L Aquitaine. Dossier. L informatique de santé en. Landes. Cybercrimes l Europe en alerte p13. Tendances Numériques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L Aquitaine. www.aecom.org. Dossier. L informatique de santé en. Landes. Cybercrimes l Europe en alerte p13. Tendances Numériques 2008-2009"

Transcription

1 L Aquitaine l Aquitaine numérique - La lettre d information d AEC - n 16 - juillet/août 2008 Dossier Tendances Numériques L informatique de santé en Aquitaine p4 Cybercrimes l Europe en alerte p13 Portrait des Landes Numériques p15 Toute l actualité d AEC est sur Blogs Rendez-Vous Abonnements Archives électroniques Vidéos

2 2LAN - N 16 - Juillet/Août 2008 Edito Bientôt les vacances Comme en 2007, la veille d AEC propose un éclaraige sur les tendances numériques pour une mise en bouche des futures vacances. Le dossier de cette lettre d information permet de naviguer autour des pratiques 2008 de nos concitoyens. Une fois encore le couple techniquesusages fonctionne au meilleur de sa forme, le symbole le plus explicite en étant l émergence de la génération Y (ou génération internet). Cette génération se définit par les personnes nées et grandies au rythme de la multiplication des écrans. UGC*, Facebook, Myspace, wikis et 3G, par exemple, font partie de leur quotidien. Ils arrivent sur le marché du travail, pensent en utilisant continuellement le net, produisent et commercent de façon immatérielle. Certains ne sont plus SUR le net, ils SONT le net, comme le rappelle Joël de Rosnay : ils transforment la société par leur attitude et sont moteurs de nouvelles pratiques dans tous les domaines. Ils sont le centre de la convergence numérique. Ces citoyens sont générateurs de modèles culturels transversaux, de zappings souvent déconcertants, de recherches hédonistes abouties, de sérieux dans la production et d empathie pour l avenir. Nous sommes au cœur des conséquences sociétales de l utilisation normale, sans contraintes, des services, des programmes, des contenus de notre société du numérique. Il nous faut gérer toutes les successives générations qui cohabitent, celles qui ont migré du livre vers les écrans, celles qui basculent vers les écrans tactiles, celles qui refusent cet univers. Depuis quelques semaines se développent en France de nombreux débats sur le modèle des Assises du numérique enclenchées par Eric Besson, secrétaire d Etat chargé du développement de l économie numérique. Il nous faut être attentifs aux propositions et aux indicateurs qui vont «modéliser» notre territoire numérique. La génération Y est séduisante et elle doit aussi composer avec ses voisines. * User Generated Content, contenu généré par les utilisateurs. Président d AEC L actu en bref... En Aquitaine Lycées interactifs Soucieux de former des jeunes Aquitains au fait des nouvelles technologies, les élus du Conseil régional ont décidé d accorder euros pour financer l achat de 141 tableaux numériques interactifs supplémentaires dans les lycées, portant le parc total régional à 366. Chez nos voisins Immersion dans la faune du futur Avec sa nouvelle attraction «Les Animaux du Futur», le Futuroscope de Poitiers (Poitou-Charentes) s engouffre dans l univers de la réalité augmentée. Il propose à ses visiteurs une immersion interactive dans la faune et la flore du futur. Equipés de jumelles et de bracelets-capteurs reliés à un dispositif de réalité augmentée, les spectateurs voient surgir virtuellement et en 3D les animaux qui pourraient peupler notre planète dans 5, 100 et même 200 millions d années. Les visiteurs agissent ainsi, de manière autonome, sur les Baboukaris, oiseaux crache-feu, argentides, fou-baleines et autres pieuvres-singes grâce à un système de géolocalisation embarqué. Carto du Bassin Le SIBA, Syndicat mixte Intercommunal du Bassin d Arcachon, a mis en ligne sur son site une cartographie interactive du Bassin présentant une mine de données pratiques et touristiques. Second Life basque Trois acteurs basques du numérique ont rejoint, début juin, l incubateur de projets innovants ouvert dans le méta-univers par l Antic (agence du numérique Pays Basque des TIC) : il s agit de l Estia (Ecole supérieure des technologies industrielles avancées), de l Institut Culturel Basque et d Euskosare (programme de la Société d Etudes Basques de mise en réseau de la communauté basque). Ils y mènent des opérations de communication et de marketing.

3 L actu en bref... En France L internet rapide pour tous Début juin, une plate-forme commune de propositions pour la couverture des territoires en haut débit a été adoptée par quatre associations de collectivités : associations des maires de France (AMF), des Départements de France (ADF), des Régions de France (ARF) et des villes et collectivités pour les communications électroniques et l audiovisuel (Avicca). Cette plate-forme décline en dix points des objectifs, principes et moyens d actions telles que l organisation d une péréquation nationale, l accès aux infrastructures et leur mutualisation, etc. Elle affirme la vocation des collectivités à définir leurs objectifs d aménagement du territoire et revendique pour cela «un cadre national adapté» et «un mécanisme de solidarité nationale». Ces propositions serviront de référence pour les travaux menés par le «Comité pour la couverture numérique du territoire», lancé également début juin par Hubert Falco, secrétaire d Etat chargé de l aménagement du territoire. Vidéo L économie numérique aquitaine au rapport L Observatoire aquitain de l économie numérique a présenté courant juin son «Rapport 2008 sur le secteur et les usages des Technologies de l Information et de la Communication en Aquitaine». Ce document est élaboré en partenariat avec AEC qui a sondé, en avril 2007, 750 TPE et 750 PME aquitaines sur leurs équipements et usages numériques. Premières conclusions, un pallier semble atteint en matière d équipements : 96% d équipement informatique, 90% de connectées et 86% de connectées à haut débit côté PME. Les chiffres sont bien plus bas pour les TPE : 61% d équipement informatique, 53% de connectées, 50% de connectées à haut débit, c est là encore un pallier. Les usages progressent cette année : 72% des salariés de TPE (+4 points) et 44% pour les PME (+5 points) utilisent quotidiennement internet au travail. 53% des PME et 36% des TPE utilisent le courrier électronique pour l envoi de devis. En parallèle de cette étude, l Echangeur Bordeaux Aquitaine établit un diagnostic financier du secteur TIC et de ses besoins en capitaux à travers l analyse des chiffres d affaires et résultats de 796 entreprises régionales (dont une large majorité de TPE). Elles affichaient en 2007 un CA de 1, 110 milliards d euros, dont 12% à l export (ce chiffre stagne par rapport à 2006). Sur les quatre dernières années, le chiffre d affaires consolidé de la filière a progressé de 14%. Entre 2003 et 2006, la valeur ajoutée moyenne des entreprises a crû de 8 points. Selon Philippe Gokelaere et Jean Talla, qui ont conduit le rapport pour l Echangeur, quelques recommandations aux acteurs de la filière s imposent : «orienter les efforts vers la recherche de nouveaux marchés, notamment à l international ; innover en développant de nouveaux concepts et services ; conforter les niveaux d investissements». Téléchargez le rapport dans son intégralité à l adresse Entretien Claude Malaison et Philippe Martin sont co-auteurs du livre Pourquoi bloguer dans un contexte d affaires? (IQ. Editions) Ouvrage collectif en dix chapitres, co-rédigé par dix auteurs, il a été réalisé sous la direction de Claude Malaison, président d Emergence Web, société de communication interactive et multimédia. Philippe Martin, fondateur de l entreprise québécoise la Fabrique de Blogs, y a apporté son expertise sur le thème «Bloguer pour être vu : le vidéoblogue». Pourquoi bloguer dans un contexte d affaires? analyse et décrypte le phénomène des blogs en tant que nouveaux outils de communication et d expression pour les entreprises. Il livre dix bonnes raisons de se lancer dans le «blogging» et offre aussi des conseils pratiques. A l occasion d une journée consacrée à ce sujet, organisée le 3 juin dernier à Bordeaux (lire également p.15), Claude Malaison et Philippe Martin ont livré à AEC leur regard sur les bouleversements à venir dans les entreprises : face à l arrivée d une nouvelle génération d employés (la Génération internet, cf p.6), elles devront adopter les outils issus du Web 2.0 et, en conséquence, accepter des changements de paradigme au profit d une organisation hiérarchique plus horizontale. Explications en vidéo sur notre site : Le blog de Philippe Martin : Le blog de Claude Malaison : 3LAN - N 16 - Juillet/Août 2008

4 Partenaires L Agence de l innovation régionale a dévoilé fin juin les premiers résultats de son opération «Informatique de santé», initiée en Etude comparative, création d une formation dédiée et lancement d un programme de recherches : le point sur ce dossier avec Hervé Dufau, responsable TIC et services aux entreprises et Jean-Yves Elie, responsable Technologies Médicales. Hervé Dufau Photo A.Gariteai Jean-Yves Elie AEC : Innovalis Aquitaine a initié en 2007 un travail de soutien du secteur aquitain de l «informatique de santé». Quels sont les besoins de cette filière? Notre opération lancée début 2007 répondait à un double constat : premièrement, grâce à notre travail de terrain mené depuis plusieurs années dans le cadre d accompagnement individuel d entreprises, nous est apparue une véritable filière régionale d entreprises spécialisées en informatique pour le monde de la santé. Une vingtaine de sociétés (dont les filiales françaises de trois leaders internationaux), représentant environ un millier d emplois, éditent des logiciels pour le monde de la santé. Deuxièmement, ces entreprises rencontraient des difficultés à recruter du personnel qualifié ayant une double compétence informatique et santé. Nous avons donc proposé une série d actions visant à conforter et à développer cette filière, notamment en vue des bouleversements annoncés dans ce secteur. AEC : Quels sont ces bouleversements et quels axes de travail préconisez-vous pour y répondre? Les bouleversements vont résulter de la convergence de deux phénomènes : d une part l accroissement du vieillissement de la population et donc du recours aux soins médicaux, d autre part d une diminution sensible de la démographie médicale. Le partage de l information entre les différents acteurs du système de santé va devenir crucial pour que ce système reste efficient tout en maîtrisant les coûts associés : les TIC seront un élément majeur de cette mutation (dossier médical personnel, télémédecine, etc.). L offre logicielle va donc profondément évoluer et la compétition industrielle va s intensifier. L un des axes du plan Hôpital 2012 vise à renforcer l informatisation des systèmes d information des établissements de soins et prévoit de débloquer 1,5 milliards d euros dans les 4 ans qui viennent pour atteindre cet objectif. De nombreux ingénieurs spécialisés et de Innovalis Aquitaine chefs de projets seront nécessaires pour déployer ces systèmes et une situation de pénurie se profile à l horizon. C est pourquoi nous avons lancé, en concertation avec les industriels, la création d une nouvelle filière de formation initiale spécialisée en informatique de santé (chef de projet en informatique de santé, niveau bac+5). Trois universités sont impliquées : Bordeaux 1 (pour les aspects sciences), Bordeaux 2 (pour les aspects santé) et Bordeaux 4 (pour les aspects gestion et droit). Ce dispositif sera certainement complété par la mise en place de formations continues. D autre part, nous démarrons un programme de recherche ayant pour objectif d évaluer le retour sur investissement de la mise en place de systèmes d information dans les établissements de santé. Les éditeurs et les maîtrises d ouvrage des établissements de santé attendent depuis plusieurs années des résultats significatifs dans ce domaine. AEC : Quelle est la position de l Aquitaine au niveau national en matière d «informatique de santé»? Nous avons lancé en septembre 2007, avec le Conseil régional d Aquitaine et le BRA, une étude ayant pour objectifs de positionner les forces et les faiblesses de la région dans ce secteur. Le verdict est clair, l Aquitaine est leader devant l Ile de France! (lire l encadré) AEC : Votre démarche de structuration, globale, associe des acteurs public et les industriels dans une logique de «Pôle de compétitivité». Est-ce la dynamique que vous souhaitez impulser? Notre démarche qui implique des acteurs publics (Conseil régional, BRA, Oséo, ), trois universités bordelaises et des industriels est plus modestement celle de la mise en place d un pôle d excellence. Outre le renforcement du pilier industriel et la construction du pilier formation, nous posons les fondations du troisième pilier : celui de la Recherche en essayant de sensibiliser plusieurs laboratoires aquitains (INRIA, LaBRI, ISPED, IMS) à cette thématique : fléchage de leurs travaux, projets inter-laboratoires, mises en relation avec les industriels, etc. Nous projetons aussi la mise en place d un dispositif de veille stratégique pour répondre à la demande des entreprises de taille moyenne. Vos contacts sur ce dossier Hervé Dufau : Jean-Yves Elie : LAN - N 16 - Juillet/Août 2008 La région leader en informatique de santé L étude réalisée début 2008 par le cabinet DMS Conseil, à la demande du Conseil régional, visait à évaluer l importance de la filière aquitaine des éditeurs de logiciel pour le monde de la santé. Avec une vingtaine d entreprises spécialisées dont des leaders internationaux (McKesson, Agfa Healthcare, Siemens, Cegedim), des PME à rayonnement national (Imagine Editions, Sigems, QSP System) et des jeunes sociétés innovantes (Web100T, KiLab, Ware Système) et près d un millier d emplois, cette étude a confirmé la première place de l Aquitaine en France, aussi bien dans le secteur hospitalier, que dans celui des cliniques ou de l ambulatoire. Parmi les préconisations de l étude pour conserver ce leadership, citons la mise en place d un projet pilote de réseau régional d imagerie médicale, une participation régionale au salon HIT 2009 et la structuration d un accueil spécialisé de nouvelles entreprises ou d entreprises délocalisées. Par ailleurs, le GIE TéléSanté Aquitaine, financé par l ARH (Agence Régionale de l Hospitalisation) et l URCAM (Union Régionale des Caisses d Assurance Maladie) Aquitaine, occupe une place particulière dans le paysage aquitain. Il gère une plateforme régionale d interopérabilité à destination des professionnels de santé et des citoyens et porte un des plus importants projets régionaux DMP (Dossier Médical Personnel).

5 Dossier Tendances Numériques Ce Dossier accompagne et complète la conférence Tendances Numériques , organisée le 24 juin, au café du musée CAPC. Il présente et décrypte les tendances émergentes dans l innovation numérique, en mettant en avant les enjeux et opportunités pour les acteurs aquitains. Textes : Oumeira Tegally, Eric Culnaert, Alexandre Bertin Sommaire : Sociologie : la société au défi des «Y» p6 Identité numérique : les «vrais gens» dans la matrice p7 Services : l informatique de plus en plus dans les nuages p8 Usages : le réseau toujours à portée de main p9 Equipement : l informatique allégée p10 Juridique : la hiérarchie chahutée p11 A suivre... : Tendances 2007 sous observation p12 5LAN - N 16 - Juillet/Août 2008

6 Dossier Sociologie. Ils sont âgés de 15 à 29 ans et évoluent dans un monde hyper connecté : les jeunes de la Génération internet laissent présager des bouleversements majeurs dans la société. Portrait en trois questions. La société au défi des «Y» 6LAN - N 16 - Juillet/Août 2008 Aquitaine Analytic n 4 paru en juin, observe et analyse les comportements des jeunes aquitains issus de la Génération internet. Cette étude, réalisée par AEC dans le cadre du Diagnostic de l Aquitaine Numérique,, est téléchargeable sur notre site : Qui sont-ils? Nés avec la société du savoir, dans une période s étirant de 1979 à 1994, les jeunes de la Génération internet (également appelée Génération Y ou Digital Natives) évoluent dans un monde où les technologies de l information et de la communication (TIC) sont omniprésentes : internet, téléphonie mobile, messagerie instantanée et blogs constituent les quatre piliers de leur vie sociale et définissent leurs rapports à l autre. Leur quotidien est empreint de virtualités, quelles soient locales (on «chatte» avec son voisin) ou mondiales (l information est accessible instantanément, d où quelle vienne). Si les membres de la Génération X sont ceux qui ont favorisé l implantation de l informatique dans la vie quotidienne, les membres de la Génération internet sont totalement immergés dans le numérique. Les services en ligne MySpace, FlickR, FaceBook ou Twitter sont autant d espaces de socialisation utilisés, au quotidien, par les jeunes de cette génération qui nourrissent ainsi une conscience collective et un sens du collectif (ils maîtrisent pas exemple leur identité numérique). Quels impacts sur la société? Le bouleversement des modes de socialisation de la Génération internet a des conséquences sur son rapport au monde. Premier effet constaté sur les formes d apprentissage : le rapport hiérarchique entre le «sachant» et l «apprenant» cède le pas à un apprentissage parcellisé, dans lequel l élève construit lui-même son savoir en utilisant au maximum les potentialités offertes par les nouvelles technologies (les espaces de travail collaboratifs Wikis, par exemple). Le professeur est alors considéré comme l élément structurant l apprentissage. L Education Nationale, qui a commencé à s adapter grâce notamment à la dématérialisation des supports de cours devra former ses professeurs à l encadrement de cette génération. Le bouleversement le plus radical qui semble pointer à court terme concerne l arrivée massive sur le marché du travail de cette Génération internet. L immersion totale de ces jeunes dans la culture numérique change radicalement leur rapport au travail et à la hiérarchie. Habitués à participer, en réseaux, à l échange d informations avec des pairs, ils ont tendance à reproduire ce modèle d organisation collaborative au sein des entreprises. Ces dernières devront rapidement revoir le modèle autrefois fondé sur la hiérarchie (patronemployé) afin de l adapter à ces nouvelles normes de communication. Déjà, certaines entreprises ont compris les enjeux liés à l arrivée de cette nouvelle génération d employés : ouverture de bureaux de recrutement dans le monde virtuel en 3D Second Life, rendez-vous éclairs de recrutement (speed recruiting) ou encore développement du «CV vidéo» qui remplacera, à terme, le CV papier classique. Les modes de consommation seront également impactés par la Génération internet : les actes d achat sont de plus en plus électroniques et on peut s attendre à une explosion du commerce en ligne dans les années à venir. De même, ils influencent grandement les décisions d achat au sein du ménage puisqu ils font aujourd hui office de consultants pour leurs parents. Là encore, le monde du marketing doit tenir compte de cette évolution des comportements, en personnalisant notamment l offre d achat dématérialisé. Une réalité en Aquitaine? En ce qui concerne les usages, les données obtenues sur l Aquitaine confirment les tendances observées par ailleurs. Les jeunes aquitains âgés de 15 à 29 ans sont beaucoup plus équipés que le reste de la population : téléphone mobile (97% en possèdent un contre 85% pour le reste de la population régionale), console de jeux (respectivement 51% contre 30%), ordinateur (84% contre 65%) et Internet (65% contre 53%) composent leur quotidien. Si l écrit occupe une place prépondérante, c est sous la forme de l oralité qu elle s exprime via l échange de sms et de la messagerie électronique. Toutefois, si cette génération semble homogène, les comportements diffèrent selon le sexe et l exclusion y est encore plus flagrante, puisque les membres des classes les plus populaires restent en marge de cette société de l immédiateté. C est sur cette frange de la population que les efforts d insertion numérique doivent dorénavant être portés.

7 Identité numérique. A mesure que la convergence numérique se recentre autour de l individu, l absence d un cadre global de gestion de l identité numérique devient plus problématique et appelle un débat de société. Les «vrais gens» au centre de la matrice Economie de la réputation Dans son premier roman, Dans la dèche au Royaume Enchanté, le blogueur emblématique Cory Doctorow, imagine notamment la fin de la monnaie, remplacée par un système d échanges fondé sur la réputation des individus, évaluée en permanence et mesurée en «Whuffie». Cette «économie de la réputation» est déjà bien réelle sur internet, notamment sur ebay dont elle fonde le modèle : chacun est invité à noter acheteurs et vendeurs en fonction de son expérience. De nombreuses places de marché adoptent ce modèle, notamment dans le registre des services à la personne : on peut citer en Aquitaine agenceservices.fr, qui met en relation les particuliers au sein d une plateforme où ils se notent les uns les autres. Tout le monde note tout le monde Les réactions des enseignants dans l affaire Note2be et celles des médecins dans l affaire Note2bib montrent que la généralisation de l économie de la réputation à une société de la réputation pose question. Plus significative encore, quoique moins remarquée, la décision d ebay de revoir son fameux système de réputation, intouché depuis sa mise en place il y a 13 ans : depuis ce mois de mai, les vendeurs ne peuvent plus poster de commentaires négatifs sur les acheteurs, le site d enchères estimant que son système est perverti par des vendeurs qui le détournent pour disqualifier des acheteurs insatisfaits. Preuve que ces systèmes dits de réputation sont tout sauf neutres et que, par ailleurs, ils produisent rarement l effet escompté. Société de la réputation Pourtant, les systèmes de notation en ligne des individus se sont multipliés ces deux dernières années : Naimz, Profilomat, Venyo, The Gorb, ikarma, TrustPlus, SoWeSay, CoWorkers (destiné à noter ses collègues de travail), etc. RapLeaf va jusqu à recueillir automatiquement des informations sur un individu en fonction des traces qu il laisse en ligne. La base de RapLeaf compte déjà 60 millions de profils il faut dire que l inscription au service s effectue automatiquement dès qu un internaute saisit votre dans le moteur de recherche Ces outils et ceux qui fleurissent sur les réseaux sociaux de type Facebook enferment les individus dans un vaste écosystème réputationnel, dont ils deviennent de plus en plus dépendants en termes d employabilité, par exemple : selon une enquête OpinionWay en 2007, 35% des recruteurs ont déjà éliminé un candidat en se basant sur les résultats d une recherche en ligne. L identité numérique en question Plus largement, c est toute la question de l identité numérique qui devient centrale à mesure que les «vrais gens» entrent dans la matrice. La médiatisation du phénomène Facebook cette année n est qu une facette de ce «web social» en cours de cristallisation. Les chiffres issus d un récent sondage Harris Interactive (avril 2008) montrent que les internautes français sont des utilisateurs multiples : 20% ont un profil sur YouTube, 43% sur Copains d avant, 17% sur MySpace, 13% sur Facebook, 7% sur Viadeo, etc. Les problématiques liées à l identité numérique ne se limitent d ailleurs pas aux questions de réputation. Olivier Iteanu, avocat à la Cour d Appel de Paris, rappelle (in L identité numérique en question) que le cadre technique d internet a été pensé en laissant de côté tout ce qui a trait aux interactions sociales. Or à mesure qu internet, téléphonie et internet mobiles se généralisent, l individu se trouve de plus en plus au centre des convergences techniques. L absence d un système d identité numérique global, qui se traduit chez les utilisateurs par un anonymat illusoire ou une identité incertaine, conduit à des dérives comme la violation de la vie privée et l usurpation d identité. Sociétés privées et modèle de société La définition même de l identité évolue au gré des usages qui se développent en ligne, comme on le constate en observant les différents projets visant à interconnecter les réseaux sociaux en assurant la portabilité des profils d un site à l autre (c est l enjeu du projet OpenSocial promu par Google, celui également de MySpace Data Availability, de Facebook Connect, ou encore de Google FriendConnect, qui entend permettre à n importe quel site d intégrer des fonctions communautaires sans écrire une seule ligne de code, données et traitements étant gérés sur les serveurs de Google) : mon identité ne se limite pas à des données qui me sont personnelles, mais s incarne également dans mon «graphe social», c est-à-dire la somme des relations que j entretiens avec autrui. L enjeu économique est clair et assez démontré par les difficultés des différents acteurs à se mettre d accord, mais l enjeu sociétal est encore insuffisamment pris en compte, à l heure où l on peut écrire comme Olivier Iteanu que «Google [est] plus fort que le casier judiciaire». Dossier LAN - N 16 - Juillet/Août

8 Dossier 8LAN - N 16 - Juillet/Août 2008 Services. Applications et même développement informatique amorcent un virage vers l externalisation et une consommation en mode service via internet. L informatique de plus en plus dans les nuages Bureautique en ligne La tendance est de plus en plus forte chez les particuliers à recourir à des services en ligne plutôt que d installer des applications sur leur ordinateur. Asus, qui vient de décider de généraliser Splashtop à ses cartes mères, suit cette tendance : ce système embarqué permet d accéder dès la mise sous tension à ses applications web favorites, sans avoir à démarrer un système d exploitation complet. On constate le phénomène depuis plusieurs années en ce qui concerne la messagerie ; les solutions de publication en ligne type blogs etc. ont contribué à étendre les usages vers les fonctions bureautiques, où l offre s est considérablement enrichie : la suite Google Documents, par exemple, intègre traitement de texte, tableur, logiciel de présentation et collaboration en ligne. Depuis trois mois, grâce à la technologie Google Gears, elle est de plus utilisable hors ligne, les données étant synchronisées à la reconnexion. Bureau en ligne Les usages ne se limitent pas à la bureautique : pour des retouches photo élémentaires, la version en ligne de Photoshop suffit. Pas besoin d encombrer son disque dur pour enregistrer son émission favorite sur la TNT : Wizzgo propose gratuitement ce service en ligne. Plus besoin non plus de savoir gérer le cycle de vie des fichiers : la Banque Populaire Lorraine Champagne propose à ses clients de sauvegarder à long terme leurs documents numérisés dans un coffre-fort numérique. Les usages individuels ne se cantonnent pas à la sphère privée, ils gagnent la sphère professionnelle et bousculent les directions informatiques qui doivent satisfaire (ou contrarier) les attentes vers un poste de travail de plus en plus externalisé. Des services toujours plus nombreux proposent d ailleurs de véritables bureaux virtuels : Jooce, EyeOS, YouOS, Ulteo, Officity, MyBoo Du logiciel au service Si les entreprises cherchent légitimement à encadrer l usage de leur informatique, elles-mêmes suivent en ce domaine la tendance à l externalisation et au recours aux services en ligne. C est ce qu on appelle désormais le SaaS (software-as-a-service : logiciel en mode service) : plutôt que de déployer en propre un logiciel, l entreprise accède via internet à un service qui assure le traitement des données (plus de licence, mais un abonnement facturé selon l utilisation, forfaitisée ou effective). Ce modèle est notamment porté par Salesforce en matière de gestion externalisée de la relation-client, mais déborde largement ce cadre : gestion comptable avec Coda, gestion de toute l activité corporative avec Broadchoice, voire gestion intégrée de l entreprise avec Business ByDesign de SAP, etc. L institut Gartner chiffrait en 2007 le marché du SaaS à plus de 5 milliards de dollars, en augmentation de 21% par rapport à l année précédente, et tablait sur le double à l horizon Service informatique en ligne Les développements informatiques des entreprises intègrent d ailleurs de plus en plus l externalisation totale ou partielle d un certain nombre de traitements, et multiplient les passerelles (SOA, architecture orientée services). Dans certaines offres, c est toute l informatique qui est externalisée : on parle de PaaS (platform-as-a-service) ou encore d informatique dans les nuages (cloud computing). HP, Sun, Amazon, Salesforce et maintenant Google proposent la location d environnements complets intégrant capacité de stockage, bases de données et briques logicielles permettant aux développeurs de déployer des applications très rapidement sans investir dans leur propres serveurs. Autre avantage : la montée en charge des applications est gérée à la volée chez le prestataire grâce à des technologies désormais matures comme la virtualisation, ce qui permet notamment de lisser les investissements. App Engine, le service de Google, est par exemple gratuit en dessous de 500 Mo de données et de 15 millions de pages vues, puis facturé en fonction de la bande passante et du temps processeur mobilisé il annonce une file d attente de développeurs Informatique dissoute Malgré la réticence des entreprises à externaliser données et traitements, l enjeu économique est réel : Google et Salesforce se rapprochent, tandis que Microsoft lance Dynamics CRM Online pour les contrecarrer. Mieux, Microsoft installe nouveaux serveurs chaque mois pour proposer des services de type PaaS et même l outsourcing des boîtes à lettres Exchange, pourtant une source de revenus historique pour la firme de Redmond et son écosystème de revendeurs. Pour reprendre l image de Joël De Rosnay, l informatique, après avoir envahi les foyers et les environnements de travail avec le personnal computer, entame son prochain cycle : déportée sur internet, elle va se dissoudre dans l environnement.

9 Usages. Premiers forfaits données illimités, essor de la 3G, nouveaux terminaux : 2008 sera-t-elle l année du décollage tant attendu de l internet mobile? Le réseau toujours à portée de main Des forfaits «illimités» chez tous les opérateurs La démocratisation de l accès internet et la généralisation des usages se sont faites par étapes : après la facturation au volume ou au temps de connexion sont apparus les premiers forfaits, puis des forfaits illimités, avec une transition conjointe vers le haut débit et la connexion permanente. L internet mobile semble avoir atteint en 2008, à son tour, un point de basculement. L arrivée sur le marché français des forfaits illimités y est pour beaucoup ; les Illimythics de SFR, lancés fin 2007, ont séduit plus de clients en quelques semaines, tous les opérateurs mobiles ont à leur tour proposé des forfaits internet (plus ou moins) illimités, rejoints ensuite par Neuf Telecom. Au Japon, où ce type d offre est apparu dès 2004, 9 Japonais sur 10 sont aujourd hui mobinautes. Les forfaits illimités dopent également les usages : en France, 50 % des mobinautes souscripteurs d un forfait illimité se connectent au moins une fois par jour, selon l étude «Internet mobile en 2008 : usages et comportements» de l AFMM et Ipsos Média (avril 2008). Les terminaux se perfectionnent Les terminaux «internet mobile» progressent et se diversifient. Apple a créé l événement médiatique avec son iphone, mais ce marché est bien plus vaste, et selon ABI Research promis à un bel avenir : de 3,5 millions d unités en circulation aujourd hui, on devrait passer d ici 5 ans à plus de 90 millions. Parmi les terminaux mobiles destinés à une utilisation connectée, outre les «super-téléphones» du type iphone, on peut citer la tablette de lecture Kindle d Amazon, qui a connu un réel succès sur le marché américain où elle proposée avec un abonnement internet mobile (en France, Orange explore également cette voie), les ultraportables commercialisés en complément d une clé 3G (voir p. 10), ou encore les futurs baladeurs multimédias d Archos qui intègreront d ici fin 2008 la connectivité 3G+ de SFR ; le constructeur de GPS Garmin a également retenu cet axe de développement. En ce qui concerne les mobiles, l étude Forrester «European Mobile Forecast : 2008 to 2013» indique que les ventes de terminaux 3G/3G+ dépasseront celles des combinés GSM/GPRS en 2010 ; en 2013, 1 utilisateur sur 4 possédera un téléphone compatible. Les débits mobiles augmentent Parallèlement, les réseaux montent en gamme, ce qui contribue au confort d utilisation et à la richesse des services. Un rapport du cabinet d étude Juniper Research, qui table sur 1,2 milliards d abonnés mobiles haut débit d ici 2012, prévoit que 70% d entre eux utiliseront une version gonflée de la 3G d ici là. En France, après Orange, SFR s apprête à déployer la technologie HSUPA sur son réseau 3G ; celle-ci permet des débits montants augmentés et réduit notablement les temps de réponse. Si plusieurs normes s affrontent, la 4G est en vue, de même que le passage à des architectures tout IP pour encaisser une croissance exponentielle des flux de données sur les réseaux mobiles : selon Heavy Readings, ils auraient été multipliés par 8 entre 2006 et Une tendance que renforce celle à la consommation sur mobile de l internet «global» et non des versions mobiles plus légères. ABI Research prédit d ailleurs une multiplication par 10 des navigateurs dits ouverts (destinés à une consultation sur mobile de l internet global) sur les cinq ans à venir : près de 700 millions de téléphones portables seront équipés en 2013, contre 70 millions estimés en Du flou dans les chiffres La croissance des volumes de données corrobore celle des usages : selon Médiamétrie, 1 Français de 11 ans et plus sur 5 (11 millions de personnes) a consulté internet via mobile au cours du dernier mois sur le dernier trimestre Ipsos Media pour l AFMM avance des chiffres convergents : 25% des possesseurs de mobiles âgés de 15 à 50 ans sont mobinautes, une proportion qui monte à 48% pour les possesseurs de mobiles 3G. Des chiffres qui devraient continuer à croître, selon Forrester : 125 millions d Européens (soit 38% des possesseurs de mobile) accèderont régulièrement au web depuis leur téléphone portable en 2013, soit trois fois le nombre actuel. Reste que les chiffres demeurent toujours aussi difficiles à vérifier : pour l Idate, seulement 10% des Français utiliseraient déjà l internet mobile (22% chez les ans). Un chiffre qui correspond aux 10,8% pointés par le Diagnostic en Aquitaine cette année. Dossier 9LAN - N 16 - Juillet/Août 2008

10 Dossier LAN - N 16 - Juillet/Août Equipement. Le succès des EEE-PC et autres ultraportables à bas prix déstabilise un marché informatique aux marges déjà réduites et engagé dans une course en avant vers toujours plus de puissance. L informatique allégée Prix et course à la puissance L industrie informatique a érigé en dogme économique la fameuse pseudo-loi de Moore énoncée en 1975, selon laquelle la quantité de transistors sur une puce doublerait, à surface équivalente, tous les deux ans. Elle en tire la justification marketing du maintien d un niveau de prix constant ou presque : les standards en entrée de gamme s établissent désormais aux alentours de 500 euros pour un PC et de 1000 euros pour un portable. Selon des chiffres Gartner pour la France, en 2007 les ventes d ordinateurs portables ont dépassé celles de machines de bureau mais sur ce créneau, également, la course à la puissance demeure l argument commercial par excellence, secondé par la course à la miniaturisation. La fin d un mythe marketing? Le succès inattendu des ultraportables à bas prix cette année renverse cet argumentaire et ouvre la voie à une informatique frugale : l EEE-PC commercialisé par Asus, fin 2007, a en effet donné naissance à un nouveau segment de marché. Vendu 299 euros, le premier modèle de la série EEE-PC avance des caractéristiques en rupture : processeur «démodé», faible quantité de mémoire vive, espace de stockage dérisoire (4 ou 8 Go), écran de 7 pouces seulement. Autre point qui ne destinait pas la machine à un succès grand public, elle est d abord proposée avec un système d exploitation libre, Linux. Le fabricant taïwanais ne comptait d ailleurs écouler que unités sur le dernier trimestre Il s en est vendu Début mai 2008, Asus revendiquait un million d unités écoulées et annonçait tabler sur 5 millions d ici la fin de l année, voire 10 millions selon les dernières estimations. Succès surprise et grand public A la même date, le cabinet d études IDC prédisait que les ultraportables resteraient confinés à un marché de niche, les ventes n atteignant pas 9 millions d unités (soit 5% du marché PC grand public) avant Au vu de la multiplication des concurrents du EEE-PC, on peut parier que ce seuil sera franchi bien plus tôt : Intel, MSI, HP, Dell, Medion, ECS, Everex, Packard Bell, Surcouf... tous ont, en catastrophe, ajouté à leur catalogue un ultraportable à bas prix ou s apprêtent à le faire, établissant de fait une nouvelle norme psychologique, avec des machines légères (moins de 1 kg), très peu encombrantes, vendues moins de 400 euros Acer à lui seul ambitionne de vendre 6,5 millions d unités sur le second semestre Autre signe que le marché de l informatique est en train de bouger, Internity et The Phone House emboîtent le pas de SFR qui, le premier, avait proposé de subventionner l achat d un EEE-PC pour les souscripteurs d un abonnement 3G, sur le modèle de ce qui se pratique en matière de téléphone mobile (les ventes couplées à un abonnement représentent un peu moins de la moitié des ventes d ultraportables en France à ce jour). Le marché va devoir s adapter Intel, qui porte ses efforts depuis des années sur la course à la puissance, a dû accélérer la sortie des processeurs Atom visant un faible coût et une consommation minimale, de manière à ne pas se laisser distancer sur ce créneau par le spécialiste VIA. Microsoft a dû prolonger la durée de vie de Windows XP jusqu en 2010 au moins sur le secteur des ultraportables, des machines incapables de faire tourner Vista. Une licence spécifique est même élaborée, ramenant Windows XP aux alentours de 30 dollars sur ce type de machines. Il y a là pour Microsoft un signe inquiétant qui dépasse les difficultés propres de Vista : sa suite bureautique Office, sans cesse plus volumineuse et gourmande en ressources, s inscrit dans cette logique de puissance contredite par le succès des ultraportables, clairement orientés vers les applications web (voir p.8). La connexion avant la puissance Ces succès signifient qu il existe une place pour des machines aux fonctions limitées mais correspondant à l essentiel des usages grand public : bureautique, messagerie, internet, connexion aux services en ligne. Asus a bien compris que les usages cantonnent à des moments bien spécifiques le besoin d une capacité informatique massive justifiant d attendre parfois plusieurs minutes qu un ordinateur ait fini de démarrer : ses cartes mères embarqueront désormais un système d exploitation allégé permettant de lancer ces applications dès la mise sous tension, sans avoir à démarrer un Windows. Machine d appoint qui suit l utilisateur à la fois dans ses déplacements et dans ses usages, l EEE-PC préfigure une informatique qui se généralise au point de devenir de plus en plus transparente, voire invisible. Stockage, capacité de calcul et même logiciels étant de plus en plus externalisés vers le réseau.

11 Juridique. Les TIC modifient les valeurs de l entreprise et ébranlent le pouvoir de contrôle de l employeur sur ses salariés. La hiérarchie chahutée Le code du travail et la jurisprudence distinguent la sphère professionnelle de la sphère personnelle du salarié. Cependant, l arrivée des technologies de l information et de la communication (TIC) dans l environnement du travail a entraîné une interpénétration des deux sphères : les activités personnelles entrent sur le lieu de travail et les activités professionnelles s immiscent dans la sphère personnelle. La notion de temps de travail, de moins en moins pertinente pour évaluer les tâches réellement effectuées, est remise en cause. Le pouvoir de contrôle de l employeur sur le salarié en est ébranlé, tout comme le fragilise l émergence des réseaux professionnels et des réseaux d entreprises. Face à ces évolutions, les employeurs cherchent à maintenir le lien de subordination par la cybersurveillance. TIC et nouvelles pratiques Les TIC dans l entreprise permettent à l employé de ne plus être sous le contrôle constant de son supérieur. Il est difficile pour l employeur de différencier parmi les heures passées sur l ordinateur, le temps consacré à des fins personnelles et le temps consacré à la réalisation des missions confiées. Les outils technologiques désormais incontournables sur le lieu de travail permettent au salarié de consulter à n importe quel moment des sites non professionnels, d utiliser une messagerie électronique, de se rendre sur son blog ou sur des réseaux sociaux ou forums de discussion sur lesquels il peut divulguer des informations concernant l entreprise, exprimer des opinions personnelles au nom de l entreprise voire publier des propos diffamatoires. Le courrier électronique aide à diminuer l écart entre le salarié et ses supérieurs, il est utilisé comme aplatisseur de hiérarchie, son usage créé un lien direct avec ses supérieurs, «court-circuitant» les formalités de prise de contact. Réseaux d entreprises et réseaux pros L entreprise centralisée cède la place à des réseaux d entreprises baptisés aussi écosystèmes numériques d entreprises. Au sein de cet écosystème, l employé dépend de l activité des autres entreprises en n étant juridiquement lié qu à l une d entre elles. Le salarié participe au travail collaboratif réalisé par cet ensemble d entreprises et les ordres et directives n émanent pas uniquement de son employeur. Les écosystèmes d entreprises existants n ont pas de statut juridique. Il serait dans l intérêt des salariés que ces groupements Web 1.0 : travailler Pour aient une identité sociale et que le salarié puisse avoir un contrat le liant avec le réseau au sein duquel il collabore. L employé peut aussi être à l initiative du travail en réseau : la collaboration gratuite à des tâches de travail est devenue une pratique courante. Ainsi, l employé est membre de réseaux sociaux et professionnels, il a sa propre liste de contacts et peut faire appel à leur expertise lors de l accomplissement des tâches confiées par l employeur. Pour comprendre l ampleur de cette pratique, il suffit de jeter un œil aux forums thématiques d un réseau professionnel comme LinkedIn, qui comprend un forum juridique rempli de questions et de modèles de clauses contractuelles en réponse. Là encore, la maîtrise du travail de l employé par le supérieur est difficile à mettre en œuvre. L employeur aura de plus en plus de mal à garantir la confidentialité sur les activités de son entreprise, à s assurer de la fiabilité et de la qualité du travail rendu et du respect de l obligation de réserve de ses employés. Le maintien du lien de subordination Face à ces pratiques sophistiquées, les employeurs sont nombreux à mettre en place la cybersurveillance des salariés. Une jurisprudence abondante sur la cybersurveillance des salariés a attiré l attention sur le droit d accès de l employeur aux données des salariés, face au droit de ceux-ci à un espace privé sur leur lieu de travail. La CNIL évoque les «contremaîtres» électroniques (badges par exemple) qui veillent à la localisation physique de l employé et les «contremaîtres» virtuels permettant la surveillance en ligne de celui-ci. Si l employeur a le droit de surveiller l usage des outils mis à disposition du salarié, cette surveillance doit être conforme au respect du droit à la vie privée et à la loi Informatique et Libertés du 6 janvier Ainsi, le salarié devra être informé de tout dispositif de contrôle, tout oubli d information préalable rendrait les résultats du contrôle inopposables au salarié. En dépit des efforts fournis par les employeurs, on peut prévoir la multiplication des contentieux devant les Prud hommes notamment sur l usage abusif d internet à des fins personnelles, le non respect des clauses de confidentialité et du devoir de réserve. Web 2.0 : travailler Avec LAN - N 16 - Juillet/Août 2008 Dossier Le lien de subordination et l exécution d un travail en contrepartie d une rémunération sont les deux critères permettant de qualifier le contrat de travail. En acceptant les termes de son contrat de travail, l employé s engage à consacrer ses compétences à son employeur et accepte de se placer sous sa subordination. 11

12 Dossier LAN - N 16 - Juillet/Août A suivre... Retour sur quatre sujets émergents présentés en 2007 lors de la journée Tendances Numériques. Tendances sous observation L économie de l intention Le concept d économie de l intention pointé par les Tendances 2007 fait son apparition chez un nombre croissant d auteurs. Dernier en date, Dominique Annet, dans Web & Dirigeants (éd. EdiPro), y voit un élément distinctif de l évolution du marketing en ligne : «L économie dite «économie de l attention» qui met en avant l offre, qui montre les produits, qui sature le marché avec l offre, bref le principe de publicité dans sa vision classique, est sur son déclin. «L économie de l intention» prend le relais. Il s agit de rendre public une demande et de laisser le marché jouer pour obtenir le produit. L acheteur prend la main sur le vendeur ; c est l acheteur (la demande) qui va à la rencontre du vendeur (l offre). L industrialisation du processus grâce à l internet amène l animation de marché (déjà mis en pratique par le marché de l immobilier il y a dix ans) à se faire sur la toile [ ] La vente proactive est en train de disparaître au profit d une vente réactive. Le site internet en particulier sera donc de plus en plus déterminant.» Reste que la théorie est devenue impossible à vérifier sur le terrain de l immobilier, bouleversé en profondeur par la crise des subprimes. Acheter, une compétence TIC Il se confirme en tout cas que la compétence TIC est de plus en plus mobilisée par l acte d achat. Le baromètre annuel du cabinet Guy Raffour constate en 2008 la croissance continue du etourisme malgré une activité touristique en voie de constriction : «le etourisme s apparente de plus en plus à un système «expert» qui optimise l adéquation entre le budget disponible et les offres.» La remarque prend un sens particulier au moment où le pouvoir d achat est au cœur de nombreux débats. Suite à un sondage en ligne, le Journal du Net constatait récemment que malgré l offre pléthorique en matière de comparateurs en ligne du prix de l essence (Zagaz. com, Prixcarburant.com, Carbeo.com, Carburantmalin. com, Francecarburants.org, Prix-carburants.gouv, Monplein.com), ses lecteurs pourtant technophiles n étaient que 38,3 % à y avoir recours (22,7 % de façon répétée et 15,6% une seule fois). Fait significatif, 13,7 % des répondants déclaraient que si le prix des carburants continuait d augmenter, ils finiraient eux aussi par consulter les comparateurs. Raison de plus de se féliciter de l initiative des comparateurs de prix (tous secteurs confondus) de se doter d une charte de déontologie en réponse aux attentes formulées par Eric Besson dans le cadre des Assises du numérique. Widgets et publicité en ligne La mode naissante en 2007 des widgets s est depuis confirmée au point que la page «branchée» du magazine Elle leur a récemment été consacrée. Ces petits outils créant un canal privilégié entre le bureau d ordinateur de l utilisateur connecté et un émetteur d informations ultra-ciblées a même donné naissance au widget marketing, auquel le Journal du Net, encore lui, a consacré il y a peu tout un dossier. D une manière plus générale, la très bonne santé de la pub en ligne dont on observait l essor foudroyant l an dernier se confirme. Les 4 ténors mondiaux de la publicité (Omnicom, WPP, Publicis et Interpublic) ont tiré 12,3% de leurs revenus 2007 du numérique, observe Advertising Age, et c est au numérique que le secteur doit sa croissance de 8,6% malgré un marché publicitaire tiède. La 3D sur GPS Du côté des objets technologiques, le GPS confirme son envolée. Il se dote de fonctions et surtout d interfaces toujours plus évoluées, avec une arrivée remarquable de la 3D pour proposer une navigation en image de synthèse reposant sur un affichage très fidèle de l environnement et de la route. Vient par exemple de sortir le Navigon 8110, dont la fonction Panorama View 3D facilite l orientation du conducteur en reconstituant fidèlement sur la carte le relief, les ponts et tunnels tout au long de la route. L objectif à terme de ces évolutions est un guidage avec des photos du terrain 100% réalistes, que vise par exemple le projet de plateforme Navipix. Google, comme Microsoft, travaillent également à la transposition de leurs services de cartographie 3D sur les GPS automobiles. Plus largement, c est tout le marché des é q u i p e m e n t s informatiques automobiles qui semble promis à un décollage imminent.

13 Europe Cybercriminalité : le nouveau défi des Etats Les attaques contre les systèmes d information de l Estonie, en 2007, ont mis en lumière la vulnérabilité des Etats face à des activités sophistiquées, organisées et internationalisées. Le pays a été désigné pour accueillir un centre de recherche de l OTAN sur la cyberdéfense et de formation sur la guerre électronique. En 2007, l Estonie était victime d une cyber-attaque massive dirigée contre les sites internet et messageries électroniques des institutions gouvernementales, les sites internet des banques et ceux des principaux sites d information. Trois ans plus tôt, en juillet 2004, le pays s engageait dans le cadre d une convention européenne aux côtés de l Albanie, la Croatie, la Hongrie et la Lituanie pour tenter de répondre aux défis de la criminalité informatique. Ce texte visait à faciliter la coordination et la coopération des acteurs, élaborer une politique européenne cohérente de lutte contre la cybercriminalité et sensibiliser sur ses coûts et dangers. Principaux freins constatés dans la mise en oeuvre d un plan d action : difficultés dans la détermination des juridictions compétentes et la loi applicable en la matière, dans l exécution transfrontalière des décisions et pour la validité et l utilisation de la preuve électronique. Depuis cette convention, l Estonie a été désignée pour accueillir un centre de recherche et de formation sur la cyber-défense et la guerre électronique, homologué par l OTAN et co-financé par plusieurs pays. Ce centre d excellence sur l e-crime était présenté lors de la conférence annuelle de l Association des régions européennes de la société de l information à laquelle participait AEC, du 11 au 14 juin, à Cardiff (Angleterre). A cette occasion, Silver Meikar, membre du Parlement estonien, a fait part de ses préoccupations sur les cybers menaces qui guettent les Etats et les entreprises. Propos recueillis par Oumeira Tegally, juriste à AEC. AEC : Comment l Estonie a-t-elle réagi face à cette attaque? Silver Meikar : L Estonie n a pas le cadre juridique adéquat pour faire face à une cyberattaque de grande ampleur. Nous avions fait face auparavant à des attaques mineures. Là, il s agissait d une attaque de masse visant les partis politiques, les institutions Silver Meikar, du Parlement estonien étatiques ainsi que les messageries électroniques du gouvernement, les principaux portails d information, les serveurs et les banques. AEC : Qui, selon vous, pourrait être à l origine d une telle attaque? S.M : De nombreuses hypothèses ont été évoquées : des hacktivists contestant le déplacement de la statue de bronze d un héros de l armée soviétique symbolisant la libération de l Estonie en 1944, des terroristes cherchant à déstabiliser et effrayer la population, des criminels profitant de la couverture des attaques pour extorquer des fonds à des entreprises, des espions s invitant dans les systèmes d informations du gouvernement pour y soustraire des informations et y laisser une porte ouverte à des intrusions ultérieures ( back door ) ou encore des experts qui ont voulu mettre à l épreuve la robustesse des infrastructures essentielles de l Etat pour la mise en place de scénarios d attaques futures. Nous sommes dans l ère de la cyber-sécurité, il pèse sur tous les Etats une menace asymétrique permettant l atteinte à des infrastructures sensibles à partir d une zone géographique très éloignée. Tout pays utilisant des systèmes d information s expose à la cyber-menace. L utilisation malveillante de l internet et les incidents de cyber-crimes augmentent alors qu il manque des accords internationaux dans ce domaine. AEC : Quelle est désormais la stratégie de cyber-sécurité envisagée par l Estonie? S.M : Il s agit, dans un premier temps de réduire le plus possible la vulnérabilité de notre cyber-espace et de protéger les infrastructures d information essentielles. Ensuite, nous travaillerons vers l amélioration des mécanismes de coordination interdépartementale vers la prévention, la réactivité et la rapidité de reprise d activités. Il faudra parallèlement renforcer le dispositif juridique pour soutenir les objectifs de la stratégie de cyber-sécurité, sensibiliser la population à cette stratégie et développer la coopération internationale. AEC : Quelles sont les actions à mener à l échelle internationale? S.M : Les Etats doivent s accorder sur la pénalisation des usages abusifs des systèmes d information. Nous allons rédiger une loi sur la cyber-sécurité qui sera une référence pour d autres pays. Nous allons aussi promouvoir la signature et la ratification de la Convention européenne sur la cybercriminalité. Par ailleurs, nous nous engagerons activement auprès d organisations internationales pour renforcer la règlementation internationale pour la sécurisation du cyber-espace. De manière générale, nous proposons que le cyber-espace d un pays indépendant soit reconnu au même titre que ses autres espaces comme le territoire et l espace aérien. Une attaque contre le cyber-espace est une atteinte à la souveraineté, donc une question de sécurité nationale. Il sera nécessaire de s accorder sur une définition juridique commune de la cyber-guerre et d autres termes liés (cyber attaque, cyber-espace, cyber-défense, etc.). LAN - N 16 - Juillet/Août

14 Mission d étude Innovations et services numériques : les nouveaux Conquistadores Démonstration de la technologie NFC par Manuel Berlanga (EMT, société de transport public de Malaga) et Jose Manuel Ortiz (Orange Lab) L Espagne, dont la volonté de modernisation est forte, a le souci d appartenir à une «Europe nouvelle». Les TIC jouent un rôle de catalyseur et de révélateur de cette évolution. La mission d étude, co-dirigée courant mai par l Idate et AEC pour le compte de la Direction régionale des Collectivités Locales d Orange, visait à analyser le développement des services numériques innovants dans les deux principales villes du pays : Barcelone et Madrid. LAN - N 16 - Juillet/Août Barcelone, la ville numérique Barcelone, métropole européenne majeure, est imprégnée de technologies et de services de communication avancés. Les institutions publiques, la Ville comme la Generalitat (le Gouvernement de Catalogne) en tête, ont érigé l internet en outil d intermédiation et de gouvernance. Les investissements pour cette dernière pèsent 20 millions d euros sur Les nombreuses structures d innovation ne sont pas en reste et affirment, comme le Fundació Barcelona Media, que le secteur rapporte aujourd hui plus d argent qu il n en coûte. Autre leitmotiv, entendu à plusieurs reprises, la notion de «talents» (au sens de compétences) que possède le territoire et que les acteurs s efforcent de conserver et de valoriser. Ainsi, le Directeur Général pour la Société de l information au sein du gouvernement catalan, Josué Sallent, n a cessé de marteler à la délégation menée par AEC et l Idate que si les TIC sont une ressource contribuant à l équilibre territorial, elles ne bénéficient pas seulement à la capitale mais à toutes les villes, plus modestes, de Catalogne. La ville de Barcelone est tout aussi pragmatique. Son portail, qui renvoie à lui seul à plus de 150 sites web traitant des différents thèmes et services municipaux, est passé à une autre priorité : la proximité et la qualité des services rendus aux citoyens, notamment pour favoriser l e-inclusion. Pour exemple, ces quelques services innovants : Le paiement sans contact à Malaga La ville de Malaga et son opérateur, EMT, qui gère les transports publics, ont été précurseurs sur le domaine des technologies innovantes visant à faciliter la mobilité du citoyen en transports collectifs. La dernière innovation est basée sur une solution de paiement de titre de transport par mobile avec la technologie sans contact NFC (Near Field Communication). Cette technologie, mise au point par Orange, devrait être testée dans les mois à venir à Bordeaux. En pratique, l usager achète un crédit de transport, en connectant sa carte de crédit au service de paiement Mobipay, via son téléphone portable. Il saisit sa carte de crédit dans son portable et ensuite réalise la transaction via une authentification et un mot de passe, le tout sécurisé. Le portable est ensuite crédité par Mobipay et l usager peut alors engager la transaction en présentant le portable à portée des bornes présentes dans le bus. - Un portail de transaction entre les citoyens et la mairie : paiement des taxes en ligne, obtention du titre de propriété via un certificat numérique placé dans une clé USB et attribué à chaque citoyen. Création d un portail dédié aux entreprises pour les démarches spécifiques avec la mairie. - Utilisation des PDA par la Guardia municipale pour l envoi de photos concernant les problèmes de voirie ou l établissement de PV, payables par téléphone mobile. Pour le citoyen, le PDA permet le dépôt de plaintes ou le signalement de faits dans la ville. - A noter que des «kiosques» permettent également de lire la Carte d Identité papier afin que les citoyens puissent faire des transactions sécurisées avec l administration. A Madrid, l émergence d une stratégie TIC A Madrid, la mise en place des TIC comme outils de modernisation de l administration, au niveau étatique, est complexe et plus récente. Quelques exemples : Le Ministère des Administrations Publiques accorde désormais au citoyen trois droits fondamentaux : - Choisir le moyen par lequel il aura accès à l information, soit par le biais d internet soit via le téléphone ou un autre média ; - L identification numérique et la généralisation de la carte d identité électronique (aujourd hui 2 millions de détenteurs) d ici la mi-2009, qui permettra de s identifier dans toute transaction avec l administration ; - Le droit de ne pas présenter les documents habituellement demandés par l administration. Ils sont, à 80%, déjà en sa possession. Le Ministère de l Industrie, du tourisme et du Commerce, affiche des initiatives intéressantes à l attention des entreprises : - Prêts accordés pour l acquisition des ordinateurs ou le financement du haut débit afin de favoriser le commerce électronique chez les PME ; - Le programme NEW pour ne laisser aucune entreprise sans un site web grâce à des prêts à 0% et des subventions. A souligner également l expérience de démocratie participative de la Ville de Madrid, une procédure ancienne mais originale : le vote électronique dans la consultation des citoyens sur un ou plusieurs Districts de la capitale a été testé, avec également une introduction du vote par téléphone mobile. Clairement, les résultats sont encore faibles (entre 2 et 3%) et de nombreux facteurs restent à régler : moyens, thèmes de consultation, information Mais le principe séduit des catégories de population qui se réapproprient le processus de décision.

15 Actus AEC Diagnostic de l Aquitaine Numérique AEC et l Agence landaise pour l informatique ont réuni, début juin, des représentants de communes des Landes pour un vote électronique inédit. Portrait numérique en temps réel Des résultats personnalisés grâce au boîtier de vote électronique nominal Dordogne : information sur les fonds européens AEC l Etat et la Région organisaient une journée d information sur les opportunités de financements européens pour les projets numériques (Axe 2 du Feder), le 19 juin, à la préfecture de Périgueux. Elle réunissait une quarantaine de participants dont 80% de TPE-PME. Des réunions similaires seront programmées prochainement dans les autres départements aquitains. Renseignements : C est une première en Aquitaine. Ludique, interactive et instructive, l opération de vote électronique organisée par AEC et l Agence landaise pour l informatique (Alpi), le 2 juin dernier, dans le cadre du Diagnostic de l Aquitaine Numérique 2008, a réuni une cinquantaine de participants au sein de la Maison des communes de Mont-de-Marsan. Equipés d un boîtier de vote électronique nominal, les représentants des communes landaises - élus, directeur des services, techniciens informatiques ou secrétaires de mairie - ont été interrogés sur leurs équipements et usages en matière de technologies d information et de communication. Pendant près de deux heures, 90 questions leur ont été posées sur des sujets tels que la connectivité dans leur commune, l impact économique d internet sur le territoire, les contenus des sites internet communaux, les services en ligne, la relation avec les administrés ou encore l utilisation des services web. Forces et faiblesses à l écran Magie du moment, les réponses s affichaient en direct à l écran, établissant ainsi un premier portrait (forcément partiel, les Landes comptent 330 communes) des forces et faiblesses du département en matière numérique. L occasion pour Alexandre Bertin, statisticien à AEC, d apporter des analyses comparatives grâce à des données collectées sur les mêmes thèmes dans d autres départements de la région. L habituel questionnaire papier envoyé dans le cadre du Diagnostic de l Aquitaine Numérique, établi par AEC depuis 8 ans, sera envoyé aux communes n ayant pas répondu à l appel du vote électronique. Il viendra compléter les chiffres de cette expérimentation. Mais déjà, les premières tendances se confirment : bon point des communes landaises sur la dématérialisation des marchés, par exemple, et retard constaté notamment sur l archivage électronique. Conclusion de Renaud Lagrave, directeur de l Alpi : «Nous avons encore de la pédagogie à faire auprès des agents des collectivités mais surtout auprès des élus en leur expliquant qu il y a un vrai enjeu autour des TIC dans notre département, en Aquitaine et pour tout le pays». Visionnez le reportage vidéo réalisé lors de cette opération sur notre site : Business et web 2.0 Bloguer dans un contexte d affaires Le thème est assez vaste pour qu on lui consacre une journée. Elle s est déroulée le 3 juin dernier, à Bordeaux, sous l impulsion d AEC, de l Echangeur Bordeaux Aquitaine, de l Apacom et du Club des Amis2Stella de La Rhune, Networking et Gourmandise. Au menu, quatre lieux et quatre événements autour de spécialistes du web 2.0, des blogs d entreprises et du référencement. La journée a attiré près de 300 participants dans les salons de la Cité Mondiale, de l Echangeur Bordeaux Aquitaine, de la librairie Mollat et autour des tables du dîner proposé en centreville. Au centre de cet après-midi studieuse, deux invités de choix : les québécois Claude Malaison (photo) et Philippe Martin, auteurs de Pourquoi bloguer dans un contexte d affaires? (Ed.IQ) (lire également p.3), qui ont partagé leurs expertises sur les évolutions induites par internet dans les entreprises, en termes d organisation et de méthodes de travail et par l arrivée d une nouvelle génération d employée : la Génération internet (lire le Dossier p.6). «Les jeunes qui ont moins de 29 ans aujourd hui et leur aptitude à maîtriser la logique des réseaux vont nécessairement impliquer l intégration des technologies du Web 2.0 dans les entreprises et ce, par le biais des refontes intranet», souligne Claude Malaison. Pour Philippe Martin, de la société québécoise la Fabrique de Blogs, les entreprises doivent se saisir des blogs comme un moyen de faire entrer la culture numérique dans les sociétés, remarque-t-il. Le marché des blogs d entreprises est considérable, «de l ordre de 300 millions de dollars en trois ans», précise Philippe Martin. Compte-rendu et entretien vidéo de Claude Malaison et Philippe Martin sur notre site rdv/actualitesaec.html LAN - N 16 - Juillet/Août

16 Ci Num basque en Le Livre-bilan des travaux des Entretiens des C i v i l i s a t i o n s N u m é r i q u e s, intitulé «Les c i v i l i s a t i o n s n u m é r i q u e s, maîtriser leurs défis!», paru en janvier 2008, vient d être édité en basque et catalan (recto/verso). Il a été remis aux partenaires espagnols de Ci Num lors d un débat organisé au musée Guggenheim de Bilbao (Espagne), le 17 juin. La boîte à questions du blog juridique et TIC Un fonctionnaire est-il libre de s exprimer sur son blog? Que contient un contrat d exploitation de bases de données? Précisions sur la réforme des PPP (partenariats public-privé) Les TIC sur France 3 Aquitaine Par Laurent-Pierre Gilliard, directeur de l information à AEC, chaque premier mardi du mois, au «Midi Pile». Le thème de juin : La réalité augmentée A la tribune, de gche. à dr. : J. Prisco, D. Kaplan, J-J. Duque, F. Roure et M. Desvergne etourisme : Journée MOPA/AEC Les supports d interventions de la journée technique du 12 juin, «Mieux traiter le courrier électronique», sont en ligne sur le site de la Mission Offices de tourisme et pays d accueil : Formation AEC Agenda Du côté d AEC Juillet Le 1er : intervention de Laurent-Pierre Gilliard, directeur de l information, sur «les réseaux sociaux pour l entreprise». A la CCI de Bayonne. AEC soutient la candidature de Bordeaux au titre de capitale européenne de la culture en 2013! Delicious, Slideshare, Skype et autres Netvibes n ont plus de secret pour les journalistes du Club de la Presse bordelais. Ils ont bénéficié d une formation aux outils du web 2.0, le 20 juin dernier, dispensée par Laurent-Pierre Gilliard (directeur de l information) suite à la parution d un article dans l Aquitaine Numérique (février 2008) intitulé «Dix outils et services du web 2.0 pour vous simplifier le travail». Retrouvez le en ligne sur : L Aquitaine Numérique est une lettre d information mensuelle éditée par Aquitaine Europe Communication, 23 Parvis des Chartrons Bordeaux. Téléphone : +33 (0) Fax : +33 (0) Directeur de publication : Hervé LE GUYADER. Ont collaboré à ce numéro : Marcel DESVERGNE, Oumeira Tegally, Eric CULnaert, Thierry Ulmet, Alexandre bertin, Suzanne Galy, Cécile PInceau. Ce numéro a été édité à 1000 exemplaires par AEC. Les 1-2 : accueil de la Délégation LAZIO, sur «les projets THD innovants d Aquitaine». A Bordeaux, Blanquefort, Mont-de- Marsan, Pau, Bidart. Le 8 : réunion d information sur les opportunités de financements européens pour les projets numériques, dans le cadre de l Axe 2 du Feder (partenariat ADEISO). A 18 heures, à la CCI de Bordeaux. Le 17 : rencontre avec les partenaires basques dans le cadre des Entretiens des Civilisations Numériques. Bayonne. Août 29 août : présentation du programme d activités d AEC A venir en Aquitaine Juillet Du 1 au 5 : 9e Rencontres mondiales du logiciel libre à Mont-de-Marsan. Des centaines de conférences et des dizaines d ateliers. L équipe d Aquitaine Europe Communication vous souhaite une agréable saison estivale et de bonnes vacances. Rendez-vous en septembre pour un nouveau numéro de l Aquitaine Numérique!

Qu est-ce que le «cloud computing»?

Qu est-ce que le «cloud computing»? Qu est-ce que le «cloud computing»? Par Morand Studer eleven Octobre 2011 Qu est-ce que le «cloud computing»? - Morand Studer eleven Octobre 2011 www.eleven.fr 1 Aujourd hui, la démocratisation de l informatique

Plus en détail

E-commerce : réduire l écart entre recherche et achat

E-commerce : réduire l écart entre recherche et achat 2014 Edition Spéciale 3 Intelligence Applied 1 Le e-commerce a dominé la croissance des entreprises ces dernières années. Mais les marques et les distributeurs devraient lui en demander plus. Voici pourquoi...

Plus en détail

Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions

Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions Communiqué de presse Paris, le 5 septembre 2012 Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions Numergy, une nouvelle société dirigée par Philippe Tavernier

Plus en détail

Les médias sociaux : Facebook et Linkedin. Réalisé en janvier 2012 Par Mamadou Ndiaye

Les médias sociaux : Facebook et Linkedin. Réalisé en janvier 2012 Par Mamadou Ndiaye Les médias sociaux : Facebook et Linkedin Réalisé en janvier 2012 Par Mamadou Ndiaye Avant de commencer Veuillez S.V.P. tester votre matériel audio en utilisant l assistant d installation audio. Plan Qu

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE > LA PRESSE AU FUTUR 2011 CONTACTS PRESSE : CYMBIOZ

DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE > LA PRESSE AU FUTUR 2011 CONTACTS PRESSE : CYMBIOZ DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE > LA PRESSE AU FUTUR 2011 CONTACTS PRESSE : CYMBIOZ Laëtitia Berché Johanna Deconihout laetitia.berche@cymbioz.com johanna.deconihout@cymbioz.com 06 14 48 02 95 06 82

Plus en détail

La distribution et le marketing numériques

La distribution et le marketing numériques La distribution et le marketing numériques E-commerce : un développement solide L e-commerce transforme la manière avec laquelle les clients ont accès et achètent leurs produits. Avec, en point d orgue,

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 09 : CC : Cloud Computing Sommaire Introduction... 2 Définition... 2 Les différentes

Plus en détail

Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise)

Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise) Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise) Développer la communication et le travail collaboratif pour mieux servir le citoyen Thomas Coustenoble

Plus en détail

Fonctions. Solution professionnelle pour le stockage de données, la synchronisation multi- plateformes et la collaboration

Fonctions. Solution professionnelle pour le stockage de données, la synchronisation multi- plateformes et la collaboration Fonctions Synchronisation dynamique des fichiers : mise à jour automatique des documents sur tous les équipements Partage et collaboration : partage simple des fichiers entre employés, clients et partenaires

Plus en détail

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe,

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, l Europe pour la culture» (2006) Texte rédigé par le Relais Culture Europe dans le cadre de la consultation

Plus en détail

Ateliers du mercredi 9 février 2011

Ateliers du mercredi 9 février 2011 Ateliers du mercredi 9 février 2011 Barcamp Webmaster Webmasters, la technologie progresse de façon exponentielle dans un environnement marketing en perpétuel mutation. Que vous soyez technicien ou rédacteur,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Déploiement de la fibre optique sur le territoire : premiers travaux à Mées

DOSSIER DE PRESSE. Déploiement de la fibre optique sur le territoire : premiers travaux à Mées DOSSIER DE PRESSE 19 mars 2014 Déploiement de la fibre optique sur le territoire : premiers travaux à Mées I. Pourquoi la fibre optique? II. Rappel du projet III. Calendrier de déploiement de la fibre

Plus en détail

Le baromètre fête cette année ses 10 ans :

Le baromètre fête cette année ses 10 ans : Ce baromètre créé en 2004 et produit par l Assemblée des Communautés de France (AdCF) et Ocalia, présente chaque année l évolution et les usages du numérique dans les communautés, qu elles soient de communes,

Plus en détail

Internet en mobilité : scénarios de développement et propositions de valeur. Octobre 2008

Internet en mobilité : scénarios de développement et propositions de valeur. Octobre 2008 Internet en mobilité : scénarios de développement et propositions de valeur Octobre 2008 Contexte «Internet en mobilité» renvoie aujourd hui à un potentiel d usages d encore mal identifiés. Apple a proposé

Plus en détail

Windows 8 Module 5 Cours windows8 Dominique Bulté Sal e Informatique de Cappel e la Grande novembre 2013

Windows 8 Module 5 Cours windows8 Dominique Bulté Sal e Informatique de Cappel e la Grande novembre 2013 Windows 8 Module 5 13. Configurer sa messagerie à l aide de l application Courrier Windows 8 et Windows RT offrent un outil dédié à la messagerie. Cette application, appelée simplement Courrier, vous propose

Plus en détail

Big Data : se préparer au Big Bang

Big Data : se préparer au Big Bang Big Data : se préparer au Big Bang Initialement confinées au cœur des moteurs de recherche et des réseaux sociaux, les technologies du Big Data s'exportent désormais avec succès dans de nombreux secteurs

Plus en détail

MODULE 2 : L échange et le partage de fichiers numériques

MODULE 2 : L échange et le partage de fichiers numériques MODULE 2 : L échange et le partage de fichiers numériques Introduction Définition Actions à mettre en œuvre Bonnes pratiques Introduction Introduction Production- Vente - Consommation Télévision Documents

Plus en détail

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013 Rapport d études Etudes des spécificités du marché du SaaS en France Rapport de synthèse février 2013 Conception Caisse des Dépôts (Service communication DDTR) février 2013 Veille stratégique, conseil

Plus en détail

Dossier de presse Animation Numérique de Territoire

Dossier de presse Animation Numérique de Territoire Dossier de presse Animation Numérique de Territoire Contact : Laure Dubois : contact@animateurnumeriquedeterritoire.com Site web : www.animateurnumeriquedeterritoire.com Offices de Tourisme de France Fédération

Plus en détail

Réseaux et médias sociaux dans le tourisme. Comment développer sa visibilité et optimiser sa présence en ligne?

Réseaux et médias sociaux dans le tourisme. Comment développer sa visibilité et optimiser sa présence en ligne? Réseaux et médias sociaux dans le tourisme Comment développer sa visibilité et optimiser sa présence en ligne? Préface La popularité grandissante des réseaux sociaux sur le Web bouscule le modèle traditionnel

Plus en détail

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web Nicolas Malo Jacques Warren Préface de Marc Lolivier Web Analytics Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web www.webanalyticsprofits.com Deuxième édition revue et augmentée, 2009, 2012

Plus en détail

Exploiter le potentiel d Internet pour sa notoriété

Exploiter le potentiel d Internet pour sa notoriété Exploiter le potentiel d Internet pour sa notoriété Pourquoi il est important d être visible sur Internet? Le client souhaite l information quand il en a besoin. Le client recherche une plus grande interactivité.

Plus en détail

Théodore Levitt Economiste américain, Professeur à Harvard. www.captivea.fr

Théodore Levitt Economiste américain, Professeur à Harvard. www.captivea.fr Théodore Levitt Economiste américain, Professeur à Harvard Conserver un client coûte 5 X moins cher que d en acquérir un nouveau Diapositive 3 Constat Les clients évoluent Moins fidèles, moins d attachement

Plus en détail

Renforcer la protection des consommateurs dans les grands secteurs de la vie courante Les Télécommunications

Renforcer la protection des consommateurs dans les grands secteurs de la vie courante Les Télécommunications Renforcer la protection des consommateurs dans les grands secteurs de la vie courante Les Télécommunications Mesure n 1 : permettre au consommateur de déverrouiller son téléphone portable au bout de 3

Plus en détail

Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France. Résultats

Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France. Résultats Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France Résultats Le jeu vidéo est, à travers le monde, la première industrie culturelle devant les secteurs du cinéma et de la musique.

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

SERVICE PUBLIC & ORGANISMES GOUVERNEMENTAUX

SERVICE PUBLIC & ORGANISMES GOUVERNEMENTAUX LES SECTEURS Leader Européen sur le marché des contrôleurs d accès haute performance, Communications sécurise les réseaux IP à destination des utilisateurs nomades, visiteurs ou employés (BYOD). Les solutions

Plus en détail

Comment tirer avantage des médias sociaux dans votre entreprise?

Comment tirer avantage des médias sociaux dans votre entreprise? De simple divertissement à instrument polyvalent Comment tirer avantage des médias sociaux dans votre entreprise? SOMMAIRE 2 De simple divertissement à instrument polyvalent 2 Dix astuces pour que votre

Plus en détail

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi!

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Think... Edition Spéciale Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Le 4 avril 2011, Barack Obama annonçait sa candidature à l élection présidentielle américaine de 2012 sur Youtube.

Plus en détail

Notre offre Système. systemes@arrabal-is.com

Notre offre Système. systemes@arrabal-is.com systemes@arrabal-is.com Généralités Généralités des systèmes Windows Les systèmes Microsoft sont au cœur du système d information de la majorité des entreprises, si bien qu environ 90% des postes utilisateurs

Plus en détail

DIAGNOSTIC NUMERIQUE 2013 DOUE LA FONTAINE ET SA REGION

DIAGNOSTIC NUMERIQUE 2013 DOUE LA FONTAINE ET SA REGION DIAGNOSTIC NUMERIQUE 2013 DOUE LA FONTAINE ET SA REGION 1 Sommaire Le contexte.. p.3 Pourquoi un diagnostic p.3 Rétroplanning.. p.3 Caractéristiques des répondants p.4 L adresse e-mail. P.5 La Google adresse.

Plus en détail

Les Technologies de l Information et de la Communication dans l artisanat de la région Nord - Pas-de-Calais

Les Technologies de l Information et de la Communication dans l artisanat de la région Nord - Pas-de-Calais Chambre de métiers et de l artisanat de Région Nord - Pas de Calais Les Technologies de l Information et de la Communication dans l artisanat de la région Nord - Pas-de-Calais Synthèse de l étude régionale

Plus en détail

étude de cas Intégration de la solution VMware VIEW CSSS de Charlevoix

étude de cas Intégration de la solution VMware VIEW CSSS de Charlevoix étude de cas Intégration de la solution VMware VIEW CSSS de Charlevoix Intégration de la solution VMware VIEW au CSSS de Charlevoix Mise en situation Comme beaucoup d établissements et d organismes du

Plus en détail

Les usages et besoins TIC des entreprises d Indre et Loire en 2012

Les usages et besoins TIC des entreprises d Indre et Loire en 2012 Les usages et besoins TIC des entreprises d Indre et Loire en 2012 Laure BERTHELEMY Mars 2013 L enquête : Le développement de l usage des Technologies de l Information et de la Communication (TIC) au sein

Plus en détail

La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle

La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle Comment répondre aux nouveaux enjeux des DRH du 21 ème siècle? Besoin n 1 : innover et développer de nouveaux usages métier en décloisonnant les différents

Plus en détail

L Échangeur Bordeaux Aquitaine Accélérer l intégration des TIC dans la PME

L Échangeur Bordeaux Aquitaine Accélérer l intégration des TIC dans la PME Journée spéciale e-commerce : avez-vous pensé à tout? Créer sa e boutique : à chacun sa solution! L Échangeur Bordeaux Aquitaine Accélérer l intégration des TIC dans la PME Un service de démonstrations

Plus en détail

Le SPF Economie publie son Baromètre de la société de l information 2013

Le SPF Economie publie son Baromètre de la société de l information 2013 Le SPF Economie publie son Baromètre de la société de l information 2013 Bruxelles, le 25 juin 2013 Le SPF Economie publie annuellement un baromètre global de la société de l information. Les résultats

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Mettre en place de plateformes inter-opérables mutualisées d informations et de services.

Mettre en place de plateformes inter-opérables mutualisées d informations et de services. 7 points pour garantir un bel avenir de la e-santé en France... by Morgan - Dimanche, janvier 30, 2011 http://www.jaibobola.fr/2011/01/avenir-de-la-e-sante-en-france.html La Recherche et le développement

Plus en détail

Insight Revendeur exclusif des solutions Masternaut a Maurice.

Insight Revendeur exclusif des solutions Masternaut a Maurice. Insight Revendeur exclusif des solutions Masternaut a Maurice. 1. Un pionnier sur un marché à fort potentiel Depuis sa création en 1996, Masternaut fait figure de pionnier. À ses débuts, le marché balbutiant

Plus en détail

Présentation du nouveau site internet de l Assistance Publique-Hopitaux de Marseille

Présentation du nouveau site internet de l Assistance Publique-Hopitaux de Marseille Présentation du nouveau site internet de l Assistance Publique-Hopitaux de Marseille L hôpital à portée de clics des patients et des professionnels de santé 9 novembre 2011 à 11h00 Hôpital de la Timone

Plus en détail

Mission Val de Loire 81 rue Colbert BP 4322 37043 TOURS CEDEX 1 Siret 254 503 048 00012. Cahier des charges MAINTENANCE INFORMATIQUE

Mission Val de Loire 81 rue Colbert BP 4322 37043 TOURS CEDEX 1 Siret 254 503 048 00012. Cahier des charges MAINTENANCE INFORMATIQUE Mission Val de Loire 81 rue Colbert BP 4322 37043 TOURS CEDEX 1 Siret 254 503 048 00012 Cahier des charges MAINTENANCE INFORMATIQUE Mai 2013 Table des matières Sommaire 1 Introduction... 3 1.1 Objectifs...

Plus en détail

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing Création d un programme de Préparé par Hana Cherif, professeure, Département de stratégie des affaires Danielle Maisonneuve, professeure, Département de communication sociale et publique Francine Charest,

Plus en détail

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Débutez un voyage vers la modernisation et l évolutivité : Elevez le niveau de votre performance commerciale Pour moderniser votre centre de contact : Passez

Plus en détail

L emploi dans les activités de vente à distance et d e-commerce

L emploi dans les activités de vente à distance et d e-commerce L emploi dans les activités de vente à distance et d e-commerce Etude réalisée pour le compte de la Fédération des Entreprises de Vente A Distance (FEVAD) Synthèse des résultats L emploi dans la VAD et

Plus en détail

Réussir sa Stratégie Digitale

Réussir sa Stratégie Digitale whiteopia.com Réussir sa Stratégie Digitale 1. 1.1 1.2. 2 2.1 2.2 3. Introduction Devenez visible sur Internet Qu est-ce que l Internet? Quelles en sont les principales composantes? Le changement apporté

Plus en détail

la sécurité change avec Orange développez vos activités en toute sérénité, nous protégeons vos systèmes d information

la sécurité change avec Orange développez vos activités en toute sérénité, nous protégeons vos systèmes d information la sécurité change avec Orange développez vos activités en toute sérénité, nous protégeons vos systèmes d information 2 à nouveau contexte, nouvelle vision de la sécurité Nouveaux usages et nouvelles technologies,

Plus en détail

Nos solutions de recrutement pour le secteur automobile

Nos solutions de recrutement pour le secteur automobile Nos solutions de recrutement pour le secteur automobile Nora MESSAOUDI Responsable commerciale communication et emploi Tél : 01 41 19 49 27 nora.messaoudi@autoactu.com [Tapez un texte] Page 1 A l origine

Plus en détail

Les services d externalisation des données et des services. Bruno PIQUERAS 24/02/2011

Les services d externalisation des données et des services. Bruno PIQUERAS 24/02/2011 Les services d externalisation des données et des services Bruno PIQUERAS 24/02/2011 1 1 Introduction Différents types d externalisation de données : Les données sauvegardées Les données bureautiques Les

Plus en détail

Dynamiser les filières d excellence et d avenir

Dynamiser les filières d excellence et d avenir La Lorraine dispose d atouts dans ce domaine grâce à des compétences académiques pointues tant en termes de recherche biologique et médicale que d application en informatique, traitement de données ou

Plus en détail

Transformation IT de l entreprise MOBILITÉ : ACCOMPAGNEZ L OUVERTURE DE VOTRE SI

Transformation IT de l entreprise MOBILITÉ : ACCOMPAGNEZ L OUVERTURE DE VOTRE SI Transformation IT de l entreprise MOBILITÉ : ACCOMPAGNEZ L OUVERTURE DE VOTRE SI Q ue ce soit avec leurs clients ou leurs partenaires, les entreprises ont commencé à ouvrir leur système d information.

Plus en détail

10 conseils pour préparer son site ecommerce pour Noël. par Jeremy Benmoussa

10 conseils pour préparer son site ecommerce pour Noël. par Jeremy Benmoussa 10 conseils pour préparer son site ecommerce pour Noël par Jeremy Benmoussa Pourquoi modifier votre site ecommerce pour Noël? La période de Noël est un moment critique pour la majorité des sites de vente

Plus en détail

Journée de l informatique de gestion 2010

Journée de l informatique de gestion 2010 Journée de l informatique de gestion 2010 Nouvelles technologies du SI «Le Cloud Computing et le SaaS au service quotidien de l informaticien de gestion» Prof. Ph. Daucourt Neuchâtel, 17 novembre 2010

Plus en détail

Réduire ses coûts d exploitation avec une solution de gestion des outputs et des impressions

Réduire ses coûts d exploitation avec une solution de gestion des outputs et des impressions Réduire ses coûts d exploitation avec une solution de gestion des outputs et des impressions Etude de Cas Le contexte Pour ses besoins internes et externes, une grande banque européenne imprimait en 2012

Plus en détail

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBALISATION ET TRANSFORMATION RH UNE RÉPONSE FACE À L EXIGENCE DE PERFORMANCE ET DE COMPÉTITIVITÉ La globalisation des entreprises, accélérée par

Plus en détail

Club des Experts de la Sécurité de l Information et du Numérique

Club des Experts de la Sécurité de l Information et du Numérique Club des Experts de la Sécurité de l Information et du Numérique Cybersécurité dans les entreprises 9 ème Entretiens de Télécom ParisTech Alain Bouillé Président du CESIN Sommaire 1. Quel terrain de jeu

Plus en détail

Social Partner vous accompagner à développer une communauté les réseaux sociaux

Social Partner vous accompagner à développer une communauté les réseaux sociaux Qui sommes nous? Fort de son expérience depuis plusieurs années sur les réseaux sociaux, Net Social Réputation s associe avec Victoria Communication expert en communication B to B pour fonder Social Partner

Plus en détail

Web 2.0 professionnel : Au service de votre compétitivité!

Web 2.0 professionnel : Au service de votre compétitivité! Web 2.0 professionnel : Au service de votre compétitivité! Lons-le-saunier, 3 novembre 2008 Louis Naugès - Revevol www.revevol.eu 1 1 - Contexte humain 2 - Infrastructures 2012 3 - Postes de travail 2012

Plus en détail

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit EXPERTISE COMPTABLE (1/3) Les cabinets de grande taille sont affectés par des évolutions similaires à celles qui touchent les cabinets de petite taille. Cette page reprend la description donnée pour les

Plus en détail

Avis du CCRE. Sur le plan d action européen 2011-2015 pour l administration en ligne

Avis du CCRE. Sur le plan d action européen 2011-2015 pour l administration en ligne COUNCIL OF EUROPEAN MUNICIPALITIES AND REGIONS CONSEIL DES COMMUNES ET REGIONS D EUROPE Inscrit au registre des représentants d intérêts de la Commission européenne. Numéro d inscription : 81142561702-61

Plus en détail

Web 2.0 : Premiers pas vers... Une Industrie informatique

Web 2.0 : Premiers pas vers... Une Industrie informatique Web 2.0 : Premiers pas vers... Une Industrie informatique Paris, 26 novembre 2008 Louis Naugès Président - Revevol www.revevol.eu louis.nauges@revevol.eu Blog : http//:nauges.typepad.com 1 Plan 1 - Digital

Plus en détail

DIRECT ASSURANCE. Leader de l assurance directe depuis 1992. Dossier de Presse 2011. Contact Presse

DIRECT ASSURANCE. Leader de l assurance directe depuis 1992. Dossier de Presse 2011. Contact Presse Dossier de Presse 2011 DIRECT ASSURANCE Leader de l assurance directe depuis 1992 Contact Presse Nathalie LECLERC, CASSIOPÉE Tél. : 01 42 66 21 27 Mobile : 06 72 96 54 45 nleclerc@cassiopee-rp.com Sommaire

Plus en détail

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe Dossier de presse Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe ALTER PERFORMANCE est une nouvelle société de conseil qui a fait le choix d'accompagner les TPE-PME

Plus en détail

Comparateur de prix et Guide de voyages

Comparateur de prix et Guide de voyages Comparateur de prix et Guide de voyages Dossier de Presse Septembre 2009 CONTACT PRESSE Agence Valeur D image Solenn PETITJEAN 04.76.70.93.54-06.24.75.20.82 s.petitjean@valeurdimage.com 3 Historique de

Plus en détail

Horizon PME. Synthèse. Etude des besoins pour la croissance des PME. Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet :

Horizon PME. Synthèse. Etude des besoins pour la croissance des PME. Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet : Horizon PME Etude des besoins pour la croissance des PME Synthèse Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet : Quels besoins pour financer leurs activités innovantes? Auteurs :

Plus en détail

vous souhaite la bienvenue L offre globale de services aux entreprises Droit Chiffre Banque & Conseil financier Informatique Sécurité Monde du Bureau

vous souhaite la bienvenue L offre globale de services aux entreprises Droit Chiffre Banque & Conseil financier Informatique Sécurité Monde du Bureau vous souhaite la bienvenue L offre globale de services aux entreprises Droit Chiffre Banque & Conseil financier Informatique Sécurité Monde du Bureau Droit FIDUCIAL SOFIRAL Chiffre FIDUCIAL Audit FIDUCIAL

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

De l intérêt des Réseaux Sociaux pour i2n

De l intérêt des Réseaux Sociaux pour i2n De l intérêt des Réseaux Sociaux pour i2n Caen le 03/04/2015 Pascal RENAUD Stage Chef de projet marketing et conception de site «Face à la vulgarisation des réseaux sociaux et à l audience qu ils entraînent,

Plus en détail

Les rendez-vous Numérique 14

Les rendez-vous Numérique 14 Les rendez-vous Numérique 14 Ben Chams - Fotolia Programme d actions avec le soutien du FRED (Fonds pour les REstructurations de la Défense) dans le cadre du PLR (Plan Local de Redynamisation) d Angers

Plus en détail

Veille Technologique. Cloud-Computing. Jérémy chevalier

Veille Technologique. Cloud-Computing. Jérémy chevalier E6 Veille Technologique Cloud-Computing Jérémy chevalier Table des matières DESCRIPTION :...2 Introduction :...2 Définition du Cloud :...2 Exemple de serveur proposant la solution de Cloud :...2 Les spécificités

Plus en détail

Groupe de travail n 3. «Réseau de Relais Visio Accueil sur le Pays Marennes Oléron» 07 février 2014

Groupe de travail n 3. «Réseau de Relais Visio Accueil sur le Pays Marennes Oléron» 07 février 2014 Groupe de travail n 3 «Réseau de Relais Visio Accueil sur le Pays Marennes Oléron» 07 février 2014 Groupe Visio-Accueil 07/02/2014 Ordre du jour Présentation de l étude pour le déploiement d un réseau

Plus en détail

SFR Business Global Access

SFR Business Global Access SFR Business Global Access Travaillez partout comme si vous étiez au bureau! sfrbusinessteam.fr En déplacement, restez connecté à votre entreprise en toute circonstance Avec, accédez partout et en toute

Plus en détail

LES MUSEES & LES APPLICATIONS CULTURELLES SUR SMARTPHONES ETUDE DE MARCHE

LES MUSEES & LES APPLICATIONS CULTURELLES SUR SMARTPHONES ETUDE DE MARCHE LES MUSEES & LES APPLICATIONS CULTURELLES SUR SMARTPHONES ETUDE DE MARCHE SOMMAIRE 1) L étude en quelques mots....p 3 Qui? Quoi? Quand? Comment? Pourquoi? 2) Quid des applications mobiles & des musées..p

Plus en détail

Les réseaux sociaux au service de l emploi

Les réseaux sociaux au service de l emploi Les réseaux sociaux au service de l emploi Boucle accueil emploi Mercredi 29 juin 2011 Julie Sabadell INFOthèque Les réseaux avant Internet Une existence bien antérieure à Internet Différents types de

Plus en détail

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR Date Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcomconseil.com SOMMAIRE SOMMAIRE...2 LE PORTEUR...4 L IDEE DE DEPART...5 L ETUDE DE MARCHE...6 Le marché et son environnement...6

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

> L ASSURANCE VIE DE VOS DONNEES. Sensibilisation aux risques de perte du patrimoine numérique de l entreprise.

> L ASSURANCE VIE DE VOS DONNEES. Sensibilisation aux risques de perte du patrimoine numérique de l entreprise. > L ASSURANCE VIE DE VOS DONNEES Sensibilisation aux risques de perte du patrimoine numérique de l entreprise. UN MARCHE EN PLEIN ESSOR UN VASTE TERRAIN DE JEU 1,2 Milliards (60% Services, 40% Logiciels,

Plus en détail

Utiliser les outils du. Web 2.0. Dans sa pratique d enseignant et de formateur

Utiliser les outils du. Web 2.0. Dans sa pratique d enseignant et de formateur Utiliser les outils du Web 2.0 Dans sa pratique d enseignant et de formateur Vincent Pereira Formateur Consultant Communautés numériques Blogueur http://www.formateurconsultant.com/ Non Théo, il n y a

Plus en détail

Commercialisation d une offre télécom pour les PROs, TPE et PME

Commercialisation d une offre télécom pour les PROs, TPE et PME PLAQUETTE Commercialisation d une offre télécom pour les PROs, TPE et PME Futur Telecom l entreprise, le positionnement, les offres Sommaire 1 - L entreprise Futur Telecom 2 Le partenariat Tech Data Futur

Plus en détail

Dossier de presse. Nouveau site Internet

Dossier de presse. Nouveau site Internet Dossier de presse Nouveau site Internet SOMMAIRE PREAMBULE 1 PRESENTATION DU NOUVEAU SITE INTERNET : 1 UNE WEBAPPLI POUR SMARTPHONES ET TABLETTES 4 PREAMBULE Créé en 2005, l ancien site Internet de la

Plus en détail

Présentation Etude Multi Clients Sponsorisée 2015. Camille Marchand, Account Manager c.marchand@pac-online.com 07 63 23 01 82

Présentation Etude Multi Clients Sponsorisée 2015. Camille Marchand, Account Manager c.marchand@pac-online.com 07 63 23 01 82 La transformation numérique des banques : Un levier d innovation pour les banques traditionnelles et en ligne qui souhaitent répondre aux nouveaux enjeux de leurs clients. Présentation Etude Multi Clients

Plus en détail

Témoignage client. Optimisation de la performance et gains de productivité

Témoignage client. Optimisation de la performance et gains de productivité Témoignage client Optimisation de la performance et gains de productivité performances Faciliter les revues de La réputation d Imec repose sur la qualité du travail de ses scientifiques, chercheurs, ingénieurs

Plus en détail

Défi n 3 : Développer l attractivité de la destination

Défi n 3 : Développer l attractivité de la destination Agence de Développement et de Réservation Touristiques de la Nièvre Dossier Presse Défi n 3 : Développer l attractivité de la destination En collaboration avec les Offices de Tourisme du bassin du Val

Plus en détail

Agence pour la création d entreprise

Agence pour la création d entreprise Agence pour la création d entreprise d SYNTHÈSE SE DU PLAN STRATÉGIQUE 2010 2012 Les éléments majeurs du contexte ayant un impact sur l APCE Ces éléments de contexte conditionnent le positionnement et

Plus en détail

Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions

Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions Orkhan Aslanov/ Fotolia.com > Suivez le guide nous saisissons vos opportunités de marchés publics! > Gardons Avec le Centre de Veille le contact nous

Plus en détail

Améliorer sa visibilité avec Google My Business

Améliorer sa visibilité avec Google My Business Améliorer sa visibilité avec Google My Business On se présente! Au programme I. Contexte : Chiffres clés II. Google : moteur de recherche III. Google My Business IV. Intérêt pour vous V. A vous de jouer

Plus en détail

RESULTATS ANNUELS 2011-12. 9 octobre 2012

RESULTATS ANNUELS 2011-12. 9 octobre 2012 RESULTATS ANNUELS 2011-12 9 octobre 2012 SOMMAIRE ACTIVITE & RESULTATS 1. Avanquest Software franchit le cap des 100 M 2.Une mutation de l activité qui s accélère 3.L impact attendu de la baisse du offline

Plus en détail

DIRECT ASSURANCE. Leader de l assurance directe depuis 1992. Dossier de Presse 2013. Contacts Presse

DIRECT ASSURANCE. Leader de l assurance directe depuis 1992. Dossier de Presse 2013. Contacts Presse Dossier de Presse 2013 DIRECT ASSURANCE Leader de l assurance directe depuis 1992 Contacts Presse Nathalie LECLERC, CASSIOPÉE Tél. : 01 42 66 21 27 Mobile : 06 72 96 54 45 nleclerc@cassiopee-rp.com Caroline

Plus en détail

Service des ressources informatiques. Cybersavoir 2.0. Éthique et TIC : Réflexion sur la sécurité dans le Cyberespace

Service des ressources informatiques. Cybersavoir 2.0. Éthique et TIC : Réflexion sur la sécurité dans le Cyberespace Service des ressources informatiques Cybersavoir 2.0 Éthique et TIC : Réflexion sur la sécurité dans le Cyberespace Dernière révision : 23 juin 2010 Responsabilité du Projet Cybersavoir2.0 : Robert Gendron,

Plus en détail

Cloud Computing. 19 Octobre 2010 JC TAGGER

Cloud Computing. 19 Octobre 2010 JC TAGGER Cloud Computing 19 Octobre 2010 JC TAGGER AGENDA 8h30-9h00 Le Cloud Computing De quoi s agit-il? Opportunités pour les entreprises Impact sur la chaine de valeur de l industrie des NTIC s 9h00-9h15 Témoignage

Plus en détail

«Connais toi toi-même comme l as dit Socrate!»

«Connais toi toi-même comme l as dit Socrate!» «Connais toi toi-même comme l as dit Socrate!» Avant toute chose, il faut savoir pour quel usage, vous désirez acquérir un ordinateur. En effet la configuration de votre ordinateur ne sera pas la même

Plus en détail

Transformation IT de l entreprise COMMENT PROTÉGER VOS DONNÉES ET APPLICATIONS À L ÈRE DE LA MOBILITÉ?

Transformation IT de l entreprise COMMENT PROTÉGER VOS DONNÉES ET APPLICATIONS À L ÈRE DE LA MOBILITÉ? Transformation IT de l entreprise COMMENT PROTÉGER VOS DONNÉES ET APPLICATIONS À L ÈRE DE LA MOBILITÉ? L a montée en puissance des fuites de données en tout genre et l explosion des volumes de données

Plus en détail

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Cet article présente les principaux résultats de l enquête OPSIS de Marsouin

Plus en détail

CCI YONNE ATELIER ENP 14 NOVEMBRE 2011. Je veux mieux gérer mon entreprise grâce au numérique (nomadisme, SaaS, etc.)

CCI YONNE ATELIER ENP 14 NOVEMBRE 2011. Je veux mieux gérer mon entreprise grâce au numérique (nomadisme, SaaS, etc.) CCI YONNE ATELIER ENP 14 NOVEMBRE 2011 Je veux mieux gérer mon entreprise grâce au numérique (nomadisme, SaaS, etc.) Les ateliers ENP L Espace Numérique Professionnel vous propose 11 ateliers pour répondre

Plus en détail

Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir. Lundi 19 mars 2012 à 14H 15

Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir. Lundi 19 mars 2012 à 14H 15 Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir Lundi 19 mars 2012 à 14H 15 «seul le prononcé fait foi» Mesdames et Messieurs les présidents, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

Internet : un nouveau territoire pour les professionnels du tourisme

Internet : un nouveau territoire pour les professionnels du tourisme Internet : un nouveau territoire pour les professionnels du tourisme Journée technique Etourisme MOPA jeudi 8 octobre Mimizan Alexandre Bertin AEC 08/10/2009 Les enjeux du tourisme en France - Un marché

Plus en détail

Formation Bureautique SRAL 2013-14. Choisir son micro ordinateur. Jean Pierre Dromain

Formation Bureautique SRAL 2013-14. Choisir son micro ordinateur. Jean Pierre Dromain Formation Bureautique SRAL 2013-14 Choisir son micro ordinateur Jean Pierre Dromain Avant Propos L informatique est une science ni unique ni stable Il faut vraiment faire attention pour savoir de quoi

Plus en détail

Travail d équipe et gestion des données L informatique en nuage

Travail d équipe et gestion des données L informatique en nuage Travail d équipe et gestion des L informatique en nuage BAR Octobre 2013 Présentation Au cours des études collégiales et universitaires, le travail d équipe est une réalité presque omniprésente. Les enseignants

Plus en détail

La prospection. La prospection. La prospection

La prospection. La prospection. La prospection Le repérage des prospects Le fichier, base de la prospection La sélection des prospects Les outils d aide à la prospection A. Le repérage des prospects 1. La notion de prospect Au sens strict : Client

Plus en détail

Le Cloud et le Big Data annoncent le retour en grâce de la donnée consommateur

Le Cloud et le Big Data annoncent le retour en grâce de la donnée consommateur Le Cloud et le Big Data annoncent le retour en grâce de la donnée consommateur Better connections. Better results. Livre Blanc Acxiom Le Cloud et le Big Data annoncent le retour en grâce de la donnée consommateur

Plus en détail