ACTUALITE FISCALE ALLEMANDE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ACTUALITE FISCALE ALLEMANDE"

Transcription

1 ACTUALITE FISCALE ALLEMANDE Luxembourg 26 novembre 2013 Oliver Stein, Avocat & Rechtsanwalt GEBAUER STEIN Rechtsanwälte Avocats Allée de la Robertsau BP F Strasbourg cedex Tél Fax

2 SOMMAIRE I. EVOLUTIONS EN MATIERE DE TVA I.1. Obligations documentaires des entreprises allemandes dans le cadre d une livraison intracommunautaire de biens Etat de droit jusqu au 30 septembre 2013 Etat de droit depuis le 1 er octobre 2013 I.2. La bonne foi du livreur en cas de livraison intracommunautaire BFH, V R28/11, I.3. Le groupe fiscal en matière de TVA («Umsatzsteuerliche Organschaft») II. EVOLUTIONS EN MATIERE DE PRIX DE TRANSFERT II.1. La suprématie du droit conventionnel sur les règles nationales BFH, IR 75/11, Redressement uniquement pour inobservation de la forme Prise de position du BFH en cas d application d une convention fiscale Conséquences pour les prix de transfert pratiqués avec le Luxembourg II.2. La conformité de l obligation de documentation en matière de prix de transfert avec le droit européen BFH, IR 45/11, ) La conformité avec le droit européen 2) La notion du «lien étroit» en présence d une fiducie II.3. L état de la discussion en Allemagne relative à la délocalisation fiscale (BEPS) 2

3 I. EVOLUTIONS EN MATIERE DE TVA I.1 - Obligations documentaires des entreprises allemandes dans le cadre d'une livraison intracommunautaire de biens La livraison intracommunautaire d'un bien est exonérée de TVA dans l'état du vendeur. La facture de ce dernier est, par conséquent, émise hors TVA. La facturation sans TVA est cependant soumise, par le législateur allemand, au respect d'une obligation de documentation spécifique. En cas de non-respect desdites obligations, l'entreprise fournisseur du bien se voit redresser en paiement de la TVA afférente à la livraison. État de droit (depuis le 1er janvier 2012) jusqu'au 30 septembre 2013 : L'entreprise concernée doit être en possession des documents suivants : - Double de la facture - Attestation de l'acquéreur intracommunautaire (Gelangensbestätigung) comprenant obligatoirement les éléments suivants : o nom et adresse de l'acquéreur o dénomination et quantité du bien livré, dans le cas de véhicules terrestres à moteur le numéro d'identification du véhicule o lieu et date de la réception voire de la fin du transport (si l'acquéreur assure lui-même le transport) o date de l'attestation o signature de l'acquéreur Aucun autre moyen de preuve n est accepté par l'administration fiscale (néanmoins, en réponse aux contestations que le régime a soulevées, l'administration fiscale a décidé de ne pas appliquer la mesure jusqu'à modification de la loi. Problème : Devant les tribunaux, ladite mesure de tempérament n'a pas de valeur puisqu elle ne lie que l'administration et que les tribunaux sont tenus d'une application de la loi seule). État de droit depuis le 1er octobre 2013 : Désormais, l'arrivée du bien chez l'acquéreur intracommunautaire auquel il est destiné peut être prouvée par : 3

4 - Double de la facture - Tout justificatif pouvant apporter la preuve de l'arrivée du bien à destination L'attestation d'arrivée à destination d'un bien n'est donc plus le seul document par la production duquel l'entreprise allemande peut prouver la réalité d'une livraison intracommunautaire justifiant la facturation horsr TVA. L article 17 a UStDV (Umsatzsteuer-Durchführungsverordnung), dans ses alinéas 2 et 3, énumère plusieurs moyens étant reconnus d'office comme constituant une preuve de la réalité de la livraison intracommunautaire. Il s'agit de : 1) Article 17 a, alinéa 2, n 2 UStDV : Attestation d'arrivée à destination : Contenue : Attestation émanant de l'acquéreur intracommunautaire du bien contenant les éléments suivants : - nom et adresse de l'acquéreur - dénomination et quantité du bien et numéro d'identification en cas de livraison d'un véhicule - lieu et mois de la réception voire de la fin du transport (si l'acquéreur assure lui-même le transport) - date de l'attestation - signature de l'acquéreur ou d'une personne habilitée par ce dernier à recevoir le bien - la transmission électronique de l'attestation est désormais possible. Il est également possible que l'attestation porte sur un ensemble de livraisons en se référant aux différents numéros de facture. Une seule attestation peut regrouper ainsi tous les achats ayant eu lieu lors d'une période d'un trimestre au plus. 2) Article 17 a, alinéa 3 UStDV prévoit d'autres moyens de preuve encore que l'administration fiscale devra accepter d'office (Attention : Les numéros 1 et 2 ne s appliquent que dans l hypothèse où le bien est transporté par un transporteur et non pas par l une des parties à la vente) : N 1 a) : Lettre de transport ou double de la lettre de transport laquelle contient : la signature du donneur d'ordre du transport la signature de l'acquéreur attestant de la réception du bien Problème (de timing) : En pratique, la signature de l'acquéreur attestant de la réception du bien ne sera pas encore parvenue entre les mains de l entreprise fournisseur au moment de l'envoi 4

5 du bien, moment qui correspond dans la plupart des cas au moment de la facturation. N 1 b) : Attestation du transporteur N 1 c) : Ordre de transport émis par écrit ou par voie électronique assorti d'un protocole track-and-trace, à savoir d'un protocole faisant apparaître l ensemble du transport (la chaîne de transport) jusqu'au moment de la réception du bien par l'acquéreur N 1 d) : Recommandée postale : Attestation d'un prestataire de services postaux portant sur la réception par ce dernier du bien destiné à l'acquéreur intracommunautaire, assortie d'une quittance attestant du paiement du port N 2 : Attestation préalable du transporteur : Le transport doit être payé moyennant virement bancaire à partir d'un compte de l'acquéreur intracommunautaire Dans la mesure où le transporteur ne fait que déclarer qu'il effectuera le transport à destination de l'acquéreur intracommunautaire, sans qu'il soit attesté des lieu et date de la réception par ce dernier, ledit moyen de preuve est de moindre valeur que les autres et peut être contesté par l'administration fiscale qui peut, en cas de contestation, demander que la preuve soit apportée par les autres moyens reconnus par la loi. 1 er problème : Il est permis de douter de la praticabilité de ce moyen dans la mesure où l'acquéreur doit fournir au vendeur du bien un extrait bancaire justifiant le paiement du coût du transport auprès du transport. 2 ième problème : L'insécurité juridique. L'administration fiscale est en mesure de refuser ce moyen de preuve même si les documents requis sont matériellement produits, en alléguant des doutes sérieux sur l'arrivée réelle du bien dans l'autre État membre. Or, le fournisseur de bonne foi subit ainsi les conséquences d'une situation sur laquelle il n'a aucune influence. Ceci, tout est en ayant rempli les conditions formelles prévues par la loi. 5

6 N 3 : Procédure d'expédition intracommunautaire N 4 : Bien soumis aux droits d'accises : procédure EMCS ou production du document d'accompagnement N 5 : Véhicules terrestres : La preuve se fait par production du justificatif selon lequel le véhicule a été immatriculé dans l État de destination au nom de l acquéreur. Ce moyen ne devrait donc pas trouver application dans des opérations en chaîne, à moins que le revendeur acquéreur intracommunautaire immatricule le véhicule à son nom. Résumé : Hormis les difficultés rencontrées lors de l'utilisation d une lettre de transport ainsi que d'une attestation préalable du transporteur, aucune solution n'est apportée dans les situations où la livraison du bien se fait chez le vendeur et où l'acquéreur assure luimême le transport à destination de son entreprise. C est notamment le cas d'une entreprise luxembourgeoise qui achète directement un bien dans une entreprise allemande payant le prix cash. A priori, il n'y a que deux possibilités, l une aussi insatisfaisante que l'autre, à savoir l émission d'une facturation toutes taxes comprises avec une éventuelle rectification de la facture ultérieurement (après réception de l'attestation par le vendeur), ou bien la facturation hors taxes, le vendeur devant faire confiance à son client pour que ce dernier lui adresse l'attestation ultérieurement. L instruction du ministère des finances allemand (BMF-Schreiben) parue en date du 16 septembre 2013 n apporte pas de solution à ce sujet. 6

7 I.2 - La bonne foi du livreur en cas de livraison intracommunautaire BFH, V R 28/11, 25 avril 2013 L article 6a, alinéa 3, phrase 1 UStG (Umsatzsteuergesetz Loi TVA) oblige le fournisseur d un bien d'apporter la preuve de la réalité d'une livraison intracommunautaire. Il incombe donc au fournisseur la charge de la preuve que les conditions suivantes sont remplies : - Transport ou expédition en direction d'un autre État membre (cf. à ce sujet les obligations érigées par l'article 17 a UStDV mentionnées supra au I.1 - Le preneur est une entreprise acquérant le bien pour les besoins de celle-ci - L'acquisition est soumise au régime de la TVA dans l'autre État membre. Article 6 a, alinéa 4 UStG : La bonne foi du livreur L'alinéa 4 de l'article 6 a UStG permet la facturation hors taxes de la livraison même si les conditions d'une livraison intracommunautaire mentionnées ci-dessus ne sont pas remplies, dans les conditions suivantes : - Le preneur a fait une fausse déclaration - Le fournisseur n'a pas pu s'en apercevoir, malgré toutes précautions prises Arrêt du BFH, V R 28/11, du 25 avril 2013 : Situation : (2004) Entreprise allemande Vente de 2 voitures Soc. (Sàrl) de droit luxembourgeois ayant son siège au Luxembourg - Contact se faisait par une personne dénommée KP agissant en tant que gérant de la société luxembourgeoise. - Selon carte d identité de KP, celui-ci était résident allemand - Correspondance avec société luxembourgeoise se faisait moyennant un numéro de téléphone mobile allemand ainsi qu un numéro de fax allemand - Documents en possession du vendeur allemand au moment de la conclusion de la vente : 7

8 Extrait Kbis de la société luxembourgeoise mentionnant KP en tant que gérant Pouvoir établi sur papier en-tête de la société luxembourgeoise habilitant une personne dénommée L à réceptionner les voitures Copie de la carte d identité de KP - Sur demande de l entreprise allemande, le «Bundesamt für Finanzen» avait confirmé la validité du n TVA intracommunautaire utilisé par la société luxembourgeoise - L entreprise allemande livrait les deux véhicules à L qui payait le prix de vente en liquide - Sur les doubles de facture, L attestait du transport des deux voitures vers le Luxembourg - Le lieu d immatriculation des deux véhicules est désormais inconnu Lors d un contrôle fiscal de l entreprise allemande, l administration fiscale révélait que : la société luxembourgeoise a été dissoute en 1996 les cartes d identité de KP et L étaient des faux Considérant que les conditions d une livraison intracommunautaire n étaient pas remplies, l administration fiscale a redressé l entreprise allemande en la faisant payer la TVA sur la vente des deux véhicules. En première instance, l avis de redressement a été annulé, puis le BFH l a rétabli pour les motifs suivants : 1) Le vendeur n est pas de bonne foi, même si la documentation requise par la loi (cf. art. 17a UStDV) est complète, si les circonstances appellent à une vigilance accrue du vendeur. C est le cas notamment lors d une vente en liquide d un bien de haute valeur. 2) En l espèce, il y avait matière à douter que la vente allait être conclue avec la société luxembourgeoise pour les raisons suivantes : Le vendeur aurait, selon le BFH, dû tenter de contacter celle-ci au moins une fois à l adresse de son siège au Luxembourg. Le seul contact moyennant des numéros de téléphone/fax allemands aurait dû réveiller sa méfiance. 8

9 Le fait que les pièces d identité de KP et L étaient des faux, n est cependant pas considéré comme étant déterminant. I.3 Le groupe fiscal en matière de TVA («Umsatzsteuerliche Organschaft») Le régime allemand du groupe fiscal en matière de TVA est censé évoluer sous l influence d une jurisprudence récente de la Cour de Justice de l Union Européenne (CJUE), à savoir : - CJUE, C , Commission/Suède, du 25 avril CJUE, C-85/11, Commission/Irlande, du 9 avril 2013 Les litiges portaient sur la question de savoir quelle était la marge de manœuvre des Etats membres lorsque ceux-ci font usage de la possibilité offerte par l article 11 de la Directive TVA (2006/112/CE). Le tableau suivant mettra en relief les différentes conditions prévues par le texte européen, d une part, et par le texte allemand, d autre part : Art. 11 Dir. TVA 2006/112/CE - Après consultation du comité consultatif de la TVA, chaque Etat membre peut considérer comme un seul assujetti - les personnes établies sur le territoire de ce même Etat membre - qui sont indépendantes du point de vue juridique mais qui sont étroitement liées entre elles sur les plans Art. 2, alinéa 2, n 2 UStG En droit allemand - L activité commerciale ou professionnelle n est pas exercée à titre indépendant - lorsqu une personne morale est - en considération de l ensemble des éléments et circonstances réels - incorporée au sein de l entreprise principale («Organträger») * financier * économique * et de l organisation - sur le plan * financier * économique * et de l organisation 9

10 - Un état membre qui fait usage de la faculté prévue au premier alinéa peut prendre toutes mesures utiles pour éviter que l application de cette disposition rende la fraude ou l évasion fiscales possibles. Ces entreprises sont considérées comme une seule entreprise. Les questions auxquelles la CJUE a porté une réponse : 1) «Chaque Etat peut considérer» - Quelle est la marge de manœuvre des Etats membres lorsqu ils font usage de leur faculté d instaurer un régime du groupe fiscal TVA en leur droit interne? Ont-ils la possibilité d instaurer un régime restrictif? Par exemple en Suède : limitation du groupe fiscal TVA aux entreprises de la finance Ou en Allemagne : aux personnes morales en ce qui concerne les entreprises «incorporées» Réponse : La CJUE exige une interprétation cohérente et autonome dans toute l Union Européenne, malgré le fait qu il s agit d un régime facultatif. Notamment interdiction de toute condition allant au-delà des conditions prévues par l article 11 de la directive. Les objectifs de la norme sont à respecter : Simplification pour l administration Lutte efficace contre fraude et évasions fiscales Neutralité de la forme juridique de l entreprise 2) «Chaque Etat peut considérer comme un seul assujetti les personnes établies sur le territoire de ce même Etat» - Quelles sont les personnes pouvant intégrer le groupe fiscal TVA? Y-a-t il la possibilité notamment d étendre le groupe à des personnes qui ne sont pas des entreprises? Par exemple, l Irlande où le groupe fiscal TVA n a à inclure qu une seule entreprise assujettie à la TVA, les autres membres du groupe pouvant être des non-assujettis. 10

11 Réponse : La rédaction de l article 11 de la directive ne limitant pas le groupe fiscal TVA à des seuls membres du groupe assujettis eux-mêmes à la TVA, rien et notamment pas les objectifs de la norme, à savoir la simplification et la lutte contre la fraude fiscale n empêche que des non-assujettis fassent aussi partie du groupe. Au contraire, ceci pourrait aider dans la lutte contre la fraude et apporter une simplification. Conséquences pour le régime du groupe fiscal TVA en droit allemand : Mise en cause : de la limitation aux seules personnes morales concernant les personnes/entreprises «incorporées» de la condition de l incorporation au sens d une subordination entre «Organträger» et «Organgesellschaft» Organträger = assujetti au sein du groupe fiscal TVA Relation de subordination Organgesellschaft = personne morale Entreprise «incorporée» = non-assujetti au sein du groupe fiscal TVA L article 11 de la directive TVA n exige qu un «lien étroit sur le plan financier, économique et de l organisation», lien dont l existence ne suppose pas une relation de subordination entre les différents membres du groupe. Attention! Le régime du groupe fiscal TVA n étant pas un régime d option, les conséquences d un changement des conditions en droit allemand sont susceptibles de s appliquer de droit. Ainsi, un groupe peut être considéré là où il n y en avait pas auparavant. Il en va de même pour des groupes existants jusqu ici, mais qui pourront disparaître. 11

12 Un changement du régime allemand opérant une ouverture du groupe notamment à des non-assujettis offre de nouvelles possibilités, mais, le cas échéant, aussi de nouvelles difficultés pour les entreprises concernées. Exemple : 1) Aujourd hui : Holding Non-assujetti TVA (ne fait partie du groupe TVA) Société mère Assujettie groupe I Prestations soumises à TVA Société mère Assujetti groupe II Filiale Non-assujetti groupe I Filiale Non-assujetti groupe II 2) Demain : Holding (Non-assujetti TVA) Assujetti groupe Société mère Non-assujetti groupe Prestations hors TVA Société mère Non-assujetti groupe Filiale Non-assujetti groupe Filiale Non-assujetti groupe 12

13 II. LES EVOLUTIONS EN MATIERE DE PRIX DE TRANSFERT II.1. La suprématie du droit conventionnel sur les règles nationales BFH, IR 75/11, Objet du litige : Société néerlandaise Contrat conclu verbalement fin Signature d un contrat écrit le avec effet au GmbH 100 % Prestations effectuées en 2004 et facturées à la filiale Il n est pas contesté que : les prestations facturées aient réellement été effectuées le prix payé par la GmbH correspondait à un prix de marché tel que des parties tierces en auraient convenu Redressement uniquement pour inobservation de forme : Pour redresser la GmbH au motif d une distribution de dividende déguisée («verdeckte Gewinnausschüttung») en vertu de l article 8, alinéa 3, phrase 2 KStG (Körperschaftsteuergesetz Loi sur l impôt sur les sociétés), l administration fiscale s appuyait uniquement sur le non-respect des dispositions du deuxième alinéa de la directive sur l impôt sur les sociétés KStR 36 (Körperschaftsteuerrichtlinien) lequel prévoit : «Est généralement considérée comme étant motivée par les seuls liens capitalistiques entre la société et son associé, une distribution, lorsqu une convention relative au prix payable pour une prestation d un associé valable en vertu du droit civil claire et non équivoque conclue préalablement à l exécution du contrat 13

14 fait défaut.» En l espèce, le contrat n a été signé que tardivement, ce qui a permis à l administration fiscale de redresser la GmbH malgré la réalité non contestée de la prestation et malgré une contrepartie respectant le principe des «arm s-length-prices». Prise de position du BFH en cas d application d une convention fiscale : En cas d application d une convention fiscale bilatérale contenant une clause proche de l article 9.1 de la convention modèle OCDE, le BFH tranche enfin la question de savoir si les conditions spéciales du droit allemand (cf. KStR 36, cf. ci-dessus) trouvent à s appliquer. Les conditions spéciales posées en droit allemand n ont pas vocation à s appliquer en présence d une convention fiscale qui contient une clause proche de celle de l article 9.1. de la convention modèle OCDE (contrairement à la position de l administration fiscale). En ce qui concerne notamment les éléments contractuels tenant à la forme du contrat, à savoir : sa date de conclusion pour un contrat écrit les sincérité et validité des autres clauses du contrat (délais, pénalités, obligations contractuelles diverses, droit applicable, etc.) ceux-ci ne sont pas à prendre en considération. Conséquences pour les prix de transfert pratiqués avec le Luxembourg : L article 9.1. de la convention fiscale du 23 avril 2012 correspondant à l article 9.1. de la convention modèle OCDE, la jurisprudence s applique pleinement au contrôle des prix de transfert pratiqués avec le Luxembourg. Or, la rédaction d un contrat contenant les clauses usuelles reste de mise. En effet, le contrat reste un élément clé de la documentation des prix de transfert dans la mesure où il : définit les obligations des parties et donc l objet de leur relation détermine et/ou reflète les fonctions et risques encourus par chaque contractant 14

15 Toutes ces données ont une influence sur les prix que des tiers fixeraient en pareil cas. II.2 La conformité de l obligation de documentation en matière de prix de transfert avec le droit européen BFH, I R 45/11, Situation : Lux Holding 100 % 100 Lux AG Lux S.A. Gestion de titres Lux Fonds (3) (1) 100 % 100 % (2) + Fiduciaire («Treuhand») (Fonds commun de placement) GmbH (1) Acquisition en février 2008 (2) Cession des parts de la Lux AG à la Lux S.A. en mars 2008 (3) «Service agreement» conclu au mois d avril 2008 Objet social de la GmbH : Gestion de son patrimoine propre (titres financiers) Objet du «Service Agreement» : Identification de plateformes de courtage de titres financiers Identification de prestataires dans le domaine du «prime brokerage» Identification de courtiers en valeurs mobilières 15

16 Objet du litige : Dans le cadre d un contrôle portant sur l année 2008, l administration fiscale allemande demande à la GmbH de mettre à sa disposition, sous 60 jours, une documentation de prix de transfert en vertu de l article 90, alinéa 3 A0 (Abgabenordnung Loi de procédure fiscale). En effet, la lux AG a émis des factures relatives à ses prestations dans le cadre de plusieurs opérations d achat et de revente d actions de sociétés allemandes, effectuées par la GmbH entre avril et juillet 2008, pour un montant de plus de 4,6 millions d euros. L administration fiscale demande la documentation afin de vérifier si la rémunération perçue par la Lux AG respecte le principe des «arm s-length-prices». Art. 90, alinéa 3 A0 : «En présence d une opération réalisée avec une entreprise d un Etat étranger, le contribuable est tenu d établir une documentation relative à la nature, l objet et au contenu de ses relations d affaires qu il entretient avec des personnes lui étant étroitement liées au sens de l article 1, alinéa 2 AStG (Außensteuergesetz Loi fiscale relative aux relations avec l étranger). La documentation comprend également les éléments économiques et juridiques qui sont déterminants pour la fixation des prix et autres conditions contractuelles dans le respect du principe des «arm s-length-prices». Les éléments économiques et juridiques déterminants pour la fixation des prix du transfert ayant fait défaut en l occurrence, l administration fiscale a adressé une injonction des les produire à la GmbH, injonction dont cette dernière a contesté le bien-fondé devant les tribunaux. La solution du BFH : 1) La conformité avec le droit européen Le BFH s est prononcé sur la question de savoir si l obligation érigée par l article 90, al. 3 A0 était compatible ou non avec la liberté de prestation de services en droit européen. Tout en constatant que l obligation documentaire constitue une restriction de la libre prestation de services dans le cadre européen, puisqu elle concerne systématiquement des entreprises ayant des relations d affaires avec des entreprises étrangères tandis que les entreprises évoluant dans le seul cadre national ne se trouvent pas êtres soumises à une 16

17 telle obligation, la Cour justifie cette obligation par l intérêt public dans un contrôle fiscal efficace. Ce dernier ne pourra notamment pas être assuré moyennant des mesures moins contraignantes comme par exemple l entraide administrative. En effet, l administration étrangère sera elle-même obligée de s adresser à l entreprise sise sur son territoire afin d obtenir les informations recherchées. Cette réponse n étant, à vrai dire, pas très surprenante, l arrêt livre un deuxième enseignement qui mérite, pour sa part, d être relevé : 2) La notion du «lien étroit» en présence d une fiducie L article 1, alinéa 2 AStG définit le «lien étroit» entre deux personnes comme un lien capitalistique (seuil de participation de 25 % dans le capital social ou plus). La détention de la participation par une tierce personne peut aussi créer ce lien (cas dans les groupes de sociétés). Lux Holding 100% ( 25%) 100 % ( 25%) Lux AG Lux S.A. Gestion de Lux Fonds titres (Fonds commun de placement) «Lien étroit» 100 % ( 25%) GmbH La Cour s est en particulier arrêtée sur la question de savoir si la conclusion d un contrat de gestion de titres entre la Lux S.A. et le Lux Fonds rompait ce lien étroit entre la GmbH et la Lux AG. 17

18 La réponse fut négative pour les motifs suivants : - La loi distingue clairement entre lien capitalistique et contrôle (autrement que par la participation dans le capital) ce qui confère, selon la Cour, une autonomie complète à l élément du seuil de participation. Par conséquent, le franchissement du seuil de participation de 25 % créé toujours un lien étroit, ceci indépendamment de tout autre élément qui pourrait, le cas échéant, être pris en considération. - L existence d obligations contractuelles telles que celles découlant d une fiducie (Treuhand) ne peut exclure la possibilité d un avantage procuré par la fiduciaire à sa société sœur. Le cas échéant, la fiduciaire s expose à des dommages et intérêts vis-à-vis du fonds commun de placement. II.3 L état de la discussion en Allemagne relative à la délocalisation fiscale (BEPS) Sur demande du G20, l'ocde a rédigé un rapport denommé "Adressing base erosion and profit shifting" en date du 12 février D'où, on parle aujourd'hui de la problématique "BEPS". Les experts allemands sont bien d'accord que dans cette discussion, il faut bien se garder de glisser dans une polémique stigmatisant tout groupe internationale de pratiquer une optimisation fiscale "à outrance". D'un côté, il est souvent rappelé que l'optimisation fiscale - si lieu elle a sur le plan international - se fait dans le cadre légal et qu'elle est même souvent le simple effet des lois fiscales existantes dans les Etats dans lesquels les entreprises concernées développent une activité. D'autre part, une étude analytique comparant les taux d'imposition moyens des groupes internationaux allemands avec des entreprises ou groupes allemands évoluant dans le seul cadre national, a tenté de démontrer l'absence d'effet fiscal lié à une optimisation active voire aggressive. Selon cette étude, parue dans Internationales Steuerrecht (IStR) 2013, n 17, p. 660, le taux effectif d'imposition des groupes internationaux allemands était plus élevé que celui des entreprises dont l'activité était limitée au seul marché allemand, dans 18

19 les années Cet effet fiscal serait cependant plutôt dû à l activité internationale en soi. Groupes internationaux allemands Groupes nationaux allemands ,35 % 25,56 % 31,52 % 23,71 % Source: Langkau, Rubart, Base Erosion and Profit Shifting Eine empirische Untersuchung der Gewinnverlagerung deutscher multinationaler Konzerne, in: IStR 2013, N 13, p. 660, 662 L'étude fait observer que le taux moyen d'imposition des groupes internationaux allemands pourrait notamment être lié à une meilleure résistance de ceux-ci à la crise économique, résistance due notamment à une activité répartie sur plusieurs marchés nationaux différents. En ce qui concerne les entreprises allemandes, il est d'ailleurs incontestable que le droit fiscal allemand dispose déjà de toute une panoplie de mesures luttant, de manière efficace, contre ce que l'on pourrait appeler une délocalisation fiscale. C'est pourquoi le législateur est appelé à agir prudemment quand il s'agit d'introduire de nouvelles mesures en matière de BEPS. Une bonne partie des mesures existantes en droit fiscal allemand se trouvent dans l'astg (Außensteuergesetz - Loi fiscale relative aux relations avec l'étranger). Aussi, l'article 90, alinéa 3 AO dont nous avons parlé plus haut, autorise le ministère des finances à régler les obligations des contribuables allemands ayant des relations d'affaires avec des entreprises liées étrangères par décret. Ledit décret, à savoir le décret relatif à la nature, le contenu et l'étendue de la documentation en vertu de l'article 90, alinéa 3 AO (Gewinnabgrenzungsaufzeichnungsverordnung) a été modifié récemment (30 juin 2013). 19

SECTION 3 ENTREPRISES UTILISANT UNE ADRESSE DITE DE DOMICILIATION [DB 4G223]

SECTION 3 ENTREPRISES UTILISANT UNE ADRESSE DITE DE DOMICILIATION [DB 4G223] Références du document 4G223 Date du document 25/06/98 SECTION 3 Entreprises utilisant une adresse dite de domiciliation Dans le cadre des mesures destinées à faciliter la création des entreprises, la

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT CONVENTION DE PARTENARIAT Courtier d Assurance INFORMATIONS GENERALES 1. Etes-vous? Courtier et / ou Agent général compagnie Laquelle :... 2. Nombre de personnes travaillant dans votre cabinet (y compris

Plus en détail

Administration fédérale des contributions. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport

Administration fédérale des contributions. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport Administration fédérale des contributions D3.A.12 DUS Confidentiel n est pas destiné à la publication Rapport sur la conclusion d un protocole modifiant la convention de double imposition avec la République

Plus en détail

FACTURES : MENTIONS OBLIGATOIRES

FACTURES : MENTIONS OBLIGATOIRES FACTURES : MENTIONS OBLIGATOIRES 30/01/2014 La délivrance d'une facture est obligatoire entre professionnels sous peine de sanctions pénales et fiscales. Si le format du document, sa couleur, le fait qu'il

Plus en détail

Administration fédérale des contributions 2009. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport

Administration fédérale des contributions 2009. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport Administration fédérale des contributions D 3.SF.12 DUS 2009 Confidentiel n est pas destiné à la publication Rapport sur la conclusion d un protocole modifiant la Convention de double imposition entre

Plus en détail

Experts comptables Commissaires aux comptes Consultants NOTE D INFORMATION FORMALISME DES FACTURES MENTIONS OBLIGATOIRES

Experts comptables Commissaires aux comptes Consultants NOTE D INFORMATION FORMALISME DES FACTURES MENTIONS OBLIGATOIRES Experts comptables Commissaires aux comptes Consultants NOTE D INFORMATION FORMALISME DES FACTURES MENTIONS OBLIGATOIRES Mars 2014 Madame, Monsieur, Par la présente nous rappelons un certain nombre de

Plus en détail

PREMIERE DEMANDE D AGREMENT EN QUALITE DE BAILLEUR

PREMIERE DEMANDE D AGREMENT EN QUALITE DE BAILLEUR Société d'encouragement pour l'amélioration des Races de Chevaux de Galop en France Siège social: 46 Place Abel Gance - 92655 BOULOGNE CEDEX Service des Licences Téléphone : 01.49.10.21.29 - Télécopieur:

Plus en détail

L échange automatique de renseignements porte sur : A. En matière d impôts sur le revenu et sur la fortune :

L échange automatique de renseignements porte sur : A. En matière d impôts sur le revenu et sur la fortune : ARRANGEMENT ENTRE LES AUTORITES COMPETENTES DE LA BELGIQUE ET DE LA FRANCE EN MATIERE D ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS ET DE COOPERATION ADMINISTRATIVE EN VUE DE LUTTER CONTRE L EVASION ET LA FRAUDE FISCALES.

Plus en détail

Jean-Philippe DOM Maître de conférences à l Université de Caen

Jean-Philippe DOM Maître de conférences à l Université de Caen APRES LA LOI NRE, POUR QUELLES PERSONNES LES ACTIONS DETENUES DANS UNE SAS PEUVENT-ELLES ETRE CONSIDEREES COMME DES BIENS PROFESSIONNELS EXONERES D'ISF (CGI, ART. 885-O BIS)? Maître de conférences à l

Plus en détail

Avis de la Chambre des Métiers

Avis de la Chambre des Métiers CdM/15/11/12-12-65 Projet de loi portant transposition: de l article 4 de la directive 2008/8/CE du Conseil du 12 février 2008 modifiant la directive 2006/112/CE en ce qui concerne le lieu des prestations

Plus en détail

MARCHÉ PUBLIC DE SERVICES CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES ET TECHNIQUES PARTICULIERES

MARCHÉ PUBLIC DE SERVICES CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES ET TECHNIQUES PARTICULIERES MARCHÉ PUBLIC DE SERVICES CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES ET TECHNIQUES PARTICULIERES Service de conseil juridique pour l analyse de la situation fiscale d AGROCAMPUS OUEST PROCEDURE ADAPTEE (Article

Plus en détail

LES FICHES PRATIQUES DE LRSET

LES FICHES PRATIQUES DE LRSET LES FICHES PRATIQUES DE LRSET Mise à jour le 29 Mars 2013 LES FACTURES 1. factures / mentions obligatoires Tout professionnel est tenu de s assurer qu une facture est émise en double exemplaire, par lui-même,

Plus en détail

Séance du 22 novembre 2012 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 5/2012).

Séance du 22 novembre 2012 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 5/2012). DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES SERVICE JURIDIQUE DE LA FISCALITE Sous-direction du contentieux des impôts des professionnels Bureau JF 2 B 86, allée de Bercy - Teledoc 944 75572 PARIS cedex

Plus en détail

PARTIE E INSCRIPTIONS AU REGISTRE SECTION 3 LA MARQUE COMMUNAUTAIRE EN TANT QU OBJET DE PROPRIÉTÉ CHAPITRE 2 LICENCES

PARTIE E INSCRIPTIONS AU REGISTRE SECTION 3 LA MARQUE COMMUNAUTAIRE EN TANT QU OBJET DE PROPRIÉTÉ CHAPITRE 2 LICENCES DIRECTIVES RELATIVES À L'EXAMEN PRATIQUÉ À L'OFFICE DE L HARMONISATION DANS LE MARCHÉ INTÉRIEUR (MARQUES, DESSINS ET MODÈLES) SUR LES MARQUES COMMUNAUTAIRES PARTIE E INSCRIPTIONS AU REGISTRE SECTION 3

Plus en détail

Conditions générales de voyage

Conditions générales de voyage Conditions générales de voyage 1. Inscription/confirmation de voyage De par son inscription, le client du voyagiste s engage à conclure un contrat de voyage. L inscription peut avoir lieu par écrit, oralement,

Plus en détail

2222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222 Le 2222222222222222222222222222

2222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222 Le 2222222222222222222222222222 LE CABINET E&R CONSULTANTS VOUS INFORME ET VOUS ACCOMPAGNE FACTURES ET CONDITIONS GENERALES DE VENTE Madame, Monsieur, La loi relative à la simplification du droit et à l'allégement des démarches administratives

Plus en détail

ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LUXEMBOURG. Norme sur les diligences professionnelles de l expert-comptable qui agit comme domiciliataire de sociétés

ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LUXEMBOURG. Norme sur les diligences professionnelles de l expert-comptable qui agit comme domiciliataire de sociétés ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LUXEMBOURG Norme sur les diligences professionnelles de l expert-comptable qui agit comme domiciliataire de sociétés Cette norme professionnelle a été adoptée lors de l'assemblée

Plus en détail

NOTE COMMUNE N 4/2014

NOTE COMMUNE N 4/2014 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES Direction Générale des Etudes et de la Législation Fiscales A.Z NOTE COMMUNE N 4/2014 O B J E T : Commentaire des dispositions des articles 24, 51, 52, 54,

Plus en détail

EXPOSE DE LA PROBLEMATIQUE

EXPOSE DE LA PROBLEMATIQUE Administration générale de la Fiscalité Expertise Opérationnelle et Support Service TVA Taxe sur la valeur ajoutée Décision TVA n E.T.127.884 d.d. 05.10.2015 Agences de voyages Assurances Assujettissement

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

son nom, prénom, adresse complète, ainsi que ses numéros de téléphone et télécopie le cas échant et son adresse électronique ;

son nom, prénom, adresse complète, ainsi que ses numéros de téléphone et télécopie le cas échant et son adresse électronique ; CONDITIONS GENERALES DE VENTE Expedicar est une plateforme web, accessible à l adresse www.expedicar.fr (le «Site») exploitée par la société Freecars, société par actions simplifiée au capital de 43 013

Plus en détail

- Compléter, dater et signer le présent formulaire d adhésion

- Compléter, dater et signer le présent formulaire d adhésion Nous vous remercions de bien vouloir : - Compléter, dater et signer le présent formulaire d adhésion - Joindre les documents justificatifs demandés - Envoyer votre dossier complet par envoi recommandé

Plus en détail

LYCEE ROTROU. 5 Rue des Marchebeaux BP80209 28104 DREUX cedex. Tel : 02.37.38.90.00 Fax : 02.37.38.90.29

LYCEE ROTROU. 5 Rue des Marchebeaux BP80209 28104 DREUX cedex. Tel : 02.37.38.90.00 Fax : 02.37.38.90.29 LYCEE ROTROU 5 Rue des Marchebeaux BP80209 28104 DREUX cedex Tel : 02.37.38.90.00 Fax : 02.37.38.90.29 Cahier des Clauses Administratives Particulières Vérification et entretien des extincteurs, douches

Plus en détail

LA TVA DANS LA COMMUNAUTÉ EUROPÉENNE APPLICATION DANS LES ÉTATS MEMBRES, ÉLÉMENTS D'INFORMATION DESTINÉS AUX ADMINISTRATIONS, AUX OPÉRATEURS

LA TVA DANS LA COMMUNAUTÉ EUROPÉENNE APPLICATION DANS LES ÉTATS MEMBRES, ÉLÉMENTS D'INFORMATION DESTINÉS AUX ADMINISTRATIONS, AUX OPÉRATEURS LA TVA DANS LA COMMUNAUTÉ EUROPÉENNE APPLICATION DANS LES ÉTATS MEMBRES, ÉLÉMENTS D'INFORMATION DESTINÉS AUX ADMINISTRATIONS, AUX OPÉRATEURS AUX RÉSEAUX D'INFORMATION, ETC. Remarque Le présent document

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente Sommaire 1. Préambule 2. Commandes 3. Acceptation des CGV par le client 4. Modification / annulation de commande 5. Paiement 6. Livraison 7. Garanties 8. Intégralité des Conditions

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE ACTIVITE DE COMMERCIALISATION EN LIGNE DE L ASSOCIATION TERRE ET COTE BASQUES

CONDITIONS GENERALES DE VENTE ACTIVITE DE COMMERCIALISATION EN LIGNE DE L ASSOCIATION TERRE ET COTE BASQUES CONDITIONS GENERALES DE VENTE ACTIVITE DE COMMERCIALISATION EN LIGNE DE L ASSOCIATION TERRE ET COTE BASQUES N Immatriculation Atout France : IM064100021 Page 1 S O M M A I R E Article Préliminaire Définitions...

Plus en détail

VILLE DE ROMAGNAT Château de Bezance 63540 ROMAGNAT

VILLE DE ROMAGNAT Château de Bezance 63540 ROMAGNAT VILLE DE ROMAGNAT Château de Bezance 63540 ROMAGNAT PRESTATIONS DE SERVICES D ASSURANCES «RISQUES STATUTAIRES» POUR LES AGENTS DE LA COMMUNE DE ROMAGNAT CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIÈRES

Plus en détail

Luxembourg, le 22 octobre 2001

Luxembourg, le 22 octobre 2001 Luxembourg, le 22 octobre 2001 Lettre circulaire 01/7 du Commissariat aux Assurances relative au dépôt des actifs représentatifs des provisions techniques des entreprises d'assurances directes et des fonds

Plus en détail

MODELE DE CONVENTION DE DEPOT

MODELE DE CONVENTION DE DEPOT MODELE DE CONVENTION DE DEPOT La présente convention est conclue entre: 1. l'entreprise d'assurances / le fonds de pension... dont le siège social est établi à..., ci-après dénommée l'entreprise d'assurances

Plus en détail

Prix de transfert, au-delà du fiscal : interactions avec le droit douanier et les réglementations économiques

Prix de transfert, au-delà du fiscal : interactions avec le droit douanier et les réglementations économiques Prix de transfert, au-delà du fiscal : interactions avec le droit douanier et les réglementations économiques Denis Redon, Avocat Associé Xavier Daluzeau, Avocat Associé 12 juin 2012 Introduction Les prix

Plus en détail

I. Einführung ins französische Wirtschaftsrecht

I. Einführung ins französische Wirtschaftsrecht I. Einführung ins französische Wirtschaftsrecht Droit international et communautaire des sociétés Universität Freiburg Französische Rechtsschule Prof. Jochen BAUERREIS Avocat & Rechtsanwalt Avocat spécialisé

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE LOCATION

CONDITIONS GENERALES DE LOCATION Article 1 - Présentation de l'activité : CONDITIONS GENERALES DE LOCATION La SARL Kidelio, capital de 7000 euros située à 06330 Roquefort, 7 chemin du Curnier CIDEX 13 inscrite au RCS de Grasse sous le

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE ACTIVITE DE COMMERCIALISATION EN LIGNE DE L ASSOCIATION TERRE ET COTE BASQUES

CONDITIONS GENERALES DE VENTE ACTIVITE DE COMMERCIALISATION EN LIGNE DE L ASSOCIATION TERRE ET COTE BASQUES CONDITIONS GENERALES DE VENTE ACTIVITE DE COMMERCIALISATION EN LIGNE DE L ASSOCIATION TERRE ET COTE BASQUES 1 S O M M A I R E Article Préliminaire Définitions... 3 Article 1 - Application et Opposabilité

Plus en détail

La procédure de sauvegarde

La procédure de sauvegarde La procédure de sauvegarde La procédure de sauvegarde est une procédure préventive, dont l objet principal est la prévention et l anticipation de la cessation des paiements d une entreprise. Elle est ouverte

Plus en détail

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o o o Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. Connaissances juridiques.

Plus en détail

- Compléter, dater et signer le présent formulaire d adhésion ;

- Compléter, dater et signer le présent formulaire d adhésion ; Nous vous remercions de bien vouloir : - Compléter, dater et signer le présent formulaire d adhésion ; - Joindre les documents justificatifs demandés ; - Envoyer votre dossier complet par envoi recommandé

Plus en détail

Lettre de consultation. Marché inférieur à 15.000 HT passé selon une consultation simple N 2014-001

Lettre de consultation. Marché inférieur à 15.000 HT passé selon une consultation simple N 2014-001 Lettre de consultation 1.1. Organisme : Marché inférieur à 15.000 HT passé selon une consultation simple N 2014-001 Mairie d Apprieu BP 49 38140 RIVES Tél : 04 76 65 10 13 Fax : 04 76 93 70 70 Mail : c.chareun.apprieu@wanadoo.fr

Plus en détail

SUR LA PROPOSITION DE, IL EST RÉSOLU :

SUR LA PROPOSITION DE, IL EST RÉSOLU : EXTRAIT du procès-verbal d une séance ordinaire du Conseil d administration du CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DE BORDEAUX-CARTIERVILLE-SAINT-LAURENT tenue à le à compter de heures et à laquelle

Plus en détail

Conditions générales de vente en ligne ATHANOR

Conditions générales de vente en ligne ATHANOR Conditions générales de vente en ligne ATHANOR Les présentes conditions de vente sont conclues d une part par la société ATHANOR MAGIC au capital de 5 000 euros dont le siège social est à 74000 ANNECY,

Plus en détail

Le redressement judiciaire

Le redressement judiciaire Le redressement judiciaire Aux termes de l article 631-1 du Code de Commerce, «Il est institué une procédure de redressement judiciaire ouverte à tout débiteur mentionné aux articles L. 631-2 ou L. 631-3

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 4 H-3-07 N 39 du 19 MARS 2007 IMPOT SUR LES SOCIETES. DISPOSITIONS PARTICULIERES. ASSIETTE (DETERMINATION DU BENEFICE IMPOSABLE). REGIME FISCAL

Plus en détail

Remarque préalable. Décision TVA n E.T. 126.003 dd. 10.10.2014. Exigibilité de la taxe Régime définitif

Remarque préalable. Décision TVA n E.T. 126.003 dd. 10.10.2014. Exigibilité de la taxe Régime définitif Administration générale de la Fiscalité Expertise Opérationnelle et Support Service TVA/Procédure de taxation et Obligations Taxe sur la valeur ajoutée Décision TVA n E.T. 126.003 dd. 10.10.2014 Exigibilité

Plus en détail

LA SOCIETE DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL UN EXCELLENT OUTIL DE PLANIFICATION PATRIMONIALE ET FISCALE

LA SOCIETE DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL UN EXCELLENT OUTIL DE PLANIFICATION PATRIMONIALE ET FISCALE LA SOCIETE DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL UN EXCELLENT OUTIL DE PLANIFICATION PATRIMONIALE ET FISCALE Les informations disponibles sur la présente documentation ont pour seule fin de donner une information

Plus en détail

N 03/2014/MFPMA REGLEMENT DE CONSULTATION RESERVE AUX PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES

N 03/2014/MFPMA REGLEMENT DE CONSULTATION RESERVE AUX PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES APPEL D'OFFRES OUVERT SUR OFFRE DE PRIX N 03/2014/MFPMA REGLEMENT DE CONSULTATION RESERVE AUX PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES L ACQUISITION DE PAPETERIE ET FOURNITURES DE BUREAU POUR LE COMPTE DU MINISTERE

Plus en détail

NOTE POUR LE PARLEMENT EUROPEEN COMMISSION SPECIALE TAXE

NOTE POUR LE PARLEMENT EUROPEEN COMMISSION SPECIALE TAXE NOTE POUR LE PARLEMENT EUROPEEN COMMISSION SPECIALE TAXE Objet : Demande d information de la commission spéciale du Parlement européen créée afin d'examiner «les rescrits fiscaux et les autres mesures

Plus en détail

ARRÊT DE LA COUR (septième chambre) 11 septembre 2014 (*)

ARRÊT DE LA COUR (septième chambre) 11 septembre 2014 (*) ARRÊT DE LA COUR (septième chambre) 11 septembre 2014 (*) «Renvoi préjudiciel Impôt sur le revenu Législation visant à éviter les doubles impositions Imposition des revenus immobiliers perçus dans un État

Plus en détail

«OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» CONVENTION DE PRESTATIONS

«OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» CONVENTION DE PRESTATIONS «OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» CONVENTION DE PRESTATIONS 18/06/2015 CONTRACTANTS Entre d une part, RESSOURCES, Association régie par la Loi du 1 er juillet 1901 modifiée et ses textes d

Plus en détail

GODFREY - HIGUET AVOCATS

GODFREY - HIGUET AVOCATS GODFREY - HIGUET AVOCATS Clive GODFREY Jean-Pierre HIGUET Avocats à la Cour LA TITRISATION A LUXEMBOURG ET SON APPLICATION EN MATIERE IMMOBILIERE 1. Cadre légal de la titrisation au Luxembourg Avec la

Plus en détail

Plaques jaunes en Belgique

Plaques jaunes en Belgique Plaques jaunes en Belgique But Ce document fournit les informations et conseils en matière d immatriculation des véhicules pour les résidents belges bénéficiant d un véhicule de société en provenance du

Plus en détail

LA TVA APPLIQUEE AUX OPERATIONS INTERNATIONALES. Université d été 2007 Animateur: Rainer STAWINOGA

LA TVA APPLIQUEE AUX OPERATIONS INTERNATIONALES. Université d été 2007 Animateur: Rainer STAWINOGA LA TVA APPLIQUEE AUX OPERATIONS INTERNATIONALES Université d été 2007 Animateur: Rainer STAWINOGA Pourquoi la TVA Livraison des biens: Opérations triangulaires Les affectations L Autoliquidation Autoliquidation:

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 3 A-12-06 N 125 du 25 JUILLET 2006 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE. EXONERATION. OPERATIONS REALISEES PAR LES PROTHESISTES DENTAIRES. (CGI, art. 261-4-1

Plus en détail

I. CONCLUSION DU CONTRAT DE SOUS-TRAITANCE

I. CONCLUSION DU CONTRAT DE SOUS-TRAITANCE SOUS TRAITANCE 23/07/2012 La sous-traitance est régie par la loi n 75-1334 du 31 décembre 1975 (J.O. du 3 janvier 1976) modifiée à plusieurs reprises. Ce texte définit la sous-traitance comme l'opération

Plus en détail

Cabinet Philippe de LA CHAISE Expert Comptable Commissaire Aux Comptes

Cabinet Philippe de LA CHAISE Expert Comptable Commissaire Aux Comptes Expert Comptable Commissaire Aux Comptes 07/12/2015 Opérations sur les biens Généralités Acquisitions intracommunautaires : L acquisition par un assujetti d un Etat membre, d un bien meuble corporel qui

Plus en détail

MODIFICATIONS AU RÉGIME DE TAXATION QUÉBÉCOIS DONNANT SUITE AUX ENGAGEMENTS D HARMONISATION AU RÉGIME DE TAXATION FÉDÉRAL APPLICABLES EN 2013

MODIFICATIONS AU RÉGIME DE TAXATION QUÉBÉCOIS DONNANT SUITE AUX ENGAGEMENTS D HARMONISATION AU RÉGIME DE TAXATION FÉDÉRAL APPLICABLES EN 2013 MODIFICATIONS AU RÉGIME DE TAXATION QUÉBÉCOIS DONNANT SUITE AUX ENGAGEMENTS D HARMONISATION AU RÉGIME DE TAXATION FÉDÉRAL APPLICABLES EN 2013 Afin d atteindre une plus grande harmonisation du régime de

Plus en détail

CE Cour de Justice, le 14 septembre 1999 * Affaire C-391/97. Frans Gschwind contre Finanzamt Aachen-Außenstadt. Le cadre juridique national

CE Cour de Justice, le 14 septembre 1999 * Affaire C-391/97. Frans Gschwind contre Finanzamt Aachen-Außenstadt. Le cadre juridique national CE Cour de Justice, le 14 septembre 1999 * Affaire C-391/97 Frans Gschwind contre Finanzamt Aachen-Außenstadt 1. Par ordonnance du 27 octobre 1997, parvenue à la Cour le 17 novembre suivant, le Finanzgericht

Plus en détail

NOTE COMMUNE N 13/2014

NOTE COMMUNE N 13/2014 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE L4ECONOMIE ET DES FINANCES Direction Générale des Etudes et de la Législation Fiscales TK NOTE COMMUNE N 13/2014 OBJET : Procédures relatives aux opérations de vente

Plus en détail

Objet: Traitement fiscal des sociétés exerçant des transactions de financement intra-groupe

Objet: Traitement fiscal des sociétés exerçant des transactions de financement intra-groupe Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 164/2 du 28 janvier 2011 L.I.R. n 164/2 Objet: Traitement fiscal des sociétés exerçant des transactions de financement intra-groupe 1. Définitions Par

Plus en détail

Assurance prospection premiers pas (A3P)

Assurance prospection premiers pas (A3P) 12, cours Michelet La Défense 10 92800 Puteaux. France Adresse postale 92065 Paris La Défense Cedex Garanties publiques gérées par Direction des garanties publiques Assurance prospection premiers pas (A3P)

Plus en détail

Centre Européen des Consommateurs GIE 55, rue des Bruyères L-1274 Howald Grand-Duché de Luxembourg

Centre Européen des Consommateurs GIE 55, rue des Bruyères L-1274 Howald Grand-Duché de Luxembourg Centre Européen des Consommateurs GIE 55, rue des Bruyères L-1274 Howald Grand-Duché de Luxembourg Téléphone : +352 26 84 64-1 Fax : +352 26 84 57 61 E-mail : info@cecluxembourg.lu Website : www.cecluxembourg.lu

Plus en détail

Conditions générales de vente VELDA CABLE TECHNICS SA

Conditions générales de vente VELDA CABLE TECHNICS SA 1. Conditions d application Conditions générales de vente VELDA CABLE TECHNICS SA Les conditions générales de vente concernent le vendeur, étant Velda Cable Technics SA, avec siège social en Belgique,

Plus en détail

CONTRAT D ASSURANCE PROSPECTION PREMIERS PAS (A3P)

CONTRAT D ASSURANCE PROSPECTION PREMIERS PAS (A3P) CONTRAT D ASSURANCE PROSPECTION PREMIERS PAS (A3P) N ASSURÉ : Adresse : N de siren : Le contrat d assurance prospection premiers pas ci-après dénommé «le contrat», est régi par le droit commun des contrats.

Plus en détail

- Compléter, dater et signer le présent formulaire d adhésion ;

- Compléter, dater et signer le présent formulaire d adhésion ; Nous vous remercions de bien vouloir : - Compléter, dater et signer le présent formulaire d adhésion ; - Joindre les documents justificatifs demandés ; - Envoyer votre dossier complet par envoi recommandé

Plus en détail

Réglementation spécifique MANIFESTATIONS, FOIRES et MERCHANDISING

Réglementation spécifique MANIFESTATIONS, FOIRES et MERCHANDISING DECISION ET 116547 Décision n E.T. 116547 dd. 09.06.2009 Réglementation spécifique MANIFESTATIONS, FOIRES et MERCHANDISING 1. Introduction Cette réglementation prévoit, sous certaines conditions, une dérogation

Plus en détail

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part,

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part, CONVENTION D INTERMEDIAIRE D ASSURANCES. Entre les soussignés, ci-après dénommés «les Parties» : a) IBS Europe s.a. dont le siège social est situé au N 68 de la Route de Luxembourgà L-4972 DIPPACH (Grand

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 10DA00628 Inédit au recueil Lebon 2e chambre - formation à 3 M. Mortelecq, président M. Patrick Minne, rapporteur M. Marjanovic, rapporteur public SELARL ALAIN SARRAZIN,

Plus en détail

> Dossier Mise à jour le 13 février 2008

> Dossier Mise à jour le 13 février 2008 > Dossier Mise à jour le 13 février 2008 Les mentions obligatoires à porter sur les factures dans le cadre des échanges intra et extracommunautaires - Justificatifs fiscaux des livraisons intracommunautaires

Plus en détail

Conditions Générales de Vente (site e- commerce)

Conditions Générales de Vente (site e- commerce) Conditions Générales de Vente (site e- commerce) Préambule Les présentes conditions générales de vente sont conclues : ENTRE : - La société., domiciliée, immatriculée SIRET., désigné comme le Vendeur ET

Plus en détail

ACHAT D UN VÉHICULE DANS L UNION EUROPÉENNE

ACHAT D UN VÉHICULE DANS L UNION EUROPÉENNE ACHAT D UN VÉHICULE DANS L UNION EUROPÉENNE CENTRE EUROPÉEN DES CONSOMMATEURS GIE LUXEMBOURG Décembre 2014 INTRODUCTION L achat d une nouvelle voiture représente dans la majorité des cas une acquisition

Plus en détail

Conditions Générales d Utilisation pour les prestations de nettoyage à domicile réservées par le biais de www.helpling.fr

Conditions Générales d Utilisation pour les prestations de nettoyage à domicile réservées par le biais de www.helpling.fr Conditions Générales d Utilisation pour les prestations de nettoyage à domicile réservées par le biais de www.helpling.fr Ou «CGU Prestation de Nettoyage à domicile» La société HELPLING France SAS, dont

Plus en détail

CONTRAT DE DOMICILIATION Spécimen sans valeur légale

CONTRAT DE DOMICILIATION Spécimen sans valeur légale CONTRAT DE DOMICILIATION Spécimen sans valeur légale Entre la société PRESTAFORMA 98 bis Boulevard de LA TOUR-MAUBOURG 75007 PARIS SAS AU CAPITAL DE 40 000,00 immatriculé au Greffe du Tribunal de Commerce

Plus en détail

Guide du créateur d entreprise sociale et solidaire. Chapitre 2: la Comptabilité en droit suisse

Guide du créateur d entreprise sociale et solidaire. Chapitre 2: la Comptabilité en droit suisse Chapitre 2: la Comptabilité en droit suisse Quelle que soit sa taille, son activité et sa forme juridique, l'entreprise d'économie sociale et sociale est tenue de maintenir une comptabilité conforme à

Plus en détail

CONTRAT DE SOUS-LOCATION TABLE DES MATIÈRES

CONTRAT DE SOUS-LOCATION TABLE DES MATIÈRES CONTRAT DE SOUS-LOCATION TABLE DES MATIÈRES PAGE PRÉAMBULE... 10 0.00 INTERPRÉTATION... 11 0.01 Terminologie... 11 0.01.01 Activités... 12 0.01.02 Bail... 12 0.01.03 Cas de Défaut... 12 0.01.04 Changement

Plus en détail

NOTE CIRCULAIRE IMMATRICULATION DES VÉHICULES DIPLOMATIQUES. (05 mars 2014)

NOTE CIRCULAIRE IMMATRICULATION DES VÉHICULES DIPLOMATIQUES. (05 mars 2014) Direction du Protocole P1.1 NOTE CIRCULAIRE IMMATRICULATION DES VÉHICULES DIPLOMATIQUES (05 mars 2014) Le Service public fédéral Affaires étrangères, Commerce extérieur et Coopération au Développement

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES. Référence : 12008

CONDITIONS GÉNÉRALES. Référence : 12008 Assurance PROSPECTION CONDITIONS GÉNÉRALES SOMMAIRE Préambule 3 Article 1 Objet du contrat 4 Article 2 Dépenses garanties 4 Article 3 Durée du contrat 4 Article 4 Etablissement du compte d amortissement

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE PREAMBULE La Société AERIALGROUP, SAS au capital de 401.406,40 euros, dont le siège social est situé sis 185 rue des Fruitiers 44690 LA HAYE FOUASSIERE, immatriculée au RCS

Plus en détail

Décision ET 123.563 du 19 décembre 2012 Nouvelles règles en matière d exigibilité de la TVA Période transitoire

Décision ET 123.563 du 19 décembre 2012 Nouvelles règles en matière d exigibilité de la TVA Période transitoire Décision ET 123.563 du 19 décembre 2012 Nouvelles règles en matière d exigibilité de la TVA Période transitoire L émission d une facture, avant la survenance du fait générateur, n est plus une cause d

Plus en détail

Séance du 6 décembre 2013 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 11/2013).

Séance du 6 décembre 2013 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 11/2013). DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES SERVICE JURIDIQUE DE LA FISCALITE Sous-direction du contentieux des impôts des professionnels Bureau JF 2 B 86, allée de Bercy - Teledoc 944 75572 PARIS cedex

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTES VOLONTAIRES AUX ENCHERES PUBLIQUES. Du 01/01/2015 au 31 /12 /2015

CONDITIONS GENERALES DE VENTES VOLONTAIRES AUX ENCHERES PUBLIQUES. Du 01/01/2015 au 31 /12 /2015 CONDITIONS GENERALES DE VENTES VOLONTAIRES AUX ENCHERES PUBLIQUES 1-Dispositions générales Du 01/01/2015 au 31 /12 /2015 La société EUREKA Enchères est une société de ventes volontaires de meubles aux

Plus en détail

3. Faut-il établir un autre document de vente lors de la vente d'un véhicule de seconde main?

3. Faut-il établir un autre document de vente lors de la vente d'un véhicule de seconde main? FAQ Car-pass 1. "Car-pass", de quoi s'agit-il? 2. Quand faut-il un car-pass? 3. Faut-il établir un autre document de vente lors de la vente d'un véhicule de seconde main? 4. Quelles sont les conséquences

Plus en détail

CIRCULAIRE N 01/02 (annule et remplace la circulaire n 01/00)

CIRCULAIRE N 01/02 (annule et remplace la circulaire n 01/00) Rabat, le 11 mars 2002 CIRCULAIRE N 01/02 (annule et remplace la circulaire n 01/00) RELATIVE A LA RELATION ENTRE LES SOCIETES DE BOURSE ET LEUR CLIENTELE DANS LE CADRE DE L ACTIVITE D INTERMEDIATION Aux

Plus en détail

Il est institué aux investisseurs étrangers réalisés au Maroc en devises, un régime de convertibilité.

Il est institué aux investisseurs étrangers réalisés au Maroc en devises, un régime de convertibilité. REGIME DES INVESTISSEMENTS ETRANGERS 1. Définition On entend par investissements étrangers, les investissements réalisés par les personnes physiques ou morales de nationalité étrangère, non-résidentes

Plus en détail

(IMPOTS) Texte n DGI 06/2011 NOTE COMMUNE N 4/3122

(IMPOTS) Texte n DGI 06/2011 NOTE COMMUNE N 4/3122 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 02/06/2011 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 06/2011 NOTE COMMUNE N 4/3122 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

Conditions générales de vente Starterre (Applicables à compter du 17/03/2015)

Conditions générales de vente Starterre (Applicables à compter du 17/03/2015) Conditions générales de vente Starterre (Applicables à compter du 17/03/2015) Les présentes conditions générales de vente s appliquent, sans restrictions ni réserves, à l ensemble des ventes de véhicules

Plus en détail

Table des matières. Préambule 7. I. Le cadre légal 9

Table des matières. Préambule 7. I. Le cadre légal 9 Table des matières Préambule 7 I. Le cadre légal 9 1. Le cadre législatif européen et belge 11 1.1. Le contenu de la directive européenne 2010/45/UE du 13 juillet 2010 11 1.1.1. Modifications en matière

Plus en détail

Conditions générales de vente entre professionnels

Conditions générales de vente entre professionnels Conditions générales de vente entre professionnels Clause n 1 : Objet Les conditions générales de ventes décrites ci-après détaillent les droits et obligations entre la société par action simplifiée SPOT-TO-LAB

Plus en détail

Les mandats et les actes courants de l agent commercial

Les mandats et les actes courants de l agent commercial 1/ Définition : Les mandats et les actes courants de l agent commercial Le mandat est un contrat conclu entre un mandat qui veut faire quelque chose et un mandataire à qui l on va donner le droit de faire

Plus en détail

Les salaires des frontaliers sous la loupe du fisc belge

Les salaires des frontaliers sous la loupe du fisc belge La décision de la Cour Administrative est ainsi motivée au regard des garanties du contribuable et de sa protection à l'égard de l'impôt. Les salaires des frontaliers sous la loupe du fisc belge JANIQUE

Plus en détail

Mise à jour 2009. Vos contacts en Région

Mise à jour 2009. Vos contacts en Région L e statut juridique de l Agent commercial («Handelsvertreter») est défini dans le Code de commerce allemand («Handelsgesetzbuch»- HBG) aux Articles 84 à 92c. Ces articles ont été modifiés par la Loi du

Plus en détail

Article : XX ( ) C.E. ( X ) C.C. Date : 20 janvier 2015

Article : XX ( ) C.E. ( X ) C.C. Date : 20 janvier 2015 Article : XX ( ) C.E. ( X ) C.C. Date : 20 janvier 2015 PROJET DE RÉSOLUTION ORIGINE SERVICE DES RESSOURCES FINANCIÈRES SUJET Emprunt long terme n excédant pas 3 735 000$ (X) Décision ( ) Information (

Plus en détail

1.2 - Les dispositions des présentes conditions générales de vente prévalent sur toutes autres.

1.2 - Les dispositions des présentes conditions générales de vente prévalent sur toutes autres. Conditions Générales de vente des licences d utilisation des logiciels «Natso Backup». Dernière mise à jour : 25 / 03 / 2009 Article 1 - PREAMBULE 1.1 - Les présentes Conditions Générales de vente ont

Plus en détail

Rapport présenté par Mr. Christian Eckert (AN) Projet de loi de finances rectificative pour 2012 (n 403), Article 16

Rapport présenté par Mr. Christian Eckert (AN) Projet de loi de finances rectificative pour 2012 (n 403), Article 16 Rapport présenté par Mr. Christian Eckert (AN) Projet de loi de finances rectificative pour 2012 (n 403), Article 16 Précisions des modalités d imposition en cas de transfert de siège ou d établissement

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente VENTES AUX ENCHERES PHYSIQUES La société Mercier Automobiles organise et réalise des ventes aux enchères publiques de véhicules et d autres matériels auxquelles sont applicables

Plus en détail

Recouvrement de créances - Procédure civile italienne - Injonction de paiement INJONCTION DE PAIEMENT EN ITALIE: JURIDICTION ITALIENNE ET PROCÉDURE

Recouvrement de créances - Procédure civile italienne - Injonction de paiement INJONCTION DE PAIEMENT EN ITALIE: JURIDICTION ITALIENNE ET PROCÉDURE Recouvrement de créances - Procédure civile italienne - Injonction de paiement INJONCTION DE PAIEMENT EN ITALIE: JURIDICTION ITALIENNE ET PROCÉDURE Antonio Braggion Avocat au Barreau de Milan 1. Introduction

Plus en détail

UE Un acte de gestion anormale entre sociétés non résidentes est il autorisé grâce à la liberté d établissement?

UE Un acte de gestion anormale entre sociétés non résidentes est il autorisé grâce à la liberté d établissement? UE Un acte de gestion anormale entre sociétés non résidentes est il autorisé grâce à la liberté d établissement? Une réglementation telle que celle de l article 26 du CIR 92 qui interdit un avantage anormal

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTES

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTES SIAPV Service Image Aérienne Photos Vidéos AUBERTIN Christophe 11, rue du Milieu 55230 ARRANCY-SUR-CRUSNE Tél. : +33(0)630204998 Email : contact@siapv.fr Site internet : www.siapv.fr SIREN : 532 843 653

Plus en détail

FLASH PRATIQUE D ACTUALITE - 23/10/2012

FLASH PRATIQUE D ACTUALITE - 23/10/2012 69, bd. Malesherbes 75008 Paris, France Tél. : + 33 (0) 1 55 27 88 00 Fax : + 33 (0) 1 55 27 88 10 www.legister.fr Société d Avocats Le présent flash d actualité concerne principalement le droit des sociétés.

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTES

CONDITIONS GENERALES DE VENTES . CONDITIONS GENERALES DE VENTES Article 1 : Champ d'application Les présentes conditions générales de vente s'appliquent à toutes les commandes effectuées par le biais de notre site Internet «SAVEURS

Plus en détail

Aspects juridiques et fiscaux du prêt conclu entre une maison mère française et sa filiale allemande (GmbH)

Aspects juridiques et fiscaux du prêt conclu entre une maison mère française et sa filiale allemande (GmbH) Aspects juridiques et fiscaux du prêt conclu entre une maison mère française et sa filiale allemande (GmbH) 1. Particularités du prêt d associé 2 2. Règles de sous-capitalisation 2 a) Règles actuelles

Plus en détail

(version coordonnée au 21 juin 2006) 1. Le choix de l'établissement dépositaire

(version coordonnée au 21 juin 2006) 1. Le choix de l'établissement dépositaire Luxembourg, le 22 octobre 2001 Lettre circulaire modifiée 01/7 du Commissariat aux Assurances relative au dépôt des actifs représentatifs des provisions techniques des entreprises d'assurances directes

Plus en détail

APPEL D'OFFRES OUVERT N 158

APPEL D'OFFRES OUVERT N 158 APPEL D'OFFRES OUVERT N 158 «Entretien et nettoyage des bâtiments de la Cour des comptes européenne» Procédure ouverte Cour des comptes européenne Décembre 2013 ANNEXE 3 DOSSIER D OFFRE DOSSIER D OFFRE

Plus en détail