Modalités d'implantation d'une Activité à Madagascar

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Modalités d'implantation d'une Activité à Madagascar"

Transcription

1 Modalités d'implantation d'une Activité à Madagascar Aspects sociétaires, réglementaires et fiscaux News Brief Septembre 2013

2 PricewaterhouseCoopers Tax & Legal MODALITÉS D IMPLANTATION D UNE ACTIVITÉ À MADAGASCAR Aspects sociétaires, réglementaires et fiscaux Choix de la structure d accueil Les implications fiscales du choix de la structure Ce qu il faut savoir sur la désignation d un mandataire social étranger à Madagascar Visa / Autorisation d exercice Le cas spécifique de l entreprise franche S IMPLANTER À MADAGASCAR C EST POSSIBLE AVEC PwC

3 Actualités Juridiques de l implantation d une activité à Madagascar L investissement à Madagascar reste gouverné par une relative liberté dans la mesure où la création d une entreprise n est a priori subordonnée à aucune condition, ni de nationalité ni d autorisation préalable ou d agrément. À l instar des facultés offertes par le droit OHADA ainsi qu en droit français, l investisseur étranger optera fréquemment entre l une ou l autre de ces deux structures d accueil : une vision plus pérenne : la société commerciale, la structure avec autonomie propre (il pourra alors s agir d une filiale dont les formes sociales prépondérantes sont : la société anonyme «S.A» ou la société à responsabilité limitée «S.A.R.L») ; une vision à plus court-terme : la structure sans autonomie juridique propre (il peut s agir d une succursale que la pratique désigne également comme agence, bureau de liaison, de représentation, antenne commerciale). Remarques : - A Madagascar, la succursale à gestion autonome propre peut être gardée pendant une durée indéterminée. - Notons qu en droit OHADA, la durée d activité d une succursale de société étrangère à l espace OHADA est limitée à deux années à compter de sa date d inscription au registre du commerce. Passé ce délai, et seulement en ce qui concerne les sociétés situées en dehors de l un des seize États membres de l espace OHADA, l acte uniforme impose que la succursale soit apportée à une société existante, sauf dispense prononcée par arrêté ministériel. En pratique, cette dispense est accordée et s assimile à une reconduction dudit délai de deux ans (c est généralement le cas des sociétés de travaux publics et pétrolières). Madagascar ne fait pas partie de l espace OHADA : 1. La durée d activité d une succursale n est pas limitée à Madagascar ; 2. Si une société malgache établit une succursale dans l espace OHADA, cette règle de deux ans lui sera applicable. Aspects sociétaire et fiscal Septembre /8

4 Choix de la structure d accueil Nous traiterons de deux formes d implantation d établissement stable fréquemment rencontrées à Madagascar : la filiale, qui adoptera ainsi une forme juridique autonome, de type société commerciale, généralement société anonyme (SA) ou société à responsabilité limitée (S.A R.L) ; la succursale, qui n ayant pas de personnalité juridique autonome, ne peut agir en son nom propre. En pratique, elle revêt plusieurs appellations du type bureau de liaison, représentant résident ou bureau de représentation, antenne commerciale, agence. Autant de termes distincts pour désigner une même réalité juridique et fiscale qu est la succursale. Nous présenterons de manière synthétique les raisons qui incitent un investisseur (étranger ou national) à s orienter vers l une ou l autre de ses structures. Le choix de la structure d implantation dépend du but poursuivi par l investisseur et essentiellement des trois critères suivants : les perspectives de développement, le mode de gérance et leur accès au régime des salariés / régime d obtention des visas. Un tableau récapitulatif permettra au lecteur d apprécier l intérêt d opter pour l une ou pour l autre de ces structures. Option entre un déploiement par filiale ou par succursale Qu est ce qu une filiale? La filiale est une société de nationalité malgache, indépendante juridiquement de la société mère et contrôlée majoritairement par celle-ci. En effet, les articles 192 et 195 de la loi sur les sociétés commerciales n disposent qu une société ne peut être la filiale d une société mère qu à condition que son capital soit détenu à plus de 50% par la mère. Lorsque le capital de la «fille» est détenu à + de 10% et à moins de 50% par la «mère», la «mère» est 1 simplement réputée avoir une participation dans la «fille». Le concept de filiale n est alors pas applicable. Avantages : Inconvénients : La responsabilité juridique de la maison mère envers sa filiale est limitée puisque la filiale est titulaire d une personnalité juridique propre. Sauf garantie directe de la mère pour le compte de sa fille, la société mère n'est responsable des engagements de sa filiale qu'à concurrence du capital qu'elle a souscrit (qu il s agisse d une S.A ou d une S.A.R.L). En outre, la filiale sera non seulement plus intégrée au sein du marché national mais pourra également plus facilement prétendre à l attribution d'aides publiques (notamment dans le cadre des grands projets Partenariat Public Privé «P.P.P»). Notons que dans certains secteurs, la loi impose même cette structure pour exercer à Madagascar tel que pour l obtention d un permis minier. Certaines branches d activités sont très réglementées et sont de nature à restreindre la liberté de constitution d une filiale. Dans ces cas de figure, un degré d actionnariat malgache est souvent requis par la loi. Il en est notamment ainsi du secteur des télécommunications 1, de l assurance ou de l immobilier. La filiale suppose un engagement à moyen / long terme présentant un risque plus élevé d'ordre politique ou commercial. Qu est ce qu une succursale? La succursale est immatriculée au registre du commerce et des sociétés et est dotée d une certaine autonomie de gestion. Il s agit d un établissement commercial, industriel ou de prestation de services, appartenant à une société C est une implantation directe d une société étrangère à Madagascar. Contrairement à la filiale, la succursale ne dispose pas de personnalité juridique et fiscale propre. A titre d exemple, elle ne peut conclure de contrats en son nom propre. La loi malgache prévoit que «les droits et 1 A titre d illustration matière de télécommunications, la réglementation en vigueur restreint la participation des étrangers à 66 % du capital de la société malgache titulaire d une licence. Septembre /8

5 obligations qui naissent à l'occasion de son activité ou qui résultent de son existence sont compris dans le patrimoine de la société ou de la personne physique propriétaire. La société est valablement assignée au siège de sa succursale.» Son objet est généralement d assurer la représentation de la société étrangère auprès des clients potentiels et des pouvoirs publics locaux, de fournir des renseignements pour le compte de la maison mère, d assurer, la prospection, la publicité et l activité commerciale de la mère. Avantages : L implantation d une succursale ne nécessite qu un minimum de formalités et de coûts de création : zéro capital minimum exigé, actes de création limités (statuts de la société mère, demande d immatriculation de la succursale, justificatif de jouissance des locaux où est installé l établissement, acte de nomination du responsable de la succursale), l'entreprise conserve la maîtrise totale de sa politique commerciale ; n a pas à tenir d Assemblée générale ou de conseil d administration, un coût limité par rapport à la filiale La succursale est très utile dans la définition de la politique commerciale : remontée d'informations dans sa mise en œuvre (service après-vente, stockage, transport, facilités). Inconvénients : La succursale doit communiquer annuellement à l administration fiscale des données financières, parfois confidentielles, relatives à la maison mère étrangère. Le risque de double imposition est plus élevé que dans le cas de la filiale. Elle engage indéfiniment et solidairement la société étrangère au paiement de ses dettes. Dans la mesure où elle ne forme qu une seule entité juridique avec la société dont elle dépend, elle peut difficilement passer des contrats avec cette dernière (cession ou concession de brevet, licences d exploitation). Enfin, il faudra généralement conférer/réitérer au représentant sur place les pouvoirs suffisant afin de lui permette d accomplir ses diligences. Les sociétés commerciales : la S.A, la S.A.R.L Les perspectives de développement La SARL est une forme juridique fréquemment choisie lorsque les associés envisagent un degré de proximité relationnelle ou une activité plus restreinte. Inversement, la SA offre l anonymat à ses actionnaires et constitue une option favorable à l ouverture capitalistique. En effet, une société dispose de trois sources majeures d investissements 2. 1 ère source de financement les capitaux propres : Le capital social en tant qu il résulte de l actionnariat. Une société peut dès lors décider d augmenter son capital social pour financer ses projets. Une telle décision emporte le risque d une dilution de l actionnariat mais peut aussi présenter l opportunité pour un actionnaire d augmenter sa participation. 2 ème source de financement - l emprunt bancaire : Une telle décision demeure dépendante d un marché bancaire qui peut ne pas être en adéquation avec le cycle financier des besoins de l entreprise. 3 ème source de financement - l emprunt obligataire : Il qui constitue un mode de financement très souple, généralement à un moindre taux et qui n'est assorti d'aucune garantie, à l'inverse des prêts bancaires. De plus, l'émetteur peut avoir accès à plusieurs investisseurs. Alors que la SARL est limitée aux deux premières sources de financements, la SA dispose quant à elle de la faculté de recourir à l emprunt obligataire. La SA est donc préférable si l'entreprise est appelée à se développer et nécessite des investissements importants. Le capital social de la SA doit seulement être libéré à hauteur de 25% lors de la constitution (le surplus doit être libéré dans les 3 années qui suivent l'immatriculation au registre des commerces et des sociétés). Le tableau constitue une synthèse descriptive des principaux attributs de la SA et de la SARL. A noter que cette synthèse ne tient pas compte des spécificités liées à certains métiers particuliers (par exemple les sociétés pétrolières ou minières). Tous les montants sont exprimés en Ariary. 2 La société n est pas limitée aux emprunts bancaires et obligataires, elle peut également solliciter de ses associés la fourniture d un crédit. On parle alors «d apport en compte courant». Notons à titre informatif qu un tel apport en compte courant est subordonné à une autorisation préalable du Ministre chargé des Finances lorsqu il fait intervenir un associé non résident à Madagascar. Septembre /8

6 FILIALE Entité autonome SUCCURSALE SOCIÉTÉ ANONYME SOCIÉTÉ A RESPONSABILITE LIMITEE Bureau de liaison ou Représentant résident Nombre d'associés ou d actionnaires Capital minimum 1 et + 1 et : Si Plusieurs Actionnaires : Si Actionnaire Unique Librement déterminé par les statuts AUCUN Puisque elle n a aucune existence juridique autonome et dépend de la société mère. "(A) succursale de la société (B) au capital social de " Mode de gestion Mode de nomination et de révocation de l organe de gestion 1. Seulement si 4 actionnaires : Conseil d'administration dirigé par un PDG assisté d'un PDGA ou d'un PCA et d'un DG qui peut être assisté d'un DGA. 2. SINON : Administrateur général qui peut être assisté d'un ou plusieurs Administrateur général adjoint (Obligation si 3 actionnaires). Gérant (Art 343) Nomination : Double majorité : 1. Majorité des associés ; 2. Majorité des parts sociales. Révocation du gérant d une SARL : Décision des associés représentant plus de la moitié des parts sociales. Sauf désignation expresse par la société mère, le représentant légal est le Président ou le gérant de la société mère. En tout état de cause, il est primordial qu au moins un représentant légal soit «Résident malgache». Les conditions de nomination et de révocations des organes d administrations et de gestions sont plus libres au sein de la S.A qu au sein de la S.A.R.L 3 Désignation obligatoire d un commissaire aux comptes Nationalité de l entité juridique Obligations Fiscales : 1 À l'ir 2 À l'ir intermittent 3 À la TVA 4 À la TVA intermittente Facultative sauf : Chiffre d'affaires annuel > OU Effectif permanent > à 50 OUI OU Capital supérieur à 20 million Malagasy. cependant, l entité ne peut exercer des ariary activités réservées par la loi aux malagasy si la gestion est contrôlée par des étrangers détenant: - plus de la moitié des droits de vote, - plus de la moitié des droits de vote en vertu d'un accord conclu avec d'autres associés de la société (protocole d'accord, pacte d'actionnaire ), - une fraction des droits de vote supérieure à 40% à condition qu'aucun autre associé malgache ne détienne une fraction supérieure à la sienne. 1 OUI : 20 % Exception : CGI 2 OUI : 10 % 3 OUI : 20 % Exception : CGI 4 OUI : 20 % NON 1 OUI : 20 % Exception : Réserve : Pour les seules activités réalisées à Madagascar. 2 OUI : 10 % mais pas d imposition si les opérations sont effectuées entre la mère et la succursale. 3 OUI : 20 % Exception : CGI 4 OUI : 20 % mais pas d imposition si les opérations sont effectuées entre la mère et la succursale. Principe de territorialité s'arrête aux frontières. 3 Nomination du gérant d une SARL (Art 343) : Double majorité : 1. Majorité des associés ; 2. Majorité des parts sociales. Révocation du gérant d une SARL (Art 343) : Décision des associés représentant plus de la moitié des parts sociales. Nomination & Révocation d administrateur général d une S.A (cf. art 571 et 520 et 533): Majorité des voix exprimées. Septembre /8

7 Visa ou Autorisation d exercice à Madagascar Les étrangers séjournant à Madagascar sont classés en trois catégories 4 (1. non-immigrants ; 2. immigrants ; 3. apatrides et réfugiés). Les non-immigrants ne peuvent séjourner à Madagascar que pour une période inférieure à 3 mois (pour chaque entrée). Les immigrants peuvent demeurer à Madagascar pour une période excédant 3 mois. Seule cette catégorie d étranger peut être autorisée à exercer une activité économique à Madagascar. Toute société malgache requiert la désignation d un mandataire social résident (gérant dans une S.A.R.L, ou tout autre mandat social dans une S.A). L article 12 de la Loi n du 14 janv sur les Investissements impose que, dans un délai maximum de 3 mois, la société soit pourvue d au moins un mandataire social résident. A défaut, la société encourt soit la déchéance du droit à l accès à la propriété foncière, la perte des avantages résultant du régime des entreprises franches, et/ou sa dissolution. Une fois l exigence d un mandataire social «résident» respectée, le droit malgache n impose pas d exigence particulière vis-à-vis des autres mandataires étrangers. Cependant, il conviendra de vérifier si ces autres mandataires veulent ou non résider à Madagascar. L étranger mandataire social ne réside pas à Madagascar Non Immigrant Dans cette hypothèse, dès lors qu un mandataire social de la société malgache est non-résident à Madagascar, un simple visa non immigrant pourra être suffisant. Il pourra s agir de ce que la loi qualifie d «hommes d affaires» dont les activités nécessitent des déplacements fréquents à Madagascar. Ces derniers peuvent se suffire d un visa «permanent d entrée et sortie», valable pour 3 ans au plus et dont la durée de séjour à chaque entrée ne doit pas excéder 3 mois. Dans cette circonstance, le mandataire social est interdit par la législation malgache de se livrer à une activité lucrative quelconque. La question se pose ainsi des éventuelles rémunérations que ce mandataire non résident est susceptible de recevoir en dehors des indemnités de fonction en qualité d administrateur. A notre connaissance, il n existe pas de jurisprudence à ce sujet. Les immigrants exerçant une activité économique sur place à Madagascar Mandataire social résident Il s agit au cas d espèce de l investisseur étranger ou du travailleur salarié étranger, ou d un mandataire social Si au jour de l implantation de la société à Madagascar l étranger n a pas encore obtenu son visa de résident, une phase transitoire est souvent mise en place. En pratique, il est alors procédé à la désignation d un mandataire social résident provisoire dans l attente que les formalités idoines permettent à l étranger (investisseur ou non) d être valablement désigné mandataire social. Il est possible de désigner un mandataire non résident aux côtés d un mandataire résident (des précautions statutaires et/ou rédaction de «pacte d actionnaires» sont alors souvent prises notamment en matière de limitation / partage de responsabilité). Si l investisseur étranger désigne un étranger mandataire social alors ce dernier peut apporter la preuve qu il est lui-même détenteur de titres de la société ou nommé en qualité de mandataire social (SA ou SARL) ou de représentant légal d une succursale. Auquel cas il pourra bénéficier d un visa investisseur. Ainsi, hormis le cas énoncé au paragraphe précédent, en pratique, le mandataire social étranger, dispose généralement d un contrat de travail. Les Formalités Pratiques de l obtention du visa En tout état de cause, le bureau unique «l Economic Development Board of Madagascar EDBM» simplifie la procédure d obtention des autorisations requises appropriées au statut du demandeur. Plusieurs hypothèses peuvent se présenter : Hypothèse 1 : «l investisseur» souhaite être personnellement le mandataire social dans la société. L Investisseur est celui qui contribue en tout ou partie à des investissements 5. Ce visa, valant titre de séjour et valable pour trois ans renouvelable, est délivré au niveau de l'edbm pour le compte du Ministère de l'intérieur». 4 Réglementation en matière d immigration, d entrée et de séjour, d activité professionnelle et d investissement à Madagascar : 1. Loi modifiée n du 6/06/1962 fixant l organisation et le contrôle de l immigration. 2. Décret n du 11/10/1994 fixant les modalités d application de la loi modifiée n du 6/06/ Arrêté interministériel n 8421/97 19/09/1997 portant application du décret n du 11/10/1994, modifié par le décret n du 19/09/ Loi n du 14/01/2008 sur les Investissements. 5 Loi n : L investissement étant lui-même défini comme «l ensemble des ressources financières» tels que notamment les apports en capital, les avances en compte courant et les emprunts affectés à la réalisation d'un projet économique quel qu il soit. La loi prévoit que le «Visa Professionnel» est «octroyé à tous investisseurs étrangers, qu'ils soient liés à une entreprise malgache par un contrat de travail ou exercent au sein de cette entreprise un mandat social tel que gérant, directeur général, directeur général adjoint, administrateur général, président du conseil d'administration ou président directeur général». Septembre /8

8 Il autorise de plein droit son détenteur à résider et à travailler légalement sur tout le territoire Malgache sans qu'il soit nécessaire d'obtenir une autorisation d'emploi à laquelle ce visa se substitue. Hypothèse 2 : le mandataire social étranger n est pas éligible pour un visa investisseur, l étranger doit donc être salarié et avoir un contrat de travail soumis à autorisation d emploi à Madagascar. Avant de venir à Madagascar l étranger salarié dans la société sise à Madagascar devra obtenir un visa d entrée et de séjour d un mois, transformable et prorogeable. Ensuite, une fois sur place, l EDBM octroiera un visa long séjour. La Carte d Identité Professionnelle des étrangers non salariés Il est à noter que l activité exercée par un étranger non salarié exerçant une activité commerciale, industrielle, artisanale ou soumise à une patente est soumise à l obtention d une carte d identité professionnelle pour étranger, outre la carte de séjour. Conclusion : nous recommandons à l investisseur étranger de s accompagner d un conseil an amont de la définition de son projet afin de s assurer que les questions de visa ne soient pas un frein au démarrage de l activité à Madagascar. Les implications fiscales selon la forme sociale et la modalité d implantation choisie Selon la forme sociale Que la société soit une SARL, une SA leur régime fiscal est identique, à savoir en 2013 : Impôt sur les Revenus au taux de 20%, Impôt sur les revenus des capitaux mobiliers au taux de 20%, Impôt sur salaire (retenu à la source) au taux plafonné à 20%, Collecte de la TVA au taux de 20% sur les revenus taxables (les intérêts financiers ne sont pas taxables), Droit d'apport de 0,5% sur les augmentations de capital social, Droit d'enregistrement au taux de 2% à 6% sur les actes de vente ou d'acquisition de biens. Selon la modalité d implantation Dans un premier temps, que la société soit constituée sous la forme d une filiale ou d une succursale, celle-ci devra en tout état de cause se conformer aux obligations du Plan Comptable 2005 et du GAAP. Pour ce faire l assistance d un conseiller juridique et comptable s avère bien souvent nécessaire tout au moins annuellement lors du dépôt des états financiers. D un point de vue de taux de fiscalité, que la société soit constituée sous la forme d une filiale ou d une succursale, celle-ci sera en tout état de cause soumise aux mêmes taux que ceux indiqués supra. Enfin, notons que les sociétés Malgaches (succursale ou filiale) qui effectuent des opérations imposables avec des sociétés sises à l étranger seront généralement soumises à des obligations fiscales déclaratives spécifiques (et de paiement de la taxe) lorsque des étrangers prestent des services pour leur compte 6 (cf. publication PwC janv. 2013) La société sise à Madagascar, qui importe des services auprès d une société étrangère, devra effectivement : retenir à la source l impôt sur le revenu y afférent réalisé par la société étrangère prestataire, puis reverser ledit impôt au Trésor Public (obligation cumulative de déclaration et de paiement), récupérer auprès de son prestataire la TVA y afférente et la reverser au Trésor Public (obligation cumulative de déclaration et de paiement), Et, enfin selon l interprétation que l administration fiscale retiendra des articles et du CGI, il est possible qu elle soit tenue de déclarer respectivement : 1. pour le compte de la société étrangère sans établissement stable à Madagascar, les sommes (commissions, ristournes ) que cette dernière a pu verser aux tiers (entendu comme toutes sociétés sises à Madagascar) ; 2. les débours que ladite société étrangère auraient pu supporter pour le compte de la société sise à Madagascar. Néanmoins, il est également plausible que seule la société étrangère sans établissement stable à Madagascar soit redevable desdites obligations de déclaration. Notons que, si la société étrangère possède un établissement stable à Madagascar, ce dernier devient l établissement fixe d affaire de cette dernière et devient donc nécessairement légalement tenue desdites obligations de déclarations pour le compte de la maison mère. Le même risque existe si au lieu 6 Art , Art , Art du CGI. Septembre /8

9 d avoir un établissement stable, la société étrangère possède à Madagascar une filiale portant la même dénomination sociale. Le cas spécifique de l entreprise franche Le dispositif : Il s agit d un dispositif fortement incitatif pour attirer exclusivement les investisseurs étrangers entièrement tournés vers des activités exportatrices. Ce régime offre des avantages fiscaux aux entreprises agréées puisque ces dernières ne sont alors soumises qu aux deux impôts suivants : l impôt sur les bénéfices (IBS) et l impôt sur les revenus de capitaux mobiliers (IRCM). En outre, les entreprises agréées bénéficient d une période d exonération totale de I IBS pendant une durée de 2 ans pour les entreprises de services, de 5 ans pour les entreprises de production intensive de base (EPIB) et pour les entreprises individuelles de transformation qui sont engagées dans des activités relevant du domaine agro-alimentaire, et enfin de 15 ans pour les entreprises de promotion d exploitation qui opèrent des aménagements foncier. À l issue de la période d exonération, les entreprises agréées en zone franche sont en principe soumises à I Impôt sur les revenus au taux unique de 10 %. Elles peuvent cependant bénéficier de nouvelles réductions dans le cadre d une politique de réinvestissements. Les entreprises éligibles : Les entreprises éligibles à la qualification d Entreprises Franches sont définies par la loi n du 14 janvier 2008 sur les Zones et Entreprises Franches à Madagascar et le décret N Il s agit des entreprises à vocation d'exportation et sont composées de trois catégories : Les entreprises industrielles de transformation ; Les entreprises de services ; et Les entreprises de production intensive de base. Le décret précise quelles sont les entreprises de service pouvant bénéficier du régime de Zone Franche. Il s agit de celles qui appartiennent aux secteurs d activités suivantes : production de films cinématographiques et vidéo ; conception et développement de logiciels, traitement de données informatiques ; essais et analyses techniques, certification de produit ; télémarketing et télécommunication ; et opérations de banque offshore. Vous désirez vous implanter à Madagascar, vous êtes d ores et déjà implanté, vous projetez de vous développer et vous désirez un audit stratégique quant à l opportunité d agir en considération de la forme sociétaire, de la pression fiscale et de vos perspectives de développement, PwC vous accompagne tout au long de vos démarches qu elles soient administratives, juridiques et fiscales. This publication has been prepared for general guidance on matters of interest only, and does not constitute professional advice. You should not act upon the information contained in this publication without obtaining specific professional advice. No representation or warranty (express or implied) is given as to the accuracy or completeness of the information contained in this publication, and, to the extent permitted by law, PricewaterhouseCoopers does not accept or assume any liability, responsibility or duty of care for any consequences of you or anyone else acting, or refraining to act, in reliance on the information contained in this publication or for any decision based on it PwC. All rights reserved. Not for further distribution without the permission of PwC. PwC refers to the network of member firms of PricewaterhouseCoopers International Limited (PwCIL), or, as the context requires, individual member firms of the PwC network. Each member firm is a separate legal entity and does not act as agent of PwCIL or any other member firm. PwCIL does not provide any services to clients. PwCIL is not responsible or liable for the acts or omissions of any of its member firms nor can it control the exercise of their professional judgment or bind them in any way. No member firm is responsible or liable for the acts or omissions of any other member firm nor can it control the exercise of another member firm s professional judgment or bind another member firm or PwC in any way. Septembre /8

10 Vos contacts Andriamisa Ravelomanana Tax Director : Rue Rajakoba Augustin Ankadivato : +(261) Liliane Raserijaona Partner In Charge Assurance & Advosary : Dominique Taty Tax Los Leader SSFA : 2011 PricewaterhouseCoopers. Tous droits réservés. Dans ce document, PricewaterhouseCoopers fait référence aux firmes à Madagascar (PricewaterhouseCoopers Sarl et PricewaterhouseCoopers Tax & Legal Sarl), qui sont membres de PricewaterhouseCoopers International Limited, PwC chacune étant une entité juridiquement autonome. 1

Les différents systèmes comptables et leurs incidences de traitement

Les différents systèmes comptables et leurs incidences de traitement www.pwc.lu Les différents systèmes comptables et leurs incidences de traitement Laurent Gateau Introduction Différents systèmes comptables au sein de l entreprise Les différentes définitions du terme «système»

Plus en détail

Présentation des comptes des PME selon le nouveau droit comptable

Présentation des comptes des PME selon le nouveau droit comptable www.pwc.ch/academy Présentation des comptes des PME selon le nouveau droit comptable 31 mai 2013 Marc Secretan Table des matières 1. Vue d ensemble 2. Dispositions 3. Présentation des comptes a. Bilan

Plus en détail

www.pwc.com De l évaluation au prix d acquisition Les petits déjeuners des PME et des start-up 24 juin 2011

www.pwc.com De l évaluation au prix d acquisition Les petits déjeuners des PME et des start-up 24 juin 2011 www.pwc.com De l évaluation au prix d acquisition Les petits déjeuners des PME et des start-up 24 juin 2011 Intervenant André Maeder Partner Transaction Services Responsable du département de Transaction

Plus en détail

Pour son implantation au Maroc, une société dispose de plusieurs choix d organisation

Pour son implantation au Maroc, une société dispose de plusieurs choix d organisation S implanter au Maroc : Quelle forme juridique choisir? Pour son implantation au Maroc, une société dispose de plusieurs choix d organisation juridique. Ces choix ont des conséquences sur les plans juridique,

Plus en détail

Conférence Kluwer. Actualités comptables et fiscales. Le projet de loi 6376 : un. Anne Sophie Preud homme Associée PricewaterhouseCoopers

Conférence Kluwer. Actualités comptables et fiscales. Le projet de loi 6376 : un. Anne Sophie Preud homme Associée PricewaterhouseCoopers www.pwc.lu Conférence Kluwer Actualités comptables et fiscales Le projet de loi 6376 : un complément à la loi du 10 décembre 2010 Anne Sophie Preud homme Associée PricewaterhouseCoopers Agenda 1. Le processus

Plus en détail

www.pwc.com/lu/sustainability progena by PwC Une nouvelle approche du développement durable 31 mars 2011

www.pwc.com/lu/sustainability progena by PwC Une nouvelle approche du développement durable 31 mars 2011 www.pwc.com/lu/sustainability progena by PwC Une nouvelle approche du développement durable 31 mars 2011 L impératif du développement durable va transformer tous les secteurs économiques Capacité écologique

Plus en détail

Pourquoi externaliser? Petits déjeuners des PME & Start-up

Pourquoi externaliser? Petits déjeuners des PME & Start-up www.pwc.com Petits déjeuners des PME & Start-up Robert Hinterberger Senior Manager Agenda 1. Suisse 2. et les PME 3. Les principales fonctions externalisées 4. Les avantages de l externalisation 5. Les

Plus en détail

Traitement fiscal des assainissements Petits déjeuners des PME et start-up

Traitement fiscal des assainissements Petits déjeuners des PME et start-up Advisory Traitement fiscal des assainissements Petits déjeuners des PME et start-up Préambule Ce document est fondé sur le séminaire OREF du 28 septembre 2010 Yves Grangier Juriste, assistant manager PricewaterhouseCoopers

Plus en détail

P R E T S P R E F E R E N T I E L S E T S U B V E N T I O N S D I N T E R Ê T S

P R E T S P R E F E R E N T I E L S E T S U B V E N T I O N S D I N T E R Ê T S P R E T S P R E F E R E N T I E L S E T S U B V E N T I O N S D I N T E R Ê T S Il est courant pour les employeurs d octroyer à leurs employés des prêts préférentiels ou des subventions d intérêts. L économie

Plus en détail

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS La grande majorité des membres du conseil d administration de la Banque seront indépendants au sens de la présente politique. Le

Plus en détail

CONSTITUTION DE L ENTREPRISE

CONSTITUTION DE L ENTREPRISE CONSTITUTION DE L ENTREPRISE en Nom Collectif A Nombre d associés L entrepreneur seul. Au moins 2 associés. Tous commerçants. Un associé unique, personne physique ou personne morale (mais qui ne peut être

Plus en détail

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal Abdelwaret KABBAJ Expert-comptable diplômé en France Fondateur du cabinet Kabbaj Erradi advisory firm: Conseil en fiscalité des entreprises et des individus Formations fiscales Marocaines et internationales

Plus en détail

Chapitre 1 : Le choix d une STRUCTURE JURIDIQUE

Chapitre 1 : Le choix d une STRUCTURE JURIDIQUE Thème 2 : Les structures et les organisations DROIT Chapitre 1 : Le choix d une STRUCTURE JURIDIQUE Compétences : - Identifier les motivations du ou des créateur (s) - Justifier le choix d une structure

Plus en détail

www.pwc.lu Bale III et CRD IV - enjeux pour les entreprises et les trésoriers Conférence PME-PMI 10 Juin 2013

www.pwc.lu Bale III et CRD IV - enjeux pour les entreprises et les trésoriers Conférence PME-PMI 10 Juin 2013 www.pwc.lu Bale III et CRD IV - enjeux pour les entreprises et les trésoriers Conférence PME-PMI 10 Juin 2013 Bâle III n est qu une des réglementations à venir Toute une série d autres initiatives font

Plus en détail

La Société par Actions Simplifiée (SAS) : Un fonctionnement dicté par les statuts

La Société par Actions Simplifiée (SAS) : Un fonctionnement dicté par les statuts La Société par Actions Simplifiée (SAS) : Un fonctionnement dicté par les statuts CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR A l origine, la Société par Actions Simplifiée (SAS) a été créée (par la loi n 94-1 du 13 novembre

Plus en détail

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Membre inscrit I. Définitions Loi du 11 mai 2007 relative

Plus en détail

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise 1 Une réduction d impôt sur le revenu est applicable en cas de souscription, avant le 31 décembre 2012, au capital d une petite et moyenne

Plus en détail

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL 1. POURQUOI? Ce nouveau statut vient répondre à la principale préoccupation des entrepreneurs en nom propre

Plus en détail

MEMENTO MARS 2014. www.bdo.lu. Convention tendant à éviter les doubles impositions entre l Allemagne et le Luxembourg

MEMENTO MARS 2014. www.bdo.lu. Convention tendant à éviter les doubles impositions entre l Allemagne et le Luxembourg Convention tendant à éviter les doubles impositions entre l Allemagne et le Luxembourg Nouvelles règles au 1 er janvier 2014 MEMENTO MARS 2014 www.bdo.lu 1 5 Mars 2014 Nouvelle convention fiscale entre

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------- Abidjan, le 05 janvier

Plus en détail

La Société de Participations Financières luxembourgeoise

La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise, communément appelée «SOPARFI», est la société de droit commun luxembourgeoise. Elle est

Plus en détail

LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES Abdou FALL Ancien Conseiller Technique n 1du Ministre de la Microfinance et de l Entreprenariat féminin Conseiller à la Direction générale des Finances/

Plus en détail

Fiche : Société à Responsabilité Limitée (SARL)

Fiche : Société à Responsabilité Limitée (SARL) Date de mise à jour : mars 2013 Fiche : Société à Responsabilité Limitée (SARL) La S.A.R.L est la forme de société la plus répandue en France. Elle a pour caractéristique essentielle de limiter la responsabilité

Plus en détail

Paying Taxes 2010 The Global Picture

Paying Taxes 2010 The Global Picture Paying Taxes 2010 The Global Picture Introduction : Les Intervenants Philippe Durand Avocat Associé Landwell & Associés Nicolas Jacquot Avocat Associé Landwell & Associés Arnaud Chastel Avocat Associé

Plus en détail

Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998

Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998 Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998 Question 1 : Il s agit de la réalisation simultanée de deux projets, l un de renouvellement et l autre

Plus en détail

ATELIER SUR LE COMMERCE DES SERVICES: AUDIT REGLEMENTAIRE SERVICES FINANCIERS

ATELIER SUR LE COMMERCE DES SERVICES: AUDIT REGLEMENTAIRE SERVICES FINANCIERS ATELIER SUR LE COMMERCE DES SERVICES: AUDIT REGLEMENTAIRE SERVICES FINANCIERS Présenté par : YEO SIONLE Date : 4 au 6 novembre 2009 Lieu : CCT/BNETD Département des Etudes Economiques et Financières Plan

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/31 Note commune N 22/ 2011

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/31 Note commune N 22/ 2011 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2011/35/09 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2011/31 Note commune N 22/ 2011 OBJET : Régime fiscal des sociétés

Plus en détail

LOI CONCERNANT L AIDE FINANCIERE DE L'ETAT POUR ETUDES SUPERIEURES MEMENTO JUILLET 2014. www.bdo.lu

LOI CONCERNANT L AIDE FINANCIERE DE L'ETAT POUR ETUDES SUPERIEURES MEMENTO JUILLET 2014. www.bdo.lu LOI CONCERNANT L AIDE FINANCIERE DE L'ETAT POUR ETUDES SUPERIEURES MEMENTO JUILLET 2014 www.bdo.lu 1 11 Introduction Cher client, La loi concernant l aide financière de l Etat pour études supérieures a

Plus en détail

www.pwc.com CCIG - Petit déjeuner des PME et des start-up Genève - 27.02.2015

www.pwc.com CCIG - Petit déjeuner des PME et des start-up Genève - 27.02.2015 www.pwc.com CCIG - Petit déjeuner des PME et des start-up Genève - 27.02.2015 Stratégie commerciale & opérationnelle Alexandre Cherix, Advisory Consulting Suisse 2 «Top 10» des erreurs fréquentes pour

Plus en détail

SPECIFICITES JURIDIQUES, COMPTABLES

SPECIFICITES JURIDIQUES, COMPTABLES SUCCURSALE SPECIFICITES JURIDIQUES, COMPTABLES et FISCALES CONFERENCE du 13 DECEMBRE 2006 Béatrice COQUEREAU Patrick DONSIMONI Commission Internationale Conférence 13/12/2006 - SUCCURSALE 1 INTRODUCTION

Plus en détail

A I D E F I N A N C I È R E P O U R É T U D E S S U P É R I E U R E S

A I D E F I N A N C I È R E P O U R É T U D E S S U P É R I E U R E S 08/05/2015 www.bdo.lu A I D E F I N A N C I È R E P O U R É T U D E S S U P É R I E U R E S La loi du 24 juillet 2014 concernant l aide financière de l Etat pour études supérieures est entrée en vigueur

Plus en détail

POLYNESIE FRANÇAISE - AGENCES DE VOYAGES - REGLEMENTATION DE LA LICENCE

POLYNESIE FRANÇAISE - AGENCES DE VOYAGES - REGLEMENTATION DE LA LICENCE POLYNESIE FRANÇAISE - AGENCES DE VOYAGES - REGLEMENTATION DE LA LICENCE Polynésie française : la chronique juridique des notaires TEXTES Délibération n 87-138 AT du 23 décembre 1987 (JOPF du 7 janvier

Plus en détail

RESUME NOTE COMMUNE N 19 / 2005

RESUME NOTE COMMUNE N 19 / 2005 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES Direction Générale des Etudes et de la Législation Fiscales NOTE COMMUNE N 19 / 2005 OBJET: Commentaire des dispositions des articles 37 et 38 de la loi de

Plus en détail

Choisir une forme juridique d entreprise

Choisir une forme juridique d entreprise P010 www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent Choisir une forme juridique d entreprise LES MINI- GUIDES BANCAIRES DES PROFESSIONNELS FBF - 18 rue La Fayette

Plus en détail

Matinale Economie sociale et solidaire

Matinale Economie sociale et solidaire Matinale Economie sociale et solidaire Le 21 octobre 2014 Patrick Chavalle 06-19-65-28-81 1 Les fonds de dotation 2 Les fonds de dotation 1 847 fonds de dotation au 31 août 2014 45 % en Ile de France Action

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

Pourquoi créer une SASU avec?

Pourquoi créer une SASU avec? Pourquoi créer une SASU avec? SAS - SASU Pourquoi? La société par actions simplifiée (SAS) est une forme juridique de plus en plus retenue par les entreprises. La grande souplesse prévue par le législateur

Plus en détail

Flash News. Circulaire du directeur des contributions 95/2 du 31 décembre 2010

Flash News. Circulaire du directeur des contributions 95/2 du 31 décembre 2010 www.pwc.lu Flash News Circulaire du directeur des contributions 95/2 du 31 décembre 2010 7 avril 2011 Un nouveau régime fiscal destiné aux salariés internationaux remplissant certaines conditions augmente

Plus en détail

ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions

ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions L ISF : Un barème très élevé Seuil d imposition : 1 300 000. Tranche Taux Calcul < 800 000 0% Assiette x 0 Entre 800 000 et 1 300 000 0,50% (A x

Plus en détail

Présentation de la SAS au regard des nouvelles règles envisagées par le projet OHADA relatif au droit des sociétés. Aspects de droit comparé

Présentation de la SAS au regard des nouvelles règles envisagées par le projet OHADA relatif au droit des sociétés. Aspects de droit comparé COLLOQUE AEDJ 30 ET 31 JANVIER 2013 - DOUALA 6 ET 7 FEVRIER 2013 - YAOUNDE Présentation de la SAS au regard des nouvelles règles envisagées par le projet OHADA relatif au droit des sociétés Aspects de

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119 PARIS, le 05/09/2007 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119 OBJET : Dispositif de report partiel des cotisations patronales pour les PME

Plus en détail

Les formes d organisation de l entreprise au Canada

Les formes d organisation de l entreprise au Canada Les formes d organisation de l entreprise au Canada Plusieurs formes d organisation de l entreprise peuvent être mises à contribution pour gérer une entreprise au Canada, chacune comportant ses propres

Plus en détail

Flash News. Mesures de politique sociale et nouvel impôt pour les personnes physiques en 2015

Flash News. Mesures de politique sociale et nouvel impôt pour les personnes physiques en 2015 www.pwc.lu/hrs Flash News Mesures de politique sociale et nouvel impôt pour les personnes physiques en 2015 24 mars 2015 Le 19 décembre dernier a été voté le premier volet des mesures retenues dans le

Plus en détail

CHAPITRE 3 STATUTS ET REALITES DE L ENTREPRISE : NOTIONS JURIDIQUES

CHAPITRE 3 STATUTS ET REALITES DE L ENTREPRISE : NOTIONS JURIDIQUES CHAPITRE 3 STATUTS ET REALITES DE L ENTREPRISE : NOTIONS JURIDIQUES Nous allons aborder dans ce troisième chapitre la question du statut de l Entreprise, la situation du conjoint de l exploitant et, enfin,

Plus en détail

Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20)

Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20) Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20) I. Définition des entreprises totalement exportatrices (art 10) : L article 10 du code d incitation aux investissements a défini les entreprises

Plus en détail

Statuts du Lycée français Victor Hugo de Sofia

Statuts du Lycée français Victor Hugo de Sofia Chapitre I: Dénomination, Forme juridique et Durée Art. 1. La dénomination de l'école est Lycée français Victor Hugo de Sofia (l'école). Art. 2. L'École est un établissement d'enseignement français qui

Plus en détail

ENTREPRISE UNIPERSONNELLE A RESPONSABILITE LIMITEE

ENTREPRISE UNIPERSONNELLE A RESPONSABILITE LIMITEE ENTREPRISE UNIPERSONNELLE A RESPONSABILITE LIMITEE 27/02/2015 L EURL - Entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée dotée de la personnalité morale, n est pas une nouvelle forme de société ; c est

Plus en détail

GODFREY - HIGUET AVOCATS

GODFREY - HIGUET AVOCATS GODFREY - HIGUET AVOCATS Clive GODFREY Jean-Pierre HIGUET Avocats à la Cour LA TITRISATION A LUXEMBOURG ET SON APPLICATION EN MATIERE IMMOBILIERE 1. Cadre légal de la titrisation au Luxembourg Avec la

Plus en détail

Nouvelles règles fiscales de sous-capitalisation en France : Conditions de déductibilité des intérêts financiers*

Nouvelles règles fiscales de sous-capitalisation en France : Conditions de déductibilité des intérêts financiers* Nouvelles règles fiscales de sous-capitalisation en France : Conditions de déductibilité des intérêts financiers* * sur compte courant ou prêt Sommaire 1. Avant propos 2. Ancien dispositif 3. Pourquoi

Plus en détail

Typologies sur la fraude fiscale

Typologies sur la fraude fiscale Typologies sur la fraude fiscale Les transactions suspectes et les anomalies dans le fonctionnement des comptes peuvent révéler des infractions sous-jacentes relevant tant de la fraude fiscale que d autres

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Décret n o 2015-215 du 25 février 2015 relatif aux conditions et modalités d agrément des groupements

Plus en détail

Aperçu du nouveau droit des sociétés commerciales OHADA applicable au Congo depuis le 5 mai 2014

Aperçu du nouveau droit des sociétés commerciales OHADA applicable au Congo depuis le 5 mai 2014 Aperçu du nouveau droit des sociétés commerciales OHADA applicable au Congo depuis le 5 mai 2014 Article juridique publié le 12/05/2014, vu 6711 fois, Auteur : YAV & ASSOCIATES 1. Liminaires Dans notre

Plus en détail

LES FORMES JURIDIQUES D ENTREPRISES

LES FORMES JURIDIQUES D ENTREPRISES LES FORMES JURIDIQUES D S DES DIRIGEANTS DES ASSOCIES DROITS SOCIAUX TRANSMISSION DES DROITS SOCIAUX INDIVIDUELLE - EI SOCIÉTÉ A - SARL de 2 à 100 associés UNIPERSONNELLE A - EURL 1 associé SOCIÉTÉ ANONYME

Plus en détail

2. Pourquoi choisir l EURL?

2. Pourquoi choisir l EURL? Le capital peut être variable. Un commissaire aux comptes n est pas obligatoire dans les petites EURL. L EURL est soumise à l impôt sur le revenu avec la possibilité d opter pour l impôt sur les sociétés.

Plus en détail

Comment bien choisir le statut adapté à son projet. Salon de l entreprise 2013 Espace Gestion 17 73 rue des sauniers 17000 LA ROCHELLE 05 46 41 91 11

Comment bien choisir le statut adapté à son projet. Salon de l entreprise 2013 Espace Gestion 17 73 rue des sauniers 17000 LA ROCHELLE 05 46 41 91 11 Comment bien choisir le statut adapté à son projet Salon de l entreprise 2013 Espace Gestion 17 73 rue des sauniers 17000 LA ROCHELLE 05 46 41 91 11 Présentation générale Salon de l entreprise 2013 Espace

Plus en détail

Quelles sont les aspects juridiques de la stratégie des entreprises en Afrique?

Quelles sont les aspects juridiques de la stratégie des entreprises en Afrique? Quelles sont les aspects juridiques de la stratégie des entreprises en Afrique? Maître Cheikna Toure, Il est avocat au Barreau Du Mali. Il est titulaire d un doctorat en droit de l Université Paris II

Plus en détail

NOTE COMMUNE N 17/2006

NOTE COMMUNE N 17/2006 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES Direction Générale des Etudes et de la Législation Fiscales NOTE COMMUNE N 17/2006 O B J E T : Commentaire des dispositions des articles 23 à 25 de la loi n

Plus en détail

Formes juridiques fév. 2013

Formes juridiques fév. 2013 Formes juridiques fév. 2013 Source APCE Quel est le nombre d'associés requis? Elle se compose uniquement de l'entrepreneur individuel (Celui-ci peut embaucher des salariés). 1 seul associé (personne physique

Plus en détail

LA ZONE OFFSHORE. Mme BAMOUS. Travail fait par : LEILA AIT SIDI AHMED. Encadré par : HAMZA CHATKI MOUNA GUENDOUZ

LA ZONE OFFSHORE. Mme BAMOUS. Travail fait par : LEILA AIT SIDI AHMED. Encadré par : HAMZA CHATKI MOUNA GUENDOUZ LA ZONE OFFSHORE Travail fait par : LEILA AIT SIDI AHMED HAMZA CHATKI MOUNA GUENDOUZ Encadré par : Mme BAMOUS Introduction : Plan : PARTIE I: LES PLACES FINANCIERES OFFSHORE: Définitions, concepts, avantages

Plus en détail

http://www.apce.com/pid1627/comparaison-rapide.html?espace=1

http://www.apce.com/pid1627/comparaison-rapide.html?espace=1 Page 1 of 9 Comparaison rapide EIRL : entrepreneur individuel à responsabilité limitée : entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée ( unipersonnelle) : société à responsabilité limitée SA : société

Plus en détail

LES MESURES D INCITATIONS A L INVESTISSEMENT PRIVE EN REPUBLIQUE DU CAMEROUN

LES MESURES D INCITATIONS A L INVESTISSEMENT PRIVE EN REPUBLIQUE DU CAMEROUN LES MESURES D INCITATIONS A L INVESTISSEMENT PRIVE EN REPUBLIQUE DU CAMEROUN EXTRAIT DE LA LOI N 2013/004 DU 11 AVRIL 2013 TITRE II CHAPITRE I DES INCITATIONS FISCALES ET DOUANIERES ARTICLE 5. Les incitations

Plus en détail

AGA Macron et autres mesures d attractivité mars 2016

AGA Macron et autres mesures d attractivité mars 2016 www.pwc.com AGA Macron et autres mesures d attractivité mars 2016 Régime des impatriés (articles 155-B du CGI) étendu par la 1/2 Changement du régime applicable depuis 2005 selon lequel le changement d'employeur

Plus en détail

GUIDE DE LA CRÉATION D ENTREPRISE EN SERBIE CADRE JURIDIQUE PROCÉDURE. Un partenaire fiable

GUIDE DE LA CRÉATION D ENTREPRISE EN SERBIE CADRE JURIDIQUE PROCÉDURE. Un partenaire fiable GUIDE DE LA CRÉATION D ENTREPRISE EN SERBIE CADRE JURIDIQUE PROCÉDURE Un partenaire fiable GUIDE DE LA CRÉATION D ENTREPRISE EN SERBIE CADRE JURIDIQUE PROCÉDURE BELGRADE 2014 Sommaire 1 2 INFORMATIONS

Plus en détail

La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi

La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi La Loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2011 institue une prime de partage des profits, ou

Plus en détail

STRUCTURES ORGANISATIONNELLES

STRUCTURES ORGANISATIONNELLES Introduction 9 STRUCTURES ORGANISATIONNELLES Par Sven Milelli INTRODUCTION Structures organisationnelles 11 Il existe une grande variété de structures juridiques possibles pour l exploitation d une entreprise

Plus en détail

Permis d exploitation et de la concession minière

Permis d exploitation et de la concession minière Permis d exploitation et de la concession minière CODE: CS/10 DERNIERE ACTUALISATION: Novembre 2012 DESCRIPTION: L exploitation minière se définit comme l ensemble des travaux géologiques et miniers par

Plus en détail

SOCIETE EN COMMANDITE PAR ACTIONS (S.C.A)

SOCIETE EN COMMANDITE PAR ACTIONS (S.C.A) SOCIETE EN COMMANDITE PAR ACTIONS (S.C.A) C est une société hybride dont le capital est divisé en actions. Elle compte deux types d associés : les commandités et les commanditaires. La Société en Commandite

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable et Commissaire aux Comptes DESS en Banques et Finances GUIDE PRATIQUE DE LA SARL ET DE L EURL Création et gestion de la SARL, de l EURL, de la SELARL, de la SELU

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA CREATION ET AU FONCTIONNEMENT DES BUREAUX D ENCADREMENT ET D ASSISTANCE FISCALES (1)

CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA CREATION ET AU FONCTIONNEMENT DES BUREAUX D ENCADREMENT ET D ASSISTANCE FISCALES (1) CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA CREATION ET AU FONCTIONNEMENT DES BUREAUX D ENCADREMENT ET D ASSISTANCE FISCALES (1) Ce cahier des charges se compose de : - 7 pages comportant 6 chapitres et 19 articles,

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2007-23 -=-=-=-=-=- Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie :

CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2007-23 -=-=-=-=-=- Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie : Tunis, le 10 octobre 2007 CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2007-23 -=-=-=-=-=- O B J E T / Participation des résidents au capital de sociétés non résidentes établies en Tunisie. Le Gouverneur de

Plus en détail

Constitution des sociétés

Constitution des sociétés Chapitre Constitution des sociétés O b j e ctifs du chapitre : Etre capable de procéder aux écritures comptables de constitution de différentes sociétés en fonction des situations qui se présentent. D

Plus en détail

www.pwc.com/middle-east Les perspectives de la bancassurance Développements et facteurs clefs de succès

www.pwc.com/middle-east Les perspectives de la bancassurance Développements et facteurs clefs de succès www.pwc.com/middle-east Les perspectives de la bancassurance Développements et facteurs clefs de succès Agenda 1- Pourquoi la bancassurance? 2- La bancassurance dans le monde 3- Les modèles de la bancassurance

Plus en détail

Code de déontologie de l auto-entrepreneur

Code de déontologie de l auto-entrepreneur Code de déontologie de l auto-entrepreneur Ce code a été rédigé par Monsieur HABI Hacène, créateur de Habi Consultant International (HCI), pour offrir aux entrepreneurs et aux organismes un support de

Plus en détail

CREATION D ENTREPRISE. Séminaire dirigé par M. Jean-Baptiste BESSON

CREATION D ENTREPRISE. Séminaire dirigé par M. Jean-Baptiste BESSON CREATION D ENTREPRISE Séminaire dirigé par M. Jean-Baptiste BESSON PLAN DU SEMINAIRE Partie 1 : Qu est-ce qu un entrepreneur? Qu est-ce qu entreprendre? Partie 2 : L'idée Partie 3 : Le projet personnel

Plus en détail

actionnariat salarié

actionnariat salarié actionnariat salarié L Actionnariat Salarié est un outil d épargne collective permettant aux salariés d acquérir directement ou indirectement des actions de leur entreprise au travers du Plan d Épargne

Plus en détail

FISCALITE APPLICABLE A L ASSURANCE : CAS DE L IMPOSITION A LA TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE (TVA) DES COMMISSIONS DES INTERMEDIAIRES D ASSURANCES Présenté par : Ida ABLOUTAN Inspecteur des Impôts PLAN Introduction

Plus en détail

Loi sur les contrats des organismes publics (2006, c. 29, a. 26)

Loi sur les contrats des organismes publics (2006, c. 29, a. 26) POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE CONCERNANT LA CONCLUSION DES CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION DES ORGANISMES PUBLICS Loi sur les contrats des organismes publics

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de Gestion Réf.

Plus en détail

ont établi, ainsi qu il suit, les statuts d une société par actions simplifiée devant exister entre eux.

ont établi, ainsi qu il suit, les statuts d une société par actions simplifiée devant exister entre eux. Statuts d une SAS [Avertissement : Les présents statuts sont proposés par les auteurs. Ils n ont qu un caractère indicatif. En aucun cas, il ne s agit de statuts types. Les personnes désirant rédiger les

Plus en détail

Comment bien choisir le statut adapté à son projet. Salon de l entreprise 2012 Espace Gestion 17 73 rue des sauniers 17000 LA ROCHELLE 05 46 41 91 11

Comment bien choisir le statut adapté à son projet. Salon de l entreprise 2012 Espace Gestion 17 73 rue des sauniers 17000 LA ROCHELLE 05 46 41 91 11 Comment bien choisir le statut adapté à son projet Salon de l entreprise 2012 Espace Gestion 17 73 rue des sauniers 17000 LA ROCHELLE 05 46 41 91 11 Présentation générale Le choix de la forme juridique

Plus en détail

L Entrepreneur Individuel (E.I.R.L)

L Entrepreneur Individuel (E.I.R.L) L Entrepreneur Individuel à Responsabilité Limitée (E.I.R.L) L EIRL Définition L EIRL : Pourquoi? Comment? Mise en garde Formalités Coûts des formalités Régime fiscal Définition Régime social Avantages

Plus en détail

Actualité Juridique Épargne Salariale

Actualité Juridique Épargne Salariale Actualité Juridique Épargne Salariale PRIME DE PARTAGE DES PROFITS - ACCORDS D INTÉRESSEMENT D UN AN La loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la Sécurité sociale pour 2011 a

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------- Abidjan, le 05 janvier

Plus en détail

- Loi de finances pour 2016. - Loi de finances rectificative pour 2015

- Loi de finances pour 2016. - Loi de finances rectificative pour 2015 Nouvelles mesures Plus d informations sur www.apce.com Loi de finances pour 2016 Loi n 20151785 du 29 décembre 2015, Journal officiel du 30 décembre 2015 Loi de finances rectificative pour 2015 Loi n 20151786

Plus en détail

Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5))

Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5)) Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5)) Introduction Bien des propriétaires d entreprises se demandent,

Plus en détail

GUIDE DU CRÉATEUR D ENTREPRISE

GUIDE DU CRÉATEUR D ENTREPRISE GUIDE DU CRÉATEUR D ENTREPRISE Révision : 1/02/08 Impression : 8/02/08 GUIDE DU CRÉATEUR D ENTREPRISE I. CHOIX DE LA FORME JURIDIQUE Le Sénégal est, depuis le 18 septembre 1995, membre de l Organisation

Plus en détail

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée La loi n 2010-658 du 15 juin 2010 relative à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée (EIRL) : l essentiel à retenir pour procéder au dépôt de la déclaration d affectation du patrimoine auprès

Plus en détail

Elle peut également animer, gérer, administrer et représenter d autres structures de spectacles similaires ou apparentées.

Elle peut également animer, gérer, administrer et représenter d autres structures de spectacles similaires ou apparentées. Association loi 1901- Statuts type avec objet plus large ARTICLE 1 : CONSTITUTION Création Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901,

Plus en détail

Fondation MAAF Assurances Fondation d entreprise (mis à jour du conseil d administration du 13 novembre 2013)

Fondation MAAF Assurances Fondation d entreprise (mis à jour du conseil d administration du 13 novembre 2013) STATUTS Fondation MAAF Assurances Fondation d entreprise (mis à jour du conseil d administration du 13 novembre 2013) Les FONDATEURS soussignés : MAAF Assurances Société d'assurance mutuelle à cotisations

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

ISF: Exonération des titres détenus par les dirigeants Précisions du BOFiP quant aux fonctions de direction

ISF: Exonération des titres détenus par les dirigeants Précisions du BOFiP quant aux fonctions de direction ISF: Exonération des titres détenus par les dirigeants Précisions du BOFiP quant aux fonctions de direction Les parts ou actions de sociétés soumises à l'impôt sur les sociétés sont considérés comme des

Plus en détail

Sommaire. La fiscalité des associations. Les déclarations de résultat. Le sponsoring et le mécénat

Sommaire. La fiscalité des associations. Les déclarations de résultat. Le sponsoring et le mécénat Document établi le 12/07/2011 Sommaire La fiscalité des associations Les déclarations de résultat Le sponsoring et le mécénat L obligation de nomination du commissaire aux comptes La rémunération de salariés

Plus en détail

1. Cabinet Rabompierre : champ d application. Cabinet Rabompierre SARL Lacau Objet : option d une SARL pour les régimes de sociétés de personnes

1. Cabinet Rabompierre : champ d application. Cabinet Rabompierre SARL Lacau Objet : option d une SARL pour les régimes de sociétés de personnes 1 L IMPOSITION DES ENTREPRISES À L IMPÔT SUR LES SOCIÉTÉS 1. Cabinet Rabompierre : champ d application Cabinet Rabompierre SARL Lacau Objet : option d une SARL pour les régimes de sociétés de personnes

Plus en détail

Régime fiscal de la marque

Régime fiscal de la marque 29 avril 2008 Régime fiscal de la marque Par Véronique STÉRIN Chargée d études et de recherche Institut de recherche en propriété intellectuelle-irpi et Valérie STÉPHAN Responsable du département fiscal-dgaepi

Plus en détail

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg La titrisation d actifs est un mécanisme en pleine expansion au Luxembourg, qui consiste à convertir des actifs difficilement commercialisables

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Approuvé par le Conseil d'administration le 26 août 2014 CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Le Comité est chargé d'aider le Conseil d'administration à s'acquitter de ses

Plus en détail

Missions connexes du Commissaires aux comptes

Missions connexes du Commissaires aux comptes Missions connexes du Commissaires aux comptes Le commissaire aux comptes Le commissaire aux comptes intervient sur des missions d audit légal pour certifier les comptes des entreprises et garantir la fiabilité

Plus en détail

COMMENT OBTENIR LA CARTE DE COMMERÇANT ÉTRANGER?

COMMENT OBTENIR LA CARTE DE COMMERÇANT ÉTRANGER? COMMENT OBTENIR LA CARTE DE COMMERÇANT ÉTRANGER? Sauf dérogation, les étrangers qui désirent exercer une activité industrielle, commerciale ou artisanale en France doivent être titulaires d une carte d

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

Statuts v1.3 - Page 1 sur 5

Statuts v1.3 - Page 1 sur 5 v1.3 - Page 1 sur 5 TITRE I : PRÉSENTATION DE L ASSOCIATION Article 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la Loi 1901, ayant pour

Plus en détail