Le jeu chez les 55 ans et plus: influence des événements de vie sur les habitudes de jeu

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le jeu chez les 55 ans et plus: influence des événements de vie sur les habitudes de jeu"

Transcription

1 Le jeu chez les 55 ans et plus: influence des événements de vie sur les habitudes de jeu Isabelle G iroux, C hristian J acques, Serge S évigny, Philippe L andreville, M aude Poupard Université L aval Francine Ferland Centre de réadaptation en dépendance de Q uébec Recherche financée par le FRQSC en partenariat avec le MSSS Dans le cadre de la journée vieillissement, santé mentale et dépendance: entre défis et espoir 21 novembre 2013

2 Plan de la présentation Le jeu et les problèmes de jeu Le jeu chez les 55 ans et plus Objectifs, méthodologie et résultats des trois études Retombées et implications des résultats Pistes de recherches futures Période de questions / discussion 2

3 Le jeu dans la population générale Jouer à des jeux de hasard et d argent miser de l $ ou un objet de valeur sur un jeu qui repose principalement ou totalement sur le hasard. Pratique répandue: 70 % des adultes québécois en 2009 (Kairouz & Nadeau, 2011) Jeux les plus populaires chez les joueurs: La loterie (92,6 %) Les machines à sous au casino (14,4 %) Le bingo (6,5 %), les ALV (6,5 %) et le poker (6,3 %) Le jeu peut être un problème 1,3 % joueurs à risque modéré 0,7 % joueurs pathologiques probables (Kairouz & Nadeau, 2011) 3

4 Définition d un problème de jeu (traduction libre, American Psychiatric Association, 2013) 4 Pratique persistante et répétée du jeu qui entraîne des difficultés de fonctionnement cliniquement significatives ou de la détresse (au moins 4 des manifestations suivantes dans les 12 derniers mois) : Besoin de jouer avec des sommes d $ de + en + importantes pour atteindre le même état d excitation Se sent agité ou irritable lorsque tente de réduire ou d arrêter de jouer Efforts répétés mais infructueux pour contrôler, réduire ou arrêter le jeu Se montre souvent préoccupé par le jeu Joue souvent lorsque se sent en détresse Après avoir perdu de l $ au jeu, retourne souvent jouer un autre jour afin de recouvrer ses pertes, se «refaire» Ment pour dissimuler l ampleur réelle de ses habitudes de jeu A mis en danger ou a perdu une relation affective importante, un emploi ou des possibilités d études ou de carrière à cause du jeu Compte sur les autres pour obtenir de l $ pour se sortir de situations désespérées causées par le jeu

5 Conséquences et difficultés associées aux problèmes de jeu Pour les joueurs Problèmes financiers (Thompson, Gazel, & Rickman, 2012) Plusieurs difficultés concomitantes: abus, dépendance aux substances (Petry & Pietrzak, 2004), troubles psychologiques (Ibàñez et al., 2001), idées suicidaires (Battersby, Tolchard, Scurrah, & Thomas, 2006) 5 Plus susceptibles de vivre un divorce et de vivre seuls (Black, Shaw, McCormick, & Allen, 2012) Relations familiales dysfonctionnelles (Black et al., 2012) Le jeu affecte également les proches

6 Pourquoi s intéresser au jeu chez les 55 ans et plus? Vieillissement démographique et augmentation de la proportion des 65 ans et plus au Canada (Statistique Canada, 2005a; 2012) 13,7% en ,8% en à 30% en 2056 (prévision) Participation au jeu des Américains de 65 ans et plus: 1975 : 23% (Kallick, Suits, Dielman, & Hybels, 1976) 1998 : 50% (National Gambling Impact Study, 1999) Participation au jeu des Québécois de 55 ans et plus: 2009: 76 % des 55 à 64 ans 68 % des 65 à 74 ans 56 % des 75 ans et plus (Kairouz & Nadeau, 2011) 6

7 Les 55 ans et plus présentent-ils un risque particulier? 7 Divergence des résultats quant à l accroissement du risque et des problèmes de jeu avec le vieillissement (Wiebe & Cox, 2005; Levens, Dyer, Zubritsky, Knott, & Oslin, 2005)

8 Les 55 ans et plus présentent-ils un risque particulier? 8 Non selon certains auteurs / résultats Opinion populaire, médias et professionnels entretiennent à tort l idée que le jeu est nocif pour les aînés (Hope & Havir, 2002) Utilisent des stratégies pour gérer le jeu (Hagen, Nixon, & Solowoniuk, 2005) En comparaison à des cohortes plus jeunes (18-54 ans) (Potenza, Steinberg, Rounsaville, & O Malley, 2006) Moins de formes de problèmes de jeu (jeu de table, autre) Moins d anxiété et de problèmes familiaux causés par le jeu Moins d actes illégaux et d arrestations Moins de problèmes de consommation et d histoire familiale de consommation

9 Les 55 ans et plus présentent-ils un risque particulier? 9 Oui selon d autres auteurs / résultats Quantité de temps libre accrue (O Brien Cousins & Witcher, 2004) Sentiments de solitude et d ennui (Wiebe & Cox, 2005) Revenu fixe (Levens et al., 2005) et faible (Potenza, et al., 2006) Démence (Mendez, Bronstein, & Christine, 2000) Marketing et incitatifs au jeu (Boisvert, Lesemann &Papineau, 2012) Préférence pour les jeux non-stratégiques (Nower & Blaszczynski, 2008) Événements de vie et capacité d adaptation (Ferland, Savard, Ladouceur, Fournier, Drouin-Maziade, & Giroux, 2009; Vander Bilt, Dodge, Pandav, Shaffer, & Ganguli, 2004)

10 Les 55 ans et plus: un groupe hétérogène? 10 Plusieurs différences quant aux événements vécus et à la santé selon le groupe d âge Perte d autonomie plus fréquente chez les 75 ans et + que chez les ans (Statistique Canada, 2005b) Décès du partenaire: 4,9 % des 55 à 64 ans 16,1 % des 65 à 74 ans 52,3 % des 75 ans et plus.

11 On se questionne donc En fonction des enjeux spécifiques aux 55 ans et plus, existe-t-il des transitions ou des événements particuliers liés au jeu? Y a-t-il des différences entre les groupes d âge?

12 Trois études ont été réalisées dans le cadre de ce projet de recherche La participation aux jeux de hasard et d argent chez les 55 ans et plus: perceptions des conséquences et des événements influençant le jeu. 12 Habitudes de jeu auprès de joueurs de 55 ans et plus une analyse par groupe d âge. Problèmes de jeu chez les aînés: l influence perçue des événements de vie Thèse de Maude Poupard

13 Participation aux JHA : perception des événements de vie et des conséquences 13 Objectifs La première étude consiste à identifier et préciser : 1) les événements de vie influençant la participation au jeu des 55 ans et plus et 2) les conséquences de cette participation. Participants n = 19 joueurs âgé de 55 ans et plus sans problème de jeu avoir joué au moins 2 fois par mois à un JHA / dernière année Recrutés à partir de publicités / liste de participants

14 Participation aux JHA : perception des événements de vie et des conséquences Instruments 14 Entrevue téléphonique (inspirée de Ladouceur, Jacques, Chevalier, Sévigny, & Hamel, 2005) Caractéristiques sociodémographiques (âge, genre) Participation et $ dépensé aux JHA Dépistage des problèmes de jeu (ICJE, Ferris & Wynne, 2001) Guide d animation des groupes de discussion : Présentation des participants et motivations à jouer (15 minutes) Impact positif et négatif de la participation au jeu sur la vie active, la qualité de vie et les finances (45 minutes). Événements de vie et facteurs perçus comme ayant eu un impact sur les habitudes de jeu (30 minutes)

15 Participation aux JHA : perception des événements de vie et des conséquences Procédure Entrevue téléphonique (environ 10 minutes) Participants répartis en trois groupes de discussion ans (n= 8) et (n = 5) ans (n = 8) 15 Animateurs des groupes: un psychologue spécialisé en JHA et un étudiant au doctorat en psychologie Groupes enregistrés en audio Frais de taxis remboursés aux participants sans transport Certificat-cadeau remis aux participants

16 Analyse Participation aux JHA : perception des événements de vie et des conséquences Transcription des verbatim 16 Analyse de contenu (Guest & MacQueen, 2008) Lecture approfondie des verbatim Développement d un livre de codes Codage de verbatim par un premier évaluateur (logiciel QDA Miner) Codage de 25 % du contenu des verbatim par un évaluateur indépendant Calcul du score d interjuges (logiciel QDA Miner): 97,7 % Codage du contenu restant

17 Participation aux JHA : perception des événements de vie et des conséquences Événements liés à l augmentation du jeu Le passage à la retraite Période propice à l augmentation de la fréquence de jeu. Les raisons évoquées: augmentation des temps libres et amélioration de la situation financière (rentes de retraite, fin du paiement de l hypothèque, etc.) 17 L apparition de problèmes de santé physique Contribue à augmenter la fréquence de jeu lorsque cette activité se relève une alternative aux autres activités jadis pratiquées.

18 Participation aux JHA : perception des événements de vie et des conséquences 18 Autres éléments qui influencent la participation Accessibilité ou disponibilité des jeux ou de l argent Caractéristiques structurelles des jeux Gros lots à la loterie Coupons électroniques Montant minimum des mises aux tables de jeu Gains et pertes Caractéristiques associées au site de jeu Gratuités Attraits et services offerts Ambiance des aires de jeu Sécurité

19 Participation aux JHA : perception des événements de vie et des conséquences Autres éléments qui influencent la participation Jeu d autrui Accompagner un joueur Gains ou pertes d autrui Limites de temps, d argent et de fréquence de jeu Émotions associées à l activité de jeu Plaisir Peur de développer un problème de jeu Honte 19

20 Participation aux JHA : perception des événements de vie et des conséquences Conséquences du jeu 20 Finances / biens matériels Gains augmentent la qualité de vie Pertes ont des effets sur le budget Loisirs Activité de loisir qui procure du plaisir Accaparant un budget qui pourrait servir à autre chose Relations sociales Permet de socialiser

21 Participation aux JHA : perception des événements de vie et des conséquences Conséquences du jeu Relations familiales Occasions de passer du temps en famille Critiques reçues des enfants Relation conjugale Plaisir partagé entre conjoints Désaccords et conflits Santé psychologique Détente, façon de penser à soi Émotions négatives (honte, culpabilité, gêne) 21

22 Conclusion Des conséquences positives et négatives du jeu sont rapportées sur les finances, les loisirs, la santé psychologique et les relations sociales. 22 Certains événements de vie ressortent du discours des participants comme influençant leurs habitudes de jeu. Est-ce que ces événements de vie diffèrent selon le groupe d âge?

23 Habitudes de jeu auprès de joueurs de 55 ans et plus une analyse par groupe d âge Objectif Vérifier la présence de distinctions en regard des habitudes de jeu et de variables associées selon les groupes d âge (55-64 ans, ans et 75 ans et +) Méthode Participants n = 300 joueurs 23 Critères de sélection: âgé de 55 ans et plus, avoir joué à des JHA au moins une fois au cours de sa vie Recrutés via: Publicités (Québec et Montréal), Revues s adressant aux 50 ans et plus Affiches pour le club de la FADOQ (Québec et Chaudière- Appalaches) Liste de volontaires

24 Habitudes de jeu auprès de joueurs de 55 ans et plus une analyse par groupe d âge Instruments Entrevue téléphonique (13 questionnaires, durée moyenne de 50 minutes) Inventaire des jeux de hasard et d argent (Ladouceur et al., 2005) Historique de jeu Dépistage des problèmes de jeu (PGSI de l ICJE, Ferris & Wynne, 2001) Raisons principales pour jouer à des JHA (inspiré de Philips, 2009) Troubles cognitifs: French Modified Telephone Interview for Cognitive Satus (f-tics-m) (Brandt et al., 1993) 24 Anxiété gériatrique: Geriatric Anxiety Inventory (GAI-CF) (Pachana & Byrne, 2012) Dépression gériatrique: Geriatric Depression Scale (GDS) (Bourque, Blanchard et Vézina, 1990)

25 Habitudes de jeu auprès de joueurs de 55 ans et plus une analyse par groupe d âge Instruments (suite) Entrevue téléphonique (suite) Consommation de médicaments et de cannabis: DÉBA-Drogues (Tremblay, Rouillard, & Sirois, 2001) 25 Consommation d alcool: Dépistage et évaluation du besoin d aidealcool version 1.7 (DÉBA-Alcool) (Tremblay, Rouillard, April, & Sirois, 2001) Questionnaire de participation sociale (Richard, Gauvin, Gosselin, & Laforest, 2009) Questionnaire d auto-évaluation de la santé générale et du moral (Cappeliez et al., 2004) Événements stressants chez les personnes âgées: Geriatric Averse Life Events Scale (GALES) (Devanand, Kim, Paykina, & Sackeim, 2002) Données sociodémographiques (état civil, scolarité, occupation, situation économique, etc.) (inspiré de Ladouceur, 2004)

26 Habitudes de jeu auprès de joueurs de 55 ans et plus une analyse par groupe d âge Procédure Entrevue téléphonique : Questionnaires contrebalancés en 6 séquences Durée moyenne de 50 minutes, possibilité d y répondre 2 temps 26 Dédommagement posté aux répondants Participants répartis en 3 groupes d âge: 55 à 64 ans (n = 146) 65 à 74 ans (n = 120) 75 ans et plus (n = 34) Analyses (logiciel SAS, version 9.2) Pondération en fonction du genre et du groupe d âge Pour vérifier l effet du groupe d âge sur les variables: analyses descriptives, ANOVA à un facteur, khi-carré (Rao-Scott) En présence de différences entre les groupes d âge: résidus standardisés de Pearson et comparaisons multiples

27 Habitudes de jeu auprès de joueurs de 55 ans et plus une analyse par groupe d âge 27 Résultats 97,5 % de participation à des JHA / dernière année Montant d $ médian dépensé / an: 1 316$ (M = 4 419$, ÉT = 607,9) Jeux les plus populaires: Loteries à tirage (93,3%), Loteries instantanées (74,2%) et Jeux de casino (59,6%)

28 Comportements de jeu au cours des 12 derniers mois selon l âge 28 Âge Jeu 55 à à et plus Loteries à tirage 93 % 85 % 79 % - (mdn: $ dépensé) (316 $) (206 $) (226 $) Loteries instantanées 74 % 64 % 67 % - (mdn: $ dépensé) (112 $) (98 $) (50 $) Loteries quotidiennes 26 % 17 % 20 % Casino (tous les jeux confondus) 60 % 73 % 55 % Machines à sous 58 % 71 % 50 % Loterie vidéo 39 % 29 % 17 % Bingo 26 % 35 % 30 % Poker (hors casino) 16 % 7 % 12 % Jeux de hasard et d argent sur Internet 5 % 0 % 3 % $ dépensé tous jeux confondus (mdn) (1 606 $) (1 329 $) (652 $)

29 Habitudes de jeu auprès de joueurs de 55 ans et plus une analyse par groupe d âge Comparaison des groupes d âge (suite) Problèmes de jeu - pas de différence sig. selon l âge 14,5% 16,3% 17,3% 51,9% 29 Sans problème Faible risque Risque modéré Excessifs

30 Événements vécus au cours des 12 derniers mois selon le groupe d âge 30 Âge Catégories d événements 55 à à et plus Difficultés au travail / financières 31 % 7 % 12 % Maladie(s), accident ou blessure 54 % 54 % 71 % Conflits interpersonnels 39 % 23 % 31 % Perturbation du milieu de vie 16 % 4 % 12 % Décès (incluant animal de cie) 32 % 36 % 41 % Autres (agression/vols, difficulté à obtenir aide professionnel, prodiguer des soins) 32 % 36 % 41 %

31 Conclusion Certains jeux sont plus populaires selon le groupe d âge. 31 Les problèmes de jeu se retrouvent chez chaque groupe d âge. Les ans: vivent dans la dernière année plus d événements de vie marquants. Comment les événements de vie s inscrivent dans le parcours d un joueur problématique?

32 Objectifs Problèmes de jeu : l influence perçue des événements de vie Mieux comprendre l interaction entre les événements de vie et les habitudes de jeu problématiques des 55 ans et plus. 32 Identifier et décrire les événements de vie marquants qui exercent une influence dans l évolution des comportements de jeu. Explorer les différences entre ces événements en fonction du groupe d âge (55-64, et 75 ans et plus).

33 Problèmes de jeu : l influence perçue des événements de vie Participants n = 18 Provenant de la phase 2, de chacun des groupes d âge 33 Joueurs à risque ou problématiques (score de 2 et + au PGSI) Instruments et procédure Entrevue semi-structurée d une durée de 120 minutes Ligne de vie globale (Bastille-Denis et al., 2008) Adaptation du Life history calendar (Nelson, 2010) Analyse Contenu des verbatim (Guest & MacQueen, 2008) Logiciel QDA Miner 88 % d accord interjuges

34 Problèmes de jeu : l influence perçue des événements de vie Résultats Événements et groupe d âge Les participants lient certains événements avec leurs habitudes de jeu. 35 Évènements éprouvants qui ont eu lieu dans l enfance et à l adolescence. Exposition précoce à des comportements de jeu excessifs. Problèmes de dépendances autres que le jeu. Difficultés au sein du couple. Proches qui jouent. Prise en charge d un proche malade. Décès d un proche. Dégradation de l état de santé physique. Augmentation de l accessibilité au jeu. Départ à la retraite.

35 Problèmes de jeu : l influence perçue des événements de vie 36 Résultats Événements et groupe d âge Les participants lient certains événements avec leurs habitudes de jeu. Confrontation des proches. Culpabilité et honte face à l entourage. Atteindre le fond du baril. Départ à la retraite. Diminution de l accessibilité au jeu. Réorganisation du temps libre. Participation à des groupes de soutien et des psychothérapies. Développement d une relation amoureuse avec un non-joueur

36 Problèmes de jeu : l influence perçue des événements de vie Résultats Événements et groupe d âge Les participants lient certains événements avec leurs habitudes de jeu. 37 Aucune particularité liée à l âge n a été identifiée, à l exception du décès du conjoint chez les 75 ans et plus. Une variabilité émerge en fonction du vécu, du niveau d adversité rencontré, de l âge de début du jeu et de l utilisation des ressources d aide.

37 Problèmes de jeu : l influence perçue des événements de vie Résultats Quatre profils de joueurs problématiques 38 1) Multi-dépendants avec apparition précoce du jeu Initiation au jeu et aux drogues/alcool à l enfance Augmentation du jeu à l adolescence (fréquence, durée et $ dépensé) Problème de dépendances (jeu/drogues/alcool) inter-reliés Ont fréquenté ou fréquentent des ressources d aide

38 Problèmes de jeu : l influence perçue des événements de vie Résultats Quatre profils de joueurs problématiques 39 2) Dépendants successifs avec apparition tardive du jeu Événements éprouvants surviennent à l âge adulte Initiation au jeu plus tardive que le premier groupe (entre 33 et 60 ans) Ont vécu un autre problème de dépendance avant le jeu, mais a été surmonté Font appel à des ressources d aide

39 Problèmes de jeu : l influence perçue des événements de vie Résultats Quatre profils de joueurs problématiques 40 3) Fortuits Vivent des événements difficiles qui précèdent le problème de jeu à l âge adulte, ou avec l avancée en âge Initiés de façon fortuite au jeu, tardivement, alors que jouait peu ou pas Pas d autre dépendance Scolarisés Ne sollicitent pas les ressources d aide malgré les conséquences négatives multiples

40 Problèmes de jeu : l influence perçue des événements de vie Résultats Quatre profils de joueurs problématiques 41 4) Accompagnateurs Pas de difficultés particulières à l enfance / l adolescence ni de dépendances Pas de conséquences financières du jeu (montants dépensés moins importants) Jouent pour accompagner un proche, n iraient pas jouer sans Ne considèrent pas avoir un problème de jeu; ne consultent pas les ressources d aide

41 Conclusion 42 Les évènements sont des déclencheurs, mais ce sont l interprétation de l individu et sa capacité à faire face à cet événement qui sont importants Différents profils de joueurs problématiques chez les 55 ans et plus.

42 Pistes de solution 43 Pour l accès au traitement Cibler l ambivalence / le scepticisme des 55 ans et plus à demander de l aide Entretiennent des préjugés et des croyances. Avoir recours à un porte-parole pour diffuser des informations et les ressources d aide disponibles? Offrir des opportunités de discussion sur leur relation au jeu de façon individuelle ou en groupe (avec d autres 55 ans et plus) Bonne ouverture et dévoilement de soi pour la participation à la recherche.

43 Pour la prévention Pistes de solution (suite) 44 Informer les 55 et plus des vulnérabilités pouvant les mener au jeu et des ressources d aide disponibles. Directement dans les aires de jeu? Solliciter la collaboration de la FADOQ? Favoriser l intervention précoce, puisque les problèmes de jeu peuvent perdurer jusqu à un âge plus avancé. Cibler des périodes ou événements cruciaux pour effectuer du dépistage et de la conscientisation auprès des 55 ans et plus. Importance de la préparation à la retraite.

44 Pistes de recherche 45 L influence des proches dans la diminution ou l arrêt du jeu chez les 55 ans et plus. Les profils de joueurs. Adapter l intervention aux profils de joueurs. Étudier la dynamique sous-jacente qui conduit certains 55 ans et plus vers le jeu alors que d autres passent à travers les mêmes événements de vie sans développer un problème de jeu.

45 Le FRQ-SC et le MSSS La FADOQ Remerciements Étudiants de 3 e cycle: Dominic Nadeau, Priscilla Brochu, Cathy Savard Annie Goulet et Émanuelle Robitaille-Lirette Étudiants de 1 er cycle: Ariane Émond Provencher, Bianca Demers Labonté Maxime Chrétien, Daniel Fortin-Guichard, Claudia-Lynn Pelletier Flora Thomas, Jennifer Hains, Sophie Derguy, Sophie Couture Joanie Sansfaçon, Martine Perreault, Simon Rioux Catherine Boudreault Professionnels de recherche: Patricia-Maude Fournier, Adil Nafi et David Émond 46

46 Nous somme en recrutement de joueurs pour le programme Jeu me questionne TRAITEMENT SEMI- AUTONOME DESTINÉ AUX JOUEURS VOULANT GARDER OU REPRENDRE LE CONTRÔLE SUR LEURS HABITUDES DE JEU. COMPREND LE MANUEL D AUTO- TRAITEMENT ET DES RENCONTRES TÉLÉPHONIQUES AVEC UN INTERVENANT. OFFERT À DISTANCE Pour des informations, contactez Catherine Boudreault Tél. : , poste 3251 ( ) Courriel:

47 Merci!

48 Références 49 American Psychiatric Association. (2013). Diagnostic and statistical manual of mental disorders (5th ed.). Arlington, VA: American Psychiatric Publishing. Bastille-Denis, E., Jacques, C, Lalande, D., Brochu, P., & Giroux, I. (2008). Ligne de vie globale. Québec, QC : Centre québécois d'excellence pour la prévention et le traitement du jeu, Université Laval. Battersby, M., Tolchard, B., Scurrah, M., & Thomas, L. (2006). Suicide ideation and behaviour in people with pathological gambling attending a treatment service. International Journal of Mental Health & Addiction, 4, doi: /s z Black, D. W., Shaw, M. C., McCormick, B. A., & Allen, J. (2012). Marital status childhood maltreatment, and family dysfunction: a controlled study of pathological gambling. Journal of Clinical Psychiatry, 73(10), doi: 4088/JCP.12m07800 Boisvert, Y., Lesemann, F., & Papineau, E. (2012). Éthique et gouvernance de l'offre de jeu: de la responsabilité ministérielle à la responsabilité sociale de Loto-Québec. Éthique publique. Revue internationale d éthique sociétale et gouvernementale, 14(2). Bourque, P., Blanchard, L., & Vézina, J. (1990). Étude psychométrique de l'échelle de dépression gériatrique. Revue Canadienne du Vieillissement, 9, Brandt, J., Welsh, K. A., Breitner, J. C., et al. (1993). Hereditary influences on cognitive functioning in older men: a study of 4000 twin pairs. Archives of Neurology, 50(6),

49 Références (suite) Devanand, D. P., Kim, M. K., Paykina, N., & Sackeim, H. A. (2002). Adverse life events in elderly patients with major depression or dysthymic disorder and in healthy-control subjects. American Journal Geriatric Psychiatry, 10, Dickson-Swiff, V.A., James, E. L., & Kippen, S. (2005). The experience of living with a problem gambler: spouses and partners speak out. Journal of Gambling Issues, 13. doi: /jgi Erickson, L., Molina, C. A., Ladd, G. T., Pietrzak, R. H., & Petry, N. M. (2005). Problem and pathological gambling are associated with poored mental and physical health in older adults. International Journal of Geriatric Psychiatry, 20, doi: /gps.1357 Ferland, F., Fournier, P.-M., Ladouceur, K, Lemay, M., Montminy-Roberge, A.-S., Noury, D., & Turcotte, M.-C. (2006). Characteristics of Gamblers Taking Chartered Day-Trips to Casinos. Canadian Journal of Community and Mental Health 21, Récupéré de Ferland, F., Savard, C., Ladouceur, R., Fournier, P. M., Drouin-Maziade, C., & Giroux, I. (2009). Jeu et consommation de substances psychoactives: Les habitudes des jeunes adultes au Québec. Alcoologie et addictologie, 31(4), Ferris, J. & Wynne, H. (2001). The Canadian Problem Gambling Index : Final report. Ottawa : Canadian Center on Substance Abuse 50

50 Références (suite) Guest, G., & MacQueen, K. M. (Eds.). (2008). Handbook for team-based qualitative research. Rowman Altamira Hagen, B., Nixon, G., & Solowoniuk, J. (2005). Stacking the odds : A phenomenological study of non-problem gambling in later life. Canadian Journal on Aging, 24(4), Hope, J., & Havir, L. (2002). You bet they're having fun! Older Americans and casino gambling. Journal of Aging Studies, 16(2), Ibàñez, A., Blanco, C., Donahue, E., Lesieur, H. R., Pérez de Castro, I., Fernández-Piqueras, J., Sáiz-Ruiz, J. (2001). Psychiatric comorbidity in pathological gamblers seeking treatment. American Journal of Psychiatry, 158, Kallick, M., Suits, D., Dielman, T., & Hybels, J. (1976). Survey of American gambling attitudes and behaviours, n Washington, DC : U.S. Government Printing Office. 51 Kairouz, S., & Nadeau, L. (2011). Enquête ENHJEU Portrait des habitudes de jeu au Québec: Prévalence, incidence et trajectoires sur quatre ans. Montréal, Canada: Fonds de recherche sur la société et la culture. Récupéré de: Ladouceur, R., Jacques, C., Chevalier, S., Sévigny, S., & Hamel, D. (2005). Prevalence of pathological gambling in Quebec in Canadian Journal of Psychiatry, 50,

51 Références (suite) 52 Levens, S., Dyer, A.-M., Zubritsky, C., Knott, K., & Oslin, D.W. (2005). Gambling among older, primary-care patients : An important public health concern. American Journal of Geriatric Psychiatry, 13(1), Mendez, M. F., Bronstein, Y. L., & Christine, D. L. (2000). Excessive sweepstakes participation by persons with dementia. Journal of the American Geriatric Society, 48, National Gambling Impact Study Commission. (1999). Final report. Washington, DC : U.S. Government Printing Office. Nelson, I. A. (2010). From quantitative to qualitative : Adapting the Life History Calendar method. Field Méthodes, 22, doi: / X Nower, L., & Blaszczynski, A. (2008). Characteristics of problem gamblers 56 years of age or older : A statewide study of casino self-excluders. Psychology and Aging, 23(3), O Brien Cousins, S., & Witcher, C. (2004). Older women living the bingo stereotype : 'well, so what? I play bingo. I'm not out drinkin'. I'm not out boozin''. International Gambling Studies, 4(2), Pachana, N. A. & Byrne, G. J. (2012). The Geriatric Anxiety Inventory: International use and future directions. Australian Psychologist, 47,

52 Références (suite) 53 Petry, N. M., & Pietrzak, R. H. (2004). Comorbidity of substance use and gambling disorders. In. Kranzler, H. R., & Tinsley, J. A., eds. Dual diagnosis and psychiatric treatment: substance abuse and comorbid disorders, 2nd edn., pp New York: Marcel Dekker. Philips, W. J. (2009). Senior casino gaming motivation and gamging intention: An extended theory of planned behavior model (Doctoral dissertation, Kansas State University). Retrieved from: Philippe, F., & Vallerand, R. J. (2007). Prevalence rates of gambling problems in Montreal, Canada: A look at old adults and the role of passion. Journal of Gambling Studies, 23, doi: /s Potenza, M. N., Steinberg, M. A., Wu, R., Rounsaville, B. J., & O Malley, S. S. (2006). Characteristics of Older Adult Problem Gamblers Calling a Gambling Helpline. Journal of Gambling Study, 22, Preston, F. W., Shapiro, P. D., & Keene, J. R. (2007). Successful aging and gambling: Predictors of gambling risk among older adults in Las Vegas. American Behavioral Scientist, 5, doi: / Richard, L., Gauvin, L., Gosselin, C. & Laforest, S. (2009). Staying connected: Correlates of social participation among older adults living in an urban environment in Montréal, Québec. Health Promotion International, 24, doi: /heapro/dan039

53 Références (suite) Schellenberg, G., & Turcotte, M. (2006). A portrait of seniors in Canada. Retrieved from Shaffer, H., Vander Bilt, J., & Hall, M. N. (1997). Estimating the prevalence of disordered gambling behavior in the United States and Canada: A meta-analysis. Harvard Medical School. Statistique Canada (2005a). Projections démographiques pour le Canada, les provinces et les territoires. Ottawa : Statistique Canada, n au catalogue Statistique Canada (2005b). Dépendance, problèmes chroniques et douleur chez les personnes âgées (rapport n ). Ottawa, ON : Statistique Canada. Thompson, W. N., Gazel, R., & Rickman, D. (2012). Social costs of gambling: a comparative study of nutmeg and cheese state gamblers. Gambling Research & Review Journal, 5(1), Tremblay, J., Rouillard, P., & Sirois, M. (2001). Dépistage/évaluation du besoin d aide Alcool/Drogues. Service de recherche CRUV/CRAT-CA, Québec. Tiré de 54 Tremblay, J., Rouillard, P., April, M., & Sirois, M. (2001). DÉBA-A/D Dépistage/évaluation du besoin d aide-alcool/drogues. Manuel d utilisation (version 1.7). Québec, Qc, Canada: ALTO/Centre de réadaptation Ubald-Villeneuve.

54 Références (suite) Vander Bilt, J., Dodge, H. H., Pandav, R., Shaffer, H. J., & Ganguli, M. (2004). Gambling participation and social support among older adults : A longitudinal community study. Journal of Gambling Studies, 20, doi: /sl Vézina, J., Cappeliez, P., & Landreville, P. (2007). Psychologie gérontologique (2e Éd.). Montréal: Gaétan Morin Éditeur. Wiebe, J.M.D., & Cox, B.J. (2005). Problem and probable pathological gambling among older adults assessed by the SOGS-R. Journal of Gambling Studies, 21(2),

Jeux de hasard d argent &CHEZ LES 55 ANS ET PLUS

Jeux de hasard d argent &CHEZ LES 55 ANS ET PLUS Jeux de hasard d argent &CHEZ LES 55 ANS ET PLUS DÉPÔT LÉGAL Bibliothèques et Archives nationales du Québec Bibliothèques et Archives Canada ISBN 978-2-9810903-5-5 Cet outil de transfert de connaissances

Plus en détail

Trajectoires de vie des aînés aux prises avec des problèmes de jeu

Trajectoires de vie des aînés aux prises avec des problèmes de jeu Trajectoires de vie des aînés aux prises avec des problèmes de jeu Maude Poupard, candidate au doctorat en psychologie, D.Psy., Université Laval Bourses du CDC-IUD pour rédaction intensive du mémoire doctoral

Plus en détail

Trajectoire rétrospective de jeu et influence des aspects financiers et sociaux sur la participation au jeu des adultes âgés de 55 ans et plus

Trajectoire rétrospective de jeu et influence des aspects financiers et sociaux sur la participation au jeu des adultes âgés de 55 ans et plus Trajectoire rétrospective de jeu et influence des aspects financiers et sociaux sur la participation au jeu des adultes âgés de 55 ans et plus Chercheur principal Isabelle Giroux, Université Laval Co-chercheur(s)

Plus en détail

Les Déterminants et Conséquences du Jeu pour le Bien-Être des Aînés

Les Déterminants et Conséquences du Jeu pour le Bien-Être des Aînés Les Déterminants et Conséquences du Jeu pour le Bien-Être des Aînés XXXIXe Colloque Trois-Rivières, 2011 Robert J. Vallerand, Ph.D., FRSC Ariane St-Louis, M.A. Laboratoire de Recherche sur le Comportement

Plus en détail

Portrait du jeu au Québec : Prévalence, incidence et trajectoires sur 10 ans

Portrait du jeu au Québec : Prévalence, incidence et trajectoires sur 10 ans Portrait du jeu au Québec : Prévalence, incidence et trajectoires sur 10 ans Sylvia Kairouz, Ph.D. Professeure agrégée Titulaire de la Chaire de recherche sur le jeu Département de sociologie et d anthropologie

Plus en détail

Prévalence et évolution des jeux de hasard et d argent en ligne : données du québec

Prévalence et évolution des jeux de hasard et d argent en ligne : données du québec Prévalence et évolution des jeux de hasard et d argent en ligne : données du québec Sylvia Kairouz, Ph.D. chaire de recherche sur l étude du jeu Département de sociologie et d anthropologie Université

Plus en détail

HABITUDES PROBLÉMATIQUES DE JEUX DE

HABITUDES PROBLÉMATIQUES DE JEUX DE HABITUDES PROBLÉMATIQUES DE JEUX DE HASARD ET D ARGENT À L ADOLESCENCE: DE L EXPÉRIENCE À UNE RATIONALISATION SOCIALE Annie-Claude Savard, M. Serv. Soc., candidate au doctorat, École de Service Social,

Plus en détail

Existe-t-il des différences entre les caractéristiques des joueurs d appareils de loterie vidéo selon les sites de jeu fréquentés?

Existe-t-il des différences entre les caractéristiques des joueurs d appareils de loterie vidéo selon les sites de jeu fréquentés? Existe-t-il des différences entre les caractéristiques des joueurs d appareils de loterie vidéo selon les sites de jeu fréquentés? Activité de transfert des connaissances Multiples facettes du jeu Rencontre

Plus en détail

Concordance entre le SOGS-RA et les critères du jeu pathologique du DSM-IV chez les jeunes

Concordance entre le SOGS-RA et les critères du jeu pathologique du DSM-IV chez les jeunes Résumé de recherche Concordance entre le SOGS-RA et les critères du jeu pathologique du DSM-IV chez les jeunes Robert Ladouceur, Ph.D. 1 Francine Ferland, Ph.D. Christiane Poulin, M.D., M.Sc., F.R.C.P.C.

Plus en détail

Le taux de retour au joueur, un des facteurs de risque du jeu problématique liés à l'offre de jeu

Le taux de retour au joueur, un des facteurs de risque du jeu problématique liés à l'offre de jeu Le taux de au joueur, un des facteurs de risque du jeu problématique liés à l'offre de jeu 1 JEAN-MICHEL COSTES OBSERVATOIRE DES JEUX 5èmes Assises nationales de la FFA Paris 27 septembre 2012 Plan 2 duction

Plus en détail

Toute utilisation du contenu de cette présentation est autorisée, à condition d en aviser l auteur et de citer la source.

Toute utilisation du contenu de cette présentation est autorisée, à condition d en aviser l auteur et de citer la source. Toute utilisation du contenu de cette présentation est autorisée, à condition d en aviser l auteur et de citer la source. Ma famille, mon milieu, mes amis et ce que je suis, cela compte aussi! Alain Marchand

Plus en détail

LES MACHINES COLLECTION SAVOIR POUR CHOISIR

LES MACHINES COLLECTION SAVOIR POUR CHOISIR LES MACHINES COLLECTION SAVOIR POUR CHOISIR SAVOIR POUR CHOISIR Si vous aimez jouer aux machines à sous ou aux appareils de loterie vidéo, cette publication est pour vous. Elle pourrait vous aider à limiter

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE COGNITIVE ET COMPORTEMENTALE DU JOUEUR PATHOLOGIQUE (Jeux de hasard et d argent)

LA PRISE EN CHARGE COGNITIVE ET COMPORTEMENTALE DU JOUEUR PATHOLOGIQUE (Jeux de hasard et d argent) LA PRISE EN CHARGE COGNITIVE ET COMPORTEMENTALE DU JOUEUR PATHOLOGIQUE (Jeux de hasard et d argent) Colloque Européen et International THS 10, le 14 octobre 2011 Marthylle LAGADEC Marie GRALL-BRONNEC,

Plus en détail

Consommation d alcool et de drogues et traumatisme cranio-cérébral

Consommation d alcool et de drogues et traumatisme cranio-cérébral Consommation d alcool et de drogues et traumatisme cranio-cérébral Nadia L Espérance, Ph. D. Nadia_lesperance@ssss.gouv.qc.ca Agente de planification, programmation et recherche Chercheure en établissement

Plus en détail

«Les jeux en ligne, quelle influence en France?»

«Les jeux en ligne, quelle influence en France?» Les multiples facettes du jeu Québec, 30 mai 2012 «Les jeux en ligne, quelle influence en France?» M. Grall-Bronnec, G. Bouju, M. Lagadec J. Caillon, J.L. Vénisse Le contexte des jeux de hasard et d argent

Plus en détail

Le coût social du jeu excessif

Le coût social du jeu excessif Le coût social du jeu excessif Jeu et précarité Programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu Claude Jeanrenaud Dimitri Kohler Institut de recherches économiques Université de Neuchâtel

Plus en détail

Au cours de votre vie. Au cours des 12 derniers mois Moins d une fois par mois. Plus d une fois par semaine. Une fois par mois. Une fois par semaine

Au cours de votre vie. Au cours des 12 derniers mois Moins d une fois par mois. Plus d une fois par semaine. Une fois par mois. Une fois par semaine Le SOGS (South Oaks Gambling Screen) (American Journal of Psychiatry, 1987) 1.Indiquez quel (s) type (s) de jeu vous avez déjà pratiqué au cours de votre vie et pour chaque jeu spécifiez combien de fois

Plus en détail

LE PHÉNOMÈNE DU POKER : ÉTAT DE LA SITUATION ET RÉFLEXION CRITIQUE

LE PHÉNOMÈNE DU POKER : ÉTAT DE LA SITUATION ET RÉFLEXION CRITIQUE LE PHÉNOMÈNE DU POKER : ÉTAT DE LA SITUATION ET RÉFLEXION CRITIQUE Magali Dufour, Ph.D. Faculté de médecine et des sciences de la Santé Natacha Brunelle, Ph.D. Université du Québec à Trois-Rivières Sévrine

Plus en détail

La Fondation des maladies mentales

La Fondation des maladies mentales La Fondation des maladies mentales Fondée en 1980 par Dr Yves Lamontagne, psychiatre Mission: la prévention des maladies mentales Programmes de sensibilisation et de prévention Pour les jeunes des écoles

Plus en détail

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 %

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % 4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % Prévenir le jeu excessif chez les adolescents C est toujours gagnant! Pourquoi ce dépliant? [ ] Le rôle des parents est déterminant dans la prévention du jeu excessif

Plus en détail

Les jeux de hasard et d'argent chez les personnes aînées: état de la situation

Les jeux de hasard et d'argent chez les personnes aînées: état de la situation Les jeux de hasard et d'argent chez les personnes aînées: état de la situation Chercheur principal Robert J. Vallerand, Université du Québec à Montréal Co-chercheur(s) Frédéric Guay, Université Laval Établissement

Plus en détail

Jeu problématique / pathologique: quels mécanismes psychologiques? Martial Van der Linden

Jeu problématique / pathologique: quels mécanismes psychologiques? Martial Van der Linden Jeu problématique / pathologique: quels mécanismes psychologiques? Martial Van der Linden Unité de Psychopathologie et Neuropsychologie Cognitive, Université de Genève Jeu problématique / pathologique:

Plus en détail

9.11 Les jeux de hasard et d argent

9.11 Les jeux de hasard et d argent 9.11 Les jeux de hasard et d argent Maud Pousset, Marie-Line Tovar 288 Les jeux de hasard et d argent (JHA) constituent une activité ancienne et répandue, mais longtemps interdite. Leur offre s est étoffée,

Plus en détail

Jeux d argent problème de jeu jeu pathologique

Jeux d argent problème de jeu jeu pathologique Tabac, alcool, drogues, jeux de hasard et d argent Àl heure de l intégration des pratiques Jeux d argentd Serge Chevalier Élisabeth Papineau Silo No. 5 Denis Tremblay, 1998 Jeux d argent problème de jeu

Plus en détail

Soutenir et Accompagner une Personne Âgée qui Parle de la Mort et du Suicide

Soutenir et Accompagner une Personne Âgée qui Parle de la Mort et du Suicide Soutenir et Accompagner une Personne Âgée qui Parle de la Mort et du Suicide Journée Régionale sur le Suicide et les Aînés de Laval Jeudi 6 Février 2014 Atelier de Sensibilisation offert en partenariat

Plus en détail

Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale

Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale Derniers résultats de la recherche Gregor Waller, MSc Berne, le 7 mars 2013 Forum national

Plus en détail

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les

Plus en détail

Prévalence et utilisation des services. la consommation des substances. du jeu de hasard

Prévalence et utilisation des services. la consommation des substances. du jeu de hasard ANDRÉ NGAMINI NGUI chercheur, Centre de réadaptation en dépendance de Montréal Institut universitaire (CRDM-IU) et Université du Québec à Montréal Prévalence et utilisation des services dans le domaine

Plus en détail

L engagement et le désengagement des jeunes dans le sport. Le projet européen PAPA et l Empowering Coaching TM

L engagement et le désengagement des jeunes dans le sport. Le projet européen PAPA et l Empowering Coaching TM L engagement et le désengagement des jeunes dans le sport. Le projet européen PAPA et l Empowering Coaching TM Tenero, 25-26.01.2013 Prof. Philippe Sarrazin Laboratoire Sport et Environnement Social Université

Plus en détail

L ALCOOL AUX TABLES DE JEU : UN CHOIX DE SOCIÉTÉ

L ALCOOL AUX TABLES DE JEU : UN CHOIX DE SOCIÉTÉ L ALCOOL AUX TABLES DE JEU : UN CHOIX DE SOCIÉTÉ Avis présenté par le Centre Dollard-Cormier Institut universitaire sur les dépendances À la Commission de la santé et des services sociaux Consultations

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Les souffrances des adolescents sont réelles et conséquentes, dans une période du développement de la personne, empreinte de bouleversements.

Plus en détail

Synthèse. Jeux d argent. Internet et jeux vidéo. Comparaison avec les apprentis

Synthèse. Jeux d argent. Internet et jeux vidéo. Comparaison avec les apprentis ENQUÊTE SUR LA PRATIQUE D INTERNET, DES JEUX VIDEO ET JEUX D ARGENT PAR DES COLLEGIENS PAS C AL E SCH AL B E T T E R, LIC.ES.SOC. C O L L AB O R AT R I C E S C I E N T I F I Q U E AD D I C T I O N VAL

Plus en détail

Version complète disponible sur demande.

Version complète disponible sur demande. Sommaire exécutif «Monitoring Card» Stratégies de pré-engagement Réalisé en collaboration avec le Centre de liaison sur l intervention et la prévention psychosociales (CLIPP). Le présent document présente

Plus en détail

Projet de création. Document explicatif. Association canadienne pour la santé mentale Chaudière-Appalaches

Projet de création. Document explicatif. Association canadienne pour la santé mentale Chaudière-Appalaches Projet de création Document explicatif Association canadienne pour la santé mentale Chaudière-Appalaches Pour plus d informations : info@acsm-ca.qc.ca www.acsm-ca.qc.ca Mise en contexte En vue de la campagne

Plus en détail

LE SOUTIEN DES PAIRS AIDANTS EN SANTÉ MENTALE SUR UN FORUM INTERNET: QUELS RÔLES PEUVENT- ILS JOUER?

LE SOUTIEN DES PAIRS AIDANTS EN SANTÉ MENTALE SUR UN FORUM INTERNET: QUELS RÔLES PEUVENT- ILS JOUER? LE SOUTIEN DES PAIRS AIDANTS EN SANTÉ MENTALE SUR UN FORUM INTERNET: QUELS RÔLES PEUVENT- Projet d intégration ILS JOUER? Maude Forcier, Étudiante à la maîtrise professionnelle à l Université de Montréal

Plus en détail

Addictions sexuelles Les stratégies thérapeutiques pour réajuster une sexualité compulsive

Addictions sexuelles Les stratégies thérapeutiques pour réajuster une sexualité compulsive Addictions sexuelles Les stratégies thérapeutiques pour réajuster une sexualité compulsive PARIS CSAPA BIZIA Dr Daulouède (Bayonne) lagadecaddiction@gmail.com Marthylle LAGADEC Psychologue clinicienne

Plus en détail

Leçons apprises à la suite de la fusillade au Collège Dawson : l organisation des services psychosociaux d urgence

Leçons apprises à la suite de la fusillade au Collège Dawson : l organisation des services psychosociaux d urgence Cette présentation a été effectuée le 24 novembre 2014 au cours de la journée «De New York à Lac-Mégantic : accompagner le rétablissement de la communauté après un sinistre» dans le cadre des 18 es Journées

Plus en détail

PRIS AU JEU? Information et conseils pour les proches

PRIS AU JEU? Information et conseils pour les proches PRIS AU JEU? Information et conseils pour les proches 1. Qu est-ce que le jeu problématique? Lorsque le jeu occasionnel et récréatif devient plus qu un simple divertissement, on parle de jeu problématique.

Plus en détail

TDAH et troubles concomitants chez l adulte

TDAH et troubles concomitants chez l adulte TDAH et troubles concomitants chez l adulte Le trouble déficitaire de l attention avec hyperactivité (TDAH) chez l adulte est une affection médicale reconnue qui requiert souvent une intervention médicale

Plus en détail

AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec

AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec EN RÉACTION AU DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LE PLAN D ACTION EN SANTÉ MENTALE 2014-2020 Déposé dans le cadre du Forum national

Plus en détail

LE RÔLE DU POKER EN LIGNE DANS LES TRAJECTOIRES DE JEU DE HASARD ET D ARGENT

LE RÔLE DU POKER EN LIGNE DANS LES TRAJECTOIRES DE JEU DE HASARD ET D ARGENT LE RÔLE DU POKER EN LIGNE DANS LES TRAJECTOIRES DE JEU DE HASARD ET D ARGENT Magali Dufour, Ph.D. Élise Roy, MD., MSc. Université de Sherbrooke et Natacha Brunelle, Ph.D. Université du Québec à Trois-Rivières

Plus en détail

Comment engager une personne durablement dans une activité physique

Comment engager une personne durablement dans une activité physique Comment engager une personne durablement dans une activité physique Christine LE SCANFF «PSYCHOLOGIE DES PRATIQUES PHYSIQUES» Université Paris-Sud 11, UFR STAPS OBJECTIFS Quels sont les modèles théoriques

Plus en détail

Les indicateurs psychosociaux et biologiques d évaluation des problèmes de santé mentale au travail et leur utilisation lors de l intervention

Les indicateurs psychosociaux et biologiques d évaluation des problèmes de santé mentale au travail et leur utilisation lors de l intervention Les indicateurs psychosociaux et biologiques d évaluation des problèmes de santé mentale au travail et leur utilisation lors de l intervention Alain Marchand Pierre Durand École de relations industrielles

Plus en détail

PRÉVALENCE DES HABITUDES DE JEU ET DU JEU PATHOLOGIQUE AU QUÉBEC EN 2002

PRÉVALENCE DES HABITUDES DE JEU ET DU JEU PATHOLOGIQUE AU QUÉBEC EN 2002 PRÉVALENCE DES HABITUDES DE JEU ET DU JEU PATHOLOGIQUE AU QUÉBEC EN 2002 Février 2004 AUTEURS Robert Ladouceur Centre québécois d excellence pour la prévention et le traitement du jeu de l Université Laval

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

Programme d aide aux employés. Par Denis GOBEILLE

Programme d aide aux employés. Par Denis GOBEILLE Programme d aide aux employés Par Denis GOBEILLE Les difficultés des employés Santé mentale au Canada 1 Canadien sur 10 souffre de l'une ou l'autre des affections suivantes D une dépression; De manies;

Plus en détail

Prenez note que l horaire est maintenant de 8 h 30 à 16 h

Prenez note que l horaire est maintenant de 8 h 30 à 16 h LES JEUDIS DE L INSTITUT (Jeudis CDC- IUD) Formation, consultation et enseignement PROGRAMMATION 2013-2014 INITIATION AUX CONCEPTS DE BASE EN DÉPENDANCE 26 septembre 2013 SENSIBILISATION À L APPROCHE MOTIVATIONNELLE

Plus en détail

Améliorer la santé mentale en entreprise

Améliorer la santé mentale en entreprise Améliorer la santé mentale en entreprise Considérer les facteurs individuels et organisationnels dans une approche globale et intégrée de prévention Dans ce document Que nous apprend la plus importante

Plus en détail

Karine Côté, Ph.D. Professeure adjointe

Karine Côté, Ph.D. Professeure adjointe Karine Côté, Ph.D. Professeure adjointe FORMATION 1999-2002 Post-doctorat, Law and Mental Health Program, Centre for Addiction and Mental Health et Université de Toronto. 1999 Ph.D. Psychologie - Recherche

Plus en détail

LA PSYCHOLOGIE DU JEU, OÙ EN SOMMES-NOUS? (recherche)

LA PSYCHOLOGIE DU JEU, OÙ EN SOMMES-NOUS? (recherche) Recherche Publications Information Problème de jeu? Qui sommes-nous? LA PSYCHOLOGIE DU JEU, OÙ EN SOMMES-NOUS? (recherche) Le bulletin «La psychologie du jeu, où en sommes-nous?» s adresse à toute personne

Plus en détail

Sommaire exécutif «Monitoring Card» Stratégies de pré-engagement

Sommaire exécutif «Monitoring Card» Stratégies de pré-engagement Centre de liaison sur l intervention et la prévention psychosociales (CLIPP) Sommaire exécutif «Monitoring Card» Stratégies de pré-engagement 27 février 2012 1 Tous droits de reproduction, de traduction

Plus en détail

Jeu Responsable. Pour que le jeu reste un jeu, fixez vos limites!

Jeu Responsable. Pour que le jeu reste un jeu, fixez vos limites! Jeu Responsable Pour que le jeu reste un jeu, fixez vos limites! INTRODUCTION Garantir une offre sécurisée pour jouer en toute sérénité La Loterie Nationale vous garantit une offre sécurisée de jeux attractifs

Plus en détail

Séminaire d intégration

Séminaire d intégration Séminaire d intégration Le processus de transition, d un milieu de vie à un autre, chez la personne âgée. Présenté par : Joanie Dufour Marc-André Fleurent Audrey Hébert-Semco Audrey Lanoie Marie-Pier Martel

Plus en détail

LES HABITUDES DE JEU CHEZ

LES HABITUDES DE JEU CHEZ LES HABITUDES DE JEU CHEZ UNE POPULATION DE 50 ANS ET PLUS DE LA RÉGION DE LA MAURICIE ET DU CENTRE-DU-QUÉBEC NADIA L ESPÉRANCE MAXIME GAGNON JEAN-MARC MÉNARD JUILLET 2010 TABLE DES MATIÈRES page INTRODUCTION...

Plus en détail

La prévention des conduites addictives en collectivité

La prévention des conduites addictives en collectivité Colloque SANTE SECURITE AU TRAVAIL Les collectivités territoriales face aux conduites addictives Alcool, drogues, médicaments,... Comment prévenir et gérer les consommations et addictions des agents? Laurent

Plus en détail

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009 L aide aux aidants Aude Comberieu Psychologue clinicienne Hôpital Émile Roux Capacité de gériatrie mars 2009 Définition L aidant naturel L aidant non professionnel L aidant familial «L aidant familial

Plus en détail

Santé mentale: Prévenir, Gérer l absence et Favoriser le retour au travail

Santé mentale: Prévenir, Gérer l absence et Favoriser le retour au travail Santé mentale: Prévenir, Gérer l absence et Favoriser le retour au travail Michèle Parent, MScA, CRHA Vice-présidente adjointe, Invalidité groupe, Québec et Est de l Ontario 1er décembre 2014 PRÉVENIR,

Plus en détail

Cyberdépendance, une problématique en émergence

Cyberdépendance, une problématique en émergence Cyberdépendance, une problématique en émergence Présentée par Catherine Richard Travailleuse sociale, Équipe Jeu Pathologique Adaptation de la présentation de Marie-Michèle Lecours, stagiaire à la Maîtrise

Plus en détail

RELATIONS AGENTS-APPRENANTAPPRENANT. Processus: Modeling, renforcement, interaction sociale.. Agents: Parents, pairs, école, médias

RELATIONS AGENTS-APPRENANTAPPRENANT. Processus: Modeling, renforcement, interaction sociale.. Agents: Parents, pairs, école, médias Université de Lyon II Janvier 2014 Choix de la méthode de recherche: Aspects pratiques Marie J. Lachance Professeure titulaire Sciences de la consommation Université Laval, Québec Question et problématique

Plus en détail

LE JEU CHEZ LES JEUNES

LE JEU CHEZ LES JEUNES LE JEU CHEZ LES JEUNES NOTRE POLITIQUE : 19 ANS ET PLUS Le jeu est une option de divertissement pour les adultes. Dans cette perspective, Loto Atlantique s engage à continuer de soutenir les initiatives

Plus en détail

en Mauricie et au Centre-du-Québec, ESCC cycle 1.1 (2000-2001)

en Mauricie et au Centre-du-Québec, ESCC cycle 1.1 (2000-2001) Analyse des données de santé mentale -, ESCC cycle 1.1 (2000-) Avant-propos Ce document traite des principaux résultats régionaux de l ESCC 1.1 portant sur la santé mentale. Les indicateurs présentés ici

Plus en détail

La prévention, un travail d éd. équipe. Le programme PEC, une intervention multimodale. et de leurs parents. Martin Gendron, Ph.D.

La prévention, un travail d éd. équipe. Le programme PEC, une intervention multimodale. et de leurs parents. Martin Gendron, Ph.D. La prévention, un travail d éd équipe : Le programme PEC, une intervention multimodale auprès s d adolescents d en difficulté de comportement et de leurs parents. Martin Gendron, Ph.D. Université du Québec

Plus en détail

Pour commander ce guide d utilisation et le guide de cotation sur EXCEL qui génère des bilans de façon automatique:

Pour commander ce guide d utilisation et le guide de cotation sur EXCEL qui génère des bilans de façon automatique: ÉCHELLE DES COGNITIONS LIÉES AU JEU Guide d utilisation Auteurs : Marie Grall-Bronnec a), Gaëlle Bouju, Véronique Sébille-Rivain, Philip Gorwood, Claude Boutin b), Jean-Luc Vénisse, Jean-Benoit Hardouin

Plus en détail

État de situation des soins palliatifs au Québec et défis qui nous attendent.

État de situation des soins palliatifs au Québec et défis qui nous attendent. État de situation des soins palliatifs au Québec et défis qui nous attendent. Plan de présentation Le Québec c est État des soins palliatifs au Québec. Éléments de réflexion. Les défis qui nous attendent.

Plus en détail

Enquête sur les cliniques médicales privées au Québec

Enquête sur les cliniques médicales privées au Québec Enquête sur les cliniques médicales privées au Québec Annexe technique à la Note Économique «La médecine privée au Québec» publiée par l Institut économique de Montréal le 5 décembre 2013 Dans le cadre

Plus en détail

Efficacité de la réalité virtuelle pour faciliter la prévention de la rechute auprès de joueurs en traitement

Efficacité de la réalité virtuelle pour faciliter la prévention de la rechute auprès de joueurs en traitement Efficacité de la réalité virtuelle pour faciliter la prévention de la rechute auprès de joueurs en traitement Stéphane Bouchard*, Ph.D. Département de Psychoéducation et de Psychologie Université du Québec

Plus en détail

Les jeux accessibles par Internet sont réservés aux joueurs ayant 18 ans et plus.

Les jeux accessibles par Internet sont réservés aux joueurs ayant 18 ans et plus. oublié? LES JEUX DE LA FIGURENT PARMI LES MOINS RISQUES EN TERMES D ASSUETUDE AU CELA N EMPECHE PAS LA DE SE SENTIR EXTREMEMENT CONCERNEE PAR LES PROBLEMES DE DEPENDANCE AU SI LA MISSION PREMIERE DE LA

Plus en détail

Vous êtes médecin traitant?

Vous êtes médecin traitant? Programme Vous êtes médecin traitant? Que représente ce programme... - pour vous? - pour votre patient? Saviez-vous que...? Chaque année, plus de 30 000 personnes remplissent une demande d indemnité suite

Plus en détail

Portail de bases de données et d'instruments de mesure en santé et sécurité du travail

Portail de bases de données et d'instruments de mesure en santé et sécurité du travail Portail de bases de données et d'instruments de mesure en santé et sécurité du travail Susan Stock (INSPQ, U de M) Alain Marchand (U de M), Alain Delisle (IRSST), Jean Arteau (ÉTS), Marie- France Coutu

Plus en détail

Série «La psychologie peut vous aider» : L état de stress post-traumatique

Série «La psychologie peut vous aider» : L état de stress post-traumatique Série «La psychologie peut vous aider» : La plupart d entre nous avons déjà vécu des expériences effrayantes. Souvent, nous y repensons longtemps après l événement. Chez certaines personnes, ces pensées

Plus en détail

Le guide s articule autour de quatre thèmes, qui sont incontournables pour bien documenter une situation d aliénation parentale ou de risque:

Le guide s articule autour de quatre thèmes, qui sont incontournables pour bien documenter une situation d aliénation parentale ou de risque: GUIDE D ENTREVUE TROUSSE DE SOUTIEN À L ÉVALUATION DU RISQUE D ALIÉNATION PARENTALE Véronique Lachance Marie-Hélène Gagné Ce guide d entrevue a été conçu pour vous aider à documenter les situations familiales

Plus en détail

Lausanne, 22 septembre 2011 P.-A. Michaud, Unité multidisciplinaire de santé des adolescents CHUV, Lausanne

Lausanne, 22 septembre 2011 P.-A. Michaud, Unité multidisciplinaire de santé des adolescents CHUV, Lausanne Jeune, vulnérabilité, société et communication avec l adulte Lausanne, 22 septembre 2011 P.-A. Michaud, Unité multidisciplinaire de santé des adolescents CHUV, Lausanne PLAN DE L EXPOSE Concepts: de l

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL

DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL Jane Prudhomme, étudiante à la maîtrise en carriérologie (UQÀM) OBJECTIFS Objectif général : Travailler le sentiment

Plus en détail

JEUX PATHOLOGIQUES CHEZ LES PERSONNES ÂGÉES (Janvier 2007)

JEUX PATHOLOGIQUES CHEZ LES PERSONNES ÂGÉES (Janvier 2007) JEUX PATHOLOGIQUES CHEZ LES PERSONNES ÂGÉES (Janvier 2007) Entrée de jeu : «Au Québec, les jeux de hasard et d argent se retrouvent sous différentes formes comme les casinos, les jeux de cartes, les loteries,

Plus en détail

VIH et Vieillissement

VIH et Vieillissement LIVRET D INFORMATION VIH et Vieillissement en Haute-Normandie Bien vieillir avec le VIH 1 2 VIH/SIDA la prise en charge des personnes vivant avec le VIH en Haute-Normandie Plus de 15 000 patients vivant

Plus en détail

Etat de la connaissance sur la santé des immigrants au Canada

Etat de la connaissance sur la santé des immigrants au Canada Etat de la connaissance sur la santé des immigrants au Canada Marie Hélène Chomienne PLRS 2011 Université d Ottawa IRHM 4E COLLOQUE INTERNATIONAL DES PROGRAMMES LOCAUX ET RÉGIONAUX DE LA SANTÉ (PLRS) 27

Plus en détail

Evaluation de l'addiction : DSM-5

Evaluation de l'addiction : DSM-5 Evaluation de l'addiction : DSM-5 Source : American Psychiatric Association. (2013). Diagnostic and statistical manual of mental disorders (5th ed.) Mode d utilisation inadapté d'un produit conduisant

Plus en détail

Pierre Durand, Ph. D., MBA! Nancy Beauregard, Ph. D.! Alain Marchand, Ph. D.! Andrée Demers, Ph. D.!

Pierre Durand, Ph. D., MBA! Nancy Beauregard, Ph. D.! Alain Marchand, Ph. D.! Andrée Demers, Ph. D.! Les blessures professionnelles accidentelles et leurs déterminants : vers une meilleure compréheion du rôle joué par le secteur industriel, la profession et le genre! Pierre Durand, Ph. D., MBA! Nancy

Plus en détail

PROGRAMME DE TRAITEMENT DE L ALCOOLISME ET DE LA TOXICOMANIE

PROGRAMME DE TRAITEMENT DE L ALCOOLISME ET DE LA TOXICOMANIE PROGRAMME DE TRAITEMENT DE L ALCOOLISME ET DE LA TOXICOMANIE Vous êtes-vous déjà questionné sur votre consommation d alcool ou de drogue? Votre consommation a-t-elle affecté votre santé, vos relations

Plus en détail

Étude pilote sur l insécurité alimentaire chez la clientèle atteinte de troubles mentaux graves*

Étude pilote sur l insécurité alimentaire chez la clientèle atteinte de troubles mentaux graves* Étude pilote sur l insécurité alimentaire chez la clientèle atteinte de troubles mentaux graves* Jeudi, 16 mai 2013 Gabrielle Massé, étudiante au baccalauréat en sciences biomédicales, 3 e année Sous la

Plus en détail

Impact d une action de prévention ciblée sur les comportements de prévention du mélanome. Un essai contrôlé randomisé en cluster

Impact d une action de prévention ciblée sur les comportements de prévention du mélanome. Un essai contrôlé randomisé en cluster Impact d une action de prévention ciblée sur les comportements de prévention du mélanome Un essai contrôlé randomisé en cluster Financement : INCa INSERM / IRESP Cédric RAT, G. QUEREUX, C. RIVIERE, S.

Plus en détail

PLAN DE VISIBILITÉ 2012-2013 T. 418.266.3186 C. 418.930.7337. Centre Cyber-aide 125 Boulevard Charest Est, bureau 201 Québec (Québec) G1L 2Z8

PLAN DE VISIBILITÉ 2012-2013 T. 418.266.3186 C. 418.930.7337. Centre Cyber-aide 125 Boulevard Charest Est, bureau 201 Québec (Québec) G1L 2Z8 PLAN DE VISIBILITÉ 2012-2013 Centre Cyber-aide 125 Boulevard Charest Est, bureau 201 Québec (Québec) G1L 2Z8 T. 418.266.3186 C. 418.930.7337 www.centrecyber-aide.com LE CENTRE CYBER-AIDE Le CENTRE CYBER-AIDE

Plus en détail

Institut national de santé publique du Québec

Institut national de santé publique du Québec POUR UNE PERSPECTIVE DE SANTÉ PUBLIQUE DES JEUX DE HASARD ET D ARGENT Estimation des montants misés par joueur selon le jeu Institut national de santé publique du Québec Novembre 2001 AUTEURS Serge Chevalier

Plus en détail

Prenez note que l horaire est maintenant de 8 h 30 à 16 h

Prenez note que l horaire est maintenant de 8 h 30 à 16 h LES JEUDIS DE L INSTITUT (Jeudis CDC-IUD) PROGRAMMATION 2013-2014 Formation, consultation et enseignement INITIATION AUX CONCEPTS DE BASE EN DÉPENDANCE 26 septembre 2013 SENSIBILISATION À L APPROCHE MOTIVATIONNELLE

Plus en détail

Programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu (PILDJ) Actions neuchâteloises

Programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu (PILDJ) Actions neuchâteloises 1 Programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu (PILDJ) Actions neuchâteloises Luca Fumagalli Adjoint au chef du Service des établissements spécialisés et délégué du canton au groupe d accompagnement

Plus en détail

Les Québécois et leurs habitudes de jeu: Prévalence, incidence et trajectoires sur 4 ans

Les Québécois et leurs habitudes de jeu: Prévalence, incidence et trajectoires sur 4 ans Les Québécois et leurs habitudes de jeu: Prévalence, incidence et trajectoires sur 4 ans Chercheur principal Sylvia Kairouz, U. Concordia Co-chercheur(s) Louise Nadeau, U. de Montréal Nom des partenaires

Plus en détail

Les jeux de hasard et d argent et les aînés : perspectives des intervenants sur les risques, les impacts et la prévention

Les jeux de hasard et d argent et les aînés : perspectives des intervenants sur les risques, les impacts et la prévention perspectives des intervenants sur les risques, les impacts et la prévention INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Rapport de recherche Les jeux de hasard et d argent et les aînés : perspectives

Plus en détail

LA CARIE DE LA PETITE ENFANCE JASP 2005 Dr Roger Bélanger Dre Suzanne Hébert DRSP Québec Déroulement de la présentation Définition Carie de la petite enfance sévère Connaissances actuelles Recommandations

Plus en détail

Le jeu pathologique est une maladie chronique, progressive, apparentée à une dépendance et qui peut même être fatale.

Le jeu pathologique est une maladie chronique, progressive, apparentée à une dépendance et qui peut même être fatale. révention en pratique médicale DIRECTION DE LA SANTÉ PUBLIQUE Garder notre monde en santé LE JEU PATHOLOGIQUE La dépendance au jeu : un problème de santé à dépister Le jeu pathologique est une maladie

Plus en détail

Remerciements : Attitudes et recours à la violence physique et psychologique dans l éducation des enfants au Québec de 1999 à 2004

Remerciements : Attitudes et recours à la violence physique et psychologique dans l éducation des enfants au Québec de 1999 à 2004 Attitudes et recours à la violence physique et psychologique dans l éducation des enfants au Québec de 1999 à 2004 Marie-Ève Clément Département de psychoéducation et de psychologie Université du Québec

Plus en détail

FORMATION THÉORIQUE. Trait d Union TM

FORMATION THÉORIQUE. Trait d Union TM TM FORMATION THÉORIQUE Laurier Fortin, titulaire de la chaire CSRS Marie-France Bradley, Amélie Plante et Marielle Thibaudeau, psychoéducatrices et professionnelles de recherche PLAN DE LA PRÉSENTATION

Plus en détail

Interventions Parentales pour les problèmes de comportements

Interventions Parentales pour les problèmes de comportements Interventions Parentales pour les problèmes de comportements Leila Ben Amor M.D., M.Sc. Département de Psychiatrie CHU Sainte-Justine Université de Montréal 1 Dr Leila Ben Amor -Conflits d intérêts potentiels-

Plus en détail

ET TRAJECTOIRES SUR 4 ANS

ET TRAJECTOIRES SUR 4 ANS PORTRAIT DES JOUEURS AU QUEBEC: PREVALENCE, INCIDENCE ET TRAJECTOIRES SUR 4 ANS 2009 Création des variables dérivées Novembre 2010 VARIABLES DÉRIVÉES PORTRAIT DES JOUEURS AU QUEBEC: PREVALENCE, INCIDENCE

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

POUR ÊTRE AIDÉ(E), POUR S INFORMER

POUR ÊTRE AIDÉ(E), POUR S INFORMER DROGUES INFO SERVICE 0 800 23 13 13 WWW.DROGUES-INFO-SERVICE.FR 7 jours sur 7. De 8 à 2 heures. Appel anonyme et gratuit d un poste fixe. Appel depuis un portable au coût d un appel ordinaire : 01 70 23

Plus en détail

Colloque international : les patients dans l'écosystème de santé Enjeux d'information et questions de communication

Colloque international : les patients dans l'écosystème de santé Enjeux d'information et questions de communication Colloque international : les patients dans l'écosystème de santé Enjeux d'information et questions de communication Organisé par l Institut des sciences de la communication La recherche d information santéhors

Plus en détail

Savoir reconnaître et prévenir l exploitation financière

Savoir reconnaître et prévenir l exploitation financière Savoir reconnaître et prévenir l exploitation financière Guide pour les personnes âgées du Manitoba Selon des recherches canadiennes, près de 10 % des personnes âgées du Manitoba seront victimes d une

Plus en détail

Utilisation de données administratives et de données d enquêtes pour l analyse des politiques sociales en matière de santé

Utilisation de données administratives et de données d enquêtes pour l analyse des politiques sociales en matière de santé Jacques Légaré Pierre-Carl Michaud Yann Décarie Michaël Boissonneault Aurélie Côté-Sergent Université de Montréal UQAM et RAND INRS Université de Montréal UQAM Utilisation de données administratives et

Plus en détail