PROJET D APPUI AUX FILIERES AGRICOLES EXTENSION (PAFA-E)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROJET D APPUI AUX FILIERES AGRICOLES EXTENSION (PAFA-E)"

Transcription

1 PROJET D APPUI AUX FILIERES AGRICOLES EXTENSION (PAFA-E) RAPPORT DE CONCEPTION DETAILLEE Rapport principal et annexes Date du document: 01/03/2013 No. du Projet: [Insérer le numéro du Projet] No. du rapport: [Insérer le numéro du rapport] [Si le rapport n'est pas final, supprimer la ligne] Cliquer ici et sélectionner la division Département de la gestion des programmes

2

3 Table des matières Équivalents en devises Poids et mesures Abréviations et acronymes Carte de la zone du Projet Résumé du Projet Cadre logique I. Contexte stratégique et justification- 21 A. Contexte national et du développement rural 21 B. Justification 27 II. Description du Projet 30 A. Zone du Projet et groupe cible 30 B. Objectifs, résultats et indicateurs d'impact 32 C. Résultats et Composantes 33 Composante 1: Développement et Structuration des filières, et professionnalisation des acteurs 33 Composante 2: Diversification Agricole et Accès au Marché 35 Composante 3. Gestion des savoirs, coordination et suivi-évaluation du Projet 42 D. Leçons apprises et respect des politiques du FIDA 43 Leçons apprises des autres projets 43 III. Mise en œuvre du Projet 44 A. Approche et Phasage. 44 B. Organisation institutionnelle 45 C. Planification, suivi-évaluation et gestion des savoirs 49 D. Gestion financière, acquisition des biens et services et gouvernance 51 Budgétisation 52 Contrôle interne 53 Systèmes, principes et procédures comptables 54 Rapports et suivi financier 54 Audit interne 54 Audit externe 55 E. Supervision 55 F. Identification des risques et mesures de gestion 56 IV. Coûts, plan de financement, bénéfices et durabilité du Projet 57 A. Coûts du Projet 57 B. Financement du Projet 59 C. Résumé des bénéfices et analyse économique 60 D. Durabilité 61 iv iv v ix x xv i

4 Liste des Tableaux Tableau 1: Perspectives de capitalisation par le PAFA-Extension des acquis des projets antérieurs du FIDA Tableau 2: Démarche méthodologique pour la construction d un Programme cadre d intervention au Sénégal Tableau 3: Risques et mesures d atténuation Tableau 4: les coûts de base par composante ii

5 Appendices Appendice 1 : Situation économique du pays Appendice 2 : Données sur la pauvreté Tableau 1: Pourcentage des ménages vivant en dessous de l'indice de pauvreté national dans les régions d intervention du projet Tableau 2. Zones de concentration des communautés rurales les plus pauvres en relation avec la zone d intervention de PAFA-Extension Appendice 3 : Zone de couverture de PAFA-Extension Appendice 4 :Critères d'éligibilité des zones d intervention de PAFA-Extension Appendice 5 :. Context the multi-dimensionality of governance and anti-corruption Appendice 6 : Organigramme du PAFA-E Appendice 7 : Partenariats potentiels. Appendice 8 : PTBA de la première année Appendice 9 : Flux financiers du projet iii

6 Équivalents en devises Unité monétaire = FCFA USD 1,0 = 486 FCFA Poids et mesures 1 kilogramme = 1000 g kg = livres 1 kilomètre (km) = 0.62 mille 1 mètre = 1.09 yards 1 mètre carré = pieds carrés 1 acre = hectare 1 hectare = 2.47 acres iv

7 Abréviations et acronymes AE Auxiliaire d Elevage AEP Alimentation en Eau Potable AGEX Agence d Exécution ANCAR Agence Nationale de Conseil Agricole et Rural ANSD Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie ARMP Agence de Régulation des Marchés Publics ASUFOR Association d Usagers de Forage ASPRODEB Association Sénégalaise pour la Promotion du Développement à la Base BAD Banque Africaine de Développement BIT Bureau International du Travail BM Banque Mondiale BOAD Banque Ouest-Africaine de Développement BARVAFOR (Projet de) Barrages de Rétention et de Valorisation de Forages CAA Centrale d achat agricole CAR Conseiller Agricole et Rural CCIA Chambre de Commerce, d'industrie et d'agriculture CEF Conseiller en Exploitation agricole Familiale CLCOP Cadre local de Concertation des Organisations de Producteurs CNCAS Caisse Nationale de Crédit Agricole du Sénégal COSOP Country Strategic Opportunities Paper / Options Stratégiques pour le Programme pays CoF Comité de Pratiques sur l Horticulture CP Comité de Pilotage CPMT Country Program Management Team CR Communauté rurale CSD Cadre Stratégique Décennal CSE Centre de Suivi Ecologique CT Comité Technique CTB Coopération Technique Belge DAPS Direction de l Analyse, de la Prévision et des Statistiques DCMP Direction Centrale des Marchés Publics DEM Direction de l Entretien et de la Maintenance (hydrauliques) DEPA Direction de l'elevage et des Productions Animales DGPRE Direction Générale de la Planification des Ressources en Eau DISEM Division des Semences DRDR Direction Régionale du Développement Rural DRS Défense et Restauration des Sols DSRP Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté DPES Document de Politique Economique et Sociale DT ESPS -II Document de Travail 2 ème Enquête de suivi de la pauvreté au Sénégal FAO Organisation des Nations Unies pour l Alimentation et l Agriculture FCFA Franc de la Communauté Financière Africaine v

8 FED Fonds Européen de Développement FIDA Fonds International de Développement Agricole FRA Autorisation de fabrication et de vente GASFP Global Agriculture and Food Security Programme GPF Groupement de promotion féminine GIE Groupement d Intérêt Economique IF Institution Financière ITA Institut de Technologie Alimentaire JICA Japan International Cooperation Agency LOASP Loi d Orientation Agro-sylvo-pastorale MA Ministère de l Agriculture MAER Ministère de l Agriculture et de l Equipement Rural MEF Ministère de l Economie et des Finances ME Ministère de l Environnement MEL Ministère de l Elevage MER Micro-entreprise rurale MINEL Ministère de l Elevage MOD Maîtrise d Ouvrage Déléguée MPER Micro et Petite Entreprise rurale NEES Note d Evaluation Environnementale et Sociale OCDE Organisation de Coopération et de Développement Economiques OM Opérateur de marché ONG Organisation Non-Gouvernementale OP Organisation Professionnelle OPA Organisation Professionnelle Agricole OPB Organisation Professionnelle de Base OPE Organisation Professionnelle d'eleveurs OPEP Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole OPR Organisation Professionnelle Régionale PADAER Projet d Appui au Développement Agricole et à l Entrepreneuriat Rural PADV Projet d aménagement et de Développement Villageois PAFA Projet d Appui aux Filières Agricoles PAFA-E PAFA Extension PAM Programme Alimentaire Mondial PAPEL Projet d Appui à l Elevage PASA Projet d Appui à la Sécurité Alimentaire PASYME Programme d Appui au Système de Suivi-évaluation du Programme FIDA PCE/USAID Projet Croissance Economique/USAID PDDAA Programme Détaillé pour le Développement de l Agriculture Africaine PDESO Projet de Développement de l Elevage au Sénégal-Oriental PDMAS Programme de Développement des Marchés Agricoles du Sénégal PDRD Projet de Développement Rural Durable PDRG Plan Directeur Rive Gauche PDV Plan de Développement Villageois PEPAM Programme Eau Potable et Assainissement du Millénaire PIB Produit Intérieur Brut vi

9 PIV Périmètre irrigué villageois PLD Plan Local de Développement PME Petite et Moyenne Entreprise PNDE Programme National de Développement de l Elevage PNDL Programme National de Développement Local PNIA Programme National d Investissement Agricole PNIR Programme National d Infrastructures Rurales PNUD Programme des Nations Unies pour le Développement POAS Plan d Occupation et d Affectation des Sols PPM Plan de Passation de Marchés PTA Programme de Travail Annuel PTBA Programme de Travail et Budget Annuel POGV-2 Projet d Organisation et de Gestion Villageoises PROCAPA Programme Complémentaire d'appui aux Producteurs d'arachide PRODAM 2 Projet de Développement Agricole de Matam Phase 2 PROMER 2 Projet de Promotion de l Entreprenariat Rural Phase 2 PPAAO Programme de Productivité Agricole en Afrique de l Ouest PRDI Plan Régional de Développement Intégré PSAOP-2 Projet des Services Agricoles et Organisations de Producteurs PSNF Prestataire de services non-financiers PSSA Programme Spécial pour la Sécurité Alimentaire RNCPS Réseau National des Coopératives de Producteurs de Semences SAED Société d Aménagement et d Exploitation des Terres du Delta du Fleuve Sénégal et des Vallées du Fleuve Sénégal et de la Falémé SAFIR Service d Appui à la Finance Rurale SAO Stade d Autonomie Organisationnelle SCA Stratégie de la Croissance Accélérée S-E Suivi Evaluation SFD Systèmes de financement Décentralisés SIC Sensibilisation / Information / Communication SIGEL Système d Information de Gestion de l Elevage SIPA Société d Intensification de la Production Agricole SNDES Stratégie Nationale de Développement Economique et Social SOENA Société d Encadrement Agricole SPAM Sous-Projet d Accès au Marché SRE Service Régional de l Elevage SRI Système de riziculture intensif SSE Système de Suivi Evaluation SYGRI Système de gestion des résultats et de l impact TCP Technical Cooperation Project TRIE Taux de Rentabilité Interne Economique UCGP Unité de Coordination et de Gestion du Projet UCP Unité de Coordination du Projet UFP Unité de facilitation du Programme UE Union Européenne UEMOA Union Monétaire et Economique Ouest Africaine vii

10 UP UPA USAID USD $EU Unité pastorale Unité de Politique Agricole United States Agency for International Development United States Dollar Dollar des Etats Unis d'amérique viii

11 Carte de la zone du Projet ix

12 Résumé du Projet 1 Le Projet. Le PAFA-Extension est construit sur les résultats positifs et acquis du PAFA et des projets antérieurs (PROMER, PRODAM II, PSAOP II, PADV, POGV). Le PAFA- Extension densifiera les activités du PAFA dans la zone actuelle de son intervention pour atteindre un plus grand nombre de bénéficiaires. Il consolidera et complètera les interventions du PAFA en (i) renforçant le développement institutionnel et organisationnel des Organisations de producteurs d agriculteurs (OPA) et d éleveurs (OPE), plus particulièrement leurs faîtières, pour qu elles rendent des services efficaces à leurs membres; (ii) intensifiant les activités créatrices d emplois et des revenus des jeunes par (a) la réalisation de périmètres maraichers à grande échelle au profit des jeunes (hommes et femmes) en utilisant le modèle de Société d intensification de la production agricole (SIPA) introduite par PRODAM-2 dans la région du Matam ; et par (b) l insertion de MPER de services portées par les jeunes en amont et en aval des filières agricoles et d élevage retenues, en capitalisant les acquis du PROMER. Le PAFA-Extension complètera aussi les interventions du PAFA dans le domaine de la conservation, préservation et restauration des ressources naturelles en utilisant le modèle des Unités Pastorales (UP) largement utilisé par différents projets, y compris le PRODAM. En plus des activités du PAFA, le Projet appuiera le développement de l élevage des petits ruminants (ovins en particulier), qui sont des activités portées traditionnellement par les femmes pour leur permettre de diversifier leurs sources de revenus et d améliorer leur sécurité alimentaire. Enfin, le PAFA-Extension étendra ses interventions dans la région de Louga, non couverte par le PAFA, marquée par une forte vocation animale et une migration très prononcée des jeunes. Résultats, leçons et acquis du PAFA. Le PAFA a démarré ses activités de façon effective en Le projet a obtenu des résultats très significatifs dans l augmentation des rendements des cultures appuyées 2. Cela grâce à l utilisation systématique des semences certifiées, des engrais de qualité en quantité raisonnable, l adoption des bonnes pratiques agricoles par les producteurs et productrices, le suivi de proximité des activités, un accès garanti au marché non traditionnel (agro-industriels et unités de transformation) des producteurs à travers la contractualisation commerciale entre les OP et les OM pour la vente des excédents de production avant le démarrage de la campagne agricole, à des prix négociés et rémunérateurs. Le projet a amélioré sensiblement la capacité de stockage des produits par la construction des centres de Développement Filières (CDF). Grâce à ces infrastructures, les acteurs de filières disposent d une capacité de stockage leur permettant de répondre à l augmentation de la production résultant de l amélioration significative des rendements et ainsi bien répondre à la demande croissante du marché 3. A trois ans de mise 1 Composition de la deuxième mission de conception: La mission, dirigée par M. Luyaku Nsimpasi, Chargé de portefeuille au FIDA, Chef de mission, était composée de : M. Amadou Daouda Dia, CPO/FIDA ; M. Marco Camagni, Conseiller Technique, FIDA ; Mme Monique Trudel, Spécialiste Environnement et Changement Climatique ; M. Ousmane Ndiaye, Directeur ASPRODEB ; M. René Azokly, Spécialiste en Finance Rural/PAMIGA. Le gouvernement sénégalais était représenté dans l équipe par M. Arona Niang, ingénieur agronome à la Direction de l'analyse, de la Prévision et des Statistiques Agricole (DAPSA)/MAER) ; Dr. Dame Sow, conseiller technique à la Direction de l Elevage et des Productions animales (DEPA/MEL), et M. Yonan Ndiaye, chargé de programme, DCEF/Ministère de l Economie et des Finances. 2 Grâce à l intervention du projet, les rendements moyens des producteurs (appuyés par le projet) deu mil, sorgho, sésame, niébé ont plus que doublé pour des raisons données ci-dessus. 3 Les quantités mises sur le marché par les producteurs appuyés par le projet et pour les cultures ciblées (mil, sorgho, sésame et niébé) ont augmenté sensiblement de 2011 à augmenté d au moins de 60%. Elles ont x

13 en œuvre, le PAFA a produit de bonnes pratiques sur un certain nombre d aspects du projet, parmi lesquelles on note : (i) le processus de concertation participative et inclusive des acteurs des filières à travers l organisation interprofessionnelle «table filière» pour la concertation des acteurs concernés par la filière permet à ceux-ci d élaborer de façon participative et inclusive une stratégie de développement de la filière et un plan d actions annuel (plan d affaires) d investissements, répondant aux préoccupations et besoins des bénéficiaires ; (ii) la contractualisation entre les OP et les OM a grandement facilité l accès des petits producteurs aux marchés et permis à ces derniers d obtenir des prix négociés rémunérateurs 4 ; (iii) le système de cofinancement dégressif des prix des intrants agricoles et petit matériel et équipement agricole, a sensiblement amélioré l accès des petits producteurs aux intrants agricoles qui s est traduit par une amélioration substantielle des rendements et de la production agricole des ménages, et (iv) le ciblage inclusif a permis un accès équitable aux ressources du projet entre les femmes, jeunes de deux sexe. Il a également favorisé l accès des femmes au foncier.. Zone du Projet. Le Projet couvrira cinq (5) régions à cheval sur deux grandes zones agroécologiques à fort potentiel de développement : (i) le Bassin arachidier Centre et Nord zone d intervention actuelle du PAFA couvrant les régions de Kaolack, Fatick, Kaffrine et Diourbel ; et (ii) la région agro-pastorale de Louga. Ces cinq régions s étendent sur 16 départements et 170 communautés rurales. La zone de couverture du projet s étend sur 27% du territoire national et polarise 35% de la population soit environ habitants dont la structure révèle une forte proportion de jeunes dans la tranche d âge de 15 à 25 ans et une prédominance numérique des femmes (52%) voire plus dans les zones à forte tendance migratoire masculine et des jeunes notamment dans région de Louga. Groupe cible. Au sein des OP impliquées dans les filières retenues, le PAFA-Extension ciblera principalement les petites exploitations agricoles familiales et les petits éleveurs. Au sein de ces groupes, il veillera à l inclusion des ménages les plus vulnérables, les jeunes (des deux sexes) ainsi que les femmes. Le projet cible aussi les MPER de services prioritairement pilotées par les jeunes, en amont et en aval des filières retenues, les opérateurs de marché (OM), les organisations des acteurs en aval de la production (transformateurs, conditionneurs, etc.) ainsi que les structures publiques et privées qui délivrent les produits et les services nécessaires au développement des filières ciblées. Stratégie Genre. Le Projet adoptera la stratégie «Genre et inclusion des couches vulnérables 5» du PAFA qui produit déjà de bons résultats. Elle pourra être toutefois renforcée sur la base des leçons apprises de l exécution du PAFA et étendue dans la zone de Louga. A cet effet, dans le choix des micro-projets des ménages portés par les OP impliquées dans les filières retenues, la priorité est donnée aux micro-projets portés par les femmes et les jeunes. Stratégie des jeunes. Le PAFA-Extension mettra au cœur de ses interventions la création d emplois viables et durables pour les jeunes ruraux des deux sexes. A cet effet, outre les activités menées actuellement en faveur des jeunes, le Projet complétera les activités du PAFA en faveur de la création d emplois de jeunes par (i) la réalisation de périmètres maraichers à grande échelle au profit des jeunes (hommes et femmes) en utilisant le modèle d intensification de la production agricole (SIPA) introduite par le PRODAM dans la région de Matam et (ii) par l insertion de MPER de services en amont et en aval des filières agricoles et d élevage retenues, en capitalisant les acquis du PROMER. 4 Les prix moyens du mil, sorgho, sésame et niébé obtenus par les producteurs en 2012 sur la base contractuelle entre OP/OM et négociés sont ont été au moins 50% plus élevés que ceux (prix de référence) obtenus sans contrats et négociation. 5 Cf Stratégie «Genre et inclusion des couches vulnérables» du PAFA. Elle définit des critères d éligibilité basés sur le degré de vulnérabilité des ménages pauvres et s effectue dans le cadre d un auto-ciblage par la communauté xi

14 Filières ciblées et critères de choix. Le Projet ciblera les six filières du PAFA (mil, sorgho, niébé, sésame, horticulture, et aviculture villageoise) sélectionnées sur la base d un certain nombre des critères dont l importance de la filière pour les pauvres et les couches les plus vulnérables (femmes et jeunes), l existence d un marché potentiel, la croissance possible de la filière en termes de gain de productivité/rendement et de valeur ajoutée, de création de richesses pour les populations pauvres. En plus de ces filières, le PAFA-E travaillera également sur la filière du petit ruminant compte tenu de l importance de cette filière pour la génération des revenus des femmes et la diversification des sources de revenus. Stratégie de mise en œuvre. Pour l essentiel, elle sera construite sur celle du PAFA fondée sur la demande et les besoins du marché, avec les OP et les OM comme principaux acteurs. Le PAFA-E capitalisera, répliquera et mettra à l échelle tout en prenant en compte les réalités et les contextes agro-socio-écologique des zones d intervention, les acquis des projets en cours, en particulier le PAFA, et des projets achevés, notamment en matière de structuration, de capacitation et d autonomisation des OP (PSAOP, PRODAM), de développement de l entreprenariat rural et de provision des services économiques en amont et aval des filières (PROMER), de gestion de ressources naturelles et de développement de l élevage à travers le modèle Unité Pastorale (PRODAM, PDESOC, PAPEL) ; de la création des emplois de jeunes par la mise en place des périmètres maraichers à grande échelle à travers le modèle de développement des Sociétés d Intensification de la Production Agricole (SIPA), acquis du PRODAM. Objectifs. L objectif global du Projet est de contribuer à l amélioration durable des moyens d'existence des exploitations familiales du Bassin Arachidier Centre et Nord et de la Zone Sylvo-Pastorale Ouest. L objectif spécifique du Projet est d améliorer durablement la sécurité alimentaire et les revenus des petits producteurs (agriculteurs et éleveurs) et de créer des emplois durables et rémunérateurs pour les ruraux, en particulier les jeunes (des deux sexes) et les femmes. Résultats attendus du PAFA-E. Les principaux résultats qui seront atteints sur une durée de six ans, sont: (i) l'amélioration de la productivité et l'augmentation de la production agricole; (ii) la valorisation des productions grâce aux accords contractuels passés entre OP et OM; et (iii) le degré d'autonomisation et de professionnalisation des organisations professionnelles d agriculteurs (OPA) et d éleveurs (OPE) dans la fourniture des services sociaux et économiques à leurs membres. Les indicateurs-clés des résultats sont: i) l augmentation des rendements des cultures retenues, (ii) l'augmentation des quantités de produits agricoles commercialisés au travers des accords contractuels OP OM; (iii) l augmentation de la valeur de la production additionnelle des petits agriculteurs, éleveurs et entrepreneurs ciblés; v) le nombre de bénéficiaires directs des services du Projet; et (iv) l amélioration du niveau d'autonomie organisationnelle des organisations professionnelles agricoles et d éleveurs. Composante 1. Développement et Structuration des filières, et professionnalisation des acteurs. Le résultat attendu de cette composante est une meilleure structuration des OP (fédérations, unions et de base) pour les rendre plus apte à rendre des services efficaces à leurs membres. Le but visé par la Composante est donc le renforcement institutionnel des OP qui devront assumer progressivement l internalisation des services aux membres et à moyen terme la maîtrise d œuvre déléguée. En référence à l option de mettre les OP au centre du dispositif d appui de PAFA-Extension, les actions de la Composante sont basées sur la demande des OP présentée sous forme de plan d actions (plan d affaires). Résultat 1. Des OP capables de fournir des services de qualité à leurs membres suite aux différents appuis (structuration, développement organisationnel, renforcement des capacités xii

15 dans les domaines techniques, de gestion, de gouvernance, renforcement de la démocratie interne, développement des compétences économiques, etc.) Résultat 2. Des organisations interprofessionnelles par filière capables de dialoguer avec le Gouvernement et de défendre efficacement les intérêts de la filière. Sur la base d un diagnostic institutionnel des organisations interprofessionnelles, le PAFA-Extension appuiera l élaboration des plans stratégiques et plans d action annuels et appuiera l organisation de réunions annuelles de concertation entre chaque table filière et le Gouvernement sur des politiques favorisant le développement des filières. Composante 2: Diversification Agricole et Accès Au Marché. Les interventions du projet porteront sur la facilitation de l accès des petits producteurs : (i) aux facteurs de production, aux innovations technologiques et au financement ; (ii) aux infrastructures de production et de mise en marché ; et (iii) à l'appui-conseil agricole. Les activités de la composante sont organisées autour de quatre résultats. Résultat 3. Amélioration de la production et de la productivité agricoles. L utilisation de bons intrants agricoles (semences sélectionnées certifiées, engrais à des quantités raisonnables) à temps et les bons conseils agricoles, devraient améliorer la productivité et la production des filières sélectionnées. Résultat 4. Amélioration de l'écoulement des produits à des prix rémunérateurs. Grâce au désenclavement des zones de production, à la construction des magasins de stockage et à la promotion de la mise en marché à travers des accords contractuels durables entre OP et OM, les producteurs devraient mieux écouler leurs produits à des prix négociés rémunérateurs. Composante 3. Gestion des savoirs, coordination et suivi-évaluation. Dans l optique d une mise en place progressive d un programme-cadre unique d intervention au Sénégal, le PAFA-E utilisera (i) l UCP du PAFA comme structure commune de coordination et de gestion des deux projets ; (ii) les manuels (gestion administrative et financière, passation des marchés, exécution, suivi-évaluation) actuels du PAFA moyennant quelques adaptations ; et (iii) mettra à profit des procédures déjà testées et un personnel habitué aux procédures du FIDA et du projet. Ceci permettrait un démarrage rapide du PAFA-E. L UCP du PAFA (basée à Kaolack) sera complétée par un spécialiste en filières élevage et un spécialiste en appui aux organisations paysannes et des producteurs. Pour faciliter la coordination des activités, l UCP disposera de deux antennes légères à Louga et Kaffrime qui seront composées chacune d un chef d antenne, d un chargé de la gestion des microprojets et d un/e secrétaire comptable et du personnel d appui. L UCP continuera de jouir des mêmes conditions d autonomie administrative et financière en vigueur au PAFA. Mise en œuvre du Projet. La tutelle du Projet sera, comme pour le PAFA, assurée par le Ministère en charge de l agriculture (MAER). Le comité de Pilotage (CP) sera le même que celui du PAFA. Sa composition sera cependant élargie pour inclure les OP. La présidence du CP sera assurée par le MAER et la vice-présidence par le ME. Pour la mise en œuvre des activités sur le terrain, l UCP établira des conventions techniques avec des agences d exécution (AGEX). Les OP faîtières telles que ASPRODEB, FONGS, et d autres, disposant de bonnes compétences, appuieront la mise en œuvre des activités relatives au développement institutionnel et organisationnel des OP (structuration, renforcement de capacités, accompagnement et animation). L ANCAR apportera principalement le conseil technique agricole et d élevage. Les services régionaux de MAER et ME assureront le suivi des activités du projet, plus particulièrement la collecte des données statistiques (mesure des rendements, productions, etc.). Les OP et Coopératives spécialisées dans la production des semences sélectionnées assureront la production de celles-ci. Le Centre de Suivi Ecologique (CSE) assurera le suivi des aspects environnementaux et changement climatique. Des ONG assureront des appuis spécifiques en fonction de leurs expertises. xiii

16 Bénéfices et bénéficiaires. Le Projet touchera directement ménages agricoles 6, soit environ personnes concernées dans les ménages, mais indirectement, il aura un impact sur l ensemble des ménages des cinq régions d intervention du projet, voir au-delà, du fait des effets induits indirects, de l articulation et de la complémentarité fonctionnelle avec le PAFA et le PADAER, à travers les effets des activités et investissements structurants du projet. Coûts et financement du Projet. Les coûts totaux, sur une période de 6 ans, y compris les imprévus physiques et financiers, s'élèvent à 24,95 milliards de FCFA, équivalent à 51,20 millions de $EU. Les coûts de base sont de 22,93 milliards de FCA (47,17 millions $EU) auxquels s'ajoutent 4% d'imprévus physiques, soit 787 millions de FCFA (1,62 million $EU) et 5% d'imprévus financiers, soit 1,24 milliards FCFA (2,41 millions $EU). Les taxes y sont incluses pour un montant total de 2,94 milliards de FCFA (6,04 millions $EU), soit 12% des coûts totaux. Les investissements représentent 86,8 % des coûts totaux et les coûts récurrents 13,2 %. Le financement du FIDA s élève à 17 milliards FCFA (35,05 millions dollars E.U) soit 68,4% du coût total du projet. La contribution du gouvernement se chiffre à 6,4 milliards de FCFA (13,11 millions $EU) dont 3,5 milliards de FCFA (7,07 millions d $EU) sous forme d investissements en hydraulique agricole et pastorale, et 2,9 milliards de FCFA (6,04 millions de $EU) correspondant aux droits et taxes grevant les biens et services acquis par le projet. Ceci équivaut à une participation représentant 25,6 % des coûts totaux. La contribution des bénéficiaires est de 1,42 milliards de FCFA (3,05 millions $EU), soit 6 % du coût total du projet. Durabilité et stratégie de sortie. La stratégie d intervention du projet repose sur la recherche de la durabilité des bénéfices, des effets et de l impact de ses appuis. Les éléments de durabilité ont été systématiquement pris en compte dans la conception du projet et les activités y contribuant en lien avec les résultats du Projet. En ce qui concerne l accès aux facteurs de production et aux technologies, l inclusion et la facilitation de l accès des plus pauvres aux intrants sont conçues de manière à créer à moyen terme, une capacité d autofinancement ou d accès des OP au financement des institutions financières pour mieux servir leurs membres. Pour les Sites maraîchers, l intervention du projet sur la base d une demande exprimée, assortie d assurance sur le foncier et la participation des bénéficiaires et des communautés rurales à l investissement, l utilisation d une technologie éprouvée et localement maîtrisable ainsi que la participation des bénéficiaires à l entretien, est un véritable gage de durabilité. Enfin, la professionnalisation et l autonomisation des OP pour être à même de rendre des services socio-économiques efficaces à leurs membres de façon durable est une garantie sans doute de durabilité. 6 Annexe 2, Appendice 2. Tableau 2 : Ventilation des bénéficiaires par type d activités et zone d implantation (à titre indicatif). xiv

17 Cadre logique Résumé descriptif Indicateurs objectivement vérifiables (indicateurs SYGRI avec *) Sources d information Risque/ hypothèses 1. Objectif du Projet Contribuer à l'amélioration durable des moyens d'existence des exploitations familiales du Bassin Arachidier Centre et Nord et de la Zone Sylvopastorale Ouest - La prévalence de la malnutrition chronique des enfants de moins de 5 ans passe de x% à y%* 7 * - l indice d accumulation de biens a augmenté d au moins 5% pour 50% des ménages ciblés* - La durée de la période de soudure a diminué de x % à y % dans la zone du projet*.* - SNDES - Suivi-évaluation du PNIA, du PNDE, du CSD - Statistiques nationales et enquêtes de référence 2. Objectif spécifique Améliorer durablement la sécurité alimentaire, les revenus des petits producteurs et créer des emplois durables pour les ruraux, en particulier les jeunes et les femmes ménages ruraux soit personnes (hommes et femmes) sont directement touchées par le projet* - Au moins 300 emplois créés par les MPER dont 75% (225) sont des jeunes (hommes et femmes) - La valeur de la production additionnelle issue des activités soutenues par le projet des ménages ciblés a augmenté d au moins 15% - Rapport enquêtes situation référence - Rapport d évaluation à miparcours (études d impact) - Rapport d évaluation de fin du projet - Statistiques de productions (DAPS/MAER et DEPA/MEL) Les conditions climatiques et de marché sont favorables Cadre politique encourageant pour l autonomisation des OP 3. Résultats Composante 1- Développement et Structuration des Filières, et Professionnalisation des Acteurs Effet 1 : Les OP fournissent durablement des services socio-économiques de qualité à leurs membres - 50% des OP soutenues par le projet offrent des services d'appui à leurs membres à la satisfaction de ceux- ci* - Au moins 25% des OP de niveau 1 ont atteint le stade d'autonomisation opérationnelle suivant (niveau 2) - Au moins 20% des OP de niveau 2 ont atteint le stade d autonomisation opérationnelle suivant (niveau 3) - Rapport sur diagnostic et caractérisation, de suivi des OP - Rapport d auto-évaluation des OP - Les OP prennent en compte les préoccupations et les intérêts des petits producteurs, notamment les femmes et les jeunes Effet 2 :Les acteurs de la filière, identifient et mettent en œuvre ensemble des actions susceptibles de résoudre les contraintes identifiées au sein de la filière et participent au dialogue sur les politiques et y formulent des recommandations. - 25% d OP représentent les petits producteurs, les femmes et les jeunes dans les cadres de concertation et instances de décisions des "tables filières* - 10 Plans stratégiques de développement et 42 plans d actions (plan d affaires) par filière élaborés, exécutés, suivis et évalués - 5 recommandations issues des concertations tables filières présentées pour discussions au niveau national - Rapports - Enquêtes Les organisations Interprofessionnelles prennent en compte les préoccupations et les intérêts des producteurs/op et d autres acteurs de la filière. 7 Le taux (x) initial sera connu avec l enquête de référence prévue au démarrage du projet et le taux final (y) sera connu après la deuxième enquête qui aura lieu à la fin du projet. xv

18 Composante 2 Diversification Agricole et Accès au Marché Effet 3 : la productivité et la production de filières cibles est améliorée durablement - Les rendements des cultures ciblées ont augmenté d'au moins 50% pour 50% producteurs appuyés** - Au moins (30%) ménages arrivent à satisfaire leurs besoins annuels en intrants agricoles et d'élevage - Au moins (35%) ménages ciblés ont adopté au moins une technologie conseillée (par genre et classe d âge*) - Au moins (25%) ménages ont accès aux crédits de campagne et d'équipement - Enquêtes, rapports, Rapports ANCAR, Services élevage et prestataires ; rapportes d activités du projet, Rapport de S-E du projet, Revue à mi-parcours - Le marché national est régulièrement approvisionné en semences améliorées. Produits financiers des banques et IMF adaptés aux besoins et capacités des petits producteurs. Effet 4 : les OP commercialisent une quantité de produits plus grande et de qualité supérieure dans le cadre d'accords contractuels durables et mutuellement bénéfiques avec des OM - Au moins 75% d OP ont augmenté la part du volume commercialisé de 30%* - 75% binômes OP/OM fonctionnels pendant au moins 3 ans Enquêtes Rapports de missions et d activités Respect des engagements contractuels xvi

19 I. Contexte stratégique et justification- A. Contexte national et du développement rural Contexte économique général 1. Avec un Produit intérieur brut (PIB) par habitant de USD 8, le Sénégal fait encore partie des pays les plus pauvres du monde au regard de l indice du développement humain (IDH) qui le classe au 155 e rang sur 187 pays. Selon les résultats de la deuxième enquête de suivi de la pauvreté , le rythme de réduction de la pauvreté a évolué positivement: la proportion d individus vivant en dessous du seuil de l extrême pauvreté a connu une baisse, passant de 55,2% en 2001 à 48,3%, en 2005, avant d atteindre 46,7%, en Entre 2005 et 2011, elle a reculé légèrement à Dakar, s est stabilisée dans les autres centres urbains mais reste encore élevée notamment en milieu rural où vivent 75% des ménages pauvres avec la particularité que 58% des ménages ruraux sont pauvres La population du Sénégal est estimée à 12,8 millions d habitants en Avec un taux d accroissement moyen annuel de 2,9%, elle atteindrait 14 millions en 2015 selon les projections démographiques du recensement de La population est à dominante rurale (54%) avec un profil démographique qui illustre l importance numérique des femmes (52%) et une structuration relativement jeune: un résident sur deux est âgé de moins de 19 ans et 71,2% des Sénégalais ont moins de 30 ans 10. Elle est caractérisée par des taux élevés de chômage et de sous-emploi, il n y aurait qu une personne sur cinq qui travaille à plein temps au Sénégal 11 et les jeunes qui constituent une part importante de la population active restent les plus touchés par le phénomène du chômage. En milieu rural, il se manifeste par un exode de plus en plus «précoce» des jeunes des deux sexes et des femmes actives vers la capitale et les villes de l intérieur ainsi que vers l extérieur. Le phénomène se massifie d année en année, signe manifeste d un déficit chronique d emplois productifs en milieu rural. La population du Sénégal est aussi caractérisée par son urbanisation rapide qui s est accélérée particulièrement ces dix dernières années avec une population urbaine qui augmente plus vite à raison de 4% par an. Ce rythme de croissance de la population urbaine a favorisé la croissance de villes secondaires (Thiès, Louga et Kaolack dans le Bassin arachidier), nouveaux débouchés et marché potentiel pour la production agricole. Contexte de l agriculture, de l élevage et du développement rural 3. Le secteur agricole continue d employer la moitié des sénégalais tandis que 70% de la population rurale dépend d activités liées à l agriculture. Dans les ménages les plus pauvres, la proportion de l emploi agricole reste très importante. Le secteur de l élevage contribue à hauteur de 24% du PIB agricole en Il contribue également aux moyens d existence de 30% des ménages en milieu rural. Le secteur est dominé par des exploitations familiales à petites échelle, avec environ 31% des exploitations ayant une superficie de moins d un hectare, 70% de moins de 5 hectares et près de 91% de moins de 10 hectares. Cette agriculture familiale est une agriculture principalement sous pluie (pluviale) située en zone semi-aride, avec moins de 2% des surfaces exploitées irriguées. La sécurité alimentaire et la génération de revenus en milieu rural dépendent largement de ces 8 Idem supra 9 Enquête de Suivi de la Pauvreté au Sénégal (ESPS III, ANDS, Dakar, Sénégal 10 ANDS. Situation socio-économique du Sénégal SNDS

20 systèmes de production, principalement axés sur la culture céréalière, notamment le riz, le mil et l arachide. 4. L agriculture sénégalaise dispose d un important potentiel pour contribuer significativement à l augmentation des revenus des ménages et à la réduction de l insécurité alimentaire du pays. Le pays dispose de ressources en terres arables considérables, estimés à environ 3,8 millions d hectares dont seulement 2,5 millions d hectares sont effectivement exploitées (soit 65%). Sur un potentiel de terres irrigables de hectares, hectares sont seulement exploités (soit 30%). Le pays est aussi riche en ressources en eau estimées à environ 35 milliards de mètres cubes renouvelables dont 31 milliards en eau de surface (Fleuves Sénégal, Gambie et Casamance) et 4 milliards de mètres cubes en eau souterraine. Cependant, le niveau de mobilisation de ces ressources en eau reste faible. 5. Malgré ses atouts considérables, l agriculture sénégalaise fait face à deux défis majeurs: (i) le Sénégal continue à importer près de 70% de ses besoins alimentaires alors que plus de 60 % de ses actifs sont engagés dans l agriculture vivrière, fortement dépendante de la pluviométrie et le pays reste aussi importateur net de viande, en particulier de moutons durant les périodes de haute consommation telles que les fête et évènements religieux (ii) une large partie de la population (en rapide croissance) n a toujours pas accès à une alimentation suffisante et vit dans une situation de pauvreté avec une incidence élevée en milieu rural. 6. Le secteur agricole sénégalais continue de faire face à diverses contraintes: faiblesse et irrégularité de la pluviométrie; dégradation des sols; insuffisance de semences de bonne qualité et d engrais; large recours à des techniques traditionnelles à faible productivité; faiblesse des services d appui technique; faible accès aux financements; et enclavement de certaines zones à fort potentiel productif. En outre, le secteur souffre du faible niveau de mise en valeur des aménagements agricoles (65 % du potentiel); de l inadéquation de la politique foncière; de l absence d intégration et de la faible structuration des filières autour de chaînes de valeur; de l insuffisante prise en compte des résultats de la recherche; de difficultés d accès aux marchés et de la faible valorisation des produits exportés. 7. L élevage, second pôle d activité économique du secteur primaire focalise familles soit un effectif global d environ de personnes (plus de 23% de la population nationale) issues pour la plupart des couches les plus vulnérables du monde rural. Le secteur est caractérisé par une grande diversité de ses produits. L effectif du cheptel est d'environ têtes en 2011 et, est dominé par les ovins (37,4%), les caprins (31,9%) et les bovins (21,9%) 12. Malgré un cheptel important, le Sénégal reste importateur net de viande, en particulier de moutons durant les périodes de haute consommation telles que les fêtes et évènements religieux. Au titre des importations de moutons pour la Tabaski notamment (Mali, Mauritanie), elles se sont établies, en 2011, à environ moutons. 8. Le secteur de l élevage reste confronté à des contraintes susceptibles d affecter fortement ses résultats et son développement. Parmi celles-ci figurent la vulnérabilité du cheptel (accès à l eau, feux de brousse, etc.), les problèmes fonciers (réduction de l espace pastoral par l avancée du front agricole, urbanisation), le faible potentiel génétique des races locales, la santé animale et l incidence de maladies endémiques, émergentes, ré-émergentes et transfrontalières, et l insuffisance d infrastructures de base. 12 Direction de l élevage Ministère de l Elevage

Document du Fonds international de développement agricole Réservé à usage officiel

Document du Fonds international de développement agricole Réservé à usage officiel Document du Fonds international de développement agricole Réservé à usage officiel REPUBLIQUE DU SENEGAL PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET A L ENTREPRENEURIAT RURAL (PADAER) DOCUMENT DE CONCEPTION

Plus en détail

AGRICULTURE. Note technique thématique

AGRICULTURE. Note technique thématique AGRICULTURE Note technique thématique CONTEXTE DE L AGRICULTURE SENEGALAISE La pauvreté rurale, la sécurité alimentaire et l'agriculture durable constituent des défis pressants au Sénégal. Les trois problèmes

Plus en détail

REPUBLIQUE DU SENEGAL MINISTERE DE L AGRICULTURE. Projet de Facilité Alimentaire au Sénégal. Plan de visibilité et stratégie de communication

REPUBLIQUE DU SENEGAL MINISTERE DE L AGRICULTURE. Projet de Facilité Alimentaire au Sénégal. Plan de visibilité et stratégie de communication REPUBLIQUE DU SENEGAL MINISTERE DE L AGRICULTURE Projet de Facilité Alimentaire au Sénégal Plan de visibilité et stratégie de communication OCTOBRE 2010 A. Contexte 1. Face à la crise alimentaire qui a

Plus en détail

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO INADES-Formation Togo B.P. 12 472 Lomé TEL. (228) 225-92-16 FAX : (228) 225-92-17 inadesformation@if-togo.net EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO Présentée par N Key Kwami AMONA Directeur

Plus en détail

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre COMMISSION DE LA CEDEAO Note méthodologique Task Force «Instrument de financement des intrants» Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plus en détail

SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA

SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA INTITULE DU PROJET : PROJET DE PROMOTION DE L INITIATIVE LOCALE POUR LE DEVELOPPEMENT D AGUIE 1 Intitulé du Projet : Projet de Promotion de l Initiative Locale pour le

Plus en détail

La FONGS : 30 ans d expériences paysannes

La FONGS : 30 ans d expériences paysannes Fédération des ONG du Sénégal FONGS Action Paysanne Quel rôle des organisations professionnelles agricoles dans la finance rurale : Expérience de la FONGS Paris, 05 décembre 2007 Nadjirou SALL (Secrétaire

Plus en détail

Fiches de synthèse AGRICULTURE

Fiches de synthèse AGRICULTURE CERCAM Fiches de synthèse AGRICULTURE Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali Mars 2014 1- Secteur agricole au Sénégal Foncier Le foncier sénégalais appartient à 95 % au domaine national

Plus en détail

Développement rural territorial et sécurité alimentaire

Développement rural territorial et sécurité alimentaire Cette présentation revient sur les expériences de de la la FAO en en matière de de développement local, identifie les conditions pour promouvoir une approche territoriale du développement rural, fait des

Plus en détail

AVSF (Agronomes & Vétérinaires Sans Frontières), Coordination Nationale Sénégal, recherche : Un (01) Ingénieur Agronome

AVSF (Agronomes & Vétérinaires Sans Frontières), Coordination Nationale Sénégal, recherche : Un (01) Ingénieur Agronome AVSF (Agronomes & Vétérinaires Sans Frontières), Coordination Nationale Sénégal, recherche : Un (01) Ingénieur Agronome Pour la mise en œuvre des projets : «Renforcement de la sécurité alimentaire et nutritionnelle

Plus en détail

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II.

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. 1. L objectif du projet : Le programme s inscrit dans le programme pays du PNUD, dans

Plus en détail

ATELIER SUR L AGRICULTURE ET LA PROTECTION SOCIALE EXPERIENCE DU SENEGAL

ATELIER SUR L AGRICULTURE ET LA PROTECTION SOCIALE EXPERIENCE DU SENEGAL ATELIER SUR L AGRICULTURE ET LA PROTECTION SOCIALE EXPERIENCE DU SENEGAL Présenté par Mouhamadou Moustapha FALL Ingénieur agroéconomiste spécialiste assurance agricole Directeur Général Adjoint de la Compagnie

Plus en détail

FINANCEMENT DU FONDS DE ROULEMENT DES ENTREPRISES AGRICOLES :

FINANCEMENT DU FONDS DE ROULEMENT DES ENTREPRISES AGRICOLES : FINANCEMENT DU FONDS DE ROULEMENT DES ENTREPRISES AGRICOLES : EXPERIENCE DU RCPB Du 27 au 30 mars 2012 0 KAMPALA/OUGANDA PLAN 1- Contexte 2- Entreprises agricoles au Burkina 3- Besoins de financement des

Plus en détail

Aide publique au développement consacrée au secteur agricole en Afrique: acteurs, formes, efficacité et orientations.

Aide publique au développement consacrée au secteur agricole en Afrique: acteurs, formes, efficacité et orientations. Aide publique au développement consacrée au secteur agricole en Afrique: acteurs, formes, efficacité et orientations. Cas du Sénégal Bassirou DIONE, ingénieur agroéconomiste dionsen2000@yahoo.fr Communication

Plus en détail

L Assurance agricole au Sénégal

L Assurance agricole au Sénégal COLLOQUE FARM - Pluriagri : Assurer la production agricole Comment faire des systèmes assurantiels des outils de développement? 1 Paris, le 18 décembre 2012 Thème L Assurance agricole au Sénégal Un système

Plus en détail

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance 5 ème RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES POLITIQUES EN FAVEUR DES PME, DE L ENTREPRENARIAT ET DU CAPITAL HUMAIN ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DES MICRO ET PETITES ENTREPRISES : RÉSOUDRE LES OBSTACLES FINANCIERS

Plus en détail

Méthode d intervention du PPAB en appui aux OP béninoises

Méthode d intervention du PPAB en appui aux OP béninoises Méthode d intervention du en appui aux OP béninoises Illustration par quelques expériences en cours Déroulement de la séance 1 Présentation succincte du et de son mode d intervention; 2 Illustration des

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

COUP D ŒIL SUR LE FIDA

COUP D ŒIL SUR LE FIDA Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté COUP D ŒIL SUR LE FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les populations

Plus en détail

FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROGRAMME TACC

FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROGRAMME TACC République du Sénégal Un Peuple Un But Une Foi Ministère de la Décentralisation et des Collectivités locales Direction de la Coopération Décentralisée Programme des Nations Unies pour le Développement

Plus en détail

Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement

Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement L accès et le contrôle des ressources par les femmes : un défi pour la sécurité alimentaire Recommandations Vers

Plus en détail

République de Maurice

République de Maurice Cote du document: EB 2009/96/R.18 Point de l ordre du jour: 10 b) iii) Date: 25 mars 2009 Distribution: Publique Original: Anglais F République de Maurice Mémorandum du Président Programme de diversification

Plus en détail

LA POLITIQUE AGRICOLE DE. un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs

LA POLITIQUE AGRICOLE DE. un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs LA POLITIQUE AGRICOLE DE l UEMOA: un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs Plan de l exposé 1. Un rappel sur l espace UEMOA et sur le Traité 2. L importance

Plus en détail

Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal

Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal Forum des investisseurs privés Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal Groupe Consultatif 25 février 2014 Chambre de Commerce et d'industrie de région Paris Ile-de-France 27, avenue

Plus en détail

République du Sénégal Un peuple Un but Une foi INTEGRER LA PROTECTION SOCIALE DANS LA STRATEGIE DE DEVELOPPEMENT HELSINKY 7-97 9 JUIN 2004 ------

République du Sénégal Un peuple Un but Une foi INTEGRER LA PROTECTION SOCIALE DANS LA STRATEGIE DE DEVELOPPEMENT HELSINKY 7-97 9 JUIN 2004 ------ République du Sénégal Un peuple Un but Une foi INTEGRER LA PROTECTION SOCIALE DANS LA STRATEGIE DE DEVELOPPEMENT HELSINKY 7-97 9 JUIN 2004 ------ PRÉPARATION DE LA STRATÉGIE DE PROTECTION SOCIALE AU SÉNÉGAL

Plus en détail

D A N S L E S E C T E U R A G R I C O L E D U S É N É G A L

D A N S L E S E C T E U R A G R I C O L E D U S É N É G A L O P P O R T U N I T É S D I N V E S T I S S E M E N T D A N S L E S E C T E U R A G R I C O L E D U S É N É G A L 1. Contexte Sommaire 2. Présentation du secteur agricole sénégalais 3. Potentiel naturel

Plus en détail

Le tourisme durable dans l espace francophone

Le tourisme durable dans l espace francophone Le tourisme durable dans l espace francophone De la valorisation des patrimoines culturels et naturels vers une économie verte I. Contexte et justification Le tourisme, en plein essor, est reconnu comme

Plus en détail

ETUDE DE CAS FACILITATION POUR LA MISE EN PLACE D UNE FAITIERE DE MARAICHAGE A VOCATION ECONOMIQUE DANS LA REGION DE KOLDA/SENEGAL

ETUDE DE CAS FACILITATION POUR LA MISE EN PLACE D UNE FAITIERE DE MARAICHAGE A VOCATION ECONOMIQUE DANS LA REGION DE KOLDA/SENEGAL Séminaire de partage "Nourrir les villes par une agriculture familiale durable" du samedi 7 au lundi 9 décembre 2013 à Dakar, Sénégal ETUDE DE CAS FACILITATION POUR LA MISE EN PLACE D UNE FAITIERE DE MARAICHAGE

Plus en détail

Quelle microfinance pour le développement de l agriculture dans les pays en développement? Nelly-Françoise TSASA KHINI Décembre 2007 microfinance 07 1 Contexte du Congo Brazzaville Défis et opportunités

Plus en détail

Expert International en Marketing et Commercialisation MAROC

Expert International en Marketing et Commercialisation MAROC Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

Inades-Formation Togo Servir le bien commun

Inades-Formation Togo Servir le bien commun Inades-Formation Togo Servir le bien commun Termes de référence. Consultant International pour l appui à la capitalisation d une expérience sur le crédit agricole au Togo. Le contexte L économie du Togo

Plus en détail

WP Board 1062/10. 17 juin 2010 Original : anglais. Projet/Fonds commun. Contexte

WP Board 1062/10. 17 juin 2010 Original : anglais. Projet/Fonds commun. Contexte WP Board 1062/10 17 juin 2010 Original : anglais Projet/Fonds commun F Comité exécutif / Conseil international du Café 21 24 septembre 2010 Londres, Angleterre Amélioration de la transformation et de l

Plus en détail

FUCOPRI. Séminaire «Filières Céréalières Ouaga 23 25 novembre 2010. III. Place du riz dans la sécurité alimentaire

FUCOPRI. Séminaire «Filières Céréalières Ouaga 23 25 novembre 2010. III. Place du riz dans la sécurité alimentaire FUCOPRI M. Ayouba HASSANE, Directeur Séminaire «Filières Céréalières Ouaga 23 25 novembre 2010 I. Présentation de la FUCOPRI II. Présentation très rapide de la zone de production rizicole III. Place du

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

Rapport synthèse. Du 06 au 10 avril 2009. Rapport synthèse du Séminaire régional de formation aux outils et méthodologies pour l intégration

Rapport synthèse. Du 06 au 10 avril 2009. Rapport synthèse du Séminaire régional de formation aux outils et méthodologies pour l intégration 01 BP. 6269, Ouagadougou 01, Burkina Faso; Tel: (226) 50 36 98 21; GSM: (226) 70 80 64 52 Email: iavs_mail@yaho.fr; iavs.refer.ne http:// iavs.6mablog.com Agreement n 2001-1080/MESSR/AG/SG/DGESRS Rapport

Plus en détail

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte BURKINA FASO Chiffres clés Taux de change : 1$ US Principales villes Population Taux de croissance de la population (2006-2010) Population urbaine (%du total 2010) PNB par habitant Croissance du PIB (réal

Plus en détail

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Appel à projets 2010 Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Un programme conjoint entre la Fondation de France et le Comité français pour la solidarité internationale (CFSI) Date limite

Plus en détail

RAPPORT DES PROGRES ANNUELS 2011

RAPPORT DES PROGRES ANNUELS 2011 MINISTERE DU PLAN, DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET DU DEVELOPPEMENT COMMUNAUTAIRE PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT PROGRAMME CONJOINT MARADI Niger RAPPORT DES PROGRES ANNUELS 2011 Janvier

Plus en détail

EVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES EN TERME «D ANCRAGE DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE DANS LA SPHERE ECONOMIQUE DES PAUVRES» TERMES DE REFERENCE

EVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES EN TERME «D ANCRAGE DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE DANS LA SPHERE ECONOMIQUE DES PAUVRES» TERMES DE REFERENCE EVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES EN TERME «D ANCRAGE DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE DANS LA SPHERE ECONOMIQUE DES PAUVRES» I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION TERMES DE REFERENCE Dans le cadre de l Initiative

Plus en détail

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE RESEAU DES CAISSES POPULAIRES DU BURKINA ********************************* Fédération des Caisses Populaires du Burkina (F.C.P.B.) Tél.: 50.30.48.41, Fax : 50.30.49.10 ; E-mail : fcpb@fasonet.bf ; Adresse

Plus en détail

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Session plénière : Séance introductive De l'importance de l'investissement productif des migrants en milieu rural Stéphane Gallet (Ministère

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

Le Cycle de Programme Humanitaire

Le Cycle de Programme Humanitaire REUNION DU CLUSTER SÉCURITÉ ALIMENTAIRE 28/10/2014 Le Cycle de Programme Humanitaire Outil principal du système humanitaire pour obtenir une analyse, une stratégie et un plan d action communs. Un cycle

Plus en détail

Coup d œil sur le FIDA

Coup d œil sur le FIDA Coup d œil sur le FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les populations rurales pauvres à améliorer leur sécurité alimentaire et nutritionnelle,

Plus en détail

RAPPORT SUR LE PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCÈS DE L AGRICULTURE URBAINE AU FINANCEMENT. LE CAS DE BOBO-DIOULASSO

RAPPORT SUR LE PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCÈS DE L AGRICULTURE URBAINE AU FINANCEMENT. LE CAS DE BOBO-DIOULASSO RAPPORT SUR LE PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCÈS DE L AGRICULTURE URBAINE AU FINANCEMENT. LE CAS DE BOBO-DIOULASSO Juillet 2011 1 SIGLES ET ABBREVIATIONS APIPAC BRS FCFA IAGU-BAU PMA PROFAUP RUAF URCPO

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

Le Groupe Crédit Agricole du Maroc Accompagnement du Plan Maroc Vert 2009-2013

Le Groupe Crédit Agricole du Maroc Accompagnement du Plan Maroc Vert 2009-2013 Le Groupe Crédit Agricole du Maroc Accompagnement du Plan Maroc Vert 2009-2013 Novembre 2008 Introduction : CONTEXTE ET CONJONCTURE national et international l augmentation des cours des matières premières

Plus en détail

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE FOURNIR UNE ÉNERGIE ABORDABLE, FIABLE ET DURABLE ÉNERGIE DURABLE POUR TOUS Vision de l Initiative «Énergie durable pour tous» Quelque 590 millions de personnes en Afrique subsaharienne

Plus en détail

FORUM AGRIBUSINESS 2012

FORUM AGRIBUSINESS 2012 FORUM AGRIBUSINESS 2012 «Partenariat Investissement Technologie pour relancer l Agriculture africaine» CREDIT MUTUEL DU SENEGAL THEME : FINANCER L AGRICULTURE AFRICAINE : MECANISMES STRATEGIES MODELES

Plus en détail

Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale

Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale Communication à la 23 ème CASA, Rabat/Maroc, du 4 au 7 décembre 2013 Par Lassina PARE, Ingénieur statisticien économiste Directeur

Plus en détail

ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL (OMVS)

ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL (OMVS) ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL (OMVS) PROJET DE GESTION DES RESSOURCES EN EAU ET DE L ENVIRONNEMENT DU BASSIN DU FLEUVE SENEGAL (GEF/BFS) ATELIER DE CONCERTATION SUR LA GESTION DES

Plus en détail

Cartographie des moyens d existence dans les zones rurales. Cartographie de la pauvreté, de l eau et de l agriculture en Afrique subsaharienne

Cartographie des moyens d existence dans les zones rurales. Cartographie de la pauvreté, de l eau et de l agriculture en Afrique subsaharienne Figure 5 Répartition de la pauvreté rurale en Afrique subsaharienne Pauvreté rurale personnes/km 2 aucune donnée < 5 5-10 10-25 25-50 50-75 > 75 Frontières nationales Rivières Formations aquatiques Cartographie

Plus en détail

PROGRAMME REGIONAL POUR LA COHESION SOCIALE ET L EMPLOI DES JEUNES EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE

PROGRAMME REGIONAL POUR LA COHESION SOCIALE ET L EMPLOI DES JEUNES EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE PROGRAMME REGIONAL POUR LA COHESION SOCIALE ET L EMPLOI DES JEUNES EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE Bureau sous-régional, Afrique de l Ouest et du Centre. ASRO-WACA Dakar RAPPORT ANNUEL 2011 D ACTIVITES DU PROJET

Plus en détail

RAPPORT FINAL DE PROJET

RAPPORT FINAL DE PROJET REPUBLIQUE DU TCHAD --------------- PRIMATURE --------------- MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L EAU ET DES RESSOURCES HALIEUTIQUES --------------- PROJET PNUD/FEM/ANCR/PIMS/2452/G3 --------------- Project

Plus en détail

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières»

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières» Position commune France Brésil «volatilité des prix et sécurité alimentaire» Le Brésil et la France considèrent que pour diminuer la volatilité des prix et améliorer la sécurité alimentaire, les actions

Plus en détail

Programme d Activités pour l Emploi des Jeunes dans la Province du Katanga (PAEJK)

Programme d Activités pour l Emploi des Jeunes dans la Province du Katanga (PAEJK) Programme d Activités pour l Emploi des Jeunes dans la Province du Katanga (PAEJK) Projet de coopération déléguée présenté dans le cadre du PIC entre le Royaume de Belgique et la RD du Congo Durée 3 ans

Plus en détail

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE FAITS ET CHIFFRES 1 NOMBRE D HABITANTS : 9,2 millions (estimation World Gazetteer) 2 POURCENTAGE DE LA POPULATION VIVANT AVEC MOINS DE 1,25 $

Plus en détail

Expert(e) International(e) en santé publique Délégué(e) à la co-gestion de la composante «Appui à la demande de soins» Sénégal

Expert(e) International(e) en santé publique Délégué(e) à la co-gestion de la composante «Appui à la demande de soins» Sénégal Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

Fiches Techniques un outil pour faciliter l évaluation du crédit agricole

Fiches Techniques un outil pour faciliter l évaluation du crédit agricole Fiches Techniques un outil pour faciliter l évaluation du crédit agricole Michael Marx, Centre d investissement Organisation des Nations Unies pour l Agriculture et l Alimentation Date: 18 mars 2015 AgriFin

Plus en détail

Durabilité financière des organisations paysannes Les OP peuvent-elles être financièrement plus autonomes? CSA 30/11/2012

Durabilité financière des organisations paysannes Les OP peuvent-elles être financièrement plus autonomes? CSA 30/11/2012 Durabilité financière des organisations paysannes Les OP peuvent-elles être financièrement plus autonomes? CSA 30/11/2012 Principales idées et conclusions issues de l Atelier OP AgriCord organisé à Cotonou,

Plus en détail

PROGRAMME D APPUI A MAÎTRISE D OUVRAGE DES ADMINISTRATIONS DU SECTEUR RURAL MINADER-MINEPIA (AMO) PHASE II 2013-2016 FINANCEMENT C2D

PROGRAMME D APPUI A MAÎTRISE D OUVRAGE DES ADMINISTRATIONS DU SECTEUR RURAL MINADER-MINEPIA (AMO) PHASE II 2013-2016 FINANCEMENT C2D MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL MINISTERE DE L ELEVAGE, DES PÊCHES ET DES INDUSTRIES ANIMANES PROGRAMME D APPUI A MAÎTRISE D OUVRAGE DES ADMINISTRATIONS DU SECTEUR RURAL MINADER-MINEPIA

Plus en détail

Projet de Gestion des Ressources Naturelles phase II (PGRN2)

Projet de Gestion des Ressources Naturelles phase II (PGRN2) Projet de Gestion des Ressources Naturelles phase II (PGRN2) Unité de Coordination Centrale (UCC) Direction Générale du Financement, des Investissements et des Organismes Professionnels Ministère de l

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3 Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire Groupe 3 Plan de l exposl exposé Introduction Méthodologie Résultats : Présentation de l Union paysanne Diagnostic sur les changements

Plus en détail

Inades Formation. Secrétariat Général FONSDEV

Inades Formation. Secrétariat Général FONSDEV Inades Formation Secrétariat Général FONSDEV Inades-Formation Secrétariat Général 08 B. P. : 8 Abidjan 08 Côte d Ivoire - Tél. (225) 22 40 02 16 - Fax (225) 22 40 02 30 - E-mail : ifsiege@inadesfo.net

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

2ème Séminaire international SESAME 2

2ème Séminaire international SESAME 2 2 ème Séminaire international SESAME 2 Meknés, Maroc, les 25 et 26 Avril 2014 Contribution du CGER VALLEE «L Agriculture Familiale dans la Vallée du Fleuve Sénégal» Présentation : Monsieur Amadou THIAW,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES FORMATION

CAHIER DES CHARGES FORMATION CAHIER DES CHARGES FORMATION 1. INTITULE (COMPLETE) DE LA FORMATION : Gestion financière, planification, suivi et évaluation des programmes/projets de 2. CONTEXTE : La stratégie actuelle de l Agence de

Plus en détail

Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin. La pauvreté rurale à Bénin

Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin. La pauvreté rurale à Bénin FIDA/E. Piquion Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin La pauvreté rurale à Bénin Situé en Afrique de l Ouest, le Bénin couvre une superficie d environ 110

Plus en détail

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE PROGRAMME NATIONAL D INVESTISSEMENT AGRICOLE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET

Plus en détail

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES 1 Marrakech -29, 30 et 31janvier 2014 Session 2 Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole L expérience de la Compagnie

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

PROJET DU GOUVERNEMENT DU SENEGAL FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROGERT

PROJET DU GOUVERNEMENT DU SENEGAL FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROGERT 1 PROJET DU GOUVERNEMENT DU SENEGAL PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DEVELOPPEMENT (PNUD) FONDS POUR L ENVIRONNEMENT MONDIAL (FEM) FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROGERT I. INFORMATIONS DE BASE

Plus en détail

Programme d Appui à la Société Civile en Tunisie (PASC Tunisie)

Programme d Appui à la Société Civile en Tunisie (PASC Tunisie) Termes de Référence Evaluation Intermédiaire Programme d Appui à la Société Civile en Tunisie (PASC Tunisie) Composante géré par EPD Introduction Le Programme d'appui à la Société Civile en Tunisie (PASC

Plus en détail

3 ème CONGRES DU RIZ EN AFRIQUE

3 ème CONGRES DU RIZ EN AFRIQUE 3 ème CONGRES DU RIZ EN AFRIQUE ALLOCUTION DU Dr Oumar NIANGADO Délégué de la Fondation YAOUNDE/CAMEROUN, 21-24 OCTOBRE 2013 Mesdames/Messieurs les Ministres (etc.) Permettez-moi tout d abord, au nom du

Plus en détail

Projet pilote de développement local communautaire durable

Projet pilote de développement local communautaire durable - 1 - Projet pilote de développement local communautaire durable Projet «Avenir de Nkounda» Zone rurale périurbaine de la Rivière Rouge et de ses environs (Naissance du 5 ème arrondissement de Pointe-Noire)

Plus en détail

RENFORCEMENT DES CAPACITES DES ACTEURS EN GESTION COLLABORATIVE DE L INNOVATION

RENFORCEMENT DES CAPACITES DES ACTEURS EN GESTION COLLABORATIVE DE L INNOVATION RENFORCEMENT DES CAPACITES DES ACTEURS EN GESTION COLLABORATIVE DE L INNOVATION 1 CONTEXTE Liens avec d autres initiatives du FIDA: - Projet de développement agricole de Matam (PRODAM), Sénégal - Agrinovia,

Plus en détail

PRESENTATION DU MANUEL DE PROCEDURES

PRESENTATION DU MANUEL DE PROCEDURES PROJET D ECOTOURISME ET CONSERVATION DE LA BIODIVERSITE DESERTIQUE (PECBD) PRESENTATION DU MANUEL DE PROCEDURES GHOUDI Zine El Abidine Consultant Janvier 2013 Sommaire 1. Utilité du manuel 2. Sommaire

Plus en détail

République du Sénégal

République du Sénégal République du Sénégal Lotissement CICES, lot 58A- BP : 249 Dakar, Tel. : (221) 33 827.74.53 Fax: (221) 33 827 70 88 e-mail : cncr@cncr.org Site web: www.cncr.org Juillet 2012 Sommaire 1. INTRODUCTION :...

Plus en détail

République du Niger. Croix-Rouge Nigérienne

République du Niger. Croix-Rouge Nigérienne République du Niger Croix-Rouge Nigérienne Thème présenté: La promotion des cultures maraîchères à travers des petits périmètres irrigués collectifs féminins ou mixtes Yayé Mounkaïla Coordonnateur Sécurité

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM)

Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM) Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM) FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PN-PTFM I. INFORMATIONS

Plus en détail

Pourquoi la durabilité et l équité?

Pourquoi la durabilité et l équité? Comment peut-on : Pourquoi la durabilité et l équité? Poursuivre le progrès de manières équitables qui ne nuisent pas à l environnement? Répondre aux aspirations de développement des pauvres dans le monde

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

Compte rendu provisoire 11-1

Compte rendu provisoire 11-1 Conférence internationale du Travail Compte rendu provisoire 104 e session, Genève, juin 2015 11-1 Quatrième question à l ordre du jour: Les petites et moyennes entreprises et la création d emplois décents

Plus en détail

Les Fiches de projet et leur canevas

Les Fiches de projet et leur canevas Les Fiches de projet et leur canevas République du Burundi Ministère de la Sécurité Publique Agence nationale d exécution : Fiche de Projet1 Titre du Projet : Renforcement des capacités de planification

Plus en détail

PROGRAMME DE RESTRUCTURATION ET DE MISE A NIVEAU DE L INDUSTRIE DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA

PROGRAMME DE RESTRUCTURATION ET DE MISE A NIVEAU DE L INDUSTRIE DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- LA COMMISSION ------------ PROGRAMME DE RESTRUCTURATION ET DE MISE A NIVEAU DE L INDUSTRIE DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA Page 1 sur 15 SOMMAIRE

Plus en détail

Mise au concours de l évaluation externe du projet PAFLAPUM III

Mise au concours de l évaluation externe du projet PAFLAPUM III Mise au concours de l évaluation externe du projet PAFLAPUM III Termes de référence Nom du projet: Pays destinataire: Durée du projet: Objectif général du projet: Objectifs spécifiques : Promotion de la

Plus en détail

MICROFINANCE ET ENTREPRENARIAT JEUNES

MICROFINANCE ET ENTREPRENARIAT JEUNES MICROFINANCE ET ENTREPRENARIAT JEUNES Etat des lieux et mesures pour renforcer l'accès durable des jeunes à des services financiers adaptés Proposition d un modèle de financement adapté Absa KANE WANE,

Plus en détail

Stratégie de la couverture maladie universelle au Sénégal Etat des lieux et Perspectives

Stratégie de la couverture maladie universelle au Sénégal Etat des lieux et Perspectives REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ----------------------------------------------------------------------------------------- Stratégie de la couverture maladie universelle au Sénégal Etat des

Plus en détail

EVOLUTION ET PERSPECTIVES EN MATIERE DE GESTION DES FORETS NATURELLES AU NIGER : QUELS PROGRES ET QUEL AVENIR?

EVOLUTION ET PERSPECTIVES EN MATIERE DE GESTION DES FORETS NATURELLES AU NIGER : QUELS PROGRES ET QUEL AVENIR? EVOLUTION ET PERSPECTIVES EN MATIERE DE GESTION DES FORETS NATURELLES AU NIGER : QUELS PROGRES ET QUEL AVENIR? DAN BARIA Soumaila Ingénieur des Eaux et Forêts Coordonnateur d Antenne régionale PNEDD- Haute

Plus en détail

Discours de SEM Idriss Déby ITNO, Président en exercice du CILSS

Discours de SEM Idriss Déby ITNO, Président en exercice du CILSS COMITE PERMANENT INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE DANS LE SAHEL PERMANENT INTERSTATE COMMITTEE FOR DROUGHT CONTROL IN THE SAHEL Bénin Burkina Faso Cap Vert Côte d Ivoire Gambie Guinée Guinée Bissau

Plus en détail

AIDE PUBLIQUE AU DEVELOPPEMENT CONSACREE AU SECTEUR AGRICOLE EN AFRIQUE: acteurs, FORMES, EFFICACITE ET ORIENTATIONS.

AIDE PUBLIQUE AU DEVELOPPEMENT CONSACREE AU SECTEUR AGRICOLE EN AFRIQUE: acteurs, FORMES, EFFICACITE ET ORIENTATIONS. GDN's 16th Annual Global Development Conference session de discussion sur le déclin et le renouveau de l'aide à l'agriculture en Afrique 1 AIDE PUBLIQUE AU DEVELOPPEMENT CONSACREE AU SECTEUR AGRICOLE EN

Plus en détail

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUITEMENT D EXPERTS A travers un Contrat de Service Individuel (Individual Service Agreement - ISA)

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUITEMENT D EXPERTS A travers un Contrat de Service Individuel (Individual Service Agreement - ISA) TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUITEMENT D EXPERTS A travers un Contrat de Service Individuel (Individual Service Agreement - ISA) DESCRIPTION DE POSTE Désignation du poste : Expert en qualité, sécurité

Plus en détail

Présentation du Programme

Présentation du Programme Ministère de l Hydraulique et de l Assainissement République du Sénégal ATELIER DE LANCEMENT SECTORIEL EAU-ASSAINISSEMENT Jeudi 25 septembre 2014, King Fahd Palace Hôtel - Dakar Présentation du Programme

Plus en détail