Troisième partie Le marché monétaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Troisième partie Le marché monétaire"

Transcription

1 Troisième partie Le marché monétaire Les mécanismes économiques que nous avons examinés dans les deux premières parties faisaient abstraction du rôle de la monnaie. Nous avions bien parlé de prix, et donc de monnaie, mais uniquement dans sa fonction de moyen d échange. Cette troisième partie introduit le marché de la monnaie et son interaction avec le marché des biens et services, l économie réelle. Le chapitre XII après avoir défini la monnaie, examine en détail ce qu est le marché monétaire, comment il fonctionne. On y étudie également le rôle des institutions financières et monétaires dans la création monétaire. Le fonctionnement et le rôle de la Banque centrale européenne y sont discutés, ainsi que les principes et instruments de la politique monétaire. Le chapitre XIII établit le lien entre marché monétaire et marché des biens, entre économie monétaire et économie réelle, par la construction du modèle IS-LM qui permettra de mieux saisir les interactions entre les sphères monétaires et réelles. Chapitre XII La monnaie 1. LA MONNAIE 1.1. Les fonctions de la monnaie Fonction d échange et étalon de mesure Dans la mesure où Robinson Crusoë est seul sur son île, dans la mesure où il produit tous les biens dont il a besoin et vit en autosubsistance complète, il n y a ni échange de marchandises, ni monnaie. Du moment que l on s éloigne d une économie naturelle, du moment que l homme ne produit plus l ensemble des biens nécessaires à la satisfaction de ses besoins, du moment donc qu une certaine division du travail s instaure où les uns se spécialisent dans la pêche, les autres dans l élevage, les troisièmes dans la confection d habits, l échange devient indispensable. Quand cette division du travail est peu approfondie, le troc peut résoudre le problème : sans monnaie on peut, en effet, échanger kilos de pommes de terre contre cinq moutons ou contre un boeuf. Dès que la division du travail s étend, dès que la spécialisation croît, dès que l assortiment des marchandises à échanger devient de plus en plus grand, la monnaie s impose. Sans elle, l échange ne peut plus avoir lieu. On n imagine pas, par exemple, qu une grande entreprise qui produit des automobiles et travaille avec des dizaines de milliers de sous-traitants puisse acheter à l un

2 des essuie-glaces, à l autre des carburateurs, à un troisième des bougies par la voie du troc. On n imagine pas non plus qu un consommateur puisse faire ses emplettes dans un grand magasin sans utiliser de la monnaie. Néanmoins, il existe encore, à l heure actuelle, des opérations de troc (barter) dans les relations économiques internationales. Quand un acheteur ne dispose pas de «liquidités internationales» (c est-à-dire de la monnaie acceptée par un vendeur étranger) et qu il possède des biens, il tentera de troquer ses marchandises contre le bien qu il désire acheter. Dans les pays du tiers monde très endettés où l accès aux devises fortes est souvent difficile, ce troc moderne se substitue à l échange monétaire. Le manque de monnaie dans le chef de l unité économique acheteuse le fonde. Des formes plus sophistiquées de troc apparaissent dans tout ce qu on appelle le «commerce de compensation». Il représente aujourd hui entre 5 et 10% du commerce mondial. La première fonction de la monnaie est donc sa fonction d échange. Elle facilite les échanges. Elle permet les transactions et on la symbolise par MT. On l appelle également monnaie véhiculaire. Dans des sociétés primitives, différentes sortes de marchandises ont rempli ce rôle : bétail, sucre, coquillage, tabac, etc. Puis, par facilité et parce que les échanges croissaient, les agents économiques ont utilisé des métaux précieux : leur valeur intrinsèque était grande, ils étaient divisibles, pas trop encombrants et impérissables. Progressivement, la monnaie fiduciaire puis la monnaie scripturale ont remplacé la monnaie métallique. Pour remplir sa fonction de transaction, la monnaie doit revêtir une fonction d étalon de mesure Fonction de précaution, fonction de spéculation, fonction de pouvoir, fonction d étalon de mesure Pourquoi détenir de la monnaie? D abord, on l a vu, pour échanger. La demande de monnaie découle du motif de transaction. Une entreprise sait qu elle doit payer des fournisseurs : elle détient des «liquidités» pour effectuer ces paiements. Les agents économiques peuvent aussi détenir de la monnaie «dans» ou «pour» un motif de précaution. Des événements inattendus peuvent se présenter et exiger des déboursements immédiats. Comme la détention de liquidités ne rapporte rien au détenteur, celui-ci aura tendance à trouver des placements quasi liquides. La sophistication des intermédiaires financiers permet de répondre à ce type de demande. Les agents économiques peuvent également détenir de la monnaie «dans» ou «pour» un motif de spéculation. Si un agent économique s attend à une baisse du cours des actions, il peut attendre, rester «liquide» et acheter au bon moment. Il agit alors de façon spéculative. En quatrième lieu, un agent économique peut détenir des liquidités pour s emparer, à un moment donné, d un paquet d actions suffisant pour contrôler une entreprise. Il joue le motif de pouvoir économique. Lors d une OPA (offre publique d achat), l entreprise qui veut

3 acheter se constitue une somme suffisante de liquidités pour pouvoir intervenir immédiatement sur le marché. Enfin, la monnaie revêt une fonction d étalon. Le mètre, le kilo, le litre sont des étalons de mesure physique. La monnaie constitue un étalon de mesure de la valeur. Ainsi, si je puis écrire l équation : une pipe = une tonne de pommes de terre = 40, je puis en déduire que la valeur d une pipe équivaut à celle d une pomme de terre. Les pipes et les pommes de terre ont en commun une certaine valeur. Celle-ci est exprimée en monnaie, en l occurrence l euro. La monnaie constitue l unité commune qui permet de comparer la valeur d une pipe à celle d une marchandise tout à fait différente, la pomme de terre Evolution des formes de monnaie La monnaie métallique La monnaie peut être «privée». C était encore le cas en Belgique au XIXe siècle où différentes banques émettaient de la monnaie. Si l ensemble de la population l accepte comme telle, il n y a pas de problème. Mais c est une source d insécurité potentielle. Dès lors qu une banque privée émettrice de monnaie fait faillite, tous les agents économiques qui détiennent cette monnaie sont lésés. Quand l autorité publique s affirme, elle s octroie le monopole de frapper monnaie. Elle s arroge le droit d émettre telle ou telle pièce avec une telle ou telle teneur en métal (cuivre, argent, or). Dans la foulée de ce pouvoir régalien de «frapper la monnaie métallique», l autorité publique s arrogera plus tard (au XVIIIe et au XIXe siècle) le droit d émettre de la monnaie fiduciaire. Il arrive aussi que cet attribut régalien des pouvoirs publics soit partiellement abandonné. Quand le gouvernement soviétique a décidé, durant l été 1989, de payer une partie des récoltes en dollars et non en roubles, il a accepté qu une autre monnaie, que par définition il ne contrôle pas, ait dans le pays une fonction monétaire. Une coopérative agricole soviétique (kolkhoze) pourra, dès lors, placer ces dollars à terme non à un taux d intérêt soviétique mais bien à celui du marché des capitaux en dollars. L instrument «taux d intérêt» soviétique ne jouera aucun rôle dans cette zone dollar. Il s agit donc bien d un abandon partiel d un vieux droit régalien. Deuxième exemple : dans le système monétaire européen, l euro est émis et géré par une Banque centrale commune où chaque pays a ses représentants (la BCE). Les Etats nationaux ont perdu une partie de leurs droits régaliens. Mais ils participent de manière coordonnée à la gestion commune de la monnaie européenne (encore que la BCE est indépendante : les «représentants» des Etats membres n ont aucun compte à rendre à leurs gouvernements respectifs). En contrepartie du privilège de frapper monnaie que s octroiera l Etat, celui-ci obtient un cours légal : tout un chacun doit l accepter comme monnaie. Un épicier, un cafetier, un

4 fleuriste doivent accepter de vendre leurs marchandises contre monnaie, du moins contre celle qui a un cours légal sur le territoire du pays, à savoir la monnaie nationale. On voit que les notions «autorités publiques», «souveraineté nationale», «territoire du pays» et «frapper monnaie» sont étroitement liées La monnaie fiduciaire Pour des raisons historiques, vers la fin du XVIIe siècle, la monnaie métallique n arrive plus à remplir ses fonctions. Les échanges augmentent. La demande de monnaie, pour motif de transaction, s accroît. L offre de monnaie, à savoir les gisements d or et d argent en Amérique latine, ne suit pas. Dès lors, on cherche un substitut à la monnaie métallique : le billet de banque. Les orfèvres s en chargent au départ. Tout naturellement parce qu ils travaillaient les métaux précieux, fabriquaient des bagues, des colliers, des chaînettes en or. Ils disposaient de coffres et gardaient les métaux précieux ou les pièces d or qu on mettait en dépôt chez eux. Quand un marchand dépose 27 écus chez son orfèvre, il reçoit un reçu d un montant de 27 écus. Supposons qu au lieu de lui donner un seul reçu, l orfèvre lui en fournit deux d une valeur de 10 écus, un d une valeur de 5 écus et un d une valeur de 2 écus. Supposons en outre que les autres marchands de la place acceptent ces reçus comme moyens de paiement. A condition, bien sûr, qu ils aient confiance dans l orfèvre, c est-à-dire s ils estiment qu ils peuvent échanger leur «reçu de 5 écus» contre des pièces d or d une valeur équivalente. S il en est ainsi, le tour est joué, il y a eu métamorphose entre le métal et le billet comme le montre le bilan (1) de l orfèvre. Bilan (1) de l'orfèvre Actif Passif Or 27 écus Billets 27 écus L orfèvre s engage à tout moment à échanger les billets contre des pièces sonnantes et trébuchantes. Par conséquent, les détenteurs de billets ont une créance sur l orfèvre et les billets figurent au passif du bilan de l orfèvre 1. Il n y a, jusqu ici, aucune création monétaire et le problème de départ n est pas résolu : la nouvelle demande monétaire issue d une croissance des transactions n est pas rencontrée. D année en année, l orfèvre se rend compte que ceux à qui il a offert des billets ne viennent pas le lendemain matin rechercher leur or. Il se dit donc que, tout en restant prudent, il peut émettre plus de billets que l équivalent des pièces métalliques encaissées. Dès lors, il prête à 1 Pour rappel, l actif correspond à la «richesse» dont dispose l orfèvre (même si elle ne lui appartient pas). En l occurrence, l orfèvre dispose de 27 écus dans son coffre (ils appartiennent au marchand). Le passif nous renseigne sur l utilisation qui est faite de cette «richesse». Les billets de 27 écus au passif indiquent que les 27 écus en or appartiennent au marchand (ou aux futurs détenteurs des billets) et que l orfèvre à une dette envers eux.

5 d autres marchands, à concurrence, par exemple, du double de son stock d or. Cette situation est représentée par le second bilan 2. Bilan (2) de l orfèvre Actif Passif Or 27 écus Billets en circulation 81 écus Prêts 54 billets d écus Total 81 écus Total 81 écus Le problème monétaire est résolu : la masse monétaire en circulation s accroît. L orfèvre s est mué en banquier. Il prête et perçoit un intérêt. Non sans risque. Si tous les détenteurs de billets viennent un beau matin retirer leur or, la banque saute : la «couverture or» est partielle (1/3). Petit à petit, les banques privées se substituent à l orfèvre. En cas de crise ou de tension sur le plan national ou international, l insécurité grandit. La situation des banques devient critique. Voilà pourquoi des Banques centrales reprennent la fonction de l orfèvre. La Banque de Suède voit le jour en 1668, la Banque d Angleterre en 1694, la Banque nationale de Belgique, beaucoup plus tard, en La monnaie scripturale Une entreprise, un ménage, une université peuvent déposer en banque une certaine somme de billets (monnaie fiduciaire) et ouvrir pour le même montant un compte à vue. L orfèvre du moyen âge échangeait des billets contre des pièces d or ; le banquier moderne métamorphose la monnaie fiduciaire en monnaie scripturale. La monnaie scripturale est donc constituée de comptes à vue auprès d institutions financières tels que banques, caisses d épargne, organismes de crédit. La monnaie scripturale est de la monnaie. Elle a donc une liquidité parfaite. Elle peut servir directement à des paiements, sans être convertie en aucune autre forme monétaire. Une seule chose la distingue de la monnaie fiduciaire : elle n a pas cours légal. C est-à-dire qu un agent économique peut refuser d accepter un paiement par carte bancaire. La différence juridique existe. Sur le plan des faits, la monnaie scripturale est de plus en plus utilisée comme moyen de paiement. Les transactions monétaires entre entreprises se font à l aide de virements : on débite un compte pour en créditer un autre. Les ménages et les entreprises paient par carte bancaire. Tout cela est possible parce qu il y a au départ un compte à vue. Le chèque, le bulletin de virement, la carte bancaire, ne sont pas «en soi» de la monnaie. Ils permettent l accès à la monnaie. Néanmoins on utilise parfois l expression «monnaie électronique» ou, en anglais, «plastic money». C est un non-sens. Les cartes permettent l accès à la monnaie fiduciaire ou scripturale. Avec une carte de banque, vous pouvez obtenir de la monnaie fiduciaire ou payer votre essence. Dans les deux cas, votre compte à vue sera débité. Lui seul peut être considéré comme monnaie. Comment se crée et se détruit de la monnaie scripturale? Il faut d abord un dépôt primaire, c est-à-dire une métamorphose de monnaie fiduciaire en monnaie scripturale par un agent économique non bancaire. La banque se substitue à l orfèvre, les billets se transforment en 2 Les prêts de 54 billets d écus figurent à l actif car c est une «richesse» dont dispose l orfèvre, même s il n en dispose pas immédiatement (il faut qu il se fasse rembourser). Sous quelle forme est ce prêt? Sous la forme de billets en circulation. C est ce que nous indique le assif qui a augmenté de 54 billets en circulation.

6 dépôt à vue. La fonction fondamentale d une banque consiste à «transformer du court en long», consentir des crédits (à court ou à moyen terme) à partir des comptes à vue (dont le terme est nul). La banque se trouve toujours devant le dilemme suivant : soit octroyer un maximum de crédits rémunérateurs pour elle, soit conserver les fonds pour ne pas mettre en péril sa liquidité. L expérience séculaire du métier de banquier l incite à un compromis. Il garde un certain pourcentage en trésorerie (soit des billets, soit un compte à vue à la Banque centrale) pour pouvoir faire face à des retraits en billets de la part de sa clientèle. Il respecte ainsi un certain coefficient de trésorerie, nommé t. Supposons un système bancaire simplifié à trois banques : A, B et C. A partir d un dépôt primaire de 1 000, la banque A prête 900 : elle garde 100 en trésorerie et respecte un coefficient de trésorerie de 10% (t = 0,1). Les clients de A utilisent les prêts consentis (900) pour faire des paiements à leurs créanciers. Ceux-ci sont clients de la banque B et ouvrent à due concurrence un dépôt chez la banque B. Ce nouveau dépôt est dit «dérivé». Les trésoreries bancaires totales restent inchangées : = La banque B fait la même opération avec C et ainsi de suite. Les dépôts totaux (primaire et dérivés) sont dans un premier temps fonction du montant du dépôt primaire et de t. 1. Dépôt primaire : Banque A Banque A Trésorerie (T) : Dépôt (D) : Dépôts dérivés Banque A Banque B T : 100 D : T : 900 D : 900 Crédits (C) : 900 Banque B Banque C T C : 90 : 810 D : 900 T : 81 C : 729 D : 810 La somme des dépôts dérives s élève à Mathématiquement, on peut calculer immédiatement cette somme à partir de deux données de base : le dépôt primaire de la banque A (1 000) et le coefficient de trésorerie (t = 0,1). La somme des dépôts est A multiplié par le multiplicateur des dépôts : Somme des dépôts : 1- A (1- t) Certains agents économiques préfèrent être payés en billets. Pour payer leurs ouvriers, par exemple, les entreprises retirent une partie de leurs dépôts en billets. Supposons que la propension à détenir des billets de l ensemble de l économie soit : b. Le dépôt primaire A donné lieu à un deuxième dépôt : A(1-t) (1-b). Le multiplicateur des dépôts devient, s il y a une propension à détenir des billets (b) :

7 Somme des dépôts : 1- A (1- t)(1- b) 1.3. Les différents agrégats monétaires Le tableau 49 présente les trois agrégats monétaires de la zone euro et leurs composantes tels que définis par la Banque centrale européenne, pour l année Tableau 49 Agrégats monétaires dans la zone euro et leurs composantes en 2004 (en Milliards d euros) 1. Monnaie fiduciaire Dépôts à vue M1 = Dépôts à terme d une durée à 2 ans Dépôts remboursables avec préavis à 3 mois M2 = M Pensions ( repurchase agreements ) Titres d OPCVM monétaires Titres de créance d une durée à 2 ans M3 = M1 + M Source : BCE, bulletin mensuel, février M1 Ce que l on appelle communément la masse monétaire ou le stock monétaire est constitué par la somme de la monnaie fiduciaire et de la monnaie scripturale. Cet agrégat monétaire est symbolisé par M1. Pour la monnaie fiduciaire, il s agit des billets en circulation parmi les agents économiques (Etat, ménages, entreprises) à l exclusion des billets figurant dans les trésoreries bancaires. Ceux-ci génèrent des dépôts et si on devait les comptabiliser, il y aurait double emploi : une fois comme monnaie fiduciaire et une autre fois comme monnaie scripturale. Le même principe vaut pour la monnaie scripturale. On ne comptabilise que les comptes à vue détenus par les agents économiques «non bancaires» auprès des intermédiaires financiers. Un compte à vue d une banque auprès de la Banque centrale n est pas comptabilisé, pas plus que les comptes à vue des banques entre elles. Pour que la monnaie soit monnaie, elle doit sortir du «système bancaire dans son ensemble», les billets doivent quitter la Banque centrale, les dépôts à vue doivent être détenus par les ménages, les entreprises, l Etat. On voit qu en 2004, la monnaie fiduciaire constituait 452,7/2 912,7 = 15,5% du stock monétaire de la zone euro. Juste après la seconde guerre mondiale, en Belgique, la monnaie fiduciaire comptait environ pour les deux tiers du total. La généralisation des chèques, des cartes de crédit, la confiance du public dans les banques expliquent cette évolution.

8 En 2004, dans la zone euro, le stock monétaire s élevait à 2 912,7 milliards et le PIB à 7 714,1 milliards d euros. Les billets circulent, sont utilisés plusieurs fois, ce qui explique que le stock monétaire est de loin inférieur au montant du PIB. Si on symbolise par V la vitesse de circulation de la monnaie et par M1, le stock monétaire, on obtient : V PIB M , La quasi-monnaie (M2, M3, ) La monnaie, par définition, est d une liquidité parfaite. Des comptes à très court terme comme la «monnaie au jour le jour» ou les comptes et carnets d épargne qui peuvent être immédiatement ou presque transformés en monnaie, constituent de bons substituts à la monnaie. On les appelle quasi-monnaie. On la range dans M2 qui comprend en outre M1. On peut étendre ces notions et définir des agrégats tels que M3, M4, Le principe est toujours le même : M1 est parfaitement liquide ; plus on s éloigne de M1, plus le taux d illiquidité croît. Dans la quasi-monnaie, les Américains comptabilisent les bons du trésor à trois mois, le papier commercial à court terme : on s éloigne assez fort de la monnaie proprement dite. On part du principe que ces actifs financiers peuvent être mobilisés (vendus) sans perte en capital. Leur «shiftability» est grande et les rapproche de la monnaie. C est la croissance de l agrégat M3 que la Banque centrale européenne observe dans le cadre de sa politique monétaire. 2. DEUX THEORIES MONETAIRES Pourquoi détient-on de la monnaie? A quoi sert-elle? Quel est l impact de la monnaie sur le revenu national, les prix, les taux d intérêt? Il n y a pas de réponse unique à chacune de ces questions. Au contraire, «la monnaie concentre toutes les oppositions théoriques que l on connaît en économie. Cela n est guère étonnant dans la mesure où la monnaie est au centre de l économie capitaliste» 3. Au cours du XXe siècle, deux écoles se sont affrontées sur le plan théorique au sujet de la monnaie : les monétaristes et les keynésiens. Ce débat d idées est très important car il influence encore aujourd hui les diverses tendances en matière de politique économique. Les premières théories sur la monnaie proviennent des économistes classiques. Pour eux, la monnaie est uniquement demandée à des fins de transaction. J.B. Say ( ) dit que «les produits s échangent contre des produits». Par conséquent, la monnaie n est qu un voile : elle n a aucun impact réel, elle n est qu un outil pour mieux échanger. J.M. Keynes ( ) introduit la notion de préférence pour la liquidité qui stipule que la monnaie peut aussi être détenue pour motif de précaution et de spéculation. L Ecole monétariste, menée par M. Friedman (1912-) naît en réaction au courant keynésien. Elle reprend en grande partie les thèses classiques. C est pour cette raison que, malgré le fait que les monétaristes viennent chronologiquement après les keynésiens, nous présenterons en premier lieu les thèses monétaristes. 3 Harribey, J.-M., «La monnaie», Université d été d ATTAC, Arles, août 2001.

9 Dans cette partie, on considère pour simplifier que la monnaie n est utilisée que pour deux fonctions : la fonction de transaction et la fonction de liquidités (qui rassemble les fonctions de précaution et de spéculation). La demande de monnaie correspond donc à une demande pour motif de transaction (M T ) et à une demande pour motif de liquidité (M L ). L offre de monnaie correspond à la masse monétaire (M), c est-à-dire la monnaie en circulation dans l économie. L équilibre sur le marché monétaire est atteint lorsque l offre est égale à la demande : M = M T + M L Les monétaristes La monnaie sert uniquement aux échanges Le chef de file de l Ecole monétariste est M. Friedman (1912-), prix Nobel d Economie en Les monétaristes ont une conception de la monnaie qui provient en droite ligne des économistes classiques. Pour les monétaristes, la principale fonction de la monnaie est l échange. On ne veut détenir de la monnaie que parce qu elle sert à effectuer des transactions. La valeur de la monnaie s estime par la valeur des biens et services qu elle permet d acheter. En définitive, la monnaie n existe que parce qu elle évite les inconvénients du troc lorsque les échanges se développent et se complexifient. Pour schématiser, les monétaristes considèrent que M L = 0 (la monnaie n est pas demandée pour motif de liquidités) et donc : M d = M T (la demande de monnaie n est constituée que de la demande de monnaie pour motif de transaction). Pour les monétaristes, la monnaie n a pas d effet sur les variables économiques réelles (production, pouvoir d achat, etc.) mais uniquement sur les variables nominales (prix, PIB nominal, etc.). Par conséquent, les monétaristes considèrent que la monnaie est neutre La monnaie est neutre La neutralité de la monnaie peut être illustrée par l effet que provoque, pour les monétaristes, une variation de la masse monétaire. Les monétaristes partent de l équation quantitative de la monnaie, formulée par I. Fisher ( ) mais déjà perçue dès le XVIIe siècle : si dans l économie, on a T transactions qui se font à un prix P, il faut une quantité de monnaie M pour les effectuer. Mais la masse monétaire (M) ne doit pas être exactement égale à la valeur des transactions (PT). En effet, la monnaie circule : on utilise plusieurs fois les mêmes billets pour des transactions différentes. La quantité de monnaie nécessaire aux transactions dépend donc aussi de la vitesse de circulation de la monnaie (V). On peut ainsi dériver l équation quantitative de la monnaie : MV = PT. Pour les monétaristes, si la masse monétaire (M) varie, cela entraîne uniquement une variation des prix (P). Ils font pour cela deux hypothèses : la vitesse de circulation de la monnaie (V) est constante au cours du temps : on peut ainsi réécrire M = k.pt (où k = 1/V, une constante) ; les marchés s équilibrent très rapidement, de sorte qu on se trouve toujours au plein emploi. La conséquence de cela est que les transactions (T) sont

10 constantes. On peut donc encore réécrire M = k P (où k = k*t, une constante). Dès lors, une augmentation de la masse monétaire se traduira par une augmentation des prix uniquement. Le processus est le suivant : 1. une augmentation de la masse monétaire entraîne une augmentation de la demande de biens et de services : une augmentation de la masse monétaire fait que les agents économiques ont plus de monnaie à leur disposition. Avec cette quantité supplémentaire de monnaie, les agents économiques vont vouloir acheter plus de biens et de services. Cela découle du fait que Md = MT : la monnaie est exclusivement demandée pour effectuer des transactions ; 2. une augmentation de la demande de biens et de services entraîne une augmentation des prix : c est ici que l hypothèse de plein emploi intervient. Etant donné que l économie fonctionne à pleine capacité, il n est pas possible d augmenter la production, en tous cas pas à court ni à moyen terme. Une augmentation de la demande n aura pour effet que de renchérir les biens et services demandés. Pour les monétaristes, la monnaie est donc neutre car une variation de la masse monétaire n a d impact que sur les prix (et donc sur les variables nominales, exprimées en valeur), pas sur les variables réelles (exprimées en volume, comme la production). Des exemples historiques corroborent cette thèse. Quand, au XVIIe siècle, les Espagnols ramènent de l or et de l argent d Amérique latine, les prix montent en flèche en Europe. Les mines d or de Californie sont découvertes vers la moitié du XIXe siècle : le stock monétaire s accroît brusquement et les prix flambent. L hyperinflation allemande de voit les prix monter de 322% par mois et la quantité de monnaie de 314%. Néanmoins, il existe aussi des contre-exemples : l inflation de 10-12% en aux Etats-Unis va de pair avec une diminution de la croissance de la masse monétaire. En 1979, la Banque centrale américaine mène une politique monétaire très restrictive qui diminue fortement la croissance de la masse monétaire. Cela n empêche pas l inflation de 1980 et de 1981 en raison, dans les deux cas, d une évolution négative du PNB en termes réels. En matière de politique monétaire, les monétaristes recommandent un contrôle de la masse monétaire afin de ne pas générer trop d inflation Les keynésiens La préférence pour la liquidité J.M. Keynes ( ), dans sa Théorie générale de l emploi, de l intérêt et de la monnaie (1936), introduit la notion de préférence pour la liquidité. La grande innovation par rapport aux économistes classiques est qu il considère que l on peut détenir de la monnaie pour elle-même, pas uniquement en vue de l échanger contre des biens et des services. La monnaie est un actif à part entière (comme les actions, les obligations, les biens immobiliers, etc.), c est une réserve de valeur. Dans le modèle keynésien, les agents économiques choisissent la manière dont ils vont placer leur épargne. Ils peuvent acheter des actions, des obligations, etc. Ils peuvent aussi la garder sous forme de monnaie. L avantage de la

11 monnaie est que c est un actif liquide. Si un individu possède un immeuble, un terrain ou encore des titres financiers, il lui faudra du temps pour les «liquider», c est-à-dire les convertir en monnaie en les vendant. Or, il peut avoir besoin de monnaie immédiatement s il a une opportunité d achat intéressante, par exemple s il pense que le cours des actions va remonter et qu il veut les acheter tant qu elles sont à bas prix. Les individus ont donc une préférence pour la liquidité : la monnaie n est pas désirée uniquement pour sa fonction d échange. Elle peut être thésaurisée. Ainsi, pour les keynésiens, M L n est pas nul et donc M d = M T + M L La demande de monnaie est une fonction décroissante du taux d intérêt Pour les keynésiens, la demande de monnaie est une fonction décroissante du taux d intérêt. Ceci découle des fonctions de précaution et de spéculation de la monnaie. Dans le modèle keynésien, on fait d abord le choix entre consommer et épargner, puis on décide de la manière dont on va placer son épargne. Pour simplifier, on suppose que les agents économiques peuvent soit placer leur épargne sous forme d obligations (qui rapportent des intérêts), soit la conserver en monnaie (qui ne rapporte rien mais qui est liquide)

12 Graphe 64 La relation entre la demande de monnaie pour motif de liquidité (M L ) et le taux d intérêt. i i ΔM L,1 M L,2 L M Illustrons cela par un exemple : un individu gagne un salaire net de Il sait que ses frais mensuels (loyer, voiture, GSM, nourriture, etc.) s élèveront à Sa demande de monnaie pour motif de transaction (M T ) vaudra donc Il lui reste 500 qu il va épargner. Il a le choix entre acheter des obligations qui lui rapportent des intérêts (au taux i) et conserver une partie en monnaie qui ne rapporte rien. Pourquoi ne pas placer la totalité de la somme en obligations puisque cela rapporte des intérêts? Pourquoi garder une partie en monnaie? Pour les motifs de précaution et de spéculation : l avantage de la monnaie est que c est un actif liquide, c est-à- dire qu on peut immédiatement l échanger contre des biens et services ou encore contre d autres actifs. L individu va donc garder une partie des 500 sous forme de monnaie, par exemple pour pouvoir acheter des médicaments

13 Encadré 10 Les obligations et le marché obligataire Une obligation est un titre de créance représentatif d une fraction d un emprunt émis par une entreprise. Lorsqu une entreprise a besoin d un financement, elle peut émettre des obligations. Si un individu achète une de ces obligations, il prête de l argent à l entreprise. Celle-ci s engage à lui verser un intérêt annuel et à rembourser le prêt au terme de l échéance. L obligation en elle-même est caractérisée par : - une valeur nominale : par exemple, si elle vaut euros, cela signifie que l individu a prêté euros à l entreprise ; - une échéance (ou maturité) : elle indique la date à laquelle le prêteur va être remboursé ; - un taux d intérêt nominal : il indique la part de la valeur nominale qui sera versée chaque année comme intérêt. Par exemple, si le taux d intérêt nominal vaut 10%, l entreprise doit verser 100 euros par an au prêteur, jusqu à l échéance. Le taux d intérêt réel d une obligation peut varier. En effet, l obligation est un actif financier qui s échange sur un marché et, comme dans tout marché, il y a une offre et une demande. Si la demande pour les obligations augmente, leur cours (c est-à-dire leur prix) augmente. Par exemple, l obligation peut s échanger à euros et non plus à euros. Par conséquent le taux d intérêt réel de l obligation diminue : l intérêt versé est toujours de 100 euros par an (10% de 1000), ce qui signifie que le taux d intérêt réel n est plus que de 100/1 250 = 8%. On en déduit donc la règle suivante : lorsque le cours des obligations augmente (diminue), le taux d intérêt réel de ces obligations diminue (augmente). Cette variation des taux a ensuite une influence sur les taux d intérêt des autres titres financiers. Notons que la relation existe aussi dans l autre sens : lorsque les taux d intérêt augmentent (diminuent), le cours des obligations diminue (augmente). La raison est que les agents économiques vont comparer le taux d intérêt nominal inscrit sur l obligation au taux d intérêt du marché. Si ce dernier augmente, le placement qu est l obligation perd de sa valeur par rapport à un placement qui se serait fait au taux du marché. La demande pour l obligation diminue, et donc son cours aussi.

14 au cas où il tomberait malade (motif de précaution) ou bien pour acheter des obligations au moment où leur cours sera bas (motif de spéculation). La proportion de l épargne conservée sous forme de monnaie (pour motif de précaution et de spéculation, ou plus généralement pour motif de liquidité) dépend négativement du taux d intérêt. Plus le taux d intérêt est faible, moins les obligations rapportent et donc moins il vaut la peine de se priver de liquidité. C est pour cela que, dans le modèle keynésien, la demande de monnaie est une fonction décroissante du taux d intérêt. Remarquons que la demande de monnaie pour motif de liquidité est une courbe, pas une droite. Ceci provient de la fonction de spéculation de la monnaie. Lorsque le taux d intérêt est très haut, le cours des obligations est très bas (encadré 10). A partir d un certain niveau du taux d intérêt, toute l épargne des agents économiques est conservée sous forme d obligation. En effet, les obligations rapportent beaucoup et, de plus, leur cours est tellement bas que les agents se disent qu il ne peut que remonter. Ils attendent donc que le cours remonte pour revendre leurs obligations. Si le taux d intérêt monte encore plus haut, rien ne change étant donné que toute l épargne est déjà détenue sous forme d obligations. Donc, à partir d un certain niveau du taux d intérêt, une hausse supplémentaire du taux ne provoque plus une baisse de la demande de monnaie pour motif de liquidité. La demande est inélastique sur cette partie de la courbe. A l autre extrémité de la courbe, le taux d intérêt est très bas et le cours des obligations, très haut. Toute l épargne est détenue sous forme de monnaie car les obligations ne rapportent presque rien et leur cours est tellement haut que les agents pensent qu il ne peut que baisser. Ils attendent donc une baisse du cours pour échanger de la monnaie contre des obligations. Si la masse monétaire augmente, les agents économiques conserveront toute la monnaie excédentaire sous forme de liquidité (autrement dit, la demande de monnaie augmente). Ils n achèteront pas d obligations car elles sont trop chères et ne rapportent pas assez. Le cours des obligations et le taux d intérêt ne bougent pas. Donc, en dessous d un certain taux d intérêt, une augmentation de la demande de monnaie ne se traduit plus par une baisse du taux d intérêt. On se trouve dans la «trappe de liquidité». Le Japon est depuis 1997 dans une trappe de liquidité et tente d en sortir. Les taux d intérêt nominaux sont proches de zéro et les taux d intérêt réels (qui tiennent compte du niveau des prix), négatifs. Ce sont des politiques monétaires très agressives qui ont mené le Japon dans cette situation. Les indicateurs économiques récents tendent à montrer que le Japon est tout doucement en train de sortir de cette trappe de liquidité. La demande de monnaie totale (M d = M T + M L ) peut être représentée de la même manière en fonction du taux d intérêt. Dans ce cas, une augmentation du revenu national se traduira par un déplacement vers la droite de la courbe de demande de monnaie (à i constant, on demande plus de monnaie). Ceci est dû au fait que lorsque le revenu national augmente, les transactions augmentent et donc la demande de monnaie pour motif de transaction augmente.

15 Graphe 65 Effet d une augmentation de Y sur M d i i ' M d M d M d,1 M d,2 M d La monnaie n est pas neutre : une augmentation de la masse monétaire peut entraîner une augmentation du revenu national L offre de monnaie correspond à la masse monétaire. C est la monnaie qui circule dans l économie, celle qui est à la disposition des agents économiques. La masse monétaire émane de la Banque centrale. C est en effet elle qui décide de son volume et elle dispose d instruments pour le faire varier. Nous analyserons les Banques centrales plus en détail au point 3. Etant donné que le volume de la masse monétaire ne dépend que des décisions de la Banque centrale, l offre de monnaie est inélastique par rapport au taux d intérêt. Graphe 66 Equilibre entre l offre de monnaie (M) et la demande de monnaie (M d ) i M i M d M=M d M, M d

16 Pour les keynésiens, la variation de la masse monétaire peut entraîner une augmentation du revenu national. La monnaie n est pas neutre : elle influe sur les variables réelles comme la production. Le processus est le suivant. 1. Si la masse monétaire (M) augmente, le taux d intérêt (i) diminue : une augmentation de M aura pour premier effet d augmenter les liquidités des agents économiques. L offre de monnaie est supérieure à la demande de monnaie (demande qui s était établie en fonction des transactions à effectuer, et de la monnaie à conserver par précaution). Les agents vont dépenser leurs excédents de liquidités en obligations afin de percevoir des intérêts. L augmentation de la demande en obligations provoque une augmentation de leurs cours sur le marché obligataire, ce qui entraîne une diminution du taux d intérêt. La diminution du taux d intérêt entraîne une augmentation de la demande de monnaie pour motif de liquidité (ML). L équilibre sur le marché monétaire est de nouveau atteint. En résumé, une augmentation de la masse monétaire provoque une réduction du taux d intérêt, sauf si on se trouve dans la trappe de liquidité. i Graphe 67 Effet d une augmentation de M M M i, 1 i, 2 M, 1 M, 2 M Le taux d intérêt peut être considéré comme le prix de la monnaie, celui qui équilibre l offre et la demande sur le marché monétaire. Pour mieux le comprendre, il faut raisonner en terme de coût d opportunité. Si on possède et que le taux d intérêt est de 5%, on gagnerait 50 d intérêt si on plaçait cet argent en obligations. On «perd» donc 50 si on garde la totalité des sous forme de monnaie. Le taux d intérêt est considéré comme le prix à payer pour avoir de la liquidité. 2. Si le taux d intérêt diminue, la demande d investissements (I) augmente : une entreprise peut investir de deux manières. Si elle ne dispose pas de liquidités, elle doit les emprunter, ce qui implique un remboursement ultérieur. L investissement sera rentable si le

17 return de l investissement est supérieur aux intérêts qu elle devra rembourser. Si l entreprise dispose de liquidités, elle ne doit pas faire d emprunt, mais elle va tout de même comparer le return de l investissement aux intérêts qu elle percevrait si elle plaçait son argent. Dans les deux cas, plus le taux d intérêt est faible, plus grandes sont les probabilités que l investissement soit rentable. Donc si le taux d intérêt diminue, davantage de firmes vont vouloir investir et la demande globale d investissements va augmenter. 3. Si la demande d investissement augmente, la demande globale de biens et de services augmente : les entreprises qui désirent investir vont acheter des biens intermédiaires, ce qui va stimuler les entreprises qui produisent ces biens. Celles-ci vont engager de nouveaux travailleurs afin d augmenter la production. Ces nouveaux travailleurs vont dépenser leur salaire et ainsi stimuler d autres pans de l économie (par exemple, l industrie alimentaire, automobile, etc.). Au total, on aura une augmentation de la demande globale de biens et de services supérieure à l augmentation initiale de la demande en investissements. C est ce que l on appelle l effet multiplicateur. 4. Si la demande globale augmente, le revenu national augmente et les prix ne bougent pas : notons que cela se produit uniquement si la demande est insuffisante par rapport à l offre. Si la demande augmente, les entreprises vont pouvoir répondre à cette demande en engageant des travailleurs, en faisant fonctionner des machines non utilisées, etc. Les prix n augmentent pas car l augmentation de la demande est satisfaite par une augmentation de la production. Pour les keynésiens, la monnaie n est donc pas neutre : elle influe sur la sphère réelle. Cela signifie qu on peut mettre en oeuvre des politiques monétaires expansionnistes (c est-àdire augmenter la masse monétaire) afin de stimuler l économie et réduire le chômage. Notons que pour Keynes, la politique monétaire peut ne pas être efficace : si on se trouve dans la trappe de liquidité, une augmentation de M ne provoquera pas une baisse de i, donc I n augmentera pas, ni en définitive Y. Par ailleurs, Keynes n était pas certain qu une baisse de i provoquerait toujours une hausse de I. Pour ces raisons, Keynes était plutôt en faveur d une mixité entre politique monétaire et politique budgétaire Comparaison des deux modèles Pour les keynésiens, une augmentation de la masse monétaire se traduit par une augmentation du revenu national. Pour les monétaristes, une augmentation de la masse monétaire ne peut générer que de l inflation. Rappelons que les monétaristes se basent sur l équation quantitative de la monnaie : MV = PT. Leur thèse se fonde sur deux hypothèses fondamentales : V est constant. on est au plein emploi, donc T est constant.

18 Si ces deux hypothèses sont satisfaites, l équation quantitative de la monnaie peut se réécrire : M = k P (où k = (1/V)*T, une constante). Dans le modèle keynésien, on ne fait pas ces hypothèses V constant La divergence entre les deux écoles à propos de la vitesse de la monnaie découle directement des divergences quant aux fonctions de la monnaie. Dans le modèle keynésien, on demande la monnaie pour deux raisons : faire des transactions et conserver des liquidités (par précaution ou pour faire de la spéculation). Par définition, la monnaie conservée pour motif de liquidité ne circule pas : on dit que les gens restent «couchés» sur leurs encaisses monétaires. Par conséquent, la vitesse de circulation de la monnaie détenue pour motif de liquidité est nulle. La masse monétaire peut être divisée en une partie qui sert aux transactions (M T dont la vitesse de circulation est VT), et une autre partie conservée par les agents économiques (M L dont la vitesse de circulation est nulle). La vitesse de circulation de la masse monétaire totale (V) dépend donc de l importance relative de ces deux parties dans la masse monétaire. Or, l importance relative de M L et de M T dépend, on l a vu, du taux d intérêt i : plus i est faible, plus M L est élevé, et donc plus V est faible. Ainsi, une augmentation de la masse monétaire (M) provoque une diminution de i et donc de V (l effet est surtout important lorsque les taux d intérêt sont bas et que la préférence pour la liquidité est forte). Reprenons l équation quantitative de la monnaie : MV = PT. Si M augmente et qu en même temps, V diminue, PT ne bouge pas ou peu. Pour les monétaristes, ce processus ne joue pas car on détient de la monnaie uniquement pour motif de transaction. Outre la part de M L et de M T dans M, la vitesse de circulation peut aussi évoluer à long terme à cause du progrès technologique. Par exemple, l utilisation des ordinateurs permet d effectuer les paiements plus rapidement. Le graphe 68 montre qu empiriquement la vitesse de circulation de M1 n est pas constante au cours du temps.

19 Graphique 58 Evolution de la vitesse de circulation de M1 aux USA ( ) Source : FMI, International Financial Statistics Yearbook, 2001 et T constant Même si les mécanismes pour y arriver sont différents, les monétaristes et les keynésiens sont d accord pour dire qu une augmentation de la masse monétaire entraîne une augmentation de la demande globale de biens et de services. Pour les keynésiens, l augmentation de la demande est suivie par une augmentation de la production : l activité économique augmente, le nombre de transactions (T) aussi. Pour les monétaristes, la production n augmente pas et les transactions restent constantes. Pour eux, ce sont seulement les prix qui augmentent. Cette divergence découle du fait que les monétaristes (à l instar des classiques et des néoclassiques) pensent que l économie se trouve toujours au plein emploi, c est-à-dire qu elle fonctionne à pleine capacité. Il n est pas possible d augmenter la production car il n existe pas de réserve de maind oeuvre. En effet, même s il y a du chômage, il ne peut être que volontaire. Ainsi, si la demande augmente, l offre ne peut suivre et ce sont les prix qui grimpent. Cette hypothèse du plein emploi découle de l idée selon laquelle les travailleurs, les capitaux et les informations circulent parfaitement, ce qui fait que les marchés sont quasi en permanence à l équilibre. Pour les keynésiens, il existe des rigidités de marché : les travailleurs et les capitaux ne circulent pas de manière parfaite, tout le monde ne détient pas toutes les informations. Au total, les marchés mettent du temps à s équilibrer. La conséquence pour ce qui nous occupe est que les keynésiens admettent qu on peut se trouver en sous-emploi. Le chômage peut être involontaire. Dans ce cas, les entreprises peuvent répondre à une augmentation de la demande en recrutant des travailleurs qui sont au chômage et qui désireraient travailler Validation empirique des deux modèles

20 Les deux hypothèses monétaristes (V et T constants) sont donc peu réalistes. Est-ce à dire que les monétaristes ont tort lorsqu ils soutiennent qu une variation de M provoque une variation de P? Graphe 69 Evolution de M2 et de l indice des prix à la consommation en Belgique (pourcentage de variation par rapport à l année précédente) Source : FMI, International Financial Statistics Yearbook, G.T. Mc Candless et W.E. Weber 4 se basent sur 110 pays pour la période Ils trouvent une relation positive entre M et P. En revanche, ils ne trouvent pas de corrélation entre M et Y, sauf lorsqu ils analysent le sous-échantillon des 21 pays de l OCDE. Pour la Belgique, il apparaît également que, jusqu à la moitié des années quatre-vingt, l évolution des prix coïncide avec l évolution de M2. 4 Mc Candless, G. T., Weber, W.E., «Some monetary facts», Federal Reserve Bank of Minneapolis Quarterly Review, été 1995.

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

L importance de la monnaie dans l économie

L importance de la monnaie dans l économie L importance de la monnaie dans l économie Classes préparatoires au Diplôme de Comptabilité et Gestion UE 13 Relations professionnelles Etude réalisée par : Marina Robert Simon Bocquet Rémi Mousseeff Etudiants

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 2 : Banque et Monnaie I)- Principes Généraux : 1)- Définition du Terme Monnaie

Plus en détail

La monnaie, les banques et les taux d intérêt

La monnaie, les banques et les taux d intérêt Chapitre 10 La monnaie, les banques et les taux d intérêt 1 Objectifs Définir ce qu est la monnaie et décrire ses fonctions Expliquer les fonctions économiques des banques canadiennes et des autres intermédiaires

Plus en détail

Macroéconomie. Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be

Macroéconomie. Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be Macroéconomie Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be Macroéconomie Monnaie Fonction de la monnaie Moyen de paiement: troc incompatible avec une forte division du travail acceptation

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 4. La monnaie et le financement Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 4.3 : Qui crée la monnaie? INDICATIONS

Plus en détail

Table des matières. La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles. Première partie. Avant-propos Introduction

Table des matières. La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles. Première partie. Avant-propos Introduction Table des matières Avant-propos Introduction IX XIII Première partie La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles Dunod. La photocopie non autorisée est un délit. Chapitre 1. Les raisons

Plus en détail

Avant-propos Introduction. Première partie

Avant-propos Introduction. Première partie 9782100533015-Delap-tdm.qxd 12/08/09 7:41 Page V Table des matières Avant-propos Introduction XI XIII Première partie La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles Dunod. La photocopie

Plus en détail

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES SO00BM24 Introduction aux politiques économiques PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES CHAPITRE 2 : LA POLITIQUE MONETAIRE I. Préambules sur la Monnaie II. 1. La création monétaire A. Comment

Plus en détail

Plan du cours. I. La création monétaire dans un système bancaire non hiérarchisé.

Plan du cours. I. La création monétaire dans un système bancaire non hiérarchisé. 1 Plan du cours I. La création monétaire dans un système bancaire non hiérarchisé. II. Les échanges interbancaires. III. La création monétaire et les échanges interbancaires dans un système bancaire hiérarchisé.

Plus en détail

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés Introduction La notion de système évoque l idée d organisation. Un système monétaire national est l organisation des relations monétaires dans un pays : comment les agents économiques peuvent-ils utiliser

Plus en détail

12. Le système monétaire

12. Le système monétaire 12. Le système monétaire Le rôle de la monnaie est fondamental. Imaginez une situation où aucun moyen de paiement ne ferait l unanimité : - Economie de «troc». - On échange des biens et services contre

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

3e question : Qui crée la monnaie?

3e question : Qui crée la monnaie? 3e question : Qui crée la monnaie? INTRO : Sensibilisation Vidéo : Comprendre la dette publique en quelques minutes (1min à 2min 27) http://www.youtube.com/watch?v=jxhw_ru1ke0&feature=related Partons de

Plus en détail

13. L inflation, ses causes et ses coûts

13. L inflation, ses causes et ses coûts 13. L inflation, ses causes et ses coûts Qu est-ce que l inflation? - L inflation est une augmentation soutenue du niveau «général» des prix. - L inflation concerne une augmentation durable du niveau moyen

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Modèle IS/LM Le modèle IS/LM, conçu par John Hicks en 1937, est généralement

Plus en détail

10. L épargne, l investissement et le système financier

10. L épargne, l investissement et le système financier 10. L épargne, l investissement et le système financier 1. Le système financier Un système financier = ensemble des institutions financières qui ont pour objet de mettre en relation les besoins de financement

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

Support de cours Economie monétaire et financière

Support de cours Economie monétaire et financière UNIVERSITE ABDELMALEK ESSAADI Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales de Tanger Filière des sciences économiques Semestre 3 Support de cours Economie monétaire et financière Professeur

Plus en détail

Nature et risques des instruments financiers

Nature et risques des instruments financiers 1) Les risques Nature et risques des instruments financiers Définition 1. Risque d insolvabilité : le risque d insolvabilité du débiteur est la probabilité, dans le chef de l émetteur de la valeur mobilière,

Plus en détail

SO00BM24 Introduction aux politiques économiques

SO00BM24 Introduction aux politiques économiques SO00BM24 Introduction aux politiques économiques PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES CHAPITRE 2 : LA POLITIQUE MONETAIRE I. Préambules sur la Monnaie 1. La création monétaire A. Comment

Plus en détail

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE PAR LES AUTORITES MONETAIRES SECTION 1 : LA CREATION MONETAIRE A Acteurs et modalités de création monétaire : La création monétaire consiste à accroître la quantité de

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

Contrôle. Consultation CDEC

Contrôle. Consultation CDEC Chapitre 1 : Monnaie et financement de l économie marocaine Financement de l activité économique Financement Direct Financement Indirect Marché financier Marché monétaire Marché hypothécaire Banques Stés.

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT»

POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT» POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT» Bernard Vallageas Faculté Jean Monnet Université Paris-Sud 54 boul.

Plus en détail

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise de 1929 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Expliquer la crise de 1929? La crise de 1929 a été l objet de nombreuses publications tentant d expliquer ses causes,

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. Le système bancaire et financier

I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. Le système bancaire et financier Le système bancaire et financier français I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. January the 6th 2009 1 I. La loi bancaire

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

Chapitre 1 : La consommation et l épargne

Chapitre 1 : La consommation et l épargne Chapitre 1 : La consommation et l épargne - 7 - Dans ce chapitre vous allez : - Distinguer les différents types de consommation. - Découvrir de quels facteurs dépend la consommation. - Étudier ce qu est

Plus en détail

Chapitre 20. Les options

Chapitre 20. Les options Chapitre 20 Les options Introduction Les options financières sont des contrats qui lient deux parties. Les options existent dans leur principe depuis plusieurs millénaires, mais elles connaissent depuis

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne hapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne I : La fonction de consommation keynésienne II : Validations et limites de la fonction de consommation keynésienne III : Le choix de consommation

Plus en détail

L ACTUALITÉ FÉDÉRALE

L ACTUALITÉ FÉDÉRALE L ACTUALITÉ FÉDÉRALE Quelle monnaie pour une Écosse indépendante? Patrick Leblond Université d Ottawa École supérieure d affaires publiques et internationales Dans quelques jours, soit le 18 septembre,

Plus en détail

Safari des produits financiers qu est-ce qui s échange sur la planète finance?

Safari des produits financiers qu est-ce qui s échange sur la planète finance? CHAPITRE 1 Safari des produits financiers qu est-ce qui s échange sur la planète finance? Plongeons au cœur du sujet ami lecteur, et pour cela imaginezvous à la tête d une entreprise, la GlobalCo. Pour

Plus en détail

Solde Courant et Choix Intertemporel

Solde Courant et Choix Intertemporel Solde Courant et Choix Intertemporel Grégory Corcos et Isabelle Méjean ECO 434: Economie Internationale Ecole Polytechnique, 2ème Année http://isabellemejean.com/eco434 InternationalEconomics.html Plan

Plus en détail

THÈME 1. Ménages et consommation

THÈME 1. Ménages et consommation THÈME 1 Ménages et consommation 1 Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? SENSIBILISATION Étape 1 D où provient l argent des ménages? Revenus «primaires» Du travail

Plus en détail

1. Définition des composantes de la trésorerie

1. Définition des composantes de la trésorerie Avis n 2015-06 du 3 juillet 2015 relatif à la norme 10 «Les composantes de la trésorerie» du Recueil des normes comptables de l Etat Le Conseil de normalisation des comptes publics a adopté le 3 juillet

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

Les systèmes de taux de change

Les systèmes de taux de change Les systèmes de taux de change Du taux de change fixe au taux de change flottant 2012 1 Introduction Dans une économie globalisée, avec des marchés financiers intégrés, comme celle dans laquelle nous vivons

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

Quel rôle pour la Banque de France depuis l avènement de l euro?

Quel rôle pour la Banque de France depuis l avènement de l euro? Florian Colas Conférence d économie approfondie Note sur un point technique, élaborée à partir d un entretien avec Madame Claudine Cortet, Conseiller auprès du Directeur général des Etudes et Relations

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 1 Macroéconomie : croissance à

Plus en détail

SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape

SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE Reshaping Canada s Equities Trading Landscape OCTOBER 2014 Horaire des marchés Toutes les données de marché du simulateur sont différées de 15 minutes (sauf

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE. 4 ème PARTIE : LE FINANCEMENT DE L ECONOMIE

ECONOMIE GENERALE. 4 ème PARTIE : LE FINANCEMENT DE L ECONOMIE IUFM AUVERGNE ECONOMIE - GESTION Cours de Mr DIEMER ECONOMIE GENERALE MOTS CLES 4 ème PARTIE : LE FINANCEMENT DE L ECONOMIE CHAPITRE 13 LA MONNAIE ET LE MARCHE MONETAIRE - Agrégats monétaires (M1, M2,

Plus en détail

Calcul et gestion de taux

Calcul et gestion de taux Calcul et gestion de taux Chapitre 1 : la gestion du risque obligataire... 2 1. Caractéristique d une obligation (Bond/ Bund / Gilt)... 2 2. Typologie... 4 3. Cotation d une obligation à taux fixe... 4

Plus en détail

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION DOSSIER RETRAITES: MAI 2003 SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION 1. LE SYSTEME DE RETRAITES PAR REPARTITION 1.1. INTRODUCTION Les régimes de retraites des travailleurs

Plus en détail

TURBOS WARRANTS CERTIFICATS. Les Turbos Produits à effet de levier avec barrière désactivante. Produits non garantis en capital.

TURBOS WARRANTS CERTIFICATS. Les Turbos Produits à effet de levier avec barrière désactivante. Produits non garantis en capital. TURBOS WARRANTS CERTIFICATS Les Turbos Produits à effet de levier avec barrière désactivante. Produits non garantis en capital. 2 LES TURBOS 1. Introduction Que sont les Turbos? Les Turbos sont des produits

Plus en détail

Table des Matières. 2 Secteur monétaire et bancaire (sources : BRH) Finances Publiques. (sources : BRH / MEF)

Table des Matières. 2 Secteur monétaire et bancaire (sources : BRH) Finances Publiques. (sources : BRH / MEF) Table des Matières 2 Secteur monétaire et bancaire (sources : BRH) 6 Finances Publiques (sources : BRH / MEF) 7 Secteur réel (sources : IHSI / BRH / EDH) 10 Secteur externe (sources : BRH / AGD / Maison

Plus en détail

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire d hier et d aujourd hui Hier Autrefois, les Etats battaient monnaie et les banques centrales dépendaient directement

Plus en détail

L argent et les nouvelles technologies : monnaie électronique, e-facturation et services de paiement la banque de demain

L argent et les nouvelles technologies : monnaie électronique, e-facturation et services de paiement la banque de demain L argent et les nouvelles technologies : monnaie électronique, e-facturation et services de paiement la banque de demain Le 24 avril 2009, le Parlement européen a adopté deux propositions de la Commission

Plus en détail

Mécanismes monétaires et financiers

Mécanismes monétaires et financiers Mécanismes monétaires et financiers Département IG, 1ère année (IG3) Polytech Montpellier Cours et TD : Marie MUSARD-GIES Introduction au cours (1/2) Marchés financiers (cf cours économie) Plus grande

Plus en détail

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire I. Objectifs et instruments de la politique monétaire A) Les objectifs des politiques économiques Une politique économique = toute

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles Le modèle Mundell-Flemming avec parfaite mobilité des capitaux Le modèle Mundell-Flemming (Robert Mundell, Marcus Flemming, début années 1960) est l extension du modèle IS-LM en économie ouverte. Il partage

Plus en détail

S-5 Politiques monétaire, du taux de change et de la dette

S-5 Politiques monétaire, du taux de change et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-5 Politiques

Plus en détail

Chapitre 5 : Les paiements et le change.

Chapitre 5 : Les paiements et le change. I) Les instruments de paiement. A. Les instruments de paiement classique. 1. La notion de paiement scriptural. Chapitre 5 : Les paiements et le change. Les billets de banque (monnaie fiduciaire) ne sont

Plus en détail

Brefs rappels sur le modèle IS-LM et sur la Courbe de Phillips

Brefs rappels sur le modèle IS-LM et sur la Courbe de Phillips Université Paris Ouest Nanterre La Défense Licence 3 Mention Economie U.F.R SEGMI Premier semestre 2009-2010 Dynamique économique: analyse des fluctuations Cours de Valérie Mignon Brefs rappels sur le

Plus en détail

Reporting titre par titre des établissements de crédit

Reporting titre par titre des établissements de crédit Reporting titre par titre des établissements de crédit Banque centrale du Luxembourg Sommaire 1 Introduction...3 2 Les données à transmettre à la BCL...5 2.1 Aperçu général...5 2.2 Les titres soumis à

Plus en détail

Marché de la monnaie et marché des capitaux

Marché de la monnaie et marché des capitaux Chapitre 3 Marché de la monnaie et marché des capitaux 3.1 Introduction Ce chapitre est consacré à l étude du rôle de la monnaie dans l économie et à la description le fonctionnement du marché de la monnaie.

Plus en détail

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie I. Le financement de l'économie Financement = fait d'apporter des fonds à un individu, une entreprise, ou à soi-même. A) Les différents types de financement

Plus en détail

de de Analyse Sujet abordé révision Exercice compréhension de cas n o n o n o n o

de de Analyse Sujet abordé révision Exercice compréhension de cas n o n o n o n o 2824RE_chap_EP4.qx:quark de base 7//09 7:31 PM Page 475 Chapitre : Les placements Les placements Les sujets abordés pour chacun des travaux suggérés Dans tous les exercices et problèmes, nous calculons

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

La gestion du compte de l État

La gestion du compte de l État FINANCES PUBLIQUES TRÉSORERIE Nouvelle convention MINÉFI/Banque de France La gestion du compte de l État Article d Olivier Cuny, administrateur civil à l Agence France Trésor, en collaboration avec Dominique

Plus en détail

POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE

POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE Plan : 1) La structure du système bancaire européen 2) Les objectifs de la BCE Licence professionnelle Bancassurance 2010-2011 3) Les instruments de la politique monétaire

Plus en détail

2 - Le financement de l'économie

2 - Le financement de l'économie 1 2 - Le financement de l'économie Cette fiche explique le fonctionnement de la monnaie, des institutions financières et des marchés financiers. Elle montre en quoi les innovations des années 80, soutenues

Plus en détail

L offre de monnaie et le système bancaire

L offre de monnaie et le système bancaire CHAPITRE 17 L OFFRE DE MONNAIE ET LE SYSTÈME BANCAIRE 311 17 L offre de monnaie et le système bancaire Dans le secteur réel d une économie de marchés, n importe quel agent peut prendre l initiative d offrir

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France?

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? (DGTrésor) 1. Indépendamment de facteurs d offre et de demande, qui jouent indéniablement sur les prix,

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE 2 Section 1. Problématique de la gestion du risque de change Section 2. La réduction de l exposition de l entreprise au risque de change Section 3. La gestion du risque de

Plus en détail

Japon. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Japon. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Japon Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

Aux chapitres 14 et 15, nous avons vu

Aux chapitres 14 et 15, nous avons vu Chapitre 16 La monnaie et les marchés des biens et des services Sommaire Xxxxxxxx Les effets des variations monétaires sur le revenu national........ 519 Les effets sur la monnaie des variations sur le

Plus en détail

Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement. I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation

Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement. I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation A. Le cycle d exploitation L activité de l unité commerciale

Plus en détail

LA MONNAIE, LE CHANTIER DE LA DÉCENNIE

LA MONNAIE, LE CHANTIER DE LA DÉCENNIE LA MONNAIE, LE CHANTIER DE LA DÉCENNIE Karl Heinz Braun, chercheur-associé à Etopia et député Ecolo au Parlement de la Communauté germanophone Décembre 2011 www.etopia.be 222222 Page 2 sur 6 La plupart

Plus en détail

Marchés financiers et activité économique Canaux de transmission de la politique monétaire

Marchés financiers et activité économique Canaux de transmission de la politique monétaire Marchés financiers et activité économique Canaux de transmission de la politique monétaire Mishkin F. (1996), «Les canaux de transmission monétaire : leçons pour la politique monétaire», Bulletin de la

Plus en détail

À quoi sert une banque?

À quoi sert une banque? À quoi sert une banque? Trois fonctions clés La banque remplit trois fonctions essentielles. Elle collecte, gère vos dépôts, et vous fournit des moyens de paiement (chéquier, carte bancaire, ordre de virement

Plus en détail

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des impôts sur le résultat. La question principale en matière

Plus en détail

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique I. Marché des changes et balance des paiements = marché où s'échangent les monnaies nationales. Grand A : impact du taux de change E sur les exportations

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT

LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier 1 Pour les investisseurs, le risque de taux d intérêt est celui : - d une dévalorisation du patrimoine - d

Plus en détail

I / Un marché planétaire de la devise

I / Un marché planétaire de la devise I / Un marché planétaire de la devise Le marché des changes est le plus important des marchés. Pour beaucoup, il apparaît également comme le plus parfait des marchés, sur lequel l information circule vite

Plus en détail

Le financement de l entreprise

Le financement de l entreprise Le financement de l entreprise Lors de sa création, puis au cours de son développement, l entreprise au moment opportun, doit détenir les ressources financières nécessaires pour faire face à ses échéances,

Plus en détail

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs?

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? En ces temps de crise économique et de crise des dettes souveraines (ou publiques), tous les hommes politiques de gauche comme de droite

Plus en détail

Transactions de l agriculteur 1.5 /kilo 2.0 /kilo 2.5 /kilo Vente de la récolte 187 500 250 000 312 500. l agriculteur

Transactions de l agriculteur 1.5 /kilo 2.0 /kilo 2.5 /kilo Vente de la récolte 187 500 250 000 312 500. l agriculteur Chapitre 11, assurance et diversification Réponses aux Questions et problèmes 1. Transactions de 1.5 /kilo 2.0 /kilo 2.5 /kilo Vente de la récolte 187 500 250 000 312 500 62 500 payés à 0 62 500 payés

Plus en détail

Qu est-ce qu une banque?

Qu est-ce qu une banque? Qu est-ce qu une banque? Nathalie Janson 1 Financement de l Activité économique Développement des entreprises nécessite apport de fonds Les entreprises peuvent se financer de façon interne ou externe Les

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

1 L équilibre sur le marché des biens et services

1 L équilibre sur le marché des biens et services Modèle IS LM BP IMPORTANT : en aucun cas ce cours ne remplace le cours magistral de M. Gilles Dufrénot, notamment le cours sur les chapitres 4 et 5. Il est destiné à faciliter la comprehension du cours

Plus en détail

Gestion de trésorerie: guide d auto-apprentissage. Gestion de trésorerie et taux de change multiples

Gestion de trésorerie: guide d auto-apprentissage. Gestion de trésorerie et taux de change multiples Gestion de trésorerie: guide d auto-apprentissage Cours de niveau avancé Leçon 9: Gestion de trésorerie et taux de change multiples Objectifs À la fin de cette leçon, vous devriez savoir: définir les besoins

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail