Languedoc-Roussillon URSSAF LANGUEDOC-ROUSSILLON RAPPORT ANNUEL 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Languedoc-Roussillon URSSAF LANGUEDOC-ROUSSILLON RAPPORT ANNUEL 1"

Transcription

1 Languedoc-Roussillon URSSAF LANGUEDOC-ROUSSILLON RAPPORT ANNUEL 1

2 2 URSSAF LANGUEDOC-ROUSSILLON RAPPORT ANNUEL

3 Rencontre avec Franck Barbe, Directeur de l Urssaf Languedoc-Roussillon Zoom sur... Les chiffres clés LES COTISANTS 11 LA GARANTIE DE LA PERFORMANCE DU RECOUVREMENT SOCIAL L e sun juste équilibre entre recouvrement et prise en compte de la situation économique locale Une planification des contrôles assurée par un pilotage national et régional i l Le renforcement de l efficacité financière de la lutte contre les fraudes l Une gestion de la trésorerie sécurisée u L accompagnement des cotisants et des partenaires s t Le développement d une politique de sécurisation juridique r a t i LES CONDITIONS D UN EXERCICE OPTIMAL o ndes METIERS DU RECOUVREMENT s Une productivité accrue grâce au déploiement d outils constamment améliorés dla maîtrise des performances e La maîtrise des risques l Les statistiques ala communication c o u v eles ressources humaines r t Les relations sociales ula gestion de l établissement r e UNE EQUIPE DE COLLABORATEURS LA GOUVERNANCE e t Le Conseil d administration dles Conseils départementaux e Le Comité de direction s. Le pilotage des fonctions Glossaire 51 URSSAF LANGUEDOC-ROUSSILLON RAPPORT ANNUEL 3

4 Rencontre avec Franck Barbe, Directeur de l Urssaf Languedoc-Roussillon Que retenez-vous de l année 2013? L année 2013 a été la première année de l Urssaf Languedoc- Roussillon. Elle aura permis la construction et la mise en place de l organisation de ce nouvel organisme régional, né de la fusion des 4 Urssaf départementales. La continuité de service a été assurée dès les premiers jours et s est maintenue malgré le contexte d aggravation de la crise économique. FRANCK BARBE DIRECTEUR REGIONAL URSSAF LANGUEDOC- ROUSSILLON Toutes les instances de gouvernance et les institutions représentatives du personnel ont été installées dès les premiers mois. Elles ont rapidement trouvé leur place. Avec un recul de 18 mois de fonctionnement, on peut dire que les options prises pendant la période de préfiguration ont montré leur pertinence. L Urssaf régionale est bien en place et fonctionne correctement. Qu est-ce qui a marqué l activité de l Urssaf cette année? Le contexte de 2013 a été difficile. Les stocks ont augmenté régulièrement pendant tout le premier semestre, à l instar des demandes de délai de paiement qui ont connu une très forte progression cette année. Grâce à la mise en place d une cellule de renfort, de plans d entraides entre les sites et d un pilotage serré de la production, les stocks ont été réduits au second semestre et nous avons terminé l année avec un stock en réduction (par exemple, diminution de 28 % entre le 31/03/2013 et le 31/03/2014). Le bilan de l activité en 2013 montre une bonne qualité de nos traitements. Le score supérieur à 90 % atteint sur la validation des comptes est supérieur à celui des anciennes Urssaf départementales. Le taux de performance locale sur l intéressement nous place au 6ème rang des Urssaf régionales. C est très encourageant et je tiens à remercier l ensemble des collaborateurs pour leur implication. 4 URSSAF LANGUEDOC-ROUSSILLON RAPPORT ANNUEL

5 Selon vous, quels seront les principaux défis à relever en 2014? En 2014, il faudra consolider notre organisation régionale, continuer à maîtriser les stocks et améliorer nos performances, notamment en matière de recouvrement et de contrôle. Nous devrons également faire porter nos efforts pour proposer aux cotisants des solutions de dématérialisation. Pour l année qui vient, nous allons développer trois projets majeurs dont la réussite est très importante pour l Urssaf : la concentration des flux entrants sur deux sites avec l installation de machines OPEX, la mise en place de la nouvelle organisation de l ISU avec le RSI et l évolution des platesformes téléphoniques. Au-delà de ces projets, nous nous mobiliserons pour préparer la nouvelle convention d objectifs et de gestion qui déterminera nos objectifs et nos moyens pour la période Quelles sont les conditions de réussite à mettre en œuvre? Les résultats atteints par l organisme, avec des effectifs réduits et des coûts de gestion bas, nous ont amenés à privilégier les plans d action et à rechercher systématiquement les gains de productivité. Les résultats sont encore hétérogènes entre les sites. Les déséquilibres charges/ressources liés pour l essentiel au maintien d une gestion départementale des dossiers cotisants ont rendu nécessaire la mise en œuvre de nombreux plans d entraide. Ces situations ont généré des tensions internes qui posent la question du maintien de ces performances dans la durée. Une répartition différente de l activité de travail entre les sites est un facteur de réussite, ce qui passe par le renforcement des spécialisations et la mise en place de portefeuilles régionaux pour toutes les catégories de cotisants. Dans le contexte de changement rapide que connaît la branche recouvrement et particulièrement notre organisme, il conviendra d être vigilant dans l accompagnement des équipes, de développer le dialogue social et de mener une politique active de prévention des risques psycho-sociaux. URSSAF LANGUEDOC-ROUSSILLON RAPPORT ANNUEL 5

6 ZOOM SUR UNE URSSAF REGIONALE «SOLIDAIRE ET IMPLIQUEE» Retour sur la première année de l Urssaf Languedoc- Roussillon La création de l Urssaf régionale au 1er janvier 2013 s est faite conformément aux objectifs de construction du réseau de la branche Recouvrement. Elle s est inscrite dans la deuxième vague de régionalisation des Urssaf. L Urssaf Languedoc-Roussillon regroupe les quatre Urssaf départementales de l Aude (11), du Gard (30), de l Hérault (34) et des Pyrénées- Orientales (66). Elle n inclut pas la Lozère qui est intégrée au sein de la Caisse Commune de Sécurité Sociale (CCSS). Le site de Carcassonne La continuité de service a été assurée. Progressivement, l Urssaf est entrée dans une phase de fonctionnement normal, avec des circuits de travail opérationnels, des équipes qui collaborent correctement ensemble. Les options de gouvernance ont été appliquées conformément aux objectifs fixés dans la phase de préfiguration. Chaque agent de direction a trouvé sa place dans un contexte où les engagements pris et les équilibres entre les pilotes et les directeurs départementaux ont été respectés. Le pilotage régional Le site de Nîmes Le site de Béziers Les pilotes assurent la direction de la fonction dans le respect des orientations du CPG régional. Ils établissent et formalisent les directives régionales, assurent leur déclinaison dans chaque site de l Urssaf régionale. Ils assurent le management hiérarchique des équipes dont ils ont la responsabilité sur les différents sites. Les instances de pilotage La régulation est assurée dans le cadre du Comité de direction (Codir) animé par le Directeur régional et auquel tous les agents de direction participent. Les thématiques portent principalement sur la politique générale de l'organisme, le suivi RH, le retour d'information sur la réunion du Comité d'entreprise et les négociations, la préparation des Conseils d'administration et Conseils départementaux. Des réunions de service sont organisées dans tous les secteurs, par les pilotes. Ces réunions de service sont un levier essentiel pour le pilotage de l Urssaf. Les Comités d encadrement départemental (Codep), nouvelles instances de concertation créées lors de la régionalisation, se réunissent chaque mois. Le Codep constitue l instance où se réalise pleinement la transversalité dans chacun des sites. Le Comité de direction élargi (Codirel) réunit les cadres appuis aux pilotes et les adjoints de site ; 3 réunions ont eu lieu en Les sites départementaux La coordination du site est assurée par un directeur départemental au travers, en particulier, du Codep lieu principal d échanges et d informations entre la direction et l encadrement. Ces échanges portent sur la politique générale de l organisme, le suivi des indicateurs CPG, la remontée des besoins et des difficultés observées par les managers dans les domaines de l informatique, de la RH et des services généraux. La présence des partenaires sociaux est assurée au sein des Conseils départementaux et de l Idira. Les instances représentatives CHSCT et délégués du personnel ont été installées dans chaque site et se réunissent conformément aux règles établies par le Code du Travail. 6 URSSAF LANGUEDOC-ROUSSILLON RAPPORT ANNUEL

7 La gouvernance La gouvernance s organise autour de deux niveaux géographiques : la région et les départements. Le site de Montpellier Le site de Perpignan Le Conseil d administration et les Conseils départementaux se sont mis en place en début d année et se sont réunis 3 fois en 2013, sur la base de propositions aux présidents d ordres du jour harmonisés préparés en concertation entre les Directeurs départementaux et le Directeur régional. Une coordination a également lieu entre le Président du Conseil d Administration et les Présidents des Conseils départementaux. La CRA et les Idira se sont également mises en place en début d année et se sont réunies tous les mois. Les administrateurs sont fortement impliqués dans le fonctionnement de ces instances, avec une participation importante aux réunions. Ils sont également force de propositions quant à l évolution réglementaire et législative. Aujourd hui, chaque instance a trouvé sa place et sa justification. La CRA est garante d une cohérence des décisions au niveau régional afin d assurer l équité de traitement entre les cotisants. A part deux observations en début d année sur la motivation des demandes de remises de majorations de retard, la Mission Nationale de Contrôle (MNC) a validé l ensemble des procès-verbaux transmis. Les Instances Représentatives du Personnel Le Comité d entreprise a été installé le 2 avril 2013, mettant ainsi fin aux instances locales provisoires. Il s est réuni régulièrement depuis. Des réunions mensuelles de Délégués du Personnel sont organisées dans chaque site depuis avril 2013, conformément à la réglementation, avec des réponses apportées de manière réactive aux questions posées sur l ensemble des sites. Les membres des CHSCT ont été désignés le 18 juin Cette instance se réunit régulièrement dans chaque site. Ces instances locales sont animées par les Directeurs départementaux et sont préparées avec le soutien de la Direction des Ressources Humaines. La négociation du statut collectif En matière de négociations sociales, la phase de discussion du statut collectif des salariés a débuté en mai 2013, avec l objectif d une mise en œuvre des accords au 1er janvier Dix réunions de négociation ont été menées. Elles ont permis la signature des deux accords sur la Réduction du Temps de Travail et l Aménagement du Temps de Travail par toutes les organisations syndicales représentatives, le 19 décembre Le renforcement et l harmonisation de la ligne hiérarchique La nouvelle organisation régionale a permis le renforcement de la ligne hiérarchique par une professionnalisation accrue de certaines fonctions autour de pôles de compétences. L Urssaf s est fixé comme objectif de développer l accompagnement des managers et des équipes par la formation, le développement du suivi individuel des performances des collaborateurs et en continuant à associer les collaborateurs aux évolutions de l organisme. La mise en place de l Urssaf régionale a également permis une harmonisation de la ligne hiérarchique et le renforcement des équipes de managers de proximité. Cet objectif s inscrit dans les orientations nationales. URSSAF LANGUEDOC-ROUSSILLON RAPPORT ANNUEL 7

8 Les chiffres clés comptes cotisants gérés dont : 7,4 milliards d euros encaissés en Les encaissements ont progressé de 5,74% par rapport à comptes d entreprises, administrations et collectivités territoriales, comptes de travailleurs indépendants (y compris auto-entrepreneurs), comptes de particuliers employeurs comptes autres dont les praticiens auxiliaires médicaux Le nombre de cotisants, toutes catégories confondues, a augmenté de 0,71% par rapport à ,47% Le coût de gestion des sommes encaissées. En baisse (0,49% en 2012), il traduit les efforts réalisés en termes d organisation et de moyens pour renforcer l efficacité collective du recouvrement 8 URSSAF LANGUEDOC-ROUSSILLON RAPPORT ANNUEL

9 Plus de 91% des entreprises du Régime Général déclarent des cotisations sur Internet. 96,52% de cotisations déclarées au titre de l année, collectées au 31 décembre (Régime général) cotisants contrôlés*. 503 collaborateurs hommes et femmes en CDI au 31 décembre Les personnels du réseau Urssaf sont des agents de droit privé régis par des conventions collectives applicables au personnel des organismes de la Sécurité sociale. * contrôles comptables d assiettes, contrôles partiels d assiettes sur pièces, actions de prévention et lutte contre le travail dissimulé. 2,74 millions d euros de redressements en faveur des cotisants 19,95 millions d euros de redressements en faveur de l Urssaf appels téléphoniques reçus (hors Cesu et Paje). URSSAF LANGUEDOC-ROUSSILLON RAPPORT ANNUEL 9

10 10 URSSAF LANGUEDOC-ROUSSILLON RAPPORT ANNUEL

11 Les cotisants L Urssaf Languedoc-Roussillon collecte les cotisations sociales auprès d une grande diversité de cotisants : employeurs du secteur privé et public, travailleurs indépendants, particuliers employeurs, praticiens et auxiliaires médicaux. En 2013, 7,4 milliards d euros ont été recouvrés auprès de cotisants pour assurer, notamment, le financement des prestations de Sécurité sociale. URSSAF LANGUEDOC-ROUSSILLON RAPPORT ANNUEL 11 URSSAF LANGUEDOC-ROUSSILLON RAPPORT ANNUEL

12 Les cotisants NOMBRE DE COTISANTS PAR CATEGORIE Evolution Employeurs du secteur privé ,30% Administrations et Collectivités Territoriales ,36% Particuliers employeurs (hors Paje/Cesu) ,09% Employeurs et Travailleurs indépendants ,93% Praticiens et Auxiliaires Médicaux (PAM) ,51% Assurés Volontaires (AV) ,76% Cotisants au Régime de Résidence et Assurés Personnels ,98% Laboratoires/Amiante/VTM ,00% Autres ,24% Total des comptes actifs ,71% POIDS DES DIFFERENTES CATEGORIES AV 0,35% PAM 6,08% Labo CRR 0,15% 3,51% Autre 3,10% RG 27,94% Employeurs du secteur privé Administrations et Collectivités Territoriales Particuliers employeurs (hors Paje/Cesu) Employeurs et Travailleurs indépendants ACT 0,97% Praticiens et Auxiliaires Médicaux (PAM) Assurés Volontaires (AV) EPM 3,99% Régime de Résidence et Assurés Personnels ETI 53,91% Laboratoires/Amiante/VTM Autres 12 URSSAF LANGUEDOC-ROUSSILLON RAPPORT ANNUEL

13 EVOLUTION DES COTISANTS +0,71% de cotisants L Urssaf Languedoc-Roussillon collecte les cotisations sociales auprès d une grande diversité de cotisants : employeurs du secteur privé et public, travailleurs indépendants, praticiens et auxiliaires médicaux, et particuliers employeurs. En 2013, elle comptait plus de cotisants actifs et collectait 7,44 milliards d euros, pour assurer notamment le paiement des prestations sociales. L Urssaf Languedoc-Roussillon a fait face à une augmentation de son fichier cotisants de 0,7% sur un an et de 14% sur 5 ans en région, contre respectivement 0,5% sur un an et 9,5% sur 5 ans au plan national. PIERRE-SYLVAIN GUELY DIRECTEUR DEPARTEMENTAL DE L HERAULT Responsable régional Production Les employeurs et travailleurs indépendants sont composés d artisans, de commerçants et de certaines professions libérales, gérés par l Urssaf en tant que centre de paiement RSI, et pour lesquels l ensemble des cotisations de Sécurité sociale sont recouvrées : cotisations d assurance maladie, d assurance vieillesse, d allocations familiales, de CSG et de CRDS, ainsi que les cotisations à la formation professionnelle. Les travailleurs indépendants sont également composés des professions libérales pour lesquelles l Urssaf recouvre les cotisations d allocations familiales, la CSG et la CRDS. Parmi la population des travailleurs indépendants, l Urssaf recouvre auprès des auto-entrepreneurs l ensemble des cotisations sociales, le versement libératoire de l impôt sur le revenu et la cotisation à la formation professionnelle, et ce quel que soit leur régime d affiliation. Les travailleurs indépendants constituent l une des populations les plus dynamiques de la région, en augmentation de 0,9% sur un an et de 34% sur 5 ans. Cette augmentation sur les cinq dernières années est en large partie due au succès du dispositif de l auto-entrepreneur, dont le dynamisme d adhésion s est poursuivi en Fruit de cette évolution, les travailleurs indépendants et les praticiens et auxiliaires médicaux représentent plus de 60% du fichier des cotisants gérés par l Urssaf Languedoc-Roussillon. Les employeurs du secteur privé représentent 28% du fichier de l Urssaf. Ce fichier d employeurs est composé de populations très diverses : grandes entreprises gérées en dispositif de versement en lieu unique (de 250 à 2000 salariés), entreprises cotisant mensuellement, petites et très petites entreprises. Les employeurs sont en augmentation de 0,3% sur un an. Il s agit d une évolution très faible qui traduit la persistance des effets de la crise économique dans la région. Sur 5 ans, le nombre d employeurs n a augmenté que de 3%. Les employeurs du secteur public sont en baisse de 2,4% sur un an. Les particuliers employeurs poursuivent un déclin régulier depuis la généralisation du dispositif PAJE pour l emploi d assistantes maternelles et du CESU pour l emploi de personnel à domicile. En 2013, les particuliers employeurs représentent moins de 4% du fichier de l Urssaf, en baisse de 5% sur un an. Il s agit pour l essentiel de comptes gérés par une association mandataire. A l inverse, les comptes gérés par les centres nationaux CESU et PAJE dans la région représentent plus de employeurs. URSSAF LANGUEDOC-ROUSSILLON RAPPORT ANNUEL 13

14 14 URSSAF LANGUEDOC-ROUSSILLON RAPPORT ANNUEL

15 La garantie de la performance du recouvrement social Par le travail quotidien de ses équipes, l Urssaf vise à garantir un niveau optimal de recouvrement. Plusieurs domaines font l objet d une mobilisation particulière : - Dans un contexte économique peu favorable, l Urssaf poursuit le développement de sa politique de recouvrement amiable. - La planification des actions de contrôle s effectue à partir d outils performants et procède d une analyse de critères de risques partagée par l instance nationale et les experts région. - La sécurisation des pratiques de trésorerie est assurée par la maîtrise de la qualité des prévisions d encaissement et la fiabilisation des circuits de travail. - Le développement d offres de service segmentées et l attention portée aux différentes formes d accueil concourent à la qualité de service rendue aux cotisants. - La sécurisation juridique est un domaine plus largement investi tant sur le plan national que local. Elle vise à informer les cotisants sur la législation et la réglementation, prévenir et valider les pratiques des entreprises pour sécuriser au plus tôt l assiette de cotisations. Elle se concrétise notamment par la participation de l Urssaf Languedoc-Roussillon aux salons professionnels et à l organisation de réunions thématiques auprès de partenaires et de publics ciblés. URSSAF LANGUEDOC-ROUSSILLON RAPPORT ANNUEL 15 URSSAF LANGUEDOC-ROUSSILLON RAPPORT ANNUEL

16 Les missions UN JUSTE EQUILIBRE ENTRE RECOUVREMENT ET PRISE EN COMPTE DE LA SITUATION ECONOMIQUE LOCALE Au cours de l année 2013, emplois ont été détruits en Languedoc-Roussillon (-0,4%). Cette année est également marquée par une faible croissance annuelle de la masse salariale régionale (+1%). Seul le département des Pyrénées- Orientales enregistre un accroissement de l emploi et de la masse salariale sur un an. Au sein des autres activités de service, le secteur Administratif, Enseignement, Santé et Action Sociale est l un des plus créateurs d emplois en Languedoc- Roussillon au cours des dernières années. Sur 2013, ses effectifs ont progressé de 1,6%. En cas de difficultés de paiement, les entreprises peuvent demander aux Urssaf de leur accorder un délai pour s acquitter de leurs cotisations. La réglementation détermine si ces demandes sont recevables (par exemple : paiement de la part salariale pour les entreprises du régime général), et dans l affirmative, permet à l Urssaf, en fonction de la situation de l entreprise, de décider de l accord du délai. LE RECOUVREMENT AMIABLE Evol 2012/2013 Nb relances téléphoniques avant mise en demeure ,95% Nb notifications suite appel non abouti ,54% Nb avis amiables ,72% Nb mises en demeure directes ,92% Nb mises en demeure après amiable ,70% Nb total mises en demeure ,69% Taux global d'efficacité de la politique amiable 55,73% 55,19% 49,77% -5,4 pts LE NOMBRE DE DELAIS DEMANDES ET LE NOMBRE DE DELAIS ACCORDES Dans un contexte économique difficile, le réseau des Urssaf s est attaché à développer sa politique de recouvrement amiable et à renforcer la prévention ainsi que l accompagnement des entreprises en difficulté. Le nombre des délais accordés est en progression de % par rapport à l année 2012 et atteint 52 millions d euros sur l année. Les difficultés des entreprises dues à la crise demeurent et s accentuent pour certains secteurs d activité et cotisants. L Urssaf est de plus en plus sollicitée. L Urssaf Languedoc-Roussillon accorde en moyenne sur une période de 3 mois aux entreprises. L échéancier accordé est respecté à plus de 70% contre un taux de 76% au niveau national. Avec ce taux de respect des délais, les réponses apportées par l Urssaf participent à un appui essentiel dans les politiques publiques d accompagnement des entreprises en difficulté. Pour 2013, le taux des restes à recouvrer s est amélioré de 0,52% pour se situer, toutes catégories de comptes confondus, à 4,36%. En revanche le taux de couverture immédiat s est lui dégradé de 1,77 point et témoigne des difficultés de trésorerie des entreprises Evol. 2012/2013 Nb délais accordés ,56% 16 URSSAF LANGUEDOC-ROUSSILLON RAPPORT ANNUEL

17 UNE PLANIFICATION DES CONTROLES ASSUREE PAR UN PILOTAGE NATIONAL ET REGIONAL La stratégie globale du contrôle repose sur quatre axes majeurs : Assurer un niveau de présence sur l ensemble du territoire Assurer une présence auprès de l ensemble des catégories de cotisants Choisir l action la plus adaptée au risque présenté par l entreprise S appuyer sur les moyens disponibles Les critères de ciblage utilisés pour planifier les actions de contrôle intègrent tous les paramètres qui garantissent l atteinte de ces objectifs. La planification est réalisée à partir de l Outil de Pilotage Régional (OPR). OLIVIA GRANGERODET DIRECTEUR ADJOINT Responsable régional Contrôle, Recouvrement amiable et forcé, Sécurisation juridique L année 2013 a été marquée par la mise en place de la nouvelle organisation régionale, à savoir la création des postes de managers de site, l harmonisation des procédures de contrôle et des outils. On observe en 2013 une augmentation du temps consacré à la formation et à l accompagnement des équipes. Les problèmes techniques des outils de pilotage rencontrés en début d année ont eu un impact significatif sur les résultats. Il en a été de même pour l exploitation des traitements de suivi d activité des Inspecteurs du recouvrement. Une augmentation du temps moyen de contrôle est observée tant au niveau régional que national en Cette augmentation est liée à la fois aux nouvelles exigences de formalisation et de supervision et au déploiement de l outil national ASSURE. Enfin, compte tenu des objectifs fixés, le plan 2013 a mis l accent sur le contrôle des PME au détriment des TPE. Ces différents facteurs ont entrainé une diminution du nombre d actions de contrôle en 2013, et parallèlement une diminution globale du montant des redressements notifiés tant en CCA qu en CPAP. Seuls les indicateurs de fréquence de redressement se sont améliorés. Les résultats constatés au niveau national font état de la même tendance observée au niveau régional à l exception des indicateurs LCTI et des indicateurs de fréquence des redressements. LES ACTIONS DE CONTROLE le nombre d actions cca par tranche d effectif Evol. 2012/2013 TPE ,50% PME ,95% GE ,14% TGE ,67% Total ,63% Evol 2012/2013 Nombre d'actions CPAP ,41% Evol 2012/2013 Nombre d'actions de prévention ,35% URSSAF LANGUEDOC-ROUSSILLON RAPPORT ANNUEL 17

18 LE RENFORCEMENT DE L EFFICACITE FINANCIERE DE LA LUTTE CONTRE LES FRAUDES Le nombre d actions LCTI Evol 2012/2013 Nombre actions ,56% Nombre actions avec redressement ,06% Taux de redressement des personnes LCTI 66,75% 77,96% 75,77% -2,2 pts Evol 2012/2013 Montant total de redressement en LCTI ,94% Chefs de redressement LCTI suite à CCA ,79% Montant de redressement suite à contrôles travail dissimulé RG, TI et explotation directe de PV partenaires ,89% Les résultats de la LCTI sont en nette diminution cette année également. Cette diminution résulte d une baisse significative du nombre d actions ciblées réalisées en 2013 par rapport à l année précédente en raison de ressources disponibles moindres. On observe également une augmentation du temps moyen passé par action à mettre en lien avec la nature des affaires ciblées et la mise en œuvre de procédures plus complexes et chronophages non valorisées dans les indicateurs telle que la solidarité financière. Malgré la dégradation globale des résultats du contrôle observée en 2013, tous les indicateurs contrôle pris en compte pour la détermination de la part locale de la prime d intéressement 2013 sont atteints à 100%. Les résultats 2013 font apparaître une dégradation de l indicateur de taux de couverture qui est en retrait de 1,69 point par rapport à l an dernier. Le taux de contrôle des cotisations liquidées des PME est également très inférieur à la cible CPG de 15%. Enfin, les taux de redressement enregistrés en 2013 sur les segments des TPE et PME sont également en diminution par rapport à ceux observés en 2012 et sont en dessous des cibles CPG Objectifs CPG Résultats 2012 Cible 2013 Résultats 2013 Taux de couverture du fichier 11,52% 13,5% 10,10% Taux de contrôle des cotisations liquidées TPE Hors ACT 7,60% 3,00% 7,60% Taux de contrôle des cotisations liquidées PME Hors ACT 16,13% 15,00% 11,26% Taux de contrôle des cotisations liquidées GE - Hors ACT 33,46% 22,00% 25,58% Taux de redressement TPE - Hors ACT 4,46% 4,24% 3,45% Taux de redressement PME - Hors ACT 2,81% 2,93% 2,38% Taux de redressement GE - Hors ACT 0,88% 1,54% 1,32% 18 URSSAF LANGUEDOC-ROUSSILLON RAPPORT ANNUEL

19 UNE GESTION DE LA TRESORERIE SECURISEE LES RESSOURCES COLLECTEES La sécurisation des pratiques de trésorerie est assurée par la maîtrise de la qualité des prévisions d encaissement et la fiabilisation des circuits de collecte des ressources et de répartition aux attributaires. Les encaissements progressent globalement de 5,7%. Les cotisations ou contributions recouvrées pour le compte du régime général augmentent de 5,9%, correspondant ainsi à 73% du total. L encaissement pour compte de tiers progresse de 5,2%. Les cotisations chômage recouvrées au titre de l Unedic représentent, en structure, 9% des encaissements tandis que le recouvrement pour le compte du RSI égale 6% du total. ANNICK CLEREN Agent comptable régional En millions d'euros Montant Part du total Evolution 2013/2012 Encaissements totaux % 5,7% A- Cotisations et contributions assises sur revenus d'activité % 5,8% sur les salaires du secteur privé % 2,8% sur les salaires du secteur public % 20,6% sur les revenus des travailleurs indépendants % 3,3% sur les salaires des autres cotisants (particuliers et grandes entreprises nationales) 10 0% -13,5% B- Cotisations et contributions assises sur revenus de remplacement 10 0% 42,7% C- Divers 73 1% -1,8% Répartition des encaissements par attributaires (en millions d'euros) Montant Part du Total Evolution 2013/2012 Maladie % 5,1% AT-MP 286 4% 4,4% Vieillesse % 8,9% Famille % 4,3% Régime général % 5,9% FSV 207 3% 15,4% Cades 205 3% 5,3% RSI 424 6% 4,4% Aut. rég. maladie 193 3% 4,0% Unedic 695 9% 3,9% Autres tiers 317 4% 3,7% Tiers % 5,2% TOTAL % 5,7% URSSAF LANGUEDOC-ROUSSILLON RAPPORT ANNUEL 19

20 LES INDICATEURS DE GESTION DE TRESORERIE Depuis la mise en place de la nouvelle organisation régionale, la gestion de trésorerie de l Urssaf est centralisée au siège de l organisme. Ainsi, les relations avec les partenaires bancaires, la gestion des fichiers bancaires d encaissements ou de paiements, les prévisions de trésorerie et la remontée quotidienne des fonds à l Acoss (vidage) sont prises en charge par la comptabilité sur le site de Montpellier. Seul le traitement des chèques reçus par courrier ou déposés à l accueil a été maintenu sur quatre sites : Carcassonne (11% des flux), Montpellier (50% des flux), Nîmes (24% des flux) et Perpignan (15% des flux). Le renouvellement du marché de services bancaires, en fin d année 2012, a pris en compte cette nouvelle organisation. Il s agit d un marché interrégional pour les Urssaf des régions Provence-Alpes-Côte d Azur, Corse et Languedoc-Roussillon, passé dans le cadre d un groupement de commande. Il couvre une période de trois ans, de septembre 2012 à septembre Le contrôle interne sur les opérations de trésorerie a été renforcé en 2013 avec l identification de cinq risques majeurs pour lesquels des contrôles modélisés au niveau national ont été mis en place localement. Ces parades aux risques de trésorerie concernent : les prévisions de trésorerie, la remontée des fonds collectés à l Acoss et l utilisation optimale des outils informatiques de gestion de trésorerie. Prévisions de trésorerie et remontée des fonds à l Acoss L indicateur composite de qualité des remontées de fonds à l Acoss s élève à 0,96 au lieu de 0,93 en 2012 pour un objectif cible à 0,90. Les prévisions de trésorerie et la qualité des soldes des comptes bancaires sont en nette amélioration par rapport à l année précédente. Indicateurs de trésorerie Qualité des prévisions de trésorerie 0,93 0,97 Absence de prévisions quotidiennes 1,00 1,00 Solde des comptes bancaires d'encaissement - secteur privé 0,86 0,91 Solde des comptes bancaires d'encaissement - secteur public 1,00 1,00 Qualité des vidages (indicateur composite) 0,93 0,96 Taux de paiements dématérialisés du secteur privé Les paiements dématérialisés (virements, prélèvements et paiements par internet) représentent 85% des encaissements du secteur privé en montant, soit une augmentation de 4 points par rapport à l année précédente. En nombre d opérations bancaires, l amélioration du taux de dématérialisation n est que de 2 points. L Urssaf a traité, au cours de l année, chèques soit 6% de moins qu en 2012 en nombre et 18% de moins en montant. Indicateurs de trésorerie Taux de paiements dématérialisés en nombre 57,2% 59,4% Taux de paiements dématérialisés en montant 81,0% 84,9% Part des virements dans les encaissements 19,6% 19,4% 20 URSSAF LANGUEDOC-ROUSSILLON RAPPORT ANNUEL

Languedoc-Roussillon

Languedoc-Roussillon Languedoc-Roussillon SOMMAIRE Rencontre avec Franck Barbe, Directeur de l Urssaf Languedoc-Roussillon p.4 Zoom sur... p.5 Les chiffres clés p.6 PARTIE 1. LES COTISANTS p.9 PARTIE 2. LA GARANTIE DE LA PERFORMANCE

Plus en détail

Urssaf du Cher Urssaf d Eure-et-Loir Urssaf de l Indre Urssaf d Indre-et-Loire Urssaf du Loir-et-Cher Urssaf du Loiret

Urssaf du Cher Urssaf d Eure-et-Loir Urssaf de l Indre Urssaf d Indre-et-Loire Urssaf du Loir-et-Cher Urssaf du Loiret Centre Urssaf du Cher Urssaf d Eure-et-Loir Urssaf de l Indre Urssaf d Indre-et-Loire Urssaf du Loir-et-Cher Urssaf du Loiret URSSAF CENTRE RAPPORT ANNUEL 1 Préambule Édito Les chiffres clés 03 04 05 LES

Plus en détail

Programme ISU. Interlocuteur Social Unique

Programme ISU. Interlocuteur Social Unique Interlocuteur Social Unique Point de situation octobre 2011 1. Mise en place d une «équipe cœur» début 2011...3 2. Fin des «groupes temporaires de résorption des stocks» (GTRS)...3 3. De nouveaux engagements

Plus en détail

INSTANCE NATIONALE DE CONCERTATION

INSTANCE NATIONALE DE CONCERTATION INSTANCE NATIONALE DE CONCERTATION DU 2 OCTOBRE 2014 POINT 3 SDSI 2014 2017 1. PREAMBULE La COG 2014 2017, afin de consolider le rôle de la branche recouvrement au cœur du financement solidaire de la protection

Plus en détail

Aquitaine Rapport annuel 2013

Aquitaine Rapport annuel 2013 Aquitaine Rapport annuel 2013 2 URSSAF Aquitaine I RAPPORT ANNUEL I 2013 Sommaire Rencontre avec Philippe Salièges, Directeur de l Urssaf Aquitaine Zoom sur la gouvernance Les chiffres clés LES COTISANTS

Plus en détail

D o s s i e r d e p r e s s e. L a c c o m p a g n e m e n t. d e s e n t r e p r i s e s 1 2 / 0 9 / 2 0 1 2. Contact presse :

D o s s i e r d e p r e s s e. L a c c o m p a g n e m e n t. d e s e n t r e p r i s e s 1 2 / 0 9 / 2 0 1 2. Contact presse : D o s s i e r d e p r e s s e L a c c o m p a g n e m e n t d e s e n t r e p r i s e s 1 2 / 0 9 / 2 0 1 2 Contact presse : Benjamin Ferras Directeur de Cabinet, Secrétaire Général et Directeur de la

Plus en détail

Avec vous, nous finançons. Services aux cotisants Études et statistiques Services aux partenaires Contrôle Ressources informatiques

Avec vous, nous finançons. Services aux cotisants Études et statistiques Services aux partenaires Contrôle Ressources informatiques Avec vous, nous finançons la solidarité nationale Services aux cotisants Études et statistiques Services aux partenaires Contrôle Ressources informatiques Assurer la collecte des cotisations avec efficacité

Plus en détail

Alsace 1 RAPPORT ANNUEL 2014 URSSAF ALSACE

Alsace 1 RAPPORT ANNUEL 2014 URSSAF ALSACE Alsace 1 RAPPORT ANNUEL 2014 URSSAF ALSACE SOMMAIRE Edito François Coullet, Directeur régional de l Urssaf Alsace p.04 Les chiffres clés p.05 PARTIE 1. LES COTISANTS p.08 P.09 La structuration des comptes

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Nouveau site Urssaf.fr : une navigation facilitée et un haut niveau d expertise au service des cotisants.

DOSSIER DE PRESSE. Nouveau site Urssaf.fr : une navigation facilitée et un haut niveau d expertise au service des cotisants. Caisse nationale du réseau des Urssaf DOSSIER DE PRESSE Nouveau site Urssaf.fr : une navigation facilitée et un haut niveau d expertise au service des cotisants Septembre 2015 CONTACT PRESSE contact.presse@acoss.fr

Plus en détail

Urssaf de la Côte-d Or Urssaf de la Nièvre Urssaf de Saône-et-Loire Urssaf de l Yonne

Urssaf de la Côte-d Or Urssaf de la Nièvre Urssaf de Saône-et-Loire Urssaf de l Yonne Bourgogne Urssaf de la Côte-d Or Urssaf de la Nièvre Urssaf de Saône-et-Loire Urssaf de l Yonne URSSAF BOURGOGNE RAPPORT ANNUEL 1 2 URSSAF BOURGOGNE / RAPPORT ANNUEL Rencontre avec Pierre Bordat, Directeur

Plus en détail

Préambule de la Convention d objectifs et de gestion de la CNAV 2014-2017

Préambule de la Convention d objectifs et de gestion de la CNAV 2014-2017 Préambule de la Convention d objectifs et de gestion de la CNAV 2014-2017 Faciliter l accès et la compréhension du système de retraite aux assurés : il s agit d une exigence de service public. Depuis désormais

Plus en détail

Alsace URSSAF / RAPPORT ANNUEL 1

Alsace URSSAF / RAPPORT ANNUEL 1 Alsace URSSAF / RAPPORT ANNUEL 1 2 URSSAF ALSACE / RAPPORT ANNUEL 2013 Rencontre avec François Coullet, Directeur de l Urssaf Alsace Les chiffres clés 4 6 LES COTISANTS 9 LA GARANTIE DE LA PERFORMANCE

Plus en détail

Repères. Caisse Commune de Sécurité Sociale de la Lozère

Repères. Caisse Commune de Sécurité Sociale de la Lozère Repères Caisse Commune de Sécurité Sociale de la Lozère Une Caisse Unique......pour un Département Unique Créée en 2009, la Caisse Commune de Sécurité Sociale de la Lozère est un organisme multi branches

Plus en détail

1,5 milliard d euros à sécuriser, la mise en place d une stratégie de gestion du contentieux dans la branche recouvrement

1,5 milliard d euros à sécuriser, la mise en place d une stratégie de gestion du contentieux dans la branche recouvrement ECOLE DES DIRIGEANTS DE LA PROTECTION SOCIALE 1,5 milliard d euros à sécuriser, la mise en place d une stratégie de gestion du contentieux dans la branche recouvrement Par Laure SANCHEZ BRKIC, Adjointe

Plus en détail

Présentation ACOSS Maitrise des Risques Maitrise des Activités

Présentation ACOSS Maitrise des Risques Maitrise des Activités Présentation ACOSS Maitrise des Risques Maitrise des Activités Direction du Pilotage de la Production et de la Maîtrise des Activités 2 L Acoss et le réseau des Urssaf Un maillage territorial dense L Acoss,

Plus en détail

Midi-Pyrénées Rapport annuel 2013

Midi-Pyrénées Rapport annuel 2013 Midi-Pyrénées Rapport annuel 2013 2 URSSAF MIDI-PYRÉNÉES I RAPPORT ANNUEL I 2013 Sommaire Rencontre avec Jean Dokhelar, Directeur de l Urssaf Midi-Pyrénées Zoom sur Les réalisations les plus emblématiques

Plus en détail

LES MISSIONS DU RÉSEAU DES URSSAF. Les missions associées. Trois missions fondamentales LE RÉSEAU DES URSSAF EN CHIFFRES

LES MISSIONS DU RÉSEAU DES URSSAF. Les missions associées. Trois missions fondamentales LE RÉSEAU DES URSSAF EN CHIFFRES Services aux cotisants Études et statistiques Services aux partenaires Contrôle Ressources informatiques L ACOSS ET LE RÉSEAU DES URSSAF Assurer la collecte des cotisations avec efficacité et équité Les

Plus en détail

LA DÉCLARATION SOCIALE NOMINATIVE

LA DÉCLARATION SOCIALE NOMINATIVE DOSSIER DE PRESSE LA DÉCLARATION SOCIALE NOMINATIVE mars 2014 CONTACTS PRESSE GIP-MDS / net-entreprises.fr Alexandre Azar 01 58 10 47 28 alexandre.azar@gip-mds.fr Agence Wellcom Alexia Diez-Soto & Gaël

Plus en détail

DIRECTEUR ADMINISTRATIF ET FINANCIER

DIRECTEUR ADMINISTRATIF ET FINANCIER FINANCE DIRECTEUR ADMINISTRATIF ET FINANCIER cteur administratif et financier Autres primes Total fixe Vaiable Intéressement Participation Moyenne 45 11 22 116,3 4,4 116,9 23,4 24,2 137,8 6,2 9,1 144,2

Plus en détail

Bretagne RAPPORT ANNUEL 2014 1 RAPPORT ANNUEL URSSAF

Bretagne RAPPORT ANNUEL 2014 1 RAPPORT ANNUEL URSSAF Bretagne RAPPORT ANNUEL 2014 1 RAPPORT ANNUEL URSSAF SOMMAIRE Rencontre avec eric tromeur, Directeur de l Urssaf p.04 Zoom sur... p.06 PARTIE 1. LES COTISANTS p.11 PARTIE 2. LA GARANTIE DE LA PERFORMANCE

Plus en détail

Instance Nationale de Concertation CNAF Projet de Transformation de la DSI et des fonctions SG/AC

Instance Nationale de Concertation CNAF Projet de Transformation de la DSI et des fonctions SG/AC Instance Nationale de Concertation CNAF Projet de Transformation de la DSI et des fonctions SG/AC Le 5 Mars 2015 Version de travail Projet Février 2015-1 Ordre du jour Avancement des travaux Rappel du

Plus en détail

FINANCEMENT DES RISQUES PROFESSIONNELS. CHU de la TIMONE UE «ORGANISATION DE LA SECURITE SOCIALE»

FINANCEMENT DES RISQUES PROFESSIONNELS. CHU de la TIMONE UE «ORGANISATION DE LA SECURITE SOCIALE» FINANCEMENT DES RISQUES PROFESSIONNELS CHU de la TIMONE UE «ORGANISATION DE LA SECURITE SOCIALE» Intervenant : Jean-Jacques LANTONNET Expert Tarification AT-MP Direction des Risques Professionnels Caisse

Plus en détail

Centralisation à l Acoss des reversements au profit des autorités organisatrices et syndicats mixtes de transport. Réunion du 2 juin 2014

Centralisation à l Acoss des reversements au profit des autorités organisatrices et syndicats mixtes de transport. Réunion du 2 juin 2014 Centralisation à l Acoss des reversements au profit des autorités organisatrices et syndicats mixtes de transport Réunion du 2 juin 2014 1 Sommaire 1. Contexte et enjeux 2. Modalités de reversement proposées

Plus en détail

Risque et assurance vieillesse

Risque et assurance vieillesse Risque et assurance vieillesse Plan d Intervention > La protection sociale La protection sociale entre assurance et solidarité La protection sociale en chiffres Le projet de Loi de Financement de la Sécurité

Plus en détail

LE référentiel des métiers

LE référentiel des métiers LE référentiel des métiers 2 Le référentiel des métiers de Pôle emploi FILIÈRE RELATION DE SERVICES Métiers MISSIONS ACTIVITÉS COMPÉTENCES Le référentiel des métiers de Pôle emploi 3 4 Le référentiel des

Plus en détail

L arrivée de la DSN révolutionne l assurance collective

L arrivée de la DSN révolutionne l assurance collective L arrivée de la DSN révolutionne l assurance collective 01 JUILLET 2014 Par Jean-Luc Gérard, associé assurance et protection sociale, TnP consultants RÉSERVÉ AUX ABONNÉS Le 9 janvier dernier, le président

Plus en détail

L Urssaf accompagne. les entreprises en difficulté

L Urssaf accompagne. les entreprises en difficulté L Urssaf accompagne les entreprises en difficulté Édition 2009 Le réseau Urssaf à l écoute des entreprises en difficulté Garant des ressources de la Sécurité sociale et des institutions qui lui confient

Plus en détail

3. Rapport du Président du conseil d administration

3. Rapport du Président du conseil d administration 3. Rapport du Président du conseil d administration Conformément aux dispositions de l article L.225-37 du code de commerce, le président du conseil d administration rend compte, au terme de ce rapport,

Plus en détail

Réunion experts-comptables. 12 février 2012

Réunion experts-comptables. 12 février 2012 Réunion experts-comptables 12 février 2012 12 février 2013 Loi de financement de la sécurité sociale pour 2013 Le forfait social Modification du champ d'application Entrée en vigueur : 01/01/2013 Indemnités

Plus en détail

FAVORISER LA CROISSANCE, L EMPLOI ET L ACTIVITE

FAVORISER LA CROISSANCE, L EMPLOI ET L ACTIVITE Un ensemble de mesures conçu pour répondre aux préoccupations quotidiennes et aux besoins concrets des TPE et PME afin de : lever les freins à l emploi ; développer l activité ; faciliter la création et

Plus en détail

Pièce n 4891 octobre 2015

Pièce n 4891 octobre 2015 Pièce n 4891 octobre 2015 RAPPORT DU DIRECTEUR Indicateurs de gestion et de qualité de l'organisation d'assurance vieillesse des professions libérales 2014 1 Indicateurs de gestion et de qualité Régime

Plus en détail

UNE ORGANISATION RÉGIONALE

UNE ORGANISATION RÉGIONALE UNE ORGANISATION RÉGIONALE p o u r m i e u x r é p o n d r e à v o s at t e n t e s Les Urssaf de la Charente, de la Charente-maritime, des Deux-Sèvres et de la Vienne se sont regroupées pour créer au

Plus en détail

Relations Internationales. Les Domaines d Expertise du Recouvrement

Relations Internationales. Les Domaines d Expertise du Recouvrement Relations Internationales Les Domaines d Expertise du Recouvrement La Branche Recouvrement est dans une situation particulière concernant les attentes de nos partenaires étrangers car le domaine du financement

Plus en détail

La gestion sous mandat de caisses de retraite publique

La gestion sous mandat de caisses de retraite publique Retraites La gestion sous mandat de caisses de retraite publique Dès sa création en 1816, la Caisse des Dépôts s est vu confier la gestion des systèmes de retraite publique. Cette responsabilité participe

Plus en détail

Les offres de service

Les offres de service Caisse nationale du réseau des Urssaf Les offres de service RAPPORT D ACTIVITÉ THÉMATIQUE 2013 Pilote du réseau des Urssaf Politique de recouvrement et de contrôle Partenariats Statistique Gestion de trésorerie

Plus en détail

Le contrôle Urssaf. Le contrôle Urssaf est un contrôle des obligations légales de l employeur en matière de cotisations et contributions sociales.

Le contrôle Urssaf. Le contrôle Urssaf est un contrôle des obligations légales de l employeur en matière de cotisations et contributions sociales. Le contrôle Urssaf Définition. Le contrôle Urssaf est un contrôle des obligations légales de l employeur en matière de cotisations et contributions sociales. En effet, ces dernières sont recouvrées à partir

Plus en détail

1. Contexte de la gestion

1. Contexte de la gestion 1. Contexte de la gestion La Gestion peut se représenter sous plusieurs chaînes d activité mettant en jeu, du point de vue de l Observatoire, un certain nombre de métiers regroupés autour d une même finalité

Plus en détail

Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales 2014

Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales 2014 Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales Les cotisants artisans, industriels et commerçants, reçoivent à partir du 16 décembre 2013 l échéancier de paiement de leurs cotisations et

Plus en détail

CHARGES SOCIALES DES TRAVAILLEURS INDÉPENDANTS

CHARGES SOCIALES DES TRAVAILLEURS INDÉPENDANTS CHARGES SOCIALES DES TRAVAILLEURS INDÉPENDANTS Paiement des cotisations : précisions sur les nouvelles modalités de calcul et d appel de cotisations des indépendants Circulaire RSI n 2007-91 du 20 juillet

Plus en détail

LA LETTRE aux partenaires

LA LETTRE aux partenaires U R S S A F septembre 2015 Provence-Alpes-Côte d Azur LA LETTRE aux partenaires La lettre de l Urssaf Paca à ses partenaires n 1 SOMMAIRE La Déclaration sociale nominative (DSN) p. 2 Les objectifs de la

Plus en détail

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE I. PRESENTATION GENERALE DES ATELIERS II. SYNTHESE DE CHAQUE ATELIER (identification des idées fortes)

Plus en détail

1.1 Généralités DUCTION. www.vademecum-urssaf.com. Maladie accident du travail Caisse nationale. Vieillesse Famille Recouvrement

1.1 Généralités DUCTION. www.vademecum-urssaf.com. Maladie accident du travail Caisse nationale. Vieillesse Famille Recouvrement 1. I n t r o d u c t i o n 1. INTRO- 1.1 Généralités 1.1.1 L organisation générale de la Sécurité sociale Le régime général de Sécurité sociale 1 est le plus important des régimes de Sécurité sociale :

Plus en détail

Campagne 2014 de régularisation des cotisations et contributions personnelles des travailleurs indépendants

Campagne 2014 de régularisation des cotisations et contributions personnelles des travailleurs indépendants Campagne 2014 de régularisation des cotisations et contributions personnelles des travailleurs indépendants A partir de la deuxième semaine d octobre, les assurés du RSI reçoivent leur notification de

Plus en détail

CHARTE ACTION LOGEMENT SUR :

CHARTE ACTION LOGEMENT SUR : CHARTE ACTION LOGEMENT SUR : LA GESTION DES RISQUES LE CONTROLE INTERNE L AUDIT INTERNE Validée par le Conseil de surveillance du 18 septembre 2013 1/22 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 I. LE CADRE DE REFERENCE...

Plus en détail

Envoi de l'échéancier de cotisations et contributions sociales 2015

Envoi de l'échéancier de cotisations et contributions sociales 2015 Flash du RSI Bretagne aux experts comptables Envoi de l'échéancier de cotisations et contributions sociales Les cotisants artisans, industriels et commerçants, reçoivent à partir du 15 décembre 2014 l

Plus en détail

Entreprises Nationales - Internationales - Assurances - Prestataires de services BPO

Entreprises Nationales - Internationales - Assurances - Prestataires de services BPO Entreprises Nationales - Internationales - Assurances - Prestataires de services BPO Connectez toutes vos applications Pilotez vos processus métiers POUR UNE CIRCULATION COHERENTE,CONTINUE ET COLLABORATIVE

Plus en détail

N 2009 / 026 22/04/2009

N 2009 / 026 22/04/2009 N 2009 / 026 22/04/2009 Origine : Direction des Retraites, du Recouvrement, des Clients et de l Animation du Réseau (DIRRCA) : Direction du Recouvrement Contact : N. SELLIER Nicole.sellier@le-rsi.fr E.

Plus en détail

Présentation Capture. Instance Nationale de Concertation

Présentation Capture. Instance Nationale de Concertation Présentation Capture Instance Nationale de Concertation Sommaire Chantier Arc en ciel : présentation générale Capture : présentation générale Objectifs, enjeux Lancement du projet Réflexions et construction

Plus en détail

I. La mise en place des accords collectifs

I. La mise en place des accords collectifs Point n 2 INSTANCE NATIONALE DE CONCERTATION 25 SEPTEMBRE 2013 I. La mise en place des accords collectifs 1.1. Vague 1 : Pour mémoire, les 3 Urssaf régionales créées au 1 er janvier 2012 (Auvergne, Pays

Plus en détail

Charte du cotisant. contrôlé

Charte du cotisant. contrôlé Charte du cotisant contrôlé Le mot du directeur Vous avez été informé de la visite de l un de nos inspecteurs dans le cadre d un contrôle. La CRPCEN s engage, par la présente charte, à vous informer sur

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-097

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-097 PARIS, le 09/07/2007 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2007-097 OBJET : Interlocuteur Social Unique. Décret n 2007-703 du 3 mai 2007 relatif

Plus en détail

Améliorer, simplifier et consolider la protection sociale des indépendants

Améliorer, simplifier et consolider la protection sociale des indépendants DOSSIER DE PRESSE Point presse du 2 juillet 2013 LES AVANCÉES DU RSI EN FAVEUR DES CHEFS D ENTREPRISE INDÉPENDANTS Améliorer, simplifier et consolider la protection sociale des indépendants Par Gérard

Plus en détail

PREVOYANCE FRAIS DE SANTE

PREVOYANCE FRAIS DE SANTE PREVOYANCE FRAIS DE SANTE Les clauses de recommandation: applicable sans modulation du forfait social (Article 14 - LFSS) Par décision du 13 juin 2013, le Conseil Constitutionnel a remis en cause 30 ans

Plus en détail

Fiche d appui pour la mobilisation en faveur du déploiement des emplois d'avenir

Fiche d appui pour la mobilisation en faveur du déploiement des emplois d'avenir Fiche d appui pour la mobilisation en faveur du déploiement des emplois d'avenir Votre forte mobilisation en faveur des emplois d avenir, durant ces derniers mois, a porté ses fruits, le cap des 50 000

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

RENCONTRES LES DU MANAGEMENT DE PÔLES. Dr Brigitte NELKEN Françoise SAINTWRIL. principe de subsidiarité au bénéfice des pôles d activité

RENCONTRES LES DU MANAGEMENT DE PÔLES. Dr Brigitte NELKEN Françoise SAINTWRIL. principe de subsidiarité au bénéfice des pôles d activité LES RENCONTRES DU MANAGEMENT Freddy SERVEAUX Dr Brigitte NELKEN Françoise SAINTWRIL La contractualisation interne et le principe de subsidiarité au bénéfice des pôles d activité Mardi 16 novembre 2010

Plus en détail

La mutualisation des fonctions supports

La mutualisation des fonctions supports La mutualisation des fonctions supports Rappel des objectifs des expérimentations de mutualisation Expérimenter un traitement mutualisé de l assistance technique à la gestion du SNV2, des achats, de la

Plus en détail

LE PACTE NATIONAL POUR LA CROISSANCE, LA COMPETITIVITE ET L EMPLOI

LE PACTE NATIONAL POUR LA CROISSANCE, LA COMPETITIVITE ET L EMPLOI LE PACTE NATIONAL POUR LA CROISSANCE, LA COMPETITIVITE ET L EMPLOI L engagement du gouvernement est total en matière d amélioration de la compétitivité des entreprises et de l emploi. Le Pacte de croissance

Plus en détail

ANNEXE 2 OBJECTIFS PAR MODULE DE FORMATION

ANNEXE 2 OBJECTIFS PAR MODULE DE FORMATION ANNEXE 2 OBJECTIFS PAR MODULE DE FORMATION CYCLE 1 «LA COMPTABILITE DES ORGANISMES» : (8 modules obligatoires pour le parcours donnant lieu à l obtention de l attestation nationale de réussite Ucanss)

Plus en détail

la taille des entreprises

la taille des entreprises 1 Contrat de génération : une mise en œuvre adaptée à la taille des entreprises Si le contrat de génération concerne toutes les entreprises, elles n ont pas toutes les mêmes leviers en matière d emploi,

Plus en détail

La DSN Déclaration Sociale Nominative Nathalie Le MENSEC

La DSN Déclaration Sociale Nominative Nathalie Le MENSEC La DSN Déclaration Sociale Nominative Nathalie Le MENSEC Présentation Le Cadre légal Le Calendrier et échéances Le déploiement, la mise en œuvre www.jedeclare.com La plateforme de dématérialisation des

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunions des 12, 17 et 19 juin 2014 Allier

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunions des 12, 17 et 19 juin 2014 Allier Pacte de responsabilité et de solidarité Réunions des 12, 17 et 19 juin 2014 Allier 1 2 Le Pacte : quels bénéficiaires? Les entreprises Toutes les entreprises, quelle que soit leur taille.. Petites et

Plus en détail

Envoi du nouvel échéancier de cotisations et contributions sociales 2015

Envoi du nouvel échéancier de cotisations et contributions sociales 2015 Envoi du nouvel échéancier de cotisations et contributions sociales 2015 Dans le cadre d un nouveau calendrier mis en place en 2015, les cotisants artisans, industriels et commerçants, reçoivent un nouvel

Plus en détail

Libérer l énergie de l expert-comptable et trouver de nouvelles opportunités de conseil

Libérer l énergie de l expert-comptable et trouver de nouvelles opportunités de conseil Libérer l énergie de l expert-comptable et trouver de nouvelles opportunités de conseil AG Ordre Pays de Loire Abbaye de Fontevraud Jeudi 9 Juillet 2015 Ce document original est la propriété du Groupe

Plus en détail

I. PRINCIPALES MISSIONS DES SERVICES DU TRÉSOR TRÉSORERIE GÉNÉRALE DE LA RÉGION BOURGOGNE. Trésorier-Payeur Général : Mme Jacqueline ESCARD

I. PRINCIPALES MISSIONS DES SERVICES DU TRÉSOR TRÉSORERIE GÉNÉRALE DE LA RÉGION BOURGOGNE. Trésorier-Payeur Général : Mme Jacqueline ESCARD TRÉSORERIE GÉNÉRALE DE LA RÉGION BOURGOGNE Trésorier-Payeur Général : Mme Jacqueline ESCARD Adresse : 1 bis place de la Banque 21042 DIJON CEDEX Tél : 03 80 59 26 00 Fax : 03 80 50 14 75 Mail : tg21.contact@cp.finances.gouv.fr

Plus en détail

Déclaration Sociale Nominative (DSN) 11/05/2015. Allianz Courtage

Déclaration Sociale Nominative (DSN) 11/05/2015. Allianz Courtage Déclaration Sociale Nominative (DSN) 11/05/2015 Allianz Courtage Sommaire 1. La Déclaration Sociale Nominative (DSN) : présentation 2. Les pré requis à mettre en place par l entreprise pour télétransmettre

Plus en détail

Avis relatif au projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2016

Avis relatif au projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2016 Avis relatif au projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2016 Délibération n CONS. 18 30 septembre 2015 Projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2016 L article L. 182-3

Plus en détail

Direction du réseau DRH réseau. Elaboration concertée d une méthodologie d analyse du changement

Direction du réseau DRH réseau. Elaboration concertée d une méthodologie d analyse du changement Direction du réseau DRH réseau Elaboration concertée d une méthodologie d analyse du changement INC du 23 avril 2014 1 Afin de lancer la démarche d élaboration d une méthodologie concertée d analyse du

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

À quoi servent les cotisations?

À quoi servent les cotisations? À quoi servent les cotisations? [ Le réseau Urssaf vous rend des comptes À quoi servent les cotisations? ] Depuis 1945, la France a fait le choix d une Sécurité sociale protégeant solidairement l ensemble

Plus en détail

Rappels sur les missions, l évolution des populations couvertes et les engagements stratégiques

Rappels sur les missions, l évolution des populations couvertes et les engagements stratégiques DOSSIER DE PRESSE Point presse du 2 juillet 2013 ANNEXES Rappels sur les missions, l évolution des populations couvertes et les engagements stratégiques www.rsi.fr Une mission : assurer la protection sociale

Plus en détail

APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015

APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015 CONSEIL DEPARTEMENTAL DU JURA APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015 PON FSE 2014-2020 Axe 3 «Lutter contre la pauvreté et promouvoir l inclusion» Programme Départemental d Insertion 2015 Date de lancement

Plus en détail

Ce règlement contient également des dispositions d ordre déontologique et fait du Directoire un acteur du contrôle interne.

Ce règlement contient également des dispositions d ordre déontologique et fait du Directoire un acteur du contrôle interne. RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL DE SURVEILLANCE SUR LES CONDITIONS DE PREPARATION ET D ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL AINSI QUE SUR LES PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE MISES EN PLACE PAR LA SOCIETE

Plus en détail

Pour gagner du temps dans l édition de vos paies et fluidifier vos processus RH. Les solutions Paie et RH pour les PME

Pour gagner du temps dans l édition de vos paies et fluidifier vos processus RH. Les solutions Paie et RH pour les PME Pour gagner du temps dans l édition de vos paies et fluidifier vos processus RH Les solutions Paie et RH pour les PME Paie et RH, des métiers riches de nouvelles ambitions Vous avez besoin de vous doter

Plus en détail

Charte de la Médiation sociale en Bretagne

Charte de la Médiation sociale en Bretagne Charte de la Médiation sociale en Bretagne Préambule L Urssaf et le Rsi Bretagne s associent pour mettre en place un nouveau service d accompagnement des entreprises en difficultés, s appuyant sur une

Plus en détail

Deuxième partie : Objectifs résultats et moyens du dernier exercice clos

Deuxième partie : Objectifs résultats et moyens du dernier exercice clos Deuxième partie : résultats et moyens du dernier exercice clos La présentation des résultats du dernier exercice clos et des objectifs pour les années à venir est structurée autour de deux grands objectifs

Plus en détail

Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales 2013

Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales 2013 Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales 2013 Les cotisants, artisans, commerçants, reçoivent à partir du 17 décembre 2012 l échéancier de paiement de leurs cotisations et contributions

Plus en détail

Projet de réorganisation des expertises de la branche Famille

Projet de réorganisation des expertises de la branche Famille Direction du réseau Paris, le 21 février 2014 Projet de réorganisation des expertises de la branche Famille INC du 13 mars 2014 1 1. Contexte Les Prm ont été créés en 2002 et trouvent leur fondement dans

Plus en détail

Expert et Indépendance

Expert et Indépendance Chers partenaires, Expert et Indépendance RSI Pays de la Loire - 44952 Nantes Cedex 9 www.rsi.fr/contact ou pour les experts comptables : expertscomptables@paysdelaloire.rsi.fr Numéro 17 10 février 2014

Plus en détail

Caisse nationale du réseau des Urssaf

Caisse nationale du réseau des Urssaf Caisse nationale du réseau des Urssaf RAPPORT ANNUEL 2014 profil p. 1 Acoss : un organisme en mouvement, au service de l intérêt général édito p. 2 Une mobilisation de tous nos métiers au service de l

Plus en détail

La gouvernance. Président national Régime Social des Indépendants

La gouvernance. Président national Régime Social des Indépendants La gouvernance Gérard QUEVILLON Président national Régime Social des Indépendants FRANCE Le processus de prise de décision Dominique LIGER Directeur Général Régime Social des Indépendants FRANCE Système

Plus en détail

Charte du management des risques du groupe La Poste

Charte du management des risques du groupe La Poste Direction de l'audit et des Risques du Groupe Direction des Risques du Groupe Destinataires Tous services Contact Béatrice MICHEL Tél : 01 55 44 15 06 Fax : E-mail : beatrice.michel@laposte.fr Date de

Plus en détail

Présentation de l offre de services 100% web. Réussir la mise en œuvre de Pôle emploi 2015

Présentation de l offre de services 100% web. Réussir la mise en œuvre de Pôle emploi 2015 Présentation de l offre de services 100% web Réussir la mise en œuvre de Pôle emploi 2015 L Offre de services dématérialisée porte l offre de services en ligne et l offre de services 100% web La convention

Plus en détail

Les assurances collectives Santé et Prévoyance

Les assurances collectives Santé et Prévoyance CAA P A C I F I C A P R E D I C A Les assurances collectives Santé et Prévoyance Dernières évolutions réglementaires et réponses du Crédit.Agricole Réunion Experts-Comptables du 10 juillet 2014 Page 1

Plus en détail

Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service»

Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service» Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service» DANS LE RESPECT DU PROJET ET DU FONCTIONNEMENT DE LA PERSONNE MORALE, EN CONFORMITE AVEC LA LEGISLATION

Plus en détail

POINT 1 SDRH. rechercher systématiquement l utilisation optimale des ressources affectées à la branche.

POINT 1 SDRH. rechercher systématiquement l utilisation optimale des ressources affectées à la branche. INSTANCE NATIONALE DE CONCERTATION DU 2 OCTOBRE 2014 POINT 1 SDRH 1. PREAMBULE La COG 2014 2017, afin de consolider le rôle de la branche recouvrement au cœur du financement solidaire de la protection

Plus en détail

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ Manuel Qualité 5 place du Rosoir 21000 DIJON Tél. : 03.80.59.65.20 Fax : 03.80.53.09.50 Mèl : contact@bfc.experts-comptables.fr www.bfc.experts-comptables.fr SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE

Plus en détail

DL SOFTWARE RAPPORT SPECIAL SUR LES PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE

DL SOFTWARE RAPPORT SPECIAL SUR LES PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE DL SOFTWARE Société Anonyme au capital de 354 436,48 euros Siège social : 50 rue Monceau 75008 PARIS 445.053.937 RCS PARIS RAPPORT SPECIAL SUR LES PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE (Article L. 225-37 du Code

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

Convention d objectifs et de gestion. 2014-2017 Etat-Acoss

Convention d objectifs et de gestion. 2014-2017 Etat-Acoss Convention d objectifs et de gestion 2014-2017 Etat-Acoss 1 Cette convention d objectifs et de gestion a été signée le 28 juillet 2014 par : Michel SAPIN, Ministre des Finances et des Comptes publics

Plus en détail

Sage Paie & RH. Une offre parfaitement adaptée à votre entreprise

Sage Paie & RH. Une offre parfaitement adaptée à votre entreprise & RH Une offre parfaitement adaptée à votre entreprise Pour les Petites et Moyennes Entreprises 1 & RH : le bulletin de confiance La volonté des PME françaises d optimiser leur application de gestion de

Plus en détail

Projet DSN Modalités de déclaration et de paiement des cotisations sociales recouvrées par les URSSAF en DSN phase 2

Projet DSN Modalités de déclaration et de paiement des cotisations sociales recouvrées par les URSSAF en DSN phase 2 Projet DSN Modalités de déclaration et de paiement des cotisations sociales recouvrées par les URSSAF en DSN phase 2 23 janvier 2014 Sommaire Introduction Quelques principes généraux sur la déclaration

Plus en détail

Mise en place de la Déclaration Sociale Nominative (DSN)

Mise en place de la Déclaration Sociale Nominative (DSN) Mise en place de la Déclaration Sociale Nominative (DSN) INC du 17 septembre 2013 www.ccmsa.msanet La Déclaration Sociale Nominative La déclaration sociale nominative (DSN) est instituée par l article

Plus en détail

Protection sociale créateur : comment ça marche?

Protection sociale créateur : comment ça marche? Protection sociale créateur : comment ça marche? votre projet d entreprise : Choix du Statut du projet à la création : les formalités votre protection sociale - artisans commerçants - professions libérales

Plus en détail

Le service public de Sécurité sociale

Le service public de Sécurité sociale Direction de la Sécurité sociale Le service public de Sécurité sociale Zoom sur les conventions d objectifs et de gestion 1 à l heure où la Sécurité sociale, comme l ensemble des acteurs publics, doit

Plus en détail

Le Référentiel Management/Encadrement

Le Référentiel Management/Encadrement répertoire des métiers Le Référentiel Management/Encadrement Le management/encadrement est vu comme une fonction transversale liée à l organisation et à l ensemble des familles professionnelles. Le référentiel

Plus en détail

Direction de l Entreprise - OUTILS DE PILOTAGE DE L ENTREPRISE (OPE) «Gestion de la P.M.E, gérer un Centre de Profit»

Direction de l Entreprise - OUTILS DE PILOTAGE DE L ENTREPRISE (OPE) «Gestion de la P.M.E, gérer un Centre de Profit» Direction de l Entreprise - OUTILS DE PILOTAGE DE L ENTREPRISE (OPE) «Gestion de la P.M.E, gérer un Centre de Profit» Public visé : - Prendre du recul sur l action quotidienne, d élargir sa Dirigeants,

Plus en détail

Préparation de la COG 2010-2013

Préparation de la COG 2010-2013 Séminaire du Conseil d Administration 21 juillet 2009 Préparation de la COG 2010-2013 Séminaire du Conseil d Administration 21 juillet 2009 Séminaire du Conseil d Administration 21 juillet 2009 Rappel

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 27/12/2013 Envoi des offres : aurelie.huby@midi-pyrenees.cci.fr Le

Plus en détail

Appel à propositions

Appel à propositions Appel à propositions FORCO OPCA du Commerce et de la Distribution Programme d accompagnement des PME dans la mise en œuvre d une démarche GPEC 1 er Juillet 2013 / 31 décembre 2013 OPCA FORCO Page 1 sur

Plus en détail