La dimension sociale de l alignement stratégique des ERP : définition et proposition de mesures

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La dimension sociale de l alignement stratégique des ERP : définition et proposition de mesures"

Transcription

1 La dimension sociale de l alignement stratégique des ERP : définition et proposition de mesures Résumé Les recherches empiriques sur l alignement stratégique des TI/SI ne cessent de se développer. Toutefois, une analyse de la littérature sur ce sujet permet de constater que peu d indicateurs sont développés pour mesurer la dimension sociale de l alignement. D après plusieurs recherches, cette dimension constitue le principal facteur de l alignement. Ce papier tente de définir et de proposer des mesures pour la dimension sociale de l alignement stratégique des ERP, des progiciels qui touchent le métier des entreprises. Des indicateurs de mesures sont dégagés à partir d une revue de la littérature. Les énoncés de ces indicateurs sont améliorés suite à une étude de cas multiples au sein de cinq entreprises tunisiennes adoptant des ERP. Les résultats de cette étude permettent aussi de proposer d autres indicateurs pouvant servir à mesurer la dimension sociale de l alignement stratégique des ERP. Mots clefs : ERP, alignement stratégique, dimension sociale, dualité de l alignement. The social dimension of ERP strategic alignment: definition and measures Karim MEZGHANI Doctorant Unité de Recherche en Gestion des Entreprises FSEG Sfax, Tunisie Route de l aérodrome km 4 B.P Sfax, Tunisie Lassaâd MEZGHANI Professeur Unité de Recherche en Gestion des Entreprises FSEG Sfax, Tunisie Route de l aérodrome km 4 B.P Sfax, Tunisie Abstract Empirical researches on strategic IT/IS alignment have been conducted. Nevertheless, few measures are developed for social dimension of strategic alignment. According to many researchers, this dimension is the main enabler of alignment. This paper aims to define and propose measures for the social dimension of ERP strategic alignment. Some measures are developed from literature and then improved through case studies conducted in five Tunisian enterprises having adopted ERP systems. The results of these case studies show also that there are others measures which can be used to evaluate the social dimension of ERP strategic alignment. Key-words: ERP, strategic alignment, social dimension, duality of alignment.

2 Introduction Depuis le développement du SAM (Strategic Alignment Model) par Henderson et Venkatraman (1993), la notion de l alignement stratégique des TI/SI n a cessé de susciter l intérêt des chercheurs. Cependant, selon Chan, Sabherwal et Thatcher (2006), peu de recherches empiriques sont conduites sur cette notion. Ceci peut être constaté notamment dans le cas de la dimension sociale de l alignement. Cette dimension est développée par Reich et Benbasat (1996) et caractérise l ensemble des interactions entre les responsables des affaires et les responsables TI/SI. Elle constitue, selon plusieurs recherches, le principal moteur de l alignement. Notons que le terme «responsables des affaires» désigne les responsables (notamment top managers) chargés d élaborer la stratégie de l entreprise. Quant au terme «responsables TI/SI», il fait référence aux responsables chargés d implanter et de gérer les TI/SI. Pour pouvoir conduire des recherches empiriques sur cette dimension, il paraît nécessaire de disposer d indicateurs pouvant aider à la mesurer. Ainsi, cette recherche tente de développer des mesures pour la dimension sociale de l alignement stratégique des TI/SI, plus particulièrement dans le cas des ERP. Le choix de l alignement des ERP se justifie par le fait que la mise en place de tels systèmes peu affecter les choix stratégiques. D ailleurs, les entreprises qui rencontrent le plus de problèmes lors de la mise en place d un ERP sont celles qui ne considèrent pas pleinement ses implications sur leurs affaires (Davenport, 1998). Dans cette recherche, le développement de mesures pour la dimension sociale de l alignement stratégique des ERP est effectué, d abord, suite à une revue de la littérature. Cette dernière est complétée, ensuite, par une étude exploratoire (étude de cas multiples) visant à améliorer les mesures déjà développées et à générer d autres. 1. Les enseignements de l approche «dualité de l alignement» L approche «dualité de l alignement» est développée par Reich et Benbasat (1996) à partir des travaux de Horovitz (1984) sur le management stratégique. Elle a servi par la suite à élaborer plusieurs travaux de recherche sur l alignement des TI/SI La dualité de la planification stratégique selon Horovitz (1984) Pour Horovitz (1984), la stratégie est formulée et implantée selon deux processus : Le processus intellectuel : les décideurs, à travers des outils et des méthodologies, décident de la meilleure façon pour formuler la stratégie et les dispositions à prendre au niveau organisationnel pour mieux concrétiser les orientations stratégiques de l entreprise. Le processus social : le profil des participants dans la planification stratégique et le style de direction du top manager déterminent réellement la stratégie. Ces facteurs assurent que le comportement actuel soutient l accomplissement des orientations stratégiques. Horovitz (1984) stipule que le profil des personnes à impliquer dans le processus de prise de décision stratégique est plus important que les outils utilisés pour formuler ces décisions. Cet auteur pense que le processus de planification stratégique est d autant plus efficace qu il réunit les outils de planification avec le profil des personnes impliquées dans celle-ci. Il s agit donc d intégrer ces deux processus «duaux» dans la planification stratégique. La vision de Horovitz (1984) stipule que la formulation et l implantation de la stratégie nécessite des processus qui peuvent être classés selon deux dimensions duales : intellectuelle et sociale. Ainsi, selon Horovitz (1984), les outils intellectuels sont insuffisants en absence du processus social. Par exemple, en absence d un style de direction favorisant la communication et privilégiant le consensus entre les responsables, les outils développés peuvent produire des résultats mais pas ceux attendus ou planifiés. La dualité de Horovitz (1984) met en exergue le rôle du facteur humain lors de la planification stratégique pour concrétiser les choix stratégiques sur le terrain. Ceci a aidé certains auteurs, dont Reich et Benbasat (1996), à mieux étudier le concept de l alignement. Ce dernier concernait, jusque là, essentiellement l intégration des plans des affaires et des plans TI/SI sans réflexion sur les opinions des responsables impliqués dans la formulation de ces plans et la concrétisation de cette intégration L intégration de la dualité «social/intellectuel» pour l étude de l alignement par Reich et Benbasat (1996) En s inspirant des travaux de Horovitz (1984), Reich et Benbasat (1996) ont introduit la dualité «social/intellectuel» pour l étude de la notion de l alignement des TI/SI. Ces auteurs précisent que l alignement se caractérise par : Un processus : englobe les pratiques à considérer pour réaliser la cohérence entre stratégie des affaires et stratégie TI/SI. Un état : constitue le résultat du processus cité cidessus et représente l état de l alignement à un moment donné. 1

3 La relation entre ces composantes est une relation de «cause à effet» selon laquelle le processus regroupe les causes de l alignement et l état constitue l effet du processus. Ces deux composantes peuvent être décrites selon deux dimensions duales mais complémentaires : la dimension intellectuelle et la dimension sociale (tableau 1). Processus de l alignement (causes) Etat de l alignement (effet) Dimension intellectuelle Les méthodologies de planification des affaires et des TI/SI Les missions, plans et objectifs des affaires et TI/SI sont cohérents Dimension sociale Choix des acteurs, prise de décisions et communication des plans des affaires et TI/SI Degrés de compréhension des missions, plans et objectifs des affaires et TI/SI par les responsables Tableau 1 : La dualité de l alignement selon Reich et Benbasat (1996) Il est à signaler ici que les deux dimensions de l alignement (tableau 1) regroupent aussi bien les processus, tels que définis par Horovitz (1984), que l état de l alignement à un moment donné. La distinction entre dimension sociale et dimension intellectuelle est justifiée par Reich et Benbasat (1996) par une volonté de réaliser la cohérence aussi bien sur les plans (les documents écrits) qu à l esprit des responsables (affaires et TI/SI). Ces auteurs insistent sur la nécessité d intégrer les deux dimensions (sociale et intellectuelle) afin de réaliser une complète utilisation des TI/SI comme support ou comme catalyseur pour les stratégies des affaires. En effet, d une part, les plans (des affaires et des TI/SI) risquent d être mal exécutés si les acteurs organisationnels ne sont pas d accord sur ces plans (absence de la dimension sociale). D autre part, l entreprise court le risque de mettre en place des plans «mal formulés», défectueux et obsolètes en absence de la dimension intellectuelle. Ceci est signalé aussi par Campbell, Kay et Avison (2004) qui stipulent ce qui suit : «We need to study the intellectual and social dimensions together. They are inextricably linked in a web of cause and effect». Ces auteurs montrent même l étroite relation qui existe entre la dimension sociale et la dimension intellectuelle. En effet, ils préconisent, d après Nelson et Cooprider (1996) et Campbell (2003), que le manque de communication (niveau social) entre les responsables TI/SI et les responsables des affaires affecte négativement le niveau de confiance et de partage de connaissances entre ces responsables. Ceci affecte par la suite le développement des plans des affaires et des plans TI/SI (niveau intellectuel) qui sont formulés séparément à cause des «décalages» enregistrés chez les responsables (Campbell, Kay et Avison, 2004). Selon Reich et Benbasat (2000), la dimension sociale est plus importante vu que les interactions entre les responsables des affaires et les responsables TI/SI sont nécessaires quelque soit les «outils» de planification utilisés. Ceci est signalé par Henderson et Venkatraman (1993) qui stipulent que ces interactions sont nécessaires quelque soit la perspective choisie pour réaliser l alignement. D ailleurs, les outils de planification risquent de ne pas être applicables à tous les contextes : «There is no one standard method for improving alignment» (Chan, Sabherwal et Thatcher, 2006). Ceci peut être constaté avec les méthodes de Planification Stratégique des Systèmes d Information (PSSI) développés dans les années 70 et 80 (Strategic Systems Planning, Information Engineering, Method/1, ). Ces méthodes ont été critiquées du fait de la complexité de leur mise en place (Pant et Hsu, 1995). En plus, chaque méthode ne tient pas compte du contexte organisationnel et des facteurs environnementaux (Lee et Bai, 2003). Pour cela, cette recherche traite uniquement la dimension sociale de l alignement stratégique des ERP Essai de mesure de la dimension sociale de l alignement par Reich et Benbasat (1996, 2000) L alignement est défini, par Reich et Benbasat (1996, 2000), comme un état dans lequel les responsables des affaires et des TI/SI, dans une organisation, comprennent et sont d accord sur la mission, les objectifs et les plans aussi bien du business que des TI/SI. Ces auteurs ont essayé de proposer des mesures pour la dimension sociale de l alignement à travers une étude de cas multiples (10 cas). Les techniques de collecte des données sont les suivantes : Une analyse documentaire : voir si les plans des affaires rédigés citent les projets TI/SI nécessaires pour supporter les objectifs organisationnels. S assurer aussi que les plans TI/SI mentionnent les objectifs organisationnels des projets TI/SI. Des entretiens semi directifs : voir si les responsables des affaires comprennent ou non les objectifs des TI/SI de l entreprise. Aussi, essayer d identifier à quel niveau les responsables TI/SI comprennent les objectifs organisationnels. Pour chaque technique de collecte des données, Reich et Benbasat (1996) fixent quatre niveaux de l alignement (tableau 2). Les mesures proposées par Reich et Benbasat (1996) concernent uniquement «l état» de l alignement. Pour le «processus» (social) de l alignement, les résultats de la recherche menée par Reich et Benbasat (2000) montrent que le principal élément de ce processus est la communication. Celle-ci est mesurée par la fréquence de communication en terme de régularité des réunions, des s, 2

4 Les niveaux de l alignement Elevé Moyen Faible Les documents rédigés Les deux plans existent : le plan des affaires fait référence au plan TI/SI et vice versa Les deux plans existent : le plan des affaires fait référence au plan TI/SI ou vice versa Les deux plans existent : le plan des affaires ne fait pas référence au plan TI/SI et vice versa Les entretiens Les responsables des affaires peuvent identifier les priorités des responsables TI/SI et vice versa Les responsables des affaires comprennent de façon générale les objectifs des responsables TI/SI mais ne peuvent pas identifier leurs priorités et vice versa Les responsables des affaires ne comprennent pas les objectifs des responsables TI/SI et vice versa Inconnu Pas de plans Pas d objectifs formulés Tableau 2 : Les mesures de l alignement selon Reich et Benbasat (1996) Les résultats obtenus par Reich et Benbasat (1996, 2000) peuvent aider à développer des mesures pour apprécier la dimension sociale de l alignement à travers des recherches quantitatives. Toutefois, certaines limites sont à signaler : Les résultats de Reich et Benbasat (1996) montrent que le niveau de l alignement diffère selon la technique de collecte des données. Ceci est dû, selon ces auteurs, aux décalages qui existent entre le contenu des documents et la «pensée» des responsables. En fait, dans certains cas, les plans sont datés ou mêmes inexistants. Ainsi, il ne serait pas intéressant de développer des mesures portant sur les plans rédigés. Les mesures présentées dans le tableau 2 manquent de support théorique et ont besoin d être validées empiriquement. Le choix de quatre niveaux de l alignement semble insuffisant. En fait, d autres niveaux sont à envisager si, par exemple, les responsables des affaires comprennent les objectifs des responsables TI/SI alors que ces derniers ne comprennent pas les objectifs organisationnels. Un seul élément du processus de l alignement est identifié (la communication). D autres éléments peuvent figurer au sein de ce processus. Ces limites vont aider à mieux organiser la démarche de développement de mesures pour la dimension sociale de l alignement stratégique des ERP présentées dans la suite de cet article. 2. La dimension sociale de l alignement stratégique dans le cas des ERP Avant de proposer des mesures pour la dimension sociale de l alignement stratégique des ERP, il est nécessaire de définir cet alignement pour mieux cibler les mesures à adopter Définition et intérêt de la dimension sociale de l alignement stratégique des ERP Selon Avison et al. (2004), les définitions floues du concept «alignement» proposées dans la littérature ont causé de différentes interprétations, souvent contradictoires, de ce concept. Alors que certains auteurs trouvent que l alignement doit être défini en tant que processus (Henderson et Venkatraman, 1993 ; Cigref, 2002 ; etc), d autres considèrent que la nécessité de maintenir l alignement n est reconnue que sporadiquement et préfèrent le définir en tant qu un état (Reich et Benbasat, 2000 ; Maes et al., 2000). Dans cette recherche, la dimension sociale regroupe aussi bien l état que le processus, d où la nécessité de la définir sous ces deux angles La composante «état de l alignement» En se basant sur Cigref (2002), Mezghani et Mezghani (2008) définissent l état de l alignement stratégique des ERP par le fait : De tenir compte de la stratégie des affaires dans la conduite du projet ERP. En effet, Lee et Myers (2004) constatent que la longue durée des projets ERP peut poser des problèmes de cohérence entre les orientations stratégiques et la mise en place des ERP. Ces auteurs affirment que le «contexte stratégique» d une entreprise peut changer durant la mise en place d un ERP (par des changements dans le top management ou dans les orientations stratégiques). Ceci peut affecter la conduite du projet (changement des besoins donc réorientation des paramétrages et des développements spécifiques). 3

5 D intégrer les opportunités et les contraintes des ERP lors de la formulation des choix stratégiques. En effet, plusieurs entreprises ne bénéficient pas des avantages des ERP parce qu elles ne tiennent pas compte de ces systèmes dans l élaboration de leurs stratégies (Yen et Sheu, 2004). En fait, les ERP permettent un accès facile à plusieurs informations qui peuvent aider les responsables des affaires à améliorer leurs visions. En plus, les ERP sont des systèmes standards qui touchent aux processus métiers dont certains constituent des sources d avantages concurrentiels. Une considération de ce caractère standard à un niveau stratégique semble donc nécessaire vu l étroite relation de dépendance qui existe entre la stratégie et l organisation. En intégrant cette définition avec celle proposée par Reich et Benbasat (1996, 2000) (titre 2.3), il est possible de définir l état de l alignement stratégique des ERP, dans sa dimension sociale, comme un état dans lequel : Les responsables TI/SI comprennent et manifestent leurs accords concernant les objectifs des responsables des affaires lors de la conduite du projet ERP. Cette situation servirait pour orienter le paramétrage et les développements spécifiques en fonction de la stratégie des affaires. Les responsables des affaires comprennent et manifestent leurs accords concernant les opportunités, les contraintes et les différentes étapes du projet ERP. Selon Grant (2003), les ERP ne peuvent avoir un apport pour la stratégie des affaires que si cet apport est appréhendé par les responsables des affaires. Il s agit ici d un alignement défini selon une logique de «covariation» vu le caractère, à la fois, standard et adaptable des ERP. Selon Mezghani et Mezghani (2008) cet alignement concerne la mise en place de l ERP, choisi dans le cadre d une stratégie TI/SI. Il s agit de la prise en considération de la mise en place des ERP à un niveau stratégique, c'est-à-dire au niveau des responsables des affaires. Ceci paraît essentiel d autant plus que le déploiement réussi d une TI nécessite un suivi au niveau stratégique (Davenport, Hammer et Metsisto, 1989) La composante «processus de l alignement» En plus de la composante «état», la dimension sociale de l alignement regroupe les déterminants de l alignement qui constituent la composante «processus». De façon générale, Henderson et Venkatraman (1993) définissent l alignement comme un processus d adaptations et de changements continus visant à assurer la cohérence entre la stratégie des affaires et la stratégie TI/SI. Selon Reich et Benbasat (2000) ce processus repose principalement sur la communication. A ce niveau, Mezghani et Mezghani (2008) intègrent aussi, sur la base d une revue de la littérature, deux autres éléments : Le support que démontrent les responsables des affaires vis-à-vis des responsables TI/SI : Selon Stratman et Roth (2002), supporter les responsables TI/SI au cours d un projet revient à mettre à la disposition de ces derniers les ressources humaines, techniques et financières nécessaires pour conduire à bien ce projet. Dans le cas des projets ERP, le support du top management est présenté comme un facteur de réussite de tels projets (Umble, Haft et Umble, 2003). Ce support semble utile pour réaliser l alignement stratégique des ERP du fait que ce support donnerait une importance stratégique aux projets ERP. La participation des responsables des affaires dans le projet ERP : Jarvenpaa et Ives (1991) définissent la participation dans le management des TI/SI comme l ensemble des activités et des interventions des responsables des affaires dans le management des TI/SI. C est l investissement, en temps et efforts, qu effectuent les responsables des affaires pour traiter des questions concernant les TI/SI au sein de l entreprise (Jarvenpaa et Ives, 1991). La participation dépasse la simple communication entre les responsables et concerne plutôt «les plus» qu apportent les responsables dans la planification des domaines ne faisant pas parties des siens. Cette participation permettrait aux responsables des affaires d enrichir leurs connaissances sur les ERP (opportunités et limites) et améliorerait leur compréhension des différentes étapes de ce projet. Ces éléments constituent les différentes formes d interaction entre les responsables des affaires et les responsables TI/SI au cours d un projet ERP (Mezghani et Mezghani, 2008). Cette interaction est jugée comme le facteur le plus déterminant de l alignement (Henderson et Venkatraman, 1993 ; Broadbent et Weill, 1993 ; Reich et Benbasat, 1996, 2000 ; Kearns et Lederer, 2003 ; Kearns et Sabherwal, 2007 ; Mezghani et Mezghani, 2008 ; etc). Ainsi, il est possible de schématiser la dimension sociale de l alignement stratégique des ERP (en terme de processus et d état de l alignement) comme suit (figure 1) : 4

6 Le processus de l alignement Interactions Communication Support des responsables des affaires Participation dans le projet ERP L état de l alignement Alignement stratégique des ERP Alignement de l ERP sur la stratégie des affaires Alignement de la stratégie des affaires sur l ERP Figure 1 : La dimension sociale de l alignement stratégique des ERP Ayant présenté les différentes composantes formant la dimension sociale de l alignement stratégique des ERP, il est possible de procéder à l identification d indicateurs pouvant les mesurer Des mesures issues de la littérature pour la dimension sociale de l alignement stratégique des ERP Les mesures développées à ce niveau sont issues principalement des travaux de Reich et Benbasat (2000) qui ont défini la dimension sociale de l alignement stratégique des TI/SI en général. En considérant la définition de la dimension sociale de l alignement stratégique des ERP proposée dans le titre précédent, d autres mesures ont été adoptées à partir d autres travaux traitant l alignement stratégique des TI/SI et la mise en place des ERP. Signalons ici que les mesures concernant les TI/SI de manière générale sont adaptées au cas des ERP. Ces mesures sont résumées dans l annexe A. Les justifications de choix et d adaptations de mesures de chaque composante de la dimension sociale de l alignement sont présentées dans ce qui suit Les mesures de «l alignement de l ERP sur la stratégie des affaires» Les deux mesures de cet alignement sont inspirées de la définition de l alignement proposée par Reich et Benbasat (2000). Ainsi, un indicateur est relatif à la «compréhension» des objectifs des affaires par les responsables TI/SI, l autre concerne «l accord» démontré vis-à-vis ces objectifs. En fait, les responsables TI/SI, en tant que chargés de tout ce qui concerne les TI/SI au sein de l entreprise, ont besoin de comprendre les objectifs des affaires et d y adhérer (alignement social) pour réussir les adaptations de l ERP (alignement intellectuel) Les mesures de «l alignement de la stratégie des affaires sur l ERP» Comme pour l alignement de l ERP, les deux premières mesures de l alignement de la stratégie des affaires sont inspirées de Reich et Benbasat (2000). Une autre mesure proposée par Kearns et Sabherwal (2007) est intégrée. Celle-ci concerne ce que les responsables des affaires «pensent» de l apport des TI/SI pour le business. Les mesures proposées par ces auteurs concernent les TI/SI et leurs objectifs de façon générale. Or, cette recherche s intéresse à un cas spécifique, celui de la mise en place d un ERP. C est pour cela que ces mesures sont adaptées pour pouvoir être utilisées. Ici, la recherche de Kamhawi (2007) était d une grande utilité. En fait, cet auteur utilise deux mesures pour l alignement. L une porte sur le consensus concernant les objectifs du projet ERP qu on a modifié pour concerner le consensus sur les étapes du projet ERP puisqu on traite l alignement durant la mise en place. L autre mesure porte sur la compréhension des apports des ERP pour le business Les mesures de «la communication» Selon Reich et Benbasat (2000), plus les responsables des affaires et les responsables TI/SI communiquent, plus l alignement est élevé. Ainsi, la mesure adoptée est relative à la périodicité des réunions entre les responsables. Cette mesure est adaptée (annexe A) du fait qu on s intéresse uniquement aux interactions qui s effectuent durant la période projet ERP Les mesures du «support des responsables des affaires» Il s agit ici du support que démontrent les responsables des affaires vis-à-vis les responsables TI/SI, particulièrement au cours du projet ERP. Ce support peut être illustré par de simples encouragements ou par la mise à disposition des ressources nécessaires (financières ou autres) pour conduire à bien le projet ERP. Les mesures de cette composante sont extraites des travaux de Stratman et Roth (2002) et Huang et al. (2004) qui ont porté sur la mise en place des ERP Les mesures de «la participation dans le projet ERP» Comme déjà signalé, cette composante traite uniquement la participation des responsables des affaires dans le projet ERP. Ses mesures sont proposées par Kearns et Lederer (2003) et Kearns et Sabherwal (2007). Selon ces auteurs, les responsables des affaires participent, principalement, dans les choix technologiques et dans la planification des TI/SI de l entreprise pour pouvoir profiter des apports des TI/SI pour le business. Puisque cette recherche traite d une TI/SI particulière (ERP), les mesures identifiées à ce niveau sont adaptées au cas de mise en place des ERP. Ainsi, la «planification 5

7 des TI/SI» devient «planification du projet ERP» et le «choix des TI/SI» devient «choix de l ERP». Il est important de signaler que le choix de l ERP concerne aussi bien le système lui-même que l intégrateur. En fait, la même marque de l ERP peut être installé par plusieurs intégrateurs (surtout si l éditeur n assure pas l installation de son système). Jusque là, les mesures sont dégagées uniquement de la littérature. Une étude exploratoire (étude de cas multiples) semble donc nécessaire à ce niveau pour affiner certaines mesures et proposer d autres. 3. Méthodologie de recherche Cette étude est menée au sein de cinq entreprises tunisiennes engagées dans un projet ERP. La collecte des données est effectuée grâce à des entretiens semi-directifs conduits avec les responsables TI/SI (les cinq responsables sont les chefs de projets ERP). D après Kearns et Sabherwal (2007), les responsables TI/SI constituent les informateurs clés (key informants) en ce qui concerne tous les aspects qui touchent les TI/SI au sein de l entreprise. Pour conduire ces entretiens, un guide est construit sur la base de questions ouvertes traitant les différentes composantes de la figure 1. Les discours des responsables TI/SI sont analysés manuellement grâce à une matrice intersites orientée thèmes. Chaque thème fait référence à une composante de la figure 1. L analyse de ces thèmes a permis d améliorer certaines mesures issues de la littérature et de développer d autres. 4. Résultats et interprétations : révisions et propositions de mesures En s appuyant sur les discours des responsables TI/SI, les énoncés de certaines mesures de l annexe A sont améliorés. D autres mesures sont développées sur la base de ces discours «L alignement de l ERP sur la stratégie des affaires» Cette composante regroupe la «compréhension» et «l accord» que démontrent les responsables TI/SI concernant les objectifs que fixent les responsables des affaires pour effectuer les différentes adaptations au niveau du système (paramétrage et développements spécifiques). Lors de la conduite des entretiens, il a été remarqué que certaines adaptations se font sur la base des besoins spécifiques aux responsables des affaires et non sur les objectifs. En fait, ces objectifs concernent l orientation globale de l entreprise. Ils sont formulés de manière «vague» ce qui rend leur considération lors de l adaptation de l ERP difficile. D ailleurs, les responsables TI/SI affirment que ces objectifs font partie de «l univers» des responsables des affaires. Ainsi, les interviewés déclarent que les adaptations se font suivant les besoins déclarés par les responsables des affaires. Pour cela, les énoncés des mesures de cette composante sont modifiés de sorte que le terme «objectifs des responsables des affaires» devient «besoins des responsables des affaires» (Annexe C). Néanmoins, on estime que la conduite du projet ERP devrait se référer aux objectifs globaux de l entreprise (le budget par exemple). Ici, un interviewé affirme que la mise en place de l ERP doit s adapter aux objectifs globaux. Cet interviewé pense que la mise en place d un ERP doit suivre les objectifs de l entreprise, surtout en terme de budget et de délai. Ainsi, un autre indicateur semble être nécessaire ici pour apprécier l alignement : «les responsables TI/SI tiennent compte des objectifs globaux de l entreprise pour définir les étapes du projet». Comme signalé plus haut, les responsables TI/SI effectuent des paramétrages et des développements spécifiques sur la base des besoins des responsables des affaires. Ceci indique que les responsables TI/SI «comprennent» ces besoins. Ainsi, l existence de tels paramétrages ou développements spécifiques peut informer sur «la compréhension». De ce fait, les deux indicateurs suivants sont retenus : Le paramétrage s effectue sur la base des besoins spécifiques à la direction générale. Les développements spécifiques s effectuent suite à des besoins spécifiques à la direction générale. En plus des adaptations, un interviewé affirme que les exigences des responsables des affaires sont aussi considérées lors du choix du système, même si ces responsables ne participent pas dans le choix. Ainsi, la prise en compte de ces exigences peut renseigner sur le degré de «compréhension». Par la suite, un dernier indicateur est retenu : «Le choix de l ERP tient compte des exigences des responsables des affaires» «L alignement de la stratégie des affaires sur l ERP» D après les entretiens, il semble que les indicateurs développés suite à la revue de la littérature puissent être applicables sur le terrain. En fait, quatre interviewés affirment que, grâce aux réunions périodiques, les responsables des affaires «sont informés régulièrement de l état d avancement du projet ERP et des différents détails de ce projet». Ainsi, ces responsables «connaissent les différentes étapes du projet». En plus, ces derniers «manifestent toujours leurs accords concernant ces étapes». Concernant le troisième item de cette composante (annexe A), trois interviewés pensent que les responsables des affaires «considèrent que les ERP ont des apports pour le business». Un autre responsable TI/SI trouve que les responsables des affaires «considèrent le projet ERP comme un projet purement technique». Ces deux affirmations peuvent être considérées comme deux manifesta- 6

8 tions «opposées» de l item en question. Ainsi, l indicateur «Les responsables des affaires considèrent que l investissement dans un ERP possède un impact sur la performance de l entreprise» (déjà développé) peut être retenu La «communication» L analyse de la littérature a permis d identifier un seul indicateur de la communication, celui de la périodicité des réunions. L étude exploratoire, par contre, a permis d apporter plusieurs améliorations à cette composante. Le tableau de l annexe B présente des extraits des discours des interviewés de trois cas concernant l alignement et la communication. Ces trois cas sont jugés présentant le plus de signes de l alignement. Une première analyse des discours des interviewés relève que les réunions périodiques constituent de bonnes occasions pour communiquer. D ailleurs, un responsable TI/SI explique le non alignement constaté dans son entreprise par le manque de réunions avec les dirigeants. En fait, ce manque de réunions engendre un climat de flou au sein du projet : «Les informaticiens ne comprennent pas les besoins du DGA (Directeur Général Adjoint) Le DGA exprime mal ses besoins». Une analyse plus approfondie de ces discours (annexe B) fait penser que le «contenu» de ces réunions est très déterminant pour réaliser l alignement. En fait, il est prévisible que la régularité de réunions favorise l alignement. Mais, en plus, le contenu de ces réunions semble renforcer cet alignement. Ainsi, dans le cas n 1 par exemple, le responsable des affaires considère que l ERP peut toucher plusieurs domaines au sein de l entreprise et aider dans la fixation des choix stratégiques. Cette «croyance» est exprimée suite aux réunions avec le responsable TI/SI qui ont permis au responsable des affaires de prendre connaissance des bénéfices de l ERP. Dans le cas n 2, le responsable des affaires utilise les tableaux de bord de l ERP car il «considère» que ce système peut apporter un plus au business. Cette utilisation était possible après communication de ses besoins au responsable TI/SI pour effectuer les paramétrages nécessaires. Aussi, il arrive au responsable des affaires du cas n 3 de revoir ses besoins suite aux contraintes techniques constatées au niveau du système. Ces contraintes sont communiquées par le responsable TI/SI. Ainsi, des mesures sur le contenu de la communication peuvent être ajoutées à cette composante. Les entretiens menés permettent d énoncer les mesures suivantes : Les responsables des affaires communiquent les objectifs globaux de l entreprise. Les responsables des affaires communiquent leurs besoins vis-à-vis de l ERP. Les responsables TI/SI communiquent les bénéfices de l ERP. Les responsables TI/SI communiquent les contraintes techniques de l ERP. Les responsables TI/SI communiquent l état d avancement du projet ERP. Ces mesures sont censées apprécier la communication durant le projet ERP à côté de l indicateur identifié dans la littérature (périodicité des réunions) Le «support des responsables des affaires» Les mesures inspirées de la littérature pour le support sont maintenues. En fait : Quatre interviewés affirment que les responsables des affaires motivent constamment les responsables TI/SI et les membres de l équipe projet. Deux interviewés indiquent que les responsables des affaires accordent le financement nécessaire à la conduite du projet ERP. Un interviewé stipule que les responsables des affaires ne donnent pas toujours la priorité au projet ERP. Seulement, l étude exploratoire effectuée n a pas permis d identifier d autres mesures. En fait, les responsables interviewés ne voient pas de formes de support autre que la motivation et le support financier La «participation dans le projet ERP» D après l annexe A, les mesures issues de la littérature pour la participation sont adaptées au cas des projets ERP. Cette adaptation semble être appropriée dans la mesure où les interviewés affirment que les responsables des affaires : Participent dans le choix du système ERP et de l intégrateur. Participent dans la planification du projet ERP. De plus, l étude exploratoire révèle que dans le cas n 1, le responsable des affaires participe dans la mise en place effective du système. En fait, le responsable TI/SI interviewé affirme que le responsable des affaires aide les utilisateurs à identifier leurs besoins. Pour cela, une troisième mesure de la composante «participation» est ajoutée : «Les responsables des affaires participent dans la définition des besoins des utilisateurs». En résumé, l étude exploratoire a permis d améliorer l énoncé de certaines mesures et de proposer d autres. Le tableau de l annexe C récapitule les différentes mesures identifiées dans cette recherche. Conclusion La dimension sociale de l alignement stratégique des TI/SI reste un facteur déterminant pour bâtir une stratégie TI/SI au service du business. D ailleurs, une analyse de la 7

9 littérature portant sur l alignement permet de constater que ce sont les interactions entre les responsables qui influencent le plus l état de l alignement. Néanmoins, peu de mesures sont développées pour la dimension sociale. D ailleurs, ces mesures ne tiennent pas compte des spécificités des TI/SI étudiés. Ainsi, ce papier a tenté d identifier des mesures pour la dimension sociale de l alignement stratégique dans le cas des ERP. En fait, une analyse de la littérature puis une étude de cas multiples ont permis : D une part, d adapter des mesures issues de la littérature au cas de mise en place des ERP vu que ces mesures concernent les TI/SI de façon générale. D autre part, de développer d autres mesures pouvant aider à apprécier la dimension sociale de l alignement. A l égard des travaux de Reich et Benbasat (1996, 2000) qui ont développé la dimension sociale de l alignement, cette recherche a apporté des contributions sur deux niveaux : Les mesures relatives au processus de l alignement ne se limitent pas uniquement à la communication. D autres composantes de ce processus (participation et support) sont jugées intéressantes à intégrer et mesurer. Les mesures adoptées tiennent compte de certaines spécificités d une TI/SI particulière (l ERP). Ces mesures pourraient aider donc à conduire des études empiriques confirmatoires sur l alignement stratégique des ERP, principalement sur les déterminants de cet alignement. En effet, peu de recherches empiriques portent sur les déterminants de l alignement (Chan, Sabherwal et Thatcher, 2006). Ceci serait possible, dans le contexte tunisien, d autant plus que le nombre d entreprises tunisiennes adoptant des ERP ne cesse d augmenter. Néanmoins, les mesures développées dans cette recherche, ont besoin de subir des tests de validité pour être utilisées dans une étude confirmatoire. Ceci est envisageable dans une future recherche. Références Avison, D., Jones, J., Powell, P. & Wilson, D., (2004), «Using and validating the strategic alignment model», Journal of Strategic Information Systems, Vol.13, pp Bassellier, G., Reich, B.H. & Benbasat, I., (2001), «Information Technology competence of business managers : a definition and research model», Journal of Management Information Systems, Vol.17, N.4, pp Broadbent, M. & Weill, P., (1993), «Improving business and information strategy alignment: Learning from the banking industry», IBM Systems Journal, Vol.32, N.1, pp Campbell, B.R., (2003), «The Role of Trust in IS/Business Alignment», 7th Pacific Asia Conference on Information Systems, Adelaide, Australia. Campbell, B., Kay, R. & Avison, D., (2004), «Strategic alignment : a practitioner s perspective», European & Mediterannean Conference on Information Systems, Tunis, Tunisie, Juillet. Chan, Y.E., Sabherwal, R. & Thatcher, J.B., (2006), «Antecedents and Outcomes of Strategic IS Alignment : An Empirical Investigation», IEEE Transactions on engineering management, Vol.53, N.1, pp Cigref, (2002), «Alignement stratégique du système d information», Rapport de la Cigref (Club informatique des grandes entreprises françaises), 571bd29244a83c1256c3e0042ea68/$FILE/alignemen t2002-web.pdf/ (Accès le 02/11/2003). Davenport, T.H., (1998), «Putting the enterprise into the enterprise system», Harvard Business Review, Vol.76, N.4, pp Davenport, T.H., Hammer, M. & Metsisto, T.J., (1989), «How Executives Can Shape Their Company's Information Systems», Harvard Business Review, N.1, pp Hartung, S., Reich, B.H. & Benbasat, I., (2000), «Information Technology Alignment in Canadian Forces», Canadian Journal of Administrative Sciences, Vol.17, N.4, pp Henderson, J.C. & Venkatraman, N., (1993), «Strategic alignment : Leveraging Information Technology for Transforming Organizations», IBM Systems Journal, Vol.32, N.1, pp Horovitz, J., (1984), «New perspectives on strategic management», Journal of Business Strategy, Vol.4, N.3, pp Huang, C.D. & Hu, Q., (2007), «Achieving IT-business strategic alignment via enterprise-wide implementation of Balanced Scorecards», Information Systems Management, Vol.24, N.2, pp Huang, S.M., Chen, H.G., Hung, Y.C. & Ku, C.Y., (2004), «Transplanting the best practice for implementation of an ERP system : a structured inductive study of an international company», Journal of Computer Information Systems, Summer 2004, pp Jarvenpaa, S. & Ives, B., (1991), «Executive involvment and participation in the management of Information Technology», MIS Quarterly, Vol.15, N.2, pp

10 Kamhawi, E.M., (2007), «Critical Factors for Implementation Success of ERP Systems : An Empirical Investigation from Bahrain», International Journal of Enterprise Information Systems, Vol.3, N.2, pp Kearns, G.S. & Lederer, A.L., (2003), «A resourcebased view of strategic IT alignment : How knowledge sharing creates competitive advantage», Decision Sciences, Vol.34, N.1, pp Kearns, G.S. & Sabherwal, R., (2007), «Strategic Alignment Between Business and Information Technology: A Knowledge-Based View of Behaviors, Outcome, and Consequences», Journal of Management Information Systems, Vol.23, N.3, pp Lee, G.G. & Bai, R.J., (2003), «Organizational mechanisms for successful IS/IT strategic planning in the digital era», Management Decision, Vol.41, N.1, pp Lee, J.C. & Myers, M.D., (2004), «Dominant actors, political agendas, and strategic shifts over time: a critical ethnography of an enterprise systems implementation», Journal of Strategic Information Systems, Vol.13, N.4, pp Maes, R., Rijsenbrij, D., Truijens, O. & Goedvolk, H., (2000), «Redefining business IT alignment through a unified framework», Mezghani, K. & Mezghani, L., (2008), «Rôles des compétences managériales des responsables des affaires dans l alignement stratégique des ERP : proposition d un modèle de recherche», Actes du 17ème colloque de l AIMS, Nice, France, mai. Nelson, K.M. & Cooprider, J.G., (1996), «The Contribution of Shared Knowledge to IS Group Performance», MIS Quarterly, Vol.20, N.4, pp Pant, S. & Hsu, C., (1995), «Strategic Information Systems Planning : A Review», Information Resources Management Association International Conference, Atlanta, Georgia, May Reich, B.H. & Benbasat, I., (1996), «Measuring the linkage between business and information technology objectives», MIS Quarterly, Vol.20, N.1, pp Reich, B.H. & Benbasat, I., (2000), «Factors that influence the social dimension of alignment between business and Information Technology Objectives», MIS Quarterly, Vol.24, N.1, pp Stratman, J.K. & Roth, A.V., (2002), «Enterprise resource planning (ERP) competence constructs: Twostage multi-item scale development and validation», Decision Sciences, Vol.33, N.4, pp Yen, H. R. & Sheu, C., (2004), «Aligning ERP implementation with competitive priorities of manufacturing firms: An exploratory study», International Journal of Production Economics, Vol.92, N.3, pp

11 Annexe A : Liste des mesures de la dimension sociale de l alignement issues de la littérature Composantes Mesures issues de la littérature Adaptations au cas des ERP (si nécessaire) Alignement de l ERP sur la stratégie des affaires Les responsables TI/SI comprennent les objectifs des responsables des affaires (Reich et Benbasat, 2000). Les responsables TI/SI manifestent leurs accords concernant les objectifs des responsables des affaires (Reich et Benbasat, 2000). - Alignement de la stratégie des affaires sur l ERP Les responsables des affaires comprennent les objectifs des responsables TI/SI (Reich et Benbasat, 2000). Les responsables des affaires manifestent leurs accords concernant les objectifs des responsables TI/SI (Reich et Benbasat, 2000). Les responsables des affaires considèrent que les TI/SI possèdent des impacts sur la performance globale de l entreprise (Kearns et Sabherwal, 2007). Les responsables des affaires comprennent les différentes étapes du projet ERP. Les responsables des affaires manifestent leurs accords concernant les différentes étapes du projet ERP. Les responsables des affaires considèrent que l investissement dans un ERP possède un impact sur la performance de l entreprise. Communication Périodicité des réunions entre les responsables des affaires et les responsables TI/SI (Hartung, Reich et Benbasat, 2000 ; Reich et Benbasat, 2000). Périodicité des réunions entre les responsables des affaires et les responsables TI/SI au cours du projet ERP. Support des responsables des affaires Participation dans le projet ERP Les responsables des affaires motivent l équipe projet ERP (Huang et al., 2004). Les responsables des affaires mettent à disposition les fonds nécessaire pour conduire le projet ERP (Huang et al., 2004). Les responsables des affaires donnent la priorité aux besoins du projet ERP par rapport aux besoins fonctionnels (Stratman et Roth, 2002). Les responsables des affaires participent dans la planification des TI/SI (Kearns et Lederer, 2003 et Kearns et Sabherwal, 2007) Les responsables des affaires participent dans le choix des TI/SI (Kearns et Sabherwal, 2007). Les responsables des affaires participent dans la planification du projet ERP. Les responsables des affaires participent dans le choix de l ERP. - 10

12 Annexe B : Extraits de discours des responsables TI/SI Cas Alignement stratégique des ERP Communication Cas n 1 L ERP a permis de toucher des domaines plus variés. L ERP a permis de vérifier les intuitions et les choix. Considérer les attentes des clients (un choix stratégique) lors de l adaptation de l ERP. Considérer les attentes des clients (un choix stratégique) même lors de l adaptation des processus suite à la mise en place de l ERP. Grâce aux réunions périodiques, le responsable TI/SI connaît de près les axes stratégiques de l entreprise. Le responsable des affaires communique à temps ses besoins (et les modifications de ses besoins) au responsable TI/SI. Le responsable des affaires connaît désormais les bénéfices de l ERP (grâce aux réunions). Cas n 2 Les informations concernant les tableaux de bord sont considérés lors du paramétrage. Réunions périodiques pour suivi. Toutes les informations relatives à l élaboration des tableaux de bord sont fournies au responsable TI/SI pour effectuer le paramétrage (résultat des réunions périodiques). Le responsable TI/SI est toujours d accord concernant les besoins du responsable des affaires (résultat des réunions périodiques). Cas n 3 «La direction fixe les objectifs et le responsable TI/SI applique sur le système». Lorsqu un besoin stratégique n est pas satisfait par le système, le responsable TI/SI doit «se débrouiller» (à travers des développements spécifiques notamment). «Parfois» la direction revoit ses besoins en cas de limites dans le système. Des réunions périodiques (ou suite à la demande du responsable TI/SI) pour suivre la mise en place de l ERP et exprimer les besoins. Le responsable TI/SI trouve que «le besoin est clair et net» (grâce à l interaction continue). 11

13 Annexe C : Les mesures retenues pour la dimension sociale de l alignement stratégique des ERP Composantes Mesures issues de la littérature (et révisées par l étude exploratoire) Mesures issues de l étude exploratoire Alignement de l ERP sur la stratégie des affaires Les responsables TI/SI comprennent les besoins des responsables des affaires. Les responsables TI/SI manifestent leurs accords concernant les besoins des responsables des affaires. Les responsables TI/SI tiennent compte des objectifs globaux de l entreprise pour définir les étapes du projet ERP. Le choix de l ERP tient compte des exigences des responsables des affaires. Le paramétrage s effectue sur la base des besoins spécifiques à la direction générale. Les développements spécifiques s effectuent suite à des besoins spécifiques à la direction générale. Alignement de la stratégie des affaires sur l ERP Les responsables des affaires comprennent les différentes étapes du projet ERP. Les responsables des affaires manifestent leurs accords concernant les différentes étapes du projet ERP. Les responsables des affaires considèrent que l investissement dans un ERP possède un impact sur la performance de l entreprise. - Communication Périodicité des réunions entre les responsables des affaires et les responsables TI/SI au cours du projet ERP. Les responsables des affaires communiquent les objectifs globaux de l entreprise. Les responsables des affaires communiquent leurs besoins vis-à-vis de l ERP. Les responsables TI/SI communiquent les bénéfices de l ERP. Les responsables TI/SI communiquent les contraintes techniques de l ERP. Les responsables TI/SI communiquent l état d avancement du projet ERP. Support des responsables des affaires Les responsables des affaires motivent l équipe projet ERP. Les responsables des affaires mettent à disposition les fonds nécessaire pour conduire le projet ERP. Les responsables des affaires donnent la priorité aux besoins du projet ERP par rapport aux besoins fonctionnels. - Participation dans le projet ERP Les responsables des affaires participent dans la planification du projet ERP. Les responsables des affaires participent dans le choix de l ERP. Les responsables des affaires participent dans la définition des besoins des utilisateurs. 12

La stratégie des PME influence-t-elle leur adoption des outils ERP? Une analyse empirique

La stratégie des PME influence-t-elle leur adoption des outils ERP? Une analyse empirique La stratégie des PME influence-t-elle leur adoption des outils ERP? Une analyse empirique Résumé : L offre de logiciels intégrés auprès des petites entreprises s accroit. Cependant, l acquisition d un

Plus en détail

Vers un modèle de l alignement e- business de l entreprise

Vers un modèle de l alignement e- business de l entreprise Vers un modèle de l alignement e- business de Résumé La plupart des travaux de recherche concernant l ebusiness présentent une méthodologie, mesurent la prédisposition des entreprises ou évaluent les conséquences

Plus en détail

Alignement stratégique du SI et gestion de portefeuille de projets

Alignement stratégique du SI et gestion de portefeuille de projets Alignement stratégique du SI et gestion de portefeuille de projets Le CIGREF, dans son livre blanc de 2002, précise que «l alignement stratégique de l organisation sur le métier est le fait de mettre en

Plus en détail

RÉSUMÉ DE THÈSE. L implantation des systèmes d'information (SI) organisationnels demeure une tâche difficile

RÉSUMÉ DE THÈSE. L implantation des systèmes d'information (SI) organisationnels demeure une tâche difficile RÉSUMÉ DE THÈSE L implantation des systèmes d'information (SI) organisationnels demeure une tâche difficile avec des estimations de deux projets sur trois peinent à donner un résultat satisfaisant (Nelson,

Plus en détail

Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise

Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise Business Continuity Convention Tunis 27 Novembre 2012 Sommaire Sections 1 Ernst & Young : Qui sommes-nous? 2 Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise

Plus en détail

Marc ROBERT. Courriel : Fonction : Professeur Associé. Biographie

Marc ROBERT. Courriel : Fonction : Professeur Associé. Biographie Courriel : Fonction : Professeur Associé Marc ROBERT Biographie Marc ROBERT, docteur en Economie, est professeur assistant au Groupe Sup de Co Montpellier Business School où il est responsable du département

Plus en détail

conception des messages commerciaux afin qu ils puissent ainsi accroître la portée de leur message.

conception des messages commerciaux afin qu ils puissent ainsi accroître la portée de leur message. RÉSUMÉ Au cours des dernières années, l une des stratégies de communication marketing les plus populaires auprès des gestionnaires pour promouvoir des produits est sans contredit l utilisation du marketing

Plus en détail

Forthcoming Database

Forthcoming Database DISS.ETH NO. 15802 Forthcoming Database A Framework Approach for Data Visualization Applications A dissertation submitted to the SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY ZURICH for the degree of Doctor of

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE LA GOUVERNANCE DU SYSTEME D INFORMATION

PROBLEMATIQUE DE LA GOUVERNANCE DU SYSTEME D INFORMATION PROBLEMATIQUE DE LA GOUVERNANCE DU SYSTEME D INFORMATION Florescu Vasile Chaire Informatique de gestion, Académie d Etudes Economiques de Bucarest, Adresse : Caderea Bastiliei nr. 2-10, si Piata Romana

Plus en détail

L IMPLANTATION DE L ERP : FACTEURS CLES DU SUCCES ET IMPACTE SUR LA PERFORMANCE

L IMPLANTATION DE L ERP : FACTEURS CLES DU SUCCES ET IMPACTE SUR LA PERFORMANCE L IMPLANTATION DE L ERP : FACTEURS CLES DU SUCCES ET IMPACTE SUR LA PERFORMANCE Dumitru Valentin Chaire Informatique de gestion, Académie d Etudes Economiques de Bucarest, Adresse : Caderea Bastiliei nr.

Plus en détail

Liens entre communication. environnementale et performance. d entreprise : l implication des doctorants HEC

Liens entre communication. environnementale et performance. d entreprise : l implication des doctorants HEC Liens entre communication environnementale et performance d entreprise : l implication des doctorants HEC Plusieurs doctorants travaillent sur les thématiques reliées à la Chaire. Rodolophe Durand supervise

Plus en détail

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations Initiative d excellence de l université de Bordeaux Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014 Recommandations 2/1 RECOMMANDATIONS DU COMITE STRATEGIQUE Une feuille de route pour le conseil de gestion

Plus en détail

EN UNE PAGE PLAN STRATÉGIQUE

EN UNE PAGE PLAN STRATÉGIQUE EN UNE PAGE PLAN STRATÉGIQUE PLAN STRATÉGIQUE EN UNE PAGE Nom de l entreprise Votre nom Date VALEUR PRINCIPALES/CROYANCES (Devrait/Devrait pas) RAISON (Pourquoi) OBJECTIFS (- AN) (Où) BUT ( AN) (Quoi)

Plus en détail

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe Formation en conduite et gestion de projets Renforcer les capacités des syndicats en Europe Pourquoi la gestion de projets? Le département Formation de l Institut syndical européen (ETUI, European Trade

Plus en détail

Proposition d une grille d évaluation de la performance des structures d accompagnement (Cas de la Tunisie)

Proposition d une grille d évaluation de la performance des structures d accompagnement (Cas de la Tunisie) nd international onference on Business, Economics, Marketing & Management Research (BEMM) vol. Proposition d une grille d évaluation de la performance des structures d accompagnement (Cas de la Tunisie)

Plus en détail

Instaurer un dialogue entre chercheurs et CÉR: pourquoi? Me Emmanuelle Lévesque Centre de génomique et politiques Université McGill

Instaurer un dialogue entre chercheurs et CÉR: pourquoi? Me Emmanuelle Lévesque Centre de génomique et politiques Université McGill Instaurer un dialogue entre chercheurs et CÉR: pourquoi? Me Emmanuelle Lévesque Centre de génomique et politiques Université McGill Perceptions de perte de confiance dans la littérature récente: des exemples

Plus en détail

Stéphane Lefebvre. CAE s Chief Financial Officer. CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate.

Stéphane Lefebvre. CAE s Chief Financial Officer. CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate. Stéphane Lefebvre CAE s Chief Financial Officer CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate Montreal, Canada, February 27, 2014 Monsieur le ministre Lebel, Mesdames et messieurs,

Plus en détail

Viser une démarche de recherche organisée

Viser une démarche de recherche organisée Etat de l art sur les travaux portant sur les audits en Management des connaissances Ecole Centrale Paris Le 2 décembre 2009 Audit KM - Rapport intermédaire d'avancement 1 Viser une démarche de recherche

Plus en détail

Proposition de méthode d implémentation d ITIL

Proposition de méthode d implémentation d ITIL Proposition de méthode d implémentation d ITIL Said Sebaaoui (*) - Mohamed Lamrini (*) - Laila El Abbadi (**) (*) : Laboratoire Informatique et Modélisation (LIM), Faculté des Sciences Dhar el Mahraz,

Plus en détail

L Excellence Achats et l Evaluation 360

L Excellence Achats et l Evaluation 360 L Excellence Achats et l Evaluation 360 Comment développer et transformer une organisation Achats pour des performances exceptionnelles? Comment pouvons-nous continuer à développer les Achats afin qu'ils

Plus en détail

La solution idéale de personnalisation interactive sur internet

La solution idéale de personnalisation interactive sur internet FACTORY121 Product Configurator (summary) La solution idéale de personnalisation interactive sur internet FACTORY121 cité comme référence en «Mass Customization» au MIT et sur «mass-customization.de» Specifications

Plus en détail

Josée St-Pierre, Ph. D. Directrice Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises

Josée St-Pierre, Ph. D. Directrice Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises LES PME manufacturières sont-elles prêtes pour l ERP? Éditorial InfoPME est publié par le Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises (LaRePE) Institut de recherche sur les PME Université

Plus en détail

JUSTICE BY ANY OTHER NAME? LES MÉCANISMES DE PLAINTE DES BANQUES DE DÉVELOPPEMENT

JUSTICE BY ANY OTHER NAME? LES MÉCANISMES DE PLAINTE DES BANQUES DE DÉVELOPPEMENT Centre d Etudes et de Recherches Internationales et Communautaires (CERIC), UMR 7318 CNRS / Aix-Marseille University JUSTICE BY ANY OTHER NAME? LES MÉCANISMES DE PLAINTE DES BANQUES DE DÉVELOPPEMENT Vanessa

Plus en détail

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Workshop on Integrated management of micro-databases Deepening business intelligence within central banks statistical

Plus en détail

UNE APPROCHE PLURIDISCIPLINAIRE DU CAPITAL IMMATERIEL :

UNE APPROCHE PLURIDISCIPLINAIRE DU CAPITAL IMMATERIEL : Management international APPEL A CONTRIBUTION Printemps 2014 UNE APPROCHE PLURIDISCIPLINAIRE DU CAPITAL IMMATERIEL : VERS DE NOUVELLES PERSPECTIVES? Rédacteurs en chef invités : Corinne Bessieux-Ollier,

Plus en détail

La gestion des risques IT et l audit

La gestion des risques IT et l audit La gestion des risques IT et l audit 5èmé rencontre des experts auditeurs en sécurité de l information De l audit au management de la sécurité des systèmes d information 14 Février 2013 Qui sommes nous?

Plus en détail

Eric BARGET, MCF à la Faculté des sports de Poitiers CEREGE (Centre de Recherche en Gestion), IAE de Poitiers

Eric BARGET, MCF à la Faculté des sports de Poitiers CEREGE (Centre de Recherche en Gestion), IAE de Poitiers Journée d étude sur «la métalogistique des événements sportifs» CRO3S / UFR STAPS d Orléans / 2 mai 2006 Eric BARGET, MCF à la Faculté des sports de Poitiers CEREGE (Centre de Recherche en Gestion), IAE

Plus en détail

A / BIOGRAPHY. 2005-2009 : Doctorat en Sciences Economiques et de Gestion (Ph.D.), Louvain School of Management Université catholique de Louvain

A / BIOGRAPHY. 2005-2009 : Doctorat en Sciences Economiques et de Gestion (Ph.D.), Louvain School of Management Université catholique de Louvain Albert B.R. LWANGO, PhD. Finance, Innovation and Entrepreneurship Groupe ESC Troyes Contact address : 217 avenue Pierre Brossolette BP 710 10002 Troyes cedex - France Phone : +33(0)3 25 71 22 79 Mail :

Plus en détail

L ouverture des données de la recherche en 2015 : définitions, enjeux, dynamiques

L ouverture des données de la recherche en 2015 : définitions, enjeux, dynamiques L ouverture des données de la recherche en 2015 : définitions, enjeux, dynamiques «Re-analysis is a powerful tool in the review of important studies, and should be supported with data made available by

Plus en détail

L animation de la performance d une Supply Chain

L animation de la performance d une Supply Chain L animation de la performance d une Supply Chain Pré-soutenance de Mémoire Thématique Master Recherche OSIL Ecole Centrale Paris Etudiante : Samira Jaï Encadrant : Alain Chapdaniel Plan de la présentation

Plus en détail

MARKETING AGROALIMENTAIRE

MARKETING AGROALIMENTAIRE 13 ème COLLOQUE INTERNATIONAL DE L ASSOCIATION TUNISIENNE DE MARKETING sous le thème MARKETING AGROALIMENTAIRE 03 et 04 Avril 2015 SFAX TUNISIE APPEL A COMMUNICA TIONS Le 13 ème Colloque International

Plus en détail

The space to start! Managed by

The space to start! Managed by The space to start! Managed by ESA Business Incubation Centers (ESA BICs) : un programme de soutien à la création d entreprises L Agence Spatiale Européenne (ESA) dispose d un programme de transfert de

Plus en détail

SC 27/WG 5 Normes Privacy

SC 27/WG 5 Normes Privacy SC 27/WG 5 Normes Privacy Club 27001 Toulousain 12/12/2014 Lionel VODZISLAWSKY Chief Information Officer l.vodzislawsky@celtipharm.com PRE-CTPM 141212-Club27001 Toulouse normes WG5_LV L organisation de

Plus en détail

Memorandum of Understanding

Memorandum of Understanding Memorandum of Understanding File code of the Memorandum of Understanding (optional) texte 1. Objectives of the Memorandum of Understanding The Memorandum of Understanding 1 (MoU) forms the framework for

Plus en détail

Introduction des progiciels intégrés dans les PME : évaluer les risques et compétences associés au projet

Introduction des progiciels intégrés dans les PME : évaluer les risques et compétences associés au projet Introduction des progiciels intégrés dans les PME : évaluer les risques et compétences associés au projet Mouna Ben Chouikha *, François Deltour **, Patrick Leconte **, André Mourrain **, * Laboratoire

Plus en détail

Déterminants de l assurance dans les entreprises non financières. Approche empirique

Déterminants de l assurance dans les entreprises non financières. Approche empirique Déterminants de l assurance dans les entreprises non financières. Approche empirique Hassen RAÏS. Enseignant-Chercheur. IAE -Toulouse. CRM UMR 5303 CNRS. hassen.rais@iae-toulouse.fr - +33(0)6 33 09 16

Plus en détail

SAN07 IBM Social Media Analytics:

SAN07 IBM Social Media Analytics: SAN07 IBM Social Media Analytics: Vos clients partagent leurs connaissances Déployez une stratégie gagnante! Eric Martin Social Media Analytics Leader Europe IBM SWG, Business Analytics @Eric_SMA 1 Le

Plus en détail

National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC)

National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC) National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC) Reporting to the General Manager, Engineering and Maintenance, you will provide strategic direction on the support and maintenance of

Plus en détail

Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien. 10 Septembre 2012

Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien. 10 Septembre 2012 Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien 10 Septembre 2012 Les défis de la chaine de la logistique du transport maritime Danielle T.Y WONG Director Logistics Performance

Plus en détail

BIOMETRICS FOR HIGH-VALUE SERVICES

BIOMETRICS FOR HIGH-VALUE SERVICES BIOMETRICS FOR HIGH-VALUE SERVICES L utilisation de la biométrie constitue désormais une tendance de fond sur le marché grand public. Elle redéfinit l expérience utilisateur de l authentification en conciliant

Plus en détail

Services à la recherche: Data Management et HPC *

Services à la recherche: Data Management et HPC * Services à la recherche: Data Management et HPC * Pierre-Yves Burgi et Jean-François Rossignol Division informatique (DINF) * HPC = High-Performance Computing Réunion CIF Sciences du 6.12.11 1/19 Contenu

Plus en détail

Développement et expérimentation d un modèle de gestion collaborative des pratiques informatiques à l usage des petites et moyennes entreprises

Développement et expérimentation d un modèle de gestion collaborative des pratiques informatiques à l usage des petites et moyennes entreprises Développement et expérimentation d un modèle de gestion collaborative des pratiques informatiques à l usage des petites et moyennes entreprises Résumé Ce papier présente la version expérimentale du modèle

Plus en détail

Les doutes et les questions des économistes face au système des brevets

Les doutes et les questions des économistes face au système des brevets Les doutes et les questions des économistes face au système des brevets Dominique Foray Réunion du Groupe français de l AIPPI Octobre 2003 1 Nous nous intéressons. non pas à la PI en soi mais à l innovation

Plus en détail

Objectifs. Gestion de la qualité des logiciels. Principaux facteurs influençant la qualité du logiciel. Concepts en gestion de la qualité

Objectifs. Gestion de la qualité des logiciels. Principaux facteurs influençant la qualité du logiciel. Concepts en gestion de la qualité Objectifs décrire le de gestion de la qualité des logiciels Gestion de la qualité des logiciels introduire la notion de norme de qualité décrire la relation entre la qualité du logiciel et la qualité des

Plus en détail

Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=5095

Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=5095 Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Année: 2008 Type de Projet: Statut: Accroche marketing: Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110 Projets de transfert

Plus en détail

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking European Commission DG MARKT Unit 02 Rue de Spa, 2 1049 Brussels Belgium markt-consultation-shadow-banking@ec.europa.eu 14 th June 2012 Natixis Asset Management Response to the European Commission Green

Plus en détail

APPENDIX 6 BONUS RING FORMAT

APPENDIX 6 BONUS RING FORMAT #4 EN FRANÇAIS CI-DESSOUS Preamble and Justification This motion is being presented to the membership as an alternative format for clubs to use to encourage increased entries, both in areas where the exhibitor

Plus en détail

Chercheur au centre de recherche CEDAG EA 1516, Université Paris Descartes

Chercheur au centre de recherche CEDAG EA 1516, Université Paris Descartes Madame Hajer KEFI Maître de Conférences en sciences de gestion Habilitée à diriger des recherches Université Paris Descartes Chercheur au centre de recherche CEDAG EA 1516, Université Paris Descartes 143,

Plus en détail

REVITALIZING THE RAILWAYS IN AFRICA

REVITALIZING THE RAILWAYS IN AFRICA REVITALIZING THE RAILWAYS IN AFRICA Contents 1 2 3 4 GENERAL FRAMEWORK THE AFRICAN CONTINENT: SOME LANDMARKS AFRICAN NETWORKS: STATE OF PLAY STRATEGY: DESTINATION 2040 Contents 1 2 3 4 GENERAL FRAMEWORK

Plus en détail

Olivier DUPOUET Professeur des systèmes d Information KEDGE BS (Bordeaux) +33 6 86 44 87 47 / +33 5 56 84 63 25 olivier.dupouet@kedgebs.

Olivier DUPOUET Professeur des systèmes d Information KEDGE BS (Bordeaux) +33 6 86 44 87 47 / +33 5 56 84 63 25 olivier.dupouet@kedgebs. Olivier DUPOUET Professeur des systèmes d Information KEDGE BS (Bordeaux) +33 6 86 44 87 47 / +33 5 56 84 63 25 olivier.dupouet@kedgebs.com EDUCATION 2008: HDR (Habilitation à Diriger des Recherches) en

Plus en détail

La gestion globale des contenus d entreprise

La gestion globale des contenus d entreprise Gonzague Chastenet de Géry La gestion globale des contenus d entreprise Le projet ECM, une nouvelle approche de la gestion de l information é d i t i o n s Les Editions de l ADBS publient des ouvrages

Plus en détail

Une exploration des mécanismes formateurs de la performance de l entreprise liée à Internet

Une exploration des mécanismes formateurs de la performance de l entreprise liée à Internet Une exploration des mécanismes formateurs de la performance de l entreprise liée à Internet Yann RIVAL Maître de Conférences - Université de la Polynésie Française - GDI (*) Chercheur Associé - Université

Plus en détail

Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech

Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech Le dispositif L Institut suisse de brainworking (ISB) est une association

Plus en détail

«Technologies de l informationl & management»

«Technologies de l informationl & management» e-management Cours DEA e-management DEA «e-management : concepts & méthodesm thodes» Cours «Technologies de l informationl & management» Enseignants : Henri Isaac, Robert Nickerson e-management Objectifs

Plus en détail

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships A project under the Intelligent Energy Europe programme Contract Number: IEE/10/130 Deliverable Reference: W.P.2.1.3

Plus en détail

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION VO SANG Xuan Hoang 1 Introduction Du moment où une personne se décide de choisir une carrière d enseignant,

Plus en détail

How to be a global leader in innovation?

How to be a global leader in innovation? How to be a global leader in innovation? 2014-03-17 / Rybinsk Marc Sorel Safran Country delegate /01/ Innovation : a leverage to create value 1 / 2014-01-30/ Moscou / Kondratieff A REAL NEED FOR INNOVATION

Plus en détail

09/2011. Thierry Lemerle Directeur Général adjoint Pole Emploi, France

09/2011. Thierry Lemerle Directeur Général adjoint Pole Emploi, France Thierry Lemerle Directeur Général adjoint Pole Emploi, France Missions Registration Information Payment of allowances Support for job seekers Assistance to companies for their recruitment Establishment

Plus en détail

Complex Weapons - Delivering Capability Through Partnerships Nick Neale Project Director Future Local Area Air Defence System (Maritime)

Complex Weapons - Delivering Capability Through Partnerships Nick Neale Project Director Future Local Area Air Defence System (Maritime) Complex Weapons - Delivering Capability Through Partnerships Nick Neale Project Director Future Local Area Air Defence System (Maritime) Presentation Themes MBDA delivering capability through partnerships

Plus en détail

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Gwenole Fortin To cite this version: Gwenole Fortin. Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence. 2006.

Plus en détail

147788-LLP IT-ECVET N.E.T.WORK

147788-LLP IT-ECVET N.E.T.WORK ECVET system for No borders in tourism hospitality European Training and Work N.E.T.WORK 147788--1-IT-ECVET Units of learning outcomes What methods have you used? Le projet a pris en compte, à l avance

Plus en détail

Mise en place d un ERP, transformation de l entreprise et dynamique. l alignement

Mise en place d un ERP, transformation de l entreprise et dynamique. l alignement Résumé Le concept d alignement est souvent interprété comme une conséquence finale ou temporaire. Il est généralement considéré comme un concept statique, mesuré à un instant donné, par le biais d échelles

Plus en détail

Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes. En vigueur à compter du 1 er janvier 2014

Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes. En vigueur à compter du 1 er janvier 2014 Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes En vigueur à compter du 1 er janvier 2014 Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes En vigueur à compter du 1 er

Plus en détail

UNIVERSITY OF MALTA FACULTY OF ARTS. French as Main Area in an ordinary Bachelor s Degree

UNIVERSITY OF MALTA FACULTY OF ARTS. French as Main Area in an ordinary Bachelor s Degree French Programme of Studies (for courses commencing October 2009 and later) YEAR ONE (2009/10) Year (These units start in and continue in.) FRE1001 Linguistique théorique 1 4 credits Non Compensatable

Plus en détail

Etienne Galerneau. etienne_galerneau@fr.ibm.com. Manager of Integration Acquisition Software Group IMT France & NWA

Etienne Galerneau. etienne_galerneau@fr.ibm.com. Manager of Integration Acquisition Software Group IMT France & NWA Etienne Galerneau etienne_galerneau@fr.ibm.com Manager of Integration Acquisition Software Group IMT France & NWA 13 Les acquisitions au cœur de la stratégie d IBM Software Group Annual meeting of stockholders

Plus en détail

Macroscope et l'analyse d'affaires. Dave Couture Architecte principal Solutions Macroscope

Macroscope et l'analyse d'affaires. Dave Couture Architecte principal Solutions Macroscope Macroscope et l'analyse d'affaires Dave Couture Architecte principal Solutions Macroscope Avis Avis d intention Ce document a pour but de partager des éléments de vision et d intentions de Fujitsu quant

Plus en détail

VERS L EXCELLENCE DANS LA FORMATION PROGRAMME D APPUI A LA QUALITE AMELIORATION SUPERIEUR DE LA QUALITE DE L ENSEIGNEMENT TITRE DU PROJET

VERS L EXCELLENCE DANS LA FORMATION PROGRAMME D APPUI A LA QUALITE AMELIORATION SUPERIEUR DE LA QUALITE DE L ENSEIGNEMENT TITRE DU PROJET PROGRAMME D APPUI A LA QUALITE AMELIORATION DE LA QUALITE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR TITRE DU PROJET VERS L EXCELLENCE DANS LA FORMATION ETABLISSEMENT GESTIONNAIRE DU PROJET ISET DE NABEUL JUILLET 2009

Plus en détail

Extension fonctionnelle d un CRM. CRM étendu >> Conférence-débat 15 April 2015. Club Management des Systèmes d Information de l'iae de Paris Alumni

Extension fonctionnelle d un CRM. CRM étendu >> Conférence-débat 15 April 2015. Club Management des Systèmes d Information de l'iae de Paris Alumni Extension fonctionnelle d un CRM Conférence-débat 15 April 2015 Club Management des Systèmes d Information de l'iae de Paris Alumni CRM étendu >> Programme // CRM étendu Vision 360 et Plateforme Cloud

Plus en détail

«Pour une mobilisation durable : Visez l engagement»

«Pour une mobilisation durable : Visez l engagement» «Pour une mobilisation durable : Visez l engagement» Louis Fortin, MBA Président Actualisation IDH Le 23 avril 2014 Contenu de la présentation 1 L engagement en chiffre 4 Un leader mobilisateur 2 Les piliers

Plus en détail

UE 13 Contrôle de gestion. Responsables : Henri Bouquin, Professeur Stéphanie Thiéry-Dubuisson, Maître de Conférences

UE 13 Contrôle de gestion. Responsables : Henri Bouquin, Professeur Stéphanie Thiéry-Dubuisson, Maître de Conférences UE 13 Contrôle de gestion Responsables : Henri Bouquin, Professeur Stéphanie Thiéry-Dubuisson, Maître de Conférences www.crefige.dauphine.fr polycopié de TD Ouvrage de référence : Henri BOUQUIN, Comptabilité

Plus en détail

TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET PERFORMANCE ORGANISATIONNELLE : DIFFÉRENTES APPROCHES D ÉVALUATION

TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET PERFORMANCE ORGANISATIONNELLE : DIFFÉRENTES APPROCHES D ÉVALUATION Manuscrit auteur, publié dans "LA COMPTABILITE, LE CONTRÔLE ET L'AUDIT ENTRE CHANGEMENT ET STABILITE, France (2008)" TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET PERFORMANCE ORGANISATIONNELLE : DIFFÉRENTES APPROCHES

Plus en détail

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes Le Centre d Innovation des Technologies sans Contact-EuraRFID (CITC EuraRFID) est un acteur clé en matière de l Internet des Objets et de l Intelligence Ambiante. C est un centre de ressources, d expérimentations

Plus en détail

RAPID 3.34 - Prenez le contrôle sur vos données

RAPID 3.34 - Prenez le contrôle sur vos données RAPID 3.34 - Prenez le contrôle sur vos données Parmi les fonctions les plus demandées par nos utilisateurs, la navigation au clavier et la possibilité de disposer de champs supplémentaires arrivent aux

Plus en détail

RFP 1000162739 and 1000163364 QUESTIONS AND ANSWERS

RFP 1000162739 and 1000163364 QUESTIONS AND ANSWERS RFP 1000162739 and 1000163364 QUESTIONS AND ANSWERS Question 10: The following mandatory and point rated criteria require evidence of work experience within the Canadian Public Sector: M3.1.1.C / M3.1.2.C

Plus en détail

MODÈLE DE TRANSFORMATION ORGANISATIONNELLE CONDUISANT À L AUGMENTATION DES VENTES PAR UNE MEILLEURE PRODUCTIVITÉ

MODÈLE DE TRANSFORMATION ORGANISATIONNELLE CONDUISANT À L AUGMENTATION DES VENTES PAR UNE MEILLEURE PRODUCTIVITÉ MODÈLE DE TRANSFORMATION ORGANISATIONNELLE CONDUISANT À L AUGMENTATION DES VENTES PAR UNE MEILLEURE PRODUCTIVITÉ TRANSACTIONNELLE ET EXPÉRIENTIELLE DU PERSONNEL DE PREMIÈRE LIGNE EN RESTAURATION : RÉSULTATS

Plus en détail

La croissance des entreprises : nouvel enjeu pour le management?

La croissance des entreprises : nouvel enjeu pour le management? APPEL À CONTRIBUTIONS REVUE INTERNATIONALE PME La croissance des entreprises : nouvel enjeu pour le management? Rédacteurs invités Karim Messeghem, Professeur, Université Montpellier 1 Didier Chabaud,

Plus en détail

Le transfert des connaissances le point de vue de la gestion des connaissances

Le transfert des connaissances le point de vue de la gestion des connaissances Institut d administration publique de Québec Conférence Le transfert des connaissances le point de vue de la gestion des connaissances Réal Jacob, professeur titulaire, HEC Montréal Directeur scientifique

Plus en détail

Keywords: vision, performance, Balanced Scorecard, organisational culture

Keywords: vision, performance, Balanced Scorecard, organisational culture LA VISION MANAGERIALE CONCERNANT LA CONCEPTION DES INDICATEURS SPECIFIQUES AU CONTROLE DE PERFORMANCE DANS LE DOMAINE DES PRODUCTEURS DE CONFECTIONS TEXTILES EN ROUMANIE Olaru Adriana Universitatea «Dunarea

Plus en détail

REMOTE DATA ACQUISITION OF EMBEDDED SYSTEMS USING INTERNET TECHNOLOGIES: A ROLE-BASED GENERIC SYSTEM SPECIFICATION

REMOTE DATA ACQUISITION OF EMBEDDED SYSTEMS USING INTERNET TECHNOLOGIES: A ROLE-BASED GENERIC SYSTEM SPECIFICATION REMOTE DATA ACQUISITION OF EMBEDDED SYSTEMS USING INTERNET TECHNOLOGIES: A ROLE-BASED GENERIC SYSTEM SPECIFICATION THÈSE N O 2388 (2001) PRÉSENTÉE AU DÉPARTEMENT D'INFORMATIQUE ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE

Plus en détail

ADHEFILM : tronçonnage. ADHEFILM : cutting off. ADHECAL : fabrication. ADHECAL : manufacturing.

ADHEFILM : tronçonnage. ADHEFILM : cutting off. ADHECAL : fabrication. ADHECAL : manufacturing. LA MAÎTRISE D UN MÉTIER Depuis plus de 20 ans, ADHETEC construit sa réputation sur la qualité de ses films adhésifs. Par la maîtrise de notre métier, nous apportons à vos applications la force d une offre

Plus en détail

Conditions de l'examen

Conditions de l'examen Conditions de l'examen Gestion des selon la norme ISO/CEI 20000 Consultant/Manager (IS20CM.FR) Date de publication 01-07-2010 Date de parution 01-07-2010 Résumé Groupe cible Le qualification Consultant/Manager

Plus en détail

Qualité et ERP CLOUD & SECURITY (HACKING) Alireza MOKHTARI. 9/12/2014 Cloud & Security

Qualité et ERP CLOUD & SECURITY (HACKING) Alireza MOKHTARI. 9/12/2014 Cloud & Security Qualité et ERP CLOUD & SECURITY (HACKING) Alireza MOKHTARI 9/12/2014 Cloud & Security Sommaire Rappel court de Cloud Pour quoi cette sujet est important? Données sensibles dans le Cloud Les risques Top

Plus en détail

Séminaires Système D Information. Formation Conduite du Changement. Préambule

Séminaires Système D Information. Formation Conduite du Changement. Préambule Séminaires Système D Information Formation Conduite du Changement Préambule Sommaire Préambule L entreprise : système complexe en mouvement permanent Mickael Porter Harvard Business School - L avantage

Plus en détail

Projet. Présentation du projet. Performance in Relationships Adapted to extended Innovation with Suppliers. Coordinateur du Projet

Projet. Présentation du projet. Performance in Relationships Adapted to extended Innovation with Suppliers. Coordinateur du Projet Projet Performance in Relationships Adapted to extended Innovation with Suppliers Praxis (nf, d'origine grec), signifiant action, désigne l'ensemble des activités humaines susceptibles de transformer le

Plus en détail

Bienvenue. au Pôle. de l ENSAMl

Bienvenue. au Pôle. de l ENSAMl Bienvenue au Pôle Méditerranéen en de l Innovationl de l ENSAMl 2007 Le réseau r ENSAM Design Prototypage rapide Réalité virtuelle Laval Qualité Hygiène Sécurité, Environnement Innovation Mimet La CPA

Plus en détail

Protection des Données : CUSI, le 27 Mars 2013 Présenté par Patrick Régeasse

Protection des Données : CUSI, le 27 Mars 2013 Présenté par Patrick Régeasse Protection des Données : L archétype du projet paradoxal CUSI, le 27 Mars 2013 Présenté par Patrick Régeasse ToC - Agenda 1 Projet Paradoxal? 2 3 4 Les raisons d un capital risque élevé Les Facteurs Clefs

Plus en détail

Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE

Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE 1 Objectifs de l étude Comprendre l impact des réseaux sociaux externes ( Facebook, LinkedIn,

Plus en détail

INF 786 Gestion du changement dans un contexte TI Trimestre : Automne 2015 Enseignants : Christine Beaulieu et Pierre-Martin Tardif

INF 786 Gestion du changement dans un contexte TI Trimestre : Automne 2015 Enseignants : Christine Beaulieu et Pierre-Martin Tardif Faculté des sciences Centre de formation en technologies de l information Cours : INF 786 Gestion du changement dans un contexte TI Trimestre : Automne 2015 Enseignants : Christine Beaulieu et Pierre-Martin

Plus en détail

Peut-on gérer les Ressources

Peut-on gérer les Ressources Peut-on gérer les Ressources Humaines? Marc Bartoli, Université P.Mendès-France, Grenoble Responsable du Master RHci (Ressources Humaines et compétitivité internationale) Communication au colloque international

Plus en détail

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Note d orientation Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Évaluer comment l adaptation aux changements climatiques contribue à la réduction de la pauvreté

Plus en détail

HEC LAUSANNE. CONTROLE STRATEGIQUE Professeur Daniel Oyon (6 crédits ECTS)

HEC LAUSANNE. CONTROLE STRATEGIQUE Professeur Daniel Oyon (6 crédits ECTS) HEC GENÈVE HEC LAUSANNE Maîtrise universitaire en Comptabilité, Contrôle et Finance (MscCCF) 1. Contenu CONTROLE STRATEGIQUE Professeur Daniel Oyon (6 crédits ECTS) Ce cours a pour but de montrer l importance

Plus en détail

COMMENT CONSTRUIRE UN PROJET STRATEGIQUE POUR LA REUSSITE ET LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE

COMMENT CONSTRUIRE UN PROJET STRATEGIQUE POUR LA REUSSITE ET LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE COMMENT CONSTRUIRE UN PROJET STRATEGIQUE POUR LA REUSSITE ET LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE JACKY BOUDEVILLE PROFESSEUR ESCP EUROPE CONSULTANT ADMINISTRATEUR DE SOCIETES PLAN D INTERVENTION UN TITRE

Plus en détail

THÈSE. présentée à TÉLÉCOM PARISTECH. pour obtenir le grade de. DOCTEUR de TÉLÉCOM PARISTECH. Mention Informatique et Réseaux. par.

THÈSE. présentée à TÉLÉCOM PARISTECH. pour obtenir le grade de. DOCTEUR de TÉLÉCOM PARISTECH. Mention Informatique et Réseaux. par. École Doctorale d Informatique, Télécommunications et Électronique de Paris THÈSE présentée à TÉLÉCOM PARISTECH pour obtenir le grade de DOCTEUR de TÉLÉCOM PARISTECH Mention Informatique et Réseaux par

Plus en détail

Anne-Sophie FERNANDEZ

Anne-Sophie FERNANDEZ Anne-Sophie FERNANDEZ Courriel : Anne-sophie.fernandez@umontpellier.fr Fonction : Maître de conférences Biographie Anne-Sophie FERNANDEZ est Maître de Conférences au sein de l Université de Montpellier.

Plus en détail

L évaluation de la qualité d un dispositif d apprentissage en ligne. Quelles traces mobiliser? Comment les interpréter?

L évaluation de la qualité d un dispositif d apprentissage en ligne. Quelles traces mobiliser? Comment les interpréter? L évaluation de la qualité d un dispositif d apprentissage en ligne. Quelles traces mobiliser? Comment les interpréter? François GEORGES (LabSET ULg) Séminaire Be-ODL 18 novembre 2013 1 Plan La qualité

Plus en détail

Ingénierie et gestion des connaissances

Ingénierie et gestion des connaissances Master Web Intelligence ICM Option Informatique Ingénierie et gestion des connaissances Philippe BEAUNE Philippe.Beaune@emse.fr 18 novembre 2008 Passer en revue quelques idées fondatrices de l ingénierie

Plus en détail

Étude d impact et Services Écosystémiques : Comment identifier et spatialiser les enjeux?

Étude d impact et Services Écosystémiques : Comment identifier et spatialiser les enjeux? Étude d impact et Services Écosystémiques : Comment identifier et spatialiser les enjeux? Roel PLANT 1,2 ; Pierre-André PISSARD 1 1 UMR TETIS / Irstea Montpellier 2 Institute for Sustainable Futures /

Plus en détail

Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013

Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013 Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013 Bonjour Mesdames et Messieurs, Je suis très heureux d être avec vous aujourd hui pour ce Sommet AéroFinancement organisé

Plus en détail

Livre Blanc Oracle Novembre 2010. Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie

Livre Blanc Oracle Novembre 2010. Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie Livre Blanc Oracle Novembre 2010 Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie Présentation générale Les entreprises industrielles sont confrontées à un environnement

Plus en détail

Comment IBM Connections peut enrichir l'expérience des utilisateurs de technologies Microsoft

Comment IBM Connections peut enrichir l'expérience des utilisateurs de technologies Microsoft Comment IBM Connections peut enrichir l'expérience des utilisateurs de technologies Microsoft Transformer MS Sharepoint avec IBM Connections pour construire une véritable solution collaborative Le Social

Plus en détail