Résilience urbaine, séance conclusive:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Résilience urbaine, séance conclusive:"

Transcription

1 Résilience urbaine, séance conclusive: Expérience scientifique et politique de la préservation historique au sein du système espace-temps. Dans quelle mesure la question de la préservation historique doit-elle ou peut-elle participer au débat sur la résilience? Définitions: par Cynthia Ghorra-Gobin, DR CNRS Pour associer la résilience urbaine à l idée de pérennité urbaine, il faut opérer une dissociation entre: 1. La résilience urbaine centrée sur les individus («que faire pour qu il y ait moins de victimes?») 2. La résilience urbaine où la notion de victimes ne vient pas en premier («s occuper du fait urbain») L'hypothèse est que le nouveau contexte urbain, complexe, nécessite d intégrer la notion de résilience, à dissocier avec la notion de catastrophes naturelles. L'ouvrage de Brian Ladd, La ville résiliente, est pris comme exemple, avec une analyse de la résilience de Berlin. La notion de victimes y est mise de côté. Il s agit pour l auteur de distinguer résilience au sens général et résilience urbaine comme pérennité urbaine, qui exige de dissocier la préservation historique de l intentionnalité mémorielle. La démarche de Cynthia Ghorra-Gobin est comparative. Il ne s ait pas de comparer la France aux Etats-Unis, mais de partir d une controverse et d essayer de mettre en perspective des exemples. Le fait de travailler sur un terrain étranger permet de se distancier par rapport à la question et de faciliter le débat. Il résulte de ses travaux que la notion de résilience urbaine est désormais intégrée dans le projet urbain et le paradigme de l aménagement doit être modifié. 1. Fondement de l analyse Pour Brian Ladd, la résilience urbaine est associée à la notion de post-disaster. Il emploie aussi les notions de reconnection ou historiacl continuity, qu il convient d intégrer dans le concept de résilience urbaine ainsi que dans l aménagement urbain. Il faut envisager une résilience urbaine en rupture avec le passé immédiat et une volonté de reconstruction sur le long terme. Dans la reconstruction de Berlin, on n envisage pas d en refaire une capitale, mais il y a un souhait de continuité historique. Après 60 ans, la notion est réintégrée. a)définition de la ville: À partir de Urbs et Civitas (Fustel de Coulanges), désignant la matérialité du fait urbain et l espace politique, tous deux indissociables À partir de la définition de J. Ruskin: «la valeur de la ville se mesure à sa capacité à enraciner l individu dans le temps et dans l espace» Cheminement de Cynthia Ghorra-Gobin: Travail sur la continuité urbaine (1972) Travail sur la Préservation historique b)travail sur la continuité urbaine Cynthia Ghorra-Gobin a travaillé comme étudiante sur la notion de centralité et le couple «centrepériphérie», à partir des controverses sur les risques de dédoublement du centre à Beyrouth. A l époque, il y a un débat similaire à New York sur la dissociation de downtwon et uptown. Dans Beyrouth, les souks sont un vecteur de centralité majeur, en dépit d un aménagement de type haussmannien avec notamment l avenue du Maréchal Weygand qui les traverse. Les souks n ont pas une grande valeur architecturale Pour Cynthia Ghorra-Gobin, l avantage comparatif des souks se mesure à: La localisation géographique: centralité par rapport aux différentes communautés ethniques et religieuses La diversité des communautés: La symbolique de la centralité, c est la diversité (sociale et culturelle)

2 Dans une revue d archéologie, Cynthia Ghorra-Gobin trouve un plan démontrant que l ancien emplacement du forum romain de la ville correspond au même lieu. Ces argument lui permettent de dire que l émergence de nouvelles centralités ne constitue pas un risque pour les souks qui bénéficient de la continuité historique. Il faut néanmoins veiller à les préserver. c) Thèse d Etat ( ) Comment s instaure le rapport ville-campagne ou ville-nature aux Etats-Unis? Relation entre ville et Etat dans un contexte capitaliste Traduction urbaine de la question raciale Ecart différentiel entre villes américaine et villes continentales: prédominance du concept/image du CBD et puissance des constructions idéologiques autour de la maison individuelle Pour élaborer des comparaisons, Cynthia Ghorra-Gobin choisit une ville non-issue de la colonisation: Los Angeles. De ces analyses de la ville américaine, elle tire la leçon suivante: «la préservation historique peut être dissociée de l intentionnalité mémorielle». 2. Paradigmes de la préservation historique aux Etats-Unis La notion de préservation du patrimoine émerge au XIXe siècle, lorsque l on réalise les dégâts infligés au patrimoine médiéval pendant la révolution. A la même époque, le débat émerge dans un contexte différent outre-atlantique: les Etats-Unis se demandent quelle est leur identité, une fois leur indépendance acquise. En effet, la rupture avec l Europe s était faite sur une base politique et non culturelle (no taxation without representation) La question de l identité préoccupe les américains: les intellectuels et artistes prennent conscience du caractère extraordinaire de l environnent naturel des Etats-Unis et de sa beauté. Au même moment s opère la conquête de l espace par les aventuriers et les capitalistes. L idée que les USA détiennent un patrimoine naturel se trouve alors associé à la notion d identité, avec la notion de wilderness, notamment grâce au rôle des artistes et des philosophes. On travaille la notion de national park comme lieu de l identité américaine et on les substitue aux State Parks. On met aussi en place le National Park Service, institution nationale très puissante, qui s occupe aussi de l urbain (droit de regard). La différenciation identitaire vis à vis de l Europe se fait donc sur le rapport à la nature, l'identité nationale étant liée à l'histoire de la conservation En 1906, Theodore Roosevelt promeut le Antiquities act qui met en place le concept de national monument. Il ne s agit plus uniquement de préserver la nature, mais il n y a pas de rupture avec la nature car on intègre dans ce que l'on souhaite préserver la construction par l humain avec la nature. Un National monument est un objet physique (monument) dans un cadre naturel. Le premier est le Devil s Tower dans le Wyoming: il s agit d une tour qui remonte à l histoire précolombienne et fit écho au mythe de la symbiose avec la nature des indiens. Il reflète ainsi le débat politique qui commence à s intéresser aux native americans. Aujourd hui, il y a 57 national parks, 93 nationnal monuments. Par la suite, le New Deal pense aussi la préservation historique et aura un impact sur celle-ci à travers des investissements public dans les projets du fait du lobbying: Les architectes s organisent et vendent leurs projets à l administration Roosevelt qui met en place le Historic sites Act: l Etat mène des enquêtes pour identifier les bâtiments à préserver, mais sans engagement. Les années 1960 constituent une rupture dans le rapport à la préservation historique. Auparavant, la préservation portait sur la nature et quelques monuments emblématiques, elle prend un rôle croissant dans l'urbain et le construit. En effet, cette époque est marquée par un important conflit autour de la Penn station, construite à Manhattan et inaugurée en En 1963, la city comission veut détruire le bâtiment, ce qui déclenche une mobilisation politique des new-yorkais car la gare a pour eux une valeur symbolique. Le débat donne naissance au National historic preservation act (1965) qui s intéresse aux bâtiments et constitue un nouveau paradigme. On met alors en place deux listes: National register of historic places (83 000) National historial landmarks (2 500), qui bénéficient d une aide de l Etat fédéral

3 Suite à la loi, la ville de New York crée une landmarks preservation comission qui bloque par la suite le projet de destruction de la gare de Grand Central. Il s agit de la même histoire que Penn Station, mais avec cette fois-ci, la ville dispose d outils adéquats pour contrer le projet, le débat allant jusqu à la cour suprême. La gare y est décrite comme «successful urban project that gave life to an historic building». On préserve le bâtiment mais on dissocie la préservation de la notion de mémoire. Ni l histoire de la compagnie ni celle des habitants n est mentionnée, mais le «projet urbain répondant à une demande sociale qui permet de donner vie à un bâtiment à préserver». La gare est considérée comme un «lieu d ancrage» (Ruskin) pour le passager. Dans la foulée de la loi, de nombreuses commissions de préservation sont créées. Elles sont faites de bénévoles et seul le président est salarié. A Los Angeles aussi est créée une commission de l équipe municipale qui travaille en lien avec LA Conservancy, qui est une puissante non-profit corporation, financée par des fondations et même des promoteurs. Beaucoup de bénévoles y participent et elle fait un travail de lobbying. Il y a à Los Angeles une historic district ordinance qui est proche de la loi Malraux en France. Exemples à LA: a) Santa Monica Pier (débat dans les années 1980): Il s agit d une ville et d une jetée qui s avance dans l océan et qui date du début du XXè siecle. Elle permet de marcher jusqu à Venice et présente un cadre idéal. Santa Monica n est pas incorporée dans Los Angeles. La ville crée un pleasure park au début du XXè siecle, où des vedettes se promènent. En 1953, le lieu n est pas bien entretenu, la municipalité achète les terrains et monte un projet d aménagement touristique. Entre-temps, le pier est devenu plus populaire que star. En 1983, une tempête détruit le Pier. Le projet municipal devient alors de moins en moins réaliste, car il y a un souhait de conserver le Pier et l Amusement park: La catastrophe naturelle est venue au secours de la résilience urbaine. b) L Eglise Santa Viviana (débat dans les années 1990): Il s agit de la plus vieille église de Los Angeles, catholique. Elle est toutefois trop petite par rapport à une population croissante de catholiques. En même temps, il y a une pression sur l ancien bâtiment de se mettre aux normes sismiques, qui surenchérissent le coût de la préservation historique. L évêque n ayant pas assez de moyens pour la mise aux normes, on décide de la détruire. La LA Conservancy s y oppose. En même temps, l évêque cherche un terrain pour une grande cathédrale mais n est pas très bien accueilli. Il obtient un terrain peu cher, le long d une autoroute bruyante. S'en suit l'édification de la cathédrale Our lady of the Angels (offices en 42 langues). Avec l édification de la cathédrale, on voit l émergence du concept d espace public à Los Angeles. LA Conservancy fait de la petite église un centre culturel. L'église est détenue et gérée par une association. c) Bibliothèque municipale: La bibliothèque remonte aux années Dans les années 1980, il est question de la mettre aux normes sismiques, mais la question est «qui va payer?», alors qu'en 1978 a eu lieu une révolte des contribuables californiens qui a causé une grande sensibilité sur les choix de ce qui est financé. La localisation de la bibliothèque est stratégique, elle vaut de l or et les promoteurs sont intéressés. En même temps, des citoyens militent pour la préservation. Des promoteurs financent un travail universitaire qui conceptualise un montage de type PPP qui est une innovation juridique. On estime le coût de mise aux normes et du réaménagement puis on se demande qui va payer quoi. Ce sont finalement les promoteurs qui payent mais ils obtiennent en compensation une autorisation de construire plus haut (ce qui peut s apparenter à un transfert de COS) 1. 1 Voir le colloque «réhabilitation urbaine et temps historique: le paradoxe de Los Angeles. Il y

4 d) Biddy Mason House/Park En 1985, on réalise que 97 des landmarks retracent l histoire «anglo» des Etats-Unis. Un des enjeux de la préservation devient alors de faire entrer d autres histoires car le patrimoine s avère beaucoup moins multiculturel que la société. S en suit une volonté de la mise en évidence, mise en avant de la classe ouvrière et des minorités. Biddy Mason était une esclave au XIXe siècle au service d une famille Mormon qui est arrivée à LA. LA avait lors un statut particulier car l Etat a intégré les Etats-Unis au moment du débat sur l esclavage. Biddy Mason intente un procès à a ville de LA pour ne plus être esclave. Par ailleurs, à proximité de sa maison se trouve une église épiscopalienne dans laquelle on a chanté trois soirs durant pendant les émeutes de LA. e)palm springs: Quartier de résidences secondaires, habitants. Aujourd hui, l immobilier est en crise. Il y a un débat car aucun des bâtiments n est listé alors que certains ont été faits par de grands architectes. L'objectif est de maintenir les prix immobiliers. f) Est-Los Angeles, le quartier latino-mexicain. Avant, il accueillait différents flux migratoires et on y trouve notamment de synagogues de la fin du XIX et du début du XXe siecle. La population juive a depuis déserté le quartier. Il y a une réflexion dans le cadre de la remise aux normes sur ce que l on peut faire dedans. En conclusion, la ville américaine ne soit pas être vue comme un modèle mais comme un moyen d enrichir le débat. La ville est un espace local, il fut voir ce que dit la résilience dans un espace local 3. Enjeux autour de la résilience urbaine La notion de risque n est pas liée à celle de catastrophe naturelle. La mobilisation politique peut changer le paradigme de la préservation historique. Aux Etats-Unis, il y a différents paradigmes, tout se superpose. Si la résilience urbaine est associée à la notion de pérennité historique urbaine, il faut aussi prendre en compte l'importance de l ancrage local, dans le temps et dans l'espace. Il faut intégrer la résilience dans le projet et l aménagement urbain, dans le projet pour faire face à a croissance. Eléments de discussion: Dans le travail de Cynthia Ghorra-Gobin, il n'y a pas de notion de modèle américain duquel il faudrait s inspirer. Il s'agit davantage de bien connaitre la ville américaine pour ne pas faire n importe quoi. Dans les années 1970, on démolit Les Halles pour en faire un centre commercial de banlieue américaine. Si l opinion le savait, on n en serait pas arrivé à une telle banalité, qui toutefois est acceptable dans le périurbain. Il y a un nécessaire travail sur la préservation historique et la mémoire. Paris est connue mondialement mais est-ce que les habitants associent leur histoire à Paris? Pour assurer la continuité du fait urbain, il faut dissocier les deux notions: faut-il préserver au nom de la mémoire ou au nom de l'enracinement dans le temps? a aussi un Etudes foncieres sur les PPP et une revue Urbaisme sur LA.

5 Les Souks de Beyrouth bénéficient d'une continuité avec le Forum. Aujourd'hui, le lieu devient un territoire global avec la présence d'investisseurs étrangers. Qu est-ce que cela représente pour les habitants? Construction du neuf en faisant appel à des éléments anciens à Chicago. Au sujet des Quartiers sensibles en France, grands ensembles: les bâtiments n ont pas d ancrage. Il faudrait travailler sur e que cela veut dire. Quelle est la demande sociale? Y a-t-il des symboles/signes de la participation ou contribution des différentes populations à notre histoire? Il n'y a pas en effet une seule mémoire mais des mémoires différentes.

Le patrimoine : lecture historique. Etude du centre historique de New York

Le patrimoine : lecture historique. Etude du centre historique de New York Le patrimoine : lecture historique Etude du centre historique de New York DÉFINIR LE THÈME ET UNE TROUVER UNE PROBLÉMATIQUE Les accompagnements de programme «Les processus de patrimonialisation et de mémorialisation

Plus en détail

Thème I/III : A quoi ressemblent les grandes villes de pays riches?

Thème I/III : A quoi ressemblent les grandes villes de pays riches? Thème I/III : A quoi ressemblent les grandes villes de pays riches? D après J. Bastié, La France dans le monde : A,1 «Ville du désir, Paris est le premier centre de congrès internationaux du monde. Ses

Plus en détail

CASERNE SULLY A SAINT-CLOUD

CASERNE SULLY A SAINT-CLOUD Dossier de presse Le 5 avril 2012 CASERNE SULLY A SAINT-CLOUD Le Conseil général des Hauts-de-Seine et la Ville de Saint-Cloud présentent le projet de valorisation du site Dossier de presse Contacts presse

Plus en détail

PROJET DE POLITIQUE DU PATRIMOINE

PROJET DE POLITIQUE DU PATRIMOINE PROJET DE POLITIQUE DU PATRIMOINE Plan de la présentation Élaboration du projet de politique Objet de la Politique Fondements de la Politique Définition de patrimoine Axes d intervention 1 Élaboration

Plus en détail

EN TEMPS DE CRISE. Quelle place pour la culture en temps de crise? Lorsqu ils sont confrontés à des difficultés économiques,

EN TEMPS DE CRISE. Quelle place pour la culture en temps de crise? Lorsqu ils sont confrontés à des difficultés économiques, LES EUROPEENS ET LA CULTURE EN TEMPS DE CRISE Quelle place pour la culture en temps de crise? Lorsqu ils sont confrontés à des difficultés économiques, les Européens ont-ils le temps, l argent, voire tout

Plus en détail

La mutualisation du stationnement

La mutualisation du stationnement La mutualisation du stationnement Eric GANTELET, Président SARECO SARECO est un bureau d études spécialisé sur les questions de stationnement qui conseille les collectivités territoriales depuis la définition

Plus en détail

Pépinière artistique et urbaine

Pépinière artistique et urbaine Pépinière artistique et urbaine Appel à projets Année 2015 Mise à disposition d espaces de travail Locaux et services Accompagnement Structuration et développement Mise en réseau professionnel Réponse

Plus en détail

Académie Ibn Sina. Au fil du temps. Date : 12/12/2013. Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari

Académie Ibn Sina. Au fil du temps. Date : 12/12/2013. Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari Académie Ibn Sina Au fil du temps Date : 12/12/2013 Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari Table des matières De 1905 à 1960... 1 Le changement... 1 Les causes de ce changement... 1 Les conséquences de ce

Plus en détail

Les entreprises patrimoniales une idée neuve. Forum annuel ASMEP Jeudi 19 septembre 2002

Les entreprises patrimoniales une idée neuve. Forum annuel ASMEP Jeudi 19 septembre 2002 Les entreprises patrimoniales une idée neuve Forum annuel ASMEP Jeudi 19 septembre 2002 L entreprise patrimoniale au cœur du débat de société M.Yvon Gattaz Président d ASMEP Les entreprises patrimoniales

Plus en détail

AMÉNAGEMENT & HABITAT DOSSIER DE CONCERTATION 2015. La Madeleine. Reconversion de l ancienne chaufferie «Huet» en équipement culturel municipal

AMÉNAGEMENT & HABITAT DOSSIER DE CONCERTATION 2015. La Madeleine. Reconversion de l ancienne chaufferie «Huet» en équipement culturel municipal AMÉNAGEMENT & HABITAT DOSSIER DE CONCERTATION 2015 La Madeleine Reconversion de l ancienne chaufferie «Huet» en équipement culturel municipal Sommaire I - Introduction - Le contexte : un ancien bâtiment

Plus en détail

La statue de la liberté

La statue de la liberté La statue de la liberté Sommaire 1. Quelles sont les fonctions de cet ouvrage? 2. Où se situe l'ouvrage? 3. Quelles sont les caractéristiques générales de cet ouvrage? 4. Quelles sont les caractéristiques

Plus en détail

Habiter ma ville. Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau

Habiter ma ville. Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau Habiter ma ville Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau L habitation constitue une composante essentielle à la qualité de vie des citoyens et une préoccupation constante dans l ensemble

Plus en détail

2 nde / Ch 8 / Géographie Villes et développement durable

2 nde / Ch 8 / Géographie Villes et développement durable 2 nde / Ch 8 / Géographie Villes et développement durable I. Qu est-ce qu une ville? Une définition à travers deux exemples : New-York et Bangkok. Consignes Lors de la projection de chaque diapositive

Plus en détail

FONDATION MARCEL HICTER POUR LA DÉMOCRATIE CULTURELLE ASBL

FONDATION MARCEL HICTER POUR LA DÉMOCRATIE CULTURELLE ASBL FONDATION MARCEL HICTER POUR LA DÉMOCRATIE CULTURELLE ASBL PROGRAMMATION CULTURELLE POUR UN DEVELOPPEMENT URBAIN DURABLE une analyse de Franco Bianchini NOVEMBRE 2008 PROGRAMMATION CULTURELLE POUR UN DEVELOPPEMENT

Plus en détail

VISITE FOURVIERE VIEUX LYON

VISITE FOURVIERE VIEUX LYON VISITE FOURVIERE VIEUX LYON Nombres d élèves : Classe entière (environ 30 élèves) Durée : 2 heures ou 3 heures Circuit : Depuis Fourvière (esplanade, point de vue sur la ville) Basilique extérieure (intérieur

Plus en détail

INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES. Efficacité énergétique et ville durable : leçons de l atelier d Abidjan

INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES. Efficacité énergétique et ville durable : leçons de l atelier d Abidjan Université d été : Bâtiments, Villes et Territoires durables face aux défis du changement climatique INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES Efficacité énergétique et ville durable : leçons

Plus en détail

Relativement à l évaluation environnementale relative au nouveau pont pour le Saint- Laurent :

Relativement à l évaluation environnementale relative au nouveau pont pour le Saint- Laurent : Mémoire déposé auprès de Transports Canada Relativement à l évaluation environnementale relative au nouveau pont pour le Saint- Laurent : PONT CHAMPLAIN À MONTRÉAL MÉMOIRE DÉPOSÉ PAR L ASSOCIATION DES

Plus en détail

FICHE DE PRÉSENTATION DE LA LEÇON

FICHE DE PRÉSENTATION DE LA LEÇON PARTIE III (GEO) : HABITER LA VILLE FICHE DE PRÉSENTATION DE LA LEÇON Comment les hommes vivent-ils en ville? PLAN DU COURS : I/ UNE PLANÈTE DE PLUS EN PLUS URBAINE II/ HABITER LES VILLES DU MONDE RICHE

Plus en détail

PROJET DE PÔLE COMMERCIAL SAINT-LOUIS A BREST

PROJET DE PÔLE COMMERCIAL SAINT-LOUIS A BREST PROJET DE PÔLE COMMERCIAL SAINT-LOUIS A BREST ENQUÊTE PUBLIQUE DE DÉCLASSEMENT DE LA PORTION DE LA RUE DES HALLES SAINT-LOUIS SITUÉE AU DROIT DE LA RUE DUQUESNE NOTICE EXPLICATIVE 1 LE DECLIN DES HALLES

Plus en détail

Le PIIA : Approches et expériences

Le PIIA : Approches et expériences Le PIIA : Approches et expériences JOURNÉE DE FORMATION L ASSOCIATION QUÉBÉCOISE D URBANISME LE 27 OCTOBRE 2012 L EXPÉRIENCE DE LA VILLE DE SAINTE-JULIE LA VITRINE AUTOROUTIÈRE ORDRE DU JOUR Présentation:

Plus en détail

Rôle de CampusFrance

Rôle de CampusFrance Réunion d'information 20 novembre 2012 La vie d un étudiant en France Institut français du Rôle de CampusFrance Le suivi de la procédure CampusFrance est obligatoire pour tout projet d étude diplômant

Plus en détail

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I.

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. T.R.I. est une association dont l objectif est l insertion professionnelle et l éducation à l environnement. Le club nature & environnement développe

Plus en détail

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Mémoire intitulé : «Le patrimoine bâti : une autre approche» Présenté par : Le Service d aide-conseil

Plus en détail

Forum des investisseurs privés

Forum des investisseurs privés Forum des investisseurs privés Panel : Investir dans l Immobilier au Sénégal Groupe Consultatif 25 février 2014 Chambre de Commerce et d'industrie de région Paris Ile-de-France 27, avenue de Friedland

Plus en détail

Le Faubourg Saint-Laurent

Le Faubourg Saint-Laurent Intérêt porté au projet Depuis de nombreuses années les acteurs sociaux, économiques et les résidants déplorent l état de la rue Saint-Laurent et son manque de dynamisme commercial Le projet présenté sera

Plus en détail

Projet de réaménagement

Projet de réaménagement Projet de réaménagement De Place L Acadie et de Place Henri-Bourassa Mémoire de Jocelyne Cyr commissaire scolaire Circonscription de Cartierville Commission scolaire de Montréal Déposé le 18 février 2009

Plus en détail

«Quelle mondialisation? Quel statut pour le local dans la métropole mondialisée?»

«Quelle mondialisation? Quel statut pour le local dans la métropole mondialisée?» Atelier International du Grand Paris Texte de l intervention orale au séminaire du Conseil scientifique Séance 5 Février 2015 Cynthia Ghorra-Gobin est directeur de recherche CNRS au Creda (Université Sorbonne-Paris

Plus en détail

DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014

DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014 DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014 comportement des personnes, des organisations et des institutions et politiques publiques, changements qui sont devenus indispensable pour faire face à la crise

Plus en détail

Présentation. de la 6 e édition du Concours Régional du Patrimoine de Guadeloupe Mercredi 8 avril 2015. 10h Espace Régional du Raizet

Présentation. de la 6 e édition du Concours Régional du Patrimoine de Guadeloupe Mercredi 8 avril 2015. 10h Espace Régional du Raizet Présentation de la 6 e édition du Concours Régional du Patrimoine de Guadeloupe Mercredi 8 avril 2015 10h Espace Régional du Raizet Dossier de presse Direction de la communication et des relations publiques

Plus en détail

Qu est-ce qu un Programme particulier d urbanisme (PPU)? Un PPU, ça agit sur quoi?

Qu est-ce qu un Programme particulier d urbanisme (PPU)? Un PPU, ça agit sur quoi? Qu est-ce qu un Programme particulier d urbanisme (PPU)? C est un plan détaillé produit lorsqu un secteur fait face ou prévoit faire face à des changements importants. Le PPU fixe des objectifs pour l

Plus en détail

«COHABITONS EN DROME» Hébergement partagé

«COHABITONS EN DROME» Hébergement partagé RECUEIL D EXPERIENCES : SERVICES AUX POPULATIONS EN MILIEU RURAL «COHABITONS EN DROME» Hébergement partagé INFORMATIONS : Territoire concerné : Département de la Drôme L ACTION Descriptif Le projet «Cohabitons

Plus en détail

RENFORCEMENT DES CAPACITES DES ACTEURS EN GESTION COLLABORATIVE DE L INNOVATION

RENFORCEMENT DES CAPACITES DES ACTEURS EN GESTION COLLABORATIVE DE L INNOVATION RENFORCEMENT DES CAPACITES DES ACTEURS EN GESTION COLLABORATIVE DE L INNOVATION 1 CONTEXTE Liens avec d autres initiatives du FIDA: - Projet de développement agricole de Matam (PRODAM), Sénégal - Agrinovia,

Plus en détail

RECULER L A7 POUR RÉAMÉNAGER LE QUARTIER SAINT-CHARLES / PORTE D AIX

RECULER L A7 POUR RÉAMÉNAGER LE QUARTIER SAINT-CHARLES / PORTE D AIX Dossier de presse - juin 2009 RECULER L A7 POUR RÉAMÉNAGER LE QUARTIER SAINT-CHARLES / PORTE D AIX Les phases de travaux 2009/2013 Contact : Anthony Abihssira anthony.abihssira@euromediterranee.fr Tél.

Plus en détail

Étude d impact IBM sur les états frontaliers - Sommaire

Étude d impact IBM sur les états frontaliers - Sommaire Étude d impact IBM sur les états frontaliers - Sommaire Les États-Unis sont le marché touristique international le plus important pour le Canada et l Ontario. Par conséquent, on déploie des efforts importants

Plus en détail

GEOGRAPHIE : La France

GEOGRAPHIE : La France GEOGRAPHIE : La France [La France : ce territoire qui représente une nation et qui a ses frontières est : un ETAT 22 régions, 95 départements et 60 millions d habitants + les DOM-TOM qui ont changé de

Plus en détail

Séquence de Géographie en Terminale Bac Pro : L image des Etats-Unis à travers les séries télévisées

Séquence de Géographie en Terminale Bac Pro : L image des Etats-Unis à travers les séries télévisées Séquence de Géographie en Terminale Bac Pro : L image des Etats-Unis à travers les séries télévisées Séance 1 : Les aspects et les valeurs de la puissance américaine Problématique : En quoi les séries

Plus en détail

L avenir de notre ville, parlons-en. publique. Projet de. hôtel de ville. Enquête

L avenir de notre ville, parlons-en. publique. Projet de. hôtel de ville. Enquête L avenir de notre ville, parlons-en Projet de > Enquête publique 5 MARS > 5 AVRIL 2012 hôtel de ville QU EST-CE QUE LE PLU? 2 3 AMÉNAGEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE LES OBJECTIFS DU PADD (Projet d aménagement

Plus en détail

PROJET DE RESTAURATION DE L ANCIEN COUVENT DE LA VISITATION. Monument Historique. Place de la République 72000 LE MANS

PROJET DE RESTAURATION DE L ANCIEN COUVENT DE LA VISITATION. Monument Historique. Place de la République 72000 LE MANS PROJET DE RESTAURATION DE L ANCIEN COUVENT DE LA VISITATION Monument Historique Place de la République 72000 LE MANS 01 PRÉSENTATION DE LA VILLE Le Mans Paris Rennes Nantes Le Mans À seulement 50 minutes

Plus en détail

vers un nouveau quartier

vers un nouveau quartier Les Hauts de Joinville vers un nouveau quartier Ensemble, partageons le projet et concevons l espace public de demain réunion publique jeudi 2 juillet 2009 20h salle Pierre & Jacques Prévert Hôtel de Ville

Plus en détail

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5 Sommaire SOMMAIRE 3 INTRODUCTION 5 UN CENTRE BOURG REDYNAMISE 7 CONFORTER LA VOCATION D HABITAT 7 METTRE EN PLACE UNE POLITIQUE DE STATIONNEMENT AMBITIEUSE ET COHERENTE 7 RENFORCER L OFFRE EN EQUIPEMENTS,

Plus en détail

OPTION CREATION D INTERIEURS

OPTION CREATION D INTERIEURS BACHELIER EN ARTS PLASTIQUES, VISUELS ET DE L ESPACE OPTION CREATION D INTERIEURS Les cours de «bachelor en arts plastiques, visuels et de l espace option création d intérieurs» sont susceptibles de se

Plus en détail

II- ETUDE DE CAS 1) Habiter une ville de pays riche : Paris

II- ETUDE DE CAS 1) Habiter une ville de pays riche : Paris II- ETUDE DE CAS 1) Habiter une ville de pays riche : Paris Je situe Paris : continent, pays, richesse PARIS SITUER (continent/ pays/ type de société) TYPE DE VILLE HABITAT DECRIRE MOBILITES ACTIVITES

Plus en détail

COMMUNE DE CHORGES (département des Hautes-Alpes) PLAN D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE (PADD)

COMMUNE DE CHORGES (département des Hautes-Alpes) PLAN D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE (PADD) COMMUNE DE CHORGES (département des Hautes-Alpes) PLAN D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE (PADD) LE PADD : projet d aménagement et de développement durable Il définit les orientations d urbanisme

Plus en détail

En présence de : Nombre de citoyens présents : 8. Ouverture

En présence de : Nombre de citoyens présents : 8. Ouverture 815, Bel-Air Montréal, Qc H4C 2K4 Procès-verbal de l assemblée publique de consultation tenue le 16 mars 2009 à 18h30 à la mairie d arrondissement du Sud-Ouest, 815, rue Bel-Air, concernant le «Règlement

Plus en détail

Mémoire soumis à l Office de Consultation Publique de Montréal

Mémoire soumis à l Office de Consultation Publique de Montréal Mémoire soumis à l Office de Consultation Publique de Montréal Dans le cadre des consultations publiques concernant le Projet immobilier de la rue St-Antoine Ouest Mémoire présenté par Destination Centre-Ville

Plus en détail

Concours architectural. Habiter avec la mer

Concours architectural. Habiter avec la mer DOSSIER DE PRESSE Concours architectural La commune de Noirmoutier-en-l Ile a proposé aux étudiants et aux professionnels de l architecture un concours d idées Concours imaginez d idées l'habitat noirmoutrin

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

La participation citoyenne au coeur des villes de demain

La participation citoyenne au coeur des villes de demain La participation citoyenne au coeur des villes de demain Anne Juillet, chef d équipe du volet aménagement et transports actifs, Centre d écologie urbaine de Montréal Colloque Urbanisme durable et villes

Plus en détail

AGir dans LE JUSTE INTÉRÊT DEs ASSURÉS

AGir dans LE JUSTE INTÉRÊT DEs ASSURÉS AGir dans LE JUSTE INTÉRÊT DEs ASSURÉS prévenir, conseiller, accompagner 1 Soutien logistique Seule une démarche objective permet de crédibiliser une évaluation de biens ou de risques. À l appui de sa

Plus en détail

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Auteurs : Christelle FOURASTIE Marion GUILLOIS Cours ICL

Plus en détail

Unité 1 : Le Canada au commencement du 20 e siècle (1900 à 1914)

Unité 1 : Le Canada au commencement du 20 e siècle (1900 à 1914) Résultats d apprentissage spécifiques Unité 1 : Le Canada au commencement du 20 e siècle (1900 à 1914) programme d études - histoire du canada 1231 (version provisoire 2011) 45 RAS 1 L élève devra examiner

Plus en détail

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la culture OFC Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse réalisée pour l Office fédéral de la culture Juillet 2014 Table des matières 1.

Plus en détail

la Maison du Patrimoine dossier de presse

la Maison du Patrimoine dossier de presse la Maison du Patrimoine dossier de presse la Maison du Patrimoine sommaire

Plus en détail

Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002

Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002 Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002 I Christian Gattinoni : travail personnel A Travail plastique L œuvre créatrice de Christian Gattinoni se voit dirigée vers

Plus en détail

Image de Nevers et de l action touristique locale. Etude réalisée en mai juin juillet 2007

Image de Nevers et de l action touristique locale. Etude réalisée en mai juin juillet 2007 Image de Nevers et de l action touristique locale Etude réalisée en mai juin juillet 2007 Image de Nevers dans la presse en 2006 Presse nationale : Nevers est très peu citée dans la presse nationale sauf

Plus en détail

Mémoire de la FOHM présenté à l office de consultations publique de Montréal sur. Le 7400 St Laurent

Mémoire de la FOHM présenté à l office de consultations publique de Montréal sur. Le 7400 St Laurent Mémoire de la FOHM présenté à l office de consultations publique de Montréal sur Le 7400 St Laurent Décembre 2010 PRÉSENTATION DE LA FOHM La Fédération des OSBL d habitation de Montréal (FOHM) est une

Plus en détail

Réseaux et médias sociaux dans le tourisme. Comment développer sa visibilité et optimiser sa présence en ligne?

Réseaux et médias sociaux dans le tourisme. Comment développer sa visibilité et optimiser sa présence en ligne? Réseaux et médias sociaux dans le tourisme Comment développer sa visibilité et optimiser sa présence en ligne? Préface La popularité grandissante des réseaux sociaux sur le Web bouscule le modèle traditionnel

Plus en détail

Qu est-ce qu une concertation?

Qu est-ce qu une concertation? c o n c e r t a t i o n p u b l i q u e Qu est-ce qu une concertation? La concertation publique a pour objectif de présenter le projet de transfert de l École Centrale Paris à au stade actuel des réflexions,

Plus en détail

Ritterhude 1. Photo : Léa

Ritterhude 1. Photo : Léa Ritterhude 1 Durant le voyage en Allemagne qui s est passé du 04 au 11 décembre 2014, nous avons entre autre, visité 4 villes, Ritterhude, ville, où nous avons été hébergés chez nos correspondants, Brême,

Plus en détail

LES ÉCO-QUARTIERS, POUR UNE QUALITÉ DE VIE DURABLE

LES ÉCO-QUARTIERS, POUR UNE QUALITÉ DE VIE DURABLE LES ÉCO-QUARTIERS, POUR UNE QUALITÉ DE VIE DURABLE Par définition, un éco-quartier est un milieu de vie, circonscrit dans un territoire donné, qui respecte et applique les principes du développement durable.

Plus en détail

Créer de solides relations de travail entre des équipes indo-américaines

Créer de solides relations de travail entre des équipes indo-américaines Créer de solides relations de travail entre des équipes indo-américaines Dr Reddy s Laboratories Dr. Reddy s Laboratories est un groupe pharmaceutique mondial indien qui produit des médicaments génériques

Plus en détail

Le quartier des affaires à Chicago

Le quartier des affaires à Chicago Programme de géographie (partie III) : La puissance des États-Unis (Introduction : l organisation du territoire américain) Le quartier des affaires à Chicago Thématique : Arts, espace, temps. Objectifs

Plus en détail

OUTIL DE VEILLE SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE DE L'AGGLOMERATION TOULOUSAINE CONSOMMATION DE L'ESPACE EXERCICE 2003

OUTIL DE VEILLE SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE DE L'AGGLOMERATION TOULOUSAINE CONSOMMATION DE L'ESPACE EXERCICE 2003 Agence d Urbanisme et d Aménagement du Territoire Toulouse Aire Urbaine OUTIL DE VEILLE SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE DE L'AGGLOMERATION TOULOUSAINE CONSOMMATION DE L'ESPACE EXERCICE 2003 Décembre 2003

Plus en détail

Empowerment Ou Développement du pouvoir d agir

Empowerment Ou Développement du pouvoir d agir Empowerment Ou Développement du pouvoir d agir Il s agit bien là d un processus, et pas seulement d une finalité comme pourraient l être la démocratie participative ou la participation démocratique deux

Plus en détail

15 octobre 2011 à l hôtel Atria d Arras. Quel avenir pour nos églises dans le Pas-de-Calais? Rencontres / débats

15 octobre 2011 à l hôtel Atria d Arras. Quel avenir pour nos églises dans le Pas-de-Calais? Rencontres / débats 15 octobre 2011 à l hôtel Atria d Arras Quel avenir pour nos églises dans le Pas-de-Calais? Rencontres / débats Sommaire Pourquoi un débat? Le diocèse d Arras en quelques mots Le programme et les intervenants

Plus en détail

Guide pour réussir son investissement en Loi PINEL

Guide pour réussir son investissement en Loi PINEL Guide pour réussir son investissement en Loi PINEL Comment réussir son investissement en loi Pinel? Le dispositif Pinel est une loi de défiscalisation particulièrement intéressante. Elle remplace avantageusement

Plus en détail

ANNEXE : Les questions que vous vous posez peut-être *

ANNEXE : Les questions que vous vous posez peut-être * L engagement bénévole des retraités : une implication réfléchie! ANNEXE : Les questions que vous vous posez peut-être * L argent : - Est-ce que je touche tous mes droits? - L indemnité de départ à la retraite

Plus en détail

WT54 La gestion des sols et politiques foncières

WT54 La gestion des sols et politiques foncières Session 1 La vision chinoise Différence fondamentale entre foncier urbain (propriété de l Etat, pouvant être soumis aux lois du marché) et foncier rural (de propriété collective, sur lequel les paysans

Plus en détail

Projet d aménagement de la baie de. The Cocody Bay development project DOSSIER 22 #3

Projet d aménagement de la baie de. The Cocody Bay development project DOSSIER 22 #3 DOSSIER Projet d aménagement de la baie de The Cocody Bay development project 22 #3 Cocody Cocody, Abidjan, Côte d Ivoire Koffi & Diabaté Architectes www.afrikarchi.com 23 ARCHITECTURE Dossier Un projet

Plus en détail

LE JARDIN PARTAGÉ LE JARDIN AUTREMENT

LE JARDIN PARTAGÉ LE JARDIN AUTREMENT LE JARDIN PARTAGÉ LE JARDIN AUTREMENT Le rôle social et écologique des jardins partagés Par Catherine CREUZE Les jardins partagés trouvent leur place dans la composante d un développement durable, force

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

Recensement de la population

Recensement de la population Recensement de la population Ménages et familles 1. Définition des concepts Un ménage Un ménage regroupe l ensemble des occupants d une résidence principale, qu ils aient ou non des liens de parenté. Un

Plus en détail

DANIEL COHEN : LA MONDIALISATION

DANIEL COHEN : LA MONDIALISATION LES GRANDS ENTRETIENS DANIEL COHEN : LA MONDIALISATION SÉQUENCE 5 La mondialisation : quelles régulations? lesite.tv, 2004 Daniel Cohen est professeur de sciences économiques à l Ecole Normale Supérieure

Plus en détail

Les universités à l heure de la mondialisation. Des acteurs émergents pour de nouveaux critères d excellence. Les rencontres Futuris 14 avril 2010

Les universités à l heure de la mondialisation. Des acteurs émergents pour de nouveaux critères d excellence. Les rencontres Futuris 14 avril 2010 Les rencontres Futuris 14 avril 2010 Les universités à l heure de la mondialisation Des acteurs émergents pour de nouveaux critères d excellence Hélène Dang Vu Université Paris Est Lab Urba Le campus :

Plus en détail

au monde alors que l homme déraisonnable pensait que le monde devait s adapter à lui, ce

au monde alors que l homme déraisonnable pensait que le monde devait s adapter à lui, ce «Shaw disait que l homme raisonnable était celui qui savait qu il fallait s adapter au monde alors que l homme déraisonnable pensait que le monde devait s adapter à lui, ce qui faisait que le monde appartenait

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques...

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Je suis Karine Nivelais je vis en couple, nous avons 40 et 45 ans, et 4 enfants qui ont 14, 12, 11 ans et 6 ans. Pour notre troisième

Plus en détail

ÉTUDE DE DOCUMENTS Un espace touristique local : Salins-les-Bains, le thermalisme et le Jura

ÉTUDE DE DOCUMENTS Un espace touristique local : Salins-les-Bains, le thermalisme et le Jura ÉTUDE DE DOCUMENTS Un espace touristique local : Salins-les-Bains, le thermalisme et le Jura Doc. 1!: Salins-les-Bains vue du ciel Doc. 1 bis!: Salins-les-Bains, l ancienne saline ou Grande Saline Doc.

Plus en détail

SEANCE PLENIERE DU 18 JUIN 2014

SEANCE PLENIERE DU 18 JUIN 2014 SEANCE PLENIERE DU 18 JUIN 2014 COMMISSION CULTURE Présenté par Anaïs GUILLEMET et Paul NANNARONE Dès notre 1 ère commission, nous avons été sollicités pour participer à l action «1914-1944, D une guerre

Plus en détail

Dossier d expatriation

Dossier d expatriation 3 ème année IPAG Alexis Keuleyan Dossier d expatriation Expatriation réalisée dans l université d Huddersfield en Angleterre. Arrivant à la fin de mon premier semestre de 3 ème année à l IPAG, que j ai

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

Principaux résultats du questionnaire «Les Villes-Santé : quels enjeux pour les politiques urbaines?»

Principaux résultats du questionnaire «Les Villes-Santé : quels enjeux pour les politiques urbaines?» Nombre de réponses Principaux résultats du questionnaire «Les Villes-Santé : quels enjeux pour les politiques urbaines?» Erwan Le Goff Doctorant en Géographie aménagement de l espace UMR 9 CNRS Espaces

Plus en détail

Chambre de Commerce de Manresa. Dossier d information

Chambre de Commerce de Manresa. Dossier d information Chambre de Commerce de Manresa Dossier d information 00 La Chambre La Chambre Officielle de Commerce et d Industrie de Manresa est une institution qui œuvre pour le développement économique de la région

Plus en détail

NOM DU PROJETPLAN LOCAL DD'URBANISME SOUS-TITRE EVENTUEL PUYOO(65) SERVICECOMMUNE P.A.D.D.

NOM DU PROJETPLAN LOCAL DD'URBANISME SOUS-TITRE EVENTUEL PUYOO(65) SERVICECOMMUNE P.A.D.D. PAYS (SI NECESSAIRE) NOM DU CLIENT SERVICECOMMUNE 'AUREILHANE PUYOO(65) DE GENOS NOM DU PROJETPLAN LOCAL DD'URBANISME SOUS-TITRE EVENTUEL (faire en sorte que le Titre vienne se poser sur la forme ci dessous

Plus en détail

Programme de la séance : Introduction à la théorie de l iceberg (le modèle culturel de l iceberg)

Programme de la séance : Introduction à la théorie de l iceberg (le modèle culturel de l iceberg) Programme de la séance : Introduction à la théorie de l iceberg (le modèle culturel de l iceberg) Acquis d apprentissage Interpersonnels : 1. Meilleure connaissance et empathie culturelle lors des échanges

Plus en détail

A La Garenne-Colombes (92), le jardin de La Défense

A La Garenne-Colombes (92), le jardin de La Défense INVESTISSEMENT EN NUE-PROPRIETE IMMOBILIER ANCIEN Le Parc Médéric A La Garenne-Colombes (92), le jardin de La Défense La Garenne-Colombes, une ville au charme protégé La Garenne-Colombes est une ville

Plus en détail

Qu est-ce que l Inventaire?

Qu est-ce que l Inventaire? Qu est-ce que l Inventaire? L I.P.I.C. (ou Inventaire du Patrimoine Immobilier Culturel) est la dénomination désignant l Inventaire du patrimoine architectural de Wallonie. Depuis 2011, il fait suite à

Plus en détail

Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST

Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST Janvier - Février 2009 Par Anne-Laure ALLAIN Rita Soussignan est directeur-adjoint du CESAM,

Plus en détail

Rapport de fin de séjour

Rapport de fin de séjour Rapport de fin de séjour Université Pierre Mendès France - Università degli studi Bicocca Vie pratique Logement Type de logement Pour ce séjour j ai fait le choix de trouver un appartement en collocation

Plus en détail

Mains d Œuvres lieu pour l imagination artistique et citoyenne Laboratoire d expériences sensibles

Mains d Œuvres lieu pour l imagination artistique et citoyenne Laboratoire d expériences sensibles Mainsd Œuvreslieupourl imaginationartistiqueetcitoyenne Laboratoired expériencessensibles Installé dans l ancien Centre social et sportif des Usines Valeo, un bâtiment de 4000 m2, dans le quartier des

Plus en détail

La pyramide du Louvre

La pyramide du Louvre Arts, créations, cultures Arts, espace, temps Arts, états et pouvoirs Arts, mythes et religion Arts, techniques, expression Arts, rupture, continuité Leoh Ming PEI De l Antiquité au XI s Du XI s à la fin

Plus en détail

Analyse et synthèses des réponses au questionnaire. L initiative Philanthropique Jerôme KOHLER

Analyse et synthèses des réponses au questionnaire. L initiative Philanthropique Jerôme KOHLER Analyse et synthèses des réponses au questionnaire L initiative Philanthropique Jerôme KOHLER Quelques éléments préalables 47 réponses pour 93 questionnaires envoyés Base de réponse de 50% Les principaux

Plus en détail

CONFERENCE SUR L ELABORATION DU PLAN LOCAL D URBANISME

CONFERENCE SUR L ELABORATION DU PLAN LOCAL D URBANISME CONFERENCE SUR L ELABORATION DU PLAN LOCAL D URBANISME MERCREDI 6 OCTOBRE 2010 Compte-rendu de la conférence qui s est tenue en public, en salle des fêtes de l Hôtel de Ville, le 6 octobre en présence

Plus en détail

RENOVATION URBAINE ET CONSERVATION DES SITES HISTORIQUES AU TOGO: OUTILS LEGISLATIFS ET PRATIQUES DE TERRAINS

RENOVATION URBAINE ET CONSERVATION DES SITES HISTORIQUES AU TOGO: OUTILS LEGISLATIFS ET PRATIQUES DE TERRAINS Titre de la communication : RENOVATION URBAINE ET CONSERVATION DES SITES HISTORIQUES AU TOGO: OUTILS LEGISLATIFS ET PRATIQUES DE TERRAINS Par TUBLU Komi N kégbé Fogâ Gestionnaire de Patrimoine Culturel

Plus en détail

Histoire des arts. Classe de 3 ème. L'église Sainte Bernadette du Banlay à Nevers. 1966.

Histoire des arts. Classe de 3 ème. L'église Sainte Bernadette du Banlay à Nevers. 1966. Histoire des arts. Classe de 3 ème. L'église Sainte Bernadette du Banlay à Nevers. 1966. Période: Le XX ème siècle et notre époque. Grand domaine artistique: Les arts de l'espace: architecture, urbanisme,

Plus en détail

BATITERRE. L immobilier sur Mesure

BATITERRE. L immobilier sur Mesure BATITERRE L immobilier sur Mesure L ÉDITO + Né de la volonté d entreprendre et de la compétence d hommes et de femmes, à bâtir une société immobilière solide, le GROUPE BATITERRE est toujours resté fidèle

Plus en détail

Programme de l atelier Cadre bâti sain

Programme de l atelier Cadre bâti sain Programme de l atelier Cadre bâti sain Ce document est destiné à servir de modèle pour un atelier s adressant aux professionnels de la santé environnementale. Cet atelier nécessite un animateur et un conférencier.

Plus en détail

Parlons vrai, créons ensemble. www.groupe-sodec.com

Parlons vrai, créons ensemble. www.groupe-sodec.com www.groupe-sodec.com Accompagner les projets des villes et des territoires Nos projets de centres commerciaux sont aussi les vôtres. La confiance et l écoute réciproques sont les meilleurs garants de leur

Plus en détail

PROGRAMMATION CULTURELLE 2014 ELEMENTS DE CONTEXTE

PROGRAMMATION CULTURELLE 2014 ELEMENTS DE CONTEXTE PROGRAMMATION CULTURELLE 2014 RÉSEAU DES ALLIANCES FRANCAISES EN CHINE : ELEMENTS DE CONTEXTE OBJECTIFS Ce document a pour objectif de structurer la programmation culturelle du réseau des Alliances françaises

Plus en détail

Mairie-conseils. Caisse des dépôts et consignations. Démarche Expérimentale. Direction Partenariats et Territoires

Mairie-conseils. Caisse des dépôts et consignations. Démarche Expérimentale. Direction Partenariats et Territoires Caisse des dépôts et consignations Direction Partenariats et Territoires Mairie-conseils Démarche Expérimentale «Politique Jeunesse & Intercommunalité» Intérêt de cette démarche : L attractivité du territoire

Plus en détail