Dénutrition chez l hémodialysl. modialysé. VICHY le 17 novembre 2006 Dr Martial LEVANNIER AURA auvergne

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dénutrition chez l hémodialysl. modialysé. VICHY le 17 novembre 2006 Dr Martial LEVANNIER AURA auvergne"

Transcription

1 Dénutrition chez l hémodialysl modialysé VICHY le 17 novembre 2006 Dr Martial LEVANNIER AURA auvergne

2 La dénutrition d est la conséquence d une inadéquation entre les apports calorico- protiques et les besoins et / ou l incapacitl incapacité d utiliser les substrats apportés

3 Insuffisance d apport d calorique Insuffisance d apport d protidique

4 Rappel sur le métabolisme m protidique Protides représente 10 % du poids 40 à 45 % sont musculaires Fonctions physiologiques majeures Protéines structurales Enzymes, hormones, neurotransmetteurs Défenses immunitaires Équilibre constant entre ana / catabolisme Turn-over d environ d 300 g/j

5 Évaluation de l él état nutritionnel Évaluation subjective globale Données anthropométriques triques Évaluation de la balance nutritionnelle calorico-azot azotée Marqueurs biologiques

6 Évaluation subjective globale Anamnèse : Perte de poids Réduction des apports alimentaires Maladie surajoutée Perte de capacité fonctionnelle Examen physique Perte de la masse musculaire Perte du tissu graisseux sous-cutan cutané

7 Données anthropométriques triques Poids, poids sec Périmètres musculaire Plis cutané Périmètres abdominaux

8 Calorique Évaluation de la balance Calorico- protidique Essentiellement enquêtes diététiques tiques Métabolisme azoté n PCR Protéines sériquess

9 Marqueurs biologiques Protéines sériquess Albumine, transferrine, RétinolR tinol-binding-protéine, pré- Albumine. Autres marqueurs biologiques, qui dans les valeurs basses ont une signification nutritionnelle péjorativep Urée e pré-dialytique Phosphore pré-dialytique Créatinine pré-dialytique Cholestérol

10 Réalité de la dénutrition d dans la population des hémodialysh modialysés Résultats des travaux du Groupe d éd étude Nutrition-Hémodialyse Première étude : établir un constat de l él état nutritionnel des patients traités s par hémodialyse en France. Seconde étape : suivi prospectif de cette population Études spécifiques (Diabète, Plus de 75 ans) Études d interventionsd

11 Données anthropométriques triques 22 % ont un poids < à 90 % du poids idéal 24 % des patients ont un IMC < 20 Kg/m² 62 % ont une masse maigre < à 90 % de la masse maigre théorique

12 Données biologiques 56 % ont une albumine < 40 g/l 20 % ont une albumine < 35 g/l 36 % ont une pré-albumine < 300 mg/l 35 % ont une npcr < 1 g/kg/j 65 % ont une npcr <1,2 g/kg/j Dénutrition sévère s chez 20 à 30 % des patient malgré un épuration satisfaisante > à 12 heures par semaine

13 Causes de la dénutrition, d liées à l insuffisance rénaler Diminution des apports perte de l appl appétit, liée à une accumulation de déchets d et de toxines urémiques plus ou moins identifiées es Anomalies des métabolismes m intermédiaires Augmentation du catabolisme Hyperparathyroïdie, acidose Fuite d acides d aminés, de glucose dans le dialysat Inflammation

14 Causes de la dénutrition, d non liées à l insuffisance rénaler Age : altération du goût, de la mastication Facteurs socio-économiques conomiques Facteurs psychologiques Syndrome dépressifd Pathologies surajoutées Insuffisance cardiaque Infections Artériopathie riopathie digestive

15 Conséquences de la dénutritiond Hypoalbuminémie mie est un facteur de risque de mortalité rr est de par 1 g/l Alb 7 fois plus important si Alb < 30 g/l 14 fois plus si d autres d paramètres sont associés s (Créatinine, phosphore) npcr à un impact sur la mortalité et sur la durée e d hospitalisation. d

16 Amélioration de la dénutritiond Traitement des pathologies surajoutées Augmentation des apports Adaptation de la technique au besoin du patient

17 Calories 30 à 35 Kcal/Kg/j Quels apports 50 à 60 % glucides 35 à 45 % lipides 15 % protides Protides Au moins 1,2 g/kg/j Vitamines et oligoéléments

18 Augmentation des apports Volet social : Quelles sont ses conditions de vies? Qui fait les courses? Qui prépare pare le repas? Peut on intervenir a ce niveau? Compléments ments alimentaires Nutrition artificielle Nutrition parentérale rale per dialytique Nutrition parentérale rale Nutrition entérale

19 Augmentation des apports Compléments ments alimentaires Formules adaptée

20 Augmentation des apports Nutrition parentérale rale perdialytique Facile a mettre en œuvre Néanmoins couteuse (Env( 25 euros/séance) Seulement 800 kcal trois fois par semaine A considérer comme un complément. ment. Risque de diminution de l appl appétit, sensation de satiété (attention séance s du matin) Parfois mal tolérée

21 Augmentation des apports Nutrition parentérale rale Permet des apports caloriques > 2500 Kcal/j Lourde a mettre en oeuvre Nécessite une voie centrale, différente d éventuels Kt de dialyse. Expose à un risque infectieux important Volume quotidien important (2 litres par jour) Quand la voie digestive n est n pas possible.

22 Augmentation des apports Nutrition entérale En l absence l de problème digestifs Beaucoup plus physiologique que la voie IV Apports caloriques > 2000 Kcal/j Tolérance digestive parfois médiocrem Plus facilement mise en œuvre a domicile. Volumes sont importants

23 Adaptation de la technique au besoin du patient Quantité de dialyse, mesurée e par Kt/V sp Assurer une minimum 1,2 unité Kt/V Biocompatibilité de la membrane Haute perméabilit abilité et dialysat ultrapur. Dialyse quotidienne, dialyse longue Amélioration des apports, régime r plus libre Correction de l acidosel Meilleure tolérance des séancess Permet de mettre en œuvre une nutrition artificielle

24 Conduite a tenir après s avoir dépister une dénutritiond Déterminer la gravité Paramètres nutritionnels Étiologie principale Traiter la cause S assurer d une d bonne épuration Étudier les conditions de vies Discuter une nutrition artificielle Discuter un changement de rythme des séances s

ASSISTANCE NUTRITIONNELLE ET INSUFFISANCE RENALE AIGUE

ASSISTANCE NUTRITIONNELLE ET INSUFFISANCE RENALE AIGUE ASSISTANCE NUTRITIONNELLE ET INSUFFISANCE RENALE AIGUE Dr Jean Louis PALLOT Service de Réanimation Médico-Chirurgicale - Montreuil L insuffisance rénale aiguë (IRA) s accompagne constamment d un état de

Plus en détail

Nutrition perdialytique: what else?

Nutrition perdialytique: what else? Nutrition perdialytique: what else? Z.Fumeaux Hôpital de Nyon Colloque HUG 15.10.2010 Plan Dénutrition en dialyse: généralités Recommandations internationales sur l évaluation et le suivi de l état nutritionnel

Plus en détail

Dépister la DÉNUTRITION. des patients Insuffisants Rénaux Chroniques PARCOURS IRC. Quantité et qualité de vie dans l Insuffisance Rénale Chronique

Dépister la DÉNUTRITION. des patients Insuffisants Rénaux Chroniques PARCOURS IRC. Quantité et qualité de vie dans l Insuffisance Rénale Chronique Dépister la DÉNUTRITION des patients Insuffisants Rénaux Chroniques PARCOURS IRC Quantité et qualité de vie dans l Insuffisance Rénale Chronique en dehors de l enquête alimentaire et du dépistage des erreurs,

Plus en détail

Tiré à Part du BDP volume 7 n 3

Tiré à Part du BDP volume 7 n 3 Tiré à Part du BDP volume 7 n 3 EXPERIENCE DE 6 MOIS D UTILISATION DE NUTRINEAL R. MILONGO, H. MEFTAHI, T. HACHACHE, M. GUERGOUR, F. KUENTZ, C. MAYNARD, M. FORET AGDUC - Centre Hospitalier Universitaire

Plus en détail

Items 253, 179 : Alimentation de l adulte insuffisant rénal chronique

Items 253, 179 : Alimentation de l adulte insuffisant rénal chronique Items 253, 179 : Alimentation de l adulte insuffisant rénal chronique Collège des Enseignants de Nutrition Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Rappels

Plus en détail

Méthodes d évaluation de l état nutritionnel des patients en réanimation (intérêts et limites) DESC réanimation médicale Agen 2007 Yann Pucheu

Méthodes d évaluation de l état nutritionnel des patients en réanimation (intérêts et limites) DESC réanimation médicale Agen 2007 Yann Pucheu Méthodes d évaluation de l état nutritionnel des patients en réanimation (intérêts et limites) DESC réanimation médicale Agen 2007 Yann Pucheu Introduction La dénutrition : 30 à 50 % des patients de hospitalisés

Plus en détail

NUTRITION DE L ENFANT ET CANCER

NUTRITION DE L ENFANT ET CANCER NUTRITION DE L ENFANT ET CANCER LE 30 JUIN 2017, CORALIE MAHE-REMEUR DIÉTÉTICIENNE- HÔPITAL SUD RENNES NUTRITION DE L ENFANT ET CANCER Les besoins nutritionnels des enfants de 0 à 18 ans Les besoins spécifiques

Plus en détail

Troubles des métabolismes glucidiques, lipidiques et protéiques chez l url. urémique. Roche, CHG, VICHY

Troubles des métabolismes glucidiques, lipidiques et protéiques chez l url. urémique. Roche, CHG, VICHY Troubles des métabolismes m glucidiques, lipidiques et protéiques chez l url urémique Dr Béatrice B Roche, CHG, VICHY Troubles des métabolismesm PROTEIQUE GLUCIDIQUE LIPIDIQUE RISQUE CARDIOVASCULAIRE ELEVE

Plus en détail

PLAN. I. Pathologie intercurrente / Dénutrition / Plaie II. Les marqueurs de la dénutrition

PLAN. I. Pathologie intercurrente / Dénutrition / Plaie II. Les marqueurs de la dénutrition NUTRITION ET PLAIES LA COMPLÉMENTATION ET LA SURVEILLANCE BIOLOGIQUE Dr Eric Béguier Centre de Biologie Narbonne / Sérignan 1 PLAN I. Pathologie intercurrente / Dénutrition / Plaie II. Les marqueurs de

Plus en détail

Préface à la quatrième édition

Préface à la quatrième édition SOMMAIRE Préface à la quatrième édition XIII 1. Définition, classification, dépistage et épidémiologie de l insuffisance rénale chronique 1 Définition et classification de l insuffisance rénale chronique

Plus en détail

NUTRITION ET VIH. La prise en charge diététique doit être précoce c est-à-dire dès la séropositivité.

NUTRITION ET VIH. La prise en charge diététique doit être précoce c est-à-dire dès la séropositivité. NUTRITION ET VIH La prise en charge diététique doit être précoce c est-à-dire dès la séropositivité. L équipe médicale et soignante doit prendre en compte l intérêt de la nutrition avant toute perte de

Plus en détail

PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DES CANCERS BRONCHIQUES. B. Bailleau diététicienne 31 mai 2012

PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DES CANCERS BRONCHIQUES. B. Bailleau diététicienne 31 mai 2012 PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DES CANCERS BRONCHIQUES B. Bailleau diététicienne 31 mai 2012 PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE Dans le plan cancer 2003-2007 la mesure 42 prévoit le développement des soins

Plus en détail

Compte rendu de la conférence «La nutrition, la clé pour mieux vieillir Savoir conjuguer alimentation et exercice physique»

Compte rendu de la conférence «La nutrition, la clé pour mieux vieillir Savoir conjuguer alimentation et exercice physique» Compte rendu de la conférence «La nutrition, la clé pour mieux vieillir Savoir conjuguer alimentation et exercice physique» I. L impact du vieillissement physique sur la nutrition A. Les effets du vieillissement

Plus en détail

Evaluation de la Transthyrétine comme marqueur de la nutrition et de l infection chez les patients de réanimation

Evaluation de la Transthyrétine comme marqueur de la nutrition et de l infection chez les patients de réanimation Evaluation de la Transthyrétine comme marqueur de la nutrition et de l infection chez les patients de réanimation Mémoire de DESC Libourne, 16 novembre 2008 Laure Crognier 2 problématiques du patient en

Plus en détail

Nutrition et dialyse péritonéale. Formation IDE Dr AGUILERA, Dr GUERRAOUI 17 novembre 2006

Nutrition et dialyse péritonéale. Formation IDE Dr AGUILERA, Dr GUERRAOUI 17 novembre 2006 Nutrition et dialyse péritonéale Formation IDE Dr AGUILERA, Dr GUERRAOUI 17 novembre 2006 1 Plan Pourquoi s ints intéresser à la nutrition? Quels sont les mécanismes m qui influencent l él état nutritionnel

Plus en détail

Chapitre 2 : Item 61 Troubles nutritionnels chez le sujet âgé

Chapitre 2 : Item 61 Troubles nutritionnels chez le sujet âgé Chapitre 2 : Item 61 Troubles nutritionnels chez le sujet âgé I. Causes de la dénutrition du sujet âgé II. Diagnostic clinique de la dénutrition chez le sujet âgé III. Attitude thérapeutique OBJECTIFS

Plus en détail

Besoins nutritionnels et pathologies

Besoins nutritionnels et pathologies DIU de Nutrition Clinique et Métabolisme Besoins nutritionnels et pathologies Cécile Chambrier Unité de Nutrition Clinique Intensive Hospices Civils de Lyon cecile.chambrier@chu-lyon.fr Conflits d intérêt

Plus en détail

Les produits diététiques de complémentation orale AC HUSSON, DIÉTÉTICIENNE

Les produits diététiques de complémentation orale AC HUSSON, DIÉTÉTICIENNE Les produits diététiques de complémentation orale AC HUSSON, DIÉTÉTICIENNE Définition Ils font partie de la classe des ADDFMS Article L5137-1 Ils sont soumis à prescription médicale car ils répondent à

Plus en détail

BONNES PRATIQUES DE DIALYSE

BONNES PRATIQUES DE DIALYSE BONNES PRATIQUES DE DIALYSE THERAPEUTIQUE 1. Durée et fréquence : " Minimum 3x/sem Minimum 12h/sem Exceptions : " - Fonction rénale résiduelle : diminution : sur OM - Instabilité hémodynamique : diminution

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA DENUTRITION EN AMBULATOIRE. Dr LAGRANGE Xavier

PRISE EN CHARGE DE LA DENUTRITION EN AMBULATOIRE. Dr LAGRANGE Xavier PRISE EN CHARGE DE LA DENUTRITION EN AMBULATOIRE Dr LAGRANGE Xavier Samedi 16 janvier 2015 QCM 1 L IMC du sujet non dénutri entre 18 et 65 ans se situe entre A B C D E 15,5 et 22 16,5 et 23 17,5 et 24

Plus en détail

La Malnutrition Chez Le Patient Gériatrique

La Malnutrition Chez Le Patient Gériatrique La Malnutrition Chez Le Patient Gériatrique Dr Y. Massin Assistant en gériatrie Dr M.P. Stassen Endocrinologue Clinique A.Renard le jeudi 1 février 2007 1 La Malnutrition Chez Le Patient Gériatrique le

Plus en détail

Les Mémos Roche de l Insuffisant Rénal Chronique. La surveillance de l insuffisance rénale au laboratoire

Les Mémos Roche de l Insuffisant Rénal Chronique. La surveillance de l insuffisance rénale au laboratoire Les Mémos Roche de l Insuffisant Rénal Chronique La surveillance de l insuffisance rénale au laboratoire La surveillance du fonctionnement de vos reins permet à l équipe néphrologique de suivre votre maladie

Plus en détail

Nutrition chez le cirrhotique. Benoît DUPONT, Servais ELOUMOU et Marie-Astrid PIQUET

Nutrition chez le cirrhotique. Benoît DUPONT, Servais ELOUMOU et Marie-Astrid PIQUET Nutrition chez le cirrhotique Benoît DUPONT, Servais ELOUMOU et Marie-Astrid PIQUET Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2011 Benoit DUPONT Nutrition chez le cirrhotique

Plus en détail

Recommandations HAS 2007

Recommandations HAS 2007 Recommandations HAS 2007 Docteur Alain RICHARD Médecin coordonnateur «Korian Ville en Vert» BRETEUIL Toutes les personnes âgées Les personnes âgées à risque de dénutrition 1 1 fois/an en ville 1 fois/mois

Plus en détail

Réunion Diaménord 20 novembre 2010

Réunion Diaménord 20 novembre 2010 Réunion Diaménord 20 novembre 2010 Introduction Dénutrition hospitalière : Problème majeur de santé publique 30 à 40% des patients à l entrée Agressions aiguës et pathologies chroniques 40% des patients

Plus en détail

Comprendre.. LES REINS. Du fonctionnement normal à l Insuffisance rénale..

Comprendre.. LES REINS. Du fonctionnement normal à l Insuffisance rénale.. Comprendre.. LES REINS Du fonctionnement normal à l Insuffisance rénale.. www.nephro-liege-chr.be Les rôles du rein Station d épuration de l organisme - Tel un filtre, le rein élimine les déchets produits

Plus en détail

ALIMENTATION ET INSUFFISANCE RÉNALE MODÉRÉE Débit de Filtration Glomérulaire compris entre 30 et 60 ml/mn

ALIMENTATION ET INSUFFISANCE RÉNALE MODÉRÉE Débit de Filtration Glomérulaire compris entre 30 et 60 ml/mn ALIMENTATION ET INSUFFISANCE RÉNALE MODÉRÉE Débit de Filtration Glomérulaire compris entre 30 et 60 ml/mn Mme Pascale JEGO, diététicienne au sein du service de néphrologie du CHU a aimablement répondu

Plus en détail

La prise en charge intégrée du patient âgé à l hôpital: Le point de vue de la diététicienne. Frère Caroline

La prise en charge intégrée du patient âgé à l hôpital: Le point de vue de la diététicienne. Frère Caroline La prise en charge intégrée du patient âgé à l hôpital: Le point de vue de la diététicienne. Frère Caroline PLAN Besoins nutritionnels. Apports alimentaires. Dénutrition. Régime sans sel. Régime diabétique.

Plus en détail

NUTRITION ET PATHOLOGIE CARDIAQUE. Dans le service de cardiologie du Centre hospitalier d Arras

NUTRITION ET PATHOLOGIE CARDIAQUE. Dans le service de cardiologie du Centre hospitalier d Arras NUTRITION ET PATHOLOGIE CARDIAQUE Dans le service de cardiologie du Centre hospitalier d Arras Généralités cliniques ETUDE CAS-TEMOINS INTERHEART Lancet, 2004 12 461 IDM et 14 637 témoins entre février

Plus en détail

TRAITEMENT DIETETIQUE DU DIABETE SUCRE. Prof. Ag. THOT O Amani Sroboua

TRAITEMENT DIETETIQUE DU DIABETE SUCRE. Prof. Ag. THOT O Amani Sroboua TRAITEMENT DIETETIQUE DU DIABETE SUCRE Prof. Ag. THOT O Amani Sroboua I. INTRODUCTION (1) L OMS définit le diabète sucré comme étant un état d hyperglycémie chronique en rapport avec des facteurs, les

Plus en détail

Parcours de soins dans la MRC

Parcours de soins dans la MRC Dr FINIELZ Paul 06/2013 Parcours de soins dans la MRC Février 2012 qu est ce que la maladie rénale? destruction progressive des reins sans aucun signe ressenti par le patient quel est le rôle du rein?

Plus en détail

devant un amaigrissement

devant un amaigrissement Orientation diagnostique devant un amaigrissement APPRENTISSAGE DE L EXERCICE MÉDICAL PR. PATRICK MERCIÉ SERVICE DE MEDECINE INTERNE HOPITAL SAINT-ANDRÉ, CHU BORDEAUX UNIVERSITÉ BORDEAUX SEGALEN ET LES

Plus en détail

Histoire de la maladie. Homme de 65 ans. Perte de l appétit. Perte de poids. Examen clinique. Taille : 1,90m

Histoire de la maladie. Homme de 65 ans. Perte de l appétit. Perte de poids. Examen clinique. Taille : 1,90m Histoire de la maladie J0 Homme de 65 ans Douleurs abdominales depuis 3 mois Perte de l appétit Perte de poids Examen clinique Ictère cutanéo-muqueux Poids : 60 kg (poids initial 70 kg) Taille : 1,90m

Plus en détail

Profil diététique chez les diabétiques au stade de néphropathie diabétique

Profil diététique chez les diabétiques au stade de néphropathie diabétique Profil diététique chez les diabétiques au stade de néphropathie diabétique Bouznad N, El Mghari G, El Ansari N Service d Endocrinologie Diabétologie, Maladies Métaboliques et Nutrition. Laboratoire PCIM,

Plus en détail

Nutrition préopératoire en chirurgie digestive réglée. Stéphane M. Schneider Nutrition, Hôpital de l Archet, Nice

Nutrition préopératoire en chirurgie digestive réglée. Stéphane M. Schneider Nutrition, Hôpital de l Archet, Nice Nutrition préopératoire en chirurgie digestive réglée Stéphane M. Schneider Nutrition, Hôpital de l Archet, Nice Déclaration d intérêts Abbott Nutrition, Baxter, B. Braun, Covidien, Fresenius- Kabi, Nestlé

Plus en détail

LA DÉMARCHE DE SOIN DIÉTÉTIQUE EN NÉPHROLOGIE

LA DÉMARCHE DE SOIN DIÉTÉTIQUE EN NÉPHROLOGIE Strasbourg 2017 LA DÉMARCHE DE SOIN DIÉTÉTIQUE EN NÉPHROLOGIE M. Turri, CHRU Nancy Projet Projet à l initiative de l AFDN Objectif Aider les diététiciennes dans la prise en charge des patients atteints

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DÉNUTRITION COMPLÉMENTS NUTRITIONNELS ORAUX QUEL NOUVEAU CADRE DE PRESCRIPTION?

GUIDE PRATIQUE DÉNUTRITION COMPLÉMENTS NUTRITIONNELS ORAUX QUEL NOUVEAU CADRE DE PRESCRIPTION? GUIDE PRATIQUE DÉNUTRITION COMPLÉMENTS NUTRITIONNELS ORAUX QUEL NOUVEAU CADRE DE PRESCRIPTION? DÉNUTRITION PLUSIEURS MILLIERS DE PERSONNES CONCERNÉES La dénutrition peut toucher jusqu à 70 % des patients

Plus en détail

Prise en charge nutritionnelle du sujet âgé en oncologie. Nutrition en oncogériatrie - Valérie Royer-Garabige

Prise en charge nutritionnelle du sujet âgé en oncologie. Nutrition en oncogériatrie - Valérie Royer-Garabige Prise en charge nutritionnelle du sujet âgé en oncologie Plan v Spécificités liées à la gériatrie v Initiation de la PEC diététique v Bilan diététique v Plan de soin diététique v Intérêt de la PEC diététique

Plus en détail

Amaigrissement involontaire

Amaigrissement involontaire Amaigrissement involontaire Quels éléments pour améliorer notre pratique en Médecine générale? Un problème fréquent Les cancéreux Les porteurs de maladies inflammatoires chroniques Les insuffisants cardiaques,

Plus en détail

NUTRITION DE LA PERSONNE ÂGÉE À DOMICILE ET EN STRUCTURE

NUTRITION DE LA PERSONNE ÂGÉE À DOMICILE ET EN STRUCTURE NUTRITION DE LA PERSONNE ÂGÉE À DOMICILE ET EN STRUCTURE Des bases de la nutrition à une approche de la dénutrition Mazoyer Alexis Médecin généraliste et coordonnateur d EHPAD DU nutrition et diététique

Plus en détail

Méthodes d évaluation de l état nutritionnel en réanimation

Méthodes d évaluation de l état nutritionnel en réanimation DESC Réanimation médicale 3/12/2009 Périgueux Méthodes d évaluation de l état nutritionnel en réanimation Intérêts et Limites BRASSE Christine LETOCART Philippe Définitions (1) Dénutrition protéino-énergétique

Plus en détail

Adaptation de la nutrition: Femme enceinte et Croissance. Réalisé par Dr BENREKIA. Y

Adaptation de la nutrition: Femme enceinte et Croissance. Réalisé par Dr BENREKIA. Y Adaptation de la nutrition: Femme enceinte et Croissance Réalisé par Dr BENREKIA. Y 2015-2016 I/ Alimentation de la femme enceinte 1- Adaptation physiologique à la grossesse: Lors de la grossesse, une

Plus en détail

DENUTRITION : Dépistage, prise en charge et surveillance. Dr Michaël WILLERY Clinique La Victoire Pôle gériatrie Lille Métropole RAMSAYGDS

DENUTRITION : Dépistage, prise en charge et surveillance. Dr Michaël WILLERY Clinique La Victoire Pôle gériatrie Lille Métropole RAMSAYGDS DENUTRITION : Dépistage, prise en charge et surveillance Dr Michaël WILLERY Clinique La Victoire Pôle gériatrie Lille Métropole RAMSAYGDS EPIDEMIOLOGIE Dénutrition protéino-énergétique: 2 à 4% des SA entre

Plus en détail

Fistule huméro-céphalique superficialisée

Fistule huméro-céphalique superficialisée Fistule huméro-céphalique superficialisée Fistule huméro-basilique superficialisée Cathéter Permcath tunnélisé jugulaire interne droit en place depuis 7 ans Cathéter de Canaud tunnélisé jugulaire interne

Plus en détail

Nutrition et Personnes Agées

Nutrition et Personnes Agées FMC Haguenau 19 mai 2016 Nutrition et Personnes Agées Alain PRADIGNAC Unité de Nutrition Thérapeutique Médecine Interne et Nutrition Pôle MIRNED Hôpitaux Universitaires de Strasbourg NUTRITION ET PERSONNES

Plus en détail

L HYPERALIMENTATION ENTÉRALE À L U.S.I.

L HYPERALIMENTATION ENTÉRALE À L U.S.I. L HYPERALIMENTATION ENTÉRALE À L U.S.I. France Raby,, M.D. Département clinique de médecine générale 1999-11-09 PLAN 1. Conséquences de l absence d hyperalimentation 2. Indications et contre-indications

Plus en détail

La vie après chirurgie des tumeurs neuroendocrines QUELLE VIE APRÈS RÉSECTION GRÊLIQUE OU COLIQUE? S. Bonnet Hôpital Cochin

La vie après chirurgie des tumeurs neuroendocrines QUELLE VIE APRÈS RÉSECTION GRÊLIQUE OU COLIQUE? S. Bonnet Hôpital Cochin La vie après chirurgie des tumeurs neuroendocrines QUELLE VIE APRÈS RÉSECTION GRÊLIQUE OU COLIQUE? S. Bonnet Hôpital Cochin Introduction Résection limitée : grande majorité des cas Résection étendue :

Plus en détail

GENERALE. L. Monnier, C. Colette, A. Wojtusciszyn

GENERALE. L. Monnier, C. Colette, A. Wojtusciszyn GENERALE 1 Stratégie thérapeutique pour la prescription diététique Excès de poids Poids normal Absence de pathologie associée diéto-dépendante ou dieto-sensible Présence dʼune Pathologie associée diéto-dépendante

Plus en détail

DENUTRITION: DU DEPISTAGE A LA PRISE EN CHARGE

DENUTRITION: DU DEPISTAGE A LA PRISE EN CHARGE Eliminer toute source d inconfort (douleurs, besoins impérieux ) Prévoir un temps suffisant pour le repas: 45 mn environ en évitant toute sollicitation intempestive è gain de 25% des apports alimentaires

Plus en détail

COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 8 Décembre 2009 CONCLUSIONS

COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 8 Décembre 2009 CONCLUSIONS COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 8 Décembre 2009 CONCLUSIONS CLINUTREN REPAIR, aliment diététique destiné à des fins médicales

Plus en détail

Malnutrition ou dénutrition de la personne âgée en médecine de ville

Malnutrition ou dénutrition de la personne âgée en médecine de ville Malnutrition ou dénutrition de la personne âgée en médecine de ville Dr C GIRES CHRU LILLE DU gériatrie 2011 1 CAS CLINIQUE N 1 2 Madame P 79 ans Antecédents: Arthrose invalidante Cardiopathie ischémique

Plus en détail

IMPORTANCE DE LA NUTRITION EN CANCEROLOGIE

IMPORTANCE DE LA NUTRITION EN CANCEROLOGIE IMPORTANCE DE LA NUTRITION EN CANCEROLOGIE Dr Maria Nachury Service de Gastroentérologie et Nutrition CHU de Besançon Marie-Noëlle Lombarte FF Cadre Service Diététique CHU de Besançon Une volontéaffichée

Plus en détail

Renforcer le petit-déjeuner en EHPAD pour lutter contre la dénutrition

Renforcer le petit-déjeuner en EHPAD pour lutter contre la dénutrition Renforcer le petit-déjeuner en EHPAD pour lutter contre la dénutrition Josiane SALEH Directrice Exploitation «Résidence de l Orme» ORPEA Docteur Dan KOGEL Médecin Gériatre Marine BOUVRY Diététicienne Nutritionniste

Plus en détail

Obésité et réanimation PRONOSTIC, ADAPTION DES DROGUES, NUTRITION. Estelle TROCHUT DESC Réanimation médicale Périgueux Décembre 2009

Obésité et réanimation PRONOSTIC, ADAPTION DES DROGUES, NUTRITION. Estelle TROCHUT DESC Réanimation médicale Périgueux Décembre 2009 Obésité et réanimation PRONOSTIC, ADAPTION DES DROGUES, NUTRITION Estelle TROCHUT DESC Réanimation médicale Périgueux Décembre 2009 DEFINITIONS Obésité = excès de masse adipeuse Indice de Quetelet (= IMC

Plus en détail

EVALUATION DE LA DENUTRITION EN REANIMATION

EVALUATION DE LA DENUTRITION EN REANIMATION EVALUATION DE LA DENUTRITION EN REANIMATION DESC Réanimation Médicale LYON Janvier 2010 HAUTIN Etienne PLAN Introduction Evaluation Recommandations Mesures cliniques Mesures biophysiques Marqueurs biologiques

Plus en détail

Avis de la Commission. 02 juillet 2003

Avis de la Commission. 02 juillet 2003 COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS REPUBLIQUE FRANCAISE Avis de la Commission 02 juillet 2003 Dispositif : RealDiet HP Fibres, aliment diététique destiné à des fins médicales spéciales

Plus en détail

La nutrition parentérale chez le prématuré. Caron Nicolas, interne Service de Néonatalogie CHU Poitiers

La nutrition parentérale chez le prématuré. Caron Nicolas, interne Service de Néonatalogie CHU Poitiers La nutrition parentérale chez le prématuré Caron Nicolas, interne Service de Néonatalogie CHU Poitiers Plan Caractéristiques du prématuré Indications de la NPT chez le prématuré Accès vasculaires Apports

Plus en détail

Les troubles des fonctions d alimentation : Que faire? Quand et comment?

Les troubles des fonctions d alimentation : Que faire? Quand et comment? R4P Réseau Régional de Rééducation et de Réadaptation Pédiatrique en Rhône-Alpes Les troubles des fonctions d alimentation : Que faire? Quand et comment? La dénutrition de l enfant polyhandicapé Dr NoelPERETTI,

Plus en détail

A) LA DENUTRITION 1 DEFINITION 2 PHYSIOPATHOLOGIE 3 MECANISME B) STRATEGIE DE DEPISTAGE DIAGNOSTIC D) PREVALENCE ET CONSEQUENCES

A) LA DENUTRITION 1 DEFINITION 2 PHYSIOPATHOLOGIE 3 MECANISME B) STRATEGIE DE DEPISTAGE DIAGNOSTIC D) PREVALENCE ET CONSEQUENCES A) LA DENUTRITION 1 DEFINITION 2 PHYSIOPATHOLOGIE 3 MECANISME B) STRATEGIE DE DEPISTAGE DIAGNOSTIC D) PREVALENCE ET CONSEQUENCES 1 1 - DEFINITION La dénutrition est un état de déficit en énergie, en protéines

Plus en détail

Quand l âge, les maladies et leurs traitements riment avec dénutrition. Dr Ch. Dumont Médecin Gériatre

Quand l âge, les maladies et leurs traitements riment avec dénutrition. Dr Ch. Dumont Médecin Gériatre Quand l âge, les maladies et leurs traitements riment avec dénutrition Dr Ch. Dumont Médecin Gériatre 1 Est-ce que l âge est à l origine de dénutrition? 2 Question légitime car 3 La réponse est non, «mais»

Plus en détail

LES CRITÈRES DE DÉNUTRITION SONT PRIS EN DÉFAUT CHEZ L OBÈSE. Jean Michel LECERF Service de Nutrition Institut Pasteur de Lille

LES CRITÈRES DE DÉNUTRITION SONT PRIS EN DÉFAUT CHEZ L OBÈSE. Jean Michel LECERF Service de Nutrition Institut Pasteur de Lille LES CRITÈRES DE DÉNUTRITION SONT PRIS EN DÉFAUT CHEZ L OBÈSE Jean Michel LECERF Service de Nutrition Institut Pasteur de Lille -1- LA DENUTRITION UNE MALADIE Sous déclarée Codée comme comorbidité dans

Plus en détail

BESOINS NUTRITIONNELS ET APPORTS ALIMENTAIRES DE L ADULTE. EVALUATION DE L ETAT NUTRITIONNEL. DENUTRITION.

BESOINS NUTRITIONNELS ET APPORTS ALIMENTAIRES DE L ADULTE. EVALUATION DE L ETAT NUTRITIONNEL. DENUTRITION. THEME N 110 BESOINS NUTRITIONNELS ET APPORTS ALIMENTAIRES DE L ADULTE. EVALUATION DE L ETAT NUTRITIONNEL. DENUTRITION. Référence du collège : www.http://bm/web.org/consensus.html www.http://afssa.fr/ouvrage/fiche-explicative-anc.html

Plus en détail

Diagnostic et évaluation de la dénutrition Prise en charge. Isabelle Bourdel-Marchasson DU EHPAD

Diagnostic et évaluation de la dénutrition Prise en charge. Isabelle Bourdel-Marchasson DU EHPAD Diagnostic et évaluation de la dénutrition Prise en charge Isabelle Bourdel-Marchasson DU EHPAD Au cours du vieillissement. Les problèmes nutritionnels changent après 80 ans : peu de pathologies de surcharge

Plus en détail

Prise en charge d une insuffisance rénale

Prise en charge d une insuffisance rénale Prise en charge d une insuffisance rénale Définition et diagnostic différentiel IRC = évoluant depuis au moins 3 mois Diagnostic différentiel avec IRA: les arguments Cliniques: catégorie à risque, antécédents

Plus en détail

Maladie alcoolique du foie: Prise en charge. 17/12/2011 Simon PERNOT Pierre NAHON

Maladie alcoolique du foie: Prise en charge. 17/12/2011 Simon PERNOT Pierre NAHON Maladie alcoolique du foie: Prise en charge 17/12/2011 Simon PERNOT Pierre NAHON Prise en charge de la MAF Prise en charge de la MAF Prise en charge des comorbidités Prendre en charge les facteurs aggravants

Plus en détail

Impact nutritionnel sur la prise en charge du cancer du sujet âgé

Impact nutritionnel sur la prise en charge du cancer du sujet âgé Impact nutritionnel sur la prise en charge du cancer du sujet âgé Bruno BLOT Diététicien CHR Orléans Powerpoint Templates Page 1 Sommaire Dénutrition : facteur pronostique Prévalence de la dénutrition

Plus en détail

Diagnostic de la dénutrition et de ses facteurs de risque

Diagnostic de la dénutrition et de ses facteurs de risque 1 Diagnostic de la dénutrition et de ses facteurs de risque Données générales - La dénutrition est définie comme un changement mesurable des fonctions et/ou de la composition corporelle, associé à une

Plus en détail

11 ème rencontre régionale de cancérologie digestive

11 ème rencontre régionale de cancérologie digestive 11 ème rencontre régionale de cancérologie digestive NIORT 19 janvier 2017 2- Prise en charge nutritionnelle du patient atteint de cancer digestif tout au long de son parcours de soins Prise en charge

Plus en détail

Les Mémos Roche de l Insuffisant Rénal Chronique. Le dépistage des maladies rénales au laboratoire

Les Mémos Roche de l Insuffisant Rénal Chronique. Le dépistage des maladies rénales au laboratoire Les Mémos Roche de l Insuffisant Rénal Chronique Le dépistage des maladies rénales au laboratoire Les reins sont formés de milliers d unités fonctionnelles élémentaires, appelées néphrons. Ils filtrent

Plus en détail

Prise en charge diététique de l obésité. Taminiau Titiana Michel Sandrine CHR Haute Senne

Prise en charge diététique de l obésité. Taminiau Titiana Michel Sandrine CHR Haute Senne Prise en charge diététique de l obésité Taminiau Titiana Michel Sandrine CHR Haute Senne Plan Introduction Définition Objectifs de prise en charge Enquête diététique Objectifs de perte de poids Conseils

Plus en détail

Recommandations de bonnes pratiques cliniques sur la nutrition périopératoire. Sous l égide de la SFAR et de la SFNEP

Recommandations de bonnes pratiques cliniques sur la nutrition périopératoire. Sous l égide de la SFAR et de la SFNEP Recommandations de bonnes pratiques cliniques sur la nutrition périopératoire Sous l égide de la SFAR et de la SFNEP OBJECTIFS actualiser des recommandations de 1994 mais aussi étendre leur champ de compétences

Plus en détail

Item 110 : Diagnostic de la dénutrition et de ses facteurs de risque

Item 110 : Diagnostic de la dénutrition et de ses facteurs de risque Item 110 : Diagnostic de la dénutrition et de ses facteurs de risque Collège des Enseignants de Nutrition Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 SPECIFIQUE :...2 I Données

Plus en détail

Dénutrition, T2A et qualité des soins

Dénutrition, T2A et qualité des soins Dénutrition, T2A et qualité des soins A Pradignac,, V Séry,, F Piran,, D Bernier, C Weidmann, G Nisand,, JL Schlienger CLAN & DIM Hôpitaux Universitaires de Strasbourg 03-08 : 1 Enquête Nutrition HUS 2009

Plus en détail

Item 61 : Troubles nutritionnels chez le sujet âgé

Item 61 : Troubles nutritionnels chez le sujet âgé Item 61 : Troubles nutritionnels chez le sujet âgé Collège des Enseignants de Nutrition Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 SPECIFIQUE :...2 I Généralités... 3 II Diagnostic

Plus en détail

La physiologie du sportif

La physiologie du sportif La physiologie du sportif De 2 sportifs d égale valeur, celui qui a les meilleurs résultats est celui dont l alimentation est la plus équilibrée! Si tant est que celle-ci soit permanente! Suivant le type

Plus en détail

ALIMENTATION EQUILIBRÉE. - IFSI Étudiants 1ère année

ALIMENTATION EQUILIBRÉE. - IFSI Étudiants 1ère année ALIMENTATION EQUILIBRÉE - IFSI Étudiants 1ère année 1 Rôle de l IDE Extrait du référentiel d activités: Observation et recueil de données cliniques Mesure des paramètres corporels Recueil de données portant

Plus en détail

Recommandations de l ASPEN pour la nutrition en réanimation. Gwénaëlle Lhéritier DESC Réanimation médicale Périgueux, le 3 décembre 2009

Recommandations de l ASPEN pour la nutrition en réanimation. Gwénaëlle Lhéritier DESC Réanimation médicale Périgueux, le 3 décembre 2009 Recommandations de l ASPEN pour la nutrition en réanimation Gwénaëlle Lhéritier DESC Réanimation médicale Périgueux, le 3 décembre 2009 Guidelines for the Provision and Assessment of Nutrition Support

Plus en détail

Les néphrologues portent depuis longtemps

Les néphrologues portent depuis longtemps PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DE LA PERSONNE AGÉE INSUFFISANTE RÉNALE Problèmes nutritionnels de la personne âgée en dialyse Docteur Jean-René LARUE La Garde Les néphrologues portent depuis longtemps

Plus en détail

CHIRURGIE DE L OBÉSITÉ POURQUOI? POUR QUI? COMMENT?

CHIRURGIE DE L OBÉSITÉ POURQUOI? POUR QUI? COMMENT? CHIRURGIE DE L OBÉSITÉ POURQUOI? POUR QUI? COMMENT? Dr T. CRESPY Dr M.A QUILICHINI Samedi 16 janvier 2015 ObEpi-Roche 2012 : Enquête nationale sur l obésité et le surpoids 6 922 215 d obèses, 15 % de la

Plus en détail

Item 110 : Prise en charge de la dénutrition

Item 110 : Prise en charge de la dénutrition Item 110 : Prise en charge de la dénutrition Collège des Enseignants de Nutrition Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 SPECIFIQUE :...2 I Généralités... 3 II Evaluation des

Plus en détail

Epidémiologie Conséquences de la dénutrition

Epidémiologie Conséquences de la dénutrition Epidémiologie Conséquences de la dénutrition Cours DES. 04/04/09 Pauline HOUSSEL Définition «Apports alimentaires insuffisants pour couvrir les besoins nutritionnels d un patient» «Déficit d apport quantitatif,

Plus en détail

Université de Bordeaux UE NUTRITION

Université de Bordeaux UE NUTRITION Université de Bordeaux UE NUTRITION L2 Maïeutique Session Janvier 2016 - Durée de l épreuve : 30 minutes Ce sujet est imprimé en recto/verso et comporte 7 pages (pages de garde comprises) et 17 QCM Pensez

Plus en détail

Forum DIABETE juin 2013, CHUV

Forum DIABETE juin 2013, CHUV Forum DIABETE 2013 27 juin 2013, CHUV La prise en charge de l insuffisance rénale liée au diabète Dr Anne Cherpillod Spécialiste FMH en Néphrologie et Médecine interne Forum DIABETE 2013 Clinique de la

Plus en détail

Impact des troubles de la nutrition et de la déglutition dans les infections. Dr F.Behar UTNc Hôpital DUPUYTREN, Draveil

Impact des troubles de la nutrition et de la déglutition dans les infections. Dr F.Behar UTNc Hôpital DUPUYTREN, Draveil Impact des troubles de la nutrition et de la déglutition dans les infections Dr F.Behar UTNc Hôpital DUPUYTREN, Draveil Présentation de l UTNc Unité Transversale de Nutrition clinique Hôpital DUPUYTREN

Plus en détail

DEMARCHE DE SOINS DIETETIQUES

DEMARCHE DE SOINS DIETETIQUES DEMARCHE DE SOINS DIETETIQUES Par Carole Meilhat Au vue de l évolution thérapeutique diététique, il nous parait essentiel de vous présenter un outil auquel doit se former tous les diététiciens. Cette démarche

Plus en détail

UE8 Nutrition Cours 12 Malnutrition Dénutrition Partie 2/2

UE8 Nutrition Cours 12 Malnutrition Dénutrition Partie 2/2 Nutrition UE8 Mercredi 14 décembre 16h30 17h30 Ronéotypeur : Maxence Robert Ronéolectrice : Laura Mattei UE8 Nutrition Cours 12 Malnutrition Dénutrition Partie 2/2 Ronéo 12 Page 1 Sommaire A. Evaluer les

Plus en détail

Comment choisir une membrane d hémodialyse

Comment choisir une membrane d hémodialyse Comment choisir une membrane d hémodialyse Philippe Brunet, Marseille CUEN juin 2011 Historique des membranes de dialyse (1) 1940-1970 : membranes en cellulose 1940 : la cellophane des emballages 1960

Plus en détail

H. El kaoukabi DIETETICIENNE SERVICE D ENDOCRINOLOGIE DIABETOLOGIE ET MALADIES METABOLIQUE ET NUTRITION CHU MED IV MARRAKECH

H. El kaoukabi DIETETICIENNE SERVICE D ENDOCRINOLOGIE DIABETOLOGIE ET MALADIES METABOLIQUE ET NUTRITION CHU MED IV MARRAKECH H. El kaoukabi DIETETICIENNE SERVICE D ENDOCRINOLOGIE DIABETOLOGIE ET MALADIES METABOLIQUE ET NUTRITION CHU MED IV MARRAKECH I. Introduction II. Plan But de l enquête alimentaire III. Méthodes des enquêtes

Plus en détail

TROUBLES NUTRITIONNELS CHEZ LE SUJET ÂGÉ

TROUBLES NUTRITIONNELS CHEZ LE SUJET ÂGÉ 61_2012:Mise en page 1 29/06/12 10:50 Page 1 Mise à jour?????? 2012. Question accompagnée d un Focus (Rev Prat 2012;62:XXXXXXXXXX). I - 5 Q61 TROUBLES NUTRITIONNELS CHEZ LE SUJET ÂGÉ RR Pr Isabelle Bourdel-Marchasson

Plus en détail

9 ème Journée Médicale de Biskra. Le diabète du sujet âgé N.MALLEM

9 ème Journée Médicale de Biskra. Le diabète du sujet âgé N.MALLEM 9 ème Journée Médicale de Biskra Le diabète du sujet âgé N.MALLEM Le diabète du sujet âgé Données épidémiologiques Prévalence du diabète chez les sujets âgés : The Verona Study Diabetologia 38: 318, 1995

Plus en détail

Quand contacter le néphrologue? Benoît Vendrely Département de néphrologie CHU Bordeaux

Quand contacter le néphrologue? Benoît Vendrely Département de néphrologie CHU Bordeaux Quand contacter le néphrologue? Benoît Vendrely Département de néphrologie CHU Bordeaux Du Lundi au Jeudi de 9h à 18h00 Le Vendredi, merci de nous contacter avant 16h00 Quand adresser le patient pour prise

Plus en détail

Les sujets âgés ( dont l âge est supérieur à 65 ans ) représente une population en pleine expansion : 20% en l an 2000, environ 33% en 2030.

Les sujets âgés ( dont l âge est supérieur à 65 ans ) représente une population en pleine expansion : 20% en l an 2000, environ 33% en 2030. «AUTONOMIE : QUELLE NUTRITION?» Introduction : L alimentation permet de couvrir nos différents besoins qualitatifs et quantitatifs en nutriments, mais aussi de développer des liens sociaux et affectifs.

Plus en détail

Poids de forme et «affûtage» du marathonien. Fanny Gelli Colloque Marathon du Médoc 11 septembre 2015

Poids de forme et «affûtage» du marathonien. Fanny Gelli Colloque Marathon du Médoc 11 septembre 2015 Poids de forme et «affûtage» du marathonien Fanny Gelli Colloque Marathon du Médoc 11 septembre 2015 Introduction Le Poids Optimal ou Idéal fait référence à un objectif de santé (formules) Masse maigre

Plus en détail

Docteur Max HAÏNE Service Universitaire de Médecine Gériatrique Centre hospitalier Lyon Sud

Docteur Max HAÏNE Service Universitaire de Médecine Gériatrique Centre hospitalier Lyon Sud Docteur Max HAÏNE Service Universitaire de Médecine Gériatrique Centre hospitalier Lyon Sud Il existe une corrélation entre IMC et survenue d escarre : HyunS. & al., Am J CritCare, 2014 (n = 2632) Un apport

Plus en détail

IMPACT DE LA DENUTRITION EN ORTHOGERIATRIE. IX ème journée interclan PACA - Oct Dr F.DIEBOLD, N. MASSEBOEUF

IMPACT DE LA DENUTRITION EN ORTHOGERIATRIE. IX ème journée interclan PACA - Oct Dr F.DIEBOLD, N. MASSEBOEUF IMPACT DE LA DENUTRITION EN ORTHOGERIATRIE IMPACT DE LA NUTRITION EN O 60 000 fractures du col du fémur opérées /an O 50% d augmentation d ici 2050 O Mortalité: à 1 mois = 5,3% à 3 mois = 10,4% à 6 mois

Plus en détail

Avez-vous déjà entendu parler des possibles complications liées à la grossesse chez les femmes obèses?

Avez-vous déjà entendu parler des possibles complications liées à la grossesse chez les femmes obèses? Obésité et grossesse Immersion en communauté juin 2012 Scapuso J., Dosso M. et Rapin A. Etudiantes Heds 2BSc, filière Nutrition et Diététique Avez-vous déjà entendu parler des possibles complications liées

Plus en détail

Particularité de l alimentation chez la personne âgée : petits moyens pour augmenter l appétence

Particularité de l alimentation chez la personne âgée : petits moyens pour augmenter l appétence Particularité de l alimentation chez la personne âgée : petits moyens pour augmenter l appétence Agathe Raynaud-Simon Département de Gériatrie, Hôpitaux Bichat et Beaujon, Secteur ambulatoire de Bretonneau,

Plus en détail

UE NUTRITION. L2 Maïeutique. Ce sujet comporte 5 pages (page de garde comprise) et 18 QCM :

UE NUTRITION. L2 Maïeutique. Ce sujet comporte 5 pages (page de garde comprise) et 18 QCM : UE NUTRITION L2 Maïeutique Session Janvier 2013 - Durée de l épreuve : 40 minutes Ce sujet comporte 5 pages (page de garde comprise) et 18 QCM : Pensez à vous identifier (numéro de table, numéro étudiant,

Plus en détail

NUTRITION (HYDRATATION) DES PATIENTS CANCEREUX AU DOMICILE

NUTRITION (HYDRATATION) DES PATIENTS CANCEREUX AU DOMICILE Définitions Épidémiologie Étiologies Évaluation Complications Objectifs NUTRITION (HYDRATATION) DES PATIENTS CANCEREUX AU DOMICILE Traitements symptomatiques SOR de la Fédération Nationale des Centres

Plus en détail

Chirurgie de l obésité (Chirurgie bariatrique)

Chirurgie de l obésité (Chirurgie bariatrique) Chirurgie de l obésité (Chirurgie bariatrique) CSO@chu-limoges.fr Ce diaporama peut être imprimé et mis à disposition des patients Quel parcours jusqu à une prise en charge chirurgicale? PATIENT EN DEMANDE

Plus en détail