aujourd hui Être parents Ma mutuelle Je donne donc je suis en question Bénévolat Les antibiotiques Le magazine des adhérents

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "aujourd hui Être parents Ma mutuelle Je donne donc je suis en question Bénévolat Les antibiotiques Le magazine des adhérents"

Transcription

1 Ma mutuelle Le magazine des adhérents d ADRÉA mutuelle mon N 05 / JANV.-FÉV.-MARS 2013 mag Bénévolat Je donne donc je suis ISSN ,52 Être parents aujourd hui Les antibiotiques en question

2 02 / Édito Mieux vous protéger, mieux vous accompagner Jacques Viallet, président d'adréa Mutuelle L es remboursements de la Sécurité sociale baissent au fil des ans, y compris sur les soins courants ; les dépassements d honoraires sont plus fréquents et plus élevés ; dans certaines régions, il devient difficile, voire impossible, de consulter un spécialiste Autant de facteurs qui aboutissent de plus en plus souvent à un renoncement aux soins. Face à ces constats, et dans un contexte de crise économique, la refondation du système de protection santé devient une priorité à laquelle les pouvoirs publics ne peuvent plus échapper. Le mouvement mutualiste prend toute sa place dans le débat, et nous nous mobilisons pour un système rénové et mieux adapté aux évolutions de notre société. Plus que jamais, notre modèle mutualiste et ses valeurs de solidarité répondent aux besoins de protection et d accès aux soins pour tous. Plus que jamais, vous pouvez compter sur votre mutuelle ADRÉA. Nous nous engageons chaque jour pour vous permettre de mieux vous soigner, où que vous soyez, avec un reste à charge le plus faible possible. C est ainsi que nous avons maîtrisé au mieux l évolution de nos tarifs 2013 en les limitant à l inflation. Nous innovons en permanence pour faire évoluer nos prestations et nos garanties, et répondre toujours mieux à vos attentes. Nous travaillons également à élargir nos négociations avec les établissements et les professionnels de santé pour mieux encadrer les frais d optique et de dentaire notamment. Tout au long de l année 2013, les représentants ADRÉA que vous avez élus se mobiliseront pour défendre vos intérêts pour un meilleur accès à des soins de qualité. De la même manière, nos conseillers en agences et toutes nos équipes de proximité resteront à votre écoute, avec l engagement de la qualité du service que nous vous devons. Au nom de notre conseil d administration et des équipes d ADRÉA Mutuelle, je vous souhaite de bonnes fêtes et une excellente année l La rédaction de Ma mutuelle, mon mag vous souhaite une très belle année 2013 solidaire & généreuse Sommaire N 05 / janvier-février-mars l Actus Obésité : un mal planétaire Halte aux somnifères chez les seniors Chocolat noir : à votre bon cœur! Infections sexuellement transmissibles : protégez-vous! 06 l Conseils prévention Soyez à cheval sur l étiquette! 07 l Santé & Bien-être Être parents aujourd hui Ces familles qui renouvellent les codes de la parentalité 12 l Esprit tranquille Bénévolat, je donne donc je suis 14 l Tous concernés Les antibiotiques nous mettent-ils en danger? 16 l Ma mutuelle pratique Un meilleur accès aux soins, ADRÉA Mutuelle s engage PSM : bien dans sa tête, bien dans son corps 18 l Ma mutuelle en région L actualité près de chez vous Ma mutuelle mon mag /Éditeur : ADRÉA MUTUELLE Mutuelle soumise aux dispositions du livre II du Code de la Mutualité immatriculée sous le n siège social : 104, avenue de Saxe, Lyon. Directeur de la publication : Jacques Viallet. Directeur de la rédaction : Patrick Fourmond. Rédactrice en chef : Françoise Richaud-Tourneux. Coordination des informations locales : Jessica Gonnon. Membres du comité de rédaction : Florence Brianceau, Jean Legron, Monique Lemarchand, Christine Pansier, Louis Rizzotti. Conception-réalisation :. Rédaction : Jessica Gonnon, Béatrice Jaulin, Joséphine Kowalski, Vanessa Marty, Brigitte Perrin, Françoise Richaud-Tourneux. Crédits photo : ADRÉA Mutuelle, Association «La Montpellier Reine a du cœur», Agence Zoom, Fotolia, Gettyimages - Thinkstock, Rémi Malingrey, Studio v2. Imprimeur : PRN ZI Ouest 28, rue du Poirier Carpiquet. Commission paritaire des publications et agences de presse : agrément n 0217M Dépôt légal : à parution. Périodicité : trimestrielle. Contact : / Certifié PEFC / pefc-france.org Dans le souci du respect de l environnement, ce magazine Ma mutuelle est imprimé mon sur un mag' papier 100 l N % 05 PEFC / Janvier-mars développement durable. 2013

3 Actus / 03 Sommeil Halte aux somnifères chez les seniors Obésité Un mal planétaire T ouchant plus d une personne sur dix dans le monde, l obésité a été qualifiée par l OMS de première épidémie non infectieuse. En France, 15 % des adultes sont concernés et plus de 30 % aux États-Unis. La maladie résulte de l évolution de nos modes de vie : d une part, notre sédentarisation s intensifie via les nouvelles formes de travail, l amélioration des transports, l urbanisation ; d autre part, nous consommons trop d aliments riches en graisses, sel et sucres. Sans oublier que des facteurs tels que le stress, le manque de sommeil ou les difficultés psychologiques peuvent aussi favoriser l obésité. Toutefois, le problème n est pas propre aux pays riches. Exportant son alimentation et son style de vie, l Occident entraîne les pays en développement dans son sillage. Olivier De Schutter, le rapporteur spécial de l ONU sur le droit à l alimentation, exhorte donc les gouvernements à prendre des mesures telles que la taxation des produits nocifs, le soutien de la production alimentaire locale et une réglementation plus restrictive de la publicité. Car si rien n est fait, l OMS prévoit que plus de la moitié de la population mondiale sera obèse ou en surpoids d ici à l Un tiers des personnes de plus de 65 ans consomme régulièrement des somnifères. Certes, le sommeil évolue avec l âge, il devient fractionné et les nuits sont plus courtes, mais seuls 10 à 20 % des plaintes relèvent de véritables insomnies. D autres raisons peuvent provoquer des troubles nocturnes : douleurs, anxiété, dépression, problèmes urinaires, apnée du sommeil Il est donc important de consulter un spécialiste avant de se lancer dans un traitement qui pourrait se révéler inapproprié. En cas d insomnies avérées, ce dernier doit alors être court, quatre semaines maximum, car les somnifères sont moins efficaces avec le temps et peuvent entraîner une dépendance, des pertes d équilibre, des troubles de la mémoire et de l attention. l Zoom Ados : mangez moins, bougez plus! Pizzas, hamburgers, frites, chips, gâteaux, sodas, voilà qui ravit les papilles des adolescents! Et ces mauvaises habitudes alimentaires s ajoutent à une diminution de la pratique du sport que les jeunes remplacent volontiers par la télévision, les jeux vidéo et l ordinateur. Autant de comportements qui ouvrent la voie à l obésité. Les adolescents obèses sont aujourd hui trente-cinq fois plus nombreux qu il y a trois ans. Ma mutuelle mon mag l N 05 / Janvier-mars 2013

4 04 / Actus personnes meurent du tabac chaque année Une raison suffisante pour arrêter de fumer en cette période de bonnes résolutions! On compte près de 15 millions de fumeurs en France. 31 % des hommes fument quotidiennement contre 24 % des femmes. Cancer Un guide indispensable Guide à télécharger sur Destiné aux personnes atteintes d un cancer et à leurs proches, le guide Démarches sociales et cancer publié par l Institut national du cancer (INCa) les accompagne dans les démarches administratives et financières liées à la maladie. Il aborde notamment les conditions de prise en charge des soins, les revenus pendant un arrêt de travail, les aides à domicile, les prêts bancaires et les congés d accompagnement pour les proches. l les bons clics du Web En partenariat avec la CAF, ce site relaie les initiatives locales en faveur de l enfance, la jeunesse et la parentalité: structures d accueil collectif, parental ou familial, assistantes maternelles, points d accueil de loisirs Des professionnels de la santé, médecins ou psychologues, répondent aux questions santé des jeunes. Actualités, enquêtes, dossiers, témoignages, foire aux questions Des informations sur les risques de cancer liés à l environnement, aux modes de vie et aux habitudes alimentaires. Un site du Centre de lutte contre le cancer Léon-Bérard, à Lyon. Pour tout savoir sur le tremblement essentiel, une maladie qui se traduit par une oscillation involontaire des mains, de la tête ou des jambes, et qui touche personnes en France. Chocolat noir À votre bon cœur! Manger quotidiennement 100 grammes de chocolat noir réduirait considérablement les risques de maladies cardiovasculaires, selon une étude australienne. Un bienfait que l on doit aux flavonoïdes, des antioxydants également présents dans les fruits et les légumes, qui diminuent le taux de mauvais cholestérol dans le sang et maintiennent la souplesse des vaisseaux sanguins. Alors, arrêtez de culpabiliser, votre gourmandise vous donnera un cœur en acier! l Ma mutuelle mon mag' l N 05 / Janvier-mars 2013

5 / 05 Infections sexuellement transmissibles Protégez-vous! L es infections sexuellement transmissibles (IST) sont causées par des microbes transmis lors de relations sexuelles. Parmi les plus connues, l hépatite B, l herpès, la chlamydia, la syphilis, la blennorragie, le papillomavirus Elles se transmettent très facilement sans que les signes soient forcément visibles. Prises à temps, ces maladies se soignent avec des traitements simples. Négligées, elles peuvent provoquer des infections graves, la stérilité et, à long terme, des cancers. Elles augmentent également le risque de contracter le Sida. Le dépistage reste donc essentiel. Selon les IST, il s agira d un examen clinique, d un prélèvement ou d une prise de sang, qui peuvent être réalisés ou prescrits par le gynécologue, le médecin généraliste et même le dermatologue. Enfin, il existe des centres de dépistage et de traitement, où les consultations sont gratuites et anonymes. Mais ne l oublions pas, le meilleur moyen de se protéger reste le préservatif! l Hémochromatose Trop de fer, que faire? L hémochromatose est une maladie caractérisée par l absorption excessive du fer alimentaire. Celui-ci s accumule dans l organisme risquant de provoquer des cirrhoses, des cancers du foie, des insuffisances cardiaques... Première maladie génétique en France, elle touche une personne sur trois cents. Un dépistage précoce permet de la traiter efficacement via des saignées et d éviter les complications qui, une fois installées, sont irréversibles. l Zoom Chlamydia : faites-vous dépister L infection à chlamydiae trachomatis est l IST la plus fréquente chez les jeunes femmes entre 16 et 24 ans. Très contagieuse, elle passe facilement inaperçue et peut être à l origine de salpingites, de stérilités ou de grossesses extra-utérines. Le dépistage est le seul moyen de vérifier la présence de l infection, qui sera traitée avec des antibiotiques. Stress au travail Attention à l infarctus Sur infarctus survenant chaque année en France, seraient imputables au stress au travail. C est ce que révèle une étude menée par l Inserm, publiée dans la revue scientifique The Lancet. Et même si ce facteur arrive derrière le tabac ou l obésité, il concerne malgré tout 15 % des actifs, de l ouvrier au cadre supérieur. l Ma mutuelle mon mag l N 05 / Janvier-mars 2013

6 06 / Conseils prévention Sans sel ajouté, enrichi en vitamines, contient 20 % de matières grasses La réglementation impose une information très précise sur les emballages des produits alimentaires. Résultat : l étiquette est devenue un véritable casse-tête! Décryptage. Soyez à cheval sur l étiquette! Durabilité La «date limite de consommation» (DLC) est utilisée pour les denrées rapidement périssables comme les produits frais, les laitages, les œufs, les poissons, les viandes Après cette date, il y a un risque d intoxication alimentaire. La mention «à consommer de préférence avant le» est utilisée pour les denrées qui se conservent plus longtemps comme les produits secs ou lyophilisés et stérilisés. Si on les consomme après la date, ce n est pas dangereux mais le goût ou la texture peuvent être altérés. Informations nutritionnelles Elles indiquent la valeur énergétique et les nutriments contenus dans le produit : protéines, glucides (sucres), lipides (graisses), fibres, vitamines et sels minéraux (magnésium, phosphore, etc.). La mention de l énergie apportée est exprimée en kilocalories (kcal), appelées plus couramment calories, avec parfois une équivalence en kilojoules (kj). La présence importante de calories dans un aliment est souvent liée à une abondance de lipides, c est-à-dire de matières grasses. Ainsi, un produit allégé en sucres peut comporter beaucoup de matières grasses et être presque aussi calorique qu un aliment standard. Origine Le pays ou la région d origine est une mention obligatoire pour certains produits tels que la viande, les fruits et les légumes. Ingrédients Ils sont répertoriés par ordre décroissant de poids. Généralement, plus la liste des ingrédients est longue, plus l aliment a subi de transformations et plus il contient d additifs. Ce sont les fameux E : colorants, conservateurs, antioxydants, gélifiants, exhausteurs de goût, édulcorants OGM (organismes génétiquement modifiés) La mention est obligatoire pour les produits dont la teneur en OGM est supérieure à 0,9 %. Teneur en sel La loi n oblige pas les fabricants à indiquer la teneur en sel. Ils ne mentionnent donc souvent que la teneur en sodium. Or le sodium n est qu un des composants du sel. Ainsi, quand une étiquette affiche 1 g de sodium, le produit contient en fait 2,5 g de sel, sachant que la limite quotidienne recommandée est de 2,3 g. Fabricant / Importateur Le nom, l adresse et le service consommateurs de l importateur ou de la société ayant conditionné le produit doivent figurer sur l emballage. Le consommateur peut ainsi les contacter pour obtenir des informations. Ma mutuelle mon mag' l N 05 / Janvier-mars 2013

7 & Santé / 07 Bien-être Être parents aujourd hui Naissances hors mariage, divorces, couples homosexuels, familles monoparentales ou recomposées Le modèle familial et parental classique a profondément évolué. Aujourd hui, il ne suffit plus d être le géniteur de l enfant pour être reconnu parent à part entière. Zoom sur ces nouveaux codes de la parentalité. Ma mutuelle mon mag l N 05 / Janvier-mars 2013

8 08 / Santé Bien-être & 56 % des naissances ont eu lieu hors mariage en enfants sont touchés chaque année par le divorce de leurs parents 16 % des enfants vivent principalement avec un seul de leurs parents et 6 % dans une famille recomposée Source : Haut Conseil de la famille (HCF), Chiffres en France. Tendance Les nouveaux pères a famille n est plus «une» mais elle s est considérablement complexifiée. Signe de ces bouleversements, la façon et parfois la difficulté à la nommer famille recomposée, monoparentale, homoparentale, tribu ou à en nommer les différentes composantes : le beau-parent ou encore le conjoint, qui n est ni le mari ou l époux... Ces dernières Toujours plus investis, plus présents, les pères accomplissent désormais des gestes autrefois strictement dévolus aux mères, tandis que les mères travaillent et contribuent aux ressources du foyer. Les fonctions éducatives se répartissent de façon moins stéréotypée entre les deux parents. L autorité, l ouverture sur le monde extérieur ne sont plus du seul ressort du père, et l affectif et la sensibilité ne sont plus le propre de la mère. Cependant les rôles ne sont pas interchangeables et les pères ne sont pas des mères bis. Les études montrent qu un père qui change son bébé ou lui prépare à manger, par exemple, le fait avec ses gestes propres. Agents différenciateurs, père et mère continuent de représenter l homme et la femme en transmettant des modèles gestuels, affectifs, cognitifs et sociaux que l enfant s emploie à imiter, apprenant ainsi à jouer au grand. L décennies sont apparus de nombreux genres de familles : couples hétérosexuels mariés ou en union libre, avec ou sans enfants, d origines ethniques et religieuses mixtes, familles monoparentales ou biparentales, couples de même sexe, avec ou sans enfants, familles recomposées, d'adoption ou d'accueil Le rapport à la norme a changé, autrement dit, ce qui paraissait inconcevable, choquant est devenu courant : «Les enfants ont grandi dans un monde où l on parlait du Pacs, illustre le sociologue Éric Fassin. Ils ont tous entendu des discussions sur l homoparentalité. Leur rapport aux normes ne peut pas être le même que celui de la génération de leurs parents, qui riaient d un air gêné quand on parlait d homosexualité. Un peu comme si un homme déclarait aujourd hui ne pas devoir participer aux travaux ménagers. Il serait immédiatement catalogué parmi les machos, alors qu autrefois on constatait juste que c était un homme.» Cela ne Ma mutuelle mon mag' l N 05 / Janvier-mars 2013

9 / 09 signifie pas que toutes les pratiques changent. Ainsi, les femmes continuent à consacrer beaucoup plus de temps aux tâches domestiques que les hommes. Et certains clichés ont la vie dure : «Je ne prendrais jamais le risque de dire que j élève seule mon enfant, lors de mes entretiens de recherche d emploi», remarque Marianne, 36 ans. Mère d un adolescent, elle reconnaît s être sentie stigmatisée lors de rendez-vous avec les enseignants du collège, à une période où son fils rencontrait quelques difficultés scolaires : «On soupirait d un air entendu en apprenant ma situation monoparentale». Naissance de la coparentalité Cependant, l évolution des modes de vie et des techniques médicales (procréation médicalement assistée, etc.) a transformé le modèle classique. Les relations familiales s en trouvent aussi modifiées : l autorité parentale n est plus exclusivement réservée aux seuls géniteurs, comme l illustre l implication accrue des beaux-parents. C est avec la multiplication des divorces qu est né le concept de coparentalité, reposant sur le principe d égale implication des deux sexes dans la filiation. Ce principe régit l après-séparation : aux parents de s organiser pour continuer à éduquer en commun leur enfant. Dans ce cas, la médiation familiale, qui passe la plupart du temps par les grands-parents, aide souvent à surmonter les difficultés. D autres référents adultes peuvent s investir également dans l épanouissement de l enfant : «Nos représentations et notre droit valorisent tantôt les liens du sang, tantôt la volonté et le choix, ou les liens du cœur», explique Sylvie Cadolle, sociologue spécialisée dans l étude des familles recomposées. Un choix électif repris aussi par les enfants. Maxime, 12 ans, a une sœur, un demi-frère et deux quasi-sœurs (terme consacré par l Insee), autrement dit les filles de sa belle-mère : «Quand on se voit, on joue tous ensemble, mais on se dispute aussi, comme des vrais frères et sœurs! On n habite pas tous dans la même maison, pourtant on forme une grande famille». Des parcours moins prévisibles Les trajectoires personnelles sont moins prévisibles que par le passé, on refait sa vie plus souvent : quatre ans après une rupture, 44 % des pères et 28 % des mères ont constitué un nouveau couple (mariage, pacs ou concubinage). On sait aussi que 34 % des enfants ne voient plus leur père après un divorce. Jean, père de trois grands enfants, a ainsi lutté pour garder le lien avec eux après sa séparation d avec leur mère : «Chaque fois que j ai demandé la résidence alternée, les tribunaux m ont fait la même réponse : Les enfants ont quand même plus besoin de leur mère que de leur père. Ils invoquaient le fait que changer leur situation les perturberait. Cela me semble exagéré et paradoxal dans notre société qui revendique l égalité des sexes.» l l l EN SAVOIR + Des informations sur les dispositifs de soutien à la parentalité Téléchargez le rapport «Aider les parents à être parents» Rubrique Famille, puis dossier «Soutien à la parentalité» La fédération des écoles des parents et des éducateurs À LIRE Soutenir et contrôler les parents. Le dispositif de parentalité, Gérard Neyrand, Érès, Familles recomposées : un défi à gagner. Comment organiser une nouvelle vie de famille après une séparation, Sylvie Cadolle, Marabout, Comment un petit garçon devient-il un papa? Joël Clerget, Érès, Ma mutuelle mon mag l N 05 / Janvier-mars 2013

10 10 / Santé Bien-être & 2 questions à Joël Clerget / psychanalyste l l l Respect et écoute Quel que soit le modèle familial, l essentiel est de consacrer du temps à sa famille. Il faut «mettre l accent sur des règles de bonne conduite», estime Sylvie Cadolle, instaurer le respect de la famille passée si nouvelle famille il y a Et se souvenir qu éduquer, ensemble ou séparément, c est exploiter la richesse de regards différents, défendre auprès de l enfant la valeur de l autre parent, malgré des positionnements différents. Face à la diversité des compositions familiales et aux mutations sociales, le couple parental a plus que jamais besoin d être écouté. La parentalité fait l objet d une attention croissante des pouvoirs publics qui soutiennent des dispositifs comme les lieux d accueil parents-bébés ou de consultation familiale, l accompagnement scolaire, etc. l Les changements autour de la famille peuvent effrayer ou donner l impression d un certain chaos. Comment garder le cap? Il y a, chez la plupart des parents actuels, un authentique souci de l enfant et un désir de présence qui traversent les aléas de la composition familiale, plurielle et multiforme, d où la souffrance des hommes qui ne peuvent pas vivre avec leurs enfants. Il est important que les relations au sein de la famille, quelles que soient les situations vécues, soient fondées sur l échange et la parole. Comment trouver sa place au cœur de la famille? Il peut être complexe de réussir à se construire au sein d une communauté. La tendance à l individualisme prend alors ici tout son sens. Cela ne signifie pas forcément vouloir être seul mais vouloir être soi. Et surtout, se construire avec les autres et non contre eux. Par exemple, disqualifier l autre parent, c est surtout potentiellement se disqualifier soi-même comme parent au regard de ses propres enfants. Source : Haut Conseil de la famille (HCF), JEU DE LOGIQUE Familles à recomposer Les membres d une grande famille sont réunis autour d un repas. Trouvez les liens (parentsenfants-conjoints) entre ces personnes grâce aux indices proposés. Inscrivez vos réponses dans la grille en utilisant le 1 ou le 0 : 1 = Oui 0 = Non Conjoint 1 Enfant Stéphanie Florence David Pascal Amandine Barnabé Gustave Victor Conjoint 2 Bénédicte Juliette Olivier Sylvie Amandine Enfant Barnabé Gustave Victor Indices : 1- Stéphanie n est pas mariée avec Olivier et n est pas la maman de Barnabé. 2- Victor vient d être adopté par David, qui est en couple avec une femme. 3- Bénédicte est la belle-mère d Amandine, issue du premier mariage de Pascal. 4- Juliette est en couple avec la maman de Gustave, qui n est pas Sylvie. Reporter les résultats dans ce tableau de synthèse et vous saurez qui vit avec qui! Conjoint 1 Conjoint 2 Enfant Stéphanie Florence Pascal David Solution du jeu de logique en p. 16. Ma mutuelle mon mag' l N 05 / Janvier-mars 2013

11

12 12 / esprit tranquille Aider les plus démunis, tenter de sauver la planète, soutenir les sportifs, accompagner les malades, enseigner le jardinage Le travail des bénévoles est aussi varié que les associations qui les recrutent. Aujourd hui, un Français sur quatre donne de son temps. Pour les jeunes comme pour les seniors, l entraide est synonyme d épanouissement! Bénévolat, je donne donc je suis S e sentir utile et faire quelque chose pour autrui sont le moteur des 14 millions de bénévoles français qui s impliquent dans une association. Contrairement aux idées reçues, le bénévolat n est pas réservé aux retraités et aux inactifs. Aujourd hui, seul un bénévole sur quatre a plus de 65 ans. Les secteurs les plus investis? Les associations caritatives et humanitaires telles que les Restos du cœur, Le Secours populaire, Zoom Les questions à se poser avant de se lancer La Croix Rouge, qui connaissent toujours une recrudescence de bénévoles en période hivernale et dans les contextes de crise économique que nous connaissons aujourd hui. Le monde sportif et culturel est lui aussi très prisé. Si l engagement bénévole en volume n a pas connu de crise ces dernières années, il est en revanche en mutation. On est passé d un engagement militant à une logique d épanouissement personnel. Quel que soit Qu est-ce qui me pousse à vouloir aider les autres? Quelles sont les causes qui me tiennent à cœur? Dans quel domaine ai-je envie de m impliquer? Quelles sont les limites de ma résistance (physiques, psychologiques )? Quels sont les savoir-faire, les qualités que je peux mettre à disposition des autres? Ai-je envie de travailler en équipe ou en solo? Sur le terrain ou dans des bureaux? Combien de temps suis-je prêt à donner? le profil (senior, jeune actif ou inactif), le don doit être réciproque, l investissement doit apporter quelque chose en retour. Jean Bastide, président de France Bénévolat, a pu constater cette évolution à travers l exigence des jeunes retraités qui souhaitent «vivre une seconde vie» en s investissant dans le secteur associatif, sans exclure d autres projets (famille, loisirs, voyages, etc.). Reconnaissance professionnelle Les actifs, quant à eux, perçoivent de plus en plus clairement que le bénévolat a souvent un impact positif dans le monde du travail et n hésitent pas à valoriser leur expérience. Nouvelles compétences, meilleure organisation, cercle relationnel utile dans la vie professionnelle, capacité à travailler en équipe Tout est consigné dans leur CV! C est justement avec cet objectif de valoriser les expériences associatives lors des démarches professionnelles que Ma mutuelle mon mag' l N 05 / Janvier-mars 2013

13 Témoignages / 13 Sébastien Guérin, 32 ans «Après des études de sociologie, je suis parti un an au Vietnam donner des cours de français. À mon retour, j ai travaillé chez Emmaüs en tant que formateur bénévole. J aidais les chômeurs à se resociabiliser. Quand j ai entendu parler du Passeport bénévole, j ai sauté sur l occasion pour mettre en valeur mon expérience. Très vite, j ai décroché un poste au sein du service Ressources humaines d une grosse entreprise. Je suis sûr que mon expérience en tant que bénévole a joué en ma faveur.» Odette Fillot, 68 ans «Ancienne enseignante, j ai toujours été en contact avec les enfants. Une fois à la retraite, je suis devenue bénévole pour Lire et faire lire, une association qui vise à promouvoir la littérature auprès des enfants et à favoriser l échange intergénérationnel. Voici maintenant huit ans que, toutes les semaines, je fais la lecture à des élèves de primaire, par groupe de six. Je les fais voyager trente minutes au pays des histoires pendant la pause déjeuner. Je choisis un livre, je lis la première page, et s ils n aiment pas, je change. Ce sont eux qui décident!» Yoann Roudaut, 20 ans «Je suis étudiant en fac et mes cours me laissent pas mal de temps libre. C était la période idéale pour s engager dans une association caritative. J ai eu envie de rejoindre les bénévoles des Restos du Cœur, que j ai découverts à travers les concerts des Enfoirés. J y rencontre plein de gens formidables, qui viennent chercher de la nourriture, mais aussi une écoute et de l attention. Je me sens réellement utile...» France Bénévolat a conçu le Passeport bénévole. Disponible pour 1,50 E, il se présente sous la forme d un livret dans lequel le bénévole note ses différentes missions (validées par l association), et les formations suivies dans ce cadre. Le Passeport bénévole a obtenu la reconnaissance de Pôle emploi et du ministère de l Éducation nationale et peut, à ce titre, être valorisé dans le cadre de la Validation des acquis de l expérience (VAE), une procédure visant à rétablir une certaine parité entre les acquis de l enseignement classique et ceux résultant de parcours parallèles ou autodidactes. Donner aux autres peut aussi être utile pour soi Des bénévoles en bonne santé! Selon plusieurs études, «les personnes ayant des activités bénévoles obtiennent des scores supérieurs à la moyenne en termes d évaluation du sentiment de bonheur, de la qualité de vie et de l estime de soi. Moins dépressives, il semblerait que leur état de santé général soit meilleur et leur mortalité plus faible», rapporte Psychologies magazine. Le Centre d étude et de recherche sur la philanthropie (CerPhi) a, par exemple, mesuré l influence du bénévolat sur la santé des seniors. Résultat : les hommes bénévoles ont environ 1,8 fois plus de chances de se sentir en bonne santé que les hommes ne pratiquant pas le bénévolat, les femmes bénévoles, 2,4 fois plus de chances de se sentir en meilleure forme que celles n ayant pas d activité bénévole. Même s il s agit de la santé perçue et non réelle des personnes interrogées, l étude est motivante! Gagnante également : la société. En faisant de 2011 l Année européenne du bénévolat et du volontariat, l Union européenne avait encouragé les citoyens à s entraider. Facteur essentiel d amélioration de la cohésion sociale, le bénévolat pourrait l être encore davantage en cette période de crise économique. l les bons clics du Web Téléchargez Le livret du bénévole édité par le ministère des Sports, de la Jeunesse, de l Éducation populaire et de la Vie associative, qui donne des conseils pratiques pour devenir bénévole : formation, responsabilités, assurances, lieux où se renseigner Oriente et informe les personnes intéressées par le bénévolat. Regroupe offres de missions partout en France. Annuaire en ligne regroupant les associations caritatives, avec moteur de recherche personnalisé. Ma mutuelle mon mag l N 05 / Janvier-mars 2012

L ABC DES PETITES MALADIES DE LA VIE COURANTE pour mieux utiliser les antibiotiques

L ABC DES PETITES MALADIES DE LA VIE COURANTE pour mieux utiliser les antibiotiques D Angine à Vaccin, de Bactéries à Viral : 28 mots pour se préparer à l hiver. Ce guide vous aidera à mieux comprendre les maladies de la vie courante comme le rhume ou la bronchite. Parce que face à ces

Plus en détail

Méthodologie de l exposé

Méthodologie de l exposé CHAPITRE 1 Méthodologie de l exposé >1. Préparation de l exposé L exposé est un moment fort de l épreuve d admission au concours d entrée en institut de formation d aides-soignants ou d auxiliaires de

Plus en détail

EOVI ENTREPRENEUR Des solutions pour ne plus jouer

EOVI ENTREPRENEUR Des solutions pour ne plus jouer EOVI ENTREPRENEUR Des solutions pour ne plus jouer en SOLO SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE dépendance la qui renouvelle la mutuelle ARTISANS, COMMerçANTS, professions LIBÉRAles, INDÉPENDANTS... Vous

Plus en détail

IST et SIDA : s'informer pour se protéger!

IST et SIDA : s'informer pour se protéger! IST et SIDA : s'informer pour se protéger! Tous concernés! De quoi s agit-il? Les Infections Sexuellement Transmissibles (IST) sont des infections dues à des virus, des bactéries, des parasites ou des

Plus en détail

2011 Informer, sensibiliser, dépister

2011 Informer, sensibiliser, dépister 2011 Informer, sensibiliser, dépister Le plan d actions Prévention plandeprevention4.indd 1 01/12/2010 15:06:23 Edito L a Mutualité Française Aquitaine est convaincue de la nécessité de prévenir, dépister

Plus en détail

Offre santé 2015 FGMM-CFDT

Offre santé 2015 FGMM-CFDT SOMILOR - HARMONIE MUTUELLE Offre santé 2015 FGMM-CFDT Réservée aux adhérents régime général La FGMM-CFDT a négocié pour vous une complémentaire santé groupe SOMILOR-HARMONIE MUTUELLE. Bénéficiez de tous

Plus en détail

EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS

EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE la qui renouvelle la mutuelle Dirigeants et salariés de petites structures... Vous êtes déjà nombreux à nous

Plus en détail

PREVENIR LE CANCER C EST POSSIBLE JOURNÉE MONDIALE CONTRE LE CANCER - LE 4 FÉVRIER

PREVENIR LE CANCER C EST POSSIBLE JOURNÉE MONDIALE CONTRE LE CANCER - LE 4 FÉVRIER PREVENIR LE CANCER C EST POSSIBLE JOURNÉE MONDIALE CONTRE LE CANCER - LE 4 FÉVRIER MERCI Nous vous remercions de lire ce support d information! Notre objectif est de vous aider à comprendre comment prévenir

Plus en détail

La protection sociale qui comprend les indépendants, je suis pour!

La protection sociale qui comprend les indépendants, je suis pour! SOLUTIONS ENTREPRENEUR La protection sociale qui comprend les indépendants, je suis pour! Sophie B. Commerçante prévoyance épargne retraite ARTISANS, COMMERÇANTS, PROFESSIONS LIBÉRALES, INDÉPENDANTS......

Plus en détail

LE PETIT DÉJEUNER UN GRAND PAS POUR VOTRE ÉQUILIBRE

LE PETIT DÉJEUNER UN GRAND PAS POUR VOTRE ÉQUILIBRE LE PETIT DÉJEUNER UN GRAND PAS POUR VOTRE ÉQUILIBRE LE PETIT DÉJEUNER... POURQUOI? POUR QUI? À Après huit à douze heures de sommeil, les réserves d'énergie de l'organisme sont épuisées : le petit déjeuner

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE LE SYSTÈME DE SANTÉ POUR SE SOIGNER

MIEUX COMPRENDRE LE SYSTÈME DE SANTÉ POUR SE SOIGNER Pour en savoir plus, rendez-vous sur : MIEUX COMPRENDRE LE SYSTÈME DE SANTÉ POUR SE SOIGNER www.cmu.fr www.ameli.fr www.securite-sociale.fr + 3646 ACS CMU Caisse Primaire d Assurance Maladie 657 boulevard

Plus en détail

Rhume ou grippe? Pas d antibiotiques!

Rhume ou grippe? Pas d antibiotiques! Brochure d information En utilisant mal une ressource, elle devient inefficace! Rhume ou grippe? Pas d antibiotiques! z6creation.net Une initiative européenne en matière de santé. Rhume ou grippe? Pas

Plus en détail

SENSIBILISER LES RETRAITÉS AU BÉNÉVOLAT

SENSIBILISER LES RETRAITÉS AU BÉNÉVOLAT SENSIBILISER LES RETRAITÉS AU BÉNÉVOLAT GUIDE PRATIQUE À DESTINATION DES INTERVENANTS AUPRÈS DES RETRAITÉS Valoriser et sensibiliser au bénévolat Les personnes concernées Les outils à votre disposition

Plus en détail

«Les antibiotiques c est pas automatique», 12 ans après, quels sont les changements laissés par ce slogan percutant?

«Les antibiotiques c est pas automatique», 12 ans après, quels sont les changements laissés par ce slogan percutant? «Les antibiotiques c est pas automatique», 12 ans après, quels sont les changements laissés par ce slogan percutant? Thèse présentée et soutenue publiquement Le 17 juin 2014 Pour obtenir le Diplôme d État

Plus en détail

Mieux répondre aux besoins et aux attentes des personnes âgées

Mieux répondre aux besoins et aux attentes des personnes âgées Mieux répondre aux besoins et aux attentes des personnes âgées Home Economics présentation de la politique du Conseil Général du Bas-Rhin en faveur des personnes âgées 18 octobre 2013 Mieux répondre aux

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE Paris,le 13 avril 2010 DE LA COHÉSION SOCIALE

DIRECTION GÉNÉRALE Paris,le 13 avril 2010 DE LA COHÉSION SOCIALE Ministère de l Écologie, de l Énergie, du Développement durable et de la Mer, en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le climat Ministère du Travail, des Relations sociales, de la Famille,

Plus en détail

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la élever CommenT UN enfant ayant une drépanocytose Q Le test de dépistage qui a été pratiqué à la maternité vient de révéler que votre bébé est atteint de drépanocytose. Aujourd hui, votre enfant va bien,

Plus en détail

Prévenir... l alcoolisme

Prévenir... l alcoolisme Prévenir... l alcoolisme 8 Avec l alcool, faites-vous bon ménage ou mauvais usage? Vous faites bon ménage, si vous usez sans abuser (1) Consommateur ponctuel, vous ne buvez pas plus de 4 verres par occasion.

Plus en détail

Conseil Consultatif Régional des Personnes Accompagnées des Pays de la Loire

Conseil Consultatif Régional des Personnes Accompagnées des Pays de la Loire Conseil Consultatif Régional des Personnes Accompagnées des Pays de la Loire Synthèse des échanges du CCRPA du 17 mai 2013, à NANTES Thème de la journée : la santé et l accès aux soins 31 participants

Plus en détail

Chaque année, plus de 25 000 personnes en meurent dans l UE!

Chaque année, plus de 25 000 personnes en meurent dans l UE! L utilisation inadaptée des antibiotiques entraîne la formation de bactéries antibiorésistantes. Chaque année, plus de 25 000 personnes en meurent dans l UE! Les antibiotiques ne sont pas des bonbons!

Plus en détail

La santé des jeunes Rhônalpins en insertion

La santé des jeunes Rhônalpins en insertion La santé des jeunes Rhônalpins en insertion Diagnostic commun et actions partenariales URML, URHAJ et MFRA CRDSU (centre de ressources et d'échanges pour le développement social urbain) 12 octobre 2012

Plus en détail

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent.

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. Dans la France de 2012, de plus en plus de Français doivent renoncer à des soins ou

Plus en détail

La place des seniors dans le bénévolat

La place des seniors dans le bénévolat La place des seniors dans le bénévolat On sait que les seniors jouent un rôle très important dans le bénévolat, notamment en qualité d élus aux seins des associations, bénéficiant de l expérience qu ils

Plus en détail

EOVI ENTREPRISES TOUT POUR ORCHESTRER

EOVI ENTREPRISES TOUT POUR ORCHESTRER EOVI ENTREPRISES TOUT POUR ORCHESTRER LA PROTECTION sociale de vos salariés SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE la qui renouvelle la mutuelle EOVI MUTUELLE, UN EXPERT DE CONFIANCE Des chiffres et des Hommes

Plus en détail

LES FRANÇAIS PRENNENT LA PAROLE. Dossier de presse Contact presse : presse@grenelledelafamille.com

LES FRANÇAIS PRENNENT LA PAROLE. Dossier de presse Contact presse : presse@grenelledelafamille.com LES FRANÇAIS PRENNENT LA PAROLE Dossier de presse Contact presse : presse@grenelledelafamille.com 27 novembre 2013 Sommaire 1. Qui sommes-nous? p 3 2. Nos objectifs p 4 3. Thèmes et provinces p 5-6 4.

Plus en détail

Le petit déjeuner équilibré

Le petit déjeuner équilibré Le petit déjeuner équilibré SITUATION : M. Benoît, professeur de SVT, renouvelle son opération «challenge diététique» en proposant à tous les élèves de 6 ème de prendre un petit déjeuner équilibré le 10

Plus en détail

De la naissance à 6 mois

De la naissance à 6 mois De la naissance à 6 mois L alimentation se compose du lait (maternel ou infantile). Seule l eau peut s y ajouter Privilégier l allaitement maternel Le lait maternel - est l alimentation idéale du nouveau-né

Plus en détail

SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) Jean-Paul WACK (France)

SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) Jean-Paul WACK (France) SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) Jean-Paul WACK (France) LES PERSONNES TRES AGEES EN SITUATION D ISOLEMENT Au préalable, quelle est la définition de «solitude» dans le petit Larousse

Plus en détail

Guide. du Correspondant Mutualiste MNT 2O15

Guide. du Correspondant Mutualiste MNT 2O15 Guide du Correspondant Mutualiste MNT 2O15 Merci pour votre démarche et bienvenue Comme 9 000 agents territoriaux, vous êtes désormais Correspondant Mutualiste à la Mutuelle Nationale Territoriale. Afin

Plus en détail

L'Obésité : une épidémie?

L'Obésité : une épidémie? Communiqué de presse 5 mars 2014 L'Obésité : une épidémie? Résultats de l'étude MGEN «Habitudes de vie et surpoids» 3 Français sur 4 se jugent en bonne santé, 1 sur 2 est en surpoids, 16% sont obèses 2/3

Plus en détail

«Droit à disposer de son corps»

«Droit à disposer de son corps» CAHIER DES CHARGES Etudiant(e)s, Sexualité et Prévention Concours de création d outil pédagogique «Droit à disposer de son corps» PROJET : Mutualité Française Auvergne, la MGEN, la CPAM 63, le Service

Plus en détail

Offre santé 2014 FGMM-CFDT

Offre santé 2014 FGMM-CFDT SOMILOR - HARMONIE MUTUELLE Offre santé 2014 FGMM-CFDT Réservée aux adhérents régime général La FGMM-CFDT a négocié pour vous une complémentaire santé groupe SOMILOR-HARMONIE MUTUELLE. Bénéficiez de tous

Plus en détail

Prévenir... les troubles du sommeil

Prévenir... les troubles du sommeil Prévenir... les troubles du sommeil 14 Le sommeil est un élément clef de bonne santé Les plaintes des insomniaques sont multiples : «Je n arrive jamais à m endormir avant deux heures du matin» ; «je me

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR ESPACE JEUNES DIVONNE-LES-BAINS

REGLEMENT INTERIEUR ESPACE JEUNES DIVONNE-LES-BAINS Avenue des Thermes - BP 71 01220 Divonne-les-Bains Tel/Fax : 04 50 20 29 15 Courriel : divonne.espacejeunes@alfa3a.org REGLEMENT INTERIEUR ESPACE JEUNES DIVONNE-LES-BAINS A compter du 1 er septembre 2014

Plus en détail

Bonjour et bienvenue sur le module «complémentaire santé» des ateliers d arts.

Bonjour et bienvenue sur le module «complémentaire santé» des ateliers d arts. Bonjour et bienvenue sur le module «complémentaire santé» des ateliers d arts. La chambre a négocié pour vous des tarifs préférentiels avec le cabinet Jadis pour vous proposer 4 niveaux de garantie. -

Plus en détail

PROTOCOLE. Prise en charge Contraception - IVG (Confidentielle et gratuite) Réseau Sexualité Martinique

PROTOCOLE. Prise en charge Contraception - IVG (Confidentielle et gratuite) Réseau Sexualité Martinique PROTOCOLE Prise en charge Contraception - IVG (Confidentielle et gratuite) Réseau Sexualité Martinique 1. 2. Descriptif du dispositif Le contexte Les objectifs Les bénéficiaires Les étapes de la prise

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE LE SYSTÈME DE SANTÉ POUR SE SOIGNER

MIEUX COMPRENDRE LE SYSTÈME DE SANTÉ POUR SE SOIGNER Pour en savoir plus, rendez-vous sur : www.cmu.fr www.ameli.fr www.securite-sociale.fr + 3646 MIEUX COMPRENDRE LE SYSTÈME DE SANTÉ POUR SE SOIGNER ACS CMU Caisse Primaire d Assurance Maladie 5, avenue

Plus en détail

Lorsque vous commencez à prendre du poids en ayant un excédent de graisse au niveau du ventre, vous basculez dans un état qui favorise les maladies.

Lorsque vous commencez à prendre du poids en ayant un excédent de graisse au niveau du ventre, vous basculez dans un état qui favorise les maladies. Selon l organisation mondiale de la santé (OMS), plus de 1,9 milliard d adultes souffraient de surpoids en 2014. Parmi eux, plus de 600 millions étaient obèses. Ces chiffres sont alarmants d autant plus

Plus en détail

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre Avril 2011 La longue expérience de la Mutualité Française dans la mise en œuvre d actions de prévention,

Plus en détail

1/ L équipe d animation :

1/ L équipe d animation : PROJET EDUCATIF ET PEDAGOGIQUE DE LA GARDERIE PERISCOLAIRE DE CRUSEILLES I/ PRESENTATION : PROJET EDUCATIF La Garderie Périscolaire de Cruseilles a été crée par la Commune de Cruseilles dans le but de

Plus en détail

Analyse des besoins de formation des travailleurs sociaux en promotion de la santé en Rhône-Alpes. Rapport d enquête Novembre 2014

Analyse des besoins de formation des travailleurs sociaux en promotion de la santé en Rhône-Alpes. Rapport d enquête Novembre 2014 Analyse des besoins de formation des travailleurs sociaux en promotion de la santé en Rhône-Alpes 1 Rapport d enquête Novembre 2014 Laetitia Satilmis, interne de Santé Publique et Médecine Sociale, IREPS

Plus en détail

I. QU EST-CE QU UN CONTRAT LOCAL DE SANTE? POURQUOI UN CONTRAT LOCAL DE SANTE SUR COLOMIERS?

I. QU EST-CE QU UN CONTRAT LOCAL DE SANTE? POURQUOI UN CONTRAT LOCAL DE SANTE SUR COLOMIERS? 1 I. QU EST-CE QU UN CONTRAT LOCAL DE SANTE? II. POURQUOI UN CONTRAT LOCAL DE SANTE SUR COLOMIERS? 1. LES BESOINS SANITAIRES ET SOCIAUX IDENTIFIES 2. LA VOLONTE POLITIQUE POUR REDUIRE LES INEGALITES SOCIALES

Plus en détail

Consommation alimentaire des Français

Consommation alimentaire des Français Intervention de l Afssa au colloque «La situation nutritionnelle en France en 2007» Paris, 12 décembre 2007 Consommation alimentaire des Français les premiers résultats d une enquête d intérêt général

Plus en détail

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs En urgence, en consultation, en hospitalisation, que payerez-vous? Quels frais

Plus en détail

Bilan de synthèse de l action. "Promotion de la santé auprès de la petite enfance"

Bilan de synthèse de l action. Promotion de la santé auprès de la petite enfance Bilan de synthèse de l action "Promotion de la santé auprès de la petite enfance" Volet : nutrition auprès des crèches Bilan élaboré par : Michèle CHANCEAU DESMOULIN, infirmière chargée d études CPAM Dordogne

Plus en détail

Colloque CNFPT «La santé pour tous : plus que jamais un enjeu territorial» 25 et 26 juin 2007 à Nancy

Colloque CNFPT «La santé pour tous : plus que jamais un enjeu territorial» 25 et 26 juin 2007 à Nancy Colloque CNFPT «La santé pour tous : plus que jamais un enjeu territorial» 25 et 26 juin 2007 à Nancy ATELIER 5 Du dépistage en milieu scolaire à l accès aux soins SYNTHÈSE Du dépistage en milieu scolaire

Plus en détail

Le groupe MGEN et Harmonie Mutuelle soutiennent le développement de la Mutualité Française Bourguignonne SSAM

Le groupe MGEN et Harmonie Mutuelle soutiennent le développement de la Mutualité Française Bourguignonne SSAM Dijon, le 6 mars 2014 Le groupe MGEN et Harmonie Mutuelle soutiennent le développement de la Mutualité Française Bourguignonne SSAM Le 6 mars 2014 à Dijon, Thierry Beaudet, président du groupe MGEN, et

Plus en détail

LES SOLUTIONS MNT ENSEMBLE VOS AGENTS AGIR DURABLEMENT POUR LA PROTECTION PROTÉGEONS SOCIALE ET LA SANTÉ AU TRAVAIL

LES SOLUTIONS MNT ENSEMBLE VOS AGENTS AGIR DURABLEMENT POUR LA PROTECTION PROTÉGEONS SOCIALE ET LA SANTÉ AU TRAVAIL LES SOLUTIONS MNT PROTÉGEONS ENSEMBLE VOS AGENTS AGIR DURABLEMENT POUR LA PROTECTION SOCIALE ET LA SANTÉ AU TRAVAIL COMPRENDRE LE CONTEXTE SAISIR LES OPPORTUNITÉS La collectivité est clairement identifiée

Plus en détail

LES OMÉGA-3 LE CONSTAT : NOTRE ALIMENTATION EST DEVENUE TRÈS CHARGÉE EN OMÉGA-6 ET TRÈS CARENCÉE EN OMÉGA-3 LA RÉALITÉ SUR NOTRE ALIMENTATION

LES OMÉGA-3 LE CONSTAT : NOTRE ALIMENTATION EST DEVENUE TRÈS CHARGÉE EN OMÉGA-6 ET TRÈS CARENCÉE EN OMÉGA-3 LA RÉALITÉ SUR NOTRE ALIMENTATION LES OMÉGA-3 LES OMÉGA-3 LA RÉALITÉ SUR NOTRE ALIMENTATION Notre mode d alimentation a beaucoup changé. Malgré que nous soyons très sensibilisés, notre alimentation occidentale contemporaine est désormais

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

À tout moment. une mutuelle sur qui compter

À tout moment. une mutuelle sur qui compter À tout moment une mutuelle sur qui compter Harmonie Mutualité, votre partenaire santé Votre entreprise vous permet de bénéficier d une complémentaire santé collective Harmonie Mutualité. En nous rejoignant,

Plus en détail

ADRÉA Mutuelle protège tous les publics. Quand plusieurs mutuelles ne font qu une. Santé, prévoyance, épargne-retraite

ADRÉA Mutuelle protège tous les publics. Quand plusieurs mutuelles ne font qu une. Santé, prévoyance, épargne-retraite Pour ADRÉA Mutuelle, la proximité est une réalité. Elle entretient un lien durable avec ses adhérents, tant par son réseau d agences que par ses centres d appels téléphoniques et sa présence sur internet

Plus en détail

SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE MON COUPLE. MA Protection Sociale ESSENTIELLE ET DURABLE! APICILPARTICULIERS EXCLUSIVITÉ APICIL

SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE MON COUPLE. MA Protection Sociale ESSENTIELLE ET DURABLE! APICILPARTICULIERS EXCLUSIVITÉ APICIL SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE MON COUPLE MA Protection Sociale ESSENTIELLE ET DURABLE! EXCLUSIVITÉ APICIL APICILPARTICULIERS MA PROTECTION SOCIALE Pour MON couple, une BONNE couverture sociale, c est Me garantir

Plus en détail

La santé en entreprise :

La santé en entreprise : avenue du marché gare 34070 Montpellier Repas offert à Montpellier Restaurant La Table de Cana Découverte Partage Convivialité Cuisine ou au 04 99 58 88 90 ou par mail : accueil@mflr.fr sur inscription

Plus en détail

Prévenir... le risque cardiovasculaire

Prévenir... le risque cardiovasculaire Prévenir... le risque cardiovasculaire 10 Les facteurs de risque favorisant les maladies cardiovasculaires Les facteurs que l on ne choisit pas... L âge : le vieillissement contribue à augmenter le risque

Plus en détail

DIAGNOSTIC PARTAGE. Rapport d enquête auprès des «personnes ressources» d Etouvie. Synthèse du rapport ATELIERS SANTE VILLE D AMIENS.

DIAGNOSTIC PARTAGE. Rapport d enquête auprès des «personnes ressources» d Etouvie. Synthèse du rapport ATELIERS SANTE VILLE D AMIENS. ATELIERS SANTE VILLE D AMIENS DIAGNOSTIC PARTAGE Rapport d enquête auprès des «personnes ressources» d Etouvie Synthèse du rapport Juin 2010 Juin 2010 1 La Ville d Amiens développe la démarche Ateliers

Plus en détail

EMME ENFANT SPECIALITES CHIRURGICALES ET UNITES MEDICO-TECHNIQUES

EMME ENFANT SPECIALITES CHIRURGICALES ET UNITES MEDICO-TECHNIQUES UNITES MEDICO- JE SUIS ENCEINTE C est confirmé vous êtes enceinte, pour vous accompagner au long de ces neufs mois de grossesse, 7 consultations sont prévues. Vous pouvez choisir d'être suivie à la maternité

Plus en détail

Santé publique SYNTHÈSE RENCONTRE SANTÉ : TANT QU ON A LA JEUNESSE? Prenez la parole! PARTICIPATIVE 25 FÉVRIER BAUGÉ-EN-ANJOU

Santé publique SYNTHÈSE RENCONTRE SANTÉ : TANT QU ON A LA JEUNESSE? Prenez la parole! PARTICIPATIVE 25 FÉVRIER BAUGÉ-EN-ANJOU Améliorons ensemble la santé en Pays de la Loire. Santé publique Prenez la parole! SYNTHÈSE RENCONTRE PARTICIPATIVE 25 FÉVRIER BAUGÉ-EN-ANJOU SANTÉ : TANT QU ON A LA JEUNESSE? Informez-vous - Participez

Plus en détail

Foyer Résidence Les Oliviers. Livret d accueil

Foyer Résidence Les Oliviers. Livret d accueil Foyer Résidence Les Oliviers Livret d accueil Le mot de bienvenue Le Président et les membres du conseil d administration, la Direction et l ensemble du personnel sont heureux de vous offrir ce livret

Plus en détail

JOURNÉE INTERNATIONALE DE L ALPHABÉTISATION 2008 L alphabétisation, le meilleur remède

JOURNÉE INTERNATIONALE DE L ALPHABÉTISATION 2008 L alphabétisation, le meilleur remède JOURNÉE INTERNATIONALE DE L ALPHABÉTISATION 2008 L alphabétisation, le meilleur remède Cette année, la Journée internationale de l alphabétisation mettra l accent sur les liens existant entre l alphabétisation

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

Glaucome. contrôler ma vue. je fais. pratiq santé. 110 esplanade du Général de Gaulle - 92 931 La Défense Cedex - RCS Nanterre 440 313 104

Glaucome. contrôler ma vue. je fais. pratiq santé. 110 esplanade du Général de Gaulle - 92 931 La Défense Cedex - RCS Nanterre 440 313 104 Glaucome ENVI-2012-10-311 - HCP Groupe ʻʻ je fais contrôler ma vue ʻʻ pratiq santé 110 esplanade du Général de Gaulle - 92 931 La Défense Cedex - RCS Nanterre 440 313 104 Je m informe : le glaucome, une

Plus en détail

ANNEXE III PREVENTION BUCCO - DENTAIRE

ANNEXE III PREVENTION BUCCO - DENTAIRE ANNEXE III PREVENTION BUCCO - DENTAIRE Au protocole d accord MFP CNSD concernant l amélioration de l accès aux soins dentaires signé le 16 décembre 2004 entre : d'une part, La Mutualité Fonction Publique,

Plus en détail

livret d accueil Frais de santé

livret d accueil Frais de santé www.verspieren.com livret d accueil Frais de santé Santé Prévoyance Ce document n a pas de valeur contractuelle. Télétransmission, tiers-payant, décompte frais de santé un langage parfois compliqué pour

Plus en détail

Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte

Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte Dossier de synthèse documentaire et bibliographique Réactualisation - novembre 2011 Marseille : 18, rue Stanislas Torrents 13006 Marseille Tél. :

Plus en détail

Comment faire garder son enfant à son domicile?

Comment faire garder son enfant à son domicile? Comment faire garder son enfant à son domicile? L emploi d un(e) garde d enfant(s) à domicile 3 possibilités s offrent à vous La garde d enfants au domicile des parents, une réponse à vos besoins La garde

Plus en détail

La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH

La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH www.lmde.com La Mutuelle des Étudiants - LMDE : mutuelle soumise aux dispositions du livre II du code de la Mutualité. SIREN 431 791 672. Siège

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE

DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE Protection ACCIDENT Protection HOSPI Capital ÉQUIPEMENT HANDICAP / DÉPENDANCE Contact presse : Stéphanie ARREGROS Responsable Communication Tél. : 01 64

Plus en détail

INNOVATION De la rééducation au sport santé. LPG crée le Neuro

INNOVATION De la rééducation au sport santé. LPG crée le Neuro INNOVATION De la rééducation au sport santé LPG crée le Neuro Physical Training! Bouger pour sa santé, une évidence pour les français? Bien que Faire du sport soit, chaque année, une des résolutions prioritaires

Plus en détail

Unis pour l accès à la santé des personnes en situation de handicap

Unis pour l accès à la santé des personnes en situation de handicap Unis pour l accès à la santé des personnes en situation de handicap CHARTE ROMAIN JACOB La Charte Romain Jacob pour l accès aux soins des personnes en situation de handicap en France, a fait l objet d

Plus en détail

CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 17 novembre 2011

CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 17 novembre 2011 CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 7 novembre 20 «L Association des Maisons de quartier de Reims a pour objet le développement, le

Plus en détail

La Résidence et son environnement

La Résidence et son environnement Le logement-foyer «La Résidence Notre-Dame de Bon Secours» a été inauguré le 1 er mai 1985. C est dans un esprit de service et de convivialité que nous vous accueillons à «La Résidence» avec pour principale

Plus en détail

Enfants, familles et célibataires bienvenus! La Maison des familles a déménagé

Enfants, familles et célibataires bienvenus! La Maison des familles a déménagé La Maison mars-juin 2014 des familles Enfants, familles et célibataires bienvenus! L inscription pour participer aux activités est gratuite mais nécessaire. La Maison des familles a déménagé au 18/18bis,

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL Bienvenue!

LIVRET D ACCUEIL Bienvenue! LIVRET D ACCUEIL Bienvenue! 180x250_Livret20P_GFM_.indd 1 27/06/12 16:17 Chère Adhérente, cher Adhérent, Nous avons le plaisir de vous remettre votre Livret d Accueil. Véritable trait d union entre nous,

Plus en détail

Enquête santé. Etat de santé

Enquête santé. Etat de santé Enquête santé La Ville de Bayonne mène une réflexion sur les questions de la population bayonnaise. L objectif est d appréhender les besoins en santé des habitants et d y apporter le mieux possible les

Plus en détail

J accompagne les. de mon enfant / 0 à 3 ans

J accompagne les. de mon enfant / 0 à 3 ans J accompagne les de mon enfant / 0 à 3 ans enfantné Votre est Depuis la naissance de votre enfant, rien n est plus important que de le voir grandir. Afin de prendre soin de sa santé, l Assurance Maladie

Plus en détail

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE 49 SOMMAIRE Les seniors Les chiffres clés Les habitudes alimentaires des seniors Les recommandations Les alternatives Herbalife Les compléments alimentaires

Plus en détail

Le SIDA. Et toi, Qu est-ce que tu connais. De cette maladie?

Le SIDA. Et toi, Qu est-ce que tu connais. De cette maladie? Le SIDA Et toi, Qu est-ce que tu connais De cette maladie? Sommaire 1 partie : Testez vos connaissances Pages jaunes 1. Çà veut dire quoi cette maladie 2. Comment peux-tu l attraper? 3. Prendre un risque,

Plus en détail

Le guide du bon usage des médicaments

Le guide du bon usage des médicaments Le guide du bon usage des médicaments Les médicaments sont là pour vous aider mais......ils ont parfois du mal à vivre ensemble. Votre médecin et votre pharmacien peuvent adapter votre traitement pour

Plus en détail

Plan Local de Santé Publique

Plan Local de Santé Publique Plan Local de Santé Publique Martigues/Port-de-Bouc n 2 2010-2013 Axes et Objectifs prioritaires Atelier Santé Ville Martigues/Port-de-Bouc PLSP2 - Juin 2010 Axes prioritaires (Sont mentionnés en vert

Plus en détail

Bien vieillir dans l Eure

Bien vieillir dans l Eure Bien vieillir dans l Eure Quelques chiffres - Statistiques démographiques 84 179 personnes âgées de + de 65 ans (recensement INSEE 2006) soit 14, 83% de la population euroise 1 français sur 2 aura + de

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs Vivre avec une artérite des membres inférieurs Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre

Plus en détail

Le petit déjeuner, c est le repas le plus important de la journée!

Le petit déjeuner, c est le repas le plus important de la journée! Juin 2009 ARTICLE - BROCHURE Le petit déjeuner, c est le repas le plus important de la journée!, APM au CPMS de Spa Cette animation sur l alimentation a été réalisée avec la collaboration des élèves de

Plus en détail

Le diabète et vous : Gérez votre mode de vie. Réduisez vos risques. fmcoeur.ca

Le diabète et vous : Gérez votre mode de vie. Réduisez vos risques. fmcoeur.ca Le diabète et vous : Gérez votre mode de vie. Réduisez vos risques. fmcoeur.ca Le saviez-vous? Le diabète est un facteur de risque associé aux maladies du cœur et aux AVC. Environ 1,8 million de Canadiens

Plus en détail

Contenu du Guide du parent

Contenu du Guide du parent Guide des parents Contenu du Guide du parent Introduction du Guide du parent... 3 Les activités avec les parents.... 4 Rencontres personnelles avec le coach... 4 Petites rencontres entre parents et coach....

Plus en détail

Sommaire. Accueil Périscolaire et Restauration Scolaire Accueil de Loisirs Sans Hébergement Conseil Municipal Enfants

Sommaire. Accueil Périscolaire et Restauration Scolaire Accueil de Loisirs Sans Hébergement Conseil Municipal Enfants Sommaire Enfance Accueil Périscolaire et Restauration Scolaire Accueil de Loisirs Sans Hébergement Conseil Municipal Enfants 4 7 8 Jeunesse Accueil de Loisirs 9 Vie Scolaire Coordonnées des écoles Inscriptions

Plus en détail

L ASSURANCE MALADIE EN LIGNE

L ASSURANCE MALADIE EN LIGNE BIEN GÉRER MA SANTÉ AVEC L ACS Ce que l Assurance Maladie fait pour moi L Assurance Maladie me permet de bénéficier de l Aide pour une complémentaire santé : l ACS. Des offres et des services pour m accompagner

Plus en détail

ACTES COMITE PARTENARIAL. Marseille le 07 Décembre 2010

ACTES COMITE PARTENARIAL. Marseille le 07 Décembre 2010 ACTES COMITE PARTENARIAL Marseille le 07 Décembre 2010 1 Gaby Olmeta : «Nous invitons Manuel Pinto, Directeur des petits frères des Pauvres. Les petits frères des Pauvres, c est 17 salariés, 350 bénévoles

Plus en détail

Guide des. interventions Personnes en difficulté Personnes âgées de 60 ans et plus Personnes handicapées

Guide des. interventions Personnes en difficulté Personnes âgées de 60 ans et plus Personnes handicapées Guide des interventions Edition 2010 Mot du président Le Centre Communal d Action Sociale de Saint-Yrieix-sur-Charente est un outil majeur de la politique sociale de la municipalité. Au delà des aides

Plus en détail

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques Résultats de l étude ntred 2007 EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES Le diabète est une maladie chronique de plus en plus fréquente, qui touche en France plus de 2 millions

Plus en détail

Livre Blanc des mutuelles étudiantes de proximité

Livre Blanc des mutuelles étudiantes de proximité Livre Blanc des mutuelles étudiantes de proximité PROPOSITIONS POUR AMÉLIORER LA SANTÉ ÉTUDIANTE LA SECURITÉ SOCIALE DES ÉTUDIANTS Le réseau national des mutuelles étudiantes de proximité MEP ı MGEL ı

Plus en détail

Note de synthèse Assurance Maladie. Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011

Note de synthèse Assurance Maladie. Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011 Note de synthèse Assurance Maladie Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011 Au début des années 2000, l Assurance Maladie a commencé à construire puis développer une

Plus en détail

j accompagne Les premiers pas

j accompagne Les premiers pas j accompagne Les premiers pas DE mon ENFANT Votre enfant est né Depuis la naissance de votre enfant, rien n est plus important que de le voir grandir. Afin de prendre soin de sa santé, l Assurance Maladie

Plus en détail

Cultiver la solidarité www.contrelecancer.ma

Cultiver la solidarité www.contrelecancer.ma LE BÉNÉVOLAT Cultiver la solidarité www.contrelecancer.ma le bénévolat CULTIVER LA SOLIDARITÉ La mobilisation dans la lutte contre le cancer, à laquelle a appelé Son Altesse Royale la Princesse Lalla Salma

Plus en détail

Nutrition : quelles réalités en médecine générale?

Nutrition : quelles réalités en médecine générale? Nutrition : quelles réalités en médecine générale? 2 Les thèmes et témoignages de médecins mentionnés dans cette brochure sont issus des résultats d une enquête d opinion sur la nutrition. Elle a été réalisée

Plus en détail

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse Institut de la jeunesse Madrid Les débuts de toute chose sont toujours petits. Cicéron La

Plus en détail

Tout ce que les hommes doivent savoir sur la grossesse

Tout ce que les hommes doivent savoir sur la grossesse Tout ce que les hommes doivent savoir sur la grossesse Partenaires pour la santé, partenaires pour la vie! «Il faut accompagner ta femme à l hôpital! Si tu le fais, c est bien pour la santé de vos enfants,

Plus en détail