Système propulsif du SmartFish

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Système propulsif du SmartFish"

Transcription

1 Sous-Projet N C Système propulsif du SmartFish Membres du groupe : Serge Darbellay, Fabrice Guignet, Olivier Pacot, Anthony Servonet, Claudia Täschler Laboratoire : LENI Assistant : Jonathan Demierre Enseignants: D. Favrat et F. Maréchal Résumé : En partant des études effectuées au cours des semestres précédents, le groupe d étudiants s est occupé : - de sélectionner un système propulsif répondant aux exigences du cahier des charges - de choisir l énergie possédant les meilleures perspectives - d intégrer tous les composants de ce système propulsif dans la cellule du SmartFish - d étudier les phases typiques d un vol de SmartFish Mots clefs : Propulsion, thermodynamique, poussée, turbine, tuyère

2 Table des matières 1. Liste des tables Liste des figures Résumé exécutif Partie centrale Calcul de la poussée Cahier des charges initial Démarche Schéma explicatif Calcul des poussées Choix et introduction du système propulsif Propulsion électrique ou turboréacteur Démarreur au kérosène Le carburant : kérosène ou éthanol? Etude des phases de vols Objectif Approche Travaux exécutés Résultats atteints/non-atteints : Recommandations pour les travaux futurs : Conclusions : Introduction de la turbine dans le SmartFish Fixation de la turbine Fixation de la tuyère Introduction d une grille anti-poussière Introduction du réservoir Problèmes rencontrées Conclusion Bibliographie Ouvrage : Rapport : Catalogues/Modes d emploi : Sites internet: Annexe Enoncé du sous projet Liste des fichiers Système propulsifs Polaires utilisées pour l évaluation des performances Turbine électrique Catalogue des turboréacteurs existants Détail de la turbine JetCat P60 et de la tuyère Comparaison Kérosène/Ethanol Budget Cahier des charges Cahier des charges initial Dernière mise à jour du cahier des charges Schéma d interaction Planification Diagramme de Gantt initial Diagramme de Gantt final Travail de groupe

3 1. Liste des tables Tableau 1 : Avantage/désavantage d un démarreur au kérosène Tableau 2 : Autonomie en fonction du carburant embarqué Tableau 3 : Autonomie en fonction de la masse à vide Tableau 4 : Sensibilité de l autonomie et du temps de vol en fonction du régime Tableau 5 : Sensibilité de l autonomie et du temps de vol en fonction du régime 2. Liste des figures Figure 1 : Equilibre des forces sur l avion Figure 2 : Vitesse vs Gamma Figure 3 : Profil de vitesse Figure 4 : Autonomie en fonction du carburant embarqué Figure 5 : Autonomie en fonction de la masse à vide Figure 6 : Distance et temps de vol en fonction de l injection Figure 7 : Autonomie en fonction du carburant embarqué 2

4 3. Résumé exécutif La mission de notre groupe était de permettre la propulsion du SmartFish Nous devions, entre autre, choisir le mode de propulsion, l intégrer dans la cellule ou encore modéliser les différentes phases d un vol. La première phase a consisté à prendre en compte toutes les possibilités offertes par l industrie dans ce domaine. La confrontation entre turbine électrique avec batteries et turboréacteur avec kérosène a vu la victoire du turboréacteur pour plusieurs raisons. Tout d abord, la vitesse d éjection de l air avec une turbine électrique n était pas suffisante pour atteindre les vitesses requises. Deuxièmement, la variation de masse due à la combustion de kérosène permettant une accélération au cours du vol a achevée la solution électrique. En parallèle, une partie du groupe, en collaboration étroite avec le groupe du nouveau turboréacteur, s est occupée de calculer la poussée permettant d atteindre les vitesses imposées par le cahier des charges, à savoir une vitesse en palier de 300 km/h et une vitesse verticale de 17 m/s. Ces deux études ont permis de porter un choix sur le turboréacteur P60 (60N de poussée statique) de JetCat, nous laissant une marge confortable par rapport aux caractéristiques requises. La deuxième phase de travail comportait à nouveau deux tâches réalisables en parallèle. D une part, réussir à intégrer la turbine choisie dans la cellule du SmartFish et d autre part de modéliser différentes phases types de vol. L intégration a engendré différents problèmes tels que l échauffement de la structure et de la cellule, de l emplacement du centre de gravité, ainsi que le passage de la tuyère dans la queue du SmartFish. Les solutions choisies ont été de prendre la tuyère disponible chez le fabriquant de la turbine, évitant ainsi (par une tuyère convergente) de devoir effectuer un nouveau bilan thermodynamique de la turbine, étant donné que certaines données nous étaient inconnues. Une couche d isolation a été placée sur les parties sensibles de la tuyère, en particulier celles proches de la cellule et des tiges de commandes des ailerons. La tuyère se termine par un cône, dans lequel se place la turbine avec un certain jeu permettant l entrée d air froid destinée à empêcher une augmentation trop importante de la température. L étude des phases de vol, elle, a permis de se faire une idée du comportement du SmartFish en vol. Le programme effectué sur Matlab en prenant pour base le code qui avait servi à calculer la poussée nécessaire. Le code nécessite de connaître le plan de vol, c est-à-dire la distance totale à vol d oiseau ainsi que les angles de montée et de descente. De plus, la masse à vide et la quantité de carburant sont également requises. Une fois les calculs exécutés, nous obtenons le temps de vol ainsi que la quantité de carburant utilisée durant le vol. Les résultats obtenus sont les suivants : - les résultats pour la poussée exigée paraissent corrects - le choix de la turbine paraît cohérents par rapport aux exigences et au poids final de l avion - Il subsiste un problème de centre de gravité, mais autrement, l intégration des composants en tenant compte des autres groupes est concluante - le programme de modélisation donne de bonnes bases, sans pour autant être fiable sans confirmation expérimentale. En résumé, le SmartFish est capable de voler et de répondre aux attentes du cahier des charges grâce à la turbine choisie, mais il ne nous est pas possible de prédire avec exactitude, quelles seront ses réactions en vol, cependant, nous sommes capables d estimer dans les grandes lignes, les paramètres prépondérants tels que le carburant nécessaire et le temps de vol 3

5 4. Partie centrale 4.1. Calcul de la poussée Cahier des charges initial Vitesse à atteindre : 300 km/h Vitesse ascensionnelle : 17 m/s Altitude de croisière : 500 m Poids total : 7 kg Poids motorisation : 3.5 kg Démarche En vue de remplir le CDC, nous avons dû calculer la poussée nécessaire pour atteindre une vitesse horizontale de 300 km/h et celle nécessaire pour atteindre 17 m/s, la plus restrictive (la plus grande) étant utilisée pour dimensionner la turbine. Nous nous sommes basés sur les calculs de C x et C z (coefficients de trainée et portance) existants (mesurée par Burri Frédéric lors d essais en soufflerie (cf. annexe 6.3.1) pour effectuer nos calculs de poussée. Dans un premier temps, nous nous sommes intéressés à la poussée en vol horizontal. Pour cela, nous avons fixé la vitesse max à 300 km/h afin d obtenir, en réalisant l équilibre des forces sur l avion, le C z correspondant. En faisant une interpolation du C z et du C x en fonction de α (angle d incidence), nous obtenons une relation liant le coefficient de trainée au coefficient de portance. Avec le C x correspondant au C z calculé, nous pouvons obtenir la force de poussée nécessaire. Pour le calcul de la poussée r le calcul de la poussée nécessaire lors de l ascension, nous avons procédé différemment. Nous avons réalisé un programme sous Matlab permettant, pour une poussée donnée, d établir un graphique représentant la vitesse horizontale et verticale en fonction de γ (angle entre l horizon et le vecteur vitesse). Cet outil nous permet de vérifier si, pour une poussée donnée, nous atteignons la vitesse ascensionnelle désirée. 4

6 Schéma explicatif P F T γ α v F : poussée Figure 1 : Equilibre des forces sur l avion T : traînée P : portance mg : poids v : vecteur vitesse α : angle d incidence, d attaque ou de tangage γ : angle de montée (entre la vitesse et l horizontale) La force de portance, perpendiculaire à la vitesse v et la force de traînée parallèle à la vitesse sont données respectivement par les expressions mg P = ½ ρ v 2 S C z T = ½ ρ v 2 S C x Calcul des poussées En vol horizontal : On impose donc la vitesse à 300 km/h (soit 83,333 m/s). En utilisant la relation : m*g = 0,5*ρ*S*v 2 *C z (α) On détermine la valeur de C z (α) qui vaut ce qui correspond à un α de A partir de la polaire, reliant les deux coefficients, on obtient le coefficient de trainée C x. Ce dernier vaut La deuxième relation, qui est l équilibre entre la force de poussée et de trainée nous permet de déterminer la force de poussée nécessaire. Cette relation est : F*cos(α) = 0,5*ρ*S*v 2 *C x (α) La force correspondant aux valeurs calculées est de N. 5

7 En vol ascensionnel : Pour déterminer la poussée nécessaire pour l obtention d une vitesse ascensionnelle, nous avons procédé différemment : 1) On fixe la poussée 2) On fixe la valeur de γ 3) On calcule la valeur de α annulant la fonction f alpha (donnée ci-dessous) par dichotomie 4) On regroupe les valeurs dans un tableau 5) Calcul des coefficients pour les différentes valeurs de α 6) Avec ces données on obtient la norme de la vitesse 7) En projetant la vitesse on obtient la vitesse horizontale et verticale L idée de ce code, est de vérifier si pour une poussée donnée on obtient la vitesse de montée requise par le CDC. Nous avons commencé par projeter les équations régissant l équilibre de portance et de traînée sur le vecteur vitesse. Ces deux équations faisant intervenir la norme de la vitesse au carrée, nous obtenons, en regroupant las deux relations précédentes, une fonction ne dépendant plus que des angles γ et α. Soit : f alpha =C z (F*cos(α)-m*g*sin(γ))-(m*g*cos(γ)-F*sin(α))C x = 0 L étape suivante, consiste à varier la valeur de γ entre 0 et 24, par pas de 0.1, et de calculer par dichotomie la valeur de α annulant la relation ci-dessus. En enregistrant les 240 résultats, nous pouvons calculer les coefficients α correspondant ainsi que la norme de la vitesse. En projetant la norme obtenue, nous pouvons vérifier si la vitesse verticale dépasse les 17 m/s. Figure 2 : Vitesse vs Gamma 6

8 Le graphe ci-dessus donne les différentes vitesses (verticale, horizontale et totale) pour une poussée dynamique de 35 N. On s aperçoit que cette poussée permet de remplir le cahier des charges. Cependant, les fournisseurs donnent une poussée statique. La formule suivante permet de calculer la poussée statique correspondant à 35 N à 300 km/h : F = D ( v v ) dyn eject avion Nous obtenons une poussée statique d environ 43 N, ce qui nous permettra de dimensionner la turbine. Il faut toutefois noter que les polaires utilisées ont fait l objet de nombreuses critiques quant à leur validité. De plus, nous avons obtenus les nouvelles polaires très tardivement, ce qui nous a empêché de corriger les erreurs rencontrées Choix et introduction du système propulsif Propulsion électrique ou turboréacteur Le premier pas a été d évaluer quelles étaient les possibilités de propulsion à disposition pour notre modèle. Notre choix s est arrêté sur deux variantes pour lesquelles les exigences du cahier des charges pouvaient être satisfaites : la propulsion par voie électrique, c est-à-dire un moteur électrique entrainant une hélice carénée, ou un turboréacteur de type turbojet. Le critère déterminant pour le choix du moteur était sa poussée. Nous nous sommes tout d abord basés sur les résultats du cahier des charges de l étude précédente qui prévoyait une poussée de 120N. Cependant, en refaisant les calculs, ces données ont été nettement revues à la baisse avec une poussée maximum nécessaire estimée à 43N (poussée nécessaire pour monter à 5000m en 5 min). Pour la propulsion électrique, il n existe qu un seul fournisseur qui propose des «turbines» assez puissantes pour notre application : Schübeler Jets. Ils fabriquent des combinaisons moteur-hélice dont la poussée statique est de 30 N (cf. Annexe 6.3.2). Il aurait donc fallu en prendre deux. Les moteurs électriques correspondants à cette puissance sont relativement petits et légers (cf. Annexe 6.3.2). Le seul encombrement notable étant le diamètre de l hélice. Par conséquent, une solution envisageable aurait été de mettre les deux moteurs en V (vu de dessus), un par prise d air. L avantage de cette solution résidait dans son poids minime ainsi que dans son prix très bas. Par contre ce système nécessitait un grand nombre (encombrement et charge) d accus pour atteindre l autonomie initialement requise, soit 30 minutes. De plus, après une analyse plus poussée, nous nous sommes rendu compte que la vitesse de propulsion de l air ne dépassait pas les 300km/h, conduisant à une poussé dynamique quasi nulle pour la vitesse requise. Ce résultat écarta définitivement la solution électrique. En ce qui concerne le turboréacteur la gamme de choix était plus vaste (cf. Annexe 6.3.3). Malgré un poids de turbine supérieur aux moteurs électriques, le turboréacteur était plus à même de répondre à nos exigences de poussée (de 30N à 230N) et de vitesse (vitesse d éjection de plus de 1400km/h). De plus, un argument de poids a été la diminution de masse du SmartFish au cours du vol par consommation de son carburant, avantage inexistant avec des accus. Cet argument nous a paru important du fait que le SmartFish était à terme destiné à 7

9 battre des records de vitesse. Son seul désavantage résidait dans la quantité de carburant nécessaire à un vol de 30 min (3 à 5 kg en fonction des poussées nécessaires). Finalement, nous avons opté pour la turbine JetCat P60 avec un maximum de poussée de 63N (consommation maximale de 190 ml/min) ce qui nous laisse une marge suffisante. Il faut également noter que le modèle P60 est le plus petit de la gamme JetCat. Ce réacteur a les propriétés de poids et de dimensions qui nous conviennent le mieux. En effet, le diamètre d une turbine de 80N (et plus) est bien supérieur à celui d une 60N ce qui aurait posé des problèmes d intégration dans la cellule. Le poids est un autre argument favorable. La fiche technique de cette turbine se trouve dans l annexe Le poids de la P60 étant bien inférieur au poids maximum accordé par le CDC, nous avons pu augmenter la capacité des réservoirs et ainsi augmenter l autonomie. Le problème d autonomie s est finalement résolu car le temps de vol requis s est vu réduit à 10 min dans la suite du projet Démarreur au kérosène Une fois la turbine P60 choisie nous nous sommes penchés sur les options proposées par le fabriquant. L une d elle offrait la possibilité d introduire un démarrage au kérosène en lieu et place du démarrage au gaz habituel. Les avantages et désavantages sont notés dans le tableau suivant. Ils sont basés sur des discussions avec M Schillumeit qui a l expérience des deux systèmes de démarrage. Tableau 1 : Avantage/désavantage d un démarreur au kérozène Avantages Désavantages Démarrage entièrement automatique Majoration du prix de 150 Є. Pas de raccord supplémentaire pour l alimentation en gaz C est un système nouveau qui manque encore de fiabilité Une possibilité, pour le démarrage au gaz, est de laisser un raccord accessible par la trappe du train d atterrissage arrière qui servira à raccorder une bouteille de gaz pour le démarrage au sol. Une réserve de gaz embarquée, même si elle est réduite (de la taille d un briquet environ), représente un certain danger d explosion en cas de crash ainsi qu un poids supplémentaire inutile. En effet, il n est pas envisageable de redémarrer la turbine en vol en cas de défaillance Le carburant : kérosène ou éthanol? En principe, rien n aurait empêché l utilisation d éthanol comme carburant. En effet, ces deux carburants ont beaucoup de propriétés physiques en commun (notamment la même masse volumique). L éthanol est d ailleurs employé à 85% dans l essence au Brésil. La principale différence, et non des moindres, concerne le pouvoir énergétique : celui de l éthanol est bien inférieur de celui du kérosène. Concrètement, le volume embarqué aurait dû être presque doublé pour la même autonomie. La masse étant certainement le critère le plus important, nous avons donc décidé de ne pas utiliser de l éthanol pour le SmartFish. Un tableau avec les propriétés du kérosène et de l éthanol se trouve dans l annexe

10 4.3. Etude des phases de vols Objectif L objectif de ce travail était de modéliser quelques phases typiques d un vol du SmartFish, à savoir, une phase ascendante, un vol en palier et une descente. Dans cette étude, nous devions tenir compte de : - la variation de la masse totale - la variation de la poussée dynamique par rapport à la vitesse de l avion Nous cherchions à déterminer les aspects suivants : - la sensibilité de l autonomie par rapport à la quantité de carburant embarquée - la sensibilité de l autonomie par rapport à la masse à vide de l avion - la sensibilité de l autonomie et du temps de vol par rapport au régime de la turbine Approche Nous avons modélisé une commande d injection allant de 0 à 1, schématisant l injection de carburant dans la turbine. La commande 0 correspondant au régime minimum (50'000 rpm) et 1 au régime maximal (165'000 rpm). L autre entrée du programme est le plan de vol souhaité. Le plan de vol proposé comporte une partie ascendante, un vol en palier et la descente. Les paramètres à entrer sont : l angle de montée, l angle de descente et la distance au sol totale à parcourir. Les sorties étant le graphe de vitesses (horizontale, verticale et totale), la durée du vol, la quantité de carburant consommée. Les hypothèses faites sont les suivantes : - pas de perturbations extérieures - pas d influence de l inertie de l avion lors des changements de directions - le décollage et l atterrissage ne sont pas pris en compte - température et densité d air constantes en fonction de l altitude - transition discontinue entre les différentes phases de vol - régime de la turbine constant durant tout le vol - le débit massique en fonction de la poussée est considéré comme linéaire (information du constructeur) - la consommation en fonction de la poussée est linéaire (information du constructeur) La caractéristique débit/régime de la turbine choisie n étant pas disponible, nous l avons estimée à partir de la caractéristique d une turbine DC80 Cagnon testée au LENI 9

11 Travaux exécutés Etude de la vitesse lors des différentes phases de vol Paramètres : Masse à vide : 7 kg Quantité de carburant : 1.25 l Angle de montée (descente) : 15 (-15 ) Distance totale : 40 km Injection : 1 Figure 3 : Profil de vitesse La figure 3 illustre les différentes vitesses (verticale, horizontale et totale) au cours du vol pour un plan de vol donné. Sensibilité de l autonomie par rapport à la quantité de carburant embarquée Q_carbu [l] D_tot [km] 0,5 17 angle montée [ ] 10 0,75 26 angle descente [ ] ,25 43 masse à vide [kg] 7 1,5 52 injection 0,8 1, , ,5 88 2,75 97 Tableau 2 : Autonomie en fonction du carburant embarqué 10

12 Autonomie Distance max [km] ,5 0,75 1 1,25 1,5 1,75 2 2,25 2,5 2,75 Quantité de carburant [l] Figure 4 : Autonomie en fonction du carburant embarqué Comme nous pouvons le voir sur le graphe ci-dessus, la distance maximale que l avion peut parcourir, pour un plan de vol donné, un régime donné et une masse à vide fixée, varie linéairement avec la quantité de carburant embarquée. Sensibilité de l autonomie par rapport à la masse à vide de l avion m [kg] D_tot [km] 5 35,1 angle montée [ ] 6 5,5 35,2 angle descente [ ] ,1 6,5 35,2 q_carbu [l] ,1 injection 0,8 7,5 35,2 8 35,1 8,5 35, ,95 9, ,95 10,5 34,85 Tableau 3 : Autonomie en fonction de la masse à vide 11

13 35,3 35,2 Distance max [km] 35, ,9 34,8 34,7 34,6 5 5,5 6 6,5 7 7,5 8 8,5 9 9, ,5 Masse [kg] Figure 5 : Autonomie en fonction de la masse à vide Les oscillations pour les masses comprises entre 5 et 7.5 kg semblent pouvoir être attribuées à un pas d itération trop important. Cependant, en faisant abstraction de cette erreur, la masse semble ne pas jouer de rôle important jusqu à 8 kg. Au-delà, la masse induit une diminution de la distance que l avion peut parcourir. Cependant, cette diminution semble très faible. Etant donné que la masse influence de manière peu significative la distance maximale, il est dès lors logique que la relation autonomie/quantité de carburant embarquée soit linéaire. La validité des résultats précédents est alors remise en question. Sensibilité de l autonomie et du temps de vol par rapport au régime de la turbine Nous avons effectué deux mesures en faisant varier uniquement les angles de montée et de descente. injection D_tot [km] Temps [min] Temps [s] 0,55 34,3 7, ,002 angle montée [ ] 2 0,6 34,55 7, ,998 angle descente [ ] -2 0,65 34,75 6, ,998 0,7 34,9 6, ,002 q_carbu [l] 1 0,75 35,1 6, ,002 masse à vide [kg] 7 0,8 35,3 6, ,998 0,85 35,4 5, ,002 0,9 35,5 5, ,002 0,95 35,62 5, , ,75 5, ,998 Tableau 4 : Sensibilité de l autonomie et du temps de vol en fonction du régime 12

14 Distance max [km] 35, ,5 34 Temps de vol [s] ,5 0,55 0,6 0,65 0,7 0,75 0,8 0,85 0,9 0, ,55 0,6 0,65 0,7 0,75 0,8 0,85 0,9 0,95 1 Injection Injection Figure 6 : Distance et temps de vol en fonction de l injection Pour un autre plan de vol : injection D_tot [km] Temps [min] Temps [s] 0,6 34,4 7,2 432 angle montée [ ] 5 0,65 34,6 6,9 414 angle descente [ ] -5 0,7 34,85 6, ,002 0, , ,002 q_carbu [l] 1 0,8 35,2 6, ,998 masse à vide [kg] 7 0,85 35,4 5, ,002 0,9 35,5 5, ,002 0,95 35,62 5, , ,62 5, Tableau 5 : Sensibilité de l autonomie et du temps de vol en fonction du régime 35, ,6 450 Distance max [km] 35,4 35, ,8 34,6 34,4 34,2 Temps de vol [s] , ,6 0,6 0,65 0,7 0,75 0,8 0,85 0,9 0, ,6 0,65 0,7 0,75 0,8 0,85 0,9 0,95 1 Injection Injection Figure 7 : Autonomie en fonction du carburant embarqué 13

15 Une première observation des graphiques avec des angles de 2 et -2 pourrait conduire à une relation linéaire entre la distance maximale et l injection, cependant, pour des valeurs d angles supérieures, on s éloigne de cette linéarité. Nous avons affiné la recherche entre une injection de 0.85 et 1 pour des angles encore plus élevés (jusqu à 15 ) pour vérifier s il pouvait être rentable au niveau de la distance maximale de voler avec une injection inférieure à 1. Notre étude a révélé que le maximum est toujours atteint à pleine poussée Résultats atteints/non-atteints : Le programme réalisé fonctionne avec la polaire mesurée par Burri Frédéric lors d essais en soufflerie (c.f annexe 6.3.1). Cependant, il ne semble pas fonctionner avec la polaire calculée par le groupe en fin de projet. En effet, nous avons un problème avec la méthode de dichotomie qui n est pas capable de déduire les angles α pour des angles γ donnés. Malgré nos essais, nous n avons pas réussi à résoudre ce problème. Notre programme offre des résultats plausibles mais dont il faut vérifier la validité car le modèle semble douteux sur plusieurs points Recommandations pour les travaux futurs : - Chercher à faire fonctionner le programme avec la nouvelle polaire - Remettre en question la validité de cette polaire - Inclure une injection différente selon les différentes phases de vol - Affiner le pas de temps - Valider la relation masse/distance maximale - Valider les interpolations faites à partir des courbes du DC80 Cagnon - Affiner le programme pour réduire le nombre de simplifications effectuées (hypothèses) - Prendre en compte la consommation du décollage et de l atterrissage - Inclure une quantité de carburant de réserve qui ne sera pas exploitée - Utiliser une méthode demandant moins d itérations que la dichotomie Conclusions : Le programme réalisé offre une bonne base pour l estimation de la consommation et de la durée de vol. Même si ces informations ne seront pas d une grande utilité pour le projet SmartFish 2006, elles permettent de se faire une idée du potentiel aérodynamique du SmartFish. Cependant, les hypothèses se révèlent un peu trop simplistes pour utiliser les résultats fournis sans validation expérimentale. Après optimisation, ce programme trouvera de nombreuses applications, comme dans le cadre du transport d organes. 14

16 4.4. Introduction de la turbine dans le SmartFish Un de nos objectifs était d introduire la turbine à l intérieur de l avion. La première chose à faire une fois que le choix de la turbine a été entériné a été de dimensionner une tuyère pour les gaz d échappement. En effet, ceux ci sortent de la turbine à une température supérieure à 600 C et il est donc impensable de na pas les canaliser. Après plusieurs discussions avec M.Schillumeit et l entreprise JetCat, nous avons appris que le diamètre de tuyère minimum pour une turbine P60 était de 65mm. Ce qui était un peu embêtant car la queue du SmartFish était plus étroite Fixation de la turbine Dans les accessoires qui sont fournis avec la turbine, il figure aussi un collier pour fixer la turbine. Celui-ci doit être fixe sur un support rigide. Le collier sera fixé sur des renforts parallèles à la turbine Fixation de la tuyère Pour connaître les dimensions minimales de la tuyère, nous avons contacté l entreprise Jet- Tech. Les plans de la tuyère figurent dans l annexe Il n est pas nécessaire que la tuyère soit fixée de façon très rigide. Il suffit de mettre une bride en avant de la tuyère, l arrière étant coincé dans le moule. En fixant la bride sur les mêmes renforts que la turbine on assure la concentricité. Comme les gaz d échappement sont très chauds, il y a un transfert de chaleur qui se fait à travers la tuyère. En montant un matelas isolant de chez Jet-Tech autour de la tuyère, nous diminuons la température à l extérieur de la tuyère. Il semble que l intégration de la tuyère soit en conflit avec les servomoteurs et la méthode de fixation sera alors à revoir Introduction d une grille anti-poussière S il y a des corps étrangers qui pénètrent dans la turbine, celle-ci sera coupée. Pour éviter cela, une grille anti-poussière proposée par JetCat devrait être montée Introduction du réservoir Ils existent plusieurs possibilités pour concevoir un réservoir. La première décision à prendre était de savoir si on prend un réservoir souple ou rigide. Cette décision dépendait principalement de la place libre à disposition dans le SmartFish. Les réservoirs souples sont des poches en plastique similaires à celles utilisées pour le transport du sang. Leur principal avantage est leur capacité à s adapter à diverses formes en fonction de la place dont on dispose. De plus, il n y pas de risque de formation de bulles d air à l intérieur. Mais ils ne sont pas conçus pour transporter du kérosène et il faut donc les changer tous les 6 mois car ils deviennent rapidement poreux. Etant donné les probables difficultés d accès, nous avons préféré opter pour un réservoir rigide. Pour un tel réservoir, il faut prévoir un petit réservoir supplémentaire que l on appelle une nourrice et dont le but est d absorber les bulles d air qui pourraient se former dans le réservoir et les tuyaux et ainsi endommager la turbine. En accord avec le groupe cellule, pour rentabiliser la place à l intérieur du SmartFish, nous avons décidé de créer un réservoir 15

17 spécifique plutôt que d en acheter un cylindrique. Ainsi le réservoir aura une surface verticale égale à la boite qui contient le train d atterrissage arrière (soit 25 cm 2 ) et une profondeur de 8 cm ce qui nous donne un volume de 2 litres (il ne sera pas forcément nécessaire de remplir le réservoir entièrement). Ce réservoir sera divisé en deux par le renfort central et il faudra donc prévoir un raccord spécial pour que le carburant soit pompé également dans les deux parties. La fabrication de ce réservoir sera assurée par le groupe cellule en partenariat avec l entreprise Composite Design Problèmes rencontrées Au début du projet, nous n étions pas censés respecter une certaine distance de décollage mais seulement des vitesses de vol. Le groupe «décollage» devait calculer la distance nécessaire pour décoller en fonction de la poussée que nous avions choisie. Une fois cette distance connue, le groupe «logistique» devait trouver un aérodrome adéquat. Lors de la réunion de milieu de projet le 12 mai, le groupe «logistique» a été court-circuité et la distance a été imposé à 90m pour pouvoir décoller depuis la piste de l aéroclub d Aigle- Bex. Le groupe décollage nous a alors informés que 60N ne suffirait pas pour décoller sur une telle distance avec un poids annoncé à 10kg. Cela signifiait pour nous qu il fallait changer de turbine et opter pour une puissance supérieure à 80N. Ils existent plusieurs constructeurs qui fournissent des turbines avec les poussées souhaitées. Nous avons décidé de garder une JetCat pour les raisons suivantes : Il y avait déjà plusieurs groupes qui travaillaient sur les données de JetCat et on en avait déjà pris contact avec eux pour avoir certaines informations. Chez JetCat, le diamètre des turbines est identique pour les P80, P120 et P160 et il est supérieur de 30mm par rapport à une P60, ce qui posait tout de même quelques problèmes pour l intégrer dans le SmartFish. Un autre problème rencontré lors de l insertion d une P80 ou P120 était de poser la tuyère. Ces deux turbines demandaient un diamètre intérieur minimal de 85 mm. Vu que l on avait déjà des difficultés pour introduire une tuyère du diamètre 65 mm, augmenter la puissance ne nous arrangeait pas du tout. L argument majeur pour changer de puissance était la distance de décollage calculée par le groupe «décollage», or celle-ci ne changeait pratiquement pas avec 80N, par contre elle diminuait fortement avec 120 N. Le comité technique à donc décidé dans la semaine qui a suivi cette réunion d opter pour une tuyère P120. Finalement, la cellule a réussi à diminuer le poids du SmartFish et sa polaire ayant été recalculée, nous avons pu garder une P60. Un problème qui reste à résoudre mais qui sort de notre domaine de responsabilité est la tuyère qui est trop grande par rapport à la sortie du SmartFish. Le diamètre intérieur de 65 mm est impératif, sinon on aurait des problèmes de chaleur au niveau de la turbine Conclusion Les objectifs concernant l introduction de la turbine ont été atteints, mais il reste encore du travail en ce qui concerne la tuyère. Pour les travaux futurs, il faudra certainement trouver un nouveau système de fixation de la tuyère pour ne pas être en conflit avec les tringles du système de contrôle, et trouver un moyen de faire rentrer la faire rentrer dans la queue de l avion. Le plus simple serait de faire une nouvelle coque qui soit plus adapté à l introduction d un turboréacteur (entrée d air plus en avant, arrière plus large, etc ) que le modèle actuel qui a été conçue pour recevoir une turbine électrique. 16

18 5. Bibliographie 5.1. Ouvrage : HÜNECKE Klaus. Jet Engines Fundamentals of theory, design and operation. Airlife Rapport : RUIZ Gabriel et CALAME Diego. Challenge SmartFish, Elaboration du Cahier de Charges d un avion miniature aux performances record sur la base du SmartFish. Projet 7 ième semestre. Lausanne : EPFL-LICP(P.Xirouchakis), 2004/2005, 118p Catalogues/Modes d emploi : JetCat. Lieferprogramm [en ligne]. Disponible sur : <http://cating.de/turbines/downloads/jetcatkatalogde.pdf> (consulté le ) JetCat. Bedienungsanleitung ECU V5.00 P 60/ P70/ P80/ P 120/ P 160/ P 200. [en ligne]. Disponible sur : <http://cat-ing.de/turbines/downloads/jetcatgerecuv5.pdf> (consulté le ) JetCat. Bedienungsanleitung 6V Kerosin Startsystem. [en ligne]. Disponible sur: <http://cat-ing.de/turbines/downloads/kerosenestarteranleitung.pdf> (consulté le ) JetCat. Bedienungsanleitung GPS-Empfänger. [en ligne]. Disponible sur : <http://cating.de/turbines/downloads/gpsanleit.pdf> (consulté le ) JetCat. Fluggeschwindigkeitsmesser (Airspeed-Sensor). [en ligne]. Disponible sur : <http://cat-ing.de/turbines/downloads/dspeedsensor.pdf> (consulté le ) 5.4. Sites internet: Propulsion électrique : Schübeler. Schübeler-the futur of electric jets. Disponible sur: <www.schuebelerjets.de> (consulté le ). Insider-Modellbau. Insider-Modellbau. Disponible sur : <http://www.insidermodellbau.ch/> (consulté le ) Turboréacteurs : Sunshine. Sunshine Modell und Hobby GmbH. Disponible sur: <http://shop.wegasunshine.com/> (consulté le ) JetCat. JetCat Germany. Disponible sur: <http://cat-ing.de/turbines/> (consulté le ) 17

19 Wren Turbines Ltd. Wren Turbines Ltd. Disponible sur : <www.wren-turbines.com> (consulté le ) Simjet. Welcome to SimJet. Disponible sur : <http://www.simjet.com/> (consulté le ) TurboJet Technologies. TurboJet Technologies Welcome. Disponible sur : <http://www.tjt.bz/products.php> (consulté le ) Behotec Turbines. Behotec Turbines Welcome. Disponible sur: <www.behotec.com/turbinen.html#> (consulté le ) Bennie v.d.goor. AMT Advanced Micro Turbines. Disponible sur : <http://www.amtjets.com/> (consulté le ) Ateliers CAGNON S.A. TURBO JET. Disponible sur : (consulté le ) Tuyère et réservoir : Franz Walti Ing. HTL. JET-TECH: Der Weg zum Modelljet. Disponible sur: <http://www.jettech.ch/> (consulté le ) 18

20 6. Annexe 6.1. Enoncé du sous projet 19

EXEMPLE DE CALCUL D UNE MISSION AVION

EXEMPLE DE CALCUL D UNE MISSION AVION EXEMPLE DE CALCUL D UNE MISSION AVION On considère un Boeing 747 dont la masse maxi au décollage est de 383000 kg. Il est propulsé par quatre turboréacteurs et réalise quotidiennement des missions de type

Plus en détail

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise.

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise. décembre 8 Yann DUCHEMIN Citroën C4-Coupé, Entreprise Etude Annuelle Analyse expérimentale et données constructeur Au terme d une année d utilisation d un véhicule de marque Citroën, et de type C4- coupé

Plus en détail

DAHER-SOCATA dévoile le TBM 900, son nouveau TBM

DAHER-SOCATA dévoile le TBM 900, son nouveau TBM Aéronautique & Défense DAHER-SOCATA dévoile le TBM 900, son nouveau TBM Après plus de 3 ans de développement, le TBM 900 vole plus vite et plus loin Certifié, l avion est déjà en production, commandé et

Plus en détail

CHECK-LIST F150 M F-GAQC. Aéroclub Saint Dizier - Robinson VISITE EXTERIEURE VISITE PRE-VOL EXTERIEURE. Dans le hangar

CHECK-LIST F150 M F-GAQC. Aéroclub Saint Dizier - Robinson VISITE EXTERIEURE VISITE PRE-VOL EXTERIEURE. Dans le hangar Dans le hangar VISITE EXTERIEURE CHECK-LIST F150 M F-GAQC 2 purges essence... Niveau huile... Verrière, fenêtres... Sur le parking Essence... Barre de manœuvre... Effectuées Entre FULL et 2 cm en dessous

Plus en détail

MOTO ELECTRIQUE. CPGE / Sciences Industrielles pour l Ingénieur TD06_08 Moto électrique DIAGRAMME DES INTER-ACTEURS UTILISATEUR ENVIRONNEMENT HUMAIN

MOTO ELECTRIQUE. CPGE / Sciences Industrielles pour l Ingénieur TD06_08 Moto électrique DIAGRAMME DES INTER-ACTEURS UTILISATEUR ENVIRONNEMENT HUMAIN MOTO ELECTRIQUE MISE EN SITUATION La moto électrique STRADA EVO 1 est fabriquée par une société SUISSE, située à LUGANO. Moyen de transport alternatif, peut-être la solution pour concilier contraintes

Plus en détail

Dave Anderson Ingénierie des opérations aériennes Boeing Commercial Airplanes Septembre 2006

Dave Anderson Ingénierie des opérations aériennes Boeing Commercial Airplanes Septembre 2006 Économies de carburant Procédures opérationnelles dans un souci de meilleur rendement environnemental Dave Anderson Ingénierie des opérations aériennes Boeing Commercial Airplanes Septembre 2006 Qu est-ce

Plus en détail

Généralités. Aperçu. Introduction. Précision. Instruction de montage. Lubrification. Conception. Produits. Guides à brides FNS. Guides standards GNS

Généralités. Aperçu. Introduction. Précision. Instruction de montage. Lubrification. Conception. Produits. Guides à brides FNS. Guides standards GNS Généralités Aperçu Introduction Précision Instruction de montage Lubrification Conception page............................. 4............................. 5............................. 6.............................

Plus en détail

1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h)

1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h) Problèmes IPhO 2012 1 NOM : PRENOM : LYCEE : 1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h) Nous souhaitons dans ce problème aborder quelques aspects de la conception d un avion solaire autonome. Les

Plus en détail

Le Caddy Van et Maxi Van

Le Caddy Van et Maxi Van Le Caddy Van et Maxi Van Le Caddy Van et Maxi Van Le Caddy EcoFuel et Caddy BiFuel * Les informations relatives à la consommation de carburant et aux émissions de CO 2 figurent aux pages 38-39. Les entrepreneurs

Plus en détail

Énergie décentralisée : La micro-cogénération

Énergie décentralisée : La micro-cogénération Énergie décentralisée : La micro-cogénération Solution énergétique pour le résidentiel et le tertiaire Jean-Paul ONANA, Chargé d activités projet PRODÉLEC PRODuction et gestion de la production d ÉLECtricité

Plus en détail

Sommaire Parties engagées... 2 Préambule... 2 Synthèse des résultats et conclusion de ces tests.... 3 II.

Sommaire Parties engagées... 2 Préambule... 2 Synthèse des résultats et conclusion de ces tests.... 3 II. 0 Sommaire Parties engagées... 2 Préambule... 2 I. Synthèse des résultats et conclusion de ces tests.... 3 1. Réduction de la consommation de carburant... 4 2. Réduction des émissions de gaz polluants...

Plus en détail

ACL C/L QM 1.0 AERO-CLUB du LIMOUSIN CESSNA F - 150 M. 100 ch., VFR de nuit, Xponder A. Ce document appartient à l Aéro-Club du Limousin

ACL C/L QM 1.0 AERO-CLUB du LIMOUSIN CESSNA F - 150 M. 100 ch., VFR de nuit, Xponder A. Ce document appartient à l Aéro-Club du Limousin AERO-CLUB du LIMOUSIN CESSNA F - 150 M 100 ch., VFR de nuit, Xponder A Ce document appartient à l Aéro-Club du Limousin Les procédures (parties encadrées) doivent être effectuées de mémoire VISITE PREVOL

Plus en détail

ESSAIS COMPLEMENTAIRES du REMORQUEUR ULM DYNAMIC WT 9

ESSAIS COMPLEMENTAIRES du REMORQUEUR ULM DYNAMIC WT 9 ESSAIS COMPLEMENTAIRES du REMORQUEUR ULM DYNAMIC WT 9 EQUIPE DE L HELICE «DURANDAL 100» RESULTATS DES ESSAIS Fédération Française de Vol à Voile Daniel SERRESPEAL 1 OBJET DU PRESENT RAPPORT: Le CENTRE

Plus en détail

F BUMA CHECK LIST CESSNA F 150. Carburant 100 LL

F BUMA CHECK LIST CESSNA F 150. Carburant 100 LL AERO-CLUB JEAN DOUDIES CASTELNAUDARY Tel : 04 68 23 10 50 Web : http://jeandoudies.free.fr e-mail : ac.jd@freesbe.fr CHECK LIST CESSNA F 150 F BUMA CHECK LIST NORMALE PARTIE SOL PAGE 1 CHECK LIST NORMALE

Plus en détail

CESSNA 150 J F.GMUP 1) P REVOL INTERIEUR

CESSNA 150 J F.GMUP 1) P REVOL INTERIEUR CESSNA 150 J F.GMUP 1) PREVOL INTERIEUR : - Documentation avion A BORD V - Blocage volant ENLEVE - Contact magnétos OFF ENLEVE - VHF VOR Eclairage OFF - Contact batterie ON - Jaugeurs carburant V - Volets

Plus en détail

CIRCUITS DE PUISSANCE PNEUMATIQUES

CIRCUITS DE PUISSANCE PNEUMATIQUES V ACTIONNEURS PNEUMATIQUES : 51 Généralités : Ils peuvent soulever, pousser, tirer, serrer, tourner, bloquer, percuter, abloquer, etc. Leur classification tient compte de la nature du fluide (pneumatique

Plus en détail

Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant

Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant I Présentation I.1 La roue autonome Ez-Wheel SAS est une entreprise française de technologie innovante fondée en 2009.

Plus en détail

2105-2110 mm 1695 mm. 990 mm Porte-à-faux avant. Modèle de cabine / équipage Small, simple / 3. Codage 46804211 46804311 46804511

2105-2110 mm 1695 mm. 990 mm Porte-à-faux avant. Modèle de cabine / équipage Small, simple / 3. Codage 46804211 46804311 46804511 CANTER 3S13 2105-2110 mm 1695 mm 990 mm Porte-à-faux avant 3500 3995 4985 Longueur max. de carrosserie** 2500 2800 3400 Empattement 4635 4985 5785 Longueur hors tout Masses/dimensions Modèle 3S13 Modèle

Plus en détail

Le turbo met les gaz. Les turbines en équation

Le turbo met les gaz. Les turbines en équation Le turbo met les gaz Les turbines en équation KWOK-KAI SO, BENT PHILLIPSEN, MAGNUS FISCHER La mécanique des fluides numérique CFD (Computational Fluid Dynamics) est aujourd hui un outil abouti de conception

Plus en détail

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert DISQUE DUR Le sujet est composé de 8 pages et d une feuille format A3 de dessins de détails, la réponse à toutes les questions sera rédigée sur les feuilles de réponses jointes au sujet. Toutes les questions

Plus en détail

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes).

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes). SUJET DE CONCOURS Sujet Exploitation d une documentation scientifique sur le thème de l énergie 2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D,

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

702 012 956 RCS Nanterre TVA FR 03 702 012 956 Certifiée ISO 9001 par l AFAQ

702 012 956 RCS Nanterre TVA FR 03 702 012 956 Certifiée ISO 9001 par l AFAQ MCC et incertitude 10 mars 2015 Par Christophe Béesau et Christian Leliepvre Avec Altran, Solar Impulse s attaque au défi du tour du monde à l énergie solaire. Depuis 2010, Solar Impulse vole à l énergie

Plus en détail

FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE

FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE Séminaire de Xavier GARBET pour le FIP 06/01/2009 Anthony Perret Michel Woné «La production d'énergie par fusion thermonucléaire contrôlée est un des grands défis scientifiques

Plus en détail

Bus hybrides Scania : un concept novateur qui améliore le rendement de 25 %

Bus hybrides Scania : un concept novateur qui améliore le rendement de 25 % PRESS info P09601FR / Per-Erik Nordström Mai 2009 Bus hybrides Scania : un concept novateur qui améliore le rendement de 25 % Scania lance un vaste programme d essais en service réel d une chaîne cinématique

Plus en détail

véhicule hybride (première

véhicule hybride (première La motorisation d un véhicule hybride (première HERVÉ DISCOURS [1] La cherté et la raréfaction du pétrole ainsi que la sensibilisation du public à l impact de son exploitation sur l environnement conduisent

Plus en détail

La fée électricité sous le capot?

La fée électricité sous le capot? La fée électricité sous le capot? Quand on analyse les nouvelles motorisations proposées pour les véhicules on s aperçoit vite qu elles reposent pratiquement toutes sur l emploi de moteurs électriques

Plus en détail

1/8 DR 400-120 CHECK.LIST DR 400

1/8 DR 400-120 CHECK.LIST DR 400 1/8 CHECK.LIST DR 400 VISITE PRE-VOL EXTERIEURE Effectuer un rapide tour de l avion Batterie------------------------------------------ON Essence-------------------------------------Vérifiée Pompe Carburant------------------------------ON

Plus en détail

Objectifs : Notion de rendement. 1 ère GMB Technologie Les performances moteur 1 / 14

Objectifs : Notion de rendement. 1 ère GMB Technologie Les performances moteur 1 / 14 1 ère GMB Technologie Les performances moteur 1 / 14 Les performances moteur Objectifs : L élève devra être capable de : Définir et calculer un rendement global du moteur ; Citer les paramètres influents

Plus en détail

Equipement d un forage d eau potable

Equipement d un forage d eau potable Equipement d un d eau potable Mise en situation La Société des Sources de Soultzmatt est une Société d Economie Mixte (SEM) dont l activité est l extraction et l embouteillage d eau de source en vue de

Plus en détail

Conversion électronique statique

Conversion électronique statique Conversion électronique statique Sommaire I) Généralités.2 A. Intérêts de la conversion électronique de puissance 2 B. Sources idéales.3 C. Composants électroniques..5 II) III) Hacheurs..7 A. Hacheur série

Plus en détail

A propos d Europa. A propos d Europa

A propos d Europa. A propos d Europa A propos d Europa A propos d Europa Europa Aircraft naquit dans les années 1990 à la suite d un rêve: construire un petit avion permettant le voyage silencieux, confortables, à vitesse élevée et à faible

Plus en détail

LA PUISSANCE DES MOTEURS. Avez-vous déjà feuilleté le catalogue d un grand constructeur automobile?

LA PUISSANCE DES MOTEURS. Avez-vous déjà feuilleté le catalogue d un grand constructeur automobile? LA PUISSANCE DES MOTEURS Avez-vous déjà feuilleté le catalogue d un grand constructeur automobile? Chaque modèle y est décliné en plusieurs versions, les différences portant essentiellement sur la puissance

Plus en détail

CHALLENGE FORMULA CLASSIC

CHALLENGE FORMULA CLASSIC REGLEMENT TECHNIQUE 2013 CHALLENGE FORMULA CLASSIC ARTICLE 1 : définition Les monoplaces acceptées dans les épreuves de Formula Classic doivent être dans leur configuration d origine. La cylindrée sera

Plus en détail

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Session 200 BREVET de TECHNICIEN SUPÉRIEUR CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE E-3 SCIENCES PHYSIQUES U-3 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Durée : 2 heures Coefficient : 2,5 Durée conseillée Chimie

Plus en détail

1 Définition. 2 Systèmes matériels et solides. 3 Les actions mécaniques. Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble..

1 Définition. 2 Systèmes matériels et solides. 3 Les actions mécaniques. Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble.. 1 Définition GÉNÉRALITÉS Statique 1 2 Systèmes matériels et solides Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble..une pièce mais aussi un liquide ou un gaz Le solide : Il est supposé

Plus en détail

DOSSIER TECHNIQUE R-GO SPA. Production et assemblage 100 % Française. 3 Rue Pierre Mendès France 61200 ARGENTAN

DOSSIER TECHNIQUE R-GO SPA. Production et assemblage 100 % Française. 3 Rue Pierre Mendès France 61200 ARGENTAN DOSSIER TECHNIQUE R-GO SPA R-GO SPA Production et assemblage 100 % Française 1 Implantation technique Il faut retenir que la partie technique a un encombrement total de 250 cm par 90 cm au minimum, et

Plus en détail

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.hometownroofingcontractors.com/blog/9-reasons-diy-rednecks-should-never-fix-their-own-roof

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.hometownroofingcontractors.com/blog/9-reasons-diy-rednecks-should-never-fix-their-own-roof Une échelle est appuyée sur un mur. S il n y a que la friction statique avec le sol, quel est l angle minimum possible entre le sol et l échelle pour que l échelle ne glisse pas et tombe au sol? www.hometownroofingcontractors.com/blog/9-reasons-diy-rednecks-should-never-fix-their-own-roof

Plus en détail

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation.

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation. Comment régler la vitesse d un moteur électrique?. Comment régler la vitesse d un moteur à courant continu? Capacités Connaissances Exemples d activités Connaître le modèle équivalent simplifié de l induit

Plus en détail

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3 le 15 janvier 2013 Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Groupe Spécialisé n 3 «Structures, planchers et autres composants

Plus en détail

Fiche commerciale. Clim eau glacée. Boîte vav induction Boîte à débit d air variable. www.france-air.com

Fiche commerciale. Clim eau glacée. Boîte vav induction Boîte à débit d air variable. www.france-air.com Fiche commerciale Clim eau glacée Boîte vav induction Boîte à débit d air variable Climatisation eau glacée Direct @ccess Boîte VAV induction rectangulaire à induction avantages Plage de fonctionnement

Plus en détail

DATA CENTER. Règles d'ingénierie du Data Center DATA CENTER

DATA CENTER. Règles d'ingénierie du Data Center DATA CENTER Règles d'ingénierie du Data Center SOMMAIRE La problématique La climatisation Les planchers techniques L énergie L urbanisation L industrialisation Conclusion LA PROBLEMATIQUE Rappel sur les Tiers Chaque

Plus en détail

document proposé sur le site «Sciences Physiques en BTS» : http://nicole.cortial.net BTS AVA 2015

document proposé sur le site «Sciences Physiques en BTS» : http://nicole.cortial.net BTS AVA 2015 BT V 2015 (envoyé par Frédéric COTTI - Professeur d Electrotechnique au Lycée Régional La Floride Marseille) Document 1 - Etiquette énergie Partie 1 : Voiture à faible consommation - Une étiquette pour

Plus en détail

Les différents éléments d un CESI

Les différents éléments d un CESI Les différents éléments d un CESI 1. Capteur Solaires 1.1. Introduction Un capteur solaire thermique est un dispositif qui transforme le rayonnement solaire en énergie thermique. Les caractéristiques générales

Plus en détail

Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation

Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation Applications résidentielles Christophe Delmotte, ir Laboratoire Qualité de l Air et Ventilation CSTC - Centre Scientifique et

Plus en détail

Estimation de potentiel éolien

Estimation de potentiel éolien cours1 (suite) Estimation de potentiel éolien Mesures de la vitesse et de la direction du vent Différents types d anémomètres-girouettes Anémomètre à coupelles Simple et robuste, il nécessite l adjonction

Plus en détail

SUIVEUR SOLAIRE : Informations complémentaires

SUIVEUR SOLAIRE : Informations complémentaires SUIVEUR SOLAIRE : Informations complémentaires IMPORTANT : L objectif de la présente note technique n est pas de se substituer à l ouvrage «Alimentation électrique de sites isolés» mais de fournir des

Plus en détail

Le stockage de l énergie : le point faible de la filière énergétique

Le stockage de l énergie : le point faible de la filière énergétique Le stockage de l énergie : le point faible de la filière énergétique Christian Ngo Résumé Stocker de l'énergie (électricité ou chaleur) pour l'utiliser quand on en a besoin est une nécessité. Le stockage

Plus en détail

LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE

LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE 2. L EFFET GYROSCOPIQUE Les lois physiques qui régissent le mouvement des véhicules terrestres sont des lois universelles qui s appliquent

Plus en détail

Centre d usinage ROBOT-Drive. De la conception par CAO à la pièce finie Complet, précis, en un seul passage. Innovations pour la construction bois

Centre d usinage ROBOT-Drive. De la conception par CAO à la pièce finie Complet, précis, en un seul passage. Innovations pour la construction bois Centre d usinage ROBOT-Drive De la conception par CAO à la pièce finie Complet, précis, en un seul passage Innovations pour la construction bois 2 3 Le nouveau centre d usinage Hundegger ROBOT-Drive combine

Plus en détail

Contenu : Pose d escalier préfabriqué monobloc en béton Rédaction : Hediger Damien / Etudiant ETC 3 ème année Date : 1 er octobre 2008

Contenu : Pose d escalier préfabriqué monobloc en béton Rédaction : Hediger Damien / Etudiant ETC 3 ème année Date : 1 er octobre 2008 Page 1 / 5 Rapport technique / domaine du bâtiment Contenu : Pose d escalier préfabriqué monobloc en béton Rédaction : Hediger Damien / Etudiant ETC 3 ème année Date : 1 er octobre 2008 Introduction Dans

Plus en détail

Fiche technique. Vannes thermostatiques à eau de refroidissement Type AVTA. Septembre 2002 DKACV.PD.500.A4.04 520B1429

Fiche technique. Vannes thermostatiques à eau de refroidissement Type AVTA. Septembre 2002 DKACV.PD.500.A4.04 520B1429 Fiche technique Vannes thermostatiques à eau de refroidissement Septembre 2002 DKACV.PD.500.A4.04 520B1429 Table des matières Page Introduction... 3 Caractéristiques techniques... 3 AVTA pour fluides neutres...

Plus en détail

XDOC-MK-Novembre 2012 FR. Déplacement

XDOC-MK-Novembre 2012 FR. Déplacement Gamme XDOC-MK-Novembre 2012 FR Coques à Déplacement Gamme Coques à Déplacement La gamme Nanni pour coques à déplacement Les moteurs Nanni pour coques à déplacement ont une fiabilité record éprouvée. La

Plus en détail

Etude de faisabilité

Etude de faisabilité Etude de faisabilité Modèle de cahier des charges pour chaufferie dédiée Ce modèle de cahier des charges d étude de faisabilité a été réalisé dans le cadre de la Mission Régionale Bois-Energie Il est un

Plus en détail

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes.

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes. Promotion X 004 COURS D ANALYSE DES STRUCTURES MÉCANIQUES PAR LA MÉTHODE DES ELEMENTS FINIS (MEC 568) contrôle non classant (7 mars 007, heures) Documents autorisés : polycopié ; documents et notes de

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. 1- Historique... 1. 2- Types de ventilateurs et leurs différents usages... 1

TABLE DES MATIÈRES. 1- Historique... 1. 2- Types de ventilateurs et leurs différents usages... 1 LA VENTILATION DES COUVERTURES 01-01-1998 TABLE DES MATIÈRES Page 1- Historique... 1 2- Types de ventilateurs et leurs différents usages... 1 3- Recommandations et investigations avant réfection... 3 4-

Plus en détail

Actions de réduction de bruit sur un moteur poids lourd

Actions de réduction de bruit sur un moteur poids lourd 10 Actions de réduction de bruit sur un moteur poids lourd Laurent Moulin, Renault VI, 99, route de Lyon, 69802 Saint Priest, e-mail : laurent.moulin@renaultvi.com D epuis 1974 à aujourd hui, la réglementation

Plus en détail

CREATING POWER SOLUTIONS. 2G40. Moteurs Diesel Hatz. www.hatz-diesel.com

CREATING POWER SOLUTIONS. 2G40. Moteurs Diesel Hatz. www.hatz-diesel.com CREATING POWER SOLUTIONS. Moteurs Diesel Hatz FR www.hatz-diesel.com H Sur le, il est possible d utiliser les prises de force aussi bien au niveau de l arbre moteur (bout d arbre conique) que directement

Plus en détail

UF600 UF600. Rideau d'air avec soufflage par le sol pour passages industriels de grandes dimensions. Pour portes jusqu'à (h x l) : 6 x 12 m

UF600 UF600. Rideau d'air avec soufflage par le sol pour passages industriels de grandes dimensions. Pour portes jusqu'à (h x l) : 6 x 12 m UF00 Rideau d'air avec soufflage par le sol pour passages industriels de grandes dimensions. Pour portes jusqu'à (h x l) : x m Montage vertical Application L'UF00 crée une barrière d'air très efficace

Plus en détail

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées.

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. 1 Ce sujet aborde le phénomène d instabilité dans des systèmes dynamiques

Plus en détail

Bateau à moteur PROPULSEURS. Comment choisir le propulseur adapté à vos besoins. Bateau 1 Tableau 1. Bateau 2. Bateau 4. Bateau 1. Bateau 3.

Bateau à moteur PROPULSEURS. Comment choisir le propulseur adapté à vos besoins. Bateau 1 Tableau 1. Bateau 2. Bateau 4. Bateau 1. Bateau 3. PROPULSEURS Comment choisir le propulseur adapté à vos besoins En tunnel ou rétractable? Les propulseurs en tunnel représentent une solution simple et efficace pour les bateaux à moteur et voiliers à fort

Plus en détail

Instrumentation électronique

Instrumentation électronique Instrumentation électronique Le cours d électrocinétique donne lieu à de nombreuses études expérimentales : tracé de caractéristiques statique et dynamique de dipôles, étude des régimes transitoire et

Plus en détail

Règlement Prototype LM P1 2014

Règlement Prototype LM P1 2014 Le Mans, le 14 juin 2012 Règlement Prototype LM P1 2014 Le règlement technique relatif aux voitures de la catégorie Le Mans Prototype 1 (LM P1) a été présenté ce jour lors de la conférence de presse de

Plus en détail

Conversion énergie cinétique - énergie mécanique dans un moteur éolien

Conversion énergie cinétique - énergie mécanique dans un moteur éolien Conversion énergie cinétique - énergie mécanique dans un moteur éolien Gilles Feld, Emmanuel Hoang, Romain Dardevet, Éric Labouré Adresse mél : gilles.feld@ens-cachan.fr, emmanuel.hoang@ens-cachan.fr,

Plus en détail

motosport-ge.ch 2014 HONDA CBR300R 1. Introduction Information Presse CBR300R 2014

motosport-ge.ch 2014 HONDA CBR300R 1. Introduction Information Presse CBR300R 2014 2014 HONDA CBR300R Date du communiqué de presse: Lundi 4 Novembre 2013,18:30 CET Evolutions: Offrant une étape importante sur l échelle de la catégorie Super Sport, la CBR300R obtient plus de puissance

Plus en détail

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz Office fédéral de l énergie Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz 1 1 Introduction Correctement dimensionnée et dotée d une puissan-ce calorifique adaptée, l installation de chauffage fonctionne

Plus en détail

Auteurs : Christophe Gaviglio Philippe Saccharin Nicolas Barthes - IFV pôle Sud-Ouest

Auteurs : Christophe Gaviglio Philippe Saccharin Nicolas Barthes - IFV pôle Sud-Ouest Compte rendu ETUDE DES PERFORMANCES ENERGETIQUES DES MATERIELS VITICOLES Auteurs : Christophe Gaviglio Philippe Saccharin Nicolas Barthes - IFV pôle Sud-Ouest Contact : V innopôle BP 22 81310 Lisle sur

Plus en détail

par Jacques DURANDEAU Ingénieur de l École Nationale Supérieure d Arts et Métiers Directeur de SETRADEX Conseil

par Jacques DURANDEAU Ingénieur de l École Nationale Supérieure d Arts et Métiers Directeur de SETRADEX Conseil Escaliers mécaniques Trottoirs roulants par Jacques DURANDEAU Ingénieur de l École Nationale Supérieure d Arts et Métiers Directeur de SETRADEX Conseil 1. Définitions... C 3 726-2 2. Constitution... 3

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE DÉCO Ambiance automnale pour décor original Rangements, mobilier, cloisons, peinture AMÉNAGER LES PETITS ESPACES Incendie, cambriolage ON S'ALARME! BÉTON, CUIVRE, ZINC, ALU, BOIS Rénovation durable du

Plus en détail

Saisie des chauffe-eau thermodynamiques à compression électrique

Saisie des chauffe-eau thermodynamiques à compression électrique Fiche d application : Saisie des chauffe-eau thermodynamiques à compression électrique Date Modification Version 01 décembre 2013 Précisions sur les CET grand volume et sur les CET sur air extrait 2.0

Plus en détail

Sommaire buses. Buses

Sommaire buses. Buses Sommaire buses Buses Pour tous types de machines hautes pression Pour des canalisations jusqu au Ø 600 mm Efficacité maximale Pour toutes sortes d obstruction Radiales ou rotatives Avec ou sans jet avant

Plus en détail

DÉVERSEMENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYMÉTRIQUE SOUMISE À DES MOMENTS D EXTRÉMITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE

DÉVERSEMENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYMÉTRIQUE SOUMISE À DES MOMENTS D EXTRÉMITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE Revue Construction étallique Référence DÉVERSEENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYÉTRIQUE SOUISE À DES OENTS D EXTRÉITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE par Y. GALÉA 1 1. INTRODUCTION Que ce

Plus en détail

Caractéristiques Techniques au 01 janvier 2014. Le Crafter Combi

Caractéristiques Techniques au 01 janvier 2014. Le Crafter Combi Caractéristiques Techniques au 01 janvier 2014 Le Crafter Combi Les caractéristiques techniques, motorisations et consommations du Crafter Combi. Norme antipollution EU5+. 2,0 l TDI 109 BVM6 2,0 l TDI

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE ÉPREUVE DE SCIENCES DE L INGÉNIEUR ÉPREUVE DU VENDREDI 20 JUIN 2014 Session 2014 Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient 4,5 pour les candidats ayant choisi un

Plus en détail

Electrique / eau chaude. Discret. Rideaux d air ventilation seule. Simple - intelligent. Confortable - innovant

Electrique / eau chaude. Discret. Rideaux d air ventilation seule. Simple - intelligent. Confortable - innovant PW/PE en applique Electrique / eau chaude Esthétique soignée Commande intégrée ou à distance Barrière thermique de 1 m, 1,5 m et 2 m Confort intérieur ou appoint chauffage Hauteur de montage 2 à 3,5 m

Plus en détail

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation 4 6 8 2 4 8 22 26 3 34 38 42 46 5 54 58 62 66 7 74 78 83 89 96 8 44 Bertin Morgan Compte rendu de LA37 B, TP numéro. Les essais effectués par le laboratoire des ponts et chaussés nous ont fournis la température

Plus en détail

jusqu à 250 bar jusqu à 12,6 l/min adapté pour: durées de service réduites S2 service intermittent S3 HYDAC Générateur hydraulique CA

jusqu à 250 bar jusqu à 12,6 l/min adapté pour: durées de service réduites S2 service intermittent S3 HYDAC Générateur hydraulique CA jusqu à 250 bar jusqu à 12,6 l/min adapté pour: durées de service réduites S2 service intermittent S3 HYDAC Générateur hydraulique CA 1. DONNEES TECHNIQUES 1.1 GENERALITES Utilisation en service réduit

Plus en détail

Directive Aération des cages d ascenseur

Directive Aération des cages d ascenseur Directive Aération des cages d ascenseur 1 OBJET DE CETTE DIRECTIVE Les installations d ascenseurs dans des immeubles chauffés provoquent souvent des pertes thermiques supplémentaires du fait de lacunes

Plus en détail

Synthèse de l étude ADEME "2 roues motorisés Euro3 : progrès environnementaux et comparaison à l automobile"

Synthèse de l étude ADEME 2 roues motorisés Euro3 : progrès environnementaux et comparaison à l automobile mai 2007 Synthèse de l étude ADEME "2 roues motorisés Euro3 : progrès environnementaux et comparaison à l automobile" Contexte de l étude La mise en application de la nouvelle étape réglementaire Euro3

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

GROUPE HOLDIM Leader mondial de l optimisation moteur. DYNORACE 2WD /DF2 Banc 2 roues motrices. Banc de puissance Disponible en 3 versions :

GROUPE HOLDIM Leader mondial de l optimisation moteur. DYNORACE 2WD /DF2 Banc 2 roues motrices. Banc de puissance Disponible en 3 versions : BANCS DE PUISSANCE Banc de puissance Disponible en 3 versions : Inertiel /DF2is Inertiel /DF2i Freiné /DF2fs Avec un frein à courant de Foucault 3 GROUPE HOLDIM Leader mondial de l optimisation moteur

Plus en détail

TP 7 : oscillateur de torsion

TP 7 : oscillateur de torsion TP 7 : oscillateur de torsion Objectif : étude des oscillations libres et forcées d un pendule de torsion 1 Principe général 1.1 Définition Un pendule de torsion est constitué par un fil large (métallique)

Plus en détail

Thermorégulateurs Easitemp 95 et 150 eau. La solution compacte & économique

Thermorégulateurs Easitemp 95 et 150 eau. La solution compacte & économique Thermorégulateurs Easitemp 95 et 150 eau La solution compacte & économique Thermorégulateurs Easitemp 95 et 150 Eau Easitemp définit un nouveau standard pour les thermorégulateurs. Un concept innovant,

Plus en détail

La combinaison. naturelle DAIKIN ALTHERMA HYDRIDE POMPE À CHALEUR CHAUFFAGE ET EAU CHAUDE SANITAIRE. Informations préliminaires

La combinaison. naturelle DAIKIN ALTHERMA HYDRIDE POMPE À CHALEUR CHAUFFAGE ET EAU CHAUDE SANITAIRE. Informations préliminaires La combinaison naturelle DAIKIN ALTHERMA HYDRIDE POMPE À CHALEUR CHAUFFAGE ET EAU CHAUDE SANITAIRE Informations préliminaires 2 Le futur c'est maintenant 3 et le futur est plus respectueux de l'environnement,

Plus en détail

Leçon N 4 : Statistiques à deux variables

Leçon N 4 : Statistiques à deux variables Leçon N 4 : Statistiques à deux variables En premier lieu, il te faut relire les cours de première sur les statistiques à une variable, il y a tout un langage à se remémorer : étude d un échantillon d

Plus en détail

Consommation de diesel pour les véhicules à moteurs

Consommation de diesel pour les véhicules à moteurs Consommation de diesel pour les véhicules à moteurs VD 4-601 f 09.2008 Ayez un meilleur contrôle sur votre consommation de diesel et économisez de l argent! Le DFM-System est un appareil de mesure de très

Plus en détail

Isoler les gaines techniques

Isoler les gaines techniques ROCKplak - rockcalm est un complexe isolé en laine de roche mono densité rigide collé à 2 parements en plaque de plâtre 12,5 mm hydrofugé à bords amincis. ROCKCALM est un panneau de laine de roche mono

Plus en détail

LA FORCE DE FREINAGE ou les lois physiques du freinage

LA FORCE DE FREINAGE ou les lois physiques du freinage LA FORCE DE FREINAGE ou les lois physiques du freinage Du point de vue de la conduite automobile, le freinage d urgence est sans doute le geste technique le plus difficile à réaliser. C est pourtant un

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET SESSION 2010 France métropolitaine BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE ÉPREUVE N 2 DU PREMIER GROUPE ÉPREUVE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE Option : Génie des équipements agricoles Durée : 3 heures 30 Matériel

Plus en détail

Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie

Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie Chapitre 5 Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie 5.1 Bilan d énergie 5.1.1 Énergie totale d un système fermé L énergie totale E T d un système thermodynamique fermé de masse

Plus en détail

Développement de nouveaux convertisseurs d énergie: Etude du moteur Stirling

Développement de nouveaux convertisseurs d énergie: Etude du moteur Stirling Développement de nouveaux convertisseurs d énergie: Etude du moteur Stirling Bert Juliette Ingénieur R&D juliette.bert@danielson-eng.fr 24 janvier 2013 SOMMAIRE Présentation Danielson Engineering de l

Plus en détail

Capteurs d humidité (capacitif) et capteurs de température pour application en climatisation

Capteurs d humidité (capacitif) et capteurs de température pour application en climatisation GmbH & Co. KG Régulation SAS Fiche technique 907020 Page 1/7 Capteurs d humidité (capacitif) et capteurs de température pour application en climatisation Pour la mesure de l humidité relative de l air

Plus en détail

PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Plancher, plafond, et mur chauffant.

PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Plancher, plafond, et mur chauffant. PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Les panneaux photovoltaïques. Plancher, plafond, et mur chauffant. Les puits canadiens: sert à la fois de chauffage

Plus en détail

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale.

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Morgan DAL 1, Philippe LE MASSON 1, Michel DUMONS 1, Didier LAWRJANIEC 2 1 LIMATB, Université

Plus en détail

Check-list F 150 L Vitesses en Noeuds F-BOGE AERO CLUB DE L'ACQ

Check-list F 150 L Vitesses en Noeuds F-BOGE AERO CLUB DE L'ACQ Check-list F 150 L Vitesses en Noeuds F-BOGE AERO CLUB DE L'ACQ Les actions encadrées en bleu et/ou écrites sur fond bleu en caractère normal doivent être exécutées de mémoire (utiliser le cas échéant

Plus en détail

Quinta 25/30s et 28/35c

Quinta 25/30s et 28/35c Fiche produit Quinta 25/30s et 28/35c Quinta 25/30s et 28/35c Chaudière murale à condensation Avec ou sans production ECS intégrée Quinta 25/30s et 28/35c Remeha Quinta 25/30s et 28/35c Les Remeha Quinta

Plus en détail

Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs

Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs 1. Bases 1.1. Fonctionnement du chauffe-eau à pompe à chaleur (CEPAC) Comme son nom l indique, un chauffe-eau pompe à chaleur

Plus en détail

WWW.ELCON.SE Multichronomètre SA10 Présentation générale

WWW.ELCON.SE Multichronomètre SA10 Présentation générale WWW.ELCON.SE Multichronomètre SA10 Présentation générale Le SA10 est un appareil portable destiné au test des disjoncteurs moyenne tension et haute tension. Quoiqu il soit conçu pour fonctionner couplé

Plus en détail

Les Rencontres Scientifiques Colas

Les Rencontres Scientifiques Colas Les Rencontres Scientifiques Colas «L avenir du véhicule électrique» 2 juin 2009 avec Yves CHABRE Docteur ès-sciences Consultant pour véhicules électriques et Pierre MIDROUILLET Directeur Général de PVI

Plus en détail

CAP CAMION A ASSISTANCE PNEUMATIQUE

CAP CAMION A ASSISTANCE PNEUMATIQUE Séminaire mi parcours Stock-e 2010 CAP CAMION A ASSISTANCE PNEUMATIQUE Iyad Balloul Renault Trucks - iyad.balloul@volvo.com Eric Bideaux INSA Lyon - eric.bideaux@insa-lyon.fr Marc Michard LMFA - Marc.Michard@ec-lyon.fr

Plus en détail