACCES AUX TRAITEMENTS Aujourd hui, de puissantes combinaisons de médicaments anti-vih ont permis de faire de l infection VIH une maladie chronique à long terme chez de nombreux patients. Cependant, un grand nombre de personnes vivant avec le VIH n est pas traité : en Europe, environ personnes sont en cours de traitement par antirétroviraux, ce qui ne représente que 46% environ de la population infectée par le VIH 6. En France, sur les personnes vivant avec le VIH, sont suivies, dont 85% reçoivent un traitement antirétroviral. Pour que le traitement antirétroviral soit pleinement efficace, les patients doivent être très observants, c'est-à-dire bien respecter la prise quotidienne de leurs comprimés afin de contrôler la réplication virale. 6 WHO, UNAIDS and UNICEF, Toward universal access : scaling up priority HIV/AIDS Interventions in the health sector, Progress report

12 LE TRAITEMENT POST EXPOSITION - TPE TPE (Extrait de la fiche ENIPSE) De quoi s agit-il? Le Traitement Post Exposition (TPE) au Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) est un traitement qui peut empêcher la transmission du VIH (= virus du sida) en cas de risque récent, datant de moins de 48 heures. Comment ça marche? En cas de risque de contamination, sexuel ou sanguin, un traitement anti-vih débuté dans les toutes premières heures qui suivent ce risque et poursuivi pendant 4 semaines peut empêcher l infection. Le délai pour commencer ce traitement est très court : si possible dans les 4 heures qui suivent le risque, au plus tard 48 heures. Dans quelle situation est-ce justifié? En cas de rupture de préservatif lors d un rapport sexuel ou en cas d absence de préservatif lors d un rapport sexuel, en cas de partage de matériel de sniff ou d injection de drogue par voie intraveineuse. C est quoi? C est une association de plusieurs médicaments anti-vih (en général 2 à 4 médicaments différents) tels que ceux utilisés pour les personnes infectées par le VIH pour rester en bonne santé, les «trithérapies». C est où? Le TPE est une URGENCE et comme telle, disponible uniquement dans les Services d Accueil et d Urgences ouverts 24 heures sur 24 (SAU 24/24) des hôpitaux, après consultation d un médecin aux Urgences ou d un médecin spécialisé dans la prise en charge de l infection par le VIH. En cas de risque entre deux personnes séropositives, contactez par téléphone le médecin traitant VIH pour avis. C est combien? Le TPE est pris actuellement en charge à 100 % par la Sécurité Sociale (800 à 1000 ) les consultations médicales et les examens biologiques pris en charge entre 65 et 70 %. Quand est-ce que je sais que je ne suis pas contaminé? La certitude de l absence de contamination, c est un test de dépistage du VIH négatif réalisé 3 mois après l arrêt du traitement. C est un délai de «sécurité» de 3 mois depuis le dernier risque auquel s ajoute la durée du traitement de quatre semaines. Le traitement d urgence ne remplace pas le préservatif, qui est le seul moyen de te protéger du VIH et des autres IST 12

13 LE RÔLE DE L ASSOCIATION HF PREVENTION Depuis plus de 10 ans, nous menons des actions de promotion de la santé et de réductions des risques liées aux IST - Infections Sexuellement Transmissibles - et au virus du Sida. Elles s'inscrivent dans une volonté d accessibilité à tous types de publics quels que soient leur sexualité et leurs choix de vie. HF Prévention est devenu expert de la prévention ciblée auprès des publics invisibles : HSH - Hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres Hommes (homosexuels, bisexuels, hétérosexuels), mais aussi auprès des publics en situation de prostitution assumée ou non, et les migrants. Nos interventions sont spécialisées sur les LRE - Lieux de Rencontre Extérieurs - (parkings, forêts, aires d'autoroutes, toilettes publiques) mais aussi en milieux ouverts ciblés (universités, centres commerciaux, cœurs de cités) où l'on peut trouver de la consommation sexuelle notamment. Créateur de l'opération "1 Minute pour Savoir", nous proposons sur nos lieux d'interventions, diagnostiqués et ciblés, des Dépistages TROD - Test Rapide d'orientation au Dépistage. HF Prévention est représentant des usagers du système de santé et est membre de nombreux CoreVIH (Coordination Régionale de Lutte contre le VIH). Nous travaillons en réseau avec de nombreuses associations et partenaires institutionnels : Le Ministère de la Santé (DGS), les ARS (Agences Régionales de Santé), le Sidaction, Les Régions et les Départements où nous intervenons, Les Préfectures, Les CoreVIH, Les CDAG-CIDDIST, le CRIPS Île-de-France, ELCS (Élus Locaux Contre le Sida), le Kiosque Info Sida, Sida Info Service, le PASTT, Afrique Avenir. 13

14 LES MISSIONS d HF Prévention Interventions en milieu spécifique : Promotion de la Santé et informations IST/Sida : - Les LRE - Lieux de Rencontre Extérieurs (Parkings, Forêts, Aires d'autoroute, toilettes publiques) - Universités, forums - Sensibilisation auprès des jeunes - En milieu professionnel et en entreprise - Permanences Hospitalières Le dépistage des IST/Sida : - Opération "1 Minute pour savoir" - Dépistages TROD - Test Rapide d Orientation au Dépistage : - en LRE - Lieux de Rencontre Extérieurs (parkings, forêt, aires d'autoroutes, toilettes publiques) - en milieu ouvert ciblé (universités, centres commerciaux, cœurs de cités) - Dépistages IST/Sida «Hors les murs» en partenariat avec les CDAG/CIDDIST - Soutien psycho-social aux personnes touchées en partenariat avec ACTIF Santé Les Publiques Invisibles : Nous avons développé une expertise en prévention ciblée sur des lieux spécifiques et auprès des publics invisibles : - HSH - Hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres Hommes (homosexuels, bisexuels, hétérosexuels) - Publics en situation de prostitution assumée ou non - Hétérosexuels multipartenaires 14

15 MESSAGE DE SOUTIEN Message de Jean-Luc Romero-Michel Président d honneur d HF Prévention Président d Elus Locaux Contre le Sida et du Crips Île-de-France crédits photos Franck Laguilliez Mesdames, messieurs, Chers amis, Voilà bien une application que nous devons obligatoirement avoir sur notre smartphone! Une vraie application de santé publique, «fun» tout autant qu utile, s inscrivant pleinement dans les besoins et les habitudes de vie des franciliens. Depuis plusieurs années, je défends la gratuité du préservatif, que ce soit pour les personnes séropositives ou pour les personnes à faibles revenus (rendre gratuit ou remboursable quelque chose qui permet d éviter une maladie obstinément mortelle, cela mérite au moins de mettre l idée en débat, non?), alors je ne peux que souscrire à 100% à cet outil destiné à faciliter l accessibilité aux outils de prévention et au dépistage. Alors que la région Île-de-France regroupe la moitié des nouvelles contaminations annuelles au VIH, alors que personnes en France ignorent leur séropositivité, alors qu un étudiant sur trois déclare ne jamais utiliser de préservatifs, nous devons juger cet outil, non pas seulement utile, mais réellement indispensable. Je veux ici mettre en exergue le partenariat très constructif mis en place entre HF Prévention, son président Jérôme André et MSD : efficacité, impact sociétal, utilité et esthétisme, tout cela réunit dans un même outil, cela mérite de le souligner et de l apprécier à sa juste valeur! C est une application de santé publique que nous devons toutes et tous promouvoir. De mon côté, je m y engage aussi bien en ma qualité de président associatif que d élu. Je ne peux bien évidemment pas terminer ce message sans saluer la nouvelle marraine d HF Prévention : Marina Carrère d'encausse, une personnalité que nous connaissons tous tant pour son humanité que pour son engagement! Merci à elle de s investir dans la lutte contre le VIH/sida, un combat pour la vie, l égalité et la dignité. 15

16 REMERCIEMENTS HF Prévention - Association Nationale de Prévention contre les IST et le virus du SIDA 3, Av Francois Mitterrand VILLEPREUX Tél : / Nous remercions les équipes HF Prévention pour leurs dynamismes et l'investissement dans le projet et plus particulièrement : Jérôme ANDRÉ, Cyril DESCHAMPS, Manon DEFFONTAINE, Nikolaï DELPECH, Abdellah EDA-AIF, Angèle GUILBERT, Kevin GUIDEZ, Gwendoline HELENE, Antoine KAUZMAN, Thomas LOUZANI, Loana MARTINS, Sophiane TOUZÉ, Xavier VILLAIN, les membres du Conseil d'administration et les bénévoles. Conception des bases CDAG-CIDDIST et Unité Mobile de Dépistage Rapide : ACTIF Santé - Association Nationale de personnes vivant avec le VIH / virus des hépatites 109 Rue Orfila, Paris Tél : Nous remercions l'équipe ACTIF Santé pour le dynamisme et l'investissement dans le projet : Mariana DIDIERLAURENT, Gildas LEPROVOST, David RIEU, Xavier REY- COQUAIS TUP Truck JP Giraud - Concepteur et fabricant de camions Route des Pierrelles, Beausemblant, France Tél: Total Covering du TUP Truck Distri-Com - Agence de Communication 30, Avenue des frères lumière Trappes Tel :

17 Nous remercions l Agence «Spin Interactive» qui a développé l application dans les 2 versions pour Apple et Android. Emmanuel Muntlak & Romain Troche Co-fondateurs C.E.O - Conseil & Développement +33 (0) T : +33(0) F : +33(0) W : Ainsi que l Agence «Addiction Agency» qui gère la promotion de l application (affiches, liflets, flyers, vidéo pour le web, vidéo pour la télévision, landing page pour Internet). Olivier MARTIN-DUPRAY Directeur Associé 26-28, rue d Aboukir Paris Téléphone Mobile Un grand merci également aux équipes de MSD France : Dr Alexandre Aslan, Charles-Antoine Barbier, Dr Dominique Blazy, Nathalie Carius, Olivier Coudry, Elodie Douangmanivanh, Bruno Erhard, Claire Flament, Dorothée Furon, Matthieu Jusserand, Emmanuelle Lomenède, Dr Golriz Pahlavan- Grumel, Christine Souquières, Alexandra Verbecq. 17

VIH : Parlons-en franchement!

VIH : Parlons-en franchement! VihCouv_vert(2011_02) 08/02/11 13:27 Page1 DESSINS PHILIPPE DELESTRE VIH : Parlons-en franchement! VIH : Parlons-en franchement! LE VIH C EST QUOI? Le VIH est un virus. C est le virus du Sida. VIH ÇA VEUT

Plus en détail

Infection à VIH et Sida à La Réunion

Infection à VIH et Sida à La Réunion Tableau de bord Tableau de bord Infection à VIH et Sida à La Réunion CIRE océan Indien Novembre 2011 Contexte Contexte national Le nombre de personnes ayant découvert leur séropositivité en 2009 est estimé

Plus en détail

Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte

Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte Dossier de synthèse documentaire et bibliographique Réactualisation - novembre 2011 Marseille : 18, rue Stanislas Torrents 13006 Marseille Tél. :

Plus en détail

1 ère manche Questions fermées

1 ère manche Questions fermées Quiz VIH 2011 1 ère manche Questions fermées Crips Ile-de-France / Mise à jour : août 2015 Thème : Dépistage Un test VIH négatif indique toujours que la personne qui a fait le test n est pas contaminée

Plus en détail

Sida : «Avant d arrêter le préservatif, faites le test»

Sida : «Avant d arrêter le préservatif, faites le test» Sida : «Avant d arrêter le préservatif, faites le test» Dossier de presse Juin 2008 Sida : le test du dépistage encore trop peu souvent associé à l arrêt du préservatif dans le couple Situation de l infection

Plus en détail

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Service maladies infectieuses dans la population générale ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Situation au 31 décembre ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Ce

Plus en détail

Le VIH-sida, qu est-ce que c est?

Le VIH-sida, qu est-ce que c est? LES DROITS DE l ENFANT FICHE THÉMATIQUE Le VIH-sida, qu est-ce que c est? UNICEF/ NYHQ2010-2622 / Roger LeMoyne Chaque jour dans le monde, plus de 7 000 nouvelles personnes sont infectées par le VIH, 80

Plus en détail

La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH

La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH www.lmde.com La Mutuelle des Étudiants - LMDE : mutuelle soumise aux dispositions du livre II du code de la Mutualité. SIREN 431 791 672. Siège

Plus en détail

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles sommaire Qu est-ce qu une IST? p. 5 La blennorragie gonococcique p. 7 La chlamydiose p. 8 L hépatite B p. 9 L herpès génital p. 10 Les mycoplasmes et

Plus en détail

Plan national VIH/SIDA IST 2010 2014. de lutte contre le. et les

Plan national VIH/SIDA IST 2010 2014. de lutte contre le. et les Plan national de lutte contre le VIH/SIDA et les IST 2010 2014 Plan national de lutte contre le VIH/SIDA et les IST 2010-2014 Sommaire Enjeux, principes et objectif 7 Élaboration du plan VIH/IST 2010-2014

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

IST et SIDA : s'informer pour se protéger!

IST et SIDA : s'informer pour se protéger! IST et SIDA : s'informer pour se protéger! Tous concernés! De quoi s agit-il? Les Infections Sexuellement Transmissibles (IST) sont des infections dues à des virus, des bactéries, des parasites ou des

Plus en détail

Vivre avec le VIH. Point de départ

Vivre avec le VIH. Point de départ Vivre avec le VIH Point de départ Vous venez d apprendre que vous avez le VIH et vous cherchez des repères? Nous pouvons vous aider. Voici quelques questions auxquelles vous trouverez réponse dans ce livret

Plus en détail

www.saint-quentin-en-yvelines.fr

www.saint-quentin-en-yvelines.fr IPS - 3, place de la Mairie 78190 Trappes-en-Yvelines Tél. : 01 30 16 17 80 www.saint-quentin-en-yvelines.fr Un Institut au cœur des problématiques de santé créé par l agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

JORF n 0266 du 17 novembre 2010. Texte n 19

JORF n 0266 du 17 novembre 2010. Texte n 19 Le 6 juillet 2011 JORF n 0266 du 17 novembre 2010 Texte n 19 ARRETE Arrêté du 9 novembre 2010 fixant les conditions de réalisation des tests rapides d orientation diagnostique de l infection à virus de

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

SOIGNER ET TEMOIGNER. Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la prévention et de la lutte contre le SIDA

SOIGNER ET TEMOIGNER. Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la prévention et de la lutte contre le SIDA IRG-Université de Virginie 21 au 23 mars 2010 Acteurs non étatiques et politiques de santé publique SOIGNER ET TEMOIGNER Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la

Plus en détail

Liste des principales abréviations

Liste des principales abréviations 2014-2019 2 Liste des principales abréviations ART CRS DMG DPG FSF HSH IST LGBTQI MAS NONOPEP OPEP PMTCT PrEP PVVIH SIDA TasP TPE VIH Thérapie antirétrovirale Centres de référence Sida Dossier médical

Plus en détail

AVIS SUIVI DE RECOMMANDATIONS SUR LA GARANTIE DU DROIT AU SECRET DES PERSONNES MINEURES DANS LE CADRE DE LEUR PRISE EN CHARGE MÉDICALE

AVIS SUIVI DE RECOMMANDATIONS SUR LA GARANTIE DU DROIT AU SECRET DES PERSONNES MINEURES DANS LE CADRE DE LEUR PRISE EN CHARGE MÉDICALE AVIS SUIVI DE RECOMMANDATIONS SUR LA GARANTIE DU DROIT AU SECRET DES PERSONNES MINEURES DANS LE CADRE DE LEUR PRISE EN CHARGE MÉDICALE ADOPTÉ PAR LE CONSEIL NATIONAL DU SIDA LE 15 JANVIER 2015 CONSEIL

Plus en détail

Infection par le VIH/sida et travail

Infection par le VIH/sida et travail Documents publiés dans la collection VIH-sida du ministère de la Santé et de la Protection sociale : COLLECTION VIH/SIDA Sida-MST (maladies sexuellement transmissibles) Transmission - Diagnostic/dépistage

Plus en détail

Rendre les résultats d un test VIH, communiquer les messages pour refaire le test et fournir un conseil à l adulte

Rendre les résultats d un test VIH, communiquer les messages pour refaire le test et fournir un conseil à l adulte Rendre les résultats d un test VIH, communiquer les messages pour refaire le test et fournir un conseil à l adulte Il est prévu que les recommandations contenues dans ce document resteront valables jusqu

Plus en détail

PERCEPTION DU VIH/SIDA PAR LES ETUDIANTS DE PREMIERE

PERCEPTION DU VIH/SIDA PAR LES ETUDIANTS DE PREMIERE PERCEPTION DU VIH/SIDA PAR LES ETUDIANTS DE PREMIERE ANNEE DE L UNIVERSITE L DE DSCHANG SUPERVISE PAR Pr MPOAME MBIDA COORDONNEE PAR Dr SANOU SOBZE Martin VIH EPIDEMIOLOGIE Plus de 7 nouvelles infections

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C

La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C Vivre avec une hépatite chronique C Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

Chez les étudiantes consommatrices de cannabis, 2 fois plus de recours à la pilule du lendemain et 4 fois plus d IVG

Chez les étudiantes consommatrices de cannabis, 2 fois plus de recours à la pilule du lendemain et 4 fois plus d IVG Dossier de presse 11 février 2014 Enquête santé / Vie étudiante / Chiffres clés La sexualité des étudiants en 2013 8 ème enquête nationale Chez les étudiantes consommatrices de cannabis, 2 fois plus de

Plus en détail

Tests rapides d orientation diagnostique Expérience du CASO de Cayenne

Tests rapides d orientation diagnostique Expérience du CASO de Cayenne 1 1 Tests rapides d orientation diagnostique Expérience du CASO de Cayenne Dr Christian Hubert Médecins du Monde - Mission France Guyane CASO de Cayenne Réunion COREVIH Guadeloupe 26/11/2010 MDM : Soigner

Plus en détail

Acteur majeur de la lutte contre le sida Antenne genevoise de l Aide Suisse contre le Sida Membre de la Coalition internationale PLUS

Acteur majeur de la lutte contre le sida Antenne genevoise de l Aide Suisse contre le Sida Membre de la Coalition internationale PLUS Acteur majeur de la lutte contre le sida Antenne genevoise de l Aide Suisse contre le Sida Membre de la Coalition internationale PLUS Groupe sida Genève 9, rue du Grand-Pré CH-1202 Genève info@groupesida.ch

Plus en détail

Tests rapides VIH : Comment, pour qui? Diane Descamps, Yazdan Yazdanpanah Laboratoire de Virologie, Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital-Bichat Claude Bernard, HUPNVS UFR de Médecine

Plus en détail

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S REGARD SUR L EPIDEMIE DU VIH D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S Photo: ONUSIDA Levier de la riposte au sida, l ONUSIDA s emploie à bâtir l action politique et à promouvoir les droits de tous les

Plus en détail

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux - Que pensez vous du débat suscité par l article paru dans Sciences et Avenir sur l association entre benzodiazépines

Plus en détail

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 Mettre fin à l épidémie de sida ces mots renferment de tels espoirs et de telles promesses. Grâce à des engagements mondiaux et à des objectifs précis,

Plus en détail

Implication des Corevih dans l arrivée des ADVIH: Expérience du Corevih LCA

Implication des Corevih dans l arrivée des ADVIH: Expérience du Corevih LCA Implication des Corevih dans l arrivée des ADVIH: Expérience du Corevih LCA Réunion Icône 2015 STRASBOURG Laurence Boyer - PH -SMIT- CHU Nancy Contexte Plan VIH/Sida/IST- 2010/14: Augmenter le dépistage:

Plus en détail

Chlamydia Trachomatis : Qui,quand et comment dépister? Dr Isabelle Le Hen CDAG-CIDDIST de Bordeaux

Chlamydia Trachomatis : Qui,quand et comment dépister? Dr Isabelle Le Hen CDAG-CIDDIST de Bordeaux Chlamydia Trachomatis : Qui,quand et comment dépister? Dr Isabelle Le Hen CDAG-CIDDIST de Bordeaux Introduction Chlamydia trachomatis (Ct) : IST la + fréquente dans les pays développés Portage asymptomatique

Plus en détail

Le VIH et votre foie

Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Que dois-je savoir au sujet de mon foie? Votre foie joue un rôle incroyablement important. Il filtre votre sang en éliminant les substances nocives (toxiques)

Plus en détail

Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME

Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME Modérateur : Dr Didier Koumavi Ekouevi INSERM U-897, Université Bordeaux Segalen, PACCI, Abidjan et Université de Lomé

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Intervention de Marisol Touraine Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Remise du rapport du Dr Jean CARLET sur la préservation des antibiotiques Mercredi 23 septembre 2015

Plus en détail

Les contre-indications au don de sang

Les contre-indications au don de sang Les contre-indications au don de sang Souvent, les donneurs s interrogent sur les raisons pour lesquelles tout le monde ne peut pas donner son sang. Le don de sang est une démarche d assistance à autrui,

Plus en détail

Nouvellement diagnostiqué? Voici un guide pour bien vivre avec le VIH. Numéro 2, mars 2010.

Nouvellement diagnostiqué? Voici un guide pour bien vivre avec le VIH. Numéro 2, mars 2010. Fondation des personnes de Toronto atteintes du sida Bulletin traitement Nouvellement diagnostiqué? Voici un guide pour bien vivre avec le VIH Numéro 2, mars 2010. Avis aux lecteurs Le programme de ressources

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

COMMISSION AES (Hors accident du travail)

COMMISSION AES (Hors accident du travail) COMMISSION AES (Hors accident du travail) COMPTE RENDU REUNION DU 9 FEVRIER 2010 ANIMATEURS SECRETAIRE DE SEANCE : Fabrice GUYARD Audrey BLATIER I. FORMATION PERSONNES REPRESENTANT DE : PRESENTES : Audrey

Plus en détail

Brève présentation de la consultation de Médecine 2 et des missions des infirmières psycho-sociales Objectifs de l atelier Quizz VIH/SIDA :

Brève présentation de la consultation de Médecine 2 et des missions des infirmières psycho-sociales Objectifs de l atelier Quizz VIH/SIDA : Brève présentation de la consultation de Médecine 2 et des missions des infirmières psycho-sociales Objectifs de l atelier Quizz VIH/SIDA : Constats de départ Objectifs du projet Présentation de l outil

Plus en détail

VIH et hépatites Profil des consultants 4 ème trimestre 2000

VIH et hépatites Profil des consultants 4 ème trimestre 2000 CENTRE DE DÉPISTAGE ANONYME ET GRATUIT DE MONTPELLIER VIH et hépatites Profil des consultants 4 ème trimestre 2000 Juin 2002 Observatoire régional de la santé du Languedoc-Roussillon Hôpital Saint-Eloi

Plus en détail

TeenSpeak. À propos de la santé sexuelle. La vérité vue par les ados

TeenSpeak. À propos de la santé sexuelle. La vérité vue par les ados TeenSpeak À propos de la santé sexuelle La vérité vue par les ados 2 Nous remercions tout spécialement l'équipe des animateurs de Bronx Teens Connection La santé sexuelle, c'est quoi? Tout un tas de choses.

Plus en détail

FONCTIONNEMENT ET LA PRESTATION DE SERVICES

FONCTIONNEMENT ET LA PRESTATION DE SERVICES ORIENTATIONS SUR LE FONCTIONNEMENT ET LA PRESTATION DE SERVICES 09 9.1 Introduction 176 9.2 Observance du traitement antirétroviral 176 9.2.1 Obstacles à l observance du traitement antirétroviral 176 9.2.2

Plus en détail

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A ONUSIDA/CCP (36)/15.12 Date de publication : 24 juin 2015 TRENTE-SIXIÈME RÉUNION Date : 30 juin - 2 juillet 2015 Lieu : Salle du conseil exécutif,

Plus en détail

Bien vivre sa vie sexuelle

Bien vivre sa vie sexuelle LIVRET D INFORMATION Bien vivre Bien vivre sa vie sexuelle sa vie sexuelle Livret d information CRIJ Franche-Comté 27 rue de la République à Besançon 03 81 21 16 16 - www.jeunes-fc.com 2 Bien vivre sa

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes 1 Intervention de Marisol Touraine Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Conseil d administration du régime social des indépendants Jeudi 25 juin 2015 Monsieur le Ministre,

Plus en détail

ÊTES-VOUS SÛRS DE TOUT SAVOIR sur le VIH

ÊTES-VOUS SÛRS DE TOUT SAVOIR sur le VIH ÊTES-VOUS SÛRS DE TOUT SAVOIR sur le VIH et le SIDA? ÉDITION 2014 FRANÇAIS SOMMAIRE SAVOIR PAGE 5 Qu est-ce que LE VIH? PAGE 6 Qu est-ce que LE SIDA? PAGE 7 Comment peut se transmettre le VIH? PAGE 8 Lors

Plus en détail

Hépatite C une maladie silencieuse..

Hépatite C une maladie silencieuse.. Hépatite C une maladie silencieuse.. F. Bally Centre de Maladies Infectieuses et Epidémiologie Institut Central des Hôpitaux Valaisans Histoire Années 70 Hépatite non-a-non-b = hépatite post-transfusionelle

Plus en détail

REPRESENTATION PERMANENTE AUPRES DE LA COMMISSION DE L UNION AFRICAINE ET DE LA COMMISSION ECONOMIQUE DES NATIONS UNIES POUR L AFRIQUE ALLOCUTION INTRODUCTIVE DE S. E. M. L AMBASSADEUR LIBERE BARARUNYERETSE,

Plus en détail

Les jeunes non mariés

Les jeunes non mariés Les jeunes non mariés et les grossesses non désirées Introduction Il est important de veiller à ce que les jeunes non mariés disposent d informations et de services de contraception. Les grossesses non

Plus en détail

Publication de l enquête santé USEM : Le lieu de vie a une influence sur les comportements sexualité/contraception des étudiants.

Publication de l enquête santé USEM : Le lieu de vie a une influence sur les comportements sexualité/contraception des étudiants. Communiqué de presse Paris, le 13 février 2012 Enquête santé / Sexualité / Contraception / Chiffres Clés Publication de l enquête santé USEM : Le lieu de vie a une influence sur les comportements sexualité/contraception

Plus en détail

QUESTIONS FREQUEMMENT POSEES AUX EXPERTS DU SERVICE TELEPHONE VERT SIDA (800861061) ISTITUTO SUPERIORE DI SANITA

QUESTIONS FREQUEMMENT POSEES AUX EXPERTS DU SERVICE TELEPHONE VERT SIDA (800861061) ISTITUTO SUPERIORE DI SANITA QUESTIONS FREQUEMMENT POSEES AUX EXPERTS DU SERVICE TELEPHONE VERT SIDA (800861061) ISTITUTO SUPERIORE DI SANITA INFORMATIONS SUR LE TEST DE DEPISTAGE Q. Quels examens médicaux doit-on faire pour détecter

Plus en détail

L ndétectable. Sommaire. Edito Trouver la motivation pour avaler sa pilule. L ndétectable N 3 - septembre 2013 1

L ndétectable. Sommaire. Edito Trouver la motivation pour avaler sa pilule. L ndétectable N 3 - septembre 2013 1 L ndétectable Trimestriel du CHU Saint-Pierre - Pédiatrie Sommaire Edito : Trouver la motivation pour avaler sa pilule 1 À coeur ouvert : Cher Journal 2 Entre nous : Just toooooooooooo late 3 Dossier :

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

13 ème Forum pharmaceutique international: Problématique de l accès au médicament. CEREMONIE D OUVERTURE Intervention de la Présidente de la CIOPF

13 ème Forum pharmaceutique international: Problématique de l accès au médicament. CEREMONIE D OUVERTURE Intervention de la Présidente de la CIOPF 13 ème Forum pharmaceutique international: Problématique de l accès au médicament N Djamena, 5 juin 2012 CEREMONIE D OUVERTURE Intervention de la Présidente de la CIOPF Excellence, Monsieur le Président

Plus en détail

Novembre 2006. Dépistage anonyme et gratuit du VIH Profil des consultants de CDAG en 2004 - Enquête épidémiologique transversale

Novembre 2006. Dépistage anonyme et gratuit du VIH Profil des consultants de CDAG en 2004 - Enquête épidémiologique transversale Novembre 2006 Profil des consultants de CDAG en 2004 - Enquête épidémiologique transversale sommaire Introduction p. 2 Matériel et méthode p. 3 Résultats p. 5 1 Participation p. 5 1.1 Participation des

Plus en détail

Xavier Bertrand Ministre de la Santé et des Solidarités. Discours Sous réserve du prononcé

Xavier Bertrand Ministre de la Santé et des Solidarités. Discours Sous réserve du prononcé Xavier Bertrand Ministre de la Santé et des Solidarités Discours Sous réserve du prononcé IXe journée de l Hospitalisation à domicile Fédération nationale des établissements d hospitalisation à domicile

Plus en détail

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL ORGANISATION PANAMÉRICAINE DE LA SANTÉ ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ 52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL Washington, D.C., ÉUA, du 30 septembre au 4 octobre 2013 CD52/DIV/9 (Fr.)

Plus en détail

LA CAISSE PRIMAIRE D ASSURANCE MALADIE (CPAM) COMMENT ÇA MARCHE?

LA CAISSE PRIMAIRE D ASSURANCE MALADIE (CPAM) COMMENT ÇA MARCHE? LA CAISSE PRIMAIRE D ASSURANCE MALADIE (CPAM) COMMENT ÇA MARCHE? La CPAM (sécurité sociale) permet d être remboursé entre 15 et 100% en fonction des soins donnés. Une mutuelle peut prendre en charge le

Plus en détail

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Ecole d Application STURM Janvier-Février 2012 CM2 Salle 2 Mme DOUILLY DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Sujet proposé par les élèves et choisi par la majorité. 1 ère séance : définitions et explications Réflexion

Plus en détail

Définition de l Infectiologie

Définition de l Infectiologie Définition de l Infectiologie Discipline médicale clinique Spécialisée. Prise en charge des Maladies Infectieuses et Tropicales. Actuelles, émergentes ou ré-émergentes. Référents dans le cadre d un maillage

Plus en détail

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative Références Sélection

Plus en détail

La prise en charge. de votre affection de longue durée

La prise en charge. de votre affection de longue durée La prise en charge de votre affection de longue durée Comment fonctionne la prise en charge à 100 %? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous remboursé? Votre médecin

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

GHUPC Projet de transformation du site Hôtel Dieu. Pr S CHAUSSADE, Dr I. FERRAND

GHUPC Projet de transformation du site Hôtel Dieu. Pr S CHAUSSADE, Dr I. FERRAND GHUPC Projet de transformation du site Hôtel Dieu Pr S CHAUSSADE, Dr I. FERRAND PREAMBULE - Déçisions du directoire de l APHP : 1) le site de l HTD ne serait pas fermé 2) le site de l HTD ne serait pas

Plus en détail

Enfants, familles et célibataires bienvenus! La Maison des familles a déménagé

Enfants, familles et célibataires bienvenus! La Maison des familles a déménagé La Maison mars-juin 2014 des familles Enfants, familles et célibataires bienvenus! L inscription pour participer aux activités est gratuite mais nécessaire. La Maison des familles a déménagé au 18/18bis,

Plus en détail

On a souvent entendu que l information c est le pouvoir. En fait, c est le pouvoir d agir.

On a souvent entendu que l information c est le pouvoir. En fait, c est le pouvoir d agir. Le droit d être informé prend sa source dans les droits fondamentaux de la Charte des droits et libertés québécoise. L article 44 confirme que tout Québécois a droit à l information, sous réserve de la

Plus en détail

L accès au suivi et au traitement pour les personnes atteintes de l hépatite C au Québec 1

L accès au suivi et au traitement pour les personnes atteintes de l hépatite C au Québec 1 L accès au suivi et au traitement pour les personnes atteintes de l hépatite C au Québec 1 DOCUMENT SYNTHÈSE Lina Noël, Julie Laforest, Pier-Raymond Allard, Marc Dionne, INTRODUCTION Au Québec, près de

Plus en détail

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION Madame, Monsieur, Si votre état de santé nécessite une transfusion sanguine, ce document est destiné à vous informer sur les avantages et les risques de la transfusion,

Plus en détail

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin La vaccination contre le VHB à l heure du consensus Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin Pourquoi vacciner? Epidémiologie du VHB 370.000.000 de porteurs chroniques du VHB

Plus en détail

Des déficiences présentes

Des déficiences présentes Des déficiences présentes Comment se fait-il que dans certains cas, le système immunitaire ne fonctionne pas convenablement? Problèmes : 1. Pourquoi certains enfants sont-ils mis sous bulle plastique?

Plus en détail

Guide. VIH / sida comment en parler?

Guide. VIH / sida comment en parler? Guide VIH / sida comment en parler? Edition 2013 30 millions de morts. Trente ans que le sida demeure une maladie à part. A part parce qu elle a bouleversé les liens qui unissaient la recherche fondamentale

Plus en détail

region guide sante bis:mise en page 1 05/03/13 09:24 Page1 Guide pratique à l attention des professionnels de santé URPS DE BIOLOGIE MÉDICALE PACA

region guide sante bis:mise en page 1 05/03/13 09:24 Page1 Guide pratique à l attention des professionnels de santé URPS DE BIOLOGIE MÉDICALE PACA region guide sante bis:mise en page 1 05/03/13 09:24 Page1 Guide pratique à l attention des professionnels de santé URPS DE BIOLOGIE MÉDICALE PACA region guide sante bis:mise en page 1 05/03/13 09:24 Page2

Plus en détail

Pourquoi inclure la fourniture de services dans la proposition? Eléments à prendre en compte dans l analyse de situation

Pourquoi inclure la fourniture de services dans la proposition? Eléments à prendre en compte dans l analyse de situation Aide technique pour les propositions de la série 8 du Fonds mondial Zone élargie Zone de fourniture de services Prévention Communication pour la modification du comportement écoles et extension communautaire

Plus en détail

Infection VIH et Grossesse Rédigée par : Laurichesse Hélène, C Jacomet

Infection VIH et Grossesse Rédigée par : Laurichesse Hélène, C Jacomet Procédure qualité : «VIH et grossesse» Page 1 sur 6 CHU de Clermont-Ferrand Service de Gynécologie-obstétrique Pôle Gynécologie-Obstétrique biologie de la reproduction Procédure médicale Infection VIH

Plus en détail

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic des Hépatites virales B et C P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic VHC Dépistage: pourquoi? Maladie fréquente (Ac anti VHC chez 0,84% de la population soit 367 055

Plus en détail

Santé sexuelle. Aimer et se protéger

Santé sexuelle. Aimer et se protéger Santé sexuelle Aimer et se protéger Une sexualité : du plaisir, de l amour en toute confiance Le début de la vie sexuelle est riche en émotions, en plaisir mais aussi souvent en questions, en incertitudes.

Plus en détail

l hépatite b Une maladie qui peut être grave.

l hépatite b Une maladie qui peut être grave. l hépatite b Une maladie qui peut être grave. Sommaire Qu est-ce que l hépatite B? L hépatite B est-elle fréquente? Comment attrape-t-on l hépatite B? Comment savoir si l on est atteint d une hépatite

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

LE MALI L HÔPITAL GABRIEL TOURE L HÔPITAL DU POINT G INTRODUCTION 2 INTRODUCTION 1 DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE

LE MALI L HÔPITAL GABRIEL TOURE L HÔPITAL DU POINT G INTRODUCTION 2 INTRODUCTION 1 DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE KALLE A.D A (1), BENGALY L (2)., KONE D ( 1), COULIBALY S.M (2). DIAKITE A.S. (2) DIAMOUTENE A (2) (1) Service de Pharmacie Hôpital Gabriel

Plus en détail

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 WHA63/200/REC/ WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins... 9 WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 La Soixante-Troisième Assemblée mondiale de la

Plus en détail

Éléments sur l évolution et la représentation de la sexualité en France. Nathalie Beltzer, ORS Île-de-France

Éléments sur l évolution et la représentation de la sexualité en France. Nathalie Beltzer, ORS Île-de-France Éléments sur l évolution et la représentation de la sexualité en France Nathalie Beltzer, ORS Île-de-France 08/06/2013 1 Nouveau contexte de la sexualité Depuis les années 1960 : nombreux changements dans

Plus en détail

Discours à la communauté d affaires française Montréal, 6 février 2014 Résidence du Consul général

Discours à la communauté d affaires française Montréal, 6 février 2014 Résidence du Consul général Discours à la communauté d affaires française Montréal, 6 février 2014 Résidence du Consul général Version du 30-01 08h30 Monsieur l Ambassadeur, Monsieur le Consul général, Madame la Conseillère, Chers

Plus en détail

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Discours d ouverture du Forum des Associations 2009 Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Mesdames et Messieurs les élus, Mesdames et Messieurs les responsables associatifs,

Plus en détail

28.6 À PROPOS DU MEDICINES PATENT POOL

28.6 À PROPOS DU MEDICINES PATENT POOL MPP 2015 35 millions de personnes dans le monde sont touchées par le VIH 28.6 millions devraient bénéficier d un traitement* Pourtant seuls 12.9 millions y ont aujourd hui accès * conformément aux directives

Plus en détail

Drug Misuse and Treatment in Morocco

Drug Misuse and Treatment in Morocco Drug Misuse and Treatment in Morocco Fatima El Omari Centre National de Traitement, de Prévention et de Recherche en Addictions, Hôpital Arrazi, CHU Rabat-Salé, Maroc Morocco AFRIQUE Le Maroc Population:

Plus en détail

Enquêtes réalisées auprès des chirurgiens dentistes et des personnes vivant avec le VIH

Enquêtes réalisées auprès des chirurgiens dentistes et des personnes vivant avec le VIH Enquêtes réalisées auprès des chirurgiens dentistes et des personnes vivant avec le VIH 1 2 VIH/SIDA La prise en charge dentaire en Haute-Normandie Le COREVIH Haute-Normandie, comité de COordination RÉgionale

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE de PRINTEMPS Lundi 22 juin 2009 Rapport Moral du Président GAUTHIER

ASSEMBLEE GENERALE de PRINTEMPS Lundi 22 juin 2009 Rapport Moral du Président GAUTHIER ASSEMBLEE GENERALE de PRINTEMPS Lundi 22 juin 2009 Rapport Moral du Président GAUTHIER Mesdames, Messieurs, Avant d introduire mon rapport moral, je tiens à renouveler mes remerciements à l ensemble des

Plus en détail

epatient, epharma: comment le Web modifie les relations

epatient, epharma: comment le Web modifie les relations epatient et epharmacie: comment se modifie la relation, Genève (16.6.2015) Page 1 epatient, epharma: comment le Web modifie les relations Prof Olivier Bugnon Christine Bienvenu, @Tinaburger, epatiente

Plus en détail

À QUOI SERVENT VOS DONS

À QUOI SERVENT VOS DONS La Fondation Farha est le chef de file québécois en collecte de fonds pour venir en aide aux hommes, femmes et enfants qui vivent avec le VIH/SIDA. Fondée en 1992, la Fondation Farha se consacre à l amélioration

Plus en détail

Attachment H. 31 Août 2009. Cher Parent/Tuteur:

Attachment H. 31 Août 2009. Cher Parent/Tuteur: Attachment H 31 Août 2009 Cher Parent/Tuteur: Il est prévu que votre élève prenne le Grade 8 des unités complètes du cours d éducation sanitaire sur la Vie de Famille et la Sexualité Humaine (FLHS) et

Plus en détail

VIRAMUNE 200mg. Névirapine, NVP. INNTI inhibiteurs non nucléosidiques de la transcriptase inverse

VIRAMUNE 200mg. Névirapine, NVP. INNTI inhibiteurs non nucléosidiques de la transcriptase inverse VIRAMUNE 200mg Névirapine, NVP INNTI inhibiteurs non nucléosidiques de la transcriptase inverse Info-médicaments anti-vih en LSQ Octobre 2011 Français : LSQ : Viramune (200 mg) doit être pris à raison

Plus en détail

DES sites ludo-éducatifs, et des jeux en ligne. La santé et moi. pour découvrir, comprendre, agir

DES sites ludo-éducatifs, et des jeux en ligne. La santé et moi. pour découvrir, comprendre, agir DES sites ludo-éducatifs, et des jeux en ligne La santé et moi pour découvrir, comprendre, agir Le centre de ressources du GRPS et le CIRM-CRIPS s associent pour proposer une sélection de sites ludo-éducatifs

Plus en détail

SUPER GO UN PROGRAMME DE RENFORCEMENT DES JEUNES FILLES

SUPER GO UN PROGRAMME DE RENFORCEMENT DES JEUNES FILLES SUPER GO UN PROGRAMME DE RENFORCEMENT DES CAPACITES DES JEUNES FILLES CONTEXTE DU PROGRAMME SUPER GO Féminisation du VIH : quelques chiffres clés (EIS-2005) 0,4% des filles de 15 à 19 ans sont infectées

Plus en détail

Pour accompagner votre parrainage!

Pour accompagner votre parrainage! Pour accompagner votre parrainage! Chères Marraines, Chers Parrains, Ce livret a pour objectif de répondre à la demande de certains d entre vous et de vous transmettre les retours d expérience d autres

Plus en détail

La prise en charge de votre affection de longue durée

La prise en charge de votre affection de longue durée La prise en charge de votre affection de longue durée Édition 2012 LA PRISE EN CHARGE DE VOTRE AFFECTION DE LONGUE DURÉE Sommaire Votre protocole de soins en pratique p 4 Comment êtes-vous remboursé? p

Plus en détail

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL Prise en charge & Prévention

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL Prise en charge & Prévention LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL Prise en charge & Prévention Evaluation du risque après AEV Selon le type d'accident Virus Percutanée Cutanéomuqueux Morsure VHB 2 à 40% >HCV>VIH Documentée VHC

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public

Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public ENQUÊTE NATIONALE SUR LA POPULATION CANADIENNE Document destiné à l Association canadienne du diabète Préparé par Environics

Plus en détail

L hôpital dans la société. L expérience du CHU de Paris, l AP HP. Pierre Lombrail, Jean-Yves Fagon

L hôpital dans la société. L expérience du CHU de Paris, l AP HP. Pierre Lombrail, Jean-Yves Fagon L hôpital dans la société. L expérience du CHU de Paris, l AP HP. Pierre Lombrail, Jean-Yves Fagon Colloque Santé et Société Quels déterminants de santé et quel système de soins pour la santé de toute

Plus en détail