La dimension sociale de l alignement stratégique des ERP : définition et proposition de mesures

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La dimension sociale de l alignement stratégique des ERP : définition et proposition de mesures"

Transcription

1 La dimension sociale de l alignement stratégique des ERP : définition et proposition de mesures Résumé Les recherches empiriques sur l alignement stratégique des TI/SI ne cessent de se développer. Toutefois, une analyse de la littérature sur ce sujet permet de constater que peu d indicateurs sont développés pour mesurer la dimension sociale de l alignement. D après plusieurs recherches, cette dimension constitue le principal facteur de l alignement. Ce papier tente de définir et de proposer des mesures pour la dimension sociale de l alignement stratégique des ERP, des progiciels qui touchent le métier des entreprises. Des indicateurs de mesures sont dégagés à partir d une revue de la littérature. Les énoncés de ces indicateurs sont améliorés suite à une étude de cas multiples au sein de cinq entreprises tunisiennes adoptant des ERP. Les résultats de cette étude permettent aussi de proposer d autres indicateurs pouvant servir à mesurer la dimension sociale de l alignement stratégique des ERP. Mots clefs : ERP, alignement stratégique, dimension sociale, dualité de l alignement. The social dimension of ERP strategic alignment: definition and measures Karim MEZGHANI Doctorant Unité de Recherche en Gestion des Entreprises FSEG Sfax, Tunisie Route de l aérodrome km 4 B.P Sfax, Tunisie Lassaâd MEZGHANI Professeur Unité de Recherche en Gestion des Entreprises FSEG Sfax, Tunisie Route de l aérodrome km 4 B.P Sfax, Tunisie Abstract Empirical researches on strategic IT/IS alignment have been conducted. Nevertheless, few measures are developed for social dimension of strategic alignment. According to many researchers, this dimension is the main enabler of alignment. This paper aims to define and propose measures for the social dimension of ERP strategic alignment. Some measures are developed from literature and then improved through case studies conducted in five Tunisian enterprises having adopted ERP systems. The results of these case studies show also that there are others measures which can be used to evaluate the social dimension of ERP strategic alignment. Key-words: ERP, strategic alignment, social dimension, duality of alignment.

2 Introduction Depuis le développement du SAM (Strategic Alignment Model) par Henderson et Venkatraman (1993), la notion de l alignement stratégique des TI/SI n a cessé de susciter l intérêt des chercheurs. Cependant, selon Chan, Sabherwal et Thatcher (2006), peu de recherches empiriques sont conduites sur cette notion. Ceci peut être constaté notamment dans le cas de la dimension sociale de l alignement. Cette dimension est développée par Reich et Benbasat (1996) et caractérise l ensemble des interactions entre les responsables des affaires et les responsables TI/SI. Elle constitue, selon plusieurs recherches, le principal moteur de l alignement. Notons que le terme «responsables des affaires» désigne les responsables (notamment top managers) chargés d élaborer la stratégie de l entreprise. Quant au terme «responsables TI/SI», il fait référence aux responsables chargés d implanter et de gérer les TI/SI. Pour pouvoir conduire des recherches empiriques sur cette dimension, il paraît nécessaire de disposer d indicateurs pouvant aider à la mesurer. Ainsi, cette recherche tente de développer des mesures pour la dimension sociale de l alignement stratégique des TI/SI, plus particulièrement dans le cas des ERP. Le choix de l alignement des ERP se justifie par le fait que la mise en place de tels systèmes peu affecter les choix stratégiques. D ailleurs, les entreprises qui rencontrent le plus de problèmes lors de la mise en place d un ERP sont celles qui ne considèrent pas pleinement ses implications sur leurs affaires (Davenport, 1998). Dans cette recherche, le développement de mesures pour la dimension sociale de l alignement stratégique des ERP est effectué, d abord, suite à une revue de la littérature. Cette dernière est complétée, ensuite, par une étude exploratoire (étude de cas multiples) visant à améliorer les mesures déjà développées et à générer d autres. 1. Les enseignements de l approche «dualité de l alignement» L approche «dualité de l alignement» est développée par Reich et Benbasat (1996) à partir des travaux de Horovitz (1984) sur le management stratégique. Elle a servi par la suite à élaborer plusieurs travaux de recherche sur l alignement des TI/SI La dualité de la planification stratégique selon Horovitz (1984) Pour Horovitz (1984), la stratégie est formulée et implantée selon deux processus : Le processus intellectuel : les décideurs, à travers des outils et des méthodologies, décident de la meilleure façon pour formuler la stratégie et les dispositions à prendre au niveau organisationnel pour mieux concrétiser les orientations stratégiques de l entreprise. Le processus social : le profil des participants dans la planification stratégique et le style de direction du top manager déterminent réellement la stratégie. Ces facteurs assurent que le comportement actuel soutient l accomplissement des orientations stratégiques. Horovitz (1984) stipule que le profil des personnes à impliquer dans le processus de prise de décision stratégique est plus important que les outils utilisés pour formuler ces décisions. Cet auteur pense que le processus de planification stratégique est d autant plus efficace qu il réunit les outils de planification avec le profil des personnes impliquées dans celle-ci. Il s agit donc d intégrer ces deux processus «duaux» dans la planification stratégique. La vision de Horovitz (1984) stipule que la formulation et l implantation de la stratégie nécessite des processus qui peuvent être classés selon deux dimensions duales : intellectuelle et sociale. Ainsi, selon Horovitz (1984), les outils intellectuels sont insuffisants en absence du processus social. Par exemple, en absence d un style de direction favorisant la communication et privilégiant le consensus entre les responsables, les outils développés peuvent produire des résultats mais pas ceux attendus ou planifiés. La dualité de Horovitz (1984) met en exergue le rôle du facteur humain lors de la planification stratégique pour concrétiser les choix stratégiques sur le terrain. Ceci a aidé certains auteurs, dont Reich et Benbasat (1996), à mieux étudier le concept de l alignement. Ce dernier concernait, jusque là, essentiellement l intégration des plans des affaires et des plans TI/SI sans réflexion sur les opinions des responsables impliqués dans la formulation de ces plans et la concrétisation de cette intégration L intégration de la dualité «social/intellectuel» pour l étude de l alignement par Reich et Benbasat (1996) En s inspirant des travaux de Horovitz (1984), Reich et Benbasat (1996) ont introduit la dualité «social/intellectuel» pour l étude de la notion de l alignement des TI/SI. Ces auteurs précisent que l alignement se caractérise par : Un processus : englobe les pratiques à considérer pour réaliser la cohérence entre stratégie des affaires et stratégie TI/SI. Un état : constitue le résultat du processus cité cidessus et représente l état de l alignement à un moment donné. 1

3 La relation entre ces composantes est une relation de «cause à effet» selon laquelle le processus regroupe les causes de l alignement et l état constitue l effet du processus. Ces deux composantes peuvent être décrites selon deux dimensions duales mais complémentaires : la dimension intellectuelle et la dimension sociale (tableau 1). Processus de l alignement (causes) Etat de l alignement (effet) Dimension intellectuelle Les méthodologies de planification des affaires et des TI/SI Les missions, plans et objectifs des affaires et TI/SI sont cohérents Dimension sociale Choix des acteurs, prise de décisions et communication des plans des affaires et TI/SI Degrés de compréhension des missions, plans et objectifs des affaires et TI/SI par les responsables Tableau 1 : La dualité de l alignement selon Reich et Benbasat (1996) Il est à signaler ici que les deux dimensions de l alignement (tableau 1) regroupent aussi bien les processus, tels que définis par Horovitz (1984), que l état de l alignement à un moment donné. La distinction entre dimension sociale et dimension intellectuelle est justifiée par Reich et Benbasat (1996) par une volonté de réaliser la cohérence aussi bien sur les plans (les documents écrits) qu à l esprit des responsables (affaires et TI/SI). Ces auteurs insistent sur la nécessité d intégrer les deux dimensions (sociale et intellectuelle) afin de réaliser une complète utilisation des TI/SI comme support ou comme catalyseur pour les stratégies des affaires. En effet, d une part, les plans (des affaires et des TI/SI) risquent d être mal exécutés si les acteurs organisationnels ne sont pas d accord sur ces plans (absence de la dimension sociale). D autre part, l entreprise court le risque de mettre en place des plans «mal formulés», défectueux et obsolètes en absence de la dimension intellectuelle. Ceci est signalé aussi par Campbell, Kay et Avison (2004) qui stipulent ce qui suit : «We need to study the intellectual and social dimensions together. They are inextricably linked in a web of cause and effect». Ces auteurs montrent même l étroite relation qui existe entre la dimension sociale et la dimension intellectuelle. En effet, ils préconisent, d après Nelson et Cooprider (1996) et Campbell (2003), que le manque de communication (niveau social) entre les responsables TI/SI et les responsables des affaires affecte négativement le niveau de confiance et de partage de connaissances entre ces responsables. Ceci affecte par la suite le développement des plans des affaires et des plans TI/SI (niveau intellectuel) qui sont formulés séparément à cause des «décalages» enregistrés chez les responsables (Campbell, Kay et Avison, 2004). Selon Reich et Benbasat (2000), la dimension sociale est plus importante vu que les interactions entre les responsables des affaires et les responsables TI/SI sont nécessaires quelque soit les «outils» de planification utilisés. Ceci est signalé par Henderson et Venkatraman (1993) qui stipulent que ces interactions sont nécessaires quelque soit la perspective choisie pour réaliser l alignement. D ailleurs, les outils de planification risquent de ne pas être applicables à tous les contextes : «There is no one standard method for improving alignment» (Chan, Sabherwal et Thatcher, 2006). Ceci peut être constaté avec les méthodes de Planification Stratégique des Systèmes d Information (PSSI) développés dans les années 70 et 80 (Strategic Systems Planning, Information Engineering, Method/1, ). Ces méthodes ont été critiquées du fait de la complexité de leur mise en place (Pant et Hsu, 1995). En plus, chaque méthode ne tient pas compte du contexte organisationnel et des facteurs environnementaux (Lee et Bai, 2003). Pour cela, cette recherche traite uniquement la dimension sociale de l alignement stratégique des ERP Essai de mesure de la dimension sociale de l alignement par Reich et Benbasat (1996, 2000) L alignement est défini, par Reich et Benbasat (1996, 2000), comme un état dans lequel les responsables des affaires et des TI/SI, dans une organisation, comprennent et sont d accord sur la mission, les objectifs et les plans aussi bien du business que des TI/SI. Ces auteurs ont essayé de proposer des mesures pour la dimension sociale de l alignement à travers une étude de cas multiples (10 cas). Les techniques de collecte des données sont les suivantes : Une analyse documentaire : voir si les plans des affaires rédigés citent les projets TI/SI nécessaires pour supporter les objectifs organisationnels. S assurer aussi que les plans TI/SI mentionnent les objectifs organisationnels des projets TI/SI. Des entretiens semi directifs : voir si les responsables des affaires comprennent ou non les objectifs des TI/SI de l entreprise. Aussi, essayer d identifier à quel niveau les responsables TI/SI comprennent les objectifs organisationnels. Pour chaque technique de collecte des données, Reich et Benbasat (1996) fixent quatre niveaux de l alignement (tableau 2). Les mesures proposées par Reich et Benbasat (1996) concernent uniquement «l état» de l alignement. Pour le «processus» (social) de l alignement, les résultats de la recherche menée par Reich et Benbasat (2000) montrent que le principal élément de ce processus est la communication. Celle-ci est mesurée par la fréquence de communication en terme de régularité des réunions, des s, 2

4 Les niveaux de l alignement Elevé Moyen Faible Les documents rédigés Les deux plans existent : le plan des affaires fait référence au plan TI/SI et vice versa Les deux plans existent : le plan des affaires fait référence au plan TI/SI ou vice versa Les deux plans existent : le plan des affaires ne fait pas référence au plan TI/SI et vice versa Les entretiens Les responsables des affaires peuvent identifier les priorités des responsables TI/SI et vice versa Les responsables des affaires comprennent de façon générale les objectifs des responsables TI/SI mais ne peuvent pas identifier leurs priorités et vice versa Les responsables des affaires ne comprennent pas les objectifs des responsables TI/SI et vice versa Inconnu Pas de plans Pas d objectifs formulés Tableau 2 : Les mesures de l alignement selon Reich et Benbasat (1996) Les résultats obtenus par Reich et Benbasat (1996, 2000) peuvent aider à développer des mesures pour apprécier la dimension sociale de l alignement à travers des recherches quantitatives. Toutefois, certaines limites sont à signaler : Les résultats de Reich et Benbasat (1996) montrent que le niveau de l alignement diffère selon la technique de collecte des données. Ceci est dû, selon ces auteurs, aux décalages qui existent entre le contenu des documents et la «pensée» des responsables. En fait, dans certains cas, les plans sont datés ou mêmes inexistants. Ainsi, il ne serait pas intéressant de développer des mesures portant sur les plans rédigés. Les mesures présentées dans le tableau 2 manquent de support théorique et ont besoin d être validées empiriquement. Le choix de quatre niveaux de l alignement semble insuffisant. En fait, d autres niveaux sont à envisager si, par exemple, les responsables des affaires comprennent les objectifs des responsables TI/SI alors que ces derniers ne comprennent pas les objectifs organisationnels. Un seul élément du processus de l alignement est identifié (la communication). D autres éléments peuvent figurer au sein de ce processus. Ces limites vont aider à mieux organiser la démarche de développement de mesures pour la dimension sociale de l alignement stratégique des ERP présentées dans la suite de cet article. 2. La dimension sociale de l alignement stratégique dans le cas des ERP Avant de proposer des mesures pour la dimension sociale de l alignement stratégique des ERP, il est nécessaire de définir cet alignement pour mieux cibler les mesures à adopter Définition et intérêt de la dimension sociale de l alignement stratégique des ERP Selon Avison et al. (2004), les définitions floues du concept «alignement» proposées dans la littérature ont causé de différentes interprétations, souvent contradictoires, de ce concept. Alors que certains auteurs trouvent que l alignement doit être défini en tant que processus (Henderson et Venkatraman, 1993 ; Cigref, 2002 ; etc), d autres considèrent que la nécessité de maintenir l alignement n est reconnue que sporadiquement et préfèrent le définir en tant qu un état (Reich et Benbasat, 2000 ; Maes et al., 2000). Dans cette recherche, la dimension sociale regroupe aussi bien l état que le processus, d où la nécessité de la définir sous ces deux angles La composante «état de l alignement» En se basant sur Cigref (2002), Mezghani et Mezghani (2008) définissent l état de l alignement stratégique des ERP par le fait : De tenir compte de la stratégie des affaires dans la conduite du projet ERP. En effet, Lee et Myers (2004) constatent que la longue durée des projets ERP peut poser des problèmes de cohérence entre les orientations stratégiques et la mise en place des ERP. Ces auteurs affirment que le «contexte stratégique» d une entreprise peut changer durant la mise en place d un ERP (par des changements dans le top management ou dans les orientations stratégiques). Ceci peut affecter la conduite du projet (changement des besoins donc réorientation des paramétrages et des développements spécifiques). 3

5 D intégrer les opportunités et les contraintes des ERP lors de la formulation des choix stratégiques. En effet, plusieurs entreprises ne bénéficient pas des avantages des ERP parce qu elles ne tiennent pas compte de ces systèmes dans l élaboration de leurs stratégies (Yen et Sheu, 2004). En fait, les ERP permettent un accès facile à plusieurs informations qui peuvent aider les responsables des affaires à améliorer leurs visions. En plus, les ERP sont des systèmes standards qui touchent aux processus métiers dont certains constituent des sources d avantages concurrentiels. Une considération de ce caractère standard à un niveau stratégique semble donc nécessaire vu l étroite relation de dépendance qui existe entre la stratégie et l organisation. En intégrant cette définition avec celle proposée par Reich et Benbasat (1996, 2000) (titre 2.3), il est possible de définir l état de l alignement stratégique des ERP, dans sa dimension sociale, comme un état dans lequel : Les responsables TI/SI comprennent et manifestent leurs accords concernant les objectifs des responsables des affaires lors de la conduite du projet ERP. Cette situation servirait pour orienter le paramétrage et les développements spécifiques en fonction de la stratégie des affaires. Les responsables des affaires comprennent et manifestent leurs accords concernant les opportunités, les contraintes et les différentes étapes du projet ERP. Selon Grant (2003), les ERP ne peuvent avoir un apport pour la stratégie des affaires que si cet apport est appréhendé par les responsables des affaires. Il s agit ici d un alignement défini selon une logique de «covariation» vu le caractère, à la fois, standard et adaptable des ERP. Selon Mezghani et Mezghani (2008) cet alignement concerne la mise en place de l ERP, choisi dans le cadre d une stratégie TI/SI. Il s agit de la prise en considération de la mise en place des ERP à un niveau stratégique, c'est-à-dire au niveau des responsables des affaires. Ceci paraît essentiel d autant plus que le déploiement réussi d une TI nécessite un suivi au niveau stratégique (Davenport, Hammer et Metsisto, 1989) La composante «processus de l alignement» En plus de la composante «état», la dimension sociale de l alignement regroupe les déterminants de l alignement qui constituent la composante «processus». De façon générale, Henderson et Venkatraman (1993) définissent l alignement comme un processus d adaptations et de changements continus visant à assurer la cohérence entre la stratégie des affaires et la stratégie TI/SI. Selon Reich et Benbasat (2000) ce processus repose principalement sur la communication. A ce niveau, Mezghani et Mezghani (2008) intègrent aussi, sur la base d une revue de la littérature, deux autres éléments : Le support que démontrent les responsables des affaires vis-à-vis des responsables TI/SI : Selon Stratman et Roth (2002), supporter les responsables TI/SI au cours d un projet revient à mettre à la disposition de ces derniers les ressources humaines, techniques et financières nécessaires pour conduire à bien ce projet. Dans le cas des projets ERP, le support du top management est présenté comme un facteur de réussite de tels projets (Umble, Haft et Umble, 2003). Ce support semble utile pour réaliser l alignement stratégique des ERP du fait que ce support donnerait une importance stratégique aux projets ERP. La participation des responsables des affaires dans le projet ERP : Jarvenpaa et Ives (1991) définissent la participation dans le management des TI/SI comme l ensemble des activités et des interventions des responsables des affaires dans le management des TI/SI. C est l investissement, en temps et efforts, qu effectuent les responsables des affaires pour traiter des questions concernant les TI/SI au sein de l entreprise (Jarvenpaa et Ives, 1991). La participation dépasse la simple communication entre les responsables et concerne plutôt «les plus» qu apportent les responsables dans la planification des domaines ne faisant pas parties des siens. Cette participation permettrait aux responsables des affaires d enrichir leurs connaissances sur les ERP (opportunités et limites) et améliorerait leur compréhension des différentes étapes de ce projet. Ces éléments constituent les différentes formes d interaction entre les responsables des affaires et les responsables TI/SI au cours d un projet ERP (Mezghani et Mezghani, 2008). Cette interaction est jugée comme le facteur le plus déterminant de l alignement (Henderson et Venkatraman, 1993 ; Broadbent et Weill, 1993 ; Reich et Benbasat, 1996, 2000 ; Kearns et Lederer, 2003 ; Kearns et Sabherwal, 2007 ; Mezghani et Mezghani, 2008 ; etc). Ainsi, il est possible de schématiser la dimension sociale de l alignement stratégique des ERP (en terme de processus et d état de l alignement) comme suit (figure 1) : 4

6 Le processus de l alignement Interactions Communication Support des responsables des affaires Participation dans le projet ERP L état de l alignement Alignement stratégique des ERP Alignement de l ERP sur la stratégie des affaires Alignement de la stratégie des affaires sur l ERP Figure 1 : La dimension sociale de l alignement stratégique des ERP Ayant présenté les différentes composantes formant la dimension sociale de l alignement stratégique des ERP, il est possible de procéder à l identification d indicateurs pouvant les mesurer Des mesures issues de la littérature pour la dimension sociale de l alignement stratégique des ERP Les mesures développées à ce niveau sont issues principalement des travaux de Reich et Benbasat (2000) qui ont défini la dimension sociale de l alignement stratégique des TI/SI en général. En considérant la définition de la dimension sociale de l alignement stratégique des ERP proposée dans le titre précédent, d autres mesures ont été adoptées à partir d autres travaux traitant l alignement stratégique des TI/SI et la mise en place des ERP. Signalons ici que les mesures concernant les TI/SI de manière générale sont adaptées au cas des ERP. Ces mesures sont résumées dans l annexe A. Les justifications de choix et d adaptations de mesures de chaque composante de la dimension sociale de l alignement sont présentées dans ce qui suit Les mesures de «l alignement de l ERP sur la stratégie des affaires» Les deux mesures de cet alignement sont inspirées de la définition de l alignement proposée par Reich et Benbasat (2000). Ainsi, un indicateur est relatif à la «compréhension» des objectifs des affaires par les responsables TI/SI, l autre concerne «l accord» démontré vis-à-vis ces objectifs. En fait, les responsables TI/SI, en tant que chargés de tout ce qui concerne les TI/SI au sein de l entreprise, ont besoin de comprendre les objectifs des affaires et d y adhérer (alignement social) pour réussir les adaptations de l ERP (alignement intellectuel) Les mesures de «l alignement de la stratégie des affaires sur l ERP» Comme pour l alignement de l ERP, les deux premières mesures de l alignement de la stratégie des affaires sont inspirées de Reich et Benbasat (2000). Une autre mesure proposée par Kearns et Sabherwal (2007) est intégrée. Celle-ci concerne ce que les responsables des affaires «pensent» de l apport des TI/SI pour le business. Les mesures proposées par ces auteurs concernent les TI/SI et leurs objectifs de façon générale. Or, cette recherche s intéresse à un cas spécifique, celui de la mise en place d un ERP. C est pour cela que ces mesures sont adaptées pour pouvoir être utilisées. Ici, la recherche de Kamhawi (2007) était d une grande utilité. En fait, cet auteur utilise deux mesures pour l alignement. L une porte sur le consensus concernant les objectifs du projet ERP qu on a modifié pour concerner le consensus sur les étapes du projet ERP puisqu on traite l alignement durant la mise en place. L autre mesure porte sur la compréhension des apports des ERP pour le business Les mesures de «la communication» Selon Reich et Benbasat (2000), plus les responsables des affaires et les responsables TI/SI communiquent, plus l alignement est élevé. Ainsi, la mesure adoptée est relative à la périodicité des réunions entre les responsables. Cette mesure est adaptée (annexe A) du fait qu on s intéresse uniquement aux interactions qui s effectuent durant la période projet ERP Les mesures du «support des responsables des affaires» Il s agit ici du support que démontrent les responsables des affaires vis-à-vis les responsables TI/SI, particulièrement au cours du projet ERP. Ce support peut être illustré par de simples encouragements ou par la mise à disposition des ressources nécessaires (financières ou autres) pour conduire à bien le projet ERP. Les mesures de cette composante sont extraites des travaux de Stratman et Roth (2002) et Huang et al. (2004) qui ont porté sur la mise en place des ERP Les mesures de «la participation dans le projet ERP» Comme déjà signalé, cette composante traite uniquement la participation des responsables des affaires dans le projet ERP. Ses mesures sont proposées par Kearns et Lederer (2003) et Kearns et Sabherwal (2007). Selon ces auteurs, les responsables des affaires participent, principalement, dans les choix technologiques et dans la planification des TI/SI de l entreprise pour pouvoir profiter des apports des TI/SI pour le business. Puisque cette recherche traite d une TI/SI particulière (ERP), les mesures identifiées à ce niveau sont adaptées au cas de mise en place des ERP. Ainsi, la «planification 5

7 des TI/SI» devient «planification du projet ERP» et le «choix des TI/SI» devient «choix de l ERP». Il est important de signaler que le choix de l ERP concerne aussi bien le système lui-même que l intégrateur. En fait, la même marque de l ERP peut être installé par plusieurs intégrateurs (surtout si l éditeur n assure pas l installation de son système). Jusque là, les mesures sont dégagées uniquement de la littérature. Une étude exploratoire (étude de cas multiples) semble donc nécessaire à ce niveau pour affiner certaines mesures et proposer d autres. 3. Méthodologie de recherche Cette étude est menée au sein de cinq entreprises tunisiennes engagées dans un projet ERP. La collecte des données est effectuée grâce à des entretiens semi-directifs conduits avec les responsables TI/SI (les cinq responsables sont les chefs de projets ERP). D après Kearns et Sabherwal (2007), les responsables TI/SI constituent les informateurs clés (key informants) en ce qui concerne tous les aspects qui touchent les TI/SI au sein de l entreprise. Pour conduire ces entretiens, un guide est construit sur la base de questions ouvertes traitant les différentes composantes de la figure 1. Les discours des responsables TI/SI sont analysés manuellement grâce à une matrice intersites orientée thèmes. Chaque thème fait référence à une composante de la figure 1. L analyse de ces thèmes a permis d améliorer certaines mesures issues de la littérature et de développer d autres. 4. Résultats et interprétations : révisions et propositions de mesures En s appuyant sur les discours des responsables TI/SI, les énoncés de certaines mesures de l annexe A sont améliorés. D autres mesures sont développées sur la base de ces discours «L alignement de l ERP sur la stratégie des affaires» Cette composante regroupe la «compréhension» et «l accord» que démontrent les responsables TI/SI concernant les objectifs que fixent les responsables des affaires pour effectuer les différentes adaptations au niveau du système (paramétrage et développements spécifiques). Lors de la conduite des entretiens, il a été remarqué que certaines adaptations se font sur la base des besoins spécifiques aux responsables des affaires et non sur les objectifs. En fait, ces objectifs concernent l orientation globale de l entreprise. Ils sont formulés de manière «vague» ce qui rend leur considération lors de l adaptation de l ERP difficile. D ailleurs, les responsables TI/SI affirment que ces objectifs font partie de «l univers» des responsables des affaires. Ainsi, les interviewés déclarent que les adaptations se font suivant les besoins déclarés par les responsables des affaires. Pour cela, les énoncés des mesures de cette composante sont modifiés de sorte que le terme «objectifs des responsables des affaires» devient «besoins des responsables des affaires» (Annexe C). Néanmoins, on estime que la conduite du projet ERP devrait se référer aux objectifs globaux de l entreprise (le budget par exemple). Ici, un interviewé affirme que la mise en place de l ERP doit s adapter aux objectifs globaux. Cet interviewé pense que la mise en place d un ERP doit suivre les objectifs de l entreprise, surtout en terme de budget et de délai. Ainsi, un autre indicateur semble être nécessaire ici pour apprécier l alignement : «les responsables TI/SI tiennent compte des objectifs globaux de l entreprise pour définir les étapes du projet». Comme signalé plus haut, les responsables TI/SI effectuent des paramétrages et des développements spécifiques sur la base des besoins des responsables des affaires. Ceci indique que les responsables TI/SI «comprennent» ces besoins. Ainsi, l existence de tels paramétrages ou développements spécifiques peut informer sur «la compréhension». De ce fait, les deux indicateurs suivants sont retenus : Le paramétrage s effectue sur la base des besoins spécifiques à la direction générale. Les développements spécifiques s effectuent suite à des besoins spécifiques à la direction générale. En plus des adaptations, un interviewé affirme que les exigences des responsables des affaires sont aussi considérées lors du choix du système, même si ces responsables ne participent pas dans le choix. Ainsi, la prise en compte de ces exigences peut renseigner sur le degré de «compréhension». Par la suite, un dernier indicateur est retenu : «Le choix de l ERP tient compte des exigences des responsables des affaires» «L alignement de la stratégie des affaires sur l ERP» D après les entretiens, il semble que les indicateurs développés suite à la revue de la littérature puissent être applicables sur le terrain. En fait, quatre interviewés affirment que, grâce aux réunions périodiques, les responsables des affaires «sont informés régulièrement de l état d avancement du projet ERP et des différents détails de ce projet». Ainsi, ces responsables «connaissent les différentes étapes du projet». En plus, ces derniers «manifestent toujours leurs accords concernant ces étapes». Concernant le troisième item de cette composante (annexe A), trois interviewés pensent que les responsables des affaires «considèrent que les ERP ont des apports pour le business». Un autre responsable TI/SI trouve que les responsables des affaires «considèrent le projet ERP comme un projet purement technique». Ces deux affirmations peuvent être considérées comme deux manifesta- 6

8 tions «opposées» de l item en question. Ainsi, l indicateur «Les responsables des affaires considèrent que l investissement dans un ERP possède un impact sur la performance de l entreprise» (déjà développé) peut être retenu La «communication» L analyse de la littérature a permis d identifier un seul indicateur de la communication, celui de la périodicité des réunions. L étude exploratoire, par contre, a permis d apporter plusieurs améliorations à cette composante. Le tableau de l annexe B présente des extraits des discours des interviewés de trois cas concernant l alignement et la communication. Ces trois cas sont jugés présentant le plus de signes de l alignement. Une première analyse des discours des interviewés relève que les réunions périodiques constituent de bonnes occasions pour communiquer. D ailleurs, un responsable TI/SI explique le non alignement constaté dans son entreprise par le manque de réunions avec les dirigeants. En fait, ce manque de réunions engendre un climat de flou au sein du projet : «Les informaticiens ne comprennent pas les besoins du DGA (Directeur Général Adjoint) Le DGA exprime mal ses besoins». Une analyse plus approfondie de ces discours (annexe B) fait penser que le «contenu» de ces réunions est très déterminant pour réaliser l alignement. En fait, il est prévisible que la régularité de réunions favorise l alignement. Mais, en plus, le contenu de ces réunions semble renforcer cet alignement. Ainsi, dans le cas n 1 par exemple, le responsable des affaires considère que l ERP peut toucher plusieurs domaines au sein de l entreprise et aider dans la fixation des choix stratégiques. Cette «croyance» est exprimée suite aux réunions avec le responsable TI/SI qui ont permis au responsable des affaires de prendre connaissance des bénéfices de l ERP. Dans le cas n 2, le responsable des affaires utilise les tableaux de bord de l ERP car il «considère» que ce système peut apporter un plus au business. Cette utilisation était possible après communication de ses besoins au responsable TI/SI pour effectuer les paramétrages nécessaires. Aussi, il arrive au responsable des affaires du cas n 3 de revoir ses besoins suite aux contraintes techniques constatées au niveau du système. Ces contraintes sont communiquées par le responsable TI/SI. Ainsi, des mesures sur le contenu de la communication peuvent être ajoutées à cette composante. Les entretiens menés permettent d énoncer les mesures suivantes : Les responsables des affaires communiquent les objectifs globaux de l entreprise. Les responsables des affaires communiquent leurs besoins vis-à-vis de l ERP. Les responsables TI/SI communiquent les bénéfices de l ERP. Les responsables TI/SI communiquent les contraintes techniques de l ERP. Les responsables TI/SI communiquent l état d avancement du projet ERP. Ces mesures sont censées apprécier la communication durant le projet ERP à côté de l indicateur identifié dans la littérature (périodicité des réunions) Le «support des responsables des affaires» Les mesures inspirées de la littérature pour le support sont maintenues. En fait : Quatre interviewés affirment que les responsables des affaires motivent constamment les responsables TI/SI et les membres de l équipe projet. Deux interviewés indiquent que les responsables des affaires accordent le financement nécessaire à la conduite du projet ERP. Un interviewé stipule que les responsables des affaires ne donnent pas toujours la priorité au projet ERP. Seulement, l étude exploratoire effectuée n a pas permis d identifier d autres mesures. En fait, les responsables interviewés ne voient pas de formes de support autre que la motivation et le support financier La «participation dans le projet ERP» D après l annexe A, les mesures issues de la littérature pour la participation sont adaptées au cas des projets ERP. Cette adaptation semble être appropriée dans la mesure où les interviewés affirment que les responsables des affaires : Participent dans le choix du système ERP et de l intégrateur. Participent dans la planification du projet ERP. De plus, l étude exploratoire révèle que dans le cas n 1, le responsable des affaires participe dans la mise en place effective du système. En fait, le responsable TI/SI interviewé affirme que le responsable des affaires aide les utilisateurs à identifier leurs besoins. Pour cela, une troisième mesure de la composante «participation» est ajoutée : «Les responsables des affaires participent dans la définition des besoins des utilisateurs». En résumé, l étude exploratoire a permis d améliorer l énoncé de certaines mesures et de proposer d autres. Le tableau de l annexe C récapitule les différentes mesures identifiées dans cette recherche. Conclusion La dimension sociale de l alignement stratégique des TI/SI reste un facteur déterminant pour bâtir une stratégie TI/SI au service du business. D ailleurs, une analyse de la 7

9 littérature portant sur l alignement permet de constater que ce sont les interactions entre les responsables qui influencent le plus l état de l alignement. Néanmoins, peu de mesures sont développées pour la dimension sociale. D ailleurs, ces mesures ne tiennent pas compte des spécificités des TI/SI étudiés. Ainsi, ce papier a tenté d identifier des mesures pour la dimension sociale de l alignement stratégique dans le cas des ERP. En fait, une analyse de la littérature puis une étude de cas multiples ont permis : D une part, d adapter des mesures issues de la littérature au cas de mise en place des ERP vu que ces mesures concernent les TI/SI de façon générale. D autre part, de développer d autres mesures pouvant aider à apprécier la dimension sociale de l alignement. A l égard des travaux de Reich et Benbasat (1996, 2000) qui ont développé la dimension sociale de l alignement, cette recherche a apporté des contributions sur deux niveaux : Les mesures relatives au processus de l alignement ne se limitent pas uniquement à la communication. D autres composantes de ce processus (participation et support) sont jugées intéressantes à intégrer et mesurer. Les mesures adoptées tiennent compte de certaines spécificités d une TI/SI particulière (l ERP). Ces mesures pourraient aider donc à conduire des études empiriques confirmatoires sur l alignement stratégique des ERP, principalement sur les déterminants de cet alignement. En effet, peu de recherches empiriques portent sur les déterminants de l alignement (Chan, Sabherwal et Thatcher, 2006). Ceci serait possible, dans le contexte tunisien, d autant plus que le nombre d entreprises tunisiennes adoptant des ERP ne cesse d augmenter. Néanmoins, les mesures développées dans cette recherche, ont besoin de subir des tests de validité pour être utilisées dans une étude confirmatoire. Ceci est envisageable dans une future recherche. Références Avison, D., Jones, J., Powell, P. & Wilson, D., (2004), «Using and validating the strategic alignment model», Journal of Strategic Information Systems, Vol.13, pp Bassellier, G., Reich, B.H. & Benbasat, I., (2001), «Information Technology competence of business managers : a definition and research model», Journal of Management Information Systems, Vol.17, N.4, pp Broadbent, M. & Weill, P., (1993), «Improving business and information strategy alignment: Learning from the banking industry», IBM Systems Journal, Vol.32, N.1, pp Campbell, B.R., (2003), «The Role of Trust in IS/Business Alignment», 7th Pacific Asia Conference on Information Systems, Adelaide, Australia. Campbell, B., Kay, R. & Avison, D., (2004), «Strategic alignment : a practitioner s perspective», European & Mediterannean Conference on Information Systems, Tunis, Tunisie, Juillet. Chan, Y.E., Sabherwal, R. & Thatcher, J.B., (2006), «Antecedents and Outcomes of Strategic IS Alignment : An Empirical Investigation», IEEE Transactions on engineering management, Vol.53, N.1, pp Cigref, (2002), «Alignement stratégique du système d information», Rapport de la Cigref (Club informatique des grandes entreprises françaises), 571bd29244a83c1256c3e0042ea68/$FILE/alignemen t2002-web.pdf/ (Accès le 02/11/2003). Davenport, T.H., (1998), «Putting the enterprise into the enterprise system», Harvard Business Review, Vol.76, N.4, pp Davenport, T.H., Hammer, M. & Metsisto, T.J., (1989), «How Executives Can Shape Their Company's Information Systems», Harvard Business Review, N.1, pp Hartung, S., Reich, B.H. & Benbasat, I., (2000), «Information Technology Alignment in Canadian Forces», Canadian Journal of Administrative Sciences, Vol.17, N.4, pp Henderson, J.C. & Venkatraman, N., (1993), «Strategic alignment : Leveraging Information Technology for Transforming Organizations», IBM Systems Journal, Vol.32, N.1, pp Horovitz, J., (1984), «New perspectives on strategic management», Journal of Business Strategy, Vol.4, N.3, pp Huang, C.D. & Hu, Q., (2007), «Achieving IT-business strategic alignment via enterprise-wide implementation of Balanced Scorecards», Information Systems Management, Vol.24, N.2, pp Huang, S.M., Chen, H.G., Hung, Y.C. & Ku, C.Y., (2004), «Transplanting the best practice for implementation of an ERP system : a structured inductive study of an international company», Journal of Computer Information Systems, Summer 2004, pp Jarvenpaa, S. & Ives, B., (1991), «Executive involvment and participation in the management of Information Technology», MIS Quarterly, Vol.15, N.2, pp

10 Kamhawi, E.M., (2007), «Critical Factors for Implementation Success of ERP Systems : An Empirical Investigation from Bahrain», International Journal of Enterprise Information Systems, Vol.3, N.2, pp Kearns, G.S. & Lederer, A.L., (2003), «A resourcebased view of strategic IT alignment : How knowledge sharing creates competitive advantage», Decision Sciences, Vol.34, N.1, pp Kearns, G.S. & Sabherwal, R., (2007), «Strategic Alignment Between Business and Information Technology: A Knowledge-Based View of Behaviors, Outcome, and Consequences», Journal of Management Information Systems, Vol.23, N.3, pp Lee, G.G. & Bai, R.J., (2003), «Organizational mechanisms for successful IS/IT strategic planning in the digital era», Management Decision, Vol.41, N.1, pp Lee, J.C. & Myers, M.D., (2004), «Dominant actors, political agendas, and strategic shifts over time: a critical ethnography of an enterprise systems implementation», Journal of Strategic Information Systems, Vol.13, N.4, pp Maes, R., Rijsenbrij, D., Truijens, O. & Goedvolk, H., (2000), «Redefining business IT alignment through a unified framework», Mezghani, K. & Mezghani, L., (2008), «Rôles des compétences managériales des responsables des affaires dans l alignement stratégique des ERP : proposition d un modèle de recherche», Actes du 17ème colloque de l AIMS, Nice, France, mai. Nelson, K.M. & Cooprider, J.G., (1996), «The Contribution of Shared Knowledge to IS Group Performance», MIS Quarterly, Vol.20, N.4, pp Pant, S. & Hsu, C., (1995), «Strategic Information Systems Planning : A Review», Information Resources Management Association International Conference, Atlanta, Georgia, May Reich, B.H. & Benbasat, I., (1996), «Measuring the linkage between business and information technology objectives», MIS Quarterly, Vol.20, N.1, pp Reich, B.H. & Benbasat, I., (2000), «Factors that influence the social dimension of alignment between business and Information Technology Objectives», MIS Quarterly, Vol.24, N.1, pp Stratman, J.K. & Roth, A.V., (2002), «Enterprise resource planning (ERP) competence constructs: Twostage multi-item scale development and validation», Decision Sciences, Vol.33, N.4, pp Yen, H. R. & Sheu, C., (2004), «Aligning ERP implementation with competitive priorities of manufacturing firms: An exploratory study», International Journal of Production Economics, Vol.92, N.3, pp

11 Annexe A : Liste des mesures de la dimension sociale de l alignement issues de la littérature Composantes Mesures issues de la littérature Adaptations au cas des ERP (si nécessaire) Alignement de l ERP sur la stratégie des affaires Les responsables TI/SI comprennent les objectifs des responsables des affaires (Reich et Benbasat, 2000). Les responsables TI/SI manifestent leurs accords concernant les objectifs des responsables des affaires (Reich et Benbasat, 2000). - Alignement de la stratégie des affaires sur l ERP Les responsables des affaires comprennent les objectifs des responsables TI/SI (Reich et Benbasat, 2000). Les responsables des affaires manifestent leurs accords concernant les objectifs des responsables TI/SI (Reich et Benbasat, 2000). Les responsables des affaires considèrent que les TI/SI possèdent des impacts sur la performance globale de l entreprise (Kearns et Sabherwal, 2007). Les responsables des affaires comprennent les différentes étapes du projet ERP. Les responsables des affaires manifestent leurs accords concernant les différentes étapes du projet ERP. Les responsables des affaires considèrent que l investissement dans un ERP possède un impact sur la performance de l entreprise. Communication Périodicité des réunions entre les responsables des affaires et les responsables TI/SI (Hartung, Reich et Benbasat, 2000 ; Reich et Benbasat, 2000). Périodicité des réunions entre les responsables des affaires et les responsables TI/SI au cours du projet ERP. Support des responsables des affaires Participation dans le projet ERP Les responsables des affaires motivent l équipe projet ERP (Huang et al., 2004). Les responsables des affaires mettent à disposition les fonds nécessaire pour conduire le projet ERP (Huang et al., 2004). Les responsables des affaires donnent la priorité aux besoins du projet ERP par rapport aux besoins fonctionnels (Stratman et Roth, 2002). Les responsables des affaires participent dans la planification des TI/SI (Kearns et Lederer, 2003 et Kearns et Sabherwal, 2007) Les responsables des affaires participent dans le choix des TI/SI (Kearns et Sabherwal, 2007). Les responsables des affaires participent dans la planification du projet ERP. Les responsables des affaires participent dans le choix de l ERP. - 10

12 Annexe B : Extraits de discours des responsables TI/SI Cas Alignement stratégique des ERP Communication Cas n 1 L ERP a permis de toucher des domaines plus variés. L ERP a permis de vérifier les intuitions et les choix. Considérer les attentes des clients (un choix stratégique) lors de l adaptation de l ERP. Considérer les attentes des clients (un choix stratégique) même lors de l adaptation des processus suite à la mise en place de l ERP. Grâce aux réunions périodiques, le responsable TI/SI connaît de près les axes stratégiques de l entreprise. Le responsable des affaires communique à temps ses besoins (et les modifications de ses besoins) au responsable TI/SI. Le responsable des affaires connaît désormais les bénéfices de l ERP (grâce aux réunions). Cas n 2 Les informations concernant les tableaux de bord sont considérés lors du paramétrage. Réunions périodiques pour suivi. Toutes les informations relatives à l élaboration des tableaux de bord sont fournies au responsable TI/SI pour effectuer le paramétrage (résultat des réunions périodiques). Le responsable TI/SI est toujours d accord concernant les besoins du responsable des affaires (résultat des réunions périodiques). Cas n 3 «La direction fixe les objectifs et le responsable TI/SI applique sur le système». Lorsqu un besoin stratégique n est pas satisfait par le système, le responsable TI/SI doit «se débrouiller» (à travers des développements spécifiques notamment). «Parfois» la direction revoit ses besoins en cas de limites dans le système. Des réunions périodiques (ou suite à la demande du responsable TI/SI) pour suivre la mise en place de l ERP et exprimer les besoins. Le responsable TI/SI trouve que «le besoin est clair et net» (grâce à l interaction continue). 11

13 Annexe C : Les mesures retenues pour la dimension sociale de l alignement stratégique des ERP Composantes Mesures issues de la littérature (et révisées par l étude exploratoire) Mesures issues de l étude exploratoire Alignement de l ERP sur la stratégie des affaires Les responsables TI/SI comprennent les besoins des responsables des affaires. Les responsables TI/SI manifestent leurs accords concernant les besoins des responsables des affaires. Les responsables TI/SI tiennent compte des objectifs globaux de l entreprise pour définir les étapes du projet ERP. Le choix de l ERP tient compte des exigences des responsables des affaires. Le paramétrage s effectue sur la base des besoins spécifiques à la direction générale. Les développements spécifiques s effectuent suite à des besoins spécifiques à la direction générale. Alignement de la stratégie des affaires sur l ERP Les responsables des affaires comprennent les différentes étapes du projet ERP. Les responsables des affaires manifestent leurs accords concernant les différentes étapes du projet ERP. Les responsables des affaires considèrent que l investissement dans un ERP possède un impact sur la performance de l entreprise. - Communication Périodicité des réunions entre les responsables des affaires et les responsables TI/SI au cours du projet ERP. Les responsables des affaires communiquent les objectifs globaux de l entreprise. Les responsables des affaires communiquent leurs besoins vis-à-vis de l ERP. Les responsables TI/SI communiquent les bénéfices de l ERP. Les responsables TI/SI communiquent les contraintes techniques de l ERP. Les responsables TI/SI communiquent l état d avancement du projet ERP. Support des responsables des affaires Les responsables des affaires motivent l équipe projet ERP. Les responsables des affaires mettent à disposition les fonds nécessaire pour conduire le projet ERP. Les responsables des affaires donnent la priorité aux besoins du projet ERP par rapport aux besoins fonctionnels. - Participation dans le projet ERP Les responsables des affaires participent dans la planification du projet ERP. Les responsables des affaires participent dans le choix de l ERP. Les responsables des affaires participent dans la définition des besoins des utilisateurs. 12

Importance des compétences interpersonnelles du top manager dans un projet ERP

Importance des compétences interpersonnelles du top manager dans un projet ERP Importance des compétences interpersonnelles du top manager dans un projet ERP Résumé : 1364 La mise en place d un ERP est considérée comme un investissement stratégique et irréversible vu ses coûts élevés

Plus en détail

# 07 Charte de l audit interne

# 07 Charte de l audit interne Politiques et bonnes pratiques # 07 de l audit Direction générale fédérale Service Redevabilité & Qualité Janvier 2015 Approuvé par le Comité des audits Juin 2013 Approuvé par le Directoire fédéral Juillet

Plus en détail

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs Appendice 2 (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs NOTE Dans les propositions de Texte identique, XXX désigne un qualificatif de norme

Plus en détail

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Définition Le terme organisation dans le contexte d un modèle de gestion de la qualité est utilisé pour indiquer

Plus en détail

Ne vous demandez pas ce que l AE peut faire pour vous. Mais ce que vous pouvez faire pour transformer votre organisation.

Ne vous demandez pas ce que l AE peut faire pour vous. Mais ce que vous pouvez faire pour transformer votre organisation. Ne vous demandez pas ce que l AE peut faire pour vous. Mais ce que vous pouvez faire pour transformer votre organisation. Présentation Isabelle Pascot, MBA Vice-présidente Capital intellectuel Sinapse

Plus en détail

Les déterminants des systèmes d information comptables dans les PME : une recherche empirique dans le contexte tunisien

Les déterminants des systèmes d information comptables dans les PME : une recherche empirique dans le contexte tunisien Manuscrit auteur, publié dans "27ÈME CONGRES DE L'AFC, Tunisie (2006)" Les déterminants des systèmes d information comptables dans les PME : une recherche empirique dans le contexte tunisien Kaïs LASSOUED

Plus en détail

«Pour une mobilisation durable : Visez l engagement»

«Pour une mobilisation durable : Visez l engagement» «Pour une mobilisation durable : Visez l engagement» Louis Fortin, MBA Président Actualisation IDH Le 23 avril 2014 Contenu de la présentation 1 L engagement en chiffre 4 Un leader mobilisateur 2 Les piliers

Plus en détail

La gestion de la performance: Définition, démarche et nouvelles tendances. ETS 2011, Saad Chafki

La gestion de la performance: Définition, démarche et nouvelles tendances. ETS 2011, Saad Chafki La gestion de la performance: Définition, démarche et nouvelles tendances ETS 2011, Saad Chafki 1 Table de matière La gestion de la performance L approche «Balanced Score Card» Exemple Les nouvelles tendances

Plus en détail

Enjeux de la gouvernance interorganisationnelle des TI

Enjeux de la gouvernance interorganisationnelle des TI Enjeux de la gouvernance interorganisationnelle des TI Anne-Marie Croteau, PhD Professeure agrégée en SI Chercheure associée au CEFRIO et au CETO Fellow, CIRANO anne-marie.croteau@concordia.ca Agenda Motivations

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

Tous droits réservés SELENIS

Tous droits réservés SELENIS 1. Objectifs 2. Etapes clefs 3. Notre proposition d accompagnement 4. Présentation de SELENIS 2 Un projet est une réalisation spécifique, dans un système de contraintes donné (organisation, ressources,

Plus en détail

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan?

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Thème : Vers un ouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Auteur : Mr Mhamed MOUAACHA, Chef de Division au Haut Commissariat au Plan (HCP)

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

La stratégie des PME influence-t-elle leur adoption des outils ERP? Une analyse empirique

La stratégie des PME influence-t-elle leur adoption des outils ERP? Une analyse empirique La stratégie des PME influence-t-elle leur adoption des outils ERP? Une analyse empirique Résumé : L offre de logiciels intégrés auprès des petites entreprises s accroit. Cependant, l acquisition d un

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

INGENIERIE COLLABORATIVE, ELLE A TOUT D'UNE GRANDE...

INGENIERIE COLLABORATIVE, ELLE A TOUT D'UNE GRANDE... INGENIERIE COLLABORATIVE, ELLE A TOUT D'UNE GRANDE... Article rédigé pour les Etats généraux 2008 du MICADO, par Yannick BOUDIER. Résumé : L ingénierie collaborative est souvent prise pour un système d

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DUPERSONNEL DE SOUTIEN (PO 13) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA 1 APPEL D OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA JUILLET 2013 2 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE Réalisation d un accompagnement

Plus en détail

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012 Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 MIGRATIONS Garder la maîtrise lors de migrations GARdER la maîtrise LORS de migrations Lors

Plus en détail

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 OutsourcINg Pas à pas vers de bonnes exigences Outsourcing 10 11 Pas à pas vers de bonnes

Plus en détail

White Paper. «Digital Trust - Towards excellence in ICT» Jean-Philippe HUMBERT ILNAS

White Paper. «Digital Trust - Towards excellence in ICT» Jean-Philippe HUMBERT ILNAS White Paper «Digital Trust - Towards excellence in ICT» Jean-Philippe HUMBERT ILNAS 11 juin 2012 Sommaire L ILNAS et le service de la confiance numérique NormaFi-IT : projet de recherche sur le thème de

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

Séminaire de recherche «principal» : Economie

Séminaire de recherche «principal» : Economie Séminaire de recherche «principal» : Economie Université Paris Dauphine Master recherche ATDD 1 ère partie : Alain Ayong Le Kama Plan du séminaire Introduction générale : acceptions économiques du DD Liens

Plus en détail

Présentation du «Guide de planification stratégique»

Présentation du «Guide de planification stratégique» Commission de développement économique des Premières Nations du Québec et du Labrador Présentation du «Guide de planification stratégique» Préparé par Raymond Chabot Grant Thornton Août 2011 Mise en contexte

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

Gouvernance des Technologies de l Information

Gouvernance des Technologies de l Information Walid BOUZOUITA Auditeur Interne secteur des télécommunications CISA, ITIL walid.bouzouita@ooredoo.tn Gouvernance des Technologies de l Information 08 Mai 2014, Maison de l Exportateur Implémenter la

Plus en détail

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Ensemble pour le développement de la chirurgie ambulatoire Recommandations organisationnelles Outils et guides Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Mai 2013 Le document source est téléchargeable

Plus en détail

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 POLITIQUE 2500-024 TITRE : ADOPTION : Conseil d'administration Résolution : CA-2008-01-15-08 ENTRÉE EN VIGUEUR : 15 janvier 2008 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 2. LA FORMATION

Plus en détail

Classement et identification des grandes Écoles de pensée

Classement et identification des grandes Écoles de pensée Classement et identification des grandes Écoles de pensée De 1900 à nos jours, de nombreuses écoles de pensée se sont succédées avec des périodes de recouvrement. Si les écoles de pensée sont bien identifiées,

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

Performance et valorisation RH

Performance et valorisation RH Performance et valorisation RH Document téléchargeable à des fins de consultation. Toute utilisation à des fins commerciales proscrite sans autorisation expresse de l auteur. 1 La fonction «Ressources

Plus en détail

«Comment être adaptés localement et intégrés globalement?»

«Comment être adaptés localement et intégrés globalement?» D) CONCLUSION Ce mémoire de fin d études a eu pour objectif de répondre à la question de recherche, «Peut-on transférer la culture organisationnelle d une société mère aux filiales situées à l étranger

Plus en détail

TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques»

TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques» Avant-propos Mode d emploi du guide TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques» Chapitre 1 Les PME : Spécificités et problématiques liées au développement 1.1 Le monde méconnu des

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

Améliorer votre approche processus

Améliorer votre approche processus Améliorer votre approche processus Décrire de manière complète les processus, Mettre en place des tableaux de bord de manière à en surveiller le fonctionnement et à en déterminer l efficacité, Réaliser

Plus en détail

Une Démarche Sur Mesure. Pour une cible très standard. Les Best Practices du Marché. Gestion d une réorganisation au sein d une DSI.

Une Démarche Sur Mesure. Pour une cible très standard. Les Best Practices du Marché. Gestion d une réorganisation au sein d une DSI. Une Démarche Sur Mesure Pour une cible très standard Les Best Practices du Marché Activité EURL - Management de Transition et de Transformation IT - Conseil Stratégie et Performance du Système d Information

Plus en détail

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation L évaluation au CRDI Version de juillet 2013 Division de la stratégie générale et de l évaluation La démarche du CRDI en matière d évaluation Le CRDI appuie le recours à la recherche, par les pays en développement,

Plus en détail

Alignement stratégique du SI et gestion de portefeuille de projets

Alignement stratégique du SI et gestion de portefeuille de projets Alignement stratégique du SI et gestion de portefeuille de projets Le CIGREF, dans son livre blanc de 2002, précise que «l alignement stratégique de l organisation sur le métier est le fait de mettre en

Plus en détail

LES NOUVEAUX TABLEAUX DE BORD DES MANAGERS. Le projet décisionnel dans sa totalité

LES NOUVEAUX TABLEAUX DE BORD DES MANAGERS. Le projet décisionnel dans sa totalité Alain Fernandez LES NOUVEAUX TABLEAUX DE BORD DES MANAGERS Le projet décisionnel dans sa totalité Préface de Gérard BALANTZIAN Troisième édition, 1999, 2000, 2003 ISBN : 2-7081-2882-5 Sommaire Préface

Plus en détail

1. Processus management et stratégie. Retour

1. Processus management et stratégie. Retour Retour Les principales fonctions du Siège social sont définies suivant un ensemble de processus dont la responsabilité est assurée par le Directeur Général de l Association. La mise en œuvre des activités

Plus en détail

Révisions ISO. ISO Revisions. ISO 9001 Livre blanc. Comprendre les changements. Aborder le changement

Révisions ISO. ISO Revisions. ISO 9001 Livre blanc. Comprendre les changements. Aborder le changement Révisions ISO ISO 9001 Livre blanc Comprendre les changements Aborder le changement ISO 9001 en bref Comment fonctionne ISO 9001? ISO 9001 peut s appliquer à tous les types et tailles d organisations et

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 6 : Customer Relationship Management (CRM) Sommaire Introduction... 1 Les enjeux

Plus en détail

TITRE DE LA THESE. Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie. Par. Riadh Béchir. Unité de recherche ; Laboratoire ;

TITRE DE LA THESE. Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie. Par. Riadh Béchir. Unité de recherche ; Laboratoire ; TITRE DE LA THESE Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie Par Riadh Béchir Unité de recherche ; Laboratoire ; Entreprise - Economie - Environnement Economie et sociétés rurales

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels

Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels Sfax le 26/03/2014 Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels Objet : Formation d administrateurs en audit qualité interne Pièces jointes : Termes de références de la formation.

Plus en détail

CONSEIL STRATÉGIQUE. Services professionnels. En bref

CONSEIL STRATÉGIQUE. Services professionnels. En bref Services professionnels CONSEIL STRATÉGIQUE En bref La bonne information, au bon moment, au bon endroit par l arrimage des technologies appropriées et des meilleures pratiques. Des solutions modernes adaptées

Plus en détail

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS REGARDS CROISÉS DES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE Administrateurs Présidents de conseil d administration/surveillance

Plus en détail

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins Qu une entreprise cherche à s adapter à son environnement et/ou à exploiter au mieux ses capacités distinctives pour développer un avantage concurrentiel, son pilotage stratégique concerne ses orientations

Plus en détail

Information Technology Services - Learning & Certification. www.pluralisconsulting.com

Information Technology Services - Learning & Certification. www.pluralisconsulting.com Information Technology Services - Learning & Certification www.pluralisconsulting.com 1 IT Consulting &Training Créateur de Performance Pluralis Consulting Services et de Conseil en Système d Information

Plus en détail

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES Bertrand Quélin Professeur HEC François Duhamel Etudiant du Doctorat HEC Bertrand Quélin et François Duhamel du Groupe HEC ont mené,

Plus en détail

FORMATION À LA CERTIFICATION CBCP (CERTIFIED BUSINESS CONTINUITY PROFESSIONAL) BCLE 2000

FORMATION À LA CERTIFICATION CBCP (CERTIFIED BUSINESS CONTINUITY PROFESSIONAL) BCLE 2000 FORMATION À LA CERTIFICATION CBCP (CERTIFIED BUSINESS CONTINUITY PROFESSIONAL) BCLE 2000 Les pratiques professionnelles de la Continuité Métier sont définies comme les aptitudes, connaissances et procédures

Plus en détail

Nouvelle étude de HPO concernant la position des entreprises familiales en Suisse

Nouvelle étude de HPO concernant la position des entreprises familiales en Suisse Media Release Entreprises familiales avec avantages concurrentiels Nouvelle étude de HPO concernant la position des entreprises familiales en Suisse Freienbach, le 24 juin 2014 D après une étude de l entreprise

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Table des matières. Préface... 11 Emmanuel FABER. Avant-propos... 13. Introduction... 15 PREMIÈRE PARTIE. REVUE DE LITTÉRATURE...

Table des matières. Préface... 11 Emmanuel FABER. Avant-propos... 13. Introduction... 15 PREMIÈRE PARTIE. REVUE DE LITTÉRATURE... Table des matières Préface... 11 Emmanuel FABER Avant-propos... 13 Introduction... 15 PREMIÈRE PARTIE. REVUE DE LITTÉRATURE... 27 Chapitre 1. De la RSE aux modèles sociétaux d accès aux biens et services...

Plus en détail

FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET

FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET 109 Gestion de projet METHODOLOGIE ET PROJET Durée 3 jours Conduite de projet COND-PRO s Intégrer les conditions de réussite d une démarche de management par projet. Impliquer

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

Comment faire des investissements informatiques pertinents en pleine connaissance de cause et mesurer les résultats obtenus?

Comment faire des investissements informatiques pertinents en pleine connaissance de cause et mesurer les résultats obtenus? Pourquoi le C - GSI Comment faire des investissements informatiques pertinents en pleine connaissance de cause et mesurer les résultats obtenus? La gouvernance des systèmes d information désigne l ensemble

Plus en détail

Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference

Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference 13-14 novembre 2008-13th -14th Novembre 2008 Centre des Congrès, Lyon Le rôle des accords d entreprise transnationaux

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE PENSÉE ET VISION STRATÉGIQUE Avoir une perspective globale des enjeux actuels et futurs du client ainsi que de définir des orientations visant

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Marc ROBERT. Courriel : Fonction : Professeur Associé. Biographie

Marc ROBERT. Courriel : Fonction : Professeur Associé. Biographie Courriel : Fonction : Professeur Associé Marc ROBERT Biographie Marc ROBERT, docteur en Economie, est professeur assistant au Groupe Sup de Co Montpellier Business School où il est responsable du département

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR D ADMINISTRATION DES ENTREPRISES DE GAFSA Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 6 : PGI : Progiciels de Gestion Intégrés ERP : Enterprise

Plus en détail

Business Process Change:

Business Process Change: Business Process Change: A Study of Methodologies, Techniques, and Tools par: W. Kettinger, J. Teng & S. Guha 1 Plan de la présentation Situer l article Relever son contenu Apprécier l article Appliquer

Plus en détail

Se former au bilan de compétences

Se former au bilan de compétences Se former au bilan de compétences formation Se former au bilan de compétences Comprendre et pratiquer la démarche Claude LEMOINE Préface de Jacques AUBRET 4 e édition Claude LEMOINE est professeur émérite

Plus en détail

Partie 3 : les piliers du pilotage à mettre en cohérence

Partie 3 : les piliers du pilotage à mettre en cohérence Partie 3 : les piliers du pilotage à mettre en cohérence Les 3 piliers du pilotage des activités Cohérence objectifs -> règles de gestion -> pratiques Cohérence pratiques -> outils Les pratiques budgétaires

Plus en détail

Pilotez, ajustez et optimisez votre portefeuille de projets

Pilotez, ajustez et optimisez votre portefeuille de projets Pilotez, ajustez et optimisez votre portefeuille de projets Intervenants 2 octobre 2014 Marianne Delétang Consultante Sénior Atos Grégory Sabathé Responsable Marketing NQI La solution web collaborative

Plus en détail

Dispositions d exécution: Unités de formation

Dispositions d exécution: Unités de formation Dispositions d exécution: Unités de formation Bases Dispositions générales d exécution pour l examen de fin d apprentissage. Art. 3, al. 6, du règlement d'apprentissage et d'examen de fin d'apprentissage

Plus en détail

Partenaire Expert de votre système d information

Partenaire Expert de votre système d information Partenaire Expert de votre système d information Nos domaines d intervention Maghreb Business Services propose à ses clients des prestations à forte valeur ajoutée faisant le lien entre leurs enjeux métiers,

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats Section 9 Établissement de rapports et communication des résultats 135 Établissement de rapports et communication des résultats Distribuer rapidement les résultats aux parties prenantes. Choisir le moyen

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE (ISR)

L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE (ISR) L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE (ISR) Notre démarche ISR La gestion dite de "stock-picking" de Financière de l Echiquier est une gestion qui s appuie avant tout sur la connaissance approfondie

Plus en détail

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Un livre illustré Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Résumé de la tâche Domaines généraux de formation Compétences transversales Domaines d apprentissage et compétences

Plus en détail

Gestion de l information

Gestion de l information MODELE LOGIQUE DE CONSTRUCTION DES TABLEAUX DE BORD DEMARCHES PROSPECTIVES Tableau de Bord de la Performance Point «académique» sur l alignement des objectifs opérationnels et stratégiques Les démarches

Plus en détail

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F.Adm.A., CMC Conseiller en gestion Direction de la gestion

Plus en détail

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation Recommandations Thèses relatives à l accréditation Berne, le 17 décembre 2003 Seite 2 Recommandations aux hautes écoles spécialisées suisse 1. Accréditation et processus de Bologne Dans la Déclaration

Plus en détail

GUIDE PÉDAGOGIQUE L ÉLABORATION DU PROJET DE FORMATION EN ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES

GUIDE PÉDAGOGIQUE L ÉLABORATION DU PROJET DE FORMATION EN ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES L ÉLABORATION DU PROJET DE FORMATION EN ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES 10 Le projet de formation en alternance travail-études constitue l outil qui concrétise le partenariat éducatif entre l établissement scolaire

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec

Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec Programme de bourses Fonds commémoratif Louise-Montpetit-Morisseau Développement et validation de l échelle de mesure

Plus en détail

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION APRÈS LA FORMATION 2.3. APRÈS LA FORMATION Lorsque la formation est terminée, l organisation doit finalement s assurer que l apprenant puisse utiliser de manière concrète les nouveaux apprentissages. Cette

Plus en détail

ITSM - Gestion des Services informatiques

ITSM - Gestion des Services informatiques Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ ITSM - Gestion des Services informatiques Copyright 2011 CXP. 1 ITSM - Gestion des Services informatiques L'étude a été réalisée par : Dalila Souiah OBJECTIF DU DOCUMENT.

Plus en détail

Comptabilité, finance et gestion des affaires

Comptabilité, finance et gestion des affaires Comptabilité, finance et gestion des affaires LCA.AX Information : (514) 376-1620, poste 388 Programme de formation Type de sanction Attestation d études collégiales permettant de cumuler 40 unités 1/3.

Plus en détail

Préface. de Xavier QUÉRAT-HÉMENT

Préface. de Xavier QUÉRAT-HÉMENT Préface de Xavier QUÉRAT-HÉMENT La réussite de toute entreprise, comme le savent les opérationnels au contact de clients de plus en plus exigeants et soumis à une règlementation qui s étoffe régulièrement,

Plus en détail

En quoi consiste la gestion des dossiers et de l information (GDI)?

En quoi consiste la gestion des dossiers et de l information (GDI)? OBJET Les dossiers et l information sont d importants biens stratégiques pour une organisation et, comme c est le cas d autres éléments organisationnels (ressources humaines, capital et technologie), ils

Plus en détail

Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction

Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction Période de référence : Septembre à décembre 2014 Période de référence précédente : 30 septembre 2014 Nom de l auteur : K.

Plus en détail

Mesurer la valeur ajoutée par la gestion des ressources humaines

Mesurer la valeur ajoutée par la gestion des ressources humaines Mesurer la valeur ajoutée par la gestion des ressources humaines Par Daniel Held, Dr. ès Sc. Econ. Paru dans Personnel, Janvier 2001, no 416, pp. 34-37 La création de valeur a toujours été le moteur du

Plus en détail

Introduction à la conduite de projet "systèmes d'information"

Introduction à la conduite de projet systèmes d'information Centre national de la recherche scientifique Direction des systèmes d'information REFERENTIEL QUALITE Guide méthodologique Introduction à la conduite de projet "systèmes d'information" Référence : CNRS/DSI/conduite-projet/principes/guide-introduction

Plus en détail

Associer nos savoir-faire

Associer nos savoir-faire MAC-ERCI International, cabinet spécialisé en recrutement, évaluation et gestion des compétences, a été créé début 2007. En croissance depuis notre création, nous n avons de cesse de nous remettre en question

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS 2009 CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS SE DISTINGUER PAR LES COMPETENCES Signe Distinctif accompagne les cabinets d avocats pour développer de nouvelles compétences professionnelles indispensables

Plus en détail