Signature du partenariat banques/acteurs sociaux. Comité des banques de Franche-Comté CCAS de la Ville de Besançon

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Signature du partenariat banques/acteurs sociaux. Comité des banques de Franche-Comté CCAS de la Ville de Besançon"

Transcription

1 Signature du partenariat banques/acteurs sociaux Comité des banques de Franche-Comté CCAS de la Ville de Besançon Besançon mardi 18 décembre 2012

2 Besançon, le 18 décembre 2012 Besançon : la ville et les banques innovent par un partenariat pour prévenir les difficultés socio-économiques Jean-Louis Fousseret, Maire et Président du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) de Besançon, et Alain Grenot, Président du Comité des banques FBF de Franche-Comté 1 ont signé le 18 décembre 2012 un partenariat visant à mettre en œuvre une coopération entre les acteurs sociaux de la Ville et les banques locales. Ainsi les partenaires locaux marquent leur volonté de coordonner leurs actions de prévention en direction des ménages. Il s agit de mieux anticiper et prendre en compte les difficultés familiales, sociales et financières souvent étroitement mêlées. Un partenariat pratique L ensemble des actions qui seront mises en œuvre, dont certaines sont déjà engagées, visent à : - rapprocher les professionnels du CCAS de Besançon et les professionnels du secteur bancaire et les faire se rencontrer ; - mettre en œuvre des actions d information et de formation sur les sujets bancaires et ceux de l action sociale, partager les ressources pédagogiques ou des informations utiles et les mettre à disposition des bisontins. Une partie de ces supports sera fournie par Les Clés de la banque, programme d éducation financière développé par la FBF 2 ; 1 Le comité des banques de Franche-Comté représente la Fédération Bancaire Française (FBF), association professionnelle des banques en France. Il regroupe toutes les banques exerçant dans la région. 2

3 - Améliorer l identification, l orientation et l accompagnement des personnes pouvant avoir des difficultés, le plus en amont possible ; - Développer des pistes de prévention du mal-endettement et du surendettement, notamment par la sensibilisation à la gestion du budget personnel. Ce partenariat marque l implication collective des banques de Besançon dans la prévention des difficultés financières et des situations de surendettement, au-delà des actions individuelles qu elles conduisent auprès de leur clientèle. L action commune engagée avec le CCAS permettra de prendre en compte les situations personnelles dans leur globalité, les problèmes sociaux et les difficultés financières étant le plus souvent indissociables. Des partenariats aussi mis en œuvre dans d autres régions Le partenariat conclu par la Ville de Besançon et le Comité régional des banques marque une étape de plus dans la coopération mise en place entre les banques et les acteurs sociaux des collectivités (départements et communes) ou de réseaux associatifs. Des partenariats sont déjà mis en pratique avec les départements de l Oise, de la Côte d Or, de la Haute-Loire, du Rhône et de Loire-Atlantique, ainsi qu avec les villes de Lille, Nîmes, Marseille, Avignon ou Grenoble. Au total, plus de travailleurs sociaux sont ainsi engagés dans des partenariats avec les Comités des banques. Contacts : Colette Cova tél : Alain Grenot tél : Nans Mollaret - tél : Catherine Adam - tél

4 Comité des banques de Franche-Comté BANQUES ET ACTEURS SOCIAUX : Agir ensemble Convention de partenariat entre le Comité des Banques de Franche-Comté et le CCAS de Besançon A Besançon, le... 1

5 PREAMBULE : La prévention du surendettement et la protection des personnes âgées sont deux thématiques prioritaires sur lesquelles la Ville de Besançon a souhaité s engager au regard des problématiques constatées. Le CCAS, au travers de ses deux Directions opérationnelles (Solidarité et Autonomie), a initié deux groupes de travail «autour de la bancarisation» en lien avec la Fédération Bancaire Française. Les banques sont fortement attachées à la pédagogie budgétaire et financière, ainsi qu à la prévention des difficultés. En complément des dispositifs mis en œuvre par chaque réseau bancaire auprès de ses clients, la Fédération Bancaire Française (FBF) a développé depuis plus de 10 ans le programme d éducation financière «Les clés de la banque». Ce programme est relayé sur le terrain par les Comités des banques, régionaux et départementaux, sous la forme de partenariats avec les collectivités ou les associations. Cette convention vise à définir les modalités de collaboration à engager entre le CCAS de Besançon et le Comité des banques de Franche-Comté, afin de mieux aider ces publics. La présente convention est établie entre les soussignés : Le Comité des Banques de Franche-Comté, association loi 1901, représentant la FBF, dont le siège est à Besançon (25000), c/o Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté, place de la 1 ère Armée française, représenté par son Président, Monsieur Alain GRENOT, Et Le CCAS de Besançon, dont le siège est à Besançon (25000), 9 rue Picasso, représenté par le Maire et Président du Grand Besançon, Monsieur Jean-Louis FOUSSERET, habilité à cet effet sur délibération en date du 24 mai 2012, d autre part, Il est convenu ce qui suit : Constat et objectif : Lorsqu une personne connaît des difficultés d ordre social (chômage ou perte d emploi, maladie ou décès d un membre de la famille, séparation du couple, etc.), ces difficultés ont presque toujours un retentissement sur sa situation économique. Inversement, lorsqu une personne connaît des difficultés d ordre économique (insuffisance de revenus, surendettement, etc.), ces difficultés se répercutent très souvent sur le plan social (difficultés d accès au logement, problèmes de couple, de santé, d accès à l éducation ou à la culture, etc.). Une meilleure coordination entre les acteurs du domaine de l économie et ceux du domaine social permettra d aider plus efficacement les personnes en difficultés. 2

6 Méthode de travail : Pour améliorer la coordination des actions dans les domaines de l économie et du social, les signataires privilégient une approche pragmatique et locale. A titre d exemple, les travaux peuvent ainsi reposer sur : - La mise en place de petits groupes de travail où les représentants des domaines économiques et sociaux peuvent élaborer des propositions sur une problématique précise. - L échange de documentation et plus généralement, de tous les supports de communication. - La tenue de réunions d informations ou de formations des personnels concernés où un représentant du secteur bancaire pourra intervenir devant des acteurs sociaux, et vice-versa. - La diffusion d informations de sensibilisation et d'éducation financière et budgétaire, via les supports de communication interne à chaque organisation (brochures, intranet, etc.), auprès des publics fragiles. - La communication conjointe en direction des personnes en difficultés pour mieux faire connaître les solutions proposées. Mise en place de 4 axes généraux de réflexion : I. Mieux se connaître Objectif : Faire en sorte qu un conseiller bancaire puisse avoir, au niveau communal, une vision claire de l organisation des acteurs sociaux, de leur rôle et de leurs moyens d action. De même, un acteur social sera plus efficace s il connaît les coordonnées et le mode de fonctionnement des entreprises bancaires, de leurs agences, leurs services relations clientèle, leurs médiateurs, etc. Exemples d actions : Organiser une présentation croisée entre les acteurs sociaux et bancaires ; Elaborer, à l intention des acteurs sociaux, un document décrivant les structures et l organisation des banques au niveau de la Ville ; Elaborer, à l'intention des agences bancaires, un annuaire des acteurs sociaux de la Ville, décrivant leur organisation, leur rôle, leur activité et leurs possibilités d intervention. 3

7 II. Faciliter l acquisition de connaissances pratiques utiles, et l'accès aux informations nécessaires Objectifs : Donner aux acteurs sociaux une source d informations pertinentes sur les sujets concernant la banque et l argent auxquels les personnes en difficultés et âgées pourraient être confrontées ; faciliter l accès par les équipes bancaires à des sources d informations pertinentes sur les sujets concernant le domaine social (famille, logement social, prestations, handicap, etc.). Permettre à des équipes du domaine social (ou du domaine bancaire) de se former sur des sujets en rapport avec les difficultés rencontrées par les personnes suivies (par exemple, la Convention AERAS, ou encore le surendettement, etc.). Exemples d actions : Identifier et évaluer des sources d informations possibles et présentation de ces sources aux collaborateurs concernés (par exemple, le site peut devenir une des sources d informations mises à la disposition des acteurs sociaux du CCAS et possibilité pour les Travailleurs Sociaux et le public concerné de disposer des guides pratiques édités par la FBF) ; Identifier les besoins de formation en matière bancaire pour les acteurs sociaux, ou en matière sociale pour les acteurs bancaires (thèmes qu il serait souhaitable d aborder et populations concernées) ; rechercher des intervenants et contribuer éventuellement à la mise au point des supports ; faciliter l organisation matérielle des séances de formation. III. Améliorer l'identification précoce et l accompagnement des personnes en difficultés Objectif : Repérer rapidement les personnes en difficultés et améliorer l efficacité des interventions dans le domaine bancaire comme dans le domaine social, notamment par une meilleure coordination des actions. Exemples d actions : Identifier les meilleures pratiques pour un repérage précoce des situations sociales et financières dégradées ; évaluer et tester des approches pratiques en tenant compte des contraintes des acteurs bancaires et sociaux (notamment les contraintes de confidentialité ou encore les impératifs économiques). Développer ou maintenir le lien entre les usagers et leur banque, et ainsi faire le lien sur des situations particulières. 4

8 IV. Développer des pistes de prévention Objectif : Améliorer les mécanismes de prévention et développer l information afin de prévenir les situations de surendettement. Exemples d actions : Identifier les conditions qui conduisent à une dégradation de la situation d une personne, analyser les actions de prévention qui pourraient être proposées et le moment le plus opportun pour leur mise en œuvre. Faire émerger des projets sur les thèmes comme le budget familial, la gestion d un compte bancaire, les mécanismes de l endettement, etc. ***** La présente convention est signée pour une durée de cinq ans renouvelable par avenant et peut être dénoncée sans préavis par chacun des signataires. Les signataires s engagent à réaliser un bilan annuel afin de faire évoluer les actions mises en œuvre en fonction des problématiques rencontrées. Ce partenariat est lié au respect des obligations de confidentialité et du secret professionnel qui incombent à chaque organisme. Fait à BESANÇON, le... Pour le Comité des Banques, Pour le Centre Communal d'action Sociale, Le Président, Alain GRENOT Le Maire, Jean-Louis FOUSSERET Président du Grand Besançon 5

9 La Fédération Bancaire Française (FBF) est l association professionnelle qui représente toutes les banques en France. Un réseau de 106 Comités des banques participe à la vie économique et sociale au niveau régional et départemental. Ces comités regroupent les banquiers locaux et constituent les délégations territoriales de la FBF. Sur Besançon et dans la région, le Comité des banques de Franche-Comté présidé par Alain GRENOT est le représentant de la FBF. En Franche-Comté, les banques emploient plus de 5000 collaborateurs (à l essentiel au contact direct de la clientèle) et animent un réseau de proximité, composé de 510 agences. La signature de la convention avec le CCAS de la Ville de Besançon marque la volonté forte des banques de contribuer à renforcer l accompagnement des personnes en difficultés et à prévenir la survenance éventuelle de celles-ci. Acteurs bancaires et acteurs sociaux peuvent ainsi rechercher ensemble des réponses appropriées aux problématiques socio-économiques, rencontrées par les habitants. Des partenariats avec les acteurs sociaux sur le terrain Les difficultés sociales et économiques sont souvent étroitement mêlées : l accident de la vie (perte d emploi, séparation, maladie ) est à l origine d une baisse, généralement brutale, des revenus d un ménage. C est par exemple le cas de 3 dossiers de surendettement sur 4. Les banques sont collectivement mobilisées pour pouvoir intervenir au plus tôt dans le traitement des difficultés et rechercher, si possible, les solutions adaptées. Leur action vise aussi à prévenir ses difficultés, par une sensibilisation le plus en amont possible sur l utilité d une gestion du budget et du compte bancaire équilibrée. Des partenariats pratiques avec les collectivités ou les associations permettent d impliquer et de faire se rencontrer les acteurs concernés (travailleurs sociaux, responsables et conseillers bancaires ) afin de mieux coordonner leurs actions. Cela n est possible que s ils se connaissent au niveau d un département ou d une commune et qu ils peuvent ainsi entrer en contact. Les partenariats conduits par la FBF se développent sur l ensemble du territoire : avec les départements de l Oise, du Rhône, de la Haute-Loire de la Côte d Or et de la Loire-Atlantique, mais aussi les villes de Nîmes, d Avignon, Marseille, Grenoble ou Lille. Des initiatives adaptées aux personnes en difficultés Depuis plusieurs années, les banques ont mis en place des services bancaires adaptés qui favorisent l insertion des personnes en difficultés socioéconomiques :

10 concernant l accès au compte, la France compte un taux de bancarisation parmi les plus élevés en Europe supérieur à 99%. Selon une enquête du CREDOC, les ménages en situation de pauvreté ont un accès au compte bancaire équivalent au reste de la population. Le dispositif du droit au compte a été rendu plus facile par les banques : il permet à une personne de demander à une agence d effectuer les démarches pour se voir ouvrir un compte, si elle n en a déjà pas un ; depuis 2005, les banques ont mis en place des moyens de paiement alternatifs, notamment pour les clients sans chéquiers. Parmi les clients sans chéquiers 3 sur 4 sont équipés aujourd hui, notamment d une carte de paiement à autorisation systématique. Ils peuvent ainsi effectuer les opérations de paiement de la vie quotidienne. La gamme des moyens de paiement alternatifs (GPA) a été renforcée et comprend désormais des alertes sur le niveau de solde du compte ( , sms ) ; une initiative collective a été engagée en faveur du microcrédit personnel accompagné (MCA). Les banques, en relation avec des associations ou des collectivités, aident ainsi des ménages fragiles à financer des projets d insertion ou de retour à l emploi. L accès au crédit est un élément important de l insertion sociale. Près de microcrédits personnels accompagnés ont été accordés en 2011, avec une progression de 26% par rapport à Un programme d information pratique sur la banque et l argent La profession bancaire a lancé un programme pédagogique, gratuit et non commercial, sur la banque et l argent : «Les clés de la banque». Ce programme vise à informer et expliquer au public, de façon claire et pratique, le fonctionnement des produits et des services bancaires. Depuis un portail commun, 2 sites sont orientés vers le public (particuliers ou entrepreneurs) et un troisième fournit des informations et des outils aux acteurs sociaux. Des guides pratiques complètent les informations constamment mises à jour : une collection de près de 60 guides pour les particuliers, comme pour les professionnels. Le public, mais aussi les acteurs sociaux qui accompagnent les personnes en difficulté, peuvent ainsi s informer sur ce qui se passe en cas de chèque sans provision, sur les moyens de maîtriser son endettement, ou encore le fonctionnement du compte joint. Depuis plus de 2 ans, un guide pratique du budget aide concrètement les acteurs sociaux dans leur travail quotidien pour rechercher des solutions auprès de ménages dont le budget familial est déséquilibré. Près de exemplaires ont déjà été commandés ou téléchargés. Quelques chiffres : salariés des banques en Franche-Comté ( en France) 510 agences bancaires dans la région ( en France) 99% taux de bancarisation en France 3/4 des personnes interdites de chéquiers équipées de moyens de paiements alternatifs microcrédits personnels accompagnés en 2011 Pour plus d information : ou Décembre 2012

11 Chiffres clés 16 entreprises bancaires salariés 510 agences bancaires 550 distributeurs automatiques de billets 21 milliards d euros de dépôts 24 milliards d euros de crédits Les entreprises bancaires en Franche-Comté La Fédération Bancaire Française est l association professionnelle, regroupant toutes les banques en France. Elle est représentée sur l ensemble du territoire par un réseau de 21 Comités des banques régionaux et 85 Comités départementaux, qui relaient ses positions et ses actions sur le terrain. Alain GRENOT (Directeur de la Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté) préside le Comité des banques de Franche-Comté. Il réunit l ensemble des représentants des banques exerçant leur activité en Franche-Comté, soit 16 banques adhérentes. La Fédération Bancaire Française est aussi présente avec trois comités départementaux : le Jura, la Haute Saône et le Territoire de Belfort. Alain GRENOT - Président Comité des banques de Franche-Comté c/o Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté 1 Place de la 1ère Armée française Besançon Cedex 9 Tél. : Fédération Bancaire Française - DIRE - décembre Photos : Frédéric Stucin / Phovoir / Getty Images

12 Besançon, le 18 décembre 2012 À Besançon, l action sociale a toujours eu un temps d avance La politique sociale de la Ville de Besançon s'inscrit dans une longue tradition, solidement ancrée dans nos racines franc-comtoises. C'est à Besançon que Proudhon et Fourier révolutionnent la pensée sociale autour de leurs premières utopies concrètes. C'est à Besançon que naissent les célèbres Jardins de Cocagne, l un des premiers chantiers d'insertion en France, s'appuyant sur le terreau mutualiste et coopératif de la Franche-Comté. C'est à Besançon encore, qu'un premier «Revenu Minimum d'insertion» municipal est créé en 1968, 20 ans avant la loi généralisant le RMI en France. Aujourd hui, et plus que jamais, l action municipale de terrain est prioritaire à Besançon. Qu il s agisse des détresses les plus visibles des personnes sans domicile, de celles plus discrètes des familles qui font face aux difficultés du quotidien ou des personnes âgées confrontées à la perte d autonomie, la Ville s efforce de répondre à chaque situation au nom de la dignité de chacun en proposant des axes d intervention qui dépassent le simple objectif d assistance pour aller vers un accompagnement sur le chemin de l autonomie : aller au-devant des citoyens et satisfaire les besoins Le CCAS de la Ville de Besançon a mis en place Proxim social, un numéro vert qui est la porte d entrée du CCAS pour les personnes en demande sociale. Proxim social reçoit chaque année, environ demandes d assistance qui sont suivies de entretiens. Par ailleurs, la Ville, en partenariat avec la CAF, développe un réseau de maisons de quartiers municipales et associatives agréées «centre social». Aujourd hui au nombre de sept, ces structures sont réparties dans les quartiers de la ville pour diffuser une large palette d activités qui s adressent à tous : enfants, jeunes et familles, et promouvoir des valeurs de participation, de citoyenneté et d innovation sociale. remettre debout et accompagner sur le chemin de l autonomie La protection des personnes âgées et la prévention du surendettement évoquée lors du focus de l Analyse des besoins sociaux 2011 sont deux thématiques sur lesquelles la Ville de Besançon a souhaité donner priorité. Elle s est engagée dans une politique municipale volontariste d accompagnement du vieillissement et s appuie sur ses services traditionnels (logements-foyers et services à domicile) pour développer des actions innovantes de lutte contre l isolement. La Maison des Seniors ouverte en cœur de ville, est un guichet unique, lieu de ressources pour promouvoir la citoyenneté des aînés, favoriser le bien vieillir et accompagner la prise en charge de la dépendance, accueille plus de demandes par an. Enfin, la Ville soutient des démarches innovantes de solidarités de proximité et met en œuvre des actions intergénérationnelles. L OMS a reconnu cet engagement à travers la labellisation de Besançon : Ville amie des aînés.

13 Pour accompagner sur le chemin de l autonomie, le CCAS propose, à des jeunes et personnes n ayant pas accès au crédit bancaire classique, un accompagnement individualisé : «le parcoursprojet» pouvant leur permettre de recourir à un micro-crédit ou de bénéficier d une subvention d aide à la réalisation d un projet d insertion. Pour multiplier les chances de retour à l emploi des habitants des quartiers, les GSE (groupes solidarité emploi) mobilisent les acteurs sociaux et le service public de l emploi. Ils s appuient sur les structures d insertion par l activité économique, sur la clause d insertion dans les marchés publics et sur les entreprises signataires de la charte de la diversité. Enfin, pour endiguer le non-recours aux soins des personnes sans couverture médicale ou ayant des ressources insuffisantes, le CCAS propose des réponses alternatives permettant, notamment à travers un fond d urgence santé, l accès immédiat à une consultation médicale, à des médicaments, des examens et permet ainsi que l accompagnement à la concrétisation d un parcours de soins. Que ce soit dans le cadre des dispositifs d aide sociale légale ou dans le cadre des dispositifs d aides sociale facultatives, le CCAS constate depuis plusieurs années une augmentation inquiétante des difficultés sociales et budgétaires des administrés. A Besançon comme ailleurs, l exclusion bancaire, cause et conséquence d exclusion sociale est un phénomène constaté quotidiennement par les travailleurs sociaux. Le surendettement et mal endettement des ménages sont des réalités complexes et bien ancrées dans la société, dues à l augmentation de la précarité mais aussi de plus en plus liées aux accidents de la vie. C est pourquoi, le CCAS de Besançon a engagé un travail de sensibilisation et d information sur l inclusion bancaire des publics «fragiles» en lien avec l organisation bancaire. Deux groupes de travail se sont constitués au CCAS : l un, porté par la Direction des Solidarités en lien avec des partenaires de l action sociale sur le thème de la prévention du surendettement des ménages ; le second, initié par la Maison des Seniors (Direction de l Autonomie) en lien avec la Mission Tranquillité Publique de la Ville de Besançon, sur le thème de la protection des personnes âgées en matière d offres commerciales, ainsi que sur la problématique de leur sécurité. Plusieurs rencontres ont déjà été organisées sur l année 2011/2012 afin de mieux cibler les problématiques rencontrées par les publics, et de définir les axes prioritaires à mettre en œuvre dans une convention partenariale : Le but étant de prendre en compte, de façon globale, les relations avec les banques, quel que soit le public visé, et de donner une cohérence à l intervention auprès des bisontins. Les habitants de Besançon pourront trouver les minis guides de la FBF, des informations, des conseils auprès des travailleurs sociaux des différentes Antennes Sociales de Quartier du CCAS et à la Maison des Séniors, qui sont des lieux de proximité pour les habitants. Pour éviter une dégradation des situations individuelles déjà précaires, les travailleurs sociaux ont besoin de connaitre les missions et le fonctionnement des partenaires bancaires, ce travail croisé devrait permettre de prévenir les situations d exclusion. Contacts Presse: Marie-Noëlle SCHOELLER Première adjointe au Maire chargée de la solidarité et de l autonomie tél Catherine ADAM chargée des relations presse tél

PARLONS CLAIR. Les banques en France UNE BANQUE POUR CHACUN

PARLONS CLAIR. Les banques en France UNE BANQUE POUR CHACUN PARLONS CLAIR Les banques en France UNE BANQUE POUR CHACUN LES BANQUES EN FRANCE... UNE BANQUE POUR CHACUN... même pour les personnes les plus fragiles Tout le monde a besoin d avoir accès à la banque,

Plus en détail

Parlons clair LES BANQUES

Parlons clair LES BANQUES Parlons clair LES BANQUES en France 3 LES BANQUES EN FRANCE... LES BANQUES EN FRANCE... Sommaire... sont solides et respecteront la réforme internationale page 2... financent l économie page 4... sont

Plus en détail

BANCAIRE FRANÇAISE FÉDÉRATION BANCAIRE FRANÇAISE. Conférence sur la lutte contre la pauvreté et pour l inclusion sociale

BANCAIRE FRANÇAISE FÉDÉRATION BANCAIRE FRANÇAISE. Conférence sur la lutte contre la pauvreté et pour l inclusion sociale FÉDÉRATION Conférence sur la lutte contre la pauvreté et pour l inclusion sociale BANCAIRE Contribution de la Fédération Bancaire Française au groupe de travail FRANÇAISE Inclusion bancaire et lutte contre

Plus en détail

MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ SOCIAL

MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ SOCIAL ÉDUCATION FORMATION UDGET INSERTION ORMATION MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ 2012 EDUCATION INSERTION SOCIAL MESSAGE DE LA PRÉSIDENTE Florence RAINEIX Directrice générale de la Fédération

Plus en détail

Convention de partenariat pour l accès aux droits, aux soins et à la prévention des rennais

Convention de partenariat pour l accès aux droits, aux soins et à la prévention des rennais Vendredi 3 octobre 2014 Convention de partenariat pour l accès aux droits, aux soins et à la prévention des rennais Convention de partenariat pour l accès aux droits, aux soins et à la prévention des

Plus en détail

Positionnement de l UNCCAS relatif au registre national des crédits aux particuliers ou «fichier positif»

Positionnement de l UNCCAS relatif au registre national des crédits aux particuliers ou «fichier positif» Positionnement de l UNCCAS relatif au registre national des crédits aux particuliers ou «fichier positif» Ce registre national des crédits aux particuliers a été introduit (article 22) dans le projet de

Plus en détail

Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base

Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base Novembre 2010 Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base La France partage pleinement le souci de la Commission européenne

Plus en détail

Le microcrédit personnel accompagné

Le microcrédit personnel accompagné Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

Conférence contre l exclusion. Propositions du groupe BPCE

Conférence contre l exclusion. Propositions du groupe BPCE Conférence contre l exclusion Propositions du groupe BPCE Les Banques Populaires et les Caisses d Epargne sont des banques coopératives qui servent 36 millions de clients. Détenues par 8,1 millions de

Plus en détail

Lutter contre les exclusions

Lutter contre les exclusions D 2 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS Si, globalement, la population vélizienne semble peu exposée au risque d exclusion (taux d emploi élevé, revenu médian moyen,

Plus en détail

Dix conseils pratiques pour gérer au mieux son compte bancaire

Dix conseils pratiques pour gérer au mieux son compte bancaire Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

Le microcrédit personnel accompagné

Le microcrédit personnel accompagné OCTOBRE 2013 N 36 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le microcrédit personnel accompagné Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE

Plus en détail

Le Comité Consultatif du Secteur Financier. L accès aux services bancaires et au crédit: les outils du CCSF

Le Comité Consultatif du Secteur Financier. L accès aux services bancaires et au crédit: les outils du CCSF Le Comité Consultatif du Secteur Financier L accès aux services bancaires et au crédit: les outils du CCSF Lucien Bernadine Secrétariat général du Comité consultatif du secteur financier Vendredi 21 mars

Plus en détail

Dix conseils pratiques pour gérer au mieux son compte bancaire

Dix conseils pratiques pour gérer au mieux son compte bancaire Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les fi lières agréées. La certifi cation

Plus en détail

B2V lance le Prix Solidarité Autonomie Seniors

B2V lance le Prix Solidarité Autonomie Seniors DOSSIER DE PRESSE B2V lance le Prix Solidarité Autonomie Seniors Sommaire Page 2 : Le Prix B2V en quelques dates Page 3 : Un prix destiné à encourager l innovation sociale en matière d accompagnement du

Plus en détail

Pour faciliter l accès au crédit des personnes présentant un risque aggravé de santé,

Pour faciliter l accès au crédit des personnes présentant un risque aggravé de santé, Mini-guide téléchargé depuis le site www.lesclesdelabanque.com - e-mail : cles@fbf.fr Mini-guide n 25 - Janvier 2007 La Convention AERAS (s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé) Pour faciliter

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L ASSOCIATION DES MAIRES DE FRANCE ET RTE Entre L Association des Maires de France, sise 41 quai d Orsay, 75343 Paris cedex

Plus en détail

Présentation du dispositif départemental d aide au «Microcrédit Personnel»

Présentation du dispositif départemental d aide au «Microcrédit Personnel» DOSSIER DE PRESSE Présentation du dispositif départemental d aide au «Microcrédit Personnel» Lundi 21 janvier 2013 à 15h30 A l Hôtel du Département, à Rouen En présence de : Didier MARIE, Président du

Plus en détail

LE SERVICE INTERGENERATIONNEL DOSSIER DE CANDIDATURE JEUNE 16/17 ANS

LE SERVICE INTERGENERATIONNEL DOSSIER DE CANDIDATURE JEUNE 16/17 ANS LE SERVICE INTERGENERATIONNEL DOSSIER DE CANDIDATURE JEUNE 16/17 ANS Le service Intergénérationnel est un service rendu par les jeunes durant l année de leurs 16 et/ou 17 ans. Il a pour l objet de répondre

Plus en détail

Entre les soussignés :

Entre les soussignés : Convention constitutive de groupement de commandes Création d un site internet de covoiturage, hébergement et maintenance du site Internet, proposition d un plan de communication covoiturage Entre les

Plus en détail

1. Consolider l emploi dans les entreprises d insertion

1. Consolider l emploi dans les entreprises d insertion ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE SOUTIEN AUX EMPLOIS DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ECONOMIE 17.12 DESCRIPTIF DE L'INTERVENTION OBJECTIFS Consolider l emploi des entreprises de l économie sociale et solidaire

Plus en détail

CONVENTION CADRE NATIONALE DE PARTENARIAT SUR LA CONDUITE ACCOMPAGNÉE DES APPRENTIS DU BÂTIMENT

CONVENTION CADRE NATIONALE DE PARTENARIAT SUR LA CONDUITE ACCOMPAGNÉE DES APPRENTIS DU BÂTIMENT PREMIER MINISTRE CONVENTION CADRE NATIONALE DE PARTENARIAT SUR LA CONDUITE ACCOMPAGNÉE DES APPRENTIS DU BÂTIMENT conclue entre l'état, la Caisse Nationale d'assurance Maladie des Travailleurs Salariés

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Saint-Denis, le 4 mars 2014

COMMUNIQUE DE PRESSE Saint-Denis, le 4 mars 2014 COMMUNIQUE DE PRESSE Saint-Denis, le 4 mars 2014 Aider les plus démunis à rester connectés Connexions Solidaires ouvre à Saint-Denis Grâce au soutien de la Mairie, du Centre Communal d Action Sociale (CCAS)

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

BOURSE AU PERMIS DE CONDUIRE

BOURSE AU PERMIS DE CONDUIRE Paris, le 5 février 2008 BOURSE AU PERMIS DE CONDUIRE Le dispositif consiste dans la prise en charge par la commune d une partie du coût du permis de conduire en échange d une activité bénévole d intérêt

Plus en détail

Pour faciliter l accès au crédit des personnes présentant un risque aggravé de santé, une

Pour faciliter l accès au crédit des personnes présentant un risque aggravé de santé, une Mini-guide téléchargé depuis le site www.lesclesdelabanque.com - e-mail : cles@fbf.fr Mini-guide n 25 - Nouvelle éditon - Mars 2011 La Convention AERAS (s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de

Plus en détail

PROGRAMME DE LA FORMATION DE FORMATEURS SPECIALISTES EN MICROCREDIT PERSONNEL

PROGRAMME DE LA FORMATION DE FORMATEURS SPECIALISTES EN MICROCREDIT PERSONNEL PROGRAMME DE LA FORMATION DE FORMATEURS SPECIALISTES EN MICROCREDIT PERSONNEL Introduction (ANDML) : rappel de la convention CDCANDML encadrant la recherche-action de trois ans sur le développement du

Plus en détail

Présentation du guide juridique et pratique «Le crédit à la consommation»

Présentation du guide juridique et pratique «Le crédit à la consommation» Présentation du guide juridique et pratique «Le crédit à la consommation» Mardi 20 mars 2012 à 11h00 Salle des Mariages- Hôtel de Ville Sommaire I. Le Guide «Le crédit à la consommation» et les différents

Plus en détail

Programme de formation des bénévoles et salariés de l ESS en Corse 2015

Programme de formation des bénévoles et salariés de l ESS en Corse 2015 Programme de formation des bénévoles et salariés de l ESS en Corse 2015 Cahier des charges pour le dépôt des réponses À l attention des Organismes de Formation, Ajaccio, le 4 février 2015 Objet : Appel

Plus en détail

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mobilisation contre le décrochage scolaire Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mercredi 8 janvier 2014 SOMMAIRE Introduction : la Nation mobilisée contre le

Plus en détail

L assurance emprunteur en crédit immobilier

L assurance emprunteur en crédit immobilier Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

BANQUE FRANÇAISE MUTUALISTE LA BANQUE DES AGENTS DU SECTEUR PUBLIC

BANQUE FRANÇAISE MUTUALISTE LA BANQUE DES AGENTS DU SECTEUR PUBLIC BANQUE FRANÇAISE MUTUALISTE LA BANQUE DES AGENTS DU SECTEUR PUBLIC DOSSIER DE PRESSE Contact presse Caroline Weill cweill@selfimage.fr 01 47 04 12 52 Audrey Peauger apeauger@selfimage.fr 01 47 04 12 53

Plus en détail

Fragilité financière : une offre spécifique

Fragilité financière : une offre spécifique SEPTEMBRE 2014 N 21 DIFFICULTÉS LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Fragilité financière : une offre spécifique Ce mini-guide vous est offert

Plus en détail

CARREFOUR HYPERMARCHES SAS ZAE Saint Guénault 1, rue Jean Mermoz B.P. 75 91002 EVRY CEDEX

CARREFOUR HYPERMARCHES SAS ZAE Saint Guénault 1, rue Jean Mermoz B.P. 75 91002 EVRY CEDEX CARREFOUR HYPERMARCHES SAS ZAE Saint Guénault 1, rue Jean Mermoz B.P. 75 91002 EVRY CEDEX NOM / PRENOM du salarié(e) :. MAGASIN :... *** DOSSIER A RETOURNER A L ADRESSE SUIVANTE : CARREFOUR HYPERMARCHES

Plus en détail

Fragilité financière : une offre spécifique

Fragilité financière : une offre spécifique SEPTEMBRE 2014 N 21 DIFFICULTÉS LES MINI-GUIDES BANCAIRES Fragilité financière : une offre spécifique sec_01-2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter

Plus en détail

Règlement Intérieur des Services de Restauration Scolaire et d Accueil Périscolaire de la Ville de Jarvillela-Malgrange

Règlement Intérieur des Services de Restauration Scolaire et d Accueil Périscolaire de la Ville de Jarvillela-Malgrange Accusé de réception - Ministère de l'intérieur 054-215402744-20140619-N6-19-06-2014-DE Accusé certifié exécutoire Réception par le préfet : 26/06/2014 Règlement Intérieur des Services de Restauration Scolaire

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT entre la PRÉFECTURE DES ALPES-MARITIMES et la CAISSE REGIONALE d'assurance MALADIE du SUD- EST

CONVENTION DE PARTENARIAT entre la PRÉFECTURE DES ALPES-MARITIMES et la CAISSE REGIONALE d'assurance MALADIE du SUD- EST CONVENTION DE PARTENARIAT entre la PRÉFECTURE DES ALPES-MARITIMES et la CAISSE REGIONALE d'assurance MALADIE du SUD- EST en vue de prévenir le risque routier encouru par les salariés Entre la Préfecture

Plus en détail

Le projet de loi relatif à l adaptation de la société au vieillissement

Le projet de loi relatif à l adaptation de la société au vieillissement Le projet de loi relatif à l adaptation de la société au vieillissement DOSSIER PRESSE Mars 2015 Contact : cab-fpa-presse@sante.gouv.fr www.social-sante.gouv.fr Introduction Le projet de loi relatif à

Plus en détail

contre la pauvreté et pour l inclusion sociale

contre la pauvreté et pour l inclusion sociale PREMIER MINISTRE PLAN PLURIANNUEL contre la pauvreté et pour l inclusion sociale 3 mars 2015 SYNTHÈSE Adopté à la suite d un comité interministériel de lutte contre l exclusion en 2013, le plan pluriannuel

Plus en détail

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie MARDI Contact presse Ministère de la Culture et de la Communication Délégation à l information et à

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

BANQUE FRANÇAISE MUTUALISTE. La banque des agents du secteur public. BFM, partenaire du groupe Société Générale

BANQUE FRANÇAISE MUTUALISTE. La banque des agents du secteur public. BFM, partenaire du groupe Société Générale BANQUE FRANÇAISE MUTUALISTE La banque des agents du secteur public BFM, partenaire du groupe Société Générale BFM, LA BANQUE Plus d un million de clients en métropole et dans les DOM 190 626 prêts BFM

Plus en détail

EOVI ENTREPRENEUR Des solutions pour ne plus jouer

EOVI ENTREPRENEUR Des solutions pour ne plus jouer EOVI ENTREPRENEUR Des solutions pour ne plus jouer en SOLO SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE dépendance la qui renouvelle la mutuelle ARTISANS, COMMerçANTS, professions LIBÉRAles, INDÉPENDANTS... Vous

Plus en détail

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Action sociale Nos actions dans le domaine du handicap L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Assumer au quotidien une situation de handicap est difficile pour une famille

Plus en détail

Le compte joint LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Nouvelle édition Juin 2007

Le compte joint LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Nouvelle édition Juin 2007 018 Le compte joint LES MINI-GUIDES BANCAIRES Nouvelle édition Juin 2007 Sommaire 2 4 6 8 10 12 14 18 Le compte joint Qu est-ce qu un compte joint? Quels sont les comptes qui peuvent être joints? Comment

Plus en détail

L'abonnement ou les charges de chaleur doivent correspondre à la résidence principale du foyer.

L'abonnement ou les charges de chaleur doivent correspondre à la résidence principale du foyer. Annexe 1 : détail des critères d'éligibilité aux fonds de solidarité Chauffage Urbain La première facture de chaleur (chauffage et/ou eau chaude sanitaire) ou le premier décompte de charge ne peut pas

Plus en détail

LES AINES RURAUX. 8677 adhérents. : 191 clubs. En Saône-et

LES AINES RURAUX. 8677 adhérents. : 191 clubs. En Saône-et LES AINES RURAUX Fédération Départementale de Saône-et-Loire 46 rue de Paris 71000 MACON Tél. : 03.85.39.51.34 e-mail : aines.ruraux71@orange.fr Site internet national : www.ainesruraux.org départemental

Plus en détail

Les 10 clés pour bien gérer mon compte en banque

Les 10 clés pour bien gérer mon compte en banque JUIN 2015 N 30 COMPTE LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Les 10 clés pour bien gérer mon compte en banque Ce mini-guide vous est offert par

Plus en détail

L accès au crédit malgré un problème de santé

L accès au crédit malgré un problème de santé LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 12 L accès au crédit malgré un problème de santé Convention Belorgey FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE mise à jour avril 2005 Document réalisé en collaboration avec des associations

Plus en détail

P.A.R.A.D.S. PÔLES D ACCUEIL EN RÉSEAU POUR L ACCÈS AUX DROITS SOCIAUX

P.A.R.A.D.S. PÔLES D ACCUEIL EN RÉSEAU POUR L ACCÈS AUX DROITS SOCIAUX P.A.R.A.D.S. PÔLES D ACCUEIL EN RÉSEAU POUR L ACCÈS AUX DROITS SOCIAUX MAI 2011 SOMMAIRE ADMINISTRATIF - DOMICILIATION - C.N.I Carte Nationale d Identité - EXTRAIT D ACTE DE NAISSANCE - DEMANDE D ASILE

Plus en détail

Créer son propre emploi

Créer son propre emploi Vous souhaitez voir intervenir, au sein de votre établissement, un de nos conseillers régionaux : prenez contact avec lui pour établir, ensemble, une proposition adaptée à vos besoins et à votre public.

Plus en détail

Groupe de travail «Inclusion bancaire et lutte contre le surendettement»

Groupe de travail «Inclusion bancaire et lutte contre le surendettement» Groupe de travail «Inclusion bancaire et lutte contre le surendettement» Responsable du groupe de travail : François Soulage Rapporteure : Laure Becqué-Corcos conférence nationale contre la pauvreté et

Plus en détail

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire développement économique et économie sociale et solidaire En soutenant la création

Plus en détail

La protection sociale qui comprend les indépendants, je suis pour!

La protection sociale qui comprend les indépendants, je suis pour! SOLUTIONS ENTREPRENEUR La protection sociale qui comprend les indépendants, je suis pour! Sophie B. Commerçante prévoyance épargne retraite ARTISANS, COMMERÇANTS, PROFESSIONS LIBÉRALES, INDÉPENDANTS......

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Réforme de la politique de la ville Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Restitution de l atelier n 3 : Intitulé : Les communes et agglomérations concernées par

Plus en détail

CONFÉRENCES CITOYENNES - FORMATION

CONFÉRENCES CITOYENNES - FORMATION CONFÉRENCES CITOYENNES - FORMATION LES MISSIONS DE SERVICE PUBLIC DU GROUPE LA POSTE 1 er décembre 2013 INTRODUCTION (1/2) LES MISSIONS DE SERVICE PUBLIC DE LA POSTE AU SERVICE DE LA COLLECTIVITÉ La Poste

Plus en détail

Le compte joint. www.lesclesdelabanque.com. Les mini-guides bancaires. octobre 2012 n 18. Le site pédagogique sur la banque et l argent.

Le compte joint. www.lesclesdelabanque.com. Les mini-guides bancaires. octobre 2012 n 18. Le site pédagogique sur la banque et l argent. octobre 2012 n 18 compte Les mini-guides bancaires www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le compte joint 1 FBF - 18 rue La Fayette - 75009 Paris cles@fbf.fr 2 Ce mini-guide

Plus en détail

Vivre sans chéquier. Nouvelle édition Septembre 2011. Le site d informations pratiques sur la banque et l argent

Vivre sans chéquier. Nouvelle édition Septembre 2011. Le site d informations pratiques sur la banque et l argent Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

DISPOSITIFS Accompagnement

DISPOSITIFS Accompagnement DISPOSITIFS Accompagnement JUILLET 2014 SOCIÉTÉ D'INVESTISSEMENT FRANCE ACTIVE /fr/outils/sifa.php Type d'aide : Accompagnement ; Prêt Financement remboursable /// Nature : prêt participatif ou compte

Plus en détail

Les dispositifs solidaires du Crédit Mutuel Arkéa

Les dispositifs solidaires du Crédit Mutuel Arkéa Les dispositifs solidaires du Crédit Mutuel Arkéa Les aides financières à l investissement et à la création d emplois L aide aux emprunteurs en difficulté Le micro-crédit personnel Les difficultés ponctuelles

Plus en détail

Mise en œuvre d'un dispositif de vidéosurveillance nocturne du cœur de ville

Mise en œuvre d'un dispositif de vidéosurveillance nocturne du cœur de ville CONSEIL MUNICIPAL 1 Séance du 06 décembre 2012 Mise en œuvre d'un dispositif de vidéosurveillance nocturne du cœur de ville Direction Solidarité Urbaine - Tranquillité Publique - Rapporteur(s) M. Christophe

Plus en détail

PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN

PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN 1 1 L ACTION SOCIALE NOS VALEURS SOLIDARITÉ Valeur centrale, elle s exprime par la mise en œuvre d interventions au profit de tous ses clients : entreprises,

Plus en détail

La politique marseillaise en faveur des Seniors

La politique marseillaise en faveur des Seniors La politique marseillaise en faveur des Seniors Le Centre Communal d Action Sociale de la Ville de Marseille est un établissement public administratif communal. Il oriente ses actions en faveur des personnes

Plus en détail

Guide sur les initiatives RSE sectorielles Fiche n 6 Engagements RSE dans le secteur des industries électriques, électroniques et de communication

Guide sur les initiatives RSE sectorielles Fiche n 6 Engagements RSE dans le secteur des industries électriques, électroniques et de communication MEDEF - ORSE octobre 2014 Guide sur les initiatives RSE sectorielles Fiche n 6 dans le secteur des industries électriques, électroniques et de communication Fédération des Industries Electriques, Electroniques

Plus en détail

le guide de l accompagnement

le guide de l accompagnement Microcrédit personnel le guide de l accompagnement L E S M I N I - G U I D E S B A N C A I R E S Mars 2011 - Hors-série Ce mini-guide vous est offert par : «Le présent guide est exclusivement diffusé à

Plus en détail

MANIFESTE POUR L INCLUSION BANCAIRE EN FRANCE DES POPULATIONS FRAGILES

MANIFESTE POUR L INCLUSION BANCAIRE EN FRANCE DES POPULATIONS FRAGILES PAR CE MANIFESTE nous, Croix-Rouge française, Secours Catholique et Union Nationale des Centres Communaux d Action Sociale (UNCCAS), alertons sur l ampleur des conséquences sociales du processus d exclusion

Plus en détail

educationsolidarite.org

educationsolidarite.org Education International Internationale de l'education Internacional de la Educaciòn Bildungsinternationale Conception : L.Talbot & Efficience Crédits photographiques : sxc.hu - flashfilm Juin 2008 educationsolidarite.org

Plus en détail

Le droit au compte. Direction de la Surveillance des relations entre les particuliers et la sphère financière

Le droit au compte. Direction de la Surveillance des relations entre les particuliers et la sphère financière Direction de la Surveillance des relations entre les particuliers et la sphère financière Initialement conçu comme une mesure destinée à concilier le principe de liberté contractuelle en matière d ouverture

Plus en détail

Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ»,

Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ», Partenaires fondateurs DOSSIER DE PRESSE Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ» «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ», Construisons ensemble des voies nouvelles pour un sport utile à tous

Plus en détail

Département du Val-de-Marne. Charte départementale de partenariat sécurité routière. entre l État,

Département du Val-de-Marne. Charte départementale de partenariat sécurité routière. entre l État, Département du Val-de-Marne Charte départementale de partenariat sécurité routière entre l État, la Caisse Régionale d Assurance Maladie d Ile-de-France (CRAMIF) et la profession du transport routier de

Plus en détail

STATUTS TYPE D UDCCAS. Union départementale des Centres Communaux et Intercommunaux d Action Sociale (UDCCAS)

STATUTS TYPE D UDCCAS. Union départementale des Centres Communaux et Intercommunaux d Action Sociale (UDCCAS) STATUTS TYPE D UDCCAS Union départementale des Centres Communaux et Intercommunaux d Action Sociale (UDCCAS) PREAMBULE Les statuts de l UNCCAS prévoient en leur article 5 la possibilité de constituer des

Plus en détail

LA BANQUE DES PARTICULIERS ET DES ENTREPRISES

LA BANQUE DES PARTICULIERS ET DES ENTREPRISES LA BANQUE DES PARTICULIERS ET DES ENTREPRISES PARLONS DE LA BANQUE... LA BANQUE DES PARTICULIERS ET DES ENTREPRISES 2014 Retrouvez les chiffres actualisés sur fbf.fr SOMMAIRE 1 DES RÉSEAUX BANCAIRES AU

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION

EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION Séance du mardi 17 décembre 2013 à 9h00 présidée par Monsieur Christian BATY, Vice-Président DATE DE CONVOCATION 12 DECEMBRE 2013 NOMBRE

Plus en détail

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants DOSSIER DE PRESSE L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants PARIS Mercredi 29 février 2012 Communiqué de presse p.2 L Association Française des AIDANTS

Plus en détail

QU'EST-CE QU'UNE MAISON D ASSISTANTS MATERNELS (MAM)? QUI EST L EMPLOYEUR DES ASSISTANTS MATERNELS?

QU'EST-CE QU'UNE MAISON D ASSISTANTS MATERNELS (MAM)? QUI EST L EMPLOYEUR DES ASSISTANTS MATERNELS? Mise à jour Septembre 2011 Un assistant maternel est agréé par le Conseil général. Il peut moyennant rémunération, accueillir habituellement et de façon non permanente des mineurs : - à son domicile (art.

Plus en détail

PLAN DE RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE DE L HABITAT

PLAN DE RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE DE L HABITAT PLAN DE RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE DE L HABITAT Quel rôle pour les collectivités locales? MINISTÈRE DU LOGEMENT ET DE L'ÉGALITÉ DES TERRITOIRES MINISTÈRE DE L'ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS 2014-2015

CATALOGUE DE FORMATIONS 2014-2015 CATALOGUE DE FORMATIONS 2014-2015 L organisme de formation professionnelle 72 33 09109 33 SIRET 793 870 684 000 16 1 CATALOGUE DE FORMATIONS Sommaire Qui sommes-nous 2 Modules de formation proposés Module

Plus en détail

Réglez un litige avec votre banque LES MINI-GUIDES BANCAIRES

Réglez un litige avec votre banque LES MINI-GUIDES BANCAIRES Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les fi lières agréées. La certifi cation

Plus en détail

Préparation des contrats de ville. Réunions Chefs de projet Novembre 2014

Préparation des contrats de ville. Réunions Chefs de projet Novembre 2014 Préparation des contrats de ville Réunions Chefs de projet Novembre 2014 Contenu des contrats de ville 3 piliers Cohésion sociale Cadre de vie et renouvellement urbain (y compris hors NPNRU) Développement

Plus en détail

LE MICROCREDIT PERSONNEL PARIS ILE-DE-FRANCE

LE MICROCREDIT PERSONNEL PARIS ILE-DE-FRANCE LE MICROCREDIT PERSONNEL PARIS ILE-DE-FRANCE LE MICROCREDIT EN FRANCE LE MICROCRÉDIT PROFESSIONNEL LE MICROCRÉDIT PERSONNEL - Retour à l autonomie financière par la création de son propre emploi - Crédit

Plus en détail

La Mutualité en chiffres

La Mutualité en chiffres La Mutualité en chiffres Édition 2012 La Mutualité en chiffres Édition 2012 La Mutualité, acteur principal de la complémentaire santé page 5 La complémentaire santé dans l activité des mutuelles Les prestations

Plus en détail

Aide à l installation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires en zones médicalement sous équipées

Aide à l installation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires en zones médicalement sous équipées Pôle Culture, Sport, Santé, Associations Secteur Santé Aide à l installation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires en zones médicalement sous équipées Nom du demandeur: Intitulé du projet : Contact

Plus en détail

Cahier des charges APPEL À PROJETS 2015 ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES AUDITIVES

Cahier des charges APPEL À PROJETS 2015 ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES AUDITIVES APPEL À PROJETS 2015 Cahier des charges ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES AUDITIVES Fondation Harmonie Solidarités, 143 rue Blomet - 75015 Paris - Autorisation administrative de

Plus en détail

2015-2016-2017. Entre,

2015-2016-2017. Entre, Convention n Relative aux contributions respectives de l association «Jeunesse et Cultures», des Communes de Charmes, Thaon-les-Vosges et du Conseil général des Vosges à des actions dites de prévention

Plus en détail

La convention de compte

La convention de compte octobre 2012 n 5 compte Les mini-guides bancaires www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent La convention de compte 1 FBF - 18 rue La Fayette - 75009 Paris cles@fbf.fr 2 Ce

Plus en détail

Motion pour «L interdiction des affiches publicitaires pour le petit crédit»

Motion pour «L interdiction des affiches publicitaires pour le petit crédit» Motion pour «L interdiction des affiches publicitaires pour le petit crédit» De par mon métier d assistante sociale, je peux constater les ravages de l endettement sur la vie des familles et des jeunes

Plus en détail

Etudiez à l étranger. Avril 2011. Le site d informations pratiques sur la banque et l argent. FBF - 18 rue La Fayette - 75009 Paris 1 cles@fbf.

Etudiez à l étranger. Avril 2011. Le site d informations pratiques sur la banque et l argent. FBF - 18 rue La Fayette - 75009 Paris 1 cles@fbf. Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail

L éducation populaire en Alsace

L éducation populaire en Alsace L éducation populaire en Alsace Actions et partenariats (avec les collectivités L ÉTÉ DE L ÉDUCATION POPULAIRE 1 L éducation populaire en Alsace ( Sommaire Édito de Philippe Richert, Président du Conseil

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

3. Un crédit à la consommation responsable

3. Un crédit à la consommation responsable 3. Un crédit à la consommation responsable Comité consultatif du secteur financier Rapport 2009-2010 49 Au cours de l exercice 2009-2010, le CCSF a suivi de près l évolution du texte de loi sur la réforme

Plus en détail

CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME

CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME MAI 2006 LES ARTICLES > ARTICLE 1 ER périmètre et objectifs page 2 > ARTICLE 2 soutien de l esprit d entreprise en favorisant la création ou la reprise d entreprises

Plus en détail

ORIENTATIONS D'ACTION POUR LE PDASR 2013

ORIENTATIONS D'ACTION POUR LE PDASR 2013 ORIENTATIONS D'ACTION POUR LE PDASR 2013 Cocher la ou les orientations auxquelles répondent votre projet COMMUNICATION GRAND PUBLIC Travailler sur les représentations liées à l'alcool et aux drogues. Comprendre

Plus en détail

LES CONSTATS. Les difficultés généralement pointées par les usagers et les partenaires sont :

LES CONSTATS. Les difficultés généralement pointées par les usagers et les partenaires sont : QUELQUES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE La conférence nationale contre la pauvreté et pour l inclusion sociale de (le 10 et 11 décembre 2012) a fait de la lutte contre les inégalités sociales une priorité nationale

Plus en détail

Dix conseils pratiques pour gérer au mieux son compte bancaire

Dix conseils pratiques pour gérer au mieux son compte bancaire Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

«Politique des ARS pour les seniors»

«Politique des ARS pour les seniors» «Politique des ARS pour les seniors» Claude EVIN, Directeur Général de l Agence Régionale de Santé d Ile-de-France XX/XX/XX L ARS, acteur majeur de la politique de santé et d accompagnement au service

Plus en détail

La convention de compte

La convention de compte LES MINI-GUIDES BANCAIRES FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE Les Mini-guides Bancaires: La banque dans le creux de la main topdeluxe FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE Repère n 5 La convention de compte Ces mini-guides

Plus en détail

ACCORD SUR LE COMPTE EPARGNE TEMPS

ACCORD SUR LE COMPTE EPARGNE TEMPS ACCORD SUR LE COMPTE EPARGNE TEMPS ARTICLE 1 - OBJET Le Compte Epargne Temps permet au salarié, à son initiative, d accumuler des droits à congés rémunérés ou de bénéficier d une rémunération, immédiate

Plus en détail

Bienvenue à Loire-Centre. Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre

Bienvenue à Loire-Centre. Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre Bienvenue à Loire-Centre Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre Présentation Le Groupe BPCE 2 Un groupe puissant et solide Les groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne se sont unis pour créer

Plus en détail