Cellulite orbitaire: affection grave et urgence thérapeutique. Met en jeu le pronostic visuel et vital. Peut compliquer un traumatisme oculaire, une

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cellulite orbitaire: affection grave et urgence thérapeutique. Met en jeu le pronostic visuel et vital. Peut compliquer un traumatisme oculaire, une"

Transcription

1

2 Cellulite orbitaire: affection grave et urgence thérapeutique. Met en jeu le pronostic visuel et vital. Peut compliquer un traumatisme oculaire, une sinusite ou être secondaire à une affection oculaire ou péri- oculaire. Enfants +++ Évolution imprévisible +++ Prise en charge hospitalière

3 Préciser l'intérêt de la TDM dans le diagnostic positif de la cellulite orbitaire, dans son pronostic, dans sa prise en charge et dans le suivi post- thérapeutique.

4 Étude rétrospective de 32 cas de cellulite orbitaire colligés dans notre service entre Janvier et Décembre TDM orbitaire réalisée chez tous nos patients: - topogramme de profil - acquisition hélicoïdale de 1.6mm avec un pitch de 1 - injection d emblée de PDC iodé. - reconstructions multiplanaires (axiales et coronales ++)

5 Age moyen des patients est de 20 ans avec des extrêmes d âge allant de 4 à 37 ans. Nette prédominance masculine

6 Signes fonctionnels : - Fièvre : 10 cas - Céphalées : 11 cas - Douleur péri ou rétro orbitaire : 15 cas Examen clinique: - Atteinte unilatérale : 32 cas ( OG = 25, OD = 7 ) - Exophtalmie clinique : 12 cas - Limitation de la mobilité oculaire : 7 cas

7 Topographie - pré septale : 20 cas - mixte: 12 cas Exophtalmie: 12 cas - grade I : 4 cas - grade II : 3 cas - grade III : 5 cas

8 Collections abcédées: 20 cas - abcès sous périostés : 19 cas - abcès palpébral : 1cas

9 Atteinte pré septale: - paupières : 8 cas - glande lacrymale : 2 cas - canthus interne : 8 cas - canthus externe : 2 cas

10 Atteinte mixte (rétro septale ++) : - graisse extra conique : 6 cas - graisse intra conique : 3 cas - muscles oculo moteurs : 2 cas - infiltration du nerf optique : 1 cas

11 Atteinte osseuse: aspect mité de la lame papyracée de l éthmoïde dans un seul cas Étiologies: - Sinusite +++ : 28 cas * éthmoïdale: 6 cas * fronto- maxillaire: 6 cas * pansinusite: 16 cas - Traumatisme oculaire : 4 cas

12

13 Cellulite orbitaire: infection localisée ou diffuse de l orbite. Elle est due à une prolifération bactérienne, virale ou mycosique. Affecte le plus souvent le sujet jeune de sexe masculin et est rare avant l âge de 2 ans.

14 Elle est secondaire le plus souvent à : - une sinusite (éthmoïdite +++) - plaie pénétrante de l orbite - corps étranger intra orbitaire - foyer infectieux (dentaire ou auriculaire) - suites post opératoires d une chirurgie oculaire ou orbitaire.

15 Topographie : se fait par rapport au septum orbitaire * Cellulites pré septales: - paupières ++ - pas de caractère inquiétant * Cellulites rétro septales: - exophtalmie + troubles oculomoteurs + œdème palpébral - pronostic visuel mis en jeu ++ - extension possible vers le sinus caverneux

16 5 stades évolutifs selon Chandler : Stade I: cellulite pré septale œdème inflammatoire de la paupière Stade II: cellulite orbitaire œdème diffus orbitaire

17 5 stades évolutifs selon Chandler : Stade III: abcès sous périosté Stade IV: abcès orbitaire Stade V: thrombose du sinus caverneux

18 Clinique : * Signes fonctionnels: ophtalmiques ++ - œdème palpébral ++ - douleurs péri orbitaires - troubles oculo- moteurs - exophtalmie * Signes généraux: fièvre, atteinte de l état général

19 Clinique : * Signes de gravité orientant vers une thrombose du sinus caverneux: - céphalées - nausées, vomissements - ophtalmoplégie - troubles sensitifs - altération de l état général

20 Examen de référence et de 1ère intention en URGENCE +++ Devant : - suspicion clinique - suspicion de complication ophtalmique et/ou neurologique.

21 Objectifs : - poser le diagnostic positif - stadifier la cellulite - rechercher une exophtalmie et la stadifier. - rechercher des corps étrangers dans un contexte traumatique

22 Objectifs : - rechercher des esquilles osseuses - rechercher des complications - rechercher une sinusite - rechercher les atteintes cérébro méningées et osseuses

23 Résultats: * Ténonite: inflammation localisée - à la capsule de Tenon (qui est épaissie) - et à l espace cellulo- adipeux adjacent (qui est infiltré)

24 Résultats: * Cellulite: - infiltration pré et/ou rétro septale - limitée à la région extra conique (éthmoïdite aigue ++) - diffuse: infiltration du tissu orbitaire

25 Cellulite pré septale gauche secondaire à une sinusite frontale. Infiltration de la paupière supérieure gauche sans collection associée.

26 Cellulite pré septale gauche avec collections abcédées palpébrales.

27 Cellulite pré septale et rétro septale. Infiltration de la graisse extra conique médiale à droite avec épaississement du muscle droit homolatéral, compliquant une sinusite éthmoïdale droite.

28 Cellulite orbitaire. Épaississement de la paroi interne de l orbite gauche avec infiltration des graisses intra et extra coniques et des parties molles péri orbitaires, responsables d une exophtalmie grade II et secondaires à une sinusite éthmoïdale bilatérale

29 Résultats: * Décollement sous périosté: - complique une éthmoïdite ++ - hyperdensité du segment médial de la graisse extra extra conique avec épaississement ou non du muscle droit médial

30 Résultats: * Abcès intra orbitaire : - stade évolutif du décollement - masse hypodense avec effet de masse sur le muscle droit médial et sur le nerf optique

31 Cellulite orbitaire compliquée d abcès sous périosté

32 Cellulite pré et réro septale responsable d une exophtalmie grade III et compliqué d empyème frontal droit.

33 Complications: - thrombophlébite du sinus caverneux ou du sinus longitudinal supérieur. - atteinte cérébrale: abcès, empyème, méningite.

34 Étiologies : - éthmoïdite : enfant pansinusite : adulte corps étranger - fractures : apex orbitaire ++

35 Évolution : - imprévisible - perte fonctionnelle définitive du globe - décès : choc septique et extension cérébroméningée

36 Traitement : - prise en charge en milieu HOSPITALIER antibiothérapie probabiliste par voie parentérale à large spectre. - corticothérapie : diminue l inflammation et la pression intra orbitaire et améliore la diffusion des antibiotiques. - traitement étiologique : prévention des récidives.

37 Cellulite orbitaire : affection potentiellement grave et rapidement évolutive. L imagerie (principalement la TDM) joue un rôle important dans le diagnostic, le bilan lésionnel et la surveillance de la cellulite qui peut engager le pronostic fonctionnel visuel et vital.

38 La Cellulite orbitaire : A- peut être d origine virale B- est le plus souvent secondaire à une éthmoïdite C- est toujours localisée D- est fréquente avant l âge de 2 ans

39 La TDM crânio- orbitaire permet : A- de confirmer la cellulite B- de la localiser C- de la stadifier D- de montrer avec précision l atteinte du nerf optique

40 Parmi les stades de Chandler de la cellulite orbitaire, on note : A- l œdème inflammatoire de la paupière B- l atteinte isolée du nerf optique C- l abcès sous périosté D- la thrombose du sinus caverneux

H Haj-Riffi, M Bouziane, S Saoud, N Moussali, N El Benna, A Gharbi, A Abdelouafi

H Haj-Riffi, M Bouziane, S Saoud, N Moussali, N El Benna, A Gharbi, A Abdelouafi Apport de la TDM dans la cellulite orbitaire H Haj-Riffi, M Bouziane, S Saoud, N Moussali, N El Benna, A Gharbi, A Abdelouafi Service de Radiologie de l hôpital 20 Août 1953. CHU Ibn Rochd. Casablanca.

Plus en détail

Apport du scanner multibarrettes dans. le diagnostic des cellulites orbitaires

Apport du scanner multibarrettes dans. le diagnostic des cellulites orbitaires Apport du scanner multibarrettes dans le diagnostic des cellulites orbitaires W. Douira-Khomsi, S. Bejar, H. Louati, L. Ben Hassine, R. Attaoui, L. Lahmar, I. Bellagha Service de Radiologie Pédiatrique

Plus en détail

I. AINEB, S.SALAM. MARDHI, K. CHBANI, L. OUZIDANE SERVICE DE RADIOLOGIE PEDIATRIQUE. CHU IBN ROCHD. CASABLANCA - MAROC

I. AINEB, S.SALAM. MARDHI, K. CHBANI, L. OUZIDANE SERVICE DE RADIOLOGIE PEDIATRIQUE. CHU IBN ROCHD. CASABLANCA - MAROC Imagerie de l exophtalmie tumorale de l enfant I. AINEB, S.SALAM. MARDHI, K. CHBANI, L. OUZIDANE SERVICE DE RADIOLOGIE PEDIATRIQUE. CHU IBN ROCHD. CASABLANCA - MAROC INTRODUCTION Exophtalmie : protrusion

Plus en détail

SINUSITES AIGUËS. Formes. Physiopath. Ethmoïdite aiguë. Sinusite maxillaire et frontale. Formes cliniques. Sinusite sphénoïdale

SINUSITES AIGUËS. Formes. Physiopath. Ethmoïdite aiguë. Sinusite maxillaire et frontale. Formes cliniques. Sinusite sphénoïdale SINUSITES AIGUËS Physiopath Ethmoïde : naissance / autres à partir de 3 ans Virales ++++ Germes ORL : Pneumocoque, haemophilus influenzae, moxarella catarrhalis Germes dentaire : Anaérobies Formes Sinusite

Plus en détail

SINUSITE MAXILLAIRE AIGUE

SINUSITE MAXILLAIRE AIGUE SINUSITE MAXILLAIRE AIGUE I Définition Elle se définit comme une infection aiguë de la muqueuse du sinus maxillaire. C est une affection fréquente vue dans le cadre de l urgence. C est une complication

Plus en détail

Véritable atteinte auto-immune spécifique

Véritable atteinte auto-immune spécifique ophtalmopathie dysthyroïdienne 246 - OPHTALMOPATHIE DYSTHYROÏDIENNE-2010 Ce qu il faut savoir 1. Savoir évoquer une exophtalmie basedowienne sur ses caractéristiques cliniques, 2. Connaître les complications

Plus en détail

Imagerie des complications des méningites chez l enfant

Imagerie des complications des méningites chez l enfant Imagerie des complications des méningites chez l enfant H. Bouamri, K. Chbani, A. Benmoussa, S. Salam, L. Ouzidane Service de Radiologie Pédiatrique - Hôpital d Enfants A. EL Harouchi, CHU Ibn Rochd, Casablaca,

Plus en détail

Véritable atteinte auto-immune spécifique

Véritable atteinte auto-immune spécifique ophtalmopathie dysthyroïdienne 246 - OPHTALMOPATHIE DYSTHYROÏDIENNE Ce qu il faut savoir 1. Savoir évoquer une exophtalmie basedowienne sur ses caractéristiques cliniques, 2. Connaître les complications

Plus en détail

Item 240 (item 246) : Ophtalmopathie dysthyroïdienne Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF)

Item 240 (item 246) : Ophtalmopathie dysthyroïdienne Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) Item 240 (item 246) : Ophtalmopathie dysthyroïdienne Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) 2013 1 Table des matières 1. Généralités et épidémiologie... 3 2. Classification... 3 3.

Plus en détail

APPORT DE LA TDM DANS LES COMPLICATIONS DES OTITES CHOLESTEATOMATEUSES

APPORT DE LA TDM DANS LES COMPLICATIONS DES OTITES CHOLESTEATOMATEUSES APPORT DE LA TDM DANS LES COMPLICATIONS DES OTITES CHOLESTEATOMATEUSES Sellami M., I. Achour, B.Souissi*,L.Ghorbel, MA.Chaabouni, KH. BenMahfoudh*,I.Charfeddine, B. Hammami, A.Ghorbel. Service d ORL, CHU

Plus en détail

085. Infection à VIH

085. Infection à VIH Sommaire 085. Infection à VIH information et conseils pour la prévention de la transmission sanguine et sexuelle, diagnostic, annonce d une sérologie, attitude thérapeutique et suivi Toxoplasmose cérébrale

Plus en détail

Module 7 - Edition Item 90 version 01 du page 1 Copyright CMIT ITEM N 90 INFECTIONS NASO-SINUSIENNES DE L ENFANT ET DE L ADULTE.

Module 7 - Edition Item 90 version 01 du page 1 Copyright CMIT ITEM N 90 INFECTIONS NASO-SINUSIENNES DE L ENFANT ET DE L ADULTE. Module 7 - Edition 2004 - Item 90 version 01 du 02 01 2004 page 1 ITEM N 90 INFECTIONS NASO-SINUSIENNES DE L ENFANT ET DE L ADULTE. OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer une rhino-sinusite aiguë. II. Argumenter

Plus en détail

Imagerie des exophtalmies non tumorales. A. IDRISSI, N. EL BENNA, H. BELGADIR, N. MOUSSALI, A. ABDELOUAFI. Service de Radiologie 20 Août, Casablanca.

Imagerie des exophtalmies non tumorales. A. IDRISSI, N. EL BENNA, H. BELGADIR, N. MOUSSALI, A. ABDELOUAFI. Service de Radiologie 20 Août, Casablanca. Imagerie des exophtalmies non tumorales A. IDRISSI, N. EL BENNA, H. BELGADIR, N. MOUSSALI, A. ABDELOUAFI. Service de Radiologie 20 Août, Casablanca. Introduction L exophtalmie correspond à l augmentation

Plus en détail

IMAGERIE DES TUMEURS OCULO-ORBITAIRES (À PROPOS DE 40 CAS)

IMAGERIE DES TUMEURS OCULO-ORBITAIRES (À PROPOS DE 40 CAS) IMAGERIE DES TUMEURS OCULO-ORBITAIRES MALIGNES (À PROPOS DE 40 CAS) INTRODUCTION Les processus expansifs malins rencontrés dans l orbite sont de nature très diverse. Parmi les tumeurs intra-orbitaires:

Plus en détail

Complications des sinusites

Complications des sinusites Complications des sinusites Author : dr-jahidi I- DEFINITION INTERET: Les complications des sinusites se définissent par l extension et la propagation du processus infectieux en dehors du cadre des cavités

Plus en détail

A. Zrig (1), M. Zohd (1), E. Gassab (1), R. Salem (1), MA. Jellali (1), B. Hmida (1), M. Maatouk (2), A. Gassab (1), C. Hafsa (1), M.

A. Zrig (1), M. Zohd (1), E. Gassab (1), R. Salem (1), MA. Jellali (1), B. Hmida (1), M. Maatouk (2), A. Gassab (1), C. Hafsa (1), M. IMAGERIE DES INFECTIONS FUNGIQUES INVASIVES DU MASSIF FACIAL A. Zrig (1), M. Zohd (1), E. Gassab (1), R. Salem (1), MA. Jellali (1), B. Hmida (1), M. Maatouk (2), A. Gassab (1), C. Hafsa (1), M. Golli

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES HEMATOMES INTRACRÂNIENS POST-TRAUMATIQUES

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES HEMATOMES INTRACRÂNIENS POST-TRAUMATIQUES Q.22 DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES HEMATOMES INTRACRÂNIENS POST-TRAUMATIQUES PLAN : Dr Omar DAHMANI, Dr Amal BELCAID, Dr Ouafa EL AZZOUZI, Dr Hayat EL HAMI INTRODUCTION HEMATOME EXTRA-DURAL II- Evolution

Plus en détail

Connaissances V. ORL

Connaissances V. ORL Connaissances V. ORL 87 Adénocarcinome de l ethmoïde Item 154. Tumeurs des os primitives et secondaires. Item Fig. 87.1. IRM coupe coronale séquence T1 avec injection et suppression de graisse. 1 : tumeur

Plus en détail

DOSSIER PROGRESSIF n 1 VIRGINIE LAFONTAINE 2015/2016

DOSSIER PROGRESSIF n 1 VIRGINIE LAFONTAINE 2015/2016 DOSSIER PROGRESSIF n 1 VIRGINIE LAFONTAINE 2015/2016 Mr KARY âgé de 30 ans déteste aller chez le dentiste et donc n a aucun suivi à ce niveau. Depuis 3 jours il présente une douleur constante au niveau

Plus en détail

Apport de l imagerie dans le bilan des infections de voies respiratoires supérieures et inférieures

Apport de l imagerie dans le bilan des infections de voies respiratoires supérieures et inférieures Apport de l imagerie dans le bilan des infections de voies respiratoires supérieures et inférieures A. ASKRI Service de Radiologie Hôpital Mongi Slim La Marsa Infections naso sinusiennes Sinusite aigue:

Plus en détail

APPORT DE L IMAGERIE DANS LA TROCHANTÉRITE TUBERCULEUSE. D. LAOUDIYI, A. SKALLI, N. CHIKHAOUI CHU Ibn Rochd - Casablanca - Maroc

APPORT DE L IMAGERIE DANS LA TROCHANTÉRITE TUBERCULEUSE. D. LAOUDIYI, A. SKALLI, N. CHIKHAOUI CHU Ibn Rochd - Casablanca - Maroc APPORT DE L IMAGERIE DANS LA TROCHANTÉRITE TUBERCULEUSE D. LAOUDIYI, A. SKALLI, N. CHIKHAOUI CHU Ibn Rochd - Casablanca - Maroc INTRODUCTION La trochantérite tuberculeuse est une localisation rare de la

Plus en détail

Explorations de la sphère ORL de l'enfant. Dr C CELLIER CHU ROUEN

Explorations de la sphère ORL de l'enfant. Dr C CELLIER CHU ROUEN Explorations de la sphère ORL de l'enfant Dr C CELLIER CHU ROUEN Recommandations SFR PLACE DE L IMAGERIE Rhinosinusites aigues : si complication infectieuse, orbitaire ou cérébrale. Rhinosinusites chroniques

Plus en détail

Rhinite & rhinopharyngite

Rhinite & rhinopharyngite N 145 INFECTIONS NASO-SINUSIENNES ADULTE (ENFANT) 1. Connaître les différentes formes de sinusite et les explorations éventuellement nécessaires pour en étayer le diagnostic. 2. Connaître les arguments

Plus en détail

S Sedrati, N Allali, M Chellaoui, L Chat, R Dafiri

S Sedrati, N Allali, M Chellaoui, L Chat, R Dafiri Le Rétinoblastome Quel est l apport de l imagerie dans la prise en charge? S Sedrati, N Allali, M Chellaoui, L Chat, R Dafiri Service De Radio Pédiatrie, Hôpital D enfants Maternité CHU de Rabat Introduction

Plus en détail

APPORT DE L IMAGERIE DANS LES PYELONEPHRITES EMPHYSEMATEUSES (A PROPOS DE HUIT CAS)

APPORT DE L IMAGERIE DANS LES PYELONEPHRITES EMPHYSEMATEUSES (A PROPOS DE HUIT CAS) APPORT DE L IMAGERIE DANS LES PYELONEPHRITES EMPHYSEMATEUSES (A PROPOS DE HUIT CAS) S.SAOUD,R.BENMOUSSA,A.SKALLI,N.CHIKHAOUI SERVICE DE RADIOLOGIE DES URGENCES CHU : IBN ROCHD-CASABLANCA INTRODUCTION Infection

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE EXOPHTALMIE

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE EXOPHTALMIE Dr. ROUBEROL Service d Ophtalmologie HOPITAL CROIX ROUSSE CONDUITE A TENIR DEVANT UNE EXOPHTALMIE I - SEMEIOLOGIE DE L EXOPHTALMIE ➀ Diagnostic positif : a) Clinique de face de profil : Protusion Quantification

Plus en détail

Imagerie des traumatismes du massif facial. Service d imagerie médicale Hôpital La Rabta Tunis Tunisie

Imagerie des traumatismes du massif facial. Service d imagerie médicale Hôpital La Rabta Tunis Tunisie Imagerie des traumatismes du massif facial Service d imagerie médicale Hôpital La Rabta Tunis Tunisie Introduction Les traumatismes du massif facial sont fréquents en imagerie d urgence Population jeune

Plus en détail

46 cas de méningite bactérienne compliquée colligés sur 4 ans entre 2005 et Méningite confirmée biologiquement dans

46 cas de méningite bactérienne compliquée colligés sur 4 ans entre 2005 et Méningite confirmée biologiquement dans Les complications infectieuses de la méningite restent malheureusement fréquentes dans notre contexte. Elles peuvent être responsable de complications graves: séquelles irréversibles motrices et fonctionnelles.

Plus en détail

Collège Hospitalo-universitaire français de chirurgie maxillo-faciale et de stomatologie

Collège Hospitalo-universitaire français de chirurgie maxillo-faciale et de stomatologie Collège Hospitalo-universitaire français de chirurgie maxillo-faciale et de stomatologie Anatomie cranio-faciale Examen de la face et de la cavité buccale Item 201 Traumatologie maxillo-faciale Item 256

Plus en détail

RHINOSINUSITES AIGUES DE L'ADULTE

RHINOSINUSITES AIGUES DE L'ADULTE RHINOSINUSITES AIGUES DE L'ADULTE Groupe de veille documentaire FORGENI 23/09/2010 Recommandation SF ORL 2010 Document sous licence Creative Commons BY - SA DEFINITION Infection d origine virale ou bactérienne

Plus en détail

LES TRAUMATISMES CRANIO ENCEPHALIQUES

LES TRAUMATISMES CRANIO ENCEPHALIQUES LES TRAUMATISMES CRANIO ENCEPHALIQUES Stéphane LITRICO nathalie Service de Neurochirurgie Hôpital Pasteur Épidémiologie Première cause d admission aux urgences 57 000 hospitalisations / an Accident de

Plus en détail

le scanner sans injection montre une occlusion mécanique du grêle en amont de l iléon terminal : inflammatoire? tumoral? Epaississement et aspect

le scanner sans injection montre une occlusion mécanique du grêle en amont de l iléon terminal : inflammatoire? tumoral? Epaississement et aspect Douleurs abdominales diffuses, arrêt des matières et des gaz depuis 48h sans vomissement ni fièvre chez un patient en aplasie à J15 d une induction pour LAM : Quels sont les principaux éléments sémiologiques

Plus en détail

ORBITE I. ANATOMIE II. RADIOLOGIE STANDARD III. TDM IV. IRM V. ECHOGRAPHIE VI. PATHOLOGIE VII. CORPS ETRANGER VIII.

ORBITE I. ANATOMIE II. RADIOLOGIE STANDARD III. TDM IV. IRM V. ECHOGRAPHIE VI. PATHOLOGIE VII. CORPS ETRANGER VIII. ORBITE I. ANATOMIE II. RADIOLOGIE STANDARD III. TDM IV. IRM V. ECHOGRAPHIE VI. PATHOLOGIE VII. CORPS ETRANGER VIII. VOIES LACRYMALES Page 1 sur 18 L'exploration radiologique de l'orbite est fréquemment

Plus en détail

APPORT DU SCANNER DANS LES CELLULITES CERVICO-FACIALES. Zrig, K. Harrathi, W. Mnari, E. Gassab, J. Koubaa, M. Golli (Monastir - Tunisie)

APPORT DU SCANNER DANS LES CELLULITES CERVICO-FACIALES. Zrig, K. Harrathi, W. Mnari, E. Gassab, J. Koubaa, M. Golli (Monastir - Tunisie) APPORT DU SCANNER DANS LES CELLULITES CERVICO-FACIALES Zrig, K. Harrathi, W. Mnari, E. Gassab, J. Koubaa, M. Golli (Monastir - Tunisie) Les infections cervico-faciales sont fréquentes, préférentiellement

Plus en détail

CÉPHALÉES ET MIGRAINE. Dr Bertrand DELFINER NEUROLOGUE Fondation Rothschild Paris

CÉPHALÉES ET MIGRAINE. Dr Bertrand DELFINER NEUROLOGUE Fondation Rothschild Paris CÉPHALÉES ET MIGRAINE Dr Bertrand DELFINER NEUROLOGUE Fondation Rothschild Paris AMIFORM 17 et 18 Octobre 2012 GÉNÉRALITÉS Pathologie fréquente souvent sous estimée or : Menace parfois vitale Pronostic

Plus en détail

Les sinusites en 2012 : comment faire le diagnostic, qui traiter, par quel antibiotique? Martine François Robert Cohen

Les sinusites en 2012 : comment faire le diagnostic, qui traiter, par quel antibiotique? Martine François Robert Cohen Les sinusites en 2012 : comment faire le diagnostic, qui traiter, par quel antibiotique? Martine François Robert Cohen 1 12 Octobre 2012 : Vous recevez en consultation, Clara 4 ans, scolarisée depuis 1

Plus en détail

H.Louizi, K.Ben Mahfoudh, R Ghariani, H Dhouib*, C Marrakchi**, H Ktata, S Haddar, J.Mnif

H.Louizi, K.Ben Mahfoudh, R Ghariani, H Dhouib*, C Marrakchi**, H Ktata, S Haddar, J.Mnif IMAGERIE DE L OTITE EXTERNE MALIGNE : A PROPOS DE 19 CAS H.Louizi, K.Ben Mahfoudh, R Ghariani, H Dhouib*, C Marrakchi**, H Ktata, S Haddar, J.Mnif Service de Radiologie CHU Habib Bourguiba, Sfax, Tunisie

Plus en détail

201. Évaluation de la gravité et recherche des complications précoces : chez un traumatisé cranio-facial

201. Évaluation de la gravité et recherche des complications précoces : chez un traumatisé cranio-facial Sommaire 201. Évaluation de la gravité et recherche des complications précoces : chez un traumatisé cranio-facial situations d urgence et prise en charge Imagerie Radiologie du crâne : non indiqué (+-plaie

Plus en détail

Tumeurs inflammatoires orbitaires. Professeur Pierre Kaminsky

Tumeurs inflammatoires orbitaires. Professeur Pierre Kaminsky Tumeurs inflammatoires orbitaires Professeur Pierre Kaminsky Introduction Nombreuses entitées : Infectieuses Inflammatoires Néolasiques Inflammations orbitaires : 50% des affections orbitaires Orbitopathie

Plus en détail

Faq 1 Quelles sont les différentes catégories de diplopie et les principes d orientation du diagnostic?

Faq 1 Quelles sont les différentes catégories de diplopie et les principes d orientation du diagnostic? Diplopie Objectifs : 1. Connaissances requises : 1.1 Citer les causes de diplopie isolée. 1.2 Citer les causes de diplopie avec douleur ipsilatérale (ophtalmoplégie douloureuse). 1.3 Citer les causes de

Plus en détail

Le scanner des sinus chez le patient asthmatique

Le scanner des sinus chez le patient asthmatique Le scanner des sinus chez le patient asthmatique Dr JF Papon Service ORL CHU Mondor et CHI Créteil Unité de biomécanique, INSERM U955, Créteil jean-francois.papon@hmn.aphp.fr Les rhinosinusites au cours

Plus en détail

Sinusites sévères à l adolescence

Sinusites sévères à l adolescence Sinusites sévères à l adolescence Catherine Weil-Olivier Université Paris VII JNI Bordeaux 2006 Des recommandations disponibles Savoir penser sinusite bactérienne «Devant un tableau clinique de rhinopharyngite,

Plus en détail

Le scanner dans les traumatismes de la face

Le scanner dans les traumatismes de la face Le scanner dans les traumatismes de la face N Messaoudi S Draouat Service de radiologie, CHU Constantine, Algérie PLAN I. Introduction II. Objectifs III. Rappel anatomique IV. Mécanisme V. Imagerie Matériels

Plus en détail

Table des matières. Antibiothérapie empirique des infections ORL 2

Table des matières. Antibiothérapie empirique des infections ORL 2 GGA : Antibiothérapie empirique des infections ORL ab11 Infections ORL 06-12-17.doc Table des matières Antibiothérapie empirique des infections ORL 2 Mastoïdite... 2 Otite externe maligne... 2 Thrombophlébite

Plus en détail

Cas clinique ORL n 2

Cas clinique ORL n 2 Cas clinique ORL n 2 Mme B. âgée de 37 ans consulte pour de violentes douleurs de la région sous orbitaire droite majorées lorsqu elle penche la tête en avant. Ces douleurs durent depuis 12 heures environ

Plus en détail

au temps veineux, on confirme la thrombose de la veine ovarienne droite qui est augmentée de calibre et non rehaussée prise de contraste de la paroi

au temps veineux, on confirme la thrombose de la veine ovarienne droite qui est augmentée de calibre et non rehaussée prise de contraste de la paroi Femme de 25 ans; accouchement il y a 5 jours ; douleurs abdominales depuis deux jours, syndrome inflammatoire biologique, fièvre. Quels sont les éléments sémiologiques à retenir images CH Metz - Scanner

Plus en détail

échographie dans les traumatismes oculaires A propos de 40 cas

échographie dans les traumatismes oculaires A propos de 40 cas Apport de l él échographie dans les traumatismes oculaires A propos de 40 cas N.Mardhi,, N.El Benna, A.Bennani, A.Abdelouafi Service de Radiologie de l Hôpital l 20Août t 1953 CHU Ibn Rochd Casablanca

Plus en détail

IMAGERIE DES HEMORRAGIES MENINGEES (3)

IMAGERIE DES HEMORRAGIES MENINGEES (3) IMAGERIE DES HEMORRAGIES MENINGEES (3) DEFINITION Hémorragie localisée aux espaces sous-arachnoïdiens du cerveau, et plus rarement aux espaces péri-médullaires. ETIOLOGIE fréquence : 5 habitants âge maximum

Plus en détail

Pathologie inflammatoire des sinus de la face. S. Espinoza CHNO XV-XX Ph. Halimi - HEGP

Pathologie inflammatoire des sinus de la face. S. Espinoza CHNO XV-XX Ph. Halimi - HEGP Pathologie inflammatoire des sinus de la face S. Espinoza CHNO XV-XX Ph. Halimi - HEGP Pathologie inflammatoire des sinus Polypose Naso Sinusienne et Sinusite Fongo Allergique Maladies chroniques de la

Plus en détail

Diplopie. Item 304. Polycopié de Neurologie-Neuroradiologie et Neurochirurgie Faculté de Médecine de Strasbourg.

Diplopie. Item 304. Polycopié de Neurologie-Neuroradiologie et Neurochirurgie Faculté de Médecine de Strasbourg. Item 304 Diplopie I. RAPPEL ANATOMIQUE, PHYSIOLOGIQUE ET SÉMIOLOGIQUE II. Objectifs pédagogiques ORIENTATION DU DIAGNOSTIC Nationaux w Argumenter les principales hypothèses diagnostiques et justifier les

Plus en détail

L hypotension intracérébrale dite «spontanée»: signes à reconnaître en IRM

L hypotension intracérébrale dite «spontanée»: signes à reconnaître en IRM L hypotension intracérébrale dite «spontanée»: signes à reconnaître en IRM Nicoleta ROTARU, Silviu HINCU, Silviu DRAGHICI, Aikaterini FITSIORI, Adriana BOGORIN, Maher ABU EID, Jean Louis DIETEMANN CHU

Plus en détail

Le nerf trijumeau un «maquillage» g. sensitif du visage

Le nerf trijumeau un «maquillage» g. sensitif du visage Le nerf trijumeau un «maquillage» g sensitif du visage Introduction Tronc du nerf Nerf ophtalmique (V1) Nerf maxillaire (V2) Nerf mandibulaire (V3) Anatomie fonctionnelle Ou: 5 ème paire crânienne = nerf

Plus en détail

M. OUALI IDRISSI, H. ENNADAM, R. HIROUAL, N. CHERIF IDRISSI GUANOUNI, O. ESSADKI, A. OUSEHAL Service de Radiologie CHU Mohammed VI, Marrakech, Maroc

M. OUALI IDRISSI, H. ENNADAM, R. HIROUAL, N. CHERIF IDRISSI GUANOUNI, O. ESSADKI, A. OUSEHAL Service de Radiologie CHU Mohammed VI, Marrakech, Maroc APPORT DU SCANNER SPIRALE DANS LE BILAN D EXTENSION LOCOREGIONAL DU CANCER DU LARYNX A PROPOS DE 93 CAS M. OUALI IDRISSI, H. ENNADAM, R. HIROUAL, N. CHERIF IDRISSI GUANOUNI, O. ESSADKI, A. OUSEHAL Service

Plus en détail

Comment j explore un ptôsis. Dr Njeukui SMT 18/11/2010

Comment j explore un ptôsis. Dr Njeukui SMT 18/11/2010 Comment j explore un ptôsis Dr Njeukui SMT 18/11/2010 ptôsis Ptôsis: signe relativement fréquent - fluctuant, augmentant à l effort, la chaleur, ou permanent - isolé ou associé à d autres signes: diplopie

Plus en détail

Introduction Améloblastome : la plus fréquente des tumeurs épithéliales odontogéniques(50%). Agressivité locale et récidive conditionnent son pronosti

Introduction Améloblastome : la plus fréquente des tumeurs épithéliales odontogéniques(50%). Agressivité locale et récidive conditionnent son pronosti IMAGERIE DES AMELOBLASTOMES (A propos de 20 cas) S. Saoud, I. Mimouni, A. Gharbi, N. Moussali, N. El Benna, A. Abdelouafi Casablanca - Maroc Journées Françaises de Radiologie. Octobre 2010 Introduction

Plus en détail

Cancer du larynx. Intérêt de la TDM. A propos de 70 cas. S. Hassen, N. El Benna, Kh. Ouachtou, A. Abdelouafi. Service de Radiologie 20 Août 1953.

Cancer du larynx. Intérêt de la TDM. A propos de 70 cas. S. Hassen, N. El Benna, Kh. Ouachtou, A. Abdelouafi. Service de Radiologie 20 Août 1953. Cancer du larynx Intérêt de la TDM A propos de 70 cas S. Hassen, N. El Benna, Kh. Ouachtou, A. Abdelouafi Service de Radiologie 20 Août 1953. CHU Ibn Rochd Casablanca. Maroc INTRODUCTION - Cancer du larynx:

Plus en détail

APPORT DE LA TOMODENSITOMÉTRIE DANS LES TRAUMATISMES THORACIQUES (A PROPOS DE 120 CAS)

APPORT DE LA TOMODENSITOMÉTRIE DANS LES TRAUMATISMES THORACIQUES (A PROPOS DE 120 CAS) APPORT DE LA TOMODENSITOMÉTRIE DANS LES TRAUMATISMES THORACIQUES (A PROPOS DE 120 CAS) S.SAOUD, R.BENMOUSSA,F. ELAMRAOUI, A.SKALLI, O.KACIMI, N.CHIKHAOUI Service de radiologie des urgences. Chu Ibn Rochd

Plus en détail

OBJECTIFS: -Physiopathologie des T.C.E. -La surveillance clinique d un T.C.E.

OBJECTIFS: -Physiopathologie des T.C.E. -La surveillance clinique d un T.C.E. LES ( T.C.E. ) ( T.C.E. ) OBJECTIFS: -Physiopathologie des T.C.E. -La surveillance clinique d un T.C.E. Dr. E.M. GUEYE Service de neurochirurgie C.H.U. de Limoges -Les différentes complications des T.C.E.

Plus en détail

Accidents vasculaires cérébraux. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux

Accidents vasculaires cérébraux. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux Accidents vasculaires cérébraux Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux AVC Définition Epidémiologie, étiologie Symptomatologie Evolution, complications Thérapeutique

Plus en détail

Accidents vasculaires cérébraux AVC. AVC: définitions 22/09/2011. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux

Accidents vasculaires cérébraux AVC. AVC: définitions 22/09/2011. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux Accidents vasculaires cérébraux Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux : définitions L accident vasculaire cérébral () est un déficit neurologique de survenue soudaine

Plus en détail

Algodystrophie (SDRC 1)

Algodystrophie (SDRC 1) Algodystrophie (SDRC 1) Physiopathologie Présentations cliniques Dr Joël DAMIANO Rhumatologue Définition Algodystrophie Syndromes douloureux régional complexe de type 1 (Complex regional pain syndrome

Plus en détail

L orbitopathie thyroïdienne

L orbitopathie thyroïdienne L orbitopathie thyroïdienne Votre médecin pense que vous souffrez d une orbitopathie thyroïdienne. Il s agit d une maladie auto-immune, c'est-à-dire d une maladie dans laquelle le système immunitaire d

Plus en détail

Diverticulite colique gauche et sigmoïdienne: Etat des lieux en 2015

Diverticulite colique gauche et sigmoïdienne: Etat des lieux en 2015 Diverticulite colique gauche et sigmoïdienne: Etat des lieux en 2015 Dr Jérémie Thereaux Praticien Hospitalier - Chirurgien Digestif Service de chirurgie générale et digestive, Centre Hospitalier Universitaire

Plus en détail

DOSSIER DU MOIS Février 2012 n 3

DOSSIER DU MOIS Février 2012 n 3 DOSSIERDUMOIS Février2012n 3 Guillaume LEFEBVRE glefebvre@cours-galien.fr ANNEE 2011/2012 DOSSIER NEURORADIOLOGIE Une patiente de 42 ans est admise en salle de déchocage ou vous êtes de garde pour prise

Plus en détail

L IMAGERIE DE LA PATHOLOGIE AORTIQUE AIGUË. S. Semlali, M. Mahi, H. Chtata, A. Hanine, S. Akjouj, M. Jidal, S. Chaouir

L IMAGERIE DE LA PATHOLOGIE AORTIQUE AIGUË. S. Semlali, M. Mahi, H. Chtata, A. Hanine, S. Akjouj, M. Jidal, S. Chaouir L IMAGERIE DE LA PATHOLOGIE AORTIQUE AIGUË S. Semlali, M. Mahi, H. Chtata, A. Hanine, S. Akjouj, M. Jidal, S. Chaouir But Connaître les signes en imagerie de la pathologie aigue de l aorte. Envisager les

Plus en détail

BORGES Liliana IMG SAU Belfort BEN YOUSSEF Dora PHC SAU Belfort BANWARTH Pierre PHC SMUR Belfort

BORGES Liliana IMG SAU Belfort BEN YOUSSEF Dora PHC SAU Belfort BANWARTH Pierre PHC SMUR Belfort BORGES Liliana IMG SAU Belfort BEN YOUSSEF Dora PHC SAU Belfort BANWARTH Pierre PHC SMUR Belfort Mlle L. 20 ans consulte aux urgences pour un œdème palpébral gauche avec sécrétion mucopurulente évoluant

Plus en détail

IMAGERIE DES SINUSITES CHRONIQUES DE L L ADULTE. Dr Denis Bossard. Imagerie médicale Saint-Jean LYON

IMAGERIE DES SINUSITES CHRONIQUES DE L L ADULTE. Dr Denis Bossard. Imagerie médicale Saint-Jean LYON IMAGERIE DES SINUSITES CHRONIQUES DE L L ADULTE Dr Denis Bossard. Imagerie médicale Saint-Jean LYON Techniques: CLICHES SIMPLES INUTILES en pathologie CHRONIQUE SCANNER Examen de référence Complément de

Plus en détail

Variantes anatomiques des sinus de la face. A propos de 40 cas

Variantes anatomiques des sinus de la face. A propos de 40 cas Variantes anatomiques des sinus de la face. A propos de 40 cas I.Zaamoune, N.EL Benna, M.Zerhouni, A.Gharbi, A.Abdelouafi Service de Radiologie 20 Août Hôpital Ibn Rochd. Casablanca Introduction Très fréquentes

Plus en détail

OTO - MASTOIDITE DU NOURRISSON ET DE L ENFANT SERVICE ORL-CCF CHU MUSTAPHA BACHA D BELLAL,M ARAB, S AHNIA, D DJENNAOUI

OTO - MASTOIDITE DU NOURRISSON ET DE L ENFANT SERVICE ORL-CCF CHU MUSTAPHA BACHA D BELLAL,M ARAB, S AHNIA, D DJENNAOUI OTO - MASTOIDITE DU NOURRISSON ET DE L ENFANT SERVICE ORL-CCF CHU MUSTAPHA BACHA D BELLAL,M ARAB, S AHNIA, D DJENNAOUI INTRODUCTION La mastoïdite aiguë est la complication la plus fréquente des l otites

Plus en détail

TUTORAT UE ATC Tête et cou Séance n 1 Semaine du 04/04/2016

TUTORAT UE ATC Tête et cou Séance n 1 Semaine du 04/04/2016 TUTORAT UE ATC 2015-2016 Tête et cou Séance n 1 Semaine du 04/04/2016 Cavités cranio-faciales et articulation temporo-mandibulaire Professeur Captier et Bonafé Séance préparée par Coralie PACROT, Marie

Plus en détail

Conduite à tenir devant une fracture du malaire

Conduite à tenir devant une fracture du malaire Conduite à tenir devant une fracture du malaire Author : dr-jahidi I - DEFINITION - INTERETS On appelle fracture du malaire toute solution de continuité d origine traumatique de l os malaire ou os zygomatique.

Plus en détail

PTH INFECTEE : DEMARCHE DIAGNOSTIQUE CLINIQUE ET PARACLINIQUE J. GAUDIAS CCOM CHU STRASBOURG

PTH INFECTEE : DEMARCHE DIAGNOSTIQUE CLINIQUE ET PARACLINIQUE J. GAUDIAS CCOM CHU STRASBOURG PTH INFECTEE : DEMARCHE DIAGNOSTIQUE CLINIQUE ET PARACLINIQUE J. GAUDIAS CCOM CHU STRASBOURG FORMES CLINIQUES Précoce Tardive Aiguë Chronique Par contamination péri-opératoire Secondaire : inoculation

Plus en détail

Patient de 35 ans. Suivi de longue date dans les services de pédiatrie, chir maxillo-faciale, ophtalmologie, orthopédie

Patient de 35 ans. Suivi de longue date dans les services de pédiatrie, chir maxillo-faciale, ophtalmologie, orthopédie Patient de 35 ans Suivi de longue date dans les services de pédiatrie, chir maxillo-faciale, ophtalmologie, orthopédie Tuméfaction inflammatoire orbitaire droite Simon Ravaud IHN III II Exophtalmie Mesure

Plus en détail

Pathologies chirurgicales IFCS

Pathologies chirurgicales IFCS C est une folliculite profonde, nécrosante due au staphylocoque doré. La folliculite est l infection de l appareil pulo-cébacés. II) - Clinique : 1)- Signes locaux : Le début est marqué par une saille

Plus en détail

Objectifs. Objectif n 1 : Présenter les avantages, limites et inconvénients des différents examens d imagerie abdominale.

Objectifs. Objectif n 1 : Présenter les avantages, limites et inconvénients des différents examens d imagerie abdominale. Objectifs Objectif n 1 : Présenter les avantages, limites et inconvénients des différents examens d imagerie abdominale. Objectif n 2 : Préciser les stratégies d imagerie abdomino-pelvienne en urgence

Plus en détail

Radioanatomie des foramens et canaux du massif facial

Radioanatomie des foramens et canaux du massif facial Radioanatomie des foramens et canaux du massif facial 0.Amriss, N.Moussali, N.Elbenna, A.Gharbi, A.abdelouafi Service de Radiologie 20 Aout CHU IBN ROCHD. Casablanca. Maroc Introduction Le massif facial

Plus en détail

DOULEURS SCROTALES AIGUËS

DOULEURS SCROTALES AIGUËS DOULEURS SCROTALES AIGUËS causes fréquentes de consultation en urgence origines les plus fréquentes (en dehors du traumatisme) : Épididymite aiguë (EA) Torsion testiculaire aiguë (TTA) examen clinique

Plus en détail

Quels sont les principaux éléments sémiologiques à retenir pour le diagnostic qui ne pose guère de problèmes, dans ce contexte

Quels sont les principaux éléments sémiologiques à retenir pour le diagnostic qui ne pose guère de problèmes, dans ce contexte homme 27 ans, toxicomanie IV ; apparition d une douleur thoracique brutale et d'un placard inflammatoire du creux inguinal gauche suite à une injection d héroine dans la veine fémorale gauche suspicion

Plus en détail

Démarche diagnostique en IRM devant une lésion. composante kystique de l adulte. MP Gobin-Meteil, S Rodrigo, C Oppenheim, JF Meder

Démarche diagnostique en IRM devant une lésion. composante kystique de l adulte. MP Gobin-Meteil, S Rodrigo, C Oppenheim, JF Meder Démarche diagnostique en IRM devant une lésion parenchymateuse cérébrale à composante kystique de l adulte E Meary, C Mellerio,O Naggara, M Petkova, MP Gobin-Meteil, S Rodrigo, C Oppenheim, JF Meder INTRODUCTION

Plus en détail

-os difficilement analysable à ce format d'image S. Aptel IHN

-os difficilement analysable à ce format d'image S. Aptel IHN homme 24 ans, toxicomane IV, VHC + Se présente au SAU pour douleur et œdème de l'avant-bras gauche d'aggravation progressive Un bilan d'imagerie est pratiqué quel(s) élément(s) sémiologique(s) peut-on

Plus en détail

- l'articulation scapulohumérale

- l'articulation scapulohumérale TRAUMATISMES DE L EPAULE I-INTRODUCTION : -fréquents lors de la pratique sportive ou dans la vie quotidienne -Les Lésions sont fonction du mécanisme du traumatisme et de l'âge du patient II-RAPPEL ANATOMIQUE

Plus en détail

infection de la surface oculaire Rougeur oculaire inflammation hémorragie ou/et ou/et ou/et du segment antérieur

infection de la surface oculaire Rougeur oculaire inflammation hémorragie ou/et ou/et ou/et du segment antérieur Œ infection ou/et de la surface oculaire Rougeur oculaire inflammation ou/et du segment antérieur hémorragie ou/et Douleur oculaire segment antérieur Baisse de vision (BAV) Si atteinte de l axe visuel

Plus en détail

Une lésion cérébrale hémorragique chez une femme enceinte. PADOIN P, BILLON GRAND C, CATTIN F, BIONDI A Service de Neuroradiologie

Une lésion cérébrale hémorragique chez une femme enceinte. PADOIN P, BILLON GRAND C, CATTIN F, BIONDI A Service de Neuroradiologie Une lésion cérébrale hémorragique chez une femme enceinte PADOIN P, BILLON GRAND C, CATTIN F, BIONDI A Service de Neuroradiologie Jeune femme de 25 ans, enceinte de 3 mois d une première grossesse Se présente

Plus en détail

La sphère ORL: Rappels anatomiques

La sphère ORL: Rappels anatomiques Les infections ORL La sphère ORL: Rappels anatomiques Cas clinique C est le petit Louis, 6 ans, qui a de la fièvre depuis 2 jours et qui se plaint d avoir mal à la gorge Voyons cette gorge Et cette gorge

Plus en détail

Quels sont les éléments sémiologiques à retenir. -pancolite transmurale ; prédominance des lésions sur le sigmoïde et le colon G

Quels sont les éléments sémiologiques à retenir. -pancolite transmurale ; prédominance des lésions sur le sigmoïde et le colon G Homme,31 ans, maladie de Crohn pancolique et rectale ; fièvre et syndrome inflammatoire majeur résistant au traitement antibiotique ; une technique d imagerie non irradiante a été préférée chez ce jeune

Plus en détail

COLLYRES ET AUTRES TOPIQUES ANTIBIOTIQUES DANS LES INFECTIONS OCULAIRES SUPERFICIELLES RECOMMANDATIONS

COLLYRES ET AUTRES TOPIQUES ANTIBIOTIQUES DANS LES INFECTIONS OCULAIRES SUPERFICIELLES RECOMMANDATIONS COLLYRES ET AUTRES TOPIQUES ANTIBIOTIQUES DANS LES INFECTIONS OCULAIRES SUPERFICIELLES RECOMMANDATIONS INTRODUCTION Les traitements topiques ophtalmologiques comprennent des collyres, des pommades et des

Plus en détail

Cas clinique Glaucome congénital chez un chiot berger allemand de 2 mois.

Cas clinique Glaucome congénital chez un chiot berger allemand de 2 mois. Cas clinique Glaucome congénital chez un chiot berger allemand de 2 mois. Auteur : Dr Slimani Khaled. Un rappel : Les glaucomes congénitaux sont rares chez les chiens. Ils sont la conséquence d anomalies

Plus en détail

"Le nez bouché" Quelle imagerie et pourquoi? Dr Pierre Lindas Sce ORL et CCF Hôpital Ste Blandine

Le nez bouché Quelle imagerie et pourquoi? Dr Pierre Lindas Sce ORL et CCF Hôpital Ste Blandine "Le nez bouché" Quelle imagerie et pourquoi? Dr Pierre Lindas Sce ORL et CCF Hôpital Ste Blandine Radio anatomie Normale Les sinus frontaux : à partir de 4 ans Taille adulte vers 16-20 ans Agénésie ou

Plus en détail

INSTITUT DAUPHINE d Ostéopathie. Neuro-sémiologie. G. Beauvalot

INSTITUT DAUPHINE d Ostéopathie. Neuro-sémiologie. G. Beauvalot INSTITUT DAUPHINE d Ostéopathie Neuro-sémiologie G. Beauvalot ALGIES CRANIO-FACIALES Neuro-sémiologie Névralgie essentielle du trijumeau Névralgie symptomatique du trijumeau Migraines Céphalées méningées

Plus en détail

S. Coze 1, G. Roland 1, F. Craighero 1, C. Benso 2, K. Chaumoître 1, S. Marciano-Chagnaud 1

S. Coze 1, G. Roland 1, F. Craighero 1, C. Benso 2, K. Chaumoître 1, S. Marciano-Chagnaud 1 S. Coze 1, G. Roland 1, F. Craighero 1, C. Benso 2, K. Chaumoître 1, S. Marciano-Chagnaud 1 1 Service d Imagerie Médicale 2 Service d Ophtalmologie Hôpital Nord - CHU Marseille Généralités - 20% des traumatismes

Plus en détail

LA DÉCOMPRESSION DU NERF FACIAL LORS DES PARALYSIES FACIALES PÉRIPHÉRIQUES POST TRAUMATIQUES : CORRÉLATION RADIO-ANATOMIQUE : A PROPOS DE 8 CAS

LA DÉCOMPRESSION DU NERF FACIAL LORS DES PARALYSIES FACIALES PÉRIPHÉRIQUES POST TRAUMATIQUES : CORRÉLATION RADIO-ANATOMIQUE : A PROPOS DE 8 CAS LA DÉCOMPRESSION DU NERF FACIAL LORS DES PARALYSIES FACIALES PÉRIPHÉRIQUES POST TRAUMATIQUES : CORRÉLATION RADIO-ANATOMIQUE : A PROPOS DE 8 CAS Chahed.H, Ayadi.M, Ghorbel.A, Mediouni.A, Bechraoui.R, Zainine.R,

Plus en détail

INFECTIONS DES TISSUS MOUS

INFECTIONS DES TISSUS MOUS INFECTIONS DES TISSUS MOUS 1 Definitions 2 Définitions Dermohypodermite bactérienne: Erysipéle Infection cutanée aiguë touchant le derme et l hypoderme Localisée Non nécrosante Fréquente chez l adulte,

Plus en détail

Cancers des cavités nasosinusiennes

Cancers des cavités nasosinusiennes Cancers des cavités nasosinusiennes Généralités : On doit distinguer 4 sites anatomiques pouvant être le siège de tumeurs des cavités nasosinusiennes : le sinus ethmoïdal, le sinus maxillaire, la plaque

Plus en détail

Radioanatomie de l espace pré-vésical

Radioanatomie de l espace pré-vésical Radioanatomie de l espace pré-vésical M. Edderai, S. Semlali, S. Chaouir, T. Amil, A. Hanine, S. Akjouj Service d Imagerie Médicale Hôpital Militaire d Instruction Mohamed V CHU- Rabat - Maroc Introduction

Plus en détail

FRACTURES DE L'EXTREMITE SUPERIEURE DE L'HUMERUS

FRACTURES DE L'EXTREMITE SUPERIEURE DE L'HUMERUS FRACTURES DE L'EXTREMITE SUPERIEURE DE L'HUMERUS Objectifs : 1. Connaitre les différentes formes anatomopathologiques des fractures de l extrémité supérieure de l humérus 2. Faire le diagnostic radio-clinique

Plus en détail

Synthèse du module «Infections urinaires chez la personne âgée»

Synthèse du module «Infections urinaires chez la personne âgée» Synthèse du module «Infections urinaires chez la personne âgée» Ce document s appui sur les recommandations de la société de pathologie infectieuse de langue française (SPILF) : «Diagnostic et antibiothérapie

Plus en détail

IMAGERIE DE LA NEUROFIBROMATOSE TYPE II : Présentation de 3 observations illustratives. Service d imagerie CHU Sahloul Sousse TUNISIE

IMAGERIE DE LA NEUROFIBROMATOSE TYPE II : Présentation de 3 observations illustratives. Service d imagerie CHU Sahloul Sousse TUNISIE IMAGERIE DE LA NEUROFIBROMATOSE TYPE II : Présentation de 3 observations illustratives Service d imagerie CHU Sahloul Sousse TUNISIE Objectif illustrer les aspects en imagerie de la neurofibromatose type

Plus en détail

4 mécanismes possibles devant des convulsions dans le cadre d un SHU typique de l enfant

4 mécanismes possibles devant des convulsions dans le cadre d un SHU typique de l enfant 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 4 mécanismes possibles devant des convulsions dans le cadre d un SHU typique de l enfant 4 causes médicales de détresse respiratoire du nouveau-né 1 diagnostic différentiel de la névrite

Plus en détail

ORL. Item 90: Infections naso-sinusiennes de l adulte et de l enfant

ORL. Item 90: Infections naso-sinusiennes de l adulte et de l enfant ORL Item 90: Infections naso-sinusiennes de l adulte et de l enfant Plan A. CHEZ L ADULTE Sinusite infectieuse aiguë Sinusite infectieuse chronique B. CHEZ L ENFANT Ethmoïdite infectieuse aiguë Rhino-sinusite

Plus en détail

Masse tissulaire parotidienne droite, prenant le contraste ; multiples images hypodenses infracentimétriques obs : Alexandre PRESTAT IHN

Masse tissulaire parotidienne droite, prenant le contraste ; multiples images hypodenses infracentimétriques obs : Alexandre PRESTAT IHN Jeune homme de 20 ans sans antécédent rapporté Bilan d une tuméfaction parotidienne droite évoluant depuis 5 mois. Masse tissulaire parotidienne droite, prenant le contraste ; multiples images hypodenses

Plus en détail