La culture de la rose sous serre : problèmes actuels et solutions techniques à venir

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La culture de la rose sous serre : problèmes actuels et solutions techniques à venir"

Transcription

1 La culture rose sous serre : problèmes actuels et solutions techniques venir Scialom S.R. Les cultures floras Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes; n pages Artic avaib on line / Artic disponib en ligne l adresse : To cite this artic / Pour citer cet artic Scialom S.R. La culture rose sous serre : problèmes actuels et solutions techniques venir. Les cultures floras. Paris : CIHEAM, p (Options Méditerranéennes; n. 10)

2 l Roger SCIA,LOM Laculture rosesous serre : problèmesactuels et solutionstechniques venir Options Méditerranéennes

3 s pas, au sujet s notions cssiques l'évolution s s notions développées dans connus voulons nous aux nouveaux qui se posent dans sous s - CONCEPTION LA SERRE 1. fait s serres très grans dimensions et grand vobme : : 12 s pieds : 3 au minimum; pente 24 et assistons naissance d'e longuetige.cette fage chaud, il y a quelques années comme inutilisab dans notion qualité du chaufsemb en effet que chauffage chaud ait bon et nécessite s investisse AT 30 mais il ne peut mis en que dans s volume. s 6 10 ancienne, et faib pente zone végétation est faib bon chaud. On souvent, dans ces s points chauds et s points qui sont dus non pas qualité du chauffage mais au volume Les systèmes beaucoup employés, évitent cet inconvénient qui n'existe pas dans e volume. Une tendance intuitive isse que volume sont plus difficis volume. est faci petit Oue c'est faux. En effet, caloaux e soit el est 1 2 que même pente mais dont l'e e doub cel 2 chapelsaccolées (donc au faîte plus faib), nous constatons que sont égas et que seul volume a augmenté chapels. La qualité dans cas d' chauffage chaud, e bonne homogénéisation s pas cas sont donc s mêmes et uxième dans 2. Un aspect tion s d'étanchéité serre. coeficient est admis e fois et mie son volume bonne qualité. mentas' ce sujet et nous nous sommes compte que l'étanchéité s qualité dans 1 6 dépassant km vent nul; s taux vent tel façon que G fuites 1) se multiplient els-mêmes dans 2 4. Ceciveut quesbins sont suivant coefficient d'étanchéité s taux d'humidité mêmes vayiabs et si née est employée, el vient, dans cas cette notion nouvel coeficient d'étanchéité, nous avons pério critique d'étanchéité. notion Si, dans e donnée, nous gaz qui élèvent ficielment s s exemp, 3, en temps t ACO, est!3 CO, soit effectuées automatique s secons avec 5 ppm. A-CO, en fonction du temps, s CO, dans e non pntée et vent nul. La a suivante : to au temps t&-co, passe 3 O ; tl t,, 1500 t2 t ; etc. voyons que dans cette succession égas A-CO, chaque fois moitié. cette, Une qualité nouvel liée au : plus est étanche. Le conditionnement s aisé et 3. ce nous enfin que : plus volume est cultivé, plus système a et moins ou climatiques. donnée et mais au n'est donc pas conseillé d'e ensuite son chauffage, celui-ci. Les techniques chauffage dans s et je aspect quelque peu futus si els ne sont pas mises en tique. Options

4 II. - LA FUMURE CARBONÉE En ce née, mentionnons diffusion CO, en cas ou d e fuite gaz ou butane), e phytotoxité s c est il nous est souhaitab en combustion d alcool éthylique qui, sous nom : 10 COz sans auce 20 e plus s d eau. 1 CO, du CO, en du butane 480 que 1 CO, l alcool en 640. photosynthèse : + nco2 + p? + --t Ci,(HZO)i* -l- no, fait l évolution toute si nous d e façon : prp n a été possib qu avec s ou pstique, constituant l enveloppe chauffke; CO, faut égament qu au cette technique du CO,, enh d e façon s c est-l humus. L explication développée ses étus Chamina au s acis humiques et s d hui sa Un taux évé s dans d e sol substitution n ont pas même effet que s situe au moment s dans sol, sous s conditions suivantes : lo dans sol ou dans doit 20 l humiditb doit suffisante; 30 d oxygène sol doit assez en oxygène et s mêmes canaux du CO, ce, l évacuation, phase gazeuse, Le CO, d sol donné vient e qualité sèque ce sol. A limite, plus sol sa végétation est en gaz et plus végétation elqu l ai d nous Aska ou au CO, faibs; si nous faisons ces mêmes analyses dans évées, ou mieuxsi nous faisons même analyse dans Amazonienne, s évées. Ainsi, seu analyse en CO, d e au-ssus d sol donné qualité mique ce sol RELATIVE maintenant : c est qui e ce que l on pense, en En effet, l on augmente s tempé aux 18 OC, e -3 ou 4 OC, 100 %, tive n est que %. Onélève cssiquement cette humidité ou mieux l émission instaltions chauffage l eau automatiquement s tives émission petits jets Cet avantage technique se compl8te égament l utilisation cette même s sols, ce qui est commément tous s tous s sept ans, et avant pntation au étant plus évé que celui du cssique, qui lui-même coûte On que chaud. au moment du ce qui facilite s bois tail. Ces techniques exigent e bonne ventition qui se néanmoins difficulté suivante : chau se connse faciment s métalliques s petits bois qui en quelque cette difficulté suivante : chau se ment s s petits bois qui en quelque cette d eau connsation. Une l année Fouju (Seine-et- <( A cet effet, nous pensons utili- national haute (800 fait Options Méditerranéennes

5 titane. Les e d eau où s dimensions s sont 5 Cet dont est en 50 mes utilisab e faib, 400 watts 15 O00 belges. - DE DEMAIN Les sous sont amenées nouvels techniques. 1. La chauffage, avec l utilisation possib du heat s véhicus spatiaux of tubes faib section et faib et pouvant quantités dans faib volume. Les tubes en métal spécial sont scellés Toute est tapissée d ce tube métal liquéfiab haute est connsé. que l appasous tension, métal connsé tube se liquéfie, puise gazéifie complètement. Les du gaz métallique sont égasen tout lieu.a du tube, e faib du métal se connse face du tapissage conduit chauff6e du tube métal liquéfié qui se déconnse e nouvel fois. tube I ces tubes, qui ont 90 cen long, s aittes qui évacuent e plus 2. Une nouvel technique mise en s c est- sation. On a duchamp continu ciel et ce champ dant pn physiologie humaine et suite du champ, que s sensations nent s sensations sement, ou d apai- Notion bien lointaine s s doute, mais cette occasion y compte. En effet, sentiment dans dès qu on agit et avait sentiment pin e exemp, dans où cette technique a été continue du champ ou d auqu els sont gées els-mêmes négativement ou positivement. La donc et on assiste s qui sont sol sion du champ) ou inéluctabment pfond lique La diffusion ne pas champ el-même ce ma possession, au pfond mis tension 15 O00 volts hau- Les consommations sont quelques watts et , avec s - plus accessibs - s insecticis, s tous et e accoutupeut insecticis doués qualités exceptionau bout 3 ou 4 Un nouveau est actuelment e diffusion en 1967 aux U.S.A. s agit du Ce (2300 belges au kg) ux ments e SOUS bouillie, s toute attaque mieux : sous nom Tenlik mique <( X il se dissout dans sol, abondant. Les Temik et, dans sève qui baigne tous s tissus du végétal, il diffuse La pnte vient el-même insectici : c est e pnte piège. plus, peut enfin insecte du sol qui cause A où estexpéon tion nématos nuisibs; si ce se e utilisation Ce aux cialisé, sous (manipution avec s gants, masque, etc.) v. - appliquée aux s cette je me

6 ciaux, que posent l'expansion s et On assiste actuelment e tab 11 est dans pays, il y a e sous a ne consomque tête d'habitant, que l'almagne en est 700, 1,100 kg 1 kilo- La nous isse que s besoins sont loin point Ce semb e analyse incomplète. La eneffet, plus nous dans 1 10 e même qualité et e dans e même année, avec e tendance du moyen qui est 10 % an. Le en était 67centimes en 1965, en 1969 voisin 47 centimes. pensons qu'il faut nouvels couches clientè, faute quoi toute expansion d'e non nisée dans non s La tendance tend et fausse du phénomène bien connu qui a eu toute son au s annéesetqui a été d'œilts du qui ont connu e expansion sans au tion s cssique se pose : c'est dans quisembnt défaut, Baccara son : bouton tête pipe ou tête pte, madie chute physiologique s feuils ou faux mildiou, etc. auce nouvel ne Baccara, 40 % sont Carina, Super Star et Car. monné, Lava, a été obtenue sau- a e bonne en s'agit il Concor, dont nom For En cequi se substitue plus en plus aux Carzina, mais dans où il y a inaptitu Concor) on Options,

Le tourisme international : un état de fait colonial

Le tourisme international : un état de fait colonial Le tourisme international : un état fait colonial Zarka C. Tourisme et mon rural Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes; n. 3 1970 pages 26-29 Artic availab on line / Artic disponib en ligne l adresse

Plus en détail

La formation agronomique au Liban

La formation agronomique au Liban La formation agronomique au Liban Hamze M. in Hervieu B. (ed.). La formation agronomique dans s pays du bassin méditerranéen Montpellier CIHEAM Options Méditerranéennes Série Etus; n. 1987-II 1987 pages

Plus en détail

Le tourisme dans les pays membres de l'ocde en 1969 et au cours des premiers mois de 1970

Le tourisme dans les pays membres de l'ocde en 1969 et au cours des premiers mois de 1970 Le tourisme dans s pays membres l'ocde et au cours s premiers mois 1970 Tourisme et mon rural Paris : CHEAM Options Méditerranénes; n. 3 1970 pages 82-85 Artic avaib on line / Artic disponib ligne à l

Plus en détail

Principes de la combustion du bois

Principes de la combustion du bois Colloque 12 juin 2008 (Caen) Le bois-énergie dans les agglomérations Principes de la combustion du bois Christophe HUON Préambule... La combustion est un phénomène complexe qui implique la transformation

Plus en détail

COMBUSTION INC TC. GmFOR. GmFOR Mise à jour le 25 Mai 2013 (version 4) Page 1 sur 13

COMBUSTION INC TC. GmFOR. GmFOR Mise à jour le 25 Mai 2013 (version 4) Page 1 sur 13 COMBUSTION INC TC GmFOR GmFOR Mise à jour le 25 Mai 2013 (version 4) Page 1 sur 13 Définition de la combustion : C est une réaction chimique exothermique entre un corps combustible et un corps comburant

Plus en détail

Le marché et la formation des prix

Le marché et la formation des prix Le marché formation s prix Lucchti F. in Alya M. (ed.). L' économie l' olivier Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes : Série Etus; n. 1988-V 1988 pages 99-105 Article avaible on line / Article disponible

Plus en détail

Du charbon à la machine Le charbon est un des premiers combustibles fossiles utilisés par les hommes. Il ne commence à être utilisé de façon

Du charbon à la machine Le charbon est un des premiers combustibles fossiles utilisés par les hommes. Il ne commence à être utilisé de façon Du charbon à la machine Le charbon est un des premiers combustibles fossiles utilisés par les hommes. Il ne commence à être utilisé de façon systématique qu au XVIe siècle. Le charbon, en particulier la

Plus en détail

Les causes de l'inégalité de développement du territoire en Yougoslavie avec ses conséquences sur l'environnement

Les causes de l'inégalité de développement du territoire en Yougoslavie avec ses conséquences sur l'environnement Les causes l'inégalité développemt territoire Yougosvie avec ses conséquces sur l'vironnemt Vujanac Borovnica S. Espace développemt Paris : CIHEAM Options Méditerranénes; n. 23 1973 pages 67-71 Artic avaib

Plus en détail

ERDF. Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre (GES) pour l année 2011

ERDF. Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre (GES) pour l année 2011 ERDF Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre (GES) pour l année 2011 Conformément à l article 75 de la loi n 2010-788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l environnement (ENE) Déclaration

Plus en détail

LE MODULE DE SENSIBILISATION

LE MODULE DE SENSIBILISATION LE MODULE DE SENSIBILISATION ÉNERGIE Les différents types d énergie Les sources d énergies fossiles : Pétrole, gaz naturel, charbon Ce sont les énergies issues de la fossilisation de matières organiques

Plus en détail

Nous savons déjà que lorsque l on fait brûler du carbone dans l air, de la chaleur est dégagée

Nous savons déjà que lorsque l on fait brûler du carbone dans l air, de la chaleur est dégagée LES COMBUSTIONS I) La combustion du carbone. Dans un barbecue, le charbon de bois brûle et produit la chaleur nécessaire à la cuisson des brochettes. Pour aviver ou raviver le foyer, on peut souffler ou

Plus en détail

SÉQUENCE 3. Séance 1. Exercice 1. Exercice 2. Exercice 3. Exercice 4. Exercice 5. Séquence

SÉQUENCE 3. Séance 1. Exercice 1. Exercice 2. Exercice 3. Exercice 4. Exercice 5. Séquence c Séquence 3 SÉQUENCE 3 Séance 1 Exercice 1 1- Le pourcentage de dioxygène dans l air est de 20 % environ. 2- L autre principal gaz de l air est le diazote, qui représente environ 80 %. Exercice 2 1- Le

Plus en détail

De l'air frais pour un habitat et un environnement de travail plus sains

De l'air frais pour un habitat et un environnement de travail plus sains De l'air frais pour un habitat et un environnement de travail plus sains De l'air frais pour un habitat et un environnement de travail plus sains Les bâtiments sont de mieux en mieux isolés. Une amélioration

Plus en détail

CORRECTION DES EXERCICES DE LA TRANSFORMATION CHIMIQUE À. 4 ème COURS Chimie Chapitre 4 L'ÉQUATION DE RÉACTION

CORRECTION DES EXERCICES DE LA TRANSFORMATION CHIMIQUE À. 4 ème COURS Chimie Chapitre 4 L'ÉQUATION DE RÉACTION 4 ème COURS Chimie Chapitre 4 DE LA TRANSFORMATION CHIMIQUE À L'ÉQUATION DE RÉACTION CORRECTION DES EXERCICES Téléchargé sur http://gwenaelm.free.fr/2008-9 Correction : Exercice 1 p 72 a. Au cours de la

Plus en détail

CI 4 : DIMENSIONNEMENT DES STRUCTURES ET CHOIX DES MATÉRIAUX Comportement énergétique QUESTIONNAIRE: «RT2012»

CI 4 : DIMENSIONNEMENT DES STRUCTURES ET CHOIX DES MATÉRIAUX Comportement énergétique QUESTIONNAIRE: «RT2012» QUESTIONNAIRE: «RT2012» http://www.rt-batiment.fr/batiments-neufs/reglementation-thermique-2012/presentation.html 1. QUE SIGNIFIE «RT»? Résistance Thermique Règlementation Thermique Régulation Thermique

Plus en détail

Séquence 3 : Combustions et transformations chimiques

Séquence 3 : Combustions et transformations chimiques Séquence 3 : Combustions et transformations chimiques Classe de quatrième Objectifs de la séquence 3 : - Connaître : o la combustion du carbone o la combustion du méthane - Savoir : o que lors d une combustion,

Plus en détail

La combustion du carbone Pourquoi le taux de CO 2 augmente t il à partir du début du XIX ème siècle?

La combustion du carbone Pourquoi le taux de CO 2 augmente t il à partir du début du XIX ème siècle? La combustion du carbone Pourquoi le taux de CO 2 augmente t il à partir du début du XIX ème siècle? Type d'activité : Démarche d investigation 1) Compétences En réponse à une situation-problème (le problème

Plus en détail

Pourquoi? Mais être à la mode n est pas une raison suffisante. Pourquoi se chauffer au bois?

Pourquoi? Mais être à la mode n est pas une raison suffisante. Pourquoi se chauffer au bois? Le poêle à bois revient à la mode. Plusieurs raisons expliquent ce phénomène : la hausse du prix des combustibles, les aides aux énergies renouvelables mais aussi l amélioration des performances du système

Plus en détail

Le système national de formation agricole en Tunisie

Le système national de formation agricole en Tunisie système national formation agrico en Tunisie Tahar El Mili M in Hervieu B (ed) La formation agronomique dans s pays du bassin méditerranéen Montpellier CIHEAM Options Méditerranéennes Série Etus n 1987II

Plus en détail

Appareil de chauffage

Appareil de chauffage Français p 1 Version : 9004 1 Description Le bec électrique de laboratoire LAB 2 est un appareil de chauffage pouvant se substituer au bec Bunsen pour chauffer des tubes à essais, des récipients et pour

Plus en détail

INDUO, DEVENEZ MAÎTRE

INDUO, DEVENEZ MAÎTRE INDUO, DEVENEZ MAÎTRE DE VOTRE CONFORT CONFORME aux normes EN 13240 EN 14785 ÉLIGIBLE AU CRÉDIT D IMPÔTS 90% de rendement Bois bûche Granulés LES POINTS FORTS du poêle mixte RIKA COMMANDE À DISTANCE RIKA.

Plus en détail

Les principes d'aménagement touristique sur le littoral Languedoc- Roussillon

Les principes d'aménagement touristique sur le littoral Languedoc- Roussillon Les principes d'aménagement touristique sur littoral Languedoc- Roussillon Raynaud P. La maîtrise s ressources naturel Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes; n. 17 1973 pages 84-90 Artic avaib on line

Plus en détail

Chaleur. La chaleur peut avoir une autre origine : récupération de chaleur : associé au système de ventilation ; chauffage solaire ; cheminée à bois

Chaleur. La chaleur peut avoir une autre origine : récupération de chaleur : associé au système de ventilation ; chauffage solaire ; cheminée à bois LE CHAUFFAGE DES LOCAUX Introduction : Le chauffage est en hôtellerie un élément de confort ; il joue un rôle sur la santé du personnel et des clients. Il a également un rôle vis à vis de l entretien des

Plus en détail

Biotechnologie du palmier dattier (Phoenix dactylifera L.) : voies de propagation des clones résistants au bayoud et de haute qualité dattière

Biotechnologie du palmier dattier (Phoenix dactylifera L.) : voies de propagation des clones résistants au bayoud et de haute qualité dattière Biotechnologie du palmier dattier (Phoenix dactylifera L.) : voies propagation s clones résistants bayoud hte qualité dattière Djerbi M. in Demarly Y. (ed.). Pce rô s biotechnologies dans systèmes recherche

Plus en détail

L'éducation pour certains groupes ou la formation de tout un milieu

L'éducation pour certains groupes ou la formation de tout un milieu L'écation pour certains groupes ou formation tout un milieu Foreuil F. Formation Développemt Paris : CIHEAM Options Méditerranénes; n. 21 1973 pages 77-81 Artic avaib on line / Artic disponib ligne l adresse

Plus en détail

ACQUISITION DU SAVOIR

ACQUISITION DU SAVOIR FI SPV - Module INC TC ACQUISITION DU SAVOIR «Combustion» Objectif : Amener tous les apprenants au minimum de performances demandées. Connaître les 3 éléments composant une combustion (triangle du feu),

Plus en détail

Concevoir, construire et gérer des structures durables en béton

Concevoir, construire et gérer des structures durables en béton Concevoir, construire et gérer des structures durables en béton Approche performantielle et évolutions normatives Principales agressions et attaques des bétons Nathalie CORDIER CETE Méditerranée Labo d

Plus en détail

Avant propos. Les résultats de cette politique se sont traduits par :

Avant propos. Les résultats de cette politique se sont traduits par : Avant propos Depuis le milieu des années 198, la Tunisie s est engagée sur la voie de l amélioration de l efficacité énergétique et le développement des énergies renouvelables. Des mesures ambitieuses

Plus en détail

La maison B C D E F. Une construction respectueuse de notre environnement. Une facture énergétique allégée. Basse Consommation

La maison B C D E F. Une construction respectueuse de notre environnement. Une facture énergétique allégée. Basse Consommation LE BON SENS ÉCONOMIQUE ET ÉCOLOGIQUE La maison Pourquoi construire une maison BBC aujourd hui? Le bon sens c est de construire aujourd hui une maison répondant aux objectifs du Grenelle de l Environnement

Plus en détail

Le chauffage au mazout moderne

Le chauffage au mazout moderne Le chauffage au mazout moderne 1 2 Avant d assainir son chauffage au mazout, les questions suivantes se posent au propriétaire: Dois-je procéder à l isolation du bâtiment? Dois-je changer de source d énergie?

Plus en détail

La ventilation des bâtiments La mesure des réseaux de ventilation

La ventilation des bâtiments La mesure des réseaux de ventilation La ventilation des bâtiments La mesure des réseaux de ventilation John PINON Juin 2016 Entreprise labellisée Entreprise disposant de mesureurs de la perméabilité à l air de l enveloppe des bâtiments, autorisée

Plus en détail

Chapitre S5 Confort dans la maison et l'entreprise 4 POURQUOI LE METAL SEMBLE-T-IL PLUS FROID

Chapitre S5 Confort dans la maison et l'entreprise 4 POURQUOI LE METAL SEMBLE-T-IL PLUS FROID TBP Chapitre S5( CME4) Page 1/7 Chapitre S5 Confort dans la maison et l'entreprise 4 POURQUOI LE METAL SEMBLE-T-IL PLUS FROID QUE LE BOIS? COMMENT UTILISER L ELECTRICITE POUR CHAUFFER OU SE CHAUFFER? COMMENT

Plus en détail

Philippe Casanova Le bambou du développement durable à la création d objets

Philippe Casanova Le bambou du développement durable à la création d objets Philippe Casanova Le bambou du développement durable à la création d objets Groupe Eyrolles, 2010 ISBN : 978-2-212-12592-4 Turion aux belles teintes orangées. Phyllostachys aureosulcata spectabilis. Le

Plus en détail

CHP 4 : les combustions

CHP 4 : les combustions CHP 4 : les combustions I) Une réaction chimique 1) Que se passe-t-il lors d une réaction chimique : Expérience : On mesure à l aide d une balance la masse d un flacon contenant de l acide chlorhydrique,

Plus en détail

DOSSIER SPÉCIAL : Le CO 2 en serre (troisième partie) Le CO 2 pur

DOSSIER SPÉCIAL : Le CO 2 en serre (troisième partie) Le CO 2 pur Tom Pousse SSeemaai innee 1144 maarrss 22000099 Bulletti in no 03 Contenu : Dossier spécial : Le CO 2 en serre (troisième partie). DOSSIER SPÉCIAL : Le CO 2 en serre (troisième partie) Comme vues précédemment,

Plus en détail

Le Bilan Carbone Méthode de calcul des émissions de Gaz à Effet de Serre

Le Bilan Carbone Méthode de calcul des émissions de Gaz à Effet de Serre Le Bilan Carbone Méthode de calcul des émissions de Gaz à Effet de Serre Réalisation et approche pratique Augmentation de la température moyenne de la terre 0.8 0.4 0.0-0.4-0.8 Écarts thermiques en C (pour

Plus en détail

Les formules chimiques du Butane : C 4 H 10 Et Propane: C 3 H 8

Les formules chimiques du Butane : C 4 H 10 Et Propane: C 3 H 8 COMBUSTION DU METHANE, BUTANE ET PROPANE I _ Les gaz combustibles 1 ) Le gaz naturel Il est extrait du sous-sol. La FRANCE possède un gisement à LACQ, dans le Sud-Ouest, mais elle doit en importer pour

Plus en détail

Format de restitution pour la publication du bilan d émissions de GES

Format de restitution pour la publication du bilan d émissions de GES Format de restitution pour la publication du bilan d émissions de GES 1. Description de la personne morale concernée Raison sociale : BLANC AERO INDUSTRIE (LISI AEROSPACE) Code NAF : 2594Z Code SIREN :

Plus en détail

Définitions de base en traitement de surface

Définitions de base en traitement de surface Définitions de base en traitement de surface Définitions Les définitions qui vont être données dans ce chapitre sont issues de la norme NF A 91-010. Cette norme a pour objet de fixer, entre autres, la

Plus en détail

Entrepôt DECATHLON Lompret (59)

Entrepôt DECATHLON Lompret (59) Date de MAJ : 17 septembre 2014 Entrepôt DECATHLON Lompret (59) Etude des impacts environnementaux Objectif La construction d'un entrepôt pour DECATHLON à LOMPRET (59) a donné lieu à une étude de ses impacts

Plus en détail

Informatique et études d'aménagement de l'espace rural

Informatique et études d'aménagement de l'espace rural Informatique étus d'aménagemt l'espace rural Kffman C., Lagache P., Pelissié du Rsas A. Informatique développemt rural Paris : CIHEAM Options Méditerranénes n. 2 1970 pages 108-111 Artic avaib on line

Plus en détail

SYMBOLES. FLAMECONTROL Système de contrôle automatique de la combustion pellet: plus d efficacité, moins de gaspillage.

SYMBOLES. FLAMECONTROL Système de contrôle automatique de la combustion pellet: plus d efficacité, moins de gaspillage. SYMBOLES HUMIDIFICATEUR INCORPORÉ Les cheminées à air sont dotées d un humidificateur incorporé, alimenté à la main, qui aide à prévenir les inconvénients physiologiques tels que la gorge sèche, le mal

Plus en détail

THÈME 1 : LA TERRE DANS L UNIVERS, LA VIE ET L ÉVOLUTION DU VIVANT : UNE PLANÈTE HABITÉE. CHAPITRE 1 : A la recherche de la

THÈME 1 : LA TERRE DANS L UNIVERS, LA VIE ET L ÉVOLUTION DU VIVANT : UNE PLANÈTE HABITÉE. CHAPITRE 1 : A la recherche de la 1 THÈME 1 : LA TERRE DANS L UNIVERS, LA VIE ET L ÉVOLUTION DU VIVANT : UNE PLANÈTE HABITÉE. CHAPITRE 1 : A la recherche de la vie 2 Actuellement on note la présence de vie que sur Terre. Y- a-t-il de la

Plus en détail

DIGEST CSTC 1 ODEURS DESAGREABLES LA VENTILATION DES INSTALLATIONS D EVACUATION SANITAIRES

DIGEST CSTC 1 ODEURS DESAGREABLES LA VENTILATION DES INSTALLATIONS D EVACUATION SANITAIRES DIGEST UNE EDITION DU CENTRE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE DE LA CONSTRUCTION LA VENTILATION DES INSTALLATIONS D EVACUATION SANITAIRES Le présent DIGEST est le premier numéro d une nouvelle série de publications

Plus en détail

Hydrogène : le carburant du futur

Hydrogène : le carburant du futur 26 novembre 2008 Hydrogène : le carburant du futur Vecteur d énergie durable pour la mobilité de demain Capable d éliminer 50% des émissions de CO 2 du transport routier d ici 2050 Nécessité d une forte

Plus en détail

La toiture verte quel intérêt pour les communes et les sociétés de logement?

La toiture verte quel intérêt pour les communes et les sociétés de logement? Aménagement du territoire - mars 2009 La toiture verte quel intérêt pour les communes et les sociétés de logement? Mathurin SMOOS, Architecte, DES en étude et gestion du patrimoine Conseiller Responsable

Plus en détail

eldora 7/9,1 kw adagio cesare 4,2 kw 10,7 kw Poêles à pellets ecofire aria

eldora 7/9,1 kw adagio cesare 4,2 kw 10,7 kw Poêles à pellets ecofire aria gamme Poêles à pellets ecofire aria Les Ecofire de Palazzetti sont des poêles à pellets de nouvelle conception, technologiquement avancés, automatiques et programmables, absolument sûrs, étudiés pour rendre

Plus en détail

/40 Evaluation des connaissances de Physique-Chimie

/40 Evaluation des connaissances de Physique-Chimie NOM : Prénom : classe : 2 /40 Evaluation des connaissances de Physique-Chimie Cocher la bonne réponse. Il n existe qu une réponse correcte par question. /20 Chimie /3 Les matériaux et l air 1) L aluminium

Plus en détail

PROJET. sarl l'avis du menuisier Richard TESSIER 8 impasse du petit bois ST LOUP CAMMAS. Mr M. - Page 1/ TOULOUSE

PROJET. sarl l'avis du menuisier Richard TESSIER 8 impasse du petit bois ST LOUP CAMMAS. Mr M. - Page 1/ TOULOUSE Evaluation thermique réalisée avec PROJET Mr M 31000 TOULOUSE Date de l'étude : ENTREPRISE 25.02.2013 CLIENT sarl l'avis du menuisier Mr MULLER Richard TESSIER 8 impasse du petit bois 31140 ST LOUP CAMMAS

Plus en détail

LA solution dans l air du temps

LA solution dans l air du temps ODYSSÉE Chauffe-eau thermodynamique sur air ambiant NON CHAUFFÉ LA solution dans l air du temps Avec OdyssÉe, profitez d une énergie propre, gratuite et renouvelable pour votre confort. Voici ODYSSÉE,

Plus en détail

LEO Pharma France. Bilan des émissions de gaz à effet de serre. Année 2011 Rapport 2012

LEO Pharma France. Bilan des émissions de gaz à effet de serre. Année 2011 Rapport 2012 LEO Pharma France Bilan des émissions de gaz à effet de serre Année 011 Rapport 01 Conformément à l article 75 de la loi n 010-788 du 1 juillet 010 portant engagement national pour l environnement (ENE)

Plus en détail

EKO PLUS 6kW. STILE 8kW. TECHNA & ARTE 10kW IDEA D ANGLE. IDEA FRONTALE 9kW. ARTE 15kW. SYNTHESIS 68 10kW

EKO PLUS 6kW. STILE 8kW. TECHNA & ARTE 10kW IDEA D ANGLE. IDEA FRONTALE 9kW. ARTE 15kW. SYNTHESIS 68 10kW SYMBOLES SOMMAIRE HUMIDIFICATEUR INCORPORÉ Les cheminées à air sont dotées d un humidificateur incorporé, alimenté à la main, qui aide à prévenir les inconvénients physiologiques tels que la gorge sèche,

Plus en détail

PROCÉDÉS ET MOYENS D EXTINCTION

PROCÉDÉS ET MOYENS D EXTINCTION Inflammabilité - Lutte contre l Incendie Protection et Lutte contre l Incendie PROCÉDÉS ET MOYENS D EXTINCTION Procédés et moyens d extinction Sommaire Les différentes classes Les produits concernés Les

Plus en détail

Nom : Groupe : L EFFET DE SERRE : (Processus naturel par lequel une partie de la chaleur émise par le Soleil est conservée dans l atmosphère).

Nom : Groupe : L EFFET DE SERRE : (Processus naturel par lequel une partie de la chaleur émise par le Soleil est conservée dans l atmosphère). Nom : Groupe : Date : THÉORIE UNIVERS TERRE-ESPACE L ATMOSPHÈRE L air est un mélange homogène. Ce mélange est constitué de 78% de diazote (N 2 ), 21% de dioxygène (O 2 ) et les autres gaz 1% (Argon, Dioxyde

Plus en détail

ELECTROCHIMIE ET SES APPLICATIONS

ELECTROCHIMIE ET SES APPLICATIONS 13/12/2008 ELECTROCHIMIE ET SES APPLICATIONS ACCUMULATEUR AU PLOMB ACIDE M. OLIVIER marjorie.olivier@fpms.ac.be Gaston Planté - 1859. HISTORIQUE Premier accumulateur électrochimique rechargeable - 2 feuilles

Plus en détail

La méthanisation sous l angle de l ingénierie

La méthanisation sous l angle de l ingénierie La méthanisation sous l angle de l ingénierie Steve Boivin, ingénieur Michel Morin, ingénieur Bio-Terre Systems Inc. Introduction La méthanisation à la ferme Matières disponibles à la ferme Sources et

Plus en détail

LES TRANSPORTS POURQUOI C EST IMPORTANT?

LES TRANSPORTS POURQUOI C EST IMPORTANT? POURQUOI C EST IMPORTAT? Les transports, qu est- ce que c est? Les transports représentent tout ce qui permet de déplacer des personnes ou des marchandises d un endroit à un autre. Les moyens de transport

Plus en détail

MARQUE: LA SOMMELIERE. REFERENCE: PCB 70 Bois Massif CODIC:

MARQUE: LA SOMMELIERE. REFERENCE: PCB 70 Bois Massif CODIC: MARQUE: LA SOMMELIERE REFERENCE: PCB 70 Bois Massif CODIC: 2510332 7. Caractéristiques techniques Modèle Volume brut Capacité Classification climatique Classe isolation Réfrigérant Isolant PCB70 70 L 18

Plus en détail

Pour une problématique de l'environnement

Pour une problématique de l'environnement Pr une problématique l'environnement Labattut J.L. La maîtrise s ressrces naturel Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes; n. 17 1973 pages 27-32 Artic avaib on line / Artic disponib en ligne à l adresse

Plus en détail

LE RECYCLAGE ET LE BOUCLAGE DE L E.C.S. J-M R. D-BTP

LE RECYCLAGE ET LE BOUCLAGE DE L E.C.S. J-M R. D-BTP LE RECYCLAGE ET LE BOUCLAGE DE L E.C.S. J-M R. D-BTP 2006 1 Généralités Calorifugeage des conduites d ECS Traçage par ruban chauffant Recyclage par pompe incorporée - circuit de bouclage classique Circuit

Plus en détail

Le rôle de l'olivier en Grèce

Le rôle de l'olivier en Grèce Le rôle l'olivier en Grèce Papageorgiou C.L. in Allaya M. (ed.). L' économie l' olivier Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes : Série Etus; n. 1988V 1988 pages 4146 Article available on line / Article

Plus en détail

DIRECTION DEPARTEMENTALE DU TERRITOIRE DU LOT

DIRECTION DEPARTEMENTALE DU TERRITOIRE DU LOT DIRECTION DEPARTEMENTALE DU TERRITOIRE DU LOT BILAN D EMISSIONS DES GAZ A EFFET DE SERRE Dans le cadre de la Loi Grenelle II, le Décret n 211-829 a rendu obligatoire pour l État et les collectivités territoriales

Plus en détail

Impact du pâturage hivernal par des brebis sur une végétation de garrigue à chêne kermès

Impact du pâturage hivernal par des brebis sur une végétation de garrigue à chêne kermès Impact du pâturage hivernal par des brebis sur une végétation de garrigue chêne kermès Arnaud M., Molénat G., Vincent M. Systèmes sylvopastoraux. Pour un environnement, une agriculture une économie durabs

Plus en détail

Qui former et pour quoi faire?

Qui former et pour quoi faire? Qui former pour quoi faire? Brugnot J., Pebon C. Eco forma Paris : CIHEAM Ops Méditerranénes; n. 20 1973 pages 68-72 Artic avaib on line / Artic disponib ligne l adresse : http://om.ciheam.org/artic.php?idpdf=ci010527

Plus en détail

ENERSERRE Logiciel d efficacité énergétique des serres

ENERSERRE Logiciel d efficacité énergétique des serres ENERSERRE Logiciel d efficacité énergétique des serres Contact Vincent Stauffer Tel: +33 4 79 72 4 59 Mob: +33 6 31 778 94 Mail: v.stauffer@agrithermic.com www.agrithermic.com 17 av lac Léman, Savoie technolac,

Plus en détail

Tableau 1.1 Composition de l atmosphère au niveau du sol (d après Junge, 1963; Andrews et al., 1966; rapport IPCC 2001).

Tableau 1.1 Composition de l atmosphère au niveau du sol (d après Junge, 1963; Andrews et al., 1966; rapport IPCC 2001). 1 L ATMOSPHERE 1.1 CONSTITUTION DE L ATMOSPHERE L enveloppe gazeuse de la terre, environnement dans lequel la vie subsiste, correspond à la sphère la plus dynamique et instable de cette planète. Ce milieu

Plus en détail

Les poêles à granulés de bois

Les poêles à granulés de bois Les poêles à granulés de bois Le poêle à granulés de bois propose une solution de chauffage adaptée au mode de vie d aujourd hui : Pratique : plus de corvée de bûches, conditionnement facile à manipuler.

Plus en détail

Les pompes à chaleur

Les pompes à chaleur Les pompes à chaleur Journée d étude consacrée aux agriculteurs, relais du soleil Virton, 17 décembre 2008 G. FALLON Energie Facteur 4 asbl - Chemin de Vieusart 175-1300 Wavre Tél: 010/23 70 00 - Site

Plus en détail

LES RISQUES LIES A LA PRESSION

LES RISQUES LIES A LA PRESSION LES RISQUES LIES A LA PRESSION Patrick BOISSINOT C.N.R.S. - L.I.M.H.P. 99, Avenue J.-B. Clément 93430 Villetaneuse boissinot@limhp.univ-paris13.fr 1 Connaissance des risques Comment se prévenir 2 Rappels

Plus en détail

Calcul des émissions dans l air et mesure de la qualité de l air. Maman-Sani ISSA, Agence Béninoise pour l Environnement

Calcul des émissions dans l air et mesure de la qualité de l air. Maman-Sani ISSA, Agence Béninoise pour l Environnement Calcul des émissions dans l air et mesure de la qualité de l air Maman-Sani ISSA, Agence Béninoise pour l Environnement Principaux critères de base Complétude: toutes les sources pertinentes doivent être

Plus en détail

énergie bois énergie bois énergie bois SE CHAUFFER SANS RÉCHAUFFER LA PLANÈTE LA GAMME UNE RESSOURCE ÉCONOMIQUE ET INÉPUISABLE

énergie bois énergie bois énergie bois SE CHAUFFER SANS RÉCHAUFFER LA PLANÈTE LA GAMME UNE RESSOURCE ÉCONOMIQUE ET INÉPUISABLE SE CHAUFFER SANS RÉCHAUFFER LA PLANÈTE LA GAMME Parce que économiser l énergie et sauvegarder l environnement sont des préoccupations essentielles, De Dietrich ne cesse d innover et propose une nouvelle

Plus en détail

La terre chauffe! Scenarii des conséquences

La terre chauffe! Scenarii des conséquences La terre chauffe! Scenarii des conséquences Bilan du 4 ème rapport du GIEC Jean-Francois Soussana Directeur de Recherche INRA, UR Ecosystème Prairial Clermont-Ferrand Expertise scientifique internationale

Plus en détail

Selon la vitesse de réaction, une combustion peut-être :

Selon la vitesse de réaction, une combustion peut-être : «Document Stagiaire de fin de journée» LA COMBUSTION Une combustion est une réaction chimique au cours de laquelle des espèces combustibles se combinent à un comburant en général l oxygène de l air, pour

Plus en détail

A Cytoplasme. B Noyau. C Chromosome. D Vacuole. cellulaire qui renferme de l information. héréditaire Il prend généralement

A Cytoplasme. B Noyau. C Chromosome. D Vacuole. cellulaire qui renferme de l information. héréditaire Il prend généralement CHAPITRE 3 La diversité et le maintien de la vie 1. Inscris la lettre qui correspond à l endroit précis où se trouve chaque élément de la cellule. A Cytoplasme. B Noyau. C Chromosome. D Vacuole. a) Le

Plus en détail

Chapitre 7 : CARBONE ET RESSOURCES ORGANIQUES S 4 F. I) Introduction à la chimie organique :

Chapitre 7 : CARBONE ET RESSOURCES ORGANIQUES S 4 F. I) Introduction à la chimie organique : I) Introduction à la chimie organique : Jusqu'au début du XIX ème siècle, les savants pensaient que la "force vitale" était nécessaire pour réaliser la synthèse de composés tels que le glucose, l'amidon,

Plus en détail

SESSION PREMIÈRE ÉPREUVE 2 e partie PHYSIQUE-CHIMIE ET SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série générale

SESSION PREMIÈRE ÉPREUVE 2 e partie PHYSIQUE-CHIMIE ET SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série générale DIPLÔME NATIONAL DU BREVET SESSION 2017 PREMIÈRE ÉPREUVE 2 e partie PHYSIQUE-CHIMIE ET SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série générale Durée de l épreuve : 1 h 00-50 points (dont 5 points pour la présentation

Plus en détail

Production des Gaz Médicaux

Production des Gaz Médicaux Production des Gaz Médicaux Adnn Tlemçani Directeur Général Adjoint OXAIR Sommaire Consistance de la production des gaz médicaux Production d oxygène Production de protoxyde d azote Consistance de la production

Plus en détail

LE CHANGEMENT CLIMATIQUE Jean-Louis Vallée Météo-France. 1- Changement climatique observé 2- Prévisions pour 2100?

LE CHANGEMENT CLIMATIQUE Jean-Louis Vallée Météo-France. 1- Changement climatique observé 2- Prévisions pour 2100? LE CHANGEMENT CLIMATIQUE Jean-Louis Vallée Météo-France 1- Changement climatique observé 2- Prévisions pour 2100? Gaz à effet de serre Source: Météo France Source : GIEC Réchauffement constaté Source :

Plus en détail

ÉLÉMENTS TUBULAIRES INCOLOY ET À AILETTES

ÉLÉMENTS TUBULAIRES INCOLOY ET À AILETTES ÉLÉMENTS TUBULAIRES INCOLOY ET À AILETTES APPLICATIONS Éléments tubulaires incoloy Destinés à être formés, cintrés, surmoulés ou roulés, les tubulaires sont spécialement conçus pour le chauffage de l air

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA PHYSICO-CHIMIE DES SOLUTIONS

RÉSUMÉ DE LA PHYSICO-CHIMIE DES SOLUTIONS RÉSUMÉ DE LA PHYSICO-CHIMIE DES SOLUTIONS 1 Les solutions. 1.1 Généralités. 1.1.1 Déf: Solution= Mélange homogène en une seule phase d au moins deux substances, généralement liquides mais peuvent être

Plus en détail

Un exemple d'un tel outil est montré sur la photo dessous (source Steve Groff) :

Un exemple d'un tel outil est montré sur la photo dessous (source Steve Groff) : 14juilt12 : pnchafaca tomates au jardin Certains agriculteurs en gran culture utilise rolofaca (terme brésilien = rouau faucheur) pour détruire engrais verts (appelés aussi couverts végétaux ou plus simpment

Plus en détail

I. D où vient le bois? Pourquoi le bois est-il considéré comme une énergie renouvelable?

I. D où vient le bois? Pourquoi le bois est-il considéré comme une énergie renouvelable? Vous travaillez chez un client dont l installation de chauffage central fonctionne au fioul domestique. Sensibilisé au phénomène de réchauffement climatique, ce client souhaite équiper son installation

Plus en détail

FAURECIA INTERIEUR INDUSTRIE. Bilan d émissions de gaz à effet de serre. Rapport du bilan destiné à la Préfecture d Ile de France

FAURECIA INTERIEUR INDUSTRIE. Bilan d émissions de gaz à effet de serre. Rapport du bilan destiné à la Préfecture d Ile de France FAURECIA INTERIEUR INDUSTRIE Bilan d émissions de gaz à effet de serre Rapport du bilan destiné à la Préfecture d Ile de France Décembre 2015 Ce rapport a été réalisé selon le guide méthodologique «Méthode

Plus en détail

GPL énergie ex e c x e c p e ti p on o n n e n l e le

GPL énergie ex e c x e c p e ti p on o n n e n l e le Émissions de gaz à effet de serre Efficacité énergétique consommer mieux Sobriété énergétique : consommer moins Le développement des s renouvelables 1850 1950 1990 2050 Découverte du pétrole Développement

Plus en détail

Bilan des émissions Gaz à Effet de Serre

Bilan des émissions Gaz à Effet de Serre Bilan des émissions Gaz à Effet de Serre Alcoa Fixations Simmonds S.A.S Saint Cosme en Vairais Novembre 2015 Bilan A (réglementaire) Ce rapport a été réalisé selon le guide méthodologique version 3.d «Méthode

Plus en détail

Les GAZ COMPRIMÉS. Liquide cryogénique (N 2, Ar ) Un liquide (propane, butane ) Un gaz très dense (O 2, N 2, H 2 sous 200 bar)

Les GAZ COMPRIMÉS. Liquide cryogénique (N 2, Ar ) Un liquide (propane, butane ) Un gaz très dense (O 2, N 2, H 2 sous 200 bar) Les GAZ COMPRIMÉS Les composés gazeux à la température ambiante sont stockés sous un volume réduit : Par refroidissement : Par compression : Liquide cryogénique (N 2, Ar ) Un liquide (propane, butane )

Plus en détail

RADIALL 101 rue Philibert Hoffmann ROSNY SOUS BOIS Tél Fax Bilan d émissions de gaz à effet de serre 2012

RADIALL 101 rue Philibert Hoffmann ROSNY SOUS BOIS Tél Fax Bilan d émissions de gaz à effet de serre 2012 RADIALL 101 rue Philibert Hoffmann 93110 ROSNY SOUS BOIS Tél. 01 49 35 35 51 Fax 01 49 35 35 18 Bilan d émissions de gaz à effet de serre 2012 31 décembre 2012 Sommaire Pages 1 - Description de la Personne

Plus en détail

Principe de fonctionnement des poêles-cheminées. Les qualités de base des poêles à combustion continue

Principe de fonctionnement des poêles-cheminées. Les qualités de base des poêles à combustion continue 2016 / 2017 F 2016/2017 F www.fireplace.de Principe de fonctionnement des poêles-cheminées Une combustion optimale, écologique et performante ne sera atteinte que si l on assure la quantité d air nécessaire

Plus en détail

Imprime le Quiz Colle le sur un morceau de carton. Découpe les différentes cartes. Comment les courants marins

Imprime le Quiz Colle le sur un morceau de carton. Découpe les différentes cartes. Comment les courants marins Quiz «la mer monte» Imprime le Quiz Colle le sur un morceau de carton. Niveau Facile Découpe les différentes cartes Lorsque les océans Comment les courants marins Sans les gaz à effet de serre, il s évaporent,

Plus en détail

Situation Actuelle du Chauffage à la Biomasse

Situation Actuelle du Chauffage à la Biomasse Organigramme Ressources naturelles Canada Centre de la technologie de l énergie de CANMET (CTEC) Fernando Preto et René-Pierre Allard Situation Actuelle du Chauffage à la Biomasse Journée d information

Plus en détail

L essoufflement en plongée Cours de Niveau 4. 18/09/2016 Version 01

L essoufflement en plongée Cours de Niveau 4. 18/09/2016 Version 01 L essoufflement en plongée Cours de Niveau 4 18/09/2016 Version 01 Historique du document Date version auteur changement/ajout 18/09/2016 01 Création 2 of 12 Table des matières 1 Introduction... 4 2 Rappel...

Plus en détail

Projet ISTHME Méthodologie de comparaison calculs mesures intégrant l analyse de sensibilité et la propagation d incertitudes

Projet ISTHME Méthodologie de comparaison calculs mesures intégrant l analyse de sensibilité et la propagation d incertitudes Projet ISTHME Méthodologie de comparaison calculs mesures intégrant l analyse de sensibilité et la propagation d incertitudes Rofaïda Lahrech CSTB avec la contribution de : Jean Robert Millet et Laurent

Plus en détail

L a c h a l e u r d u s o l e i l. d a n s v o t r e m a i s o n. w w w. i n f r a s w i s s. c o m

L a c h a l e u r d u s o l e i l. d a n s v o t r e m a i s o n. w w w. i n f r a s w i s s. c o m L a c h a l e u r d u s o l e i l d a n s v o t r e m a i s o n w w w. i n f r a s w i s s. c o m Une chaleur saine qui est source de bien- être nous vient, depuis tou jours, d une énergie bienfaisante

Plus en détail

Gaz à effet de serre et contribution de l agriculture

Gaz à effet de serre et contribution de l agriculture Gaz à effet de serre et contribution de l agriculture J-F Soussana 1 et P Cellier 2 1. Unité de Recherche sur l Ecosystème Prairial, INRA, Clermont-Ferrand 2. Environnement et Grandes Cultures, INRA Grignon

Plus en détail

Climat Schweizerischer Bauernverband Union Suisse des Paysans Unione Svizzera dei Contadini

Climat Schweizerischer Bauernverband Union Suisse des Paysans Unione Svizzera dei Contadini Climat Impact des gaz à effet de serre Sans gaz à effet de serre, il n y aurait pas de vie sur la Terre. Au XX e siècle, la température moyenne globale a augmenté de 0,6 o C. Les prévisions tablent sur

Plus en détail

- Calcul : δ air / coefficient μ avec pour unité : mg/(m.h.pa) ou g/(m.h.mmhg)

- Calcul : δ air / coefficient μ avec pour unité : mg/(m.h.pa) ou g/(m.h.mmhg) Perméabilité à la vapeur d eau d un matériau (δ) : C est le rapport de la quantité de vapeur d eau traversant un matériau par unité d épaisseur; par unité de temps et par unité de différence de pression

Plus en détail

Modélisation du cycle du carbone en classe de seconde. Michèle Prieur Formation INRP Mai 2008

Modélisation du cycle du carbone en classe de seconde. Michèle Prieur Formation INRP Mai 2008 Modélisation du cycle du carbone en classe de seconde Michèle Prieur Formation INRP Mai 2008 Contexte d enseignement - Contexte de recherche ENSEIGNEMENT Expérimentation article 34 : Expérimentation pédagogique

Plus en détail

Régulateurs de tirage Purgeurs d eau condensée à action rapide Purgeurs d eau pour air et d air pour eau

Régulateurs de tirage Purgeurs d eau condensée à action rapide Purgeurs d eau pour air et d air pour eau Régulateurs de tirage Purgeurs d eau condensée à action rapide Purgeurs d eau pour air et d air pour eau Edition Novembre 996 Feuille technique Régulateurs de tirage homologués Type D Type S avec sécurité

Plus en détail

Les variations climatiques et le rôle des activités humaines

Les variations climatiques et le rôle des activités humaines Les variations climatiques et le rôle des activités humaines Jean Louis Dufresne Pôle de modélisation de l'institut Pierre Simon Laplace (IPSL) Laboratoire de Météorologie Dynamique (LMD) dufresne@lmd.jussieu.fr

Plus en détail

Sommaire Annexe 17 installations de gaz... 2 Installations domestiques de gaz individuelles ou collectives... 2

Sommaire Annexe 17 installations de gaz... 2 Installations domestiques de gaz individuelles ou collectives... 2 Sommaire Annexe 17 installations de gaz... 2 Installations domestiques de gaz individuelles ou collectives... 2 Exigences applicable aux transformations et à l'habitat ancien... 2 Généralités... 2 Etat

Plus en détail