Logique/Ensembles. Logique 2. 1 Rudiments de logique. 1.1 Assertions, connecteurs, synonymie.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Logique/Ensembles. Logique 2. 1 Rudiments de logique. 1.1 Assertions, connecteurs, synonymie."

Transcription

1 Logique 2 Logique/Ensembles 1 Rudiments de logique. 1.1 Assertions, connecteurs, synonymie. La notion d'assertion est considérée comme intuitive : on se donne la dénition vague ci-dessous. Dénition 1. Une assertion est une phrase qui peut prendre deux valeurs de vérité : Vrai (V) ou Faux (F). Par exemple, les phrases "4 est pair", "1 + 1 = 2" et "1 + 1 = 1" sont des assertions. On peut estimer que "Il a plu le jour de la rentrée 2015 sur le Lycée Schweitzer" est une assertion. En revanche, "Comment allezvous?" n'en est pas une. Les assertions "4 est pair", "1+1 = 2" sont vraies, l'assertion "1+1 = 1" est fausse. On appelle négation d'une assertion P l'assertion qui est vraie quand P est fausse, et fausse quand P est vraie. Formalisons. Dénition 2. Soit P une assertion. On appelle négation de P, et on note (non P ), ou encore P, l'assertion dénie par la table de vérité suivante : P P V F F V On peut aussi combiner des assertions à l'aide de connecteurs logiques binaires. Si truc est un tel connecteur logique, et P et Q deux assertions, P truc Q est une assertion dont la valeur de vérité est fonction des valeurs de vérité de P et Q. Dénition 3. La table de vérité ci-dessous dénit les connecteurs logiques suivants : La conjonction : "et". La disjonction : "ou". La disjonction exclusive : "ou bien". L'implication : "implique" ou "= " L'équivalence : "équivaut à" ou " " P Q P et Q P ou Q P ou bien Q P = Q P Q V V V V F V V V F F V V F F F V F V V V F F F F F F V V 1 PCSI1 Ly c é e A l be r t S chwe i t z e r

2 Exemples. ("Aurélien est un garçon et "Elsa est une lle") est vraie. ("Aurélien est un garçon" ou "Elsa est une lle") est vraie. ("Aurélien est un garçon" ou bien "Elsa est une lle") est fausse. ("Aurélien est un garçon" et "Elsa est en PCSI1") est fausse. ("Aurélien est un garçon" ou "Elsa est en PCSI1") est vraie. ("6 est pair"= "7 est impair") est vraie. ("5 est pair"= "7 est impair") est vraie. ("5 est impair"= "7 est pair") est fausse. ("5 est pair"= "je suis votre père") est vraie. En combinant deux à deux des assertions, on peut obtenir des assertions "complexes", du type (("6 est impair" ou "7 est impair") et "3 est pair") = ("2 est pair"). Soient P 1, P 2,... P n des assertions. A l'aide de connecteurs logiques, on forme des assertions A(P 1,..., P n ) et B(P 1,..., P n ). Lorsque ces assertions ont la même valeur de vérité, quelles que soient les valeurs de vérité des assertions P 1,..., P n, on dira dans ce cours qu'elles sont synonymes et on écrira 1.2 Connecteurs et et ou. Proposition 4. A(P 1,..., P n ) B(P 1,..., P n ). Soient P, Q, R des assertions. On a les synonymies suivantes. a) ( P ) P, (P et P ) P, (P ou P ) P. b) (P et Q) (Q et P ), (P ou Q) (Q ou P ). c) ((P et Q) et R) (P et (Q et R)), ((P ou Q) ou R) (P ou (Q ou R)). d) P et (Q ou R) (P et Q) ou (P et R) P ou (Q et R) (P ou Q) et (P ou R). e) (P et Q) ( P ) ou ( Q), (P ou Q) ( P ) et ( Q) (formules de Morgan). Remarques. c) est une propriété d'associativité et montre que certaines parenthèses sont superues. d) est une propriété de distributivité où et tient lieu de multiplication et ou d'addition. a) et c) montrent que toute assertion utilisant un et peut être réécrite en n'utilisant que et ou. Preuve : On laisse au lecteur le soin d'écrire les tables de vérité nécessaires. Voici celle qui démontre d). P Q R Q ou R P et (Q ou R) P et Q P et R (P et Q) ou (P et R) V V V V V V V V V V F V V V F V V F V V V F V V V F F F F F F F F V V V F F F F F V F V F F F F F F V V F F F F F F F F F F F F 2

3 1.3 Implication, équivalence. On énonce dans ce qui suit des synonymies concernant l'implication et en tire des conclusions pratiques sur la preuve d'une implication, et d'une équivalence. Proposition 5. Soient P, Q des assertions. On a la synonymie P = Q ( P ) ou Q. Corollaire 6 (Négation d'une implication). Soient P et Q deux assertions. La négation de P = Q est (P = Q) P et ( Q). Conséquence pratique de la proposition 5 : Preuve directe d'une implication (voir aussi Raisonner/Rédiger, 3.1). Si P est fausse alors P = Q sera vraie, quelle que soit la valeur de vérité de Q. En pratique, démontrer P = Q demande seulement de vérier que lorsque P est vraie, Q l'est aussi. C'est pourquoi on lit souvent P = Q comme Pour démontrer une telle implication, Si P, alors Q. On SUPPOSE P (et on l'écrit) puis on MONTRE Q. Vocabulaire Dans P = Q, l'assertion Q est dite condition nécessaire dans, et P condition susante. En eet, supposons que l'implication soit vraie. Alors Q est nécessairement vraie si P l'est, et il sut que P soit vraie pour que Q le soit. Dénition 7. Soient P et Q deux assertions. On appelle contraposée de l'implication P = Q, l'implication ( Q) = ( P ). Théorème 8. Soient P, Q des assertions. On a la synonymie P = Q ( Q) = ( P ) Autrement dit, une implication est vraie, si et seulement si sa contraposée l'est. 3

4 Conséquence pratique : Preuve par contraposition d'une implication (voir aussi Raisonner/Rédiger, 3.2). Au lieu de démontrer qu'une implication est vraie, on peut choisir si cela parait plus simple, de démontrer sa contraposée. Proposition 9. Soient P, Q des assertions. On a la synonymie P Q (P = Q) et (Q = P ). Conséquence pratique : Preuve par "double-implication" d'une équivalence (voir aussi Raisonner/Rédiger, 3.3). Il s'agit, pour démontrer que P Q est vraie, de démontrer séparément les implications P = Q (Q est une condition nécessaire pour P ) puis Q = P (Q est une condition susante pour P ). Exercice. En guise d'application des trois techniques ci-dessus, on propose la preuve pour n entier, de l'équivalence Proposition 10. Soient P, Q, R des assertions. n pair n 2 est pair Si P = Q et Q = R sont vraies, alors P = R est vraie. Le résultat reste vrai lorsqu'on remplace les implications par des équivalences. 1.4 Quanticateurs. Soit E un ensemble. On se donne P(X) un prédicat sur E, c'est à dire une phrase utilisant la variable X E. Lorsque dans le prédicat, on substitue à X un élément de l'ensemble E, on obtient une assertion P(x). Par exemple, le prédicat "X est pair" permet, lorsqu'on substitue des entiers à X de former les assertions "4 est pair" et "3 est pair". On rappelle les notations suivantes. L'assertion "pour tout élément x de E, l'assertion P(x) est vraie" s'écrit x E P(x). L'assertion "il existe un élément de E, disons x, telle que l'assertion P(x) est vraie" s'écrit quant à elle x E P(x). Dans l'assertion ci-dessus, il faut comprendre le "il existe un élément" comme "il existe (au moins) un élément". En eet, il se peut que l'assertion P(x) soit vraie pour plusieurs éléments x de E. L'assertion "il existe un unique élément de E, que l'on note x, telle que l'assertion P(x) est vraie" s'écrit à l'aide du symbole! :!x E P(x). 4

5 Un prédicat peut dépendre de plusieurs variables et on peut être amené à utiliser plusieurs quanticateurs. Soient E, F deux ensembles et P(X, Y ) un prédicat où X prend ses valeurs dans E et Y dans F. Signalons les synonymies : x E ( y F P(x, y)) y F ( x E P(x, y)) x E ( y F P(x, y)) y F ( x E P(x, y)) En revanche, les assertions suivantes ne sont pas synonymes! (A) x E ( y F P(x, y)) (B) y F ( x E P(x, y)). On lit (A) en deux temps : " x E" A partir de maintenant et jusqu'à la n de la phrase, on considère en pensée un élément x de E particulier (le nous autorisant à choisir n'importe lequel). On considère ensuite l'assertion " y F P(x, y)" (et ne contient pas y...) On apprend qu'il existe un élément de F, qu'on va ici appeler y tel que P(x, y) est vraie. Mais ce y qui dépend de x a priori, et change pour chaque élément x de E que l'on peut considérer. On lit (B) en deux temps : " y F " Pour un (au moins) des éléments de F ce qui suit va être vrai. A partir de maintenant et jusqu'à la n de la phrase, on considère en pensée un de ces éléments de F que l'on appelle ici y. " x E P(x, y)" L'élément y a été xé. La phrase P(x, y) est vraie pour tous les couples (x, y), où x est n'importe quel élément de E. Exemple. 1. Une théorie arme que chacun sur Terre a une âme s ur. Il faut comprendre cette phrase sous la forme d'une assertion de type (A) : "pour toute personne sur Terre, il existe une âme s ur". Bien sûr, cette âme s ur dépend de la personne considérée. Si on écrivait une assertion de type (B), cela signierait "il existe des gens qui sont l'âme s ur... de tout le monde"! (ces gens-là auraient une vie compliquée...) Exemple. 2. Soit f une fonction dénie sur R. Écrire à l'aide de quanticateurs "la fonction f est majorée sur R". Changer maintenant l'ordre des quanticateurs. Remarquer alors que l'assertion obtenue est vraie pour toutes les fonctions. Les deux synonymies ci-dessous montrent comment nier une assertion contenant un quanticateur. Proposition 11 (Négation d'une proposition contenant des quanticateurs). Soit P(X) un prédicat sur un ensemble E. On a les synonymies ( x E P(x)) x E P(x) ( x E P(x)) x E P(x) Exemple. Soit f une fonction dénie sur R. On note P l'assertion "f est majorée sur R", c'est à dire : P : M R x R f(x) M. On a donc P : M R x R f(x) > M. 5

6 2 Ensembles. 2.1 Vocabulaire, parties. À nouveau, on se donne une dénition vague. Dénition 12. Un ensemble non vide E est une collection d'éléments, c'est à dire d'objets x tels que l'assertion "x appartient à E" est vraie. On suppose qu'il existe un ensemble n'ayant pas d'éléments. On l'appelle ensemble vide et on le note. Pour tout objet x, l'assertion x est fausse. On conviendra que l'assertion x est vraie, quel que soit le prédicat P(X). Puisqu'il n'y a pas d'éléments dans l'ensemble vide, on peut dire que tous les éléments de l'ensemble vide sont verts. Ils sont aussi bleus à poils durs, d'ailleurs. Dénition 13. P(x) On dit que deux ensembles E et F sont égaux s'ils sont tous les deux vides, ou s'ils ont les mêmes éléments. On écrit alors E = F. Pour décrire un ensemble non vide, on utilise des accolades, ainsi qu'une description de ses éléments, qui peut être de deux formes. En extension : les éléments sont présentés sous forme de liste, par exemple {1, 2, 3}. Signalons que l'ordre dans notre liste n'a pas d'importance : {1, 2, 3} = {3, 2, 1}. L'ensemble {2k, k N} est l'ensemble des entiers naturels pairs, qu'il faut lire {0, 2, 4, 6,...} en comprenant le sens des points de suspension. Un ensemble ayant un seul élément est appelé singleton. Un ensemble ayant exactement deux éléments est appelé paire. En compréhension : on sélectionne dans un autre ensemble, des éléments possédant une certaine propriété. Par exemple, l'ensemble des entiers pairs se note, en compréhension {n N : p N : n = 2p}. L'ensemble des nombres réels positifs se note en compréhension : {x R : x 0}. Dans la notation en compréhension {x E : P(x) est vraie} on écrit, dans l'ordre, l'accolade, x : l'élément typique, E : l'ensemble de sélection, P(x) : le prédicat de sélection. 6

7 Dénition 14. Soit E un ensemble Une partie de E est un ensemble F tel que l'assertion x F x E est vraie. Cette assertion est notée F E et se lit F est inclus dans E. De façon moins abstraite, une partie de E est vide, ou est un ensemble d'éléments de E. Exemple. Si E = {1, 2, 3}, le singleton {1} est inclus dans E : son unique élément 1 est dans E. On a donc {1} E, à ne pas confondre avec "1 E". On a aussi {1, 3} E Remarque. Pour tout ensemble E, les ensembles E et sont des parties de E. Conséquence pratique : Preuve par "double-inclusion" d'une égalité entre ensembles (voir aussi Raisonner/Rédiger, 5.2.) Dénition 15. L'ensemble des parties d'un ensemble E est noté P(E). Remarque. Pour deux ensembles E et F, F E F P(E). Exemples. P({1}) = {, {1}}, P({1, 2}) = {, {1}, {2}, {1, 2}}, P( ) = { }, P (P({1})) = {, { }, {{1}}, {, {1}}} Proposition 16. Soient E et F deux ensembles. On a E = F E F et F E. Conséquence pratique : Preuve par "double-inclusion" d'une égalité entre ensembles (voir aussi Raisonner/Rédiger, 5.2). 2.2 Opérations sur les parties d'un ensemble. Dénition 17. Soient A et B deux parties d'un ensemble E. On dénit la réunion de A et B, notée A B, et leur intersection A B par A B := {x E : x A ou x B} et A B := {x E : x A et x B}. Figure. Les diagrammes de Venn, ou patates, permettent de visualiser les ensembles ainsi dénis. 7

8 Proposition 18. Soit E un ensemble. Les égalités d'ensembles suivantes sont vraies pour toutes parties A, B, C dans P(E). a) A A = A et A A = A b) A B = B A et A B = B A (commutativité). c) A =, A = A, A E = A, et A E = E. d) (A B) C = A (B C) et (A B) C = A (B C) (associativité). e) A (B C) (A B) (A C) et A (B C) (A B) (A C) (distributivité). Dénition 19. Soient A et B deux parties d'un ensemble E. On appelle diérence de A et de B, ( A privé de B ) la partie A \ B := {x E : x A et x / B}. On appelle complémentaire de A dans E et on note A ou C A E la partie A := E \ A = {x E : x A}. Proposition 20. Soit E un ensemble. Les égalités d'ensembles suivantes sont vraies pour toutes parties A, B, C dans P(E). a) = E et E =. b) A = A (complémentaire du complémentaire). c) A B = B A. d) A B = A B et A B = A B (dualité/formules de Morgan). 8

9 2.3 Produit cartésien. Dénition Soient E et F deux ensembles. On appelle produit cartésien de E et F et on note E F l'ensemble {(x, y) : x E, y F }. Les éléments de E F sont appelés couples. 2. Soient E 1, E 2,... E n, n ensembles. On appelle produit cartésien de E 1, E 2,..., E n et on note E 1 E 2... E n l'ensemble {(x 1, x 2,..., x n ) : x 1 E 1, x 2 E 2,..., x n E n }. Les éléments de E 1, E 2,..., E n sont appelés n-uplets. Notation. On note E 2 = E E. Par exemple, R 2 = {(x, y) : x R, y R}. Exemples. E = {1, 2, 3}, F = {, }, E F = {(1, ), (2, ), (3, ), (1, ), (2, ), (3, )}. Notons Card(E) ("cardinal") le nombre d'éléments d'un ensemble E. On remarque sur l'exemple précédent que Card(E F ) = 6 = 3 2 = Card(E) Card(F ). Le résultat sera prouvé en général dans le cours sur le dénombrement. Nous faisons cette remarque dès maintenant pour expliquer la notation pour le produit cartésien : il est commode que le cardinal du produit soit le produit des cardinaux. 9

Le calcul propositionnel

Le calcul propositionnel MTA - ch2 Page 1/8 Éléments de logique - Raisonnements I Le calcul propositionnel Dénition 1 Une assertion est un énoncé dont on peut dire sans ambiguïté s'il est Vrai ou Faux. Cette convention permet

Plus en détail

Logique et raisonnement mathématique

Logique et raisonnement mathématique CHAPITRE 1 Logique et raisonnement mathématique 1.1 Un peu de logique mathématique 1.1.1 Dénitions, propriétés, propositions, théorèmes,... Dénition 1 Donner une dénition, c'est nommer un objet ou un type

Plus en détail

Cours de Mathématiques Ensembles, applications, relations

Cours de Mathématiques Ensembles, applications, relations Table des matières I Un peu de logique................................... 2 I.1 Assertions................................... 2 I.2 Opérations sur les assertions......................... 2 I.3 Tableaux

Plus en détail

Logique et théorie des ensembles

Logique et théorie des ensembles Rappels : Logique et théorie des ensembles N : ensemble des entiers naturels = { 0,, 2, } A part 0, un nombre n a pas d opposé dans N = {0} : ensemble des entiers relatifs = {, 2,, 0,, 2, } = { n, -n ;

Plus en détail

Formalisation mathématique

Formalisation mathématique Formalisation mathématique Tony Bourdier (2012) Table des matières 1 Logique de base 1 1.1 Implication, condition nécéssaire, condition suffisante............. 1 1.2 Contraposée....................................

Plus en détail

Algèbre 1 RAISONNEMENT ELEMENTS DE LA THEORIE DES ENSEMBLES

Algèbre 1 RAISONNEMENT ELEMENTS DE LA THEORIE DES ENSEMBLES Algèbre - chap 1 1/8 Algèbre 1 RAISONNEMENT ELEMENTS DE LA THEORIE DES ENSEMBLES 1. ELEMENTS DE LOGIQUE 1.1 Propositions Règles logiques Définition 1 : On appelle propriété ou assertion une affirmation

Plus en détail

Propositions et prédicats

Propositions et prédicats Propositions et prédicats 1 introduction Définition : Une proposition est un énoncé mathématiques qui peut être démontré comme vrai ou faux, il a valeur de vérité. La logique en mathématique permet d établir

Plus en détail

LES FONDEMENTS : LA LOGIQUE ET LES ENSEMBLES

LES FONDEMENTS : LA LOGIQUE ET LES ENSEMBLES LES FONDEMENTS : LA LOGIQUE ET LES ENSEMBLES 1. LES PROPOSITIONS MATHÉMATIQUES Faire des mathématiques, c est faire avant tout des raisonnements, c est à dire partir d une ou plusieurs hypothèses et par

Plus en détail

CHAPITRE 1 INTRODUCTION : UN PEU DE LOGIQUE

CHAPITRE 1 INTRODUCTION : UN PEU DE LOGIQUE CHAPITRE 1 INTRODUCTION : UN PEU DE LOGIQUE Les mathématiques demandent une grande rigueur dans l exposition des résultats et des démonstrations. Si l intuition et la persuasion sont des outils indispensables

Plus en détail

Chapitre 4 - Calcul des propositions et des prédicats, langage ensembliste et calcul booléen

Chapitre 4 - Calcul des propositions et des prédicats, langage ensembliste et calcul booléen Lycée Maximilien Sorre Année 2015-2016 BTS SIO 1 Chapitre 4 - Calcul des propositions et des prédicats, langage ensembliste et calcul booléen 1 Calcul des propositions 1.1 Propositions, valeurs de vérité

Plus en détail

Chapitre 2 : ensembles

Chapitre 2 : ensembles Université Paris-Dauphine DUMI2E, Algèbre 1, 2009-2010 1 Définitions Chapitre 2 : ensembles Un ensemble est une collection d objets. Ces objets sont appelés éléments de l ensemble. Pour dire que x est

Plus en détail

À partir de différentes propositions logiques, on peut en construire d autres grâce aux connecteurs

À partir de différentes propositions logiques, on peut en construire d autres grâce aux connecteurs Assertion Une assertion est une phrase (énoncé mathématique) qui peut être «vraie» ou «fausse», mais jamais les deux à la fois. Exemples: (3 > 0), (3 = 0) sont des assertions. L énoncé «L avenue des Champs

Plus en détail

Logique L'opérateur non : négation logique. On prend simplement le contraire

Logique L'opérateur non : négation logique. On prend simplement le contraire Logique Il est apparu dès l'antiquité la nécessité de développer la logique, et sa formalisation commence avec Artistote qui la develope pour contrer les sophistes et l'utilisation qu'ils font du langage.

Plus en détail

logique I démonstration et théorie axiomatique 2 1 généralités 2 2 proposition, prédicat simple 2

logique I démonstration et théorie axiomatique 2 1 généralités 2 2 proposition, prédicat simple 2 logique Table des matières I démonstration et théorie axiomatique 1 généralités proposition, prédicat simple 3 prédicats composés 3 3.1 prédicat de négation....................................... 3 3.

Plus en détail

0. Logique et théorie des ensembles

0. Logique et théorie des ensembles 0. Logique et théorie des ensembles e chapitre présente une introduction à la logique et à la théorie des ensembles. Vous avez déjà rencontré la plupart des notions abordées ici, mais souvent sans les

Plus en détail

Chapitre 3. S exprimer en mathématiques

Chapitre 3. S exprimer en mathématiques Chapitre 3 S exprimer en mathématiques 1. Les énoncés Des énoncés mathématiques sont des phrases qui ont pour but de définir des objets mathématiques ou bien d en donner des propriétés. Voici des exemples

Plus en détail

Quelques concepts et notations logico-mathématiques Version 1.2 Sciences de la décision (CO8) Mikaël COZIC

Quelques concepts et notations logico-mathématiques Version 1.2 Sciences de la décision (CO8) Mikaël COZIC Quelques concepts et notations logico-mathématiques Version 1.2 Sciences de la décision (CO8) Mikaël COZIC 1 Préambule Les théories sont mathématisées. Nous avons donc besoin de notations et de concepts

Plus en détail

Chapitre 5 : Ensembles

Chapitre 5 : Ensembles Chapitre 5 : Ensembles Dans ce chapitre, nous introduisons rigoureusement la notion d'ensemble qui sera particulièrement utilisée lors de l'étude des probabilités. Après avoir introduit les dénitions d'ensembles

Plus en détail

Les ensembles. Représentation graphique : On peut représenter les ensembles par le diagramme de Venn ou le diagramme de Caroll : b b

Les ensembles. Représentation graphique : On peut représenter les ensembles par le diagramme de Venn ou le diagramme de Caroll : b b Les ensembles 1 Définitions et notations 1.1 Notation d ensemble, ensembles des nombres 1.1.1 nsembles xiome : Un ensemble est un groupement d objets, on notera un ensemble. Un objet a est dans se note

Plus en détail

Logique. Propositions, Raisonnements, Quantificateurs, Prédicats, Récurrence

Logique. Propositions, Raisonnements, Quantificateurs, Prédicats, Récurrence Logique Propositions, Raisonnements, Quantificateurs, Prédicats, Récurrence 1 INTRODUCTION {La présente affirmation est fausse}????? ni vraie ni fausse Vraie, Fausse, indécidable imprécise : {-1 n est

Plus en détail

Éléments de logique. Arnaud Girand 31 décembre 2009

Éléments de logique. Arnaud Girand 31 décembre 2009 Éléments de logique Arnaud Girand 31 décembre 2009 Ces quelques notes de cours n'ont pas la prétention d'être exhaustives, et de nombreux points fondamentaux (axiomatique,...) ne reçoivent ici qu'un traitement

Plus en détail

LES ESPACES VECTORIELS

LES ESPACES VECTORIELS LES ESPACES VECTORIELS Objectifs Savoir ce qu'est un espace vectoriel. Savoir ce qu'est un sous-espace vectoriel. Savoir ce qu'est une base. Le travail sur les espaces vectoriels de dimension nie Dans

Plus en détail

Logique et Raisonnement

Logique et Raisonnement INSA Toulouse Cycle Préparatoire IFCI Module Outils Mathématiques Regroupement n 1 Logique et Raisonnement Introduction En mathématiques, on travaille avec des objets abstraits (nombres, ensembles, applications,

Plus en détail

Chapitre 1 : s exprimer en mathématiques

Chapitre 1 : s exprimer en mathématiques Université Paris-Dauphine DUMI2E, Algèbre 1, 2009-2010 Chapitre 1 : s exprimer en mathématiques Ces notes correspondent au cours qui a été donné en amphi. C est une version condensée du polycopié de logique,

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DES ENSEMBLES. 1 Les ensembles. 1.1 Définition d un ensemble

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DES ENSEMBLES. 1 Les ensembles. 1.1 Définition d un ensemble 2015-2016 MPSI2 du lycée Condorcet 1/22 ÉLÉMENTS DE THÉORIE DES ENSEMBLES 1 Les ensembles 1.1 Définition d un ensemble Définition 1. Un ensemble est une collection d objets mathématiques. Les objets qui

Plus en détail

Polycopié de Logique Mathématique

Polycopié de Logique Mathématique 1. Propositions. Université de la Nouvelle Calédonie. Licences Math, PC, SPI. Semestre 2. Polycopié de Logique Mathématique Une proposition est un enoncé mathématique qui peut être soit vrai (V) soit faux

Plus en détail

Propriété fondamentale et premières applications

Propriété fondamentale et premières applications N I Propriété fondamentale et premières applications Prérequis : l'ensemble N, les opérations + et sur N, l'ordre standard de N, et les règles de calcul qui y sont associées. I.1 Propriété fondamentale

Plus en détail

Correction des exercices du TD1

Correction des exercices du TD1 Correction des exercices du TD1 Rappel : des aides vous sont fournies sur le site «www4.utc.fr /~mt21/» à la fin des fichiers consacrés aux chapitre de cours. N hésitez pas à les consulter pour refaire

Plus en détail

Correction des exercices du TD1

Correction des exercices du TD1 Correction des exercices du TD1 Rappel : des aides vous sont fournies sur le site «www4.utc.fr /~mt21/» à la fin des fichiers consacrés aux chapitre de cours. N hésitez pas à les consulter pour refaire

Plus en détail

Logique, ensembles et applications.

Logique, ensembles et applications. Logique, ensembles et applications. I Outils du raisonnement mathématique 1 I.A Assertions et connecteurs logiques................. 1 I.A.1 Assertions........................... 1 I.A.2 Connecteurs logiques.....................

Plus en détail

Leçon 69 : Les différents types de raisonnement en mathématiques

Leçon 69 : Les différents types de raisonnement en mathématiques Leçon 69 : Les différents types de raisonnement en mathématiques 1 er avril 01 En mathématiques, pour démontrer divers propriétés ou théorèmes, nous avons besoin d appliquer rigoureusement un raisonnement

Plus en détail

Notions de bases. 2 Ensembles Vocabulaire ensembliste Ensemble des parties d un ensemble... 5

Notions de bases. 2 Ensembles Vocabulaire ensembliste Ensemble des parties d un ensemble... 5 Maths PCSI Cours Notions de bases Table des matières 1 Logique 2 1.1 Proposition logique.......................................... 2 1.2 Disjonction, conjonction et implication...............................

Plus en détail

Les ensembles D. Daigle

Les ensembles D. Daigle Les ensembles D. Daigle 1. Notions de base La notation x A signifie que x est un élément de l ensemble A (elle se lit x est élément de A ou encore x appartient à A ). Remarquez que le symbole d appartenance

Plus en détail

Chapitre 5. Applications

Chapitre 5. Applications Chapitre 5 Applications 1. Définitions et exemples Définition 5.1 Soient E et F deux ensembles. Une application f de E dans F est un procédé qui permet d associer à chaque élément x de E un unique élément

Plus en détail

LOGIQUE PROPOSITIONNELLE ET PRÉDICATS

LOGIQUE PROPOSITIONNELLE ET PRÉDICATS LOGIQUE PROPOSITIONNELLE ET PRÉDICATS IFT 1065 AUTOMNE 2007 Les objectifs visés sont de Développer la capacité à exprimer en langage logique des énoncés simples Développer un esprit de rigueur Pouvoir

Plus en détail

Fondements des mathématiques

Fondements des mathématiques Fondements des mathématiques MAT 2762 Automne 2014 A B C Alistair Savage Département de Mathématiques et de Statistique Université d Ottawa Table des matières Préface iii 1 Logique propositionnelle 1 1.1

Plus en détail

Introdution à la logique en mathématique

Introdution à la logique en mathématique Introdution à la logique en mathématique Mickaël Péchaud 2008 Table des matières 1 Introduction 3 1.1 Propositions.................................... 3 1.2 Un peu d abstraction...............................

Plus en détail

RAISONNEMENTS. 1 Propositions logiques. 1.1 Définition et négation. 1.2 Conjonction et disjonction. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot

RAISONNEMENTS. 1 Propositions logiques. 1.1 Définition et négation. 1.2 Conjonction et disjonction. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot RAISONNEMENTS 1 Propositions logiques 1.1 Définition et négation Définition 1.1 Proposition On appelle proposition un énoncé mathématique qui peut être vrai ou faux. Exemple 1.1 Deux propositions simples.

Plus en détail

Chapitre 3 Entiers naturels. Ensembles finis

Chapitre 3 Entiers naturels. Ensembles finis Chapitre 3 Entiers naturels. Ensembles finis Par Mohamed TARQI 3 octobre 2005 1 Nombres entiers naturels 1.1 Introduction des entiers naturels N est un ensemble non vide muni d'une addition (+) et d'une

Plus en détail

Chapitre 2. Ensembles et sous-ensembles

Chapitre 2. Ensembles et sous-ensembles Chapitre 2 Ensembles et sous-ensembles 1. Notion d ensemble - Elément d un ensemble Dans une théorie mathématique, il est rare qu un objet intervienne seul ; d où l idée de considèrer des collections,

Plus en détail

Langage mathématique

Langage mathématique Université Joseph Fourier, Grenoble Maths en Ligne Langage mathématique Eric Dumas, Emmanuel Peyre et Bernard Ycart Ce chapitre vous explique la règle du jeu mathématique. Rien n est vraiment nouveau ni

Plus en détail

Eléments de logique et méthodes de démonstration

Eléments de logique et méthodes de démonstration Chapitre 1 Eléments de logique et méthodes de démonstration 1.1 Eléments de logique 1.1.1 Assertions Dénition 1.1.1. Une assertion p (ou proposition) est une phrase déclarative exclusivement vraie ou fausse.

Plus en détail

Chapitre 4. Applications

Chapitre 4. Applications Chapitre 4 Applications 1. Définitions et exemples Définition 4.1 Soient E et F deux ensembles. Une application f de E dans F est un procédé qui permet d associer à chaque élément x de E un unique élément

Plus en détail

Systèmes linéaires et échelonnement

Systèmes linéaires et échelonnement Systèmes linéaires et échelonnement 1 Systèmes linéaires, résolution de systèmes échelonnés. 1 1.1 Équations linéaires........................................... 1 1.2 Systèmes linéaires...........................................

Plus en détail

Mathématiques - ECS1. Vocabulaire ensembliste. 30 avenue de Paris Versailles. c 2015, Polycopié du cours de mathématiques de première année.

Mathématiques - ECS1. Vocabulaire ensembliste. 30 avenue de Paris Versailles. c 2015, Polycopié du cours de mathématiques de première année. Mathématiques - ECS1 7 Vocabulaire ensembliste Lycée La Bruyère 30 avenue de Paris 78000 Versailles c 2015, Polycopié du cours de mathématiques de première année. 7 Vocabulaire ensembliste. 7.1 Objectifs

Plus en détail

Différents types de raisonnement en mathématiques

Différents types de raisonnement en mathématiques Différents types de raisonnement en mathématiques I) Symboles logiques 1) Les quantificateurs Les quantificateurs permettent de connaitre le domaine de validité d une propriété. a) Pour une propriété universelle

Plus en détail

Espaces vectoriels. Structure d'espace vectoriel

Espaces vectoriels. Structure d'espace vectoriel MTB - ch2 Page 1/16 Espaces vectoriels Dans tout ce chapitre, K = R ou K = C. I Structure d'espace vectoriel I.1 Règles de calcul dans un espace vectoriel Dénition 1 Soit E un ensemble muni d'une opération

Plus en détail

LA THÉORIE ZFC DES ENSEMBLES

LA THÉORIE ZFC DES ENSEMBLES LA THÉORIE ZFC DES ENSEMBLES 1. Les débuts de la théorie des ensembles Georg Cantor (1845 1918) est considéré comme l inventeur de la théorie des ensembles. La théorie de Cantor reposait sur deux principes,

Plus en détail

Un peu de langage mathématique

Un peu de langage mathématique Chapitre 1 Un peu de langage mathématique 1.1 La Phrase mathématique 1.1.1 Les Assertions Dans l imaginaire collectif, les mathématiques sont souvent considérées comme la science des nombres du calcul.

Plus en détail

Logique 1 : Le langage mathématique. I Cours 1

Logique 1 : Le langage mathématique. I Cours 1 Logique 1 : Le langage mathématique Table des matières I Cours 1 1 La phrase mathématique 1 1.1 Composition d une phrase mathématique................................ 1 1.2 Exemples.................................................

Plus en détail

Variables aléatoires.

Variables aléatoires. Université Pierre et Marie Curie 2010-2011 Probabilités et statistiques - LM345 Feuille 3 Variables aléatoires. 1. On lance un dé tétraédral dont les faces sont numérotées de 1 à 4 et un dé octaédral dont

Plus en détail

CHAPITRE I: LES ENSEMBLES

CHAPITRE I: LES ENSEMBLES classe de 7ST mathématiques Chapitre I: Les ensembles 1 CHAPITRE I: LES ENSEMBLES ensemble 1. adv.: l un avec l autre, les uns avec les autres; être ensemble, rire ensemble, mettre ensemble (p.ex. dans

Plus en détail

Petite introduction à la logique propositionnelle

Petite introduction à la logique propositionnelle Polytech Marseille Formation HUGO Petite introduction à la logique propositionnelle Exercice 1. Mon boss m a dit! "Si tu ne termines pas ce programme avant vendredi, tu n auras pas de promotion cette année!"

Plus en détail

Université de Provence Feuille d exercices n 4. Théorie des ensembles, relations, applications. I. Un peu de logique

Université de Provence Feuille d exercices n 4. Théorie des ensembles, relations, applications. I. Un peu de logique Université de Provence 2010 2011 Mathématiques Générales 1 Feuille d exercices n 4 Théorie des ensembles, relations, applications I. Un peu de logique Exercice 1 Ecrire à l aide de quantificateurs (, )

Plus en détail

Outils formels pour l étude du langage

Outils formels pour l étude du langage Outils formels pour l étude du langage Cours de Master, ENS, MasterCog + LTD, A. Lecomte, 2009-2010 Ensembles et logique 1 Ensembles Rappelons brièvement quelques notions de théorie des ensembles. Notons

Plus en détail

TYPES ABSTRAITS. 1 Signature. ESIAL 1A Structures de Données

TYPES ABSTRAITS. 1 Signature. ESIAL 1A Structures de Données ESIAL 1A Structures de Données 2008-2009 TYPES ABSTRAITS 1 Signature Il est toujours intéressant de pouvoir travailler sur l'énoncé et la résolution d'un problème indépendamment d'une implantation particulière.

Plus en détail

Structures algébriques Didier Piau et Bernard Ycart

Structures algébriques Didier Piau et Bernard Ycart Relations Structures algébriques Didier Piau et Bernard Ycart Extraits du cours se trouvant à http://ljk.imag.fr/membres/bernard.ycart/mel/sa/node3.html Vous avez déjà rencontré cette notion dans votre

Plus en détail

Logique, ensembles, preuves mathématiques

Logique, ensembles, preuves mathématiques 009-00 MA Université d Orléans S.Falguières Logique, ensembles, preuves mathématiques Logique Exercice. Soient les quatre assertions suivantes : a. x R, y R, x + y > 0. b. x R, y R, x + y > 0. c. x R,

Plus en détail

Logique mathématique et théorie des ensembles

Logique mathématique et théorie des ensembles DERNIÈRE IMPRESSION LE 20 avril 2016 à 9:53 Logique mathématique et théorie des ensembles Table des matières 1 Logique mathématique 2 1.1 Introduction................................ 2 1.2 Vocabulaire

Plus en détail

5. ( ) ( ) Aller à : Correction exercice 6 : Exercice 7 : Soient et deux parties de. Ecrire en utilisant les assertions

5. ( ) ( ) Aller à : Correction exercice 6 : Exercice 7 : Soient et deux parties de. Ecrire en utilisant les assertions Logique Exercice 1 : Parmi les assertions suivantes, lesquelles sont vraies, lesquelles sont fausses et pourquoi? 1. Si Napoléon était chinois alors 2. Soit Cléopâtre était chinoise, soit les grenouilles

Plus en détail

Définitions et exercices de logique

Définitions et exercices de logique Chapitre 1 Définitions et exercices de logique Ce document vise à fournir les définitions en français de certaines notions du chapitre 1 du livre de référence Discrete Mathematics and its applications,

Plus en détail

Notions de raisonnement

Notions de raisonnement Notions de raisonnement I. Logique 2 1. Assertions..................................... 2 2. Connecteurs.................................... 3 a Connecteurs élémentaires non, ou................... 3 b

Plus en détail

Chapitre premier Quelques éléments de logique

Chapitre premier Quelques éléments de logique Chapitre premier Quelques éléments de logique 1.1 Lettres grecques et symboles mathématiques α alpha κ kappa τ tau Λ Lambda Pour tout β beta λ lambda υ upsilon Ξ Xi Il existe γ gamma μ mu ϕ phi Π Pi Implique

Plus en détail

Notions de logique. 1 Proposition. 2 Les quantificateurs. 2.1 Le quantificateur universel

Notions de logique. 1 Proposition. 2 Les quantificateurs. 2.1 Le quantificateur universel Notions de logique 1 Proposition Définition préliminaire : En mathématiques, on appelle proposition toute phrase correctement construite, dont on peut dire sans ambiguïté si elle est VRAIE ou FAUSSE. Exemples

Plus en détail

si 0 p n. = p!(n p)! 0 si p > n.

si 0 p n. = p!(n p)! 0 si p > n. Université Claude Bernard Lyon I L1 - parcours PMI de Mathématiques : Algèbre I Année 2012 2013 Dénombrements Les résultats à retenir Théorème Soit E et F deux ensembles de cardinaux finis respectifs n

Plus en détail

ENSEMBLES DE NOMBRES. I - Les entiers naturels. L'ensemble des entiers naturels non nuls est noté N *

ENSEMBLES DE NOMBRES. I - Les entiers naturels. L'ensemble des entiers naturels non nuls est noté N * ENSEMBLES DE NOMBRES Ne pas confondre «nombre» et «chiffre» Les nombres servent à dénombrer, calculer.les chiffres servent à écrire les nombres. Numération de position : Principe selon lequel la signification

Plus en détail

1 Introduction sur les suites numériques

1 Introduction sur les suites numériques ISEL - Année Mathématiques SUITES NUMERIQUES Introduction sur les suites numériques. Dénition Dénition On appelle suite réelle toute application U d'une partie A de IN dans IR. A IR U : avec A IN. L'image

Plus en détail

Les axiomes des espaces anes découlent directement des axiomes des espaces

Les axiomes des espaces anes découlent directement des axiomes des espaces . Géométrie affine.2. Sous espaces anes, intersection et parallélisme Exercice. (Exemples de sous espaces anes) () Montrer qu'un espace vectoriel (E, +,.) dénit un espace ane (E, E, +) canoniquement associé

Plus en détail

Chapitre 2. Séries Numériques. Université Mohammed I Ecole Nationale des Sciences Appliquées Oujda

Chapitre 2. Séries Numériques. Université Mohammed I Ecole Nationale des Sciences Appliquées Oujda Université Mohammed I Ecole Nationale des Sciences Appliquées Oujda Année 2007-2008 ENSA - Analyse II Enseignant : I.Elmahi Chapitre 2 Séries Numériques Table des matières Généralités. Dénition d'une série...................................2

Plus en détail

(Q) non vide et majorée, alors il existe dans R un plus petit majorant de A, appelé la borne CHAPITRE 1 R, BORNE SUPÉRIEURE ET CONSÉQUENCES

(Q) non vide et majorée, alors il existe dans R un plus petit majorant de A, appelé la borne CHAPITRE 1 R, BORNE SUPÉRIEURE ET CONSÉQUENCES CHAPITRE 1 R, BORNE SUPÉRIEURE ET CONSÉQUENCES 1.1. Propriétés de R On suppose connus N = {0, 1, 2, 3,...}, l anneau des entiers Z = {..., 2, 1, 0, 1, 2,...} et le corps des rationnels Q = { a a, b Z,

Plus en détail

Chapitre 1 Notions de théorie des ensembles

Chapitre 1 Notions de théorie des ensembles Chapitre 1 Notions de théorie des ensembles De nombreuses façons, les mathématiques s intéressent à l étude des structures et des applications entre elles Par exemple, l algèbre linéaire s occupe des espaces

Plus en détail

Jeux de Nim. Question 2. Déterminer toutes les positions gagnantes pour un jeu de Nim à un seul piquet.

Jeux de Nim. Question 2. Déterminer toutes les positions gagnantes pour un jeu de Nim à un seul piquet. Jeux de Nim Le principe du jeu est le suivant. Le plateau de jeu se présente sous la forme d'un certain nombre de piquets plantés dans un morceau de bois. Ces piquets sont destinés à recevoir des petits

Plus en détail

Logique. P 2 : doc 1 Logique et Raisonnement Largement inspiré de «PRÉPAS SCIENCES - PCSI - Éllipses» Plusieurs définitions :

Logique. P 2 : doc 1 Logique et Raisonnement Largement inspiré de «PRÉPAS SCIENCES - PCSI - Éllipses» Plusieurs définitions : Largement inspiré de «PRÉPAS SCIENCES - PCSI - Éllipses» I Logique Plusieurs définitions : Une proposition est un énoncé mathématique qui peut prendre deux valeurs : vrai (V ) ou faux (F) ; On appelle

Plus en détail

Notations mathématiques et rédaction

Notations mathématiques et rédaction Notations mathématiques et rédaction 1 Introduction 2 Symboles mathématiques 3 Un peu de français 4 Les clés de la réussite () Notations mathématiques et rédaction 1 / 33 Plan 1 Introduction 2 Symboles

Plus en détail

Calcul des prédicats

Calcul des prédicats MAGISTERE MATH.-INFO. (2003-2004) Logique E. Bouscaren Calcul des prédicats Notes complémentaires (1) 1 Syntaxe 1.1 Langages Un langage (ou un type de similarité) égalitaire L est défini par les données

Plus en détail

Bases du raisonnement

Bases du raisonnement 02 Cours - Bases du raisonnement.nb 1/13 Bases du raisonnement I) Préambule 1) De l obscurité à la lumière, ou encore les quatre paliers de la compréhension 2) La langue mathématique: une vraie langue

Plus en détail

Feuille 4 - Logique. 1 Tables de vérité. IUT d Orsay Exercices de mathématiques. 4. Exercice corrigé en amphi

Feuille 4 - Logique. 1 Tables de vérité. IUT d Orsay Exercices de mathématiques. 4. Exercice corrigé en amphi IUT d Orsay 2012-20013 Département Informatique DUT 1A - S1 Exercices de mathématiques 1 Tables de vérité Feuille 4 - Logique Les propositions suivantes sont-elles vraies ou fausses? (a) 2 divise 3 et

Plus en détail

Les ensembles : des notions et un langage incontournables en mathématiques

Les ensembles : des notions et un langage incontournables en mathématiques Les ensembles : des notions et un langage incontournables en mathématiques René Cori Équipe de logique mathématique cori@math.univ-paris-diderot.fr Montpellier, 27 janvier 2017 CII-Lycée et CII-Université

Plus en détail

Chapitre 4. Quelques types de raisonnement

Chapitre 4. Quelques types de raisonnement Chapitre 4 Quelques types de raisonnement 1. Aide à la rédaction d un raisonnement 1.1. Analyse du problème La première chose est de distinguer les hypothèses (= propositions vraies) de la question (=proposition

Plus en détail

Logique. Chapitre Connecteurs logiques

Logique. Chapitre Connecteurs logiques Chapitre 1 Logique Un scientifique étudie des objets, à propos desquels il énonce des faits (ou propositions). La logique manipule de façon formelle les propositions. Elle permet de modéliser les bases

Plus en détail

Informatique théorique Bases du raisonnement logique (brouillon)

Informatique théorique Bases du raisonnement logique (brouillon) Informatique théorique Bases du raisonnement logique (brouillon) 1 Introduction Nous présentons quelques règles permettant de faciliter la preuve de jugements de la forme Γ A. Il est important de les comprendre,

Plus en détail

Les connecteurs logiques «ou» et «et»

Les connecteurs logiques «ou» et «et» Les connecteurs logiques «ou» et «et» 1. Dans le langage courant : «ET», «OU» en mathématiques «et» est employé avec différentes significations («et en plus» : un cahier et un stylo et..., «et puis» :

Plus en détail

Chapitre 3 - Améliorer ses techniques Corrigés

Chapitre 3 - Améliorer ses techniques Corrigés Égalité pour tout réel et équation Exercice 1 ; ;. Les nombres et sont donc solutions de l'équation Le nombre ne l'est pas. Égalité pour tout réel et équation Exercice 2 1. Présentons les résultats en

Plus en détail

Logique, ensembles, raisonnements

Logique, ensembles, raisonnements Bibliothèque d exercices Énoncés L1 Feuille n Logique, ensembles, raisonnements 1 Logique Exercice 1 Soient les quatre assertions suivantes : (a) x R y R x + y > 0 ; (b) x R y R x + y > 0 ; (c) x R y R

Plus en détail

Logique - Calcul propositionnel

Logique - Calcul propositionnel Logique 1/ 6 Logique - Calcul propositionnel En mathématiques, les théorèmes sont des propriétés très importantes. Ils s écrivent le plus souvent à l aide de liens logiques liant entre elles des propositions.

Plus en détail

Feuille 1 de TD Logique

Feuille 1 de TD Logique Université Paris-Dauphine DUMI2E 1e année Algèbre linéaire 1 Feuille 1 de TD Logique Exercice 1 (sens et négation du OU et du ET) Jean est blond et Julie est brune. Dire si les propositions suivantes sont

Plus en détail

SCI110 Outils mathématiques pour l informatique (1/4) Logique des propositions. IUT1 dept. SRC Grenoble Jean-François Berdjugin Jean-François Remm

SCI110 Outils mathématiques pour l informatique (1/4) Logique des propositions. IUT1 dept. SRC Grenoble Jean-François Berdjugin Jean-François Remm SCI110 Outils mathématiques pour l informatique (1/4) Logique des propositions IUT1 dept. SRC Grenoble Jean-François Berdjugin Jean-François Remm M1.22.2 Outils mathématiques pour l informatique Ouvrages

Plus en détail

Chapitre I : Nombres - Ensembles et opérations

Chapitre I : Nombres - Ensembles et opérations Algèbre Chapitre I : Nombres - Ensembles et opérations I. Rappels du collège - règles de calcul 1. Notions d'opposé et d'inverse Deux nombres sont opposés lorsque leur somme est égale à 0. Exercice : Donner

Plus en détail

Cours 2 : La Logique (Classique) Propositionnelle. Syntaxe. Francesco Belardinelli. 2017, Université d'evry

Cours 2 : La Logique (Classique) Propositionnelle. Syntaxe. Francesco Belardinelli. 2017, Université d'evry Cours 2 : La Logique (Classique) Propositionnelle Syntaxe Francesco Belardinelli 2017, Université d'evry Etude des tests conditionnels Considérez l'instruction suivante : if count>0 and not found then

Plus en détail

Phrases quantifiées. «Tout parallélogramme dont les diagonales sont de même longueur est un rectangle.»

Phrases quantifiées. «Tout parallélogramme dont les diagonales sont de même longueur est un rectangle.» Phrases quantifiées Les étapes «comprendre la nécessité de quantifier», «être capable d expliciter les quantifications» et «être capable de rédiger avec des quantificateurs» sont des étapes différentes

Plus en détail

Logique 2 : la déduction

Logique 2 : la déduction Logique 2 : la déduction La mathématique est la science de la déduction. Ce qui signifie qu un mathématicien prend des informations de départ et cherche tout ce qu on peut en déduire. La question de savoir

Plus en détail

EVENEMENT ET PROBABILITE ELEMENTAIRES

EVENEMENT ET PROBABILITE ELEMENTAIRES EVENEMENT ET PROILITE ELEMENTIRES La théorie des probabilités est une branche des mathématiques qui permet de modéliser les phénomènes où le hasard intervient. On sélectionne un échantillon de la population

Plus en détail

Langage mathématique et logique

Langage mathématique et logique Table des matières 1 Langage mathématique et logique 2 1 Présentation du langage................................. 2 1.1 Expressions mathématiques........................... 2 1.2 Variables.....................................

Plus en détail

Probabilités. Chapitre Vocabulaire des ensembles. Sommaire

Probabilités. Chapitre Vocabulaire des ensembles. Sommaire Chapitre 7 Probabilités Sommaire 7.1 Vocabulaire des ensembles.............................................. 93 7.2 Expériences aléatoires................................................. 94 7.2.1 Issues,

Plus en détail

6 Théorie des ensembles la suite

6 Théorie des ensembles la suite 6 Théorie des ensembles la suite Nous avons déjà vu un peu de théorie naïve des ensembles, qui suppose très peu de choses, et qui est très informelle. Nous allons introduire le système d axiomes ZF, introduit

Plus en détail

Introduction Les Opérateurs logiques les lois de la logique Utilisation en informatique. La logique É.FAVIER. Master SIG

Introduction Les Opérateurs logiques les lois de la logique Utilisation en informatique. La logique É.FAVIER. Master SIG La logique É.FAVIER Master SIG Année universitaire 2007-2008 Sommaire 1 Introduction Définition algèbres de Boole binaires 2 Les Opérateurs logiques 3 les lois de la logique 4 Utilisation en informatique

Plus en détail

Logique mathématique : une introduction au calcul des prédicats du premier ordre.

Logique mathématique : une introduction au calcul des prédicats du premier ordre. Logique mathématique : une introduction au calcul des prédicats du premier ordre. Paul Rozière Paris 7 M63010 19 janvier 2011 (1047 version provisoire) 1 1 Une première appproche très informelle. 1.1 Les

Plus en détail

Logique et théorie des modèles

Logique et théorie des modèles Logique et théorie des modèles Cours de P. Joray Définition 0.1 Dans un langage L, une proposition est un énoncé qui possède l une des deux valeurs de vérité suivante : vrai ou faux. «2 + 2 = 4», «2 +

Plus en détail

Limites et continuité de fonctions

Limites et continuité de fonctions Limites et continuité de fonctions Limites. Limites en + Dénition Soit f une fonction réelle dénie sur un intervalle de la forme [A, + [.. Soit l R. On dit que f tend vers l en + et on note f() = l si

Plus en détail

LES SYSTEMES FORMELS. } où pour tout i, w i et m i sont des mots.

LES SYSTEMES FORMELS. } où pour tout i, w i et m i sont des mots. LES SYSTEMES FORMELS 1 - Qu'est-ce qu'un système formel? Un système formel est un quadruplet S = ( A, γ, Ax, R) où : 1 - A est un ensemble fini de symboles, appelé alphabet, 2 - γ est un procédé de construction

Plus en détail