Résilience urbaine, séance conclusive:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Résilience urbaine, séance conclusive:"

Transcription

1 Résilience urbaine, séance conclusive: Expérience scientifique et politique de la préservation historique au sein du système espace-temps. Dans quelle mesure la question de la préservation historique doit-elle ou peut-elle participer au débat sur la résilience? Définitions: par Cynthia Ghorra-Gobin, DR CNRS Pour associer la résilience urbaine à l idée de pérennité urbaine, il faut opérer une dissociation entre: 1. La résilience urbaine centrée sur les individus («que faire pour qu il y ait moins de victimes?») 2. La résilience urbaine où la notion de victimes ne vient pas en premier («s occuper du fait urbain») L'hypothèse est que le nouveau contexte urbain, complexe, nécessite d intégrer la notion de résilience, à dissocier avec la notion de catastrophes naturelles. L'ouvrage de Brian Ladd, La ville résiliente, est pris comme exemple, avec une analyse de la résilience de Berlin. La notion de victimes y est mise de côté. Il s agit pour l auteur de distinguer résilience au sens général et résilience urbaine comme pérennité urbaine, qui exige de dissocier la préservation historique de l intentionnalité mémorielle. La démarche de Cynthia Ghorra-Gobin est comparative. Il ne s ait pas de comparer la France aux Etats-Unis, mais de partir d une controverse et d essayer de mettre en perspective des exemples. Le fait de travailler sur un terrain étranger permet de se distancier par rapport à la question et de faciliter le débat. Il résulte de ses travaux que la notion de résilience urbaine est désormais intégrée dans le projet urbain et le paradigme de l aménagement doit être modifié. 1. Fondement de l analyse Pour Brian Ladd, la résilience urbaine est associée à la notion de post-disaster. Il emploie aussi les notions de reconnection ou historiacl continuity, qu il convient d intégrer dans le concept de résilience urbaine ainsi que dans l aménagement urbain. Il faut envisager une résilience urbaine en rupture avec le passé immédiat et une volonté de reconstruction sur le long terme. Dans la reconstruction de Berlin, on n envisage pas d en refaire une capitale, mais il y a un souhait de continuité historique. Après 60 ans, la notion est réintégrée. a)définition de la ville: À partir de Urbs et Civitas (Fustel de Coulanges), désignant la matérialité du fait urbain et l espace politique, tous deux indissociables À partir de la définition de J. Ruskin: «la valeur de la ville se mesure à sa capacité à enraciner l individu dans le temps et dans l espace» Cheminement de Cynthia Ghorra-Gobin: Travail sur la continuité urbaine (1972) Travail sur la Préservation historique b)travail sur la continuité urbaine Cynthia Ghorra-Gobin a travaillé comme étudiante sur la notion de centralité et le couple «centrepériphérie», à partir des controverses sur les risques de dédoublement du centre à Beyrouth. A l époque, il y a un débat similaire à New York sur la dissociation de downtwon et uptown. Dans Beyrouth, les souks sont un vecteur de centralité majeur, en dépit d un aménagement de type haussmannien avec notamment l avenue du Maréchal Weygand qui les traverse. Les souks n ont pas une grande valeur architecturale Pour Cynthia Ghorra-Gobin, l avantage comparatif des souks se mesure à: La localisation géographique: centralité par rapport aux différentes communautés ethniques et religieuses La diversité des communautés: La symbolique de la centralité, c est la diversité (sociale et culturelle)

2 Dans une revue d archéologie, Cynthia Ghorra-Gobin trouve un plan démontrant que l ancien emplacement du forum romain de la ville correspond au même lieu. Ces argument lui permettent de dire que l émergence de nouvelles centralités ne constitue pas un risque pour les souks qui bénéficient de la continuité historique. Il faut néanmoins veiller à les préserver. c) Thèse d Etat ( ) Comment s instaure le rapport ville-campagne ou ville-nature aux Etats-Unis? Relation entre ville et Etat dans un contexte capitaliste Traduction urbaine de la question raciale Ecart différentiel entre villes américaine et villes continentales: prédominance du concept/image du CBD et puissance des constructions idéologiques autour de la maison individuelle Pour élaborer des comparaisons, Cynthia Ghorra-Gobin choisit une ville non-issue de la colonisation: Los Angeles. De ces analyses de la ville américaine, elle tire la leçon suivante: «la préservation historique peut être dissociée de l intentionnalité mémorielle». 2. Paradigmes de la préservation historique aux Etats-Unis La notion de préservation du patrimoine émerge au XIXe siècle, lorsque l on réalise les dégâts infligés au patrimoine médiéval pendant la révolution. A la même époque, le débat émerge dans un contexte différent outre-atlantique: les Etats-Unis se demandent quelle est leur identité, une fois leur indépendance acquise. En effet, la rupture avec l Europe s était faite sur une base politique et non culturelle (no taxation without representation) La question de l identité préoccupe les américains: les intellectuels et artistes prennent conscience du caractère extraordinaire de l environnent naturel des Etats-Unis et de sa beauté. Au même moment s opère la conquête de l espace par les aventuriers et les capitalistes. L idée que les USA détiennent un patrimoine naturel se trouve alors associé à la notion d identité, avec la notion de wilderness, notamment grâce au rôle des artistes et des philosophes. On travaille la notion de national park comme lieu de l identité américaine et on les substitue aux State Parks. On met aussi en place le National Park Service, institution nationale très puissante, qui s occupe aussi de l urbain (droit de regard). La différenciation identitaire vis à vis de l Europe se fait donc sur le rapport à la nature, l'identité nationale étant liée à l'histoire de la conservation En 1906, Theodore Roosevelt promeut le Antiquities act qui met en place le concept de national monument. Il ne s agit plus uniquement de préserver la nature, mais il n y a pas de rupture avec la nature car on intègre dans ce que l'on souhaite préserver la construction par l humain avec la nature. Un National monument est un objet physique (monument) dans un cadre naturel. Le premier est le Devil s Tower dans le Wyoming: il s agit d une tour qui remonte à l histoire précolombienne et fit écho au mythe de la symbiose avec la nature des indiens. Il reflète ainsi le débat politique qui commence à s intéresser aux native americans. Aujourd hui, il y a 57 national parks, 93 nationnal monuments. Par la suite, le New Deal pense aussi la préservation historique et aura un impact sur celle-ci à travers des investissements public dans les projets du fait du lobbying: Les architectes s organisent et vendent leurs projets à l administration Roosevelt qui met en place le Historic sites Act: l Etat mène des enquêtes pour identifier les bâtiments à préserver, mais sans engagement. Les années 1960 constituent une rupture dans le rapport à la préservation historique. Auparavant, la préservation portait sur la nature et quelques monuments emblématiques, elle prend un rôle croissant dans l'urbain et le construit. En effet, cette époque est marquée par un important conflit autour de la Penn station, construite à Manhattan et inaugurée en En 1963, la city comission veut détruire le bâtiment, ce qui déclenche une mobilisation politique des new-yorkais car la gare a pour eux une valeur symbolique. Le débat donne naissance au National historic preservation act (1965) qui s intéresse aux bâtiments et constitue un nouveau paradigme. On met alors en place deux listes: National register of historic places (83 000) National historial landmarks (2 500), qui bénéficient d une aide de l Etat fédéral

3 Suite à la loi, la ville de New York crée une landmarks preservation comission qui bloque par la suite le projet de destruction de la gare de Grand Central. Il s agit de la même histoire que Penn Station, mais avec cette fois-ci, la ville dispose d outils adéquats pour contrer le projet, le débat allant jusqu à la cour suprême. La gare y est décrite comme «successful urban project that gave life to an historic building». On préserve le bâtiment mais on dissocie la préservation de la notion de mémoire. Ni l histoire de la compagnie ni celle des habitants n est mentionnée, mais le «projet urbain répondant à une demande sociale qui permet de donner vie à un bâtiment à préserver». La gare est considérée comme un «lieu d ancrage» (Ruskin) pour le passager. Dans la foulée de la loi, de nombreuses commissions de préservation sont créées. Elles sont faites de bénévoles et seul le président est salarié. A Los Angeles aussi est créée une commission de l équipe municipale qui travaille en lien avec LA Conservancy, qui est une puissante non-profit corporation, financée par des fondations et même des promoteurs. Beaucoup de bénévoles y participent et elle fait un travail de lobbying. Il y a à Los Angeles une historic district ordinance qui est proche de la loi Malraux en France. Exemples à LA: a) Santa Monica Pier (débat dans les années 1980): Il s agit d une ville et d une jetée qui s avance dans l océan et qui date du début du XXè siecle. Elle permet de marcher jusqu à Venice et présente un cadre idéal. Santa Monica n est pas incorporée dans Los Angeles. La ville crée un pleasure park au début du XXè siecle, où des vedettes se promènent. En 1953, le lieu n est pas bien entretenu, la municipalité achète les terrains et monte un projet d aménagement touristique. Entre-temps, le pier est devenu plus populaire que star. En 1983, une tempête détruit le Pier. Le projet municipal devient alors de moins en moins réaliste, car il y a un souhait de conserver le Pier et l Amusement park: La catastrophe naturelle est venue au secours de la résilience urbaine. b) L Eglise Santa Viviana (débat dans les années 1990): Il s agit de la plus vieille église de Los Angeles, catholique. Elle est toutefois trop petite par rapport à une population croissante de catholiques. En même temps, il y a une pression sur l ancien bâtiment de se mettre aux normes sismiques, qui surenchérissent le coût de la préservation historique. L évêque n ayant pas assez de moyens pour la mise aux normes, on décide de la détruire. La LA Conservancy s y oppose. En même temps, l évêque cherche un terrain pour une grande cathédrale mais n est pas très bien accueilli. Il obtient un terrain peu cher, le long d une autoroute bruyante. S'en suit l'édification de la cathédrale Our lady of the Angels (offices en 42 langues). Avec l édification de la cathédrale, on voit l émergence du concept d espace public à Los Angeles. LA Conservancy fait de la petite église un centre culturel. L'église est détenue et gérée par une association. c) Bibliothèque municipale: La bibliothèque remonte aux années Dans les années 1980, il est question de la mettre aux normes sismiques, mais la question est «qui va payer?», alors qu'en 1978 a eu lieu une révolte des contribuables californiens qui a causé une grande sensibilité sur les choix de ce qui est financé. La localisation de la bibliothèque est stratégique, elle vaut de l or et les promoteurs sont intéressés. En même temps, des citoyens militent pour la préservation. Des promoteurs financent un travail universitaire qui conceptualise un montage de type PPP qui est une innovation juridique. On estime le coût de mise aux normes et du réaménagement puis on se demande qui va payer quoi. Ce sont finalement les promoteurs qui payent mais ils obtiennent en compensation une autorisation de construire plus haut (ce qui peut s apparenter à un transfert de COS) 1. 1 Voir le colloque «réhabilitation urbaine et temps historique: le paradoxe de Los Angeles. Il y

4 d) Biddy Mason House/Park En 1985, on réalise que 97 des landmarks retracent l histoire «anglo» des Etats-Unis. Un des enjeux de la préservation devient alors de faire entrer d autres histoires car le patrimoine s avère beaucoup moins multiculturel que la société. S en suit une volonté de la mise en évidence, mise en avant de la classe ouvrière et des minorités. Biddy Mason était une esclave au XIXe siècle au service d une famille Mormon qui est arrivée à LA. LA avait lors un statut particulier car l Etat a intégré les Etats-Unis au moment du débat sur l esclavage. Biddy Mason intente un procès à a ville de LA pour ne plus être esclave. Par ailleurs, à proximité de sa maison se trouve une église épiscopalienne dans laquelle on a chanté trois soirs durant pendant les émeutes de LA. e)palm springs: Quartier de résidences secondaires, habitants. Aujourd hui, l immobilier est en crise. Il y a un débat car aucun des bâtiments n est listé alors que certains ont été faits par de grands architectes. L'objectif est de maintenir les prix immobiliers. f) Est-Los Angeles, le quartier latino-mexicain. Avant, il accueillait différents flux migratoires et on y trouve notamment de synagogues de la fin du XIX et du début du XXe siecle. La population juive a depuis déserté le quartier. Il y a une réflexion dans le cadre de la remise aux normes sur ce que l on peut faire dedans. En conclusion, la ville américaine ne soit pas être vue comme un modèle mais comme un moyen d enrichir le débat. La ville est un espace local, il fut voir ce que dit la résilience dans un espace local 3. Enjeux autour de la résilience urbaine La notion de risque n est pas liée à celle de catastrophe naturelle. La mobilisation politique peut changer le paradigme de la préservation historique. Aux Etats-Unis, il y a différents paradigmes, tout se superpose. Si la résilience urbaine est associée à la notion de pérennité historique urbaine, il faut aussi prendre en compte l'importance de l ancrage local, dans le temps et dans l'espace. Il faut intégrer la résilience dans le projet et l aménagement urbain, dans le projet pour faire face à a croissance. Eléments de discussion: Dans le travail de Cynthia Ghorra-Gobin, il n'y a pas de notion de modèle américain duquel il faudrait s inspirer. Il s'agit davantage de bien connaitre la ville américaine pour ne pas faire n importe quoi. Dans les années 1970, on démolit Les Halles pour en faire un centre commercial de banlieue américaine. Si l opinion le savait, on n en serait pas arrivé à une telle banalité, qui toutefois est acceptable dans le périurbain. Il y a un nécessaire travail sur la préservation historique et la mémoire. Paris est connue mondialement mais est-ce que les habitants associent leur histoire à Paris? Pour assurer la continuité du fait urbain, il faut dissocier les deux notions: faut-il préserver au nom de la mémoire ou au nom de l'enracinement dans le temps? a aussi un Etudes foncieres sur les PPP et une revue Urbaisme sur LA.

5 Les Souks de Beyrouth bénéficient d'une continuité avec le Forum. Aujourd'hui, le lieu devient un territoire global avec la présence d'investisseurs étrangers. Qu est-ce que cela représente pour les habitants? Construction du neuf en faisant appel à des éléments anciens à Chicago. Au sujet des Quartiers sensibles en France, grands ensembles: les bâtiments n ont pas d ancrage. Il faudrait travailler sur e que cela veut dire. Quelle est la demande sociale? Y a-t-il des symboles/signes de la participation ou contribution des différentes populations à notre histoire? Il n'y a pas en effet une seule mémoire mais des mémoires différentes.

Le quartier des affaires à Chicago

Le quartier des affaires à Chicago Programme de géographie (partie III) : La puissance des États-Unis (Introduction : l organisation du territoire américain) Le quartier des affaires à Chicago Thématique : Arts, espace, temps. Objectifs

Plus en détail

Étude de cas «New York, une ville mondiale»

Étude de cas «New York, une ville mondiale» CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN Étude de cas «New York, une ville mondiale» Table des matières 1 Un rayonnement international 2 1.1 Histoire de la ville............................. 2 1.2 Un centre

Plus en détail

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Laval PAYS-DE- LA-LOIRE VILLE DE LAVAL Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Renouer avec la mémoire pour envisager le futur L action culturelle dans la ville / Culture & Proximité 1 VILLE DE LAVAL

Plus en détail

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Mémoire intitulé : «Le patrimoine bâti : une autre approche» Présenté par : Le Service d aide-conseil

Plus en détail

Stage du PAF de l académie de Versailles : «Une cité, des sites»

Stage du PAF de l académie de Versailles : «Une cité, des sites» Stage du PAF de l académie de Versailles : «Une cité, des sites» Etudier le patrimoine urbain et architectural avec des élèves du secondaire, en relation avec les ressources de la CAPA 1. Sensibiliser

Plus en détail

Miroslav Marcelli. Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun

Miroslav Marcelli. Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun Miroslav Marcelli Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun «Aujourd hui, le partage évolue vers un nouveau concept le partage citoyen. Audelà des clivages politiques, idéologiques ou religieux,

Plus en détail

PAGE 01 : Penser à grande échelle. Inès Lamunière_LAMU. Projet complexe et mobilité

PAGE 01 : Penser à grande échelle. Inès Lamunière_LAMU. Projet complexe et mobilité v. : 15/1/2013 PAGE 01 : Penser à grande échelle Inès Lamunière_LAMU. Projet complexe et mobilité Bien que gratifiés du même «oh! c est haut» dans le New York USA de Gainsbourg, le Pan American Building

Plus en détail

Habiter ma ville. Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau

Habiter ma ville. Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau Habiter ma ville Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau L habitation constitue une composante essentielle à la qualité de vie des citoyens et une préoccupation constante dans l ensemble

Plus en détail

9 e Colloque de la Relève VRM La ville comme lieu d interface

9 e Colloque de la Relève VRM La ville comme lieu d interface 9 e Colloque de la Relève VRM La ville comme lieu d interface 17 et 18 mai 2012 INRS 385, rue Sherbrooke Est, Montréal Salle 2109 (2 e étage) Les villes sont des lieux singuliers d échanges et d interactions

Plus en détail

Musées et paysages culturels

Musées et paysages culturels La Charte de Sienne Musées et paysages culturels Proposée par l ICOM Italie le 7 juillet 2014 à la Conférence internationale de Sienne 1. Le paysage italien Le paysage italien est le pays que nous habitons,

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant)

LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant) LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant) Ce document a pour objectif d harmoniser le mandat et le cadre d action des RECOPE ; d orienter et harmoniser l approche des ONG

Plus en détail

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire PROJET D ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE OCTOBRE 2014 TABLE DES MATIÈRES POURQUOI UN ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE?...

Plus en détail

Je et Nous. Projet. Campement Urbain. Fondation Evens / janvier 200 2

Je et Nous. Projet. Campement Urbain. Fondation Evens / janvier 200 2 Je et Nous Projet Fondation Evens / janvier 200 2 Campement Urbain " Je " et " Nous" Dans nombre de métropoles, l appartenance communautaire et la reconnaissance par la communauté, sont les conditions

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Mémoire présenté par. Ville de Montréal

Mémoire présenté par. Ville de Montréal Consultation sur le projet d agrandissement du Centre hospitalier universitaire Ste-Justine Arrondissement Côte-des-Neiges / Notre-Dame-de-Grâce Office de consultation publique de Montréal Mémoire présenté

Plus en détail

Master complémentaire Conservation Restauration Patrimoine culturel immobilier

Master complémentaire Conservation Restauration Patrimoine culturel immobilier Master complémentaire Conservation Restauration Patrimoine culturel immobilier Académie universitaire Wallonie-Bruxelles Académie universitaire Wallonie-Europe Académie universitaire Louvain Institut supérieur

Plus en détail

L infrastructure: Un investissement dans la prospérité

L infrastructure: Un investissement dans la prospérité L infrastructure: Un investissement dans la prospérité John Gamble, CET, P.Eng. FMI/PSMW 2014 Charlottetown, Î.-P.-É Le 27 mai 2014 Synopsis L AFIC Qu est-ce que l infrastructure et pourquoi est-elle importante?

Plus en détail

PROJET DE RESTAURATION DE L ANCIEN COUVENT DE LA VISITATION. Monument Historique. Place de la République 72000 LE MANS

PROJET DE RESTAURATION DE L ANCIEN COUVENT DE LA VISITATION. Monument Historique. Place de la République 72000 LE MANS PROJET DE RESTAURATION DE L ANCIEN COUVENT DE LA VISITATION Monument Historique Place de la République 72000 LE MANS 01 PRÉSENTATION DE LA VILLE Le Mans Paris Rennes Nantes Le Mans À seulement 50 minutes

Plus en détail

Proposition d Aménagement Quartier des Grands Jardins. Station Urbain / Bibliothèque des Jeunes de Montréal dans le Square Cabot

Proposition d Aménagement Quartier des Grands Jardins. Station Urbain / Bibliothèque des Jeunes de Montréal dans le Square Cabot Proposition d Aménagement Quartier des Grands Jardins Station Urbain / Bibliothèque des Jeunes de Montréal dans le Square Cabot Presenté par Jon Leitner, B.A. URBS avec la Bibliothèque des Jeunes de Montréal

Plus en détail

GRAP. dans l émergence d entreprises d économie sociale en Estrie

GRAP. dans l émergence d entreprises d économie sociale en Estrie dans l émergence d entreprises d économie sociale en Estrie Illustration de deux cas d entreprises tirés de la recherche du Groupe régional d activités partenariales en économie sociale de l Estrie (GRAP-Estrie)

Plus en détail

Paris, ville mondiale

Paris, ville mondiale Première S, géographie LMA, 2011-2012 Thème 4 La France et l Europe dans le monde Question 2 La France dans la mondialisation Paris, ville mondiale Cours 3 I Un rayonnement planétaire 1. Une mégapole de

Plus en détail

47. MIRADOR 40 29 15 N - 03 39 16 W MVRDV - Madrid - Espagne 2005

47. MIRADOR 40 29 15 N - 03 39 16 W MVRDV - Madrid - Espagne 2005 47. MIRADOR 40 29 15 N - 03 39 16 W MVRDV - Madrid - Espagne 2005 0 25 50 150 LE TOTEM DU QUARTIER A une demi-heure du centre ville de Madrid, le quartier de Sanchinarro est sorti de terre en 2000 et est

Plus en détail

PROGRAMME D'ACCOMPAGNEMENT ARTISTIQUE DES CAPUCINS

PROGRAMME D'ACCOMPAGNEMENT ARTISTIQUE DES CAPUCINS PROGRAMME D'ACCOMPAGNEMENT ARTISTIQUE DES CAPUCINS I Historique du projet La ZAC (Zone d Aménagement Concerté) du Plateau des Capucins à Brest est une opération d aménagement à vocation mixte, habitat,

Plus en détail

Révélatrice de talents. Développement personnel

Révélatrice de talents. Développement personnel Révélatrice de talents Développement personnel Révélatrice de talents Une entreprise à votre écoute pour vous accompagner de manière professionnelle dans tous vos projets Le développement personnel Notre

Plus en détail

Les stratégies métropolitaines Du «hard» au «soft»

Les stratégies métropolitaines Du «hard» au «soft» 11 e rencontres franco-suisses des Urbanistes Divonne les bains, 4 juillet 2014 Les stratégies métropolitaines Du «hard» au «soft» 1 Jean Haëntjens, Urbatopie j.haentjens@wanadoo.fr www.jeanhaentjens.com

Plus en détail

Conduite du Projet de Rénovation Urbaine de Montauban. Forum ANRU du 28 mars 2006

Conduite du Projet de Rénovation Urbaine de Montauban. Forum ANRU du 28 mars 2006 Conduite du Projet de Rénovation Urbaine de Montauban Forum ANRU du 28 mars 2006 1 Préambule Montauban, face à un enjeu classique : devenir une banlieue de Toulouse ou s affirmer comme pôle d équilibre

Plus en détail

Bonsoir, Mesdames et Messieurs,

Bonsoir, Mesdames et Messieurs, Bonsoir, Mesdames et Messieurs, Tout d abord je souhaiterais remercier les organisateurs de ce symposium, la Division de la Population des Nations Unies et la Fondation Roselli, pour leur invitation de

Plus en détail

Laisser une empreinte Devenez acteur de la restauration des plantations du canal du Midi

Laisser une empreinte Devenez acteur de la restauration des plantations du canal du Midi Laisser une empreinte Devenez acteur de la restauration des plantations du canal du Midi Le canal du Midi, un patrimoine exceptionnel Une vitrine. L inscription par l Unesco en 1996 sur la liste du patrimoine

Plus en détail

I - QU EST-CE QU UN CASINO?

I - QU EST-CE QU UN CASINO? LES CASINOS I - QU EST-CE QU UN CASINO? Un casino est «un établissement comportant trois activités distinctes» : Le spectacle, La restauration Le jeu Sous une même direction L IMPLANTATION I DES CASINOS

Plus en détail

INTERVENIR SUR LE BATI ANCIEN

INTERVENIR SUR LE BATI ANCIEN I - Données Générales INTERVENIR SUR LE BATI ANCIEN Rivalités entre réhabilitation, restauration et rénovation Au cours des dernières années, d'importantes études ont été entreprises dans les quartiers

Plus en détail

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales Ministère de la modernisation des secteurs publics Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Ecole Nationale d Administration Fondation Hanns Seidel Original :

Plus en détail

LA LOI SUR LE PATRIMOINE CULTUREL

LA LOI SUR LE PATRIMOINE CULTUREL {Avis au lecteur sur l accessibilité : Ce document est conforme au standard du gouvernement du Québec S G Q R I 0 0 8-0 2 afin d être accessible à toute personne handicapée ou non. Toutes les notices entre

Plus en détail

PRÉSENTATION DU PROGRAMME 2014

PRÉSENTATION DU PROGRAMME 2014 PRÉSENTATION DU PROGRAMME 2014 10 ANS DE CULTURE CÉLÉBRÉ AVEC LA NATURE! Grâce à votre fidèle participation et celle de plus de 100 institutions culturelles, le programme Cultivez le Jour de la Terre célébrera

Plus en détail

Les Principes fondamentaux

Les Principes fondamentaux Les Principes fondamentaux DU MOUVEMENT INTERNATIONAL DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Christoph von Toggenburg/CICR Les Principes fondamentaux du Mouvement international de la Croix-Rouge et du

Plus en détail

Narbonne 14 rue Ancienne Porte de Béziers

Narbonne 14 rue Ancienne Porte de Béziers Narbonne 14 rue Ancienne Porte de Béziers DEFICIT FONCIER : DEFINITION Le propriétaire d un bien immobilier mis en location se retrouve en situation de déficit foncier lorsque ses charges annuelles de

Plus en détail

GATINEAU, QUÉBEC, LE 7 MAI 2007. Société d=histoire de l=outaouais C.P. 1007, Succ. Hull Gatineau (Québec) J8X 3X5 michel.prevost@uottawa.

GATINEAU, QUÉBEC, LE 7 MAI 2007. Société d=histoire de l=outaouais C.P. 1007, Succ. Hull Gatineau (Québec) J8X 3X5 michel.prevost@uottawa. MÉMOIRE DE LA SOCIÉTÉ D'HISTOIRE DE L'OUTAOUAIS SOUMIS À LA SÉANCE EXTRAORDINAIRE DU COMITÉ CONSULTATIF D URBANISME SUR L AVENIR DU CENTRE-VILLE DE GATINEAU GATINEAU, QUÉBEC, LE 7 MAI 2007 Société d=histoire

Plus en détail

Qu est-ce que l Inventaire?

Qu est-ce que l Inventaire? Qu est-ce que l Inventaire? L I.P.I.C. (ou Inventaire du Patrimoine Immobilier Culturel) est la dénomination désignant l Inventaire du patrimoine architectural de Wallonie. Depuis 2011, il fait suite à

Plus en détail

I L urbanisation dans le monde. A L augmentation de la population urbaine au XXème siècle

I L urbanisation dans le monde. A L augmentation de la population urbaine au XXème siècle Habiter les villes I L urbanisation dans le monde A L augmentation de la population urbaine au XXème siècle Taux d urbanisation Taux d urbanisation (projection 2015) Évolution du nombre de villes de plus

Plus en détail

Projet pour la création de nouveaux ateliers d artistes à Marseille, Association ART 13. I Etat des lieux

Projet pour la création de nouveaux ateliers d artistes à Marseille, Association ART 13. I Etat des lieux 1 Projet pour la création de nouveaux ateliers d artistes à Marseille, Association ART 13 I Etat des lieux Le parc d ateliers «publics» loués aux artistes contemporains à Marseille est de : - 10 ateliers

Plus en détail

Ville de Montréal Arrondissement Sud-Ouest. Direction de l aménagement urbain et des services aux entreprises

Ville de Montréal Arrondissement Sud-Ouest. Direction de l aménagement urbain et des services aux entreprises Ville de Montréal Arrondissement Sud-Ouest Direction de l aménagement urbain et des services aux entreprises Demande de démolition 106, rue Rose de Lima Comité de démolition du 26 janvier 2010 1 Ville

Plus en détail

Nature en ville, Une nouvelle vieille idée? La dimension paysagère/écologique des plans d'urbanisme

Nature en ville, Une nouvelle vieille idée? La dimension paysagère/écologique des plans d'urbanisme Nature en ville, Une nouvelle vieille idée? ou La dimension paysagère/écologique des plans d'urbanisme Baština - proketač razvoja Laurence Feveile 28 juin 2013 architecture, urbanisme, paysage, 3 disciplines,

Plus en détail

La Basilique Sainte-Sophie de Constantinople

La Basilique Sainte-Sophie de Constantinople La Basilique Sainte-Sophie de Constantinople Considérée comme la huitième merveille du monde, la Basilique Sainte-Sophie se trouve à Istanbul en Turquie. Elle a servi de basilique pendant 916 ans et de

Plus en détail

PROJET DE PÔLE COMMERCIAL SAINT-LOUIS A BREST

PROJET DE PÔLE COMMERCIAL SAINT-LOUIS A BREST PROJET DE PÔLE COMMERCIAL SAINT-LOUIS A BREST ENQUÊTE PUBLIQUE DE DÉCLASSEMENT DE LA PORTION DE LA RUE DES HALLES SAINT-LOUIS SITUÉE AU DROIT DE LA RUE DUQUESNE NOTICE EXPLICATIVE 1 LE DECLIN DES HALLES

Plus en détail

Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance

Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance LIVRE BLANC Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance Une vision détaillée des fonctions de CRM etde Gestion de Connaissances dansl environnement commercial actuel.

Plus en détail

LICENCE GÉOGRAPHIE. Domaine ministériel : SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES Secteur(s) d'activité : Droit / Science politique Mention : GÉOGRAPHIE

LICENCE GÉOGRAPHIE. Domaine ministériel : SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES Secteur(s) d'activité : Droit / Science politique Mention : GÉOGRAPHIE LICENCE GÉOGRAPHIE Domaine ministériel : SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES Secteur(s) d'activité : Droit / Science politique Mention : GÉOGRAPHIE Présentation Etablissement Objectifs Offrir aux étudiants des

Plus en détail

Les universités à l heure de la mondialisation. Des acteurs émergents pour de nouveaux critères d excellence. Les rencontres Futuris 14 avril 2010

Les universités à l heure de la mondialisation. Des acteurs émergents pour de nouveaux critères d excellence. Les rencontres Futuris 14 avril 2010 Les rencontres Futuris 14 avril 2010 Les universités à l heure de la mondialisation Des acteurs émergents pour de nouveaux critères d excellence Hélène Dang Vu Université Paris Est Lab Urba Le campus :

Plus en détail

«Source» - Elena PAROUCHEVA, installation monumentale, Amnéville-les-Thermes, Concours Européen Supélec Sciences et Technologies dans l'art Européen

«Source» - Elena PAROUCHEVA, installation monumentale, Amnéville-les-Thermes, Concours Européen Supélec Sciences et Technologies dans l'art Européen Concours Européen Supélec Sciences et Technologies dans l'art Européen «Source» - Elena PAROUCHEVA, installation monumentale, Amnéville-les-Thermes, présentée par Frédéric LESUR, Supélec 92 Illustrations

Plus en détail

Symposium international

Symposium international Symposium international sur l interculturalisme DIALOGUE QUÉBEC-EUROPE Montréal Du 25 au 27 mai 2011 Interculturalisme et perspectives de l éducation à mieux vivre ensemble Contribution au chapitre 8 :

Plus en détail

La simulation visuelle des projets à Gerpinnes

La simulation visuelle des projets à Gerpinnes Les fiches d aménagement rural La simulation visuelle des projets à Gerpinnes Quand développement rural rime avec aménagement du territoire, urbanisme, architecture et patrimoine! 6 Gerpinnes L hôtel communal

Plus en détail

L avantage de l'exemple américain

L avantage de l'exemple américain 18 [1] Thomas Kirszbaum est sociologue, chercheur associé au GEPECS (Université Paris V) sur l'expérience américaine de la rénovation urbaine dans son ouvrage : «Rénovation Urbaine. Les Leçons Américaines».

Plus en détail

Bibliotheca Amploniana

Bibliotheca Amploniana Bibliotheca Amploniana BIBLIOTHÈQUE UNIVERSITAIRE D ERFURT La Bibliotheca Amploniana du bibliophile rhénan Amplonius Rating de Berka ( 1435) est dans le monde la plus grande collection privée de manuscrits

Plus en détail

Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011

Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011 Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011 Descriptif de la Bourse: Ce programme autrefois appelé «Fulbright

Plus en détail

DÉCISIONS DES QUI COMPTENT RENSEIGNEMENTS ADDITIONNELS AU RAPPORT ANNUEL 2006

DÉCISIONS DES QUI COMPTENT RENSEIGNEMENTS ADDITIONNELS AU RAPPORT ANNUEL 2006 DES DÉCISIONS QUI COMPTENT RENSEIGNEMENTS ADDITIONNELS AU RAPPORT ANNUEL 2006 Renseignements additionnels au Rapport annuel 2006 I. Tableaux des rendements 1 Rapport des vérificateurs... 1 2 Notes générales...

Plus en détail

ALAIN-DOMINIQUE GALLIZIA

ALAIN-DOMINIQUE GALLIZIA ALAIN-DOMINIQUE GALLIZIA est un architecte français, mécène urbain et curateur-collectionneur œuvrant à la RECONNAISSANCE DE L ART DU GRAFFITI. L atelier de Boulogne Billancourt appelé «La Ruche du Tag»

Plus en détail

LANCEMENT DU SITE INTERNET WWW.PATRIMOINE-LYON.ORG LYON AU PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO

LANCEMENT DU SITE INTERNET WWW.PATRIMOINE-LYON.ORG LYON AU PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO 14/06/2013 LANCEMENT DU SITE INTERNET WWW.PATRIMOINE-LYON.ORG LYON AU PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO Bienvenue sur le premier site Internet exclusivement développé sur le secteur de la ville de Lyon inscrit

Plus en détail

Introduction. 1. Les engagements de McGill

Introduction. 1. Les engagements de McGill Introduction L Université McGill remercie le Conseil municipal et l Office de consultation publique de Montréal de tenir des consultations publiques sur le projet du Plan de protection et de mise en valeur

Plus en détail

Communication publique, communication politique

Communication publique, communication politique Master Retic Master CPI Communication publique, communication politique B. Lafon, 2013-2014 1. La consubstantialité communication politique 2. Les sources des pratiques professionnelles en communication

Plus en détail

Maison des Services Publics

Maison des Services Publics brignoles.fr la Maison des Services ublics Une porte d entrée unique pour tous... pour vous faciliter la vie au quotidien! Un peu d histoire Au XIII e siècle, l établissement servit d abord d hospice.

Plus en détail

Titre de la thèse : «L Inde vécue. De l objet à la société, les Français à Pondichéry au XVIII e siècle - 1700-1778»

Titre de la thèse : «L Inde vécue. De l objet à la société, les Français à Pondichéry au XVIII e siècle - 1700-1778» LE DOUDIC Kévin Doctorant en Histoire Moderne Document actualisé le 03/01/2015 THÈMES DE RECHERCHES Titre de la thèse : «L Inde vécue. De l objet à la société, les Français à Pondichéry au XVIII e siècle

Plus en détail

Réforme relative au permis de construire et aux autorisations d urbanisme

Réforme relative au permis de construire et aux autorisations d urbanisme Avril 2006 Note d information juridique Agence d Urbanisme du Territoire de Belfort Centre d Affaires des 4 As BP 107-90002 Belfort Cedex Tél : 03 84 46 51 51 - Fax : 03 84 46 51 50 Courriel : autb@autb.asso.fr

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

Questionnaire à destination des professionnels de l urbanisme, mandataires et organisations

Questionnaire à destination des professionnels de l urbanisme, mandataires et organisations Questionnaire à destination des professionnels de l urbanisme, mandataires et organisations DÉFIS Climat 1. Pensez-vous que ce soit utile de réduire nos déplacements afin de lutter contre les changements

Plus en détail

Histoire de charpente

Histoire de charpente Histoire de charpente Le 15 juin 2012 la restauration de la toiture de l église de Murtin a débuté. Malgré sa hauteur honorable, la grue installée sur la place s est retrouvée bloquée par le coq dominant

Plus en détail

Manifeste des Citoyens du Bloc Bourgeoys!

Manifeste des Citoyens du Bloc Bourgeoys! À l occasion de la Consultation Publique de l OCPM sur le Développement des terrains du CN. Le mercredi 22 octobre 2009 Manifeste des Citoyens du Bloc Bourgeoys! Qui nous sommes - une coalition de citoyens,

Plus en détail

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui.

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Mesdames et Messieurs, 1 Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Le but de ce moment d échange est de mieux faire connaissance. Il est aussi

Plus en détail

L EMPIRE ROMAIN. étude de cas : Lucius Aponius Cherea habitant de Narbo Martius au II siècle. Fabienne Rouffia - collège V.

L EMPIRE ROMAIN. étude de cas : Lucius Aponius Cherea habitant de Narbo Martius au II siècle. Fabienne Rouffia - collège V. L EMPIRE ROMAIN étude de cas : Lucius Aponius Cherea habitant de Narbo Martius au II siècle Détail du piédestal de la statue d Aponius Cherea (II siècle) musée archéologique de Narbonne Source : Service

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO)

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) Former des urbanistes Le master Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) s appuie sur

Plus en détail

Info-assurance Séance d information de l IASB du 19 mars 2015

Info-assurance Séance d information de l IASB du 19 mars 2015 www.pwc.com/ca/insurance Info-assurance Séance d information de l IASB du 19 mars 2015 Puisque divers points de vue sont analysés lors des réunions de l IASB, et qu il est souvent difficile de décrire

Plus en détail

Le téléphone public, cent ans d usages et de techniques de Fanny CARMAGNAT

Le téléphone public, cent ans d usages et de techniques de Fanny CARMAGNAT NOTE DE LECTURE Le téléphone public, cent ans d usages et de techniques de Fanny CARMAGNAT par André TURCOTTE «Pourquoi s intéresser au téléphone public?» En posant cette question dès le début de son livre,

Plus en détail

Une association à un seul membre? Est-on vraiment sérieux?

Une association à un seul membre? Est-on vraiment sérieux? Une association à un seul membre? Est-on vraiment sérieux? Synthèse L identité d un régime juridique découle des caractéristiques du sujet qu il couvre et non du seul fait que l entité ait la personnalité

Plus en détail

24 heures. dans la vie d Orrick Rambaud Martel

24 heures. dans la vie d Orrick Rambaud Martel 24 heures dans la vie d Orrick Rambaud Martel Fusions & acquisitions Droit boursier Financements Droit bancaire Marchés de capitaux Titrisation Capital investissement LBO Capital risque Contentieux Arbitrage

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

Jour 1. Origines et évolution du marketing

Jour 1. Origines et évolution du marketing Jour 1 Origines et évolution du marketing Origines et évolution du marketing Jour 1 Cette journée est consacrée à la présentation de la discipline au travers de trois sous-thèmes : l histoire du marketing,

Plus en détail

L ASSURANCE CHÔMAGE AUX ÉTATS-UNIS. Stéphane Auray et David L. Fuller

L ASSURANCE CHÔMAGE AUX ÉTATS-UNIS. Stéphane Auray et David L. Fuller L ASSURANCE CHÔMAGE AUX ÉTATS-UNIS Stéphane Auray et David L. Fuller Catalogage Électre-Bibliographie (avec le concours de la Bibliothèque de Sciences Po) L assurance chômage aux États-Unis / Stéphane

Plus en détail

Des cartes pour comprendre un monde complexe

Des cartes pour comprendre un monde complexe Des cartes pour comprendre un monde complexe Propositions de séquences en TES/L et en TS sur le cours introductif de géographie par Damien LOQUAY, EEMCP2 en Tunisie Ce que disent les programmes Terminale

Plus en détail

INTRODUCTION PRÉSENTATION AUX CITOYENS 28 AOÛT. - Propriétaire du 3500 St-Jacques

INTRODUCTION PRÉSENTATION AUX CITOYENS 28 AOÛT. - Propriétaire du 3500 St-Jacques INTRODUCTION PROJETS DANS LE SUD OUEST - Propriétaire du 3500 St-Jacques Bureau Bureau Commercial - Expertise en développement de projets immobiliers et gestion de propriétés - Équipe formée d architectes,

Plus en détail

Chef de file en gestion immobilière. Guide sur la classification des immeubles de bureaux

Chef de file en gestion immobilière. Guide sur la classification des immeubles de bureaux Chef de file en gestion immobilière Guide sur la classification des immeubles de bureaux Table des matières 3 Démarche du projet 4 Introduction 5 Un guide pour les immeubles de bureaux de classe A, B ou

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR PRÉAMBULE

RÈGLEMENT INTÉRIEUR PRÉAMBULE PRÉAMBULE RÈGLEMENT INTÉRIEUR Le présent règlement intérieur a pour objet de préciser les modalités de fonctionnement du conseil des sages et de déterminer les obligations de ses membres. Il fait référence

Plus en détail

Services en ligne : Leader du conseil SICAV & FCP sur internet, Compte-titres, Assurance-vie

Services en ligne : Leader du conseil SICAV & FCP sur internet, Compte-titres, Assurance-vie Choisir l avenir Distribution de produits financiers : Conseil et optimisation du patrimoine privé et professionnel Ingénierie Financière pour PME : Introduction en Bourse, levées de fonds, LBO Private

Plus en détail

MYRIAD. l ADN isolé n est à présent plus brevetable!

MYRIAD. l ADN isolé n est à présent plus brevetable! MYRIAD La Cour Suprême des Etats-Unis revient sur plus de 30 ans de pratique : l ADN isolé n est à présent plus brevetable! Mauvaise passe pour les inventions en biotechnologies sur le territoire américain.

Plus en détail

1.1.2 L'architecte, un professionel

1.1.2 L'architecte, un professionel 1.1 La profession d'architect 1.1.2 L'architecte, un professionel 1.1.2 Manuel canadien de pratique de l architecture 1.1.2 Introduction Professionnalisme Principes du professionnalisme Expertise Autonomie

Plus en détail

La mutualisation du stationnement

La mutualisation du stationnement La mutualisation du stationnement Eric GANTELET, Président SARECO SARECO est un bureau d études spécialisé sur les questions de stationnement qui conseille les collectivités territoriales depuis la définition

Plus en détail

Stratégie et priorités communales. YLP/COM1/Buts-Vision/Long terme communal/val-de-charmey Vision 1

Stratégie et priorités communales. YLP/COM1/Buts-Vision/Long terme communal/val-de-charmey Vision 1 Stratégie et priorités communales 1 Val-de-Charmey : Stratégie et priorités communales 1) Introduction: contexte communal 2) Diagnostic stratégique 3) Préoccupations et attentes de la Communauté 4) Vision

Plus en détail

DISTINGUER LE TRAVAIL RÉMUNÉRÉ DU TRAVAIL NON RÉMUNÉRÉ

DISTINGUER LE TRAVAIL RÉMUNÉRÉ DU TRAVAIL NON RÉMUNÉRÉ Activités éducatives pour les élèves de 8 à 9 ans DISTINGUER LE TRAVAIL RÉMUNÉRÉ DU TRAVAIL NON RÉMUNÉRÉ NIVEAU : PRIMAIRE GROUPE D ÂGE : ÉLÈVES DE 8 À 9 ANS SOMMAIRE DE L ACTIVITÉ Les élèves font la différence

Plus en détail

L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE

L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE MINISTERE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI DIRECTION GENERALE DE LA COMPETITIVITE DE L INDUSTRIE ET DES SERVICES L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE DERNIERES TENDANCES

Plus en détail

Jeudi 19 et Vendredi 20 Mars RENNES Halle Martenot

Jeudi 19 et Vendredi 20 Mars RENNES Halle Martenot N Jeudi 19 et Vendredi 20 Mars RENNES Halle Martenot Crise financière : comment aborder l année 2009 Telle sera l un des thèmes «phare» qui ouvrira cette 28 ème édition du Forum de l Investissement. Les

Plus en détail

C EST QUOI L ESPACE?

C EST QUOI L ESPACE? C EST QUOI L ESPACE? c est quoi un espace Un espace est un lieu plus ou moins bien délimité dans lequel on peut se situer. On peut distinguer l intérieur de l extérieur d un espace, son dedans de son dehors.

Plus en détail

Rapport d expatriation S6 IPAG. Nicolas Piochard de La Bruslerie

Rapport d expatriation S6 IPAG. Nicolas Piochard de La Bruslerie Rapport d expatriation S6 IPAG Nicolas Piochard de La Bruslerie Sommaire Introduction... 3 PRESENTATION DE LA VILLE D EXPATRIATION... 3 PRESENTATION DE L UNIVERSITE... 5 LES CONDITIONSN MATERIELLES...

Plus en détail

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5 Sommaire SOMMAIRE 3 INTRODUCTION 5 UN CENTRE BOURG REDYNAMISE 7 CONFORTER LA VOCATION D HABITAT 7 METTRE EN PLACE UNE POLITIQUE DE STATIONNEMENT AMBITIEUSE ET COHERENTE 7 RENFORCER L OFFRE EN EQUIPEMENTS,

Plus en détail

Manucure à la mode. Ronde préliminaire Cas en marketing. Place à la jeunesse 2013

Manucure à la mode. Ronde préliminaire Cas en marketing. Place à la jeunesse 2013 Manucure à la mode Cas en marketing Place à la jeunesse 2013 UNE ÉPIPHANIE ÉLÉGANTE Leila Roussel, 27 ans, est une consultante de style dans une boutique de mode haute-gamme dans la capitale nationale,

Plus en détail

Elaboration participative des programmes communaux

Elaboration participative des programmes communaux Séminaire Elaboration participative des programmes communaux 29-29 Mars 2014 à Ain Draham Hôtel «Nour El Ain» Première journée : Vendredi 28 Mars Ain Draham Contexte général et objectifs : L Association

Plus en détail

Les Éditions du patrimoine présentent La tenture de l Apocalypse d Angers Collection «Sensitinéraires»

Les Éditions du patrimoine présentent La tenture de l Apocalypse d Angers Collection «Sensitinéraires» é Les Éditions du patrimoine présentent La tenture de l Apocalypse d Angers Collection «Sensitinéraires» >Un ouvrage conçu en collaboration avec l IRAG (Institut pour la recherche d applications gravées),

Plus en détail

IFE course syllabus. Paris - France - Paris : un itinéraire de découverte

IFE course syllabus. Paris - France - Paris : un itinéraire de découverte IFE course syllabus Paris - France - Paris : un itinéraire de découverte Présentation générale Le cours, centré sur la France actuelle vue au prisme de la capitale et sur les relations entre la ville et

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

SERVICE PUBLIC FEDERAL DE PROGRAMMATION INTEGRATION SOCIALE, LUTTE CONTRE LA PAUVRETE ET ECONOMIE SOCIALE

SERVICE PUBLIC FEDERAL DE PROGRAMMATION INTEGRATION SOCIALE, LUTTE CONTRE LA PAUVRETE ET ECONOMIE SOCIALE Publié le : 2014-04-18 SERVICE PUBLIC FEDERAL DE PROGRAMMATION INTEGRATION SOCIALE, LUTTE CONTRE LA PAUVRETE ET ECONOMIE SOCIALE 19 DECEMBRE 2013. - Arrêté ministériel fixant le code de déontologie pour

Plus en détail

Coaching et Team Building

Coaching et Team Building recherché par les entreprises Ils représentent deux leviers ENTREPRISE Coaching et Team Building des outils de management au service de la personne, des entreprises et des organisations Serge LANTEAUME

Plus en détail

Investissement en capital dans la transformation alimentaire canadienne

Investissement en capital dans la transformation alimentaire canadienne PROGRAMME DE RECHERCHE SUR LE SECTEUR DE LA TRANSFORMATION ALIMENTAIRE PROGRAMME DE RECHERCHE DE LA TRANSFORMATION ALIMENTAIRE / PROJET 6A PROJET 6a : CONNAISSANCES EN MATIÈRE D INNOVATION Investissement

Plus en détail

La France est-elle compétitive?

La France est-elle compétitive? La France est-elle compétitive? Cafés Géographiques de Montpellier Gilles Ardinat, professeur agrégé et docteur en Géographie, enseignant à l Université Paul Valéry, Montpellier III C est à l occasion

Plus en détail

Le Château de Kerjean est classé monument historique

Le Château de Kerjean est classé monument historique restauration du château 7/06/06 18:13 Page 1 restauration du château 7/06/06 18:14 Page 2 Le Château de Kerjean est classé monument historique Ce classement a été effectué en 1911, lorsque le château a

Plus en détail