Quand la domination du leader contribue au déclin : analyse de l écosystème d affaires Symbian et rôle de Nokia

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Quand la domination du leader contribue au déclin : analyse de l écosystème d affaires Symbian et rôle de Nokia"

Transcription

1 Interdisciplinary Institute for Innovation Quand la domination du leader contribue au déclin : analyse de l écosystème d affaires Symbian et rôle de Nokia Valérie FAUTRERO Gaël GUEGUEN Working Paper 12-TS-07 June, 2012 Department of Economics and Social Sciences TELECOM ParisTech 46 rue Barrault, Paris, France

2 Quand la domination du leader contribue au déclin : analyse de l écosystème d affaires Symbian et rôle de Nokia. Une version de ce travail est publiée dans la Revue Française de Gestion, vol. 38/ pp Valérie FAUTRERO 1 Gaël GUEGUEN 2 Résumé Symbian est un système d exploitation pour téléphones mobiles, fruit de la collaboration d équipementiers constituant un écosystème d affaires. Cette contribution, utilisant des matériaux qualitatifs et quantitatifs, vise à identifier les étapes du cycle de vie de Symbian afin de les relier à la stratégie du leader et à l implication des autres membres notamment en termes d exclusivité. L analyse longitudinale ( ) permet de constater un accroissement de la domination de son leader apparent, Nokia et un retrait des coopétiteurs. Summary Symbian is an operating system for mobile phones. Being the result of the collaboration of several phone manufacturers sharing a common standard, Symbian can be seen as a business ecosystem. The analysis of its evolution in the years 2000 shows a strengthening of the domination of its leader Nokia and a withdrawal of other coopetitors involved. This article, based on the analysis of both quantitative and qualitative materials, aims at identifying the stages of Symbia's life cycle in order to relate them to the leader's strategy and to the other members' implication. 1 Maître de Conférences en Sciences de Gestion, Université de Toulouse, LTCI-ECOGE, TELECOM Paristech, Institut Telecom. 2 Professeur en stratégie, Université de Toulouse, Toulouse Business School, contact : 1

3 Créée par un consortium d équipementiers en association avec Psion, l entreprise Symbian développe et commercialise, à partir de 1998, un système d exploitation pour téléphones mobiles afin de se démarquer de l offensive de Microsoft (Ancarani et Shankar, 2003 ; Doz et Hunter, 2005 ; West et Wood, 2011). Au milieu des années 1990, le secteur de la téléphonie mobile est émergent; le marché se développe, l attractivité du système d exploitation et de sa plateforme logicielle croît. Symbian rallie de grands équipementiers : Nokia, Motorola, Samsung, Siemens, Sony En 2005, il compte 65% de part de marché mondial. Conséquence du jeu du marché et de l évolution technologique, de nouveaux acteurs issus de l informatique et du Web pénètrent l activité de la téléphonie mobile. Ils arrivent dès 2007 avec leurs savoir-faire, leurs partenaires, leurs puissances financières et marketing. La concurrence s organise, mais pas dans sa forme de «winner take all», à l instar d une guerre de standards classique, où la dimension «hardware» est centrale. La coexistence d alternatives technologiques de type «logiciel», sur un marché doté de nombreux constructeurs, atténue le risque de l option unique. La concurrence se livre par alliances interposées, réunies en écosystèmes d affaires (Moore, 1996), dans le but de s imposer dans les dimensions sociales (valorisation des bases installées, captation de clients, verrouillages), technologiques (captation de brevets, R&D, incrémentation de l existant) et économiques (création de modèles économiques articulés entre gratuits/payants) du produit (Shapiro et Varian, 1999). Les réputations élevées confèrent aux entreprises des avantages concurrentiels non négligeables (Stuart, 1998), facilitant l attrait des utilisateurs finals. Par un effet vertueux (Hill, 1997), l adoption successive par des utilisateurs nombreux (Shapiro et Varian, 1999) peut rapidement amener à la suprématie d une option, laquelle est ou non techniquement 2

4 supérieure (Arthur, 1989 ; Katz et Shapiro, 1986). La dynamique concurrentielle est donc rythmée par la capacité de ces acteurs à renouveler leurs offres, leurs produits et à attirer des acteurs majeurs et nouer des relations interfirmes (Quelin et al., 2001 ; Tellier, 2006 ; Calcei et al., 2009). Ce contexte de marché se prête particulièrement à l établissement d écosystèmes d affaires, en raison de l importance des standards et de l accroissement de la complexité des relations inter organisationnelles (Iansiti et Levien, 2004a ; Gueguen, 2009). Les entreprises cherchent alors à rallier autour d elles de nombreux partenaires, partageant une vision commune. Elles tendent ainsi à former un «écosystème d affaires» au sens donné par Moore (1996), évoluant au fil du temps et des actions concurrentielles. L année 2011 marque un tournant historique pour le marché mondial des smartphones : Apple (ios) et Google (Android) mettent fin à plus de 10 ans de domination du système d exploitation Symbian. Les raisons sont multiples : retrait de ses membres, retard technologique, incapacité à détenir une base d applications convaincantes Symbian est en déclin. La littérature relative aux écosystèmes d affaires n aborde que peu la question du déclin en dehors du travail initié par Moore (1996) sur les cycles de vie. Il constate que la mort d un écosystème d affaires provient d opportunités, notamment technologiques, venant de nouveaux écosystèmes, déstabilisant l ordre établi. Toutefois, la stratégie poursuivie par l entreprise pivot (Iansiti et Levien, 2004a) nous semble également un élément à intégrer dans l explication de ce déclin. Afin de répondre à cette question, le cas du système d exploitation pour téléphones mobiles Symbian est analysé de façon longitudinale à la lumière de la stratégie de Nokia, leader 3

5 apparent, et du comportement des autres membres utilisant ce système d exploitation. L idée soutenue est que l accroissement de pouvoir du leader d un écosystème d affaires peut entraîner un comportement non exclusif de la part de membres en situation de coopétition (Nalebuff et Brandenburger, 1996), conduisant au déclin de l écosystème d affaires. Cette situation tend alors à bouleverser le cycle de vie, déclenchant une nouvelle étape. L exposé de notre travail s ordonne en trois temps. Tout d abord, nous revenons sur la littérature relative aux écosystèmes d affaires, à leur évolution en termes de gouvernance et à l engagement de leurs membres. Puis, nous présentons et analysons notre étude de cas Symbian. Enfin, nous discutons nos résultats avant de conclure. I. Effet de la modification du leadership sur l engagement des alliés à travers le temps Les écosystèmes d affaires évoluent à travers le temps en fonction d un cycle de vie qui peut conduire à leur déclin (Moore, 1996), et de l évolution du rôle de son leader. Ce dernier peut être dominant et capter l essentiel de la valeur (Iansiti et Levien, 2004a), provoquant une réduction de l engagement des autres membres. 1. L évolution des écosystèmes d affaires : le cycle de vie Moore (1996) propose une analyse de la vie de l écosystème en quatre étapes (naissance, expansion, autorité et renouveau) durant lesquelles des phases de stabilité et d instabilité vont se succéder (tableau 1). Ainsi, les deux phases initiales se caractérisent par de l incertitude quant à l identification du leader, la définition du business model ou encore la domination de l écosystème d affaires sur l industrie. Puis, l instabilité va concerner le mode de gouvernance nécessitant un renouveau, ou entraînant la fin de l écosystème d affaires. 4

6 Le déclin ou la mort d un écosystème peut s expliquer par des évènements exogènes et endogènes s auto renforçant. Ainsi un changement environnemental (préférences des clients, par exemple) peut, par effet repoussoir, conduire à se retirer de l écosystème d affaires, au profit d autres alternatives et d écosystèmes d affaires jugés plus innovants (Moore, 1996). Par ailleurs, le rôle de son ou ses leader(s) est non négligeable, car il peut être multiple : créateur de valeur, dominateur, contesté et remis en cause... En effet, la quête du leadership est une dynamique de la coévolution (Gueguen et Torrès, 2004) et les stratégies permettant d y parvenir peuvent précipiter cette mort conjointement à l attrait d autres alternatives. Des entreprises peuvent alors quitter l écosystème ou essayer de ravir le leadership, conduisant de ce fait, le leader à renforcer sa domination au sein de l écosystème afin d éviter d être écarté. Plusieurs stratégies seront alors possibles. Étapes du cycle de vie Objectifs de l entreprise pivot Gouvernance de l écosystème Modèle économique de l écosystème Domination de l écosystème sur l industrie Renouveau ou Naissance Expansion Autorité mort Créer de la Accroître le Améliorer la valeur Conduire la nombre de performance Partager une coévolution membres Proposer des vision et un Asseoir sa Atteindre une orientations destin légitimité masse critique stratégiques stratégiques Remise en Fortement Émergente Stable cause remise en cause Émergent Négocié Stabilisé Renégocié Remise en Non En émergence Stabilisé cause déterminée et disputée Concurrencée Tableau 1: Étapes du cycle de vie d'un écosystème d'affaires. Adapté de Moore,

7 2. Les différentes stratégies de leadership La question de la coévolution d un écosystème d affaires est centrale (Moore, 1996 ; Iansiti et Levien, 2004a ; Peltoniemi, 2006). Elle porte sur les rapports entretenus par les membres au sein d un écosystème d affaires, dans le temps (Santos et Eisenhardt, 2005) et selon des cycles d adaptation réciproque (Moore, 2006). Mis à part le comportement d entreprises opérant de façon indépendante par rapport à d autres dans une industrie mature et stable («commodity strategy»), quatre stratégies, au sein d un écosystème d affaires, sont recensées par Iansiti et Levien (2004b) : les «niche players», les «dominateurs de valeur» (ou «hub landlords»), les «keystones» et les «physical dominators». Si les deux premières ne permettent pas d assurer un réel leadership de l écosystème, il en va différemment pour les deux dernières. Ainsi, les «keystones» produisent des bénéfices pour l écosystème et ses membres, mais sont rares à ses débuts (Hyeyoung et al., 2010). Une stratégie de type «keystone» vise à créer de la valeur pour l écosystème d affaires et à la partager auprès des autres membres. La création de nouvelles ressources et compétences découle de cette stratégie (Isckia, 2009). Les «dominateurs» («physical dominators»), quant à eux, ont tendance à diminuer la diversité de l écosystème d affaires et à occuper un plus grand nombre de nœuds du réseau. L orientation stratégique consiste donc à contrôler et détenir tout ou partie de l écosystème, ce qui correspond à la «coévolution d exploitation» identifiée par (Peltoniemi, 2006). En effet, la valeur créée par l ensemble est captée par le leader suscitant des stratégies de retrait partiel ou total de la part des autres membres de la communauté. Une stratégie de «dominateur physique» peut donc entraîner le départ des membres, là où un comportement «keystone» peut les attirer. 6

8 Le leadership peut donc résulter, soit d une réelle contribution associée à une distribution de la valeur dans l écosystème d affaires (keystone), soit d un important contrôle de l écosystème d affaires visant à conserver la plus grande partie de la création de valeur (physical dominator). Il en ressort que les différents membres de l écosystème d affaires peuvent modérer leur engagement si la domination du leader réduit les possibilités de développement. Comme ces vastes réseaux reposent sur des logiques de coévolution entre différents membres (Peltoniemi, 2006), la stratégie du leader peut donc avoir un impact sur leurs stratégies en termes d engagement dans l écosystème d affaires. 3. L engagement des membres au regard de l exclusivité à un écosystème d affaires Iansiti et Levien (2004a) abordent la question de la réussite d un écosystème d affaires en termes de robustesse, c est-à-dire le nombre de firmes présentes dans l écosystème d affaires ou leur taux de survie. Toutefois cette vision est dichotomique. Le fait d être présent dans un écosystème d affaires ne signifie pas nécessairement qu une entreprise y contribue activement. En effet, les entreprises sont mobiles et ont la possibilité de passer d un écosystème d affaires à un autre ou d être présentes dans plusieurs écosystèmes d affaires en même temps (Moore, 1996 ; Iansiti et Levien, 2004b). De ce fait, l exclusivité peut permettre de caractériser un écosystème d affaires. Elle correspond à la part de l activité d une entreprise réalisée à l intérieur d un écosystème d affaires par rapport à l ensemble de ses activités. Hatfield et al. (2001) précisent qu une entreprise a intérêt à être présente dans différentes technologies (hedging strategy) lorsqu un standard n est pas encore établi. Vanhaverbeke et Noorderhaven (2001) estiment que la présence d entreprise dans plusieurs blocs d alliances 7

9 technologiques s explique par la possibilité de redéployer un savoir-faire dans plusieurs blocs et/ou d éviter d être bloqué au sein d une seule alliance. Ces raisons sont reprises par Calcei et al. (2009) dans le cadre des écosystèmes d affaires et parlent d appartenance partielle. Il semble qu une autre explication puisse permettre de comprendre les raisons de cette appartenance multiple : la crainte de voir un écosystème d affaires dominé par une entreprise, a fortiori si celle-ci est concurrente. Notre propos nous a conduit à considérer que l évolution d un écosystème d affaires entraîne une modification du comportement du leader s il souhaite préserver sa position. L une des alternatives consiste en une domination de l écosystème d affaires, qui peut entraîner une réduction de l exclusivité des membres de l écosystème d affaires et précipiter son déclin et ce d autant plus dans un contexte concurrentiel dynamique. À travers une analyse longitudinale, nous allons nous intéresser au cas Symbian afin de comprendre l évolution du rôle du leader. Ceci nous permet d envisager les incidences sur le comportement des coopétiteurs du leader en complément des difficultés technologiques rencontrées par l écosystème. Méthodologie Notre travail s appuie sur l étude longitudinale du système d exploitation Symbian, suivant la méthode de l étude de cas (Yin, 2003). Deux types de données sont collectés et analysés : - Une base de données concernant les versions de téléphones commercialisés en fonction du système d exploitation utilisé et de l équipementier a été créée. La source principale de cette base est le site qui recense toutes les sorties de téléphone utilisant un système d exploitation. Sur la base de versions recensées entre 2000 et 2010 (concernant 66 8

10 équipementiers et 14 systèmes d exploitation différents), nous avons pu envisager la situation de Symbian par rapport à ses concurrents. Afin de pouvoir caractériser les périodes de l écosystème d affaires, nous avons effectué une représentation des années sur la base d une analyse en composantes principales (ACP) avec rotation Varimax. L objectif étant de positionner les années d observation ( ) en fonction d une multiplicité de critères et ainsi trouver du sens quant à l évolution de Symbian. La compréhension des cycles de vie proposée par Moore (1996) ou de la santé de l écosystème d affaires de Iansiti et Levien (2004a) nous a conduit à retenir différents indicateurs. Deux grandes dimensions s en dégagent : l évolution de l écosystème d affaires particulièrement chez Moore et l évolution de l industrie où est présent l écosystème d affaires notamment chez Iansiti et Levien. L évolution de l écosystème d affaires, à savoir l activité de ses membres, sera envisagée à travers le nombre d équipementiers présents dans Symbian, le nombre de nouveaux équipementiers dans Symbian, le nombre de versions sorties sous Symbian et enfin la prépondérance du leader (Nokia) dans Symbian en termes de nombres de versions sorties. L évolution de l industrie est envisagée en fonction du nombre de versions sorties pour tous les systèmes d exploitation, du nombre d équipementiers dans l industrie, et du nombre de systèmes d exploitation disponibles. L exclusivité à un écosystème d affaires peut être appréhendée, de façon générale, comme la présence unique dans un écosystème d affaires à un instant t. De façon relative, et dans notre cas, elle correspond au nombre de versions de téléphones utilisant le système d exploitation au regard du nombre de versions sorties par l équipementier au cours d une année. - des données secondaires issues de la presse écrite ont également été collectées, afin de mettre en perspective les données quantitatives analysées, et de reconstituer l historique de Symbian, ses partenaires et l industrie des smartphones depuis la fin des années 1990 à À cette fin, une matrice chronologique a été construite. 9

11 II. L écosystème d affaires Symbian Fruit de la collaboration de nombreux équipementiers, Symbian devient rapidement le principal système d exploitation à équiper les terminaux mobiles. En 2002, il détient plus de 45% de part de marché dans le monde, et ne cesse de croître jusqu en Entre 2002 et 2010, plus de 450 millions de téléphones ont utilisé le système d exploitation Symbian (West et Wood, 2011). Malgré ces succès, le système d exploitation Symbian a été progressivement abandonné par ses fondateurs et ses partenaires. Afin de comprendre les raisons de ce déclin, et dans le prolongement de la première partie, nous présenterons successivement l évolution de l écosystème d affaires Symbian en termes de cycle de vie, la stratégie du leader puis celle des coopétiteurs. 1. Évolution de Symbian : du démarrage au déclin L analyse en composantes principales permet d identifier deux dimensions expliquant 86,5 % de la variance. La première dimension regroupe les variables en lien avec le dynamisme de l industrie. Le nombre de versions sorties sous Symbian est lié à ce premier facteur. Toutefois, nous remarquons que la prépondérance de Nokia est également associée à cette première dimension. De ce fait, il apparaît que le nombre de versions sorties est étroitement associé au seul fait de Nokia. La deuxième dimension regroupe le nombre d équipementiers dans Symbian ainsi que le nombre de nouveaux arrivants. Ici, le dynamisme est envisagé en regard des acteurs de l écosystème d affaires. La représentation obtenue permet d identifier trois périodes (figure 1). Une classification ascendante hiérarchique menée avec la méthode de Ward valide ces trois classes. 10

12 La première période ( ) se caractérise par un faible dynamisme de l industrie et de l écosystème d affaires Symbian. Si peu d équipementiers ont sorti de téléphones fonctionnant sous Symbian, ils ont pris part dans son capital (Ericsson, Nokia, Motorola, Matsushita, Siemens). Psion, du fait de la majorité détenue dans le capital de Symbian et de l utilisation de son système d exploitation (EPOC), peut apparaître comme son leader. La deuxième période ( ) se situe sur des années où la croissance de l industrie est plus forte et le nombre de membres présents au sein de Symbian est plus important. D autres équipementiers rejoignent Symbian. En 2003, Motorola, Siemens, Sony-Ericsson, Sendo sortent leurs premiers smartphones fonctionnant sous ce système d exploitation. En 2004, c est au tour de BenQ, Samsung et Matsushita. L année suivante, Arima et Lenovo font de même est l année où le plus d équipementiers proposent Symbian dans leur gamme. Figure 1: Caractérisation des périodes de l écosystème d affaires Symbian. 11

13 La troisième période ( ) témoigne d une activité forte au sein de l industrie tandis que la présence d équipementiers dans Symbian se raréfie. C est une période de déclin. En effet, cette étape correspond à «la main mise» de Nokia sur Symbian puis du lancement de la fondation Symbian 3 avec l ouverture de son code source (2008). L année charnière semble être Cela correspond à la période où Nokia décide de modifier la répartition de valeur au sein de l écosystème d affaires à travers une nouvelle politique de licence. Par ailleurs en 2007, le marché bascule. La double innovation introduite par Apple, avec l iphone (écran tactile) et son App Store (plateforme de vente en ligne), bouleverse l ordre établi. La valeur du téléphone se déplace dans les services qui gravitent autour, regroupés sur une plateforme unique. Nokia, et donc Symbian, est pris de cours. Sa technologie n est pas prête, sa plateforme d applications non plus. L entreprise prend du retard, son système d exploitation aussi (figure 2). Figure 2: Évolution des parts de marché des systèmes d'exploitation mobiles. 3 Devenu propriétaire de Symbian en 2008, Nokia annonce, cette même année, son souhait de créer une fondation Symbian et de proposer gratuitement le système d exploitation à ses membres. Elle est lancée en 2009 et compte parmi ses membres de grands acteurs du secteur tels AT&T, NTT DoCoMo, Vodafone, Orange, Samsung ou encore Sony-Ericsson. 12

14 2. Nokia : d un keystone à un physical dominator Nokia est passé d un rôle de keystone a celui de physical dominator. Deux éléments, inhérents à la stratégie de Nokia, permettent de comprendre cette évolution (Iansiti et Levien, 2004a) : sa prise de contrôle progressive dans Symbian, et sa politique d intégration verticale. À la création de Symbian, la gouvernance a été pensée pour éviter qu une entreprise capte la valeur créée, à l instar de l écosystème d affaires des PC dominé par Windows et Intel (West et Wood, 2011). Toutefois, le retrait de Motorola dans le capital de Symbian (2003) permet à Nokia et à Psion d augmenter leur participation (figure 3). Figure 3 : Évolution de l'actionnariat de Symbian. En 2004, le partage des actions détenues par Psion, détenteur initialement majoritaire de Symbian, permet à Nokia de contrôler l entreprise à hauteur de 49%. Durant la troisième période, près de 80% des téléphones utilisant Symbian sont le fait de Nokia, pour cette raison, la firme doit reverser des royalties élevées à ses partenaires. Etre majoritaire dans Symbian était cruciale pour Nokia afin d orienter la politique de licence (montant des royalties) et de définir l allocation des ressources (West et Wood, 2011) selon ses propres intérêts. En 2006, Nokia devient l actionnaire majoritaire de Symbian pour finalement détenir 100% des parts en

15 Outre l accroissement de la présence de Nokia dans Symbian, la mise en place d une stratégie d intégration verticale accentue sa domination dans la gouvernance de l écosystème. A partir de 2006 (période 3), Nokia décide d engager une grande politique d acquisition d entreprises, afin de capter la valeur ajoutée des services et des contenus. Entre 2006 et 2008, sont rachetés des spécialistes d applications Internet, de cartographie et navigation, de synchronisation de données et de plateformes musicales, photos, données Cette stratégie est d autant plus cruciale que les alliés commencent à manquer. Ainsi, au fil du temps, le rôle de Nokia dans Symbian s est modifié. Dans les deux premières périodes, Nokia apparaît comme un keystone : il assure une gouvernance partagée de l écosystème d affaires avec les autres membres et devient le porte étendard de la réussite technologique et commerciale (Stuart, 1998) du système d exploitation, tout en apparaissant comme le fédérateur des opposants à Microsoft. Nokia devient dominateur physique dès 2006 (période 3) en modifiant le système de répartition de valeur, en intégrant de nombreuses activités en lien avec le développement du système d exploitation. Ceci conduit l entreprise à assurer l essentiel des ventes des téléphones fonctionnant sous Symbian, qui devient dès lors exsangue de diversité, ce qui lui est préjudiciable (Adner et al., 2010). Les autres équipementiers, coopétiteurs de Nokia, s en vont, alors que d autres systèmes d exploitation se développent rapidement. 3. Le désengagement des coopétiteurs En termes d évolution de l exclusivité, nous avons calculé l exclusivité à Symbian de chaque équipementier produisant des téléphones et ce pour chaque année. Ceci nous permet d obtenir, par moyenne, l évolution de l exclusivité des équipementiers au sein de Symbian (tableau 2). 14

16 Période 1 Période 2 Période Exclusivité ,87 0,8 0,77 0,78 0,52 0,52 0,53 0,63 Exclusivité sans 1 1 0,83 0,76 0,73 0,71 0,40 0,41 0,38 0,26 Nokia Tableau 2 : Exclusivité moyenne des équipementiers sous Symbian, entre 2000 et Si Nokia a un comportement fortement exclusif, il n en est pas de même pour les autres membres de l écosystème d affaires. Seules les premières années laissent à penser que les équipementiers choisissent un seul système d exploitation. Dès 2003, le comportement de désengagement s est déclaré avant même la réussite d écosystèmes concurrents (ios, Android) ; tous les grands équipementiers ont diversifié leur appartenance à l écosystème d affaires (tableau 3). Nbre de versions Symbian Période Microsoft Période Autres systèmes d exploitation Maemo (1% / 2009) Android (52% / ) LiMo (7% / ) Borq (6% / 2010) Trolltech (13% / ) Android (22% / 2010) Borq (2% / 2010) Ericsson 2 100% Nokia % Motorola 89 8% % Sony % 15% Ericsson Siemens 3 33% % 2006 Sendo 1 100% 2003 BenQ 6 50% % Matsushita 3 67% %

17 Samsung % Android (21% / ) LiMo (4% / 2009) % Borq (1% / 2010) Bada (1% / 2010) Palm (1%/ ) Arima 5 40% % 2007 Lenovo 11 9% % Android (9% / 2010) LG % 55% Electronics Android (36% / 2010) Tableau 3 : Part des différents systèmes d exploitation pour chaque équipementier ( ). En 2010, sur les douze équipementiers ayant eu recours à Symbian depuis 2000, nous constatons que : - Deux étaient encore présents (Nokia et Sony-Ericsson). Toutefois Sony-Ericsson est également présent sur Google/Android et Microsoft/Windows Phone. - Six ont cessé ou transformé leur activité d équipementiers (Ericsson, Siemens, Sendo, BenQ, Matsushita, Arima). - Quatre (Motorola, Samsung, Lenovo, LG Electronics) ont rejoint d autres systèmes d exploitation et n appartiennent plus à l écosystème d affaires Symbian. Tous sont présents en 2010 dans l écosystème d affaires Android (Google). Motorola, Samsung et LG étaient également présents dans l écosystème d affaires de Microsoft. III. Discussion Le cas Symbian nous permet de tirer un certain nombre d enseignements en regard de la littérature sur les écosystèmes d affaires. Le cycle de vie proposé par Moore (1996) apparait comme réduit en raison d une stratégie de domination précoce. Le rôle du leader (Moore, 1996 ; Iansiti et Levien, 2004a) peut affecter le comportement des alliés, car il va exister une 16

18 modification de la répartition du pouvoir (Edouard et Gratacap ; 2011). De ce fait, un risque stratégique s ajoute à un risque technologique. 1. Un cycle de vie raccourci conditionné par une stratégie de domination précoce En comparaison des étapes du cycle de vie de Moore (1996), notre analyse du cas Symbian met en évidence trois étapes principales : l étape de naissance (période 1), celle de l expansion (période 2) et celle de l autorité (période 3). L année 2006 annonce une période qui témoigne de l échec de l étape d autorité. Symbian, alors entreprise pivot de l écosystème devait conduire la coévolution et asseoir sa légitimité en vu d accroître la performance globale. Mais c est finalement Nokia qui s impose. L entreprise pivot change donc d identité, passant de Symbian à Nokia, provoquant un bouleversement profond de l écosystème : une redéfinition générale de l allocation des ressources et du partage de la valeur ; la perte progressive de ses membres. La vision commune, socle de l écosystème d affaires, est remise en cause : Symbian accuse un ralentissement puis un déclin. Le produit (Symbian) reste central, mais la stratégie de Nokia est telle qu elle écarte tout partenaire et membre de l écosystème. De ce fait, on ne peut plus considérer Symbian dans la continuité des accords passés entre les membres sur la période Le consensus n est plus de mise, il appartient au nouveau leader de rallier autour de lui, des membres partageant son produit, sa valeur, sa stratégie (Gueguen et Torrès, 2004). Nokia n a pas su proposer de vision stratégique, cohérente et innovante, alors que la concurrence s est développée et a recomposé le secteur. Ses choix ont eu tendance à affaiblir l écosystème, car la firme n a pas 17

19 réussi à «ouvrir» sa communauté, cherchant à la contrôler pour l orienter selon ses desseins, sans ménager les relations avec ses partenaires, et en s isolant dans une politique d intégration d entreprises de services et de contenus numériques. Ainsi, le contexte de marché conditionne ces stratégies mises en œuvre. Pour Iansiti et Levien (2004b), une industrie stable, mature favorise une stratégie «physical dominator». Dans notre cas, l industrie n est pas encore arrivée à maturité et pourtant cette stratégie a été initiée dès 2006 par Nokia. Nous pouvons donc penser que cette stratégie a été adoptée trop tôt, au vu du potentiel de croissance de l activité ; Nokia a échoué tant dans l attrait d alliés que dans la création de valeur. Trop vite centré sur son entreprise, Nokia n a pas anticipé le retournement du marché et l arrivée de très nombreux acteurs. Sa position a donc évolué au fil du temps, provoquant le désintérêt de ses partenaires. Toutefois, l analyse qualitative permet d apprécier différemment cette période 3. Une nouvelle étape du cycle de vie (4) émerge en 2008, celle du «renouveau» (self renewal) au sens de Moore (1996), induite par la figure de Nokia, ou encore Accenture 4 en 2011, mais dans un contexte moins favorable qu en Des stratégies permettant la venue de nouveaux alliés sont mises en place : création d une fondation ouverte ( ), détention de Symbian par une entreprise qui n est pas équipementier (2011). Notre analyse réduit ainsi la portée déterministe du cycle de vie de Moore (1996) comme le suggère le tableau 4. 4 Suite à la cession de Symbian par Nokia à Accenture. 18

20 Etapes du cycle de vie de l'écosystème d'affaires Symbian OS Naissance Expansion Autorité Renouveau Renouveau Périodes Entreprise pivot de l'ecosystème d'affaires Symbian Symbian Symbian (49% Nokia) Nokia Tableau 4 : Évolution du cycle de vie de Symbian, entre 2000 et Accenture Ainsi, deux options se dessinent concernant l avenir de l écosystème Symbian : une nouvelle phase d expansion, dans le cas où l attractivité du système d exploitation serait croissante, ou comme le suggère Moore, sa mort définitive. 2. Des coopétiteurs dominés dans un écosystème d affaires technologiquement en retard Nos résultats indiquent que l exclusivité des équipementiers au seul écosystème Symbian est faible même durant des périodes où des alternatives performantes n étaient pas présentes. Le pouvoir élevé d une entreprise peut entraîner un retrait de la part de certains membres de l écosystème d affaires. Notre travail va en ce sens et précise les dangers sous-jacents à une stratégie de type physical dominator. À la suite d Edouard et Gratacap (2011), nous pouvons souligner l importance de la confiance au sein de l écosystème d affaires en regard du comportement du leader et des autres membres de la communauté en approfondissant le propos de Iansiti et Levien (2004a) en ce qui concerne les dangers de la domination : un écosystème d affaires moins concentré peut susciter un attrait plus élevé. De nouvelles stratégies de «keystones» se font jour et suscitent le ralliement d autres entreprises. Par sa stratégie, Nokia a conditionné la nature de l engagement des différents coopétiteurs membres de l écosystème d affaires Symbian. Toutefois, la seule stratégie de Nokia en ce qui concerne l évolution de son leadership n est pas la seule en cause. 19

Méthodologie. Dates importantes des TMI. Pourquoi comparer Symbianet Windows. Mobile. Relations coopératives entre les acteurs (1998-2000)

Méthodologie. Dates importantes des TMI. Pourquoi comparer Symbianet Windows. Mobile. Relations coopératives entre les acteurs (1998-2000) C E G S Groupe de Recherche sur l'entrepreneuriat et les Stratégies de Croissance Dynamiques en œuvre dans les TMI Journée de recherche AIMS Politiques relationnelles et écosystèmes d affaires 28/11/08

Plus en détail

Les Écosystèmes d Affaires

Les Écosystèmes d Affaires Module Management Stratégique International Les Écosystèmes d Affaires Sébastien RONTEAU sebastien.ronteau@essca.fr 1 Objectifs Appréhender les dynamiques de coopétition Compréhension et mis en application

Plus en détail

Présentation. Objectifs 1.1 QU Y A T IL DANS LA BOÎTE? 1.2 L OPEN HANDSET ALLIANCE

Présentation. Objectifs 1.1 QU Y A T IL DANS LA BOÎTE? 1.2 L OPEN HANDSET ALLIANCE 1 Présentation Objectifs Ce chapitre permet de faire connaissance avec Android. Il décrit l organisme chargé de son développement, sa licence, son environnement technologique, pour terminer avec les applications

Plus en détail

Stratégie d entreprise: TP 4 Le cas Palm

Stratégie d entreprise: TP 4 Le cas Palm Chronique du cas Palm Computing Stratégie d entreprise: TP 4 Le cas Palm L entreprise existe depuis 1992 et a été créée par Hawkens. Ensuite, il a été employé chez Intel. Il a ensuite entreprit des études

Plus en détail

Visez l excellence digitale

Visez l excellence digitale Visez l excellence digitale Repensez vos possibilités applicatives grâce à la redéfinition des modes de travail d Avanade. Applications : le nouvel eldorado de la compétitivité La consumérisation de l

Plus en détail

Étude de marché : les applications mobiles

Étude de marché : les applications mobiles Étude de marché : les applications mobiles Étude de marché : les applications mobiles Tep Chann Nimmith Tek Blandine Andrieu Master 2 Création et Editions Numériques PLAN Introduction 1. Petit historique

Plus en détail

Finance et «Immatériels»

Finance et «Immatériels» Finance et «Immatériels» Franck Bancel Professeur ESCP-EAP Doyen Associé à la Recherche 25 novembre 2004 - SFEV 1. Introduction Sommaire 2. Comment les reconnaître? 3. Comment les évaluer? 4. Comment les

Plus en détail

L utilisation du smartphone en Belgique

L utilisation du smartphone en Belgique M IMPROVING YOUR BUSINESS MOBILITY Mobistar Etude M Novembre 20121 L utilisation du smartphone en Belgique VOTRE ENTREPRISE la convergence des talents 2 3 Du nomadisme au travail d équipe Cette étude sur

Plus en détail

INTRODUCTION. 1. L innovation permet de renforcer la compétitivité de l entreprise et influe sur les stratégies mises en oeuvre

INTRODUCTION. 1. L innovation permet de renforcer la compétitivité de l entreprise et influe sur les stratégies mises en oeuvre INTRODUCTION Il y a 20 ans, toute l attention de l entreprise se portait sur la diminution des coûts et la maîtrise des filières de production autour des produits standardisés. Dans les années 1990, le

Plus en détail

Bien choisir son smartphone. avec. Les prix bas, la confiance en plus

Bien choisir son smartphone. avec. Les prix bas, la confiance en plus Bien choisir son smartphone avec Les prix bas, la confiance en plus BIEN CHOISIR SON SMARTPHONE Comment bien choisir un Smartphone? Les systèmes d exploitation et les critères techniques à la loupe pour

Plus en détail

Thème Sens et portée de l étude Notions Thème EM 3 - Les principes de fonctionnement d une organisation 3.3 Les stratégies de l organisation

Thème Sens et portée de l étude Notions Thème EM 3 - Les principes de fonctionnement d une organisation 3.3 Les stratégies de l organisation Thème Sens et portée de l étude Notions Thème EM 3 - Les principes de fonctionnement d une organisation 3.3 Les stratégies de l organisation Les stratégies sont globales ou de domaine. Les stratégies globales

Plus en détail

FORMATION «TABLETTES/SMARTPHONES» BÉNÉVOLES - RÉSEAU SOLID R NET 09 ET 18 DECEMBRE 2014

FORMATION «TABLETTES/SMARTPHONES» BÉNÉVOLES - RÉSEAU SOLID R NET 09 ET 18 DECEMBRE 2014 FORMATION «TABLETTES/SMARTPHONES» BÉNÉVOLES - RÉSEAU SOLID R NET 09 ET 18 DECEMBRE 2014 PROGRAMME DE LA JOURNEE Matinée : Rapide tour de table Présentation des différents OS + notion d anti-virus Guide

Plus en détail

Les stratégies d alliance

Les stratégies d alliance Les stratégies d alliance 1 I Définitions II Enjeux stratégiques III Eléments clés d une alliance 2 I Définitions 3 LES OPTIONS D ALLIANCE Les alliés apportent des actifs: de même nature de nature différente

Plus en détail

Les stratégies collectives à l épreuve des faits

Les stratégies collectives à l épreuve des faits DOSSIER Les stratégies collectives à l épreuve des faits sous la direction de Saïd Yami INTRODUCTION PAR SAÏD YAMI Les stratégies collectives à l épreuve des faits Consortiums R&D, labels, groupement

Plus en détail

Émission en janvier La bataille des OS

Émission en janvier La bataille des OS Émission en janvier La bataille des OS Introduction : Bonjour, vous êtes sur BAC FM 106.1 dans l émission La matinale geek animée par la classe de BTS SIO2 avec aujourd hui Cédric et Bastien. Nous allons

Plus en détail

République Tunisienne Ministère de l Industrie l Technologie à la Technologie

République Tunisienne Ministère de l Industrie l Technologie à la Technologie République Tunisienne Ministère de l Industrie l et de la Technologie Secrétariat d état d à la Technologie 26 mai 2011 26 mai 2011 El -GhazalaTechnopark: Atelier sur les systèmes d information et de communication

Plus en détail

CRÉATION ET CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES

CRÉATION ET CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES 1 CRÉATION ET CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES Cécile AYERBE Michel BERNASCONI L a création d entreprises innovantes a fait l objet d attention de la part des chercheurs du fait de la complexité

Plus en détail

Thierry Pénard Licence 3 EME Année 2011-2012 Comprendre les performances des firmes Marge nette en 2009 (%) Microsoft 24,9 36,8 Intel 12,4 10,5 Apple 15,6 20,5 Nokia 2,2 6,5 Danone 9,1 11,4 Coca Cola 22,3

Plus en détail

Séance 1. diagnostic stratégique des marchés et des entreprises

Séance 1. diagnostic stratégique des marchés et des entreprises Séance 1 Les outils d analyse et de Les outils d analyse et de diagnostic stratégique des marchés et des entreprises La stratégie d entreprise La stratégie => les orientations et décisions de long terme

Plus en détail

L ECHEC EUROPÉEN DE L INNOVATION SUR LES SERVICES MOBILES :

L ECHEC EUROPÉEN DE L INNOVATION SUR LES SERVICES MOBILES : L ECHEC EUROPÉEN DE L INNOVATION SUR LES SERVICES MOBILES : (Synthèse) Mobile Service Innovation: A European Failure Arnd Weber, Michael Haas, Daniel Scuka Published in: Telecommunications Policy, Volume

Plus en détail

Stratégie, avantage concurrentiel et compétences

Stratégie, avantage concurrentiel et compétences Histoire-Géographie Analyse économique Stratégie, avantage concurrentiel et compétences Michel Claessens Professeur de Marketing, groupe ESC Nantes Atlantique. Les firmes évoluent dans un environnement

Plus en détail

Symposium sur l innovation ouverte dans les écosystèmes Qu est ce qui importe le plus?

Symposium sur l innovation ouverte dans les écosystèmes Qu est ce qui importe le plus? 54 ème Conférence de l Association des Sciences Administratives du Canada. Symposium sur l innovation ouverte dans les écosystèmes Qu est ce qui importe le plus? Organisé Par Département de Stratégie École

Plus en détail

$ % % & %"" '% ( ) " *+, -* *.+" /0 1 % ", "- - " 1 %

$ % % & % '% ( )  *+, -* *.+ /0 1 % , - -  1 % !"# $ % &' ()*()*+,*--*(.+"/0)12*. 30..*!"# $ % % & %""!. '% ( ) " *+, -* *.+" /0 1 % ", "- - " 1 % "" " +"-, -" * ", * " " *+ (+2" * )1, " 3 " +2" * "" * ", %2 "* "" * - " "." +2"- /' 4 " +2" * '41 5$6

Plus en détail

IUT de Bobigny Paris XIII Pierre 2010-2011 SRC2. Analyse marketing : BlackBerry Torch

IUT de Bobigny Paris XIII Pierre 2010-2011 SRC2. Analyse marketing : BlackBerry Torch DOMINIQUE IUT de Bobigny Paris XIII Pierre 2010-2011 SRC2 Analyse marketing : BlackBerry Torch 1 Introduction Le marché des téléphones portables est en pleine restructuration depuis l'arrivée de l'iphone

Plus en détail

LA MODERNISATION DES SYSTÈMES D INFORMATION

LA MODERNISATION DES SYSTÈMES D INFORMATION LA MODERNISATION DES SYSTÈMES D INFORMATION Préparer le système d information à la transformation numérique POINT DE VUE Auteur: ArnaudPercieduSert Senior Manager au sein de la Direction de l Offre et

Plus en détail

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1.

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1. Management Stratégique Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1 Plan du Module 3 Chap.3- Les modèles fondés sur la structure des marchés

Plus en détail

RECRUTEMENT DU DIRECTEUR GENERAL D HEC CONTEXTE ET DEFINITION DU PROFIL RECHERCHE

RECRUTEMENT DU DIRECTEUR GENERAL D HEC CONTEXTE ET DEFINITION DU PROFIL RECHERCHE A PROPOS D HEC PARIS Créée en 1881 par la Chambre de commerce et d industrie de Paris, HEC Paris est une business school française de renommée internationale. Elle se distingue par la qualité de sa pédagogie

Plus en détail

MDM : Mobile Device Management

MDM : Mobile Device Management articlemai 2011 MDM : Mobile Device Management > Objectifs Cet article aura pour but : de décrire ce qu est le MDM ; donner un aperçu des acteurs majeurs sur le marché ; de fournir des données chiffrées

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

SÉMINAIRES RÉGIONAUX 2012

SÉMINAIRES RÉGIONAUX 2012 SÉMINAIRES RÉGIONAUX 2012 SÉMINAIRES RÉGIONAUX 2012 1 Le PI System à l heure de la mobilité et de l infonuagique. Présenté par : Laurent Garrigues Directeur de produits [mɔbilite] nom féminin 1. Capacité

Plus en détail

Une tablette, oui mais laquelle? avec. Les prix bas, la confiance en plus

Une tablette, oui mais laquelle? avec. Les prix bas, la confiance en plus Une tablette, mais laquelle? avec Les prix bas, la confiance en plus Six raisons pour choisir une tablette plutôt qu un PC ou un smartphone! INDEX LA TABLETTE : UNE HISTOIRE DE LA MOBILITÉ. ----- LA TABLETTE

Plus en détail

Présentation De Janua

Présentation De Janua Présentation De Janua Société de services (SS2L)/éditeur fondée en 2004 à Sophia Antipolis Notre métier : l'expertise Notre crédo : l'open Source Nos prestations : consulting, assistance ponctuelle et

Plus en détail

Le problème de la neutralité du Net est-il réglé?

Le problème de la neutralité du Net est-il réglé? Le problème de la neutralité du Net est-il réglé? P. Maillé et B. Tuffin 22 mai 2014 Résumé Le 3 Avril 2014, le Parlement européen a apporté une définition «claire et sans ambiguïté» de la neutralité du

Plus en détail

Le rôle des territoires dans le développement des nouveaux systèmes sectoriels d innovation locaux : le cas des smart cities

Le rôle des territoires dans le développement des nouveaux systèmes sectoriels d innovation locaux : le cas des smart cities Le rôle des territoires dans le développement des nouveaux systèmes sectoriels d innovation locaux : le cas des smart cities Amel ATTOUR Maître de Conférences Université de Lorraine ENSMN- BETA-CNRS- UMR7522

Plus en détail

Techno Mobiles. Macha DA COSTA LP DAM. machada.fr. IUT Informatique. macha.dacosta@gmail.com. Université de Nice-Sophia Antipolis

Techno Mobiles. Macha DA COSTA LP DAM. machada.fr. IUT Informatique. macha.dacosta@gmail.com. Université de Nice-Sophia Antipolis Techno Mobiles Macha DA COSTA machada.fr macha.dacosta@gmail.com LP DAM IUT Informatique Université de Nice-Sophia Antipolis Plan Cours d introduction Chiffres autour du Mobile Qu est-ce que les Techno

Plus en détail

Plate formes mobiles. Utilisation. Contexte 9/29/2010 IFC 2. Deux utilisations assez distinctes :

Plate formes mobiles. Utilisation. Contexte 9/29/2010 IFC 2. Deux utilisations assez distinctes : Plate formes mobiles IFC 2 Markus Jaton Utilisation Deux utilisations assez distinctes : Téléphones évolués (Nokia, Motorola) Smartphones (Apple,, Windows) La téléphonie est en stagnation, alors que les

Plus en détail

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Pierre-Yves GOMEZ Professeur EMLYON Directeur de l Institut Français de Gouvernement des Entreprises (IFGE)

Plus en détail

numéro 222 mars 2012

numéro 222 mars 2012 numéro 222 mars 2012 S O M M A I R E 9 Ont contribué à ce numéro 13 Construire des compétences centrales «tourisme durable» dans les destinations Corinne Van der Yeught 35 Les pratiques environnementales

Plus en détail

Les écosystèmes d affaires

Les écosystèmes d affaires D O S S I E R Les écosystèmes d affaires sous la direction de Frédéric Fréry Anne Gratacap Thierry Isckia D O S S I E R FRÉDÉRIC FRÉRY ESCP Europe ANNE GRATACAP Université de Paris 1, EM Sorbonne THIERRY

Plus en détail

LES TABLETTES : GÉNÉRALITÉS

LES TABLETTES : GÉNÉRALITÉS LES TABLETTES : GÉNÉRALITÉS Fonctionnement Qu est-ce qu une tablette tactile? Une tablette tactile est un appareil doté d'un écran qui permet d'interagir simplement en touchant l'écran ou à l'aide d'un

Plus en détail

École. Diriger aujourd hui

École. Diriger aujourd hui École Diriger aujourd hui École Diriger aujourd hui Jour 1 Dans un environnement complexe où la répétition des recettes du passé, ou même du présent, constitue davantage un risque qu une assurance, l agilité,

Plus en détail

Le point d'inflexion dans l'écosystème de l'application

Le point d'inflexion dans l'écosystème de l'application Le point d'inflexion dans l'écosystème de l'application L'ère post-pc : l explosion des sources de données 0111010101101010101010101010101010101010110101010101010101010101010101010101 0101010101101011011011011101011100000010110101001101011110011010101010110101

Plus en détail

Travail d équipe et gestion des données L informatique en nuage

Travail d équipe et gestion des données L informatique en nuage Travail d équipe et gestion des L informatique en nuage BAR Octobre 2013 Présentation Au cours des études collégiales et universitaires, le travail d équipe est une réalité presque omniprésente. Les enseignants

Plus en détail

Les outils de la stratégie

Les outils de la stratégie Jacques BOJIN et Jean-Marc SCHOETTL Les outils de la stratégie, 2005 ISBN : 2-7081-3287-3 Avant-propos et remerciements... XV Introduction... XVII Les stratégies classiques Le positionnement stratégique

Plus en détail

Comprendre le marché des éditeurs de logiciels

Comprendre le marché des éditeurs de logiciels Comprendre le marché des éditeurs de logiciels Lorraine Il existe des logiciels ou des applications pour presque tous les besoins d une entreprise : progiciels, applications pour terminaux mobiles, petit

Plus en détail

Dossier de presse 2014

Dossier de presse 2014 Dossier de presse 2014 Sommaire Le mot du président 3 Recherche & Développement 5 Le Hub 6 Axes de différenciation 7 Crowdfunding 8 Partenaires 9 Contacts presse 11 2 Le mot du président La multiplication

Plus en détail

QU EST CE QUE LE CLOUD COMPUTING?

QU EST CE QUE LE CLOUD COMPUTING? En France, on parle plus volontiers d «informatique en nuage» 1 pour décrire ce concept. Apparu au début des années 2000, le cloud computing constitue une évolution majeure de l informatique d entreprise,

Plus en détail

L innovation disruptive,

L innovation disruptive, Octobre 2013 une nécessité pour l industrie aéronautique Les constructeurs aéronautiques font face à une compétition technologique et commerciale toujours plus intense dans un environnement de complexité

Plus en détail

MANUEL UTILISATEUR. Application 4trip

MANUEL UTILISATEUR. Application 4trip * MANUEL UTILISATEUR Application 4trip Table des matières 1. Introduction... 1 1.1. Description globale du produit... 1 1.2. Description de la finalité du manuel... 1 2. Manuel d utilisation... 2 2.1.

Plus en détail

Contrôle de gestion et pilotage de la performance

Contrôle de gestion et pilotage de la performance CHAPITRE 1 Contrôle de gestion et pilotage de la performance Ce qu il faut retenir Un système de contrôle de gestion doit être adapté à la configuration spécifique de chaque entreprise (stratégie, structure,

Plus en détail

Chrome for Work. CRESTEL - 4 décembre 2014

Chrome for Work. CRESTEL - 4 décembre 2014 Chrome for Work CRESTEL - 4 décembre 2014 Connect Visualize Build Find Access 10 applications Web 3 appareils moyenne par employé Source : Forrester & Cisco. Accès sécurisé aux outils et aux données de

Plus en détail

L écosystème entrepreneurial : enjeu(x) pour l entrepreneur

L écosystème entrepreneurial : enjeu(x) pour l entrepreneur Appel à communication 8 e congrès de l Académie de l Entrepreneuriat À la Haute école de gestion (HEG) de Fribourg Du 22 au 25 octobre 2013 22 octobre : consortium doctoral et journée de la recherche 23

Plus en détail

LIVRE BLANC AMÉLIOREZ VOS PERFORMANCES MARKETING ET COMMERCIALES GRÂCE À UNE GESTION DE LEADS OPTIMISÉE

LIVRE BLANC AMÉLIOREZ VOS PERFORMANCES MARKETING ET COMMERCIALES GRÂCE À UNE GESTION DE LEADS OPTIMISÉE AMÉLIOREZ VOS PERFORMANCES MARKETING ET COMMERCIALES GRÂCE À UNE GESTION DE LEADS OPTIMISÉE 2 A PROPOS Pourquoi la gestion des leads (lead management) est-elle devenue si importante de nos jours pour les

Plus en détail

LES OUTILS DE LA MOBILITE

LES OUTILS DE LA MOBILITE L évolution du marché des assistants personnels, ainsi que la baisse des prix, permettent désormais à un plus grand nombre d entreprises de s équiper avec des outils technologiques performants. Avec l

Plus en détail

Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE

Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE 4 novembre 2015 Les Echos Business - 04/11/2015 http://business.lesechos.fr/directions-numeriques/digital/transformation-digitale/021450570757-s-adapter-ou-se-transformer-les-hesitations-des-entreprises-pre-numeriques-204380.php

Plus en détail

L OUTIL NUMERIQUE CARACTERISTIQUES ET FONCTIONNALITES

L OUTIL NUMERIQUE CARACTERISTIQUES ET FONCTIONNALITES L OUTIL NUMERIQUE CARACTERISTIQUES ET FONCTIONNALITES Aujourd hui, le numérique est partout. Il se retrouve principalement dans les nouvelles technologies, mais également dans l art, les livres, notre

Plus en détail

FICHE DE PROJET DE THESE

FICHE DE PROJET DE THESE 1. Sujet : Titre de la thèse : Management de la coopétition et PME FICHE DE PROJET DE THESE Année d inscription : 2015 Mots clés : Coopétition, tensions, management, PME. 2. Encadrement Statut Nom, prénom

Plus en détail

XIAOMI ÉTUDE DE CAS PRÉSENTÉE PAR LUDOVIC DEUMAGA, KAMILA BITTOVA, DAVID BENGTSSON & HUBERT ROUZET

XIAOMI ÉTUDE DE CAS PRÉSENTÉE PAR LUDOVIC DEUMAGA, KAMILA BITTOVA, DAVID BENGTSSON & HUBERT ROUZET XIAOMI ÉTUDE DE CAS PRÉSENTÉE PAR LUDOVIC DEUMAGA, KAMILA BITTOVA, DAVID BENGTSSON & HUBERT ROUZET Plan de présentation I. Choix de l entreprise II. Introduction III. Structure du marché IV. Dynamique

Plus en détail

L AMPHI #2 LA REVOLITION MOBILE EST EN MARCHE. #Amphi2GIW

L AMPHI #2 LA REVOLITION MOBILE EST EN MARCHE. #Amphi2GIW L AMPHI #2 LA REVOLITION MOBILE EST EN MARCHE #Amphi2GIW Tendances & Usages du Mobile en France et en Europe Blandine Silverman bsilverman@comscore.com Panorama des équipements mobiles Des Smartphones

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Paris, le 28 janvier 2009

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Paris, le 28 janvier 2009 Selon le BCG, 100 entreprises issues des pays émergents sont sur le point de rejoindre les rangs de l'élite des multinationales. L édition de référence du Boston Consulting Group : «The 2009 BCG 100 New

Plus en détail

1 APPRÉHENDER LA NOTION DE GROUPE

1 APPRÉHENDER LA NOTION DE GROUPE 1 APPRÉHENDER LA NOTION DE GROUPE 1 QU EST-CE QU UN GROUPE? 1 Les différentes notions de groupe Dans une première approche, nous pouvons définir le groupe comme un ensemble d entreprises reliées entre

Plus en détail

Economie et organisation d entreprises

Economie et organisation d entreprises Economie et organisation d entreprises 0. Introduction générale 1. Définition et diversité d entreprises 2. L environnement des entreprises 3. Les fonctions de l entreprise 4. L organisation des entreprises

Plus en détail

Chapitre 3 Site et/ou application mobile : aide à la décision

Chapitre 3 Site et/ou application mobile : aide à la décision Livre blanc des Applications Mobiles Chapitre 3 Site et/ou application mobile : aide à la décision Vous hésitez entre développer une application mobile ou un site web mobile? Faut-il faire un choix? Comment

Plus en détail

Liens entre communication. environnementale et performance. d entreprise : l implication des doctorants HEC

Liens entre communication. environnementale et performance. d entreprise : l implication des doctorants HEC Liens entre communication environnementale et performance d entreprise : l implication des doctorants HEC Plusieurs doctorants travaillent sur les thématiques reliées à la Chaire. Rodolophe Durand supervise

Plus en détail

«Logiciels Success Stories ; Les 7 Ingrédients de la réussite»

«Logiciels Success Stories ; Les 7 Ingrédients de la réussite» Une réflexion de fond a accompagné la préparation de la Conférence de l IE-Club : «Logiciels Success Stories ; Les 7 Ingrédients de la réussite» L IE-Club et les partenaires et participants à cet évènement

Plus en détail

Marketing stratégique : Du diagnostic au plan marketing stratégique

Marketing stratégique : Du diagnostic au plan marketing stratégique Marketing stratégique : Du diagnostic au plan marketing stratégique Dossier 2 : Approches et modèles d analyse stratégique Ce dossier présente, en particulier sur un plan méthodologique, des approches

Plus en détail

Un nouveau modèle théorique en gestion stratégique de portefeuille de projets d innovation

Un nouveau modèle théorique en gestion stratégique de portefeuille de projets d innovation Un nouveau modèle théorique en gestion stratégique de portefeuille de projets d innovation Par: Louis Rhéaume, Candidat PhD, UQÀM Stratégie de gestion et management de la technologie Colloque en gestion

Plus en détail

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Copyright Copyright 2010 2010 Accenture All Rights All Rights Reserved. Accenture, its logo, and High Performance Delivered are trademarks

Plus en détail

«Technologies de l informationl & management»

«Technologies de l informationl & management» e-management Cours DEA e-management DEA «e-management : concepts & méthodesm thodes» Cours «Technologies de l informationl & management» Enseignants : Henri Isaac, Robert Nickerson e-management Objectifs

Plus en détail

Le développement par fusionsacquisitions

Le développement par fusionsacquisitions Chapitre 1 Le développement par fusionsacquisitions Le développement par fusions-acquisitions s inscrit en général dans le champ de la croissance externe. Il est proposé de clarifier les différentes définitions

Plus en détail

Le secteur des Technologies de l Information et de la Communication: Des Réalisations Importantes et des Perspectives Prometteuses

Le secteur des Technologies de l Information et de la Communication: Des Réalisations Importantes et des Perspectives Prometteuses REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère des Technologies de la Communication Le secteur des Technologies de l Information et de la Communication: Des Réalisations Importantes et des Perspectives Prometteuses Grâce

Plus en détail

Frank LASCK. Courriel : f.lasch@montpellier-bs.com Fonction : Professeur. Biographie

Frank LASCK. Courriel : f.lasch@montpellier-bs.com Fonction : Professeur. Biographie Frank LASCK Courriel : f.lasch@montpellier-bs.com Fonction : Professeur Biographie Frank Lasch, professeur en entrepreneuriat, a rejoint le Groupe Sup de Co Montpellier Business School en septembre 2003

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2015 ISBN : 978-2-212-56114-2

Groupe Eyrolles, 2015 ISBN : 978-2-212-56114-2 , 2015 ISBN : 978-2-212-56114-2 Chapitre 1 Que vient faire Apple dans le paiement? Apple s est spectaculairement redressé avec le retour de son fondateur Steve Jobs en 1997. Les ipod, iphone et autres

Plus en détail

Les Smartphones. Internet Mobile 3G+ Clients abonnés. Clients Jawal. de Maroc Telecom

Les Smartphones. Internet Mobile 3G+ Clients abonnés. Clients Jawal. de Maroc Telecom Janvier 2013 Les Smartphones de Maroc Telecom Maroc Telecom propose une panoplie de Smartphones* possédant des fonctionnalités évoluées et intelligentes permettant ainsi des usages proches de ceux d un

Plus en détail

Évolutions des processus d innovation. chez les constructeurs

Évolutions des processus d innovation. chez les constructeurs Évolutions des processus d innovation C. MIDLER, Conférence IFRI avril 2006 / n 1 chez les constructeurs Christophe Midler Centre de Recherche en Gestion Ecole polytechnique christophe.midler@polytechnique.edu

Plus en détail

Passer de l ISO 9001:2008 à l ISO 9001:2015

Passer de l ISO 9001:2008 à l ISO 9001:2015 ISO 9001 Guide de transition Révisions ISO Passer de l ISO 9001:2008 à l ISO 9001:2015 La nouvelle norme internationale pour les systèmes de management de la qualité ISO 9001 - Système de Management de

Plus en détail

Security to be free. Chiffre d affaires du 4 ème trimestre et de l année 2006

Security to be free. Chiffre d affaires du 4 ème trimestre et de l année 2006 Security to be free Chiffre d affaires du 4 ème trimestre et de l année 2006 Olivier Piou Charles Desmartis Directeur Général Directeur Financier Avertissement Le présent document ne constitue ni une offre

Plus en détail

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Le capital Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs social capital An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Présentation des participants participants presentation Fondation Dufresne et Gauthier

Plus en détail

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL :

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : ANALYSE CONCURRENTIELLE ET STRATEGIE MARKETING INTERNATIONAL : L entreprise a le choix entre 3 grands types de stratégie : La standardisation

Plus en détail

CONFÉRENCE TÉLÉPHONIE MOBILE. UPDATE ASBL Michaël Barchy 21 mai 2014

CONFÉRENCE TÉLÉPHONIE MOBILE. UPDATE ASBL Michaël Barchy 21 mai 2014 CONFÉRENCE TÉLÉPHONIE MOBILE UPDATE ASBL Michaël Barchy 21 mai 2014 POINTS ABORDÉS Introduction Evolution de la téléphonie mobile Mobilité Appareils Technologies Smartphones et «feature» phones Connexions

Plus en détail

Trois modèles de croissance

Trois modèles de croissance Trois modèles de croissance Par Jean Berg Senior Vice President, Estin & Co Il existe trois modèles de croissance : la croissance organique, la croissance par acquisition organique, la croissance par acquisition

Plus en détail

Demil B., Lecocq X. (2003), "Comment exploiter brevets et marques", Expansion Management Review, Juin, n 109, p.88-95.

Demil B., Lecocq X. (2003), Comment exploiter brevets et marques, Expansion Management Review, Juin, n 109, p.88-95. Demil B., Lecocq X. (2003), "Comment exploiter brevets et marques", Expansion Management Review, Juin, n 109, p.88-95. 1 Comment exploiter brevets et marques L entreprise dispose d éléments corporels et

Plus en détail

Réseaux électriques du futur FORUM DE LA CRE. Les modèles économiques des Smart Grids. Paris, le 1 er mars 2011

Réseaux électriques du futur FORUM DE LA CRE. Les modèles économiques des Smart Grids. Paris, le 1 er mars 2011 Réseaux électriques du futur FORUM DE LA CRE Les modèles économiques des Smart Grids Paris, le 1 er mars 2011 20, rue Molitor F - 75016 Paris Phone : +33 (0) 1 75 44 28 20 Fax : +33 (0) 1 75 44 28 60 Les

Plus en détail

Le SI et ses utilisa-tueurs Perspectives sur la stratégie IT des organisations à l heure du Cloud Computing

Le SI et ses utilisa-tueurs Perspectives sur la stratégie IT des organisations à l heure du Cloud Computing Le SI et ses utilisa-tueurs Perspectives sur la stratégie IT des organisations à l heure du Cloud Computing Sébastien Tran ISC Paris, chercheur associé à Mlab, Université Paris Dauphine Emmanuel Bertin

Plus en détail

Chapitre 1. Applications et Systèmes d exploitation mobiles

Chapitre 1. Applications et Systèmes d exploitation mobiles Chapitre 1 Applications et Systèmes d exploitation mobiles I. Introduction Les technologies mobiles prennent de plus en plus leur place sur le marché et dans le paysage numérique où les projets des applications

Plus en détail

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies Chapitre V La mise en œuvre des stratégies 1 Les forces dynamiques dans l évolution de l entreprise Base Base de de l l avantage concurrentiel dans dans l industrie Action stratégique Environnement de

Plus en détail

AUDIT DE CULTURE. Introduction au rapport de culture d entreprise. Simple software to manage your company culture. www.vadequa.com

AUDIT DE CULTURE. Introduction au rapport de culture d entreprise. Simple software to manage your company culture. www.vadequa.com AUDIT DE CULTURE Introduction au rapport de culture d entreprise + Simple software to manage your company culture. www.vadequa.com 2 Audit de Culture A PROPOS La démarche Vadequa Vadequa permet aux sociétés

Plus en détail

LES SMARTPHONES. Icon vector designed by Freepik. Deux grandes différences permettent de discerner un smartphone d'une tablette :

LES SMARTPHONES. Icon vector designed by Freepik. Deux grandes différences permettent de discerner un smartphone d'une tablette : LES SMARTPHONES Vous avez certainement déjà entendu parler des smartphones, mais quel est le rapport avec les tablettes? Que peut-on faire de plus qu avec un GSM? Un iphone et un smartphone, estce la même

Plus en détail

Thème 9 : Stratégie de commercialisation

Thème 9 : Stratégie de commercialisation Thème 9 : Stratégie de commercialisation Serghei Floricel Un élément clé pour le succès de tout projet d innovation est la stratégie de commercialisation, aussi appelée stratégie marketing ou stratégie

Plus en détail

Master de Recherche : Stratégie STRATEGIE. Table des matières

Master de Recherche : Stratégie STRATEGIE. Table des matières STRATEGIE Table des matières 1 INTRODUCTION : l impact de l environnement sur la performance S appuyer sur une étude 1970 dans une entreprise Générale Electrice avec le thème : «performance driven» en

Plus en détail

Talents. 7 pratiques RH à la loupe. Performances. Mobilité. Evaluation. Numérique. Compétences. Réseaux sociaux. Engagement

Talents. 7 pratiques RH à la loupe. Performances. Mobilité. Evaluation. Numérique. Compétences. Réseaux sociaux. Engagement COLLECTION > PRATIQUES RH IN THE BUSINESS OF YOUR SUCCESS TM 7 pratiques RH à la loupe Indicateurs Analyses Expertises Perspectives Evaluation Business intelligence Formation Performances Masse salariale

Plus en détail

David SALVETAT. Frédéric LE ROY. Une étude empirique dans les industries de Haute Technologie en Europe. Juin 2007

David SALVETAT. Frédéric LE ROY. Une étude empirique dans les industries de Haute Technologie en Europe. Juin 2007 Coopétition et Intelligence Economique : Une étude empirique dans les industries de Haute Technologie en Europe Frédéric LE ROY Professeur U. Montpellier I ISEM - ERFI ESC Montpellier David SALVETAT Doctorant

Plus en détail

Management Chapitre 4 La Stratégie I) La notion de stratégie A) Caractéristiques

Management Chapitre 4 La Stratégie I) La notion de stratégie A) Caractéristiques L Management Chapitre 4 La I) La notion de stratégie A) Caractéristiques 1) Définition a stratégie : consiste pour une entreprise, à se fixer des objectifs à long terme et à se donner les moyens de les

Plus en détail

Avant-propos AVANT-PROPOS. 2014 Pearson France Le conseil stratégique pour l'entreprise Philippe Chereau, Pierre -Xavier Meschi

Avant-propos AVANT-PROPOS. 2014 Pearson France Le conseil stratégique pour l'entreprise Philippe Chereau, Pierre -Xavier Meschi Avant-propos «Il n y a rien de plus pratique qu une bonne théorie.» C est dans les années 1940 que Kurt Lewin, universitaire fondateur du courant de la psychologie sociale, prononçait cette phrase qui

Plus en détail

Transformation IT de l entreprise LA MOBILITÉ NÉCESSITE UN CHANGEMENT DES SI EN PROFONDEUR

Transformation IT de l entreprise LA MOBILITÉ NÉCESSITE UN CHANGEMENT DES SI EN PROFONDEUR Transformation IT de l entreprise LA MOBILITÉ NÉCESSITE UN CHANGEMENT DES SI EN PROFONDEUR L es technologies mobiles impactent en profondeur le fonctionnement des organisations. Elles sont également à

Plus en détail

RAPID 3.34 - Prenez le contrôle sur vos données

RAPID 3.34 - Prenez le contrôle sur vos données RAPID 3.34 - Prenez le contrôle sur vos données Parmi les fonctions les plus demandées par nos utilisateurs, la navigation au clavier et la possibilité de disposer de champs supplémentaires arrivent aux

Plus en détail

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles Dissertation Introduction Les différents liens que les entreprises peuvent établir entre elles sont indispensables pour leur expansion et leur compétitivité. L organisation de tels liens est capitale et

Plus en détail

4ème édition du Baromètre des investissements informatiques en France

4ème édition du Baromètre des investissements informatiques en France 4ème édition du Baromètre des investissements informatiques en France Accenture 01 Business et Technologies * * La Haute Performance. Réalisée. Méthodologie 109 entretiens téléphoniques réalisés auprès

Plus en détail

Gouvernance open source : retour d'expérience. Céline Fontaine juriste 12 octobre 2012, EOLE «FOSS: Standing on the shoulders of law», Paris

Gouvernance open source : retour d'expérience. Céline Fontaine juriste 12 octobre 2012, EOLE «FOSS: Standing on the shoulders of law», Paris Gouvernance open source : retour d'expérience Céline Fontaine juriste 12 octobre 2012, EOLE «FOSS: Standing on the shoulders of law», Paris FLOSS, une réalité Une réalit r alité économique Red Hat est

Plus en détail

Club Idaho Consulting # 1

Club Idaho Consulting # 1 Club Idaho Consulting # 1 Jeudi 27 octobre 2011 à 19h 20h30 Eclairages et discussion autour de la TV connectée réalité, perspectives et impacts Ordre du jour - Tour de table - Présentation de la synthèse

Plus en détail