Carte et site Internet sur l'offre maritime "short sea"

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Carte et site Internet sur l'offre maritime "short sea""

Transcription

1 PNOA Etude de faisabilité Carte et site Internet sur l'offre maritime "short sea" (Rapport de synthèse) Etude réalisée dans le cadre de l'o.r.t. Pays de la Loire par Arnaud LE VEXIER et Christophe PARREAU sous la Direction d'alain GAUDEFROY Novembre 2002

2 Préambule Les transports de marchandises sur le réseau routier ne cessent de croître (possible doublement des trafics de marchandises d'ici à 20 ans) avec leurs conséquences sur la consommation d'énergie et sur l'environnement (congestion, pollutions atmosphériques et phoniques, risques liés aux marchandises dangereuses,...) et leurs coûts sociaux (accidents, maladies,...). Aux niveaux national et européen la promotion de modes moins énergivores et moins polluants (modes alternatifs : ferré, fluvial et maritime à courte distance) a été retenue comme prioritaire (références : Loi du 25 juin 1999 d'orientation pour l'aménagement et le développement durable, "Schémas de services", Livre Blanc européen). Sur l'espace "Arc Atlantique" 1 il existe de fortes potentialités de développement de l'offre de transport maritime de cabotage ("short sea" ou encore à courte distance). Afin de décharger une partie du réseau routier du trafic de fret et accroître l'usage des transports ferrés (à partir de la massification des flux au niveau des places portuaires), il paraît opportun de favoriser le développement du cabotage, notamment sur l'"espace Atlantique" 1. Les CESR 2 de l'atlantique ont engagé une dynamique afin de contribuer au renouveau du cabotage sur la "Façade Atlantique". Ils ont conduit en particulier plusieurs études, notamment une étude réalisée par les CETE de l'ouest et du Sud Ouest sur 13 sites portuaires qui a montré que l'équipement des ports de cette façade se trouve actuellement à un niveau satisfaisant pour permettre le développement du transport maritime L'O.R.T. 3 a organisé le 21 juin 2001 un colloque ("Quelle organisation logistique pour le Grand Ouest et Port Atlantique?") pour permettre aux acteurs du Grand Ouest d'échanger et pour favoriser un processus de décision en matière d'infrastructures de transport. Ce colloque a mis en évidence l'intérêt du développement du cabotage sur l'espace Atlantique. Il est apparu qu'un des principaux freins au développement du cabotage était celui du déficit d'information sur l'offre. Des enquêtes "Chargeurs", en particulier les enquêtes réalisées par l'inrets, ont en effet révélé que de 1 "Arc Atlantique" : espace correspondant à l'association des Régions volontaires pour se regrouper sur l'"espace Atlantique" (trentaine de Régions de l'ecosse au Portugal). "Espace Atlantique" : espace de programme défini au niveau européen et correspondant à "Interreg III B". "Façade Atlantique" : régions situées le long de la façade atlantique. 2 Association des CESR de Bretagne, Pays de la Loire, Poitou-Charentes et d'aquitaine. 3 L'ORT Pays de la Loire, association loi 1901 des acteurs régionaux du transport, est un service public qui remplit les missions de collecte, traitement, diffusion d'informations statistiques objectives, de plate-forme d'échanges. Il intervient aussi dans l'aide à la décision : il a mis ainsi au point depuis sa création en 1994 des outils innovants à caractère opérationnel pour le secteur des transports (notamment des cartes de temps d'acheminement et des modèles de simulation des flux), le plus souvent en collaboration avec des écoles ou des universités.

3 nombreux utilisateurs potentiels du cabotage n'utilisaient pas l'offre maritime, soit parce qu'ils ne disposaient pas d'informations sur l'offre existante, soit parce que celles-ci leur étaient difficilement accessibles : les informations relatives à l'offre maritime sont en effet le plus souvent dispersées, d'accès malaisé ou confidentielles, parfois obsolètes. C'est pourquoi la réalisation d'une carte 4 rassemblant les informations essentielles pour permettre aux chargeurs de connaître la réalité de l'offre, serait, en tant que document de synthèse avec accès direct à l'information utile, un outil opérationnel particulièrement efficace. Une telle carte constituerait aussi un document de communication, de promotion et de concertation tout à fait adapté dans un secteur où les acteurs sont multiples. Elle pourrait enfin devenir l'outil de référence pour envisager la mise en place de nouvelles lignes. Afin que la carte soit un outil véritablement opérationnel vis-à-vis du "Chargeur", il est nécessaire de présenter les informations sur l'ensemble de la chaîne logistique, entre le départ et l'arrivée des marchandises, hinterlands inclus. La carte de l'offre maritime deviendra vite obsolète. La réalisation d'une base de données actualisable en temps réel, fonctionnant sous internet et associée à la carte, permettrait l'actualisation de cette carte tout en fournissant des informations complémentaires et utiles aux chargeurs sur l'offre maritime et terrestre. Un projet de carte de l'offre maritime avec édition papier et d'un serveur associé pour le net a été établi sur l'espace Atlantique par l'ort Pays de la Loire en concertation avec l'association PNOA 5. Un tel projet implique la mobilisation des divers acteurs concernés sur l'"espace Atlantique" (ports et Régions en particulier). Compte tenu de l'importance de cette nécessaire mobilisation d'une part, des difficultés conceptuelles et techniques pour la réalisation du projet d'autre part, il importait qu'une étude de faisabilité fut réalisée préalablement. Une rencontre devra être organisée ensuite pour présenter les résultats de cette étude et contribuer à la mobilisation. Le Port Atlantique dans le cadre de l'association des PNOA, l'ademe et la Région des Pays de la Loire ont confié ainsi une étude de faisabilité à l'ort (cf. cahier des charges en annexe 2). L'équipe qui a réalisé l'étude de faisabilité a été conduite par Alain GAUDEFROY, Directeur de l'observatoire Régional Transports des Pays de la Loire. Elle a pu bénéficier de l'expérience de l'o.r.t. en matière de cartes des temps sur la route comme sur le fer, de l'ensemble des informations statistiques que l'organisme détient, de son réseau relationnel et de ses moyens logistiques. 4 Des cartes de l'offre sur réseau ferré ont déjà été réalisées avec succès au niveau du Port de Nantes-Saint-Nazaire par l'o.r.t. Pays de la Loire. De telles cartes qui permettent de promouvoir le transport ferré sont en cours de réalisation sur d'autres ports (Le Havre, Rouen, Bordeaux et Bayonne). 5 PNOA : association des Ports du Nord Ouest Atlantique qui regroupe les ports de Bayonne, Bordeaux, Brest, La Rochelle, Lorient et Nantes-Saint-Nazaire. Le projet de carte et de site a été retenu lors de son Assemblée Générale de juillet 2002 à Lorient.

4 Cette équipe est constituée en particulier par deux spécialistes, l'un des transports maritimes, l'autre des bases de données spatialisées : - Christophe PARREAU - Docteur en géographie (Premier prix de l'upacim), spécialiste en transport maritime, - Arnaud LE VEXIER - DESS Sciences de l'information géo-référencée pour la "Maîtrise de l'environnement et d'aménagement du Territoire". L'étude de faisabilité a été menée entre avril et juillet 2002 après décision du Conseil d'administration de l'ort du 5 mars Grâce à un travail qui s'est déroulé sur quatre mois, les principaux problèmes posés par le projet ont pu être repérés, des solutions ont été proposées et testées. L'équipe a pu ainsi acquérir une maîtrise d'ensemble qui permet maintenant de garantir le réalisme du projet. Le présent rapport de synthèse permet d'apprécier, à partir de quelques réflexions et résultats, la dimension de ces problèmes et les difficultés pour les résoudre. Dès la fin de l'étude de faisabilité, des actions de sensibilisation ont été engagées dans le cadre de la préparation d'une rencontre prévue, en vue de déboucher sur une carte de l'offre diffusable et sur un site Internet prototype. Pour cela des financements seraient sollicités auprès des PNOA, du PREDIT, des Régions et de l'ademe. Parallèlement un dossier Interreg 3B pourrait être constitué pour rendre dans une phase ultérieure le site parfaitement opérationnel et créer un pôle de compétences en vue de réalisations équivalentes sur d'autres espaces européens.

5 SOMMAIRE I / CONTEXTE ET FONDEMENTS DU PROJET - Le contexte - Le transport maritime de cabotage - La perception du mode maritime - Le projet de carte et de site Internet II / RECUEIL D'INFORMATIONS PREALABLES - Enquêtes chargeurs et entretiens particuliers - Inventaire de l'offre maritime sur Internet - Coûts de transport maritime III / CARTE DE L OFFRE DE TRANSPORT MARITIME (carte prototype) - Représentations usuelles et analyse des concepts cartographiques - Un solution opérationnelle avec le concept "Rose des Vents" - Carte de l'offre sur l'"espace Atlantique" - Hinterlands et aires des chalandises IV / SITE INTERNET (maquette) - Préalables - Description et analyse fonctionnelle - Optimisation et perspectives

6 I / CONTEXTE ET FONDEMENTS DU PROJET 1/ Le contexte 2/ Le transport maritime de cabotage 3/ La perception du mode maritime 4/ Le projet de carte et de site Internet

7 1/ Le contexte Le projet de carte et de site Internet sur l offre maritime de cabotage s inscrit dans la continuité des orientations européennes actuelles en faveur d une nécessaire redistribution modale des échanges intra-communautaires. Face aux pressions qui s exercent aujourd hui sur le réseau routier et au regard de la croissance prévisible des flux de marchandises (près de 50% sur la base de 1998 à l horizon 2010, 100 % à l'horizon 2020), le développement du transport combiné et du transport maritime de cabotage 6 est devenu aujourd hui l un des piliers de la politique européenne en matière de transport. Il apparaît déjà comme une nécessité avec les problèmes engendrés par la circulation des poids lourds, notamment sur l'axe Nord-Sud, aux traversées des Alpes et des Pyrénées. Si ces préoccupations sont latentes depuis un certain nombre d années, l ampleur des prévisions de croissance (notamment sur les transits internationaux) à moyenne échéance a contribué à affirmer plus nettement la promotion du mode maritime. Ce dernier s affiche en effet aujourd hui comme le seul capable d absorber une part importante du transport routier dans des conditions d investissement bien moindres que celles nécessaires à l extension du mode ferroviaire, et ceci à court terme. Le renforcement de la capacité et de l efficacité des ports et des services maritimes, évoqué par les réflexions du "Livre Vert" de 1997 relatif aux ports et aux infrastructures maritimes, a été confirmé dans une communication au parlement européen 7 en juin 1999, puis arrêté véritablement comme axe stratégique dans le Livre Blanc de fixant les enjeux pour parvenir à un système de transport propre, sûr et efficace. Cette volonté politique a été formalisée depuis 1997 par deux programmes en faveur du développement des modes de transports alternatifs à la route: - Programme PACT (Programme d actions pilotes dans les transports) : aides aux actions pilotes menées dans le domaine des transports combinés. - Programme Marco Polo ( ) : instrument qui serait doté de 115 millions d Euros (contre 30 millions d Euros pour PACT) sur 5 ans ayant pour objectif de contribuer à transférer durablement sur la mer, le fer et la voie d eau, la totalité de 6 - Définition : Par transport maritime de cabotage ou par "transport maritime à courte distance, on entend l acheminement de marchandises et de passagers par mer entre des ports situés en Europe géographique ou entre ces ports et des ports situés dans des pays non européens ayant une façade sur une mer fermée limitrophe de l Europe." Le transport maritime à courte distance recouvre à la fois les activités de transport maritime nationales et internationales [ ]. Il comprend également les services de transport maritime entre les Etats membres de l Union et la Norvège, l Islande et les Etats riverains de la mer Baltique, de la mer Noire et de la mer Méditerranée.» Commission européenne, COM (1999) 317 final. 7 - Le développement du transport maritime à courte distance en Europe : une alternative dynamique dans une chaîne de transport durable, COM(1999) 317 final, Bruxelles, juin La politique européenne des transports à l horizon de 2010 : l heure des choix, Bruxelles, 2001.

8 l accroissement escompté du transport international de fret routier. Son champ d action est plus large que celui du PACT : il devrait s appliquer en effet à tous les segments du marché du transport du fret, et non plus au seul transport combiné (actions "catalyseurs" et actions innovantes du type "autoroutes de la mer"). Aujourd hui clairement affirmée et dotée d instruments spécifiques, la volonté européenne a également profité de relais à des échelles nationales et régionales : Ces relais se manifestent tout d abord, et d une façon globale, dans les politiques nationales d aménagement du territoire. En France particulièrement, il s agit de la nouvelle politique relative à l aménagement lancée en 1997 qui vise à répondre aux besoins de transport dans des conditions compatibles avec les exigences économiques, sociales et environnementales. Ces dispositions ont été réaffirmées dans la loi d orientation pour l aménagement et le développement du territoire de juin 1999, loi qui s appuie notamment sur la thématique du rééquilibrage entre les modes de transport. Les recommandations communautaires se sont par ailleurs traduites pour le mode maritime par la mise en place, en décembre 2000, du Réseau Européen du Short Sea chargé de la promotion du transport maritime de marchandises à courte distance (il regroupe l Allemagne, la Belgique, le Danemark, la Finlande, la Grèce, l Irlande, l Italie, les Pays-Bas, l Espagne, la Suède et la France). Pour la France, c est le Bureau de Promotion Short Sea (BP2S) qui est chargé d assurer cette mission. A côté de cette structure, des groupes de réflexions sur le développement du cabotage ont également vu le jour plus récemment. Au début de l'année 2002 a été mis en place un groupe de travail tripartite franco-italo-espagnol dont les réflexions s attachent à mettre à jour des solutions alternatives aux franchissements alpins et pyrénéens. Diverses études et rapports français récents témoignent par ailleurs de l'intérêt porté au thème du cabotage maritime : - Pour le renouveau du cabotage sur la façade atlantique (octobre 2001 Comités Economiques et Sociaux Régionaux de l'atlantique). Recueil de 4 études ("Monographie sur les ports susceptibles de recevoir des caboteurs" ; "Etude des gisements de fret" ; "Identification des facteurs pénalisants le cabotage communautaire" ; "Faisabilité d un fonds de garantie pour le lancement de lignes et la construction de caboteurs") établissant un diagnostic et des propositions pour le renouveau du cabotage sur les littoraux atlantiques français. Ces travaux poursuivent en partie les réflexions passées initiées notamment par le programme Atlantis de la Commission Arc Atlantique. - Le développement du cabotage européen. Le short sea shipping : une solution d avenir ( février 2002 Institut Français de la Mer).

9 Etude réalisée par André Vigarié, professeur honoraire à l'université de Nantes, dont les axes principaux s articulent autour d un rappel des caractères généraux et des aptitudes des cabotages (conteneurs, Ro-Ro, conventionnel) devant le transfert des marchandises de la terre vers la mer, d une analyse des transports terrestres et des gisements de fret, d une réflexion sur les conditions du transfert des marchandises de la terre vers la mer et enfin, d une série de propositions en faveur du short sea shipping. - Davantage de camions sur les navires et moins sur les routes? Rapport à Monsieur le Premier ministre sur le développement de lignes régulières de cabotage maritime au départ des ports français (avril 2002 François LIBERTI Député de l'hérault). Etat des lieux du cabotage au premier trimestre 2002 ; observations faisant suite aux entretiens réalisés dans le cadre de la mission ; recommandations en faveur du développement de lignes maritimes de cabotage. Le contexte actuel donne ainsi le sentiment d une forte unanimité en faveur du développement des modes de transport alternatifs à la route, et notamment du transport maritime. Qu il s agisse des orientations politiques européennes ou nationales, des réflexions émanant des régions littorales, des divers rapports et études, des colloques nationaux ou internationaux, de l écho qui est fait à ce thème dans la presse, voire de l opinion de la société civile envers la dimension environnementale, tout semble converger, depuis quelques années, vers le développement du cabotage au sein de l Europe communautaire dans la perspective d un développement durable. Paradoxalement, les résultats obtenus en France demeurent encore limités et peu de lignes de cabotage ont vu le jour ou ont pu s établir sur le long terme. Les moyens qui seraient mis en œuvre pour le programme Marco Polo, combinés à la possibilité (autorisation de Bruxelles en février 2002) pour la France de financer à hauteur de 30% les coûts de fonctionnement des nouvelles lignes maritimes à courte distance pendant les trois premières années, semblent toutefois proposer un cadre d action plus solide et plus favorable pour l avenir. 2/ Le transport maritime de cabotage L actuelle promotion du transport maritime de cabotage, aujourd hui largement véhiculée par les médias et dans divers colloques nationaux ou internationaux, ne semble pas faire évoluer la médiocre appréciation actuelle de l'offre de cabotage et certaines idées fausses sur l'existant. Le cabotage existe cependant. Au sein de l Europe communautaire, ce sont près de 40% des échanges (en tonnage) qui utilisent aujourd hui ce mode de transport (contre 44% à la route, 8% au rail et 4% pour les voies navigables). C'est par ailleurs

10 le seul mode de transport de marchandises dont le taux de croissance entre 1990 et 1998 (+27%) s est rapproché de celui du transport routier (+35%). En France, ce cabotage national et international représente près de 60% du trafic total des ports métropolitains. Le transport maritime constitue ainsi depuis longtemps un support indispensable aux échanges communautaires : il en assure dès à présent une part importante et joue déjà son rôle en faveur de l établissement d un système de transport durable. Une analyse détaillée de la ventilation des échanges intra-communautaires, en fonction de la nature des produits par mode d acheminement, révèle cependant que la part du maritime s exerce avant tout sur les pondéreux (produits pétroliers, vracs agricoles, ) et qu elle relève en conséquence essentiellement du transport à la demande (tramping) et non de lignes régulières. Le défi du développement du cabotage tient ainsi dans une diversification des produits transportés et dans l'intégration des chaînes de transport multimodales. Il se doit d'offrir des solutions de transport pour des petits ou moyens lots qui sont habituellement transportés par la route. Ceci nécessite alors la multiplication des lignes régulières permettant le transport de conteneurs et de remorques roulières. Cependant, malgré les attentions dont bénéficie le mode maritime depuis plusieurs années, et plus encore aujourd hui, les résultats apparaissent décevants. Cette situation s explique tout d'abord par la concurrence du mode routier qui reste hégémonique sur le transport de marchandises diverses (autres que les pondéreux) : le mode routier a notamment profité, avec l extension de l Union européenne, de sa nature qui lui confère une grande adaptabilité et une grande flexibilité, mais aussi d une situation privilégiée qui lui permet de ne pas supporter l ensemble de ses coûts de fonctionnement (coûts externes relatifs aux infrastructures routières, coûts environnementaux, ). Les difficultés d essor des liaisons maritimes régulières trouvent aussi leur source dans un certain nombre de contraintes financières liées aux moyens et au temps nécessaires à l établissement d un courant de fret et à la pérennisation d une ligne ; ces contraintes sont très souvent à l origine de la fermeture de liaisons nouvellement créées (ligne feeder publique Le Verdon-La Rochelle-Le Havre- Dunkerque disparue début 2001 après trois années d existence, ligne ro/ro Bayonne- Southampton disparue en janvier 2000 après quelques mois d existence, lignes ro/ro Lorient-Gijon et Lorient-Casablanca qui subiront le même sort au cours des années 90,...). Certaines mesures récentes d aide au lancement et le programme Marco Polo devraient participer à la réduction de ces contraintes.

11 3/ La perception du mode maritime D une manière générale, le monde maritime et portuaire demeure mal connu en France. D'ailleurs ne dit-on pas que la France est un pays maritime de par sa géographie, mais qu elle n est pas une nation maritime? L hexagone semble depuis longtemps s'être replié sur le continent sans véritable ambition maritime. Cette tradition terrienne est identifiable dans la perception que peut avoir le grand public des réalités du transport maritime intra-européen, mais aussi à travers la relative méconnaissance par les chargeurs de l offre logistique proposée. Pour nombre de chargeurs, le transport maritime apparaît comme un mode d acheminement complexe dans ses opérations, parfois obscur dans son fonctionnement (rôle réel des intervenants) et souvent opaque quant à ses coûts (coûts réels des prestations de chacun des intervenants). A l'inverse le transport routier, après la disparition en 1986 de la T.R.O. (Tarification Routière Obligatoire) qui a fait chuter les prix, puis avec le "Contrat de Progrès" conclu entre l'etat et la Profession en 1994 qui a permis d'accélérer la modernisation du secteur, offre par contre une plus grande clarté et lisibilité. La vive concurrence qui s exerce au sein de cette activité y concourt grandement, en particulier pour la diffusion d informations sur les coûts de transport. Une revue mensuelle est d ailleurs consacrée à l analyse et la diffusion de ces coûts : Les Cahiers de l Observatoire (revue éditée par le CNR, Comité National Routier, association des Syndicats de Transporteurs avec participation de l'etat). Le chargeur dispose ainsi d une information accessible, actualisée et de référence ; en d autres termes, il peut accéder à la maîtrise du transport de sa marchandise. A l opacité des coûts de l offre de transport par mer se greffe par ailleurs une perception généralement négative du monde maritime. Elle est teintée d archaïsme, d instabilité sociale, de lenteur du passage portuaire et du transport ; elle associe les ports à des organismes sous forte tutelle de l Etat. Les carences de la politique maritime française ne sont sans doute pas indépendantes de cette perception. En effet, cette politique s est caractérisée par l option du «grand port bon à tout faire» (Le Havre et Marseille essentiellement) plutôt que celle de la coopération interportuaire par façade maritime et s est davantage contentée par ailleurs de répondre au coup par coup à la moindre crise d un secteur d activité traversé par de nécessaires mutations. Si cette vision du mode maritime doit aujourd hui être en partie révisée, quant à l efficacité du passage portuaire (depuis la réforme de la manutention portuaire du début des années 90 notamment) et à celle de l offre logistique de bout en bout, nombre d obstacles perdurent et éclairent la faiblesse de la participation de la grande majorité des ports français dans le cabotage de lignes régulières intracommunautaires.

12 On peut en effet se demander si, au-delà de la volonté générale affichée par l Europe et relayée plus ou moins énergiquement par les Etats membres, la promotion du mode maritime à des échelles plus locales profite de réels moyens et rassemble véritablement les énergies. A cet égard, il est assez édifiant de constater que dans la plupart des colloques portant sur la thématique du cabotage, les chargeurs sont quasi absents! Le monde portuaire, qui a longtemps vécu en vase clos, est-il aujourd hui véritablement capable de s ouvrir aux attentes et aux volontés des chargeurs? Les transitaires sont aussi parfois accusés de privilégier de plus longs pré ou postacheminements terrestres sur lesquels ils réaliseraient des bénéfices plus importants que sur le maillon maritime (les taux de fret étant à la baisse depuis un certain nombre d années, le pourcentage perçu par les transitaires est aussi moins substantiel). L offre maritime demeure encore mal connue et mal véhiculée dans notre pays : d une part de nombreux chargeurs potentiellement intéressés ne la connaissent pas, d autre part l opacité qui l entoure ne les incite pas à l utiliser dans leurs échanges intra-communautaires. 4/ Le projet de carte et de site Internet A côté des instruments d aide à la création de nouveaux services ou encore de soutien aux actions commerciales, les démarches de promotion et d information relatives au cabotage et à l ensemble de la chaîne logistique sont fondamentales. Celles-ci semblent modestes actuellement par rapport aux enjeux, parfois même inexistantes ou inefficaces. Pourtant les chargeurs manquent clairement d'informations fiables, objectives et facilement accessibles sur l'offre de transport de cabotage. Sans ces informations, les chargeurs ne peuvent s'investir sur le mode maritime et très naturellement demeureront sur le mode dominant traditionnel qu'est la route, ou abandonneront la maîtrise de la chaîne logistique à des intermédiaires qui ne connaissent pas toujours l'ensemble des critères d'appréciation de l'intérêt du chargeur. Si l'on veut véritablement développer le cabotage en France et ainsi mieux exploiter la façade maritime, il est nécessaire de mener des actions de sensibilisation, d'information et de clarification des modalités de fonctionnement du transport maritime. Des outils appropriés doivent être mis en place pour permettre aux chargeurs de bien connaître l'offre actuelle maritime de cabotage et les potentiels des hinterlands portuaires. C'est pourquoi, l'ort Pays de la Loire, suite au colloque qu'il a organisé le 21 juin 2001 sur la logistique dans le Grand Ouest, a établi, en concertation avec le Port

13 Autonome de Nantes-Saint-Nazaire, un projet de carte de l'offre "short sea" avec un site Internet associé pour permettre aux chargeurs, et éventuellement à l'ensemble des décideurs, de disposer de toutes les informations nécessaires à l'exploitation du mode maritime. Le Port Atlantique, dans le cadre de l'association "PNOA", l'ademe et la Région des Pays de la Loire ont confié à l'ort la réalisation d'une étude de faisabilité pour faire le point sur les préalables relatifs au projet, repérer les principaux problèmes techniques et conceptuels, envisager des solutions. Des solutions innovantes ont par ailleurs été trouvées grâce à un effort personnel de ceux qui ont participé à cette étude (solutions déposées à l'ompi, Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle). Cette étude de faisabilité débouche sur des maquettes, l'une pour la carte au niveau de l'"espace Atlantique", l'autre pour le site Internet. La carte se décompose en trois représentations afin de distinguer le conteneur, le ro/ro et le conventionnel. Le site comporte deux modules permettant de présenter d'un côté l'offre de transport maritime, de l'autre les itinéraires de bout en bout, itinéraires possibles et itinéraire conseillé selon les critères du chargeur.

14 II / RECUEIL D'INFORMATIONS PREALABLES 1/ Enquêtes chargeurs et entretiens particuliers 2/ Inventaire de l'offre maritime sur Internet 3/ Coûts de transport maritime

15 1 / Enquêtes chargeurs et entretiens particuliers Avant d'engager la réalisation de la carte prototype et du site, il importait de confirmer le déficit en informations des chargeurs, de mieux connaître leurs attentes et leurs pratiques vis à vis de la chaîne logistique. a/ Enquêtes chargeurs de l'inrets Les enquêtes considérées concernent essentiellement celles de l INRETS 9 : après une première enquête nationale chargeurs en 1988/89, et édition de divers rapports, une seconde enquête nationale a été engagée en 1999 avec expérimentation sur le Nord Pas-de-Calais en collaboration avec le SES (Service d'etudes Statistiques du Ministère de l'equipement et des Transports) et menée dans un cadre européen. Ces enquêtes permettent de disposer de bases quantitatives d analyse des chaînes de transport. L objectif recherché est de décrire la demande de transport émanant des activités de production et de commerce génératrices de fret, d en déterminer les caractéristiques et les spécificités sectorielles, d essayer de dégager des familles logistiques et enfin, d une façon plus générale, de reconstituer des chaînes de transport avec mise à jour de leurs organisations souvent complexes. Des travaux de l'inrets ont également été engagés dans le cadre du consortium de recherche MYSTIC (du quatrième programme-cadre de recherche développement européen PCRD), pour tester la contribution possible des enquêtes chargeurs pratiquées en France et établir avec les Pays-Bas une matrice régionalisée à l échelle européenne de flux internationaux de marchandises. Enquêtes Nord-Pas-de-Calais : Principaux résultats relevés sur les pratiques et l'organisation des chaînes de transport pour éclairer la position et les comportements des chargeurs face au maritime : - Incontestable domination du transport routier dans les trafics intérieurs et internationaux (l Europe est le premier marché des entreprises françaises). 9 - GOUVERNAL E., HANNAPPE P., Enquête auprès des chargeurs. Bilan de la pré-enquête, Rapport INRETS n 13, Novembre 1986, 131 p. - COSTA G., GOUVERNAL E., HANNAPPE P., BREDELOUP E., Enquête auprès des chargeurs. Résultats de la deuxième phase, Rapport INRETS n 92, Avril 1989, 122p. - GUILBAULT M., Quels besoins pour les chargeurs? Variété de la demande et choix de transport, Rapport INRETS n 178, Mai 1994, 110 p. - GUILBAULT M., PIOZIN F., RIZET C., Préparation d une nouvelle enquête auprès des chargeurs. Résultats de l enquête test Nord Pas-de-Calais, PREDIT-INRETS, Convention DTT n , Avril GOUVERNAL E., «Les chaînes de transport maritime et le choix des ports : quel avenir pour les ports français? Un éclairage des enquêtes chargeurs», Journal de la Marine Marchande, 15/09/2000.

16 - Hiérarchie très nette des critères de choix modal liée à une grande stabilité des comportements. Le coût, les délais de livraison, la fiabilité vis à vis du respect des délais d acheminement, la flexibilité et enfin la fréquence des dessertes sont, par ordre d importance, les principaux critères de choix cités par les chargeurs. Ces éléments expliquent en partie l hégémonie de la route dont la nature lui permet d être bien positionnée pour l ensemble de ces indicateurs. Par ailleurs, cette situation de domination de la route (parce qu elle répond parfaitement aux attentes des chargeurs dans l état actuel du marché) se traduit par une forte stabilité du choix modal. - Recours aux modes non routiers lié à des facteurs bien spécifiques. Pour le mode maritime particulièrement, il y a le caractère exportateur de l entreprise et la détention de stocks importants. Ce mode est exploité par tous les secteurs d activité avec toutefois une prépondérance des secteurs de la métallurgie et du raffinage (mode adapté aux forts volumes de flux et aux pondéreux). - Modes non routiers très minoritaires en nombre d envois, mais représentant une part conséquente des tonnages (un quart pour l enquête Nord-Pas-de- Calais, le maritime occupant 80% de cette part avec en quasi totalité un préacheminement routier). - Transport maritime, mode non routier le plus cité par les entreprises interrogées. Ceci confirme le rôle manifeste qu il tient au sein de l espace communautaire (41 % des échanges en tonnage, essentiellement des pondéreux), et dans les échanges intercontinentaux. - Conditionnement usine dominé par les palettes (51 % des tonnages dans l enquête considérée) et dont la conteneurisation est quasiment absente. Cette situation peut expliquer en partie les difficultés constatées dans le développement des échanges conteneurisés en intra-européen (hors feedering). Elle laisse par ailleurs suggérer que le développement du maritime doit s appuyer, eu égard à ces faibles taux de conteneurisation, sur le ro/ro. - Transport généralement maîtrisé par l expéditeur, y compris sur l international, et le plus souvent organisé par l établissement. - Transport le plus souvent accompagné de prestations annexes et susceptibles de fractionnement en trajets multiples. Dans l enquête considérée, 60 % des envois (32% des tonnages) requièrent des opérations de groupage, 16 % d empotage/dépotage (14 % des tonnages) et 17 % de prestations logistiques annexes (6 % en tonnage). Ces opérations sont, le plus souvent, effectuées sur les plate-formes logistiques des transporteurs. Ceci confirme que l efficience du mode routier n est pas uniquement due à sa nature, mais aussi et surtout à celle de l ensemble de la chaîne logistique : il y a des ruptures de

17 charges dans la chaîne routière ; ces ruptures, souvent présentées comme pénalisantes pour le maritime, ne semblent pas l être réellement dans la pratique du mode routier. - Relations de sous-traitance relativement nombreuses, souvent mal connues des chargeurs : si le choix du mode relève du chargeur, l organisation concrète des chaînes de transport revient par contre aux transporteurs et auxiliaires. Cela contribue à ce que les chargeurs confient à d'autres l'organisation concrète de la chaîne. Quelques constats relatifs à la chaîne logistique avec maillon maritime découlant des travaux du programme MYSTIC peuvent être aussi relevés : - L Union européenne est la première cliente des régions enquêtées (Ile de France, Rhône-Alpes, Alsace et Lorraine). Ce constat, précédemment observé, rappelle que ce marché demeure aujourd hui presque captif pour la route, sauf pour des destinations spécifiques telles le Royaume-Uni et les pays de l Europe du Nord ainsi que dans les cas de situations géographiques particulières. Pour des destinations plus lointaines (hors CEE), le maritime prend, bien évidemment, une place beaucoup plus importante. - «Le navire va là où est la marchandise» : cette réflexion induit plusieurs constats fondamentaux quant à l inégale participation des divers ports de commerce aux courants réguliers, intraeuropéens ou non, et à la spécialisation de certains d entre eux sur des flux ou filières spécifiques : - Le choix du port n est pas uniquement dépendant du coût du pré ou postacheminement terrestre : les envois vers une même origine ne passent pas en effet nécessairement par le même port; par ailleurs, des ports plus proches géographiquement sont parfois délaissés. - Le fret attire le fret et en conséquence un nombre limité de ports (hubs tels Le Havre, Anvers et Rotterdam, ) se placent sur les courants de lignes régulières en s attachant les services d armements de lignes grâce à une massification des flux. En effet, la présence d armements et de leurs lignes régulières nécessite un certain nombre d équipements adaptés ; elle s appuie sur des prestataires logistiques diversifiés, génère un certain nombre d activités connexes qui permettent alors d offrir un service à la marchandise comparable à celui assuré par des modes réputés plus flexibles. A l inverse, nombre de ports secondaires, ne disposant pas de tous ces atouts, restent confinés dans des tâches plus banales, adaptées à la nature des ports, en particulier le passage de pondéreux destinés à l alimentation d hinterlands locaux ou régionaux.

18 «L'organisation portuaire intra continentale» rejaillit sur la capacité de nombreux ports européens à générer des courants s appuyant sur des lignes régulières. Si la question des équipements demeure 10, c est toutefois davantage l aptitude des ports à attirer et à fidéliser des armements qui importe dans la mesure où la réussite demeure souvent aléatoire, comme en témoigne divers échecs de lignes régulières de cabotage ouvertes à partir de ports français. La spécialisation des ports est un autre élément qui détermine la répartition des flux, soit par filière de marchandises, soit par origine/destination. On conçoit ainsi le rôle prépondérant des ports transmanche, et notamment du plus grand d entre eux, Calais, sur les échanges avec le Royaume-Uni; Dunkerque est spécialisé pour les secteurs en lien avec la filière métallurgique; Le Havre domine la manutention des conteneurs en France ;. Pour nombre de régions françaises (et pas seulement les plus continentalisées), on constate le rôle prépondérant de quelques ports allemands (Hambourg, Bremerhaven ) spécialisés dans les relations avec les pays de la Baltique. On constate également que la spécialisation de ces ports allemands ou du Benelux sur la Baltique (spécialisation née de leur position géographique et de l Histoire) fait que le trafic de cabotage sur ces destinations échappe, pour sa plus grande part, aux ports français. - L établissement chargeur, lorsqu il organise le pré-acheminement, délègue dans 40 % des cas l exécution de cette prestation à un commissionnaire de transport. Ce constat rejoint celui effectué précédemment sur les auxiliaires de transports quant au poids qu ils détiennent dans la chaîne logistique. Leurs choix peuvent en effet être influencés par les bénéfices qu ils sont susceptibles de réaliser selon le port passage de la marchandise. - Le destinataire de la marchandise joue un rôle prépondérant dans le choix du port de passage de la marchandise (dans 64 % des envois) alors qu il n organise le pré-acheminement que dans 41 % des cas. Ce dernier constat nous ramène à l inégale participation des différents ports sur les courants de lignes régulières : les plus établis profitent de la préférence des destinataires parce qu ils disposent d atouts (fréquence des escales, prestataires logistiques et activités connexes) qui assurent une certaine sécurité du transit et des délais d acheminement de la marchandise satisfaisants. Dans ce choix du port de passage par le destinataire 10 - Il est clair que tous les ports ne pourront être équipés pour recevoir des lignes régulières conteneurs ou ro/ro en short sea même si, comme a pu le montrer une étude des CETE Ouest et Sud Ouest sur les ports français atlantiques (Monographie sur les ports susceptibles de recevoir des caboteurs, in Pour le renouveau du cabotage sur la Façade Atlantique, CESR de l Atlantique, pp. 7 à 158, Nantes, oct. 2001), les investissements à réaliser restent envisageables pour certains d entre eux.

19 de la marchandise, la spécialisation des organismes portuaires tient également une part non négligeable. Les enquêtes chargeurs analysées font apparaître que le mode maritime, au-delà des pondéreux, reste aujourd hui peu utilisé en transport intra européen. Le mode routier reste prépondérant parce qu'il répond parfaitement aux attentes des chargeurs ; en outre la hiérarchie des places portuaires confinent de nombreux ports secondaires dans des fonctions basiques qui ne leur permettent pas de s inscrire dans des schémas de lignes régulières. La grande stabilité du choix modal, combinée au poids, à la localisation et aux intérêts des principaux auxiliaires de transport, participent également de cette situation où, malgré une certaine promotion des modes de transport alternatifs à la route, le développement de ces derniers est limitée encore aujourd hui par de nombreux freins. Les choix modaux en transport intra européen (au-delà des secteurs d activité liés «naturellement» au maritime) s opèrent aussi nettement en fonction d une situation établie (l'hégémonie de la route entraîne une certaine habitude d utilisation, une connaissance et une maîtrise relative de ce mode). Ce seront les chargeurs qui pourront faire évoluer la situation dans le sens de leur intérêt bien compris. Pour cela il importe qu'ils soient bien informés des caractéristiques de l'offre maritime et de ses avantages spécifiques. Il importera même que l'information s'effectue sur l'ensemble de la chaîne logistique intégrant un maillon maritime ; certaines étapes comme celles des ruptures de charge, peuvent constituer de réelles opportunités pour l'organisation des flux et la transformation des produits.

20 b/ Entretiens auprès de chargeurs et de transitaires Les entretiens réalisés auprès de quelques quatre grands chargeurs et deux transitaires des Pays de Loire n entraient pas dans le cadre d une véritable enquête, mais visaient à recueillir quelques informations de base sur la demande du chargeur. La présentation du projet de carte et de site Internet a constitué une forme d'interpellation. Le premier constat a été celui d un intérêt unanime pour le projet, au-delà des pratiques particulières de chacun. Tous sont en effet conscients que le développement des lignes maritimes régulières en intraeuropéen est incontournable à court ou moyen terme et que dans cet objectif, la sensibilisation des acteurs par l information doit nécessairement accompagner la volonté politique de promotion des modes alternatifs à la route. D une façon générale, les commentaires des chargeurs et transitaires rencontrés face à la thématique du développement du cabotage rejoignent ceux émis dans les nombreuses études ou rapports qui mettent en relief les contraintes et étapes nécessaires à ce développement. L intérêt de tous est réel ; toutefois la réalité économique (facteur coût notamment), la faiblesse de l offre maritime (particulièrement en France), sa complexité (aspect documentaire et perception du passage portuaire) font que les chargeurs s'y intéressent peu. Les observations suivantes expriment la position et les attentes des quelques chargeurs et transitaires rencontrés. Elles éclairent aussi sur leurs pratiques : Les chargeurs - Une utilisation quasi-exclusive du mode routier en intra européen. Cette première remarque rejoint les constats précédemment évoqués lors du recueil des enquêtes INRETS, avec les diverses raisons d'une telle utilisation (coûts, délais de livraison, flexibilité ). - Une relative méconnaissance du short sea. La précédente remarque explique en partie cet état de fait. Cependant, cette méconnaissance se doit d être nuancée du fait de la faiblesse de l offre pour les industriels des Pays de la Loire. En effet, le port autonome de Nantes-St Nazaire propose aujourd hui peu de lignes régulières intra-européennes de conteneurs et deux lignes feeder. L offre ro/ro quant à elle est limitée à la ligne Montoir-Vigo, ligne pratiquement dédiée au constructeur automobile PSA. La diffusion d'informations sur l offre existante en "short sea" envisagée à travers la publication d une carte et la mise en place d un site associé semble bien correspondre aux besoins d informations auxquelles aspirent les chargeurs.

Chapitre 2 : La logistique. Pour le commerce international, les modes de transport utilisés sont :

Chapitre 2 : La logistique. Pour le commerce international, les modes de transport utilisés sont : I) La chaine logistique internationale. A. Le concept de logistique. Chapitre 2 : La logistique. Les activités de logistique et de transport permettent de gérer l ensemble des flux de matières et de produits,

Plus en détail

Coopération entre les ports maritimes et les plateformes intérieures ( freight village )

Coopération entre les ports maritimes et les plateformes intérieures ( freight village ) Coopération entre les ports maritimes et les plateformes intérieures ( freight village ) Bruno VERGOBBI Délégué général de l UPACCIM (Union des Ports Autonomes et des Chambres de Commerce et d Industrie

Plus en détail

Quels progrès s pour l'intermodalité? Cécile Cohas Relations extérieures et innovations/vnf Lyon

Quels progrès s pour l'intermodalité? Cécile Cohas Relations extérieures et innovations/vnf Lyon Quels progrès s pour l'intermodalité? Cécile Cohas Relations extérieures et innovations/vnf Lyon PROJET DE RECHERCHE U.T.I.L.E Unité de Transport Intermodal pour une Logistique Européenne 1 - CONSTATS

Plus en détail

Avis sur investir pour la Vallée de la Seine : vers un premier contrat de plan interrégional 2015-2020

Avis sur investir pour la Vallée de la Seine : vers un premier contrat de plan interrégional 2015-2020 Décembre 2014 Avis sur investir pour la Vallée de la Seine : vers un premier contrat de plan interrégional 2015-2020 Résultat du vote : UNANIMITÉ Rapporteur : M Antoine LAFARGE Initié en 2009 sous sa forme

Plus en détail

Contrat d application 2014-2020 pour l amélioration de la compétitivité logistique IMPORT-EXPORT

Contrat d application 2014-2020 pour l amélioration de la compétitivité logistique IMPORT-EXPORT Contrat d application 2014-2020 pour l amélioration de la compétitivité logistique IMPORT-EXPORT CONTEXTE GÉNÉRAL L amélioration de la compétitivité logistique des flux import-export, en termes de développement

Plus en détail

Indicateurs de Performance Portuaire et Logistique Flux import conteneurs

Indicateurs de Performance Portuaire et Logistique Flux import conteneurs Indicateurs de Performance Portuaire et Logistique Flux import conteneurs Maîtrise d ouvrage : Contact : Valérie RAI-PUNSOLA Valerie.rai-punsola@logistique-seine-normandie.com Maîtrise d œuvre : Avec la

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTES EUROPÉENNES

COMMISSION DES COMMUNAUTES EUROPÉENNES FR Cas n IV/M.1021 - COMPAGNIE NATIONALE DE NAVIGATION / SOGELFA - CIM Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe

Plus en détail

Volet «mobilité» > PHASE3 : préfiguration et faisabilité d un pôle logistique de proximité

Volet «mobilité» > PHASE3 : préfiguration et faisabilité d un pôle logistique de proximité Etudes préalables à la création d une ZAC multisites «Vallée du Thérain» à Beauvais (60) Volet «mobilité» > PHASE3 : préfiguration et faisabilité d un pôle logistique de proximité Réunion du 7 mai 2014

Plus en détail

CONTRIBUTION AU PROJET STRATEGIQUE GPMM 2014 2018

CONTRIBUTION AU PROJET STRATEGIQUE GPMM 2014 2018 CONTRIBUTION AU PROJET STRATEGIQUE GPMM 2014 2018 Avec une ressource financière du GPMM contrainte, le projet stratégique sur les 5 années à venir doit s articuler sur le confortement des trafics existants,

Plus en détail

Logistique et transport de marchandises au Maroc : État des lieux et enjeux. Professeur Mustapha EL KHAYAT

Logistique et transport de marchandises au Maroc : État des lieux et enjeux. Professeur Mustapha EL KHAYAT Logistique et transport de marchandises au Maroc : État des lieux et enjeux. Professeur Mustapha EL KHAYAT Président de l Association Marocaine pour la logistique ( AMLOG) I- Le coût de la logistique au

Plus en détail

UNE LOGISTIQUE FIABLE POUR LE SECTEUR DE L ENERGIE ÉOLIENNE. Continuer

UNE LOGISTIQUE FIABLE POUR LE SECTEUR DE L ENERGIE ÉOLIENNE. Continuer UNE LOGISTIQUE FIABLE POUR LE SECTEUR DE L ENERGIE ÉOLIENNE Continuer Contents Sommaire Comprendre COMPRENDRE VOS BESOINS Comprendre Après avoir progressé en moyenne de 25% par an au cours de la dernière

Plus en détail

Conseil Économique et Social

Conseil Économique et Social NATIONS UNIES E Conseil Économique et Social Distr. GÉNÉRALE TRANS/WP.24/2002/7 6 février 2002 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe de

Plus en détail

Port de Limay-Porcheville. Infrastructures, Services, Multimodalité

Port de Limay-Porcheville. Infrastructures, Services, Multimodalité Port de Limay-Porcheville Infrastructures, Services, Multimodalité Port de Limay-Porcheville, plate-forme incontournable de l Ouest parisien Situé à l Ouest de Paris sur l axe Paris-Rouen-Le Havre, le

Plus en détail

Frédéric LETACQ - IDIT Attaché de Recherche Responsable Formation

Frédéric LETACQ - IDIT Attaché de Recherche Responsable Formation Frédéric LETACQ - IDIT Attaché de Recherche Responsable Formation LA COMMISSION DE TRANSPORT PRÉSENTATION Il est fréquent que les entreprises expéditrices ou destinataires se déchargent sur un professionnel

Plus en détail

Cahier des Clauses Particulières

Cahier des Clauses Particulières MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES GIE HAROPA 34, boulevard de Boisguilbert BP4075 76022 ROUEN Cedex 3 PRESTATION INTELLECTUELLE REPRESENTATION INTERNATIONALE Lot n 1 Zone géographique Mercosul

Plus en détail

Domaine du droit privé des transports. Contrat de transport

Domaine du droit privé des transports. Contrat de transport Domaine du droit privé des transports. Contrat de transport Fiche 1 Objectifs Savoir ce qu est le droit des transports. Le distinguer de contrats proches mais dont le régime juridique sera différent. Prérequis

Plus en détail

LA (LES) LOGISTIQUE (S) Qu'est-ce que c'est? Que peuvent faire les pouvoirs publics? Michel VIARDOT WP 24 CEE/ONU 17-18 mars 2008 1

LA (LES) LOGISTIQUE (S) Qu'est-ce que c'est? Que peuvent faire les pouvoirs publics? Michel VIARDOT WP 24 CEE/ONU 17-18 mars 2008 1 LA (LES) LOGISTIQUE (S) Qu'est-ce que c'est? Que peuvent faire les pouvoirs publics? Michel VIARDOT WP 24 CEE/ONU 17-18 mars 2008 1 Quatre volets - Description et périmètre de la logistique - La logistique

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

Enquête 2013-2014 sur les ressources numériques en bibliothèque publique

Enquête 2013-2014 sur les ressources numériques en bibliothèque publique Enquête 2013-2014 sur les ressources numériques en bibliothèque publique Ministère de la Culture et de la Communication Direction générale des médias et des industries culturelles Service du livre et de

Plus en détail

Tableau de Bord. Clas 1.1 Conduite d'un projet de communication

Tableau de Bord. Clas 1.1 Conduite d'un projet de communication Bande de Com! Tableau de Bord Julien Pansier PROJET Clas 1.1 Conduite d'un projet de communication 1.1.1 Prise en charge du dossier de l annonceur C11.1. S approprier la demande de l annonceur - Comprendre

Plus en détail

Guide méthodologique

Guide méthodologique Communauté d Agglomération de NIORT du GRAND NANCY PLAN DE DEPLACEMENTS URBAINS Plan de Déplacement Entreprise Guide méthodologique Septembre 2007 m u n i c i p a l i t é s e r v i c e 7 1, a v e n u e

Plus en détail

BTS Transport et Prestations Logistiques Lycée René Cassin - GONESSE

BTS Transport et Prestations Logistiques Lycée René Cassin - GONESSE BTS Transport et Prestations Logistiques Lycée René Cassin - GONESSE BTS TRANSPORT PRESTATIONS LOGISTIQUES BTS Transport et Prestations Logistiques Ce Brevet de Technicien Supérieur touche un domaine d'activités

Plus en détail

PRATIQUES ET USAGES DU NUMÉRIQUE DANS LES PME ET TPE

PRATIQUES ET USAGES DU NUMÉRIQUE DANS LES PME ET TPE PRATIQUES ET USAGES DU NUMÉRIQUE DANS LES PME ET TPE ETUDE RHÔNE Septembre 2015 CCI LYON - DIRECTION DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL ET TERRITORIAL Page 1 I CCI DDIT Page 2 I CCI DDIT ommaire Avant-propos page

Plus en détail

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL Plan : Introduction I.- Le Dialogue Social européen et son cadre La négociation européenne : - pour l entreprise - pour les partenaires sociaux Les

Plus en détail

MONITORING DE LA COMPÉTITIVITÉ DU TRANSPORT AÉRIEN SUISSE

MONITORING DE LA COMPÉTITIVITÉ DU TRANSPORT AÉRIEN SUISSE MONITORING DE LA COMPÉTITIVITÉ DU TRANSPORT AÉRIEN SUISSE 2015 Résumé Le niveau et la dynamique de développement du transport aérien suisse sont analysés et évalués dans le cadre d un vaste monitoring

Plus en détail

Supply Chain agroalimentaire mondiale

Supply Chain agroalimentaire mondiale Supply Chain agroalimentaire mondiale Pilotage d une Supply Chain agroalimentaire mondiale Hervé Ledru Directeur Supply Chain International 06 84 48 59 32 - ledru.herve@free.fr Agenda 1. Contexte et défis

Plus en détail

Synthèse du questionnaire en ligne

Synthèse du questionnaire en ligne èmes Rencontres Régionales pour la Biodiversité VENDREDI SEPTEMBRE 0 Université de Caen Basse-Normandie Amphithéâtre Oresme Vers un observatoire régional de la biodiversité en Basse-Normandie Synthèse

Plus en détail

CONSTRUCTION DU PROGRAMME OPERATIONNEL PLURIRE GIONAL PLAN RHO NE 2014-2020

CONSTRUCTION DU PROGRAMME OPERATIONNEL PLURIRE GIONAL PLAN RHO NE 2014-2020 Contribution CCI de région PACA CONSTRUCTION DU PROGRAMME OPERATIONNEL PLURIRE GIONAL PLAN RHO NE 2014-2020 Le Plan Rhône un projet de territoire intégré La CCIR PACA soutient cet outil de cohésion économique,

Plus en détail

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Directorate-General for Communication PUBLIC OPINION MONITORING UNIT Bruxelles, 28 avril 2014 Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Couverture

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation

Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation DOSSIER DE PRESSE 30 janvier 2013 Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation Dossier de presse 30 janvier 2013 Une refondation accomplie. Depuis 2010, le Conseil

Plus en détail

Les chartes de France Investissement

Les chartes de France Investissement Les chartes de France Investissement Introduction : le dispositif France Investissement Les PME les plus dynamiques ou à fort potentiel de croissance apportent une contribution essentielle au développement

Plus en détail

Problématiques et enjeux des filières portuaires sur Nantes St-Nazaire.

Problématiques et enjeux des filières portuaires sur Nantes St-Nazaire. SYNTHESE Problématiques et enjeux des filières portuaires sur Nantes St-Nazaire. Contribution de la CCI Nantes St-Nazaire. Janvier 2013 Contexte de l étude. Avec la présence de tous les grands acteurs

Plus en détail

Transport maritime courte distance

Transport maritime courte distance Transport maritime courte distance Nicole Trépanier ZIP Ville-Marie Stratégies Saint-Laurent Longueuil - 7 juin 2006 Armateurs du Saint-Laurent 19 membres actifs (transporteurs maritimes) 55 membres associés

Plus en détail

Marseille Fos & Cooperation. Mission Formation & Coopération

Marseille Fos & Cooperation. Mission Formation & Coopération Marseille Fos & Cooperation Mission Formation & Coopération Union Maritime pour la Méditerranée2011 Marseille Fos Overview & Cooperation Sommaire Le Port de Marseille Fos O O O Cooperation portuaire O

Plus en détail

Réflexion stratégique

Réflexion stratégique Réflexion stratégique Principes généraux... 2 Diagnostic des domaines d'activité... 3 La segmentation... 3 Matrice des activités... 5 Diagnostic des ressources... 8 Fondamentaux... 8 Votre diagnostic de

Plus en détail

La traduction des sites internet touristiques en langues étrangères comme outil de valorisation et de promotion des territoires aquitains

La traduction des sites internet touristiques en langues étrangères comme outil de valorisation et de promotion des territoires aquitains La traduction des sites internet touristiques en langues étrangères comme outil de valorisation et de promotion des territoires aquitains Alexandre Bertin NOTE STRATEGIQUE Note stratégique réalisée par

Plus en détail

L Essentiel des techniques du commerce international

L Essentiel des techniques du commerce international Désiré Loth L Essentiel des techniques du commerce international Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook

Plus en détail

ANNEXE 1. Présentation Les systèmes et réseaux européens d échange de données relatives au trafic maritime

ANNEXE 1. Présentation Les systèmes et réseaux européens d échange de données relatives au trafic maritime ANNEXE 1 Présentation Les systèmes et réseaux européens d échange de données relatives au trafic maritime 1. Introduction En permanence, plus de 20000 navires marchands sillonnent les mers européennes.

Plus en détail

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Cahier des charges pour la réalisation d une étude Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Sommaire Sommaire...2 Article 1 Objet du marché...3 Article 2 Contexte...3

Plus en détail

Fiscalité et tarification des poids lourds

Fiscalité et tarification des poids lourds DTT/TTR mis à jour le 18 décembre 2003 Fiscalité et tarification des poids lourds I LA TAXATION DU CARBURANT 1 - Taux de taxation du gazole 2 - Harmonisation européenne 3 - Le gazole professionnel en France

Plus en détail

C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S

C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S P r é a m b u l e Proximité Singularité de la personne Universalité du service De nombreux territoires ruraux et urbains se situent en

Plus en détail

Décryptage. c o m p r e n d r e p o u r a g i r. Le coaching en individuel ou en équipe. Alain Boureau. Septembre 2006. Les Publications du Groupe BPI

Décryptage. c o m p r e n d r e p o u r a g i r. Le coaching en individuel ou en équipe. Alain Boureau. Septembre 2006. Les Publications du Groupe BPI Décryptage c o m p r e n d r e p o u r a g i r Le coaching en individuel ou en équipe Alain Boureau Septembre 2006 Les Publications du Groupe BPI Le coaching en individuel ou en équipe Premières ressources

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB?

COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB? COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB? Lorraine Pour être efficace, un site web doit être réfléchi et en adéquation avec la stratégie de l entreprise. Cette notice présente les différentes possibilités

Plus en détail

Situation et perspectives du transport routier de marchandises et de la logistique en Allemagne

Situation et perspectives du transport routier de marchandises et de la logistique en Allemagne Transport routier international dans la région euro-méditerranéenne Situation et perspectives du transport routier de marchandises et de la logistique en Allemagne Bonn, 28 mars 2006 Deutscher Speditions-

Plus en détail

Etude OpinionWay pour Axys Consultants Les Réseaux Sociaux d Entreprise : degré d appropriation & bénéfices perçus par les utilisateurs

Etude OpinionWay pour Axys Consultants Les Réseaux Sociaux d Entreprise : degré d appropriation & bénéfices perçus par les utilisateurs Octobre 2014 Etude OpinionWay pour Axys Consultants Les Réseaux Sociaux d Entreprise : degré d appropriation & bénéfices perçus par les utilisateurs Méthodologie de l étude Étude réalisée auprès d un échantillon

Plus en détail

Transport, logistique et chaînes productives durables : des enjeux communs

Transport, logistique et chaînes productives durables : des enjeux communs Transport, logistique et chaînes productives durables : des enjeux communs Corinne Blanquart (Inrets-Splot) 1 et Valentina Carbone (Esce et Escp-Eap) 2 L utilisation des modes alternatifs de transport

Plus en détail

FILIÈRE TRANSPORT-LOGISTIQUE. Enjeux et questionnements Paroles d'acteurs. Synthèse

FILIÈRE TRANSPORT-LOGISTIQUE. Enjeux et questionnements Paroles d'acteurs. Synthèse FILIÈRE TRANSPORT-LOGISTIQUE Enjeux et questionnements Paroles d'acteurs Synthèse avril 2004 Source : Agence de développement et d'urbanisme de Lille Métropole - 2004 2 L Agence de développement et d urbanisme

Plus en détail

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM)

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) Politiques, pratiques et données statistiques sur les mineurs isolés étrangers (MIE) dans les États membres de l UE et en Norvège 1. INTRODUCTION Cette note de synthèse

Plus en détail

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi Thème : Société de la connaissance et développement socio-économique Orientation : S adapter aux changements structurels de l économie et répondre aux défis de la mondialisation Le taux de création et

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

CONVENTION CADRE NATIONALE DE PARTENARIAT SUR LA CONDUITE ACCOMPAGNÉE DES APPRENTIS DU BÂTIMENT

CONVENTION CADRE NATIONALE DE PARTENARIAT SUR LA CONDUITE ACCOMPAGNÉE DES APPRENTIS DU BÂTIMENT PREMIER MINISTRE CONVENTION CADRE NATIONALE DE PARTENARIAT SUR LA CONDUITE ACCOMPAGNÉE DES APPRENTIS DU BÂTIMENT conclue entre l'état, la Caisse Nationale d'assurance Maladie des Travailleurs Salariés

Plus en détail

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Le projet de socle de connaissances, de compétences et de culture,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Août 2000. LE PARTENAIRE TELECOMS DES ENTREPRISES page 2

DOSSIER DE PRESSE. Août 2000. LE PARTENAIRE TELECOMS DES ENTREPRISES page 2 DOSSIER DE PRESSE Août 2000 LE PARTENAIRE TELECOMS DES ENTREPRISES page 2 UNE IDEE ORIGINALE ALLIANT LE «SUR-MESURE» page 4 ET LA «REMUNERATION AU RESULTAT» UNE ACTION EN TROIS ETAPES page 6 DEUX ENTREPRENEURS

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

RESPONSABLE D UNE UNITE DE TRANSPORT ET LOGISTIQUE (Enseignement week-end) (ACMS23)

RESPONSABLE D UNE UNITE DE TRANSPORT ET LOGISTIQUE (Enseignement week-end) (ACMS23) RESPONSABLE D UNE UNITE DE TRANSPORT ET LOGISTIQUE (Enseignement week-end) (ACMS23) PUBLIC & PREREQUIS Personnes désirant acquérir, maintenir ou approfondir leurs connaissances sur le fonctionnement d

Plus en détail

C11.2 Identifier les solutions à mettre en œuvre C11.3 Préparer le cahier des charges

C11.2 Identifier les solutions à mettre en œuvre C11.3 Préparer le cahier des charges Classe de situation (3) Clas.1.1. Conduite d'un projet de F1 Mise en œuvre et suivi de projets de (3 classes de situations / 10 situations / 12 compétences) Situations (4+2+4) Compétences (6+2+4) Compétences

Plus en détail

Avril 2013 DIAGNOSTIC NUMERIQUE. Réalisé par l Office de Tourisme Andernos-les-Bains

Avril 2013 DIAGNOSTIC NUMERIQUE. Réalisé par l Office de Tourisme Andernos-les-Bains Avril 2013 DIAGNOSTIC NUMERIQUE Réalisé par l Office de Tourisme Andernos-les-Bains Sommaire Présentation...3 Matériel numérique...4 Mise à disposition de matériel numérique...4 Mise à disposition d une

Plus en détail

BEP métiers des services administratifs BREVET D'ÉTUDES PROFESSIONNELLES MÉTIERS DES SERVICES ADMINISTRATIFS

BEP métiers des services administratifs BREVET D'ÉTUDES PROFESSIONNELLES MÉTIERS DES SERVICES ADMINISTRATIFS BREVET D'ÉTUDES PROFESSIONNELLES MÉTIERS DES SERVICES ADMINISTRATIFS ANNEXE I a RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES I. APPELLATION DU DIPLÔME BEP métiers des services administratifs RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

Avis sur les Partenariats public/privé (PPP)

Avis sur les Partenariats public/privé (PPP) Avis sur les Partenariats public/privé (PPP) Document réalisé par : François Fecteau Attaché politique Sous la supervision de : David Galarneau Vice-président aux affaires externes 10 juin 2009 1-La modernisation

Plus en détail

Port de Bonneuil-sur-Marne. Infrastructures, Services, Multimodalité

Port de Bonneuil-sur-Marne. Infrastructures, Services, Multimodalité Port de Bonneuil-sur-Marne Infrastructures, Services, Multimodalité Le port de Bonneuil-sur-Marne, plate-forme stratégique de l Est parisien Situé au cœur d une zone en pleine expansion (l Est de l Ile-de-France)

Plus en détail

CONTRIBUTION GENERALE DU FORUM STRATEGIE 2014-2020

CONTRIBUTION GENERALE DU FORUM STRATEGIE 2014-2020 CONTRIBUTION GENERALE DU FORUM STRATEGIE 2014-2020 Cadre Le Forum a été sollicité officiellement à l automne 2012 pour participer à la réflexion stratégique de l Eurométropole pour la période 2014-2020.

Plus en détail

Etude sur les besoins logistiques des industriels du bassin de Lacq et des conditions de transport associés. 27 juin 2013

Etude sur les besoins logistiques des industriels du bassin de Lacq et des conditions de transport associés. 27 juin 2013 1 Etude sur les besoins logistiques des industriels du bassin de Lacq et des conditions de transport associés 27 juin 2013 1 2 CHEMPARC Nouvelle Stratégie Industrielle pour le Bassin de Lacq adoptée en

Plus en détail

WHY CONSULTING. Performance Commerciale en B2B

WHY CONSULTING. Performance Commerciale en B2B É t u d e WHY CONSULTING Performance Commerciale en B2B La performance commerciale d une entreprise est un sujet complexe qui emprunte des chemins différents selon les organisations et les marchés, car

Plus en détail

VERS UNE NOUVELLE VISION NATIONALE

VERS UNE NOUVELLE VISION NATIONALE VERS UNE NOUVELLE VISION NATIONALE Les occasions et les restrictions du Canada face au transport mondial des marchandises Rapport du Comité sénatorial permanent des transports et des communications Juin

Plus en détail

Logistique de la filière marocaine d exportation de tomates fraîches : des enjeux économiques et environnementaux

Logistique de la filière marocaine d exportation de tomates fraîches : des enjeux économiques et environnementaux L e s n o t e s d a l e r t e d u C I H E AM N 8 0 M a i 2 0 1 2 Logistique de la filière marocaine d exportation de tomates fraîches : des enjeux économiques et environnementaux Imene KELLOU Diplômée

Plus en détail

Vue aérienne de la zone sud (hôtel d'entreprises, restaurant inter entreprises au dernier plan, usine Turboméca au premier plan)

Vue aérienne de la zone sud (hôtel d'entreprises, restaurant inter entreprises au dernier plan, usine Turboméca au premier plan) Vue aérienne de la zone sud (hôtel d'entreprises, restaurant inter entreprises au dernier plan, usine Turboméca au premier plan) Le site AEROPOLIS : L'objectif d'aeropolis est de mettre à disposition du

Plus en détail

NANTES METROPOLE. Délégation de service public du réseau de transports publics urbains de voyageurs de l agglomération nantaise

NANTES METROPOLE. Délégation de service public du réseau de transports publics urbains de voyageurs de l agglomération nantaise NANTES METROPOLE Délégation de service public du réseau de transports publics urbains de voyageurs de l agglomération nantaise RAPPORT DE PRESENTATION SUR LE PRINCIPE DE LA DELEGATION DU RESEAU DE TRANSPORTS

Plus en détail

les projets d infrastructures et de services de transport en Nord-Pas de Calais

les projets d infrastructures et de services de transport en Nord-Pas de Calais les projets d infrastructures et de services de transport Au cœur de près de 80 millions de consommateurs, située à moins de 300 kilomètres de six centres économiques et décisionnels d envergure mondiale

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

Incarner un aéroport différent, à taille humaine

Incarner un aéroport différent, à taille humaine Incarner un aéroport différent, à taille humaine Notre aéroport dispose d un des plus forts potentiels de développement en Europe. Notre ambition est d incarner un aéroport différent. A taille humaine.

Plus en détail

Conseil en organisation et systèmes d information

Conseil en organisation et systèmes d information Charte Cigref - Syntec informatique Conseil en organisation et systèmes d information Avant-propos Le Cigref et Syntec informatique ont signé le 24 février 2003 une charte qui engage les deux associations

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Le cloud computing : vue d ensemble Les sociétés de services du monde entier travaillent dans un environnement en pleine

Plus en détail

Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services

Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services 1 Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services Pays Cœur de Flandre I Phase II La formulation de la stratégie Région Nord Pas de Calais Avril 2013 Région Communauté Nord Pas de

Plus en détail

La valeur présente (ou actuelle) d une annuité, si elle est constante, est donc aussi calculable par cette fonction : VA = A [(1-1/(1+k) T )/k]

La valeur présente (ou actuelle) d une annuité, si elle est constante, est donc aussi calculable par cette fonction : VA = A [(1-1/(1+k) T )/k] Evaluation de la rentabilité d un projet d investissement La décision d investir dans un quelconque projet se base principalement sur l évaluation de son intérêt économique et par conséquent, du calcul

Plus en détail

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS 23 mars 2015 Synthèse Avec plus de 12.000 évaluations

Plus en détail

Les projets d investissement en PME

Les projets d investissement en PME Le point sur Les projets d investissement en PME Concilier performance économique et conditions de travail L investissement reste un moment clé du développement d une entreprise. C est l occasion de repenser

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1419878L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1419878L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et du développement international PROJET DE LOI autorisant l approbation de l arrangement concernant les services postaux de paiement NOR : MAEJ1419878L/Bleue-1

Plus en détail

CHAPITRE 4. APPLICATION DE LA NOTION D ETABLISSEMENT STABLE

CHAPITRE 4. APPLICATION DE LA NOTION D ETABLISSEMENT STABLE COMMERCE ELECTRONIQUE ET IMPOTS @ OCDE CLARIFICATION POUR L APPLICATION DE LA DÉFINITION D ÉTABLISSEMENT STABLE DANS LE CADRE DU COMMERCE ÉLECTRONIQUE : MODIFICATIONS DES COMMENTAIRES SUR L ARTICLE 5 22

Plus en détail

Dossier de presse. Chronopost, pionnière de la livraison propre en centre ville

Dossier de presse. Chronopost, pionnière de la livraison propre en centre ville Dossier de presse Chronopost, pionnière de la livraison propre en centre ville Avril 2007 SOMMAIRE I. La problématique du Transport de Marchandises en Ville (TMV) II. Une démarche pionnière dès 1999 avec

Plus en détail

Juillet 2007. Site dédié aux technologies propres et sobres créé en 2002 par l ARIST de Bourgogne Voir : http://www.technologies-propres.

Juillet 2007. Site dédié aux technologies propres et sobres créé en 2002 par l ARIST de Bourgogne Voir : http://www.technologies-propres. Veille sur Technologie Propre et sobre Juillet 2007 Préambule Stratégiie de recherche Mots-clés utilisés - Technologie Propre et Sobre (TPS) - Meilleure Technique Disponible (MTD) - Best Avaible Technology

Plus en détail

Transport et Logistique face à la mondialisation

Transport et Logistique face à la mondialisation Commission Mobilité et Transport Transport et Logistique face à la mondialisation Cas des Produits Industrialisés CNISF le 13 janvier 2010 JC Raoul 1 Pourquoi les produits industrialisés? Une croissance

Plus en détail

Les dirigeants face à l innovation

Les dirigeants face à l innovation Les dirigeants face à l innovation Vague 2 FACD N 111164 Contact Ifop : Flore-Aline Colmet Daâge Directrice d Etudes Département Opinion et Stratégies d'entreprise flore-aline.colmet-daage@ifop.com Mai

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME)

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) Latifa ECHIHABI (Directeur Général, ANPME, 10, rue Ghandi, BP : 211, Rabat,

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION RELATIVE A LA METHODOLOGIE D ANALYSE DES AIDES D ETAT LIEES A DES COUTS ECHOUES

COMMUNICATION DE LA COMMISSION RELATIVE A LA METHODOLOGIE D ANALYSE DES AIDES D ETAT LIEES A DES COUTS ECHOUES COMMUNICATION DE LA COMMISSION RELATIVE A LA METHODOLOGIE D ANALYSE DES AIDES D ETAT LIEES A DES COUTS ECHOUES 1. INTRODUCTION La directive 96/92/CE du Parlement européen et du Conseil du 19 décembre 1996

Plus en détail

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude concernant l assurance-litige en matière de brevets, par CJA Consultants Ltd Janvier 2003 V4a.fin ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude réalisée pour la Commission européenne concernant la

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement?

La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement? La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement? La nouvelle loi organique relative aux lois de finances a été promulguée en août 2001. Deux ans plus tard, et bien que la mise en œuvre de cette

Plus en détail

Observatoire de l Eolien

Observatoire de l Eolien Observatoire de l Eolien Analyse du marché et des emplois éoliens en France Colloque France Energie Eolienne 2 octobre 2014 Editorial France Energie Eolienne, porte-parole de l éolien, regroupe les professionnels

Plus en détail

et les qualifications des chefs d entreprises

et les qualifications des chefs d entreprises Règles et conditions d accès à la profession et les qualifications des chefs d entreprises et des conducteurs professionnels Barcelone, 7 mai 2014 Blagoja Jovanovski IRU Academy Transport routier et croissance

Plus en détail

Afrique. Membre du Groupe SEA-invest

Afrique. Membre du Groupe SEA-invest Afrique Membre du Groupe SEA-invest OCEAN ATLANTIQUE DANEMARK IRLANDE Gdansk MER DU NORD Hambourg POLOGNE ROYAUME-UNI Flessingue Zeebruges Dunkerque Gand Calais Rotterdam Anvers BELGIQUE PAYS-BAS ALLEMAGNE

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 8 bis du 23 octobre 2008 C2008-68 / Lettre du ministre de l économie, de l industrie et de l emploi du 27 août

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D'ASSURANCES

FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D'ASSURANCES FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D'ASSURANCES 26, boulevard Haussmann 75311 Paris Cedex 09 Téléphone : 01 42 47 90 00 - Télécopie : 01 42 47 93 11 - Internet : http://www.ffsa.fr 12 juillet 2007 Observations

Plus en détail

JURA & TROIS-LACS CONCEPT TOURISTIQUE GLOBAL MASTERPLAN - CONDENSÉ DOCUMENT POUR CONSULTATION DÉCEMBRE 2013

JURA & TROIS-LACS CONCEPT TOURISTIQUE GLOBAL MASTERPLAN - CONDENSÉ DOCUMENT POUR CONSULTATION DÉCEMBRE 2013 JURA & TROIS-LACS CONCEPT TOURISTIQUE GLOBAL MASTERPLAN - CONDENSÉ DOCUMENT POUR CONSULTATION DÉCEMBRE 2013 1 1. INTRODUCTION Pourquoi un Masterplan et pour quoi faire? Créée en 2011, la destination Jura

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE TRANS/WP.5/2003/7/Add.4 8 juillet 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

SCHÉMA DIRECTEUR DES IMPLANTATIONS PORTUAIRES ET ACTIVITÉS DE LOISIRS DU CANAL DE L OURCQ

SCHÉMA DIRECTEUR DES IMPLANTATIONS PORTUAIRES ET ACTIVITÉS DE LOISIRS DU CANAL DE L OURCQ SCHÉMA DIRECTEUR DES IMPLANTATIONS PORTUAIRES ET ACTIVITÉS DE LOISIRS DU CANAL DE L OURCQ 1 OBJET DU SCHÉMA DIRECTEUR Une démarche partenariale du Département de la Seine-Saint-Denis, avec les collectivités

Plus en détail