CATALOGUE DES FORMATIONS 2015

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CATALOGUE DES FORMATIONS 2015"

Transcription

1 CATALOGUE DES FORMATIONS

2 - 2 -

3 GP&A Formation Un cabinet d avocats impliqué dans la formation professionnelle Qui sommes-nous? Depuis sa création en 1990, le cabinet Grandjean Poinsot & Associés a acquis progressivement la reconnaissance de son expertise dans les domaines du droit public, du droit des institutions sociales et médico-sociales et du droit de l aménagement urbain. Composé d avocats et de juristes issus en grande partie du monde professionnel, il propose une approche originale qui conjugue technicité juridique et expérience opérationnelle, afin d apporter une plus-value aux organisations clientes et à leurs projets. A la compétence contentieuse, commune à tous les cabinets d avocats, s ajoutent de longue date celles du conseil et de la formation, dans une perspective d accompagnement au long cours qui privilégie l anticipation propice à toute démarche stratégique efficace. Pourquoi nous engager dans la formation professionnelle continue? Conseils de collectivités territoriales et d établissements publics, d organismes gestionnaires et de fédérations, d opérateurs du monde immobilier et de sociétés d économie mixte, les membres du cabinet ont acquis une culture professionnelle en phase avec celle de leurs interlocuteurs. La veille permanente, la nécessité d adapter les pratiques aux évolutions du droit, l impératif d efficience font partie de leurs préoccupations quotidiennes. C est pourquoi ils revendiquent un savoir-faire et une légitimité en matière de formation professionnelle continue et ce, d autant que la formation fait partie intégrante des missions de la profession d avocat. Dès lors, c est tout à fait logiquement que le cabinet a décidé de se doter d un centre de formation professionnelle déclaré à l autorité préfectorale : GP&A Formation. Quels sont nos «plus»? Les formations qui vous sont proposées dans ce catalogue, en inter comme en intra, ont été conçues non seulement à partir des connaissances académiques les plus actuelles mais aussi avec l apport d expériences concrètes, issues du terrain et/ou des pratiques précontentieuses et contentieuses. Expertise, clarté et pédagogie sont les maîtres-mots des praticiens qui animeront chacune des sessions que vous pourrez suivre, avec parfois le renfort de quelques rares professionnels extérieurs qui auront été sélectionnés pour leurs qualités particulières. En attendant le plaisir de contribuer au succès de vos projets, Olivier Poinsot Avocat associé Responsable de GP&A Formation - 3 -

4 - 4 -

5 Fiche d expression de besoins Les sessions de formation du présent catalogue seront proposées au tarif de 500 /jour par stagiaire. L accomplissement des formalités de déclaration à l autorité préfectorale s accompagnera d une demande d exonération de la taxe sur la valeur ajoutée. Afin de pouvoir vous adresser une offre assortie d un calendrier prévisionnel des sessions de formation dans le courant du mois de janvier 2015, nous vous invitons à nous faire connaître vos besoins avant la fin de l année Organisation : Adresse : Téléphone : Fax : Courriel : Les besoins de formation identifiés dans notre organisation pour l année 2015 sont les suivants (cocher les cases correspondantes à gauche, indiquer le nombre de personnes à droite) : Sessions de formation Nombre de personnes concernées La zone d aménagement concerté La «e-déontologie» du fonctionnaire territorial L élu et la politique locale de sécurité et de prévention de la délinquance Le marché public de maîtrise d œuvre La délégation de service public Le secteur social et médico-social après la loi HPST Les organismes gestionnaires, acteurs stratégiques de l action sociale et médico-sociale Les missions, prérogatives et responsabilités du directeur d ESSMS Quelle place pour les ESAT dans le dispositif médico-social institutionnel? - 5 -

6 Droit et pratique budgétaires des établissements et services sociaux et médico-sociaux (ESSMS) : concevoir, présenter et défendre des propositions budgétaires Droit et pratique budgétaires des établissements et services sociaux et médico-sociaux (ESSMS) : le rôle du siège social Aspects juridiques et pratiques du signalement de la maltraitance dans un établissement ou service social ou médico-social (ESSMS) Etre professionnel en ITEP : au carrefour du droit et des pratiques thérapeutiques, éducatives et pédagogiques Les majeurs protégés et l exercice de leurs droits dans un établissement ou service social ou médico-social (ESSMS) Les questions de responsabilité dans un établissement ou service social ou médico-social (ESSMS) La responsabilité pénale du directeur d EHPAD La contractualisation des relations avec les personnes accueillies Le règlement de fonctionnement : du droit à la pratique La mise en œuvre des «outils» de la loi au service des droits des personnes accueillies Les aspects juridiques de la pratique de l évaluation externe Mémento juridique de l administrateur provisoire Le régime juridique du CPOM Accueil des enfants et adolescents en situation de handicap et scolarisation A (lieu) : Le (date) : Identité et fonction du signataire : Signature et cachet A retourner à : Grandjean Poinsot & Associés FORMATION 43, Avenue du Pont-Juvénal CS MONTPELLIER CEDEX 2-6 -

7 Sommaire Aménagement urbain La zone d aménagement concerté 11 Collectivités locales La «e-déontologie» du fonctionnaire territorial 15 L élu et la politique locale de sécurité et de prévention de la délinquance 16 Contrats publics Le marché public de maîtrise d œuvre 19 La délégation de service public 20 Secteur social et médico-social Le secteur social et médico-social après la loi HPST 23 Les organismes gestionnaires, acteurs stratégiques de l action sociale et médico-sociale 24 Les missions, prérogatives et responsabilités du directeur d ESSMS 25 Quelle place pour les ESAT dans le dispositif médico-social institutionnel? 26 Droit et pratique budgétaires des établissements et services sociaux et médico-sociaux (ESSMS) : concevoir, présenter et défendre des propositions budgétaires Droit et pratique budgétaires des établissements et services sociaux et médico-sociaux (ESSMS) : le rôle du siège social Aspects juridiques et pratiques du signalement de la maltraitance dans un établissement ou service social ou médico-social (ESSMS)

8 Etre professionnel en ITEP : au carrefour du droit et des pratiques thérapeutiques, éducatives et pédagogiques Les majeurs protégés et l exercice de leurs droits dans un établissement ou service social ou médico-social (ESSMS) Les questions de responsabilité dans un établissement ou service social ou médico-social (ESSMS) La responsabilité pénale du directeur d EHPAD 37 La contractualisation des relations avec les personnes accueillies 39 Le règlement de fonctionnement : du droit à la pratique 41 La mise en œuvre des «outils» de la loi au service des droits des personnes accueillies 42 Les aspects juridiques de la pratique de l évaluation externe 43 Mémento juridique de l administrateur provisoire 44 Le régime juridique du CPOM 45 Accueil des enfants et adolescents en situation de handicap et scolarisation 46 Conditions générales

9 Aménagement urbain - 9 -

10 - 10 -

11 La zone d aménagement concerté La zone d aménagement concerté (ZAC) est, sans doute, l une des formes les plus abouties de l interventionnisme public en faveur du développement économique d un territoire donné. Par la livraison d espaces aménagés, la collectivité publique agit en partenariat avec le secteur privé pour favoriser favoriser la création de valeur. 2 journées Objectif S approprier les différents mécanismes du déroulement de la procédure d aménagement de ZAC ; appréhender l ensemble des problématiques juridiques, financières et opérationnelles auxquelles donnent lieu la réalisation de ce type d aménagement. Public - Directeurs généraux de collectivités territoriales - Directeurs - Juristes Approche pédagogique - Présentation didactique d éléments théoriques et approche pratique et pragmatique de la connaissance du droit des délégations de service public - Echanges avec les participants, analyse de situations concrètes et de cas pratiques Programme 1 ère journée Introduction : la définition de la ZAC et l intérêt d y recourir 1. Le déroulement de la procédure - la phase de création - la phase de réalisation 2 ème journée 2. les conditions opérationnelles de la réalisation de la ZAC - la problématique foncière - la commercialisation des terrains aménagés 3. Le financement de la ZAC - le financement par l aménageur et les constructeurs - la fiscalité de la ZAC - la participation de la collectivité initiatrice et des collectivités tiers Intervenant Avocat justifiant d une connaissance et d une expérience approfondies de la création et de la réalisation des ZAC

12 - 12 -

13 Collectivités locales

14 - 14 -

15 La «e-déontologie» du fonctionnaire territorial Mesurer l impact de l emploi des nouvelles technologies de l information et de la communication (NTIC) sur les pratiques professionnelles en termes de déontologie et d obligations statutaires ½ journée Objectif Identifier les enjeux déontologiques de l emploi des NTIC (navigation sur Internet, messagerie électronique, réseaux sociaux, blogs) pour les intégrer dans l organisation du système d information (SI) et en tenir compte dans le management des agents Public - Directeurs des services techniques (DST) - Responsables de système d information (SI), administrateurs réseau et agents des services informatiques - Responsables et agents des services des ressources humaines Approche pédagogique Présentation du droit positif et des derniers apports de la jurisprudence Programme - L état des lieux des obligations déontologiques : rappel des obligations et de leur arbitrage avec l exercice des libertés individuelles - Les obligations déontologiques et Internet : le fonctionnaire internaute dans et en dehors de ses fonctions - Les sanctions disciplinaires et pénales encourues Intervenant Avocat justifiant d une pratique habituelle du droit de la fonction publique

16 L élu et la politique locale de sécurité et de prévention de la délinquance Appréhender la place et le rôle de l élu local dans la politique locale de sécurité et de prévention de la délinquance 2 journées Objectif Connaître le cadre normatif, prendre conscience des enjeux et identifier les dispositifs de la politique de sécurité locale à la disposition des élus locaux Public - Maires - Elus locaux impliqués dans la conception, la mise en œuvre et l évaluation de la politique locale de sécurité - Directeurs et chefs de police municipale - Agents et contractuels des collectivités territoriales impliqués dans la conception, la mise en œuvre et l évaluation de la politique locale de sécurité Approche pédagogique Alternance de contenus théoriques et d exemples pratiques, analyse de retours d expérience Programme 1 ère journée - Les enjeux politiques des questions de sécurité - La place et le rôle de l élu dans les dispositifs de prévention de la délinquance (évolution normative) - Les enjeux de la sécurité pour l élu 2 ème journée - Les outils juridiques à la disposition du Maire - Les dispositifs partenariaux et leur évolution (cadre normatif) - Les acteurs locaux de la sécurité Intervenant Cadre de la fonction publique d Etat, docteur en science politique, justifiant d une expérience reconnue dans le domaine des politiques territoriales de sécurité

17 Contrats publics

18 - 18 -

19 Le marché public de maîtrise d œuvre Les marchés publics de maîtrise d œuvre occupent une place à part dans le droit de la commande publique. A côté de procédures de mise en concurrence dérogatoires au droit commun, ces marchés sont également l expression d un rôle de «pivot» entre le maître d ouvrage public d une part et les différents intervenants à l acte de construire d autre part. 2 journées Objectif Définir la notion de maîtrise d œuvre et connaître les différentes procédures de mise en concurrence propres à ce type de contrat ; recenser et analyser les règles qui président à son exécution afin d en mieux maîtriser le déroulement. Public - Directeurs généraux de collectivités territoriales - Directeurs - Juristes Approche pédagogique - Présentation didactique d éléments théoriques - Approche pratique et pragmatique de la connaissance du droit des marchés de maîtrise d œuvre - Echanges avec les participants, analyse de situations concrètes et de cas pratiques Programme 1 ère journée Introduction La notion de maîtrise d œuvre et le régime juridique issu de la loi MOP 1. Les procédures de mise en concurrence - la procédure de concours - la procédure négociée - l appel d offres - les MAPA - les phases clés des procédures - le guide de la procédure du concours 2. L exécution des marchés de maîtrise d œuvre - la direction du marché de maîtrise d œuvre - la modification du marché - la défaillance du maître d œuvre - les délais du marché - les aspects financiers - l achèvement de la mission - la responsabilité du maître d œuvre 2 ème journée Intervenant Avocat justifiant d une pratique habituelle des marchés de maîtrise d œuvre

20 La délégation de service public La délégation de service public a la particularité de conjuguer intuitu personae et respect du droit de la concurrence, ce qui donne à la procédure de choix du titulaire une physionomie particulière. Par ailleurs, à l heure d une recherche permanente de rentabilité et de bonne gestion des deniers publics, l externalisation de la gestion des services publics offre une alternative à une gestion plus traditionnelle de ces derniers. 2 journées Objectif - S approprier la procédure de passation de la délégation de service public et appréhender les subtilités de certaines étapes de cette procédure - Connaître les règles d élaboration du contenu du contrat de délégation de service public Public - Directeurs généraux de collectivités territoriales - Directeurs - Juristes Approche pédagogique - Présentation didactique d éléments théoriques et approche pratique et pragmatique de la connaissance du droit des délégations de service public - Echanges avec les participants, analyse de situations concrètes et de cas pratiques Programme 1 ère journée Introduction : la notion de délégation de service public et sa réalité contractuelle 1. La procédure de passation du contrat de délégation de service public - Les principes généraux - Le choix de la gestion déléguée - La publicité du projet - Le recueil des offres - La négociation - Le choix du délégataire 2 ème journée 2. le contenu du contrat de délégation de service public - le financement de la délégation - les relations avec les usagers - la modification du contrat de délégation - le contrôle de la délégation - la fin de la délégation Intervenant Avocat justifiant d une pratique habituelle de la conception et de la réalisation de délégations de service public

21 Secteur social et médico-social

22 - 22 -

23 Le secteur social et médico-social après la loi HPST Analyser la réforme du secteur social et médico-social ponctuée par la loi HPST pour en retirer des éléments utiles au diagnostic stratégique du devenir des activités 2 journées Objectif Connaître et interpréter les évolutions provoquées ou induites par la loi HPST pour alimenter une réflexion stratégique sur le devenir des activités sociales et médico-sociales ainsi que sur celui des organismes gestionnaires Public - Administrateurs d organisme gestionnaire - Directeurs généraux et cadres de siège social - Directeurs d ESSMS Approche pédagogique Présentation didactique d éléments théoriques sur le droit des institutions sociales et médicosociales, échanges avec les participants, analyse de situations concrètes Programme 1 ère journée Introduction : retour sur l histoire du secteur social et médico-social 1. Les Agences régionales de santé (ARS) - les missions et compétences - l organisation des Agences et de leurs instances - la politique de santé régionale : le projet régional de santé et ses composants - les territoires de santé - la planification - l autorisation : les appels à projet - le renforcement du contrôle et de l inspection - la contractualisation 2 ème journée 2. Les objectifs stratégiques de la politique publique actuelle - la rationalisation des ressources - les coopérations - le décloisonnement sanitaire / médico-social / professionnels de santé libéraux et la fluidification des parcours 3. Les enjeux stratégiques des organismes gestionnaires - les fondamentaux d une démarche de diagnostic stratégique appliquée au secteur social et médico-social - les enjeux : être, durer, se développer Intervenant Avocat justifiant d une connaissance approfondie du droit des institutions sociales et médicosociales

24 Les organismes gestionnaires, acteurs stratégiques de l action sociale et médico-sociale Décrypter les évolutions des politiques sociales et les principes de financement du secteur social et médico-social pour inspirer une stratégie de développement efficace 1 journée Objectif - Décrypter, derrière l apparente complexité les évolutions du droit des institutions sociales et médico-sociales, les enjeux et modalités d une préservation de la liberté stratégique des organismes gestionnaires - Connaître les principes dégagés par la jurisprudence des juridictions de la tarification sanitaire et sociale pour rechercher un financement optimal des activités - S approprier les fondamentaux d une démarche de diagnostic stratégique intégrant la dimension budgétaire Public - Présidents et administrateurs d organisme gestionnaire - Directeurs généraux d organisme gestionnaire Approche pédagogique Présentation didactique d éléments théoriques sur le droit des institutions sociales et médicosociales ainsi que sur la jurisprudence des juridictions de la tarification sanitaire et sociale, échanges avec les participants, analyse de situations concrètes Programme 1. Quelles contraintes pour quelle(s) stratégie(s)? - un renversement de paradigme dans les politiques publiques : du service public à la nouvelle gouvernance publique dans le champ social et médico-social - divers aspects de la nouvelle gouvernance publique des activités : planification, autorisation, contractualisation, contrôle, évaluation, coopération - enjeux, objectifs et modalités de la concentration du secteur promise par la puissance publique - des objectifs stratégiques : être, durer, se développer? 2. Servir une stratégie par l optimisation des ressources budgétaires? - principes du financement et de la tarification des ESSMS et des sièges sociaux - nature, portée et limites des dispositifs de rationalisation budgétaire (enveloppes limitatives, convergence budgétaire, tarifs plafonds) - pratique budgétaire et reconnaissance des besoins de financement (constitution du dossier budgétaire, participation à la procédure contradictoire, appréciation des enjeux d une contestation du tarif accordé) Intervenant Avocat justifiant d une connaissance approfondie du droit des institutions sociales et médicosociales

25 Les missions, prérogatives et responsabilités du directeur d ESSMS Alimenter une réflexion organisationnelle et opérationnelle sur la fonction de direction d ESSMS en allant au-delà des seules préoccupations de responsabilité 1 journée Objectif Situer la fonction de direction et ses enjeux par rapport à l organisation d un ESSMS mais aussi d un organisme gestionnaire, relier les questions de responsabilité à l exercice des prérogatives et missions de direction Public - Administrateurs d Association gestionnaire - Directeurs généraux et cadres de siège social - Directeurs d ESSMS - Cadres intermédiaires en ESSMS Approche pédagogique Présentations théoriques et pratiques, présentation de cas de jurisprudence Programme Introduction : la fonction de direction, une fonction en évolution, de plus en plus complexe, à redéfinir dans le contexte actuel 1. Les missions du directeur - une définition fonctionnelle - une définition juridique 2. Les prérogatives du directeur - définir les prérogatives - exercer les prérogatives. les délégations (document unique de délégation, délégation de pouvoir, autres délégations). une prérogative spécifique : prononcer l admission et la sortie 3. Les responsabilités du directeur - L absence de responsabilité civile délictuelle - La responsabilité pénale - La responsabilité disciplinaire Intervenant Avocat justifiant d une connaissance approfondie du droit des institutions sociales et médico-sociales

26 Quelle place pour les ESAT dans le dispositif médico-social institutionnel? Situer l évolution des missions et du financement des ESAT dans le contexte des politiques sociales françaises et européennes 1 journée Objectif Sensibiliser les acteurs du travail protégé à l'évolution des missions et du financement des ESAT Public - Administrateurs d organisme gestionnaire - Directeurs généraux - Responsables de pôle «travail protégé» - Directeurs d ESAT Approche pédagogique Présentations théoriques, échanges, témoignages et retours d expérience stagiaires-animateur Programme Introduction Interrogation sur un changement d acronyme : de quoi les ESAT sont-ils le nom? (de l article 30 de la loi «sociale» du 30 juin 1975 à l article 39 de la loi du 11 février 2005) 1. Les facteurs d'évolution des missions et du financement des ESAT - Une confirmation de la nature médico-sociale des interventions en ESAT - Les impacts de la nouvelle gouvernance publique - Le respect des droits fondamentaux des travailleurs handicapés - La notion de compensation - La tarification des ESAT après la loi de finances pour L'ESAT, possible version française des Sheltered occupational services européens? 2. Les symptômes de l'évolution des ESAT - Le statut de travailleur handicapé - Le régime d emploi du travailleur handicapé - l ESAT et les outils de transition vers le milieu ordinaire de travail - l absence de prise en compte, par la puissance publique, de la réalité des besoins des publics accueillis - l absence de stratégie des pouvoirs publics à l égard des personnes handicapées vieillissantes - des ambiguïtés liées seulement à la nature duelle du travail protégé? 3. Quelques pistes d actions pour une reconnaissance / un renouveau du travail protégé - Identifier et faire reconnaître les besoins des travailleurs handicapés d ESAT - Restaurer la légitimité d une articulation entre activité à caractère professionnel et intervention médico-sociale en ESAT - Transcender les séparations catégorielles «traditionnelles» du travail et de l occupationnel, du travail et de la médicalisation, du travail et de la vie extra-professionnelle, du travail et du vieillissement - S engager en prenant des initiatives dans les ordres technique et politique Intervenant Avocat justifiant d une connaissance approfondie du droit des institutions sociales et médico-sociales

27 Droit et pratique budgétaires des établissements et services sociaux et médico-sociaux (ESSMS) : concevoir, présenter et défendre des propositions budgétaires Connaître les règles du droit budgétaire des ESSMS pour présenter des propositions budgétaires justifiées, prendre part efficacement à la procédure contradictoire et se préparer à une contestation précontentieuse et contentieuse de l arrêté de tarification 1 journée Objectifs - Connaître les règles du droit budgétaire pour pouvoir présenter, avec les justifications nécessaires, des propositions budgétaires initiales argumentées et objectivées - Connaître les prescriptions et les exigences de la procédure budgétaire pour pouvoir prendre part à la procédure contradictoire de manière efficace - Savoir donner suite à la notification de l'arrêté de tarification pour prendre une décision sur la perspective d'une contestation précontentieuse voire contentieuse Public - Directeurs généraux et cadres de siège social (juridique, financier) - Directeurs d ESSMS - Collaborateurs des services comptables et financiers du siège social et des ESSMS Approche pédagogique Présentation du droit budgétaire et de la jurisprudence des juridictions de la tarification, rédaction d une trame de rapport budgétaire Programme Introduction : les enjeux d'une maîtrise du processus budgétaire 1. Le droit budgétaire - les règles de compétence en matière de tarification et de financement - l objet du financement : les charges de l'activité normale exercée en fonction de la mission - les principes, effets et limites des mécanismes de rationalisation budgétaire - le périmètre budgétaire - l office du tarificateur : les abattements et leur motivation - le régime et les enjeux de la procédure budgétaire 2. La pratique du droit budgétaire - les enjeux stratégiques de la conception budgétaire pour un ESSMS - la structure du budget - la composition du dossier budgétaire - la justification des prévisions de charges - la justification de la section d investissement - comment éviter l écueil de la convergence budgétaire grâce au projet d établissement - la formalisation de la transmission des propositions budgétaires initiales - le contenu et la portée juridique du rapport d orientation budgétaire (ROB) - les enjeux et modalités de réponse aux lettres de l autorité de tarification dans le cadre de la procédure contradictoire - la surveillance de la réception de l'arrêté de tarification, point de départ du délai de recours

28 3. Le traitement de l arrêté de tarification - l évaluation des enjeux financiers d une contestation - l évaluation des autres enjeux stratégiques d une contestation - les critères de choix de la forme de la contestation : gracieuse et/ou contentieuse - la définition de l objectif poursuivi par le contentieux : négociation, annulation, réformation Intervenant Avocat justifiant d une connaissance approfondie du droit budgétaire et du droit du contentieux de la tarification

29 Droit et pratique budgétaires des établissements et services sociaux et médico-sociaux (ESSMS) : le rôle du siège social Attention : cette formation-action est proposée en INTRA exclusivement Concevoir et mettre en œuvre, au niveau du siège social de l organisme gestionnaire, un processus dynamique de soutien et d assistance des ESSMS s agissant de leur participation aux campagnes budgétaires 2 journées Objectifs Acquérir les compétences juridiques et méthodologiques utiles à : - repérer les points de sensibilité du processus budgétaire actuellement mis en œuvre par les ESSMS et le siège social ; - identifier la valeur ajoutée que peut apporter une assistance et un soutien des ESSMS par les services du siège social, dans une démarche de sécurisation et de simplification ; - décrire le «macro-processus» dans son ensemble (ESSMS + siège social) ; - traiter avec une attention particulière les articulations du «macro-processus» entre ESSMS et siège social ; - élaborer et utiliser des outils d évaluation de l efficacité du processus ; - susciter l adhésion des acteurs des ESSMS à la démarche. Public - Directeurs généraux - Responsables juridiques et financiers de siège social - Directeurs d ESSMS - Collaborateurs des services comptables et financiers du siège social et des ESSMS Approche pédagogique Approche pratique, interactive et participative (sous la forme d un groupe de travail) : - description de processus ; - formalisation d une procédure, de modes opératoires et de formulaires ; - définition d indicateurs de suivi ; - analyse de risques appliquée à des processus ; adaptée aux règles de gestion documentaire en vigueur dans l organisme. Programme 1ère journée Dans le respect de l organisation de la documentation de travail en vigueur dans l organisation, définir un processus budgétaire global au niveau de l organisme gestionnaire, en articulation avec l action conduite par les ESSMS dans les campagnes budgétaires : - description des pratiques existantes des ESSMS - description des pratiques existantes du siège social - analyse des risques liés aux pratiques actuelles - identification d objectifs d amélioration des pratiques actuelles - formulation et formalisation d un processus amélioré - identification d indicateurs d évaluation de l efficacité du processus

30 2ème journée - compléter la nouvelle procédure avec les modes opératoires et formulaires utiles - simuler la mise en œuvre et l évaluation de la nouvelle procédure par des mises en situation - définir les actions propres à susciter un partage efficace avec les ESSMS sur la mise en œuvre de la nouvelle procédure (information, formation, pilotage partagé) Intervenant Avocat justifiant d une connaissance approfondie du droit budgétaire et du droit du contentieux de la tarification, de l animation de groupes de travail et de la démarche qualité

31 Aspects juridiques et pratiques du signalement de la maltraitance dans un établissement ou service social ou médico-social (ESSMS) S approprier les règles juridiques applicables aux situations de maltraitance pour concevoir et mettre en œuvre un processus interne à la fois conforme et efficace 1 journée Objectif Connaître les aspects juridiques et pratiques du signalement des actes de maltraitance dans un contexte institutionnel, être en mesure de mettre en pratique ces connaissances à travers la construction, la pratique et le partage d un outil formalisé de signalement Public - Administrateurs d organisme gestionnaire - Directeurs généraux et responsables juridiques de siège social - Directeurs et cadres d ESSMS - Professionnels de l'équipe pluridisciplinaire d'essms - Fonctionnaires et agents des Administrations de contrôle (Agence régionale de santé, Conseil général) - Administrateurs provisoires - Evaluateurs externes - Responsables et membres d associations de défense des droits des personnes Approche pédagogique - Présentations théoriques et pratiques, échanges avec les participants, animation d un atelier Programme Introduction : de l approche institutionnelle de 1975 à celle des droits de l'usager de 2002, la distinction entre maltraitance et de bientraitance 1. Les enjeux du signalement des actes de maltraitance - l obligation de signaler : les sources juridiques de l obligation, la portée concrète de l obligation - la sanction de l obligation de signaler : les sanctions pénales, professionnelles et administratives 2. Les enjeux d un processus de signalement formalisé - les enjeux éthiques - l enjeu de sécurisation juridique - les enjeux d efficacité 3. Signalement des actes de maltraitance & recommandations de bonnes pratiques Le rôle de la direction, de l encadrement et des professionnels de l équipe pluridisciplinaire 4. Mise en pratique Animation d un groupe de travail ayant pour objectif la formalisation d une procédure : aspects méthodologiques, contenu technique, enjeux et outils d appropriation Intervenant Avocat justifiant d une connaissance approfondie du droit des institutions sociales et médico-sociales, de l animation de groupes de travail et de la démarche qualité

Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service»

Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service» Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service» DANS LE RESPECT DU PROJET ET DU FONCTIONNEMENT DE LA PERSONNE MORALE, EN CONFORMITE AVEC LA LEGISLATION

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ;

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ; Livre III Action sociale et médico-sociale mise en œuvre par des établissements et des services Titre Ier : Établissements et services soumis à autorisation Chapitre Ier : Dispositions générales Section

Plus en détail

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007 DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES Gildas Rostain September 2007 INTRODUCTION Le rôle de l expert Les différentes missions d expertise La définition de l expertise judiciaire

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010 Référentiel métier de Directeur(trice) des soins Ce référentiel intègre à la fois le métier Directeur(trice) des soins en établissement et celui de Directeur(trice) des soins en institut de formation paramédicale.

Plus en détail

MAîTRISER SES RISQUES ET RESPONSABILITés

MAîTRISER SES RISQUES ET RESPONSABILITés MAîTRISER SES RISQUES ET RESPONSABILITés en travail social La prise en charge des publics vulnérables par les professionnels des établissements ou services sociaux et médico-sociaux est une mission qui

Plus en détail

ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL

ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL EXPERIENCES PROFESSIONNELLES Détail des expériences Responsable qualité association secteur SMS : - Conception, mise en œuvre, animation et

Plus en détail

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier SANTE Diagnostic financier et aide à l élaboration d un plan de redressement Comment s approprier la démarche de diagnostic? Les enjeux Depuis la mise en place de la T2A, les établissements de santé sont

Plus en détail

URBANITES! Lausanne, 16 février 2015!

URBANITES! Lausanne, 16 février 2015! URBANITES Lausanne, 16 février 2015 Urbanistes dans la ville : enjeux de la formation savoirs, savoir-faire, savoir dire Antonio Da Cunha Professeur ordinaire Institut de géographie et durabilité Faculté

Plus en détail

Les responsabilités à l hôpital

Les responsabilités à l hôpital Les responsabilités à l hôpital Pour aller à l essentiel Dans leurs activités de prévention de diagnostic et de soins, les établissements publics de santé et les personnels qui y exercent relèvent principalement

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

Appel à propositions

Appel à propositions Appel à propositions Dispositif de professionnalisation des acteurs de l accueil, l information, l orientation, l emploi, la formation professionnelle initiale (par la voie de l apprentissage) et la formation

Plus en détail

Mention «Mandataire Judiciaire à la protection des majeurs»

Mention «Mandataire Judiciaire à la protection des majeurs» Certificat National de Compétence Mandataires Judiciaires à la Protection des Majeurs Mention «Mandataire Judiciaire à la protection des majeurs» Cette formation complémentaire est visée par la loi n 2007-308

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION 1 Document Unique de Délégation Un document qui permet de définir les responsabilités : civiles - pénales Des dirigeants pleinement conscients de leur périmètre de responsabilité,

Plus en détail

Fonctionnement du secteur médico-social. Gouvernance associative

Fonctionnement du secteur médico-social. Gouvernance associative Fonctionnement du secteur médico-social DA1 S adapter aux mutations du secteur médico-social 50 DA2 Mieux comprendre les enjeux de la tarification des établissements et services 50 Gouvernance associative

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

Organisme de formation : n 11 92 19791 92. Déclaration d activité enregistrée auprès du Préfet de région Ile de France

Organisme de formation : n 11 92 19791 92. Déclaration d activité enregistrée auprès du Préfet de région Ile de France ASCORA RISQUES MANAGEMENT CONSEIL AUDIT FORMATION 2015 Une démarche unique, globale et intégrée de management des risques créatrice de valeur Des prestations essentiellement effectuées au sein de votre

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR DIRECTION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR «Services et prestations des secteurs sanitaire et social» Septembre 2007 Arrêté portant définition et fixant les conditions

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SOLIDARITÉS

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SOLIDARITÉS MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE SOLIDARITÉS PROFESSIONS SOCIALES Arrêté du 18 mai 2009 relatif au diplôme d Etat d éducateur technique spécialisé

Plus en détail

Responsable d agence

Responsable d agence Responsable d agence La filière certifications de l afpols l école L afpols conçoit et met en œuvre depuis plus de 20 ans des cycles de formations qualifiantes pour répondre aux besoins de professionnaliser

Plus en détail

Une passerelle pour votre avenir

Une passerelle pour votre avenir Une passerelle pour votre avenir Livret d accueil Jeunes de 14 à 20 ans Plusieurs structures pour des parcours individualisés Des équipes pluridisciplinaires pour un service de qualité Enfance et Adolescence

Plus en détail

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter Formation Gestion des Ressources Humaines M2S formation Découvrir les techniques de base pour recruter Décrire les fonctions et les emplois Définir un dispositif de formation Formation de tuteur La Gestion

Plus en détail

Mise en œuvre de la responsabilité du maire

Mise en œuvre de la responsabilité du maire Mise en œuvre de la responsabilité du maire Les conditions d engagement de la responsabilité du maire relèvent du droit commun de l engagement de la responsabilité des personnes publiques. A ce titre,

Plus en détail

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996.

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Choix de vie Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son

Plus en détail

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine La plateforme de propositions de la FNASEPH Le Grenelle de la formation et de l accès à la vie sociale des Jeunes Handicapés Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine De la scolarisation aux

Plus en détail

Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux

Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux Etablissement public sous la tutelle du Ministère chargé de la santé Les recours possibles pour les patients OBTENIR DES EXPLICATIONS Si un patient

Plus en détail

Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux

Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux Etablissement public sous la tutelle du Ministère chargé de la santé Lorsqu il estime avoir été victime, de la part d un établissement ou d un

Plus en détail

GMS-Santé 2008 La Responsabilité du médecin du travail

GMS-Santé 2008 La Responsabilité du médecin du travail 1 La responsabilité du médecin du travail Les conséquences juridiques d un statut particulier 2 Intervenante Jocelyne CAYRON Docteur en Droit Maitre de Conférence en Droit Privé Responsable de Master Professionnel

Plus en détail

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS CLAP SUD-OUEST/VA

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS CLAP SUD-OUEST/VA LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS RESPONSABILITE PEDAGOGIQUE JURIDIQUE MORALE CIVILE PENALE ETHIQUE TRIBUNAUX TRIBUNAUX MORALE CIVILS REPRESSIFS - Conscience du devoir - Instance - Police - Grande Instance

Plus en détail

PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE

PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE École nationale supérieure d architecture Montpellier PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE

Plus en détail

Avis. Appel à projet Création de 35 places de Foyer occupationnel pour Adultes Handicapés Vieillissants (FO)

Avis. Appel à projet Création de 35 places de Foyer occupationnel pour Adultes Handicapés Vieillissants (FO) Avis Appel à projet Création de 35 places de Foyer occupationnel pour Adultes Handicapés Vieillissants (FO) 1- Objet de l appel à projet : APPEL A PROJET CRÉATION DE 35 PLACES DE FO Dans le cadre de la

Plus en détail

La responsabilité des directeurs d unité

La responsabilité des directeurs d unité 9 mai 2012 - Journée des administrateurs et responsables des laboratoires de l INSIS La responsabilité des directeurs d unité Direction des affaires juridiques CNRS/DAJ/MF l 9 mai 2012 Journée INSIS P.

Plus en détail

PROFIL DES COMPÉTENCES AGENT EN ASSURANCE DE DOMMAGES COURTIER EN ASSURANCE DE DOMMAGES EXPERTS EN SINISTRE GESTIONNAIRE

PROFIL DES COMPÉTENCES AGENT EN ASSURANCE DE DOMMAGES COURTIER EN ASSURANCE DE DOMMAGES EXPERTS EN SINISTRE GESTIONNAIRE PROFIL DES COMPÉTENCES AGENT EN ASSURANCE DE DOMMAGES COURTIER EN ASSURANCE DE DOMMAGES EXPERTS EN SINISTRE GESTIONNAIRE Juillet 2010 ADMINISTRATION... 4 MANAGEMENT... 4 Initiation à l organisation...

Plus en détail

Examen de fin de stage judiciaire Programme de révision

Examen de fin de stage judiciaire Programme de révision Examen de fin de stage judiciaire Programme de révision Le présent document est établi sur base de l article 17, paragraphe 1 er, alinéa 2 du règlement grand-ducal du 10 juin 2009 portant organisation

Plus en détail

DIRECTION GENERALE - SIEGE SOCIAL DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

DIRECTION GENERALE - SIEGE SOCIAL DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION DIRECTION GENERALE - SIEGE SOCIAL DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION DOCUMENT UNIQUE PRECISANT LES DEFINITIONS DE FONCTION ET LA DELEGATION DE POUVOIRS DU DIRECTEUR GENERAL DE L'association. NOM : Prénom :

Plus en détail

La présente note vise à expliciter de façon synthétique le contexte de lancement et le contenu du Projet ITEP coordonné et piloté par la CNSA.

La présente note vise à expliciter de façon synthétique le contexte de lancement et le contenu du Projet ITEP coordonné et piloté par la CNSA. Projet ITEP La présente note vise à expliciter de façon synthétique le contexte de lancement et le contenu du Projet ITEP coordonné et piloté par la CNSA. I. LE CADRE JURIDIQUE Les Instituts Thérapeutiques,

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale

Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale Master Management public Spécialité : GESTION DES ETABLISSEMENTS SANITAIRES ET SOCIAUX www.managementpublic.univ-cezanne.fr Aix-en-Provence : 21,

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

Les Groupements de coopération

Les Groupements de coopération Les Groupements de coopération Intégrer les salariés dans la mise en œuvre des restructurations Une nécessité pour la CFDT Santé Sociaux MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Audition du 7 septembre

Plus en détail

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités Continuité d activité Enjeux juridiques et responsabilités Introduction Pourquoi le droit? - Contrainte - Outil de gestion Droit et management de la continuité d activité : 3 niveaux d intervention Dans

Plus en détail

Dernière mise à jour le 11/09/15 1

Dernière mise à jour le 11/09/15 1 Libellé de l UE Libellé de l EC CM Résumés Intervenants SEMESTRE 3 UE 1 : Les politiques publiques sociales (6c) Politiques sociales (3c) Evaluation des politiques publiques des secteurs 18 h Par ce cours,

Plus en détail

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux Des difficultés à investir le champ des conditions de travail L évolution du monde du travail montre la prégnance des conditions et de l organisation du travail dans le de nouveaux risques. Ces questions

Plus en détail

Atelier A12. Gestion du contentieux de sinistre Quelles parties prenantes?

Atelier A12. Gestion du contentieux de sinistre Quelles parties prenantes? Atelier A12 Gestion du contentieux de sinistre Quelles parties prenantes? Intervenants Stefano TASSO Directeur département Sinistres stefano.tasso@fmglobal.com André LAVALLEE Directeur Technique et Sinistres

Plus en détail

2 avenue des Améthystes BP 13813 44 338 Nantes Cedex 3

2 avenue des Améthystes BP 13813 44 338 Nantes Cedex 3 Thèmes de Formation 2 avenue des Améthystes BP 13813 44 338 Nantes Cedex 3 Tél. / Fax direct J.P. André. 02.51.83.19.50 Portable 06.98.15.98.22 E MAIL : futuris@wanadoo.fr Sarl au capital de 15 245 euros

Plus en détail

Le fonctionnement du CHSCT

Le fonctionnement du CHSCT Le fonctionnement du CHSCT La personnalité civile du CHSCT La qualité à agir du CHSCT La capacité d ester en justice La prise en charge des frais de justice La capacité d acquérir et de contracter La responsabilité

Plus en détail

EXTRAIT du PROJET PEDAGOGIQUE de l IRFFE

EXTRAIT du PROJET PEDAGOGIQUE de l IRFFE EXTRAIT du PROJET PEDAGOGIQUE de l IRFFE Propre à la préparation du CAFDES, et détaillant notamment les moyens pédagogiques choisis par l établissement pour la mise en œuvre de la formation. Le CAFDES

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés IEN/CTR ASH 2011-2012 Comportements inappropriés / Troubles de la conduite et du comportement

Plus en détail

«CONTRAT DE SEJOUR» Maison d'enfants Clair Logis 5, square Lamarck 75018 Paris. Tel : 01 53 41 82 50 Fax : 01 42 54 82 04. http://www.clair-logis.

«CONTRAT DE SEJOUR» Maison d'enfants Clair Logis 5, square Lamarck 75018 Paris. Tel : 01 53 41 82 50 Fax : 01 42 54 82 04. http://www.clair-logis. «CONTRAT DE SEJOUR» Maison d'enfants Clair Logis 5, square Lamarck 75018 Paris Tel : 01 53 41 82 50 Fax : 01 42 54 82 04 http://www.clair-logis.org/ 1 CONTRAT DE SEJOUR L établissement «Maison d Enfants

Plus en détail

SCIENCES DE L ÉDUCATION

SCIENCES DE L ÉDUCATION UniDistance 1 Centre d Etudes Suisse Romande Formation universitaire SCIENCES DE L ÉDUCATION En collaboration avec L Université de Bourgogne à Dijon Centre de Formation Ouverte et A Distance CFOAD UniDistance

Plus en détail

L existence de la société commerciale

L existence de la société commerciale TABLE DES MATIÈRES Liste des principales abréviations 5 Introduction 9 Section I Classification des sociétés commerciales 11 1. Grandes catégories 11 A) Sociétés commerciales par la forme ou par l objet

Plus en détail

Nous constatons de nos jours

Nous constatons de nos jours LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS DE SOCIETES par Me Jean Brucher Nous constatons de nos jours que l internationalisation et la globalisation des problèmes relatifs à l activité des entreprises ainsi que

Plus en détail

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 RESPONSABLE DE RESSOURCES HUMAINES Code : GRH01 Responsable de ressources humaines FPEGRH01 Il définit et met en œuvre la politique de ressources

Plus en détail

Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE)

Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) Point réglementation N 1 Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) (anciennement TOS, exerçant dans les lycées et collèges) Mis à jour en septembre

Plus en détail

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France DIRECTION GÉNÉRALE DES RESSOURCES HUMAINES PARIS, LE 25 JANVIER 2010 DIRECTION DES RELATIONS SOCIALES Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France Dans le cadre de sa responsabilité

Plus en détail

Savoirs associés DROIT

Savoirs associés DROIT REFERENTIEL DE CERTIFICATION Savoirs associés DROIT Dans la section de technicien supérieur des professions immobilières, la finalité de l'enseignement du droit est double : culturelle et professionnelle.

Plus en détail

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V.

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V. Siège social : 9 bis, rue Armand Chabrier 47400 TONNEINS Tél. : 05.53.64.61.57 Fax : 05.53.64.63.12 e-mail : adestonneins@yahoo.fr Site : www.adesformations.fr Antenne de Bazas 7 chemin Larriou 33430 BAZAS

Plus en détail

SUPPLEMENT AU DIPLÔME

SUPPLEMENT AU DIPLÔME SUPPLEMENT AU DIPLÔME Le présent supplément au diplôme (annexe descriptive) suit le modèle élaboré par la Commission européenne, le Conseil de l'europe et l'unesco/cepes. Le supplément vise à fournir des

Plus en détail

Responsabilité professionnelle des Infirmiers

Responsabilité professionnelle des Infirmiers Responsabilité professionnelle des Infirmiers Diplômés s d Etatd Direction des Affaires Juridiques et des Droits du Patient Bureau de la Responsabilité Médicale et du Contentieux des Personnels Emily THIBAULT

Plus en détail

R E C R U T E M E N T S D E M A G I S T R A T S C O N C O U R S C O M P L E M E N T A I R E S 2 0 1 4

R E C R U T E M E N T S D E M A G I S T R A T S C O N C O U R S C O M P L E M E N T A I R E S 2 0 1 4 LES TEXTES Ordonnance n 58-1270 du 22 décembre 1958 modifiée portant loi organique relative au statut de la magistrature. Décret n 2001-1099 du 22 novembre 2001 relatif aux modalités du recrutement de

Plus en détail

GIP Ecole Supérieure Montsouris

GIP Ecole Supérieure Montsouris > - ouverture et excellence GIP Ecole Supérieure Montsouris En 1988, la faculté de médecine de Créteil crée la première Maîtrise Sciences et Techniques (MST) Santé Mentale - Editorial - GIP Ecole Supérieure

Plus en détail

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES Il décline les activités/compétences qui peuvent être partagées par d autres métiers et d autres familles

Plus en détail

La responsabilité civile et pénale. Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman

La responsabilité civile et pénale. Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman La responsabilité civile et pénale Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman La responsabilité civile est la conséquence, soit de l'inexécution d'un contrat, soit d'un acte volontaire ou

Plus en détail

Charte d'hébergement des sites Web sur le serveur de la Mission TICE de l'académie de Besançon

Charte d'hébergement des sites Web sur le serveur de la Mission TICE de l'académie de Besançon Charte d'hébergement des sites Web sur le serveur de la Mission TICE de l'académie de Besançon La présente charte a pour but : de définir les termes relatifs à la diffusion d informations sur l internet

Plus en détail

XXIIIème congrès de l AFICV Nice Acropolis 23-24 juin 2013 Eléments juridiques : check-list, DPC, ordre infirmier. Didier CHARLES

XXIIIème congrès de l AFICV Nice Acropolis 23-24 juin 2013 Eléments juridiques : check-list, DPC, ordre infirmier. Didier CHARLES XXIIIème congrès de l AFICV Nice Acropolis 23-24 juin 2013 Eléments juridiques : check-list, DPC, ordre infirmier Didier CHARLES Votre intervenant Didier CHARLES Juriste de la aux sinistres Hauts Enjeux

Plus en détail

PRESENTATION DE LA MDPH

PRESENTATION DE LA MDPH PRESENTATION DE LA MDPH 1) LA LOI HANDICAP DU 11/02/2005 La loi handicap de 2005 (la précédente remonte à 1975) a révolutionné tant les institutions dans leur fonctionnement, que l accueil des élèves dans

Plus en détail

La Protection des majeurs

La Protection des majeurs La Protection des majeurs Les mesures de protection juridique des majeurs Les mesures de protection juridique des majeurs sont définies dans le cadre de la loi du 5/03/2007 portant réforme de la protection

Plus en détail

Initiation à la pratique de la comptabilité

Initiation à la pratique de la comptabilité 19 INTER CG1 INTRA Initiation à la pratique de la comptabilité Intervenante : Dominique BELLEMIN NOEL, Responsable de missions, ou Bernadette COLLAIN, Expert-comptable, Cabinet Léo JEGARD ET ASSOCIES -

Plus en détail

FINANCES VOS CONTACTS : Sylviane BOUGEROLLE Assistante de formation sylviane.bougerolle@cnfpt.fr

FINANCES VOS CONTACTS : Sylviane BOUGEROLLE Assistante de formation sylviane.bougerolle@cnfpt.fr FINANCES VOS CONTACTS : Nadège WADOUX Conseillère Formation Domaines Affaires juridiques, Finances et Europe nadege.wadoux@cnfpt.fr Sylviane BOUGEROLLE Assistante de formation sylviane.bougerolle@cnfpt.fr

Plus en détail

le guide de l adoption

le guide de l adoption développe les solidarités www.gard.fr le guide de l adoption Sommaire LA PROCéDURE D AGRéMENT 4 La demande d agrément 4 La réunion d information 4 La confirmation avec renvoi du questionnaire 5 Les investigations

Plus en détail

ÊTRE MANAGER D UNE ÉQUIPE OPÉRATIONNELLE

ÊTRE MANAGER D UNE ÉQUIPE OPÉRATIONNELLE ÊTRE MANAGER D UNE ÉQUIPE OPÉRATIONNELLE DANS LE SECTEUR SANITAIRE OU MÉDICO-SOCIAL Formation permettant l obtention d un certificat professionnel CPFFP SPÉCIALISATION EN MANAGEMENT D ÉQUIPE OPÉRATIONNELLE

Plus en détail

) Découvrez les métiers de la Justice. Informez-vous sur www.justice.gouv.fr

) Découvrez les métiers de la Justice. Informez-vous sur www.justice.gouv.fr ) Découvrez les métiers de la Justice Informez-vous sur www.justice.gouv.fr PENITENTIAIRE Sommaire SOMMAIRE Magistrat............................................................. p. 4, 5 Greffier en chef......................................................

Plus en détail

Introduction au droit La responsabilité professionnelle

Introduction au droit La responsabilité professionnelle Introduction au droit La responsabilité professionnelle I. Introduction au droit 2 ordres de juridiction : Judiciaire : o Juridiction civiles : conflit entre particulier Tribunal de gde instance : litige

Plus en détail

Proposition de formation

Proposition de formation Proposition de formation Programme selon Arrêté du 27 septembre 2012 fixant la composition du jury et les modalités d'organisation des concours externe et interne permettant l'accès au premier grade du

Plus en détail

CATALOGUE FORMATION LA FRANCHISE. L Académie de la Franchise L ACADEMIE DE. Le socle de vos savoir-faire, le tremplin de votre succès

CATALOGUE FORMATION LA FRANCHISE. L Académie de la Franchise L ACADEMIE DE. Le socle de vos savoir-faire, le tremplin de votre succès CATALOGUE FORMATION L Académie de la Franchise Le socle de vos savoir-faire, le tremplin de votre succès L Académie de la Franchise L ACADEM LA FRANC L Acad de la F UTURS FRANCHIS FUTURS FRANCHISÉS DEVENIR

Plus en détail

LE référentiel des métiers

LE référentiel des métiers LE référentiel des métiers 2 Le référentiel des métiers de Pôle emploi FILIÈRE RELATION DE SERVICES Métiers MISSIONS ACTIVITÉS COMPÉTENCES Le référentiel des métiers de Pôle emploi 3 4 Le référentiel des

Plus en détail

Charte d éthique de la vidéosurveillance

Charte d éthique de la vidéosurveillance Charte d éthique de la vidéosurveillance Préambule - La vidéosurveillance est un outil au service de la politique de sécurité et de prévention de la Ville de Lyon dans le cadre du contrat local de sécurité.

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie Une formation approfondie à la réflexion éthique appliquée aux secteurs du soin et de la santé En formation continue,

Plus en détail

- DOSSIER DE PRESSE -

- DOSSIER DE PRESSE - - DOSSIER DE PRESSE - Journée nationale du Travail d'intérêt Général en Saône-et-Loire 27 novembre 2013 à 9h30 Les partenaires institutionnels du Ministère de la Justice organisent 27 novembre 2013 la

Plus en détail

CONCOURS DE REDACTEUR TERRITORIAL PRINCIPAL DE 2 ème CLASSE

CONCOURS DE REDACTEUR TERRITORIAL PRINCIPAL DE 2 ème CLASSE Filière administrative CONCOURS DE REDACTEUR TERRITORIAL PRINCIPAL DE 2 ème CLASSE NOTE INDICATIVE DE CADRAGE Cette note contient des informations indicatives visant à aider le candidat à se préparer au

Plus en détail

La délégation de pouvoirs

La délégation de pouvoirs La délégation de pouvoirs DELEGATIONS DE POUVOIR Secteur Pharmaceutique Paris, 27 septembre 2006 Introduction: définition, contexte et rappel des principes généraux Délégation de pouvoirs et notions voisines

Plus en détail

Formation Continue 2014

Formation Continue 2014 Formation Continue 2014 Union Régionale Interfédérale des Organismes Privés non lucratifs Sanitaires et Sociaux Management RH Comptabilité Gestion Tarification Vie & Pilotage des établissements & Services

Plus en détail

Données juridiques : gestion du risque

Données juridiques : gestion du risque Chrystelle Boileau Les facteurs de risques relatifs à l accompagnement de nuit à domicile sont de plusieurs ordres : - Risques routiers, du fait des déplacements véhiculés des professionnels ; - Risques

Plus en détail

Organisation des enseignements au semestre 7

Organisation des enseignements au semestre 7 Organisation des enseignements au semestre 7 UE1 : Pratiques pédagogiques différenciées et adaptées aux besoins éducatifs particuliers (responsable : J. Divry) Transmettre des connaissances et des références

Plus en détail

PIBA. Projets et Ingénierie du Bâtiment & Aménagement

PIBA. Projets et Ingénierie du Bâtiment & Aménagement PIBA Projets et Ingénierie du Bâtiment & Aménagement 14 12 28 10 PIBA offre une gamme cohérente de savoirs faire en assistance à Maîtrise d Ouvrage, en Maîtrise d Ouvrage Déléguée ainsi qu en Pilotage

Plus en détail

PROGRAMME PEDAGOGIQUE DE LA FORMATION GERER LES RISQUES DU PERMIS DE CONDUIRE AU SEIN DE L ENTREPRISE

PROGRAMME PEDAGOGIQUE DE LA FORMATION GERER LES RISQUES DU PERMIS DE CONDUIRE AU SEIN DE L ENTREPRISE 15, rue du Puits Mauger 35000 RENNES Tél : 02 99 78 30 80 Fax : 02 22 44 18 30 contact@pellen-avocat-rennes.fr 18, place de la gare 35 000 RENNES Tél : 02 99 69 39 78 Fax : 02.22.44.90.45 contact@larabakhosavocat-rennes.com

Plus en détail

Charte d'hébergement des sites Web

Charte d'hébergement des sites Web Page 1 Charte d'hébergement des sites Web mise à jour : 12/2006 Définitions Serveur Ensemble des matériels destinés à héberger un ou plusieurs sites. Site Ensemble d informations (intégrant documents,

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

BTS Management des Unités Commerciales (niveau III)

BTS Management des Unités Commerciales (niveau III) BTS Management des Unités Commerciales (niveau III) Objectifs de l action de formation Acquérir les compétences professionnelles suivantes: Management de l'unité commerciale : Management de l'équipe commerciale

Plus en détail

Téléphone : 0467 29 0467 Fax : 0467 29 0468 et 0467 29 0491 www.actif-online.com E-Mail : info@actif-online.com comptabilite@actif-online.

Téléphone : 0467 29 0467 Fax : 0467 29 0468 et 0467 29 0491 www.actif-online.com E-Mail : info@actif-online.com comptabilite@actif-online. BON DE COMMANDE INTERNET Tarifs 2015 à retourner à : Actif 259, Avenue de Melgueil BP 3 34280 LA-GRANDE-MOTTE Téléphone : 0467 29 0467 Fax : 0467 29 0468 et 0467 29 0491 www.actif-online.com E-Mail : info@actif-online.com

Plus en détail

NOTE SUR LES SUBVENTIONS. - Récapitulatif des obligations des associations subventionnées

NOTE SUR LES SUBVENTIONS. - Récapitulatif des obligations des associations subventionnées NOTE SUR LES SUBVENTIONS - Récapitulatif des obligations des associations subventionnées - Les produits de la tarification ne sont pas des subventions A. Récapitulatif des obligations des associations

Plus en détail

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * République Algérienne Démocratique et Populaire * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * Présidence de le république * * * * * * * * * * * * * Direction Générale de la Fonction Publique

Plus en détail

La prise illégale d intérêts

La prise illégale d intérêts La prise illégale d intérêts Valeurs sociales protégées : Il s agit simplement de préserver, d une part, la probité dans la gestion des affaires publiques en respectant le vieil adage " nul ne peut servir

Plus en détail

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 1 Les partis pris méthodologiques Privilégier la participation active pour une co-production Sont privilégiées les approches et méthodologies

Plus en détail

La délégation de pouvoirs

La délégation de pouvoirs La délégation de pouvoirs, est un acte juridique par lequel une personne/autorité (le délégant) se dessaisit d'une fraction des pouvoirs qui lui sont conférés et les transfère à une personne/autorité subordonnée

Plus en détail

L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 14 décembre 1996 1995 ;

L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 14 décembre 1996 1995 ; Loi n 96-022/ Régissant la mutualité en République du Mali. L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 14 décembre 1996 1995 ; Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur

Plus en détail