Manuel de suivi évaluation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Manuel de suivi évaluation"

Transcription

1 Ministère de l Agriculture Unité de Coordination technique et fiduciaire PSAOP/ GDT/ WAAPP Manuel de suivi évaluation Version Janvier 2009

2 Table des matières TABLE DES MATIERES... I TABLE DES ILLUSTRATIONS... IV ANNEXES... VI ACRONYMES... VII 1 OBJECTIFS DU S&E ET MATRICE METHODOLOGIQUE CONTEXTE OBJECTIFS CADRE DE RESULTATS SPECIFIQUES Cadre de résultats du PSAOP Cadre spécifique à la Gestion durable des terres (GDT Cadre de résultats du WAAPP Mesure et reportage des impacts et des performances du projet Suivi des progrès dans la mise en œuvre du projet et des résultats intermédiaires LA MISE EN PLACE D UN SYSTEME DE GESTION DE L INFORMATION État des lieux initial Traitement manuel Système d information central LES MECANISMES DE SUIVI Le suivi d exécution Collecte et agrégation des données primaires Le suivi des résultats Le suivi du contexte Le suivi des objectifs LES MECANISMES D EVALUATION Utilisateurs de l information du système Collecte et agrégation des données d évaluation Éléments pouvant entraver la collecte et le traitement des données Traitement des données APPRECIATION DU RESULTAT D UN INDICATEUR Appréciation de la performance à travers la valeur des indicateurs Évaluation périodique des valeurs cibles en cours de d exécution Évaluation périodique de la performance Évaluation des aspects organisationnels L évaluation des résultats Évaluation du contexte EVALUATION DE L IMPACT DES PROGRAMMES INDICATEURS IDA/FIDA DE MESURE DES RESULTATS Indicateurs IDA/FIDA du PSAOP/GDTIndicateurs de résultat Valeurs cibles de Suivi des Résultats Indicateurs de la Composante A : Appui au système de recherche agro-sylvo-pastoral Valeurs cibles de Suivi des résultats de la composante A Indicateurs de la Composante B : Services de conseil agricole et rural Indicateurs de la Composante C : Organisations de producteurs i

3 Indicateurs de la Composante D : Coordination sectorielle et S&E Indicateur IDA/FIDA du WAAPP Indicateurs de résultat du WAAPP Valeurs intermédiaires cibles des résultats du WAAPP Indicateurs de la composante 1 : Conditions propices à la coopération régionale en matière de génération et dissémination de technologies Valeurs cibles intermédiaires de la Composante Indicateurs de la Composante 2 : Centres de spécialisation Valeurs cibles intermédiaires de la Composante Indicateurs de la Composante 3 : Développement des technologies Valeurs cibles intermédiaires de la Composante Indicateurs de la Composante 4 : Gestion et coordination du Projet Valeurs cibles intermédiaires de la Composante PROCEDURES DE S&E PROCEDURES DE REVUE UCTF COMMUNES A TOUTES LES COMPOSANTES Supervision physique Gestion du système d information Suivi évaluation environnemental (S&EE) Études et enquêtes SUPERVISION PAR L IDA/FIDA Revues ponctuelles et annuelles Examen à mi-parcours MANDATS DES AE Responsabilités spécifiques Outils d information et de collecte des données de l ANCAR Informations sur les rôles dans le circuit de l information de l ANCAR Rôles dans le circuit de l information et le système Outils d information et de collecte des données de l ISRA Informations sur les rôles dans le circuit de l information de l ISRA Rôles dans le circuit de l information et le système Outils d information et de collecte des données du FRNAA Informations sur les rôles dans le circuit de l information du FNRAA Rôles dans le circuit de l information et le système Outils d information et de collecte des données de l ASPRODEB Informations sur les rôles dans le circuit de l information de l ASPRODEB Rôles dans le circuit de l information et le système Processus de transmission des données La supervision en cours d exécution Évaluations après l exécution Auto-évaluation par les OSC Évaluation ex-post ii

4 Calendrier des évaluations Traitement des données Contrôle de la qualité CONTENUS DES RAPPORTS DE S&E Articulation commune des rapports Rapports périodiques de S&E de l UCTF Rapports pour évaluation à mi-parcours et finale TDR POUR LA MESURE DE L IMPACT DU PSAOP CONTEXTE ET JUSTIFICATION Composante A : Appui au Système de Recherche Agro-Sylvo-Pastorale (SNRASP) Composante B : Services de conseil agricole et rural Groupes cibles Composante C : Appui aux organisations de producteurs Groupes et zones cibles Composante D : Coordination sectorielle et S&E LA MESURE DE L IMPACT DU PSAOP Les indicateurs d'impact, effet et satisfaction Pourquoi une évaluation d'impact pour le PSAOP 2? Comment organiser la mesure l impact du PSAOP OBJECTIFS DE LA MESURE DE L IMPACT CONTENUS DES PRESTATIONS (TACHES DU CONSULTANT) DUREE DES PRESTATIONS RESULTATS ATTENDUS PROFIL DES CONSULTANTS DOCUMENTS DISPONIBLES iii

5 Table des illustrations FIGURE 1. CADRE DE RESULTATS DU PSAOP FIGURE 1. SCHEMA DU CADRE DE RESULTATS DU PGDT FIGURE 2. PSAOP/GDT : INDICATEURS DE RESULTAT DES PROJETS FIGURE 3. PSAOP/GDT : VALEURS CIBLES INTERMEDIAIRES DES RESULTATS. 27 FIGURE 4. PSAOP /GDT INDICATEUR IDA/FIDA DE LA COMPOSANTE A FIGURE 5. PSAOP /GDT VALEURS CIBLES INTERMEDIAIRES DE LA COMPOSANTE A FIGURE 6. PSAOP/GDT : INDICATEUR IDA/FIDA DE LA COMPOSANTE B FIGURE 7. PSAOP /GDT VALEURS CIBLES INTERMEDIAIRES DE LA COMPOSANTE B FIGURE 8. PSAOP/GDT : INDICATEUR IDA/FIDA DE LA COMPOSANTE C FIGURE 9. PSAOP /GDT VALEURS CIBLES INTERMEDIAIRES DE LA COMPOSANTE C FIGURE 10. PSAOP /GDT : INDICATEURS IDA/FIDA DE LA COMPOSANTE D FIGURE 11. PSAOP /GDT VALEURS CIBLES INTERMEDIAIRES DE LA COMPOSANTE D 34 FIGURE 12. WAAPP INDICATEURS IDA DE RESULTAT FIGURE 13. WAAPP VALEUR CIBLE INTERMEDIAIRE DES RESULTATS FIGURE 14. WAAPP INDICATEUR IDA DE LA COMPOSANTE FIGURE 15. WAAPP VALEURS INTERMEDIAIRES DES INDICATEURS DE LA COMPOSANTE 1 36 FIGURE 16. WAAPP INDICATEUR IDA DE LA COMPOSANTE FIGURE 17. WAAPP VALEURS INTERMEDIAIRES DES INDICATEURS DE LA COMPOSANTE 2 37 FIGURE 18. WAAPP INDICATEUR IDA DE LA COMPOSANTE FIGURE 19. WAAPP VALEURS INTERMEDIAIRES DES INDICATEURS DE LA COMPOSANTE 3 38 FIGURE 20. WAAPP INDICATEUR IDA DE LA COMPOSANTE FIGURE 21. WAAPP VALEURS INTERMEDIAIRES DES INDICATEURS DE LA COMPOSANTE 4 40 FIGURE 22. ANCAR CLARIFICATION DES ROLES DANS LE CIRCUIT DE L INFORMATION FIGURE 23. ANCAR DEFINITION DES ROLES ET RESPONSABILITES DES ACTEURS DANS LE SYSTEME FIGURE 24. ISRA CLARIFICATION DES ROLES DANS LE CIRCUIT DE L INFORMATION FIGURE 25. ISRA DEFINITION DES ROLES ET RESPONSABILITES DES ACTEURS DANS LE SYSTEME FIGURE 26. FNRAA CLARIFICATION DES ROLES DANS LE CIRCUIT DE L INFORMATION FIGURE 27. FNRAA DEFINITION DES ROLES ET RESPONSABILITES DES ACTEURS DANS LE SYSTEME iv

6 FIGURE 28. ASPRODEB CLARIFICATION DES ROLES DANS LE CIRCUIT DE L INFORMATION FIGURE 29. ASPRODEB DEFINITION DES ROLES ET RESPONSABILITES DES ACTEURS DANS LE SYSTEME FIGURE 30. MODALITE DES EVALUATIONS FIGURE 31. INDICATEURS D IMPACT, EFFET ET SATISFACTION DU PSAOP FIGURE 32. APPROCHE METHODOLOGIQUE : MESURE DE L IMPACT DU PSAOP2 59 v

7 Annexes ANNEXE 1 : FICHES ANCAR ANNEXE 2 : FICHES ISRA ANNEXE3 : FICHES FNRAA ANNEXE 4 : FICHES ASPRODEB vi

8 Acronymes AE ANCAR ASPRODEB CAR CBAP CDSMT CEDEAO CGES CIS CLCOP CORAF CP CR CRAP CRCR DA DAGE DAPS DARH DG DIREL DN DR DRABC FAD FIDA FNRAA GDT ICR IDA IFPRI IMF INP IPC IPD IRSV Agences d exécution Agence Nationale de Conseil Agricole et Rural Association Sénégalaise pour la Promotion du Développement à la Base Centre d Agriculture Rurale Coût budgétisé des activités planifiée Cadre de Dépense Sectoriel à Moyen Terme Communauté Economique des Etats de l Afrique de l Ouest Cadre de Gestion Environnemental et Social cadre d'investissement stratégique Cadre Local de Concertation des Organisations de Producteurs Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricole Comité de pilotage Communes rurales Coût réel des activités planifiée Conseil Régional de Concertation des Ruraux Direction de l Agriculture Direction Administration Générale et Équipement Direction de l Analyse, de la Prévision et de la Statistique Direction générale Direction de l Elevage Direction National Direction régionale Don pour la Recherche Agricole su Base Compétitive Fonds International pour le Développement de l Agriculture Fonds National de Recherche Agricole et Agroalimentaire Gestion durable des terres Rapport de fin de projet (implementation completion report) International Development Agency Institut international de recherche sur les politiques agricoles (International Food Policy Research Institute) Institution de microfinance Institut national de pédologie Indice de performance sur les coûts Indice de performance sur les délais Inspection Régionale des Services Vétérinaires vii

9 ISRA MCA MCE NARS NCOS ONG OP OPFR PGDT PSAOP PTBA PTF R&D RSE RUFG S&E S&EE SFD SGI SITAR SITAR SNRA SNRASP TDR TERI TS UCTF VPI VRI WAAPP Institut Sénégalais de Recherche Agricole Ministère en charge de l agriculture Ministère en charge de l élevage Système national de recherche agricole Centres nationaux de spécialisation Organisation non gouvernementale Organisation des producteurs Fédération régionale d OP Projet de gestion durable des terres Programme des services agricoles et organisations de producteurs Programme technique et Budgétaire Annuel Partenaire technique et financier Recherche et développement Responsable suivi évaluation Responsable Unité financière et de gestion Suivi et évaluation Suivi et évaluation environnemental Service financier décentralisé Système de gestion de l information Système d information Technologique agricole et rurale Système d information Technologique agricole et rurale Système National de Recherche Agro-Sylvo-Pastorale Système National de Recherche Agro-Sylvo-Pastorale Termes de référence Taux d exécution réel de l indicateur Technicien spécialisé Unité technique et fiduciaire Valeur prévue indicateur Valeur réelle indicateur Programme Ouest-Africain de Productivité Agricole viii

10 PSAOP/GDT/WAAPP 1 Objectifs du S&E et matrice méthodologique 1.1 Contexte 1. Le de l UCTF complète les informations disponibles dans les manuels d exécution spécifiques des projets coordonnés et gérés par l UCTF. Toutes les dispositions indiquées dans le manuel de S&E sont également régies par les manuels d exécution respectifs, soit : Le Manuel d exécution du Programme des services agricoles et organisations de producteurs (PSAOP); Le Projet de gestion durable des terres (GDT) inséré dans les composantes du Manuel d exécution du PSAOP; Le Manuel d exécution du Programme Ouest-Africain de Productivité Agricole (WAAPP) 1.2 Objectifs 2. Les objectifs du Suivi et Évaluation (S&E) sont de : (i) (ii) (iii) (iv) (v) Mesurer la progression des activités, la performance des AE et l atteinte des résultats des projets coordonnés par l UCTF (PSAOP, GDT, WAAPP); Prendre la mesure de l évolution d indicateurs spécifiques à chaque composante, dans les secteurs et à la suite des activités financées; Mettre à la disposition des décideurs et des opérateurs des outils quantitatifs et qualitatifs leur permettant : d assurer une évaluation de la performance afin qu ils puissent introduire les corrections nécessaires à une poursuite satisfaisante de la mise en œuvre et de l évolution dans les secteurs visés; de tirer des conclusions sur l efficience des pratiques, afin de conserver l expertise et les mécanismes pertinents au delà du Projet ; Accroître les compétences dans les domaines de l assurance de qualité, du contrôle national, de l utilisation appropriée du S&E pour l ajustement des politiques, du S&E de la totalité des interventions gérées par l UCTF au plan national; Fournir les données pour la communication, dans la perspective de la création d un environnement d'information transparent (sur les flux financiers, les bénéficiaires, les résultats, les indicateurs nationaux.) et disponible pour tous les partenaires sous une forme appropriée. 3. Le S&E est considéré ici comme : Un ensemble d activités de collecte, de gestion, d analyse et d utilisation d informations sur les projets, leurs résultats (gestion financière et technique, produits et services directs, effets, impacts); 9

11 PSAOP/GDT/WAAPP L utilisation de ces résultats pour mesurer la performance des projets (exécution, efficience, efficacité et pérennité) afin de prendre des décisions et des correctifs en temps réels pour améliorer la satisfaction des bénéficiaires et de capitaliser les bonnes expériences. 4. L UCTF est dotée d un système central de coordination permettant de suivre le déroulement des activités entreprises par les différentes AE. Sa mise en œuvre sera appuyée par des mécanismes de renforcement des capacités de supervision et d utilisation de l information. 1.3 Cadre de résultats spécifiques Cadre de résultats du PSAOP Innovations techniques technologiques agricoles agricoles Adoptions d innovations et amélioration de la productivité MINISTERES AGRICULTURE ET ELEVAGE FNRAA UNIVERSITES ISRA ONGS ITA ANCAR STRUCTURES DE CAR ORGANISATIONS DE PRODUCTEURS PRODUCTEURS Amélioration de la sécurité alimentaire et lutte contre la pauvreté MENAGES RURAUX Figure 1. Cadre de résultats du PSAOP2 5. Le PSAOP vise l amélioration de la sécurité alimentaire des ménages ruraux par l augmentation de la productivité via l adoption d innovations techniques agricoles par les producteurs. Le SNRASP va fournir aux chercheurs des fonds pour la recherche à travers deux guichets ouverts au FNRAA : Guichet 1 : Recherche appliquée et stratégique, Guichet 2 : R&D. Les projets de recherche financés sur ce fonds compétitif seront des projets à la demande, pour résoudre des problèmes concrets liés à la productivité. Les projets de recherche devront être mis en œuvre selon une démarche participative avec l implication des producteurs, des services de conseil agricole et exécutés avec des démonstrations autant que faire se peut sur le terrain. 6. Les innovations générées par le SNRASP et ses partenaires seront ainsi adoptées et appliquées par les producteurs dans les zones agro-écologiques appropriées via les services de conseil agricole. L ANCAR jouera à cet effet le rôle de pilotage du Conseil agricole et rural. Elle se déploiera dans toutes les 320 CR du Sénégal pour appuyer les producteurs à exprimer leurs besoins et élaborer de façon participative leurs programmes locaux. L Agence en relation avec les autres acteurs publics et 10

12 PSAOP/GDT/WAAPP privés de Conseil agricole appuiera les producteurs dans la mise en œuvre de leurs programmes et le renforcement de leurs capacités notamment pour les nouvelles innovations techniques agricoles. Pour ce faire, l Agence mettra en place un système d information sur les technologies agricoles (SITAR). 7. Les producteurs, pour mieux exploiter toutes ces opportunités, devront être mieux organisés et devront impliquer davantage les femmes et les jeunes dans la prise de décision et les bénéfices du programme. A travers la composante OP, ils recevront un éventail de services de renforcement de capacité institutionnelle et organisationnelle à travers leurs structures faîtières (plateformes, fédérations) et seront organisés au niveau des CR à travers les CLCOP. 8. Pour mieux superviser et coordonner les activités de leurs secteurs respectifs, les Ministères de l Agriculture et de l Elevage se doteront d un cadre de dépenses sectoriels à moyen terme (CDSMT) et de systèmes d information sectoriels. Leurs capacités techniques, logistiques et humaines seront renforcées à cet effet Cadre spécifique à la Gestion durable des terres (GDT Impact sur l écosystème : Accroissement de la couverture végétale, Couverture de toutes les terres dégradées Impact sur la productivité agricole et la réduction de pauvreté Accroissement de la productivité agricole, Accroissement du revenu agricole des ruraux, Renforcement des capacités des producteurs à prendre en compte la GDT dans leur planification et à accéder aux ressources pour appliquer les techniques liées à la GDT Renforcement et accessibilité de l offre de services CAR en GDT : Intégration des technologies GDT dans les programmes CAR, Fourniture de conseils GDT aux producteurs Développement et transfert d innovations technologiques GDT Renforcement des capacités de coordination et de planification intersectorielles en GDT Figure 1. Schéma du cadre de résultats du PGDT 9. La GDT vise l amélioration de la productivité agricole et la restauration des fonctions des écosystèmes agricoles. Ce résultat sera mesuré dans la zone d intervention via l accroissement de la productivité des activités ciblées, l accroissement du revenu agricole et l accroissement de la couverture végétale. 10. Pour atteindre ce résultat global, des innovations technologiques seront développées, diffusées et progressivement transférées aux services de CAR ce qui permettra d améliorer l offre de services en GDT aux producteurs. Les technologies GDT seront intégrées dans les programmes CAR de la plupart des communautés rurales de la zone d intervention et les producteurs ciblés intégreront des pratiques GDT dans leurs activités. Afin de les pérenniser, plusieurs sous projets d application 11

13 PSAOP/GDT/WAAPP des techniques GDT initiés par ces derniers seront financés. Les capacités des producteurs à prendre en compte la GDT dans leur planification seront également renforcées et plusieurs élus locaux et leaders d OP seront formés en plaidoyer GDT. 11. Pour renforcer ces résultats, les capacités de coordination et de planification intersectorielles en GDT seront renforcées. Il y aura prise en compte dans le CDMT du cadre d'investissement stratégique (CIS) GDT et l intégration dans le système d information de S&E du secteur agricole de toute information pertinente sur la GDT Cadre de résultats du WAAPP 12. Le système de SE sera conçu pour suivre l impact et les résultats intermédiaires du projet. Le CORAF aura la responsabilité principale du système de SE du projet. Dans ce contexte, le CORAF définira les méthodologies standards pour la collecte des données, les techniques de traitement ainsi que la mesure des impacts aussi bien au niveau du Sénégal qu au niveau régional pour permettre la comparaison entre pays Mesure et reportage des impacts et des performances du projet 13. Au niveau régional, le CORAF sous-traitera avec des agences régionales et internationales appropriées pour mettre à jour les études sur la productivité agricole pour les années avenirs, sur la base de l étude conduite avec l appui d IFPRI en 2006, qui a également servi de référence pour suivre la progression de la productivité agricole dans la région. Ces études qui ne porteront pas uniquement sur les pays participants au projet, mais sur l ensemble des pays de la CEDEAO seront conduites à deux reprises au cours de la vie du projet : avant la revue à mi-parcours du projet (année 3 après l entrée en vigueur) et avant la clôture du projet pour les besoins du rapport de fin de projet (ICR). 14. Au niveau du Sénégal, les centres nationaux de spécialisation seront chargés de mesurer l impact des technologies produites et diffusées avec l appui du projet. A cette fin, les centres conduiront des enquêtes auprès des paysans pour mesurer les indicateurs sur l amélioration de la productivité et l adoption des technologies. De telles enquêtes seront conduites tout au long de la vie du projet et incluront à la fois les échantillons ayant adoptés les technologies et les échantillons témoins (n ayant pas adoptés les technologies). Les centres conduiront également des analyses filières et des référencements pour identifier de façon régulière, les carences en matière de connaissance et les domaines clés pour les futurs programmes de recherche, ainsi que mettre à jour les progrès et de la performance du pays par rapport aux filières. Le projet appuiera ces analyses ainsi que les enquêtes dans le cadre des programmes financés au profit des centres de spécialisation, pour lesquels un rapport annuel sera régulièrement produit à partir de la fin de l année 2, par rapport à l entrée en vigueur du projet Suivi des progrès dans la mise en œuvre du projet et des résultats intermédiaires 15. Le CORAF et l UCTF en charge de la gestion des dons, seront responsables du maintien à jour de la base de données, avec une interface Internet, sur les résultats de gestion des dons. Cette base de données sera accessibles au public et fournira les informations suivantes : requêtes, processus et procédures de sélection, bénéficiaires et résultats. En outre, le CORAF administrera une base de données sur les ressources 12

14 PSAOP/GDT/WAAPP en matière de recherche agricole, sous forme de publication et de compétences en matière de recherche disponibles dans la région. Une évaluation indépendante des sous projets financés par les deux guichets (Sénégal, régional) sera conduite de façon annuelle à partir de la fin de l année 2, par rapport à l entrée en vigueur du projet. Cette évaluation rendra compte, à travers une approche tableau de bord, de tous les éléments pertinents du sous projet, y compris la conformité avec les priorités nationales, la participation des bénéficiaires et l adhésion, la qualité de la gestion financière, la conformité avec les politiques de sauvegarde de la Banque, les accomplissements au niveau scientifique et l efficacité du transfert aux utilisateurs, la qualité des documents de suivi et la communication destinée au public. 16. Sur la base du système de SE, l UCTF produira des rapports trimestriels et des tableaux de bord sur les secteurs prioritaires nationaux, les dons destinés à la recherche et les résultats. Le CORAF produira un rapport annuel consolidé, basé sur les rapports des pays participants et ses propres études. Ce rapport sera distribué au pays de la CEDEAO. Le CORAF informera également les pays participants, de façon annuelle, sur l avancement des activités et l utilisation des fonds mis à disposition par les pays, avec toute la documentation requise (états financiers, audits financiers, rapports d avancement, etc.) telle qu approuvée par son comité de supervision. 17. Le système de S&E de l UCTF servira au système de SE régional du CORAF. En outre, le CORAF est en train de développer un système d information sur les technologies agricoles avec une interface Internet. On peut donc considérer que la structure de base du système de SE est en place. Ce système sera renforcé et amélioré au niveau national et régional, comme reflété dans la table des coûts du projet. 1.4 La mise en place d un système de gestion de l information État des lieux initial 18. L UCTF effectuera ou fera effectuer par l AE l état des lieux initial relatif à la situation de référence (baseline), ceci dans tous les cas où cela sera jugé nécessaire à la mesure subséquente des indicateurs des projets gérés par l UCTF. L état des lieux sera complété dans un délai de trois mois après la mise en vigueur. Les activités comprendront : La finalisation de la méthodologie, les instruments de mesure, le calendrier opérationnel et le budget prévisionnel ; La collecte et la validation des données. Si les données requises ne sont pas disponibles, on pourra se référer à des estimations initiales pour les indicateurs retenus à partir des moyennes mesurées par les enquêtes nationales ou par d autres projets; L enregistrement et la consolidation des données ; L analyse et la rédaction d un rapport d état des lieux initial suivant un format à déterminer avec l UCTF Traitement manuel 19. Le traitement manuel se fera à partir des informations primaires collectées par les AE à travers les fiches de collecte, de comptes rendus d activités et de rapports 13

15 PSAOP/GDT/WAAPP périodiques d exécution des actions. Il sera fait par chaque AE et transcrit au logiciel de suivi financier et au logiciel de suivi technique Système d information central 20. L UCTF disposera d un système central d information basé sur la collecte, l enregistrement et le traitement des données du Projet et ce en temps réel et sur une base pérenne. Le système comprendra: Le SGI informatisé central, alimenté par les données des AE et de l UCTF. Il reposera sur (a) le système d acquisition de l information (supports harmonisés de collecte, méthodologie et périodicité, etc.) (b) un transfert rapide de données précises et fiables à l UCTF; La recherche opérationnelle comprenant la collecte, l interprétation et la diffusion des résultats; Le suivi financier, en concordance avec le suivi technique ; L exploitation des données reçues en temps réel pour le diagnostic et la planification à court terme. Les données serviront également à l élaboration des plans d actions annuels; Le système doit être utilisé comme un outil d aide à la décision en permettant de réorienter les plans d action en fonction des résultats atteints ; L archivage des données reçues, des diagnostics et des analyses; La diffusion de l information pour la mobilisation en temps opportun et l ajustement des interventions des AE. 21. L UCTF mettra en place le logiciel spécifique de S&E technique des activités des projets dont elle a la responsabilité. Elle compilera au fur et à mesure dans le tableau de bord approprié l état d avancement de toutes les composantes en cours. Le logiciel permettra notamment l obtention (i) des taux d exécution technique, (ii) des écarts versus les indicateurs de performance prédéterminés, (iii) des résultats atteints. 22. Une importance toute particulière sera portée à la codification informatique des activités. C est elle qui permettra que des informations de sources et de natures différentes soient gérées de manière cohérente. Chaque activité (et dépense afférente) effectuée recevra une imputation de codes. Les codes analytiques, géographiques, comptables, budgétaires et financiers seront définis par le responsable du montage du système de S&E afin que la concordance entre les deux systèmes soit optimale. 23. L UCTF contrôlera la pertinence, la consistance et la cohérence des données de S&E à l entrée et à la sortie. Elle mettra en place trois points de contrôle, soit : A l entrée des données en provenance de sources différentes, Au moment de la centralisation et de la saisie, notamment par la vérification systématique des données hors normes et autres types d anomalies, A la sortie afin de détecter les incohérences. 14

16 PSAOP/GDT/WAAPP 1.5 Les mécanismes de suivi 24. Le suivi désigne l examen continu et de routine des activités du projet en cours d exécution. Les données de suivi sont collectées de façon continue durant la phase de mise en œuvre des projets (PSAOP, GDT, WAAPP). Quatre catégories de suivi seront considérées: (i) le suivi d exécution, (ii) le suivi des résultats, (iii) le suivi du contexte et (iv) le suivi des objectifs Le suivi d exécution 25. Il comprendra pour chaque composante : (i) (ii) (iii) (iv) La supervision physique et permanente de l exécution qui permettra (i) la vérification des activités réalisées et l'identification précoce des difficultés ou de solutions reproductibles, (ii) la comptabilisation des actions menées et des bénéficiaires. Les instances de supervision de chaque composante recueilleront les données sur des fiches prévues à cet effet au cours de la réalisation des activités sur le terrain; Le suivi technique informatisé qui servira à vérifier l avancement des activités du projet par rapport à un calendrier déterminé dans le plan analytique du programme, et à comptabiliser le nombre d actions menées et d organismes impliqués par rapport aux objectifs fixés; Le suivi financier qui traque les inputs et les coûts du projet par activité à travers des catégories de dépenses prédéfinies dans le plan budgétaire. Il permettra d apprécier l évolution des décaissements du projet et de constater les écarts par rapport aux prévisions; Le suivi organisationnel qui s intéresse à la durabilité, au développement institutionnel et au renforcement des capacités inhérentes au programme et à ses partenaires directs Collecte et agrégation des données primaires 26. Le suivi sera basé sur la collecte des données primaires par les acteurs de terrain et leur intégration dans le système informatisé de gestion de l information (SGI) opéré par les AE et l UCTF. Les principaux outils de suivi seront ici : (i) (ii) (iii) (iv) Les divers cahiers de notes et fiches complétés au moment du déroulement des activités et de la supervision, Les rapports d activités des AE chargées de composantes et de l UCTF; Les tableaux de bord; Les rapports financiers de l UCTF. 27. La collecte des données primaires constituera le noyau du système de S&E : (i) Niveau 1 : Les intervenants sur le terrain qui développeront, réaliseront et documenteront les activités. Pendant la mise en œuvre, ils utiliseront des outils pratiques : registres/cahiers/fiches de comptes rendus d activités et comptes rendus mensuels, et canevas de rapports d activités 15

17 PSAOP/GDT/WAAPP (ii) (iii) trimestriels qui collectent les données de base nécessaires au calcul des indicateurs ; Niveau 2 : Les structures de coordination des AE qui centraliseront, traiteront et valideront les données. Les données consolidées seront transmises à l UCTF ; Niveau 3 : L UCTF procédera à la vérification des indicateurs, à leur agrégation et à l élaboration du rapport consolidé. Elle fera également la dissémination du rapport de S&E aux principaux destinataires : CP, PTF et acteurs des niveaux 1 et 2 ( rétro-information). 28. Les rapports et comptes rendus suivront une articulation commune de façon à faciliter à la fois la saisie et la diffusion des informations. Le Manuel d exécution du PSAOP/GDT et celui du WAAPP et le de l UCTF indiquent la teneur des informations demandées et leur périodicité Le suivi des résultats 29. C est le suivi des effets des projets (les réponses des populations cibles aux activités et outputs du projet) et des impacts (la contribution du projet aux changements fondamentaux et durables induits sur les populations cibles). Les aspects lies aux effets du projet peuvent être abordés ici mais le seront mieux lors des évaluations. 30. L évaluation de l impact est rarement concernée par le suivi mais reste l activité essentielle de l évaluation proprement dite. Les effets du projet sont suivis en évaluant les perceptions (opinions ou réactions) et les réponses (changement de comportement) des populations cibles du projet aux outputs du projet. Un tel suivi aide les gestionnaire du projet à mesurer le degré d acception (ou d adoption) des outputs du projet et de ses interventions sur les groupes cibles. Les indicateurs qui mesurent les effets se focalisent sur les changements d attitudes et d habitudes, par exemple, changement dans les pratiques culturales ou l acceptation des méthodes de planification familiale Le suivi du contexte. 31. Les risques et hypothèses liés à la mise en œuvre des activités des projets seront évalués et des actions de mitigation seront planifiées et reversées dans les PTBA. Les hypothèses et risques menacent les relations de cause à effet entre les différents niveaux du cadre de résultats des projets qui sont mis en œuvre en parfaite synergie. 32. L évaluation des risques et hypothèse se fait à travers deux variables clés : La probabilité d occurrence du risque : captée à travers les trois modalités suivantes (élevée, moyenne, faible) ; L impact du risque sur les résultats du projet au cas où il surviendrait : capté à travers les modalités suivantes (Important, moyen, faible). 33. L analyse du risque après son évaluation se fait à l aide de la matrice suivante pour chaque risque : 16

18 PSAOP/GDT/WAAPP IP PO Important Moyen Faible Elevée Moyenne Faible PO : Probabilité d occurrence ; IP : Impact sur le projet. 34. Si après l analyse du risque à travers les deux variables précitées, le risque se retrouve dans la zone rouge de la matrice, il sera conclut que le risque est dangereux et un plan de mitigation devra être élaboré pour l expulser dans la zone verte. C est-àdire qu après la mise en œuvre des activités de mitigation, la probabilité d occurrence du risque est minimisée Le suivi des objectifs. 35. C est le processus de suivi des objectifs et stratégies du projet pour un ajustement systématique aux changements dans les besoins des populations et groupes cibles. Le suivi des objectifs permet l appréciation des conditions d atteinte des objectifs du projet selon le degré et l envergure actuels de la mise en œuvre des activités. 36. Le suivi des objectifs sert aussi à vérifier l existence de toutes sortes d effets ou d impacts non prévus ou des effets négatifs (conséquences négatives du projet). Cette activité de suivi est généralement menée à la revue à mi-parcours ou à l évaluation final (ou terminale) du projet, mais aussi souvent lors des revues et bilan annuels. 1.6 Les mécanismes d évaluation 37. L évaluation fera l examen critique périodique des résultats atteints, par rapport aux valeurs cibles identifiées. Elle permettra d apprécier la pertinence, la cohérence, l efficacité, l efficience et l impact de la mise en œuvre. Elle comprendra: (i) (ii) (iii) (iv) (v) L évaluation ex-ante ou a priori : elle s effectuera avant l exécution du projet et précisera la situation de référence ; L évaluation périodique (ex. annuelle) des résultats obtenus par rapport aux valeurs cibles pour la période considérée ; L auto évaluation par les AE et les bénéficiaires des activités réalisées. qui feront la comparaison des objectifs fixés et des résultats atteints. L auto-évaluation sera réalisée par les personnes qui auront la responsabilité directe de l exécution. L auto-évaluation devrait avoir pour résultat une meilleure planification des activités futures; L évaluation finale : elle aura lieu quelques semaines/mois avant l achèvement des activités lorsque ses résultats et son impact sont censés être intégralement réalisés; Evaluation Ex-Post : 5 à 10 ans après la clôture du projet. Mesure les impacts économiques, sociaux et environnementaux du projet sur les bénéficiaires. 17

19 PSAOP/GDT/WAAPP (vi) L évaluation externe à mi-parcours qui mesurera les résultats et performances à date ; (vii) Les études périodiques externes (résultats et impacts) ; (viii) L évaluation finale du projet (résultats et impacts), Utilisateurs de l information du système 38. L implication des utilisateurs potentiels (gestionnaires, agents de terrain, et groupes cibles) dans le système de S&E aidera non seulement à clarifier leurs exigences d'information, mais encore assurera leur soutien au système de S&E et à l utilisation de ses résultats. (i) (ii) (iii) (iv) (v) (vi) (vii) Les bénéficiaires ou groupes cibles : Les bénéficiaires ultimes des services et produits des projets sont les producteurs et leurs ménages pour toutes les activités agricoles et l élevage dans les zones rurales du Sénégal. Ils gèrent des exploitations familiales et sont appuyés par leurs organisations et des partenaires locaux parmi lesquels le Conseiller Agricole et Rural. Les organisations de producteurs (OP): Les bénéficiaires sont regroupés au sein d organisations pour mieux se structurer et créer des cadres de concertations aux niveaux Communautaire et régional. Ces organisations ont formé des structures faîtières comme les fédérations, interprofessions agricoles et plateformes. Dans la mise œuvre des activités, un certain nombre de structures seront mis en place et seront institutionnalisées pour assurer la durabilité opérationnelle des services à la base: il s agit des CLCOP et CRCR, des organisations de producteurs semenciers, etc. Les acteurs de la recherche : Les chercheurs, leurs institutions, les ONG auront pour charge de produire de façon participative les innovations techniques agricoles adaptées; Les Agences d exécution et leurs staffs : Les activités du PSAOP et du Projet GDT seront mises en œuvre par des AE que sont : le FNRAA, l ISRA, l ITA, l ANCAR, l ASPRODEB, CERAAS et l INP. L ANCAR et l ASPRODEB disposent d agents au niveau régional et local. L ANCAR dispose en outre de CAR dans les Communautés rurales; Les Ministères en charge de l Agriculture et de l Élevage : La DAPS représente le Ministère en charge de l Agriculture dans l exécution des aspects agricoles du programme. La DIREL représente le MCE dans l exécution des activités du secteur de l élevage; L Unité de Coordination technique et fiduciaire : L UCTF et son personnel chargée de la coordination technique et fiduciaire de l ensemble du programme; Les décideurs de l État : les collaborateurs et coordonnateurs des programmes partenaires locaux, les responsables politiques et planificateurs locaux, les fonctionnaires des ministères, les services déconcentrés des ministères, et les politiciens comme les députés et les élus locaux. 18

20 PSAOP/GDT/WAAPP (viii) Les Bailleurs de fonds : L IDA, le FIDA, le FEM leurs chargés de programmes et autres personnels. (ix) Autres utilisateurs potentiels : Les universitaires, les chercheurs, conseillers techniques des ministères pour les intérêts professionnels partagés, l analyse et les applications alternatives ; les médias, journalistes pour la dissémination de résultats significatifs montrant la transparence et responsabilité publique. 39. Les différences entre ces groupes résident dans : (i) leurs perceptions des objectifs du système de S&E, (ii) leurs intérêts à l'information générée comme résultat du système de S&E. Mais ces divers utilisateurs sont préoccupés par la qualité de l information qu ils cherchent à travers des critères clairs. Chaque utilisateur est donc mu par ses préoccupations qui peuvent se retrouver dans les objectifs de : Contrôler les réalisations financières et physiques et ainsi les décisions prises (ou révisées) sur l utilisation des ressource et dépenses pour le fonctionnement; Contrôler la distribution des bénéfices du projet; certaines couches peuvent bénéficier plus que d'autres. Cette information est utile aux acteurs voulant contrôler la responsabilité et l équité de l UCTF et des projets; Examiner les réponses de la population cible par rapport aux services et contributions fournis par les projets; une telle information pourra aider à assurer l'acceptabilité et l utilité des activités du projet; Etudier les problèmes spécifiques de mise en œuvre auxquels les projets font face et ainsi identifier les causes solutions; Déterminer quel est l'impact sur la population cible, surtout sur la qualité et les normes de vie (revenu, productions, renforcement des capacités, rapport à l environnement, etc.) comme un résultat direct, i.e., à évaluer l'impact attribuable à un programme; Vérifier la conformité et la responsabilité, pour rencontrer les exigences de l IDA, du FIDA et du FEM Collecte et agrégation des données d évaluation 40. Les activités d évaluation généreront des informations quantitatives et qualitatives et permettront aussi bien la vérification des indicateurs IDA/FIDA que la définition de nouvelles approches d intervention. Les études et enquêtes effectuées constitueront un mécanisme de collecte privilégié pour l obtention des informations sur certains indicateurs (résultats, impacts) que le suivi ne fournit pas. Au total, les données à collecter par les activités d évaluation porteront généralement sur les changements observés en termes de (i) (ii) Appréciation du niveau d atteinte de l objectif visé lors de la planification ; Valeur (mesure) de l indicateur de résultat / d impact IDA/FIDA retenu lors de la planification ; 19

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

Les Fiches de projet et leur canevas

Les Fiches de projet et leur canevas Les Fiches de projet et leur canevas République du Burundi Ministère de la Sécurité Publique Agence nationale d exécution : Fiche de Projet1 Titre du Projet : Renforcement des capacités de planification

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT DIAGNOSTIC DE L INNOVATION ET DE L ETAT DE LA VALORISATION DES RESULTAS DE LA RECHERCHE AU SENEGAL 1/8 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Levier essentiel

Plus en détail

Quelques conseils pour le choix des indicateurs

Quelques conseils pour le choix des indicateurs IDENTIFIER LES INDICATEURS ET LES CIBLES Pourquoi se doter d indicateurs de suivi Étant donné l aspect dynamique du contexte dans lequel s inscrit votre projet, il est important de mesurer de façon continue

Plus en détail

(Stratégies de mise en œuvre, défis et solutions pratiques) Un Séminaire de renforcement des capacités pour les points focaux nationaux du CAFRAD

(Stratégies de mise en œuvre, défis et solutions pratiques) Un Séminaire de renforcement des capacités pour les points focaux nationaux du CAFRAD Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Institut Islamique de Recherches et de Formation Séminaire sur L Opérationnalisation de la gestion axée sur la performance

Plus en détail

MESURE DE LA PERFORMANCE DES EXPÉRIENCE DE L INSPECTION GÉNÉRALE POLITIQUES PUBLIQUES AU MAROC: DE L ADMINISTRATION TERRITORIALE

MESURE DE LA PERFORMANCE DES EXPÉRIENCE DE L INSPECTION GÉNÉRALE POLITIQUES PUBLIQUES AU MAROC: DE L ADMINISTRATION TERRITORIALE ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE L INTERIEUR INSPECTION GENERALE DE L ADMINISTRATION TERRITORIALE MESURE DE LA PERFORMANCE DES POLITIQUES PUBLIQUES AU MAROC: EXPÉRIENCE DE L INSPECTION GÉNÉRALE DE L ADMINISTRATION

Plus en détail

Expert(e) International(e) en santé publique Délégué(e) à la co-gestion de la composante «Appui à la demande de soins» Sénégal

Expert(e) International(e) en santé publique Délégué(e) à la co-gestion de la composante «Appui à la demande de soins» Sénégal Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

DIRECTEUR DU PROJET D APPUI À LA GOUVERNANCE INSTITUTIONNELLE (PAGI)

DIRECTEUR DU PROJET D APPUI À LA GOUVERNANCE INSTITUTIONNELLE (PAGI) REPUBLIQUE DE MADAGASCAR GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT TERMES DE RÉFÉRENCE POUR LE RECRUTEMENT DU DIRECTEUR DU PROJET D APPUI À LA GOUVERNANCE INSTITUTIONNELLE (PAGI) I. Contexte et Justification

Plus en détail

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 1. L expérience analysée L animation de la concertation dans le processus d élaboration du Plan Communal de Développement (PCD) de Jean

Plus en détail

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre COMMISSION DE LA CEDEAO Note méthodologique Task Force «Instrument de financement des intrants» Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plus en détail

la notation financière et sociale, la formation professionnelle ou le renforcement de capacités, le coaching (l encadrement) et le conseil.

la notation financière et sociale, la formation professionnelle ou le renforcement de capacités, le coaching (l encadrement) et le conseil. 1. PRÉSENTATION DE CECA RATING SARL CECA Rating est une société à responsabilité limitée (SARL) créée en décembre 2012 avec un capital de FCFA 1.000.000. La création de CECA Rating est le fruit d une réflexion

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI133

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI133 TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI133 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Durée totale des jours prévus Elaboration d un manuel des procédures

Plus en détail

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ L ORGANE DIRECTEUR, PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT Rappelant que la Stratégie de financement a pour objectifs

Plus en détail

CONTRIBUTION DE L ADLR AU DEVELOPPEMENT LOCAL

CONTRIBUTION DE L ADLR AU DEVELOPPEMENT LOCAL ASSOCIATION POUR LE DEVELOPPEMENT LOCAL ADL- Rabat CONTRIBUTION DE L ADLR AU DEVELOPPEMENT LOCAL Octobre 2006 ADL, B.P. 6447, Rabat-Madinat Al Irfane 10.100, Al Massira III, Avenue Al Majd, Imb 14, Apt

Plus en détail

Pourquoi une stratégie nationale? Rôle et importance de la statistique. Pourquoi une stratégie nationale (suite et fin)?

Pourquoi une stratégie nationale? Rôle et importance de la statistique. Pourquoi une stratégie nationale (suite et fin)? Stratégie nationale de de la Stratégie de de la de la République de Guinée Equatoriale. 2003-2008 Séminaire de présentation de la Stratégie de de la de la Guinée Equatoriale. Malabo, 25 janvier 2005 Présentation

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA

SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA INTITULE DU PROJET : PROJET DE PROMOTION DE L INITIATIVE LOCALE POUR LE DEVELOPPEMENT D AGUIE 1 Intitulé du Projet : Projet de Promotion de l Initiative Locale pour le

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN SPECIALISTE EN PASSATION DES MARCHES

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN SPECIALISTE EN PASSATION DES MARCHES BURKINA FASO ----------------------------- MINISTERE DE LA JEUNESSE, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DE L EMPLOI PROJET EMPLOIS DES JEUNES ET DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES AU BURKINA FASO (PEJEDEC/BF)

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

RAPPORT FINAL DE PROJET

RAPPORT FINAL DE PROJET REPUBLIQUE DU TCHAD --------------- PRIMATURE --------------- MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L EAU ET DES RESSOURCES HALIEUTIQUES --------------- PROJET PNUD/FEM/ANCR/PIMS/2452/G3 --------------- Project

Plus en détail

RÉPUBLIQUE DE GUINÉE MINISTÈRE DES MINES ET DE LA GÉOLOGIE (MMG) PROJET D APPUI À LA GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER (PAGSEM) GUINÉE

RÉPUBLIQUE DE GUINÉE MINISTÈRE DES MINES ET DE LA GÉOLOGIE (MMG) PROJET D APPUI À LA GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER (PAGSEM) GUINÉE RÉPUBLIQUE DE GUINÉE MINISTÈRE DES MINES ET DE LA GÉOLOGIE (MMG) PROJET D APPUI À LA GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER (PAGSEM) GUINÉE Financement: IDA N H 8040-GN TERMES DE REFERENCE FORMATION EN PLANIFICATION

Plus en détail

POLITIQUE 2500-031. ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11. MODIFICATION : Conseil d administration Résolution :

POLITIQUE 2500-031. ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11. MODIFICATION : Conseil d administration Résolution : POLITIQUE 2500-031 TITRE : Politique de gestion intégrée des risques ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11 MODIFICATION : Conseil d administration Résolution : ENTRÉE EN

Plus en détail

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Document d orientation aux organismes publics Annexe A Rôles et responsabilités détaillés des

Plus en détail

# 07 Charte de l audit interne

# 07 Charte de l audit interne Politiques et bonnes pratiques # 07 de l audit Direction générale fédérale Service Redevabilité & Qualité Janvier 2015 Approuvé par le Comité des audits Juin 2013 Approuvé par le Directoire fédéral Juillet

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

1. Administration et exécution des opérations financières du programme

1. Administration et exécution des opérations financières du programme UNITED NATIONS ENTITY FOR GENDER EQUALITY AND THE EMPOWERMENT OF WOMEN DESCRIPTION DE POSTE I. Information sur le poste Titre du poste: Assistant(e) aux Opérations Type de Contrat : Contrat de Service

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

Terme de référence Spécialiste Gestion financière

Terme de référence Spécialiste Gestion financière Terme de référence Spécialiste Gestion financière Sous la supervision générale du Directeur Général de l A.N.P.I, Agence d Exécution du projet les consultants auront pour mission : 1. Le SGF sera responsable

Plus en détail

RAPPORT DES PROGRES ANNUELS 2011

RAPPORT DES PROGRES ANNUELS 2011 MINISTERE DU PLAN, DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET DU DEVELOPPEMENT COMMUNAUTAIRE PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT PROGRAMME CONJOINT MARADI Niger RAPPORT DES PROGRES ANNUELS 2011 Janvier

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud FIC/Inf.1 15 juin 2011 Le Cap, Afrique du Sud ELABORATION D EXPOSES DIDACTIQUES POUR LE FORUM DES PARTENARIATS 2012 Note : ce document d information sera présenté dans la rubrique «Questions diverses»

Plus en détail

Termes de Référence Spécialiste en Gestion Financière

Termes de Référence Spécialiste en Gestion Financière Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development Termes de Référence Spécialiste en Gestion Financière

Plus en détail

STRATEGIE NATIONALE POUR L EQUITE ET L EGALITE DE GENRE AU SENEGAL

STRATEGIE NATIONALE POUR L EQUITE ET L EGALITE DE GENRE AU SENEGAL République du Sénégal Ministère de la Famille, de la Solidarité Nationale, de l Entreprenariat Féminin et de la Micro Finance --------- Direction de l Equité et de l Egalité de Genre STRATEGIE NATIONALE

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

Responsable en Passation de Marchés Page 1

Responsable en Passation de Marchés Page 1 Le Projet de Renforcement des Capacités Institutionnelles pour l Efficacité Gouvernementale (PRCIEG) Titre : Termes de référence pour le recrutement d un Responsable de Passation de Marchés (RPM) 1. Contexte

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI136 (volet 2)

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI136 (volet 2) TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI136 (volet 2) I. Informations générales Intitulé de la mission Mission de Renforcement des capacités en gestion financière et comptable de subvention Composante Thématique(s)

Plus en détail

Projet de Gestion des Ressources Naturelles phase II (PGRN2)

Projet de Gestion des Ressources Naturelles phase II (PGRN2) Projet de Gestion des Ressources Naturelles phase II (PGRN2) Unité de Coordination Centrale (UCC) Direction Générale du Financement, des Investissements et des Organismes Professionnels Ministère de l

Plus en détail

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1)

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) LIENS FONCTIONNELS : - Direction Outremer (DIROM) -

Plus en détail

OBJECTIF. 2 RESULTATS. 2 INDICATEURS D IMPACT. 2 PRE-REQUIS. 2 ACTIVITES ET LIVRABLES. 2 PLANNING. 6 PRESTATAIRES. 6 PLAFOND DES CONTRIBUTIONS.

OBJECTIF. 2 RESULTATS. 2 INDICATEURS D IMPACT. 2 PRE-REQUIS. 2 ACTIVITES ET LIVRABLES. 2 PLANNING. 6 PRESTATAIRES. 6 PLAFOND DES CONTRIBUTIONS. Programme MOUSSANADA Axe : Système d information Action d assistance à la maîtrise d ouvrage pour l intégration d une solution informatique intégrée métier TERMES DE RÉFÉRENCE OBJECTIF... 2 RESULTATS...

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

PLAN DE MOBILISATION DES FONDS 2014-2017 ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE

PLAN DE MOBILISATION DES FONDS 2014-2017 ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE PLAN DE MOBILISATION DES FONDS ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE Bujumbura, JUIN 2014 0. Introduction

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

Evaluation Finale du Projet / Atlas Award ID: 00051803

Evaluation Finale du Projet / Atlas Award ID: 00051803 REPUBLIQUE DE LA GUINEE EQUATORIALE MINISTERE DE LA PÊCHE ET DE L ENVIRONNEMENT Direction Générale de l Environnement Evaluation Finale du Projet / Atlas Award ID: 00051803 Titre du projet: Renforcement

Plus en détail

Mise à jour : septembre 2011. Chapitre 19 L évaluation du Bureau de l audit interne et la reddition de comptes

Mise à jour : septembre 2011. Chapitre 19 L évaluation du Bureau de l audit interne et la reddition de comptes Mise à jour : septembre 2011 Chapitre 19 L évaluation du Bureau de l audit interne et la reddition de comptes Table des matières 1. L évaluation de la performance... 1 2. Les mécanismes d évaluation...

Plus en détail

Innovations des statistiques officielles

Innovations des statistiques officielles MINISTERE DU PLAN ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ------------------- CENTRE NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ETUDES ECONOMIQUES DIRECTION DES STATISTIQUES ECONOMIQUES ---------------- SERVICE DES STATISTIQUES

Plus en détail

Tous droits réservés SELENIS

Tous droits réservés SELENIS 1. Objectifs 2. Etapes clefs 3. Notre proposition d accompagnement 4. Présentation de SELENIS 2 Un projet est une réalisation spécifique, dans un système de contraintes donné (organisation, ressources,

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

REPUBLIQUE DU SENEGAL MINISTERE DE L AGRICULTURE. Projet de Facilité Alimentaire au Sénégal. Plan de visibilité et stratégie de communication

REPUBLIQUE DU SENEGAL MINISTERE DE L AGRICULTURE. Projet de Facilité Alimentaire au Sénégal. Plan de visibilité et stratégie de communication REPUBLIQUE DU SENEGAL MINISTERE DE L AGRICULTURE Projet de Facilité Alimentaire au Sénégal Plan de visibilité et stratégie de communication OCTOBRE 2010 A. Contexte 1. Face à la crise alimentaire qui a

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN SPECIALISTE EN GESTION FINANCIERE

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN SPECIALISTE EN GESTION FINANCIERE BURKINA FASO ----------------------------- MINISTERE DE LA JEUNESSE, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DE L EMPLOI PROJET EMPLOIS DES JEUNES ET DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES AU BURKINA FASO (PEJEDEC/BF)

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016

APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016 APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016 Principes de fonctionnement du DLA -Mai 2014- PROCEDURE DE GESTION DES PRESTATAIRES 1 Contexte

Plus en détail

Alliance Globale pour la Résilience AGIR Sahel et Afrique de l Ouest

Alliance Globale pour la Résilience AGIR Sahel et Afrique de l Ouest Alliance Globale pour la Résilience AGIR Sahel et Afrique de l Ouest Guide Méthodologique de Conduite du Dialogue Inclusif Pays «Formulation des Priorités Résilience Pays (PRP-AGIR)» Version Finale (Septembre

Plus en détail

Fiche métier Responsable de la préparation des produits

Fiche métier Responsable de la préparation des produits Fiche métier Responsable de la préparation Il peut aussi s appeler > Chef/responsable de station de conditionnement. > Chef d entrepôt. Caractéristiques du métier > Le/la responsable de la préparation

Plus en détail

VIVA RIO HAITI (SPGEI) Système de production, de gestion et de suivi d évaluation des informations PREPARE ET PROPOSE PAR :

VIVA RIO HAITI (SPGEI) Système de production, de gestion et de suivi d évaluation des informations PREPARE ET PROPOSE PAR : VIVA RIO HAITI (SPGEI) Système de production, de gestion et de suivi d évaluation des informations TITRE DU PROJET : Système d Information PREPARE ET PROPOSE PAR : Marcelin Paul Feguns, Ing Sergo Louis

Plus en détail

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO ELABORATION D UN PLAN DE DEVELOPPEMENT COMMUNAL Par : LEGONOU François, Directeur SYDEL AFRIQUE, Consultant En guise d introduction La décentralisation

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Programme d Appui à la Société Civile en Tunisie (PASC Tunisie)

Programme d Appui à la Société Civile en Tunisie (PASC Tunisie) Termes de Référence Evaluation Intermédiaire Programme d Appui à la Société Civile en Tunisie (PASC Tunisie) Composante géré par EPD Introduction Le Programme d'appui à la Société Civile en Tunisie (PASC

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR PRESTATAIRE INDIVIDUEL ET CONSULTANT

TERMES DE REFERENCE POUR PRESTATAIRE INDIVIDUEL ET CONSULTANT TERMES DE REFERENCE POUR PRESTATAIRE INDIVIDUEL ET CONSULTANT Titre: Consultance pour l élaboration d un système d information informatisé : système de suivi, de mesure et d évaluation des données sur

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

CHAPITRE III : RESSOURCES HUMAINES

CHAPITRE III : RESSOURCES HUMAINES CHAPITRE III : RESSOURCES HUMAINES Les activités de codification nécessitent un personnel technique et un personnel auxiliaire, avec en amont de la chaîne, l équipe de coordination et en aval, les équipes

Plus en détail

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats Section 9 Établissement de rapports et communication des résultats 135 Établissement de rapports et communication des résultats Distribuer rapidement les résultats aux parties prenantes. Choisir le moyen

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

Cahier des charges pour la réalisation d une enquête de satisfaction des utilisateurs de l informatique institutionnelle de l Inra

Cahier des charges pour la réalisation d une enquête de satisfaction des utilisateurs de l informatique institutionnelle de l Inra Direction de l Innovation et des Systèmes d Information Systèmes informatiques Cahier des charges pour la réalisation d une enquête de satisfaction des utilisateurs de l informatique institutionnelle de

Plus en détail

FORMATION TECHNIQUE. Le samedi 10 Décembre 2011 à Rabat

FORMATION TECHNIQUE. Le samedi 10 Décembre 2011 à Rabat FORMATION TECHNIQUE «Système informatisé de gestion et de suivi-évaluation des projets et programmes basé sur les approches Genre, droit et participation» Le samedi 10 Décembre 2011 à Rabat Tél. : 0537

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

Plan International Bénin Cotonou Cadjèhoun Rue 395 Aupiais Carré 647 08 BP 699 Cotonou AVIS DE RECRUTEMENT

Plan International Bénin Cotonou Cadjèhoun Rue 395 Aupiais Carré 647 08 BP 699 Cotonou AVIS DE RECRUTEMENT Plan International Bénin Cotonou Cadjèhoun Rue 395 Aupiais Carré 647 08 BP 699 Cotonou AVIS DE RECRUTEMENT Tel: +229 21 30 39 51 +229 21 30 64 97 Email: benin.co@plan-international.org www.plan-international.org

Plus en détail

7, Avenue Bourguiba, BP 48- cp18523- Dakar SENEGAL Tel 221 869 96 18 Fax 221 869 96 31 secoraf@coraf.org www.coraf.org

7, Avenue Bourguiba, BP 48- cp18523- Dakar SENEGAL Tel 221 869 96 18 Fax 221 869 96 31 secoraf@coraf.org www.coraf.org Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development TERMES DE REFERENCES DU CONSULTANT CHARGE D ELABORER

Plus en détail

EVALUATION FINALE MLI/016. Programme d Appui à la Santé de Base

EVALUATION FINALE MLI/016. Programme d Appui à la Santé de Base EVALUATION FINALE MLI/016 Programme d Appui à la Santé de Base FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Mali Programme d Appui à la Santé de Base PASAB MLI/016 Version

Plus en détail

L approche budgétaire au Burkina Faso : situation actuelle et innovations en vue de la responsabilisation

L approche budgétaire au Burkina Faso : situation actuelle et innovations en vue de la responsabilisation L approche budgétaire au Burkina Faso : situation actuelle et innovations en vue de la responsabilisation L objet de cette communication est de décrire brièvement l approche budgétaire comme instrument

Plus en détail

L APPORT DE L AUDIT INTERNE AU SECTEUR PUBLIC: GESTION PAR LA PERFORMANCE

L APPORT DE L AUDIT INTERNE AU SECTEUR PUBLIC: GESTION PAR LA PERFORMANCE L APPORT DE L AUDIT INTERNE AU SECTEUR PUBLIC: GESTION PAR LA PERFORMANCE CONFÉRENCE INTERNATIONALE FRANCOPHONE DE L UFAI ESTHER STERN, CONSEILLÈRE INTERRÉGIONALE, GESTION DES FINANCES PUBLIQUES NATIONS

Plus en détail

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez Organisation et planification des activités du service Gestion des ressources matérielles Gestion et coordination des informations Relations professionnelles Rédaction et mise en forme de documents professionnels

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI138

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI138 TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI138 I. Informations générales Intitulé de la mission Appui au RAME pour le renforcement des capacités de gestion de 16 associations de lutte contre le paludisme, sous-sous-récipiendaires

Plus en détail

Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine

Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine CAS D'EXPÉRIENCE Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine Présentation du cas d expérience de la Commission de l UEMOA relatif au Projet de renforcement des capacités en matière de

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 59 e réunion Distr. : restreinte 11 février 2014 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail

Développement rural territorial et sécurité alimentaire

Développement rural territorial et sécurité alimentaire Cette présentation revient sur les expériences de de la la FAO en en matière de de développement local, identifie les conditions pour promouvoir une approche territoriale du développement rural, fait des

Plus en détail

Plan de travail d Inter-Cluster Coordination groupe 2015 - République Centrafricaine

Plan de travail d Inter-Cluster Coordination groupe 2015 - République Centrafricaine 1. Soutenir l pour définir les directions stratégiques de la réponse humanitaire et sa planification 1.1 Analyse et planification stratégique Actions Sous-Actions Qui Quand (en continu si pas précisé)

Plus en détail

République du Sénégal Un peuple Un but Une foi INTEGRER LA PROTECTION SOCIALE DANS LA STRATEGIE DE DEVELOPPEMENT HELSINKY 7-97 9 JUIN 2004 ------

République du Sénégal Un peuple Un but Une foi INTEGRER LA PROTECTION SOCIALE DANS LA STRATEGIE DE DEVELOPPEMENT HELSINKY 7-97 9 JUIN 2004 ------ République du Sénégal Un peuple Un but Une foi INTEGRER LA PROTECTION SOCIALE DANS LA STRATEGIE DE DEVELOPPEMENT HELSINKY 7-97 9 JUIN 2004 ------ PRÉPARATION DE LA STRATÉGIE DE PROTECTION SOCIALE AU SÉNÉGAL

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LERECRUTEMENT D UN CONSULTANT POUR LA CONCEPTION D UN PLAN DEFORMATION QUADRIENNAL EN PASSATION DE MARCHES PUBLICS

TERMES DE REFERENCE POUR LERECRUTEMENT D UN CONSULTANT POUR LA CONCEPTION D UN PLAN DEFORMATION QUADRIENNAL EN PASSATION DE MARCHES PUBLICS TERMES DE REFERENCE POUR LERECRUTEMENT D UN CONSULTANT POUR LA CONCEPTION D UN PLAN DEFORMATION QUADRIENNAL EN PASSATION DE MARCHES PUBLICS COMPOSANTE 1 : AMELIORATION DE L EFFICACITE ET DE LA TRANSPARENCE

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 LES INSTRUMENTS FINANCIERS DE LA POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 La Commission européenne a adopté des propositions législatives concernant la politique de cohésion 2014-2020

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Mécanisme de Déploiements pour le Développement Démocratique (DDD) Formulaire de demande d initiative

Mécanisme de Déploiements pour le Développement Démocratique (DDD) Formulaire de demande d initiative Mécanisme de Déploiements pour le Développement Démocratique (DDD) Formulaire de demande d initiative Titre de l'initiative : Appui à la mise en œuvre du plan d action de la stratégie nationale de développement

Plus en détail

Note d information aux promoteurs des idées de projets éligibles aux fonds STAR alloués au Burkina Faso dans le cadre de la 6 ème reconstitution du

Note d information aux promoteurs des idées de projets éligibles aux fonds STAR alloués au Burkina Faso dans le cadre de la 6 ème reconstitution du Note d information aux promoteurs des idées de projets éligibles aux fonds STAR alloués au Burkina Faso dans le cadre de la 6 ème reconstitution du Fonds pour l Environnement Mondial. Décembre 2014 1 1.

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

Séminaire des auditeurs de l ACORS. Club Belambra Presqu île du Ponant, La Grande-Motte, Les 16, 17 et 18 septembre 2015

Séminaire des auditeurs de l ACORS. Club Belambra Presqu île du Ponant, La Grande-Motte, Les 16, 17 et 18 septembre 2015 Séminaire des auditeurs de l ACORS Club Belambra Presqu île du Ponant, La Grande-Motte, Les 16, 17 et 18 septembre 2015 Intervenant : Philippe AVRIL Sous-Directeur Adjoint du DPMRF (Contrôle Interne) DDFC-CNAMTS

Plus en détail

Termes de référence pour le renforcement des capacités en sécurité alimentaire de Caritas Mali

Termes de référence pour le renforcement des capacités en sécurité alimentaire de Caritas Mali Termes de référence pour le renforcement des capacités en sécurité alimentaire de Caritas Mali 1. Description de l organisation Créé en 1959, le SECAMA (Secours Catholique Malien) a été transformé en 1991/92

Plus en détail

PRATIQUE ET UTILISATION DE L EVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES AU BENIN

PRATIQUE ET UTILISATION DE L EVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES AU BENIN République du Bénin -------------- Bureau d Evaluation des Politiques Publiques --------------- Observatoire du Changement Social Deuxième Conférence Internationale sur les Capacités Nationales en Evaluation

Plus en détail

Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC

Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC EUROPEAID/ 119860/C/SV/multi LOT N 11 REQUEST N Termes de Référence Spécifiques Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC 1 ANTECEDENTS : La Communauté

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 14INI148

TERMES DE REFERENCE Mission n 14INI148 TERMES DE REFERENCE Mission n 14INI148 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Durée totale des jours prévus Appui à la gestion de subvention du Fonds

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt ---------------------------

Appel à manifestation d intérêt --------------------------- Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development Appel à manifestation d intérêt ---------------------------

Plus en détail

F Distribution: GÉNÉRALE RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES. Point 6 de l'ordre du jour

F Distribution: GÉNÉRALE RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES. Point 6 de l'ordre du jour Session annuelle du Conseil d administration Rome, 25 28 mai 2015 RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES Point 6 de l'ordre du jour Pour examen NOTE DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LE RAPPORT

Plus en détail

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE Commission paritaire nationale de l'emploi de la Métallurgie Qualification : MQ 2007 10 89 0264 FICHE D IDENTITE DE LA QUALIFICATION VALIDEE TITRE DE LA QUALIFICATION : Coordonnateur (trice) du développement

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR PRESTATAIRE INDIVIDUEL ET CONSULTANT

TERMES DE REFERENCE POUR PRESTATAIRE INDIVIDUEL ET CONSULTANT TERMES DE REFERENCE POUR PRESTATAIRE INDIVIDUEL ET CONSULTANT Titre: Consultance pour l élaboration de la Base de données communautaires pour la santé et formation des administrateurs/formateurs Type de

Plus en détail

GUIDE D ORIENTATION STRATEGIQUE DISTRIBUTION CONTINUE DES MILDA A TRAVERS LES ECOLES

GUIDE D ORIENTATION STRATEGIQUE DISTRIBUTION CONTINUE DES MILDA A TRAVERS LES ECOLES GUIDE D ORIENTATION STRATEGIQUE DISTRIBUTION CONTINUE DES MILDA A TRAVERS LES ECOLES Version Janvier 2013 1 Sommaire I. CONTEXTE... 5 II. OBJECTIFS DU PROGRAMME... 5 III. OBJECTIF DU GUIDE... 5 IV. PRINCIPES

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN COMPTABLE

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN COMPTABLE MINISTERE D ETAT, MINISTERE DE L EMPLOI, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE --------------------- UGP-FILETS SOCIAUX --------------------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline

Plus en détail

GUIDE ORGANISATIONNEL LA CONCEPTION DES PROCESSUS ADMINISTRATIFS

GUIDE ORGANISATIONNEL LA CONCEPTION DES PROCESSUS ADMINISTRATIFS LA CONCEPTION DES PROCESSUS ADMINISTRATIFS 24 L adhésion à la formule d alternance travail-études peut donner lieu à des situations non prévues aux procédés habituellement en application dans les établissements

Plus en détail

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010 Livre Blanc Optimiser la gestion et le pilotage des opérations Août 2010 Un livre blanc édité par : NQI - Network Quality Intelligence Tél. : +33 4 92 96 24 90 E-mail : info@nqicorp.com Web : http://www.nqicorp.com

Plus en détail

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE STRATÉGIE DE SURVEILLANCE Décembre 2013 SOMMAIRE OBJET page 3 OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE page 3 PRINCIPES D ÉLABORATION DU PROGRAMME page 4 PROGRAMME 2014 page 5 RESSOURCES page 6 PERSPECTIVES 2015/2016

Plus en détail